Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Situation stylistique et chronologique du chapiteau corinthien de Vitruve

L'acanthe dans la sculpture monumentale de l'Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993, p. 27-37

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 De architectura, IV, 1, 9.
  • 2 Ibid., IV, 1, 10.
  • 3 Ibid., IV, 1, 11-12. Sur les systèmes d’énonciation adoptés par Vitruve, cf. les intéressantes rema (...)

1Nulle autre section des deux livres que Vitruve consacre à la description des ordres (III et IV du De architectura) n’offre une structure comparable à celle des paragraphes où il présente le chapiteau corinthien. Trois systèmes d’énonciation s’y succèdent et, dans une certaine mesure, s’y imbriquent : un tableau de genre en forme d’anecdote étiologique (le tombeau de la jeune Corinthienne)1, un récit d’origine désignant les circonstances de l’invention et l’inventeur du type en la personne du sculpteur Callimaque2 et un texte normatif proposant une recette de construction3. La ou plutôt les traditions qui nous sont ainsi transmises (à travers quels relais ?) ont toutes chances d’être assez hétéroclites, mais il importe, avant de rejeter telle ou telle partie de cet ensemble très composé, de comprendre le système de valeurs dont il est tributaire et qui lui assure, en dépit des apparences, une certaine unité.

  • 4 Cf. les définitions anthropomorphiques des trois ordres en IV, 1, 6-7-8.
  • 5 Cf. en dernier lieu sur ces questions H. Lauter, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt, 1986, (...)
  • 6 G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles avant J.-C, Paris, BEFAR 199, 1961, p (...)
  • 7 H. Knackfuss, Das Rathaus von Milet, Berlin, 1908, p. 25-79, pl. xi et xiv ; G. Kleiner, Die Ruinen (...)
  • 8 H. Lauter, op. cit., p. 202 et 268.

2Le chapiteau corinthien représente d’abord pour Vitruve le dernier échelon d’une hiérarchie qui s’exprime à travers la définition symbolique et anthropomorphique des différents ordres : du dorique au corinthien, à travers l’étape importante du ionique, nous passons progressivement du « fruste-solide-viril » au « raffiné-délicat-virginal »4 ; les notions de sveltesse et de finesse (gracilitas, teneritas), exclusivement réservées au corinthien, caractérisent cet épanouissement final et correspondent implicitement à un mode d’emploi qui justifie ou explique les détails de l’anecdote fondatrice. Mis en œuvre dans la première période hellénistique, mais déjà ébauché à la fin de l’époque classique, le système répond initialement à un mouvement qui progresse de l’extérieur vers l’intérieur et du bas vers le haut. Le dorique est consacré de préférence aux propylées et aux structures portantes externes ; l’ionique apparaît en général dans les niveaux intermédiaires ; le corinthien est d’abord conçu comme l’ordre inférieur ou supérieur par définition5. Ce jeu, plus esthétique ou intellectuel que proprement architectural, admet toutes les variantes possibles, chaque entorse apparente à la norme devant être reçue comme une recherche. Ainsi les Propylées Nord d’Epidaure, datés par G. Roux de la première moitié du iiie siècle avant J.-C, présentent d’une façon orthodoxe des chapiteaux ioniques à l’extérieur et corinthiens à l’intérieur, comme du reste deux temples contemporains du même sanctuaire, celui d’Artémis et le temple L6 : mais les interversions ne manquent pas, au Léonidaion d’Olympie ou au gymnase de Sycione, par exemple, ainsi qu’au Bouleutérion de Milet où, comme le note H. Lauter, l’opposition dehors-dedans peut aussi se lire devant-derrière : on y trouve une avant-cour pourvue d’un propylon corinthien alors que l’ordonnance de l’édifice lui-même, externe comme interne, est dorique7, à l’inverse de ce qui se produit au propylon de Ptolémée II de Samothrace, antérieur il est vrai de plus d’un siècle, où le corinthien était encore réservé à la façade tournée vers le sanctuaire8.

  • 9 J.-J. Coulton, Greek Architects at Work. Problems of Structure and Design, Londres, 1977, p. 124 et (...)
  • 10 Op. cit., IV, 1, 11 : spatia enim ita iustas ahebunt frontes quoquoversus latitudinis. La notion de (...)
  • 11 A. Mallwitz, « Ein Kapitell aus gebrannten Ton, oder zur Genesis des korinthischen Kapitells », X. (...)
  • 12 H. Knell, Grundzüge der griechischen Architektur, Darmstadt, 1980, p. 8 et ss.

3Mais, c’est là toute l’ambiguïté du propos vitruvien, au moment où le théoricien recueille les éléments de sa compilation, ou plus exactement à la date qui est celle de ses sources, le corinthien, sans rien perdre de ses délicates efflorescences, est devenu un élément structurel à part entière que ses avantages par rapport aux deux ordres antérieurs rendent apte à s’intégrer à toutes les ordonnances. Il se distingue radicalement du dorique en ce qu’il n’offre pas une forme compacte et se prête aux contrastes de lumière et d’ombre auxquels les bâtisseurs hellénistiques sont si sensibles. Il se distingue aussi et surtout du ionique en ce qu’il possède, grâce à une véritable « quadrature » matérialisée par l’abaque au-dessus du calathos, quatre « faces » identiques enrobant un noyau circulaire ; il permet ainsi la résolution satisfaisante du problème des angles, pour lequel divers palliatifs — chapiteaux « diagonaux » par exemple9 — avaient été recherchés dans les temples ioniques, aucun ne parvenant à effacer le vice rédhibitoire du chapiteau à balustres qui est de présenter des faces différentes opposées deux à deux. Vitruve insiste d’emblée, dans son texte normatif, sur l’invariabilité de l’aspect du corinthien sous quelqu’angle qu’on l’aborde (quoquoversus)10. A. Mallwitz a pu montrer que certains prototypes de la fin du ve et du ive siècle étaient directement dominés par cette question11, et il ne fait guère de doute que la supériorité du corinthien, en ce domaine, une fois la formule mise au point, a amplement contribué à son succès12.

  • 13 Pausanias I, 26,7 : Callimaque est l’inventeur du travail du marbre « à la perforation ». Cf. H. Dr (...)
  • 14 Pline, HN, 34, 92. Sur cct artiste, et la crise des arts plastiques dont il est à la fois le témoin (...)

