Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Livre premier. Châteaux et villages dans la vallée du Turano. Études de cas

Chapitre 2. Montagliano

Texte intégral

  • 1 Sur Montagliano, voir en premier lieu l’article de Jean Coste, rédigé en vue de la préparation de (...)

1Montagliano apparaît dans les sources en tant que castellum en 1074-1075 lorsque les héritiers du comte Bérard II des Marses cédèrent le site à l’abbaye de Farfa qui en conserva la propriété éminente jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle. Le village appartint ensuite successivement aux Castiglione, aux Orsini puis aux Colonna jusqu’à son abandon définitif à la fin du xve siècle. Pour la période précédant l’« incastellamento », les sources de Farfa attestent l’existence d’un casale Talianus situé dans la massa Torana au ixe siècle1.

  • 2 Pour les résultats des trois campagnes effectuées sur le site, voir E. De Minicis et E. Hubert (di (...)

2A l’intérêt du dossier historique qui documente au moins dans ses très grandes lignes la continuité d’occupation entre un casale du haut Moyen Âge et un castrum des xie-xve siècles correspond l’importance des vestiges conservés sur le terrain. Pour ces deux ordres de raisons, le village déserté de Montagliano fut à la fois le point de départ et le site de référence de l’enquête entreprise dans la vallée du Turano. Plusieurs campagnes de fouilles et de relevés ont été ainsi organisées sur le site en 1990, en 1993 et en 1995. Nous rassemblerons dans ce chapitre les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus et qui ont déjà fait l’objet de plusieurs publications préliminaires, en corrigeant leur interprétation là où c’est nécessaire2.

I – LOCALISATION ET DESCRIPTION DU SITE

  • 3 Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 186 : totum et integrum castrum Montis Aliani... positum est (...)
  • 4 RF V, n° 1016 : a III° latere Paganicum quod est res filiorum quondam Guidonis.

3Le 10 novembre 1339, Andrea Orsini vendit à Francesco di Landolfo Colonna le castrum Montis Aliani. L’acte de la vente énumère les finages des villages voisins et mentionne dans l’ordre Collalto, Petescia (aujourd’hui Turania), Poggio Cinolfo, Vivaro et le castrum Cellarum (noyau de l’actuelle Carsoli)3. Ces cinq villages délimitaient alors le territoire de Montagliano que les actes de la cession à l’abbaye de Farfa en 1074-1075 fermaient au nord avec Paganico4.

  • 5 ASV. Archivio Borghese, b. 795 et 796. Pour la localisation de San Giovanni in Monte, cf. IGM, Car (...)
  • 6 Ibid., UG 372677.
  • 7 ASV, Archivio Borghese, b. 795, document non coté ; voir aussi J. Coste, Un villaggio abbandonato, (...)
  • 8 IGM, Carte d’Italie, F° 145, 1 : 25 000, III N.O., Collalto Sabino, UG 376674, point coté 822.
  • 9 Ibid., UG 369683, point coté 737. Sur Castiglione, dont la fouille est en voie d’achèvement, voir (...)

4Quelques documents conservés en particulier dans le fonds Borghese aux Archives du Vatican permettent de localiser et d’identifier le site avec précision. Il s’agit notamment de plusieurs cartes datant de la seconde moitié du xviie siècle dressées à l’occasion des litiges qui opposèrent les Barberini, seigneurs de Collalto, aux Borghese, seigneurs de Petescia, à propos des limites des finages de leurs communautés respectives. Trois croquis présentent cette région depuis un point d’observation fictif installé sur le monte Croce et regardant vers l’est (pl. I et II). Sont représentés au bas du dessin Petescia, le Turano et les terrains contestés situés sur ses deux rives, puis, en haut du dessin et à droite, le village de Collalto et, à gauche, l’église et l’ermitage de San Giovanni sur le mont homonyme5. Entre Collalto et San Giovanni et légèrement au-dessous, sont indiqués Castiglione, à gauche, et Montagliano, à droite, entre lesquels se trouve la « fonte d’oro » qui figure également sur la carte topographique de l’Istituto geografico militare6. Indiquant le site de « San Giovanni de Montigliano, vuol dire de Castiglione », une des trois cartes témoigne de la confusion entre les deux toponymes et le remplacement de l’un par l’autre à partir du troisième quart du xviie siècle7. Le castrum Montaliani doit ainsi être identifié avec le site de « Montagliano Sfondato » où est signalée la présence de ruines sur la carte topographique au 1 : 25 0008. Quant au toponyme « Montagliano » porté sur la même feuille à quelques centaines de mètres vers le nord, il indique en revanche l’emplacement du castellum quod dicitur Castellione qui constitue le quatrième site sur lequel a porté notre enquête9.

  • 10 Cf. en particulier Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 139 (1326) pour la mention de la rocca di (...)

5Situé à 822 mètres d’altitude sur les contreforts du mont Cervia (1438 m), le site de « Montagliano Sfondato » occupe le sommet d’une colline, de forme allongée et orientée dans le sens est-ouest, qui domine la vallée du Turano. Les vestiges du village et de ses fortifications y sont imposants (pl. III). A l’est un monticule présente les ruines, mieux conservées au sud, d’un puissant édifice fortifié que les techniques de construction et les éléments architecturaux (mur renforcé à la base par une contrescarpe, présence d’archères, maçonnerie régulière de moellons équarris de petit module) permettent d’identifier à la rocca castri des derniers siècles du Moyen Âge10.

6A l’ouest de ce bastion, une terrasse artificielle quadrangulaire de 60 mètres environ de côté est délimitée par des murs dont seul l’arasement est visible par endroits, au nord en particulier, et qui sont interrompus au sud par ce qui était sans doute la porte d’accès à ce secteur du village, où conduit encore le sentier actuel.

7Le village qui se développe vers l’ouest, est délimité au nord et à l’ouest par un mur d’enceinte dont la hauteur conservée dépasse 2 ou 3 mètres par endroits (pl. X-XII), et par une succession de murs de soutènement sur le versant méridional qui offre son fort pendage pour protection. Les remparts, dans lesquels s’ouvre une poterne à l’angle nord-ouest, englobent des édifices assez bien conservés dans la partie centrale et méridionale du site, tandis qu’au nord et à l’ouest seule la trace des murs qui affleurent laissait supposer avant la fouille l’existence d’un ensemble organisé de constructions mitoyennes adossées au mur d’enceinte du castrum. Le village, dont le périmètre atteint 600 mètres de longueur environ, s’étend sur une superficie de quelque 15 000 m2.

