Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naples, Rome, Florence

 | 
Jean Boutier
, 
Brigitte Marin
, 
Antonella Romano

Annexes et bibliographie

Annexe 2. Les bibliothèques

Texte intégral

I. BIBLIOTHÈQUES NAPOLITAINES, xviie-xviiie SIÈCLES1

Bibliothèques religieuses et conventuelles

1Angeli (Théatins).

2Carmine Maggiore : dès la fin du xve siècle, le monastère disposait d’« una buona libraria nella quale vi era sufficiente quantità di libri » avec un inventaire précis.

3Jésuites de la Maison de Probation : inaugurée en 1711. Rente annuelle de trente ducats allouée par le père Isidoro Cicala pour l’acquisition d’ouvrages modernes.

4Jésuites de la maison professe du Gesù Nuovo : « quivi è una libreria di molta considerazione, essendovi libri che difficilmente si trovano altrove ».

5Chartreuse de San Martino : remarquable « anco per le belle scanzie di noce nera con capricci d’intagli » ; disposant d’un catalogue imprimé dès 1764.

6Jésuites du Collège Majeur : d’« assai considerazione anche per gli armarj e per le ligature » ainsi que pour les instruments scientifiques très appréciés par Lalande.

7Olivétains de Monteoliveto : Alphonse II leur avait fait don de sa célèbre Bibliothèque.

8Monteverginella dei P. Guglielmini.

9Oratorio dei Filippini : enrichie par l’acquisition de la Bibliothèque Valletta. Durant l’hiver « vi si sta molto male a studiare » (Giustiniani).

10Ospedaletto dei P. Zoccolanti (Franciscains).

11Franciscains Réformés.

12Rosariello.

13Rosario (Dominicains).

14Salute (Dominicains).

15Sanità (Dominicains) : disposant de globes terrestres et d’autres instruments.

16S. Agostino alla Zecca : considérée par Giustiniani « una buona libre-ria ».

17S. Anna fuori Porta Capuana.

18S. Antonio a Tarsia.

19SS. Apostoli dei Chierici Regolari : « in un vaso molto spazioso con bellissima simmetria disposto. Vi sono volumi di Autori molto rari e di tutte le Scienze ».

20S. Brigida dei P. Lucchesini : « evvi un numero grande di libri di buonissime edizioni ».

21S. Caterina a Formello (Dominicains) : enrichie de précieux volumes du cardinal Orsini, Giustiniani y avait « mille volte osservato delle rare edizioni e libri di qualche rarità ».

22S. Domenico Maggiore : dans la bibliothèque où s’étaient formés des intellectuels de l’envergure de Bruno et de Campanella « si ha l’adito in certi soli giorni ».

23S. Efremo Nuovo (Capucins) : enrichie d’ouvrages remarquables par la générosité de Giambattista Centurioni, patricien génois.

24S. Efremo Vecchio.

25Gesù e Maria dell’Ordine dei Predicatori : Celano affirme : « era una buona libreria » mais « oggi vedesi in molti corpi di libri guasta e sfiorata ».

26S. Giovanni a Carbonara (Augustins) : manuscrits de Parrasio et de Seripando, « sfiorata » en 1718 pour enrichir le fonds de la Cesarea de Vienne.

27S. Giorgio Maggiore.

28S. Giuseppe (Clercs Mineurs).

29S. Lorenzo Maggiore (Mineurs Conventuels) : installée dans « una stanza assai grande, abbondante di libri d’ogni scienza e di buoni Autori ».

30S. Lucia al Monte.

31S. Luigi (Minimes) : signalée dans le Guide de Parrino, édité en 1700.

32S. Maria degli Angeli a Pizzofalcone.

33S. Maria della Consolazione a Posillipo : enrichie des livres de Simone Porzio.

34S. Maria Maggiore (Clercs Mineurs).

35S. Maria La Nova : enrichie au xviiie siècle, par Matteo Basile Apareta, général de l’Ordre des Clercs Mineurs, puis évêque de Palerme, d’un catalogue manuscrit qui s’ouvre sur une bulle de Sixte Quint interdisant la sortie des volumes.

36S. Maria in Portico (P. Luchesini).

37S. Maria della Solitaria.

38S. Maria della Stella.

39S. Maria della Verità (Augustins).

40S. Maria della Vita : selon la tradition, elle conservait les manuscrits de Gian Battista Pisacane.

41S. Nicola da Tolentino (Augustins).

42S. Orsola a Chiaia.

43S. Paolo (Théatins) : en plus d’« una libreria di considerazione », elle disposait aussi d’« un Archivio, dove si conservano diversi manoscritti di varj celebri Autori ».

44S. Pasquale a Chiaia.

45S. Pietro ad Aram.

46S. Pietro a Maiella (Célestins) : volumes avec l’ex libris de la Biblioth. Sancti Petri et Catharinae ad Magellam de Neapoli.

47S. Pietro Martire : environ 6 000 volumes « particolarmente de’ SS. Padri, de’ Teologi Scolastici, e Morali, ed altri di varia erudizione ».

48S. Severino (Bénédictins) : riche d’« alquanti codici antichi » consultés par Hensius.

49S. Severo (Dominicains).

50S. Spirito (Dominicains).

51S. Teresa a Chiaia.

52S. Teresa degli Scalzi (Carmes) : « in una stanza luminosa e ben dispos-ta [...] dove vi sono libri di quasi tutte le scienze ». Donato Antonio De Marinis, en 1656, lui fit don de ses biens et d’ouvrages de droit, avec l’obligation de l’ouvrir au public.

53S. Tommaso d’Aquino (Dominicains).

54S. Vincenzo alla Sanità.

55Vergini : « oltre le opere teologiche, filosofiche e letterarie, sono serbati assai libri di scienze fisiche, di geografia, di viaggi e di lingue forestiere » (Celano).

Bibliothèques d’institutions

56Académie des Sciences : bibliothécaire : le célèbre helléniste Baffi.

57Collegio al Salvatore : bibliothécaire : Michele Torcia.

58Collège Militaire de la Nunziatella : pour la charge de bibliothécaire, il était nécessaire « per quanto sia possibile » de connaître la « storia letteraria di tutti i tempi, e di tutte le nazioni » et le « stato attuale delle arti » (Ordonnance de 1798).

59Conservatorio della Pietà : bibliothèque fondée par Saverio Mattei.

60Hôpital des Incurables : catalogue imprimé, édité en 1763.

61Séminaire archiépiscopal.

62Séminaire des Nobles : fondé via degli Alessandrini par Manso, qui voulu le doter d’une bibliothèque bien fournie.

Bibliothèques nobiliaires

63Presque toutes « ouvertes » à la consultation pour les amis et les visiteurs.

64Marie-Caroline d’Autriche, reine des Deux-Sicile : riche d’ouvrages français et allemands, installée à Palerme en 1806.

65Giambattista Albertini, prince de Cimitile : importante collection d’incunables.

66Carlo Acquaviva, duc d’Atri : « non ispregevole libreria con qualche codice anche raro ».

67Giuseppe Antonio Barile, duc de Caivano : « studio tanto famoso di libri, ligati riccamente ».

68Giovanni Domenico Maria Berio, marquis de Salsa : « detti libri sono scialosamente ligati, e per lo più di artefici forestieri ».

69Marcello Bonito, marquis de S. Giovanni : « rara per molti manoscritti delle cose appartenenti al Regno di Napoli ».

