Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Apollon, la ligue ionienne et les origines de l’ordre dorique, selon Vitruve, IV, 1, 3-6

Les grands ateliers d'architecture dans le monde égéen du VIe s. av. J.-C. Actes du colloque d'Istanbul, 23-25 mai 1991, éd. par J. des Courtils etJ.-Ch. Moretti, Istanbul-Paris, 1993, p. 59- 67 (Varia anatolica, 3)

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 Vitruve. De architectura, IV, 1,3-6. Voici la traduction du passage (à partir du texte que nous avo (...)
  • 2 On en connaît d’autres, dans le même livre IV : citons l’origine du chapiteau corinthien (IV, 1, 9- (...)
  • 3 Cf. F. Jacoby, Die Fragmente dergriechischen Historiker, nouvelle édit., Leyde, 1968, IA, F.11 p. 9 (...)
  • 4 G. Ragone, "La Guerra Meliaca e la struttura originaria délia Lega ionica in Vitruvio IV, 1, 3-6", (...)

1Le développement que Vitruve consacre, au début du livre IV de son De architectural, à la colonisation grecque de l’Asie Mineure est le seul texte antique de quelque ampleur qui traite de l’architecture religieuse archaïque1. Cette réflexion qui s’efforce de situer la genèse des temples doriques et ioniques dans un temps réputé lointain relève en réalité d’un genre littéraire, celui des "récits de fondation", dont les traités hellénistiques et romains sont friands2 ; et l’on sait que ces étiologies, qu’elles concernent les rites, les liturgies ou les édifices, sont en général considérées comme suspectes. Dans le cas présent, les erreurs que charrie le texte vitruvien, depuis longtemps recensées par la critique germanique, semblent déconseiller, en première analyse, d’y rechercher des données objectives3. Des études récentes ont cependant montré que les étrangetés ou inadvertances de ce passage ne sont pas imputables à une dégradation irréversible de la tradition, mais à une recomposition alternative dont la cohérence interne s’avère plus rigoureuse qu’on ne l’admettait naguère4. Un mode d’emploi se dégage de ces observations, qui autorise, après l’identification de l’origine des sources, l’exploitation prudente d’un texte dont les orientations idéologiques, devenues étrangères à l’auteur latin qui se contente d’en transcrire la lettre sans en mesurer la portée, n’ont pas, croyons-nous, totalement ruiné les fondements historiques.

  • 5 IV, 1, 4 : XIII colonies uno tempore inAsiam deduxerunt. Cf. E. Lepore, "La ‘colonizzazione’ greca (...)
  • 6 IV, 1, 4 : cuius loco postea regis Anali et Arsinoes beneficio Zmymaeorum civitas inter Ionas est r (...)
  • 7 Arsinoë est le nom de la femme de Lysimaque ; il fut donné à Ephèse après le synécisme opéré par ce (...)
  • 8 IV, 1, 5 : et primum Apollini Panionio aedem [...] constituerunt.
  • 9 Hérodote, 1,143 et 148. Cf. U. von Wilamowitt-Möllendorff, Pam’omon, SB Berlin, 1906, p. 45 sq.
  • 10 H. Knackfuss, Dos Rathaus von Milet, Berlin, 1908, n° 10, p. 114-115.

2Rappelons d’abord les singularités de l’excursus vitruvien. La première réside dans le fait que, seul de tous les récits antiques traitant de la colonisation ionienne, il définit la confédération originelle, le κοινν τν Ἰώνων, comme un groupement de treize villes, et non pas comme une dodécapole5. L’auteur, ou plus précisément sa source, parvient à ce nombre en ajoutant Melite (la Melia de Hécatée de Milet) à la liste canonique la plus ancienne, et le maintient ensuite à travers les vicissitudes de l’histoire. La deuxième consiste à prêter à l’action évergétique (c’est le sens de beneficium) d’un couple royal étranger à la vraisemblance historique, Attale-Arsinoë, l’intégration de Smyrne à la confédération6 ; tous les commentateurs ont relevé, ironiques ou navrés, cette incongruité, et substitué comme il se doit Lysimaque à Attale7. La troisième, celle qui, pour nous, est chargée de la signification la plus riche tient à la désignation du sanctuaire confédéral comme apollinien8 : en cela Vitruve s’oppose à la tradition d’Hérodote selon qui le sanctuaire en question était consacré à Poséidon Héliconios9. G. Ragone a montré que "cet étrange mélange de notices correctes et de grossières bévues", pour reprendre la formule de Jacoby, et rejeté en conséquence comme l’œuvre d’un romain inculte ou mal informé, gardait la trace d’une savante reconstruction datable sans doute du dernier quart du iiie s. av. J.-C. Elaborée dans l’aire culturelle de Colophon ou de Smyrne, elle témoigne de l’influence décisive exercée à cette époque par les souverains attalides sur les cités grecques de la région ; c’est le moment où le Bασιες Attale Ier réorganise la "triskaidekapolis" et renouvelle le beneficium dont Lysimaque avait gratifié Smyrne vers 290 en lui reconnaissant une représentation autonome au sein du κοινν, comme l’atteste entre autres le décret milésien en l’honneur d’Hippostratos10. Avec une absence de recul qui, certes, ne plaide pas en faveur de sa science, avec des lapsus qui trahissent assurément des lectures quelque peu hâtives, Vitruve nous livre finalement une version qui n’a rien d’absurde. La question est évidemment de savoir si, au-delà de cette logique essentiellement politique, les faits, ou du moins quelques-uns d’entre eux ont été préservés.

  • 11 Cf. sur la question M.O.B. Caspari, "The Ionian Confederacy", dans/Z/S 35 (1915), p.173-188 ; Th. L (...)
  • 12 M. Moggi, Isinecismi interstatali greci, I, Pise, 1976. Voir aussi G. Petzl, Die Inschriften von Sm (...)

