Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Première partie. Production et consommation de l’écrit

Écrire en temps de guerre ?

Anne-Cécile Tizon-Germe

Texte intégral

  • 1 A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale au début du règne d’Henri IV (1589-1594). Cadre p (...)

1Quatre années séparent l’assassinat de Henri III de l’entrée victorieuse de Henri IV dans Paris venue à résipiscence. Durant ces quatre années, le pape tenta de s’interposer entre les partis qui déchirent la France, voire d’imposer son point de vue. Trois représentants du Saint Siège furent donc envoyés au royaume de France : deux légats, le cardinal Enrico Caetani, camerlingue de l’Église romaine, et le cardinal de Plaisance Filippo Sega, et un nonce cum facultatibus legatis, Marsilio Landriano, référendaire des deux signatures. L’étude de leur action politique et de leurs activités pastorales a été menée dans une thèse d’École des chartes en grande partie publiée1. C’est grâce à la chancellerie organisée de l’État pontifical qui se prolonge chez ses représentants, que de nombreuses sources et témoignages de l’action des trois agents apostoliques sont parvenus jusqu’à nous. En cela, rien de bien différent de leurs prédécesseurs ou de leurs successeurs envoyés au roi de France. Mais le caractère particulier de ces années de luttes intestines amène à s’interroger sur la particularité de ces sources elles-mêmes.

  • 2 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France et leurs facultés aux xvie et (...)

2La principale d’entre elles est bien connue puisqu’il s’agit de la correspondance entre le délégué apostolique et Rome, quel qu’en soit le destinataire romain, surintendant de l’État ecclésiastique, cardinal protecteur, membre de la famille introduit en cour de Rome. L’autre source n’avait jamais été utilisée jusqu’alors. Il s’agit des bulles et des suppliques délivrées par les légats et nonces dont leur chancellerie assurait l’enregistrement. Bernard Barbiche et Ségolène Oudot de Dainville-Barbiche en ont montré l’intérêt et établi la typologie dans un important article2. Pour les années 1590-1594, les bulles et les suppliques de Landriano et Sega ont fait l’objet d’une exploitation quantitative : croisement des données ainsi qu’étude qualitative de quelques actes ont abouti à un tableau de la vie quotidienne dans les diocèses du royaume en guerre, à travers dispenses de mariage, vacances de bénéfices et absolutions diverses.

3Cette masse documentaire a prouvé son intérêt. Reste pourtant à construire une interrogation méthodologique sur l’ensemble des sources d’une légation.

DES LETTRES PERDUES « PROPTER ITINERUM PERICULA ET DIFFICULTATES » : UNE REALITE ?

Comment correspondre avec Rome dans un royaume en guerre ?

  • 3 Cf. A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale... cit., p. 72-73.
  • 4 S. de Dainville, Maison, dépenses et ressources d’un nonce en France sous Louis XIV d’après les pa (...)
  • 5 Rome, Archivio Caetani, 15710-15711, 21 nov. 1589.
  • 6 ASV, Segr. Stato Francia, 36, fol. 338, 25 octobre 1593.

4L’échange du courrier entre Paris et Rome reste un sujet de préoccupation constant pour les envoyés apostoliques3. La procédure d’acheminement ne diffère guère de celle qu’emploiera près d’un siècle plus tard Fabrizio Spada étudié par S. Oudot de Dainville-Barbiche4. Entre Lyon et Rome, l’envoi des lettres se fait sans trop de difficulté sur les routes de poste habituelles, encore que onze jours soient nécessaires à un courrier pour aller de Lyon à parme en novembre 15895. Un maestro delle poste, Orlandino Orlandini, payé par le légat, sert d’intermédiaire. Sega recommande ainsi humblement à pietro Aldobrandini de payer à Orlandini ce qu’on lui doit, pour qu’il continue à assurer son service avec diligence et pour que son zèle ne se refroidisse point6.

  • 7 Arch. Caet., Misc. 55 bis, p. 253.
  • 8 ASV, Segr. Stato Francia, fol. 345, Sega à Aldobrandini, 3 novembre 1593.

5Entre Lyon et paris, en revanche, ou entre Lyon et la Champagne où erre le nonce Landriano, l’acheminement du courrier est beaucoup plus difficile, et Caetani se résout à l’envoyer par un marchand « perché mi dicevano ch’era più sicuro d’inviarle per coperta di mercanti »7. L’insécurité des courriers est telle que Sega dépêche un de ses prélats à Rome pour qu’il fasse un rapport oral à Pietro Aldobrandini et « riferirli molti particolare che non si possono cosi liberamente commettere alle lettere »8.

