Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Première partie. Production et consommation de l’écrit

De la banque à la chambre ?

Naissance et mutations d’une culture comptable dans les provinces papales entre xiiie et xve siècle

Armand Jamme

Texte intégral

  • 1 Voir, après les nombreux travaux de G. Arias, É. Jordan et M. Chiaudano, parmi les plus recentes ap (...)
  • 2 On a anciennement insisté sur ces questions (voir les travaux de E. Re, A. Fliniaux, P. Fabre). Dan (...)

1La coïncidence chronologique de trois phénomènes historiques – essor des compagnies bancaires, développement de la cité et construction d’un territoire pontifical – conduit presque naturellement l’historien à porter ses regards sur leurs interactions éventuelles. Au cours du xiiie siècle, la compénétration des structures financières ecclésiastiques et bancaires ne cessa en effet de se développer. La diffusion du titre de « marchand » ou de « changeur de la Chambre » – qui dans ses formes reste encore quelque peu méconnue – en fait état1. Les faillites des sociétés d’affaires employées par la curie, fréquentes, retentissantes et coûteuses2, n’entraînèrent pas non plus de modification sensible de l’organisation des finances papales : en changeant de pourvoyeur à chaque crise, la monarchie démontra son attachement à un système économique qui lui procurait plus d’avantages que d’inconvénients. Leurs relations étaient vivifiées par des objectifs et des compétences complémentaires : du côté pontifical, une fiscalité ecclésiastique qui se développait sur un immense espace chrétien, conjuguée à l’absence d’une structure propre de transfert des fonds ; du côté des banques, la puissance et l’extension géographique d’un réseau d’affaires, que la gestion technique des finances de l’Église ne pouvait que leur permettre de consolider dans toute l’Europe.

  • 3 D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century, Londres, 1961.
  • 4 A. Bartoli Langeli, Notariato, documentazione e coscienza comunale, dans P. Toubert et A Paravicini (...)

2Durant ce même xiiie siècle, la papauté entreprenait la construction politico-diplomatique d’un territoire, voulu pour elle par Innocent III et divisé par lui en provinces gouvernées par des recteurs (Campagne et Maritime, Patrimoine de Saint-Pierre, Duché de Spolète, Marche d’Ancône, Comtat Venaissin, Comté de Romagne)3. Dans ces territoires dont les fonctionnalités furent diversement appréciées, le souverain pontife rencontra on le sait de nombreuses difficultés pour faire accepter son autorité. Les villes tout particulièrement voulaient préserver leur autonomie et pouvaient concrètement fonder leurs prétentions sur le rôle et l’expérience politique acquis au cours des luttes séculaires entre empire et papauté, sur la solidité d’institutions communales constamment adaptées à leurs besoins et sur une pratique éprouvée de l’écriture publique, qui dans les dernières décennies du xiiie siècle, se présentait comme une synthèse originale des savoirs notariaux, des expériences marchandes et des méthodes de production documentaire développées par les princes territoriaux4.

  • 5 Pour une synthèse commode de la politique papale voir D. Waley, Lo stato papale dal periodo feudale (...)
  • 6 Il suffit de renvoyer à d’anciens travaux comme ceux d’Y. Renouard pour s’en convaincre : Les relat (...)
  • 7 Les travaux, concernant encore essentiellement sur cette matière l’Italie du Nord et la Toscane, mo (...)

3Mesurer l’importance réciproque des impulsions centrales et des prégnances périphériques dans la constitution des outils scripturaires du gouvernement des provinces papales ne peut toutefois se borner à l’examen du xiiie siècle, qui peut légitimement être considéré comme une période décisive. Par la suite en effet, les relations entre la papauté et les compagnies d’affaires italiennes, loin d’être condamnées par l’installation de la curie sur les bords du Rhône, connurent un nouvel élan. Les programmes mis en œuvre par les papes dits d’Avignon – qu’il s’agisse des efforts de Jean XXII pour établir la suprématie papale en Lombardie, réprimer les dissidences et réorganiser l’administration des provinces, ou de la définition d’une nouvelle forme d’autorité publique pendant les pontificats d’Innocent VI et d’Urbain V5 – tous ces programmes, du fait même de la mobilisation des ressources financières qu’ils supposaient, contribuèrent à nourrir des relations anciennes entre monarchie papale et compagnies bancaires6. De leur côté on le sait, les villes, de régime populaire, comme Pérouse, ou de régime fréquemment seigneurial, comme Fermo, s’étaient lancées dans des politiques de conquêtes territoriales. Leurs institutions se développaient. Elles déployaient en conséquence leurs systèmes d’écriture, qui s’articulaient en des séries complexes et hiérarchisées. L’adoption de politiques de déficit public, nécessitant la consolidation périodique de la dette et la création de nouveaux services administratifs, y contribua fortement7.

  • 8 Et plus généralement la question de la circulation des modèles de gestion entre État et entreprise, (...)

4La question des interactions entre pratiques scripturaires de l’entreprise, de la cité et du pouvoir politique – qui se trouve actuellement au centre de nombreuses interrogations8 – ne peut s’appuyer dans ce cas précis sur un schéma traditionnel d’évolution qui distingue un xiiie siècle « italien », d’un xive siècle « avignonnais », auquel succèderait un xve siècle marqué par la reconstruction de la monarchie papale sur de nouvelles assises. Les modes d’écriture du pouvoir temporel se greffent sur des fils d’expérimentations plus ou moins continus qui ignorent souvent les césures historiographiques que représentent 1305 et 1378.

  • 9 Reprenant en cela des recommandations déjà formulées par Tommaso Zerbi (F. Mélis, Aspetti della vit (...)

5Cerner l’évolution d’une culture comptable dans les provinces papales implique de suivre les conseils prodigués en 1965 déjà par Federico Melis, à savoir dépasser la simple, mais pourtant indispensable analyse de chaque livre, registre et cahier conservés, pour considérer les systèmes de production, qui seuls permettent de situer chaque ouvrage dans une logique d’élaboration précise9. Pour mieux appréhender les facteurs, endogènes et exogènes, qui président à la confection des unités documentaires, il est nécessaire d’examiner en premier lieu les figures et les compétences des officiers qui dans chaque province eurent le devoir d’élaborer ces comptabilités. L’analyse de leurs profils met en relief des tendances longues, des variations, des ruptures dans le recrutement, qui rythment l’évolution des concepts administratifs, signalent les changements de l’idée que la curie se fait de l’exercice d’une telle fonction.

6Il faut ensuite examiner les comptes, en évitant de considérer que ceux qui sont parvenus jusqu’à nous doivent automatiquement être situés au sommet de la production scripturaire de chaque province. Le nombre de livres intermédiaires entrant dans d’éventuels mécanismes de confection d’un ouvrage synthétique, le nombre d’ouvrages personnels des officiers responsables, passés pour diverses raisons dans les fonds de la Chambre apostolique, est beaucoup plus important que ne l’ont considéré nombre d’historiens, qui se sont bien souvent fourvoyés en dissertant sur des budgets provinciaux à partir de documents qui n’en offrent qu’une vue très partielle.

  • 10 Outre les travaux de C. Bauer, M. Caravale, voir surtout A. Gardi, La fiscalità pontificia tra Medi (...)
  • 11 Il va de soi qu’on ne prétend pas ici apporter des réponses définitives, mais ouvrir des pistes, da (...)

7On n’évoquera pas ici les questions relatives à l’origine et à l’évolution de la fiscalité papale entre Moyen Âge et Renaissance, une question qui a déjà fait l’objet d’études remarquées10. Identifier l’évolution d’une culture comptable dans les provinces papales suppose de considérer avant tout le travail accompli sous la direction de ces trésoriers, de mesurer leurs méthodes, de voir si elles tendent ou non à élever les qualités du compte, à favoriser l’éclosion d’ouvrages obéissant à des normes précises – éventuellement de belle facture – de saisir à quelles fins ils furent confectionnés. On désigne donc ici par culture comptable un ensemble d’activités intellectuelles, à la fois mathématiques et littéraires, et de réalisations techniques qui visent ou ne visent pas à perfectionner des modes d’expression et de classement des données, afin d’éclairer le pouvoir sur lui-même, d’enrichir son analyse de ses propres compétences, de progresser dans la connaissance de soi. Construire le compte, ne consiste pas uniquement à restituer, à transcrire des mouvements financiers, c’est aussi, à travers l’analyse d’une situation donnée, d’un programme politique en cours de réalisation, délivrer un message, avancer une interprétation, faire triompher un point de vue, laudatif ou critique11.

Trésoriers et trésoreries

  • 12 Comme le faisait remarquer D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century, Londres, 1961, p. 2 (...)

8L’apparition dans les provinces, à partir de 1272, de trésoriers nommés par le pape peut paraître singulièrement tardive, dès lors que l’on considère les dates de création ou d’annexion de ces mêmes provinces par la papauté, plus de soixante-dix ans auparavant. En réalité, avant les années 1260, les terres de l’Église se trouvèrent très souvent sous le contrôle total ou partiel des Hohenstaufen et de leurs affidés et il était peut-être plus judicieux pour le pape de concentrer les moyens de l’autorité politique dans les mains d’un unique représentant. De fait, ce n’est qu’après l’élimination des Souabes que la papauté commença à développer les institutions de gouvernement provincial12.

  • 13 Voir, par exemple, pour la Campagne romaine, longtemps considérée comme une des dernières provinces (...)
  • 14 Sur la définition de ses prérogatives, G. Ermini, I rettori provinciali dello Stato della Chiesa da (...)
  • 15 Camérier ou trésorier les deux termes cœxistent ; voir la liste établie par F. Pirani, L’evoluzione (...)
  • 16 Si l’on en croit les actes de chancellerie, Rufino fut nommé un mois avant Foulque, soit respective (...)

9Même si la date précise d’installation des premiers trésoriers apostoliques dans les provinces n’est que rarement perceptible, on considère généralement que cet office se répandit au cours de la décennie qui suivit13, non sans quelques difficultés. L’expérience tentée par Grégoire X dans la Marche d’Ancône reposait en effet sur une redéfinition des prérogatives du recteur. Celui-ci ne serait plus désormais cet alter ego du pape, tel que l’avait défini Innocent III14, qui disposait de ce fait de pouvoirs étendus, gérait selon ses volontés les recettes provinciales, dont il confiait l’enregistrement – le terme est éloquent – à son « camérier »15. L’introduction d’un trésorier du pape faisait de lui un officier parmi d’autres, puisque par le biais des finances, le souverain pourrait contrôler plus étroitement son gouvernement. Il est tout à fait significatif que le premier trésorier de province aujourd’hui connu, Rufino di Stradiliano, « familier » de Grégoire X, ait été nommé lorsque le pape décida de confier le gouvernement de la Marche d’Ancône à un laïc étranger, le seigneur provençal Foulque de Puyricard16.

  • 17 A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine, dans Collezione di documenti storici antichi ed inediti e (...)
  • 18 A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine… cit., n° CLXXXXVII.
  • 19 ASV, Armadio XXXIII, n° 33a, fol. 51.
  • 20 AS Fabriano, Pergamene, Busta V n° 219, 20 décembre 1289.
  • 21 Ce phénomène est tout particulièrement net dans le Patrimoine de Saint-Pierre (voir Annexe, Patrimo (...)
  • 22 Voir Annexe, Marche, n° 1-21, Duché n° 1-12, Romagne, n° 1-16, Patrimoine n° 1-12, Venaissin n° 1-3 (...)
  • 23 Voir infra note 42.
  • 24 Annexe Romagne n° 19-20, et pour un autre cas, Marche n° 18-19.

10L’extrême variabilité des titres portés par ces premiers responsables pontificaux des finances provinciales révèle la fragilité de leur statut. Certains étaient dits nuncius ou thesaurarius domini pape17, d’autres thesaurarius curie romane18, d’autres thesaurarius pro camera domini pape19, d’autres encore thesaurarius pro Sancta Romana Ecclesia deputatus20. Bref, les pouvoirs de cet officier ne dérivaient pas nécessairement d’une nomination effectuée par le pape. En outre, comme le révèlent les listes figurant en annexe, subsistait une distinction nette entre les provinces latiales anciennement sous influence de la papauté, la Campagne et le Patrimoine, où les pouvoirs du recteur demeurèrent presque inaltérés21 et les provinces d’acquisition récente, Duché, Marche, puis Romagne, plus éloignées des lieux traditionnels de résidence de la curie, et pour cette raison peut-être davantage contrôlées par les institutions centrales. Enfin, les papes trouvèrent parfois avantage à restituer à certains recteurs l’intégralité des pouvoirs dont disposaient leurs prédécesseurs, notamment pendant les règnes de Célestin V, de Boniface VIII et de Clément V. Ce fut alors un membre de l’entourage du recteur qui tint les comptes22. L’alternance entre ces deux systèmes administratifs (trésorier désigné en curie / trésorier-camérier choisi par le recteur) jusque vers 1320, démontre que l’office de trésorier restait soumis à la définition des prérogatives rectorales, elles-mêmes soumises à l’intensité du népotisme. C’est tout particulièrement pour favoriser leurs parents et neveux que Boniface VIII et Clément V leur accordèrent de telles facultés23. Le pouvoir pontifical joue en effet de l’office avec une ductilité beaucoup plus forte qu’un monarque laïc ne le fait à la même époque dans ses états. Encore sous Jean XXII, la carrière d’un Guillaume Truelle, imposé comme associé au trésorier de Romagne François de Pailherols par le cardinal Bertrand du Pouget, puis évinçant le trésorier nommé par le pape sur ordre du même légat, pour être finalement considéré comme trésorier provincial par le pape lui-même, révèle toutes les subtilités de forme se développant autour du pouvoir de gérer, en l’occurrence une trésorerie24.

  • 25 Voir respectivement Marche n° 6 et 8, Duché n° 3 et Marche n° 14.

11Les listes figurant en annexe permettent toutefois de cerner assez clairement l’évolution des conceptions qui présidèrent au recrutement des trésoriers affectés dans les provinces papales non latiales. De 1272 à 1306-1309, l’écrasante majorité des responsables ne fait état dans les pièces comptables et actes divers conservés que du titre de nuncius et/ou de trésorier. Tous ou presque se proclament originaires de Florence, de Sienne, de Pistoia ou de Lucques, se déclarent, soit associé, soit appartenant à une compagnie employée par la Chambre apostolique. Parmi les nombreux titulaires que de patientes recherches permettent d’identifier, on repère aisément quelques membres influents et connus des cercles politico-économiques qui dirigeaient les principales villes toscanes, tels les Florentins Filippo di Ugone Spini, Maynetto di Rinaldo Pulci, ou le Lucquois Orlandino Paganelli25. Mais pour la plupart ils restent peu connus. Ils ne sont que les facteurs des compagnies qui ont passé contrat avec la Chambre.

  • 26 Voir infra p. 166-187.
  • 27 À commencer par Orlandino Paganelli, un contre-exemple demeurant en charge de 1289 à 1294.
  • 28 Pour un exemple de regroupement, A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, 3 vol. (...)
  • 29 Les Spini de 1280 à 1285, les Bonsignori de 1286 à 1288, les Ricciardi de 1289 à 1294 (Marche n° 4- (...)
  • 30 La mutation de Uberto Simonicci (Duché n° 4, Marche n° 15), avait été identifiée par D. Waley (The (...)
  • 31 Voir Marche n° 10, 14.
  • 32 Voir Marche n° 18, Romagne n° 6 et 8, Venaissin n° 2.
  • 33 Derrière ce terme, pourrait se cacher un authentique associé en affaires. Mais dans la Marche, en R (...)

12La liste des trésoriers de la Marche d’Ancône – la province la mieux connue depuis les travaux de D. Waley26 – fait en outre apparaître un renouvellement très fréquent des responsables : pas moins de 16 titulaires entre 1272 et 1296, soit un mandat moyen ne dépassant pas un an et demi, même si certains responsables demeurent en charge beaucoup plus longtemps27. Dans un tel système, la nomination d’un trésorier par le pape n’était qu’un épiphénomène. Beaucoup plus décisif était le contrat qui attribuait la gestion pour un temps déterminé, dans une province ou un groupe de provinces28, à tel ou tel consortium bancaire. Les compagnies qui avaient remporté le marché gouvernaient l’office bien plus que l’homme qui en revêtait temporairement les attributions – ce qui explique en partie l’imprécision de leurs titres. Elles renouvelaient leurs représentants au gré de leurs besoins, comme le démontre la succession des trésoriers dans la Marche d’Ancône, qui dépendit des Spini, des Bonsignori, puis des Ricciardi, ou en Romagne, aux mains des Chiarenti, puis des Mozzi29. Elles les dirigeaient éventuellement d’une affectation provinciale à une autre30. Dès le milieu des années quatre-vingt, ces facteurs se faisaient fréquemment seconder ou remplacer par un vice gerens31, un vice thesaurarius32, ou s’adjoignaient un associé (socius thesaurarii)33, important ainsi dans l’exercice d’une charge publique, des modèles d’organisation du travail qui étaient ceux de l’entreprise. Ces sociétés, qui assuraient elles-mêmes la formation des plus jeunes, disposaient à terme d’un personnel expérimenté et polyvalent, apte à remplir les prérogatives de titulaires absentéistes. De sorte que la mainmise des compagnies bancaires toscanes sur les offices de trésorier provincial dans le dernier tiers du xiiie siècle ne dérive pas uniquement de la position hégémonique qu’elles occupaient alors sur le marché financier italien. Elle repose également sur les compétences techniques que leurs membres avaient acquises à la faveur de contrats périodiquement renouvelés par la papauté.

  • 34 On pourrait considérer qu’il exerça cette charge bien avant novembre 1290 (voir Duché n° 3).
  • 35 Archivio Storico Comunale de Todi, Pergamene, Armadio I, Casella II, n° 59, 65, 73, 107, 111.
  • 36 B. Arnold, Die Erwerbung des Kastells Sismano durch Kardinal Benedikt Caetani (Bonifaz VIII.) im Ja (...)
  • 37 Archivio Storico Communale de Cascia, Pergamene n° 11.

13Les fréquentes recompositions de capital de ces sociétés autant que les lacunes de la documentation, ne permettent pas de saisir toute la subtilité des jeux et des enjeux diplomatiques et financiers qui se nouaient autour de la détention de tels offices. On peut néanmoins tenir pour assuré que les facteurs envoyés dans les provinces avec l’aval de la papauté y exerçaient de fait une double fonction : ils représentaient un réseau d’affaires et étaient officiers du pape, combinant ainsi l’exercice d’une charge publique et d’une activité privée. Suivons les opérations dans lesquelles s’investit Maynetto di Rinaldo Pulci, trésorier du Duché de Spolète de novembre 1290 à décembre 129134. De nombreux actes le montrent, soit parmi les principaux négociateurs et prêteurs, soit comme simple intervenant, dans des montages financiers qui visent à couvrir divers emprunts effectués par des communes ombriennes. « Marchand suivant la cour romaine », installé successivement à Rieti, à Rome, à Orvieto, il est de ceux auprès de qui la commune de Todi emprunte à diverses reprises entre 1289 et 1292, 2.000, 4.000, puis 20.000 florins35. C’est lui que l’on voit vendre avant mars 1289 le château de Sismano, au diocèse de Todi, au cardinal Benedetto Caetani, futur Boniface VIII36. C’est encore lui qui se trouve au centre d’un prêt de 2.000 florins accordés à la commune de Cascia, créance qu’il revend à un marchand romain, Pandolfuccio di Pietropane, aujourd’hui connue grâce à la confirmation que celui-ci en obtenait des sénateurs de Rome en juillet 130237. Bref, la détention de la charge de trésorier du Duché offrait à Maynetto Pulci l’opportunité de contrôler l’évolution de ses créances, de faire fructifier ses investissements fonciers, voire de conclure de nouvelles affaires.

  • 38 ASMacerata, Montelupone, Pergamene n° 2 et 3. Sur d’autres affaires d’Orlandino voir F. Pirani, L’e (...)

14Pour les compagnies, le profit ne relevait pas tant de la gestion des comptes provinciaux, comme le croient trop souvent les historiens de la papauté, que de l’ensemble des activités péri-administratives rendues possibles, voire même suscitées par l’exercice d’une telle charge. Le 12 mai 1294 à Montolmo où résidait la cour du recteur de la Marche, Orlandino Paganelli, trésorier de la province pour le pape, délivrait quittance au syndic de Montelupone pour 500 florins, au paiement desquels la commune avait été condamnée. Le 17 septembre suivant, toujours à Montolmo, mais se déclarant cette fois agent de la société des Ricciardi, il délivrait quittance au syndic de la même commune pour 100 livres de Ravenne, que ce dernier avait reçu de lui « en dépôt », le 23 août précédent38. Les pseudométamorphoses d’Orlandino Paganelli cachent mal l’interconnexion de ses multiples activités financières et comptables.

15Ces quelques documents exposent avec netteté les motifs pour lesquels les compagnies d’affaires toscanes s’entendirent parfois entre elles, pour remporter l’exercice d’une charge de trésorier provincial. Celle-ci conférait aux groupements qui en étaient bénéficiaires une position centrale sur le marché local du crédit, non pas tant sur le petit crédit aux particuliers, que sur les gros contrats en relation avec l’exercice d’une fiscalité d’État et la réalisation d’ambitieuses politiques communales, bref sur des transactions financières d’importance, susceptibles non seulement de rapporter de confortables intérêts, mais aussi de maintenir la situation de monopole que ces compagnies avaient acquise sur les marchés financiers en Italie centrale : la détention d’un office attribué par le pape légitimait inévitablement dans les consciences l’activité commerciale et bancaire exercée localement par les facteurs.

  • 39 Cette rétribution s’était élevée d’abord à deux sous par jour dans la Marche d’Ancône en 1280 (Intr (...)

16Nul doute que la prise en considération de leurs bénéfices potentiels justifia le maintien par la papauté d’une rémunération faible des trésoriers, qui s’établissait encore sous Benoît XI entre le 60e et le 100e, selon les provinces, des gages versés à un recteur39. Les profits de leur activité privée étaient tels que la rémunération de leur activité publique pouvait supporter d’être modique. Au demeurant l’avidité et le manque de scrupules de certains de ces représentants de sociétés toscanes laissent peu de doutes sur leurs capacités à subvenir à leur propre existence. D’un trésorier du Venaissin, Boccace livre un portrait sans nuance :

  • 40 Boccace, Décameron, trad. sous la dir. C. Bec, Paris, 1994, p. 58-59.

Petit et toujours tiré à quatre épingles… il était fort honteux quand un de ses actes n’était pas tenu pour un faux… On ne le voyait jamais à l’église et il bafouait avec d’abominables paroles les sacrements… Il aurait rapiné et volé avec la conscience aussi tranquille que celle d’un saint faisant la charité…40

17Point n’était besoin de pourvoir aux revenus de tels énergumènes…

  • 41 Dans la Marche d’Ancône, ce fut Vital Brost nommé le 10 mars 1306 (Marche n° 21) ; dans la Campagne (...)
  • 42 Le gouvernement de la Romagne fut attribuée au roi de Naples le 19 août 1310 (A. Theiner, Codex dip (...)
  • 43 Voir Marche n° 21, Romagne n° 12-14.
  • 44 Romagne n° 16-17. De la même manière, dans la Marche, le Florentin Matteo Minutoli, trésorier du re (...)
  • 45 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies… cit., p. 413-4.

18En 1306, on le sait, Clément V dénonça les marchés concédés aux compagnies toscanes. Il confia les offices de trésorier à des clercs, bordelais pour la plupart, curés ou chanoines, auxquels il attribua, probablement pour élever leur position, les fonctions parallèles de recteur au spirituel41. Cette révolution du recrutement des trésoriers, non exempte de toute préoccupation morale, fut rapidement compromise dans son application, d’abord parce que Clément V en revint très tôt aux solutions mises en œuvre par Boniface VIII : pour gouverner les provinces il fit en effet appel à des membres de sa famille et à de grands princes, auxquels il concéda la gestion des finances locales42 ; ensuite, parce que le renforcement des pouvoirs des recteurs, exercés concrètement par leurs vicaires, finît par occulter la réforme ébauchée en début de pontificat. Pour remplir les missions qui leur avaient été attribuées, les recteurs furent en effet contraints d’ouvrir un compte auprès d’une des banques toscanes, ce qui se traduisit par l’engagement comme trésorier du recteur d’un facteur d’une des compagnies florentines, tels Matteo Minutoli, trésorier de Raymond Athon d’Aspet, recteur de la Marche en 1311-1313, ou Bartolomeo Manetti, Brunino del Biancho et Meo Carducci, facteurs des Acciaioli successivement trésoriers du roi de Naples en Romagne43. Ce retour en force des compagnies à la fin du pontificat de Clément V atteste le rôle clé qu’elles avaient acquis dans le gouvernement du temporel. Certains de leurs agents survécurent même au spoil-system consécutif à toute élection papale : Vanni Battezoni fut ainsi trésorier de Jean de Gravina, frère de Robert d’Anjou, avant d’occuper la même fonction auprès d’Aymeric de Châtelus, désigné recteur de Romagne par Jean XXII44. Dans une lettre qu’il adressait au camérier du pape en 1320, Aymeric de Châtelus présentait ce facteur des Acciaioli et son socius, comme de précieux auxiliaires de gouvernement. Prônant leur maintien à la tête de la trésorerie, il faisait notamment valoir leur connaissance de la région et la puissance financière du réseau auquel ils appartenaient, un atout décisif à ses yeux en cas de difficulté45.

  • 46 Voir sur cet important personnage Duché n° 13.

19La décision prise par Clément V n’aurait donc pu être qu’une bravade. Elle fut pourtant fondamentale. Les listes d’officiers dévoilent qu’à partir du pontificat de Jean XXII et ce, jusqu’en 1341 dans la Marche, jusqu’en 1350 dans le Patrimoine, jusqu’en 1366 dans le Duché, jusqu’à la fin du siècle en Romagne – non sans discontinuité dans ces trois dernières provinces – les trésoriers en titre furent des clercs, souvent issus de la région d’origine du pontife régnant et peu pourvus de bénéfices au début de leur mandat. Avec Jean XXII apparaît donc plus nettement qu’avec Clément V la volonté d’harmoniser le recrutement des trésoriers de province et de supprimer la distinction structurale entre provinces latiales et provinces périphériques. La nomination, le 18 décembre 1317, de Jean de Amelio, frère du trésorier du pape Adhémar, comme trésorier du Duché de Spolète, la province-charnière de l’État pontifical, résume la tension nouvelle que Jean XXII voulut instaurer sur le plan administratif entre la curie excentrée et des provinces traitées sur un pied d’égalité46.

  • 47 C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché de Spolète (1305-1352), Florence (...)
  • 48 Par rapport au taux en vigueur sous Benoît XI (voir supra note 39) ; on constate le phénomène aussi (...)
  • 49 À terme, il ne géra plus que les comptes de la familia du recteur (voir Marche n° 28 et Codice Dipl (...)
  • 50 Voir par exemple celle expérimentée par Pierre d’Artitz pour gérer les châtellenies du Patrimoine ((...)

