Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Deuxième partie. Économie des offices et administration des finances

La rétribution des officiers et familiers des papes au xive siècle

Anne-Marie Hayez

Texte intégral

  • 1 S. Weiss, Die Versorgung des päpstlichen Hofes in Avignon mit Lebensmitteln (1316-1378). Studien z (...)

1Parmi les chapitres de dépenses de la papauté avignonnaise, celui des gages destinés aux familiers et officiers occupe une place importante. L’entretien de plusieurs centaines de ceux-ci représentait en effet une lourde charge. De quelle façon cette rétribution fut-elle effectuée pendant les trois quarts de siècle qui précédèrent l’éclatement du grand schisme ? Le sujet n’est pas neuf, il a été partiellement traité dans le récent et intéressant ouvrage de Stefan Weiss1 sur l’approvisionnement de la cour pontificale ; mais il mérite peut-être qu’on y revienne pour tenter d’aller un peu plus loin, sans prétendre toutefois épuiser cette question complexe du paiement des officiers.

  • 2 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII, Paderborn, 1911, p. 32*, 3 (...)
  • 3 Ainsi sous Jean XXII à partir de la douzième année du pontificat.

2Le présent travail reposera principalement sur le chapitre des comptes de dépenses concernant les salaires dits « ordinaires », qui, nous le verrons, ne sont pas le seul mode de rétribution des officiers présents à Avignon. S’il est relativement aisé de connaître la façon dont se déroulaient ces opérations, il n’est toutefois pas facile, malgré une documentation relativement abondante, de traiter le sujet quantitativement, notamment en raison de la diversité des monnaies dans lesquelles ces dépenses sont exprimées. Je me contenterai d’indiquer d’après l’ouvrage de K. H. Schäfer la place importante qu’occupent les traitements des familiers et officiers dans le budget pontifical : la seconde (soit 12,7 %), après les dépenses de guerre, sous Jean XXII, la première sous Benoît XII (soit 33 %) et Clément VI (soit 20 %) et de nouveau la seconde (soit 15 % ?) sous Innocent VI, toujours après les dépenses de guerre2. Le montant total des dépenses indiqué à la fin du chapitre du compte annuel est d’ailleurs d’une lecture difficile étant donné qu’il est exprimé chaque fois en cumulant diverses monnaies. Pour être scrupuleusement exact, il faudrait aussi en soustraire des articles épisodiquement mentionnés ça et là, à vrai dire assez modiques, qui concernent des frais de fonctionnement (achats de cierges, d’encens, frais de balayage par exemple) qui ont pu y être introduits, ou encore parfois le presbyterium3 dont était gratifié deux fois par an le Sacré Collège qui figure plus habituellement dans le chapitre des « Gages extraordinaires ».

  • 4 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Paris, 1995, p. 108-118.
  • 5 J. Haller, Zwei Aufzeichnungen über die Beamten der Curie im 13 und14 Jahrhundert, dans Quellen un (...)
  • 6 L. Dehio, Die Uebergang von Natural – zu Gelbdesoldung an der Kurie, dans Sozial – und Wirtschafts (...)
  • 7 A. P. Frutaz, La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. XIV, dans Paleographica (...)

3Il nous faut d’abord nous reporter au régime qui régnait à l’aube du xive siècle et qui avait été hérité du siècle précédent4. Nous sommes assez bien renseignés à ce sujet par un texte publié en 1898 par J. Haller5 et étudié peu après par L. Dehio6 ; une version un peu plus complète en a été éditée en 1979 par Amato Pietro Frutaz7. C’est un mémoire qui fut vraisemblablement rédigé au début du pontificat de Clément V, à l’intention du nouveau camérier, pour le mettre au courant des usages de la cour en matière de prise en charge des familiers et officiers. Chaque officier ou groupe d’officiers fait l’objet d’un paragraphe où sont énumérées les tâches qu’il doit remplir et la rétribution qui lui est accordée. Ce texte décrit vraisemblablement un état qui régnait déjà au xiiie siècle. La cour pontificale menait alors une existence souvent itinérante et ne séjournait généralement à Rome que quelques mois par an. Il s’agissait d’un régime assez patriarcal ou seigneurial : familiers et officiers ne percevaient pas de salaire en espèces ; mais ils bénéficiaient d’une prise en charge en nature ; celle-ci consistait en la répartition de vidande, c’est-à-dire de portions de vivres qui leur étaient distribuées quotidiennement ; ils touchaient aussi des « prébendes » d’avoine ou de fourrage pour leurs montures et des logements leur étaient attribués gratuitement. Le nombre de vidande variait en fonction de l’importance du personnage et lui permettait éventuellement de nourrir ses serviteurs ou sa familia ; l’auditeur des contredites, le correcteur avaient ainsi deux « vidande », le maréchal de justice, quinze, le procureur du fisc ou les cuisiniers, une seule, etc. ; divers avantages s’ajoutaient également aux portions de vivres, tel un pourcentage sur les dépenses effectuées par les services de la cuisine, de la paneterie, de la bouteillerie et de la maréchalerie pour leurs responsables ; les cuisiniers bénéficiaient également d’un animal sur cent achetés pour les besoins de la cour ainsi que de certains abats. Mais seul un nombre très réduit d’officiers, tels les pénitenciers ou la chancellerie (celle-ci prise au sens collectif), recevaient un paiement en espèces.

  • 8 T. Schmidt, Libri rationum camerae Bonifatii papae VIII (Archivum Secretum Vaticanum, Collect. 446 (...)

4Ce système de rétributions ou plutôt de prise en charge en nature n’offrait pas que des avantages. Il nécessitait l’acquisition par les services de la cour d’une très grande quantité de denrées, ce qui pouvait s’avérer difficile lors des déplacements de la cour et ces portions ne correspondaient pas toujours aux besoins réels des bénéficiaires, qui vivaient ainsi au jour le jour et ne pouvaient en tirer de profit à long terme. Pour pallier ces difficultés, l’on eut recours passagèrement, dès le pontificat de Boniface VIII, à un autre système ; on se mit à remplacer, lors des déplacements du pape, les portions de vivres par le versement d’indemnités en espèces ; les registres de comptes de ce pape publiés par Tilmann Schmidt nous en offrent quelques exemples, ainsi lors du transfert de la cour de Rome à Anagni en mai 12998.

  • 9 Regestum Clementis V, ed. par les moines bénédictins, vol. d’appendice, Rome, 1892, passim ; B. Gu (...)

5À l’imitation de ses prédécesseurs, Clément V utilisa le système de la prise en charge de ses officiers en nature ; celui-ci est appliqué notamment pendant les premiers mois de son séjour avignonnais ; mais auparavant, dès le printemps 1307, lors du voyage qui devait conduire la cour de Bordeaux à Poitiers, on avait eu aussi recours au remplacement des vidande par des indemnités en espèces9 et l’on y revint à plusieurs reprises.

  • 10 S. Weiss, Rechnungswesen und Buchgaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, (...)
  • 11 A vrai dire je n’ai pu consulter, d’après les microfilms dont je disposais, qu’un seul des trois « (...)

