Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Deuxième partie. Économie des offices et administration des finances

Le maître des œuvres du pape : officier ou entrepreneur ?1

Philippe Bernardi

Texte intégral

  • 1 La présente contribution doit beaucoup au séjour prolongé que le CNRS et l’École française de Rome (...)
  • 2 Item in palatio apostolico consuevit esse unus officiarius qui vocatur magister operum. Ad cuius o (...)

Au palais apostolique, il est coutume d’avoir un officier appelé « maître des œuvres » (magister operum). C’est à cet office qu’il appartient, [tout d’abord] de diriger les constructions de pierre ou de bois qui se font au palais ou en tout autre lieu de résidence du souverain pontife et partout où sa sainteté le demande, [mais également] d’assister les ouvriers et de convenir des prix des choses et des salaires, non sans en avoir été auparavant chargé par le camérier ou les gens de la Chambre, et par quelqu’un de ces gens commis à cela par le camérier, si l’ampleur ou la somptuosité de l’œuvre le requiert. Celui-ci doit avoir un local dans le palais où conserver le bois d’œuvre et toutes autres choses nécessaires à son office. De même, ce maître des œuvres doit recevoir les gages fixés dans les livres de la Chambre et ne pas résider au palais2.

  • 3 Sur ce point voir M. Dykmans, op. cit., p. 115-116.

1C’est en ces termes que le camérier François de Conzié, conservé dans ses fonctions par le pape Alexandre V (1409-1410), définit en 1409 ce qu’est ou plutôt ce que devrait être un maître des œuvres du pape. Car il n’est pas toujours aisé de distinguer ce qui, dans ce mémoire sur les usages du palais pontifical rédigé à la demande du pape, relève de la coutume ou de considérations personnelles sur la manière dont devraient fonctionner les offices3.

  • 4 Les travaux sur cette question sont nombreux et, pour certains, fort anciens. Signalons notamment  (...)
  • 5 Le qualificatif fut, par exemple, appliqué à Pons Saturnin, en 1344, alors que ce clerc était géné (...)
  • 6 Sur ce point voir les différentes contributions réunies dans O. Chapelot (dir.), op. cit.

2La période avignonnaise, au terme de laquelle cette définition s’inscrit, ne propose pas une image figée de la fonction. Le chantier du palais pontifical vit à sa tête tour à tour un maître des œuvres et un directeur des œuvres, parfois les deux4. Le qualificatif de magister operum ne fut pas même d’un emploi systématique5. Quant aux attributions de ces maîtres d’œuvre ou tenant lieu, elles s’avèrent, à l’échelle d’Avignon comme à celle de l’Occident en cette fin du Moyen Âge, extrêmement variables selon les dates, les personnalités et les travaux considérés6. Je n’envisagerai, ici, que le cas du maître des œuvres, à partir d’un exemple : celui de Jean de Louvres.

  • 7 Art. cit.

3L’étude menée avec Philippe Dautrey et Jean-Marc Mignon sur la carrière avignonnaise de ce personnage – qualifié de « maître des œuvres du palais pontifical » (magister operum palatii apostolici) et sergent d’armes du pape de 1345 à sa mort en 1358 – le montre occupé certes à diriger les travaux de construction du Palais Neuf, mais prenant également des chantiers à prix-fait ou livrant des matériaux7. « Les économies de l’office » m’incitent à revenir sur cette carrière et à m’interroger sur la manière dont ce lapicide conjuguait la direction des plus gros chantiers de Clément VI et d’Innocent VI avec ses activités de chef d’entreprise. Nous sommes servis, dans ce cas particulier, par une documentation relativement abondante, grâce notamment aux sources notariales et archéologiques, et par plusieurs incidents, qui permettent d’aller sous la surface lisse des enregistrements comptables.

4Examinons tout d’abord quels pouvaient être les rapports du maître des œuvres à l’argent ? Gérait-il diverses sommes au nom de la Chambre ? Disposait-il de son propre budget ?

LE BUDGET DU MAÎTRE DES ŒUVRES

  • 8 La version de ce passage donnée par L. A. Muratori (op. cit.) diffère un peu. L’érudit a lu : oper (...)
  • 9 E. Müntz, op. cit., p. 210-211, sous la référence Solutiones servitiorum communium, an. 1348-1352, (...)

5D’après le coutumier de François de Conzié, en dehors de la perception de ses gages, le maître des œuvres voit son rapport à l’argent limité à « convenir des salaires et du prix des choses » (de salariis et rerum pretiis convenire et concordare)8, seul, semble-t-il, pour les travaux mineurs, avec l’aval du camérier pour les plus importants. C’est ce qui ressort en partie – mais en partie seulement – d’un acte publié par Eugène Müntz9, dans lequel en juin 1348, Jean de Louvres, projetant de se rendre en France, confie en tant que magister operum palatii apostolici, pour un temps la conduite du chantier pontifical à son cousin, Herric Godefridi, et à son chef de chantier (preparator sive director eiusdem operis), Guillaume Richome. Cherchant à décrire au plus près ce qui doit être entendu par le fait de « régir et gouverner l’œuvre » (regere et gubernare dictum opus), le rédacteur de l’acte évoque :

