Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naples, Rome, Florence

 | 
Jean Boutier
, 
Brigitte Marin
, 
Antonella Romano

Rome

À l’ombre de Galilée ?

Activité scientifique et pratique académique à Rome au xviie siècle

Antonella Romano

Texte intégral

Mais pour quoy sur les bords du Tybre
Choisis-tu de te retirer,
Sans pouvoir ailleurs espérer,
La tranquillité douce, et libre ?
Ah ! Ce n’est plus dans ces beaux lieux
Peuplez iadis de Demy-Dieux
Qu’on trouve la haute Science ;
Malgré son triste aveuglement
La présomptueuse Ignorance
Y triomphe superbement.

Non, ce n’est plus, docte Menage,
ux bords du grand fleuve Latin
Qu’on trouve le riche butin
Qui des Ans surmonte l’outrage :
A peine y vas-tu rencontrer
Quelqu’un qui puisse te montrer,
Que dans cette belle Province
Jadis à l’ombre des Ormeaux
Le célèbre Pasteur de Mynce
Accorda ses doux Chalumeaux

Les doctes Filles de mémoire

Ne trouvent par tout que mépris ;
Par tout a le Vice entrepris
De prophaner leur sainte Gloire :
Cristine leur unique Appuy
Leur offre un Asile aujourd’huy
En ces Regions peu prisées ;
Mais ou malgré les froids du Nord
Vit comme en des Champs Elisées
L’innocence du Siècle d’Or...

Extrait de Diverses Poesies de Iean Regnault de Segrai gentil-homme normand, Paris, chez A. de Sommaville, A Monsieur Menage, Pour l’inciter d’aller en Suede, en l’année 1651. Ode, 1658, p. 173-174.

  • 1 Cf. Correspondance de Mersenne, vol. 13, p. 321, cité par A. Beaulieu, Mersenne, le grand Minime, (...)
  • 2 La brièveté du règne renforce la sensation, pour les contemporains, de transition entre le rigoris (...)
  • 3 Cf. A. Robinet, G. W. Leibniz, Iter Italicum (mars 1689-mars 1690) : la dynamique de la République (...)
  • 4 W. E. Knowles Middleton, Science in Rome, 1675-1700, and the Accademia fisicomatematica of Giovann (...)
  • 5 Je ne reprendrai pas ici l’abondante bibliographie mobilisée tant dans l’introduction générale de (...)
  • 6 Si peu de ces thèmes ont été abordés dans le cadre romain, en revanche les questionnaires qu’ils o (...)
  • 7 Cette question est abordée dans A. Romano, Il mondo della scienza, dans G. Ciucci (dir.), Storia d (...)

1Cette poétique entrée en matière pour rappeler ce qui a longtemps été érigé en dogme historiographique, et a autorisé la disparition de l’Urbs de l’avant-scène de la « révolution scientifique ». Ce poème est chronologiquement encadré par deux textes célèbres dans la communauté des historiens de sciences, celui de Mersenne, de passage à Rome au milieu des années 16401, et celui de Leibniz, présent dans l’Urbs autour de 1689, dans une entreprise diplomatique qui cherche aussi à faire renoncer le nouveau pape Alexandre VIII (Ottoboni, 1689-1691)2 à la sentence de condamnation de Galilée3 : sans doute l’un et l’autre ont-ils trop hâtivement été lus comme autant de témoignages définitifs sur la décadence romaine dans le monde de la République des sciences4. Aujourd’hui, à la lumière des féconds travaux engagés sur la Rome moderne5, dans le sillage d’une histoire des sciences ouverte à des questions aussi déterminantes pour Rome que celles sur le patronage, sur les sociabilités savantes ou sur la production de l’administration de la preuve6, il est possible de reprendre le dossier des académies scientifiques romaines, moins pour en écrire une histoire définitive que pour tenter d’en éclairer certaines des spécificités7.

  • 8 Voir notamment dans l’introduction générale, « Les milieux intellectuels italiens comme problème h (...)
  • 9 P. Galluzzi, C. Poni, M. Torrini (dir.), Accademie scientifiche del ’600, numéro thématique des Qu (...)
  • 10 L. Boehm et E. Raimondi (dir.), Università, Accademie e Società scientifiche in Italia e in German (...)

2Sur la question des académies comme lieux pour les sciences, il existe un lourd dossier historiographique, que je n’ai ni la prétention ni l’intention de reprendre ici8. Au cœur d’une production aux intérêts plutôt littéraires, je rappellerai un moment important, celui de la publication simultanée, en 1981, de deux numéros thématiques de revues d’histoire généralistes, les Quaderni storici, qui consacraient un volume aux Accademie scientifiche del ’6009, les Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, qui publiaient les résultats d’une rencontre franco-allemande sur Accademie e società scientifiche in Italia e in Germania dal Cinquecento al Settecento10. La plupart des articles qui s’y trouvent continuent à faire autorité sur les académies qu’ils prennent pour objet d’étude, et Rome n’y figure pas autrement que pour les Lincei.

  • 11 Accademie romane. Una storia sociale (1671-1824), Naples, 2000. Je soulignerai d’autre part le rôl (...)
  • 12 Il s’agit principalement du programme engagé en 2000 à l’École française de Rome, sur le thème de (...)

3Dans les dernières années, et ici mon propos se limitera à Rome, le renouveau a été à la fois le fait d’entreprises individuelles – parmi lesquelles il faut souligner le travail décisif de M. P. Donato qui, au-delà de son titre très modeste, engage la recherche sur le terrain des formes et des contenus de savoirs produits dans leur rapport aux milieux sociaux convoqués11 –, et de recherches collectives en cours12.

4Si bien que la question des académies romaines comme lieux de science se trouve être au cœur d’une réappropriation des interrogations sur la culture scientifique italienne à l’époque moderne : si le temps des synthèses n’est pas encore arrivé, reste que ces dernières se dégagent de plus en plus nettement du modèle qu’a été l’Arcadia, et à partir duquel les recherches avaient été engagées dans les années 1970. Rome se donne à voir comme un espace dynamique pour l’activité de recherche propre à ces agrégations sociales particulièrement plastiques que sont les académies, tant du point de vue social, qu’intellectuel ou scientifique. C’est déjà ce que suggérait, à sa manière, G. Gabrieli dans l’article pionnier sur les Lincei cité plus haut, où il rappelait le caractère inaugural de l’expérience italienne dans la gestation de cette forme académique, depuis la fondation de la mythique « Académie » florentine, constituée au cœur de la Renaissance en référence au modèle platonicien idéalisé. Depuis cette première fondation au xve siècle, l’Italie accumule les expériences, jusqu’à celle de l’Accademia dei Lincei, porteuse d’une aspiration au changement de paradigme épistémologique qui éclot avec l’époque moderne :

  • 13 G. Gabrieli, Vita accademica in Roma nell’età moderna cit., p. 6-7.

Da filosofiche e archeologiche, quali cominciarono nel Quattrocento, diventando propriamente letterarie nel Cinquecento e Seicento, ed economiche nel tardo Settecento (agrarie, ecc.), e da ultimo scientifiche, quali soltanto si intendono oggi le vere e grandi accademie. [...] Il punto di maggior contenuto sostanziale, il punto critico o risolutivo di questo grande complesso rivolgimento culmina, a guardar bene, nel secolo xvii, in quel Seicento che si può dire cosí spiccatamente e universalmente italiano in tutta Europa, pur nel decadimento politico letterario e in parte anche artistico della Italianità ; secolo così denso e pregnante di germi di pensiero vitale e molteplice ; ed è a quel punto, o vera epoca, intimamente connesso con due nomi, italiani e che, per certo commune aspetto, si posso dire romani entrambi : Galileo e i Lincei, uno scienziato e un’accademia13.

Topographie intellectuelle

  • 14 Pour la bibliographie sur le Cimento, et plus généralement sur Florence, voir la synthèse de J. Bo (...)
  • 15 P. Galluzzi (dir.), Novità celesti e crisi del sapere. Atti del Convegno internazionale di studi g (...)
  • 16 S’il est inutile de revenir ici sur la polémique suscitée par l’ouvrage de P. Redondi, Galileo ere (...)
  • 17 Pour les Lincei, G. Gabrieli, Contributi alla storia dell’Accademia dei Lincei, Rome, 1989, 2 vol. (...)
  • 18 Je me permets de renvoyer, pour une analyse plus détaillée, à A. Romano, Roma e la scienza cit.

5Parmi les historiens des sciences, le dossier des académies romaines a assurément subi une disqualification forte, dans laquelle la référence implicite aux modèles anglais puis français et enfin florentin de l’Accademia del Cimento a joué un rôle non négligeable14. Mais, le poids de l’héritage galiléen est sans doute tout aussi déterminant : il a produit des travaux, riches et abondants, presque hégémoniques pour les sciences physico-mathématiques, qui se sont de plus en plus appliqués, récemment, à « contextualiser » le savant mythifié. À partir du début des années 1980, on a plus systématiquement cherché à élargir l’enquête à la période, aux acteurs (institutions ou individus), aux milieux : le volume Novità celesti e crisi del sapere15 constitue le signe évident de ce renouvellement, suivi par d’autres importantes initiatives16, qui ont aussi mis l’accent sur le monde jésuite17. Tout un mouvement qui a permis un certain recentrage sur Rome et ses académies18.

  • 19 Voir M. Caffiero, M. P. Donato, A. Romano, De la catholicité post-tridentine à la République Romai (...)

6En effet, non seulement Rome a vu naître précocement une expérience d’académie scientifique d’une très grande nouveauté et d’une forte originalité, celle des Lincei, mais en outre celle-ci est loin de constituer un cas isolé pour la période moderne. Sans chercher à établir ici une liste complète de ces structures de sociabilité intellectuelle, on pourra, en s’appuyant sur quelques exemples, en présenter les principales caractéristiques, dont la première réside dans le faible degré de leur institutionnalisation, autre cause de leur disqualification auprès des historiens19.

7L’Accademia dei Lincei est originale non seulement en regard des autres académies européennes, mais aussi par rapport à la nébuleuse des espaces de sociabilité qui se sont constitués à Rome entre xviie et xviiie siècle. La première singularité tient à la durée : même si son histoire a été profondément discontinue, même si le projet du prince Cesi est difficilement comparable aux entreprises ultérieures qui ont cherché à faire revivre un nom prestigieux associé à l’énigmatique emblème du lynx, il n’en demeure pas moins que, jusqu’à nos jours, la persistance de cette institution dans le paysage intellectuel et scientifique romain est à la mesure de l’importance de sa fondation.

8La première phase de cette histoire, qui nous intéresse directement, est celle d’une académie d’origine aristocratique, son fondateur Federico Cesi (1585-1630) appartenant à cette vieille noblesse romaine dont les liens avec le milieu curial constituent l’une des principales caractéristiques. L’entreprise intellectuelle, chaotique à ses débuts, et qui réunit d’abord autour du jeune prince le mathématicien Francesco Stelluti, le médecin hollandais Giovanni Heck et l’érudit Anastasio De Filiis, se développe à partir des années 1610, avec l’entrée de quelques importants savants de l’époque. Outre Galilée, dont les observations astronomiques lancent le débat sur Copernic, on y trouve notamment Giovanni Fabbri, Giovan Battista Della Porta, Antonio Persio, Luca Valerio, tous noms qui ont assuré à la fondation de Cesi un rayonnement d’envergure largement péninsulaire, voire européenne.

  • 20 Voir G. Olmi, « Libertà di filosofare » e « virtuose fatiche » : L’Accademia dei Lincei nell’Itali (...)
  • 21 Sur Valerio, voir notamment U. Baldini et P. D. Napolitani, Per una biografia di Luca Valerio. Fon (...)

9Espace de discussion et de soutien pour la science nouvelle, l’académie a aussi été un lieu de travail sur les sciences de la nature, comme en témoignent par exemple les travaux de J. Schreck20. Mais les engagements épistémologiques et méthodologiques du mathématicien toscan, qui devient rapidement porte-parole de l’Académie et principal objet de sa politique culturelle, sont loin de pouvoir définir ceux de toute l’académie, comme le démontre par exemple le conflit qui l’a opposé à Luca Valerio, fermement anti-copernicien21. En outre, la difficulté croissante de l’académie à accompagner Galilée dans une opposition de plus en plus vive avec les théologiens du Saint-Office doit être analysée à l’aune de cette hétérogénéité. Reste que l’une des faiblesses structurelles de ce groupe tient à sa faible autonomie politique.

10Installée dans des rapports de patronage particulièrement forts et explicites avec le pape Urbain VIII (Barberini, 1623-1644) – le neveu d’Urbain VIII, Francesco Barberini devient lui-même membre de l’académie –, elle connaît un développement parallèle aux fluctuations de la politique pontificale : la conjugaison de la mort de son fondateur et de la condamnation de Galilée mettent, au début des années 1630, un terme à cette première entreprise qui a laissé d’abondantes archives. Ainsi, le souci de structuration de ce cercle savant a été précocement manifesté par Federico Cesi, dont une partie de l’activité a été consacrée à la rédaction du Lynceographum, quo norma studiosae vitae Lynceorum philosophorum exponitur : divisé en six parties, le texte définit notamment les différents types de membres et leurs statuts respectifs, leurs mœurs et moralité, le règlement intérieur, leurs liens avec le monde extérieur. Outre que ces statuts n’ont jamais été appliqués, l’assemblée ne s’est jamais véritablement dotée d’un programme commun de travail, ce que l’agrégation d’hommes aussi différents que ceux que l’on vient de citer aurait rendu, pour le moins, difficile, tout comme aurait joué son absence d’autonomie financière. En ce sens, si l’expérience inaugurée à Rome en 1603 ne peut en aucun cas préfigurer le grand mouvement académique européen qui naît dans la seconde moitié du xviie siècle, elle en révèle d’emblée et sur un mode paradigmatique, les limites liées à l’organisation d’un programme collectif de recherche.

  • 22 DBI, vol. 10, 1968, art. de A. Fabi, p. 104-112. Bianchi est aussi connu sous le nom de Janus Plan (...)

