Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sauver son âme et se perpétuer

 | 
François Bougard
, 
Cristina La Rocca
, 
Régine Le Jan

Des évêques, des clercs et leurs familles dans la Bavière des viiie-ixe siècles

Geneviève Bührer-Thierry

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble du processus, J. Jahn, Ducatus Baiuvariorum. Das bairische Herzogtum der Ag (...)
  • 2 H. Stahleder, Hochstift Freising (Freising, Ismaning, Brugrain), Munich, 1974 (Historischer Atlas v (...)

1Le patrimoine des églises épiscopales de Bavière s’est constitué par la voie de larges donations ducales des Agilolfingiens et d’une grande vague de donations provenant de l’aristocratie bavaroise, notamment dans la seconde moitié du viiie siècle1. Le mouvement qui a permis aux évêques bavarois de faire entrer dans le patrimoine de l’église épiscopale de très nombreuses fondations d’églises et d’abbayes « privées » est bien connu : Helmuth Stahleder a recensé les donations d’églises et d’abbayes à l’église épiscopale de Freising aux viiie-ixe siècles et il arrive à un total de deux cents églises mentionnées à travers les actes du cartulaire, dont 165 sont remises aux mains de l’évêque avant 8112. Il faut rappeler que ces « donations » sont souvent le fait d’un groupe familial tout entier qui se réserve le droit de continuer à gérer les biens remis à l’église, le plus souvent par l’intermédiaire du contrôle des charges ecclésiastiques qui restent aux mains de la famille des donateurs. En outre, ce mouvement n’affecte pas les seules abbayes privées, mais une grande partie des « églises privées » fondées sur les grands domaines aristocratiques dans le courant du viiie siècle.

  • 3 R. Le Jan, Réseaux de parenté, memoria et fidélité autour de l’an 800, dans Id., Femmes, pouvoir et (...)
  • 4 T. Bitterauf, Die Traditionen des Hochstifts Freising, 2 vol., Munich, 1905-1909 (Quellen und Erört (...)
  • 5 Voir en dernier lieu l’étude de W. Brown, Unjust seizure. Conflict, interest and authority in an ea (...)
  • 6 R. Le Jan, Réseaux de parenté..., p. 113-115.
  • 7 TF 255 (805) : ... usque ad honorem presbiterii perduxit.

2Or la volonté de « mise en ordre » carolingienne au tournant des viiie-ixe siècles a ouvert une situation de « crise »3 en déniant tout droit aux fondateurs, ce qu’on observe particulièrement bien à travers la documentation de l’église de Freising4. Si le siège épiscopal, tenu essentiellement par des membres du groupe des Huosi, a mis assez vite la main sur l’ensemble des églises et des abbayes privées, on peut noter un durcissement des conflits sous l’épiscopat d’Atto (783-811) qui concentre après 800 la majeure partie des procès, tous tranchés en faveur de l’évêque, souvent par le missus royal5. Il se trouve pourtant que les évêques appartiennent au même groupe familial que les fondateurs des abbayes qu’ils revendiquent, ce qu’on peut interpréter comme l’émergence d’un ordo clericorum – sous l’impulsion et avec le soutien des Carolingiens – dont les intérêts ne coïncident plus avec ceux de leur groupe familial, ou plutôt qui feraient passer les intérêts de leur église avant ceux du groupe familial6. Comment envisager une articulation entre cette sphère « publique » des honorati que sont les évêques mais plus largement tous les prêtres – on parle dans les actes de Freising de l’honor presbyterii7 – et la sphère propre des intérêts familiaux notamment en ce qui concerne la sauvegarde du patrimoine, ou du moins en ce qui concerne le contrôle familial des biens cédés à l’église « pour le salut de l’âme des fondateurs » ? Pour tenter de répondre – en partie – à cette question je propose d’étudier la transmission des biens et des honores à l’intérieur de ce qu’on peut appeler la « parentèle épiscopale » qui tient le siège de Freising, puis l’ensemble des donateurs ecclésiastiques tels qu’ils apparaissent entre le milieu du VIIIe et le milieu du ixe siècle, soit de l’épiscopat de Joseph (748-764) à l’épiscopat d’Erchanbert (836-854).

  • 8 U. Nonn, Merowingische Testamente. Studien zum Fortleben einer römischen Urkundenform im Frankenrei (...)
  • 9 C. I. Hammer, Land sales in the eighth- and ninth-century Bavaria : legal, economic and social aspe (...)

3Cette chronologie est commandée par la forme des actes : en effet, pour les années 744-854 on a conservé 741 actes concernant l’église de Freising, constitués avant tout de donations, qui ne se font pas par voie testamentaire à proprement parler puisqu’il n’existe pas de « testaments » dans le monde germanique des viiie-ixe siècles, même dans une acception très large, comme tous les auteurs qui ont tenté de dénombrer les actes testamentaires des époques mérovingienne et carolingienne l’ont montré8. Ces donations prennent des formes diverses sur lesquelles on reviendra. En revanche, à partir des années 855 on trouve de moins en moins de donations et une majorité écrasante de commutationes et de concambii entre l’église et les laïques : par exemple, sous l’épiscopat d’Anno (855-875) sur un total de 172 actes on ne trouve plus que 41 donations contre 131 échanges, alors que, par comparaison, pour l’épiscopat immédiatement précédent, celui d’Erchanbert (836-854), sur 132 actes conservés on ne compte que 15 échanges pour 118 donations. Cette évolution de la forme des actes conservés dans les Livres de traditions bavarois est générale et bien connue9. En outre, la documentation conservée à Freising pour une durée d’une centaine d’années permet de reconstituer des groupes familiaux sur deux ou trois générations, y compris le groupe familial des différents évêques.

LES ÉVÊQUES DE FREISING ET LEUR FAMILLE

  • 10 W. Störmer, Adelsgruppen in Früh- und hochmittelalterlichen Bayern, Munich, 1972 (Studien zur bayer (...)
  • 11 W. Störmer, Früher Adel. Studien zur politischen Führungsschicht im fränkisch-deutschen Reich vom 8 (...)
  • 12 O. Meyer, Reginbertus subdiaconus, dans Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschicht (...)
  • 13 J. Mass, Das Bistum Freising... cité n. 11, p. 87 et P. Kehr, Die Urkunden Ludwigs des Deutschen, H (...)
  • 14 Sur tout cela, J. Mass, Das Bistum Freising in der späten Karolingerzeit (Studien zur altbayerische (...)
  • 15 J. Fleckenstein, Die Hofkapelle..., I, p. 183-184 qui note qu’aucun simple notaire n’est jamais dev (...)
  • 16 J. Sturm, Die Anfänge des Haus Preysing, Munich, 1931 (Schriftenreihe zur bayerischen Landesgeschic (...)

4L’origine familiale des deux premiers évêques de Freising après saint Corbinian, à savoir Érembert (739-747/48) et Josef (748-764) est peu claire ; en revanche il est bien attesté que les quatre évêques suivants : Arbéo (764-783), Atto (783-811), Hitto (811-835) et Erchanbert (836-854), sont non seulement issus du même groupe familial – le groupe des Huosi, la plus puissante genealogia du duché des Bavarois10 –, mais aussi étroitement apparentés entre eux11. Il est non moins certain que le dernier de ces évêques, Erchanbert, avait prévu de céder son siège épiscopal à son neveu Reginbert, qu’il a fait entrer comme notaire à la chapelle royale de Louis le Germanique en 84412. Louis le Germanique13 cependant a tranché « l’élection » en faveur d’un candidat venu d’une autre grande famille, celle du comte Helmuni, nommé Anno. Cet évêque de Freising (854-875) saura d’ailleurs probablement imposer son propre neveu Arnold à sa succession (875-883), avant que le siège épiscopal ne se trouve aux mains de la famille des Salomonides qui a fourni trois évêques de Constance et un évêque de Freising au ixe siècle14. À partir des années 850 cependant, comme on l’observe avec le conflit ouvert par la succession d’Erchanbert, c’est le roi carolingien qui « arbitre » l’élection, voire impose son candidat, le plus souvent issu de sa propre chapelle15. C’est une autre raison de s’en tenir à la première moitié du ixe siècle, et donc au groupe familial autour des évêques Hitto et Erchanbert. Ce groupe familial présente au viiie siècle des ramifications étendues, qui débordent largement le cadre de la Bavière : toutes les études faites notamment à partir de l’onomastique contenue dans le cartulaire de Freising montrent à la fois l’enchevêtrement des relations de parenté qui semblent encore très peu hiérarchisées et la proximité des groupes aristocratiques fondateurs d’abbayes, notamment celles de Schäftlarn, de Scharnitz-Schlehdorf, de Benediktbeuern et de Tegernsee16. La possibilité pour certaines familles d’accéder à l’honor épiscopal renforce naturellement la puissance du groupe familial, mais on peut dire aussi qu’elle contribue surtout à structurer davantage cette puissance comme on peut le voir en étudiant la figure centrale de l’évêque Hitto de Freising (811-836), succédant à son « parent » Atto et préparant l’épiscopat de son neveu Erchanbert. C’est également autour de la personnalité de l’évêque Hitto que se manifeste une claire conscience de l’appartenance au groupe familial et un souci de la memoria reflétant les liens qui unissent sa famille à l’église de Freising.

FONDATIONS MÉMORIALES

  • 17 TF 522 (30 avril 825) : voir l’acte donné en annexe 2, p. 262.

5En avril 825, Hitto a fait rédiger un acte de donation qu’on peut considérer comme une fondation mémoriale, et peut-être même comme un authentique testament. L’évêque donne à l’église de Freising les biens qu’il possède en trois lieux différents post meo decessu esse debeat pro refrigerium anime mee disponere cupio17.

  • 18 G. Mayr, Ebersberg. Gericht Schwaben, Munich, 1989 (Historischer Atlas von Bayern. Teil Altbayern, (...)

6Il s’agit de biens qui ont été achetés par l’évêque et non pas de biens qui proviennent de son héritage familial, même si cet achat contribue certainement à accroître le patrimoine de la famille qui est bien attesté dans cette région18 :

...traditionem facere visus sum de rebus vel substantiis quicquid habere videor in tribus locis [...] ad Adalmanno abbate pretio conparavi et negotiavi proprie adquisitionis pecunie ad me ibidem adtraxi...

7Hitto en conserve l’usufruit jusqu’à sa mort et le réserve au bénéfice de son neveu Erchanbert qui devra verser aux moines un cens récognitif :

  • 19 TF 522.