  1. Le fait d’engager les ouvriers nécessaires pour faire le travail (possint conducere operarios necessarios ad dictum opus faciendum) ;
  2. Celui de fixer leur salaire, de le leur verser et de leur en demander quittance (eis salarium promittendum et solvendum et quitancias ab eis et quolibet eorum petendum et recipiendum) ;
  3. Celui, enfin, de percevoir chaque semaine, à la place de Jean de Louvres, l’argent nécessaire pour faire ces ouvrages, soit 70 florins pour les semaines de 6 jours, 60 pour celles de 5 jours, 50 pour celles de 4 jours et ainsi au pro rata (dans nichilominus et concedens eisdem potestatem et eorum cuilibet recipiendi a Camera apostolica nomine sui pecunias necessarias pro dictis operibus faciendis, videlicet de septimana integra si sint dies operabiles LXX florenos, de V die-bus, LX florenos, et de IIIIor diebus L florenos, et sic ascendendo et decendendo per dies pro rata).
  • 10 Faut-il y voir la confirmation de la lecture de L. A. Muratori : operariis assistere de salario/ii (...)
  • 11 Voir notamment, sur ce point, l’analyse très fine menée par É. Anheim dans sa thèse de doctorat d’ (...)
  • 12 Trois versions au moins de ce texte ont été conservées dans les Archives vaticanes sous les cotes (...)
  • 13 Sur la valeur de la canne et les méthodes de mesure employées par la Chambre apostolique, voir G. (...)

6Nous constatons alors que le maître des œuvres, au moins sous Clément VI, ne se contentait pas de fixer les salaires mais qu’il les versait10 et disposait pour ce faire d’un petit budget relativement autonome dans la mesure où, si la somme versée hebdomadairement variait suivant le nombre de jours ouvrables, celle-ci n’était pas indexée sur les effectifs réels opérant sur le chantier. On peut alors considérer ces 50, 60 ou 70 florins comme des avances consenties au maître des œuvres afin qu’il puisse payer ses hommes régulièrement, chaque fin de semaine, sans attendre les redditions officielles de comptes. Le recours de la Chambre apostolique à ces avances, « prêts » ou « mutua » est largement attesté en matière de construction, comme dans bien d’autres domaines11. Nous en trouvons une autre attestation pour Jean de Louvres, le 19 février de la même année (1348)12. Deux maçons furent alors chargés par le camérier et le trésorier (deputati per nos Stephanum Sancti Pontii Thomeriarum episcopum camerarium et Bertrandum dominum priorem Brive thesaurarium domini nostri pape) d’évaluer – plus exactement de mesurer (ad cannandum) – les travaux faits par Jean de Louvres au Palais Neuf, en cours d’édification. Les experts arrivent à un total de 6.132 cannes, 3 pans et 2 quarts carrés de muraille (soit environ 24.500 m2)13 qui « ainsi qu’il a été convenu avec maître Jean » (sicut conventum extitit cum eodem magistro Johanne) sont comptées à 3,5 florins la canne carrée, le total des travaux s’élevant alors à 21.463 florins, 15 sous et 4,5 deniers, auxquels il faut ajouter 110 florins de pavement, bref 21.573 florins, 15 sous et 4,5 deniers.

  • 14 Voir F. Piola Caselli, op. cit., p. 51 et tabella 1. B, p. 196.

7Le problème que pose cette évaluation aux responsables de la Chambre apostolique est que le maître des œuvres, pour ces travaux, a déjà reçu à titre d’avance 30.530 florins, 7 sous, 6 deniers (sic est summa recepta per dictum magistrum Johannem tam a dicto domino camerario quam a thesaurario usque ad supradictam diem XIX men-sis februarii XXXmVcXXX flor. VII s. VI d.) soit un trop perçu de 8.957 florins, 16 sous et 1 denier (deducta autem summa dicto magistro debita pro operibus prelibatis de summa supradicta per ipsum recepta restat quod dictus magister Johannes debet omnibus computatis VIIImIXcLVII flor. XVI s. I d.). L’importance de cette somme se mesure, par exemple, au fait qu’elle correspond à peu près à la moitié de la moyenne de la somme consacrée annuellement aux constructions sous le pontificat de Clément VI (18.564 florins), et à plus de 5 % du total des dépenses faites par la Chambre apostolique dans la sixième année de règne de ce pape (1347-1348)14.

  • 15 ASV, Collect. 497, fol. 24 et 92. Voir annexe 2a. Ce tailleur de pierre fait partie, avec Jean Mat (...)
  • 16 ASV, Collect. 497, fol. 25v et 93v. Voir annexe 2b.

8Le système des avances entraînait régulièrement des trop-perçus dont la Chambre exigeait en principe la restitution une fois les comptes faits. C’est notamment ce qui arriva au tailleur de pierre de Salon, Pierre Clair senior, qui le 20 décembre 1344 s’engagea, une fois le compte final fait, à rendre à la Chambre apostolique 59 florins reçus en trop, par lui et ses associés à titre d’avance, pour les travaux menés au jardin du palais pontifical de Villeneuve-lès-Avignon15. Et le même scénario se reproduisit le 24 novembre 1345 lorsque les tailleurs de pierre Jacques Contessoris et Pierre de Rognes durent, devant notaire, s’engager à reverser à la Chambre 13 florins et 8 sous donnés en trop16. Mais il en alla autrement dans le cas de Jean de Louvres : sans imposer de restitution immédiate, pro continuatione operis à la demande expresse du pape, les versements se poursuivirent, le maître recevant dès le 13 mars suivant 500 florins de plus.

