Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naples, Rome, Florence

 | 
Jean Boutier
, 
Brigitte Marin
, 
Antonella Romano

Naples

Milieu professionnel et réseaux d’échanges intellectuels

Les médecins à Naples dans la seconde moitié du xviiie siècle

Brigitte Marin

Texte intégral

  • 1 A. Musi, La professione medica nel Mezzogiorno moderno, dans A. Pastore, M. L. Betri (dir.), Avvoc (...)
  • 2 D’après la description de Naples de Camillo Tutini, 66 personnes auraient exercé une profession mé (...)
  • 3 A. Musi, La professione medica cit., p. 86.
  • 4 G. M. Galanti, Della descrizione geografica e politica delle Sicilie, éd. par F. Assante et D. Dem (...)
  • 5 A. Musi, La professione medica cit., p. 85.

1La médecine fait partie, avec le droit, des traditionnelles professions intellectuelles, nécessitant l’obtention de la laurea dottorale, concédée à Naples par le Collège des docteurs (Collegio dei dottori), aboli en 1806. Cependant, entre 1584 et 1648, les laureati en médecine ne représentent que 7 % environ de l’ensemble des docteurs (11 827 laureati)1. Au xviie siècle, la médecine se caractérise en effet par une offre limitée d’emplois2 (aussi bien privés que publics), et la considération sociale qui lui est attachée est bien moindre que celle dont jouissent les docteurs en droit : « i giuristi sono un ceto politico e sociale, i medici invece sono un raggruppamento eterogeneo, sostanzialmente estraneo all’esercizio del potere politico »3. À la fin du xviiie siècle, Giuseppe Maria Galanti souligne encore : « i medici hanno una reputazione inferiore a quella degli avvocati, né i profitti che dà la medicina sono paragonabili a quelli del Tribunale ». À cette date, le profil de ce groupe professionnel a toutefois déjà considérablement évolué. Quantitativement tout d’abord : toujours selon G. M. Galanti, dans les années 1780, 40 docteurs en médecine sortent annuellement de l’Université de Salerne, et 70 en moyenne de celle de Naples (contre plus de 200 juristes)4 ; en 1807, 390 médecins exercent dans la capitale5. Par ailleurs, les médecins participent désormais fortement à la constitution et au rayonnement des milieux savants napolitains, surtout dans le derniers tiers du xviiie siècle. Les médecins les plus en vue de la profession trouvent alors place parmi les premiers protagonistes de l’histoire culturelle.

  • 6 Voyage d’un François en Italie, fait dans les années 1765 et 1766, Paris, chez Desaint, 1769 (deux (...)

2À cet égard, la comparaison des deux inventaires des « gens de lettres distingués » donnés par Lalande, dans les éditions de 1769 et de 1786 de son Voyage d’Italie, est significative. Dans l’édition de 1769, sur une vingtaine de doctes recensés, les médecins se limitent à Francesco Serao et Domenico Cirillo, auxquels s’ajoutent Michele Sarcone et Tommaso Fasano cités pour leurs écrits sur l’épidémie de fièvres qui frappa la capitale en 17646. Francesco Serao (Aversa, 1702 – Naples, 1783) y est reconnu comme « le plus célèbre médecin de Naples ». Aux yeux de G. M. Galanti, à la fin du xviiie siècle, c’est aussi ce médecin qui, avec son maître Nicola Cirillo, incarne le mieux la médecine napolitaine :

  • 7 G. M. Galanti, Breve descrizione della città di Napoli e del suo contorno, Naples, 1792, chap. XII (...)

la Medicina ha sempre fiorito nel nostro paese, ci contenteremo di far menzione di Niccola Cirillo e di Francesco Serao. Il Cirillo fu membro della Società reale di Londra, e fu eletto presidente dell’Accademia delle scienze eretta in Napoli sotto Carlo VI. Francesco Serao mostrò gran gusto per ogni genere di letteratura. Egli fu eletto segretario della cennata Accademia. Scrisse con lode in latino e in italiano. Trattò diverse materie scientifiche [...]7.

  • 8 N. Cirillo (1671-1734) : médecin à l’hôpital des Incurables, il donne des cours privés dès 1692 et (...)
  • 9 ASN, Scrivania di razione, F. 32 (lettori pubblici, 1745-1805), fol. 43 et 68.
  • 10 C’est grâce à Celestino Galiani (1681-1753) que F. Serao peut publier ses Orazioni inaugurali (cel (...)
  • 11 Cf. A. Borrelli, Lettere di Francesco Serao a Giambattista Morgagni, dans Giornale critico della f (...)
  • 12 Lalande, op. cit., édition de 1769, t. 6, p. 237.

3Francesco Serao appartient à cette génération de savants qui s’est formée dans le premier tiers du xviiie siècle : après des études de mathématiques et de philosophie à Naples, il étudie la médecine pratique avec Biagio del Pozzo, puis Nicola Cirillo8. Dès 1723, il enseigne les mathématiques et la médecine chez lui, puis obtient, en 1732, la chaire d’anatomie de l’Université de Naples. En 1733, il occupe la deuxième chaire de médecine théorique, en 1745 la deuxième chaire de médecine pratique ; il passe à la première de médecine pratique, la plus prestigieuse, en 1753, et l’occupe pendant trente ans, jusqu’à sa mort9. Il est également premier médecin de Ferdinand IV, et Protomedico du royaume à partir de 1778. Il joue un rôle de premier plan dans les deux grandes académies scientifiques napolitaines du xviiie siècle : secrétaire de l’académie des sciences fondée en 1732 par Celestino Galiani, avec lequel il est très lié10 ; et pensionnaire de l’Académie des Sciences et Belles Lettres en 1780. Francesco Serao traduit John Pringle, et diffuse, à Naples, l’œuvre de Morgagni11. Notons enfin, à côté de ses écrits médicaux, des publications qui témoignent d’intérêts débordant le domaine médical, par exemple, l’Istoria dell’incendio del Vesuvio accaduto nel mese di maggio dell’anno 1737, traduit en français dès 1741. Dans la génération suivante, pour laquelle l’enseignement de Francesco Serao joua un rôle considérable, Lalande cite Domenico Cirillo (Grumo Nevano, 1739 – Naples, 1799), « un des physiciens les plus distingués de Naples »12, qui s’inscrit, par ses nombreux séjours à l’étranger, en France, en Angleterre, en Grèce (en 1770-71, avec Fortis), à Istanbul (en 1786), dans les réseaux intellectuels européens. Médecin de nombreuses maisons aristocratiques de la capitale, consulté parfois par la famille royale, il est connu pour son adhésion au mouvement jacobin en 1799, et fut exécuté lors de la restauration monarchique. Adepte de Linné, après une laurea en médecine en 1759, il obtient en 1760 la chaire de botanique à l’Université de Naples, à la mort de Domenico Pedillo. En décembre 1777, il occupe la chaire de médecine théorique, puis de médecine pratique ; il est également professeur de physiologie et d’obstétrique aux Incurables. Correspondant de la Royal Society, ses recherches et publications concernent la botanique, la zoologie, la physiopathologie et la médecine sociale.

  • 13 Voyage d’un François en Italie..., Paris, Desaint, 1786, t. 7, chap. IX « Des sciences et des arts (...)
  • 14 « Volendo il Re dare a VS Ill[ustrissima] in un tempo, e un pubblico attestato della Sua Reale Sod (...)
  • 15 Cf. De Aquaeductibus auris humanae internae anatomica dissertatio, Naples, 1761, et De ischiade ne (...)
  • 16 Sur ce médecin mal connu, né à Naples au milieu du xviiie siècle, intéressant pour sa production d (...)

4Dans l’édition revue du Voyage... de 1786, les médecins mentionnés par Lalande sont bien plus nombreux13. Figure notamment dans la liste Domenico Cotugno (Ruvo, 1736 – Naples, 1822), « anatomiste célèbre », qui illustre bien le nouveau profil social de nombreux médecins de la seconde moitié du xviiie siècle, jeunes provinciaux issus de milieux modestes, disposant de maigres ressources propres ; il témoigne aussi de la place majeure qu’acquièrent alors médecine pratique et chirurgie dans la formation et l’exercice de la profession. Cotugno a obtenu la laurea de médecine à Salerne en 1756, après avoir suivi les leçons de Pisciottano, de Curzio, de Cinque et de Serao. Assistant aux Incurables dès 1754, il obtient, après la publication de ses principales découvertes, la chaire universitaire d’anatomie en 1766. Médecin de la Chambre du Roi en 178414, il accompagne la famille royale à Vienne en 1790. Protomedico en 1810, Recteur de l’Université en 1811, Président de l’Académie des Sciences et Belles Lettres de 1809 à 1817 – il en a été pensionnaire dès sa fondation –, ses recherches en anatomie l’ont rendu célèbre pour ses observations de l’oreille interne, sa description du liquide céphalorachidien15, et ses travaux sur la circulation du sang. Mais, à côté de ces savants réputés, d’autres médecins beaucoup plus obscurs sont cités, comme Filippo Baldini16 ou Nicola Andria. Aussi l’image qui ressort de ce groupe professionnel, en nombre comme en qualité, est-elle tout à fait inédite. Y a contribué, à n’en pas douter, la formation, sous patronage royal, de l’Académie des Sciences et Belles Lettres, à laquelle les médecins cités par Lalande appartiennent presque tous.

5Mais au-delà de la sensibilité du voyageur français pour la forme académique qui permet de reconnaître et distinguer les talents de la capitale, les médecins ont acquis à Naples, dans le dernier tiers du xviiie siècle, une visibilité nouvelle en tant que groupe professionnel, à travers leur insertion dans les milieux lettrés de la capitale. Cette adéquation sans précédent entre la réussite professionnelle (emplois publics, position assumée dans le contrôle même de la profession) d’une part, et la place occupée au sein des institutions culturelles les plus importantes de la capitale (université, académies) ou encore dans les milieux proches de la Cour, pose diverses questions : comment s’explique l’émergence, au sein de ce « parti des intellectuels » tel que l’a défini Giuseppe Galasso, en soulignant l’autonomie de ces intellectuels par rapport à l’administration et au pouvoir ainsi que la spécificité de leur engagement politique et civique dans la seconde moitié du xviiie siècle, d’un nombre significatif de médecins ? Le rôle que jouent certains médecins dans l’organisation même du champ intellectuel est-il lié aux activités et aux réseaux de la profession ? Comment ce groupe professionnel s’est-il constitué en un milieu permettant l’activité, l’échange intellectuel ; et, en retour, comment l’échange intellectuel contribue-t-il à le structurer ? Quelles solidarités ou quels conflits et tensions se manifestent-ils à l’intérieur de ce groupe professionnel ? Dans quels lieux, et sous quelles formes, se tissent les réseaux de relations et d’échanges avec des doctes extérieurs à la profession dans la ville même ou au-delà ? Quel rôle y jouent les emplois occupés, et en particulier les emplois publics, ou les institutions de la profession ? Ou encore les liens entretenus avec les institutions citadines ?

6Naples a élaboré des traditions et des institutions qui confèrent au milieu médical de cette ville des caractéristiques propres. Étudier comment se formalise, se structure la profession, dans la seconde moitié du xviiie siècle, ainsi que les réseaux d’échanges intellectuels des médecins, permet de mettre en évidence un système culturel urbain complexe qui assure aux médecins formation, carrière, et médiation avec d’autres groupes d’intellectuels. En effet, le champ social et professionnel de l’activité médicale est vaste, et permet aux médecins de tisser des rapports multiples, dans la ville, avec les structures sanitaires (Magistrature de Santé, hôpitaux, pharmacies conventuelles, hospitalières ou privées), professionnelles (protomedicato, Collège des docteurs, corporations liées au secteur médical, Collèges des barbiers, des apothicaires, etc.), les équipements culturels (université, académies, salons, bibliothèques, musées d’histoire naturelle, cabinets de physique expérimentale), auxquels il faut encore ajouter les clientèles privées, voire la Cour.

7Apprentissages et carrières se déroulent dans des institutions, lieux d’échanges professionnels, qui permettent d’établir – ou qui nécessitent et révèlent – des liens sociaux. Des relations de dépendance et de protection (maîtres – disciples), d’échanges et de réciprocité (amitiés tissées dans les années de formation entre jeunes gens de la même génération) peuvent se révéler fécondes pendant des décennies. La question des procédures de recrutement et des débouchés permet par ailleurs de mettre en évidence certaines relations internes au milieu professionnel, décisives pour la définition même de ce milieu, et pour l’accès à des réseaux intellectuels plus larges. Par ailleurs, l’organisation de la profession et la progressive structuration du milieu médical, dans la seconde moitié du xviiie siècle, n’est pas sans incidence sur les pratiques sociales et intellectuelles des médecins et leurs réseaux d’échanges.

LE MILIEU PROFESSIONNEL : FORMATION, RECRUTEMENTS ET CARRIÈRES

« Un maggiore avanzamento ha fatto in Napoli la medicina pratica, la quale vien riputata la prima dell’Italia »

8Le Collège des docteurs confère, depuis le règne de Jeanne II, les titres académiques (en droit, en médecine, en théologie). Les patenti dottorali sont octroyées aux candidats qui peuvent fournir les témoignages requis sur leur état (attestation de baptême, du mariage des parents) et la fréquentation des cours ; on concluait par un examen oral suivi du serment de deux témoins. Pour obtenir cette laurea dottorale, les étudiants devaient avoir suivi les cours de philosophie et de médecine à Naples ou à Salerne.

  • 17 Cf. Storia dell’Università di Napoli, Naples, 1924 ; G. De Blasiis, L’università di Napoli nel 171 (...)

9Or, à la suite de la crise du Studio pubblico, l’apprentissage privé est de règle jusqu’au milieu du xviiie siècle. La grande diffusion des cours particuliers payants avait fait déserter les leçons publiques ; et les professeurs, davantage intéressés par les profits que consentaient les leçons particulières, se faisaient volontiers remplacer à l’université17. De nombreux doctorats sont ainsi décernés sans fréquentation de l’université. À la fin du xviiie siècle, G. M. Galanti écrit encore, au sujet du Collège des docteurs : « ciascuno di essi con un esame di semplice formalità conferisce il dottorato a chi lo paga. Vi si creano così molti dottori senza dottrina ».

  • 18 Celestino Galiani présente son plan de réforme de l’université à Charles de Bourbon le 13 octobre (...)
  • 19 « Tutte le cattedre furono fatte perpetue, e dal numero de’ votanti furono discacciati i frati, co (...)
  • 20 L’Université quitte le Palazzo degli Studi pour s’installer au Salvatore, ancien collège jésuite.
  • 21 Sur ce transfert, proposé au souverain par Giovanni Vivenzio, médecin de la reine et futur Protome (...)
  • 22 G. M. Galanti, op. cit., vol. 1, p. 262.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 271.

10Cette situation évolue grâce aux réformes universitaires du xviiie siècle, celle du Cappellano Maggiore Celestino Galiani18 puis, surtout, celle de 1777 (augmentation du nombre des chaires, notamment dans les disciplines scientifiques, rémunérations plus élevées, concours révisés pour l’obtention des chaires19, cours mieux assurés)20. Avant les réformes, au début du xviiie siècle, la médecine comprenait un cursus de quatre années, et six chaires (deux de médecine théorique, deux de médecine pratique, une de chirurgie et anatomie, une d’institutions médicales). La Faculté de médecine est ensuite profondément réordonnée, et les enseignements visent à apporter une véritable formation pratique aux futurs médecins. La médecine pratique en sort renforcée par rapport à la médecine théorique ; les chaires d’anatomie et de chirurgie sont séparées en 1752 ; un enseignement de physiologie est créé. À la fin du siècle, l’Université de Naples comprend, pour la Faculté de médecine : une première chaire de médecine pratique (400 ducats de rémunération par an), une seconde chaire de médecine pratique (200 ducats), médecine théorique (220 ducats), anatomie (60 ducats), chirurgie (120 ducats), et physiologie (150 ducats). Il existe également une chaire de physique, une de botanique, une de chimie, et une de sciences naturelles (300 ducats chacune), relevant de la Faculté de physique et mathématique. Le changement le plus important réside sans doute dans le transfert, à partir de 1778, d’enseignements de médecine, placés sous la direction du Protomedico, à l’hôpital des Incurables21. À la fin du siècle, les chaires situées à l’hôpital sont les suivantes : physique expérimentale – à partir de 1780 – (300 ducats), démonstration des machines (120 ducats), anatomie (240 ducats, payés par l’Université, car son titulaire appartient à ce corps), médecine pratique (300 ducats), chirurgie pratique (120 ducats), maladies des yeux et de la vessie (300 ducats), obstétrique (300 ducats), démonstration anatomique (100 ducats)22. Une formation pratique et clinique, reçue aux Incurables, devient obligatoire pour que le Protomedico du Royaume approuve le privilège du Collège des docteurs : « non agevola il privilegio di medicina nel collegio de’ dottori, senza essersi frequentate »23. G. M. Galanti en conclut : « Un maggiore avanzamento ha fatto in Napoli la medicina pratica, la quale vien riputata la prima dell’Italia »24. Par ailleurs, l’Université de Salerne (indépendante de la juridiction du Protomedicato du Royaume) confère également une laurea dottorale : elle comprend une chaire de physique expérimentale, une de médecine théorique et une autre de médecine pratique.

  • 25 Dans une supplique adressée au souverain le 23 mars 1782, G. Vivenzio dénonce les désordres de l’U (...)

11L’exigence d’une meilleure formation pratique, rendant l’exercice de l’art moins aléatoire, et la recherche d’un titre, la laurea, sanctionnant des compétences réellement garanties, est un souci très clairement exprimé par des médecins comme Giovanni Vivenzio, ou Domenico Cotugno, médecins renommés qui ont acquis des positions influentes dans la profession, et auprès de la Cour. En 1782, Vivenzio propose au roi de rendre obligatoire l’examen des candidats par Domenico Cotugno et Saverio Poli, respectivement professeurs d’anatomie et de physique expérimentale aux Incurables, pour l’obtention de la laurea. Leurs fedi devaient s’ajouter à celles de Francesco Serao et Tommaso Fasano, professeurs aux « Regj Studi » qui, selon Vivenzio, les délivraient sans examen véritable, comme une simple formalité25. Un certain différend semble alors opposer les médecins enseignant aux Incurables qui bénéficient du soutien de Giovanni Vivenzio – il affirme que l’anatomie et la physique expérimentale, devenues des disciplines fondamentales dans la formation de bons médecins, s’enseignent mieux à l’hôpital (équipé de machines, d’un théâtre anatomique, etc.) défini comme le meilleur des lieux de formation –, et certains professeurs de l’Université.

