Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

L’opus signinum selon Vitruve et dans la terminologie archéologique contemporaine

Vitruvio nella cultura architettonica antica, medievale e moderna. Atti del convegno internazionale di Genova, 5-8 novembre 2001, a cura di G. Ciotta, Gênes, 2003, p. 142-152 (Athenaeum).

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 Les livres II et VII du De architectura sont respectivement consacrés aux matériaux et aux finition (...)

1Dans la série des livres du De architectura consacrés à l’aedificatio, c’est-à-dire à la construction des édifices, le livre II partage avec le livre VII le privilège périlleux d’être utilisé comme une mine d’informations techniques1. Considérant que dans cette partie de son traité Vitruve fait état d’une réelle expérience de bâtisseur et cesse de vouloir normaliser d’une façon plus ou moins arbitraire l’héritage des siècles hellénistiques, la plupart des lecteurs modernes, archéologues ou historiens, croient pouvoir tirer de ces textes, et de certains passages du livre VIII, des formules qui sont à leurs yeux autant de recettes dont ils vérifient la pertinence en les appliquant aux structures de la fin de la République ou du début de l’Empire, voire de périodes beaucoup plus récentes.

  • 2 Ph. Fleury, Vitruve. De l’architecture, livre I, Paris 1990, pp. 4 et 65-66. Pour Columelle, voir D (...)
  • 3 2, 2, avec notre commentaire, dans l’édition de 1999 (citée supra, n. 1), pp. 78-81.
  • 4 Sur les problèmes posés par la terminologie technique de Vitruve, indépendamment du très utile volu (...)

2La démarche est légitime dans son principe, car ces livres sont effectivement plus proches de la fabrica, au sens pragmatique du terme, que de la rariocinatio, selon la définition de 1, 1, 1-2 ou, pour utiliser le binôme équivalent de Columelle, de l’experimentum que de la ratio2. C’est bien d’ailleurs la raison pour laquelle Vitruve, conscient de la rupture introduite dans son effort de théorisation par les préceptes très concrets du livre consacré aux matériaux, s’efforce d’y réinjecter, par le biais de la théorie des quatre éléments constitutifs de l’univers, une dose d’abstraction « philosophique »3. Mais cette démarche est souvent grevée par une absence de réflexion préliminaire sur les singularités et la finalité de l’exposé vitruvien. Nous nous contentons en général d’isoler de leur contexte les phrases ou les mots dont nous avons besoin pour les intégrer à un glossaire dont la logique ne répond pas toujours à celle mise en œuvre par l’auteur latin. Plusieurs difficultés, inhérentes à l’interprétation de l’ensemble du De architectura, sont ici amplifiées par ces lectures fractionnées, et s’avèrent à l’usage d’autant plus redoutables qu’elles sont dissimulées par l’aspect concret du propos et l’apparente précision de la terminologie4.

  • 5 5, praef., 1 : « Non enim de architectura sic scribitur uti historia aut poemata ».

3Vitruve le rappelle dans la préface de son cinquième livre : « On n’écrit pas sur l’architecture comme on rédige un ouvrage d’histoire ou de poésie »5. Cette observation impose des devoirs à l’auteur, qui sont du reste énoncés ensuite, mais aussi des contraintes spécifiques au lecteur, qui ne saurait aborder ces traités techniques comme il le ferait de toute autre œuvre littéraire. Il y faut à la fois plus de rigueur et plus de ténacité car la cohérence ne relève pas ici de la clarté de la composition, elle ne découle pas d’un discours continu et limpide, mais elle se construit progressivement de l’intérieur, à partir de pierres d’attente laissées dans le corps de développements qui, pour être complémentaires, n’en sont pas moins, parfois, fort éloignées les unes des autres.

  • 6 Les textes les plus significatifs sont 1, praef., 1 ; 5, praef., 3 ; praef, 4. Voir sur la question (...)
  • 7 4, 2,1.

4Ces difficultés de compréhension, qui forment autant d’écrans dont l’opacité nous échappe la plupart du temps, peuvent se ramener à trois. La première tient au fait, évident, que nous n’avons pas avec les réalités évoquées dans ces livres la même familiarité que les lecteurs auxquels s’adressait Vitruve. Cette familiarité, réelle ou supposée, autorise souvent le théoricien à renvoyer à des pratiques, à des techniques ou à des structures dont nous n’avons plus, c’est le moins qu’on puisse dire, une idée claire. Même s’il n’a pas écrit pour des confrères, praticiens chevronnés, et s’il prétend, comme il le dit plusieurs fois, offrir aux maîtres d’ouvrage officiels ou aux propriétaires privés les moyens de juger de la qualité des constructions dont ils ont la responsabilité ou qu’ils paient, il n’explique donc pas toujours les mots qu’il emploie6 : dans sa description de la charpente de comble, par exemple, au livre IV, il n’apporte aucun éclaircissement sur les notions de « transtra » (entraits) « capreati » (arbalétriers) ou « columen » (faîtage) dont le sens lui paraît obvie7.

  • 8 Vitruve s’en explique clairement en 5, paef., 5 ; cf. A. Kessissoglu, Die fünfte Vorrede, cit.
  • 9 Voir 5, 1, 5 (basiliques) ; 5, 3, 3 (théâtres) ; 5, 9, 3-4 (portiques derrière les théâtres) ; 6, 3 (...)
  • 10 2, 4, 1 : « In caementiciis autem structuris ».
  • 11 2, 7, 1, et notre commentaire, p. 100 de l’édition de 1999.
  • 12 2, 8,1.

5La deuxième difficulté réside dans la fragmentation de l’exposé, due au souci pédagogique de ne traiter dans chaque volumen qu’un aspect rigoureusement circonscrit de la science architecturale8 : le livre II étant consacré aux matériaux (« materiae », ou « materiarum copiae »), Vitruve ne voit pas toujours la nécessité de s’attarder sur les méthodes de taille ou de mise en œuvre de chacun d’entre eux, attaché qu’il est à décrire les propriétés de chaque catégorie, qu’elle soit naturelle (pierres, sables), ou obtenue par transformation (chaux, briques). Et inversement, dans les livres suivants, il lui arrive de considérer comme acquises des données sur lesquelles il ne juge pas utile de revenir, alors que celles-ci n’ont été qu’effleurées dans les volumina précédents ; le cas le plus remarquable, mais il n’est pas unique, est celui des proportions de colonnes et des modénatures d’entablement pour les édifices profanes publics ou privés, décrits aux livres V et VI, qui font l’objet d’un renvoi aux descriptions des livres III et IV, lesquels ne sont cependant censés traiter que des édifices religieux9. Aussi lorsqu’il aborde le thème, fondamental à nos yeux d’archéologues, de la « structura caementicia », c’est-à-dire de ce que nous appelons communément l’« opus caementicium », la maçonnerie « concrète » ou « moulée » qui est la technique spécifique de l’architecture romaine et à laquelle on doit l’extraordinaire libération des formes qui s’affirme dès le 1er siècle de notre ère, il n’en donne aucune définition préliminaire10. C’est parce que le lecteur connaît par avance de quoi est faite cette « structura » qu’il comprend que les chapitres 4 à 7 vont en examiner successivement les composantes, lesquelles n’ont pas été préalablement énumérées, à savoir le sable, la chaux et les moellons, non sans un détour par la pouzzolane. Du reste quand il aborde au chapitre 7 la question des « saxa et caementa », c’est-à-dire des pierres de taille et des moellons, Vitruve est bien conscient du fait que le dit lecteur, même averti, a toute chance d’avoir perdu le fil ; aussi s’empresse-t-il de réaffirmer la logique de son exposé avec un « uti ordo postulat », caractéristique des passages où précisément cette logique peut être prise en défaut11. Puis quand il aborde les parements de l’« opus caementicium », c’est-à-dire l’« incertum » et le réticulé, il emploie de nouveau le même terme générique de « structura », au risque de créer une confusion entre le noyau de la maçonnerie et son épiderme12.