9Ce texte, bien connu, appelle quelques commentaires. À 70 florins par semaine, il aurait fallu environ huit années à temps plein pour atteindre la somme de 30.500 florins. Or, à cette date, les travaux du Palais Neuf ne duraient que depuis environ quatre ans. Les versements après février 1348 ont-ils été revus à la baisse (ce qui serait compréhensible) ? Faut-il imaginer qu’à ces avances régulières venaient s’en ajouter d’autres, exceptionnelles ?

  • 17 Le texte précise : Et quia de dicta extimatione dictus magister Johannes reputabat se gravatum (AS (...)
  • 18 Une mention marginale du texte de l’estimation transcrit dans le registre l’Intr. et Ex. 200, fol. (...)

10Nous apprenons au cours de cette expertise qu’une convention – fixant le prix de la canne carrée de maçonnerie – avait été passée entre la Chambre et Jean de Louvres, qui se présentait comme un entrepreneur quelconque, malgré son titre de maître des œuvres. Le système du prix-fait offrait alors une garantie à la Chambre qui n’enregistra aucune contestation de la part du maître. Il n’en avait pas été de même quatre ans auparavant, le 18 mai 1344, quand Jean de Louvres, une fois achevée la tour de la Garde-Robe, avait remis ses comptes à la Chambre, qui après les avoir examinés, jugeant les dépenses excessives (quia dicte expense videbantur excessive), avait demandé à deux experts d’évaluer les travaux réalisés. Ceux-ci avaient fait une première estimation que Jean de Louvres avait contestée17, obtenant une révision à la hausse de 100 florins. Mais 270 florins, 79 deniers à l’écu, 31 livres, 13 sous et 1 denier étaient restés trop perçus. Non content de cette estimation (non contentus de predicta estimatione), précise une mention marginale18, Jean de Louvres était revenu à la charge. En s’adressant directement au pape, il obtint finalement la notification suivante : camere restituere tenebatur dominus noster papa ad supplicationem ipsius precepit quod predicta sibi mutuata in suis rationibus collocentur.

  • 19 Des fraudes de ce type sont attestées par ailleurs, notamment en août 1338, lors de livraisons de (...)
  • 20 Le caractère jugé « excessif » des dépenses consignées par Jean de Louvres en 1344 tenait ainsi pe (...)

11La contestation et les réajustements qui s’en étaient suivis montrent un certain flottement dans l’évaluation des travaux. Jean de Louvres avait-il commis quelques indélicatesses dans ses comptes19 ? La Cour n’était-elle pas encore habituée à une manière de conduire un chantier qui aurait été nouvelle et plus onéreuse20 ? Le fait est qu’en 1348 rien de tel ne se passa. Le couple prix-fait et cannage limitait, il est vrai, les possibilités de discussion.

  • 21 En 1345, le prix-fait de la maison du maréchal de justice est donné, matériaux compris, à 3 florin (...)
  • 22 Intr. et Ex. 243, fol. 114.
  • 23 Voir annexes n° 3 et 4.

12En 1344, les dépenses examinées étaient celles faites, « en plus des pierres, du mortier, du bois, des clous et du fer » (preter lapides, sementum, ligna, clavos, ferrum), donc essentiellement liées à la main-d’œuvre. Rien ne permet de préciser si le prix unitaire donné pour les travaux de 1348 comprend ou non les matériaux. Par comparaison avec des contrats passés dans les mêmes années avec Jean de Louvres21, on peut toutefois supposer qu’une grande partie des fournitures nécessaires étaient à la charge de la Chambre. Celles-ci font, du reste, régulièrement l’objet de règlements à des marchands ou à des producteurs indépendants. Nous en trouvons, par exemple, la mention explicite pour 14 charretées de plâtre, dans un paiement du 30 septembre 1346 formulé ainsi : die ultima mensis septembris solvimus Guillermo de Insula giperio pro XIIII quadrigatis gipi receptis ab eodem per magistrum Johannem de Lupera per diversas vices pro inserandis aspis ferreis et aliis operibus multis22. La Chambre apostolique avait mis en place un ensemble de relations privilégiées avec divers fournisseurs qui, en échange d’un quasi-monopole, s’engageaient à assurer un approvisionnement régulier des chantiers pontificaux : en fonction des besoins, au jour le jour (prout necesse fuerit de die in diem) ; suivant la demande qui en serait faite par le camérier, le trésorier et maître Jean de Louvres (juxta ordinationem dominorum camererii (sic) et thesaurarii ac magistri Johannis de Lupera servientis armorum dicti domini pape ac magistri operum dicti palatii)23.

  • 24 On ne peut malheureusement déterminer si le total des sommes imputées à Jean de Louvres comprenait (...)

13Le camérier et le trésorier sont à l’évidence mentionnés ici parce qu’ils entendaient, comme le soulignera plus tard François de Conzié, garder la maîtrise des marchés ; mais c’est le maître des œuvres qui se trouvait à l’origine des commandes et de leur rythme, dans la mesure où il semblait le mieux placé pour apprécier les besoins du chantier. Le maître des œuvres, n’ayant alors qu’un rapport plutôt distant à l’argent de la Chambre – qu’il engageait mais manipulait peu – se trouverait confiné pour une bonne part dans un rôle d’intermédiaire ou de conseil, d’expertise24. Un expert d’un type particulier si l’on considère le trop versé de près de 9.000 florins mis en évidence en février 1348.

