Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

La ville idéale à l’époque de César : mythe et réalité du « beau paysage » urbain

Urbi, 8, 1983, p. 119-124

Pierre Gros

Texte intégral

1Lorsqu’on évoque la Rome antique, on songe toujours à la cité impériale, parvenue au terme de son développement, sans s’aviser que cette ville, qui fut la matrice de l’urbanisme occidental, a été fort longue à élaborer pour elle-même des réponses architecturales à la fois Imaginatives et rationnelles aux problèmes que lui posaient son accroissement démographique et la multiplicité de ses fonctions.

2Il faut attendre la fin de la République et le début du Principat pour que des responsables se donnent les moyens de remodeler le vieux centre historique, afin de lui conférer la solennité qui jusqu’alors lui avait fait cruellement défaut. Auparavant des îlots de monumentalité, à caractère d’ailleurs essentiellement religieux, s’étaient élevés dans la Rome républicaine ; mais c’est surtout la zone occidentale de la cité, et particulièrement la frange méridionale du Champ de Mars, et le quartier dit du Circus Flaminius qui, promus au rang d’aire expérimentale, les avaient accueillis ; les quadriportiques construits à partir du milieu du IIe siècle avant J.-C. par les généraux vainqueurs de l’Orient grec, isolaient de façon hautaine des sanctuaires en rupture ostensible avec la pratique italique courante : le temple de Jupiter Stator, d’ordre ionique, en marbre, conçu par l’architecte Hermodoros, de Salamine de Chypre, pour le compte de Metellus le Macédonique, reste l’exemple le plus caractéristique de ces fondations ponctuelles, prestigieuses assurément, mais refermées sur elles-mêmes et sans incidence réelle sur l’organisation du centre vivant de la cité.

3Ce centre historique, pendant le même temps, s’encombrait de façon souvent anarchique, sans le moindre souci de rigueur ni de monumentalité. Le forum, par exemple, envisagé du point de vue de son ordonnance architecturale, ne soutenait pas la comparaison avec les agoras des villes hellénistiques de la côte orientale de l’Egée ; quant au Capitole, son aire sacrée s’était progressivement surchargée de temples, de chapelles, de monuments commémoratifs ou honorifiques, au point qu’il faudra, au début de l’Empire, des mesures draconiennes, pour lui rendre un minimum de viabilité. Les angustiae, c’est-à-dire l’encombrement, sont une des plaies contre lesquelles luttent périodiquement les magistrats chargés de la maintenance des voies de circulation, y compris à travers les places publiques les plus centrales et les plus vénérables.

4A vrai dire les raisons ne manquent pas, qui permettent d’expliquer ce curieux état de fait, trop souvent méconnu. Les premières sont d’ordre institutionnel : la rotation très rapide des responsables au plus haut niveau, préteurs, consuls, censeurs, nuit au développement d’une politique urbanistique sur le long terme, en même temps qu’elle encourage chacun d’eux à laisser sa marque personnelle sur le sol de Rome, sans trop se soucier de continuité ou de cohérence, malgré le rôle régulateur du Sénat ; il faut savoir en outre que les généraux triomphateurs, soucieux d’utiliser l’argent tiré de leur butin à des constructions publiques, ne peuvent en principe concevoir autre chose que des sanctuaires votifs. Mais les motifs idéologiques, camouflés en règles austères de moralité collective, les interdits religieux et les superstitions populaires jouent aussi leur rôle : par peur des foules trop confortablement installées, les censeurs ont empêché, jusqu’à une date basse — 55 av. J.-C. — la mise en place d’édifices de spectacle à caractère non temporaire ; la population romaine, attachée aux plus anciens lieux de culte, n’hésitait pas à se soulever — elle le fit encore contre César, pourtant adulé par les masses urbaines — lorsqu’on détruisait telle chapelle pour dégager l’espace nécessaire à une construction plus ambitieuse. A quoi s’ajoutent, naturellement, les phénomènes de surpopulation dans certains quartiers, la spéculation immobilière qui tendit très vite à entasser n’importe comment des habitations de rapport, et les nécessités économiques qui privilégièrent longtemps les structures commerciales et portuaires aux dépens d’aménagements moins immédiatement utilitaires.

