Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naples, Rome, Florence

 | 
Jean Boutier
, 
Brigitte Marin
, 
Antonella Romano

Propositions pour une confrontation

« Conversazioni », salons et sociabilités intellectuelles informelles à Rome et à Florence au xviiie siècle

Mirabelle Madignier

Texte intégral

  • 1 Sur le salon dans l’Europe des Lumières, U. Im Hof, Les Lumières en Europe, Paris, 1993, p. 115-120 (...)
  • 2 Sur cette forme de sociabilité encore peu étudiée, cf. A. Addobbati, Il casino dei nobili di Pisa e (...)

1Parmi les lieux de l’esprit communément repérés pour analyser les sociabilités intellectuelles urbaines au xviiie siècle, le salon1 forme l’un de ces cercles où l’utile se joint à l’agréable, à l’égal des cafés, des casinos aristocratiques2 ou des académies. Cette assemblée mêlée, mobile et régulière, qui se réunit à jour fixe dans l’habitation privée de l’hôte ou de l’hôtesse qui l’a instituée, ne propose pas d’objectif particulier, sinon l’habitude d’associer différentes activités récréatives comme la conversation, le jeu, la galanterie, parfois la musique ou la danse. Les villes de Rome et de Florence abritent toutes deux un nombre important de réunions de ce type, notamment à partir des années 1730.

2Ainsi l’évocation des salons n’étonnera-t-elle guère dans un volume consacré aux milieux intellectuels. On s’interrogera sur le rôle qu’une telle formation a pu jouer pour la vie intellectuelle et, dans une perspective d’histoire sociale, sur les liens qui pouvaient s’établir entre milieux intellectuels et clientèles salonnières, les deux entités se rencontrant bien souvent sans pour autant se recouvrir exactement. Le salon intervient notamment comme un espace permettant de réinsérer dans les analyses les « consommations » et les « consommateurs » de culture, dans la mesure où il contribue plus à sa diffusion qu’à sa production. Il permet de mieux approcher les modalités de ces « consommations culturelles » en insistant sur son caractère plus ludique que purement intellectuel : les réunions salonnières apparaissent comme le lieu d’un échange sans conséquence, et l’importance de la rencontre réside surtout dans son caractère social élitaire.

  • 3 Intellettuali e centri di cultura, dans Quaderni storici, VIII, 1973, 23, p. 9 ; rappelons ici la r (...)

3Il convient d’évoquer ici la notion de « niveau de culture », rappelée par les éditeurs d’un volume des Quaderni storici consacré aux intellectuels et aux centres de culture, qui ont insisté sur l’importance de ne pas se limiter aux manifestations de pensée les plus originales et les plus modernes3. Le « niveau de culture » peut alors renvoyer au lieu de sociabilité en lui-même, dès lors qu’il ne revêt pas une simple fonction intellectuelle, afin de renforcer l’aspect festif et ludique qui l’inspire. Dans ses fondements, le salon est en effet une forme de sociabilité qui ne se constitue pas à partir d’un projet culturel explicite, contrairement par exemple aux académies ou aux loges maçonniques ; il n’a pas de projet « tout court » puisqu’il refuse de s’institutionnaliser et de s’inscrire dans la durée, c’est-à-dire de fonder sa mémoire et son histoire. D’une certaine façon, l’absence d’histoire caractérise cet espace certes ritualisé, mais hors d’un environnement explicitement réglementé. On s’y rend le soir pour converser, rencontrer des voyageurs de passage, retrouver ses amis. Éventuellement, on y joue ou l’on y fait la cour, mais on peut aussi à certaines occasions y entendre un concert ou bénéficier d’un spectacle. Quelques jeux littéraires, des récitations ou des lectures, viennent également distraire la compagnie qui s’inscrit ainsi dans un cadre ludique, gratuit et instantané. Lieu, en principe, de grande liberté d’esprit, le salon est une activité réglée, soumis aux règles de l’étiquette adoptée par celle ou ceux qui lui donnent vie. Il ne saurait être dès lors approché comme un lieu de pure récréation, tant les intérêts sociaux, culturels, voire politiques ou économiques, des uns et des autres, entrent en jeu.

  • 4 Cf. M. A. Visceglia (dir.), La nobiltà romana in età moderna. Profili istituzionali e pratiche soci (...)
  • 5 Cf. notamment S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana (...)
  • 6 Pour un exposé plus circonstancié, nous renvoyons à notre thèse de doctorat, inédite : Sociabilité (...)

4La démarche que nous avons adoptée ici est celle non d’une vraie comparaison, mais au moins d’une confrontation entre deux cas, celui de Rome et celui de Florence, deux villes qui diffèrent tant socialement – noblesse romaine et noblesse florentine diffèrent fortement, l’une plus ouverte, en renouvellement constant, fortement modelée par la présence de la Curie4, l’autre encore marquée par ses origines citadines, même si deux siècles de principat ont contribué à la transformer – que politiquement – les dynamiques réformatrices impulsées à Florence avec le changement de dynastie, en 1737, accentuent les luttes politiques et culturelles, et transforment le rôle traditionnel du grand-duc, notamment à travers l’élaboration, originale, d’un « gouvernement des opinions »5. Dues pour l’essentiel à la rareté et à la dispersion des sources, les difficultés rencontrées au cours de cette enquête sur la sociabilité intellectuelle informelle n’ont pas conduit à tracer une véritable comparaison, mais plutôt à esquisser en conclusion quelques constats et hypothèses6.

Rome

  • 7 Sur ses aspects politiques, G. Signorotto et M. A. Visceglia (dir.), La Corte di Roma tra Cinque e (...)
  • 8 N. Elias, La société de cour, Paris, 1974 [1969].
  • 9 Mémoires du duc de Choiseul, Paris, 1987, p. 114.

5Institution unique en son genre, la cour du Pape se caractérise notamment par sa discontinuité politique (absence d’une dynastie régnante), par sa composition (exclusivement masculine) et par la multitude des cours qui l’entourent (cours des cardinaux, des ministres étrangers, des grandes familles romaines)7. Dans ces conditions, la société de cour romaine n’a que peu de traits communs avec le modèle décrit par Norbert Elias concernant la cour de Louis XIV à Versailles8 : elle se distingue plutôt par son hétérogénéité, par sa dispersion et par la multitude de modèles culturels, en partie liés à des pays étrangers car, comme le note le duc de Choiseul, « l’État romain est gouverné par des ecclésiastiques, la plupart étrangers à Rome »9.

6Par ailleurs, la place singulière des femmes dans cette société confère un ton particulier à la sociabilité, ce qu’Alessandro Verri décrit comme une « curialisation » de la vie mondaine, où les princesses et grandes dames jouent le rôle de prélats :

  • 10 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, Rome, 2 juin 1767, dans F. Novati, E. Greppi et A. Giulini (dir (...)

Io comincio a degustare col mio Mentore amicissimo [Alfonso] Longo le molte principesse e gl’infiniti rossi successori degli apostoli. Ivi dalla duchessa di Bracciano, la quale si cura più di avere lo spirito caustico e piccante, che non di vincere i forastieri coll’unica attrattiva della cordiale gentilezza, ch’ella non sa conoscere. Mi ha fatte delle attenzioni perché forse crede che sia per contare qualche cosa nel mio paese o alla Corte ed il solo sospetto basta per imporre moltissimo in questo impero delle opinioni. Pure ella non è frequentata da forastieri, perché è donna occupata di fini e secondi fini, eterni fini, maledica, politica, sfinge, avendo tutto in suo lume quel carattere femineamente prelatizio, che qui è di gran moda. Di queste duchesse e principesse, alle quali altro non manca che la cappa rossa o le calze tanè, ne abbonda codesta Curia e mi paiono veramente mostri. Perché dev’essere una donna se non se tenera e cordiale ? Mi paiono tante papesse. Ivi parimente dalla principessa Altieri, la quale riceve in sua casa in tutte le ore i cardinali, onde accade ch’ella talvolta abbia come un Sinodo. Così ella si sacrifica per contare qualche cosa10.

7Dans ce contexte social spécifique, la culture de la représentation est centrale et la comédie mondaine participe à la stratégie de distinction, devenue indispensable à une élite dépossédée en partie de son rôle politique et militaire et qui justifie désormais son existence par sa revendication d’un savoir-vivre civilisateur. C’est en effet par le biais de réceptions, par l’organisation de leur vie sociale, que ces élites constituent leurs clientèles et s’introduisent elles-mêmes dans des réseaux.

  • 11 Les récits des voyageurs sont des sources d’autant plus précieuses pour l’analyse de la vie quotidi (...)
  • 12 Dans la plupart des grandes villes italiennes, l’éclairage public n’est installé qu’assez tardiveme (...)

8Cette société de cour « dispersée » est aussi marquée par la présence massive d’étrangers qui, venus de toute l’Italie et de l’Europe entière, fournissent de nombreux et précieux témoignages sur les us et coutumes de la Rome Caput mundi11. Dans un décor abondant, marqué par l’inspiration baroque, les voyageurs s’émerveillent en particulier de l’illumination des palais de l’élite, métaphore d’une distinction entre l’extériorité, abandonnée aux ténèbres, et l’intériorité, offerte à la brillance et au regard12. De l’extérieur, cette dimension représentative se mesure par la somptuosité des palais, le luxe des carrosses ou le nombre des domestiques. À l’intérieur, d’autres éléments permettent de raffiner le prestige social : l’ameublement, les collections artistiques, la qualité et la quantité des réceptions. L’assemblée salonnière elle-même intervient comme une occasion de représentation où le luxe est omniprésent, et la magnificence de la famille trouve lieu d’être exposée et affirmée aux yeux de tous.

  • 13 Cf. l’inventaire des salons romains réalisé par M. P. Donato, et l’étude qu’elle leur a consacrée : (...)

9La sociabilité salonnière romaine repose sur une organisation rigoureuse, si ce n’est rigide, et les voyageurs manifestent fréquemment leur étonnement, voire leur stupéfaction, face à la prégnance de la hiérarchie dans la vie de société13. La représentation constitue un moyen d’affirmer sa position et le salon devient alors l’un des espaces essentiels de la mise en scène de cette représentation, d’autant plus qu’il ne requiert en définitive aucun attribut spécifique et que son coût reste relativement limité. Parader dans tel ou tel palais a également la même signification. La fonction représentative du salon est tellement centrale dans la société romaine du xviiie siècle, que la fréquentation des conversazioni tend à devenir une sorte d’obligation sociale. Tout autant que les Romains, les nombreux voyageurs du « Grand Tour » en font l’expérience puisque, en plus de leurs fréquentations des monuments et des musées, ils se doivent de « visiter » les salons afin de réussir leur insertion dans la société romaine.