  • 25 Ce personnage n’est pas mentionné par B. Guillemain, op. cit. L’ouvrage de K. H. Schäfer op. cit., (...)
  • 26 Cette reconnaissance de dette, inédite à ce jour, a été conservée en trois exemplaires : la minute (...)
  • 27 Sur ce chantier, voir A. Hartmann-Virnich, La tour Saint-Laurent : analyse archéologique d’un corp (...)

14L’importance de cette somme interroge. Le fait que la Chambre poursuive ses versements pro continuatione operis a pu faire penser que Jean de Louvres, sous couvert de l’intérêt accordé par le pape à sa mission, prenait quelques libertés avec les finances pontificales. La promesse faite le 5 mars 1356 par un sergent d’armes du pape, maître Jean Balisterii25, de verser à la Chambre apostolique, au nom de Jean de Louvres et pro operibus palatii la somme de 400 florins26, impose de réviser ce jugement. Quatre ans après la mort de Clément VI et l’achèvement des travaux du Palais Neuf, Jean de Louvres était encore employé par la Chambre apostolique pour la construction des deux tours Saint-Laurent et de la Gâche. Mais ce remboursement ne peut être lié à ce dernier chantier dans la mesure où le métrage des travaux effectués, enregistré en avril 1357, révèle que la Chambre devait encore au maître 1.677 florins27, qui lui furent d’ailleurs versés par la suite. Les 400 florins dus se rapportaient donc à des « œuvres » antérieures et l’on peut penser, sans grand risque d’erreur, qu’il s’agissait de l’édification du Palais Neuf. Jean de Louvres n’aurait, de fait, bénéficié en 1348 que d’un sursis : si la Chambre apostolique a alors obtempéré afin de ne pas gêner l’avancement des travaux, elle n’a pas pour autant effacé la dette.

15Ainsi considérée, la position de ce maître des œuvres paraît somme toute a priori assez proche de celle décrite par François de Conzié, à ceci près que Jean de Louvres menait dans le même temps, nous l’avons vu, des travaux à prix-fait et se trouvait ainsi être l’un des nombreux entrepreneurs employés par la Chambre apostolique.

ENTREPRISE ET MARCHÉ DES MATÉRIAUX

16Jean de Louvres pouvait fournir et gérer la main d’œuvre. Ses gains dans ce cas s’avéraient limités. Touchait-il une sorte de commission sur les salaires de ses hommes ? Un jeu éventuel sur les effectifs, consistant à employer moins de personnes que prévu ou que déclaré, était toujours possible mais, difficile à déceler pour l’historien. Il paraît peu compatible avec la volonté affichée de la papauté de mener le chantier à un rythme soutenu.

17Ce chef d’entreprise était bien placé pour apprécier les besoins des chantiers pontificaux. Dès 1343, il se livrait au commerce de la tuile et surtout au transport des matériaux. Cette activité parallèle ou connexe connut un développement particulier à la faveur du désordre introduit dans l’organisation de l’approvisionnement par la peste noire. Dans la seconde moitié de l’année 1348, Jean de Louvres mit ainsi la main sur la fourniture de la pierre de taille et de la chaux, deux postes majeurs pour la construction du palais apostolique. Il ne s’imposa pas dans le commerce de la chaux, mais devint le fournisseur de pierre attitré de la Chambre pour toute la dernière partie du règne de Clément VI et au-delà.

  • 28 Le prix moyen du scandal de chaux passa ainsi d’un peu plus de 30 sous à plus de 60, alors que cel (...)

18La conjoncture ne paraît pas avoir été alors des plus défavorables car les prix de la chaux et de la pierre doublèrent quasiment au cours de l’été 134828. Jean de Louvres, surtout, se trouva un temps seul aux commandes du chantier pontifical : le nouveau directeur des œuvres, Raymond Guitbaud, chargé de gérer notamment les achats de matériaux et les travaux les plus courants, n’entra en fonction qu’en avril 1349, son prédécesseur, Pons Saturnin, disparaissant de la comptabilité après décembre 1347.

  • 29 Nous trouvons mention pour la première fois d’un certain Augustin de Perusia, cursor domini nostri (...)

19Nous ne pouvons, ici, que souligner l’opportunité que représentait une telle position pour un maître des œuvres-entrepreneur. Aucune fraude patente n’apparaît à la lecture des comptes. Mais la révision des comptes par la Chambre apostolique montre que celle-ci était consciente de cette possibilité, puisqu’elle a cherché à limiter les tentations auxquelles pouvait être soumis son serviteur par le détachement d’un courrier du pape, spécialement chargé de réceptionner les pierres fournies par Jean de Louvres29. Les comptes passèrent, en outre, d’une remise bi ou trimestrielle à un rythme mensuel plus efficace, vu l’importance du volume de pierres fourni, ce qui limitait aussi l’importance d’éventuelles avances. Jean de Louvres fut dès lors soumis au régime commun des fournisseurs.

  • 30 Le cas est bien attesté, entre autres, pour les villes brabançonnes à la fin du Moyen Âge (R. van (...)

20La fourniture des matériaux se présentait comme une source de revenus apparemment séduisante, à en juger par le fait que plusieurs architectes de renom s’y adonnèrent à la fin du Moyen Âge30. Le maître des œuvres se trouvait, par ses fonctions, en position d’intermédiaire privilégié pour ce type d’entreprise. Et en l’absence de vérifications, on ne peut que constater que cette situation laissait les coudées relativement franches aux moins scrupuleux pour augmenter les gains générés par ce négoce.