  • 13 Sur ce problème, voir maintenant R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture (...)

6Nous touchons là du doigt la troisième difficulté, qui est l’ambiguïté, ou du moins la polyvalence du vocabulaire employé par le théoricien latin dès lors qu’il s’agit de désigner des mélanges plastiques durcissant avec le temps. Les discussions qui en résultent, et qui concernent la nature même des maçonneries en question n’ont pas encore abouti à des solutions satisfaisantes, puisque, dans le cas examiné ici, l’usage s’est imposé dans la littérature archéologique de donner le nom d’« opus » aussi bien à la structure considérée dans son ensemble (« opus caementicium ») qu’à ses faces parementées (« opus incertum ou opus reticulatum »)13.

7Cette situation est bien connue, et a souvent été dénoncée, mais ses conséquences sur l’interprétation de certaines notices de Vitruve, et aussi de Pline l’Ancien qui sont largement tributaires des premières, n’en ont pas été pour autant tirées.

  • 14 Tous les travaux ‘classiques’ sur la technique de construction romaine s’accordent sur cette défini (...)
  • 15 R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique, cit., p. 51.

8Les questions que pose aujourd’hui, aux yeux d’un certain nombre d’archéologues, la notion d’« opus signinum », ou du moins l’emploi qui en est fait dans beaucoup de publications, peuvent trouver, croyons-nous, un début de solution si l’on prend la peine de relire les textes en les remettant en situation et en essayant de retrouver l’optique qui était celle du théoricien et de l’encyclopédiste, au lieu de raisonner sur le traditionnel florilège de citations brèves et tronquées, quitte à en dénoncer les contradictions. Rappelons d’abord les termes du débat. Comme toujours, celui-ci s’est ouvert à la suite du réexamen critique des bases sur lesquelles s’était établie une sorte de consensus : jusqu’à une date récente en effet, on admettait le plus souvent que l’« opus signinum » était l’équivalent du « cocciopesto », c’est-à-dire qu’il consistait en un mélange de chaux, de sable et de fragments de terre cuite piles, utilisé de préférence pour l’imperméabilisation des surfaces exposées à l’eau14. La définition, assortie de variantes formelles peu signifiantes, se retrouve dans presque tous les ouvrages classiques, et beaucoup d’auteurs ne précisent pas du reste s’ils entendent par « opus signinum » un mortier servant d’enduit ou une maçonnerie complète, en d’autres termes un « cocciopesto » ou un « calcestruzzo » enrichi de morceaux de briques ou de tuile. Seul le dictionnaire de R. Ginouvès et R. Martin réserve explicitement ce nom aux mortiers faits d’un mélange de chaux, d’eau, de sable et de poudre de tuileaux qu’il prend soin de distinguer du « béton de tuileaux » où les débris de terre cuite ont une dimension plus importante15.

  • 16 A. Choisy, Vitruve, II, 1, Paris 197P, pp. 23-30.
  • 17 L. Jacono, dans « Notizie degli scavi di antichità », 1924, p. 339.
  • 18 G. Giovannoni, La tecnica della costruzione presso i Romani, Roma s.d., p. 22.
  • 19 C. F. Giuliani, L’edilizia nell’antichità, Roma 1990, pp. 172-174 ; Id., Segni, Napoli 1992,1, pp. (...)

9Mais à vrai dire cette question de la nature du mélange n’est que secondaire par rapport à celle, fondamentale, de sa composition. Dès 1909, A. Choisy avait proposé une définition plus restrictive en ce qu’elle excluait de l’« opus signinum » toute adjonction de tuileaux, considérant qu’il s’agissait d’un « béton » dont la seule particularité était d’avoir été « aggloméré par battage »16. En 1924, L. Jacono tenait lui aussi pour un béton dont les moellons ne devaient pas excéder le poids d’une livre, mais qui n’admettait aucun élément de brique pilée17. Vers la même date G. Giovannoni, dans un manuel aujourd’hui bien oublié, assimilait le « signinum » à une « structura » particulière dont il excluait lui aussi toute adjonction de terre cuite18. Tout récemment, Cairoli F. Giuliani, dans deux études qui ont fait date, reprenant l’ensemble du dossier textuel de Vitruve à Palladius conclut que l’« opus signinum » est un type de conglomérat utilisé dans la construction des citernes, piscines ou lacus, qui se distingue du béton ordinaire par sa cohérence et sa solidité exceptionnelle, mais où n’entrent pas de testai19.

  • 20 L. Callebat. Vitruve. De l’architecture, livre VIII, Paris 1973, pp. 31-32.
  • 21 E. Romano, dans Gros 1997, II, p. 1147.
  • 22 P. Lephas, Vitruvi de Architecture II, livres VI-X, Athènes 1998, p. 191.
  • 23 I.D. Rowland, T. Noble Howe, Vitruvius. Ten Books on Architecture, Cambridge 1999, p. 106.
  • 24 Commentaire à 2, 4, 3 (dans Gros 1997, I, p. 183).
  • 25 F. Rakob, Karthago I. Deutsche Ausgrabungen in Karthago, Mainz 1991, pp. 220-225.
  • 26 J. Higginbotham, Piscinae. Artificial Fishponds in Roman City, University of North Caroline Press 1 (...)
  • 27 E. Salza Prina Ricotti, Villa Adriana. Il sogno di un imperatore, Roma 2001, pp. 234-235 et 397.