6Mais le pontificat suivant, celui de Jean XXII, devait apporter un changement capital et consacrer la disparition définitive des vidande, remplacées désormais par des salaires en espèces. Sur ceux-ci nous sommes renseignés par les admirables « grands livres de la chambre apostolique » dont la série a été conservée presque intégralement jusqu’à l’époque du Schisme. Ces registres représentent une ventilation thématique annuelle en chapitres des recettes et surtout des dépenses de la chambre apostolique ; ils ont été étudiés récemment par Stefan Weiss qui nous a donné sur eux un instrument de travail fort utile10. Plus que sur les « morceaux choisis » édités par Schäfer, c’est sur eux et principalement sur le chapitre intitulé Vadia ordinaria, où sont consignés les versements à intervalles réguliers des traitements des officiers de la cour, que j’ai fondé mon étude11.

  • 12 ASV, Intr. et Ex. 13, fol. 55-58v.

7Après l’interrègne de deux ans qui suivit la mort de Clément V, le nouveau pape, Jean XXII, élu le 7 août 1316 et couronné à Lyon, décida de regagner rapidement Avignon où il fit son entrée le 11 octobre. La chambre apostolique procéda le 24 octobre au premier paiement de gages12 ; ce fut un travail assez ardu car il fallait mettre sur pied le nouveau système de paiement et régler à chacun ce qui lui était dû, c’est-à-dire le paiement des 77 jours qui s’étaient écoulés depuis la création du pape pour les officiers déjà en place ou le traitement au prorata de ceux qui venaient d’être nommés ; les officiers regroupés sous une commune dénomination et payés en principe collectivement n’avaient pas forcément exercé pendant le même laps de temps : ainsi deux nouveaux pénitenciers avaient rejoint après coup les quatorze précédents, les seize chapelains avaient été présents pendant des périodes différentes, etc.

  • 13 Les chapelains touchent 8 gros tournois les jours gras et 7 gros tournois les jours maigres, de mê (...)

8Il fallait surtout passer de l’ancien système qui alternait prise en charge matérielle et indemnités en espèces, à un nouveau, totalement basé sur une rémunération en espèces. Une grosse difficulté consistait à traduire en argent comptant le système des vidande : celles-ci se décomposaient en vidande de jours gras (dies carnium) et de vidande de jours maigres (dies piscium) ; ceci devait compliquer singulièrement les calculs et encore davantage pour les personnages qui n’avaient travaillé qu’à temps partiel : combien de jours gras et de jours maigres avait donc comportés celui-ci ? Ce régime s’appliquait-il d’ailleurs véritablement à tous les officiers ? Pour un certain nombre d’entre eux, cela est mentionné expressément : l’auditeur des contredites, les chapelains, les clercs de la chambre, les maîtres huissiers damoiseaux, les écuyers, les maîtres de la maréchalerie13 ; pour d’autres cependant rien n’est dit et l’on constate ainsi par exemple que le salaire accordé au maréchal de justice est toujours identique.

  • 14 ASV, Collect. 376, fol. 9-25.
  • 15 La Noël (25 décembre), la Saint-Mathias (24 février), la Saint-Jean-Baptiste (24 juin), la Saint-P (...)
  • 16 De l’ordre d’un ou deux sous et de quelques deniers.

9L’élaboration de ce premier paiement fut sans doute laborieuse ; l’on nota soigneusement les noms des salariés, leur temps de travail, en précisant souvent le montant de leur salaire à la journée pour un jour gras et pour un jour maigre. Par la suite, il n’est plus guère question de jours gras et de jours maigres, si ce n’est dans un texte destiné au paiement des officiers qui daterait du temps de Clément VI14 mais qui inclut vraisemblablement une version beaucoup plus ancienne. Les dies piscium désignaient-ils véritablement des jours d’abstinence – peut-être avait-on tourné la difficulté en choisissant comme unité de temps la semaine ou l’un de ses multiples – ou bien correspondaient-ils aux jejunia, jours de jeûne dont l’on rencontre souvent la mention par la suite, mais appliqués collectivement ? Ils désignent alors assurément les vigiles de certaines fêtes ; ils étaient en principe indiqués en tête de chaque liste de paiement immédiatement après la date ; j’en compte une douzaine15 ; ils sont représentés par une légère diminution du salaire16 lorsqu’ils tombent dans la période considérée ; on ne les retrouve d’ailleurs pas systématiquement ; sans doute en faisait-on exception lorsque ces vigiles tombaient un dimanche mais d’autres omissions restent inexpliquées ; très fréquemment mentionnés jusqu’à la fin du pontificat de Clément VI, ils le sont beaucoup plus irrégulièrement par la suite, tout comme d’ailleurs les retenues en résultant. Mais restait aussi le difficile calcul, lorsque l’officier n’avait pas travaillé à temps complet, des soustractions à opérer en fonction de ses dates de présence.

  • 17 Un projet d’étude de ceux-ci avait été élaboré il y a une vingtaine d’années pour la petite équipe (...)

10Le chapitre des salaires peut constituer une source précieuse pour une prosopographie des officiers pontificaux17 du moins pour les personnages dont le nom est mentionné, car beaucoup le sont sous une forme collective et anonyme ; il n’en reste pas moins que nous pouvons grâce à ces « feuilles de paie » suivre la carrière d’un certain nombre de personnages, du moins lorsque leur nom accompagne leur fonction.

  • 18 Du moins en ce qui concerne les scribes de celle-ci ; les pénitenciers qui siègent dans l’église S (...)
  • 19 B. Schwarz, Die Organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer Entstehung bis zur Mitte des Ja (...)

11Le chapitre des « gages ordinaires » n’embrasse cependant pas tous les officiers de la curie, surtout lorsque leurs services ne sont pas installés au palais ; ainsi la chancellerie – dont on ignore encore officiellement la localisation, vraisemblablement dans la livrée du vice-chancelier, les scribes pouvant travailler à leur domicile – la pénitencerie18 ou encore le personnel de l’aumônerie de la Pignotte ; les scribes ne sont pas payés par la chambre, mais sur une caisse spéciale qui leur est propre, alimentée par les taxes de chancellerie19 ; clercs pour la presque totalité, ils ont en outre bien souvent des bénéfices ; quant aux auditeurs des causes apostoliques, promis pour la plus part à un brillant avenir – beaucoup accéderont à l’épiscopat – outre les revenus propres à leur fonction, ils jouissent de nombreux et fructueux bénéfices. D’autres officiers plus modestes figurent ailleurs dans les grands livres : les comptes concernant la Pignotte constituent un chapitre particulier et le montant des salaires de ses employés est souvent inclus dans les frais occasionnés par le fonctionnement de cette institution ; il en est de même pour les valets d’écurie qui sont recensés, à l’exception d’une courte période, dans le chapitre de la maréchalerie ; enfin les traitements de quelques autres salariés peuvent figurer dans le chapitre des « gages extraordinaires » ou encore dans le chapitre intitulé De cera et extraordinariis qui est un véritable fourre-tout, tels le gardien et le jardinier du palais de Villeneuve, le châtelain de Pont-de-Sorgues, etc.