4Ces deux qualités spécifiques, raffinement et élégance du décor d’une part, aptitude à régner sur les quatre côtés d’une peristasis ou d’un quadriportique d’autre part, informent dans le De architectura aussi bien l’anecdote du tombeau de la jeune fille que les préceptes constructifs puisque l’acanthe est particulièrement adaptée à un schéma d’enrobement : la couverture d’un volume cylindrique ou tronconique est facilitée par sa pousse « en culot » et par ses tiges florifères ; le motif, même stylisé dans la pierre, ne trahit pas la réalité puisqu’il présente l’avantage d’une répétition rythmique avec la possibilité d’une organisation symétrique. Mais ces qualités intrinsèques expliquent aussi le rôle accordé à Callimaque, dont Pausanias nous apprend qu’il fut le premier à dégager des vides dans les objets qu’il ciselait en marbre13 : même si elle est, comme on peut le penser, largement fictive, l’attribution de la mise au point du corinthien à cet artiste-sculpteur et non pas simple lapicide — et qui plus est, d’après Pline, bronzier14 — n’est pas sans signification pour le chapiteau lui-même, caractérisé par la rupture entre le calathos et les volutes d’angles, par les enroulements plus ou moins autonomes des hélices et le retroussis des feuilles d’acanthes.

  • 15 Th. Homolle, dans RA, 1916, 2, p. 17 ; S. Ferri, Vitruvio (dai libri I-VII), comment. ad loc., p. 1 (...)
  • 16 P. Gros, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 30, 1, Berlin, New York, 1982, p. 682 (...)
  • 17 G. Roux, op. cit., p. 359 et ss. et H. Bauer, Korinthische Kapitelle des 4. Und 3. Jahrhunderts v. (...)
  • 18 Vitruve, op. cit., IV, 2. Cf. G. Gullini, « Sull’origine del fregio dorico », Mem. Accad. delle Sci (...)

5Nous devons donc assumer la totalité du texte, en dépit de l’évidente inanité de sa prétention à restituer une genèse ; le mépris avec lequel est rejetée l’historiette initiale, ce « conte de nourrice », cette « storiella », depuis Th. Homolle jusqu’à S. Ferri et W.-D. Heilmeyer15, se comprend si l’on s’en tient à une réflexion extérieure au projet vitruvien. Il n’est pas légitime si l’on essaie de situer le chapiteau présenté par le théoricien dans son cadre chronologique et stylistique16. Nul bien sûr ne saurait contester que les plus anciennes versions du corinthien, de Bassae à Tégée, n’ont que peu de points communs avec l’objet décrit par Vitruve et que donc on ne saurait attribuer, comme il croit pouvoir le faire, les proportions et les composantes des paragraphes normatifs au schéma originel17’. Il y a là un refus de la notion d’évolution qui est caractéristique de sa démarche : la même erreur de perspective se retrouve au chapitre suivant lorsque la charpente de comble tardo-hellénistique est présentée comme le modèle et la justification fonctionnelle des premiers entablements de pierre18. Mais ces télescopages — dont Vitruve n’est du reste pas le seul à se rendre coupable — ne suffisent pas à dévaluer sa tentative de recomposition à la fois anecdotique et théorique. Je dirais même que c’est tout le contraire : cette tentative nous livre, avec ses imperfections mêmes, l’esprit d’une époque et la teneur d’un projet que, curieusement, on n’a jamais essayé de définir en tant que tels, bien que ces paragraphes vitruviens aient été plus exploités que tout autre texte antique.

  • 19 F.-W. Heilmeyer, op. cit., p. 12 et ss.

6La définition ici proposée est, on l’a souvent noté, celle du chapiteau corinthien « normal », le « Normalkapitell » ou « Normaltyp » des archéologues allemands19. Ce qu’on entend par là, c’est un calathos entouré de deux couronnes d’acanthes, derrière lesquelles surgissent deux caulicoles par face — la collerette de ces caulicoles atteignant le sommet de la seconde couronne — d’où sortent des calices dont les feuilles supportent, vers l’extérieur, les volutes, et vers l’intérieur les hélices ; l’abaque est orné, au centre de ses quatre côtés, par un fleuron dont la tige, dissimulée ou non par une feuille intermédiaire ou une palmette, monte entre ou derrière les enroulements opposés des hélices. Mais le chapiteau « normal » c’est aussi, indépendamment de ses éléments constitutifs, une forme conçue globalement comme un objet architectonique, et non plus seulement comme une fantaisie plus ou moins arbitraire : cela signifie que le décor y manifeste une vigueur et un réalisme qui confèrent à l’ensemble un aspect nécessaire et contribuent à mimer le geste de supporter une charge.

  • 20 H. Lauter, op. cit., p. 267 et ss.
  • 21 C. Williams, « The Corinthian Temple of Zeus Olbios at Uzuncaburc ; A Reconsideration of the Date » (...)
  • 22 R. Tolle Kastenbein, « Sur l’Olympiéion comme premier temple périptère d’ordre corinthien », Akten (...)
  • 23 J. Keil, dans JOAI, Beiheft 29, 1936, p. 141-142 ; C. Praschniker, « Die Datierung des Mausoleums v (...)
  • 24 G. Kleiner, dans Sitz. Berichte der wissenschaftlichen Gesellschaft Frankfort am Main, 1, 1962, n  (...)
  • 25 Ch. Borker, « Die Datierung des Zeus-Tempels von Olbia-Diokaisareia », AA, 1971, p. 37-54 ; C. Will (...)
  • 26 H. Knackfuss, op. cit., pl. xi-xii.
  • 27 Sur la « phase de l’Hécatéion de Lagina », W.-D. Heilmeyer dans Der Rundtempel am Tiber in Rom, DAI (...)

7Bien que l’histoire du chapiteau hellénistique reste à écrire, nous savons tout de même aujourd’hui que les premières utilisations fonctionnelles du corinthien, et l’achèvement concomitant de son organisation décorative, dans l’ignorance où nous sommes de la situation exacte des chapiteaux corinthiens de l’Asklépiéion d’Athènes, datent du début du iiie siècle avant J.-C. et se rencontrent d’abord dans les fondations des Lagides ou des Séleucides20. Le propylon de Ptolémée II à Samothrace constitue, comme l’a rappelé récemment C. Williams, l’étape décisive et aussi l’exemple fondateur : construit avant 280 avant J.-C. il utilise pour la première fois le corinthien dans un ordre extérieur, en le réservant toutefois à la face interne de l’entrée monumentale, celle qui est tournée vers le sanctuaire21. En toute rigueur, ce chapiteau de Samothrace représente la plus ancienne version du type normal : la répartition des volumes et l’harmonie puissante des éléments végétalisés en font un véritable modèle, que les réalisations postérieures toujours citées, comme les chapiteaux de l’Olympiéion d’Athènes dans le secteur constuit sous l’égide d’Antiochos IV ne surpasseront pas22. Vient ensuite, quelques décennies plus tard, si l’on admet l’hypothèse de J. Keil, à laquelle celui-ci crut devoir lui-même renoncer après les critiques de C. Praschniker, le chapiteau du Mausolée de Bélévi23 ; l’on s’accorde aujourd’hui à le dater des années du milieu du iiie siècle, ce qui pourrait effectivement le désigner comme le tombeau d’Antiochos II, mort à Ephèse en 246 ; il n’y a pas lieu de discuter ici les propositions chronologiques plus tardives avancées par G. Kleiner et K. Stàhler24. Notons seulement que, plus compact et à certains égards moins achevé que le chapiteau du Ptolémaion, celui de Bélévi présente un décor homogène, et que la position angulaire de son caulicole massif lui confère une remarquable efficacité tectonique. Enfin, pour en rester aux éléments les plus représentatifs, les chapiteaux du temple de Zeus à Diocésarée (Olba) de Cilicie, longtemps datés du règne de Séleucos Ier Nicator (donc d’avant 281) sur la foi d’une inscription que Ch. Börker a dissociée de l’édifice lui-même, présentent eux aussi une organisation qui, si l’on excepte la variante sans lendemain des caulicoles doubles et des hélices croisées, se recommande par sa cohésion25 ; je n’insiste pas, là non plus, sur les problèmes de datation, même si la récente attribution du temple à Antiochos IV me parait un peu hasardée. De toute façon vers la même époque les œuvres dues à la munificence du même souverain — Bouleutérion de Milet et Olympiéion d’Athènes — confirment la solidité du schéma (en dépit du maniérisme des chapiteaux milésiens)26. L’évolution qu’on peut suivre, en Asie Mineure, jusqu’à la phase de l’Hécatéion de Lagina à la fin du iie siècle ne cesse d’affirmer l’autonomie des composantes et l’unité de l’ensemble, sans céder encore à un académisme desséchant27.

