Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Livre premier. Châteaux et villages dans la vallée du Turano. Études de cas

Chapitre 3. Offiano

Texte intégral

  • 1 Pour les éléments du dossier documentaire et leur interprétation à la lumière des résultats archéo (...)

1Attesté comme fundus de la massa Turana à la fin du viiie siècle et au ixe siècle, le toponyme Offianus désigna ensuite un espace qui couvrait la moyenne vallée du Turano entre les villages actuels de Paganico et de Collalto Sabino. Le nom fut ensuite donné à un castellum attesté comme tel en 1038, mais sans doute antérieur de quelques lustres. Entre 1017 et 1038, ses fondateurs, les filii Maifredi, le donnèrent à l’abbaye de Farfa qui en conserva la propriété éminente jusqu’à son abandon vers le milieu du xve siècle1.

  • 2 Cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Les techniques de construction en Sabine, p. 731-736.

2Le site d’Offiano a fait l’objet au mois de juillet 1991 de la deuxième campagne archéologique conduite dans la vallée du Turano. Le lieu avait été choisi en raison des liens étroits qu’il avait entretenus au cours de son histoire avec le castrum de Montagliano et que nous examinerons en détail dans la deuxième partie de ce volume. Exemple parmi d’autres et motif initial du choix, les deux villages avaient été associés en 1097 pour la fourniture de la chaux au chantier de construction de la nouvelle église abbatiale de Farfa au sommet du Monte San Martino2. Leurs finages, en outre, étaient mitoyens de part et d’autre du Turano. La proximité et l’histoire pour une large part commune des deux villages imposaient de poursuivre l’enquête archéologique entreprise dans la vallée du Turano par l’étude du site d’Offiano, déserté à la fin du Moyen Âge, dont les vestiges visibles avant la fouille, pour être moins importants que ceux de Montagliano, montraient notamment une tour et les éléments d’un mur d’enceinte dans le secteur fortifié sommital du site.

  • 3 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et N. Lécuyer, Enquête archéologique en Sabine. II : Le castrum d’Off (...)

3Nous présenterons dans ce chapitre les résultats principaux des recherches effectuées sur le site en 1991, en modifiant et en corrigeant là où c’est nécessaire leur publication préliminaire dans un article paru en 19933.

I – LOCALISATION ET DESCRIPTION DU SITE

  • 4 ASV, Archivio Borghese, b. 797, n° 1 pour la sentence de 1544 ; pour la carte de 1665 dont on conn (...)
  • 5 ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470. Localisation précise en IGM, F° 145 de la Car (...)

4La désertion d’Offiano au début du xve siècle fut la cause des litiges séculaires qui opposèrent les communautés voisines de Pietraforte et de Petescia désireuses de s’approprier le territoire d’un village désormais abandonné de ses habitants : une sentence du juge Giannantonio Orsini y mit terme en 1544, provisoirement tout au moins, qui attribua à chaque communauté une part de ce finage privé de son centre. Les ruines du castrum relevèrent de Pietraforte dont elles suivirent dès lors les destinées. Le différend resurgit un siècle plus tard, en 1665. A cette occasion fut dressée une carte des confins entre Pietraforte et Petescia qui indique notamment l’emplacement d’« Offiano, castel diruto »4 (pl. XVIIa). Une autre carte levée par le géomètre Alessandro Ricci en 1814-1815 pour mettre fin aux querelles pluriséculaires qui opposaient les communautés de Montorio in Valle, de Petescia et de Vivaro au sujet des confins de leurs territoires respectifs localise avec précision « Offiano diruto » et ses édifices en ruines sur la colline qui regarde Petescia, située sur l’autre rive du rio homonyme5 (pl. XVIIb).

5Au sud et en contrebas du village de Pietraforte, une colline boisée domine, à 627 mètres d’altitude, le rio di Petescia qui se jette un peu plus loin dans le Turano (pl. XVIII). Un sentier y conduit, c’est la « strada vicinale di Fiano » qu’indique encore le plan cadastral actuel (fig. 11, p. 69). Depuis la « strada comunale di Petescia », un autre chemin mène plus commodément au sommet de la colline à laquelle les cartes anciennes donnent le nom d’Offiano comme le font aujourd’hui encore les habitants du village voisin de Pietraforte.

Fig. 9 – Le castrum d’Offiano : plan général et localisation des sondages fouillés.

Fig. 10 – Le castrum d’Offiano : profils topographiques.

