Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Un problème de la science hellénistique : le changement d’échelle

Téxvai. Techniques et sociétés en Méditerranée [hommage à Marie-Claire Amouretti] : travaux du Centre Camille Julian, éd. par J.-P. Brun et Ph. Jockey, Paris, 2001, p. 39-48 (L'atelier méditerranéen)

Pierre Gros

Texte intégral

1Parmi les anecdotes dont Vitruve croit devoir ponctuer son traité, il en est une, au livre X du De architectura, qui n’a peut-être pas retenu toute l’attention qu’elle mérite. Comme toujours en pareil cas, le contenu du récit compte moins que la façon dont il est relaté et les conclusions que le théoricien en tire, plus ou moins explicitement.

  • 1 Vitruve, De architectura, X, 16, 3-8. Voir L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. 51 sq. et p. 280 sq. ; (...)

2C’est l’histoire de Diognète, « architecte de Rhodes auquel, pour l’honorer, un salaire annuel était alloué sur le trésor public, eu égard à sa compétence »1 ; au cours de la dernière décennie du ive siècle av. J.-C. il fut supplanté dans l’estime de ses concitoyens par un certain Callias, architecte d’Arados, qui, au terme d’une conférence publique (acroasis), fit manœuvrer une petite maquette (exemplar) qui figurait une machine de siège montée sur un rempart ; il montra qu’elle était capable d’aller chercher avec son bras pivotant une hélépole (une tour « preneuse de villes ») pour la transporter à l’intérieur de l’enceinte, la rendant ainsi inopérante. Ce que voyant, les Rhodiens, enthousiastes, reportèrent la pension de Diognète sur la tête de Callias et firent de ce dernier leur défenseur attitré. Peu de temps après, en 304, Démétrios Poliorcète arrivait sous les murs de Rhodes au pied desquels il faisait monter une hélépole d’une taille extraordinaire, conçue par Epimaque d’Athènes ; sollicité par les Rhodiens de mettre en œuvre son mirifique instrument à grandeur d’exécution, Callias s’en déclara incapable et les habitants, terrorisés, n’eurent d’autre recours que d’aller chercher Diognète, lequel, après s’être un peu fait prier, les tira d’affaire en détrempant le terrain pour que la puissante mais lourde machine de Démétrios s’y embourbe.

  • 2 L’idée est illustrée par un certain nombre de préfaces, notamment celle des livres III et VII (pr. (...)
  • 3 P. Gros, 1998, p. 34 sq.
  • 4 L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. xxvi sq. et p. 301 sq. ; Ph. Fleury, 1993, p. 221 sq.
  • 5 O. Lendle, 1975 ; E. Q. Marsden, 1971.

3Ce récit répond évidemment à des intentions précises. Il nous semble qu’il illustre trois thèmes récurrents du traité. Le premier, clairement suggéré si l’on en juge par le ton, est d’ordre moral : c’est le thème de la probité, sans laquelle toute science est vaine2. S’y ajoute une crainte « catégorielle » dont Vitruve, ou plutôt sa source, se fait l’écho : l’émergence de ces architectes-itinérants qui se vendent au plus offrant, et dont Callias apparaît comme la figure emblématique, est un phénomène négatif pour l’ensemble de la profession ; en réprouvant les méthodes du conférencier abusif, Vitruve dénonce cette nouvelle race de techniciens hâbleurs qui vivent autant de leur savoir-dire que de leur savoir-faire et qui, n’étant attachés à aucune cité, témoignent d’un sens assez restreint des responsabilités3. De fait l’époque hellénistique est aussi celle de la floraison d’une littérature axée sur la technologie militaire et la poliorcétique4 ; il est certain que les progrès de ces disciplines suscitèrent des vocations : nombreux semblent avoir été, aux iiie-iie siècles av. J.-C, dans les villes de Grèce propre ou d’Asie Mineure, les spécialistes, plus efficaces que ne le laisse entendre notre texte, qui entrent en concurrence avec les architectes traditionnels et souvent prennent leur place afin de mieux aider les communautés à répondre aux menaces que font peser sur elles les nouveaux engins balistiques5.