Et si nepus meus nomine Erchanperht superstis mihi fiat, hoc conplacitare firmiter volo et conplacitatum permanere, ut post obitum meum ipse nepus meus Erchanperht habeat ipsas res meas usque ad finem vite suae non alienare, sed emeliorare et pro animam meam elymosinam dare et dispensare et censum annis singulis domui sante Marie reddere ad missam sancti Martini, et ipse census hoc est : tres modios de spelta farine et unam prazem bonam et pullos IIIIor19.

  • 20 Ibid. : Deinde ordinationem atque traditionem facere visus sum de rebus vel substantiis quicquid ha (...)
  • 21 S. Esders et H.-J. Mierau, Der althochdeutsche Klerikereid. Bischöfliche Diözesangewalt, kirchliche (...)
  • 22 B. Kasten, Erbrechtliche Verfügungen... cité n. 8, p. 252-258 relève ce terme dans les testaments d (...)
  • 23 Sur cette influence en général et sur le vocabulaire juridique lombard « importé » en Bavière, nota (...)

8La première question est de savoir si on peut considérer cet acte comme le testament de l’évêque Hitto : s’il est évident qu’il ne s’agit là que de la dévolution d’une toute petite partie de la fortune de l’évêque, l’évocation de l’ordinatio des biens20 doit certainement être rapportée à la volonté de « mise en ordre » qui caractérise les dispositions testamentaires. Ce terme, qui n’est pas souvent employé dans les actes de Freising, pourrait recouvrir à la fois le sens de « mettre en ordre » et celui de « mettre au service de l’église »21. Ordinatio est aussi un terme qui désigne le testament, notamment en Italie du Nord dans les actes du ixe siècle recensés et étudiés par Brigitte Kasten22. Cette manière de s’exprimer ne semble donc pas courante dans le monde franc, mais on ne sera pas surpris de l’utilisation de formules originaires du monde lombard en Bavière23.

  • 24 TF 522 : ... quicquid ego in ipsis tribus locis nominatis ad Adalmanno abbate pretio conparavi et n (...)

9L’acte de 825 se rapproche donc beaucoup d’un testament : c’est pour le moins une fondation mémoriale, explicitement destinée aux pauvres, puisque Hitto déclare qu’il a fait ces acquisitions pour augmenter le volume des aumônes destinées aux pauvres et non pas pour accroître ses biens terrestres24. L’exécution testamentaire est en fait laissée au soin du neveu de l’évêque, Erchanbert, puis de son successeur, et le bénéficiaire final doit être non seulement la communauté ecclésiastique de Freising, qui comprend les prêtres et les diacres qui forment le « collège » de la cathédrale, mais aussi une communauté monastique vivant sous la règle de saint Benoît comme on peut le penser à la lecture de la fin de l’acte :

  • 25 Ibid.

... ut post obitum meum et nepotis mei Erchanberti, sicut in ipso die vestitum et augmentatum obitus noster dereliquid, tali augmentatione firmiter tenetur sine ulla contradictione ad domum supradictum, et quisquis successor meus pontificale dignitatis sit qui subrogetur et ordinatur in ipsum sedem episcopalem Frigisiensis, firmiter teneat et possideat ad ipso domo ; non et alicui in beneficium praestat seculari, sed pro remedium anime mee fideles oratores mei possideant monachi ad necessitatibus eorum et nullus eis abstrahere valeat, sed pro remedium anime mee habeant ad lucem et requiem meam aeternam, ut memoria mea multis temporibus in domo sancte Marie et sancti Benedicti confessoris permaneat25.

  • 26 K. Reindel, Christentum und Kirche, dans M. Spindler (éd.), Handbuch des bayerischen Geschichte, I, (...)
  • 27 J. Mass, Das Bistum Freising... cité n. 11, p. 80, qui suit l’opinion de S. Mitterer, Die bischöfli (...)
  • 28 TF 523 : ... sed firmiter tenetur ad domo supradicto ad utilitatibus eorum monachorum qui in ipso d (...)
  • 29 À Freising, comme à Salzbourg et Ratisbonne, les chanoines desservant la cathédrale de l’évêque for (...)

10On pense en effet que l’évêque Hitto a fait construire, outre la « collégiale » Saint-Étienne26, une nouvelle église, dédiée à saint Benoît au sein même du groupe épiscopal27, peuplée d’authentiques moines qui suivent la règle de saint Benoît dont la première attestation est strictement contemporaine de la fondation de Hitto, puisqu’il s’agit de la donation du chapelain Wago, également datée d’avril 82528. Peut-être faut-il rattacher la mise en lumière de cette nouvelle communauté monastique « bénédictine » aux effets de la réforme promue par Benoît d’Aniane dans les années 817-81929.

  • 30 M. Heinzelmann, Gregor von Tours. « Zehn Bücher Geschichte » Historiographie und Gesellschaftskonze (...)

11Il faut donc voir dans l’évêque Hitto un personnage fondamental dans la constitution de la memoria de l’église épiscopale, ce qui se marque d’abord par le développement d’un programme de restauration et de construction des bâtiments. On trouve ici des éléments qui permettent d’identifier la famille de Hitto comme une famille « destinée » à pourvoir le siège épiscopal de Freising, notamment la capacité à « investir » matériellement dans l’église, c’est-à-dire d’abord dans la réfection voire la construction de ses bâtiments et l’association de plusieurs générations dans une fondation mémoriale destinée à l’entretien des pauvres dans le cadre d’une communauté monastique. Martin Heinzelmann a montré, dans le contexte du vie siècle tourangeau, que seules les familles capables d’investir de cette manière dans l’église de Tours pouvaient prétendre voir leurs membres occuper le siège épiscopal30. Or, comme on va le voir, ce n’est pas le seul évêque Hitto mais bien l’ensemble de ces parents qui apparaissent comme les bienfaiteurs de l’église de Freising.

  • 31 J. Jahn, Virgil, Arbeo und Cozroh. Verfassungsgeschichtliche Beobachtungen an bairischen Quellen de (...)
  • 32 P. J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 141-146.
  • 33 TF 1 (prologue du diacre Cozroh).

12Mais l’action de l’évêque Hitto dans la constitution de la memoria de son église est remarquable aussi par la réalisation du Liber traditionum dont Joachim Jahn31 et Patrick Geary32 ont bien montré le caractère mémorial : c’est en effet Hitto qui a donné l’ordre au diacre Cozroh de constituer ce premier « cartulaire » de Freising en recopiant les actes antérieurs le plus fidèlement possible, ut in perpetuum permaneret eorum memoria qui hanc domum suis rebus ditaverunt et hereditaverunt, seu quicquid pro remedio animarum suarum ad ipsam domum tradiderunt et condonaverunt33.

  • 34 Sur ces motifs, H. Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert(...)
  • 35 TF 1.

13Même si Cozroh ajoute à ce premier motif le souci d’organiser plus rationnellement les archives34 et surtout de les protéger de la destruction et de la malveillance, de manière à pouvoir défendre les biens de l’église, le souci liturgique n’en demeure pas moins le premier et s’inscrit dans un ensemble de restaurations plus vastes que Cozroh verse également au crédit de l’évêque Hitto : il a restauré les exemplaires de l’Écriture sainte et les collections des livres liturgiques, il a recherché ce qui manquait pour les compléter et les a décorés à l’aide d’ouvrages en métal précieux35. Ainsi la memoria qui est conservée dans le manuscrit du Liber traditionum remplit-elle la même fonction que celle des Livres de confraternité : elle constitue une communauté idéelle entre les vivants et les morts, mais à Freising cette communauté est explicitement soudée par les transferts patrimoniaux, puisque ce sont ceux qui ont fait de l’église leur héritière qui sont célébrés dans le cartulaire.

  • 36 Th. Bitterauf, introduction au TF, p. xxi.
  • 37 Sur cette coïncidence de dates entre cartulaire et Livre de confraternité, J. Jahn, Virgil, Arbeo u (...)

14Or il me semble qu’on peut facilement rattacher la donation de l’évêque Hitto à la fabrication du cartulaire si on considère que Cozroh a commencé sa tâche vers 82436, soit peu de temps avant la donation de l’évêque datée de 825. On peut souligner aussi que ces années 824-825 sont celles de l’ouverture du Livre de confraternité de Reichenau37, la grande abbaye impériale voisine qui recueille, quelques décennies plus tard, la mémoire de l’évêque Hitto et de son groupe familial grâce à l’action de son neveu Erchanbert qu’il avait associé à sa donation.

LA COMMUNAUTÉ DES « FRÈRES DE FREISING »

  • 38 Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, éd. P. Piper, Hanovre, 1884 (M.G.H., N (...)
  • 39 K. Schmid, Religiöses und sippengebundenes Gemeinschaftsbewusstsein, dans Deutsches Archiv, 21, 196 (...)
  • 40 Par exemple, Libri confraternitatum... cité n. 38, p. 251, 106 et 247. Voir K. Schmid, Religiöses.. (...)

15Erchanbert, qui a succédé à son oncle en 836, s’est préoccupé de la memoria de ses parents comme le montre l’inscription de l’évêque Hitto et de son groupe familial dans le Livre de confraternité de Reichenau38, inscription faite à son initiative dans les années 850-854, et qui a attiré depuis longtemps l’attention des historiens39. Il s’agit de deux listes de noms coiffées par le chapeau : No-mina fratrum de Frigisingun, l’une concernant les membres vivants qui s’ouvre par le nom de l’évêque Erchanbert, l’autre, intitulée : Isti sunt defuncti, ouverte par l’évêque Hitto. Suivent, dans les deux listes, les chorévêques, les prêtres et les diacres, puis des laïques, désignés comme tels, y compris des femmes ; or, si un tel ensemble correspond bien à ce qu’on sait des groupes de fraternité étendue de l’époque carolingienne, on peut quand même remarquer que le titre « communauté des frères de N. » se retrouve surtout dans des listes qui comprennent exclusivement des membres de la communauté des moines et des chanoines de la cathédrale40. On notera cependant que les membres défunts – et vivants – sont des bienfaiteurs de l’église, puisque c’est par les actes de Freising qu’on peut les identifier : on y retrouve notamment toute la parenté cognatique de l’évêque Hitto, sa sœur Cotesdiu et les enfants de cette dernière : Kernand et Heilrat, la fille d’Heilrat Bertha et son époux Wilhelm.

  • 41 K. Schmid, Religiöses..., p. 48.
  • 42 J. Autenrieth, D. Gueuenich et K. Schmid, Das Verbrüderungsbuch der Abtei Reichenau (Einleitung, Re (...)