  • 20 Ceux-ci sont payés pour moitié par la chambre apostolique et moitié par le maréchal, leur capitain (...)
  • 21 La chambre apostolique avec ses trois ou quatre clercs et un notaire ; quelques personnages qui so (...)
  • 22 Qui à partir de Benoît XII se décompose en chapelains commensaux qui entourent le pape lors des gr (...)
  • 23 La garde est effectuée par des huissiers, qui sont des nobles, mais également par des huissiers mi (...)
  • 24 La cuisine avec un chef-cuisinier, des cuisiniers et aide-cuisiniers, un scribe et surtout un ache (...)
  • 25 Divers hommes de peine, des jardiniers, un sonneur de cloches, un balayeur (qui touche le plus pet (...)
  • 26 A partir de la seconde année de pontificat apparaît vers la fin de la liste des paiements une rubr (...)

12Le chapitre des « gages ordinaires », mis au point au début du pontificat de Jean XXII, se répètera avec quelques modifications pour tous les pontificats suivants. Après le premier paiement, exceptionnellement détaillé, ceux qui suivront comporteront des mentions plus brèves, des personnages restant anonymes et désignés sous leur seule fonction, souvent collectivement (13 pénitenciers, 16 chapelains, 53 courriers etc.). Mais l’on a en quelque sorte mis sur pied une espèce de grille, qui légèrement transformée, sera conservée tant que dureront les grands livres, les personnages défilant presque toujours dans le même ordre, sans qu’il s’agisse d’ailleurs d’un classement véritablement logique. Est toujours mentionné en premier lieu un versement important, le second après le maréchal de justice, fait à la chancellerie (cancellarie), mais j’ignore dans quel contexte, et qui sera finalement affecté plus tard, à partir du pontificat d’Innocent VI, à la personne-même du vice-chancelier (vicecancellario) ; suit peu après le maréchal de justice, accompagné à partir du pontificat de Benoît XII de ses deux juges, de son trésorier et de ses 35 sergents20 ; en gros les personnages se succèdent dans l’ordre suivant : les grandes administrations21, la chapelle22, le service de garde et d’honneur23, les offices domestiques de la maison du pape24, ainsi que divers officiers plus modestes25 ; sous Jean XXII, un paragraphe spécial concernait l’entourage immédiat du pape26.

  • 27 ASV, Intr. et Ex. 13, fol. 55-77v.
  • 28 Sous Benoît XII le 20 au lieu du 13 novembre 1339, le 6 mai au lieu du 19 avril, 1er juillet au li (...)

13En ce qui concerne les échéances de paiement, le système eut quelque mal à se mettre en place : la première année de Jean XXII, le versement des salaires ne fut pas effectué en moins de 34 fois27 ; après le premier règlement qui portait sur 77 jours, les gages furent généralement perçus à la semaine, parfois les deux semaines ; il fallut aussi des rappels pour des salaires qui n’avaient pas été payés ou au contraire des régularisations pour des avances qui avaient été versées. La seconde année comprit 12 paiements, l’un portant sur six, les autres sur quatre semaines. Les salaires de la troisième année furent payés en 13 échéances, chacune comprenant quatre semaines. Ce n’est que la quatrième année que l’on atteignit la « vitesse de croisière » qui devait persister jusqu’à la fin de la période, avec des paiements portant sur huit semaines ; pour couvrir entièrement les années, l’on eut généralement recours à un système alterné : une année, 6 paiements, et la suivante, 7 paiements ; ceux-ci avaient toujours lieu un samedi et semblent avoir été effectués régulièrement, avec quelques irrégularités toutefois sous Benoît XII et Clément VI28. Nous sommes assez mal renseignés, faute de grands livres, sur ce que fut le versement des salaires lors du retour à Rome d’Urbain V qui entraîna une véritable désorganisation de l’administration, mais les versements semblent avoir été fort irréguliers et surtout partiels, tous les officiers n’étant pas payés simultanément. Pour Grégoire XI, nous n’avons malheureusement pas non plus la totalité des grands livres ; il semble qu’on soit revenu au moins théoriquement au système précédent, en conservant la fiction des paiements portant sur huit semaines ; mais ils paraissent souvent avoir été faits avec un retard important : ainsi en 1374, le 18 avril, alors que cela aurait dû être le 7 janvier ; le 8 juillet au lieu du 4 mars, le 14 octobre au lieu du 28 avril, retards imputables non pas tellement à une désorganisation des services qu’au manque de liquidités disponibles ; l’année suivante, l’on en viendra à régler avec retard deux paies simultanément et après des retards de plusieurs mois ; quant à la dernière année pour laquelle nous avons un grand livre, on peut se demander si les dernières paies ont été réellement effectuées : les feuilles de paie semblent seulement avoir été préparées, car on n’y note en effet aucune absence !

  • 29 La septième année du pontificat de Benoît XII, il est dit que l’évêque d’Avignon et le trésorier J (...)
  • 30 Excepté deux paiements en écus la septième année de pontificat de Benoît XII.

14Une grosse difficulté consiste dans la nature des espèces versées aux salariés. La chambre apostolique employait des monnaies différentes qui pouvaient varier à chaque terme de paiement ; il en fut souvent ainsi sous Jean XXII où l’on trouve certes généralement des florins accompagnés de gros et de petit tournois ou de sous viennois, mais où l’on rencontre également des gillats, des réaulx, des agnels, des sous et deniers valois. Tous les personnages n’étant pas automatiquement payés dans la même monnaie, il fallait à chaque fois convertir le montant du salaire dans la monnaie pour lors usitée. Pourquoi ces dissemblances ? Serait-ce en raison des espèces sonnantes et trébuchantes dont disposait alors la chambre ?29 Le cours des monnaies variait aussi selon les temps et ce versement des salaires ne devait certes pas toujours être une tâche aisée, si l’on pense que l’agnel fut comptabilisé la XIe année du pontificat, successivement pour 28 sous 6 deniers viennois, 29 sous 2 deniers viennois, 30 sous, puis 30 sous 6 deniers viennois ; la XIIIe année le florin était estimé à 31 sous 7 deniers viennois, 32 sous 4 deniers, 32 sous 6 deniers, puis 33 sous, avant de retomber l’année suivante à 30 sous 7 deniers. Les listes de paiement contiennent généralement en tête du chapitre après la date, des équivalences de monnaies, mais non de manière systématique. À partir du règne de Benoît XII, on précise que le florin vaut 22 sous viennois, mention que l’on répètera religieusement sous les pontificats suivants, alors qu’il n’est plus question de cette monnaie dans les listes de salaires ; depuis la seconde partie du règne de Benoît XII30, les salaires furent désormais toujours exprimés en florins, sous et deniers selon un barème qui ne variait pas si le nombre des officiers était lui sujet à des modifications.

  • 31 Collect. 376, fol. 9-25 ; une version tronquée en a été publiée par J. Haller, Zwei Aufzeichnungen (...)
  • 32 Les chefs-cuisiniers, les chapelains commensaux, les pénitenciers, les clercs de la chambre, les s (...)