  • 14 Cf. Grand Tour. The Lure of Italy in the Eighteenth Century, Londres, 1996, et en particulier la pr (...)
  • 15 Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grancourt, Journal inédit d’un voyage en Italie, 1773-1774, Pari (...)
  • 16 Ivi, p. 245. Bergeret évoque ici les ouvrages de peinture, de même qu’il entend par « sallon », un (...)
  • 17 Cf. la contribution de Daniela Gallo dans ce même volume. Une des hypothèses de l’auteur est que le (...)

10Les salons constituent aussi des lieux privilégiés pour ces amateurs d’art en quête précisément de l’« antique » à Rome14, car ces assemblées s’organisent souvent autour de collections quand elles ne se transforment pas tout simplement en marché de l’art. C’est le cas par exemple de l’assemblée organisée en 1773-74 par le riche patron de Fragonard, Bergeret, dont les rendez-vous du dimanche matin deviennent incontournables pour les artistes de l’Académie de France. La façon dont Bergeret institue son assemblée est inattendue puisqu’elle n’est pas la mise en œuvre d’un projet. Elle résulte en fait d’une déception face à la vie sociale romaine lorsque, après avoir pris ses quartiers près de la place d’Espagne comme la plupart des voyageurs, il commence dès le premier soir à fréquenter la conversation du cardinal de Bernis. Il se demande alors « pour quelle raison tout ce monde en affluence se tient dans une même pièce où l’on est étourdi du mouvement et du bruit et où l’on étouffe pendant deux heures et demie que dure la conversation »15. Après différentes tentatives et, puisqu’il ne semble pas trouver de nouvelles ressources, il décide d’instituer sa propre assemblée, dont il se déclare finalement satisfait : « Je vois que chacun commence à se faire honneur d’y apporter quelques ouvrages. Si cela prend, cela nous fera un salon qui nous fera plaisir et remplira encore mieux notre goût et nos idées »16. Selon un cheminement plus ou moins aléatoire, Bergeret finit en fait par reproduire une pratique relativement commune. Il n’est en effet pas rare, dans le domaine des arts et de l’antiquariato, que les conversazioni jouent un rôle important puisque c’est là, peut-être plus que dans les académies, que les antiquari poursuivent leurs activités et trouvent de nouvelles clientèles17. Outre le véritable marché de l’art qui s’organise ainsi, les débats d’érudition archéologique et artistique se développent en grande partie dans ce cadre privé, même si certaines figures de premier plan, tel que Winckelmann, refuse de participer à ces réunions semi-mondaines. Dans l’ensemble, la vie salonnière romaine constitue bien pour les élites sociales une institution essentielle.

  • 18 Le découpage horaire romain diffère des autres pays européens dans la mesure où le décompte des heu (...)

11À suivre les témoignages des contemporains, la sociabilité aristocratique s’organise autour de deux temps forts, qui rythment les soirées romaines, et qui font se succéder les conversazioni di prima sera et les conversazioni di seconda sera, selon une division attestée à partir des années 1730, et qui se prolonge tout au long du xviiie siècle18. Cet aménagement rigide en fonction de l’horaire traduit la hiérarchie de ces salons, plus ou moins prestigieux socialement.

12Jérôme Richard, ecclésiastique érudit qui voyage à Rome en 1762, rend ainsi compte des conversazioni di prima sera « auxquelles on est reçu à l’entrée de la nuit » :

  • 19 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie, ou Nouveaux Mémoires sur l’état actuel (...)

Elles sont tenues par les cardinaux qui ont chacun leur jour marqué, elles durent un peu plus de deux heures, et sont quelquefois très brillantes [...]. Le gros de l’assemblée se tient ordinairement dans une galerie vaste, décorée et bien illuminée. Il y a d’autres pièces où l’on peut passer après avoir rendu ses hommages au cardinal chez lequel on va en conversation [...]. De ces sortes d’assemblées, où il ne faut pas croire que tout le monde soit reçu indistinctement, il règne beaucoup de liberté, mais qui n’ôte rien de la décence. On y voit presque tous les gens en place de Rome, on s’y donne des rendez-vous, c’est là où l’on apprend des nouvelles, et même où l’on est à portée de faire des connaissances distinguées ; ainsi il n’est pas indifférent de les suivre19.

13En dépit de leur apparente vacuité, les assemblées mondaines sont donc des institutions reconnues utiles par ceux qui les fréquentent, utiles surtout pour les contacts qu’elles procurent, car plus loin, l’abbé Richard se plaint du relatif manque d’intérêt des conversations et du climat de « petites intrigues » qui règne dans ces assemblées de gala. S’il souligne l’intérêt d’y trouver réunis « tous les gens en place de Rome », il insiste également sur la sélection effectuée au seuil de l’assemblée. L’idée d’une clientèle élue fait d’ailleurs partie d’une stratégie de distinction partagée par tous les visiteurs, y compris notre témoin, car être admis dans la société des salons est un signe d’appartenance à une élite. Pourtant la lettre de recommandation, véritable passeport pour le candidat au salon, qui est censée en régler l’accès, s’obtient avec une grande facilité. En définitive, l’admission à ce type d’assemblée extrêmement brillante et nombreuse, constitue simplement la reconnaissance d’un statut social. Le principe de distinction est toutefois affiné par l’existence d’une hiérarchie des différentes assemblées, ce qui permet de revendiquer d’avoir été admis précisément dans tel ou tel salon, et non seulement « en société ».

  • 20 Parallèlement aux gazettes imprimées, qui se multiplient tout au long du siècle, des nouvelles à la (...)
  • 21 Dans les milieux diplomatiques, ces licences s’obtenaient sans doute encore plus facilement. Cf. pa (...)

14Richard note que la conversation est occasionnellement alimentée par la littérature, mais que la ressource la plus commune est fournie par les nouvelles politiques lues dans les gazettes20. Le ton de la conversation était donc relativement libre ; il faut noter que la circulation des livres censurés était une pratique largement diffusée parmi ces clientèles salonnières, ainsi que l’atteste la large distribution des licences permettant de lire et de conserver les ouvrages mis à l’Index21. Seules les affaires de la cour papale ne pouvaient être abordées, étant donné le grand nombre de personnes présentes directement impliquées. Mais l’atmosphère devait néanmoins être un peu engourdie et Giuseppe Gorani, né à Milan d’une famille noble déchue et futur girondin, souligne l’aspect théâtral et pesant, lié à la forte ritualisation de ce type de manifestation :

  • 22 G. Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, du gouvernement et des mœurs des principaux éta (...)

La présence de trois ou quatre cardinaux dans une assemblée est fort incommode pour les spectateurs. Ces éminences se promènent sans cesse, il faut leur céder la place, les saluer à chaque pas, et bien prendre garde de ne pas marcher sur l’énorme queue de leurs amples vêtements [...]. La civilité romaine veut que l’on applaudisse à chaque phrase que laisse tomber de sa noble bouche sacrée l’éminence qui daigne vous adresser quelques mots22.

  • 23 Cf., dans le même sens, les remarques de M. P. Donato, Accademie romane cit., p. 106 : « l’uso di t (...)

15L’une des caractéristiques majeures de cette sociabilité est bien en effet la place qu’y occupe l’aristocratie ecclésiastique23. Les salons, aussi bien que les conversazioni aristocratiques, portent la marque forte de cette dimension masculine.

16Les cours les plus brillantes sont celles des cardinaux étrangers chargés par leur pays d’origine des relations avec la cour de Rome car leur munificence doit manifester le prestige de la couronne qu’ils représentent. Leurs assemblées constituent de véritables cours diplomatiques où, quand on ne traite pas directement les affaires courantes, on s’informe de « l’opinion publique » sur les affaires du monde. L’une des cours les plus importantes est celle du cardinal Acquaviva d’Aragon (1719-1788), chargé des affaires d’Espagne et de Naples, qui tient une conversazione de ce type dont le raffinement est apprécié par le président de Brosses :

  • 24 Ch. de Brosses, Lettres familières sur l’Italie, avec une introduction et des notes par Y. Bezard, (...)

La conversation se tient deux fois par semaine ; elle est nombreuse et magnifique : on n’y joue que rarement. C’est une conversation proprement dite, car on ne fait qu’aller conversant çà et là, le long des appartements ; quelquefois il y a de la musique, et toujours abondance de chocolat et d’eau glacée [...]. Le cardinal tient l’état du plus grand seigneur de Rome : il est naturellement magnifique et à portée, par ses grands revenus, de suivre son goût à cet égard [...]24.

  • 25 Dans ce volume M. Caffiero, Accademie e autorappresentazione dei gruppi intellettuali a Rome alla f (...)

17Le rapport des salons à la Curie s’énonce donc en termes de solidarité et les salons s’intègrent parfaitement au modèle polycentrique des pouvoirs défini pour Rome. Les espaces de la sociabilité forment ainsi un élément du « système intégré » romain, analysé par Marina Caffiero25, et l’articulation entre ces espaces varie de l’affiliation, à la collaboration et à la rivalité.

18Outre ces réceptions chez les cardinaux, d’autres assemblées encore plus prestigieuses socialement se réunissent chez les grandes familles aristocratiques, et la « division des tâches » propre à ce milieu octroie aux femmes la responsabilité de ces grandes et longues conversazioni. Ces cercles se réunissent plus tard dans la nuit :

  • 26 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie cit., t. 5, p. 155.

Ce que l’on peut appeler les grandes et longues conversations, celles qui durent une partie de la nuit en hiver et jusqu’au jour en été, ce sont celles que tiennent les princesses et dames romaines : elles commencent à deux heures et demie ou trois heures de nuit ; la compagnie est une heure à s’assembler, ensuite on fait des parties de jeu de commerce pendant lesquelles on sert quelques rafraîchissements [...]26.

  • 27 Ch. de Brosses, Lettres familières cit., t. 2, p. 199.