8Dans ce contexte, où et comment se situe le chapiteau corinthien ?

  • 28 Vitruve, op. cit., IV, 1, 9 : is calathus fortuito supra acanthi radicem fuerat conlocatus.
  • 29 Vitruve, op. cit., IV, 1, 9 : ab angulis tegulae ponderis necessitate expressi...

9L’anecdote étiologique semble en première analyse étrangère à la rigueur tectonique des exemplaires ci-dessus évoqués puisque les feuillages qui se déploient autour de la corbeille ne jouent aucun rôle dans la construction initiale et naissent par hasard (fortuito)28 Cependant cette émergence des acanthes revêt d’emblée la forme d’un effort symétriquement organisé, puisque les tiges supérieures se recourbent sous les quatre angles de la tuile qui couronne le calathos29 ; cette courbure est due tout autant à la poussée de la vie qu’au poids de l’objet, les deux forces, l’une orientée vers la lumière, l’autre tendant vers le bas par simple gravité (pondus) s’annulant finalement en un équilibre durable. L’enroulement terminal de la volute n’est donc déjà plus l’expression d’un linéarisme abstrait mais celle d’une vigueur contrariée. Cette dynamique où l’élément végétal semble lancer un défi à la matière pesante contribue sans aucun doute, dans l’esprit des architectes et des ciseleurs hellénistiques, au charme spécifique du chapiteau corinthien et à l’efficacité de la métaphore qu’il développe.

  • 30 Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 9 = Heraclite, fragt. 51 de H. Diels, W. Kranz, F (...)
  • 31 Pline, HN, 35, 29- Cf. maintenant A. Rouveret, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne (ve s (...)
  • 32 Cf. notre commentaire ad loc. dans l’édition CUF de Vitruve, De l’architecture, livre III, Paris, 1 (...)
  • 33 Op. cit., IV, 1, 10.
  • 34 Ibid., IV, 1, 12.
  • 35 Ibid., IV, 1, 9.
  • 36 Cf. maintenant H. Bauer, op. cit., p. 14-64.
  • 37 G. Roux, op. cit., p. 362 et ss.
  • 38 Th. Homolle, loc. cit., p. 17-60.

10Cette idée que de la lutte entre les éléments constitutifs d’un objet naît la beauté n’est pas en soi originale : elle retrouve somme toute la vieille notion de la παλντροποξ αρμονη de l’harmonie contre-tendue, pour reprendre la traduction proposée par J.-P. Dumont à propos du fragment 51 d’Héraclite, notion que la critique classicisante du début de l’époque hellénistique avait réactivée30 : signalons simplement le tonos (tension) dont nous entretient Pline pour évoquer l’opposition entre les valeurs foncées et les valeurs claires dans le jeu chromatique des œuvres picturales31 ; signalons aussi la notion vitruvienne d’asperitas appliquée à l’esthétique architecturale, qui exprime le contraste entre l’ombre et la lumière dans une séquence de colonnes32. Mais dans le cas du corinthien la nouveauté tient à ce que l’un des éléments est vivant et que dans le rapport des forces qui s’instaure à l’intérieur de l’œuvre il devrait, en raison même de sa faiblesse, avoir le dessous ; or c’est lui qui mime la puissance. Ce paradoxe, ce jeu sur l’apparence, est tout entier contenu dans la singulière locution employée par Vitruve pour désigner la beauté propre à la composition qui séduit Callimaque : foliorum nascentem teneritatem33 ; l’idée de la croissance irrépressible alliée à celle de la fragilité disent bien que l’acanthe n’habille pas la corbeille comme une parure amorphe mais l’enveloppe en une poussée dont l’artiste devra restituer à la fois le mouvement et la grâce. Et de fait, dans le schéma normatif, les termes qui s’appliquent aux caulicoles et aux volutes n’évoquent pas une position mais une projection (folia projecta, volutae quae procurrunt)34 ; ces locutions reproduisent dans la pierre l’image de la plante du cimetière de Corinthe (profudit, crescentes)35. Un tel souci de réalisme n’a évidemment rien à voir avec l’ordonnance très schématique des premiers chapiteaux corinthiens reconstituables de la fin du v ou du début du ive siècle, celui du temple de Bassae avec ses feuilles stylisées, ses volutes sans caulicoles et ses hélices basses36 ou celui de la Tholos de Marmaria à Delphes, avec ses deux spirales opposées de part et d’autre d’une palmette axiale37. L’anecdote fondatrice telle que Vitruve la recueille ou la transpose est en réalité, dans son esprit sinon dans son détail, déjà celle du « type normal » défini plus haut. Soulignons au passage que le théoricien se soucie peu, en l’occurrence — et malgré le cadre choisi pour son récit — du caractère funéraire de l’acanthe, jadis mis en avant par Homolle38 ; ce qui l’intéresse c’est la faculté de celle-ci à épouser la forme d’un support et à l’animer par sa vigueur propre.

  • 39 Sur le dessin comme dernier recours après épuisement des formulations écrites chez Vitruve, P. Gros(...)

11Les composantes de son chapiteau-modèle procèdent de la même recherche : la double couronne d’acanthes, les volutes et les hélices sont appelées par la nécessité de rendre l’impression d’une force luxuriante — une luxuriance maîtrisée par la répartition rythmique des feuilles et des tiges. Mais sur ces questions le texte de Vitruve est d’une sécheresse qui confine à l’abstraction et a de toute évidence découragé la plupart des exégètes. Le phénomène est d’autant plus étonnant que ni la description ni la nomenclature ne soulevaient, pour le chapiteau corinthien, les difficultés de formulation que le théoricien avait rencontrées dans le livre précédent pour définir, entre autres, la spirale de la volute ionique. La métaphore végétale cautionnée par l’anecdote initiale simplifie grandement l’énoncé en autorisant le recours à un vocabulaire aussi efficace qu’imagé. Le fait du reste que Vitruve n’ait renvoyé dans ce texte à aucune figure prouve bien qu’il estimait pouvoir épuiser le sujet avec les mots dont il disposait et qu’aucune construction géométrique ne l’obligeait à recourir au graphisme39. Or non seulement il se contente d’un épannelage sommaire qui exclut toute indication sur l’aspect des acanthes, le découpage de leurs lobes, la forme des vides entre leurs digitations, etc., mais il néglige même certains détails indispensables à la définition des composantes : rien ne nous est dit de la lèvre du calathos, de l’orientation des caulicoles (verticaux ou obliques), de l’existence d’une tige du fleuron.

  • 40 Vitruve, op. cit., IV, 1, 12.
  • 41 F. Krohn, édit. Teubner, Leipzig, 1912, p. 79, 1. 21.
  • 42 C. Fensterbusch, Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 174 (avec traduction non (...)
  • 43 S. Ferri, op. cit., p. 146.
  • 44 V. Rose, H. Müller-Strübing, éd. Teubner, Leipzig, 1867, p. 87, 1. 23 [reprise d’une conjecture de (...)
  • 45 H. Bauer, op. cit., Beilage 17 et 18.

12À cette difficulté interne s’ajoutent les incertitudes de la tradition. Je n’en citerai qu’une, qui grève un point essentiel, c’est la formule relative aux hélices : elle est en effet ambiguë, puisque la leçon des principaux manuscrits est la suivante : [...] volutae minoresque hélices intra suum médium qui est in abaco flores subjecti scalpantur40. La conjecture de Krohn (sinum au lieu de suum), à la fois efficace et économique, doit être, croyons-nous, conservée, car elle fait allusion au rentrant curviligne de l’abaque dans sa partie centrale, et définit la position de l’enroulement sommital des hélices41’ ; mais le problème principal reste celui de la ponctuation : l’éditeur le plus récent a choisi de placer un point après hélices, solution qui présente l’avantage d’associer dans une même phrase les hélices et les volutes, mais qui rend la dernière partie de la formule incompréhensible42. Pour résoudre la difficulté il nous semble inévitable de placer une ponctuation forte avant hélices, comme du reste le faisait S. Ferri43. Il reste alors à corriger flores en flori, modification imposée par le sens (il n’existe qu’un fleuron par face) et proposée du reste jadis par Rose et Müller-Strübing44 pour obtenir la phrase suivante : [...] volutae ; minoresque hélices, intra sinum médium qui est in abaco, flori subjecti scalpantur (« dans l’espace défini par la courbure centrale, on sculptera des hélices, enroulements d’un moindre volume, placées sous le fleuron »). Mais si elle est plus satisfaisante pour la remise en ordre du texte et sa signification, cette lecture n’est pas la plus facile quant à la restitution du schéma, car elle dissocie les hélices des volutes, et surtout élimine toute indication sur l’origine des premières ; il n’est plus dit explicitement qu’elles naissent, comme les volutes, des caulicoles. Certes, Vitruve ne dit pas non plus qu’elles n’en sont pas issues, mais son silence laisse planer un doute, d’autant que, on le sait, les hélices au sens canonique ont tardé à s’imposer (les chapiteaux du Philippéion d’Olympie ou du temple de Zeus à Némée, à la fin du ive siècle, n’en possèdent pas encore)45 et que même dans certains exemplaires hellénistiques leur situation par rapport aux caulicoles ne paraît pas très claire ; on notera du reste que les hélices sont, dans le développement vitruvien, le seul élément qui ne trouve pas de caution dans le récit étiologique.

13L’ambiguïté est peut-être due seulement à une sorte de raideur pédagogique dans l’ordonnance du texte. Vitruve tenant à consacrer une phrase à chaque composante du registre supérieur, les volutes, les hélices et enfin le fleuron, et escamotant ainsi ce qu’il considérerait comme une redite inutile, c’est-à-dire l’origine des hélices. La position du fleuron sur l’abaque et surtout le fait qu’il n’empiète pas sur le calathos semblent attester d’autre part que les modèles issus de la Tholos d’Epidaure ou de l’Asklépiéion d’Athènes n’ont plus cours dans les sources qu’il utilise, et que l’archétype envisagé n’est pas antérieur à la fin du iiie siècle ou au début du iie siècle. Cette situation du fleuron laisse aux hélices la possibilité de monter jusqu’au contact de l’abaque lui-même, sans s’arrêter sous la lèvre du calathos, comme c’est encore le cas au Ptolémaion de Samothrace ou au Mausolée de Bélévi. La probabilité reste donc grande que, dans la version décrite par Vitruve, les hélices soient dès lors bien en place, et tributaires du même caulicole que les volutes, comme au Bouleutérion de Milet, à l’Olympiéion d’Athènes ou au temple hellénistique de Mylasa, pour ne prendre que quelques exemples. Mais le texte nous interdit de l’affirmer formellement.

  • 46 L’un de ceux qui a fait (et continue de faire) le plus de ravages est celui de A. Choisy dans son V (...)

14En ce qui concerne les proportions du chapiteau, ces fameuses symmetriae auxquelles Vitruve attache tant d’importance, nous nous heurtons à des apories du même ordre, qui expliquent sans doute que la question n’ait jamais été traitée au fond et que la plupart des schémas graphiques jusqu’ici proposés soient faux46. Il est vrai que, là encore, le développement du De architectura est elliptique. Pour juger de la masse d’un chapiteau et de sa silhouette, les mensurations utiles sont celles de sa hauteur, de la largeur de son abaque, de son diamètre de base et du diamètre supérieur de son calathos. Or une seule de ces mesures nous est explicitement fournie, les autres ne peuvent être que déduites avec, pour certaines, une marge d’incertitude.

  • 47 Vitruve, op. cit., IV, 1, 11.
  • 48 Cl. Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris, 2e éd., 1684, n. 16, p. 108.
  • 49 P. Gros, « Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve », MEFRA, 88, 1976, p. 669-704.

15La hauteur totale du chapiteau (H) est égale, nous est-il dit, au diamètre inférieur de la colonne (D). La seule autre donnée disponible est la diagonale de l’abaque, qui vaut 2 D47 ; cette indication est en elle-même bien étrange, non pas, comme le croit Perrault, parce que Vitruve n’évoque pas l’abattement des angles de l’abaque au-dessus des volutes jointives48 (car de la Tholos d’Épidaure au temple rond du Forum Boarium les abaques restent souvent en pointe dans les exemplaires hellénistiques), mais parce que la dimension technique nécessaire au carrier comme au lapicide est bien plutôt le côté de l’abaque ; c’est lui qui détermine, avec la hauteur du chapiteau, le volume total du bloc à tailler (sauf dans les cas où le cercle tangent à l’extrémité des feuilles des acanthes présente un diamètre supérieur à la largeur de l’abaque, comme par exemple au temple de Zeus à Némée) ; mais rien de tel n’est plus observable après le début du iiie siècle. En fait si Vitruve n’évoque pas le côté de l’abaque (L), c’est que celui-ci correspond, dans le dessin plus ou moins abstrait qu’il démarque, à une valeur irrationnelle, V2 D, que le théoricien ne peut ni ne veut exprimer, car cette mesure n’entre pas, par définition, dans le système de totale commensurabilité qu’il entend coûte que coûte établir49.

  • 50 F. Rakob, W. -D. Heilmeyer, op. cit. (supra n. 27), p. 23 et ss. et Beilage 16.

16Quoi qu’il en soit le rapport L/H est donc de 1,414/1 (valeur approchée), soit 14/10 ou de 7/5, ce qui confère à la dimension horizontale du chapiteau une valeur éminente ; rappelons qu’à Bélévi le même rapport est de 16/15 ; il faut attendre la fin du iie siècle avant J.-C. pour trouver une relation du même ordre, au temple rond du Forum Boarium à Rome, par exemple, où l’on approche de 4/3, soit 20/15 (la relation vitruvienne est très voisine puisqu’elle équivaut à 21/15)50.

  • 51 B. Wesenberg, op. cit., p. 101 et ss. et p. 110 et ss.

17Quelle est la largeur utile du carré de l’abaque ? Sa réduction latérale est obtenue par une courbe dont la flèche atteint 1/9e de la dimension du côté, soit √2/9D ; la partie centrale de l’abaque, tangente au sommet des côtés curvilignes, est donc un carré dont le côté vaut √2 D – 2√2/6 D = 1,10 D. La donnée n’est pas sans intérêt car elle nous livre à la fois la dimension de la partie portante du chapiteau et celle du diamètre supérieur du calathos, du moins de leurs limites maximales. De toute façon le chapiteau vitruvien est apte à recevoir une architrave ionique du type canonique, puisque celle-ci, d’après les proportions énoncées dans le livre III, présente toujours, quel que soit le cas de figure, une largeur au lit de pose inférieure à D. C’est la confirmation du fait que Vitruve raisonne, à propos du chapiteau corinthien, en fonction des principes de l’ordre ionique, comme du reste il l’a indiqué dès le début du chapitre, où il considère le premier comme une simple variante du second51.

  • 52 Cf. notre édition (citée) du livre III, p. 20 et p. 121 et ss.
  • 53 W.-D. Heilmeyer (supra, n. 27) op. cit., p. 24 et ss.
  • 54 Pour la datation des fragments architecturaux de la « façade des captifs » de Corinthe à l’époque a (...)

18Pour le calathos, le théoricien ne nous permet d’en apprécier les dimensions qu’au prix d’un détour, puisque rien ne nous est dit de son diamètre de base (d) sinon que, pour des raisons obvies, il doit être égal au diamètre supérieur du fût mesuré à son lit d’attente, sans l’apophyge ni l’astragale. Compte tenu de la remarque précédente, il est légitime de penser que le chapiteau décrit est conçu, comme le chapiteau ionique du livre III, pour les colonnes qui n’excèdent pas 25 pieds de haut ; celles-ci, d’après III, 3, 12, sont soumises à une contractera, c’est-à-dire à une réduction sommitale qui établit leur diamètre supérieur dans la fourchette proportionnelle suivante par rapport à D (diamètre inférieur de la colonne) : entre 6/6,5 et 6/752. Le diamètre inférieur (d) du chapiteau doit donc osciller dans ces limites ; comme sa hauteur vaut elle-même D cela signifie que la relation H/d est égale à 6,5/6 ou 7/6. Même en ne retenant que la proportion la plus élancée, c’est-à-dire la seconde 1/0,85, il s’avère que le chapiteau vitruvien appartient à une catégorie relativement trapue. L’évolution des proportions des chapiteaux hellénistiques d’Asie Mineure et de Grèce montre que seuls les plus anciens présentent un diamètre de base égal ou supérieur aux 3/4 de leur hauteur, les plus récents voyant leur dimension verticale s’accroître relativement, de telle sorte qu’à la fin du iie siècle beaucoup n’ont plus qu’un diamètre égal ou inférieur aux 2/3 de celle-ci53. De fait les proportions les plus proches de celles du schéma vitruvien se rencontrent au chapiteau corinthien du Didyméion (1/0,86), à ceux du Mausolée de Bélévi (1/0,72), du Bouleutérion de Milet (1/0,82) ou de l’Olympiéion d’Athènes (1/0,817). À titre de comparaison, le chapiteau de l’Hécatéion de Lagina présente un rapport de 1/0,66, voisin de celui du temple rond du Forum Boarium à Rome (1/0,63). Pour retrouver des proportions analogues à celles que préconise Vitruve, il faut descendre beaucoup plus bas, dans les décennies situées autour du changement d’ère, ou les chapiteaux de l’Agrippéion d’Athènes ou de la « façade des captifs » de l’agora de Corinthe possèdent de nouveau un diamètre inférieur équivalant à 0,82 ou 0,87 de leur hauteur54.

  • 55 H. Bauer, op. cit., Beilage 11, 15 et 17.

19Les subdivisions de la dimension verticale du chapiteau suscitent également quelque perplexité, en raison de leur difficulté à s’insérer dans des séries cohérentes. La part réservée à l’abaque (1/7e de H), relativement faible, témoignerait en faveur d’une phase assez tardive puisque, longtemps maintenue autour de 1/5e (de la Tholos d’Epidaure au Philippéion d’Olympie et au Mausolée de Bélévi), avec des réductions ponctuelles à l/6e (Asképiéion d’Athènes, temple de Zeus à Némée), elle ne diminue vraiment qu’au cours du iie siècle pour se fixer à 1/7e et même parfois un peu moins à la fin du siècle (par exemple à l’Hécatéion de Lagina). Mais la répartition des couronnes d’acanthes qui doivent occuper respectivement 1/3 et 2/3 du calathos, soit 2/7e et 4/7e de H, est plus difficile à apprécier en termes de chronologie. Les secunda folia atteignent ainsi un niveau élevé, qu’on observe soit sur certains chapiteaux très anciens (Temple d’Aléa Athéna à Tégée, Tholos d’Epidaure, Philippéion d’Olympie)55, soit beaucoup plus tard sur les exemplaires néo-attiques de la seconde moitié du ier siècle avant J.-O, comme ceux de l’Odéon d’Agrippa ; dans les phases intermédiaires, où il nous semble que se situent le ou les modèles de Vitruve, cette même seconde couronne d’acanthes monte en général moins haut, dépassant à peine la moitié de la corbeille, alors que la première couronne atteint, elle, facilement le tiers du calathos comme le veut le théoricien romain, et le dépasse même souvent, comme au Monument de Laodikè à Milet, au gymnase de Stratonicée ou à l’Hécatéion de Lagina. Ces nuances ne sont peut-être plus très significatives au moment où Vitruve compile ses fiches ; il faut tout de même rappeler que de la hauteur laissée au registre supérieur par les couronnes d’acanthes dépend l’angle de départ des volutes et des hélices, et donc l’élan du décor tout entier.