15Le montant des salaires est calculé à la journée. Si le personnage a exercé ses fonctions à plein temps, l’on ne précise rien ou bien l’on inscrit pro tota. S’il a manqué une partie du temps considéré, on indique le nombre de journées où il était présent et l’on calcule ce qui lui est dû à cet effet. Pour faciliter ces comptes, le personnel de la chambre apostolique possède un instrument de travail : un aide-mémoire ou barème, apparemment daté du pontificat de Clément VI31 puisque l’on y cite « feu Benoît XII », mais dont la version primitive me semble remonter plutôt au début du pontificat de Jean XXII ; la première partie concordant bien en effet avec ce qui fut pratiqué dès la première année, notamment en ce qui concerne les mentions de « jours gras » et de « jours maigres » appliquées à certains officiers, mentions dont il n’est plus question par la suite. Ce texte indique le montant des salaires pour les employés de la curie pour une journée, pour une semaine, pour un mois ou pour deux mois ; et pour certains d’entre eux32, il pousse la précision jusqu’à indiquer quel sera le montant du salaire pour tous les nombres de journées, allant d’une à 56, c’est-à-dire huit semaines. Mais il n’était pas toujours possible de mentionner avec exactitude la durée du travail effectué et dans bien des cas, lorsqu’il s’agit d’un groupe, l’on se contente d’indiquer après le nombre de personnes présentes à temps plein et certis pro certis diebus !

  • 33 Collect. 456, fol. 207-266.
  • 34 Item XXII cursoribus integris… retentis vadiis Antonii de Fontenaco excommunicati pro XXXIX diebus (...)

16On s’efforçait cependant d’enregistrer soigneusement les absences ; en témoigne pour la fin du pontificat d’Innocent VI et celui d’Urbain V un petit registre malheureusement peu lisible tenu par la chambre apostolique et où sont notées les dates des entrées et sorties des officiers en cour de Rome33 ; y figurent principalement des officiers laïques : sergents d’armes, huissiers, damoiseaux, mais aussi parfois des chapelains ; on y rapporte les menus incidents qui peuvent influer sur la perception des salaires ; ainsi l’on enquêtera pour savoir si les sergents du maréchal ont prêté main-forte à des familiers de cardinaux qui ont mené un charivari nocturne dans la ville ; une suspension de salaire est prescrite, toujours à la cour du maréchal, où l’on avait emprisonné un clerc ; des huissiers sont punis pour avoir été défaillants pour monter la garde ; et même un sous-diacre du pape est suspecté d’avoir soustrait du pain, du vin et des chandelles à l’occasion d’une cérémonie religieuse ! On procède à des punitions sous la forme de retenues sur les salaires ; d’autre part une excommunication entraîne toujours la cessation du paiement des gages34.

  • 35 Alors que son salaire journalier habituel aurait été inférieur à un florin (Intr. et Ex. 177, fol. (...)

17Un temps partiel – on peut alors parler d’officiers fracti ! – peut signifier une absence pour convenance personnelle ou pour raison de service ; l’officier envoyé en mission perd en général le bénéfice de son salaire habituel et disparait du chapitre des gages ordinaires durant le temps où il n’est pas à la cour ; il est cependant pris en charge sur un autre budget généralement dans le chapitre intitulé De cera et extraordinariis ; il peut recevoir une somme forfaitaire avant son départ, ou être remboursé à son retour ; il doit alors fréquemment présenter une note justifiant ses frais et l’on peut ainsi avoir un récit très détaillé du déplacement de l’officier et des difficultés parfois inattendues qu’il a rencontrées. Mais il est difficile de se rendre compte s’il a remporté un bénéfice de cette expédition. Il y a cependant des cas où l’envoyé peut recevoir exceptionnellement son salaire par grâce du pape : ainsi le clerc de la chambre Jean Amiel, envoyé à Assise sous Benoît XII et absent 152 jours, touche 608 florins pour ses gages à raison de 4 florins par jour, payés en deux fois35.

  • 36 A raison de 525 florins, 4 sous, 2 deniers obole viennois pour chacun avec ses écuyers (Intr. et E (...)

18Le salaire semble calculé à la journée mais cependant de rares personnages bénéficient d’un salaire à l’année : ainsi l’avocat du fisc qui reçoit son salaire en deux fois dans l’année (50 florins), du moins sous les premiers pontificats ; il en sera ainsi pour le tailleur du pape (10 livres) ; de même à partir de la cinquième année de Jean XXII (1320), les parents du pape Pierre Duèze et Pierre de Via ne seront plus payés avec les autres chevaliers du pape, mais séparément une seule fois par an, une tentative qui ne fut d’ailleurs pas poursuivie par la suite36.

19Le nombre de ces officiers varie passablement, non seulement d’un pontificat à l’autre mais encore d’une année à l’autre et même dans le cours de celle-ci. Il n’est jamais inférieur à 150, mais peut s’élever jusqu’à 330 environ ; encore ne s’agit-il que d’un chiffre minimum car comment peut-on comptabiliser les certi qui n’ont travaillé qu’à temps partiel et viennent s’ajouter aux personnages ayant travaillé à plein temps ? Inversement lorsqu’il y a remplacement d’un officier, ce sont donc deux personnes qui se succèdent dans le même emploi pour une période considérée. L’arrivée de la peste en 1348 a également son importance et diminue notablement le nombre des officiers, soit qu’ils se réfugient en dehors d’Avignon pour échapper à l’épidémie, soit qu’ils en soient atteints et meurent. Le nombre des salariés tombe ainsi en 1348 de 235 personnes à 185, puis 163, avant d’esquisser une légère remontée ; on donne les noms de quelques morts et en particulier des courriers – parce que la chambre paie leurs obsèques – au nombre de 13 ; plus de la moitié des damoiseaux ne sont plus présents qu’à temps partiel.

  • 37 Il apparaît le 6 août 1316 (Intr. et Ex. 13, fol. 75v).
  • 38 A partir de la deuxième année de Jean XXII.
  • 39 Ils reçoivent respectivement 4 et 2 tournois par jour et séjournent environ un an à Avignon.

20Quelques personnages n’apparaissent que pendant quelques années : tels sous Jean XXII un frère Pierre de Podio, peintre de la chapelle37 et un maître qui enseigne les langues38, un prêtre et un clerc envoyés par le roi d’Arménie viennent également enseigner leur langue à la cour39. L’évêché d’Avignon étant devenu vacant par la mort de Jacques de Via et tenu désormais « en la main du pape », la chambre prit en charge jusqu’à la nomination d’un nouvel évêque par Benoît XII les dépenses de l’administration épiscopale, c’est-à dire les salaires de l’official accompagné parfois d’un juge, du viguier épiscopal, du clavaire et de quelques sergents.

21Les subordonnés ou agents subalternes n’apparaissent pas systématiquement : il en est de toutes catégories et si des scutiferi ou socii de grands personnages (les damoiseaux du comte de Beaufort par exemple) sont rétribués eux-même comme des damoiseaux, des familiers ou des serviteurs des officiers sont payés tantôt à part, tantôt mentionnés comme compris dans le salaire de leur maître tandis que d’autres, complètement ignorés dans le chapitre des salaires, sont pris directement en charge par celui-ci ; enfin chaque responsable d’un service a la possibilité d’avoir recours à des aides passagères qu’il rétribue lui-même ou sur le budget de son service.

