Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Remerciements

Texte intégral

1On trouvera ici le recueil de la plupart des contributions des deux rencontres internationales organisées à l’initiative de l’École française de Rome, à Paris les 25 et 26 septembre 2003, avec le concours de l’École nationale des chartes et de l’Institut historique allemand de Paris (« Une culture exacerbée de l’écrit »), et à Avignon du 21 au 23 octobre 2004 avec le soutien de l’université d’Avignon et du Centre national de la recherche scientifique (« Les économies de l’office »).

2Tous nos remerciements vont en premier lieu à l’École française de Rome et à ses directeurs successifs, André Vauchez puis Michel Gras, pour leur soutien sans faille. Nos pensées se tournent également vers les directeurs des études médiévales, François Bougard et son successeur Marilyn Nicoud, ainsi que vers Brigitte Marin, directeur de la section moderne et contemporaine, qui ont efficacement soutenu ce programme scientifique.

3Les responsables des institutions partenaires qui en ont, avec enthousiasme, assuré le succès occupent une place particulière dans notre reconnaissance : Yves-Marie Bercé puis Anita Guerreau-Jalabert, directeurs successifs de l’École des chartes ; Werner Paravicini, directeur de l’Institut historique allemand de Paris ; Denis Menjot, directeur de l’UMR 5648 (CNRS-Lyon II – EHESS) ; Guy Lobrichon enfin, directeur du Laboratoire d’histoire de l’université d’Avignon. Nous avons plaisir à rappeler également le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nous n’aurons garde non plus d’oublier Christine Martella, directrice des Archives départementales du Vaucluse, dont l’amical accueil au sein de son service a permis, lors d’une visite nocturne de son dépôt d’archives, de concrétiser dans leur réalité crue bien des réflexions suscitées par la dernière rencontre avignonnaise ; ni Dominique Vingtain, conservatrice du palais des papes qui nous guida à travers le monument par des voies peu fréquentées, permettant à tous de mieux mesures l’impact architectural de la papauté en Avignon. La confiance, dans certains cas renouvelée, des participants de ces deux tables rondes qui ont accepté d’y présenter une ou plusieurs communications, s’est, au moment de la publication des actes, doublée d’une patience dont nous mesurons le prix à l’instant de mettre un point final à ces lignes. Maria Antonietta Visceglia à Paris, Jacques Chiffoleau à Avignon, ont accepté de tirer les conclusions de nos rencontres qu’ils en soient ici grandement remerciés.

4Avec ce second volume dédié aux rapports complexes entretenus par la papauté avec la notion d’office et de charge publique se clôt un cycle exceptionnel de cinq ans de rencontres régulières, de part et d’autre des Alpes. Il a, espérons-nous, permis de renouveler ou de créer des liens intellectuels et amicaux entre des personnes et des courants historiographiques de tradition différente mais qui tous avaient vocation et compétence à éclairer une réalité historique dont nous n’avons pas encore, loin de là, pris la pleine mesure. À tous ceux qui ont pris part à cette longue entreprise, nous exprimons notre très profonde gratitude.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540