12Le monarque accède à ces demandes de réformes, d’autant que la préservation de la santé publique est devenue un souci premier depuis la tragique expérience de l’épidémie de 1764. À partir de cet événement traumatique, les médecins sont davantage consultés, et en position de faire entendre leur voix. La réforme de l’enseignement de la médecine dans le dernier tiers du xviiie siècle, est donc à la fois liée à l’évolution de la conception de la médecine (incertitude de la connaissance théorique, utilité pratique du savoir médical, contribution à la « félicité publique ») dont se font porteurs des médecins comme D. Cotugno, et à l’espace politique que surent occuper les médecins auprès de la Cour et de l’administration après 1764.

  • 26 Comme le souligne G. M. Galanti, « la gioventù era obbligata a portarsi nella capitale per apprend (...)
  • 27 À titre d’exemple, notons que Domenico Cotugno, à peine employé comme assistant aux Incurables, à (...)

13La réforme universitaire n’est pas sans effets. La laurea de médecine devient certainement plus « qualifiante ». Même si les leçons données au domicile des professeurs de médecine sont encore très courantes, l’Université répond mieux désormais à la forte demande de jeunes provinciaux, parfois sans grandes ressources, ne pouvant payer les leçons privées, et recherchant des voies d’ascension sociale26. Le progressif processus de professionnalisation de la médecine, dont témoigne le contrôle qui commence à s’exercer sur la laurea, peut permettre à des jeunes gens démunis des provinces d’obtenir une solide formation auprès des écoles publiques et de faire carrière dans la capitale grâce à leurs talents, voire de trouver place dans les réseaux savants napolitains par leur insertion dans les institutions scientifiques et d’enseignement, dans les réseaux informels d’échanges intellectuels, ou encore dans des cercles proches du pouvoir. La médecine apparaît ainsi comme une discipline susceptible de favoriser l’accès aux milieux intellectuels de la capitale pour des jeunes gens talentueux et privés de moyens propres27. Mais, par ailleurs, le plus grand nombre de docteurs, qui n’ont guère d’autres recours que de vivre des compétences acquises à l’Université compte tenu de leurs faibles ressources, conduit à une forte concurrence sur les emplois qu’offre la profession.

Emplois publics : la ville et la Cour

14À côté de la clientèle privée, de la possibilité de devenir le médecin ordinaire d’une famille, ou d’une communauté religieuse, la capitale offre aux docteurs en médecine une vaste gamme d’emplois « publics ». Ces emplois sont plus ou moins prestigieux, mais les critères de recrutement se fondent de plus en plus, au fur et à mesure que s’affirme le contrôle de la profession, sur une reconnaissance de « doctrine », de mérite, de talent. L’accès à l’un de ces emplois publics, même modeste, sert ensuite, dans le déroulement d’une carrière, d’argument pour briguer des postes plus en vue, et plus rémunérateurs. Les collèges et l’université, les nombreux hôpitaux de la ville, la Députation citadine de la santé, la Cour même fournissent l’essentiel de ces emplois.

  • 28 La Laurea obtenue en 1738, il donne des leçons particulières d’anatomie et de médecine. G. Origlia (...)
  • 29 ASN, Scrivania di razione, 32.
  • 30 Une lettre du Marquis della Sambuca, du 30 décembre 1778, adressée à D. Cotugno, reconnaît « la st (...)

15La compétence professionnelle peut déboucher sur une activité d’enseignement. Après la réforme universitaire de 1777, les salaires vont de 400 ducats par an, pour la première chaire de médecine pratique, à 60 ducats par an pour l’anatomie. Les vacances de postes ne sont cependant pas fréquentes, les titulaires occupant généralement leurs emplois jusqu’à la fin de leur vie. Une certaine promotion interne conduit par ailleurs souvent des chaires secondaires aux plus prestigieuses. Citons quelques exemples : Francesco Serao tient la première chaire de médecine pratique, obtenue vingt ans après son premier emploi de lecteur à l’université, de 1753 jusqu’à sa mort en 1783. Il quitte en 1753 la seconde chaire de médecine pratique qu’obtient Michelangelo De Rubertis jusqu’à sa mort en 1776. Agnello Firelli occupe la chaire d’anatomie jusqu’en 1766 qui passe, à sa mort, à Domenico Cotugno. Francesco Dolce28 occupe la chaire de physiologie en 1760, passe à celle de médecine théorique en 1776, à la seconde de médecine pratique en 1777, et enfin à la première de médecine pratique après la mort de Serao29. Domenico Cirillo obtient, à sa suite, la chaire de médecine théorique en 1777. Aux Incurables, enseignent par ailleurs Domenico Cotugno (anatomie)30, Domenico Ferrara (obstétrique), Michele Troja (ophtalmie), Antonio Villari (médecine pratique). Un cours pour les chirurgiens de l’armée royale est confié à Nicola Franchini.

  • 31 Cf. A. M. Rao, Esercito e società a Napoli nelle riforme del secondo Settecento, dans Studi Storic (...)
  • 32 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze. La reale accademia napoletana di Ferdinando IV : storia di u (...)
  • 33 G. Origlia, op. cit., t. 2, p. 389. La Reale Accademia di artiglieria (fondée en 1744), et la Real (...)

16Les écoles militaires offrent aussi des places d’enseignants, d’autant que l’instruction militaire a été profondément réorganisée dans les années 1760-177031. Elles occupent une place non négligeable dans la culture scientifique napolitaine : « accanto al compito primario di formazione dei quadri professionali, le scuole militari erano impegnate nella ricerca teorica e nella sperimentazione tecnologica »32. L’élève de Francesco Serao, Tommaso Fasano, commence ainsi sa carrière : « giovane medico anche di molto studio, è un de’ Maestri della Scuola Militare degli due corpi dell’Artiglieria »33.

  • 34 G. M. Galanti, De la descrizione cit., vol. 2, p. 91.
  • 35 BNN, San Martino, 395, 241.

17Les hôpitaux militaires et les grands hôpitaux urbains – plus d’une dizaine dans cette ville dont la population dépasse les 400 000 habitants à la fin du siècle – fournissent de nombreux emplois, tant pour les soins aux malades que pour la formation du personnel médical. Ainsi, par exemple, on trouve, aux Incurables, établissement qui accueillait plus de 1 000 patients à la fin du xviiie siècle : 15 médecins pour les hommes, 8 pour les femmes, 2 pour les soldats ; 12 chirurgiens pour les hommes, 6 pour les femmes, 2 pour les soldats. Par ailleurs, « l’ospedale di S. Giacomo, per l’istruzione de’ giovani addetti al servizio degli infermi, ha un teatro anatomico, un museo anatomico, una biblioteca, ed uno studio di medicina e chirurgia. Le facoltà che vi s’insegnano, sono anatomia teorica e pratica, fisiologia, patologia, pratica di medicina, chirurgia. Ha 24 giovani coll’obbligo di servire l’ospedale », auquels il faut ajouter 20 surnuméraires34. Domenico Cotugno y enseigne l’anatomie jusqu’en 178635.

  • 36 Antonio Sementini occupe la chaire de physiologie de l’Université à partir de 1782.

18Les enseignements dispensés à l’hôpital S. Giacomo sont enrichis à la fin du siècle, avec notamment les leçons de physiologie, comme en témoigne l’Orazione inaugurale per l’apertura della cattedra di fisiologia nello spedale di S. Giacomo (1790), d’Antonio Sementini (1743-1814)36.

  • 37 Sur l’organisation de la Députation de la santé et l’évolution de ses activités, on pourra se repo (...)
  • 38 Sur la disette de 1764 et l’épidémie qui s’en suit, voir notamment F. Venturi, 1764 : Napoli nell’ (...)

19La Députation de la santé dépend du gouvernement citadin dont le Tribunal de San Lorenzo, constitué de six Élus des seggi de la noblesse et de l’Élu du Peuple, forme l’exécutif. C’est donc un organe municipal qui, d’abord formé provisoirement pour faire face aux urgences sanitaires, s’établit de façon permanente à partir de 1691. Sa fonction première est de prévenir et contrôler les contagions. Composée d’officiers choisis parmi la noblesse patricienne (dite de seggio) et les citoyens (Popolo) de la ville, la Députation est placée sous l’autorité d’un officier royal, le Surintendant général de la santé37. À partir de l’épidémie de 1764, les médecins y font davantage entendre leurs avis, tandis que ses domaines d’intervention s’élargissent à un vaste ensemble de préoccupations hygiénistes, et dépassent ainsi l’application des seules mesures destinées à prévenir les pestes. En effet, la grave crise de subsistances de 1764 entraîne une épidémie de fièvres qui se déclare en avril et se prolonge jusqu’à l’automne38. La contagion frappe en premier lieu le grand nombre de mendiants accourus dans la capitale pour y trouver du pain. Mais dès juin, les gens de bien ne sont plus épargnés et la maladie s’insinue jusque dans les palais des aristocrates. Cette extension sociale de la contagion pousse les autorités citadines à prendre des mesures extraordinaires.

  • 39 Auparavant, les deux médecins ordinaires étaient Cesare Cinque et Francesco Taglialatela. Ce derni (...)

20À l’occasion de la tragique année 1764, la Députation a recours, en plus des médecins ordinaires du tribunal (Cesare Cinque, Giuseppe Vairo)39, aux expertises de Francesco Serao, Antonio Firelli et Domenico Pedillo. Ultérieurement, deux autres médecins sont consultés : Michelangelo De Rubertis et Luigi Visone. Les médecins, pour la première fois, vont pouvoir s’exprimer avec force, au sujet d’une maladie épidémique qui n’est pas la peste. Ils ne cherchèrent pas seulement à freiner le mal, mais à introduire des réglementations d’hygiène publique ordinaires, qui demeureraient en vigueur une fois l’alarme passée. Un projet général d’assainissement de la capitale est ainsi proposé par les médecins consultés à l’occasion de l’épidémie. Se diffusent alors les préoccupations sociales des médecins ; les pauvres sont l’objet d’une attention sanitaire nouvelle ; les conditions de logement, les modes de vie des « gens de basse condition » sont observés et des mesures d’assistance médicale particulières sont suggérées pour ce groupe social ; les métiers urbains et les activités polluantes deviennent aussi l’objet d’une majeure attention. L’année 1764 représente donc, à Naples, une étape fondamentale dans l’affirmation du rôle des professionnels de la santé.

  • 40 Comme en témoigne la documentation de la magistrature de santé, il est médecin ordinaire de cette (...)
  • 41 ASN, SMS, r.d., 495, rapport de ces deux professeurs sur une maladie des bovins en 1738.
  • 42 ASN, SMS, r.d., 495, délibération du 17 août 1743. Les médecins ordinaires de la Députation sont : (...)
  • 43 ASN, SMS, r.d., 497.
  • 44 ASN, SMS, r.d., 240.

21La Députation se tourne vers les grands médecins universitaires (Francesco Serao, Francesco Dolce40, etc.) pour guider ses actions, et multiplie les expertises à partir des années 1770. En effet, à côté des médecins ordinaires de la Députation, d’autres médecins de la ville sont appelés à donner leurs avis sur diverses questions de santé publique, ou mobilisés en cas d’urgence. Ce sont, le plus souvent, des professeurs de l’Université : Agnello Firelli et Francesco Serao sont consultés par la Députation dès la fin des années 173041. Francesco Serao est appelé à remplacer progressivement le médecin ordinaire Felice Di Cesare, vieillissant et souvent indisposé, à partir de 174342. Domenico Cotugno est consulté en 1768 sur la mort d’animaux bovins à Caserte43. Domenico Cirillo, Antonio Sementini et de nombreux médecins militaires ou traitants de la capitale sont consultés en 1782 au sujet de la phtisie44. D. Cotugno, D. Cirillo et G. Vairo font prendre dans ce domaine des mesures sanitaires vivement contestées car la tuberculose n’était pas unanimement reconnue comme une maladie contagieuse.

  • 45 ASN, SMS, r.d., 499.
  • 46 ASN, SMS, affari diversi, 331. Le poste revient finalement à Angelo Fasano à la faveur des événeme (...)
  • 47 Ibid.
  • 48 En 1788 « umiliò alla Real Accademia delle Scienze di Napoli alcune memorie Fisiche, e nel 1790 di (...)
  • 49 Ibid.

22L’étude des registres des délibérations de la Députation de santé permet ainsi d’identifier un petit groupe de médecins de la capitale, régulièrement en contact avec cette magistrature sanitaire, et dont les compétences sont reconnues par ce tribunal. Les médecins de la Députation sont choisis parmi les premiers lecteurs universitaires. Par ailleurs, on remarque, à partir des années 1770, de nombreuses demandes de médecins, prétendant à un poste extraordinaire. Ainsi, le 25 juillet 1776, la Députation retient Francesco Saverio Palma de Caro, qui exerce la médecine depuis plusieurs années, et demande à être employé comme médecin extraordinaire, sans gage, pour démontrer son habileté45. À la mort de Giuseppe Vairo, en 1798, sept médecins concourent pour son poste46 : Giovanni Sansevero (médecin ordinaire de la Suprema Giunta Inquisitoria di Stato, professeur de médecine à l’hôpital San Giacomo, médecin à l’hôpital des Granili et à l’hôpital militaire de Suor Orsola), Ovidio Nazari (médecin à l’hôpital San Giacomo et au Real Convitto Ferdinandiano), Giuseppe Falcone – il avait déjà concouru pour cette charge, à la mort de Cesare Cinque, lorsque Francesco Dolce fut choisi –, Salvatore Maria Ronchi (professeur de médecine légale à l’Université, élève de Giuseppe Vairo qui l’avait proposé comme « intérim » dès 1794), Giovanni Sasso qui a déjà tenté sa chance dans plusieurs « Reali Convitti » sans succès depuis 1787, Francesco de Marco « medico ordinario di moltissime riguardevoli Case de’ Nobili, Luoghi Pii, e Monasteri di clausura di Dame »47, Salvatore Pasanisi (médecin des armées, médecin surnuméraire de la famille royale)48. Les deux suppliques de Salvatore Maria Ronchi témoignent tout particulièrement de l’âpre concurrence que se livrent les médecins de la capitale sur ces postes. Comme il le souligne, les relations personnelles avec les Élus du gouvernement citadin peuvent avoir un poids considérable : « La terna che gli Ecc[ellentissi]mi della Città propongono per tal carica suol nascere da particolari rapporti che ognuno de’ Cavalieri ha per li Medici li più riputati del Paese »49. Aussi ne manque-t-il pas de rappeler tous les services rendus à l’État, dans les domaines les plus divers :

  • 50 Ibid.

Trovò [...] il mezzo di svolgere li papiri dell’Ercolano con felicissimo successo, non che analizzò tutto quello appartenava alle Arti in quei antichi monumenti : fece l’istruzioni di tintoria così particolarm[en]te per S. Leucio, come generalemente per tutto il Regno : analizzo con Vostra Sovrana Commissione le acque medicinali di Sessa [...], e tutto ciò che è minerale in terra di lavoro ; ha desimpegnato frequenti incarichi ricevuti dal Supremo Consiglio delle finanze ; e di tutte queste sue fatighe non ha mai ricevuto alcuno Compenso50.

23Les postes de médecins de cette Députation semblent donc davantage recherchés à la fin du siècle. Symétriquement, les registres de délibération de la Députation témoignent, dans le dernier tiers du xviiie siècle, d’une plus grande attention portée au recrutement, désormais établi sur l’évaluation des compétences médicales. Ainsi, par exemple, en 1776, la Députation propose la suppression des cinq postes de médecins extraordinaires car lors des vacances, ces médecins

  • 51 ASN, SMS, r.d., 499, 3 août 1776.

concorrendo a pretendere la Piazza ordinaria ancorche meno meritevoli dagl’altri, che da fuori voranno concorrere, potrebbero a fronte dell’altresi maggiore dottrina, affacciar la circostanza di trovarsi estraordinarj e con tal ingiusta pretensione, ecco che non si verrebbe a conseguire il savio intento di aver Medici di ogni eccezione maggiore nelle Piazze ordinarie e la Pubblica salute in tal modo ne trarrebbe svantaggio51.

  • 52 L. De Rosa, The Protomedicato in Southern Italy. xvi-xix Centuries, dans Annales cisalpines d’hist (...)

24Aux emplois fournis par la ville, s’ajoutent ceux de la Cour. Le premier médecin du roi est aussi, depuis les Aragonais, Protomedico du royaume52. Un privilège impérial de 1530 définit ses fonctions. Il supervise la préparation, la formation des médecins et contrôle toutes les formes d’activités médicales. Pour exercer la profession de médecin, chirurgien ou apothicaire, un privilège du Protomedico était nécessaire. Les médecins sans laurea (dits empirici) avaient également besoin d’une licence qu’il délivrait.

  • 53 Le collège des docteurs de Salerne en est cependant indépendant.
  • 54 Les revenus assurés à l’État par cet arrendamento sont de 10 252 ducats en 1748, 17 347 ducats en (...)

25Toutes les provinces, ainsi que la capitale, relèvent de sa juridiction53. Le personnage jouit d’une grande considération dans le milieu professionnel ; un grand prestige est attaché à sa fonction, et il joue un rôle important dans le domaine de la santé publique puisque des expertises lui sont régulièrement demandées, notamment en cas d’épidémies. Francesco Serao occupe ce poste de 1778 à 1783 ; Giovanni Vivenzio, à partir de 1784. Pendant les cinq années où Serao occupe ce poste, il cherche à affirmer son contrôle sur la profession. Le Protomedico devait concéder des licences aux apothicaires, aux chirurgiens et aux médecins pour les autoriser à exercer, contre des droits à payer. Ceux-ci furent affermés à partir de 1610 (arrendamento del Regio Protomedico)54. En 1780, le Surintendant général de la magistrature de santé, ainsi que le président de l’Académie des Sciences et Belles Lettres fondée par Ferdinand IV, le prince de Francavilla, sont consultés au sujet d’une Relazione de Francesco Serao dans laquelle il dénonce les abus des « affittatori pro tempore del Protomedicato » :

  • 55 ASN, Dipendenze della Sommaria, II seria, fs. 34, Consulta della Sopraintendenza Generale.