21Seules les périodes de relative désorganisation de la Chambre apostolique paraissent donner, presque accidentellement, un peu plus d’autonomie au maître des œuvres. En théorie, car la rigueur affichée par les équilibres comptables, les contrôles pratiqués, le cadre rigide des conventions notariales ne doivent pas borner notre vision d’un panorama un peu idéalisé ou virtuel proposé par les sources, qu’une administration apostolique sans doute peu encline à mettre ses faiblesses en avant a pu laisser. Concrètement, sur le chantier, c’est au maître des œuvres qu’il incombait de juger de la qualité du travail fait et ce dernier pouvait montrer une certaine indulgence à l’égard d’un entrepreneur qui lui aurait été proche.

  • 31 A. Hartmann-Virnich, art. cit., p. 57.
  • 32 L. B. Alberti, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par P. Caye et F. Choay (...)
  • 33 C’est ce qui est imposé dans les divers prix-faits passés au cours de la seconde moitié du xive si (...)

22Les études archéologiques menées sur la tour Saint-Laurent, que Jean de Louvres entreprit en 1353, ont en effet révélé une tricherie du constructeur sur le volume de pierres utilisé. Il a ainsi pu être mis en évidence « qu’une bonne partie des boutisses du dernier étage, c’est-à-dire des pierres de parement disposées dans le sens de la profondeur, ne pénètrent pas dans la fourrure du mur »31. La mise en place de ces boutisses est une règle élémentaire de construction ; les méfaits liés à leur absence ne pouvaient pas être inconnus du constructeur de la tour. Comme le note L. B. Alberti dans le De re aedificatoria, il s’agit d’ » introduire dans l’épaisseur du mur, de façon pas trop espacée, quelques pierres d’assise destinées à lier l’écorce extérieure à l’écorce intérieure, afin que le remplissage introduit dans le mur ne fasse pas bomber les parements »32. L’économie ainsi faite par Jean de Louvres, indécelable extérieurement une fois les travaux achevés, fragilisa à terme les maçonneries du sommet de la tour, justifiant sa récente restauration. Cette malfaçon s’explique si l’on tient compte du fait que le prix des travaux était fixé à la canne carrée et que ce dernier tenait généralement compte du surcoût occasionné par la pose régulière de boutisses. La technique mise en œuvre par Jean de Louvres est, en quelque sorte, la réponse du fraudeur au système du cannage mis en place pour éviter les contestations dans l’évaluation des maçonneries. Il est possible de se faire une idée du volume de pierre détourné si l’on considère que par « de façon pas trop espacée » les autorités de Carpentras, par exemple, entendaient dans cette seconde moitié du xive siècle que les boutisses (dans ce cas des pierres parpaignes, de toute l’épaisseur de la courtine) soient posées tous les deux mètres (une canne) horizontalement et tous les mètres (quatre palmes) verticalement33, soit un rythme de deux boutisses par canne carrée. L’économie peut alors, pour des boutisses s’enfonçant d’environ 50 cm. dans la fourrure, s’évaluer à plus de 6 % du volume total de pierre utilisé. Le gain reste relativement modique, mais pouvait s’ajouter à des manipulations comparables sur la nature et la composition du mortier ou sur les matériaux de fourrure, etc. Il nous intéresse plus dans son principe que par sa portée. Il met en évidence le type de fraude – imperceptible à la seule lecture des comptes – auquel pouvaient se livrer des entrepreneurs peu scrupuleux, a fortiori quand ces entrepreneurs étaient chargés de la surveillance technique de leur propre chantier. Il est vrai que Jean de Louvres s’était, pour l’achèvement de cette tour, associé à un autre maçon, Bertrand Capelier. Ce dernier doit-il endosser seul la responsabilité de la supercherie ?

23À ne considérer l’office de maître des œuvres que sous un angle strictement financier, il apparaît clairement que la multiplicité des activités d’un Jean de Louvres et les confusions possibles entre affaires privées et charge publique ont posé problème à la Chambre apostolique. Cette dernière s’est en effet attachée au cours des pontificats de Clément VI et d’Innocent VI à encadrer et à contrôler toutes les opérations financières du maître des œuvres avec, nous l’avons vu, un succès mitigé.

  • 34 Ce texte a été publié par R. André-Michel, art. cit., p.99 : le maçon y est appelé, par erreur sel (...)

24Le recours nécessaire à un homme de l’art, à un constructeur, pour tenir ces fonctions paraît avoir, en partie, limité les possibilités d’action de la Chambre sur cet officier. Il est à noter qu’elle n’a pas cherché à interdire le cumul, ce qui pose la question de l’attractivité de la charge seule, c’est-à-dire précisément sans les opportunités qu’elle pouvait offrir en termes de marchés privés ou annexes. Jean de Louvres ne fait pas ici exception puisque pour un simple maçon comme Jacques Contessoris, prenant à prix-fait, en 1345, la construction de l’enceinte du palais d’Avignon, l’exclusivité demandée se combine avec la possibilité « de passer d’autres prix-faits ou d’autres travaux à faire, diriger ou faire faire » (acto tamen quod ipse possit alibi recipere prefagium vel aliud opus ad faciendum et dirigendum vel fieri faciendum)34. Plus que certains détournements – dont elle se pense peut-être à l’abri grâce au système de vérification mis en place – la Chambre apostolique semble redouter de perdre le contrôle des dépenses. C’est ce qui est perceptible encore chez François de Conzié qui insiste sur l’obligation pour le maître des œuvres de consulter le camérier ou les gens de la Chambre pour toute œuvre importante.

25À travers l’autonomie ou l’absence d’autonomie financière du maître des œuvres, ce qui se joue relève en partie du positionnement ou non de l’architecte en tant qu’artiste. Les dépassements de 1344 et de 1348 paraissent davantage liés à des approches divergentes de l’œuvre architecturale qu’à la malhonnêteté du responsable des travaux. Pour les comptables, la valeur du bâti est affaire de ratio, toute construction répondant aux mêmes règles financières, toute réalisation s’évaluant au pro rata des surfaces de maçonnerie exécutée. Pour Jean de Louvres, le Palais Neuf paraît requérir une plus grande souplesse et dicter ses propres lois. L’œuvre prime alors sur la logique comptable ou arithmétique. La volonté d’aller vite, de recourir à des techniques particulières ou de mener les travaux selon des méthodes nouvelles, parfois simplement personnelles, ont pu bousculer les habitudes de la Chambre.

26Avec, semble-t-il, l’aval de Clément VI, Jean de Louvres força un peu la main du camérier et du trésorier, obtenant, par le biais d’avances, un semblant de budget ou d’autonomie financière pour édifier cette partie du palais. Il a toutefois été rattrapé, après la mort de Clément VI, par la logique comptable, par l’économie de son office.

Notes

1 La présente contribution doit beaucoup au séjour prolongé que le CNRS et l’École française de Rome m’ont permis d’effectuer aux Archives vaticanes en 2004-2005. Je tiens à les remercier ici, ainsi qu’Élydia Barret.

2 Item in palatio apostolico consuevit esse unus officiarius qui vocatur magister operum. Ad cuius officium pertinet omnia opera que fiunt in palatio, vel alibi ubi residet summus pontifex, vel sua sanctitas mandat, ordinare, sive sint lignea sive lapidea, operariis assistere, de salariis et rerum pretiis convenire et concordare, habito tamen prius mandato camerarii seu gentium camere, etiam aliquo de ipsis gentibus per camerarium ad hoc ordinato, si magnitudo et sumptuositas operis exposcat. Iste autem consuevit locum habere in palatio, in quo custodire et conservare possit ligniamenta, fustas et alia ad suum officium pertinentia. Item est sciendum quod iste magister operum percipere solet stipendia in libris camere descripta, et ideo non consuevit in palatio apostolico victum habere. Ce texte a fait l’objet de plusieurs éditions anciennes (G. B. Gattico, Acta selecta ceremonialia Sanctae Romanae Ecclesiae, Rome, 1753, p. 263-273 ; L. A. Muratori, Antiquitates italicae me-dii aevi, Milan, 1738-1741, 6 vol., III, 2, col. 810-824). La version donnée ici est celle publiée par M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance. Tome III, Les textes avignonnais jusqu’à la fin du grand schisme d’Occident, Bruxelles-Rome, 1983 (Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, XXVI), p. 436-437.

3 Sur ce point voir M. Dykmans, op. cit., p. 115-116.

4 Les travaux sur cette question sont nombreux et, pour certains, fort anciens. Signalons notamment : L. Duhamel, Les architectes du Palais des Papes, dans Bulletin historique et archéologique de Vaucluse, 1882, p. 371-405 ; E. Müntz, Nouveaux documents sur les architectes d’Avignon au xive siècle, dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1890, p. 202-212 ; B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Paris, 1962 (BEFAR, 201), p. 401 et 583587 ; F. Piola Caselli, La costruzione del palazzo dei papi di Avignone, Milan, 1981, p. 90-100.

5 Le qualificatif fut, par exemple, appliqué à Pons Saturnin, en 1344, alors que ce clerc était généralement désigné comme director operum. Il fut ensuite repris pour Jean de Louvres, tout d’abord de manière occasionnelle à partir de 1345, puis régulièrement à partir de 1357. Sur ce point cf. Ph. Bernardi, Ph. Dautrey et J.-M. Mignon, Jean de Louvres : un maître des œuvres du Palais des Papes d’Avignon (1342-1358), dans O. Chapelot (dir.), Du projet au chantier. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux xive-xve siècles, Paris, 2001, p. 37-58.

6 Sur ce point voir les différentes contributions réunies dans O. Chapelot (dir.), op. cit.

7 Art. cit.

8 La version de ce passage donnée par L. A. Muratori (op. cit.) diffère un peu. L’érudit a lu : operariis assistere de salario, et de rerum pretiis convenire et concordare, habito tamen prius… Faut-il, comme semble le proposer Muratori, envisager le versement du salaire comme une « aide » apportée à l’ouvrier ?

9 E. Müntz, op. cit., p. 210-211, sous la référence Solutiones servitiorum communium, an. 1348-1352, t. 328, fol. 22v. La référence actuelle (Obligationes et solutiones 23, fol. 20v) est donnée par F. Piola Caselli, op. cit., p. 100.

10 Faut-il y voir la confirmation de la lecture de L. A. Muratori : operariis assistere de salario/iis ?

11 Voir notamment, sur ce point, l’analyse très fine menée par É. Anheim dans sa thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’École pratique des hautes études, en 2004 : La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), 2 vol., t. II, p. 413-418.

