Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

L’autoritas chez Vitruve. Contribution à l’étude de la sémantique des ordres dans le De Architectura

Munus non ingratum : Proceedings of the International Symposium on Vitruvius' De architectura and the Hellenistic and Republican Architecture, Leiden 20-23 January 1987, ed. by H. Geertman and J. J. de Jong, Leyde, 1989, p. 126-133 (BABesch, suppl. 2)

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 P.Grenade, Essai sur les origines du Principal, BEFAR 197, Paris, 1961, p. 105-108.

1Dans un livre aujourd’hui trop oublié, P. Grenade soulignait naguère la promptitude avec laquelle Vitruve paraissait avoir assimilé, dès les années 27-25 avant J.-C, les formules de la nouvelle terminologie officielle, et il proposait de la première préface du De Architectura une lecture dont la pertinence n’a pas été démentie.1 Aussi, la phrase de cette préface où le théoricien prétend s’associer, par la publication de son traité, à l’effort entrepris par Auguste pour que la parure monumentale de Rome réponde désormais â la maiestas imperii, mérite-t-elle une attention plus grande que celle qui lui est à l’ordinaire accordée, au détour de citations fréquentes mais rapides. Rien n’autorisant à la considérer comme une assertion de pure forme, et le contexte lui conférant au contraire une signification politique pleinement actualisée, il importe de comprendre aussi concrètement que possible ce que Vitruve a voulu dire, et quels principes il a tenté de mettre en œuvre pour répondre à cet objectif. Rappelons d’abord le texte de Praef. 1,2 :

  • 2 De architectura, I, praef. 2 (texte de l’édition de C. Fensterbusch, Darmstadt, 1964, p. 20).

Cum vero adtenderem te non solum de vita communi omnium curam publicaeque rei constitutione habere, sed etiam de opportunitate publicorum aedificiorum, ut civitas per te non solum provinciis esset aucta, verum etiam ut maiestas imperii publicorum aedificiorum egregias haberet auctoritates, non putavi praetermittendum, quin primo quoque tempore de his rébus ea tibi ederem...2.

Mais, constatant que tu n’as pas seulement en charge la vie de la communauté des citoyens et la constitution de la république, mais que tu te soucies également de répondre aux besoins dans le domaine des constructions publiques, afin que, grâce à toi, non seulement l’État se trouve accru de provinces nouvelles, mais aussi qu’à la majesté de la puissance romaine réponde l’éminente dignité des édifices, j’ai pensé qu’il ne fallait plus tarder et publier dès que possible, en te le dédiant, ce que j’avais écrit sur le sujet....

  • 3 Voir à ce sujet l’étude toujours valable de J. Gagé, Romulus-Augustus, dans MEFRA, 47, 1930, p. 138 (...)
  • 4 V, praef., I et V, 1, 10.

2La formulation doit beaucoup à l’idéologie augustéenne alors à peine ébauchée : il est difficile de ne pas voir un jeu sur les divers sens du nouveau cognomen sacralisant d’Octavien, Augustus, accordé en 27 par le Sénat, dans la relation établie entre l’agrandissement territorial de l’Empire (aucta) et le prestige des créations architecturales (auctoritates).3 Cette figure étymologique élémentaire sera du reste reprise dans d’autres passages du traité.4

  • 5 La discussion sur les ordres qui se développe au ive siècle avant J.-C. portait sans aucun doute, i (...)
  • 6 Sur la valorisation de la masse construite à l’époque hellénistique, cf., en dernier lieu H. von He (...)
  • 7 Isocrate, Aréopagitique, VII, 66.
  • 8 IX, 47.
  • 9 Démosthène, III, 29, ; XXIII, 206 sq. ; Xénophon, Hellenica, III, 3.

3Certes, l’idée que l’architecture publique d’une cité doit témoigner de la qualité de son système politique et éventuellement de sa vocation hégémonique, n’est pas en soi une nouveauté. Si nous avions conservé les œuvres techniques de la dernière période classique et du début de l’époque hellénistique, nous trouverions sans doute, de Pythéos à Arcésios, beaucoup d’antécédents à la formule vitruvienne.5 Dès avant les fondations des Diadoques, les textes classiques nous laissent entrevoir que les valeurs de représentation, à finalité sociale et politique, n’étaient nullement étrangères à l’architecture grecque.6 Citons seulement Isocrate, qui reproche aux Trente Tyrans leur négligence en ce domaine, et rappelle que la Démocratie avait embelli Athènes au point de la rendre digne de régner non seulement sur tous les Grecs, mais sur tous les hommes7 ; le même orateur décerne dans un autre discours un compliment du même genre à Evagoras de Chypre — où l’on retrouve du reste un emploi comparable de ἀυζάνω) —, l’équivalent du latin augeo.8 Et la notion de σεμνóτης (dignitas) est parfois appliquée par Démosthène ou Xénophon à des constructions publiques ou privées.9

  • 10 Sur ces notions, cf. F.W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks na (...)
  • 11 Les considérations de Vitruve sur ce point se limitent le plus souvent à développer la notion de di (...)
  • 12 Le passage cité à la note précédente est déjà éloquent à ce sujet. Plus nette encore est la notice (...)
  • 13 II est remarquable que même dans le passage de la préface du livre I qui sert de point de départ à (...)
  • 14 Cf. à ce sujet l’intéressante mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechisch (...)
  • 15 III, 3, 8 et 9.