20Ces clercs, parfois fort jeunes, étaient certes plus malléables aux yeux d’un tel pape, que les agents désignés par les compagnies d’affaires. Mais la réforme du recrutement, fondée sur l’intégration de l’office par l’appareil d’État pontifical, fut aussi étayée pour être durable sur une révision profonde du statut de l’officier. C’est ainsi que Jean XXII le voulut plus autonome par rapport au recteur, exigeant notamment que ce dernier collaborât activement à l’établissement des comptes47. Il développa les prérogatives des trésoriers, doubla leurs appointements48. Les réformes de Jean XXII précipitèrent l’effondrement de la position du camérier du recteur, qui finit par disparaître comme solution alternative de gestion des finances provinciales49. Représentant du pape et de l’Église dans la province, le trésorier devait être désormais le gestionnaire zélé de leurs biens et droits, recevait à cet effet quelque autorité sur les officiers subalternes et tout pouvoir pour mettre en place une politique économique originale50.

  • 51 C’est ainsi qu’il fit Jean de Meille, chanoine de Lichfield (Duché n° 13), Hugues Bovis, chanoine d (...)

21L’étatisation d’un office, demeuré jusque-là un peu en marge des institutions papales, aurait pu avoir pour conséquence première un repli de la fonction sur des logiques administratives purement locales. Le titulaire n’était plus un puissant prêteur d’argent ; il n’était plus une des clefs des réseaux de finance. Pour élever leur position, Jean XXII leur attribua un supplément de ressources et d’honneur, sous la forme de canonicats, significativement concédés au moment de leur prise de fonction51. En outre, réalisant au passage une économie d’hommes et de moyens, il leur conféra la gestion de la fiscalité pesant sur les clercs, décime, vacants et dépouilles, pour l’essentiel.

  • 52 Voir Romagne n° 17.
  • 53 J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autr (...)

22Certains se virent confier des compétences dépassant le cadre géographique de leur affectation administrative, tel Géraud d’Anglars, trésorier de Romagne, qui intervint jusque dans les provinces ecclésiastiques de Lombardie, d’Aquilée et de Grado52. Mais le rayonnement des trésoriers de Jean XXII semble s’être limité pour la plupart à la province dans laquelle ils se trouvaient affectés53.

  • 54 Voir Duché n° 18 et Patrimoine n° 24.

23Le pape tirait ainsi profit des velléités alternatives de Clément V. La nomination d’individus ayant auparavant exercé des fonctions de collecteur en Savoie-Bourgogne, en Aragon, à Pise et en Sardaigne – auxquels le pape enjoignait finalement de poursuivre leurs activités en Italie, y ajoutant la gestion de la fiscalité territoriale – révèle un programme visant à mieux intégrer les trésoreries provinciales dans une administration des finances papales alors en plein développement. Sa politique, en rapprochant fiscalité temporelle et fiscalité ecclésiastique, renforçait la présence de la Chambre apostolique dans les provinces. Elle fut poursuivie dans les décennies qui suivirent. Sous Clément VI, Bérenger Blasin, trésorier du Duché, puis du Patrimoine, est en effet présenté dans la correspondance pontificale comme un des piliers de la fiscalité ecclésiastique en Italie centrale54.

  • 55 Voir Campagne n° 5 et Romagne n° 20.
  • 56 Ce fut le cas pour Aymeric de Cregols, trésorier de la Marche (n° 22) et Matfred de Monteils, affec (...)
  • 57 Voir Duché n° 14, 15, 21 ; Romagne n° 28. Dans le Venaissin, les carrières sont généralement beauco (...)

24Marque d’un indubitable succès du nouveau régime administratif, la durée moyenne des mandats de ces trésoriers s’allongea considérablement. Elle avait été de 1,5 an dans la Marche entre 1272 et 1296, elle fut entre 1320 et 1360 de six ans, pour les six provinces considérées ici – le Venaissin accentuant il est vrai ce résultat. Le pape éprouva pourtant quelques difficultés pour trouver les personnes idoines qui acceptaient d’exercer des fonctions à hauts risques : si l’on considère l’enlèvement dont fut victime Pons Auger, trésorier de Campagne, et les tourments que lui infligèrent ses ravisseurs, si l’on considère la capture de Guillaume Truelle, trésorier de Romagne, par le seigneur rebelle Francesco Ordelaffi55, on conçoit que ces officiers aient parfois sollicité avec insistance leur rappel d’Italie, en invoquant des problèmes de santé56. Il y avait des raisons tangibles à la tiédeur de leur motivation ! Néanmoins, les durées d’exercice des charges contrastent fortement avec celles de la période précédente. Les très longs mandats ne sont pas rares : quelque 11 années pour Jean Rigal, trésorier du Duché de Spolète, 9 années pour ses prédécesseur et successeur, Pierre de La Maynade et Pierre Costuti, ou pour Géraud de Portal, trésorier de Romagne57, indices nets d’une stabilisation rapide du régime administratif des provinces.

  • 58 Voir Duché n° 13, Marche n° 24, Patrimoine n° 16.
  • 59 Voir Romagne n° 17, 22, 25, 28, 32.
  • 60 Respectivement Giovanni di Mucio da Cortona, évêque de Teano (Campagne n° 13), et Bérenger Blasin, (...)
  • 61 Notamment si l’on considère les activités ultérieures d’Étienne Bénier (Romagne n° 22).
  • 62 Voir Romagne n° 18, Duché n° 13 et 15.
  • 63 On a relevé, dans cette évolution, le comportement singulier du Venaissin, proche de la curie et so (...)

25Pour des clercs d’origine modeste, les trésoreries italiennes devinrent en quelques années un moyen de faire carrière. La plupart des trésoriers furent sans doute remerciés en cours et en fin de mandat par la collation d’un nombre variable de canonicats. Mais le nombre de ceux qui jouirent d’évolutions de carrière remarquables est loin d’être négligeable. Trois d’entre eux devinrent recteurs : Jean de Amelio, recteur du Duché de Spolète de 1323 à 1332 ; Foulque de Lapopie, vice-recteur, puis recteur de la Marche de 1327 à 1332 ; Pierre d’Artitz, vice-recteur, puis recteur du Patrimoine de Saint-Pierre de 1329 à 133358. Sept furent promus à l’épiscopat. En Romagne, tout particulièrement les trésoriers accédèrent presque couramment à cette dignité : Géraud d’Anglars, devint en effet évêque de Césène, Étienne Bénier, de Faenza, Aymeric de Lavillate, de Forli’, Géraud de Portal, de Rimini, Artaud de Meylan, de Forli’ ; bref entre 1321 et 1373, près de la moitié des trésoriers (5 sur 11) accédèrent à un épiscopat en Romagne59, un phénomène qui ne se vérifie pas dans les autres provinces – on ne découvre que deux autres cas, l’un pour la Campagne romaine et l’autre pour le Patrimoine de Saint-Pierre60 – de sorte qu’on peut considérer que ces trésoriers furent promus à ces sièges épiscopaux pour y poursuivre leur action d’encadrement de populations réputées difficiles61 et accroître ainsi le contrôle exercé par la curie avignonnaise sur une des régions les plus développées du territoire pontifical, au demeurant la plus proche du centre du pouvoir. Enfin, troisième forme possible d’épanouissement, l’accès à une charge curiale : Bernard de Peret devint clerc de la Chambre, comme Jean de Amelio, et Jean Rigal, auditeur du sacré palais62. Ces évolutions de carrière apparaissent davantage tournées vers des charges directement en relation avec la société, nécessitant connaissances juridiques et expériences de la négociation, du contact, indispensables pour assurer des missions de décision ou de gouvernement des âmes et des corps. Elles révèlent néanmoins le rôle déterminant joué à l’intérieur des structures du pouvoir papal par l’exercice d’une charge de trésorier provincial en Italie63. L’office avait été intégré dans le système de gestion des bénéfices et des charges papales impulsé par la curie : il avait ainsi été absorbé par l’institution ecclésiale.

  • 64 Voir Marche n° 10, 23 ; Duché n° 10.
  • 65 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III cit., p. 111.
  • 66 Tels Johannes de Bubianne, notaire placentin de Rufino di Stradiliano, noble de Plaisance (Marche n (...)

26Durant cette période qui voyait triompher les clercs d’Outremont, s’affirmait toutefois en contrepoint le rôle des professionnels de l’écriture. Dès le xiiie siècle, l’importance des attributions du notaire du trésorier est révélée autant par les sources, qui lui accordent parfois la fonction de vice gerens64, que par le niveau des gages qui lui étaient affectés, équivalents sous Nicolas III à ceux du trésorier en titre65. Il jouait en effet un rôle clef dans le déroulement des activités d’encaissement, de classement, de compte et de rédaction ; et la communauté d’origine qu’il partageait souvent avec son supérieur confirme qu’il était son plus proche collaborateur66. Néanmoins il n’était pas le seul à intervenir dans la gestion des finances locales.

  • 67 Trente ans plus tard, les constitutions albornoziennes confirmaient cette répartition des compétenc (...)
  • 68 Voir pour le Duché de Spolète sous Clément V, ASFabriano, Pergamene n° 459, Busta VII/n° 354, 14 ju (...)
  • 69 Maestro Tommaso di Penne San Giovanni, Giovanni da Offida et Contucio Mattei de Macerata (ASV, Intr (...)

27Dans chaque province existait en effet une Chambre, qui était en quelque sorte une reproduction de l’institution centrale dirigée par camérier et trésorier apostoliques. Comme elle, elles étaient en charge de la gestion des biens de l’Église et du gouvernement de ses finances. Le camérier relevait du recteur, comme le camérier apostolique relevait du pape, tandis que le trésorier dépendait des volontés de la curie. Cette articulation assurait aux recteurs plus qu’un droit de regard dans la gestion des finances. Elle explique qu’ils apparaissent dans les sources du dernier tiers du xiiie siècle plus fréquemment que les trésoriers lors de la reddition des comptes devant le camérier du pape. Les réformes de Jean XXII ne modifièrent pas l’organisation des Chambres provinciales67. Mais en augmentant les pouvoirs du trésorier, elles amenèrent nécessairement les notaires de chacune de ces institutions à travailler plus étroitement avec lui68. En 1324, ils étaient ainsi trois autour d’Hugue Bovis, à défendre les comptes de la Marche d’Ancône devant l’émissaire du pape spécialement dépêché pour les examiner, Bertrand Carit69.

  • 70 Andrea Vannis domini Massei de Spello, notaire de la Chambre du Duché (ASV, Intr. et Ex. 91, fol. 7 (...)
  • 71 Maestro Alessandro magistri Alexandri de Montefiascone, ser Pietro Cecchi de Castroplebis, publicci (...)
  • 72 Outre Contucio Mattei de Macerata, Tommaso di Gentile di Penne San Giovanni, Lotto Jacobi di Monte (...)
  • 73 Francesco di Ugolino Maglorii de Faenza et Gino Amighetti d’Imola (Ro-magne n° 21, 24).
  • 74 Bartolomeo de Manasseis, de Prato, et Pietro Palesini di Montichiello ; Pietro di Gattola était lui (...)
  • 75 Tels Déodat Laurent d’Antugnac (Duché n° 19), Durand de Serres, clerc du diocèse de Rodez, reçu not (...)
  • 76 Moins aisée est en revanche l’identification de leurs statuts respectifs (notaires titulaires et no (...)

28Ces notaires qui perçaient alors sous les clercs étaient pour la plupart originaires des villes de l’État, petites et moyennes, principalement de celles qui accueillaient la cour rectorale ou se situaient dans son voisinage : Bevagna, Bettona, Spello dans le Duché de Spolète70, Montefiascone, Viterbe, Radicofano dans le Patrimoine71, Macerata, Penne San Giovanni, Monte Santa Maria in Cassiano dans la Marche d’Ancône72, Imola et Faenza en Romagne73. On rencontre certes des Toscans, un Napolitain74, quelques individus venant d’audelà des Alpes, ces derniers clercs pour la plupart75. Mais, dans chaque cour provinciale, l’importance du recrutement local des notaires est hors de doute76.

  • 77 Certains papes s’en remettant d’ailleurs directement au recteur pour désigner le responsable (voir (...)
  • 78 Lui-même originaire d’Orvieto (A. Vasina, I Romagnoli fra autonomie cittadine e accentramento papal (...)
  • 79 Voir Romagne n° 23.
  • 80 Voir Marche n° 28-29.
  • 81 Ibid. et Patrimoine n° 23. Le légat et vicaire général Bertrand de Déaux revint sur cette démultipl (...)

29Lorsque la papauté ne se trouva pas en mesure de découvrir dans ses propres réseaux le clerc d’Outremont susceptible de servir de trésorier en Italie – un phénomène nettement perceptible à la fin du pontificat de Benoît XII et sous Clément VI77 – ce fut un des fidèles notaires employés par la cour provinciale qui fut chargé par le recteur de la gestion du service. C’est ainsi qu’en Romagne, se dégagea la personnalité de Teo di Nucio Matheii de Selvaticis d’Orvieto, probablement entré au service de la cour provinciale vers 1318 pendant le mandat exercé au nom du roi de Naples par Bonifacio di Zaccaria dei Ranieri78. Teo traversa toute l’histoire de la cour provinciale – y compris les périodes les plus sombres, lorsque Guillaume Truelle fut détenu dans les geôles de Francesco Ordelaffi – avant d’assurer la direction effective de la trésorerie de 1344 à 134879. Dans la Marche d’Ancône, la carrière d’un Contucio Mattei de Macerata obéit au même schéma d’évolution : employé comme notaire peut-être avant 1323, il exerça longtemps à la cour provinciale avant d’assumer des fonctions de direction de 1342 à 134780. Dans cette province, comme dans le Patrimoine d’ailleurs, les recteurs préférèrent fractionner les prérogatives des responsables des comptes, distribuées entre deux, voire même entre trois individus81, preuve que les prérogatives des trésoriers de province leur inspiraient quelques craintes.

  • 82 Il ne faut pas sous-estimer les compétences notariales, fondées sur des qualifications souvent tues (...)
  • 83 Pas moins de trois bulles de nomination à ces offices, assurément demeurées sans effet, furent enre (...)
  • 84 Voir Romagne n° 31.
  • 85 Voir Marche n° 30-32, Patrimoine n° 25, Romagne n° 30, Duché n° 24.
  • 86 Seul Tavernini semble s’être outrageusement enrichi (P. Egidi, Le croniche di Viterbo scritte da fr (...)

30Longtemps sous-jacente82, l’influence de ces notaires finît par apparaître au grand jour. Entre 1340 et 1374 – sans que toutes les provinces se trouvent simultanément touchées par ce phénomène ; les plus proches du centre de l’autorité, Venaissin et Romagne, l’ignorent – les offices de trésorier furent concédés à de simples notaires. Les difficultés rencontrées pour trouver des clercs d’Outremont volontaires expliquent à n’en pas douter cette évolution83. Ne voit-on pas Urbain V recourir en 1367 à un hospitalier de la région de Lodève pour assurer le fonctionnement de la trésorerie de Romagne84 ? Après quelques hésitations bien apparentes, la papauté se rallia néanmoins à cette modification radicale du recrutement de ses officiers. La durée des mandats des notaires-trésoriers qu’elle affecta en Italie le démontre. Pietro di Gattola conserva ses fonctions pendant plus de 30 ans dans la Marche, Angelo Tavernini durant 27 ans dans le Patrimoine, Pierre Rostaing exerça une douzaine d’années en Romagne, puis dans le Duché85. Les voies de la rétribution de ces officiers changèrent ; car ces notaires, clercs à l’origine, adoptèrent rapidement l’état laïc. Pour eux, la réussite sociale se joua autour d’une cérémonie d’adoubement, à travers la concession de privilèges, de domaines à la campagne où ils édifièrent de plus ou moins somptueuses résidences86, étalant leur fortune mais suscitant les jalousies, de châteaux aussi, devenus indispensables à leur sécurité, bref d’une série de faveurs que venait en outre compléter l’octroi d’offices à leurs proches parents.

  • 87 J. Glénisson, Les origines de la révolte de l’État pontifical en 1375. Les subsides extraordinaires (...)
  • 88 L. Fumi, Inventario e Spoglio dei registri della tesoreria apostolica di Perugia e Umbria dal R. Ar (...)
  • 89 Voir Marche n° 33 et Patrimoine n° 26 ; on n’a pu cerner le début du mandat de Pietro de Masseis d’ (...)

31Le mouvement de révoltes anti-fiscales qui éclata dans les cités, entre 1375 et 137787, contraignit la papauté à réviser à nouveau le recrutement des cadres financiers affectés dans les provinces. L’ampleur des responsabilités des trésoriers – que la conquête albornozienne avait encore développées88 – faisait désormais de la charge un office de gouvernement. En conséquence, Grégoire XI fit appel à des juristes, ayant préalablement exercé diverses responsabilités dans les villes de l’État, tels Bartolino de Rustigiis de Brescia, ancien podestat de Montefeltro, ou Andrea Capocci de Viterbe, ex-podestat et ex-auditeur du vicaire général Géraud du Puy, qui accédèrent à ces fonctions dans la Marche d’Ancône et le Patrimoine de SaintPierre89. Le recrutement s’orientait apparemment vers un exercice beaucoup plus politique de la charge de trésorier de province. On ne perçoit toutefois que les prémices d’une telle inflexion.

  • 90 Voir Patrimoine n° 27, Marche n° 34, Romagne n° 34.

32Les désordres publics consécutifs à la division de la papauté et l’absence d’une politique cohérente durant le pontificat d’Urbain VI trouvèrent en effet leur traduction dans le recrutement des trésoriers : laïc noble, dans le Patrimoine, chanoine, dans la Marche, abbé, en Romagne90, les quelques trésoreries, que les rares sources conservées pour le pontificat d’Urbain VI permettent d’appréhender, furent semble-t-il traitées par la papauté romaine comme les autres offices à caractère territorial.

  • 91 A. Esch, Bonifaz IX und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969 (Bibliothek des Deutschen Historische Inst (...)
  • 92 Voir Marche n° 36 et Romagne n° 34.

33Boniface IX, on le sait, engagea la monarchie dans une entreprise de reconstruction de l’autorité papale. Mais dans les premières années de son pontificat au moins, le fait d’être trésorier n’impliquait manifestement plus l’investissement complet du titulaire dans l’exercice d’une fonction, fortement dépréciée par l’ampleur des troubles politiques internes et le développement d’isolats relevant du seul pontife (vicariats, governatorats)91. Le noble napolitain affecté par le pape dans la Marche d’Ancône apparaît largement secondé par un banquier de Macerata, qui, à la faveur des guerres, s’était insinué dans les structures de pouvoir, servant tour à tour de camérier à la commune, de trésorier au recteur de la province et de lieutenant au trésorier en titre. Dans les années 1391-1393, Antonio Marcutii fut le véritable personnage clef sur le plan financier dans la province, renvoyant le trésorier nommé par le pape à sa comptabilité. Autre cas significatif, celui du trésorier de Romagne : évêque de Montefeltro à partir de 1390, il fut tour à tour durant son mandat, en charge d’opérations militaires dans le Duché de Spolète, de l’administration de la Marche comme vice-recteur, puis du gouvernement du Patrimoine de Saint-Pierre, avec le titre de vicaire-général, puis de recteur. Sa carrière, ses multiples missions démontrent à quel point l’exercice de l’office de trésorier provincial a pu durant cette période du schisme être presque totalement déconnecté de la fonction qu’il était censé représenter92.

  • 93 Voir Marche n° 38.
  • 94 Voir Duché n° 26, Patrimoine n° 29.
  • 95 Antonio di Pietro en 1393 (Marche n° 37), Antonio Porziani en 1398 (Patrimoine n° 29), Pietro Romol (...)
  • 96 Pour le Patrimoine de Saint-Pierre, on connaît Ginattano Francisci de Viterbe, en 1418, Jacopo, pri (...)

34La reconstruction de l’autorité engagée par les Tomacelli conduisit le pouvoir à renouer temporairement avec des solutions mises en œuvre à la charnière des xiiie et xive siècles : la concentration des moyens de gouvernement dans les mains de recteurs parents du pontife régnant93. Mais elle consista surtout à revenir au contrôle des trésoreries provinciales par des membres de l’institution ecclésiale. La nouveauté au cours des pontificats de Boniface IX et Innocent VII réside dans le fait que les clercs, qui acceptèrent d’assumer les fonctions de trésorier provincial, avaient préalablement acquis un rang dans l’appareil d’État pontifical ou l’acquéraient de ce fait. Stefano Bordoni, par exemple, fut nommé trésorier du Duché, dix mois avant d’être promu évêque d’Amelia, en novembre 1392. Antonio Porziani fut constitué évêque de Montefiascone au moment où il prit possession de sa charge dans le Patrimoine, en août 139894. C’est également à partir de cette époque que les clercs de la Chambre apostolique commencèrent à être détachés à l’exercice de fonctions provinciales95. Si le lien entre expérience curiale ou dignité ecclésiastique et trésorerie redevient clair, en revanche ce n’était plus l’office provincial qui conduisait après de bons et loyaux services à l’épiscopat ou à la curie, comme cela avait été le cas de Clément V à Clément VI. La relation centre / périphérie s’était inversée : dignité et expérience administrative commandaient désormais l’obtention de fonctions provinciales. Ce seront encore les principaux critères du recrutement des trésoriers de province pendant le pontificat de Martin V96. Retendre les liens entre cour et territoire était naturellement un des objectifs de cette reconstruction de la souveraineté dans laquelle le pouvoir papal s’était engagé. On ne peut néanmoins s’empêcher de considérer que dans le cas présent la hiérarchie ecclésiale et curiale venait au secours d’un office fortement déprécié, pour redynamiser son image, requalifier son statut, rétablir son prestige.

35L’examen des figures des trésoriers de province, de la naissance de l’office à l’effondrement du système administratif pontifical à la veille du concile de Pise, fait donc ressortir une extrême complexité d’évolution, qui renvoie à des mutations fréquentes des conceptions papales de cette fonction. Du marchand toscan à l’évêque, en passant par le jeune clerc d’Outremont, le notaire et le chevalier, entre 1270 et 1407, la diversité des types socio-professionnels qui se succédèrent étonne : les charges administratives suscitent généralement des profils d’officiers beaucoup plus stables. Cette diversité traduit certes les rôles changeants des trésoreries provinciales dans les schémas d’organisation financière et politique du pouvoir papal. La recomposition des systèmes de circulation du numéraire, liée aux déplacements du siège apostolique entre Rome et Avignon, à la superposition des fiscalités d’État et d’Église, à l’extension de nouvelles formes de prélèvement dans la deuxième moitié du xive siècle, l’explique pour une bonne part.

  • 97 On renvoie pour faire court à D. Quaglioni, G. Todeschini et G. M. Varanini (dir.), Credito e usura (...)

36Néanmoins cette évolution ne cache pas non plus une certaine difficulté de situation de la papauté par rapport à l’office lui-même. Le recours alternatif à des solutions centrales ou locales, à des mouvements de cléricalisation ou de laïcisation de la fonction, bref la succession de versions contradictoires de l’office, doivent également être corrélées aux difficultés de positionnement idéologique de la curie à l’égard de l’argent. Abandonner l’office à des laïcs ou l’incorporer dans l’Église situe en effet différemment la papauté par rapport à la collecte du numéraire, met ou ne met pas directement les membres de l’institution ecclésiale au contact d’un instrument en face duquel l’Église avait adopté des attitudes spécifiques97.

37L’examen des figures des officiers responsables des comptes dans les trésoreries provinciales renforce l’hypothèse initiale d’une grande variété d’influences possibles, venant de l’entreprise, de l’Église, du notariat, de la Chambre apostolique. Dans quelle mesure la diversité de ces profils affecte-t-elle la tenue des comptes ? Il faut pour y répondre examiner les ouvrages qui nous sont parvenus.

Cahiers et livres de comptes

38La répartition chronologique des cahiers et registres relatifs à la comptabilité provinciale entre 1270 et 1430, aujourd’hui dispersés dans les Archives du Vatican, les Archivi di Stato de Rome, de Bologne, d’Orvieto et les Archives départementales de Vaucluse, présente de très nettes distorsions (voir figures n° 1 à 4).

  • 98 Voir sur cette documentation L. Fumi, Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica (...)

39Elle y apparaît de manière aléatoire dans le dernier tiers du xiiie siècle et les deux premières décennies du siècle qui suit, fait une intrusion massive à partir des années vingt du xive siècle, redevient singulièrement discrète à partir du pontificat d’Innocent VI, pour retrouver ce même niveau de présence incertaine, qui la caractérisait déjà au xiiie siècle. L’émergence régulière d’une unité à partir du milieu du pontificat d’Urbain V est liée à la conservation de comptes et de fragments de comptes du Venaissin aux Archives départementales de Vaucluse. Les maigres « reliefs » de l’extrême fin du siècle et de la première décennie du Quattrocento, traduisent l’existence de ces quelques livres que recèlent actuellement les Archivi di Stato de Bologne et de Rome98. Une timide « reprise » de la documentation, perceptible à partir du pontificat de Martin V, signale la tentative de reconstruction du pouvoir entamée par le pape issu du concile de Constance.

De 1279 à 1316

De 1279 à 1316
  • 99 Graphique établi à partir des documents conservées à l’ASV, dans les ASBologne, Orvieto et Rome et (...)

Fig. 1 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1279 à 131699.

De 1317 à 1359

De 1317 à 1359

Fig. 2 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1317 à 1359.

De 1360 à 1396

De 1360 à 1396

Fig. 3 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1360 à 1396.

De 1397 à 1430

De 1397 à 1430

Fig. 4 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1397 à 1430.

  • 100 Voir pour un cas d’espèce en Romagne en 1292, ASCImola, Pergamene, mazzo IV n° 90, 106, 109.
  • 101 E. Angiolini, Annales Caesenates, Rome, 2003 (Fonti per la storia dell’Italia meridionale. Antiquit (...)

40Une telle irrégularité met l’historien en face de deux perspectives d’interprétation. Soit il met l’accent sur les hasards de la conservation, insistant sur la personnalisation très forte à certaines époques de l’exercice du pouvoir, sur l’absence d’une politique suivie d’archivage des écrits documentaires, sur la récurrence des troubles politiques dans les provinces, pointant du doigt ces révoltes urbaines marquées par la subtilisation100, voire la destruction symbolique de la documentation pontificale101. Soit il accepte de considérer que de tels écarts de conservation – qui on l’a saisi sont tout particulièrement perceptibles dans les archives centrales de l’institution papale – mettent aussi en relief des différentiels d’exigence en terme de production des livres de comptes, qui se trouvent presque sacralisés à certaines périodes et sous-estimés à d’autres. Sans feindre d’ignorer que la conservation des documents dans les derniers siècles du Moyen Âge et au-delà, est soumise à des aléas que l’étude des fonds d’archives du Vatican rend à l’historien bien tangibles, la présence massive dans les archives à certaines périodes de ces documents relève aussi d’une volonté politique qui ordonne de confectionner, qui exige de recevoir et qui prévoit de conserver des formes écrites plus ou moins précisément définies.

41L’état de conservation des sources comptables semble singulariser trois époques. Examinons en suivant cette chronologie les éléments distinctifs des ouvrages qui furent élaborés entre 1270 et 1430.