10Cette conclusion se fonde sur le texte le plus détaillé de tous ceux qui évoquent les « opera signina », celui de Vitruve, 8, 6, 14. Lu sans idée préconçue, du moins dans la leçon qui est aujourd’hui unanimement retenue, il semble en effet devoir imposer une telle conception. En voici la traduction, telle que L. Callebat l’a proposée dans son édition de 1973 : « Si cependant le terrain est dur ou si les veines sont trop profondes, il faudra alors que les provisions d’eau venues des toits ou d’autres endroits élevés soient recueillies dans des ouvrages maçonnés à la manière de Signia (« tune signinis operibus ex tectis aut superioribus locis excipiendae sunt copiae » J. Or voici comment on doit procéder pour ces maçonneries de Signia : il faut, tout d’abord, avoir du sable très pur et très rude, puis fragmenter dans la pierre des éclats qui ne pèsent pas plus d’une livre, et faire le mortier en ajoutant la chaux la plus fusante possible dans la proportion de cinq parts de sable pour deux de chaux. Avec des pilons de bois armés de fer, on damera ce mortier dans la tranchée jusqu’au niveau de hauteur prévu »20. Dans l’édition italienne de 1997, dont j’ai eu la responsabilité, E. Romano retient le même texte et traduit d’une façon analogue21. Il en va de même pour l’édition en grec moderne de Pavlos Léphas (1998)22 et en anglais (traduction seule) de I. D. Rowland (1999)23. Je ne m’attarde pas ici sur les commentaires qui ont été faits de ce passage dans ces mêmes éditions : on y retrouve le même clivage entre les partisans du mortier de tuileau, telle E. Romano, et ceux qui, comme A. Corso implicitement24, ou I. D. Rowland explicitement, soulignent que le béton hydraulique appelé par Vitruve « opus signinum » n’a pas de rapport avec le mortier enrichi de fragments piles de terre cuite, que les archéologues modernes désignent par les mêmes mots. Il faut convenir que la notice vitruvienne, dans l’état où nous la trouvons aujourd’hui, semble donner raison à ces derniers, même si d’excellents spécialistes de l’architecture romaine continuent, en se référant à ces textes, d’assimiler l’« opus signinum » au « cocciopesto » ; c’est le cas par exemple de F. Rakob dans sa publication des fouilles de Carthage25, de J. Higginbotham dans son étude sur les viviers (« piscinae »)26 ou tout récemment encore de E. Salza Prina Ricotti dans sa synthèse sur la Villa Adriana27.

11Si l’on s’en tient cependant à la lettre de De architectura 8, 6, 14, la cause semble entendue, et dès lors tous ceux, au nombre desquels je me range, qui ont employé l’expression « opus signinum » pour désigner un de ces mortiers roses à base de tuileaux qui se rencontrent si souvent dans les structures exposées à l’humidité ou recouvertes par l’eau, devraient faire amende honorable et admettre désormais la position vigoureusement défendue, entre autres par Cairoli F. Giuliani. Ou du moins il conviendrait désormais d’être conscient du fait que les mots latins appliqués à ce genre de maçonnerie relèvent d’une habitude archéologique moderne mais ne trouvent aucune caution dans la seule notice antique qui décrit la mise en œuvre du « signinum ».

  • 28 Sur les auctores des livrés 35 et 36, au nombre desquels Pline cite Vitruve, cf. Pline l’Ancien. Hi (...)
  • 29 Plinius, Naturalis Historia, 36, 172.
  • 30 C. F. Giuliani, Segni, cit., I, p. 93.
  • 31 C. Saliou, Locus communis et mur mitoyen. Réflexion sur un passage de Vitruve (II, 8, 17), dans « R (...)

12Les choses pourtant ne sont pas si simples. Si nous observons l’usage ou plus exactement la lecture que Pline l’Ancien a faits de ces textes vitruviens, l’idée s’impose rapidement qu’il convient de reprendre l’examen de l’ensemble du problème ; chacun sait en effet que Pline, qui compte Vitruve parmi les auteurs de référence des livres 35 et 36 de son Histoire Naturelle28, suit servilement ce dernier pour tout ce qui concerne les techniques de construction : le fait est patent quand il reprend à son compte la critique du théoricien relative à l’« opus signinum », prétendument sujet aux lézardes, alors qu’il a désormais sous les yeux une infinité de constructions revêtues de ce parement, dont la stabilité n’est nullement en cause ; il est clair qu’en ce cas, comme en beaucoup d’autres, Pline recopie purement et simplement Vitruve 2, 8, 1, sans prendre le moindre recul par rapport à sa source29. Or la notice sur les bétons ou mortiers hydrauliques est dans son Encyclopédie divisée en deux parties, qui ne se recoupent pas exactement. L’une, en 36, 173, décrit en des termes très voisins de ceux que nous venons de lire la construction des citernes maçonnées, mais sans nommer l’« opus signinum » ; l’autre, en 35, 165, présente en revanche comme caractéristique du « signinum », lequel est recensé parmi les preuves de l’ingéniosité humaine, la présence dans sa texture de « testae fractae », c’est-à-dire de briques pilées : « Quid non excogitat vita fractis etiam testis utendo, sic ut firmius durent, tunsis cake addita, quae vocant Signina ! ». Il serait non seulement imprudent mais illégitime de considérer comme non recevable cette définition de Pline, qui a le mérite de la clarté, et où la terre cuite dans l’agrégat en question n’est pas un ingrédient secondaire ou facultatif, mais l’élément constitutif. Cet auteur faisait donc une lecture différente de Vitruve, différente mais évidemment plus proche de l’esprit dans lequel travaillait le théoricien, et invoquer, pour l’éliminer du dossier, on ne sait quelle confusion ou « erreur banale », comme le suggère Cairoli F. Giuliani, relève de la solution de désespoir ou de la pétition de principe30. L’encyclopédiste avait par définition une intelligence plus directe du texte de Vitruve que celle de n’importe lequel de nos contemporains, comme vient encore de le démontrer C. Saliou31.

  • 32 Pour Cetius Faventinus, voir maintenant l’édition de M.-Th. Cam, Abrégé d’architecture privée, Pari (...)

13Le mot important est bien sûr ici « testa », en ce qu’il permet de comprendre, de Vitruve à Cetius Faventinus, que son emploi ou celui de l’adjectif dérivé « testaceus », associés aux notions de « pavimentum » ou même d’« opus » désignent des formes de « cocciopesto », c’est-à-dire des mortiers de tuileau utilisés comme revêtements d’étanchéité sur des constructions, des dallages ou des parois32. Dans ces conditions l’équivalence avec l’« opus signinum » apparaît non seulement autorisée mais tout simplement inévitable.

14Toutefois, et nous retrouvons l’aporie initiale, reste à expliquer l’apparent silence de Vitruve relatif à l’emploi de tuileaux quand il analyse prolixement la mise en œuvre de ce qu’il appelle les « opéra signina » en 8, 6, 14. La seule caractéristique de ce bétonnage est, nous l’avons vu, sa compacité obtenue au terme d’un damage intensif. Pour sortir de l’impasse il importe de replacer dans leur contexte les autres passages où Vitruve parle de cette structure en essayant de comprendre de l’intérieur le mode d’exposition du théoricien et en jetant aussi un regard sur les modalités de l’établissement du texte, deux procédures d’approche indispensables, qui ne sont guère familières à l’archéologue.