5Rien d’étonnant, dès lors, à ce que l’équipement de Rome, et l’organisation de son espace soient demeurés jusque vers le milieu du ier siècle avant J.-C. dans une situation de relative humilité et de réel inconfort, que les contemporains vivaient de façon assez négative, pour peu qu’ils aient eu l’occasion de connaître les cités précocement hellénisées d’Italie du Sud. Plusieurs textes nous aident à mesurer cette conscience d’un retard, qui peut prendre l’aspect d’un sentiment de frustration. Tite-Live et Diodore de Sicile, par exemple, ont souligné, chacun à leur façon, combien la forma urbis, l’aspect général de la ville républicaine, traduisait l’anarchie qui avait présidé à la répartition du sol : c’est en vain qu’on chercherait ici un plan régulateur. Plus caractéristique encore, ce passage célèbre du De Lege agraria, prononcé en 63 avant J.-C, où, comparant la Rome de son temps aux villes campaniennes de Capoue et de Calès, dont l’assiette et la majestueuse ordonnance entretiennent chez leurs habitants un légitime orgueil, Cicéron évoque avec une amertume teintée d’ironie : « Rome, placée dans un site de montagnes et de vallées, et comme suspendue dans les airs avec ses maisons à plusieurs étages, percée de rues médiocres et très étroites ; Rome, en comparaison de leur Capoue, qui s’étale au milieu d’une vaste plaine, dans une situation admirable, sera l’objet de leurs moqueries (De lege agraria, II, 96) ».

6Plus tard, au début de notre ère, Strabon rappellera, en une phrase qui définit remarquablement les données idéologiques et chronologiques du problème, comment s’est enfin modifiée la situation : « On pourrait dire que les premiers romains ont accordé peu d’importance à la beauté de Rome, pour se vouer à des objets plus graves et plus nécessaires, tandis que leurs successeurs, surtout dans les temps modernes et de nos jours, pour ne pas demeurer en arrière sur cet autre point, l’ont remplie d’une multitude de magnifiques monuments. Pompée, le dieu César, Auguste, ses enfants, ses amis, sa femme et sa sœur ont déployé plus de zèle et dépensé plus d’argent que quiconque en travaux d’embellissement » (Géographie, V. 3, 8).

7Il est exact que la rivalité entre Pompée et César, dans la phase finale de la course au pouvoir absolu, servie par les ressources énormes tirées des campagnes orientales et de la conquête des Gaules, entretint, dès le début des années 50, un climat de surenchère ; dans une Rome dont les institutions se désagrégeaient, la politique de prestige de chacun des imperatores conduisit à l’implantation de complexes architecturaux sans précédent : le théâtre et le quadriportique de Pompée sur le Champ de Mars, le forum julien, premier de la série des fora impériaux, et les Saepta Julia, immense enclos de marbre pour la réunion des assemblées électorales.

8Mais notre propos n’est pas d’examiner ici, en un survol forcément trop rapide, le nouveau visage dont se dote l’Urbs au cours de cette période de mutation, mais d’essayer de saisir les modèles auxquels, plus ou moins explicitement, ont voulu se référer les puissants commanditaires ainsi que leurs architectes. Il est en effet impossible que la genèse de telles séquences monumentales, les plus vastes jamais encore mises en place dans une cité d’Occident, n’ait pas été précédée d’une réflexion globale ; à l’origine de ces réalisations, et plus encore peut-être des projets non aboutis qui devaient en compléter la portée et en préciser le sens, se trouve sans nul doute une certaine image de la ville idéale, dont nous pouvons retrouver au moins quelques composantes.

9Il ne subsiste malheureusement aucune trace, dans la tradition textuelle, des spéculations auxquelles se livrèrent théoriciens et architectes. Et c’est dommage, car les décennies que nous envisageons furent de celles, très rares dans l’histoire d’une grande cité, où tout paraissait possible, et où l’espace même, traditionnellement occupé par l’Urbs, fut soumis à une réévaluation radicale. De ce point de vue, nous sommes évidemment dans une situation bien moins favorable que l’historien de la Renaissance italienne ; on sait en effet que la « belle architecture » du Cinquecento fut pensée et décrite par les théoriciens, représentée par les peintres, avant d’être effectivement construite. Les brefs passages de sa Correspondance où Ciceron, témoin d’abord actif, puis très vite inquiet, des grands travaux césariens (lettres à Atticus réparties entre 54 et 45 avant J.-C), apporte des indications, au reste précieuses, sur le déroulement des phases préliminaires — expropriations, puis promulgation de la « loi sur l’extension de la ville » et choix de l’architecte en chef — ne permettent pas d’avoir une vue claire des schémas directeurs, ni de l’itinéraire intellectuel de ceux qui les ont mis au point. Beaucoup plus tard, quand Suétone récapitule, en une sèche énumération, les projets du dictateur, pour beaucoup du reste sans lendemain, il ajoute au dossier cicéronien des informations ponctuelles, sans expliquer la finalité des opérations.