  • 6 E. Romano, 1987, p. 208 sq. et p. 216 sq.

4Le deuxième thème, remarquablement analysé naguère par E. Romano, est celui de la supériorité de l’intelligence pratique sur la spéculation abstraite6 : la faculté d’adaptation, la sollertia, peut faire face à des situations qui laissent le prétendu technicien sans ressource. La conclusion du récit est de ce point de vue dépourvue d’ambiguïté :

  • 7 X, 16,8 ; voir aussi X, 16,12, où il est clairement affirmé que les cités qui ont pu échapper aux a (...)

« L’art de la défense exige, on le voit, des dispositions qui ne sont pas seulement mécaniques mais relèvent aussi et surtout de la réflexion »7.

  • 8 X, 16,7.

5La grossière simplicité des moyens mis en œuvre par Diognète – l’épandage des immondices de la ville hors les murs – tourne en dérision les apparents raffinements d’une pensée coupée des réalités humaines, celle de Callias comme celle d’Epimaque8.

6Le troisième thème, explicitement abordé dans le traité pour la première fois, est, en dépit des apparences, plus théorique que technique : il touche un point central – et douloureux – de la doctrine vitruvienne relative à l’activité créatrice ; c’est lui qui nous intéressera plus particulièrement ici.

7L’auteur y exprime, sous une forme un peu naïve, l’un des problèmes cruciaux auxquels les architectes et ingénieurs de l’époque hellénistique, si fréquemment tentés par le gigantisme dans tous les domaines, ont été confrontés. Il tient en ceci que la chaîne proportionnelle d’une construction ou d’une machine complexes, qui en garantit en principe la stabilité ou le fonctionnement, perd tout ou partie de son efficience dès lors que sont franchies certaines limites. Vitruve explique en effet l’échec de Callias par les redoutables – et inexplicables – aléas qui grèvent ce que nous appellerions aujourd’hui les critères de « faisabilité » d’un projet :

  • 9 X, 16,5.

« Il est impossible que toutes choses soient réalisées selon les mêmes principes (eisdem rationibus) : il y a des réalisations à grande échelle dont l’efficacité rappelle celle des maquettes (exemplaria) ; d’autres ne peuvent pas donner lieu à des maquettes et prennent corps par elles-mêmes ; il en est aussi dont les maquettes paraissent vraisemblables mais qui tombent en morceaux dès qu’on s’emploie à augmenter leurs dimensions »9.

8Derrière le balancement rhétorique qui rend un peu artificielle la présentation des différents cas de figures, nous retrouvons l’une des préoccupations centrales des « mécaniciens » de l’époque. Le quasi contemporain de Vitruve, Athénée, après avoir lui aussi relaté l’échec d’un certain Callistratos chargé de convoyer des pierres à l’Artémision d’Éphèse, observe pour conclure :

  • 10 Athénée, Mech., 18, 9 sq., cité par L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. 284.

« Il ne s’était pas rendu compte que certaines choses paraissent bonnes quand on les voit en réduction alors qu’elles ne sont pas susceptibles d’être réalisées en grand ; tandis que, réciproquement, il en est d’autres pour lesquelles on ne peut faire de petits modèles, mais qui se construisent sur le champ en cas de besoin »10.

  • 11 Ibid., 28,10. Sur l’ensemble de la question, voir surtout G. A. Ferrari, 1984, p. 225 sq., p. 247-2 (...)

9Et Athénée de citer à ce propos Agésistratos, disciple d’Apollonios de Rhodes et auteur d’un traité sur les catapultes, qui compte sans doute parmi les sources de Vitruve bien que celui-ci n’en dise mot. Pour ces théoriciens de la dernière période hellénistique, qui étaient également des praticiens avertis, les maquettes à échelle réduite peuvent être à l’origine d’une illusion ruineuse (ϕανтασια) : avec l’agrandissement, note Athénée, cesse la proportionnalité11.