19Ces conversazioni di seconda sera – qui commencent généralement vers 22 heures (horaire d’aujourd’hui) – ont lieu chez la princesse Borghèse, chez la comtesse Bolognetti, chez la princesse Doria au palais Pamphili, chez la princesse Barberini au palais Barberini, également chez la marquise Patrizi, « femme du général des postes, riche, aimant la dépense, entendant mieux qu’une autre à faire les honneurs de sa maison, ayant même parfois un souper chez elle, les jours d’assemblée ; chose rare ici, et dont l’usage n’a commencé à s’introduire que depuis peu dans trois ou quatre maisons »27. Plutôt frugaux en mets de bouche, ce dont se plaignent volontiers les voyageurs, les Romains offrent en revanche quantité de jeux au bon plaisir du visiteur ; des jeux de cartes essentiellement, de hasard surtout, tel le faraone ou la bassetta, où les enjeux s’élèvent à des sommes considérables. Présente surtout dans les assemblées les plus nobles, l’activité ludique est systématiquement dénoncée par les voyageurs qui y voient un obstacle à la conversation.

20Ces assemblées, plus libérales puisqu’on y joue en dépit d’une législation sévère, sont pourtant l’aboutissement de la curialisation de la vie mondaine décrite par Alessandro Verri : les cardinaux les fréquentent régulièrement comme c’est le cas chez la princesse Agnese Borghese qui tient l’un des salons de conversation les plus importants de la cité :

  • 28 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (Paris), Mémoires et documents, Rome, 72, fol. 273-27 (...)

In ogni sera si trova alla conversazione in propria casa, dove si gioca, ed interviene sempre il cardinale suo zio, Mgre Colonna di Sonnino suo Parente, altri Cardinali alle volte, diverse Dame, e Cavalieri ; e quando si trova in casa la vedova Contestabilessa sua Madre, v’interviene spesso ancora il Cardinale Alessandro Albanj, amicissimo, e confidente della medesima28.

21En raison de la proximité avec la sphère domestique, les femmes détiennent dans les riches et puissantes maisons aristocratiques le monopole de l’organisation de ces assemblées prestigieuses. Traditionnellement associée à la maîtresse de maison comme part de ses attributions, la sociabilité informelle se rattache dans cette perspective à une politique familiale plus qu’individuelle, puisque le salon constitue alors l’émanation d’une stratégie de la maison visant à la socialisation et à l’intégration dans des réseaux.

  • 29 J.-J. de Lalande, Voyage d’un François en Italie, fait dans les années 1765-1766, Genève, 1790, t. (...)

22Quelques salons bourgeois émergent aussi dans ce paysage à la fin du siècle, où là encore les femmes sont maîtresses, non plus cette fois à cause de leur rang social mais en raison de leur statut d’« intellectuelle », statut validé avant tout par l’appartenance au monde des académies. Selon l’astronome Lalande, qui voyage durant les années 1765-66, les conversazioni di prima sera ne se déroulent pas seulement chez les cardinaux mais également chez « des dames qui ne sont pas de la première noblesse, des mezze dame, mais chez qui vont cependant quelquefois les cardinaux et les personnes du premier rang »29. Ces assemblées, qui s’occupent surtout d’antiquités et de religion, sont sans aucun doute les plus liées à la vie intellectuelle romaine.

  • 30 Gorani note ainsi : « Maria Pizzelli a reçu de la nature tout ce qui aurait pu la rendre chère aux (...)

23Une mezza dama comme Maria Pizzelli aurait ainsi certainement revendiqué le terme d’« intellectuelle » pour qualifier l’assemblée qu’elle réunissait chaque jeudi soir chez elle, au second étage du Palais Bolognetti. Si Gorani n’y voyait qu’une assemblée pédante30, ce salon apparaissait aux yeux d’un grand nombre comme un lieu intellectuel des plus prestigieux à Rome :

  • 31 BAV, Ms Chigiani, R.VIII.q. Sur Maria Pizzelli, cf. Accademia poetica in sette lingue per la morte (...)

La più scelta letteratura di questa metropoli ne frequentò la conversazione dagli anni di Lei più floridi infino all’età matura, in cui cessò di vivere [1807], e non v’era colto straniero, che conosciutala eziandio di passaggio, non ne amasse i pregi dell’animo, e non ne ammirasse il talento31.

  • 32 Giovanni Pizzelli avait une charge à Rome au service de son oncle, Bernardo Antonio Pizzelli, deven (...)

24Fille d’un avocat, Nicola Cuccovilla, et épouse d’un Napolitain, Giovanni Pizzelli, qui restera toute sa vie dans son ombre32, Maria Pizzelli est l’une des rares bourgeoises qui, loin de connaître une situation économique florissante, réussit néanmoins à agréger une société de gens de lettres et d’artistes. Cette femme savante, qui a reçu une éducation privilégiée grâce à l’enseignement de maîtres prestigieux tels que Raimondo Cunich, pour le grec, ou François Jacquier, commentateur de Newton, pour les sciences, tient l’un des rares salons romains ayant laissé quelques traces. Mais elle ne publie toutefois aucun ouvrage car le domaine de l’écrit, c’est-à-dire le passage déclaré à la sphère publique, n’est encore guère ouvert aux femmes.

  • 33 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie cit., t. 5, p. 156.
  • 34 Cf. F. Petrucci, Cuccovilla Maria, dans DBI, 31, 1985, p. 311-312.

25Ici, la conversation est « particulière », selon la définition qu’en donne l’abbé Richard, c’est-à-dire « moins nombreuse, on n’y trouve que les amis ou les connaissances particulières de la maison, qui sont au goût de celle qui tient [la conversation] »33. Dans l’appartement dont elle est locataire, au 221 de la via dei Fornari, près de la Piazza Venezia, Maria Pizzelli réunit de vingt à trente personnes chaque semaine : les ecclésiastiques Juan Andrès, Raimondo Cunich, Pierre d’Hesmivy d’Auribeau, vicaire général de Digne, Roger Joseph Boscovich, de Raguse, Requeno, Benedetto Stay, de Raguse, professeur d’éloquence à l’université de Rome, les abbés Benedetti et Bernardi ; les artistes Antonio Canova, Angelica Kauffmann, Marianna Dionigi, Giuseppe Ceracchi ; les écrivains Giovanni Gherardo de Rossi, Goethe, Herder, Vincenzo Monti, Alessandro Verri, Giovanni Viviani ; le critique Giuseppe Baretti ; des membres de la noblesse romaine comme le prince Baldassare Odescalchi et le prince Agostino Chigi, mais également, le couple formé par la poétesse Enrica Dionigi et l’avocat conte Orfei, Adelaide Lucangeli, Gaspar Monge, Puccini, Filippo M. Renazzi, Rezzonico, Diodata Saluzzo-Roero, l’érudit Pier Antonio Serassi, les deux Visconti, Edward Walsh, d’Aurillac, Louis Dutens...34. Composée de nobles, d’artistes, de voyageurs, de religieux, cette clientèle salonnière est en fait étroitement liée à l’académie de l’Arcadia, à laquelle Maria Pizzelli elle-même appartient sous le nom de Lida, ainsi que, dans son entourage, les princes Chigi et Odescalchi, Cunich, Enrica Dionigi, d’Hesmivy d’Auribeau, Boscovich, Serassi, Stay, Alessandro Verri, et d’autres encore probablement.

  • 35 Sur le salon de celle-ci, cf. Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri cit. ; M. Sherlock, Lettres (...)
  • 36 D. Angeli, Il salotto di Marianna Dionigi, dans Id., Roma romantica, Milan, 1935, p. 196-203 ; L. J (...)

26Le profil intellectuel et presque académique de cette assemblée n’est pas totalement isolé. Selon le témoignage d’Alessandro Verri, on sait que la très noble Margherita Sparapani Gentili Boccapaduli, qui appartient elle aussi à l’Arcadie sous le nom de Semira Epirense, accueille dans son palais de la via in Arcione, près du Quirinale, une société restreinte intéressée par la lecture de Rousseau et par les expériences scientifiques menées dans son propre cabinet35. Un autre exemple de salon « intellectuel » est celui de Marianna Dionigi, artiste peintre, membre de nombreuses académies parmi lesquelles la Filarmonica, la Tiberina, l’Arcadia et surtout l’Académie de Saint-Luc. Durant les dernières années du siècle et jusqu’à sa mort en 1826, elle reçoit Erskine, Cardinali, Cunich, Stay, Ennio Quirino Visconti, d’Agincourt, Valadier, Poniatowski, Capogrossi, Mengs, Milizia, Bianconi, Tambroni, Canova36. Les mêmes personnes se retrouvent donc ici et là, fréquentant plusieurs salons, simultanément ou successivement.

  • 37 BAV, Ms Chigiani, R.VIII.q.

27Animée surtout par l’intérêt pour les antiquités – ce que souligne notamment la présence d’Ennio Quirino Visconti –, l’assemblée réunie autour de Maria Pizzelli se consacre également à la littérature, à la poésie et au théâtre : « Questi valorosi Accademici passano lodevolmente le prime ore della sera nella recita di qualche loro poetica produzione, e dipoi s’esercitano nella declamazione d’un dramma tragico, o comico, scelto il più tra i moderni Italiani, ovvero d’Oltre Monti in nostra volgar lingua tradotti... »37. Vittorio Alfieri y lit ainsi sa Virginia en 1781, et il reconnaîtra dans son autobiographie l’utilité de ces lectures publiques, puisque le salon pouvait jouer le rôle d’un véritable espace critique :

  • 38 V. Alfieri, Vita, éd. A. Dolfi, Milan, 1996, p. 256.

E neppur negherò, che anche degli ottimi consigli, e non pochi, mi siano stati suggeriti dopo quelle diverse letture, da uomini letterati, da uomini di mondo, e spezialmente circa gli afetti, da varie donne. I letterati battevano su l’elocuzione e le regole dell’arte ; gli uomini di mondo, su l’invenzione, la condotta e i caratteri, e perfino i giovevolissimi tangheri, col loro più o meno russare o scontorcersi ; tutti in somma, quanto a me pare, mi riuscirono di molto vantaggio38.