10Un théoricien se préoccupa, quelque quinze ans après la mort de César, de rassembler en une somme les expériences architecturales de son temps. C’est Vitruve, dont les dix livres du De architectura, rédigés dans les années 30-25 avant J.-C, accordent une place aux questions d’urbanisme. Mais les chapitres de son premier livre, qui en traient, constituent, pourrait-on dire, le degré zéro de la pensée théorique : ses préceptes relatifs au choix de l’emplacement de la ville, à l’implantation et au circuit des fortifications, à la direction et à la répartition des rues en fonction des vents dominants, à la réservation des îlots destinés au forum et aux temples, se contentent de transformer en normes plus ou moins rationalisées tous les aspects d’une pratique courante, mais beaucoup plus diversifiée qu’il ne le suggère. Le niveau de généralisation auquel il se place lui interdit de prendre en considération les tentatives les plus novatrices, dont certaines avaient vu le jour lors des fondations communales consécutives à la « Guerre sociale » ; et en même temps, par souci de rigueur, il opère des « passages à la limite », dans un contexte totalement abstrait : ainsi lorsqu’il prône des fortifications de plan circulaire, en vertu de considérations qui n’ont jamais été appliquées. Ce double décalage par rapport à la réalité ne l’empêche pas, certes, de faire sien l’héritage « hippodamien » de l’urbanisme géométrique ; mais celui-ci appartient au langage commun de tous les architectes méditerranéens depuis plusieurs siècles, et ne correspond à aucune réflexion originale.

11Pourtant c’est le même Vitruve qui nous aide à recomposer une partie de cet « imaginaire de la ville », qui hante, à son époque, les responsables politiques. Ce n’est pas dans la partie de son traité qui se veut rigidement normative qu’on cherchera ces échappées vers un au-delà de l’urbanisme quotidien, mais dans les pauses qu’il se ménage pour conter des anecdotes, choisies pour leur exemplarité. Le texte le plus riche à cet égard est sa description de la cité d’Halicarnasse, telle que la voulut Mausole, le fameux satrape de Carie, au ive siècle avant J.-C ; il présente l’activité créatrice de ce monarque comme le signe d’une rare acuité intellectuelle et d’une remarquable habileté à disposer les édifices d’une ville : « Or le site est semblable à la courbe concave d’un théâtre. Aussi, dans la partie basse, le long du port, a-t-il installé l’agora ; à mi-hauteur, vers le milieu de la courbure et de la rue qui en marque le palier (praecinctio), il aménagea une esplanade de vastes dimensions au centre de laquelle fut mis en place le Mausolée, d’un travail si exceptionnel qu’on le compte au nombre des sept merveilles. Au sommet de la citadelle, sur l’axe de la courbe, était le sanctuaire d’Arès, qui possédait une statue colossale, monolithe, de la main de Léocharès selon certains, de celle de Thimothée selon d’autres. Sur la pointe de droite s’élève le sanctuaire de Vénus et de Mercure, près de la fontaine même de Salmakis (...). De même que sur la droite se trouve le sanctuaire de Vénus et la fontaine ci-dessus mentionnée, on rencontre à gauche le palais royal, que le roi Mausole a fait établir suivant sa propre idée » (De architectura, II, 8, 11-13).

12L’espace vécu et apprécié comme urbain par excellence, c’est donc d’abord un paysage étagé, dont la double fonction d’accueil (courbure concave) et de hiérarchisation (terrasses superposées) répond à une volonté d’organisation scénographique de la ville. Cette image du théâtre et de sa conque, servant de noyau organisateur à une architecture harmonieusement déployée, sur plusieurs niveaux, les Attalides l’ont, aux deux siècles suivants, admirablement réalisée sur l’acropole de leur capitale et dans les cités qu’ils ont reconstruites ; la vertigineuse cavea du théâtre de Pergame, qui s’ouvre en éventail au-dessus des lignes horizontales du vaste portique inférieur et conduit à la terrasse des temples, constitue l’exemple le plus accompli d’adaptation d’un schéma monumental à un relief naturel ; le même parti fut appliqué, avec un bonheur égal, à la petite cité d’Aegae, adossée au Sud du massif montagneux qui sépare la vallée du Caïque de celle de l’Hermos (fig. 1).

Plan de la ville d’Aegae.