[...] gli Affittatori han dispensate le licenze a persone inesperte di poter medicare, così in Fisica, come in Chirurgia, ed Ostetrica, esiggendone poi da med[esi]mi annualmente car[li]ni 12, senza che questi avessero avuto prima alcuna approvazione dal Protomedico. La distribuzione di tali licenze, dic’egli, sia un abuso pregiudiziale alla publica salute, perchè si concedono a persone inesperte, e senz’alcuna cognizione, e quindi hà domandato di doversi proibire agli Affitatori delle Provincie la dispensazione delle licenze, e di attendersi solamente quelle che vengono dispensate dal Protomedicato dal quale non possono concedersi senza esame, ed approvazione, acciò l’impiego di medicare così in fisica, come in chirurgia, ed ostetricia sia conceduto a persone sperimentate, che abbiano studiato, ed appresa la maniera di medicare per non fare così rimanere il publico defraudato nella salute [...]55.

26Cet épisode montre combien le contrôle de la profession que devrait exercer le Protomedico est faussé par les intérêts financiers liés à l’arrendamento. Les avis sollicités sont négatifs, à cause du risque évoqué de voir « scemarsi il prezzo dell’Affitto in danno del Fisco », et du bénéfice accordé à l’Académie par le souverain le 9 février 1780, de disposer pour quatre ans des recettes de l’affermage du Protomedicato. Francesco Serao ne parvient donc pas à étendre sa juridiction, mais le souci de la santé publique et d’un meilleur contrôle des accès à la profession est bien présent chez les médecins les plus puissants au sein des institutions de la capitale, et les plus influents scientifiquement.

  • 56 Les médecins de Cour ne comptent alors qu’un seul sopranumerario, Filippo Baldini.
  • 57 Corps de cadets formé en 1772 sous la direction de Francesco Pignatelli. Il fusionne avec l’Académ (...)
  • 58 BNN, San Martino, 394, 34, lettre du 3 août 1794.

27Les places de médecins de la famille royale sont très convoitées. En 1794, à la suite du décès de Giovanni Greco, une place de médecin ordinaire (correspondant à un salaire de 100 ducats, plus un soprasoldo de 50 ducats, par an) se trouve vacante. En fait, son salaire revient à Francesco Antonio Greco qui, en charge depuis 1784, ne touchait que 50 ducats. Restent donc à attribuer les 50 ducats annuels dont Francesco Antonio bénéficiait jusqu’alors, ainsi que le soprasoldo de Giovanni Greco : soit la possibilité de créer deux postes de sopranumerario56 avec un demi-salaire de 50 ducats chacun. Dix-huit candidats se présentent, et Domenico Cotugno est sollicité pour exprimer son avis sur le plus méritant. Il désigne Giuseppe Tomasini, médecin du Bataillon Ferdinando57, médecin de la pharmacie de l’Académie royale militaire, ayant suivi le général Pignatelli en Calabre en 1782 et 1783. Pour la seconde place, sans désigner un candidat particulier, D. Cotugno dit préférer : Giovambattista Amato, médecin au « Real Ospedale di Marina a Piedigrotta », Giovanni Sansevero, « cattedratico e medico nello Spedal di S. Giacomo », Michele Altumonelli, « medico del Real Ospedale degl’Incurabili » et « scrittore di alcuni trattati attinenti alla medicina », Gioacchino Colella, de l’hôpital S. Giacomo, C. Prisco, chimiste, Cristofaro Runaldo, surnuméraire de la Députation de la santé, et médecin, depuis 1788, sans traitement, de l’Udienza de’ Reali eserciti, Pietro Lami et Corrado Labbizi dont il ne précise pas les compétences. On remarquera que Cotugno marque une nette préférence pour les médecins déjà employés dans les hôpitaux de la ville, ou dans l’armée, son attention à relever s’ils sont auteurs d’ouvrages médicaux. En revanche, il ne retient pas ceux dont il précise, comme pour Mariano Barbato, « figlio di un medico onesto », pour Filippo Gambardella, « figlio d’un onesto medico, ed allievo del dott[o]re Villari » ou, comme pour le prêtre Vito Mangia, « non conosco quanto vaglia in fatto di medicina »58.

28À côté des médecins de la famille royale, les infrastructures sanitaires de l’armée, de la marine, ou encore les nouvelles institutions d’éducation créées par les Bourbons dans la capitale, constituent autant de débouchés publics recherchés.

  • 59 BNN, San Martino, 394, 92-93.

29Les rémunérations, pour ces emplois, restent souvent modestes. Le cumul est nécessaire pour parvenir à gagner sa vie et, surtout, les clientèles privées restent essentielles. On peut remarquer que la renommée et le prestige qu’apportent certains de ces emplois facilitent aussi grandement l’insertion, à travers les clientèles privées, dans les milieux nobiliaires de la capitale. Pour des sommes variant de 12 à 40 ducats par an, Domenico Cotugno est le « médecin ordinaire » de maisons comme celle du Prince de Leporano (1787), ou du Duc de Belforte (1788)59. Remarquons au passage que la renommée scientifique attire aussi l’intérêt des grands couvents de la ville. C’est ainsi, par exemple, que le Prieur de la chartreuse de San Martino, Domenico Amendola, écrit à Domenico Cotugno, le 12 mai 1780 :

  • 60 BNN, San Martino, 394, 94.

Avendo avuto questa nostra Certosa di S. Martino sempre la mira d’avvalersi di Professori i più celebri di questa Dominante ; ed essendomi ben nota la fama grande, e le distinte prerogative, che VS Ill[ustrissi]ma gode nell’esercizio della sua professione di medico ; ho stimato eliggerla per medico straordinario di essa Certosa nel caso, che il Sig. D. Luigi Visone non potesse continuare a favorirla [...]60.

  • 61 BNN, San Martino, 394, 86 et 91.

30En janvier 1776, sur trois propositions (Pasquale Pisciottano, Francesco Giglio, Domenico Cotugno), c’est encore Cotugno qui est choisi comme médecin ordinaire par le monastère des SS. Apostoli, pour 12 ducats par an « oltre al pane, e regalie solite darsi agli altri Medici ordinari ». Et après la mort de Matteo Ciccarelli, médecin du monastère du Divino Amore, la communauté élit également Domenico Cotugno en octobre 177761. Domenico Cirillo est aussi le médecin de nombreuses familles de l’aristocratie. Emplois à l’Université, à la Députation de la santé, à la Cour, permettent d’accéder à ce groupe de médecins « établis » qui assure une réputation à la discipline. Ces médecins, connus et appréciés, occupent successivement, et parfois concommitamment, divers emplois publics qui leur permettent de tisser un dense réseau de relations avec les milieux aristocratiques et ecclésiastiques de la capitale, d’assurer leur position dans la ville.

Protections et recommandations

  • 62 BNN, San Martino, 396, 166, lettre adressée à D. Cotugno, le 1er décembre 1790.

31Quelques médecins parvinrent à cumuler des emplois et des responsabilités importantes au sein de la profession et de l’Université, et ceci pendant de nombreuses années. Appartenir à leur clientèle pouvait se révéler très nécessaire pour des hommes plus jeunes, désireux de faire une carrière de médecin dans la capitale, de vivre de leur métier et d’être reconnus comme savants ou, pour reprendre les mots de Salvatore Maria Ronchi, de se rendre « in qualche cosa utile alle scienze, alla professione, alla Patria » (lettre adressée à D. Cotugno, 1er décembre 1790)62.

32Comme le révèle la documentation de la Députation de la santé, dans les années 1770-80 les jeunes médecins se livrent à de dures compétitions pour les postes publics ; lorsqu’une place se libère, les candidats sont toujours nombreux. On brigue volontiers les postes extraordinaires (« senza soldo ») pour tenter sa chance sur un poste ordinaire et rémunérateur à la première vacance. Les carrières bien menées permettent de passer d’une place à une autre, acquérant ainsi prestige et renommée dans la ville.

  • 63 Ainsi par exemple, la lettre adressée par Leopoldo Micheli, professeur d’anatomie à la Sapienza, à (...)

33Le recrutement, comme on l’a remarqué, s’appuie désormais sur le « mérite », la « doctrine », et donc sur une reconnaissance scientifique. Le gouvernement consulte régulièrement les autorités de la profession, Protomedico et primari universitari, pour donner des avis sur les candidats avant de faire son choix. Cela montre, du reste, le poids qu’a désormais acquis la Faculté de médecine réformée. Les réseaux interpersonnels, créés à l’Université, à l’hôpital, avec les ténors de la profession comme Francesco Serao ou Domenico Cotugno, sont donc essentiels pour faire des carrières, compte tenu de la place qu’ils ont acquise dans les institutions citadines et auprès de la Cour. En retour, la fidélité de leurs élèves constitue un puissant vecteur de diffusion de leurs écrits et de leurs travaux hors de la capitale63. Si les affinités entre provinciaux originaires de la même région du Royaume ne doivent pas être négligées, le lien intergénérationnel maître-disciple s’affirme comme primordial.

  • 64 M. Troja est originaire des Pouilles. Il étudie la médecine à Naples où il est élève de F. Serao e (...)

34Ainsi, par exemple, Michele Troja (1747-1817)64, élève de F. Serao et de D. Cotugno, reste très lié à ce dernier. Séjournant à Paris, il écrit régulièrement à son maître et lui fait parvenir des livres. Le réseau des élèves et disciples, pour un professeur universitaire, pouvait constituer des relations utiles pour augmenter une audience internationale. C’est ainsi que le voyage de Michele Troja à Paris permet à D. Cotugno d’entrer à l’Académie royale de médecine :

  • 65 Lettre de M. Troja à D. Cotugno, Paris, 13 janvier 1777. BNN, San Martino, 395, 78.

Il Re à stabilita una società di Medici sotto al titolo di Società e corrispondenza coi principali medici dell’Europa per avere le relazioni di tutte l’Epidemie che accadono nei varj luoghi [...]. Sono stato domandato per nominare quattro medici de’ più famosi di Napoli che la Società Reale vuole scegliere come suoi membri. O nominato dunque VS, il Sig.r Serao, il Sig.r Vivenzio ed il Sig.r Cirillo, e sono stato incarricato di farvi pervenire le lettre patenti. Io sono stato associato ancora per le osservazioni meteorologiche quando mi sarò ripatriato, la qual cosa spero che sarà dopo i tre anni [...]. Avrei sommo piacere di avere qualche piazza nello Spedale degl’Incurabili [...] onde se fosse possibile senza pregiudizio degli altri prego caldamente VS a volersi adoperare per questo prima del mio ritorno [...]65.

  • 66 Il publia l’année suivante ses Lezioni attorno alle malattie degli occhi, ouvrage dédié à Ferdinan (...)

35À son retour à Naples, en 1779, Michele Troja obtient en effet une chaire universitaire aux Incurables66, son entrée à l’Académie des Sciences fondée par Ferdinand IV et, enfin, un poste de chirurgien de la Chambre du Roi. Cet exemple illustre la forte solidarité qui unit deux médecins au profil social et scientifique nouveau, ainsi que les possibilités dont dispose désormais Cotugno pour faciliter l’ascension d’un jeune provincial dans le mileu professionnel, et lui offrir parallèlement de nouvelles possibilités d’échanges scientifiques.

36Un autre exemple de l’importance que prennent les liens maîtres-disciples, et les réseaux de recommandations qu’ils alimentent, nous est fourni par une lettre de Domenico Cirillo du 5 février 1777. Il a obtenu la laurea à Salerne comme Domenico Cotugno, auquel il est très lié. Il n’hésite pas à faire bénéficier de cette relation privilégiée ses propres protégés :

  • 67 C. Padiglione, La biblioteca del Museo Nazionale nella Certosa di S. Martino in Napoli ed i suoi m (...)

Stimatissimo signor D. Domenico. Vi presentera questo mio Biglietto il signor D. Pietro di Lucro giovanne di sommo talento, che da otto anni si è applicato alla pratica della medicina. Egli è stato nominato alla condotta di Manfredonia ; e siccome i capi di quella Città desiderano per questo soggetto la vostra approvazione, come circostanza essenziale, vorrei, che per mezzo mio potesse da voi ottenerla, conoscendo io troppo particolarmente con quanta bontà solete favorire chi a voi si raccomanda, e me sopra ogni altro, che ve ne professerò eterne obbligazioni ; e senza annojarvi più lungamente, pregandovi de’ vostri comandi, vi abbraccio di cuore67.

  • 68 BNN, San Martino, 395, 73.

37Le 22 septembre 1776, c’est au tour de Giovanni Maria Della Torre de recommander à l’attention de Domenico Cotugno son protégé, Saverio Macri, pour un concours à l’Université, « avendolo trovato peritissimo nella Notomia e Medicina »68. Le 1er décembre 1790, Salvatore Maria Ronchi (1763-1840) s’adresse à Cotugno, qui accompagne alors le souverain dans son voyage à Vienne, car la difficulté à trouver emploi et rémunération rend indispensables de puissantes recommandations :

  • 69 BNN, San Martino, 396, 166.

Vi raccomando caldamente la mia persona, ricordandovi aver costà lasciato un vostro figlio ; il quale però nelle sue fatighe ha il bisogno di un Protettore, e di un ajuto. Ospedali senza soldo, Cattedre senza soldo, familia numerosa, e fatighe improbe. Non vi seccate, ve ne prego, a queste mie espressioni, ma solo vi prego abbiate per sicuro, che io sono e saro sempre il vostro più sincero, ed attacato69.

  • 70 BNN, San Martino, 394, 34.

38En 1794, la mort de Giovanni Greco ayant libéré une place de médecin au « regio convito del Carminello », Cotugno soutient la demande de Salvatore Maria Ronchi70.

39Un réseau solide de relations est devenu indispensable pour obtenir des places car un lien étroit s’est établi entre la reconnaissance par les autorités de la profession et l’accès à des emplois publics. Cela se traduit, pour les jeunes médecins désireux de se faire connaître, par deux impératifs : la quête des titres académiques, notamment à l’extérieur de la ville, afin de disposer d’un capital de reconnaissance dans la République des lettres à faire fructifier sur place, pour s’insérer dans les structures de la profession et les milieux savants ; la croissance de la production imprimée des médecins, les publications étant indispensables pour assurer leur réputation et activer de précieux réseaux de protection, comme le montrent les dédicaces.

  • 71 BNN, San Martino, 394, 35.

40Un contrôle majeur de la profession, et une réelle collaboration aux projets réformateurs des Bourbons, ont assuré à des hommes comme Serao et Cotugno un pouvoir inédit au sein de la profession. La carrière professionnelle des médecins, dans ces conditions, se lie étroitement aux activités et à la production scientifique. La conscience de former un groupe aux intérêts professionnels et intellectuels commun est attestée par une expression comme la respublica medicorum que l’on trouve dans la correspondance de Cotugno71. La « doctrine » est reconnue comme essentielle pour l’avancée professionnelle et, en retour, l’occupation de certains emplois publics, notamment à la Cour, contribue à se faire reconnaître dans la République des lettres.

ACCÉDER À UNE « LETTERARIA SITUAZIONE » : LIEUX ET FORMES DE L’ÉCHANGE SAVANT

  • 72 BNN, ms XIV H 48, Carteggio critico-fisico-cerusico tra li signori dottor Giovanni Bianchi ossia I (...)
  • 73 Ivi, p. 66-68.
  • 74 Ivi, p. 107-114.
  • 75 Sur l’importance des livres de médecine dans le développement, à la fin du xviiie siècle, des Lumi (...)

41Deux lettres de 1757, adressées par Alessandro Catani, chirurgien de la famille royale, à Giovanni Bianchi, fournissent un intéressant tableau des médecins napolitains72. La première, du 18 janvier, fait état, sous la forme d’une liste nominative, de 70 médecins et 24 chirurgiens de quelque « réputation »73. La seconde, du 15 février, offre une liste plus complète et détaillée, mentionnant parfois les emplois occupés, ou des publications : sur 276 médecins et chirurgiens cités, 7 % seulement apparaissent comme des auteurs d’ouvrages, et Francesco Serao y est dit « letterato più che medico »74. Ainsi, dans les années 1750, les médecins exerçant à Naples qui ont acquis une réputation dans le domaine des sciences et des lettres sont encore rares. En revanche, dans le dernier tiers du xviiie siècle, publier quelque traité ou dissertation devient beaucoup plus ordinaire pour des jeunes médecins qui tentent ainsi d’acquérir une certaine renommée dans le milieu professionnel comme dans les milieux savants75. Réussite professionnelle et production intellectuelle ont plus que jamais partie liée. Donner des témoignages de ses talents dans le domaine scientifique devient, dans une période de « chômage intellectuel », un enjeu de première importance pour trouver des débouchés dans la profession même.

Médecins, académies et salons

42Les titres académiques sont autant de signes de reconnaissance des milieux de savants qu’il faut, compte tenu du manque d’académies scientifiques à Naples jusqu’à la fondation de l’académie royale de 1778, aller chercher à l’extérieur de la ville, en Italie ou à l’étranger.

