Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Troisième partie. Alliances, mobilité sociale et mémoire familiale

Chapitre huitième. Mobilité sociale

Texte intégral

1– MOBILITÉ SOCIALE ET HONORABILITÉ DEUX FAMILLES BALBI DE LA PAROISSE DE SANT’AGNESE

  • 1 Giuseppe Toderini donne les généalogies (la plupart du temps pour deux ou trois générations seulem (...)
  • 2 Cf. Ph. Braunstein, « De la montagne à Venise : les réseaux du bois au xve siècle », dans Mélanges (...)
  • 3 ASV, XS, Condizioni 1514, b. 14, n. 33, Alvise Balbi quondam Piero quondam Alvise.
  • 4 Cf. E. Crouzet-Pavan, « Sopra le acque salse », op. cit. vol. I, p. 592.
  • 5 Dans un contrat de mariage, Alvise quondam Antonio Balbi est présenté comme témoin en tant que cou (...)
  • 6 Piero Berengo de Nicolò signe le contrat de mariage d’une des filles de Baldissera Balbi en 1537 ; (...)
  • 7 Cf. la condizione di decima des héritiers de Nicolò Berengo quondam Piero, présentée en 1514, ains (...)
  • 8 Carlo Berengo quondam Gregorio, mort en 1595, rédige son testament dans sa maison de Sant’Agnese, (...)

1Balbi est un nom patricien. Il existe cependant à Venise plusieurs familles « citoyennes » qui portent ce même nom, dont deux sont très bien représentées dans nos contrats de mariage. On y trouve des marchands et des fonctionnaires, mais il ne s’agit pas de ces grandes familles de fonctionnaires de la Chancellerie qu’évoquent le plus souvent les chroniques et les recueils de généalogies citoyennes1. En 1514, dans la paroisse de Sant’Agnese, une petite paroisse entre le Grand Canal et les quais des Zattere, lieu d’arrivée des radeaux qui transportaient le bois de la Terre Ferme2 résident trois différentes familles Balbi, dont seulement une est patricienne3. Les deux autres furent appelées, à partir de 1520-30, Balbi dall’Avogaria et Balbi dalle Zattere ou dal Legname. La présence des Balbi non nobles est attestée dans cette zone dès le xive siècle4 ; les deux familles Balbi dont il est question ici ont probablement des ancêtres communs, mais au xvie siècle, il n’est pas possible d’établir des liens sûrs de parenté entre elles5. Ils ont des liens, de parenté dans un cas, peut-être simplement de voisinage dans l’autre, avec les Berengo6, qui habitent, comme eux, à Sant’Agnese7. Parmi les Berengo de la paroisse de Sant’Agnese on trouve, au xvie siècle, d’importants fonctionnaires de la Chancellerie Carlo qui, dans son testament, demanda à être enterré dans le tombeau de famille dans l’église de Sant’Agnese, fut secrétaire du Conseil des Dix8. Parents, ou voisins, ces deux familles Balbi da Sant’Agnese suivirent des parcours professionnels différents.

Les étapes de l’honorabilité les mariages des Balbi « dalle Zattere »

Les étapes de l’honorabilité les mariages des Balbi « dalle Zattere »
  • 9 Elle pourrait appartenir à cette famille Nordio d’entrepreneurs de Chioggia qui furent très actifs (...)
  • * Valle da pesca = secteur de la lagune que l’on ferme pour la pêche.
  • Cf. généalogie suivante

Note 99
Note **
Note **

  • 10 ASV, XS, Condizioni 1514, b. 14, n. 3, « una chaxa da stazio posta in Santa Agnexe nela quale nui (...)
  • 11 Ibidem, n. 60.

2Le plus ancien membre de la famille qui nous est connu, Piero Balbi, était marchand de bois et possédait aussi plusieurs valli da pesca. Ses quatre fils Polo, Domenico, Giovanni et Baldissera poursuivirent ses activités. En 1514, Domenico et ses frères déclarent « une maison da stazio où nous habitons et où est aussi le chantier où nous mettons le bois », ainsi que d’autres maisons à Venise, dans les paroisses de Sant’Agnese, San Nicolò et San Simon grande, des terres dans la région de Padoue, à Piove di Sacco, et une pêcherie, toutes louées10. En 1521, Giovanni ajoute à la déclaration une propriété en partie cultivée et en partie valliva, donc destinée à la pêche, dans les bouches du Pô11.

  • 12 ASV, ACC, b. 440, II, 6.
  • 13 Ibidem, b. 440, II, 5 ; b. 367.

3Sur les Zattere, les frères Balbi recevaient les radeaux de bois flottés, qu’ils travaillaient en bûches et planches pour les vendre directement dans le chantier-boutique sous leur casa da stazio. Après une ou deux générations, on peut mesurer les progrès économiques et sociaux accomplis par leurs descendants certains avaient réussi mieux que d’autres. En 1570, le petit-fils de Paolo se voit refuser sa citoyenneté originaire il était, comme affirme un témoin « resté pauvre », n’étant que garçon d’une boutique de drapier et pêcheur dans sa propre valle12. Le fils et les petits-fils de Giovanni, au contraire, marchands de bois, sont approuvés citoyens originaires, en 1569 et 158413. Des descendants de Domenico nous n’avons plus de traces, tandis que des enfants de Baldissera nous avons plusieurs contrats de mariage. Parmi les candidats à la citoyenneté originaire, n’apparaissent pas ses fils ou les fils de ces derniers, mais les fils et neveux de ses filles. En parcourant les alliances matrimoniales qu’il conclut pour ses enfants, on devine une nette ascension sociale, d’autant plus intéressante que Baldissera, bien qu’étant un marchand assez aisé, partait de très loin du point de vue de « l’honorabilité sociale » il ne savait même pas écrire son nom.

– Baldissera Balbi et les marchands de San Salvador

  • 14 Dalla colombina était une enseigne de boutique assez répandue à Venise, comme on peut voir aussi d (...)
  • 15 Balbi et Berengo établirent des liens de parenté multiples : les deux frères Piero e Alvise Bereng (...)
  • 16 ASV, ACM, reg. 142, f. 228v, 1530 7 mai (1531, 4 février).
  • 17 ASV, ACM, reg. 142, f. 129v, 1529 5 août (1532, 13 janvier).
  • 18 Cf. M. Lowry, Le monde d’Alde Manuce, op. cit.

4Le premier contrat de mariage des enfants de Baldissera Balbi est celui, de 1537, entre Lucietta Balbi et Gerolamo quondam Sebastiano dalla Colombina14, avec une dot de 1.400 ducats. Pour Baldissera « qui ne sait pas écrire » signa son beau-frère Piero Berengo de Nicolò15. Peu d’années auparavant, le frère de Gerolamo dalla Colombina, Francesco, avait épousé Maria de Piero Martini dalle Carte, qui lui apportait une dot de 1.500 ducats. Puisque Piero, son beau-père, ne savait pas écrire lui non plus, son neveu avait signé à sa place16. De même, Piero Martini n’avait pas signé le contrat de mariage de son autre fille Antonia qui avait épousé en 1529 un joaillier, Marco de Luca dal Diamante, avec 2.000 ducats de dot, en bijoux et créances17. Il est très rare, dans le milieu représenté par nos contrats de mariage de trouver des hommes qui ne savent pas signer ; le cas de Piero Martini est toutefois le plus étonnant il s’appelait dalle Carte et dans une condizione di decima de la paroisse de Sant’Agnese de 1514 apparaît un Piero Martini dalle Carte, libraire. Un marchand de livres qui ne sait pas écrire ? Ou plutôt un fabricant de papier, pourvu des capitaux nécessaires pour se lancer, avec l’aide d’associés, ou de fils, plus cultivés, dans une des industries majeures de la Venise du xvie siècle. Un cas qui ressemblerait, en moins illustre, à celui d’Andrea Torresani, beau-père, et associé, d’Alde Manuce, méprisé pour son inculture, par Érasme, qui travaillait pour lui18.