  • 102 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III (1279-1280), éd. G. Palmieri, Rome, 1889.
  • 103 A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, n° 491, p. 317-321.
  • 104 ASV, Collect. 241. Sur cet ouvrage D. Waley, An account-book of the Patrimony of Saint Peter in Tus (...)
  • 105 Sur ces documents M. Antonelli, Estratti dei registri del Patrimonio del secolo xiv, dans Archivio (...)

42Les cahiers et livres de comptes qui subsistent pour la période qui précède le règne de Jean XXII sont peu nombreux : un registre de recettes et dépenses relatif à la Marche d’Ancône du 1er mai 1279 au 1er mars 1280102, des extraits collationnés en 1327 sur l’ordre de Pierre d’Artitz, trésorier du Patrimoine, sur des ouvrages concernant d’une part le Patrimoine de Saint-Pierre et d’autre part le Duché de Spolète et le comté de Sabine durant les années 1290-1293103, un registre portant sur le Patrimoine entre 1304 et 1306104, des cahiers de comptes enfin, établis au nom du vicaire du recteur de cette même province, avec de nombreuses lacunes entre 1312 et 1317105.

  • 106 Le compte est anonyme. L’auteur ne serait pas le trésorier nommé par le pape d’après D. Waley, qui (...)
  • 107 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III… cit., p. 31.
  • 108 Notamment de ces livres qui font la synthèse des comptes des clients et des principales opérations (...)

43Le premier registre, de grand format (32,5 sur 22,5 cm), anonyme, est écrit sur papier en langue toscane. Chaque article des recettes, inscrit dans l’ordre chronologique, est précédé de la mention de’avere, suivie de la somme, de la date, du nom du payeur, puis de la qualification du versement. Les dépenses, elles aussi dans un ordre chronologique, portent de’ dare, la somme, la date, le destinataire et l’imputation. L’écriture est soignée. L’ouvrage qui est actuellement le premier volume de la série des Introitus et Exitus conservée à l’Archivio Segreto Vaticano a probablement été élaboré par le trésorier provincial, Ruggero di Firenze, représentant des Pulci, et écrit par son notaire, ser Bonaventura di Siena. La mention fréquente liasciamogli il soperchio per povertade (54 fois sur 313 articles) montre que l’auteur du compte considère appartenir à l’autorité qui prend la décision ; il n’est pas un simple enregistreur du mouvement des fonds106. Il est assurément de nomination papale puisqu’il s’efface dans la narration des faits de comptabilité derrière le pape Nicolas III qui reçoit à travers lui, cens et affiti107. Point n’est besoin d’effectuer de laborieuses recherches dans les archives pour repérer que cet ouvrage présente les signes distinctifs des livres tenus par les facteurs des compagnies bancaires toscanes108.

  • 109 Les extraits collationnés sur ordre de Pierre d’Artitz (voir Patrimoine n° 16) se réfèrent probable (...)

44Les extraits de comptes relatifs au Patrimoine et au Duché dans les années 1290-1293 sont, eux, écrits en latin. Les articles de recettes y figurent toujours dans l’ordre chronologique. Chacun porte d’abord la date, puis le nom du récipiendaire, le motif, enfin la somme. Relevés au cours d’une enquête administrative réalisée en 1327 dans les archives de la Chambre conservées dans la sacristie du couvent Saint-François à Assise, les extraits sélectionnés par Pierre d’Artitz étaient destinés à étayer les revendications du recteur face à des communes ou des seigneurs qui en niaient le bien-fondé. Les notes prises négligent la diplomatique, valorisent le contenu significatif en rapport avec les interrogations qui motivaient l’enquête, et privilégient l’examen des recettes qui démontrent l’effectivité des droits avancés par le recteur. Rien ne permet de certifier que la formulation des données d’origine a été parfaitement respectée. Reste que l’organisation des informations apparaît avoir été orientée dans les registres originaux par la chronologie, ce qui révèle la tenue, dans ces provinces, probablement par les facteurs des compagnies bancaires qui y étaient alors affectés109, de livres dont la structure est comparable à celui précédemment examiné.

  • 110 A. Jamme, Du journal de caisse au monument comptable. Les fonctions changeantes de l’enregistrement (...)
  • 111 Comme le démontrent les publications de T. Schmidt, Libri rationum camere Bonifatii VIII (Archivum (...)

45Les comptes, tenus entre août 1304 et avril 1306 par les facteurs des Cerchi affectés dans la même province, Lapo di Marzo puis Bartolo di Cepparello, sont eux écrits en latin. Les articles, comprennent successivement la date, le nom, le motif et la somme, un ordre couramment utilisé au cours du xive siècle. La rédaction est suffisamment développée pour offrir au lecteur toutes les informations justificatives requises. Mais contrairement aux documents précédemment examinés, elle abandonne la chronologie pour suivre un rigoureux classement des données comptables. Les recettes sont distribuées dans neuf chapitres, prenant successivement en considération les droits et revenus de justice, le produit de la vente des châtellenies, les droits de chancellerie, le produit des péages, les revenus de l’exploitation des possessions de l’Église, le focatico et la taille : l’ouvrage évoque l’ensemble des types de recettes provinciales connues. Les dépenses sont réparties dans quatre divisions : les expense minute, la plus composite, regroupent frais de messagerie, d’écriture et de réparations ; suivent les salaires des officiers, les soldes versées aux cavaliers, les frais de garde des châteaux de Pereta et de Montefiascone. Le compte fait état d’une maîtrise indiscutable de la distribution des données, de l’exécution graphique, mais aussi de l’analyse des faits de comptabilité dont la narration est singulièrement précise. La révolution technique dont il est apparemment le témoin doit être reliée au fait qu’il fut élaboré dans des conditions très singulières : l’auteur avait été emprisonné par le représentant du nouveau recteur, Raymond Brun, seigneur de Gramont. C’était le moment où Clément V faisait solder les comptes de la papauté avec les banques toscanes ; et l’on peut considérer que le chevalier de Gascogne qui représentait les intérêts du recteur en titre, Amanieu VIII d’Albret, vicomte de Tartas, ait alors exigé une sorte d’audit des finances locales, que l’on n’était guère en mesure de lui refuser. Certes. Les conditions singulières d’élaboration de ce livre ne peuvent toutefois résoudre à elles seules la question de l’origine du modèle comptable110. L’auteur utilise en effet une technique de classement, bien maîtrisée et originale, qu’on ne voit pas à la même époque mise en œuvre au niveau supérieur de la comptabilité camérale durant les pontificats de Boniface VIII et Clément V111.

  • 112 Il valorise tour à tour les revenus des châtellenies par rapport à ceux de la taille, opérant d’une (...)
  • 113 Permettant ainsi d’appréhender partiellement le régime alimentaire de la cour d’un recteur gascon e (...)
  • 114 Ces comptes ne prennent pas en considération les gages de Bernard de Coquillac, vicaire du recteur, (...)

46Les cahiers de recettes et les cahiers de dépenses, rédigés six ans plus tard au nom du vicaire général du recteur du Patrimoine, Bernard de Coquillac, par des notaires de la cour rectorale, reprennent partiellement le système de classement adopté par les facteurs des Cerchi. La tradition parait évidente pour les recettes – même si d’une année à l’autre l’ordre et le nombre des chapitres, soumis à des regroupements ou à des divisions, varie notablement112. En revanche la structure des dépenses dérive d’une appréhension singulière de l’activité déployée par le vicaire général. Chaque exercice annuel est en effet subdivisé en mois. Pour chacun d’entre eux, sont considérés comme « ordinaires » des frais de nourriture qui font l’objet d’un enregistrement journalier113 et des dépenses « extraordinaires », elles mensualisées qui comprennent d’autres frais de bouche, mais aussi de santé, de déplacements, d’entretien des équidés, de chancellerie, de luminaire, de réparation, de messagerie. Elles sont suivies des gages des serviteurs in domo et des conseillers et familiers in palacio, des soldes versées aux gardes, puis aux cavaliers, dûment justifiées. L’originalité de la structure des dépenses relève autant de cette subdivision mensuelle – voire quotidienne pour certains produits consommés – des données de comptabilité, que de la synthèse que le vicaire général offre à son lecteur de l’ensemble de ses agissements. Peu soigné dans sa présentation matérielle, le compte met en relief une articulation qui ignore délibérément la distinction logique entre domaines privé et public, qui mêle les dépenses personnelles aux dépenses de gouvernement, les frais de bouche aux actes politiques, puisqu’en Bernard de Coquillac se concentraient les fonctions de recteur au temporel, de recteur au spirituel et de trésorier provincial attribuées à Gaillard de Falguières114.

47Nature et organisation des informations, langues et supports utilisés, qualités graphiques mettent en relief la diversité morphologique de la production comptable dans le dernier tiers du XIIIe et les premières décennies du xive siècle. Cette diversité pourrait renvoyer à des méthodologies en cours de définition. Elle confirme plus sûrement que la tenue de la comptabilité dans les provinces relève de personnages fort nombreux, que le trésorier n’est qu’un des intervenants possibles dans la production des comptes, qu’influences et méthodes d’élaboration dépendent souvent des volontés de chaque responsable.

48À partir du pontificat de Jean XXII, la comptabilité des provinces papales prend brutalement dans les fonds conservés des proportions qui deviennent presque inquiétantes pour le chercheur, puisqu’elle concerne pour la période s’étendant de 1317 à 1353 près de 145 cotes du seul Archivio Segreto Vaticano, une époque qui apparaît sans conteste comme l’apogée de la comptabilité provinciale. Il va de soi que l’on n’a ni l’intention, ni la possibilité d’examiner ici tous ces documents : la profusion documentaire implique de changer de focale. On tentera surtout de dégager les grandes lignes d’évolution de la production comptable, en cernant les objectifs principaux qui inspirèrent leurs auteurs.

  • 115 ASV, Collect. 260, fol. 1-28 et Intr. et Ex. 21, fol. 1-22.
  • 116 C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 66.
  • 117 Pour les recettes seulement, à partir du 16 octobre (ASV, Intr. et Ex. 39, fol. 57-99).
  • 118 ASV, Intr. et Ex. 46, fol. 1-125 et Intr. et Ex. 50, fol. 1-169.
  • 119 ASV, Intr. et Ex. 79, fol. 1-63.
  • 120 ASV, Collect. 201, fol 3-42.
  • 121 Voir Marche n° 21, Duché n° 12, Romagne n° 13-15, Patrimoine n° 12.
  • 122 A. Jamme, Du Journal de caisse au monument comptable… cit., p. 254-255.

49Des lacunes dans les séries aujourd’hui conservés ne permettent pas de certifier que Jean XXII fit évoluer toutes les trésoreries provinciales selon le même rythme : nous ne disposons en effet de comptes qu’à partir de 1317 pour le Venaissin et le Patrimoine de Saint-Pierre115, de 1318 pour le Duché de Spolète116, de 1320 pour la Campagne et Maritime117, de 1321 pour la Marche d’Ancône118 et pour Bénévent119, de 1325 seulement pour la Romagne120. Au début de son pontificat, le pape, imitant son prédécesseur, abandonna d’ailleurs leur tenue aux recteurs affectés dans les provinces121. Le premier livre conservé pour le Patrimoine de Saint-Pierre, connu grâce à une copie, est le fruit d’un travail de classement effectué par le camérier de Guillaume Coste. Achevé 44 jours après la mort du recteur, probablement construit et rédigé à la hâte, il avait surtout pour but de témoigner de l’énergie politique déployée par le défunt et de justifier de son coût… qui se soldait par un déficit de 1.576 florins, qu’il réclamait au trésorier provincial nommé un an plus tôt122 !

  • 123 ASV, Intr. et Ex. 46, fol. 1-3.

50Pour toutes les provinces italiennes, la Romagne exceptée, n’ont été conservés des comptes rédigés sous l’autorité d’un trésorier nommé par le pape, qu’à partir de la troisième année du pontificat. L’envoi dans la péninsule en 1318-1319 de ces clercs, qui avaient préalablement assumé des responsabilités de collecteurs, favorisa la confection d’ouvrages obéissant à des méthodes de classement des informations qui dénotent parfois de leur étonnement ou de leur manque d’expérience, mais font état d’objectifs aisément repérables. Fondées sur une indubitable clarté d’exposition, gage apparent de sincérité, strictement divisées en recettes et dépenses, leurs compositions proposent une description à des lecteurs peu familiers des réalités locales des droits de la papauté, des conditions de leur exercice autant que des méthodes mises en œuvre pour les faire valoir. La présence d’une table des cens et affiti dus par les communautés, placée en tête du livre du trésorier de la Marche par exemple123, démontre la valeur informative de cette comptabilité qui cherche clairement à établir un lien entre normes et pratiques.

  • 124 Cens, Affiti, Vente des biens des rebelles et bannis, Compositions, Condemnationes, guastis, dampni (...)
  • 125 Là où Raymond Pelliparii avait ouvert 11 à 13 chapitres de recettes, Faydit en ouvrait 16 : Arrérag (...)
  • 126 Compositiones et condamnationes (jusqu’en décembre 1323), Procurationes, Pro constitutionibus et pr (...)
  • 127 Outre les gages des divers officiers de la cour provinciale (recteur, trésorier, juges, avocat du f (...)
  • 128 Là où Raymond Pelliparii avait accordé 7 divisions aux dépenses, Faydit y consacrait 11 chapitres : (...)
  • 129 ASV, Collect. 174, fol. 42-63.
  • 130 Il ne comptait, on le rappelle que 9 divisions pour les recettes et 4 principalement pour les dépen (...)
  • 131 Seule exception notable, les livres du trésorier du Duché de Spolète, Jean de Amelio, dont les exem (...)

51Pour cette raison, le classement des données dans ces comptabilités se caractérise avant tout par une multiplication des divisions : les recettes d’Hugues Bovis, trésorier de la Marche d’Ancône, n’en comptent pas moins de 13124 ; Faydit de Guirandon, trésorier du Patrimoine, en ouvre 16125 ; Pierre de Durfort, trésorier de Campagne, en ouvre 6126. Les dépenses sont elles distribuées en un nombre de divisions légèrement inférieur, 11 chez le premier127, comme chez le second128, 5 chez le dernier129. Dans l’ensemble l’articulation des données comptables est donc beaucoup plus développée qu’elle ne l’avait été au début du siècle, si l’on considère par exemple l’ouvrage réalisé par les facteurs des Cerchi130. Tout se passe comme si les nouveaux trésoriers de province, obnubilés par un souci de clarté, avaient en quelque sorte laissé se multiplier les chapitres, afin de ne pas réduire les qualités informatives de leurs compositions131.

  • 132 Voir par exemple la note portée dans la marge gauche du fol. 123 par les examinateurs du registre d (...)
  • 133 Son livre de dépenses offre toutefois des sous-totaux annuels régulièrement effectués à la Noël, sa (...)

52Pour autant les ouvrages produits étaient loin d’être tous des modèles. Leurs qualités graphiques laissaient parfois à désirer et la dispersion des données résultant de la multiplication des divisions valaient parfois à leurs auteurs quelques critiques de la part des examinateurs132. De plus, à l’exception du Venaissin proche du centre du pouvoir et tôt soumis aux exigences papales, les trésoriers affectés en Italie ignoraient encore la notion d’exercice annuel : les livres d’Hugues Bovis embrassaient la période d’avril 1321 à octobre 1324 ; ceux de Jean de Amelio s’étendaient de mars 1318 à avril 1324133, celui de Faydit de Guirandon d’octobre 1320 à février 1322, date de son rappel. Bref, les trésoriers attendaient la sollicitation de l’autorité de tutelle pour mettre en forme des comptes qui situaient leur activité dans une logique centraliste, dans une perspective exclusivement camérale. Cette dépendance apparaissait d’ailleurs clairement à travers des chapitres spécifiquement consacrés aux relations avec la curie, dans les recettes comme dans les dépenses. Bref, tels des collecteurs, les trésoriers se comportaient comme des chargés de mission affectés par la Chambre apostolique dans une circonscription administrative donnée pour un temps limité, afin d’encaisser, de solder et d’enregistrer les mouvements du numéraire. Les qualités descriptives, informatives, de leurs productions étaient excellentes. Mais elles n’étaient pas orientées vers les besoins d’institutions provinciales auxquelles ces officiers n’avaient pas à s’identifier.

  • 134 Voir le compte du trésorier de la Marche du 1er novembre 1324 au 1er novembre 1325 (ASV, Intr. et E (...)
  • 135 Année à partir de laquelle débute la documentation à ce jour conservée ; voir E. Angiolini, I primi (...)
  • 136 Le dernier livre de comptes conservé pour cette province embrasse la période 4 mars 1324-31 août 13 (...)
  • 137 Ces comptes sont écrits avec soin, comme s’il s’agissait des registres « définitifs ». Mais les let (...)

53À partir de 1324, l’annualisation de la production comptable semble avoir été étendue à l’ensemble des provinces italiennes. Les registres conservés pour la Marche et le Duché en font état134 ; et le même phénomène est perceptible en Romagne à partir de 1325135. Il est certes des provinces pour lesquelles cette mutation des pratiques comptables est moins nette, comme la Campagne et Maritime – où la production ne fut peut-être annualisée qu’à partir du 1 septembre 1325136 – et le Patrimoine de Saint-Pierre – où la semestrialisation des données de 1326 à 1328, probable résultat des conceptions économiques innovantes de Pierre d’Artitz, n’a peut-être qu’une valeur expérimentale137.

  • 138 Voir la liste des recettes provinciales jusqu’en 1350 dressée par C. Reydellet-Guttinger, L’adminis (...)
  • 139 Comme en témoigne la comptabilité tenue soit par les trésoriers de la province, soit par les caméri (...)
  • 140 Ainsi le premier livre de recettes de François de Pailherols, trésorier de Romagne est-il divisé en (...)
  • 141 L’enracinement de l’autorité provinciale autour de moles dans lesquels sa domination paraissait plu (...)

54Dans sa volonté d’uniformiser les pratiques comptables, Jean XXII ne pouvait sans doute aller beaucoup plus loin. Les spécificités provinciales de la juridiction papale justifiaient les différences de structure. La taille, par exemple, n’était pas levée dans le Duché de Spolète138 alors qu’elle était régulièrement exigée dans le Patrimoine de Saint-Pierre139. À cette diversité des régimes fiscaux, sur laquelle on ne s’étendra pas ici, venait s’ajouter la variété des modes d’organisation de l’autorité. La décentralisation de l’autorité papale était un phénomène beaucoup plus apparent en Romagne, où la puissance du phénomène urbain conditionnait le rapport de la papauté au territoire, que dans la Marche d’Ancône, même si cette province était plus étendue et plus compartimentée par l’orogenèse et l’orographie140. Plus généralement, au classement singulier des recettes romagnoles s’opposaient ceux retenus dans les autres provinces, où la volonté d’homogénéiser la présentation des formes multiples de la juridiction papale était patente. Mais en multipliant les subdivisions administratives (comté de Sabine, Terre des Arnulfs, comté de Todi, Massa Trabaria, etc.) et en privant, lors de graves conflits avec les élites locales, plusieurs cités déclarées rebelles de leurs contadi respectifs (Urbino, Imola et Fano notamment), la monarchie papale avait d’ailleurs accru localement et renforçait encore une tendance qui poussait à la fragmentation des décisions de gouvernement dans les provinces. Quoi de plus naturel dans ces conditions que de retranscrire dans la comptabilité les comptes particuliers des divers agents et vice-trésoriers dépêchés dans une circonscription donnée pour lever les recettes et rétribuer ceux qui devaient l’être141 ?

  • 142 Comme le suggère la liste figurant en annexe, la division des compétences financières ne semble guè (...)
  • 143 Voir Marche n° 21-23, 25 et Romagne n° 19-20.
  • 144 Elles apparaissent significativement à la fin du livre de recettes en 1329 : Cens, Affiti, Arrérage (...)
  • 145 Voir Marche n° 24-25. On note que dans la deuxième moitié du siècle, un trésorier ayant acquis la c (...)

55À ces divers modes d’organisation de l’autorité s’ajoutait enfin la diversité des techniques administratives. Dans une province latiale où l’influence de la papauté était ancienne comme le Patrimoine de Saint-Pierre qui avait bénéficié d’une concentration précoce semble-t-il de la gestion des finances publiques, la taille était levée au xive siècle au nom du trésorier et intégrée dans ses comptes142. Elle faisait en revanche l’objet d’un traitement distinct dans la Marche d’Ancône et en Romagne, où sa collecte était confiée à des trésoriers choisis par le recteur143. Il arrivait certes que les comptes de la taille soient insérés dans la comptabilité du trésorier provincial : on le constate par exemple dans la Marche à partir de 1329, pendant le mandat d’Arnaud Guillaume de Nouzerolles144. Mais cette intégration n’était que temporaire et l’on peut même considérer qu’elle résultait, dans ce cas précis, de la nomination comme vice-recteur de la Marche… de l’ancien trésorier de la province, Foulque de Lapopie145 !

  • 146 Voir les Intr. et Ex. 45, 78, 96, 111, 155, 175, 196, 213 et 226.

56La structure socio-politique et l’étendue à gouverner nécessitaient en effet l’adoption de mécanismes administratifs spécifiques. Les besoins militaires dans une province comme la Marche d’Ancône étaient sans commune mesure avec ceux du Patrimoine de Saint-Pierre. Là, les dépenses militaires pouvaient être assimilées par le trésorier ; sur la façade adriatique elles nécessitaient une gestion spécifique, réalisée en amont par le ou les camériers du recteur chargés de percevoir les sommes avancées et en aval par l’établissement de registres synthétiques de solde des unités de cavaliers et de piétons recrutées146. En bref, les distinctions provinciales de l’enregistrement reposaient sur des logiques différentes d’organisation pratique de la souveraineté.

  • 147 Les conflits qui opposaient parfois recteur et trésorier amenaient le pape à renouer temporairement (...)
  • 148 Son objectif était en effet de disposer de registres synthétiques. Même dans le Duché de Spolète où (...)
  • 149 Voir la recherche collective dirigée par E. Anheim et V. Theis, « Les comptabilités comptables » da (...)

57Conjuguées à la diversité des politiques papales en matière de gestion des finances locales147, elles dirimaient nécessairement la promulgation de règles uniformes d’enregistrement comptable. La volonté apparente de rationalisation des formes de production documentaire, manifestée par Jean XXII148, ne put donc conduire dans les provinces à un règlement de la mise en forme des registres, comparable à celui que connut la comptabilité centrale de la Chambre apostolique au cours du même pontificat149.

  • 150 Pour le Duché de Spolète, voir note 147 et C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dan (...)

58C’est en réalité le rythme de production imposé par la papauté qui favorisa partout un mouvement tendant vers la simplification et vers la stabilisation de la structure comptable. L’annualisation de la remise des comptes, qui permettait de vérifier la diligence du trésorier dans la perception des revenus et faisait de la comptabilité une arme dont on pouvait user pour contraindre l’administration à davantage d’efficacité, y contribua. Tenir ce calendrier, multiplier les copies150, sur papier et sur parchemin, nécessitèrent le développement de structures de production documentaire, que l’on conçoit sinon plus étoffées, tout au moins dotées de règles de fonctionnement, de techniques et de méthodes précises, bref en mesure de se constituer une culture institutionnelle et administrative.

  • 151 En Romagne, les recettes étaient distribuées dans 11 chapitres en 1325 et 1327 (Collect. 201, fol. (...)
  • 152 Dans le Patrimoine, Pierre d’Artitz semble avoir tenté de limiter le nombre de chapitres en opérant (...)

59Certes, lorsque l’on examine sur plusieurs décennies l’évolution du classement des recettes et des dépenses, on se trouve rapidement confronté à des mouvements contradictoires qui visent alternativement à étaler ou à concentrer la matière comptable. À une inclination naturelle imposée par un objectif descriptif qui tend toujours à dégager les plus infimes parcelles de juridiction papale, même si elles procurent de faiblissimes ressources151, répond une exigence purement mathématique qui appelle une synthèse de revenus multiples, afin d’offrir à l’examinateur une appréhension quasi immédiate des recettes provinciales. Nombre de trésoriers semblent avoir hésité entre ces deux tendances, ce qui laisse bien apparaître autant l’ampleur de leurs prérogatives au regard de la définition de la structure comptable que l’absence de règles précises édictées par la Chambre apostolique. L’attitude d’un Étienne Lascoutz, par exemple, prompt au début de son mandat de trésorier du Patrimoine à prendre le contre-pied de son prédécesseur, en étendant la matière comptable sur un grand nombre de chapitres, pour finalement revenir à une présentation plus synthétique, par groupes de recettes, telle que l’avait pratiquée Pierre d’Artitz, est tout à fait révélatrice de ce cheminement possible de l’officier responsable, libre de s’interroger sur ses propres productions152.

  • 153 Les dépenses sont articulées dans le livre VII de Pierre d’Artitz autour de 9 divisions : outre les (...)

60Quant à l’organisation des dépenses, beaucoup moins planifiables que celles d’une cour papale stabilisée en Avignon et réglée par un calendrier précis, elle pourrait sembler largement gouvernée par la conjoncture. Un œil moderne distingue toutefois les frais dérivant de nécessités que l’on considèrerait volontiers comme « structurelles », « de fonctionnement » (gages des officiers, frais d’écriture et de messagerie, de luminaire, travaux d’entretien du bâti), de celles résultant des réactions du gouvernement provincial à une conjoncture politique rarement maîtrisée. L’ordre des chapitres importe peu. Seul phénomène absolument récurrent dans tous les livres : les gages des officiers en début de compte, placés dans l’ordre hiérarchique (recteur, trésorier, juge(s), procureurs, éventuellement sergents)153.

  • 154 Soit outre les gages, 10 divisions, Ambasciatores et Nuncii étant l’objet d’enregistrements distinc (...)
  • 155 Outre les Stipendia rectoris, Stipendia thesaurarii, Stipendia judicum, Stipendia procuratorum, il (...)

61Dans tous les cas, le classement des faits de comptabilité ne semble pas avoir été anodin. Il pouvait servir à mettre en relief les actions impulsées par l’administration provinciale. En dégageant certains faits de la structure du compte, en proposant une distribution spécifique autour d’un certain nombre de divisions supplémentaires ornées de titres nouveaux, on témoignait mieux de l’énergie déployée par les officiers du pape pour résoudre les principales questions politiques qui s’étaient imposées à eux. En 1329, dans la Marche d’Ancône, outre les divisions consacrées aux gages des officiers de la cour, aux frais d’écriture et aux réparations des fortifications, Arnaud Guillaume de Nouzerolles ouvrait divers chapitres consacrés, aux frais de garde des prisonniers, au change et au transport des pécunes envoyées par le pape, aux courriers adressés à la curie, aux « ambassadeurs » du recteur, à la guerre, au renseignement, à l’armement des trois « galères » fournies par le roi de Naples pour bloquer les ports du sud de la Marche, et aux simples messagers de la cour154. Il dressait ainsi la liste de l’ensemble des entreprises engagées par l’administration provinciale, présentait les difficultés qu’elle avait rencontrées, justifiant au passage des résultats en demi-teinte. Sous Benoît XII hostile à la guerre, Étienne Bénier, trésorier de Romagne, dégagea de ses dépenses les actes visant à résoudre plus pacifiquement les conflits : en 1341 il valorisait ainsi les frais dérivant des procédures judiciaires engagées contre les rebelles Malatesta Malatesta, Francesco Ordelaffi et Lippo Alidosi155. Le gouvernement provincial n’était pas inactif : il procédait, sans faire couler le sang !

