Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes1

Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 36, 1, Berlin, New York, 1982, p. 659-695

Pierre Gros

Texte intégral

Introduction

1Comme tous les écrits théoriques de l’antiquité, l’œuvre de Vitruve est soumise en général à deux modes d’interrogation qui, dans la pratique, se rencontrent rarement. Nombreux sont, d’une part, ses utilisateurs : archéologues, historiens de l’art, des techniques ou de l’architecture, ils s’y réfèrent sans cesse pour en tirer des indications ponctuelles. Plus clairsemée apparaît en regard la cohorte des exégètes, qui aborde le ‘De architectura’ comme un texte à établir et à analyser. Cette seconde approche, traditionnellement réservée aux philologues, est évidemment fondamentale, car d’elle et de ses conclusions dépendent non seulement les modalités de l’utilisation du livre, mais la légitimité même des références que les spécialistes prétendent y puiser.

  • 1 Cf. L. A. Ciapponi, Il ‘De Architectura’ di Vitruvio nel primo umanesimo (dal ms. Bodl. Auct. F. 5. (...)

2Il y a là une division des tâches préjudiciable à une saine compréhension des problèmes ; elle constitue sans nul doute l’une des rançons les plus lourdes du progrès scientifique, qui aboutit au cloisonnement de disciplines autrefois confondues ; et l’on se prend à regretter le temps où un Fra Giocondo, aussi éminent architecte que savant archéologue, effectuait, à partir des principaux manuscrits alors connus, la première ‘restauration philologique’ du ‘De architectura’1.

  • 2 Voir sur ce sujet les hypothèses de F. Pellati, La Basilica di Fano e la formazione del trattato di (...)
  • 3 Mais qui entrent en fait dans les attributions traditionnelles de 1’άρχιτέκτων, si l’on en juge par (...)

3Le problème se complique si l’on observe que le traité vitruvien n’est pas unitaire. Et cela, moins en raison du fait, souvent allégué, que les dix livres ont sans doute été composés par groupes, à des dates différentes, et rassemblés en une sorte de corpus lorsque les circonstances semblèrent favorables à leur auteur2 ; moins en raison de l’apparente disparate des sujets traités, qui ne relèvent pas tous directement, surtout dans les trois derniers livres, de ce que nous entendons aujourd’hui par le mot architecture3, que parce qu’un net clivage sépare ceux des livres ou passages consacrés aux techniques de construction, de ceux des livres consacrés aux types monumentaux. Dans les premiers, les observations tirées de la pratique quotidienne des bâtisseurs et, sans doute dans une moindre mesure, de l’expérience de Vitruve, offrent un intérêt immédiat pour l’interprétation des vestiges de la fin de la République et du début de l’Empire ; les notices qu’ils contiennent, en dépit de quelques lacunes étonnantes mais explicables, peuvent être exploitées, sans un trop long détour méthodologique préalable. Dans les seconds au contraire l’absence fréquente de correspondance entre les monuments contemporains et les archétypes décrits dans le texte trahit le caractère systématique des développements, et pose le problème de leur finalité en termes plus épistémologiques qu’archéologiques. Et naturellement cette opposition constatée soulève en elle-même une nouvelle question, et non des moindres : celle de la signification globale d’un traité, où se côtoient des éléments d’origine et de portée si diverses.

  • 4 Voir par exemple : G. Aujac, Strabon et la science de son temps, Les sciences du monde, Coll. d’Étu (...)
  • 5 Pour ne citer que les travaux essentiels, rappelons : M. Thiel, Quellenkritisches zu Vitruvius, Neu (...)
  • 6 A. Choisy, Vitruve, Paris, 1909 (2 volumes en 4 tomes : texte, traduction, analyse, figures). Réédi (...)
  • 7 L’édition de F. KROHN, Vitruvii De architectura libri decem, Leipzig, Teubner, 1912, redonnait au t (...)

4Depuis une quinzaine d’années, Vitruve bénéficie, au même titre que Geminos de Rhodes, Strabon ou Pline l’Ancien, du regain d’intérêt qui se manifeste aujourd’hui pour les exposés techniques grecs et latins, trop oubliés depuis la fin du siècle dernier ou les premières années de celui-ci4. Après les efforts déployés par la Quellenforschung, après la publication, due aussi à la philologie allemande, des premières éditions scientifiques du ‘De architectura’5, on avait longtemps estimé que les difficultés qui subsistaient dans l’interprétation du texte étaient sans importance, eu égard à l’acquis, effectivement énorme, de la recherche germanique. D’autant que les aspects proprement techniques et graphiques semblaient avoir été abordés et du même coup épuisés par la tentative de l’architecte A. Choisy qui, dans sa monumentale édition de 1909, mettait à la disposition de tous le trésor toujours précieux de ses analyses et de ses dessins6. Sans doute des voix s’étaient élevées très tôt pour dénoncer l’incertitude de la tradition textuelle utilisée par cet auteur, les corrections qu’il prétendait apporter aux passages jugés corrompus, et leurs fâcheuses incidences sur certaines de ses reconstitutions7. Mais cette somme, qui avait le mérite d’exister, allait pour longtemps décourager, et pas seulement en France, les ‘vitruviens’ éventuels.

5Trois livres cependant devaient émerger ensuite de la masse des études philologiques ou archéologiques, et faire figure, chacun à leur façon, de précurseurs. Il convient d’en rappeler brièvement la teneur pour comprendre les orientations de la recherche actuelle.

  • 8 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Denkschriften der Kaiserl. Akademie der Wis (...)
  • 9 Voir surtout p. 13sq., l’analyse de l’entablement ionique, où l’auteur tire le meilleur parti des t (...)
  • 10 Ibid., p. 14, n. 2 ; p. 16, η. 1 ; p. 28, n. 1 ; p. 289, n. 2, etc.

6Le long mémoire de A. Birnbaum, publié à Vienne en 1914, est le premier à se fonder sur une connaissance précise des sites gréco-orientaux d’époque tardoclassique et hellénistique8. La confrontation du texte avec les indications chiffrées que cet auteur tirait des publications alors toutes récentes des vestiges de Priène, Magnésie du Méandre ou Olympie, constituait un progrès décisif : loin de s’en tenir à des schémas abstraits, coupés de toute réalité archéologique, Birnbaum pouvait déjà, dans bien des cas, mesurer la part de l’héritage et la part de la théorisation arbitraire dans les modèles proposés par Vitruve9. Aussi l’analyse des données typologiques s’en trouve-t-elle singulièrement enrichie, et les restitutions proposées, pour les entablements ionique et dorique, pour les basiliques, les gymnases et les maisons « grecques », offrent-elles souvent plus d’épaisseur historique que celles de Choisy10. Le seul tort de cet architecte autrichien est d’avoir cédé à la tentation de la source unique. Entraîné à la fois par de troublantes correspondances, et par les mentions explicites du théoricien, il place Hermogénès à l’origine de presque tout, s’interdisant, par là-même, une appréciation bien articulée de la démarche de Vitruve. Mais la voie était ouverte à une meilleure localisation historique et esthétique des livres III à VI, et le mythe de Vitruve, inventeur et codificateur de l’architecture augustéenne, s’en trouvait sérieusement ébranlé.

  • 11 F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Schriften (...)
  • 12 Voir surtout p. 72sq. et p. 96sq.
  • 13 Ibid., p. 130sq. et p. 158sq.
  • 14 Ibid., p. 116 sq.
  • 15 Particulièrement p. 171 sq. et p. 181 sq.

7Sans échapper complètement à la problématique artificiellement contraignante de la source principale, sinon unique, puisqu’il privilégie d’une façon abusive la personne et l’œuvre d’Hermodoros, F. W. Schlikker a bien montré, au terme d’une étude trop peu connue, d’une lecture il est vrai difficile, quelles étaient, pour Vitruve, les règles immanentes de la beauté11. Fondées sur les notions cardinales de symétrie, d’eurythmie et de decor — ces deux dernières s’arrogeant peut-être un rôle excessif, si l’on songe à la minceur relative des passages où elles sont alléguées dans le ‘De architectura’12 —, ces règles procédaient de conceptions diverses, et parfois contradictoires : issues pour partie de simples traditions d’atelier, pour partie d’une réflexion esthétique élaborée, elles participent tantôt d’une tendance classicisante, comme le rapport 2/3 qui régit les dimensions en plan des édifices cultuels et de certaines pièces des demeures privées13, tantôt d’une volonté de marquer le terme extrême d’une évolution engagée depuis longtemps ; c’est le cas, parmi d’autres, de la règle dite des couronnements (Simsregel) qui, pour l’abaque du chapiteau corinthien, pour les cymatia des différents types d’architrave ou de frise, définit la proportion très réduite de 1/714. Ce qui est moins clairement cerné par Schlikker c’est l’importance du parti normatif chez Vitruve, et les choix, les simplifications, les ellipses, les innovations aussi, que ce parti impose au théoricien ; c’est aussi, corollairement, l’exigence propre au genre du traité, et les structures auxquelles doivent se plier les développements techniques. De Ce fait il reste souvent démuni devant les erreurs ou lacunes du discours du Baumeister : par exemple il ne parvient pas à expliquer par la seule tension entre les nécessités de l’eurythmie et celles de la symétrie les invraisemblances et incompréhensions qu’il relève dans les passages concernant les corrections optiques15.

  • 16 S. Ferri, Vitruvio (Dai libri I-VII). De architectura quae pertinent ad disciplinas archaeologicas, (...)
  • 17 S. Ferri, Problemi di estetica Vitruviana, La critica d’arte, 6, 1941, p. 97 sq. ; Idem, Note arche (...)
  • 18 Cf. les ‘Note al testo’, p. 12 à 27 de son édition de 1960, et un cas particulier exemplaire : le m (...)
  • 19 S. Ferri, op.cit., p. 91 sq. ; C. Fensterbusch, éd., Vitruvii de architectura Libri decem, Darmstad (...)
  • 20 Le texte retenu par S. Ferri (ibid.) est le suivant : ipsique artifices, cum pollicerentur suam pru (...)

8On ne saurait faire le même reproche à S. Ferri qui, en marge de sa suggestive édition des parties « architecturales » des dix livres de Vitruve, rédige un commentaire souvent acerbe de la pensée et de la méthode du théoricien16. Cette œuvre majeure avait été précédée de plusieurs études, dont une sur l’esthétique vitruvienne, et une autre sur divers passages du ‘De architectura’, soumis à une exégèse « archéologico-critique »17 ; l’auteur y faisait déjà preuve de cette finesse corrosive et de cette aptitude à déceler les cheminements cachés ou les faiblesses inavouées d’un développement d’apparence irréprochable, qui donnent son prix à l’anthologie de 1960. Pour la première fois ces chapitres si difficiles et si déconcertants sont abordés de front par un philologue formé aux méthodes les plus exigeantes, mais qui se double d’un archéologue, parfaitement informé des problèmes techniques et formels posés par l’architecture antique. J’ajouterai qu’un troisième personnage se manifeste constamment dans ce livre attachant, c’est l’homme Ferri, avec sa passion, son dynamisme intellectuel, et aussi ses partis-pris quelque peu irritants. Sa première démarche est de rendre au texte toutes ses aspérités ; les éditions antérieures, et particulièrement celle de Krohn, avaient abouti à modifier nombre de passages, au nom de la cohérence logique et de la correction grammaticale. Ferri prend le parti, toujours fécond dans son principe, de se tenir le plus près possible des données de la tradition manuscrite, fussent-elles difficilement compréhensibles en première analyse18. D’où la restitution d’une certaine inconcinnitas, que la méthode de l’école germanique avait tendu à estomper. De ce point de vue, par exemple, le maintien du texte des manuscrits en III, praef. 1, auquel Krohn, repris récemment par Fensterbusch, avait cru devoir faire subir un bouleversement arbitraire, est d’excellente méthode19. On peut seulement regretter que Ferri ne profite pas du recours à cette lectio difficilior pour poser en termes plus clairs les problèmes moraux soulevés par ce texte curieux, et en particulier par le fait que la vetustate officinarum notitia, apparaisse placée sur le même plan, d’une façon assez inattendue, que la richesse ou la facilité de parole20.

  • 21 Remarquables de ce point de vue sont les commentaires à I, 2,1 sq., p. 48 sq. ; à III, 3,13 (sur le (...)
  • 22 Cf. supra, n. 5.
  • 23 Voir en III, 5, 4, p. 124sq. le commentaire concernant l’expression ad perpendiculum, et son caract (...)

9Mais c’est surtout dans l’exégèse des notions et raisonnements vitruviens que cet auteur donne sa pleine mesure. Il n’a pas son égal pour remettre en perspective concepts esthétiques et pratiques concrètes, en s’appuyant sur une connaissance souveraine des précédents textuels et des témoignages archéologiques21. Ce faisant il ne peut que souligner l’ignorance où était souvent Vitruve des réalités monumentales grecques ou asiatiques que celui-ci se risque, sinon à décrire, du moins à invoquer à titre d’exemple. Sans escamoter le problème des sources, il lui donne d’autre part une dimension, sinon nouvelle — car un Oder l’avait déjà mise en évidence22 — du moins plus « opératoire » : sa connaissance très superficielle du grec a souvent conduit l’architecte romain à se servir d’intermédiaires empiriques, manualetti plus ou moins sommaires, rédigés en latin par des vulgarisateurs, glossaires techniques bilingues rendus indispensables par la présence en Italie de nombreux maîtres-d’œuvre d’origine hellénique ; d’où des bévues, confusions ou malentendus, que Ferri ne se contente pas de dépister, mais dont il restitue, souvent d’une façon convaincante, la genèse et la diffusion23.

  • 24 Significatifs sont les commentaires à I, 2, 4 et III, 1,1, sur les problèmes modulaires (p. 52sq. ; (...)

10Cependant, en dépit ou à cause de son intelligence, ce commentaire si précieux pêche par un hypercriticisme systématique, et une sous-évaluation fréquemment excessive des connaissances, voire des facultés intellectuelles de Vitruve. Quand il reproche par exemple au théoricien sa mentalité anti-historique, Ferri ne fait-il pas preuve lui-même d’un certain manque de sens historique, en déplorant l’absence d’un critère dont l’acquisition est finalement très récente dans la mentalité occidentale ?24 Nous aurons l’occasion de montrer quel type de correctif il convient parfois d’apporter à cette édition commentée. Mais la dette de tous les vitruviens à son égard n’en reste pas moins importante.

11Les directions suggérées par ces travaux n’ont pas été perdues de vue. Leur acquis, mais aussi les nouvelles problématiques qu’ils ont contribué à cerner, ont permis de pousser l’exploration selon les trois axes suivants : l’établissement du texte, la place de Vitruve dans l’univers culturel de son temps, le contenu réel, enfin, et la portée de sa codification. Ce sont là les composantes indispensables d’une démarche préliminaire à toute exploitation technique et archéologique, qui se voudrait consciente de ce qu’elle peut attendre du ‘De architectura’.

I. Établissement du texte

  • 25 Pour C. Fensterbusch, et les éditions récentes, cf. la rubrique 1 de la bibliographie.
  • 26 Cf. sur ce point, en dernier lieu, V. Fontana, P. Morachiello, Vitruvio e Raffaello, Rome, 1975, p. (...)
  • 27 C. H. Krinsky, Seventy-eight Vitruvius Manuscripts, Journal of the Warburg and Courtauld Institute, (...)
  • 28 A. Giry, Notes sur un manuscrit de la bibliothèque de Schlestadt, Revue de Philologie, 3, Paris, 18 (...)

12Les importantes collations effectuées par C. Fensterbusch pour son édition de 1964, la préparation d’une édition complète, en dix volumes, dans la ‘Collection des Universités de France’, ont suscité des progrès décisifs dans le recensement, le classement et la lecture des principaux manuscrits de Vitruve25. Sans entrer ici dans le détail d’une question qui doit être traitée avec plus d’ampleur par L. Callebat (infra, p. 696—722), rappelons-en les données principales : les manuscrits du ‘De architectura’, fort nombreux, s’échelonnent du ixe au xive s. ; ils prouvent à satiété que l’ouvrage n’était pas inconnu des érudits médiévaux, et que l’exhumation d’un ‘Vitruve’ complet des archives de la bibliothèque de Saint-Gall, pendant le concile de Constance, en 1416, par les soins de Poggio Bracciolini, de Cencio dei Rustici et de Bartolomeo Aragazzi, dont on voulut faire pendant longtemps un commencement absolu, n’a été qu’une redécouverte26. Des divers catalogues publiés, le plus récent et le mieux documenté est celui de C. H. Krinsky, qui présente soixante-dix-huit manuscrits27 ; mais la liste n’est pas close, et des trouvailles comme celle de A. Giry, qui identifia en 1878 un ‘Vitruve’ du xe s. à la bibliothèque de Sélestat, peuvent encore se produire28. Il est peu probable toutefois qu’elles modifient sérieusement les connaissances acquises, puisque, dans cette tradition foisonnante, beaucoup de manuscrits restent fragmentaires, et que la plupart apparaissent naturellement issus d’un nombre restreint d’ancêtres communs. En tout état de cause la collation de ces multiples copies ne saurait être envisagée sans le recours à des moyens mécanographiques.

  • 29 P. Ruffel, J. Soubiran, Recherches sur la tradition manuscrite de Vitruve, Pallas, 9, 2, 1960, p. 3 (...)
  • 30 J.-P. Chausserie-Laprée, Un nouveau stemma vitruvien, REL, 47, 1969, p. 347sq.
  • 31 L. Callebat, Vitruve, De l’architecture, livre 8, Coll. G. Budé, Paris, 1973, et le c/r de C. Fenst (...)