70Lorenzo Brunasso, duc de S. Filippo.

71Antonio Carmine Caracciolo, prince de la Torella : ambassadeur à Paris où il avait l’habitude d’acquérir de nombreux livres anciens.

72Francesco Maria Caracciolo, prince d’Avellino : Bulifon écrit : « ebbi cura di procurargli buoni libri per la sua ricca libreria ».

73Marcantonio Carafa, prince de Stigliano : collection de « libri scelti, e di rarità » comme la Bible de 1476 imprimée par Mattia di Olmutz.

74Tiberio Carafa, prince de Chiusano : confisquée à Nola et intégrée à la Farnesiana.

75Lorenzo Crasso, baron de Pianura (avocat) : collection d’environ 6 000 volumes imprimés mais « have anche nel suo famoso studio molti mss. ».

76Giovanni Battista Del Pezzo, prince de San Pio : riche de « quattrocentisti, e de’ codici molto preziosi, tra’ quali si ammira la prima edizione del Petrarca fatta nel 1470 per Vindelin di Spira in Venezia sopra pergamena, e la bibbia di Magonza del 1462 sopra carta ».

77Giambattista di Capua, prince de la Riccia.

78Ascanio Filomarino, duc de la Torre : bibliothèque détruite durant les journées de 1799.

79Francesco Grassi, comte de Pianura : en plus d’un magnifique musée numismatique « si formò una speciosa biblioteca » acquise par la suite par les frères Terres, libraires.

80Giovan Battista Manso, marquis de Villa : héritier de la bibliothèque de Marino et fondateur du Séminaire des Nobles.

81Josè Joaquin Montealegre, marquis de Salas : réorganisée par Genovesi en 1744.

82Baron Domenico Ronchi : respectable « non solo per lo gran numero di libri, ma benanche per i Codici, libri eruditi di rarità, e di edizioni ancora ricercate ».

83Luigi Serra, duc de Cassano : l’unique collection à Naples des plus belles et plus rares éditions du premier siècle de l’imprimerie, vendue par la suite à des acquéreurs anglais.

84Marquis Andrea di Sarno : catalogue de vente imprimé de 1789.

85Marquis Francesco Orlando : textes d’histoire napolitaine – édités et inédits – qu’il « fa godere anche agli amici colla massima franchezza e cordialità ».

86Marquis Ludovico Paterno.

87Marquis Petrone : collection « veramente di pregio sì per le più rare edizioni del primo secolo della tipografia, sì per i codici veramente rarissimi e di sommo valore ».

88Marquis Domenico Salomone : « si formò una celebre raccolta, ed eravi del raro ».

89Marquis Francesco Taccone : fonds donné, mais en réalité acquis en 1812 par Murat, pour l’installation de la bibliothèque Gioacchina.

90Marquis Andrea Tontoli : belle collection « specialmente di cose toscane ».

91Marquis Francesco Vargas Macciucca (Real Camera di S. Chiara) : riche collection d’actes des plus grandes académies d’Europe, visitée par l’abbé Andrès.

92Scipione Spinelli, prince de Cariati : « dove sono Libri di rarissime Edizioni ».

93Vincenzo Spinelli, prince de Tarsia : « una libreria davvero magnifica » ouverte aux savants trois fois par semaine ; catalogue de vente imprimé par les héritiers en 1780.

94Vice-roi Guasparro di Haro y Guzman : « [ha] ragunato libri peregrini di ogni scienza ».

Bibliothèques d’ecclésiastiques

95Giuseppe Capecelatro, archevêque de Tarente : « bella biblioteca di scelti libri ».

96D. Gaetano Durelli, prêtre de la paroisse de S. Giorgio de’ Genovesi : parmi les plus « pregevoli di questa capitale, siccome appare dal catalogo », imprimé par Mazzola Vocola en 1785, qui comprend « omnis generis librorum in quavis facultate et in variis linguis ».

97Cardinal Ascanio Filomarino : il conserve dans son Palais « una Libreria non ordinaria ».

98Chanoine Antonio Matina : « tiene una copiosa Biblioteca di libri di varie scienze, e particolarmente d’historie, e di critica ».

99Cardinal Giuseppe Spinelli : en 1754 il fit don de sa bibliothèque, très bien fournie et enrichie des livres de son oncle, le cardinal Giuseppe Renato Imperiali, à la bibliothèque du Séminaire.

100D. Antonio Torres de la Congrégation des Pii Operai (église de S. Nicola) : « copiosa e squisita libreria ; la maggior parte de’ libri sono dei Santi Padri ».

Bibliothèques de collectionneurs, érudits, professionnels

101Gaetano Argento (président du Sacro Regio Consiglio) : « [usava] ragunare nella sua biblioteca le opere straniere appartenenti alla nuova scuola di Francia [... di grande] soccorso all’incremento degli studi forensi ».

102Nicola Gaetano Ajeta : « assai considerabile per la moltiplicità de’ buoni Autori » comprenant un Dante sur parchemin enluminé par Zingaro.

103Biagio Aldimari (Regio Consigliere) : « hà la sua libreria copiosa di librilegali, historici, e di erudizione ; ma di Genealogie, ed Armi di famiglie nobili copiosissima ».

104Michele Arditi : « pel ramo epigrafico deesi molto rispettare ».

105Giovanni Domenico Aulisio (Regio Consigliere).

106Ottavio Antonio Bayardi (Bibliothèque Palatine du Palais Royal) : constituée pour les études d’antiquités promues par Charles de Bourbon.

107Cono Capobianco (Secrétaire du Sacro Regio Consiglio) : bibliothèque remarquable « per la raccolta di cose napoletane » qu’il « faceva godere a tutti ».

108Giulio Capone : « copiosissima Biblioteca di dodicimila, e più volumi ».

109Pietro Caravita (juriste).

110Angelo Cardea : « una superba raccolta di libri di ogni classe, e specialmente di giurisprudenza di buone edizioni ».

111Francesco Carelli : « una speciosa biblioteca di libri rari, ed interessanti specialmente per lo ramo archeologico ».

112Domenico Cotugno (médecin) : livres de médecine et manuscrits, vendus à sa mort, par son épouse, à la Bibliothèque Royale.

113Lorenzo Crasso (jurisconsulte) : « egli hà speso molte migliaja di scudi per una biblioteca abbondantissima di manoscritti ».

114Matteo Egizio (érudit) : il souhaita « esser sepolto nella Chiesa di S. Brigida de’ P. Lucchesi, lasciando a quei religiosi buona quantità di scelti libri, e molti suoi preziosi MSS. che, secondo il solito, chi sa in quali mani imperite sono andati a finire ».

115Gaetano Filangieri : environ 300 volumes, catalogue autographe au Musée Filangieri.

116Niccolò Fraggianni (delegato della Real Giurisdizione) : collection d’« ottimi libri, ed in ognuno vi annotò delle belle sue osservazioni ».

117Pietro de Fusco (jurisconsulte) : « per libri legali la sua libreria, che sarà d’otto mila volumi, hà poche che la pareggiano ».

118Giulio Galeota (juge de la Grande Cour de la Vicaria) : « abbondantissima di scelti libri legali con molti manoscritti di giurisdizione e d’altri simiglianti materie ».

119Berardo Galiani : en grande partie vendue, par Ferdinando, à Catherine II de Russie.