II – LES RÉSULTATS PRINCIPAUX DE L’ENQUÊTE ARCHÉOLOGIQUE

8L’enquête archéologique avait pour buts principaux de mettre en évidence l’existence éventuelle d’une occupation précédant l’« incastellamento » du site, de préciser la date et les modalités de celui-ci et de documenter au moins dans leurs grandes lignes les phases suc cessives de l’histoire de Montagliano. Treize sondages ont ainsi été fouillés sur le site au cours de trois campagnes d’une ou deux semaines chacune en 1990, en 1993 et en 1995. Nous ne proposerons pas ici un compte rendu détaillé de la fouille de chacun des secteurs et de leur stratigraphie mais nous présenterons dans les pages qui vont suivre les résultats obtenus qui contribuent à l’élaboration de l’histoire de Montagliano en examinant successivement la partie sommitale du site, le mur d’enceinte et le village.

Fig. 1– Le castrum de Montagliano : plan général et localisation des sondages fouillés.

A) Le sommet de la colline

1) Raisons et emplacements des sondages fouillés

  • 11 Tel fut en effet le cas dans le château de Sant’Agnese où les travaux de restauration de la fin du (...)

9Le sondage ouvert en 1995 dans le secteur de la rocca (sondage X) avait pour perspective principale de fournir des informations sur les premières phases d’occupation du noyau fortifié. Malgré la puissante intervention de reconstruction dont la rocca a fait l’objet à la fin du Moyen Âge et dont témoignent en particulier les éléments architecturaux visibles au sud (contreforts, archères, appareil des maçonneries, etc.), l’ampleur des travaux n’avait pas détruit toute trace des occupations précédentes11. Aussi bien la fouille du sondage X implanté contre le mur nord du noyau central, où l’intervention de la fin du Moyen Âge semblait à l’abord moins importante qu’au sud, a-t-elle permis d’obtenir des résultats intéressants sur les phases principales de l’histoire de la rocca.

10Pour compléter le relevé de la zone sommitale de la colline, plusieurs décapages de surface ont été entrepris afin de relier le plan de la rocca au mur d’enceinte (sondage IX, pl. VIII). L’existence de plusieurs structures situées au nord et légèrement en contrebas de la rocca a été mise en évidence. Leur fonction est cependant restée inconnue, le travail s’étant limité à mettre au jour les arasements des murs à peine recouverts par une couche d’humus peu épaisse. Nous renvoyons au plan général du site pour la localisation et l’articulation de ces différents éléments.

  • 12 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina, p. 70-72 et E. De Minicis (...)

11A l’ouest de la plate-forme sommitale de la colline où la roche affleure par endroits, un terre-plein quadrangulaire de forme à peu près trapézoïdale (26 m de long, 6,50 m à 13 m de large) est délimité par des murs de soutènement et flanqué à l’ouest par un bâtiment rectangulaire de grandes dimensions (11,50 × 7,50 m) qui lui est perpendiculaire. L’examen préliminaire des murs avait montré que leur construction de type « polygonal » appartenait aux plus anciennes.maçonneries du site12. Dans la perspective de mettre au jour des traces d’une occupation antérieure à l’« incastellamento » de Montagliano, un premier sondage (sondage I) a été implanté en 1990 de part et d’autre du mur qui délimite la plate-forme à l’ouest (M1) de façon à comprendre l’angle sud-est de l’édifice.

12Deux autres sondages ont été fouillés en 1993 et en 1995 au nord de la plate-forme et contre le mur d’enceinte dans le but de mettre en relation les niveaux d’occupation les plus anciens avec la fortification du site (sondages VII et VIII).

13La fouille stratigraphique des sondages implantés au sommet de la colline de Montagliano a mis en évidence l’existence de quatre phases principales d’une occupation de longue durée que l’étude de la céramique a permis d’affiner ensuite. Il conviendrait naturellement de préciser ces résultats partiels par l’ouverture d’un grand secteur de fouille.

2) Les trous de poteau

  • 13 Pour l’étude du mobilier céramique, cf. N. Lécuyer, La ceramica et surtout sa contribution au volu (...)

14La première occupation de ce secteur du site, dont l’enquête archéologique a révélé l’existence, a été précédée par la mise au jour du substrat rocheux sur la totalité du terrain investi. Le sol ainsi décapé a été ensuite nivelé par l’arasement des aspérités de la roche et par le remblai de ses anfractuosités, observés en particulier dans les sondages I, VIII et X. Dans le sondage VIII, le remblai argileux a livré notamment un mobilier abondant et hétérogène qui comprenait du matériel résiduel pré-romain et romain ainsi que de la céramique médiévale à « vetrina sparsa ». En revanche, les époques intermédiaires des derniers siècles de l’Empire et du haut Moyen Âge n’y sont absolument pas représentées. On notera en particulier l’absence quasi totale de céramique à « vetrina pesante » des viiie-xe siècles – à l’exception de trois tessons résiduels appartenant à des formes qui ne sont certainement pas antérieures au xe siècle – et des catégories les plus anciennes de céramique à « vetrina sparsa ». Les types les plus récents de céramique à « vetrina sparsa » présents dans la couche ont permis en revanche de dater la mise en place du remblai, dont la terre provenait sans doute d’un autre endroit du site, entre la première moitié du xie siècle et la première moitié du siècle suivant (cf. pl. XVI pour les différents types de céramique)13.