  • 9 B. Haan, Correspondance du nonce en France Gasparo Silingardi, Rome, 2002 (Acta nuntiaturae gallic (...)

6On pourrait croire, en se référant également aux écrits des légats et nonces, qu’il s’agissait d’une conséquence des troubles : des bandes armées courent les campagnes entre Loire, Seine et Marne, rendant dangereux tout déplacement. Or, il semble bien qu’en 1599-1601, au moment de la nonciature de Gasparo Silingardi, l’acheminement entre Lyon et Paris soit toujours aussi difficile9. Conséquences tardives encore des guerres, routes de poste imparfaitement rétablies ?

  • 10 ASV, Segr. Stato Francia 32, p. 110, lettre envoyée par Caetani à Sega le 23 janvier 1591, arrivée (...)
  • 11 BAV, Ottob. lat. 3212, fol. 166.
  • 12 Archivio Caetani, 172915, 4 avril 1590.
  • 13 ASV, Segr. Stato Francia 36, p. 46v.

7Quoi qu’il en soit, ce retard des communications entre Rome et ses envoyés les laisse plus d’une fois dans une incertitude anxieuse. Curieusement, ce n’est semble-t-il pas au moment le plus intense du blocus de Paris, en 1590, que le courrier est le plus irrégulier, mais en 1591 (huit semaines en début d’année10) et surtout tout au long de l’année 1592 où le délai est de cinq à six semaines. Sega dit même dans la relation qu’il fit à la congrégation de France de son séjour, qu’il est resté à cette époque cinq mois sans instructions sinon sans deniers puisqu’il reçoit alors 15 000 écus d’or pour soutenir Paris11. C’est le moment où est annoncée l’arrivée d’Ottavio Paravicini comme légat, ce qui suscite les questions inquiètes de Landriano et Sega sur leur avenir. À part sa nomination en consistoire, aucune trace à Rome de cette légation, et la correspondance de Sega permet de comprendre que jamais Paravicini ne se mit en route. On mesure à travers les lettres de deux agents pontificaux combien est important pour eux ce lien épistolaire continu avec le Saint Siège : la rareté des missives reçues de Rome les inquiète et les maintient dans la peur de mal faire, de trahir la pensée du pape et ses intentions envers le royaume de France. C’est pourquoi la famille d’Enrico Caetani lui recommande de conserver soigneusement les papiers de la légation qui pourront servir à se justifier lorsqu’il sera revenu à Rome12. Filippo Sega le répétera à son retour auprès du Saint Siège, comme il l’a écrit plusieurs fois : « I recapiti delle lettere […] è la più difficile, la più pericolosa et la più dispendiosa cosa ch’io habbia provato doppo che servo la Santa Sede »13.

8Les difficultés d’acheminement du courrier entre Rome et ses agents se reproduisent lorsqu’ils veulent correspondre entre eux à l’intérieur même du royaume de France, qu’il s’agisse des courriers échangés entre Sega résidant à Paris et Landriano à Soissons (quinze jours), ou entre Sega et son neveu protonotaire apostolique qu’il a envoyé régler certaines affaires dans l’est du royaume.

Comment correspondre avec les catholiques du royaume ?

9Nonces et légats sont pourvus de facultés qui leur permettent de mettre en œuvre une action pastorale : dispenses de mariages, collations de bénéfices, absolutions diverses, soigneusement inscrites au long de registres de bulles et de suppliques.

  • 14 C.-O. Reure, La presse politique à Lyon pendant la Ligue, Lyon, 1898, p. 35.
  • 15 A.-C. Tizon-Germe, Juridiction spirituelle... cit., p. 178-179.
  • 16 Il n’est pas exceptionnel de trouver, au long des minutes notariales conservées dans les archives (...)

10Mais comment un habitant du diocèse de Tours, ville fidèle à Henri IV, ou de Nantes la ligueuse était-il informé de la présence dans le royaume d’un légat pontifical disposant de facultés ? Tout d’abord, le légat arrivait en France muni de brefs pontificaux annonçant sa mission et qu’il expédiait aux différents évêques du royaume. Par ailleurs, une fois enregistrées par le parlement de paris, ses facultés pouvaient être imprimées et publiées à travers la France. On a ainsi une relation de l’annonce publique à Lyon des monitoires de Grégoire XIV au clergé et à la noblesse de France14. Mais là aussi se pose la question de la circulation des lettres : combien de demandes de grâces ne sont pas parvenues à Caetani, Landriano ou Sega parce que le courrier s’est perdu au long des chemins ? Il existe ainsi l’exemple de la disparition d’une dispense de mariage pour consanguinité au 4e degré. Son existence est connue par une seconde dispense, subséquente cette fois, accordée au même couple pour une consanguinité plus proche, au 2e degré. La seconde dispense explique que la supplique précédente s’est perdue « propter itinerum pericula et difficultates ». Encore n’est-il pas certain qu’il s’agisse de la vérité15 et que les périls des chemins, bien réels et redoutés16, ne constituent point un prétexte facilement invoqué.