13Des divers classements proposés en vue de l’établissement du stemma, il faut retenir les deux dernières tentatives, dues à des philologues français. Au terme de leur étude très approfondie de 1960, P. Ruffel et J. Soubiran avaient cru pouvoir définir cinq familles, issues d’un seul archétype29. Plus récemment J.-P. Chausserie-Laprée, tout en reconnaissant sa dette à l’égard de ces deux précurseurs de l’Université de Toulouse, a pu mettre en place un nouveau stemma, dont la sûreté et l’efficacité se vérifient chaque jour30 : partant lui aussi de seize manuscrits fondamentaux, il a prouvé que la répartition devait se faire entre deux familles seulement, l’une à texte bref et l’autre à texte long, issues de deux copies non conservées d’un même archétype. Cette découverte qui permet en outre de situer exactement le manuscrit de Sélestat par rapport au ‘Harleianus’, considéré comme le plus ancien de ceux qui nous sont parvenus, sert désormais de base à toute édition du ‘De architectura’.Déjà le livre 8, publié par L. Callebat, dans la série mentionnée plus haut des Universités de France, en tire le meilleur parti, et l’on y enregistre, par rapport aux publications antérieures, une clarification sensible de l’apparat critique : cette meilleure organisation du stemma simplifie les groupements caractéristiques, et permet souvent des lectures mieux assurées31.

  • 32 Bodo Ebhardt, Vitruvius. Die zehn Bücher der Architektur des Vitruv und ihre Herausgeber seit 1484. (...)
  • 33 Voir la rubrique 20 de la bibliographie.
  • 34 Ce qui explique les remarques sur Vitruve contenues dans les ‘Annotations aux Pandectes’ (Paris, 15 (...)
  • 35 Voir l’ouvrage cité supra n. 26.
  • 36 Ibid., p. 36 et p. 185.
  • 37 Sur le problème, cf. P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 197 (...)

14Mais l’analyse de la tradition la plus ancienne peut et doit être complétée par celle des éditions ou manuscrits des xve et xvie s., en latin ou en langue vulgaire. Bodo Ebhart a jadis donné des principaux de ces ouvrages une liste analytique, qui vient d’être utilement réimprimée32. Depuis quelques années, un regain d’intérêt se manifeste pour eux, particulièrement en Italie, où les études d’histoire de l’architecture, pour la période de la Renaissance, sont très vivantes. Autour de P. Portoghesi et de F. Borsi, de nombreux chercheurs poursuivent en ce domaine un effort intense, devant lequel les ‘vitruviens’ ne sauraient rester indifférents33. La découverte, en 1974, d’un incunable de la Bibliothèque Nationale de Paris, comportant, outre le texte du ‘De architectura’, des annotations et dessins de la main de Guillaume Budé34, l’édition critique, publiée pour la première fois en 1975, du texte de Marco Fabio Calvo, qui avait traduit Vitruve à la demande de Raphaël, lequel multiplie remarques et commentaires marginaux35, sont des événements dont l’intérêt philologique n’est pas inférieur à leur portée historique. Il est toujours instructif de voir comment ces érudits ou artistes, dont la familiarité avec les textes et les monuments est confondante, réagissent aux passages difficiles du traité ; souvent ils éludent ou ignorent les cruces, mais parfois ils tranchent avec une rafraîchissante audace, et leur intuition, oubliée, enfouie sous la masse des données accumulées par la science des siècles postérieurs, ouvre la voie à une solution. Comment ne pas s’étonner, par exemple, devant la pertinence de la correction suggérée par Raphaël, en marge de la note de IV, 6,1 concernant la hauteur de la porte dorique et celle du mur du pronaos ? En substituant le rapport 4, 5/3, 5 à celui, universellement reconnu comme fautif, de Vitruve36, il agit comme le précurseur du savant Rode, qui, dans son édition de 1800, proposera une lecture très voisine, et, du point de vue de la codicologie, pleinement satisfaisante37.

15Le problème méthodologique posé par les erreurs ou insuffisances manifestes des manuscrits, dans des développements techniques souvent fort elliptiques, est à vrai dire le plus épineux de tous ceux auxquels se heurte encore l’exégète moderne du ‘De architectura’. L’affinement de la réflexion sur les passages réputés difficiles ou corrompus ne suffit pas, dans bien des cas, à cerner une solution. Entre le respect religieux de la tradition, qui animait un Rose, et les libertés prises par un Choisy ou un Krohn dans l’aménagement du texte, un mode d’intervention tend à se dégager cependant, marqué par la prudence bien sûr, mais aussi par une connaissance plus approfondie de la langue et des méthodes de l’auteur.

  • 38 Le texte des manuscrits est le suivant (III, 2,5) :... quemadmodum est in porticu Metelli Jovis Sta (...)
  • 39 On lira sur ce sujet la magistrale introduction que J. Soubiran a écrite en tête de son édition du (...)
  • 40 Cf. P. Gros, Hermodoros et Vitruve, MEFRA, 85, 1973, p. 137sq.
  • 41 Où se posent des problèmes aussi difficiles que, au chapitre 8, l’épure de l’analemme des cadrans s (...)

16Dans son édition de 1964, qui se présente modestement comme un Arbeitsbuch, mais constitue en réalité la meilleure synthèse actuellement disponible, C. Fensterbusch se refuse, après S. Ferri, à adopter la modification introduite par Krohn en III, 2,5, qui consiste à placer l’expression sine postico (sans portique sur la face postérieure) au voisinage de la mention du temple de Jupiter Stator, sous prétexte que le schéma de cette aedes dans la ‘Forma Urbis Severiana’ ne comporte de colonnade libre que sur trois de ses côtés38. Ce transfert ne manque pas, en première analyse, d’emporter la conviction, puisqu’il s’appuie sur le témoignage « irréfutable » d’un document figuré antique. Mais cette conjonction, apparemment heureuse, de la philologie et de l’archéologie, repose en fait sur des a priori plus que dangeureux : un document externe au texte lui-même autorise-t-il une correction, dans un sens opposé à celui que suggèrent tous les manuscrits ? Même si nous pouvons apporter la preuve matérielle que Vitruve s’est trompé, devons-nous pour autant retoucher sa notice ? Si un tel principe devait être adopté, il faudrait récrire, par exemple, tout ou partie de ses chapitres sur l’astronomie, la gnomonique ou la balistique39. Dans le cas particulier de la notice du livre III, une étude plus poussée de la topographie de la zone du Circus Flaminius à la fin de l’époque républicaine autorise d’ailleurs à penser que le temple en question était effectivement périptère, et que seule la réfection augustéenne du Portique de Metellus en fera un peripteros sine postico40. L’application du principe de correction systématique, en soi déjà fort contestable, se doublait donc, chez Krohn, d’une erreur historique ponctuelle. Mais, dans d’autres cas, l’éditeur doit remédier à des inadvertances incontestables de la tradition manuscrite, sous peine de s’arrêter à un texte erroné ou dépourvu de sens. J. Soubiran est sans doute celui qui en a fait le plus souvent l’expérience, dans son édition du très difficile livre IX41. Les solutions nouvelles qu’il propose sont toujours remarquables d’intelligence et de rigueur car elles ne se justifient pas seulement par des observations paléographiques, mais aussi par des rapprochements textuels, des considérations techniques et une très juste appréciation des lacunes scientifiques de Vitruve. Ainsi se trouve amélioré, en un passage essentiel, la description de l’expérience d’Archimède (IX, praef. 12) ; Andromède est remise à sa place au prix d’un aménagement minime de la leçon traditionnelle, autorisé d’ailleurs par une notice d’Eudoxe (IX, 4,3) ; l’examen attentif du mécanisme de l’’horloge de Ctésibius’ permet une restitution ingénieuse (IX, 8,5) ; une glose, dont la maladresse avait échappé aux précédents éditeurs, est rejetée du passage concernant le système de réglage du débit (IX. 8,12), etc. Ce qui fait le prix de tels remaniements, c’est que, malgré leur efficacité, ils n’apparaissent jamais comme abusifs, puisqu’ils conservent au texte son esprit et ses limites ; s’ils lui rendent sa cohérence, ils n’entendent nullement le purger des erreurs inhérentes à l’état de la science à l’époque de Vitruve, ou aux dégradations que l’auteur latin fait involontairement subir à une tradition souvent trop complexe pour lui.

II. La situation de Vitruve dans l’univers culturel et scientifique de son temps

  • 42 Le réquisitoire de Oder (loc.cit., n. 5) est spirituel, mais excessif. Il s’appuie sur une traditio (...)
  • 43 Cette attitude est encore en grande partie celle de B. Pedotti, L’architettura e la figura dell’arc (...)

17Longtemps le ‘De architectura’ fut l’objet de jugements de valeur, voire de mouvements d’humeur, qui révélaient surtout les préjugés de ceux qui les formulaient ou les manifestaient. De Oder à Ferri court une ligne dépréciative, où Vitruve, ce « prolétaire à demi inculte », est volontiers chargé de toutes les tares, de toutes les ignorances et de toutes les vanités42. Inversement, un courant ‘positif, représenté, à des degrés divers, par Choisy et Pellati, veut en faire un maître à bâtir de premier rang, codificateur souverain de l’héritage grec, et créateur des grandes formules de l’urbanisme impérial43.

  • 44 Fort utile est sur ce point la synthèse toute récente de CL. Préaux, Le monde hellénistique. La Grè (...)

18L’auteur du seul traité d’architecture que l’antiquité nous ait légué n’a certes mérité ni cet excès d’honneur ni cette indignité. De récentes études permettent de dédramatiser un débat, trop souvent marqué par des options idéologiques sans rapport avec la teneur réelle du ‘De architectura’, et de le transporter sur un terrain plus sûr sinon plus serein, celui de l’histoire des rapports de la science et de la technique à la fin de l’époque hellénistique44.

19Vitruve nous apparaît d’abord comme l’héritier d’une tradition ‘scientifique’ dont il est, avec Strabon, l’un des derniers représentants. Cette tradition lui dicte un certain nombre d’attitudes et de choix, dont il convient de tenir compte si nous voulons comprendre sa démarche, et ce qu’on hésite parfois, à juste titre, à appeler sa méthode. Mais en même temps il s’en démarque assez nettement, et c’est là ce qui a déconcerté beaucoup d’observateurs, d’autant que les raisons de cette prise de distance, loin d’être toutes clairement formulées, tiennent en grande partie à sa position socio-culturelle et à sa personnalité.

  • 45 De architectura, I, 1.
  • 46 Cf. CL. Préaux, op. cit., p. 631 ; G. Aujac, Strabon et la science de son temps, p. 49sq. (sur le « (...)
  • 47 De Oratore, III, 126 sq. (voir particulièrement le par. 132, sur l’excessive spécialisation des méd (...)
  • 48 Cf. F. E. Brown, Vitruvius and the Liberal Art of Architecture, Bucknell Review, 11, 4, 1963, p. 99 (...)
  • 49 I,1,12 :... ideoque de veteribus architectis Pytheos, qui Prieni aedem Minervae nobiliter est archi (...)
  • 50 I,1,1 : ea nascitur ex fabrica et ratiocinatione.
  • 51 Ibid. : ratiocinatio autem est, quae res fabricatas sollertiae ac rationis pro portione demon-strar (...)
  • 52 I,1,3 (avec le commentaire de S. Ferri, p. 34 sq. de son édition de 1960).
  • 53 Cf. I,1,4,8 et 9.
  • 54 Sur les liberales doctrinae, cf. Cicéron, De Oratore, III, 127. Le cas des historiae est significat (...)
  • 55 Sauf en II, 2 et en VIII, praef., où Vitruve expose à sa façon l’origine des éléments.
  • 56 I,1, 17 : quibus vero natura tantum tribuit sollertiae, acuminis, memoriae, ut possint geo-metriam, (...)

20Ainsi la ‘polymathie’ de principe, vigoureusement revendiquée dès le début du premier livre, comme une exigence propre à l’architecte, est en réalité commune à toutes les activités « scientifiques » ou « libérales », à l’époque hellénistique45. Les grands noms de la science grecque, d’Eratosthène à Posidonius, comme de la pensée latine, de Varron à Cicéron, et, par-delà, à Quintilien, ont tous postulé et encouragé cette volonté de culture encyclopédique et cette quête d’un savoir universel46. La longue digression du livre III du ‘De Oratore’ où Crassus et Catulus échangent leur conception sur la nécessaire culture de l’orateur, constitue sans doute l’effort de réflexion le plus notoire qu’un auteur antique ait conduit sur ce problème, car il s’y mêle le regret d’une sorte de spécialisation de la science et une revendication en faveur de l’antique universalité de la doctrina47. Chez Vitruve une telle prétention revêt des aspects émouvants et naïfs, dans la mesure où elle procède du souci d’élever une spécialité assez mal placée dans la hiérarchie des fonctions, au rang d’une ars liberalis48. Mais on s’aperçoit vite qu’avec son pragmatisme d’homme de métier, soucieux d’aboutir à un résultat rapide, il prône, pour les connaissances périphériques, non directement impliquées dans l’art de bâtir, un mode d’imprégnation superficiel, et refuse l’approfondissement que recherchait passionnément encore l’un de ceux qu’il reconnaît pourtant pour ses maîtres, Pythéos de Priène49. A vrai dire, sa position sur ce point précis est des plus inconfortables : certes, il l’indique d’entrée de jeu, l’architecture, science appliquée, est fabrica autant que ratiocinatio50 ; mais à suivre la définition qu’il donne de ce second terme, si essentiel pour nous modernes, qui avons tendance à ne plus voir dans les architectes que des hommes de conception et de création, on constate qu’il représente pour lui une activité secondaire. La ratiocinatio ne précède pas la fabrica, en tant que réflexion préliminaire à l’élaboration de la forme ; elle la suit, comme simple explication ou exposition de l’objet construit. Autrement dit dans le binôme hellénistique τέχνη — ἐπιστήμη dont il garde l’apparence, la science se trouve réduite à une annexe, non nécessaire, de la technique51. Quand il reprend le même thème, sous une autre forme, avec l’opposition du signifié et du signifiant, il établit une équivalence encore plus nette : quod significatur, c’est la construction, et quod significat, c’est le commentaire, éventuellement l’opuscule qui l’accompagne52. Cette difficulté à concevoir une activité intellectuelle autonome se manifeste dans le fait suivant : hors de la géométrie, de l’optique, de l’arithmétique et de la musique, qui entrent toutes, à des titres divers, et sous une forme très concrète, dans la pratique professionnelle — dessin des plans, éclairement des édifices, calcul des coûts et étude des proportions, construction des théâtres et mise sous tension des engins de jet53 — il éprouve la plus grande peine à rattacher au tronc commun les diverses branches de l’activité spéculative qui pourtant constituent la cœur même des liberales doctrinae atque ingenuae, histoire, droit ou philosophie54. De cette dernière il retient surtout, si l’on excepte un coup de chapeau conventionnel aux valeurs morales, le rameau de la natura rerum, c’est-à-dire de la physique, se montrant, en cela encore, très hellénistique d’esprit. Mais la physique de Vitruve n’est pas celle de Lucrèce, qui explique les phénomènes55, c’est essentiellement le recueil des recettes qui permettent de trouver des sources, de construire des aqueducs ou des horloges à eau. Pour le reste, il se satisfait d’une approche théorique très générale, et sa ratio exclut d’emblée, avec le refus des elegantiae, tout raffinement de connaissance inutile. Autrement, dit-il, et la précision est intéressante, il ne s’agirait plus de former des architectes mais des mathematici56. Là réside le sens de sa polémique contre Pythéos et ses exigences maximalistes en matière de science désintéressée : pour Vitruve, l’architecte est un technicien, qui doit certes pouvoir tenir sa place dans la société, mais ne saurait usurper celle des savants.

  • 57 Cf. J.-P. Vernant, op.cit., p. 54 sq. et CL. Préaux, op. cit., p. 633 sq.
  • 58 Cf. CL. Préaux, ibid., p. 626. Voir Plutarque, Vie de Marcellus, 9-10 et 12 sq.
  • 59 Plutarque, Vie de Marcellus, 15, 2 (les machines d’Archimède) et 17, 5-6 (Archimède ne veut laisser (...)
  • 60 Voir M. Laffranque, Poseidonios d’Apamée. Essai de mise au point, Publ. Fac. des Lettres de Paris, (...)
  • 61 Toute la longue lettre 90 à Lucilius est conçue par Sénèque comme une réfutation de l’opinion de Po (...)

21Dans ce mélange de revendication culturelle et d’humilité pratique, qui explique la tension et l’aigreur de plus d’un chapitre, Vitruve se révèle à la fois tributaire et victime, malgré qu’il en ait, d’une hiérarchie séculaire des fonctions, qui établit un divorce strict entre la pensée théorique et ses applications57. Malgré les progrès méthodologiques certains qu’avait fait accomplir un Archimède à la pratique scientifique de son temps, en explorant, par la mécanique, des théorèmes ensuite démontrés par la géomérie58, le mépris pour les recherches concrètes immergées dans l’ἐμπειρία reste ancré dans la mentalité hellénistique. Si l’on en croit Plutarque, le même Archimède soucieux de maintenir, à l’exemple de Platon, la géométrie dans l’incorporel, n’éprouva que dégoût pour ses propres trouvailles en matière de poliorcétique59. Et la brève période du Mittelstoa, où un Posidonius, récrivant l’histoire de la pensée humaine, redonnait leur pleine dignité aux praticiens, devait être vite oubliée60 : le soin avec lequel un Sénèque recreuse le fossé entre la philosophia et les artes, affectant d’attribuer tous les progrès techniques aux esclaves les plus misérables, en dit long sur le mépris réel où l’on continuait à tenir les artifices, et parmi eux les architectes61.