3Il est indéniable que du point de vue de la chronologie, le texte de Vitruve souffre d’un phénomène de contraction de la durée. Mais il partage ce défaut avec bien d’autres notices antiques du même genre : on ne saurait reprocher au théoricien latin de placer, comme le Marmor Parium, la création de la confédération dans le même temps que la migration elle-même ; ce télescopage de la κτσις ωνις et du κοιν ν τν Ἰώνων, tous deux situés environ quatre générations après la chute de Troie, soit dans le premier quart du xie s. av. J.-C. (années 1086-85 ou 1076-75) est évidemment erroné. Même si l’on n’admet plus, comme le voulait jadis Wilamowitz, que la "guerre méliaque" a constitué l’acte fondateur de la ligue ionienne, on ne saurait remonter la création institutionnelle du κοινν au delà du ixe s.11. Toutefois la date très tardive —hellénistique en toute hypothèse— envisagée par Vitruve pour l’intégration de Smyrne à la ligue est aujourd’hui admissible, même si les fouilles de la Palaia Smyma sur le site de Bayrakli ont mis en évidence l’hellénisation précoce de la ville. Il semble que pendant des siècles des expédients variés aient seulement assuré une représentation indirecte des Smyrnéens dans le κοινν, à travers en particulier la duplication du vote des Colophoniens, si l’on en croit du moins les travaux de F. Cassola et de M. Moggi12.

  • 13 IV, 1,7 : quaerentes novigeneris speciem isdem vesrigiis... Sur le sens de cette dernière expressio (...)
  • 14 Sur ces questions, voir par exemple A. Malhvitz, "Kritisches zur Architektur Griechenlands und 8. u (...)

4On ne s’étonnera pas davantage que le texte latin n’examine pas, en ce qui concerne la genèse des temples, le problème si épineux des relations entre le sèkos et la péristasis : ce type d’analyse structurelle supposerait une connaissance concrète des plus anciens vestiges observables, qui était évidemment hors de la portée de Vitruve comme de sa source. Le théoricien ne retient en fait que la question de l’origine des ordres, considérant comme une donnée initiale ne souffrant aucune remise en question le schéma du périptère sous sa forme accomplie. Quand il affirme qu’on peut passer de l’ordre dorique à l’ordre ionique sans changer de plan (isdem vestigiis)13, il considère ce dernier comme un acquis préalable et n’imagine pas, aussi loin qu’il remonte dans le temps, qu’il puisse en aller autrement. Cela signifie, si l’on essaie de transcrire la visée vitruvienne en termes de chronologie moderne que les véritables incunables se situent pour lui après l’intégration de la colonnade périphérique, et vraisemblablement aussi, par voie de conséquence, après l’achèvement du processus de pétrification, dont il n’envisage pas, du reste, si l’on en juge par le chapitre suivant, qu’il ait jamais pu affecter autre chose que l’entablement ; pour parler sommairement, nous-dirions volontiers qu’il commence sa réflexion après le temple C de Thermos et l’Héraion d’Olympie. Son archaïsme fondateur n’empiète donc que fort peu sur le viie s. pour se situer plutôt au début du vie s., soit (pour fixer les idées mais avec une large marge d’approximation) aux alentours de la phase de l’Artémision de Corfou ou un peu avant14. C’est du reste bien ainsi qu’il cale sa propre chronologie relative, puisque la construction du Junonis templum d’Argos ne constitue à ses yeux qu’une tentative imparfaite, les choses sérieuses ne commençant pour lui qu’ensuite. Si le rôle d’Argos se trouve ainsi explicitement quoique partiellement reconnu pour la phase préliminaire, des esprits chagrins ne manqueront pas de relever que l’organisation même du raisonnement vitruvien tend dès lors, eu égard à la condensation des épisodes dans une même génération, celle des fondateurs des colonies ioniennes que nous évoquions plus haut, à situer la migration grecque en Asie après le premier Héraion. On peut cependant épargner à Vitruve cette énormité en constatant que le postea du début du paragraphe .4 n’est pas un adverbe (bien que tous les traducteurs modernes le rendent étrangement par un équivalent de "après cela") mais une conjonction de subordination (posteaquatn) qui établit un rapport de postériorité non pas avec la phrase qui vient de finir mais à l’intérieur de celle qui commence : l’inversion des faits est donc nettement moins sensible que ne l’a longtemps laissé croire une lecture trop rapide du texte latin, et il faut plutôt admettre que les deux processus, le dorien et le ionien, se développent concurremment, mais sans interférence chronologique directe.

  • 15 IV, 1, 3 : ...Junonis templum aedificavit, eius generis fortuito formae fanum..
  • 16 IV, 1, 6 : ita dorica cohanna virilis corporis proportionem et firmitatem et venustatem in aedibus (...)
  • 17 Gorgias, 463 b4. Sur la notion d’invenno et le rôle du hasard dans les découvertes artistiques comm (...)

5Disons seulement que la plus lointaine avancée que puisse concevoir Vitruve, en ces périodes qu’il cerne mal et qui relèvent globalement à ses yeux de l’enfance de l’humanité, c’est celle de la découverte "fortuite" de la colonne dorique par les Doriens d’Argolide15. Mais celle-ci ne sera vraiment constituée en un ordre digne de ce nom que lorsque les Ioniens d’Asie lui auront conféré des proportions fondées sur un module anatomique16. En somme il existe selon Vitruve la même distance entre le premier Héraion d’Argos et le plus ancien Panionion qu’entre la cuisine et la médecine selon le Platon du Gorgias : la première reste immergée dans l’μπειρα ; seule la seconde procède de la τχνη17

6La raison de ce dédoublement du processus de la création, qui implique un saut décisif quand on passe du domaine dorien au domaine ionien, qui crédite celui-là d’une pratique sans rationalité (λογον πργμα) et fait la part belle à celui-ci dans l’élaboration du dorique, doit assurément être cherchée dans la nature même de la source vitruvienne. Cette péremptoire ionisation du dorique n’a point d’autre cause.

  • 18 Cf. A. Rumpf, "Bienen als Baumeister", dans Jahrb. der Berliner Museen (1964), p. 5-8.
  • 19 Pindare, Péans, VIII, 65-67 (édit, Snell).