4Mais les occurrences d’une telle terminologie — auctoritas, au singulier ou au pluriel, et ses doublets à teneur morale, dignitas, gravitas — posent dans l’œuvre de Vitruve un problème spécifique : le code de valeur auquel renvoient ces mots entre difficilement dans le cadre défini par la morphologie modulaire qui régit l’ensemble des chapitres consacrés à la construction publique, religieuse ou profane. La conception de l’architecture comme manifestation du pouvoir paraît, en première analyse, foncièrement étrangère à un système où les critères de la beauté se nourrissent de rapports internes à l’édifice, comme la symmetria, l’eurythmia, le décor, et d’où semble exclue, par principe, toute recherche de l’effet orientée vers l’extérieur.10 Au reste Vitruve n’envisageant presque jamais les relations des monuments entre eux, et décrivant des archétypes isolés de leur contexte, n’a guère l’occasion d’aborder les thèmes urbanistiques de la maiestas, tels du moins qu’on les imagine généralement (frontalité, axialité, continuité monumentale, etc.)11 : la seule fois où il s’efforce d’envisager, en termes bien théoriques d’ailleurs, la répartition des édifices dans le tissu urbain, il élimine d’emblée toute considération de hiérarchie, qu’elle soit politique ou religieuse, pour mettre en avant des exigences pratiques, où domine le souci de respecter les usages collectifs.12 En fait, fidèle à sa formation d’ingénieur militaire, il juge volontiers les opéra publica à leur utilité immédiate ; les termes si difficiles à rendre d’opportunitas et de distributio définissent l’esprit de cette orientation essentiellement fonctionnelle.13 Et l’on a souvent relevé — parfois avec quelque excès — qu’il s’empressait d’effacer toute appréciation globale par des observations pratiques, jugées par d’aucuns triviales ou ridicules14 ; l’exemple le plus remarquable de cette attitude est fourni par le développement sur le temple pseudo-diptère, où le théoricien rend surtout hommage à Hermogénès pour l’économie qu’il permet de réaliser en supprimant la colonnade intérieure du portique double, et pour l’espace offert aux fidèles ou aux visiteurs en cas d’intempérie ! Mais on oublie trop souvent que dans ce même passage Vitruve évoque par deux fois l’auctoritas du type monumental ainsi défini.15

  • 16 op. cit. aux notes 10 et 14.
  • 17 S. Ferri, Vitruvio (dai libri I-VII), Rome, 1960, p. 31.
  • 18 C. Fensterbusch, Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 21.
  • 19 Plus précisément les décisions du sénat, telles qu’elles sont transcrites dans les procès-verbaux d (...)
  • 20 op. cit. (supra n. 14), p. 109 sq.
  • 21 Quintilien, Inst. Orat., I, 6, 42 ; V, 11, 36.
  • 22 Cf. Thesaurus Linguae Latinae, s.v., col. 1215 sq : quid visum est (...) sapientibus viris, claris (...)
  • 23 VI, 8, 9 (avec la correction de C. Fensterbusch, qui reprend la conjecture domini de Meister), voir (...)
  • 24 IV, 1, 10, ; VII, 5, 7 ; VII, praef. 17 ; X, 1, 2.
  • 25 V, 1, 10 ; VI, 8, 9 ; VII, praef. 17.
  • 26 VII, praef. 15.
  • 27 Ce sont les livres où les problèmes du luxe (dans la demeure privée et dans le décor intérieur) son (...)

5On est évidemment en droit de se demander si le jugement contenu dans un mot aussi abstrait est réellement fondé sur des critères objectifs, aisément définissables en termes architecturaux. Les études les plus approfondies sur l’esthétique vitruvienne, celle, déjà ancienne, de F.W. Schlikker, et celle, toute récente, de B. Wesenberg, ne se sont guère interrogées sur ce point, et on le comprend sans peine16 : ce genre de notion reste marginal dans le raisonnement du théoricien, n’invervient jamais qu’à titre conclusif, et le contexte permet rarement de lui accorder un sens précis. La traduction que nous avons risquée des egregias auctoritates de la préface du livre I appelle à ce titre quelques commentaires ou compléments. Par delà les choix qu’impose la volonté plus ou moins affirmée de garder au moins la trace de l’étymologie du mot, ou au contraire d’insister sur sa teneur morale et politique (les deux options, où l’on rejoint d’un côté υζησις et de l’autre ζίωμα, sont bien représentées par l’édition de S. Ferri,17 d’une part, qui propose incremento, et par celle de C. Fensterbusch, d’autre part, qui préfère Ansehen,18)il faudrait aussi tenir compte du pluriel, qui accentue certainement la portée concrète de l’expression ; on sait que, dans la langue officielle de la fin de la République, les auctoritates désignent souvent les décisions du Sénat.19 L’idée de Vitruve — difficile à rendre sans glose — semble être que la majesté du nouveau régime doit se trouver en quelque sorte sanctionnée ou ratifiée par le prestige accru des monuments publics. Mais tout le problème est de savoir ce qui, pour Vitruve, confère l’auctoritas à un édifice. Comme il arrive fréquemment dans le De Architectura, la stratification des théories, dont B. Wesenberg a démonté le mécanisme, nettement plus complexe qu’on ne l’imaginait jusqu’ici,20 entraîne une évolution interne des concepts, qui s’accompagne de chevauchements terminologiques. Auctoritas, le mot et la chose, au sens où ils sont employés dans la préface du premier livre, appartiennent de toute évidence, à la dernière phase de la rédaction du traité. Dans les couches antérieures, si l’on peut dire, le même terme, appliqué à des éléments architecturaux, peut évoquer, selon une tradition bien attestée chez Cicéron et plus encore chez Quintilien, le sentiment de plénitude et de force qui naît de la référence aux summi auctores, et aux précédents qui font autorité21 ; nous sommes proches alors de la παρδοσις,22 ce savoir ou ce savoir-faire transmis dans la doctrina, en l’occurrence la connaissance et l’application rigoureuse des conventions modulaires contenues dans les traités normatifs de la première période hellénistique : c’est le cas, entre autres, de la notice sur les responsabilités spécifiques du commanditaire, de l’entrepreneur et de l’architecte23 ; lorsque ce dernier est crédité du seul respect des règles proportionnelles, l’auctoritas qui en découle pour sa construction est directement liée à ce que Vitruve appelle ailleurs l’habileté de l’artiste, la subtilitas artificis.24 Dans d’autres cas, cependant, et non sans quelque dépit, Vitruve note que l’auctoritas naît en son temps plus souvent de l’emploi des matériaux réputés luxueux, et particulièrement du marbre : l’impression de puissance qui se dégage alors de l’édifice est fonction des dépenses consenties par le promoteur, de ses impensae, en termes économiques, ou de sa magnificentia, en termes sociaux ou évergétiques25 ; typique de cet état d’esprit est le jugement porté sur le temple d’Honos et Virtus, dû à C. Mucius, dont on nous dit en somme que seule l’absence du marbre l’a empêché d’accéder à ce type particulier de prestige qu’engendre la munificence.26 Le couple magnificentia-auctoritas est surtout attesté dans les livres VI et VII,27 et le caractère relativement récent de cette alliance, qui définit une situation socio-politique bien particulière, est précisé par la formule de VII, 5, 7 :

et quam subtilitas artificis adiciebat operibus auctoritatem, nunc dominicus sumptus efficit.