  • 12 Sur le caractère irréalisable de diverses solutions théoriques proposées par la science hellénistiq (...)
  • 13 Aristote, Anal, post, 74a 17. Cf. F. Lasserre, 1990, p. 133 sq.
  • 14 Philon de Byzance, Bel. IV, 1, p. 49,20-51,10 de l’édition R, Schöne ; cf. N. Kaiser, 1990, p. 50-5 (...)
  • 15 Vitruve, X, 10,1 sq. Cf. Ph. Fleury, 1993, p. 240 sq., p. 252, p. 255 sq. ; E. W. Marsden, 1971, p. (...)
  • 16 Voir sur ce point B. Wesenberg, 1994, p. 92.
  • 17 G. A. Ferrari, 1985, p. 168 sq. et p. 175 sq. ; Ph. Fleury, 1993, p. 260-261. Sur la λογοӨεσια, cf. (...)

10Il y a là un constat technique que ni Vitruve, ni ses prédécesseurs, ni après eux Héron d’Alexandrie, n’expliquent vraiment. Il dépasse en gravité l’observation, souvent faite par les mêmes auteurs, de la faible utilité des modèles mécaniques utilisant l’air comprimé ou la vapeur, et dont Vitruve note lui-même qu’ils étaient davantage faits pour l’amusement que pour l’usage12. Ici la discontinuité qui empêche le constructeur de développer un système fondé sur des relations arithmétiques au-delà de certains seuils (impossibles d’ailleurs à déterminer avec les moyens de l’époque) constitue une manière de scandale : le principe même de la pensée mathématique, telle que Thaïes et les Milésiens l’avaient élaborée depuis longtemps, est en effet celui de la préservation des rapports homothétiques quelles que soient les variations dimensionnelles. Avec Aristote, la généralisation de la théorie des proportions, qui dépassait la simple « relation de quantité » pour s’appliquer à toutes les « grandeurs », c’est-à-dire aux lignes, aux surfaces et aux solides, avait ouvert, à la suite des travaux d’Eudoxe de Cnide et de Theudios de Magnésie, un champ pratiquement infini à la recherche mathématique et à ses applications13 ?. Or le progrès de la mécanique, et en particulier de celle des machines de guerre, et plus précisément des armes de jet, était fondé sur l’emprise croissante des formules mathématiques. Philon de Byzance l’explique fort bien14: au début du iiie siècle av. J.-C, les ingénieurs de l’arsenal des Ptolémée, au terme de recherches dispendieuses financées par les souverains, étaient parvenus à établir la liste des relations numériques qui liaient les composantes d’un engin balistique au diamètre des trous permettant le passage des ressorts sur les péritrètes, le διαμεтρο en grec, le foramen en latin15 ; même s’il ne s’agit pas de « modules » au sens architectural du terme – Vitruve se garde bien du reste de parler de modulus à ce propos16 – ce système impliquait un calibrage valable pour les différents types d’armes de jet à torsion ; les tables, auxquelles la tradition a donné le nom significatif de « logothesiai », autorisaient en principe une standardisation de la production, et devaient éviter le gaspillage des matériaux17. Dès lors la construction en série devenait possible et les performances de chaque engin prévisibles. Certes, les déconvenues restaient fréquentes, car de nombreux facteurs, difficiles à quantifier, intervenaient dans l’efficacité de ce genre de machine ; comme le rappelle encore Philon :

  • 18 Philon, Bel. IV, 1, 49, 20 sq.

« Il n’était pas rare, lorsqu’on entreprenait la construction de plusieurs engins de même taille, sur un modèle unique, en utilisant des bois similaires et un même poids de ferraille mesuré toujours à la même balance, d’en obtenir des exemplaires différents, les uns capables de lancer au loin leurs projectiles avec beaucoup de précision, les autres d’une qualité inférieure. Quand on demandait aux constructeurs la raison de ces phénomènes, ils ne savaient que répondre. Si bien que la phrase du sculpteur Polyclète, qui disait que la perfection s’obtient au plus près grâce à de nombreux calculs, s’applique pleinement à notre propos. En balistique en effet, c’est exactement la même chose : comme on doit faire de nombreux calculs pour mener à bien la construction des machines, il suffit d’une légère erreur dans le détail de la réalisation pour provoquer un grave défaut quand la machine est achevée »18.