  • 56 Cf. à ce sujet les observations très pertinentes de B. Wesenberg, op. cit., p. 164 et ss. et p. 178 (...)

20Est-il possible de hasarder une conclusion à partir de ces données qui restent éparses ? Si l’on veut suivre la démarche du théoricien, il convient de distinguer, ici comme dans la plupart des autres textes normatifs du De architectural, les modalités de la constitution de la doctrine et son élaboration définitive ou, si l’on préfère, de séparer la stratification théorique du discours d’apparence unitaire qui l’enveloppe56.

  • 57 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Vienne, 1914, p. 35 et ss.
  • 58 Vitruve, op. cit., IV, 3, 1 et VII, praef, 12.
  • 59 Ibid., IV, 1, 5-6.
  • 60 Ibid., IV, 1, 1.

21Pour le premier point, il est probable que l’essentiel du schéma corinthien est, comme celui du chapiteau ionique, plus ou moins directement démarqué d’un ou de plusieurs modèles orientaux. A. Birnbaum, qui pourtant ne connaissait, au début de ce siècle, qu’un seul exemple de chapiteau corinthien en Asie Mineure, celui du Didyméion, était déjà de cet avis, et avançait comme source ponctuelle de Vitruve le nom d’Arcesios57. Cet architecte, deux fois cité dans le De architectura et inconnu par ailleurs, était paraît-il l’auteur d’un Asklépiéion à Tralles et avait milité comme Pythéos et Hermogénès, pour l’abandon du dorique ; surtout, il avait rédigé un traité sur les relations proportionnelles du corinthien (de symmetriis corinthiis)58. L’hypothèse est donc séduisante mais évidemment invérifiable. Il reste que l’importance de la tradition microasiatique dans la formation de la pensée vitruvienne sur les ordres, la tonalité très nettement orientalisante du chapitre où s’inscrivent les développements sur le corinthien (puisque même la mise au point du dorique sous sa forme modulaire accomplie y est attribuée aux Ioniens !)59, enfin les liens qui s’établissent, aux yeux de Vitruve, entre l’ordre ionique et l’ordre corinthien, le second ne constituant qu’une variante du premier60, tout cela nous oriente vers l’Asie Mineure. A ces considérations liées au texte lui-même s’ajoutent les faits objectifs que nous rappelions plus haut : l’Anatolie et les îles proches du littoral asiatique sont, aux iiie et iie siècles, la terre d’élection du « chapiteau normal ».

  • 61 A. Mallwitz, « loc. cit. », dans X. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin, 1981, p. 318- (...)
  • 62 Cf. notre édition du livre IV (CUF), Paris, 1992, p. 8 et p. 79

22Le rôle fondateur reconnu à Callimaque l’Athénien n’est pas contradictoire avec le tropisme vitruvien, car la tradition relative aux origines procède évidemment d’une recomposition tardive, nous l’avons constaté ; recomposition à laquelle ont sans doute contribué les architectes du début de l’époque hellénistique et, plus que d’autres, les épigones orientaux de Pythéos et d’Hermogénès cités par Vitruve, habiles à théoriser l’héritage architectural grec en personnalisant les « inventeurs » et en oubliant — comme après eux le théoricien latin — les étapes du cheminement vers ce qu’ils considéraient en leur temps comme la perfection d’un type. Il est inutile d’insister sur le fait qu’on s’accorde aujourd’hui pour placer à Athènes, dans la seconde moitié du ve siècle avant J.-C, l’élaboration des prototypes, ces chapiteaux « à double volute » restitués et étudiés par A. Mallwitz et P. Pedersen entre autres61. Mais les travaux de Bauer ont montré, après ceux de G. Roux, que la route était longue ensuite, jusqu’au chapiteau de Bassae et aux premiers véritables « corinthiens » des années 360-350. De toute façon il est exclu de lire avec Choisy, au terme de la notice vitruvienne sur Callimaque : ex eo in operis perfectionibus Corinthii generis dis-tribui rationes ; ce qui établit un lien direct entre le sculpteur athénien et le système théorique énoncé dans le De architectura ; il faut impérativement garder la leçon distribuit et laisser à Callimaque la responsabilité de la première définition rationnelle du corinthien, ce qui maintient dans le texte une césure au moins théorique entre celle-ci et le schéma modulaire présenté ensuite par Vitruve62.

  • 63 Sur la faible probabilité d’un séjour effectif de Vitruve à Athènes, en raison des erreurs que véhi (...)

23Tradition orientale, donc, mais de quelle époque ? Il nous est apparu qu’au total les éléments du système proportionnel et les caractères généraux de la composition, malgré des discordances incontournables, situent le modèle utilisé par Vitruve entre les exemplaires du Mausolée de Bélévi et ceux de l’Hécatéion de Lagina. La fourchette, dira-t-on, reste large (environ 150 ans), mais si ledit modèle garde quelques traits attardés comme la faiblesse relative de sa dimension verticale, il témoigne par beaucoup d’autres aspects d’un degré d’évolution qui nous oblige à descendre vers le terme inférieur de la période ainsi définie ; nous songeons notamment au peu d’épaisseur de son abbaque et à la rigoureuse définition de ses composantes (à l’exception des hélices). Nous pencherions donc volontiers pour un schéma datable pour l’essentiel de la seconde moitié du iie siècle avant J.-C. Mais on ne saurait exclure l’hypothèse que Vitruve l’a sur plusieurs points importants modifié en tirant parti de certaines créations plus récentes et quasi contemporaines de l’époque où il rédigeait, à Athènes ou à Corinthe par exemple, même s’il reste douteux qu’il ait pu en avoir une connaissance directe63.

  • 64 Cf. à ce sujet B. Wesenberg, op. cit., p. 111.
  • 65 Cf. les exemples efficacement rassemblés par M. Wilson-Jones, « Designing the Roman Corinthian Orde (...)
  • 66 Sur ce difficile problème, cf. B. Wesenberg, op. cit., p. 26 et ss. et l’appendice de notre édition (...)