  • 28 Sur cette question, et ses incidences architecturales, cf. Kl. Fittschen, Zur Herkunft und Entstehu (...)

6Par delà les conventions de la diatribe contre la luxuria, Vitruve manifeste là, sous une forme qui lui est propre, sa désapprobation devant l’enrichissèment de la classe politique, et la privatisation du pouvoir qui caractérise les dernières décennies républicaines.28

  • 29 III, 3, 6, 8 et 9 (la plus grande densité de tout le De architectura).
  • 30 Aucun des emplois recensés au Thesaurus L.L. ne correspond en tout cas à ce sens.
  • 31 Particulièrement sensible en III, 5, 10 :
    uti auctoritatem habeant scalpturae
    (transcrit par S. Ferri (...)
  • 32 III, 3, 9.
  • 33 S. Ferri., op. cit., p. 110-111, souligne avec raison que cette notion d’asperitas n’est pas spécif (...)
  • 34 IV, 8, 6.
  • 35 III, 2, 5 et III, 3.
  • 36 III, 2, 6 ; VII, praef. 12.
  • 37 Strabon, XIV, 647 (= XIV, 1, 40).

7Mais il est un troisième facteur l’auctoritas, qui nous intéresse plus directement, et dont les occurrences se concentrent d’une façon qui n’est pas fortuite, dans les chapitres relatifs aux ordres. Il ne s’agit plus cette fois du jeu subtil des citations plastiques, de l’observance des règles ou de la qualité des matériaux, mais du développement et du rythme de la péristasis des temples. Les créations imputées à Hermogénès, l’ordonnance eustyle et le schéma pseudo-diptère, sont celles qui, aux yeux de Vitruve, possèdent l’auctoritas la plus affirmée.29 Je ne pense pas qu’on puisse se contenter, comme le voulait S. Ferri, de réduire le terme dans les dites notices à son sens le plus concret, celui d’agrandissement spatial — signification qui, soi-dit en passant, n’est attestée nulle part ailleurs sous cette forme fruste, du moins à ma connaissance,30 et qui, dans les paragraphes en question, aboutit à un affadissement quasi tautologique du texte.31 Il reste que la largeur du déambulatoire autour du sanctuaire est, dans les deux cas, présentée comme la source de l’impression de dignité qui se dégage de ces types monumentaux. Toutes les qualités propres au temple périptère traditionnel sont exaltées par les prétendues innovations hermogéniennes, et en particulier l’asperitas, c’est-à-dire le relief acquis par les colonnes de la péristasis, du fait des vides ombreux qui les séparent32 : la profondeur de ceux-ci, et l’avancée du toit du portique créent selon Vitruve un effet d’optique d’une grande efficacité.33 Cette notation, souvent relevée mais plus rarement commentée, donne à penser que la puissance de l’enveloppe externe de ces temples est due pour une bonne part à la dimension de leur colonnade ; si le volume des composantes architectoniques n’est pas explicitement pris en compte par le théoricien, qui ne mentionne dans ces développements que les dégagements” (amplum laxamentum),34 il est certain que la taille et la nature des supports rythmiques tiennent une place essentielle dans son appréciation ; on sait de toute façon que le diamètre et la hauteur des fûts étant en relation directe avec leur espacement et la largeur du portique dont ils forment la façade,35 les colonnes ioniques du temple eustyle, aux entrecolonnements relativement larges, et plus encore celles du temple pseudo-diptère, entouré d’une porticus duplex sans support intermédiaire, doivent, pour des raisons structurelles, présenter un aspect particulièrement imposant, quelles que soient les proportions de base du temple auquel elles appartiennent. Au reste, si l’exemple qui sous-tend les paragraphes consacrés au type pseudo-diptère est sans doute possible l’Artémision de Magnésie,36 c’est aussi parce que, comme Strabon le rappelle, il surpasse en grandeur — τμεγέθει — tous les autres sanctuaires d’Asie, excepté l’Artémision d’Ephèse et le Didymaion.37

  • 38 III, 5, 10.
  • 39 Cf. infra.

8Les autres cas où l’auctoritas est présentée comme la conséquence d’une organisation particulièrement efficace des différentes parties des ordres confirment cette idée : ainsi la frise ionique, quand elle est figurée, a besoin d’une hauteur accrue, pour que les sculptures qui l’animent agissent pleinement sur le spectateur.38 De même, la basilique de Fano tire, aux yeux de son concepteur lui-même, l’essentiel de son prestige de l’ordre colossal qui circonscrit l’espace central.39 Pour bien saisir les implications architecturales et archéologiques de cette connexion entre la taille — et plus précisément la hauteur — des ordres et l’auctoritas d’un édifice religieux ou civil, il faut, je crois, effectuer encore un détour et chercher dans les états antérieurs de la rédaction des équivalences que la transparence de leur sens ou de leurs connotations rend particulièrement éclairantes.

  • 40 On connaît le souci, toujours affiché par Auguste, de s’en tenir aux apparences de la stricte légal (...)
  • 41 VI, 5, 2.
  • 42 I, 2, 9.
  • 43 VI, 5, 1. Cf. H. Lauter, dans Neue Forschungen in Pompeji und den anderen vom Vesuvausbruch 79 n. C (...)
  • 44 La définition concrète du mot vestibulum est délicate. Elle peut s’appliquer aussi bien à une struc (...)
  • 45 VI, 5, 2.
  • 46 Cf. sur ce point, en dernier lieu, M. Gaggiotti, Atrium regium — basilica (Aemilia) : una insospett (...)