6De forme allongée, orientée du nord-ouest vers le sud-est, la colline présente au sommet une vaste plate-forme, longue de 150 mètres et large, au plus, de 40 mètres, délimitée par une ligne à peu près continue de murets de terrasse. Liés en de rares endroits au mortier de chaux et plus souvent à la terre, ces murs forment selon toute vraisemblance le périmètre discontinu du castrum dont la superficie dépasse légèrement l’hectare. La partie septentrionale de la plate-forme est occupée par un quadrilatère, long de 50 mètres et large de 10 mètres environ au nord et de 15 ou 16 mètres au sud, dont les largeurs sont fermées par deux buttes au nord-ouest et au sud-est (pl. XIXa). Un mur d’enceinte mieux conservé à l’est qu’à l’ouest ferme un ensemble qui constitue sans doute la rocca d’Offiano (pl. XIXb). Les vestiges d’une tour occupent la butte située au sud-est (pl. XXIIa-b). A l’exception de quelques murets en pierres sèches, limites modernes de parcelles reconnaissables sur le cadastre, le reste de la colline ne semblait pas à l’abord avoir conservé d’autres ruines d’édifices.

II – LES RÉSULTATS PRINCIPAUX DE L’ENQUÊTE ARCHÉOLOGIQUE

7Comme à Montagliano, l’enquête devait mettre en évidence une éventuelle phase d’occupation antérieure à l’« incastellamento » du site, que la documentation écrite permet de dater de la première moitié du xie siècle, étudier dans leurs grandes lignes les principales phases de son développement et préciser les modalités de l’abandon qui survint dans la première moitié du xve siècle. Il s’agissait en premier lieu de reconnaître et de relever le plan des structures apparentes. Le travail devait ensuite se concentrer sur la rocca, dont il fallait dater la construction, étudier le développement et établir l’époque de l’abandon tandis que, dans l’espace probable du village, il fallait retrouver des traces de l’habitat et, autant que possible, établir leur datation. Huit sondages ont ainsi été ouverts et fouillés jusqu’au niveau géologique (fig. 9, p. 67). Les relevés des structures maçonnées devaient enfin permettre d’en établir la chronologie relative.

Fig. 11 – Le castrum d’Offiano dans le cadastre actuel.

8Cinq sondages furent d’abord implantés dans la rocca pour fournir les éléments de datation du mur d’enceinte (sondages I, III et V), pour étudier la cour (sondage V), la tour (sondage II) et un bâtiment identifiable avant la fouille (sondage IV) ; dans tous les cas, il s’agissait également de mettre en évidence les traces éventuelles d’une occupation antérieure à la construction de l’ensemble fortifié. Trois sondages ont ensuite été fouillés dans le reste du site où aucun vestige n’était clairement visible avant le début des travaux, pour reconnaître le village et son extension.

9Comme dans le chapitre précédent, on ne présentera pas ici au lecteur le compte rendu de la fouille de chacun des sondages et de leur stratigraphie mais seulement les résultats principaux qui contribuent à l’élaboration de l’histoire du site.

A) La fondation du castrum

  • 6 Pour Montagliano, voir le chapitre précédent ; pour Castiglione, voir le chapitre 5 au paragraphe (...)

10Premier résultat auquel la faible stratigraphie des sondages I et III permit d’arriver rapidement et qui fut confirmé par la fouille des autres sondages ouverts sur le site, la colline d’Offiano ne semble pas avoir connu une occupation de quelque ampleur avant l’édification des plus anciennes structures maçonnées qui ont pu être identifiées. Aucun trou de poteau, aucun niveau recouvert ou entaillé par un mur n’a été mis au jour à la surface du sol géologique atteint dans tous les secteurs (pl. XXIb). On objectera sans doute que seuls huit sondages, qui représentent à peine 70 m2, ont été fouillés sur une superficie qui, pour la rocca, couvre environ 650 m2 et qui dépasse l’hectare pour le sommet de la colline occupé par le castrum. Il convient toutefois d’observer que, sur les sites où la première occupation est caractérisée au moins en partie par des constructions en bois – que celles-ci aient précédé l’« incastellamento » du village ou qu’elles lui soient contemporaines –, la fouille, rarement extensive, met au jour un nombre important de trous de poteau et de piquet où l’on peut parfois distinguer plusieurs phases successives. C’est le cas, en Sabine, à Montagliano, on l’a vu, mais aussi à Castiglione, à Collalto ou à Caprignano ; c’est également le cas à Montarrenti ou à Poggio Imperiale en Toscane pour ne citer que quelques exemples6. Selon toute vraisemblance, une situation semblable aurait dû faire apparaître à Offiano également, fouillé selon les principes mis en œuvre à Montagliano notamment, les vestiges négatifs d’un établissement en bois en particulier dans les sondages implantés au sommet de la colline. Tel ne fut pourtant pas le cas. Si l’on ne peut naturellement exclure la présence de structures en bois disséminées en différents endroits de la colline, il paraît bien que celle-ci n’a pas été le lieu d’un établissement important avant l’« incastellamento » du site.

