Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Deuxième partie. Économie des offices et administration des finances

Annexe I. Les maréchaux du pape et de la curie romaine (1198-1447)1

Texte intégral

1 – Jacopo di Giovanni d’Odolina (1199-1216)

  • 1 Après bien des hésitations, on a décidé de donner une liste des maréchaux, dans la mesure où celle (...)

1Maréchal de 1198 à 1216 probablement. Cousin d’Innocent III, du côté maternel, il combat dans le royaume de Sicile pendant plusieurs années. Après la victoire de Palerme (21 juillet 1200), il est nommé comte d’Andria. En 1204, il est capitaine pour le pape des Pouilles et de la Terre de Labour (N. Del Ré, Il Maresciallo… cit., p. 65 ; M. Dykmans, D’Innocent III à Boniface VIII. Histoire des Conti et des Annibaldi, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 45, 1975, p. 19-211, p. 4). Après la perte de ses possessions méridionales, il assume des fonctions administratives dans les Terres de l’Église : il est recteur du Patrimoine de Saint-Pierre, avant le 21 août 1213 et après le 7 juin 1215 (D. Waley, The Papal State in the Thirteenth century, p. 309).

2 – Johannes (1218)

2De l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, il participe à la préparation de la croisade (éd. P. Pressutti, Regesta Honorii papae III, Rome, 1888, n° 1779, n ° 1783).

3 – Jacopo di Giovanni d’Odolina (1227)

3D’après A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, p. 85, n°143 ; N. Del Ré, Il Maresciallo… cit., p. 66.

4 – Tommaso da Fogliano (1249-1254)

4Issu d’une importante famille émilienne implantée à Reggio, il aurait été podestat de Fermo en 1237 (Società e cultura nella Marca meridionale, tra alto e basso medio evo, Cupra Marittima, 1992, p. 407).

5Neveu d’Innocent IV, il est mentionné maréchal en 1249, 1251 et 1254. En octobre 1251, alors que le pape se trouve à Césène, il fait valoir les droits que l’empereur Guillaume II lui avait attribués sur Cervia et le comté de Bertinoro (A. I. Pini, Il commune di Ravenna fra episcopio e aristocrazia cittadina, dans Storia di Ravenna III, A. Vasina (dir.), Ravenna, 1993, p. 201-257, p. 238-242 ; E. Angiolini, Annales Caesenates, Rome, 2003, p. 28). Maréchal de la curie et comte Romagne, à la suite de sa nomination par Conrad, roi des Romains, il reçoit du pape en compagnie de ses frères Alberto, Guido et Ugolino le château de Carpineto près de Reggio en novembre 1254 (É. Berger, Les registres d’Innocent IV, 4 vol., Paris, 1884-1921, n° 8351, 8352).

6Il épouse une nièce de Paolo Traversari, seigneur de Ravenne, que le pape légitime, afin qu’elle puisse hériter (S. de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, II, Turnhout, 1999, p. 560). Il demeure comte de Romagne pour le pape et l’empereur jusqu’en 1259. En 1256-1257, il est en outre podestat de Ravenne (Storia di Ravenna, p. 255).

7Sans descendant, il institue Matteo da Fogliano son héritier (S. de Adam, op. cit., p. 560 ; N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 67).

5 – Sigieri di Sassetta (juillet 1263)

8De Pise ; les Orlandi sont seigneurs de Sassetta (N. Del Ré, Il Maresciallo… cit., p. 68) et exercent dans la deuxième moitié du xiiie siècle diverses charges podestatiques (I podestà dell’Italia comunale, éd. J.-C. Maire Vigueur, I, p. 652-653). Sigieri apparaît dans le cadre de négociations menées par le pape avec Pise (J. Guiraud, Les registres d’Urbain IV (1261-1264), 4 vol., Paris, 1892-1958, n° 284, 316, 317, 319).

6 – Bonifacio di Canossa (novembre 1263-juillet 1264)

  • 2 G. Ortalli, DBI, 18, 1975, p. 182-183 distingue en effet deux personnages homonymes à l’inverse de (...)

9Originaire des environs de Reggio, il devient maréchal de la curie alors qu’il est podestat d’Orvieto (J. Guiraud, Les registres d’Urbain IV (1261-1264), 4 vol., Paris, 1892-1958, n° 1161). Sa carrière n’est pas aisée à reconstituer2, mais son expérience est hors de doute lorsqu’il devient maréchal. Il aurait été podestat de Mantoue en 1251, de Reggio en 1255, de Rimini en 1257. Personnage influent en curie, il obtient la collation de plusieurs bénéfices pour ses proches (ibid., n° 2292, 2347, 2684). Pendant l’été 1264, il assure en outre les fonctions de capitaine général de l’armée réunie par l’Église contre Manfred (n° 872).

10Après la mort d’Urbain IV, il revient à Reggio, où il figure au nombre des « sages », qui réalisent le premier recueil des statuts de la commune. Podestat de Padoue en 1267, de Gênes en 1269 (G. Ortalli, op. cit., p. 183), il meurt en juillet 1272 et est enterré à Reggio (S. de Adam, op. cit., p. 739).

7 – Guillelmus Majoris (1270)

11Maréchal du vicaire angevin de Rome en 1266 (M. T. Caciorgna, L’influenza angioina in Italia : gli ufficiali nominati a Roma e nel Lazio, dans Mélanges de l’Ecole française de Rome, 107, 1995, p. 173-206, p. 202), il est probablement nommé par Clément IV comme maréchal de la curie : il figure parmi les témoins de la lecture publique faite à Viterbe, le 6 juin 1270, sede vacante, de la protestation des cardinaux réunis en conclave contre les agissements de la commune (A. Franchi, Il conclave di Viterbo (1268-1271) e le sue origine, Ascoli Piceno, 1993, p. 92).

8 – Orso Orsini (1278-1280)

12Neveu de Nicolas III, probablement nommé dès son accession au pontificat en novembre 1377, il demeura maréchal jusqu’à l’élection de Martin IV. Orso était podestat de Viterbe avant mai 1277 ; il fut déposé entre octobre et décembre 1280 ; en 1279 il aurait en outre été podestat de Spolète, de Fabriano et de Foligno (N. Kamp, Istituzioni comunali in Viterbo nel Medio Evo I. Consoli, podesta, balivi e capitani nei secoli xii e xiii, trad. it, Viterbe, 1965, p. 87), en 1280 d’Orvieto (Codice diplomatico della città d’Orvieto, Florence, 1884, p. 322) et recteur du Patrimoine de Saint-Pierre de 1278 à 1280 (D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century, Londres, 1961, p. 311).

13Accusé d’utiliser ses fonctions pour développer ses domaines il est, après la mort de Nicolas III poursuivi en justice sur ordre de son successeur (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 70). Sénateur de Rome en 1285-1286, à nouveau recteur du Patrimoine de Saint-Pierre de 1300 à 1303, il meurt peu après 1307 (S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento, Rome, 1993, p. 133-136, 395-396, 402).

9 – Robert de Richeville (1282)

14Envoyé en France en mai 1282 par Martin IV pour recruter des cavaliers (A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, p. 258-259, n° 408 ; N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 70).

15En 1283-1284, il est maréchal du vicaire angevin de Rome (M. T. Caciorgna, L’influenza angioina… cit., p. 204).

10 – Luca Savelli (1285-1286)

16Neveu d’Onorius IV, nommé maréchal dans l’été 1285 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 71). Il avait exercé des fonctions podestatiques à Foligno en 1276, à Todi en 1277. Il est en outre recteur du Patrimoine de Saint-Pierre en 1286 et 1287 (D. Waley, The Papal State… cit., p. 311).

17Après la mort du pape, il est deux fois sénateur de Rome en 1290 et 1304 (A. Salimei, Senatori e statuti di Roma nel Medioevo. I senatori. Chronologia e bibliografia dal 1144 al 1447, Rome, 1935, p. 87, 90). Il meurt entre 1306 et 1309 (S. Carocci, Baroni di Città… cit., p. 421).

11 – Rinaldo de Lecto (1294)

18Mentionné maréchal en octobre 1294, à Teano (P. Herde, Cölestin V. 1294. Peter vom Morrone Der Engelpapst, Stuttgart, 1981 (Päpste und Papsttum, 16), p. 94).

19Nommé sénéchal de Provence le 8 février 1298 par Charles II (F. Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Aix, 1912, p. 50). Sur son activité en 1301, voir ASV, Instr. Misc. 315-317. En 1317, il aurait été vicaire du roi Robert à Rome (M. T. Caciorgna, L’influenza angioina… cit., p. 205).

12 – Alessandro di Cave (1301)

20Seigneur et chevalier, il ne semble pas pouvoir être rattaché aux Annibaldi, seigneurs de Cave (d’après les travaux de M. Dykmans, D’Innocent III à Boniface IX… cit. et de S. Carocci, Baroni di Città… cit.). En novembre 1301, il est seulement vice-maréchal (G. Digard, Les registres de Boniface VIII… cit., n° 5003) ; soit sa promotion est récente puisqu’un maréchal de justice est mentionné dans l’entourage de Boniface VIII en 1300 (T. Schmidt, Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum Secretum vaticanum, Collect. 446 necnon Intr. et Ex. 5), Vatican, 1984 (Littera Antiqua 2), p. 214, n° 1683) ; soit il agit alors au nom de ce même maréchal, qui au vu de ses origines, pourrait être un Annibaldi.

13 – Raymond Guilhem de Budos (1313-1314)

21Neveu de Clément V par sa sœur et recteur de Bénévent en 1306, il devient recteur du Venaissin en septembre 1310 (ibid., n° 308, 6335). La même année, il achète Loriol à Aymar de Poitiers (sur les nombreux dons que lui fit son oncle voir F. Ehrle, Archiv fur Litteratur und Kirschengeschichte, 5, 1889, p. 1-158, p. 151-152). Il est dit maréchal de la curie dans des documents de 1313 et 1314 (V. Theis, Médiévales, 53, 2007 ; Regestum Clementis… cit., n° 10246), mais peut avoir exercé cet office auparavant. Alors que le conclave est réuni à Carpentras, il organise avec le vicomte de Lomagne une tentative d’intimidation des cardinaux, qui débouche sur la mise à sac de la ville (G. Mollat, Les papes d’Avignon 1305-1378, 10e éd., Paris, 1965, p. 40-41).

22Veuf d’Esclarmonde de La Mothe, il épouse après la mort de Clément V, Cécile des Baux, fille de Bertrand, comte d’Avellino, qui lui apporte les châteaux de Caromb et de Bedoin. Le 10 mars 1317, il rend hommage à son successeur pour ses trois seigneuries (ADVaucluse, B 5, fol. 77-78). Il teste en avril 1323 dans son château de Budos.

14 – Arnaud de Trian (1316-1334)

23Neveu de Jacques Duèse par sa sœur, il entre avec lui au service du roi de Naples, qui le fait chevalier. Il se marie avec une femme noble de Bari qui lui apporte la terre de Triggiano (E. Albe, Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy, dans Annales de Saint-Louis-des-Français, 7, 1902-1903, p. 91-135, 109-110). Il est justicier de la Terra di Lavoro en 1314 (R. Caggese, Roberto d’Angio e i suoi tempi, Florence, 1921-1922, Naples, 2002, I, p. 236).

24Nommé maréchal de la curie le jour du couronnement de son oncle, le 5 septembre 1316 (Voir Annexe II, n° 1), il assume en outre, la charge de recteur du Venaissin, à laquelle il est nommé le 26 février 1317 (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 5117, 5118), pendant tout le pontificat de Jean XXII.

25Fait comte d’Alife en 1321 par Robert d’Anjou (R. Caggese, Roberto d’Angio… cit., I, p. 656), il échange le 22 décembre 1322 certaines de ses terres d’Italie du sud avec des possessions de l’ordre de l’Hôpital en Provence : il devient ainsi vicomte de Tallard (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 16997, 17007, 22193, 26164). Il est en outre mentionné seigneur de Montmiral, au diocèse d’Albi, à partir de 1325 (ibid., n°44399), de Lagarde, au même diocèse, l’année suivante (n° 25492). Veuf de Maria di Amerusio en août 1328 (E. Albe, op. cit., p. 110), il épouse en 1329 Constance, fille du vicomte Aymeric de Narbonne (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 44399).

26Seigneur de San Juliano di Montanaro, en Piémont, baron de Monticelli, en Campanie, en 1335 (J.-L. Barthélémy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la Maison des Baux, Marseille, 1882, n° 1136), il perd son fils et héritier. À sa mort, postérieure à 1343, son château de Trian revient au roi de Naples (ibid., n° 1196).

14b/1 – Lando di Silvestro Gatti (1328)

27« Tyran » gibelin de Viterbe, il est mentionné maréchal de Nicolas V en octobre 1328 (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 46337).

14b/2 – Giovanni di Chiaramonte (1329)

28Sicilien, nommé comte de Mohàcs par l’empereur Louis de Bavière, il est mentionné en juin 1329 maréchal de la curie de Nicolas V et recteur de la Marche d’Ancône (C. Acquacotta, Memorie di Matelica, vol. 2, n° 117, p. 219).

15 – Arnaud de Lauzières (1335-1336)

29Du diocèse de Lodève, chevalier et seigneur de Lauzières, nommé pour un an le 12 janvier 1335 (Voir Annexe II, n° 1), puis confirmé ad beneplacitum le 9 janvier 1336 (J-M. Vidal, G. Mollat, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes et patentes… autres que la France… cit., n° 740). Le 25 juin 1336, lui, son fils Anglès, ses lieutenants et juges sont soumis à une enquête dirigée par Jean de Cojordan (n° 954). Il conserve ses fonctions – est mentionné par exemple en août 1336 (ASV, Reg. Aven. 52, fol. 278) – probablement jusqu’à la désignation de son successeur, avant de disparaître de la documentation pontificale.

16 – Bérenger Cotarel (1337-1340)

30Clerc originaire d’Agde, il est nommé juge du Lauragais par le roi de France le 20 mai 1327 (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 42399), charge qu’il exerce encore en 1336 (ASV, Collect. 38, fol. 234-292). Le personnage est assez bien connu grâce une série de documents saisis lors de la fin dramatique de sa carrière.

31Député maréchal ad beneplacitum, le 16 avril 1337 (Annexe II, n° 1), il se dit, seigneur de la Bastide de Camont, en septembre 1338 (J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres communes… cit., n°6467), chevalier, à partir de juin 1339 (ibid., n° 7579). Il se marie avec Isabelle Stendardae (n° 7130), dont on ne sait si elle doit être rattachée à la famille des Estendart de Beynes (E.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Première, I, La jeunesse de la reine Jeanne, Monaco-Paris, 1932, p. 27-28). Après l’enlèvement de Nicolino Fieschi, il est destitué et emprisonné. Il meurt avant juin 1340 dans des circonstances qui ne sont pas élucidées ; son corps est privé de sépulture (E. Baluze, Vitae paparum avenionensium… cit., I, p. 214-224 ; K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 113 ; E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent ans… cit., p. 305-312 ; N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 75 ; B. Guillemain, La cour pontificale… cit., p. 436).

17 – Hugues Rogerii (1340-1342)3

  • 3 N. Del Ré fait d’Hugues Rogerii et d’Hugues de La Roche un seul et même personnage (Il maresciallo(...)

32Citoyen d’Avignon, il exerce comme professeur de droit civil à l’université de Montpellier au début du siècle (G. Giordanengo, Féodalités et droits savants dans le Midi médiéval, Variorum, 1992, IV, p. 96-100). Il est encore professeur au moment où il est député vice-maréchal, le 29 avril 1340 (Annexe II, n° 1 ; J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres communes… cit., n° 8111 ; J-M Vidal, G. Mollat, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes et patentes… autres que la France… cit., n° 2765). Il est encore vice-maréchal à la fin de l’année 1341 (ibid., n° 891, 903, 3205), bien que la comptabilité camérale le désigne comme maréchal. Son mandat s’achève le 17 juillet 1342 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 201).

33En 1348, il fut de ceux qui eurent la charge de reprendre l’enquête sur l’assassinat d’André de Hongrie (E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France publiées ou analysées d’après les registres du Vatican, 2 vol., Paris 1901-1961, n° 3852, 3904, 3985).

18 – Hugues de La Roche (1342-352)

34Chevalier du diocèse de Limoges, il avait épousé une nièce de Clément VI. Il exerce l’office de maréchal à partir du 18 juillet 1342 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 201). En septembre 1344, il est député recteur du Venaissin, puis en novembre, de Montélimar et de Visan (E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France… cit., n° 1093, 1237, 1239). S’il est contraint par les cardinaux de renoncer à ses fonctions de maréchal dans les jours qui suivent le décès de son oncle, il conserve le rectorat du Venaissin jusqu’au 13 janvier 1354 (P. Gasnault, M.-H. Laurent, N. Gotteri, Innocent VI (1352-1362). Lettres… cit., n° 720).

35Durant ces années il développe son patrimoine : sans compter ses terres limousines, il possède la moitié de la seigneurie de Montfort en Bourgogne, pour laquelle il doit l’hommage au duc Eudes (E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres France… cit., n° 1880, 3062), diverses terres en Auvergne à commencer par Tournoël (ibid., n° 3777, 4432). En août 1348, son oncle lui accorde un prêt de 9400 écus (ibid., n° 3929), peut-être pour lui permettre d’accroître encore ses domaines ; en retour, il se dépense pour mettre en possession de la vicomté de Turenne l’un des neveux du pape (ibid., n° 4376, 4380, 4382, 4383, 4434).

36Sans activité à partir de 1354, il rallie le service du roi de France et de ses frères : capitaine général d’Auvergne en 1359, sénéchal du Limousin en 1370 (Gallia regia ou État des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, G. Dupont-Ferrier et alii, Paris, 7 vol., 1942-1966, n° 2340, 14042). Il est fait prisonnier par le prince noir lorsqu’il s’empare de Limoges. Pour la suite de sa carrière, voir infra n° 23.

19 – Bernard Rascas (1352-1354)

37Citoyen d’Avignon, juge de l’évêque d’Avignon de 1319 à 1335 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 2), p. 574-600 et (VQ 3), p. 45), chevalier et docteur en droit civil, syndic de la commune en 1343 (A.-M. Hayez, Avignon, son seigneur… cit., p. 54).

38Il est désigné maréchal le 11 décembre 1352 (ASV, Collect. 458, fol. 45), dans des conditions difficiles qui l’amènent également à prêter certaines sommes au camérier pour assurer la sécurité de la ville (P. Gasnault, M.-H. Laurent, N. Gotteri, Innocent VI (1352-1362). Lettres secrètes et curiales, Paris-Rome, 1959-1976, n° 1446, 1669). Son mandat s’achève après avril 1354 : c’est la dernière fois que Bonanatus de Ponte assigne en son nom au camérier les recettes de sa cour (H. Hoberg, Die Einnahmen… cit., p. 51). En 1354, il fonde avec sa femme, l’hôpital Sainte-Marthe. Le contrat qu’il passe avec les Trinitaires le 10 septembre 1354 ne fait pas référence à ses éventuelles fonctions de maréchal de la curie (éd. P. Pansier, dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1922, p. 89-95). Tout porte à croire qu’il a alors été relevé.

39Il meurt en Avignon le 14 septembre 1365, après avoir rempli diverses tâches administratives en faveur de sa ville et de la papauté (P. Pansier, Notice biographique de Bernard Rascas, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 29, 1929, p. 19-29 ; A.-M. Hayez, Le terrier avignonnais de l’évêque Anglic Grimoard… cit., passim).

20 – Guillaume Rolland (1354-1360)

  • 4 L. Carrolus Barré (G. Dupont-Ferrier, op. cit., n° 19763) considère qu’il est de la famille d’« Aym (...)

40Chevalier du diocèse de Saint-Flour appartenant à la famille du cardinal Aymeric de Châtelus4, il apparaît d’abord dans les sources comme clerc. Licencié, juge de Verdun pour le roi de France et chanoine de Lectoure en 1333, en considération de Philippe VI (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes… cit., n° 60693, 60797, 62266), il obtient un canonicat à Meaux en mars 1335, auquel il renonce l’année suivante. Il a alors embrassé l’état laïc. Il est mentionné chevalier dès avril 1336 (J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres communes… cit., n° 667, 2635) et ne doit pas être confondu avec Guy Rolland, juge mage de Toulouse en 1336 (ut B. Guillemain, La cour pontificale… cit., p. 438). Sénéchal de Rouergue de 1338 à 1343, sénéchal de Beaucaire de 1345 à 1348, gouverneur de Montpellier en 1350, à nouveau sénéchal de Beaucaire de septembre 1350 au 31 octobre 1354 d’après G. Dupont-Ferrier (Gallia regia ou état des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, 7 vol., Paris, 1942-1965, n° 2939, 2942, 2945, 15838, 19763), il prend part à diverses reprises à l’ost royal en Flandre, en Gascogne (A. Jamme, « Garsabal ». Voyages, carrière et fortune d’un officier pontifical… cit. n. 103, p. 9).

41Nommé maréchal par Innocent VI en 1354, probablement (assurément entre juillet 1354, H. Hoberg, Die Einnahmen… cit., p. 55) et juin 1355 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 575, 578), il assume rapidement la responsabilité de diverses opérations militaires, contre Robert de Duras, qui s’était emparé des Baux (P. Gasnault, M.-H. Laurent, N. Gotteri, Innocent VI (1352-1362). Lettres… cit., n° 1669, 1672, 1679, 1745), procède à l’arrestation de seigneurs turbulents, tels Hugues de La Garde et Ameil des Baux en 1356 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 606, 634), joue un rôle important dans la défense du Venaissin menacé par l’Archiprêtre en 1357 (ibid., p. 681). Ses antécédents en font également un personnage tout indiqué pour remplir diverses missions en France après la capture de Jean le Bon à Poitiers (Lettres… cit., n° 2470 ; K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 745). Il me semble peu probable qu’il ait été sénéchal de Beaucaire en 1357-1358 (ut B. Guillemain, La cour pontificale… cit., p. 438 d’après Gallia regia, n° 2945). Il meurt en charge entre le 24 août (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 745) et le 30 septembre 1360 (A. Jamme, « Garsabal »… cit., p. 10).

42Son patrimoine semble paradoxalement demeurer modeste : il n’est mentionné, à partir de 1352, que comme seigneur de Montfaucon (L. Ménard, Histoire civile ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, Paris, 1750-1758, rééd. Marseille, 1975, II, Preuves, p. 146), dont on ne sait s’il faut le situer en Languedoc (cant. de Roquemaure) ou dans sa région d’origine. Après le décès d’Alpaysia (Gallia regia… cit., n° 19763), il s’était remarié avec Marquèse de Châteauneuf (ASV, Supplic. 32, fol. 188 et v).

21 – Ramnulphe de Peyrusse des Cars (1360-1362)

43Epoux d’une nièce d’Innocent VI, damoiseau du pape (Lettres… cit., n° 604, 1786, 1916), puis chevalier et seigneur des Cars et de Juillac, il est viguier d’Avignon en 1359 (A.-M. Hayez, Avignon, son seigneur… cit., p. 53). Il n’a en revanche jamais été sénéchal de Limousin (ut B. Guillemain, La cour pontificale… cit., p. 438).

44Nommé maréchal le 6 septembre 1360, il entre en charge cinq jours plus tard (éd. N. Del Ré, Il Maresciallo… cit., p. 78). Son mandat semble avoir été assez agité : il est contraint d’engager des effectifs supplémentaires pour assurer la sécurité d’Avignon contre les routiers ; le camérier menace de couper les gages de ses services, si sa cour ne restitue pas à l’auditeur de la Chambre le clerc qu’elle détient ; enfin ses sergents sont impliqués dans une bataille de rue avec des familiers de cardinaux (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), p. 817-818). Il exerce ses fonctions jusqu’au 17 décembre 1362 et reçoit le solde de ses gages pour son service, étant compté le temps de la vacance du siège apostolique (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 6), p. 21).

45Remarié en 1363 avec une fille de Geoffroy de Pompadour (Urbain V (1362-1370). Lettres communes… cit., n° 5727), il meurt après 1367 (D. Williman, Calendar of the letters of Arnaud Aubert… cit., n° 420) et avant 1373. Il eut au moins un fils Audoyn, qui en 1373, après avoir été fait prisonnier par les Anglais et détenu pendant deux ans à Bordeaux, réclamait à la Chambre ce que son père avait avancé au moment où la curie s’était sentie menacée par les compagnies, alors à Pont-Saint-Esprit. Anglic Grimoard donnait l’ordre au trésorier des gabelles Raymond de Casellis de lui verser 800 florins (ASV, Collect. 265, fol. 297v-298).

22 – Adhémar d’Aigrefeuille (1362-1376)

46De petite noblesse limousine, frère du cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, il assume des fonctions curiales dès le pontificat de Clément VI : maître-huissier en 1343, chevalier en 1350 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 3), passim). En 1358, il est viguier d’Avignon (A.-M. Hayez, Avignon, son seigneur… cit., p. 53) ; il est en outre seigneur de Lafon et Tudeil, terres pour lesquelles il doit après 1360 l’hommage au prince noir, lieutenant du roi d’Angleterre en Aquitaine (P. Lecacheux, G. Mollat, Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V (1362-1370) se rapportant à la France, Paris, sd -1955, n° 1698).

47Nommé maréchal par Urbain V, dans l’élection duquel le cardinal d’Aigrefeuille avait joué un rôle essentiel, il commence à exercer ses fonctions le 17 décembre 1362 (ASV, Collect. 459, fol. 60). Il remplit diverses missions politiques, éventuellement dans le Venaissin (P. Lecacheux, G. Mollat, Lettres secrètes… cit., n° 1927, 1928). Lorsqu’Urbain V conduit le siège apostolique en Italie, il devient recteur de la Marche d’Ancône et exerce personnellement le gouvernement de cette province de septembre 1367 à août 1370 (ibid., n° 2493, 3187). Confirmé dans ses fonctions de maréchal de la curie par Grégoire XI dès le 3 janvier 1371 (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 6), p. 366), il accomplit à nouveau diverses missions diplomatiques pour le pape (ibid., p. 502 ; L. Mirot, H. Jassemin, J. Vielliard, G. Mollat, E.-R. Labande, Lettres secrètes et curiales du pape Grégoire XI relatives à la France, Paris, 1935-1957, n° 579-580). Il prend également part à la révision de comptes présentés par certains officiers (A.-M. Hayez, J. Mathieu, M.-F. Yvan, Grégoire XI (1370-1378). Lettres communes, Rome, 1992-, n° 40098).

48Refusant de revenir en Italie, il renonce à ses fonctions en 1376 (quitus du 29 septembre). Le 10 septembre, il est nommé capitaine de la cité d’Avignon (M. Hayez, Avignon sans les papes, dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident, Paris, 1980, p. 147, 154). Contraint de renoncer à ses fonctions, il est désigné le 8 juillet 1381, familier de Clément VII et conseiller de la Chambre, avec une provision annuelle de 400 florins assignés sur les émoluments du Venaissin (ASV, Collect. 359A, fol. 99v-100). Il meurt à Piolenc, le 20 août 1383 (J. Hayez, Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini. Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389), dans Bollettino dell’Opera del vocabolario italiano, 10, 2005, p. 260).

23 – Hugues de La Roche (1377)

49Pour le début de sa carrière, voir n° 18. Il est libéré peu après l’élection de son beau-frère, Grégoire XI, qui en fait son maître de l’Hôtel. Il remplit de très nombreuses missions politiques et diplomatiques : il est envoyé en Bretagne pour négocier le mariage entre Roger de Beaufort et la dame de Rais (L. Mirot, H. Jassemin, J. Vielliard, G. Mollat, E.-R. Labande, Lettres secrètes France… cit., n° 504 ; K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 6), p. 381), puis en Bordelais pour recruter des troupes, agit comme négociateur et homme de guerre en Lombardie en 1372-1374 (ibid., p. 398, 460, 462), est envoyé en mars 1375 auprès du légat à Pérouse, dont il sort libre, après le siège de la citadelle, le 1 janvier suivant (Lettres secrètes France… cit., n° 2686, 3002-3003, 3069 ; E. Dupré Theseider, La rivolta di Perugia nel 1375 contro l’abate di Monmaggiore ed i suoi precedenti politici, dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l’Umbria, 35, 1938, p. 70-166, p. 119-120), accompagne le légat Robert de Genève en Romagne en septembre 1376 (Bnf., Ms lat. 4190, fol. 28), avant de rejoindre la curie avant la fin de l’année.

50Il est en effet mentionné comme maréchal dans l’Itinerarium de Pierre Ameil de Brenac (éd. P. Ronzy, Florence, 1952, p. 118, 129) et dans une bulle du 24 août 1377 (Lettres secrètes France… cit., n° 2048). Les sources comptables témoignent de son intense activité diplomatico-militaire à la fin du pontificat de Grégoire XI, dans le Patrimoine de Saint-Pierre et le Duché de Spolète (ASV, Intr. et Ex. 345, fol. 143, 163, 181v).

51En février 1381, la Chambre lui doit encore plus de 2.700 florins (Collect. 359A, fol. 79). Il a alors repris du service en Auvergne (F. Lehoux, Jean, duc de Berri, sa vie, son action politique (1340-1416), 4 vol., Paris, 1966, I, p. 446). En août 1386, il est à nouveau de passage en Avignon pour tenter de récupérer d’anciens gages et créances (ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 128).

24 – Nicola Orsini (avril 1378)

52Fils de Roberto, comte de Nola, adressé au pape par la reine Jeanne en 1363, il devient recteur du Patrimoine de Saint Pierre à la mort d’un de ses cousins, Giordano Orsini (Urbain V (1362-1370). Lettres communes… cit., Paris-Rome, 1954-1989, n° 5245, 15223, passim), une charge qu’il exerce jusqu’à la révolte de la province contre les officiers du pape, à l’automne 1375, voire jusqu’à la désignation de son successeur, autre cousin, en mai 1378 (E.-R. Labande, Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo († 1390), et les premières guerres suscitées en Italie centrale par le Grand Schisme, Monaco-Paris, 1939, p. 38).

53Nommé maréchal par Urbain VI, peu après son accession au souverain pontificat, d’après la déposition du châtelain du fort Saint-Ange (L. Gayet, Le Grand Schisme d’Occident… cit., p. 190) et le Diario d’anonimo fiorentino dell’anno 1358 al 1389 (éd. A. Gherardi, Florence, 1876, p. 350). Un des principaux conseillers du pape d’après le procureur en curie du seigneur de Mantoue (A. Segre, I dispacci di Cristoforo da Piacenza, procuratore mantovano alla corte pontificia (1371-1383), dans Archivio Storico Italiano, ser. 5, 43, 1909, p. 253-326, p. 272-274).

54Il est toujours fidèle à Urbain VI à la fin de cette même année 1378 (A. M. Voci, Giovanna d’Angiò e l’inizio del Grande Scisma d’Occidente. La doppia elezione del 1378 e la proposta conciliare, dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 73, 1995, p. 178-255, p. 194), mais est relevé de ses fonctions avant le 16 décembre (ASSiena, Concistoro 1795, n° 16). Probablement brouillé avec le pape, peut-être à cause de la « trahison » du cardinal Jacopo Orsini, il rejoint ses terres napolitaines, se met au service de la reine Jeanne (ibid., p. 221), puis se soumet à Charles III de Durazzo en 1383.

25 – Jacopo Ceva (novembre 1378)

55Une légende fait de lui un juriste languedocien ou provençal, auteur du Factum Urbani (N. Valois, La France et le Grand Schisme… cit., I, p. 125, n. 2 ; N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 80). Elle ne repose sur aucun fondement sérieux. Noble, probablement originaire du diocèse d’Albenga – même si rien ne me permet de le rattacher à la famille des marquis de Ceva – il apparaît en 1364 comme procureur en curie de la reine Jeanne (P. Lecacheux, G. Mollat, Lettres secrètes… cit., n° 1341), puis comme avocat (n° 1988, 2031). Le 15 novembre 1367 il est nommé avocat fiscal, auditeur et juge du siège apostolique ; sa juridiction s’étend en appel sur les causes criminelles impliquant des personnes originaires des terres de l’Église et sur les causes déférées de la cour du maréchal au siège apostolique (ibid., n° 2514, 2515 ; K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 6), p. 223 ; Urbain V (1362-1370). Lettres communes… cit., n° 26928, 26728). Il est confirmé dans ses fonctions par Grégoire XI (K. H. Schäfer, Die Ausgaben… (VQ 6), p 407, 537, 542, 605, 658). C’est lui qui établit la liste des vingt charges retenues par la papauté et réfutées par les émissaires des Florentins en guerre contre le pape en mars 1376 (ASF, Diplomatico RAP, quaderno 1). En 1374-1375, il est mentionné comme seigneur de Cadenet et de Lauris (L. Mirot et alii, Lettres secrètes… France, n° 2878, 3604), châteaux dont il eut quelques difficultés à s’assurer la possession effective (P. Lecacheux, C. Mollat, Lettres secrètes… cit., n° 3007 et Lettres communes… cit., n° 26835). Selon toute probabilité il accompagne la curie dans son deuxième voyage à Rome.

56Chevalier, legum doctor et maréchal d’Urbain VI, il est envoyé au roi de France à la fin novembre 1378, mais est fait prisonnier par le comte de Genève, qui le retient longtemps prisonnier (M.-H. Laurent, Santa Caterina di Siena e il beato Raimondo di Capua, ambasciatore della S. Sede presso Carlo V, dans Studi Cateriniani, 12, 1936, p. 1-51, p. 25-38 ; N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 80).

57Libéré, il tente de tourner casaque et, pensant peut-être récupérer ses possessions provençales, prête serment de fidélité devant le chancelier de Louis d’Anjou en 1382 (H. Moranvillé, Journal de Jean le Fèvre, Paris, 1887, p. 31, 33).

25b – Louis de Montjoie (1378-1394)

58Chevalier et seigneur de Montjoie, au diocèse de Besançon, neveu du cardinal Robert de Genève qu’il accompagne lors de sa légation en Italie (1376-1378).

59Nommé maréchal le jour du couronnement de Clément VII (ASV, Intr. et Ex. 352, fol. 66), il prend aussitôt en charge la défense de la curie et assure le commandement des troupes réunies par le sacré collège contre les urbanistes. Vaincu et prisonnier le 30 avril 1379 à l’issue de la bataille de Marino (N. Valois, La France et le Grand Schisme… cit., I, p. 163-177), il est néanmoins rapidement libéré. Revenu en Avignon, auprès de son oncle, il s’emploie dans la préparation de la conquête du royaume de Naples que projette Louis d’Anjou, qui lui promet 10.000 florins à prendre sur le royaume (H. Moranvillé, Journal de Jean le Fèvre… cit., p. 36). Il prend part à l’expédition est à nouveau fait prisonnier, avec d’autres chevaliers au service de Louis d’Anjou, et retenu à Raguse pendant quatorze mois (L. de Voïnovitch, Les Angevins à Raguse, dans Revue des questions historiques, 1913, 93, p. 361-388, 94, p. 5-37). Au début 1385, il est de retour en Provence (H. Moranvillé, Journal de Jean le Fèvre… cit., p. 113). Il remplit diverses missions diplomatiques pour les Angevins à Milan en juillet 1385 (ibid., p. 141), pour Clément VII, à Bourges et en Aragon du 15 janvier au 6 avril 1387 (ASV, Intr. et Ex. 359, fol. 148, 161, 167v, 169 ; Collect. 362, fol. 223-224). Il est choisi pour commander une nouvelle expédition dans le royaume de Naples en septembre 1387 (H. Moranvillé, Journal de Jean le Fèvre… cit., p. 431) et débarque comme vice-roi à Naples le 18 octobre 1388 (Chronicum Siculum… cit., éd. G. de Blasiis, p. 79). Après l’arrivée à Naples du roi Louis II, il devient grand justicier du royaume le 1 septembre 1390 (Diurnali del Duca di Monteleone, éd. A. Manfredi, RIS2, XXI/V, Bologne, 1958, p. 57), rentre en Provence à l’hiver, puis revient au printemps suivant dans le royaume de Naples (ASV, Intr. et Ex. 367, fol. 136, 140) où il exerce probablement ses fonctions jusqu’en novembre 1393. Il perd son office de maréchal de la curie après l’élection de Benoît XIII.

60Destitué de toutes ses fonctions dans le royaume de Naples en mai 1396, il rejoint le service du duc de Milan (Diurnali del Duca di Monteleone, p. 68), avant de passer à celui de son gendre, le duc d’Orléans, et du frère de ce dernier, le roi de France, Charles VI. Chambellan du duc à partir de 1404, il est chargé en 1405-1407 de diverses négociations auprès de Benoît XIII (N. Valois, La France et le Grand Schisme… cit., III, p. 407, 450, 513, 516). De 1409 à 1413, il est gouverneur du comté d’Asti pour le duc d’Orléans (E. Gonzalez, Un prince en son hôtel : les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Paris, 2004, notice n° 400).

26 – Landolfo (ou Ranolfo) Colonna (mars 1379)

61Issu de la branche des seigneurs de Riofreddo, une ligne mineure de la famille Colonna, il semble avoir joui d’une assez longue existence, étant mentionné dans les actes de 1345 au début du xve siècle d’après S. Carocci (Baroni di città… cit., p. 369, n° 62).

62La bulle le désignant maréchal de la curie est conservée dans un formulaire de chancellerie (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 81). Il ne semble pas que dans les autres documents le concernant il ait pris le titre de maréchal (A. Rehberg, Kirche und Macht im römischen Trecento. Die Colonna und ihre Klientel auf dem kurialen Pfründenmarkt (1278-1378), Rome, 1999 (Bibliothek des Deutschen Historische Instituts in Rom, 88), p. 345, 379, 384, 394). Compte tenu de la multiplicité des revirements d’Urbain VI, il est peut-être exagéré d’étendre son mandat jusqu’au début de celui qui suit (ut N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 81).

27 – Damiano Cattanei (mai 1389-fév. 1390)

63Issu d’une importante famille marchande et populaire de Gênes, dont les compétences sont utilisées par la Chambre apostolique dans ses relations financières avec le Portugal (Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies… cit., p. 323) et qui prend part au gouvernement de Gênes (Grégoire XI (1370-1378). Lettres communes, n° 27244). Damiano dirige une expédition contre Chypre en mars 1373 (Annales Genuenses, éd. G. Petti Balbi, RIS2, XVII/2, Bologne, 1975, p. 166-167) ; il semble avoir personnellement investi à Péra (M. Balard, La Romanie génoise (xiie-xve siècle), Rome, 1978 (BEFAR 235), p. 426).

64Rien ne permet de supposer qu’il fut constitué maréchal de la curie à la fin de l’année 1385, au moment où Urbain VI s’installe à Gênes. Il est assurément maréchal en mai 1389 (A. Esch, Bankiers der Kirche im Grossen Schisma, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 46, 1966, p. 357, n. 319). Les Romains sont excommuniés dans l’été par Urbain VI à cause de leur refus d’accepter le maréchal de la curie comme sénateur. Il demeure maréchal, après l’élection de Boniface IX, jusqu’au début de février 1390 (A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 29), p. 31, 230).

65Envoyé en 1391 représenter les intérêts de la papauté auprès du roi d’Angleterre, il y est encore en 1392, employé à la négociation d’un projet de concordat (E. Perroy, L’Angleterre et le Grand Schisme d’Occident. Etude de la politique religieuse de l’Angleterre sous Richard II (1378-1399), Paris, 1933, p. 311, 323, 331).

28 – Filippo (ou Lippo) Caracciolo (fév. 1390-déc. 1401)

66Issu d’une importante famille napolitaine, il sert la reine Jeanne ; en 1350, il est compromis dans une vendetta contre le grand sénéchal du royaume, Niccolò Acciaioli, qu’il blesse, et est condamné par contumace (F. P. Tocco, Niccolò Acciaiuoli. Vita e politica in Italia alla metà del xiv secolo, Rome, 2001 (Nuovi Studi Storici, 52), p. 105-106).

67Oncle de Boniface IX, il est nommé maréchal le 4 février 1390 (éd. N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 110). Il s’emploie, entre autres activités, à rétablir l’autorité du pape au sud de Rome, recevant la garde et l’administration de quelques châtellenies (A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat… cit., p. 17, 19, 28 ; id., Bankiers der Kirche… cit., p. 307). Il meurt en charge à la fin 1401 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 83).

29 – Ludovico Caracciolo (déc. 1401-août 1404)

68Fils du précédent et de Masella Brancaccio, il seconde son père avant de lui succéder (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 83 ; A. Esch, Bonifaz IX und der Kirchenstaat… cit., p. 13, 345, 477). Le cardinal Corrado Caracciolo (1405-1411) est son cousin (D. Girgensohn, DBI, Rome, 1976, p. 332-335).

26b – Buffilo Brancaccio (déc. 1394-1409)

69Issu d’une importante famille napolitaine au service des Angevins (voir G. Vitale, Uffici, militia e nobilità. Processi di formazione della nobiltà di Seggio a Napoli : il casato dei Brancaccio fra xiv e xv secolo, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica. Rivista del Dipartimento di studi storici dal medioevo all’età contemporanea della Sapienza, 2, 1993, p. 22-52) – un Alessandro avait été maréchal du royaume de Naples en 1363 (P. Lecacheux, G. Mollat, Lettres secrètes… cit., n° 290) –, comte d’Agnano, il est le frère de Niccolò, créé cardinal par Clément VII en décembre 1378 (D. Girgensohn, DBI 13, Rome, 1971, p. 793-796). Il fait l’acquisition de diverses seigneuries en Haute-Provence, sert le roi de France (en Flandre en 1383), est reçu chambellan de Louis II d’Anjou (Journal de Jean Le Fèvre… cit., p. 45). Nombreux sont alors ses parents napolitains au service de Boniface IX (A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat… cit., passim).

70Il est nommé maréchal de la curie le 2 octobre 1394 (Collect. 457, fol. 235v) et avance aussitôt de fortes sommes au trésorier de la cour, 700 florins au moins, pour assurer le fonctionnement des services (ASV, Collect. 372, fol. 52v-53). Il remplit diverses missions diplomatiques (N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident… cit., III, p. 21, 24). Lors de la soustraction d’obédience, il suit le parti du sacré collège (BnF, NAL 3086, fol. 32). Revenu en grâce après la soumission des cardinaux, il est à plusieurs reprises mentionné dans l’entourage du pape en 1405-1408, dans le registre des condamnations tenu en son nom (ASV, Reg. Aven. 324, fol. 72-119), mais aussi dans le diaire de François de Conzié (M. Dykmans, Le cérémonial papal… cit., III, p. 376, 388-389, 406).

71Il n’est pas certain qu’il se soit joint aux cardinaux des deux obédiences qui se retrouvent à Pise, même s’il est désigné maréchal par le concile, en compagnie de Poncello Orsini (J. Vincke, Acta Concilii Pisani, dans Römische Quartalschrift, 46, 1938, p. 81-331, p. 93, 96). Il est à l’origine de la famille provençale des Brancas et teste en Avignon en janvier 1416.

30 – Poncello Orsini (août 1406-1407, 1409 ?)

72Né vers 1359 – il a environ 50 ans en 1409 (J. Vincke, Acta Concilii Pisani, dans Römische Quartalschrift, 46, 1938, p. 81-331, p. 165) – il appartient au rameau des seigneurs de Monterotondo. Petit-fils de Giordano Orsini, recteur du Patrimoine de Saint-Pierre de 1352 à 1363, frère du puissant condottiere Paolo Orsini, dans la mouvance duquel il agit pendant plusieurs années, avant de recevoir une provision de la part de Boniface IX (A. Esch, Bonifaz IX und der Kirchenstaat… cit., p. 249, 250, 271, 335, 385-386, 498).

73Les années pendant lesquelles il est effectivement maréchal ne sont pas toutes identifiables. Nommé le 17 août 1406 par Innocent VII, il ne répond pas aux attentes de Benoît XIII, qui le 24 novembre suivant, de Toulon, lui avait demandé de s’employer à résoudre le schisme, c’est-à-dire à retarder l’élection d’un nouveau pape (J. Vincke, Briefe zum Pisaner Konzil, Bonn, 1940, p. 17-18). Il est confirmé dans ses fonctions par Grégoire XII, le 17 janvier 1407 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 84). En 1407, il ne suit pas le pape qui abandonne Rome et agit en défenseur de la Ville, soutenant les initiatives de son frère Paolo (N. Valois, La France et le Grand Schisme… cit., III, p. 579-580). Les positions de son cousin le cardinal Giordano, un des promoteurs du concile de Pise, le conduisent à rejoindre le parti des cardinaux. Il est chargé en tant que maréchal de garantir la sécurité du concile, en compagnie de Buffilo Brancaccio (J. Vincke, Acta Concilii Pisani, dans Römische Quartalschrift, 46, 1938, p. 81-331, p. 93, 146) et agit effectivement en maréchal d’une curie romano-conciliaire, témoignant contre son ancien maître Grégoire XII (ibid., p. 231, 235, 238, 244, 253, 260, 263, 266, 272, 276, 282), enfermant les envoyés de Benoît XIII afin qu’ils ne puissent pénétrer dans le Duomo (A. Landi, Il papa deposto (Pisa 1409). L’idea conciliare nel grande scisma, Turin, 1985, p. 197, 199). Il est peut-être reconduit dans ses fonctions par Alexandre V : le 1 octobre 1409, il entre en effet à Rome avec les troupes, officiellement commandées par Louis II d’Anjou. Dans la paix du 2 juillet 1414 entre Florence et le roi de Naples, Ladislas, il se trouve encore parmi les alliés de son frère, Paolo (éd. part. A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò Durazzo, Napoli, p. 479-486, p. 386, 485). Pour la suite de sa carrière, voir infra n° 33.

31 – Gerardo de Boiardis (fév. 1418-fév. 1419)

74Originaire de Reggio’Emilia, il est reçu régent du maréchalat de la curie, en l’absence de titulaire de cet office, le 12 février, jour où il jura d’exercer fidèlement ses fonctions dans les mains du vice-camérier Louis Aleman (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 110-111 ; F.-C. Uginet, Le Liber officialium de Martin V, Rome, 1975, p. 35).

32 – Ugolino Pianciani (mars 1419-mai 1420)

75Originaire de Spolète, il est pareillement reçu régent du maréchalat de la curie le 1 mars 1419, ne prêtant serment que le 3 avril. Nommé sénateur de Rome en 1423, il prend possession de cette charge en 1425 seulement (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 85-86).

33 – Poncello Orsini (juin 1420-1423)

76Nommé à nouveau maréchal à plus de 60 ans, le 1 juin 1420 (voir supra note 193) ; mentionné en décembre 1422 (P. Partner, The Papal State under Martin V, Londres, 1958, p. 220-221) et en 1423 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 86). Probablement mort en charge.

34 – Giacomo Orsini (1427)

77Neveu du talentueux fauteur de Clément VII et de la deuxième maison d’Anjou, Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, conseiller de la reine Jeanne II de Naples à partir de mai 1424, il est mentionné comme maréchal en octobre 1427 et exerce probablement jusqu’à sa mort en 1430 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 87).

35 – Battista Savelli (1430-1434 ; 1435-1447)

78Constitué maréchal à vie par Martin V le 3 juin 1430, excommunié en 1434 et destitué de sa charge pour s’être révolté avec ses gens contre le pape, pillé terres, châteaux et cités, Rieti notamment et s’être allié avec le duc de Milan Filippo Maria Visconti, avec lequel le pape était en guerre. À sa supplique réclamant son absolution et sa réintégration dans son office, le pape répond favorablement en mai 1435. Il conserve sa charge après la mort d’Eugène IV, ne se démettant de ses fonctions en 1447, qu’en faveur de son fils Pandolfo qui meurt en charge en 1471 (N. Del Ré, Il maresciallo… cit., p. 87-89, 111-115).

Notes

1 Après bien des hésitations, on a décidé de donner une liste des maréchaux, dans la mesure où celle fournie par Niccolò Del Ré (liste qui comprend pour la période considérée ici 31 noms voir Il maresciallo… cit., p. 65-82), largement tributaire des travaux de Borwin Rusch (Die Behörden und Hofbeamten der päpstlichen Kurie des 13. Jahrhunderts, Königsberg-Berlin, 1936, p. 58-60) fourmille d’incorrections – d’abord, parce que de nombreux documents ont été publiés depuis 1962, ensuite parce que l’auteur n’a pas été suffisamment attentif à la nécessaire distinction entre maréchal des chevaux, maréchal de l’armée et maréchal de la curie : Giovanni di Rainaldo (op. cit., p. 66) n’est qu’un maréchal de l’armée de l’Église ; Bergamino Lanfranchi (op. cit., p. 72) s’occupe essentiellement des chevaux de Clément V. On a conscience que la liste proposée ici est encore imparfaite. Le fait que nombre d’historiens spécialistes de la curie pontificale au Moyen Âge n’ait manifestement pas considéré le maréchal comme un de ses membres (voir par exemple W. von Hofman, Forschungen zur Geschichte der kurialen Behörden vom Schisma bis zur Reformation, 2 vol., Rome, 1914) est un facteur pénalisant. On est également tributaire de l’analyse et de l’indexation des lettres pontificales des xiiie et xive siècles publiées par l’École française de Rome. Figurent entre parenthèses, après les noms des titulaires les années pour lesquelles nous disposons de documents faisant état de leur fonction de maréchal. Les maréchaux des antipapes apparaissent en retrait.

2 G. Ortalli, DBI, 18, 1975, p. 182-183 distingue en effet deux personnages homonymes à l’inverse de N. Del Ré, Il maresciallo cit., p. 68-69).

3 N. Del Ré fait d’Hugues Rogerii et d’Hugues de La Roche un seul et même personnage (Il maresciallo… cit., p. 76).

4 L. Carrolus Barré (G. Dupont-Ferrier, op. cit., n° 19763) considère qu’il est de la famille d’« Aymeric Rolland, dit de Châteluz », ce que B. Guillemain a interprété à sa manière en en faisant son neveu. Je n’ai trouvé aucun document corroborant cette assertion. Mais qu’il y ait une parenté avec le cardinal est hors de doute. Aymeric Rolland d’Aurillac, au diocèse de Saint-Flour, maréchal de Romagne sous Jean XXII, recteur de cette même province de 1342 à 1347, mort en 1357, est expressément dit « neveu » de ce cardinal (E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France… cit., n° 339). Vésian Rolland, évêque de Gubbio, qui présente au moins un rotulus de suppliques en même temps que ce dernier (ASV, Supplic. 12, fol. 69) est probablement son frère. Quant à Guillaume, notons que pendant le pontificat de Clément VI, période pendant laquelle le cardinal est à l’apogée de sa puissance politique, le pape lui accorde un prêt exceptionnel de 25.000 florins, non en tant que personne privée, mais en tant que sénéchal de Beaucaire (H. Ho-berg, De Einnahmen… cit., p. 355).

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540