9Une idée très voisine, sinon analogue, où les liens de l’architecture et du pouvoir sont au moins aussi évidents, est exprimée dans certains chapitres par les adjectifs regius ou regalis ; ils seront bientôt irrémédiablement bannis du vocabulaire officiel du Principat pour les raisons que l’on sait,40 mais caractérisent encore dans ces passages les signes indissolublement liés de la puissance et de la dignité. Le seul texte du De Architectura où Vitruve mentionne explicitement des contructions destinées à exprimer la maiestas de leurs propriétaires ou de leurs commanditaires (ad décorent maiestatis perfectae) est celui de livre VI, relatif aux demeures des nobiles.41 Pour ces hommes, désignés dès le livre I comme les „puissants dont la pensée gouverne l’État”42 — remarquable définition des imperatores tardo-républicains —, il recommande d’établir, entre autres, des vestibula regalia alta. Cela signifie que la partie publique de l’habitation où le personnage politique accueille quotidiennement sa clientèle électorale — ce qu’il appelle les communia43se doit de revêtir dès l’entrée l’aspect d’une résidence princière. L’adjectif altus constituant ici le commentaire concret, la justification architecturale de regalis, il en ressort que les hautes colonnes du prothyron, du portique de façade ou de la première salle qui s’ouvre au visiteur sont à l’origine de cette forte impression.44 Le même développement contient du reste une autre référence à un contexte „royal”, c’est la mention de la basilica privée, ou salle de réception, qui passe pour faire partie de l’équipement de base du représentant de la nobilitas : Vitruve est sans aucun doute sensible à la signification originelle de ce mot, qu’il intègre d’ailleurs à une série entièrement grecque (bybliothecas, pinacothecas, basilicas) ;45 ce qui est présent, derrière le dernier de ces termes, c’est l’ αλ Bασιλικ, dont la transcription latine serait aula regia.46 Il est certain que, là encore, les colonnades d’une vaste salle hypostyle sont essentielles à la définition et à l’exercice du pouvoir.

  • 47 II suffit pour s’en convaincre de rapprocher V, 7, 6 (description de la scaenae frons) de V, 7, 9 ( (...)
  • 48 V, 7, 9 : quod tragicae deformantur columnis et fastigiis et signis reliquisque regalibus rebus.
  • 49 V, 7, 8.
  • 50 Asconius, In Scaur., 23, 45 ; Pline, HN, 36, 5-6 ; HN, 17, 1-6 et 36, 7.
  • 51 C’est du moins ce que Asconius (ibid.) laisse entendre : ... quae nunc esse in regia theatri Marcel (...)
  • 52 Sur cette question, cf. M. Torelli, Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, (...)
  • 53 Pour sa restitution, cf. P. Fidenzoni, Il teatro di Marcello, Rome, 1970.

10Rencontre significative : la seule autre occurrence de l’adjectif regalis est à chercher dans la description du mur de scène du théâtre, dont on sait qu’en milieu occidental il reproduit sous une forme définitive le décor du „genre tragique”.47 Vitruve explique que les ordres de colonnes superposés, les frontons, les statues, définissent une composition „royale” ;48 et la porte centrale de cette façade architecturée ne s’appelle pas seulement par convention regia : elle doit posséder effectivement la parure d’une aula regia, c’est-à-dire, étymologiquement, d’une „basilique”.49 Qu’il y ait là plus qu’une coïncidence verbale, c’est ce que prouvent les curieuses allées et venues de certaines des colonnes les plus imposantes qui avaient orné les scènes temporaires de Licinius Crassus ou d’Aemilius Scaurus lors de leurs édilités respectives dans la première moitié du 1er s. av. J.-C : Pline et Asconius rappellent qu’après la destruction de ces somptueux échafaudages, conçus pour durer quelques mois, sinon quelques semaines, les colonnes en question passèrent dans les demeures du Palatin de ces magistrats, et plus précisément dans leurs atria (qui devaient être, dès lors, regalia alta !).50 Auguste fit enlever celles de la maison de Scaurus pour en orner de nouveau la partie centrale, la regia, du théâtre de Marcellus :51 d’une hauteur exceptionnelle — 38 pieds, en marbre de Téos, — ces supports somptueux étaient en effet tout désignés pour soutenir le baldaquin de la porte axiale du nouveau mur de scène, autour duquel allait bientôt s’aménager un véritable complexe du culte dynastique.52 L’itinéraire de ces columnae insigni magnitudine permet de mesurer quelle valeur on leur accordait : dans leurs divers emplois, elles ont gardé la même fonction, celle de contribuer à l’expression plastique du pouvoir, qu’il s’agisse de celui, abusivement privatisé, de la nobilitas républicaine ou de celui, plus symbolique mais d’autant plus efficace, qu’exprime la scène du premier théâtre du Principat.53

  • 54 Cf. K.F. Ohr, Die Form der Basilika bei Vitruv, dans BJ, 175, 1975, p. 115 sq. et H. Wiegartz, Vitr (...)
  • 55 V, 1, 10 : et auctoritatem operis adaugere videntur.
  • 56 ibid. : item sublata epistyliorum ornamenta et pluteorum columnarumque superiorum. Sur le sens de p (...)

11Ces observations permettent de comprendre ce que recouvre la notion d’auctoritas quand elle est appliquée à un édifice dont la description appartient — comme la préface du livre I — à la dernière phase de la rédaction du De Architectura, la basilique de Fano.54 Le développement que Vitruve lui consacre évoque en apparence des structures très différentes de celles des passages précédemment cités, mais les mots de dignitas et d’auctoritas qui ouvrent et closent ces paragraphes 6 à 9 du premier chapitre du livre V disent assez que les valeurs de représentation demeurent au centre d’un projet, qui se veut cette fois pleinement adapté aux nouvelles formules de l’idéologie augustéenne. Ces valeurs sont mises en œuvre pour l’essentiel dans l’innovation à laquelle l’architecte de cette basilique attache la plus grande importance, l’ordre colossal ; les columnae in altitudine perpétua sub trabes testudinis perductae augmentent le prestige de l’édifice tout entier, comme il le dit en une formule conclusive où l’on retrouve le jeu concerté entre auctoritas et augere, relevé plus haut dans la préface.55 L’originalité du parti consiste donc à refuser les ordres superposés de la basilique dite normale, en supprimant le pluteum intermédiaire, et à placer une charpente d’un seul tenant sur tout l’espace central.56

  • 57 Cf. F. Studniczka, Das Symposion Ptolemaios II, Abb. Leipzig, 30, 1914, n° 2, p. 105 sq. ; G. Haeny (...)
  • 58 Callixène de Rhodes, édit. Müller, FHG, III, p. 55-67 = Athénée de Naucratis, V, 196-200. Cf. en de (...)
  • 59 La mediana testudo de Vitruve, V, 1,6.
  • 60 M. Gaggiotti, loc. cit., p. 53-80. Nous étions parvenu à une conclusion analogue (en ce qui concern (...)