12 Trois versions au moins de ce texte ont été conservées dans les Archives vaticanes sous les cotes suivantes : Intr. et Ex. 250, fol. 140v ; Intr. et Ex. 247, fol. 158 et Collect. 462, fol. 51v. Il a été publié partiellement par F. Ehrle, Historia bibliothecae Romanorum Pontificium tum Bonifatianae tum Avenionensis, Rome, 1890, p. 640 (à partir du IE 250), et par K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter Benedikt XII, Klemens VI und Innocenz VI, Paderborn, 1914, p. 344 (à partir du volume Intr. et Ex. 247, fol. 158) et p. 378 (à partir du volume Intr. et Ex. 250, fol. 140v). La version intégrale de ce texte est donnée en annexe du présent article (document n° 1). Elle a été établie à partir de l’Intr. et Ex. 250, qui présente la formulation la plus développée.

13 Sur la valeur de la canne et les méthodes de mesure employées par la Chambre apostolique, voir G. Colombe, La valeur de la canne d’Avignon au xive siècle, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 17, 1917, p. 35-49 ; Ph. Bernardi et J.-M. Mignon, Évaluation et mesure des bâtiments : l’exemple de la Provence médiévale, dans Histoire et mesure, 16/3-4, 2001, p. 309-343.

14 Voir F. Piola Caselli, op. cit., p. 51 et tabella 1. B, p. 196.

15 ASV, Collect. 497, fol. 24 et 92. Voir annexe 2a. Ce tailleur de pierre fait partie, avec Jean Matha, Jacques Alasaud ou Pierre de Lunel, d’un groupe d’entrepreneurs très actifs au Palais des Papes d’Avignon sous les pontificats de Benoît XII puis de Clément VI ; sur ce personnage, voir F. Piola Caselli, op. cit., p. 74, 76, 77, 144 et 162.

16 ASV, Collect. 497, fol. 25v et 93v. Voir annexe 2b.

17 Le texte précise : Et quia de dicta extimatione dictus magister Johannes reputabat se gravatum (ASV, Intr. et Ex. 200, fol. 184). Ce texte, très partiellement édité par K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter Benedikt XII, Klemens VI und Innocenz VI, Paderborn, 1914, p. 250, a été publié presque intégralement par R. André-Michel, Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits, dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 et 1918, p. 3-42, à la p. 88. Il ne nous a pas paru nécessaire d’en donner ici une nouvelle édition.

18 Une mention marginale du texte de l’estimation transcrit dans le registre l’Intr. et Ex. 200, fol. 184, précise : et quia dictus magister Johannes non contentus de predicta estimatione que ad summam M VIIcXXVI flor. XLVI s. X d. ob. parve Avinionis ascendere demostratur et recepisset plus mutua quam dicte summe ascendentur IIcLXX flor. LXXIX d. ad scut. XXXI lb XIII s. I d. parve monete quas camere restituere tenebatur dominus noster papa ad supplicationem ipsius precepit quod predicta sibi mutuata in suis rationibus collocentur.

19 Des fraudes de ce type sont attestées par ailleurs, notamment en août 1338, lors de livraisons de chaux : eadem die [5 août] recepti sunt a Rostagno Prophete de Avinione pro restitutione calcis que fraudulenter soluta fuerat et non recepta XV flor. auri pedimontenses VII s. VI d. in obolis albis » ; Ibidem, fol. 127v, « Die VII augusti recepti sunt a Raymundo de Crilhone pro restitutione calcis quam fraudulenter receperat et soluta XXV flor. pedimontenses XIII s. (Collect. 383, fol. 127).

20 Le caractère jugé « excessif » des dépenses consignées par Jean de Louvres en 1344 tenait ainsi peut-être en partie à l’utilisation, pour des raisons de rapidité, d’une main d’œuvre plus abondante que de coutume. Cette pratique est prise en compte par la Chambre dans ce même registre pour accorder un bonus à des maçons : et est sciendum quod cum dicti magistri qui fecerunt dictam clausuram conquesti fuissent domino nostro quod ipsi propterea quod de eius mandato festinantur et cum magno operariorum numero fecerant dictam clausuram erant in dampno de CC flor. et ultra, idem dominus noster eis compaciens de resta per ipsos debita de gratia eis remisit CLX flor. auri qui addita sunt in summa predicta dicte clausure que ante additionem dicte summe erat MLXXII flor. III s. X d. ob. nunc autem cum dictis CLX flor. est MCCXXXII flor. III s. X d. ob. (Intr. et Ex. 200, fol. 182). Mais la rapidité était alors une demande expresse du souverain pontife (de eius mandato festinantur), ce qui n’était peut-être pas le cas pour la tour de la Garde Robe.

21 En 1345, le prix-fait de la maison du maréchal de justice est donné, matériaux compris, à 3 florins la canne carrée ; mais il est vrai que les murs ne doivent alors avoir que de 60 à 75 cm. d’épaisseur et que, surtout, ils sont en moellons (ils seront du reste finalement payés 3,5 florins). Le prix-fait passé le 13 février 1346 pour les maçonneries de l’audience du palais pontifical de Villeneuve-lès-Avignon, d’une épaisseur, elles, d’environ 1,75 m à 2 m, donne un prix de 2,5 florins la canne carrée pro sola manu et artificio (Collect. 384, fol. 61).