7Dévalorise-t-elle l’ensemble du propos ? Ce serait sans doute aller trop vite en besogne que de l’affirmer. Le gauchissement de la perspective de Vitruve, victime ici comme en tant d’autres circonstances, de la prééminence des manuels ou traités orientaux, ne suffit pas à faire perdre toute crédibilité à une démarche dont il convient de souligner, au terme de ces remarques préliminaires, la réelle originalité. Cette démarche se veut en effet, dans son principe, dégagée de toute affabulation mythique —sauf sur un point crucial qui engage, nous allons le voir, la signification de l’ensemble— et elle entend se déployer sur le terrain de l’histoire. Quelles que soient les faiblesses congénitales de cette prétendue historicité, nous assistons à une laïcisation de l’enquête sur les origines, héritière d’un agnosticisme typiquement hellénistique dont l’historiographie appliquée aux plus anciens temples n’a pas souvent donné l’exemple : songeons seulement à la tradition relative aux premiers sanctuaires apolliniens de Delphes, telle que Pindare, Pausanias ou Philostrate nous la transmettent18. La question que pose Pindare dans l’un de ses Péans ("Quel rythme présentait l’édifice construit par les mains habiles de Héphaïstos et d’Athéna ?")19, Vitruve la pose et s’efforce d’y répondre en se fondant sur le seul savoir-faire ou sur la seule faculté inventive des bâtisseurs d’autrefois, qu’il s’agisse de l’Héraion d’Argos, du Panionion, ou de l’Artémision d’Ephèse, les trois édifices qui constituent pour lui un point de départ absolu.

8Pour démêler ce qui, concrètement, peut être retenu de l’écheveau quelque peu embrouillé de la relation vitruvienne, il faut suivre un fil rouge, celui de l’apollinisme. Apollon est en effet présent du début à la fin du récit, et c’est lui qui nous en donne la clé. Cette constatation peut paraître contradictoire avec le paragraphe précédent ; elle ne lui apporte qu’un correctif qui affecte la présentation du récit et non pas sa nature.

  • 20 IV, 1, 4.
  • 21 IV, I, 4.

9En premier lieu, la mission que les Athéniens confient à Ion, en accord avec toute l’Hellade, est dictée par l’oracle de Delphes (ex responsis Apollinis Delphici)20. D’autre part, et bien que Vitruve ne le dise pas explicitement, il ressort de la longue phrase qui constitue le paragraphe 4 que Ion a été choisi pour la diriger en raison du fait qu’il était lui-même le fils d’Apollon, comme l’affirma le dieu en personne à travers la Pythie du même sanctuaire (quem etiam Apollo Delphis suumfilium in responsis estprofessus)21.

  • 22 Cf. G. Ragone, loc. cit, p. 183 sq.
  • 23 Platon, Euthydème, 302 d et interprétation des scoliastes.
  • 24 Ion, v.1556-1560.
  • 25 Sur ces questions, voir en dernier lieu U. Schädler, "Ionisches und Attisches am sogenannten Erecht (...)
  • 26 Velleius Paterculus, I, 4, 3.
  • 27 Hérodote, 1,142 ; 145-148 ; V, 65 ; VIH, 95 ; VIII, 46-48 ; Thucydide, 1, 2, 6 ; 1, 12, 4 ; Strabon (...)
  • 28 Euripide, Ion, v. 1579.
  • 29 Euripide, Ion, v. 1585-1587.

10Arrêtons-nous un instant à ces circonstances dont on se contente trop souvent de dire qu’elles renvoient à la tradition d’Euripide. Il est clair que la source vitruvienne se rattache ici, en ce qui concerne du moins la naissance du héros des Ioniens, à la tragédie de Ion22 ; cette filiation divine, qui double et annule celle, humaine, de Xuthos, est ignorée des témoignages postérieurs, et seul Platon y fait comme distraitement allusion dans un bref passage de l’Euthydème23. On a même pu affirmer que la formule vitruvienne reprenait comme en écho la phrase du fameux épisode de l’ναγνωρισμς, de la "reconnaissance", qui clôt la pièce d’Euripide : ς δε τκτει σξ πλλωνος πατρς24. C’est en la circonstance Athéna qui parle, mais elle s’exprime à Delphes, et traduit la pensée ainsi que la volonté d’Apollon (μς δ πμπει τος γλους μν φρσαι). Mais là s’arrêtent les similitudes entre Euripide et Vitruve. Le dramaturge grec n’a en effet jamais présenté Ion comme le guide de la migration athénienne en Asie Mineure ; le "roman attique" dont sa pièce nous garde le canevas avait essentiellement pour finalité de désigner Ion comme un véritable descendant d’Erechtée, par l’intermédiaire de sa mère Creuse, en éliminant l’étranger, le métèque que restait Xuthos25. Seul après Vitruve Velleius Paterculus place Ion à la tête des colons helléniques26 ; les autres notices, d’Hérodote à Pausanias, de Thucydide à Strabon, ne reconnaissent parmi les fondateurs des villes du futur κοινν d’Ionie que les Néléides de Pylos et les Codrides d’Athènes27. Certes on peut admettre que l’affabulation d’Euripide contenait en germe la tradition dont Vitruve se fait l’écho, puisque Ion, présenté dès le prologue comme le κτστορσιδος χθονς28, est effectivement l’ancêtre des colonisateurs de l’Ionie, par l’intermédiaire des quatre fils Geleon, Hoples, Argades et Aigikoreus qui lui sont prédits au terme de la pièce par Athéna29. Mais il reste probable que Vitruve ou sa source hellénistique se contentent de tirer ce qu’ils croient être la conséquence du fait que Ion passe pour avoir donné son nom aux Ioniens, lesquels, à l’époque où se constitue la version alternative dont le théoricien latin est tributaire, ne désignent plus les Péloponnésiens du Nord mais seulement les Grecs de la façade égéenne de l’Asie Mineure. On sait que, bien évidemment, c’est à un processus inverse qu’il faut songer, le nom du héros étant tiré du nom du peuple, comme Doros des Doriens.

