Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

La basilique de forum selon Vitruve : la norme et l’expérimentation

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 Même limitée aux deux dernières décennies, la liste reste impressionnante (nous ne prenons pas en c (...)
  • 2 Pour les travaux de K. Ohr, voir la note précédente. Pour la nouvelle, et convaincante, restitution (...)
  • 3 Pour le renouvellement de la problématique, voir H. Lauter, loc. cit., dans JDAI, 94, 1979, p. 451 (...)

1Parmi les monuments de la ville romaine, il en est peu qui aient, au cours de ces dernières années, fait l’objet d’études aussi nombreuses que la basilique de forum ; découvertes archéologiques, monographies architecturales, analyses formelles se conjuguent pour en illustrer les versions italiennes et provinciales, tardo-républicaines et impériales.1 L’acquis le plus important tient sans doute dans la restitution de deux des exemplaires les plus anciens, celui de Praeneste et celui de Pompéi : les hypothèses bouleversantes de K. Ohr et de H. Lauter obligent à remettre en cause ce qu’on croyait savoir de la genèse de ce type d’édifice.2 Les certitudes de naguère chancellent. On ne croit plus au caractère originel d’un « schéma basilical », sorti tout armé de l’esprit des architectes italiques du début du Ile s. av. J.-C. On n’admet plus comme vérité infrangible la thèse de la dérivation pure et simple à partir des salles hypostyles du monde grec ou hellénistique.3

  • 4 De architectura, V, 1, 4-5. Le texte qui sert de base à notre réflexion est celui de l’édition de C (...)
  • 5 La description de la basilique de Fano occupe la fin du même chapitre, V, 1, 6-10.

2Le problème qui se pose dès lors en termes nouveaux est celui de la valeur du texte que Vitruve consacre à la « basilique normale ». Quel statut accorder désormais à cette notion ? Dépouillés de leur trompeuse simplicité typologique, le mot et la chose paraissent aujourd’hui s’enfoncer dans la brume, offusqués par les cas d’espèce, et les rameaux divergents d’une évolution plus complexe qu’on ne l’a cru longtemps. Toutefois, si l’on doit refuser comme illusoire la prétention à l’universalité du modèle vitruvien, la démarche du théoricien mérite d’être scrutée. Contrairement en effet à ce qui se passe d’ordinaire dans le De architectura, Vitruve ne paraît pas en mesure, en ce premier chapitre de son livre V, de décrire un édifice déjà figé dans une forme définitive. Le caractère mal défini d’une structure, dont nous savons maintenant qu’elle restait en gestation au moment où il écrivait, se trahit à plusieurs indices, et, malgré son apparente rigueur normative, le développement théorique garde ici, plus qu’ailleurs, un aspect créatif.4 Si elle ne se borne pas à la recherche d’une transcription graphique convaincante, l’interprétation de ce passage peut se donner pour tâche d’en retrouver la stratification, à la lumière des acquis récents. Paradoxalement, c’est parce que la basilique vitruvienne n’a peut-être jamais existé dans toutes ses particularités que l’étude en est pour nous riche d’enseignements : autant et plus que la fameuse construction de Fano, décrite dans le même chapitre, la notice sur la « basilique normale » nous livre un moment précieux de la réflexion sur la forme et la finalité de cet édifice à la fin de la République.5 Son analyse peut nous aider à situer les jalons archéologiques et à entrevoir ce que furent à Rome les premières basiliques civiles.

  • 6 Sur ce point la fin de la préface du livre V (Primumque forum uti oporteat constitui dicam...) et l (...)
  • 7 V, 2, 1 : aerarium, carcer, curia foro sunt coniungenda.
  • 8 Exemple : IV, 7,1 : locus in quo aedis constituetur... ; V, 3,1 : eligendus est locus theatro... ; (...)
  • 9 Sens et emplois de loca : espaces non construits : II, 6,2 ; II, 6,3 ; V, 9,7 ; V, 12,3 ; VIII, 1, (...)

3La principale question soulevée par ces lignes, trop souvent isolées de leur contexte, est celle du rapport entre l’espace interne et l’espace externe ou, si l’on préfère, entre les aires libres et les aires bâties. Le chapitre traite uniquement du forum, et des portiques qui le définissent en tant que place close6 ; les édifices qui sont organiquement liés à cette unité architecturale, le trésor, la prison, la curie, n’apparaîtront qu’au chapitre suivant.7 Du point de vue de Vitruve donc, les basiliques, du moins dans leur version ordinaire, ne sont pas encore des constructions à part entière, mais des structures marginales ou d’encadrement, au même titre que les portiques. Il s’agit, comme il le dit explicitement, de loca adiuncta, c’est-à-dire d’espaces annexes, qui permettent d’abriter à la mauvaise saison les activités commerciales qui s’exercent normalement à découvert. Le neutre, retenu ici de préférence au masculin, n’est pas indifférent : si un locus est un endroit choisi pour recevoir des monuments publics, au sens plein du terme (temples, théâtres, etc.)8, les loca désignent le plus souvent soit des zones libres, naturelles ou non bâties, soit des secteurs dont on prend seulement en compte la superficie.9

  • 10 Cf. Tite-Live, 39, 44, 7 et Asconius, In Milonianam, 29 ( = p. 33 de A. C. Clark, G. Asconii Pedian (...)
  • 11 In Vatinium, 9, 21. La tabula Valeria mentionnée en 58 av. J.-C. dans une lettre d’exil de Cicéron (...)
  • 12 Pline, HN, 35, 22 ; Plutarque, Cato Minor, V, 1. Cf. E. Welin, Studien zur Topographie des Forum Ro (...)
  • 13 On cite toujours, de Plaute, les vers du Curculio, 470-484, qui fournissent du Forum romain une des (...)
  • 14 Varron, De lingua latina, VI, 4 ; Pline, HN, 7, 215. Notons que l’indication de Pline (sub tecto di (...)

4En cela Vitruve semble tributaire d’une conception fort ancienne, qui ne sera pas sans incidence sur l’organisation même de son schéma. Les premières basiliques construites à Rome ont sans doute été assimilées à d’amples préaux, dont la définition relevait davantage de leur environnement que de leurs structures propres. C’est ainsi que la basilique de Caton, adossée à la Curie, sur le site d’anciennes carrières-in lautumiis-10 doit être cherchée dans un plaidoyer de Cicéron sous la locution peu explicite ad tabulam Valeriam :11 le panneau peint que M. Valerius Messala avait placé sur le mur latéral de la curie en 264 av J.-C. s’était trouvé intégré à la Basilica Porcia en 184, mais c’est lui qui, dans une toponymie conservatrice, continuait à désigner le siège des tribuns, dont on sait, par Plutarque, qu’ils se réunissaient dans la basilique.12 De même le mot subbasilicani employé par Plaute pour désigner les personnages qui hantent la basilique qui précéda sur le Forum celle de Caton, et se situait sans doute à l’emplacement de la future Aemilia, donne à penser que celle-ci est d’abord un abri, qui permet d’éviter le soleil – mais pas les odeurs, provenant du marché au poisson voisin.13 Enfin, même lorsque ce premier édifice, d’ampleur et d’élévation sans doute modestes, aura été remplacé par la Basilica Aemilia, le toit restera la composante essentielle de la construction, et suffira dans certains cas à la définir : ainsi l’horloge hydraulique, placée dans cette basilique par les soins de P. Cornelius Scipio Nasica en 159 av. J.-C, est « mise à l’ombre » selon Varron (inumbravit) et « sous abri » selon Pline (sub tecto).14

  • 15 V, 1,6 : non minus summam dignitatem et venustatem possunt habere comparationes basilicarum, quo ge (...)
  • 16 Les occurrences de dignitas sont rares chez Vitruve. La plus significative pour notre propos est ce (...)

5A cet égard, le développement relatif à la basilique de Fano tranche sur le reste du chapitre, et pas seulement par sa prolixité : cet édifice, dont Vitruve fut à la fois le maître d’œuvre et le commanditaire possède, lui, l’autonomie monumentale.15 C’est ce que prouve, dès les premiers mots, le terme de dignitas, que le De architectura réserve aux constructions indépendantes, dont l’identité tant spatiale que structurelle est assurée par des murs, une entrée solennisée, etc.16

  • 17 L’examen le plus approfondi de cette question demeure celui de F. Pellati, La basilica di Fano e la (...)

6L’unité de ce chapitre, dont toute la seconde partie a parfois été rejetée par les éditeurs comme une interpolation tardive, doit en fait être préservée.17 Vitruve suggère, avec ces notices qu’il veut inégales et contrastées, la modestie de la norme contemporaine : de son point de vue, sinon encore de son temps, une basilique de forum ordinaire n’est apparemment rien d’autre qu’une halle couverte, voisine, par sa conception, des portiques dont elle constitue seulement une dilatation. C’est à la lumière de cette première observation qu’il convient d’interpréter les mots columnae et porticus, auxquels recourt le théoricien pour décrire les composantes et l’élévation de ce curieux édifice.

  • 18 Le cas est patent pour les temples où, sur les deux livres que Vitruve leur consacre (III et IV), s (...)
  • 19 IV, 4,2, ou in concluso spatio (IV, 4,3). Ce sont les expressions qui désignent chez Vitruve l’espa (...)
  • 20 L’importance des colonnes dans la définition des basiliques tardo-républicaines, considérées essent (...)
  • 21 Sur la porticus duplex, cf. V, 1, 1 ; V, 9, 2 ; V, 11, 1-2.