  • 7 L’avancement des recherches sur la céramique de cette région conduit ainsi à repousser d’un demi-s (...)

11A quelle époque remonte celui-ci ? Deux sondages, installés l’un dans un espace fermé (s. III, pl. XXIb), l’autre dans un espace ouvert (s. V, pl. XXb), furent implantés contre le mur d’enceinte de la roc-ca, dont l’étude a montré que la partie septentrionale appartenait aux premières constructions maçonnées du site (M12 et M14). Un troisième secteur (s. II) occupa la moitié de la tour sud-est. Les sondages II et V, en dépit pour celui-ci d’une stratigraphie bouleversée par le creusement de trois grandes fosses dépotoirs aux xive et xve siècles, ont livré une quantité importante de matériel. Deux indices montrent clairement que la construction du mur d’enceinte ne peut être antérieure au milieu du xiie siècle (pl. XXa-b) : c’est en effet l’époque des tessons les plus anciens de céramique à « vetrina sparsa » et de céramique à feu, trouvés dans les sondages II et V ; c’est également celle d’un bec verseur provenant d’une cruche de céramique à « vetrina sparsa » trouvé dans le mortier même du mur d’enceinte et à la base de celui-ci, fournissant de la sorte le terminus ante quem non de sa construction7.

12La tour (pl. XXII), que la céramique provenant des niveaux contemporains de sa construction date d’une époque légèrement postérieure à celle du mur d’enceinte, protégeait alors l’établissement au sud-est, dans la direction de la confluence du rivus Sancti Martini (rio di Petescia) et du Turano, tandis qu’au nord-ouest était construit un bâtiment de 40 m2 environ dont l’intérieur était subdivisé par la construction de murets : la fouille du sondage III n’a pas permis pourtant de déterminer la fonction de cet édifice (pl. XXIb). Aucun aménagement appartenant à cette période n’a été reconnu entre les deux buttes qui ferment la rocca au nord-ouest et au sud-est.

13Deux questions initiales avaient par conséquent trouvé une réponse dépourvue d’ambiguïté, en désaccord apparent avec la documentation écrite sur laquelle on reviendra le moment venu. Implanté sur un site vierge d’une occupation antérieure de quelque consistance, le castrum d’Offiano, où des sondages ont été fouillés en 1991, ne semble donc pas antérieur au milieu du xiie siècle.

14Quelle était alors, au moment de sa fondation et dans les décennies qui suivirent, l’étendue du site ? Les trois sondages ouverts hors du noyau fortifié (s. VI, s. VII et s. VIII) n’ont pas livré de vestiges architecturaux ni de matériel appartenant à cette époque, à l’exception cependant d’un fragment de cruche en céramique à « vetrina sparsa » datant peut-être de la seconde moitié du xiie siècle. Le sondage VII, où il a été trouvé, a été implanté en contrebas du mur d’enceinte et à proximité du sentier qui conduit au noyau fortifié : le niveau qui le contenait, composé presque exclusivement de pierres, correspondait peut-être aux travaux d’aménagement du chemin. Rien n’atteste donc, en l’état de l’enquête, que l’établissement originel se soit développé à l’extérieur du mur qui, entourant le sommet de la colline, enfermait un espace de 650 m2 environ.

B) Destruction, restauration et abandon du site

15Un événement catastrophique provoqua ensuite la destruction partielle du castrum d’Offiano et son abandon temporaire. En effet, un niveau d’incendie a été mis au jour dans le sondage V (pl. XXIa). Le feu provoqua également l’éboulis des parties hautes du mur d’enceinte, dont certaines pierres calcinées ont été retrouvées enfoncées dans la couche d’incendie. La tour sud-est ne fut pas épargnée par l’événement : les niveaux d’éboulis provenant de la destruction des étages ont livré en effet un matériel très homogène et très fragmentaire. Selon la céramique trouvée dans les couches correspondantes des sondages II et V, la destruction partielle du castrum date vraisemblablement de la seconde moitié du xiiie siècle.