  • 30 G. Ragone, loc. cit, p. 184.
  • 31 ΙV, 1,5.

11Mais à partir de là se tisse un lien indissoluble entre l’origine mythique du personnage et sa mission humaine : panhellénique dès le départ, la colonisation dont il est le guide s’inscrit dans une logique apollinienne30, et la fondation dont les Ioniens feront leur sanctuaire confédéral —à la fois lieu d’identification et signe tangible de leur caution divine— ne peut être qu’une filiale du temple de Delphes : et primum Apollini Panionio aedem... constituerunt31.

  • 32 A. Meineke, dans Philologus 13 (1858), p. 534.
  • 33 M. Schmidt, Hesychii Alexandrini Laxicon, III, rééd. anastat., Amsterdam, 1965, p. 266,1. 58.
  • 34 Hymne homérique à Apollon, v. 146-155. Cf. Guide de Délos, 3ème édit., 1983, p. 19 et p. 37.

12Dès lors se pose le problème de la définition et de l’identification de ce Panionion apollinien. Il importe d’abord de rappeler que, souvent considérée comme aberrante, la formule vitruvienne n’est pas unique. Le Lexique d’Hésychius propose la même (ερνΑπλλωνος ν ωναᾳ), et c’est abusivement que la leçon des manuscrits a été corrigée par Meineke32 et Schmidt33 en Ποσειδνος. D’autre part nous savons qu’à l’époque archaïque Délos est un grand sanctuaire confédéral pour les Ioniens, comme l’atteste entre autres l’Hymne homérique à Apollon34. La vocation apollinienne du Panionion ou (les deux formulations ne sont pas équivalentes) l’attribution à un sanctuaire apollinien d’Asie Mineure de la fonction confédérale d’un véritable Panionion ne relève donc pas seulement de l’arbitraire d’une recomposition tardive, mais trouve des cautions dans des témoignages antérieurs ou indépendants.

  • 35 G. Kleiner, dans Panionion und Melie, JDAI, 23. Ergänzungsheft, Berlin, 1967, p. 9.
  • 36 S. Ferri, dans Vitruvio (dai abri I-VTI) Rome, 1960, p. 141 ; H. Plommer, dans ABSA 65 (1970), p. 1 (...)
  • 37 IG, III, 175. Cf. G. Ragone, p. 186.
  • 38 Pomponius Mêla, De chorographia, I. 86.
  • 39 J. et L. Robert, Claros I. Décrets hellénistiques, 1, Paris, 1989, p. 4.
  • 40 Pausanias, VII, 5, 2-3.

13Quel sanctuaire asiatique peut prétendre à cette dignité ? Plusieurs candidats ont été proposés, dont Didymes récemment par G. Kleiner35 ; identification évidemment impossible, pour diverses raisons dont la principale est que le sanctuaire en question est présenté par Vitruve comme le parangon de l’ordre dorique, et l’on sait bien que le plus ancien temple de Didymes fut conçu dès le milieu du viie s. av. J.-C, sur le modèle des illustres précédents de Samos et d’Ephèse comme un diptère ionique. Avec raison S. Ferri, H. Plommer, G. Fogazza et G. Ragone ont opté pour l’autre sanctuaire oraculaire d’Apollon en Ionie, celui de Claros36. D’une part en effet le temple principal y est dorique, du moins dans la version de la fin du ive ou du début du iiie s. qu’en ont dégagée les fouilles françaises, et d’autre part les liens de Claros à la fois avec Delphes et la confédération ionienne sont définis par des témoignages explicites ; la dédicace d’un autel athénien du ier s. av. J.-C. sur la façade duquel figure Apollon avec la cithare et le plectre accompagne le nom du dieu des épiclèses suivantes : Πθιος, Kλριος et Πανωνιος37 ; environ un siècle plus tôt, Nicandre de Colophon, poète et prêtre de Claros, rappelait au début de ses Antidotes (λεξιφρμακα, v. 9-11), qu’il avait vécu à l’endroit où les fils de l’enviable Creuse avaient fondé une terre fertile, près des trépieds clariens voués au dieu qui frappe de loin (πριπδεσσι πσρ Κλαροις o) ; l’allusion au mythe d’Ion dont le père divin est garant de la prospérité des Grecs d’Ionie et le caractère delphique du sanctuaire (évoqué par les trépieds) confirment le rôle assumé par Claros pour l’ensemble de la confédération ; enfin Pomponius Mela, tributaire pour sa description de l’Asie d’une source hellénistique antérieure au ier s. av. J.-C, établit également une étroite relation entre Claros et Delphes, puisque, selon lui, l’oracle asiatique aurait été fondé par Mantô, la fille de Tirésias, consacrée par les Epigonoi, les fils des Sept contre Thèbes, à l’Apollon delphique38. A quoi s’ajoute le fait, capital, et bien démontré par J. et L. Robert dans leur toute dernière publication, que si le dieu de Didymes était consulté pour des problèmes individuels ou des angoisses personnelles, celui de Claros ne répondait qu’exceptionnellement à des particuliers, sollicité qu’il était en général par des communautés entières : "L’oracle est avant tout le bienfaiteur des cités et leur dernier recours"39, comme le prouve la masse des inscriptions retrouvées dans les fouilles. Le fait est confirmé par le récit de Pausanias relatif au transfert de Smyrne sur le mont Pagos, au-delà du Mêles : informés du rêve prémonitoire d’Alexandre, les habitants ne se résolurent à quitter leur ancien site qu’après avoir consulté l’oracle de Claros40. Rien ne se faisait à vrai dire, en ce domaine des fondations de cités, sans l’aval de l’Apollon clarien, du moins dans cette partie de l’Asie.

14Certes ces témoignages sont relativement tardifs. Peuvent-ils rétrospectivement justifier l’assimilation de Claros au plus ancien Panionion et détrôner ainsi le sanctuaire de Posédion du Mont Mycale ? Assurément pas. Ils attestent seulement l’importance croissante prise en Ionie par le grand temple oraculaire, et confirment le caractère décisif de ses interventions dans la vie du κοινν, mais pour une période qui, en toute hypothèse, ne semble pas devoir remonter beaucoup au-delà du début de l’époque hellénistique.