7On sait que, lorsqu’il présente les volumes d’un nouveau type monumental, cet auteur les aborde toujours de l’extérieur ; qu’il décrive une forme achevée, ou définisse la marche à suivre pour la construire, il commence par nous faire tourner autour d’elle.18 Aussi, quand, près les habituels préceptes relatifs au plan et aux rapports des dimensions horizontales, il en vient, sans autre précision, aux columnae basilicarum, est-il difficile d’admettre, malgré une tradition exégétique ancienne et unanime, qu’il entend par là les colonnes d’une véritable ordonnance interne. Ce serait un cas unique et, pour le lecteur qui vient de suivre la description des portiques du forum, la source d’une grave ambiguïté. En fait la colonnade en question ne saurait se concevoir in concluso aere19 ; elle doit pouvoir être appréhendée de l’extérieur, et constituer la limite de l’édifice, même si, en même temps, elle contribue à son organisation intérieure.20 Les modalités d’emploi du mot porticus, qui intervient tout de suite après, n’infirment pas cette lecture : le seul fait que Vitruve, dans d’autres passages, appelle porticus duplex un portique à deux nefs, et considère donc comme un portique à part entière la nef « extérieure », celle qui est uniquement définie par des colonnes, montre assez que la présence d’un mur de fond n’est pas nécessairement impliquée dans ce terme.21 Et en cela la pratique de De architectura est conforme à celle de son temps.

  • 22 Cf. l’étude toujours utile de Gl. Downey, The architectural Significance of the Use of the Words St (...)
  • 23 Academia Priora, II, 24,70 : ut ii qui sub Novis (sc. tabernis) solem non ferunt, item ille cum aes (...)
  • 24 Cf. en dernier lieu F. Coarelli, Guide archeologiche Laterza. Roma, Bari, 1980, p. 45.
  • 25 Pline, HN, 35,113 : Maeniana, inquit Varro, omnia operiebat Serapionis tabula sub Veteribus. Pour l (...)
  • 26 V, 1,2.
  • 27 Cf. à ce sujet les remarques pertinentes de A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, (...)

8Plusieurs textes prouvent en effet que la nef extérieure des basiliques « ouvertes », du type de l’Émilienne ou de la Julienne, dans leur version tardo-républicaine ou impériale, était considérée comme un portique pur et simple. Sans recourir aux notices des historiens grecs, chez qui la confusion entre στοὰ et βασιλικὴ semble avoir été constante, et tient davantage à une pesanteur terminologique qu’à la claire perception des réalités architecturales22, nous nous limiterons à quelques exemples, choisis dans une tranche chronologique qui englobe celle où travaillait Vitruve. Dans ses Academica Priora II, écrits en 45 av. J.-C, Cicéron note plaisamment, à propos d’Antiochus d’Ascalon qui, dans sa vieillesse, revenait aux vieilles théories dont il s’était d’abord détaché : « Semblable à ces gens qui ne supportent pas le soleil devant les >boutiques neuves<, il s’est mis, tout en sueur, à l’ombre des anciens Académiciens, comme ceux-là à l’ombre des balcons ».23 L’allusion est claire : Cicéron évoque la frange Nord du Forum républicain de Rome, où les tabernae novae longent toujours, même après la restauration commencée en 54, la façade méridionale de la Basilica Aemilia.24 La démarche prêtée aux promeneurs consiste à fuir le soleil en passant derrière les boutiques, et à s’abriter sous l’étage supérieur de la nef latérale Sud de la basilique elle-même ; c’est en effet le sens de l’expression ad maenianorum umbram ; on en retrouve l’équivalent, pour la description de la face opposée du Forum, dans un texte de Pline citant Varron, où l’on apprend que le peintre d’origine alexandrine Serapion avait bouché tous les maeniana avec un seul grand tableau sur bois, au lieu-dit Sub veteribus. il s’agit évidemment de la terrasse de la Basilica Sempronia, qui s’élevait au-dessus des tabernae veteres sur la frange Sud de la place.25 Or les termes employés dans ces deux passages sont exactement ceux que Vitruve utilise pour les portiques de forum : circaque in porticibus argentariae tabernae maenianaque superioribus coaxationibus conlocentur...26 Le parallélisme de ces différents textes, qu’on pourrait presque superposer, indique bien que les notions auxquelles ils font appel sont analogues dans l’esprit des contemporains ; le fait que les boutiques des changeurs soient situées devant les basiliques, et non pas sous leur nef extérieure, comme dans les portiques décrits par Vitruve, ne change rien à la valeur structurelle des composantes, ni à leur analogie quand on passe d’un édifice à l’autre.27

  • 28 H. Lauter, loc. cit., dans RM.1982, p. 449 sq.
  • 29 Suétone, Divus Augustus, 29, 6 : porticus basilicaque.

9Plus nette encore s’avère l’expression porticus Gai et Luci, dont H. Lauter a montré qu’elle s’appliquait à la nef Nord de la Basilica Julia, dans sa version de 12 apr. J.-C.28 Si la volonté augustéenne de donner à l’ensemble de l’édifice le nom des Caesares n’a pas été, autant qu’on en puisse juger, respectée par Tibère, la notice de Suétone nous apprend du moins, en distinguant basilica et porticus, que la façade de cet immense édifice était assimilée à un portique.29 La confusion était ici d’autant plus facile que la disparition des tabernae veteres donnait pour la première fois un accès direct à la basilique sur le Forum, et qu’un emmarchement séparait la nef extérieure (porticus) de la nef latérale interne.

  • 30 Voir par exemple CIL, V, 3446 (Vérone) : basilicam et porticus testamento fieri iussit.
  • 31 CIL, XI, 3614 : ut sibi locus publice daretur sub porticu basilicae sulpicianae (I.11) ; in angulo (...)
  • 32 CIL, XI, 5820. Cf. Moschella, dans Dioniso, 7,1939, p. 3 sq. ; M. Verzar, dans Hellenismus in Mitte (...)

10Mais la même ambiguïté se retrouve dans l’épigraphie italienne de l’époque d’Auguste et du Haut Empire.30 Citons seulement le texte de Caere, où le collège des Augustale obtient des décurions la concession d’un espace sous le « portique » de la basilique de Sulpicius : là encore le mot désigne, selon toute vraisemblance, le déambulatoire externe ouvert sur la place.31 Une inscription, exactement contemporaine du De architectura, atteste du reste que, dans les années 30-20 av. J.-C, cette notion de basilica, dépourvue de tout caractère fonctionnel précis, s’applique à des aires d’accueil et de passage, où la colonnade sert à circonscrire l’espace abrité : les « basiliques » du théâtre de Gubbio, telles que les décrit le quattuorvir Cn. Satrius, et telles que l’archéologie nous les restitue, ne sont rien d’autre que d’amples parascaenia quadrangulaires limités par des colonnes, entre lesquelles ont été mis en place des chancels.32 Du fait de cette clôture, plus symbolique qu’effective, et d’ailleurs ajoutée lors d’une seconde tranche de travaux, la dialectique entre l’extérieur et l’intérieur demeure très souple.

  • 33 V, 1, 6 : porticus eius circa testudinem inter parietes et columnas...

11Il semble donc que la lettre de la brève notice vitruvienne – brève mais non pas elliptique, comme le pensent, sans le dire, beaucoup de commentateurs, qui se permettent d’en combler les prétendues lacunes – autorise en fait à considérer que la « basilique normale » de Vitruve n’est pas fermée, au moins sur sa face principale, et que la colonnade de ses « portiques » définit, en même temps que les nefs latérales, son aspect du côté du forum. Si le théoricien avait envisagé des murs – parietes – comme un élément limitrophe, et donc de définition, il n’aurait pas manqué d’en faire mention, comme dans le développement consacré à la basilique de Fano33 (fig. 1).

Fig. 1 Interprétation graphique du texte sur la « basilique normale », avec la nomenclature vitruvienne.

  • 34 Sur la basilique de Pompéi, voir en dernier lieu K. Ohr, loc. cit., dans Cronache Pompeiane, III, 1 (...)
  • 35 Le problème des chalcidica (définition, origine, fonction) a été étudié récemment, à partir des don (...)
  • 36 A. Birnbaum (op. cit., p. 39 sq.) note avec raison que la présence d’un pluteum élevé du côté de la (...)

12On doit admettre aussi, comme corollaire, que la basilique ordinaire présente vers le forum sa plus grande dimension ; nous n’ignorons pas que la plupart des interprétations antérieures du passage aboutissent à une implantation perpendiculaire, le petit côté, considéré comme celui de l’entrée principale, ayant seul vue sur la place, à la façon de la basilique de Pompéi.34 L’argument majeur en faveur de cette hypothèse courante est la présence des chalcidica, que Vitruve propose d’ajouter aux extrémités de l’édifice, lorsque celui-ci est trop long par rapport à l’espace disponible en largeur. Mais, d’une part, rien ne prouve que ces chalcidica soient des vestibules comme on l’imagine souvent ; le fait que le théoricien emploie le pluriel pour les localiser – in extremis-laisse à penser qu’il y voit des structures symétriques, réparties sur les ailes de la basilique, plutôt qu’une entrée unique, située à la base de l’axe longitudinal.35 D’autre part, les similitudes que nous avons relevées avec les portiques de bordure, les observations, que nous ferons ensuite, sur les promenoirs périphériques à l’air libre de l’étage supérieur ne se comprennent que si la partie la plus importante de l’ambulatio, au premier comme au second niveau, longe le forum au lieu de s’en éloigner.36

  • 37 VI, 3, 9.
  • 38 Cf. Hellenismus in Mittelitalien, II, Göttingen, 1976, p. 376.