43Filippo Baldini fournit un bon exemple de la recherche acharnée des titres académiques pour un médecin à la situation locale précaire : médecin de cour, mais surnuméraire, lecteur à l’Université, mais extraordinaire. Dès la publication de ses premiers essais, en 1773-75, il cherche à élargir horizon et réseau scientifiques par le moyen des académies. Il fait de ses titres un intense usage « publicitaire », en les faisant mentionner au frontispice de ses publications à peine ont-ils été obtenus. Il assoit sa réputation et sa crédibilité à Naples sur cette reconnaissance extérieure : 2 avril 1773, membre correspondant des Géorgophiles ; 16 mai 1774, membre honoraire de l’Académie des sciences de Sienne ; 24 juin 1775, membre de l’Académie des sciences de l’Institut de Bologne ; 1780, sociétaire de l’Académie des Sciences et des Belles Lettres de Naples ; 9 mai 1784, membre correspondant de la classe des sciences physiques de l’Académie des sciences de Turin ; dans les mêmes années (au frontispice d’un ouvrage de 1785), correspondant de l’Académie des sciences de Berlin. Le fait d’avoir été reçu dans une académie précise ouvre-t-il plus facilement les portes d’une autre ? Existe-t-il des hiérarchies implicites entre les académies susceptibles de contribuer à l’établissement de stratégies des savants ? Les associations étrangères – F. Baldini devient aussi correspondant de la faculté de médecine de Paris dans les années 1780 – interviennent dans ce cas précis après les élections aux académies italiennes : tisse-t-on dans ces dernières des réseaux de solidarité indispensables pour l’accès aux grandes institutions européennes ? Une enquête plus étendue serait nécessaire pour tenter de répondre à ces questions.

44Les candidatures sont en retour reçues de l’extérieur comme autant de témoignages de la réputation des académies dans le monde des lettres. Cette recherche des titres académiques – l’académie sert à la construction de l’identité du savant, elle n’en est pas seulement le produit – suscite de nombreux petits échanges. Car, il n’y a pas d’association sans un échange et une correspondance même très modestes. Ainsi, Filippo Baldini entretient un échange épistolaire avec Sebastiano Canterzani, secrétaire de l’Académie des sciences de l’Institut de Bologne à partir de 1766 : envoi de six lettres à partir de 1773, de deux copies de chacun de ses deux premiers ouvrages, d’une nouvelle publication en 1775, et de sa dernière œuvre avec ses remerciements. La lettre qu’il envoie encore, le 16 mars 1782, à S. Canterzani accompagne un nouvel envoi de livres. Mais ce ne sont pas les siens cette fois. Il s’agit d’un traité sur les fièvres de Natale Lettieri « celebre Professor di Medicina in questa Dominante », et d’un éloge de l’Impératrice d’Autriche d’Andrea Serrao, alors secrétaire pour les lettres de l’académie fondée à Naples par Ferdinand IV, tous deux désireux de se faire connaître auprès des académiciens de Bologne. Ces brefs échanges épistolaires, dus aux circonstances d’une candidature, s’accompagnent ponctuellement d’échanges d’ouvrages, de médiations, et ne doivent donc pas être négligés dans la vie académique et savante.

  • 76 M. Cavazza, Settecento inquieto. Alle origini dell’Istituto delle Scienze di Bologna, Bologne, 199 (...)
  • 77 A. Leprotti (1687-1746), archiatre pontifical de Benoît XIV, lié à Celestino Galiani. F. Serao lui (...)
  • 78 C. Dollo, Presenze meridionali nell’Accademia dell’Istituto di Bologna. Francesco Serao, Giuseppe (...)
  • 79 Auteur de : Trattato dell’aria e de’ morbi dall’aria dipendenti, Naples, 1746, thème approfondi da (...)

45Les liens entre Naples et l’Institut de Bologne, important relais vers la Royal Society et l’Académie des Sciences de Paris76, mériteraient une étude approfondie. En effet, une nouvelle série de rapports entre savants napolitains et Bologne commence avec Nicola Cirillo et Celestino Galiani, inscrits à l’Institut en 1722. Francesco Serao introduit, probablement par l’intermédiaire d’Antonio Leprotti77 (à l’Institut depuis 1714), dans le milieu des prélats des États pontificaux, est inscrit à l’Institut de Bologne en 174078, ainsi qu’un autre médecin napolitain, Giuseppe Mosca79. Ces liens avec Bologne sont renforcés dans les années 1740-1750, non seulement par l’affiliation de Serao, mais aussi grâce au voyage à Naples de Francesco Maria Zanotti, secrétaire de l’Institut de Bologne, en 1750.

  • 80 Sur l’académie et les accusations de répandre la philosophie de Locke dont elle fut l’objet, cf. R (...)
  • 81 « Accademia Rossiana » dans M. Maylender, Storia delle Accademie d’Italia, Bologne, 1976, t. V, p. (...)
  • 82 « [...] accademia formata da’ dotti ed eruditi medici dello stesso ospedale [Incurabili] per la is (...)
  • 83 P. Minervini, Lingua e cultura nel Settecento meridionale, Naples, 1974, p. 135. Notons en outre q (...)

46À Naples même, l’académie des sciences de Celestino Galiani, fondée en 1732, avec Bartolomeo Intieri et Nicola Cirillo, et dont Francesco Serao fut secrétaire, cesse ses activités en 174080. Une académie médicale se serait en outre formée autour du professeur de médecine Berardino Rossi vers 173081. Une académie professionnelle, de médecins de l’hôpital, est fondée aux Incurables en 175382, par les gouverneurs mêmes de cet établissement, « con il compito di educare ed istruire i giovani che alla medicina si erano avviati »83. Carlo Curzio, dans ses Discussioni anatomico-pratiche, la décrit comme un important lieu de formation, unissant théorie et observations pratiques :

  • 84 C. Curzio, Discussioni anatomico-pratiche di un raro, e stravagante morbo cutaneo in una giovane D (...)

[...] un’Accademia (cosa non pensata per l’innanzi) de’ doti ed eruditi Medici di quest’istesso Ospedale, per la istruzione e cultura di tutte le scienze appartenenti alla facoltà Medica, della Gioventù parimente destinata al servigio, ed alla cura de’ poveri infermi ; col quale lodevol istituto dandosi l’opportunità di unire alla Teoria la Pratica coll’osservzione di tanti numerosi infermi, certamente è lecito augurarci un numero grande di dotti Medici, da paragonarsi a i più rinomati antichi e moderni Professori [...]84.

  • 85 Cette célèbre académie du xviie siècle cesse son activité au début du xviiie siècle ; en 1733, sou (...)

47Signalons aussi la présence du médecin Giuseppe Mosca dans l’académie degli oziosi85 où il présente en 1735 deux mémoires, l’un sur les Qualità dell’aria di Napoli, et l’autre sur l’Origine delle Mutazioni dell’Aria morbose.

48Les médecins les plus en vue fréquentent des cercles de sociabilité intellectuelle informelle, comme D. Cotugno qui participe au salon Di Gennaro. Le marquis Matteo Sarno, avocat fiscal de la Regia Camera, avait une fameuse bibliothèque, et tenait en outre une conversazione dans sa maison chaque mercredi et samedi, qui était fréquentée par Antonio Genovesi. G. M. Galanti a souligné l’importance de ces salons napolitains comme lieux essentiels de l’échange intellectuel :

  • 86 G. M. Galanti, Elogio storico del signor abate Antonio Genovesi pubblico professore di civil econo (...)

Queste conversazioni di così fatte persone, le quali si potrebbero più giustamente denominare conferenze, riuscivano egualmente piacevoli, che istruttive ; da che la comunicazione de’ pensieri fa negli uomini fermentare lo spirito, ed i talenti, eccitandone sempre e sviluppandone de’ nuovi : e forse da simili congressi prendono le nostre cognizioni la maggiore lor estensione86.

  • 87 A. Brigaglia, P. Nastasi, Bologna e il Regno delle Due Sicilie. Aspetti di un dialogo scientifico (...)

49Au milieu du siècle, Francesco Serao appartient au cercle de Faustina Pignatelli, princesse de Colobrano, comme en témoigne l’ouvrage du secrétaire de l’Istitut de Bologne, Francesco Maria Zanotti, Della forza de’ Corpi che chiamano viva. Libri tre, paru en 1751, et adressé à Morgagni. À la suite de son voyage à Naples en mai 1750, il y évoque, met en scène et fait dialoguer les savants rencontrés dans cette capitale : Francesco Serao, le mathématicien Nicola di Martino – son jeune frère, Pietro, avait été envoyé à Bologne par Celestino Galiani –, Felice Sabatelli, astronome qu’il avait connu à Bologne, avec lesquels il rend régulièrement visite à la princesse de Colobrano, « famosa e gentile raccoglitrice di tutti i più nobili e leggiadri ingegni » – il entretenait déjà auparavant une correspondance avec elle87.

  • 88 F. M. Zanotti, Opere scelte, Milan, 1818, Lib. 1, p. 27-28.

[...] quivi erano quasi sempre uomini dottissimi, che di giocondi ragionamenti si intertenevano, e bene spesso nascevano bellissime quistioni d’ogni maniera disputandosi per l’una o per l’altra parte con somma piacevolezza ; alle quali dava per lo più incitamento la signora Principessa, ora interrogando et ora rispondendo88.

50Francesco Serao y est décrit de façon fort élogieuse :

  • 89 Ibid., p. 25.

[...] tanto vale in filosofia e in medicina, quanto voi [Morgagni] sapete ; in eloquenza poi e in ogni bell’arte, quanto non può nè sapere nè immaginarsi chiunque non l’abbia conosciusto e familiarmente trattato [...] ; e certo io il direi il maggiore e il più ornato medico e filosofo de’ nostri dì, se di voi non mi ricordassi89.

  • 90 Dominici Cotunnii Iter Italicum anni MDCCLXV, ms conservé à la BNN, éd. par L. Belloni, dans Memor (...)

51Ainsi, lorsque Domenico Cotugno, avant d’obtenir la chaire d’anatomie à l’Université de Naples, entreprend, le 24 mars 1765, un voyage en Italie de 80 jours90 et s’adresse, à Bologne, à Francesco Maria Zanotti, secrétaire de l’Institut des Sciences, les liens entre ce dernier et certains savants napolitains sont déjà solides.

  • 91 G. H. Quignon, L’Abbé Nollet, physicien, son voyage en Piémont et en Italie (1749), Amiens, 1905.
  • 92 Giovanni Maria Della Torre (Rome, 1710-Naples, 1782) enseigne les mathématiques au collège des som (...)

52À côté du cercle de la princesse de Colobrano, celui du prince de Tarsia, animé notamment par Mariangela Ardinghelli et Giovanni Maria Della Torre, fut fondé en juillet 1747, peu après l’ouverture au public de la bibliothèque conservée dans le palais de Ferdinando Vincenzo Spinelli ; il aurait été actif jusqu’en 1753. Ce sont ces deux cercles savants que fréquente l’abbé Nollet lors de son voyage en Italie en 174991 ; c’est ainsi qu’il prit notamment connaissance des travaux de Giovanni Maria Della Torre92 dont il rendit compte dans une lettre lue à la Royal Society le 29 mars 1750.

53Il faut attendre la fondation de l’Académie des Sciences et des Belles Lettres par Ferdinand IV (décret du 22 juin 1778), inaugurée en 1780, pour que se constitue un lieu très formalisé, muni d’une bibliothèque et d’une imprimerie, sous patronage royal, de rencontre et d’échange entre intellectuels napolitains. Cette académie royale devait favoriser les progrès des arts et des sciences dans le royaume, et produire des connaissances susceptibles de servir au développement du pays et à la « félicité publique » ; les médecins y sont bien représentés. En effet, les deux premières des quatre classes qui forment l’académie concernent les travaux scientifiques. La seconde, dite de physique, regroupe notamment l’histoire naturelle, la médecine, l’économie politique. Les statuts en définissent les activités de la façon suivante :

Le ricerche di questa classe avranno per oggetto non già il disegno di servire di alimento alla semplice curiosità, ma l’istituto di acquistare utili e nuove cognizioni, per applicarne l’uso a’ bisogni della salute, a’ vantaggi del commercio, al bene della civile economia, e alla rettificazione di quelle Arti, e que’ mestieri, che formano il comodo, e la ricchezza dello Stato.

54Cette classe est organisée en plusieurs branches : 1. médecine théorique et pratique ; 2. « materia medica » ; 3. chimie ; 4. sciences naturelles ; 5. minéralogie, zoologie ; 6. géographie ; 7. agriculture, arts mécaniques et commerce.

  • 93 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze cit., p. 437.
  • 94 Statuti della Real Accademia delle scienze e delle Belle Lettere eretta in Napoli dalla Sovrana Mu (...)

55Dès sa fondation, Francesco Serao fait partie des quatre membres (avec Vito Caravelli, Gennaro Vico et le marquis Matteo Sarno) chargés, avec le président, le vice-président et les deux secrétaires (Michele Sarcone pour les sciences, Andrea Serrao pour les lettres) de choisir les académiciens à proposer au souverain93. On ne s’en étonnera pas puisqu’il est alors premier médecin du roi et Protomedico (depuis 1778), et qu’il tient la plus prestigieuse des chaires de médecine depuis 25 ans. Parmi les médecins de la ville, l’académie accueille, dès ses débuts94 :

  • dans la première branche : deux pensionnaires95, Domenico Cotugno et Francesco Serao ; 12 membres honoraires (sans pension) : C. Cinque, C. Curzio, T. Fasano, N. Frongillo, F. Gigli, G. Girace, F. Pepe, G. Pollo, G. Quaglia, L. Visone, G. Vivenzio, M. Zona ; onze sociétaires : M. Buonanni, A. Sementini, M. Troia, F. Carlino, Castelli, D. Ferrara, F. Frattasi, S. Mauro, T. Pensa, R. Santis, Taddei ;
  • dans la seconde branche : pas de pensionnaire, mais 5 sociétaires, F. Bagno, F. Baldini, S. Cantera, V. Garzia, N. Giannelli :
  • dans la troisième branche, on trouve aussi G. Vairo, médecin de cour, professeur de chimie à l’Université et membre des « Curiosi della natura » de Berlin, comme pensionnaire ; et deux sociétaires : Andria, et G. Rubertis.

56Ce groupe consistant, d’une trentaine d’individus résidant dans la capitale, confirme la remarquable présence des médecins dans les milieux intellectuels napolitains à la fin du xviiie siècle. Notons que d’autres médecins y trouvent leur place après la fondation, comme par exemple Giovanni Leonardo Marugi, en 1786, dans la classe de mathématique, discipline qu’il enseigne alors au Collège militaire.

  • 96 Nicola Andria étudia d’abord le droit, puis la médecine. Il obtint la laurea en 1771, et fut proté (...)

57On retrouve dans ce groupe d’académiciens, trois médecins de cour comme pensionnaires (G. Vairo, F. Serao, D. Cotugno), et Giovanni Vivenzio, médecin de la reine, comme membre honoraire ; on ne s’en étonnera pas pour une académie de fondation et patronage royal. Les lecteurs à l’Université sont également bien représentés. Il faudrait pouvoir définir précisément les liens qu’entretiennent entre eux ces différents médecins. On a souligné plus haut le poids des relations maîtres-disciples (D. Cotugno – M. Troja, F. Serao – T. Fasano, par exemple). Nicola Andria (1747-1814) a également étudié auprès de Cotugno, Vairo e Serao, et tenu une école privée assez réputée dans la capitale. Il a concouru pour la chaire de médecine pratique sur laquelle fut nommé D. Cirillo96. Il faut noter du reste l’absence de ce dernier au moment de la fondation de l’académie (tout comme de ses amis G. Filangieri et F. M. Pagano). Il ne fait pas de doute que la constitution de cette société savante a fait jouer réseaux de solidarités et exclusions dans les milieux intellectuels de la capitale, au moment du recrutement des pensionnaires, sociétaires et membres honoraires. Comme le souligne le résident vénitien Soderini dans une dépêche adressée au Sénat le 18 janvier 1780 :

  • 97 Corrispondenze diplomatiche veneziane da Napoli. Dispacci, vol. 21, éd. par M. Valentini, Rome, 19 (...)

l’apertura della decretata Accademia delle Scienze è voluta con risoluzione dalla Corte ad onta del discredito in cui si trova la scelta de’ molti dei disegnati li quali, postisi in contesa con gl’esclusi, si lacerano a vicenda e con la voce e con la stampa97.

  • 98 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze cit., p. 446.

58Une étude détaillée du groupe des médecins affiliés à la nouvelle académie dès sa fondation donnerait sans doute de bonnes indications sur les liens de solidarité et de clientèle, mais aussi sur les inimitiés, noués entre les médecins de la capitale dans les lieux mêmes de la formation et du travail professionnel : université et hôpitaux. Ces relations entre médecins peuvent également recouper d’autres formes de réseaux, comme par exemple ceux de la franc-maçonnerie. On sait, par exemple, que Giuseppe Vairo fréquentait la loge « della Vittoria »98.

  • 99 N. Giangregorio, Michele Sarcone. L’uomo, il medico, lo scienziato, il meridionalista del Settecen (...)
  • 100 M. Sarcone, Trattato del contagio del vaiuolo e della necessità di tentarne l’estirpazione, Naples (...)
  • 101 Le 5 avril 1783, une commission académique dirigée par M. Sarcone quitte Naples pour la Calabre. L (...)

59L’académie de Ferdinand IV nous permet de voir à l’œuvre un médecin au profil différent des grands médecins « établis » ou de leurs disciples et protégés. Michele Sarcone (Terlizzi, 1732 – Naples, 1797) est secrétaire de l’Académie pour les sciences jusqu’en 178499. Né dans la province de Bari, issu d’une famille pauvre, ce médecin a donné une importante contribution à la réflexion sur l’épidémie de 1764 avec son Istoria de’ mali osservati in Napoli nell’intero corso dell’anno 1764 (Naples, 1765), en recueillant de nombreuses observations médicales de la contagion. À l’Université de Naples, où il se rendit à l’âge de 16 ans, il suivit notamment les leçons de Luigi Visone. Mais il n’obtint jamais la chaire universitaire à laquelle il aspirait, et exerça son art à Sessa jusqu’en 1760. De retour dans la capitale, il dirigea l’hôpital militaire du régiment suisse de Jauch. Connu pour ses œuvres (sur l’épidémie de 1764, sur la variole100, etc.), il fut en contact avec les milieux de cour, mais ne parvint pas à obtenir de poste à l’Université. Il professa deux ans à Rome (1775-77), puis revint à Naples. Autour de ce personnage, se forment relations et inimitiés – polémique avec l’abbé Galiani autour de son livre sur le dialecte napolitain (1783), critiques pour avoir tiré profit d’un travail collectif après la publication de l’ouvrage sur le tremblement de terre de 1783101 – qui, étudiées en détail, seraient sans doute révélatrices de la structuration des milieux scientifiques et intellectuels dans la capitale.