13La beauté de ces ensembles ne tient pas seulement à leur mélange unique de rationalité et de grandeur ; elle s’explique aussi par le fait qu’en dépit des travaux de soutènement et de nivellement souvent gigantesques qui ont été nécessaires pour rendre utilisables les paliers de la colline, ils laissent l’impression que les choix de l’urbaniste, si arbitraires qu’ils soient, n’expriment en réalité que les virtualités contenues dans le paysage. Cet accord apparent entre la volonté des hommes et le cadre naturel où ils choisissent de s’établir est le secret de la séduction durable qu’exerça sur les Anciens ce type d’organisation urbaine. L’axiologie qui sous-tend implicitement de nombreux partis architecturaux comporte en effet souvent, en ces temps où morale et esthétique ne se distinguent guère, la notion de légitimité ; Vitruve en donne dans son traité plusieurs exemples, dans des registres différents, et il ne fait en cela que traduire un sentiment largement répandu : un décor, un type de construction, une ordonnance monumentale ne valent que dans la mesure où ils ne sont pas gratuits, où ils sont justifiés par une sorte de nécessité originelle. Dans le cas présent, c’est évidemment la coïncidence entre la conformation initiale d’un site qui s’ouvre comme une conque, et l’édifice qui symbolise le mieux le rassemblement organique d’une communauté, le théâtre, qui définit une manière de finalité naturelle, particulièrement satisfaisante pour les observateurs comme pour les théoriciens.

Plan actuel du quartier où s’élevait le théâtre de Pompée : le tracé des structures antiques est encore lisible, non seulement au sol, mais également aux niveaux supérieurs.

14Ce n’est pas un effet du hasard si l’on retrouve fréquemment, dans les descriptions à valeur laudative des villes méditerranéennes, le poncif du schéma théâtral ; jusqu’à la fin de l’époque hellénistique, géographes et historiens emploient volontiers des expressions qui l’évoquent plus ou moins directement, lorsqu’ils ont à dire d’un site urbain qu’il est beau : Diodore de Sicile, par exemple, définit Rhodes comme semblable à un théâtre ; et pour montrer la majesté de la Rome d’Auguste, Strabon déclare que le Champ de Mars et les collines qui le dominent, au-delà du fleuve, offrent l’aspect d’un décor scénique.

15Nous aurons à nous souvenir de ce dernier texte, en parlant du grand projet césarien de détournement du Tibre. Mais auparavant il nous faut apprécier, à la lumière des remarques précédentes, le programme pompéien du théâtre et du quadriportique, ainsi que la riposte que voulut lui opposer César, sans avoir le temps de mener son projet à terme.