UN TABLEAU FIDÈLE DU ROYAUME OU UN REFLET DES CIRCONSTANCES ?

  • 17 A.-C. Tizon-Germe, Juridiction spirituelle... cit., p. 191-196.

11Le dépouillement systématique des bulles et des suppliques s’est révélé d’une grande richesse : sources de renseignements inédites sur la vie quotidienne en temps de guerre civile, elles décrivent des églises abandonnées par leurs curés partis combattre Henri IV ou au contraire ayant rejoint ses rangs, des desservants promus avant l’âge requis, cumulant les bénéfices, simoniaques ou confidentiaires, voire meurtriers, comme le sont aussi parfois les laïcs. Quant aux dispenses de mariage, elles présentent un tableau qui semble plus intemporel de l’attitude face au mariage et de l’introduction en France des recommandations du concile de Trente17.

  • 18 En dehors de ceux de Landriano et Sega et du cardinal de Florence, sont parvenus jusqu’à nous les (...)
  • 19 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France... cit.

12Mais se pose la question des points de comparaison. Aussi serait-il particulièrement intéressant de continuer le dépouillement intégral quantitatif et qualitatif des registres parvenus jusqu’à nous. Malheureusement, il en reste peu, pour le royaume de France tout au moins18. En effet, à leur départ du royaume, les agents apostoliques devaient déposer leurs registres de bulles et de suppliques au parlement de Paris. Ils étaient ensuite remis à un conseiller au Parlement et suivaient alors les vicissitudes de leurs papiers personnels19.

  • 20 B. Barbiche, Les registres du cardinal Flavio Orsini légat a latere en France en 1572-1573, dans A (...)
  • 21 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Un évêque italien de la Réforme catholique légat en France (...)
  • 22 Cf. Cl. Pieyre, Un pouvoir et son exercice... cit. p. 83, 89-90 et 94.

13Si le nombre d’actes passés par Flavio Orsini est trop peu important pour offrir d’amples comparaisons20, les sondages effectués par Bernard Barbiche et Ségolène de Dainville-Barbiche dans les 7 300 actes des registres du cardinal de Florence, légat pontifical en France en 1596-159821 ont permis de dresser un portrait assez net d’un royaume où les querelles s’apaisent doucement. Ainsi la légation du cardinal de Florence présente-t-elle bien des similitudes avec celles de Caetani, Landriano et Sega. Mais est-ce dû au fait que le cardinal de Florence vint en France pour rétablir l’ordre et la discipline ecclésiastique après les troubles religieux, et que les abus constatés par ses trois prédécesseurs au plus fort des luttes intestines ne s’étaient pas encore corrigés ? Cela serait somme toute logique. Ou bien cela marque-t-il les limites de l’utilisation systématique et illustrative de ces actes ? L’étude des registres du cardinal Barberini permet de conforter certaines conclusions. Ainsi les absolutions pour actes de violence ou crime sont-elles moins importantes au xviie siècle et plus normalisée l’attitude face au mariage, avec la mise en pratique des décrets tridentins22.

  • 23 BAV, Ottob. lat. 2199, p. 183.

14Se pose également la question, quelle que soit l’époque sur laquelle on travaille, de savoir pourquoi un fidèle recourait au légat pour obtenir une dispense, plutôt qu’à l’official de son diocèse, notamment pour certaines dispenses de mariage. L’official est bien plus proche de lui, ce qui lui aurait permis d’économiser temps et argent. Le prestige de recevoir une dispense d’un cardinal de l’église romaine, émanation de la personne du pape, n’y est certes pas étranger. C’est ainsi qu’un familier de Enrico Caetani explique qu’un légat jouit de crédit et respect parce que « si spiccà dal lato di S. Bne, e porta il vivo oracolo del cuor suo e della sua voce »23. Par ailleurs, les officialités ne pouvant pas délivrer de dispenses à tous les degrés d’empêchements, il pourrait être particulièrement intéressant d’établir une comparaison entre l’activité d’un official pendant le séjour dans le royaume d’un légat pontifical et son activité dans la période qui précède ou suit cette légation.