  • 62 J. Soubiran, op.cit., p. xxii sq. et commentaire ad loc. ; P. Gros, Nombres irrationnels et nombres (...)
  • 63 J. Pottage, The Vitruvian Value of π, Isis, 59, 1968, p. 190sq.
  • 64 H. Plommer, The Circle of the Winds in Vitruvius, I, 6, Class. Rev., 21, 1971, p. 159-162. Sur ces (...)

22Aussi ne saurait-on faire grief à Vitruve de marquer une indifférence presque totale aux problèmes scientifiques de fond. C’est le corollaire inévitable d’une telle situation. Le domaine des mathématiques est celui où transparaît le plus clairement le peu d’intérêt qu’il porte aux notions abstraites : J. Soubiran a bien montré combien il se souciait peu de comprendre et de replacer dans leur contexte, les démonstrations « savantes » dont il émaille sa préface du livre IX, et nous avons mis en évidence le caractère élémentaire des emplois qu’il se risque à faire des nombres irrationnels62. Il en résulte de fréquents flottements dans certaines de ses notices : J. Pottage, dans sa récente tentative pour déterminer la valeur accordée par Vitruve au nombre π, s’est heurté à la même difficulté que ses prédécesseurs, puisque le texte de X, 9, 1 ne permet pas de démêler laquelle des deux approximations, 3 ou 3 1/6, avait la préférence de notre auteur63. Il n’est d’ailleurs pas sûr que Vitruve ait isolé clairement cet irrationnel, et se soit jamais posé la question de sa valeur approchée. Quant à H. Plommer, reprenant l’examen du texte fort controversé sur la rose des vents, il constate que Vitruve est d’une grande discrétion sur la méthode à suivre pour diviser le cercle en huit ou seize segments — à vrai dire on peut s’interroger sur le degré de précision autorisé par ses connaissances en géométrie dans la mesure des angles — ; et il souligne que le tracé du diagramme, loin de lever les incertitudes de l’exposé théorique qui le précède, en ajoute d’autres64.

  • 65 VI, 2, 2. Il s’agit en fait d’exemples d’école, toujours les mêmes (Cf. Cicéron, Prem. Académ. II.7 (...)
  • 66 VI, 2, 4.
  • 67 VI, 2, 3.
  • 68 Cicéron, Ad Attic. II, 3, 2. Il est intéressant de comparer les expressions employées par ce Cyrus (...)

23Le problème des corrections optiques révèle d’une façon encore plus explicite une attitude similaire à l’égard de la physique théorique, dans un domaine où pourtant les choix reposaient sur des options philosophiques et métaphysiques, que peu d’intellectuels se permettaient d’ignorer. Le chapitre où Vitruve semble vouloir aborder la question de front, présente en fait un échantillonnage hétéroclite des situations où les données des sens s’avèrent trompeuses : les illusions répertoriées relèvent, soit de la réduction due à la vision éloignée, soit de la relativité des volumes dans un espace clos, soit du rendu perspectif des volumes sur un support plan, soit de la réfraction des rayons lumineux, le tout relié lâchement par des quemadmodum, similiter, etc., qui entretiennent entre ces phénomènes très différents une impression erronée d’analogie65. De l’accumulation de ces exemples d’école Vitruve conclut à la nécessité, pour les architectes, d’avoir plus d’ingéniosité — ingenii acumen — que de connaissances théoriques — doctrinae66 — et il laisse aux philosophes, avec une superbe désinvolture, les querelles sur les conditions de la perception visuelle :... sive simulacrorum impulsu seu radiorum ex oculis effusionibus, uti physicis placet...67. A la différence de cet architecte de Cicéron, qui s’exprime comme Euclide, et entend fonder sur une théorie de la vision ses choix en matière d’éclairement, Vitruve ne manifeste que le souci d’aboutir à un résultat concret, quels que soient les a priori scientifiques de la démarche suivie68.

  • 69 Cf. P. Gros, Structures et limites de la compilation vitruvienne dans les livres III et IV du ‘De a (...)
  • 70 IV, 8, 4.
  • 71 Cf. infra, p. 676.
  • 72 Chapitre II, 3.
  • 73 R. A. Staccioli, Sulla struttura dei muri nelle case della città etrusca di Misano a Marza-botto, S (...)
  • 74 II, 3, 3 : fiunt autem laterum genera tria : unum, quod graece Lydium appellatur, id est quo nostri (...)

24Le second héritage de la tradition hellénistique c’est, en ce qui concerne la méthode, le goût du ‘raisonnement par récurrence’, inséparable du souci constant de chercher autorités et précédents. Nous avons rappelé, dans une étude antérieure, que plusieurs difficultés ou inexactitudes décelables dans la typologie des temples des livres III et IV, tenaient uniquement aux modifications que Vitruve avait cru devoir faire subir à certains schémas, pour qu’ils s’inscrivent mieux dans une lignée grecque69. Le cas des temples dits à cella barlongue est le plus éloquent : leur rattachement arbitraire à une série d’édifices de l’Attique était pour Vitruve le seul moyen de les intégrer à son discours70. Mais les mêmes observations peuvent être faites, parfois, dans des développements que l’on ne s’attend guère à voir soumis à de telles contraintes, ceux qui concernent, par exemple, les techniques de construction. Si Vitruve parle longuement des briques, malgré sa réticence à admettre ce matériau dans les constructions de l’Urbs71, c’est qu’elles ont tout de même un long passé dans l’Orient hellénique, et s’il se soucie peu de distinguer le later crudus de la testa, la brique crue de la brique cuite, ce n’est pas par manque de sens historique, mais seulement parce que ce problème, essentiel en effet pour une juste appréciation des maçonneries, n’est pas celui qui l’intéresse au premier chef72. Bien que les structures qu’il décrit correspondent à une réalité italique, celle des constructions étrusques d’époque archaïque, comme l’a bien montré R. Staccioli73, il se contente de rappeler que le type de brique utilisé par ses « contemporains » — nostri — s’appelle lydium74.

  • 75 On consultera aussi, sur la technique des excerpta, J. Mejer, Diogenes Laertius and his Hellenistic (...)
  • 76 Polybe, VI,5,1 : ποικίλος δ ν καì δι πλειόνων λεγόμενος λίγοις φικτός στιν. C’est à l’intenti (...)
  • 77 De architectura, V, 4, l.
  • 78 Cf. R. Da Rios, Aristoxeni elementa harmonica, Script. Gr. & Lat. consilio Acad.Lync. ed. Roma Ist. (...)
  • 79 Cf. L. Laloy, Aristoxène de Tarente, disciple d’Aristote, et la musique dans l’antiquité, Paris, 19 (...)
  • 80 Sur cette question, cf. P. Gros, Le dossier vitruvien d’Hermogénès, MEFRA, 90, 1978, p. 700, et n. (...)
  • 81 Cf. Y. Béquignon, A. Laumonier, Fouilles de Téos, BCH, 49, 1925, p. 291 sq. et A. Yaylali, Der Frie (...)

25Le troisième aspect de l’héritage, et non le moindre, pour ses conséquences négatives sur la teneur générale de l’exposé, c’est la facilité à se satisfaire d’une information de seconde main, qui entraîne, comme une procédure normale de ce genre de compilation, le recours à des résumés simplifiants. Nous n’y insisterons pas, beaucoup de commentateurs, depuis la Quellenforschung, ayant cru retrouver dans le ‘De architectura’ la trace de manuels tardifs, et S. Ferri ayant, nous l’avons dit, tiré un parti très positif de l’hypothèse des « intermédiaires pragmatiques »75. Gardons-nous toutefois de reprocher hâtivement à Vitruve son inculture ou sa négligence : si déjà du temps de Polybe les œuvres de Platon étaient inaccessibles à la plupart des lecteurs, y compris à ceux qui parlaient couramment le grec76, on admettra sans peine qu’un technicien du début du règne d’Auguste, si fier qu’il voulût être de sa formation « littéraire », n’ait pu prendre une connaissance directe des traités tardo-classiques ou proto-hellénistiques écrits sur des thèmes aussi variés que l’architecture ionique, la peinture, la musique, l’hydraulique, l’astronomie, la gnomonique, la poliorcétique, etc. Le seul cas où Vitruve affirme explicitement s’être référé à l’œuvre d’un auteur, c’est quand il évoque la théorie musicale d’Aristoxène de Tarente, à propos de l’acoustique des théâtres77. Par un heureux hasard, nous pouvons comparer avec le texte original la version abrégée qu’il donne des principes de ce savant, qui appartient à la première génération des disciples d’Aristote78. Si les spécialistes refusent généralement de créditer Vitruve d’une lecture directe de son œuvre difficile, en raison des nombreuses altérations et inexactitudes qu’ils relèvent dans l’exposé latin, peut-être procèdent-ils avec trop de hâte. Les termes mêmes employés par l’architecte : itaque, ut potuero, quam apertissime ex Aristoxeni scripturis interpretabor..., ne laissent guère de doute sur les difficultés qu’il a lui-même éprouvées à ce déchiffrement79. Elles peuvent selon nous suffire à expliquer les défauts dont souffre son « interprétation ». Ailleurs en revanche on reste perplexe devant une erreur qui jette un jour fâcheux sur l’immédiateté de ses rapports avec les écrits de celui qu’il nous présente pourtant comme son maître, Hermogénès ; en VII, praef. 12, il évoque en ces termes le traité du grand architecte ionien sur le temple qu’il avait construit à Téos pour Dionysos : et Liberi Patris Teo monopteros80. Or on sait que l’édifice en question était périptère81. Il est difficile d’admettre, en raison de l’unanimité de la tradition manuscrite, qu’il s’agit d’une mauvaise transcription tardive.

  • 82 Un « savant » comme Pline l’Ancien n’a pas manqué d’y céder lui aussi.
  • 83 Sur la baisse du niveau culturel et le manque de capillarité sociale entre les spécialistes et le p (...)
  • 84 Il en va ainsi des passages déjà cités sur les erreurs des sens (VI, 2, 2 sq.) ou sur les « grandes (...)

26Une catégorie non négligeable de ces intermédiaires est constituée par les recueils d’anecdotes, de mirabilia, dont l’intérêt, aux yeux d’un homme tel que Vitruve, qui gardait une sorte de curiosité d’autodidacte, ne pouvait être mineur82. Compte tenu de la dégradation générale du niveau culturel, ils représentaient l’une des sources d’information les plus appréciées pour de larges couches de la population alphabétisée83. De là ces séries d’historiettes, dont s’enrichissent les développements les plus austères, et qui, parfois, s’engendrant les unes les autres, en viennent à constituer de véritables excursus, dont le rapport avec l’argument central peut progressivement être perdu de vue84.

III. Contenu et portée de la codification vitruvienne

27Dans le cadre de ce Bericht, il ne saurait être question de traiter sous tous ses aspects un thème aussi vaste. Il y faudrait un livre volumineux. La bibliographie regroupée en fin d’article fournit des indications qui devraient permettre, à qui le souhaite, de s’orienter rapidement dans les secteurs que nous n’abordons pas ici. Il nous a paru préférable, non seulement dans un souci de concision, mais aussi pour des raisons d’efficacité méthodologique, de nous limiter à l’examen de deux problèmes, qui permettent de cerner avec une particulière acuité les parts respectives accordées, dans le ‘De architectura’, au descriptif et au normatif.

1. Vitruve et l’architecture moulée

  • 85 G. Lugli, La tecnica edilizia romana, con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome, 1957.

28Pour les techniques de construction, l’étude maîtresse demeure celle de G. Lugli, qui a su tirer des développements vitruviens l’essentiel de ce qui peut être utile à la nomenclature et à l’interprétation des maçonneries antiques, et inversement s’est ingénié avec un succès presque constant à illustrer les notions textuelles par un grand nombre d’exemples archéologiques, soigneusement répertoriés85. Dans l’attente de la publication du livre II du ‘De architectura’ dans la ‘Collection des Universités de France’, par André Balland, on nous permettra, à la lumière des mises au point récentes, qui modifient sensiblement la chronologie établie par Lugli, d’analyser la façon dont le théoricien traite des structurae. Ses développements sur ce point, et particulièrement ceux du chapitre II,8, à la fois elliptiques et redondants, invitent, par leurs silences autant que par leurs redites, à une réflexion sur la nature des choix opérés par l’auteur, dans une matière où l’on s’attendrait à ne trouver que des notices descriptives à caractère objectif, et ordonnées selon des exigences purement techniques.

  • 86 Cf. en dernier lieu T. Helen, Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centur (...)
  • 87 II, 8, 20.

29Il n’en est rien, en réalité, et il s’agit de comprendre pourquoi. Parmi les maçonneries couramment utilisées dans les bâtiments urbains, à l’époque où il écrit, Vitruve ne mentionne pas, on l’a souvent noté, l’opus testaceum, ce revêtement de brique cuite, qui devait connaître un extraordinaire développement dans l’architecture impériale86. Il n’en ignore pourtant ni l’existence, ni l’efficacité : s’il en déplore le coût élevé, et laisse entendre que ce type de matériau, n’étant pas « naturel » à la région de l’Urbs, ne saurait y être employé systématiquement, il lui arrive de regretter qu’on y recoure trop peu. Dans un des rares textes où il évoque l’habitat populaire à Rome, Vitruve convient que la brique cuite serait préférable à l’opus craticium, le hourdis, pour les immeubles de rapport hâtivement construits et, de ce fait, tragiquement vulnérables au feu87.

  • 88 Cf. G. Lugli, op.cit., p. 529sq.
  • 89 Cf. Guida arecheologica di Pompei, di Eugenio La Rocca, Mariette e Arnold De Vos, coord. di Filippo (...)
  • 90 Cf. F. Coarelli, Public Building in Rome between the Second Punie War and Sulla, PBSR, n.s. 32, 197 (...)

30Son silence relatif sur ce point particulier ne peut donc être interprété comme une ignorance technique ; il ne saurait davantage être exploité comme une donnée chronologique : les parements de briques, et pas seulement sur les arcatures ou les voûtes faites de fragments de tuiles, se pratiquaient dans l’architecture républicaine à une date nettement antérieure à celle que fixe LUGLI pour le début de la première période de l’opus testaceum (circa 40 av. J.-C.)88 ; on en trouve à Pompéi, sur plusieurs édifices de la colonie syllanienne — thermes du Forum, theatrum tectum (Odéon) —, dans les thermes centraux de Calès, qui remontent à la même époque89, et à Rome même sur divers témoins chronologiques appartenant à des monuments pompéiens ou césariens90. L’attitude de Vitruve procède donc plutôt d’une réticence, dont les raisons n’apparaissent clairement que si l’on prend une vue d’ensemble des notices consacrées à l’architecture moulée.

  • 91 Cf. G. Lugli, op.cit., p. 365sq. et p. 410sq. et F. Coarelli, op.cit. p. 1 à 19 (très utile mise au (...)
  • 92 II, 8, 1 : sed ad rimas faciendas ideo paratum, quod in omnes partes dissoluta habet cubilia et coa (...)
  • 93 II.8.4.
  • 94 Ibid. : ita enim non acervatim, sed ordine structum opus poterit esse sine vitio sempiter-num...
  • 95 II, 8, 7.

31Le début du chapitre II, 8, concernant l’opus caementicium, mérite attention : si on lui doit une terminologie commode, quoique non exempte d’ambiguïté, puisque Vitruve range dans la catégorie des structurae, c’est-à-dire des noyaux internes, l’incertum et le reticulatum, qui ne sont que des parements, s’il suggère en quelques mots une chronologie relative que les travaux des archéologues ont pleinement confirmée, on s’étonne tout de même qu’il ne soit pas plus prolixe sur ce mode de construction, pratiqué à Rome, dans le Latium et en Campanie depuis le début du IIe s. av. J.-C. au moins91. La notice n’est pas seulement brève, elle s’avère aussi dépréciative puisque, non content de reprocher à l’opus reticulatum une tendance aux lézardes obliques, qui ne se vérifie guère dans les vestiges observables, l’auteur rappelle les fâcheuses conséquences que de mauvais dosages dans la composition du blocage interne peuvent avoir sur la longévité des murs92. Et lorsqu’il en vient aux remèdes, c’est pour prôner un noyau fait de pierres taillées — saxum quadratum93, et refuser finalement ce qui constitue la spécificité de l’opus caementicium, à savoir le coulage d’un mélange homogène, évoqué ici par un adverbe peu encourageant — acervatim94. Aussi ne croit-il devoir donner aucun conseil quant à la mise en place des coffrages de bois et des divers lits de blocage, soigneusement damés de niveau en niveau, dont les traces sont encore facilement décelables sur de multiples fondations ou vestiges en élévation privés de leur parement externe. Quand Vitruve en vient à l’ἔμπλεκτον de type romain, c’est pour en montrer les déficiences par rapport à celui de type grec, où l’on refuse précisément le principe du coulage, la fartura95.

  • 96 V, 12 : Cf. H. Schläger, Die Texte Vitruvs im Lichte der Untersuchungen am Hafen von Side, Bonn.Jah (...)

32Il n’admet en réalité un tel procédé que dans des cas très particuliers, où le milieu impose une adaptation des techniques traditionnelles, comme les maçonneries sous-marines. Le chapitre que Vitruve leur consacre au livre V reste très précieux, et les observations conduites récemment par le regretté H. Schläger sur les fondations des jetées du port de Sidé, en ont confirmé la valeur documentaire96. Mais pour l’essentiel Vitruve ne cache pas que sa préférence va aux maçonneries de type grec, appareillées en opus quadratum ; le mouvement même du chapitre II, 8 ne laisse aucun doute à cet égard ; par deux fois, il revient à elles comme à la seule voie de salut : itaque non est contemmenda Graecorum structura (II,8,5)... ; Graeci vero non ita, sed (II, 8, 7)... avec, dans ce second cas, l’indication explicite des raisons de la supériorité de cette technique sur celle de ses contemporains : non media farciunt.