16L’inscription de ce groupe dans le Livre de Reichenau montre que l’évêque Erchanbert avait une conscience de sa parenté qui comprenait à la fois sa famille charnelle et la communauté ecclésiastique à laquelle il présidait. Mais on peut aussi y souligner l’inscription de la distinction entre laïques et ecclésiastiques, qui ne semblent pas si fréquente dans les listes de cette époque41 (sur les milliers de noms contenus dans le livre de Reichenau, la mention laicus n’est portée que 140 fois)42, et pourrait indiquer que les laïques sont ici englobés, au sens propre, dans une des structures de l’ecclesia qui se manifeste par le titre de la liste : Nomina fratrum de Frigisingun.

LE GROUPE FAMILIAL AUTOUR DE L’ÉVÊQUE HITTO DE FREISING (811-834)

LE GROUPE FAMILIAL AUTOUR DE L’ÉVÊQUE HITTO DE FREISING (811-834)
  • 43 TF 661 – Août 843 à Verdun, précisément dans le contexte du partage qui est mentionné dans l’acte : (...)

17On pourrait aussi en déduire qu’Erchanpert assimile le siège épiscopal de Freising à une propriété « familiale » comme on le voit dans la remise à son neveu Reginbert de biens destinés à l’église mais qui ne proviennent pas du patrimoine familial puisque l’évêque vient de les acheter (250 livres d’argent) au nobilis vir Paltricus43 : il ne s’agit pas de dépouiller l’église mais de lui faire acquérir des biens dont la gestion est confiée à un membre de la famille épiscopale, qui est aussi un membre de la communauté ecclésiastique de Freising. Il ne s’agit cependant pas ici d’une fondation mémoriale comme celle de Hitto, mais on notera que dans les deux cas, les biens remis entre les mains des neveux de l’évêque sont des acquêts récents et non pas des propriétés patrimoniales. Or la distinction de l’origine des biens est très importante puisque plusieurs conciles carolingiens ont réaffirmé que les évêques ne pouvaient transmettre des biens à leur famille qu’à condition qu’ils aient été acquis avant l’ordination épiscopale :

  • 44 Concile de Francfort (794), can. XLI, dans M.G.H., Concilia, II-1, Hanovre-Leipzig, 1906, p. 170. C (...)

Et propinqui vel heredes episcopi res, quae ab episcopo sunt adquisitae aut per comparationes aut per traditiones, postquam episcopus fuerit ordinatus, nequaquam post ejus obitum hereditare debeant ; sed ad suam ecclesiam catholicae. Illas autem, quam prius habuit, nisi traditionem ad ecclesiam ex eis fecerit, heredibus et propinquis succedant44.

  • 45 Concile de Paris (829), can. XVI, dans M.G.H., Concilia, II-2, Hanovre-Leipzig, 1908 : Ut in rebus (...)
  • 46 Concile de Mayence (847), can. VIII, dans M.G.H., Concilia, III, Hanovre, 1984, p. 167 : De proprie (...)
  • 47 Ces pressions ressortent nettement de la relatio episcoporum, cap. 15, dans M.G.H., Concilia, III, (...)

18Cette disposition est réaffirmée avec force en 829 au concile de Paris45, puis en 847 au concile de Mayence46, et étendue à tous les prêtres : les honorati que sont tous les ecclésiastiques doivent distinguer entre leurs biens patrimoniaux dont ils peuvent faire ce qu’ils veulent, et les biens acquis au service de l’église qui doivent demeurer à l’église, malgré les pressions exercées par leur entourage familial47. On touche là, sans doute, à l’une des manières de distinguer la sphère « publique » de la sphère « privée » : mais on mesure aussi dans les actes de la pratique que les évêques font à nouveau coïncider ces deux sphères en donnant à l’église des biens acquis tout en réservant l’usufruit et le bénéfice de ces biens à des « proches » qui font partie tout à la fois de la familia épiscopale et de leur famille charnelle. Le problème se pose d’ailleurs dans les mêmes termes en ce qui concerne les propriétés patrimoniales de la famille de l’évêque qui ont été remises à l’église.

LE TRANSFERT DES BIENS PATRIMONIAUX ET LA DÉVOLUTION DES BÉNÉFICES ECCLÉSIASTIQUES

  • 48 Sur la politique bénéficiale des évêques de Freising, voir désormais S. Esders et H.-J. Mierau, Der (...)
  • 49 TF 352 : voir l’acte donné en annexe 1, p. 261.
  • 50 TF 674 : voir l’acte donné en annexe 3, p. 263.

19Un certain nombre des biens destinés à la famille de l’évêque, la plupart du temps sous forme de bénéfice48, sont en réalité des biens issus du patrimoine familial comme on le voit dans le cas de la fondation d’église faite en commun par Hitto et sa sœur Cotesdiu en 81549, sur des biens qu’ils ont hérités de leur père : in propria hereditate, quod eum obvenit de parte genitoris sui. Cette église a donc été officiellement remise à l’église de Freising mais elle est en réalité tenue en bénéfice par Heilrat, la fille de Cotesdiu, qui, en 845, décide d’en réserver le bénéfice au fils de sa fille Bertha, nommé Hitto, si in sacerdotali ministerio et in clericatus officio quietus permansisset50. Il apparaît clairement dans cet acte que cet enfant a été nommé Hitto comme son grand-oncle parce que sa grand-mère maternelle, Heilrat, le destinait à la cléricature :

Ipsa jam dicta Heilrat avunculi sui amore accensa Hittonis episcopi et vocavit eum Hittonem illoque crescente adeo, ut clericatus tonsuram accepit et consentit et professus est.

20On constate ici le rôle important que jouent les nepotes destinés à entrer dans l’église, éventuellement à recueillir la succession du siège épiscopal, mais presque toujours à participer directement à la gestion des biens de l’église par l’intermédiaire du bénéfice. On voit aussi particulièrement bien dans le cas de Hitto la force des liens qui unit l’évêque à sa sœur qui, assez exceptionnellement me semble-t-il, sont célébrés ensemble dans le préambule de l’acte de 845 :

  • 51 Ibid.

Felici migratione defunctis Hittone episcopo et sororis sue Cotesdiu aliisque cognatis eorum honorifice in ipsam sedem Frigisingensis ecclesie ordinatus est Erchanbertus episcopus qui hoc magne pietatis debito promuerit cathedram episcopalem possidere51.

  • 52 La force des relations unissant frères et sœurs a été bien mise en lumière pour le monde franc par (...)

21On peut difficilement exprimer mieux l’action du groupe familial entier : ce n’est pas seulement Hitto qui a permis et organisé l’élévation de son neveu au siège épiscopal de Freising, mais l’ensemble de toute sa parenté, ici désignée comme les cognatis, parmi lesquels la sœur de l’évêque défunt occupe la première place52. Ce point attire, à mon sens, deux remarques.

  • 53 Pour une large réflexion sur l’hérédité des charges dans l’Église médiévale voir les remarques de K (...)
  • 54 W. Reinhard, Papa Pius. Prolégomènes à une histoire sociale de la papauté, dans Id., Papauté, confe (...)
  • 55 Dans la langue des Pères, et en particulier chez saint Augustin, la pietas qualifie d’abord le souc (...)

22Tout d’abord, le fait que le groupe familial en général, et ceux qui détiennent un pouvoir ou une charge, les honorati en particulier, œuvrent à la promotion de leurs parents et veillent à perpétuer le pouvoir du groupe par tous les moyens ne participe pas seulement de pratiques que nous qualifierions sans doute de « népotisme », mais il participe aussi de l’exercice de la pietas, qui est ici clairement revendiquée53. Prendre en charge les membres de la famille, accomplir son devoir envers ses parents, vivants et morts, c’est faire preuve de pietas, au sens romain, mais aussi au sens liturgique du terme. On peut dire ainsi que toute forme de népotisme prend place et sens dans la pietas familiale, comme Wolfgang Reinhard l’a bien montré dans le contexte des xve-xvie siècles italiens54. À la piété « liturgique » qui veut qu’on prenne soin de l’âme de ses parents55 – ce que fait Erchanbert quand il fait inscrire tout son groupe familial dans le Livre de Reichenau – répond la piété familiale de Hitto et Cotesdiu qui ont œuvré, en ce monde aussi, pour assurer une place de pouvoir, un honor, à leur neveu Erchanbert : ainsi ont-ils à la fois assuré, en commun pourrait-on dire, le salut de leur âme et la perpétuation de leur famille dans le même mouvement.

  • 56 L’identification de « Haholfeshusir » donné dans l’acte est variable ; Th. Bitterauf l’identifie av (...)
  • 57 Voir ci-dessus p. 248 la généalogie : les titulaires du bénéfice ecclésiastique figurent en italiqu (...)
  • 58 TF 635.

23On peut ensuite être frappé par l’importance accordée à la descendance féminine de la sœur de l’évêque Hitto, Cotesdiu, puisqu’en l’occurrence, l’église construite sur le domaine de Holzhausen56 est transmise par les femmes, en tant que bénéfice ecclésiastique, jus-qu’au clericus Hitto, sur quatre générations57. Il n’est malheureusement pas possible d’établir le lien de filiation entre Erchanbert et Hitto, pas plus qu’entre Erchanbert et ses nepotes Reginperht et Anthelm58. En d’autres termes, si on ne peut conclure à un mode de dévolution particulier des biens d’Église privilégiant la descendance cognatique, notamment parce que l’échantillon est trop mince, on peut quand même imaginer qu’une partie du patrimoine familial est en quelque sorte réservé à l’église et géré directement par les membres de la famille qui sont entrés dans l’ordre des clercs. Sur ce point, il ne semble pas que la rupture soit bien nette entre les pratiques du viiie siècle agilolfingien et la première moitié du ixe siècle. Pour tenter d’aller plus loin j’ai donc étendu l’enquête à toutes les donations de biens faites à l’église de Freising qui incluent des ecclésiastiques parmi les donateurs de 783 à 854, ce qui permet, comme on va le voir, de mieux mesurer l’importance de ces nepotes au sein des ecclésiastiques, surtout au début du ixe siècle.

LES DONATIONS DES ECCLÉSIASTIQUES DANS LE LIBER TRADITIONUM DE FREISING

  • 59 29 actes sur 90 pour Arbéo, 57 sur 191 pour Atto, 92 sur 309 pour Atto, 55 sur 132 pour Erchanbert.
  • 60 Trois actes sur 29 sous Arbéo ; cinq sur 57 sous Hatto donc moins du dixième ; vingt sur 92 sous Hi (...)