  • 39 À Paris, le cas bien connu de Madame d’Épinay recevant une lettre de Galiani est éloquent : « Si vo (...)
  • 40 Cf. J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)

28La lecture était certes une activité importante au sein des assemblées salonnières puisqu’il n’était pas rare d’y lire des lettres d’amis qui maintenaient ainsi à distance une participation active à l’événement, de même que la lecture des ouvrages ou des journaux donnait lieu à des commentaires39. Pour les auteurs, le salon constituait alors un lieu de répétition permettant un premier contact avec le public et en ce sens, cette fonction en faisait l’une des « institutions » clés du développement de la sphère publique bourgeoise40. Le public s’y montrait plutôt complaisant car le salon formait un cercle où tout le monde se connaissait plus ou moins, mais la critique n’en était pas exclue pour autant et il arrivait même qu’elle prit un ton acerbe. La culture écrite avait donc sa place dans le salon, où elle était déclamée, essayée, répétée, mais elle entrait dans un cadre qui, paradoxalement, rendait surtout un culte particulier à l’oralité.

  • 41 Cartas familiares a su hermano Don Carlos Andrès dandole noticia del viage que hizo a varias ciudad (...)

29Comme le remarquait avec justesse le jésuite Juan Andrès41, les salons comme ceux de Maria Pizzelli, même s’ils étaient plus savants que les brillantes réceptions des cardinaux, ne participaient en définitive guère au « progrès de la science » et plus généralement aux débats intellectuels importants, en-dehors de ceux qui étaient consacrés aux antiquités ou à l’érudition religieuse. En revanche, ils permettaient une certaine diffusion de la culture classique, littéraire et arcadienne dans la cité, et surtout, ils favorisaient une cohésion des milieux intellectuels, au moment même où les académies connaissaient une spécialisation croissante, de même qu’ils intégraient les femmes – quelques femmes – dans un espace socioculturel élargi. Peu autonomes par rapport aux centres de pouvoir avec lesquels elles se confondaient bien souvent, ces structures dans leur ensemble permettaient en outre de multiplier les occasions de rencontre, ce qui était fondamental dans une cité où l’arrivée des étrangers était permanente.

Florence

  • 42 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni cit.

30Dans un tout autre contexte, les salons florentins, au sein d’une sociabilité plus large et plus ouverte, entretiennent des liens plus étroits avec la vie intellectuelle. À partir des années 1730, différents témoins florentins commencent à évoquer le développement des pratiques informelles de sociabilité salonnière à l’extérieur de la Cour. À ce moment précis de l’histoire du grand-duché, marqué par la fin de la dynastie des Médicis et l’arrivée d’une nouvelle dynastie, d’origine étrangère, les Habsbourg-Lorraine, on peut bien sûr émettre l’hypothèse que c’est la « déficience » de la vie de cour qui a déterminé la noblesse à transporter la vie mondaine de la cour à la ville. Mais d’autres phénomènes ont sûrement joué. D’une part, il faut constater que le « réveil » intellectuel se marque dès les années 1720, avec notamment la fameuse édition des œuvres de Gassendi, en 1727, avec la formation du groupe, puis de la société elle-même de la « Colombaria », à partir de 1729. D’autre part, l’arrivée des Lorraine a pu le renforcer, avec une réforme comme la « laïcisation » de la censure, qui favorise peut-être la diffusion de nouvelles pratiques de lecture dans une sphère socioculturelle élargie42.

  • 43 Sur Targioni Tozzetti, T. Arrigoni, Uno scienziato nella Toscana del Settecento, Giovanni Targioni (...)

31Durant les années Trente, le paysage de la sociabilité urbaine se transforme et s’enrichit d’une multitude de lieux ouverts à la discussion et aux rencontres intellectuelles, comme l’indique le naturaliste toscan Giovanni Targioni Tozzetti (1712-1783). Cet homme de sciences, ancien bibliothécaire de la Magliabechiana, évoque au crépuscule de sa vie les cercles littéraires qu’il fréquentait pendant sa jeunesse et qui fleurissaient alors dans la ville43 :

  • 44 BNCF, Ms. Palat., Targioni Tozzetti, 189/1, publié dans Antonio Cocchi, Scritti scelti, Florence, 1 (...)

oggimai vedo dismessi, e annullati nel nostro paese certi Crocchj Letterarj, nè quali si passava il tempo lietamente, s’imparava a ben regolarsi, e si acquistavano utili ed erudite cognizioni. Di questi ce ne erano in mia gioventù parecchj nelle spezierie, e nelle Botteghe de’ Libraj, e di Caffè, dove i Galantuomini, sia Gentiluomini, che Cittadini, si adunavano in certe ore, e sollevano l’animo con lieti, ed insieme dotti discorsi, e si aveva una gran scuola di Mondo. Io mi ricordo sempre con piacere dei dilettevoli ed istruttivi Crocchj, che si facevano mattina e sera nella Bottega di Libraio del Piazzini, poi in quelle del Canovai, e del Rigacci, e nei Caffè di Panone, e dello Svizzero. Mi ricordo anche degli eruditi Crocchj che si fecero per parecchj anni ogni mattina di Festa in casa dell’Amabilissimo Dott. Niccolò Gualtieri, e le sere dell’estate nel Giardino de’ Semplici, ed ogni sera in casa del Dott. Antonio Cocchi, fino a che non ebbe ripresa moglie [1733-1734]. Voi non potrete mai credere quanto s’imparava in tali adunanze di Galantuomini, e con quale amicizia ci giovavamo scambievolmente, e ci aiutavamo nei respettivi studj. Anche i Crocchj non determinatamente Letterarj, ma misti di leggerezze, e di divertimento, non lasciavano di essere istruttivi, perche i Valentuomini che v’intervenivano per loro ricreazione, in mezzo al brio facevano spiccare il loro sapere. Oh che gustosa, ed utile scuola erano i desinari, che Provveditore il Dott. Giovanni Lami per tre anni, cioè fino alla disgrazia dell’Infelice Dottor Tommaso Crudeli [arrêté en mai 1739], si continuarono a fare più volte la settimana a lira e soldo, in varie osterie di Firenze, e suburbane, secondo le stagione, o nella Villa del Rigacci [le libraire Giuseppe Rigacci] alla Tosse ! Oh che bei Crocchj ho goduto per lungo tempo in Casa di Myladi Walpole, del Presidente Pompeo Neri, del Baron Filippo de Stosch, e del Cancr. Zanobi Pomi. Ah come vedo variata la faccia della mia Patria, non è possibile il rimettere più insieme tanti vivaci Ingegni, che sappiano insieme prodesse, et delectare ! che dirò delle Accademie, le quali allora erano frequentate dalle Persone Culte, quanto sono ora i Teatri, e dove si provava piacere più che non ne proverete voi nei Teatri44.

  • 45 En mai 1733, Cocchi perd sa première femme, Gaetana Debi ; il épouse en secondes noces Teresa Piomb (...)
  • 46 Cf. F. Borroni Salvadori, Riunirsi in crocchio, anche per leggere : le origini del gabinetto di let (...)
  • 47 Aucune des études sur Cocchi ne signale ces réunions : A. Corsini, Antonio Cocchi. Un erudito del « (...)
  • 48 Pour la description de son cercle et de ses activités, F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Grandu (...)
  • 49 F. Borroni Salvadori, Personaggi inglesi inseriti nella vita fiorentina del ’700 : Lady Walpole e i (...)
  • 50 M. Fanfani, Accademia toscana di scienze e lettere « La Colombaria », dans F. Adorno (dir.), Accade (...)
  • 51 M. A. Morelli Timpanaro, Per una storia di Andrea Bonducci cit., p. 176 n.
  • 52 S. Landi, Censure et culture politique en Italie au xviiie siècle. Le cas du Grand-Duché de Toscane(...)
  • 53 Sur cet aspect, cf. la contribution de Nicola Michelassi, dans ce volume.

32Né en 1712, Targioni Tozzetti évoque ici l’heureux temps de sa jeunesse. Au-delà d’une certaine nostalgie, c’est l’atmosphère des années 1730 – Antonio Cocchi, devenu veuf en mai 1733, se remarie en juin 173445 – que décrit le naturaliste florentin. Les dernières années de la dynastie des Médicis, avant même la Régence lorraine, lui apparaissent comme un moment de renouveau de la vie intellectuelle dans le cadre d’une exceptionnelle liberté. C’est une sociabilité bien différente des rituels de la Cour qui est décrite ici, une sociabilité informelle très capillaire, que Targioni Tozzetti désigne non pas avec le terme de « conversazione » mais avec celui de « crocchio »46. Pas de salons encore, comme nous en trouverons plus tard dans le siècle, mais des lieux très actifs, mi-publics mi-privés, où « les honnêtes hommes aussi bien gentilshommes que citadins » se réunissent « à certaines heures » pour des discussions à la fois « légères » et « savantes ». Cercles érudits autour de Niccolo Gualtieri, d’Antonio Cocchi (professeur d’anatomie à l’hôpital de Santa Maria Nuova en 1736, bibliothécaire de la bibliothèque Magliabechi, antiquaire du grand-duc depuis 1738)47, de Giovanni Lami (professeur d’histoire au studio et à l’académie des nobles, bibliothécaire du marquis Riccardi, directeur des Novelle letterarie), du baron Stosch48, cercle plus officiel autour de l’auditeur Pompeo Neri, cercle cosmopolite autour de Margaret Rolle d’Ayton, plus connue sous le nom de Lady Walpole49. Sans oublier ces trois librairies qui abritent des assemblées régulières, animées de débats : celle d’Anton Maria Piazzini, via del Corso, où se réunissaient au début des années 1730 les membres de la future società Colombaria50, où Targioni Tozzetti dit s’être entretenu à plusieurs reprises avec Gaetano Berenstadt51, celle de Canovai et celle de Giuseppe Rigacci, récemment identifiée par Sandro Landi comme l’un des lieux actifs de la maçonnerie, où l’on lisait des livres condamnés tels que l’Histoire du diable de Daniel Defoe et l’Histoire des tromperies des prêtres et des moines, attribuée à G. D’Emiliane52. Cette sociabilité ne sépare pas discussion intellectuelle et plaisirs de la table, dans la continuité d’une tradition académique déjà consolidée dans la Florence des xvie et xviie siècles53. Au total, il s’agit d’un milieu intellectuel relativement limité : ce sont souvent les mêmes personnes qui se retrouvent dans ces divers lieux, à suivre les listes de noms publiés dans les études récentes.

  • 54 Cette loge a donné lieu à une littérature considérable, en particulier : F. Sbigoli, Tommaso Crudel (...)
  • 55 ASF, Reggenza 66, lettre à Sa Majesté Impériale à Vienne, Florence, 15 janvier 1752.

33Quand elle se déroule dans un cadre privé, la sociabilité propose, selon Targioni Tozzetti, le même ton informel que dans les cafés et les librairies ; cette liberté et cette souplesse des formes différencient sensiblement la sociabilité florentine de la sociabilité romaine, mettant ici en œuvre une véritable sphère publique bourgeoise où les différents mouvements culturels se côtoient dans un environnement fertile en innovations, comme en témoigne l’importance du courant maçonnique. C’est bien en effet la période qui voit la formation, en 1731-32, à Florence, de la première loge maçonnique, à l’initiative d’Anglais de passage à Florence54. Cette loge, qui est probablement l’une des toutes premières voire la première d’Italie, accueille, à partir de l’été 1732, un petit groupe de florentins, dont le premier est Antonio Cocchi, initié le 4 août 1732. Si elle ne dure guère au-delà du procès Crudeli, elle se prolonge à travers une sociabilité clandestine, autour d’un très petit nombre de francs-maçons, sans toutefois que la loge ait de véritable existence, du moins à en croire une information qui circule dans les milieux gouvernementaux en 175255.

  • 56 Description des pierres gravées du feu Baron de Stosch, dédiée à Son Éminence Monseigneur le Cardin (...)
  • 57 F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Granducato cit., p. 579.
  • 58 B. Moloney, Florence and England. Essays in Cultural Relations in the Second Half of the Eighteenth (...)

34Cette sociabilité d’origine étrangère est sans doute un élément fort de la vitalité florentine de ces années-là. Chez Philipp von Stosch, d’origine prussienne, qui joue un rôle central dans la maçonnerie florentine des années 1730, se réunissent les amateurs d’art, autour des très riches collections que Winckelmann viendra cataloguer après la mort de leur propriétaire56. Arrivé à Florence au début des années 1730, Stosch contribue à développer le courant cosmopolite et les contacts avec l’étranger, ferments essentiels de la sociabilité intellectuelle. Il avait servi comme agent secret le gouvernement britannique qui désirait être informé sur le prétendant Stuart installé à Rome, ce qui ne facilite pas toujours ses relations avec la communauté anglaise57. La colonie anglaise, bien implantée à Florence, joue en effet un rôle de premier plan dans l’organisation de la vie socioculturelle, sans pour autant que les étrangers aient le même poids qu’à Rome. L’arrivée de Horace Mann durant cette même période favorise les contacts entre les différentes communautés et l’évolution vers une vie mondaine et culturelle de plus en plus intense58.

  • 59 Sur son adhésion, C. Francovich, Storia della massoneria cit., p. 55 note ; sur son salon, M. A. Mo (...)
  • 60 Les années florentines de Niccolini sont encore mal connues : M. Rosa, Un ‘giansenista’ difficile n (...)
  • 61 C. Goldoni, Mémoires, Paris, 1992, p. 216-217.
  • 62 V. Becagli, Economia e politica del sapere nelle riforme leopoldine. Le Accademie, dans G. Barsanti (...)

35Après l’austérité instaurée par Côme III, le désir de sociabilité se ressent en effet fortement. Les femmes, en particulier, sont admises dans les cercles et il devient fréquent qu’elles instituent elles-mêmes des réunions, comme c’est le cas de Madame Suares – ancienne dame d’honneur de la princesse Violante, probablement membre de la loge maçonnique florentine59 – ou de Matilde Ferroni, amie d’Antonio Niccolini60. Goldoni peut ainsi constater la vivacité intellectuelle de Florence au début des années 174061, au moment où sont créés successivement deux périodiques importants : les Novelle letterarie (1740) de Giovanni Lami et le Giornale de’ Letterati (1742) dirigé par Gori et financé par Stosch, issu d’une scission avec le premier. S’agirait-il donc de cet âge d’or dont rêve Targioni Tozzetti à la fin de ses jours ? La nostalgie étonne, en plein règne de Pierre-Léopold, alors que le grand-duc a entrepris de rénover diverses structures culturelles, et que la vie intellectuelle florentine est loin de décliner. Nouvelles formes académiques62, nouveaux instruments de travail (bibliothèque publique, cabinets scientifiques), multiplication des périodiques, autant d’indice d’une grande vitalité culturelle, en partie il est vrai pilotée par le prince. Cette évocation des années 1730 donne-telle à penser que l’affaire Crudeli aurait provoqué un « refroidissement » de la vie intellectuelle ? Ou bien qu’une nouvelle sociabilité, plus organisée, que celle, informelle, évoquée par Targioni Tozzetti ?

  • 63 C. Pellegrini, La contessa d’Albany e il salotto del Lungarno, Naples, 1951. C’est au début du xixe(...)
  • 64 R. Pasta, Scienza, politica e rivoluzione. L’opera di Giovanni Fabbroni (1752-1822) intellettuale e (...)

36Des conversazioni plus structurées ont en effet remplacé les rencontres occasionnelles. Dans les dernières décennies du xviiie siècle, plusieurs salons regroupent, régulièrement, des personnes d’origines et d’intérêts divers. Le plus célèbre – le fameux « salotto del Lungarno » dans le palais Gianfigliazzi – est tenu par Luisa Stolberg, comtesse d’Albany, de façon discontinue, lors de ses séjours successifs à Florence, dans les années 1770 auprès de son mari, le Jeune Prétendant Charles Stuart, auprès d’Alfieri ensuite à partir de 179263. Moins renommé, celui de la fille de Giuseppe Pelli Bencivenni, Teresa Pelli Fabbroni, est visité, à partir des années 1780, par des letterati qui gravitent autour de la galerie grand-ducale, de la nouvelle Académie florentine (réformée en 1783) et de l’Académie des Beaux-Arts64. Ce lieu de rendez-vous nocturne est l’un des cœurs de la vie intellectuelle de Florence.

  • 65 A. Young, Travels during the years 1787, 1788 and 1789, Londres, 2e éd., W. Richardson, 1794 : 21 n (...)

It gave me pleasure to find, – note l’agronome anglais Arthur Young –, that the company did not assemble in order to converse on the trivial non sense of common topics, like so many coteries in all countries. They were readily joined in the discussion I had with signore Fabbroni ; and signora Fabbroni herself, who has an excellent understanding, did the same65.

  • 66 A. Young, Travels cit., p. 256 (27 novembre 1789).
  • 67 Sur cet agronome peu connu, P. Scapecchi, Andrea Zucchini, georgofilo, dans Rassegna storica toscan (...)
  • 68 R. Pasta, Scienza, politica e rivoluzione cit., p. 31-32 ; G. Prontera, Medici, medicina e riforme (...)
  • 69 A. Young, Travels cit., p. 253.

37Quelques jours plus tard, une nouvelle soirée chez Fabbroni le confirme dans son jugement : « Somme of the best instructed people at Florence meet there, and discuss topics of importance »66. Certains membres de l’aristocratie sont aussi au cœur de salons très actifs : c’est le cas, mal connu, du sénateur marquis Lorenzo Ginori, l’un des chambellans du grand-duc. Cet industriel, propriétaire de la fabrique de porcelaine de Doccia, proche de Florence, est un grand amateur de physique expérimentale. Membre de plusieurs académies (Académie florentine, Académie de la Crusca depuis 1757, Società Colombaria depuis 1759), il réunit une fois par semaine, le matin – à la différence des autres conversazioni – quelques letterati fameux, en particulier ceux qui s’intéressent aux sciences comme le physiologiste Felice Fontana, directeur du musée florentin de physique et d’histoire naturelle, ou le Milanais Carlo Amoretti, les spécialistes d’agronomie comme Marco Lastri, Andrea Zuchini, directeur du jardin expérimental67, ou « the marchese Pacci, who has a reputation here for his knowledge of rural affaires » (sans doute le marquis Alessandro Pucci, membre de l’Académie des Georgophiles depuis 1767). Il faut enfin noter l’existence de réunions plus professionnelles, comme celle qui, autour de Giovanni Luigi Maria Targioni, réunit, dans la maison de son père Michelangiolo, des médecins et des savants à partir de 1772 et aboutit à la publication de deux périodiques savants, la Raccolta di opusculi medico-pratici (1773-1785) et la Raccolta di opuscoli fisico-medici (1774-1782). L’initiative a été analysée comme l’esquisse d’une académie de médecine, ce qui nous écarte du salon ou de la conversazione68. C’est peut-être l’orientation très intellectuelle des salons florentins qui conduit Arthur Young à conclure, après avoir fait l’éloge de leur sérieux : « Their conversazioni are [...] much inferior to what one has at a dinner for a select party »69.

  • 70 Sur Fortunata Fantastici, voir C. Giommi, Elogio di Fortunata Sulgher Fantastici Marchesini, poetes (...)
  • 71 BNCF, N.A. 1050, Efemeridi, IIe série, vol. XI, 29 avril 1783, p. 1993-1997. La liste, légèrement m (...)
  • 72 Notons toutefois que Fortunata Fantastici ne figure pas dans A. M. Giorgetti Vichi (dir.), Gli Arca (...)
  • 73 Sur cette tradition, B. Croce, Gl’improvvisatori, dans Letteratura italiana del Settecento, Bari, 1 (...)
  • 74 Depuis la monographie que lui a consacré A. Ademollo, Corilla Olimpica, Florence, 1887, qui, curieu (...)
  • 75 Elle est conservée à la BNCF, N.A. 906 ; elle comporte quelque 1130 lettres, adressées par 279 corr (...)
  • 76 Auteur d’un Saggio sopra la lingua italiana, Cesarotti est ainsi décrit par Walter Binni : « insiem (...)
  • 77 Il note le climat quelque peu polémique qui règne à l’occasion : « Nella compagnia della Improvvisa (...)

38De ce point de vue, le salon de Fortunata Sulgher Fantastici, tout comme celui de la comtesse d’Albany, présente un profil divers, plus tourné vers les lettres et les arts70. Son hôtesse, avec Maddalena Morelli Fernandez, connue sous le nom de Corilla Olimpica qu’elle portait en Arcadie, est l’une des deux seules femmes de la liste des letterati florentins dressée par Giuseppe Pelli Bencivenni à la demande de l’astronome Jérôme de Lalande71. Toutes deux membres de l’Arcadie72, elles sont reconnues en qualité de poètesses-improvisatrices, profession qu’elles pratiquent à travers toute l’Italie et notamment dans les salons et les académies qui les appellent73. Curieusement, si Corilla Olimpica est désormais familière aux chercheurs travaillant sur le xviiie siècle littéraire et académique74, Fortunata Sulgher Fantastici reste en revanche quasiment inconnue, en dépit de l’abondante correspondance parvenue jusqu’à nous75. Le salon de Fortunata Fantastici, près du Ponte Vecchio, orné des œuvres du graveur florentin Francesco Bartolozzi si l’on en croit le témoignage de Francesco Zipoli, apparaît comme un des pôles de sociabilité de la société lettrée florentine des années 1780 à 1810 ; il semble en particulier avoir été un lieu privilégié des débats sur la modernisation de la langue et sur les propositions de Cesarotti76 : Pelli lui-même le fréquente en compagnie de sa fille Teresa77, de même que Francesco Zipoli, Giulio Perini, plus tard Giovanni Rosini, et bien d’autres. Comme l’a montré V. Becagli, la réforme de la langue ne va pas sans de fortes oppositions, l’affaire animant particulièrement l’entourage de Fortunata Fantastici :

  • 78 BNCF, N.A. 906, IV.33, lettre de Francesco Zipoli à Fortunata Fantastici, Pise, 24 décembre 1784. G (...)

Una nuova Accademia Fiorentina [l’académie, réformée, a ouvert en novembre 1783], un Patrizio, certamente dotto, che vi presiede, un vero entusiasmo, quale forse vi sarà, di purgare, estendere e determinare la nostra armoniosa, e pieghevolissima lingua, mi fanno sperar [, explique Francesco Zipolo à la poétesse,] quel molto che desidero per vero spirito di patriotismo, ma l’impresa è da Filosofi più che da Grammatici, ed un solo Presidente dotto non serve senza molti aiuti di vera capacità78.

  • 79 Sur celui-ci, voir la notice de G. Romani dans DBI, 36, 1988, p. 70-74.
  • 80 BNCF, N.A. 906, IV.24, lettre de De Gamerra à Fortunata Fantastici, Pise, 3 juin 1793.

39Les enjeux littéraires de ce salon restent à préciser, de même que sa position entre classicisme et romantisme : on sait par exemple qu’un auteur aussi extravagant que Giovanni De Gamerra y fut dénigré79 : « Mi assicura un amico di Firenze degno di molta fede, che la mia Lettera confidenziale, ed il mio Manifesto stati sono l’oggetto dei sarcasmi, e dei motteggi della di lei società »80. Les sarcasmes concernent sans doute Batavia e la Beglia liberate, poème héroïque réactionnaire, dans lequel l’auteur, préromantique au style larmoyant, poète à la cour de Vienne, célèbre les succès autrichiens remportés aux Pays-Bas. Mais on ne sait pas si ces railleries portent sur le style ou sur le conservatisme de l’auteur ; et la position politique de l’assemblée, sa cohésion ou ses divisions face aux événements de la Révolution française appellent encore quelques éclaircissements.

  • 81 Cf. A. Tacchi, La vita teatrale a Firenze in età leopoldina : ovvero, tutto sotto controllo, dans M (...)

40Il faudrait aussi expliquer la position que pouvait occuper un tel lieu privé, au moment où Pierre-Léopold ordonnait la fermeture de la majorité des théâtres florentins et instaurait un contrôle drastique sur la vie des spectacles81. Le grand-duc souhaitait transformer l’art de Melpomène en une institution sérieuse et respectable qui viendrait renforcer le discours des Lumières, à l’opposé d’une conception ancienne qui soupçonnait toujours les mauvaises mœurs sous les habits du théâtre. Dès lors que la sphère privée fait aussi l’objet de la surveillance grand-ducale, l’étude du salon de Fortunata Fantastici pourrait permettre d’élargir considérablement la connaissance de la vie intellectuelle sous Pierre-Léopold et ses successeurs.

  • 82 E. De Amicis, Un salotto fiorentino del secolo scorso, Florence, 1902.

41Les éléments rassemblés décrivent une sociabilité informelle qui revêt à Rome et à Florence des formes dissemblables, renvoyant en partie en cela aux différences entre les deux villes quant à leurs structures politiques et sociales. Si la sociabilité salonnière romaine se caractérise par la multiplicité des formes d’agrégations, par leur hétérogénéité et par leur instabilité, en rapport étroit avec la Curie comme s’il ne s’agissait que de formes déguisées de patronage, les salons florentins, quoique beaucoup moins nombreux, se présentent comme des lieux de forte activité intellectuelle, si bien que les assemblées salonnières parviennent ici à remplir un rôle intellectuel favorisé par leur position à la limite du public et du privé. Phénomène européen, les salons ne constituent pas ainsi pour autant un espace unitaire. Largement diversifiés, facilitant l’insertion des femmes longtemps reléguées aux marges de la vie intellectuelle, ils ont permis à la fois un élargissement des milieux intellectuels, leur plus grande ouverture sur le monde extérieur et des échanges plus informels, plus intenses aussi, que ceux qu’organisaient, dans un cadre fortement ritualisé, les grandes académies de la péninsule. Faut-il y voir les raisons de leur influence croissante sur la vie politique et culturelle florentine et romaine, jusqu’au rôle éminent joué par le salon d’Emilia Peruzzi au moment de l’unification82 ?

Notes

1 Sur le salon dans l’Europe des Lumières, U. Im Hof, Les Lumières en Europe, Paris, 1993, p. 115-120 ; D. Poulot, Les Lumières, Paris, 2000, p. 184-190 ; D. Roche, Salons, Lumières, engagements politiques : la coterie d’Holbach dévoilée, dans Id., Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, 1988, p. 242-253 ; D. Goodman, Enlightenment Salons : the Convergence of Female and Philosophic Ambitions, dans Eighteenth Century Studies, XXII, 1989, p. 329-350, et The Republic of Letters. A Cultural History of the French Enlightenment, Ithaca-Londres, 1994. Après la rédaction de cet article, s’est tenu le colloque Salotti e ruolo femminile in Italia fra fine Seicento e primo Novecento, Milan, 23-25 janvier 2003.

2 Sur cette forme de sociabilité encore peu étudiée, cf. A. Addobbati, Il casino dei nobili di Pisa e il disciplinamento delle aristocrazie toscane nel xviii secolo, dans Bollettino storico pisano, LXII, 1993, p. 277-307 ; R. Romanelli, Il casino, l’accademia e il circolo. Forme e tendenze dell’associazionismo d’élite nella Firenze dell’Ottocento, dans P. Macry et A. Massafra (dir.), Tra storia e storiografia. Scritti in onore di Pasquale Villani, Bologne, 1994, p. 809-851.

3 Intellettuali e centri di cultura, dans Quaderni storici, VIII, 1973, 23, p. 9 ; rappelons ici la référence classique, L. Bergeron (dir.), Niveaux de culture et groupes sociaux. Actes du colloque réuni du 7 au 9 mars 1966 à l’École Normale Supérieure, Paris, 1967.

4 Cf. M. A. Visceglia (dir.), La nobiltà romana in età moderna. Profili istituzionali e pratiche sociali, Rome, 2001.

5 Cf. notamment S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana del Settecento, Bologne, 2000.

6 Pour un exposé plus circonstancié, nous renvoyons à notre thèse de doctorat, inédite : Sociabilité informelle et pratiques sociales en Italie : les salons romains et florentins au xviiie siècle, thèse de doctorat, Institut Universitaire Européen, Florence, 1999.

7 Sur ses aspects politiques, G. Signorotto et M. A. Visceglia (dir.), La Corte di Roma tra Cinque e Seicento, « Teatro » della politica europea, Rome, 1998.

8 N. Elias, La société de cour, Paris, 1974 [1969].

9 Mémoires du duc de Choiseul, Paris, 1987, p. 114.

10 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, Rome, 2 juin 1767, dans F. Novati, E. Greppi et A. Giulini (dir.), Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1796, Milan, 1919-1923, p. 379-380.

11 Les récits des voyageurs sont des sources d’autant plus précieuses pour l’analyse de la vie quotidienne italienne que les scènes sont souvent décrites avec une minutie inconnue des témoins et auteurs locaux, sans doute plus accoutumés à des faits qu’ils ne relèvent même pas. En plus, le voyageur offre un point de vue externe et distancié par rapport à l’objet de son discours, ce qui lui permet de critiquer les codes culturels du pays évoqué. L’utilisation de ces sources doit naturellement s’accompagner de leur examen critique ; décoder en particulier, les forts préjugés nationaux, la connaissance insuffisante d’une culture et le « schème » mental dans lequel le témoin est immergé lui-même et dont il n’a pas conscience, de même que ne pas se fier à l’accumulation de témoignages, bien souvent copiés les uns sur les autres. Cf. P. Burke, The Sources : Outsiders and Insiders, dans Id., The Historical Anthropology of Early Modern Italy. Essays on Perception and Communication, Cambridge, 1987, p. 15-24 ; E. Garms et J. Garms, Mito e realtà di Roma nella cultura europea. Viaggio e idea, immagine e immaginazione, dans Storia d’Italia, Annali 5. Il paesaggio, C. De Seta (dir.), Turin, 1982, p. 561-662.

12 Dans la plupart des grandes villes italiennes, l’éclairage public n’est installé qu’assez tardivement : à Venise en 1733, à Naples en 1770, à Florence en 1783, à Milan en 1786.

13 Cf. l’inventaire des salons romains réalisé par M. P. Donato, et l’étude qu’elle leur a consacrée : Accademie romane. Una storia sociale (1671-1824), Naples, 2000, p. 117-132.

14 Cf. Grand Tour. The Lure of Italy in the Eighteenth Century, Londres, 1996, et en particulier la préface de F. Haskell, p. 10-12.

15 Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grancourt, Journal inédit d’un voyage en Italie, 1773-1774, Paris, 1895, p. 147.

16 Ivi, p. 245. Bergeret évoque ici les ouvrages de peinture, de même qu’il entend par « sallon », un salon de peinture, au sens donné par Diderot.

17 Cf. la contribution de Daniela Gallo dans ce même volume. Une des hypothèses de l’auteur est que les formes « les plus institutionnalisées » dans le domaine de l’antiquariato (telles que l’Accademia degli Antiquari alessandrini ou l’Accademia delle Romane Antichità) n’auraient pas joué un rôle fondamental dans le progrès de cette discipline.