11Il semble qu’en ce cas la trop faible précision des mesures, dimensionnelles ou pondérales, soit en cause, mais Philon, qui ne sort pas du domaine de la recherche mathématique, n’en affirme pas moins ensuite, impavide, que le meilleur moyen de réaliser des exemplaires plus grands ou plus petits qui donnent satisfaction est de respecter les relations qui, dans les « engins réussis », lient entre elles les différentes composantes. Notons toutefois que ce spécialiste qui s’était frotté à la réalité, et ne se contentait pas de montages théoriques, maintient, tout au long du même passage, un équilibre, selon lui absolument indispensable, entre le λογος, c’est-à-dire le raisonnement analogique fondé sur les systèmes proportionnels, et la πεῖρα, c’est-à-dire l’expérience, et plus précisément la mise à l’épreuve des réalisations techniques.

  • 19 Voir sur ce point les observations très précises de Ph. Fleury, 1993, p. 132 sq.

12Cette confiance intacte, en dépit des raisonnements initiaux et des difficultés persistantes, dans les vertus de la mathématique se trouve radicalement mise en cause par ce que nous appellerions l’effet d’échelle. Les ingénieurs hellénistiques avaient observé, sans pouvoir comprendre le phénomène, que plusieurs paramètres, dans le cas d’un agrandissement excessif, n’entraient plus dans le cadre relationnel initial ; en réalité, ils suivaient dès lors une courbe exponentielle, telle l’inertie par rapport à la masse, par exemple. D’autre part, ils avaient pu constater – et cela était à leur portée même s’ils n’en pouvaient pas quantifier les effets – l’accroissement des forces de frottement, les limites de la résistance des matériaux, l’amplification des forces à mettre en œuvre pour manipuler tel type de machine, etc.19 L’importance de ces aspects purement physiques de la construction et de son utilisation avait été assurément mesurée au fil d’expériences diverses, et des conclusions radicales en avaient parfois été tirées.

  • 20 B. Wesenberg, 1994, p. 98 sq.
  • 21 Vitruve, II, 1 et 2. Cf. A. Corso, 1997, p. 119 sq. et p. 171 sq.
  • 22 III, 1, 2 sq.
  • 23 IV, 8, 6 ; V, 7, 1 ; V, 9, 3 ; X, 16, 1.
  • 24 III, 3, 11-13 et notre comment, ad. loc, P. Gros, 1990, p. 119 sq.
  • 25 III, 3,4.
  • 26 Voir, pour les théâtres, le texte très important pour notre propos de V, 7,7 et le commentaire d’A. (...)
  • 27 Philon, Bel. IV, 51,10.
  • 28 B. Wesenberg, 1994, p. 101 sq. Cet auteur souligne avec raison, après H. Lauter (1986, p. 180 sq.) (...)
  • 29 Ces caractéristiques sont à cet égard les dimensions des colonnes des temples que Vitruve envisage (...)