16L’un des drames de Rome est que son relief trop chaotique se prêtait mal à des mises en scène du type pergaménien. L’occupation de la partie centrale du site, trop précoce et trop dense, rendait au reste difficile l’exploitation du versant des collines à des fins « scénographiques ». Lorsqu’une modeste cité du Latium — Palestrina, l’antique Praeneste — se dotait, dès la fin du iie siècle avant J.-C, d’une immense séquence processionnelle ascendante, où se succédaient rampes obliques, escaliers en cavea, portiques en exèdres, pour conduire depuis son forum jusqu’au sanctuaire de la Fortuna Primigenia, les pentes vertes du Palatin ou les parois rocheuses du Capitole n’offraient encore à l’œil que leur parure naturelle. Pourtant l’idée s’était assez tôt manifestée d’utiliser les dénivellations pour y implanter des architectures. C’est ainsi que, dès 154 avant J.-C, un censeur, C. Cassius Longinus, entreprit la construction d’un théâtre sur la face du Palatin qui descendait vers la dépression du Circus Maximus ; bien qu’elle fût immédiatement bloquée par les sénateurs traditionalistes, qui invoquèrent l’ordre moral, l’initiative procédait évidemment, dans cette Rome du second siècle, si réceptive aux innovations hellénistiques, du souci de créer dans la ville un ensemble prestigieux, comparable à celui des cités attalides. Lorsque Pompée cherche, près d’un siècle plus tard, à transposer à Rome l’une des merveilles qu’il a observées en Orient, de Lesbos à Antioche, il songe tout naturellement à reprendre un schéma de ce genre. Un texte précieux de Plutarque nous révèle qu’à Mytilène, capitale de Lesbos, île longtemps soumise aux Ptolémées, mais toute proche du royaume attalide, et ouverte aux influences pergaméniennes, il admira tellement le théâtre qu’il en fit lever le plan, afin, nous dit le Biographe, d’en construire un semblable mais plus grand sur les bords du Tibre. Comme les fouilles ont révélé que le théâtre en question était adossé à la colline qui domine, à l’Ouest, l’ensemble de la cité égéenne, on en a généralement conclu que la notice était dépourvue de sens ; on sait en effet que le theatrum lapideum du Champ de Mars, bâti sur terrain plat, reposait tout entier sur des substructions artificielles. Mais c’est mal comprendre le dessein de Pompée que de rejeter, au nom d’une distinction typologique assez artificielle entre « théâtre grec » et « théâtre romain », l’indication, tirée sans doute d’une source sûre, transmise par Plutarque : ce qui, en réalité, a séduit l’imperator, c’est la position et l’environnement extraordinaires de l’édifice lesbien, et le rôle prépondérant qu’il assumait au sein d’un vaste paysage urbain. Et ce qu’il a voulu faire à Rome, sans toucher aux vénérables collines du Capitole ou du Palatin, c’est créer un complexe cohérent du même type, une sorte de ville dans la ville, entièrement architecturée, avec son immense quadriportique au premier niveau, puis l’imposante cavea d’un théâtre et, dominant le tout, un temple, celui de sa divinité protectrice, la Vénus de la Victoire, serti dans un écrin de portiques comme s’il s’élevait sur une terrasse (fig. 2). Il n’est pas indifférent de noter, à ce propos, que le faite de cet édifice culminait à environ 45 m au-dessus de la plaine avoisinante ; c’est la hauteur du point le plus élevé de l’Arx, l’un des sommets du Capitole. En somme Pompée avait implanté a solo une sorte de colline sacrée qui faisait concurrence aux collines naturelles ; sa composition architecturale répondait à la définition que Vitruve propose pour le site d’Halicarnasse tout entier, locus theatri curvaturae similis. Et l’on comprend peut-être mieux, dans cette optique, la façon dont il tourna l’interdiction censoriale de construire un théâtre « en dur » : l’immense cratère de la cavea n’était rien d’autre, affirma-t-il pour établir l’innocence de ses intentions, que l’escalier conduisant au sanctuaire de Vénus. Il est certain que la désinvolture du potentat qui se sait au-dessus des lois et de la tradition éclate dans cette réplique, qui amusait Aulu-Gelle et peinait Tertullien. Mais on aurait tort d’y voir seulement une parade plaisante ; elle nous livre aussi, sous une forme assez claire, l’une des clés de cette création prodigieuse, dont tout un quartier de la Rome actuelle conserve la trace, dans la disposition de ses rues et de ses immeubles (fig. 3) : le théâtre jouait ici, comme à Pergame, à Aegae ou à Mytilène, le rôle d’une aire de transition, d’une zone de convergence et de dispersion, dans un « paysage » à vocation essentiellement ascendante. La confirmation de cette hypothèse, nous la trouvons dans le contre-projet césarien ; celui-ci ne doit pas être cherché, comme on le dit trop souvent, dans les Saepta Julia, mais dans cet édifice dont nous parle Suétone, et qui n’a, malheureusement, jamais vu le jour : un théâtre immense, adossé à la roche Tarpéienne. Il est clair que César, plus audacieux encore que Pompée, ou plus conscient de sa toute puissance, qui lui permettait de bouleverser impunément l’ordonnance traditionnelle du centre historique de Rome, voulait, au prix de terribles destructions préalables, transformer le versant Sud-Est du Capitole en une cavea qui aurait assuré la continuité monumentale depuis le bas de la colline jusqu’aux grands temples du sommet. On ne saurait mieux attester la persistante rémanence du « modèle pergaménien » dans la pensée des créateurs de la fin de la République.

