Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sauver son âme et se perpétuer

 | 
François Bougard
, 
Cristina La Rocca
, 
Régine Le Jan

Résumés

Texte intégral

Josiane Barbier, Testaments et pratique testamentaire dans le royaume franc (vie-viiie siècles), p. 7-79

1Les testaments mérovingiens ont de longue date attiré l’attention des diplomatistes, des historiens du droit et de la société. U. Nonn a montré la continuité entre testaments romains et mérovingiens, mais on s’interroge toujours sur la diffusion de ces actes dans la société et sur les conditions de leur disparition au ixe siècle. Un réexamen de la question (avec listes du matériel disponible) donne à penser que différents types d’actes à cause de mort étaient utilisés dans la société mérovingienne et que les testaments aristocratiques – les seuls connus –, conservés de manière préférentielle par les héritiers ecclésiastiques qu’ils instituaient, ne sont pas représentatifs d’une pratique sans doute plus largement répandue. Les attaques portées contre les testaments aristocratiques par les familles et les rois dans la seconde moitié du vie et la première moitié du viie siècle ont conduit à user d’autres actes à cause de mort, notamment des donations pro anima, qui doivent aussi leur succès à la pastorale contemporaine sur la valeur rédemptrice de l’aumône. La reconnaissance, par Clotaire II en 614, de la valeur de testaments de religieux formellement imparfaits a sans doute favorisé l’essor d’actes hybrides entre testaments et donations. La disparition des testaments à la romaine s’explique dans ce contexte complexe.

Swen Holger Brunsch, Genesi, diffusione ed evoluzione dei documenti di ultima volontà nell’alto medioevo italiano, p. 81-96

2Negli ultimi tempi gli atti di ultima volontà dell’Italia altomedievale godono di un rinnovato interesse nella ricerca medievistica. Ma gli studiosi non concordano né sulla prima apparizione dei testamenti nel medioevo, né sulla valutazione di singoli atti di volontà. Ci sono diverse opinioni : per alcuni i testamenti furono presenti ancora nell’viii o ix secolo, per altri la pratica testamentaria rinacque nel x, xi o xii secolo. Altrettanto incerto resta la distribuzione temporale e territoriale di tutta la tradizione documentaria degli atti di ultima volontà. Partendo da questa discussione, il contributo sottolinea in un primo momento la grande diversità della tradizione, e riesamina la questione della tipologia degli atti di ultima volontà. Non solo vengono presentati tre dei sostanziali criteri per una classificazione ragionata dei documenti, da dividere in testamenti, donationes mortis causa, donationes post obitum e altre forme miste, ma vengono considerati anche i documenti redatti nel corso dell’esecuzione di un atto di ultima volontà. Risulta che la suddivisione, fino ad oggi piuttosto schematica, non corrisponde al carattere dei documenti. Mentre sporadicamente appaiono alcuni testamenti fino all’inizio del ix secolo, e poi di nuovo solo dalla prima metà dell’xi secolo, coesistono per tutto il periodo considerato delle donazioni per causa di morte e diverse forme miste. La presentazione dell’arco temporale e territoriale della tradizione documentaria completano il quadro. Questo esame approfondito della situazione documentaria, effettuato qui per la gran quantità delle fonti e la complessità tematica solo sulla base di alcuni esempi, costituisce il primo importante passo verso una più ampia valutazione dei contenuti e un’analisi della funzione degli atti di ultima volontà in Italia tra il v e il xii secolo.

Stefano GASPARRI, I testamenti nell’Italia settentrionale fra viii e ix secolo, p. 97-113

3Nel saggio si esamina un gruppo di carte del periodo 714-877, relativo al Veneto, alla Lombardia centro-orientale e all’Emilia, che comprende donazioni post obitum, donazioni pro anima o testamenti veri e propri, sia di privati homines che di honorati. I documenti riflettono il consolidarsi nel possesso fondiario dell’aristocrazia italica, attorno ad alcuni punti forti come il monastero familiare, le chiese vescovili e i monasteri più importanti del luogo di residenza del donatore. L’usufrutto dei beni donati spetta, in generale, alla linea femminile ; a quest’ultima – insieme al clero – sono affidati i rituali di conservazione della memoria. È da sottolineare, infine, la particolare considerazione dei mobilia, oggetti carichi di prestigio sociale oltre di valore affettivo e dunque suscettibili di diventare i veicoli privilegiati della memoria familiare.

Luigi Provero, Progetti e pratiche dell’eredità nell’Italia settentrionale (secoli viiix), p. 115-130

4Nell’articolata documentazione italiana altomedievale si possono individuare tre specifici nuclei su cui concentrare l’indagine : le fondazioni di chiese e monasteri nella tarda età longobarda ; una serie di atti usati nel secolo x per garantire il rispetto delle volontà del testatore in contesti segnati da specifiche tensioni intrafamiliari ; e infine i testamenti degli ufficiali regi del ix e x secolo. Queste serie documentarie hanno permesso non solo di mettere in rilievo la densità e la flessibilità degli atti testamentari, ma anche di cogliere le principali funzioni del patrimonio fondiario all’interno di questi atti : contropartita nello scambio tra il testatore e i chierici che pregheranno per la sua salvezza eterna ; strumento per manipolare le strutture parentali ; base fondamentale del potere, soprattutto a partire dal secolo x.

Vito Loré, Disposizioni di tipo testamentario nelle pratiche sociali dell’italia meridionale, p. 131-158

5L’uso delle disposizioni di tipo testamentario nell’Italia meridionale altomedievale mette in evidenza pratiche molto varie, non sempre interpretabili come prodotto delle diverse tradizioni giuridiche, longobarda e romana. Le funzioni e l’identità degli esecutori testamentari, lo spazio d’autonomia delle donne, il peso specifico nei lasciti di beni mobili e immobili sono variabili che disegnano due grandi aree ; una settentrionale, comprendente Gaeta e il principato di Capua – Benevento, l’altra meridionale, con Salerno e Napoli. Un carattere comune e molto originale, rispetto ad altri contesti europei, è invece una diffusione di testamenti e atti analoghi ampia, non limitata all’aristocrazia. È il segno di un rapporto organico, non separato, di quelle élites con le società di cui fanno parte.

Brigitte Kasten, À propos de la dichotomie entre privé et public dans les testaments des rois francs, p. 159-201

6Die Testamente, besser : erbrechtlichen Verfügungen, von Herrschern sind bei den aktuellen Debatten in Deutschland und in Frankreich über die Staatlichkeit und ihren Charakter im Früh – und Hochmittelalter nicht beachtet worden. Weder Historiker, die über res publicae, noch Rechtshistoriker, die über jus publicum handelten, äußerten sich in systematischer und vergleichender Form zum Quellenwert der erbrechtlichen Verfügungen von Königen und Kaisern für ihre Fragestellung. Für die deutsche Forschung gibt es immerhin eine Übersicht über die Herrschertestamente bis zum Ende der Stauferdynastie, auch wenn diese zu diskutieren ist. Ich lege dar, daß die erbrechtlichen Verfügungen von Herrschern bei der seit 1998 von G. Melville und P. von Moos neu initiierten Diskussion über «Das Öffentliche und das Private in der Vormoderne» helfen, dem Staatsdenken des Früh – und Hochmittelalters in den Herrscherfamilien selbst und beim staatstragenden Adel näher zu kommen. Dies wird am Beispiel der karolingischen Erbverfügungen genauer untersucht, da dort die bewußte Unterscheidung zwischen öffentlich und privat schon aufgrund der Trennung zwischen Verfügungen über das Reich und solchen über den Schatz auf der Hand liegt.

Hans-Werner Goetz, Coutume d’héritage et structures familiales au Haut Moyen Âge, p. 203-237

7En dépit de nos connaissances générales sur les droits d’héritage au haut Moyen Âge, des questions restent à débattre et un savoir fondé sur les processus concrets fait toujours défaut. Jusqu’à ce jour il n’a pas été analysé dans quelles mesures les coutumes d’héritage reflétaient les structures familiales : l’héritage dévoluait-il en priorité aux enfants ou les autres parents, notamment aux frères et sœurs, avaient-ils une prétention ? Ceux-ci y prétendaient-ils ? Les dynasties des Mérovingiens et des Carolingiens nous fournissent certes des exemples appréciables des deux « systèmes » de succession dans le royaume franc, cependant, les conditions politiques correspondaient-elles aux coutumes courantes d’héritage ? L’analyse des lois franques, des formulae, des précaires dans les actes du monastère de Saint-Gall ainsi que des testaments et de plusieurs conflits successoraux aboutit à des résultats comparables : Les deux « systèmes » ([la succession] des enfants ou de la fratrie du de cujus) correspondent aux deux types familiaux (famille nucléaire et famille domestique). Les sources révèlent la prérogative des enfants sur les frères et sœurs, en fait plus tôt qu’on ne l’a supposé, à savoir dès les lois barbares au début du vie siècle. Néanmoins, la fratrie continue de prétendre encore longtemps à la succession (tout au moins jusqu’à la fin de la période considérée ici, jusqu’au début du xe siècle). Certes, les coutumes d’héritage confirment la transformation des structures familiales au profit du groupe restreint (parents et enfants), mais celle-ci n’est pas encore définitivement achevée au xe siècle attendu que le système de succession concurrent en faveur des frères a également perduré. Ainsi, les coutumes d’héritage dynastique ne constituent pas un cas d’exception mais expriment des pratiques successorales courantes.