  • 97 II, 8, 6 et II, 8, 7.

33On découvre d’abord sans peine, derrière des options aussi constantes, un goût classicisant pour les architectures probes, où les parements révèlent sans tromperie la nature du noyau interne, et où la structure est homogène sur toute son épaisseur — perpetua crassitudo parietum97. Mais la sourde protestation de Vitruve puise certainement sa vigueur dans d’autres considérations, plus historiques et plus concrètes.

  • 98 Cf. F. Coarelli, loc. cit., ibid. (PSBR, n.s. 32, 1977).
  • 99 F. Coarelli, loc. cit., p. 10 sq.
  • 100 Cf Tite-Live 36,36,4 (cité par F. Coarelli, loc.cit., p. 13).
  • 101 II, 8, 1 : ex his venustius est reticulatum...
  • 102 F. Coarelli, loc.cit., p. 16sq.
  • 103 Cf. F. Rakob, Bautypen und Bautechnik, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Akad. Wiss. Göttin (...)
  • 104 Voir par ex. VI, praef. 6 (Cf. De Franciscis, RPAA, 27, 1954, p. 63 sq.).

34Le développement de l’opus caementicium sous sa forme la plus ancienne est en effet lié à une série de phénomènes dont l’enchaînement ne pouvait engendrer chez notre théoricien qu’un préjugé défavorable : le relatif appauvrissement de Rome après la seconde guerre punique, et l’augmentation de la population urbaine au cours du iie. s.98. On connaît aujourd’hui plusieurs vestiges construits en opus incertum (l’antiquum de Vitruve), qui se situent à la charnière du iiie et du iie s. av. J.-C ; parmi ceux-ci figurent, comme l’a bien montré F. Coarelli, les substructions du temple de la Magna Mater du Palatin dans sa phase initiale (204-191 av. J.-C.)99. L’aspect modeste et hétéroclite de ces premiers blocages, dont la mise en place coïncide avec un ralentissement assez net de l’activité édilitaire officielle, sensible lors de la censure de 199, devait les désigner, et pour longtemps, comme des maçonneries de remplacement, des Ersatz peu attrayants100. Par la suite bien sûr, la technique se perfectionnant, les architectes et maîtres-d’œuvre ne furent pas longs à comprendre le parti qu’ils en pouvaient tirer. Mais contrairement à ce qu’on a longtemps affirmé, et à ce que suggère Vitruve lui-même, il ne semble pas que le passage progressif de l’incertum au reticulatum puisse s’expliquer exclusivement en termes d’esthétique101 ; ou du moins la recherche d’une apparence régulière pour des parements externes qui, le plus souvent, étaient destinés à recevoir un revêtement décoratif (stuc ou marbre), ne fut pas le moteur essentiel d’un mouvement, qui tire plutôt son impulsion d’un souci de rationalisation. Le fait que le reticulatum apparaisse d’abord à Rome, et non pas en Campanie, berceau de l’opus caementicium, le fait aussi que sa mise au point coïncide avec la fin du iie s. av. J.-C, c’est-à-dire le moment où l’accroissement de la population urbaine atteint son rythme le plus rapide, rendent vraisemblables les hypothèses récemment émises sur les conditions socio-économiques où s’élabora cette technique102 ; elle implique sur les chantiers une infrastructure et une organisation tout à fait singulières : des équipes nombreuses, composées d’ouvriers peu ou pas spécialisés, mais étroitement encadrés par des contremaîtres capables de faire respecter un schéma de pose rationnel ; un matériau de base économique — les caementa — n’exigeant aucune préparation avant sa mise en œuvre ; des parements tronconiques faciles à tailler dans les tufs lithoïdes de la région, et qu’on peut fabriquer ‘en série’, sans se soucier de la place qu’ils occuperont sur la paroi, parce qu’ils sont en quelque sorte ‘normalisés’ ; la possibilité de réemployer les grosses quantités de planches et de pieux nécessaires aux coffrages... Autant de caractéristiques qui supposent une rigoureuse distribution des tâches sur les chantiers publics. Nous n’insisterons pas sur cet aspect de l’opus reticulatum, mis en évidence par plusieurs études publiées au cours de ces dernières années103. Mais il est certain que pour un héritier de la tradition hellénistique, aussi ombrageux que l’était Vitruve, pour un nostalgique de l’architecture d’atelier, où œuvrent de petits groupes d’artisans hautement qualifiés sous la direction d’un maître-d’œuvre, une telle organisation, en dépit de son efficacité, est difficile à admettre104. A tout le moins, elle jette une ombre fâcheuse sur les constructions dont elle permet la rapide réalisation. De par ses origines, donc, et plus encore sans doute, de par l’évolution de la pratique architecturale dont elle est le signe patent, cette technique du coulage, et de ses parements, au nombre desquels il faut compter la brique, ne peut être prônée avec enthousiasme par un homme dont toute l’ambition consiste précisément à sauvegarder la part la plus noble et la plus exigeante d’un métier, qu’il voudrait maintenir dans ses anciennes traditions. D’où le retour obsessionnel à la taille et à l’appareillage des pierres de grand appareil, même si, à long terme, les chances de renouvellement des formes et des types sont du côté de l’opus caementicium.

2. Vitruve et les ordres

  • 105 Cf. les rubriques 11 - 12 - 13 de la bibliographie.

35C’est en abordant les ordres classiques, et les monuments où ils sont mis en œuvre selon les règles les plus canoniques, les temples, que Vitruve se montre le plus abstraitement normatif. Nous ne reprendrons pas ici le détail d’un dossier déjà partiellement exploré105. Il convient cependant de souligner que la codification vitruvienne n’offre pas de cohérence véritable, et cela pour trois raisons essentielles.

  • 106 Cf. P. Gros, Structures et limites..., Latomus, 34, 1975, p. 986 sq.

36D’abord les sources auxquelles il puise sont hétérogènes. Seul le livre III, nous l’avons dit ailleurs, offre la continuité et la sûreté d’un traité unitaire : continuité thématique, puisque, sans le dire explicitement, Vitruve n’y traite que du temple périptère ionique à plan quadrangulaire, et de ses variantes enrichies ou appauvries ; sûreté dans la définition des normes, puisqu’il dispose d’une référence unique, et prestigieuse, celle d’Hermogénès. Dans le livre IV, en revanche, il est contraint de faire appel à plusieurs manuels différents, pour intégrer à son exposé les éléments qui ne répondent pas aux règles de l’aedes ionica ; d’où une organisation moins rigoureuse, des contradictions internes, et des préceptes en série, mais de valeur inégale106.

  • 107 IV, 2, 5 : ita quod non potest in veritate fieri, id non putaverunt in imaginibus factum posse cert (...)

37Là cependant ne réside pas la raison unique de la discontinuité du discours vitruvien sur les ordres. Il en est une autre, qui nous livre sans doute l’un des mécanismes majeurs d’un mode de pensée dont Vitruve n’est ni l’inventeur ni le seul représentant, à savoir le recours systématique à des schémas étiologiques, dont on a relevé depuis longtemps la naïveté, sans en saisir toujours les implications. Le souci constant de retrouver, derrière un chapiteau ou un entablement, l’image d’une forme antérieure, qui en serait la matrice, et qui doit justifier le détail de son agencement, participe chez le théoricien d’une préoccupation essentiellement morale : il faut légitimer la règle en montrant qu’elle répond à une exigence ‘naturelle’. Une modénature ne doit jamais s’avouer comme un décor, c’est-à-dire une adjonction gratuite destinée seulement au plaisir des yeux ; elle doit toujours tirer sa raison d’être soit d’une fonction, soit du souvenir d’un rôle fonctionnel, soit encore d’une volonté analogique qui la désigne clairement comme la métaphore d’un être ou d’une composition observables dans la nature. C’est cela la veritas qui définit comme certa la ratio de toute ordonnance architecturale107.

  • 108 De Oratore, III, 180.

38Là encore, essayons, pour la comprendre, de replacer la démarche vitruvienne dans son contexte. Quoi qu’on pense des aspects anecdotiques des récits sur lesquels elle se fonde — aspects auxquels notre théoricien n’était certes pas insensible — elle n’est pas fondamentalement différente de celle de Cicéron, quand il s’efforce de rendre raison des règles de l’oratio. Évoquant le lien entre utilitas et venustas dans l’agencement des mots et dans le rythme de la phrase, cet auteur fait dire à Crassus au livre III de son ‘De oratore’ : columnae templa et porticus sustinent ; tamen habent non plus utilitatis quam dignitatis. Capitoli fastigium illud et ceterarum aedium non venustas, sed necessitas ipsa fabricata est. Nam cum esset habita ratio quem ad modum ex utraque tecti parte aqua delaberetur, utilitatem templi fastigi dignitas consecuta est, ut etiam si in caelo Capitolium statueretur, ubi imber esse non potest, nullam sine fastigio dignitatem habiturum fuisse videatur108.

  • 109 VI, praef. 6 : cum autem animadverto ab indoctis et imperitis tantae disciplinae magnitu-dinem iact (...)
  • 110 IV, 2, 4 : non enim, quemadmodum nonnulli errantes dixerunt...
  • 111 IV, 1, 3.
  • 112 IV, l, 4-6.

39Deux idées se dégagent de ce texte, dont on peut faire l’application directe aux développements vitruviens : d’abord, la beauté découle de la nécessité. Vitruve le dit aussi, sous une forme moins limpide, mais singulièrement vigoureuse : hors de la règle « naturelle », règnent l’arbitraire des imperiti109, l’erreur, au sens propre du terme, de ceux qui se méprennent sur les origines110, et, plus condamnable encore, le hasard ; la fortuna joue rarement un rôle positif chez Vitruve, car elle est la négation même de la scientia : si les Argiens construisent pour Héra un temple qui, fortuito, deviendra la première création dorique, c’est par une chance peu commune111, et de toute façon l’ordre ne sera reconnu comme tel qu’après que les cités d’Ionie l’auront assorti d’une proportio calquée sur celle du corps humain112.

  • 113 C’est en effet ici le sens de fastigium.
  • 114 IV. 2, 1-2.
  • 115 Cf. en dernier lieu G. Gullini, Sull’origine del fregio dorico, Memor. Accadem. delle Scienze di To (...)
  • 116 IV, 2, 2. Voir le commentaire de S. Ferri, op.cit., p. 148sq.
  • 117 En tout cas cette idée doit avoir joué un rôle au moins aussi important que celle, plus confuse, et (...)
  • 118 IV, 2, 2.
  • 119 Cette fonction est encore accrue, et comme magnifiée, par l’emploi du marbre. Cf. P. Gros, Aurea Te (...)
  • 120 Cf. E. Simon, Ara Pacis Augustae, Monumenta Artis Antiquae, hrsg. v. E.S., 1, Tubingen, 1967, p. 9- (...)

40Mais la seconde idée cicéronienne, plus paradoxale d’apparence, trouve aussi un écho chez Vitruve : le Capitole, nous dit le ‘De oratore’, doit une telle majesté à son toit à double pente, imposé par le besoin de faciliter l’écoulement des eaux de pluie113, que même si l’on imaginait le temple dans les cieux, là où il ne pleut pas, on ne saurait le concevoir sans un faîte triangulaire. C’est exactement la pensée qui sous-tend la fameuse déduction vitruvienne de l’entablement dorique à partir des constructions archaïques, entièrement faites de bois : chaque partie de cet entablement correspond à un élément du système de poutraison ; c’est à cela, nous dit-il, qu’elle doit sa raison d’être, et partant sa beauté114. Si l’on y réfléchit, et indépendamment des énormes problèmes historiques posés par ce postulat de la « pétrification »115, on ne peut manquer de s’étonner qu’une valeur reste attachée à une fonctionnalité qui n’en est plus une, puisque les impératifs tectoniques d’une construction de pierre s’avèrent différents de ceux d’une construction de bois. On a même pu montrer que les défauts et les inadaptations de l’entablement dorique tenaient en grande partie à cette dérivation, si du moins on la tient pour réelle. De fait, quel intérêt objectif peut-on trouver à mimer sur des architraves de pierre des embouts de poutres, pour reprendre l’hypothèse vitruvienne, au reste fort discutée, sur l’origine des triglyphes116 ? Cicéron apporte à cette question une réponse pleinement satisfaisante : la maiestas une fois acquise, grâce au respect initial des nécessités « naturelles », peut et doit vivre ensuite d’une façon autonome, et se maintenir telle, même si lesdites nécessités ont cessé d’exister. C’est cette survivance de la beauté à l’utilité qui explique, sans aucun doute, la valeur intrinsèque de l’entablement dorique de pierre, pour Vitruve117. Il le laisse entendre d’ailleurs, au terme de sa description de la materiatio, ou charpente de bois : ita unaquaeque res et locum et genus et ordinem proprium tuetur. E quibus rebus et a materiatura fabrili in lapideis et marmoreis aedium sacrarum aedificationibus artifices dispositiones eorum scaplturis sunt imitati et eas inventiones persequendas putaverunt118. Mais cette phrase contient une idée complémentaire, qui renforce la précédente, et nous aide à saisir le sens du processus de la pétrification, lequel se place résolument sur un registre théorique et non pas historique : la survivance de la beauté issue de la rigueur ne se conçoit elle-même que par l’emploi de ces matériaux nobles et réputés impérissables, que sont la pierre, et particulièrement le marbre. Pétrifier, c’est pérenniser ce qui était initialement provisoire, et c’est la fonction même de l’architecture119. Le traitement que Vitruve croit devoir faire subir à l’entablement de bois pour lui permettre d’accéder au statut d’un ordre architectonique est finalement assez comparable, dans son principe comme dans son résultat, à la transposition qu’opéreront, un peu plus d’une décennie après lui, les architectes de l’Ara Pacis Augustae, ciselant dans le marbre, sur la face interne de l’enclos, l’image d’un lattis de bois orné de guirlandes120. Necessitas, maiestas, perpetuitas, telles sont les valeurs sur lesquelles se fondent les notices vitruviennes concernant les origines : comme toujours, l’étiologie est inséparable de l’axiologie.

41Mais chez notre théoricien les principes sous-jacents à la démonstration ne parviennent jamais à ce niveau de conscience. D’autant qu’il se heurte, dans sa quête des primae inventiones, à une difficulté majeure : du trou béant qui s’ouvre pour lui, dans le passé, au-delà de la frange rassurante, mais finalement assez étroite, des traités tardo-classiques ou hellénistiques, Vitruve ne peut remonter que des données hétéroclites, et, par définition, anachroniques, à lui transmises par des manuels de vulgarisation avec lesquels il prend rarement les distances nécessaires. Il s’y raccroche pourtant, car c’est à ses yeux la seule façon de fonder les ordres en raison et en nécessité, mais avec ces éléments disparates, qu’il situe tant bien que mal dans un espace-temps ponctualisé, d’où reste absente toute idée d’évolution, il ne parvient pas à articuler une réflexion globale ; il doit se contenter de juxtaposer des causalités plus ou moins pittoresques, mais toujours isolées, et qui, de plus, rendent moins compte d’une genèse que d’un aboutissement, malgré sa volonté de les projeter dans le passé le plus lointain.

  • 121 G. Gullini, op.cit., p. 4sq.
  • 122 Voir T. E. Kalpaxis, Zum außergewöhnlichen Triglyphenfries vom Apollontempel C in Thermos, AA, 89, (...)

42D’où le paradoxe du chapitre IV, 2, que G. Gullini a bien cerné, toujours à propos des entablements doriques : Vitruve part de la description d’une réalité contemporaine, celle de la materiatio, la charpente complexe d’un édifice tardo-hellénistique ; puis, de ce fait objectif, il déduit les formes et les fonctions prétendument originelles des architraves, frises et corniches121. Ce qui s’avère ici antihistorique, ce n’est pas seulement, comme on le répète, le postulat de la « pétrification » des structures de bois, c’est aussi l’anachronisme desdites structures : le système de la ferme (transtra, templa, capreolï) est en effet difficile à concevoir aux temps archaïques, où œuvrent les antiqui fabri, et où s’élaborent précisément les premiers entablements. La crédibilité de l’ensemble du développement s’en trouve gravement affectée, et il est certain que toute tentative de réhabilitation de la théorie vitruvienne concernant l’origine de la frise dorique — il en est de toutes récentes122 — devrait s’ouvrir par une salutaire réflexion sur les a priori de cette démarche.

  • 123 IV, 1, 9-10.
  • 124 Ainsi Th. Homolle parle d’un « conte de nourrice » (L’origine du chapiteau corinthien, RA, Ve sér., (...)

43Il en va de même pour les autres « étymologies » du livre IV, qu’il s’agisse de déceler une silhouette féminine derrière la colonne ionique, ou de placer à l’origine du chapiteau corinthien une historiette qui a le double avantage d’être édifiante, et de rendre compte de toutes les composantes d’un élément complexe123. L’asservissement théorique des normes d’un édifice à des exigences qui semblent résolument dictées par une recherche analogique dont les prolongements philosophiques ne sont certainement pas négligeables, même s’ils échappent pour une grande part à Vitruve, est un phénomène qui déconcerte le lecteur moderne. Les archéologues ont souvent cru pouvoir l’écarter d’un trait de plume, et ils n’ont certes pas tort. Il est assez facile, à vrai dire, de montrer la faible historicité de ce genre de théorie, et de rétablir, à force de patientes confrontations, l’esprit et la forme des premières manifestations de ce qu’il est convenu d’appeler les ordres124.

