Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Hermodoros et Vitruve

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, 85, 1973, p. 137-161

Pierre Gros

Texte intégral

1Une controverse s’est naguère développée à propos du seul passage du De Architectura, où Vitruve mentionne le nom d’Hermodoros. Dans la mesure où elle est exemplaire d’une certaine incompréhension entre archéologues et philologues, il vaut la peine d’en dégager les postulats implicites. Mais aussi les connaissances plus précises que nous ont acquises des recherches récentes sur le contexte social et artistique de la fin du iie siècle av. J.-C. éclairent le problème d’un jour nouveau et en rendent la solution plus urgente sinon plus aisée : la position adoptée sur ce point de détail engage maintenant, qu’on le veuille ou non, toute une conception de la première architecture hellénistique à Rome, et oriente d’une façon décisive le débat sur les sources vitruviennes dans les chapitres consacrés aux constructions religieuses.

2Il s’agit, comme on sait, de cette notice du livre III sur les temples périptères. Après en avoir donné une définition théorique, Vitruve énumère quelques exemples concrets, selon une démarche qui lui est familière :

Peripteros autem erit, quae habebit in fronte et postico senas columnas, in lateribus cum angularibus undenas. Ita autem sint hae columnae conlocatae, ut intercolumnii latitudinis intervallum sit a parietibus circum ad extremos ordines columnarum, habeatque ambulationem circa cellam aedis, quemadmodum est, in porticu Meteïli, Iovis Statoris Hermodoris et, ad Mariana, Honoris et Virtutis sine postico a Mucio facta1.

  • 1 La chose est assez rare dans la tradition vitruvienne pour qu’on la souligne. Le passage paraît re (...)
  • 2 F. Krohn (ibid. p. 63, 1. 13) s’appuie en effet sur VII, praef. 17 (= 162, 1) : aedis Honoris et V (...)

3Si l’on s’en tient aux manuscrits, le texte est parfaitement établi1. Deux membres de phrase ont cependant subi chez certains éditeurs des aménagements divers, sans parler de la vieille correction de Turnebus, universellement admise, qui transforme hermodi en Hermodoris. Nous passerons sur le petit problème posé par l’expression ad Mariana, modifié par Krohn en Mariana par référence à un passage de la préface du livre VII : il ne met nullement en cause la portée du texte et n’offre à ce titre qu’un intérêt limité2. Nous nous arrêterons en revanche sur le premier membre de la comparative introduite par quemadmodum.

4La difficulté commence ici quand on essaie d’accorder l’indication contenue dans le texte avec la documentation archéologique.

  • 3 Pline, HN, 36,40 : . . .Iovem fecit eboreum in Metelli aede. Le texte, comme le souligne M. J. Boy (...)
  • 4 On considère généralement que le temple de Junon Regina fut dédié par l’un des deux censeurs de 17 (...)
  • 5 Comme le souligne judicieusement M. Gwyn Morgan, le fait que le temple de Jupiter Stator soit attr (...)

5Ce temple de Jupiter Stator, dont Vitruve nous apprend qu’il était l’œuvre de l’architecte Hermodoros, fut construit à la demande de Q. Metellus Macedonicus : l’expression Metelli aedes employée par Pline pour désigner le même édifice, en un passage démarqué de Varron, ne laisse guère de doute, quoiqu’on en ait pu dire, sur l’identité du commanditaire3. Il servait de pendant au temple de Junon Regina, au centre du portique de la zone in circo, auquel le général triomphateur devait donner son nom4. La réalisation de la porticus Metelli, peu de temps après 146, s’inscrit sans peine à l’intérieur des limites chronologiques qui sont celles de l’activité de l’architecte, originaire de Salamine de Chypre, dont nous savons par ailleurs qu’il édifia un temple de Mars, également in circo, pour le compte de D. Junius Brutus Callaicus, consul en 1385.

  • 6 A l’exception du mur de soutènement indiqué par R. Lanciani dans Bull. Corr. Arch., 1878, p. 218. (...)
  • 7 G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti, La pianta marmorea di Roma antica, Rome, 1960, p. (...)
  • 8 H. Jordan, Topographie der Stadt Rom im Altertum, I, 3, Berlin, 1907, p. 540. Dans la restitution (...)
  • 9 F. Krohn, Vitruvii de architectura, Teubner, 1912, p. 63, 1. 12.
  • 10 H. Jucker, Vom Verhältnis der Romer zur Bildenden Kunst der Griechen, Francfort sur le Main, 1950, (...)
  • 11 G. Lugli, Borna Antica, Centro monumentale, Rome, 1946, p. 565.
  • 12 F. Castagnoli, Peripteros sine postico, dans RM, 62, 1955, p. 140 seq.
  • 13 Ibid. p. 143 : « nel primo di questi due templi (Giove Statore) è dato constatare che egli fece un (...)
  • 14 L. Crema, Architettura romana, Enciclopedia classica, III, 12, 1, p. 47, s’en tient à la donnée du (...)
  • 15 M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 493, n. 3.

6Or le plan de l’aedes Iovis, dont aucune trace n’a été retrouvée à ce jour6, nous est révélé par un fragment de la Forma Urbis Severiana : il y apparaît conçu selon le schéma du périptère, mais sur trois de ses côtés seulement, le mur du fond de la cella, prolongé de part et d’autre de celle-ci, se rabattant à angle droit sur la ligne des colonnes7 (fig. 1). Déjà les observations de Jordan, quoique fondées sur un document partiellement erroné8, avaient convaincu Krohn de placer, dans la phrase de Vitruve, l’expression sine postico avant in porticu, ce qui évidemment assure une étroite correspondance entre le texte et le plan, pour peu qu’on admette que le mot posticum désigne chez le théoricien romain la partie de la colonnade périphérique située derrière la cella9. Cette correction de Krohn fut acceptée d’emblée par les archéologues : après H. Jucker10 et G. Lugli11, P. Castagnoli lui conférait une particulière autorité en désignant le temple de Jupiter Stator, dans sa version métellienne, comme le parangon de la catégorie des peripteroi sine postico12 ; montrant que ce type d’édifice constituait une remarquable création composite, alliant les caractères helléniques aux exigences étrusco-italiques, il concluait sur la souplesse du génie de l’architecte Hermodoros, capable de concevoir, à Rome, un plan relativement indépendant des habitudes proprement grecques13. Après lui presque tous les historiens de l’architecture romaine ont entériné ces conclusions, à l’exception de L. Crema ; citons seulement le manuel fondamental de Boëthius-Ward Perkins, qui admet, sans l’ombre d’une discussion, que le plan sévérien nous livre l’état du temple au iie s. av. J.-C.14. Tout récemment encore M. Gwyn Morgan se range à l’avis de F. Castagnoli, en une étude qui entend faire le point des différents problèmes posés par le portique de Metellus15.

Fig. 1 - LA « PORTICUS OCTAVIAE ». L’« AEDES JOVIS » EST LE TEMPLE DU HAUT.

  • 16 P. Granger, op. cit., p. 168.
  • 17 S. Ferri, Note archeologico-critiche al testo di Vitruvio, dans Parola del Passato, 8, 1953, p. 22 (...)
  • 18 S. Ferri, Esigenze archeologiche e ricostruzione del testo, dans Studi classici e orientali, VI, 1 (...)
  • 19 Id. Vitruvio, Rome, 1960, p. 101 seq.
  • 20 C. Fensterbusch, Vitruv, Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 144 et p. 543.

7Les philologues se sont montrés en général beaucoup plus réticents : l’édition de F. Granger ne tient nul compte de la correction de Krohn16, et S. Ferri, dès avant l’étude de F. Castagnoli, émettait de graves réserves sur sa légitimité17. Il les développa dans un article paru en 1956, où il répondait point par point à l’argumentation « archéologique » : non content de refuser le transfert du petit membre de phrase, il s’efforçait d’établir aussi l’équation posticum = opisthodome, ce qui l’amenait à définir le peripteros sine postico comme un temple périptère complet, dont la cella serait seulement dépourvue d’entrée sur sa face postérieure18. Dans son choix de textes vitruviens, paru en 1960, Ferri maintenait évidemment la phrase dans son état initial19, imité en cela par C. Fernsterbusch dans son édition de 1964, la dernière qui nous ait été proposée du De Architecture20.

  • 21 Cf. S. Ferri, dans son article de 1956.
  • 22 F. Castagnoli, loc. cit. p. 140 ; Gnomon, 33, 1961, η. 1 et RM 73-74, 1966-67, p. 10.
  • 23 L’aménagement systématique de cette zone, entreprise par Octave immédiatement après Actium, semble (...)
  • 24 Gwyn Morgan, loc. cit., p. 487 seq.
  • 25 Cf. A. Degrassi, op. cit., p. 63, p. 508 et p. 512-514. Ces Fasti sont postérieurs aux années 13-1 (...)
  • 26 Sur la Curia Octaviae, cf. Pline, HN, 36, 28 : similiter in curia Octaviae quaeritur de Cupidine f (...)