15A la surface du niveau ainsi aménagé où alternaient la roche et les remblais argileux, des trous nombreux ont ensuite été creusés pour fixer les poteaux et les piquets qui formaient l’armature de constructions en bois (pl. IV-VI). Tous les sondages ouverts au sommet de la colline en ont fourni des exemples. La fouille du sondage I a mis notamment en évidence plusieurs séries successives de trous de poteau (fig. 2, p. 50). Un premier groupe d’une vingtaine de trous a été subdivisé en deux catégories : dans la moitié nord du sondage, la première catégorie est caractérisée par des trous de forme circulaire dont le diamètre varie entre 12-13 cm et 15-17 cm et la profondeur entre 7 et 13 cm ; la deuxième catégorie diffère de la précédente par les dimensions plus grandes des trous de poteau (profondeur variant de 20 à 40 cm, diamètre minimal entre 20 et 30 cm, diamètre maximal entre 30 et 40 cm) et leur remplissage hétérogène. Un trou (n° 121) avait apparemment servi à deux reprises : le premier remplissage avait en effet été retaillé et la cavité plus récente ainsi aménagée avait été comblée à son tour par du mortier de chaux. Trop exiguë, la superficie fouillée interdit de reconnaître le plan des bâtiments dont seuls quelques éléments ont été mis au jour. On a toutefois observé au nord du sondage l’organisation de deux groupes de trois cavités formant chacun un angle droit (trous n° 116, 118 et 150 ; trous n° 134, 136 et 152, pl. IVb et Vb). Il ne subsiste aucune trace d’un niveau de fréquentation contemporain de cette phase d’occupation plus ancienne. Après démontage des cabanes et comblement des cavités, cette première série de trous de poteau a été recouverte en partie par une couche d’argile avant l’installation de nouvelles structures en bois dont une dizaine de trous de poteau a été mise au jour dans le sondage.

16Le niveau d’occupation contemporain de ces structures en bois plus récentes ainsi que la terre qui a servi à combler les trous des deux phases successives de constructions en bois mises en évidence ont livré un peu de mobilier où la céramique à « vetrina sparsa » constitue la seule classe de céramique de table. Si les tessons sont trop fragmentaires pour pouvoir être attribués avec certitude à un type reconnu de la classe à « vetrina sparsa », ils sont compris néanmoins à l’intérieur d’un arc chronologique que l’on s’accorde aujourd’hui à fixer entre un xie siècle déjà avancé et le xiiie siècle. Si la fouille n’a donc pas permis de dater avec certitude l’édification des premières constructions en bois mises en évidence dans le sondage I, leur démontage, suivi par l’installation immédiate de nouvelles cabanes, ne peut pas être antérieur au plein xie siècle dans l’hypothèse de la datation la plus haute.

17Le démontage des cabanes plus récentes eut lieu sans doute en deux temps : les premiers poteaux furent enlevés et leurs trous comblés (trous n° 114, 124, 132 et 159) tandis qu’à côté, dans la partie ouest du sondage fouillé, d’autres constructions furent démontées à une date ultérieure quand l’ensemble du secteur fut recouvert par un remblai de terre qui a précédé la mise en place d’un sol de mortier et la construction du mur M1.

Fig. 2 – Montagliano : trous de poteau du sondage I.

  • 14 Voir la contribution de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

18Dans le sondage VIII, une dizaine de trous de poteau dont la profondeur variait entre 15 et 25 cm et le diamètre entre 10 et 30 cm ont été creusés dans le remblai d’argile mis en place au xie siècle ou au début du xiie siècle (pl. VIa). Un sol de terre argileuse battue, présentant des traces nombreuses de sa fréquentation, formait l’occupation contemporaine des structures en bois qui a livré une quarantaine de tessons de céramique à feu (29,7 %), de céramique de table achrome (29,7 %) et de céramique à « vetrina sparsa A » (8,1 %) et à « vetrina sparsa B » (32,4 %)14. Les remplissages des cavités après le démontage des cabanes ont livré également quelques tessons de céramique à « vetrina sparsa ». L’ensemble a ensuite été recouvert par les niveaux de l’occupation successive.

19Dans le sondage X implanté au sommet de la colline, la fouille a mis en évidence également la présence d’un trou de poteau d’une structure en bois, creusé dans le remblai d’argile qui comblait les anfractuosités de la roche pour niveler le terrain. Les dimensions du sondage, encore réduites par la présence de trois murs qui appartiennent à des phases postérieures, interdisent toute interprétation de cet élément (pl. VIIa). Ajoutons cependant qu’à cet endroit la fouille n’a mis au jour aucun niveau d’occupation en liaison avec ce trou de poteau. Son remplissage contenait cependant quelques tessons de céramique. Après le démontage du bâtiment en bois, la mise en place d’un remblai avait précédé la construction du mur le plus ancien mis au jour dans ce sondage (M1041).

20Dans les trois secteurs fouillés sur la plate-forme sommitale de la colline de Montagliano, l’édification des bâtiments en bois dont les vestiges négatifs constituent les traces de la première occupation mise au jour par l’archéologie est par conséquent contemporaine de la diffusion de la céramique à « vetrina sparsa » des xie-xiiie siècles. Seule la construction des premières cabanes mises en évidence dans le sondage I pourrait éventuellement appartenir à une époque antérieure : les éléments de datation que la fouille a permis d’obtenir se rapportent en effet à la période de leur démontage et non à celle de leur construction ni de leur occupation. La céramique laisse à penser en outre que la première occupation dans le sondage X a pu précéder celle mise en évidence en contrebas, en particulier dans le sondage VIII. La prudence reste de mise dans l’interprétation de ces résultats : la dimension des sondages fouillés et le faible nombre des tessons recueillis ne permettent guère d’établir une chronologie relative serrée d’un sondage à l’autre. Sans doute postérieure au casale du haut Moyen Âge, la première occupation caractérisée semble donc contemporaine de l’« incastellamento » du site que les sources écrites datent du xie siècle. Nous y reviendrons.

3) Le remplacement des cabanes en bois par des constructions en pierres

21Dans les secteurs fouillés au sommet de la colline de Montagliano, le remplacement du bois par la pierre eut lieu en trois étapes successives.

22Des modifications intervinrent d’abord dans le sondage X. Après le démontage de la structure en bois déjà mentionnée, plusieurs sols de terre battue caractérisent l’occupation successive. Le matériel céramique qu’ils ont livré est contemporain du mobilier qui date l’aménagement du remblai sur lequel ont été édifiés les bâtiments en bois mis en évidence dans le sondage VIII. La céramique à « vetrina sparsa » de type A permet de dater leur occupation entre le milieu du xie siècle et le milieu du siècle suivant.

23Dans un deuxième temps, un mur maçonné au mortier de chaux, de direction nord-sud, a été construit au sommet de la butte (M1041, pl. VII). Son édification et l’occupation correspondante sont contemporaines du démontage des cabanes en bois et du remplissage des trous de poteau désormais inutiles dans le sondage VIII et doivent être datées au milieu du xiie siècle.