  • 41 G. Kleiner, P. Hommel, W. Müller-Wiener, Panionion und Melie, op. cit. et G.E. Bean, Aegean Turkey,(...)
  • 42 Hérodote, I, 143 et 148 ; Pline, HN, 5,114 ; Pomponius Mela, 1,87.
  • 43 Ch. Picard, Ephèse et Claros, BEFAR 123, Paris, 1922, p. 6 sq., p. 45 sp., p. 415 sp.

15L’intérêt de la notice vitruvienne n’en demeure pas moins grand. On ne peut en effet concevoir, quelle que soit la puissance des Attalides et l’importance acquise par le sanctuaire clarien aux iii-iie s. av. J.-C, qu’une telle tradition s’établisse sans être fondée sur le prestige reconnu depuis longtemps d’un lieu de culte vénérable ; semblable substitution n’a quelque chance de s’imposer que si elle échappe à l’arbitraire et entérine un état de fait suffisamment ancien pour avoir progressivement estompé le souvenir de la donnée primordiale, celle du Panionion de Poséidon ; cela suppose aussi, conjointement, une décadence sensible du sanctuaire du Mont Mycale, où les recherches allemandes n’ont du reste pas mis au jour des structures architecturales de grande ampleur41 : on est même en droit de se demander si le "lieu sacré" du premier Panionion (le χρος ρος d’Hérodote ; la regio sacra de Pline et de Pomponius Mêla)42 a jamais comporté autre chose qu’un autel —autel évoqué peut-être par un vers anachronique d’Homère (Iliade, XX, 403-404) à propos de la mort d’Hippodamos. Les traditions littéraires relatives à Claros, recueillies par, O. Immisch et Ch. Picard, attestent d’autre part que ce sanctuaire fonctionnait dès le viiie s. av. J.-C, ce que confirment les ἀναθματα : archaïques retrouvés sur le site43.

  • 44 Cf. notre édition de Vitruve, De l’architecture. Livre III, Paris, CUF, 1990, p. 102 et 110.
  • 45 W. Koenigs, dans Ist Mut. 33 (1983), p. 134 sq. ; W. Hoepfner, E.L. Schwandner, Haus und Stadt im k (...)
  • 46 Cf. B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, (...)

16Dans ces conditions, l’hypothèse émise naguère par R. Martin selon laquelle l’actuel temple d’Apollon aurait remplacé un édifice antérieur, non encore vérifiée par la recherche sur le terrain, trouve dans le texte du De architectura une caution inattendue. En dépit des correctifs qu’elle appelle et du caractère fort indirect de son témoignage, la notice vitruvienne est finalement la seule à proposer une définition architecturale du plus ancien temple clarien. Il serait sans doute aussi imprudent que naïf de prendre au pied de la lettre les données ici présentées. Celles-ci procèdent d’un esprit étranger à la période archaïque à laquelle elles sont censées renvoyer : la notion de symmetria au sens de commodulatio, manipulée par Vitruve, est caractéristique des spéculations de la fin de l’époque classique44 ; et d’autre part, le fait de considérer le diamètre inférieur de la colonne comme le module par excellence ne se vérifie qu’à partir du début de l’époque hellénistique : les travaux de W. Koenigs, de W. Hoepfner, de E.L. Schwandner et de J.J. De Jong ont bien établi que dans les constructions de Pythéos, par exemple (temple d’Athéna Polias à Priène ou Mausolée d’Halicarnasse), c’est encore la plinthe qui joue le rôle de module45. Malgré cela, le rapport D/H tel que Vitruve le restitue (1/6) dans ce premier exemple de temple dorique "organisé" si l’on peut dire, n’est pas invraisemblable, même s’il paraît en première analyse trop élevé pour un édifice archaïque ; on sait en effet que leurs colonnes sont en général nettement plus ramassées (1/3,8 pour la façade de l’Apollonion de Syracuse ; 1/4,17 pour l’Héraion d’Olympie ; 1/4,90 pour l’Artémision de Corfou). C’est seulement plus tard, au ive s., que se vérifie une relation proche de celle de Vitruve dans les temples doriques (1/6,07 à l’Athénaion de Tégée ; 1/6,03 au temple de Zeus de Stratos ; 1/6,34 au temple de Zeus de Némée)46.

  • 47 Particulièrement à celles de l’ordre eustyle (III, 3,6 et 10).
  • 48 Cf. P. Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste BE (...)
  • 49 Pline, HN, 36,178.
  • 50 III, 1, 2.

17Dira-t-on qu’il faut en l’occurrence tenir compte de la tyrannie des normes canoniques de la fin du classicisme sur l’esprit d’un épigone attardé ? Pour Vitruve, habitué aux colonnades élancées de l’ordre ionique47, observateur réticent mais influençable des façades pycnostyles de la Rome de son temps48, une proportion de 1/6 est effectivement ce qu’il peut imaginer de plus trapu. Pline de son côté présentera le même rapport comme caractéristique du dorique archaïque49. On doit aussi garder en mémoire la métaphore anthropomorphique sous-jacente à ces textes, aux termes de laquelle l’ordre dorique présente la vigueur d’un corps d’homme : Vitruve est dès lors lié par le "canon" anthropométrique présenté au livre III, où le pied humain passe pour être contenu six fois dans la hauteur du corps50.

  • 51 B. Wesenberg, op. cit., p. 32 sq.
  • 52 P. de la Coste-Messelière, dans BCH 87 (1963), p. 639 sq.
  • 53 R. Martin, dans Grèce hellénistique, Coll. Univers des Formes, Paris, 1970, p. 10.