  • 125 Sur ce point, voir en dernier lieu H. Bauer, Korinthische Kapitelle des 4. und 3. Jahr-hunderts v.C (...)
  • 126 G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles av. J.-C., BEFAR, 199, Paris, 2 vol., (...)
  • 127 Sur le chapiteau de Tégée, cf. en dernier lieu H. Bauer, op.cit., p. 65sq.
  • 128 Ibid., p. 12-13.

44Dans leur principe, les schémas ionique ou corinthien sont beaucoup plus abstraits que ne l’imaginait Vitruve, et il est certain que les volutes du chapiteau éolien, ou les palmettes des premiers exemplaires corinthiens, du type de Bassae ou de Delphes, doivent beaucoup aux formes stylisées de la toreutique125. La démarche analogique du théoricien n’offre donc aucune garantie du point de vue des origines. Mais c’est aller trop vite en besogne que de lui ôter du même coup toute valeur structurelle. L’étonnante adéquation des détails du « tombeau de la jeune fille » avec les composantes du chapiteau corinthien parvenu à son dernier stade d’évolution, doit inciter à une certaine prudence, comme le suggère G. Roux ; rien ne manque en effet, autour de la corbeille d’osier, ni le collier d’acanthes ni les volutes d’angle126. Dans la mesure où les convictions dont Vitruve se fait l’écho étaient sans doute partagées, et depuis longtemps, par beaucoup de praticiens, constituant à n’en pas douter une sorte d’orthodoxie non discutée, elles ne pouvaient rester sans incidence sur l’évolution des formes. Ou plus exactement une sorte de dialectique dut s’instaurer très vite entre la tendance à la « naturalisation », et l’affabulation à laquelle elle donna lieu, celle-ci réagissant sur celle-là, en une sorte de choc en retour. Dans le cas du chapiteau corinthien, il est certain que la métaphore végétale, déjà en germe dans les exemplaires du type de Tégée, ne pouvait que se développer aux époques tardo-classique et hellénistique dans le sens que suggère l’historiette vulgarisée par Vitruve, jusqu’à évoquer l’idée d’une plante vigoureuse contrariée dans son développement vers le haut par la dalle de l’abaque127. De surcroît le thème de la corbeille entourée fortuitement d’une végétation luxuriante rend compte d’une façon imagée mais satisfaisante de ce qui distingue le chapiteau corinthien de ses homologues dorique et ionique : il est le seul à ne pas constituer une masse unitaire ; calathos et abaque, d’une part, couronne d’acanthes et volutes-hélices de l’autre, définissent deux éléments distincts, qui entretiennent selon les époques des rapports étroits ou plus distants128.

  • 129 IV,1,7 (voir le commentaire de S. Ferri, op.cit., p. 143). L’évocation n’est nullement cautionnée p (...)
  • 130 IV, 1, 7 : ad columnam muliebrem transtulerunt gracilitatem... (texte de C. Fenster-Busch).
  • 131 IV. 1, 9-10 et IV, 1, 11-12.

45En ce qui concerne le chapiteau ionique, en revanche, il est exclu qu’on puisse tirer quoi que ce soit de l’hypothèse académique des « frisures symétriques », concrispati cincinni, pour saisir la réalité de ses volutes129 : ni ce qu’on sait maintenant de ses origines, ni son évolution, ne peuvent trouver d’écho dans cette métaphore, appelée uniquement par la structure prétendument « féminine » de la colonne ; il fallait que le chapiteau, comme la base et le fût, participât, d’une façon ou d’une autre, de la muliebris gracilitas130. Il est important de noter que, dans ce cas particulier, la légende étiologique est distincte de la description cotée : elle appartient en fait à une autre tradition, au contraire de ce qui se produit pour le chapiteau corinthien, où la continuité apparaît remarquable, de l’« invention » de Callimaque à la symmetria131.

  • 132 D’où un raidissement numérique constant. L’un des meilleurs exemples est sans doute celui du rythme (...)
  • 133 IV, 1, 12.

46Cette dernière remarque nous conduit naturellement à l’analyse de la troisième notion qui sous-tend la codification, mais contribue aussi, paradoxalement, à son absence de cohérence, la typologie. Au vrai, qu’est-ce qu’une typologie pour Vitruve ? Ce n’est pas un moyen pour situer à leur place, dans une visée synchronique ou diachronique, les éléments représentatifs d’une série, et leurs dérivés ; c’est au contraire un mode de définition par exclusion. Dans le ‘De architectura’ il n’y a jamais qu’un type par catégorie : toute variante est considérée comme aberrante, et à ce titre exclue du traité132. Le fixisme qui préside à l’analyse des origines, et à la détermination des « modèles », se retrouve évidemment au niveau du catalogue. Ainsi, lorsque Vitruve, au terme de sa description du chapiteau corinthien, feuillette un recueil de « cartons » où sont présentés, semble-t-il, des éléments corinthisants ou composites, il leur accorde un regard distrait, salue avec quelque réticence la subtilitas qui préside à leur composition, et se refuse à les nommer (nec... nominare possumus)133.

  • 134 Cf. B. Wesenberg, Kapitelle und Basen. Beobachtungen zur Entstehung der griechischen Säulenformen, (...)
  • 135 Vitruve, III, 5, 2. Cf. B. Wesenberg, op.cit., p. 130.
  • 136 Terminologie de M. Wegner, dans : Idem, Schmuckbasen des antiken Rom, Orbis Antiquus, 22, Munster, (...)
  • 137 Cf. P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 1976, p. 702 sq.

47D’une façon plus nette encore, il isole, dans sa définition des bases « ioniques » et « attiques », sans laisser même soupçonner que d’autres formules existent, deux profils qui, bien que présentés en parallèle, appartiennent en réalité à des moments différents de l’évolution. La base « ionique » est une modénature archaïque, du groupe éphésien, qui se trouve ainsi promue, aux dépens des bases du groupe samien, au rang d’unique forme canonique134. La base « attique » est une version d’époque classique, que finiront par imposer les constructions athéniennes, et dont la scotie peut être considérée comme l’élaboration tardive d’un élément samien135. Mais peu importe à Vitruve cette disjonction chronologique ; peu lui importe, surtout, que les architectes de la fin de la République aient abandonné depuis longtemps le schéma éphésien, et se partagent entre l’attique et une autre base à deux tores et deux scoties, appelée parfois « composite » par les modernes136. La seule explication plausible d’un choix aussi curieux, et aussi peu adapté aux réalités contemporaines, c’est que les modénatures des deux modèles retenus se prêtent mieux que d’autres à une définition arithmétique137. Cela signifie que la typologie vitruvienne se veut aussi, et peut-être avant tout, mode de présentation et d’emploi. C’est en somme, dans beaucoup de cas, la théorisation de recettes, dont la valeur opératoire ou esthétique peut être inégale, et dont l’origine se situe à des niveaux historiques très différents.

Conclusion

  • 138 Voir P. Gros, Aurea Templa (op. cit.), p. 200 sq.

48Il résulte de tout cela que la marge « utile » de la codification vitruvienne est plus étroite qu’on ne le croit encore souvent, pour qui entend simplement exploiter le texte comme un répertoire de données objectives. Elle s’avère en revanche singulièrement riche si l’on accepte de lui rendre son contexte idéologique et culturel. Les enseignements du ‘De architectura’ dépassent alors largement ceux d’un recueil pragmatique, pour contribuer à l’histoire des sciences, du goût et des mouvements de pensée à la fin de l’époque hellénistique. L’ambiguïté de cet auteur tient en ceci que, plus ingénieur qu’architecte, par formation, il s’efforce cependant, par ambition, de ne pas se cantonner dans le domaine technique, pour se fier plus volontiers à des données livresques dont les exigences ne coïncident pas toujours avec la pratique réelle des bâtisseurs de son temps. S’il donne, au total, l’impression de refuser toute innovation, c’est avant tout en raison de l’impossibilité où il se trouve de faire entrer certaines données dans un système clos et contraignant. Paradoxalement, c’est parce qu’il essaie de penser l’architecture « historiquement », qu’il en bloque le processus évolutif. Le cas de la corniche modillonnaire, que nous avons examiné ailleurs, est significatif : ce phénomène majeur de l’évolution des ordres, au moment même où Vitruve rédige, reste en dehors de son traité, car le théoricien ne peut lui trouver ni caution ni « modèle » dans un passé lointain ou récent ; il se résout donc à le réduire à une mauvaise compréhension de l’entablement dorique, et le classe dans la catégorie des anomalies138.

  • 139 Parmi les études qui sont orientées par cette problématique, à notre avis fausse, citons A. Boëthiu (...)
  • 140 Cf. l’édition de F. Lasserre, Strabon, Géographie III, Coll. G. Budé, Paris, 1967, p. 10 sq.
  • 141 Caractéristique est l’exemple de la Thurioi grecque, à laquelle il consacre un développement import (...)

49Il convient dès lors de dépasser la vieille alternative, qui a si longtemps divisé les commentateurs : ou bien Vitruve, laudator temporis acti, se réfère à une situation de l’architecture vieille déjà de plusieurs siècles, ou bien, sensible à une certaine « modernité » hellénistique, il décrit et oriente la réalité contemporaine139. Ce n’est pas en termes de cohérence chronologique qu’une œuvre comme celle-ci peut être appréciée, car les intentions de son auteur ne procèdent pas d’une visée unique et globalisante dont le but serait de définir un état synchronique, tout entier situé au même niveau. Pour Vitruve, comme pour les autres « spécialistes » de cette époque, les catégories qui organisent le discours découlent d’un système de valeurs qui n’entretient avec l’histoire que des rapports épisodiques. De la même façon, dans sa description de l’Italie, Strabon fait appel indifféremment à Artémidore, à Polybe, à Posidonius, ou à ses souvenirs personnels, pour composer un tableau qui peut fort bien contenir des éléments depuis longtemps disparus140. Ce qui importe au Géographe, ce n’est pas l’actualité de sa « coupe », mais la valeur intrinsèque des données qu’elle apporte au lecteur : ainsi les fondations grecques, même si elles sont rayées de la carte, en ce début du Principat, tiennent parfois plus de place dans son récit que les colonies romaines, encore bien vivantes, mais sans aura culturelle et sans souvenirs légendaires141. Dans un domaine voisin, moins technique que celui de Vitruve, nous observons une « méthode » très comparable à celle qui semble avoir présidé à la composition du ‘De architectura’.

  • 142 En cela notre conception de Vitruve n’est pas « pessimiste », comme on l’a dit (cf. R. Etienne, Fou (...)

50Comme il arrive toujours, quand s’approfondit une recherche, ce qu’on croyait simple se complique, ce qu’on espérait pouvoir lire au premier degré, requiert une longue interprétation. Nous éprouvons chaque jour les difficultés entraînées dans l’utilisation du texte vitruvien, au demeurant si précieux, ne serait-ce que par son caractère unique, par la perte de certaines innocences ou illusions. Mais plusieurs points importants sont désormais acquis, des pivots sûrs permettent de définir une nouvelle méthode d’investigation, et si la foi en un Vitruve, codificateur infaillible, et écouté, des temps augustéens, ne peut plus avoir cours, du moins la figure du théoricien prend-elle une épaisseur historique nouvelle. Qui ne préfère dialoguer avec un homme plutôt qu’avec un mythe ?142

Éléments d’une bibliographie (1960-1979)

51Par souci de brièveté nous ne regroupons ici que les études qui prennent directement en considération, soit un ou plusieurs aspects du texte, soit une ou plusieurs questions abordées par Vitruve. Cela explique que divers travaux, utiles pour la connaissance du contexte scientifique, culturel et idéologique mais non centrés sur les problèmes spécifiques du ‘De architectura’, ne figurent pas dans cette liste. On en trouvera mention dans les notes de l’étude qui précède.

1. Éditions et rééditions récentes

52L. Callebat, Vitruve, De l’architecture, livre VIII, Coll. G. Budé, Paris, Belles Lettres, 1973 (introduction, texte, traduction, commentaire). La meilleure édition et la meilleure synthèse sur le livre des eaux.

53L. Cherubini, Vitruvius Pollio (Scriptor. Roman, quae extant omnia, 218-221), Pise, 1975.

54(Texte seul sans apparat critique). Reprise rapide du texte de Granger.

55A. Choisy, Vitruvius Pollio. Les dix livres d’architecture (texte, traduction, analyse, figures), 2 vol., Paris, 1971 (réédit. de l’ouvrage de 1909). Toujours utile, quoique très vieilli.

56C. Fensterbusch, Vitruv. Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964 (introduction, texte, traduction, remarques). La meilleure synthèse actuellement disponible.

57S. Ferri, Vitruvio (dai libri I—VII). De architectura quae pertinent ad disciplinas archaeologicas, Rome, 1960 (texte, traduction, notes). Intelligent et stimulant.

58F. Granger, Vitruvius on Architecture, Loeb Classical Library, 2 vol. 5e édit., Londres, 1970 (1ère édit. ibid. de 1932). Le recours au seul manuscrit Harleianus 2767 crée des problèmes insolubles.

59M. H. Morgan, Vitruvius, The Ten Books on Architecture, New-York, 1960 (traduction, croquis. Réédition anastatique du livre publie en 1914).

60CL. Perrault, Vitruve, les dix livres d’architecture, Paris, 1967 (réédition partielle de l’édition de 1673. Présentation de A. Dalmas ; la traduction de Perrault, sans les notes très abondantes qui l’explicitaient, perd beaucoup de son intérêt ; illustrations d’origines diverses).

61J. Soubiran, Vitruve, De l’architecture, livre IX, Coll. G. Bude, Paris, Belles Lettres, 1969, (introduction, texte, traduction, commentaire). Cet ouvrage constitue a ce jour la meilleure mise au point sur les problèmes d’astronomie et de gnomonique, et sur l’attitude « scientifique » de Vitruve.

2. Recensement des manuscrits, établissement du texte, historique des éditions

62I. Cazzaniga, Note ad alcuni passi di Vitruvio, ΡΡ, 16, 1961, p. 447-453 (notes de lecture concernant le texte de Ferri).

63J.-P. Chausserie-Laprée, Un nouveau stemma vitruvien, REL, 47, 1969, p. 347-377. Fondamental.

64T. Costa, Coniecturae in Vitruvium duae (en roum. résum. en latin), Stud. Class. 5, 1963, p. 287-288 (II, 6, 7 ; VIII, 3, 2).

65B. Ebhardt, Vitruvius. Die Zehn Bücher der Architektur des Vitruv, und ihre Herausgeber seit 1484, New-York, 1962 (réédit. du livre publié à Berlin en 1918).

66C. H. Krinsky, Seventy-eight Vitruvius Manuscripts, Journal of the Warburg and Courtauld Institute, 30, 1967, p. 36-70.

67Manuscrits classiques latins de la Bibliothèque vaticane, I, Paris, 1975, p. 53 ; p. 136 ; p. 285 ; p. 339 ; p. 451 ; p. 496 ; p. 604 ; p. 612 ; p. 701.

68F. Oomes (rec), Vitruvii de architectura libri decem, ed. C. Fensterbusch, Gnomon, 38, 1966, p. 779-782.

69H. Plommer, Vitruvian Studies, Ann. of British School at Athens, 65, Londres, 1970, p. 179-182 (V,II,2 ; V.1, 1).

70P. Ruffel, J. Soubiran, Recherches sur la tradition manuscrite de Vitruve, Pallas 9, 2, 1960, p. 3-154.

71H. Solin, Zu Vitruv, II, 3, 1, Hermes, 100, 1972, p. 122-124.

72A. Szantyr, Zu Vitruv, IX, 1,7, Gymnasium, 81, 1974, p. 65-67.

3. Langue, style et terminologie

73B. Barr, Horace Serm. I, 10, 64-67, RhMus. 113, 1970, p. 204-211 (Vitruve V, 11, 2).

74L. Beck, Antithesis. A Roman Attitude and its Changes as Reflected in the Concept of Architecture from Vitruvius to Pliny the Younger, dans : Studia romana in honor. P. Krarup septuagenarii, ed. cur. K. ASCABI, T. Fischer-Hansen e.a., Odens. Univ. Pr., 1976, p. 154-166.

75L. Callebat, Le vocabulaire de l’hydraulique dans le livre VIII du De architectura de Vitruve, Rev.Philol., 48, 1974, p. 313-329.

76E. Nohl, Index Vitruvianus, Rome 1963 (1ère édit. à Leipzig de 1867).

77A. Pelletier, Notes sur les mots διατριβή, ἰερόν, διαθέσις, dans P. Gen. inv. 108, Rec. Pap. 4, 1967, p. 175-186.

78P. Ruffel, Mots grecs dans Vitruve, dans : Homm. à J. Bayet, Collec. Latomus, 70, Bruxelles— Berchem, 1964, p. 627-639.

4. L’identification de l’auteur

79P. L. Thielscher, Vitruvius Mamurra, dans : RE, IX A 1, 1961, col. 427-489.

80P. Ruffel, J. Soubiran, Vitruve ou Mamurra ?, Pallas, 11, 1962, p. 123-179. Mise au point décisive, qui élimine un faux problème.

5. Le problème des sources

81P. M. Fraser, Aristophanes of Byzantion und Zoilus Homeromastix in Vitruvius. A note on Vitruvius VII, praef. 4-9, Eranos, 68, 1970, p. 115-122.

82P. Gros, Hermodoros et Vitruve, MEFRA, 85, 1973, p. 137-161.