13Ces remarques conduisent à une réévaluation du seul autre passage où Vitruve évoque ce type d’édifice, et qui a parfois été à l’origine d’une conception trop rigide du « plan basilical » ; c’est, au livre VI, la conclusion du paragraphe relatif aux salons corinthiens ou égyptiens.37 Comme l’a bien noté H. Drerup, la similitude établie par le théoricien entre l’oecus aegyptius et la basilique de forum se limite aux parties hautes et plus précisément à leur coupe ; elle ne permet nullement de conclure à la présence obligatoire d’un mur périphérique au rez-de-chaussée.38

  • 39 Voir à sujet les remarques de H. Drerup (loc. cit., à la note précédente) et de H. Lauter, loc. cit (...)

14Le vocabulaire vitruvien, d’apparence inadéquate et imprécise, a donc toute chance d’exprimer ici à la fois une genèse et une structure. Il s’applique remarquablement à un type d’édifice qui procède par annexions successives d’éléments hétérogènes, sans leur faire perdre, du moins dans un premier temps, leur spécificité.39

Fig. 2 Plan de la basilique et de la partie septentrionale du forum de Glanum (Relevé P. Varène, J. Bigot, Bureau d’Architecture antique d’Aix-en-Provence, CNRS).

  • 40 Aux références de la n. 1 on ajoutera, pour Ardée, Ch. Morselli, E. Tortorici, Ardea ( = Forma Ital (...)
  • 41 Loc. cit., dans JDAI, 94,1979, fig. 30, p. 448.
  • 42 Cf. F. E. Brown, op. cit., fig. 70 et p. 57.

15La planimétrie « ouverte » de cette « basilique normale » ne nous aide pas seulement à saisir le rapport des basiliques d’Ardée et de Cosa, de Glanum et de Ruscino avec leurs fora respectifs40 (fig. 2 et 3) ; elle éclaire aussi, rétrospectivement, les spécimens qui appartiennent à un stade antérieur de l’évolution, comme la basilique de Praeneste, dans la restitution de H. Lauter41 (fig. 4). Dans tous ces exemples, c’est une colonnade externe – dont le rythme peut être différent de celui des supports intérieurs -qui limite l’édifice en façade. Dans le schéma vitruvien, la présence d’un medium spatium, d’un espace central plus large que les nefs périphériques, verifiée dans la plupart des basiliques tardo-républicaines italiennes connues par l’archéologie – Praeneste, vrai « incunable », constituant une exception attardée – rend encore plus sensible la fonction de « portique » de cette façade. On notera du reste la largeur inusitée de la nef centrale dans le texte du De architectura : il n’est guère que Cosa qui présente une proportion proche de trois pour un entre le spatium medium et la porticus42 (fig. 5). Dans les édifices plus récents, le rapport, plus serré, contribue a une meilleure intégration des composantes à l’ensemble. Là encore, Vitruve semble tributaire de modèles plus anciens que ceux de son temps, à moins qu’il n’ait cédé à la séduction d’une relation arithmétique satisfaisante, celle-même qu’il appliquera dans sa construction de Fano.

Fig. 3 Plan de la basilique et du forum de Ruscino, d’après G. Barruol et A. Nickels.

16Cet espace central pose le problème de la couverture différenciée, le fameux toit à lanterneau, qui passe généralement pour l’un des caractères typiques du « schéma basilical ». Comment envisager, d’après V, 1, 5, l’élévation du second ordre dans la « basilique normale » ?

  • 43 Le uti supra scriptum est de V, 1,5 renvoie en effet à V, 1,3 : columnae superiores quarta parte mi (...)
  • 44 En raison des phénomènes optiques exposés en IV, 4, 2-3 (à propos de l’ordre intérieur des temples)
  • 45 Cf. V, 1,5 : epistylia, zophora, coronae ex symmetriis columnarum, uti in tertio libro diximus, exp (...)

17Les columnae superiores sont présentées par Vitruve exactement comme celles des portiques du forum des villes d’Italie, puisqu’il renvoie explicitement à ces dernières pour définir leur hauteur par rapport à celle des colonnes inférieures.43 C’est la confirmation, s’il en est encore besoin, de l’équivalence qui s’établit, dans l’esprit du théoricien, entre ces deux types de constructions ; c’est aussi un indice supplémentaire de la valeur de façade de ces supports, qu’ils soient au premier ou au second niveau : les proportions d’un ordre intérieur seraient différentes.44 Le fait d’ailleurs que Vitruve renvoie au livre III pour les entablements prouve bien qu’il traite de l’ensemble des colonnades de la basilique comme d’une ordonnance, sinon externe, du moins entièrement perceptible de l’extérieur.45

  • 46 A. Birnbaum, op. cit., p. 39 sq. et pl. VIII ; K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175,1975, fig. 1, p. 114
  • 47 A. Choisy, Vitruve, Paris, 1909, I, p. 184 sq. et IV, pl. 45. Cet auteur propose de voir dans le pl (...)
  • 48 Les textes du De architectura sont, sur ce point, clairs et cohérents. Voir d’abord en IV, 2,1, la (...)

18Les difficultés commencent quand on essaie de se représenter comment il conçoit l’étage de l’édifice. Les interprétations sont nombreuses et divergentes. Depuis A. Birnbaum il semble admis que le déambulatoire au-dessus des nefs latérales est à l’air libre, et K. Ohr a repris le postulat sans discussion.46 Il est assurément difficile d’avancer une autre hypothèse sans tomber dans des restitutions absurdes, du type de celle de Choisy.47 On se souviendra toutefois que le terme contignatio, employé pour désigner le niveau supérieur des nefs latérales, évoque plutôt, dans le De architectura, l’idée d’un étage couvert : la contignatio, c’est le plancher situé au-dessus de la poutraison du plafond (coaxatio) ; mais ce plancher ne peut faire office de terrasse que s’il est muni d’un revêtement étanche, le pavimentum.48 De ce dernier, il n’est nullement question dans notre texte.

  • 49 D’après V, 11,4, xystus, directement transcrit du grec ξυστός, est un portique couvert le long de l (...)
  • 50 K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175, 1975, p. 121 et p. 126.
  • 51 V, 7,7 : uti gradus, diazomata, pluteos... ;il est probable aussi que le pluteum de V, 10,4 est un (...)
  • 52 IV, 4,1 : pluteis marmoreis. Le cas oblique empêche ici, en principe, de distinguer le masculin du (...)
  • 53 V, 7,6. Ordre inférieur du mur de scène ; supra podium columnae ; ordre du second niveau : pluteum (...)

19Ce problème du déambulatoire du niveau supérieur est lié à celui du pluteum dont il est dit qu’il se place entre les colonnes supérieures et les colonnes inférieures. Quel sens prêter à ce mot ? Il convient ici de ne pas méconnaître la valeur sémantique des changements de genre dans le vocabulaire vitruvien. Nous en avons eu un exemple avec locus/locum ; il est d’autres doublets analogues, tels xystus/xystum49 et, précisément, pluteus/pluteum. K. Ohr parle, dans son étude récente, d’un pluteus, sans soupçonner, apparemment, qu’il est en désaccord avec la leçon unamine des manuscrits50. Quand on examine les occurrences dans leur contexte, on note que pluteus, le plus souvent au pluriel, désigne soit des balustrades ou des murettes élevées à hauteur d’appui, comme celles qui bordent les précinctions des théâtres51, soit des chancels entre les antes et les colonnes d’un pronaos.52 Dans ce dernier cas le pluteusseu à clore des entrecolonnements, et il peut paraître séduisant de le transposer au premier niveau des basiliques. C’est ce que propose K. Ohr. Mais c’est un pluteum que Vitruve situe à cet endroit, et le mot, souvent employé au singulier, est l’équivalent de podium, comme le prouve à l’évidence le passage du même livre V sur les ordres superposés du mur de scène des théâtres ; à quelques lignes de distance, les deux termes désignent la même réalité, et sont même employés l’un pour l’autre.53 Un pluteum ne peut donc se placer que sous les colonnes et non pas dans les entrecolonnements ; c’est ce que dit d’ailleurs le texte, et toute autre interprétation s’accompagne d’une correction abusive de la phrase latine (fig. 1).

Fig. 4 Vue restituée de la basilique de Praeneste, d’après H. Lauter.

Fig. 5 Plan de la basilique de Cosa, d’après F. E. Brown.

  • 54 C’est la raison invoquée par K. Ohr pour refuser de suivre la lettre du texte. A. Birnbaum est auss (...)

20Nous n’ignorons pas que la répugnance des archéologues à retenir cette idée d’une sorte de podium ou d’attique entre les ordres inférieur et supérieur de la basilique vitruvienne tient à la hauteur de cet élément intermédiaire, qui se transforme en un véritable mur-écran, puisqu’il doit être dans un rapport de 3/4 avec le second ordre : la superposition de trois composantes verticales aussi importantes sur un même axe a de quoi laisser perplexe ; la « prise au vent » de ce genre d’échafaudage rend son équilibre précaire, même dans l’hypothèse d’une basilique aux dimensions modestes54 (fig. 6).

  • 55 Voir à ce sujet notre étude sur les nombres irrationnels dans le De architectura, dans MEFRA, 88,19 (...)
  • 56 Cf. la note ad locum de l’édition de C. Fensterbusch (n. 182 p. 544-545), avec la discussion des di (...)
  • 57 III, 5, 10. CF. A. Birnbaum, op. cit., P. 15 SQ. A. Choisy (op. cit., I, P. 85 SQ.) avait cru devoi (...)