120Niccolò Giannattasio (avocat) : « libreria di libri legali eruditi preziosissima » dans laquelle Vico avait étudié.

121Andrea Gizzio : ouvrages d’héraldique et de généalogie, nombre d’entre eux apostillés, donnés à la Brancacciana.

122Domenico Greco (jurisconsulte) : ouvrages de théâtre et droit donnés, en 1738, à la Brancacciana.

123Giovan Giacopo Lavagna (jurisconsulte et philosophe) : bibliothèque très fournie, pas moins intéressante que celle du plus célèbre Valletta (environ 5 000 volumes).

124Felice de Lanzina Ulloa (Président du Sacro Regio Consiglio) : bibliothèque, près l’église de San Rocco, « di tre stanze di libri scelti d’ogni scienza ».

125Gaetano Manso : « eranvi de’ libri veramente rarissimi ».

126Francesco Marciano (juge de la Grande Cour de la Vicaria) : composée de volumes « precisamente legali, se bene non vi mancano di altre Scienze ».

127Signori Marciani : catalogue imprimé de 1708 contenant 5 400 volumes enregistrés.

128Basilio Palmieri (caporuota) : bibliothèque d’« eccellenti scrittori di giurisprudenza oltramontani ».

129Domenico Pedillo (médecin) : « ottime opere » pour l’exercice de sa profession.

130Francesco Picchetti : nombreux ouvrages d’« antichità ».

131Domenico Potenza (Luogotenente della Regia Camera) : saccagée en 1799.

132Antonio Romano Colonna : « formò pure una ricca biblioteca ».

133Mario Schipano (letterato et médecin) : « costerà detta libreria di volumi poco meno che quattro mila ».

134Diego Soria (reggente di cancelleria) : « copiosissima di libri peregrini di legge, d’historie, e d’altre scienze ».

135Diodato Targiani (caporuota) : une partie de la bibliothèque de Tanucci y fut versée, par héritage.

136Nicola Toppi : particulièrement riche de manuscrits d’auteurs des Abruzzes.

137Giuseppe Valletta (avocat) : la grande bibliothèque du Palais de via Carrozzieri à Monteoliveto – visitée par d’illustres érudits italiens et étrangers – fut cédée par ses héritiers aux Padri Filippini pour la somme de 14 000 ducats.

138Pietro Valero (Conseiller du Collaterale) : « copiosa libraria ».

139Michele Maria Vecchioni (Presidente di Camera e delegato della R. Giurisdizione) : « preso dalla bibliomania raccolse un’ampia e rispettabile libreria ».

140Giuseppe Vernaglia : riche bibliothèque, environ 20 000 volumes donnée aux religieuses de Visita poveri.

Bibliothèques publiques

141Di Sant’Angelo a Nido (Brancacciana) : constituée sur volonté testamentaire du cardinal Francesco Maria Brancaccio et disposant d’un catalogue imprimé en 1750, pour les volumes et pour les manuscrits.

142Bibliothèque Royale : constituée à partir du fonds Farnèse, transporté de Parme en 1737, et inaugurée en janvier 1804.

II. BIBLIOTHÈQUES ROMAINES DU xviie SIÈCLE2

Bibliothèques religieuses et conventuelles

143Angelica du couvent de S. Agostino : enrichie avant 1664 du « studio di Monsignor Luca Holstenio, primo custode della Vaticana ». Bibliothèque publique de toutes les disciplines.

144Barnabites de S. Carlo ai Catinari : 4 000 volumes en 1698.

145Bénédictins de S. Paolo fuori la porta Trigemina.

146Cisterciens de San Bernardo alle Terme, puis de S. Bernardo a Termini : organisée par Bona Giovanni, abbé général de l’ordre réformé de San Bernardo alle Terme : « ottimi Autori di lettere sacre, morali, di humanità, e varie scienze, nelle quali questo dottissimo padre coltiva l’animo e l’ingegno ».

147Chapitre de San Pietro.

148Carmes de S. Crisogono in Trastevere.

149Carmes de Santa Maria della Traspontina : très riche.

150Carmes déchaussés de Santa Maria della Scala : rente annuelle de 100 écus de la part du P. D. Nicolò Barberini, pour les acquisitions ; « numerosissima e piena di ottimi libri di theologia, di scienze, sicome di varie lettere e historie » (1664) ; 6 000 volumes (1698).

151Cisterciens de la congrégation de Lombardie de Santa Croce di Gerusaleme.

152Cisterciens de la Congrégation de S. Bernardo du monastère de Santa Prudenzia : parmi les différents donateurs, on signale le cardinal Mazarin (1698).

153Dominicains, Penitenzieria di Santa Maria Maggiore : 3 000 volumes (1698).

154Dominicains de Santa Maria sopra Minerva, puis Casanatense : fondée par le cardinal G. Turrecremata, puis par le cardinal V. Giustiniani.

155Franciscains Réformés de S. Francesco a Ripa : bibliothèque universelle, avec de nombreux manuscrits.

156Franciscains Réformés de S. Pietro in Montorio.

157Franciscains Réformés Ibernesi, du couvent de S. Isidoro à Capo le Case : bibliothèque universelle, avec de nombreux manuscrits. En 1698, elle est signalée comme la bibliothèque du collège avec 5 000 volumes : livres de toutes les matières et de toutes les langues. Accueille en outre les archives de l’ordre.

158Jésuites de la maison professe du Gesù : fondée par les cardinaux Farnèse.

159Jésuites de la Penitenzieria Vaticana, maison du Borgo ; Piazza S. Giacomo Scossacavali ; Palais des Madruzzi, puis du cardinal Pallotta : 4 000 volumes (1698).

160Jésuites du noviciat du Quirinale.

161Minimes calabrais de S. Francesco di Paola : destinée aux moines du couvent, elle se caractérise par un nombre important d’ouvrages de médecine. Comptant plus de 8 000 volumes en 1698, elle reçoit la bibliothèque de Pietro Moretti, de Carlo Selvago.

162Minimes français de la Trinité-des-Monts : signalée pour ses aménagements intérieurs.

163Mineurs conventuels du collège de San Bonaventura aux Santi Apostoli.

164Mineurs observants du couvent de l’Aracoeli.

165Franciscains mineurs observants de la Penitenzieria di S. Giovanni in Laterano.

166Missionnaires de S. Vincent de Paul de la Curia Innocenziana.

167Monastère de S. Antonio : spécialisée en lettres sacrées et morale.

168Oratoriens de la Vallicella, Chiesa Nuova : voir la célèbre description de Mabillon.

169Réformateurs espagnols du Rachat de San Carlo alle Quattro Fontane.

170Romitani di San Girolamo à San Onofrio : recueille la bibliothèque du Tasse.

171Scolopi de S. Pantaleone : « Illustrano parimente questa librera, e servono di commodo a i studiosi di geometria e astronomia due mappemondi di mediocre grandezza, ma ben regolati e giustissimi e sontuosi dell’accademia degli argonauti di Venezia ; che gia furono dello studio del sudetto celebratissimo matematico Borelli.

172Trovansi di piu alcune operette del Galileo non istampe, e tra queste, le postille all’opera di Fortunio Leti, ch’essendo stato maestro del medesimo Galilei del P. Angelo di S. Domenico, Religioso di quest’ordine, che divenne sotto cosi eccelente maestro gran Matematico. Le originari lettere in buon numero scritte a personnagi di Monsignor Ciampoli, e diverse di Faminio Strada. Un poema di Urbano VIII sopra l’acquisto di S. Marinella ; da esso lui pur postulato. Di Sforza Pallavicino alla città di Camerino, di cui fu governatore, quando si fece gesuita.