22 Intr. et Ex. 243, fol. 114.

23 Voir annexes n° 3 et 4.

24 On ne peut malheureusement déterminer si le total des sommes imputées à Jean de Louvres comprenait tous les paiements effectués à sa demande, sous sa responsabilité, y compris ceux qui, ne passaient pas par lui. Si cela s’avérait être le cas, la délégation de la direction technique des travaux au maître des œuvres s’accompagnerait d’une responsabilité sur la totalité des sommes engagées sur sa demande.

25 Ce personnage n’est pas mentionné par B. Guillemain, op. cit. L’ouvrage de K. H. Schäfer op. cit., p. 361, 436, 487, 615, 654, 685, 758) nous montre ce personnage présent à la cour apostolique au moins dès le début de 1348 comme sergent d’armes, vendant à la Chambre une maison qu’il possédait à Montélimar (p. 436, 30 juillet 1350), versant diverses sommes au nom du pape aux officiers du roi d’Aragon, en 1355 (p. 576, le 29 décembre 1355). Il est mentionné dans les comptes avignonnais au moins jusqu’en 1360. Un texte de 1352 l’associe clairement à Jean de Louvres (alors désigné comme Johanni de Lupa par K. H. Schäfer), les deux sergents d’armes étant les destinataires d’une certaine quantité de froment, d’avoine, de bois et de vin.

26 Cette reconnaissance de dette, inédite à ce jour, a été conservée en trois exemplaires : la minute notariale originale (Collect. 385, fol. 158) et deux copies contemporaines transcrites dans un recueil de regestes du notaire Jean Palaysin (Collect. 497, fol. 57v et 125v). Voir annexe n° 5.

27 Sur ce chantier, voir A. Hartmann-Virnich, La tour Saint-Laurent : analyse archéologique d’un corps de bâtiment, dans D. Vingtain (dir.), Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le Palais des Papes xive-xxe siècle, Avignon, 2002, p. 55-60, et Ph. Bernardi, Notes sur la chronologie du chantier de la tour Saint-Laurent ou du Revestiaire, ibidem, p. 61-62.

28 Le prix moyen du scandal de chaux passa ainsi d’un peu plus de 30 sous à plus de 60, alors que celui du millier de blocs de moyen appareil (cadasta) grimpa de 34 à 50 florins entre 1348 et 1349. Sur ce point voir Ph. Bernardi, Quand le bâtiment va… Une facette des rapports ville-campagne : le marché des matériaux, dans J. Drendel (dir.), Postan-Duby. Destin d’un paradigme. Peut-on comprendre les crises économiques de la fin du Moyen Âge sans le modèle malthusien ?, (à paraître).

29 Nous trouvons mention pour la première fois d’un certain Augustin de Perusia, cursor domini nostri pape, à la date du 10 juin 1350 (Collect. 462, fol. 201v) pour la réception de pierres livrées à partir du 10 mai de la même année : sequitur computum magistri Johannis de Luperiis de lapidibus ductis ad palatium, receptis per eum ab Augustino de Perusia, cursore domini nostri pape ad hoc deputato. Des mentions postérieures précisent : Augustinum de Perusia, cursorem domini nostri pape deputatum ad hoc de mandato speciali domini nostri camerarii domini nostri (Ibidem, fol. 202v, le 12 août 1350). Ce personnage n’est pas mentionné par B. Guillemain, op. cit. K. H. Schäfer (op. cit., p. 598, 686, 759) signale qu’il est décédé en 1360.

30 Le cas est bien attesté, entre autres, pour les villes brabançonnes à la fin du Moyen Âge (R. van Uytven, Économie et financement des travaux publics des villes brabançonnes au Moyen Âge et au xvie siècle, dans S. Cavaciocchi (dir.), L’edilizia prima della rivoluzione industriale secc. XIII – XVIII, Prato, 2004 (Serie II – Atti delle « Setimane di Studi » e altri Convegni, 36), p. 669-692). Ce fut le cas également de l’architecte anglais Henry Yevele (J. H. Harvey, Henry Yevele c. 1320 to 1400. The Life of an English architect, Londres, 1944). N. Coldstream a pu écrire à ce sujet– non sans généraliser sans doute un peu trop – qu’ » au cours du Moyen Âge, les maîtres maçons devinrent également propriétaires de carrières et entreprirent de fournir les pierres ou la main-d’œuvre, voire les deux au chantier qu’ils dirigeaient » (Les artisans du Moyen Âge. Les maçons et les sculpteurs, Turnhout, 1992, éd. originale Medieval craftsmen. Masons et Sculptors, Londres, 1991).

31 A. Hartmann-Virnich, art. cit., p. 57.

32 L. B. Alberti, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par P. Caye et F. Choay, Paris, 2004, Livre III, chap. 8, p. 157.

33 C’est ce qui est imposé dans les divers prix-faits passés au cours de la seconde moitié du xive siècle entre ces autorités et les maçons chargés de construire de l’enceinte de la ville : et quod ponentur in ipso muro edificando a terra plana et de super perpesantes lapidei de peyreria Carumbi integri traversantes et ligantes dictum murum quilibet longitudinis et spissitudinis dicti muri ponendi in longitudine de canna in cannam et in altitudine de quatuor in quatuor palmis (Archives communales de Carpentras, EE 2).

34 Ce texte a été publié par R. André-Michel, art. cit., p.99 : le maçon y est appelé, par erreur selon nous, Jacobus Concessonis.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540