12Sans rouvrir ici le vieux débat, sans doute assez vain, sur la dérivation formelle de cette variante de schéma basilical à partir des salles hypostyles de l’Égypte ptolémaïque,57 on ne peut manquer de noter une parenté certaine entre la description vitruvienne et celle du fameux „Symposion" de Ptolémée II, telle que nous la lisons chez Callixeinos de Rhodes58 : l’accent est mis, dans les deux textes, sur la hauteur des colonnes principales (50 coudées dans l’édifice alexandrin, 50 pieds à Fano), et sur le fait qu’elles soutiennent à elles seules, sans relais intermédiaire, la charpente centrale.59 Or les recherches de M. Gaggiotti ont confirmé tout récemment que la première basilique construite à Rome ne fut pas le Porcia, mais l’Atrium regium, entre le Marché aux poissons et le forum, et que l’introduction de ce type d’édifice, ou du moins sa réalisation monumentale, est imputable à la gens Aemilia, et plus particulièrement à M. Aemilius Scaurus, dont on connaît les rapports privilégiés avec Ptolémée V Epiphane, puisqu’il en avait été le tuteur en 201-200 av. J.-C.60 Il est permis dès lors d’entrevoir la sédimentation idéologique à forte tonalité „royale”, dont les premières basiliques romaines ont été le siège, et dont probablement Vitruve nous conserve un écho tardif. S’il ne parle plus d’aula regia, il insiste sur les signes structurels et plastiques de la souveraineté : ce sont eux qui confèrent à la construction ce qu’il appelle désormais l’auctoritas.

  • 61 V, 1, 7.
  • 62 Cf. sur ce point J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur (...)
  • 63 Cf. la restitution proposée par K.F. Ohr, loc.cit., dans BJ, 175, 1975.
  • 64 V, 1, 8 : eaeque ab tenus columnis, quae sunt in interiore parte, revertuntur ad antas, quae a pron (...)
  • 65 V, 1, 7. Cf. sur cette question notre étude sur Le rôle de la scaenographia dans les projets archit (...)
  • 66 Cf. F.-E. Brown, Cosa. The Making of a Roman Town, Ann Arbor, 1980, p. 42 sq., fig. 52 et plan hors (...)
  • 67 Pour Pompei, cf. en dernier lieu A. et M. De Vos, Pompei Ercolano, Stabia (Guide archeologiche Late (...)
  • 68 Vitruve, V, 2, 1 : Maxime quidem curia in primis facienda ad dignitatem municipii sive civitatis.
  • 69 La dignitas qui est accordée d’emblée à la basilique de Fano (V, 1, 6), tient essientellement au fa (...)
  • 70 Nous avons étudié ce phénomène de la fermeture progressive de la basilique, et de sa conversion ver (...)

13Que la basilique de Fano appartienne, pour son auteur, à la catégorie des constructions qui doivent donner une forme au nouveau pouvoir politico-religieux est de fait prouvé par l’intégration d’un sanctuaire d’Auguste, qui en constitue le point focal61 : cette aedes Augusti, dont on a pu récemment établir la vraisemblance historique à partir de plusieurs exemples archéologiques observés dans les provinces occidentales et orientales, était aussi le tribunal de la basilique et, vraisemblablement, la curie de la colonie.62 C’est vers elle que conduit la séquence processionnelle définie par les entrecolonnements axiaux des deux longs côtés de l’espace central ;63 le lien structurel est assuré par la continuité de l’entablement de l’ordre colossal qui se rabat à angle droit vers les antes de son pronaos ;64 ceux-ci sont évidemment du même calibre que les colonnes elles-mêmes, et contribuent donc à solenniser la „façade” de l’aedes. Le lien visuel, depuis l’entrée de la basilique jusqu’à la statue impériale n’est, lui, que le prolongement du „couloir de transparence” que Vitruve a pris soin d’établir entre la basilique et le temple de Jupiter — le capitole — situé de l’autre côté du forum.65 A cette occasion, Vitruve a émis l’une des rares exigences urbanistiques de tout son traité : pour une fois — cela vaut d’être souligné — il a conçu l’aménagement interne d’un édifice en fonction de son environnement construit, et de la perspective dont il constitue l’un des points forts. Sans doute, la relation axiale entre capitole et curie est une constante bien attestée des centres urbains de type colonial en milieu italique : décelable à Cosa dès la fin du IIIème siècle avant J.-C, selon des modalités subtiles mais efficaces,66 elle s’affirme clairement dans les aménagements postérieurs des fora de Pompéi ou de Luni, par exemple.67 Mais ce qui importe, pour l’évolution spécifique des conceptions vitruviennes, c’est que, du point de vue du théoricien, la basilique ne peut apparemment procéder de la dignitas forensis que si elle intègre la curie,68 sous la nouvelle forme sacralisée qu’elle revêt dès le début du Principat, celle d’un sanctuaire dynastique. A partir de là seulement elle cesse d’être une annexe couverte de la place pour devenir un monument autonome qui joue un rôle essentiel dans l’organisation des volumes autour du forum.69 Ce changement de statut de l’édifice, qui correspond d’ailleurs à un phénomène historique bien attesté,70 explique certainement, autant que la vanité quelque peu naïve de l’auteur, le poids des termes qu’il éprouve le besoin d’employer pour caractériser le monument de Fano : son autonomie et son identité sont liées à la présence des insignia imperii qui le désignent désormais comme un centre de décision.

14Nous sommes peut-être mieux en mesure, en suivant ainsi les avatars de la notion d’auctoritas dans le De Architectura, de comprendre l’effort tenté tardivement par Vitruve pour adapter certains schémas hellénistiques au contexte politique qui prend forme sous ses yeux, et auquel il paraît avoir été plus sensibilisé qu’on ne l’admet souvent. Certes, il ne pose pas les bases de la véritable architecture impériale, mais il conçoit, du moins dans les dernières années de son travail de réflexion ou de rédaction, la nécessité de transposer les aspects „royaux" de ses modèles dans les opera publica du Principat naissant.