  • 40 Voir note 32.
  • 41 Encore les montants indiqués sont-ils parfois assez approximatifs devant la difficulté de calculer (...)

22Présenter un tarif général des salaires accordés par la chambre n’est guère possible qu’à partir du pontificat de Clément VI ; il semble certes que l’on pourrait utiliser pour cette époque le barème cité plus haut40 – tout au moins pour sa seconde partie – mais malheureusement il ne coïncide exactement, en raison des différences de valeur des monnaies qui y sont mentionnées, avec aucune des « feuilles de paie » de Clément VI. C’est donc uniquement d’après le chapitre des Vadia ordinaria que l’on se contentera de donner une brève esquisse de la hiérarchie des traitements41.

  • 42 Le maréchal les surpassait de beaucoup précédemment (environ 290 florins), mais depuis Benoît XII (...)

23Tout en haut de l’échelle, nous trouvons le maréchal de justice et le vice-chancelier dont le salaire avoisine les 195 florins42. Viennent ensuite le maître d’hôtel du palais qui reçoit 56 florins, puis le maître en théologie ou maître du sacré palais (37 florins). Les quatre clercs de la chambre qui font un travail important sont bien pourvus (environ 35 florins), ainsi que les bullateurs (environ 31 florins). Les chapelains commensaux recevaient environ 28 florins et les pénitenciers 25 florins.

24Un taux qui revient souvent est le montant du salaire des damoiseaux ou scutiferi qui est de 27 florins 4 sous 4 deniers, applicable également au correcteur, aux huissiers majeurs, au maître de la maréchalerie, au maître et à l’acheteur de la cuisine, à l’aquarius, aux médecins ou chirurgiens ; beaucoup de ces personnages sont nobles, mais ce salaire semblerait parfois conférer une manière de noblesse à ceux qui ne l’étaient pas par leur naissance ; l’on trouve parfois l’épithète domicellus accolé à leur nom et il faudrait lire « touchant le salaire d’un damoiseau ».

25De même sur le salaire des sergents d’armes (environ 17 florins) sont alignés les chapelains de la chapelle intrinsèque, les cuisiniers, les panetiers, les bouteillers, les gardiens de la cire et de la vaisselle, le maître des œuvres. Le gardien de la prison a un peu plus (20 florins) mais l’avocat du fisc (15 florins) et les huissiers mineurs (14 florins), un peu moins, les registrateurs sensiblement moins (12 florins).

26Après le gardien des animaux qui est en même temps jardinier (9 florins), l’on trouve un autre palier (environ 8 florins) qui comprend les courriers et les palefreniers, les portiers extérieurs et les aide-cuisiniers (brodarii), le clerc de la chapelle, celui de la maréchalerie et le garde des armes (mais celui-ci perçoit déjà par ailleurs un salaire de sergent d’armes). Enfin viennent les serviteurs les plus modestes : le sonneur de cloches et le charretier (environ 4 florins) et le balayeur (environ 3 florins).

  • 43 Le paiement du 22 juin 1363 se répartissait ainsi : 3 personnes à la paneterie et à la bouteilleri (...)

27En plus des salaires, d’autres avantages sont accordés aux officiers pontificaux. Etaient-ils nourris régulièrement ou occasionnellement ? Cela n’est pas dit mais parait possible au moins pour quelques pitances durant leur temps de travail. Mais seuls les comptes d’Urbain V font mention deux fois par an du règlement de ces pitances à raison d’un denier par jour, versées pour 23 ou 24 personnes, mais il s’agissait peut-être de serviteurs subalternes vu la modicité de la somme43.

  • 44 Le premier paiement remonte au 28 mai 1317 ; il concernait 14 pénitenciers, 19 sergents d’armes et (...)
  • 45 Par exemple le poissonnier Pierre Pons Raubat ou l’orfèvre Marcho Lando.

28Par contre, certains officiers sont gratifiés de vêtements deux fois par an, pour l’été et pour l’hiver44, ou du moins reçoivent une somme d’argent destinée à leur confection, ceci à des dates un peu irrégulières. Ces vêtements représentent-ils un uniforme, une « livrée » caractéristique du groupe auquel ils appartiennent ? On pourrait le penser ; cependant sous Clément VI, en 1347, on trouve une mention précisant que la somme destinée à 14 écuyers et officiers est destinée pro raubis emendis ad ipsorum beneplacitum et quorumlibet voluntatem. Par contre, sous Urbain V, à une occasion au moins, l’argent est remis directement à un drapier qui procurera sans doute le tissu voulu et veillera peut-être à la confection des vêtements. Ces dons sont soigneusement tarifés : si le maître du sacré palais reçoit 12 florins, pour les autres officiers c’est généralement 8 florins, ainsi pour les pénitenciers, les huissiers, les écuyers, tandis que les sergents d’armes n’ont que 5 florins et les palefreniers 2 ; l’argent est remis à un personnage de chaque groupe qui se charge peut-être de faire confectionner ces vêtements. Tous les bénéficiaires sont nommés personnellement, renseignement qui nous est précieux car ces personnages ne sont généralement mentionnés que collectivement dans la liste des salaires. Il est à remarquer que le nombre des sergents d’armes profitant de cette distribution est toujours supérieur au nombre de ceux cités au chapitre des salaires ; il est permis de penser que pour les personnages en supplément, il s’agit en quelque sorte d’un titre honorifique, ainsi en serait-il pour des commerçants fournisseurs de la cour pontificale45. En dehors de ces distributions généralement enregistrées dans le chapitre des gages ordinaires, l’on trouve parfois dans le chapitre concernant les achats de tissus, des mentions de tissus luxueux acquis à Gand et à Louvain, de fourrures, destinés à confectionner des vêtements d’hiver et d’été pour des damoiseaux du pape qui ne sont pas nommés.

  • 46 Lors du premier paiement en 1322, les pénitenciers et le maître du sacré palais bénéficièrent égal (...)
  • 47 En 1322 deux clercs de la chambre et le clavaire de l’évêché.
  • 48 Intr. et Ex. 53, fol. 1-24 (en 1322) ; Collect. 448, fol. 145-160 (en 1326) ; Intr. et Ex. 80, fol (...)
  • 49 Intr. et Ex. 138, fol. 32-61 (1335) ; Intr. et Ex. 160, fol. 101-130 (1337).
  • 50 Collect. 460, fol. 90-105 (1361).
  • 51 Collect. 387, fol. 248-260 (1363-1365) ; Collect. 388, fol. 104-115 (1365-1366) ; Collect. 451, fo (...)
  • 52 Ainsi le sergent d’armes Guillaume de Cabasac, propriétaire de deux hôtels, paroisse Saint-Etienne (...)
  • 53 En 1361 le courrier Barthélemy Pierre, qui demeure dans l’hôtel de Jean Michel de Saint-Saturnin, (...)