Geneviève Bührer-Thierry, Des évêques, des clercs et leurs familles dans la Bavière des viiie-ixe siècles, p. 239-264

8À partir de la documentation conservée à Freising entre 744 et 853, on se propose d’étudier le rôle de l’ensemble des ecclésiastiques dans la transmission des biens patrimoniaux. Cette étude fait apparaître le rôle de la parentèle épiscopale autour des évêques Hitto et Erchanbert qui permet au groupe familial d’organiser au profit des ecclésiastiques la dévolution d’un certain nombre de biens, y compris le contrôle du siège épiscopal lui-même. Mais il s’avère que cette pratique n’est pas réservée à la seule parentèle épiscopale et que l’ensemble des clercs privilégient un mode de transmission des biens d’oncle à « neveu », alors même que ces biens ont été officiellement « donnés » à l’Église. Il semble que la prédilection des nepotes dans la transmission de la propriété utile de ces biens a pu constituer, temporairement, une solution à la crise ouverte par la main mise des évêques sur tous les biens restés jusqu’alors sous le contrôle des familles des fondateurs.

Laurent Feller, Les politiques des familles aristocratiques à l’égard des églises en Italie centrale (ixe-xie siècle), p. 265-292

9Les donations faites par les familles aristocratiques à la fin du haut Moyen Âge font partie d’un complexe système de circulation des richesses organisé entre les monastères ou certaines églises privées et les laïcs. Elles permettent de conforter le versant sacré du pouvoir aristocratique sans pour autant véritablement menacer les fortunes. Quel que soit leur statut, les différents établissements religieux contribuent à renforcer en fait la position des élites locales, soit en leur fournissant un point de contact avec le pouvoir englobant, qu’il soit impérial, royal ou princier, soit en assurant une redistribution conditionnelle mais réelle des terres acquises. Les dossiers de Sainte-Sophie de Bénévent, de Saint-Maxime de Salerne, Saint-Clément de Casauria et San Bartolomeo di Carpineto, sans épuiser l’ensemble des possibilités offrent une palette typologique susceptible de recouvrir un très grand nombre de situations, éventuellement non italiennes. Ils montrent différentes formes de la collaboration établie entre les institutions religieuses et les groupes familiaux aristocratiques.

Lluís To Figueras, Fondations monastiques et mémoire familiale en Catalogne (ixe-xie siècles), p. 293-329

10Les abbayes fondées à la suite de la conquête carolingienne dans l’espace catalan ont entretenu des rapports parfois difficiles avec les populations environnantes. C’est le cas d’Eixalada dans les Pyrénées-Orientales devenue par la suite l’abbaye de Cuxa, qui doit son essor au patronage des comtes de Cerdagne. Cette famille est à l’origine de plusieurs autres fondations monastiques, en particulier celle de Ripoll, où s’organise une nécropole familiale visible dès la fin du xe siècle. Les testaments de cette époque montrent la préférence pour la répartition des legs entre plusieurs institutions ecclésiastiques et sont l’occasion de manifester des liens de parenté. Au xie siècle, les vicomtes d’Osona et la communauté de chanoines réguliers de Cardona sont un exemple classique de la profonde imbrication entre une famille noble et leur fondation ecclésiastique.

Philippe Depreux, La dimension « publique » de certaines dispositions « privées » : fondations pieuses et memoria en Francie occidentale aux ixe et xe siècles, p. 331-378

11Cette étude vise à mettre en évidence, d’une part, l’association du roi et des membres de l’aristocratie lors de la fondation de services commémoratifs (prières, luminaire, repas) pour perpétuer dans l’au-delà les réseaux de fidélité et d’amitié et, d’autre part, à comprendre comment l’histoire d’une terre et la mémoire de ceux qui en avaient été les maîtres pouvaient être entretenues. Les stratégies commémoratives de l’aristocratie observées ici pouvaient notamment mettre en œuvre l’intervention de certaines personnes dans un processus de donation pour les faire participer aux bienfaits spirituels qui s’ensuivait ou reposer sur le choix de biens d’origine fiscale, afin de perpétuer le souvenir de tel roi et des liens qu’on entretenait avec lui. Cette analyse tend donc à considérer la fondation pieuse faite à partir de biens d’origine publique comme un critère de distinction sociale.