  • 33 Vitruve, 2, 4, 3 : « Fluviatica vero propter macritatem uti signinum liaculorum subactionibus in te (...)
  • 34 Exemples : 3, 3, 5 : « uti est ad circum maximum Cereris et Herculis » ; 4, 8, 4 : « uri est Castor (...)
  • 35 Columella, De agricoltura, 1, 6, 12.
  • 36 Plinius, Naturalis Historia, 17, 46.

15La première occurrence, en 2, 4, 3, est laconique, mais de ce fait même instructive : décrivant un enduit (« tectorium ») à base de sable de rivière, l’auteur ajoute que la nature « maigre » de ce matériau garantit sa solidité après polissage, comme c’est le cas avec le « signinum »33. Il écrit exactement uti signinum, selon un mode de présentation fréquemment utilisé ailleurs, qui consiste à donner à comprendre, au moyen d’un exemple, de quoi il parle en renvoyant à une réalité technique ou structurelle supposée bien connue. Le procédé, récurrent dans les livres III et IV, sert à illustrer un type de temple dont vient d’être fournie la description théorique : Vitruve se contente d’évoquer en l’introduisant par un uti est un édifice de Rome que ses lecteurs voient tous les jours34. Les locutions du même genre, dans le traité d’agriculture de Columelle (« velut signinum »)35 ou dans l’Histoire naturelle de Pline (« signini modo »)36 confirment que le mot n’avait alors nul besoin d’être explicité pour que la chose fût comprise par les non-spécialistes ; il n’était apparemment même pas nécessaire d’en faire l’adjectif d’un opus, la forme simplifiée suffisant à désigner la technique en question.

  • 37 6, 3, 10. Pour les « oeci Corinthii », voir aussi 6, 3, 8.
  • 38 6, 3, 8.
  • 39 6, 7, 3.
  • 40 5, 10, 5.
  • 41 5, 1,4.
  • 42 7, 1,4.
  • 43 Voir à ce sujet notre étude, Chalcidicum : le mot et la chose, à paraître dans « Ocnus », 2002.

16De fait, la mention, sans autre précision, d’une technique ou d’un mélange plastique dont le nom est calqué sur un toponyme – la petite ville de Segni, « Signia », dans le territoire des Herniques, au cœur du Latium – relève de l’usage, assez fréquent dans le De architectura, d’épithètes géographiques devenues typologiques, selon la formule de Ph. Bruneau et qui, en fonction des contextes, peuvent ou non apparaître comme de véritables substantifs. Les exemples ne manque pas, puisque l’« oecus Cyzicenus »37, l’« oecus Aegyptius »38, le « peristylum Rhodiacum »39, le « laconicum »40, ou le « chalcidicum »41 sont des expressions familières sinon faciles à comprendre des livres V et VI. On tiendra compte toutefois du fait que le « signinum » est, avec les « testacea spicata Tiburtina »42, le seul adjectif d’excellence qui soit formé sur le nom d’une cité d’Italie, et qui plus est proche de Rome ; toutes les autres formations analogues se réfèrent au monde grec ou micrasiatique, et requièrent donc pour les lecteurs occidentaux davantage d’explications. En général, d’ailleurs, ces derniers termes sont effectivement expliqués, au moyen de brèves périphrases ; mais il arrive que leur définition soit différée ou noyée dans un développement qui suit leur apparition sans que le lien avec le mot lui-même soit clairement exprimé. Le cas le plus significatif est celui de « chalcidicum » en 5, 1, 4, sur lequel beaucoup d’erreurs ont été accumulées avant qu’on ne s’avise que ce terme désignait le portique de façade de la basilique de forum « normale », dont il est question au paragraphe suivant43.

  • 44 2, 5, 1 : « Etiam in fluviatica aut marina si qui testam tunsam et succretam ex tertia parte adiece (...)

17C’est aussi dans le paragraphe suivant, en 2, 5, 1, que Vitruve consent à donner le sens de « signinum », mais cette fois sans le désigner comme tel. Si l’on suit en effet la progression de ce développement consacré à la chaux, on constate qu’il s’achève, comme le précédent, sur une évaluation comparée des qualités des sables fossiles et des sables de rivière, seuls ces derniers convenant aux enduits (de sols ou muraux). La dernière phrase des deux paragraphes s’ouvre avec le mot « fluviatica » (scil. « harena ») et s’achève sur la mention d’un mélange particulièrement satisfaisant : dans le premier, ce mélange est seulement nommé (« signinum ») ; dans le second, il est décrit44. Il s’agit d’un mortier comportant, outre les ingrédients traditionnels, à savoir le sable et la chaux, une troisième composante faite de tuileaux broyés et tamisés (« testant tunsam et succretam »). Vitruve assure que l’agrégat ainsi constitué est d’un meilleur usage (« ad usum meliorem »), reprenant ainsi sous une autre forme la notion de fermeté compacte (« soliditatem ») du paragraphe précédent.

  • 45 Les occurrences principales se trouvent en 5, 10, 3 ; 7, 4, 1 ; 7, 4, 3 ; 7, 4, 5.
  • 46 V. Furlan, P. Bisseger, Les mortiers anciens, histoire et essai d’analyse scientifique, dans « Revu (...)

18Qu’entend-il par là plus précisément ? Il n’est pas difficile de le savoir, puisque le théoricien recommande de mêler des fragments de briques ou de tuiles plus ou moins réduits en poussière, uniquement dans les pavements ou les enduits muraux où les problèmes d’étanchéité sont primordiaux45. Et l’on sait que la terre cuite a effectivement la propriété de rendre les agrégats hydrauliques, c’est-à-dire capables de durcir sous l’eau ou de former des couches compactes imperméables ; les travaux de V. Furlan et de E Bisseger ont établi du reste, scientifiquement, que la présence d’argile cuite dans le calcaire était le facteur décisif, en l’absence de ciment (moderne) ou de pouzzolane (antique), qui assurait l’hydraulicité d’une maçonnerie ou d’un revêtement46.