18 Le découpage horaire romain diffère des autres pays européens dans la mesure où le décompte des heures commence lorsque résonne l’Angélus, au coucher du soleil, tandis qu’à Florence, dès 1738, on compte les heures « à la française », c’est-à-dire selon l’horloge d’aujourd’hui. Cf. le cercle comparatif établi par Goethe pour se « familiariser avec leur manière de compter les heures » dans W. Goethe, Voyage en Italie, traduction de M. Mutterer, Genève-Paris, 1990, p. 47-48.

19 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie, ou Nouveaux Mémoires sur l’état actuel de son gouvernement, des sciences, des arts, du commerce, de la population et de l’histoire naturelle, Dijon, F. des Ventes, 1766, t. 5, p. 149-150.

20 Parallèlement aux gazettes imprimées, qui se multiplient tout au long du siècle, des nouvelles à la main continuent de circuler encore à la fin du siècle aussi bien dans les cafés publics que dans les réunions privées. Parmi ces journaux manuscrits mal connus, on trouve la Gazzetta galante, exclusivement florentine, diffusée d’août 1775 à mars 1776, qui relatait la vie à la Cour, informait sur les procès en cours ou sur les événements survenus dans le quartier juif, faisait une mise à jour régulière de la situation du Jeune Prétendant, Charles Stuart, en quête d’une habitation à Florence et provisoirement hébergé chez les Corsini, etc... (ASF, Acquisti e Doni 1, ins. 39).

21 Dans les milieux diplomatiques, ces licences s’obtenaient sans doute encore plus facilement. Cf. par exemple les autorisations accordées à Michel-Ange de La Chausse, consul de France à Rome, et la liste des livres qu’il conserve dans les Archives du Ministère des Affaires Étrangères conservées à la Villa Bonaparte, Papiers personnels de la Chausse, carton 13.

22 G. Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, du gouvernement et des mœurs des principaux états d’Italie, Paris, Buisson, 1793, t. 2, p. 151.

23 Cf., dans le même sens, les remarques de M. P. Donato, Accademie romane cit., p. 106 : « l’uso di tenere conversazione resta diffuso presso gli esponenti della curia » ; dans le même sens, p. 117.

24 Ch. de Brosses, Lettres familières sur l’Italie, avec une introduction et des notes par Y. Bezard, Paris, 1931, t. 2, p. 213-214.

25 Dans ce volume M. Caffiero, Accademie e autorappresentazione dei gruppi intellettuali a Rome alla fine del Settecento, p. 277-292.

26 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie cit., t. 5, p. 155.

27 Ch. de Brosses, Lettres familières cit., t. 2, p. 199.

28 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (Paris), Mémoires et documents, Rome, 72, fol. 273-274.

29 J.-J. de Lalande, Voyage d’un François en Italie, fait dans les années 1765-1766, Genève, 1790, t. 5, p. 32-33.

30 Gorani note ainsi : « Maria Pizzelli a reçu de la nature tout ce qui aurait pu la rendre chère aux lettres et aux arts ; mais enseignée par des pédants, elle ne sait qu’ergoter et non discuter, et n’a pas assez de bon sens pour sentir que l’ignorance est mille fois plus supportable qu’une érudition sans goût et sans tact [...]. Tous les soirs elle est entourée de sa cour savante. Assise au fond d’un vaste salon, guindée sur son siège, bien droite, bien empesée, elle préside l’assemblée rangée des deux côtés comme pour une cérémonie d’église. Tout chez elle est méthodique, est compassé ; on y discute longuement, froidement et les sujets les plus intéressants y prennent une teinte soporifique qui engourdit à la fois l’esprit et les sens [...] », Mémoires secrets et critiques des cours cit., t. 2, p. 322.

31 BAV, Ms Chigiani, R.VIII.q. Sur Maria Pizzelli, cf. Accademia poetica in sette lingue per la morte di Maria Pizzelli nata Cuccovilla fra i poeti Lida insigne letterata romana, Rome, 1808 ; G. G. De Rossi, Lettera del Cav. Gio. Gherardo De Rossi ad un suo amico sulla morte della celebre Maria Pizzelli, dans Giornale Pisano, Pise, 1807 ; L. Rava, Un salotto romano del Settecento : Maria Pizzelli, Rome, 1926.

32 Giovanni Pizzelli avait une charge à Rome au service de son oncle, Bernardo Antonio Pizzelli, devenu évêque.

33 J. Richard, Description historique et critique de l’Italie cit., t. 5, p. 156.

34 Cf. F. Petrucci, Cuccovilla Maria, dans DBI, 31, 1985, p. 311-312.

35 Sur le salon de celle-ci, cf. Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri cit. ; M. Sherlock, Lettres d’un voyageur anglois, Londres, 1779, p. 103-104 ; L. Dutens, Mémoires d’un voyageur qui se repose contenant des anecdotes historiques, politiques et littéraires, relatives à plusieurs des principaux personnages du siècle, Paris, 1806, 3e partie, p. 291.

36 D. Angeli, Il salotto di Marianna Dionigi, dans Id., Roma romantica, Milan, 1935, p. 196-203 ; L. Jannattoni, Marianna Dionigi, dans Strenna dei Romanisti, 1992, p. 206-217 ; N. Marcone, Marianna Dionigi e le sue opere, Rome, 1896 ; S. Rinaldo Tufi, Candidi Marianna, dans DBI, 30, 1984, p. 777-779.

37 BAV, Ms Chigiani, R.VIII.q.

38 V. Alfieri, Vita, éd. A. Dolfi, Milan, 1996, p. 256.

39 À Paris, le cas bien connu de Madame d’Épinay recevant une lettre de Galiani est éloquent : « Si vous nous voyiez recevoir une lettre de vous, nous vous ferions rire. Dès qu’elle est arrivée je la lis et relis en attendant que les élus soient rassemblés. Ils arrivent avec l’air plus affairé. Grimm dit, « Y a-t-il une lettre ? – Oui ». Le marquis, « Est-elle bien longue ? – Non ». « Ah mordieu tant pis. N’importe lisons toujours... ». Si elle est longue, ce sont des joies, des cris de joie, il s’assied, se lève, se retourne, qui est-ce qui lira, l’un tire ses lunettes, et l’on interrompt par des éclats de rire grimmique, par des exclamations sur tout ce que ce charmant abbé est de divin, de sublime, d’excellent... Enfin ce sont des cadeaux pour nous que la lecture de vos lettres », dans F. Galiani, L. d’Épinay, Correspondance, I. 1769-1770, éd. D. Maggetti, Paris, 1992, p. 133-134 (lettre XXXII, 2 avril 1770).

40 Cf. J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1978. Sur cette notion abondamment utilisée de « sphère publique », il est utile de consulter les remarques ultérieures de l’auteur publiées dans Further Reflections on the Public Sphere, dans C. Calhoun (dir.), Habermas and the Public Sphere, Oxford, 1992. Sur le concept d’opinion publique et pour une discussion sur la sphère publique, on citera au moins, parmi une littérature très fournie, K. M. Baker, Politique et opinion publique sous l’Ancien Régime, dans Annales E.S.C., XLII, 1987, p. 41-71 ; D. Reynié, Le triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du xvie au xxe siècle, Paris, 1998 ; M. R. Somers, What’s Political or Cultural about Political Culture and the Public Sphere ? Toward an Historical Sociology of Concept Formation, dans Sociological Theory, 1995, p. 113-144 ; E. Tortarolo, « Opinion publique » tra antico regime e rivoluzione francese. Contribuzione a un vocabolario storico della politica settecentesca, dans Rivista storica italiana, CII, 1990, I, p. 5-23.

41 Cartas familiares a su hermano Don Carlos Andrès dandole noticia del viage que hizo a varias ciudades de Italia en el ano 1785, Madrid, 1786-1791, t. 2, p. 71-86, cité dans F. Petrucci, Cuccovilla Maria cit., p. 312.

42 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni cit.

43 Sur Targioni Tozzetti, T. Arrigoni, Uno scienziato nella Toscana del Settecento, Giovanni Targioni Tozzetti, Florence, 1987.

44 BNCF, Ms. Palat., Targioni Tozzetti, 189/1, publié dans Antonio Cocchi, Scritti scelti, Florence, 1999.

45 En mai 1733, Cocchi perd sa première femme, Gaetana Debi ; il épouse en secondes noces Teresa Piombanti devant deux amis témoins, Zanobi Pomi et Francesco Nefetti (4 juin 1734). Pour une documentation détaillée sur les personnes évoquées par Targioni Tozzetti et les milieux florentins de cette période, cf. M. A. Morelli Timpanaro, Per una storia di Andrea Bonducci (Firenze, 1715-1766). Lo stampatore, gli amici, le loro esperienze culturali e massoniche, Rome, 1996.

46 Cf. F. Borroni Salvadori, Riunirsi in crocchio, anche per leggere : le origini del gabinetto di lettura a Firenze, dans Rassegna storica toscana, XXVIII, 1981, p. 11-34.

47 Aucune des études sur Cocchi ne signale ces réunions : A. Corsini, Antonio Cocchi. Un erudito del « Settecento », Milan, 1928 ; U. Baldini, dans DBI, 26, 1982, p. 451-461 ; M. Fileti Mazza et B. Tomasello, Antonio Cocchi primo antiquario della Galeria Fiorentina, Modène, 1996. Son cabinet d’antiquaire est à l’évidence un lieu de passage de nombreux savants et voyageurs étrangers, et ses échanges avec les letterati florentins importants. Personne ne mentionne toutefois une conversation, analogue à celle de Stosch ou de Lady Walpole.

48 Pour la description de son cercle et de ses activités, F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Granducato e la Reggenza : Filippo Stosch a Firenze, dans Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia, s. III, vol. VI, 1978, p. 573-581.

49 F. Borroni Salvadori, Personaggi inglesi inseriti nella vita fiorentina del ’700 : Lady Walpole e il suo ambiente, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, XXVIII, 1983, p. 83-123.

50 M. Fanfani, Accademia toscana di scienze e lettere « La Colombaria », dans F. Adorno (dir.), Accademie e istituzioni culturali a Firenze, Florence, 1983, p. 53.