83Id., Le dossier vitruvien d’Hermogénès, MEFRA, 90, 2, 1978, p. 687-703.

84Voir aussi les introductions aux livres 8 et 9 du ‘De architectura’, déjà cités, dans l’édition des Belles-Lettres.

6. Positions théoriques de Vitruve concernant l’architecture et les problèmes esthétiques

85F. E. Brown, Vitruvius and the Liberal Art of Architecture, Bucknell Review, 11,4, 1963, p. 99-107.

86F. Edelstein, L’idée de l’évolution dans l’œuvre de Vitruve (en roum., résum. en français), Stud. Class., 8, 1966, p. 143-153.

87E. Frézouls, Sur la conception de l’art chez Vitruve, dans : Antiquitas graeco-romana ac tem-pora nostra. Acta congressus internationalis habiti Brunae diebus 12-16 mensis Aprilis MCMLXVI, ed. cur. J. Burian et L. Vidman, Prague, 1968, p. 439-449.

88P. Gros, Structures et limites de la compilation vitruvienne dans les livres III et IV du ‘De architectura’, Latomus, 34, 1975, p. 986-1009.

89Id., La rhétorique des ordres dans l’architecture classique, dans : Actes du colloque sur la Rhétorique (Paris, décembre 1977) Caesarodunum XIVbis, Paris, 1979, p. 333-347.

90Id., Vie et mort de l’art hellénistique selon Vitruve et Pline, REL, 56, 1978, p. 289-313.

91B. Patera, Aspetti e momenti della critica d’arte nell’età classica e tardo-antica, Annali del Liceo classico Garibaldi di Palermo, 7-8, 1970-71, p. 431-462.

92B. Pedotti, L’architettura e la figura dell’architetto secondo Vitruvio, Florence, 1969.

93R. L. Scranton, Vitruvius’ Arts of Architecture, Hesperia, 43, 1974, p. 494-499.

7. Théorie et pratique scientifiques chez Vitruve

94P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 1976, p. 669- 704.

95I. Lana, Scienza e tecnica a Roma da Augusto a Nerone, Atti della Accademia delle Scienze di Torino, 105, 1971, p. 19sq.

96H. Plommer, The Circle of the Winds in Vitruvius, I, 6, Class. Rev., 21, 1971, p. 159-162.

97J. Pottage, The Vitruvian Value of π, Isis, 59, 1968, p. 190-197.

98W. Saltzer, Zum Problem der inneren Planeten in der vorptolemaïschen Theorie, Zeitschrift fur Wissenschaftsgeschichte, 69, Wiesbaden, 1970, p. 141 - 172.

99J. Soubiran, dans son édition du livre IX du ‘De architectura’ (Paris 1969), présente la meilleure synthèse sur l’astronomie et la gnomonique vitruviennes.

100H. Spitzmuller, Science et architecture, REL, 47, 1969, p. 90-94 (à propos de l’édition du livre IX par J. Soubiran).

101S. Toulmin, The Astrophysics of Berossos The Chaldean, Isis, 58, 1967, p. 65-67 (à propos de I X, 2, l - 2).

8. Métrologie, proportion, symétrie

102G. Hallier, Fouilles de l’École française de Rome à Bolsena, II, Les architectures, MEFRA, Suppl. 6, Rome, 1971, p. 305 sq.

103H. Kalayan, The Temple of Bacchus and Its Geometry of Proportion and Symmetry, Bull. Mus. de Beyrouth, 24, 1971, p. 57-60.

104Id., The Geometry of Proportioning in Plan and Elevation of the Temple of Baalshamin in Palmyra, Ann. Archéol. de Syrie, 22, 1972, p. 157-165.

105T. Kurent, Proportio and commodulatio after Vitruvius, Compared to Proportion and Modules of Diocletian Palace in Split, Živa antika (Antiquité vivante), 21, Skopje 1971, p. 217-230.

106T. Kurent, L. Muhič, Vitruvius on Module, Archeoloski Vestnik. Acta Archaeologica, 27, 1977, p. 209-232.

107E. Lorenzen, Technological Studies in Ancient Metrology, Copenhague, 1966, p. 23 sq.

108Id., Along the Line where Columns are set, Continuing Technological studies in ancient metrology, 11, translated by J. R. B. Gosney, Copenhague, 1970, p. 9sq.

109Th. Thieme, Montecassino. An Exemple of Planning in the Vitruvian Circle, Opuscula Romana, 11, Stockholm, 1976, p. 127-142.

110J. Vicari, Actualité de l’architecture gréco-romaine, dans : Mél. d’histoire ancienne et d’archéologie offerts à Paul Collart, Cah. d’archéol. romande, 5, Lausanne, 1976, p. 335-344.

9. Corrections optiques et perspective

111M. Dalai Emiliani, chap. Perspective, dans : Encyclopedia Universalis, XII, Paris, 1972, p. 832-840.

112J. Engemann, Architekturdarstellungen des frühen zweiten Stils. Illusionistische Wandmalerei und ihre Vorbilder in der realen Architektur, MDAI(R), 12. Ergänzungsheft, Heidelberg 1967, p. 90sq. Très utile mise au point.

113D. Gioseffi, art. Prospettiva, dans : Enciclopedia Universale dell’Arte, XI, Venise-Rome, 1963, p. 116sq.

114W. Lepik-Kapaczynska, Die optischen Proportionen in der antiken Kunst, Klio, 37, 1959, p. 69-100.

115A. M. G. Little, Roman Perspective-Painting and the Ancient Stage, Kennebunk/Maine (USA), 1971, p. 24 sq.

116Ch. Mugler, Dictionnaire historique de la terminologie optique des Grecs. Douze siècles de dialogue avec la lumière, Études & Commentaires, 53, Paris, 1966. Indispensable corpus, d’un maniement très aisé.

117E. Panofsky, La perspective comme forme symbolique, trad. sous la dir. de G. Ballangé, Paris, 1975 (réédition d’articles publiés avant 1932), p. 55 sq. et p. 68 sq. Reste fondamental.

10. Vitruve et l’architecture étrusco-italique

118A. Andrén, Origine e formazione dell’architettura templare etrusco-italica, RPAA, 32, 1959, p. 25-59 (à propos de IV, 7).

119A. Boëthius, Veteris capitoli humilia tecta, Acta ad archaeologiam et artium historiam perti-nentia, ed. H. P. L’Orange & H. Torp, Inst. Roman Norv., 1, Oslo, 1962, p. 27-40.

120Id., Of Tuscan Columns, AJA, 66, 1962, p. 249-254.

121Id., Nota sul tempio Capitolino e su Vitruvio, III,3,5, Arctos, 5, 1967, p. 45-49.

122F. Castagnoli, Sul tempio italico, MDAI(R), 73-74, 1966-67, p. 10-14 (Vitruve, IV, 7,2).

123C. E. Ostenberg, An Etruscan Archaïc House-type not Described by Vitruvius, Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, 4°, XXX, Opus. Rom. 7, Lund, 1969, p. 89-107.

124R. A. Staccioli, Sulla struttura dei muri nelle case della città etrusca di Misano a Marzabotto, SE, 35, 1967, p. 113-126.

125E. Wistrand, Vitruv über den Kapitolinischen Tempel (III,3,5), Eranos, 64, 1966, p. 128- 132.

11. Vitruve et l’architecture dorique

126I. Beyer, Der Triglyphenfries von Thermos C. Ein Konstruktionsvorschlag, AA, 87, 1972, p. 197-226.

127G. Gullini, Sull’origine del fregio dorico, Memor. dell’Accademia delle scienze di.Torino, Cl. di Scienze Morali, Storiche e Filol. Ser. 4a, n. 31, Turin, 1974.

128J. J. Coulton, The Second Temple of Hera at Paestum and the Pronaos Problem, JHS, 95, 1975, p. 13-24.

129T. E. Kalpaxis, Zum aufiergewöhnlichen Triglyphenfries vom Apollontempel C in Thermos. Eine Entgegnung, AA, 89, 1974, p. 105—114 (critique de l’étude de I. BEYER).

130R. A. Tomlinson, The Doric Order : Hellenistic Critics and Criticism, Journ. of Hell. Stud., 83, 1963, p. 133-145.

131R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos jusqu’à l’éviction des Déliens (166 av. J. C.), II, BEFAR 157, Paris, 1966, p. 230sq.

12. Vitruve et l’ordre ionique (III, 5)

132D. Constantinidès, À propos d’un chapiteau de Délos. Le problème du tracé des volutes ioniques dans l’antiquité, Études déliennes, Supplément 1 au B C H, Paris, 1973, p. 173 sq.

133W. Hoepfner, Zum ionischen Kapitell bei Hermogenes und Vitruv, MDAI (A), 83, 1968, p. 213sq.

134R. Martin, Compléments à l’étude des chapiteaux ioniques de Délos, Études déliennes, Supplément 1 au BCH, Paris, 1973, p. 371-398.

135H. Plommer, Vitruvian Studies, Ann. of the British School at Athens, 65, Londres, 1970, p. 182-185.

136B. Wesenberg, Kapitelle und Basen. Beobachtungen zur Entstehung der griechischen Säulenformen, Bonn. Jahrb., Beiheft 32, Düsseldorf, 1971, p. 116sq.

137E. Will, Le monument. Son histoire, ses caractères, son architecture, dans : H. Seyrig, R. Amy, E. Will, Le temple de Bêl à Palmyre, 1, Texte et planches, Inst. français d’Archéol. de Beyrouth, Bibl. archéol. & hist., 83, Paris, 1975, p. 189-193.

13. Vitruve et le chapiteau corinthien (IV, 1, 8-12)

138W. Alzinger, Augusteische Architektur in Ephesos, Sonderschriften hrsg. v. Österr. Archäol. Inst. in Wien, 16, Vienne, 1974, p. 90.

139H. Bauer, Korinthische Kapitelle des 4. und 3. Jahrh. v.Chr., MDAI(A), Beiheft 3, Berlin, 1973, p. 11 sq. et p. 126 sq.

140W. D. Heilmeyer, Korinthische Normalkapitelle. Studien zur Geschichte der römischen Architekturdekoration, MDAI(R), 16. Ergänzungsheft, Heidelberg, 1970, p. 13.

141Ch. Leon, Die Bauornamentik des Traiansforums, Publikationen d. Österr. Kulturinst. in Rom, Abt. I, 4, Vienne-Graz-Cologne, 1971, p. 88sq. et p. 167 sq.

142G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux IVe et IIIe s. a v. J. - C, BEFAR, 199, Paris, 1961, p. 360sq.

14. Les temples. Plans et élévations (III et IV)

143A. Barattolo, Il tempio di Venere e di Roma, un tempio ‘greco’ nell’Urbe, MDAI(R), 85, 1978, p. 397sq.

144W. Binder, Der Roma-Augustus-Monopteros auf der Akropolis in Athen und sein typologischer Ort, Ing. Diss. Karlsruhe, 1967, Stuttgart, 1969.

145H. H. Büsing, Die griechische Halbsäule, Diss. Marburg, 1967, Wiesbaden, 1970, p. 72 sq. (le temple pseudo-périptère).

146R. M. Cook, The Archetypal Doric Temple, Ann. of the Brit. School at Athens, 65, Londres, 1970, p. 17sq.

147J. -J. Coulton, Towards Understanding Doric Design : the Stylobate and Intercolumnations, Ann. of the Brit. School at Athens, 69, Londres, 1974, p. 61-86.

148P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976, p. 101 sq.

149W. Weber, Der Zeustempel von Aezani, MDAI(A), 84, 1969, p. 183 sq. (Le temple pseudodiptère).

150E. Will, Le monument. Son histoire, ses caractères, son architecture, dans : H. Seyrig, R. Amy, E. Will, Le temple de Bêl à Palmyre, 1, Texte et planches, Inst. français d’Archéol. de Beyrouth, Bibl. archéol. & hist., 83, Paris, 1975, p. 161 sq.

151W. Wurster, Dorische Peripteraltempel mit gedrungenem Grundriß, AA, 88, 1973, p. 200- 211.

15. Schémas de base et fonction des édifices publics profanes (livre V)

152J. Alarcâo, R. Etienne, J. C. Golvin, Vitruve à Conimbriga, Conimbriga, 17, 1978, p. 6 à 14.

153J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1967 (ex. dactylographié), p. 286 sq. (basi-lique de Fano).

154A. Bartoli, Curia senatus. Lo scavo e il restauro, pref. di P. Romanelli, Monumenti Romani, III, Rome, 1963.

155M. Bieber, History of the Greek and Roman Theatre, 2s édit., Princeton, 1961.

156W. M. Calder III, The Size of the Chorus in Seneca’s Agamemnon, CPh, 70, 1975, p. 32— 35 (à propos de la scène vitruvienne).

157F. Coarelli, Crypta, cryptoporticus, dans : Les Cryptoportiques dans l’architecture romaine, Coll. de l’École franç, de Rome, 14, Rome, 1973, p. 9-21.

158D. De Bernardi Ferrero, Teatri classici in Asia Minore, 4, Deduzioni e proposte, con capit. epigr. di M. Gallina & contr. di K. T. Erim, G. A. Pugno, E. Pozzi, Studi di architettura antica, 5, Rome, 1974, p. 169 sq.

159J. Delorme, Gymnasion. Études sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce, BEFAR, 196, Paris, 1960 (appendice B : Vitruve et le gymnase, p. 488-497).

160R. Etienne, Vitruve et les cryptoportiques, Riv. Stud. Lig. 38, 1972, p. 62-65.

161G. Fuchs, Die Funktion der frühen römischen Marktbasilika, Bonn. Jahrb., 161, 1961, p. 39-46.

162R. Ginouvès, Balaneutikè. Recherches sur le bain dans l’antiquité grecque, BEFAR, 200, Paris, 1962, p. 199 sq. (laconicum et sudationes).

163H. Lauter, Die hellenistischen Theater der Samniten und Latiner in ihrer Beziehung zur Theaterarchitektur der Griechen, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, phil.-hist. Kl. III, 97, 2, Göttingen, 1976, p. 413-425.

164R. Martin, Agora et Forum, MEFRA, 84, 1972, p. 903-933.

165Id., L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e édit., Paris, 1974, p. 27sq.

166K. F. Ohr, Die Form der Basilika bei Vitruv, Bonn. Jahrb., 175, 1975, p. 113 sq.

167Id., Die Basilika in Pompeji, Diss., Karlsruhe, Darmstadt, 1973.

168Id., Die Basilica in Pompeji, Cronache Pompeiane, III, 1977, p. 17sq.

169J. Russel, The Origin and Development of Republican Forums, Phoenix, 28, 1968, p. 315 sq.

170S. Settis, ‘Esedra’ e ‘ninfeo’ nella terminologia architettonica del mondo romano, dans : ANRW, I, 4, Berlin-New York, 1973, p. 670sq. (exèdres dans palestres et gymnases).

16. L’habitation et son décor

171B. Andreae, H. Kyrieleis, Neue Forschungen in Pompei und den anderen v. Vesuvausbruch 79 n. Chr. verschütteten Städten, Recklinghausen, 1975.

172J. Engemann, Architekturdarstellungen des frühen zweiten Stils. Illusionist. Wandmalerei und ihre Vorbilder in der realen Architektur, MDAI(R), 12. Ergänzungsheft, Heidelberg, 1967.

173R. Etienne, La ratiocinatio communis de Vitruve et la maison privée volubilitaine, dans : Atti VII. congr. Intern. di Archeolog., 3, Rome, 1961, p. 251 sq.

174K. Fittschen, Zur Herkunft und Entstehung des 2. Stils, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Ak. Wiss. Göttingen, phil.-hist. Kl. III, 97, 2, Göttingen, 1976, p. 539-559.

175P. Grimal, Les jardins romains, 2e édit., Paris, 1969, p. 91 sq. ; 200sq. ; 237sq.

176E. La Rocca, M. et A. De Vos, Guida archeologica di Pompei, Milan, 1976, p. 31-59.

177J. E. Packer, The insulae of Imperial Ostia, MAAR, 31, 1971, p. 44sq.

178E. Wistrand, Virgil’s Palaces in the Aeneid, Klio, 38, 1960, p. 146-154 (à propos de VI, 7, 1-2 et 3-5).

17. Les techniques de maçonnerie (livre II)

179F. Coarelli, Public Building in Rome between the Second Punic War and Sulla, PBSR, n.s. 32, Londres, 1977, p. 1-19 (chronologie de l’opus caementicium et de l’opus reticulatum).

180V. Furban, P. Bisseger, Les mortiers anciens. Histoire et essai d’analyse scientifique, Zeitschrift fur Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 32, 1975, p. 166-178.

181T. Helen, Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centuries A. D., Ann. Acad. Scient. Fennicae, Diss. hum. Litt. 5, Helsinki, 1975, p. 16sq.

182H. O. Lamprecht, Opus caementidum, Düsseldorf, 1968.

183R. Martin, Manuel d’architecture grecque, I, Matériaux et techniques, Coll. des Manuels d’Archéol. & d’Hist. de l’art, Paris, 1965, p. 50sq.

184F. Rakob, Bautypen und Bautechnik, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, phil.-hist. Kl. III, 97, 2, Göttingen, 1976, p. 366-378.

185R. A. Tomlinson, Έμπλεκτον Masonry and Greek Structura, JHS, 81, 1961, p. 133-140 (à propos de II, 8, 7).

18. Notices techniques et données archéologiques

186– À propos de I, 4, 12 (oppidum Salpia) :

187E. Lepore, Fiumi e Città nella colonizzazione greca di Occidente, dans : Thèmes de recherches sur les villes antiques d’Occident, Centre National de la recherche scientifique, Colloque internat., Paris, 1977, p. 270 sq.