  • 47 7, 1, 3 : « Insuper ex testa nucleus inducatur mixtionem habens ad très partes unam calcis ne minor (...)
  • 48 5, 11,4 : « Faciunda autem xysta sic videntur, ut sint inter duas porticus silvae aut platanones, e (...)
  • 49 J. Delorme, Gymnasion. Etude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce, Paris 1960, p. 497

19En ex sens nous pouvons considérer que l’autre définition, claire bien que non explicite, du « signinum », se trouve en 7, 1, 3 et en 7, 1, 5, où les parements, qu’ils soient posés sous abri ou en plein air, doivent comporter une « forme au tuileau » (« ex testa nucleus ») et éventuellement, dans le cas des terrasses, un béton sous-jacent (« rudus ») lui aussi pourvu de briques pilées, les proportions entre les composantes variant avec la nature des matériaux et les contraintes imposées par une plus au moins grande exposition aux intempéries47. Le fait qu’il s’agisse dans les deux cas de « signinum » au sens propre est confirmé par la notice de 5,11,4 sur les ambulacres ou promenoirs (« ambulationes ») à l’air libre, appelés « xysta », dans les palestres, dont il est dit qu’ils doivent comporter des aires de repos (« stationes ») « ex opère signino »48 : il est clair qu’il n’est pas question ici d’un béton damé équivalent de celui que Vitruve recommande pour les citernes, comme on l’a dit encore récemment, mais d’un revêtement de sol comparable en tous points au « nucleus » décrit au livre VII, et éventuellement d’un enduit mural qui pouvait recouvrir aussi les sièges fixes de ces espaces d’accueil ; dans les deux cas il s’agissait d’un mortier enrichi de « testae tunsae ». Sans aller jusqu’à parler de « bancs de briques », comme le faisait J. Delorme49, on peut comprendre sans peine que les mélanges imperméabilisés étaient là de rigueur, et devaient précisément le nom que leur donne Vitruve à la présence de tuileaux. Comme dans les textes déjà cités du livre II, nous retrouvons le même jeu, dans ces notices des livres V et VII, entre les réalités techniques nommées mais non décrites et celles qui sont décrites mais non nommées.

  • 50 M. Donderer, Die antiken Pavimenttypen und ihre Benennungen, dans « Jahrbuch des deutschen archäolo (...)

20C’est évidemment en contaminant ces différentes notices que Pline a rédigé la formule citée plus haut, où il affirme que l’« opus signinum », employé en revêtement mural ou en pavement, se caractérise par la présence de menus fragments de terre cuite. A propos des pavements, il n’est pas difficile de montrer, quand on examine l’organisation des paragraphes de son livre 36 qui traitent de ces questions comme l’a fait M. Donderer, qu’il pense prioritairement aux « subdialia », c’est-à-dire aux sols exposés à l’air libre50.

  • 51 Fra Giocondo 1511, c. 82v.

21La démarche de Pline était à vrai dire facilitée par le fait qu’il disposait, pour la description des « opéra signina » du livre VIII de Vitruve (8, 6, 14), dont nous avons rappelé ci-dessus la traduction, d’un texte plus clair que celui que nous lisons aujourd’hui. Il est curieux que, même dans les éditions critiques les plus récentes, l’attention des exégètes n’ait pas été attirée par la leçon unanime des manuscrits – dont font état tous les apparats – où l’on déchiffre les mots suivants, qui ouvrent le développement et fournissent d’emblée la définition de l’« opus signinum : tune, signinis operibus [ex testis] a superioribus locis excipiendae sunt copiae ». C’est Fra Giocondo qui, dans son édition fondatrice de 1511, à laquelle nous sommes redevables de tant de corrections palmaires, a cru devoir transformer « testis » en « tectis », et ajouter un « aut » pour obtenir le texte suivant, de son point de vue plus satisfaisant : « tune signinis operibus ex tectis aut a superioribus locis, etc. »51. Les éditeurs modernes, de Granger à Léphas, ont tous adopté cette lecture, à peine modifiée par rapport à celle du savant moine de Vérone : « tune signinis operibus ex tectis aut superioribus locis, etc ». En d’autres termes la mention des tuileaux (« testae ») qui figurait dans la formule originelle et complétait utilement comme une précision technique le mot « signinum » a disparu pour laisser place à la description redondante des « toits et autres endroits élevés » d’où l’eau est censée ruisseler vers les citernes. Sans parler de la violence codicologique de l’opération, soulignons que la déperdition de sens est notable. Certes le passage de « testis » à « tectis » peut trouver une caution dans certaines locutions similaires, comme celle de 7, 5, 5 (« quae omnia stillicidiorum e tectis habent rationem ») ; mais la leçon des manuscrits trouvait le meilleur des parallèles formels et sémantiques dans l’expression déjà mentionnée de 7, 1,3 (« insuper ex testa nucleus inducatur ») où « ex » régit de la même façon un ablatif de matière. On nous objectera que ni le « nucleus », ni les « opéra signina » ne sont faits exclusivement de terre cuite, mais les fragments de celle-ci constituent, comme le dit si bien Pline, la singularité, et garantissent la qualité propre de leur composition.

  • 52 C. Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris 1684, p. 269, n. 14.

22A vrai dire il n’est pas difficile de comprendre pourquoi la correction de Giocondo a rencontré un tel succès : comme il n’est plus question de « testae » dans la suite du passage, où Vitruve détaille pourtant avec soin les éléments de l’agrégat, il a paru invraisemblable que les tuileaux fussent évoqués dans la formule d’introduction. Cl. Perrault, dans son édition de 1684, préférait ce qu’il appelle la « lecture de Philandrier » (« ex tectis ») à ce qu’il croyait être la « correction » de certains éditeurs mal inspirés (« ex testis »), inversant de la sorte la chronologie relative52 ; cette erreur était due sans doute au fait que l’auteur français, peu philologue, travaillait de seconde main, mais aussi au désir après tout légitime de sauvegarder ce qu’il pensait être la logique de l’exposé vitruvien.

  • 53 « Intestinum opus » (4, 4, 1) : clôture de menuiserie entre les colonnes du pronaos d’un temple ; « (...)

23Or cette logique existe, même et surtout si nous préservons le texte des manuscrits. Pour la comprendre, arrêtons-nous un instant à la notion d’« opus », que nous avons trop tendance à interpréter dans le sens que le mot revêt dans la littérature archéologique et architecturale contemporaine. Vitruve n’envisage pas ici un « appareil », ou une structure maçonnée, pour la simple raison que le terme opus désigne en général dans le De architectura, lorsqu’il est accompagné d’un adjectif, un revêtement de terre cuite, de stuc, de menuiserie, ou un système de cloisons de bois, bref un aménagement de superficie, technique ou décoratif, qui de toute façon ne fait que recouvrir ou compléter une construction lourde, un blocage ou un grand appareil : les exemples sont nombreux de cet emploi, du livre IV au livre VII53.

  • 54 En ce sens, H.O. Lamprecht a raison de contaminer (sans le dire) 7, 1, 3 et 8, 6, 14 dans Die Wasse (...)
  • 55 Cetius Faventinus, 4, 3.
  • 56 C. F. Giuliani, Segni, I, cit., p. 90.