24Cela dit, il convient encore de tenir compte du goût de Vitruve pour les rapports numériques simples, et du travail de « remaniement rationnel » auquel il croit par voie de conséquence devoir se livrer sur ses modèles. Ainsi l’étonnante partition du calathos — étonnante car jamais vérifiée à l’époque hellénistique — procède sans doute d’un souci de clarification numérique et de simplicité constructive ; les organisations ternaires ne manquent pas dans le De architectura, et jouissent visiblement aux yeux du théoricien d’une particulière faveur. Il en va de même pour H, la hauteur totale : seule mensuration de tout le traité sur les ordres à être égale au diamètre inférieur de la colonne — le module par excellence de la symmetria vitruvienne — elle doit peut-être sa définition à la nécessité de limiter les variantes introduites par le choix éventuel du chapiteau corinthien dans une ordonnance ionique ; le rapport 1/1 entre H et D autorise une péréquation aisée, puisque le chapiteau ionique vaut lui-même, théoriquement, 1/3 de D64. Là encore la caution archéologique reste faible ; en principe en Italie, dans tous les exemples recensés d’époque républicaine ou du début de l’époque impériale65, H reste nettement supérieure à D (sauf au temple rond de Tivoli), si du moins on mesure D dans le tiers inférieur du fût et non pas au listel de l’apophyge comme le propose maintenant B. Wesenberg66. En milieu hellénistique oriental, le nombre d’édifices autorisant une telle observation est mince ; s’il s’avère qu’au Bouleutérion de Milet, du moins dans la restitution de H. Knackfuss, le rapport H/D est très proche de 1 ; il est clair cependant que l’accroissement de la dimension verticale entraîne, dans le courant du iie siècle, la rupture de cette relation trop simple. Mais Vitruve a pu, ici comme en d’autres occasions, contaminer plusieurs exemples ou plusieurs témoignages, retenant chaque fois ce qui lui paraissait le plus propre à une élaboration proportionnelle schématique, jugée par là-même efficace.

25A vrai dire nous sommes un peu, devant un tel texte, comme devant une stratigraphie d’apparence homogène qui livre, quand on en tamise la terre, des tessons de dates différentes et certains même de provenance inconnue. L’archéologue en pareil cas s’en tient aux éléments les plus récents pour dater ses couches. Pour nous le problème est plus compliqué, et dans une large mesure insoluble, car les traits jugés les moins anciens n’annulent pas les rémanences, et il nous faut prendre en considération l’ensemble du système. Vitruve s’est, de toute évidence, donné beaucoup de mal pour limer les aspérités issues de la diversité de ses données de base, mais il n’a pu éliminer totalement les incohérences internes, et le schéma qu’il nous transmet demeure à bien des égards à la fois singulier et composite. Résultat de compromis multiples dont nous n’entrevoyons que quelques-uns, ce schéma renvoie, certes, pour l’essentiel, à une période à peu près circonscrite dans le temps, que nous avons essayé de définir. Mais son utilisation systématique, pour la recomposition d’édifices romains, si fréquente encore dans la pratique archéologique, relève, au mieux de l’imprudence, au pire de l’absurde.

Le chapiteau corinthien et la légende de ses origines d’après Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, seconde édition, Paris, Coignard, 1684, planche XXIII.

Notes

1 De architectura, IV, 1, 9.

2 Ibid., IV, 1, 10.

3 Ibid., IV, 1, 11-12. Sur les systèmes d’énonciation adoptés par Vitruve, cf. les intéressantes remarques de F. Choay, La règle et le modèle. Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, 1980, p. 148 et ss. et notre édition commentée Vitruve, De l’architecture, livre IV, Paris, CUF, 1992, p. xxviii et ss.

4 Cf. les définitions anthropomorphiques des trois ordres en IV, 1, 6-7-8.

5 Cf. en dernier lieu sur ces questions H. Lauter, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt, 1986, p. 257 et ss.

6 G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles avant J.-C, Paris, BEFAR 199, 1961, p. 223 et ss. et p. 253 et ss.

7 H. Knackfuss, Das Rathaus von Milet, Berlin, 1908, p. 25-79, pl. xi et xiv ; G. Kleiner, Die Ruinen von Milet, Berlin, 1968, p. 77 et ss.

8 H. Lauter, op. cit., p. 202 et 268.

9 J.-J. Coulton, Greek Architects at Work. Problems of Structure and Design, Londres, 1977, p. 124 et ss. ; pour les volutes angulaires du chapiteau de Bassae, G. Roux, op. cit., p. 37 et ss. et p. 344 et ss. H. Knell, Vitruvs Architekturtheorie, Darmstadt, 1985, p. 49 et ss. et fïg. 9.

10 Op. cit., IV, 1, 11 : spatia enim ita iustas ahebunt frontes quoquoversus latitudinis. La notion de justesse ou de correction (iustas frontes) appliquée aux faces du chapiteau corinthien procède autant de leur rigoureuse identité que de leur construction rationnelle.

11 A. Mallwitz, « Ein Kapitell aus gebrannten Ton, oder zur Genesis des korinthischen Kapitells », X. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin, 1981, p. 318-352 et part. p. 345 et ss.

12 H. Knell, Grundzüge der griechischen Architektur, Darmstadt, 1980, p. 8 et ss.

13 Pausanias I, 26,7 : Callimaque est l’inventeur du travail du marbre « à la perforation ». Cf. H. Drerup, dans MDAI, 5, 1952, p. 16 et n. 41 ; A. Mallwitz, op. cit., p. 341 et ss.

14 Pline, HN, 34, 92. Sur cct artiste, et la crise des arts plastiques dont il est à la fois le témoin et Tun des acteurs. T. Hölscher, dans Storia e Civiltà dei Greci, VI, La crisi della Polis, Rome, 1979, p. 380-385. Cf. aussi F. Preiss-Hofen, dans Studia Platonica. Festschrift H. Gundert, Amsterdam, 1974, p. 21 et ss.

15 Th. Homolle, dans RA, 1916, 2, p. 17 ; S. Ferri, Vitruvio (dai libri I-VII), comment. ad loc., p. 144 et ss. ; W.-D. Heilmeyer, Korinthische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970, p. 13.

16 P. Gros, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 30, 1, Berlin, New York, 1982, p. 682-685.

17 G. Roux, op. cit., p. 359 et ss. et H. Bauer, Korinthische Kapitelle des 4. Und 3. Jahrhunderts v. Chr., MDAI, Athenische Abteilung, 3. Beiheft, Berlin, 1973.

18 Vitruve, op. cit., IV, 2. Cf. G. Gullini, « Sull’origine del fregio dorico », Mem. Accad. delle Scienze di Torino, CI. delle Scienze morali storiche e filol, ser. 4a, 31, Turin, 1974, et en tout dernier lieu B. Wesenberg, « Vitruvs-vorstellung von der Entstehung des dorischen Triglyphenfries », Studien zur klassischen Archäologie, Pestschrift F. Hilter, Saarbrücken, 1986, p. 143-157.

19 F.-W. Heilmeyer, op. cit., p. 12 et ss.

20 H. Lauter, op. cit., p. 267 et ss.

21 C. Williams, « The Corinthian Temple of Zeus Olbios at Uzuncaburc ; A Reconsideration of the Date », AJA, 78, 4, 1974, p. 415 et ss.

22 R. Tolle Kastenbein, « Sur l’Olympiéion comme premier temple périptère d’ordre corinthien », Akten des XIII. International Kongresses für klassische Archäologie, Berlin, 1990, p. 426 et ss. Ch. Bouras, ibid., p. 27 et ss.