24Il est remarquable que la part des donations faites par les ecclésiastiques d’un bout à l’autre de la période soit relativement stable puisqu’elles correspondent toujours à peu près à un tiers des actes conservés59. En revanche, c’est la proportion des donations faites par les ecclésiastiques seuls qui varie fortement : alors que sous Arbéo et Hitto les donations faites par un seul personnage de l’Église correspondent en gros à la moitié des actes, sous l’épiscopat d’Atto, qui est aussi le plus conflictuel, cette proportion atteint 70%, ce qui pourrait indiquer une disjonction des intérêts entre les ecclésiastiques et leurs familles. On peut observer aussi que la proportion des actes de donations réalisés par des groupes ne comprenant que des ecclésiastiques augmente sous l’épiscopat d’Hitto, ces cas étant plutôt anecdotiques, avant comme après60, on y reviendra. Cependant, au-delà des quelques statistiques qu’on peut élaborer, toutes ces donations ne correspondent pas aux mêmes cas de figures.

25Il faut supposer qu’une bonne partie de ces donations faites « par l’intermédiaire des clercs » sont immédiatement liées à l’entrée en religion d’un membre de la famille, tout d’abord dans le cadre de l’oblation qui s’accompagne en général d’une donation de terres dont on peut estimer qu’elle représente la part de l’héritage de l’enfant donné à l’église. C’est ainsi que, vers 780-784, Sigimunt consacre son fils Iuuan et donne les biens qui constituent sa part d’héritage :

  • 61 TF 104.

... offerebat filium suum cum omni parte hereditatis quae ei in partem proprium contra fratres suos evenit...61

  • 62 La plus célèbre est l’oblation d’Arn, le futur archevêque de Salzbourg, par ses parents en 758 (TF (...)
  • 63 TF 139.
  • 64 TF 469.

ce qu’on peut assimiler à une avance d’hoirie puisque le père n’est pas encore mort. On n’a pas beaucoup de mentions d’oblation véritable à Freising62 qui n’est pas vraiment un monastère et n’a donc pas vocation – en principe – à accueillir des enfants, mais on connaît en revanche plusieurs cas de donations faites à l’occasion de l’ordination comme diacre : ainsi en 791 le diacre Rihperht donne-t-il à l’église le jour même de sa consécration ad ordinem vel gradum diaconi une terre dont il réserve l’usufruit pour le fils de son frère, à condition qu’il entre au service de l’église63. On peut penser aussi que le cas des deux frères Salomon et Meginperht qui sont tous les deux prêtres et renouvellent en 822 une donation qu’ils avaient faites ab aduliscentia, correspond à la même pratique64.

  • 65 Sur tout cela R. Hübner, Die donationes post obitum und die Schenkungen mit Vorbehalt des Niessbrau (...)
  • 66 Nombreux exemples parmi lesquels TF 28, 47, 51, 54, 68, 69, 91, 92, 95, 101, 111, 113, 121. Sur les (...)
  • 67 Ce dénombrement a été réalisé à partir de la liste fournie par H. Stahleder, Hochstift Freising... (...)

26Il semble cependant que, dans beaucoup de cas, ces donations soient, au sens juridique du terme, des donationes post obitum, qui donc ne transfèrent à l’église la propriété, tant utile qu’éminente, qu’à la mort du donateur65. Il y a aussi des donations avec effet immédiat, mais elles sont minoritaires et, comme on l’a déjà observé durant nos rencontres précédentes, ce sont les donations avec réserve d’usufruit – ou reprise en précaire – qui sont les plus nombreuses à partir du début du ixe siècle. C’est vrai aussi dans le cas des donations faites par les ecclésiastiques qui se réservent l’usufruit des biens leur vie durant, ce qui revient à dire qu’une partie du patrimoine familial est donnée à l’église par l’intermédiaire d’un clerc qui en conserve la gestion et la jouissance : on ne s’étonnera pas de trouver parmi ces donations de nombreuses églises, qui sont évidemment les églises « privées » construites par les grands sur leurs domaines et finalement remises à l’église épiscopale de Freising par le truchement d’un membre du groupe familial qui en conserve le contrôle66 : sur 128 églises « privées », à l’exclusion des abbayes familiales, 55 ont été données par des ecclésiastiques, majoritairement des prêtres et des diacres67.

27Une bonne partie de ces biens donnés à l’église sont à l’origine tenus en indivision par le groupe familial qui comprend un ou plusieurs ecclésiastiques : il semble même que l’indivision soit perçue au début du ixe siècle comme une vertu qui exprime matériellement la caritas – ou la pietas – qui doit lier les membres d’un groupe familial : ainsi lit-on dans un acte de 830, sous l’épiscopat d’Hitto :

  • 68 TF 599 (6 août 830).

Notum sit cunctis fidelibus, quia quidam germanos nobiles viri quorum nomina Kerold et Kernod qui communem hereditatem patris matrisque habuerunt non inter se divisum, sed communiter sine divisione usitaverunt sicut amabiles fratres dei amore usitare debuerunt quorum unum domini dispensatione cui nomen Kerold ad diaconi officium ordinatus erat68.

  • 69 TF 519 (6 avril 825).

28Comme ce diacre Kerold est décédé et qu’il avait promis sa part d’héritage – restée donc indivise – à l’église69, son frère vient trouver l’évêque pour procéder au partage des biens, à la suite de quoi il récupère en bénéfice la part de son frère. Mais l’indivision ne concerne pas seulement des fratries, elle est très courante aussi entre oncle et neveux : c’est cette association qui explique en fait le nombre élevé de donations faites par des groupes comprenant plusieurs ecclésiastiques à partir des années 810.

ONCLES ET NEVEUX

  • 70 W. Störmer, Früher Adel... cité n. 11, p. 90, l’a noté comme un phénomène « inexplicable » par les (...)
  • 71 TR 19, (822) ; TR 36 (852). / TP 31 (789) ; TP 33 (789-791).
  • 72 Ex. sous Atto : TF 111, 139, 144, 173, 255, 293.

29La relation oncle-neveu est particulièrement frappante dans les actes de Freising70 : alors qu’à Ratisbonne sur 36 actes, et à Passau sur 90 actes, on n’en trouve à chaque fois que deux mettant en cause des nepotes71, les actes de Freising en fournissent plusieurs dizaines entre 764 et 854. La répartition cependant est très inégale : sous l’épiscopat d’Arbéo (764-783), on n’a que deux actes sur 90, tandis que sous Atto, la proportion est du cinquième (dix actes sur 191) puis un peu plus du dixième sous l’épiscopat de Hitto (38 actes sur 309) ; sous Erchanbert en revanche, on n’en a plus que 9 sur 132. Si on observe les 38 actes des années 811-835, on voit qu’il s’agit massivement de donations avec réserve d’usufruit à deux générations, pour le donateur et en faveur de son nepos qui est le plus souvent déjà ecclésiastique ou au moins promis à la carrière de l’église. Ce point est impossible à quantifier car on s’aperçoit rapidement que des nepotes qui ne sont pas qualifiés comme hommes d’Église dans un acte, le sont dans un autre. Ce qui est certain en revanche, c’est que la réserve d’usufruit pour le nepos se fait très souvent sous la condition suspensive qu’il entre au service de l’église72. Je suis tentée de voir dans l’extension de cette pratique la solution trouvée par l’aristocratie d’une part au problème de l’impossibilité de contrôler désormais les biens cédés à l’église, et d’autre part au problème de la nécessité de « sauver son âme » en donnant à l’église non seulement des terres, mais aussi des personnes.

30Du coup, on peut observer, bien au-delà du cas prestigieux de la famille de l’évêque Hitto, la constitution, ou au moins l’émergence d’une « ligne » ecclésiastique au sein des groupes familiaux au début du ixe siècle, cette « ligne » se manifestant par la filiation oncle-neveu qui tiennent en commun une partie du patrimoine familial et sont finalement chargés de la perpétuation de cette fraction du patrimoine.

  • 73 TP 33.

31Cet aspect est bien connu dans le cadre de la fondation des abbayes privées dont la charge d’abbé – ou d’abbesse – est explicitement réservée à un membre de la famille ; les exemples sont très nombreux, et débordent largement, comme on le sait, le cadre de la Bavière : à Passau, en 789-791, c’est avec le consentement de ses parents (viros consanguinitatis meis) qu’Irminswind à l’article de la mort, remet l’abbaye qu’elle a fondée avec son père entre les mains de Sapientia, filia sororis mea, et prévoit déjà comme successeur à Sapientia une nonne nommée Imma dont personne ne doute qu’elle est de la famille73.

  • 74 R. Le Jan, Réseaux de parenté... cité n. 3, p. 117-118.
  • 75 F. Philippi (éd.), Osnabrücker Urkundenbuch. I (772-1200), Osnabrück, 1892 (repr. 1969), no 46, p. (...)
  • 76 Sur cet acte et les circonstances de la fondation, K. Schmid, Die Nachfahren Widunkinds, dans Deuts (...)

32À Lorsch, en 786, Aba remet l’abbaye de Roden qu’elle dirige entre les mains de l’abbé de Lorsch à la condition que les futures abbesses soient toujours issues de sa famille jusqu’à l’extinction de sa lignée74. Mais le plus bel exemple se trouve dans la charte de fondation de l’abbaye de Wildeshausen en Saxe par le comte Waldbert en 87275 : Waldbert a pris lui-même la direction de l’abbaye destinée à chrisitianiser en profondeur la région dont il est originaire et où il dispose donc de biens patrimoniaux, le Lerigau76. Il prévoit qu’à sa mort son fils aîné Wibert, quem clericatus officio Domino consecravimus, prendra sa succession. A la mort de Wibert, ce sera le fils de son frère, donc son neveu, si consecrationem officii clericatus Domino favente suscipere probaverit, ou à défaut quelqu’un qui lui serait « très proche » et accepterait de recevoir la tonsure :

...filius ex latere fratris, filius vero sororis, si fuerit munere preditus tonsure clericalis, regimen accipiat. [...] Sicque fiat auxiliante Deo p e r genus omne nepotum, scilicet, ut semper de parentibus nos-tris eligatur rector et gubernator ad principatum supradicte familie.

  • 77 A. Guerreau-Jalabert, La désignation des relations et des groupes de parenté en latin médiéval, dan (...)

33Si on cherche à comprendre cette curieuse conception du genus nepotum, on se rappellera que « genus se réfère à la parenté étendue comme groupe et se rapporte à une manière particulière de considérer ou de fractionner l’ensemble aux contours mouvants que constitue la parentèle », selon l’approche qu’en a donnée Anita Guerreau-Jalabert77. On peut y voir la représentation strictement linéaire d’une relation de descendance ou d’ascendance entre plusieurs individus, ces lignes pouvant comporter aussi bien des hommes que des femmes : cette définition s’applique parfaitement tant au cas des descendants du comte Waldbert, qu’à ceux de l’évêque Hitto qui constituent ce que j’appellerai une « lignée » ecclésiastique sur plusieurs générations.