21Cédera-t-on pour autant à la tentation de corriger le texte ? Sans invoquer l’hypothèse toujours fragile de la glose antique, on peut fort bien admettre que Vitruve a cédé lui-même à un automatisme qui aboutit à une composition irréaliste, par goût des relations arithmétiques simples ; rien n’est plus sujet à caution dans le De architectura que les données chiffrées ou proportionnelles55 : que l’on songe par exemple à la difficulté soulevée par le item supra parietes de III, 4, 1, relatif à la largeur des structures au-dessus des fondations56, ou par le rapport entre l’architrave et la frise, selon que cette dernière est ou non décorée ; dans ce cas, voisin du nôtre, la relation constante à forte amplitude (quarta parte minus ; quarta parte altior) est un sujet de perplexité pour qui lui cherche des cautions archéologiques.57

  • 58 Sur ces représentation monétaires, CF. infra, n. 64.
  • 59 L’expression de v, 1,5 : uti supra basilicae contignationem ambulantes ab negotiatoribus ne cospici (...)
  • 60 V, 1, 2 : igitur circum spectacula spatiosiora intercolumnia distribuantur... On sait que, dans le (...)

22Toutefois, même si l’on émet des réserves sur la hauteur théorique du pluteum, celle-ci ne saurait être réduite aux dimensions d’un simple entablement intermédiaire, comparable à celui de la Basilica Aemilia sur les revers monétaires de 61 av. J.-C, car le texte y perdrait de sa logique58 : il faut que cet écran dépasse en toute hypothèse la taille d’un homme, puisqu’il doit empêcher qu’on voie depuis la nef centrale les gens qui cheminent sur la terrasse au-dessus des nefs latérales.59 Cette exigence procède du même souci d’ouverture sur l’extérieur que celui dont témoigne, croyons-nous, la colonnade de façade du niveau inférieur. Elle rapproche la basilique vitruvienne des portiques à maenianum décrits au début du même chapitre, où tout est conçu pour faciliter la vue sur les spectacula60 ; elle nous oblige à considérer que le déambulatoire du premier étage est libre, malgré l’ambiguïté du mot contignatio (fig. 1).

  • 61 op. cit., P. 42.
  • 62 VI, 3,9. Autrement, pour la partie inférieure, l’œcus aegyptius ne se distingue en rien de l’œcus c (...)

23Mais, loin de considérer, avec A. Birnbaum, que ce pluteum est une invention vitruvienne dérivée du mur d’appui des toits en appentis qui auraient couvert les nefs latérales des plus anciens spécimens61, nous serions tenté de voir là une structure sinon originelle, du moins fréquente dans les basiliques tardo-républicaines. Relisons en effet le texte sur les « salons égyptiens », où Vitruve se réfère à la basilique, non pas comme à une entité abstraite, mais comme à une réalité familière à ses lecteurs, et capable de leur faire comprendre, par analogie, la description qui précède. Il n’y est nullement question de trois éléments superposés, mais seulement de deux ordres, dont le second anime un mur percé de fenêtres. C’est ce que laisse entendre l’expression un peu elliptique : et inter columnas superiores, fenestrae conlocantur. Et c’est cette expression qui amène la comparaison avec la basilique : ita basilicarum ea similituto...62 L’auteur pense ici à des édifices dont le toit en lanterneau est soutenu, au-dessus de la nef centrale, par une paroi ajourée (fig. 7). C’est ainsi que devaient en effet se présenter des basiliques de dimensions moyennes, comme celles d’Ardée, de Glanum, et de Ruscino.

Fig. 6 Interprétations possibles du texte sur la « basilique normale » selon K. Ohr. Seule la coupe inférieure est admissible pour cet auteur.

  • 63 Comme celle de Praeneste et, peut-être, la Basilica Porcia.
  • 64 Cf. g. Fuchs, Zur Baugeschichte der Basilika Aemilia in republikanischer Zeit, dans RM, 63,1956, p. (...)
  • 65 F. E. Brown, dans MAAR, 20, 1951, p. 75 sq. et op. cit., p. 57 et fig. 71.
  • 66 Qui reconnaît lui-même le caractère acrobatique de sa restitution, mais note plaisamment : « Given (...)

24Mais pour son schéma théorique, tout se passe comme si Vitruve avait voulu combiner deux rameaux de l’évolution entre lesquels il serait imprudent d’ailleurs d’établir une chronologie relative trop rigoureuse : le mur-support du lanterneau, et la colonnade supérieure d’un portique à deux niveaux. Cette dernière apparaît d’abord dans des basiliques dont l’espace n’est pas hiérarchisé par la présence d’une nef centrale élargie ; elle surmonte alors la colonnade de façade aussi bien que les supports intérieurs.63 Cette organisation peut subsister après l’introduction d’un medium spatium, comme l’indique, semble-t-il la représentation monétaire de la Basilica Aemilia, dans les émissions de 61 av. J.-C : elle offre en façade deux ordres superposés, séparés seulement par un entablement, orné de boucliers64 (fig. 8 et 9). Et il n’est pas impossible que la basilique de Cosa ait présenté, en élévation, une coupe du même type. L’absence, sur les tambours appartenant aux colonnes supérieures, de toute trace d’accrochage de chancel, a conduit F. E. Brown à la restituer selon le modèle vitruvien le plus orthodoxe, avec un pluteum intermédiaire important65 (fig. 10). Mais on peut aussi admettre, maintenant que le précédent de la basilique de Praeneste apporte sa caution à une autre organisation, que ces colonnes surmontaient directement les ordres inférieurs, et que la couverture de l’ensemble était unitaire. Du point de vue de la statique, cette solution serait du reste plus satisfaisante que celle, fort audacieuse, proposée par le savant archéologue américain.66

  • 67 Il en va de même pour beaucoup d’autres édifices vitruviens ; citons seulement le temple périptère (...)
  • 68 Ce qui ne prouve rien, évidemment, quant à l’origine réelle de l’un des rameaux de l’évolution du s (...)

25Il apparaît, au terme de cette relecture de la notice vitruvienne, qu’il convient, avant toute transposition littérale du schéma « basilical » dans la réalité, non seulement d’évaluer son degré de vraisemblance architectonique, mais aussi de retrouver son mode de constitution67. C’est ce que nous avons essayé de faire ici. Il s’avère que, dans l’état où il nous est parvenu, le texte reflète plusieurs phases successives ou divergentes d’un processus qui, avant d’aboutir à la grande basilique d’époque impériale, n’a pas été linéaire. La « basilique normale », est, en un sens, une abstraction, qui répond à des exigences plus théoriques qu’architecturales. Vitruve semble avoir voulu préserver, devant un monument auquel il ne peut trouver d’antécédent grec immédiat, du moins au stade de l’évolution où il l’aborde, un lien avec les portiques d’encadrement des places publiques.68 Sa démarche n’est pas réductrice, comme pour d’autres créations composites dont il refuse d’admettre l’existence, mais elle correspond à une réalité fonctionnelle, dont d’autres témoignages contemporains nous conservent la trace. En même temps, il intègre à son schéma la structure qui passe dès lors, même si elle n’est pas originelle, pour une caractéristique de l’édifice, la nef centrale et sa couverture surélevée.

  • 69 Les exemples abondent de cette démarche. Rappelons, comme l’un des plus significatifs, la définitio (...)
  • 70 V, 1, 7 :... ne impediant aspectus pronai Augusti, quae est in medio latere parietis basilicae conl (...)
  • 71 V, 1, 10. Vitruve se (felicite a la lois d’avoir diminue le oût de la construction en supprimant l’ (...)
  • 72 Voir à sujet l’excellente restitution de K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175,1975, fig. 2, p. 115.
  • 73 De par sa conception générale, elle s’apparente déjà à la Basilica Julia dans sa version tardo-augu (...)

26Le principe, si souvent appliqué dans le De architectura, de la ponctualisation formelle, qui tend à privilégier une formule monumentale parmi d’autres, et à la présenter comme canonique69, revêt en l’occurrence un intérêt particulier, en ce qu’il se double d’un phénomène de contamination. Le résultat, sur le papier, c’est un édifice qui, même s’il offre tous les caractères de l’évidence, demeure en grande partie expérimental, en ce qu’il rassemble ce que Vitruve a cru devoir retenir de différentes réalisations antérieures ou contemporaines. Mais en même temps – cela aussi est un fait unique dans son traité – il n’entend pas s’en tenir là, et veut montrer que l’élaboration du type n’est pas achevée. Ce chapitre V, 1 est le seul où, après avoir proposé sur le mode normatif un schéma qui se veut général, et universellement applicable, il décrit un cas particulier qui en constitue, non pas une adaptation, mais, en un certain sens, une négation. Contradiction ? Pas exactement. Il s’agit plutôt de faire passer la basilique du statut de locum commune à celui d’opus publicum, en la dotant de tous les attributs qui définissent une construction publique au sens noble du terme. Ce qui distingue essentiellement en effet la basilique de Fano de la basilique ordinaire, c’est qu’elle est close sur elle-même ; certes, des axes visuels y sont préservés vers le Forum et le temple de Jupiter, mais les nefs latérales sont entourées de murs.70 La disparition des plutea, dont Vitruve se félicite au terme de sa description, en avançant, comme souvent en pareil cas, des raisons d’économie qui masquent l’essentiel, et qu’il met au crédit de l’ordre colossal, est caractéristique de cette attitude71 : elle prouve que les déambulatoires supérieurs ne sont plus coupés du centre de l’édifice par un écran, mais jouent au contraire le rôle de tribunes surplombant la grande nef ; des balustrades à hauteur d’appui, dont le théoricien ne parle pas, mais dont la présence s’impose, permettent d’observer sans danger ce qui s’y passe.72 Et sur ce point, même si le thème plastique et tectonique de la colonnade unique, d’un seul tenant, disparaît des grandes basiliques impériales, la construction de Fano est sur le versant du progrès.73

Fig. 7 Reconstitution de la « Casa dell’Atrio a mosaico » d’Herculanum, selon A. Maiuri.

Fig. 8 Revers d’un denier de M. Aemilius Lepidus.

Fig. 9 Interprétation graphique du revers présenté à la figure précédente, par G. Fuchs. Vue de face; vue en perspective.

Fig. 10 Coupe restituée de la basilique de Cosa, selon F. E. Brown.