  • 19 Sur le milieu social de la paroisse de San Salvador, voir A. Bruni, « Mobilità sociale e mobilità (...)

5Baldissera Balbi et Piero Martini ne sont pas capables de signer les contrats de mariage de leurs filles, qu’ils marient à de riches boutiquiers de la marzaria de San Salvador19. Ce que nous apercevons là c’est une ascension sociale en pleine réalisation ; les pères illettrés, artisans ou marchands enrichis, sont aidés par la génération suivante, par les frères plus jeunes, ou par les alliés. Le choix des alliés se révèle donc d’importance primordiale.

  • 20 ASV, ACC, b. 365.
  • 21 En 1514, Sebastiano quondam Antonio Basalovo dalla Colombina marie sa fille Angela à Nicolò Baron, (...)
  • 22 Une partie de la dot de Angela dalla Colombina se compose de noli de onzi venuti cum la sua nave e (...)
  • 23 « Che profession era la sua ? » « El stava in botega sentà come fano li mercadanti grossi et teniv (...)
  • 24 Vendevelo lin grosso o a menudo ? « In grosso et a menudo ». « Vendevelo lui in botega ? » « Qualc (...)
  • 25 »Vendevelo in botega ? » « Sì che lui attendeva a vender et li fioli » « Vendevelo a menudo, a bra (...)

6Nous avons des renseignements détaillés sur cette famille dalla Colombina, grâce au dossier de citoyenneté originaire que Gasparo, fils de Francesco dalla Colombina et Maria Martini, présenta en 1578 et qui fut approuvé seulement en 158420. La boutique alla Colombina, où l’on trouvait « filés, cotons, futaines, cotonnades » (filadi, cottoni, fustagni et bombasine) se trouvait à San Salvador, à côté de l’épicerie (spitiaria) al Coral, de Galeazzo Corniani. Mais ils avaient aussi deux ou trois autres boutiques ou ateliers de toiles (telaruol) entre San Bartolomeo et San Salvador. La famille, qui à l’origine s’appelait Basalovo, était d’origine « étrangère » Antonio, l’arrière grand-père de Gasparo, était milanais21. Il possédait un navire22, et tous les témoins présentés en 1578 affirment qu’il était riche. Sebastiano, « homme réputé », « restait assis dans sa boutique, comme il est coutume chez les marchands en gros »23 (el stava in botega sentà come fano li mercadanti grossi), en dirigeant le travail de ses « facteurs et serveurs (et il en avait même des Sarrasins à son service) »24. Les magistrats insistent beaucoup sur cette question dans sa boutique, travaillait-il personnellement, en vendant les marchandises avec ses propres mains, comme un boutiquier en détail, ou dirigeait-il l’activité des autres, comme un marchand en gros ? Les réponses restent toutefois ambiguës un marchand, dit Antonius bambasarius, vend « en gros, en détail, au bras et au poids » (el vendeva e in grosso e a menudo e a brazzo come fanno li altri), et Sebastiano « faisait comme les autres », d’ailleurs, ajoute Antonio Martini, quand ses facteurs étaient là, c’étaient eux qui vendaient, mais quand ils n’y étaient pas, Sebastiano et ses fils s’occupaient personnellement du magasin25. L’« honorabilité » marchande se joue sur ces nuances ; c’est peut-être là qu’il faut chercher la raison de ce long délai entre le moment de la présentation et celui d’approbation du dossier de citoyenneté originaire.

7Par contre, il n’y a pas de doutes sur le fait que Sebastiano avait laissé une fortune considérable à ses trois enfants, Gerolamo, Matteo, et Francesco 23.000 ou 24.000 ducats chacun, dit Vincentius cultrarius, et ils arrivaient à investir 25.000 ou 30.000 ducats en marchandises à la fois, ajoute Angelo di Martini, cousin de Maria. Cette image de richesse et d’aisance, donnée par des gens du même milieu professionnel, n’est nuancée que par ce dernier témoignage, qui se conclut par ces mots « ils ont été riches et ils ont tous vécu honorablement, en bons citoyens, mais c’est le père de Gasparo qui a tout ruiné, parce qu’il n’a pas su gouverner » (el padre de Gasparo ha ruinato ogni cosa che non è stato homo di governo). Le patrimoine dilapidé, à Gasparo n’était resté que la voie de l’emploi public, et l’on s’explique mieux pourquoi il avait exercé des petits offices et pourquoi il demandait à être « approuvé » citoyen originaire.

  • 26 Lucietta Balbi relicta del quondam Gerolamo Colombina déclare aux Dieci Savi alle decime en 1582 u (...)
  • 27 ASV, XS, Condizioni 1582, b. 171, Giulio, Girardo, Cesaro Cavanis quondam Giuseppe.
  • 28 ASV, ACM, reg. 147, f. 171v, 1537 16 avril (1580 5 septembre).
  • 29 ASV, ACC, reg. 144, f. 116v, 1547 29 janvier (1570 29 juillet). En 1579, Camilla de Cavaneis, fill (...)

8L’union entre Lucietta Balbi et Gerolamo Colombina fut sans doute un long mariage, à en juger du fait que le contrat fut présenté à l’Avogaria seulement en 1580, quarante-trois ans après sa stipulation. Lucietta habitait toujours à Sant’Agnese, mais dans une maison louée26, la signature du mari fut identifiée par deux marchands de blé Gherardo Cavanis, habitant à Sant’Agnese27 et Giovanni dal San Marco quondam Alberto, tous les deux liés par voie de parentèle aux Balbi28. En 1547, en effet, il avait été conclu un double mariage croisé entre les Balbi et les dal San Marco Baldissera Balbi avait donné sa fille Angela à Giuseppe de Gherardo dal San Marco, tandis que Gherardo avait donné sa fille Margherita à Gerolamo de Baldissera Balbi. Les dots étaient équivalentes 2.000 ducats, mais les deux maris s’engagèrent à payer les vêtements de leurs épouses. À la place de Baldissera, signa son fils Nicolò et puisque le contrat fut enregistré à l’Avogaria après la mort de celui-ci, sa signature fut identifiée par Antonio de Alvise Balbi, cousin de son père29.

  • 30 ASV, ACM, reg. 144, f. 193v, 1541 18 juin (1572 8 novembre).
  • 31 ASV, NT, b. 196, n. 1000, 1543 21 juin.
  • 32 En 1542, il est propriétaire d’une trentaine d’hectares dans la Podesteria de Noale, cf. A. Bellav (...)
  • 33 En 1541, Camillo épousa Eva de Giovanni Rizzo, qui apporta 2.000 ducats de dot, ASV, ACM, reg. 146 (...)
  • 34 ASV, NT, b. 194, f. 472, 1548 18 juillet. En 1628, un Gian Battista Corniani, quondam Cornelio quo (...)

9En juin 1541, une autre fille de Baldissera, Veronica Balbi, épousa Galeazzo Corniani, épicier (spezier) al Coral à San Salvador et voisin de boutique des dalla Colombina. Le père promit 2.000 ducats, dont 950 en comptant et 300 en objets lors des épousailles (al dar della man), 350 après le jour de la Saint Martin et 400 en quatre ans. À sa place, signa son frère Giovanni. Quand le contrat fut enregistré, en 1572, la signature de Galeazzo Corniani fut identifiée par Marco Berengo, quondam Pietro, dont la femme était la cousine germaine de Galeazzo, et par Gerolamo dalla Colombina, son beau-frère30. Deux ans après le mariage, Veronica Balbi, « proche de l’accouchement » dicte son testament au notaire Marco Antonio de Cavaneis. Elle désigne comme héritier universel et exécuteur testamentaire son mari, « pour m’avoir fait bonne compagnie ». Si elle avait un, ou plusieurs fils, ils hériteraient de tous ses biens après la mort du mari, si elle avait des filles, elle laissait au mari la liberté de les doter comme il voulait31. Veronica survécut à l’accouchement, mais elle n’eut probablement pas d’enfants vivants. En 1548, c’est Galeazzo qui fait son testament, « sain d’esprit, mais pas très sain du corps », en la laissant héritière de « tout ce qu’il a au monde » et en particulier, ses propriétés à la campagne, « meubles, chevaux, terres, maisons »32, et sa boutique, avec toutes ses créances et dettes, dont son frère Camillo33, avec qui il travaille en frérèche, devra lui rendre compte. Il souhaite que sa femme continue son activité, mais si elle voulait « s’en sortir », il lui demande de vendre sa part à son frère « pour un prix convenable ». Veronica serait héritière même si, avec l’autorisation de ses parents, elle se remariait. Baldissera Balbi et Veronica sont les exécuteurs testamentaires34.

– Baldissera Balbi entre le teinturier et le secrétaire

  • 35 Francesco de Martin de Zuanne Cavalli tentor de grana avait épousé en 1523 Chiara de Bernardin Dar (...)
  • 36 Lorenzo Lotto, Il « libro di spese diverse » con aggiunta di lettere e d’altri documenti, édité pa (...)

10Plus le temps passe et plus les dots données et reçues par Baldissera augmentent. Entre avril et mai 1555, il conclut deux mariages dans deux milieux apparemment très différents, mais avec des dots presque équivalentes le 27 avril, sa fille Francesca épouse le secrétaire ducal Giacomo Franco, fils de l’avocat Gian Battista, le 18 mai, son fils Liberale épouse Lucrezia, fille de Francesco Cavalli, teinturier dans la paroisse de San Stae35. Il ne s’agit pourtant pas d’un teinturier quelconque, mais de ce messer dont Lorenzo Lotto fit le portrait, ainsi que celui de sa femme et de son fils Domenico en 154836.

  • 37 ASV, ACM, reg. 153, f. 56, 1555 27 avril, le contrat fut enregistré en 1588, après la mort de Gian (...)
  • 38 ASV, ACM, reg. 144, f. 123, 1555 18 mai, le contrat fut enregistré en 1570, après la mort de Nicol (...)

11Baldissera, qui n’a toujours pas appris à signer, promet une dot de 2.400 ducats, dont 600 sont représentés par une maison dans la paroisse de Sant’Agnese, 800 en objets et vêtements al dar de la man (entre autres une robe en damas noir, une en velours noir et une en ormesin de Florence, un collier de perles de la valeur de 150 ducats), et 1.000 devaient être investis dans un immeuble, dans 5 ans37. Son fils Liberale reçoit la promesse d’une dot de 2.500 ducats, dont une maison dans la paroisse de San Polo, qui en vaut 750 et 1.000 en argent comptant, le reste en bijoux, draps de soie et de lin38. Les deux contrats furent rédigés et signés par Nicolò de Baldissera Balbi.

12Les enfants de Francesca Balbi et de Giacomo Franco suivirent les mêmes parcours professionnels que leur père et grand-père, l’un, Gian Battista, prit la place de son père comme secrétaire aux Beni inculti, l’autre, Camillo, obtint le doctorat à Padoue et devint avocat comme son grand-père. En 1617, ils furent reconnus citoyens originaires, grâce aux témoignages du noble Tommaso Lippomano, dont le père Bartolomeo était compère de leur grand-père Gian Battista, de deux notaires, Pietro Partenio et Andrea Franco et de l’excellent messer Attilio Parisio.

13Après s’être allié, par ses enfants, à des marchands et des boutiquiers et finalement à un teinturier, Baldissera Balbi était arrivé au plus haut degré de l’honorabilité sociale citoyenne, en mariant une de ses filles à un secrétaire ducal fils d’un avocat. Il est vrai que la rencontre entre deux beaux-pères, dont l’un ne sait pas écrire et l’autre est docteur ne nous apparaît pas très harmonieuse, mais il est vrai aussi que l’alliance avec le secrétaire ne coûta pas, aux Balbi marchands, plus cher que celle que le teinturier conclut avec eux à la limite on peut dire que l’une a permis l’autre. Dans l’ensemble, surtout dans la première moitié du siècle, la distance entre les différents « degrés de l’honorabilité citoyenne » n’est pas infranchissable.

Mobilité sociale et généalogie féminine les Balbi « dall’Avogaria »

Mobilité sociale et généalogie féminine les Balbi « dall’Avogaria »
  • Antonio Balbi
  • § Alvise et Bernardo dalla Gatta.

Note*
Note**§

14Avec l’autre famille Balbi nous entrons dans le milieu des hauts fonctionnaires notaires de l’Avogaria et secrétaires ducaux. Le nom dall’Avogaria, pourtant, n’apparaît pas tout de suite, ce qui témoigne d’une insertion récente et d’une tradition pas encore établie. Le qualificatif accompagne le nom d’Alvise quondam Nicolò, notaire à l’Avogaria di Comun, à partir des années ’20 et reste par la suite le nom de cette famille, au moins jusqu’à la deuxième moitié du siècle.

  • 39 ASV, ACM, reg. 141, f. 234v, 1521 18 mars (24 juillet).
  • 40 ASV, ACM, reg. 142, f. 123v, 1525 9 août (1527 31 décembre).

15Les deux premiers contrats de mariage dont on dispose sont ceux de Marietta et de Pasqualetta quondam Nicolò Balbi, conclus par leur frère Alvise, avec des dots pas très élevées. La première, Marietta Balbi, épouse en 1516 Gerolamo Puocaterra, avec la dot de 700 ducats, dont 500 en argent et 200 en objets et vêtements. En 1521, Pasqualetta épouse le docteur Gerolamo Trezo, fils du docteur Pietro, avec une dot de 900 ducats, dont une partie devait être investie en une propriété immobilière, destinée à subsister comme « fonds dotal »39. La dot que le frère de Gerolamo, le docteur Agostino Trezo, reçut en 1525 de Lucrezia quondam Matteo da la Pigna était à peine plus élevée 800 ducats en argent et 200 en vêtements40.

  • 41 Sur les carrières de la famille, voir M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit.,p. 441-446 et Ead (...)
  • 42 Memorie dell’illustre famiglia de’ Freschi cittadini originarii veneti, BNMV, ms. IT, cl. VII, 165 (...)
  • 43 Ibidem, f. 108-122, où l’on trouve aussi quelques inventaires de trousseaux.