173Con le copie dell’opere matematiche stampate del sudetto Benefattore Borelli. che si vanno vedendo, si va aumentando, come un capitale continuamente utile di libri moderni questa illustre libreria, secondo le disposizioni del medesimo celebre autore, confacenti al bisogno di questa esemplare, e profitevole religione, tutta intenta secondo le massime del suo venerabil fondatore, per giovare al publico ».

174Servites de S. Marcello al Corso : bibliothèque fondée à partir des dons du cardinal Andronio Rocca, protecteur de l’ordre, en 1381. Puis accroissement avec don de Mgr. Antonio Orfi, puis de Mgr. Borghi.

175Théatins de S. Andrea della Valle : très riche : « [...] di geografi, istorici, cronologici, matematici, filosofi, canonici, ec. ». Plus de 5 000 volumes sans les manuscrits.

176Théatins de S. Silvestro al Quirinale : riche, de nombreux manuscrits. Textes d’Euclide, de Sacrobosco (1664, 1698). Différents donateurs de la bibliothèque : cardinal Carafa, Michele Ghislerio, hébreux, le P. Antonio Diana, Prospero Farinacci.

177Terziari Francescani de S. Paolo alla Regola : c’est autour de cette bibliothèque que s’est structurée l’Accademia dei Dogmi : « copiosa di libri in tutte le materie scientifiche ».

178Chartreux de S. Maria degli Angeli : bibliothèque universelle.

Bibliothèques d’institutions

179Collegio Capranica : signalée par Mabillon. En 1698, on indique que cette bibliothèque n’est plus fréquentée.

180Collegio Greco : livres grecs.

181Université de la Sapienza.

182Ospedale San Spirito in Sassia, puis Lancisiana.

183Vaticane.

184Collegio Germanico.

185Propaganda Fide : constituée à partir du fonds du cardinal Albizzi, composé de 2 000 volumes, lui-même constitué, entre autres, de la bibliothèque du cardinal Farnèse. Plus de 10 000 volumes (1698).

186Collegio Romano : accueille de nombreuses bibliothèques de particuliers : Marc-Antoine Muret avec ses manuscrits ; celle de Bellarmin, de Gian Battista Cuccini, « decano della Rota Romana », des cardinaux Monreale et Toledo. Riche collection de manuscrits, de livres rapportés d’Asie, notamment par le jésuite Turriani. « Ne vi è scienza veruna, arte liberale, o meccanica, di cui non sia fornitissima questa famosa libreria » (1698). Dès cette époque un bon catalogue.

187Congrégation du Saint-Office : théologie.

188Collegio Clementino, Piazza Nicosia.

Bibliothèques nobiliaires

189Boncompagni, princes de Piombino, Palais Fieschi, entre S. Maria in Vallicella et S. Tommaso in Parione.

190Capponi, Palais voisin des églises de S. Maria Porta Paradisi et S. Michele Arcangelo.

191Seigneur Ferrante de’ Caroli, voisin du Palais Borghèse.

192Cristoforo Cenci.

193G. G. Ciampini, à S. Agnese : signalée en 1698 pour sa qualité dans le domaine des sciences et des arts mécaniques : les matières citées sont « filosofiche, teologiche, istoriche, matematiche, astronomiche, e naturali ». 7 000 volumes.

194Réseau de sociabilité scientifique autour de la bibliothèque : « Ma cio che rende celebre al mondo non meno la medesima libreria, che il nome di questo degnissimo Prelato e chesta esposta con un continuo flusso, e riflusso de Letterati, co’ quali egli di continuo tratta, e conversa, ad ogn’uno, che voglia ivi studiare, somministrando loro con istraordinaria umanita cio che occore : e agli amici e confidenti da il commodo de libri da studiare nelle loro case, cio che riesce loro di molto commodo [...] godendo il buon genio di esso di togliere con zelo eccelsiastico a i migliori ingegni l’ozio e al publico il familiare pretesto di non studiare ».

195Felice Contelori, Palais du seigneur Rivaldi, Piazza Navona : 8 000 volumes : droit, sciences, etc.

196Casa Conti (Innocent XIII), Palais de la Fontaine de Trévi.

197Mons. Domenico Maria Corsi : sciences et lettres ; français et espagnol.

198Marquis Corsini, Piazza Fiammetta, puis Palais Corsini della Lungara : bibliothèque universelle.

199Christine de Suède, Palais Riario alla Lungara.

200Antonio degli Effetti.

201Lelio Guidiccione, Piazza Trinità dei Monti.

202G. Cesare Luzi da Cagli, au pied de la Rupe Tarpea, face à l’église de la Consolation.

203Marquis Luigi Mattei, Palais Mattei.

204Antoni Moraldi, proche du Palais de Venise.

205Lelio Orsini, Palais Orsini à Pasquino ; puis des Orsini, Palais du duc de Bracciano à Pasquino : lettres et théologie.

206Seigneurs Pallavicini.

207Seigneurs Sachetti, dans l’ancien Palais des Borgia, puis des Sforza, près de l’Oratoire du Gonfalone.

208Marquis Spada, Palais de Capodiferro : nombreux manuscrits.

209Seigneur Ottavio Tronsarelli, après S. Giacomo degli Incurabili en haut du Corso.

210Seigneurs Varese.

211Duc G. A. Altemps, Palais devant Saint Apollinaire, de Mons. Patrizio Altemps : nombreux manuscrits.

212Luke Wadding, au couvent des Francescani Riformati Ibernesi.

213Farnesina, Palais Farnèse.

214G. Domenico Frescobaldi.

215Famille Gabrielli, Palais des Orsini à Monte Giordano. Chevalier Francesco Serra, proche de S. Maria in Via.

Bibliothèques cardinalices et de prélats

216Cardinal Ottavio Acquaviva, évêque de Naples : ouvrages mathématiques.

217Cardinal Albani, Palais Albani des Quattro Fontane.

218Clément XI Albani, Palais Lancellotti, Piazza Navona.

219Clément XI Albani, Palais du Quirinale.

220Cardinal F. Albizzi : « Libreria numerosissima » (1664).

221Mons. L. Allacci, « primo custode della Vaticana ».

222Mons. Altieri, Palais du Gesù : droit et lettres.

223Cardinal A. Barberini, Palais au Monte di Pietà : « Conserva Sua Eminenza una scelta e copiosa Libreria » (1664).

224Cardinal Francesco Barberini, au Palais Barberini des Quattro Fontane : 40 000 volumes : la plus célèbre des bibliothèques après la Vaticane. A pour bibliothécaire, Carlo Moroni (1664).

225Mons. C. Bichi, membre de la Rota : bibliothèque commencée par le cardinal Metello, puis le cardinal Alessandro.

226Cardinal L. Biscia, au Palais de la Piazza Nicosia.

227Cardinal Carlo Bonelli : don du cardinal Alessandrino, neveu de Pie V aux prélats de la famille Bonelli, et en cas d’absence, au couvent de S. Maria sopra Minerva : théologie.

228Cardinal Scipione Borghese, Palais Borghese, Campo di Marzio : livres d’astronomie signalés en 1698.