24Enfin, la pose d’un sol de mortier et l’occupation de l’espace délimité à l’est par le mur M1041 sont contemporaines à leur tour de la phase caractérisée dans le sondage VIII par un sol de terre battue et un foyer ainsi que par un ensemble de trois fréquentations successives et rapprochées dans le temps que la céramique permet de dater de la seconde moitié du xiie siècle.

25Dans le sondage I, le démontage des derniers bâtiments en bois a été suivi par la pose d’un niveau de mortier qui a recouvert la totalité du secteur fouillé et dont la surface a été lissée de manière à présenter un plan horizontal (fig. 3 et pl. VIb). La mise en place de ce niveau a précédé la construction du mur qui délimite la terrasse à l’ouest (M1). Entre l’enlèvement progressif des structures en bois et la construction des premières structures maçonnées, la fouille n’a mis au jour aucun niveau de destruction ni d’abandon. Ici comme ailleurs sur le site, le passage du bois à la pierre eut lieu ainsi sans solution de continuité. La faible quantité et le mauvais état de conservation de la céramique trouvée dans ce sondage empêchent de dater avec précision le changement observé qu’il convient cependant d’attribuer aux xie-xiiie siècles et peut-être plus précisément au xiie siècle.

26Commencé peut-être dès la seconde moitié du xie siècle, le remplacement du bois par la pierre fut porté à son terme au sommet de la colline dans la seconde moitié du xiie siècle. On verra qu’il fallut attendre plus d’un siècle pour que le processus soit achevé dans le village.

4) Les travaux dans la rocca (fig. 4 et pl. VIIb)

27Des travaux furent entrepris ensuite dans la rocca, caractérisés en particulier par l’édification d’un nouveau mur (M1007) parallèle au mur M1041. L’exiguïté de la surface fouillée ne permet pas de re lier ces murs entre eux ni de connaître le plan des structures auxquelles ils appartenaient et moins encore de proposer une interprétation d’ensemble. Seule une fouille de plus grande ampleur fournirait des éléments sur ce point. Quoi qu’il en soit, la céramique à « vetrina sparsa » permet de dater cette période de travaux et l’occupation qui a suivi de la première moitié du xiiie siècle. L’apparition de céramique à « vetrina laziale » dans les derniers niveaux qui appartiennent à cette période confirme cette datation et permet d’en fixer le terminus ad quem vers le milieu du xiiie siècle.

Fig. 3 – Montagliano : stratigraphie du sondage I.

5) Le remodelage général de la rocca (fig. 4 et pl. VIIb)

28La fouille du sondage X a montré également que des travaux importants avaient transformé de manière sans doute radicale la rocca de Montagliano à la fin du Moyen Âge. En effet, les parties des deux murs M1007 et M1041 qui n’étaient pas enterrées ont été alors arasées. Au nord de la rocca, une tranchée profonde a été creusée perpendiculairement aux deux murs M1007 et M1041 qui ont été alors démolis à cet endroit. La tranchée a traversé toute la stratigraphie sous-jacente jusqu’au sol géologique pour servir de fondation à un nouveau mur d’orientation est-ouest (M1012) qui délimita au nord le noyau central de la rocca. L’ensemble du secteur fut alors recouvert par des niveaux de chantier, caractérisés par des remblais et des lits de mortier, avant d’être occupé de nouveau. Ces travaux peuvent avoir été entrepris à l’issue d’une démolition partielle de la rocca.

29La céramique permet de dater les travaux importants qui conduisirent à un remodelage général de la rocca et les occupations qui suivirent depuis la seconde moitié du xiiie siècle jusqu’au xive siècle au delà duquel il ne paraît pas que la fortification ait été encore occupée.

Fig. 4 – Montagliano : la rocca.

B) L’enceinte du castrum (fig. 1, p. 46)

30L’examen de la grande enceinte qui protège Montagliano au nord et à l’ouest montre qu’il s’agit en réalité de deux murs successifs. Un premier rempart, totalement enterré par endroits, se développe d’est en ouest sur 100 mètres environ de longueur ; un second mur s’appuie contre lui qui s’étire après un décrochement sur 250 mètres de longueur au nord et à l’ouest de la colline. Le flanc sud, on l’a vu, offre son pendage accentué pour défense naturelle.

1) La première enceinte (pl. IX et Xa)

  • 15 Cf. E. De Minicis, Le strutture murarie, p. 526-527 et E. De Minicis et E. Hubert, Il castrum di M (...)

31La maçonnerie de la première enceinte est caractérisée par la mise en œuvre de manière irrégulière de gros blocs, dont certains présentent quelques traces de dégrossissage, calés avec des moellons de plus petites dimensions et pris dans un mortier abondant. Cette technique qu’on a appelée « polygonale », également observée sur quelques murs situés au sud du village, caractérise les maçonneries les plus anciennes du site15.

32Plusieurs sondages ont été implantés contre le mur de la première enceinte du village en vue de sa datation. Les difficultés rencontrées pendant la fouille en raison d’une stratigraphie bouleversée par l’aménagement de grandes fosses au xve siècle (sondage IV) ou bien par la restauration tardive du mur (sondages VII et VIII) n’ont pas permis d’obtenir des résultats décisifs sur ce point, mais seulement une chronologie relative.

  • 16 Voir le chapitre 8 au paragraphe I/B.

33Premier point, le mur de la première enceinte est antérieur à l’agrandissement du village dont on verra dans le paragraphe suivant qu’il date du milieu du xiie siècle environ. Deuxième point, il est contemporain ou postérieur au matériel non résiduel le plus ancien des couches qui ont été aménagées à même la roche pour niveler le sol et sur lesquelles ont été installées les cabanes en bois. Ce mobilier, on l’a vu, a été daté entre le milieu du xie siècle et le début du siècle suivant. Cependant, l’absence de contact direct entre ces niveaux et les fondations du premier mur d’enceinte dans les sondages fouillés ne permet pas de savoir avec certitude si ces couches sont antérieures ou postérieures à son édification. Dans un cas comme dans l’autre, l’écart chronologique n’est certainement pas très important. La datation séculaire ainsi établie avec ses marges d’approximation permet par conséquent de fixer la construction du mur de la première enceinte de Montagliano entre les termes extrêmes du milieu du xie siècle et du milieu du xiie siècle. En l’état de l’enquête, il n’est guère possible de préciser davantage même si l’hypothèse d’une datation haute à l’intérieur de cette fourchette chronologique doit sans doute être retenue16.