  • 156 Pour les recettes (voir Intr. et Ex. 169, fol. 1-57 ; 182, fol. 1-43 ; 189, fol. 137 ; 217, fol. 1- (...)
  • 157 Au titre Proventus generalis provincie Romandiole ex quarto penne notariorum caposoldis contumaciis (...)
  • 158 Il adoptait en effet la même stratégie pour les dépenses, certains officiers de la cour, avocat fis (...)
  • 159 E. Déprez et G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant le (...)

62Dans cette perspective qui place le livre, non dans la logique du simple rapport d’activité chiffré, mais dans celle d’une Narratio voire d’une Descriptio, non dénuée d’intentions, positives ou négatives, relevons le choix adopté par Étienne Bénier dans la présentation de ses comptes. Lorsque de 1339 à 1344, il fit placer au sommet des pages consacrées aux recettes, des titres de chapitres qui pour certains n’ouvraient que sur le vide156, ne cherchait-il pas àsouligner, après avoir pris le soin au début de son mandat de commenter les résultats décevants qu’il enregistrait pour certaines catégories de ressources157, l’inefficacité de la politique poursuivie par la papauté ? La vacuité du feuillet ne sonnait-elle pas comme un appel au changement, comme une criante demande de moyens ? Dans sa sécheresse mathématique, le compte renseignait plus nettement qu’une missive détaillant les déboires rencontrés par les agents de la cour provinciale. Il dénonçait en l’occurrence une politique158. Les subtilités infra-narratives d’Étienne Bénier déplurent… fort probablement : le 21 février 1344, Clément VI, prétextant l’examen de ses comptes, lui ordonna de revenir en curie, morosa dilatione sublata159 !

  • 160 Son premier livre de recettes comprend 16 divisions outre l’encaisse, Focatico, Tallie, Composition (...)
  • 161 Le dernier livre de Bertrand Ségnier comptait pour 1341-1342, 7 chapitres de recettes : Census anni (...)
  • 162 Respectivement entre 1342 et 1347 (Marche n° 28-29) et entre 1341 et 1347 (Patrimoine n° 22-23).

63Entre 1340 et 1350, on observe néanmoins dans toutes les provinces une tendance générale et nette à la stabilisation de la structure comptable. Comme le révèle la figure 2, l’absence d’officiers titulaires dans les trésoreries italiennes n’eut guère de conséquences sur la production des livres. Les lacunes dans les séries conservées ne sont pas plus importantes que dans la période antérieure. Il faut sans doute voir dans cette continuité une des preuves de l’adoption par les trésoreries de solides méthodes de tenue et d’élaboration comptable. Mais l’imprécision du statut des officiers responsables, peu enclins, puisque non titulaires et mal reliés aux réseaux de la curie avignonnaise, à modifier des méthodes héritées de leurs prédécesseurs, contribua fortement à consolider l’organisation des comptes. Le livre de Jacques de Cambefort, vice-trésorier du Patrimoine de Saint-Pierre, doit beaucoup à ceux établis par Étienne Las coutz et Hugues Cornut160. Quant à ceux produits dans la Marche par Contucio Mattei et consorts, ils reprennent le classement adopté pendant le mandat de Bertrand Ségnier161. La division des responsabilités de direction technique des trésoreries, dans ces deux provinces tout particulièrement162, accentua fort probablement ce phénomène.

  • 163 Les officiers de la cour ne perçurent en outre qu’une partie de leurs gages, assortie pour certains (...)

64Cette évolution ne peut toutefois se justifier uniquement par la vacance de l’office de trésorier. À l’abandon de financements exceptionnels de la Chambre apostolique, au recentrage des recettes, sur des ressources strictement temporelles – qui dérivait naturellement de l’évolution vers la laïcisation de la fonction – s’ajoutaient tout simplement les conséquences des troubles politiques qui affectaient durement le gouvernement des provinces. Si la diminution des revenus ne causait pas nécessairement une simplification de la présentation, on l’a vu, elle affectait en revanche directement les possibilités de dépenses. Partout l’effondrement des recettes provoqua le recentrage du numéraire disponible sur les dépenses « structurelles », « de fonctionnement ». On effectua en premier lieu le versement de leurs gages aux officiers, aux détriments d’éventuels programmes politiques. Ce choix, qui se caractérisait en premier lieu par la diminution du nombre de chapitres de dépenses, est particulièrement net dans la Marche d’Ancône, laissée à l’abandon par Clément VI : en 1348, les gages des officiers représentaient les 4/5e de l’exercice annuel ; et le grand nombre de feuillets blancs laissait entendre que tout ce qui aurait du figurer ne l’avait pas été, faute d’argent163. La poursuite de la production comptable, dans ces conditions, révèle moins la puissance institutionnelle des trésoreries provinciales qu’elle ne trahit un vieillissement, une sclérose de leurs méthodes, qui se figent dans une procédure administrative, s’endorment dans la coutume, se prolongent comme un rite bureaucratique.

  • 164 On a tenté de démontrer, à l’encontre de la thèse soutenue par P. Colliva (Il cardinale Albornoz, l (...)

65Fréquemment interprétée à la lumière des fameuses constitutions comme une restauration de l’autorité papale réalisée sur une base provinciale164, la conquête albornozienne n’est pas marquée, si l’on observe seulement les fonds d’archives, par un nouveau sursaut de la comptabilité provinciale, au contraire (voir figures 2 et 3). La reconstruction du pouvoir papal emprunte apparemment, sous Albornoz et sous Martin V, des voies différentes. N’ont en effet été conservés pour le temps de ses deux légations (1353-1367) que les ouvrages produits par la trésorerie du Patrimoine de Saint-Pierre.

  • 165 Soit sur les 398 feuillets que compte actuellement l’Intr. et Ex. 264, 32 feuillets pour les recett (...)
  • 166 On se permet de renvoyer à Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 259-263.

66Ceux-ci font état, il est vrai, de qualités narratives et graphiques peu communes, fondées sur des méthodes qui les situent à l’aboutissement d’une réflexion menée sur la morphologie du livre de comptes et sur ses vocations possibles. Angelo Tavernini reprit les principes de production retenus par ses prédécesseurs, consacrant par exemple pour l’an II, 23 divisions aux recettes et 13 aux dépenses, une organisation étendue de la matière comptable qu’il conserva par la suite, autant pour les recettes que pour les dépenses, bien que ses exercices annuels aient été conditionnés par des logiques d’évolution contraires : les recettes couvrent en effet un nombre de plus en plus important de feuillets, témoignage du succès de la politique albornozienne, à l’inverse des dépenses qui diminuent en même temps que les frais de guerre165. Mais il poussa, jusqu’à leur terme peut-être, la narration et l’esthétique du livre de comptes. Ressortent tout particulièrement des productions dirigées par Angelo Tavernini leurs qualités graphiques qui reposent sur l’adoption par les notaires responsables de la rédaction d’une minuscule de chancellerie typée, qui est une marque de fabrique de la trésorerie du Patrimoine de Saint-Pierre. Sans nul doute, la beauté – pour des livres de comptes s’entend – des ouvrages de Tavernini contribua à sa longévité à la tête de la trésorerie provinciale. Rien ne nous permet toutefois de considérer que ses productions aient été représentatives de la tenue comptable dans l’ensemble des provinces italiennes à l’époque albornozienne. En l’absence de tout autre livre ou cahier, force est même de les recevoir, dans leur ensemble, comme un hapax, lié à la singularité du projet personnel de ce notaire viterbais166.

  • 167 Tel celui délivré en 1389 au trésorier de la Marche d’Ancône (ASV, Diversa Cameralia I, fol. 165).
  • 168 La question fut longtemps évacuée par les historiens. A. Esch par exemple lorsqu’il examinait les p (...)
  • 169 Le gouvernement des provinces était alors attribué à des légats et vicaires-généraux, le plus souve (...)

67Passé 1364, on ne dispose plus d’un seul livre de comptes relatif aux provinces italiennes sous domination papale. Certes, quelques ouvrages entrant dans la hiérarchie des comptabilités provinciales ont été conservés pour l’extrême fin du XIVe et les premières décennies du xve siècle. Certes de rares quitus délivrés par le camérier du pape aux trésoriers de province, collationnés dans les registres de lettres camérales, prouvent que des livres ont bien été construits, examinés et approuvés167. Mais aucune comptabilité établie sous l’autorité directe d’un trésorier de province n’a à ce jour été repérée jusqu’en 1420. Le soulèvement des villes à la fin du pontificat de Grégoire XI, la destruction des forteresses construites sur l’ordre d’Albornoz et de ses successeurs immédiats, le retour des luttes civiles durant le pontificat d’Urbain VI, la discontinuité de l’autorité papale après la mort d’Innocent VII eurent sans nul doute leur rôle dans la disparition de ces volumes. Reste qu’une telle absence dans les archives centrales de la papauté – qui, si l’on fait abstraction du Patrimoine de Saint-Pierre, s’étend sur les années 1353 à 1420 – ne relève peut-être pas uniquement de facteurs externes168. Elle pose à nouveau la question de la valeur que le pouvoir accorde à ce type de document, à une époque où la mue de la structure fiscale dérivant de la réforme du gouvernement de l’État169, en limitait fort probablement l’importance.

  • 170 On rappelle que les livres des trésoriers du Patrimoine et de la Marche d’Ancône sont désormais con (...)
  • 171 ASRome, Camerale I, Tesoreria provinciale della Marca I, n° 1. Ces caractères sont également présen (...)
  • 172 Ibid., Tesoreria provinciale della Marca, Buste I-III.
  • 173 Pour les années 1427-1428, les recettes étaient organisées autour des Focolini, des Cens, Affiti, C (...)

68Il faut attendre le pontificat de Martin V pour voir réapparaître de nouveaux livres de comptes provinciaux, à partir de 1420 pour le Patrimoine, de 1422 pour la Marche d’Ancône, de 1427 pour la Campagne romaine170. La défection des sources comptables pendant plus de cinquante ans ne permet guère de cerner des logiques d’évolution entre xive et xve siècle. L’historien peut bien sûr jeter quelques ponts sur la béance d’un vide exaspérant : des éléments, hérités plus que de continuité, sont aisés à repérer. Dans les productions de Geminiano da Prato, trésorier de la Marche d’Ancône en 1422-1423, la répartition graphique des données sur les feuillets, dégageant nettement les titres, réglant strictement l’espace dévolu à chaque article, indique apparemment la transmission de savoirs et de méthodes d’écriture171. Dans le classement des faits de comptabilité, un certain nombre de divisions demeuraient inchangées… inévitablement puisque les fondements originels de la souveraineté papale n’avaient pas été redéfinis ! Les registres de la Marche, conservés pour les années 1422-1430, accordaient toujours une place importante au versement des cens, des affiti, des compositions, aux malefitii et condemnationes, aux capisoldi, au subside des clercs et au subside des juifs172, tous types de ressources qui étaient déjà l’objet de chapitres précis dans les comptes d’Hugues Bovis et d’Arnaud Guillaume de Nouzerolles entre 1320 et 1333. De la même manière, la structure des recettes du livre du trésorier de Campagne et Maritime, Jacopo Gori d’Alatri, offrait de nombreux points de comparaison avec celles retenues par Pierre de Durfort qui le précédait d’un siècle173.

  • 174 Comme l’a relevé L. Palermo, I porti dello Stato della Chiesa in età moderna. Infrastrutture e poli (...)

69Les mutations de la structure fiscale du territoire pontifical avaient néanmoins modifié fortement la forme de la comptabilité provinciale. L’élaboration des comptes était désormais conditionnée par des impératifs qui n’engageaient plus leurs auteurs à décrire les réalités politiques et administratives locales. Portant en eux toutes les difficultés subies durant le schisme pour faire rentrer le numéraire et assurer le fonctionnement des cours, ils visaient avant tout à démontrer la maîtrise des flux financiers par le responsable de leur gestion. Celui-ci devait témoigner d’un travail, en amont, de budgétisation des finances locales, les dépenses étant par catégories indexées sur les recettes174.

  • 175 ASRome, Tesoreria del Patrimonio I, reg. n° 3, fol. 2-6v.
  • 176 Voir J. Glénisson, Les origines de la révolte de l’État pontifical en 1375, dans Rivista di Storia (...)
  • 177 ASRome, Camerale I, Tesoreria del Patrimonio I, reg. n° 3.

70L’affectation anticipée des ressources sur des postes stables de dépenses contribuait à des croisements de sens plus ou moins maîtrisés, qui révèlent l’ampleur des réflexions effectuées durant le Schisme. Pour le trésorier du Patrimoine en 1424-1425, les recettes se divisaient en effet en deux ensembles : « extraordinaires », elles englobaient dans le plus grand désordre le produit de la collecte des cens, de droits de péages, de la vente du sel, des condamnations, et le solde éventuellement positif des comptes communaux (Terni, Viterbe). « Ordinaires », elles ne comprenaient que les revenus de la taille ou subside175. Du fait de leur nature, les revenus « extraordinaires » se trouvaient placés dans son livre de comptes, avant les revenus « ordinaires » ! Le renversement des sens, révélateur de la révolution fiscale de la deuxième moitié du xive siècle marquée par le développement des ressources provenant d’un impôt régulièrement perçu176, avait fait basculer la structuration comptable dans le contresens, voire dans le non-sens. Quant à l’organisation des dépenses, elle privilégiait le versement des gages aux officiers nommés en curie, recteur, commissaire envoyé dans la province, juge, notaires et trésorier, qui faisaient chacun l’objet d’un chapitre, renvoyant tout le reste dans une unique division intitulée Exitus generalis, qui contenait de ce fait tous les frais de fonctionnement technique d’une administration provinciale177.

  • 178 Voir pour les livres relatifs à la Marche d’Ancône, R. de Rita, Tra centralismo e autonomie locali. (...)

71Dans la Marche également, les dépenses étaient distribuées dans deux grands ensembles. Étaient considérées « ordinaires », les débours liés au versement des gages des officiers de la cour, au procureur du légat, à divers contrôleurs, aux garnisons des forteresses, bref des frais correspondant pour la plupart à des gages d’officiers titulaires de postes fixes. Étaient devenues « extraordinaires », des dépenses susceptibles par leur nature même de varier plus ou moins fortement, même si leur fonctionnalité politique et administrative en faisait nécessairement des chapitres stables du livre de comptes : frais d’écriture et de messagerie, entretien et réparation du bâti voisinaient désormais avec les soldes des hommes d’armes nécessaires aux opérations de reconquête voulues par Martin V et avec les assignations adressées à la Chambre apostolique178.

72Certes, les méthodes de classement développées au siècle précédent avaient été intégrées par les trésoreries provinciales. Mais en ouvrant le voile sur les questions techniques de pré-affectation des recettes, en restituant les cheminements des sommes de leur collecte à leur redistribution, bref en témoignant de l’articulation effective des comptes subalternes, des divers jeux d’écriture, ces livres révélaient surtout que le trésorier devait désormais agir en fonction de tables budgétaires prévisionnelles, validées par la Chambre apostolique. Elles limitaient nécessairement ses possibilités d’intervention sur la structure comptable. Dans ces conditions – puisque le trésorier avait les mains liées par une procédure – les qualités descriptives du compte, la narrativité de la présentation avaient-elles encore un sens ? Le livre remis par le trésorier du Patrimoine de Saint-Pierre en 1425 apporte quelques éléments de réponse. L’auteur n’accordait aucune place au détail. Il ne se perdait pas dans l’explicitation des faits de comptabilité.

73L’évolution de la production comptable dans les provinces papales entre 1270 et 1430 reflète bien sûr la succession des programmes de gouvernement et des conceptions politiques de la souveraineté pontificale : la diversité des produits s’explique en premier lieu par la redéfinition périodique de leurs vocations. L’examen de ces livres sur le temps long problématise un peu plus pour l’historien la question des influences qui ont tour à tour affecté leur élaboration. Les identifier toutes est sans doute une gageure. Tenter d’en cerner les plus essentielles n’est peut-être pas impossible.

Banque, Commune, Chambre : logique d’évolution ou succession d’empreintes ?

  • 179 Voir à titre d’exemple R. A. Goldthwaite, E. Settesoldi et M. Spallanzani (éd.), Due libri mastri d (...)
  • 180 Comme le disait M. G. Pastura Ruggiero pour une période ultérieure, La Reverenda Camera Apostolica (...)

74Revenons tout d’abord, sur le premier livre examiné. L’influence de modèles diplomatiques toscans, articulés autour du deve dare et du deve avere, les formes initiales de tout article des libri mastri, au xive siècle encore, semble avérée179. La langue utilisée, la sécheresse narrative des articles, la taille même du livre pourraient conduire à penser qu’avec les trésoriers de province, une grande partie des méthodes comptables toscanes furent transférées dans la gestion des finances provinciales, comme dans l’administration des finances centrales de la monarchie papale. L’existence de cet ouvrage fournit des arguments aux tenants de l’abandon au « secteur privé », « au grand capital »180, de pans entiers de la structure administrative du territoire. Il convient peut-être d’aller à l’encontre de certaines évidences, même documentées.

  • 181 Comme le considérait à tort F. Pirani, L’evoluzione di una funzione amministrativa… cit., p. 113 et (...)
  • 182 G. Digard, Les registres de Boniface VIII, 1884-1909, Paris, n° 5416 ; A. Paravicini Bagliani, Eine (...)
  • 183 Les fonds communaux de pergamene, les libri jurium démontrent que recteurs, camériers des recteurs (...)
  • 184 Jusqu’au pontificat de Benoît XI le versement du cens en curie semble avoir été largement pratiqué (...)
  • 185 L’enregistrement de ses actes par son notaire, Dalfinus de Venate, fait état de ces possibilités mu (...)

75La création des trésoriers de province, à partir de 1272, ne situait pas le gouvernement provincial au début d’un processus de séparation nette des compétences administratives, qui aurait abouti à la fin du xiiie siècle à la définition de deux sphères, financière et politique, ayant chacune à leur tête un officier pontifical181. Le trésorier était théoriquement chargé de réclamer et recevoir les fructus, obventiones et jura Ecclesie, mais ne pouvait remplir son office sans le consentement du recteur auquel il devait prêter serment182. Celui-ci demeurait le principal représentant du pape dans la province et à ce titre délivrait quittance aux communes pour le versement de diverses sommes, qu’il s’agisse d’amendes résultant de condamnations judiciaires ou d’impositions, comme la taille183. Seigneurs et communes assujettis au paiement du cens pouvaient s’en acquitter auprès de lui ou de son camérier, ou auprès du trésorier. Mais ils avaient également la possibilité de le faire directement en curie, devant le camérier du pape184, voire dans les mains de collecteurs spécifiquement chargés par la papauté d’effectuer une tournée pour récolter le produit de cette taxe, tel ce Lanfranco di Scano, chanoine de Bergame et scriptor pape, envoyé comme nuncius specialis super censibus et juribus debitis dans le Patrimoine, en Toscane, dans le Duché, la Marche et en Romagne en 1290-1291. On a conservé son registre qui dresse un rapport éloquent de sa mission185.

  • 186 Termes extraits des bulles adressées, l’une par Martin IV au recteur de la Marche, le 11 juillet 12 (...)
  • 187 G. Digard, Les registres de Boniface VIII… cit., n° 5416.
  • 188 Les conflits autour du contrôle des sommes versées semblent avoir été assez fréquents : outre les b (...)

76Dans un tel système fiscal – à tout le moins complexe – recteur et trésorier avaient intérêt à tenir chacun leurs comptes. Plutôt que de les inciter à établir un registre commun, la papauté préféra les amener à remettre simultanément leurs livres, ce qui permettait au camérier pontifical d’obtenir ainsi plena et distincta ratio186. Boniface VIII précisait en 1295 au recteur de Romagne : super receptis autem et expensis tu et ipse conscribi libros seu cartularios faciatis, prout fieri hactenus consuevit, ut de ipsis eidem camere per te ac ipsum thesaurarium, cum exigetur, plena ratio reddi possit187. On conçoit que, dans ces conditions, un enregistrement chronologique des données comptables ait facilité le contrôle par la Chambre apostolique des versements effectués auprès de l’administration provinciale. Il offrait l’opportunité de vérifier rapidement des mouvements éventuellement discutés du numéraire188.

  • 189 Quittance délivrée par le recteur (A. Gianandrea, Carte diplomatiche Je-sine… cit., n° 198).
  • 190 Le problème est évidemment de savoir si les fructus, obventiones et jura Ecclesie dont la gestion l (...)

77Observons à nouveau l’Introitus et Exitus n° 1 de l’Archivio Segreto Vaticano. L’ouvrage ne se présente pas comme une synthèse du mouvement des finances publiques dans la Marche d’Ancône. Au titre des recettes, on ne relève que la présence des profits de justice, du cens et des procurations. Le deuxième terme de la tallia militum que Jesi paya, d’après la quittance collationnée dans le liber jurium, le 17 août 1279189, n’y laisse aucune trace. Au titre des dépenses, ne sont mentionnés que des frais de messagerie et les gages des officiers de la cour provinciale, à croire que le recteur n’entreprit pas la moindre action politique d’envergure entre mai 1279 et mars 1280. Dans la mesure où le trésorier y envisageait la rétribution de son notaire, dont il précisait d’ailleurs avoir contrôlé la comptabilité, on pourrait considérer que ce livre faisait le tour de l’ensemble des compétences financières alors attribuées à Ruggero di Firenze. Il témoignerait ainsi des prérogatives restreintes de cet officier, censé n’intervenir que sur une partie de la structure fiscale et financière de la Marche d’Ancône, se contentant de la gestion des recettes venant de l’exercice de la justice et de droits de souveraineté, du versement de leurs gages aux officiers de la cour provinciale et des menues dépenses190. Le livre ne prenant en considération qu’une portion du mouvement des finances locales, sa position secondaire, partielle dans la structure comptable provinciale pourrait justifier l’adoption d’une diplomatique marchande et l’emploi du toscan par le rédacteur : l’ouvrage n’était pas conçu comme registre synthétique et définitif des recettes et dépenses de la Marche d’Ancône. On pourrait ainsi en déduire que l’influence de modèles marchands dans la comptabilité des provinces papales n’a peut-être pas été aussi importante que ne le suggère par son existence ce document.

  • 191 Voir Patrimoine n° 3-7, 9-12.
  • 192 Voir les listes dressées par D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century… cit., p. 307-318.

78L’organisation singulière de la fiscalité et de la comptabilité provinciales renvoyait inévitablement la confection d’un livre couronnant l’ensemble des activités de compte et d’écriture – un livre offrant une analyse transversale des recettes et dépenses – au niveau de l’institution centrale, la Chambre apostolique. Certes, la réalisation d’un tel ouvrage était toujours localement possible. En l’absence de trésorier dépêché par la curie, la concentration de la tenue comptable s’opérait d’elle-même et dans les provinces latiales, ce phénomène fut particulièrement fréquent, on l’a vu191. Mais ailleurs, là où la dualité des compétences fiscales était une réalité, seule la Chambre se trouvait en mesure de réunir les informations éparses pour constituer de tels livres. Cela ne semble pas avoir été à cette époque une des priorités du pouvoir. La papauté accordait peu d’intérêt à la comptabilité, comme instrument de gestion, préférant apporter des réponses politiques aux problèmes, bien réels, de gouvernement des provinces. La valse des recteurs orchestrée par la monarchie en est un premier indice192. La diversité morphologique des livres conservés jusqu’en 1320 en apporte la preuve : elle ne s’explique en effet que par la versatilité du pouvoir à l’égard de l’office de trésorier, dont l’existence et les prérogatives étaient périodiquement remises en question.

  • 193 P. Fabre, Registrum Curiae Patrimonii Beati Petri in Tuscia, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histo (...)
  • 194 A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., n° 491, p. 317-318 et 321.
  • 195 Peut-être convient-il de distinguer pour cette raison l’élaboration de comptes peut-être brefs de l (...)
  • 196 Quam totam pecuniam de presenti computo sic restantem (2611 flor), pro diminuendis debitis in quibu (...)

79Ce relatif désintérêt de la papauté à l’égard de l’enregistrement des actions fiscales et politiques du pouvoir, de la constitution d’une mémoire administrative, ne signifiait pas qu’elle se désintéressait de son territoire. Non seulement les sources attestent de sa volonté de voir constituées dans chaque province des archives permettant aux responsables locaux de mieux mettre en perspective et fonder leurs actions futures, on le sait193. Mais les quelques cahiers et fragments de comptes conservés suggèrent eux-mêmes un examen fréquent de leur contenu par la Chambre. On relève que le livre de Ruggero di Firenze s’étend de mars 1279 à mai 1280, que le quitus délivré par le camérier pontifical aux Pulci et Rembertini pour leur administration des pécunes du Duché de Spolète porte sur une durée équivalente (9 novembre 1290 – 12 septembre 1291), que le premier compte de Bonsignore di Gregorio, trésorier du Patrimoine, s’étend de septembre 1290 à juillet 1291194, que le rédacteur du livre remis à Raymond Brun de Gramont en 1306 se réfère à deux examens effectués par la Chambre à Pérouse, le premier requérant 29 jours à la fin août et en septembre 1304, le second 27 jours au mois de juin 1305. Ces nombreux documents attestent l’existence d’un calendrier d’examen finalement très serré : tous les dix mois environ195. La complexité de l’organisation fiscale de la papauté l’exigeait. La connaissance de l’exacte situation budgétaire des provinces était donc en curie fort bonne, comme le montre l’analyse irrévocable du camérier de Nicolas IV, prompt à déclarer, en donnant quitus aux Pulci et Rembertini en décembre 1291 que le gouvernement des terres de l’Église coûtait plus qu’il ne rapportait au siège apostolique196.

  • 197 On a relevé pour cette période la concentration des moyens de gouvernement réalisée en faveur des r (...)

80En redéfinissant les pôles du binôme centre / périphérie, l’installation de la Chambre apostolique en Avignon modifia la relation de la papauté à la comptabilité territoriale. L’éloignement de la curie avait des effets contradictoires sur le gouvernement des terres italiennes. S’il fallait développer les moyens d’action des organes locaux de gouvernement, il fallait parallèlement disposer d’informations précises en curie pour pouvoir intervenir de loin et de manière efficace dans la gestion des terres de l’Église. Après une période d’incertitude, qui correspond au pontificat de Clément V et aux toutes premières années de celui de Jean XXII, pendant laquelle le premier de ces impératifs semble avoir dominé197, la redéfinition des prérogatives et du statut des trésoriers autant que les pressions exercées par la curie sur les administrateurs offrirent à la comptabilité provinciale cette régularité et ces qualités descriptives, finalement remarquables.

  • 198 É. Langlois, Les registres de Nicolas IV… cit., n° 7094 ; G. Digard, Les registres de Boniface VIII (...)
  • 199 J. Favier attribuait cette valeur aux registres couronnant l’activité comptable de la Chambre apost (...)