16La colline ne semble pas avoir été réoccupée dans l’immédiat. En effet, les classes céramiques du xiiie siècle et de la première moitié du siècle suivant – « vetrina verde » et « vetrina laziale » – ne sont pas représentées sur le site. D’importants remaniements eurent lieu à une période tardive qui n’est pas antérieure au milieu du xive siècle environ. Si certaines parties du site, trop endommagées comme la tour, ne furent pas restaurées et restèrent à l’abandon, des travaux importants de restructuration intéressèrent aussi bien l’intérieur de la rocca que l’extérieur.

17Le mur d’enceinte du noyau fortifié fut en partie reconstruit, notamment au sud où la maçonnerie est caractérisée désormais par la mise en œuvre des moellons selon des assises horizontales (M16). Une nouvelle entrée fut aménagée (s. I), qui permettait d’accéder, directement peut-être, à la cour (s. V) et à un bâtiment construit au sud de la rocca (pl. XXIII). Celui-ci était formé de plusieurs pièces dont les murs étaient revêtus d’enduit et le sol recouvert d’un lit de mortier lissé ; dans l’une d’elles à usage de magasin (s. IV) avait été aménagé un emplacement destiné sans doute à caler un gros récipient, jarre à huile, à vin ou à grain. La qualité de la construction et son emplacement dans la cour permettent d’identifier l’édifice à un bâtiment seigneurial. Dans la cour à ciel ouvert, une succession de sols de terre battue, riches en mobilier, témoignait d’une fréquentation intense, qui précéda la construction d’un niveau de mortier sur lequel on retrouvait également les vestiges de l’occupation correspondante. Peu de temps avant l’abandon du site, de grandes fosses dépotoirs furent creusées dans la cour, qui en perturbèrent la stratigraphie jusqu’à la roche, elle-même entaillée (pl. XXc). Les travaux effectués lors de la restructuration de la rocca furent sans doute à l’origine des niveaux de déblais trouvés dans le sondage VII, à l’extérieur et en contrebas du mur d’enceinte.

Pl. XVII

Pl. XVII

a) Le site d’Offiano vers 1665 (ASV, Archivio Borghese, b. 796).

b) Offiano dans le plan d’Alessandro Ricci, 1814 (ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470 ; EFR SA 560)

Pl. XVIII

Pl. XVIII

a) Le site d’Offiano vu de l’ouest (EFR SA 575).

b) Le site d’Offiano vu de l’ouest ; au fond et à gauche, Collalto Sabino (EFR SA 961).

Pl. XIX

Pl. XIX

a) Offiano : vestiges du noyau fortifié intérieur (EFR SA 471).

b) Offiano : l’enceinte du noyau fortifié sommital, 2e moitié du xiie siècle (EFR SA 409).

Pl. XX

Pl. XX

a) Offiano : enceinte sommitale, détail du parement extérieur (EFR SA 408).

b) Offiano : l’enceinte sommitale, détail du parement intérieur, sondage V (EFR SA 447).

c) Offiano : la cour et l’enceinte sommitale, sondage V (EFR SA 479).

Pl. XXI

Pl. XXI

a) Offiano : la cour et l’enceinte sommitale, niveau d’incendie de la 2e moitié du xiiie siècle, sondage V (EFR SA 453).

b) Offiano : le noyau fortifié sommital, sondage III. On remarquera l’absence de trous de poteau creusés dans la roche (EFR SA 369).

Pl. XXII

Pl. XXII

a) Offiano : vestiges de la tour, début du xiiie siècle (EFR SA 968).

b) Offiano : vestiges de la tour (EFR SA 963).

c) Offiano : bases de la tour, sondage II (EFR SA 364).

Pl. XXIII

Pl. XXIII

a) Offiano : pièce du logis du xive siècle, sondage IV (EFR SA 344).

b) Offiano : une entrée du logis du xive siècle, sondage I (EFR SA 317).

Pl. XXIV

Pl. XXIV

a) Offiano : la citerne et la seconde enceinte, xive siècle, sondage VIII (EFR SA 446).

b) Offiano : la citerne, xive siècle, sondage VIII (EFR SA 442).