2) L’agrandissement du castrum (fig. 5, pl. Xb-XII)

  • 17 Cf. E. De Minicis, Le strutture murarie, p. 526-527 et sa contribution au fascicule suivant de la (...)

34Le deuxième mur d’enceinte est défini par une maçonnerie dont les moellons en partie dégrossis, de dimensions moins grandes et surtout plus homogènes, sont mis en œuvre avec une tentative de régularisation des lits de pose17.

35La fouille d’un sondage (s. VI) au point d’intersection des deux murs d’enceinte a montré clairement comment le second mur s’appuyait contre le premier et comment ce dernier, devenu désormais inutile, avait été démoli au-delà du point de jonction des deux murs.

  • 18 Voir la contribution de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

36Deux sondages ont été implantés également contre le second mur d’enceinte pour obtenir des éléments pour sa datation. Dans le sondage III (5 × 5 m) ouvert à l’intérieur d’une maison située au nord du village et adossée contre le rempart, la fouille a montré que le mur avait été construit sur un niveau de préparation composé de mortier à l’intérieur duquel ont été retrouvés des tessons de céramique à « vetrina sparsa » attribués au xiie siècle (pl. XIIIb). Mais les informations sur ce point proviennent pour l’essentiel du sondage (s. II, 3 × 5 m) implanté contre l’enceinte au nord-est du village. L’emplacement avait été choisi dans la mesure où il ne présentait pas de structures maçonnées visibles avant la fouille. On pouvait ainsi espérer que la stratigraphie sous-jacente avait été à peu près épargnée par les bouleversements que n’auraient pas manqué de provoquer des occupations intenses et tardives (fig. 6, p. 58 et pl. XIIb). Au-dessus du sol géologique, les niveaux les plus anciens, qui évoquaient un dépotoir constitué par l’accumulation d’ordures jetées depuis le haut de la colline, ont livré un matériel abondant constitué de céramique à feu (27,8 %), de céramique de table achrome (35,5 %), de céramique à « vetrina sparsa » de type A (33,5 %) et de type B (3,2 %). Ces deux niveaux accumulés lentement ont été recoupés par le creusement de la tranchée de fondation du mur d’enceinte. La couche qui a comblé la tranchée après la construction du mur contenait un mobilier dont la répartition était à peu près identique à celle des niveaux précédents (céramique à feu : 32,2 % ; céramique de table achrome : 37,1 % ; « vetrina sparsa A » : 27,2 % ; « vetrina sparsa B » : 3 %). C’est avec le niveau suivant qui a servi à niveler le secteur que change la répartition des types céramiques (céramique à feu : 17,1 % ; céramique de table achrome : 57,8 % ; « vetrina sparsa A » : 8,4 % ; « vetrina sparsa B » : 12,9 % ; « vetrina laziale » : 2,2 %). L’étude des formes céramiques a précisé la datation que met en évidence l’évolution quantitative des classes18.

Pl. I

Pl. I

La moyenne vallée du Turano vers 1660 (ASV, Archivio Borghese, b. 795).

Pl. II

Pl. II

La moyenne vallée du Turano vers 1660 (ASV, Archivio Borghese, b. 796).

Pl. III

Pl. III

a) Le site de Montagliano vu de l’est (EFR SA 1130).

b) Le site de Montagliano vu du nord ; au fond, le mont Croce (EFR SA 1152).

Pl. IV

Pl. IV

a) Montagliano : trous de poteau de l’occupation du xie siècle, sondage I (EFR SA 273).

b) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 293).

Pl. V

Pl. V

a) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 277).

b) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 291).

Pl. VI

Pl. VI

a) Montagliano : foyer et trous de poteau de l’occupation du xie siècle, sondage VIII (EFR SA 868).

b) Montagliano : phase maçonnée (construction du mur M1 et sol de mortier) après démontage des constructions en bois, sondage I (EFR SA 254).

Pl. VII

Pl. VII

a) Montagliano : vestiges du noyau fortifié primitif, sondage X (EFR SA 878).

b) Montagliano : réaménagement de la rocca après une destruction partielle et construction du mur M1012 (au fond), fin xiiie-début xive siècle, sondage X (EFR SA 853).

Pl. VIII

Pl. VIII

a) Montagliano : agrandissement de la rocca, fin XIIIe-début xive siècle, sondage IX (EFR SA 846).

b) Montagliano : aménagement de la rocca, détail d’une porte, fin xiiie-début xive siècle, sondage IX (EFR SA 843).

Pl. IX

Pl. IX

Montagliano : le mur de la première enceinte, 2e moitié du xie siècle, sondage VIII (EFR SA 877).

Pl. X

Pl. X

a) Montagliano : le mur de la première enceinte (2e moitié du xie siècle) et la restauration des parties supérieures à la fin xiiie-début xive siècle (EFR SA 742)

b) Montagliano : le point d’appui de la seconde enceinte (à droite) sur les remparts du xie siècle (EFR SA 739)

Pl. XI

Pl. XI

a) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte (milieu du xiie siècle), partie nord (EFR SA 59).

b) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte, partie nord (EFR SA 56).

Pl. XII

Pl. XII

a) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte, partie ouest (EFR SA 70).

b) Montagliano : le mur de la deuxième enceinte, sondage II (EFR SA 264).

Pl. XIII

Pl. XIII

a) Montagliano : détail de la maison 13, xiiie siècle (EFR SA 66).

b) Montagliano : rez-de-chaussée de la maison 3 adossée au mur de la deuxième enceinte, 2e moitié du xive siècle (EFR SA 281).

Pl. XIV

Pl. XIV

a) Montagliano : porte d’entrée de la maison 3 (EFR SA 279).

b) Montagliano : maison 3, parement intérieur du mur M7 (EFR SA 286).

Pl. XV

Pl. XV

a) Montagliano : maison 3, niveau d’incendie (EFR SA 269).

b) Montagliano : maison 11 édifiée après démontage de constructions en bois, 2e moitié xiiie-xive siècle (EFR SA 875)

Pl. XVI

Pl. XVI

a) Céramique a vetrina sparsa A.

b) Céramique a vetrina sparsa B.

c) Céramique a vetrina verde.

d) Céramique a vetrina laziale.

e) Majolique archaïque.

Fig. 5 – Montagliano : le castrum du xie siècle et l’agrandissement du xiie siècle.