  • 74 Cf. les remarques de M. Torelli, dans Hellenismus in Mittelitalien, II, p. 376-377.

27Ce à quoi nous assistons, en somme, dans ces développements vitruviens, si souvent corrigés parce que mal compris, c’est à une conversion au sens propre, la conversion d’un édifice vers l’intérieur, avec la fermeture de son enveloppe. Évidemment le phénomène ne saurait s’analyser en termes exclusivement formels.74 Sans doute, l’apparent flottement de la doctrine est en partie dû à l’absence probable de toute tradition écrite antérieure ; contrairement à ce qui se passe pour les temples et, peut-être, pour les théâtres, Vitruve ne peut se référer à un ou des traités tardo-classiques ou hellénistiques. Il lui manque à la fois un pivot typologique et une caution historique.

  • 75 Cf. P. Gros, Architecture et Société à Rome et en Italie centro-méridionale (op. cit.), p. 12 sq.
  • 76 On connaît le problème : si l’on suit Tite-Live à la lettre, la première basilique de Rome serait l (...)
  • 77 Cf. en dernier lieu I. Di Stefano Manzella, I Volusii e il tempio del Divo Augusto a Lucus Feroniae (...)
  • 78 Les deux opérations sont l’une et l’autre achevées avant 30 av. J.-C, mais les grandes innovations (...)
  • 79 Citons seulement son refus d’envisager la corniche modillonnaire, dont les premières mises au point (...)

28Mais c’est surtout l’évolution de la fonction qui explique le passage du modèle « normal » au modèle de Fano : dans le premier cas, il est seulement question de negotiatores ; la construction est inséparable du forum républicain traditionnel, celui de Plaute et de Caton, dont les aspects commerciaux restent essentiels. Ce n’est pas un hasard, on le sait, si les premières basiliques apparaissent au début du iie s., ou à la fin du iiie s., c’est-à-dire au lendemain de la seconde guerre punique75 ; elles remplacent souvent, alors, des atria publica, sortes de souks spécialisés, répartis autour d’une cour centrale, et il n’est pas exclu que la première basilique de Rome, antérieure à la Porcia, ait porté, chez Tite-Live, le nom d’Atrium regium.76 Dans le second cas, nous sommes au contraire en présence d’une basilique de type déjà impérial : hiérarchisation des espaces, répartis sur un axe dominé par l’aedes Augusti, et spécialisation des fonctions, avec l’apparition du tribunal et des magistrats. Certes, les négociants sont toujours là, mais ils occupent des aires secondaires, et rigoureusement circonscrites. Ce à quoi Vitruve contribue, à la fin de son chapitre, c’est donc à l’élaboration d’une forme nouvelle exigée par ces nouvelles finalités ; l’archéologie atteste, d’ailleurs, qu’elle a connu des applications réelles.77 Les aspects déconcertants de sa basilique « normale », tiennent peut-être, en revanche, au fait qu’il a lui-même conscience de décrire une formule en partie caduque. Si elle est appelée à survivre, sous un aspect que le théoricien a du reste pu observer lors de la restauration de la Basilica Aemilia, et de la construction de la Julia, il n’en a pas, selon toute apparence, tiré de conclusion typologique décisive.78 Mais cela n’est pas propre à la basilique, et procède d’une myopie volontaire à l’égard des grandes innovations contemporaines, dont d’autres exemples ont déjà été relevés.79

Notes

1 Même limitée aux deux dernières décennies, la liste reste impressionnante (nous ne prenons pas en compte les manuels, guides ou encyclopédies). Travaux généraux : G. Fuchs, Die Funktion der frühen römischen Marktbasilika, dans BJ, 161, 1961, p. 39 sq ; J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles (thèse dactylogr.), 1967 ; K. Ohr, Die Form der Basilika bei Vitruv, dans BJ, 175,1975, p. 113 sq. Rome : Ch. Leon, Die Bauornamentik des Trajansforums, Graz- Vienne, 1971, p. 32 sq. ; C. M. Amici, Foro di Traiano : Basilica Ulpia e Biblioteche, Rome, 1982 ; L. Richardson Jr., Basilica Fulvia, modo Aemilia, dans Studies in Classical Art and Archaeology, New York, 1979, p. 209 sq. ; H. Lauter, Zwei Bemerkungen zur Basilica Julia, dans RM, 89,1982 ; il faut ajouter les importantes recherches en cours de H. Bauer sur la Basilica Aemilia. Italie : K. Ohr, Die Basilika in Pompeji, Dis-sert., Karlsruhe, 1973 ; id., Die Basilika in Pompeji, dans Cronache Pompeiane, III, 1977, p. 17 sq. ; C. Saletti, Le basiliche romane dell’Italia settentrionale, dans Athenaeum (fascic. spécial), 1976, p. 122 sq. ; L. Bertacchi, P. Lopreato, V. Novak, I. Giacca, La basilica forense di Aquileia, Aquilée, 1981 ; R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô, BEFAR 249, Rome, 1983, p. 125 sq. ; F. E. Brown, Cosa. The Making of a Roman Town, Ann Arbor, 1980, p. 56 sq. Provinces occidentales : J.-Ch. Balty, Basilique et curie du forum de Glanum : note sur le centre monumental de la ville augustéenne, dans Latomus, 21,1962, p. 279 sq. ; G. Barruol, A. Nickels, Le forum et le centre monumental de Ruscino, dans Ruscino I. Supplément 7 à la RAN, p. 41 sq. ; R. Etienne, J. Alarcao, Fouilles de Conimbriga, I, Paris, 1977, p. 34 sq. ; Afrique romaine : A. Luquet, La basilique judiciaire de Volubilis, dans Bull. d’Arch. marocaine, VII, 1967, p. 407 sq. ; P. Gros, Le forum de la haute ville dans la Carthage romaine, d’après les textes et l’archéologie, dans CRAI, 1982, p. 636 sq. ; id., La basilique orientale, Byrsa III (sous presse). Asie mineure : W. Alzinger, Augusteische Architektur in Ephesos, Vienne, 1974, p. 26 sq. et id. dans JÖAI, 50, 1972-75, Beiblatt, p. 258 sq.

2 Pour les travaux de K. Ohr, voir la note précédente. Pour la nouvelle, et convaincante, restitution de la basilique de Praeneste, cf. H. Lauter, Bemerkungen zur späthellenistischen Baukunst in Mittelitalien, dans JDAI, 94,1979, p. 390 sq., et particulièrement p. 436 sq. Fondée sur un examen exhaustif des vestiges en place, cette hypothèse corrige heureusement les tentatives antérieures de R. Delbrueck et de F. Fasolo-G. Gullini.

3 Pour le renouvellement de la problématique, voir H. Lauter, loc. cit., dans JDAI, 94, 1979, p. 451 sq. et H. Drerup, dans Hellenismus in Mittelitalien, II, Göttingen, 1976, p. 376.

4 De architectura, V, 1, 4-5. Le texte qui sert de base à notre réflexion est celui de l’édition de C. Fenster-busch, Darmstadt, 1964, p. 206-208 : Basilicarum loca adiuncta foris quam calidissimis partibus oportet constitui, ut per hiemem sine molestia tempestatium se conferre in eas negotiatores possint. Earumque latitudines ne minus quam ex tertia, ne plus ex dimidia longitudinis constituantur, nisi si loci natura impedierit et aliter coegerit symmetriam commutari. Sin autem locus erit amplior in longitudine, chalcidica in extremis constituantur uti sunt in Julia Aquiliana. Columnae basilicarum tam altae, quam porticus latae fuerint, faciendae videntur ; porticus, quam medium spatium futurum est, ex tertia finiatur. Columnae superiores minores quam inferiores, uti supra scriptum est, constituantur. Pluteum, quod fuerit inter superiores et inferiores columnas, item quarta parte minus, quam superiores columnae fuerint, oportere fieri videtur, uti supra basilicae contignationem ambulantes ab negotiatoribus ne conspiciantur. Epistylia, zophora, coronae ex symmetriis columnarum, uti in tertio libro diximus, explicentur.
Nous proposons la traduction suivante en gardant la forme latine des termes qui présentent une difficulté, et que nous examinons dans le cours de cet article : « L’endroit occupé par les basiliques, en annexe du forum, doit être établi dans le secteur le plus chaud, pour permettre aux négociants de s’y rassembler pendant la mauvaise saison, sans avoir à souffrir des intempéries. Que la largeur des basiliques soit contenue entre le tiers et la moitié de leur longueur, à moins que la nature du lieu ne l’interdise et n’oblige à modifier le rapport des dimensions. Si l’espace construit s’étend trop en longueur, que l’on établisse des chalcidica à leurs extrémités, comme à Julia Aquiliana. Il convient que les colonnes des basiliques soient aussi hautes que le portique sera large ; celui-ci doit être limité en largeur au tiers de l’espace central. Que les colonnes supérieures soient plus petites que celles du bas, dans la proportion ci-dessus prescrite. Le pluteum, qui prendra place entre les colonnes supérieures et les colonnes inférieures, semble devoir être, de la même façon, réduit d’un quart par rapport aux colonnes supérieures, afin que les promeneurs du déambulatoire, à l’étage de la basilique, ne puissent être aperçus par les négociants. Que la hauteur des architraves, frises et corniches soit calculée en fonction de celle des colonnes, selon la formule exposée au livre III ».

5 La description de la basilique de Fano occupe la fin du même chapitre, V, 1, 6-10.

6 Sur ce point la fin de la préface du livre V (Primumque forum uti oporteat constitui dicam...) et le début du premier chapitre (Graeci... fora constituunt...) sont clairs. Le chapitre V, 1 pourrait s’intituler De foris.