  • 102 Aureo regno di Ferdinando IV, [Naples], 1780, lxxiii p.

60En plus de ses publications médicales, Michele Sarcone est l’auteur d’un éloge de Ferdinand IV, paru anonymement en 1780102, sur lequel il n’est pas inutile de s’arrêter, car il y est longuement question de l’académie fondée par ce souverain. L’auteur s’interroge d’abord sur le mot accademia. Selon lui, étaient ainsi qualifiées, à l’origine, les écoles publiques. Puis,

  • 103 Ibid., p. lxv.

il nome di Accademie s’intese nuovamente pronunciare tra la rinascente diansi dispersa Repubblica letteraria ; e nel suo risorgere questa voce portò fuori un significato ben diverso da quello, ch’ebbe pria del lungo e tenebroso sovvertimento delle Lettere. Il nome di Università fu privativamente attaccato agli studj protetti, e alimentati dalla Sovranità ; quello di Accademie fu usurpato dagli spontanei forzi dell’Ingegno, e della Ragione di Sudditi privati, che formarono ne’ publici Dominj dell’altrui Sovranità, per così dire, o una bizzarra Anarchia, o qualche temporanea Democrazia letteraria103.

61Suit une critique des « private accademie », auxquelles manque le soutien de l’État : pédanterie, vaines spéculations, inutilité les ont caractérisées. En revanche, l’éloge des « reali accademie » repose sur la valeur attribuée à la « pubblica utilità ». Pour l’auteur, les progrès scientifiques ne sont dus que pour une faible part aux talents de quelques savants pris séparément. Pour l’essentiel, ils sont le fruit d’académies animées par la protection des souverains :

  • 104 Ibid., p. lxvi.

chiarissima n’è la ragione ; questa ha per base la forza della combinazione di molti ingegni superiormente già formati ; e che avendo superate le umili linee degli elementi, dirigono la loro penetrazione sulle parti più difficili, meno ovvie, e più interessanti dello scibile umano, colla vantaggiosa circostanza di trovare ne’ loro Consocj consiglio, sostegno104.

  • 105 Ibid., p. lxix.

62Cette apologie de l’action culturelle de Ferdinand IV révèle l’enjeu majeur que la fondation de cette académie a pu représenter pour les milieux intellectuels napolitains. Sarcone légitime, au nom du bien public, l’entreprise royale, et redéfinit parallèlement l’identité des intellectuels : la protection royale soutient et dirige leurs recherches, orientées vers la félicité publique, dans un idéal de collaboration collective qui doit assurer de rapides progrès et de notables résultats. L’objectif est de voir « nella R. A. di Napoli l’emula, e la non infelice rivale delle più luminose Accademie stabilite presso l’Estere Genti »105. Le milieu savant de la capitale se trouve ainsi défini par le souverain et son académie, sans reconnaissance pour la figure du docte solitaire.

63Le programme de rénovation culturelle des Bourbons a eu un impact non négligeable sur l’autoreprésentation des intellectuels de la capitale, et la légitimation de leurs activités.

Publications, programmes scientifiques, correspondances

64Dans les critères de recrutement, les publications sont largement prises en considération. C’est ce que l’on peut constater encore sur le cas de Filippo Baldini. Ce dernier demande en 1780 l’obtention de « qualche cattedra nel Regio Ospedale degl’Incurabli, o qualche altra letteraria situazione ». Il justifie cette demande par ses nombreuses œuvres publiées (une douzaine, en effet, à cette date, et depuis 1770). Giovanni Vivenzio est alors consulté par le souverain ; son jugement est sévère :

  • 106 Cité dans A. Borrelli, Medicina e società a Napoli cit., p. 165.

[...] tutte le opere di Esso ricorrente date alla luce per mezzo della stampa sono infelici compilazioni, e copie di varj originali, e che era molto meglio che non si fusse tanto affaticato senza prima possedere le necessarie cognizioni per ben compilare, e dispore le materie così bravamente, ed eccellentemente prima di lui trattate da vari Autori Inglesi, Francesi, Tedeschi ed Italiani106.

  • 107 ASN, Casa reale antica, Varie, 1553, liasse 62.

65Publier, produire pour obtenir une reconnaissance de la République des lettres ne suffit donc pas ; la reconnaissance scientifique va aux « auteurs », et non pas aux compilateurs. Baldini obtient néanmoins en 1782 une place de lecteur extraordinaire aux Incurables. Ses œuvres sont à nouveau examinées en 1785, à la suite de la demande d’un poste de pensionnaire dans l’académie de Ferdinand IV – il en est alors seulement sociétaire –, « in ricompenza delle sue fatiche, e spesse fatte... »107. Ce poste lui étant refusé, il demande un dédommagement financier en considération des ouvrages qu’il a publiés, dédiés au monarque et consacrés à la santé publique, à ses frais sur ordres du roi. Cotugno, Petagna, Vairo et Cirillo sont alors appelés à exprimer un jugement sur ses livres, Dell’esercizio della caccia atto a conservare, ed restituire all’uomo la sanità, ed il vigore (1778), et Metodo di allattare a mano i bambini (1784). Pour Domenico Cotugno :

  • 108 BNN, San Martino, 394, 25.

[...] l’Autor ha un ingegno attivo e perspicace, e quanto può ama di render publiche, e comuni quelle istruzioni che possono conferire al fisico bene della Società. Nell’opera sulla Caccia trovo raccolto, e pensato molto a proposito quanto può bastare per renderla più amata, e per farla conoscere come uno de’ più vantaggiosi esercizii [...]. E nell’altra sulla lattazione ha assai cose dette e suggerite molto a proposito, utili tutte e degne della comune attenzione108.

66Cet exemple confirme encore l’importance acquise par les grands médecins de la cour et de l’académie royale, dont la reconnaissance et la protection se révèlent nécessaires à l’obtention d’une rémunération du travail intellectuel. Cela nous amène à poser la question de l’orientation de la recherche que quelques médecins, comme Domenico Cotugno, par leurs positions de pouvoir, et leur enseignement, ont pu donner à la médecine napolitaine.

  • 109 En voyage à Naples en 1782, Angelo Maria Bandini, bibliothécaire de la Marucelliana et de la Laure (...)

67L’académie de Ferdinand IV a constitué un lieu propice à la définition de programmes collectifs de travail109. Domenico Cotugno y propose, en 1781, les sujets suivants :

  • 110 Atti della Reale Accademia delle Scienze e Belle Lettere di Napoli dalla fondazione sino all’anno (...)

Dietetica I. La natura delle arie nei diversi siti della capitale II. La natura delle nostre acque potabili, le differenze specifiche, e la diversa salubrità delle acque correnti, e di quelle che diconsi per distillo : l’esame della nostra particolar pietra tufacea detta di monte, la sua origine, i suoi composti, l’influenza che possa avere secondo la varia posizione e profondità dei massi sulla maggiore o minore salubrità delle acque, le sue varietà III. La storia dei nostri vini, l’investigazione dei varii concimi, onde per la malizia dei venditori restano alterati ; come conoscerli, quali mali vagliano a produrre, come rimediarci IV. La natura delle farine convertibili in pane ; come conoscere se contengono parti non frumentacee ; quali sostanze possano accrescerle con salubrità, quali con danno.
Patologia I. Un registro delle successive costituzioni dominanti nella capitale ; un parallelo dei varii avvenimenti dei nostri vulcani ; se abbian questi qualche influenza, e per quali malattie ; se vi sia arte da schivarle II. La storia esatta dei mali particolari ; ricerche sull’origine delle affezioni uterine, sulle malattie del cervello, della milza, del pancrea ; sulla rachitide, e donde sia divenuta tanto comune ; su i mezzi da preservarsene ; se vi sia una cura eradicativa, e quale esser possa III. Se oltre la cortecia del Perù sienvi altri rimedii efficaci a combattere, e distruggere i pericoli di certe malattie IV. Un esame dei mali che possano senza ajuto di medicina distruggere colle proprie forze se stessi, la loro storia, e la ragione della loro efficacia110.

  • 111 BNN, San Martino, 395, 26.

68Ce programme, axé sur la connaissance de l’environnement des hommes dans le royaume et ses effets sur la santé, met l’accent sur la santé publique. La topographie médicale de Filippo Baldini, intitulée Ricerche fisico-mediche sulla costituzione del clima della città di Napoli, publiée en 1787, est un exemple des réponses apportées à ce programme. La question de la corteccia, évoquée dans ce programme, et objet de polémiques depuis l’épidémie de 1764, a aussi été impulsée par les milieux médicaux proches du monarque. En mars 1774, une lettre de Giovanni Vivenzio informe Domenico Cotugno que douze médecins ont été choisis, dont il fait partie, pour faire des essais sur les effets de la corteccia, et lui passer leurs observations111. Il ne fait pas de doute que les médecins proches de la cour, dans le cadre d’une concrète collaboration entre culture et pouvoir, ont pu stimuler une série de recherches et de publications sur la santé publique, la médecine sociale, la police médicale.

  • 112 V. Ferrone, Scienza natura religione. Mondo newtonano e cultura italiana nel primo Settecento, Nap (...)
  • 113 « La medicina non è una scienza, è solo una cognizione : sarebbe desiderabile che divenisse capace (...)
  • 114 Sur ces solides fondements de la médecine napolitaine dans le baconisme et l’hippocratisme, voir A (...)
  • 115 G. Mosca, Dell’aria e delle malattie che ne dipendono, in cui la storia e cura di questi morbi si (...)

En outre, les médecins napolitains sont très marqués, de Francesco Serao à la génération suivante, par une même conception néo-hippocratique de la médecine. L’observation du corps humain, le refus de définir la médecine comme une science physico-mathématique sont les éléments d’un empirisme exprimé par Francesco Serao dans ses ouvrages des années 1730-1740112. Cette perspective est prolongée par Domenico Cotugno dans Dello spirito della medicina de 1772113, qui insiste sur l’utilité pratique du savoir médical, l’incertitude de cette connaissance, la nécessité de rechercher des remèdes, des soulagements physiques, et de contribuer ainsi à la « félicité publique », sans réduire la connaissance du corps humain à un système mathématique. La finalité de la médecine est l’amélioration de la condition humaine ; elle ne se justifie que par son utilité pratique114. Cette conception de la médecine, qui fait appel à l’observation expérimentale et à l’induction, implique de multiplier les observations, et donc d’avoir recours aux expériences des autres médecins. Les relations professionnelles et savantes sont donc plus que jamais nécessaires au milieu médical, pour l’avancée même de la recherche. Dès les années 1740, Giuseppe Mosca regrettait de n’avoir pu regrouper les observations d’autres médecins sur les maladies provenant de l’air respiré dans la capitale, et d’avoir dû pour cela limiter son enquête à un seul quartier115. De plus vastes échanges et collaborations semblent désormais possibles, dans le derniers tiers du xviiie siècle, notamment dans le cadre de l’académie royale.

  • 116 M. Sarcone, Istoria ragionata dei mali osservati in Napoli nell’intero corso dell’anno 1764, Naple (...)

69Mais avant même la fondation de cette académie, un exemple assez exceptionnel de collaboration entre médecins, de rassemblement d’observations réalisées par divers praticiens, nous est donné par le beau livre de Michele Sarcone sur l’épidémie de 1764116, qui se présente en fait comme un grand ouvrage collectif :

  • 117 Ibid., vol. 1, p. 68.

E tutto ciò troverassi avvalorato da varj nomi di molti, e tutti savj medici, e diligenti osservatori professanti la medicina in diversi siti della capitale con lustro, con frequenza, e con veracità, di sorta che per questa parte la descrizione generale della epidemia potrà riguardarsi piuttosto come l’opera di una società medica, che come semplice lavoro di un privato117.

  • 118 Michele Sarcone souligne que ce n’est pas à l’homme d’État qu’est dédiée cette œuvre mais uniqueme (...)

70Après une dédicace au ministre Bernardo Tanucci118, la préface insiste sur les vertus de l’observation en médecine, sur l’apport de l’anatomie, sur la nécessité de décrire précisément les maladies, leurs symptômes, les effets des soins pratiqués : « il sapere degli uomini non è sempre figlio del sistema. Il più, che sappiamo è frutto di dura esperienza ». La connaissance ne peut donc venir que d’observations et d’expériences accumulées et croisées, qui dépassent les possibilités d’un seul médecin et exigent la mise en commun des recherches :

  • 119 Ibid., vol. 1, p. 69-70.

Il disegno di un edificio così vasto, e che seco racchiude non la storia di un semplice ospedale, o di una comunità, ma la descrizione dei mali osservati nel corso intero dell’anno 1764 in una capitale di tanta popolazione come è Napoli, vede chiaramente ciascuno, che non poteva coi materiali di uno solo ridursi a buon fine. Debbo perciò render guistizia a moltissimi dotti amici, e medici insigni, i nomi dei quali si troveranno in proprio luogo registrati, per la generosa cura, con cui han meco contribuito alla esecuzione del mio disegno, e si sono compiaciuti di assistermi con le loro osservazioni119.

71En effet, Sarcone cite divers noms de médecins à la fin de chaque paragraphe de ses observations sur l’épidémie, comme s’il réalisait la synthèse de plusieurs rapports qui lui auraient été remis sur la question. Quelle est la « società medica » qui s’est formée autour du projet éditorial de Michele Sarcone, alors médecin à l’hôpital du régiment suisse de Carlo Floriano Jauch ?

  • 120 Ibid., vol. 3, p. 249 sq.
  • 121 Ibid., p. 244-48.
  • 122 C. Cinque conclut ainsi sa lettre : « amatemi, percè vi amo : conservatevi a cose degne di voi, e (...)
  • 123 F. Serao n’a alors lu que des passages de l’ouvrage envoyé par l’auteur, mais l’en félicite : « In (...)

72La plus grande reconnaissance de l’auteur va d’abord à Michelangelo De Rubertis et à Cesare Cinque, professeurs à l’Université, actifs pendant l’épidémie au sein de la Députation de la santé. Ses considérations sur l’épidémie s’appuient sur les observations de Francesco Serao (« insigne letterato, ed ornamento prezioso della medicina Napoletana »), Domenico Cotugno (« dotto amico »), Pasquale Pisciottano (« ottimo amico »), Giuseppe Vairo, Procopio Rossi, Francesco Molo, Baltassare Perris, Tommaso Pagliara, Giuseppe Feniziani, Giuseppe Mosca, Charlier, Antonio Viglianti, Lorenzo Zona (« mio dotto amico »). Il cite en outre les deux chirurgiens de son hôpital, Reüche et Bayer, ainsi que Domenico Cotugno, Gherardo Gervasi, Niccolò Franchini et Sabato Di Mauro pour leurs observations anatomiques. Michele Sarcone publie dans son ouvrage diverses lettres et notes de ses collaborateurs : les indications fournies par Antonio Viglianti120, une lettre de Domenico Cotugno adressée à l’auteur dans laquelle il commente favorablement la description qu’il a donnée des fièvres épidémiques et détaille ses propres observations sur les fièvres putrides121, une lettre de Cesare Cinque qui le complimente de son travail et qui signale une relation étroite entre les deux hommes122, une lettre de Francesco Serao du 15 août 1765123, une autre de Giuseppe Mosca du 12 août 1765 qui confirme le bien-fondé de la méthode curative exposée par l’auteur. Si ces lettres publiées, en plus d’apporter la preuve d’une réelle collaboration, sont destinées à placer l’ouvrage sous l’autorité de médecins expérimentés et renommés, les médecins cités sont, dans leur ensemble, de générations différentes, et diversement établis au sein des institutions scientifiques et professionnelles. L’homogénéité du groupe est construite en fait sur une certaine interprétation de l’épidémie et sur un accord concernant les remèdes qui furent efficaces. En effet, l’auteur prend position par rapport à ceux qui ont publié sur le même sujet dès l’automne 1764 ou dans les premiers mois de 1765 (Francesco Merli, Sebastiano Cantera, Celestino Cominale, Domenico de Muti et Giovanni Vivenzio) :

  • 124 Ibid., vol. 2, p. 5.

mi duole, che le mie osservazioni, e quelle dei molti medici illuminati, che sono stati non già spettatori dei mali di due, o tre famiglie, o di una comunità, ma posti nel vero, e frequentissimo commercio tra gli ammalati della capitale, e dei grandi ospedali, mi spingono per istrada molto opposta a quella disegnata dal signor Cantera : non siano sempre, e costantemente uniformi a quelle dei signor Merli, e Vivenzio, sia nel carattere del male, sia nel metodo curatorio124.

  • 125 On trouvera une longue diatribe contre ce médecin, plus influencé, selon l’auteur, par ses lecture (...)

73Il polémique en outre vivement contre Tommaso Fasano, lié à Serao, qui a exercé en compagnie de Cesare Cinque pendant l’épidémie, sur l’usage thérapeutique de la « china-china » (quinquina), ce qui donne lieu à un intéressant développement sur les critères de validité de l’expérimentation125. Conflits et exclusions, alimentés par des débats scientifiques, mais qui recoupent aussi peut-être des positions institutionnelles et personnelles – ce qu’il faudrait établir par une meilleure connaissance des carrières et des réseaux de relations des divers médecins concernés –, divisent donc les milieux médicaux. On voit bien, à l’occasion de l’épidémie de 1764, comment certains médecins se hâtent de publier leurs observations sur un événement pathologique inédit afin de se faire une réputation, tandis que l’ouvrage de Sarcone apparaît, au-delà de ses apports scientifiques, comme l’entreprise de légitimation d’un groupe. Dans ce livre, le grand hôpital apparaît à plusieurs reprises comme un lieu de diagnostic et de soins, mais aussi d’expérimentation et de recherche scientifiques, le grand nombre de malades, et de praticiens travaillant ensemble, permettant de parvenir à des résultats convaincants et valides sur les méthodes thérapeutiques. Sarcone récuse souvent les cas singuliers comme n’apportant pas une preuve suffisante : par là même, un poste dans un grand hôpital urbain garantit au médecin non seulement un débouché professionnel, mais une participation à l’élaboration de la connaissance médicale, et donc une activité savante, à laquelle il ne peut espérer parvenir en traitant, isolément, sa seule clientèle privée : la supériorité du médecin hospitalier, dans le cadre de l’affirmation de la médecine empirique, est ainsi nettement soulignée.

  • 126 Teoria e pratica dell’elettricità medica del signor Tiberio Cavallo, membro della S.R. di Londra, (...)
  • 127 Domenico Cotugno note dans son Iter italicum de 1765 avoir rencontré Veratti à Bologne avec lequel (...)
  • 128 Giuseppe Saverio Poli (Molfetta 1746 – Naples 1825) a fait ses études à Padoue auprès de Morgagni (...)

74Une autre publication permet de mettre en évidence un groupe de médecins liés par des expériences communes, et des observations partagées dans les soins pratiqués. Il s’agit de la traduction et publication, par Giovanni Vivenzio, en 1784 – il est alors Protomedico et membre de plusieurs académies étrangères (notamment de la société royale de médecine de Paris) – de deux traités sur l’électricité médicale, accompagnés d’une histoire, de sa plume, de l’usage médical de l’électricité126. Cet ouvrage est réalisé dans le but explicite d’instruire les jeunes médecins, et de leur donner des connaissances très pratiques grâce à une description minutieuse des machines servant à administrer l’électricité se trouvant dans son cabinet de physique. On retrouve donc ici cet impératif de formation si souvent exprimé par les autorités médicales dans le dernier tiers du siècle. Il fait en outre état de diverses expériences réalisées par lui-même et d’autres médecins napolitains concernant l’utilisation de l’électricité comme thérapie dans certaines maladies, notamment des rhumatismes et des paralysies. L’histoire qu’il fait de ces soins commence en 1747, avec les expériences de Giovanni Francesco Pivati, membre de l’Institut de Bologne, répétées, à Bologne encore, par Giuseppe Veratti127. Vivenzio fournit ainsi un ultérieur témoignage de la fécondité des liens entre le milieu médical napolitain et l’Institut de Bologne à partir des années 1740. L’ouvrage révèle en outre l’estime qu’il porte à Luigi Visone « medico di gran riputazione, e fortuna », décédé au moment de la parution de l’ouvrage, et à Giuseppe Saverio Poli128, professeur de physique expérimentale, ayant séjourné à Londres, et auteur des Elementi di fisica sperimentale composti per uso della Regia Università (1783) dans lesquels il relate ses soins par l’électricité.

  • 129 Les périodiques également accueillent ce besoin de communiquer observations et expériences entre m (...)

75Comme en témoignent les deux exemples évoqués ci-dessus, liens et solidarités entre médecins se construisent autour de pratiques professionnelles et scientifiques communes, d’expérimentations thérapeutiques129. Protomedico, médecins de cour et primari universitari ont pu jouer un rôle fondamental dans l’impulsion donnée à certaines de ces expérimentations en s’appuyant sur leur autorité dans la profession, les clientèles de jeunes médecins qu’ils ont formés, leurs facilités à publier leurs résultats sous protection royale, et exercer ainsi une certaine hégémonie scientifique dans la discipline.

76À n’en pas douter, les orientations de la médecine napolitaine, surtout après 1764, lorsque les médecins prennent conscience de l’importance de leur rôle social, et de la nécessité de pousser les autorités publiques à prendre de nouvelles mesures hygiénicosanitaires, alimentent de nouveaux réseaux d’échanges intellectuels.

  • 130 Voir la Vita Nicolai Cyrilli dans les Consulti medici de N. Cirillo publiés à Venise en 1741, et d (...)

77Une étude approfondie des publications des médecins appartenant aux institutions culturelles et professionnelles de la capitale serait très utile pour identifier la nature des liens entre ces nombreux personnages. Les publications peuvent révéler des liens privilégiés, comme ceux entre Francesco Serao et ses protecteurs Nicola Cirillo ou Celestino Galiani130, entre Francesco Serao et Tommaso Fasano, qui publie, en 1784, De vita, muniis et scriptis Francisci Serai philosophi et medici neapolitani clarissimi commentarius. Lorsque Cotugno publie, en 1761, De acquaeductibus auris humanae internae anatomica dissertatio, c’est, comme il l’indique dans la préface, l’« amicissimus vir » Domenico Cirillo qui dessine les deux tables de préparations anatomiques.

  • 131 « È sorte di questo grand Spedale l’aver voi alla sua testa ; che non sentite solo quanto importan (...)

78Ces publications révèlent aussi, à travers l’étude des dédicaces, des liens d’amitié, des mécénats, des recherches de protection, des gratitudes. Ainsi, Domenico Cotugno dédie à Domenico di Gennaro131 son ouvrage Dello spirito della medicina. Raggionamento accademico letto nel Teatro Anatomico del Regio Spedale degl’Incurabili di Napoli in un solenne congresso il dì 5 marzo 1772. Filippo Baldini est élu membre de l’Institut de Bologne en 1775. Le premier ouvrage qu’il publie par la suite, intitulé De’ Sorbetti, est dédicacé à son protecteur, « il signor Senatore Ulisse Gozzadini [...] Ambasciatore di Bologna alla Santa Sede », qui lui avait servi d’introduction auprès de Sebastiano Canterzani, secrétaire de l’académie.

79L’importance quantitative des dédicaces au roi, aux membres de la famille royale ou aux personnages de la cour, indique que les liens étaient étroits entre les milieux courtisans et les principaux médecins de la capitale. Les hommages rendus par les letterati aux grands personnages de la cour ou en visite auprès des souverains constituent même une incitation réelle à l’édition. J’en retiendrai un seul exemple. En 1766, Francesco Serao publie chez Giuseppe De Bonis, à Naples, les Opuscoli di fisico argomento (description de l’éléphant offert par le sultan à Charles de Bourbon, observations anatomiques faites sur un lion et un sanglier). Sa dédicace à Charles Guillaume, prince héréditaire de Brunswick-Lunebourg, expose clairement les circonstances de cette publication :

La comparsa avventurosa di vostr’altezza in Napoli ha eccitato lo spirito di ogni ordine di personne a celebrarla [...] e coloro, che professano lettere, onorati dall’Augusta presenza vostra nelle Regie pubbliche scuole, nelle Librerie, ne’ Musei [...] an tutti voluto farle qualche mostra di omaggio, presentandole alcun’Opera loro. Ebbi anch’io l’onore di offerirle umilmente le Scritture attinenti al Vesuvio, e alla Tarantola ; poichè non avea in pronto copie decenti di questi altri Opuscoli, risolsi di fargli prontamente ristampare, animato dall’Affabilità ed avvenenza Vostra sovrumana ; e dal piacere speciale, che mostraste in riconoscere e considerare gli Avanzi dell’Elefante, serbati nella Pubblica Accademia.

80Pour compléter l’étude, il faudrait aussi faire leur place, à côté de la recherche médicale, étroitement liée à la formation et à l’exercice de la profession (consultations médicales, médecine pratique, l’esprit de la médecine, etc.) aux recherches et publications qui témoignent d’autres préoccupations intellectuelles (magie, philologie, etc.), et aux liens avec d’autres groupes d’intellectuels dont elles peuvent témoigner.

81Mieux encore que l’étude de la production imprimée des médecins, celle des correspondances permettrait d’analyser plus minutieusement les relations construites au fil d’une carrière, mais aussi les conflits et les exclusions.

82Un bref aperçu de la correspondance de Domenico Cotugno, fait apparaître, à côté de nombreux échanges de lettres à caractère professionnel (consultations sur des cas et des pathologies, etc.), un intense échange de livres et de nouvelles sur les productions. Ainsi, par exemple, Sebastiano Canterzani lui fait savoir, le 6 avril 1776, qu’il a confié des livres à Nicola Cristofani qui se rendra à Naples ; il annonce le sixième volume des actes de l’académie. M. Troja, de Paris, lui fait connaître le Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent de J. L. Petit. Des échanges fournis qui permettraient d’analyser l’intérêt scientifique réel des affiliations académiques, de connaître l’extension géographique des relations intellectuelles, et leur évolution au cours de la vie et de la carrière de ce grand médecin. Sa correspondance révèle encore le rôle qu’il a joué dans la formation de jeunes médecins, destinés à exercer leur art dans les provinces, sa position d’intermédiaire pour la diffusion de la culture scientifique auprès d’anciens élèves qui s’adressent régulièrement à lui. Un jeune disciple lui écrit en 1782 de Gallipoli : « Voi siete Maestro in una Capitale, io sono discepolo oscuro in un cantone » ; les nouvelles scientifiques lui parviennent avec retard, et souvent pas du tout.

  • 132 BNN, San Martino, 395, 178.

Leggo, o rileggo qualche Catalogo, m’imbatto a di qualche libro, il cui titolo mi ferisce, e cerco di averlo, ma spesso per non dire spessissimo resto deluso [...] e me ne pesa di averci speso il denaro. Mi delizio spesso colle vostre opere alla mano, e mi par di sentirvi da sulla Cattedra [...] Io avrei positiva premura di aver nelle mani una Memoria registrata negli Atti dell’Accademia di Parigi del 1759, dell’autore dell’articolo Osservazioni meteorologiche del gran dizionario dell’Enciclopedia, che dicesi da lui letta ed iscrita negli atti ; nella quale si dimostra, che lo stato particolare dell’aria nelle vicinanze del mare, de’ Laghi, e de’ Fiumi, era la principale e pressoche l’unica cagione delle Febri intermittenti [...] Voi, volendomi favorire, potresse darne l’incombenza a qualche vostro Giovane per farmela trascrivere o in Francese, o in Italiano, come meglio gli riesce, e trasmettermela a vostro commodo132.

83Livres et mémoires manuscrits circulent intensément dans les correspondances savantes.

  • 133 BNN, San Martino, 395, lettre du 20 octobre 1766.

84Notons enfin que certaines lettres peuvent révéler la perception extérieure qu’ont les savants du milieu scientifique napolitain. Ainsi, Felice Fontana signale à Domenico Cotugno le voyage à Naples de Ramsay, secrétaire de l’Académie d’Edimbourg, qui souhaite rencontrer divers hommes de sciences, en médecine, physique et anatomie. Il lui demande expressément de présenter F. Serao, G. M. Della Torre, et D. Cirillo à cet étranger de passage133.

CONCLUSION

  • 134 Sur la définition et la réglementation (normes sur la formation et sur les débouchés) des professi (...)

85Dans le milieu des médecins napolitains, les réseaux d’échanges intellectuels sont bien sûr fondés sur des intérêts scientifiques communs, liés à une spécificité disciplinaire, renforcés sans doute par les processus de professionnalisation en cours dans le derniers tiers du xviiie siècle134, et les avancées de la médecine pratique.

86Pourtant certains de ces médecins s’insèrent dans des réseaux intellectuels bien plus larges, grâce aux positions acquises dans l’enseignement universitaire (liens maître/disciples), à leur insertion dans les milieux académiques, et à leurs fonctions publiques au sein d’institutions sanitaires propres à la capitale (hôpitaux, magistrature de santé...). Cette place des médecins napolitains dans les milieux intellectuels de la ville, mais aussi italiens voire européens, s’explique aussi par une redéfinition des savoirs, et l’affirmation de l’idée de santé publique qui élargit leur rôle et leur réflexion (conseil du prince sur la police sanitaire, médecine sociale). La professionnalisation accrue des médecins ne leur confère certes pas nécessairement un statut d’« intellectuels ». En revanche, des formes de professionnalisation plus poussées entraînent une meilleure organisation des milieux professionnels, une plus grande visibilité, et une majeure légitimité sociale qui permettent à certains membres de la profession d’accéder à des milieux savants auparavant plus difficiles d’accès.

87Les éléments, encore partiels, de cette étude sur le milieu des médecins à Naples dans la seconde moitié du xviiie siècle permettent de mettre en évidence les liens étroits qui unissent activités, réseaux intellectuels et institutions de la profession, avec leurs caractéristiques proprement métropolitaines (Cour, université, magistrature de santé, hôpitaux). Parallèlement à la professionnalisation de la médecine et à l’affirmation de nouveaux savoirs (médecine sociale et hygiéniste, anatomie, chirurgie, clinique), émerge, à Naples, à la fin du xviiie siècle, un groupe d’intellectuels médecins proche de la monarchie, artisan ou issu de la réforme universitaire, œuvrant pour un majeur contrôle scientifique de la profession, et présentant un profil social à peu près inédit précédemment. La réforme universitaire, la place accordée aux compétences dans les recrutements ont permis à quelques hommes, nés vers 1740-50 et souvent peu fortunés, d’occuper une place non négligeable dans le monde de la culture napolitaine, et rayonnant même au-delà de la ville, en Italie et en Europe, à partir des années 1770-80. Les médecins ont occupé une place remarquable dans le processus de renouvellement des milieux intellectuels napolitains, ont participé à la création et à la transformation des organismes culturels.

88Cette affirmation de la culture médicale napolitaine dans le contexte international, à la fin du xviiie siècle, a été rendue possible par le programme de réorganisation culturelle des Bourbons (réformes universitaires, renouvellement de l’instruction militaire, etc.), par la protection des souverains dont jouirent certains médecins, surtout après l’épidémie de 1764 qui valorise la médecine comme « savoir utile » nécessaire au bon gouvernement d’un monarque désireux d’asseoir sa puissance sur une population nombreuse et en bonne santé, et d’assurer la « félicité publique » de ses sujets.

89Soulignons la continuité des liens de protection qui unissent les diverses générations des plus illustres médecins des années 1730 à la fin du siècle. Dans les années 1730, la scène est dominée par Nicola Cirillo, médecin de grand prestige, ami du Cappellano Maggiore Celestino Galiani, animateur de sa nouvelle Académie des sciences, professeur de renom à l’Université, et désormais à la fin de sa carrière. La protection de ces intellectuels influents, auxquels on peut ajouter Faustina Pignatelli, permet à Francesco Serao, jeune professeur à l’Université dans les années 1730, d’occuper à son tour une position hégémonique dans le milieu des médecins, à Naples, vers 1750 ; il devient du reste Protomedico du royaume à la fin de sa vie. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’Université réformée joue, en dépit des nombreux cours que les médecins continuent de donner en ville en privé, un rôle nouveau. Des médecins réputés y livraient leurs enseignements, et ces enseignements déterminaient et maintenaient un réseau dense de rapports, de liens parfois intimes, entre les différentes générations de médecins, entre maîtres et disciples. L’Université de la capitale, pour de jeunes provinciaux sans ressources, pouvait assurer un titre professionnel, une légitimation sociale, des revenus, et enfin protections et amitiés permettant de conduire une carrière. Avec la génération de Domenico Cotugno, et plus encore celle de ses élèves, émergent à Naples des groupes consistants de médecins, ayant connu une nouvelle formation (importance nouvelle de l’anatomie et de la chirurgie), engagés dans des activités intellectuelles (expérimentations, publications, enseignement à l’université, dans les écoles militaires, etc.), à l’identité professionnelle mieux définie que par le passé (conscience d’appartenir à un corps professionnel spécifique avec son savoir requis et ses obligations), présents dans les organismes culturels de la ville, et ouverts aux grands centres de la culture scientifique européenne (Paris, Londres, Bologne, Padoue...). À partir des années 1770, le nombre de jeunes médecins à la recherche d’emplois, de rémunérations et de reconnaissance scientifique et professionnelle renforce concurrences, liens interpersonnels, et inimitiés au sein de ce milieu. Ce nouveau contexte a des conséquences importantes sur l’activité intellectuelle même : polémiques scientifiques, nécessité de publier pour asseoir sa réputation et donc augmentation de la production imprimée, recherche des titres académiques, ou des reconnaissances savantes à l’extérieur de la ville (voyages, affiliations académiques, etc.). On a souligné la dépendance des médecins les plus prestigieux des milieux de cour, qu’il s’agisse de Serao, de Vivenzio ou de Cotugno, leurs relations étroites avec le système des pouvoirs urbains, leur collaboration au programme réformateur des Bourbons. Néanmoins, à la fin du siècle, les processus de professionnalisation en cours ont peut-être consenti, pour les plus jeunes sans doute, un relatif relâchement de ces liens. Par ailleurs, il faudrait étudier les relations entre les médecins de la capitale, et ceux qui, une fois obtenue la laurea, rentrèrent exercer dans leur province natale. Une certaine continuité, cimentée par les liens intergénérationnels maîtres – élèves, se traduit aussi sur le plan des savoirs par des préoccupations et des expérimentations collectives, par une réflexion, sur certaines questions médicales, poursuivie sur plusieurs décennies, et enfin par un empirisme qui, de N. Cirillo, chez lequel le systématisme cartésien avait déjà perdu de l’importance, à D. Cotugno, en passant par F. Serao, ne cesse de s’affirmer.

Notes

1 A. Musi, La professione medica nel Mezzogiorno moderno, dans A. Pastore, M. L. Betri (dir.), Avvocati, medici, ingegneri : alle origini delle professioni moderne, Bologne, 1997, p. 85. Voir aussi Id., Medici e istituzioni a Napoli nell’età moderna, dans P. Frascani (dir.), Sanità e società. Abruzzi, Campania, Puglia, Basilicata, Calabria. Secoli xvii-xx, Udine, 1990, p. 19-71.

2 D’après la description de Naples de Camillo Tutini, 66 personnes auraient exercé une profession médicale au milieu du xviie siècle. Cf. G. Galasso, Alla periferia dell’Impero. Il regno di Napoli nel periodo spagnolo (secoli xvi-xvii), Turin, 1994, p. 356.

3 A. Musi, La professione medica cit., p. 86.

4 G. M. Galanti, Della descrizione geografica e politica delle Sicilie, éd. par F. Assante et D. Demarco, Naples, 1969, vol. 1, p. 264.

5 A. Musi, La professione medica cit., p. 85.

6 Voyage d’un François en Italie, fait dans les années 1765 et 1766, Paris, chez Desaint, 1769 (deuxième édition), t. 6, chap. XIII, « Des sciences et des arts », p. 231 sq.

7 G. M. Galanti, Breve descrizione della città di Napoli e del suo contorno, Naples, 1792, chap. XII « Scienza e letteratura », p. 226-227.

8 N. Cirillo (1671-1734) : médecin à l’hôpital des Incurables, il donne des cours privés dès 1692 et enseigne à l’Université de Naples à partir de 1695, d’abord comme suppléant de Luca Tozzi (1638-1717), titulaire de la première chaire de médecine et Protomedico, appelé à Rome par Innocent XII à la mort de Marcello Malpighi. En 1705, il obtient la chaire de physique, en 1706, la seconde chaire de médecine pratique, en 1717, la première de médecine théorique, en 1726, la première de médecine pratique qu’il occupe jusqu’à sa mort. En 1732, il est président de l’Académie des sciences de Celestino Galiani dont F. Serao est le secrétaire. En 1738, F. Serao assure la publication posthume de ses Consulti medici. Cf. A. Russo, Profilo di Nicola Cirillo, medico, filosofo, scienziato (1671-1734), Rome, 1957.

9 ASN, Scrivania di razione, F. 32 (lettori pubblici, 1745-1805), fol. 43 et 68.

10 C’est grâce à Celestino Galiani (1681-1753) que F. Serao peut publier ses Orazioni inaugurali (celle de 1732 pour la chaire d’anatomie, celle de 1733 pour la chaire de médecine théorique). Son Istoria dell’incendio del Vesuvio..., écrite sur commission du roi pour l’académie des sciences, est également patronnée par Galiani. Sur C. Galiani, voir en particulier : F. Nicolini, Un grande educatore italiano : Celestino Galiani, Naples, 1951 ; M. Caffiero, Scienza e politica in un carteggio di Celestino Galiani (1714-1732), dans Archivio della società romana di storia patria, 101, 1978, p. 311-344 ; V. Ferrone, Celestino Galiani : un inquieto cattolico illuminato nella crisi della coscienza europea, dans Archivio storico per le province napoletane, terza serie, XIX, 1980, p. 277-381.

11 Cf. A. Borrelli, Lettere di Francesco Serao a Giambattista Morgagni, dans Giornale critico della filosofia italiana, LXXVI, II, mai-août 1997, p. 263-285.

12 Lalande, op. cit., édition de 1769, t. 6, p. 237.

13 Voyage d’un François en Italie..., Paris, Desaint, 1786, t. 7, chap. IX « Des sciences et des arts », p. 214 sq.

14 « Volendo il Re dare a VS Ill[ustrissima] in un tempo, e un pubblico attestato della Sua Reale Soddisfazione per l’assistenza fatta in questo Real Sito a S.A.R. il Principe Ereditario Suo amatissimo Figlio nella ultima da Lui sofferta malattia, ed un controsegno non equivoco della stima che fa della Sua Persona, e per i Suoi rari talenti, e per le varie utili produzioni date alla luce, mercè le quali gode ben fondata riputazione, e nel Proprio e ne’ Forestieri Paesi egualmente che pel Comune applauso, con cui regge la Cattedra, ed esercita la Professione, è benignamente venuta la M.S. ad accordare a VS Ill[ustrissi]ma gli onori di Medico della Sua Reale Camera [...]. Caserta 8 novembre 1784 », BNN, San Martino, 394, 114.

15 Cf. De Aquaeductibus auris humanae internae anatomica dissertatio, Naples, 1761, et De ischiade nervosa commentarius, Naples, 1764. Sur D. Cotugno, voir la notice de L. Premuda, dans DBI, vol. 30, 1984 ; D. Cotugno, Opere, éd. par A. Iurilli, Manduria-Bari-Rome, 1986 ; A. Borrelli (éd.), Domenico Cotugno. Documenti d’Archivio 1766-1833, Naples, 1997 ; A. Borrelli, Istituzioni scientifiche, medicina e società. Biografia di Domenico Cotugno (1736-1822), Florence, 2000.

16 Sur ce médecin mal connu, né à Naples au milieu du xviiie siècle, intéressant pour sa production de nombreux traités d’hygiène privée et publique, je me permets de renvoyer à mes articles La topographie médicale de Naples de Filippo Baldini, médecin hygiéniste au service de la Couronne, dans MEFRIM, 101, 1989, 2, p. 695-732, et Les traités d’hygiène publique (1784-1797) de Filippo Baldini, médecin à la Cour de Naples : culture médicale et service du roi, dans Nuncius. Annali di storia della scienza, 1993, fasc. 2, p. 457-86.

17 Cf. Storia dell’Università di Napoli, Naples, 1924 ; G. De Blasiis, L’università di Napoli nel 1714, dans Archivio storico per le provincie napoletane, I, 1876, p. 141-146.

18 Celestino Galiani présente son plan de réforme de l’université à Charles de Bourbon le 13 octobre 1734. Les cours sont transférés du monastère S. Domenico au Palazzo degli Studi, bâtiment construit par Domenico Fontana, utilisé comme caserne sous les vice-rois.

19 « Tutte le cattedre furono fatte perpetue, e dal numero de’ votanti furono discacciati i frati, cosicché oggi hanno voce sulla scelta de’ professori i lettori primari dell’università col loro prefetto ; i consiglieri della camera reale ; il luogotenente, il decano e primo avvocato fiscale della Sommaria ; il presidente del commercio ; il consultore del Cappelano maggiore ; il protomedico del regno ; il vicecancelliere della facoltà che si dee provvedere », G. M. Galanti, Della descrizione cit., vol. 1, p. 260.

20 L’Université quitte le Palazzo degli Studi pour s’installer au Salvatore, ancien collège jésuite.

21 Sur ce transfert, proposé au souverain par Giovanni Vivenzio, médecin de la reine et futur Protomedico du royaume, soutenu par Cotugno, Cirillo et Troja, cf. A. Borrelli, Medicina e società a Napoli nel secondo Settecento, dans Archivio storico per le province napoletane, CXII, 1994, p. 128-131, et Id., Le origini della scuola medica dell’ospedale degl’Incurabili di Napoli, dans Archivio storico per le province napoletane, CXVIII, 2000, p. 135-149.

22 G. M. Galanti, op. cit., vol. 1, p. 262.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 271.

25 Dans une supplique adressée au souverain le 23 mars 1782, G. Vivenzio dénonce les désordres de l’Université, et les pratiques du Collège des docteurs : « I Testimonj si producono a capriccio, e per una mera formalità. Que’ Professori ignoranti, che intervengono nel Collegio, intenti solo ad un vile guadagno, non curano e non sanno né anche vedere le cognizioni di chi dottorano. Le più sciocche Orazioni si applaudiscono, senza né anche sentirle. La corruzione, che regna su queste cose, è passata in Proverbio, e non è l’ultima delle ragioni, per le quali il Carattere di Medico è stato posto in derisione », cité par A. Borrelli, Medicina e società a Napoli cit., p. 172.

26 Comme le souligne G. M. Galanti, « la gioventù era obbligata a portarsi nella capitale per apprendere le due facoltà, che più di tutte le altre sono in voga e danno da vivere, quali sono la giurisprudenza e la medicina » (De la descrizione cit., vol. 1, p. 263).

27 À titre d’exemple, notons que Domenico Cotugno, à peine employé comme assistant aux Incurables, à partir de 1754 – il a alors 18 ans –, ne reçoit plus rien de sa famille. L’hôpital le loge (mais ne le nourrit pas), et lui donne 10 carlins par mois. Il doit alors donner des leçons particulières. Le gouverneur de l’hôpital, Gaetano Albertini, « suo dotto, e vero mecenato », ordonne, en le voyant pâle et souffrant, qu’on lui procure de la nourriture et une meilleure pièce où dormir. Cf. Vita di Cotugno, ms XXII A 8, fol. 172-177, conservé à la bibliothèque de la Società napoletana di storia patria.

28 La Laurea obtenue en 1738, il donne des leçons particulières d’anatomie et de médecine. G. Origlia le cite parmi les dotti dans son Istoria dello studio di Napoli, 2 vol., Naples, Nella stamperia di Giovanni di Simone, 1753-54 : « il quale benchè giovine si trova per lo suo talento reputato molto famoso in Medicina » (t. 2, p. 389).

29 ASN, Scrivania di razione, 32.

30 Une lettre du Marquis della Sambuca, du 30 décembre 1778, adressée à D. Cotugno, reconnaît « la stima universale di Europa » qu’il s’est attirée pour ses « molte opere pubblicate » ; « considerando per l’altra parte la M.S., che non può la Notomia insegnarsi mai a dovere, nè apprendersi con profitto, se non coll’ispezione oculare delle parti ; ha risoluto e vuole, che nell’entrante Anno nuovo passi VS. a far le sue Lezioni nel Teatro Anatomico degl’Incurabili, dimostrando tutto sopra i Cadaveri stessi ; e a tale oggetto è destinato Incisore D. Sabato di Mauro ; [...] che si consideri la Cattedra di Anatomia come le altre Primarie, col Voto, e con tutte le altre onorificenze alle medesime annesse », BNN, San Martino, 394, 113.

31 Cf. A. M. Rao, Esercito e società a Napoli nelle riforme del secondo Settecento, dans Studi Storici, 28, 1987, 3, p. 623-677.

32 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze. La reale accademia napoletana di Ferdinando IV : storia di un progetto, dans Studi Storici, 30, 1989, 2, p. 454.

33 G. Origlia, op. cit., t. 2, p. 389. La Reale Accademia di artiglieria (fondée en 1744), et la Reale Accademia del corpo degli ingegnieri (fondée en 1754) fusionnent en 1769 dans la Reale Accademia militare. Cf. A. M. Rao, Esercito e società a Napoli cit., p. 635.

34 G. M. Galanti, De la descrizione cit., vol. 2, p. 91.

35 BNN, San Martino, 395, 241.

36 Antonio Sementini occupe la chaire de physiologie de l’Université à partir de 1782.

37 Sur l’organisation de la Députation de la santé et l’évolution de ses activités, on pourra se reporter à mon article, Magistrature de santé, médecins et politiques sanitaires à Naples au xviiie siècle : de la lutte contre les épidémies aux mesures d’hygiène publique, dans Assainissement et salubrité publique en Europe méridionale (fin du Moyen Âge, époque moderne). Cahiers du Centre d’histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise Pascal/Clermont Ferrand II), 14, 2001, p. 39-50.

38 Sur la disette de 1764 et l’épidémie qui s’en suit, voir notamment F. Venturi, 1764 : Napoli nell’anno della fame, dans Rivista Storica Italiana, LXXXV, 1973, p. 394-472, et G. Botti, « Febbri putride e maligne » nell’anno della fame : l’epidemia napoletana del 1764, dans P. Frascani (dir.), Sanità e società cit., p. 75-100.

39 Auparavant, les deux médecins ordinaires étaient Cesare Cinque et Francesco Taglialatela. Ce dernier, décédé le 1er mars 1764, est remplacé par Giuseppe Vairo, choisi contre Stefano Dai, et Bartolomeo Civitelli, également proposés ; ASN, Supremo Magistrato di Salute, registres des délibérations (dorénavant ASN, SMS, r.d.), 497. L’augmentation des charges au sein de la Députation, pour les médecins ordinaires, conduit, en 1768, à l’élection de Luca Piccolo comme médecin extraordinaire (ASN, SMS, r.d., 497, 5 février 1768). En 1777, Cesare Cinque prend sa retraite et Luca Piccolo le remplace (ASN, SMS, r.d., 498).

40 Comme en témoigne la documentation de la magistrature de santé, il est médecin ordinaire de cette Députation dans les années 1780.

41 ASN, SMS, r.d., 495, rapport de ces deux professeurs sur une maladie des bovins en 1738.

42 ASN, SMS, r.d., 495, délibération du 17 août 1743. Les médecins ordinaires de la Députation sont : Felice Di Cesare (élu le 6 juin 1740), Tommaso Ricci et Ferdinando Prendarelli (élus en 1742) (ASN, SMS, r.d., 496).

43 ASN, SMS, r.d., 497.

44 ASN, SMS, r.d., 240.

45 ASN, SMS, r.d., 499.

46 ASN, SMS, affari diversi, 331. Le poste revient finalement à Angelo Fasano à la faveur des événements révolutionnaires de 1799.

47 Ibid.

48 En 1788 « umiliò alla Real Accademia delle Scienze di Napoli alcune memorie Fisiche, e nel 1790 diede alla luce un opera medica chimica sulle Acque Minerali di Manduria, Opera molto utile, opera che fù applaudita dal publico, e M.S. ebbe informi favorevoli dal Consigliere Intendente generale delli Allodiali d. Domenico di Gennaro duca di Cantalupo, dalli Medici di Camera, e dal Sup[re]mo Consiglio delle Finanze », ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 ASN, SMS, r.d., 499, 3 août 1776.

52 L. De Rosa, The Protomedicato in Southern Italy. xvi-xix Centuries, dans Annales cisalpines d’histoire sociale, Ière série, no 4, 1973, p. 103-117 ; Id., Mezzogiorno e organizzazione sanitaria nell’età moderna : alcuni aspetti, dans Rassegna economica, XXXVII, 1973, 6, p. 1363-1382 ; D. Gentilcore, Healers and Healing in Early Modern Europe, Manchester, 1998, chap. 2 : « The Royal Protomedicato and the Public Health » ; Id., I Protomedici come organismi professionali in Italia durante la prima età moderna, dans A. Pastore, M. L. Betri (dir.), Avvocati, medici, ingegneri cit., p. 93-104.

53 Le collège des docteurs de Salerne en est cependant indépendant.

54 Les revenus assurés à l’État par cet arrendamento sont de 10 252 ducats en 1748, 17 347 ducats en 1772-73. Cf. L. De Rosa, The Protomedicato cit.

55 ASN, Dipendenze della Sommaria, II seria, fs. 34, Consulta della Sopraintendenza Generale.

56 Les médecins de Cour ne comptent alors qu’un seul sopranumerario, Filippo Baldini.

57 Corps de cadets formé en 1772 sous la direction de Francesco Pignatelli. Il fusionne avec l’Académie militaire en 1774 (Reale Accademia militare del Battaglione Reale Ferdinando).

58 BNN, San Martino, 394, 34, lettre du 3 août 1794.

59 BNN, San Martino, 394, 92-93.

60 BNN, San Martino, 394, 94.

61 BNN, San Martino, 394, 86 et 91.

62 BNN, San Martino, 396, 166, lettre adressée à D. Cotugno, le 1er décembre 1790.

63 Ainsi par exemple, la lettre adressée par Leopoldo Micheli, professeur d’anatomie à la Sapienza, à Domenico Cotugno le 25 janvier 1780 (BNN, San Martino, 395, 154) témoigne du rôle de l’enseignement dans la diffusion des connaissances anatomiques : « Godo fra gli amici che avrete in Roma esser io il più antico, e per la mia situazione più in istato di conoscere, e rinnovare per le lezzioni, e dimostrazioni che devo fare ogn’anno in questo teatro anatomico della Sapienza li vostri agregi ritrovati di Notomia, che an dato un lustro glorioso a questo secolo. E vero che me ne corre l’obbligo come a pubblico professore ma godo di poter sodisfare nello stesso tempo per quanto posso a doveri che me ne dà la nostra buon’amicizia. Benché quest’Università non abbia molto numerosa affluenza di scolaresca, per goder tutte le provincie dello stato pontificio antiche università, oltre Bologna e Ferrara ; pure il concorso di quelli che si applicano alla Medicina e Chirurgia è sostenuto in principal parte da forastieri di molte nazioni d’Europa, che godo rimandarli alle lor patrie ben istrutti delle vostri singolari meriti nella Notomia, e Medicina. In Monpellier, ed in Parigi, il Sig. Dott. Dèmeste uno de miei carissimi allievi fece veder li vostri aquedotti nelle preparazioni che si portò da Roma fatte con la mia direzione. Restarono quelli Valentuomini sorpresi dall’eleganza delle preparazioni, e non sapevano staccar l’occhio da quella, che in una sol testa, mostrava nel suo sito naturale tutte le menome particelle dell’organo dell’udito. Lo stesso mi scrisse esser avvenuto in Lovanio, ed in Liegi sua patria [...] ».

64 M. Troja est originaire des Pouilles. Il étudie la médecine à Naples où il est élève de F. Serao et de D. Cotugno. Il obtient la laurea en 1772. De 1770 à 1774, il est assistant chirurgien à l’hôpital S. Giacomo de Naples. En 1774, il se rend à Paris pour se perfectionner en chirurgie à l’Hôtel-Dieu. En 1775 paraît son ouvrage Sulla virtù che hanno le ossa di rigenerarsi. De retour à Naples en 1779, il obtient la chaire des maladies des yeux et de la vessie à l’hôpital des Incurables. En 1780, il devient chirurgien de la Chambre du Roi et entre à l’Académie des Sciences et Belles Lettres. En 1799, il suit le roi en exil en Sicile, ainsi que de 1805 à 1811. En 1812, il rentre à Naples où il obtient la protection de Murat. Cf. G. Iacovelli, Gli acquedotti di Cotugno. Medici pugliesi a Napoli tra Illuminismo e Restaurazione, Lecce, 1988, p. 65-68.

65 Lettre de M. Troja à D. Cotugno, Paris, 13 janvier 1777. BNN, San Martino, 395, 78.

66 Il publia l’année suivante ses Lezioni attorno alle malattie degli occhi, ouvrage dédié à Ferdinand IV.

67 C. Padiglione, La biblioteca del Museo Nazionale nella Certosa di S. Martino in Napoli ed i suoi manoscritti, Naples, 1876, p. 101.

68 BNN, San Martino, 395, 73.

69 BNN, San Martino, 396, 166.

70 BNN, San Martino, 394, 34.

71 BNN, San Martino, 394, 35.

72 BNN, ms XIV H 48, Carteggio critico-fisico-cerusico tra li signori dottor Giovanni Bianchi ossia Iano Planci... e il dottor don Alessandro conte Catani, Naples, 1781. Ce manuscrit est signalé par F. Venturi, Settecento riformatore. I. Da Muratori a Beccaria, Turin, 1998 (1ère édition 1969), p. 552, note 3. Je remercie Antonio Borrelli d’avoir attiré mon attention sur ce document.

73 Ivi, p. 66-68.

74 Ivi, p. 107-114.

75 Sur l’importance des livres de médecine dans le développement, à la fin du xviiie siècle, des Lumières scientifiques, cf. A. Borrelli, Editoria scientifica e professione medica nel secondo Settecento, dans A. M. Rao (éd.), Editoria e cultura a Napoli nel xviii secolo, Atti del Convegno organizzato dall’Istituto Universitario Orientale, dalla Società italiana di studi sul secolo xviii e dall’Istituto italiano per gli studi filosofici, Napoli 5-7 dicembre 1996, Naples, 1998, p. 737-761.

76 M. Cavazza, Settecento inquieto. Alle origini dell’Istituto delle Scienze di Bologna, Bologne, 1990.

77 A. Leprotti (1687-1746), archiatre pontifical de Benoît XIV, lié à Celestino Galiani. F. Serao lui dédicace son ouvrage Vindiciae pro Nicolao Cyrillo adversus Lipsiensium responsionem, sur la polémique entre Cirillo et Lipsius, en 1738.

78 C. Dollo, Presenze meridionali nell’Accademia dell’Istituto di Bologna. Francesco Serao, Giuseppe Mosca, Andrea Gallo, dans R. Cremante et W. Tega (dir.), [...] un’Accademia (cosa non pensata per l’innanzi) de’ doti ed Scienza e letteratura nella cultura italiana del Settecento, Bologne, 1984, p. 233-253.

79 Auteur de : Trattato dell’aria e de’ morbi dall’aria dipendenti, Naples, 1746, thème approfondi dans Dissertazione delle febbri di mutazione d’aria e della loro preservazione e cura, Naples, 1755 ; Vita di Lucantonio Porzio (1761, 1765) ; Vita di Giovambattista Morgagni (1764, 1768). Il a participé activement à la lutte contre l’épidémie qui frappe Naples en 1764 (cf. infra).

80 Sur l’académie et les accusations de répandre la philosophie de Locke dont elle fut l’objet, cf. R. Ajello, Cartesianismo e cultura oltremontana al tempo dell’« Istoria civile », dans Pietro Giannone e il suo tempo. Atti del convegno di studi nel tricentenario della nascita, éd. par R. Ajello, Naples, 1980, p. 163-181.

81 « Accademia Rossiana » dans M. Maylender, Storia delle Accademie d’Italia, Bologne, 1976, t. V, p. 42. Berardino Rossi obtient, à l’Université de Naples, la chaire des « istituzioni mediche » en 1731, à la mort d’Antonio Cacace ; en 1735, la seconde de médecine pratique, qu’occupe Francesco Serao, à sa mort, en 1743. Cf. M. Mastrorilli, I lettori della scuola di medicina di Napoli dal secolo xiii alla fine del secolo xviii, Naples, 1906.

82 « [...] accademia formata da’ dotti ed eruditi medici dello stesso ospedale [Incurabili] per la istituzione e coltura, in tutte le scienze appartenenti alla facoltà medica, della gioventù destinata al servizio ed alla cura degli infermi ; col qual lodevole istituto accopiando la teoria alla pratica, e colla osservazione di sì gran numero d’infermi, questa Accademia produsse que’ tanti insigni medici, che somma fama si ebbero in Europa », C. Minieri Riccio, Cenno storico delle Accademie fiorite nella città di Napoli, dans Archivio storico per le province napoletane, V, 1880, p. 144.

83 P. Minervini, Lingua e cultura nel Settecento meridionale, Naples, 1974, p. 135. Notons en outre que le milieu médical des Incurables semble avoir été particulièrement sensible à la pénétration des idées révolutionnaires, comme en témoignent les exemples de F. Bagno et D. Cirillo. Un club y aurait été constitué pour favoriser l’entrée à Naples de l’armée française. Cf. G. Botti, Da ospedalericovero a ospedale clinico : il collegio medico-cerusico degli Incurabili di Napoli, dans G. Botti, L. Guidi, L. Valenzi (dir.), Povertà e beneficenza tra Rivoluzione e Restaurazione, Naples, 1990, p. 239-257.

84 C. Curzio, Discussioni anatomico-pratiche di un raro, e stravagante morbo cutaneo in una giovane Donna felicemente curata in questo grande Ospedale degl’Incurabili, indirizzate al chiarissimo Signor Abate Nollet, membro della Real Academia delle Scienze in Parigi, e Maestro di Fisica del Serenissimo Delfino, Naples, presso Giovanni di Simone, 1753, p. 10.

85 Cette célèbre académie du xviie siècle cesse son activité au début du xviiie siècle ; en 1733, sous l’impulsion de Nicola Maria Salerno, renaît une académie du même nom, héritière de la précédente. Cf. M. Maylender, Storia delle Accademie d’Italia cit., vol. 4, p. 183 sq. Voir Catalogo degli accademici oziosi e delle materie intorno alle quali ragioneranno in quest’anno MDCCXXXVIII, in Napoli, Per Felice-Carlo Mosca, Stampatore dell’Accademia, s.d. [1738]. On y trouve, pour les médecins, Agnello Firelli, professeur d’anatomie à l’Université, Carlo Curzio, Domenico Pedillo, Gaetano Negri, Michele Silvestri, Nicola del Re, Giuseppe Mosca et Gherardo Quaglia.

86 G. M. Galanti, Elogio storico del signor abate Antonio Genovesi pubblico professore di civil economia nella Università di Napoli, Naples, 1772, p. 43-44.

87 A. Brigaglia, P. Nastasi, Bologna e il Regno delle Due Sicilie. Aspetti di un dialogo scientifico (1730-1760), dans R. Cremante, W. Tega (dir.), Scienza e letteratura cit., p. 211-232.

88 F. M. Zanotti, Opere scelte, Milan, 1818, Lib. 1, p. 27-28.

89 Ibid., p. 25.

90 Dominici Cotunnii Iter Italicum anni MDCCLXV, ms conservé à la BNN, éd. par L. Belloni, dans Memorie dell’Istituto lombardo, vol. XXVII, série IV, 2, Milan, 1960. Voir L. Messedaglia, L’« Iter Italicum patavinum » di D. Cotugno. G. B. Morgagni e l’Università di Padova nel 1765, dans Atti del reale Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 1913-14, LXXIII, parte seconda, p. 1691-1803, et A. Borrelli, Istituzioni scientifiche cit., chap. III.

91 G. H. Quignon, L’Abbé Nollet, physicien, son voyage en Piémont et en Italie (1749), Amiens, 1905.

92 Giovanni Maria Della Torre (Rome, 1710-Naples, 1782) enseigne les mathématiques au collège des somasques de Naples dès le début des années 1740, puis aux séminaires urbain et diocésain. Membre de l’académie d’Herculanum fondée en 1755, il devient spécialiste de vulcanologie. En 1756, bibliothécaire de Charles de Bourbon, il dirige la Stamperia Reale et réorganise le musée farnésien de Capodimonte. Il publie notamment : Scienza della natura generale e particolare (1748-49), Nuove osservazioni intorno alla storia naturale (1763) et Nuove osservazioni microscopiche (1776). Cf. notice de U. Baldini, dans DBI, vol. 37, 1989.

93 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze cit., p. 437.

94 Statuti della Real Accademia delle scienze e delle Belle Lettere eretta in Napoli dalla Sovrana Munificienza, nella Stamperia Reale [Naples], 1780.

95 Dans ce cas encore, la pension, de 60 ducats par an, reste relativement modeste.

96 Nicola Andria étudia d’abord le droit, puis la médecine. Il obtint la laurea en 1771, et fut protégé par F. Serao. Il enseigna l’agronomie de 1777 à 1801. cf. G. Iacovelli, Gli acquedotti di Cotugno cit., p. 63 sq.

97 Corrispondenze diplomatiche veneziane da Napoli. Dispacci, vol. 21, éd. par M. Valentini, Rome, 1992, p. 128. Sur les polémiques nées de l’exclusion de nombreux letterati illustres, et notamment celle alimentée par Ferdinando Galiani, à la tête d’une véritable « anti-académie », voir E. Chiosi, Andrea Serrao. Apologia e crisi del regalismo nel Settecento napoletano, Naples, 1981, p. 193 sq.

98 E. Chiosi, « Humanitates » e scienze cit., p. 446.

99 N. Giangregorio, Michele Sarcone. L’uomo, il medico, lo scienziato, il meridionalista del Settecento, Bari, 1986.

100 M. Sarcone, Trattato del contagio del vaiuolo e della necessità di tentarne l’estirpazione, Naples, Di Simone, 1770 ; l’ouvrage polémique contre F. Galiani et A. Gatti, promoteurs de l’inoculation. Sur ce débat, voir A. Borrelli, Dell’innesto del vaiolo alla vaccinazione jenneriana : il dibattito scientifico napoletano, dans Nuncius. Annali di storia della scienza, XII, 1, 1997, p. 67-85.

101 Le 5 avril 1783, une commission académique dirigée par M. Sarcone quitte Naples pour la Calabre. Les résultats de cette enquête paraissent en 1784 (Istoria dei fenomeni del tremuoto avvenuto nelle Calabrie e nel Valdemone nel 1783) et suscitent une forte polémique. Cf. S. Montuori, Due lettere inedite di Michele Sarconi sulle condizioni delle Calabrie nel 1783, dans Archivio storico per le province napoletane, XXXI, 1906, fasc. 1, p. 139-152. Voir aussi I. Principe, Città nuove in Calabria nel tardo Settecento, seconde édition, Rome, 2001.

102 Aureo regno di Ferdinando IV, [Naples], 1780, lxxiii p.

103 Ibid., p. lxv.

104 Ibid., p. lxvi.

105 Ibid., p. lxix.

106 Cité dans A. Borrelli, Medicina e società a Napoli cit., p. 165.

107 ASN, Casa reale antica, Varie, 1553, liasse 62.

108 BNN, San Martino, 394, 25.

109 En voyage à Naples en 1782, Angelo Maria Bandini, bibliothécaire de la Marucelliana et de la Laurenziana, note la vivacité des échanges au sein de l’académie dans ses premières années d’existence : « restai sorpreso dal numero grande degl’uditori, e delle qualificate persone, che v’intervenennero, al contrario di quel che succedde tra noi in oggi, che è spento nella nobiltà il gusto della letteratura, e delle adunanze accademiche, che sono quasi chiuse per colpa del barbaro Leopoldo, distruttore d’ogni buon gusto, del oppressione delli uomini dotti ed onesti ». Je remercie Emmanuelle Chapron de m’avoir communiqué cette notation extraite du récit de voyage manuscrit d’A. M. Bandini.

110 Atti della Reale Accademia delle Scienze e Belle Lettere di Napoli dalla fondazione sino all’anno MDCCLXXXVII, Naples, presso Donato Campo, stampatore della reale Accademia, 1788.

111 BNN, San Martino, 395, 26.

112 V. Ferrone, Scienza natura religione. Mondo newtonano e cultura italiana nel primo Settecento, Naples, 1982, p. 513.

113 « La medicina non è una scienza, è solo una cognizione : sarebbe desiderabile che divenisse capace di essere dimostrativa, ma non sembra fatta per arrivarci » ; « la medicina adunque, Ascoltatori, non ammette che pure conoscenze. Conoscenza di mali, conoscenza d’ajuti » (p. 12 et 22 dans l’édition de Naples, Michele Morelli, 1783 (dédicace à Domenico Di Gennaro) ; l’ouvrage paraît pour la première fois dans G. L. Targioni, Raccolta di opuscoli medico-pratici, Florence, stamperia Moücke, 1775). Sur ce discours, voir A. Borrelli, Introduzione à D. Cotugno, De lo spirito della medicina, Naples, 1988, p. 7-22.

114 Sur ces solides fondements de la médecine napolitaine dans le baconisme et l’hippocratisme, voir A. Borrelli, Medicina e società a Napoli cit.

115 G. Mosca, Dell’aria e delle malattie che ne dipendono, in cui la storia e cura di questi morbi si stabilisce, fondata su l’osservazione e l’esperienza, Naples, A. Pellecchia, 1746-49.

116 M. Sarcone, Istoria ragionata dei mali osservati in Napoli nell’intero corso dell’anno 1764, Naples, Stamperia Simoniana, 1765. Consulté dans l’édition vénitienne, 1802, 3 vol.

117 Ibid., vol. 1, p. 68.

118 Michele Sarcone souligne que ce n’est pas à l’homme d’État qu’est dédiée cette œuvre mais uniquement « al filosofo, all’ornamento dei letterati, al protettore delle lettere [...] uno degli oggetti più degni del plauso della repubblica letteraria ».

119 Ibid., vol. 1, p. 69-70.

120 Ibid., vol. 3, p. 249 sq.

121 Ibid., p. 244-48.

122 C. Cinque conclut ainsi sa lettre : « amatemi, percè vi amo : conservatevi a cose degne di voi, e credetemi costantemente », ibid., p. 255.

123 F. Serao n’a alors lu que des passages de l’ouvrage envoyé par l’auteur, mais l’en félicite : « In somma da una disgrazia tanto rilevante, quanto si fu per la nostra gente la nota epidemia dell’anno scorso, io voglio, ed ho ragion di sperare, che debba universalmente raccogliersi qualche frutto, e per noi stessi, e per ogni altra nazione ; essendo di là nota l’opportunità di osservare, e considerare, ed insegnare tanti punti di medica dottrina, che erano avanti oscuri abbastanza, e per conseguenza di certo inciampo per il nostro inviluppato e rischioso mestiere » (ibid., p. 256).

124 Ibid., vol. 2, p. 5.

125 On trouvera une longue diatribe contre ce médecin, plus influencé, selon l’auteur, par ses lectures que par l’expérience, aux pages 215-217 du vol. 2 : « Io non ignoro, che a certi valorosi e rispettabili nostri medici non solo non è piaciuto di far saggio di tal metodo, ma si sono anzi a questo opposti, o dichiarati espressamente avversi [...]. Ci presentino delle istorie non singolari, ma numerose di tali e tali infermi, nei quali debitamente, e con le cautele accennate, e tanto inculcate in quest’opera, siasi praticata la china-china senza vantaggio, e con danno, e allora gli crederemo. Sino a quando non potranno ciò fare [...] noi potremo dire, che i cattivi effetti, e gl’inutili usi, che si vogliono a questa droga rinfacciare si possono attribuire al contratempo, in cui fu praticata, alla timidezza di usarla in tenue dose, alla inavvedutezza di non averla esaminata pria di darla : nulla essendo di più familiare ai nostri droghieri, che l’avere non china-china verace, ma alterata da inutile legnaccio » (note, vol. 2, p. 215).

126 Teoria e pratica dell’elettricità medica del signor Tiberio Cavallo, membro della S.R. di Londra, e Della forza dell’elettricità nella cura della suppressione de’ mestrui del chirurgo Giovanni Birch... dall’Istoria dell’Elettricità Medica precedute, Naples, 1784. Ouvrage dedié à la reine Marie-Caroline.

127 Domenico Cotugno note dans son Iter italicum de 1765 avoir rencontré Veratti à Bologne avec lequel il a eu une discussion sur l’électricité médicale et sur le séjour italien de J. A. Nollet. Ses liens avec G. Vivenzio sur cette question scientifique sont documentés par sa Lettera al cav. Vivenzio riguardante l’elettricità del sorcio. Memoria sul meccanismo del moto reciproco del sangue per le vene interne del corpo, lue à l’Académie des sciences de Naples en 1782 et publiée dans les actes parus en 1788.

128 Giuseppe Saverio Poli (Molfetta 1746 – Naples 1825) a fait ses études à Padoue auprès de Morgagni et de Caldani. À Naples, il enseigne les sciences physiques à l’hôpital des Incurables (cf. E. Schettino, L’insegnamento della fisica sperimentale a Napoli nella seconda metà del Settecento, dans Studi settecenteschi, 18, 1999, p. 367-376). Il obtient également une chaire de géographie à l’Académie militaire, et instruit Francesco, le fils de Ferdinand IV. Il est membre des académies de Leipzig, Philadelphie, Francfort, Londres et Paris. En 1784, il présente à l’Académie des Sciences et Belles Lettres de Naples ses Osservazioni fisiche concernenti l’Elettricità, il Magnetismo e la Folgore, cf. Atti della Reale Accademia cit. Sur l’électricité médicale, voir aussi Elementi di fisica sperimentale composti per uso della Regia università, 2 vol., Naples, 1787.

129 Les périodiques également accueillent ce besoin de communiquer observations et expériences entre médecins. C’est ainsi, par exemple, qu’Ovidio Nazari tient une rubrique « nouvelles médicales de Naples » dans le Giornale enciclopedico di Napoli à partir de 1785, observant les changements de climat et les maladies dominantes.

130 Voir la Vita Nicolai Cyrilli dans les Consulti medici de N. Cirillo publiés à Venise en 1741, et dédiés à Celestino Galiani ; ou encore F. Serao, Nicolaus Cyrillus, in Memorabilia Italorum eruditione praestantium quibus vertens saeculum gloriatur, éd. par G. Lami, Florence, Tip. Societatis ad insigne Centauri, 1742.

131 « È sorte di questo grand Spedale l’aver voi alla sua testa ; che non sentite solo quanto importante sia per la Repubblica l’aver medici sensati, ma con tutto lo sforzo procurate di formarli, ed erudirli. Gloriosa è per Voi questa bella impresa [...] si riconosce in voi il buon cittadino, l’uomo nato al pubblico bene » (p. 32, dans éd. de 1783).

132 BNN, San Martino, 395, 178.

133 BNN, San Martino, 395, lettre du 20 octobre 1766.

134 Sur la définition et la réglementation (normes sur la formation et sur les débouchés) des professions à Naples dans les dernières décennies du xviiie siècle, voir A. M. Rao, Intellettuali e professioni a Napoli nel Settecento, dans A. Pastore, M. L. Betri (dir.), Avvocati, medici, ingegneri cit., p. 41-60.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540