13Dans le traité vitruvien, cette rupture irréversible de la symmetria, ou plutôt l’impossibilité d’en appliquer indéfiniment les principes, revêt à vrai dire plus d’importance que ne le donnerait à penser le caractère un peu marginal de l’anecdote rhodienne. Replacée dans le cadre théorique qui organise la réflexion et sous-tend les principes de la construction « modulaire », qu’elle soit architecturale ou mécanique, elle ruine une partie de l’édifice conceptuel. Dans une étude récente, B. Wesenberg a montré que le module procédait entre autres, pour Vitruve, d’une catégorie esthétique qui apparente l’aedifïcario (et accessoirement la « mécanique ») à une activité mimétique comparable à celle dont relèvent les arts plastiques ou la musique20 : le rapport direct à la nature, et plus précisément à la rerum natura, au sens plus cosmique que physique du terme, si clairement affirmé dès les premiers chapitres du livre II, définit le bâtisseur lui-même comme un émule de la rationalité immanente de l’univers21 ; de même l’assimilation du projet modulaire à la silhouette de l’homme parfait, telle que la nature l’a voulu, n’implique pas, comme l’ont cru tant de commentateurs, un anthropomorphisme formel ou numérique, mais établit un parallélisme entre les plus hautes créations de l’art de construire (en l’occurrence les édifices religieux) et l’être naturel le plus accompli22. Or voilà que la nature, où règne théoriquement une forme supérieure de ratio, ruine un système proportionnel conçu par l’homme à, son image du fait de l’intervention de forces irrationnelles, ou du moins jugées telles parce que non réductibles à des relations simples avec les outils mathématiques de l’époque ; cette réalité têtue, qui empêche le déploiement homothétique des formes, ou du moins le rend dangereux au-delà d’un certain seuil, rompt en quelque sorte le pacte qui semblait s’être établi entre le créateur et la matière. En réalité, Vitruve l’avait déjà laissé entendre dans les livres précédents de son traité, les schémas régulateurs devaient souvent subir des modifications au gré des variations dimensionnelles, des circonstances ou de l’environnement ; la relative fréquence du retour d’une expression comme celle qu’il emploie dans le texte cité en commençant (non isdem ratiombus), appliquée aux temples, aux édifices publics profanes ou aux engins balistiques, dit clairement que les rationes, les proportions théoriques étaient appelées à subir des modulations, voire des transformations radicales pour de multiples raisons23 : esthétiques (corrections optiques rendant obligatoires des adjonctions ou des diminutions dans la chaîne relationnelle de base)24, techniques (limites de la résistance des linteaux marmoréens)25 ou anthropiques (particulièrement dans les édifices relevant de l’opportunitas, où les servitudes liées aux mensurations moyennes de l’être humain obligent à dissocier certaines mesures de l’ordonnance générale)26, etc. Certes aucune de ces modifications ne remettait en question la légitimité des principes directeurs de l’architecture modulaire ; elles en constituaient seulement des aménagements, du type de ceux dont, déjà, Philon de Byzance soulignait la nécessité dans la conception et la construction des maisons27. Mais ce genre de contrainte, ou de limite, explique que Vitruve ait manifesté une prédilection pour les édifices de dimensions relativement modestes28 ; à un moment où la magnitudo, la grandeur inusitée des constructions, particulièrement religieuses, devient l’une des expressions favorites du pouvoir, le théoricien propose à Auguste une architecture publique et privée qui, on ne l’a pas suffisamment noté, doit rester, de son point de vue, dans des limites assez étroites29.

  • 30 Le mot forma présente le plus souvent chez Vitruve le sens de dessin (souvent coté : la formule est (...)
  • 31 Voir maintenant sur ces questions, dans le catalogue de l’exposition de Barcelone, les études de L. (...)
  • 32 Apollodore, Poliorcerique, 137, 2 ; 137, 6 ; cf. G. Commare, 1999, p. 19 et p. 51.

14En ce qui concerne les maquettes, héritier en cela d’une longue tradition qui semble remonter au moins jusqu’au ive siècle av. J.-C. dans l’architecture grecque, il en postule l’usage sous des formes et avec des termes divers (format, exemplaria), en dépit des discontinuités souvent observées dans le passage de la petite à la grande échelle30. Malgré certaines prises de position radicales, dont Agesistratos s’était peut-être fait l’écho, et qui prônaient la construction directe, sans le recours, réputé inutile ou dispendieux, au modèle réduit, les témoignages abondent d’ailleurs, textuels ou archéologiques, sur l’usage des maquettes dans l’architecture et l’ingénierie hellénistiques31. Et de fait, ces objets répondaient à d’incontournables nécessités : ils avaient évidemment, en premier lieu, un caractère « pédagogique » qui permettait de donner à voir et à comprendre, en trois dimensions, les projets des praticiens à des commanditaires qui n’étaient pas tous, loin s’en faut, des spécialistes. Au début du iie siècle ap. J.-C. encore, Apollodore de Damas expliquera à Trajan, dans sa Poliorcétique, qu’il lui envoie un assistant muni de dessins, mais que celui-ci peut, à la demande, confectionner des maquettes si on le juge utile32 ; s’agissant d’engins de siège, on imagine sans peine que ces maquettes devaient être articulées comme celle de Callias.