7 V, 2, 1 : aerarium, carcer, curia foro sunt coniungenda.

8 Exemple : IV, 7,1 : locus in quo aedis constituetur... ; V, 3,1 : eligendus est locus theatro... ; V, 10,1 : eligendus locus est quam calidissimus (pour les thermes). La basilique construite accède tout de même au rang d’un locus, comme le prouve V, 1, 4 (sim autem locus erit amplior...).

9 Sens et emplois de loca : espaces non construits : II, 6,2 ; II, 6,3 ; V, 9,7 ; V, 12,3 ; VIII, 1, 2 ; VIII, 6,14. Surfaces réservées, dans les édifices publics : V, 6,2 (proédrie) ; V, 7,8 (emplacement des périactoi sur la scène) ; V, 10,4 (exèdres dans les thermes). Pour d’autres emplois, plus techniques, cf. E. Nohl, Index Vitruvianus, réédit. anast., Rome, 1963, sub verbo.

10 Cf. Tite-Live, 39, 44, 7 et Asconius, In Milonianam, 29 ( = p. 33 de A. C. Clark, G. Asconii Pediani oratio-num Ciceronis quinque enarratio, Oxford, 1907). La Basilica Porcia a brûlé en 52 av. J.-C. dans l’incendie déclenché par les partisans de Clodius. Sur ces textes, voir F. Coarelli, dans PP, 174,1977, p. 209 sq., et dans II foro romano. Periodo arcaico, Rome, 1983, p. 156 sq. Sur les vestiges retrouvés de cet édifice, cf. F. Castagnoli, dans BC, 72, 1946-48, p. 195 et A. M. Colini, dans Capitolium, 1941, p. 98-99.

11 In Vatinium, 9, 21. La tabula Valeria mentionnée en 58 av. J.-C. dans une lettre d’exil de Cicéron (Fam., XIV, 2,2) est sans doute différente ; il s’agit plutôt du tableau d’affichage du banquier Valerius, qui aurait procédé à la vente aux enchères des biens de l’orateur.

12 Pline, HN, 35, 22 ; Plutarque, Cato Minor, V, 1. Cf. E. Welin, Studien zur Topographie des Forum Romanum, Lund. 1953, p. 114 sq. Il est curieux que, malgré l’évidence des textes, les historiens du Forum républicain hésitent à admettre que les tribuns se réunissaient dans la basilique. Beaucoup préfèrent adopter une formule moins précise : à proximité de, devant, etc. Voir encore F. Coarelli, loc. cit., dans PP, 174, 1977, p. 210, n. 121. En fait la notice de Plutarque est claire : Caton le Jeune a prononcé son premier discours public pour empêcher les tribuns de déplacer une colonne de la basilique ; ils voulaient un espace interne plus dégagé pour leurs sièges. Cela ne prouve pas pour autant, comme le veut L. Richardson Jr, loc. cit., p. 210, que la Basilica Porcia présentait déjà « the familiar basilical form ». Nous sommes, pour notre part, moins péremptoire sur le schéma « basilical » de cet édifice que dans notre Architecture et Société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, coll. Latomus 156, Bruxelles, 1978, p. 18. Les vestiges retrouvés de cette basilique (cf. note 10), et particulièrement la disposition de ses substructions, donnent à penser qu’elle offrait des rangées de colonnes internes assez resserrées, sans véritable nef centrale. La toiture en était sans doute unitaire, comme à la basilique de Praeneste. Sur le problème des maeniana, cf. infra, et n. 25.

13 On cite toujours, de Plaute, les vers du Curculio, 470-484, qui fournissent du Forum romain une description animée, et parlent, dans les années 200-190, d’une basilica. Sur le problème historique posé par ce texte, voir infra, n. 76. Mais il est un autre passage de cet auteur, qui localise clairement cette basilique antérieure à la Porcia, c’est Captifs, 813-815 :
Tum piscatores qui praebent populo piscis foetidos/qui advehuntur quadrupedanti crucianti caniherio/ quorum odos subbasilicanos omnis abigit in forum.
Cette évocation fugitive d’une réalité familière au public romain confirme la localisation récemment proposée de cette basilique « plautinienne » sur le site de la future Aemilia, qui s’élèvera elle aussi entre le Macellum (version agrandie du Forum Piscarium) et les tabernae novae, reconstruites en 179. Ces dernières avaient été détruites dans le grand incendie de 210 (Tite-Live, 26,27, 2-3) ; entre 200 et 190, rien ne séparait donc la basilique archaïque du forum lui-même, comme le confirme le texte de Plaute. Cf. en dernier lieu W. Fuchs, dans RM, 63,1956, p. 25 et L. Richardson Jr., loc. cit., p. 210 sq.

14 Varron, De lingua latina, VI, 4 ; Pline, HN, 7, 215. Notons que l’indication de Pline (sub tecto dicavit) ne s’accompagne d’aucune autre précision.

15 V, 1,6 : non minus summam dignitatem et venustatem possunt habere comparationes basilicarum, quo genere coloniae Juliae Fanestri conlocavi curavique faciendam. La reconstitution la plus vraisemblable est celle de K. Ohr, dans BJ, 175,1975, p. 113 sq.

16 Les occurrences de dignitas sont rares chez Vitruve. La plus significative pour notre propos est celle de VI, 7,3 ; il s’agit du gynécée de la maison grecque : habent autem eae domus vestibula egregia et ianuas pro-prias cum dignitate.

17 L’examen le plus approfondi de cette question demeure celui de F. Pellati, La basilica di Fano e la forma-zione del trattato di Vitruvio, dans RPAA, 33-34,1947-1949 (paru en 1950), p. 153-174. On ne saurait toutefois suivre cet auteur lorsqu’il fait de Vitruve l’un des praticiens essentiels de l’époque augustéenne.

18 Le cas est patent pour les temples où, sur les deux livres que Vitruve leur consacre (III et IV), seul un court chapitre (IV, 4) s’arrête à la description de leur structure interne.

19 IV, 4,2, ou in concluso spatio (IV, 4,3). Ce sont les expressions qui désignent chez Vitruve l’espace intérieur d’un édifice. Elles sont absentes de notre notice.

20 L’importance des colonnes dans la définition des basiliques tardo-républicaines, considérées essentiellement, sinon exclusivement, comme des salles hypostyles, est attestée par d’autres textes. Voir par ex. Cicéron, Ad Atticum, IV, 16,4 : Paullus in medio foro basilicam iam paene texerat iisdem antiquis columnis... Et, à propos de la même Basilica Aemilia, Pline, HN, 36,102 : non inter magnifica basilicam Pauli columnis e Phrygibusmirabilem ? encore, on peut s’interroger sur la façon dont l’édifice est appréhendé. De l’extérieur ou de l’intérieur ?

21 Sur la porticus duplex, cf. V, 1, 1 ; V, 9, 2 ; V, 11, 1-2.

22 Cf. l’étude toujours utile de Gl. Downey, The architectural Significance of the Use of the Words Stoa and Basiliké in Classical Literature, dans AJA, 41,1937, p. 197 sq.
Cette confusion est tout de même significative de la conception que les Grecs se faisaient de la basilique judiciaire. Du reste, les exemplaires qu’on en trouve au début de l’Empire dans les cités orientales de l’Empire ne sont que des dilatations des portiques périphériques. L’exemple le plus significatif est celui de la basilique du « Staatsmarkt » d’Ephèse. Cf. W. Alzinger, op. cit. p. 26 sq. (avec une dédicace bilingue). On relève une ambiguïté du même genre dans la description talmudique de la synagogue d’Alexandrie, assimilée à une série de portiques imbriqués. Cf. A. Pelletier, Legatio ad Gaium (tome 32 des Oeuvres de Philon d’Alexandrie) Paris, 1972, p. 160-161.

23 Academia Priora, II, 24,70 : ut ii qui sub Novis (sc. tabernis) solem non ferunt, item ille cum aestuaret vete-rum ad maenianorum sic Academicorum umbram secutus est.

24 Cf. en dernier lieu F. Coarelli, Guide archeologiche Laterza. Roma, Bari, 1980, p. 45.

25 Pline, HN, 35,113 : Maeniana, inquit Varro, omnia operiebat Serapionis tabula sub Veteribus. Pour la localisation, cf. F. Coarelli, op. cit., p. 68. Ces textes prouvent que les maeniana ont fini par désigner toute terrasse extérieure donnant sur le forum, qu’elle surmonte un portique ou une basilique. La discussion des textes de Tite-Live (39, 44,7) et de Festus (134 L) a été obsurcie par le fait qu’on a voulu établir un rapport entre le Maenius de la Basilica Porcia et celui de la Columna Maeniana. La confusion remonte, semble-t-il, à l’antiquité, puisque Festus, dans sa notice explicite, parle d’un Maenius censeur (de 318 ?) : Maeniana appellata sunt a Maenio censore, qui primus in foro ultra columnas tigna proiecit, quo ampliarentur superiora spectacula. Cf. K. Lehmann-Hartleben, Maenianum and Basilica, dans AJPH, 59,1938, p. 280 sq. ; A. Boëthius, Maeniana, dans Eranos, 1945, p. 89 sq. et E. Welin, op. cit., p. 130 sq. et p. 144 sq. F. E. Brown a raison d’assimiler les déambulatoires découverts des terrasses des basiliques à des maeniana (op. cit., p. 58). Dans un premier temps, cependant, le mot maenianum a dû désigner un balcon en surplomb au-dessus des colonnes de façade d’un portique, comme tend à le prouver la définition de Festus. C’est sans doute sous cette forme qu’il faut imaginer les maeniana de la Basilica Porcia.

26 V, 1,2.

27 Cf. à ce sujet les remarques pertinentes de A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Vienne, 1914, p. 42-43.