18Tout cela est vrai. Pour autant on ne saurait faire table rase de ces indications chiffrées. Pas plus que la définition apollinienne du Panionion, dont nous venons de mesurer la relative historicité, le système proportionnel énoncé dans le même passage ne doit être traité à la légère. B. Wesenberg a montré dans une étude approfondie combien la proportion de 1/8 donnée par Vitruve à la colonne du plus ancien temple ionique d’Asie, où l’on peut reconnaître sans beaucoup d’hésitation le premier Artémision d’Ephèse, méritait d’être prise en considération51 ; elle est en toute hypothèse plus proche de la vraisemblance archaïque que celle de 1/12, généralement admise à la suite des travaux de F. Krischen. A propos du "Panionion" de Claros, il n’est pas indifférent de relever que, lorsque la possibilité nous est donnée d’évaluer les proportions des plus anciens temples doriques, de ceux qui, par la minceur de leur fût et la largeur de leur échine en galette, gardent le souvenir formel des supports de bois, elles apparaissent proches de celles de Vitruve : la plus ancienne tholos de Delphes, étudiée par R. Demangel et P. de la Coste-Messelière, présente effectivement des colonnes dont le rapport D/ est voisin de 1/652. Nous retrouvons ici, et peut-être pas par hasard, la période située à la charnière du viie et du vie s. qui nous est déjà apparue comme la plus représentative de l’archaïsme vitruvien. En tout cas il importe de souligner que la proportion ainsi définie n’est pas celle du temple clarien visible à la fin du iiie s. (date présumée de la constitution du récit dont s’inspire Vitruve) ni a fortiori à l’époque de la rédaction du De architectura. R. Martin a en effet pu montrer, à partir des tambours effondrés de l’édifice hellénistique, que le rapport D/H y valait 1/6,62, ce qui représenterait pour le théoricien latin s’il en avait eu connaissance une proportion "évoluée", proche de celle, 1/7, qu’il prône ensuite au nom de l’elegantia (IV, 1, 8) et qu’il recommande dans son chapitre normatif (IV, 3)53. Donc la relation 1/6 présentée dans le texte qui nous occupe relève d’une tradition antérieure, qui a résisté aux nouvelles données introduites par la reconstruction du temple, et prend de ce fait un poids singulier ; on peut exclure en l’occurrence toute confusion entre les phases anciennes et récentes, du genre de celle que Vitruve a commise ailleurs à propos de l’Artémision d’Ephèse.

  • 54 Cf. en dernier lieu U. Finster-Hotz, Der Bauschmuck des Athenatempels von Assos, Rome, 1984.
  • 55 J. J. Coulton, ‘Toward Understanding Donc Design ; The Stylobat and Intercolumnation", dans ABSA 69 (...)
  • 56 E. L. Schwandner, "Beobachtungenzur hellenistichen Tempelarchitekturvon Pergamon", dans Hermogenes (...)
  • 57 Cf. R. Tomlinson, "The Donc Order : Hellenistic Critics and Criticism", dans JHS 83 (1963), p. 133 (...)
  • 58 Diodore de Sicile, 15, 49 ; Strabon, VIII, 7, 2. Cf. L. Robert, dans Hellenica XIII (1965), p. 120- (...)
  • 59 IV, 1,5.

19Si l’on juge recevable cette tentative pour faire sortir des limbes d’une théorie sans ancrage réel un texte souvent lu mais plus rarement scruté dans la complexité de ses stratifications, il est permis de considérer sous un angle différent le problème du dorique en Asie Mineure. L’idée d’un temple apollinien construit à Claros à l’époque archaïque paraît s’imposer, pour les raisons que nous avons essayé de rassembler. En d’autres termes l’exemple de l’Athénaion d’Assos en Troade, édifié dans les années 540-530, toujours situé à l’origine de la série malgré l’étrangeté ionisante de la frise figurée de son architrave54, sortirait de son isolement et serait même sans doute à placer après le prétendu Panionion vitruvien. A un moment où se développe la réflexion sur les périptères doriques en milieu oriental, grâce en particulier au travaux de J. J. Coulton et de H. Knell55, où la découverte toute récente d’un grande temple de cet ordre à Pergame, due à E.L. Schwandner56, pose en termes renouvelés la question du dorique chez les Attalides, cet élargissement vers le haut d’une histoire trop longtemps confinée entre le ive et le iie s. (avec les temples d’Amyzon, d’Ilion et de Cos), n’est assurément pas négligeable. Il se confirme que le dorique n’a pas été introduit sur la rive orientale de la mer Egée comme l’une des expressions du pouvoir macédonien, malgré ce qu’on en a pu dire naguère ou plus récemment57 ; son implantation est plus ancienne, et l’on est tenté dès lors de rendre quelque crédit à une autre tradition littéraire, sous-jacente au texte vitruvien, celle des φιδρματα ou des φιδρσεις, selon qu’on emploie le mot de Diodore ou celui de Strabon, de ces maquettes de temples qui auraient été utilisées par les Ioniens pour leurs fondations religieuses58. La formule de Vitruve appliquée au Panionion apollinien, uti videront in Achaia (avec toutes les ambiguïtés attachées, au moment où il rédige, à la notion ethnique et géographique d’Achaïe) fait sans doute allusion à une procédure du même genre59.

20Sans gloser ici sur le degré de réalité d’une telle évocation et sur les questions qu’elle pose quant aux échanges concrets entre la Grèce propre et l’Asie Mineure à date haute, nous en retiendrons que dès le début le temple dorique en Ionie est conçu comme un objet architectural faisant explicitement référence et peut-être ostensiblement concurrence à des modèles prestigieux. Les cas toujours cités à ce propos, ceux de l’Asklépiéion de Cos répondant au sanctuaire d’Epidaure, de l’Athénaion d’Ilion imitant jusque dans son programme décoratif le Parthénon d’Athènes, trouveraient dès lors un précédent en ce temple archaïque de l’Apollon clarien dont la filiation delphique est si prolixement établie par la source de Vitruve.