  • 33 Vitruve, I, 2,2.
  • 34 L. Haselberger, 1983, p. 92 sq. ; Id., 1991, p. 99 sq.
  • 35 Héron d’Alexandrie, Mechanica, I, 9 ; 1,15 ; 1,18 (cf. W. Schmidt, 1899, p. 22, p. 30 sq., p. 36 sq(...)

15Ensuite, compte tenu des progrès accomplis dans la confection des dessins à échelle réduite (modice, selon le terme vitruvien33), au 1/12e et plus souvent encore au 1/16e, dont les découvertes de L. Haselberger à Didymes permettent d’apprécier l’ampleur et l’utilité34, compte tenu aussi des progrès des méthodes mises au point pour l’agrandissement automatique, sur la table à dessin ou en atelier, des figures ou des volumes35, la maquette et son éventuel développement à grandeur d’exécution ne pouvaient qu’avoir la faveur d’une communauté scientifique et technique de plus en plus rompue à ce genre d’exercice.

  • 36 I, 2,2.
  • 37 Ibid : Species dispositionis, quae araece dicunrur ἰδεαι. Cf., outre le commentaire ad loc. de Ph. (...)
  • 38 Philon, Bel. IV, 1, 56-57 ; 70-72 ; 77-78. Cf. J. G. Landels, 1978, p. 127 sq. ; P. Green, 1997, p. (...)
  • 39 X, 7.5.
  • 40 D. De Solla Price, 1964, p. 9 sq. ; R. S. Brumbaugh, 1966 ; D. De Solla Price, 1974, p. 60 sq. ; H. (...)
  • 41 H. von Hesberg, 1987, p. 47 sq.
  • 42 O. Lendle, 1975, p. 103-121 ; G. Martines, 1999, p. 91-105.

16Enfin et surtout la maquette, à l’époque hellénistique, joue un rôle essentiel dans les phases de conception ; l’anecdote de Callias en fournit du reste une preuve indirecte : version théorique et, contrairement aux apparences, encore abstraite de l’œuvre projetée, elle relève de la cogitatio et de l’inventio au même titre que les trois modes de représentation en plan ou en élévation (ichnographie, orthographie, scénographie)36 ; elle entre dans la catégorie de la dispositto, c’est-à-dire des ἰδεαι au sens quasiment platonicien du terme. Les modèles réduits sont l’instrument et le lieu de toutes les expérimentations37 ; celui de Callias était trompeur seulement en ce qu’il était donné comme réalisable alors qu’il faisait fi des contraintes physiques les plus élémentaires, mais il mettait en action un mécanisme manifestement nouveau, qui pouvait contribuer au progrès de la réflexion ; à cet égard son engin preneur d’hélépoles n’était pas plus irréaliste que les catapultes mentionnées par Philon, qui étaient censées utiliser l’air comprimé ou des ressorts de métal38 : ces objets expérimentaux, dans la perspective de l’utilitas immédiate qui est celle de Vitruve39, n’étaient assurément pas recevables, mais de la même façon que, plus tard, les « machines à vapeur » de Héron, ils étaient porteurs d’un savoir théorique et d’une ingéniosité (subtilitas) dans son application, dont la fécondité, souvent mésestimée, a été soulignée par des études récentes40. Au fond Callias était un adepte de cette « mécanique merveilleuse » qui aura tant de succès, à travers la confection des automates, à la cour des Ptolémée41 ; même si sa maquette n’avait pas recours aux « forces invisibles » (air comprimé, vapeur) qui rendaient les machines de Ctésibius si séduisantes, il posait les jalons d’un mécanisme qui, plus tard, trouverait sans doute au moins un début de réalisation : Apollodore de Damas et ses techniciens comprendront un jour que l’un des moyens de contourner les difficultés inhérentes à la construction d’ensembles complexes de grandes dimensions est de procéder à l’assemblage d’éléments de petite taille ; le pont sur le Danube, tel qu’il apparaît sur la Colonne trajane, est caractéristique de cette méthode, qui présente en outre l’avantage de préserver des possibilités de démontage rapide et donc de réutilisation éventuelle tout en évitant de demander aux matériaux des efforts excessifs42. Le seul tort de Callias, pour en revenir à lui, est en somme d’avoir voulu vendre un produit qui n’était autre qu’une « maquette de démonstration » et dont il savait mieux que personne qu’il n’en maîtrisait pas la construction ; en cela il pervertissait l’esprit d’ingéniosité, si caractéristique de la première période hellénistique, mais contrairement à ce que donne à penser Vitruve, nous aurions tendance à croire que c’est lui, plutôt que l’honnête et traditionnel Diognète, qui cheminait sur la voie du progrès.