188– À propos de III, 4, 1–2 (fondations et substructions) :

189W. Alzinger,... quae stereobates appellantur, JÖAI, 50, 1972 - 75, Beibl. 95-102.

190G. Th. Schwarz-Murten, Antike Vorschriften für Fundamente und ihre Anwendung auf römische Bauten in der Schweiz, dans : Provincialia. Festschrift fur Rudolf Laur-Belart, red. E. Schmid, L. Berger, P. Buergin, Bâle–Stuttgart, 1968, p. 446-456.

191– À propos de III,4,5 et de V,9,4 (le problème des scamilli impares) :

192H. Altrogge, Zum Problem der scamilli impares bei Vitruv, AA, 78, 1963, p. 717-721.

193D. Mertens, Die Herstellung der Kurvatur am Tempel von Segesta, MDAI(R), 81, 1974, p. 107-114.

194S. Sinos, Zur Kurvatur des Parthenonstereobats, AA, 89, 1974, p. 157-168.

195– À propos de IV, 1,6–8 (proportions des colonnes dorique et ionique) :

196H. Plommer, Vitruvian Studies, Ann. of the British School at Athens, 65, Londres, 1970, p. 185-190.

197– À propos de V, l, 4 (chalcidicum) :

198F. Zevi, Il calcidico della curia Iulia, Rend. Accad. Naz. Lincei, 26, 1971, p. 237-251.

199– À propos de V, 12, 3–4 (maçonneries subaquatiques) :

200H. Schläger, Die Texte Vitruvs im Lichte der Untersuchungen am Hafen von Side, Bonn. Jahrb., 171, 1971, p. 150-161.

201– À propos de I, 6, 12 et IX, 8, 6 :

202J. V. Noble, D. J. De S. Price, The Waterclock in the Tower of the Winds, AJA, 72, 1968, p. 345-355.

203– À propos de V, 5 (vases de résonance dans les théâtres) :

204J. G. Landels, Assisted Resonance in Ancient Theatre, Greece and Rome, 15, 1967, p. 80– 94.

205– À propos de VI, 7, 1 (inter duas ianuas) :

206Ch. Llinas, Inter duas ianuas à la Maison du Lac, dans : Études déliennes, supplément 1 au BCH, Paris, 1973, p. 291-328.

207– À propos de VII, 1 (sous-couches des pavements et carrelages) :

208R. Étienne, L’architecture, Fouilles de Conimbriga, publ. par J. Alarcāo & R. Étienne, 1, Paris, 1977, p. 31 sq.

209R. E. M. Moore, A Newly Observed Stratum in Roman Floor Mosaics, AJA, 72, 1968, p. 57-68.

210– À propos de VII, 3, 4 et 5 (techniques des enduits et peintures) :

211S. Augusti, I colori pompeiani, Ministero della pubblica istruzione, Studi e Documentazioni, 1, Rome, 1967.

212A. Barbet, Cl. Allag, Techniques de préparation des parois dans la peinture murale romaine, MEFRA, 84, 2, 1972, p. 935-1069. (avec bibliographie antérieure).

213A. Barbet, Recueil général des peintures murales de la Gaule, I, Narbonnaise, 1, Glanum, 27e Suppl. à Gallia, Paris, 1974, p. 30sq.

214A. Ghequiere, P. Overbau, G. Kelner, et autres, Analyse du tectorium d’une peinture de Pompei par la méthode de spectroscopie E.S.C.A., Les études classiques, 41, 1973, p. 402-418.

215W. Klinkert, Bemerkungen zur Technik der pompejanischen Wanddekoration, dans : L. Curtius, Die Wandmalerei Pompejis, 2e édit., Hildesheim, 1960, p. 435–472 (article d’abord publie dans MDAI[R], 64, 1954, p. 111-148).

216W. Lepik-Kapaczynska, La technique de la peinture antique et sa chronologie (en polonais), Eos, 50, 2, 1959-60, p. 111-122.

217R. Ling, Stucco Decoration in Pre-Augustan Italy, PBSR, 40, Londres, 1972, p. 11 sq.

218R. Martin, Manuel d’architecture grecque, Coll. des Manuels d’Archeol. & Hist. de l’art, Paris, 1965, p. 425sq.

219D. C. Winfield, Middle and Later Byzantine Wallpainting Methods. A Comparative Study, Dumb. Oaks Pap., 22, 1968, p. 61-140.

220– A propos de VIII, 5 et 6 (problèmes de nivellement et de canalisation. Construction des conduites d’eau). Pour ces chapitres, comme pour tous ceux du livre 8, le commentaire le plus complet est fourni par L. Callebat dans son édition déjà citée des ‘Belles-Lettres’ :

221R. Bernardelli, Il tripartitore d’acqua di Porta Vesuvio a Pompei, dans : Studi in onore di L. Traverso, a cura di P. Paioni e di U. Vogt, Studi Urbinati di Storia, Filosofia e Let-teratura, Urbino, Argalia, 45, 1971, p. 1151-1156.

222R. Étienne, L’architecture, Fouilles de Conimbriga publ. par H. Alarcāo & R. Étienne, 1, Paris, 1977, p. 50sq.

223Ph. Leveau, J. -L. Pailler, L’alimentation en eau de Césarée de Maurétanie et l’aqueduc de Cherchell, Paris, 1976.

224G. Tedeschi-Grisanti, l’Trofei di Mario’. Il Ninfeo dell’Acqua Giulia sull’Esquilino, I mo-numenti romani, 7, Rome, 1977, p. 34-38.

225H. Wentzel, Über antike Rohrtechnik, SP, 24, 1960, p. 74-79.

19. Contribution de Vitruve à l’histoire et à la reconstitution des édifices de l’orient grec

226A. Bammer, Der Altar des jüngeren Artemision von Ephesos, AA, 83, 1968, p. 400-423.

227Id., Die Architektur des jüngeren Artemision von Ephesos, Wiesbaden, 1972, p. 34sq.

228A. von Gerkan, Grundlagen fur die Herstellung des Mausoleion von Halikarnassos, dans : MDAI(R), 72, 1965, p. 217-225.

229M. Greenhalgh, Pliny, Vitruvius and the Interpretation of Ancient Architecture, Gaz. des Beaux-Arts, 116, 1974, p. 297-304 (Artémision d’Ephèse).

230K. Jeppesen, Neue Ergebnisse zur Wiederherstellung des Mausoleion von Halikarnassos, MDAI(I), 26, 1976, p. 47-99.

231W. Voigtländer, Der jüngste Apollontempel von Didyma. Geschichte seines Baudekors, MDAI(I), Beiheft 14, Tübingen, 1974, p. 14 sq.

20. La tradition vitruvienne, de l’antiquité tardive au début de la Renaissance (théorie et pratique architecturales)

232L. A. Ciapponi, Il ‘De architectura’ di Vitruvio nel primo umanesimo, dans : Italia medievale e umanistica, III, 1960, p. 99sq.

233V. Fontana, P. Morachiello., Vitruvio e Raffaello. Il ‘De architectura’ di Vitruvio nella traduzione inedita di Fabio Calvo Ravennate, Rome, 1975.

234P. Hamberg, Vitruvius, Fra Giocondo and the City of Naples, Acta Archaeologica, 36, 1965, p. 105-125.

235R. Krautheimer, Alberti and Vitruvius, dans : Acts of the 20th. International Congress of History of Art, Princeton, 1963, p. 42-52.

236C. H. Krinsky, Cesare Cesariano and the Como Vitruvius Edition of 1521, Diss., New- York, 1965. Sommaire dans D A, XXVII, 1967, 3789A-3790A.

237Id., Introduction à l’édition de C. Cesariano, Di L. Vitruvio Pollione, De Architectura Libri dece, traducti de latino in volgare, Munich, 1969.

238C. L. Frommel, Der römische Palastbau der Hochrenaissance, Röm. Forschungen der Bibl. Hertziana, 21, 1, Tübingen, 1973, chap. VI.

239P. Marconi, Il problema della forma della città nei teorici di architettura del Rinascimento, Palladio, 22, 1972, p. 49-88.

240G. Martines, Hygino Gromatico : fonti iconografiche antiche per la ricostruzione rinascimen-tale della città Vitruviana, Ricerche di storia dell’arte, 1-2, 1976, p. 277-282.

241G. Orlandi, P. Portoghesi, L. B. Alberti. L’architettura (De re aedificatoria), Classici ita-liani di scienze, tecniche e arti, Trattati di architettura, 1, Milan, 1966 (introduction).

242P. N. Pagliara, L’attività edilizia di Antonio da Sangallo il Giovane : il confronto tra gli studi sull’antico e la letteratura vitruviana, Controspazio, 4, 1972, n. 7, p. 19-55.

243H. Plommer, Vitruvius and Later Roman Building Manuals, Cambridge, 1973.

Notes

1 Cf. L. A. Ciapponi, Il ‘De Architectura’ di Vitruvio nel primo umanesimo (dal ms. Bodl. Auct. F. 5.7), Italia medievale e umanistica, 3, 1960, p. 99sq.

2 Voir sur ce sujet les hypothèses de F. Pellati, La Basilica di Fano e la formazione del trattato di Vitruvio, RPAA, 33-34, 1947-49, p. 155 sq.

3 Mais qui entrent en fait dans les attributions traditionnelles de 1’άρχιτέκτων, si l’on en juge par les inscriptions grecques et hellénistiques.

4 Voir par exemple : G. Aujac, Strabon et la science de son temps, Les sciences du monde, Coll. d’Études anciennes 98, 1, Paris, 1966 ; P. Pédech, La géographie des Grecs, Coll. SUP Litt. anc, 5, Paris, 1976 ; W. Spoerri, Späthellenistische Berichte über Welt, Kultur und Götter. Untersuchungen zu Diodor von Sizilien, Schweizer. Beitr. zur Altertums-wiss., 9, Bâle, 1959 ; G. Tabarroni, Vitruvio nella storia della scienza e della tecnica, Atti della Accadem. delle Scienze dell’Istituto di Bologna, Memorie 66, 1971-72. Pour Pline L’Ancien, on consultera les préfaces et commentaires des éditions des divers livres de l’’Histoire Naturelle’ dans la Coll. G. Budé. Pour Geminos, cf. l’excellente édition de G. Aujac, Geminos, Introduction aux Phénomènes, Coll. G. Budé, Paris, 1975.

5 Pour ne citer que les travaux essentiels, rappelons : M. Thiel, Quellenkritisches zu Vitruvius, Neue Jahrb. fur Philologie, 67, 1897, p. 367sq. ; E. Oder, Ein angebliches Bruch-stück Demokrits über die Entdeckung unterirdischer Quellen. Quellensucher im Altertum, Philologus, Suppl.Band 7, Leipzig, 1899, p. 229-384. (Comme son titre l’indique cette longue étude est surtout consacrée à la technique des sourciers antiques. Mais elle contient, à propos du livre 8 de Vitruve, des analyses très développées sur l’information, la méthode, et les sources écrites du théoricien romain. Voir surtout p. 243 sq. et 363 sq.) ; W. Dietrich, Quaest. Vitruvian. Specimen, Diss., Leipzig, 1906 ; L. Sontheimer, Vitruv und seine Zeit, Diss., Tübingen, 1908 ; K. Watzinger, Vitruvstudien, RhMus., 64, 1909, p. 202 sq. ; W. Poppe. Vitruvs Quellen im zweiten Buche ‘de architectura’, Diss., Kiel, 1909.
Pour les éditions : V. Rose, H. Müller-Strübing, Vitruvii De architectura libri decem, Leipzig (Teubner), 1867 (considérée comme la première édition scientifique. Très souvent les références au texte de Vitruve sont données au moyen de la page et de la ligne de cette édition) ; V. Rose, Vitruvii De architectura libri decem, Leipzig (Teubner), 1899. Voir aussi H. Degering (rec), Berl. Philologische Wochenschrift, 20, 1900, col. 8-15 (c/r de l’édition de Rose) et Id., Warum schrieb Vitruv sein Buch über die Architektur ?, Berl. Philologische Wochenschrift, 43, 1907, col. 1371-1376 ; 1533-1536 ; 1564-1568.

6 A. Choisy, Vitruve, Paris, 1909 (2 volumes en 4 tomes : texte, traduction, analyse, figures). Réédité ibid. en 1971.

7 L’édition de F. KROHN, Vitruvii De architectura libri decem, Leipzig, Teubner, 1912, redonnait au texte une meilleure tenue, en l’émondant systématiquement des initiatives souvent malheureuses de Choisy.

8 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Denkschriften der Kaiserl. Akademie der Wissenschaften in Wien, Philologisch-Historische Klasse, 57, 4, Vienne, 1914, 62 p., 10 pl.

9 Voir surtout p. 13sq., l’analyse de l’entablement ionique, où l’auteur tire le meilleur parti des travaux de Wiegand-Schrader et de Humann.

10 Ibid., p. 14, n. 2 ; p. 16, η. 1 ; p. 28, n. 1 ; p. 289, n. 2, etc.

11 F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Schriften zur Kunst des Altertums, hrsg. v. Deutschen Archäologischen Institut, 1, Berlin, 1940, 187 p.

12 Voir surtout p. 72sq. et p. 96sq.

13 Ibid., p. 130sq. et p. 158sq.

14 Ibid., p. 116 sq.

15 Particulièrement p. 171 sq. et p. 181 sq.

16 S. Ferri, Vitruvio (Dai libri I-VII). De architectura quae pertinent ad disciplinas archaeologicas, Rome, 1960, 303 p.

17 S. Ferri, Problemi di estetica Vitruviana, La critica d’arte, 6, 1941, p. 97 sq. ; Idem, Note archeologico-critiche al testo di Vitruvio, PP, 8, 1953, p. 214-224. Voir aussi : Idem, Esi-genze archeologiche e ricostruzione del testo, Studi classici e orientali, 11, Pise, 1962, p. 583 sq.

18 Cf. les ‘Note al testo’, p. 12 à 27 de son édition de 1960, et un cas particulier exemplaire : le maintien de aliae (au lieu de alae) en IV,7,2 (cf. S. Ferri, Esigenze archeologiche e ricostruzione del testo, Studi classici e orientali, 6, Pise, 1957, p. 235 sq.).

19 S. Ferri, op.cit., p. 91 sq. ; C. Fensterbusch, éd., Vitruvii de architectura Libri decem, Darmstadt, 1964, p. 132sq. et F. Oomes, Gnomon, 38, 1966, p. 781.

20 Le texte retenu par S. Ferri (ibid.) est le suivant : ipsique artifices, cum pollicerentur suam prudentiam, si non pecunia sint copiosi seu vetustate officinarum habuerint notitiam aut etiam gratta forensi et eloquentia, cum fuerint parati...

21 Remarquables de ce point de vue sont les commentaires à I, 2,1 sq., p. 48 sq. ; à III, 3,13 (sur les corrections optiques), p. 114 sq. ; à IV, 2,2 (sur l’origine du temple dorique), p. 146 sq. ; à VII, 5,1 sq. (histoire de la peinture), p. 266 sq., etc.

22 Cf. supra, n. 5.

23 Voir en III, 5, 4, p. 124sq. le commentaire concernant l’expression ad perpendiculum, et son caractère équivoque, hérité d’une mauvaise compréhension du grec κατά κάθετον ; id. en III, 5, 11, p. 128 sq., à propos de μετοχή.

24 Significatifs sont les commentaires à I, 2, 4 et III, 1,1, sur les problèmes modulaires (p. 52sq. ; p. 93sq.) et à III,3,11 (p. 111 sq.).

25 Pour C. Fensterbusch, et les éditions récentes, cf. la rubrique 1 de la bibliographie.

26 Cf. sur ce point, en dernier lieu, V. Fontana, P. Morachiello, Vitruvio e Raffaello, Rome, 1975, p. 34 sq. Un homme tel que Pétrarque possédait son ‘Vitruve’.

27 C. H. Krinsky, Seventy-eight Vitruvius Manuscripts, Journal of the Warburg and Courtauld Institute, 30, 1967, p. 36-70.

28 A. Giry, Notes sur un manuscrit de la bibliothèque de Schlestadt, Revue de Philologie, 3, Paris, 1879, p. 16sq.

29 P. Ruffel, J. Soubiran, Recherches sur la tradition manuscrite de Vitruve, Pallas, 9, 2, 1960, p. 3 sq.

30 J.-P. Chausserie-Laprée, Un nouveau stemma vitruvien, REL, 47, 1969, p. 347sq.

31 L. Callebat, Vitruve, De l’architecture, livre 8, Coll. G. Budé, Paris, 1973, et le c/r de C. Fensterbusch, Gnomon, 47, 1975, p. 301 sq.

32 Bodo Ebhardt, Vitruvius. Die zehn Bücher der Architektur des Vitruv und ihre Herausgeber seit 1484. Mit einem Verzeichnis der vorhandenen Ausgaben und Erläuterungen, Berlin, 1918. Réédité à New-York en 1962.

33 Voir la rubrique 20 de la bibliographie.

34 Ce qui explique les remarques sur Vitruve contenues dans les ‘Annotations aux Pandectes’ (Paris, 1508).

35 Voir l’ouvrage cité supra n. 26.

36 Ibid., p. 36 et p. 185.

37 Sur le problème, cf. P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 1976, p. 694.

38 Le texte des manuscrits est le suivant (III, 2,5) :... quemadmodum est in porticu Metelli Jovis Statoris Hermodori et ad Mariana Honoris et Virtutis sine postico... F. Krohn propose : quemadmodum est sine postico in porticu Metelli Jovis Statoris Hermodori et Mariana Honoris et Virtutis...