8Il faut convenir que la modification du texte unanime des manuscrits, indépendamment des problèmes de méthode qu’elle ne manque pas de soulever21, repose sur un postulat dont la nécessité ne s’impose pas d’elle-même ; il pourrait s’énoncer ainsi : bien qu’ils ne se réfèrent pas, et pour cause, à un même stade de l’édifice, la notice de Vitruve et le plan sévérien évoquent un temple dont le plan n’a guère varié en l’espace de quelque 350 ans, et peuvent à ce titre s’éclairer l’un l’autre. Ce que F. Castagnoli appelle l’évidence des faits comporte ainsi une pétition de principe assez périlleuse22 : il faut admettre d’abord que la restauration augustéenne, qui devait transformer le portique de Metellus en une porticus Octaviae, n’a pas altéré l’ordonnance initiale des deux sanctuaires, et ensuite que la Forma sévérienne nous conserve le plan de l’état augustéen du portique. Si la seconde assertion est plus que probable, compte tenu du fait que les travaux d’urbanisme accomplis dans ce quartier par le premier empereur devaient imposer aux édifices une orientation et une répartition pratiquement immuables23, la première demeure audacieuse : il est certain en effet que la réfection du portique entraîna celle des temples. A ce propos on peut s’étonner que l’article déjà cité de Gwyn Morgan essaie de remettre en cause, sans produire d’élément nouveau, les faits établis par A. Degrassi24 : le fragment conservé des Fasti Palatii Urbinatis, postérieur aux années 13-11 av. J.-C, révèle que le dies natalis des temples de Jupiter Stator et de Junon Regina, comme celui de tous les sanctuaires de la zone in Campo restaurés par Auguste, est désormais fixé au 23 septembre, jour anniversaire du Princeps, ce qui atteste indubitablement une nouvelle dédicace, consécutive à une réfection partielle ou totale25. Sans préjuger ici des principes observés par Auguste en ce domaine, on doit constater que l’introduction de la Curia Octaviae, de forme absidale, dans la moitié Nord du complexe architectural, constituait à elle seule une raison suffisante pour donner aux deux temples une face postérieure aveugle et unie26 ; c’est sur elle que venait s’adosser l’extrémité de la construction curviligne, et une colonnade sur le petit côté Nord de l’aedes Iovis eût représenté, dans une telle ordonnance, un non-sens structurel et plastique (fig. 1).

  • 27 Cf. par ex. III, 3, 4 (= 71,12) : tamquam est Apollinis et Dianae aedis ; III, 3, 5 (71,19-20) : u (...)
  • 28 Cf. IV, 8, 4 = 101, 18 seq. : uti est Castoris in circo Flaminio. . . ; sur ce type de plan, cf. A (...)
  • 29 Pour les plus anciens exemples de peripteroi sine postico, cf. F. Castagnoli, dans RM, 62, 1955, p (...)

9La conjecture de Krohn paraît d’autant plus aventurée que le texte initial se suffit à lui-même, et offre une cohérence interne très satisfaisante : le quemadmodum par lequel Vitruve ouvre la série des exemples introduit généralement, au même titre que uti est ou tamquam27, des éléments de référence dont l’adéquation à la définition théorique décroît à mesure qu’ils se multiplient ; ainsi, en IV, 8, 4, si le sanctuaire de Veiovis, mentionné en seconde position dans la série des temples à cella barlongue, correspond assez bien au schéma esquissé par Vitruve, l’Erechthéion invoqué en quatrième position n’entretient plus avec lui que des rapports lointains28. Dans notre texte du livre III, il serait pour le moins inattendu que le premier exemple allégué fût précisément un temple dont l’ambulatio n’était pas périphérique ; il est plus normal que l’« anomalie » — en l’occurrence l’absence de posticum — n’apparaisse qu’avec l’exemple suivant. Si l’on accorde à Vitruve un minimum de logique, on doit admettre qu’il a choisi à dessein ces deux temples pour faire « voir » à son lecteur romain d’abord le plan orthodoxe du périptère complet, avec l’aedes Iovis, et en second lieu la dérivation qu’on en trouve fréquemment en milieu italique, depuis le iiie s. av. J.-C, avec l’aedes Honoris et Virtutis29.

  • 30 Cf. III, 2, 7 (= 70,3) ; III, 2, 8 (= 70,10), etc.
  • 31 Autres exemples : III, 2, 6 (= 69,21) ; III, 2, 6 (= 69,24). C’est seulement en IV, 4, 1 (= 94,21) (...)
  • 32 Cependant cette étude de l’intérieur des temples et de leur pronaos se situe à un niveau de généra (...)

10Mais que désigne exactement ce mot de posticum ? L’interprétation la plus couramment admise a été, nous l’avons dit, contestée par S. Ferri. A tort, nous semble-t-il. Ce n’est pas parce qu’en maint passage du livre III posticum paraît être pris pour le symétrique de pronaos30, qu’il désigne effectivement la réalité entendue dans l’architecture grecque par le mot opisthodome, c’est-à-dire un espace délimité, derrière la cella, par le prolongement des murs de celle-ci, et le plus souvent des colonnes in antis. En fait, moins rigoureux qu’on ne le croit parfois dans le maniement du vocabulaire technique, Vitruve confond volontiers, dans ces mêmes passages, l’espace du pronaos et celui du pteroma dans la mesure où il lui arrive de substituer au mot de pronaos celui de frons ; en particulier dans le texte qui nous occupe, il est clair que l’expression in fronte et postico est exactement équivalente à in pronao et postico, et que le théoricien entend par là, dans l’un et l’autre cas, la colonnade de la péristasis sur les petits côtés31. Ajoutons que lorsqu’il en vient à préciser, en IV, 4, 1, les proportions canoniques de la cella, s’il met en place un pronaos au sens propre du terme, il n’évoque pas un instant la présence d’un opisthodome32. On en doit conclure qu’à l’intérieur de sa colonnade périphérique le sanctuaire périptère du type le plus orthodoxe ne comporte pour Vitruve qu’un mur aveugle au fond de la cella, et que le posticum n’est rien d’autre que l’espace compris entre ce mur et la colonnade de la face postérieure. Sur ce dernier point du moins l’interprétation de F. Castagnoli demeure indiscutable.

  • 33 Cf. III, 2, 5 (= 69,14-20) et III, 2, 6 (= 69,20-26).
  • 34 L’entrecolonnement de l’eustyle vaut 2,25D (où D représente le diamètre inférieur de la colonne, e (...)
  • 35 IV, 4,1 (= 94,14) : distribuitur autem longitudo aedis, ut latitudo sit longitudinis dimidiae part (...)
  • 36 A. Choisy, Vitruve, I, Paris, 1909, p. 163 : « Tant que la largeur totale est inférieure à 20 pied (...)
  • 37 Cf. IV, 3, 10 (= 94,10-12) : quoniam exterior species symmetriarum et corinthiorum et doricorum et (...)
  • 38 Et de fait, rien n’indique que Vitruve y ait renoncé. Au contraire, il paraît la renouveler, dans (...)

11Cependant on ne semble pas s’être avisé d’une autre difficulté, inhérente aux textes de Vitruve, et qui trahit certainement, sinon la contamination, du moins l’utilisation alternée de deux sources différentes. Les normes adoptées dans le livre III pour le temple périptère sont de toute évidence déduites de celles qui régissent le pseudo-diptère : même rapport de 1/2 entre le nombre des entrecolonnements des longs côtés et ceux des façades, même constante dans la largeur de l’ambulatio, égale, dans le pseudo-diptère, à deux entrecolonnements plus une colonne, et dans le périptère à un entrecolonnement simple, ceci sur le pourtour de l’édifice, comme l’indique expressément l’emploi de circum et de circa dans chacun des deux passages33. Bien que Vitruve ne le dise pas, cette dernière exigence implique une cella de forme assez allongée, faute de quoi l’espace entre les antes et les petits côtés de la colonnade serait plus large que le couloir régnant sur les parois latérales. Dans l’hypothèse la plus canonique, celle de l’hexastyle eustyle, les dimensions de la colonnade périphérique, exprimées en modules, atteignent 18 x 33,5, soit un rapport largeur/longueur de 1/1,86, alors que celles du sanctuaire lui-même, y compris le pronaos, sont de 11,5 x 27, soit un rapport de 1/2,3434. Dans le livre IV au contraire, Vitruve, qui aborde la question sous l’angle plus concret de la mise en place des structures internes, pose en principe que la cella, pronaos compris, doit être deux fois plus longue que large35. Il ne s’agit pas, comme le veut A. Choisy, d’une particularité des petits sanctuaires, ni, comme l’affirme F. W. Schlikker, d’une caractéristique des périptères doriques, mais bien d’une disposition qui concerne tous les temples, quels que soient leur ordre et leurs dimensions36 : la dernière phrase du chapitre 3, qui clôt l’étude de l’exterior species est formelle sur ce point, et la reprise du même principe à propos des temples à cella barlongue confirme son universalité en termes non ambigus : cellae enim longitudinibus duplices sunt ad latitudines uti reliquae37. Cela entraîne pour le périptère ionique, si l’exigence d’une ambulatio de largeur constante est maintenue38, une transformation assez notable du rectangle de la péristasis : en conservant une façade hexastyle et un rythme de colonnade eustyle, les dimensions de la cella, exprimées en modules, sont de 11,5 x 23, alors que celles du stylobate devraient se réduire cette fois à 18 x 29,5, soit un rapport de 1/1,63. Autrement dit les longs côtés se trouvent abrégés d’un tronçon de quatre modules, ce qui ne correspond à aucune unité structurelle définie, mais se situe evidemment entre la somme de 1 entrecolonnement + 1 colonne (= 3,25 modules) et celle de 2 entrecolonnements + 2 colonnes (= 6,50 modules).

  • 39 Sur Hermogénès et Vitruve, cf. A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, dans Denksc (...)

12Selon qu’on suit le texte du livre III ou celui du livre IV, on doit donc imaginer le schéma-type du périptère vitruvien soit sous la forme d’un temple de 6 colonnes sur 11, à cella allongée, soit sous celle d’un temple de 6 colonnes sur 9 ou 10, à cella plus trapue. Dans le premier cas, il paraît naturel de postuler une dérivation à partir d’Hermogénès d’Alabanda39. Le pseudo-diptère, tel que Vitruve le trouvait décrit dans le traité de cet architecte asiatique, constituait pour lui le temple idéal. Il le dit explicitement en III, 3, 9, après avoir vanté les vertus du rythme eustyle :

  • 40 III, 3, 9 = 73,6-9. Voir aussi, à propos d’Hermogénès, III 2, 6 (= 70,1) ; III, 3, 8 (= 72,16) ; I (...)

Haec autem ut explicantur in pseudodipteris aedium dispositionibus ! Quare videtur acuta magnaque sollertia effectus operum Hermogenes fecisse reliquisseque fontes, unde posteri possent haurire disciplinarum rationes40.