  • 71 IV, 2, 6 ; VII, 5, 6 et 7.
  • 72 B. Wesenberg, op. cit., p. 95 sq., 171 sq. et p. 181.
  • 73 VII, praef. 17.
  • 74 P. Gros, Aurea Tempia. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR(...)

15Trois remarques conclusives se dégagent de ce qui précède. La première, c’est que l’on assiste, en dépit de la volonté toujours affirmée de s’en tenir à la vraisemblance architecturale, le ratio veritatis,71 à une valorisation croissante des éléments de l’enveloppe externe aux dépens des simples exigences tectoniques : c’est sans doute le sentiment de cette rupture encore bien timide de l’unité organique de l’édifice, sensible particulièrement dans les paragraphes qui exaltent les créations d’Hermogénès — et dont B. Wesenberg a montré qu’ils n’appartenaient pas à la phase initiale de la réflexion vitruvienne sur les temples72 — qui explique, par contre-coup, les pesantes considérations réalistes, dont se sont si souvent gaussés les exégètes modernes. Il reste que la façade, et les colonnes qui l’animent, deviennent l’élément essentiel, qui transmet vers l’extérieur toute la puissance que l’architecte a voulu concentrer dans son édifice, et qui doit rendre celui-ci, aux yeux des usagers, incontestable ; significatif à cet égard est le jugement porté sur le vaste porche hypostyle ajouté par Philon au Télestérion d’Eleusis : c’est lui qui confère à ce vénérable sanctuaire son auctoritas.73 Certes, nous n’en sommes pas encore à une conception essentiellement frontale des monuments publics, et particulièrement religieux : le refus du rythme pycnostyle, dont les ressources monumentales seront rapidement exploitées par la première architecture impériale, montre bien que Vitruve appréhende encore les colonnades dans la complexité de leurs volumes et dans leur déroulement perspectif ; mais un processus est engagé, dont les conséquences se feront bientôt sentir.74

  • 75 VI, 5, 2. Rappelons aussi les grands oeci de la belle maison grecque, dont la surface (ampia magnit (...)
  • 76 Tite-Live, 41, 1, 7-9 (la magnificentia d’Antiochos Epiphane).
  • 77 Ovide, Fastes, V, 553.
  • 78 Cf. la très utile Concordance du De architectura, récemment publiée par L. Callebat, P. Bouet, Ph. (...)
  • 79 H. von Hesberg, loc. cit., particulièrement p. 83 sq.
  • 80 Particulièrement I, 1, 5-6. L’idée que l’architecte doit pouvoir rendre compte à ceux qui le lui de (...)

16En second lieu, si la grandeur d’une construction n’est encore que rarement portée au nombre de ses mérites intrinsèques — songeons cependant aux atria et peristylia amplissima des demeures des notables75 — les ordres colossaux ou au moins monumentaux, et l’ampleur corollaire des espaces couverts qu’ils soutiennent ou circonscrivent (portiques, nefs basilicales, etc), s’avèrent dès lors porteurs de valeurs positives liées à l’expression du pouvoir. Vitruve ne privilégie pas explicitement le gigantisme dans l’appréciation d’un édifice comme le feront plus tard Tite-Live à propos de l’Olympéion d’Athènes76 ou Ovide à propos du temple de Mars Ultor ;77 le mot magnitudo n’intervient chez lui, le plus souvent, que dans son sens technique,78 et il ignore l’adjectif ingens. Mais les ampla laxamenta et les columnae altae jouent leur rôle dans la définition de l’auctoritas. Enfin, cette même notion l’auctoritas, du moins dans sa dernière acception, établit entre le visiteur ou l’usager, et l’édifice, une relation de respect, d’acquiescement, voire de soumission, qui engage la pratique architecturale sur des voies, que certes, avait déjà ouvertes l’époque hellénistique — et sur ce point les textes rassemblés par H. von Hesberg pour le Ille siècle avant J.-C. sont riches d’enseignements79 — mais qui n’étaient pas celles de la première réflexion vitruvienne. La construction apparaît désormais aux yeux du public comme un tout octroyé dont le détail ne se discute pas, parce que l’ensemble s’impose avec force. Nous nous éloignons progressivement de l’architecte prenant soin d’expliquer la raison d’être de telle ou telle particularité structurelle ou décorative, comme le voulaient encore les chapitres généraux du livre 1.80 Dans la basilique de Fano, l’auctoritas repose même sur une manière de tromperie, car loin d’être fondée sur la magnificentia, elle est due à un choix — celui de l’ordre colossal — qui réduit considérablement la dépense ; c’est seulement l’apparence de ces colonnes de cinq pieds de diamètre et de près de 15m de haut qui donne de l’édifice une image de richesse et de puissance. Le divorce entre le praticien et le profane ne saurait être mieux consommé : il anticipe sur la distance qui désormais va séparer les hommes qui détiennent le pouvoir de ceux qui le subissent, ou du moins ne sont plus admis à y participer.

Notes

1 P.Grenade, Essai sur les origines du Principal, BEFAR 197, Paris, 1961, p. 105-108.

2 De architectura, I, praef. 2 (texte de l’édition de C. Fensterbusch, Darmstadt, 1964, p. 20).

3 Voir à ce sujet l’étude toujours valable de J. Gagé, Romulus-Augustus, dans MEFRA, 47, 1930, p. 138-181 ; cf. également G. Pugliese Carratelli, Auctoritas Augusti, dans PP, 4, 1949, p. 29 sq. (= Scritti sul mondo antico, Naples, 1976, p. 430 sq.) et L. Fabbrini, La definizione del potere in Roma antica, Rome, 1983, p. 55 sq.

4 V, praef., I et V, 1, 10.

5 La discussion sur les ordres qui se développe au ive siècle avant J.-C. portait sans aucun doute, indépendamment des problèmes posés par la frise dorique, sur leur valeur plastique. La source principale sur ces auteurs reste Vitruve, VII, praef. 11 sq. et IV, 3, 1. Cf. E. Harrison, The Greek Architekt of the 4th Century, Ann Arbor (Xerox) 1974.