  • 78 U. Stutz, Geschichte des kirchlichen Benefizialwesens, 2e éd. Berlin, 1961, p. 201.
  • 79 H.-E. Feine, Kirchliche Rechtsgeschichte, I, Cologne-Graz, 1955, p. 152, 164 et suiv. et 231.
  • 80 H.-E. Feine, Studien zum langobardisch-italischen Eigenkirchenrecht I, dans Zeitschrift der Savigny (...)
  • 81 K. Schmid, Die Nachfahren Widukinds... cité n. 76, p. 35.
  • 82 H. Röckelein, Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität (...)

34Pour les théoriciens de l’« Eigenkirche », en particulier Ulrich Stutz78 et Hans-Erich Feine79, le fait qu’on puisse prévoir l’héritage d’une église privée, ce qu’ils appellent la « Priestererbkirche » serait d’origine lombarde, et particulièrement développée en Italie du nord jusqu’au xie siècle80, mais extrêmement rare au nord des Alpes, à l’exception de la Bavière dont les liens avec le royaume des Lombards sont bien connus. Karl Schmid a déjà fait remarquer que de nombreux monastères féminins saxons fonctionnaient de cette manière au ixe siècle81. Tout récemment, Hedwige Röckelein a insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas de conserver des droits sur l’abbaye de Wildeshausen à un prêtre et à ses descendants, mais de les réserver à un membre de la famille destiné à entrer dans l’ordre ecclésiastique. Il s’agit de la conservation d’un patrimoine familial destiné à entretenir la memoria de la famille mais aussi à servir à la formation des membres ecclésiastiques de cette famille dans un contexte où c’est par le contrôle des charges ecclésiastiques que cette famille est parvenue à étendre son influence sur toute la Saxe aux ixe et xe siècles82.

  • 83 Même à Ratisbonne où la documentation est très mince, les trois seuls actes associant oncle et neve (...)

35Je pense pour ma part que le désir de contrôler la circulation de biens qui sont essentiels pour la famille puisqu’ils assurent à la fois la perpétuation du genus et le salut de l’âme des fondateurs – ce qui n’est pas vrai seulement des fondations mémoriales, mais rend efficace toute donation à l’église – a contraint à l’élaboration d’un certain nombre de stratégies, parmi lesquelles la prédilection des nepotes dans la transmission des biens donnés à l’église a pu constituer, temporairement, une solution. Je ne prétends pas que cette pratique a été « inventée » à la suite des exigences imposées par le nouveau système carolingien, mais je crois que la proportion étonnamment élevée de donations associant oncle et neveu dans les années 811-835 montre qu’il s’agit d’un des moyens utilisés pour s’accommoder de ces exigences83.

36Et il ne me semble pas qu’en Germanie il faille restreindre cette pratique aux seules « abbayes privées » qui bénéficient évidemment d’une meilleure documentation, je voudrais au contraire insister sur l’extension de cette pratique à l’ensemble des églises privées, voire à l’ensemble des biens passés sous le contrôle de l’Église, comme il me semble qu’on peut l’observer à Freising.

  • 84 TF 439.
  • 85 TF 454.
  • 86 TF 486.

37Je donnerai ici un seul exemple, mais on rencontre plusieurs cas de ce type surtout sous l’épiscopat de Hitto (811-835) : le 20 juillet 820 le prêtre Asolt renouvelle la donation d’un alleu, faite par son oncle le prêtre Isaac décédé, et en récupère l’usufruit en bénéfice contre le versement d’un sol d’argent par an84. Le 30 décembre 821, Asold renouvelle une seconde fois cette donation en rappelant la mémoire de son avunculus Isaac et on apprend alors qu’il s’agit d’un domaine avec une église qu’il tient comme « portion d’héritage »85. Enfin, le 10 avril 823, le même prêtre Asolt fait donation d’une colonia pour le salut de son âme et de celle de son avunculus Isaac qui la lui a laissée en héritage et qui ne faisait pas partie de la donation précédente. Et il demande que la totalité des biens soient réservés après sa mort à l’usage de son nepus Poapo presbiter contre un cens annuel de douze deniers86. On a donc ici une fraction du patrimoine familial qui reste sous le contrôle d’une « lignée » ecclésiastique d’oncle à neveu, prêtres sur trois générations.

  • 87 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, (...)

38Cette pratique est, certes, relativement limitée dans le temps non pas seulement parce que ces « lignées » d’oncle à neveu sont difficiles à perpétuer et qu’une partie des actes stipule qu’au delà de la seconde ou de la troisième génération les biens devront revenir à l’église et ne plus être donnés en bénéfice, mais aussi sans doute parce qu’elle répond à une situation de crise, caractéristique des premières années du ixe siècle. Mais on peut aussi se demander dans quelle mesure la constitution même de telles « lignées » au sein des groupes familiaux ne participent pas de la volonté de hiérarchisation87, ou tout au moins, d’organisation de groupes familiaux qui deviennent de ce fait beaucoup moins larges et beaucoup moins ouverts que précédemment. Ce serait là, peut-être, un des éléments de réflexion pour apprécier le rôle des ecclésiastiques dans le grand projet de « mise en ordre » carolingien.

Genus sacerdotale, genus nepotum

  • 88 K. Schmid, Religiöses... cité n. 39, p. 64-69.
  • 89 K. Hauck, Apostolicher Geist im genus sacerdotale der Liudgeriden, dans Sprache und Recht. Festschr (...)
  • 90 Sur ce texte, voir désormais I. N. Wood, The missionary life. Saints and the evangelisation of Euro (...)
  • 91 E. Lutz von Padberg, Mission und Christianisierung. Formen und Folgen bei Angelsachsen und Franken (...)
  • 92 Les Liudgerides ont fourni des évêques à Münster, Halberstadt et Hildesheim. Voir le tableau dans K (...)
  • 93 Stéphane Lebecq, La famille et les apprentissages de Liudger d’après les premiers chapitres de la V (...)

39On peut s’interroger enfin sur la possibilité pour ces « lignes » d’ecclésiastiques de se transformer en segments qui seraient devenus autonomes par rapport au groupe familial, au point que nous ne parvenons pas à les y rattacher : je pense en particulier au cas des Salomonides de Constance, évêques sur quatre générations et désignés par Notker de Saint-Gall comme un genus sacerdotale, qu’on ne rattache que très difficilement à un groupe aristocratique déterminé, comme si certaines familles – ou plutôt certaines branches de ces grands groupes de parenté du viiie siècle – s’étaient « spécialisées » au ixe siècle dans la détention des honores ecclésiastiques, comme le suggère Karl Schmid88. On peut y ajouter le cas des Liudgerides, cette famille frisonne qui s’est constituée non pas autour de la transmission d’un nom ou d’une charge paternelle mais autour de la transmission de la fonction épiscopale dans le sillage de saint Boniface jusqu’à la fin du ixe siècle89. On y observe notamment la force des liens familiaux entre oncles et neveux qui se reflètent, ici aussi, dans la mise en œuvre de plusieurs fondations mémoriales par Altfrid, évêque de Münster (839-849) et neveu de plusieurs évêques précédents, qui entreprend en même temps la rédaction de la Vita Liudgeri90, qui célèbre non seulement Liudger mais aussi toute sa famille comme championne du christianisme dans la région, et la fondation d’une crypte circulaire dans l’abbaye familiale de Werden sur la Ruhr où les Liudgerides sont enterrés91. On ne peut qu’être frappé par la coïncidence chronologique qui lie Altfrid de Münster (839-849) et Erchanbert de Freising (836-854), qui militent tous deux, mais avec des moyens différents, pour la perpétuation de la mémoire des leurs oncles-évêques : tandis qu’Altfrid rédige une Vie de saint dont l’éclat rejaillit sur toute sa famille et sur plusieurs églises épiscopales de la région92 et organise la sépulture de son genus dans l’abbaye familiale, Erchanbert fait inscrire sa famille dans le Livre de Confraternité de Reichenau et prolonge l’action de son oncle Hit-to en poursuivant le Livre des traditions de l’église de Freising. Enfin, un dernier élément de rapprochement entre ces deux familles tient peut-être à la place des femmes dans la constitution d’un genus sacerdotale qui me semble reposer très souvent sur la filiation qui passe par l’oncle maternel. Si on ne peut pas l’établir définitivement pour la famille des évêques Hitto et Erchanbert, on se rappelle néanmoins le rôle éminent tenu par Cotesdiu, la sœur d’Hitto et sa fille Heilrat. Chez les Liudgerides, on a depuis longtemps souligné le fait que le caractère « sacré » de la famille remonte au sauvetage miraculeux de la mère des deux premiers évêques, Liafburg93 qui porte en elle, selon Altfrid, un véritable caractère de prédestination qui ne se transmet, apparemment dans cette famille, que par les femmes :

  • 94 Altfrid, Vita Liudgeri, cap. 6, ibid., p. 292-293.

Hunc ergo fortidudinem tenerrimae puellae ex divina credimus actam praedestinatione, eo quod ex ea duo episcopi fuissent oriundi, sanctus videlicet Liudegus et Hildigrimus, ceterorumque episcoporum genitrices futurae94.

  • 95 A. C. Murray, Germanic kinship structure. Studies in law and society in Antiquity and the early Mid (...)

40Car Liafburg est non seulement la mère des deux premiers saints évêques mais elle a aussi donné naissance à des filles qui ont été elles-mêmes mères d’autres évêques : en effet, Gerfrid, l’évêque qui a succédé à Liudger sur le siège de Münster (809-839) était très certainement le fils de sa sœur. Tout ceci nous ramène à l’importance bien connue dans les sociétés anciennes de l’oncle maternel95 qui était peut-être aussi le vecteur privilégié de la transmission des charges et des bénéfices ecclésiastiques.

***

41Ce détour par d’autres régions de la Germanie permet de constater que le cas des évêques Hitto et Erchanbert n’est en rien particulier à la Bavière, mais s’inscrit dans un grand mouvement de prise en charge de la memoria des oncles par les neveux notamment dans le monde ecclésiastique. Si on considère que les « lignées » du Moyen Âge sont avant tout des lignées d’héritiers, on comprend le lien qui associe, au cœur de l’ordo clericorum qui ne peut procréer d’héritier charnel qui soit légitime, la transmission d’un bien familial au service de l’église et le devoir de prier pour ceux qui l’ont donné. Aussi le rôle de ces honorati ne peut-il guère être dissocié de la stratégie du groupe familial auquel ils appartiennent : loin de s’opposer aux intérêts de leur famille, les évêques et les clercs contribuent à la construction de groupes familiaux mieux structurés et englobent l’ensemble de leur parentèle dans la memoria de l’Église par l’intermédiaire des transferts patrimoniaux. Conformément aux buts recherchés par le pouvoir carolingien, les ecclésiastiques ont surtout servi de vecteurs à l’intégration de l’ensemble des groupes aristocratiques dans les structures globales de l’Église impériale.

Annexes

ANNEXE

1 – Freising, 815, 5 novembre

L’évêque Hitto et sa sœur Cotesdiu fondent une église à Holzhausn et la remettent à l’église de Freising

a) Th. Bitterauf (éd.), Die Traditionen des Hochstifts Freising, I, Munich, 1905 (Quellen und Erörterungen zur bayerischen Geschichte, n.s., 4), n° 352, p. 301-302.

Donatio Hittonis episcopi.

In nomine dei cunctorum fidelium redemptoris. Hitto exiguus episcopus tamen gratia dei electus atque a deo coronatus seu ad augmentum sanctae dei ecclesiae vel ad utilitatem domui sanctae Mariae constitutus proinde divina clementia ammonitus, iussit aedificare vel amplificare ecclesiam in propria hereditate in loco qui dicitur Haholfeshusir96, quod eum obvenit de parte genitoris sui. Deinde ibidem praefatus episcopus veniens et alii plerique nobiles viri cum eo adfuerunt. Tunc praedictus episcopus querens ad sororem suam nomine Cotesdiu, si aliquid de rebus illius ad praenotatam ecclesiam donare voluisset. Et illa supramemorata Cotesdiu devote ac diligenter extimplo adfuit coram magna multitudine et tradidit propriam partem Kernandi filii sui pro remedium animae suae ad praedictam ecclesiam, quicquid eum iure hereditatis obvenit atque ilico manifeste subiunxit, eo quod Kernand in Italia regione prolem habuit, si hoc aliquando contigisset quod genitus eius ad patriam pergeret et ibidem querere alodem genitoris sui voluisset, sine aliqua contradictione vel iudicaria potestative habuisset; sin autem, ut in evum inconvulsum perduraret. Tunc supramemoratus episcopus consecravit hanc ecclesiam necnon et altarem insuper et reliquias addidit. Tunc demum venerunt venerabilis episcopus et soror eius una cum filia sua nomine Heilrat in praesentia multorum, qui ad illam celebritatem venerant et tradiderunt generaliter quantumcumque in ipso loco supradicto proprie hereditatis praesente tempore dominare vel possidere visi fuerunt, ad ipsam ecclesiam et ipsam ecclesiam cum omnibus ad eam pertinentibus firmiter ad domum sanctae Mariae semper virginis gentricis dei in castro sito Frigisinensis pro remedium animarum suarum donaverunt eo modo, ut qualiscunque illorum in hac corruptibili vita prolixius vixisset, ad illius usum et potestatem haberet vel si hoc aliquo de eorum cognatione conplacitare voluissent, ut nemo hoc contradicere nullo modo potuisset.

Actum est hoc multis praesentibus : Heriperht archipresbiter. Oadalpald presbiter et monachus. Unroh presbiter. Rihpald presbiter. Heriolt presbiter. Engilheri presbiter. Emicho diaconus. Starcholf diaconus. Heimo subdiaconus. Uuago clericus. Erchanperht clericus. Sigahart clericus. Perahtrat clericus. Isti alii sunt testes per aures tracti : Deothart centenarius. (suivent 20 noms sans qualification) et alii multi. Hoc actum est in non. novemb. indictione VIII. anno imperante Hludouuico augusto secundo et Hlodhario dominante rege Baiouuariorum I. Ego itaque Pirtilo indignus subdiaconus iussu Hittonis venerabilis episcopi scripsi hanc traditionem et subscripsi ad monasterio Frigisingas.

2 – Freising, 825, 30 avril

L’évêque Hitto donne à l’église de Freising des biens situés à Assling, Anzing et Holzen sur l’Attel, dont il réserve l’usufruit en faveur de son neveu Erchanbert

a) Th. Bitterauf (éd.), Die Traditionen des Hochstifts Freising, I, Munich, 1905 (Quellen und Erörterungen zur bayerischen Geschichte, n.s., 4), n° 522, p. 446-448.

Hitto episcopus tradidit ad Azzilingas et Anzingas et ad Holze et censum Erchanberti conplacitavit.

Hoc tota pene sanctorum scribturarum series Christianis fidelibus pia exortatione pronuntiat, hac etiam sanctorum scribturarum tonitrualis illa ewangelistarum vox spiritu sancto concinnente inquit, ut faciat in pauperibus elymosinam qui vult evadere supplicia. Unde dominus in evangelio ait : Facite vobis amicos de mammona iniquitatis, ut cum defeceritis, recipiant vos in aeterna tabernacula. Pensandum igitur nobis est, quanta sit pie-tas et largitio nostri redemptoris, ut per elymosinas pauperum promittantur nobis regna caelorum. Nemo itaque dubitet, nemo tardet quia si nos facimus quod dominus et salvator noster praecepit, ille sine dubio daturus est quod promisit, ut dum in hoc seculo moramur, illa possemus disponere vel quando dies exitus nostri nos iniunxerit, inparatos nos minime inveniat.

Proideo ego in dei nomine Hitto Christi misericordia humilis episcopus consideravi huius seculi vanitates et fragilitates, ut nec me repentina mors inparatum inveniat, ut nec me ille seductor radix iniquuus rapiat ut leo animam meam, ita nec ad perpetuam poenam perducat, sed intercedente angelica voce ad dexteram pietatis gregis suae iubeat nos munerari et in consortio beatorum. Deinde ordinationem atque traditionem facere visus sum de rebus vel substantiis quicquid habere videor in tribus locis nominatis ad Azzilinga et ad Anzingas seu ad Holze quicquid ego in ipsis tribus locis nominatis ad Adalmanno abbate pretio conparavi et negotiavi proprie adquisitionis pecunie ad me ibidem adtraxi aut undecumque ad me iusto ordine pertinere videtur in supradictis finibus, quod ad augmentum largitionem elymosinarum in pauperes adquisivi, non ad recondendum terrenum thesaurum in potentes. Ideo qualiter vel quomodo post meo decessu esse debeat pro refrigerium anime mee disponere cupio. Inprimis omnium volo atque discerno, ut usufructuario et elymosinas largiendo diebus vite mee de omnibus rebus meis in mea consistat potestate usufruendi, non alienandi et si nepus meus nomine Erchanperht superstis mihi fiat, hoc conplacitare firmiter volo et conplacitatum permanere, ut post obitum meum ipse nepus meus Erchanperht habeat ipsas res meas usque ad finem vite sue non alienare, sed emeliorare et pro animam meam elymosinam dare et dispensare et censum annis singulis domui sancte Marie reddere ad missam sancti Martini, et ipse census hoc est : tres modios de spelta farine et unam prazem bonam et pullos III.or. Ea vero ratione firmaque donatione peracta ego ipse pontifex Hitto supradictas res meas in locis nominatis ad Azzilingas et ad Anzingas et ad Holz, quicquid ego ibidem conparatum vel adquisitum habeo in mancipiis in territoriis cultis et incultis pascuis pratis silvis et aquis pecoribus et pecuniis ortis et pomeriis aedificiis et omnibus utensiliis omnia supradicta firmiter trado et cum testibus confirmabo ad domum sancte Marie ad Frigisinga ubi electus et pretiosus in corpore requiescit confessor Christi sanctus Corbinianus et ubi ego ipse indignus Hitto pastor et rector hodierno die preesse dinoscor eo modo, ut post obitum meum et nepotis mei Erchanberti, sicut in ipso die vestitum et augmentatum obitus noster dereliquit, tali augmentatione firmiter tenetur sine ulla contradictione ad domum supradictum, et quisquis successor meus pontificale dignitatis sit qui subrogetur et ordinatur in ipsum sedem episcopalem Frigisiensis, firmiter teneat et possideat ad ipso domo; non et alicui in beneficium praestat seculari, sed pro remedium anime mee fideles oratores mei possideant monachi ad necessitatibus eorum et nullus eis abstrahere valeat, sed pro remedium anime mee habeant ad lucem et requiem meam aeternam, ut memoria mea multis temporibus in domo sancte Marie et sancti Benedicti confessoris permaneat.

Hoc factum est in ipso domo sancte Marie ad Frigisinga in II. kal. mai. Et in ipso die iter carpere coepimus ad Aquis palacio in Franciam anno incarnationis domini DCCCXXV. indictione III. regnante Hludouuico imperatore anno XII.

Haec sunt testes per aures tracti : (45 noms sans qualification). Hanc traditionem scribere et confirmare ego Hitto divina gratia episcopus iniunxi et praecepi Cozrohe presbitero nostro et ipse sicut praecepi perfecit.

3 – Freising, 845

Heilrat laisse à son petit-fils le clerc Hitto le bénéfice des biens qu’elle tient de sa mère à Holzhausen, à condition qu’il demeure dans l’ordre ecclésiastique

a) Th. Bitterauf (éd.), Die Traditionen des Hochstifts Freising, I, Munich, 1905 (Quellen und Erörterungen zur bayerischen Geschichte, n.s., 4), n° 674, p. 567-569.

Traditio Hittonis episcopi et sororis sue Codediuue seu filie eius Heilrate et conplacitatio cum Erchanberto episopo pro Hittone clerico quomodo se ordo rationis continet pro illo.

Felici migratione defunctis Hittone episcopo et sororis sue Cotesdiu aliisque cognatis eorum honorifice in ipsam sedem Frigisingensis ecclesie ordinatus est Erchanbertus episcopus qui hoc magne pietatis debito promeruit cathedram episcopalem possidere. Proficiente enim progenie eorum Heilrat ancilla dei filia sororis Hittonis episcopi Cotesdiuue superstis esse videbatur generansque ex se filias filiosque filiarum suarum meruitque dispensante domino in filia sua nomine Perhta a marito ipsius Uuillihelmo procreari filium. Ipsa iam dicta Heilrat avunculi sui amore accensa Hittonis episcopi et vocavit eum Hittonem illoque crescente adeo, ut clericatus tonsuram accepit et consentit et professus est. Difficile enim nutrito illo et edocato congregata familia sancte Marie et coadunata ad Frigisingam et fidelibus fratribus inter quibus et ipse Hitto supradictus litteralibus artibus est imbutus advenit Heilrat cum filiabus et aliis fidelibus suis suffragante et adiuvante supplicanteque cuncte familie sancte Marie ammonuit venerabilem Erchanbertum episcopum recolere clementiam dei patris omnipotentis et supradictorum verborum sicut ipsa et mater eius Cotesdiu cum Hittone episcopo complacitarent. Et elegerunt Hittonem clericum, si in sacerdotali ministerio et in clericatus officio quietus permansisset, post obitum Heilrate ipsam rem possedisset. Ipse vero benignissimus pontifex Erchanbertus hoc caute consederans ex intimo cordis affectu commotus ita fieri permisit ea ratione, si iam dictus Hitto cunctorum supplicatione fidelium suorum in clericatus officio proficeret et ad sacerdotalem gradum pervenisset, et hoc conservasset erga domum sancte Marie et rectores ipsius; sin aliud si deviasset et aberasset, nullum agrum de ipsa re habere debere, sed cum omni integritate pro remedio a supradictarum animarum redeat ad domum sancte Marie et ut Heilratu vivente in ipsa re nullam iniuriam vel contrarietatem facere presumpsisset.