16Avec le mariage d’Alvise, conclu en 1523, on a l’impression qu’un pas a été franchi, pas vraiment du point de vue économique, puisque la dot qui lui est promise n’est encore que de 1.100 ducats, mais du point de vue social. Alvise Balbi, qui était devenu notaire à l’Avogaria, épouse en effet Elena de’ Freschi, quondam Zaccaria. Le mariage est conclu par les frères d’Elena, Gian Antonio, Gerolamo, Agostino et son oncle Tommaso de’ Freschi. Les de’ Freschi sont une importante famille de Chancellerie les frères Tommaso et Zaccaria, qui étaient fils d’un joaillier, furent secrétaires du Conseil des Dix et leurs fils suivirent leurs pas41. Ils sont connus surtout parce qu’ils ont laissé une des rares chroniques familiales qui existent à Venise, décorée de dessins en couleur qui illustrent les vêtements de la famille et qui sont parmi les plus beaux témoignages de l’habillement bourgeois vénitien du début du xvie siècle42. Dans ces premières décennies du siècle, Zaccaria de’ Freschi avait marié ses filles dans tous les milieux citoyens Samaritana avait épousé en 1504 le marchand Marco dalla Nave ; Giustina, en 1506, le secrétaire ducal Lodovico Bianco ; Elisabetta, en 1513, un autre marchand, Marco Serena, et Maria, en 1519 l’épicier (spezier) Ludovico Arman. Leurs dots sont comprises entre 1.000 et 1.200 ducats. Samaritana et Elena eurent des rentes d’offices la doana de Mestre et la chancellerie de Conegliano43.

  • 44 ASV, NT, b. 42, n. 126, 1542 25 décembre, la qual voglio etiam che la sii presente a questa mia or (...)

17Le 25 décembre 1542, dans sa maison de Sant’Agnese, Alvise Balbi, « sain d’esprit, mais infirme du corps », fait son testament. Il appelle comme témoins Alvise Berengo quondam Nicolò et le prêtre de Sant’Agnese Francesco de Nigris, mais demande aussi à sa femme d’être présente, « puisque j’ai en elle une vraie foi, pour l’amour et bienveillance singulière qu’elle m’a toujours démontrée ». Elena de’ Freschi, seule exécutrice testamentaire, reçoit 60 ducats par an, les filles légitimes Giulia, Caterina et Marina 2.000 ducats chacune pour leurs dots, que la mère pouvait augmenter à son gré, ou 400 si elles voulaient entrer en religion. Les trois fils Nicolò, Ruggero et Antonio sont héritiers de tous ses biens, à la condition qu’ils obéissent à leur mère44. Alvise meurt peu de temps après, et c’est Elena de’ Freschi qui conclut la plupart des mariages de ses enfants.

– Elena de’ Freschi veuve Balbi dall’Avogaria

18Ayant épousé la fille d’un secrétaire du Conseil des Dix, Alvise Balbi dall’Avogaria avait progressé sensiblement dans l’échelle de l’honorabilité sociale citoyenne. L’écart entre les deux familles est peut-être aussi à l’origine du pouvoir et de la liberté laissés à Elena de’ Freschi par le testament d’Alvise et qu’elle sait gérer en mariant ses enfants dans des milieux qui sont sans doute plus proches de celui de sa famille d’origine que de celui de la famille de son mari.

  • 45 ASV, ACM, reg. 153, f. 82v, 1543 3 avril (1589 21 août). Il s’agit d’un nom assez répandu, qui n’i (...)
  • 46 ASV, ACM, reg. 146, f. 212v, 1548 11 mars (1573 29 avril).
  • 47 ASV, ACC, b. 369, le petit-fils, Camillo, fut prouvé citoyen originaire en 1610, à l’âge de seize (...)
  • 48 ASV, ACM, reg. 144, f. 216, 1555 26 janvier, la dot est de 3.000 ducats. Camillo mourut en 1573 et (...)

19En 1543, Elena, veuve d’Alvise Balbi dall’Avogaria, marie sa fille Giulia à Alessandro quondam Lazzaro dal Legname, avec 2.500 ducats de dot45 ; la même somme revint à Catarina, qui épousa en 1548 le docteur en droit Camillo Falier, qui fut Guardian Grande de la Scuola Grande de la Misericordia et qui était fils du cavalier Ludovico46. Ils eurent au moins quatre fils, Ludovico, qui fut Grand Chancelier à Candie, Marco, Alessandro et Sebastiano, tous les quatre « prouvés » citoyens originaires en 158747. Avant 1555, pourtant, Caterina Balbi était déjà morte, puisque Camillo se remaria avec Franceschina Allegretti48.

  • 49 ASV, NT, b. 211, f. 87, n. 131, 1559 17 novembre.
  • 50 ASV, ACM, reg. 147, f. 273, 1560 27 avril (1584 9 juin).
  • 51 ASV, ACC, b. 364.

20En 1559, Elena dicte son testament. Elle désigne ses fils Ruggero et Antonio comme exécuteurs testamentaires, et laisse à sa fille Marina 500 ducats de sa propre dot, pour son mariage, mais elle n’aurait rien si elle voulait aller au couvent. Le reste de sa dot est légué à Ruggero et Antonio49. L’année suivante, Ruggero et Antonio Balbi et Alessandro dal Legname concluent le mariage de leur sœur Marina avec Gerolamo Mazza, quondam Gasparo, frère de Gian Stefano, secrétaire ducal en Espagne, avec une dot équivalente à celle des autres sœurs50. Un des fils de Marina et Gerolamo, Gian Stefano s’engagea, à partir de 1577, dans la carrière de la Chancellerie et les deux autres, Maffio et Matteo furent prouvés citoyens originaires en 1599, avec les témoignages de Marco Marcilian, qui avait été témoin au mariage de Marina et Gerolamo Mazza, et de Camillo Falier51.

  • 52 ASV, NT, b. 1185, f. 98v, 1487 8 mars, publié le 11 février 1527.
  • 53 ASV, ACM, reg. 144, f. 137v, 1570 3 mai (1571, 20 janvier). En 1581, Andrea Surian est défini secr (...)

21En 1570, Ruggero Balbi, qui avait commencé, on ne sait avec quel succès, la carrière de Chancellerie, épousa Francesca de Marco Antonio dalla Gatta. Encore une fois, le nom dalla Gatta dérive de l’enseigne d’une boutique celle que le mercier Marco Antonio « dit dalla Gatta «, arrière grand-père de Francesca, avait dans la merzeria de San Zulian, entre la place Saint Marc et la merzeria de San Salvador. Dans son testament, rédigé en 1487, il avait établi un legs de 500 ducats pour la dot de sa fille et laissé ses biens, à égalité, à ses deux fils Vincenzo et Alvise52. Ce dernier, à son tour, avait fait des legs généreux à ses petits-enfants Franceschina apportait 3.500 ducats de dot, dont 2.000 étaient un legs de son grand-père Alvise, 533,8 étaient la partie qui lui revenait, encore de l’héritage d’Alvise, parce que sa sœur Lucrezia était entrée au couvent et 100 étaient un legs de sa grand-mère paternelle. En janvier 1571, Francesca est déjà veuve, la signature de Ruggero est reconnue par son beau-frère Andrea Surian, secrétaire du Sénat, et par Alberto de Martini qui se définit « un peu parent »53.

  • 54 ASV, XS, Condizioni 1582, b. 170, n. 735.

22La descendance masculine d’Alvise Balbi dall’Avogaria s’arrêta probablement à la première génération. Dans les condizioni di decima de 1582, on retrouve les propriétés Balbi dans la paroisse de Sant’Agnese partagées entre les filles et les maris de ces dernières. La casa da stazio et deux autres maisons dans la même paroisse sont en copropriété entre Gerolamo Mazza et Giulia Balbi. La casa da stazio est louée au patricien Gian Alvise Bragadin et Gerolamo Mazza habite dans la paroisse de l’Angelo Raffaele54.

– Giulia Franceschi veuve dalla Gatta

  • 55 Cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit., p. 431-435 ; cf. le testament d’Andrea Franceschi, (...)
  • 56 ASV, ACM, reg. 140, f. 44, 1507 14 avril, le mariage est conclu par les oncles Alessandro et Andre (...)

23Le mariage entre Ruggero Balbi et Francesca dalla Gatta, de même que les précédents mariages des enfants de Marco Antonio dalla Gatta, fut conclu par leur mère, Giulia Franceschi, qui venait d’une grande famille de fonctionnaires de la Chancellerie. Son père était Sebastiano Franceschi, fils d’un joaillier, Piero, et frère du Grand Chancelier Andrea (1473-1552), un des personnages les plus notables de la Chancellerie à l’époque souvent envoyé en mission à l’étranger il écrivit des récits de ses voyages en Allemagne et Angleterre, il était collectionneur d’œuvres d’art et fut un des commanditaires de Titien, qui en fit trois portraits55. Sa mère, Lucrezia quondam Bernardo Martini, était nièce d’Andrea, Prieur de Hongrie, et sœur de Benedetto, Chevalier de Rhodes. Le mariage entre Lucrezia Martini et Sebastiano Franceschi avait été célébré en 1507, la dot était de 1.500 ducats56. Les dalla Gatta, par contre, bien que devenus de riches rentiers, étaient à l’origine des merciers.

  • 57 ASV, NT, b. 1263, VI, f. 5, 1565 28 août, publié le 1er mars 1575. Et non voglio che mia fia possa (...)

24Giulia Franceschi, veuve dalla Gatta, marie ses enfants entre 1555 et 1563. Les dots échangées pour ces mariages sont plus élevées que celles, contemporaines, des Balbi dall’Avogaria Elena, qui épouse en 1555 Aurelio de Grazia, a une dot de 3.250 ducats. Le 28 août 1565, Elena dalla Gatta épouse d’Aurelio de Grazia, après être allée « à la maison de sa mère à San Silvestro, fait venir le notaire » et lui dicte son testament. Ce testament est caractérisé par une extrême attention aux droits de sa fille, ainsi qu’à ceux de sa famille d’origine elle laisse 1.400 ducats de sa dot à sa fille Giulia pour son mariage, 800 à son fils Alvise et le reste pour dire des messes. Si Alvise et Giulia n’avaient pas d’enfants, son héritage retournerait à sa famille d’origine, à sa mère et à ses frères. Si Giulia choisissait la vie religieuse, elle aurait seulement 400 ducats, et tout le reste irait à son frère. « Et je ne veux pas », écrit elle, « si ma fille veut aller au couvent, qu’on l’envoie avant l’âge de seize ans, et si elle y était envoyée contre sa volonté, tous les legs que je lui fais iraient à mes frères »57. La dot d’Elena est donc destinée surtout à sa fille, ou, le cas échéant, doit revenir à sa famille. Ce testament, centré sur la généalogie féminine, vient à l’appui de l’hypothèse initiale sur le rôle joué dans cette famille par la mère Giulia Franceschi.

  • 58 Cf. son testament, ASV, NT, b. 198, f. 73, b. 200, f. 20, 1557 29 juillet.
  • 59 ASV, ACM, reg. 153, f. 174, 1561 24 mars (1598 3 avril).
  • 60 ASV, ACM, reg. 153, f. 174, cit.
  • 61 En 1573, les frères Marco et Giovanni da Brolo quondam Bernardo, quondam Alvise obtiennent la cito (...)

25Paolo dalla Gatta épouse en 1561 Faustina Feletto, fille et héritière58 d’Alvise, Grand Chancelier à Candie, par l’intermédiaire du secrétaire ducal Andrea Surian, oncle de l’épouse59. Pour le mariage de Faustina, la mère Giustina Feletto promit 4.700 ducats de dot, dont 1.500 étaient l’héritage du grand-père, le docteur Francesco, 500 lui parviendraient après la mort de la grand-mère paternelle Elena Torella et 200 étaient le don de la grand-mère maternelle, Angela, veuve de Gerolamo Corso60. En 1563, Ludovica de Marco Antonio dalla Gatta épouse Marco de Bernardo da Brolo en apportant une dot de 3.000 ducats, qui a une structure assez semblable à celle que Francesca apportera à Ruggero Balbi en 1570. Les principaux legs viennent du grand-père Alvise (2.000 ducats) et de la grand-mère paternelle (100 ducats) ; Giulia promet 300 ducats de ses biens personnels61.

26Elena de’ Freschi et Giulia Franceschi ont des fonctions semblables par rapport aux familles qui les accueillent. Provenant de familles socialement plus « honorables » et cultivées par rapport à leurs maris, une fois restées veuves elles jouent activement le rôle de mères en choisissant pour leurs enfants des conjoints dont on peut souvent dire qu’ils viennent de milieux plus proches de celui dont elles-mêmes proviennent que de celui de leurs maris.

2–CHOIX SUCCESSORAUX ET MOBILITÉ SOCIALE DANS UNE STRUCTURE FAMILIALE « FORTE »

  • 62 Sur la frérèche vénitienne, cf. F. C. Lane, « Family Partnerships and Joint Ventures » dans Journa (...)

27Au cours de cette recherche on a souvent rencontré des frérèches. Communauté de frères qui comprend parfois aussi des oncles, des cousins, ou des alliés, la frérèche est une structure familiale qui se retrouve dans des contextes différents, aussi bien à la ville qu’à la campagne. En milieu urbain, et certainement dans le cas vénitien, c’est la forme typique et plus simple de la société familiale marchande62. Les capitaux sont en commun et les choix successoraux se trouvent fortement conditionnés par cette structure « forte ».

Les Bortolussi, une frérèche de verriers muranais

Les Bortolussi, une frérèche de verriers muranais
  • ** En italique, les membres de la frérèche Bortolussi, dans les deux générations.
  • †† Giulia et Lucietta.

Note***
Note**††

  • 63 ASV, NT, b. 209, c. 82, 1556, février. Témoins : Lazzaro d’Antonio et Bartolomeo d’Alvise, garçons (...)
  • 64 ASV, NT, b. 209, c. 16, 1557 26 mai et b. 211, c. 169, n. 232.

28Les Bortolussi étaient les clients réguliers du notaire Angelo da Canal ; dans ses registres plusieurs testaments de cette famille sont conservés. Le premier, de 1556, est celui de Bartolomeo, « citoyen de Murano et verrier alla Nave » qui laisse tous ses biens à ses sept fils Francesco, Piero, Sebastiano, Andrea, Giovanni, Gerolamo et Paolo, 5 ducats à sa fille Cecilia, épouse de Vicenzo Darduin, 2 à sa fille Antonia épouse de Marco Bianco, « fileur de chanvre », 1 à sa fille Serafina, religieuse à San Servolo, mais rien à son fils Vincenzo, déjà émancipé63. En 1557, sa fille, Antonia quondam Bartolomeo Bortolussi, veuve de Marco Bianco « marchand de chanvre », enceinte d’environ quatre mois, dicte son testament, dans la maison de son frère Francesco, à Santo Stefano de Murano. Antonia laisse tous ses biens à égalité à sa fille Caterina et à l’enfant qu’elle attend. A` ses frères, nommés exécuteurs testamentaires, elle ordonne d’investir dans des « fonds », dont les enfants seront les usufruitiers, à partir de l’âge de vingt ans, pour les fils, et à leur mariage ou à leur entrée au couvent pour les filles. Elle confie aussi 20 ducats à sa sœur Cecilia pour doter cinq jeunes filles de Murano64.

  • 65 Dans sa condizione di decima, de 1582, Giovanni Bortolussi quondam Bartolomeo déclare habiter dans (...)
  • 66 ASV, NT, b. 210, f. 470, 1558 28 avril, testament de Paolo ; b. 209, 1564, 7 août, testament de Ge (...)
  • 67 ASV, NT, f. 284, 1571 7 janvier, deuxième testament de Gerolamo.

29Les frères Bortolussi vécurent en frérèche jusqu’à la fin de leurs vies65. Dans leurs testaments, les sept frères se désignent réciproquement exécuteurs testamentaires et héritiers, « par amour et parce qu’ils l’ont mérité », comme écrit l’un d’entre eux en 155866. À la mort des frères, ce sont leurs fils qui hériteront, à l’âge « légitime » de vingt ans67. Par rapport à l’uniformité des dispositions concernant la frérèche, on note quelques variations dans les attitudes envers les membres féminins de la famille, de même que dans les testaments des femmes, filles ou épouses, Bortolussi. Dans son testament, de 1560, Giustina de Marchio, épouse de Sebastiano Bortolussi, laisse 100 ducats à ses enfants, si elle en a, 200 à sa mère et 200 à son frère. Si ses propres enfants mouraient avant l’âge adulte, ou si elle n’en avait pas, les 100 ducats iraient à son frère, qui est aussi exécuteur testamentaire. Le mari et ses frères n’interviennent donc pas dans le testament de cette jeune femme enceinte, tandis qu’on aura l’occasion d’examiner d’autres testaments féminins plus influencés par la frérèche Bortolussi

  • 68 Edra fit un testament en 1556, « saine mais enceinte », dans lequel elle laissa sa dot à son mari, (...)
  • 69 ASV, NT, b. 209, f. 204, cit.

30Trois des frères, Francesco, Piero et Andrea Bortolussi épousèrent trois filles du patricien Francesco Gritti Elisabetta, Perina et Edra68. En 1566, Francesco, qui n’a pas d’enfants, laisse à sa femme toute sa dot, composée d’immeubles à Venise et à la campagne. Cette libéralité apparente est pourtant nuancée par les clauses suivantes les conditions imposées par Francesco sont qu’elle continue à vivre avec ses frères et qu’elle « laisse sa dot dans la maison aussi longtemps qu’elle restera avec eux ». Si elle décidait de quitter la frérèche, pour habiter avec un des frères, elle n’aurait que 40 ducats par an des biens du mari et 30 si elle décidait d’habiter seule ou de se remarier69. Le système de la frérèche, qui implique cohabitation et mise en commun des biens s’étend dans ce cas au-delà de la mort d’un de ses membres en conditionnant aussi le destin futur de sa veuve.

  • 70 Ibidem, 1562, 25 novembre.
  • 71 Ibidem, 1569, 13 septembre.
  • 72 Ibidem, f. 84, 1574, 25 mai.

31Celle-ci, Elisabetta, fit au moins trois testaments. Dans le premier, de 1562, elle lègue sa dot à son mari Francesco, qu’elle nomme exécuteur testamentaire70 ; restée veuve, en 1569, elle laisse sa dot à ses cinq beaux-frères, qu’elle désigne comme exécuteurs testamentaires71 ; dans le suivant, de 1574, elle choisit comme exécuteurs testamentaires sa sœur Perina, veuve de Piero Bortolussi et ses filles Orsetta, épouse de Filippo Ruberti et Angela et le mari de cette dernière Alvise Rizzo. L’héritage, grevé d’une rente annuelle de 6 stari de blé à payer à son frère Andrea Gritti, appartiendra à Perina et, après sa mort, à ses filles. Si celles-ci meurent sans héritiers légitimes, l’héritage reviendra aux enfants de Edra veuve de Andrea Bortolussi. Ses beaux-frères Giovanni et Sebastiano ne reçoivent que 10 ducats chacun, mais ils sont exemptés de l’obligation de rendre compte de l’administration qu’ils ont faite de sa dot72. Progressivement, au cours de sa vie, Elisabetta semble donc se détacher de la frérèche Bortolussi pour raffermir ses liens avec sa propre famille. Cependant, dans le même temps, vu le croisement de parentèles entre les familles Gritti et Bortolussi, Elisabetta, en privilégiant ses propres sœurs et leurs filles, privilégie aussi les femmes de la famille Bortolussi que les testaments masculins concentrés autour de la frérèche avaient négligées.

  • 73 ASV, ACC, b. 373.
  • 74 Cf. le cas de Valerio Superchio, dans ce même chapitre.
  • 75 G. Corazzol, Fitti e livelli a grano, op. cit.

32Les attitudes successorales envers les femmes ne sont pourtant pas les mêmes dans les testaments des frères, intervient sans doute le fait qu’il y ait ou qu’il n’y ait pas d’enfants. Dans son testament, de 1568, Piero avait laissé à Perina Gritti, dolcissima consorte, toute sa dot, sans conditions et en plus 1.000 ducats de don. À ses filles, An-gela et Orsetta, qu’il prescrit à ses frères de marier avant l’âge de vingt ans, il laissa 3.000 ducats de dot chacune ou 1.000 si elles voulaient entrer au couvent ou rester à la maison comme tertiaires franciscaines (pizocherar in casa) et 120 ducats par an si elles voulaient habiter seules, hors de la frérèche73. Un calcul sommaire du capital nécessaire pour donner une rente annuelle de 120 ducats permet de conclure que, au moins en ce qui concerne la possibilité d’entrer en religion ou d’habiter hors de la famille, le choix laissé aux filles était réel une rente à la Monnaie d’État pouvait arriver à 14 % du capital74 ; pour les prêts entre particuliers masqués en rentes emphytéotiques (les livelli), la rente était entre 5 et 7 %75. Une rente de 120 ducats, pouvant correspondre environ à un capital compris entre 1.000 et 2.000 ducats, était équivalente, ou presque, à la dot de religieuse et bien inférieure à la dot prévue pour le mariage. L’institution de la frérèche, avec ses mécanismes stricts d’exclusion et d’inclusion semble laisser des possibilités inouïes aux membres qui n’en sont pas directement concernés, comme la possibilité à de jeunes filles de la bourgeoisie d’habiter toutes seules (habitar da sua posta).

  • 76 ASV, NT, b. 1218, f. 45, 1558 13 juin, à l’époque, Filippo n’avait pas encore 18 ans. Il s’agit d’ (...)
  • 77 ASV, ACM, reg. 153, f. 24, 1571 28 novembre, présenté le 15 décembre 1586.

33Les deux filles épousèrent des « citoyens honorables ». Orsetta épousa Filippo Ruberti, fils unique de Paolo, qui lui laissa plusieurs case et stabili à Venise de même que la « grâce » d’une sansaria al Fontego dei Tedeschi76. Angela, en 1571, épousa le magnifico messer Alvise de Vincenzo Rizzo, en lui apportant 3.100 ducats de dot. En 1586, veuve, elle fit enregistrer son contrat à l’Avogaria, avec le témoignage du secrétaire ducal Giulio Zamberti, qui se définit « un parent »77. C’est elle qui épousa, en deuxièmes noces, Francesco Superchio, dont on parlera dans la suite de ce chapitre. Lorsque leurs fils, en 1635, présentèrent leur candidature à la citoyenneté originaire, ils mirent en avant le fait, confirmé par plusieurs témoins, qu’ils avaient vécu en strict contact avec le milieu de la Chancellerie, grâce à la parenté avec Giulio Zamberti.

  • 78 ASV, ACM, reg. 153, f. 150, 1592 18 juin, présenté le 10 avril 1596.
  • 79 ASV, ACC, b. 373.

34Andriana, une des filles de Andrea Bortolussi, épousa en premier mariage, en 1592, Giovanni Cathicola quondam Canachi, en lui apportant 4.000 ducats de dot, dont 600 en immeubles à Murano. En 1596, après la mort du mari, Andriana présenta son contrat de mariage à l’Avogaria78. Un an plus tard elle épousa un patricien, Ermolao Donà79.

35Les sept frères furent progressivement remplacés dans la frérèche par leurs fils et neveux, qui furent au moins six, c’est-à-dire les enfants mâles de Sebastiano, Andrea, Giovanni et Paolo. En 1582, seulement Sebastiano et Giovanni étaient encore vivants et présentèrent leur condizione di decima avec leurs neveux. Par la suite, la frérèche se divisa et la fortune familiale fut partagée.

  • 80 Ibidem.

36La rupture de la frérèche est à l’origine de l’histoire postérieure d’Andrea, fils de Giovanni qui, né et éduqué à Murano comme tous les Bortolussi, décida, après son mariage avec Isabella Ziliol, célébré en 1602 dans l’église de San Simeone profeta de Venise, de s’établir dans la maison de son beau-père Giulio. En 1624, Andrea Bortolussi présenta à l’Avogaria di Comun la candidature de son fils Gian Piero à la citoyenneté originaire. Né et baptisé en 1603 dans la paroisse de San Lio, à Venise, Gian Piero avait épousé une fille de la noblesse de Trévise, de la famille Avogadro, et vivait à Trévise. Tous les témoins affirment que Andrea vivait de ses rentes et des activités marchandes, de même qu’il possédait les signes extérieurs de l’aisance, puisqu’il avait « gondole et domestiques ». Son cousin Bartolomeo, fils de Sebastiano, ajoute que deux de leurs cousines avaient épousé des patriciens, Nicolò Battaggia et Ermolao Donà, et que leurs fils siégeaient au Grand Conseil. Les autres témoins sont Alvise da Ponte, témoin au mariage (compare dell’anello) d’Andrea, Marco Barovier, verrier muranais, Bartolomeo Bortolussi, de Giovanni, cousin de son père, Bartolomeo Michiel, avocat fiscal, qui avait pris sa défense dans un procès en matière successorale contre son père. Giulio Ziliol, chancelier inférieur, apporte enfin son témoignage influent et le jeune Gian Piero est « approuvé » citoyen originaire80.

37Marchands aisés, ayant tissé des liens avec le patriciat depuis plusieurs générations, les Bortolussi n’avaient pourtant pas jugé nécessaire de demander l’approbation de leur citoyenneté originaire. C’est seulement après avoir tissé des relations familiales dans le milieu de la Chancellerie, avec les Ziliol, qu’un membre de la famille Bortolussi décide de réclamer sa part des « privilèges, grâces, honneurs » réservés aux originaires. Ce choix se situe après une rupture de la tradition familiale, symbolisée par la frérèche et par le lien avec Murano, qui s’accompagne aussi de contrastes héréditaires entre Andrea et son père.

3–DOCTEURS ET CITOYENS UN CAS D’IMMIGRATION INTELLECTUELLE

38On a déjà remarqué le poids, difficilement quantifiable, mais bien perceptible, d’une immigration « doctorale » à Venise. L’absence d’une université dans la capitale déterminait sans doute un fort afflux de docteurs, avant tout de Padoue, mais aussi d’autres régions italiennes. Peu motivés pour obtenir un titre de citoyens privilégiés qui leur aurait ouvert les routes marchandes, soumis, comme les autres, aux lois qui réglaient la citoyenneté originaire, et celle des natifs, les docteurs en médecine et in utroque iure, attirés par les occasions de travail offertes par la capitale, jouissaient toutefois, comme on l’a vu, d’un titre coutumier de citoyens, qu’on retrouve dans les catégories de classification utilisées par les recensements de la population. On conclura cette partie en présentant le cas de deux frères, tous les deux docteurs, récemment immigrés à Venise, dont les descendants deviennent rapidement citoyens originaires.

39Les Superchio, docteurs de Pesaro

  • 81 ASV, ACM, reg. 141, f. 172, 1518 1 décembre (10 déc.)
  • 82 ASV, ACM, reg. 146, f. 15, 1543 28 avril (23 mai). Dans sa condizione di decima de 1582, Alba Dolc (...)
  • 83 ASV, NT, b. 196, n. 814, 1569 29 novembre.

40Le 1er décembre 1518, Aurelio Superchio, de Pesaro, docteur en droit, épouse Orsina Vico, fille de Domenico quondam Piero, citoyen de Venise. La dot, de 1.100 ducats, est constituée par le tiers d’une propriété à Marignano, que Orsina a en commun avec ses cousines Elisabetta et Margherita Vico et une robe en soie que la fiancée recevra avant la transductio. Le contrat, enregistré 10 jours après, fut conclu par le frère de l’époux, Valerio Superchio, médecin, à l’époque proche de la cinquantaine81. La descendance d’Aurelio s’arrête très vite son fils Marc’Antonio épouse en 1543 Alba de Daniel Dolce, qui apporte une dot en partie composée de rentes d’offices pour lesquelles on prévoit un système compliqué de restitution. La seule partie estimée de la dot se monte à 900 ducats en argent et vêtements82. En 1569, Marc’Antonio, qui semble vivre de ses rentes, désigne comme héritier, après la mort de sa femme, un des fils de son cousin Domenico Vico, pourvu qu’il épouse la fille de son cousin Ascanio Superchio, le dernier fils de son oncle Valerio. Aux héritiers de sa femme « puisqu’il ne serait pas honnête qu’elle perde le tiers de sa dot », il laisse 1.330 ducats83.

41Arrivé des Marches, Aurelio Superchio s’était bien inséré dans le monde vénitien Vico et Dolce sont deux familles de fonctionnaires de la Chancellerie, mais ce seront les descendants de son frère Valerio qui franchiront toutes les étapes jusqu’à la citoyenneté originaire et à l’acquisition de parentèles dans le patriciat.

  • 84 ASV, NT, b. 192, f. 164, n. 190, 1540 12 octobre.
  • 85 ASV, ACM, reg. 146, f. 4, 1540 28 juillet (13 sept.)