39 On lira sur ce sujet la magistrale introduction que J. Soubiran a écrite en tête de son édition du livre 9 (Coll. G. Budé, Paris, 1969), particulièrement, p. xxxviii sq. et p. LX sq.

40 Cf. P. Gros, Hermodoros et Vitruve, MEFRA, 85, 1973, p. 137sq.

41 Où se posent des problèmes aussi difficiles que, au chapitre 8, l’épure de l’analemme des cadrans solaires, ou le dispositif de réglage du débit des horloges à eau.

42 Le réquisitoire de Oder (loc.cit., n. 5) est spirituel, mais excessif. Il s’appuie sur une tradition antérieure, qui remonte à Winckelmann (cf. F. W. Schlikker, op.cit., p. 6).

43 Cette attitude est encore en grande partie celle de B. Pedotti, L’architettura e la figura dell’architetto secondo Vitruvio, Florence, 1969.

44 Fort utile est sur ce point la synthèse toute récente de CL. Préaux, Le monde hellénistique. La Grèce et l’Orient de la mort d’Alexandre à la conquête romaine de la Grèce, II, Nouvelle Clio, 6, Paris, 1978, p. 622sq. Mais on lira aussi avec profit le livre de J.-P. Vernant (qui concerne les époques plus hautes, mais dont les conclusions valent encore, dans leurs grandes lignes, pour la période hellénistique) : Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Petite coll. Maspero, 86—87, Paris, 1974.

45 De architectura, I, 1.

46 Cf. CL. Préaux, op. cit., p. 631 ; G. Aujac, Strabon et la science de son temps, p. 49sq. (sur le « dilettantisme » d’Erastosthène). Pour Quintilien, et la tradition dont il se fait l’écho, cf. Institution Oratoire, I, 10 (le problème de l’ ἐγκύκλιος παιδεία).

47 De Oratore, III, 126 sq. (voir particulièrement le par. 132, sur l’excessive spécialisation des médecins).

48 Cf. F. E. Brown, Vitruvius and the Liberal Art of Architecture, Bucknell Review, 11, 4, 1963, p. 99sq.

49 I,1,12 :... ideoque de veteribus architectis Pytheos, qui Prieni aedem Minervae nobiliter est architectatus, ait in suis commentariis architectum omnibus artibus et doctrinis plus opor-tere posse facere, quam qui singulas res suis industriis et exercitationibus ad summam claritatem perduxerunt. Et I,1,15 : igitur in hac re Pytheos errasse videtur...

50 I,1,1 : ea nascitur ex fabrica et ratiocinatione.

51 Ibid. : ratiocinatio autem est, quae res fabricatas sollertiae ac rationis pro portione demon-strare atque explicare potest.

52 I,1,3 (avec le commentaire de S. Ferri, p. 34 sq. de son édition de 1960).

53 Cf. I,1,4,8 et 9.

54 Sur les liberales doctrinae, cf. Cicéron, De Oratore, III, 127. Le cas des historiae est significatif (I,1,5) : leur connaissance doit permettre de rendre compte du symbolisme des ornements, à qui s’en informerait éventuellement (quaerentibus). C’est en fait pour Vitruve un prétexte pour raconter la légende étiologique des Caryatides.

55 Sauf en II, 2 et en VIII, praef., où Vitruve expose à sa façon l’origine des éléments.

56 I,1, 17 : quibus vero natura tantum tribuit sollertiae, acuminis, memoriae, ut possint geo-metriam, astrologiam, musicen ceterasque disciplinas penitus habere notas, praetereunt officia architectorum et efficiuntur mathematici. Sur les mathematici, cf. III, 1, 6 ; VI, 1, 5 ; IX, 2, 3 ; IX. 7, 3.

57 Cf. J.-P. Vernant, op.cit., p. 54 sq. et CL. Préaux, op. cit., p. 633 sq.

58 Cf. CL. Préaux, ibid., p. 626. Voir Plutarque, Vie de Marcellus, 9-10 et 12 sq.

59 Plutarque, Vie de Marcellus, 15, 2 (les machines d’Archimède) et 17, 5-6 (Archimède ne veut laisser aucun écrit sur ses inventions mécaniques).

60 Voir M. Laffranque, Poseidonios d’Apamée. Essai de mise au point, Publ. Fac. des Lettres de Paris, Paris, 1965, p. 271sq. (sur le lien entre la recherche théorique en mathématique et géométrie, et l’expérience ou l’observation) ; p. 491 sq. (sur l’invention et la diffusion des techniques, comme tâche non indigne du sage).

61 Toute la longue lettre 90 à Lucilius est conçue par Sénèque comme une réfutation de l’opinion de Posidonius, qui attribuait à la philosophie l’invention des « arts mécaniques ». (Cf. 90,7 ; 90,25 : vilissimorum mancipiorum ista commenta sunt). Sur cette lettre, cf. M. Laffranque, op. cit., p. 453 sq.

62 J. Soubiran, op.cit., p. xxii sq. et commentaire ad loc. ; P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 1976, p. 669 sq.

63 J. Pottage, The Vitruvian Value of π, Isis, 59, 1968, p. 190sq.

64 H. Plommer, The Circle of the Winds in Vitruvius, I, 6, Class. Rev., 21, 1971, p. 159-162. Sur ces questions, voir la rubrique 7 de la bibliographie.

65 VI, 2, 2. Il s’agit en fait d’exemples d’école, toujours les mêmes (Cf. Cicéron, Prem. Académ. II.7.19 ; Sénèque, Quaestiones Natur., I, 3, 9, etc.).

66 VI, 2, 4.

67 VI, 2, 3.

68 Cicéron, Ad Attic. II, 3, 2. Il est intéressant de comparer les expressions employées par ce Cyrus à celles d’Euclide (voir à ce sujet les citations réunies par Ch. Mugler, Dictionnaire historique de la terminologie optique des Grecs. Douze siècles de dialogues avec la lumière, Études & Commentaires, 53, Paris, 1966, p. 294).

69 Cf. P. Gros, Structures et limites de la compilation vitruvienne dans les livres III et IV du ‘De architectura’, Latomus, 34, 1975, p. 986sq.

70 IV, 8, 4.

71 Cf. infra, p. 676.

72 Chapitre II, 3.

73 R. A. Staccioli, Sulla struttura dei muri nelle case della città etrusca di Misano a Marza-botto, SE, 35, 1967, p. 113 sq.

74 II, 3, 3 : fiunt autem laterum genera tria : unum, quod graece Lydium appellatur, id est quo nostri utuntur...

75 On consultera aussi, sur la technique des excerpta, J. Mejer, Diogenes Laertius and his Hellenistic Background, Hermes-Einzelschriften, Heft 40, Wiesbaden, 1978, p. 16 sq.

76 Polybe, VI,5,1 : ποικίλος δ ν καì δι πλειόνων λεγόμενος λίγοις φικτός στιν. C’est à l’intention des très nombreux lecteurs, qui ne peuvent plus se référer avec profit aux textes originaux, que Polybe va retracer l’évolution des constitutions.

77 De architectura, V, 4, l.

78 Cf. R. Da Rios, Aristoxeni elementa harmonica, Script. Gr. & Lat. consilio Acad.Lync. ed. Roma Ist. poligraf. dello Stato Rome, 1955.

79 Cf. L. Laloy, Aristoxène de Tarente, disciple d’Aristote, et la musique dans l’antiquité, Paris, 1904.

80 Sur cette question, cf. P. Gros, Le dossier vitruvien d’Hermogénès, MEFRA, 90, 1978, p. 700, et n. 90.

81 Cf. Y. Béquignon, A. Laumonier, Fouilles de Téos, BCH, 49, 1925, p. 291 sq. et A. Yaylali, Der Fries des Artemisions von Magnesia am Mäander, MDAI(I), Beiheft 15, Tübingen, 1976, p. 119sq.

82 Un « savant » comme Pline l’Ancien n’a pas manqué d’y céder lui aussi.

83 Sur la baisse du niveau culturel et le manque de capillarité sociale entre les spécialistes et le public, cf. CL. Préaux, op. cit., p. 632.

84 Il en va ainsi des passages déjà cités sur les erreurs des sens (VI, 2, 2 sq.) ou sur les « grandes inventions » (IX, praef.).

85 G. Lugli, La tecnica edilizia romana, con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome, 1957.

86 Cf. en dernier lieu T. Helen, Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centuries A. D., Ann.Acad.Scient.Fennicae Diss. Hum. Litt., 5, Helsinki, 1975, p. 16sq.

87 II, 8, 20.

88 Cf. G. Lugli, op.cit., p. 529sq.

89 Cf. Guida arecheologica di Pompei, di Eugenio La Rocca, Mariette e Arnold De Vos, coord. di Filippo Coarelli, Milan, 1976, p. 131 sq. et 155 sq. Pour Calès, voir W. Johannowsky, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, phil.-hist. Kl. III, 97, 1, Göttingen, 1976, p. 271 et 283.

90 Cf. F. Coarelli, Public Building in Rome between the Second Punie War and Sulla, PBSR, n.s. 32, 1977, p. 18.

91 Cf. G. Lugli, op.cit., p. 365sq. et p. 410sq. et F. Coarelli, op.cit. p. 1 à 19 (très utile mise au point en faveur d’une chronologie plus haute de l’ensemble des manifestations de l’architecture moulée à la fin de la République).

92 II, 8, 1 : sed ad rimas faciendas ideo paratum, quod in omnes partes dissoluta habet cubilia et coagmenta.

93 II.8.4.

94 Ibid. : ita enim non acervatim, sed ordine structum opus poterit esse sine vitio sempiter-num...

95 II, 8, 7.

96 V, 12 : Cf. H. Schläger, Die Texte Vitruvs im Lichte der Untersuchungen am Hafen von Side, Bonn.Jahrb., 171, 1971, p. 150sq.

97 II, 8, 6 et II, 8, 7.

98 Cf. F. Coarelli, loc. cit., ibid. (PSBR, n.s. 32, 1977).

99 F. Coarelli, loc. cit., p. 10 sq.

100 Cf Tite-Live 36,36,4 (cité par F. Coarelli, loc.cit., p. 13).

101 II, 8, 1 : ex his venustius est reticulatum...

102 F. Coarelli, loc.cit., p. 16sq.

103 Cf. F. Rakob, Bautypen und Bautechnik, dans : Hellenismus in Mittelitalien, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, phil.-hist. Kl. III, 97, 2, Göttingen, 1976, p. 366sq. et P. Gros, Architecture et Société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Coll. Latomus, 156, Bruxelles-Berchem, 1978, p. 14sq. et p. 42sq.

104 Voir par ex. VI, praef. 6 (Cf. De Franciscis, RPAA, 27, 1954, p. 63 sq.).

105 Cf. les rubriques 11 - 12 - 13 de la bibliographie.

106 Cf. P. Gros, Structures et limites..., Latomus, 34, 1975, p. 986 sq.

107 IV, 2, 5 : ita quod non potest in veritate fieri, id non putaverunt in imaginibus factum posse certam rationem habere.

108 De Oratore, III, 180.

109 VI, praef. 6 : cum autem animadverto ab indoctis et imperitis tantae disciplinae magnitu-dinem iactari...

110 IV, 2, 4 : non enim, quemadmodum nonnulli errantes dixerunt...

111 IV, 1, 3.

112 IV, l, 4-6.

113 C’est en effet ici le sens de fastigium.

114 IV. 2, 1-2.

115 Cf. en dernier lieu G. Gullini, Sull’origine del fregio dorico, Memor. Accadem. delle Scienze di Torino, Cl. di Scienze Morali, Storiche e Filol., Ser. 4 a, 31, Turin, 1974.

116 IV, 2, 2. Voir le commentaire de S. Ferri, op.cit., p. 148sq.

117 En tout cas cette idée doit avoir joué un rôle au moins aussi important que celle, plus confuse, et moins rigoureusement adaptée à la mentalité antique, du primat de la forme sur la matière, autrefois développée jusqu’à ses limites extrêmes par Karl Bötticher, Die Tektonik der Hellenen, 2e édit., Berlin, 1874, p. 18sq. (Cf. en dernier lieu, sur ce point, les remarques suggestives de A. Bammer, Architektur als Erinnerung. Archäologie und Gründerzeitarchitektur in Wien, Archäolog.-soziol. Schriften, 2, Vienne, 1977, p. 8 sq.).

118 IV, 2, 2.

119 Cette fonction est encore accrue, et comme magnifiée, par l’emploi du marbre. Cf. P. Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR, 231, Rome, 1976, p. 50sq.

120 Cf. E. Simon, Ara Pacis Augustae, Monumenta Artis Antiquae, hrsg. v. E.S., 1, Tubingen, 1967, p. 9-14 et pl. 8.

121 G. Gullini, op.cit., p. 4sq.

122 Voir T. E. Kalpaxis, Zum außergewöhnlichen Triglyphenfries vom Apollontempel C in Thermos, AA, 89, 1974, p. 105 sq.

123 IV, 1, 9-10.

124 Ainsi Th. Homolle parle d’un « conte de nourrice » (L’origine du chapiteau corinthien, RA, Ve sér., 5, 1916, p. 17).

125 Sur ce point, voir en dernier lieu H. Bauer, Korinthische Kapitelle des 4. und 3. Jahr-hunderts v.Chr., MDAI(A), 3. Beiheft, Berlin, 1973, p. 11 sq.

126 G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles av. J.-C., BEFAR, 199, Paris, 2 vol., 1961, p. 360sq.

127 Sur le chapiteau de Tégée, cf. en dernier lieu H. Bauer, op.cit., p. 65sq.

128 Ibid., p. 12-13.

129 IV,1,7 (voir le commentaire de S. Ferri, op.cit., p. 143). L’évocation n’est nullement cautionnée pas la symmetria du chapiteau, décrite en III, 5, 5 sq.

130 IV, 1, 7 : ad columnam muliebrem transtulerunt gracilitatem... (texte de C. Fenster-Busch).

131 IV. 1, 9-10 et IV, 1, 11-12.

132 D’où un raidissement numérique constant. L’un des meilleurs exemples est sans doute celui du rythme pycnostyle des colonnades, où le rapport de 1, 5 entre entrecolonnement et diamètre fixe une limite arbitraire au resserrement des volumes (III, 3, 2).

133 IV, 1, 12.

134 Cf. B. Wesenberg, Kapitelle und Basen. Beobachtungen zur Entstehung der griechischen Säulenformen, Düsseldorf, 1971, p. 116sq. (Vitruve, III, 5, 3).

135 Vitruve, III, 5, 2. Cf. B. Wesenberg, op.cit., p. 130.

136 Terminologie de M. Wegner, dans : Idem, Schmuckbasen des antiken Rom, Orbis Antiquus, 22, Munster, 1965.

137 Cf. P. Gros, Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve, MEFRA, 88, 1976, p. 702 sq.

138 Voir P. Gros, Aurea Templa (op. cit.), p. 200 sq.

139 Parmi les études qui sont orientées par cette problématique, à notre avis fausse, citons A. Boëthius, Vitruvius and the Roman Architecture of his Age, dans : Δράγμα M. P. Nilsson dedicatum, Acta Inst. Rom. Regni Sueciae 2, 1, Lund—Leipzig, 1939, p. 114sq. et F. Pellati, loc.cit., RPAA, 23-24, 1947-49, p. 155sq.

140 Cf. l’édition de F. Lasserre, Strabon, Géographie III, Coll. G. Budé, Paris, 1967, p. 10 sq.

141 Caractéristique est l’exemple de la Thurioi grecque, à laquelle il consacre un développement important ; il se contente en. revanche de nommer la colonie de Copia, qui a pris sa place en 194 (Strabon, VI,1,13 ; cf. P. A. Brunt, Italian Manpower, Oxford, 1971, p. 360sq.).

142 En cela notre conception de Vitruve n’est pas « pessimiste », comme on l’a dit (cf. R. Etienne, Fouilles de Conimbriga, I, L’architecture, Paris, 1977, p. 263, n. 8).

Notes de fin

1 Abréviations :
AA Archäologischer Anzeiger, Berlin.
AJA American Journal of Archaeology, New York.
ANRW Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, hrsg. v. H.
Temporini & W. Haase, Berlin-New York.
BCH Bulletin de Correspondance Hellénique, Paris.
BEFAR Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris.
CPh Classical Philology, Chicago.
DA Dissertation Abstracts. International Abstracts of Dissertations available in Microfilm or as xerographic Reproductions, Ann Arbor, Mich./USA.
JHI Journal of the History of Ideas, Ephrata/Philadelphia/USA.
JÖAI Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Instituts, Wien.
MAAR Memoirs of the American Academy in Rome, Rome.
MDAI (A) Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Athen.Abt.), Berlin.
MDAI (I) Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Abt.Istanbul), Tübingen.
MDAI (R) Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Röm.Abt.), Mainz. MEFRA Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École Française de Rome (Antiquité), Paris.
PBSR Papers of the British School at Rome, London.
PP La Parola del Passato. Rivista di Studi antichi, Napoli.
RA Revue Archéologique, Paris.
RE Paulys Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, Neue Be-arb. v. G. Wissowa/W. Kroll/K. Mittelhaus, hrsg. ν. K. Ziegler & W. John, Stuttgart.
REL Revue des Études Latines, Paris.
RhMus. Rheinisches Museum, Frankfurt/M.
RPAA. Rendiconti della Pontifica Accademia di Archeologia, Roma.
SE Studi Etruschi, Firenze.
SP Studies in Philology, Chapel Hill, North Carol./USA.

Auteur

Pierre Gros

Aix-en-Provence

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable