Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Troisième partie. Enregistrement et usage des archives

Décrire le chantier ou écrire le chantier ?

Titres et offices dans les comptes de construction pontificaux de la première moitié du xive siècle

Valérie Theis

Texte intégral

1Le développement par Jean XXII d’un programme de construction et d’agrandissement des palais et forteresses d’Avignon et de sa région fut l’occasion, à partir de 1316, d’une confrontation entre deux mondes a priori étrangers, celui des clercs de la Chambre apostolique chargés d’enregistrer et de contrôler les dépenses de construction, et celui des ouvriers et maîtres d’œuvre chargés de réaliser ces constructions. Dans cette région, le développement précoce du notariat avait habitué les commanditaires et les travailleurs du bâtiment à faire établir des contrats, ce qui donnait à ces derniers une certaine familiarité avec le monde de l’écrit. Cependant, les rapports réguliers d’échange et de dépendance qu’ils furent amenés à développer avec les clercs de la Chambre apostolique en se mettant au service du pape, prirent une dimension très différente de ceux qu’ils entretenaient avec des notaires dont ils étaient les clients occasionnels.

  • 1 Une édition presque complète, mais réorganisée selon des rubriques propres à l’auteur, a été réali (...)

2Cette rencontre offre l’opportunité d’aborder par différents biais les rapports entre le monde de l’office et la culture de l’écrit. Elle donne d’abord l’occasion d’observer quelles places les clercs de la Chambre, eux-mêmes officiers, chargés d’organiser par l’écrit et les titres les hiérarchies curiales, ont réservé à ces hommes de l’art, ce qui pose du même coup la question des rapports qu’entretenaient ces titres issus du monde de l’écrit avec les véritables fonctions des ces bâtisseurs. De plus, dans la mesure où, au cours de la première moitié du xive siècle, certains des « bâtisseurs du pape » ont intégré le monde de l’office, se pose la question des rapports entre la progressive maîtrise du monde de l’écrit et de ses pratiques, et la promotion dans le cadre curial. L’esquisse d’une réponse à ces questions est rendue possible par la conservation des comptes de construction enregistrés par la Chambre apostolique au cours du xive siècle1. Ces comptes ont été conservés sous trois formes qui correspondent à trois moments de l’enregistrement par la Chambre : la première en quantité et la dernière dans l’ordre de réalisation est celle que l’on désigne habituellement sous le nom de Grands Livres de la Chambre apostolique, c’est-à-dire des livres de comptes annuels thématiques. Mais on dispose aussi pour cette période de quelques livres chronologiques et surtout d’un certain nombre de manuels, c’est-à-dire des livres de compte rendus à la Chambre par les différents responsables du chantier. Dans la première moitié du xive siècle, seule la phase finale de rédaction des comptes, celle des Grands Livres de la Chambre a été conservée sans interruption sur l’ensemble de la période. Ce sont donc ces Grands Livres qui permettent de savoir comment évoluent, à un même niveau d’enregistrement, les manières dont les clercs de la Chambre enregistrent les dépenses effectuées sur les chantiers et présentent l’organisation hiérarchique des différents responsables de ces chantiers notamment par le biais de l’usage d’un certain nombre de titres.

3Plus qu’à un enregistrement, ces comptes se livrent à une traduction de ce qui se passe sur les chantiers. Ils n’ont en effet pas été conçus pour nous aider à en comprendre le fonctionnement, mais pour permettre à la Chambre apostolique de contrôler ses dépenses, ses officiers et ses partenaires commerciaux. Par ailleurs, s’ils donnent une image parfois peu claire des réalités du chantier, c’est aussi parce qu’ils n’ont pas été rédigés par des hommes travaillant sur les chantiers, qu’ils soient clercs ou artisans, mais par des clercs de la Chambre apostolique, c’est-à-dire par des professionnels de l’écriture et non de la construction. Comme on le signalait plus haut, la première difficulté pour les clercs de la Chambre a été d’apprendre à connaître suffisamment le monde de la construction, ses techniques, son vocabulaire pour rendre compte à l’écrit, dans une langue savante, du travail concret effectué par les ouvriers du bâtiment et raconté par eux en langue vulgaire. Cette opération d’apprentissage ne s’est pas faite immédiatement, et n’a pas consisté en un simple transfert de savoir technique du monde des artisans vers celui des clercs. En même temps qu’ils apprenaient à comprendre les réalités du chantier, les clercs ont inventé une façon de décrire le fonctionnement du chantier et ont fixé des cadres hiérarchiques pour organiser dans les comptes le monde si divers des travailleurs du bâtiment.

  • 2 Dans l’édition posthume des mentions relatives à la construction relevées par Robert André-Michel, (...)
  • 3 Voir P. Bernardi, P. Dautrey, V. Theis, Dire le palais : le palais des papes à travers la comptabi (...)
  • 4 P. Bernardi, Un chantier médiéval, dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais (...)

4De ce fait, si l’on se place du point de vue de l’histoire des pratiques de l’écrit, ces comptes constituent une mine de renseignements précieux. Le passage brutal dans leur texte d’une rédaction en latin à un mot en vulgaire lorsqu’il s’agit d’utiliser un terme technique, les multiples hésitations orthographiques de clercs concernant ces mêmes termes techniques, qui rendent parfois le mot méconnaissable, témoignent des nombreuses difficultés qui ont pu se présenter lors des premières confrontations entre hommes de l’art et hommes de l’écrit2. Mais ce sont justement ces multiples difficultés, hésitations, adaptations qui font du début du xive siècle un moment privilégié pour observer les méthodes de travail des clercs et les choix qu’ils font pour rendre compte, de leur point de vue, du déroulement des travaux. Ce problème de la confrontation entre pratiques de l’écrit de la Chambre apostolique et pratiques des ouvriers du bâtiment a déjà fait l’objet d’un certain nombre de travaux. Philippe Dautrey, dans un article sur le vocabulaire des palais dans la comptabilité pontificale, a montré que jusqu’au milieu du xive siècle, la maîtrise par les clercs de la Chambre du vocabulaire de la construction restait très inégale et permettait même parfois de repérer les changements de scribes, certains étant plus habitués que d’autres à travailler en collaboration avec le monde de la construction3. Dans un autre article concernant le fonctionnement du chantier du palais pontifical d’Avignon, Philippe Bernardi a insisté quant à lui sur les pratiques de standardisation mises en place par la Chambre pour classer des matériaux de construction très divers à l’intérieur d’appellations génériques associant sous le même terme des objets différents mais de même valeur marchande4.

  • 5 Ce premier livre des officiers couvre la période 1347-1352 : ASV, Collect. 456, 92 fol. Sous le ti (...)

5Dans le prolongement de ces travaux, nous voudrions revenir ici sur la façon dont les clercs de la Chambre ont rendu compte de l’organisation hiérarchique des chantiers pontificaux en créant des titres dont certains sont ensuite devenus des offices, comme celui de directeur des œuvres, qui est présent dans le premier Liber officialium conservé sous le pontificat de Clément VI5. Pour ce faire, on commencera par décrire comment les clercs ont inventé une manière d’organiser et de rendre compte de cette organisation hiérarchique des chantiers pontificaux, en soulignant les effets de brouillage que l’usage de titres administratifs propre au monde de l’écrit a pu introduire dans notre compréhension du fonctionnement du chantier. Puis, dans un second temps, on s’attachera à essayer de comprendre les différentes logiques qui ont présidé à une telle utilisation des titres, afin de rendre mieux compte des impératifs qui gouvernaient ce monde de l’écrit comptable, en particulier lorsqu’il s’est agi de transformer un système confus de titres accordés au coup par coup en un organigramme plus nettement hiérarchisé.

L’ADMINISTRATION DES ŒUVRES ET SON ÉVOLUTION

6Le premier effort d’organisation dans l’enregistrement des travaux par la Chambre apostolique a consisté à regrouper cet enregistrement dans une des rubriques des Grands Livres de compte annuels intitulée : Pro edificiis et operibus. Cette rubrique se caractérise par une grande stabilité apparente dans l’enregistrement des dépenses durant la période qui nous intéresse, à savoir du début du pontificat de Jean XXII en 1316 à la fin de celui de Clément VI en 1352. Les dépenses sont ordonnées en petits paragraphes classés chronologiquement qui mentionnent la date, le nom de la ou des personnes payées, la tâche effectuée et la somme versée, avec le plus souvent son équivalent en monnaie de compte. Un parcours rapide des éditions de ces comptes réalisées par Karl-Heinrich Schäfer semble indiquer un autre élément important de stabilité : celui des titres accordés par la Chambre apostolique aux différents chefs de chantiers embauchés par elle. Pour qualifier certains responsables du chantier, les comptables utilisent en effet des titres administratifs, récurrents sur toute la période, tels que magister operum ou director operum, fusterius domini nostri, pictor domini nostri... Se pose alors la question du lien que cette apparente stabilité dans les titres et dans le mode d’enregistrement des travaux entretient avec les réalités du chantier. Correspond-elle à une assez grande stabilité dans l’organisation de l’administration des œuvres ou bien n’est-elle qu’un effet d’écriture découlant de la stabilité des méthodes d’enregistrement de la Chambre apostolique ?

Une succession continue de directeurs des œuvres ?

  • 6 F. Piola Caselli a en effet choisi de considérer qu’il existait une forme de continuité dans les u (...)
  • 7 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 90-101.
  • 8 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 277, 279.
  • 9 Raymond Mezeri ou Meseri était le principal fournisseur de bois du chantier pontifical depuis l’au (...)
  • 10 Arnaud Escudier est présent à partir du 29 septembre 1323, il porte alors le titre de fusterius pa (...)
  • 11 Pierre Poisson ou Piscis apparaît le 5 mai 1335. Il ne porte alors pas de titre, mais on précise q (...)
  • 12 Pierre Poisson apparaît pour la dernière fois dans la rubrique pro edificiis le 7 août 1337 (ASV, (...)
  • 13 Voir ASV, Intr. et Ex. 202, fol. 111 pour sa première apparition dans les Grands Livres, et Intr. (...)
  • 14 Le livre des officiers cite en fait un intermédiaire en la personne de Pierre Martini qui aurait é (...)
  • 15 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 99-100.

7La première hypothèse a déjà été exploitée par la bibliographie. Fausto Piola Caselli, qui a écrit la thèse de référence sur la construction du palais pontifical d’Avignon, a choisi de présenter le mode de fonctionnement de la direction des chantiers pontificaux de 1316 à 1352 par le biais d’une succession linéaire de directeurs des travaux donnant effectivement l’impression d’une grande stabilité dans l’organisation de l’administration des œuvres6. Dans un chapitre intitulé de manière révélatrice « Archittetti et direttori dei lavori », qui montre à quel point la figure de l’architecte renaissant est présente à l’arrière-plan de ce travail, il dresse une galerie de portraits des grands directeurs des travaux du palais7. Il signale d’emblée que ces hommes rassemblés par lui parce qu’ils semblent occuper des fonctions équivalentes, ont en réalité des titres très différents, mais il ne tient ensuite plus véritablement compte de cette remarque liminaire. Sa vision de la direction des œuvres est alors la suivante : le premier directeur des œuvres du palais d’Avignon sous Jean XXII est Guillaume de Cucuron qui reste en place de 1317 à 1323 et porte alternativement les titres d’operarius domini nostri et d’administrator operum8. Excluant les deux brèves surintendances des œuvres de Raymond Mezeri et Pierre Audebert en 13239, il présente comme successeur de Guillaume de Cucuron, Arnaud Escudier, qui assure la direction de l’ensemble des travaux pontificaux de 1323 à 1334 avec le titre de fustier du pape10. Arrive ensuite en 1335 Pierre Poisson, le premier magister operum, qui reste en poste jusqu’en 133711. Après son départ12, aucun successeur n’est désigné et les chantiers se poursuivent, sans véritable responsable, pendant quatre ans. En 1342, on voit réapparaître un provisor ou director operum, Pons Saturnini, qui reste en poste jusqu’en 134713. Raymond Guitbaudi lui succède avec le même titre de 1347 à 136014, mais il est flanqué en plus d’un maître d’œuvre qui n’est autre que le fameux Jean de Louvres15.

8Si une telle présentation peut permettre de se faire une première idée des rythmes de succession des responsables des œuvres, elle fait en revanche peu de cas des éventuelles évolutions qu’auraient pu connaître leurs fonctions et l’organisation du service des œuvres, et ne pose jamais la question du rapport que ces évolutions auraient pu avoir avec la variété des profils et des titres de ces responsables. Pourtant, si l’on envisage cette même succession par le biais de la vision qui en est donnée par les clercs de la Chambre dans les Grands Livres, mais en essayant de prendre au sérieux cette variation des titres et des types de responsable des œuvres, il semble possible de proposer une autre vision du mode de contrôle des chantiers pontificaux entre 1316 et 1352.

Les quatre phases de l’organisation des chantiers

  • 16 Au début de la rubrique concernant les dépenses de construction à Avignon dans le premier livre de (...)
  • 17 À Bédarrides, Gasbert Rigaldi apparaît dans les Grands Livres comme responsable des travaux le 17 (...)
  • 18 À Pont-de-Sorgues, le premier responsable des œuvres, Pierre de Gauriac apparaît dans les Grands L (...)
  • 19 En ce qui concerne les travaux effectués dans le diocèse d’Avignon, la division géographique n’a r (...)
  • 20 L’hypothèse d’une disgrâce repose sur le fait que les fonctions de Pierre Poisson s’interrompent b (...)
  • 21 Certains clercs jouent un rôle momentanément prépondérant dans la coordination des dépenses de con (...)

9Quatre grands types d’organisation se succèdent alors, que l’on a tenté de synthétiser dans un tableau, en les mettant en parallèle avec l’ancien organigramme proposé par F. Piola Caselli. Si on tente d’isoler les spécificités de chacun des types d’organisation de la direction des œuvres, on constate d’abord que durant les premières années du pontificat de Jean XXII (phase 1) cette organisation se caractérise par une division géographique des responsabilités. Guillaume de Cucuron n’est pas à proprement parler le premier directeur des œuvres des papes, car il ne dirige que les travaux du palais d’Avignon, d’abord en tant que clavaire d’Avignon, puis en tant qu’administrateur des œuvres16, pendant que d’autres hommes supervisent les travaux à Pont-de-Sorgues, Châteauneuf, Noves ou Bédarrides17. Alors qu’à Pont-de-Sorgues le chantier est supervisé, comme à Avignon, par des administrateurs des œuvres18, dans le reste du diocèse d’Avignon, ce sont les officiers de l’évêque qui s’en chargent19. À partir de 1323 (phase 2), l’ensemble de la direction des œuvres est au contraire centralisée entre les mains d’un seul homme qui a en outre la particularité d’appartenir au monde de l’art. Se succèdent alors quatre responsables des œuvres de ce type, Raymond Mezeri, Pierre Audebert, Arnaud Escudier et Pierre Poisson. Après la disgrâce de ce dernier en 133720, le chantier ne connaît plus de directeur ou maître des œuvres pendant quelques années (phase 3). Un grand nombre d’hommes, clercs, hommes de l’art, courriers pontificaux, ne portant pas de titre spécifique, agissent alors de concert pour continuer à gérer les chantiers dont les comptes sont désormais directement supervisés par des clercs de la Chambre21.

  • 22 Comptage effectué à partir de l’Intr. et Ex. 164 pour 1337, de l’Intr. et Ex. 171 pour 1338 et de (...)

10Cette désorganisation d’un secteur marqué jusque-là par une importante centralisation et délégation aux hommes de l’art et qui se retrouve entièrement sous la responsabilité des différents employés de la Chambre apostolique a de lourdes conséquences pour l’enregistrement des dépenses dans les Grands Livres. Sous la direction de Pierre Poisson, la rubrique pro edificiis et operibus se composait d’un nombre relativement réduit de mentions. Ces mentions étaient soit de petits résumés d’un ensemble de travaux effectués au cours d’une période de plusieurs semaines, accompagnés de la somme globale des dépenses ainsi occasionnées, soit des listes d’achat de matériau auprès d’une dizaine de fournisseurs. Dans ce système d’enregistrement, les artisans ayant travaillé sur le chantier, même maîtres, n’apparaissaient quasiment jamais dans les Grands Livres, qui n’étaient destinés qu’à garder la trace des transactions effectuées entre la Chambre apostolique et Pierre Poisson. Ce dernier avait la responsabilité de répartir les salaires et autres versements d’argent entre les artisans, et d’en enregistrer le détail dans ses manuels, qui après leur contrôle par les responsables de la Chambre, servaient de base à la rédaction des mentions résumées qui étaient seules reportées dans les Grands Livres. Le départ de Pierre Poisson prive donc la Chambre de l’instance intermédiaire garante du versement des salaires aux artisans, si bien que les clercs de la Chambre se mettent à enregistrer chaque dépense indépendamment, ce qui fait exploser la rubrique pro edificiis et operibus : alors que pour l’année 1337 cette rubrique citait 12 noms de collaborateurs, en 1338 elle en enregistre environ 34 et en 1339, 14522.

  • 23 « I suoi compiti erano di natura burocratica più che imprenditoriale, anche se l’incarico spaziava (...)
  • 24 Les meilleurs bilans concernant le parcours de Jean de Louvres se trouvent dans P. Bernardi, P. Da (...)
  • 25 ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 91v.
  • 26 À partir du 18 décembre 1347, Jean de Louvres est régulièrement qualifié dans les Grands Livres de (...)

11Cette situation se poursuit jusqu’au pontificat de Clément VI, où l’on voit apparaître dans les Grands Livres de la Chambre un nouveau système de gestion (phase 4) : les travaux sont désormais supervisés par un director operum, dont F. Piola Caselli avait justement signalé l’absence de capacités techniques23, qui délègue la gestion de secteurs particuliers à des hommes de l’art dont certains sortent du lot par la fréquence de leurs interventions et par leurs titres. En ce qui concerne la fréquence des apparitions, deux personnages se distinguent nettement : il s’agit de Jean de Louvres, qui ne porte alors pas d’autre titre que celui de maître, mais qui semble assurer la supervision de l’ensemble des travaux relatifs à la pierre24 et de Rostaing Berc qui est en charge de la fourniture de bois et des travaux de fusterie et qui est en outre qualifié de sergent d’armes depuis 133825. Cette gestion connaît une variante à partir de 1347 puisque les responsables de secteur se multiplient et se voient peu à peu attribuer un titre particulier : fusterius domini nostri, ferraterius domini nostri etc., tandis que l’on voit réapparaître dans les Grands Livres un titre de maître d’œuvre concernant la personne de Jean de Louvres26. Bien loin d’être dirigés par une succession linéaire de maîtres d’œuvre, les chantiers des premiers papes d’Avignon connaissent donc une multiplicité de modes de gestion qui transparaît nettement dans les Grands Livres de la Chambre.

Titres et responsabilités

12Se pose alors la question du rapport que ces évolutions dans les modes de contrôle des chantiers entretiennent avec les titres donnés par les clercs de la Chambre à leurs différents responsables. On constate que certains liens existent entre l’évolution des titres et l’évolution du mode d’organisation de la direction des œuvres : lors de la phase 3, l’absence de titre directorial correspond effectivement à la disparition d’un modèle d’organisation reposant sur la délégation du secteur à un seul responsable. On remarque aussi qu’en dehors de la phase 2, où les titres changent mais pas l’organisation des œuvres, l’apparition d’un nouveau titre concorde le plus souvent avec une réorganisation partielle ou totale du mode de gestion du chantier.

13En revanche, si l’on tente de mettre en relation l’usage d’un titre particulier avec l’accomplissement d’une fonction précise sur le chantier, les rapports deviennent quasiment nuls : Arnaud Escudier, fusterius domini nostri, et Pierre Poisson, premier magister operum semblent avoir fourni le même service à la papauté alors qu’ils portaient des titres très différents, qui font que le premier a presque été effacé de la bibliographie. De même, Jean de Louvres effectue le même type de tâche durant la période où il est simplement désigné par le titre de « maître », et après 1347 lorsqu’il est qualifié de magister operum.

  • 27 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 94.

14Le type de titre utilisé ne semble pas non plus être étroitement lié aux statuts ou aux compétences des différents responsables : Guillaume de Cucuron, par exemple, qui est dit operarius domini nostri, un titre qui semblerait le lier étroitement au monde de l’art, est en fait un clerc administrateur et non un artisan ayant su se distinguer sur les chantiers pontificaux pour obtenir un titre. Son passage à la tête du chantier d’Avignon n’est qu’une étape dans une carrière ecclésiastique et il est peu probable qu’il ait jamais effectué un quelconque travail de ses mains, autre qu’un travail de contrôle et d’écriture27. En outre, le retour d’un même titre à plusieurs années de distance ne permet pas d’assimiler les fonctions des hommes qui portent ce titre : les places qu’occupent dans l’organigramme Pierre Poisson et Jean de Louvres, qui portent pourtant le même titre de maître des œuvres sont en effet, au moins en terme d’autonomie, sans aucun rapport, ce dernier restant toujours soumis au contrôle, non seulement de la Chambre apostolique mais aussi d’un director operum.

  • 28 ASV, Collect. 497, fol. 16 v°, cité dans R. André-Michel, Le palais des papes... cit., 1918, p. 10 (...)
  • 29 18 décembre 1347, ASV, Intr. et Ex. 250, fol. 126v. Dans le cas du titre de maître des œuvres, P. (...)

15Enfin, certains éléments permettent de mettre en doute la fiabilité des Grands Livres lorsqu’il s’agit de dater ou même simplement de prouver l’octroi d’un titre à un personnage : dans l’un des registres de minutes du notaire de la Chambre Jean Palaysini, se trouve en effet une note datée du 22 eptembre 345 dans laquelle Jean de Louvres est qualifié de sergent d’armes et de magister operum28, alors que le premier titre n’est pas utilisé dans les Grands Livres au sujet de ce personnage, et que le second ne l’est qu’à partir de 134729.

16Ce premier tour d’horizon permet donc de livrer un constat essentiellement négatif. Même s’ils permettent de repérer des discontinuités dans l’organisation des chantiers, les titres ne sont pas des indicateurs très sûrs de la fonction occupée par un homme sur ces chantiers. Nés dans les comptes sous la plume des clercs de la Chambre, appartenant au monde de l’écrit, ils obéissent à des logiques qui rencontrent parfois celles du monde de l’art mais en sont pourtant nettement distinctes. Reste alors à voir s’il est néanmoins possible de comprendre selon quelles modalités s’est faite cette attribution de titres et quels rapports elle a pu éventuellement entretenir avec l’intégration de certains artisans dans le monde de l’office.

LES JEUX DU TITRE ET DE L’OFFICE DANS LE SYSTEME CURIAL

  • 30 On a vu plus haut que l’entrée en charge de Pierre de Aula datait du 22 septembre 1319. Son livre (...)
  • 31 Guillaume de Cucuron était dès le début du pontificat de Jean XXII un familier de ce pape, comme o (...)
  • 32 On a déjà signalé que Guillaume de Cucuron avait été clavaire d’Avignon, c’est à dire comptable, a (...)
  • 33 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben..., II, p. 280.
  • 34 Ibid., p. 291.

17Si l’on tente de dresser le profil des premiers personnages qui se voient gratifiés d’un titre au sein de l’administration des œuvres sous Jean XXII, on est d’abord frappé par un élément : avant 1323, les titres semblent avoir été d’abord réservés à des curialistes, le plus souvent des clercs, députés à l’administration des œuvres. Guillaume de Cucuron qui est administrateur des œuvres pour Avignon de 1316 à 1323, et Pierre de Aula qui remplit cette tâche à Pont-de-Sorgues entre 1319 et 132430 sont tous deux des clercs31, qui se caractérisent non pas par leur compétence dans le domaine de la construction, mais par une compétence administrative, voire comptable, qui leur permet de tenir les livres de comptes de leurs chantiers32. Quant à Pierre de Gauriac, qui remplit la fonction d’administrateur des œuvres à Pont-de-Sorgues entre août 1318 et septembre 1319, il est présenté comme familier et écuyer du pape33, puis quelques années plus tard comme domicellus34, ce qui laisse penser qu’il ne fut pas forcément nommé en raison de ses compétences en matière de construction. Durant cette première phase, aucun des principaux artisans intervenant sur les chantiers pontificaux ne reçoit de titre.

Des hommes de l’art titrés

  • 35 Voir note 9.

18À partir de février 1323 se produit une situation inédite. Raymond Mezeri, fustier d’Avignon qui travaille au service du pape depuis 1317, reçoit le titre ronflant de surintendant des œuvres et édifices du pape, titre dont il profite peu puisqu’on a vu qu’il mourrait dès l’été 1323, ce qui ne permet pas d’observer si ce titre était destiné à se traduire par de nouvelles attributions ou privilèges pour son titulaire. Dans les mois qui suivent sa mort, il est remplacé par Pierre Audebert, dont il est seulement dit dans les comptes qu’il agit en tant que surintendant des œuvres dans le palais épiscopal. Ce dernier occupe ce poste pendant si peu de temps que nous ne savons même pas si le titre de surintendant lui fut véritablement octroyé ou s’il ne fit qu’en remplir momentanément la fonction. L’unique mention le concernant traduit en outre un premier recul dans la mesure où elle inclut une restriction de lieu qui n’existait pas dans le cas de Raymond Mezeri35. Ce titre de surintendant est ensuite complètement abandonné, ce qui donne l’impression qu’il fut plus pour le pape ou les représentants de la Chambre apostolique un moyen d’honorer un fidèle serviteur pour lequel il n’existait pas de place dans l’organigramme de la Curie, qu’une première étape dans la création d’un véritable office de surintendant des œuvres. En revanche, si le titre en lui-même est abandonné, cet épisode n’en constitue pas moins une étape importante en inaugurant la pratique de l’octroi par la Chambre apostolique d’un titre à un homme de l’art.

  • 36 29 septembre 1323, ASV, Intr. et Ex. 57, fol. 75.
  • 37 À titre d’exemple, on peut rappeler cette mention du 31 janvier 1326 : Eadem die pro expensis fact (...)

19Le personnage suivant à profiter de cette situation acquise est Arnaud Escudier qui se voit gratifié dans les comptes en 1323 du titre, certes beaucoup plus modeste, de fustier du pape. Le choix de ce titre précis par les clercs de la Chambre reste relativement mystérieux. Certes, Arnaud Escudier est au départ un fustier, mais l’inauguration de ce nouveau titre en 1323 concorde justement avec le moment où il cesse d’être un simple fustier pour organiser l’ensemble du secteur de la construction : dès septembre 132336, on le voit recevoir de l’argent tant pour les dépenses de pierre que pour les dépenses de bois, et par la suite, il supervise l’ensemble des travaux financés par la papauté, aussi bien en ce qui concerne la réalisation des peintures, la couverture des bâtiments que le dallage des sols et l’élévation des murs37. Se trouvant dans la même position professionnelle que Mezeri qui était aussi fustier, il ne parvient pourtant pas à obtenir un titre aussi global que son prédécesseur.

20On retrouve bien dans ce cas la déconnexion que nous avions déjà pointée entre titre et fonction, le titre apparaissant à cette époque comme une gratification honorifique sans rapport avec un travail précis et dont l’intitulé exact devait être plutôt le fruit d’une négociation entre l’artisan et la Chambre. Il n’est d’ailleurs pas impossible que celle-ci ait choisi de gratifier Escudier du titre plus modeste de fustier du pape, car elle craignait un peu d’avoir accordé un titre aussi englobant que celui de surintendant des œuvres à un simple artisan. Dans ce jeu de négociation avec la Chambre pour l’octroi d’un titre, certains furent visiblement plus convaincants que d’autres puisque le successeur d’Arnaud Escudier, Pierre Poisson, obtint très vite le titre de magister operum seu edificiorum pape, même s’il est vrai qu’il bénéficiait sans doute d’un contexte plus favorable, étant le premier maître d’œuvre du nouveau pape Benoît XII, vraisemblablement appelé à la cour pour mettre en œuvre la construction d’un véritable palais pontifical.

Titres, écritures et autonomie

21Si l’importance des titres octroyés à chacun semble nettement séparer les deux hommes, en revanche un élément les rapproche qui nous renvoie au lien entre le monde de l’office et la culture de l’écrit : Arnaud Escudier et Pierre Poisson supervisent eux-mêmes la rédaction de livres de comptes ou manuels qu’ils remettent aux clercs de la Chambre pour servir de base au contrôle de leurs dépenses et à l’élaboration des mentions de la rubrique « Pro edificiis et operibus » des Grands Livres. Alors que jusque-là ces livres préparatoires à la réalisation des grands comptes, qui étaient tenus au jour le jour sur le chantier, étaient le fait des administrateurs des œuvres et de leurs scribes, donc de clercs au service de la Chambre, la gestion des travaux inaugurée par Arnaud Escudier se traduit pour la première fois par une délégation du premier stade de mise en forme des écritures comptables à l’équipe des maîtres d’œuvre.

  • 38 On a conservé la série complète des manuels de Pierre Poisson : ASV, Intr. et Ex. 147 (1335), Intr (...)
  • 39 À titre d’exemple, on peut citer le début de l’Intr. et Ex. 160, fol. 1 : anno domini 1337 die jov (...)

22Non seulement ces manuels sont rédigés au nom de l’artisan faisant office de maître d’œuvre, ce qui en soit n’est pas un indicateur très probant de leur maîtrise sur ces écrits, même si jusque-là les manuels étaient rédigés au nom de l’administrateur des œuvres, mais de plus un certain nombre d’éléments laisse penser qu’ils étaient tenus par d’autres scribes que ceux de la Chambre, scribes sans doute recrutés directement par les maîtres d’œuvre. En effet, l’un des deux manuels conservés pour Arnaud Escudier, l’Intr. et Ex. 59 et l’ensemble des manuels de Pierre Poisson sont écrits en provençal38, ce qui ne faisait pas partie des possibilités offertes aux scribes de la Chambre. Les scribes de Pierre Poisson introduisaient cependant régulièrement leurs comptes en provençal par des entêtes rédigés en latin, même si ce latin restait lui-même relativement éloigné du latin employé par les scribes de la Chambre39. L’obtention d’un titre par un artisan pourrait donc avoir été étroitement associée à la délégation accordée par la Chambre de la maîtrise des écritures d’un secteur, cette délégation étant elle-même la conséquence d’une pratique de « sous-traitance » caractérisée par une relative autonomie du maître d’œuvre dans la gestion des sommes qui lui étaient versées par la papauté. Ainsi, en dehors même de la question de la signification particulière accordée à chacun des titres portés par les maîtres d’œuvres, le port même d’un titre, quel qu’il soit, serait en quelque sorte la traduction, dans la langue administrative des clercs de la Chambre apostolique, de la mise en place de rapports de travail privilégiés entre certains artisans et la Chambre apostolique.

  • 40 L’approbation définitive fait l’objet d’une lettre de Benoît XII, datée du 17 janvier 1340, G. Dau (...)
  • 41 Sur ce point voir E. Anheim, La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le r (...)

23Les maîtres titrés seraient ainsi ceux qui auraient reçu le droit de gérer un budget et donc d’être soumis à un contrôle de leurs dépenses par reddition de compte (d’un rythme variable : hebdomadaire ou mensuel le plus souvent), au lieu d’être contrôlés comme ils l’étaient auparavant par les administrateurs des œuvres pour chacune des dépenses effectuées, les administrateurs ayant alors seuls la capacité de gérer les dépenses à partir des avances faites par la Chambre. Malheureusement pour lui, la fin de la carrière de Pierre Poisson semble tendre à confirmer les liens étroits qui avaient alors été instaurés entre le port d’un titre, la maîtrise de l’écrit et la confiance de la Chambre car en juillet 1337, pour des raisons que nous ignorons, Pierre Poisson fut dépouillé en même temps de ces trois composantes : il perdit son titre de maître des œuvres, dut remettre ses livres de compte à la Chambre, qui ne les approuva que quelques années plus tard, et se vit privé de toutes ses responsabilités sur le chantier pour lequel il ne travailla plus que ponctuellement40. On rejoindrait ainsi, avec le cas des maîtres d’œuvres, les observations faites par Étienne Anheim qui a mis en valeur les liens existant entre l’octroi du titre de pictor pape et l’instauration du système de la reddition de compte comme mode de contrôle de la Chambre apostolique sur le peintre Matteo Giovanetti41.

La porte entrouverte du monde de l’office

24Cependant, si les titres utilisés par la Chambre semblent être liés à la pratique de la reddition de compte et donc à la prise en charge par les artisans de l’enregistrement de leur dépenses journalières, il semble bien qu’il faille nettement distinguer plusieurs niveaux à l’intérieur de ces titres. Certains ne sont en effet « que » des titres, au sens où ils ne donnent pas droit en eux-mêmes à une rémunération régulière de leur titulaire et où, étant étroitement liés à un personnage particulier, ils ne font pas forcément l’objet d’un renouvellement, alors que d’autres sont des titres renvoyant à des offices. Cette distinction, qui se retrouve dans bien d’autres secteurs que celui de l’administration des œuvres, ne fait l’objet d’une première mise en forme que sous le pontificat de Clément VI, ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où c’est aussi sous ce pontificat que se met en place une organisation hiérarchique stable de l’administration des œuvres.

  • 42 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 96.
  • 43 7 janvier 1338, ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 91v. Son cas est par exemple assez comparable à celui (...)

25Pourtant, l’entrée des cadres de l’administration des œuvres dans le monde de l’office ne date pas de ce pape. Il faut en effet remonter au pontificat de Benoît XII pour observer les premières attributions de titres d’officier à des hommes de l’art. Le premier artisan à bénéficier d’un tel traitement est Pierre Poisson, qui le 23 septembre 1335 fait son entrée dans les listes d’officiers gagés en tant qu’écuyer (scutifer). Il reçoit alors un premier traitement rétroactif pour 36 semaines, ce qui fait remonter son entrée en charge au 14 janvier 133542. Sous le même pontificat, un autre artisan devient officier avec le titre de sergent d’armes. Il s’agit de Rostaing Berc, un fustier, qui se voit octroyer ce titre en janvier 1338, cette attribution correspondant alors exactement au cas d’autres personnages, mentionnés dans d’autres rubriques des Grands Livres, que l’on chargeait régulièrement de missions d’approvisionnement à distance pour le pape, Rostaing étant quant à lui spécialisé dans l’approvisionnement en bois43. Le titre de sergent d’armes n’est donc dans ce cas pas véritablement lié à une prise de responsabilité dans le domaine de la construction, mais semble plutôt avoir été attribué parce que les fonctions de Rostaing Berc l’amenaient à remplir certaines tâches qui rentraient traditionnellement dans les critères de dévolution de ce titre.

  • 44 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 98-99.

26En revanche, dans le cas de Jean de Louvres, qui comme on l’a vu, se voit attribuer ce titre sous le pontificat de Clément VI, il ne semble pas possible de mettre cette nomination en relation avec une intervention régulière dans des missions d’approvisionnement. L’octroi du titre de sergent d’armes semble dans ce cas avoir plutôt été un moyen de gratifier ce personnage de gages réguliers, équivalents à ceux du directeur des œuvres, soit 16 florins et 13 sous toutes les huit semaines44. La dimension honorifique est donc ici extrêmement importante car du point de vue financier, elle place Jean de Louvres au même niveau que le directeur des œuvres, pouvant ainsi donner l’impression que l’organisation des chantiers repose sur un duo d’hommes assurant pour l’un d’entre eux la direction administrative, et pour l’autre la direction technique. Pourtant, l’octroi du titre de sergent d’armes maintient une nette différence entre les deux officiers car dans le Liber officialium, seule la charge de provisor operum, encore désignée sous le terme de director operum, qui est décrite comme une surintendance des œuvres, est considérée comme un office lié à la construction, alors qu’elle était réservée à des clercs, qui n’ont pas de compétence spécifique dans le domaine de la construction mais reprennent un rôle proche de celui des administrateurs des œuvres de Jean XXII.

27S’il est difficile d’expliquer avec certitude les raisons pour lesquelles les artisans gratifiés d’un office furent intégrés non pas dans un office spécifiquement lié à la construction, mais dans un office déjà existant et ne comportant pas de spécification de compétence, on peut néanmoins émettre un certain nombre d’hypothèses à ce sujet. Tout d’abord, l’office de sergent d’armes, dont les charges n’étaient pas nettement définies, servait alors régulièrement à récompenser les laïcs proches de la cour tout en leur donnant un véritable statut institutionnel. De plus, dans la mesure où le pontificat de Clément VI constitua une phase de réorganisation du secteur des œuvres, et où il existait déjà un autre artisan remplissant un rôle quasiment aussi important que celui de Jean de Louvres et portant ce titre de sergent d’armes, il n’est pas impossible que le choix de ce titre se soit imposé pour Jean de Louvres car il permettait d’initier une sorte d’uniformisation du statut des « artisans/officiers » tout en respectant les susceptibilités de chacun : de même qu’il aurait été difficile de donner à Jean de Louvres un office le plaçant à égalité avec le directeur des œuvres, il semblait difficile de lui faire intégrer un office plus modeste, comme celui de cursor, alors qu’un simple fustier avait été admis parmi les sergents d’armes. Enfin, dans la mesure où la Chambre avait déjà créé un office de directeur des œuvres, cette formule permettait de ne pas multiplier les offices liés à la construction, qu’il aurait fallu par la suite pourvoir même en phase de ralentissement ou d’arrêt des travaux.

28Ces quelques exemples montrent en tout cas que l’intégration des offices par les responsables des œuvres, qu’ils soient clercs ou laïcs resta un phénomène très limité, ce qui explique peut-être en partie la remarquable multiplication du nombre de titres sous le pontificat de Clément VI. À partir du moment où la Chambre apostolique prenait la décision de limiter, aussi bien de manière quantitative que qualitative, la percée des responsables des œuvres dans le monde de l’office, il lui fallait trouver d’autres moyens de distinguer les collaborateurs réguliers de la Chambre dans le domaine des constructions.

Le système des titres

  • 45 Voir M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, III, Les Textes avig (...)
  • 46 Cette proximité permit d’ailleurs à Jean de Louvres de se sortir de situations délicates lors du c (...)

29En effet, l’ensemble des sources conservées montre que les titres du type fusterius domini nostri ou ferraterius domini nostri, qui se développent sous le pontificat de Clément VI, comme celui de maîtres des œuvres porté par Jean de Louvres n’entretiennent alors aucun lien avec le monde de l’office. Cela ne veut pas dire que leurs titulaires sont moins bien considérés que des officiers ou que ces titres sont forcément destinés à rester définitivement hors du monde de l’office. On sait en effet que le titre de magister operum finit par correspondre à un office45, et que même avant cette transformation, la position de son titulaire impliquait une grande proximité avec le pape, donnant à un personnage comme Jean de Louvres une liberté d’action beaucoup plus grande que celle de bien d’autres hommes portant un titre d’officier plus prestigieux que celui de sergent d’armes46. On a vu par ailleurs qu’ils n’empêchaient nullement que leur bénéficiaire soit par ailleurs officier, puisque Jean de Louvres comme Rostaing Berc cumulaient leur charge d’officier avec un certain nombre de titres. Il s’agit donc moins ici de pointer l’existence d’une quelconque hiérarchie entre les titres de responsables de la construction et les véritables offices, que de rappeler que sous le pontificat de Clément VI, les responsables de la Chambre apostolique, qui utilisaient ces titres de responsables techniques et d’officiers pour classer les curialistes, avaient de ces deux ordres de titres une conception nettement distincte.

  • 47 Pierre Chaulet, ferraterius domini nostri, en 1350-1352 continue ainsi à apparaître régulièrement (...)

30Dans ce cadre, les titres de responsable du chantier constituaient un système de distinction parallèle à celui de l’office, qui avait pour principale caractéristique d’être beaucoup plus souple que celui-ci. Contrairement aux titres d’officier, ces titres de responsables du chantier se distinguaient en effet par leur caractère temporaire, leur disparition ne marquant d’ailleurs pas forcément la fin des relations de travail entre l’artisan qui le portait et la cour47. Ils n’impliquaient pas non plus le remplacement immédiat de leur titulaire lorsqu’un artisan en perdait l’usage, et pouvaient très bien disparaître complètement après avoir été utilisés pendant quelques années. Ils permettaient ainsi de donner une position à part à des serviteurs du pape à qui l’on faisait une certaine confiance et que l’on souhaitait récompenser, sans engager la cour dans un véritable processus d’institutionnalisation. Cette grande souplesse du système explique sans doute en partie qu’il soit très difficile de savoir comment de tels titres étaient choisis et attribués et quel type de rapport entre la Chambre et les artisans ils impliquaient.

  • 48 ASV, Collect. 462, fol. 11.

31On peut cependant faire un certain nombre de remarques à ce sujet. Tout d’abord, il apparaît que dans le cas des titres du type fusterius domini nostri, les dépenses des artisans « titrés » ne passent pas systématiquement par le contrôle d’un cursor ou du directeur des œuvres, même s’ils peuvent à l’occasion être payés pour des tâches spécifiquement effectuées sur ordre de ce dernier. On retrouve donc ici le sens que le titre avait déjà sous les pontificats précédents, car l’absence de contrôle direct d’un cursor ou du directeur des œuvres s’accompagne en fait du droit qu’ont ces artisans de fonctionner selon le système de la reddition de compte : le 10 avril 1347 par exemple, Rostaing Berc rend compte de l’ensemble des dépenses effectuées sous son contrôle, à Avignon ou à Villeneuve-lès-Avignon pour la période allant du 1er février au 26 mars48.

  • 49 À partir de février 1347 (ASV, Intr. et Ex. 277, fol. 108), Jean de La Mura devient par exemple le (...)

32De plus, on constate qu’à l’intérieur d’une même désignation de métier dans les comptes, qu’il s’agisse des ferraterii ou des fusterii, les artisans se contentant d’être des fournisseurs du pape ne portent jamais de titre, celui-ci semblant réservé à un homme de l’art assurant un suivi régulier des travaux dans son domaine sur les différents chantiers du pape, ce qui explique aussi qu’il n’existe pas, par exemple, de calcenarius domini nostri dans la mesure où les fournisseurs de chaux se contentaient justement d’être des fournisseurs49. Cependant, là encore, il existe souvent plusieurs artisans régulièrement présents sur le chantier qui pourraient prétendre à un titre, ce qui laisse penser que d’autres types de rapports devaient peut-être s’ajouter au simple fait de travailler régulièrement sur les chantiers.

  • 50 ASV, Collect. 497, fol. 47v : Item eodem mense die 15 mensis julii Petrus Chauleti et eius filius (...)
  • 51 Pierre Chaulet travaillait déjà pour les chantiers pontificaux depuis janvier 1349 (ASV, Collect. (...)

33L’existence de rapports de « fidélité » particuliers entre certains artisans et la Chambre apostolique est effectivement attestée par un document qui montre que certains artisans titrés étaient liés à la Chambre par le biais de contrats d’exclusivité au champ d’application strictement défini. L’acte en question, daté du 15 juillet 1351, est conservé dans un recueil de minutes de Jean Palaysini, notaire de la Chambre, et concerne un personnage nommé Pierre Chaulet qui est dit serrurier suivant la cour romaine. Par le biais du contrat qu’il passe avec le trésorier de la Chambre, Pierre Chaulet s’engage à fournir pour tous les chantiers pontificaux certains types de pièces de métal, de serrures et de clefs et à les entretenir pour un prix fixé pour les deux ans à venir, tout en réservant les droits d’un autre artisan, qui avait passé le 13 juillet un contrat lui garantissant l’exclusivité de la fourniture d’un certain type de clous50. Comme le seul acte conservé concernant Pierre Chaulet date du 15 juillet 1351, alors qu’il porte un titre depuis le 12 juillet 135051, il est impossible de dire si ce type d’acte était spécifiquement conclu avec les artisans portant un titre, voire s’il jouait un rôle dans l’attribution de ce titre, même s’il n’est pas à exclure que l’acte de 1351 ait été destiné à renouveler des accords définis l’année précédente. Toujours est-il que même dans le cas où ces contrats auraient été liés à l’attribution d’un titre par la Chambre apostolique, les clauses très précises du texte indiquent que la nature des obligations liant la Chambre et l’artisan faisait de toutes façons l’objet d’une négociation au cas par cas, le titre n’impliquant visiblement pas un rapport prédéfini avec l’artisan.

34Enfin, le dernier apport de ce document unique nous ramène cette fois à la question du champ d’application des titres utilisés par les scribes pontificaux lorsque ceux-ci ne renvoyaient pas à de véritables offices. On constate en effet que ce contrat n’utilise pas les mêmes titres que ceux employés dans les comptes, puisqu’il y est question de Chaulet comme d’un « serrurier suivant la cour romaine » et de l’autre artisan comme d’un « forgeron suivant la cour romaine », ce dernier ne portant en revanche aucun titre lorsqu’il est mentionné dans les Grands Livres de la Chambre, ce qui tend à confirmer les observations faites plus haut à propos de Jean de Louvres. Comme dans le cas de ce dernier, l’usage de certains titres apparaît étroitement lié à certains contextes documentaires, ce qui renvoie sans doute à une certaine spécialisation des clercs de la Chambre, qui faisait que ceux qui rédigeaient les minutes des contrats passés avec les artisans n’avaient pas forcément les mêmes habitudes d’écriture, les mêmes codes, ni les mêmes relations avec les artisans, que ceux qui rédigeaient les Grands Livres annuels, d’où la nécessité de procéder avec prudence dans l’étude des titres des employés de la cour lorsque l’on passe d’un type de source à un autre.

35Ces quelques considérations tendent ainsi à montrer que si nous avons toujours beaucoup de mal à distinguer les simples titres accordés à des collaborateurs de la cour des véritables offices, dont on n’a jamais de liste exhaustive à cette époque, il n’en reste pas moins qu’il existait pour les contemporains une nette différence entre ces deux ordres de choses, différence qui se traduit notamment par le fait qu’un même homme pouvait être gratifié d’un titre, d’un office ou des deux en même temps. L’existence de ce double système de classement par titre et par office permettait sans doute à la Chambre apostolique de graduer finement les privilèges octroyés aux principaux artisans travaillant sur les chantiers du pape. Il permettait en effet d’instaurer des hiérarchies à l’intérieur du monde des artisans entre les porteurs d’un titre et les autres, tout en conservant un caractère d’abord temporaire à cette gratification. Lorsque le porteur d’un titre quittait son poste ou mourait, son titre disparaissait et les représentants de la Chambre pouvaient très bien choisir de ne plus réutiliser le titre, ce qui créait un système plus souple que celui des offices où la disparition du titulaire n’entraînait pas la disparition du poste.

36Si l’exemple de l’administration des œuvres peut laisser penser que l’octroi d’un titre à des hommes de l’art dès le début du xive siècle a pu représenter une étape importante pour les artisans, favorisant à terme leur intégration au monde de l’office, il montre aussi que le port d’un titre lié à la construction restait alors indépendant d’une intégration dans la hiérarchie des offices. De même, la concession faite aux artisans, par la Chambre apostolique, leur permettant de maîtriser leur budget et de rendre compte de sa gestion par le biais de comptes rendus après coup, semble avoir constitué une étape déterminante dans l’intégration progressive de ces hommes au monde curial et avoir été souvent associée au port d’un titre, mais elle n’entretenait en revanche que peu de liens avec le fait d’être ou non un officier pontifical. Elle n’en restait pas moins un privilège très important, qui semble avoir fini par inquiéter suffisamment la Chambre apostolique pour que celle-ci rétablisse une supervision cléricale des comptes fournis par les artisans.

  • 52 Merci à Etienne Anheim, Philippe Bernardi et Armand Jamme pour leurs relectures et suggestions pos (...)

37C’est dans le cadre de cette inquiétude d’un monde de clercs dépossédés d’une partie de leur contrôle administratif que l’on peut lire la manière dont est réorganisée l’administration des œuvres sous Clément VI. En intégrant les hommes de l’art dans le système déjà existant de l’office, la Chambre traduit une volonté de « curialiser » ces hommes, c’est-à-dire de les faire entrer dans un système de référence et de rapports hiérarchiques qui est celui de l’ensemble de la cour. On assiste alors à un double mouvement d’intégration et de normalisation du monde de l’art : intégration car la conquête de l’office représente une véritable reconnaissance des artisans par le monde de la cour, mais aussi normalisation, car l’inscription dans un cadre hiérarchique global rend compte aux yeux de tous de la place relativement subordonnée qu’ils y occupent et met fin au régime d’exceptionnalité qui réglait jusque-là leurs rapports avec la cour52.

Notes

1 Une édition presque complète, mais réorganisée selon des rubriques propres à l’auteur, a été réalisée par K.-H. Schäfer pour les Grands Livres de la Chambre datant du pontificat de Jean XXII, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., Paderborn, II, 1911. Le même auteur a ensuite réalisé une édition en revanche très partielle du contenu des mêmes Grands Livres pour les pontificats de Benoît XII, Clément VI et Innocent VI : Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI., III, Paderborn, 1914. Pour une vue d’ensemble de la masse documentaire conservée pour le xive siècle voir R.-H. Bautier, J. Sornay, Les sources d’histoire économique et sociale du Moyen Âge, Paris, 1968, I, p. 81-98, qui ne permet cependant pas de se faire une idée très juste de la répartition des différents types de compte. En effet, bien que les listes aient été établies en suivant la distinction entre livres chronologiques et Grands Livres (thématiques) de nombreuses erreurs s’y sont glissées. Les auteurs indiquent tout d’abord une série chronologique continue à partir de 1299 alors que les registres comptables de Boniface VIII présentent très peu de points communs avec ceux qui se développent à partir du pontificat de Jean XXII. Dans ce nouveau type de comptabilité, les séries chronologiques ne débutent qu’en 1339 et non en 1316 comme indiqué dans ce répertoire. À ce jour, le meilleur inventaire pour la série des Grands Livres se trouve dans S. Weiß, Rechnungswesen und Buchhaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, Hanovre, 2003 (Monumenta Germaniae Historica. Hilfsmittel, 20), p. 202-246.

2 Dans l’édition posthume des mentions relatives à la construction relevées par Robert André-Michel, les glissements du latin au vulgaire sont permanents. On peut citer par exemple un extrait d’une mention datant du 18 septembre 1317, dans lequel le terme teulissa est utilisé pour « tuiles » : pro VII jornalibus quos fecit ad abtandum teulissas de claustro terracie (Intr. et Ex. 18, fol. 4v ; Le palais des papes, documents inédits, dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 8), ou encore une autre du 8 juillet 1319 : pro XII dietis quas fecerunt ad faciendum cameram in studio domini nostri ad opus tine banhadoyre, que l’éditeur traduit par « cuve à baigner » (Intr. et Ex. 30, fol. 2, Le palais... cit., p. 20).

3 Voir P. Bernardi, P. Dautrey, V. Theis, Dire le palais : le palais des papes à travers la comptabilité pontificale, dans « Aux marches du palais ». Qu’est-ce-qu’un palais médiéval ? Actes du VIIe Congrès international d’Archéologie Médiévale. Le Mans-Mayenne 9-11 septembre 1999, Le Mans, 2001, p. 147-162.

4 P. Bernardi, Un chantier médiéval, dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xvie-xxe siècle, Avignon, 2002, p. 47-53.

5 Ce premier livre des officiers couvre la période 1347-1352 : ASV, Collect. 456, 92 fol. Sous le titre Provisor operum, la première mention de nomination d’un officier responsable des œuvres se présente de la manière suivante : Anno domini 1348 die XVI septembris dominus Petrus Martini fuit surogatus in officio domini quondam Poncii Saturnini superintendentis in operibus omnibus edificiorum domini nostri et ad stipendia consueta et solitum prestitit juramentum dimisit dictum officium propter ypidimum et retrocessit ad partes.

6 F. Piola Caselli a en effet choisi de considérer qu’il existait une forme de continuité dans les usages des titres par les clercs de la Chambre apostolique. Ainsi, lorsque en 1342 apparaît un personnage portant le titre de « director operum », il considère que la Chambre réactive une charge restée vacante durant vingt ans : « Sul finire del 1342 la Camera introdusse nuovamente nell’organico di Curia la carica di direttore dei lavori, vacante da venti anni, chiamando a ricoprirla Poncius Saturnini... » (La costruzione del palazzo dei papi di Avignone (1316-1367), Milan, 1981, p. 97).

7 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 90-101.

8 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 277, 279.

9 Raymond Mezeri ou Meseri était le principal fournisseur de bois du chantier pontifical depuis l’automne 1316 : il fait partie des premiers noms cités dans le Capitulum de magistri de fusta du premier livre de compte de Guillaume de Cucuron (ASV, Intr. et Ex. 14, fol. 148). Il porte ensuite le titre de superintendens operibus et edificiis pape à partir du 3 février 1323 (ASV, Intr. et Ex. 54, fol. 76), mais il meurt peu de temps après puisque le 13 juillet une mention rappelle sa mort et explique que Pierre Audebert lui a succédé dans la surintendance des œuvres et édifices pour le palais de l’évêque : tradidimus magistro Petro Audeberti qui post mortem dicti magistri Raymundi Meseri superintenderat operibus domini nostri pape in palacio episcopali Avinionensis.

10 Arnaud Escudier est présent à partir du 29 septembre 1323, il porte alors le titre de fusterius pape (ASV, Intr. et Ex. 57, fol. 75), mais on trouve tout aussi régulièrement par la suite fusterius domini nostri pape.

11 Pierre Poisson ou Piscis apparaît le 5 mai 1335. Il ne porte alors pas de titre, mais on précise qu’il vient de Mirepoix et qu’il est deputatus ad faciendum opera edificiorum domus palacii papalis Avinionensis et specialiter pro opere capelle et turris de novo construendis (ASV, Intr. et Ex. 146, fol. 87). Ce n’est que le 10 février 1336 qu’il est présenté dans les Grands Livres comme magister operum seu edificiorum pape pour une série de travaux remontant à début janvier (ASV, Intr. et Ex. 150, fol. 79), ce qui laisse penser qu’il a peut-être acquis ce titre à l’occasion du changement d’année comptable.

12 Pierre Poisson apparaît pour la dernière fois dans la rubrique pro edificiis le 7 août 1337 (ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 90).

13 Voir ASV, Intr. et Ex. 202, fol. 111 pour sa première apparition dans les Grands Livres, et Intr. et Ex. 250, fol. 134 pour sa dernière (mention du 20 février 1348 qui concerne des dépenses effectuées en novembre et décembre 1347).

14 Le livre des officiers cite en fait un intermédiaire en la personne de Pierre Martini qui aurait été nommé le 16 septembre 1348 et serait mort de la peste peu après, mais dans le même livre la mention de nomination de Raymond Guitbaudi, datée du 7 avril 1349, le fait succéder directement à Pons Saturnini, ce qui laisse penser que Pierre Martini dut tomber malade immédiatement après sa nomination et n’exerça sans doute jamais son office (ASV, Collect. 456, fol. 20).

15 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 99-100.

16 Au début de la rubrique concernant les dépenses de construction à Avignon dans le premier livre de compte concernant le pontificat de Jean XXII, il est en effet précisé que le titre Guillaume de Cucuron est d’abord celui de clavaire d’Avignon (sous entendu de l’évêque d’Avignon, Jacques de Via) : de pecunia tradita domino Guillelmo de Cucurono clavario avinionen. pro eisdem operibus (ASV, Intr. et Ex. 14, fol. 20v). En revanche, lorsque le 17 janvier 1317, on commence à le qualifier d’operarius domini nostri (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 277), le titre de clavaire ne réapparaît plus jamais.

17 À Bédarrides, Gasbert Rigaldi apparaît dans les Grands Livres comme responsable des travaux le 17 janvier 1317 (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 277). Il ne portait alors aucun titre mais on sait par le Collectorie 38 qu’il était clavaire de Bédarrides (fol. 17). À Châteauneuf-Calcernier, les Grands Livres citent comme premier superviseur des travaux, en janvier 1317, Hugues Patras ou de Patras, bayle de Châteauneuf (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 278). Il était en fait en charge de cette tâche depuis le 17 octobre 1316 (ASV, Intr. et Ex. 14, fol. 22), celle-ci ayant aussi été assumée par le précédent bayle du lieu, Raymond Textoris entre le 28 août et le 5 octobre 1316 (Idem). Les sommes d’argent qu’ils reçurent pour mener à bien les travaux, enregistrées jusqu’au 27 novembre 1316 dans le premier livre de compte d’Adhémar Amelh, trésorier de la Chambre Apostolique, ne furent jamais reportées dans les Grands Livres. Succéda à Hugues Patras, Raynaud Ebrardi, cité le 21 août 1319 dans les Grands Livres comme domicellus : tradidimus Rainaldo Ebrardi domicello pro operibus et edifficiis Castri Novi Calcernerii faciendis pro papa... (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 287), puis Guillaume Coste qui entra en charge le 18 juillet 1322, les Grands livres portant alors en marge la mention : Hic incepit recipere a camera pro edificiis Castri Novi pecunia Magister G. Coste qui introduit dans le corps du texte de la manière suivante : traddidimus Magistro Guillelmo Coste clerico baiulo Castri Novi Calcernerii et administratori operum et edificiorum ibidem pro domini nostri papa deputato... (ASV, Intr. et Ex. 47, fol. 73v). Enfin, à Noves les travaux furent supervisés par le clavaire du lieu, Jean Aymerici, qui apparaît dans les Grands Livres le 15 mars 1317 (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 278).

18 À Pont-de-Sorgues, le premier responsable des œuvres, Pierre de Gauriac apparaît dans les Grands Livres le 7 février 1318 : Petro de Gauriaco, scutifero et familiari pape, deputato pro operibus et edificiis Pontis Sorgie faciendis (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 280). À partir d’août 1318, il porte le titre d’administrator operum in Ponte Sorgie (Ibid., p. 283). Il est remplacé le 22 septembre 1319 par Pierre de Aula, l’Intr. et Ex. 33 portant en marge de cette date la mention : Hic incepit administrare dominus Petrus de Aula (fol. 97 v°).

19 En ce qui concerne les travaux effectués dans le diocèse d’Avignon, la division géographique n’a rien de surprenant, car leur supervision revenait traditionnellement aux officiers de l’évêque (bayles et clavaires) chargés de gérer les finances de la mense épiscopale. Deux nouveautés de taille caractérisent cependant le début du pontificat de Jean XXII : d’une part les dépenses liées aux travaux concernant des propriétés de la mense épiscopale sont désormais assumées par la Chambre apostolique, tout en continuant à être supervisées par les officiers de l’évêque. D’autre part, l’administration des œuvres à Avignon sort alors en partie du système de gestion classique des travaux par les officiers de l’évêque, puisque dès janvier 1317, Guillaume de Cucuron n’assume plus cette tâche en tant que clavaire d’Avignon, mais en tant qu’administrateur des œuvres.

20 L’hypothèse d’une disgrâce repose sur le fait que les fonctions de Pierre Poisson s’interrompent brutalement durant l’été 1337. Il est ensuite mentionné dans la rubrique relative aux écritures à l’occasion du paiement de Johannes de Tullo pro ligatura librorum rationum redditorum per magistrum Petrum Picis super operibus pape (ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 88v, 21 décembre 1337). Cette disgrâce pourrait être liée à l’enquête lancée en juin 1336 par Benoît XII contre les services du maréchal Arnaud de Lauzières (voir dans ce volume les p. 324-325). Le trésorier du maréchal était alors Jean Peysson, originaire comme Pierre, du diocèse de Mirepoix.

21 Certains clercs jouent un rôle momentanément prépondérant dans la coordination des dépenses de construction comme Bernard Canelle, clerc du diocèse de Narbonne, qui contrôle un grand nombre des dépenses effectuées entre l’automne 1337 et juillet 1338 (il apparaît régulièrement à partir du 12 septembre 1337, ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 90v), puis Guillaume Bos, prévôt de Fréjus pour l’ensemble de l’année 1339 : en marge du début de la rubrique Pro edificiis et operibus, le 1er août 1339, on trouve la mention per dominum prepositum Forojuliensis (ASV, Intr. et Ex. 171, fol. 75v). Par la suite, jusqu’en 1342, il est difficile de trouver la mention d’autres personnages remplissant le même rôle.

22 Comptage effectué à partir de l’Intr. et Ex. 164 pour 1337, de l’Intr. et Ex. 171 pour 1338 et de l’Intr. et Ex. 178 pour 1339.

23 « I suoi compiti erano di natura burocratica più che imprenditoriale, anche se l’incarico spaziava su tutte le opere edili in corso nei vari palazzi pontifici » (F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 97).

24 Les meilleurs bilans concernant le parcours de Jean de Louvres se trouvent dans P. Bernardi, P. Dautrey, J.-M. Mignon, Jean de Louvres : un maître des œuvres du palais des papes d’Avignon (1342-1358), dans O. Chapelot (dir.), Du projet au chantier. maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvres aux xive-xvie siècles, Paris, 2001, p. 37-58 et P. Bernardi, P. Dautrey, Jean de Louvres, architecte du palais neuf, dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle, Avignon, 2002, p. 35-38.

25 ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 91v.

26 À partir du 18 décembre 1347, Jean de Louvres est régulièrement qualifié dans les Grands Livres de magister operum (ASV, Intr. et Ex. 250, fol. 126v).

27 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 94.

28 ASV, Collect. 497, fol. 16 v°, cité dans R. André-Michel, Le palais des papes... cit., 1918, p. 101.

29 18 décembre 1347, ASV, Intr. et Ex. 250, fol. 126v. Dans le cas du titre de maître des œuvres, P. Bernardi et P. Dautrey ont émis l’hypothèse que ce décalage temporel ait été dû à un refus du camérier Gasbert de Valle d’entériner l’octroi de ce titre accordé par son trésorier Étienne Cambarou, ce qui expliquerait pourquoi le titre réapparaît en 1347, lorsque Étienne Cambarou devient à son tour camérier (le 7 mars 1347), voir P. Bernardi, P. Dautrey, Jean de Louvres... cit., 2002, p. 36. Toujours est-il que le cas du titre de sergent d’armes oblige à relativiser la fidélité des Grands Livres concernant les statuts exacts des personnages qui y sont cités.

30 On a vu plus haut que l’entrée en charge de Pierre de Aula datait du 22 septembre 1319. Son livre de compte personnel, l’Intr. et Ex. 35 s’achève à la date du 25 mai 1324, ce qui correspond aussi à sa dernière mention comme administrateur des œuvres dans les Grands Livres de la Chambre (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 294).

31 Guillaume de Cucuron était dès le début du pontificat de Jean XXII un familier de ce pape, comme on l’apprend dans la lettre qui lui attribue en bénéfice l’église Sainte-Marie de Noves le 7 septembre 1316 (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334) : Lettres communes analysées d’après les registres dits d’Avignon et du Vatican, Paris, 1904-1946, n° 397). Sa proximité avec le pape est confirmée lorsqu’il obtient le premier juillet 1318, il obtient motu proprio, l’église de Cucuron dont il était originaire (G. Mollat, Jean XXII... cit., n° 7624). Il semble en revanche peu probable de voir en lui, comme le fait F. Piola Caselli à la suite de L.-H. Labande (La costruzione... cit., p. 94), le clerc Guillaume Girardi, qui obtient un bénéfice à Saint-Agricol, le 1er juillet 1326, l’absence de correspondance du nom et des exécuteurs de cette lettre avec les exécuteurs habituels de Guillaume Girardi s’ajoutant au fait qu’aucun titre de familier, ni aucun bénéfice n’est mentionné comme étant déjà en possession de ce Guillaume Girardi (G. Mollat, Jean XXII... cit., n° 25786). Quant à Pierre de Aula, il était déjà recteur de l’église de Divisaco, dans le diocèse de Cahors, depuis le 24 février 1317 lorsqu’il devient administrateur des œuvres (G. Mollat, Jean XXII... cit., n° 2918).

32 On a déjà signalé que Guillaume de Cucuron avait été clavaire d’Avignon, c’est à dire comptable, avant de devenir administrateur des œuvres. Quant à Pierre de Aula, il devient à son tour clavaire épiscopal d’Avignon peu de temps après avoir cessé de remplir ses fonctions d’administrateur des œuvres (3 septembre 1324, ASV, Intr. et Ex. 66, fol. 88v).

33 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben..., II, p. 280.

34 Ibid., p. 291.

35 Voir note 9.

36 29 septembre 1323, ASV, Intr. et Ex. 57, fol. 75.

37 À titre d’exemple, on peut rappeler cette mention du 31 janvier 1326 : Eadem die pro expensis factis per magistrum Arnaldum Escuderii in murando, fustando, gipando, cooperiendo hospitium capellanie capelle s. Andree eccl. s. Agricoli pro domino nostro et pro lapidibus, cemento, gipo, fusta et tegulis ac ferratura ibi positis 97 agn. 18 d. vien. (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., II, p. 297).

38 On a conservé la série complète des manuels de Pierre Poisson : ASV, Intr. et Ex. 147 (1335), Intr. et Ex. 148 (1336), Intr. et Ex. 160 (1337).

39 À titre d’exemple, on peut citer le début de l’Intr. et Ex. 160, fol. 1 : anno domini 1337 die jovis que fuit secunda dies mensis januarii eguo petrus Piscis feci operari in muro consistorio et in egredario que est iuxta turrim per que homo ascendit ad viridarium et proiciendo terram et cavando ripam in dicto mensis januar. in quo fuerunt XXIII die operantes [vient ensuite le titre en provençal suivi de la liste des artisans précisant le nombre de jour de travail et le salaire : maestres peyres, etc.].

40 L’approbation définitive fait l’objet d’une lettre de Benoît XII, datée du 17 janvier 1340, G. Daumet, Benoît XII (1334-1342) : Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, I, Paris, 1899-1920, n° 684.

41 Sur ce point voir E. Anheim, La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), thèse de doctorat sous la direction de J. Verger, Ecole Pratique des Hautes Etudes, décembre 2004, II, p. 401-411.

42 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 96.

43 7 janvier 1338, ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 91v. Son cas est par exemple assez comparable à celui d’un autre sergent d’armes, Gentile Nicolai, qui est régulièrement chargé d’effectuer des approvisionnements en vin pour la cour (22 décembre 1337, ASV, Intr. et Ex. 164, fol. 69v) ou encore à celui de Johannes Rostagni, qui est envoyé en Bourgogne pour ramener des poissons (29 novembre 1338, ASV, Intr. et Ex. 171, fol. 89v).

44 F. Piola Caselli, La costruzione... cit., p. 98-99.

45 Voir M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, III, Les Textes avignonnais jusqu’à la fin du Grand Schisme, Rome, 1983, p. 436-437.

46 Cette proximité permit d’ailleurs à Jean de Louvres de se sortir de situations délicates lors du contrôle de ses dépenses par la cour, le pape intervenant directement pour effacer la dette que les agents de la Chambre lui imputaient (voir P. Bernardi, P. Dautrey, J.-M. Mignon, Jean de Louvres... cit., 2001, p. 40).

47 Pierre Chaulet, ferraterius domini nostri, en 1350-1352 continue ainsi à apparaître régulièrement dans les comptes sous le pontificat d’Innocent VI, après avoir perdu son titre. Voir par exemple la mention du 29 janvier 1354, dans K.-H. Schäfer, Die Ausgaben... cit., III, p. 592.

48 ASV, Collect. 462, fol. 11.

49 À partir de février 1347 (ASV, Intr. et Ex. 277, fol. 108), Jean de La Mura devient par exemple le principal fournisseur de chaux des chantiers. Entre mars et décembre 1347, il effectue douze livraisons enregistrées dans le Collect. 462 : 15 mars (fol. 10), 30 mars (fol. 10v), 5 juin (fol. 43), 8 juin (fol. 43v), 4 août (fol. 44), 20 août (fol. 44v), 28 septembre (fol. 45v), 19 octobre (fol. 46v), 4 novembre (fol. 47), 29 novembre (fol. 47v), 23 décembre (fol. 48v). Pourtant, pas plus dans ce cas que dans d’autres, ces relations régulières ne se traduisent par l’octroi d’un titre.

50 ASV, Collect. 497, fol. 47v : Item eodem mense die 15 mensis julii Petrus Chauleti et eius filius sarralherii cur. rom. sequent. se obligaverunt domini thesaurario et promiserunt servire operibus et edificiis et hospicio palacii domini nostri pape tam avinion. quam ultra pontem de bonis aspis grafillis goffonibus pannis et sarralhiis clavibus ferrolhiis et omnibus aliis et singulis ferramentis neccessitiis pro dictis edificiis et hospicio exceptis clavellis eo modo et forma quibus Gensonus de Sancto Marcho de Cathalon. faber cur. roman. sequens die 13 dicti mensis julii se obligavit et promisit etc. videlicet hinc ad duos annos ab hodie in antea computandos videlicet precio pro qualibet libra ferri 14 d et pro qualibet sarralha garnita una cum alia compensata pro 15 s et pro qualibet clave si erat necessita ultra illam quam debet facere in sarralhia garnita 19 d et pro reparatione unius sarralhe cum clave nova 5 s et pro una sarralha et luqueto duplici garnita tam aperte intra quam extra 20 s monet. currentis avinion. de qua flor. pro 24 s computetur.

51 Pierre Chaulet travaillait déjà pour les chantiers pontificaux depuis janvier 1349 (ASV, Collect. 462 ; fol. 95). Le 12 juillet 1350, il est qualifié pour la première fois de magister de serraturis domini nostri pape (ibid., fol. 202v), puis à partir du 17 août apparaît son titre définitif de ferraterius domini nostri (ibid., fol. 203). On trouve aussi, mais beaucoup plus rarement le titre de saralharius palacii domini nostri pape, ce qui montre à quel point la normalisation des titres simples reste imparfaite (ibid., fol. 308v).

52 Merci à Etienne Anheim, Philippe Bernardi et Armand Jamme pour leurs relectures et suggestions postérieures à la première présentation de ce texte à l’Institut historique allemand de Paris. La forme actuelle de ce texte leur doit beaucoup.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540