37Le mobilier permet donc de dater les niveaux recoupés par la tranchée de fondation du mur de la seconde enceinte entre le milieu du xie siècle et celui du xiie siècle. Le matériel des premières couches qui s’appuient contre le nouveau rempart, quant à lui, est postérieur au milieu du xiie siècle. Il en résulte clairement que la construction du mur d’enceinte doit être fixée au milieu ou dans la seconde moitié du xiie siècle.

3) La restauration du mur d’enceinte

38L’examen des vestiges de l’enceinte sommitale et la fouille du sondage VIII ont montré que le rempart avait fait l’objet d’une restauration importante quand ce n’était pas d’une reconstruction totale par endroits.

  • 19 Voir le catalogue des monnaies (n° 5) établi par Alessia Rovelli dans le volume suivant de la séri (...)

39Dans le sondage VIII en effet, toutes les unités stratigraphiques antérieures aux unités stratigraphiques 801-804, qui s’appuyaient contre le mur en partie démoli de la première enceinte, ont été retaillées jusqu’au niveau géologique pour l’aménagement des fondations du nouveau rempart. Le nouveau mur a été construit en effet sur la roche et contre la terre des couches archéologiques entaillées qui ont servi ainsi de coffrage à ses fondations. La céramique des couches correspondantes et un denier de la République d’Ancône trouvé au fond de la tranchée et à la base du nouveau mur permettent de dater les travaux de restauration de l’enceinte sommitale entre la seconde moitié du xiiie siècle et la première moitié du siècle suivant19.

Fig. 6 – Montagliano : stratigraphie du sondage II.

C) Le village

  • 20 Aussi bien avons-nous consacré moins d’attention aux maisons de Montagliano qui ont cependant fait (...)

40L’enquête conduite dans la vallée du Turano n’avait pas pour but principal à ce stade l’étude de la morphologie de l’habitation villageoise mais celle des grandes évolutions de l’assiette de l’habitat20. Aussi bien ne présenterons-nous ici brièvement que les résultats de la fouille de deux sondages qui ont été implantés dans le secteur nord-ouest du village afin de mettre en évidence les caractères de l’occupation de ce quartier délimité par l’agrandissement du mur d’enceinte au xiie siècle (sondages III et XI).

  • 21 Aussi bien avons-nous consacré moins d’attention aux maisons de Montagliano qui ont cependant fait (...)

41Avant la fouille, la topographie laissait entrevoir la présence de bâtiments de plan rectangulaire et de dimensions équivalentes (5,50 × 12,50 m environ), parallèles entre eux et adossés au mur de la seconde enceinte du milieu du xiie siècle. Un sondage (s. III, 5 × 5 m) fut implanté dans l’un d’entre eux afin de dater ce qui apparaissait de prime abord comme une opération de promotion immobilière. Il était tentant, en effet, de voir dans le lotissement des régions périphériques au nord et à l’ouest du village la conséquence d’une phase d’expansion et l’on pensait, naturellement, à la croissance démographique des xiie et xiiie siècles21. Or la maison III, qui s’adossait au mur d’enceinte, avait été bâtie sur un niveau de remblai qui s’appuyait contre le mur d’enceinte et qui contenait de la céramique à « vetrina laziale » et des tessons de majolique archaïque datant de la seconde moitié du xive siècle (fig. 7, pl. XIIIb-XIV). De tels résultats demanderaient naturellement à être vérifiés dans d’autres secteurs du site. Pourtant, l’homogénéité que présentent les constructions des flancs nord et ouest conduit à penser qu’elles relèvent d’une seule opération immobilière et seraient par conséquent contemporaines.

42Une première phase d’occupation de l’édifice avait été détruite par un incendie dont les traces sont visibles sur les murs de la maison (pl. XIVb). Après cette première destruction, le bâtiment a été réduit par la construction d’un mur de division au tournant du xive et du xve siècle. L’occupation qui suivit fut de courte durée et la maison rapidement détruite par un nouvel incendie (pl. XVa).

43Dans la perspective d’apporter des informations complémentaires sur l’occupation de l’espace délimité par la seconde enceinte, un deuxième sondage a été implanté à l’intérieur d’un édifice situé également à la périphérie nord-ouest du village sans être adossé au rempart. La fouille du sondage XI a mis en évidence une phase de construction en bois caractérisée par la présence d’une dizaine de trous de poteau creusés dans la roche (fig. 8, p. 62 et pl. XVb). Le démontage des structures en bois a été suivie sans interruption, ou seulement de courte durée, par le remplissage des trous de poteau et par le remblai des anfractuosités du rocher qui ont nivelé le terrain avant la construction des murs maçonnés de la maison. L’absence de couches de sédimentation, notamment à l’intérieur des trous de poteau, permet d’exclure l’hypothèse d’un abandon plus ou moins long entre les deux événements. La céramique trouvée dans les niveaux qui ont immédiatement précédé et dans ceux qui ont suivi la construction des murs, en particulier la majolique archaïque, permet de dater la construction de l’édifice de la seconde moitié du xive siècle. La stratigraphie a mis ensuite en évidence l’éboulis lent des parties supérieures du bâtiment, dans lequel aucune trace d’incendie n’a été observée.

Fig. 7 – Montagliano : stratigraphie du sondage III.

44Il résulte par conséquent de la fouille de ces deux sondages implantés à la périphérie nord-ouest du village que des maisons en bois ont occupé de façon clairsemée jusqu’au xive siècle l’espace délimité au milieu du xiie siècle par la nouvelle enceinte. Ces constructions modestes, qui côtoyaient par endroits des maisons imposantes comportant un ou plusieurs étages (pl. XIIIa), ont été remplacées par des édifices dont les murs de pierre étaient maçonnés au mortier de chaux dans la seconde moitié du xive siècle. A la même époque fut également entreprise une vaste opération de lotissement de l’espace resté vacant le long du mur d’enceinte. Ces transformations importantes du paysage construit précédèrent de quelques décennies seulement les destructions qui provoquèrent le déclin puis l’abandon de Montagliano au xve siècle.

CONCLUSION : LES PHASES PRINCIPALES DE L’HISTOIRE DE MONTAGLIANO

45L’enquête archéologique conduite sur le site de Montagliano a permis d’obtenir des résultats significatifs, encore que partiels, sur les phases principales de l’histoire du village que l’ouverture d’un grand chantier de fouille permettrait naturellement de préciser, d’enrichir et le cas échéant de modifier. En l’état de la recherche, les éléments essentiels sont les suivants :

  • 22 Ces résultats contredisent les conclusions auxquelles nous étions arrivés au terme de la première (...)