18L’extérieur de ce qu’il est désormais légitime d’appeler la rocca d’Offiano ne fut pas épargné par les travaux. Les vestiges du village résistaient cependant encore à la truelle : dans le sondage VI, installé sur la plate-forme méridionale à une trentaine de mètres au sud-est de la rocca, la couche de terre humifère, qui ne livra aucun matériel archéologique, reposait directement sur le banc rocheux ; une série de très petits sondages fouillés en plusieurs endroits de la plate-forme confirma cette situation. Un sondage fut ensuite ouvert dans l’angle nord-est et contre le mur du castrum, pour en dater la construction et étudier les seuls restes de structures maçonnées qu’on ait pu observer à l’extérieur de la rocca. Le premier but ne put être atteint, faute d’avoir trouvé du mobilier datant dans les niveaux qui s’appuyaient contre le mur de pierres liées à la terre, construit directement sur la roche. La fouille du sondage VIII a cependant mis au jour le fond d’une citerne de belle facture (1,20 × 2,20 m) dont les murs étaient construits d’assises de pierres équarries et les parties internes revêtues de mortier hydraulique de chaux et de pouzzolanes (pl. XXIV). Comme le mur occidental, un autre bassin, au nord, avait glissé dans la pente. La roche présentait également des traces d’aménagement, trous de poteau et rigoles creusés dans la roche, d’une structure, en partie en bois, qui avait dû s’appuyer contre le mur d’enceinte et la citerne.

19En parfait accord avec les sources écrites, l’enquête archéologique date l’abandon définitif du site à la période de circulation de la majolique archaïque bleue dans le courant du xve siècle.

CONCLUSION : LES PHASES PRINCIPALES DE L’HISTOIRE D’OFFIANO

20L’enquête archéologique conduite sur le site d’Offiano aura ainsi permis d’obtenir des résultats significatifs sur les phases principales de l’histoire d’Offiano que la poursuite éventuelle de l’enquête permettrait naturellement de préciser et de modifier le cas échéant. Les sources écrites que nous examinerons le moment venu fournissent les éléments d’interprétation des principales phases chronologiques dont la fouille a montré l’existence et que l’on peut résumer ainsi :

21Phase 1 : La campagne n’a mis au jour aucun vestige en place ou résiduel d’une occupation du site pendant le haut Moyen Âge.

22Phase 2 : De manière identique, aucune trace archéologique du castellum documenté au xie et au début du xiie siècle n’a été observée sur le site.

23Phase 3 : Les premiers vestiges du castrum d’Offiano sont caractérisés par l’enceinte sommitale et par la tour qui la ferme au sud-est. Les niveaux contemporains de l’édification du mur d’enceinte et de la première occupation du secteur permettent de la dater de la deuxième moitié du xiie siècle tandis que l’érection de la tour, légèrement postérieure, doit être attribuée sans doute à la première moitié du siècle suivant. Aucun vestige d’un habitat villageois contemporain n’a été mis au jour à l’extérieur de l’enceinte.

24Phase 4 : Offiano fut détruit au moins en partie par un incendie dans la seconde moitié du xiiie siècle : la destruction provoqua l’effondrement des parties hautes du mur d’enceinte et de la tour.

25Phase 5 : Le site reste ensuite abandonné jusqu’au milieu du xive siècle, comme en témoigne l’absence des céramiques à « vetrina verde » et à « vetrina laziale ».

26Phase 6 : Des travaux importants marquent la reprise de l’occupation du castrum dans la seconde moitié du xive siècle : le mur d’enceinte est restauré, une nouvelle entrée est aménagée, un bâtiment que l’on peut sans doute attribuer à un logis seigneurial est construit dans la cour de la rocca tandis qu’une citerne est installée à la périphérie du village, entouré par une ligne discontinue de murets en pierres liées à la terre et en de rares endroits au mortier de chaux. L’absence de structures maçonnées émergentes et de matériel de démolition à l’intérieur du périmètre du castrum d’Offiano pourrait laisser à penser que le village était construit en bois pour une large part.

27Phase 7 : Le castrum est abandonné définitivement par ses habitants au xve siècle sans avoir été pour autant le fait d’une destruction violente.