Abstract

17In connection with the anecdote of Diognetus and Callias (De architectura, X, 16), the author raises the question about the specific difficulties in working out a construction or a machine from a model. The proportional chain can fall into decay within certain limits. This established fact of experience contravenes the mathematical theory of the preservation of the homothetic proportions. The irrevocable breaking of the aristotelic symmetria is here observed through its theoretical and practical consequences. For Vitruvius this historical anecdote is apparently presented in order to show that the « cleverness of architects » triumphs over mechanical methods. His predilection for monuments of moderate size can be interpreted through this problem. Nevertheless, in the Hellenistic and Imperial periods, the architects constantly make use of models, which favoured progress in architectural engineering.

Notes

1 Vitruve, De architectura, X, 16, 3-8. Voir L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. 51 sq. et p. 280 sq. ; E. Romano, 1997, p. 1356 sq. et p. 1403 sq.

2 L’idée est illustrée par un certain nombre de préfaces, notamment celle des livres III et VII (pr. 4-7), et Vitruve ne manque pas une occasion de rappeler qu’il a été, quant à lui, formé au respect des principes moraux les plus rigoureux, développant diverses variations sur la célèbre équation socratique vertu=science. Voir par ex. I, 1,7 ; VI, pr. 4-5. Caractéristique du moralisme de type « sallustien » du Second Triumvirat, cette attitude conduit le théoricien à formuler des jugements plutôt négatifs sur ses collègues (III, pr. 1-3 ; IV, 1,12 ; V, 5,8, etc.). Cf. A. Corso, 1997, p. 866.

3 P. Gros, 1998, p. 34 sq.

4 L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. xxvi sq. et p. 301 sq. ; Ph. Fleury, 1993, p. 221 sq.

5 O. Lendle, 1975 ; E. Q. Marsden, 1971.

6 E. Romano, 1987, p. 208 sq. et p. 216 sq.

7 X, 16,8 ; voir aussi X, 16,12, où il est clairement affirmé que les cités qui ont pu échapper aux assauts mécaniques de la nouvelle guerre de siège le doivent à « l’ingéniosité de leurs architectes » (architertorum sollertia).

8 X, 16,7.

9 X, 16,5.

10 Athénée, Mech., 18, 9 sq., cité par L. Callebat, Ph. Fleury, 1986, p. 284.

11 Ibid., 28,10. Sur l’ensemble de la question, voir surtout G. A. Ferrari, 1984, p. 225 sq., p. 247-248 ; Id., 1985, p. 163 sq. et p. 173-174.

12 Sur le caractère irréalisable de diverses solutions théoriques proposées par la science hellénistique, I. Lana, 1970-71, p. 17 sq. ; Id., 1973, p. 398 sq. ; G. A. Ferrari, 1985, p. 163-179. Vitruve élimine de son traité les inventions qui répondent à « une recherche de l’amusement » (ad deliriarum voluntatem) et renvoie ceux qui s’intéressent à ce genre de chose aux Commentaires rédigés par Ctésibius (X, 7, 4, 5).

13 Aristote, Anal, post, 74a 17. Cf. F. Lasserre, 1990, p. 133 sq.

14 Philon de Byzance, Bel. IV, 1, p. 49,20-51,10 de l’édition R, Schöne ; cf. N. Kaiser, 1990, p. 50-51.

15 Vitruve, X, 10,1 sq. Cf. Ph. Fleury, 1993, p. 240 sq., p. 252, p. 255 sq. ; E. W. Marsden, 1971, p. 108-109 ; P. Green, 1997, p. 526 sq.