46PHASE 1 : L’absence de stratigraphie et de matériel résiduel du haut Moyen Âge dans les différents sondages fouillés laisse à penser que le site n’était pas occupé avant les xe-xie siècles. Un doute subsiste cependant sur l’époque de l’aménagement de la série la plus ancienne des trous de poteau mis au jour dans le sondage I, implanté sur la plate-forme sommitale22.

Fig. 8 – Montagliano : trous de poteau dans le sondage XI.

47PHASE 2 : Une première occupation de la butte sommitale est documentée par le remblai des anfractuosités de la roche calcaire et par un trou de poteau qui datent peut-être de la première moitié du xie siècle.

48PHASE 3 : Les aménagements principaux qui caractérisent cette période ont été observés sur la butte sommitale et sur la plate-forme située légèrement en contrebas. Au sommet, la construction en bois

49a été enlevée, le trou de poteau comblé – peut-être dès la fin de la période précédente – tandis que l’occupation successive est définie par une série de niveaux d’occupation qu’on ne peut mettre alors en relation avec des structures maçonnées. Sur la plate-forme située au pied de la butte sommitale, la roche, mise au jour au préalable, est nivelée par l’installation d’un remblai argileux destiné à en combler les anfractuosités ; des constructions en bois sont édifiées tandis qu’est érigé le premier mur d’enceinte du castrum autour du sommet de la colline. Ces travaux doivent être datés entre le milieu du xie siècle et celui du xiie siècle. A la fin de cette phase, certaines constructions en bois sont substituées progressivement par des édifices en pierres jointoyées au mortier de chaux.

50PHASE 4 : Le castrum est agrandi par la construction d’un second mur d’enceinte vers le milieu ou dans la seconde moitié du xiie siècle. On doit attribuer au début de cette phase la construction du mur maçonné M1041 sur la butte sommitale et les niveaux de l’occupation contemporaine, documentée également sur la plate-forme située en contrebas après le démontage des derniers bâtiments en bois et le comblement des trous de poteau. A la fin de cette phase, dans la première moitié du xiiie siècle, la construction de nouvelles structures atteste l’articulation croissante du noyau castral édifié sur l’éminence sommitale.

51PHASE 5 : Cette période est définie principalement par la destruction partielle de la rocca et du mur de l’enceinte sommitale vers le milieu ou dans la seconde moitié du xiiie siècle.

52PHASE 6 : La rocca est restaurée sinon totalement reconstruite selon un plan différent, comme l’est le mur de l’enceinte sommitale entre la seconde moitié du xiiie siècle et la première moitié du siècle suivant.

53PHASE 7 : L’occupation, toujours attestée dans les parties hautes du castrum, est caractérisée avant tout dans le village par le remplacement des dernières constructions en bois par des maisons en pierres (maison XI) et par le lotissement des régions périphériques situées le long du mur d’enceinte bâties selon un plan unitaire (maison III et maisons mitoyennes). Ces travaux doivent être datés de la seconde moitié du xive siècle.

54PHASE 8 : Le déclin du castrum commencé dès avant la fin du xive siècle par l’abandon de certains secteurs, en particulier de la rocca, semble-t-il, en dépit des travaux d’une restauration éphémère documentés par endroits (maison III par exemple), conduit à la désertion totale et définitive de Montagliano un siècle plus tard.

55L’examen de la documentation écrite permettra de préciser la succession chronologique des grands événements qui ont scandé la vie de Montagliano, dont l’enquête archéologique a révélé l’existence, et de proposer des éléments pour leur interprétation. Il convient auparavant de présenter les résultats obtenus sur les autres sites qui ont fait l’objet d’enquêtes sur le terrain.

Notes

1 Sur Montagliano, voir en premier lieu l’article de Jean Coste, rédigé en vue de la préparation de l’enquête archéologique, Un villaggio abbandonato. On ne peut ranger Montagliano parmi les castra désertés au xiie siècle, repérés par un lieu-dit sans ruines apparentes comme le fait P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 430, identifiant le site au lieu-dit « Montagliano » de la feuille de l’IGM (F° 145, 1 : 25 000, III N.O., Collalto Sabino, UG 369683, point coté 737 m. Cf. carte 5, p. 7). Le castrum de Montagliano, occupé jusqu’au xve siècle comme en témoignent le dossier documentaire et l’enquête archéologique, était localisé au lieu-dit voisin appelé « Montagliano sfondato » où la carte signale l’existence de vestiges, imposants sur le terrain (ibid., UG 376674, point coté 822 m). Sur l’histoire du site et l’importance du dossier documentaire, voir la deuxième partie. Voir également les quelques remarques d’A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano (secc. x-xii), p. 183-185.

2 Pour les résultats des trois campagnes effectuées sur le site, voir E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Indagine archeologica in Sabina : Montagliano ; Eid., Il castrum di Montagliano, et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : « Castrum », « villa » et « casale », p. 669-671.

3 Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 186 : totum et integrum castrum Montis Aliani... positum est in Carsolio, inter hos fines : ab uno latere est tenimentum Collis Alti, ab alio est tenimentum castri Petescie, ab alio est tenimentum castri Podii Sinulfi, ab alio est tenimentum castri Vivarii, ab alio est tenimentum castri Cellarum.

4 RF V, n° 1016 : a III° latere Paganicum quod est res filiorum quondam Guidonis.

5 ASV. Archivio Borghese, b. 795 et 796. Pour la localisation de San Giovanni in Monte, cf. IGM, Carte d’Italie, F° 145, 1 : 25 000, III N.O. Collalto Sabino, UG 376686, point coté 1021 m (cf. carte 5, p. 7).

6 Ibid., UG 372677.

7 ASV, Archivio Borghese, b. 795, document non coté ; voir aussi J. Coste, Un villaggio abbandonato, p. 11-12.

8 IGM, Carte d’Italie, F° 145, 1 : 25 000, III N.O., Collalto Sabino, UG 376674, point coté 822.

9 Ibid., UG 369683, point coté 737. Sur Castiglione, dont la fouille est en voie d’achèvement, voir le chapitre 5.

10 Cf. en particulier Archivio Colonna, cass. 17, parchemin 139 (1326) pour la mention de la rocca dicti castri et castellarium ; parchemin 186 (1339) : pour les turres, palatia, domos et roccham eiusdem castri.