51 M. A. Morelli Timpanaro, Per una storia di Andrea Bonducci cit., p. 176 n.

52 S. Landi, Censure et culture politique en Italie au xviiie siècle. Le cas du Grand-Duché de Toscane, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, XLV, 1998, p. 123. À noter, par exemple, que Lady Walpole s’approvisionne en livres étrangers chez Rigacci : F. Borroni Salvadori, Personaggi inglesi cit., p. 84.

53 Sur cet aspect, cf. la contribution de Nicola Michelassi, dans ce volume.

54 Cette loge a donné lieu à une littérature considérable, en particulier : F. Sbigoli, Tommaso Crudeli e i primi framassoni in Firenze, Milan, 1884 ; J. Herson Lepper, The Earl of Middlesex and the English Lodge in Florence, dans Transactions of the Quatuor Coronati Lodge, LVIII, 1945, p. 4-47 ; N. Hans, The Masonic Lodge in Florence in the Eighteenth Century, dans Ars Quatuor Coronatorum being the Transactions of the Quatuor Coronati Lodge n  2076, London, LXXI, 1958, p. 109-112 ; E. Baldi, L’Alba. La prima loggia massonica a Firenze. L’inquisizione e il processo Crudeli, Florence, 1960 ; C. Francovich, Storia della massoneria in Italia. Dalle origini alla Rivoluzione francese, Florence, 1974, p. 49-85 ; J. A. Ferrer Benimeli, La prima loggia di Firenze, dans M. Moramarco (dir.), Duecentocinquanta anni di massoneria in Italia. Atti del convegno di Firenze, 24-25 giugno 1983, Foggia, 1985, p. 15-57 ; S. Gianfermo, Settecento fiorentino erudito e massone, Ravenne, 1986 ; F. Bertini, La massoneria in Toscana dell’età dei Lumi alla Restaurazione, dans Z. Ciuffoletti (dir.), Le origini della massoneria in Toscana (1730-1890), Foggia, 1989, p. 9-42. Pour une mise en perspective européenne, G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nell’Europa del Settecento, Venise, 1994.

55 ASF, Reggenza 66, lettre à Sa Majesté Impériale à Vienne, Florence, 15 janvier 1752.

56 Description des pierres gravées du feu Baron de Stosch, dédiée à Son Éminence Monseigneur le Cardinal Alexandre Albani, par M. l’Abbé Winckelmann Bibliothécaire de Son Éminence, Florence, A. Bonducci, 1760. Le difficile Winckelmann se plaindra pour sa part de la médiocrité du climat culturel florentin, où sa colossale publication passera pratiquement inaperçue, cf. M. A. Morelli Timpanaro, Per una storia di Andrea Bonducci cit., p. 138-145. Sur Philip von Stosch, voir F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Granducato cit., et L. Lewis, Connoisseurs and Secret Agents in 18th Century Rome, Londres, 1961.

57 F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Granducato cit., p. 579.

58 B. Moloney, Florence and England. Essays in Cultural Relations in the Second Half of the Eighteenth century, Florence, 1969, p. 5-46.

59 Sur son adhésion, C. Francovich, Storia della massoneria cit., p. 55 note ; sur son salon, M. A. Morelli Timpanaro, Per una storia di Andrea Bonducci cit., p. 230-234. Il existe un portrait de Teresa Suares Pecori exécuté vers 1715 par Giovanna Fratellini (1666-1731), conservé à la Galerie des Offices, actuellement en restauration.

60 Les années florentines de Niccolini sont encore mal connues : M. Rosa, Un ‘giansenista’ difficile nell’Europa del ’700 : Antonio Niccolini, dans Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, II. Età moderna, Florence, 1980, p. 761-791.

61 C. Goldoni, Mémoires, Paris, 1992, p. 216-217.

62 V. Becagli, Economia e politica del sapere nelle riforme leopoldine. Le Accademie, dans G. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta (dir.), La Politica della Scienza. Toscana e stati italiani nel tardo Settecento, Florence, 1996, p. 35-65.

63 C. Pellegrini, La contessa d’Albany e il salotto del Lungarno, Naples, 1951. C’est au début du xixe siècle que le salon connaîtra son plus grand rayonnement.

64 R. Pasta, Scienza, politica e rivoluzione. L’opera di Giovanni Fabbroni (1752-1822) intellettuale e funzionario al servizio dei Lorena, Florence, 1989, p. 152-153.

65 A. Young, Travels during the years 1787, 1788 and 1789, Londres, 2e éd., W. Richardson, 1794 : 21 novembre 1789, p. 251.

66 A. Young, Travels cit., p. 256 (27 novembre 1789).

67 Sur cet agronome peu connu, P. Scapecchi, Andrea Zucchini, georgofilo, dans Rassegna storica toscana, XXXI, 1985, p. 69-86.

68 R. Pasta, Scienza, politica e rivoluzione cit., p. 31-32 ; G. Prontera, Medici, medicina e riforme nella Firenze della seconda metà del Settecento, dans Società e storia, 1984, n. 26, p. 785-786 ; F. Vannini, Giovanni Luigi Targioni tra riforma ospedaliera e diffusione dell’innovazione medico-scientifica (1770-1785), dans V. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta (dir.), La Politica della Scienza cit., p. 133-145.

69 A. Young, Travels cit., p. 253.

70 Sur Fortunata Fantastici, voir C. Giommi, Elogio di Fortunata Sulgher Fantastici Marchesini, poetessa estemporanea, fra gli Arcadi Temira Parasside, Florence, 1824 ; G. V. Dentoni, Elogio della celebre poetessa Fortunata Sulgher Fantastici, Parme, 1845 ; L. A. Ferrai, Lettere inedite di Vincenzo Monti a Fortunata Sulgher Fantastici, dans Giornale Storico della Letteratura italiana, 1885, p. 370-382. Une recension complète de ses œuvres se trouve dans A. Giordano (dir.), Letterate toscane del Settecento. Un regesto con un saggio su Corilla Olimpica e Teresa Ciamagnani Pelli Fabbroni di Luciana Morelli, Florence, 1994, p. 160-162.

71 BNCF, N.A. 1050, Efemeridi, IIe série, vol. XI, 29 avril 1783, p. 1993-1997. La liste, légèrement modifiée, a ensuite été publiée dans la seconde édition du voyage de Lalande, Voyage d’un François en Italie, fait dans les années 1765-1766, Yverdon, 1787, t. 2, p. 374-377.

72 Notons toutefois que Fortunata Fantastici ne figure pas dans A. M. Giorgetti Vichi (dir.), Gli Arcadi dal 1690 al 1800. Onomasticon, Rome, 1977.

73 Sur cette tradition, B. Croce, Gl’improvvisatori, dans Letteratura italiana del Settecento, Bari, 1949 ; B. Gentili, Cultura dell’improvviso. Poesia orale colta nel Settecento italiano e poesia greca dell’età arcaica e classica, dans Quaderni urbinati di cultura classica, 1980, p. 17-59 ; A. di Ricco, L’inutile e maraviglioso mestiere. Poeti improvvisatori di fine Settecento, Milan, 1990 ; A. Vitagliano, Storia della poesia estemporanea nella letteratura italiana dalle origini ai giorni nostri, Rome, 1905 ; F. Waquet, Rhétorique et poétique chrétiennes. Bernardino Perfetti et la poésie improvisée dans l’Italie du xviiie siècle, Florence, 1992.

74 Depuis la monographie que lui a consacré A. Ademollo, Corilla Olimpica, Florence, 1887, qui, curieusement, ne donne aucune information sur son salon poétique à Florence, cf. A. Giordano, Letterate toscane cit. ; L. Morelli (dir.), Il carteggio tra Amaduzzi e Corilla Olimpica, 1775-1792, Florence, 2000.

75 Elle est conservée à la BNCF, N.A. 906 ; elle comporte quelque 1130 lettres, adressées par 279 correspondants différents à la poétesse.

76 Auteur d’un Saggio sopra la lingua italiana, Cesarotti est ainsi décrit par Walter Binni : « insieme il padre della letteratura preromantica e il venerato professore di letteratura greca, il traduttore dei prosatori greci e il riduttore di Omero in vesti settecentesche », dans Classicismo e Neoclassicismo nella letteratura del Settecento, Florence, 1967, p. 134 n.

77 Il note le climat quelque peu polémique qui règne à l’occasion : « Nella compagnia della Improvvisatrice Fortunata Fantastici hò stasera sentita recitare dal conte Agostino Tana Turinese una sua Tragedia intitolata La Congiura delle Polveri d’Inghilterra, soggetto nuovo e difficile. L’Autore è poeta, e vari squarci di questo suo componimento lo dimostrano. Ma egli hà non pochi difetti, che il Pubblico gli scoprirà quando si determini a pubblicarla come pare, che sia per fare, mentre lunga cosa sarebbe il volergli a mente accennare. Per altro hò avuto gusto a sentirla, e credo, che non sarebbe anche difficile il correggerla almeno in parte... », cf. BNCF, N.A. 1050, Efemeridi, IIe série, vol. X, 15 mai 1782, fol. 1799. Le comte Agostino Amedeo Tana (1745-1791), connu pour avoir conseillé Alfieri à ses débuts et appartenu à la « conversazione letteraria sampaolina », fondée en 1776 à Turin dans l’entourage de Victor-Emmanuel III, s’inspirait de la conspiration tramée en Angleterre en 1603 par des catholiques contre le Roi et le Parlement. La pièce, qui n’avait pas obtenu un grand succès devant l’assemblée de F. Fantastici selon Pelli, fut effectivement publiée quelques mois plus tard à Livourne (Congiura delle polveri. Tragedia in cinque atti e in versi sciolti, Livourne, tip. Falorni, 1782).

78 BNCF, N.A. 906, IV.33, lettre de Francesco Zipoli à Fortunata Fantastici, Pise, 24 décembre 1784. Giulio de’ Mozzi vient d’être nommé Président de l’Académie après la mort de Giovanni Federighi.

79 Sur celui-ci, voir la notice de G. Romani dans DBI, 36, 1988, p. 70-74.

80 BNCF, N.A. 906, IV.24, lettre de De Gamerra à Fortunata Fantastici, Pise, 3 juin 1793.

81 Cf. A. Tacchi, La vita teatrale a Firenze in età leopoldina : ovvero, tutto sotto controllo, dans Medioevo e Rinascimento, VI, n.s. III, 1992, p. 361-373.

82 E. De Amicis, Un salotto fiorentino del secolo scorso, Florence, 1902.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540