24L’auteur du traité ne fait donc rien d’autre, en 8, 6, 14, que décrire la maçonnerie, effectivement massive et compacte, qui doit servir de support à l’« opus signinum », c’est-à-dire au mortier d’étanchéité, à base de tuileaux, qui l’enduira. Il suffit pour s’en convaincre de comparer ce texte avec celui de 7,1, 3, qui présente les phases successives de la pose d’un pavement : on y retrouve exactement les mêmes prescriptions s’agissant de la taille ou du poids des moellons, ou concernant les proportions de sable et de chaux ainsi que le damage au moyen de pilons de bois. La seule différence tient ici à ce que i’« opus signinum » est évoqué à la fin du passage, avec la mention du « ex testa nucleus » qui recouvre le tout sur une épaisseur d’au moins six doigts (environ 11 cm), alors qu’en 8, 6, 14, il apparaît, dans les conditions que nous avons restituées, dès la première ligne54. Cetius Faventinus ne s’y est pas trompé qui, dans son abrégé, est parfois conduit à développer certaines présentations, jugées trop elliptiques, du De architectural en 4, 2, il décrit lui aussi les « opera signina » en proposant pour la composition du béton des proportions identiques à celles que préconise Vitruve, mais conscient du fait qu’il faut, pour des lecteurs qui ont quelque peu perdu le contact avec des techniques vieilles pour eux de plusieurs siècles, aller jusqu’au bout de la démonstration, il ajoute un paragraphe où il parle des mortiers qui doivent revêtir ce béton (« impensae ») en précisant à la fin qu’il s’agit effectivement de « cocciopesto » : « Similiter et in testaceis operibus facies » – où l’on note le maintien du sens d’« opus », tel que nous l’avons défini plus haut à partir des occurrences vitruviennes55. Loin de constituer la preuve que l’« opus testaceum » est différent de l’« opus signinum », comme le veut Cairoli F. Giuliani56, cette formule conclusive témoigne du fait que Faventinus referme sur lui-même un développement unitaire dont il n’a pas oublié le titre (« In signinis operibus »).

25Un indice conforte cette interprétation, c’est le mode de présentation, auquel les traducteurs ont rarement pris garde. Contrairement à ce que donnent à penser les éditions les plus récentes en français, en italien ou en anglais, Vitruve ne dit pas en 8, 6, 14 « Voici comment on doit procéder pour les maçonneries de Signia », ni « Nelle realizzazioni in muratura di Signia si procede nel modo seguente », ni « This is how to malte opus signinum ». S’il avait voulu s’exprimer ainsi, il aurait écrit, comme il le fait dans beaucoup d’autres passages prescriptifs qui énoncent directement une procédure : « Opera signina ita [ou sic] sunt facienda, uti ». Or il écrit : « In signinis autem operibus haec sunt facienda », ce qui signifie : « Dans le cas d’un mortier de signinum, voici ce qu’il faut faire ». Autrement dit, il indique quel type de maçonnerie est le mieux adapté pour recevoir ensuite un revêtement d’étanchéité (« opus ») à base de tuileaux (« signinum »). De celui-ci, il n’est plus question après, puisqu’il a été suffisamment défini d’entrée de jeu et que, nous l’avons dit, le « signinum » est assez connu de ses lecteurs pour qu’il soit inutile de revenir sur ses fonctions et sa composition. La restitution graphique des phases de la construction d’une citerne, telle que Cairoli F. Giuliani la propose en suivant à la lettre le texte de Vitruve (fig.1), montre bien du reste que l’opération ainsi réalisée est incomplète, puisqu’il manque au cadre bétonné le mortier hydraulique qui doit revêtir l’ensemble, et en particulier assurer la transition entre le fond et les parois au moyen d’un « cordon » d’étanchéité.

  • 57 M. E. Blake, Ancient Roman Construction in Italy from the Prehistoric Period to Augustus, Washingto (...)

26La lecture que nous proposons là, uniquement fondée sur un retour aux manuscrits et sur la logique propre au raisonnement vitruvien, sans aucune adjonction ni conjecture, évite ainsi de prêter au théoricien ce que M. E. Blake appelait naguère une synecdoque, à savoir une figure de rhétorique consistant à prendre la partie pour le tout, ou l’inverse. L’archéologue américaine, qui avait bien vu la difficulté, en venait à penser que Vitruve avait substitué à la description du revêtement des citernes (« opus signinum ») celle du blocage qui leur servait de support57. Ce qu’il a fait assurément, mais sans oublier pour autant la mention qui d’un mot définit le revêtement lui-même, « ex testis ».

  • 58 Voir aussi Frontinus, DeAquaeductu Urbis Romae, 10, 5.

27Les références ultérieures au « signinum », si l’on se limite à celles du ier siècle après J.-C, qui donc appartiennent à la descendance directe des données vitruviennes, confirment que dans la plupart de ses emplois le mot désigne un mortier, un « cocciopesto », et non pas un béton, un « calcestruzzo ». Columelle, par exemple, recommande, pour les bassins où l’on pratique l’élevage des canards (De agricoltura, 8, 15, 3) de recouvrir (« consternere ») le « lacus » d’un mortier de « signia » ; d’autres passages du même auteur, en particulier celui qui traite des viviers à poissons (8, 17, 1), évoquent des pratiques analogues. Il est du reste une autre notice de Pline, toujours oubliée parce qu’elle n’appartient pas aux développements consacrés au « pavimenta », qui parle du « signinum » comme d’un mortier imperméable, comparable à un genre de terre appelé « glisomarga » ou « creta fullonica » qui, dit-il, étouffe le sol (« strangulat solum ») (Naturala Historia, 17, 46)58.

  • 59 Exemple : CIL, VIII, 2023 : « Saturno templum opere signino Marcellus [...] fecit ».

28Cela n’exclut certes pas un élargissement rapide de l’acception du terme, et une notice comme celle de Columelle (1, 6, 12), qui, décrivant la préparation du sol de terre battue des granges, prescrit qu’il soit, après divers traitements, rendu plus dense au moyen de pilons « velut signinum », suggère déjà que l’« opus » en question relève plutôt du béton que du revêtement de sol. Diverses inscriptions d’Afrique, datables des ii et iiie siècles après J.-C, qui parlent d’un temple ou d’un monument funéraire construits « opere signino » peuvent faire allusion à un béton compact dont nous conviendrons sans peine qu’il est désormais difficile de savoir s’il contient encore une proportion appréciable de tuileaux59.

  • 60 Cato, De agricultura, 18, 7. Cf. L. Maurin, Etablissement vinicole à Allasles-Mines, dans « Gallia  (...)
  • 61 Dans l’attente de la publication des fouilles de l’habitat de Fregellae, on peut consulter F. Pesan (...)
  • 62 M.L. Morricone Matini, Mosaici antichi in Italia. Pavimenti in signino repubblicani di Roma e dinto (...)
  • 63 C’est en fait une véritable ‘stratégie de lecture’ qu’il importe de mettre en œuvre, en raison de l (...)