  • 41 Le traité concernant le temple hexastyle eustyle de Dionysos à Téos ne décrivait qu’un monoptère, (...)

13Même si Hermogénès ne donnait, comme il est probable, aucune directive concernant le périptère41, Vitruve pouvait sans peine en déduire les proportions, au terme d’une démarche extrêmement simple, explicitée par la fig. n° 2.

  • 42 Pour l’identification du temple, cf. en dernier lieu F. Coarelli, L’ara de Domizio Enobarbo..., p. (...)

14Il est plus difficile de mettre un nom à l’origine du second schéma. Nous connaissons toutefois un temple à Rome qui offre des caractéristiques comparables, c’est celui qu’on s’accorde ordinairement pour identifier à l’aedes Neptuni in circo. Découvertes en 1837 par l’architecte français Baltard, les ruines de cet édifice, situées entre la via degli Specchi et la via di S. Salvatore in Campo, comportent six colonnes, dont cinq alignées. La restitution de Vespignani, qui modifie radicalement, en se fondant sur des observations précises, les premières tentatives de Canina, présente un portique de 6 colonnes sur 9, de rythme presque pycnostyle ; pour la cella, dont aucun vestige n’a pu être retrouvé, l’archéologue s’inspire directement de Vitruve, IV, 1 — ce qui ôte évidemment, de notre point de vue, toute valeur démonstrative à sa reconstitution — mais il est clair que les proportions du stylobate excluent en toute hypothèse la présence d’un opisthodome, et imposent pour les dimensions de la salle cultuelle, pronaos compris, un rapport très proche de 1/242 (fig. 3).

Fig. 2 - DÉDUCTION DU PÉRIPTÈRE À PARTIR DU EUSTYLE À PARTIR DU PSEUDO-DIPTÈRE. (D’APRÈS VITRUVE, III, 2, 5-6 ET III, 3, 6-7).

  • 43 Pline, 36,26 : sed in maxima dignitate delubro Cn. Domitii in circo Flaminio Neptunus ipse.
  • 44 Cf. en dernier lieu G. Fuchs, Architekturdarstellungen auf röm. Münzen der Republik und der frühen (...)
  • 45 Cf. Suétone, Divus Augustus, 29, 8 : a L. Cornificio aedes Dianae. L’épithète Cornificiana est att (...)
  • 46 Cf. G. Fuchs, op. cit., p. 37 et pl. IV, 57, V, 58.
  • 47 De oratore, I, 62 : nec, si huic M. Antonio pro Hermodoro fuisse de navalium opere dicendum, non, (...)
  • 48 P. Mingazzini, dans Arti Figurative, II, 1946, p. 145 seq. ; F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarb (...)
  • 49 Loc. cit., p. 336.
  • 50 Edit. de 1960 du plan sévérien, p. 120, fragment 103.
  • 51 Sur les tendances de l’époque hadrianique en matière de constructions religieuses, et les réminisc (...)
  • 52 Cf. F. Coarelli, Classe dirigente romana e arti figurative, dans Dialoghi di Archeologia, IV-V, 19 (...)
  • 53 Je ne saurais trop remercier ici F. Coarelli, qui m’a permis l’accès aux vestiges de ce temple, et (...)
  • 54 Voir à ce sujet D. E. Strong, J. B. Ward Perkins, loc. cit., p. 20.
  • 55 Sur les « Wulstbasen » cf. R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, II, 1, (...)
  • 56 Cf. M. Wegner, Schmuckbasen des antiken Rom, Orbis antiquus, 22, Munster, 1966, p. 9 seq., sur la (...)

15Il se trouve que, replacé dans son contexte topographique et religieux, ce temple paraît étroitement lié à l’activité d’Hermodoros. On sait que l’expression delubrum Domitii, employée par Pline pour désigner le sanctuaire de Neptune, a longtemps imposé l’idée que l’édifice avait été construit à la fin de l’époque républicaine43 : il est naturel en effet de la rapprocher des monnaies émises dans les années 40 av. J.-C. par les soins de l’amiral Domitius Ahenobarbus, dont les revers s’ornent d’une aedes Neptuni44. Mais l’expression de Pline peut aussi bien s’entendre d’un temple restauré : songeons par exemple à l’aedes Dianae Cornificianae, qui doit son nom, ou plutôt son cognomen, au fait que la réfection du vénérable temple de Diane sur l’Aventin fut confiée parOctave à Cornificius45. Quant aux monnaies, elles présentent une image tellement schématique, si proche, par son irréalisme, de celles du temple du Divus Julius émises en 36 av. J.-C, c’est-à-dire bien avant l’achèvement de cet édifice, qu’on n’en saurait tirer aucun indice chronologique sûr46. Il est en revanche important de souligner que ce temple de Neptune entretenait avec les navalia des liens cultuels évidents, que la proximité des deux constructions ne pouvait que renforcer. Un texte de Cicéron nous apprend que les navalia furent restaurés par Hermodoros à l’extrême fin du iie s. av. J.-C47. Si l’on admet, avec P. Mingazzini et F. Coarelli, que le thiase marin qui ornait, au dire de Pline, l’intérieur du sanctuaire, est l’œuvre de Scopas Mineur, artiste néo-attique actif à Rome dans le dernier quart du iie s. av. J.-C, il est tentant de postuler une restauration décisive du temple, due à Hermodoros lui-même, dont on sait par ailleurs qu’il travaillait en collaboration étroite avec les sculpteurs grecs œuvrant dans l’Urbs à la même époque48. L’hypothèse, émise par F. Coarelli49, est d’autant plus séduisante que le temple possède, outre les particularités signalées plus haut, une crépis à quatre degrés, trait rarissime dans les constructions religieuses de Rome : si l’on fait abstraction d’un fragment du plan sévérien reproduisant partiellement un curieux périptère dont les murs de cella s’enrichissent de parastades50, les deux seuls exemples connus sont le temple rond du Forum Boarium et le temple double de Vénus et Rome. L’un et l’autre, à près de deux siècles et demi de distance, sont les témoins de périodes hellénisantes51 ; le premier, à propos duquel on a cru pouvoir aussi prononcer le nom d’Hermodoros, appartient précisément à cette même fin du iie s. av. J.-C, et contenait également, selon toute probabilité, une statue cultuelle signée de Scopas Mineur52. En second lieu, l’examen de deux des colonnes encore en place dans l’une des caves contigües à l’église de San Salvatore in Campo nous a révélé que le marbre utilisé provenait, comme celui du temple rond du Forum Boarium dans sa première phase, des carrières du Pentélique : c’est une présomption supplémentaire en faveur d’une datation haute53, à laquelle il convient d’ajouter le fait que le tambour inférieur du fût est taillé dans le même bloc que la base54. Celle-ci, constituée d’un seul tore, loin d’offrir, comme le voulait Jordan, un profil « doricotoscan », se rattache sans doute à la lointaine tradition des « Wulstbasen » lesbiques, mais sa courbure l’apparente, du point de vue typologique, à l’élément supérieur d’une base ionique55 (fig. 4) ; il s’agit là, à notre connaissance, d’un hapax dans l’architecture de Rome, qui ne saurait avoir vu le jour que dans une période où la base attique n’a pas encore conquis la suprématie quasi exclusive qui sera la sienne dès l’époque syllanienne56.

Fig. 3 - LE TEMPLE DE LA VIA DI S. SALVATORE IN CAMPO.

Fig. 4 - LES BASES DU PEMPLE DE LA VIA DI S. SALVATORE IN CAMPO.

  • 57 A. Birnbaum, op. cit., p. 6 seq., soulignait déjà combien les constructions connues d’Hermogénès r (...)
  • 58 Il est remarquable, à cet égard, que Vitruve ne fournisse dans ce livre aucune indication sur l’or (...)

16Il paraît donc raisonnable d’admettre que ce temple de Neptune, si insolite dans l’Urbs, conserve, en dépit de la restauration dont il fut l’objet à la fin de la République, l’empreinte de celui qui fut l’un des premiers architectes grecs ayant travaillé à Rome, Hermodoros de Salamine. C’est lui qui, selon toute probabilité, constitue la source du second schéma vitruvien, impliqué dans les indications fugitives mais nettes de IV, 4, 1, et incompatible avec les exigences de III, 2, 5. Ceci étant admis, il peut sembler curieux que, dans ce dernier passage, inspiré, lui, d’Hermogénès d’Alabanda, Vitruve se réfère à un temple comme celui de Jupiter Stator, dont il est logique de penser qu’il présentait des caractères voisins de ceux de l’aedes Neptuni. Mais les points de comparaison invoqués par cet auteur sont toujours, à des degrés divers, des approximations. Cela est patent même lorsqu’il se réfère aux œuvres de celui dont il démarque le traité : nous en avons la preuve dans les disparités qui subsistent entre la description du temple eustyle, et les données fournies par l’examen des constructions de Téos et de Magnésie du Méandre57. A plus forte raison, lorsqu’il cherche à Rome même des éléments qui puissent évoquer pour son lecteur le schéma idéal, doit-il se contenter, dans la plupart des cas, d’édifices comparables mais non exactement semblables. Autant il eût été surprenant que l’aedes Iovis, premier nommé des temples périptères, ne présente point de posticum, autant il est concevable qu’il n’ait pas possédé les 11 colonnes requises sur les longs côtés, particularité qui ne modifiait pas notablement son aspect extérieur — le seul pris en considération dans le livre III58.

  • 59 L’expression est de Vitruve, IV, 8,5 (= 102,3-4). Cf. à ce sujet A. Boëthius, Vitruvius and the Ro (...)
  • 60 Cf. F. W. Schlikker, op. cit., p. 142 seq. et G. Gruben, op. cit., p. 131 seq. et 402 seq.
  • 61 Sur ce type de plan, cf. en dernier lieu les études de G. Gruben, op. cit., p. 379 seq. ; B. Hodge (...)
  • 62 Cf. en dernier lieu O. Bauer, Beobachtungen am Athenatempel in Priene bei den Bestandsaufnahmen 19 (...)
  • 63 Cf. J. Kohte, C. Watzinger, Magnesia am Maeander, Berlin, 1909, p. 43, fig. 30 ; G. Gruben, op. ci (...)

17Les périptères construits par Hermodoros devaient ainsi offrir une physionomie spécifique. Ils n’appartenaient nullement à cette catégorie d’édifices qui, à la même époque, relevaient de la Tuscanicorum et Graecorum communis ratiocinatio59. On ne saurait en effet arguer de la seule suppression de l’opisthodome pour déceler dans leur plan une concession aux principes de frontalité étrusco-italiques : cet élément tendait en fait à s’atrophier dès l’époque tardo-classique, quand il ne disparaissait pas complètement, en vertu d’un goût nettement marqué à partir du ive s. pour les formes architecturales plus courtes et plus ramassées60. Les temples doriques d’Asklépios à Epidaure et de Zeus à Némée en offrent déjà des exemples caractéristiques, et la tendance devait culminer à l’époque hellénistique avec le temple d’Athéna Polias à Pergame (6 colonnes sur 10) et, un siècle plus tard, l’Asklépieion de Cos61. Dans l’architecture ionique le phénomène ne peut être suivi avec autant de précision, en raison du manque de vestiges exploitables, mais la « codification » de Pythéos, au temple d’Athéna Polias de Priène, orientait déjà les recherches dans une direction semblable, puisque l’opisthodome n’y est plus profond que d’une travée62. Quant au rapport de 2-2-1 qui régit, dans le pseudo-diptère de Magnésie, la profondeur des trois espaces : pronaos, cella, opisthodome, il contient en germe la suppression du dernier, dès lors que la péristasis, redevenant simple, se réduit, sur les longs côtés, de 15 à 11 colonnes63. Indépendamment de ces antécédents, il est clair que toute recherche de frontalité se trouvait abolie par la présence de la galerie périphérique et de la crépis.

18On se gardera d’oublier, de surcroît, que dans leur première version les deux édifices religieux du portique de Metellus occupaient le centre de la place quadrangulaire, et qu’une aire libre les séparait de toutes parts de la porticus elle-même, laquelle constituait une sorte d’écho de la galerie du ou des temples périptères. La répartition des volumes et des espaces répondait ainsi à des conceptions différentes de celles qu’on observe dans le portique d’Octavie, où les deux temples sont rendus solidaires du fond de la place, non seulement par l’intermédiaire de la Curia Octaviae, mais aussi par des murs qui prolongent vers le nord leurs podiums respectifs. Le projet initial se trouvait ainsi transformé par les soins d’Auguste en un complexe qui semblait vouloir retrouver, dans la mesure où le permettait l’imbrication des constructions de la zone, quelque chose de la frontalité et de la hiérarchie des espaces qui caractérisait déjà le Forum de César.

  • 64 F. W. Schlikker, op. cit., p. 30, le souligne bien : « Hermodoros errichtete einen rein griechisch (...)
  • 65 Sur Mucius, connu seulement d’après Vitruve, cf. III, 2, 5 (= 69,20) et VII, praef. 17 (= 161,21 - (...)

19Le portique de Metellus se concevait en revanche comme un véritable téménos, et il apparaît à cet égard exemplaire de cette période d’hellénisation intense que fut la seconde moitié du iie s. av. J.-C.64. Le compromis, la consuetudo italica hellénisée, ne se feront jour que lors de la période suivante, au cours de laquelle les équipes régionales, prenant leurs distances par rapport à ces magistrales leçons d’architecture, les réinterprèteront dans leur perspective et avec leurs moyens propres. Il est significatif que, quelques décennies après la construction du temple de Jupiter Stator, Mucius, qui, si l’on en croit Vitruve, avait admirablement assimilé les principes d’Hermodoros et d’Hermogénès, ait pris l’initiative de construire un temple sine postico, retrouvant ainsi, après une brève éclipse, un schéma italique déjà ancien, mais le transfigurant sans doute en le parant de tous les prestiges du nouveau décor architectonique, et en lui conférant des proportions proches de celles des temples grecs65.

  • 66 Pline, 34,52 : cessavit deinde ars, ac rursus olympiade CLVI revixit, cum fuere longe quidem infra (...)
  • 67 Sur les rapports possibles de Metellus et d’Hermodoros, cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 498, n. (...)
  • 68 Voir sur ce problème l’étude déjà citée de F. Coarelli, dans Dialoghi di Archeologia, 1970-71, p. (...)
  • 69 Pline, 36, 35 : iidem Polycles et Dionysius, Timarchidis filii, Iovem qui est in proxima aede fece (...)
  • 70 F. Coarelli, ibid., p. 336 seq.
  • 71 Cf. F. W. Schlikker, op. cit., p. 31 seq.
  • 72 Velleius Paterculus, I, 11, 3 seq. : Hic est Metellus Macedonicus, qui porticus, quae fuerunt circ (...)
  • 73 M. Gwyn Morgan, op. cit., p. 485 seq., tout en repoussant l’hypothèse de Boyd selon laquelle aedes(...)
  • 74 M. J. Boyd, loc. cit., p. 154 seq.
  • 75 Cf. à ce sujet W. D. Heilmeyer, op. cit., p. 33 seq. et la bibliographie citée dans les notes 125 (...)
  • 76 D. E. Strong et J. B. Ward-Perkins, loc. cit., p. 19 et p. 30 soulignent avec raison que l’absence (...)
  • 77 D. E. Strong, J. B. Ward Perkins, loc. cit., ibid., F. Rakob, Zum Rundtempel auf dem Forum Boarium (...)

20Comme tous les autres artistes de la période du revixit ars66, attirés à Rome par la nobilitas de la seconde moitié du iie s. av. J.-C, Hermodoros de Salamine, qui peut-être vint en Italie à l’instigation de Metellus lui-même, ne devait avoir en fait ni le désir ni la possibilité de créer dans l’Urbs autre chose que des formes plus ou moins directement inspirées de schémas ou de thèmes néo-classiques67. Sa tâche essentielle ne pouvait être que celle-ci : en mettant au service de l’oligarchie dirigeante son savoir-faire et sa culture, promouvoir dans Rome une architecture proprement grecque, dont l’originalité, et le luxe alors inusité, devaient rehausser le prestige personnel des commanditaires — généraux vainqueurs et triomphateurs de la Grèce et de l’Orient — en les inscrivant dans la lignée des évergètes hellénistiques et en affirmant leur hautaine volonté de rupture avec les traditions italiques68. A cet égard il est opportun de rappeler qu’Hermodoros travaillait en étroite collaboration avec des sculpteurs néo-attiques puisque Pline nomme Dionysios et Polyclès comme les auteurs de la statue de culte du temple de Jupiter Stator69, et que l’on a récemment proposé d’attribuer à Scopas Mineur le groupe cultuel du temple de Mars in circo70. Dans de telles conditions l’apparition du marbre comme matériau architectonique prend tout son sens : elle s’inscrit dans les mêmes recherches stylistiques et techniques, et s’avère inséparable de l’introduction de l’ionisme oriental, dont Hermodoros, de par son origine et sa formation, fut sans doute en son temps l’un des plus actifs propagateurs71. Aussi, lorsque Velleius Paterculus affirme, en une phrase un peu sibylline, qui a suscité de nombreuses discussions, que Q. Metellus fut le premier à avoir fait construire à Rome aedem ex marmore in iis ipsis monumentis, il n’est aucune raison de mettre en doute son témoignage72, et le mot de aedes au singulier ne peut s’appliquer qu’au temple bâti de toutes pièces par le commanditaire, celui précisément de Jupiter Stator73. Malgré la curieuse interprétation proposée de ce texte par M. J. Boyd74, et les réserves émises par de nombreux auteurs sur l’historicité des indications fournies par cet écrivain75, il est aisé de constater que les formules de Pline qu’on se plaît à lui opposer, ne prouvent rien, en raison de leur visée polémique et antihistorique76. Surtout, l’existence du temple rond du Forum Boarium apporte à l’assertion de Velleius une confirmation indirecte mais éclatante. L’étude de D. E. Strong et J. B. Ward-Perkins, ainsi que l’article préliminaire de l’architecte F. Rakob, chargé de sa publication complète, ne laissent aucun doute sur le caractère grec de la conception, sinon de l’exécution de cette tholos périptère à crépis, construite en marbre pentélique à la fin du iie s. av. J.-C.77. Si aucun indice déterminant ne nous autorise pour l’instant à créditer Hermodoros de sa réalisation, il est incontestable, comme nous l’avons déjà souligné, qu’elle participe des mêmes tendances artistiques et idéologiques que les temples attribués au Chypriote.

  • 78 VII, Praef. 12 (= 159,9 - 10) : Hermogenes de aede Dianae, ionice qui est Magnesia pseudodipteros, (...)
  • 79 IV, 8, 1-2.

21Que Vitruve ait eu les yeux tournés vers les édifices de cette période, nul ne saurait s’en étonner. Ils devaient représenter, pour le théoricien nourri de culture hellénistique, une sorte d’âge d’or, trop vite révolu, de l’architecture romaine. Aussi comprenons-nous qu’il ait suivi Hermodoros au moins autant qu’Hermogénès pour la recomposition idéale du temple périptère, et peut-être pour d’autres types de constructions religieuses. Mais quel rapport exact entretenait-il avec l’œuvre d’un architecte, qu’il ne pouvait avoir connu personnellement ? Dans le cas d’Hermogénès les choses sont relativement simples, puisque Vitruve mentionne lui-même l’existence de deux traités, auxquels il semble avoir eu accès78. Avec Hermodoros on peut être tenté d’imaginer une relation différente : la proximité immédiate de ses œuvres ne favorisait-elle pas une observation directe, d’où Vitruve eût tiré des mesures et des proportions, érigées ensuite en normes générales ? Il paraît légitime d’examiner là encore le cas très voisin du temple rond du Forum Boarium, où nous disposons à la fois des vestiges archéologiques, remarquablement conservés, et du texte théorique sur les tholoi, au livre IV du De Architectura79.

  • 80 F. Rakob, loc. cit., fig. 1, p. 276. La largeur du portique périphérique, jusqu’à la limite extern (...)
  • 81 IV, 8, 2 (= 101,5-6).
  • 82 IV, 8, 2 (= 101,4-5). cf. F. Rakob, loc. cit., p. 282 seq. et fig. 13 p. 283.

22Du plan coté de W. Niemann et F. Rakob, il ressort que la largeur de la galerie circulaire qui règne autour de la cella est à peu de chose près égale au tiers du diamètre de celle-ci, mesuré hors d’œuvre80 ; c’est exactement la proportion prônée par Vitruve dans son chapitre sur les temples ronds, puisque la cella doit occuper selon lui 3/5 de la largeur totale du stylobate : deinde cellae paries conlocetur cum recessu eius a stylobata circa partem latitudinis quintam81. D’autre part, en conformité avec la « règle » vitruvienne qui, contrairement à l’usage couramment observé de son temps, n’admet de podium que pour les tholoi monoptères et l’exclut dès que la colonnade englobe une cella, le temple du Forum Boarium possède seulement une crépis : sin autem peripteros ea aedes constituetur, duo gradus et stylobata ab imo constituantur82. Autant d’indices qui tendent à établir que ces passages du livre IV dépendent étroitement de l’auteur de l’unique tholos périptère dé marbre qui, selon toute probabilité, existât encore à Rome à l’époque de la rédaction du De Architectura.

  • 83 IV, 8, 2 (= 101,7-8) : eaque cella tantam habeat diametrum praeter parietes et circumitionem, quan (...)
  • 84 F. Rakob, loc. cit., p. 283-284.
  • 85 Pour Pline, cf. les remarques précises de H. Gallet de Santerre, op. cit., p. 66 seq. Pour Tite-Li (...)

23Si l’on continue cependant, en passant du plan à l’élévation, la comparaison du texte et de l’édifice, force est de constater que les données divergent : en particulier le principe vitruvien, qui limite la hauteur des colonnes au diamètre intérieur de la cella, n’est plus respecté83. Deux possibilités d’explication s’offrent ici : ou bien l’on admet que Vitruve suit une autre source, ce qui est certes toujours possible, ou bien on postule qu’il s’en tient aux indications laissées par l’auteur de la tholos, sans se soucier des particularités de sa réalisation. Cette seconde hypothèse, plus économique, trouve un élément de confirmation dans le fait que les équipes chargées de la construction du temple semblent avoir été, à l’exception de celles qui sculptèrent les chapiteaux, composées d’artisans locaux. F. Rakob souligne, dans son article préliminaire, les maladresses et malfaçons de l’exécution de détail, qui trahissent une totale absence de familiarité avec le matériau utilisé84. Seul le plan livrait donc fidèlement la pensée de l’architecte, et il fallait, pour en suivre le développement complet, se référer soit à ses écrits théoriques, s’il en avait laissé, soit à une tradition orale transmise aux épigones ; c’est ce que Vitruve paraît avoir fait. Cette démarche correspond bien, du reste, à ce que nous savons par ailleurs des méthodes de travail des érudits romains, qui préféraient souvent, qu’ils fussent historiens comme Tite-Live ou « antiquaires » à la façon de Pline, la compilation des fiches à l’observation directe85.

  • 86 F. W. Schlikker, op. cit., p. 29 seq.
  • 87 Pline, 35, 135. Sur le Metrodoros théoricien de l’architecture, cf. aussi Kroll, dans RE, XV, 2, 1 (...)
  • 88 VII, praef. 17 (= 162,1-5)
  • 89 VII, praef. 15 (= 160,11-14) : amplius vero in id genus scripturae adhuc nemo incubuisse videtur…
  • 90 Ibid., 14 (160,9-10) : item Terentius Varro de novem disciplinis unum de architectura, P. Septimiu (...)
  • 91 « Sur P. Septimius, cf. Münzer, dans RE, II, A, 2, 1923, col. 1562 et J. Collart, Varron, De lingu (...)
  • 92 On sait par Pline que Varron prisait fort Arcésilas et Pasitélès (cf. 33,156 ; 36,39 seq. et 36,91 (...)
  • 93 Cf. M. J. Boyd, loc. cit., p. 152.

24Le fait que Vitruve ait pu s’inspirer d’Hermodoros, au moins dans le cas des temples périptères, n’implique-t-il pas une transmission du même ordre ? Une idée ingénieuse, émise voici plus de trente ans par Schlikker, mérite d’être reprise en considération : l’auteur des « Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv » proposait d’identifier le Hermodoros de Vitruve et de Cornelius Nepos au Metrodoros de l’index du livre XXXV de Pline86 ; le nom de ce dernier n’est en effet qu’une restitution, à partir d’une tradition manuscrite très défectueuse, et il est assorti de l’indication suivante : qui de architectonice scripsit. Cette trop succincte notice autorise certainement à distinguer le personnage, du peintre Metrodoros évoqué dans un autre passage87, et constitue une présomption non négligeable en faveur de l’hypothèse d’une activité théorique d’Hermodoros. Celle-ci du reste, indépendamment de la tendance à la codification, caractéristique des bâtisseurs de l’hellénisme tardif, devait se trouver naturellement encouragée par le milieu romain, mal informé encore des problèmes formels, et par la nécessité de constituer sur place une « école », à laquelle appartint peut-être, épigone assurément appliqué, ce Mucius tant vanté par Vitruve pour son orthodoxie88. Si l’on hésite toutefois à prêter à Hermodoros un traité d’architecture, en raison de son absence de la liste, apparemment exhaustive, des théoriciens grecs et romains, dressée par Vitruve dans la préface du livre VII89, il n’est pas impossible d’imaginer que ses enseignements ont été recueillis par l’un des deux écrivains tardo-républicains dont Vitruve rappelle qu’ils signèrent des volumina sur l’art de bâtir, P. Septimius et Varron90. Le premier pourrait s’être particulièrement intéressé à Hermodoros en raison des liens qu’il entretenait lui-même avec l’aristocratie sénatoriale du début du ier s. av. J.-C, descendante directe des commanditaires de l’architecte chypriote91 ; le second, amateur de sculpture néo-attique92, a pu donner de certaines de ses constructions une description précise, et nous savons du reste qu’une grande part de la documentation rassemblée par Pline à propos du portique de Metellus provenait en droite ligne de Varron93.

  • 94 W. Hoepfner, loc. cit., p. 213 seq., montre en effet, à la suite de H. Drerup, et contre H. Rieman (...)

25Ainsi, sans vouloir élever Hermodoros au rang de source principale — « Hauptquelle » — des livres III et IV du De Architectura, peut-on lui accorder, à côté d’Hermogénès, une place importante dans la série des auteurs auxquels Vitruve a emprunté, plus ou moins directement, ses données théoriques. Cette conclusion, à laquelle nous conduisent à la fois l’examen des textes et celui des vestiges archéologiques, ne permet pas seulement d’ajouter un nom à la liste de ceux qui semblent à l’origine du traité. Elle met en évidence, dans un cas significatif, certaines des incohérences internes de la compilation vitruvienne, et apporte en même temps un élément de confirmation aux travaux qui tendent à resserrer les liens de l’auteur latin avec la tradition hellénistique d’Asie. De même que le schéma de composition du chapiteau ionique, récemment examiné par W. Hoepfner94, la conception du temple périptère, telle qu’elle ressort des passages étudiés, paraît tributaire des recherches conduites en ce domaine dans les milieux hellénistiques orientaux, au cours du iie s. av. J.-C, et, selon toute vraisemblance, deux temples à Rome, ceux de Jupiter Stator et de Neptune, l’un et l’autre in circo, en conservaient, à l’époque de Vitruve, une image relativement fidèle.

ADDENDUM

26F. Zevi a montré que le temple de San Salvatore in Circo devait être identifié à celui que D. Junius Brutus Callaicus fit élever pour Mars, et que Cornelius Nepos désigne comme l’œuvre d’Hermodoros. L’attribution des vestiges analysés dans cet article à l’architecte grec s’en trouve donc confortée.

27F. Zevi, L’identificazione del tempio di Marte in circo e altre osservazioni, dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à J. Heurgon, 2, Rome, 1976, p. 387-410 (Collection de l’École française de Rome, 27).

28E. Tortorici, Il tempio presso S. Salvatore in Campo : V. Vespignani e Ermodoro di Salamina, dans Topografia romana. Ricerche e discussioni, Florence, 1988, p. 58-79 (Quaderni di topografia antica, 10).

29E. Rodríguez Almeida, Diversi problemi connessi con la lastra n. 37 della Forma Urbis marmorea e con la topografia in Circo e in Campo, dans Rendiconti della Pontificia Accdemia di archeologia, 64, 1991-1992, p. 3-26.

30F. Zevi, s.v. Mars in Circo, dans Lexicon topographicum Urbis Romae, III, Rome, 1996, p. 226-229.

Notes

1 La chose est assez rare dans la tradition vitruvienne pour qu’on la souligne. Le passage paraît remonter dans son ensemble à l’archétype x, selon le sigle adopté par F. Krohn, Vitruvii de architectura libri decem, Munich, 1912, p. viii et repris par les éditions postérieures (cf. en dernier lieu J.-P. Chausserie-Laprée, Un nouveau stemma vitruvien, dans BEL, 47, 1969, p. 347 seq.).

2 F. Krohn (ibid. p. 63, 1. 13) s’appuie en effet sur VII, praef. 17 (= 162, 1) : aedis Honoris et Virtutis Marianae cellae pour supprimer le ad du passage du livre III. Cette correction, acceptée par F. Castagnoli, Peripteros sine postico, dans RM, 62, 1955, p. 140, n. 3, est refusée par F. Granger, Vitruvius architecture, I, Londres, 3e édit., 1955, p. 168, par S. Ferri, Note archeologicocritiche al testo di Vitruvio, dans Parola del Passato 8, 1953, p. 214, Vitruvio, Architettura, Rome, 1960, p. 102, et par C. Fensterbusch, Vitruv, Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 144 et p. 162. L’expression ad Mariana des manuscrits semble évoquer en fait un ensemble de constructions dues à Marius, et a valeur d’indication topographique comme in porticu Meteïli ; il n’y a aucune raison pour la réduire à un simple adjectif.

3 Pline, HN, 36,40 : . . .Iovem fecit eboreum in Metelli aede. Le texte, comme le souligne M. J. Boyd, The Porticus of Metellus and Octavia and their two temples, dans PBSR, 21, 1953, p. 152 seq., paraît démarqué d’une notice de Varron. La mention d’une aedes Iovis chez Julius Obsequens, 18, dès 152 av. J.-C, n’est pas suffisante pour imposer l’antériorité du temple de Jupiter Stator par rapport au portique de Metellus. Cf. à ce sujet M. Gwyn Morgan, The Portico of Metellus : a Reconsideration, dans Hermes, 99, 1971, p. 486.

4 On considère généralement que le temple de Junon Regina fut dédié par l’un des deux censeurs de 179, M. Aemilius Lepidus, d’après Tite-Live, 40, 52, 1 et 2 ; sa construction était la conséquence d’un vœu du même personnage, alors consul, en 187 (Tite-Live, 39, 2, 11). C’est la position adoptée par G. Lugli, F. Castagnoli, M. J. Boyd (ibid., p. 155, n. 19, avec référ. bibliographiques aux auteurs précédents), A. Degrassi, Inscript. Italiae, XIII, 2, 1963, p. 544, et F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarbo e la cultura artistica in Roma nel II sec. a.C, dans Dialoghi di Archeologia, 1968, p. 334 seq. M. Gwyn Morgan (ibid., p. 486 seq.) essaie de dissocier le temple de Lepidus de celui de Metellus, mais il faut convenir que l’existence de deux sanctuaires dédiés à Junon Regina dans un espace aussi peu étendu que la zone in circo paraît bien improbable ; de surcroît on doit noter que les Fasti Antiates Minores (A. Degrassi, ibid., p. 18 et p. 508) ne mentionnent qu’un temple de Junon (dit d’ailleurs in campo) dont le dies natalis est le 23 décembre et un temple de Jupiter Stator dont le dies natalis est le 5 septembre. Il est plus simple d’admettre que Metellus engloba le temple de Lepidus dans son nouveau portique, peut-être en le restaurant, comme le suppose F. Coarelli (ibid., p. 335) ; le temple a pu en effet subir des dommages en 158.

5 Comme le souligne judicieusement M. Gwyn Morgan, le fait que le temple de Jupiter Stator soit attribué par Vitruve à Hermodoros est un argument décisif pour prendre 146 comme terminus post quem de la construction, car l’activité de l’architecte, attestée à Rome jusqu’à l’extrême fin du iie s. av. J.-C. avec l’édification des Navalia, ne saurait avoir commencé dans la première moitié du siècle. Sur les sources concernant Hermodoros, cf. Cornelius Nepos, VIII, 17, p. 383, édit. Halm (temple de Mars in circo) et Cicéron, De oratore, I, 62 (Navalia). Cf. F. Coarelli, loc. cit., p. 336 seq. ; Id., Navalia, Tarentum e la topografia del Campo Marzio Meridionale, dans Quaderni dell’Istituto di topografia antica dell’Università di Roma, V, 1968, p. 27 seq. ; Id., Classe dirigente romana e arti figurative, dans Dialoghi di Archeologia, 1970-71, p. 252 seq.

6 A l’exception du mur de soutènement indiqué par R. Lanciani dans Bull. Corr. Arch., 1878, p. 218. En revanche d’importants vestiges du temple de Junon Regina, dans sa version sévérienne, subsistent encore. Cf. A. M. Palchetti - L. Quilici, Il tempio di Giunone Regina nel Portico di Ottavia, dans Quaderni dello Istituto di topografia antica dell’Università di Roma, V, 1968, p. 77 seq.

7 G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti, La pianta marmorea di Roma antica, Rome, 1960, p. 91 et pl. XXIX.

8 H. Jordan, Topographie der Stadt Rom im Altertum, I, 3, Berlin, 1907, p. 540. Dans la restitution de cet auteur, à partir du codex vaticanus qui complète les fragments de marbre, le mur du fond ne se rabattait pas sur la ligne des colonnes.

9 F. Krohn, Vitruvii de architectura, Teubner, 1912, p. 63, 1. 12.

10 H. Jucker, Vom Verhältnis der Romer zur Bildenden Kunst der Griechen, Francfort sur le Main, 1950, p. 3 (« der Tempel… erhielt die Form eines rückhallenlosen Peripteros »).

11 G. Lugli, Borna Antica, Centro monumentale, Rome, 1946, p. 565.

12 F. Castagnoli, Peripteros sine postico, dans RM, 62, 1955, p. 140 seq.

13 Ibid. p. 143 : « nel primo di questi due templi (Giove Statore) è dato constatare che egli fece un’architettura non greca ».

14 L. Crema, Architettura romana, Enciclopedia classica, III, 12, 1, p. 47, s’en tient à la donnée du texte ; A. Boëthius dans Etruscan and Roman Architecture, Penguin Books, 1970, p. 136, en revanche, adopte implicitement la correction de Krohn.

15 M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 493, n. 3.

16 P. Granger, op. cit., p. 168.

17 S. Ferri, Note archeologico-critiche al testo di Vitruvio, dans Parola del Passato, 8, 1953, p. 221.

18 S. Ferri, Esigenze archeologiche e ricostruzione del testo, dans Studi classici e orientali, VI, 1956, p. 236 seq.

19 Id. Vitruvio, Rome, 1960, p. 101 seq.

20 C. Fensterbusch, Vitruv, Zehn Bücher über Architektur, Darmstadt, 1964, p. 144 et p. 543.

21 Cf. S. Ferri, dans son article de 1956.

22 F. Castagnoli, loc. cit. p. 140 ; Gnomon, 33, 1961, η. 1 et RM 73-74, 1966-67, p. 10.

23 L’aménagement systématique de cette zone, entreprise par Octave immédiatement après Actium, semble avoir informé définitivement les ensembles architecturaux, comme le suggère indirectement le fait que la Forma Urbis sévérienne conserve pour la Porticus Octaviae la dénomination augustéenne. Sur la chronologie des travaux d’Auguste, cf. F. W. Shipley, dans MAAR, 9, 1931, p. 45 seq.

24 Gwyn Morgan, loc. cit., p. 487 seq.

25 Cf. A. Degrassi, op. cit., p. 63, p. 508 et p. 512-514. Ces Fasti sont postérieurs aux années 13-11 av. J.-C. puisqu’on y trouve la mention du théâtre de Marcellus. Degrassi rappelle, dans sa discussion de l’hypothèse de Wissowa (Hermes, 58, 1923, p. 387) qui attribue le fragment au 5 sept., que les Actes des Arvales (addit. post.) désignent le 23 septembre comme la date anniversaire du temple d’Apollon ad theatr(um) Marc(elli). Gwyn Morgan, reprenant la théorie de Wissowa (loc. cit., p. 490), considère qu’aucun des deux temples n’a été restauré par Auguste. Il explicite en fait le postulat sous-jacent à la position de F. Castagnoli ; j’avais moi-même adopté cette position dans MEFR, 79, 1967, p. 531 seq.

26 Sur la Curia Octaviae, cf. Pline, HN, 36, 28 : similiter in curia Octaviae quaeritur de Cupidine fulmen tenente. L’expression de schola Octaviae employée par Pline, en 35, 114 (in schola in Octaviae porticibus) et en 36, 22 (nunc in Octaviae scholis positus) pour désigner de toute évidence la même construction, autorise à identifier cette « curie » à la grande exèdre semi-circulaire orientée vers le Nord, indiquée par la Forma Urbis. Cf. F. Coarelli, Il tempio di Bellona, dans BC, 80, 1965-67, p. 58, n. 103. Sur le sens de schola, cf. P. Gros, loc. cit., p. 508 seq.

27 Cf. par ex. III, 3, 4 (= 71,12) : tamquam est Apollinis et Dianae aedis ; III, 3, 5 (71,19-20) : uti est ad circum Maximum Cereris..., etc.

28 Cf. IV, 8, 4 = 101, 18 seq. : uti est Castoris in circo Flaminio. . . ; sur ce type de plan, cf. A. M. Colini, dans BC, 1942, p. 46 seq.

29 Pour les plus anciens exemples de peripteroi sine postico, cf. F. Castagnoli, dans RM, 62, 1955, p. 141 seq. Le cas de l’aedes Honoris et Virtutis, si l’on ne suit pas Krohn, devient, notons-le au passage, fort intéressant. Le précédent du temple dédié à ces deux entités par Marcellus en 208 laisse à penser qu’il devait comporter une cella double (cf. Tite-Live, 27, 25, 7-9), puisque les Pontifes voulaient un sanctuaire par divinité. On peut imaginer alors que l’absence de posticum s’explique par des raisons cultuelles : un allongement inusité de la cella, comportant deux salles séparées par un mur transversal, un peu à la façon du temple de Mantinée cité par Pausanias (VIII, 9, 1), aurait entraîné la suppression du portique dans la partie postérieure. Mais ce n’est là évidemment qu’une hypothèse invérifiable. Sur Mucius, l’architecte de ce sanctuaire conçu par Marius, cf. Vitruve, VII praef. 17 (= 162, 1-5).

30 Cf. III, 2, 7 (= 70,3) ; III, 2, 8 (= 70,10), etc.

31 Autres exemples : III, 2, 6 (= 69,21) ; III, 2, 6 (= 69,24). C’est seulement en IV, 4, 1 (= 94,21), que Vitruve distingue explicitement l’espace du pronaos de celui du pteroma : …quae disiungant pteromatos et pronai spatium.

32 Cependant cette étude de l’intérieur des temples et de leur pronaos se situe à un niveau de généralité qui prétend inclure tous les cas possibles.

33 Cf. III, 2, 5 (= 69,14-20) et III, 2, 6 (= 69,20-26).

34 L’entrecolonnement de l’eustyle vaut 2,25D (où D représente le diamètre inférieur de la colonne, et le module de l’édifice), sauf l’entrecolonnement central, égal à 3D. Cf. III, 3, 6 (= 71,21-72,1). Pour la colonnade : 1 = 6D + (2,25D X 4) + 3D = 18D ; L = 11D + (2,25D X 10) = 33,5D. De ces dimensions il faut ôter, pour obtenir celles de la cella, (1D + 2,25D) x 2 = 6,50D. On se place évidemment dans l’hypothèse où l’épaisseur des antes, sinon des murs, est égale à celle des colonnes, comme le veut du reste Vitruve. Cf. IV, 4, 4 (= 94,20) : dum antae eorum (sc. parietum) crassitudinibus columnarum sint aequales. Il va de soi que l’on ne tient pas compte, pour l’établissement de ces dimensions, de la présence des plinthes, tous les calculs vitruviens étant fondés uniquement sur l’épaisseur des colonnes à leur base. C’est ce que prouve, entre autres, III, 3, 7 (= 72,3-8) : frons loci quae in aede constituta fuerit… si sex erit columnarum, in paries XVIII (sc. dividatur) ; cf. à ce sujet les remarques judicieuses de R. Rebuffat, Thamusida II, Supplément 2 aux MEFR, 1970, tableau II en face de la page 242.

35 IV, 4,1 (= 94,14) : distribuitur autem longitudo aedis, ut latitudo sit longitudinis dimidiae partis, ipsaque cella parte quarta longior sit quam est latitudo, cum pariete, qui paries valvarum habuerit conlocationem. Reliquae tres partes pronai ad antas parietum procurrant, quae antae columnarum crassitudines habere debent.
Il est à noter que cette exigence s’inscrit dans la règle plus générale de la duplication de la longueur par rapport à la largeur, énoncée en III, 4,3 (= 76,12) : ita enim erit duplex longitudo operis ad latitudinem. cf. M. Theuer, Der Peripteraltempel, 1918, p. 58 seq. et H. Riemann, Zum griechischen Peripteraltempel, 1935, p. 116 seq.

36 A. Choisy, Vitruve, I, Paris, 1909, p. 163 : « Tant que la largeur totale est inférieure à 20 pieds, Vitruve ne paraît comprendre dans le programme du temple que la cella et son pronaos ». F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Berlin, 1940, p. 144, p. 152 et p. 154.

37 Cf. IV, 3, 10 (= 94,10-12) : quoniam exterior species symmetriarum et corinthiorum et doricorum et ionicorum est perscripta, necesse est etiam interiores cellarum pronaique distributiones explicare. Cette formule atteste sans ambages que ce qui va suivre concerne absolument toutes les catégories (cf. supran. 2, p.138), comme le prouve du reste la phrase citée dans le texte (IV, 8, 4 = 101, 24-25).

38 Et de fait, rien n’indique que Vitruve y ait renoncé. Au contraire, il paraît la renouveler, dans ce même chapitre 4, lorsqu’il recommande par deux fois (IV, 4, 1 = 94,19 et IV, 4, 4 = 95,20) que les antes du pronaos offrent la même épaisseur que les colonnes. Ce souci indique clairement la volonté de maintenir une stricte correspondance entre cella et portique, laquelle ne se conçoit que si l’ambulatio reste aussi étroite en façade que sur les longs côtés.

39 Sur Hermogénès et Vitruve, cf. A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, dans Denkschriften der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaft in Wien, 57,4, 1914, p. 5 seq. (dépendance exclusive, selon cet auteur, de Vitruve par rapport à l’architecte oriental) ; R. Carpenter, dans AJA, 30, 1926, p. 259 seq. (critique du précédent) ; A. von Gerkan, Der Altar des Artemis-Tempels in Magnesia am Mäander, Berlin, 1929, p. 27 seq. ; F. W. Schlikker, op. cit., p. 22 seq. (prend une position opposée à celle de Birnbaum, et refuse pratiquement toute liaison entre Vitruve et Hermogénès) ; H. Riemann, Vitruv und der griechische Tempel, dans AA, 1952, col. 2-38 (met en lumière, avec quelque excès sans doute, la part de l’interprétation personnelle dans le démarquage de Vitruve) ; D. S. Robertson, A Handbook of Greek and Roman Architecture, 2e édit., Cambridge, 1954, p. 153 seq. ; G. Gruben, Die Tempel der Griechen, Munich, 1966, p. 366 ; W. Hoepfner, Zum ionischen Kapitell bei Hermogenes und Vitruv, dans A M, 83, 1968, p. 213 seq. ; W. Weber, Der Zeus-Tempel von Aizani, dans AM, 84, 1969, p. 193 seq.

40 III, 3, 9 = 73,6-9. Voir aussi, à propos d’Hermogénès, III 2, 6 (= 70,1) ; III, 3, 8 (= 72,16) ; IV, 3, 1 (= 90,23) ; VII, praef. 12 (= 159,9-10).

41 Le traité concernant le temple hexastyle eustyle de Dionysos à Téos ne décrivait qu’un monoptère, si l’on en croit VII, praef. 12 = 159,10. Cf. cependant la restitution proposée par Y. Béquignon et A. Laumonier, dans BCH, 49, 1925, pl. VIII.

42 Pour l’identification du temple, cf. en dernier lieu F. Coarelli, L’ara de Domizio Enobarbo..., p. 305 seq., qui montre le bien-fondé de la vieille hypothèse de L. Urlichs, Skopas, Greifswald, 1863, p. 126 seq. Pour les vestiges et les essais de restitution, cf. L. Canina, Annali dell’Istituto di corrispond. Archeol., 1838, p. 1 seq. V. Vespignani, Avanzi di tempio incerto della IX Regione di Augusto, dans BC, 1, 1872-73, p. 212 seq., pl. V et VI ; Brunn, Poseidon-Fries in der Glyptothek zu München, dans Sitzungsberichte der Bayer-Akademie, 1876, p. 344 seq. ; Jordan, Topographie der Stadt Rom im Altertum, I, 3, 1907 p. 523 seq. Brunn donne un diamètre inférieur de 1,15 m. pour les colonnes encore en place, et Jordan un diamètre de 1,25. L’entraxe mesurant 2,66, on obtient dans les deux cas un rythme plus dense que le pycnostyle vitruvien : E/D = 2,32 chez Brunn et 2,12 chez Jordan, au lieu de 2,50 d’après III, 3, 2 (= 76,18). L’état actuel des vestiges interdit, dans l’immédiat, toute vérification précise.

43 Pline, 36,26 : sed in maxima dignitate delubro Cn. Domitii in circo Flaminio Neptunus ipse.

44 Cf. en dernier lieu G. Fuchs, Architekturdarstellungen auf röm. Münzen der Republik und der frühen Kaiserzeit (= Antike Münzen und geschnittene Steine, 1, 1963) p. 32 et pl. IV, 48.

45 Cf. Suétone, Divus Augustus, 29, 8 : a L. Cornificio aedes Dianae. L’épithète Cornificiana est attestée, entre autres, par la Forma Urbis Severiana (cf. édit. de 1960, p. 79 et pl. XXIII). Pour le temple de Neptune, A. Degrassi, op. cit., p. 487, p. 512 et p. 533, suppose plutôt une restauration qu’une construction de la part de Domitius.

46 Cf. G. Fuchs, op. cit., p. 37 et pl. IV, 57, V, 58.

47 De oratore, I, 62 : nec, si huic M. Antonio pro Hermodoro fuisse de navalium opere dicendum, non, quom ab illo causam didicisset, ipse ornate copioseque dixisset. Cf. F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarbo…, p. 340 et Navalia…, p. 29.

48 P. Mingazzini, dans Arti Figurative, II, 1946, p. 145 seq. ; F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarbo... p. 338 seq.

49 Loc. cit., p. 336.

50 Edit. de 1960 du plan sévérien, p. 120, fragment 103.

51 Sur les tendances de l’époque hadrianique en matière de constructions religieuses, et les réminiscences ionisantes qu’on y peut retrouver, cf. en dernier lieu W. Weber, loc. cit., p. 193 seq.

52 Cf. F. Coarelli, Classe dirigente romana e arti figurative, dans Dialoghi di Archeologia, IV-V, 1970-71, p. 263 seq.

53 Je ne saurais trop remercier ici F. Coarelli, qui m’a permis l’accès aux vestiges de ce temple, et F. Rakob, qui m’a apporté, pour l’identification du marbre, le secours de sa précieuse expérience. Le recours à ce matériau, sans apporter d’indice chronologique très précis, rend cependant peu probable l’hypothèse d’une construction à l’époque tardo-républicaine : dans les années 40 av. J.-C, on aurait employé sans aucun doute le marbre de Carrare. L’exploitation de ces carrières italiennes, commencée dans la première moitié du ier s. av. J.-C, devient intensive dès l’époque de César. Cf. L. Banti, dans SE, 5, 1931, p. 475 seq. ; 0. Vessberg, Studien zur Kunstgeschichte der römischen Republik, Lund-Leipzig, 1941, p. 63 seq. ; D. E. Strong, J. B. Ward Perkins, dans PB8B, 28, 1960, p. 19 ; W. D. Heilmeyer, Korinthische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970, p. 35.

54 Voir à ce sujet D. E. Strong, J. B. Ward Perkins, loc. cit., p. 20.

55 Sur les « Wulstbasen » cf. R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, II, 1, Paris, 1966, p. 129 seq. (Stoa hypostyle) et en dernier lieu B. Wesenberg, Kapitelle und Basen, Beobachtungen zur Entstehung der griechischen Säulenformen, Düsseldorf, 1971, p. 114 seq. L’un des exemples les plus récents se trouve à la façade du tombeau macédonien de Vergina ou Bergina. Cf. H. H. Büsing, Die griechische Halbsäule, DAI, Wiesbaden, 1970, p. 23 et p. 80 et B. Wesenberg, op. cit., p. 115.