28 H. Lauter, loc. cit., dans RM.1982, p. 449 sq.

29 Suétone, Divus Augustus, 29, 6 : porticus basilicaque.

30 Voir par exemple CIL, V, 3446 (Vérone) : basilicam et porticus testamento fieri iussit.

31 CIL, XI, 3614 : ut sibi locus publice daretur sub porticu basilicae sulpicianae (I.11) ; in angulo porticus basilic (ae) (I.16).

32 CIL, XI, 5820. Cf. Moschella, dans Dioniso, 7,1939, p. 3 sq. ; M. Verzar, dans Hellenismus in Mittelitalien, I, Göttingen, 1976, p. 129 et D. Manconi, dans Guide archeologiche Laterza, Umbria-Marche, Bari, 1980, p. 184. La terminologie, confirmée ici par l’archéologie, puisque l’inscription a été retrouvée in situ, sur l’un des chancels d’un parascaenium, n’autorise pas pour autant à voir dans les basilicae du théâtre de Nicomédie (Pline le Jeune, Epist. X, 39,3) une réalité analogue. Cf. en dernier lieu E. Frézouls, dans ANRW, 12,1,1982, p. 381.

33 V, 1, 6 : porticus eius circa testudinem inter parietes et columnas...

34 Sur la basilique de Pompéi, voir en dernier lieu K. Ohr, loc. cit., dans Cronache Pompeiane, III, 1977, p. 17 sq.

35 Le problème des chalcidica (définition, origine, fonction) a été étudié récemment, à partir des données textuelles et épigraphiques, par F. Zevi, Il calcidico della Curia Julia, dans Rendiconti dell’Accad. Naz. dei Lincei, Scienze morali, storiche e filologiche, Serie VIII, vol. 26, fasc. 3-4, mars-avril 1971, p. 1 sq. Le chalcidicum n’apparaît pas lié à un édifice particulier ; c’est toujours un élément annexe, le plus souvent un portique, comme celui de la curie de l’époque césaro-augustéenne. On notera d’autre part que H. Lauter (loc. cit., dans JDAI, 94,1979, p. 441 sq.) accepte l’idée que le chalcidicum de la basilique de Praeneste est constitué par la cour devant la fontaine. La séquence en façade sur le forum se décomposerait ainsi : chalcidicum, basilica, tribunal.

36 A. Birnbaum (op. cit., p. 39 sq.) note avec raison que la présence d’un pluteum élevé du côté de la nef centrale entraîne comme conséquence inévitable une ouverture directe de la terrasse sur l’extérieur. Il maintient cependant dans sa recomposition (pl. VIII) une entrée sur l’un des petits côtés, ce qui semble impliquer un axe longitudinal perpendiculaire à celui du forum.

37 VI, 3, 9.

38 Cf. Hellenismus in Mittelitalien, II, Göttingen, 1976, p. 376.

39 Voir à sujet les remarques de H. Drerup (loc. cit., à la note précédente) et de H. Lauter, loc. cit., dans RM, 89, 1982, p. 450.

40 Aux références de la n. 1 on ajoutera, pour Ardée, Ch. Morselli, E. Tortorici, Ardea ( = Forma Italiae, 1,16), Florence, 1982, p. 91 sq.

41 Loc. cit., dans JDAI, 94,1979, fig. 30, p. 448.

42 Cf. F. E. Brown, op. cit., fig. 70 et p. 57.

43 Le uti supra scriptum est de V, 1,5 renvoie en effet à V, 1,3 : columnae superiores quarta parte minores quam inferiores sunt constituendae...

44 En raison des phénomènes optiques exposés en IV, 4, 2-3 (à propos de l’ordre intérieur des temples).

45 Cf. V, 1,5 : epistylia, zophora, coronae ex symmetriis columnarum, uti in tertio libro diximus, explicentur. La formule est, à quelques mots près, celle de V, 9,4, relative à la colonnade des portiques situés derrière les théâtres. Il faut noter que l’analogie avec les colonnes de l’ordre extérieur des temples se limite aux proportions verticales. Pour ce qui est de la densité de la colonnade et du choix des ordres, les exigences sont différentes, quand on passe d’un édifice religieux à un édifice profane, en vertu des principes énoncés en V, 9,3 : columnarum autem proportiones et symmetriae non erunt isdem rationibus, quibus in aedibus sacris scripsi ; aliam enim in deorum templis debent habere gravitatem, aliam in porticibus et ceteris operibus subtilitatem.

46 A. Birnbaum, op. cit., p. 39 sq. et pl. VIII ; K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175,1975, fig. 1, p. 114.

47 A. Choisy, Vitruve, Paris, 1909, I, p. 184 sq. et IV, pl. 45. Cet auteur propose de voir dans le pluteum un balcon en surplomb au-dessus de la nef centrale, ce qui lui permet de couvrir les déambulatoires supérieurs. Restitution sans aucune justification, ni philologique ni archéologique ; voir déjà à ce sujet A. Birnbaum, op. cit., p. 41, n. 2.

48 Les textes du De architectura sont, sur ce point, clairs et cohérents. Voir d’abord en IV, 2,1, la définition des contignationes (et le rapprochement étymologique avec tigna). Sur la nécessité du pavimentum au-dessus de la contignatio si celle-ci est à l’air libre, cf. VI, 3,9 : imponenda est contignatio, supra coaxationem pavimentum, et VII, 1, 5. Très souvent, contignatio, au singulier ou au pluriel, est l’équivalent de plancher (d’un niveau couvert), ou d’étage. Et d’abord dans le passage qui suit immédiatement le nôtre (basilique de Fano) (V, 1, 6 : porticuum contignationes). Voir aussi II, 8,17 ; VI, 3, 2 ; VI, 6, 7 ; VII, 1,1 ; VII, 3, 2.

49 D’après V, 11,4, xystus, directement transcrit du grec ξυστός, est un portique couvert le long de la palestre ; xystum, ou plus souvent xysta, désignent les allées découvertes (hypaethroe ambulationes). Voir aussi VI, 7, 5.

50 K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175, 1975, p. 121 et p. 126.

51 V, 7,7 : uti gradus, diazomata, pluteos... ;il est probable aussi que le pluteum de V, 10,4 est un accusatif masculin (rebord de la piscine des thermes).

52 IV, 4,1 : pluteis marmoreis. Le cas oblique empêche ici, en principe, de distinguer le masculin du neutre, mais le mode d’emploi, et le pluriel, correspondent à ce qu’on observe en V, 7, 7. Voir à ce sujet J. Campbell, dans PBSR, 48,1980, p. 19-20.

53 V, 7,6. Ordre inférieur du mur de scène ; supra podium columnae ; ordre du second niveau : pluteum insu-per cum unda et corona inferioris plutei (où pluteum reprend ici podium de la phrase précédente) dimidia parte. Supra id pluteum columnae... A. Birnbaum (op. cit., p. 41) avait bien compris qu’avant de se poser en termes architecturaux le problème du pluteum se posait d’abord en termes philologiques. Mais il se trompe lorsqu’il affirme que si le mot avait désigné un chancel entre les colonnes des basiliques, on aurait eu le pluriel neutre plutea.

54 C’est la raison invoquée par K. Ohr pour refuser de suivre la lettre du texte. A. Birnbaum est aussi conscient de la difficulté, mais il n’en tire pas la même conclusion.

55 Voir à ce sujet notre étude sur les nombres irrationnels dans le De architectura, dans MEFRA, 88,1976, p. 669 sq.

56 Cf. la note ad locum de l’édition de C. Fensterbusch (n. 182 p. 544-545), avec la discussion des différentes hypothèses.

57 III, 5, 10. CF. A. Birnbaum, op. cit., P. 15 SQ. A. Choisy (op. cit., I, P. 85 SQ.) avait cru devoir corriger 1/4 en 1/7.

58 Sur ces représentation monétaires, CF. infra, n. 64.

59 L’expression de v, 1,5 : uti supra basilicae contignationem ambulantes ab negotiatoribus ne cospiciantur, est certes imprécise sinon ambiguë car on peut aussi penser aux negotiatores qui, par beau temps, se tiennent sur le forum. plus clairement, à propos de la construction de Fano, il parle des negotiantes in basilica (v, 1,8). Mais la cohérence interne du texte oblige à considérer qu’il songe, dans le premier passage aussi, aux commerçants établis dans la nef centrale (qui doivent donc être distingués de ceux des tabernae fixes situées devant ou sous les portiques).

60 V, 1, 2 : igitur circum spectacula spatiosiora intercolumnia distribuantur... On sait que, dans le vocabulaire de cette époque, le mot spectacula désigne à la fois le lieu où l’on donne les jeux de gladiateurs (ici le forum), les jeux eux-mêmes (v, 1, 2 : et ad spectaculorum rationem utilis dispositio) et l’emplacement où se rassemblent les spectateurs (v, 7,5 : cum populus dimittitur de spectaculis...). voir aussi le texte de festus (superiora spectacula) cité supra n. 25. Cf. en dernier lieu sur ces questions G. Ville, la gladiature en Occident, BEFAR 245, Rome, 1981, p. 380 et 430 sq.

61 op. cit., P. 42.

62 VI, 3,9. Autrement, pour la partie inférieure, l’œcus aegyptius ne se distingue en rien de l’œcus corinthius. On notera que la « Casa dell’ Atrio a mosaico » (Hexulanum) offre un œcus aegyptius de ce type : mur à baies au-dessus d’une colonnade inférieure (fig. 7).