Et isti sunt testes qui hoc supradictis verbis peractum et confirmatum viderunt : (31 noms sans qualification). Hoc factum est ad Frigisingas anno incarnationis domini DCCCXLV. indictione VIII. Ego igitur indignus presbyter Cozroh iussione Erchanberti hec videns et audiens scripsi et subscripsi.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble du processus, J. Jahn, Ducatus Baiuvariorum. Das bairische Herzogtum der Agilolfinger, Stuttgart, 1991 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 35).

2 H. Stahleder, Hochstift Freising (Freising, Ismaning, Brugrain), Munich, 1974 (Historischer Atlas von Bayern, Teil Altbayern, 33), p. 9-13 et Id., Bischöflische und adelige Eigenkirchen des Bistums Freising im frühen Mittelalter und die Kirchenorganisation im Jahre 1351, dans Oberbayerisches Archiv, 104, 1979, p. 117-188.

3 R. Le Jan, Réseaux de parenté, memoria et fidélité autour de l’an 800, dans Id., Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, 2001, p. 108-118.

4 T. Bitterauf, Die Traditionen des Hochstifts Freising, 2 vol., Munich, 1905-1909 (Quellen und Erörterungen zur bayerischen Geschichte, n. s., 4 et 5), réimpr. Aalen, 1967 (ci-après : TF).

5 Voir en dernier lieu l’étude de W. Brown, Unjust seizure. Conflict, interest and authority in an early medieval society, Ithaca-Londres, 2001 qui examine tous les conflits de propriété mentionnés dans le cartulaire de Freising.

6 R. Le Jan, Réseaux de parenté..., p. 113-115.

7 TF 255 (805) : ... usque ad honorem presbiterii perduxit.

8 U. Nonn, Merowingische Testamente. Studien zum Fortleben einer römischen Urkundenform im Frankenreich, dans Archiv für Diplomatik, 18, 1972, p. 1-129 ; G. Spreckelmeyer, Zur rechtlichen Funktion frühmittelalterlicher Testamente, dans P. Classen (éd.), Recht und Schrift im Mittelalter, Sigmaringen, 1977 (Vorträge und Forschungen, 23), p. 91-114 ; et en dernier lieu, B. Kasten, Erbrechtliche Verfügungen des 8. und 9. Jahrhunderts, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung zur Rechtsgeschichte, Germ. Abt., 107, 1990, p. 236-338.

9 C. I. Hammer, Land sales in the eighth- and ninth-century Bavaria : legal, economic and social aspects, dans Early Medieval Europe, 6, 1997, p. 47-76 ; G. Bührer-Thierry, Formes des donations aux églises et stratégies des familles en Bavière du viiie au xe siècle, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 111-2, 1999 (= Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale, viiie-xe siècle), p. 675-699 et en dernier lieu, W. Brown, Unjust seizure... cité n. 5, p. 186 et suiv.

10 W. Störmer, Adelsgruppen in Früh- und hochmittelalterlichen Bayern, Munich, 1972 (Studien zur bayerischen Verfassung und Sozialsgeschichte, 4), p. 92, 107 et 110-111.

11 W. Störmer, Früher Adel. Studien zur politischen Führungsschicht im fränkisch-deutschen Reich vom 8. bis 11. Jahrhundert, Stuttgart, 1973 (Monographie zur Geschichte des Mittelalters, 6), p. 331 et J. Mass, Das Bistum Freising im Mittelalter, Munich, 1986.

12 O. Meyer, Reginbertus subdiaconus, dans Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 50, 1935, p. 428-436 et J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige, I, Stuttgart, 1959 (M.G.H., Schriften, 16), p. 180. Reginbert a souscrit son dernier diplôme en 852.

13 J. Mass, Das Bistum Freising... cité n. 11, p. 87 et P. Kehr, Die Urkunden Ludwigs des Deutschen, Hanovre, 1932 (M.G.H., Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, 1), n° 72, p. 101.

14 Sur tout cela, J. Mass, Das Bistum Freising in der späten Karolingerzeit (Studien zur altbayerischen Kirchengeschichte 2), Munich, 1969.

15 J. Fleckenstein, Die Hofkapelle..., I, p. 183-184 qui note qu’aucun simple notaire n’est jamais devenu évêque ni abbé, contrairement aux chapelains. Sur les élections épiscopales en Bavière, G. Bührer-Thierry, Évêques et pouvoir dans le royaume de Germanie (876-973), Paris, 1997, p. 151 et suiv.

16 J. Sturm, Die Anfänge des Haus Preysing, Munich, 1931 (Schriftenreihe zur bayerischen Landesgeschichte, 8), passim ; W. Störmer, Adelsgruppen... cité n. 10, p. 91-112 et p. 163.

17 TF 522 (30 avril 825) : voir l’acte donné en annexe 2, p. 262.

18 G. Mayr, Ebersberg. Gericht Schwaben, Munich, 1989 (Historischer Atlas von Bayern. Teil Altbayern, 48), p. 59-80, spéc. p. 65.

19 TF 522.

20 Ibid. : Deinde ordinationem atque traditionem facere visus sum de rebus vel substantiis quicquid habere videor in tribus locus...

21 S. Esders et H.-J. Mierau, Der althochdeutsche Klerikereid. Bischöfliche Diözesangewalt, kirchliches Benefizialwesen und volkssprachliche Rechtspraxis im frühmittelalterlichen Baiern, Hanovre, 2000 (M.G.H., Studien und Texte, 28), p. 194-198.

22 B. Kasten, Erbrechtliche Verfügungen... cité n. 8, p. 252-258 relève ce terme dans les testaments de l’archidiacre Pacificus de Vérone (844), Engelbert d’Erbé (846), l’évêque Audo de Vérone (860) et Angelberge, la veuve de Louis II (877).

23 Sur cette influence en général et sur le vocabulaire juridique lombard « importé » en Bavière, notamment au viiie siècle par l’évêque Arbéo de Freising, G. Baesecke, Der deutsche Abrogans und die Herkunft des deutschen Schriftums, Halle, 1930, réimpr. Hildesheim-New York, 1970, p. 127-148.

24 TF 522 : ... quicquid ego in ipsis tribus locis nominatis ad Adalmanno abbate pretio conparavi et negotiavi proprie adquisitionis pecunie ad me ibidem adtraxi aut undecumque ad me justo ordine pertinere videtur in supradictis finibus, quod ad augmendum largitionem elymosinarum in pauperes adquisivi, non ad recondendum terrenum thesaurum in potentes.

25 Ibid.

26 K. Reindel, Christentum und Kirche, dans M. Spindler (éd.), Handbuch des bayerischen Geschichte, I, Munich, 1981, p. 222.,

27 J. Mass, Das Bistum Freising... cité n. 11, p. 80, qui suit l’opinion de S. Mitterer, Die bischöfliche Eigenklöster in den vom heiligen Bonifatius 739 gegründeten bayerischen Diözesen, Munich, 1929, p. 28. Les actes de Freising montrent clairement qu’il existait à la fois des moines et des prêtres dans la première communauté ecclésiastique liée à la cathédrale.

28 TF 523 : ... sed firmiter tenetur ad domo supradicto ad utilitatibus eorum monachorum qui in ipso domo professi sunt regulam sancti Benedicti.

29 À Freising, comme à Salzbourg et Ratisbonne, les chanoines desservant la cathédrale de l’évêque forment juridiquement et organiquement une seule congrégation avec la communauté monastique du groupe épiscopal. La question de savoir quand les deux communautés ont été séparées reste controversée : R. Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln in Deutschland, Bonn, 1976, p. 197-199. Mais cela ne signifie pas que la « réforme » de 817-819 n’ait pas eu pour effet, en Bavière comme ailleurs, de mieux distinguer les communautés vivant sous la règle de saint Benoît. Sur ce point, D. Geuenich, Gebetsgedenken und anianische Reform. Beobachtungen zu den Verbrüderungsbeziehungen der Äbte im Reich Ludwigs des Frommen, dans R. Kottje et H. Maurer (éd.), Monastische Reformen im 9. und 10. Jahrhundert, Sigmaringen, 1989 (Vorträge und Forschungen, 38), p. 79-106.

30 M. Heinzelmann, Gregor von Tours. « Zehn Bücher Geschichte » Historiographie und Gesellschaftskonzept im 6. Jahrhundert, Darmstadt, 1994, p. 24 qui montre que le fait pour les évêques de continuer à investir dans les bâtiments de l’église leur permet de fonder leur propre memoria, mais en même temps leur permet de construire les chances de carrière pour leur propre famille. Voir aussi I. N. Wood, The audience of architecture in post-Roman Gaul, dans L. A. S. Butler et R. K. Morris (éd.), The Anglo-Saxon Church, 1986, p. 74-79.

31 J. Jahn, Virgil, Arbeo und Cozroh. Verfassungsgeschichtliche Beobachtungen an bairischen Quellen des 8. und 9. Jahrhunderts, dans Mitteilungen der Gesellschaft für Salzburger Landeskunde, 130, 1990, p. 201-291, ici p. 240-245.

32 P. J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 141-146.

33 TF 1 (prologue du diacre Cozroh).

34 Sur ces motifs, H. Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert, Vienne, 1971 (Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, Ergbd. 23), p. 83.

35 TF 1.

36 Th. Bitterauf, introduction au TF, p. xxi.

37 Sur cette coïncidence de dates entre cartulaire et Livre de confraternité, J. Jahn, Virgil, Arbeo und Cozroh... cité n. 31, p. 241.

38 Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, éd. P. Piper, Hanovre, 1884 (M.G.H., Necrologia Germaniae, Suppl. Bd), p. 320, col. 545 et suiv.

39 K. Schmid, Religiöses und sippengebundenes Gemeinschaftsbewusstsein, dans Deutsches Archiv, 21, 1965, p. 18-81, spéc. p. 42-50.