15Il faudrait également consulter les registres d’insinuations ecclésiastiques pour les provisions de bénéfices : les concours de dates et les litiges apparaîtraient ainsi en regard des provisions délivrées par les délégués apostoliques, marquant peut-être les limites de leur action. Toutefois, on se heurtera dans cette démarche à la conservation des documents dans la série G des archives départementales.

16Dans les questions diplomatiques comme dans les affaires juridictionnelles, la présence d’un légat ne résout pas tous les problèmes de l’Église de France, mais à des périodes importantes de l’histoire du royaume, l’analyse de son activité, quelle qu’en soit la nature, montre son intérêt et dépasse le cadre religieux, découvrant aussi une partie de la vie sociale. Maintenant que plusieurs époques ont été examinées à la lueur des bulles et des suppliques, de solides repères comparatifs ont été établis et il est à regretter que les registres parvenus jusqu’à nous soient si peu nombreux.

Notes

1 A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale au début du règne d’Henri IV (1589-1594). Cadre politique, moyens humains et financiers, dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 151, 1993, p. 37-85 et Juridiction spirituelle et action pastorale des légats et nonces en France pendant la Ligue (1589-1594), dans Archivum historiae pontificiae, 30, 1992, p. 159-230.

2 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France et leurs facultés aux xvie et xviie siècles, dans Archivum historiae pontificiae, 23, 1985, p. 93-165.

3 Cf. A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale... cit., p. 72-73.

4 S. de Dainville, Maison, dépenses et ressources d’un nonce en France sous Louis XIV d’après les papiers du cardinal Fabrizio Spada, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 82, 1970, p. 919-970, aux p. 940-942.

5 Rome, Archivio Caetani, 15710-15711, 21 nov. 1589.

6 ASV, Segr. Stato Francia, 36, fol. 338, 25 octobre 1593.

7 Arch. Caet., Misc. 55 bis, p. 253.

8 ASV, Segr. Stato Francia, fol. 345, Sega à Aldobrandini, 3 novembre 1593.

9 B. Haan, Correspondance du nonce en France Gasparo Silingardi, Rome, 2002 (Acta nuntiaturae gallicae, 17), aux p. 50-52.

10 ASV, Segr. Stato Francia 32, p. 110, lettre envoyée par Caetani à Sega le 23 janvier 1591, arrivée le 12 mars à Paris.

11 BAV, Ottob. lat. 3212, fol. 166.

12 Archivio Caetani, 172915, 4 avril 1590.

13 ASV, Segr. Stato Francia 36, p. 46v.

14 C.-O. Reure, La presse politique à Lyon pendant la Ligue, Lyon, 1898, p. 35.

15 A.-C. Tizon-Germe, Juridiction spirituelle... cit., p. 178-179.

16 Il n’est pas exceptionnel de trouver, au long des minutes notariales conservées dans les archives départementales, des actes qui mentionnent ces dangers. C’est ainsi qu’à l’été 1593, Jean de La Taille, petit gentilhomme protestant du Pithiverais, invoque « l’iniquité du temps au moyen des guerres civilles et consequemment sur le hazard et peril eminant des chemins, danger de mort ou d’emprisonnement ou rançon de sa personne » pour ne pas aller lui-même rendre l’hommage féodal pour l’une de ses terres. A.-C. Tizon-Germe, Jean de La Taille, dans Mémoires de l’Académie d’Orléans, VIe série, t. 10, 2000, à la p. 198.

17 A.-C. Tizon-Germe, Juridiction spirituelle... cit., p. 191-196.

18 En dehors de ceux de Landriano et Sega et du cardinal de Florence, sont parvenus jusqu’à nous les registres du cardinal de Boisy (1519-1520), du cardinal Orsini (1572-1573) et du cardinal Barberini (1625). Ces derniers ont été étudiés récemment : Cl. Pieyre, Un pouvoir et son exercice : les facultés du cardinal Francesco Barberini, légat a latere en France en 1625, dans Archivum historiae pontificiae, 43, 2005, p. 47-138.

19 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France... cit.

20 B. Barbiche, Les registres du cardinal Flavio Orsini légat a latere en France en 1572-1573, dans Archivum historiae pontificiae, 31, 1993, p. 265-273.

21 B. Barbiche, S. de Dainville-Barbiche, Un évêque italien de la Réforme catholique légat en France sous Henri IV : le cardinal de Florence (1596-1598), dans Revue d’histoire de l’Eglise de France, 75, 1989, p. 45-59.

22 Cf. Cl. Pieyre, Un pouvoir et son exercice... cit. p. 83, 89-90 et 94.

23 BAV, Ottob. lat. 2199, p. 183.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540