63 Comme celle de Praeneste et, peut-être, la Basilica Porcia.

64 Cf. g. Fuchs, Zur Baugeschichte der Basilika Aemilia in republikanischer Zeit, dans RM, 63,1956, p. 14 sq. L’interprétation graphique de cet auteur est la bonne, ainsi que sa lecture de la légende du monnayage, en dépit de ce qu’en dit L. Richardson Jr. (loc. cit., p. 212 sq.). Les boucliers sur l’entablement ne sont sans doute pas les imagines clipeatae placées à l’intérieur de la basilique en 78 av. J.-C. (Pline, HN, 35,13), mais plutôt les Mariana scuta cimbrica mentionnés par Cicéron (De Oratore, II, 66,266) et Pline (HN, 35,25), qui ornaient l’extérieur. Cf. en dernier lieu M. Torelli, Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, 1982, p. 93. Quoi qu’il en soit ce détail de décor, ainsi que la structure générale de l’édifice, excluent l’hypothèse de Richardson, qui propose de voir sur ces revers la Porticus Aemilia. Pour celle-ci, cf. F. Coarelli, Guide archeologiche Laterza. Roma, p. 348 sq. L’argument de richardson, selon qui on devrait voir en façade les tabernae novae, s’il s’agissait de la basilique ne tient pas, quand on se souvient que l’Émilienne était tournée à cette époque vers le Macellum, et non pas vers le forum (cf. G. Fuchs, loc. cit., p. 18, et h. Lauter, loc. cit., dans RM, 89,1982, p. 451).
Sur ce monnayage, voir aussi M. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974,1, n° 419, p. 441 et 2, pl. 52. Sur la planimétrie de la basilique émilienne pré-impériale (avant les restaurations de 55-34 et de 14 av. J.-C), cf. G. Carettoni, Esplorazioni nella basilica Aemilia, dans NSA, 73,1948, p. 111 sq.

65 F. E. Brown, dans MAAR, 20, 1951, p. 75 sq. et op. cit., p. 57 et fig. 71.

66 Qui reconnaît lui-même le caractère acrobatique de sa restitution, mais note plaisamment : « Given the load of roof timbers and tiles, to say nothing of the wind-load, the roof might well seem a risky engineering feat. Yet it stood for some two hundred years » (op. cit., p. 57).

67 Il en va de même pour beaucoup d’autres édifices vitruviens ; citons seulement le temple périptère « normal », déduit de la planimétrie du pseudo-diptère hermogénien, et le temple à cella barlongue, dérivé de l’Erechthéion. Cf. Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’auguste, BEFAR 231, Rome, 1976, p. 108 sq. et p. 143 sq.

68 Ce qui ne prouve rien, évidemment, quant à l’origine réelle de l’un des rameaux de l’évolution du schéma basilical. Cf. F. Rakob, dans Hellenismus in Mittelitalien, ii, p. 369, à propos de K. Ohr, Die Basilika in Pompeji (op. cit.), p. 154 sq. et fig. 20.

69 Les exemples abondent de cette démarche. Rappelons, comme l’un des plus significatifs, la définition des édifices cultuels en fonction du rythme de leur colonnade (III, 2) ; chacun de ces rythmes est lié à un rapport numérique et un seul, entre le diamètre inférieur de la colonne et la largeur de l’entrecolonnement, ce qui fige, d’une façon arbitraire, une réalité beaucoup plus diversifiée.

70 V, 1, 7 :... ne impediant aspectus pronai Augusti, quae est in medio latere parietis basilicae conlocata spectans medium forum et aedem Jovis.

71 V, 1, 10. Vitruve se (felicite a la lois d’avoir diminue le oût de la construction en supprimant l’entablement du premier niveau, les plutea et les colonnes du second ordre (un note la même succession terraire des éléments constitutifs de l’élévation qu’en V, 1,5) et d’avoir malgré tout donné une apparence plus somptueuse à l’ensemble grâce à l’ordre colossal. Comme son émule Philibert de l’Orme, il pratique avec maitrise l’ait de faire du grandiose « à petits frais » ! Ce passage n’est pas le seul exemple où une vision assez étroitement « économique » de l’architecture publique empêche le théoricien de saisir le caractère novateur ou la valeur plastique réelle d’un schéma. Ainsi il attribue l’invention hermogénienne du temple pseudo-diptère au souci de diminuer les trais en supprimant les ordines interiores du portique periphérique (III, 3, 8) ; mais il convient en même temps que l’auctontas de l’édifice n’y perd rien.

72 Voir à sujet l’excellente restitution de K. Ohr, loc. cit., dans BJ, 175,1975, fig. 2, p. 115.

73 De par sa conception générale, elle s’apparente déjà à la Basilica Julia dans sa version tardo-augustéenne : tout y est prévu pour que l’on puisse observer de haut les grands procès spectaculaires. Voir le texte de Quintilien, Inst. Orat, XI, 5,6, et celui, plus explicite encore, de Pline le Jeune, Epist., VI, 33, 4 : ad hoc stipa-tum tribunal, atque etiam ex superiore basilicae parte qua feminae qua viri et audiendi, quod difficile, et quod facile, visendi studio imminebant. La dernière partie de la phrase est intéressante : les gens des galeries supérieures se penchent par-dessus les chancels pour mieux voir dans la nef centrale. Nous sommes exactement à l’opposé de la formule de Vitruve, V, 1,5 : uti supra basilicae contignationem ambulantes ab negutiatoribus ne conspiciantur.

74 Cf. les remarques de M. Torelli, dans Hellenismus in Mittelitalien, II, p. 376-377.

75 Cf. P. Gros, Architecture et Société à Rome et en Italie centro-méridionale (op. cit.), p. 12 sq.

76 On connaît le problème : si l’on suit Tite-Live à la lettre, la première basilique de Rome serait la Basilica Porcia, puisqu’il ne mentionne aucun autre édifice de ce genre avant 184 av. J.-C, et précise même à propos de l’incendie du forum en 210, qu’il n’y avait pas alors de basiliques à Rome (26,27,2-4). Mais alors quelle est la basilique dont parle Plaute dans le Curculio et les Captifs, pendant les années 200-190 av. J.-C ? (cf. supra, n. 13). Il est possible que Plaute, devant un public populaire à qui la terminologie grecque était assez familière, ait désigné par ce mot l’Atrium regium, mentionné par Tite-Live parmi les édifices détruits par le feu en 210, reconstruit en 209 (Tite-Live, 27, 11, 16), et dont on ne trouve plus aucune mention par la suite. Cet Atrium regium se trouvait certainement à proximité du forum et du Macellum, si l’on considère que les notices de Tite-Live suivent un ordre périégétique. Voir en particulier le second texte :... locaverunt inde reficienda quae circa forum incendio consumpta erant, septem tabernae. macellum, atrium regium. Or on sait que, d’après les vers des Captifs mentionnés plus haut, c’est exactement la localisation de la basilique plautinienne. A ces présomptions s’ajoute le fait que les plus anciennes basiliques se sont souvent élevées à l’emplacement ou à proximité d’atria publica : c’est le cas, précisément, de la Basilica Porcia, d’après Tite-Live (39, 44, 7) ; c’est aussi ce qu’on observe à Cosa (cf. F. E. Brown, op. cit., p. 22 sq). Il faut noter d’autre part que la basilique de Caton ne passait pas, dans la tradition, pour la première basilique construite à Rome, mais pour la première à laquelle un censeur ait donné son nom ; sur ce point le texte d’Aurelius Victor, Vir. Illust., 47.5 est clair : Cato basilicam suo nomine primus fecit. Sur les atria publica, voir : E. Welin, op. cit., p. 179 sq. et les références données par F.-E. Brown, op. cit., p. 45, n. 5.

77 Cf. en dernier lieu I. Di Stefano Manzella, I Volusii e il tempio del Divo Augusto a Lucus Feroniae, dans Ar-cheologia, Materiali e Problemi, 6, 1982, p. 45 sq.

78 Les deux opérations sont l’une et l’autre achevées avant 30 av. J.-C, mais les grandes innovations structurelles sont sans doute imputables, pour ces édifices, aux réfections tardo-augustéennes ou tibériennes (14 av. J.-C. et 22 apr. J.-C. pour l’Émilienne ; 12 apr. J.-C. pour la Julienne). Cf. en dernier lieu sur ces questions H. Lauter, loc. cit., dans RM, 89,1982, p. 447 sq. On notera toutefois que la réfection entreprise par L. Aemilius Paullus en 55 av. J.-C, avec l’argent de César, fit la plus grande impression aux contemporains. Cf. Cicéron, Ad Attic, IV, 16,4 : Illam autem quam locavit facit magnificentissimam. Quid quaeris ? Nihil gratius illo monu-mento, nihil gloriosius.

79 Citons seulement son refus d’envisager la corniche modillonnaire, dont les premières mises au point monumentales sur des édifices publics romains datent précisément de l’époque où il compile son traité. Cf. Aurea Templa (op. cit.), p. 197 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Interprétation graphique du texte sur la « basilique normale », avec la nomenclature vitruvienne.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 Plan de la basilique et de la partie septentrionale du forum de Glanum (Relevé P. Varène, J. Bigot, Bureau d’Architecture antique d’Aix-en-Provence, CNRS).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3 Plan de la basilique et du forum de Ruscino, d’après G. Barruol et A. Nickels.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Fig. 4 Vue restituée de la basilique de Praeneste, d’après H. Lauter.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 Plan de la basilique de Cosa, d’après F. E. Brown.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6 Interprétations possibles du texte sur la « basilique normale » selon K. Ohr. Seule la coupe inférieure est admissible pour cet auteur.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 7 Reconstitution de la « Casa dell’Atrio a mosaico » d’Herculanum, selon A. Maiuri.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8 Revers d’un denier de M. Aemilius Lepidus.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9 Interprétation graphique du revers présenté à la figure précédente, par G. Fuchs. Vue de face; vue en perspective.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10 Coupe restituée de la basilique de Cosa, selon F. E. Brown.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2505/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540