29Certains officiers sont logés au palais mais il s’agit surtout de clercs ou de familiers du pape. Beaucoup d’autres ont dû se loger en ville dans des maisons ou des parties de maisons louées à des Avignonnais. Pour les officiers laïcs46, ces frais sont pris en charge par la chambre apostolique mais seulement sous la forme d’une allocation forfaitaire selon la catégorie des bénéficiaires. L’on procède périodiquement (tous les ans ou tous les deux ans mais la première fois sous Jean XXII seulement au bout de six ans) à l’examen des situations et au règlement des sommes dues ; cette opération a lieu en présence de responsables mandatés par la Chambre apostolique47. Le locataire doit apporter la preuve qu’il a bien acquitté les loyers dont le taux avait été fixé officiellement (parfois selon une ancienne taxation effectuée sous Clément V), ou encore en accord avec le propriétaire, soit que le montant du loyer ne dépasse pas l’indemnité fixée, soit qu’il ait payé la différence de ses propres deniers, sinon la Chambre la retiendra sur ses gages. Nous avons conservé une dizaine de ces opérations de règlement, principalement pour les pontificats de Jean XXII48 et de Benoît XII49, mais aussi pour ceux d’Innocent VI50 et d’Urbain V51, qui ont l’intérêt de nous renseigner sur les rapports des officiers avec les Avignonnais et nous montrent dans quelles conditions les premiers purent s’installer dans une ville surpeuplée, en recherchant certes la proximité du palais, mais sans se fixer délibérément dans un quartier plutôt qu’un autre. Il fut décidé que l’indemnité ne serait versée que si l’officier n’était pas propriétaire52 ; il était cependant possible de tourner la difficulté en louant une habitation et en donnant sa propre maison à loyer, voire à un collègue53 !

  • 54 En 1323 (Intr. et Ex. 58, fol. 78v) ; à cette même époque disparaît des comptes l’auditeur des con (...)
  • 55 Voir aussi quelques précisions dans une liste des gages de 1366 que je donne en annexe.

30Les clercs pouvaient adjoindre à leur salaire les revenus des bénéfices ecclésiastiques qui leur avaient été conférés ; parfois ceux-ci leur en tenaient lieu purement et simplement : ainsi le trésorier de Jean XXII, Aymar Amiel, est supprimé de la liste des salaires : nichil quia est promotus ad ecclesiam Massiliensem54. Pour ne donner que quelques exemples55, sous Jean XXII le cuisinier Guillaume Martin est chanoine et chantre de Montauban ; sous Urbain V et Grégoire XI, le clerc de la chambre, Guillaume Atbert, est chanoine et prévôt de Mende, tandis que son collègue Maurice de la Barde est doyen de Bourges, puis chanoine et préchantre de Narbonne ; un panetier, Crescent Pileux, est chanoine d’Albi. D’autres sont recteurs de paroisses, mais Urbain V, soucieux de réfréner l’avidité des clercs et de ramener ceux-ci à leurs devoirs de pasteurs mit en demeure les officiers qui détenaient une paroisse de choisir entre celle-ci et leur office, ce qui entraîna quelques résignations ou échanges contre des bénéfices ne comportant pas la cure des âmes. Le départ pour Rome et la désorganisation qui s’ensuivit annulèrent les bienfaits de cette réforme à laquelle quelques-uns avaient d’ailleurs échappé.

  • 56 Intr. et Ex. 171, fol. 90.

31Il faudrait aussi mentionner les nombreux « dons gratuits » offerts par le pape en diverses circonstances : ainsi par exemple le 24 décembre 1336, Benoît XII accordait une gratification de 20 ou 25 florins à dix-neuf familiers pour services rendus56 ; il donnait de même en mai 1340 50 ou 20 florins à des familiers pour services rendus lors de sa maladie, etc. Ces dons semblent se multiplier sous Grégoire XI pour pallier peut-être les irrégularités des versements de salaires que j’ai mentionnées plus haut.

32Les huissiers et courriers avaient aussi la possibilité de recevoir des gratifications supplémentaires en portant notamment des citations au nom de divers personnages, comme en témoignent par exemple les comptes de l’évêché, durant l’épiscopat d’Anglic Grimoard.

  • 57 AD Vaucluse, 9 G 35 n° 779.
  • 58 Arch. hosp. Avignon, Aumône de la Petite Fusterie B 40.
  • 59 AD Vaucluse, H Augustins d’Avignon, 32 n° 279.

33Somme toute, la condition d’officier pontifical n’était pas mauvaise, même lorsqu’il s’agissait d’employés relativement modestes ; dans la seconde moitié du siècle, bon nombre d’entre eux sont devenus propriétaires et jouissent d’une honnête aisance ; un portier de la première porte, Pierre Garrigue, laissait en 1376 dans son testament 100 florins de legs pieux57 ; Guillaume de Favarès, un huissier qui avait commencé sa carrière comme courrier, fondait deux chapellenies dans l’église Saint-Etienne d’Avignon pour lesquelles il faisait construire deux autels en léguant 200 florins à cet effet et en les dotant de 20 florins de revenu58 ; mais la veuve du courrier Augustin de Pérouse, prévoyait dans son testament une petite somme pour racheter les méfaits commis jadis par son mari (pro malis ablatis incertis habitis quomodolibet)59 !

  • 60 Notamment les bouteillers et panetiers à partir du pontificat de Benoît XII.

34Outre son caractère pratique, la mutation opérée au début du siècle traduisait une nouvelle conception de l’activité des officiers pontificaux – non plus des services rendus au seigneur-pape en reconnaissance de la protection et de la prise en charge qu’il leur apportait, mais un travail accompli dans la perspective d’une juste rétribution. Ce nouveau système avait l’avantage de permettre aux officiers de disposer librement du fruit de leur travail. Certes la transcription bureaucratique du paiement des salaires ne s’effectua pas sans difficultés ; il fallut comptabiliser en quelque sorte les anciennes vidande en les traduisant dans une optique monétaire parfois fluctuante, créer une « grille des salaires », en assurant une juste répartition, tandis que l’introduction de nouveaux officiers demandait une évaluation chiffrée de leur activité ; d’autres, jusque là confondus dans le groupe des « familiers du pape », prenaient une individualité propre60. Une fois mis sur pied, ce système fut appliqué avec rigueur par les soins des employés de la Chambre apostolique et les officiers, à divers niveaux, purent généralement réaliser de belles carrières. Mais encore la papauté devait-elle pouvoir faire face à la charge considérable de ces rétributions ; ce qui ne fut plus le cas à partir du pontificat de Grégoire XI ; devant les difficultés financières causées par les guerres, la bureaucratie même perfectionnée se révélait impuissante.

Notes

1 S. Weiss, Die Versorgung des päpstlichen Hofes in Avignon mit Lebensmitteln (1316-1378). Studien zur Sozial – und Wirtschaftsgeschichte eines mittelalterlichen Hofes, Berlin, 2002.

2 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII, Paderborn, 1911, p. 32*, 36* ; Id., Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemenz VI. und Innocenz VI., Paderborn, 1914, p. 9, 12, 179, 182, 516.