21Dans le climat de dépréciation qui débouchera rapidement sur l’abandon des symmetriae doriques, et qui est celui où s’élabore la version alternative de l’histoire de la colonisation utilisée par le théoricien latin —dépréciation dont Vitruve fait état en IV, 3, et dont nous avons des indices archéologiques assez éloquents— l’exaltation du plus ancien temple de Claros, élevé au rang de Panionion, trouve sans doute son explication dans la volonté de justifier le choix de cet ordre pour la reconstruction hellénistique du nouveau temple apollinien. Mais, pour excessif que soit l’αιτιον dans sa revendication d’une primauté absolue et originelle du sanctuaire oraculaire d’Apollon, la part de vérité sur laquelle il s’appuie et à laquelle il doit son efficacité reste pour nous riche d’enseignements. Dégagée de sa gangue erronée ou affabulatrice, elle restitue, croyons-nous, un aspect important des modalités de l’introduction du dorique en Asie Mineure et apporte quelque lumière sur les premières phases d’une histoire encore bien obscure.

Notes

1 Vitruve. De architectura, IV, 1,3-6. Voici la traduction du passage (à partir du texte que nous avons établi pour notre édition de ce livre dans la Collection des Universités de France, Paris, 1992) :
3. Effectivement, alors qu’il régnait sur l’Achaïe et l’ensemble du Péloponnèse, Dorus, fils d’Hellénos et d’une nymphe des eaux, fit construire en l’antique cité d’Argos un sanctuaire de Junon, un temple qui, par un effet du hasard, se trouva être de cet ordre dorique ; il en alla de même dans les autres villes d’Achaïe, bien qu’à l’époque ne fût pas encore né le calcul des relations modulaires.
4. Mais après que, conformément aux oracles de l’Apollon de Delphes et aux termes d’une résolution commune à toute l’Hellade, les Athéniens eurent déduit en une seule fois treize colonies, mis un chef à la tête de chacune d’elles et confié la haute main sur toute l’opération à Ion, le fus de Xouthos et de Creuse, Ion que de surcroît l’Apollon delphique reconnut en ses oracles comme son propre fils, une fois que celui-ci eut conduit les colons en Asie et se fut rendu maître du territoire de la Carie, il y fonda de très vastes cités, Ephèse, Milet, Myus (laquelle put un jour engloutie par les eaux ; ses cultes et son droit de suffrage purent attribués par les Ioniens à Milet), Priène, Sàmos, Téos, Colophon, Chios, Erythrae, Phocée, Clazomèncs, Lébédos, Mélité (l’arrogance de ses habitants valut à cette Mélité une guerre déclarée par les autres cités, au terme de laquelle, d’un commun accord, elle put supprimée ; par la suite, grâce au bon vouloir du roi Anale et d’Arsinoë, la cité de Smyme put admise à sa place parmi les villes ioniennes).
5. Après l’expulsion des Cariens et des Lélèges, les dites cités appelèrent Ionie, du nom de leur chef Ion, cette région du monde où, ayant à fonder des sanctuaires pour les dieux immortels, ils entreprirent de construire des édifices de culte. Ils consacrèrent d’abord un temple à l’Apollon Panionios, sur le modèle de ce qu’ils avaient vu en Achaïe, et ils le déclarèrent dorique parce que c’est dans les villes des Doriens qu‘ils avaient observé pour la première fois des constructions de ce genre.
6. Mais lorsqu’ils voulurent dans ce temple mettre en place des colonnes, dans l’ignorance où ils étaient de leurs relations modulaires, et à la recherche d’un système qui les rendît capables de porter les charges et de présenter à la vue une beauté assurée, ils prirent la mesure de l’empreinte d’un pied d’homme et la transposèrent sur la dimension verticale. Ayant observé en effet que le pied correspondait chez l’homme au sixième de sa taille, ils appliquèrent le mime rapport à la colonne ; ainsi, la largeur qu’ils avaient donnée à la base du fût, ils la reportèrent six fois sur la hauteur, en y incluant le chapiteau. Dès lors la colonne dorique commença de présenter, dans les édifices religieux, la solidité et la beauté d’une stature virile.

2 On en connaît d’autres, dans le même livre IV : citons l’origine du chapiteau corinthien (IV, 1, 9-10) ou celle des entablements dorique et ionique (IV, 2).

3 Cf. F. Jacoby, Die Fragmente dergriechischen Historiker, nouvelle édit., Leyde, 1968, IA, F.11 p. 9 et IA, p. 321.

4 G. Ragone, "La Guerra Meliaca e la struttura originaria délia Lega ionica in Vitruvio IV, 1, 3-6", dans Rivista di Filologia e Istruzione classica, 114, Turin, 1986, p. 173-205.

5 IV, 1, 4 : XIII colonies uno tempore inAsiam deduxerunt. Cf. E. Lepore, "La ‘colonizzazione’ greca e i suoi problemi", dans Storia e Civiltà dei Greci, I,1. Origini e sviluppo della città, Milan, 1978. p. 230 sq.

6 IV, 1, 4 : cuius loco postea regis Anali et Arsinoes beneficio Zmymaeorum civitas inter Ionas est recepta.

7 Arsinoë est le nom de la femme de Lysimaque ; il fut donné à Ephèse après le synécisme opéré par celui-ci (Strabon, XIV, 1. 21 ; cf. E. Will. Histoire politique du monde hellénistique, I, 2eme édit., Nancy, 1979, p. 101 sq).

8 IV, 1, 5 : et primum Apollini Panionio aedem [...] constituerunt.

9 Hérodote, 1,143 et 148. Cf. U. von Wilamowitt-Möllendorff, Pam’omon, SB Berlin, 1906, p. 45 sq.

10 H. Knackfuss, Dos Rathaus von Milet, Berlin, 1908, n° 10, p. 114-115.

11 Cf. sur la question M.O.B. Caspari, "The Ionian Confederacy", dans/Z/S 35 (1915), p.173-188 ; Th. Lenschau, dans RE IX/ 2 (1916), col. 1869-93, s.v. Iones ; G.L Huxley, The Eorly Ionians, Londres, 1966 ; G. Ragone, loc. cit, p. 177-178.

12 M. Moggi, Isinecismi interstatali greci, I, Pise, 1976. Voir aussi G. Petzl, Die Inschriften von Smyma, 2ème édit., II, 1, Bonn, 1987, n. 577.

