Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Troisième partie. Alliances, mobilité sociale et mémoire familiale

Chapitre neuvième. La mémoire familiale

Texte intégral

1Parmi les familles les mieux représentées dans nos contrats de mariage se trouve la famille Ziliol. En utilisant aussi les nombreux testaments conservés dans les archives notariales, il est possible de construire un réseau de relations et d’alliances cohérent et pratiquement complet. À ces sources relativement abondantes viennent s’ajouter des éléments plus inattendus : une chronique familiale Ziliol, ainsi que des documents privés relatifs à la même famille.

– La chronique familiale d’Andrea et Alessandro Ziliol

  • 1 BCMCV, ms. Correr 963/5, f. 137-149. Celui du Correr est très probablement le manuscrit original d’ (...)
  • 2 BNMV, ms. IT., cl. VII, 351 (8385), f. 367-371v. Par rapport à celle du Correr, cette copie présent (...)
  • 3 G. Degli Agostini, Notizie istorico-critiche intorno la vita e le opere degli scrittori viniziani, (...)

2La Cronichetta est un petit manuscrit de douze folios, conservé dans un carton de dossiers relatifs à des sujets variés, du fonds des manuscrits de la Bibliothèque du Musée Correr1. Une copie incomplète a été faite au xviiie siècle par Apostolo Zeno qui avait rassemblé une série de documents relatifs à des familles citoyennes, aujourd’hui conservés dans un manuscrit de la Bibliothèque Marciana2. La chronique était connue aussi par Giovanni Degli Agostini qui s’en servit comme source dans son histoire de la littérature vénitienne, publiée entre 1752 et 17543.

  • 4 BNMV, ms. IT, cl. VII, 328 (8513), Andrea Ziliol, Storie dei suoi tempi (15081528). C’est le seul e (...)
  • 5 M. Foscarini, Della letteratura veneziana, op. cit., vol. 1, p. 178.
  • 6 Ibidem, vol. 1, p. 395. Foscarini fait ici référence à l’ouvrage Delle historie memorabili de’ suoi (...)
  • 7 Alessandro Ziliolo di Giulio, Copia dei primi cinque canti della Costantinopoli acquistata, poema e (...)

3La Chronichetta fut commencée par Andrea Ziliol (1457-1544) dans les dernières années du xve siècle ou les premières du xvie, et continuée par Alessandro Ziliol (déjà mort en 1646) dans les premières décennies du xviie, après 1629. L’un et l’autre nous ont laissé d’autres œuvres littéraires. Andrea, marchand de joyaux, est l’auteur d’une histoire de la guerre entre Venise et Milan (15081528), en six livres4. Marco Foscarini, dans son histoire de la littérature vénitienne (1752) le juge « auteur diligent, mais trivial, qui reprend les événements au jour le jour, sans aller plus loin ou guider le jugement des lecteurs »5. Il est plus indulgent avec Alessandro Ziliol, dont il apprécie la « considérable supériorité sur le génie corrompu de son siècle, qu’il montre en utilisant un style, sinon limpide, au moins clair et précis »6. Alessandro se définit « astrologue et poète », mais sur ses autres activités nous n’avons pas beaucoup de renseignements : il n’apparaît pas dans les listes des fonctionnaires de Chancellerie, il n’a pas de titres doctoraux, et ne fut que Degano de la Scuola Grande de San Marco, tandis que ses ancêtres eurent des rôles souvent plus importants et une présence plus active. De plus, son testament n’est pas conservé. Il est l’auteur de livres d’histoire ainsi que de commentaires scientifiques, en partie publiés pendant sa vie7, ainsi que d’un recueil de généalogies patriciennes et citoyennes dont on parlera plus longuement par la suite.

  • 8 Cf. à ce propos, Ph. Braunstein, « Approches de l’intimité, xive-xve siècle », dans G. Duby, éd., L (...)
  • 9 Ibidem et, sur le « sens du temps » qui s’exprime par l’écriture de mémoires familiales, cf. A. Ten (...)

4En prenant la suite de la chronique d’Andrea Ziliol, Alessandro affirme qu’à la différence de la plupart des anciens Vénitiens qui, trop pris par le commerce, n’avaient aucune « ambition » de laisser la mémoire de leurs événements à la postérité, son ancêtre Andrea avait été « très diligent ». « Néanmoins », précise-t-il, « ses mémoires étaient écrites sur un de ses livres de comptes et très à la hâte ». Si le fait d’écrire les mémoires de la famille sur les livres de comptes de la compagnie marchande ou de la boutique n’était pas une chose exceptionnelle, il convient de préciser que, par rapport à d’autres villes européennes, notamment Florence, Venise est particulièrement pauvre en mémoires familiales8. Dans ce domaine, il paraît cependant que c’est Venise qui représente l’exception, car la rédaction de livres de famille était une pratique répandue dans les villes marchandes italiennes aussi bien qu’allemandes ou françaises. Il est vrai toutefois que le cas de Florence exige quelques précisions. En effet, l’abondance florentine en livres de familles peut s’expliquer comme une réponse privée à l’incertitude publique inspirée par les longs conflits qui opposèrent les familles des notables du xve au xvie siècle, ainsi que par le fait que le patriciat florentin était relativement stable dans la ville, rarement attiré par les longs voyages qui brisent les carrières et interrompent les narrations9.

  • 10 Sur la famille Amadi, d’origine lucquoise, cf. L. Molà, I lucchesi a Venezia, op. cit. ; sur leur c (...)

5La pauvreté vénitienne pourrait alors s’expliquer par les raisons contraires : un patriciat politiquement très stable, mais très voyageur, qui n’aurait aucune nécessité de préserver son identité par ses mémoires. Il est toutefois difficile d’appliquer ce raisonnement aux citoyens, en raison de leur exclusion du pouvoir politique. Ce n’est peut-être pas par hasard si les rares chroniques familiales dignes de ce nom, dont on parle dans l’historiographie vénitienne, sont les chroniques de deux familles citoyennes, les Amadi et les de’ Freschi, écrites au xve siècle10. En dépit de l’attitude d’hommage par rapport au gouvernement qui souvent caractérise ces écrits, la reconstruction du passé de la famille et l’attention à son présent, pourraient être interprétées comme une volonté d’affirmer une identité propre, par opposition à un État qui ne leur reconnaît qu’une identité de « gentilshommes de deuxième rang ».

6Plus qu’un véritable « livre de famille », la chronique des Ziliol est une reconstruction de l’histoire de la famille. Seules les dernières lignes du récit d’Andrea, où il décrit le mariage de son frère Vettor et la mort de son frère Gerolamo, constituent une chronique au jour le jour. Quand il écrit, vers 1500, Andrea est encore un homme jeune, sur la quarantaine, et son histoire de la famille s’appuie surtout sur ses propres souvenirs et sur les récits de son oncle Silvestro. Il avait commencé à écrire les mémoires de sa famille pour l’éducation de ses descendants, il les termine avec la recommandation d’être « fidèles à leur patrie, jusqu’à la mort, ce qui est la vraie gloire du bon citoyen, et surtout de nous Ziliol, qui sommes parmi les plus anciens de la terre, d’origine noble, et nos ancêtres ont toujours été fidèles à cette ville et à son gouvernement ».

  • 11 Cf. les analyses, qui vont exactement dans ce sens, de Ugo Tucci sur le monde marchand vénitien à l (...)

7Alessandro reprend là où Andrea s’est arrêté et s’arrête à la génération de son propre père. Désireux de poursuivre l’œuvre de son ancêtre, il se laisse parfois aller, « contre son gré », à des considérations critiques sur le gouvernement vénitien. Entre l’un et l’autre, plus d’un siècle de hauts et de bas, d’incertitudes et d’échecs, et surtout la fin d’une unité familiale qui, à l’époque d’Andrea, était encore parfaite. Comme un leitmotiv, revient dans les deux parties le thème de l’abandon nécessaire et inévitable de l’activité marchande, « nerf de la ville », pour Andrea, « fondement de sa splendeur » pour Alessandro, abandonnée parce que trop périlleuse, trop incertaine et surtout, on le devine à travers les analyses d’Alessandro, parce que le monde marchand est devenu trop dur : il n’y a plus de place pour ceux qui n’ont pas de gros capitaux, pour ceux qui tentent leur chance, pour ceux qui ne sont pas déjà « dans le coup »11. L’aspect paradoxal est que, à chaque génération, au moins jusqu’en 1599, un ou deux membres de la famille tentent leur chance sur les routes marchandes. Et, pour chaque génération, les deux chroniqueurs sont obligés de bâtir des analyses historiques, d’ailleurs souvent pertinentes, pour expliquer pourquoi les Ziliol ont dû se rabattre sur les offices.

8En réalité, le schéma de l’abandon des activités marchandes pour les offices est un pur artifice rhétorique qui en dit long, toutefois, sur l’échelle de valeurs en usage chez les Vénitiens honorables, jusqu’au début du xviie siècle. Ce que la famille Ziliol poursuit, et réalise, c’est une stratégie de diversification des carrières, qui leur permet de profiter de toutes les possibilités offertes par Venise à ses citoyens. Durant tout le xvie siècle, le schéma de la division des carrières se répète assez régulièrement, pour chaque génération : un ou deux fils commencent une activité marchande, un ou deux autres entrent en religion, pour les autres il y a les offices et, surtout dans les dernières générations, les études. Plus la famille est nombreuse (et à la fin du siècle, elle l’est vraiment !) et plus nombreuses sont les filles placées au couvent ; celles qui se marient, et dont nous possédons les contrats de mariage, le font dans le milieu citoyen ou dans la noblesse de Padoue, avec des dots qui ne sont jamais très élevées. Les mariages des garçons suivent un schéma très précis qui, à un certain moment, entre complètement en crise.

  • 12 BNMV, ms. IT., cl. XI, 211 (6735), Libro di varie cose con riporti, p. 29-32.

9Le goût pour l’écriture des mémoires familiales est sûrement une caractéristique des Ziliol. Une autre série de renseignements sur les carrières administratives des hommes de la famille nous vient d’un opuscule intitulé Summario dei meriti della casa Ziliola, que Camillo Ziliol fit imprimer en 1607 pour le joindre au dossier qu’il présenta à l’Avogaria di Comun pour le concours de secrétaire au Conseil des Dix12. La plupart des informations de la chronique qu’il a été possible de vérifier, sont exactes. Les Ziliol, aidés probablement par le fait d’être eux-mêmes bien placés dans l’administration vénitienne, citent à l’appui de leurs affirmations des documents officiels et des actes notariés. Leur attention à la conservation des actes et documents est exemplairement démontrée par un épisode raconté dans la chronique d’Alessandro :

10« Je trouve, écrit-il, qu’en 1577, une bonne partie du Palais Ducal ayant brûlé, alors que l’incendie faisait encore rage, la Chancellerie ducale se trouva en grand péril. M. Cesare, le chancelier, vint au Palais avec huit de ses neveux et au milieu de ce terrible tumulte fit emporter toutes les écritures de ladite Chancellerie dans des sacs chez lui, avec l’accord du Prince et, une fois le péril passé, il les fit rapporter dans les lieux d’origine ».

11Vrai ou faux, ce récit est emblématique : les écritures, les actes, la mémoire de l’État ne peuvent être gardés, conservés, sauvés que par les citoyens fidèles.

12Un autre trait caractéristique de la chronique d’Alessandro est l’attention au corps : à son apparence, aux vêtements, mais aussi à sa valeur esthétique comme aux signes de sa dégénérescence. Il décrit ainsi les habits de ses ancêtres, aussi bien que leur aspect physique : « elle était très belle », « il avait la barbe blonde », ou « il était bossu » ; quand il parle du corps malade, de la syphilis de son oncle Fabio, ou de la maladie foudroyante de son oncle Scipion, il n’épargne pas au lecteur des détails parfois affreux ; si son style est, effectivement, « clair et précis » et sa langue plus italienne que celle d’Andrea, sa sensibilité se ressent aussi de l’époque baroque dans laquelle il vit. Attentif aux images et aux portraits conservés par sa famille, au milieu desquels il vit peut-être, Alessandro y fait de fréquentes allusions ; son imagination y trouve sans doute de quoi rendre vivant ce miroir de la mémoire familiale.

– L’arbre généalogique Ziliol

  • 1 + six filles non mariées

Note *1

– De Piero à Vettor : de la marchandise aux offices (et retour)

13La famille Ziliol, venue de Ferrare, s’établit à Venise au cours du xiiie siècle. De ce premier établissement, il reste peu de souvenirs. Le récit d’Andrea commence en fait avec le xive siècle. Il fait commencer l’arbre généalogique de la famille par Piero Ziliol, « homme très riche », propriétaire de trois navires. Si ses descendants avaient ainsi continué, explique-t-il, ils ne seraient pas obligés maintenant de « dépendre de leurs ennemis », écrit-il. À quoi fait-il référence ? À son époque, les Ziliol sont marchands, fonctionnaires, chanoines : faut-il identifier les « ennemis » à l’Église, au gouvernement vénitien ou à des associés peu fiables ? Il est difficile de répondre. Ce qui compte pour Andrea c’est surtout la perte d’indépendance, et ce qu’il regrette c’est l’époque, qu’il évoque à plusieurs reprises avec des accents mythiques, où les Ziliol étaient de riches marchands propriétaires de leurs navires. Toutefois, le terme d’ » ennemis » est vraiment fort, et pose quelques problèmes. Il pourrait s’agir d’une anticipation, (interpolé un siècle après par Alessandro lui-même ?) des critiques d’Alessandro au patriciat vénitien, dont on parlera par la suite. La phrase contraste toutefois avec la suite de la chronique d’Andrea, dont une partie importante est consacrée à célébrer la fidélité toujours démontrée par les Ziliol à l’égard de la République :

14« Tous nos ancêtres ont toujours été fidèles à cette ville et au gouvernement présent, à partir des événements de Baiamonte Tiepolo et des Querini, jusqu’à aujourd’hui, où nous sommes tous du côté du Doge et pour le Conseil des Dix, comme on le voit des Chroniques, et même si nous ne sommes pas membres du Grand Conseil, ni habilités à y être élus (habili a quella balotta), comme nous l’étions avant 1297, néanmoins, ainsi que nos égaux nous sommes considérés et estimés à l’égal de ceux-là, grâce à la gentillesse et à la modestie de ce gouvernement ».

  • 13 Cf. V. Lazzarini, Marin Faliero, Florence 1963, p. 223 et cf. aussi V. Zanetti, Le pergamene dell’a (...)

15L’ancienne présence de la famille dans la ville, et sa richesse, sont démontrées par un épisode significatif. En 1356, Paolo Ziliol acheta, pour 2.960 ducats, la Ruga de’ do pozzi à Santa Sofia, un pâté de maisons dans le sestier de Cannaregio, vers le Grand Canal. Il s’agissait de biens saisis appartenant à Marin Faliero, l’auteur de la conjuration la plus fameuse de l’histoire vénitienne13. Le destin dispersa pourtant la richesse accumulée par cette génération dans la descendance féminine, les hommes de la famille étant morts jeunes.

  • 14 Dans l’église du Corpus Domini il y avait cette inscription, épitaphe de Zambon Ziliol, Iohannis Bo (...)
  • 15 Cf. Calendar of State Papers, Londres 1864, vol. 1, doc. 193, ASV, SM, reg. 49, f. 148, 1414, 24 ja (...)
  • 16 Comme beaucoup de marchands vénitiens, il mettait volontiers son navire à disposition de l’administ (...)

16La véritable calamité qui marqua l’histoire des Ziliol, ce qui reste dans la mémoire familiale comme un traumatisme originaire est la perte de la kogge de Zambon Ziliol. Celui-ci avait construit au début du xve siècle « le plus beau navire « gros » que l’on ait jamais fait à Venise, de 2.000 tonneaux » et il était parti vers l’Angleterre. Il s’y trouva impliqué en 1417 dans la reprise de la guerre avec le royaume de France. Henri V d’Angleterre réquisitionna son navire et l’infortuné Zambon, qui avait refusé de l’armer pour l’envoyer contre la France, alliée de sa patrie, finit en prison et perdit son navire et ses marchandises14. Cet épisode, qui trouve une parfaite correspondance dans les actes du Sénat vénitien15, laissa une marque durable dans l’histoire de la famille Ziliol, et contribua sans doute au développement d’une certaine méfiance à l’égard des risques et périls de l’activité marchande. Le patriotisme de Zambon trouve son répondant dans celui de son frère Marco, lui aussi propriétaire d’une Coca Ziliola, qu’il mit au service de la république durant la guerre de Chioggia16.

  • 17 Sur les charges de châtelain, cf. J. E. Law, « Lo Stato veneziano e le castellanie di Verona », dan (...)

17À la génération suivante, Giovanni, deuxième fils de Marco, « se consacra plus aux armes qu’aux trafics et fut châtelain en Istrie »17. Au dire d’Alessandro il fut aussi le premier de la famille à acquérir des propriétés en Terre Ferme. Avec ses deux enfants, Daniello et Guglielmo, prend forme cette diversification dans les activités de la famille Ziliol qui en fut une des caractéristiques au xvie siècle.

18Guglielmo fut marchand avec son neveu Alessandro, fils de Daniello. Leurs affaires furent apparemment désastreuses : au dire de son fils Andrea, Alessandro en mourut de douleur (en 1478). Son père Daniello, par contre, avait dès lors abandonné l’activité marchande pour se consacrer aux offices. Dans les quelques lignes qu’il consacre à son grand-père, Andrea Ziliol nous offre une analyse historique du processus de formation d’une bureaucratie laïque à Venise qui mérite d’être citée :

« Puisque la ville s’agrandissait, on faisait de nouveaux offices et augmentait le travail des autres. Les clercs commençaient à être mal vus et le citoyen à qui était nié l’accès au Conseil et qui ne voulait pas commercer, se consacra aux offices et en chassa les clercs. Chose qui à mon avis apportera, avec le temps, de graves dommages à la ville, puisqu’on a abandonné le commerce qui est le nerf ».

19L’analyse d’Andrea, historiquement fort pertinente, met l’accent sur l’exclusion des citoyens du Grand Conseil et sur le choix des offices comme une alternative au commerce, pour cette même raison, appartenant de droit aux citoyens de la ville. Notons que pour Andrea, marchand voyageur, l’activité marchande constitue encore « le nerf » : on est encore loin de l’identification des citoyens aux offices qui en sera, au moins pour une partie d’entre eux, la caractéristique au siècle suivant.

20Daniello, qui avait un office aux Ufficiali alle biave, épousa Madaluzza Balanzan, et eut dix enfants, cinq garçons et cinq filles. Apparemment, le seul de ses fils qui eut une descendance fut Alessandro, le père d’Andrea. Devenu marchand avec son oncle Guglielmo, il épousa Lucrezia Robabelli, nièce de l’archevêque de Zadar, avec une dot de 900 ducats, « qui était une somme importante ». Il eut à son tour dix enfants et mourut en 1478 à l’âge de quarante-sept ans à Chioggia, « de douleur », en raison, comme on l’a dit plus haut, de son insuccès commercial. Lucrezia mourut deux ans après.

  • 18 En dépit de son nom, la dogalina n’était pas la robe du Doge. Il s’agissait du vêtement noir normal (...)

21Le récit d’Andrea se clôt sur la description du mariage de son frère Vettor avec Lucrezia Reverti, célébré le 4 février 1501, et du dîner de deux cents personnes, nobles et citoyens, qui fut donné à cette occasion : « L’époux portait un manteau (dogalina) écarlate doublé de martre et étole de velours, l’épouse une robe de velours cramoisi et un manteau de damas doublé de satin cramoisi »18.

22Lucrezia apportait une dot de 2.000 ducats, c’est à dire « une très belle dot, à présent ». « Notez, ajoute-t-il, que moi, Andrea, je n’ai jamais voulu me marier, comme l’auraient voulu mes frères, mon plaisir étant de faire quelques voyages. Et, dans le nom de Dieu, j’ai laissé cette charge à Vettor, mon frère ». Andrea, « marchand de joyaux », voyagea aussi en Angleterre pour essayer, en vain, de récupérer le navire de Zambon Ziliol.

  • 19 Il nous dit que Gerolamo fut gastaldo à la Procuratia, Piero « se consacra aux offices », et Daniel (...)
  • 20 J. C. Davis, The decline of the Venetian nobility as a ruling class, Baltimore 1962 ; Idem, Una fam (...)
  • 21 Sur la description des habits dans les mémoires de famille, cf. Ph. Braunstein, « Approches de l’in (...)

23De ses autres frères, Andrea parle peu19. Apparemment, selon le même schéma qui a été mis en évidence naguère pour le patriciat20, « la charge » de se reproduire est confiée à chaque génération à un seul des frères Ziliol, normalement le plus jeune, qui la remplit avec une grande efficacité. Dans sa génération, ce fut Vettor. Avant de parler des neuf enfants qu’il eut de Lucrezia Reverti, il convient de s’arrêter sur sa biographie, telle qu’elle fut écrite par son arrièrepetit-fils Alessandro. L’élément le plus frappant du récit est l’attention extrême portée aux apparences : chaque étape de la vie de Vettor Ziliol est représentée par un vêtement différent21.

– Vettor Ziliol : l’habit fait le moine

24Dans sa jeunesse, Vettor fut atteint d’une grave « maladie du cerveau », au point que sa mère fit le vœu de l’envoyer au couvent si Dieu lui rendait la santé. Après sa guérison, Vettor, « s’habilla pendant plusieurs années en prêtre », et étudia la philosophie, la théologie, le droit et la musique. Voilà la première notation vestimentaire : durant sa jeunesse, Vettor ne « prit » pas l’habit. Il le porta. Une belle interprétation, à rebours, du vieux dicton : « l’habit ne fait pas le moine », mais surtout un bel exemple de l’importance « substantielle » que pouvait revêtir la « forme » dans la société vénitienne.

  • 22 Sur les Ottobon, cf. A. Menniti Ippolito, « Ecclesiastici veneti, tra Venezia e Roma », in Venezia (...)

25Après la mort de son père en 1478, Vettor changea d’habit et mit la dogalina « parce que, à l’époque, on ne portait pas les manches serrées, comme aujourd’hui, mais on portait la robe avec les manches larges, sans ceinture, les cheveux longs et une barrette haute de deux doigts ». Sur ce sujet, le chroniqueur se laisse aller à de franches considérations sur la mode, qui sont aussi l’occasion d’introduire des appréciations critiques sur certains de ses concitoyens. Selon Alessandro, la barrette, « on ne la levait jamais de sa tête, sauf à l’Église, ou en présence du Prince, parce que, à l’époque, tous ceux qui portaient la toge, qu’ils fussent, ou qu’ils ne fussent pas du Conseil, se saluaient réciproquement la barrette en tête. Mais cette habitude est aujourd’hui altérée, et les premiers qui ont commencé à lever leur barrette devant ceux du Conseil furent les Ottobon, pour s’attirer leurs faveurs lors des élections à la Chancellerie ». Plusieurs éléments de ce passage retiennent notre attention. Notons d’abord cette critique ouverte des Ottobon, famille de Grands Chanceliers, d’Évêques et de Papes, en rappelant qu’elle fut écrite avant son accession au patriciat en 164622. D’un point de vue plus général, remarquons cette représentation d’un « avant », d’un « monde perdu » où les hiérarchies sociales étaient moins rigides et moins lourdes qu’aux temps présents. C’est le même imaginaire qui accompagne les descriptions de la Venise d’avant la Serrata, où les citoyens originaires aiment à retrouver leurs racines, mais transporté deux siècles plus tard et, sûrement pas par hasard, dans la deuxième moitié du xve siècle, au moment même de la « fermeture » de la Chancellerie, quand la hiérarchie sociale qui séparait les fonctionnaires de la Chancellerie des autres citoyens se fit plus rigide.

  • 23 ASV, XS, Condizioni, 1514, S. Agnese, b. 14, n. 13.

26Vettor incarne un tournant dans l’histoire de la famille : il abandonne (à nouveau !) le commerce et investit son argent dans la Terre Ferme. Sur la liste de ses biens immeubles présentée au fisc vénitien au titre de la Decima de 1514, il ne déclare aucune propriété en ville et 26 campi dans la région de Padoue, à Piove di Sacco, avec une maison fournie de cour et jardin dont il dit se servir « en cas de peste ou pour d’autres usages semblables »23. Ici encore, Alessandro, le chroniqueur, nous livre une analyse sans indulgence de la conjoncture historique qui détermine les choix de Vettor Ziliol : « il faut savoir, écrit-il, que nos ancêtres n’avaient pas de propriétés en Terre Ferme [et que] l’avoir de notre famille comprenait des maisons à la Giudecca et à Venise, des navires et des marchandises ; et c’était la même chose pour tous les autres Vénitiens, mais tout a changé depuis 1400 [...] la ville s’étant enrichie grâce aux commerces, en particulier ceux du Conseil ont pu, de pauvres marchands et boutiquiers qu’ils étaient, devenir grands et acheter des terres dans les territoires de Padoue, de Trévise et dans le Polesine. Des familles qui n’étaient pas du Conseil ont fait de même, mais elles se sont ruinées rapidement, et celles qui fleurissent à présent ne dureront pas : c’est une conséquence presque nécessaire de leur condition ».

  • 24 La charge appartenait peut-être déjà à la famille. On trouve en effet dans les Libri commemoriali m (...)
  • 25 « On remboursa plus de dix millions d’or que le public avait de dette avec les particuliers, au gra (...)

27Mis, par la conjoncture historique, dans l’impossibilité « par le commerce, sur quoi véritablement se fonde la grandeur de la cité, de faire avancer sa maison, [Vettor] se tourna vers les brogli et les offices, et comme il était un homme de grand esprit il acquit plusieurs amitiés dans la ville et surtout dans le patriciat, car à l’époque la seule différence entre les citoyens du Conseil et les citoyens qui vivaient noblement était le droit de vote ». Vettor commença sa carrière dans la Chancellerie en 1479 et, à partir de 1482, fut notaire à la Camera d’Imprestidi, charge qu’il garda toute sa vie et qu’il put transmettre à son fils Cesare, qui la transmit à son neveu Giulio24. Les Ziliol gardèrent cet office pendant au moins cent cinquante ans, pendant la période délicate où les prêts d’État, les Monti Nuovo, Novissimo et del Sussidio furent en partie remboursés aux particuliers et en partie congelés par l’État25.

  • 26 Vettor se présenta en 1517, 1523, 1524 et 1529. Cf. M. Sanudo, Diarii, vol. XXXIII, col. 495, 1517, (...)
  • 27 P. Paoletti, La Scuola grande di San Marco, numéro spécial de la Rivista di Venezia, janvier-févrie (...)
  • 28 G. Canova, Paris Bordon, Venise 1964, p. 128, fig. 113, Gênes, (collection privée), Portrait de gen (...)

28Vettor se présenta par quatre fois, sans succès, aux élections pour le poste de Grand Chancelier. Il ne fut jamais élu parce qu’il n’était pas secrétaire, comme ce fut le cas pour tous les Grands Chanceliers élus après 1517. Marin Sanudo, dans son Journal, décrit très clairement les élections de cette époque, qui marquèrent un tournant dans l’histoire administrative de la République. Lors de celle de 1523, contre le Grand Conseil qui prétendait que tous devaient pouvoir se présenter à l’élection, s’ils étaient bons citoyens, le Doge Andrea Gritti proposa de ne nommer personne d’autres que des secrétaires26. Il fut plus heureux dans sa carrière de confrère de la Scuola Grande de San Marco : élu par deux fois Guardian Grande, en 1515 et 1524 « pendant le temps de son mandat, écrit Alessandro, il s’habilla avec la robe sénatoriale ». Cette nouvelle notation vestimentaire est chargée de significations : pour un citoyen conscient de son propre rôle, la charge la plus importante des Scuole Grandi méritait bien le même habit que l’une des plus hautes dignités de l’État. Signe de son rang prestigieux dans la confrérie, le portrait de Vettor, tenant dans les bras son fils Cesare enfant (puttino) était conservé, nous dit Alessandro, dans la salle de l’Albergo. Il pourrait s’agir d’un ouvrage de Paris Bordon, peintre, et confrère de la Scuola, qui avait alors été appelé à en achever la décoration avec Jacopo Palma il Vecchio27. Le tableau en question, inconnu aux historiens de l’art, est aujourd’hui égaré, mais il n’est pas impossible de proposer une piste pour son identification. En effet, parmi les œuvres connues de ce peintre figure au moins un portrait d’homme avec enfant, dont les historiens de l’art ne savent ni qui il représentait ni qui en furent les commanditaires28. Par la suite, le portrait de Caterina Rizzo, femme d’Alessandro Ziliol, l’un des fils de Vettor, fut peint par le fils de Paris, Giovanni Bordone.

  • 29 S. Settis, La « tempesta » interpretata. Giorgione, i committenti, il soggetto, Turin, 1978, p. 62.

29Homme cultivé, Vettor possédait une belle bibliothèque. Parmi ses livres figura presque certainement l’édition aldine de 1499 de l’Hypnerotomachia Poliphili, de Francesco Colonna, la « bible des Vénitiens les plus cultivés et raffinés de l’époque »29. C’est dans cet ouvrage que Vettor trouva le hiéroglyphe de la concorde et sa devise :

  • 30 Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, édition critique de G. Pozzi et L. A. Ciapponi, 2 vol (...)

30Pace ac concordia parvae crescunt, discordia maximae decrescunt30, qu’il proposa comme modèle d’unité familiale à ses fils, dans une lettre qu’il leur adressa à la fin de sa vie. Des œuvres littéraires de Vettor, Alessandro ne donne qu’un titre assez significatif, Contra Judaeos. Un inventaire plus complet se trouve dans Venetia città nobilissima et singolare, de Francesco Sansovino, où Vettor Ziliol apparaît parmi les hommes de lettres de l’époque du doge Piero Lando :

  • 31 F. Sansovino, G. Martinioni, Venetia città nobilissima et singolare, con aggiunta di tutte le cose (...)

« Vittorio Ziliolo, padre di Alessandro giuriconsulto, di Cesare, et di Scipione, huomo scientiato, et di vita essemplare, scrisse diversi trattati, cioè : Contra ingratitudinem Iudaeorum aspernantium beneficium redemptionis humanae ; De immaculatae hostiae, panisque et vini sacrificii veritate contra Iudaeos ; Orationes ac familiares ; Contra infidelitate Martini Lutheri ; Codex carminum »31.

31En dépit du caractère indiscutablement contre-réformateur de sa production littéraire, ses enfants, après sa mort, furent encore obligés de brûler les livres de sa bibliothèque que le Concile de Trente avait mis à l’Index.

  • 32 Comme c’est le cas pour la plupart des affirmations d’Andrea et Alessandro Ziliol, le recours aux s (...)

32Vettor mourut en 1543. Il ne laissa à ses nombreux enfants que 57,5 campi padovani (environ 17 hectares) et un peu d’argent. « Avec cette petite fortune il vécut toujours splendidement : il avait une gondole, avec deux valets, il fréquentait les hommes les plus importants de la ville, et il habita toujours des maisons grandes et nobles, choses qui ne seraient pas possibles aujourd’hui, parce que tout est devenu très cher ». À sa mort, il habitait dans une maison appartenant aux Loredan, pour laquelle il payait 54 ducats par an. Propriétaire à la campagne, Vettor Ziliol fut toujours locataire à Venise. Même dans les générations suivantes, il n’existera jamais une « ca’ Ziliol » appartenant à la famille32. À la fin de sa vie, Vettor avait écrit une lettre à ses enfants, en les priant de rester toujours unis, de vivre ensemble, mais surtout de vivre en paix entre eux, parce que « la concorde qui a toujours régné entre moi et mes frères est la principale et peut-être seule raison des avantages et des honneurs de notre maison ». Cette incitation à l’unité ne fut pas écoutée par tous ses fils.

– Les enfants de Vettor : déclarations de principe et symptômes de crise de l’unité familiale

  • 33 ASV, NT, b. 88, n. 23, 1503 27 mars, les témoins : Daniel Zordan, un notaire connu, et l’archiprêtr (...)

33En 1503, Lucrezia Reverti, pregnans, épouse de Vettor Ziliol, de confinio Sancti Marci, appelle un notaire chez elle pour refaire son testament. Par rapport à d’autres testaments de jeunes femmes enceintes, celui de Lucrezia donne plus de poids à la famille de son mari, en désignant parmi ses exécuteurs testamentaires ses beaux-frères, avec sa mère, son mari et tous ses frères et enfants « qui arriveront à l’âge de 18 ans ». Elle établit des legs pieux, mais réserve tous ses biens à son mari et à ses enfants33. Lucretia survécut à l’accouchement, ainsi qu’aux suivants, et mourut à cinquante-quatre ans, en 1538.

  • 34 ASV, NT, b. 1204, I, f. 69, 1544 août, lu le 22 janvier 1552, en présence des héritiers, Alessandro (...)

34En août 1544, la famille de Vettor Ziliol est décrite dans le testament de son frère Andrea, âgé de 87 ans, le premier auteur de la chronique familiale34 :

  • 35 Ziliola épousa en 1523 Apiolan Corbelli, avec une dot de 1.500 ducats, cf. le contrat de mariage, A (...)

« Tous mes frères sont morts : Vettor, Gerolamo, Piero et Daniel qui était chanoine à Vicence et aussi une de mes sœurs, madonna Pellegrina, à qui j’avais tout laissé dans un testament écrit avant de partir en France et Angleterre, en 1514. Mon frère Vettor a cinq fils et quatre filles, dont trois sont mariées35 et une religieuse. Le plus âgé, Alessandro, le docteur, est marié et a un fils et trois filles et sa femme est grosse, c’est pourquoi je prie ses frères de l’aimer parce qu’il a charge de femme et d’enfants ».

  • 36 Ibidem, Et la sopraditta moglie de mio nipote feze uno puto mascolo, il 19 zener a zerca ore 13 ver (...)

35Toujours attentif aux événements de sa famille, en janvier 1545 il rajoute ces mots : « Et ladite femme de mon neveu fit un enfant de sexe masculin le 19 janvier entre 13 et 14 heures, il est beau et très grand »36. Andrea Ziliol lègue ses biens, une modeste propriété de sept champs, à quatre de ses neveux : Scipione, Gerolamo, Cesare et Alessandro. Il en exclut Ottaviano, l’aîné, pour qu’il ne les gâche pas, comme il a fait avec l’héritage de son père, qui lui avait laissé la cinquième partie de ses biens. Dans la chronique familiale, Alessandro confirme le jugement d’Andrea : Ottaviano y est traité « d’homme idiot », qui dissipa son patrimoine, se disputa avec ses frères pour l’attribution de la prébende du chapitre de Vicence, et dut finalement se contenter d’un canonicat mineur dans le territoire de Vicence, où il mourut en 1590.

  • 37 ASV, NT, b. 1217, IX, n. 36, 1549 4 octobre, Campolongo maggiore, le testament est lu le 27 juin 15 (...)

36Son frère Gerolamo, docteur en droit civil et canonique en 1531 fut chanoine de Vicence. En 1549, au moment de partir pour Rome, il réécrivit son testament, pour laisser 50 ducats à Ifigenia, « faussement crue fille de Cesare, mon frère », qu’il confia à ses frères jusqu’à son mariage ou son entrée en religion, et désigna légataires universels ses frères Cesare, Scipione et Alessandro, avec son fils Vettor. Il mourut en 155537.

  • 38 « Une dignité très noble qui est concédée uniquement aux citoyens qui ne sont pas du Conseil. Ils s (...)
  • 39 ASV, NT, b. 1193, II, f. 42, 1588 4 janvier. Il meurt le 9 février 1589 et le 13 mars le testament (...)

37Cesare, le quatrième des frères, après une jeunesse agitée fut chancelier38 et mourut en 1589. Il avait pris sous sa protection son neveu Giulio, fils d’Alessandro, pour qui il avait réussi à obtenir, au prix « de peines, efforts et veilles », l’office de notaire à la Camera d’imprestidi qu’il avait hérité de son père39.

  • 40 C’est lui qui a récupéré, au prix de 700 ducats, les immeubles qui avaient été donnés en dot à Vice (...)
  • 41 ASV, NT, b. 1225, f. 73, 1591 1 février, le testament est lu en présence des egregi cittadini nostr (...)

38Un autre frère, Scipione, fut avocat al criminal de grande réputation, et très riche : « on raconte qu’en un seul jour il gagna 90 écus », écrit Alessandro à son sujet. Il mourut en 1591, désignant comme héritiers ses neveux, les fils de son frère Alessandro, à l’exclusion de Giulio. Il était le dernier survivant de sa génération : tous les contrats de mariage des filles d’Alessandro, ses nièces, qui nous ont été conservés, sont signés de sa main40. C’est lui aussi qui finança la carrière de marchand de son neveu Gerolamo : « je laisse », écrit-il, « à Gerolamo Ziliol mon neveu tout le petit capital que je lui ai donné quand il est parti pour l’Inde ; et si, pendant qu’il y sera, je lui envoie d’autres capitaux, qu’il garde le tout, mais soit obligé de partager avec mes héritiers la juste moitié du capital et du profit ; cependant, que l’on ne puisse pas lui demander les comptes de son administration, mais qu’ils acceptent sa parole et qu’il garde une moitié et l’autre moitié soit partagée parmi ses frères ». Giulio, déjà gratifié d’un office par son oncle Cesare, reçoit seulement 50 ducats, ses sœurs Samaritana et Elena se voient attribuer 500 ducats chacune pour leur mariage ou leur dot de religieuses, tandis que le reste de l’héritage, le residuum, qui n’est pas décrit, est destiné aux cinq autres fils d’Alessandro : Camillo, Orazio, Scipion, Cesaro et Gerolamo, « avec interdiction de vendre ou aliéner les champs ou les maisons ; et puisque ces biens je les ai acquis presque uniquement grâce à mon industrie, je désire qu’ils restent dans la famille Ziliola »41. En conclusion de son testament, Scipione se livre à une apologie de la noblesse vénitienne qui mérite d’être citée intégralement :

  • 42 Ibidem.

« Et j’ordonne à tous mes neveux qu’ils aient toujours en révérence toute la noblesse vénitienne, en la servant jusqu’au sacrifice de leurs vies, non seulement parce qu’elle le mérite, mais parce que notre famille lui est plus obligée que n’importe quelle autre de Venise, pour les nombreux bénéfices et grâces qu’ils nous ont faits et qu’ils les aient toujours au-dessus de leur tête, qu’ils les aiment et servent perpétuellement, comme leurs vrais et naturels seigneurs »42.

39Peut-être pense-t-il alors à l’office promis à Giulio, ou à l’autre office de notaire, d’une valeur de 150 ducats, qu’il a réussi à obtenir pour ses neveux. Il est vrai aussi que deux patriciens, Sebastian Barbarigo et Vincenzo da Molin furent témoins à ce testament et qu’à la génération suivante trois Ziliol se marièrent dans le patriciat.

40Aucun des autres frères n’eut d’enfants légitimes et tous désignèrent comme héritiers leurs neveux, fils d’Alessandro. Comme à la génération précédente, la tâche de se reproduire avait été confiée à un seul des frères.

– Les enfants d’Alessandro : la dispersion dans la ville

  • 43 M. Sanudo, Diarii, vol. XXXIII, col. 264, 1522 24 mai, Alessandro Ziliol de Vettor est notaire « ex (...)
  • 44 Son compare dell’anello fut le patricien Sebastiano Venier, futur doge. Il habitait dans la paroiss (...)
  • 45 La maison est mentionnée dans la condizione di decima de 1582 de sa femme et de ses frères Cesare e (...)

41Alessandro Ziliol, qui avait commencé sa carrière dans la Chancellerie, fut envoyé en compagnie de Vincenzo Rizzo à Padoue par le Conseil des Dix, pour y faire des études43. Il obtint le doctorat en droit et devint, en 1556, avocat fiscal. En 1538, il avait épousé Caterina Rizzo, « femme très belle », qui lui apporta 2.936 ducats de dot et reçut par la suite 5.000 ducats en héritage par sa mère Franceschina Michiel44. Il habitait avec sa famille, vingt enfants, affirme la chronique, « dans la grande maison du campo Sant’Angelo, pour laquelle il payait 140 ducats de loyer, et aujourd’hui il en payerait 280 »45.

  • 46 Selon la chronique, Lucrezia, Elisabetta et Elena eurent 2.000 ducats de dot chacune, Laura 3.000.
  • 47 Elle vécut successivement avec son frère Gerolamo qui lui légua ses biens et puis avec son neveu Al (...)
  • 48 ASV, ACM, rég. 153, 1558 5 février (1585, 18 décembre). Lucrezia mourut en 1580, à trente-neuf ans (...)
  • 49 ASV, ACM, reg. 147, f. 79, cf. le chapitre sur la famille Superchio.
  • 50 ASV, ACM, reg. 153, f. 230, 1564 21 mars (1601 7 septembre). Le contrat fut enregistré, après sa mo (...)
  • 51 ASV, ACC, b. 365, avec, entre autres, les témoignages de Camillo Ziliol, son beau-frère et de Vicen (...)

42Seulement quatre de ses nombreuses filles furent mariées46, les autres entrèrent au couvent sauf Samaritana, qui resta à la maison pour s’occuper de la famille47. Lucrezia, épousa en 1558 Pier Antonio Marioni, « spettabel messer », quondam Marco. La dot, de 2.500 ducats, est entièrement composée de rentes (« daie e livelli ») dans la région de Vicence, et la mère de la mariée, Caterina Rizzo, promet, sur ses biens, une rente de 40 ducats par an. Les frères Scipione et Cesare, de même que Caterina Rizzo et Elena Marioni, la mère de l’époux, s’engagent sur tous leurs biens au payement et à la restitution éventuelle de la dot, en signant personnellement le contrat48. En 1562, Alessandro maria sa deuxième fille Elisabetta à Ascanio Superchio, fils du docteur Valerio, avec une dot, qu’il promit avec son frère Scipione, de 2.000 ducats, entièrement payable dans les trois ans49. En 1564, Alessandro et Scipione donnèrent Laura, troisième fille d’Alessandro, à Vicenzo Pizzoni, avec une dot de 3.000 ducats, dont 700 sont représentés par des maisons à Murano. Fils de Zaccaria, qui avait une boutique de soie « da toscan » à Rialto50, Vicenzo eut deux frères secrétaires à la Chancellerie51. De la quatrième fille, Elena, le chroniqueur Alessandro écrit qu’elle « fut femme de grand esprit, non seulement dans les travaux féminins, mais dans les lettres et écrivit des sonnets non méprisables. Elle se maria âgée, ayant beaucoup travaillé pour sa famille, et refusa toujours d’entrer au couvent ou autre façon de vivre. Finalement elle ne profita pas longtemps de son mariage, puisqu’elle mourut bientôt, et on dit que ce fut à cause de la jalousie de son mari, très vieux et mal portant ». Elena mourut en 1601, âgée de quarante-cinq ans.

43Comme dans les générations précédentes, on trouve dans cette famille toutes les activités typiques des citoyens « honorables » : parmi les nombreux fils d’Alessandro Ziliol on trouve un chanoine, des fonctionnaires, des marchands et des soldats.

  • 52 ASV, NT, b. 196, n. 101.
  • 53 ASV, ACC, b. 361, perché de provar civilità non ho bisogno havendo io fratelli et barbani fratelli (...)
  • 54 Il prouva sa citoyenneté originaire en 1589, ASV, ACC, b. 367.
  • 55 Cf. BNMV, ms. It., cl. VII, 1667 (8459), Elenco degli ordinari, estraordinari, segretari di Pregadi (...)
  • 56 ASV, CI, Cedule, b. 68, n. 213, 1609 2 juillet.

44L’aîné, Vittorio, « fut le premier de notre maison qui se sépara des autres en donnant un très mauvais exemple, parce qu’il se maria contre la volonté de ses parents ». Chanoine de Vicence, il quitta l’Église pour épouser une femme « de condition inférieure », Lucrezia Orsi et mourut en 1589, à 51 ans. Dans son testament, écrit peu avant sa mort, il laissa à sa femme toute sa dot, 2.000 ducats, qui représentaient tout ce qu’elle possédait quand elle était allée vivre avec lui, « peu avant le mariage », augmentée d’une contredot de 1.000 ducats, ainsi que sa bague de diamants, « en signe d’amour ». À sa mère et ses sœurs il laissa 10 ducats, destinant tout le residuum à son frère Fabio, qui vivait avec lui52. Ce ne fut que la première d’une longue série de scissions : les frères Ziliol quittèrent la maison de Sant’Angelo pour s’établir deux par deux. Fabio, le deuxième frère, qui vécut plusieurs années avec Vittorio, eut un office aux Provveditori alle biave. Son neveu Alessandro nous donne une description assez crue de sa mort de la syphilis. Scipione, di bellissima presenza, vécut avec son frère Camillo et par la suite avec une femme qui lui fit plusieurs enfants. En 1590, lors-qu’il se présenta aux concours de la Chancellerie, il se contenta d’apporter la preuve de sa naissance légitime et son âge à l’Avogaria di Comun : il estimait en effet « ne pas avoir besoin de prouver ma citoyenneté, ayant des frères, des oncles, frères de mon père, ainsi que mon père même, qui l’ont déjà prouvée, puisqu’ils ont eu des offices qui ne peuvent, par les lois, être donnés qu’à des citoyens originaires »53. Il fut notaire à l’Ufficio delle acque et au Collegio. Cesare, après avoir essayé, sans succès, la voie du commerce se consacra aux offices54. N’ayant pourtant pas renoncé à son amour pour les voyages, il se rendit à Constantinople comme ragionato (comptable). Rentré à Venise, il prit, à partir de 1597, la place de son frère Scipione comme notaire à l’Ufficio alle acque. « Étant très désireux d’avoir des enfants, en raison de la compétition qui l’opposait à ses frères, à l’âge de 51 ans, il épousa en 1612 Trevisana Trevisan, sœur de Gianfrancesco, secrétaire du Sénat », mais ils n’eurent pas d’enfants. Il vivait au pont de l’Anzolo, dans une maison Barbarigo, pour laquelle il payait 150 ducats de loyer : « c’était un homme très beau, avec une belle barbe blonde, mais stupide ». Orazio, secrétaire du Sénat55, mourut en 1629, après avoir épousé successivement deux veuves qui ne lui donnèrent pas d’enfants. Dans son testament écrit en 1609, il léguait tous ses biens à sa femme Caterina et, après la mort de celle-ci, aux descendants légitimes de son frère aîné Camillo ou, le cas échéant, de son frère Giulio. À ses neveux, il légua directement deux offices mineurs, à Caterina, il laissa toute sa dot, 600 ducats, meubles et bijoux56.

– Gerolamo Ziliol, chancelier à Alep

  • 57 BCMCV, ms. Cicogna, 3430.
  • 58 Cf. U. Tucci, « Un ciclo d’affari commerciali in Siria (1579-1581), dans Idem, Mercanti, navi, mone (...)
  • 59 BCMCV, ms Cicogna, 3430, lettre à Orazio du 1er août 1598.
  • 60 Ibidem, lettre à Orazio du 31 juillet 1597.
  • 61 Ibidem, lettres à Orazio du 12 et du 25 septembre 1597 ; du 1er février 1598.
  • 62 Ibidem, lettre à Orazio du 28 février 1598.
  • 63 Ibidem, lettres à Camillo du 1er avril et du 1er septembre 1599.

45Les événements racontés par la chronique pour cette époque, les divisions entre les frères, les mariages des sœurs, les morts, les maladies et les offices trouvent une parfaite correspondance dans les trente-trois lettres écrites d’Alep par Gerolamo Ziliol à ses frères Camillo et, surtout, Orazio, entre 1597 et 159957. En dépit des apparences, la correspondance de Gerolamo est tout, sauf une correspondance marchande. En effet, en dépit du dynamisme du marché syrien à l’époque58, Gerolamo était un marchand raté (un autre !). Il était parti, suivant les conseils de son frère Cesare, avec l’office de chancelier du consul vénitien, comptant toutefois ne pas avoir à se contenter d’un « maigre office, qui n’est pas comme d’aller à Padoue ou à Mestre »59, et pouvoir y ajouter les profits des trafics commerciaux. Il avait espéré dans les relations de son frère Cesare, et dans les capitaux des Altan, avec qui il aurait dû fonder une compagnie. Ni l’un ni les autres n’avaient tenu leurs promesses et pourtant Cesare lui avait toujours dit : « Si j’avais un frère en Syrie, je ferais ceci et cela »60. Il avait donc dû se contenter du maigre revenu de la Chancellerie, sans même pouvoir payer un assistant (cogidor) pour l’aider. De temps en temps, il faisait parvenir dix ou douze pièces de mousseline à son frère Orazio, pour qu’il les vende à Venise61. Le plus souvent, toutefois, dans ses lettres, il promet des envois qu’il n’arrive pas à faire, et se plaint interminablement de sa famille qui l’a oublié. Il n’attend les navires marchands que pour les lettres qu’ils pourraient apporter ou les caisses de fromage, de vin, de jambon, et les objets de la vie quotidienne vénitienne, que le marché syrien n’offre pas. Même pour les objets nécessaires à son office il est contraint de recourir à son frère : en février 1598, par exemple, il demande du papier, des timbres et un bossolo da ballottar a Conseglio pieno di balle, l’urne remplie de boules, dont on se servait pour les élections dans les Conseils vénitiens62. Mais finalement Gerolamo est parti aussi pour l’honneur de sa famille ; pour cette raison, il souhaite rédiger une relation de son mandat, même si personne ne le lui a demandé ; pour cela aussi il compte sur l’aide de ses frères, plus experts en « choses de Chancellerie »63.

  • 64 Sur le rôle des marchands vénitiens en Syrie et Inde encore à cette époque, cf. aussi U. Tucci, « M (...)
  • 65 BCMCV, ms Cicogna, 3430, lettre chiffrée envoyée à Orazio le 4 octobre 1597.
  • 66 Ibidem, lettre chiffrée envoyée à Orazio le 1er avril 1599.
  • 67 Ibidem, lettre à Orazio du 1er octobre 1598.

46Ce qui frappe dans cette correspondance est son ton morne, qui contraste tellement avec l’image habituelle du grand commerce vénitien64. Particulièrement remarquable est aussi son caractère privé : d’Alep à Venise, on s’écrit uniquement de problèmes familiaux, de petites vengeances entre frères, de mesquines trahisons entre amis. Gerolamo demande ainsi à son frère Orazio de lui envoyer son alphabet chiffré. Quand il est sûr de bien l’avoir appris, il l’utilise non pas pour lui transmettre des secrets d’État, mais pour se plaindre du consul Tommaso Contarini, « le gentilhomme le plus ignorant du monde, qui ne sait ni juger, ni commander, ni gouverner [...] ni parler, ni écrire », et qui est connu partout pour « cochon »65. Plus tard, c’est dans une autre lettre chiffrée qu’il déplore les choix matrimoniaux de son frère Cesare, qui ne voulait pas obéir à sa mère et à ses frères66. Ce même frère est devenu si arrogant depuis qu’il a obtenu son office de notaire alle acque qu’il ne répond même plus aux lettres de Gerolamo. Celui-ci déclare une fois, sans même éprouver le besoin de chiffrer ses propos, qu’il se refuse à « lecargli il cullo »...67.

  • 68 Ibidem, lettres à Orazio du 1er juin et du 1er août 1598.
  • 69 Ibidem, lettre à Orazio du 6 mai 1599.
  • 70 ASV, NT, b. 1202, 1611 30 novembre, Gerolamo meurt le 23 octobre 1617.

47Ayant survécu à la peste68, Gerolamo décida en 1599 de rentrer à Venise et il demanda à habiter à nouveau dans la maison (nei mezzadi) de Sant’Angelo69. Il vécut alors avec Orazio. D’après la chronique d’Alessandro, il fut envoyé en France, avec d’autres marchands, par le Sénat, dans le but de récupérer des navires séquestrés par les corsaires. Il séjourna longtemps à Marseille, avant d’être contraint d’en partir après un duel qui lui procura beaucoup d’ennemis. Il se retira enfin dans une maison à Santa Maria Formosa avec sa sœur Samaritana, qu’il désigna comme héritière de la plupart de ses biens, sauf ses « livres imprimés, cartes de cosmographie, mappemondes, sphères et autres instruments mathématiques », qu’il légua à son frère Giulio pour l’éducation de son fils Alessandro (il s’agit du chroniqueur), dans « les sciences qu’il se délecte d’apprendre »70.

– Giulio et Camillo Ziliol : le conflit

48Avec cette génération, disparaissent harmonie et unité d’intentions et de propos qui avaient, jusqu’à cette époque, caractérisé la « politique de la descendance » de cette famille. Le mariage, quand il n’est pas organisé et autorisé par la frérèche, comme c’était le cas dans les générations précédentes, devient un acte de rébellion, l’expression de la « compétition » existant entre les frères. La lignée Ziliol n’apparaît plus comme le résultat d’une stratégie de « planification familiale » mise en place par les hommes de la famille, mais prend une forme anarchique et irrégulière. Dans les générations précédentes, sans doute aussi grâce au hasard, qui avait fait que l’héritier désigné, et lui seul, avait en fait accompli la mission de se marier et de se reproduire, il n’existait qu’une branche de la famille. À cette génération, on trouve au moins trois mariages d’hommes de la famille avec des femmes patriciennes, et donc certainement « dignes » de se reproduire, et un mariage avec une femme « de condition inférieure », vite oublié, ainsi qu’une foule de bâtards de provenances diverses (mais c’était sans doute aussi la règle aux générations précédentes).

  • 71 ASV, Canc. Inf. Cedule, b. 68, n. 213, 1609 2 juillet.

49Le point extrême de cette fracture à l’intérieur de la famille fut la dispute pour l’héritage d’Orazio Ziliol qui opposa, en 1629, ses frères Camillo, l’héritier désigné, et Giulio Ziliol. Le cas, raconté par la chronique d’Alessandro, fils de Giulio, est exactement documenté dans les archives notariées vénitiennes71. À cause d’un « vice de forme », Giulio réussit à obtenir la moitié des biens d’Orazio, auxquels il n’aurait dû avoir droit, par le testament, qu’en cas d’extinction de la lignée de Camillo.

  • 72 Cf. BNMV, ms. It., cl. VII, 1667 (8459), cit.
  • 73 73À la Redecima de 1582, Camillo déclare comme biens uxorio nomine un banc de boucher à Rialto et c (...)
  • 74 Cf. BNMV, ms. IT, cl. XI, 211, (6735) ; ASV, ACC, F, et b. 368. Giovanni, né en 1583, fut baptisé d (...)
  • 75 ASV, ACM, reg. 157, f. 87, 1590 6 février, le contrat est présenté par Aurelio Fallaguasta en 1616, (...)
  • 76 ASV, ACM, reg. 157, f. 76, 1601 19 juillet. Le contrat est présenté en 1613, après la mort de l’épo (...)

50Camillo et Giulio sont deux autres fils d’Alessandro, dont nous n’avons pas encore parlé. Camillo, entré en Chancellerie en 1556, fut, à partir de 1565, secrétaire de plusieurs magistratures, jusqu’à devenir secrétaire du Sénat72. Il épousa une patricienne, Caterina Bragadin73, et en eut trois fils, Alessandro, Giovanni et Tommaso, qui suivirent la carrière de Chancellerie74 et au moins trois filles, dont les contrats de mariage nous ont été conservés. Lucrezia épousa en 1590 un noble de Padoue, Aurelio Fallaguasta : sa dot était de 2.200 ducats et le contrat, suivant les Statuts de Padoue, prévoyait que si la femme mourait sans enfants, le veuf avait droit à la moitié de la dot75. Une autre fille, Faustina, épousa en 1596 Francesco Franceschi : sa dot était de 2.000 ducats, dont 1.000 correspondaient à l’entretien du couple et d’une domestique pendant quatre ans et 400 devaient être payés en huit ans : en 1601, Faustina, veuve avec une fille, se remaria avec un noble de Padoue, Annibale del Mulo. Sa dot se monta alors à 4.000 ducats76.

  • 77 ASV, ACC, b. 374.

51L’autre frère, Giulio, reçut la charge de chancelier et l’office à la Camera d’Imprestidi que lui avait laissé son oncle Cesare. Il épousa en 1571 Elena Bragadin, sœur de Caterina, l’épouse de son frère Camillo. Les témoins du mariage furent ses beaux-frères Vicenzo Pizzoni et Ascanio Superchio77. Il eut quatre filles et un fils, Alessandro, le chroniqueur, qui sont tous cités dans son testament, écrit en 1625.

  • 78 Cf. chapitre précédent.

52Giulio abandonne la logique lignagère qui avait jusqu’alors prévalu dans les pratiques testamentaires des hommes Ziliol. Il désigne comme héritiers universels, à égalité, ses enfants Caterina et Alessandro, et leurs descendants légitimes, garçons ou filles. Au cas où leur descendance viendrait à manquer, les héritiers seraient les descendants de sa fille Isabella et d’Andrea Bortolussi, un verrier de Murano qui, ayant épousé Isabella Ziliol, s’était établi avec son beau-père78. On remarquera que, à cette génération et pour la première fois dans l’histoire de cette famille, le gendre de Camillo aussi bien que celui de Giulio Ziliol viennent s’établir chez leurs beaux-pères. C’est une démonstration de plus de la volonté des deux frères de couper les liens avec la dynastie Ziliol, et de resserrer par contre leurs relations avec les familles alliées, et héritières potentielles.

  • 79 ASV, NT, b. 1178, n. 210, 1625, 18 octobre

53D’après le testament de Giulio, au cas où les descendants d’Isabella et Andrea Bortolussi viendraient aussi à manquer, alors seulement l’héritage reviendrait aux descendants de son frère Camillo. Les religieux étaient exclus de tout héritage, à perpétuité, mais « le dernier des derniers pourra en disposer à son gré ». À deux autres filles religieuses il fait des legs modestes ; Alessandro est chargé de la restitution de la dot à sa mère Elena. Son père le prie de vouloir « se consacrer entièrement au gouvernement de la famille et au service de la patrie et de nos seigneurs, à l’imitation de nos ancêtres »79.

54Le testament de Giulio représente une rupture dans l’histoire de la famille. Non seulement on se trouve, pour la première fois, face à deux lignées Ziliol, mais surtout, en désignant comme héritiers à égalité son fils et sa fille et, le cas échéant, les enfants d’une autre de ses filles, Giulio privilégie ses propres descendants, par rapport à la lignée Ziliol elle-même. Cette attitude ouverte n’exclut pourtant pas toute logique lignagère : l’existence de deux lignées accorde par là même une plus grande liberté au cadet, en lui permettant de « disperser » nom et biens, réservant au frère aîné et à ses successeurs la charge de défendre le lignage et ses intérêts.

– Les Ziliol, citoyens et confrères

  • 80 Cf. ASV, SGSM, b. 82

55De moins en moins marchands, de plus en plus officiers et « dépendants », les Ziliol donnent l’exemple sur une longue période, entre xive et xviie siècle, de l’évolution des activités des citoyens vénitiens. À chaque génération, les frères Ziliol, qui ne se définissent pourtant jamais comme une frérèche, agissent collectivement, en se partageant entre les différentes activités professionnelles que le monde vénitien leur offre. La rupture, qu’on vient de décrire, est ressentie par Alessandro de manière traumatique. Recommandée, souhaitée, regrettée, mythifiée, l’unité familiale est un autre des leitmotivs de la Chronique. Le parallèle avec la famille des Grifalconi s’impose : eux aussi poursuivirent le même but, mais durent affronter le problème du manque de descendants, que les Ziliol ne connurent jamais. C’est peut-être aussi pour cette raison que, quoique confrères extrêmement actifs de la Scuola Grande de San Marco, les Ziliol n’en parlent jamais dans leurs testaments. La présence des Ziliol dans la Scuola Grande de San Marco est probablement aussi constante que celle des Grifalconi dans la Scuola Grande de la Misericordia, mais leur rôle fut beaucoup plus important. Régulièrement élus parmi les Degani et les membres de la Zonta, les Ziliol furent neuf fois Guardian Grandi entre xve et début du xviie siècle : Zuanne en 1444, Vettor en 1515 et 1524, Piero en 1522, Alessandro en 1551, Cesare en 1560, Scipion en 1574, Giulio en 1613 et Cesare en 1617 ; trois fois Vicari, Alessandro en 1542, Cesare en 1543, Scipion en 1555 et trois fois Guardiani da Mattin, Daniel en 1445, Piero en 1511 et Scipion en 1550. Comme on peut voir dans le tableau suivant, il y a en permanence un Ziliol parmi les membres du Chapitre de la Scuola de San Marco80.

56Nous n’avons malheureusement pas le testament de Vettor, qui fut deux fois Guardian Grande, mais celui de Giulio, lui aussi Guardian Grande, ne parle pas de la confrérie. Les Ziliol n’ont jamais besoin de recourir à la confrérie comme héritière alternative et, à la différence des Grifalconi, en cas de nécessité préfèrent les membres des familles alliées. Et pourtant, non seulement le lien avec la confrérie réapparaît à chaque génération, mais Vettor, en se faisant peindre, dans la salle de l’Albergo de la Scuola, avec son fils, affirme symboliquement que la relation avec la confrérie est destinée à continuer dans le temps.

57En tout cas, le thème de la famille nombreuse et unie revient régulièrement dans la Chronique : « qu’est-ce qui peut y avoir de plus doux au père que d’avoir beaucoup d’enfants ? Et qu’est-ce qui peut y avoir de plus heureux et plus utile pour l’homme que d’avoir beaucoup de frères ? Puisque en vérité, plusieurs sont plus puissants qu’un seul », écrit Vettor à ses fils. Mais la concorde, dit encore Vettor Ziliol, est une disposition de l’esprit, est une conquête de la volonté, parce que « ni les liens du sang, ni la Patrie, ni les coutumes » suffisent à la créer : l’unité n’est pas donnée, c’est un but à atteindre.

58En essayant d’interpréter les mots de Vettor, on pourrait dire que l’identité n’est ni lignagère, ni « nationale », ni sociale : le fondement de l’identité « citoyenne » est la famille et, dans l’imaginaire de la famille Ziliol, les temps de la concorde familiale sont mythifiés et se superposent aux temps de l’égalité, quand les citoyens étaient « réputés et estimés à l’égal de ceux du Conseil ».

59Alessandro Ziliol, «astrologue et poète», et ses élaborations politiques

60Fils d’une patricienne, petit-fils d’un Procuratore di San Marco, le citoyen Alessandro Ziliol abandonna l’attitude d’hommage envers le patriciat vénitien qui avait été celle de certains, au moins, de ses ancêtres. Dans le paragraphe de la Chronique consacré aux causes qui ont obligé Vettor Ziliol à quitter à son tour l’activité marchande, il introduit celle qui apparaît comme une véritable critique de la politique suivie par le patriciat à l’égard des citoyens et, plus en général, du problème de la citoyenneté vénitienne. «Comme il est bien évident pour tous ceux qui pratiquent cette ville et ont le jugement nécessaire à connaître son état, dorénavant personne ne pourra ni être admis au Conseil ni devenir grand avec le commerce, parce que la puissance personnelle des citoyens du Conseil s’étant accrue, et l’insolence de beaucoup d’entre eux, ils ont fermé et sont en train de fermer toutes les routes par lesquelles le populaire ou autre peut se distinguer, leur but étant d’éviter que d’autres s’agrandissent trop et de rassembler par voie de parentèle ou par d’autres moyens les richesses éparses parmi le peuple. C’est dans ce but qu’ils ont toujours veillé à ce qu’il ait à Venise moins de naturels et citoyens que possible, et ils y sont arrivés, puisque je crois qu’à Venise il n’y a pas six mille Vénitiens anciens». C’est une analyse sans pitié ni indulgence d’un patriciat fermé, qui ne pense qu’à voler les richesses rassemblées par le «peuple» et à couper les ailes de ceux qui voudraient s’élever à son niveau, qui vient d’un de ces citoyens originaires du milieu des fonctionnaires, dont on a toujours blâmé le manque de critique, d’autonomie, en un mot de «conscience de classe».

  • 81 L’expression est de Gasparo Contarini, l’idée que les citoyens originaires sont une couche « élue » (...)

61Alessandro Ziliol écrit dans la première moitié du xviie siècle, avant que le déficit de l’État dû aux guerres de Candie et de Morée n’oblige le patriciat à ouvrir ses rangs, il écrit à une époque où les non-nobles pouvaient s’approcher du patriciat seulement par voie de mariage et où, par conséquent, les dots des filles de bourgeois et de marchands qui voulaient épouser des patriciens atteignaient, selon plusieurs observateurs contemporains, des chiffres astronomiques. Alessandro Ziliol voit le phénomène du côté de ce « peuple » qui choisit d’investir son argent dans une politique de la parentèle. À la différence d’une famille comme les Scaramelli ou les Ragazzoni, toutefois, qui semblent avoir suivi une stratégie précise dans ce but, Alessandro Ziliol ne cache pas sa rébellion par rapport à « l’insolence » de « ceux du Conseil ». Ainsi faisant, il sous-entend une idéologie différente de la famille et de la parenté qui est moins liée à des stratégies à long terme, qu’à des exigences du moment. Il fait enfin preuve de lucidité dans cette analyse de la politique suivie par le gouvernement vénitien à l’égard de la naturalisation et de la citoyenneté. La rareté des citoyens originaires ne lui apparaît ni comme un signe de distinction ultérieure de ce groupe, ni comme une concession faite par le patriciat à « la partie la plus honnête du peuple »81. Au contraire, il s’agit d’un autre aspect de la politique globale de fermeture mise en place par le patriciat, pour éviter d’avoir à partager richesses et honneurs.

  • 82 In Vinegia, città nobilissima non solo d’Italia ma del mondo tutto due ordini di gentilhuomeni si r (...)

62Dans la Chronique, Alessandro Ziliol n’utilise qu’une expression pour désigner le patriciat vénitien : ceux du Conseil. Plus que d’un artifice rhétorique, il s’agit d’un choix qui demande à être considéré attentivement, et surtout au miroir d’un autre ouvrage du même auteur : Le due corone della nobiltà veneziana, un recueil, en deux volumes, de notations généalogiques concernant plusieurs familles patriciennes et citoyennes. « À Venise, très noble ville, non seulement d’Italie, mais du monde entier, il y a deux ordres de gentilshommes, comme tout le monde le sait. Les nobles, qui ont dès leur naissance le droit de vote dans le Grand Conseil de la ville, sont appelés patriciens et nobles de Conseil. Ceux qui naissent et vivent noblement, mais qui n’ont pas le droit de vote dans le susdit Conseil, sont les gentilshommes populaires. Mais selon l’usage vulgaire, les premiers sont appelés gentilshommes nobles et les autres, par une expression plutôt extravagante, gentilshommes citoyens »82. Ainsi commence le premier volume, consacré aux généalogies patriciennes.

  • 83 BCMCV, ms. Cicogna, 2459.

63Par cette image des « deux couronnes », dont il fut probablement le créateur, Alessandro affirme l’identité des citoyens avec beaucoup de force et d’efficacité. Une fois que la réflexion politique sur l’État vénitien avait mis de côté la rigide division en deux couches formalisée par Gasparo Contarini un siècle auparavant, parler d’une couche intermédiaire de citoyens honorables était devenu possible. Les appeler « gentilshommes populaires » nous paraît toutefois encore comme une provocation, qui révèle la même attitude critique par rapport à la fermeture du patriciat qu’Alessandro avait exprimé de manière beaucoup plus nette et sincère dans un écrit à usage privé, comme la Cronichetta. Le due corone, même s’il ne fut pas publié, et même si on ne peut pas le définir un écrit « public » au sens strict du terme, était sans doute destiné à être divulgué et lu par nobles et citoyens. Nous en connaissons deux copies, dont une, celle de la Bibliothèque du musée Correr, est ornée des dessins en couleurs des armes des familles83.

  • 84 Ibidem, vol. II. c. 1, Quest’ordine ha havuto origine l’anno 1297, conciosiaché riformanosi all’hor (...)
  • 85 De Republica Venetorum, op. cit., p. 239.

64Dans l’introduction au deuxième volume, Alessandro élabore une théorie de la naissance de « l’ordre citoyen ». « Cet ordre trouve son origine en l’an 1297, quand fut réformé le gouvernement public et furent réduites à l’état de familles plusieurs maisons et personnes nobles qui, comme il arrive dans les Républiques, n’étant pas comprises parmi eux, donnèrent origine à l’ordre qu’on appelle aujourd’hui des citoyens »84. Dans cette image, la maison, la casa, apparaît comme le côté public de la famille ; le patriciat, gardant le gouvernement, garda aussi le droit de s’organiser en case, aux citoyens ne resta que la famille. Qui sait si Alessandro connaissait la suite du fameux paragraphe Universus populus in duo genera est distributus, de Gasparo Contarini, où il avait écrit Nam plebejis hominibus qui suapte natura parum honori student, sed potius rei familiaris studio inserviunt, modica etiam iura concessa sunt... ?85. L’analyse d’Alessandro Ziliol nous fournit alors un appui en faveur de notre hypothèse que la conservation de la mémoire familiale revêt une importance toute particulière pour les citoyens exclus du pouvoir politique. C’est une source d’identité qui, de plus, obtint une sanction officielle et publique quand la loi imposa aux citoyens originaires et honorables de présenter à l’Avogaria di Comun l’histoire de leurs propres familles.

  • 86 Cf. ce qu’en dit Andrea Ziliol dans la Cronichetta.
  • 87 BNMV, ms. IT., cl. VII, 4 (7926). D’autres recueils de généalogies ou de chroniques de familles cit (...)
  • 88 BNMV, ms. IT., cl. VII, 5 (7926), vol. II, c. 161, I Zilioli vennero da Ferrara 500 anni sonno dove (...)

65Affirmer les communes origines de patriciens et citoyens, séparés par la Serrata, est un thème fréquent des généalogies citoyennes86. Certaines familles furent exclues, écrit Alessandro « comme les Dardani, Zilioli, Armani, Pozzi, d’autres divisées : une partie des Grimani, des Berengo, des Agostini et des Foscolo entra dans le Conseil, une partie en fut exclue ». En 1381, au moment des agrégations au patriciat qui suivirent la guerre de Chioggia, les Vendramini, les Garzoni, les Condulmer et les Nani furent ainsi divisées. Mais l’ordre citoyen fut encore enrichi par les familles de la noblesse italienne « et d’autres nobles personnes », qui s’établirent à Venise. Une caractéristique du deuxième volume des Due corone, par rapport à d’autres recueils généalogiques de l’époque est le fait de ne pas se borner aux grandes familles de la Chancellerie, mais d’avoir choisi un échantillon de citoyens plus vaste, qui n’exclut ni le commerce ni les professions libérales87. Parmi les 247 familles dont il parle, Alessandro Ziliol inclut, bien sûr, la sienne : « Les Ziliol vinrent de Ferrare il y a 500 ans, où cette famille existe toujours, ornée du titre comtal, et on retrouve aussi bien des Ziliol à Pérouse et dans d’autres régions d’Italie »88.

66Par l’image des « deux couronnes », Alessandro Ziliol élabore, à un siècle de distance, une construction mythique opposée et spéculaire à celle de Contarini. Pour Gasparo Contarini, les ordres de la société vénitienne étaient deux : noblesse et peuple ; à l’intérieur de ce dernier, il y avait « la partie plus honnête ». Pour Alessandro Ziliol, la distinction est interne à l’ordre des gentilshommes entre les gentilshommes nobles, ou de Conseil, et les gentilshommes populaires. Entre Contarini et Ziliol, un siècle : pour les citoyens un siècle de conquêtes mais aussi de frustrations.

Notes

1 BCMCV, ms. Correr 963/5, f. 137-149. Celui du Correr est très probablement le manuscrit original d’Alessandro Ziliol, comme le montrent certaines corrections et des phrases inachevées. Il provient d’un volume disparu, dont il occupait les pages 137 à 149. La transcription du manuscrit du Correr est présentée en Annexe. Toutes les citations de la chronique traduites ici proviennent de ce texte.

2 BNMV, ms. IT., cl. VII, 351 (8385), f. 367-371v. Par rapport à celle du Correr, cette copie présente un certain nombre d’erreurs et quelques corrections « stylistiques », comme le remplacement du verbe vénitien cavare par le plus italien levare.

3 G. Degli Agostini, Notizie istorico-critiche intorno la vita e le opere degli scrittori viniziani, op. cit., vol. 2, p. 607-10.

4 BNMV, ms. IT, cl. VII, 328 (8513), Andrea Ziliol, Storie dei suoi tempi (15081528). C’est le seul exemplaire et il n’est pas complet.

5 M. Foscarini, Della letteratura veneziana, op. cit., vol. 1, p. 178.

6 Ibidem, vol. 1, p. 395. Foscarini fait ici référence à l’ouvrage Delle historie memorabili de’ suoi tempi, en trois volumes, dont le premier, en dix livres qui concernent les événements de 1600 à 1618, fut publié en 1642, et dédicacé à Francesco Molin, Procuratore di San Marco, qui devint Doge quatre ans plus tard ; le deuxième, en huit livres, qui vont de 1615 à 1627, fut aussi publié en 1642 et dédicacé au cardinal Francesco Barberino, et le troisième, en quatre livres, de 1628 à 1632, fut publié en 1646, après la mort de l’auteur et dédicacé par l’imprimeur Furrini au cardinal Camillo Panfili.

7 Alessandro Ziliolo di Giulio, Copia dei primi cinque canti della Costantinopoli acquistata, poema eroico, Venetia, B. Corsi, 1622 ; Memorie concernenti l’origine delle famiglie de’ Veneti cittadini, Venezia 1775 ; Vite di gentilhuomini veneziani del secolo XVI tratte dalla vita dei poeti italiani ed ora per la prima volta pubblicate, Venezia 1848. Sur le manuscrit de la Vita del Calmo, dont l’autographe est conservé à Gênes, Raccolta Durazzo, et des copies à la Bibliothèque Marciana, ms IT., cl. X, I (6394) et IT., VII, 288 (8640), cf. Giorgio Padoan, « La commedia rinascimentale a Venezia : dalla sperimentazione umanistica alla commedia regolare », dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi, Storia della cultura veneta, 4/III, Vicence, 1981, p. 377-465, note 224, p. 433.

8 Cf. à ce propos, Ph. Braunstein, « Approches de l’intimité, xive-xve siècle », dans G. Duby, éd., L’histoire de la vie privée, de l’Europe féodale à la Renaissance, II, Paris 1985, p. 526-619.

9 Ibidem et, sur le « sens du temps » qui s’exprime par l’écriture de mémoires familiales, cf. A. Tenenti, Florence à l’èpoque des Médicis : de la cité à l’État, Paris 1968.

10 Sur la famille Amadi, d’origine lucquoise, cf. L. Molà, I lucchesi a Venezia, op. cit. ; sur leur chronique, cf. E. Crouzet-Pavan, « Sopra le acque salse », op. cit., vol. I, p. 617-668 ; sur la chronique de’ Freschi, cf. chapitre précédent.

11 Cf. les analyses, qui vont exactement dans ce sens, de Ugo Tucci sur le monde marchand vénitien à la fin du xvie siècle, dans « La psicologia del mercante veneziano », Idem, Mercanti, navi, monete, op. cit., p. 43-94.

12 BNMV, ms. IT., cl. XI, 211 (6735), Libro di varie cose con riporti, p. 29-32.

13 Cf. V. Lazzarini, Marin Faliero, Florence 1963, p. 223 et cf. aussi V. Zanetti, Le pergamene dell’archivio degli Esposti, Venise 1878.

14 Dans l’église du Corpus Domini il y avait cette inscription, épitaphe de Zambon Ziliol, Iohannis Boni de Ziliolo qui pro patria in terris Anglorum mortuus est A. D. 1435, die 16 mensis junii, jussu D. Petri de Ziliolo de confinio Sancti Leonardi, E. A. Cicogna, Delle iscrizioni veneziane, 6 vol., Venise, 1824-53, vol. II, p. 31.

15 Cf. Calendar of State Papers, Londres 1864, vol. 1, doc. 193, ASV, SM, reg. 49, f. 148, 1414, 24 janvier, Le Sénat autorise la Ziliola, qui participe au convoi de Londres et des Flandres, à charger des marchandises, à l’exclusion des épices, jusqu’à la fin du mois ; doc. 207-208, reg. 51, f. 56, 1414, 19 août, Lettre au Sénat du capitaine des galères des Flandres préoccupé par les menaces d’Henri V de séquestrer les galères du convoi de Londres et réponse du Sénat ; doc. 214, reg. 52, f. 9, 1417, 26 avril-doc. 215, reg. 52, f. 11, 1417, 3 mai, Henri V a séquestré trois navires vénitiens : le Sénat admet son impuissance ; doc. 216, reg. 52, f. 11, 1417, 3 mai, Lettre des citoyens vénitiens Pietro Lando et Marco Giustinian, au roi d’Angleterre pour lui demander de libérer les navires conduits par Giovanni Bono de Ziliolo, Marco Bocheta et Antonio Ungareno qui étaient munis de sauf-conduits royaux ; doc. 217, ibidem, Le Sénat écrit au Consul des marchands vénitiens à Londres pour lui demander de faire tout ce qui est en son pouvoir pour libérer les trois citoyens détenus par le roi Henri V.

16 Comme beaucoup de marchands vénitiens, il mettait volontiers son navire à disposition de l’administration vénitienne : le 14 août 1404, dans le Grand Conseil, on reçoit une lettre de Candie, arrivée per cocam Marci Bon de Ziliuol, F. Thiriet, éd., Duca di Candia. Ducali e lettere ricevute (1358-60 ; 1401-1405), (Fonti per la storia di Venezia, sez. 1, archivi pubblici), Venise 1978, doc. 139, p. 149. Une certaine malchance semble d’ailleurs s’être acharnée sur les navires des deux frères : d’après Alessandro, un navire de Marco se brisa en 1399 dans le port de Venise à son retour de Syrie ; les armes (balestroni) purent être repêchées et étaient encore conservées à son époque dans la maison Ziliol.

17 Sur les charges de châtelain, cf. J. E. Law, « Lo Stato veneziano e le castellanie di Verona », dans G. Cracco, M. Knapton, Dentro lo « Stado italico », op. cit., p. 133 et M. Casini, « La cittadinanza originaria a Venezia », art. cit., p. 137.

18 En dépit de son nom, la dogalina n’était pas la robe du Doge. Il s’agissait du vêtement noir normalement porté par les Vénitiens « honorables » jusqu’au xviie siècle, cf. G. Boerio, Dizionario del dialetto veneziano, Venise 1856.

19 Il nous dit que Gerolamo fut gastaldo à la Procuratia, Piero « se consacra aux offices », et Daniello, docteur en philosophie, théologie et droit, fut chanoine à Vicence et protonotaire apostolique. Une seule de ses sœurs, Elena, fut mariée à Gerolamo Colonna, les autres entrèrent en religion.

20 J. C. Davis, The decline of the Venetian nobility as a ruling class, Baltimore 1962 ; Idem, Una famiglia veneziana e la conservazione della ricchezza. I Donà dal ’500 al ’900, Rome 1980.

21 Sur la description des habits dans les mémoires de famille, cf. Ph. Braunstein, « Approches de l’intimité », art. cit., et Idem, Un banquier mis à nu. Autobiographie de Matthaus Schwarz, bourgeois d’Augsbourg, Paris 1992.

22 Sur les Ottobon, cf. A. Menniti Ippolito, « Ecclesiastici veneti, tra Venezia e Roma », in Venezia e la Roma dei Papi, Milano 1987, p. 209-234 et Idem, Politica e carriere ecclesiastiche nel secolo XVII. I vescovi veneti fra Roma e Venezia, Bologna 1993 ; sur la clientèle du pape Ottobon, Alexandre VIII, cf. R. Ago, Carriere e clientele nella Roma barocca, Rome 1990.

23 ASV, XS, Condizioni, 1514, S. Agnese, b. 14, n. 13.

24 La charge appartenait peut-être déjà à la famille. On trouve en effet dans les Libri commemoriali mention d’un Ottavio Ziliol, notaire à la Camera d’imprestidi en 1407, cf. R. Predelli, éd., Libri commemoriali, Venise 1903, livre VI, p. 224.

25 « On remboursa plus de dix millions d’or que le public avait de dette avec les particuliers, au grand soulagement du Sénat et les louanges de la fidélité et intégrité de nous Ziliol », écrit Alessandro ; cf. Memoria sopra la francazione dei Monti « Nuovissimo » e « Sussidio », par Giulio Ziliolo, notaio alla Camera d’Imprestidi, 1598, avril, BNMV, ms. IT, cl. VII, 1202 (9428).

26 Vettor se présenta en 1517, 1523, 1524 et 1529. Cf. M. Sanudo, Diarii, vol. XXXIII, col. 495, 1517, 19 janvier ; vol. XXXIV, col. 362, 1523, 12 août ; vol. XXXV, col. 99, 1523, 17 octobre ; vol. XXXVI, col. 465, 1524, 8 juillet ; col. 472, 1524, 14 juillet ; col. 476, 1524, 17 juillet ; vol. LI, col. 548, 1529, 14 septembre. En 1517, Sanudo donne une liste de candidats de fuora qui « ne méritaient pas d’être élus » : Facio Tomasini de Cannaregio, Giovanni Gueruzi dal banco, gastaldo des Procuratori de Citra, Alvise Fineti Grand Chancelier à Candie, Nicolò da Ponte dai Servi et Vettor Ziliol. Tamen, continue Sanudo, questi secretari comenzorno a praticar li zentilhomeni, videlicet Thomà di Freschi, Gasparo di la Vedoa, Alberto Tealdini, Nicolò Aurelio, Zuan Piero Stela et Alexandro Capella et Z. Battista di Adriani e Bernardin di Redaldi. L’élu fut Gian (Zuan) Piero Stella. En 1523, l’élu fut Nicolò Aurelio, secrétaire du Conseil des Dix, quondam Marco, secrétaire du Conseil des Dix ; les autres candidats étaient encore Giovanni Gueruzi, Alvise Feletto, Grand Chancelier à Candie, Gerolamo Dedo, secrétaire du Conseil des Dix, quondam Giovanni, Grand Chancelier. En 1524, fut élu Gerolamo Dedo, les autres candidats étaient Tommaso de’ Freschi et Andrea de Franceschi, secrétaires du Conseil des Dix, Alvise Feletto et Gian Battista di Vielmi, secrétaire du Sénat. En 1529, fut élu Andrea di Franceschi, les autres candidats étaient Giovanni Caroldo et Bartolomeo Comin, secrétaires du Conseil des Dix, Francesco quondam Alvise Feletto et encore Giovanni Gueruzi. On peut se demander en quelle mesure l’intervention d’Andrea Gritti n’était pas liée à des exigences du moment, à la volonté de soutenir quelqu’un en particulier. C’est en fait le même Doge qui, un an plus tard, appuya la candidature tout à fait « externe » d’Alvise da Noal. Le choix du Grand Chancelier parmi les secrétaires, du Sénat ou du Conseil des Dix s’était de fait déjà affirmé dans la pratique, à partir de l’élection de Pietro Stella en 1517, cf. à ce propos, M. Casini, « Realtà e simboli del Cancellier Grande », art. cit.

27 P. Paoletti, La Scuola grande di San Marco, numéro spécial de la Rivista di Venezia, janvier-février 1929, p. 163, écrit que sur une des portes de la salle du Chapitre il y avait deux tableaux entre la manière de Titien et de Palma il Vecchio, qui sont rappelés dans un inventaire de la Scuola de 1681. « Nella Sala Grande... un quadro sopra la porta della scala, che va al loco del cancello, contenente due ritratti di Guardian grandi passati, che adorano un crocefisso. Quadro uno sopra la porta dell’Albergo con due ritratti di Guardian grandi antepassati et una beatissima Vergine con bambino in braccio, del Palma ». Les mêmes tableaux étaient encore en place en 1808. Sur les problèmes posés par l’interprétation et la datation du cycle de l’albergo de la Scuola de San Marco, cf. le colloque Paris Bordon e il suo tempo (Atti del convegno internazionale di studi, Treviso 2830 ottobre 1985), Trévise 1987, passim.

28 G. Canova, Paris Bordon, Venise 1964, p. 128, fig. 113, Gênes, (collection privée), Portrait de gentilhomme avec enfant. Le tableau porte la date 1552, qui serait une date trop tardive pour Vettor Ziliol, mort en 1538, mais d’après G. Canova, l’inscription aurait été modifiée. Cf. aussi p. 101, Portrait d’homme avec enfant, Louvre, n. 1180 (tableau d’origine Vénète dont l’attribution à P. Bordon est généralement contestée). Sur les portraits de Paris Bordon, cf. aussi Paris Bordon e il suo tempo op. cit. Ce n’est d’ailleurs pas le seul portrait d’homme avec son fils attesté dans le milieu des confrères de la Scuola de San Marco : Tintoret, lui aussi confrère et chargé de poursuivre la décoration de l’édifice, avait réalisé le portrait de son beau-père Marco de Vescovi, Degano de la Scuola, avec son fils, cf. sur ce point P. Rossi, Jacopo Tintoretto. I ritratti, Venise, 1974, t. 1, p. 129 et fig. p. 119. Un autre peintre vénitien illustre, Lorenzo Lotto, entretenait des liens étroits avec la Scuola, puisqu’il était apparenté, sans doute par alliance, avec la famille de Mario d’Armani, Guardian Grande en 1548, cf. P. Zampetti, éd., L. Lotto, Libro di spese diverse, op. cit., p. 133-135.

29 S. Settis, La « tempesta » interpretata. Giorgione, i committenti, il soggetto, Turin, 1978, p. 62.

30 Francesco Colonna, Hypnerotomachia Poliphili, édition critique de G. Pozzi et L. A. Ciapponi, 2 vol., Padoue 1980, vol. I, p. 238. Dans la lettre qu’il écrit à ses fils peu avant sa mort on trouve : « grâce à la concorde, comme tout le monde sait, les choses petites se font grandes, et par contre les grandes, à cause de la discorde, vont en ruine et se réduisent à rien ».

31 F. Sansovino, G. Martinioni, Venetia città nobilissima et singolare, con aggiunta di tutte le cose notabili della stessa città, fatte et occorse dall’anno 1580 sino al presente 1663, da D. Giustiniano Martinioni, in Venetia, appresso Stefano Curti, 1663, l. XIII, p. 597 ; sur l’activité de Francesco Sansovino, cf. E. Bonora, Francesco Sansovino imprenditore librario e letterato, Venise 1994.

32 Comme c’est le cas pour la plupart des affirmations d’Andrea et Alessandro Ziliol, le recours aux sources d’archives, dans ce cas les Condizioni di decima, vient confirmer les informations contenues dans la chronique.

33 ASV, NT, b. 88, n. 23, 1503 27 mars, les témoins : Daniel Zordan, un notaire connu, et l’archiprêtre de Sant’Antonio.

34 ASV, NT, b. 1204, I, f. 69, 1544 août, lu le 22 janvier 1552, en présence des héritiers, Alessandro, Jeronimo, Cesare, Scipione, quondam Vettor Ziliol.

35 Ziliola épousa en 1523 Apiolan Corbelli, avec une dot de 1.500 ducats, cf. le contrat de mariage, ASV, ACM, reg. 146, f. 143v, le contrat fut présenté en 1555 ; cf. aussi le testament de leur fils Carlo, ASV, NT, b. 89, f. 35, et les dossiers de citoyenneté originaire de leurs petits-fils M. Antonio et Benedetto, ASV, ACC, b. 365 ; Cornelia épousa Zaccaria Trevisan, cf. son testament, ASV, NT, b. 1193, I, f. 12, 1569 14 mars. Le testament de Cornelia est lu en présence des deux fils Giulio e G. Battista Trevisan le 2 août 1583. Elle laisse tous ses biens à ses deux fils et une bénédiction à ses deux filles, « étant toutes les deux bien casées ». Samaritana épousa Almorò Corner della Piscopia, de la branche citoyenne des Corner patriciens.

36 Ibidem, Et la sopraditta moglie de mio nipote feze uno puto mascolo, il 19 zener a zerca ore 13 verso le 14 ore, l’è belo e asai grando.

37 ASV, NT, b. 1217, IX, n. 36, 1549 4 octobre, Campolongo maggiore, le testament est lu le 27 juin 1555.

38 « Une dignité très noble qui est concédée uniquement aux citoyens qui ne sont pas du Conseil. Ils sont deux et ils portent la robe violette (la toga pavonazza) avec étole de velours. Ils participent aux cérémonies publiques au deuxième rang, après le Grand Chancelier ».

39 ASV, NT, b. 1193, II, f. 42, 1588 4 janvier. Il meurt le 9 février 1589 et le 13 mars le testament est lu en présence de Scipione et Vettor Ziliol. Confrère de la Scuola Grande de San Marco, il demande dans son testament à être accompagné à la sépulture de famille, dans l’église de San Francesco della vigna, par les confrères et par les pauvres de l’hôpital des Incurabili.

40 C’est lui qui a récupéré, au prix de 700 ducats, les immeubles qui avaient été donnés en dot à Vicenzo Pizzoni, et qu’il laisse à Caterina, veuve d’Alessandro, « personne de dignes et honorables qualités ».

41 ASV, NT, b. 1225, f. 73, 1591 1 février, le testament est lu en présence des egregi cittadini nostri Camillo, Orazio, Scipione, Cesare Ziliol, fils d’Alessandro, au nom aussi de Gerolamo leur frère, le 18 mars.

42 Ibidem.

43 M. Sanudo, Diarii, vol. XXXIII, col. 264, 1522 24 mai, Alessandro Ziliol de Vettor est notaire « extraordinaire » de Chancellerie ; vol. XXXIV, col. 444, 1523 23 septembre, Eletti per i Capi di Ceonsejo de Dieci, due scrivan ordinari et due straordinari, quali vadino a studiar a Padova, li do primi in iure civili, li altri do in arte notariatus : Nicolò di Gabrieli et Zuan Negro ordinari/ Vicenzo Rizo et Alexandro Ziliol extraordinari, quali hanno ducati 50 per uno.

44 Son compare dell’anello fut le patricien Sebastiano Venier, futur doge. Il habitait dans la paroisse de Sant’Angelo où il mourut à soixante-sept ans en 1571, « regretté par tous et surtout par les habitants de sa paroisse qui l’appelaient père des pauvres ». Homme très beau, « il portait la ceinture dorée, comme c’était l’usage chez les docteurs en droit ».

45 La maison est mentionnée dans la condizione di decima de 1582 de sa femme et de ses frères Cesare et Scipione, qui affirment payer 180 ducats par an aux patriciens Duodo, ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 157, n. 49. Francesco Sansovino, décrit le jardin de Sant’Angelo de Cesare Ziliol, avec « des plantes rares qui viennent d’Orient », F. Sansovino, G. Martinioni, Venetia città nobilissima et singolare, op. cit., l. VIII, p. 369.

46 Selon la chronique, Lucrezia, Elisabetta et Elena eurent 2.000 ducats de dot chacune, Laura 3.000.

47 Elle vécut successivement avec son frère Gerolamo qui lui légua ses biens et puis avec son neveu Alessandro, le chroniqueur, qu’elle désigna comme héritier, avec sa sœur Caterina, de tous ses biens. Elle était propriétaire d’une maison à Venise (« qui était de ca’ Corner », écrit-elle) et d’immeubles à Murano et Noale, cf. le testament de Gerolamo, ASV, NT, b. 1202, II, f. 45 et celui de Samaritana, ASV, NT, b. 228, f 383, 1640 12 avril.

48 ASV, ACM, rég. 153, 1558 5 février (1585, 18 décembre). Lucrezia mourut en 1580, à trente-neuf ans et, en 1585, après la mort de son mari, c’est leur fils Benedetto qui présenta le contrat de mariage de ses parents à l’Avogaria, en 1585. Les deux témoins sont Francesco Corner, compare e poi zerman, et Thomas Cernoichus, avocat, qui affirme que Pier Antonio Marioni travaillait à l’office des Consuls des marchands. Benedetto épousa Elena Ciera, fille d’un secrétaire ducal et son fils Marco Antonio demanda la citoyenneté originaire, en 1610, avec les témoignages de Gerolamo e Giulio Ziliol, ses oncles ASV, ACC, b. 368.

49 ASV, ACM, reg. 147, f. 79, cf. le chapitre sur la famille Superchio.

50 ASV, ACM, reg. 153, f. 230, 1564 21 mars (1601 7 septembre). Le contrat fut enregistré, après sa mort, en 1601 par Giulio et Orazio Ziliol, frères de Laura. Elle mourut en 1614, à soixante-quatorze ans.

51 ASV, ACC, b. 365, avec, entre autres, les témoignages de Camillo Ziliol, son beau-frère et de Vicenzo Rizzo, son neveu. Giacomo Pizzoni dalla seda était marchand de soie. En 1530, il épousa, en deuxième mariage, Marietta Ubaldi, qui lui apporta 1.300 ducats de dot, pour la plupart en immeubles, dans la paroisse de San Stae, ASV, ACM, reg. 142, f. 351, 1530 8 janvier. Zaccaria Pizzoni, avec ses frères Piero et Antonio, continua l’activité du père, dans la boutique de Rialto. De ses nombreux enfants, Gabriel et Vettor furent secrétaires ducaux et, comme disent certains témoins à l’Avogaria en 1594, « étaient morts au service de la Seigneurie ». Deux autres fils, sans doute beaucoup plus jeunes, Marco Antonio et Piero, demandèrent, en 1594, à être reconnus citoyens originaires, ASV, ACC, b. 365. Giulia Pizzoni, fille de Zaccaria, avait épousé en 1541 Andrea Rizzo quondam Alvise, en lui apportant une dot de 2.400 ducats, entièrement en argent comptant et vêtements, que l’époux s’engagea, avec son frère, le docteur Vicenzo, à restituer intégralement, le cas échéant, ASV, ACM, reg. 146, f. 19. Vingt ans après, on retrouve les deux frères Rizzo, devenus secrétaires du Conseil des Dix, conclure le mariage entre Antonia, fille d’Andrea et l’avocat Giovanni Andrea de Dominici. Intermédiaire du mariage fut le secrétaire du Conseil des Dix Andrea Frizier, la structure de la dot, de 2.300 ducats, ressemblait beaucoup à celle de sa mère : argent comptant, en partie déposé au banc, et vêtements, ASV, ACM, reg. 144, f. 33v, 1560 30 mars. Un fils de Vicenzo, Alvise, épousa Angela Bortolusso, en 1571, qui, en 1586 était déjà veuve.

52 ASV, NT, b. 196, n. 101.

53 ASV, ACC, b. 361, perché de provar civilità non ho bisogno havendo io fratelli et barbani fratelli del quondam mio padre, et il padre istesso, che l’hanno tante volte provata et havuto carichi che per leze non si possono dare ad altri che a citta dini originari di questa inclita città.

54 Il prouva sa citoyenneté originaire en 1589, ASV, ACC, b. 367.

55 Cf. BNMV, ms. It., cl. VII, 1667 (8459), Elenco degli ordinari, estraordinari, segretari di Pregadi e Cancellieri grandi dal secolo XIII fino al XVII.

56 ASV, CI, Cedule, b. 68, n. 213, 1609 2 juillet.

57 BCMCV, ms. Cicogna, 3430.

58 Cf. U. Tucci, « Un ciclo d’affari commerciali in Siria (1579-1581), dans Idem, Mercanti, navi, monete nel Cinquecento veneziano, op. cit., p. 95-144.

59 BCMCV, ms Cicogna, 3430, lettre à Orazio du 1er août 1598.

60 Ibidem, lettre à Orazio du 31 juillet 1597.

61 Ibidem, lettres à Orazio du 12 et du 25 septembre 1597 ; du 1er février 1598.

62 Ibidem, lettre à Orazio du 28 février 1598.

63 Ibidem, lettres à Camillo du 1er avril et du 1er septembre 1599.

64 Sur le rôle des marchands vénitiens en Syrie et Inde encore à cette époque, cf. aussi U. Tucci, « Mercanti in India alla fine del sec. XVI », dans Studi in onore di A.Sapori, Milan 1957 et Idem, éd., Lettres d’un marchand vénitien. Andrea Berengo (1553-1556), Paris 1957.

65 BCMCV, ms Cicogna, 3430, lettre chiffrée envoyée à Orazio le 4 octobre 1597.

66 Ibidem, lettre chiffrée envoyée à Orazio le 1er avril 1599.

67 Ibidem, lettre à Orazio du 1er octobre 1598.

68 Ibidem, lettres à Orazio du 1er juin et du 1er août 1598.

69 Ibidem, lettre à Orazio du 6 mai 1599.

70 ASV, NT, b. 1202, 1611 30 novembre, Gerolamo meurt le 23 octobre 1617.

71 ASV, Canc. Inf. Cedule, b. 68, n. 213, 1609 2 juillet.

72 Cf. BNMV, ms. It., cl. VII, 1667 (8459), cit.

73 73À la Redecima de 1582, Camillo déclare comme biens uxorio nomine un banc de boucher à Rialto et comme biens en sa propriété une maison, où il habite, à Piove di Sacco (Padoue), ASV, XS, Condizioni 1582, b. 157, n. 400.

74 Cf. BNMV, ms. IT, cl. XI, 211, (6735) ; ASV, ACC, F, et b. 368. Giovanni, né en 1583, fut baptisé dans la paroisse de Sant’Angelo, avec le patricien Donà Basa-donna comme parrain ; Alessandro, qui fut admis comme extraordinaire de Chancellerie en 1595, en dépit de son jeune âge, mourut en 1627, désignant comme héritière sa femme et, après sa mort, l’hôpital des Incurabili et, seulement si elle le désirait, en partie aussi « quelqu’un de ma famille », il laissa à son père seulement le loyer d’une petite maison, en le priant de le pardonner pour « les litiges », à son frère Giovanni une tasse en argent et à son frère Tommaso ses vêtements, ASV, NT, b. 1180 ; f. 31v, 1627 4 septembre.

75 ASV, ACM, reg. 157, f. 87, 1590 6 février, le contrat est présenté par Aurelio Fallaguasta en 1616, après la mort de Lucrezia.

76 ASV, ACM, reg. 157, f. 76, 1601 19 juillet. Le contrat est présenté en 1613, après la mort de l’époux, par Camillo Ziliol, la signature reconnue par Gerolamo Ziliol qui affirme : « Annibal était mon ami depuis 25 ans, après il est devenu mon neveu ».

77 ASV, ACC, b. 374.

78 Cf. chapitre précédent.

79 ASV, NT, b. 1178, n. 210, 1625, 18 octobre

80 Cf. ASV, SGSM, b. 82

81 L’expression est de Gasparo Contarini, l’idée que les citoyens originaires sont une couche « élue » fait partie du « mythe ». Vettor Sandi, par exemple, pour expliquer les normes qui, à partir de la deuxième moitié du xve siècle, réservèrent aux originaires les offices de la Chancellerie ducale, écrit que le gouvernement prit la décision de separare dalla mole de’ sudditi abitanti in Venezia un corpo di civili persone, V. Sandi, Principi di storia civile della repubblica di Venezia dalla sua fondazione sino all’anno di N. S. 1700, Venise 1755, vol. III, p. 345.

82 In Vinegia, città nobilissima non solo d’Italia ma del mondo tutto due ordini di gentilhuomeni si ritrovano come a ciascaduno è noto. Percioché quei nobeli che portano seco dalla nascita giurisdicione et prerogativa d’intervenire col voto loro nel Maggior Consiglio della città, Patrizi et nobeli di Consiglio sono chiamati. Quegli veramente che nascono et viveno nobilmente ma non hanno voto nel predetto Consiglio gentilhuomeni popolari si restano. Ma secondo l’uso volgare i primi vengono chiamati gentilhomeni Nobeli, e gli altri con vocabolo alquanto stravacante gentilhomeni Cittadini, BNMV, ms. IT., cl. VII, 4 (7925), Alessandro Ziliol, Le due Corone della Nobiltà Viniziana, I vol., xviie siècle.

83 BCMCV, ms. Cicogna, 2459.

84 Ibidem, vol. II. c. 1, Quest’ordine ha havuto origine l’anno 1297, conciosiaché riformanosi all’hora il governo publico et riducendosi allo stato di famiglie molte case et persone nobili che, sicome aviene nelle Republiche, in quel numero non furono comprese, diedero principio all’ordine nominato de’ cittadini al presente.

85 De Republica Venetorum, op. cit., p. 239.

86 Cf. ce qu’en dit Andrea Ziliol dans la Cronichetta.

87 BNMV, ms. IT., cl. VII, 4 (7926). D’autres recueils de généalogies ou de chroniques de familles citoyennes plus centrés sur les fonctionnaires se trouvent à la Bibliothèque Marciana : ms. IT, cl. VII, 90 (8029) ; 27 (7761) ; 341 (8623).

88 BNMV, ms. IT., cl. VII, 5 (7926), vol. II, c. 161, I Zilioli vennero da Ferrara 500 anni sonno dove tuttavia la predetta casa si ritrova et è ornata de dignità di Conti, si come anco se trovanno dei sudetti Ziliol in Peruggia, et altri luoghi d’Italia.

Notes de fin

1 + six filles non mariées

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540