11Par delà le relatif échec des premiers Lincei, l’expérience a été fondatrice et il me paraît important de souligner combien elle a marqué non seulement le monde romain, mais aussi l’ensemble de la péninsule. Il faut attendre plus d’un siècle pour que, sous l’influence des modèles académiques du nord de l’Europe, naisse l’idée d’une réouverture des Lincei : celle-ci a lieu, sur la marge des États pontificaux, à Rimini, sur l’initiative de Giovanni Bianchi (1693-1775)22, médecin, professeur de médecine, spécialiste de sciences naturelles, célèbre dans toute l’Europe, et formateur de nombreux savants de la génération suivante. Comme dans le cas de la première fondation, l’expérience de Rimini devait prendre fin avec la mort de son principal animateur, en 1775.

  • 23 DBI, vol. 16, 1973, art. de L. Fiorani, p. 168-170. Le palais delle Botteghe oscure devait lui-mêm (...)

12Dans la période mouvementée des dernières années du xviiie siècle, se constitue, en 1795, sous le nom d’Accademia Umbro-Fuccioli, un milieu de savants, réunis autour de Feliciano Scarpellini (1762-1840). De fait, supprimée en 1800 à cause des engagements politiques philo-français de ses membres, l’académie devient, l’année suivante, sous le pontificat du nouveau pape Pie VII (Chiaramonti, 1800-1823), le noyau des Nuovi Lincei. Elle accueille, sous le secrétariat du même Scarpellini, vingt-quatre membres, savants, professeurs de la Sapienza comme de la Gregoriana, parmi lesquels on compte le mathématicien Gioacchino Pessuti (1743-1814), Domenico Morichini (1773-1836), médecin, chimiste, introducteur des travaux de Lavoisier à Rome, spécialiste aussi des questions d’électricité et de magnétisme, – certaines de ses expériences sont menées en compagnie de Faraday, qui se trouvait à Rome en 1814 –, ou Francesco Caetani (1738-1810), qui avait fait installer un nouvel observatoire dans son palais delle Botteghe oscure, dans les années 178023.

13Les nouveaux statuts, promulgués en 1813, reprenaient le titre du texte, ancien de deux siècles désormais, de Federico Cesi, Linceografo, ossia le dodici Tavole delle prescrizioni dell’Accademia dei Lincei. À cette date, il s’agissait pourtant bien de doter Rome d’une académie comme en avaient les autres villes italiennes et capitales européennes : « Il fine primario dell’Accademia è il bene della società, e l’onore nazionale », comme précisait l’article 5 de la première partie du texte. L’idéal d’utilité civile propre aux Lumières trouvait, au cœur de l’Urbs, un espace d’expression qui bénéficiait en outre de l’appui du pouvoir. Après une première installation dans palais Caetani, puis dans les locaux du Collegio Umbro-Fuccioli, l’académie s’installait officiellement au Campidoglio, où quelques années plus tard, en 1829, le nouveau pape Léon XII (Sermattei della Genga, 1823-1829) faisait construire un observatoire. Avec la mort de Scarpellini en 1840, mourait aussi une expérience qui avait dû, pendant toutes ces années, son existence aux politiques libérales de Pie VII et Léon XII.

  • 24 Voir, sur le milieu des Savoie à Rome dans cette période, T. Mörschel, Il cardinale Maurizio di Sa (...)
  • 25 La question des sources est ici décisive. Sur ce point, il faut souligner l’intérêt des Saggi acca (...)
  • 26 Je pense notamment aux travaux sur Ciampoli : M. Bucciantini, Contro Galileo cit. ; F. Favino, « Q (...)
  • 27 Dans Saggi accademici cit., p. 49-61.
  • 28 Cité par R. Merolla, L’Accademia dei desiosi, dans RMC, III, 1995, 1, p. 150. Voir en outre le com (...)

14Aucune des autres entreprises académiques romaines n’a eu une postérité comparable à celle des Lincei. Pourtant, la formation de ces espaces de sociabilité constitue une véritable constante de la vie romaine entre xviie et xviiie siècle. Alors que les Lincei connaissent leur acmé, c’est autour du cardinal Maurice de Savoie (1593-1657), prince turinois24, que se constitue le groupe des Desiosi, dont quelques rares sources permettent de reconstituer l’histoire, l’organisation interne et les activités. Née en 1626, en tant qu’académie, et avec une durée de vie limitée à moins d’un an, puisque son patron, Maurice de Savoie doit quitter précipitamment Rome pour des affaires de dettes, elle agrège cependant sur un mode plus informel des hommes savants pendant une période plus longue. Malgré cette brièveté, l’académie est dotée de règles (9 chapitres), qui définissent un cercle d’hommes s’occupant « d’armes et de lettres » (dans une tradition issue du siècle précédent et du Courtisan en particulier) et dont l’organisation est structurée selon une logique aristocratique bien claire. Les activités y sont organisées de manière dense ; réunions chaque jour de la semaine, à l’exception des périodes de vacances, thèmes fixés dans ces termes : fables morales, disputes morales et philosophiques, narration de hauts faits d’armes contenant des stratagèmes militaires utiles, joutes, mais aussi ballets, concerts musicaux, jeux mathématiques, joutes de dessin... S’il est difficile de préciser ce qui se fait exactement dans cette académie25, il n’en demeure pas moins qu’elle concentre « les intellectuels du parti du pape », c’est-à-dire dans cette époque précise, les soutiens de la politique d’ouverture culturelle symbolisée par Urbain VIII dans les premières années de son élection, et avant le virage que représente la condamnation de Galilée. De fait les membres de cette académie, dont certains ont fait l’objet d’analyses récentes ou sont en cours d’étude26, se révèlent être des personnages d’un grand intérêt au plan intellectuel. Assurément courtisans, véritables érudits, membres du clergé pour la plupart et occupant souvent des charges curiales, ce sont des hommes dont les intérêts scientifiques sont loin d’être secondaires, comme en témoignent soit leurs formations individuelles, notamment pour le jésuite Sforza Pallavicino, soit leurs appartenances à d’autres cercles académiques comme celui des Lincei. Si bien que ce milieu peut se définir comme représentatif des tendances culturelles novatrices du pontificat, où la défense des « modernes » en littérature va de pair avec celle de la nouvelle science galiléenne. Dans le cas de l’académie de Maurice de Savoie, cette alliance passe moins par des travaux ou des expériences, que par la constitution d’un discours sur le statut et la fonction de l’intellectuel, comme en témoigne le texte de Giumiano Fabrici, Dell’ambitione del Letterato27, où il est explicitement déclaré qu’il vaut mieux faire des expériences qu’étudier les Écritures, que l’usage de la raison est préférable à la soumission aux autorités : « Et in somma si ridurrebbe il genere umano a ponderar le opinioni col uso della raggione, e non della autorità [...] »28.

15En ce milieu des années 1620, l’académie de Maurice de Savoie apparaît comme le prototype d’une agrégation intellectuelle dans laquelle les questions scientifiques sont moins l’objet d’études propres que des éléments constitutifs d’un débat plus large de politique culturelle. Dans ce contexte précis et à cette date précise, le vocable de « science » est strictement associé au nom et aux pratiques galiléennes, c’est-à-dire à l’espace des sciences physico-mathématiques qui se réclame d’une méthode expérimentale, dont on chercherait en vain à saisir les contours ou à définir les procédures. La nécessité, pour les acteurs, de définir ce champ (et de le distinguer, c’est-à-dire aussi le rendre autonome, par rapport aux autres champs du savoir philosophique qui inclurait aussi la morale ou l’esthétique) s’ancre dans le contexte politico-culturel de la Rome pontificale, où tout avènement pontifical signifie la mise en œuvre d’une politique propre, dont la culture constitue l’un des éléments forts.

16Moins d’un demi-siècle plus tard, les formes spécifiques d’agrégation intellectuelle que constituent les académies sont travaillées par les mêmes contraintes : se situer par rapport aux engagements politiques du souverain pontife, mais dans un contexte général d’affaiblissement de son pouvoir au temporel, à l’issue de la Guerre de Trente Ans, phénomène qui contribue à la mise en question de son universalité au spirituel. Son rôle et son poids comme gardien de l’orthodoxie en matière intellectuelle en sont aussi considérablement fragilisés, non seulement parce que l’épisode galiléen a mis en lumière une ligne de rupture entre savants et Église, en Italie comme dans le reste de l’Europe catholique, mais aussi parce que la spécialisation disciplinaire accrue, qui est loin de se limiter aux seules sciences physico-mathématiques, tend à amoindrir la subordination épistémologique des différents domaines du savoir à la théologie. Les académies romaines portent la marque de cette évolution, ne serait-ce qu’à travers une manière de se désigner qui met à présent l’accent sur une spécialisation thématique, qui recoupe parfois un champ professionnel, comme c’est le cas parmi les médecins. En d’autres termes, au cœur d’un dispositif intellectuel romain qui n’a pas changé en substance (foison d’expériences en lien avec le polycentrisme du système pontifical), se constituent des académies aux projets plus spécialisés, voire professionnalisés, qui entrent donc dans un rapport plus direct à la pratique scientifique.

  • 29 Outre J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati de Rome (1668-1681), Florence, 1984, S. Rotta, L’ac (...)
  • 30 Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 107-117 et DBI, vol. 25, 1981, p. 136-143, (...)

17Telle est l’ambition de l’Accademia fisicomatematica29. Dans le dernier quart du xviie siècle, plus particulièrement occupée de sciences et cherchant à s’inspirer de l’« école galiléenne », et du modèle incarné par la défunte Accademia del Cimento de Florence, cette expérience académique cherche à doter Rome d’un lieu d’expression pour la physique expérimentale. Sur l’initiative de Giustiniano Ciampini30 (1633-1698), elle est fondée en 1677 et son activité est documentée, même avec difficulté, jusqu’à la mort de son fondateur à la fin du siècle.

18Le premier document qui témoigne de cette fondation précise :

  • 31 Lettre de G. Toschi, écrite de Rome le 23 juillet 1677, à A. Rocca, à Reggio, citée par J. M. Gard (...)

[...] è di filosofia naturale appoggiata sull’esperienza ed imitazione di quella celebre del Cimento [...]. In questa nostra quattro generali saranno il soggetto dell’Academiche operazioni, cioè filosofiche, medica, matematica, e Meccanica. Mi spiego meglio, sotto nome di materie filosofiche s’intendono le speculazioni intorno gli elementi, e all’Istoria naturale dell’uomo, de’ pesci, delle piante, de’ volatili, de’ quadrupedi, degli Insetti, de’ fossili e altre simili. Col titolo di Mediche, laciatane la Dogmatica, e Farmaceutica, se non in quanto si porti qualche esperimento nuovo e singolare, si comprendono le materie anatomiche sì dell’uomo, come di ogni altro animale, o vegetali, & insieme le spargiriche, massime quelle, che s’appoggiano sulla considerazione de’ mettali, loro trasmutazioni, o alterazioni, & ogni altra nuova invenzione chimica. Nelle Matematiche vengono le speculazioni Cosmografiche, cioè di Geografia, Idrologia, de’ venti, e della nautica, di Meteorologia, e di astronomia, includendovisi ancora i nuovi ritrovamenti di Aritmetica, Geometria, e Musica, ed altre Scienze matematiche. Col nome in ultimo di Meccaniche entreranno l’Optica, Orologica, Pittura, Statuaria, Architettura tanto Civile quanto Militare, Teatrica, e simili31.

  • 32 A. Clericuzio et M. Conforti, Christina’s Patronage of Italian Science : a Study of Her Academies (...)

19La mise en œuvre de ce programme s’opère dans des discussions et des expériences, où on vérifie autant les découvertes récentes qu’on en expérimente de nouvelles. On voit nettement, à travers ce document qui n’est certes qu’un extrait des règlements, la mutation réalisée par rapport à l’entreprise des Desiosi, voire à celle des Lincei. Si l’académie reste inscrite dans une logique de patronage, avec à sa tête Giustiniano Ciampini et Christine de Suède32, la précision acquise au plan des ambitions scientifiques est réelle. Les séances hebdomadaires s’y maintiennent pendant presque toute la durée de son existence, selon un schéma général décrit en ces termes :

  • 33 Cf. Eusevologio romano, overo delle Opere pie di Roma. Con due Trattati delle Accademie e Librerie (...)

In questa curiosa, dilettevole & erudita Radunanza, onorata frequentemente da Cardinali, Prelati, Personagi, e virtuosi non men Romani, che Forestieri, si fa in tutte le prime Domeniche d’ogni mese, le 22. Hore, un Discorso da uno, o più de’ soggetti della Medesima Accademia sopra qualche argomento proposto dal Segretario, spetante a qualche cosa naturale, o pensiero curioso sperimentabile, recandosi in mezzo il soggetto di essi, con gli opportuni stromenti meccanici per rintracciarne gli effetti. Quindi si passa all’osservazione di diverse curiose sperienze Fisiche ; poi al Filosofarne, discorrerne, e sentirne i pareri, e l’opinioni varie da i molti ingegni congregati ; deducendosene in conclusioni le più vere, e probabili, registrate poi con le erudite riflessioni raccolte dal Segretario nel Volume dell’Accademia33.

  • 34 A. Robinet, L’Accademia matematica de D. Quartaroni et le ‘Phoranomus’ de G. W. Leibniz (Rome, 168 (...)
  • 35 G. Weber, Aspetti poco noti della storia dell’anatomia patologica tra ’600 e ’700 : William Harvey (...)

20Dans la même période, on peut identifier dans Rome d’autres milieux académiques à dimension « scientifique » caractérisée et réunissant des milieux professionnels précis. L’Accademia matematica est animée par Domenico Quartaroni (1650 ?-1734)34 : venu de Sicile à Rome en 1678, après des études de philosophie et théologie, professeur de mathématiques de la Sapienza entre 1699 et 1734, celui-ci réunit, dans les années qui suivent son arrivée, mathématiciens romains et étrangers, dans la bibliothèque du Palais Pamphili, piazza Navona, à quelques pas du palais Cesi où siège l’académie de Ciampini. Au même moment, en 1681-1682, fonctionnent le Congresso medico romano que le médecin et professeur de médecine Girolamo Brasavola tient dans sa maison : elle est fréquentée par le célèbre médecin et professeur de médecine, Giovanni Maria Lancisi (1654-1720)35, ainsi que par des philosophes et des hommes de lettres. Le corps médical se retrouve aussi auprès de Lancisi à l’Istituto Medico Lancisiano, dont la bibliothèque et la collection d’instruments constituent un des hauts lieux de l’affirmation d’une identité professionnelle propre.

  • 36 Dans l’ensemble de la bibliographie sur Galiani, voir DBI, vol. 51, 1998, art. de E. De Renzo, p. (...)
  • 37 DBI, vol. 10, 1968, art. de S. Rotta, p. 187-194 ; C. Pighetti, L’influsso scientifico di Robert B (...)
  • 38 Voir V. Ferrone, Scienza, natura, religione. Mondo newtoniano e cultura italiana nel primo Settece (...)

21Plus fondamentalement, le tournant du xviiie siècle est marqué, dans la capitale pontificale, par l’activité scientifique de Celestino Galiani36 (1681-1753) et Francesco Bianchini37 (1662-1729), qui, à peine rentré d’Angleterre, rapportait à Rome les travaux de Newton qu’il y avait rencontré, et les diffusait dans le cadre d’une académie de physique. Ce cénacle dont certains membres étaient déjà des familiers de l’Accademia fisicomatematica, dont les principaux animateurs occupent des charges de premier plan dans les institutions pontificales, – Celestino Galiani est nommé lecteur en écriture sainte dans le couvent de S. Eusebio, de l’ordre des Célestins, où il avait d’abord été envoyé comme étudiant, il devient membre de la commission des eaux historiquement chargée de l’aménagement des fleuves et des bassins hydrographiques des États pontificaux –, se réunissait deux fois par mois, le lundi, et c’est par elle que s’est réalisée l’entrée de Rome d’abord, de l’Italie ensuite dans la culture scientifique du siècle des Lumières38.

  • 39 M. P. Donato, Accademie e accademismi in una capitale particolare : il caso di Roma, secoli xviii- (...)

22Ces académies ont encore fort peu attiré l’attention des spécialistes des sciences car elles apparaissent comme des structures aux caractères globalement rétrogrades : éphémères, fragiles ou dotées d’une faible autonomie, sans véritable programme collectif de recherche, comme le confirment les analyses de M. P. Donato, pour la fin du xviie siècle : « Ne risulta un quadro della sociabilità accademica tra Sei e Settecento per alcuni aspetti rinnovato, che riafferma il ruolo di Roma quale centro internazionale di formazione del clero ma fallisce nel restituirle il ruolo di ‘capitale’ europea di una nuova cultura erudita (e tanto meno scientifica) »39.

  • 40 M. Caffiero, Centro e periferie. Reti culturali e patronati politici tra Roma e la Marca nella sec (...)
  • 41 Voir M. P. Donato, Accademie romane cit., p. 171-184.

23À mesure que l’on avance dans le siècle des Lumières et qu’approche l’ère des révolutions, d’autres types de sociabilité savante se déploient dans l’espace romain, qui tout en contribuant à la transformation de la physionomie sociale de ces groupes intellectuels (plus provinciaux, moins ecclésiastiques, moins aristocratiques) ouvrent aussi d’autres lieux au débat scientifique. Ces multiples espaces de sociabilité deviennent aussi des espaces d’apprentissage de la politique qui n’excluent pas que la culture scientifique et technique soit mise au service de programmes réformistes. L’académie constitue l’un des cadres de cette mutation, notamment au cœur d’une Arcadia en quête d’une nouvelle identité pour les intellectuels : dans les dernières années du xviiie siècle, la brève expérience de l’occupation française a sans doute permis de cristalliser les résultats des réflexions et évolutions des dernières décennies, entreprise à laquelle Giovanni Cristoforo Amaduzzi (1740-1792) avait donné un contenu concret40. Au sein de l’Accademia Umbro-Fuccioli, les spécialistes de mathématiques, de chimie et physique expérimentale, qui ont aussi été les animateurs du mouvement romain des Lumières, se retrouvent parmi les principaux défenseurs de la brève République Romaine. Il n’est pas indifférent pour notre propos de rappeler que, malgré sa brièveté, cette expérience politique avait su faire une place aux sciences, puisque l’article 291 de la Constitution promulguée en 1798, prévoyait la création d’un « Istituto nazionale incaricato di raccogliere le scoperte, di perfezionare le arti e le scienze »41. Divisé en deux classes, sciences mathématiques et physiques, philosophie, littérature et beaux arts, accueillant quarante-huit membres, au statut de fonctionnaires, et autant d’associés correspondants, le nouvel Institut, calqué sur le modèle académique français, agrège les hommes qui gravitent dans le sillage de l’Accademia Umbro-Fuccioli, ce qui explique aussi que cette dernière reste active durant les deux années d’existence de la République Romaine. Dans cette période, l’idée, chère aux Lumières, du progrès social associé aux sciences et aux arts, trouve auprès des savants romains un écho qui témoigne, a posteriori, de la constance d’une vie scientifique romaine attentive aux formes épistémologiques, politiques, culturelles et sociales de la modernisation. En termes d’organisation, on peut, à l’issue de ce panorama tracé à gros traits, reprendre les analyses de R. Merolla, qui tout en se rapportant à l’académie de Maurice de Savoie, rendent compte d’un caractère structurel de la vie intellectuelle romaine à l’époque moderne :

  • 42 Cf. R. Merolla, L’Accademia dei Desiosi cit., p. 132.

La corte del cardinale Maurizio du Savoia e la sua Accademia di Desiosi sono intanto esempi non certo secondari della vera e propria costellazione di corti « minori » che caratterizza in modi cosi peculiari il tessuto politico e culturale dello Stato della Chiesa, secondo una tendenza che tentava di conciliare e coniugare insieme assolutismo politico e policentrismo culturale42.

Polycentrisme culturel et brouillage épistémologique : quelles pratiques scientifiques pour les académies romaines ?

24L’absolutisme politique de l’état pontifical repose notamment sur une attention particulière aux politiques culturelles, dans laquelle tous les papes post-tridentins, selon des options différentes, ont cherché à affirmer ou maintenir la position de Rome comme capitale intellectuelle de l’Europe catholique, porteuse d’ambitions universelles. Du polycentrisme culturel, on retiendra l’impossibilité, pour chacune de ces structures académiques, à s’imposer comme une officieuse « Académie pontificale des sciences », incompatible avec la variété des options culturelles représentées par la variété des factions en lutte pour la conquête du trône de Pierre.

25Or c’est précisément ce point qui m’intéresse, c’est-à-dire une double caractérisation des agrégations intellectuelles romaines, dans la sphère du politique et du culturel : j’aimerais comprendre comment se jouent, précisément dans ce type d’espace, les questions de (re)modelages des champs des savoirs, d’intégration des paradigmes de la science nouvelle aux formes et pratiques traditionnelles du savoir.

  • 43 En effet, si certains cercles académiques italiens se définissent par l’homogénéité revendiquée de (...)
  • 44 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 128.

26Il me semble important d’inscrire cette question dans des espaces concrets, et on choisira le cas de l’académie de Ciampini, pour la richesse et la durée de l’expérience qu’elle incarne43. Au-delà des témoignages qu’en laissent ses protagonistes ou des représentations qu’ils cherchent à donner d’eux-mêmes, que s’y passe-t-il ? La question est d’autant moins évidente que ce milieu a travaillé à sa propre représentation, en valorisant systématiquement les éléments de modernité de son travail, ou de ses références. Ainsi, par exemple, de cet élément de ‘mise en scène’ souligné par toutes les descriptions contemporaines : le salon dans lequel se réunissent les participants aux séances de travail était orné par les bustes ou portraits de certaines des figures parmi les moins orthodoxes de la science moderne, Descartes, Gassendi, Copernic ou Galilée44. Parallèlement, dans ces mêmes salons de Mgr Ciampini, les ‘expérimentateurs’ s’attachaient à des phénomènes d’une extrême variété, qui, tout en croisant le plus souvent les questionnaires de la science nouvelle, relevaient de procédures hétérogènes.

  • 45 BAV, ms. Vat. Lat. 11757 : Registro dell’Azioni accademiche fatte nell’Accademia dell’esperienze n (...)

27On a souvent souligné la difficulté que représente une analyse en profondeur d’un tel milieu, du fait de la rareté des sources qui y sont associées. Les deux documents manuscrits, conservés à la Bibliothèque Vaticane, qui constituent les comptes rendus des séances des deux premières années de travail, correspondent à une période trop brève pour qu’on puisse en déduire des analyses valables pour presque deux décennies45. En outre, ils soulèvent eux-mêmes une première question sur la suspension de la pratique du compte rendu, dont on ne sait si l’attribuer au changement de secrétaire ou à un essoufflement rapide du processus de structuration de l’assemblée. Sur ce point, on dispose d’un témoignage imprimé et légèrement postérieur :

  • 46 Voir Raguagli del P. Francesco Eschinardi della Compagnia di Giesù. Datti ad un amico in Parigi ; (...)

Per ora nondimeno dirò solo quelle cose, che si sono fatte e dette in questa accademia fisicomatematica, quelle volte che io sono potuto essere presente, sperando che à suo tempo sian per uscire alla luce in miglior forma gli atti dell’Accademia.
Il Signor abate Geronimo Toschi al presente arcidiacono di Reggio soggetto non meno riguardevole per la perspicacia dell’ingegno, che per essere pronipote dell’insigne Cardinale Toschi, fu il primo che esercitasse la carica di segretario dell’Accademia.
A questo, per essere astretto di andare alla Residenza del suo Arcidiaconato, successe il signore Abate Agostino Fabri molto versato nella mathematica. Convenne anche al medesimo signor Fabri abbandonare l’Accademia, per ritornarsene in Bologna sua Patria ; per il che si è stato per lo spazio di molti mesi senza segretario ; havendo ciò apportato danni all’Accademia medesima, per mancare, chi si pigliasse il pensiero di notare i successi46.

  • 47 DBI, vol. 43, 1993, art. de M. Muccillo, p. 273-274.

28Mais l’auteur de ce commentaire, le jésuite Francesco Eschinardi47 (1623-1703), lui-même membre actif de cette assemblée, n’en dit pas davantage et il semble que le choix d’éditer les résultats des travaux ponctuels de l’académie puisse être considéré comme sa propre réponse au problème de la suspension des comptes rendus.

  • 48 Une autre source intéressante, de ce même point de vue, la biographie de Ciampini, rédigée par V. (...)
  • 49 Vat. Lat., fol. 3.
  • 50 Vat. Lat., fol. 13.
  • 51 Vat. Lat., fol. 19.
  • 52 Vat. Lat., fol. 57.
  • 53 M. L. Righini Bonelli et A. Van Helden, Divini and Campani : A Forgotten Chapter in the History of (...)
  • 54 On entend ici non seulement les hommes venant d’autres pays européens, de passage ou installés dur (...)
  • 55 Dictionary of Scientific Biography (dorénavant DSB), vol. 1, New York, 1970, art. de R. M. Mc Keon (...)

29On pourra cependant noter que les informations livrées par les comptes rendus sont précieuses pour l’établissement d’une prosopographie du groupe48. Au gré des prises de notes du secrétaire, se dessine un cercle variable de participants : Paolo Manfredi, « professore di medicina e pubblico lettore nello studio della Sapienza per la parte anatomica »49, Tomaso Petrucci, « professore di medicina »50, Francesco Brunacci, « professore di legge »51, « altri ancora che favorivano il congresso come il sign. Alfonso Borelli, alcuni francesi dell’accademia di Lovanio, alcuni padri francesi della Trinità dei Monti di S. Francesco di Paola, e molti altri con loro »52, etc. Ainsi, elle regroupe chaque dimanche une trentaine de savants, qui constituent assurément ce que la Rome de cette période compte de plus important. Outre les fidèles qui sont cités ci-dessus, le jésuite Antonio Baldigiani (1647-1711), Francesco Bianchini, les frères Campani53, Francesco Eschinardi siègent au milieu d’érudits, spécialistes d’antiquité, d’art et de sciences sacrées. Un autre élément de l’attractivité de ce cercle réside dans la présence « d’étrangers »54, qui lui assure un rayonnement non seulement italien, mais aussi international. Outre l’astronome français Adrien Auzout55 (1622-1691), installé à Rome depuis 1669, on doit aussi rappeler que, pendant son séjour romain, Leibniz fréquente avec assiduité l’Académie et les liens personnels qu’il tisse avec les uns et les autres lui confèrent une légitimité qui, dans la conjoncture favorable à la science qu’ouvre le pontificat d’Alexandre VIII, lui sert dans sa tentative pour rouvrir le dossier de la condamnation de Copernic et de Galilée.

  • 56 Comme en témoigne l’assiduité des médecins à cette académie. Voir M. Conforti, La medicina nel Gio (...)
  • 57 On peut prendre l’exemple de la séance du 27 octobre 1677, où, en présence de « Borelli e altri fo (...)
  • 58 Séance du 19 décembre 1677. On notera, dans l’abondante bibliographie du personnage, des types de (...)
  • 59 Voir K. Van Berkel, ‘Cornelius Meijer inventor et fecit’. On the Representation of Science in Late (...)

30Les activités des réunions dominicales, comme le décrit très clairement cette source, sont variées et incluent des domaines tels que la médecine, la technique ou l’astronomie. Celle-ci est principalement centrée sur les observations qui se font à partir d’un télescope dont la réalisation, comme celle d’un microscope, revient aux opticiens de l’Académie, tout particulièrement à G. Campani, l’un des meilleurs fabricants d’instruments de la période. Si il est bien clair que les sciences physiques et l’astronomie constituent des thèmes fréquents d’interventions, ou que la médecine y tient une place elle aussi importante56, reste que tous les exposés ne relèvent pas des thématiques et méthodes de la science nouvelle, ce qui aurait pu donner à cette académie une homogénéité épistémologique ou philosophique. Ainsi, nombre des interventions de Ciampini portent sur des questions où la pratique expérimentale renoue avec des sources moins valorisées, à l’époque, par les acteurs de la science eux-mêmes. Elles se rapporteraient davantage, me semble-t-il, aux sciences pratiques, portées par une culture technique et des ingénieurs : « una machina di invenzione, che serviva di istrumento da misurar la pioggia », ou une voiture tractée par la force mécanique se trouvent loin des discussions sur le vide, qui peuvent animer d’autres séances57. De fait, l’historiographie n’a sans doute pas suffisamment insisté sur la récurrence des exposés qui portaient sur certains aspects techniques d’intérêt général : le jésuite Eschinardi, professeur de philosophie et de mathématiques au Collegio Romano, est sans doute le meilleur représentant de cette tendance, à travers ses interventions et écrits sur une des questions les plus importantes de cette période, à savoir les inondations du Tibre58. Il est, sur ce sujet, relayé par le Hollandais Cornelius Mayer, dont on a pu récemment montrer comment, en tant qu’étranger, il fondait sa stratégie d’insertion professionnelle dans la Rome pontificale – en revendiquant une identité d’ingénieur et non de savant – sur la base de son appartenance à l’académie de Ciampini59.

  • 60 L’une des raisons de cette situation tient en particulier à un problème d’ordre éditorial. Ainsi, (...)
  • 61 En fait destiné à G. Domenico Cassini, cet ouvrage devait servir de mémoire officiel des activités (...)
  • 62 Romae, typis Tinassii, 1681, 35 p.
  • 63 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 103-105.
  • 64 Le fondateur de l’Accademia matematica, citée supra.
  • 65 Les travaux des deux derniers auteurs, ainsi que ceux d’autres participants de l’académie, sont ré (...)
  • 66 Per N. A. Tinassi, 1682, 16 p.
  • 67 À la p. 19, mention suivante : « Carlo di Napoli Dottor nell’una e l’altra legge, prosecretario. I (...)
  • 68 Cf. K. Van Berkel, ‘Cornelius Meijer inventor et fecit’ cit., p. 290.

31Cette piste du croisement d’une culture scientifique aux fondements expérimentaux, et d’une culture technique aux visées utilitaires, est confirmée par d’autres sources. Ainsi, lorsqu’on cherche à poursuivre l’enquête sur l’académie, au-delà des années éclairées par les comptes rendus des séances qui viennent d’être convoqués, on se trouve face à une documentation dont le recensement reste inachevé, mais qui témoigne de cette grande diversité des objets et des méthodes60 : il s’agit des ouvrages imprimés sous les auspices de, ou plus subtilement dédiés à, Mgr Ciampini. Dans cette liste, on compte par exemple les Raguagli del P. Francesco Eschinardi della Compagnia di Giesù. Datti ad un amico in Parigi, sopra alcuni pensieri sperimentali propositi nell’Accademia fisicomatematica di Roma, publiés à Roma, en 168061, les Cometicae observations habitae ab Academia physicomathematica Romana, Anno 1680 et 168162, où l’on apprend que parmi les présents chez Ciampini lors des observations se trouvent, outre le maître de maison, Eschinardi, Fr. Serra63, Domenico Quartarone64, Cornelius Mayer, M. A. Cellio, et Giuseppe Dioniso Ponteo65. L’année suivante est publié le Discorso tenuto da N.N. nell’Accademia fisicomatematica romana, con occasione della cometa apparsa il mese d’agosto del presente 1682. Ed osservazioni sopra di essa fatte in Roma66 et, quelques années plus tard, les Nuove invetioni di tubi ottici. Dimostrate nell’Accademia fisicomatematica romana l’anno 168667, ainsi que les travaux de C. Mayer, concernant la navigation sur le Tibre68.

  • 69 DBI, vol. 12, 1970, art. de U. Baldini, p. 543-551 ; DSB, vol. 2, art. de T. S. Settle, p. 306-314 (...)
  • 70 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 119-124.
  • 71 A. Romano, I problemi scientifici cit.

32De cette rapide présentation qui ne prétend pas à l’exhaustivité, il ressort une forte hétérogénéité, tant des intérêts que des pratiques qui fait que ses membres ne peuvent être assimilables à un courant philosophique spécifique. Un Brunacci et un Petrucci, un Eschinardi et un Borelli69, un Porzio70 et un Baldigiani revendiquent au contraire des appartenances très diverses, qui vont du galiléisme à l’aristotélisme le plus orthodoxe, en passant par cartésianisme ou atomisme ; sans compter qu’on y trouve des savants, hommes aux options philosophiques radicalement différentes, – Borelli, Porzio et les jésuites du Collegio Romano s’y affrontent –, comme des ingénieurs, ou des curieux. L’étude est loin d’être achevée de ces hommes, de leurs travaux, de leurs débats, mais il est clair que le peu qu’on en sait permet d’ores et déjà de dessiner un univers aux options épistémologiques variées, voire contradictoires : c’est dire qu’à ce stade de l’analyse la question n’est pas uniquement celle, le plus souvent étudiée actuellement dans le sillage de la sociologie de Norbert Elias et de la « civilisation des mœurs », de la science de cour ou de la science courtisane, mais aussi celle des référents théoriques, qui semblent trouver, dans l’espace social spécifique qu’est l’Académie, des modalités de coexistence plus aisées que dans le cas d’autres types d’agrégation intellectuelle, comme le journal. De fait, il convient de rappeler que l’Accademia fisicomatematica a une histoire très fortement liée de celle du Giornale de’ Letterati, entreprise née quelques années auparavant, autour de Ciampini, mais aussi d’autres savants romains71.

Académie, journalisme, science nouvelle

  • 72 Le Giornale de’ Letterati correspond à la première entreprise journalistique connue en Italie : el (...)
  • 73 M. Caffiero et G. Monsagrati (dir.), Dall’erudizione alla politica. Giornali, giornalisti ed edito (...)
  • 74 Id. et A. Romano, I problemi scientifici nel Giornale de’ Letterati cit.
  • 75 L’index qui clôt chacune des dernières livraisons de l’année écoulée est organisé thématiquement d (...)

33Il n’est pas indifférent pour notre sujet que la précoce et riche expérience du Giornale de’ Letterati, premier périodique romain qui naît en 166872, – qui s’est principalement occupé de science, et qui signe le début d’une relative vitalité de la vie journalistique italienne à partir de cette date, comme en témoigne la rapide multiplication des titres73 –, relève d’une initiative dont Ciampini est l’un des trois principaux protagonistes. L’entreprise, au-delà de sa complexe histoire qui ne sera pas développée ici74, témoigne de l’importance politique dont les sujets scientifiques sont porteurs, dans la mesure où elle se donne comme l’instrument de promotion de la culture, et particulièrement de la science italienne, face au reste de l’Europe. L’équipe de rédaction mêle prélats, professeurs, savants, journalistes, dont les discussions soutiennent le travail rédactionnel et dont les articles et comptes rendus constituent un écho direct de l’importance des débats qui la parcourent75.

  • 76 J. M. Gardair, Le Giornale de, letterati cit., p. 58 et passim.
  • 77 Ivi, p. 73-98 ; G. Panizza, Studi sui primordi del giornalismo letterario in Italia. Francesco Naz (...)
  • 78 Voir DBI, vol. 26, 1986, p. 282-293, art. de R. Meloncelli ; L. Von Pastor, Storia dei Papi dalla (...)
  • 79 J. M. Gardair, Le Giornale de, letterati cit., p. 33.
  • 80 Ivi, p. 35.
  • 81 Pour une analyse détaillée et quantitative des différents types d’articles, voir ivi, appendices 1 (...)

34C’est autour de trois hommes, Ciampini, Michelangelo Ricci (1619-1682)76, Francesco Nazari (1638-1714)77, que le journal voit le jour. L’importance et l’intérêt de l’entreprise tiennent à différents facteurs : parce qu’il reçoit l’autorisation de paraître, il est perçu comme le premier signe d’un tournant officiel dans la politique culturelle romaine inaugurée par le nouveau pontife, Clément IX (Rospigliosi, 1667-1669)78 ; parce qu’il fait suite au Journal des Savants et aux Philosophical Transactions, il inscrit « le nouveau système de communication savante [dans] une dimension véritablement européenne »79 ; parce qu’il est italien, il se donne comme l’instrument de promotion de la culture, et particulièrement de la science italienne, face au reste de l’Europe80. Une présentation, même schématique, de ce périodique est compliquée par les avatars de sa publication : imprimé chez Nicol’Angelo Tinassi, dirigé, et principalement rédigé par Nazari jusqu’en 1675, son titre correspond, à partir de cette date, à deux publications différentes, l’une toujours assurée par Nazari et publiée chez Benedetto Carraro jusqu’en 1679, l’autre prise en charge par Ciampini, sans changement d’éditeur, jusqu’en 1681. Les difficultés matérielles rencontrées par les deux équipes n’assurent pas la périodicité souhaitée, voire affichée en tête de chaque livraison qui est, à l’origine, mensuelle. En outre, si dans la première phase, les rédacteurs se fixent l’objectif de traduire pour le public italien les principales nouvelles parues en France dans le Journal des Savants, il entend aussi rendre compte de l’actualité italienne, en termes de comptes rendus originaux d’ouvrages ou d’expériences et d’observations81. Au-delà des différences d’approches qui caractériseront les deux publications, l’un et l’autre conserveront cette même manière de procéder.

  • 82 Ivi, chap. 9 et 10.
  • 83 Ivi, p. 76-77.
  • 84 Ivi, p. 65-71.
  • 85 Voir S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 122.
  • 86 Cette inflexion de sa production est clairement formulée par Ricci lui-même dans la lettre qu’il a (...)
  • 87 Dans ces exemples, on trouve une confirmation des précieuses analyses formulées récemment par M. A (...)
  • 88 On renverra, pour cet aspect de la « centralité romaine », aux analyses de S. Bulgarelli, Il giorn (...)
  • 89 Voir, sur cette question, L. Barroero, Il se rendit à Rome. Artisti stranieri a Roma nel Seicento, (...)

35La « scission » de 1675, qui n’est pas clairement documentée82, se trouve au cœur de l’analyse et elle invite d’emblée à interroger les principaux protagonistes de l’entreprise. Sans revenir sur leurs biographies, il convient de souligner les points communs entre leurs itinéraires intellectuels. Le premier d’entre eux concerne le caractère déterminant du lien avec le milieu curial et certaines figures ecclésiastiques de premier plan : pour Nazari, c’est la protection du cardinal Barbarigo83 qui a joué un rôle central et pour M. Ricci, il s’agit du cardinal Léopold de Médicis84. Quant à Ciampini, il incarne de manière exemplaire la figure du clerc savant, personnalité montante de la chancellerie apostolique85 et animateur, à plus d’un titre, de la République des lettres. L’appartenance à ce milieu intervient de manière décisive sur l’évolution de la carrière de ces hommes : elle signifie qu’ils occupent des charges ou des fonctions qui les placent au cœur des débats religieux et des centres décisionnels de l’appareil pontifical, notamment en matière de politique culturelle. Ainsi, avec le titre de « qualificateur » puis de « consulteur » du Saint-Office, nommé à ces postes respectivement par Alexandre VII (Chigi, 1655-1667) et Clément IX, M. Ricci est amené à déplacer ses centres d’intérêt des mathématiques vers la théologie86. Francesco Nazari occupe la chaire de philosophie de l’Université de la Sapienza de 1670 à 1714, tout en se voyant confier, à partir de 1669, l’imprimerie polyglotte du Collège de la Propaganda Fide. Ces positions définissent, vis-à-vis des structures du pouvoir, un rapport de dépendance qui, loin de se limiter à une dimension financière ou matérielle au sens plus large, concerne aussi le type d’activité professionnelle dans lequel ils sont engagés87. Les liens avec les milieux curiaux interviennent donc de manières multiples sur l’activité intellectuelle de ces hommes. Contraignants dans la mesure où ils génèrent des fonctions souvent pesantes, ils proposent aussi un ensemble de contreparties dues au caractère de centre intellectuel assumé par Rome dans la péninsule : présence des richissimes bibliothèques et d’importants cabinets de curiosité, réseau de communications bien structuré88, attraction des élites intellectuelles de toute l’Europe89.

  • 90 On pense notamment ici à Descartes et à son projet de traité du monde.
  • 91 L’intérêt pour la presse scientifique a peu mobilisé les historiens. On renverra donc à l’article (...)

36Dans le contexte de cette seconde moitié du xviie siècle, marqué par la nécessité pour les savants italiens, – mais aussi européens90 –, de prendre acte des nouvelles conditions de la production scientifique, introduites par les retombées de l’« affaire Galilée », la tentative, faite par des hommes proches des milieux curiaux, pour lancer un organe de presse à l’imitation du Journal des Savants ou des Philosophical Transactions91, s’inscrit dans une entreprise visant à reconstruire les rapports entre milieux intellectuels et cour pontificale, entre science, politique et religion dans la Rome moderne.

  • 92 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 61, rappelle en ces termes les grandes lignes de (...)

37De cette situation particulière et de ces liaisons potentiellement dangereuses, les responsables du Giornale de’ Letterati sont parfaitement conscients92, bien placés qu’ils se trouvent, par leur position institutionnelle ou par leur formation, pour en faire l’analyse. Comme il est tout aussi certain que leur entreprise cherche à réduire le différend entre Église et savants. Et assurément, les enjeux sont de taille. À l’échelle internationale, il s’agit de doter l’Italie d’un organe de communication équivalent aux deux modèles du genre, ceux qui l’avaient fondé, le Journal des Savants, d’une part, les Philosophical Transactions, d’autre part. Dans ces deux entreprises étrangères résidait la modernité de l’échange intellectuel et, à ce titre, il fallait les imiter, tout en permettant à Rome de défendre la place de la culture italienne au sein de l’Europe savante. Sur le plan « national », c’est pour Rome, en tant que capitale de l’État pontifical, le moyen de s’affirmer face à Naples, Bologne ou principalement Florence, toutes villes où de prestigieuses académies avaient assuré aux principaux savants italiens du milieu du siècle un cadre d’action et de reconnaissance. Du point de vue scientifique, c’est aussi le moyen de s’inscrire dans la continuité d’un passé glorieux plus ancien, de se l’approprier. Il s’agit du legs, constitué à la Renaissance, par les différents pôles de la péninsule, Padoue, Pise et Florence, Messine, voire Rome elle-même : autant de lieux qui ont, aux xve et xvie siècles, assuré le renouvellement des fondements épistémologiques des mathématiques, donné à la géométrie, à l’algèbre, à l’astronomie, à la physique, nombre des ouvrages sur lesquels s’est élaborée la « science moderne ».

  • 93 Le profond renouvellement qu’a connu récemment l’historiographie jésuite permet de considérablemen (...)

38Il est significatif, à porter un regard d’ensemble sur l’apport de la Renaissance italienne à la science moderne, que Rome n’y ait pas joué un rôle actif avant la naissance du Collegio Romano et l’essor de la chaire de mathématiques animée par Christoph Clavius. Or l’initiative jésuite s’inscrit déjà dans le contexte de la Contre-Réforme et dans l’arsenal de réponses produites par l’Église pour faire face au nouveau postulat de l’univers infini93. Aussi, et c’est ce qu’il importe de souligner ici, dès la fin du xvie siècle, le rapport de Rome à la science s’établit d’emblée sous le signe de l’orthodoxie, comme, dans les décennies suivantes, l’« affaire Galilée » en constitue la manifestation paroxysmique. Aucune initiative intellectuelle romaine de l’époque moderne, on l’a vu, n’a pu s’y soustraire et il existe bien un « passif romain » dans le domaine scientifique, qui transforme l’objectif des journalistes en véritable défi.

  • 94 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 111. Pour une présentation synthétiqu (...)
  • 95 DSB, vol 13, art. de M. Gliozzi, p. 433-440. Pour une analyse générale de l’héritage galiléen, La (...)
  • 96 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 58.
  • 97 Ivi, p. 107-108.
  • 98 Ivi, p. 91-92.

39Pour le relever, Ricci, Nazari et Ciampini disposent d’importants atouts – outre ceux que leur conférait leur position dans l’appareil de l’État romain – liés à leur formation ou à leurs centres d’intérêts. Les trois hommes partagent en effet pour les questions scientifiques un goût et un intérêt qui s’expriment selon différentes modalités. Au cœur des débats qui animent la communauté des mathématiciens européens plongés dans les problèmes de calcul infinitésimal, Ricci, qui « fut admiré par les principaux mathématiciens de son temps »94, appartient à la génération des élèves du galiléen Benedetto Castelli, formé à la Sapienza avec les non moins prestigieux E. Torricelli95 et G. A. Borelli. Par cette simple identification intellectuelle, c’est donc tout l’héritage de l’école galiléenne qu’apporte dans l’entreprise Michelangelo Ricci, ce qui le pose ainsi en véritable « intermédiaire entre Rome et Florence [...], entre la Curie et les milieux savants »96. La situation de Ciampini présente d’intéressantes nuances, liées notamment à la différence de statut social et de carrière. « Modestement doué pour les sciences mais animé d’une vive passion – allant jusqu’à l’intrépidité – pour la recherche et l’expérimentation, il devait bientôt entreprendre une brillante carrière d’animateur intellectuel, servie par une solide fortune et de puissantes alliances familiales »97. Pour Nazari, l’intérêt scientifique passe par un canal encore différent, qui est principalement celui des amitiés : sa relation avec Adrien Auzout, l’astronome français de l’Académie des Sciences de Paris, doit sans doute expliquer la modeste activité scientifique à laquelle il se livre98.

  • 99 Le groupe des hommes qui gravitent autour du journal se caractérise par la diversité des centres d (...)
  • 100 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 293-336.
  • 101 Je fais allusion ici à la séparation de 1675.
  • 102 On a signalé, plus haut, certaines variations dans la présentation thématique du journal : parmi c (...)

40En outre, ces trois principaux protagonistes sont entourés de collaborateurs entretenant eux-mêmes des rapports privilégiés avec le débat et la pratique scientifiques de leur temps99 : Salvatore et Francesco Serra, dans le champ de l’astronomie, le médecin et physicien cartésien Lucantonio Porzio, les professeurs de mathématiques du Collegio Romano. Il faut enfin ajouter le cercle des relations, italiennes et européennes, par lesquelles le journal se trouve en contact avec les principaux réseaux scientifiques de la péninsule et du continent. Les anciens membres du Cimento sont au nombre des relations de Ricci, comme les différents partenaires du milieu bolonais ; Nazari ou Ciampini sont ouverts sur l’Europe, et notamment la Royal Society et l’Académie Royale des Sciences100. Disposant de ces atouts, le Giornale de’ Letterati a pu, dans ses différentes formules101, consacrer de nombreux comptes rendus aux nouvelles scientifiques de la République des lettres, ainsi qu’aux découvertes et observations astronomiques102.

  • 103 Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 50, sur l’atomisme de Nazari : « La princip (...)
  • 104 G. Baroncini et M. Cavazza (dir.), La corrispondenza di Pietro Mengoli, Florence, 1986. Sur F. Red (...)
  • 105 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 247-255. Les exemples développés sont suffisamme (...)
  • 106 On peut rependre ici les analyses de M. Cavazza, à propos de Marsili et de l’essor de la science à (...)

41Par delà ces atouts, l’entreprise n’a pu être menée sur un mode unifié que pendant une brève période. Que signalent le tournant de 1675 et la formation de deux organes de presse différents, le journal de Nazari et celui de Ciampini ? Est-ce un hasard si le premier se distingue plus nettement par « son engagement philosophique en faveur de la science nouvelle »103 ? La divergence entre les deux hommes devient claire à travers le choix des livres présentés : après 1675, Pietro Mengoli (1625-1686) et Francesco Redi (1626-1697)104 sont analysés chez Nazari et ne figurent pas dans les articles de l’organe de Ciampini. Dans la manière de rédiger leurs comptes rendus, dans leurs choix de mentionner, développer ou taire telle référence, les nuances sont nombreuses105 et l’importance accordée par Ciampini aux observations astronomiques n’est pas seulement une manière de mettre en évidence un réseau de correspondants plus étendu et efficace que celui de son concurrent. Le développement de l’astronomie d’observation, autour de personnalités comme Cassini ou Auzout, dont on a déjà évoqué les liens avec l’équipe du Giornale, correspond aussi à l’intérêt suscité par les applications concrètes de la science nouvelle, en en délaissant les enjeux métaphysiques106. On le voit donc, la constitution de deux équipes renvoie assurément à des conceptions épistémologiques différentes, qui ont pu être à l’origine de la séparation de 1675 et des difficultés croissantes du second journal de Nazari. Les réseaux d’alliances originels de chacun de ces deux personnages renvoyaient déjà à deux types différents de rapport à la science expérimentale et à la science nouvelle, l’un ouvert aux potentialités des systèmes philosophiques nouveaux, l’autre engagé dans le compromis avec l’orthodoxie aristotélicienne.

  • 107 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 121.
  • 108 Comme le suggère G. Ricuperati, Giornali e società nell’Italia dell’Ancien Régime cit., p. 77 : «  (...)

42Au total, toutes les composantes étaient réunies pour que le milieu dans lequel s’est ancrée l’entreprise du Giornale de’ Letterati eût à affronter de fortes contradictions et à se mouvoir dans les interstices que lui laissait l’« orthodoxie dominante ». Comme le rappelle S. Rotta, « la libertà di rapporti e di contatti personali, che indubbiamente fu grandissima in una città cosmopolitica come la Roma della controriforma, non deve illudere però circa i limiti stretti posti alla ricerca vera e propria dall’autorità religiosa »107. De ce point de vue, on peut sans doute considérer que la scission qui s’opère, à partir de 1675, entre Nazari et Ciampini, trouve une de ses causes dans le choix d’attitudes différentes quant aux modalités de prise en charge de ces contradictions. Et même si Michelangelo Ricci, fort du soutien du cardinal Léopold de Médicis, voulait faire du journal le lieu privilégié d’expression et de manifestation de la science nouvelle italienne, soutenu en cela par Nazari, il n’est pas certain que Ciampini ait eu des projets aussi précis dans le domaine. Sans doute l’évolution générale du contexte culturel romain avait-elle permis à certains savants de croire que les années 1660 seraient favorables à la reprise du dialogue entre Église et nouvelle science108. Sans doute, par delà les limites objectives et les nuances, le fait que tous les hommes engagés dans l’aventure du Giornale, avaient en partage une même culture devait-il nourrir l’espoir de l’affirmation d’une République romaine des lettres et des sciences, susceptible de fédérer les autres citoyens péninsulaires de cette République. Mais, c’était sans compter sur la marque imprimée par l’Église à toute entreprise intellectuelle susceptible de mettre en discussion la Tradition, en usant des possibilités offertes par la constitution d’un espace public de débat, l’espace journalistique, puissant élément d’intégration des débats scientifiques dans le champ du politique.

43Avec l’ouverture de l’Accademia fisicomatematica, postérieure à la rupture de 1675, Ciampini entend assurément capter l’ensemble de l’héritage intellectuel que la fondation du journal avait cherché à revivifier ; mais il propose aussi le repli sur un espace privé, où l’éclectisme épistémologique est davantage gérable. À ce titre, l’Académie ne reproduit pas plus ses aînées du début du siècle dont l’idéal de l’otium ne peut produire autre chose que des dilettantes, que ses contemporaines qui se développent selon une logique de professionnalisation croissante, notamment en France. Mais c’est, en fait, cette absence d’homogénéité épistémologique qui permet que se côtoient, dans le salon du prélat romain, des postures et des régimes de scientificité variés.

  • 109 Il n’y a qu’à penser ici à l’investissement, opéré par Ciampini en 1684, pour l’achat de deux nouv (...)

44L’expérience, telle qu’elle se pratique chez Ciampini, s’inscrit dans la logique scientifique inaugurée par Galilée comme dans les formes de la sociabilité aristocratique qui s’étend autant au domaine de la science qu’aux autres domaines de la vie en société. Ainsi, le fait de recourir à des instruments d’un coût souvent élevé109, correspond autant à l’affirmation d’un choix culturel – investir dans l’observation astronomique comme activité savante n’est pas neutre – qu’à une manifestation symbolique du rapport privilégié à la modernité, de l’appartenance à une aristocratie du savoir qui s’identifie par et se reconnaît dans l’accès à des technologies sophistiquées, comme la Royal Society de Londres en donnait l’exemple depuis quelques décennies. Pour autant, cette pratique qui favorise une « mise en scène » de la science, comparable à toute autre forme de spectacle partie intégrante de la civilité courtisane, n’est pas synonyme de revendication de l’héritage galiléen. La question, dans la Rome du second xviie siècle, ne réside donc pas tant dans la possibilité ou non de pratiquer des expériences, mais dans la philosophie de la nature qui sous-tend leur mise en œuvre et leur lecture.

  • 110 Je ne développe pas cette question de manière directe, car il me semble plus intéressant de le fai (...)
  • 111 Voir son article sur les académies Dalla corte all’accademia : spazi, autori e autorità nella scie (...)

45Il me semble qu’on peut à présent établir une corrélation forte entre le type de rapport au pouvoir qu’incarne une personnalité comme celle de Ciampini et le type de posture intellectuelle qu’il cherche à déployer, d’abord dans le journal, puis dans son académie. Mon hypothèse est que l’académie romaine, y compris quand elle se fixe un programme explicitement scientifique (comme c’est de cas de celle-ci), est un lieu de brouillage épistémologique, seul susceptible de maintenir le consensus politique et social nécessaire autant aux pouvoirs (et ici il s’agit bien de pluriel puisque on est confronté à un double niveau, spirituel et temporel d’exercice du pouvoir, incarné dans des institutions spécifiques) qu’aux savants qui utilisent ce flou comme un espace d’action d’autant plus important que l’espace politique romain, tout en étant polycentrique, est soumis dans le même temps à un régime de censure forte110. Il s’agit donc moins d’un lieu neutre, ou neutralisé par une civilité que M. Biagioli traque de manière exemplaire dans ce type d’espace de sociabilité111, qu’un espace qui s’accommode, moins dans une logique de disciplinement post-tridentin, que dans un projet assumé d’affirmation de la culture moderne au cœur de la Catholicité, des marges de tolérance laissées par l’État pontifical.

  • 112 V. Ferrone, Scienza, natura, religione cit., p. 13 : « L’accademia ciampiniana divenne in breve te (...)
  • 113 P. Galluzzi, G. A. Borelli, dal Cimento agli Investiganti, dans F. Lomonaco et M. Torrini (dir.), (...)

46Ces marges de tolérance correspondent à celles, en réduction, du climat intellectuel italien des années 1680, dont les travaux de V. Ferrone ont révélé, voici une vingtaine d’années, les principales caractéristiques112 : le procès des « athéistes napolitains », en 1688, qui prend pour cible l’Accademia degli Investiganti113, – dont la libertas philosophandi était un des maîtres mots, et dont certains jésuites sont parmi les principaux instigateurs –, signe l’acmé de l’affrontement épistémologique entre aristotélisme et atomisme, peut-être le dernier grand combat de l’aristotélisme contre les différents systèmes philosophiques alternatifs que lui opposait la science moderne. Dès la fin des années 1670, les premiers signes de ce changement de climat, à l’échelle de la péninsule, sont perceptibles comme le souligne l’extrait de la lettre, adressée à Viviani, par Baldigiani, membre de l’académie de Ciampini et consulteur du Saint-Office :

  • 114 A. Favaro, Miscellanea galileiana inedita. Studi e ricerche, Venise, typ. di G. Antonelli, 1887, p (...)

Tutta Roma sta in arme contro i matematici e fisico-mattemati ci. Si sono fatte e si fanno liste lunghissime e tra essi si mette in capite Galileo, il Gassendo, il Cartesio, come perniciosissimi alla republica letteraria e alla sincerità delle religioni. I principali a dare giudizio d’essa saranno religiosi, i quali in altri tempi hanno fatto sforzi per fare uscire tali proibizioni et al presente si sapranno ben prevalere della buona congiuntura che ne hanno per la causa di alcuni medici e legisti di Napoli, ivi e qui carcerati dal santo tribunale, i quali si dice che prevalessero di tali dottrine e libri per aprire la strada a i suoi errori114.

  • 115 C’est pourquoi je me distinguerais partiellement du point de vue défendu par V. Ferrone : « L’acca (...)
  • 116 Voir A. Romano, La Contre-Réforme mathématique cit., chap. 2-3.
  • 117 Voir M. Bucciantini, Eredità galileiana e politica culturale medicea : il caso degli Scolopi, dans (...)
  • 118 Voir R. Feldhay, Galileo and the church, Cambridge, 1994.
  • 119 Sur ce dernier point, on signalera l’intérêt du dossier de la mise à l’index des œuvres d’E. Maign (...)

47Cette lettre, postérieure à la rupture de l’équipe journalistique et à la fondation de l’Accademia fisicomatematica, invite à regarder l’entreprise de Ciampini comme la dernière tentative, dans cette conjoncture particulière, pour assurer un espace de discussion minimal à l’activité scientifique. Vu sous cet angle, le caractère éclectique de son assemblée ne se prête-t-il pas une lecture en termes de (ré) conciliation entre des valeurs parfois contradictoires ?115 La posture éclectique est en outre rendue possible par le polycentrisme romain et ses retombées concrètes sur les rapports entre intellectuels et pouvoir. En effet, la complexité de l’exercice du pouvoir, liée à la nécessité de composer avec un grand nombre d’acteurs, trouve un relais dans la pluralité des opinions qui s’expriment au plan intellectuel, artistique, culturel, etc. Ici encore, c’est dans le domaine des sciences (mathématiques, physiques ou naturelles) qu’on trouverait les exemples les plus probants. Ainsi par exemple, les choix épistémologiques opérés par la Compagnie de Jésus116, productrice, tout au long de la période qui nous intéresse, de certaines des grandes figures scientifiques de la Rome pontificale – dont les postures ne sont pas systématiquement celles de l’ordre lui-même –, s’opposent à ceux que défend l’ordre des Scolopes, principal soutien, de l’école galiléenne117, ou encore à ceux des dominicains, rivés à un thomisme orthodoxe118, ou encore aux minimes proches d’un atomisme cartésien119. Cette pluralité de positions face à la science nouvelle, au sein même de l’institution ecclésiale, explique assurément le caractère éclectique de la production scientifique romaine de la période. Mais, inversement, elle constitue la preuve de l’incapacité de cette même institution à définir et conserver la norme, d’où la possibilité qu’elle s’accommode de l’éclectisme de Ciampini, plutôt que des positions radicales de Nazari.

48Les académies scientifiques romaines du long xviie siècle sont porteuses – sans que l’affaire Galilée en soit la cause mais bien une des manifestations les plus spectaculaires, qu’un groupe social en cours de formation dans cette période, les savants, s’est particulièrement approprié en en faisant un de ses mythes fondateurs –, des tensions structurelles qui animent ces espaces de sociabilité intellectuelle : tout à la fois partie prenante de l’exercice d’un pouvoir qui se conçoit comme universel (dans la production et la défense de la norme, ce qui se traduit par l’occupation de charges d’enseignement dans l’Université et de charges de censure auprès des congrégations de l’Index et du Saint-Office), elles sont aussi engagées dans le processus de formation d’un espace intellectuel de dimension et d’ambition supranationales, la République des lettres et des arts, dans laquelle elles prétendent en outre reverser le capital d’universalisme dont Rome est porteuse. Une république idéale et idéalisée, qui devient son horizon d’investissement symbolique, en rupture avec celui que l’Église avait offert aux intellectuels de la chrétienté tout au long du millénaire précédent.

Notes

1 Cf. Correspondance de Mersenne, vol. 13, p. 321, cité par A. Beaulieu, Mersenne, le grand Minime, Bruxelles, 1995, p. 249-250.

2 La brièveté du règne renforce la sensation, pour les contemporains, de transition entre le rigorisme d’Innocent XI (Odescalchi, 1676-1689) et l’esprit de conciliation d’Innocent XII (Pignatelli, 1691-1700).

3 Cf. A. Robinet, G. W. Leibniz, Iter Italicum (mars 1689-mars 1690) : la dynamique de la République des lettres, Florence, 1988, p. 42 : à propos du séjour à Rome, entre mai et novembre 1689, l’auteur évoque les relations romaines de Leibniz, dominées par la fréquentation de l’Accademia fisicomatematica : « Leibniz se mêle à la vie quotidienne de l’Accademia : il en fournit lui-même le témoignage dans une matrice d’écrits romains que domine le Phoranomus, mis en scène à cette Accademia et qu’illustrent les pièces en faveur de la levée des censures contre Copernic et Galilée ».

4 W. E. Knowles Middleton, Science in Rome, 1675-1700, and the Accademia fisicomatematica of Giovanni Giustino Ciampini, dans The British Journal for the History of Science, 29, VIII, 1975, p. 138-154.

5 Je ne reprendrai pas ici l’abondante bibliographie mobilisée tant dans l’introduction générale de ce volume que dans la synthèse sur Rome.

6 Si peu de ces thèmes ont été abordés dans le cadre romain, en revanche les questionnaires qu’ils ont ouverts sont susceptibles d’une application à ce terrain. Voir notamment M. Biagioli, Galileo Courtier. The Practice of Science in the Culture of Absolutism, Chicago, 1993 ; Id., Scientific Revolution and Aristocratic Ethos. Federico Cesi and the Accademia dei Lincei, dans C. Vinti (dir.), Alexandre Koyré, l’avventura intellettuale, Naples, 1994, p. 279-295 ; P. Findlen, Controlling the Experiment : Rhetoric, Court, Patronage and Experimental Method of Francesco Redi, dans History of Science, vol. 31, 1993, 1, p. 35-64 ; G. Olmi, ‘Amici e padroni’ nella storia naturale della prima età moderna, dans A. Prosperi (dir.), en collaboration avec M. Donattini et G. P. Brizzi, Il piacere del testo. Saggi e studi per Albano Biondi, Rome, 2001, p. 365-384.

7 Cette question est abordée dans A. Romano, Il mondo della scienza, dans G. Ciucci (dir.), Storia di Roma dall’antichità a oggi. IV. Roma moderna, Rome-Bari, 2002, p. 273-303. À propos des Lincei, voir le catalogue A. Cadei (dir.), Il Trionfo sul Tempo. Manoscritti illustrati dell’Accademia Nazionale dei Lincei, Modène, 2002, et le colloque I Lincei e l’Inquisizione, organisé, en juin 2003, pour le quatrième centenaire de la fondation, par ses membres actuels.

8 Voir notamment dans l’introduction générale, « Les milieux intellectuels italiens comme problème historique », p. 1-31. À propos des académies romaines, il convient simplement de faire une série de rappels, qui permettent de baliser le terrain de cette contribution. C’est un dossier historiographique particulièrement riche en Italie, dont on pourrait sans doute suivre la trace en continu, depuis le travail d’écriture des premiers comptes rendus de ces académies jusqu’à aujourd’hui, en passant par la première entreprise italienne de définition d’ensemble de ces configurations intellectuelles (je pense ici à Muratori, dont l’analyse est faite par F. Waquet dans ce volume). Une étape intéressante de cette historiographie, avant le renouveau des années 1970-80, est à souligner dans l’article du grand spécialiste des Lincei, G. Gabrieli, publié, en pleine apogée du fascisme, Vita accademica in Roma nell’età moderna, dans Rendiconti della R. Accademia Nazionale dei Lincei. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, s. VI, vol. XII, fasc. 5-6, mai-juin 1936. Plus récemment donc, alors qu’en France la thèse profondément novatrice de Daniel Roche sur les académies de province ne faisait aucun héritier immédiat, c’est dans le domaine de l’histoire littéraire et de ses liens avec l’histoire intellectuelle (voir l’intérêt de ce couple très italien letteratura/ letterati, lettres/lettrés), que les académies romaines ont été (ré)interrogées. Je pense notamment au travail d’A. Quondam, sur l’Arcadia, L’istituzione Arcadia. Sociologia e ideologia di un’accademia, dans Quaderni storici, VIII, 1973, n° 23, p. 389-438. Ce travail de Quondam a ouvert la voie à des recherches plutôt centrées sur les académies littéraires, qui ont contribué à nourrir l’image d’une « faiblesse » italienne de ces espaces de sociabilité, présentés dans la lignée d’une association littérature / rhétorique / otium, donc bien éloignés notamment d’un modèle français en cours de constitution, même si les travaux de Quondam, qui ont été les premiers à poser la question des académies en termes de sociologie de ces milieux, n’ont pas abondé dans ce sens. C’est ensuite l’historiographie galiléenne qui a permis un retour sur les Lincei, avec un intérêt croissant pour les thématiques ne relevant pas strictement des sciences physico-mathématiques.

9 P. Galluzzi, C. Poni, M. Torrini (dir.), Accademie scientifiche del ’600, numéro thématique des Quaderni storici, XVI, 1981, n° 48.

10 L. Boehm et E. Raimondi (dir.), Università, Accademie e Società scientifiche in Italia e in Germania dal Cinquecento al Settecento. Atti della settimana di studio, 15-20 settembre 1980, Istituto storico italo-germanico di Trento, Bologne, 1981.

11 Accademie romane. Una storia sociale (1671-1824), Naples, 2000. Je soulignerai d’autre part le rôle joué par la revue Roma moderna e contemporanea, et notamment le numéro thématique qu’elle a consacré aux académies, R. Merolla (dir.), « Il gran teatro del Mondo » Roma tra Cinque e Seicento : storia, letteratura e teatro, dans RMC, III, 1995, 1, p. 7-172.

12 Il s’agit principalement du programme engagé en 2000 à l’École française de Rome, sur le thème de la culture scientifique romaine à l’époque moderne, et dont les premiers résultats sont en cours de publication. Voir en particulier, le dossier Sciences, activités scientifiques et acteurs de la science dans la Rome de la Renaissance, dans MEFRIM, 114, 2002, 2, p. 467-605. Dans le cadre des travaux du groupe, la question des académies a fait l’objet de présentations orales, en particulier de la part de M. P. Donato, F. Favino et A. Romano, à l’occasion de la rencontre organisée à Paris, en décembre 2001. On se permettra en outre de rappeler la publication du numéro thématique, A. Romano (dir.), Roma e la scienza. Figure, istituzioni, dibattiti, dans RMC, VII, 1999, 3.

13 G. Gabrieli, Vita accademica in Roma nell’età moderna cit., p. 6-7.

14 Pour la bibliographie sur le Cimento, et plus généralement sur Florence, voir la synthèse de J. Boutier et M. P. Paoli, dans ce volume.

15 P. Galluzzi (dir.), Novità celesti e crisi del sapere. Atti del Convegno internazionale di studi galileiani, Florence, 1984.

16 S’il est inutile de revenir ici sur la polémique suscitée par l’ouvrage de P. Redondi, Galileo eretico, Turin, 1983, il convient cependant d’insister sur le fait que celui-ci fut parmi les premiers à proposer une reconstitution des milieux intellectuels italiens dans cette période. Pour la production plus récente, on renverra principalement à M. Bucciantini, Contro Galileo. Alle origini dell’affaire, Florence, 1995 ; E. Bellini, Umanisti e Lincei. Letteratura e scienza a Roma nell’età di Galileo, Padoue, 1997 ; Sciences et religions de Copernic à Galilée (1560-1610). Actes du colloque de Rome (déc. 1996), Rome, 1999 (Collection de l’École française de Rome, 260) ; P. Machamer (dir.), The Cambridge companion to Galileo, Cambridge, 1998 ; Galileo in context, dans Science in context, XIII, 2000, 3-4. Voir aussi la bibliographie en fin du volume, sections II. 4, IV. 4, et V. 4.

17 Pour les Lincei, G. Gabrieli, Contributi alla storia dell’Accademia dei Lincei, Rome, 1989, 2 vol. ; Id., Il carteggio linceo, Rome, 1996 ; J. M. Gardair, I Lincei : i soggetti, i luoghi, le attività, dans Accademie scientifiche del ’600 cit., p. 763-787 ; S. Ricci, « Una filosofica milizia ». Tre studi sull’Accademia dei Lincei, Udine, 1994 ; Id., I Lincei : l’invenzione della mediazione accademica. Nuova scienza, religione, vita civile, dans Sciences et religions cit., p. 205-234 ; M. Biagioli, Scientific Revolution and Aristocratic Ethos cit. ; A. Clericuzio et S. De Renzi, Medicine, Alchemy and Natural Philosophy in the Early Accademia dei Lincei, dans D. S. Chambers et F. Quiviger (dir.), The Italian Academies of the Sixteenth Century, Londres, 1995, p. 175-194 ; E. Bellini, Umanisti e Lincei cit. Pour une analyse des mutations historiographiques dans la Compagnie de Jésus, voir P.-A. Fabre et A. Romano (dir.), Les jésuites dans le monde moderne. Nouvelles approches historiographiques, dans Revue de Synthèse, t. 120, 1999, 3, p. 247-260, 440-448.

18 Je me permets de renvoyer, pour une analyse plus détaillée, à A. Romano, Roma e la scienza cit.

19 Voir M. Caffiero, M. P. Donato, A. Romano, De la catholicité post-tridentine à la République Romaine : splendeurs et misères des intellectuels courtisans, dans ce volume, p. 171-208.

20 Voir G. Olmi, « Libertà di filosofare » e « virtuose fatiche » : L’Accademia dei Lincei nell’Italia della Controriforma, dans Il Trionfo sul Tempo cit., p. 49-56.

21 Sur Valerio, voir notamment U. Baldini et P. D. Napolitani, Per una biografia di Luca Valerio. Fonti edite e inedite per una ricostruzione della sua carriera scientifica, dans Bollettino di storia delle scienze matematiche, vol. 11, 1991, 1, p. 3-157.

22 DBI, vol. 10, 1968, art. de A. Fabi, p. 104-112. Bianchi est aussi connu sous le nom de Janus Plancus.

23 DBI, vol. 16, 1973, art. de L. Fiorani, p. 168-170. Le palais delle Botteghe oscure devait lui-même rapidement devenir un espace de sociabilité scientifique, autour de cet équipement de premier plan, à la tête duquel se trouvait un directeur et qui produisait une revue, les Effemeridi astronomiche calcolate al mezzogiorno tempo vero nel meridiano di Roma ad uso della Specola Caetani.

24 Voir, sur le milieu des Savoie à Rome dans cette période, T. Mörschel, Il cardinale Maurizio di Savoia e la presenza sabauda a Roma all’inizio del xvii secolo, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2001, 2, p. 147-178. Plus classique, M. Maylender, Storia delle accademie d’Italia, Bologne, 1926-1930, vol. 2, p. 173-177 ; F. Favino, Pietro Sforza Pallavicino e l’« invidiabile conversatione » di monsignor Giovanni Ciampoli, tesi di dottorato, Università di Napoli Federico II, 1996, exemplaire dactylographié ; sur Christine de Suède dans la seconde moitié du xviie siècle : Cristina di Svezia. Scienza ed alchimia nella Roma barocca, Bari, 1990 ; sur les Stuart en exil dans les premières décennies du xviiie siècle : L. Lewis, Connoisseurs and Secret Agents in Eighteenth Century Rome, Londres, 1961.

25 La question des sources est ici décisive. Sur ce point, il faut souligner l’intérêt des Saggi accademici dati in Roma nell’Accademia del Sereniss. Prencipe Cardinal di Savoia... Pubblicati da Monsignor Agostino Mascardi, Cameriere d’Onore di N. S. Urbano VIII, publié en 1630. Voir, sur Mascardi, les travaux de E. Bellini, Umanisti e Lincei cit., p. 169-244.

26 Je pense notamment aux travaux sur Ciampoli : M. Bucciantini, Contro Galileo cit. ; F. Favino, « Quel petardo di mia fortuna » : riconsiderando la « caduta » di Giovan Battista Ciampoli, dans J. Montesinos, C. Solís (dir.), Largo campo di filosofare. Eurosymposium Galileo 2001, La Orotava, 2001, p. 863-882 ; Id. A proposito dell’atomismo di Galileo : da una lettera di Tommaso Campanella ad uno scritto di Giovanni Ciampoli, dans Bruniana & Campanelliana, III, 1997, 2, p. 265-282 ; Id. Deux dialogues retrouvés de Giovanni Ciampoli, dans Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée, textes réunis par E. Festa, V. Jullien et M. Torrini, Paris, 1999, p. 25-42 ; sur Sforza Pallavicino, Id. Sforza Pallavicino editore e « galileista ad un modo », dans Giornale critico della Filosofia italiana, LXXIX, 2000, 2, p. 281-315.

27 Dans Saggi accademici cit., p. 49-61.

28 Cité par R. Merolla, L’Accademia dei desiosi, dans RMC, III, 1995, 1, p. 150. Voir en outre le commentaire de F. Favino, Pietro Sforza Pallavicino e l’« invidiabile conversatione » di monsignor Giovanni Ciampoli cit., p. 150 sq.

29 Outre J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati de Rome (1668-1681), Florence, 1984, S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana : un’iniziativa di Cristina ?, dans Cristina di Svezia cit., p. 99-186. Toujours utile M. Maylender, Storia delle accademie d’Italia cit., vol. 3, p. 11-17.

30 Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 107-117 et DBI, vol. 25, 1981, p. 136-143, art. de S. Grassi Fiorentino.

31 Lettre de G. Toschi, écrite de Rome le 23 juillet 1677, à A. Rocca, à Reggio, citée par J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 145 sq.

32 A. Clericuzio et M. Conforti, Christina’s Patronage of Italian Science : a Study of Her Academies and of the Dedicatory Epistles to the Queen, dans M. Beretta and T. Frängsmyr (dir.), Sidereus Nuncius et Stella Polaris. The Scientific Relations between Italy and Sweden in Early Modern History, Science History Publication, USA, 1997, p. 25-36.

33 Cf. Eusevologio romano, overo delle Opere pie di Roma. Con due Trattati delle Accademie e Librerie celebri di Roma. Dell’abbate C. B. Piazza, Rome, a spese di Felice Cesaretti e Paribeni, 1698, trat. XII, cap. XVII.

34 A. Robinet, L’Accademia matematica de D. Quartaroni et le ‘Phoranomus’ de G. W. Leibniz (Rome, 1688), dans Nouvelles de la République des lettres, 1991, 2, p. 7-18.

35 G. Weber, Aspetti poco noti della storia dell’anatomia patologica tra ’600 e ’700 : William Harvey, Marcello Malpighi, Antonio Cocchi, Giovanni Maria Lancisi verso Morgagni, Florence, 1997.

36 Dans l’ensemble de la bibliographie sur Galiani, voir DBI, vol. 51, 1998, art. de E. De Renzo, p. 453-456.

37 DBI, vol. 10, 1968, art. de S. Rotta, p. 187-194 ; C. Pighetti, L’influsso scientifico di Robert Boyle nel tardo ’600 italiano, Milan, 1988.

38 Voir V. Ferrone, Scienza, natura, religione. Mondo newtoniano e cultura italiana nel primo Settecento, Naples, 1982.

39 M. P. Donato, Accademie e accademismi in una capitale particolare : il caso di Roma, secoli xviii-xix, dans MEFRIM, 111, 1999, 1, p. 420.

40 M. Caffiero, Centro e periferie. Reti culturali e patronati politici tra Roma e la Marca nella seconda metà del Settecento, dans La nobiltà della Marca nei secoli xvi-xviii : patrimoni, carriere, cultura. Atti del XXXII Convegno di Studi Maceratesi, abbadia di Fiastra (Tolentino), 24-25 novembre 1996, Centro di studi storici maceratesi, Macerata, 1998, p. 133-160. Voir en autre sa contribution dans ce volume, p. 277-292.

41 Voir M. P. Donato, Accademie romane cit., p. 171-184.

42 Cf. R. Merolla, L’Accademia dei Desiosi cit., p. 132.

43 En effet, si certains cercles académiques italiens se définissent par l’homogénéité revendiquée de positions scientifiques – comme c’est le cas du Cimento florentin où la pratique expérimentale s’inscrivait dans la lignée de la philosophie de la nature de Galilée –, le rapport de soumission au prince reste fondamental : on renverra principalement à P. Galluzzi, Il mecenatismo mediceo e le scienze, dans C. Vasoli (dir.), Idee, istituzioni, scienza, ed arti nella Firenze dei Medici, Florence, 1980, p. 189-219 ; Id., L’accademia del Cimento : « gusti » del principe, filosofia e ideologia dell’esperimento, dans Quaderni storici, XVI, 1981, 48, f. III, p. 788-844.

44 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 128.

45 BAV, ms. Vat. Lat. 11757 : Registro dell’Azioni accademiche fatte nell’Accademia dell’esperienze naturali, filosofiche e mathematiche, 1677 ; ms. Ottob. Lat. 3051 : Registro delle sezioni academiche fatte nell’academia dell’esperienze naturali, filosofiche e mattematiche, parte prima delle tenute nell’anno 1676, adunate et ordinate dal segretario G. T. archidiacono di Reggio (dédié à Christine de Suède).

46 Voir Raguagli del P. Francesco Eschinardi della Compagnia di Giesù. Datti ad un amico in Parigi ; sopra alcuni pensieri sperimentali propositi nell’Accademia fisicomatematica di Roma, Rome, N.A. Tinassi, 1680, p. 2-3.

47 DBI, vol. 43, 1993, art. de M. Muccillo, p. 273-274.

48 Une autre source intéressante, de ce même point de vue, la biographie de Ciampini, rédigée par V. Leonio, Vita di mons. Gio. Giustino Ciampini, dans Le vite degli Arcadi illustri scritte da diversi autori, e pubblicate d’ordine della generale adunanza da G. M. Crescimbeni, Rome, Antonio de’ Rossi, 1708-1751, 3 vol.

49 Vat. Lat., fol. 3.

50 Vat. Lat., fol. 13.

51 Vat. Lat., fol. 19.

52 Vat. Lat., fol. 57.

53 M. L. Righini Bonelli et A. Van Helden, Divini and Campani : A Forgotten Chapter in the History of the Accademia del Cimento, Florence, Istituto e Museo di Storia della Scienza di Firenze, 5, 1981, 176 p. (Supplement aux Annali dell’Istituto e Museo di Storia della Scienza, 1981, fasc. 1).

54 On entend ici non seulement les hommes venant d’autres pays européens, de passage ou installés durablement dans l’Urbs, mais aussi les Italiens non romains, qui y sont nombreux : il suffit qu’on se réfère aux deux secrétaires cités plus haut.

55 Dictionary of Scientific Biography (dorénavant DSB), vol. 1, New York, 1970, art. de R. M. Mc Keon, p. 341-342.

56 Comme en témoigne l’assiduité des médecins à cette académie. Voir M. Conforti, La medicina nel Giornale de’ letterati di Roma, 1668-1681, dans Medicina nei secoli, n.s, vol. 13, 1, 2001, p. 59-91.

57 On peut prendre l’exemple de la séance du 27 octobre 1677, où, en présence de « Borelli e altri forastieri », sont discutées des expériences sur la pression de l’air ou sur le mercure : Vat. Lat., fol. 67-75.

58 Séance du 19 décembre 1677. On notera, dans l’abondante bibliographie du personnage, des types de publications d’une grande diversité, qui témoignent d’intérêts variés, depuis l’astronomie, directement en rapport avec les observations faites dans l’académie, jusqu’à la topographie et à l’histoire antique. Les liens de patronage qui le lient à Ciampini sont au moins explicites dans sa Lettera familiare sopra monte Testaccio e Via Ostiense : diretta all’illustriss. e reverendiss. sig. monsignor Giovanni Ciampini, in Roma, per il Bernabó, 7 p., in-8°.

59 Voir K. Van Berkel, ‘Cornelius Meijer inventor et fecit’. On the Representation of Science in Late Seventeenth-Century Rome, dans P. H. Smith et P. Findlen (dir.), Merchants and Marvels. Commerce, Science, and Art in Early Modern Europe, New York-Londres, 2002, p. 277-294.

60 L’une des raisons de cette situation tient en particulier à un problème d’ordre éditorial. Ainsi, le volume de Francesco Eschinardi, publié à Rome en 1684 par l’éditeur Barnabò, De impetu tractatus duplex, compte plusieurs textes du professeur jésuite, parmi lesquels De frigore Cavearum Montis Dolioli, vulgo Testacci, lectio habita in Accademia Phisicomathematica, un texte de cinq feuillets, imprimé aux p. 242-246 de cette édition.

61 En fait destiné à G. Domenico Cassini, cet ouvrage devait servir de mémoire officiel des activités de l’académie, ce que Eschinardi n’avait pas particulièrement voulu. Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 128-129.

62 Romae, typis Tinassii, 1681, 35 p.

63 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 103-105.

64 Le fondateur de l’Accademia matematica, citée supra.

65 Les travaux des deux derniers auteurs, ainsi que ceux d’autres participants de l’académie, sont réunis dans un volume qui mériterait une étude précise : Miscellanea Italica physico-mathematica, collegit Gaudentius Robertus, Bononiae, ex Typographia Pisariana, 1692. Le volume contient : Aquarum fluentium mensura noua methodo inquisita, auctore Dominico Gulielmino ; De sphaera et solidis sphaeralibus libri duo : in quibus Archimedis doctrina de sphaera & cylindro denuo componitur, latiùs promouetur, et in omni specie solidorum, quae vel circa, vel intra sphaeram, ex conuersione poligonorum regularium gigni possint, vniuersalis propagatur, auctore Euangelista Torricellio ; De terraemotu libellus Flaminij de Mezauachis [...] : in quo curiosa aperitur terraemotus doctrina & agitur de terraemotu anni 1672 ; De solaribus hypothesibus et refractionibus epistolae tres, auctore Joanne Dominico Cassino ; Theoria motus cometae anni MDCLXIV : ea praeferens, quae ex primis obseruationibus ad futurorum motuum praenotionem deduci potuere, cum noua inuestigationis methodo, tum in eodem, tum in comete nouissimo anni MDCLXV ad praxim reuocata, auctore Joanne Dominico Cassino ; Cometes Bononiae observatus anno 1664 & 1665 : astronomicophysica dissertatio Geminiani Montanarii ; De cometis anni 1664, 1665, 1680, 1681 & 1682 epistolae & alia opuscula diuersorum auctorum (Bongiovane, Montanari, Cellio, Ponteo) ; Dominici Gulielmini, Epistolae duae hydrostaticae : altera apologetica aduersus obseruationes contra Mens. aquarum fluentium a [...] Dionisio Papino factas & Act. erud. Lipsiae anni 1691 insertas, altera de velocitate & motu fluidorum in siphonibus recuruis suctorijs ; Noua experimenta physico-mechanica pro demonstranda genuina causa eleuationis aquae & mercurij supra solitam eorum libellam in vitreis fistulis Torricellianis, auctore Matthaeo Campano ; Dominici Gulielmini, Epistolae duae hydrostaticae [...] ; Noua experimenta physico-mechanica [...], auctore Matthaeo Campano.

66 Per N. A. Tinassi, 1682, 16 p.

67 À la p. 19, mention suivante : « Carlo di Napoli Dottor nell’una e l’altra legge, prosecretario. In Roma, nella stamperia di G. G. Komarek Boemo, 1686 ».

68 Cf. K. Van Berkel, ‘Cornelius Meijer inventor et fecit’ cit., p. 290.

69 DBI, vol. 12, 1970, art. de U. Baldini, p. 543-551 ; DSB, vol. 2, art. de T. S. Settle, p. 306-314 ; P. Galluzzi, La scienza davanti alla Chiesa e al principe in una polemica universitaria del secondo Seicento, dans L. Borgia (dir.), Studi in onore di Arnaldo d’Addario, vol. 4.1 : Toscana e Italia, Lecce, 1995, p. 1317-1344.

70 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 119-124.

71 A. Romano, I problemi scientifici cit.

72 Le Giornale de’ Letterati correspond à la première entreprise journalistique connue en Italie : elle a permis à la péninsule de participer pleinement au mouvement européen de structuration de la République des lettres. Dans un espace où l’absence de cadre politique unitaire a largement favorisé la multiplication des centres intellectuels, et corrélativement le polycentrisme de ladite République, il n’est pas indifférent que cette expérience se soit développée à Rome. On a même pu, à propos de cette localisation, parler de paradoxe, – puisque la capitale pontificale ne semble plus jouir, dans la seconde moitié du xviie siècle, de la position intellectuelle qui était la sienne dans la période précédente. Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 12. Cette opinion n’est pas partagée par S. Bulgarelli, Il giornalismo a Roma nel Seicento. Avvisi a stampa e periodici italiani conservati nelle biblioteche romane, Rome, 1988, p. V : « Roma infine è centro culturale e scientifico di notevole rilevanza, sede di numerose accademie, biblioteche, università, costantemente in relazione con il mondo intellettuale italiano ed europeo. Non a caso il Giornale de’ Letterati nasce proprio a Roma, con una redazione che comprende, accanto a Francesco Nazari e Giovanni Giustino Ciampini, gli scienziati del Collegio Romano e i nuovi esponenti dell’archeologia cristiana : questo fatto è anche il segno che la Chiesa, dopo la metà del secolo, abbandona la difesa a oltranza del modello aristotelico e si apre al confronto con la scienza esperimentale moderna ». Quoi qu’il en soit, cette première expérience propose à l’historien un observatoire de choix pour saisir les tensions à l’œuvre, dans ce milieu particulier, autour de la définition, du statut et de la pratique de la science dans la période post-galiléenne, même si l’ambition du journal ne se limite pas à établir des comptes rendus sur la seule actualité scientifique.

73 M. Caffiero et G. Monsagrati (dir.), Dall’erudizione alla politica. Giornali, giornalisti ed editori a Roma tra xvii e xx secolo, Milan, 1997.

74 Id. et A. Romano, I problemi scientifici nel Giornale de’ Letterati cit.

75 L’index qui clôt chacune des dernières livraisons de l’année écoulée est organisé thématiquement de la manière qui suit : 1. teologi e scritturali ; 2. filosofi e matematici ; 3. Vestustius Occidens. Ecclesia martyrologicum ; 4. legisti e canonisti ; 5. scrittori di varia eruditione ; 6. historici ; 7. osservationi et altre curiosità naturali. Il rend ainsi compte de la diversité des sujets abordés, conformément à ce que suggère son titre.

76 J. M. Gardair, Le Giornale de, letterati cit., p. 58 et passim.

77 Ivi, p. 73-98 ; G. Panizza, Studi sui primordi del giornalismo letterario in Italia. Francesco Nazari, estensore del primo giornale romano, dans Studi secenteschi, vol. 24, 1983, p. 155-171.

78 Voir DBI, vol. 26, 1986, p. 282-293, art. de R. Meloncelli ; L. Von Pastor, Storia dei Papi dalla fine del medio evo, vol. 14. Storia dei Papi nel periodo dell’Assolutismo dall’elezione di Innocenzo X sino alla morte di Innocenzo XII (1644-1700), Rome, 1962, Ière partie.

79 J. M. Gardair, Le Giornale de, letterati cit., p. 33.

80 Ivi, p. 35.

81 Pour une analyse détaillée et quantitative des différents types d’articles, voir ivi, appendices 1 et 2.

82 Ivi, chap. 9 et 10.

83 Ivi, p. 76-77.

84 Ivi, p. 65-71.

85 Voir S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 122.

86 Cette inflexion de sa production est clairement formulée par Ricci lui-même dans la lettre qu’il adresse à Vincenzo Viviani, le 13 mars 1668 : « Io stavo scrivendo un secondo opusculo non meno universale ed utile a promuovere la geometria [...] ; ma sopragiunto l’ordine di Papa Alessandro che volle applicarmi alla qualifica del San’Uffizio [...] », cité par S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 112, n. 36.

87 Dans ces exemples, on trouve une confirmation des précieuses analyses formulées récemment par M. A. Visceglia, Burocrazia, mobilità sociale e patronage alla corte di Roma tra Cinque e Seicento. Alcuni aspetti del recente dibattito storiografico e prospettive di ricerca, dans RMC, III, 1995, 1, p. 11-55.

88 On renverra, pour cet aspect de la « centralité romaine », aux analyses de S. Bulgarelli, Il giornalismo a Roma nel Seicento cit.

89 Voir, sur cette question, L. Barroero, Il se rendit à Rome. Artisti stranieri a Roma nel Seicento, dans RMC, I, 1993, 1, p. 13-34 ; D. Gallo, Rome, mythe et réalité pour le citoyen de la République des Lettres, dans H. Bots, F. Waquet (dir.), Commercium Litterarium : la communication dans la République des Lettres, 1600-1750, Amsterdam, 1994, p. 191-205.

90 On pense notamment ici à Descartes et à son projet de traité du monde.

91 L’intérêt pour la presse scientifique a peu mobilisé les historiens. On renverra donc à l’article toujours fondateur de J. Ehrard et J. Roger, Deux périodiques français au xviiie siècle : le ‘Journal des Savants’ et les ‘Mémoires de Trévoux’, dans Livre et société dans la France du xviiie siècle, Paris-La Haye, 1965, t. 1, p. 33-59.

92 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 61, rappelle en ces termes les grandes lignes de la politique culturelle de Ricci : « La nécessité d’instaurer des échanges réguliers entre Rome et les capitales étrangères est une des idées maîtresses de la « politique culturelle » de Michelangelo Ricci [...]. National et européen, le programme culturel de Ricci est aussi, plus spécifiquement, plus immédiatement romain. Rome lui apparaît aussi comme un désert intellectuel et il ne compte pas peu sur le nouveau Journal pour la réveiller de sa torpeur ».

93 Le profond renouvellement qu’a connu récemment l’historiographie jésuite permet de considérablement nuancer la vision monolithique qui dominait jusqu’à présent à propos de la science telle qu’elle s’est élaborée et enseignée dans les collèges de la Compagnie. On doit notamment tenir compte, à présent, des importants débats qui ont eu cours dans le milieu jésuite et de la variété des pratiques d’enseignement qui ont pu se déployer jusque dans les années 1630. Voir, outre les titres indiqués dans la bibliographie générale, R. Gatto, Tra scienza e immaginazione. Le matematiche presso il collegio gesuitico napoletano (1552-1670 ca.), Florence, 1994 ; L. Giard (dir.), Les jésuites à la Renaissance. Système éducatif et production du savoir, Paris, 1995 ; A. Romano, La Contre-Réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1560-1640), Rome, 1999 (Bibliothèques des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 306) ; U. Baldini, Saggi sulla cultura della Compagnia di Gesù (secoli xvi-xviii), Padoue, 2000.

94 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 111. Pour une présentation synthétique de sa production mathématique, voir DSB, vol. 11, p. 404-405, art. de L. Campedelli. Voir enfin Michaelis Angeli Riccii Geometrica Exercitatio, Rome, apud N. A. Tinassi, 1666, dont un exemplaire est conservé à la BAV.

95 DSB, vol 13, art. de M. Gliozzi, p. 433-440. Pour une analyse générale de l’héritage galiléen, La scuola galileiana. Prospettive di ricerca : atti del Convegno di studio di Santa Margherita Ligure, 26-28 ottobre 1978, Florence, 1979, et tout particulièrement, M. Torrini, Due galileiani a Roma : Raffaele Maggioti e Antonio Nardi, p. 53-88.

96 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 58.

97 Ivi, p. 107-108.

98 Ivi, p. 91-92.

99 Le groupe des hommes qui gravitent autour du journal se caractérise par la diversité des centres d’intérêt et des connaissances. Voir G. Ricuperati, Giornali e società nell’Italia dell’Ancien Régime (1668-1798), dans V. Castronovo et N. Tranfaglia (dir.), Storia della stampa italiana. 1. La stampa italiana dal Cinquecento all’Ottocento, Rome-Bari, 1976, p. 75 : « Uomini di cultura formati spesso nei grandi collegi gesuitici, conoscevano perfettamente le lingue umanistiche e talvolta anche l’ebraico. Laureati in legge o in teologia, erano in grado di muoversi agevolmente non solo sul terreno della nuova erudizione, ma anche nell’ambito della nuova scienza e del razionalismo filosofico ».

100 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 293-336.

101 Je fais allusion ici à la séparation de 1675.

102 On a signalé, plus haut, certaines variations dans la présentation thématique du journal : parmi celles-ci, on notera l’apparition d’une nouvelle rubrique, « astronomi », à partir de 1674.

103 Voir J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 50, sur l’atomisme de Nazari : « La principale originalité du premier Giornale de’ Letterati est d’ailleurs moins d’ordre épistémologique qu’idéologique : Nazari y esquisse en effet avec insistance un véritable programme de réforme philosophique, visant rien moins qu’à substituer l’atomisme à l’aristotélisme comme fondement officiel de la doctrine catholique [...] ». Je ne suis pas convaincue que la question soit idéologique, plutôt qu’épistémologique : les travaux en cours, très largement postérieurs à la recherche de J. M. Gardair, tendent à révéler l’importance des théories atomistes dans la Rome de cette période, et plus généralement leur rôle dans le changement des paradigmes épistémologiques de la science moderne. Voir A. Clericuzio, Elements, principles and corpuscles : a study of atomism and chemistry in the seventeenth century, Dordrecht, 2000 ; M. Hunter, A. Clericuzio and L. M. Principe (dir.), The correspondence of Robert Boyle, Londres, 2001 ; M. P. Donato, L’onere della prova. Il Sant’Uffizio, l’atomismo, e i medici romani, dans Nuncius, 1, 2003, p. 69-87.

104 G. Baroncini et M. Cavazza (dir.), La corrispondenza di Pietro Mengoli, Florence, 1986. Sur F. Redi : P. Findlen, Controlling the Experiment cit.

105 J. M. Gardair, Le Giornale de’ letterati cit., p. 247-255. Les exemples développés sont suffisamment pertinents pour nous éviter de les reprendre.

106 On peut rependre ici les analyses de M. Cavazza, à propos de Marsili et de l’essor de la science à Bologne à la fin du xviie siècle, Settecento inquieto : alle origini dell’Istituto delle scienze di Bologna, Bologne, 1990, p. 140-148.

107 S. Rotta, L’accademia fisico-matematica Ciampiniana cit., p. 121.

108 Comme le suggère G. Ricuperati, Giornali e società nell’Italia dell’Ancien Régime cit., p. 77 : « Dopo la pace di Vestfalia, non era più possibile risolvere la responsabilità di Roma in termini o di rifiuto del confronto o di pura apologetica delle proprie tradizioni. Bisognava tener conto dell’evoluzione della scienza esperimentale moderna, misurarsi con la nuova astronomia, affrontare modelli scientifici più complessi e moderni di quelli aristotelici riadattati dal tomismo e difesi dalla Compagnia. C’era poi il confronto con il razionalismo cartesiano, con l’empirismo gassendiano, con le nuove arts de penser che venivano a mettere in crisi in maniera definitiva il modello epistemologico dello Stagirita [...] ».

109 Il n’y a qu’à penser ici à l’investissement, opéré par Ciampini en 1684, pour l’achat de deux nouveaux télescopes, qui devaient moins répondre à un objectif d’efficacité que de longueur : le premier de 27 m. et le second de 34 m. permettaient des grossissements exceptionnels.

110 Je ne développe pas cette question de manière directe, car il me semble plus intéressant de le faire à partir de l’analyse sociale : les hommes dont je suis en train de parler sont autant des intellectuels en lutte pour la revendication d’une identité professionnelle que des membres actifs de l’administration pontificale, jusque dans ses institutions de censure, comme le Saint-Office. Voir G. Fragnito (dir.), Church, censorship and culture in early modern Italy, Cambridge, 2001 ; C. Stango (dir.), Censura ecclesiastica e cultura politica in Italia tra Cinquecento e Seicento. Atti del convegno, 5 marzo 1999, Florence, 2001.

111 Voir son article sur les académies Dalla corte all’accademia : spazi, autori e autorità nella scienza del Seicento, dans M. Aymard (dir.), Storia dell’Europa, 4, L’età moderna. Secoli xvi-xviii, Turin, 1995, p. 383-432.

112 V. Ferrone, Scienza, natura, religione cit., p. 13 : « L’accademia ciampiniana divenne in breve tempo il più importante ed informato centro di ricerca scientifica esistente in Italia alla fine del Seicento. Ampiamente fornita di sofisticati macchinari, compresi alcuni telescopi tra i migliori del mondo, essa contava sull’adesione di scienziati di grande prestigio come Alfonso Borelli [...] ».

113 P. Galluzzi, G. A. Borelli, dal Cimento agli Investiganti, dans F. Lomonaco et M. Torrini (dir.), Galileo e Napoli, Naples, 1987, p. 339-355.

114 A. Favaro, Miscellanea galileiana inedita. Studi e ricerche, Venise, typ. di G. Antonelli, 1887, p. 155 ; M. P. Donato, L’onere della prova cit.

115 C’est pourquoi je me distinguerais partiellement du point de vue défendu par V. Ferrone : « L’accademia divenne ben presto, benché situata nel cuore della Chiesa cattolica, una sorta di porto franco in cui potevano venire discusse tutte le ipotesi scientifiche, anche le piu pericolose per l’ortodossia », dans Scienza, natura, religione cit., p. 15. Je ne suis pas non plus persuadée qu’elle pouvait aussi jouer le rôle d’espace de militance pour un « corpuscularisme chrétien », défendu à partir des travaux de Boyle et en particulier de son texte The Christian Virtuoso [...] de 1690. Voir ivi, p. 17-20 : « Anche a Roma gli effetti del processo non tardarono a farsi sentire. Con la morte di Ciampini, nel 1698, gli spazi di ricerca si restrinsero in breve tempo. L’Accademia Fisico-matematica, che era divenuta un riferimento prezioso per gli scienziati italiani, cessò di esistere. La grande tradizione sperimentalista in essa rinnovata, pur restando un elemento caratterizzante della cultura scientifica romana, non ebbe più una sede in cui svilupparsi e mantenere il contatto con il circuito delle accademie europee. Per molti anni anche a Roma divenne pericoloso riproporre pubblicamente le grandi questioni circa la struttura della materia, l’atomismo e la dinamica celeste [...]. Nel primo decennio del Settecento la fine dell’egemonia spagnola sulla penisola, aprendo una fase di complessa instabilità politica, contribuì a far divenire Roma ‘l’unica città internazionale della società italiana’ anche sul piano culturale ».

116 Voir A. Romano, La Contre-Réforme mathématique cit., chap. 2-3.

117 Voir M. Bucciantini, Eredità galileiana e politica culturale medicea : il caso degli Scolopi, dans Studi storici, XXX, 1989, 2, p. 379-399.

118 Voir R. Feldhay, Galileo and the church, Cambridge, 1994.

119 Sur ce dernier point, on signalera l’intérêt du dossier de la mise à l’index des œuvres d’E. Maignan, publiées par J. Saguens, Systema eucharisticum P. Maignani vindicatum ab impugnationibus contentis in opusculo dogmatico, quod scripsit nuper R. P. Gennarus Ordinis Praedicatorum, Opus philosophicotheologicum, Opera ac studio R.P. Joannis Saguens, Tolosae, apud J. Vialar, 1705. M. P. Donato a identifié ce dossier dans les archives du Saint-Office. Sur les Minimes de la Trinité-des-Monts, une première approche dans A. Romano, La Trinité-des-Monts dans la République romaine des sciences, dans Y. Bruley (dir.), La Trinité-des-Monts redécouverte, Rome, 2002, p. 131-146.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540