229Mons. Bottini.

230Cardinal Francesco Brancacci : lettres.

231Abbé Brocchi : droit.

232Mons. Bulgarino Bulgarini, lieutenant de l’Auditeur de la Chambre : « studio universale di ottimi libri » (1664).

233Francesco Camelli, secrétaire du cardinal Maidalchini : philosophie.

234Cardinal Gaspare Carpegna, dans sa résidence proche de la Sapienza.

235Mons. Girolamo Casanate (puis cardinal), dans sa résidence des « Cappuccini vecchi », puis auprès des Dominicains de la Minerva : droit, érudition.

236Cardinal Gaspare de’ Cavalieri.

237Cardinal Angelo Celsi, membre de la Rota : droit.

238Cardinal Carlo Cenci.

239Famille Cenci à S. Maria degli Angeli.

240Cardinal Flavio Chigi, au Palais des SS. Apostoli : lettres. À la fin du siècle, entre dans le fonds de la Chigiana.

241Bibliothèque Chigiana, Piazza Colonna, Palais Chigi du Corso : fondée par Alexandre VII. A été accrue par la bibliothèque de F. Chigi.

242Cardinal Alderano Cibo : toutes disciplines et manuscrits.

243Abbé Filippo Colonna, Palais Colonna : bibliothèque formée sur l’exemple de celle du cardinal Ascanio. Acquisition du fonds Sirlet.

244Prélats Costaguti, Palais Piazza Mattei.

245Honoré Fabri, déposée chez les jésuites des Penitenzieri di S. Pietro.

246Mons. Prospero Fagnani.

247Mons. Ottavio Falconieri, Palais Falconieri, via Giulia, puis bibliothèque du cardinal Benedetto Pamphili.

248Mons. Pietro Gabrielli, Palais Mattei.

249Abbé C. Gaetano, puis à l’Alessandrina de la Sapienza.

250Vincenzo Giustiniani, général des Dominicains, à la Minerva.

251Cardinal F. Antonio Gualtieri, Palais Manfroni.

252Giovanni Gualtieri, officier des brefs du pape : livres de sciences et langues anciennes : grec, hébreu, arabe.

253Cardinal G. Renato Imperiali, Palais de Piazza Colonna : 24 000 volumes (1664).

254Abbé Giuseppe Isoldi.

255Abbé Francesco Marucelli, Palais des Condotti : plus de 6 000 volumes : « copiosissima libreria fornita di volumi spettanti, e a qualsivogla scienza, arte liberale, mecanica ecc. » (1664).

256Mons. Camillo Massimi, Palais des Quattro Fontane : manuscrits arabes, coptes notamment.

257Cardinal Giulio Mazarino, Palais du duc Mancini au Quirinale.

258Cardinal Negroni.

259Cardinal Francesco Nerli, au Palais des Quattro Fontane : sciences ecclésiastiques.

260Mons. Antonio Orsi.

261Cardinal Ottoboni, puis Alexandre VIII, Palais Campitelli : droit.

262Cardinal Bernardino Panciatichi : plus de 4 000 volumes (1664).

263Cardinal Benedetto Pamphili, Palais du Corso.

264Camillo Pamphili, Palais Pamphili de Piazza Navona, dénommée en 1698, la « Pamfiliana » : histoire et érudition ; fonds de Clément VIII, du cardinal Girolamo Pamphili.

265Mons. Giacomo Pignatelli : sciences ecclésiastiques.

266Cardinal Carlo Pio di Savoia, Palais Orsini, Campo de’ Fiori.

267Mons. Cesare Rasponi.

268Michelangelo Ricci, au Palais Ricci face à la maison des Sachetti : particulièrement riche pour les mathématiques.

269Cardinal Giulio Rospigliosi.

270Mons. Prospero Fagnani et P. Francesco de Rossi.

271Cardinal Desiderio Scaglia, Palais Cornaro, derrière SS. Vincenzo e Anastasio.

272Cardinal Federico Sforza, puis des Sforza, Palais Sforza : codex et manuscrits.

273Cardinal Pietro Sforza Pallavicino : science et lettres sacrées et morales.

274« Sirletta ».

275Cardinal Jean-Gauthier de Sluse.

276Abbé Ferdinando Ughelli : livres rares.

277Abbé Valletta, à la bibliothèque des Scolopes à San Pantaleone.

278Mons. Girolamo Casanata : « Ne v’ha materia alcuna immaginabile, di teologia, di canoni, di legge, di morale, di filosofia, di belle lettere in prosa e in versi, di aritmetica, di mattematica, di geometria, d’historie delle nazioni [...] » (1698).

279Cardinal Giacomo Franzoni : droit et théologie.

Bibliothèques de collectionneurs, érudits, professionnels

280Nicolas Antonio, chevalier de Saint Jacques, agent du roi d’Espagne : ouvrages espagnols, entre autres.

281Avocat Eusebio : droit, lettres.

282M. A. Foppa : livres annotés par le Tasse.

283Lucas Holstenius, ensuite déposée à l’Angelica.

284Prospero Mandosio.

285Francesco Maria Onorati : dans sa bibliothèque grecque, « volumi di materie filosofiche, matematiche, astronomiche, legali, ascetiche, istoriche, di sacra e profana erudizione [...] » (1664).

286Raimondo Pennatti : droit, érudition.

287Giovanni Simone Ruggieri : poésie.

288Gregorio Scarinci : science et théologie.

289Nicola Severoli, puis de Marcello Severoli : droit, sciences, littérature.

290Studio d’Eustachio Divini : curiosités et inventions mathématiques : télescopes, microscopes, « di nuove maniere, e gradezze di vetri, e di cannoni da ello inventate, e poste in uso, nella quale arte fin hora tiene il primo luogo, habita a Ripetta ».

291Cassiano del Pozzo, puis de C. Antonio del Pozzo, derrière S. Andrea della Valle, puis de Clément XI Albani.

III. BIBLIOTHÈQUES FLORENTINES, xviie-xviiie SIÈCLES3

Bibliothèques religieuses et conventuelles

292Augustins déchaussés de Sant’Agostino sulla Costa.

293Bénédictins de la Badia fiorentina : constituée à partir du don de l’humaniste Corbinelli (1424) ; « per la sua gran quantità di Manoscritti rinomata ; ci sono qui quasi tutti gli Scrittori » (Bjöernstaehl).

294Camaldules de Santa Maria degli Angeli : pendant la Renaissance s’y réunissent les humanistes : 1 600 imprimés environ au début xviiie siècle.

295Carmes de San Paolino : enrichie du don du chanoine Pandolfo Ricasoli en 1637.

296Carmes de Santa Maria del Carmine : « copiosa Libreria » (1677).

297Chanoines de Sant’Antonio de la Fortezza da Basso.

298Cisterciens de San Frediano in Cestello : nombreux manuscrits « atti alla soddisfazione degli studiosi, ultimamente distribuiti con buon ordine dal-l’erudito monaco l’Abate Don Teodoro Davanzati » (1754). Passe en 1783, lors de la suppression du couvent, au séminaire de l’archevêché, sauf les manuscrits et incunables.

299Cisterciens de San Salvatore de Settimo (Borgo Pinti) : bibliothèque manuscrite très renommée au xvie siècle (mise à contribution en 1563 pour enrichir la bibliothèque médicéenne), dont il reste peu de traces au xviiie siècle. Au xviie siècle, environ 300 ouvrages. Passe en 1783 au séminaire.

