Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sauver son âme et se perpétuer

 | 
François Bougard
, 
Cristina La Rocca
, 
Régine Le Jan

La dimension « publique » de certaines dispositions « privées »

Fondations pieuses et memoria en Francie occidentale aux ixe et xe siècles

Philippe Depreux

Texte intégral

  • 1 Eudes de Saint-Maur, Vie de Bouchard le Vénérable, comte de Vendôme, de Corbeil, de Melun et de Par (...)
  • 2 M. Lauwers, La « Vie du seigneur Bouchard, comte vénérable » : conflits d’avouerie, traditions caro (...)
  • 3 J. Boussard, Actes royaux et pontificaux des xe et xie siècles, du chartrier de Saint-Maur des Foss (...)
  • 4 L. Morelle, La mise en « œuvre » des actes diplomatiques. L’auctoritas des chartes chez quelques hi (...)
  • 5 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 14, p. 32 ; pour la traduction : F. Guizot, Mémoires..., p. 27- (...)

1Dans sa Vie de Bouchard le Vénérable écrite en 1058, Eudes de Saint-Maur incitait de la sorte les moines du monastère des Fossés à célébrer le souvenir du comte et de son épouse, qui étaient à l’origine de sa réforme : « les serviteurs de Dieu doivent, aux jours dont nous avons parlé, célébrer solennellement l’anniversaire de ces époux, afin qu’il soit utile à leur âme d’avoir chéri ce lieu au-dessus de tous les autres, et voulu que leurs corps y fussent ensevelis »1. Ce texte, dont la rédaction revêtait un enjeu politique pour les moines2, constitue un magnifique témoignage sur les divers aspects de la commémoration liturgique vers la fin de la période étudiée dans le cycle de rencontres sur « les transferts patrimoniaux en Europe occidentale » que clôt ce volume. Le témoignage d’Eudes de Saint-Maur est d’autant plus précieux qu’il précise les conditions liturgiques de la célébration de la mémoire des défunts alors même que les actes auxquels il se réfère et que l’on conserve par ailleurs3 (offrant ainsi la possibilité d’une comparaison mettant en évidence le travail de récriture de l’auteur)4 n’évoquent pas les modalités concrètes de célébration. En effet, l’auteur de la Vie de Bouchard le Vénérable poursuit : « Les recteurs de ce lieu... doivent aussi avoir grandement soin que... il soit..., en un service commémoratif solennel pour leurs âmes (pro ipsorum spiritibus sollempni... obsequio), préparé un repas de mets précieux et de boissons excellentes, car, dit l’adage vulgaire, c’est un pauvre travail que celui qui n’apporte pas de quoi manger. Et pour que cela ne paraisse à personne ni vain ni méprisable, il a été établi par la grâce et la volonté de l’abbé Giraud et de toute la congrégation, que le jour anniversaire du comte Bouchard, qui a comblé cette église de tant de bienfaits..., ce soin regarderait le pourvoyeur (provisor) de Neuilly ; pour l’anniversaire d’Élisabeth, celui de Courcy ; pour l’anniversaire de l’évêque Renaud, celui de Sceaux ; pour l’anniversaire d’Ermenfroi et de sa femme, ceux de Lisses et d’Évry ; et pour les anniversaires des abbés de cette congrégation, le pourvoyeur et le trésorier du monastère, lesquels s’en acquitteraient avec exactitude et sans aucune négligence »5.

  • 6 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France, I, Paris, 1940, n° 54, p. 116 (...)
  • 7 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936), Paris, 1978, Appe (...)
  • 8 Ibid., Appendice III, n° 1, p. 208-210.
  • 9 G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, I, Paris, 1943, n° 215, p. 54 (...)
  • 10 On verra plus loin comment certains biens pouvaient être détournés de leur affectation commémorativ (...)

2On pourrait débattre de la constance avec laquelle les moines honoraient (ou non, et pour combien de temps) les engagements auxquels les obligeaient les libéralités de leurs bienfaiteurs ; tout au moins convient-il de noter que le service de commémoration du comte Bouchard était encore scrupuleusement observé une cinquantaine d’années après sa mort. Dans cette perspective, le dossier relatif à l’échange auquel procédèrent les moines de Saint-Amand et leur abbé, le comte Robert, en 906, s’avère particulièrement intéressant. À la demande de Robert, les moines cédèrent, en précaire viagère, la cella de Barisis, dans le pagus de Laon, et ses dépendances, dont leur abbé avait besoin pour le service du roi Charles le Simple. En contrepartie, ils reçurent de Robert la villa de Dechy, qu’ils posséderaient perpétuellement. Cette villa était prise sur la mense abbatiale avec l’accord du roi. On conserve trois actes relatifs à cette précaire : le diplôme par lequel, le 7 septembre 906, Charles le Simple approuva cette transaction et affecta aux moines la villa de Dechy6, l’acte de précaire établi le 24 septembre 906 au nom de Robert7 et l’acte établi le même jour au nom des moines8. C’est dans ce seul document qu’on a mention des dispositions commémoratives : in anniversario autem vestre depositionis die, ex ipsa villa Diptiaco, ob memoriam vestri, post expleta pro vobis missarum et oblationum sollemnia, obtima fratribus preparetur refectio. Par conséquent, seul l’engagement des moines fait allusion aux dispositions commémoratives prises dans le cadre de cette transaction. La célébration liturgique s’avère donc moins un dû que l’on impose (en l’occurrence : une condition qu’aurait posée Robert dans l’acte établi en son nom) qu’un bienfait accordé par les moines (ce dont témoigne leur engagement en retour du geste de leur abbé) – un diplôme de Charles le Chauve en faveur de Saint-Germain d’Auxerre fait ainsi mention de l’établissement d’une charte scellant l’accord entre les moines et leur abbé à propos de l’affectation de certains biens au luminaire et aux repas commémoratifs (benedictiones) des moines9. On comprend donc l’exhortation d’Eudes de Saint-Maur à l’égard des moines de l’abbaye des Fossés quant à la reconnaissance due aux bienfaiteurs de leur établissement ; le respect des fondations n’allait pas toujours de soi10.

  • 11 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 5, p. 14-15.
  • 12 J. Boussard, Actes royaux..., p. 93-94.
  • 13 Ibid., p. 91-92.
  • 14 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 4, p. 12.
  • 15 J. Boussard, Actes royaux..., p. 95-96.
  • 16 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 6, p.17 : Qui, gratias Deo agentes, in suis orationibius predic (...)
  • 17 À ce propos, cf. K. Schmid, Brüderschaften mit den Mönchen aus der Sicht des Kaiserbesuchs im Gallu (...)

3Les domaines dont Eudes de Saint-Maur dit qu’ils étaient affectés à la commémoration des bienfaiteurs qu’il énumère avaient été offerts à l’abbaye des Fossés par ces derniers. Neuilly-sur-Marne, Courcy et Sceaux avaient été donnés, entre autres choses, par Bouchard, avec le consentement de son épouse, Élisabeth, et de leur fils, Renaud, évêque de Paris11. La confirmation royale, rendue manifeste par un diplôme du 19 avril 997 suite à la requête de l’évêque Renaud et de son père, était d’autant plus nécessaire que cette donation pro aeternae remuneratione vitae et pro animarum suarum absolutione et animae Helisabeth comitisse¸ était faite en partie de beneficiis eorum12. Quant au domaine de Maisons, il avait été donné à Saint-Maur par Hugues Capet, pro absolutione peccatorum nostrorum, le 20 juin 989 ; cette donation devait permettre aux moines de célébrer dans leurs prières le souvenir du roi, de son épouse et de leur fils, Robert13 (nostrum memoriale conjugisque meae seu filii nostri Rotberti regis ac consortis regni nostri aeternaliter fundendo pro nobis preces inibi habeatur). Eudes de Saint-Maur se réfère explicitement à la donation de Maisons par le roi et à la conservation du diplôme royal, et il affirme que c’est pour cette raison qu’on célèbre le souvenir du roi au jour anniversaire de son décès : ob hoc etiam dies obi-tus ipsius regis VIIII kalendarum Novembrium usque hodie in ipso monasterio sollempniter celebratur14. Le 26 octobre 999, le roi avait également confirmé la donation faite à l’abbaye par Ermenfroi et son épouse : Évry-sur-Seine était un bien allodial ; quant à la villa de Lisses, il s’agissait d’un bien que le miles du roi tenait en bénéfice de Bouchard le Vénérable (le comte et son fils, l’évêque Renaud, avaient donné leur accord). La donation d’Ermenfroi et de sa femme était faite au profit de leur âme et de celle de leurs parents15 (pro aeternae remuneratione vitae et pro animarum suarum sive Gelonis atque parentum eorum absolutione). Les deux époux devaient être inhumés à Saint-Maur-des-Fossés : lorsqu’il relate comment ils firent part de leur désir de faire donation à l’abbaye des domaines d’Évry et de Lisses, Eudes dit que l’abbé et les moines les admirent dans leurs prières ; ils devinrent leurs familiares et reçurent un lieu pour leur sépulture16. On ne saurait mieux évoquer l’association des bienfaiteurs de l’abbaye à la communauté spirituelle des moines, comme des fratres conscripti dirait-on à Saint-Gall, où la documentation s’avère particulièrement riche à ce propos17.

Le souvenir des bienfaiteurs

  • 18 Ainsi, dans un diplôme du 20 juin 864 en faveur de Saint-Germain d’Auxerre, Charles le Chauve confi (...)
  • 19 M. Borgolte, Memoria. Bilan intermédiaire d’un projet de recherche sur le Moyen Âge, dans J.-C. Sch (...)
  • 20 M. Borgolte, Gedenkstiftungen in St. Galler Urkunden, dans K. Schmid et J. Wollasch (éd.), Memoria. (...)
  • 21 M. Borgolte, Freigelassene im Dienst der Memoria. Kulttradition und Kultwandel zwischen Antike und (...)
  • 22 Une carta libertatis du recueil de formules de Salomon III de Constance, dû à Notker le Bègue, en a (...)
  • 23 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 135, p. 357-359.
  • 24 Parmi cette documentation, on retiendra notamment l’inventaire des biens établi en 867 lorsque l’ab (...)
  • 25 P.L., CXXXVI, col. 1269-1273. Les documents diplomatiques du cartulaire chronique de Folcuin ont ét (...)
  • 26 Sur l’histoire de Steneland et du moine Gombert, cf. G. Coolen, Guntbert de Saint-Bertin. Chronique (...)

4Il n’y a pas lieu de revenir ici en détail sur les diverses formes que les fondations pouvaient revêtir au Moyen Âge, qu’il s’agisse notamment de terres données en aumône ou pour élire sa sépulture en tel endroit vénérable18, et sur les diverses manifestations de la memoria, thème de nombreux travaux ayant profondément renouvelé l’histoire sociale du haut Moyen Âge dans les dernières décennies19. L’une des formes les plus simples de donation pieuse permettant d’entretenir le souvenir du donateur s’avère probablement la donation pro anima avec rétrocession en précaire du bien contre le paiement d’un cens par les héritiers au jour anniversaire de la mort du donateur20. Pour les personnes les plus riches, les affranchissements permettaient également de perpétuer le souvenir liturgique du bienfaiteur21 (notamment lorsque l’affranchi était destiné au service divin)22. Les fondations au service des pauvres, qui s’avéraient le moyen d’accomplir une action charitable par délégation, comme l’expose Charles le Chauve dans un diplôme du 16 janvier 851 en faveur de Saint-Denis23, pouvaient également revêtir une dimension commémorative – ainsi, dans le diplôme en question, le roi émettait le vœu suivant : Haec elemosina pro mercede aeterna ad nostram permanens memoriam in perpetuum perseveret. Cette possibilité n’était pas réservée au souverain : la documentation relative à la fondation de Saint-Sauveur de Steneland24, qui dépendait de Saint-Bertin, offre un témoignage de premier plan non seulement sur la gestion par un oblat des biens patrimoniaux offerts à Dieu, mais aussi sur les diverses dispositions qu’on pouvait prendre pour assurer sa memoria dès lors qu’on en avait les moyens25 – notons que la fondation de Steneland périclita vers la fin du ixe siècle : on y a vu une conséquence des bouleversements provoqués par les raids vikings, mais on peut se demander si la mort du moine Gombert, le fils du fondateur, n’explique pas en partie le déclin de cette fondation26.

  • 27 K. Hauck, Rituelle Speisegemeinschaft im 10. und 11. Jahrhundert, dans Studium generale, 3, 1950, p (...)
  • 28 H. Houben, Visio cuiusdam pauperculae mulieris. Überlieferung und Herkunft eines frühmittelalterlic (...)
  • 29 E. Ewig, Remarques sur la stipulation de la prière dans les chartes de Charles le Chauve, dans R. L (...)
  • 30 Sur les fondations à Saint-Denis au xiie siècle, cf. R. Barroux, L’anniversaire de la mort de Dagob (...)
  • 31 M. Rouche, Les repas de fête à l’époque carolingienne, dans Manger et boire au Moyen Âge. Actes du (...)

5Les fondations pouvaient se traduire par l’institution de refectiones. On connaît l’importance du repas dans la société du haut Moyen Âge, notamment à propos de la célébration du souvenir des morts27. Rappelons juste un exemple illustrant la valeur rédemptrice du repas offert aux moines : dans la Vision d’une femme nécessiteuse rédigée sous le règne de Louis le Pieux, Charlemagne est censé devoir être libéré des châtiments qu’il subit dans l’au-delà dès lors que son fils aura organisé complètement sept festins à son intention (si Hlodovuicus... imperator, natus ejus, septem agapes pro illo pleniter dispensat)28. La fondation de repas commémoratifs par le souverain prit un essor tout particulier sous Louis le Pieux et, surtout, sous Charles le Chauve ; souvent, la fondation concernait aussi le luminaire29. À ce propos, le témoignage d’Eudes de Saint-Maur – entre autres choses30 – nous invite à nuancer le jugement selon lequel les fondations de refectiones pour le roi disparaîtraient dans la première moitié du xe siècle (sous Charles le Simple) et « la fin des repas d’anniversaires princiers [serait] peut-être aussi l’acte de décès de toute une conception de la surabondance alimentaire comme mode de joie de vivre »31 : en l’occurrence, les repas fondés à Saint-Maur vers la fin du xe siècle concernaient non seulement le roi, mais aussi les autres membres de l’aristocratie. Peut-être tient-on là un critère de détermination des membres de la haute aristocratie, ou pour le moins de ceux qui jouissent de la proximité du roi.

  • 32 À cet égard, prenons l’exemple suivant : alors que le roi Louis IV, dans le diplôme du 3 février 95 (...)
  • 33 Le 28 juin 869, à la requête de l’évêque de Beauvais, Charles le Chauve donna au monastère Saint-Lu (...)
  • 34 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 379, p. 347-350 : ... eo videlicet jure (...)
  • 35 Sur les familiares et propinqui, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siè (...)
  • 36 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 441, p. 488-490 : ... ut orent pro genit (...)
  • 37 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 246, p. 53-56.
  • 38 Dix-huit ans plus tôt, le 12 août 844, Hincmar, alors prêtre, avait reçu du roi divers biens en Pin (...)
  • 39 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 247, p. 56-67.

6Certaines fondations de Charles le Chauve sont particulièrement explicites à propos du souci qu’éprouvait le souverain d’associer ses fidèles les plus proches au bénéfice spirituel du service liturgique qu’il avait institué, comme d’autres y associaient leurs « amis »32. Le diplôme solennel du 27 mars 875, par lequel le roi fit don à Saint-Denis de la villa de Rueil et fonda divers services commémoratifs (institution de repas, mesures relatives au luminaire et à l’entretien des fidèles du roi qui viendraient à prendre l’habit dans cette abbaye) en constitue le meilleur exemple. Cette donation devait notamment permettre l’entretien de sept lampes placées devant l’autel de la Trinité, derrière lequel Charles avait élu sa sépulture : l’une devait brûler perpétuellement pour son père, Louis le Pieux, l’autre pour sa mère, Judith, la troisième pour lui-même, la quatrième pour sa première épouse, Ermentrude, la cinquième pour son épouse, Richilde, la sixième pour ses enfants vivants et défunts, et la septième pour Boson, son beau-frère, et pour Guy – en 869, le roi avait déjà fait une fondation à son intention33 – et tous les autres membres de l’entourage (familiares) du roi devenus ceux qui comptent parmi ses plus proches (propinquiores) en raison d’un dévouement motivé par la plus grande fidélité qui soit34 – à l’évidence, les notions d’amitié et de parenté sont ici subtilement déclinées35. Le 1er août 877, Charles le Chauve fit par ailleurs donation à Saint-Martin de Tours de la villa de Mellecey, dans le pagus de Chalon-sur-Saône, pour que les frères puissent y édifier un monastère et prient avec ardeur à l’intention des membres de la famille royale, mais aussi de Boson et de Guy, c’est-à-dire les fidèles du souverain qui lui étaient particulièrement chers36. Le diplôme de Charles le Chauve du 19 septembre 862 définissant les revenus de la mense conventuelle de Saint-Denis, qui revêt une dimension commémorative (il y est notamment question des caritates... in anniversariis regum et abbatum), établit également une communauté spirituelle impliquant le roi, l’abbé Louis, son fils, l’archevêque Hincmar et le comte Alard : de part et d’autre de la confirmation par le roi d’une donation qu’il venait de faire à des fins explicitement mémoriales (ob refectiones annuales fratribus praeparandas) et dont le texte est reproduit en partie dans ce diplôme37, sont confirmées la donation faite par Hincmar, avec la permission du roi (per nostram licentiam), d’un bien (la villa dite Mansus Adalingi, en Pincerais) qu’il avait reçu de ce dernier en toute propriété38 et la donation par le comte Alard d’un bien également reçu du roi en toute propriété et qu’il avait donné à Saint-Denis suite à l’obtention d’une précaire ; ensuite, l’abbé Louis, avec l’accord du roi (per nostrum consensum), avait – par don spécial (speciali dono) – affecté à perpétuité ce domaine au réfectoire des moines, pro suae remedio animae39.

  • 40 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 2, p. 8-9.
  • 41 M. Lauwers, La « Vie du seigneur Bouchard, comte vénérable »...
  • 42 À la faveur de la réforme approuvée par Louis le Pieux, Glanfeuil (qui devint toutefois le monastèr (...)
  • 43 Notons que le comte Rorgon, à l’origine de la restauration du monastère de Glanfeuil, frayait égale (...)
  • 44 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993, p. 279 (...)
  • 45 Sur Bégon, cf. Ph. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, (...)
  • 46 Le frère de Bégon, Étienne, qui fut comte de Paris avant lui, et l’épouse de ce dernier avaient fai (...)
  • 47 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 4, p. 12-15 (acte du 1er septembre 841).
  • 48 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, I, n° 108, p. 258-261 ; cf. infra document tradu (...)

7Non seulement la Vie de Bouchard le Vénérable illustre la vivacité de cette tradition des refectiones au monastère des Fossés en plein xie siècle, mais elle montre par ailleurs la valeur rédemptrice de la restauration monastique. En effet, le comte est censé avoir demandé à Hugues Capet de lui attribuer Saint-Maur-des-Fossés ou, pour le moins, de lui permettre de restaurer cet établissement pour le salut de leur âme (causa... salutis nostrarum animarum), et d’y attirer ainsi les donations40. Dans son étude sur la Vie de Bouchard le Vénérable, Michel Lauwers montre l’héritage carolingien qu’on y décèle, en relevant les similitudes entre les récits d’Eudes de Glanfeuil et d’Eudes de Saint-Maur-des-Fossés41 : le second s’inspira en effet de l’histoire de la restauration de l’abbaye de Saint-Maur rédigée par le premier à la fin des années 860 (on sait les liens entre ces deux établissements)42. Il est plus que probable que le comte Bouchard, en présentant sa requête à Hugues Capet, revendiquait lui aussi cette tradition et s’inscrivait délibérément dans le sillage du comte Bégon : ce gendre de Louis le Pieux s’avère l’un des rares exemples de réformateurs laïcs43 (contrairement à Bégon, Bouchard n’était pas parent du roi par alliance, mais c’était « un personnage de premier plan »)44. Grâce à un diplôme de 816, on sait que le comte de Paris avait fait revenir le monastère des Fossés à son statut initial ob emolumentum animae suae (notons cette date précoce, avant même la réunion du concile d’Aix-la-Chapelle, en 817, qui imposa la règle bénédictine dans tout l’Empire : il s’agit là d’une preuve manifeste de la complicité qui existait entre l’empereur et celui que certaines sources présentent comme son ami). Bégon suscita également des donations de la part de Louis le Pieux45. Le souvenir du réformateur des Fossés – qui ne fut pas le seul de sa famille à veiller à l’entretien de sa memoria par le biais d’une fondation46 – demeura vivace : non seulement, en 841, Charles le Chauve renouvela l’immunité du monastère en rappelant que Bégon en était le restaurateur47, mais 80 ans plus tard, Charles le Simple en perpétua la mémoire en instituant un service commémoratif ; ce diplôme apporte un témoignage rarissime sur le souvenir d’un réformateur allié à la famille royale48.

L’association du roi au bénéfice spirituel des fondations

  • 49 Vie de Bouchard le Vénérable..., c.5, p.14 : Accedens ergo ad regis pre¸sentiam, exoratus est ut, r (...)
  • 50 Vita Eligii episcopi Noviomagensis, éd. B. Krusch, I, chap. 15, dans M.G.H., Scriptores rerum Merov (...)
  • 51 À ce propos, cf. K. Schmid, Brüderschaften..., p. 185 ; A. Manser et K. Beyerle, Aus dem liturgisch (...)
  • 52 R. Schieffer, Liutward, dans Neue deutsche Biographie, XIV, Berlin, 1985, p. 724-725 ; G. Bührer-Th (...)
  • 53 Par ailleurs, sur l’association de Charles le Gros, de Liutward et de Chadolt dans une même mention (...)
  • 54 Quellensammlung der badischen Landesgeschichte, éd. F. J. Mone, I, Karlsruhe, 1848, p. 233 ; sur le (...)
  • 55 C’est explicitement pour cette raison qu’à Saint-Gall, le texte de la fondation de l’évêque d’Augsb (...)

8À un certain égard, la Vie de Bouchard le Vénérable s’avère particulièrement précieuse pour notre propos : lorsqu’il relate la manière dont le comte s’y prit pour faire confirmer par Robert le Pieux la donation dont il voulait gratifier l’abbaye des Fossés, Eudes de Saint-Maur dit que Bouchard, « s’étant... rendu en présence du roi, ... le pria d’y donner son assentiment, selon la coutume royale, d’ordonner que l’acte fût fait de son autorité et de le revêtir de son seing, afin que ledit monastère pût jouir de ces mêmes biens dans les temps à venir, et que sa mémoire fût toujours mêlée aux prières et aux oraisons ». En la matière, il s’agit bien d’une association du roi au service liturgique (ejus memoriale) célébré à la mémoire du comte bienfaiteur et de sa famille, en raison de la confirmation accordée49. Cela n’est pas sans présenter quelque similitude avec l’argument que l’auteur de la Vie de saint Éloi, environ trois siècles plus tôt, met dans la bouche du conseiller de Dagobert Ier lorsque ce dernier demande au roi de lui donner le domaine de Solignac afin d’y fonder un monastère : il s’agissait pour Éloi d’y ériger comme une échelle leur permettant, à lui-même et au roi, d’accéder au royaume céleste50. Ce phénomène est également illustré de manière explicite dans l’accord (convenientia) conclu entre l’évêque de Novare, Chadolt, et les moines de la Reichenau, dont il était originaire51 : son frère, l’évêque de Verceil Liutward, qui, en tant qu’archichancelier, jouissait d’une position éminente à la cour de Charles le Gros52, avait intercédé auprès de ce dernier pour qu’il lui donne un bien ; ensuite, Chadolt donna ce qu’il avait reçu à l’abbaye avec l’accord du souverain, associé au bénéfice spirituel de cette fondation53 dont la teneur fut copiée dans un manuscrit de la Règle54 (il s’agissait d’une pratique courante visant à préserver le souvenir des obligations commémoratives des moines)55.

  • 56 J. Boussard, Actes royaux..., p. 93 : Si erga loca divinis excultibus mancipata, propter amorem Dei (...)
  • 57 H. Fichtenau, Arenga. Spätantike und Mittelalter im Spiegel von Urkundenformeln, Graz, 1957 (Mittei (...)
  • 58 Les gestes des évêques d’Auxerre..., I, p. 222-223 ; J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et (...)
  • 59 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, I, n° 31, p. 64-66.
  • 60 Les gestes des évêques d’Auxerre..., I, p. 152-153 (donation de l’évêque Héribald et confirmation p (...)

9Le diplôme du 19 avril 997 ne fait pas explicitement allusion à la contrepartie spirituelle mentionnée par Eudes de Saint-Maur, si ce n’est dans le préambule, où il est rappelé de matière stéréotypée la « rémunération » d’ordre eschatologique sur laquelle compte un souverain contribuant à l’enrichissement des églises56. On connaît l’intérêt de ces formules57 ; la confrontation du diplôme de Robert le Pieux et du témoignage d’Eudes de Saint-Maur en illustre la pertinence. À cet égard, on peut se demander si le comte Bouchard avait véritablement besoin de l’entremise de la mère du roi et de son épouse, la reine Adélaïde et la reine Berthe, mentionnée à la fois dans le diplôme royal et dans le récit d’Eudes de Saint-Maur : leur intervention n’était-elle pas davantage destinée à les associer au bénéfice spirituel que le roi pouvait espérer en retour de sa protection ? De même, lorsqu’il était associé à des restitutions, le roi en tirait un bénéfice spirituel. C’est ce que prouve une fondation de l’évêque Étienne d’Auxerre : il fit restituer par le roi Raoul la villa de Cravant aux chanoines de Saint-Étienne, à charge pour ces derniers d’organiser un repas au jour anniversaire de la mort du roi et à celui de la mort de la reine, et d’y associer à chaque fois le souvenir de son prédécesseur58. En l’occurrence, l’évêque d’Auxerre détournait la fondation faite par Charles le Simple une trentaine d’années plus tôt : en 900, le roi avait déjà restitué cette villa à Saint-Étienne, pour le salut de Charles le Chauve et de Louis le Bègue59 ; on sait, grâce aux Gesta pontificum Autissiodorensium, que les fondations des évêques associant le souverain carolingien étaient une pratique courante à Auxerre60.

  • 61 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 65, p. 184-187.
  • 62 La confirmation royale est demandée par le donateur quatenus et merces nobis apud Deum per interces (...)

10Un réexamen systématique des diplômes de confirmation par le souverain de donations pieuses faites à partir de biens d’origine fiscale pourrait, dans la ligne de ce qui vient d’être exposé, s’avérer profitable. Prenons par exemple le cas du fidèle Leuto, dont Charles le Chauve confirma, le 21 janvier 845, la donation à Saint-Denis de biens (deux villae et deux manses) qu’il avait auparavant reçus de ce dernier en pleine propriété61. Leuto n’avait pas sollicité l’autorisation royale de procéder à cette donation faite en raison de son amour pour le saint, dont il est rappelé qu’il s’avère le pretiosissimus patronus du roi (en soi, ce choix exprime la fidélité du donateur à l’égard du souverain), mais il avait demandé à Charles le Chauve de confirmer sa donation, d’une part pour que la récompense du roi auprès de Dieu augmente par l’intercession de saint Denis et les prières des moines et, d’autre part, pour que ce même souverain récompense plus pleinement encore le zèle de son fidèle à son égard62. Certes, le roi précise qu’il confirme la donation aux conditions fixées par la charte de donation (et que nous ignorons), mais on peut se demander s’il s’agit du seul avantage que Leuto tirait de la confirmation royale, alors même que les principaux bénéficiaires de cette mesure étaient les moines – auxquels il n’est pas fait allusion dans l’évocation de la requête : Leuto semble s’être rendu seul auprès du roi. Il n’est pas exclu que l’association du nom du fidèle à celui du roi dans le souvenir qu’en entretenaient les moines ait semblé de quelque prix à ce Leuto dont on ne saurait sinon rien.

  • 63 C’est explicitement le cas de celui de Freising, cf. P. Geary, Entre gestion et Gesta, dans O. Guyo (...)
  • 64 J. Boussard, Actes royaux..., p. 96.
  • 65 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 6, p. 18.
  • 66 A titre d’exemple, citons le cas des comtes Widricus et Childebrand, ainsi que le fils de ce dernie (...)

11Un autre détail de la Vie de Bouchard le Vénérable suggère que le bienfaiteur des moines n’était pas le seul à bénéficier de leurs prières, mais que cette grâce était également accordée aux autres personnes dont le souvenir était associé au bien ayant fait l’objet de la donation (rappelons à ce propos la dimension mémoriale de certains cartulaires)63. Le diplôme royal du 26 octobre 999 confirmant la donation d’Ermenfroi et de son épouse rappelait que cet acte était accompli pro aeternae remuneratione vitae et pro animarum suarum sive Gelonis atque parentum eorum absolutione64, sans préciser le rapport qui existait entre Gelo et le donateur. Or le biographe affirme que Gelo avait tenu le fief de Lisses avant Ermenfroi et son épouse : ces derniers sont censés avoir donné ce bien pro animarum suarum sive Gelonis cui successores existebant atque parentum eorum absolutione65. On aimerait disposer de ce contexte documentaire favorable à propos d’autres donations pieuses66.

  • 67 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 333, p. 236-238. De manière assez simila (...)
  • 68 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 361, p. 300-301.
  • 69 Outre l’acte de restitution à Saint-Martin du domaine de Doussay en 897 (cf. infra note 145), on pe (...)
  • 70 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 58, p. 224-226 (restitution et donation pour le lumina (...)

12Certaines fondations s’avéraient des restitutions à des fins commémoratives, auxquelles le roi pouvait d’ailleurs avoir lui-même recours (le 15 janvier 870, à la demande de son fils Carloman, abbé de Saint-Riquier, Charles le Chauve affecta au service du luminaire pour lui, Ermentrude, Carloman et ses frères, un bien du monastère alors attribué en bénéfice67 ; le 13 avril 872, le roi fonda également à Saint-Amand un repas à la mémoire de l’abbé Louis, son propinquus – à la requête de l’abbé Gozlinus, Charles avait restitué aux moines un bien distrait de l’abbatia par l’abbé lui-même, qui l’avait donné en bénéfice à l’un de ses diacres)68 ; quittant le cercle carolingien, on peut également citer le cas d’Eudes et de Robert, qui ont restitué plusieurs biens à Saint-Martin de Tours69, mais aussi à Notre-Dame de Paris70, pour fonder leur service mémorial.

  • 71 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, n° 51, p. 204-207. Déjà, le 5 septembre 916 (...)
  • 72 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 216 (acte du 13 octobre 859), p. 544-547 (...)
  • 73 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, p. cxli-cliii.

13La restitution de biens distraits du patrimoine des églises permettait également de faire bénéficier des retombées spirituelles diverses personnes dont le souvenir était associé à l’histoire de ces biens. On en a l’illustration manifeste avec l’acte par lequel, en 918, l’évêque d’Autun Walo restitua à Saint-Nazaire la villa de Tillenay, pour l’absolution (pro absolutione) de Manassès de Vergy, son frère, qui avait usurpé ce domaine71. L’évêque en espérait un bénéfice spirituel pour Charles le Chauve et sa famille, pour le roi Eudes et le comte Robert, et, enfin, pour le duc Richard et sa femme, leurs enfants et tous ses propres fideles (pro... quiete domni Richardi piissimi ducis et nobilissime conjugis illius ac clarissimorum filiorum illorum et omnium fidelium suorum), tant défunts que vivants. Or non seulement Charles le Chauve et le roi Eudes avaient déjà restitué ce domaine à Saint-Nazaire en y fondant un service liturgique72, mais le fils de Richard le Justicier, le comte Raoul, avait aussi confirmé cette restitution sur l’ordre de son père, sous la protection (defensio et protectio) de qui l’établissement était placé. Quelle que soit l’origine exacte du domaine de Tillenay et la complexité du dossier diplomatique le concernant73, l’essentiel pour notre propos s’avère dans l’entretien du souvenir des fondations accomplies autrefois et l’association de plusieurs personnes aux bienfaits engendrés par la restitution d’un bien, créant une véritable communauté spirituelle.

Le rappel de l’origine fiscale des biens et le souvenir de la faveur royale

  • 74 L’ascendance de cet évêque est difficile à préciser : « on suppose une parenté avec les comtes de C (...)
  • 75 Obituaires de la province de Sens. II. Diocèse de Chartres, éd. A. Molinier, Paris, 1906, p. 9 (29 (...)
  • 76 Ibid., p. 15 (19 juin) : Obiit Witgerus, miles egregius, episcopi Odonis frater amantissimus, pro c (...)
  • 77 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 336, p. 241-244.

14Assurément, on n’ignorait pas l’origine fiscale des biens donnés aux églises à des fins commémoratives, comme en témoigne la remise à l’établissement bénéficiaire du diplôme par lequel le donateur, son ancêtre ou quelque autre personne avait reçu du souverain le bien en question. La mention du décès de la mère de l’évêque Eudes de Chartres74 (dernier tiers du xe siècle) dans le nécrologe de la cathédrale (xie siècle) fait explicitement allusion à ce phénomène : Obiit Rotlindis, mater episcopi Odonis... pro cujus anima inter alia dona idem episcopus Odo dedit fratribus alodum de Vulmaricurte habentem mansos XIII, cum privilegio regali75 ; l’évêque Eudes avait agi de manière similaire pour commémorer la mort de son frère76. L’alleu comprenant quatorze manses offert par l’évêque est la villa ... nomine Gulmaricurtis, sise en Beauvaisis, que le roi Charles le Chauve avait donnée, entre autres choses, à un certain Hadebertus, présenté comme son fidelis et ministerialis, le 5 avril 870 ; le diplôme royal évoqué dans le nécrologe est conservé en original, dans le fonds du chapitre de la cathédrale de Chartres77.

  • 78 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 90, p. 243-245.
  • 79 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 51, p. 59-60.
  • 80 On se fonde ici sur les noms de personnes, cf. infra note 84.
  • 81 M. Jusselin, Un diplôme original de Charles le Chauve du 8 novembre 846, dans Le Moyen Âge, 21, 190 (...)
  • 82 A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 486, p. 470-471.
  • 83 Sur ce phénomène à propos de donations royales, cf. J. Barbier, Du patrimoine fiscal au patrimoine (...)
  • 84 A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 486, p. 471 : S. Acberti, H (...)
  • 85 Ibid. : Anno I regnante Lucdovico rege, qui de eadem donatione preceptum jussit fieri et sigillo su (...)

15On peut mieux reconstituer la manière dont un diplôme de Charles le Chauve en faveur d’un certain Acbertus, lui aussi conservé en original, est passé dans le chartrier de Cluny. Le 8 novembre 846, le roi donna à son fidelis « un manse, avec une chapelle en l’honneur de saint André » dans la villa d’Iguerande, en Mâconnais78. En juillet 893, ce manso indominicado, auquel étaient associés trois églises (dont celle de Saint-André) construites en diverses villae, les biens et les dîmes qui en relevaient, fut vendu par un certain Anselme et son épouse, Ava, à un certain Madalbert et son épouse, Hélène79 ; il n’est pas exclu que l’un des acquéreurs était apparenté à l’un des vendeurs (probablement Madalbert)80 : en effet, le locus d’Iguerande avec ses trois églises fut donné à Cluny le 11 mars 938 à l’initiative d’un certain Acbertus, c’est-à-dire un homonyme du bénéficiaire de la donation de Charles le Chauve, un peu plus de 90 ans plus tôt. C’est un certain Bernard, dit Azo, qui procéda à la donation de ces biens, qu’il avait reçus par héritage de sa parentèle (que¸ mihi ex parentela mea ereditate obvenerunt) ; son parent (cumsanguineus)81, Acbertus, et son fils, Hugues, les lui avaient donnés par une charte (per legalem cartam mihi tradiderunt), afin qu’il les offre à Dieu à leur place (ut per me ipsorum vice Deo offerantur). C’est pourquoi Bernard donna tous ces biens pour le remède de son âme et de celle d’Acbertus : Hec autem omnia pro remedio anime me¸e et Acberti, cujus ereditas fuit, et omnium fidelium christianorum, tam vivis quam defunctis, cum consilio Acberti et filiorum ejus, dono ad Cluniacum monasterium82... On peut se demander si le recours à Bernard, alors même que le véritable donateur n’est apparemment pas empêché (puisqu’il souscrit la charte), n’est pas avant tout un moyen de l’associer au bénéfice spirituel de cette donation ; on sait en effet que le recours à des intermédiaires relève d’une réelle stratégie dans l’art de donner83. Acbertus et ses fils sont les premiers à souscrire l’acte84, dont la formule de datation fait allusion à une confirmation par le roi Louis IV, qui aurait fait expédier un diplôme85 – n’y aurait-il pas là une preuve supplémentaire du fait qu’on gardait le souvenir de l’origine fiscale du bien donné à Cluny ? Par ailleurs, le roi, en confirmant la donation, était associé au bénéfice spirituel qu’elle générait.

  • 86 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes, fils de Harduin et de Guérinbourg, 845-871, dans Le Moyen  (...)
  • 87 R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933 ?), Paris, 1901, p. 63.
  • 88 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 178 et suiv.
  • 89 Et non Nogent-en-Omois, qui fut longtemps l’identification traditionnelle de ce bien, cf. J. Barbie (...)
  • 90 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), éd., Paris, 1920, n° 15, p. 29-30.
  • 91 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence..., p. 30 : ... de jure nostro ad vicem praedi (...)
  • 92 Ibid. : Ego, in Dei nomine, Boso, ad vicem Odonis comitis, pro remedio animae meae et suae hanc don (...)
  • 93 Ibid. : ... pro remedio animae ejusdem Odonis, seu pro remedio animae uxoris suae Guendilmodis... ; (...)
  • 94 Ibid. : ... excepto quod jam olim dederat ad sepulturam uxoris suae... R. Le Jan, Famille et pouvoi (...)
  • 95 P. Kehr, Die Urkunden Karls III., 876-887, éd., Berlin, 1937, n° 139, p. 223-225 : atque Noviento, (...)
  • 96 É. Mabille, La Pancarte noire de Saint-Martin de Tours, brûlée en 1793, restituée d’après les texte (...)

16En août86 871, un comte Boson et un certain Bernard, en qui l’on reconnaît le comte de Vienne87 et Bernard Plantevelue88, agissant en tant qu’exécuteurs testamentaires du comte Eudes de Troyes, firent don à Saint-Martin de Tours de la villa de Nogentel89, au sud de Château-Thierry90. Étant donné que ce bien donné à Saint-Martin à la place de leur ami défunt (ad vicem carissimi quondam amici nostri) était passé sous son autorité et celle de Bernard91, Boson entendait lui aussi tirer un bénéfice spirituel de cet acte pie : dans la formule de souscription, il affirme avoir procédé à cette donation pour le remède de son âme et de celle d’Eudes92. En fait, Eudes l’avait ordonnée pour le remède de son âme et de celle son épouse, Guendilmodis93. Cette donation ne concernait pas toute la villa de Nogentel : ce qu’Eudes avait autrefois donné pour la sépulture de son épouse en était exclu94. Néanmoins, il n’est pas douteux que l’acte de 871 complétait la donation initiale, faite également à Saint-Martin, puisque dans un diplôme de Charles le Gros du 22 août 886, la villa de Nogentel est réputée avoir été affectée intégralement à l’entretien des frères95. Ce n’était pas la seule libéralité du couple à l’égard de Saint-Martin : déjà en mai 846, le comte Eudes et son épouse avaient fait don à cet établissement de biens sis en Dunois et en Blésois96.

  • 97 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 119 (donné à Narbonne, le 11 octobre 849) (...)
  • 98 Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman II, rois de France (877-884), éd. F. (...)
  • 99 Sur la stratégie foncière des chanoines de Saint-Martin, cf. H. Noizet, Les relations de Saint-Mart (...)

17Eudes n’avait pas donné n’importe quel bien à Saint-Martin, pour que les frères fissent mémoire de lui et de son épouse dans leurs prières : il s’agissait d’un domaine qu’il avait reçu en pleine propriété du roi, Charles le Chauve, une vingtaine d’années plus tôt97 ; le diplôme expédié alors fut versé dans le chartrier de Saint-Martin, puisqu’il fut copié dans la Pancarte noire au xiie siècle. Le roi avait conservé un droit de regard sur cette terre : un acte de confirmation de Louis le Bègue, donné à Troyes (là même où Eudes avait exercé ses fonctions comtales !) le 5 septembre 878, rappelle que Charles le Chauve avait autorisé la donation pieuse98 (il n’est pas impossible que le roi ait fait plus que donner son assentiment et que, sensible à la volonté des frères d’acquérir des biens dans la vallée de la Marne et de ses affluents99, il ait recommandé à son obligé de faire don de ce bien).

  • 100 Eudes est encore mentionné dans le diplôme de Charles le Gros du 22 août 886 (cf. infra) ; il ne l’ (...)
  • 101 Sur les actes royaux, cf. G. Tessier, Les diplômes carolingiens du chartrier de Saint-Martin de Tou (...)
  • 102 Recueil des actes de Louis le Bègue, n° 15, p. 44 (il est question de la requête d’Hugues l’Abbé) : (...)
  • 103 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 307, p. 179-181 : ... in divae recordati (...)
  • 104 ... ut pro absolutione peccaminum praefati genitoris et genitricis nostrae nostrorumque, conjugis e (...)
  • 105 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 441, p. 488-490 (cf. supra note 36).
  • 106 Recueil des actes de Louis II le Bègue, n° 12, p. 28-33 : ... ob perpetuam mercedem domni genitoris (...)

18La manière dont la villa de Nogentel est évoquée dans les actes royaux du chartrier de Saint-Martin de Tours, à commencer par le diplôme de Louis le Bègue qu’on vient d’évoquer, montre que le souvenir de la donation du comte Eudes était entretenu par la communauté100 (ceci est d’autant plus vraisemblable que les notaires de Saint-Martin jouissaient d’une liberté certaine dans le dictamen des actes)101. Or, dans le diplôme de Louis le Bègue confirmé par Carlo-man, un phénomène s’avère particulièrement frappant : la donation d’Eudes est associée à d’autres donations de Charles le Chauve et de son fils qui, toutes, sont motivées par le souci qu’avaient ces rois de fonder un service commémoratif102. Le 27 décembre 867, Charles le Chauve avait donné à Saint-Martin la « celle » du fisc de Chablis avec toutes ses dépendances, en mémoire de son père, Louis le Pieux, de sa mère, Judith, et en aumône pour lui-même, son épouse, Ermentrude, et ses enfants103 ; chaque jour, des prières devaient être dites spécialement pour l’absolution de leurs péchés et la stabilité du royaume104. Le 1er août 877, Charles le Chauve avait donné aux chanoines de Saint-Martin la villa de Mellecey, afin qu’ils prient pour Louis le Pieux et Judith, ainsi que pour le salut du roi, de ses deux épouses, de ses enfants, pour la stabilité du royaume et pour Boson et Guy105. Enfin, le 20 juin 878, Louis le Bègue avait donné à Saint-Martin la villa de Merlaut : cette donation faite au bénéfice de ses parents, de ses frères, de lui-même, de son épouse et de ses enfants, devait financer un repas (refectio) et des prières le jour anniversaire de la naissance du roi et au jour anniversaire de son sacre et, après sa mort, au jour anniversaire de son trépas106. La confirmation de ces biens par Louis le Bègue, le 5 septembre 878, était également faite pro mercede communi omnium nostrum nostreque conjugis ac prolis.

  • 107 À ce propos, cf. H. Noizet, Les relations de Saint-Martin..., p. 17 et suiv. Sur les déplacements d (...)
  • 108 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 164.
  • 109 P. Kehr, Die Urkunden Karls III., n° 139, p. 223-225.

19Certes, il existe une cohérence géographique, voire fonctionnelle (notamment l’éventualité d’un repli de la communauté dans l’une de ces villae de l’est du royaume de Charles le Chauve sous la menace normande) dans l’évocation conjointe de Chablis, Mellecey, Merlaut et Nogentel107. La dimension liturgique renforce cette cohésion et permet au comte Eudes d’être associé au roi dans le souvenir des frères de Saint-Martin : elle souligne une proximité de fait, puisque la sœur d’Eudes, Ansgarde, avait épousé Louis le Bègue108. Cette cohérence liturgique est encore plus patente dans le diplôme par lequel Charles le Gros, le 22 août 886, confirma aux chanoines les biens donnés par Charles le Chauve et Louis le Bègue et renouvela leur privilège d’immunité. À la demande de la communauté, l’empereur confirma à cette dernière la possession des domaines suivants : Léré, Chablis, Mellecey, Saudoy et Meix-Saint-Epoing (nec non et Saldoa cum illo manso), Merlaut, la villa de Mons-en-Montois, alors tenue par un certain Garibald à titre de précaire (villa quoque Monte, quam Gerbaldus precario more ad censum retinet), et Nogentel, dont il est rappelé qu’il s’agit d’une donation d’Eudes109. Ce ne sont pas les seuls domaines de la mense canoniale, loin s’en faut !

  • 110 W. Hartmann, Die Konzilien der karolingischen Teilreiche, 860-874..., p. 118-120 ; acte faux d’aprè (...)
  • 111 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41, à la p.39 : ... Liradum q (...)
  • 112 Sur ce comte du palais attesté dans les années 799-813, petit-fils du comte de Meaux, son homonyme, (...)
  • 113 La mention des grands-parents dans ce genre d’acte est chose alors fort rare, cf. R. Le Jan, Famill (...)
  • 114 E. Mabille, La Pancarte noire..., n° LIV, p. 93-94 ; Gallia christiana..., XIV, éd. B. Hauréau, Par (...)
  • 115 Poetae Latini aevi Carolini, I, éd. E. Dümmler, Berlin, 1881, p. 532 (n° 40) ; cf. S. Abel et B. Si (...)
  • 116 R. Hennebicque-Le Jan, Prosopographica Neustrica..., p. 249 (n° 109).
  • 117 E. Mabille, La Pancarte noire..., n° LXXXVII, p. 11.

20On ne peut ici que formuler des hypothèses quant aux raisons qu’avaient les frères de mentionner explicitement ces biens. Il n’y a pas à revenir sur ceux évoqués dans l’acte de Louis le Bègue. Quant à Léré, en Berry, sa donation à Saint-Martin par Charles le Chauve (pour que la communauté y trouve refuge en cas d’attaque par les Vikings) jouit peut-être d’une certaine publicité : elle est censée avoir été confirmée le 20 août 862 par les évêques réunis à Pîtres110 ; on peut néanmoins assimiler la générosité du roi à une fondation pieuse, puisque Charles le Chauve avait, semble-t-il, prévu qu’un monastère serait construit à Léré111. Saudoy et Meix-Saint-Epoing (dans le pagus de Meaux) avaient été donnés à Saint-Martin par le comte Helingaudus (en réalité : Helmgaudus)112 en 813, en même temps que d’autres domaines, tam pro animabus avi mei Helingaudi et aviae meae Detlanae113, et genitore meo Gauzelmo et genetrice mea Hagresindane, quamque et pro me humili peccatore ; cette donation pieuse fut accompagnée de nombreux affranchissements d’esclaves, pro animabus nostris114 – nous savons par ailleurs que le comte du palais Helmgaudus était un personnage fort riche et réputé pour ses largesses envers les églises, comme en témoigne Théodulf d’Orléans dans l’épitaphe qu’il a composée à sa mémoire : Aecclesias opibus ditavit pluribus iste / Fecitque heredes rebus inesse suis115. La donation de 813 n’était apparemment pas la première d’un membre de cette famille à Saint-Martin : le 17 août 790, un certain Gauzohelmus, en qui l’on reconnaît le père du comte du palais116, et son épouse Harinsinda, avaient fait don à cet établissement de biens sis dans les pagi de Broussy, de Melun et d’Étampes117.

  • 118 Dans la précaire du 15 avril 932 en faveur de la reine Emma, il est dit que Judith donna la villa d (...)
  • 119 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41, à la p. 40 : Concedimus e (...)
  • 120 Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 283. R. Le Jan, Douaires et pouvoirs des reines..., p. 480, sugg (...)
  • 121 Pièce justificative n° I.
  • 122 Dans le diplôme du 2 juin 896, le roi Eudes confirma aux chanoines de Saint-Martin la propriété de (...)
  • 123 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, I, n° 46 (diplôme du 30 avril 903), p. 100 : (...)
  • 124 BNF, ms. lat. 13898 (copie de Lesueur), n° 94, fol. 98v (E. Mabille, La Pancarte noire..., n° CIII, (...)
  • 125 É. Mabille, La Pancarte noire..., n° XCVI, p. 115-116 (15 avril 932) ; cf. également la note suivan (...)
  • 126 E. Martène et U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum, I, Paris, 1717, col. 67 : ... expetiit nos eg (...)
  • 127 Recueil des historiens des Gaules et de la France, IX, éd. L. Delisle, Paris, 1874, 720-722. Le dom (...)
  • 128 É. Mabille, La Pancarte noire..., n° LVIII, p. 95-96 et n° XCII, p. 114.
  • 129 C’est à tort qu’É. Mabille, La Pancarte noire..., n° LVIII, p. 95 reconnaît Charlemagne en ce roi.
  • 130 Cet acte ne diffère pas substantiellement de l’autre, à l’exception du préambule (fort classique au (...)
  • 131 Sur ce personnage, cf. Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 100-101.
  • 132 Recueil des historiens des Gaules et de la France, IX, p. 721.
  • 133 Cf. supra note 126.

21La mention la plus intéressante est assurément celle de Monsen-Montois, dans le pagus de Melun : cette villa avait été donnée en dot118 par Louis le Pieux à son épouse Judith qui, à l’article de la mort, avait souhaité en faire donation à Saint-Martin de Tours ; en 862, Charles le Chauve accomplit la volonté de sa mère119, qui avait été inhumée dans la basilique de Saint-Martin120. Dès le mois de décembre 878, le domaine de Mons fut cédé en précaire à Garibald (« Garibaldus » ou « Gerbaldus ») et à sa femme121. Ils avaient obtenu ce bien suite à la donation pieuse (pro remedio animarum nostrarum) du domaine d’Houdancourt-sur-Oise, dans le pagus de Beau-vais, et du villare Berulfi, d’Épineuse et de Chevrières. Garibald avait encore l’usage de Mons 18 ans plus tard122 – en revanche, en 903, ce domaine était désormais tenu par le vicomte Rainardus123. En 926, Emma, la sœur d’Hugues le Grand et épouse du roi Raoul, reçut en précaire le domaine de Mons et les biens donnés par Garibald124 ; nous savons qu’en 932, le souvenir de Judith était encore attaché au domaine de Mons, puisque lors de la rénovation du contrat de précaire en faveur d’Emma, il fut précisé que cette dernière pouvait acquitter le paiement du cens affecté au luminaire soit le jour anniversaire de la mort de l’impératrice, soit le jour de la Saint-Martin125. L’acte de précaire de 932 dit que l’attribution de la villa de Mons à la reine Emma avait été faite à la demande exprès d’Hugues le Grand126 ; seul le domaine autrefois donné par Judith était apparemment concerné. En revanche, le 14 septembre 937, le doyen Bernerius accorda en précaire à Hugues le Grand, abbé de Saint-Martin, et à son épouse non seulement la villa de Mons, mais aussi Houdancourt-sur-Oise et les domaines qui en dépendaient, en même temps qu’il rétrocédait, également en précaire, les biens (les alleux de Lachy et de Sézanne, dans le comté de Meaux) que le duc des Francs venait de donner à Saint-Martin ob remedium animae meae, seu genitoris genitricisque meae, meorum quoque parentum ac propinquorum127. On dispose de deux versions de cette précaire128 ; dans l’une d’elles (le n° LVIII de la Pancarte noire), Hugues affirme avoir hérité l’alleu de Lachy du comte Aledramnus, qui l’avait obtenu « du seigneur Charles129, grand roi » dont il avait reçu un précepte130 – selon toute vraisemblance, il s’agit du comte de Troyes attesté sous Louis le Pieux et au début du règne de Charles le Chauve131. Ici encore, on ne restera pas insensible à l’origine censée être publique du bien dont Hugues le Grand s’était servi pour faire une donation pieuse à l’établissement dont il était abbé ; en cette affaire, le doyen de Saint-Martin lui avait associé un autre bien d’origine fiscale et dont la vocation mémoriale était manifeste. En 937, le contraste entre le souvenir de Judith et celui de Garibald s’avère particulièrement vif132 : les chanoines se souvenaient que la mère de Charles le Chauve leur avait donné la villa de Mons (quam olim Judith regina nobis cessit), alors qu’ils prétendaient avoir acquis le domaine d’Houdancourt d’une manière qui suggère un contexte judiciaire (de Gerboldo comite evindicatum et conquisitum). La différence de rang social jouait peut-être, mais force est de reconnaître que Garibald n’avait apparemment pas pris (ou n’avait pas eu la possibilité de prendre) les mesures nécessaires à l’entretien de sa mémoire, c’est-à-dire à sa manifestation liturgique, alors que la fondation de Judith prévoyait que, chaque jour de fête, les frères réciteraient les Ps. 66, 85 et 129 pour le salut de son âme133.

  • 134 Sur la localisation du domaine, cf. L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 166-168 ; sur l’i (...)
  • 135 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 236-237 et p. 241-242.
  • 136 Outre l’évocation du comte Bégon faite supra p. 340, cf. la présentation synthétique de l’essor de (...)
  • 137 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 24, p. 59-61.
  • 138 J. Tardif, Monuments historiques..., Paris, 1866, n° 170, p. 107-108.

22Le dossier relatif à la famille d’Eudes de Troyes n’est pas pour autant clos ; une autre pièce illustre encore l’utilisation qu’on pouvait faire de biens fiscaux à des fins commémoratives. En effet, le 13 janvier 859, le comte Eudes et sa mère, Warimburgis, donnèrent à l’abbaye de Saint-Maur des Fossés le domaine de Boslenvilla134. Dans un contexte politique particulièrement tendu et alors même que le comte Eudes, qui avait soutenu Louis le Germanique, venait de négocier son ralliement à Charles le Chauve135, la veuve du comte Harduinus et son fils firent à cette abbaye, qui peut être considérée comme un symbole de la coopération du pouvoir royal et des grandes familles aristocratiques qui lui sont liées136, la donation du bien que ce même Harduinus avait reçu en toute propriété de Charles le Chauve le 30 août 843, alors qu’il le tenait jusque là en bénéfice137. Warimburgis et son fils accomplissaient ainsi le vœu de leur seigneur ; cette donation était faite pour le repos de son âme et pour leur propre salut (pro ejusdem seniore nostro Harduino comite elemosinam et propter anima ipsius liberationem ac quietem, sed et propter nostra eterne salute, secundum votum adque preceptum Harduini comiti ac senioris nostri)138.

  • 139 E. Mühlbacher, Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Großen, Hanovre, 1906, n° 97, p. 139-1 (...)
  • 140 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41.
  • 141 Pièce justificative n° II.
  • 142 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, Appendice III, p. 227-233.

23Parmi les possessions de Saint-Martin de Tours, un autre bien s’avère de quelque intérêt. Le destin du domaine poitevin de Doussay permet en effet de cerner comment, peu à peu, on pouvait attribuer une fonction commémorative à un bien alors même que l’on rappelait son origine publique. Ce domaine est mentionné dans l’énumération des biens affectés à la mense conventuelle qu’on lit dans le diplôme de Charlemagne du 10 mai 775, qui fut remanié vers le milieu du ixe siècle139. Le 13 avril 862, Charles le Chauve confirma cette affectation140. Il est fait allusion à cette mesure dans l’acte de précaire en faveur du comte Rannoux II, en 888 ou 889 : il y est dit que le comte de Poitou souhaitait obtenir la villa de Doussay, quam olim domnus Karolus per praeceptum ad serviendum fratribus reddidit141. Ce bien avait déjà été distrait de la mense conventuelle, puis-qu’un certain Magenarius et son fils, Osbertus, l’avaient tenu en bénéfice (in beneficio tenuerunt) – ce que d’aucuns contestaient apparemment (le domaine était réputé avoir été tenu injuste). Afin d’en obtenir la jouissance, Rannoux donna son alleu de Sully (Sciliacum), dans le pagus de Poitiers et la viguerie de Saint-Jean-de-Sauves, dont on sait grâce à l’acte de précaire du 10 octobre 891 en faveur de son fils, Ébles Manzer142, qu’il se trouvait « près de la villa de saint Martin et de ces frères qui a pour nom Doussay », et son alleu de Layré (Aleriacum), dans le pagus de Briou et la viguerie de Savigné-sur-Charente ; ces bien furent rétrocédés au comte et à son fils à titre de précaire. Par l’acte de 891, on apprend que Rannoux II avait obtenu Layré d’Adalhard, fils d’Ededo, présenté comme un propinquus d’Ébles ; quant au domaine de Sully, l’acte de précaire en faveur de Rannoux II dit qu’il fut acheté à un homonyme, présenté comme le consanguineus du comte (son propinquus selon l’acte de 891). C’est par conséquent apparemment pour des raisons liées à un souci de bonne gestion (obtenir un domaine ecclésiastique proche d’un de ses alleux), mais peut-être aussi pour une question de prestige, que le comte de Poitiers avait souhaité acquérir la villa de Doussay.

  • 143 Sur les conditions des échanges, cf. Ph. Depreux, The development of charters confirming exchange b (...)
  • 144 L. Auzias, L’Aquitaine carolingienne (778-987), Toulouse, 1937, p. 441.

24Les mobiles sont sensiblement différents en ce qui concerne Ébles Manzer. Aux termes de la précaire accordée à son père, la jouissance de cette terre devait lui revenir ; il n’empêche qu’un nouvel accord fut conclu un peu plus d’un an après la mort de Rannoux II. De manière singulière, Ébles fit à nouveau donation à Saint-Martin des domaines de Layré et de Sully, qu’il disait avoir reçus de son père par héritage (quem haereditate paternali hereditavi ou sicut... a nobis successione paternali possideri videtur), auxquels il ajouta l’alleu de Courcôme, dans le pagus de Brioux et la viguerie de Villefagnan ; mais alors que la donation de Rannoux II était motivée par la volonté d’obtenir le domaine de Doussay (un peu à la manière d’un échange)143, Ébles fit « spontanément » cette donation pour le salut de son père, Rannoux, de ses oncles, Gauzbert et Ébles, pour son propre salut et celui de ses autres parents (pro remedio animae genitoris mei Ramnulfi ... ac avunculorum meorum Gauzberti et Eboli, et pro remedio animae meae seu aliorum parentum meorum) – on remarquera l’insistance d’Ébles à rappeler l’origine héréditaire des biens dont il confirmait en réalité la donation faite par son père, afin que sa famille en retire un bénéfice spirituel. En retour, le jeune homme reçut en précaire tout ce qu’il avait donné et la villa de Doussay, dont il était dit cette fois que le roi Charles avait autrefois rétabli les droits des frères sur elle par un précepte (ad usus fratrum per suum praeceptum restauravit) et que le roi Eudes la leur avait rendue (rursus domni Odinis regis imperio... nobis restitutam) après qu’elle eut été tenue injustement par Magenarius et son fils. Peu de temps après, le roi Eudes destitua Ébles Manzer et le domaine de Doussay passa aux mains du frère du souverain, Robert, abbé de Saint-Martin144.

  • 145 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, n° 40, p. 150-155 ; cf. document traduit n° (...)

25Le 27 mars 897, à l’occasion des fêtes pascales, l’abbé Robert restitua solennellement le domaine de Doussay « que le seigneur (do-minus) Charles, très glorieux roi, notre seigneur (senior), avait autrefois attribué (delegaverat) » à la mense des chanoines145. La dimension mémoriale de cet acte est manifeste : Robert entendait tirer un bénéfice spirituel pour lui-même, mais aussi pour son frère, le roi Eudes, ainsi que pour leur père, Robert le Fort, et il institua un repas (plena refectio) au jour anniversaire de cette restitution (le 27 mars), pour encourager la prière des frères et faire en sorte que sa memoria fût entretenue par la récitation de son nom lors des prières.

  • 146 A. Eckel, Charles le Simple, Paris, 1899, p. 23 et suiv.
  • 147 En 1128, les chanoines s’en prévalurent encore dans le conflit qui les opposait aux moines de Saint (...)

26Il y avait là, pour Robert, un moyen de revendiquer une certaine loyauté posthume envers Charles le Chauve (alors que l’entente entre le roi Eudes et le petit-fils de ce dernier s’avérait fluctuante)146, en s’inscrivant dans la continuité de l’action du souverain, à qui les frères devaient l’attribution de la villa de Doussay. Par le fait même, Robert jetait un voile sur le pieux mobile de celui qu’il avait dépouillé : à la mémoire des membres de la famille comtale poitevine se substituait celle des Robertiens, qui étaient chez eux à Saint-Martin, par l’institution d’un véritable service commémoratif, c’est-à-dire par une fondation ; à ce propos, on n’oubliait pas l’affectation initiale du bien dont le mérite revenait au roi carolingien147.

  • 148 Le 29 juillet 895, le vicomte Garnegaudus et son épouse, Hélène, avaient ainsi donné à Saint-Martin (...)
  • 149 Vita Rigoberti episcopi Remensis, éd. W. Levison, dans Passiones vitaeque sanctorum aevi Merovingic (...)
  • 150 À ce propos, cf. Ph. Depreux, Les sociétés occidentales..., p. 217.
  • 151 J. L. Nelson, The wary widow, dans W. Davies et P. Fouracre (éd.), Property and power in the early (...)
  • 152 Formulae Sangallenses miscellaneae, n° 16, dans Formulae Merowingici et Karolini aevi, éd. K. Zeume (...)
  • 153 Sur ce personnage, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 238.
  • 154 H. Beyer, Urkundenbuch zur Geschichte der ... mittelrheinischen Territo rien, I, Coblence, 1860, n° (...)
  • 155 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 69, p. 197-198 ; cf. infra document tradu (...)

27On pourrait multiplier les exemples de biens d’origine fiscale donnés à des fins de commémoration liturgique (sans parler des donations pieuses à partir de biens fiscaux, sans qu’on puisse établir s’il s’agissait également de fondations d’un service de prière)148. La seule occurrence du mot « refectio » dans l’Histoire de l’Église de Reims de Flodoard concerne le service commémoratif institué par l’évêque de Reims Rigobert à Gernicourt, une villa que ce dernier avait reçue de Pépin II et où il avait fondé une église dédiée à saint Pierre et destinée à recevoir sa sépulture ; à ce propos, le chanoine rémois reprenait simplement les termes employés par l’auteur de la Vita rédigée vers la fin du ixe siècle149, qui se référait à l’exemple de saint Remi et de Clovis dans la manière dont avait été définie l’importance du domaine donné150. Les biens servant à la memoria du comte Nithadus, l’époux d’Erkanfrida, dont le testament est fort célèbre151, étaient également d’origine fiscale. Erkanfrida avait assuré l’entretien de sa propre mémoire, de celle de ses parentes et de celle de son mari en conditionnant la transmission de l’héritage (réglé par son mari) de ce qu’elle avait reçu à titre de dos par le versement de 100 livres à payer à 20 monastères – elle était loin d’être la seule veuve soucieuse de la commémoration du souvenir de son mari ; certaines y étaient contraintes par leur carta dotis (on en trouve un exemple dans les formules de Saint-Gall : et inde pro me annuam memoriam in anniversario die depositionis meae faciat)152. Par ailleurs, un certain Bernard153 reçut les biens allodiaux d’Erkanfrida sis à Peffingen à condition de verser trente livres à l’abbaye de Prüm. Erkanfrida avait aussi assuré elle-même la célébration de la mémoire de son mari et de sa famille à Prüm, à partir de la villa de Hannapes, sise dans le pagus de Laon, que Nithadus avait donnée à Saint-Sauveur154 – la rubrique par laquelle le scribe du Liber aureus de Prüm annonce cet acte s’avère très suggestive, puisque cette fondation d’un repas commémoratif annuel et de prières est assimilée à une précaire : on ne saurait mieux exprimer le maintien des droits des époux dans l’au-delà. Or Nithadus avait reçu le domaine d’Hannapes de Charles le Chauve, le 18 avril 845 (le roi avait donné en pleine propriété à son fidèle ce bien qu’il tenait déjà en bénéfice)155.

Des fondations comme manifestations de la distinction sociale ?

  • 156 C’est ainsi qu’une certaine Emma et son mari, Gui, avaient donné à Saint-Martin de Tours, pour le r (...)
  • 157 C’est par exemple le cas d’Hilduin, abbé de Saint-Bertin, cf. G. Tessier, Recueil des actes de Char (...)
  • 158 Cf. supra notes 6 à 8.

28Bien qu’ils fussent possédés en pleine propriété et présentés comme des alleux dans les chartes de donation, les biens d’origine fiscale ne faisaient pas partie du patrimoine au sens premier, c’est-à-dire des biens reçus par héritage. Le phénomène qu’on a décrit suppose donc une économie du salut en apparence fondée sur des biens périphériques, dont la donation ne grevait pas le patrimoine (voire sur des biens dont il pouvait être prudent de se dessaisir assez rapidement, comme dans le cas de terres confisquées)156. Il ne semble toutefois pas qu’on puisse considérer les restitutions et les donations de biens d’origine fiscale comme des fondations à moindre frais : ce serait négliger la plus-value que représentait l’intervention royale. Un critère de distinction sociale pourrait en effet résider dans l’origine des biens donnés : biens patrimoniaux – pour tout un chacun – ou d’origine publique, dans le cas des proches du roi (de même, la confirmation par le roi de biens donnés par quelque abbé soucieux de l’entretien de sa mémoire ou une donation faite par le souverain à cette fin rendaient manifeste l’estime dans laquelle ce personnage était tenu)157. Le dossier relatif à l’échange conclu en 906 entre le comte Robert et les moines de Saint-Amand, dont il a été question plus haut, est particulièrement instructif158. Non seulement Robert obtint la célébration de sa memoria à partir de sa mense abbatiale, c’est-à-dire qu’il donna pour l’entretien de sa memoria une partie de ce qui jusqu’alors servait à son entretien en tant qu’abbé de Saint-Amand, mais surtout, le roi, comme en bien d’autres affaires concernant les membres de la haute aristocratie, était intervenu de manière décisive : par le don qu’il avait fait, Charles le Simple était à l’origine du processus permettant la célébration de la memoria du Robertien. L’analyse des mesures prises, d’une part à Cysoing et, d’autre part, à Pothières et Vézelay par certains des plus grands aristocrates du temps de Charles le Chauve pour l’entretien de leur memoria permet d’apprécier comment ces membres de la frange supérieure de l’élite se servaient de biens d’origines diverses pour délivrer à la postérité un message hautement symbolique et politique.

  • 159 I. de Coussemaker, Cartulaire de l’abbaye de Cysoing et de ses dépendances, Lille, 1886, n° 1, p. 1 (...)
  • 160 Cartulaire de... Cysoing..., n° 4, p. 8-9 (acte du 2 avril 870).
  • 161 Cartulaire de... Cysoing..., n° 3, p. 7-8 (acte du 14 avril 869).
  • 162 Cartulaire de... Cysoing..., n° 5, p. 10-11.
  • 163 Cartulaire de... Cysoing..., n° 6, p. 11.
  • 164 C. La Rocca et L. Provero, The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Friuli, and his (...)
  • 165 Cartulaire de... Cysoing..., n° 3, p. 7 : ... de rebus, quas serenissimus ac piis simus rex Karolus (...)

29Dans leur testament du 16 décembre 867, Évrard de Frioul et son épouse, Gisèle (la fille de Louis le Pieux et de Judith), avaient pris des mesures pour le salut de leur âme159. Les véritables dispositions commémoratives datent toutefois du veuvage de Gisèle, qui fit des donations spéciales au monastère de Cysoing pour sa sépulture et pour celle de sa fille, Ingeltrudis160. Dans l’acte par lequel elle attribuait à son fils Adalhard le fisc de Somain, qui reviendrait ensuite au monastère de Cysoing, Gisèle affirmait avoir donné certains de ses biens à cet établissement pro remedio anime mee161 ; le 1er juillet 874, elle fit une nouvelle donation pour financer le luminaire au profit de l’âme de son mari défunt (pro anime predicti senioris mei remedio)162 ; vers la même époque, elle fonda un repas (anniversarium refectionem decrevi fieri) à l’intention de son père, de sa mère, de son frère, le roi Charles le Chauve, de tous ses enfants (pro prole mea) cités nommément et pour tous ses parents (pro omni cognatione mea)163. Cristina La Rocca et Luigi Provero établissent une distinction entre les mesures prises par Évrard à l’égard d’Unroch en Italie où « l’aspect public prédomine » et celles prises dans le nord de la Francie (où l’aspect « dynastique » l’emporte)164. Or les biens « patrimoniaux » de Gisèle étaient de nature spéciale : c’étaient des biens fiscaux. On peut se demander si ce n’est pas cette nature fiscale qui, en l’occurrence, détermina la fonction mémoriale de Cysoing – pour deux raisons : pour y associer le roi (désir d’autant plus naturel chez Gisèle qu’il s’agissait de son frère) et parce que ces biens pouvaient être perdus (ce qu’expérimenta Gisèle ; elle exprima d’ailleurs sa reconnaissance envers le souverain, son frère Charles, qui les lui avait rendus)165.

  • 166 R. Louis, Girart, comte de Vienne (... 819-877) et ses fondations monastiques, Auxerre, 1946.
  • 167 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 309, p. 181-184.

30On observe un cas de figure somme toute relativement similaire en ce qui concerne Girart de Vienne, qui fonda les abbayes de Pothières et de Vézelay dans le contexte de l’assemblée de Savonnières (14 juin 859) – l’importance politique de Girart conduit les historiens à parler de « ses » fondations monastiques, mais à l’instar d’Évrard de Frioul et de sa femme, qui agissaient en couple (ainsi que C. La Rocca et L. Provero l’ont souligné à juste titre), Girart et son épouse, Berthe, fondèrent ensemble les monastères de Pothières et Vézelay. Ici encore, nous avons affaire à des membres de la haute aristocratie : le père de Girart était le frère du comte Bégon, le gendre de Louis le Pieux, et Girart lui-même, en épousant Berthe, la fille du comte Hugues de Tours, était devenu le beau-frère par alliance de l’empereur Lothaire Ier. En tant que comte de Paris, Girart avait prêté serment de fidélité à Charles le Chauve, en 838. En 840/841, il passa dans le camp de Lothaire, dont il devint comte du Palais. Duc de Vienne à partir de 844, Girart gouverna de facto à la place de son neveu Charles de Provence ; c’est ainsi qu’en 861, il s’opposa aux appétits territoriaux de Charles le Chauve166. Girart garda néanmoins ses biens en Avalonnais et en Lassois (c’est-à-dire la région de Châtillonsur-Seine) : ses fondations monastiques visaient à protéger ses terres de toute confiscation par Charles le Chauve, qui mit du temps à approuver ces donations pieuses (c’est en 868 seulement que le roi garantit l’intégrité du patrimoine de Vézelay et lui conféra le privilège d’immunité)167.

  • 168 Monumenta Vizeliacensia. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, éd. R. B. C. Huygens, (...)
  • 169 Sur la memoria des membres de la famille des comtes de Paris de la première moitié du ixe siècle, c (...)
  • 170 Monumenta Vizeliacensia..., p. 247.
  • 171 R. Louis, Girart, comte de Vienne..., p. 65-66.
  • 172 Monumenta Vizeliacensia..., p. 249-254 (cartulaire, acte n° 2). À ce propos, cf. E. Boshof, Traditi (...)
  • 173 Monumenta Vizeliacensia..., p. 255-258 (cartulaire, acte n° 3).

31Dans l’exposé des motifs de l’acte de fondation, il est dit que cette dernière avait été faite dans un esprit de reconnaissance pour les largesses reçues des souverains (honores et dignités, munera), ce qui motivait la prière pour l’empereur Louis le Pieux, la « reine » Judith, et Charles le Chauve, désigné comme senior atque domnus nos-ter rex168. Il s’ensuit que les fondateurs instituèrent un service de prière (orationis obsequia célébrés solennellement) pour (dans l’ordre) Louis le Pieux, Charles le Chauve, Judith, Ermengarde, Ermentrude, leurs pères et mères169, leurs fils et filles (défunts et en vie), pour eux-mêmes, leurs propres enfants (défunts et en vie), et la multitude de leurs amis et fidèles (pro nobis etiam filiisque ac filiabus viventibus sive defunctis cunctisque amicis nostris omnique fidelium multitudine)170. Notons que, sous l’apparence de l’humble reconnaissance des bienfaits du roi, Girart se plaçait dans une position éminente, en assurant le salut de ceux qui semblent être ses vassaux. Les mentions mémoriales sont jugées par R. Louis comme relevant de la rhétorique pour séduire Charles le Chauve171, car elles ne sont pas mentionnées dans la lettre à Nicolas Ier par laquelle, en mars 863, les établissements furent placés sous la protection du pape172, ni dans l’acte de mai 863 signifiant l’acceptation de ce dernier173 – mais cela ne semble pas pertinent, car il s’agissait alors de protéger les biens donnés aux établissements fondés par Girart et son épouse, et non de régler des questions liturgiques.

  • 174 Ibid., p. 246 (cartulaire, acte n° 1) : ... quicquid ibi ex hereditate, quicquid precepti sui aucto (...)
  • 175 Ibid., p. 246 ; sur les interventions de Judith, cf. Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 285-286.
  • 176 Vizeliacensia II. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, éd. R. B. C. Huygens, Turnho (...)
  • 177 Vizeliacensia II..., p. 10-12 (cartulaire de Florence, acte n° 3).
  • 178 Ibid., p. 15 (cartulaire de Florence, acte n° 5 : septembre 826) ; p. 16 (n° 6 : novembre 827) ; p. (...)
  • 179 Monumenta Vizeliacensia..., p. 246-247.
  • 180 L’église funéraire était celle de Pothières, cf. R. Louis, Girart, comte de Vienne..., p. 121 et su (...)

32Girart et Berthe rappelèrent l’origine des biens constituant la dotation foncière des établissements fondés par eux. Dans le cas de Pothières, il s’agissait de biens ex hereditate et de ce que Charles le Chauve avait donné par un précepte, à quoi s’ajoutaient des biens que les époux avaient acquis174. En ce qui concerne Vézelay, nous sommes mieux informés encore. La dotation du monastère résultait d’un échange réalisé avec Louis le Pieux, par lequel Girart avait obtenu le domaine de Vézelay grâce à la médiation de Judith (agente et impetrante)175, à quoi s’ajoutaient d’autres biens. Tout d’abord, à Dornecy, où Girart et son épouse avaient obtenu le manse seigneurial grâce à la vente à laquelle, en 852, avaient consenti Roclinus et son épouse Teutildis – or ce bien était aussi (en partie pour le moins) d’origine fiscale, puisque des manses y avaient été donnés à Roclinus par le roi Charles le Chauve176 (plusieurs noms de souscripteurs de l’acte de vente sont identiques à ceux de la charte de fondation). Le domaine de Flez, en Avalonnais, n’est pas mentionné explicitement dans la charte de fondation, mais il y est dit que Girart donna tout ce qu’il avait acquis en Avalonnais ; or on conserve le texte de l’échange (qui s’apparente à une vente) auquel Girart et Berthe procédèrent en 818 avec le vassal Girart (le comte homonyme est dit son senior) et sa femme Alboara, en 818 – il s’agit là de biens allodiaux obtenus par héritage et par rachat aux frères et à la sœur du vendeur177 (dans cet acte, on trouve aussi des noms identiques à ceux des souscripteurs de la charte de fondation ; qu’il s’agisse des mêmes individus ou de leurs parents, on ne peut qu’être tenté de les rapprocher des « fidèles » évoqués dans la charte de fondation de Pothières et Vézelay). Quant à la villa de Fontenay-près-Vézelay, elle fut acquise en plusieurs étapes, grâce à des achats datant de 826, 827 et 852 ( ?) et impliquant des personnes différentes178. Dans le dernier de ces actes, Berillus, qui s’adresse à son « frère » l’illustre comte (magnifico fratri Gerardo inlustri viro comiti) et à son épouse, vend quasdam res meas in pago Avalense et vestro Fontanensi fisco sitas. Ici encore, la nature publique des biens destinés à constituer la dotation foncière de Vézelay est patente – ici également, la copie des actes dans le cartulaire de Vézelay prouve que ces documents furent transmis lors de la fondation et qu’on ne perdait pas le souvenir de l’origine des biens donnés. La réserve d’usufruit179 permettait aux fondateurs de préserver les biens donnés aux monastères qui étaient destinés à entretenir leur memoria et à accueillir leur dépouille180 ; ces fondations offraient aussi (et peut-être : surtout) la possibilité d’associer à perpétuité les souverains, Girart, sa famille et les membres de sa clientèle.

***

  • 181 M. Lauwers, Memoria. À propos d’un objet d’histoire... cité n. 19, p. 116.
  • 182 À ce propos, cf. S. Lebecq, Le baptême manqué du roi Radbod, dans O. Redon et B. Rosenberger (éd.), (...)

33Ce qui pourrait, pour les grands, sembler un moyen d’assurer leur mémoire familiale en recourant à des biens périphériques participait en réalité de la vie politique. Dans les fondations ou les donations impliquant les personnages de la haute aristocratie, il s’agissait tout à la fois de rappeler à perpétuité la faveur dont jouissait le donateur et d’associer le souverain – ou d’autres personnes : les « fidèles » et « amis » – au bénéfice spirituel de la fondation, qui pouvait s’avérer un acte de diplomatie ou bien relever plutôt du domaine judiciaire (notamment par le biais des restitutions de biens). Cette étude confirme donc l’observation selon laquelle « la memoria et les pratiques qui y étaient liées produisaient de la hiérarchie et confortaient des pouvoirs »181. L’analyse des fondations montre en effet que ces dernières s’avéraient un moyen de manifester une certaine distinction sociale, que le roi confirmât une donation d’ordre « privé » ou que la fondation fût réalisée à partir de biens d’origine fiscale. Ce qui était en jeu, c’était le rappel du caractère illustre des nobles fondateurs, associés au roi. Ce souci n’est pas sans présenter de similitude avec le motif pour lequel Radbod le Frison est censé avoir refusé le baptême : il ne voulait pas se retrouver seul au paradis avec des pauperes182. Le désir de rester en bonne compagnie dans la mort était, semble-t-il, aussi partagé par les aristocrates chrétiens, qui veillaient à maintenir dans l’au-delà les liens les unissant sur terre.

Annexes

ANNEXE

I – DONATION DE GARIBALD ET DE SON ÉPOUSE, RAGANTRUDE, À SAINT-MARTIN DE TOURS ET RÉTROCESSION EN PRÉCAIRE (878, DÉCEMBRE)

C. BNF, ms. lat. 13898 (copie de Lesueur), p. 57-58 (anc.) / fol. 72r/v (nouv.), n° 54

D. BNF, Collection Baluze, vol. 76, fol. 108 (anc.) / 111 (nouv.).

E. BNF, ms. lat. 17709 (collection Bouhier), p. 84-86, n° 59.

Analyse dans : É. Mabille, La Pancarte noire de Saint-Martin de Tours, brûlée en 1793, restituée d’après les textes imprimés et manuscrits, Paris, 1866, n° XXV, p. 74-75.

Pour le remède de leur âme, Garibald et son épouse donnent à Saint-Martin de Tours des biens allodiaux : Houdancourt183, dans le pagus de Beau-vais, sur l’Oise, le villare Berulfi, Épineuse184 et Chevrières185, avec l’église Saint-Georges et tout ce qui en dépend, ce qui représente un total de quarante manses. En reconnaissance de ce don, le doyen Guichard, le trésorier Autbert et le reste de la communauté, avec l’accord de l’abbé Hugues, attribuent à Garibald et à son épouse l’usufruit de ces biens et leur accordent en précaire la villa de Mons186, autrefois donnée par l’impératrice Judith, pour laquelle ils ont récemment obtenu un précepte ; cette villa, sise dans le pagus de Melun, est cédée avec sept églises et tout ce qui en dépend, contre un cens de trente sous pour la communauté et de dix sous pour le trésorier, payable le 1er janvier. Après leur décès, l’enfant qui leur survivra pourra tenir ce bien ; ensuite, il fera retour au doyen. En cas d’infraction, une amende de cent livres sera exigible.

Garibaldus cum uxore Ragantrudi dant sancto Martino Odonis curtis et recipiunt in precariam villam Montis187.

Inter reliquas poenitentiae species188 est haec una earum, ut homo quilibet degens in hac fragili ac caduca peregrinatione perpendens quotidie pondus peccaminum iusto libramine possit res suas erogare seque redimere, quia scriptura teste : eleemosina ita extinguit peccata velut aqua ignem. Quamobrem ego, in Dei nomine, Garibaldus necnon uxor mea Ragantrudis tractantes quotidie molem nequitiarum parentesque extremi iudicii diem, quatinus propitium mereamur in eo habendum eiusque omnes sanctos intercessores maximeque beatum Martinum adiutorem, pro remedio animarum nostrarum offerimus omnipotenti Deo ac sancto Martino confessori seu fratribus eiusdem congregationis189 donatumque in perpetuum perpetualiter usufructuario ordine esse volumus : hoc est proprium nostrum nuncupantem Odonis curtem190 et adiacet in pago Belvacinse191 in vicaria ... super fluvium Esa192 cum193 villare Berulfi194 et Spinosa atque Civerarias195 cum ecclesia quae est constructa in honore sancti Georgii cum domibus, aedificiis196, terris, vineis, silvis, farinario, pratis, pascuis, aquis aquarumve decursibus, mobilibus et immobilibus cum omni supraposito suisque omnibus adiacentiis sicut a nobis presenti tempore possidere videtur ; totum et ad integrum, cultum et incultum, quaesitum et adinquirendum, de iure nostro in iure et dominatione sancti Martini, necnon fratrum eiusdem congregationis perpetualiter tradimus atque condonamus, veluti per auctoritatis preceptum eam obtinuimus, habentem in se mansos XL. In recompensatione autem tanti doni et meriti huius largitionis, nos in Dei nomine Guichardus, sancti Martini basilicae sacerdos atque decanus, necnon Autbertus archiclavus caeterique praelibatae congregationis fratres concedimus per consensum domni Hugonis abbatis praedictis largitoribus, scilicet iam dicto Garibaldo197 necnon uxori suae Raintrudi, usu198 fructuario ordine ipsas res quas ipsi sancto Martino necnon nobis delegaverunt. Insuper tribuimus eis more199 precario villam Montis, quam olim Iudith200 regina nobis concessit ; insuper etiam nuper iterum per preceptum obtinuimus ; quae est in pago Melindoninse cum ecclesiis VII, domibus aedificiis201, vineis, silvis, pratis, pascuis, aquis aquarumve decursibus, farinariis202, mobilibus et immobilibus, cum omni supraposito suisque omnibus appendiciis vel adiacentiis et quicquid ad ipsam villam pertinere videtur, cultum et incultum, quaesitum et adinquirendum, totum et ad integrum, de iure nostro in potestate eorum et dominatione tradimus atque transfundimus, eo quandoquidem tenore, ut tam pro predictis rebus, quas ipsi partibus nostris delegaverint, quamque pro praenominatis rebus, quas eis precario ordine concedimus, annuatim in die VIII natalis Domini, id est in kalendis Ianuarii, exsolvere studeant in censum nobis ac successoribus nostris solidos XXX, et archiclavo sancti Martini solidos X, et sic utrosque res diebus quibus advixerint teneant et precario ordine possideant. Quisquis autem pari suo superstes fuerit, similiter omnes res predictas, die bus quibus advixerit, teneat sub memorato censu absque alicuius insultatione aut contradictione. Post amborum quoque discessum, quicumque vivus ex liberis eorum superstes fuerit, memoratas omnes res diebus vitae suae sub predicto censu teneat atque possideat sine alicuius insultatione. Et si negligentes aut tardi ex iam dicto censu apparuerint, morem terrae exsequentes, fidem inde faciant, id vero quod tenuerint nullatenus amittant. Post horum quoque omnium discessum, quicumque tunc temporis decanus extiterit congregationis sancti Martini, memoratas omnes res cum omni integritate et emelioratione in potestate fratrum ac dominatione absque alicuius contradictione aut consignatione revocare studeat, quatinus deinceps quicquid eis libuerit habeant perpetualiter faciendi potestatem. Illud autem nobis pro totius rei firmitate inserere placuit, quod si fuerit aliquis mala voluntate aut cupiditate tactus, qui hanc precariam ob questum rerum nostrarum actam infringere aut inquietare temptaverit, iram districti iudicis offensionemque omnium sanctorum incurrat, nisi citissime se correxerit et pro tanto reatu dignam Deo satisfactionem adimplere studuerit, insuper cui molestiam fecerit auri libras C coactus exsolvat et sua repetitio nihil valeat. Haec vero precaria nostris aliorumque bonorum hominum manibus roborata, quasi per quinquennium fuisset renovata, omni tempore firma et stabilis valeat permanere203. Etsi, quod absit, huius rei violator extiterit, unaquaeque pars ad dominos suos revertatur.

[Chrisme] Signum Garibaldi et Rahintrudis204 uxoris suae, qui hanc precariam fieri et firmare rogaverunt.

Signum205 Hedoini206 comitis, S. Heilberti comitis, S. Hubaldi, S. Frederici, S. Feamonis, S. Gauzleni comitis, S. Willelmi, S. Alcheri, S. Sigeberti,

S. Walterii, S. Otberti, S. Rothardi, S. Adelardi, S. Fulcheradi, S. Ratdaldi,

S. Achardi, S. Radulfi, S. Uberti, S. Theeadi, S. Heiroardi, S. Odonis, S. Tithardi, S. Letaldi, S. Welfonis, S. Gausberti, S. Austasii, S. Alhonis,

S. Grimberti, S. Beraldi, S. Ansedeae, S. Ermentarii, S. Walcadi, S. Urgandi, S. Andreae, S. Fredelonis, S. Girberti, S. Wandelradi, S. Arnulfi, S. Bertrici, S. Aldremari, S. Ernonis, S. Arnulfi, S. Elmerici, S. Otmari, S. Rotberti, S. Elperici.

Data mense Decembri, anno II regnante domno Hludovico rege. Ragenbaldus207 presbyter208 scripsit et subscripsit.

II – PRÉCAIRE ACCORDÉE À RANNOUX II, COMTE DE POITOU, SUITE À UNE DONATION (888 OU 889)

C. BNF, Collection Dupuy, vol. 828, fol. 104r.

D. BNF, Mélanges Colbert, vol. 46, fol. 105/106.

E. BNF, ms. lat. 13898 (copie de Lesueur), p. 63-64 (anc.) / fol. 76r/v (nouv.), n° 65

F. BNF, Collection Baluze, fol. 155 (anc.) / 159 (nouv.).

a) Jean Besly, Histoire des comtes de Poictou et ducs de Guyenne contenant ce qui s’est passé de plus mémorable en France depuis l’an 811 jusques au roy Louis le Jeune, Paris, 1647, preuves, p. 201-203 (d’après la Pancarte noire : Ex Pancharta nigra Turon. c. 97).

Analyse dans : É. Mabille, La Pancarte noire de Saint-Martin de Tours, brûlée en 1793, restituée d’après les textes imprimés et manuscrits, Paris, 1866, n° XCVII, p. 116.

Le comte Rannoux II ayant demandé qu’on lui concéde à titre de précaire, avec l’accord de l’abbé Robert, la villa de Doussay209 (dont dépendent vingt villae), que le seigneur Charles [le Chauve] rendit autrefois à Saint-Martin de Tours et qu’ensuite Magenarius et son fils tinrent injustement en bénéfice, il donne son alleu de Sully210 avec tout ce qui en dépend, acheté à un parent homonyme, et son alleu de Layré211 avec tout ce qui en dépend. Le doyen Fulrad, le trésorier Bernon et le reste de la communauté accèdent à sa demande contre un cens payable le 11 novembre. À sa mort, son fils Ebles [Manzer] tiendra ces biens sans augmentation du cens ; à la mort du père et du fils, les biens reviendront à la communauté. En cas d’infraction, outre les sanctions divines, on devra payer une amende de quarante livres d’or.

Cum ecclesiae Christi per universum mundum diversis hominum donis propagatae sunt, ut inibi Christo ministrantes liberius pro totius populi commissis Dominum exorent : ex ipsis denique rebus ecclesiae condonatis et contraditis lege cautum est, oportuna beneficia alicui pro temporali commodo dari, quatinus ea rependere ex rebus propriis quisque studeat, quae scilicet proficua fiant propriae ecclesiae suisque ministris accepta atque congrua et sic obligata212 habeantur, ut in posterum nequaquam fraude inspecta213 queant divelli. Igitur nos, in Dei nomine, Fulradus, congregationis eximii confessoris Christi beati Martini sacerdos atque decanus, necnon Berno, sacerdos et archiclavus214, caeterique praelibatae congregationis fratres215 notum fieri volumus omnibus successoribus nostris, quoniam dom nus216 Ramnulfus, venerandus Aquitaniae comes, expetiit totius congregationis benevolentiam, ut Dociacum villam sitam in pago Pictavensi217 in vicaria ... quam olim domnus Karolus per praeceptum ad serviendum fratribus reddidit, et postmodum Magenarius218 et eius filius219 Osbertus iniuste in beneficio tenuerunt, et220 sub precario more per consensum domni Roberti incliti abbatis221 cum omnibus suis appenditiis concederemus ; ad quam appendere videntur villae XX222. Et223 ut eius petitio securiorem224 obtineret effectum225 et melius futuris temporibus conservaretur, ibidem ipse suum proprium, scilicet Sciliacum, cum mancipiis utriusque sexus inibi commanentibus, terris etiam cultis et incultis, quaesitis et adinquirendis intermissis, vineis quoque et silvis et pratis in pago Pictavensi et in praedicta vicaria cum omni integritate in recompensatione tanti meriti partibus sancti Martini ac fratrum contraderet per seriem chartarum a Ramnulfo eius consanguineo impetratum, datis suis pretiis, perpetualiter habendum ; et in alio loco alterum alodum, Aleriacum nuncupatum, et adiacet in pago Briosinse in vicaria Saviniacinse super fluvium Carantum cum ecclesia quae est constructa in honore S. Petri, et corte dominicata, ac viridario, terris, vineis, silvis, farinariis, pratis, pascuis, aquis aquarumve decursibus, mobilibus et immobilibus, suisque omnibus adiacentiis donaret, donatumque in perpetuum esse vellet. Ea quidem ratione ut226 idem domnus Ramnulfus ipsum alodum quem in rememoratione tanti beneficii dederat, denuo cum eadem precaria teneret ac possideret. Cuius petitionem ratam intuentes concedimus, per consensum venerandi abbatis domni Rotberti, eo quin etiam modo iamdicto comiti praedictam villam cum omni integritate, simulque cum ipso alodo, ut annis singulis reddat227 decano fratribusque praedictae congregationis ad festivitatem S. Martini autumnalem ... et sic sub praedicto debito quamdiu advixerit omnes praedictas res quieto ordine teneat ac possideat. Post suum quoque228 digressum229 Ebolus filius eiusdem domni Ramnulfi ipsas omnes res sub praefata institutione teneat atque possideat, nihil amplius solvens nisi quod superius est insertum, nisi propria voluntate ad ipsum adcrescere voluerit. Post horum quoque amborum discessum omnes superius memoratae res cum omni integritate sine aliqua resultatione aut contradictione, aut iudicum consignatione ad usum fratrum iam dictae congregationis revocentur. Et si aliquis propinquus vel successor domni Ramnulfi filiique eius Eboli mala cupiditate illectus id infringere in reliquum voluerit, quod minime credimus, imprimis iram Dei omnipotentis sanctorumque omnium230 et praecipue offensam S. Martini incurras231, nisi se citissime emendaverit, et in omni praesumptione quam temerarie invaserit, legem fecerit. In super cui calomniam intulerit auri lib. XL coactus componat, et sua male-suasa repetitio nullum effectum obtineat. Et si, quod peius est, alodum ita traditum et consignatum repetere aut subtrahere voluerit, si aliter evenire non potest, pars quoque quod suum est teneat, ac recipiat si iustum est. Ut autem haec precaria futuris temporibus melius conservetur manibus propriis eam subscripsimus et fratres nostros subscribere rogavimus.

DOCUMENTS TRADUITS

1a – Diplôme de Charles le Chauve en faveur de son fidèle Nithadus (Beauvais – 845, 18 avril)

G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, I, Paris, 1943, n° 69, p. 197-198.

[Chrisme] Au nom de la sainte et indivisible Trinité. Charles, roi par la grâce de Dieu. C’est la coutume de la grandeur royale que d’honorer et d’exalter ses fidèles par de multiples dons et des honneurs particulièrement importants. Par conséquent, suivant la coutume de nos parents, les rois, c’est-àdire nos prédécesseurs, il a plu à notre Clémence d’honorer l’un de nos fidèles, du nom de Nithadus, en puisant dans les biens qui nous appartiennent et de transférer sous le pouvoir absolu (dominatio) de son droit (jus) la faveur de notre libéralité. C’est pourquoi, qu’il soit connu de tous les fidèles de la sainte Église de Dieu et les nôtres, présents et futurs, que nous concédâmes en propre à notre fidèle Nithadus, mentionné ci-dessus, quelques biens de notre propriété qui se trouvent dans le pagus de Laon, dans la villa d’Hannapes, que lui même est réputé avoir eus auparavant par notre bienfait (beneficium). Il s’ensuit que nous ordonnâmes de faire ce précepte de notre Excellence, par lequel nous concédons entièrement au susdit Nithadus, en pleine propriété, et nous transférons de notre droit (jus) vers son droit et son pouvoir absolu (dominatio), par une donation solennelle, les biens mentionnés ci-dessus en toute intégrité, comme nous l’avons dit, tels qu’il les avait par notre bienfait dans la villa susdite appelée Hannapes, c’est-à-dire toutes choses, en toute intégrité, dont – comme il est dit – on sait qu’elles dépendent de la villa mentionnée plus haut, avec l’église et les maisons et autres édifices, les mancipia des deux sexes (tant ceux qui y demeurent que ceux qui en dépendent), avec les terres cultivées et incultes, les vignes, les prés, les forêts, les eaux et les cours d’eaux, les moulins, les entrées et les sorties ; [nous faisons cette donation] de telle sorte que, quoi qu’il décide de faire désormais à partir de ce jour et en [tout] temps pour son profit, il en ait très fermement le pouvoir en toutes choses par droit de propriété. Et pour que cet acte (auctoritas) de notre largesse et de notre concession obtienne une solidité plus grande, au nom de Dieu, nous le confirmâmes ci-dessous de notre main et nous ordonnâmes de le marquer de l’impression de notre anneau.

Seing de Charles, très glorieux roi.

Bartholomé, notaire, reconnut à la place de Louis.

Donné le 14 des calendes de mai, la 5e année du règne de Charles, très glorieux roi, indiction 8. Fait en la cité de Beauvais. Au nom de Dieu, dans la félicité. Amen.

1b – Fondation d’Erkanfrida (861-884)

H. Beyer, Urkundenbuch zur Geschichte der ... mittelrheinischen Territorien, I, Coblence, 1860, p. 101 (n° 97).

Charte de concession en précaire (prestaria) de l’abbé Ansbaldus.

Au nom du Christ. Ansbaldus, abbé du couvent de Prüm, ainsi que le troupeau du saint Sauveur à lui confié, à Erkanfrida, aimable et très douce sœur en Christ. Il n’est pas inconnu d’un grand nombre, mais plutôt : il se trouve qu’il est très bien connu de presque tous les habitants de notre région de quelle manière ton mari, Nithadus, qui nous est très cher, conféra autrefois à notre monastère des biens de première importance, qui lui appartenaient en propre. Il est manifeste à nous tous que tu as entretenu le jour anniversaire de sa mort activement et noblement, conformément aux circonstances, au service de nos frères ; qui plus est, nous croyons et sommes certains que [tu le feras] durant le restant de ta vie selon ta promesse, parce que tu auras soin de l’accomplir habilement en temps opportun, comme tu en as l’habitude. Enfin, tu formulas la demande – étant donné que tu n’as personne comme successeur ou proche [qui soit] de ta souche et en qui tu puisse avoir espoir qu’après ta mort il entretienne chaque année décemment, par des mesures (preparationes) appropriées, ta mémoire et celle de feu ton mari, Nithadus, qui nous est cher – qu’à partir des biens susdits de notre libéralité, nous ayons une fois par an soin de célébrer [cette] illustre mémoire en un repas comme il convient (honesta refectio) [servi à] nos frères et en la célébration solennelle de prières [pour] chacun de vous, chaque année. Il s’ensuit que, nous étant mis d’accord et y trouvant un avantage pour chacun (pari consensu et communi utilitate), nous décidâmes que chaque année, vers le 30 avril, à partir de votre donation, c’est à dire à partir de la villa appelée Hannapes, un excellent repas (optima refectio) serait très scrupuleusement fourni à nos frères par le pourvoyeur de cette villa, en acheminant toutes les choses nécessaires pour la célébration digne et indulgente de votre mémoire éternelle, celle de vos géniteurs et celle de vos proches. Et pour que ce décret [visant à notre] commun profit demeure inviolablement stable, nous décidâmes de l’affermir ci-dessous de notre propre main et de celle de nos frères.

2 – Restitution aux chanoines de Saint-Martin de Tours du domaine de Doussay par le comte Robert, abbé de Saint-Martin (Tours – 897, 27 mars)

J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922936), Paris, 1978, Appendice I, n° 40, p. 150-155.

L’abondante miséricorde de Dieu tout-puissant voulut gratifier le genre humain très nombreux de plusieurs manières tandis qu’elle trouve convenable d’accorder généreusement à chaque mortel d’être en mesure d’acheter les royaumes célestes à partir des bien temporels et, à partir de biens caducs et transitoires, de mériter de recevoir de ce même Seigneur les joies incessantes de la félicité éternelle, ainsi que la parole divine le dit avec clémence à tous les hommes fidèles : « Quiconque aura donné ne serait-ce qu’un verre d’eau fraîche en mon nom, il ne perdra pas sa récompense » (Mt X, 42). Et pour que quiconque aura observé le précepte du Seigneur avec la plus grande confiance convoite cela même, il est soutenu par la promesse de quelque très saint père disant : « L’aumône est une offrande de valeur pour tous ceux qui la font en présence du Très Haut » (Tb IV, 12). C’est pourquoi moi, au nom du Dieu Sauveur, le Très Haut, Robert, comte par la miséricorde de Dieu et abbé de l’illustre communauté (congregatio) du bienheureux Martin, nous voulons faire savoir à tous les fidèles de la sainte Église de Dieu, présents et futurs, qu’il nous a semblé profitable de nous occuper selon nos possibilités des divers outrages (calumniae) de ce siècle pour que ceux qui servent Dieu et saint Martin [les] supportent plus légèrement, et de nous efforcer de les expier raisonnablement, afin que nous méritions par là de rendre le Seigneur propice à notre égard et d’avoir en saint Martin, notre patron, un pieux supporter (suffragator) dans ce que nous devons faire (in nostris necessitatibus). Donc, pour l’amour de Dieu tout-puissant et par déférence pour son éminent confesseur Martin, nous rendons à notre seigneur (dominus), saint Martin, et à ses chanoines un certain domaine sis dans le pagus de Poitiers, à savoir Doussay, avec toutes ses dépendances et tout ce qui le jouxte, ainsi que toutes les choses de quelque statut (lex) que ce soit qui relèvent de cette même villa ou lui appartiennent. Cette villa, le très glorieux roi, notre seigneur (senior), le seigneur (dominus) Charles l’avait autrefois attribuée aux chanoines de saint Martin par un précepte, pour qu’elle soit destinée en tout temps à leur usage de la même manière que les autres villae appartenant à ces mêmes frères leur étaient affectées pour leur usage. Mais parce que les païens cruels occupèrent les contrées occidentales, cette villa échappa à ces mêmes frères par la cupidité d’hommes mauvais et ils perdirent pendant longtemps ce qu’elle rapporte (servitium ex ipsa) ; quant à nous, connaissant la vérité de cet état de chose et touchés par la requête (deprecatio) très fréquente des clercs, nous fîmes lire ce précepte devant nous assez souvent et, repérant le nom de la villa sus-mentionnée dans ce même précepte, nous cherchâmes comment nous pourrions faire revenir cette villa à son affectation propre (ad proprium servitium), pour notre récompense. C’est alors que, mis en garde par le conseil de nos fidèles et ému par la requête (deprecatio) des clercs qui y servent (sous-entendu : Dieu), je cherchai à atteindre le seuil du bienheureux Martin (limina beati Martini), afin que je m’acquitte des obligations de la solennité de Pâques, selon la sainte coutume, dans l’église du bienheureux Martin et que, venant jusqu’à son sépulcre avec la plus grande dévotion, nous la232 rendions par notre gant à son tombeau233, où cet éminent confesseur lui-même repose dans la ville de Tours, pour que ce même confesseur très pieux réduise la masse de mes péchés par sa compassion, de telle sorte qu’ils234 puissent ensuite la tenir et la posséder en toute intégrité, sans qu’aucun abbé l’usurpe, qu’ils puissent jouir de ses fruits comme des propriétaires (possessores) et des seigneurs (domini), et qu’ils soient en mesure de se montrer chaque jour plus prompts au service de Dieu, de battre plus fréquemment les oreilles du Seigneur en raison des périls imminents – à cette récompense, nous voulons associer Eudes, le glorieux roi choisi par Dieu, à la fois notre seigneur (dominus), notre seigneur (senior) et notre frère germain : [nous agissons ainsi] de telle sorte que, pour ces bienfaits et d’autres encore, qui sont distribués quotidiennement par les fidèles de son royaume, il mérite d’obtenir plus glorieusement la vie présente et plus facilement la vie future ; ensuite, que nous, qui sommes les fidèles agents (executores) et artisans (operatores) de ce bienfait, par la divine miséricorde et l’intercession de saint Martin, notre seigneur, nous méritions de sortir victorieux de tous les ennuis du siècle et que, aidés par les prières fidèles de ces mêmes chanoines, nous n’en puissions pas moins gagner les avantages du temps futur, être ajoutés à leurs prières continuelles, qu’ils font tant lors des solennités des messes que dans les mélodies des psaumes, et apparaître au milieu d’eux comme l’un des leurs. Qui plus est, nous voulons que notre seigneur (dominus) et père, Robert, comte glorieux tant qu’il vécut sur terre et abbé de ce lieu, soit également associé au bienfait de ce don (munus), de telle sorte que, secouru par la piété du patron susdit, il mérite de jouir de la gloire sans fin. Nous voulons donc et nous décidons que, en ce jour même où nous l’avons rendue, ces mêmes frères aient dorénavant un repas complet (plena refectio), c’est-à-dire le 6 des calendes d’avril, et qu’ils s’efforcent d’implorer en commun la miséricorde du Seigneur pour tous nos écarts et de célébrer un office complet (plenum officium), de telle sorte que notre souvenir (memoria) demeure toujours en ce lieu et que la récitation de notre nom soit entretenue continuellement par leurs prières. Si, parmi les abbés ou les autres grands (proceres), il s’élevait quelque personne pour, séduite qu’elle serait par le désir cupide des biens temporels, tenter d’aller à l’encontre de notre offrande (oblatio) spontanée et d’introduire une contestation (calumnia), qu’en premier lieu elle encourre la colère de Dieu tout-puissant et qu’elle soit affectée par la défaveur (offensa) de saint Martin, à moins qu’elle ne se rétracte très rapidement [et se détourne] de son dessein très mauvais, et que, pour sa hardiesse téméraire, elle ne paie une digne compensation (satisfactio) à Dieu et à saint Martin ainsi qu’aux chanoines de ce lieu. Nous exhortons également tous nos successeurs de permettre que cet acte (auctoritas), qui est nôtre, demeure inviolable, tout comme ils voudraient que leurs vœux soient respectés. Et pour que cet acte (auctoritas), [c’est-à-dire] cette offrande (oblatio) très dévote, obtienne plein effet, nous l’avons souscrit de notre propre main et nous avons demandé à de nobles laïcs de le souscrire.

(Croix) Robert, comte et abbé de l’illustre communauté de saint Martin, je me suis efforcé de confirmer par ce signe de la sainte croix.

(Chrisme) Ebernus, archevêque par la miséricorde de Dieu, j’ai souscrit à cet acte (auctoritas).

Seing d’Ardrardus, vicomte.

Seing de Fulcradus, vassal.

Seing de Gundacher, vassal et auditeur (auditor).

Seing d’Eiric, vassal et conseiller (consiliator) de ce même Robert.

Seing d’Adalmarus, vassal et docteur en droit (legis doctor).

Seing de Gandalbertus.

De même, seing de Fulcradus.

Seing de Gautier.

Seing de Tancradus.

Seing d’Atton.

Seing d’Ebolo, vicaire (vicarius) et auditeur (auditor).

Seing de Benoît, exerçant les mêmes fonction et porteur de la loi (legis portatoris).

Seing d’Abbon.

Cet acte (auctoritas) de transfert (contulitio), ou plutôt : de restauration (restauratio) et de restitution (redditio), fut donné le 6 des calendes d’avril, le saint jour de Pâques, à Tours, devant le corps du très bienheureux235, en la huitième année du règne du seigneur roi Eudes.

Moi, Archanaldus, diacre (levita), auxiliaire (secundarius) de l’école de saint Martin, ayant été requis, j’ai écrit et souscrit. [Ruche]

3 – Diplôme de Charles le Simple en faveur du monastère des Fossés (Compiègne – 921, 22 avril)

Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France, I, Paris, 1940, n° CVIII, p. 258-261.

[Chrisme] Au nom de la sainte et indivisible Trinité. Charles, par la faveur de la clémence divine, roi des Francs. Ce qu’à la suggestion de nos fidèles nous faisons de bon et d’utile par amour du culte divin, nous croyons sans aucun doute que cela sert au plus grand accroissement du territoire de notre empire et que cela est profitable à la béatitude de notre salut. Par conséquent, qu’il soit connu des fidèles de la sainte Église de Dieu et des nôtres, présents et futurs, que le révérendissime prélat Abbon, ainsi que le comte Haganon et le révérend abbé Rumaud s’appliquèrent à informer notre sérénité que nos parents (consanguinei) du côté de notre mère, Adélaïde, avaient restauré, pour le replacer complètement sous l’observance (ordo) monastique, le couvent des Fossés, autrefois détruit, qui est sis dans le pagus de Paris, sur la Marne, et construit en l’honneur de la sainte mère de Dieu, Marie, et des bienheureux apôtres Pierre et Paul, à la tête duquel se trouve actuellement le susdit abbé Rumaud. [Ils nous informèrent] sur la manière dont [nos parents] avaient consolidé par les préceptes des rois, nos prédécesseurs, depuis notre bisaïeul Louis, notre aïeul Charles et les autres rois, tout ce qui avait été attribué à ce monastère, de quelque profit qu’il fût. [Ils nous informèrent aussi] que l’abbé Rumaud espérait, ainsi que sa congrégation, obtenir de nous un précepte de renouvellement de la même teneur que ceux des précédents rois, par lequel il voulait tenir de nous ce même monastère. Par conséquent, ils nous montrèrent le diplôme (auctoritas) du seigneur auguste Louis, notre bisaïeul, dans lequel il était relaté comment Bégon, le bisaïeul de notre mère, avait restauré ce même monastère alors qu’il était entièrement détruit, [en lui rendant] son statut initial sous la norme de la religion, et comment il était venu confier (commendare) ce couvent ainsi que l’abbé, les moines et les biens leur appartenant à la protection (tuitio) de ce même Auguste et [les placer] sous sa défense ; et [ils nous montrèrent que] ce diplôme avait été confirmé par notre aïeul Charles et par leurs autres successeurs. Ainsi donc, nous voulons que le susdit abbé et les moines placés sous [son autorité], ainsi que tous les biens relevant de ce monastère, demeurent pleinement sous la défense de notre immunité. En outre, nous ordonnons que, dans le pagus d’Angers, le monastère de Saint-Maur-sur-Loire demeure soumis au couvent des Fossés aux mêmes conditions qu’il lui avait été soumis par feu notre frère Carloman, en vertu d’un précepte par lequel il ordonnait qu’ils ne fissent qu’un et fussent gouvernés par un seul abbé. Donc, nous prescrivons et ordonnons qu’aucun judex ou [qu’aucun détenteur d’]une quelconque puissance judiciaire n’ait l’audace de faire quelque recherche dans quelque bien que ce soit de ces monastères, en distrayant quoi que ce soit, en quelque lieu qu’il semble pouvoir l’exiger ; mais que tout ce que notre fisc pouvait exiger, que cela soit transformé en aumônes pour les pauvres et en subsides pour les moines. Que chacun des deux couvents mentionnés, [placés] sous un seul abbé, jouisse de la liberté de notre défense royale sans service militaire – ce dont nous affranchissons entièrement ces lieux. Enfin, lorsque l’abbé Rumaud, dont il a déjà été question, quittera ce monde par la manifestation de l’appel divin, que les moines de ces monastères aient la permission (licentia) d’élire un abbé issu d’eux-mêmes, à moins que ne s’y trouve un membre de la famille de notre mère vivant selon la règle pour y exercer la fonction d’abbé. Et à présent, nous décrétons que ce qui a été écrit ci-dessus demeure à jamais invariable et stable, de par le verbe de notre autorité et l’écrit de ce diplôme, dans la mesure où les moines susnommés, libérés de tout souci, prient avec vigueur la clémence de Dieu pour notre salut en tout temps, et tout spécialement, qu’ils fassent mémoire de nous dans leurs prières le 28 janvier, jour où nous fûmes oint à la royauté, tant que nous vivrons, et qu’après notre décès, ils déplacent leurs prières au jour anniversaire de notre mort ; qu’ils célèbrent le jour anniversaire de feue notre épouse Frérone, le 10 février, en y ajoutant toujours la mémoire de nos parents qui ont reconstruit ce lieu ; en outre, qu’ils prient continuellement avec insistance pour le comte Haganon, qui nous est bien fidèle, ainsi que pour notre descendance. Ce diplôme, pour qu’il obtienne solidité à travers les siècles, nous avons exprès ordonné de le sceller de notre anneau en le confirmant de notre propre main de cette manière.

[Chrisme] Seing de Charles [monogramme], roi glorieux.

Gauzlin, notaire royal, [rédacteur] de [cet] édit, a reconnu et s[ouscrit] à la place de l’archevêque Roger.

[Sceau plaqué représentant un profil lauré, avec la légende : « Charles, roi par la grâce de Dieu »]

Donné le 10 des calendes de mai, en la 8e indiction, la 29e année du règne de Charles, roi glorieux, la 23e de sa restauration, et la 10e de l’acquisition d’un plus vaste héritage. Fait à Compiègne, en le palais du trône royal, de manière loyale. Amen.

Notes

1 Eudes de Saint-Maur, Vie de Bouchard le Vénérable, comte de Vendôme, de Corbeil, de Melun et de Paris (xe et xie siècles), éd. Ch. Bourel de La Roncière, Paris, 1892, c. 14, p. 31 : Anniversaria e¸tiam horum conjugum sollempniter a servis Dei in diebus pre¸dictis ce¸lebrari debent, ut animabus eorum proficiat, quod hunc pre ceteris locum dilexerunt et sua corpora ibidem tumulari voluerunt, ut a Christo Domino in die judicii resuscitari mererentur. Traduction de F. Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, XXX, Paris, 1825, p. 27.

2 M. Lauwers, La « Vie du seigneur Bouchard, comte vénérable » : conflits d’avouerie, traditions carolingiennes et modèles de sainteté à l’abbaye des Fossés au xie siècle, dans Id. (éd.), Guerriers et moines. Conversion et sainteté aristocratiques dans l’Occident médiéval, Antibes, 2002, p. 371-418.

3 J. Boussard, Actes royaux et pontificaux des xe et xie siècles, du chartrier de Saint-Maur des Fossés, dans Journal des savants, 1972, p. 81-109.

4 L. Morelle, La mise en « œuvre » des actes diplomatiques. L’auctoritas des chartes chez quelques historiographes monastiques (ixe-xie siècle), dans M. Zimmermann (éd.), Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris, 2001, p. 73-96.

5 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 14, p. 32 ; pour la traduction : F. Guizot, Mémoires..., p. 27-28 (« Seilles » est remplacé ici par « Sceaux » [en Gâtinais], « Lices » par « Lisses » et « Ivry » par « Évry » ; de même, « Hermanfroi » est remplacé par « Ermenfroi » ; modification de la traduction relative à l’obsequium : « au jour du service funèbre, célébré pour leurs âmes »).

6 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France, I, Paris, 1940, n° 54, p. 116-118.

7 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936), Paris, 1978, Appendice I, n° 46, p. 178-181.

8 Ibid., Appendice III, n° 1, p. 208-210.

9 G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, I, Paris, 1943, n° 215, p. 543-544.

10 On verra plus loin comment certains biens pouvaient être détournés de leur affectation commémorative première à la faveur de restitutions, ce que montre par exemple le dossier relatif à la villa de Doussay, qui appartenait à Saint-Martin de Tours (cf. infra p. 357) Il sera également question plus loin de la villa de Cravant, restituée intégralement par l’évêque d’Auxerre, Guy, à la cathédrale Saint-Étienne du temps du roi Raoul ; l’un des successeurs de Guy, Hugues de Chalon (1001-1041), rachèterait toutefois une part de cette villa à l’archidiacre Arduin et la donnerait aux chanoines pour leur entretien, cf. Les gestes des évêques d’Auxerre, I, éd. M. Sot et al., Paris, 2002, p. 261.

11 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 5, p. 14-15.

12 J. Boussard, Actes royaux..., p. 93-94.

13 Ibid., p. 91-92.

14 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 4, p. 12.

15 J. Boussard, Actes royaux..., p. 95-96.

16 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 6, p.17 : Qui, gratias Deo agentes, in suis orationibius predictos conjuges suscipiunt ; sicque familiares Dei servorum effecti sunt atque locum sue¸ tumulationis post resolutionem corporum acceperunt.

17 À ce propos, cf. K. Schmid, Brüderschaften mit den Mönchen aus der Sicht des Kaiserbesuchs im Galluskloster vom Jahre 883, dans H. Maurer (éd.), Churrätisches und St. Gallisches Mittelalter. Festschrift für Otto Clavadetscher zu seinem 65. Geburtstag, Sigmaringen, 1984, p. 173-194 ; J. Wollasch, Kaiser und Könige als Brüder der Mönche. Zum Herrscherbild in liturgischen Handschriften des 9. bis 11. Jahrhunderts, dans Deutsches Archiv, 40, 1984, p. 1-20.

18 Ainsi, dans un diplôme du 20 juin 864 en faveur de Saint-Germain d’Auxerre, Charles le Chauve confirme les biens affectés à l’usage des moines, notamment : in Villari mansos duos cum vineolis et terris quas diversi homines pro elemosina vel pro loco sepulture largiti sunt (G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, II, Paris, 1952, n° 269, p. 107).

19 M. Borgolte, Memoria. Bilan intermédiaire d’un projet de recherche sur le Moyen Âge, dans J.-C. Schmitt et O. G. Oexle (éd.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne. Actes des colloques de Sèvres (1997) et Göttingen (1998), Paris, 2002, p. 53-69 ; M. Lauwers, Memoria. À propos d’un objet d’histoire en Allemagne, ibid., p. 105-126.

20 M. Borgolte, Gedenkstiftungen in St. Galler Urkunden, dans K. Schmid et J. Wollasch (éd.), Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, Munich, 1984 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 48), p. 578-602 : p. 590 et suiv.

21 M. Borgolte, Freigelassene im Dienst der Memoria. Kulttradition und Kultwandel zwischen Antike und Mittelalter, dans Frühmittelalterliche Studien, 17, 1983, p. 234-250.

22 Une carta libertatis du recueil de formules de Salomon III de Constance, dû à Notker le Bègue, en apporte la preuve manifeste, cf. la traduction dans Ph. Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du vie à la fin du ixe siècle, Rennes, 2002, p. 169.

23 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 135, p. 357-359.

24 Parmi cette documentation, on retiendra notamment l’inventaire des biens établi en 867 lorsque l’abbé Hilduin fit main basse sur l’héritage paternel du moine Gombert, que ce dernier avait scrupuleusement administré depuis la mort de son père.

25 P.L., CXXXVI, col. 1269-1273. Les documents diplomatiques du cartulaire chronique de Folcuin ont été par ailleurs édités dans les Diplomata Belgica ante annum millesimum centesimum scripta, éd. M. Gysseling et A. C. F. Koch, I, 1950 ; sur cette source, cf. K. Ugé, Creating a usable past in the tenth century : Folcuin’s « Gesta » and the crises at Saint-Bertin, dans Studi medievali, 3e s., 37, 1996, p. 887-903. La confirmation des biens de Saint-Germain d’Auxerre par le roi et par les Pères du concile de Pîtres, en 864, fait également état de fondations similaires : G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 269, p. 103-108 ; W. Hartmann, Die Konzilien der karolingischen Teilreiche, 860-874, Hanovre, 1998, p. 170-174.

26 Sur l’histoire de Steneland et du moine Gombert, cf. G. Coolen, Guntbert de Saint-Bertin. Chronique des temps carolingiens, dans Revue du Nord, 40, 1958, p. 213-224 ; N. Huyghebaert, Le comte Baudouin II de Flandre et le « custos » de Steneland. A propos d’un faux précepte de Charles le Chauve pour Saint-Bertin (866), dans Revue bénédictine, 69, 1959, p. 49-67.

27 K. Hauck, Rituelle Speisegemeinschaft im 10. und 11. Jahrhundert, dans Studium generale, 3, 1950, p. 611-621 ; O. G. Oexle, Mahl und Spende im mittelalterlichen Totenkult, dans Frühmittelalterliche Studien, 18, 1984, p. 401-420 ; G. Althoff, Der frieden-, bündnis- und gemeinschaftstiftende Charakter des Mahles im früheren Mittelalter, dans I. Bitsch, T. Ehlert et X. von Ertzdorff (éd.), Essen und Trinken in Mittelalter und Neuzeit, Sigmaringen, 1987, p. 13-25.

28 H. Houben, Visio cuiusdam pauperculae mulieris. Überlieferung und Herkunft eines frühmittelalterlichen Visionstextes (mit Neuedition), dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 124, 1976, p. 31-42 : p. 41. Sur ce texte, cf. C. Carozzi, Le voyage de l’âme dans l’au-delà d’après la littérature latine (ve-xiiie siècle), Rome, 1994, p. 320 et suiv.

29 E. Ewig, Remarques sur la stipulation de la prière dans les chartes de Charles le Chauve, dans R. Lejeune et J. Dekkers (éd.), Clio et son regard. Mélanges d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie offerts à Jacques Stiennon, Liège 1982, p. 221-233. Sur le devoir de prière pour le souverain à l’époque mérovingienne et son évolution aux temps carolingiens, cf. Id., Die Gebetsklausel für König und Reich in den merowingischen Königsurkunden, dans M. Balzer, K. H. Krüger et L. von Padberg (éd.), Tradition als historische Kraft. Interdisziplinäre Forschungen zur Geschichte des früheren Mittelalters, Berlin, 1982, p. 87-99 ; Id., Der Gebetsdienst der Kirchen in den Urkunden der späteren Karolinger, dans H. Maurer et H. Patze (éd.), Festschrift für Berent Schwineköper zu seinem siebzigsten Geburtstag, Sigmaringen, 1982, p. 45-86.

30 Sur les fondations à Saint-Denis au xiie siècle, cf. R. Barroux, L’anniversaire de la mort de Dagobert à Saint-Denis au xiie siècle. Charte inédite de l’abbé Adam, dans Bulletin philologique et historique, 1942-1943 (Paris, 1945), p. 131-151.

31 M. Rouche, Les repas de fête à l’époque carolingienne, dans Manger et boire au Moyen Âge. Actes du colloque de Nice (15-17 octobre 1982), I, Paris, 1984, p. 265-296, à la p. 268.

32 À cet égard, prenons l’exemple suivant : alors que le roi Louis IV, dans le diplôme du 3 février 951 par lequel il confirma les droits de Cluny sur la dotation de l’abbaye de Sauxillanges effectuée par le duc Acfred le 11 octobre 927, faisait retomber le bénéfice spirituel de cette fondation sur le seul donateur et ses parents (Recueil des actes de Louis IV, roi de France [936-954], éd. Ph. Lauer, Paris, 1914, n° 37, p. 87-88 : ob animae suae remedium ac parentum suorum), le cercle des bénéficiaires était en fait beaucoup plus large, puisque dans l’acte de donation le duc Acfred disait agir pour son propre salut, celui de son père, de sa mère, de ses oncles (dont Guillaume le Pieux), de ses frères et, enfin, de tous ses proches, ses fidèles et ses amis (pro... cunctis propinquis et fidelibus nostris et amicis), cf. A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, Paris, 1876, n° 286, p. 282-287 ; H. Doniol, Cartulaire de Sauxillanges, Clermont-Ferrand, 1864, n° 13, p. 47-51 – cette partie de la charte n’est pas suspecte ; sur les interpolations de ce document, cf. É. Magnou-Nortier, Contribution à l’étude des documents falsifiés. Le diplôme de Louis le Pieux pour Saint-Julien de Brioude (825) et l’acte de fondation du monastère de Sauxillanges par le duc Acfred (927), dans Cahiers de civilisation médiévale, 21, 1978, p. 313-338 : p. 323 et suiv. Il ne s’agit pas là d’une formule isolée : parmi les actes de Sauxillanges, on la retrouve par exemple dans la charte de donation de la vicomtesse Aldeardis, à la génération suivante (Cartulaire de Sauxillanges, n° 82, p. 96-98 ; É. Magnou-Nortier, Contribution..., p. 336) ; cf. également une charte d’Hugues le Grand pour Saint-Martin de Tours en date du 3 mai 930 : il s’agit d’une restitution pro remedio animae progenitoris sui domni Rotberti, quondam piissimi regis, atque genitricis suae seu pro remedio avunculi sui domni Odonis, eque gloriosi regis, suorumque parentum omnium et amicorum (J.-P. Brunterc’h, La succession d’Acfred, duc d’Aquitaine [927-936], dans Quaestiones medii aevi novae, 6, 2001, p. 195-240 : p. 239).

33 Le 28 juin 869, à la requête de l’évêque de Beauvais, Charles le Chauve donna au monastère Saint-Lucien la moitié de la villa de Luchy, jusqu’alors tenue jusqu’à sa mort en bénéfice par son vassal Sigefridus ; complétant ainsi la donation de l’autre moitié de cette villa, autrefois tenue en bénéfice par l’un de ses chapelains, Rodingus, le roi fit la fondation suivante : Et quia eodem die, quo idem fidelis et carissimus nobis vasallus noster Wido obiit, duodecimo scilicet kl. Julii, anniversarius domni et genitoris nostri divae memoriae Hludowici dies depositionis esse dinoscitur, volumus ut singlis annis a fratribus praefati monasterii decimo kl. ejusdem mensis anniversarium praefati Widonis celebretur, ac de prefata medietate villae refectio fratribus pleniter praeparetur, et praeter ipsum anniversarium sicut pro unoquoque monachorum ex eodem coenobio a seculo migrantium, ita pro absolutione animae ipsius Widonis in missis et psalmis et aliis orationibus supplices Deo aeternatim preces fundant. Le reste des revenus devait être affecté aux frères afin qu’ils prient pour le roi, son épouse et leurs enfants, ainsi que pour le vassal Guy (G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 325, p. 214-217).

34 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 379, p. 347-350 : ... eo videlicet jure ut septem luminaria ante altare sanctae Trinitatis, post quod nos humanis solutum legibus sepeliri obtamus, semper tam in die quam et in nocte, sine aliqua extinctionis intercapedine, ardeant, lumenque in praesenti saeculo perpetualiter tribuant, quarum una sit pro patre nostro sanctae recordationis Hludowico augusto, altera pro genetrice nostra gloriosa Judith imperatrice, tertia pro nobis, quarta pro Hyrmintrude olim conjuge nostra regina, quinta pro hac etiam conjuge nostra Richilde regina, quam nunc dispositione Dei regio thoro copulatam habemus, sexta pro omni prole nostra vivente seu defuncta, septima pro Bosone et Widone ac reliquis familiaribus nostris, quos maxima fidelitatis devotio nobis propinquiores effecit... Ces lampes furent entretenues jusqu’au xve siècle, cf. A. Giry, La donation de Rueil à l’abbaye de Saint-Denis. Examen critique de trois diplômes de Charles-le-Chauve, dans Mélanges Julien Havet, Paris, 1895, p. 683-717 : p. 690 ; sur le souvenir de Charles le Chauve à Saint-Denis, cf. A. Lombard-Jourdan, L’invention du « roi fondateur » à Paris au xiie siècle, de l’obligation morale au thème sculptural, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 485-542 : p. 487-497.

35 Sur les familiares et propinqui, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995 (Histoire ancienne et médiévale, 33), passim.

36 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 441, p. 488-490 : ... ut orent pro genitore nostro piissimo augusto Hludovico et pro genitrice nostra Judith imperatrice ac pro salute nostra conjugisque et prolis totiusque imperii statu atque pro Bosone carissimo nostro et Widone... ; liceat eisdem fratribus in supra-dicta villa monasterium edificare et absque alicujus inquietudine pro nobis et Hirmintride et presenti conjuge cunctaque prole et fidelibus nostris, his videlicet quos ardentiore dileximus amore diuturnis precibus Dominum exorare.

37 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 246, p. 53-56.

38 Dix-huit ans plus tôt, le 12 août 844, Hincmar, alors prêtre, avait reçu du roi divers biens en Pincerais : Ad illum mansum vel Frotmiri villa seu Toloniacas ac Fraxinido ; il s’agissait de biens autrefois donnés à Charlemagne par un certain Hildegaudus et son épouse, cf. G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 57, p. 161-163.

39 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 247, p. 56-67.

40 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 2, p. 8-9.

41 M. Lauwers, La « Vie du seigneur Bouchard, comte vénérable »...

42 À la faveur de la réforme approuvée par Louis le Pieux, Glanfeuil (qui devint toutefois le monastère privé des Rorgonides du temps de l’évêque de Poitiers Ebroin) fut placé dans la dépendance de l’abbaye des Fossés, ce qui explique pourquoi l’exode face aux Normands s’y termina, en 868 ; à la fin du xe siècle, lors de la réforme par Bouchard le Vénérable et de l’arrivée de Maïeul de Cluny, l’abbé Maynard se retira à Glanfeuil, où il dirigea la communauté. Sur l’histoire de ces établissements, cf. Z.-J. Piérart, Histoire de Saint-Maur-des-Fossés..., I, Paris, 1886 ; F. Landreau, Les vicissitudes de l’abbaye de Saint-Maur aux viiie & ixe siècles, dans L’Anjou historique, 1904, p. 113-132, p. 225-244 et p. 337-356. Sur les Rorgonides, cf. K. F. Werner, Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Großen, dans Karl der Große. I. Persönlichkeit und Geschichte, Düsseldorf, 1965, p. 83142 ; O. G. Oexle, Bischof Ebroin von Poitiers und seine Verwandten, dans Frühmittelalterliche Studien, 3, 1969, p. 138-210.

43 Notons que le comte Rorgon, à l’origine de la restauration du monastère de Glanfeuil, frayait également avec la famille carolingienne (de son union avec Rotrude, l’une des filles de Charlemagne, était né le chancelier Louis, abbé de Saint-Denis).

44 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, 1993, p. 279 et suiv.

45 Sur Bégon, cf. Ph. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997 (Instrumenta, 1), p. 120-122 (avec toutes les références utiles).

46 Le frère de Bégon, Étienne, qui fut comte de Paris avant lui, et l’épouse de ce dernier avaient fait une donation à l’église cathédrale de Paris en échange de prières à leur intention et de la célébration de l’anniversaire de leur mort en divers établissements monastiques (Cartulaire général de Paris..., éd. R. de Lasteyrie, I, Paris, 1887, n° 29, p. 37-40). Sur la critique de cet acte, cf. R. de Lasteyrie, La charte de donation du domaine de Sucy à l’église de Paris (811), dans Bibliothèque de l’École des chartes, 43, 1882, p. 60-78 ; L. Levillain, Note critique sur la charte du comte Étienne et de la comtesse Amaltrude de 811, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 29, 1943, p. 54-74. Sur l’importance de cette donation, cf. O. G. Oexle, Forschungen zu monastischen und geistlichen Gemeinschaften im westfränkischen Bereich, Munich, 1978 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 31), p. 88-89. Sur la commémoration des comtes de Paris, cf. A. Decker-Heuer, Studien zur Memorialüberlieferung im frühmittelalterlichen Paris, Sigmaringen, 1998 (Beihefte der Francia, 40), p. 101 et suiv.

47 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 4, p. 12-15 (acte du 1er septembre 841).

48 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, I, n° 108, p. 258-261 ; cf. infra document traduit n° 3.

49 Vie de Bouchard le Vénérable..., c.5, p.14 : Accedens ergo ad regis pre¸sentiam, exoratus est ut, regali more, hoc ipse annueret testamentumque sue¸ auctoritatis juberet fieri ac suo signo muniri, quatinus per futura tempora eisdem rebus pre¸dictum frueretur monasterium et ejus memoriale in orationum precatibus semper heberetur. Pour la traduction : F. Guizot, Mémoires..., p. 11.

50 Vita Eligii episcopi Noviomagensis, éd. B. Krusch, I, chap. 15, dans M.G.H., Scriptores rerum Merovingicarum, IV, Hanovre, 1902, p. 680-681 : Denique inter cetera expetiit ei villam quandam in rure Lemoveceno cognominante Solemniaco, dicens : « Hanc mihi, domine mi rex, serenitas tua concedat, quo possim ibi et mihi et tibi scalam construere, per quam mereamur ad caelestia regna uterque conscendere ». Dans la charte de fondation, Éloi est réputé avoir établi et doté ce monastère pro felicitate regum et animae meae remedio et pro exoranda populi pace et pro servorum Dei quiete (ibid., p. 747).

51 À ce propos, cf. K. Schmid, Brüderschaften..., p. 185 ; A. Manser et K. Beyerle, Aus dem liturgischen Leben der Reichenau, dans K. Beyerle (éd.), Die Kultur der Abtei Reichenau..., I, Munich, 1925, p. 316-437 : p. 419-420. Chadolt devint évêque de Novare en août 882 et mourut le 4 avril 891, cf. E. Hlawitschka, Die Diptychen von Novara und die Chronologie der Bischöfe dieser Stadt vom 9.-11. Jahrhundert, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 52, 1972, p. 767-780.

52 R. Schieffer, Liutward, dans Neue deutsche Biographie, XIV, Berlin, 1985, p. 724-725 ; G. Bührer-Thierry, Évêques et pouvoir dans le royaume de Germanie. Les Églises de Bavière et de Souabe, 876-973, Paris, 1997, passim.

53 Par ailleurs, sur l’association de Charles le Gros, de Liutward et de Chadolt dans une même mention du Liber memorialis de Remiremont (Liber memorialis von Remiremont, I, éd. E. Hlawitschka, K. Schmid et G. Tellenbach, Zurich, 1970 [M.G.H., Libri memoriales, 1], p. 15 = fol. 9r), cf. G. Tellenbach, Liturgische Gedenkbücher als historische Quellen, dans Mélanges Eugène Tisserant, V, Cité du Vatican, 1964 (Studi e testi, 235), p. 389-399 : p. 396.

54 Quellensammlung der badischen Landesgeschichte, éd. F. J. Mone, I, Karlsruhe, 1848, p. 233 ; sur le manuscrit en question, cf. A. Holder, Die Handschriften der badischen Landesbibliothek in Karlsruhe. V. Die Reichenauer Handschriften. 1. Die Pergamenthandschriften, Leipzig, 1906, p. 313-320 (n° CXXVIII).

55 C’est explicitement pour cette raison qu’à Saint-Gall, le texte de la fondation de l’évêque d’Augsbourg Adalbéron fut copié dans un manuscrit de la Règle : Et ut hanc nulla umquam constitutionem deleat oblivio, regulae complacuit nostrae insero libello, quatenus dum codex iste frequentius videtur et legitur, beati praesulis memoria strictius teneatur (Libri confraternitatum sancti Galli, Augiensis, Fa bariensis, éd. P. Piper, Berlin, 1884 [M.G.H., Necrologia Germaniae, Suppl.], p. 138, n° 6). Sur ce manuscrit, cf. J. Autenrieth, Der Codex Sangallensis 915. Ein Beitrag zur Erforschung der Kapiteloffiziumsbücher, dans K. Elm, E. Gönner et E. Hillenbrand (éd.), Landesgeschichte und Geistesgeschichte. Festschrift für Otto Herding zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 1977, p. 42-55.

56 J. Boussard, Actes royaux..., p. 93 : Si erga loca divinis excultibus mancipata, propter amorem Dei eorumque in eisdem locis famulantium, beneficia oportuna largimur, praemium nobis apud Dominum aeternae remunerationis rependi non diffidimus. À titre de comparaison, cf. F. Hausmann et A. Gawlik, Arengenverzeichnis zu den Königs- und Kaiserurkunden von den Merowingern bis Heinrich VI., Munich, 1987 (M.G.H., Hilfsmittel, 7), en particulier le n° 2753, p. 462-463.

57 H. Fichtenau, Arenga. Spätantike und Mittelalter im Spiegel von Urkundenformeln, Graz, 1957 (Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, Ergänzungsband, 18).

58 Les gestes des évêques d’Auxerre..., I, p. 222-223 ; J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, n° 23 (actes de Raoul), p. 100-101.

59 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, I, n° 31, p. 64-66.

60 Les gestes des évêques d’Auxerre..., I, p. 152-153 (donation de l’évêque Héribald et confirmation par Charles le Chauve avec institution de deux repas par an à la mémoire du roi) ; p. 164-165 (donation de l’évêque Wibald et confirmation par Louis le Bègue avec institution de repas en souvenir de l’évêque et du roi).
Par ailleurs, l’évêque Hérifrid (887-909) fit une fondation à son profit (ibid., p. 172-173). Betton (915-918), « désirant imiter ses prédécesseurs », fit de même (ibid., p. 206-207).

61 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 65, p. 184-187.

62 La confirmation royale est demandée par le donateur quatenus et merces nobis apud Deum per intercessionem jam dicti pretiosissimi protectotis nostri et orationes servorum Dei amplior adcresceret et jam dicti fidelis nostri devotioni plenius satisfacere studeremus.

63 C’est explicitement le cas de celui de Freising, cf. P. Geary, Entre gestion et Gesta, dans O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (éd.), Les cartulaires, Paris, 1993 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39), p. 13-24.

64 J. Boussard, Actes royaux..., p. 96.

65 Vie de Bouchard le Vénérable..., c. 6, p. 18.

66 A titre d’exemple, citons le cas des comtes Widricus et Childebrand, ainsi que le fils de ce dernier, qui tinrent des biens donnés à Saint-Denis le 31 août 860, cf. G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 220, p. 549-555.

67 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 333, p. 236-238. De manière assez similaire (à ceci près qu’il s’agissait d’une donation, mais à partir d’un bien dont le roi ne percevait déjà plus les revenus), le 23 janvier 866, conformément au souhait exprimé par son fils, Lothaire, abbé de Saint-Germain d’Auxerre (mort un peu plus d’un mois plus tôt), Charles le Chauve avait donné aux moines un domaine alors tenu en bénéfice par son « fidèle » Wacaldus, et avait fondé un service commémoratif à partir des revenus de cette villa (ibid., n° 288, p. 136-138).

68 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 361, p. 300-301.

69 Outre l’acte de restitution à Saint-Martin du domaine de Doussay en 897 (cf. infra note 145), on peut citer la restitution à ce même établissement, par le comte Eudes en avril 887, de domaines italiens autrefois donnés par Charlemagne ; un service de prières est alors institué en faveur de Charles le Gros, d’Eudes et de son père, Robert le Fort (R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, roi de France [888-898], éd., Paris, 1967, n° 55, p. 212-217).

70 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 58, p. 224-226 (restitution et donation pour le luminaire, par le comte Eudes).

71 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, n° 51, p. 204-207. Déjà, le 5 septembre 916, Richard le Justicier et Raoul avaient fait restituer à Saint-Nazaire des biens dépendant de Tillenay (ibid., n° 50, p. 201-203).

72 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 216 (acte du 13 octobre 859), p. 544-547 (véritable fondation commémorative à l’intention du roi et de son épouse) ; R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 35, p. 150-154 (le roi restitue ce bien à la demande de l’évêque Adalgarius et de son frère, Robert, pro nostrarum animarum ac parentum nostrorum remedio).

73 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, p. cxli-cliii.

74 L’ascendance de cet évêque est difficile à préciser : « on suppose une parenté avec les comtes de Chartres, descendants des Héribertiens » ; en la matière, « seule nous guide l’onomastique », cf. O. Guyotjeannin, Episcopus et comes. Affirmation et déclin de la seigneurie épiscopale au nord du royaume de France (Beauvais-Noyon, xe-début xiiie siècle, Genève, 1987, p. 11 note 35.

75 Obituaires de la province de Sens. II. Diocèse de Chartres, éd. A. Molinier, Paris, 1906, p. 9 (29 mars).

76 Ibid., p. 15 (19 juin) : Obiit Witgerus, miles egregius, episcopi Odonis frater amantissimus, pro cujus anima redditionem episcopus abbatiam Sancti Carauni, cum privilegio jure firmato, hujus ecclesie¸ fratribus, qui eisdem fraribus prebendas dedit et privilegio firmavit.

77 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 336, p. 241-244.

78 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 90, p. 243-245.

79 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 51, p. 59-60.

80 On se fonde ici sur les noms de personnes, cf. infra note 84.

81 M. Jusselin, Un diplôme original de Charles le Chauve du 8 novembre 846, dans Le Moyen Âge, 21, 1908, p. 14-26 : p. 23, y reconnaît un « frère » d’Acbertus ; le terme latin suggère plutôt qu’il s’agit de cousins, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir..., passim (notamment p. 166 et p. 174).

82 A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 486, p. 470-471.

83 Sur ce phénomène à propos de donations royales, cf. J. Barbier, Du patrimoine fiscal au patrimoine ecclésiastique. Les largesses royales aux églises au nord de la Loire (milieu du viiie siècle-fin du Xe siècle), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 111, 2, 1999, p. 577-605 (notamment à la p. 601, concernant le rôle de Vivien dans l’attribution de Cunault à Saint-Philibert).

84 A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, I, n° 486, p. 471 : S. Acberti, Hugonis filii ejus, Engonis filii, Madalberti, Acberti, Arnulfi, filiorum ejus, Bernardi, item Bernardi fratris ejus, [5 noms] Acberti, [7 noms] Azonis, [10 noms].

85 Ibid. : Anno I regnante Lucdovico rege, qui de eadem donatione preceptum jussit fieri et sigillo suo insigniri. Cette mention, qui se réfère à un acte apparemment perdu, fut probablement rajoutée ultérieurement.

86 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes, fils de Harduin et de Guérinbourg, 845-871, dans Le Moyen Âge, 47, 1937, p. 153-182 et 233-271 : p. 155 note 3.

87 R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933 ?), Paris, 1901, p. 63.

88 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 178 et suiv.

89 Et non Nogent-en-Omois, qui fut longtemps l’identification traditionnelle de ce bien, cf. J. Barbier, Palatium, fiscus, saltus. Recherches sur le fisc entre Loire et Meuse du VIe au Xe siècle, Thèse dactylographiée, Université de Paris IV-Sorbonne, 1994, p. 462-463.

90 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), éd., Paris, 1920, n° 15, p. 29-30.

91 R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence..., p. 30 : ... de jure nostro ad vicem praedicti Odonis, veluti nostrae fidei commisit, ... in jus et potestatem sancti Martini ... concedimus, donamus simulque tradimus...

92 Ibid. : Ego, in Dei nomine, Boso, ad vicem Odonis comitis, pro remedio animae meae et suae hanc donationem fieri et firmari regavi.

93 Ibid. : ... pro remedio animae ejusdem Odonis, seu pro remedio animae uxoris suae Guendilmodis... ; ita ut... pro absolutione animarum tam praedicti Odonis quam suae uxoris perpetualiter ante sepulcrum ejusdem gloriosissimi confessoris Christi ab eisdem servientibus Deo preces cotidie reddantur.

94 Ibid. : ... excepto quod jam olim dederat ad sepulturam uxoris suae... R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 50, pense que « le comte Eudes de Troyes choisit de reposer à Saint-Martin de Tours » ; pour le moins est-il fait mémoire de son décès dans le nécrologe de Saint-Martin de Tours (au 10 août), cf. L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 155 note 1. Le comte de Troyes fait partie de ces veufs dont on peine à connaître le comportement, au contraire des femmes, récemment étudiées par E. Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, 2003.

95 P. Kehr, Die Urkunden Karls III., 876-887, éd., Berlin, 1937, n° 139, p. 223-225 : atque Noviento, quam Odo integerrime ad peculiare fratibus contulit.

96 É. Mabille, La Pancarte noire de Saint-Martin de Tours, brûlée en 1793, restituée d’après les textes imprimés et manuscrits, Paris, 1866, n° CI, p. 118-119. L’épouse d’Eudes est appelée « Gandalmodis » dans le titre de la copie de la Collection Housseau, et « Guandilmodis » dans le texte (Paris, BNF, Collection Housseau, n° 55) ; elle est appelée « Guandinilodis » dans la copie de Lesueur (Paris, BNF, ms. lat. 13898, fol. 58r/v [anc. p. 31-32], n° 29) ; l’analyse de cet acte dans l’ouvrage de Jean du Bouchet, La véritable origine de la seconde et troisième lignée de la maison royale de France... Paris, 1646, p. 251 (preuves), donne la leçon « Guandimoldis ».

97 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 119 (donné à Narbonne, le 11 octobre 849), p. 315-317 : ... concedimus eidem fideli nostro Odoni, dilecto nobis comiti atque ministeriali nostro, ad proprium quasdam res juris nostri sita in pago Otminse, in villam Novientum, mansos scilicet quinquaginta.

98 Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman II, rois de France (877-884), éd. F. Grat et alii, Paris, 1978, n° 15, p. 40-46 : ... et Novientum villam quam Odo comes per licentiam genitoris nostri fratribus contulit.

99 Sur la stratégie foncière des chanoines de Saint-Martin, cf. H. Noizet, Les relations de Saint-Martin de Tours avec ses possessions à l’époque carolingienne, Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1997.

100 Eudes est encore mentionné dans le diplôme de Charles le Gros du 22 août 886 (cf. infra) ; il ne l’est plus dans le diplôme d’Eudes, du 2 juin 896 (R. H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 41, p. 167-178).

101 Sur les actes royaux, cf. G. Tessier, Les diplômes carolingiens du chartrier de Saint-Martin de Tours, dans Mélanges d’histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, 1951, p. 683-691 ; sur les actes privés, cf. P. Gasnault, Les actes privés de l’abbaye de Saint-Martin de Tours du viiie au xiie siècle, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 112, 1954, p. 24-66.

102 Recueil des actes de Louis le Bègue, n° 15, p. 44 (il est question de la requête d’Hugues l’Abbé) : reverenter poscens ut res quas pie recordationis genitor noster domnus Karolus quondam imperator augustus, videlicet Capleiam et Miliciacum villam, ob amorem Dei et sancti Martini reverentiam fratribus ad confugium pro remedio anime sue ac genitricis sue domnae Judith quondam auguste dederat suique auctoritate praecepti corroboraverat, sicut et nuper nos villam nostram Merlaum prona devotione obtulimus, in necessitatibus fratrum habendas cum omnibus sibi rebus pertinentibus, et Novientum villam quam Odo comes per licentiam genitoris nostri fratribus contulit, denuo more regio pro mercede communi omnium nostrum nostreque conjugis ac prolis perpetuo mansuras absque minoratione vel subtractione aliqua corroboraremus... Cf. également ibid., n° 87, p. 220-225 (diplôme de Carloman) et le diplôme de Charles le Gros du 22 août 886, cité infra note 109.

103 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 307, p. 179-181 : ... in divae recordationis genitoris nostri Hludovici, excellentissimi augusti, et genitricis nostrae Judith, gloriosae imperatricis, eleemosinam et nostram, seu amantissimae nobis conjugis Hermintrudis, gloriosae reginae, atque prolis nostrae...

104 ... ut pro absolutione peccaminum praefati genitoris et genitricis nostrae nostrorumque, conjugis et prolis, totiusque regni nostri statu Dei misericordiam jugiter exorent et quotidie, unaquaque septem horarum canonicarum secundum consuetudinem expleta, unum septem psalmorum poenitentialium ordinabiliter cum tribus capitulis et collecta nostris futurisque temporibus decantent.

105 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 441, p. 488-490 (cf. supra note 36).

106 Recueil des actes de Louis II le Bègue, n° 12, p. 28-33 : ... ob perpetuam mercedem domni genitoris nostri piae memoriae Karoli imperatoris augusti ac genitricis nostrae gloriosae videlicet reginae Hyrmintrudis, sed et nostri... ; volumus etiam ut jam dicti fratres, diebus dum advixerimus, diem nativitatis nostrae... et diem unctionis nostrae... refectione sibi ex predictis rebus parata, annis singulis observent, et, sicut dictum est, pro genitore et genitrice nostra ac fratribus nostris, Karolo scilicet et Karlomanno, sed et nobis conjuge¸que ac prole vigiliis et missarum sollemniis ex more celebratis Domini misericordiam cordetenus implorent, nobis vero Deo propitio ad meliora migrantibus, diem obitus nostri annis singulis simili-ter observare ac pro nobis Dei omnipotentis clementiam exorare non negligant.

107 À ce propos, cf. H. Noizet, Les relations de Saint-Martin..., p. 17 et suiv. Sur les déplacements du corps de saint Martin, cf. P. Gasnault, Le tombeau de saint Martin et les invasions normandes dans l’histoire et dans la légende, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 47, 1961, p. 51-66.

108 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 164.

109 P. Kehr, Die Urkunden Karls III., n° 139, p. 223-225.

110 W. Hartmann, Die Konzilien der karolingischen Teilreiche, 860-874..., p. 118-120 ; acte faux d’après P. Gasnault, Étude sur les chartes de Saint-Martin-de-Tours, dans Positions des thèses... 1953 de l’École nationale des chartes, Paris, 1953, p. 37-40 : p. 38.

111 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41, à la p.39 : ... Liradum quoque ob Normannorum seu Brittonum saevissimam persecutionem ad confugium seu monasterium construendum...

112 Sur ce comte du palais attesté dans les années 799-813, petit-fils du comte de Meaux, son homonyme, attesté sous Pépin le Bref, cf. R. Hennebicque-Le Jan, Prosopographica Neustrica : les agents du roi en Neustrie de 639 à 840, dans H. Atsma (éd.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, I, Sigmaringen, 1989, p. 231-269 : p. 253 (n° 152).

113 La mention des grands-parents dans ce genre d’acte est chose alors fort rare, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 36.

114 E. Mabille, La Pancarte noire..., n° LIV, p. 93-94 ; Gallia christiana..., XIV, éd. B. Hauréau, Paris, 1856, instrumenta, col. 15-19.

115 Poetae Latini aevi Carolini, I, éd. E. Dümmler, Berlin, 1881, p. 532 (n° 40) ; cf. S. Abel et B. Simson, Jahrbücher des fränkischen Reiches unter Karl dem Großen, II, Leipzig, 1883, p. 552-553.

116 R. Hennebicque-Le Jan, Prosopographica Neustrica..., p. 249 (n° 109).

117 E. Mabille, La Pancarte noire..., n° LXXXVII, p. 11.

118 Dans la précaire du 15 avril 932 en faveur de la reine Emma, il est dit que Judith donna la villa de Mons ex propria dote sua, cf. infra note 126. L’impératrice avait également reçu de Louis le Pieux le monastère de Saint-Sauveur de Brescia ; à ce propos, cf. R. Le Jan, Douaires et pouvoirs des reines en Francie et en Germanie (vie-xe siècle), dans F. Bougard, L. Feller et R. Le Jan (éd.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, 2002 (Collection de l’École française de Rome, 295), p. 457-497 : p. 464 note 39.

119 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41, à la p. 40 : Concedimus etiam eidem sancto per hoc nostrae dignitatis praeceptum villam quae vocatur Mons, sitam in pago Miliduninse, quam genitor noster genitrici dederat nostrae et ipsa in extremo sui temporis praefato sancto Martino delegare proposuerat, cujus sacram devotionem jure debito nos adimplentes, ob elemosinam genitoris nostri et ejusdem nostrae genitricis ac nostram seu dilectae uxoris prolisque nostrae, instituimus in die obitus sui, quod evenit XIII kal. Maias, exinde si-militer plenariam refectionem, et VI kal. Juniarum, id est tempore ac die quo, Domino annuente, in regni fastigio consecrati et ordinati sumus, similiter aliam eisdem fratribus ex eadem villa Monte refectionem administrari ordinamus, quatinus eisdem fratribus pro nobis ac totius sanctae Dei ecclesiae statu et pro universali pace delectabilis Deum exorare complaceant.

120 Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 283. R. Le Jan, Douaires et pouvoirs des reines..., p. 480, suggère que Judith avait ainsi choisi l’endroit de sa sépulture.

121 Pièce justificative n° I.

122 Dans le diplôme du 2 juin 896, le roi Eudes confirma aux chanoines de Saint-Martin la propriété de Mons, quam Gerbaldus precario more tenere videtur (R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 41, p. 176). Déjà, dans son diplôme du 22 août 886, Charles le Gros avait confirmé aux chanoines la propriété de la villa de Mons, quam Gerbaldus precario more ad censum retinet (P. Kehr, Die Urkunden Karls III., n° 139, p. 224).

123 Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, I, n° 46 (diplôme du 30 avril 903), p. 100 : Mons insuper villa cum omnibus rebus sibi pertinentibus, quam Rainardus vicecomes precario more tenere videtur. De manière curieuse, ce domaine est à nouveau réputé tenu par Garibald dans un diplôme datant du 14 juin 910 ou 911 (ibid., n° 63, p. 142 : et villa Mons quam Gerbaldus precario more tenere videtur) ; en revanche, il ne semble plus être concédé en précaire lorsque le roi confirme à nouveau les possessions de Saint-Martin, le 27 juin 919 (ibid., n° 101, p. 236 : Mons insuper villa, in pago Milidunense, cum ecclesiis et omnibus sibi pertinentibus rebus). Ces trois diplômes sont considérés comme faux par P. Gasnault, Étude sur les chartes..., p. 38.

124 BNF, ms. lat. 13898 (copie de Lesueur), n° 94, fol. 98v (E. Mabille, La Pancarte noire..., n° CIII, p. 119, qui n’évoque explicitement que la villa de Mons) ; à ce propos, cf. Ph. Lauer, Robert Ier et Raoul de Bourgogne, rois de France, Paris, 1910, p. 45.

125 É. Mabille, La Pancarte noire..., n° XCVI, p. 115-116 (15 avril 932) ; cf. également la note suivante.

126 E. Martène et U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum, I, Paris, 1717, col. 67 : ... expetiit nos egregius & venerabilis domnus Hugo abbas & senior noster, quatenus villam Montis nomine, quam quondam gloriosa imperatrix Judith ex pro-pria dote sua nobis pro remedio animae suae ad quotidianos usus delegavit, pro cujus absolutione animae quotidie in festis diebus tres psalmos, videlicet « Deus misereatur nostri », & « Inclina, Domine, aurem tuam », atque « De profundis » decantamus ; quamque postmodum reges & apostolici per praecepta & privilegia nobis aeternaliter habendam confirmaverunt, gloriosae reginae domnae Immae, domni Roberti regis filiae, sorori suae, per nostrae auctoritatis testamentum diebus tantum vitae ipsius sub annuali censuum institutione concederemus...

127 Recueil des historiens des Gaules et de la France, IX, éd. L. Delisle, Paris, 1874, 720-722. Le domaine de Mons est mentionné ainsi : ... villam Montis, quam olim Judith regina nobis cessit, quam etiam a domno Karolo rege Calvo iterim per praecepti seriem praecedessores nostri obtinuerant...

128 É. Mabille, La Pancarte noire..., n° LVIII, p. 95-96 et n° XCII, p. 114.

129 C’est à tort qu’É. Mabille, La Pancarte noire..., n° LVIII, p. 95 reconnaît Charlemagne en ce roi.

130 Cet acte ne diffère pas substantiellement de l’autre, à l’exception du préambule (fort classique au demeurant) et de la référence au roi Charles. En voici le texte d’après les copies érudites de la Collection Baluze, vol. 76, fol. 321 (anc.) / 324 (nouv.), et des Mélanges Colbert, vol. 46, fol. 64-65 (BNF) : Multipliciter multiplex omnipotentis Dei misericordia perplurimum voluit honorare genus humanum, dum cuique mortalium largiri dignetur, ut ex temporalibus rebus caelestia regna mercari valeat et ex transitoriis sempiterna percipere, dicente domino per angelicam vocem : « fiducia magna erit coram summo Deo eleemosina omnibus facientibus eam », et in evangelio : « quicumque dederit calicem aquae frigidae tantum in nomine meo non perdet mercedem suam ». Quocirca in nomine summi Salvatoris Dei nos quidem Hugo, venerabilis sancti Martini basilicae atque ipsius rerum abbas, tantam misericordiam Dei omnipotentis mente devota considerans, modumque fragilitatis attendens humanae ac pavens utrumque diem iudicii, offero Deo et sancto Martino, ut ipsum eximium confessorem merear habere suffragatorem in meis necessitatibus, dono donatumque in perpetuum esse volo eidem confessori domno meo Martino suaeque congregationi, cui praeesse videor, tam pro mercede genitoris ac genitricis meae quam etiam pro remedio animae meae meorumque propinquorum sive parentum, cum omni integritate iuris mei alodum, nuncupatum Lupchiacum, quemque Aledramnus comes per auctoritatis praeceptum a domno Karolo magno rege obtinuerat, veluti heres illius in eo existens idoneus, et iterum per rememoratae auctoritatis praeceptum possidere cernor, situm in comitate Meldacinse... Contrairement à l’autre acte, la donation est ici explicitement faite par Hugues et son épouse : Has duos praenominatos alodos perpetualiter habendos ego Hugo et uxor mea Havidis tradimus atque condonamus. La fin de l’acte est également un peu différente.

131 Sur ce personnage, cf. Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 100-101.

132 Recueil des historiens des Gaules et de la France, IX, p. 721.

133 Cf. supra note 126.

134 Sur la localisation du domaine, cf. L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 166-168 ; sur l’identification d’Eudes, cf. ibid., p. 163-164. R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 358-359 note 201, relève diverses anomalies dans cette charte – à commencer par la titulature (comitissa) de la donatrice – qui tendent à prouver qu’il s’agit d’un acte interpolé. On notera par ailleurs que l’éditeur de ce document, J. Tardif, le présente comme un original « scellé », ce qui devrait suffire à prouver le caractère tardif de la réalisation de cet acte privé. Cela ne doit toutefois pas nous conduire à le rejeter quant au fond. Par ailleurs, il n’est pas certain que l’identité de la première personne ayant souscrit le document (Harduinus) soit un élément à charge, comme le suggère R. Le Jan : il pourrait s’agir d’un autre fils du comte défunt, cf. L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 242 note 2 (sur l’existence probable d’un frère du comte Eudes portant le nom de son père, cf. ibid., p. 173-174).

135 L. Levillain, Essai sur le comte Eudes..., p. 236-237 et p. 241-242.

136 Outre l’évocation du comte Bégon faite supra p. 340, cf. la présentation synthétique de l’essor de l’abbaye des Fossés sous Louis le Pieux et Charles le Chauve dans : D. Hägermann et A. Hedwig, Das Polyptychon und die Notitia de areis von Saint-Maur-des-Fossés. Analyse und Edition, Sigmaringen, 1990, p. 7 et suiv.

137 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 24, p. 59-61.

138 J. Tardif, Monuments historiques..., Paris, 1866, n° 170, p. 107-108.

139 E. Mühlbacher, Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Großen, Hanovre, 1906, n° 97, p. 139-140 ; P. Gasnault, Documents comptables de Saint-Martin de Tours à l’époque mérovingienne, Paris, 1975, p. 193-199.

140 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 239, p. 32-41.

141 Pièce justificative n° II.

142 R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, Appendice III, p. 227-233.

143 Sur les conditions des échanges, cf. Ph. Depreux, The development of charters confirming exchange by the royal administration (eighth-tenth centuries), dans K. Heidecker (éd.), Charters and the use of the written word in medieval society, Turnhout, 2000, p. 43-62.

144 L. Auzias, L’Aquitaine carolingienne (778-987), Toulouse, 1937, p. 441.

145 J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, n° 40, p. 150-155 ; cf. document traduit n° 2.

146 A. Eckel, Charles le Simple, Paris, 1899, p. 23 et suiv.

147 En 1128, les chanoines s’en prévalurent encore dans le conflit qui les opposait aux moines de Saint-Jouin-de-Marnes à propos de l’église de Doussay et qui fut réglé par l’évêque Girard d’Angoulême, alors légat du pape Honorius II, cf. J. Ramakers (éd.), Papsturkunden in Frankreich, nouvelle série, V : Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, 1956, n° 41, p. 108 : vos autem munimenta Karoli et aliorum regum sigillis et subscriptionibus eorum canonice fulcita, quae vobis ecclesiam illam confirmabant, ostenditis...

148 Le 29 juillet 895, le vicomte Garnegaudus et son épouse, Hélène, avaient ainsi donné à Saint-Martin de Tours des biens qu’il avaient reçus du roi Eudes à la prière de son frère, le comte Robert, leur senior (R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 40, p. 164-166). La charte de donation à Saint-Martin, qui commence par une variante du préambule classique « Multipliciter multiplex... » (cf. É. Favre, Eudes, comte de Paris et roi de France [882-898], Paris, 1893, p. 243-244), a fait l’objet de copies érudites qui ne se limitent pas à ce qu’a édité R. H. Bautier (É. Mabille, La Pancarte noire..., n° LXVIII, p. 101-102). Il convient notamment de compléter ainsi la l. 9 p. 165 de l’édition des actes d’Eudes (É. Favre, qui se fonde uniquement sur la copie de la Collection Baluze où ce texte est tronqué, passe cette coupe sous silence) : ... idcirco ego Garnegaudus et uxor mea Helena, ut illius perpetua beatitudinis et gloriae comparticipes et cohaeredes interveniente piissimo iste confessore Christi domno nostro Martino effici mereamur, donamus... (d’après BNF, Mélanges Colbert, vol. 46, fol. 103/104) – les mobiles religieux y sont clairement exposés.

149 Vita Rigoberti episcopi Remensis, éd. W. Levison, dans Passiones vitaeque sanctorum aevi Merovingici, V, Hanovre, 1920 (M.G.H., Scriptores rerum Merovingicarum, 7), c. 4-5, p. 64-65 (donation par Pépin II) et c. 3, p. 63-64 (fondation) ; Flodoard, Historia Remensis ecclesiae, éd. M. Stratmann, Munich, 1998 (M.G.H., Scriptores, 36), II, c. 11, p. 156-158.

150 À ce propos, cf. Ph. Depreux, Les sociétés occidentales..., p. 217.

151 J. L. Nelson, The wary widow, dans W. Davies et P. Fouracre (éd.), Property and power in the early middle ages, Cambridge, 1995, p. 82-113.

152 Formulae Sangallenses miscellaneae, n° 16, dans Formulae Merowingici et Karolini aevi, éd. K. Zeumer, Hanovre, 1886, p. 387 ; à ce propos, cf. H.-W. Goetz, La dos en Alémanie (du milieu du viiie au début du xe siècle), dans F. Bougard, L. Feller et R. Le Jan (éd.), Dots et douaires..., p. 305-327 : 318-319.

153 Sur ce personnage, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 238.

154 H. Beyer, Urkundenbuch zur Geschichte der ... mittelrheinischen Territo rien, I, Coblence, 1860, n° 97, p. 101 ; cf. infra document traduit n° 1b. Sur les mesures prises par Erkanfrida, cf. J. Nelson, The wary widow..., p. 100-101.

155 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 69, p. 197-198 ; cf. infra document traduit n° 1a.

156 C’est ainsi qu’une certaine Emma et son mari, Gui, avaient donné à Saint-Martin de Tours, pour le remède de leur âme et de l’âme d’Ebles, le premier mari d’Emma, divers bien dont un manse à Vontes (ou Vonne), que ce dernier avait reçu du roi Eudes, comme cela est relaté dans l’acte de précaire établi par le comte Robert, abbé de Saint-Martin, au bénéfice des époux et de leur fils, chanoine de Saint-Martin, le 14 septembre 900 : alodum videlicet Votnum nomine, id est mansum unum optimum et maximum, quem per seriem praecepti Ebolus quondam fidelis noster et praedicta uxor ejus Imma ex fisco regio a domno et seniore ac etiam germano nostro Odone, gloriose rege, adquisierant (J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, Appendice I, n° 43, p. 166-172). Or le manse d’Artannes, qui constituait le noyau initial de la donation royale, était devenu terre fiscale en raison de la négligence de ceux qui le possédaient auparavant : quae olim pro neglegentia cujusdam eas possidentis in fiscum sunt versae, selon la formulation du diplôme de donation, en date du 15 octobre 893 (R.-H. Bautier, Recueil des actes d’Eudes, n° 34, p. 147-150). Comme le souligne R.-H. Bautier, la correction du nom de ce manse sur le diplôme et la notice dorsale apparemment quasi contemporaine faisant mention d’Emma et précisant la localisation de ce bien, rendent probable l’hypothèse selon laquelle « un litige [vint] ultérieurement à surgir sur la légitimité des droits de Gui et d’Emma sur cette terre » et qu’« on maquill[a] alors le diplôme royal en corrigeant Tarconnus en Votnus » (ibid., p. 149).

157 C’est par exemple le cas d’Hilduin, abbé de Saint-Bertin, cf. G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 430, p. 458-463 (acte du 20 juin 877 pour Saint-Bertin) ; n° 431, p. 463-465 (acte du 24 juin 877 pour Saint-Mihiel) ; n° 434, p. 468-470 (acte du 11 juillet 877 pour Saint-Bertin).

158 Cf. supra notes 6 à 8.

159 I. de Coussemaker, Cartulaire de l’abbaye de Cysoing et de ses dépendances, Lille, 1886, n° 1, p. 1-5.

160 Cartulaire de... Cysoing..., n° 4, p. 8-9 (acte du 2 avril 870).

161 Cartulaire de... Cysoing..., n° 3, p. 7-8 (acte du 14 avril 869).

162 Cartulaire de... Cysoing..., n° 5, p. 10-11.

163 Cartulaire de... Cysoing..., n° 6, p. 11.

164 C. La Rocca et L. Provero, The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Friuli, and his wife Gisela, daughter of Louis the Pious (863-864), dans F. Theuws et J. L. Nelson (éd.), Rituals of power from Late Antiquity to the early Middle Ages, Leyde, 2000, p. 225-280 : p. 267.

165 Cartulaire de... Cysoing..., n° 3, p. 7 : ... de rebus, quas serenissimus ac piis simus rex Karolus meus, si dicere audeam, germanus, cum, exigente senioris mei dulcis memorie Evrardi negligentia, in dominio suo redacte essent, viduitatis mee compassus et habitus mei mutationem consolatus, conservatas per sue sublimitatis preceptum, largiflua pietatis sue clementia mihi restituere atque augmentare dignatus est...

166 R. Louis, Girart, comte de Vienne (... 819-877) et ses fondations monastiques, Auxerre, 1946.

167 G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, II, n° 309, p. 181-184.

168 Monumenta Vizeliacensia. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1976 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 42), p. 245 (cartulaire, acte n° 1) : Et quoniam largitionibus piis dominorum et seniorum nostrorum qui nos liberalissime honoribus et dignitatibus ampliaverunt, id est imperator et senior noster clementissimus Ludovicus et gloriosa domna et regina Iudith filiusque ipsorum aeque senior atque domnus noster rex Karolus, plurima nobis possidenda accreverunt, iustissime nobis visum est ut eorum amore incitati locum etiam ipsum fundaremus, ubi pro gratis muneribus ipso rum esset in orationibus solemnis et iugis supplicatio et apud Deum continua pro salute eorum exoratio.

169 Sur la memoria des membres de la famille des comtes de Paris de la première moitié du ixe siècle, cf. A. Decker-Heuer, Studien zur Memorialüberlieferung..., p. 101 et suiv.

170 Monumenta Vizeliacensia..., p. 247.

171 R. Louis, Girart, comte de Vienne..., p. 65-66.

172 Monumenta Vizeliacensia..., p. 249-254 (cartulaire, acte n° 2). À ce propos, cf. E. Boshof, Traditio Romana und Papstschutz im 9. Jahrhundert. Untersuchungen zur vorcluniazensischen libertas, dans Id. et H. Wolter (éd.), Rechtsgeschichtlich-diplomatische Studien zu frühmittelalterlichen Papsturkunden, Cologne, 1976 (Studien und Vorarbeiten zur Germania Pontificia, 6), p. 1-100 : p. 12-18.

173 Monumenta Vizeliacensia..., p. 255-258 (cartulaire, acte n° 3).

174 Ibid., p. 246 (cartulaire, acte n° 1) : ... quicquid ibi ex hereditate, quicquid precepti sui auctoritate senior noster Karolus rex nobis ibi contulit, quicquid alio legitimo pacto ibi rebus nostris accessit cum universis appendiciis suis...

175 Ibid., p. 246 ; sur les interventions de Judith, cf. Ph. Depreux, Prosopographie..., p. 285-286.

176 Vizeliacensia II. Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1980 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis, 42 Supplementum), p. 7-9 (cartulaire de Florence, acte n° 2) ; G. Tessier, Recueil des actes de Charles le Chauve, I, n° 11, p. 27-28 (acte du 31 août 842).

177 Vizeliacensia II..., p. 10-12 (cartulaire de Florence, acte n° 3).

178 Ibid., p. 15 (cartulaire de Florence, acte n° 5 : septembre 826) ; p. 16 (n° 6 : novembre 827) ; p. 13-14 (n° 4 : mai 852 ?).

179 Monumenta Vizeliacensia..., p. 246-247.

180 L’église funéraire était celle de Pothières, cf. R. Louis, Girart, comte de Vienne..., p. 121 et suiv.

181 M. Lauwers, Memoria. À propos d’un objet d’histoire... cité n. 19, p. 116.

182 À ce propos, cf. S. Lebecq, Le baptême manqué du roi Radbod, dans O. Redon et B. Rosenberger (éd.), Les assises du pouvoir. Temps médiévaux, territoires africains. Pour Jean Devisse, Saint-Denis, 1994, p. 141-150 ; Id., Vulfran, Willibrord et la mission de Frise : pour une relecture de la Vita Vulframni, dans M. Polfer (éd.), L’évangélisation des régions entre Meuse et Moselle et la fondation de l’abbaye d’Echternach (ve-ixe siècle), Luxembourg, 2000, p. 429-451.

183 Oise, arrondissement de Compiègne, canton d’Estrées-Saint-Denis.

184 Oise, arrondissement et canton de Clermont.

185 Oise, arrondissement de Compiègne, canton d’Estrées-Saint-Denis.

186 Mons-en-Montois, Seine-et-Marne, arrondissement de Provins, canton de Donnemarie-Dontilly.

187 E.

188 est haec ... pro remedio animarum nostrarum manque dans D.

189 donatumque ... hoc est manque dans D.

190 curte D.

191 Belmacinse E.

192 D ; Esca E ; Aisa C.

193 et C.

194 Gerulfi E.

195 cinerarias E.

196 edificiis E ; terris, vineis ... in se mansos XL manque dans D.

197 Guaribaldo E.

198 usus E.

199 manque dans D.

200 Judit D.

201 edificiis E ; vineis, silvis ... et sua repetitio nihil valeat manque dans D.

202 firmariis E.

203 etsi ... revertatur manque dans D.

204 Rahintrudi C ; Rehindrudis D ; Rehintrudis E.

205 Seules figurent dans D les souscriptions d’individus portant le titre comtal.

206 Hedomi E.

207 Ragembaldus E.

208 presbiter E.

209 Vienne, arrondissement de Châtellerault, canton de Lencloître.

210 Vienne, arrondissement de Châtellerault, canton et commune de Mire-beau.

211 Vienne, arrondissement de Montmorillon, canton de Civray, commune de Saint-Pierre-d’Exideuil.

212 coligata C ; colligata a.

213 impexa a.

214 archiclavis DF.

215 confessores fratres a.

216 dominus a.

217 in vicaria ... manque dans E.

218 Magenanus a.

219 filius eius DE.

220 Cette conjonction est superflue.

221 cum omnibus suis appenditiis manque dans E.

222 XXVI D.

223 CEF.

224 saniorem F.

225 La suite est tronquée dans E.

226 et a.

227 reddat, reddat a.

228 D ; vero a.

229 et post suum disgressum E.

230 C

231 Lire : incurrat.

232 C’est-à-dire : la villa de Doussay.

233 Le texte latin dit : ad cujus glebam. Le terme gleba, qui désigne à l’origine la terre (la « glèbe »), peut signifier également « cadavre » ou « dépouille » au haut Moyen Âge (J. F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leyde, 1976, p. 470) ; dans le cas présent, la suite de la phrase interdit une telle traduction, d’où le recours au terme de « tombeau ».

234 C’est-à-dire : les chanoines.

235 Sous-entendu : Martin.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540