81La valeur que la papauté attribua alors aux registres est attestée par ses exigences en matière d’authentification. Il devint impératif de faire rédiger ces livres par des notaires publics, ce qui n’était pas expressément requis auparavant si l’on s’en tient aux bulles papales de la fin du xiiie siècle198. La présence du seing du notaire conférait au compte une valeur juridique, bien supérieure à un ouvrage non authentiqué qui, même s’il était rédigé par le notaire du trésorier, demeurait un simple « papier » produit par une administration. L’apposition d’une ou de plusieurs certifications notariales faisaient-elles du livre une pièce à valeur probatoire permettant à l’avocat fiscal engagé par chaque cour provinciale d’user en justice de son contenu pour faire triompher les revendications de la Chambre ? La raison incite à le concevoir199.

  • 200 Lorsque le trésorier n’avait pas le temps de mettre en forme ses comptes, le pape exigeait que les (...)
  • 201 Dans toutes les provinces, l’archivage des actes de gouvernement semble avoir fortement progressé à (...)
  • 202 Voir Romagne n° 19. Bernard de Péret n’arrivera en Avignon que le 17 avril (Collect. 201, fol. 107v (...)

82Sous Jean XXII, la papauté s’employa également à améliorer la transmission et la conservation des actes produits par les cours provinciales200. Le développement d’archives provinciales ne pouvaient qu’accroître la sérialité de la production et, en favorisant une stabilisation morphologique du livre de comptes, permettre à l’autorité centrale de mieux budgétiser les finances locales et appréhender le gouvernement des provinces italiennes201. Quelques trésoriers furent en outre invités à demeurer dans leur affectation après avoir été relevés de leurs fonctions. Lorsqu’il narre les derniers temps de son office, Bernard de Péret précise qu’il demeura en Romagne sur ordre du pape pendant tout le mois de février 1329, pro informatione ipsius thesaurarius : le très peu expérimenté François de Pailherols202. Dans le processus d’institutionnalisation des trésoreries lancé par Jean XXII, la transmission d’un savoir gouverner était en effet fondamentale.

  • 203 L’inventaire du trésor de l’Église conservé à Pérouse, réalisé sur l’ordre de Clément V par Jacques (...)
  • 204 Même si elles élevèrent indiscutablement la position du trésorier, les réformes de Jean XXII ne les (...)

83L’examen des livres révèle néanmoins que l’établissement d’une nouvelle méthodologie comptable fut assez lent. Il reposa sur une tactique prudente, expérimentale, probablement motivée par une fracture de la documentation disponible, par la difficulté à réfléchir en Avignon à partir de sources suffisamment précises203. La volonté de fonder l’action normative sur des éléments sûrs, la nécessité d’évaluer la justesse des compétences rectorales, de mesurer la force des rivalités structurelles entre recteur et trésorier204, expliquent sans doute que les premiers résultats n’aient été perceptibles qu’assez tardivement à l’échelle du pontificat de Jean XXII, l’annualisation des comptes n’étant certaine qu’à partir de la neuvième année du règne. La Chambre apostolique finit par acquérir une vision assez précise de la comptabilité provinciale, en contraste complet avec celle qui dominait au siècle précédent, ce qui l’entraîna inévitablement dans une logique d’harmonisation des productions documentaires territoriales.

  • 205 Voir supra notes 130-131.
  • 206 ASV, Collect. 228, fol. 3-50.

84Le meilleur exemple en est fourni par le Duché de Spolète. Dans cette province, on l’a relevé, la confection d’une comptabilité structurée est loin d’être certaine pour le pontificat de Jean XXII. Tout semble indiquer au contraire la perpétuation d’un enregistrement chronologique des données, fortement enraciné dans les pratiques provinciales, même au niveau supérieur de la « finalisation » comptable, en clair du registre transmis à la Chambre apostolique205. Un examen attentif des livres conservés révèle certes qu’au moins un des registres de recettes du trésorier Jean de Amelio, écrit en 1324, porte dans les marges gauches des annotations alphabétiques cursives catégorisant chaque article. Elles servirent apparemment à préparer la rédaction d’un livre méthodique reclassant les articles du compte206. Rien n’indique toutefois que ces annotations, qui disparaissent à partir du 26e feuillet, aient été portées peu après la confection de cet ouvrage. Bien qu’il soit toujours périlleux d’identifier une main – a fortiori lorsqu’elle ne porte que des annotations ! – il semble que ces dernières appartiennent à celle qui se livra à la même opération sur les registres chronologiques de Jean Rigal, trésorier du Duché de 1332 à 1340, exactement comme si son détenteur avait alors tenté de contrôler la justesse de ses premières analyses, en amorçant, en guise de test, le reclassement des données d’un des livres de ses prédécesseurs, devenu depuis clerc de la Chambre apostolique… une référence en somme !

  • 207 Mes observations concordent évidemment avec celles formulées sur ce point par C. Reydellet-Guttinge (...)
  • 208 Ainsi pour le premier exercice on relève successivement Secuntur primo introitus passagium dicti an (...)

85Pour le Duché de Spolète, les premiers livres méthodiques de recettes n’apparaissent en effet qu’avec le mandat de Jean Rigal. À partir d’un registre chronologique, on confectionna un registre méthodique207 – c’était alors la procédure – divisé en exercices annuels, pas toujours rédigés par la même main. Chaque exercice était articulé autour d’un nombre presque stable d’une quinzaine de divisions, bien que leurs titres et leur contenu aient varié notablement de 1332 à 1340208. Tout indique que ce livre a été élaboré après la fin du mandat de Jean Rigal dans le Duché de Spolète.

  • 209 Soit les cahiers envoyés à la Chambre (Intr. et Ex. 122, fol. 1-55) ainsi que ceux qui constituent (...)
  • 210 Ibid., fol. 146.

86La confection de son registre de dépenses suit naturellement la même procédure. L’élaboration du livre chronologique enregistrant les sorties du 13 novembre 1332 au 15 septembre 1340209 précède la confection de l’ouvrage méthodique, qui contient en outre à son terme des articles relatifs à des faits de comptabilité postérieurs à l’exercice effectif de la charge de trésorier210. La datation des deux premiers registres méthodiques conservés pour le Duché de Spolète s’opère ainsi d’elle-même : elle ne s’est pas achevée avant 1342.

87L’examen des annotations marginales figurant au début des deux livres de dépenses de Jean Rigal permet d’appréhender ses tâtonnements dans le classement des articles et de certifier ainsi qu’il fut bien à l’origine d’une nouvelle structuration de la comptabilité dans cette province (voir figure 5).

(Source : ASV, Intr. et Ex. 127, fol. 1-4, 50-53).
Fig. 5 – Annotations marginales dans les livres chronologiques et méthodiques de Jean Rigal en novembre et décembre 1332.

  • 211 Sequntur expense stipendiorum rectoris, Sequntur expense stipendiorum meorum ratione officii mei th (...)
  • 212 Si ce n’est le salaire du procureur fiscal non mentionné dans l’exercice 1335. Sont ajoutés parfois (...)

88Pour les deux premiers mois de son mandat, il attribua à chaque article de compte un code alphabétique, ce qui lui permit d’établir, non sans hésitations, un premier classement autour de 9 divisions. Mais il revint par la suite sur ce classement, pour ne retenir dans le compte méthodique « définitif », que 6 divisions. Probablement parce qu’il ne disposait pas de la totalité des types de dépenses réalisées sur un exercice annuel, le trésorier opéra des regroupements (les frais de garde de la cour et des châteaux de Limigiano et de Monte San Martino notamment), qu’il ne conservera pas tous d’ailleurs par la suite. Pour l’année 1335 en effet, il retint 11 divisions : trois pour les gages des officiers de la cour, deux pour la solde des cavaliers et le restor des chevaux tués, quatre pour les frais de garde des principaux point d’ancrage de l’autorité papale, une regroupant l’ensemble des frais de messagerie, la dernière collectant tous les articles n’entrant pas dans une de ces catégories211. Il conservera cette articulation sans altération majeure jusqu’en 1340212.

  • 213 Comme l’a relevé C. Reydellet Guttinger, qui ne semble pas considérer curieusement que Jean Rigal a (...)

89L’approche expérimentale du classement des articles de compte démontre d’une part que la production de registres méthodiques est effectivement tardive pour le Duché de Spolète, que d’autre part elle résulte d’une injonction camérale. La Chambre apostolique l’impose en effet au trésorier préalablement à l’examen définitif de ses comptes. Si les cahiers chronologiques régulièrement expédiés peut-être ont été visés par les clercs de la Chambre, seul le registre méthodique est l’occasion d’un véritable contrôle, comportant la production des instruments qui attestent la réalité des dépenses, avec inscription sur le livre du nom du notaire ayant rédigé l’acte213.

  • 214 Après avoir traité des gages du recteur, du trésorier, des deux juges, du maréchal, du procureur fi (...)
  • 215 On rappelle que l’on n’a pas conservé le moindre livre de comptes du Duché de Spolète passé 1350.

90On approche ici les méthodes utilisées par la Chambre apostolique pour imposer aux trésoreries provinciales l’adoption de techniques de production documentaire qui leur étaient étrangères. Il suffit de comparer l’organisation définie par Jean Rigal pour le Duché avec celles déjà en usage dans les trésoreries voisines du Patrimoine et de la Marche pour percevoir quels modèles le camérier lui avait présenté afin qu’il ordonnât sa comptabilité. Il reste difficile d’appréhender dans quelle mesure cette structuration des recettes et dépenses du Duché de Spolète, pur produit avignonnais, s’imposa dans la province. L’administration du Duché pouvait en effet répondre aux exigences camérales par la fabrication d’un registre spécifiquement destiné à son usage. Bérenger Blasin, nommé trésorier en 1343, reprit le classement adopté par son prédécesseur214 ; mais les livres méthodiques qu’il remit à la Chambre apostolique sont les seuls à avoir été conservés. Il est toutefois très probable que la Chambre, par l’intermédiaire de ce clerc biterrois, ait réussi à imposer à la trésorerie du Duché une réforme de ses pratiques. Elle pouvait user de sa puissance institutionnelle pour contraindre les trésoreries à répondre à des critères précisément définis215.

91Si Jean XXII eut un rôle fondamental dans l’institutionnalisation des trésoreries et la normalisation de la production comptable, il convient toutefois de ne pas mésestimer l’importance des influences régionales dans le processus d’élaboration de ces documents. Plus ou moins ignorants des conditions politico-administratives des circonscriptions dans lesquelles ils étaient affectés, les administrateurs d’Outremont envoyés par Jean XXII en Italie ne purent faire autrement que d’intégrer dans leurs travaux des savoir-faire et des traditions d’écriture bien enracinés au sein des cours provinciales. S’interroger sur l’intégration dans ce processus de construction de la comptabilité provinciale de modèles communaux d’écriture comptable, dont les notaires employés par les administrations auraient été les vecteurs, revient à examiner des indices qui n’apportent que des éléments de réponse qui restent à étayer. Le questionnement révèle néanmoins un certain nombre de confluences méthodologiques.

  • 216 Le 10 mai 1326, le trésorier faisait acheter uno magno registro à Andrucio de Fabriano et à d’autre (...)
  • 217 Soit un feuillet portant en entête 1er décembre 1329 et sept autres avec des entêtes s’étendant du (...)
  • 218 S. Weiss, Rechnungswesen und Buchhaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, (...)
  • 219 M. G. Nico Ottaviani, Il registro finanziario del comune di Perugia « Massari 3 » come fonte storic (...)
  • 220 Comme le regrettait d’ailleurs le recteur Jean de Amelio (C. Reydellet-Guttinger, L’administration (...)

92Elles apparaissent tout particulièrement dans le Duché de Spolète, où la poursuite dans le premier tiers du xive siècle d’un enregistrement chronologique des dépenses est directement en relation avec les pratiques communales régionales. En 1326, Pierre de La Maynade fit élaborer, spécialement pour la Chambre apostolique, un Grand Livre d’Introitus et Exitus216. L’on pourrait considérer que cet ouvrage est la preuve irréfutable d’une importation dans le Duché d’une partie des nouvelles méthodes de production comptable adoptées par la Chambre, qu’aurait pu en outre superviser le propre frère du trésorier pontifical. Quelques fragments d’un Grand Livre sur parchemin élaboré sur l’ordre du même Pierre de La Maynade en 1330 ont également été conservés217. Or ces feuillets de recettes dressées dans l’ordre chronologique sont d’un format nettement supérieur à ceux produits par la Chambre apostolique : 40 cm sur 28 environ, contre 30 cm. sur 22 pour les productions avignonnaises218. La taille du livre, le support utilisé, la répartition graphique des données, renvoient en réalité aux productions contemporaines de la camera dei massari219. Pérouse est dans la première moitié du xive siècle « la » puissance politique de la région et jouit d’une force d’attraction indubitable pour une administration papale bien incapable d’être aussi puissante220.

93L’emploi par les administrations provinciales de notaires issus des petites villes de l’Italie centrale favorisa, dès lors qu’ils accédèrent aux fonctions de direction, la diffusion de modèles, d’influences régionales dans la présentation des comptes. Certes on ne dispose pas des livres produits par les communes dans lesquelles le cours provinciales résidèrent le plus souvent dans la première moitié du xive siècle, Montefiascone, Viterbe, Macerata, Faenza ou Césène, mais les particularismes rédactionnels de chaque province, tels qu’ils apparaissent dans les premiers livres conservés, ne semblent guère pouvoir s’expliquer que par la continuité de pratiques locales, largement liées à l’évolution des institutions financières communales.

  • 221 ASV, Intr. et Ex. 68.
  • 222 Soit pour les deux à trois mois restant les feuillets 1 à 17 de l’Intr. et Ex. 77, et pour les exer (...)
  • 223 Intr. et Ex. 127, fol. 3-50.

94Même si les exercices annuels transmis à la Chambre apostolique restent majoritairement conditionnés par la date d’installation du trésorier dans son office, divers indices prouvent que des pratiques fondées sur un calendrier hérité de Rome étaient également en usage dans les trésoreries. Après l’examen de ses comptes par l’envoyé du pape Bertrand Carit en 1324, Hugues Bovis, trésorier de la Marche, ouvrit un nouvel exercice s’étendant du 1er novembre 1324 au 1er novembre 1325 pour les recettes, jusqu’au 1er octobre pour les dépenses221. Puis il fit dresser deux autres cahiers pour achever cette année 1325, afin de se lancer dans une élaboration comptable débutant au 1er janvier 1326222. De la même manière dans le Duché de Spolète, Jean Rigal ignorait dans ses livres chronologiques le style de la nativité pour suivre le même style romain223. Le maintien d’un calendrier, qui inscrivait résolument le livre et les calculs sur lesquels il était fondé dans le siècle, révèle la forte prégnance des valeurs communales dans le tenue de la comptabilité provinciale.

  • 224 La remise des livres de comptes à la Chambre s’étiola apparemment dès le pontificat de Benoît XII. (...)

95Lorsque les exigences de la Chambre devinrent moins régulières et précises224, que des notaires, sortis du rang en somme, accédèrent aux responsabilités de direction, les trésoreries commencèrent à raisonner davantage en fonction des besoins propres du gouvernement provincial. Dotées de règles et de méthodes spécifiques, d’une culture propre, mais vivant dans une sorte de hiatus administratif, elles furent en mesure de produire des ouvrages tournés bien davantage vers des nécessités locales que vers des questionnements centraux.

  • 225 La conservation de deux exemplaires des volumes de recettes, l’un conservé à l’ASV, Intr. et Ex. 26 (...)
  • 226 Archive, Chambre (apostolique) et Trésorier (lui-même) recevaient tous systématiquement une majuscu (...)

96Cette provincialisation de la comptabilité, qui s’identifiait ainsi au devenir du territoire qu’elle concernait, permet d’expliquer que dans le Patrimoine de Saint-Pierre aient pu être élaborés sous la direction du Viterbais Angelo Tavernini, des livres aux caractères si singuliers. Les trois exemplaires réalisés en 1358, pour la Chambre, pour le trésorier et pour les archives provinciales, étaient désormais de qualités strictement équivalentes225, contrairement à ce qui se pratiquait un demi-siècle plus tôt. Établies dans la forteresse de Viterbe édifiée à partir de 1354 sur l’ordre du cardinal Albornoz, les archives de la cour provinciale commençaient à acquérir avec le développement de l’autorité politique les fonctionnalités que les États accordaient généralement à ces institutions. Dans la liste des paiements à effectuer aux notaires responsables de la rédaction des registres226, Tavernini attribuait systématiquement une majuscule à ce terme, employé au singulier, pour désigner une institution, détentrice d’un savoir, organisé pour en conserver la mémoire. L’adoption d’une écriture typée, la méticulosité du classement, la propension à développer la narration qui conduit le rédacteur à donner jusqu’à l’analyse du contenu des lettres expédiées par la cour rectorale, sont, dans ces volumineux ouvrages, mises au service de la constitution de véritables Monumenta Patrimonii Historiae, d’une quasi histoire officielle de la province, tournée vers une glorification de l’administration dont il était une des têtes.

  • 227 Ibid., p. 234-236, 239-240.

97Quelle utilité pouvait en effet avoir pour la Chambre apostolique la narration détaillée d’événements éloignés – neuf ans pour les plus anciens – à l’origine de dépenses n’excédant pas quelques dizaines de florins ? Le camérier avait-il l’usage de tels développements rétrospectifs ? Avait-il véritablement besoin d’un ouvrage de 400 feuillets pour apprécier l’évolution des recettes et des dépenses entre 1350 et 1359 ? Réalisant une synthèse originale entre exigences camérales, méthodes administratives locales et objectifs personnels, Angelo Tavernini orienta le compte vers une histoire du gouvernement du Patrimoine de Saint-Pierre, dans laquelle sa patrie et sa personne avaient joué un rôle essentiel227. Ses ouvrages étaient destinés à être visités, consultés, admirés par ses successeurs. C’est à ces fins que le classement des données fut particulièrement soigné pour faciliter des recherches ponctuelles et réaliser d’indispensables comparaisons année après année, que la narration se voulut précise pour offrir aux administrateurs la possibilité d’inscrire leur propre action dans une perspective et une logique historique qui devait absolument conserver la mémoire des déboires rencontrés par l’autorité avant la conquête albornozienne.

  • 228 Il suffit de consulter l’ensemble de la documentation conservée pour la Marche d’Ancône durant le p (...)
  • 229 Voir notamment J. Glénisson et G. Mollat, Correspondance des légats et vicaires-généraux. Gil Albor (...)
  • 230 Du côté urbain signalons les recherches suivantes : R. Roja, L’amminis trazione finanziaria del com (...)

98Si les livres conservés pour le Patrimoine ne font plus état des mêmes qualités à partir de 1420, on ne peut toutefois en déduire que la redéfinition des vocations du compte eut partout pour conséquence une dégénérescence esthétique et structurelle des ouvrages confectionnés par les trésoreries228. Au demeurant il convient surtout d’insister sur les inconnus liés à une phase de reconstruction de l’autorité et sur la maturation de nouveaux concepts d’organisation comptable, non encore véritablement maîtrisés, mais tendus vers un contrôle plus étroit des flux financiers par les administrations provinciales. Ces orientations révèlent l’assimilation par les trésoreries des réflexions sur la gestion des finances publiques, menées conjointement dans le cadre des communes et au niveau de l’État. La conquête albornozienne avait fait tomber l’une après l’autre dans les mains du pape les finances des communes d’Italie centrale, ce qui avait rapidement nécessité l’envoi périodique de conseillers des légats, d’examinateurs et de réformateurs de budgets communaux souvent déficitaires, et la promulgation par l’autorité politique de tables destinées à guider les organes de décision communaux dans leurs choix budgétaires229. En rapprochant les systèmes de gestion de la ville et de l’État, emboîtés l’un dans l’autre, on avait ainsi développé des synergies d’appréhension des grandes questions financières et comptables, dont on ne perçoit clairement les effets, à cause des lacunes de la documentation, que sous le pontificat de Martin V230.

  • 231 A. Esch. Bankiers des Kirche im Grossen Schisma… cit. ; G. Holmes, How the Medici became the Pope’s (...)
  • 232 B. G. Zenobi, Ceti e potere nella Marca pontificia, Bologne, 1976 ; R. Volpi, Le regioni introvabil (...)
  • 233 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi… cit., p. 33, 34.

99Avec le retour des marchands-banquiers dans les structures administratives papales au cours du xve siècle, qui aboutit à la vente à ferme des trésoreries aux grandes sociétés commerciales florentines, Spini, Bardi, Alberti et Medici231, on pourrait considérer que les mécanismes financiers mis en place au xiiie siècle pour administrer le territoire s’étaient reconstitués – que rien en somme n’avait été modifié en Italie centrale232… Sans doute l’essor de la figure du dépositaire, issu d’une grande famille marchande et qui finit par désigner les trésoriers de province, est un des meilleurs témoignages de ce que l’on a pu considérer comme une « abdication de l’État » devant les grandes maisons de commerce233.

100Cette évolution, plus circulaire en apparence qu’en réalité, fait ressortir l’originalité des expériences politiques et administratives du Trecento et de ses prolongements lointains jusque sous Martin V.

101Elle offre une réflexion intéressante du point de vue institutionnel sur les limites de l’appareil d’État, dont certaines branches furent successivement confiées au secteur privé, réintégrés dans le domaine public, puis rouverts à des individus n’appartenant pas à l’institution, pour donner finalement naissance à une bureaucratie fiscale coordonnée par les grands marchands qui contrôlaient la dépositairerie générale. Elle met ainsi en relief des conceptions radicalement différentes de l’exercice du pouvoir, alternativement tendues vers le développement de l’autorité exclusive de l’État ou prêtes à pactiser avec les complexes économico-financiers dominants, pour les mettre au service d’objectifs politiques plus limités.

  • 234 La floraison de divers types de Descriptio est directement corrélée à une pratique exigeante de la (...)

102L’évolution de la documentation comptable dans les provinces papales témoigne de la succession de ces idées. La narrativité de la présentation relève d’une impulsion politique forte, résultant de l’éloignement de la curie – un facteur qui appelait presque automatiquement la confection de comptes-rendus et de rapports. La comptabilité put ainsi acquérir dans chaque province des fonctions réellement communicatives qui, développées jusqu’à leur terme, finirent par lui conférer une valeur identitaire et symbolique, permettant dans le Patrimoine de Saint-Pierre tout au moins, la réalisation de véritables opérations idéologiques. L’originalité de la relation centre-périphérie durant la période dite « avignonnaise » rendit nécessaire l’édification en Italie de l’Archive, polarisant en divers lieux du territoire pontifical la sédimentation d’une mémoire individuelle et collective. C’est à partir de cette politique documentaire fondée sur une croyance en l’omnipotence d’un appareil d’État hiérarchisé, que furent conçus dans la deuxième moitié du xive siècle, un nombre impressionnant d’états, de rapports, de bilans et de descriptions, conçus à des niveaux divers de la machine administrative pontificale et qui résultent directement de la diffusion au sein de l’administration papale des productions et des activités déployées par les trésoreries provinciales234.

103L’étude des mutations d’une culture comptable dans les provinces entre xiiie et xve siècle soulève sans nul doute d’autres questions qui appellent de nombreux approfondissements. Si l’on a ici voulu ouvrir quelques pistes et notamment posé le problème des rapports entre les structures de l’écrit documentaire étatique et les pratiques scripturaires de l’entreprise et de la ville, l’appréhension de leurs confluences méthodologiques dans les limites de l’État pontifical – probablement de ce point de vue le meilleur laboratoire qui soit en Italie compte tenu de l’origine et de la structure de cette autorité monarchique – demeure délicate, à tout le moins difficilement modélisable. Le pouvoir monarchique se nourrit des expériences exogènes pour développer ses propres compétences, sans pour autant renoncer à des interventions radicales et originales sur les structures qu’il anime. Cet apparent pragmatisme étonne de la part d’une autorité que l’on conçoit généralement moins réceptive au changement. Nul doute que la divagation du centre du pouvoir entre xiiie et xve siècle ait alors favorisé, par la recherche récurrente de nouveaux équilibres, de fructueuses interrogations sur les modes de contrôle et d’expression de l’autorité.

Notes

1 Voir, après les nombreux travaux de G. Arias, É. Jordan et M. Chiaudano, parmi les plus recentes approches, M. Vendittelli, Mercanti romani de primo Duecento « in Urbe potentes », dans Roma nei secoli xiie xiv. Cinque saggi, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 190), p. 89-135 et « In partibus Angliae ». Cittadini romani alla corte inglese nel Duecento : la vicenda di Pietro Saraceno, Rome, 2001 ; I. Ait, I Mercatores Camere Bonifacii Pape Octavi, dans Dante e il giubileo, éd. A. Esposito, Florence, 2000, p. 55-68 ; B. Dini, I merchanti-banchieri e la sede apostolica XII-prima metà del xiv secolo, dans Manifattura, commercio e banca nella Firenze medievale, Florence, 2001, p. 67-81. Une étude précise de cette compénétration attend encore son historien. La recomposition fréquente des sociétés d’affaires rend certes malaisée l’identification des enjeux réels des contrats successifs qu’elles négocièrent avec la papauté. Les recherches actuelles sont davantage orientées vers l’étude de l’entreprise, de ses structures et de son développement, que vers l’étude des rapports entre banques et papauté.

2 On a anciennement insisté sur ces questions (voir les travaux de E. Re, A. Fliniaux, P. Fabre). Dans le dernier demi-siècle, a été minorée l’importance des facteurs externes dans les faillites successives pour mettre en avant la faiblesse des structures des compagnies jusqu’aux grands krachs des années quarante du xive siècle ; voir A. Sapori, Studi di Storia economica. Secoli xiii-xivxv, Florence, 3 vol., 1982 ; F. Melis, Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’Archivio Datini di Prato, Sienne, 1962 ; R. W. Kaeuper, Bankers to the Crown. The Riccardi of Lucca and Edward I, Princeton, 1973 ; pour une approche renouvelée I. Del Punta, Il fallimento della compagnia Ricciardi alla fine del secolo xiii : un caso esemplare ?, dans Archivio storico italiano, 160, 2002, p. 221-268.

3 D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century, Londres, 1961.

4 A. Bartoli Langeli, Notariato, documentazione e coscienza comunale, dans P. Toubert et A Paravicini Baggiani (dir.), Federico IIe le città italiane, Palerme, 1994, p. 264-277 ; Le scritture del comune. Amministrazione e memoria nelle città dei secoli xiie xiii, éd. G. Albini, Turin, 1998 ; voir dernièrement A. Bartoli Langeli, Notai. Scrivere documenti nell’Italia medievale, Rome, 2006 (I libri della Viella, 56).

5 Pour une synthèse commode de la politique papale voir D. Waley, Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V, dans Comuni e Signorie nell’Italia nordorientale e centrale : Lazio, Umbria e Marche, t. VII-2 de la Storia d’Italia dir. Par G. Galasso, Turin, 1987, p. 229-320.