56 Cf. M. Wegner, Schmuckbasen des antiken Rom, Orbis antiquus, 22, Munster, 1966, p. 9 seq., sur la répartition chronologique des bases « attiques » et « composites » à Rome.

57 A. Birnbaum, op. cit., p. 6 seq., soulignait déjà combien les constructions connues d’Hermogénès répondent mal à leur définition théorique vitruvienne. Le temple d’Artémis, cité en III, 2, 6 (= 70,1) est pseudo-diptère mais non eustyle ; le temple de Teos, cité en III, 3, 8 (= 72,15) est eustyle, mais ne présente pas cependant un élargissement de l’entrecolonnement central. Birbaum donnait de cela une raison curieuse mais non absurde : empêché par les commanditaires de réaliser son plan, Hermogénès aurait précisément écrit ses deux traités (Vitruve, VII, praef. 12 = 159,7-10) pour montrer ce qu’il aurait souhaité faire. Cf. aussi H. Drerup, Zum Artemis-Tempel von Magnesia, dans Marburger Winckelmanns Programm, 1964, p. 13 seq. et G. Gruben, op. cit., p. 364 seq.

58 Il est remarquable, à cet égard, que Vitruve ne fournisse dans ce livre aucune indication sur l’ordonnance de la cella du pseudo-diptère. L’affirmation de D. S. Robertson, op. cit., p. 156, selon laquelle le rapport vitruvien entre pronaos-cella-opisthodome serait de 2-3-2 ne repose sur rien.

59 L’expression est de Vitruve, IV, 8,5 (= 102,3-4). Cf. à ce sujet A. Boëthius, Vitruvius and the Roman Architecture of his Age, dans AIRRS, II, 1, 1939 (= Dragma M. P. Nilsson), p. 120 seq. et dans Etruscan and Roman Architecture, p. 132 seq. Voir aussi L. Crema, op. cit., p. 45 seq.

60 Cf. F. W. Schlikker, op. cit., p. 142 seq. et G. Gruben, op. cit., p. 131 seq. et 402 seq.

61 Sur ce type de plan, cf. en dernier lieu les études de G. Gruben, op. cit., p. 379 seq. ; B. Hodge Hill, The Temple of Zeus at Nemea, Amer. School of Classical Studies at Athens, 1967, 17, et le compte-rendu de A. Mallwitz, dans Gnomon, 42, 1970, p. 603 seq. ; H. Knell, Eine Beobachtung am Asklepiostempel in Epidaurus, dans AA, 1971, pl 206 seq. Voir aussi G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie s. av. J.-C, Paris, 1961, p. 390 seq.

62 Cf. en dernier lieu O. Bauer, Beobachtungen am Athenatempel in Priene bei den Bestandsaufnahmen 1965 und 1966, dans BJ, 169, 1969, p. 117 seq.

63 Cf. J. Kohte, C. Watzinger, Magnesia am Maeander, Berlin, 1909, p. 43, fig. 30 ; G. Gruben, op. cit., fig. 295 p. 369 ; R. Martin, dans Grèce hellénistique, Univers des Formes, Paris, 1970, p. 37.

64 F. W. Schlikker, op. cit., p. 30, le souligne bien : « Hermodoros errichtete einen rein griechischen Bezirk, wobei er wahrscheinlich einen schon vorhandenen Tempel umbaute… ». On peut évoquer à propos de ce portique la terrasse supérieure de l’Asklépiéion de Cos, par exemple. Cf. E. Will, Théâtres sacrés de la Syrie et de l’Empire, dans Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, 37, 1961, p. 217 seq. et pl. IV ; G. Gruben, op. cit., p. 379 seq.

65 Sur Mucius, connu seulement d’après Vitruve, cf. III, 2, 5 (= 69,20) et VII, praef. 17 (= 161,21 - 162,3).

66 Pline, 34,52 : cessavit deinde ars, ac rursus olympiade CLVI revixit, cum fuere longe quidem infra praedictos, probati tamen, Antaeus, Callistratus, Polycles Athenaeus, Callixenus, Pythocles, Pythias, Timocles. Cf. H. Gallet de Santerre, dans Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, livre 34, Paris, Les Belles Lettres, 1953, p. 47 seq. et F. Coarelli, Polycles, dans Studi Miscellanei, 15, 1970, p. 77 seq.

67 Sur les rapports possibles de Metellus et d’Hermodoros, cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 498, n. 3.

68 Voir sur ce problème l’étude déjà citée de F. Coarelli, dans Dialoghi di Archeologia, 1970-71, p. 241 seq.

69 Pline, 36, 35 : iidem Polycles et Dionysius, Timarchidis filii, Iovem qui est in proxima aede fecerunt. Cf. F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarbo..., p. 335.

70 F. Coarelli, ibid., p. 336 seq.

71 Cf. F. W. Schlikker, op. cit., p. 31 seq.

72 Velleius Paterculus, I, 11, 3 seq. : Hic est Metellus Macedonicus, qui porticus, quae fuerunt circumdatae duabus aedibus sine inscriptione positis, quae nunc Octaviae porticibus ambiuntur, fecerat… Hic idem primus omnium Romae aedem ex marmore in iis ipsis monumentis molitus < huius > vel magnificentiae vel luxuriae princeps fuit. cf. M. J. Boyd, op. cit., p. 152 et M. Gwyn Morgan, op. cit., p. 481.

73 M. Gwyn Morgan, op. cit., p. 485 seq., tout en repoussant l’hypothèse de Boyd selon laquelle aedes désignerait ici la porticus elle-même, considère que les deux temples, celui de Junon et celui de Jupiter, furent construits en marbre, ce qui n’est possible en fait que si l’on prête à Metellus la fondation de l’un et de l’autre. Pour la discussion à propos de la date du temple de Junon Regina, cf. supra, n. 1 p. 139

74 M. J. Boyd, loc. cit., p. 154 seq.

75 Cf. à ce sujet W. D. Heilmeyer, op. cit., p. 33 seq. et la bibliographie citée dans les notes 125 à 127 p. 33-34.

76 D. E. Strong et J. B. Ward-Perkins, loc. cit., p. 19 et p. 30 soulignent avec raison que l’absence de toute mention d’édifice public de marbre au iie s. av. J.-C. chez Pline s’explique aisément par le seul fait que cet auteur traite de la luxuria privée, et s’attache à évoquer les exemples scandaleux en architecture domestique. Les textes de Pline sur l’emploi du marbre à Rome ont été remarquablement réunis et analysés par M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 491 seq.

77 D. E. Strong, J. B. Ward Perkins, loc. cit., ibid., F. Rakob, Zum Rundtempel auf dem Forum Boarium in Rom, dans AA, 1969, p. 275 seq.

78 VII, Praef. 12 (= 159,9 - 10) : Hermogenes de aede Dianae, ionice qui est Magnesia pseudodipteros, et Liberi Patris Teo monopteros.

79 IV, 8, 1-2.

80 F. Rakob, loc. cit., fig. 1, p. 276. La largeur du portique périphérique, jusqu’à la limite externe du stylobate, oscille entre 3,304 m. et 3,338 ; le diamètre de la cella mesure : 8,533 + (0,69 X 2) = 9,913 m.

81 IV, 8, 2 (= 101,5-6).

82 IV, 8, 2 (= 101,4-5). cf. F. Rakob, loc. cit., p. 282 seq. et fig. 13 p. 283.

83 IV, 8, 2 (= 101,7-8) : eaque cella tantam habeat diametrum praeter parietes et circumitionem, quantam altitudinem columna. Comparer avec les dimensions fournies par les fig. 1 et 2 de l’article de F. Rakob.

84 F. Rakob, loc. cit., p. 283-284.

85 Pour Pline, cf. les remarques précises de H. Gallet de Santerre, op. cit., p. 66 seq. Pour Tite-Live, cf. l’introduction de J. Bayet au livre I de l’Histoire Romaine, dans la Collection des Universités de France, et particulièrement p. xxv seq.

86 F. W. Schlikker, op. cit., p. 29 seq.

87 Pline, 35, 135. Sur le Metrodoros théoricien de l’architecture, cf. aussi Kroll, dans RE, XV, 2, 1932, col. 1483.

88 VII, praef. 17 (= 162,1-5)

89 VII, praef. 15 (= 160,11-14) : amplius vero in id genus scripturae adhuc nemo incubuisse videtur…

90 Ibid., 14 (160,9-10) : item Terentius Varro de novem disciplinis unum de architectura, P. Septimius duo.

91 « Sur P. Septimius, cf. Münzer, dans RE, II, A, 2, 1923, col. 1562 et J. Collart, Varron, De lingua latina V, Paris, 1959, p. 153.

92 On sait par Pline que Varron prisait fort Arcésilas et Pasitélès (cf. 33,156 ; 36,39 seq. et 36,91). Voir sur ce point H. Jucker, op. cit., p. 19 et M. Bieber, dans RM, 48, 1933, p. 270, n. 4.

93 Cf. M. J. Boyd, loc. cit., p. 152.

94 W. Hoepfner, loc. cit., p. 213 seq., montre en effet, à la suite de H. Drerup, et contre H. Riemann, combien Vitruve dépend, pour le chapiteau ionique, des sources remontant à la fin du iiie et au début du iie s. av. J.-C.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - LA « PORTICUS OCTAVIAE ». L’« AEDES JOVIS » EST LE TEMPLE DU HAUT.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 2 - DÉDUCTION DU PÉRIPTÈRE À PARTIR DU EUSTYLE À PARTIR DU PSEUDO-DIPTÈRE. (D’APRÈS VITRUVE, III, 2, 5-6 ET III, 3, 6-7).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 3 - LE TEMPLE DE LA VIA DI S. SALVATORE IN CAMPO.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 4 - LES BASES DU PEMPLE DE LA VIA DI S. SALVATORE IN CAMPO.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Directeur des Etudes à l’Ecole

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540