Eliana Magnani, Don aux églises et don d’églises dans le sud-est de la Gaule : du testament d’Abbon (739) aux chartes du début du xie siècle, p. 379-400

12Dans le cadre d’une société chrétienne où le salut de l’âme est la valeur fondamentale, les donations aux établissements ecclésiastiques, calquées sur les représentations des échanges que l’homme doit entretenir avec Dieu, deviennent une pratique de plus en plus diffusée au sein de l’aristocratie. Cela conduit à l’apparition d’une forme documentaire souple, la donatio pro anima, que l’on retrouve insérée à deux reprises dans le « testament » d’Abbon (739). D’abord regroupé au profit d’Abbon, puis immobilisé autour de l’abbaye de la Novalaise, le patrimoine de toute une parentèle est investi dans la constitution d’une assise territoriale propre à l’exercice d’un honor. Deux siècles plus tard, dans le contexte de définition de l’aristocratie seigneuriale en Provence, l’important mouvement de transferts de sanctuaires vers les monastères laisse transparaître, grâce à l’analyse des caractères internes et externes d’un échantillon d’actes de donation de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, que la nature des biens donnés a pu constituer un critère de hiérarchisation autre que la qualité du donateur.

Wendy Davies, Buying with masses : ‘donation’ pro remedio animae in tenthcentury Galicia and Castile-León, p. 401-416

13Taking a systematic look at three large charter collections from Galicia (northwest Spain), León (centre north) and Castile (east of centre) – those of Celanova, León and Cardeña – it is clear that the tenth century saw periods of increasing donation, as also periods of declining donation and increasing sale. The reasons for making gifts are usually either unstated or stated in very general formulaic terms ; it is also usually unclear if gifts were made in vitam or post obitum. Where explicit reasons for donation are given, they vary from provision for practical care – for example in old Âge – to provision for burial arrangements and for prayers to be said for named family members. The latter are clearly an aspect of remembrance strategies, though it needs to be emphasized that explicit evidence of this is extremely rare. The principal actors in such cases are overwhelmingly clergy or women, and the habit is a development of the 930s onwards. From the point of view of the beneficiaries, acquisition of property was more likely to be by purchase than by receipt of gifts. While this partly arises from attitudes to property management, it may also indicate a relatively weak relationship between abbot and surrounding lay community. Where acquisition by receipt of gifts continued to be the preferred strategy – as at Cardeña – that may indicate a greater inclination towards involvement of the church in remembrance strategies.

Flavia De Rubeis, La memoria e la pietra, p. 417-430

14In Italia, a partire dal sec. VI, nella prassi funeraria epigrafica inizia un profondo processo di rinnovamento destinato a concludersi con i secc. vii-viii, che coinvolge le relazioni parentali tra soggetto defunto e familiari di questo. La trasformazione da formula dedicatoria a formula locativa-segnaletica, e l’inserimento all’interno del testo delle coordinate parentali del defunto specialmente nella produzione legata alle alte gerarchie sociali all’interno della produzione funeraria epigrafico-familiare possano trovare giustificazione (al di là di quei motivi legati ai rivolgimenti sociali, culturali economici di quei secoli) in una precisa esigenza : esprimere la discendenza di rango. A tal fine la menzione delle coordinate parentali, dei riferimenti al ceto e della stirpe, garantisce che la discendenza di rango e la memoria familiare connessa sono trasmesse correttamente, senza equivoci, specie quando è implicata la legittimazione del potere.

Cristina La Rocca, Rituali di Famiglia. Pratiche funerarie nell’Italia Longobarda, p. 431-457

15L’articolo esamina la documentazione di tipo testamentario prodotta nell’Italia Longobarda all’interno delle tematiche dei rituali funerari altomedievali. Si prende in esame, anche dal punto di vista giuridico, la progressiva affermazione della donazione pro anima nella legislazione di età liutprandea e le progressive aperture nei confronti delle figlie femmine rispetto all’eredità parentale. Da ultimo, si analizza un caso particolare di memoria individuale trasmessa per via funeraria, vale a dire il caso degli anelli sigillo d’oro recanti il nome e la raffigurazione del loro proprietario.

Emmanuelle Santinelli, Les femmes et la mémoire : le rôle des comtesses dans la Francie occidentale du xie siècle, p. 459-484

16Si historiens, ethnologues, anthropologues et sociologues s’accordent pour souligner la participation des femmes dans la prise en charge de la mémoire familiale, l’analyse des sources narratives et diplomatiques permet de préciser le rôle concret des comtesses sur ce plan dans la Francie occidentale du xie siècle et de le comparer à celui de leurs homologues masculins. La présente analyse montre que par leurs donations pro anima, par la création de lieux de mémoire, par leur participation directe, au sein de communautés religieuses, à la memoria des parents défunts, mais aussi par la transmission de souvenirs de tous ordres à leurs enfants, les comtesses s’attachent, plus que les comtes semble-t-il, à entretenir la mémoire de la proche parenté, d’abord, d’une parenté plus large, envisagée globalement, ensuite.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540