23 J. Keil, dans JOAI, Beiheft 29, 1936, p. 141-142 ; C. Praschniker, « Die Datierung des Mausoleums von Belevi », Anx. Wien., 85, 1948, p. 271 et ss. ; J. Keil, « Der Grabherr des Mausoleums von Belevi », Anz. Wien, 86, 1949, p. 51 et ss.

24 G. Kleiner, dans Sitz. Berichte der wissenschaftlichen Gesellschaft Frankfort am Main, 1, 1962, n  3, p. 80 et ss. (seconde moitié du m- siècle) ; K. Stähler, cité par Ch. Borker, dans AA, 1971, 1, p. 50, n. 123.

25 Ch. Borker, « Die Datierung des Zeus-Tempels von Olbia-Diokaisareia », AA, 1971, p. 37-54 ; C. Williams, op. cit., p. 405 et ss. ; B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, MDAI, Athenische Abteilung, 9. Beiheft, Berlin, 1983, p. 174, n. 759.

26 H. Knackfuss, op. cit., pl. xi-xii.

27 Sur la « phase de l’Hécatéion de Lagina », W.-D. Heilmeyer dans Der Rundtempel am Tiber in Rom, DAI R, Sonderschriften 2, Mayence, 1973, p. 23 et ss. et pl. 33, 1.

28 Vitruve, op. cit., IV, 1, 9 : is calathus fortuito supra acanthi radicem fuerat conlocatus.

29 Vitruve, op. cit., IV, 1, 9 : ab angulis tegulae ponderis necessitate expressi...

30 Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 9 = Heraclite, fragt. 51 de H. Diels, W. Kranz, Fragmente der Vorsokratiker, Berlin, 6e édit., 1951 = J.-P. Dumont, Les Présocratiques, Paris, 1988, p. 157-158 et p. 1237.

31 Pline, HN, 35, 29- Cf. maintenant A. Rouveret, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne (ve siècle avant J.-C.-ier siècle après J.-C), Rome, BEFAR 274, 1989, p. 257 et ss. et p. 266 et ss.

32 Cf. notre commentaire ad loc. dans l’édition CUF de Vitruve, De l’architecture, livre III, Paris, 1990, p. 115 et ss. (III, 3, 9) et notre article dans Voces, 2, 1991, p. 73-79.

33 Op. cit., IV, 1, 10.

34 Ibid., IV, 1, 12.

35 Ibid., IV, 1, 9.

36 Cf. maintenant H. Bauer, op. cit., p. 14-64.

37 G. Roux, op. cit., p. 362 et ss.

38 Th. Homolle, loc. cit., p. 17-60.

39 Sur le dessin comme dernier recours après épuisement des formulations écrites chez Vitruve, P. Gros dans Les traites d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 57 et ss., et dans Vitruve, De l’architecture, livre III (édit. CUF 1990), introd., p. LXII et ss.

40 Vitruve, op. cit., IV, 1, 12.

41 F. Krohn, édit. Teubner, Leipzig, 1912, p. 79, 1. 21.

42 C. Fensterbusch, Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 174 (avec traduction non pertinente p. 175 et commentaire embarrassé, n. 212, p. 547).

43 S. Ferri, op. cit., p. 146.

44 V. Rose, H. Müller-Strübing, éd. Teubner, Leipzig, 1867, p. 87, 1. 23 [reprise d’une conjecture de C. Lorentzen (1857)].

45 H. Bauer, op. cit., Beilage 17 et 18.

46 L’un de ceux qui a fait (et continue de faire) le plus de ravages est celui de A. Choisy dans son Vitruve publié en 1909 et réédité (tel !) en 1971.

47 Vitruve, op. cit., IV, 1, 11.

48 Cl. Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, Paris, 2e éd., 1684, n. 16, p. 108.

49 P. Gros, « Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve », MEFRA, 88, 1976, p. 669-704.

50 F. Rakob, W. -D. Heilmeyer, op. cit. (supra n. 27), p. 23 et ss. et Beilage 16.

51 B. Wesenberg, op. cit., p. 101 et ss. et p. 110 et ss.

52 Cf. notre édition (citée) du livre III, p. 20 et p. 121 et ss.

53 W.-D. Heilmeyer (supra, n. 27) op. cit., p. 24 et ss.

54 Pour la datation des fragments architecturaux de la « façade des captifs » de Corinthe à l’époque augustéenne, cf. maintenant H. von Hesberg, dans RM, 98, 1983, p. 215-238.

55 H. Bauer, op. cit., Beilage 11, 15 et 17.

56 Cf. à ce sujet les observations très pertinentes de B. Wesenberg, op. cit., p. 164 et ss. et p. 178 et ss.

57 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Vienne, 1914, p. 35 et ss.

58 Vitruve, op. cit., IV, 3, 1 et VII, praef, 12.

59 Ibid., IV, 1, 5-6.

60 Ibid., IV, 1, 1.

61 A. Mallwitz, « loc. cit. », dans X. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin, 1981, p. 318-352 (s’accorde avec l’idée déjà exprimée par K. Lange, AM, 6, 1881, p. 72, selon laquelle le premier chapiteau « corinthien » aurait été ciselé pour servir d’appui à l’Athéna chryséléphantine de Phidias dans le Parthenon) ; P. Pedersen, The Parthenon and the Origin of the Corinthian Capital, Odense University Classical Studies, 13, 1989 (chapiteaux de la « salle ouest » du Parthenon). Sur le problème des liens du décor d’acanthes avec la toreutique et sur l’origine « corinthienne » d’un prototype de bronze, la meilleure étude reste celle de G. Roux, op. cit., p. 359-362.

62 Cf. notre édition du livre IV (CUF), Paris, 1992, p. 8 et p. 79

63 Sur la faible probabilité d’un séjour effectif de Vitruve à Athènes, en raison des erreurs que véhiculent les références du De architectura aux monuments de cette ville, cf. Vitruve, De l’Architecture, livre III (CUF), Paris, 1990, p. 96 et ss.

64 Cf. à ce sujet B. Wesenberg, op. cit., p. 111.

65 Cf. les exemples efficacement rassemblés par M. Wilson-Jones, « Designing the Roman Corinthian Order », JRA, 2, 1989, p. 35-69- Sur le problème du niveau où doit être mesuré le diamètre inférieur, cf. l’appendice de notre édition du livre III (CUF), p. 203 et ss.

66 Sur ce difficile problème, cf. B. Wesenberg, op. cit., p. 26 et ss. et l’appendice de notre édition du livre III (CUF), p. 203 et ss.

Table des illustrations

Légende Le chapiteau corinthien et la légende de ses origines d’après Perrault, Les dix livres d’architecture de Vitruve, seconde édition, Paris, Coignard, 1684, planche XXIII.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Professeur à l’Université de Provence, Aix-en-Provence.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540