6 Il suffit de renvoyer à d’anciens travaux comme ceux d’Y. Renouard pour s’en convaincre : Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941 (BEFAR, 151). Au cours de ce même xive siècle, la récurrence des crises amenait les cercles dirigeant les compagnies à mettre en œuvre de nouvelles techniques de gestion de l’entreprise, favorisant l’autonomie de leurs diverses composantes, nécessitant de ce fait l’élaboration de systèmes de contrôle plus complexes. Directement liée au développement des mathématiques, la diffusion de la partie double diversifiait, on le sait, les modes d’approche de la comptabilité ; voir F. Mélis, Storia della ragioneria, Bologne, 1950. Voir également les contributions de B. S. Yamey, Bookkeeping and Accounts, 1200-1800, de P. R. Ramsey, The Unimportance of Double-Entry Bookkeeping : did Luca Pacioli really Matter ?, de M. Cassandro, La contabilità bancaria (xiii-xiv sec.), de C. Antinori, I manuali di computisteria e di ragioneria dal secolo xiii al xviii et de G. Arrighi, I sussidi matematici degli operatori economici medievali, dans L’impresa. Industria, Commercio, Banca. Secc. xiii-xviii, éd. S. Cavaciocchi, Florence, 1991 (Settimane di studio dell’Istituto Datini, 22), le recueil Kaufmannsbücher und Handelspraktiken vom Spätmittelalter bis zum beginnenden, 20. Jahrhundert, éd. M. A. Denzel, Stuttgart, 2002, ainsi que N. Coquery, F. Menant et F. Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006.

7 Les travaux, concernant encore essentiellement sur cette matière l’Italie du Nord et la Toscane, montrent la diversité des solutions mises en œuvre ; voir N. Carlotto, La città custodita. Politica e finanza a Vincenza dalla caduta di Ezzelino al vicariato imperiale, Milan, 1993 ; M. Ginatempo, Prima del debito. Finanziamento della spesa pubblica e gestione del deficit nelle grandi città toscane 1200-1350, Florence, 2000 ; P. Mainoni (dir.), Politiche finanziarie e fiscali nell’Italia settentrionale (secoli xiii-xv), Milan, 2001 ; A. Michielin (dir.), Mutui e risarcimenti del comune di Treviso (secolo xiii), Rome, 2004.

8 Et plus généralement la question de la circulation des modèles de gestion entre État et entreprise, voir notamment R. Descimon, Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise, dans W. Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, 1996, p. 133-162 ; S. Cavaciocchi (dir.), Poteri economici e poteri politici secc. xiii – xviii, Florence, 1999 (Settimane di studio dell’Istituto Datini, 30), ainsi que La fiscalità nell’economia europea, secc. xii–xviii (Settimane di studio dell’Istituto Datini, 39 à Prato, avril 2007).

9 Reprenant en cela des recommandations déjà formulées par Tommaso Zerbi (F. Mélis, Aspetti della vità economica mediœvale. Studi nell’Archivio Datini di Prato, Sienne, 1962, p. 340-342).

10 Outre les travaux de C. Bauer, M. Caravale, voir surtout A. Gardi, La fiscalità pontificia tra Mediœvo ed età moderna, dans Società e storia, 9, 1986, p. 509-557.

11 Il va de soi qu’on ne prétend pas ici apporter des réponses définitives, mais ouvrir des pistes, dans un domaine souvent négligé par les historiens.

12 Comme le faisait remarquer D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century, Londres, 1961, p. 261.

13 Voir, par exemple, pour la Campagne romaine, longtemps considérée comme une des dernières provinces à avoir reçu un trésorier, les remarques de M. T. Caciorgna, dans ce volume p. 59.

14 Sur la définition de ses prérogatives, G. Ermini, I rettori provinciali dello Stato della Chiesa da Innocenzo III all’Albornoz, dans Rivista di storia e diritto italiano, 4, 1931, p. 48-54, rééd. dans O. Capitani et E. Menesto (dir.), Scritti storicogiuridici, Todi, 1997, p. 573-648.

15 Camérier ou trésorier les deux termes cœxistent ; voir la liste établie par F. Pirani, L’evoluzione di una funzione amministrativa : i tesorieri provinciali della Marca nel secolo xiii, dans P. Monacchia (dir.), Ut bene regantur. Politica e amministrazione periferica nello Stato Ecclesiastico, 2000, p. 111-130 et pour une autre province, voir Annexe, Patrimoine n° 3.

16 Si l’on en croit les actes de chancellerie, Rufino fut nommé un mois avant Foulque, soit respectivement les 8 avril (F. Pirani, L’evoluzione di una funzione amministrativa : i tesorieri provinciali… cit., p. 119n) et 6-20 mai 1272 (J. Guiraud et L. Cadier, Les registres de Grégoire X (1272-1276) et de Jean XXI (1276-177), Paris, 1892-1960, n° 167-179).

17 A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine, dans Collezione di documenti storici antichi ed inediti ed editi rari delle città e terre marchigiane, II, Ancône, 1872, rist. anast. Bologna, 1976, n° CLXXX ; A. Bartoli Langeli, E. Irace et A. Maiarelli (éd.), Il libro rosso del comune di Fabriano, Ancone, 1998, n° CXXX, p. 227.

18 A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine… cit., n° CLXXXXVII.

19 ASV, Armadio XXXIII, n° 33a, fol. 51.

20 AS Fabriano, Pergamene, Busta V n° 219, 20 décembre 1289.

21 Ce phénomène est tout particulièrement net dans le Patrimoine de Saint-Pierre (voir Annexe, Patrimoine n° 3-7, 9-11).

22 Voir Annexe, Marche, n° 1-21, Duché n° 1-12, Romagne, n° 1-16, Patrimoine n° 1-12, Venaissin n° 1-3, Campagne n° 1-3.

23 Voir infra note 42.

24 Annexe Romagne n° 19-20, et pour un autre cas, Marche n° 18-19.

25 Voir respectivement Marche n° 6 et 8, Duché n° 3 et Marche n° 14.

26 Voir infra p. 166-187.

27 À commencer par Orlandino Paganelli, un contre-exemple demeurant en charge de 1289 à 1294.

28 Pour un exemple de regroupement, A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, 3 vol., Rome, 1861-2, I, n° 491.

29 Les Spini de 1280 à 1285, les Bonsignori de 1286 à 1288, les Ricciardi de 1289 à 1294 (Marche n° 4-14) ; les Chiarenti de 1289 à 1294, les Mozzi de 1294 à 1296 au moins (Romagne n° 3-6).

30 La mutation de Uberto Simonicci (Duché n° 4, Marche n° 15), avait été identifiée par D. Waley (The Papal State… cit., p. 322), pas celle de Lapo di Marzo (Patrimoine n° 8, Romagne n° 9) ni celle de Giovanni Bonaguide (Duché n° 2, Marche n° 17).

31 Voir Marche n° 10, 14.

32 Voir Marche n° 18, Romagne n° 6 et 8, Venaissin n° 2.

33 Derrière ce terme, pourrait se cacher un authentique associé en affaires. Mais dans la Marche, en Romagne, dans le Patrimoine au début du xive siècle, ce « socius » est souvent considéré par les sources comme interchangeable avec le trésorier en titre (voir Marche n° 20, Romagne n° 3, Patrimoine n° 8). Le recteur de Romagne, Aymeric de Châtelus, écrivant au camérier du pape ne fait d’ailleurs pas une claire distinction entre le trésorier et son socius (ASV, Instr. Misc. 743).

34 On pourrait considérer qu’il exerça cette charge bien avant novembre 1290 (voir Duché n° 3).

35 Archivio Storico Comunale de Todi, Pergamene, Armadio I, Casella II, n° 59, 65, 73, 107, 111.

36 B. Arnold, Die Erwerbung des Kastells Sismano durch Kardinal Benedikt Caetani (Bonifaz VIII.) im Jahre 1289, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 71, 1991, p. 164-194.

37 Archivio Storico Communale de Cascia, Pergamene n° 11.

38 ASMacerata, Montelupone, Pergamene n° 2 et 3. Sur d’autres affaires d’Orlandino voir F. Pirani, L’evoluzione di una funzione amministrativa : i tesorieri provinciali… cit., p. 124 et surtout ASCSarnano, Perg. n° 44, 85, 90, 98, 109, 113, 119 et 122.

39 Cette rétribution s’était élevée d’abord à deux sous par jour dans la Marche d’Ancône en 1280 (Introiti ed Esiti di papa Niccolò III (1279-1280), éd. G. Palmieri, Rome, 1889, p. 111). Elle monta à 3 gros tournois sous Benoît XI (E. Göller, Die Beamten der kirchenstaatlichen Gebiete und deren Gehälter unter Benedikt XI., dans Römische Quartalschrift, 18, 1904, p. 104).

40 Boccace, Décameron, trad. sous la dir. C. Bec, Paris, 1994, p. 58-59.

41 Dans la Marche d’Ancône, ce fut Vital Brost nommé le 10 mars 1306 (Marche n° 21) ; dans la Campagne, la logique incite à penser que Jean Socii, clerc de Bazas, recteur au spirituel dès octobre 1307 exerçait parallèlement les fonctions de trésorier (Campagne n° 2) ; dans le Patrimoine, Pierre de Lalande, chanoine du Mas d’Agen, est mentionné dès février 1308 (Patrimoine n° 9) ; dans le Duché, ce fut un chanoine de Vatan (Duché n° 10) ; en Romagne, Gaillard de La-case, chanoine de Saint-Seurin de Bordeaux, fut constitué recteur au spirituel et trésorier le 24 mai 1309 (Romagne n° 9).

42 Le gouvernement de la Romagne fut attribuée au roi de Naples le 19 août 1310 (A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, n° 608) ; Amanieu d’Albret, recteur du Patrimoine, fut exempté de rendre ses comptes probablement dès juillet 1306 (D. Waley, An account-book of the Patrimony of Saint Peter in Tuscany 1304-1306, dans Journal of ecclesiastical history, 6, 1955, p. 18-25, p. 18, note 4), Arnaud Garsia de Got, frère de Clément V et recteur du Duché en 1308 également, comme Bertrand de Savignac, qui lui succéda en 1313 (Regestum Clementis papae V…, n° 9978).

43 Voir Marche n° 21, Romagne n° 12-14.

44 Romagne n° 16-17. De la même manière, dans la Marche, le Florentin Matteo Minutoli, trésorier du recteur Raymond d’Aspet en 1311-1313, fut engagé comme trésorier par le recteur Ameil de Lautrec en 1318-1323 (voir Marche n° 2123).

45 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies… cit., p. 413-4.

46 Voir sur cet important personnage Duché n° 13.

47 C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché de Spolète (1305-1352), Florence, 1975, p. 59-61.

48 Par rapport au taux en vigueur sous Benoît XI (voir supra note 39) ; on constate le phénomène aussi bien dans le Duché (C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale… cit., p. 59), que dans la Marche, dès le début du mandat de Hugues Bovis (ASV, Intr. et Ex. 50, fol. 3). En Romagne, elle s’élève en 1326 à 8 gros tournois par jour (ASV, Collect. 201, fol. 46), dans le Patrimoine à 7 gros par jour en janvier 1331 (ASV, Intr. et Ex. 140, fol. 24).

49 À terme, il ne géra plus que les comptes de la familia du recteur (voir Marche n° 28 et Codice Diplomatico Pennese, dans Antichità Picene, éd. G. Colucci, XXX, p. 1-156, Rist. anast. 1990, Ripatransone, n° 44), mais conserva probablement la comptabilité initiale des opérations militaires engagées par lui (voir Campagne n° 15).

50 Voir par exemple celle expérimentée par Pierre d’Artitz pour gérer les châtellenies du Patrimoine (Conscience et gestion de la crise dans le Patrimoine de Saint-Pierre. Systèmes d’exploitations, offices et pouvoirs à Cencelle (xiiie-xve siècle), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 117-1, 2005, p. 353-406, p. 367-372).

51 C’est ainsi qu’il fit Jean de Meille, chanoine de Lichfield (Duché n° 13), Hugues Bovis, chanoine du Mans (Marche n° 23), Arnaud Guillaume de Nouzerolles, chanoine de Riez, lorsqu’il devint trésorier (Marche n° 25), Bernard de Péret, chanoine de Beziers (Romagne n° 18), Matfred de Monteils, chanoine de Saint-Brieux (Patrimoine n° 15) et Étienne Lascoutz, chanoine de Sainte-Marie Majeure de Poitiers (n° 17).

52 Voir Romagne n° 17.

53 J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France, Paris, 1913-1935, n° 1702.

54 Voir Duché n° 18 et Patrimoine n° 24.

55 Voir Campagne n° 5 et Romagne n° 20.

56 Ce fut le cas pour Aymeric de Cregols, trésorier de la Marche (n° 22) et Matfred de Monteils, affecté dans le Patrimoine (n° 15), peut-être aussi pour Guillaume Truelle en Romagne (n° 20). Dans la Marche d’Ancône, entre 1317 et 1341, 3 trésoriers sur 6 moururent en charge.

57 Voir Duché n° 14, 15, 21 ; Romagne n° 28. Dans le Venaissin, les carrières sont généralement beaucoup plus longues : quelque 24 ans pour Pierre d’Artitz, ancien trésorier et recteur du Patrimoine de Saint-Pierre (voir n° 5).

58 Voir Duché n° 13, Marche n° 24, Patrimoine n° 16.

59 Voir Romagne n° 17, 22, 25, 28, 32.

60 Respectivement Giovanni di Mucio da Cortona, évêque de Teano (Campagne n° 13), et Bérenger Blasin, évêque de Lucques en 1349 (Patrimoine n° 24).

61 Notamment si l’on considère les activités ultérieures d’Étienne Bénier (Romagne n° 22).

62 Voir Romagne n° 18, Duché n° 13 et 15.

63 On a relevé, dans cette évolution, le comportement singulier du Venaissin, proche de la curie et soumis à des mécanismes de recrutement qui l’apparente, dans le système de relations centre-périphérie, au centre.

64 Voir Marche n° 10, 23 ; Duché n° 10.

65 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III cit., p. 111.

66 Tels Johannes de Bubianne, notaire placentin de Rufino di Stradiliano, noble de Plaisance (Marche n° 1), Lambertus Sornachi de Luca, notaire, en mai-décembre 1290, du trésorier lucquois de la Marche, Orlandino Paganelli (ASV, Armadio XXXIII, n° 33a, fol. 43v ; ASCamerino, Perg. E3). Le 29 juillet 1288, Nicolas IV n’avait-il pas accordé au trésorier de cette province la faculté de désigner son notaire (E. Langlois, Les registres de Nicolas IV, Paris, 2 vol., 1886-1892, n° 7102) ?

67 Trente ans plus tard, les constitutions albornoziennes confirmaient cette répartition des compétences au sein de la cour provinciale, n’accordant au trésorier qu’un seul notaire et maintenant deux notaires affectés à la Chambre (Costituzioni egidiane dell’anno 1357, éd. P. Sella, Rome, 1912, Livre II, 8 et 9). Il semble que certains trésoriers avaient en effet tenté de développer leurs services : en 1337, Bertrand Ségnier, trésorier de la Marche, employait Nicolas Puech, clerc de Lectoure, et Contucio Mattei de Macerata, nunc notarios et officiales camere do-mini Bertrandi (ASV, Intr. et Ex. 155, fol. 2, 76).

68 Voir pour le Duché de Spolète sous Clément V, ASFabriano, Pergamene n° 459, Busta VII/n° 354, 14 juin 1311, et pour le Patrimoine de Saint-Pierre en 1317-1319, ASV, Intr. et Ex. 21, fol. 11.

69 Maestro Tommaso di Penne San Giovanni, Giovanni da Offida et Contucio Mattei de Macerata (ASV, Intr. et Ex. 62, fol. 1).

70 Andrea Vannis domini Massei de Spello, notaire de la Chambre du Duché (ASV, Intr. et Ex. 91, fol. 77v), Bonora quondam Bartholi Bonagure de Foligno, notaire du trésorier Jean Rigal (Collect. 380, fol. 185), Giovanni Gilii de Todi, notaire de la cour du Duché (ibid., fol. 90), Rodolfo di Francesco di Rodolfo da Foligno (voir Marche n° 29), Martino di Raduccio de Bevagna, Ser Herrigo di ser Cioli di Bettona, Giovanni di Puccio da Spello (voir Duché n° 17, 20, 21).

71 Maestro Alessandro magistri Alexandri de Montefiascone, ser Pietro Cecchi de Castroplebis, publiccis notariis curie Montisflasconis en 1336-1337 (ASV, Intr. et Ex. 140, fol. 27), ser Nicola Blasmuci de Radicofano et ser Berardo de Cerroto, notariis curie Patrimonii (ibid., fol. 66v).

72 Outre Contucio Mattei de Macerata, Tommaso di Gentile di Penne San Giovanni, Lotto Jacobi di Monte Santa Maria in Cassiano (voir Marche n° 23, 28, 32).

73 Francesco di Ugolino Maglorii de Faenza et Gino Amighetti d’Imola (Ro-magne n° 21, 24).

74 Bartolomeo de Manasseis, de Prato, et Pietro Palesini di Montichiello ; Pietro di Gattola était lui de Gaète (Marche n° 28-30).

75 Tels Déodat Laurent d’Antugnac (Duché n° 19), Durand de Serres, clerc du diocèse de Rodez, reçu notaire de la Chambre du Patrimoine en 1335 (ASV, Intr. et Ex. 140, fol. 41v) ; Ulrich de Baigimelz, Géraud du Pin et Raymond de Mayorgas (Patrimoine n° 16, 23) ; maître Guillaume de Labarthe, clerc du diocèse d’Auch, notaire de la Chambre de la Marche en 1337 (ASV, Intr. et Ex. 155, fol. 45) ; Guillaume Brunet, de Salignac au diocèse de Cahors, clerc et fils de notaire, notaire de la Chambre de Romagne en 1337-1338 (ASV, Collect. 380, fol. 255, 275), etc.

76 Moins aisée est en revanche l’identification de leurs statuts respectifs (notaires titulaires et notaires sous contrat) et la reconstitution de leurs carrières, passant d’un service à l’autre, à l’intérieur du gouvernement provincial.

77 Certains papes s’en remettant d’ailleurs directement au recteur pour désigner le responsable (voir Marche n° 28, Duché n° 16, Romagne n° 21, Patrimoine n° 20, 22).

78 Lui-même originaire d’Orvieto (A. Vasina, I Romagnoli fra autonomie cittadine e accentramento papale nell’età di Dante, Florence, 1965, p. 397-398).

79 Voir Romagne n° 23.

80 Voir Marche n° 28-29.

81 Ibid. et Patrimoine n° 23. Le légat et vicaire général Bertrand de Déaux revint sur cette démultiplication de la fonction en désignant un unique vice-trésorier, Pietro di Gattola (voir Marche n° 30).

82 Il ne faut pas sous-estimer les compétences notariales, fondées sur des qualifications souvent tues par la documentation, des trésoriers de provinces dès le xiiie siècle : on a relevé par exemple que le très caricatural Cepperello Dietaiuti était notaire de son état (Venaissin n° 1). Dans les documents consultés, le statut de notaire des clercs envoyés en Italie est rarement mentionné et la concession du tabellionat, plusieurs années auparavant, pas nécessairement enregistrée dans les livres produits par la Chancellerie.

83 Pas moins de trois bulles de nomination à ces offices, assurément demeurées sans effet, furent enregistrées par la chancellerie, en date du 17 mai 1336 (J.-M. Vidal, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France, Paris, 1913-1935, n° 884, 885) et du 1er juin 1348 (E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France publiées ou analysées d’après les registres du Vatican, Paris, 1901-1961, n° 3896). Mais l’effectivité de nombreuses autres lettres de nomination n’est pas certaine (voir Romagne n° 26, Campagne n° 14, 18).

84 Voir Romagne n° 31.

85 Voir Marche n° 30-32, Patrimoine n° 25, Romagne n° 30, Duché n° 24.

86 Seul Tavernini semble s’être outrageusement enrichi (P. Egidi, Le croniche di Viterbo scritte da frate Francesco d’Andrea, dans Archivio della Società romana di storia patria, 24, 1901, p. 197-371, p. 342). Sur les biens réunis dans la Marche par Pietro di Gattola, voir Urbain V, Lettres communes n° 6365 et 16979, sur ceux de Pierre Rostaing en Ombrie, voir A.-M. Hayez, J. Mathieu et M.-F. Yvan, Grégoire XI (1370-1378). Lettres communes, Rome, 1992-, n° 27937 et la lettre qu’il adressa au roi de Castille en 1379 (L. Gayet, Le Grand Schisme d’Occident d’après les documents contemporains déposés aux archives secrètes du Vatican. Les origines, Florence-Berlin-Paris, 1889, vol. 1, p. 156).

87 J. Glénisson, Les origines de la révolte de l’État pontifical en 1375. Les subsides extraordinaires dans les provinces italiennes de l’Église au temps de Grégoire XI, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 5, 1951, p. 145-168, et Une administration médievale aux prises avec la disette. La question des blés dans les provinces italiennes de l’État pontifical, dans Le Moyen Age, 57, 1951, p. 303-326 ; G. Mollat, Orvieto e Firenze negli anni 1375-1376, dans Bollettino Storico Artistico Orvietano, 9, 1953, p. 8-9.

88 L. Fumi, Inventario e Spoglio dei registri della tesoreria apostolica di Perugia e Umbria dal R. Archivio di Stato di Roma, Pérouse, 1901, p. XVI, copié par P. Partner, The Papal State under Martin V. The administration and Government of the Temporal Power in the Early Fifteenth Century, Londres, 1958, p. 104 ; Innocent VI renforça leur position par rapport au recteur (Costituzioni egidiane dell’anno 1357, éd. P. Sella, cit. p. 32-36). Le développement du nombre de leurs agents et des documents les concernant dans les archives locales suffit d’ailleurs à démontrer l’extension de leurs activités (voir Marche n° 32, Duché n° 24, Patrimoine n° 25).

89 Voir Marche n° 33 et Patrimoine n° 26 ; on n’a pu cerner le début du mandat de Pietro de Masseis d’Amatrice, trésorier du Duché, dont le profil correspond par certains côtés aux deux précédents (Duché n° 25).

90 Voir Patrimoine n° 27, Marche n° 34, Romagne n° 34.

91 A. Esch, Bonifaz IX und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969 (Bibliothek des Deutschen Historische Instituts in Rom 29). On propose ici une interprétation de la position du trésorier de province qui ne se situe pas dans le droit fil de celle, directement albornozienne, donnée par A. Esch dans sa thèse p. 458-459. Ses recherches ultérieures, on le rappelle développèrent largement le rôle des banques dans les programmes politiques de la papauté romaine (Bankiers der Kirche im Grossen Schisma, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 46, 1966, p. 277-398 et Das Archiv eines lucchesischen Kaufmanns an der Kurie 1376-1387, dans Zeitschrift für historische Forschung, 1, 1974, p. 129-171).

92 Voir Marche n° 36 et Romagne n° 34.

93 Voir Marche n° 38.

94 Voir Duché n° 26, Patrimoine n° 29.

95 Antonio di Pietro en 1393 (Marche n° 37), Antonio Porziani en 1398 (Patrimoine n° 29), Pietro Romoli en 1408 (Marche n° 43).

96 Pour le Patrimoine de Saint-Pierre, on connaît Ginattano Francisci de Viterbe, en 1418, Jacopo, prieur de San Niccolò de Bagnoregio, de 1420 à 1422, Bartolomeo de Bonitiis d’Orvieto en 1424-1425, Giovanni di Rieti, clerc de la Chambre, en 1425, Matteo di Poggio de Bologne en 1429-1430. Pour le Duché de Spolète : Paolo Capogrossi de Sulmona, clerc de la Chambre, en 1424-1425, Giovanni Caffarelli, chanoine de Sainte-Marie-Majeure en 1425-1427, Niccolò della Valle, clerc de la Chambre, de 1429 à 1431. Pour la Marche d’Ancône : Marino di Tocco, ancien auditeur de Rote et évêque de Teramo, de 1417 à 1422, Geminiano da Prato, auditeur du sacré palais, en 1422-1423, Astorgio Agnesi, évêque d’Ancône, de 1423 à 1427, Giovanni Angeli, évêque d’Alatri, de 1427 à 1431. Pour la Romagne : Delfino de Gozzadini, abbé de San Silvestro di Nonantola, en 1418 (P. Partner, The Papal State under Martin V… cit., passim).

97 On renvoie pour faire court à D. Quaglioni, G. Todeschini et G. M. Varanini (dir.), Credito e usura fra teologia, diritto e amministrazione : linguaggi a confronto (sec. xii-xvi), Rome 2005 (Collection de l’École française de Rome, 346).

98 Voir sur cette documentation L. Fumi, Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica di Città di Castello, dal R. Archivio di Stato in Roma, Pérouse, 1900 et Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica di Perugia e Umbria, dal R. Archivio di Stato in Roma, Pérouse, 1901 ; Inventario e spoglio dei registri della Tesoreria apostolica ella Marca (dal R. Archivio di Stato in Roma), dans Le Marche, 4, 1904, p. 1-7, 109-118, 282-298 ; A. Anzilotti, Cenni sulle finanze del Patrimonio di San Pietro in Tuscia nel secolo xv, dans Archivio della Società romana di storia patria 42, 1919, p. 349-399 ; G. Orlandelli, Le finanze della comunità di Forli’ sotto il vicariato di Baldassare Cossa, dans Studi Romagnoli, 1956, p. 183-192 ; Il primo registro della Tesoreria di Ascoli 1426-1427, éd. M. Cristofari Mancia, Rome, 1974 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti e Sussidi 6) ; L. Waldmüller, Materialen zur Geschichte Johannes’ XXIII. (1410-1414), dans Annuarium Historiae Conciliorum, 7, 1975, p. 229-237 et E. Lodolini, I registri delle Tesorerie provinciali dello Stato pontificio (1397-1816) nell’Archivio di Stato di Roma, dans Studi in memoria di Federico Melis, Naples, 1978, vol. 2, p. 431-439.

99 Graphique établi à partir des documents conservées à l’ASV, dans les ASBologne, Orvieto et Rome et aux ADV. On a retenu tous les livres et fragments de livres relatifs à une activité comptable assurée par un officier du pape appartenant à l’administration des provinces. Effet pervers de la statistique, un mois de comptes conservé valide ici une entrée, ce qui attribue à divers fragments de comptes une valeur annuelle. Précisons enfin que doubles et copies ont été intégrés dans le calcul. Tout ceci explique que l’on dépasse parfois très largement, en données brutes, le nombre de provinces considérées.

100 Voir pour un cas d’espèce en Romagne en 1292, ASCImola, Pergamene, mazzo IV n° 90, 106, 109.

101 E. Angiolini, Annales Caesenates, Rome, 2003 (Fonti per la storia dell’Italia meridionale. Antiquitates, 21) p. 138.

102 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III (1279-1280), éd. G. Palmieri, Rome, 1889.

103 A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, n° 491, p. 317-321.

104 ASV, Collect. 241. Sur cet ouvrage D. Waley, An account-book of the Patrimony of Saint Peter in Tuscany 1304-1306, dans Journal of ecclesiastical history, 6, 1955, p. 18-25.

105 Sur ces documents M. Antonelli, Estratti dei registri del Patrimonio del secolo xiv, dans Archivio della Società romana di storia patria, 41, 1918, p. 59-85 ; J.-C. Maire Vigueur, Les pâturages de l’Église et la douane du bétail dans la province du Patrimonio (xiv-xv siècles), Rome, 1981, p. 25.