300Collège jésuite de San Giovannino : « una luminosa, e grande Libreria » (1754). Vendue aux enchères en 1773.

301Collège jésuite de San Salvatore di Pinti.

  • 4 B. L. Ullman, P. A. Stadter, The Public Library of Renaissance Florence, Padoue, 1972.

302Dominicains de San Marco : fondée par Côme l’Ancien à partir du legs de Niccolò Niccoli. Ouvre en 1444 comme « Medicea pubblica »4.

303Dominicains de Santa Maria Novella : constituée au xiiie siècle, c’est l’une des premières bibliothèques conventuelles d’Italie au xve siècle. Nouvelle bibliothèque en 1619, don de 7 000 volumes par mons. Francesco Bonciani en 1674. En 1729, environ 10 000 livres et 700 manuscrits. Ouverte aux érudits (1677).

304Franciscains de Ognissanti : constituée par le confesseur de Côme Ier ; « una buona libreria, in vaso assai spazioso » (1677).

305Franciscains de Santa Croce : « copiosa Libreria di antichissimi Manoscritti, da cui gli eruditi hanno cavato molte memorie » (1757) ; en 1766, une partie passe à la Laurenziana.

306Frères de Vallombreuse de San Pancrazio : « una assai buona libreria per comodo de’ loro studenti, lasciata dall’Abate Tamburini uomo di gran letteratura » (1677).

  • 5 I libri del Duomo di Firenze. Codici liturgici e Biblioteca di Santa Maria del Fiore (sec. xi-xvi), (...)

307Opera del Duomo : constituée en 1448 pour la formation du clergé. Consultée par les érudits florentins du xviiie siècle. Transfert des 276 manuscrits et des 52 incunables à la Laurenziana en 17785.

308Oratoire de San Filippo Neri.

309Paolotti de San Giuseppe : constituée à la fin du xvie siècle ; au xviiie siècle, bien fournie de livres récents. Une partie va à la Magliabechiana à la suppression en 1784.

310San Jacopo Oltrarno.

311Sant’Ambrogio.

312Santa Maria Maggiore.

313Santa Trinità.

314Santo Spirito : « bella libreria » (1677).

315Servites de la Santissima Annunziata : constituée au début du xive siècle : « assai copiosa » (1684).

316Théatins de San Gaetano : legs importants de Giovanni Battista Bandini (1551-1628) et de Agostino Coltellini : « copiosa, ed ottima libreria, giudicata per la migliore, e più singolare di quante sieno nella città » (1677). « Un pregio ben raro fra tutte le librerie di Firenze, di contenere non solo libri delle più antiche edizioni, ma una quantità ancora di opuscoli facili a perdersi, che sono per altro utilissimi agli studiosi » (1754). « Molte edizioni rarissime degli Aldi, Stefani, Grifi » (Fossi) qui vont à la Magliabechiana à la suppression en 1784.

Bibliothèques d’institutions

317Accademia della Crusca.

  • 6 Le raccolte della « Colombaria ». I. Incunabuli. Con un saggio sulla Libreria Pandolfini, E. Spagne (...)

318Accademia Colombaria : achète en 1757 les précieux manuscrits de la bibliothèque Pandolfini6.

319Archivio diplomatico : petit fonds de paléographie et diplomatique.

320Gabinetto delle scienze : constitué d’une partie de la Palatine, compte environ 3 000 ouvrages en 1775.

321Galerie des Offices : constituée à partir des années 1770. Beaux-arts, antiquités.

322Hôpital Santa Maria Nuova : constituée en grande partie par les dons de Scipione Ammirato, Lorenzo Pucci, Vincenzio Viviani, Massetani : « copiosa Libreria pubblica, ripiena specialmente di libri alla Medicina spettanti, e di ogni sorta di erudizione » (1757).

323Séminaire archiépiscopal : s’enrichit en 1751 de la bibliothèque du recteur du séminaire Brocchi puis des bibliothèques de couvents supprimés.

Bibliothèques nobiliaires

324Arrighi.

325Bartolomei, via Lambertesca : formée par Girolamo Bartolommei (1584-1662) et son fils Mattias Maria (1640-1695) ; « copiosa Libreria » (1677) (Magliabechi). Vendue en 1775.

326Filippo Buonarroti (1661-1733), palais via Ghibellina : histoire florentine, antiquités.

327Francesco Buondelmonti : manuscrits, histoire (Manni, Toscana illustrata). Vendue en 1774.

328Vincenzio Capponi (1605-1688) : histoire, patristique, langue toscane du xive siècle (Magliabechi) ; conflue dans la bibliothèque Riccardi en 1688.

329Della Gherardesca.

330De’ Bardi.

331Leonardo Del Riccio.

332Francesco Antonio Ferroni : « possedeva una copiosa libreria, ed in casa sua si tenevano sovente conversazioni di uomini litterati » (Novelle Letterarie).

333Giuseppe Maria Franceschi.

334Frescobaldi.

335Gaddi : constituée à partir de la fin du xive siècle ; en 1755, 1 110 manuscrits et 1 433 imprimés, répartis entre Magliabechiana, Laurenziana et archives.

336Ginori : « Una copiosa e scelta Libreria » (1765).

337Giraldi, via de’ Ginori : « vaga libreria » (1677), variée, mais peu de classiques et de manuscrits (Magliabechi) ; « copiosa e scelta libreria » (1757). Y confluent les livres de Concini.

338Giugni.

339Guadagni, à la Santissima Nunziata : bibliothèque de Pier Antonio (1579-1632), qui a le projet de la rendre publique. Selon Magliabechi, manque de livres récents, négligée par les héritiers.

340Guadagni, près du Duomo : Magliabechi : « anno ancora essi dei Libri, ma non si puo’ dire che abbiano Libreria ». Manuscrits de langue toscane, livres de Pier Del Nero. Découverte par Biscioni de « 200 Codici manoscritti greci, Latini, e Toscani, ignoti a tutti di quella famiglia, che nel secolo xvi erano stati raccolti, e molti di proprio pugno postillati, da Pietro di Simone del Nero » (Novelle letterarie, 1756).

341Donato di Neri Andrea Guadagni (1719-1797), palais de Porta al Prato : 7 500 ouvrages, « libri classici di buone antiche edizioni [...] mss di poca importanza ». Vente en 1778.

342Giangualberto Guicciardini (m. 1727), Borgo degl’Albizzi : environ 1 000 livres, manuscrits de Varchi, Vincenzo Borghini et de Baccio Valori. Divisée entre les filles épouses Panciatichi et Rinuccini en 1727.

343Guicciardini (dernière branche survivante) : très riche.

344Marquis Manfredo Malaspina.

345Martelli.

346Auditeur Benedetto Moneta (m. 1774) : « scelta libreria », dispersée par les héritiers.

347Giovan Battista de’ Nelli (1725-1793) : visitée par Grosley. Manuscrits de Galilée et de ses disciples.

348Pompeo Neri (1706-1776).

349Marquis Niccolini.

350Panciatichi : constituée par le chanoine Lorenzo (1635-1676). Livres rares, choisis et nouveautés en tout genre (Magliabechi). Enrichie en 1727 par une partie de la bibliothèque Guicciardini. Vendue en 1859 au gouvernement.