6 Sur la valorisation de la masse construite à l’époque hellénistique, cf., en dernier lieu H. von Hesberg, Bemerkungen zu Architekturepigrammen des 3. Jahrhunderts v. Chr., dans JDAI, 96, 1981, p. 93 sq.

7 Isocrate, Aréopagitique, VII, 66.

8 IX, 47.

9 Démosthène, III, 29, ; XXIII, 206 sq. ; Xénophon, Hellenica, III, 3.

10 Sur ces notions, cf. F.W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Berlin, 1940.

11 Les considérations de Vitruve sur ce point se limitent le plus souvent à développer la notion de distributio, dont l’un des aspects essentiels est l’opportunitas, c’est-à-dire, selon la définition de I, 3, 1, la communium locorum ad usum publicum distributio.

12 Le passage cité à la note précédente est déjà éloquent à ce sujet. Plus nette encore est la notice de I, 7, 1, où les édifices religieux et profanes d’une cité sont liés indistinctement à la seule exigence de Vusus communis.

13 II est remarquable que même dans le passage de la préface du livre I qui sert de point de départ à notre réflexion l’attitude du Princeps est caractérisée, du point de vue de Vitruve, par ce même et exclusif souci de l’opportunitas.

14 Cf. à ce sujet l’intéressante mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin, 1983, p. 156 et n. 695.

15 III, 3, 8 et 9.

16 op. cit. aux notes 10 et 14.

17 S. Ferri, Vitruvio (dai libri I-VII), Rome, 1960, p. 31.

18 C. Fensterbusch, Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 21.

19 Plus précisément les décisions du sénat, telles qu’elles sont transcrites dans les procès-verbaux des séances (Cicéron, De Orat., III, 5). Sur le fonctionnement du Sénat, et l’auctoritas patrum, cf. Cl. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, I, les structures de l’Italie romaine, Paris, 1977, p. 380-392.

20 op. cit. (supra n. 14), p. 109 sq.

21 Quintilien, Inst. Orat., I, 6, 42 ; V, 11, 36.

22 Cf. Thesaurus Linguae Latinae, s.v., col. 1215 sq : quid visum est (...) sapientibus viris, claris civibus (le grec transcrit concrètement cette notion par le terme de κρίσεις). Bon commentaire de S. Ferri, op. cit., p. 58.

23 VI, 8, 9 (avec la correction de C. Fensterbusch, qui reprend la conjecture domini de Meister), voir aussi I, 1,2 (relation directe entre l’auctoritas du praticien et sa maîtrise des litterae).

24 IV, 1, 10, ; VII, 5, 7 ; VII, praef. 17 ; X, 1, 2.

25 V, 1, 10 ; VI, 8, 9 ; VII, praef. 17.

26 VII, praef. 15.

27 Ce sont les livres où les problèmes du luxe (dans la demeure privée et dans le décor intérieur) sont le plus fréquemment abordés.

28 Sur cette question, et ses incidences architecturales, cf. Kl. Fittschen, Zur Herkunft und Entstehung des 2 Stils. Probleme und Argumente, dans Hellenismus in Mittelitalien, II, Göttingen, 1976, p. 539 sq., et F. Coarelli, Architettura sacra e architettura privata nella tarda repubblica, dans Architecture et société, de l’archaïsme grec à la fin de la République romaine, Rome, EFR, 1983, p. 191sq.

29 III, 3, 6, 8 et 9 (la plus grande densité de tout le De architectura).

30 Aucun des emplois recensés au Thesaurus L.L. ne correspond en tout cas à ce sens.

31 Particulièrement sensible en III, 5, 10 :
uti auctoritatem habeant scalpturae
(transcrit par S. Ferri, op. cit., p. 129 par :
affinché le sculture abbiano una grandezza sufficiente).

32 III, 3, 9.

33 S. Ferri., op. cit., p. 110-111, souligne avec raison que cette notion d’asperitas n’est pas spécifique des schémas hermogéniens, mais caractérise en général le temple périptère. Ce qui reste sûr, c’est que l’élargissement du portique périphérique en augmente l’effet.

34 IV, 8, 6.

35 III, 2, 5 et III, 3.

36 III, 2, 6 ; VII, praef. 12.

37 Strabon, XIV, 647 (= XIV, 1, 40).

38 III, 5, 10.

39 Cf. infra.

40 On connaît le souci, toujours affiché par Auguste, de s’en tenir aux apparences de la stricte légalité républicaine, et de ne jamais revêtir de magistrature exceptionnelle.

41 VI, 5, 2.

42 I, 2, 9.

43 VI, 5, 1. Cf. H. Lauter, dans Neue Forschungen in Pompeji und den anderen vom Vesuvausbruch 79 n. Chr. verschütteten Städten, Recklinghausen, 1975, p. 147-152.

44 La définition concrète du mot vestibulum est délicate. Elle peut s’appliquer aussi bien à une structure de façade qu’à un élément de la structure interne, tel un de ces atria qui s’ouvrent au terme des fauces et ne constituent encore, dans certaines grandes demeures, qu’un hall d’entrée.

45 VI, 5, 2.

46 Cf. sur ce point, en dernier lieu, M. Gaggiotti, Atrium regium — basilica (Aemilia) : una insospettata continuità storica e una chiave ideologica per la soluzione del problema dell’ origine della basilica, dans ARID, XIV, 1985, p. 58.

47 II suffit pour s’en convaincre de rapprocher V, 7, 6 (description de la scaenae frons) de V, 7, 9 (définition des „genres”).

48 V, 7, 9 : quod tragicae deformantur columnis et fastigiis et signis reliquisque regalibus rebus.

49 V, 7, 8.

50 Asconius, In Scaur., 23, 45 ; Pline, HN, 36, 5-6 ; HN, 17, 1-6 et 36, 7.

51 C’est du moins ce que Asconius (ibid.) laisse entendre : ... quae nunc esse in regia theatri Marcelli dicuntur.

52 Sur cette question, cf. M. Torelli, Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, 1982, p. 67 sq. et P. Gros, La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne, dans l’Urbs, Espace urbain et histoire (iième siècle avant J.-C. — iiième siècle après J.-C). Actes du Colloque EFR-CNRS de Rome (8-12 mai 1985), Rome 1987, p. 319-345.