13 IV, 1,7 : quaerentes novigeneris speciem isdem vesrigiis... Sur le sens de cette dernière expression voir notre édition commentée du livre IV, dans la Collection des Universités des France, Paris, 1992, p. 65 sq.

14 Sur ces questions, voir par exemple A. Malhvitz, "Kritisches zur Architektur Griechenlands und 8. und 7. Jahrhunderte", dans AA, 1981, 4, p. 599 sq.

15 IV, 1, 3 : ...Junonis templum aedificavit, eius generis fortuito formae fanum..

16 IV, 1, 6 : ita dorica cohanna virilis corporis proportionem et firmitatem et venustatem in aedibus praestare coepit.

17 Gorgias, 463 b4. Sur la notion d’invenno et le rôle du hasard dans les découvertes artistiques comme dans les progrès techniques, cf. A. Burford, Künstler und Handwerker in Griechenland und Rom, 2ème édit., Munich, 1985, p. 220 sq. et p. 230 sq.

18 Cf. A. Rumpf, "Bienen als Baumeister", dans Jahrb. der Berliner Museen (1964), p. 5-8.

19 Pindare, Péans, VIII, 65-67 (édit, Snell).

20 IV, 1, 4.

21 IV, I, 4.

22 Cf. G. Ragone, loc. cit, p. 183 sq.

23 Platon, Euthydème, 302 d et interprétation des scoliastes.

24 Ion, v.1556-1560.

25 Sur ces questions, voir en dernier lieu U. Schädler, "Ionisches und Attisches am sogenannten Erechtheion in Athen", dans AA (1990. 3), p. 374 sq.

26 Velleius Paterculus, I, 4, 3.

27 Hérodote, 1,142 ; 145-148 ; V, 65 ; VIH, 95 ; VIII, 46-48 ; Thucydide, 1, 2, 6 ; 1, 12, 4 ; Strabon, VIII, 7,3 ; X, 5,2, sq. ; XTV, 1,3 sq. ; Pausanias, VII, 1,5-9 et VII, 2-5. Cf. M.B. Sakellariou, La migration grecque en Ionie, Athènes, 1958.

28 Euripide, Ion, v. 1579.

29 Euripide, Ion, v. 1585-1587.

30 G. Ragone, loc. cit, p. 184.

31 ΙV, 1,5.

32 A. Meineke, dans Philologus 13 (1858), p. 534.

33 M. Schmidt, Hesychii Alexandrini Laxicon, III, rééd. anastat., Amsterdam, 1965, p. 266,1. 58.

34 Hymne homérique à Apollon, v. 146-155. Cf. Guide de Délos, 3ème édit., 1983, p. 19 et p. 37.

35 G. Kleiner, dans Panionion und Melie, JDAI, 23. Ergänzungsheft, Berlin, 1967, p. 9.

36 S. Ferri, dans Vitruvio (dai abri I-VTI) Rome, 1960, p. 141 ; H. Plommer, dans ABSA 65 (1970), p. 182 ; G. Fogazza, dans PP 28 (1973), p. 161 ; G. Ragone, loc. cit., p. 185 sq.

37 IG, III, 175. Cf. G. Ragone, p. 186.

38 Pomponius Mêla, De chorographia, I. 86.

39 J. et L. Robert, Claros I. Décrets hellénistiques, 1, Paris, 1989, p. 4.

40 Pausanias, VII, 5, 2-3.

41 G. Kleiner, P. Hommel, W. Müller-Wiener, Panionion und Melie, op. cit. et G.E. Bean, Aegean Turkey, 1966, p. 216-218.

42 Hérodote, I, 143 et 148 ; Pline, HN, 5,114 ; Pomponius Mela, 1,87.

43 Ch. Picard, Ephèse et Claros, BEFAR 123, Paris, 1922, p. 6 sq., p. 45 sp., p. 415 sp.

44 Cf. notre édition de Vitruve, De l’architecture. Livre III, Paris, CUF, 1990, p. 102 et 110.

45 W. Koenigs, dans Ist Mut. 33 (1983), p. 134 sq. ; W. Hoepfner, E.L. Schwandner, Haus und Stadt im klassichen Griechenland, Munich, 1986,191 sq. ; J.J. De Jong, dans BABesch 63 (1988), p. 129 sq.

46 Cf. B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin, 1983, p. 101-102 et D. Mertens, Der Tempel von Segesta und die dorische Tempelbaukunst des griechischen Westens in klassischer Zeit, Mayence, 1984, 1984, p. 133 sq.

47 Particulièrement à celles de l’ordre eustyle (III, 3,6 et 10).

48 Cf. P. Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste BEFAR 231, Rome, 1976, p. 102sq.

49 Pline, HN, 36,178.

50 III, 1, 2.

51 B. Wesenberg, op. cit., p. 32 sq.

52 P. de la Coste-Messelière, dans BCH 87 (1963), p. 639 sq.

53 R. Martin, dans Grèce hellénistique, Coll. Univers des Formes, Paris, 1970, p. 10.

54 Cf. en dernier lieu U. Finster-Hotz, Der Bauschmuck des Athenatempels von Assos, Rome, 1984.

55 J. J. Coulton, ‘Toward Understanding Donc Design ; The Stylobat and Intercolumnation", dans ABSA 69 (1974), p. 61-86 ; H. Knell, "Die Hermogenes-Anekdote und das Ende des dorischen Ringhallentempels", dans Vïtruv-Kolloquium, Darmstadt, 1984, p. 41-64.

56 E. L. Schwandner, "Beobachtungenzur hellenistichen Tempelarchitekturvon Pergamon", dans Hermogenes und die hochhellenistische Architektur, Berlin, 1990, p. 85-102.

57 Cf. R. Tomlinson, "The Donc Order : Hellenistic Critics and Criticism", dans JHS 83 (1963), p. 133 sq.

58 Diodore de Sicile, 15, 49 ; Strabon, VIII, 7, 2. Cf. L. Robert, dans Hellenica XIII (1965), p. 120-125.

59 IV, 1,5.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540