16 Voir sur ce point B. Wesenberg, 1994, p. 92.

17 G. A. Ferrari, 1985, p. 168 sq. et p. 175 sq. ; Ph. Fleury, 1993, p. 260-261. Sur la λογοӨεσια, cf. Biton, édit. Wescher, p. 105,15.

18 Philon, Bel. IV, 1, 49, 20 sq.

19 Voir sur ce point les observations très précises de Ph. Fleury, 1993, p. 132 sq.

20 B. Wesenberg, 1994, p. 98 sq.

21 Vitruve, II, 1 et 2. Cf. A. Corso, 1997, p. 119 sq. et p. 171 sq.

22 III, 1, 2 sq.

23 IV, 8, 6 ; V, 7, 1 ; V, 9, 3 ; X, 16, 1.

24 III, 3, 11-13 et notre comment, ad. loc, P. Gros, 1990, p. 119 sq.

25 III, 3,4.

26 Voir, pour les théâtres, le texte très important pour notre propos de V, 7,7 et le commentaire d’A. Corso, 1997, p. 719 sq.

27 Philon, Bel. IV, 51,10.

28 B. Wesenberg, 1994, p. 101 sq. Cet auteur souligne avec raison, après H. Lauter (1986, p. 180 sq.) que Vitruve est en cela l’héritier de la tradition hellénistique : en dépit du goût certain de la période pour la statuaire colossale, par exemple, on note la multiplication, dans l’architecture religieuse, des petits sanctuaires, des chapelles et de toute une panoplie d’édifices nettement moins imposants que ceux de l’époque classique.

29 Ces caractéristiques sont à cet égard les dimensions des colonnes des temples que Vitruve envisage dans les différents ordres aux livres III et IV.

30 Le mot forma présente le plus souvent chez Vitruve le sens de dessin (souvent coté : la formule est alors forma et ratio ; ex. III, 3,13) ; mais il arrive que le mot désigne une maquette, comme c’est probablement le cas en II, pr. 2. Exemplar, moins fréquent, signifie, hors des cas où il veut dire « exemple » ou « exemplaire », modèle graphique peint (comme en 1, 1, 4) ou maquette plastique, comme dans les six occurrences de X, 16.

31 Voir maintenant sur ces questions, dans le catalogue de l’exposition de Barcelone, les études de L. Haselberger, 1997, p. 95 sq. ; J.-P. Adam, 1997, p. 25 sq. ; M. Wilson Jones, 1997, p. 119 sq.

32 Apollodore, Poliorcerique, 137, 2 ; 137, 6 ; cf. G. Commare, 1999, p. 19 et p. 51.

33 Vitruve, I, 2,2.

34 L. Haselberger, 1983, p. 92 sq. ; Id., 1991, p. 99 sq.

35 Héron d’Alexandrie, Mechanica, I, 9 ; 1,15 ; 1,18 (cf. W. Schmidt, 1899, p. 22, p. 30 sq., p. 36 sq.) ; Héron présente en particulier dans ces textes un pantographe remarquablement élaboré. Cf. R. S. Brumbaugh, 1966 ; F. F. Repellini, 1987, p. 337 sq.

36 I, 2,2.

37 Ibid : Species dispositionis, quae araece dicunrur ἰδεαι. Cf., outre le commentaire ad loc. de Ph. Fleury, 1990, p. 105 sq., L. Haselberger, 1997, p. 101.

38 Philon, Bel. IV, 1, 56-57 ; 70-72 ; 77-78. Cf. J. G. Landels, 1978, p. 127 sq. ; P. Green, 1997, p. 524 sq.

39 X, 7.5.

40 D. De Solla Price, 1964, p. 9 sq. ; R. S. Brumbaugh, 1966 ; D. De Solla Price, 1974, p. 60 sq. ; H. von Hesberg, 1987, p. 47-72 (fondamental) ; F. F. Repellini, 1989, p. 330 sq. ; A. Schürmann, 1991 ; G. Traina, 1994, p. 30 sq. ; V. Raidi, 1997 ; R. Amedick, 1999, p. 49 sq.

41 H. von Hesberg, 1987, p. 47 sq.

42 O. Lendle, 1975, p. 103-121 ; G. Martines, 1999, p. 91-105.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540