351Pandolfini, palais de Via San Gallo : constituée par le sénateur Filippo (1575-1655). Nombreux incunables. Vendue en 1791.

352Pandolfini, via del Proconsolo : constituée par l’humaniste Pierfilippo (1437-1497).

353Comte Pierucci : « assiduo nella sua biblioteca ripiena d’ottimi libri, e arrichita d’un vasto orto secco, e dei mss dello Scioppio » (Atti Georgofili).

354Francesco Pecci, casa dal Ponte vecchio.

355Marquis Giuseppe Pucci : achat de la bibliothèque légale de l’aud. Filippo Luci (Atti Georgofili) et des manuscrits Pandolfini.

356Antonio Giuseppe Ricasoli (1740-1783). Riccardi : constituée par Riccardo Riccardi. Y conflue la bibliothèque de Vincenzio Capponi (1688). Catalogue imprimé de Lami (1756) ; largement ouverte aux érudits.

357Rinuccini : « copiosa Libreria » (1757). Manuscrits de Borghini, Valori, Varchi hérités des Guicciardini, lettres originales de Machiavel. Rénovée et redécorée en 1766 : « copiosa di libri di vario genere, e specialmente di storia, e diplomatica ». Vendue en 1850 au gouvernement.

358Rosselli Del Turco : nombreux incunables.

359Rucellai.

360Strozzi : constituée par Carlo Strozzi (1587-1671) ; en 1709, elle compte environ 3 300 imprimés, 3 000 manuscrits et 2 000 parchemins. « Copiosa di rarissimi manoscritti, spezialmente riguardanti la Città nostra, ove è altresi quantità di cartapecore assai antiche, e uno scelto numero di libri stampati, principalmente d’Istorie » (1765). Dispersée en 1784, manuscrits achetés par Pierre-Léopold pour les bibliothèques publiques.

Bibliothèques d’ecclésiastiques

361Abbé Anton Maria Salvini (1653-1729) : classiques latins et grecs, apostillés par leur propriétaire. Bibliothèque achetée par Gabriello Riccardi.

362Chanoine Girolamo Lanfredini : belles lettres (Magliabechi).

363P. Bernardo Benvenuti : évoquée par Magliabechi. Chanoine Gabbriello Riccardi : manuscrits, anciennes éditions, histoire sacrée.

364Conflue avec la bibliothèque familiale en 1794.

365Abbé Niccolò Ombrosi.

366Archidiacre Giuseppe degl’Albizzi (1726-1806).

Bibliothèques d’érudits et professionnelles

367Alessandro Segni (secrétaire du cardinal Léopold de Médicis).

368Antonio Malatesti (1610-1672) : langue toscane (Magliabechi).

369Andrea Cavalcanti (1610-1673) : belles lettres, manuscrits. « grandissima quantità di scritture manoscritte e per lo più curiosissime intorno alla nostra città » (Magliabechi).

370Agostino Coltellini (1613-1693, juriste) : bibliothèque universelle (Magliabechi).

371Carlo Roberto Dati (1619-1676) : belles lettres (Magliabechi).

372Vincenzio Viviani (1622-1703) : sciences. Laisse sa bibliothèque à l’hôpital de S. Maria Nuova « a pubblico benefizio ».

373Antonio Magliabechi (1633-1714) : « la migliore di quante particolari in questa città si ritrovino » (1677). Lègue sa bibliothèque au public.

374Giuseppe Averani (1662-1738, professeur de droit civil) : droit, sciences. Rejoint en 1738 la bibliothèque de l’université de Pise.

375Anton Francesco Marmi (1665-1736) : legs à la bibliothèque Magliabechiana.

376Anton Maria Biscioni (1674-1756, bibliothécaire de la Laurenziana) : nombreux manuscrits d’érudits florentins (Doni, Valori, Cavalcanti...). 700 manuscrits, 140 incunables. Bibliothèque répartie en 1756 entre Magliabechiana et Laurenziana.

377Pier Antonio Micheli (1679-1737, botaniste) : sciences.

378Anton Francesco Gori (1691-1757) : antiquités, religion, belles lettres, opuscules. Environ 6 000 livres. Manuscrits de Doni, de Filippo Buonarroti, des Salvini. La bibliothèque imprimée rejoint la bibliothèque de l’université de Pise en 1757, les manuscrits vont à la Marucelliana.

379Antonio Cocchi (1695-1758) : plus de 16 000 livres, universelle. Dispersée par l’héritier, manuscrits achetés par Nani (Venise).

380Giovanni Lami (1697-1770).

381Francesco Rossi (1709-1778, auditeur) : « scelta libreria ripiena di Classici Greci, e Latini, di belle edizioni oltramontane, e di altri Libri di ogni genere, ma che in modo speciale era assortita di tuttocio’ che appartiene alla Giurisprudenza » (Novelle letterarie). Vendue aux enchères en 1779.

382Giovanni Targioni Tozzetti (1712-1783, bibliothécaire de la Magliabechiana).

383Leonardo Ximenes (1717-1786) : sciences. Met sa bibliothèque à disposition des deux chaires qu’il fonde.

384Ferdinando Fossi (1720-1800, bibliothécaire de la Magliabechiana) : léguée à sa mort aux Rinuccini dont il était le bibliothécaire.

385Angelo Maria Bandini (1726-1803, bibliothécaire de la Laurenziana et de la Marucelliana) : éditions du xvie siècle, théologie, droit, lettres. Legs au séminaire de Fiesole.

386Luigi Tramontani : « scelta e copiosa Libreria [...] ebbe dapprima il pensiero di lasciarla a benefizio del pubblico [...] ma non essendogli cio’ dal Governo permesso [...] ne arricchi la figlia, e i nipoti, disponendo pero’ a favor della pubblica Libreria Marucelliana delle due collezioni di libri dati fuori dai nostri stampatori, i Giunti, ed il Torrentino », (Atti Georgofili).

387Filippo Stosch (m. 1758) : universelle, ouvrages curieux et hérétiques. mise en vente en 1758 (catalogue imprimé), manuscrits achetés par la Vaticane.

388Giovanni Menabuoni (1727-1794, bibliothécaire de la Palatine) : manuscrits antiques miniaturés (1789).

389Giuseppe Pelli Bencivenni (1729-1808) : histoire toscane.

390Clemente del Pace (1734-1795, juriste) : « due copiose biblioteche, l’una accanto all’altra, la prima erudita, la seconda legale, facevan l’ornamento più grande della sua casa » (Atti Georgofili).

391Ranieri Maffei (lecteur d’anatomie à l’hôpital de S. Maria Nuova).

392Ferrante Belloni Maggi.

393Pier Antonio Marchi : selon Pelli, « la più rara libreria che alcuno qua possedesse [...] copiosa di libri scelti in qualunque genere di erudizione si poteva desiderare ». Catalogue de vente imprimé, 1781.

394Domenico Maria Manni (archiviste).

395Antonio Rosso Martini.

396Giovanni Meoli (auditeur) : droit, belles lettres.

397Francesco Pomposi (avocat) : droit.

398Stefano Querci (auditeur) : droit, sciences.

Bibliothèques publiques

399Medicea Laurenziana : constituée par les Médicis. Ouverte au public en 1571, environ 3 000 manuscrits, célèbre dans toute l’Europe. Catalogue publié par Montfaucon, puis Biscioni (1752) et Bandini. Enrichie au xviiie siècle des manuscrits des couvents supprimés.