Notes

1 Pour les éléments du dossier documentaire et leur interprétation à la lumière des résultats archéologiques, nous renvoyons le lecteur à la deuxième partie de cet ouvrage. Sur les premiers temps du castrum, on ne peut suivre P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 318 et 381 ni A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 186-187 et 197 qui identifient tous deux le castellum vetus de Ophiano, mentionné à la fin du xie siècle (notamment en LL II, n° 1264 de 1094 pour la mention la plus précise), à Castel (vecchio) di Tora en utilisant au demeurant un acte (RF IV, n° 696 de 1035) relatif à un troisième site, le castellum quod dicitur Castellione, situé pour sa part non loin de Montagliano et actuellement en cours de fouille. Sur les débuts difficiles de la fondation d’Offiano, qui resta toujours un site fragile, voir également dans la deuxième partie, le chapitre 7 au paragraphe I/C/3/e et le chapitre 8.

2 Cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Les techniques de construction en Sabine, p. 731-736.

3 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et N. Lécuyer, Enquête archéologique en Sabine. II : Le castrum d’Offiano.

4 ASV, Archivio Borghese, b. 797, n° 1 pour la sentence de 1544 ; pour la carte de 1665 dont on connaît plusieurs exemplaires, voir ibid., b.793, n°3, b.796 et b. 8612, n° 15 et n° 16.

5 ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470. Localisation précise en IGM, F° 145 de la Carte d’Italie, III N. O. Collalto Sabino, UG 352883, point coté 627.

6 Pour Montagliano, voir le chapitre précédent ; pour Castiglione, voir le chapitre 5 au paragraphe II/A ; pour Collalto, voir S. Coccia, H. Patterson et A. Vigil-Escalera Guirado, L’indagine archeologica, p. 37-38 et S. Coccia, Gli scavi archeologici nel castello di Collalto Sabino ; pour Caprignano, cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Du village perché au castrum, p. 435-445. Pour la Toscane, voir notamment R. Francovich et R. Hodges, Archeologia e storia del villaggio fortificato di Montarrenti, p. 26 et M. Valenti (dir.), Poggio Imperiale a Poggibonsi : dal villaggio di capanne al castello di pietra. I.

7 L’avancement des recherches sur la céramique de cette région conduit ainsi à repousser d’un demi-siècle environ les datations proposées dans la publication préliminaire en 1993, cf. E. De Minicis, E. Hubert et N. Lécuyer, Enquête archéologique en Sabine. II : Le castrum d’Offiano, p. 181, 207, 219-221. Voir la contribution de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

Table des illustrations

Légende Fig. 9 – Le castrum d’Offiano : plan général et localisation des sondages fouillés.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Légende Fig. 10 – Le castrum d’Offiano : profils topographiques.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 11 – Le castrum d’Offiano dans le cadastre actuel.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. XVII
Légende a) Le site d’Offiano vers 1665 (ASV, Archivio Borghese, b. 796).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Légende b) Offiano dans le plan d’Alessandro Ricci, 1814 (ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470 ; EFR SA 560)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Pl. XVIII
Légende a) Le site d’Offiano vu de l’ouest (EFR SA 575).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende b) Le site d’Offiano vu de l’ouest ; au fond et à gauche, Collalto Sabino (EFR SA 961).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 938k
Titre Pl. XIX
Légende a) Offiano : vestiges du noyau fortifié intérieur (EFR SA 471).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende b) Offiano : l’enceinte du noyau fortifié sommital, 2e moitié du xiie siècle (EFR SA 409).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Titre Pl. XX
Légende a) Offiano : enceinte sommitale, détail du parement extérieur (EFR SA 408).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende b) Offiano : l’enceinte sommitale, détail du parement intérieur, sondage V (EFR SA 447).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende c) Offiano : la cour et l’enceinte sommitale, sondage V (EFR SA 479).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pl. XXI
Légende a) Offiano : la cour et l’enceinte sommitale, niveau d’incendie de la 2e moitié du xiiie siècle, sondage V (EFR SA 453).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende b) Offiano : le noyau fortifié sommital, sondage III. On remarquera l’absence de trous de poteau creusés dans la roche (EFR SA 369).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Pl. XXII
Légende a) Offiano : vestiges de la tour, début du xiiie siècle (EFR SA 968).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende b) Offiano : vestiges de la tour (EFR SA 963).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Légende c) Offiano : bases de la tour, sondage II (EFR SA 364).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Pl. XXIII
Légende a) Offiano : pièce du logis du xive siècle, sondage IV (EFR SA 344).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende b) Offiano : une entrée du logis du xive siècle, sondage I (EFR SA 317).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Pl. XXIV
Légende a) Offiano : la citerne et la seconde enceinte, xive siècle, sondage VIII (EFR SA 446).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Offiano : la citerne, xive siècle, sondage VIII (EFR SA 442).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/253/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 983k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540