17César, du reste, ne devait pas s’en tenir là. Son intention, qui inquiète si fort Cicéron, de détourner le cours du Tibre pour lui faire suivre le pied des collines vaticanes, et de bâtir tout l’espace ainsi intégré à la ville, est révélatrice de la volonté de remodeler dans le même esprit non plus seulement un secteur choisi de l’Urbs, mais toute sa partie Nord-Ouest. Reprenons le texte déjà mentionné de Strabon ; parlant du Champ de Mars, il s’exprime en ces termes : « ... le sol recouvert toute l’année de gazon vert et, au-delà du fleuve, la couronne de collines qui s’avancent au bord de l’eau et font l’effet d’un décor de théâtre, tout cela offre un tableau dont l’œil a peine à se détacher ». Au moment où le Géographe écrit, le projet césarien, trop ambitieux, a été depuis longtemps abandonné par Auguste. Mais la façon dont il ordonne le paysage nous aide à comprendre quel parti voulait en tirer le dictateur : il s’agissait d’urbaniser, selon un plan sans doute très concerté, toute la bande de terrain qui, gagnée sur le Campus Vatinacus. viendrait s’ajouter au Champ de Mars et permettrait d’avancer, sans solution de continuité, jusqu’au pied des Montes Vaticani, longés désormais par le Tibre. Ces collines, dans le même programme, auraient accueilli, sur leurs versants tournés vers la ville, des monuments assurant une continuité visuelle avec ceux de la plaine. Là encore, ce qui domine, c’est l’idée « théâtrale », étendue cette fois à un espace immense, par l’esprit le plus audacieux de son temps. Là encore il s’agit d’exprimer, au prix certes de travaux exceptionnels, mais sans faire vraiment violence aux données naturelles, les virtualités d’un site.

Coupe restituée du théâtre de Pompée et du temple de Venus Victrix.

18Si, en fin de compte, le « beau paysage urbain », hérité de l’esthétique hellénistique, et plus précisément inspiré de l’urbanisme monumental de tradition pergaménienne, s’est peu matérialisé à Rome, c’est parce que les projets césariens, brutalement interrompus par le meurtre du dictateur, n’ont pas été repris par Auguste. Il y aurait beaucoup à dire sur cette rupture, qui n’affecte pas seulement le domaine architectural ; la raison en tout cas ne doit pas en être cherchée seulement dans les obstacles techniques, et le coût très élevé d’opérations qui, en toute hypothèse, eussent été difficiles à conduire jusqu’au bout. Il faut aussi comprendre que l’idéologie inscrite dans le schéma « théâtral » ne convenait pas à l’image que le premier Empereur, une fois déposé son masque implacable de chef de parti, entendait donner de lui-même et de sa politique. Les connotations « royales » ou « tyranniques », selon qu’on parle grec ou latin, de la colline architecturée dominant l’espace environnant, et elle-même couronnée par un ou plusieurs édifices cultuels à vocation plus ou moins ouvertement dynastique, ne pouvaient s’accorder à la volonté augustéenne de « restauration » ostensible de la légalité républicaine : si Auguste fit achever la vaste enceinte originellement destinée à la réunion des comices centuriates, les Saepta Julia, dont la dédicace fut confiée à Agrippa, il se garda bien de donner la moindre réalité au projet de théâtre adossé à la roche Tarpéienne. On s’orienta, en fait, à partir des années 30 avant J.-C, vers une activité multiforme, où la remise en état systématique des sanctuaires anciens n’excluait pas des programmes plus novateurs, où le conservatisme affiché des choix religieux et idéologiques n’empêcha point le recours fréquent au marbre ; mais les citations plastiques renvoient désormais à la Grèce tardo-classique plutôt qu’à l’Orient des Diadoques.

19Sans hâte ni système, avec une efficacité d’autant plus remarquable qu’elle se déploie sans interruption sur plus de quarante années, les équipes augustéennes procèderont dans un esprit de pragmatisme très ouvert, recherchant dans chaque cas les solutions les plus appropriées, répugnant aux bouleversements excessifs ou aux destructions massives. Plus attentives, sans doute, aux besoins réels des hommes, elles laisseront sur la Ville une empreinte durable. Elles ne sauraient toutefois faire oublier les brillantes initiatives césariennes, dont on se prend à regretter que le temps ne leur ait pas toujours été laissé de se réaliser.

Bibliographie

Aix-en-Provence, Novembre 1982

R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e édit., paris. 1974.

P. Gros, Architecture et Société aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, 1978.

P. Gros, Aurea Templa, Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome. 1976.

P. Gros, Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des recherches récentes, dans Aufstieg und Niedergang der rōmischen Welt, Berlin, New York, 1982, II. 30, 1. p. 659-695. F. Coarelli, Roma, dans la série Guide archeologiche Laterza. Bari, 1980.

P. Zanker, Forum Romanum. Die Neugestaltung durch Auguslus, Rome, 1972.

Table des illustrations

Légende Plan de la ville d’Aegae.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Plan actuel du quartier où s’élevait le théâtre de Pompée : le tracé des structures antiques est encore lisible, non seulement au sol, mais également aux niveaux supérieurs.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Coupe restituée du théâtre de Pompée et du temple de Venus Victrix.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540