53 Pour sa restitution, cf. P. Fidenzoni, Il teatro di Marcello, Rome, 1970.

54 Cf. K.F. Ohr, Die Form der Basilika bei Vitruv, dans BJ, 175, 1975, p. 115 sq. et H. Wiegartz, Vitruvs Darstellung der römischen Basilica, dans Vitruv-Kolloquium, Darmstadt, 1984, p. 200 sq.

55 V, 1, 10 : et auctoritatem operis adaugere videntur.

56 ibid. : item sublata epistyliorum ornamenta et pluteorum columnarumque superiorum. Sur le sens de pluteum dans la description de la basilique „normale” cf. P. Gros, La basilique de forum selon Vitruve V, 1 : la norme et l’expérimentation, dans Bauplanung und Bautheorie in der Antike, Berlin, 1984, p. 56 sq.

57 Cf. F. Studniczka, Das Symposion Ptolemaios II, Abb. Leipzig, 30, 1914, n° 2, p. 105 sq. ; G. Haeny, Basilikale Anlagen in der ägyptischen Baukunst des Neuen Reiches (= Beiträge zur ägyptischen Baukunst und Altertumskunde, IX, 1970), p. 76 sq.

58 Callixène de Rhodes, édit. Müller, FHG, III, p. 55-67 = Athénée de Naucratis, V, 196-200. Cf. en dernier lieu G. Grimm, Orient und Okzident in der Kunst Alexandriens, dans Alexandrien. Kulturbegegnungen dreier Jahrtausende im Schmelztiegel einer mediterranen Grosstadt (= Aegyptiaca Treverentia, I) Mainz, 1981, p. 14-17.

59 La mediana testudo de Vitruve, V, 1,6.

60 M. Gaggiotti, loc. cit., p. 53-80. Nous étions parvenu à une conclusion analogue (en ce qui concerne du moins l’Atrium regium) dans notre étude citée supra n. 56 (p. 63 et p. 69).

61 V, 1, 7.

62 Cf. sur ce point J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1967 (thèse dactylographiée), p. 286 sq. ; W. Alzinger (contestable sur certains points), Aspectus pronai aedis Augusti, dans Vitruv-Kolloquium (op. cit.), p. 185 sq. Sur le sanctuaire augustéen intégré à la basilique de Lucus Feroniae, cf. F. Coarelli, dans Studi Classici e Orientali, 24, 1975, p. 164-165 ; I Di Stefano Manzella, I Volusii e il tempio del divo Augusto a Lucus Feroniae, dans / Volusii Saturnini (Archeologia, Materiali, Problemi, 6), Bari, 1982, p. 45-53 ; M. Torelli, Etruria (Guide archeologiche Laterza), 2ème édition, Rome-Bari, 1982, p. 33-34.

63 Cf. la restitution proposée par K.F. Ohr, loc.cit., dans BJ, 175, 1975.

64 V, 1, 8 : eaeque ab tenus columnis, quae sunt in interiore parte, revertuntur ad antas, quae a pronao procurami ...

65 V, 1, 7. Cf. sur cette question notre étude sur Le rôle de la scaenographia dans les projets architecturaux du début de l’Empire romain, dans Le dessin d’architecture dans les sociétés antiques, Strasbourg, 1985, p. 245-246.

66 Cf. F.-E. Brown, Cosa. The Making of a Roman Town, Ann Arbor, 1980, p. 42 sq., fig. 52 et plan hors texte.

67 Pour Pompei, cf. en dernier lieu A. et M. De Vos, Pompei Ercolano, Stabia (Guide archeologiche Laterza), Rome-Bari, 1982, p. 37-38 ; pour Luni, cf. Luni. Guida archeologica (A. Frova direct.), Sarzana, 1985, p. 63 sq. et p. 68 sq. (l’édifice sud est sans doute un ensemble constitué de la curie et du comitium) ; voir à ce sujet M.P. Rossignani, Ipotesi di recostru-zione di un edificio lunense, dans Quaderni del Centro Studi Lunensi, 9, 1984, p. 45-62 (où l’auteur, toutefois, n’envisage pas cette hypothèse).

68 Vitruve, V, 2, 1 : Maxime quidem curia in primis facienda ad dignitatem municipii sive civitatis.

69 La dignitas qui est accordée d’emblée à la basilique de Fano (V, 1, 6), tient essientellement au fait qu’elle n’appartient plus à cette catégorie inorganique des loca adiuncta foris, mais possède une autonomie monumentale complète. Cette idée d’autonomie liée à la notion de dignitas se retrouve dans la description des maisons grecques les plus élaborées : habent autem eae domus vestibula egregia et ianuas proprias cum dignitate (VI, 7, 3).

70 Nous avons étudié ce phénomène de la fermeture progressive de la basilique, et de sa conversion vers un espace central interne dans l’étude citée de Bauplanung und Bautheorie der Antike, p. 62 sq. Cf. aussi Byrsa III (Mission archéologique française à Carthage). La basilique orientale et ses abords, Rome, EFR, 1985, p. 71-72.

71 IV, 2, 6 ; VII, 5, 6 et 7.

72 B. Wesenberg, op. cit., p. 95 sq., 171 sq. et p. 181.

73 VII, praef. 17.

74 P. Gros, Aurea Tempia. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR 213, Rome, 1976, p. 102 sq.

75 VI, 5, 2. Rappelons aussi les grands oeci de la belle maison grecque, dont la surface (ampia magnitudo) permet l’installation de quatre triclinio, et laisse encore de l’espace pour l’évolution des serveurs et des musiciens ou danseurs (VI, 7, 3).

76 Tite-Live, 41, 1, 7-9 (la magnificentia d’Antiochos Epiphane).

77 Ovide, Fastes, V, 553.

78 Cf. la très utile Concordance du De architectura, récemment publiée par L. Callebat, P. Bouet, Ph. Fleury, M. Zuinghedau (Hildesheim — Zürich — New-York, 1984) II, s.v., p. 670-671.

79 H. von Hesberg, loc. cit., particulièrement p. 83 sq.

80 Particulièrement I, 1, 5-6. L’idée que l’architecte doit pouvoir rendre compte à ceux qui le lui demandent de la raison d’être de ce qu’il a fait (rationem quaerentibus reddere) n’est plus au centre des préoccupations du constructeur de la basilique de Fano.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540