11 Tel fut en effet le cas dans le château de Sant’Agnese où les travaux de restauration de la fin du Moyen Âge furent pourtant moins importants. Sur Sant’Agnese, voir le chapitre 4.

12 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina, p. 70-72 et E. De Minicis, Le strutture murarie, p. 527. Voir également la contribution d’Elisabetta De Minicis dans le fascicule suivant de la série.

13 Pour l’étude du mobilier céramique, cf. N. Lécuyer, La ceramica et surtout sa contribution au volume suivant de la série.

14 Voir la contribution de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

15 Cf. E. De Minicis, Le strutture murarie, p. 526-527 et E. De Minicis et E. Hubert, Il castrum di Montagliano, p. 667. Voir aussi la contribution d’Elisabetta De Minicis dans le fascicule suivant de la série.

16 Voir le chapitre 8 au paragraphe I/B.

17 Cf. E. De Minicis, Le strutture murarie, p. 526-527 et sa contribution au fascicule suivant de la série.

18 Voir la contribution de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

19 Voir le catalogue des monnaies (n° 5) établi par Alessia Rovelli dans le volume suivant de la série.

20 Aussi bien avons-nous consacré moins d’attention aux maisons de Montagliano qui ont cependant fait l’objet d’une « tesi di laurea » soutenue à l’Université de Rome « La Sapienza » en 1994, cf. F. Latini, Materiali per uno studio sulle case rurali in Sabina nel Medioevo et Ead., Morfologia delle case e strutture dell’abitato nel villaggio fortificato di Montagliano.

21 Aussi bien avons-nous consacré moins d’attention aux maisons de Montagliano qui ont cependant fait l’objet d’une « tesi di laurea » soutenue à l’Université de Rome « La Sapienza » en 1994, cf. F. Latini, Materiali per uno studio sulle case rurali in Sabina nel Medioevo et Ead., Morfologia delle case e strutture dell’abitato nel villaggio fortificato di Montagliano.

22 Ces résultats contredisent les conclusions auxquelles nous étions arrivés au terme de la première campagne effectuée sur le site en 1990 (cf. E. De Minicis et E. Hubert (dir), Indagine archeologica in Sabina). Nous revenons sur les raisons qui nous ont conduits à modifier notre interprétation dans la deuxième partie de ce volume.

Table des illustrations

Légende Fig. 1– Le castrum de Montagliano : plan général et localisation des sondages fouillés.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Légende Fig. 2 – Montagliano : trous de poteau du sondage I.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Légende Fig. 3 – Montagliano : stratigraphie du sondage I.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Légende Fig. 4 – Montagliano : la rocca.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Pl. I
Légende La moyenne vallée du Turano vers 1660 (ASV, Archivio Borghese, b. 795).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Pl. II
Légende La moyenne vallée du Turano vers 1660 (ASV, Archivio Borghese, b. 796).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. III
Légende a) Le site de Montagliano vu de l’est (EFR SA 1130).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende b) Le site de Montagliano vu du nord ; au fond, le mont Croce (EFR SA 1152).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Pl. IV
Légende a) Montagliano : trous de poteau de l’occupation du xie siècle, sondage I (EFR SA 273).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 293).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 951k
Titre Pl. V
Légende a) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 277).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Légende b) Montagliano : trous de poteau de la première phase, détail, sondage I (EFR SA 291).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Pl. VI
Légende a) Montagliano : foyer et trous de poteau de l’occupation du xie siècle, sondage VIII (EFR SA 868).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Légende b) Montagliano : phase maçonnée (construction du mur M1 et sol de mortier) après démontage des constructions en bois, sondage I (EFR SA 254).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. VII
Légende a) Montagliano : vestiges du noyau fortifié primitif, sondage X (EFR SA 878).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Montagliano : réaménagement de la rocca après une destruction partielle et construction du mur M1012 (au fond), fin xiiie-début xive siècle, sondage X (EFR SA 853).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Pl. VIII
Légende a) Montagliano : agrandissement de la rocca, fin XIIIe-début xive siècle, sondage IX (EFR SA 846).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende b) Montagliano : aménagement de la rocca, détail d’une porte, fin xiiie-début xive siècle, sondage IX (EFR SA 843).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. IX
Légende Montagliano : le mur de la première enceinte, 2e moitié du xie siècle, sondage VIII (EFR SA 877).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Pl. X
Légende a) Montagliano : le mur de la première enceinte (2e moitié du xie siècle) et la restauration des parties supérieures à la fin xiiie-début xive siècle (EFR SA 742)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Légende b) Montagliano : le point d’appui de la seconde enceinte (à droite) sur les remparts du xie siècle (EFR SA 739)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Pl. XI
Légende a) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte (milieu du xiie siècle), partie nord (EFR SA 59).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Légende b) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte, partie nord (EFR SA 56).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Titre Pl. XII
Légende a) Montagliano : le circuit de la deuxième enceinte, partie ouest (EFR SA 70).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Montagliano : le mur de la deuxième enceinte, sondage II (EFR SA 264).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Titre Pl. XIII
Légende a) Montagliano : détail de la maison 13, xiiie siècle (EFR SA 66).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende b) Montagliano : rez-de-chaussée de la maison 3 adossée au mur de la deuxième enceinte, 2e moitié du xive siècle (EFR SA 281).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pl. XIV
Légende a) Montagliano : porte d’entrée de la maison 3 (EFR SA 279).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Légende b) Montagliano : maison 3, parement intérieur du mur M7 (EFR SA 286).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. XV
Légende a) Montagliano : maison 3, niveau d’incendie (EFR SA 269).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende b) Montagliano : maison 11 édifiée après démontage de constructions en bois, 2e moitié xiiie-xive siècle (EFR SA 875)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. XVI
Légende a) Céramique a vetrina sparsa A.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende b) Céramique a vetrina sparsa B.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende c) Céramique a vetrina verde.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende d) Céramique a vetrina laziale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende e) Majolique archaïque.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 5 – Montagliano : le castrum du xie siècle et l’agrandissement du xiie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 6 – Montagliano : stratigraphie du sondage II.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 7 – Montagliano : stratigraphie du sondage III.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Légende Fig. 8 – Montagliano : trous de poteau dans le sondage XI.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/252/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540