29Mais pour en rester à l’époque où Vitruve rédigeait son traité, c’est-à-dire le troisième quart du 1er siècle av. J.-C, nous soulignerons qu’alors le recours au « cocciopesto » était déjà fort ancien. Caton préconisait pour les pressoirs la mise en place d’une chape à base de « tessons secs » (« testa arida ») au-dessus d’une couche de craie60. Si l’on a pu considérer qu’il s’agissait là d’un traitement de sol imposé par des conditions d’utilisation particulières, on sait aujourd’hui cependant, grâce aux fouilles de « Fregellae », que le développement de l’« opus signinum » dans l’habitat du Latium dès le début en iie siècle, et peut-être même la fin du iii siècle av. J.-C, est une réalité parfaitement attestée : les quartiers résidentiels de cette colonie latine fondée par Rome en 328 avant J.-C, présentent dans leurs phases anciennes un nombre impressionnant de sols de ce type, qui progressivement s’animent de décors géométriques à l’aide de tessères blanches de calcaire61. Les catalogues naguère dressés par M. L. Morricone s’enrichissent ainsi d’éléments nouveaux qui témoignent de la diffusion précoce de cette technique62. Le phénomène revêt pour notre propos un intérêt éminent en ce qu’il permet de comprendre pourquoi une ville proche de Rome, Segni (Signio), sur le parcours de la via Latina comme Fregellae, a pu devenir, vraisemblablement à date haute, le site éponyme de ce type de pavement ; en ce qu’il explique aussi, s’il en est encore besoin, le caractère elliptique du traitement du thème par Vitruve qui ne souhaitait pas s’attarder sur une pratique aussi courante. Un traitement qui a posé divers problèmes dans un passé ancien ou récent, mais auquel nous avons essayé de rendre sinon une clarté qu’il ne saurait avoir, du moins sa cohérence interne. Et dans le même temps, l’interprétation que nous donnons de ces passages si controversés a contribué, pensons-nous, à mettre en évidence l’importance des enjeux techniques et historiques du travail philologique nécessaire à leur lecture63.

Fig. 1 – Les phases de la construction de la citerne maçonnée (Vitruve, 8, 6, 14) restituées par Cairoli F. Giuliani. Il apparaît clairement qu’au terme de cette opération il reste encore à revêtir le fonde et les parois d’un mortier hydraulique (opus signinum) qui assurera en particulier l’étanchéité des angles internes au moyen d’un « cordon ».

Notes

1 Les livres II et VII du De architectura sont respectivement consacrés aux matériaux et aux finitions intérieures (enduits, peintures, pavements, plafonds, etc.). Voir maintenant les éditions récentes, commentées, de P. Gros, Vitruve. De l’architecture, livre II, Paris 1999 ; B. Liou, M. Zuinghedau, M.-Th. Cam, Vitruve. De l’architecture, livre VII, Paris 1995 ; et Gros 1997.

2 Ph. Fleury, Vitruve. De l’architecture, livre I, Paris 1990, pp. 4 et 65-66. Pour Columelle, voir De l’agriculture, Livre III, Paris 1993, p. xii-xiii ; et p. 41 (3, 10, 8) de l’édition de J.-Ch. Dumont.

3 2, 2, avec notre commentaire, dans l’édition de 1999 (citée supra, n. 1), pp. 78-81.

4 Sur les problèmes posés par la terminologie technique de Vitruve, indépendamment du très utile volume de L. Callebat, Ph. Fleury, Dictionnaire des termes techniques du De architectura de Vitruve, Hildesheim-Zurich-New-York 1995, on consultera les toutes récentes études de M. Biffi, Sul lessico architettonico : alcuni casi controversi di derivazione vitruviana, dans « Studi di lessicografia italiana », XVI, 1999, pp. 31-161 ; et de E. Bosazzi, Il De architectura di Vitruvio. Studi sulla lingua, Trieste 2000.

5 5, praef., 1 : « Non enim de architectura sic scribitur uti historia aut poemata ».

6 Les textes les plus significatifs sont 1, praef., 1 ; 5, praef., 3 ; praef, 4. Voir sur la question A. Kessissoglu, Die fünfte Vorrede in Vitruvs « De architectural, Frankfurt 1993, pp. 94 sq. et le volume collectif Le projet de Vitruve. Objet, destinataires et réception du De architectura, Rome, Collection EFR 192, 1994.

7 4, 2,1.

8 Vitruve s’en explique clairement en 5, paef., 5 ; cf. A. Kessissoglu, Die fünfte Vorrede, cit.

9 Voir 5, 1, 5 (basiliques) ; 5, 3, 3 (théâtres) ; 5, 9, 3-4 (portiques derrière les théâtres) ; 6, 3, 6-7 (péristyles).

10 2, 4, 1 : « In caementiciis autem structuris ».

11 2, 7, 1, et notre commentaire, p. 100 de l’édition de 1999.

12 2, 8,1.

13 Sur ce problème, voir maintenant R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome 1989, pp. 52-53.

14 Tous les travaux ‘classiques’ sur la technique de construction romaine s’accordent sur cette définition. Voir par exemple, G. Cozzo, Ingegneria Romana, Roma 19702(1924), pp. 143 et 186 ; L. Crema, L’architettura romana, dans Enciclopedia classica III, XII, 1, 1959, p. 22 : W.L Mac Donald, The Architecture of the Roman Empire. I. An Introductory Study, New Haven-London 19822, p. 152 ; H. O. Lamprecht, Opus caementicium. Bautechnik der Römer, Düsseldorf 1985, pp. 31, 60, 64 (n’emploie pas cependant l’expression latine d’opus signinum) ; J-P. Adam, La construction romaine. Matériaux et techniques, Paris 1984, p. 253.

15 R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique, cit., p. 51.

16 A. Choisy, Vitruve, II, 1, Paris 197P, pp. 23-30.

17 L. Jacono, dans « Notizie degli scavi di antichità », 1924, p. 339.

18 G. Giovannoni, La tecnica della costruzione presso i Romani, Roma s.d., p. 22.

19 C. F. Giuliani, L’edilizia nell’antichità, Roma 1990, pp. 172-174 ; Id., Segni, Napoli 1992,1, pp. 89-94.1. RIERA, Utilitas necessaria. Sistemi idraulici ned’Italia romana, Milano 1994, pp. 311-313, a souligné le caractère révolutionnaire’ de ces analyses, par rapport à la communis opinio et à l’usage traditionnel des archéologues.

20 L. Callebat. Vitruve. De l’architecture, livre VIII, Paris 1973, pp. 31-32.

21 E. Romano, dans Gros 1997, II, p. 1147.

22 P. Lephas, Vitruvi de Architecture II, livres VI-X, Athènes 1998, p. 191.

23 I.D. Rowland, T. Noble Howe, Vitruvius. Ten Books on Architecture, Cambridge 1999, p. 106.

24 Commentaire à 2, 4, 3 (dans Gros 1997, I, p. 183).

25 F. Rakob, Karthago I. Deutsche Ausgrabungen in Karthago, Mainz 1991, pp. 220-225.

26 J. Higginbotham, Piscinae. Artificial Fishponds in Roman City, University of North Caroline Press 1997, pp. 101, 121, 196, 203, 280.