400Magliabechiana : fondée par Antonio Magliabechi, ouverte en 1747 ; « la più copiosa di libri d’ogni sorta, che sia nella città, e che molto merita d’esser veduta, ed osservata » (1757). Augmentée au xviiie siècle de bibliothèques ecclésiastiques et privées achetées par les grands-ducs. « Non contiene meno di 100 mila volumi » (1797).

401Marucelliana : fondée par Francesco Marucelli, ouverte en 1753.

Bibliothèques granducales

402Palatine médicéenne : bibliothèque des Médicis, rassemble les collections des membres de la famille ; universelle, manuscrits orientaux. Environ 1 500 imprimés et 430 manuscrits en 1610. Rendue publique en 1765 par François Étienne. Unie à la Magliabechiana en 1771 par Pierre-Léopold.

  • 7 A. Mirto, La biblioteca del cardinal Leopoldo de’ Medici. Catalogo, Florence, 1990.

403Cardinal Léopold de Médicis : environ 3 000 volumes. Si le cardinal n’avait pas tant prêté, ce serait l’une des bibliothèques les plus riches d’Europe (Magliabechi). Rejoint la Palatine en 17107.

404Bibliothèque des ducs de Lorraine : parvient à Florence en 1737 ; environ 1 700 ouvrages. Installée au palais Pitti puis transférée à la Magliabechiana en 1771.

Notes

1 Liste établie par Vincenzo Trombetta, à partir des sources suivantes : P. Sarnelli, Guida de’ Forestieri, Naples, presso Giuseppe Roselli, 1697, p. 385395 ; P. Troyli, Istoria Generale del Reame di Napoli. Ovvero Stato antico, e moderno delle Regioni, e Luoghi, che ’l Reame di Napoli compongono, una colle loro prime Popolazioni, Costumi, Leggi, Polizia, Uomini Illustri, e Monarchi, Tome IV, Naples, s.t., 1752 ; Lettere ne’ suoi viaggi stranieri di Giacomo Giona Bjöernstaehl professore di Filosofia in Upsala scritte al Signor Gjörwell Bibliotecario Regio in Stocolma tradotte dallo svezzese in tedesco da Giusto Ernesto Groskurd e dal tedesco in italiano recate da Baldassardomenico Zini di Val di Non, Tome II, Poschiavo, per Giuseppe Ambrosioni, 1784, p. 188-196 ; L. Giustiniani, Saggio storico-critico sulla tipografia del Regno di Napoli, Naples, Nella Stamperia di Vincenzo Orsini, 1793 ; Guida de’ Forestieri per la città di Napoli, Naples, A spese del Librajo Nunzio Rossi, 1801, p. 327-334 ; L. Giustiniani, Dizionario geografico ragionato del Regno di Napoli, Tome VI, Naples, s.t., 1803, p. 341-353 ; D. Romanelli, Napoli antica e moderna, Parte Seconda, Naples, Nella Tipografia di Angelo Trani, 1815, p. 176-189. Bibliographie : G. Consoli Fiego, Itinera Literaria. Ricerche sulle biblioteche napoletane del xvii secolo, Naples, 1934 ; V. Trombetta, Viaggiatori stranieri nelle biblioteche napoletane del Settecento, dans Rivista Italiana di Studi Napoleonici, n.s., 1994, 2, p. 143-168 ; Id., I regolamenti delle biblioteche napoletane (1571-1900), dans Archivio storico per le province napoletane, 1994, p. 453-517, 1995, p. 459-525 ; J. Andres, Gl’incanti di Partenope, V. Trombetta (éd.), Naples, 1997.

2 Liste établie par Antonella Romano, à partir des sources suivantes : P. Totti, Ritratto di Roma moderna, Rome, per il Mascardi, 1638 ; F. Franzini, Descrittione di Roma antica e moderna..., Rome, Andrea Fei, 1643 ; Nota delli musei, librerie, gallerie e ornamenti di statue e pitture ne’ Palazzi, nelle case, e ne’ Giardini di Roma, Rome, Biagio Deversin e Felice Cesaretti, 1664 ; Roma sacra antica e moderna, figurata e divisa in tre parti..., Rome, per Giovanni Battista Molo, 1687 ; Eusevologio romano, overo Delle Opere pie di Roma..., Dell’abbate Carlo Bartolomeo Piazza, Rome, 1698. Bibliographie : V. Romani, Biblioteche romane del Sei e Settecento, Rome, 1996. Les dates entre parenthèses indiquent la source de la citation, dans la liste des ouvrages qui vient d’être indiquée.

3 Liste établie par Emmanuelle Chapron, à partir des sources suivantes : Le bellezze della città di Firenze, dove a pieno di pittura di scultura di sacri tempi di palazzi, i più notabili artefizi, e più preziosi si contengono scritte già da M. Francesco Bocchi, ed ora da M. Giovanni Cinelli ampliate, ed accresciute, Florence, 1677 ; F. del Migliore, Firenze, città nobilissima illustrata da Ferdinando Leopoldo del Migliore, Florence, Stamperia della Stella, 1684 ; Ristretto delle cose più notabili della città di Firenze, Florence, Moücke, 1757, 6ème édition ; G. Richa, Notizie istoriche delle chiese fiorentine divise ne’ suoi quartieri, Florence, Viviani, 17541761 ; G. Cambiagi, L’antiquario fiorentino o sia Guida per osservar con metodo le cose notabili della città di Firenze, Florence, Stamperia Imperiale, 1765 ; V. Follini, M. Rastrelli, Firenze antica, e moderna illustrata, Florence, Allegrini, 1789 ; G. Cambiagi, Guida al forestiero per osservare con metodo le rarità e bellezze della Città di Firenze, quinta edizione corretta, ed accresciuta della Descrizione della Real Galleria, del Gabinetto d’Istoria naturale, e dell’Accademia delle Belle Arti ec., Florence, Cambiagi, 1790 ; M. Lastri, L’Osservatore fiorentino sugli edifizi della sua patria, seconda edizione riordinata e compiuta, Florence, Pagani, 1797-1799 ; Cartas familiares del abate D. Juan Andrès a su hermano D. Carlos Andres..., Madrid, 1786 ; Lettere ne’ suoi viaggi stranieri di Giacomo Giona Bjöernstaehl professore di filosofia in Upsala scritte al signor Gjörwell Bibliotecario Regio in Stocolma tradotte dallo svezzese in tedesco da Giusto Ernesto Groskurd e dal tedesco in italiano recate da Baldassardomenico Zini di Val di Non, Poschiavo, Ambrosioni, 1782-87 ; A. Magliabechi, « Notizie di varie biblioteche fiorentine », B.N.C.F., Magl. X, 62.

4 B. L. Ullman, P. A. Stadter, The Public Library of Renaissance Florence, Padoue, 1972.

5 I libri del Duomo di Firenze. Codici liturgici e Biblioteca di Santa Maria del Fiore (sec. xi-xvi), L. Fabbri, M. Tacconi (éd.), Florence, 1997.

6 Le raccolte della « Colombaria ». I. Incunabuli. Con un saggio sulla Libreria Pandolfini, E. Spagnesi (éd.), Florence, 1993.

7 A. Mirto, La biblioteca del cardinal Leopoldo de’ Medici. Catalogo, Florence, 1990.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540