106 Le compte est anonyme. L’auteur ne serait pas le trésorier nommé par le pape d’après D. Waley, qui lui préfère Guillaume de Montdidier, camérier du recteur de la Marche (The Papal State… cit., p. 262) ! Pour F. Pirani (L’evoluzione di una funzione amministrativa cit.) et F. Bartolacci (L’amministrazione finanziaria della Marca nel xiii-xiv secolo. I casi di Iesi e Matelica) l’auteur est soit un notaire agissant auprès du trésorier, soit un simple receveur des contributions (Ut bene regantur. Politica e amministrazione periferica nello Stato Ecclesiastico cit. p. 112, 136). En réalité l’auteur semble bien être le trésorier : il évoque son notaire, ser Bonaventura di Siena, dont il dit avoir vérifié les comptes (Introiti ed Esiti di papa Niccolò III… cit., p. 82, 106) et qui doit être soldé en fonction d’un tarif des gages figurant sur une feuille annexe (ibid., p. 111). Ser Bonaventura est à plusieurs reprises mentionné comme notaire du trésorier Ruggero et de son prédécesseur Arrigo (A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine… cit., n° 190-199 ; Il libro rosso del comune di Fabriano, éd. A. Bartoli Langeli, E. Irace, A. Maiarelli, Ancone, 1998, n° 132).

107 Introiti ed Esiti di papa Niccolò III… cit., p. 31.

108 Notamment de ces livres qui font la synthèse des comptes des clients et des principales opérations réalisées. Appelés mastri, ils sont divisés en dare et avere. Le format de notre ouvrage renforce la thèse de sa parenté avec les mastri ; voir pour le xiiie siècle les ouvrages et fragments de comptes publiés par A. Schiaffini, Testi fiorentini del Dugento e dei primi Trecento, Florence, 1926, rist. 1954 ; A. Castellani, Nuovi testi fiorentini del Dugento, 2 vol., Florence, 1952 ; L. Serianni, Testi pratesi della fine del Dugento e dei primi del Trecento, Florence, 1977 ; A. Castellani, La prosa italiana delle origini. I : Testi toscani di carattere pratico, 2 vol., Bologne, 1982.

109 Les extraits collationnés sur ordre de Pierre d’Artitz (voir Patrimoine n° 16) se réfèrent probablement à des ouvrages produits sous l’autorité de Bonsignore di Gregorio (Patrimoine n° 2) et de Maynetto di Rinaldo Pulci (Duché n° 3).

110 A. Jamme, Du journal de caisse au monument comptable. Les fonctions changeantes de l’enregistrement dans le Patrimoine de Saint-Pierre (fin xiiie-xive siècle), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 247-268, p. 251-252.

111 Comme le démontrent les publications de T. Schmidt, Libri rationum camere Bonifatii VIII (Archivum Secretum Vaticanum, Collect. 466 necnon Int. et Ex. 5), Cité du Vatican, 1984 et de B. Guillemain, Les recettes et les dépenses de la Chambre apostolique pour la quatrième année du pontificat de Clément V (1308-1309) (Introitus et Exitus 75), Rome, 1978 (Collection de l’École française de Rome, 39).

112 Il valorise tour à tour les revenus des châtellenies par rapport à ceux de la taille, opérant d’une année sur l’autre des regroupements entre divers chapitres de recettes.

113 Permettant ainsi d’appréhender partiellement le régime alimentaire de la cour d’un recteur gascon en Italie ; à titre d’exemple, le jour de Pâque : Item die domenico pasch. pro carnibus capretis, polastris, porris et aliis necesariis VIII lb., VII s., VIII d. (ASV, Reg. Aven. 54, fol. 387).

114 Ces comptes ne prennent pas en considération les gages de Bernard de Coquillac, vicaire du recteur, et doivent donc être considérés bien plus comme des rapports de mission que comme les productions documentaires d’une institution provinciale (A. Jamme, Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 253). Sur ce personnage, voir Patrimoine n° 11.

115 ASV, Collect. 260, fol. 1-28 et Intr. et Ex. 21, fol. 1-22.

116 C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 66.

117 Pour les recettes seulement, à partir du 16 octobre (ASV, Intr. et Ex. 39, fol. 57-99).

118 ASV, Intr. et Ex. 46, fol. 1-125 et Intr. et Ex. 50, fol. 1-169.

119 ASV, Intr. et Ex. 79, fol. 1-63.

120 ASV, Collect. 201, fol 3-42.

121 Voir Marche n° 21, Duché n° 12, Romagne n° 13-15, Patrimoine n° 12.

122 A. Jamme, Du Journal de caisse au monument comptable… cit., p. 254-255.

123 ASV, Intr. et Ex. 46, fol. 1-3.

124 Cens, Affiti, Vente des biens des rebelles et bannis, Compositions, Condemnationes, guastis, dampnis datis et aliis variis, Emolumentum bancharum curie generalis et présidat., Emolumentum carceris, Vente des biens des bannis, Pecunia recepta de judeis, Massa Trabaria et comitatus Urbini, Pecunia recepta in subsidium Sancte Crucis, Emolumentum monete papalis, Pecunia recepta de condempnationibus stipendiariorum (ASV, Intr. et Ex. 46).

125 Là où Raymond Pelliparii avait ouvert 11 à 13 chapitres de recettes, Faydit en ouvrait 16 : Arrérages divers, Tallie, Focatici, Castellanie, Condemnationes et compositiones, De turre palacii, De sigillo et apodixa, De lucro penne, De capusoldis, De predis et executionibus, De passagiis, Census, Terratica et pascua et molendina, Denarii percepti propter exercitum, De introytibus comitatus Sabinie, De terris Arnulphorum (ASV, Intr. et Ex. 39, fol. 1-31).

126 Compositiones et condamnationes (jusqu’en décembre 1323), Procurationes, Pro constitutionibus et privilegiis, Compositiones et condamnationes, Emolumentum sigilli, Census (ASV, Collect. 174, fol. 42-63).

127 Outre les gages des divers officiers de la cour provinciale (recteur, trésorier, juges, avocat du fisc, sergents), Pecunia missa ad romanam curiam, Pecunia expensa in ambasciatoribus, Predicationes crucis, Guerra, Cursores missi ad romanam curiam, Pecunia debita per Aymericum de Cregollio, Solutiones scripturarum, Reparatura castrorum, Spie, Nuntiii et cursores (ASV, Intr. et Ex. 50, fol. 1-169).

128 Là où Raymond Pelliparii avait accordé 7 divisions aux dépenses, Faydit y consacrait 11 chapitres : outre les gages des officiers de la cour, Castellani et servientes roccharum, Stipendiarii equitum, Porterii, Servientes pedites, Nuncii ad curiam missi, Nuncii missi per terras Patrimonii, Parlamentum, Edificatio domus in qua jus redditur, Reparatio molendinorum Marthe et Bulseni, Pro cera, papiro, pergameno et curie necessariis, Expense extraordinarie (ASV, Intr. et Ex. 39, fol. 33-44).

129 ASV, Collect. 174, fol. 42-63.

130 Il ne comptait, on le rappelle que 9 divisions pour les recettes et 4 principalement pour les dépenses voir supra p. 124.

131 Seule exception notable, les livres du trésorier du Duché de Spolète, Jean de Amelio, dont les exemplaires aujourd’hui conservés, font preuve des mêmes qualités descriptives, mais ont tous une structure chronologique (ASV, Intr. et Ex. 21, fol. 24-176 ; Collect. 228, fol. 3-50 ; Intr. et Ex. 91, fol. 3-45).

132 Voir par exemple la note portée dans la marge gauche du fol. 123 par les examinateurs du registre de recettes présenté par Hugues Bovis (Intr. e Ex. 46).

133 Son livre de dépenses offre toutefois des sous-totaux annuels régulièrement effectués à la Noël, sauf le dernier datant du 1er avril 1324 (Intr. et Ex. 91, fol. 3-45).

134 Voir le compte du trésorier de la Marche du 1er novembre 1324 au 1er novembre 1325 (ASV, Intr. et Ex. 68, fol. 1-49) et C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché…, p. 65.

135 Année à partir de laquelle débute la documentation à ce jour conservée ; voir E. Angiolini, I primi registri della Camera Apostolica in Romagna nell’Archivio Segreto Vaticano, dans Ut bene regantur… cit., p. 91-113, p. 94.

136 Le dernier livre de comptes conservé pour cette province embrasse la période 4 mars 1324-31 août 1325, avec quelques ajouts ultérieurs en fin de volume. Cet exercice comptable ne semble pas correspondre avec la durée du mandat du trésorier provincial. Certes la fin de l’office de Foulque de Lapopie n’est pas cernée ; mais le début du mandat de Jean Regafredi ne peut être fixé avant 1327 (Campagne n° 7-8) et l’inventaire des archives de la cour provinciale permet d’être certain que ces deux personnages se sont succédés (ASV, Collect. 492, fol. 7v).

137 Ces comptes sont écrits avec soin, comme s’il s’agissait des registres « définitifs ». Mais les lettres sont plus petites, les titres sont encadrés, de même que les totaux infra-paginaux et les totaux placés en fin de chapitre : il y a suffisamment d’indices pour penser que ces ouvrages sont des manuels dotés de repères rendant plus aisée leur consultation, qu’ils se situent à un stade intermédiaire dans le processus de confection du livre de comptes « final », qui a très bien pu être fondé sur une périodicité annuelle. Sur le parchemin de couverture est en effet mentionné abscultatus est et l’on note que les totaux de recettes et de dépenses ne figurent pas à la fin du livre. Le format réduit de ces ouvrages (15 × 22 cm environ) renforce cette interprétation (voir ASV, Collect. 175).

138 Voir la liste des recettes provinciales jusqu’en 1350 dressée par C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 69-73.

139 Comme en témoigne la comptabilité tenue soit par les trésoriers de la province, soit par les camériers du recteur entre 1304 et 1364.

140 Ainsi le premier livre de recettes de François de Pailherols, trésorier de Romagne est-il divisé en 16 sections : Pecunia recepta a d. Bernardo de Pereto, Introytus compositionum et condempnationem, Introytus curie generalis de caposoldo, quarta penne notariorum et contumaciarum, Introytus comitatus Ymole, Introytus curie vicariatus Galiate, Introytus vicariatus Montisferetri, Introytus Bobii, Introytus castri Meldule, Introytus curie Castricarii, Introytus donicatum et sensuum (sic), Introytus sigilli curie generalis, Introytus fumantariarum per d. Franciscum venditarum, Recepta fumantariarum veterum venditarum per d. B de Pereto, Introytus bonorum banitorum, Introytus Sancte Reparate de Castrocaro (Intr. et Ex. 103, fol. 1-22). Pour la structure des recettes dans la Marche d’Ancône voir les notes 123 et 143.

141 L’enracinement de l’autorité provinciale autour de moles dans lesquels sa domination paraissait plus sûre finît par influer sur l’organisation de l’enregistrement comptable, pour les recettes notamment, la construction locale de l’autorité passant par le développement de la propriété immobilière et donc sa gestion. Dans le Duché de Spolète, l’installation de la cour provinciale à Montefalco se traduit dans les comptes par l’apparition récurrente d’individus, de produits, de domaines situés dans les environs, certains chapitres de recettes dans les livres de Bérenger Blasin n’étant peuplés que de mentions relatives à ce castrum, tels les Recepta grani ou les Spelta de coctimo et laboritiis (Intr. et Ex. 222, fol. 45, 52).

142 Comme le suggère la liste figurant en annexe, la division des compétences financières ne semble guère avoir été de rigueur dans le Patrimoine de Saint-Pierre (voir n° 3-7). Pour un exemple d’affrontement entre trésorier et recteur résolu en faveur de ce dernier, voir Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 221-2.

143 Voir Marche n° 21-23, 25 et Romagne n° 19-20.

144 Elles apparaissent significativement à la fin du livre de recettes en 1329 : Cens, Affiti, Arrérages de cens, Arrérages d’affiti, Compositions, Emoluments des bancs de la cour générale, Recette générale des présidats de San Lorenzo, Farfa et Camerino, Subside des clercs, Décime, Pécunes transmises par la Chambre, Biens des rebelles, Arrérages de taille, taille (ASV, Intr. et Ex. 101, fol. 37-103) ; mais aussi en 1330 : Cens, Affiti, Arrérages de cens, Arrérages d’affiti, Compositions, Emoluments des bancs de la cour générale, Recette générale des présidats, Biens des rebelles, Subside des clercs, Provision des juifs, Pécunes transmises par la Chambre, Recettes de la Massa Trabaria, Subside des clercs, Arrérages de taille, Subside concédé en parlement (ibid., fol. 161-215).

145 Voir Marche n° 24-25. On note que dans la deuxième moitié du siècle, un trésorier ayant acquis la confiance de la papauté comme Pietro di Gattola n’était pas régulièrement habilité à collecter la taille dans cette province (ibid., n° 32).

146 Voir les Intr. et Ex. 45, 78, 96, 111, 155, 175, 196, 213 et 226.

147 Les conflits qui opposaient parfois recteur et trésorier amenaient le pape à renouer temporairement avec les pratiques du passé et réclamer la tenue de registres séparés de recettes et de dépenses, à remettre conjointement à la Chambre apostolique ; pour un cas dans le Patrimoine de Saint-Pierre, en février 1322, voir A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, n° 683, p. 512. L’envoi dans les provinces de recteurs et de trésoriers, membres de l’institution ecclésiale, permit à Jean XXII de jouer sur la démultiplication des compétences, pour procurer à certains recteurs des ressources propres : c’est ainsi que le recteur Jean de Amelio, demeura commissaire sur les vacants, les bénéfices et les biens des rebelles dans le Duché. Les dépenses effectuées précisément à partir de ces recettes concernent le gouvernement de la province (Intr. et Ex. 91, fol. 77-116v).

148 Son objectif était en effet de disposer de registres synthétiques. Même dans le Duché de Spolète où il avait ménagé l’indépendance financière du frère du trésorier pontifical Adhémar de Amelio, il adressait au recteur et au trésorier une bulle, publiée le 29 mai 1325 à Foligno, mandant que tous les types de revenus et de dépenses inde factis bis annis singulis semel videlicet, inter festa omnium sanctorum et nativitatis dominice ac subsequenter inter solempnitates pasce ac pentecosti, invicem particulariter et distincte conferre ac computare curetis tres libros de huiusmodi computis et actionibus facientes, quorum duobus penes vos remanentibus reliquum vestris clausum sigillis eisdem annis singulis ante festum nativitatis beati Johannis Baptiste prefate Camere transmictatis (Intr. et Ex. 91, fol. 77).

149 Voir la recherche collective dirigée par E. Anheim et V. Theis, « Les comptabilités comptables » dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 165-268.

150 Pour le Duché de Spolète, voir note 147 et C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 65-67). Pour le Patrimoine de Saint-Pierre également, un certain nombre de livres ont été conservés en plusieurs exemplaires, relatifs notamment au mandat d’Étienne Lascoutz (ASV, Intr. et Ex. 110, fol. 1-115, 115, fol. 1-117, 116, fol. 1-160 et 118, fol. 1-156).

151 En Romagne, les recettes étaient distribuées dans 11 chapitres en 1325 et 1327 (Collect. 201, fol. 3-37 ; Intr. et Ex. 77, fol. 18 – 31v), 14 en 1328 (Intr. salis, Compositiones, Condempnationes de Cesena et eius districtu, Intr. capisoldis, quarta penne notariorum et contumaciarum, Intr. comitatus Ymole, Intr. vicariatus Galiate, Intr. comitatus Montisferetri, Intr. Ymeldole, Intr. Castrocari, Intr. donicatuum et censuum, Intr. sigilli curie, Intr. fumantariarum, Bona exbanditi, Intr. plebis Sancte Reparate de Castrocaro : Collect. 201, fol. 61-85), 16 même en 1329 (voir note 139) ; elles restent en nombre élevé, une quinzaine de divisions, pendant le mandat d’Étienne Bénier (voir note 155).

152 Dans le Patrimoine, Pierre d’Artitz semble avoir tenté de limiter le nombre de chapitres en opérant des regroupements thématiques. Dans le livre annuel qu’il numérote VII, les recettes font l’objet de 16 divisions : Tallie, Focatico, Castellanie, Teratica et bona exbanditorum, Pratorum et molendinorum, Census, Passagia, Ensenia et venationes, Compositiones, Prede et executiones, Pecunia missa d. n. papa in subsidium expensarum, Fructus Mirande, Fructus comitatus Sabine, Fructus Terrarum Arnulphorum, Lucrum pene et salaria causarum civilium, Lucrum apodisse et sigilli (Collect. 175, fol. 103-122). Étienne Lascoutz, au début de son mandat qui s’étendit de mai 1331 à décembre 1336, supprima une grande partie des regroupements effectués par son prédécesseur, ouvrant ainsi jusqu’à 22 divisions la première année : Focatico, Procurationes, Prede et executiones, Tallie, Castellanie, Fructus Mirande, Introytus Terrarum Arnulphorum, Introytus comitatus Sabine, Pascuum et passagium, Abbatie ad Pontem, De grano Abbatie, De pascuo Montisalti, Census, Terratica et bona exbanditorum, Prata et molendina, Compositiones, Salaria causarum civilium, Lucrum penne, Lucrum sigilli, Lucrum appodisse, Ensennia pro festo nativitatis, Ensennia in festo resurrexionis ; dans son sixième exercice comptable il n’y en avait plus que 15 (A. Jamme, Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 257).

153 Les dépenses sont articulées dans le livre VII de Pierre d’Artitz autour de 9 divisions : outre les gages des officiers de la cour, puis ceux des gardes des rocche, il ouvre des chapitres pour les Expense pro papiro, cera et pergamenis, Ex-pense pro stipendiariis, Emende equorum, Expense pro nunciis, Expense pro rebus in exercitum necessariis, Expense pro reparationibus, Expense pro nunciis ad curiam romanam missis ; dans le livre VIII, après avoir enregistré le paiement des gages du vice-recteur, du trésorier, des juges et du procureur fiscal, il porte à nouveau les frais de garde des forteresses, d’écriture, les soldes des stipendiés, des courriers, les frais de réparations et de messagers envoyés en Avignon (Collect. 175, fol. 123-159, 178-205). Dans la Marche d’Ancône pour l’année 1326 Hugues Bovis ouvrait, outre les gages des officiers (recteur, trésorier, juges de la cour, puis sergents), des divisions pour les frais de garde de prisonniers du recteur, pour les courriers envoyés en Avignon, les « ambassades », le renseignement (Spie), la guerre, les prêts extraordinaires accordés à la commune de Montefiore, les dépenses d’écriture et de messagerie (Intr. et Ex. 77, fol. 32-85).

154 Soit outre les gages, 10 divisions, Ambasciatores et Nuncii étant l’objet d’enregistrements distincts dans cette province (Intr. et Ex. 101, fol. 104-160v).

155 Outre les Stipendia rectoris, Stipendia thesaurarii, Stipendia judicum, Stipendia procuratorum, il ouvre des divisions pour les Expense occurentes in curia generali, Stipendia castellani et servientibus peditibus, Expense facte circa reparationem castri Meldule, Expense facte occasione processum… contra dominos Malatestam de Malatestis, Franciscum de Ordelaffis et Luppum de Alidosiis, Expense facte tam durante infirmitate domini episcopi Imolensis rectoris quam propter ejus mortis pro custodia, Expense in ambaxiatoribus et nuntiis (Intr. et Ex. 182, fol. 4478v).

156 Pour les recettes (voir Intr. et Ex. 169, fol. 1-57 ; 182, fol. 1-43 ; 189, fol. 137 ; 217, fol. 1-25).

157 Au titre Proventus generalis provincie Romandiole ex quarto penne notariorum caposoldis contumaciis tenutis et litium contestationibus, il avait ajouté par exemple, dans son deuxième exercice comptable (1er septembre 1337-1er septembre 1338), une note conclusive : Et est sciendum quod curia et eius emolumentum adeo modicum valuit quia provincia Romandiole et eius provinciales omnes vel quasi inobedientes existunt (ASV, Collect. 380, fol. 265).

158 Il adoptait en effet la même stratégie pour les dépenses, certains officiers de la cour, avocat fiscal et procureur de la Chambre, demeurant non soldés, mais prenait soin de témoigner qu’il avait obtempéré aux versements des gages et indemnités des officiers envoyés par le pape dans la province. En 1343-1344, il ouvrait ainsi un grand nombre de divisions, parfois sommaires, presque factices puisque peu fournies, en plus de celles consacrées aux gages, intitulées : Pecunie solute vicariis et officitialibus dicte province, Pecunie certis officitialibus extraordinariis solute, Expense occurentium in curia generali, Pecunie solute Bertrando Astorgii pro stipendiis equorum, Expense factarum circa provisionem et reparationem castrorum Meldule et Bretenorii, Pecunie solute pro canipis salis, Nunciis et ambaxiatoribus (Intr. et Ex. 217, fol. 26-42).

159 E. Déprez et G. Mollat, Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France publiées ou analysées d’après les registres du Vatican, Paris, 1960-1961, n° 405.

160 Son premier livre de recettes comprend 16 divisions outre l’encaisse, Focatico, Tallie, Compositiones, Census, pensiones et precia grani, Castellaniarum, Comitatus Sabbinensis, Terrarum Arnulphorum, Prede executiones, Census, pensiones et fructus vinearum, Pascuorum, Proventus grani, Salaria civilium causarum, Lucrum notariorum, Sigilli et litterarum, Introitus apodixarum, Ensenia venationum (ASV, Collect. 383, fol. 1-30) ; le deuxième exercice, débutant au 1er mars 1341 avec l’assentiment du recteur Bernard du Lac, mais incomplet est articulé autour de 18 chapitres : Focatico, Tallie, Compositiones, Introitus pecunie grani, Castellaniarum, Comitatus Sabinensis, Terrarum Arnulphorum, Prede et executiones, Census, pensiones et fructus vinearum, Proventus ecclesie Sancti Sepulcri de Aquapendenti, Salaria civilium causarum, Lucrum notariorum curie, Introytus sigilli et litterarum, Introitus apodixarum, Proventus procurationum, Focaticum, Talliarum, Ensenia resurrexionis domini (ibid., fol. 33-52). Ses dépenses sont divisées en 11 unités dans le premier exercice : outre les gages des officiers de la cour, des châtelains et gardes des rocche, des stipendiés à cheval et à pied, divers chapitres sont ouverts pour les Reparationes roccharum, Expense grani, Nuntii et ambaxiatores, Expense pro papiri et cere, Expense exercitus (ASV, Intr. et Ex. 186, fol. 1-164).

161 Le dernier livre de Bertrand Ségnier comptait pour 1341-1342, 7 chapitres de recettes : Census anni presentis, Affictus anni presentis, Census annorum preteritorum, Affictus annorum preteritorum, Compositiones, Emolumentis de IIII bancharum curie et presidatuum, Generali introitus. Ses dépenses débutaient toujours par le versement des salaires aux officiers de la cour, puis insistaient successivement sur les Cursores, Reparatura castrorum, Expense pro negociis Ecclesie, Nuntii, Custodes castrorum et fortaliciorum (Intr. et Ex. 188). L’ouvrage coordonné par Bartolomeo de Manasseis et Contucio Mattei en 1344 reprenait le même classement pour les recettes : Census anni presentis, Affictus anni presentis, Census annorum preteritorum, Affictus annorum preteritorum, Compositones, Bance, Generalis introitus. Quant aux dépenses, après avoir évoqué les gages des officiers, elles étaient articulées autour des chapitres Nuntii, Expense pro negociis Ecclesie, Reparatura castrorum, Castellani et custodes castrorum et forteliciarum (Intr. et Ex. 225). La tradition était de rigueur !

162 Respectivement entre 1342 et 1347 (Marche n° 28-29) et entre 1341 et 1347 (Patrimoine n° 22-23).

163 Les officiers de la cour ne perçurent en outre qu’une partie de leurs gages, assortie pour certains, d’arriérés de solde remontant à 1343 (ASV, Collect. 385, fol. 21). Puisque le scribe n’avait presque plus rien à écrire sur les livres de comptes, il prit le temps de relater le détail des versements de ses gages au recteur et intégra les rares dépenses militaires dans les comptes provinciaux ! Voir pour l’exercice 1349-1350, le Collect. 385, fol. 34-36). Si l’on compare les structures comptables de 1324 et de 1349, on était passé de 13 à 5 divisions pour les recettes (voir notes 122, 158 et Collect. 385, fol. 1-10v, 43-54v) et de 11 à 4, voire 2 divisions, outre les gages des officiers de la cour, pour les dépenses : Servientes, Cursores, Expense parlamenti et alie extraordinarie, Cera (voir notes 125, 158 et Collect. 385, fol. 16-42).

164 On a tenté de démontrer, à l’encontre de la thèse soutenue par P. Colliva (Il cardinale Albornoz, lo Stato della Chiesa e le Costitutiones Aegidianae (1353-1357), dans Bologne, 1977, Studia Albornotiana XXXII) la réalité du programme étatique de la monarchie papale, visant à la faveur du succès de l’entreprise albornozienne à transformer un agrégat de territoires hétérogènes en principauté territoriale, la politique castrale suivie par le pouvoir étant un des principaux marqueurs de ce programme (A. Jamme, Forteresses, centres urbains et territoire dans l’État pontifical. Logiques et méthodes de la domination à l’âge albornozien, dans É. Crouzet-Pavan (dir.), Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, Rome, 2003 [Collection de l’École française de Rome, 302], p. 375-417).

165 Soit sur les 398 feuillets que compte actuellement l’Intr. et Ex. 264, 32 feuillets pour les recettes de l’an II, 59 pour celles de l’an VII, 93 pour celles de l’an IX, contre 55 feuillets pour les dépenses de l’an II, 34 pour celles de l’an VII, 38 pour celles de l’an IX, l’inversion rapide du rapport s’expliquant aussi par l’ouverture d’un compte spécifique de recettes et dépenses de guerres de juin 1353 à juin 1356 (ASV, Int. et Ex. 268).

166 On se permet de renvoyer à Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 259-263.

167 Tel celui délivré en 1389 au trésorier de la Marche d’Ancône (ASV, Diversa Cameralia I, fol. 165).

168 La question fut longtemps évacuée par les historiens. A. Esch par exemple lorsqu’il examinait les prérogatives des trésoriers de province (Bonifaz IX und der Kirchenstaat… cit., p. 457-460), n’évoquait pas le problème de la disparition totale des comptabilités provinciales pendant les quinze années que dura ce pontificat. Mais il faut également voir ses considérations ultérieures sur ces questions dans Quaderni medievali, 45, 1998, p. 229-235, p. 233.

169 Le gouvernement des provinces était alors attribué à des légats et vicaires-généraux, le plus souvent cardinaux, qui venaient coiffer les recteurs et disposaient souvent à cet effet de moyens financiers spécifiques : A. Gardi, Il mutamento di un ruolo : i legati nell’amministrazione interna dello Stato pontificio dal xiv al xvii secolo, dans Offices et Papauté (xive-xviie siècle). Charges, hommes, destins, Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 334), p. 371-437.

170 On rappelle que les livres des trésoriers du Patrimoine et de la Marche d’Ancône sont désormais consultables sur le site de l’ASRome, progetto IMAGO II.