27 E. Salza Prina Ricotti, Villa Adriana. Il sogno di un imperatore, Roma 2001, pp. 234-235 et 397.

28 Sur les auctores des livrés 35 et 36, au nombre desquels Pline cite Vitruve, cf. Pline l’Ancien. Histoire naturelle, livre I, Paris 1950 (édit. J. Beaujeu, A. Ernout), pp. 153 et 156 ; et Gaio Plinio Secondo, Storia Naturale, I, Torino 1982, pp. 198 et 202.

29 Plinius, Naturalis Historia, 36, 172.

30 C. F. Giuliani, Segni, cit., I, p. 93.

31 C. Saliou, Locus communis et mur mitoyen. Réflexion sur un passage de Vitruve (II, 8, 17), dans « Revue des Études latines », LXXVIII, 2000 (2001), pp. 9-15.

32 Pour Cetius Faventinus, voir maintenant l’édition de M.-Th. Cam, Abrégé d’architecture privée, Paris 2001, chap. 18 et 19/2. Voir surtout Vitruve, 7, 4, 3 ; 7, 4, 5 ; 2, 8, 18 ; etc. ; Plinius, Naturalis Historia, 36, 176. On prendra garde que l’expression testaceum opus (Cetius Faventinus, 4, 3) ne désigne pas, comme dans la littérature archéologique contemporaine, un mur revêtu de briques cuites, mais un mortier de tuileau (M.-Th. Cam, Abrégé d’architecture privée, cit., pp. 12 et 67).

33 Vitruve, 2, 4, 3 : « Fluviatica vero propter macritatem uti signinum liaculorum subactionibus in tectorio recipit soliditatem ». Cette information semble contredite par Cetius Faventinus, 8, 2, (commentaire de M.-Th. Cam, p. 79) mais il n’y a pas lieu d’adopter la correction proposée par un manuscrit tardif (xve siècle) de la tradition vitruvienne (« operi Signino inutilis est sed... ») qui cherche à recouper l’indication de Faventinus.

34 Exemples : 3, 3, 5 : « uti est ad circum maximum Cereris et Herculis » ; 4, 8, 4 : « uri est Castoris in circo » ; etc.

35 Columella, De agricoltura, 1, 6, 12.

36 Plinius, Naturalis Historia, 17, 46.

37 6, 3, 10. Pour les « oeci Corinthii », voir aussi 6, 3, 8.

38 6, 3, 8.

39 6, 7, 3.

40 5, 10, 5.

41 5, 1,4.

42 7, 1,4.

43 Voir à ce sujet notre étude, Chalcidicum : le mot et la chose, à paraître dans « Ocnus », 2002.

44 2, 5, 1 : « Etiam in fluviatica aut marina si qui testam tunsam et succretam ex tertia parte adiecerit, efficiet materiae temperaturam ad usum meliorem ».

45 Les occurrences principales se trouvent en 5, 10, 3 ; 7, 4, 1 ; 7, 4, 3 ; 7, 4, 5.

46 V. Furlan, P. Bisseger, Les mortiers anciens, histoire et essai d’analyse scientifique, dans « Revue suisse d’art et d’archéologie », XXXII, 1975, pp. 166-178.

47 7, 1, 3 : « Insuper ex testa nucleus inducatur mixtionem habens ad très partes unam calcis ne minore crassitudine digitorum senum » ; 7, 1, 5 : « Deinde ruderi novo tertia parte testae tunsae admisceatur, calcisque duae partes ad quinque mortarii mixtionibus praestent responsioni ».

48 5, 11,4 : « Faciunda autem xysta sic videntur, ut sint inter duas porticus silvae aut platanones, et in his perficiantur inter arbores ambulationes ibique ex opere signino stationes ».

49 J. Delorme, Gymnasion. Etude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce, Paris 1960, p. 497.

50 M. Donderer, Die antiken Pavimenttypen und ihre Benennungen, dans « Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts », CU, 1987, pp. 365-377.

51 Fra Giocondo 1511, c. 82v.

52 C. Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris 1684, p. 269, n. 14.

53 « Intestinum opus » (4, 4, 1) : clôture de menuiserie entre les colonnes du pronaos d’un temple ; « intestina opéra » (5, 2, 2) : menuiserie d’intérieur ; « figlinum opus » (5, 10, 3) : plafond fait de plaques de terre cuite ; « album » ou « albarium opus » (5, 10, 3 ; 7, 2, 1 ; 7, 3, 4) : revêtements muraux à base de chaux, etc.

54 En ce sens, H.O. Lamprecht a raison de contaminer (sans le dire) 7, 1, 3 et 8, 6, 14 dans Die Wasserversorgung antiker Städte, III, Mayence 1988, p. 141.

55 Cetius Faventinus, 4, 3.

56 C. F. Giuliani, Segni, I, cit., p. 90.

57 M. E. Blake, Ancient Roman Construction in Italy from the Prehistoric Period to Augustus, Washington 1947, pp. 322-323. Voir aussi, du même auteur : Roman Construction in Italy from Tiberius through the Flavians, Washington 1959 ; Roman Construction in Italy from Nerva through the Antonines, Philadelphie 1973, p. 318.

58 Voir aussi Frontinus, DeAquaeductu Urbis Romae, 10, 5.

59 Exemple : CIL, VIII, 2023 : « Saturno templum opere signino Marcellus [...] fecit ».

60 Cato, De agricultura, 18, 7. Cf. L. Maurin, Etablissement vinicole à Allasles-Mines, dans « Gallia », XXII, 1964, pp. 218-221.

61 Dans l’attente de la publication des fouilles de l’habitat de Fregellae, on peut consulter F. Pesando, « Domus ». Edilizia privata e società pompeiana fra iii e i secolo a.C, Roma 1997, pp. 225-226.

62 M.L. Morricone Matini, Mosaici antichi in Italia. Pavimenti in signino repubblicani di Roma e dintorni, Roma 1971 ; Id., Scutalata pavimenta. Ipavimenti con inserti di marmo o di pietra trovati a Roma e nei dintorni, Roma 1980.

63 C’est en fait une véritable ‘stratégie de lecture’ qu’il importe de mettre en œuvre, en raison de la complexité des problèmes soulevés par ces textes techniques. Cfr. notre étude déjà citée sur Chalcidicum (supra, n. 43) et l’article de C. Saliou, Locus communis, cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les phases de la construction de la citerne maçonnée (Vitruve, 8, 6, 14) restituées par Cairoli F. Giuliani. Il apparaît clairement qu’au terme de cette opération il reste encore à revêtir le fonde et les parois d’un mortier hydraulique (opus signinum) qui assurera en particulier l’étanchéité des angles internes au moyen d’un « cordon ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 910k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540