3 Ainsi sous Jean XXII à partir de la douzième année du pontificat.

4 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Paris, 1995, p. 108-118.

5 J. Haller, Zwei Aufzeichnungen über die Beamten der Curie im 13 und14 Jahrhundert, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 1, 1898, p. 1-3.

6 L. Dehio, Die Uebergang von Natural – zu Gelbdesoldung an der Kurie, dans Sozial – und Wirtschaftsgeschichte, 8, 1910, p. 56-77.

7 A. P. Frutaz, La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. XIV, dans Paleographica diplomatica et archivistica. Studi in onore di Giulio Battelli, Rome, 1979 (Storia e letteratura. Raccolta di studi e testi, 140), p. 277-323.

8 T. Schmidt, Libri rationum camerae Bonifatii papae VIII (Archivum Secretum Vaticanum, Collect. 446 necnon Intr. et Ex. 3), Cité du Vatican, 1984, p. 85-93.

9 Regestum Clementis V, ed. par les moines bénédictins, vol. d’appendice, Rome, 1892, passim ; B. Guillemain, Les recettes et les dépenses de la chambre apostolique pour la quatrième année du pontificat de Clément V (1308-1309), Rome, 1978 (Collection de l’École française de Rome, 39), p. XXVII-XXVIII.

10 S. Weiss, Rechnungswesen und Buchgaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, Hannover, 2003.

11 A vrai dire je n’ai pu consulter, d’après les microfilms dont je disposais, qu’un seul des trois « grands livres » annuels (théoriquement identiques, mais qui peuvent comporter de légères variantes) ; mes transcriptions seront déposées aux Archives départementales de Vaucluse.

12 ASV, Intr. et Ex. 13, fol. 55-58v.

13 Les chapelains touchent 8 gros tournois les jours gras et 7 gros tournois les jours maigres, de même que les clercs de la chambre et les maîtres huissiers damoiseaux ; l’auditeur des contredites et les écuyers ou damoiseaux, respectivement 7 et 6 gros tournois.

14 ASV, Collect. 376, fol. 9-25.

15 La Noël (25 décembre), la Saint-Mathias (24 février), la Saint-Jean-Baptiste (24 juin), la Saint-Pierre-et-Paul (29 juin), la Saint-Jacques (25 juillet), la Saint-Laurent (10 août), l’Assomption (15 août), la Saint-Barthélemy (24 août), la Saints-Simon-et-Jude (28 octobre), la Toussaint (1er novembre), la Saint-André (30 novembre) et la Saint-Thomas (21 décembre).

16 De l’ordre d’un ou deux sous et de quelques deniers.

17 Un projet d’étude de ceux-ci avait été élaboré il y a une vingtaine d’années pour la petite équipe travaillant au palais des papes et des dépouillements assez importants déjà effectués ; mais en raison d’autres travaux prioritaires, la recherche n’a pu être poursuivie ; voir A.-M. Hayez, Prosopographies avignonnaises du xive siècle : perspectives et problèmes d’un projet d’informatisation, dans Informatique et Prosopographie, Paris, 1984, p. 135-146 ; Id., Préliminaires à une prosopographie avignonnaise du xive siècle. Richesse et disparité des sources, dans Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, 100, 1988, p. 115-124 ; Id., Les fonctionnaires de la cour pontificale d’Urbain V, dans Crises et réformes dans l’Église. Actes du 115e Congrès national des Sociétés savantes. Avignon 1990, Paris, 1991, p. 229-248.

18 Du moins en ce qui concerne les scribes de celle-ci ; les pénitenciers qui siègent dans l’église Saint-Pierre (ASV, Intr. et Ex. 41, fol. 69), figurent parmi les salariés des gages ordinaires.

19 B. Schwarz, Die Organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer Entstehung bis zur Mitte des Jahrhunderts, Tübingen, 1972 (Bibliotheken des deutschen historischen Instituts in Rom, 37), p. 25-39.

20 Ceux-ci sont payés pour moitié par la chambre apostolique et moitié par le maréchal, leur capitaine recevant double paie ; antérieurement la prise en charge par le maréchal de ses subordonnés est attestée par la diminution du salaire de celui-ci lorsque juges, trésorier et sergents apparaissent dorénavant dans la grille des salaires.

21 La chambre apostolique avec ses trois ou quatre clercs et un notaire ; quelques personnages qui sont dans le sillage de la chancellerie sans vraiment y appartenir (le correcteur, les bullateurs, passagèrement un abréviateur, à partir de Benoît XII trois « registrateurs » ; l’auditeur des contredites qui disparaîtra assez rapidement (il n’est plus mentionné après la huitième année du pontificat de Jean XXII) ; enfin les pénitenciers (mais non les scribes de la pénitencerie).

22 Qui à partir de Benoît XII se décompose en chapelains commensaux qui entourent le pape lors des grandes cérémonies et chapelains intrinsèques qui assistent quotidiennement le pape dans ses devoirs religieux ; l’un et l’autre groupe ont chacun un clerc à leur service.

23 La garde est effectuée par des huissiers, qui sont des nobles, mais également par des huissiers mineurs de plus bas étage ; le service d’honneur est assuré par des chevaliers ou damoiseaux, dont plusieurs sont apparentés au pape ; le nombre des scutiferi ou domicelli varie beaucoup selon les pontificats : très important de Jean XXII (une soixantaine dont bon nombre de parents du pape et des cardinaux) à Clément VI compris, il ira en décroissant par la suite. Il est un peu difficile de décrire les prérogatives des sergents d’armes, catégorie assez hétéroclite, qui remplissent tantôt des tâches honorifiques, tantôt plus prosaïques. Enfin une cinquantaine de courriers sont pris par les occupations les plus diverses, dont de fréquents déplacements.

24 La cuisine avec un chef-cuisinier, des cuisiniers et aide-cuisiniers, un scribe et surtout un acheteur ; la paneterie et la bouteillerie (deux personnes chacune), la maréchalerie des chevaux (le maître de la maréchalerie et une douzaine de palefreniers, un service de l’eau dirigé par un damoiseau qui a trois personnes sous ses ordres ; le maître d’hôtel, les gardiens de la vaisselle, de la cire, de l’artillerie, des prisons dépendant de la cour.

25 Divers hommes de peine, des jardiniers, un sonneur de cloches, un balayeur (qui touche le plus petit salaire), un blanchisseur ou une blanchisseuse.

26 A partir de la seconde année de pontificat apparaît vers la fin de la liste des paiements une rubrique intitulée Solutio facta presbyteris et clericis [puis s’y ajoute le terme d’intrinsecis] hospitii dom. nostri ; elle comprend avec quelques variantes d’une année à l’autre le trésorier (en 1323 Aymar Ameil disparaît car, précise le scribe, il a été nommé évêque de Marseille), puis avec un paiement collectif les chambriers, l’architecte (operarius), le médecin parfois, le ou les scribes du pape, l’acheteur et le scribe de la cuisine, les bouteillers puis les panetiers.