171 ASRome, Camerale I, Tesoreria provinciale della Marca I, n° 1. Ces caractères sont également présents dans l’ouvrage de 1397 produit par la trésorerie communale de Fermo (ibid., Tesoreria di Fermo I, n° 1). Mais ce n’était pas partout le cas semble-t-il. Le livre du trésorier du Patrimoine en 1420 ne fait pas preuve des mêmes qualités (ibid., Tesoreria del Patrimonio I, n° 1).

172 Ibid., Tesoreria provinciale della Marca, Buste I-III.

173 Pour les années 1427-1428, les recettes étaient organisées autour des Focolini, des Cens, Affiti, Caposoldi, Maleficii, et des Compositiones (ibid., Tesoreria di Campagna I, n° 1) ; voir pour l’ouvrage de Pierre de Durfort les notes 124 et 127.

174 Comme l’a relevé L. Palermo, I porti dello Stato della Chiesa in età moderna. Infrastrutture e politica degli investimenti, dans G. Simoncini (dir.), Sopra i porti di mare. IV. Lo Stato pontificio, Florence, 1995, p. 81-150, p. 118. Dans le Patrimoine de Saint-Pierre, le trésorier remettait ainsi deux cahiers de comptes à la Chambre, un premier où il portait des recettes en grand désordre : gabelles, cens, solde positif des budgets communaux, revenus des pâturages, subsides des juifs, revenus de justices (Tesoreria del Patrimonio I, reg. n° 1) et un autre livre de compte fondé sur la collecte de la taille désormais appelée subside, le premier levé pour solder principalement Tartaglia di Lavello et ses troupes, le second pour payer celles de Braccio da Montone (reg. n° 2).

175 ASRome, Tesoreria del Patrimonio I, reg. n° 3, fol. 2-6v.

176 Voir J. Glénisson, Les origines de la révolte de l’État pontifical en 1375, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 5, 1951, p. 145-168 ; M. Casini Bruni, Lettere di Gerardo du Puy al Comune di Orvieto (1373-1375), Pérouse, 1970.

177 ASRome, Camerale I, Tesoreria del Patrimonio I, reg. n° 3.

178 Voir pour les livres relatifs à la Marche d’Ancône, R. de Rita, Tra centralismo e autonomie locali. La tesoreria provinciale della Marca sotto Martino V, dans Studi in onore di Ciro Manca, éd. D. Strangio, Rome, 2000, p. 147-164, p. 162163).

179 Voir à titre d’exemple R. A. Goldthwaite, E. Settesoldi et M. Spallanzani (éd.), Due libri mastri degli Alberti. Una grande compagnia di Calimala 1348-1358, 2 vol., Florence, 1995.

180 Comme le disait M. G. Pastura Ruggiero pour une période ultérieure, La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi (XV-XVIII), Rome, 1987, p. 34.

181 Comme le considérait à tort F. Pirani, L’evoluzione di una funzione amministrativa… cit., p. 113 et p. 124-125.

182 G. Digard, Les registres de Boniface VIII, 1884-1909, Paris, n° 5416 ; A. Paravicini Bagliani, Eine Briefsammlung für Rektoren des Kirchenstaates (1250-1320), dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 35, 1979, p. 138-208, p. 159-160.

183 Les fonds communaux de pergamene, les libri jurium démontrent que recteurs, camériers des recteurs et trésoriers délivraient individuellement quittance ; voir notamment A. Gianandrea, Carte diplomatiche Jesine, dans Collezione di documenti storici antichi ed inediti ed editi rari delle città e terre marchigiane, II, Ancône, 1872, rist. anast. Bologna, 1976 ; P. Ferranti, Memorie storiche della città di Amandola, vol. 2 : codice diplomatico, Ascoli, 1892, rééd. Ripatransone, 1985 ; La Margarita Cornetana. Regesto dei documenti, éd. par P. Supino Martini, Rome, 1969 ; Regesti di Rocca Contrada, éd. par V. Villani, I. Secolo xiii, Macerata, 1988 ; Le pergamene dell’Accademia Georgica di Treia, éd. par I. Cervellini et M. G. Pancaldi, Macerata, 1995 ; Regesti di Rocca Contrada, éd. par V. Villani, II. Secoli xivxvi, Ancona, 1997 ; Il libro rosso del comune di Fabriano, éd. par A. Bartoli Lange-li, E. Irace et A. Maiarelli, Ancone, 1998 ; E. Angiolini et F. Bezzi (dir.), Le pergamene di Bagnacavallo. Poteri, territorio e devozione di una comunità in sei secoli di storia, Faenza, 2001.

184 Jusqu’au pontificat de Benoît XI le versement du cens en curie semble avoir été largement pratiqué par les communes qu’elles soient de grande ou de petite taille (E. Langlois, Les registres de Nicolas IV, Paris, 2 vol., 1886-1892, n° 3187, 3545-3570, 4477-4487, 5411-2 ; T. Schmidt, Libri rationum camere Bonifatii VIII… cit., p. 12, 19, 227 ; Regesti di Rocca Contrada, I. cit., n° 6, 31, 58, 83). Avec la résidence de la curie au-delà des Alpes, le versement des cens se trouva naturellement réorienté vers les administrations provinciales, ce qui modifia radicalement pour un certain nombre de petites communes la nature de leurs relations avec le souverain ; voir pour un exemple dans le Patrimoine de Saint-Pierre, Conscience et gestion de la crise… cit., p. 357-362.

185 L’enregistrement de ses actes par son notaire, Dalfinus de Venate, fait état de ces possibilités multiples de versement. Relativement à Amelia, on précisait que le paiement avait été déjà effectué dans les mains du recteur du Patrimoine, tout en ajoutant en note : tamen solvere debet fieri in Camera. Rappelons que le cens pouvait être payé en plusieurs termes, comme choisit de le faire le seigneur romagnol Guido da Polenta, ce qui multipliait encore les directions possibles des versements effectifs (ASV, Armadio XXXIII n° 33a, fol. 12, 51, 58).

186 Termes extraits des bulles adressées, l’une par Martin IV au recteur de la Marche, le 11 juillet 1282, pour l’engager à transmettre toutes les sommes collectées par ses soins au trésorier Rinaldo Campana ou à ceux qui seraient députés dans cet office, ita quod tam per tuum [thesaurarium] quam ipsius thesaurarii libros camere nostre de singulis receptis et expensis prefate provincie plena et distincta racio reddi possit (cit. É. Jordan, De mercatoribus Camerae apostolicae saeculo XIII, Rennes, 1909, p. 109-110), et l’autre par Nicolas IV, le 18 juillet 1288, au recteur de la même province, pour lui rappeler qu’il devrait assigner au trésorier tout ce qu’il percevrait mais qu’il aurait à tenir ses propres comptes (É. Langlois, Les registres de Nicolas IV… cit., n° 7094).

187 G. Digard, Les registres de Boniface VIII… cit., n° 5416.

188 Les conflits autour du contrôle des sommes versées semblent avoir été assez fréquents : outre les bulles mentionnées supra relatives à la Marche d’Ancône, signalons un cas similaire dans le Duché de Spolète en 1297-1298 (A. Paravicini Bagliani, Eine Briefsammlung… cit., p. 159, n° 20) et deux autres cas pour le Patrimoine de Saint-Pierre en 1293 et 1304 (Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 249-250).

189 Quittance délivrée par le recteur (A. Gianandrea, Carte diplomatiche Je-sine… cit., n° 198).

190 Le problème est évidemment de savoir si les fructus, obventiones et jura Ecclesie dont la gestion lui était clairement attribuée d’après les bulles papales, comprenaient ou non un impôt comme la taille. Il semble en effet que dans la Marche d’Ancône la gestion du produit de la taille ait souvent relevé du recteur et de son ou ses camériers (voir annexe, p. 169-177).

191 Voir Patrimoine n° 3-7, 9-12.

192 Voir les listes dressées par D. Waley, The Papal State in the Thirteenth Century… cit., p. 307-318.

193 P. Fabre, Registrum Curiae Patrimonii Beati Petri in Tuscia, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 9, 1889, p. 299-320.

194 A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., n° 491, p. 317-318 et 321.

195 Peut-être convient-il de distinguer pour cette raison l’élaboration de comptes peut-être brefs de la production de livres obéissant à des critères plus rigoureux. Le livre des comptes tenus dans le Patrimoine par les facteurs des Cerchi, probablement achevé durant l’été 1306, débutait au 24 août 1304, date justifiée par la remise d’un précédent livre au camérier (ASV, Collect. 241, fol. 31, 39). L’absence d’un ouvrage intermédiaire entre août 1304 à avril 1306, peut-être une conséquence de l’élection du 5 juin 1305, signale la possible dissociation de l’examen du mouvement des finances locales, de la remise plus ou moins ritualisée du livre de comptes (Du journal de caisse au monument comptable… cit., p. 251-252).

196 Quam totam pecuniam de presenti computo sic restantem (2611 flor), pro diminuendis debitis in quibus dicta Camera et cardinales communiter tenentur, occasione pecuniarum terrarum Ecclesie, in quibus plus expensum extitit quam receptum, sex societatibus mercatorum ipsius Camere de speciali mandato sanctissimi patris domini nostri Nicolai divina providencia pape IIII duximus eisdem mer catoribus communiter assignandam (A. Theiner, Codex diplomaticus cit., n° 491, p. 321).

197 On a relevé pour cette période la concentration des moyens de gouvernement réalisée en faveur des recteurs et de leurs vicaires ; voir supra p. 107 et Marche n° 21, Duché n° 10-12, Romagne n° 10-16, Patrimoine n° 9-12, Campagne n° 3-4, mais aussi Venaissin n° 3.

198 É. Langlois, Les registres de Nicolas IV… cit., n° 7094 ; G. Digard, Les registres de Boniface VIII… cit., n° 5416. On pourrait évidemment considérer que cela allait de soi.

199 J. Favier attribuait cette valeur aux registres couronnant l’activité comptable de la Chambre apostolique à la fin du xive siècle (Introitus et Exitus sous Clément VII et Benoît XIII. Problèmes de diplomatique et d’interprétation, dans Bulletino dell’Archivio Paleografico Italiano 2, 1956-1957, p. 285-294, p. 290). On adhère à cette interprétation. Sous Boniface IX encore les bulles papales insistaient sur la qualification de celui qui rédigeait le compte (A. Esch, Bonifaz IX und der Kirchenstaat… cit., p. 458).

200 Lorsque le trésorier n’avait pas le temps de mettre en forme ses comptes, le pape exigeait que les livres fussent avant son départ remis à son successeur (G. Mollat, Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, Paris, 1904-1947, n° 14205, 14207). On ne peut toutefois considérer que la remise du livre de comptes faisait partie du rituel de passation des pouvoirs, tout simplement parce que le livre de comptes ne pouvait être prêt au moment de l’installation du nouvel officier : le trésorier Foulque de Lapopie qui débutait son office dans la Campagne et Maritime le 4 mars 1324 (ASV, Intr. et Ex. 69, fol. 134) ne reçut des mains du recteur le livre de comptes tenu par son prédécesseur que le 16 septembre 1324 (ASV, Collect. 174, fol. 66). À noter également que pour lutter contre la disparition récurrente des instruments et registres à chaque changement de responsable, Jean XXII désignait le 1er avril 1321 un garde des archives de la cour provinciale du Patrimoine de Saint-Pierre (A. Theiner, Codex diplomaticus… cit., I, n° 666, p. 504).

201 Dans toutes les provinces, l’archivage des actes de gouvernement semble avoir fortement progressé à partir de son règne. L’inventaire dressé par Pierre Laurent pour la Campagne et Maritime en 1337 atteste de la bonne conservation des documents à partir de Jean XXII, mais révèle aussi la pauvreté du fonds, sur le plan comptable notamment, pour la période antérieure (ASV, Collect. 492, fol. 4-9).

202 Voir Romagne n° 19. Bernard de Péret n’arrivera en Avignon que le 17 avril (Collect. 201, fol. 107v).

203 L’inventaire du trésor de l’Église conservé à Pérouse, réalisé sur l’ordre de Clément V par Jacques de Casalibus, doyen de Saint-Seurin de Bordeaux et chapelain pontifical, Pietro da Gubbio, clerc de la Chambre et chanoine de Laon, en 1311 (ASV, Reg. Aven. 65, fol. 452-538 ; Regestum Clementis papae V ex Vaticanis archetypis nunc primum editum, cura et studio monachorum ordinis S. Benedicti, Rome, 1885-1892, Apendices I) est révélateur du peu d’intérêt que l’on accordait encore à la comptabilité provinciale : aucun compte relatif aux provinces papales n’est en effet mentionné, ce qui ne signifie pas bien sûr qu’ils aient été absents des archives qui avaient été rassemblées en ce lieu.

204 Même si elles élevèrent indiscutablement la position du trésorier, les réformes de Jean XXII ne les éradiquèrent point : voir les efforts de Benoît XII et de Clément VI (Costituzioni egidiane dell’anno 1357, éd. P. Sella, Rome, 1912, Livre I, 11 et 13, p. 23-31). En 1365 encore, le trésorier de Campagne et Maritime déposait plainte devant le camérier du pape contre le recteur, Giovanni Guidotti, qu’il accusait de le soumettre à forte pression pour obtenir de l’argent en sus de ses gages (D. Williman, Calendar of the letters of Arnaud Aubert, camerarius apostolicus (1361-1371), Toronto, 1992, Subsidia mediaevalia 20, n° 336).

205 Voir supra notes 130-131.

206 ASV, Collect. 228, fol. 3-50.

207 Mes observations concordent évidemment avec celles formulées sur ce point par C. Reydellet-Guttinger dans L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 67, auquel on renvoie.

208 Ainsi pour le premier exercice on relève successivement Secuntur primo introitus passagium dicti anni XV ind., suit l’enregistrement de l’encaisse de son prédécesseur dénuée de titre, Secuntur introitus partium salariorum bannorum et condempnationum comitatum, Secuntur introitus foculariorum, Secuntur quedam introitus curie de Montanis, Secuntur introitus adiutorii festinativitatis domini, Secuntur introitus festi Sancti Andree, Sequitur introitus adiutorii pace, Secuntur introitus assignati pro podere quod habet ecclesia Romana in districtu Bictoni, Secuntur introitus scripturarum Banchie curie Ducalis, Secuntur introitus aliarum scripturarum factarum extra bancham cameram tangentium, Secuntur introitus salariorum causarum civiulium, Secuntur introitus sigillorum, Secuntur introitus compositionum civilium, Secuntur introitus censuum camere ducalis (Intr. et Ex. 134, fol. 1-8) ; le troisième exercice voit le passage des compositions, de loin les plus volumineuses, en première position ; on abrège désormais les titres : Secuntur introitus civilium compositionum, Intr. scripturarum instrumentorum tam compositionum quam aliarum quitacionum, Intr. scripturarum Banche curie ducalis, Intr. salariorum curie ducalis, Intr. curie ducalis, Intr. condempnationum curie, Intr. adiutorii festi pache, Intr. partium bannorum condempnacionum et salariorum, Intr. foculariorum, Intr. carceris, Intr. passagiorum, Intr. de podere Bictoni, Intr. vicecomitatus Valtopini, Intr. sensuum, Intr. adiutorii nativitatis domini (ibid., fol. 42-66). Le dernier exercice rend plus explicite la casualité du classement : Introitus adiutorii nativitatis domini quia primo fuit mihi de ipsis assignatis facta, Sequitur quedam qui propter conscienciam assignat, Secuntur introitus compositionum civilium, Secuntur introitus passatgiorum, Secuntur introitus compositionum ex processibus criminalibus, Secuntur introitus foculariorum, Secuntur introitus condempnationum salariorum et bannorum curie ducalis, Secuntur introitus adiutorii festi pascatis, Secuntur introitus condempnationum curie ducalis, Secuntur introitus coptimi, Secuntur introitus assignationum pro exbannitis, Secuntur introitus scripturarum banche carceris salariorum et sigillorum, Secuntur introitus instrumentorum cameram tangentem (ibid., fol. 198 et seq.).

209 Soit les cahiers envoyés à la Chambre (Intr. et Ex. 122, fol. 1-55) ainsi que ceux qui constituent l’ouvrage personnel du trésorier, dans lequel les totaux infrapaginaux sont significativement effectués par le responsable de la rédaction (Intr. et Ex. 127, fol. 1-49, 147-196).

210 Ibid., fol. 146.

211 Sequntur expense stipendiorum rectoris, Sequntur expense stipendiorum meorum ratione officii mei thesaurarie, Sequntur expense stipendiariorum judicum curie ducalis, Sequntur hominum stipendiariorum equitum, Sequntur expense facte pro emendatione equorum in servicium Romane Ecclesie mortuorum, Sequntur expense hominum peditum, et primo famulorum pro custodia curie ducalis et domus thesaurarie conductorum, Sequntur expense famulorum pro custodia Montis Sancti Martini conductorum, Sequntur expense famulorum pro custodia Montisfalconis conductorum, Sequntur expense facte pro custodia Plebis Sancti Fortunati de Montefalconis, Sequntur expense nunciorum et ambaxiatarum, Sequntur quedam alia expense (Intr. et Ex. 127, fol. 88-96).

212 Si ce n’est le salaire du procureur fiscal non mentionné dans l’exercice 1335. Sont ajoutés parfois des chapitres purement casuels, tels les dépenses liées à l’organisation d’une expédition contre Cascia (ibid., fol. 135v, 141).

213 Comme l’a relevé C. Reydellet Guttinger, qui ne semble pas considérer curieusement que Jean Rigal ait dirigé la confection du livre méthodique à partir duquel ses comptes furent examinés (L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 67). À la différence du livre chronologique où les totaux infrapaginaux étaient effectués par le rédacteur, ceux qui figurent dans le livre méthodique sont portés par une autre main, celle de l’examinateur qui s’accorde en outre quelques commentaires (voir pour un exemple Intr. et Ex. 127, fol. 120).

214 Après avoir traité des gages du recteur, du trésorier, des deux juges, du maréchal, du procureur fiscal, des cavaliers, des berroviers de la cour, et des gardes de la rocca de Montefalco, il consacre pour son premier exercice comptable un chapitre à l’approvisionnement des forteresses et un autre aux frais de messagerie (ASV, Intr. et Ex. 134, fol. 2-36 ; cet exercice a été démembré avant d’être relié ; l’ordre logique des feuillets est le suivant : fol. 2-9v, 13-36v, 10-12).

215 On rappelle que l’on n’a pas conservé le moindre livre de comptes du Duché de Spolète passé 1350.

216 Le 10 mai 1326, le trésorier faisait acheter uno magno registro à Andrucio de Fabriano et à d’autres marchands ad copiandum omnes rationes nostras tam introituum quam expensarum et pro duobus aliis registris ad scribendum dictas rationes quorum unum debeo camere domini pape assignare, secundum venerabile viro domino Johanne de Amelio, tercium camere ducali dimictere (ASV, Collect. 224, fol. 77). Ce Grand Livre est aujourd’hui perdu.

217 Soit un feuillet portant en entête 1er décembre 1329 et sept autres avec des entêtes s’étendant du 2 janvier au 22 décembre 1330 (Collect. 228, fol. 154-161).

218 S. Weiss, Rechnungswesen und Buchhaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, Hanovre, 2003, p. 13-15.

219 M. G. Nico Ottaviani, Il registro finanziario del comune di Perugia « Massari 3 » come fonte storica, dans Ricerche su Perugia tra Due e Quattrocento, Pérouse, 1981, p. 9-58 ; G. Mira, Scritti scelti di storia economica umbra, Pérouse, 1990 et C. Regni, I registri finanziari del comune di Perugia, Pérouse, 1991.

220 Comme le regrettait d’ailleurs le recteur Jean de Amelio (C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le Duché… cit., p. 112) ; voir la synthèse de M. Pecugi Fop, Il comune di Perugia e la Chiesa durante il periodo avignonese con particolare riferimento all’Albornoz, dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l’Umbria, 65, 1968, p. 5-102, p. 14-34.

221 ASV, Intr. et Ex. 68.

222 Soit pour les deux à trois mois restant les feuillets 1 à 17 de l’Intr. et Ex. 77, et pour les exercices annuels 1326 puis 1327 les feuillets 32 à 105 de ce même Intr. et Ex. 77.

223 Intr. et Ex. 127, fol. 3-50.

224 La remise des livres de comptes à la Chambre s’étiola apparemment dès le pontificat de Benoît XII. Le 30 juillet 1339 le pape s’étonnait dans une lettre adressée au recteur et au trésorier du Patrimoine de leur négligence, n’ayant reçu ni revenus, ni comptes de leur administration depuis le début de leur mandat, deux ans et demi plus tôt (M. Antonelli, Vicende della dominazione pontificia nel Patrimonio di San Pietro in Tuscia dalla traslazione della Sede alla restaurazione dell’Albornoz, dans Archivio della società romana di storia patria, 26, 1903, p. 249-341, p. 308). On a vu supra quand les comptes du trésorier Jean Rigal furent contrôlés. L’examen des dépenses de Bérenger Blasin, de Déodat Laurent et de Giovanni di Puccio ses vice-trésoriers dans le Duché de Spolète (respectivement Intr. et Ex. 224, fol. 1-123, fol. 124-161, fol. 162-230), ne fut achevé qu’après la nomination de l’officier titulaire à l’évêché de Lucques. Autre exemple, en août 1353, Giovanni di Mucio da Cortona, nommé trésorier de Campagne, recevait l’ordre d’assigner à comparaître devant le camérier son prédécesseur, en charge depuis 1345, qui n’avait envoyé depuis, ni la moindre somme d’argent, ni ses livres de comptes à la Chambre apostolique (P. Gasnault, M.-H. Laurent, N. Gotteri, Innocent VI (1352-1362). Lettres secrètes et curiales, Paris-Rome, 1959 –, n° 540).

225 La conservation de deux exemplaires des volumes de recettes, l’un conservé à l’ASV, Intr. et Ex. 264, l’autre à l’ASOrvieto, reg. n° 862 le démontre.

226 Archive, Chambre (apostolique) et Trésorier (lui-même) recevaient tous systématiquement une majuscule dans cette liste conservée dans un registre de bulles de l’antipape Clément VII (éd. A. Jamme, Du journal de caisse au monument comptable cit., p. 265, 267-268), indice patent de la valeur qu’Angelo Tavernini attribuait à l’écrit comme instrument de pouvoir.

227 Ibid., p. 234-236, 239-240.

228 Il suffit de consulter l’ensemble de la documentation conservée pour la Marche d’Ancône durant le pontificat de Martin V pour s’en convaincre.

229 Voir notamment J. Glénisson et G. Mollat, Correspondance des légats et vicaires-généraux. Gil Albornoz et Androin de la Roche (1353-1367), Paris, 1964 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 203), n° 368, 369, 802, 1027 et M. Casini Bruni, Lettere di Gerardo du Puy al Comune di Orvieto (1373-1375), Pérouse, 1970, p. 83, 88, 100-101, 134.

230 Du côté urbain signalons les recherches suivantes : R. Roja, L’amminis trazione finanziaria del comune di Ancona nel secolo xv, dans Atti e Memorie della Deputazione di storia patria per le Marche, IVe série, 1, 1924, p. 141-246 ; A. Salzano, Le finanze e l’ordinamento di Spoleto all’alba del Quattrocento, Spolète, 1942 ; C. Regni, L’amministrazione politico-finanziaria del comune di Perugia nei suoi rapporti con la camera apostolica, dans Ricerche su Perugia fra Due e Quattrocento cit., p. 161-188.

231 A. Esch. Bankiers des Kirche im Grossen Schisma… cit. ; G. Holmes, How the Medici became the Pope’s Bankers et P. Partner, Florence and the Papacy in the Earlier Fifteenth Century, dans Florentine Studies : Politics and Society in Renaissance Florence, éd. N. Rubinstein, 1968, p. 357-381 ; R. de Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Florence, 1970 ; A. Gardi, La fiscalità pontificia tra Mediœvo ed età moderna, dans Società e storia, 9, 1986, p. 509-557 ; M. Caravale, Entrate e Uscite dello Stato della Chiesa in un bilancio della metà del Quattrocento, dans Per Francesco Calasso. Studi degli allievi, Rome, 1978 ; L. Palermo, Un aspetto della presenza dei fiorentini a Roma nell’400 : le tecniche economiche, dans Forestieri e stranieri nelle città basso-medievali, Florence, 1988 ; id., Aspetti dell’attività mercantile di un banco operante a Roma : i Della Casa alla metà dell’Quattrocento, dans Credito e sviluppo economico in Italia dal Medio Evo all’età contemporanea, Vérone, 1988 ; Id., La finanza pontificia e il banchiere depositario nel primo Quattrocento et D. Strangio, La finanza pubblica nella Roma del primo rinascimento. I registri Introitus et Exitus della Camera apostolica nei primi anni di pontificato di Eugenio IV (1431-1434), dans Studi in onore di Ciro Manca… cit. p. 349-378, 521-554. Pour le xvie siècle voir principalement M. Caravale, La finanza pontificia del Cinquecento : le provincie del Lazio, Naples, 1974 ; W. Rein-hard, Finanza pontificia e Stato della Chiesa nel secolo xvie xvii secolo, dans A. de Maddalena et H. Kellenbenz (dir.), Finanze e ragion di Stato in Italia e in Germania nella prima età moderna, Bologne, 1984, ainsi que les travaux et la communication de F. Guidi Bruscoli dans ce volume, p. 517-543.

232 B. G. Zenobi, Ceti e potere nella Marca pontificia, Bologne, 1976 ; R. Volpi, Le regioni introvabili. Centralizzazione e regionalizzazione dello Stato Pontificio, Bologne, 1983 ; B. G. Zenobi, Le ben regolate città. Modelli politici nel governo delle periferie pontificie in età moderna, Rome, 1994.

233 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi… cit., p. 33, 34.

234 La floraison de divers types de Descriptio est directement corrélée à une pratique exigeante de la comptabilité et à la constitution d’archives. Voir pour celles qui ont fait l’objet d’une édition : P. Fabre, Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 7, 1887, p. 129-195 ; G. Ermini, Le relazioni fra la Chiesa e i comuni della Campagna e Marittima in un documento del secolo xiv, dans Archivio della Società romana di storia patria, 48, 1925, p. 171-200 ; L. Mascanzoni, La Descriptio Romandiole del cardinale Anglic. Introduzione e testo, Bologne, 1985 ; R. Dondarini, La Descriptio civitatis Bononie ejusque comitatus del cardinale Anglico (1371), Bologne, 1990 ; E. Saracco Previdi, La Descriptio Marchiae Anconitanae, Ancône, 2000 (Fonti per la storia delle Marche, n. s. 3).

Table des illustrations

Titre De 1279 à 1316
Légende Fig. 1 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1279 à 131699.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre De 1317 à 1359
Légende Fig. 2 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1317 à 1359.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre De 1360 à 1396
Légende Fig. 3 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1360 à 1396.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre De 1397 à 1430
Légende Fig. 4 – Distribution chronologique des comptes des six provinces de 1397 à 1430.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende (Source : ASV, Intr. et Ex. 127, fol. 1-4, 50-53).Fig. 5 – Annotations marginales dans les livres chronologiques et méthodiques de Jean Rigal en novembre et décembre 1332.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540