40 Par exemple, Libri confraternitatum... cité n. 38, p. 251, 106 et 247. Voir K. Schmid, Religiöses..., p. 48.

41 K. Schmid, Religiöses..., p. 48.

42 J. Autenrieth, D. Gueuenich et K. Schmid, Das Verbrüderungsbuch der Abtei Reichenau (Einleitung, Register, Facsimile), Hanovre 1979 (M.G.H., Libri Memoriales et Necrologia, n.s., 1), p. 218.

43 TF 661 – Août 843 à Verdun, précisément dans le contexte du partage qui est mentionné dans l’acte : ... juxta civitate Viriduna ubi trium fratrum Hludharii Hludovvici et Karoli facta est concordia et divisio regni ipsorum condixerunt... Erchanbert et son neveu faisaient dont partie de l’entourage direct de Louis le Germanique. On dénombre plusieurs comtes parmi les très nombreux témoins, notamment le comte du palais Fritilo, ce qui laisse penser que cet acte déborde largement du cadre des affaires « familiales » d’Erchanbert.

44 Concile de Francfort (794), can. XLI, dans M.G.H., Concilia, II-1, Hanovre-Leipzig, 1906, p. 170. Cette législation n’est pas nouvelle et reprend plusieurs canons des conciles africains notamment. On trouve aussi cette prescription dans l’admonitio generalis de 789 (cap. 44).

45 Concile de Paris (829), can. XVI, dans M.G.H., Concilia, II-2, Hanovre-Leipzig, 1908 : Ut in rebus ecclesiae circa propinquos suos expendentis modum episcopi teneant discretionis.

46 Concile de Mayence (847), can. VIII, dans M.G.H., Concilia, III, Hanovre, 1984, p. 167 : De proprietatibus ab episcopi vel presbyteris post ordinationem adquisivit.

47 Ces pressions ressortent nettement de la relatio episcoporum, cap. 15, dans M.G.H., Concilia, III, p. 34 et du canon XVI du concile de Paris. Je remercie Brigitte Kasten d’avoir attiré mon attention sur ces passages.

48 Sur la politique bénéficiale des évêques de Freising, voir désormais S. Esders et H.-J. Mierau, Der althochdeutsche Klerikereid... cité n. 21.

49 TF 352 : voir l’acte donné en annexe 1, p. 261.

50 TF 674 : voir l’acte donné en annexe 3, p. 263.

51 Ibid.

52 La force des relations unissant frères et sœurs a été bien mise en lumière pour le monde franc par I. Réal, Vies de saints, vie de famille. Représentation et système de la parenté dans le royaume mérovingien (481-751) d’après les sources hagiographiques, Turnhout, 2001 (Hagiologia, 2), p. 476-489.

53 Pour une large réflexion sur l’hérédité des charges dans l’Église médiévale voir les remarques de Kl. Schreiner, Consanguinitas. Verwandschaft als Strukturprinzip religiöser Gemeinschafts- und Verfassungsbildung in der Kirche und Mönchtum des Mittelalters, dans I. Crusius (éd.), Beiträge zu Geschichte und Struktur der mittelalterlichen Germania Sacra, Göttingen, 1989, p. 176-305, spéc. p. 179-195.

54 W. Reinhard, Papa Pius. Prolégomènes à une histoire sociale de la papauté, dans Id., Papauté, confessions et modernité, Paris, 1998, p. 41-67, ici p. 42 ; Id., Le népotisme. Fonctions et avatars d’une constante de l’histoire pontificale, ibid., p. 69-98.

55 Dans la langue des Pères, et en particulier chez saint Augustin, la pietas qualifie d’abord le souci des morts. par ex. De civitate Dei 1, 13 (CSEL, 40-1, p. 25). Sur tout cela voir W. Dürig, Pietas liturgica. Studien zum Frömmigkeitsbegriff und zur Gottesvorstellung der abendländischen Liturgie, Ratisbonne, 1958. Sur les différentes acceptions du mot pietas et les difficultés à la traduire, A. Guerreau-Jalabert et B. Bon, Pietas. Réflexions sur l’analyse sémantique et le traitement lexicographique d’un vocable médiéval, dans Médiévales, 42, 2002, p. 73-88, ici p. 83-84.

56 L’identification de « Haholfeshusir » donné dans l’acte est variable ; Th. Bitterauf l’identifie avec Hagertshausen, tandis que J. Sturm y voit plutôt le domaine d’Holzhausen (8 km au sud de Haushausen et 3,5 km au nord de Hirschbach), Die Anfänge des Hauses Preysing... cité n. 16, p. 216.

57 Voir ci-dessus p. 248 la généalogie : les titulaires du bénéfice ecclésiastique figurent en italique.

58 TF 635.

59 29 actes sur 90 pour Arbéo, 57 sur 191 pour Atto, 92 sur 309 pour Atto, 55 sur 132 pour Erchanbert.

60 Trois actes sur 29 sous Arbéo ; cinq sur 57 sous Hatto donc moins du dixième ; vingt sur 92 sous Hitto (plus de un sur cinq), mais seulement trois sur 55 sous Erchanbert.

61 TF 104.

62 La plus célèbre est l’oblation d’Arn, le futur archevêque de Salzbourg, par ses parents en 758 (TF 11). Elle se déroule cependant dans un contexte très particulier qui interdit d’y voir un modèle pour l’oblation des enfants accompagnée de donations de biens. Sur l’histoire des parents d’Arn et le contexte de la donation, W. Brown, Unjust seizure... cité n. 5, p. 33-34.

63 TF 139.

64 TF 469.

65 Sur tout cela R. Hübner, Die donationes post obitum und die Schenkungen mit Vorbehalt des Niessbrauchs im älteren deutschen Recht, Breslau, 1888 (réimpr. Aalen 1970).

66 Nombreux exemples parmi lesquels TF 28, 47, 51, 54, 68, 69, 91, 92, 95, 101, 111, 113, 121. Sur les églises privées, y compris en Bavière, W. Hartmann, Der rechtliche Zustand der Kirchen auf dem Land : die Eigenkirche in der fränkischen Gesetzgebung des 7. bis 9. Jahrhunderts, dans Cristianizzazione ed organizzazione ecclesiastica delle campagne nell’alto Medioevo : espanzione e resistenze. Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, XXVIII (Spoleto, 10-16 aprile 1980), I, Spolète, 1982, p. 397-441, spéc. p. 417-420.

67 Ce dénombrement a été réalisé à partir de la liste fournie par H. Stahleder, Hochstift Freising... cité n. 2, p. 10-13.

68 TF 599 (6 août 830).

69 TF 519 (6 avril 825).

70 W. Störmer, Früher Adel... cité n. 11, p. 90, l’a noté comme un phénomène « inexplicable » par les sources et le contexte bavarois.

71 TR 19, (822) ; TR 36 (852). / TP 31 (789) ; TP 33 (789-791).

72 Ex. sous Atto : TF 111, 139, 144, 173, 255, 293.

73 TP 33.

74 R. Le Jan, Réseaux de parenté... cité n. 3, p. 117-118.

75 F. Philippi (éd.), Osnabrücker Urkundenbuch. I (772-1200), Osnabrück, 1892 (repr. 1969), no 46, p. 32-33.

76 Sur cet acte et les circonstances de la fondation, K. Schmid, Die Nachfahren Widunkinds, dans Deutsches Archiv, 20, 1964, p. 1-47.

77 A. Guerreau-Jalabert, La désignation des relations et des groupes de parenté en latin médiéval, dans Archivum latinitatis Medii Aevi, 46, 1988, p. 65-108, ici p. 91.

78 U. Stutz, Geschichte des kirchlichen Benefizialwesens, 2e éd. Berlin, 1961, p. 201.

79 H.-E. Feine, Kirchliche Rechtsgeschichte, I, Cologne-Graz, 1955, p. 152, 164 et suiv. et 231.

80 H.-E. Feine, Studien zum langobardisch-italischen Eigenkirchenrecht I, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kan. Abt., 30, 1941, p. 1-95, surtout p. 70-95.

81 K. Schmid, Die Nachfahren Widukinds... cité n. 76, p. 35.

82 H. Röckelein, Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität und Öffentlichkeit im Frühmittelalter, Stuttgart, 2002 (Beihefte der Francia, 48), p. 249-250 et D. Hägermann, Bremen und Wildeshausen im Frühmittelalter. Hl. Alexander und hl. Willibald im Widerstreit, dans Oldenburger Jahrbuch, 85, 1985, p. 15-33, ici p. 22.

83 Même à Ratisbonne où la documentation est très mince, les trois seuls actes associant oncle et neveux sont datés des années 822 et 852 (TR 19, 20 et 36).

84 TF 439.

85 TF 454.

86 TF 486.

87 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 314 estime que la diffusion d’un vocable comme nepos à l’époque carolingienne indique une relation plus hiérarchique entre certaines catégories de parents et promeut donc une organisation plus verticale de la parenté.

88 K. Schmid, Religiöses... cité n. 39, p. 64-69.

89 K. Hauck, Apostolicher Geist im genus sacerdotale der Liudgeriden, dans Sprache und Recht. Festschrift für Ruth Schmidt-Wiegand zum 60. Geburtstag, Berlin-New-York, 1986, I, p. 191-219. Voir en particulier la généalogie p. 208.

90 Sur ce texte, voir désormais I. N. Wood, The missionary life. Saints and the evangelisation of Europe (400-1050), Londres, 2001, p. 113-115.

91 E. Lutz von Padberg, Mission und Christianisierung. Formen und Folgen bei Angelsachsen und Franken im 7. und 8. Jahrhundert, Stuttgart, 1985, p. 91-94.

92 Les Liudgerides ont fourni des évêques à Münster, Halberstadt et Hildesheim. Voir le tableau dans K. Hauck, Apostolischer Geist... cité n. 89, p. 208.

93 Stéphane Lebecq, La famille et les apprentissages de Liudger d’après les premiers chapitres de la Vita Liudgeri d’Altfrid, dans M. Sot (éd.), Haut Moyen Âge. Culture, éducation et sociétés. Études offertes à Pierre Riché, Paris, 1991, p. 283-301.

94 Altfrid, Vita Liudgeri, cap. 6, ibid., p. 292-293.

95 A. C. Murray, Germanic kinship structure. Studies in law and society in Antiquity and the early Middle Ages, Toronto, 1983, p. 61-63.

96 Holzhausen selon J. Sturm, cf. note 56 de l’article, p. 251.

Table des illustrations

Titre LE GROUPE FAMILIAL AUTOUR DE L’ÉVÊQUE HITTO DE FREISING (811-834)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540