27 ASV, Intr. et Ex. 13, fol. 55-77v.

28 Sous Benoît XII le 20 au lieu du 13 novembre 1339, le 6 mai au lieu du 19 avril, 1er juillet au lieu du 24 juin 1340, le 2 mars au lieu du 3 février, le 18 avril au lieu du 31 mars, le 13 juin au lieu du 28 mai, le 13 août au lieu du 21 juillet, le 22 au lieu du 15 septembre, le 24 au lieu du 10 novembre 1341 ; sous Clément VI, le 9 au lieu du 5 juillet 1343.

29 La septième année du pontificat de Benoît XII, il est dit que l’évêque d’Avignon et le trésorier Jacques de Labroue allèrent chercher des espèces dans la tour du trésor, 4.000 écus d’or provenant des autres années, car Jacques n’avait pas assez pour effectuer les paiements (Intr. et Ex. 190, fol. 128v).

30 Excepté deux paiements en écus la septième année de pontificat de Benoît XII.

31 Collect. 376, fol. 9-25 ; une version tronquée en a été publiée par J. Haller, Zwei Aufzeichnungen über die Beamten der Curie im 13 und 14 Jahrhundert… cit., p. 31-37.

32 Les chefs-cuisiniers, les chapelains commensaux, les pénitenciers, les clercs de la chambre, les sergents d’armes, les huissiers mineurs, les clercs de la chapelle, le registrateur de suppliques, les courriers et les palefreniers, etc.

33 Collect. 456, fol. 207-266.

34 Item XXII cursoribus integris… retentis vadiis Antonii de Fontenaco excommunicati pro XXXIX diebus (10 novembre 1352, Intr. et Ex. 265, fol. 121v).

35 Alors que son salaire journalier habituel aurait été inférieur à un florin (Intr. et Ex. 177, fol. 120).

36 A raison de 525 florins, 4 sous, 2 deniers obole viennois pour chacun avec ses écuyers (Intr. et Ex. 41, fol. 67) ; mais en 1326 (onzième année du pontificat) l’on revint à l’ancien mode de paiement.

37 Il apparaît le 6 août 1316 (Intr. et Ex. 13, fol. 75v).

38 A partir de la deuxième année de Jean XXII.

39 Ils reçoivent respectivement 4 et 2 tournois par jour et séjournent environ un an à Avignon.

40 Voir note 32.

41 Encore les montants indiqués sont-ils parfois assez approximatifs devant la difficulté de calculer le salaire d’un individu faisant partie d’un groupe, surtout si celui-ci comporte des personnes ayant travaillé certis diebus.

42 Le maréchal les surpassait de beaucoup précédemment (environ 290 florins), mais depuis Benoît XII la chambre a pris en charge les gages de ses 35 sergents (env. 240 fl.), des deux juges (env. 15 fl. pour le juge ordinaire et 12 pour le juge au criminel) et du trésorier de la cour (env. 7 fl.) et en a profité pour diminuer son traitement.

43 Le paiement du 22 juin 1363 se répartissait ainsi : 3 personnes à la paneterie et à la bouteillerie, 3 pour la garde de la porte de fer et de la première porte, 2 pour l’office de la cire et pour la garde de l’artillerie, 3 pour la garde de la vaisselle, 8 pour l’office de l’eau : die XXII dicti mensis [junii] soluti fuerunt ex ordinatione camere dominis Bartholomeo Maderni, buticulario et Guillermo Egidii alias de Duranello, panetario dom. nostri pape, pro pitantia XXIV familiarium seu officialium ipsius dom. nostri pape infrascriptorum, eis de gratia per dictam cameram assignata, videlicet a die prima mensis januarii proxime preteriti usque ad XXIV diem presentis mensis proxime venturam que erit festum b. Johannis Baptiste exclusive, in quo tempore sunt CLXIV dies, cuilibet XII d. pro quolibet die, videlicet in prima porta pro duabus personis, item in porta ferrea pro tribus personis, item in buticularia pro aliis tribus, item in panateria pro aliis tribus, item in custodia va celle pro aliis tribus, item in officio artilharie pro duobus, item in officio aquarie pro V personis, item dom. Dyonisio frangenti elemosinam pro una persona ; ascendunt in summa pro dictis XXIV personis ad predictam rationem, predictis dominis B. et E. pro se et aliis manualiter recipientibus, CLXXIV fl. fort. (Intr. et Ex. 300, fol. 93v-94) ; voir aussi Intr. et Ex. 307, fol. 90 et 101v (1363-1364) et Intr. et Ex. 311, fol. 99v (1364).

44 Le premier paiement remonte au 28 mai 1317 ; il concernait 14 pénitenciers, 19 sergents d’armes et 12 palefreniers dont les noms sont donnés (Intr. et Ex. 13, fol. 71) ».

45 Par exemple le poissonnier Pierre Pons Raubat ou l’orfèvre Marcho Lando.

46 Lors du premier paiement en 1322, les pénitenciers et le maître du sacré palais bénéficièrent également de ces indemnités (Intr. et Ex. 53, fol. 1-2v).

47 En 1322 deux clercs de la chambre et le clavaire de l’évêché.

48 Intr. et Ex. 53, fol. 1-24 (en 1322) ; Collect. 448, fol. 145-160 (en 1326) ; Intr. et Ex. 80, fol. 1-38 (en 1328) ; Intr. et Ex. 138, fol. 62-83 (en 1330-1332), fol. 1-31 (1332-1334).

49 Intr. et Ex. 138, fol. 32-61 (1335) ; Intr. et Ex. 160, fol. 101-130 (1337).

50 Collect. 460, fol. 90-105 (1361).

51 Collect. 387, fol. 248-260 (1363-1365) ; Collect. 388, fol. 104-115 (1365-1366) ; Collect. 451, fol. 154-166 (1367).

52 Ainsi le sergent d’armes Guillaume de Cabasac, propriétaire de deux hôtels, paroisse Saint-Etienne (ADBouches-du-Rhône, 56 H 4290), ne touche pas en 1337 les 48 sous tournois d’indemnité dévolue à ses collègues (Intr. et Ex. 160, fol. 111v) ; de même l’huissier mineur Guillaume Grand (Guillermus Grandis habet hospitium, nichil solvi sibi sed habuit solum vadia sua, ibid., fol. 116).

53 En 1361 le courrier Barthélemy Pierre, qui demeure dans l’hôtel de Jean Michel de Saint-Saturnin, loue sa maison au sergent d’armes Olivier la Raymondie (Collect. 450, fol. 100v et 103).

54 En 1323 (Intr. et Ex. 58, fol. 78v) ; à cette même époque disparaît des comptes l’auditeur des contredites : archiepiscopus est (ibid., fol. 79).

55 Voir aussi quelques précisions dans une liste des gages de 1366 que je donne en annexe.

56 Intr. et Ex. 171, fol. 90.

57 AD Vaucluse, 9 G 35 n° 779.

58 Arch. hosp. Avignon, Aumône de la Petite Fusterie B 40.

59 AD Vaucluse, H Augustins d’Avignon, 32 n° 279.

60 Notamment les bouteillers et panetiers à partir du pontificat de Benoît XII.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540