42En 1540, Valerio écrit son testament, « en langue maternelle, bien que professant les lettres », « dans sa soixante-dixième année, sain d’esprit, mais infirme du corps, à cause d’une double fièvre tierce »84. Ses exécuteurs testamentaires seront Aurelio Superchio, « frère charnel », ses quatre gendres et, à condition qu’elle ne se remarie pas, sa femme Pellegrina qui est nommée « donna et madonna » et administratrice de tous les biens, tant à Venise, qu’en Terre Ferme et à Pesaro, jusqu’à ce que tous les enfants aient plus de vingt-cinq ans. Sans doute deuxième femme de Valerio, Pellegrina est probablement la mère des quatre fils et peut-être des deux dernières filles. Les deux filles du premier lit ont épousé deux frères de Pesaro, le capitaine Antenore Leonardi et le docteur Giacomo Leonardi, comte de Monteabate et orateur du duc d’Urbin à Venise, avec des dots définies par leur père comme moins somptueuses qu’elles ne le méritaient parce qu’à l’époque « j’avais seulement 70 ducats de revenu ». Les deux filles du second lit ont épousé l’une un médecin de Feltre, Agostino Bellato, et l’autre un Vénitien, le spettabel homo messer Andrea Piscina quondam messer Ziliveto. Pour ce dernier mariage, célébré le 28 juillet 1540, Valerio avait promis une dot de 1.500 ducats à payer « en argent comptant, à la transduction »85. Dans son testament, Valerio exclut de l’héritage Gerolamo, devenu prêtre contre la volonté de son père, à cause de sa « vie dissolue ». Les trois autres fils héritent d’un dépôt de 50 ducats chacun à la Monnaie d’État et de tous les immeubles Tiberio des maisons à San Geremia et à San Lio, que Valerio a fait bâtir, Alessandro une boutique à Rialto, des terres à Portogruaro, Ascanio une autre boutique à Rialto et les terres à Pesaro. L’héritage, qui ne peut pas être aliéné, doit être transmis en ligne masculine et les filles et leurs descendants pourront hériter seulement si un de ses fils mourait sans héritiers mâles. Tiberio doit poursuivre ses études de médecine et Alessandro celles de droit, tandis que le plus jeune Ascanio peut choisir les études qu’il préfère.

43À travers les dispositions qu’il donne dans son testament, Valerio nous raconte indirectement toute sa vie ses origines dans les Marches, où il garde encore des propriétés et où il a marié ses premières filles ; l’accumulation progressive de richesses, qui lui permettent à la fin de sa vie de payer, immédiatement après le mariage et en comptant, une dot respectable à sa dernière fille ; ses études de lettres et de médecine, de même que les études de ses fils, dont le dernier est si jeune que, « quand il aura vingt-cinq ans, les autres seront beaucoup plus vieux » et il ne sera plus pensable de les obliger à vivre encore ensemble, sous les ordres de leur mère. Celle-ci pourrait d’ailleurs les avoir quittés qu’elle n’oublie pas, dans ce cas, « de donner des ordres au sujet de leurs études ». C’est à ses créanciers que Valerio pense en dernier ses domestiques, qui attendent les salaires d’une vie entière et les épiciers de l’Anzolo « chez qui je suis toujours allé pour les médicaments de la famille, sans payer, comme il est d’usage pour les médecins ».

  • 86 ASV, ACM, reg. 147, f. 292v, 1547 novembre (1585 17 mai)
  • 87 ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 162, n. 119.
  • 88 ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 168, n. 401.

44Son fils Tiberio, devenu médecin, épouse en 1547 une patricienne, Elisabetta Basadonna, avec une dot de 1.200 ducats86. En 1582, dans sa condizione di decima, il déclare plusieurs immeubles dans la paroisse de San Geremia, à Venise, où il habite, ainsi que des immeubles dans la paroisse de San Lio, et de Santa Eufemia, à la Giudecca87. C’est par la condizione présentée la même année par sa veuve, que nous apprenons qu’Alessandro aussi s’était marié, avec une femme dont nous ne connaissons que le prénom, Pulissena. Outre une boutique à Rialto et plusieurs rentes emphytéotiques, elle déclare comme biens dotaux 5 hectares et une maison à Malamocco et une quinzaine d’hectares à la campagne, laissés par Gerolamo Superchio, le prêtre, à sa fille Camilla88.

  • 89 ASV, ACM, reg. 147, f. 79, 1562 31 janvier (1577 20 mars).

45Le plus jeune des enfants, Ascanio, épouse en 1562 Elisabetta Ziliol, fille du docteur Alessandro, qui apporte 2.000 ducats de dot. Les trois frères s’engagent ensemble, sur leurs biens, à la restitution éventuelle de la dot. Le mariage du dernier fils est aussi l’occasion pour régler le sort de l’héritage maternel dans le contrat de mariage, sa mère Pellegrina Superchio s’engage à laisser tous ses biens à un de ses fils, ne pouvant disposer librement que de 100 ducats89.

  • 90 ASV, ACM, reg. 147, f. 134, 1572 3 septembre ( 1579 24 janvier). Dans sa condizione di decima de 1 (...)

46En 1572, Ascanio se remarie avec Pulissena de Matteo dalla Torre, avec 2.150 ducats de dot90. De ce dernier mariage, qui dura moins de cinq ans, naquirent au moins deux fils, Antonio et Francesco.

  • 91 ASV, ACC, b. 378, n. 93, témoignage de G. Maria quondam Pasqualin Negri sartor nelle Procuratie.
  • 92 Antonio Piscina avait été reconnu citoyen originaire en 1610, grâce aux témoignages de Bernardo Ga (...)
  • 93 ASV, ACC, doc. cit., témoignages de Fabio Centani de Alberto et de Giovanni Nave quondam Battista.
  • 94 Ibidem, f. 2. Ascanio dans les actes de concession de grâce par le Grand Conseil est défini « notr (...)
  • 95 Ibidem, témoignages de Paolo Paradiso quondam Orazio (bellissime espettative) et de Giovanni Nave (...)

47Ce sont les enfants que ce dernier avait eus d’Angela Bortolussi qui demandent en 1635 à être reconnus « citoyens originaires ». Pour démontrer que leur grand-père Ascanio était né à Venise ils s’appuient surtout sur le testament de Valerio ; plusieurs témoignages, par ailleurs, confirment que leurs père et grand-père étaient des citoyens honorables, qui portaient les maneghe a comedo et qui vivaient de leurs rentes. D’autres témoins mettent l’accent sur le fait que les deux frères avaient vécu avec un oncle maternel Giulio Zamberti, secrétaire ducal. Un couturier qui fréquentait leur maison affirme que les deux jeunes « ne se sont jamais appliqués à aucun art, mais ils ont étudié à Padoue pendant dix ou douze ans »91. Leur cousin Antonio Piscina quondam Zilio, petit-fils d’Andrea Piscina et Elena Superchio, l’une des filles de Valerio, raconte qu’ils avaient étudié au collège de monseigneur Gerolamo Superchio, leur oncle commun, où lui-même avait étudié, avec un autre de leurs cousins. Leur grand-père Ascanio, continue Antonio Piscina, « était cousin de ma grand-mère et j’ai entendu dire qu’il avait un frère médecin, et médecin connu »92. D’autres témoins affirment qu’Ascanio était médecin93, mais dans le dossier présenté par les deux frères, il apparaît plutôt comme un fonctionnaire, al Monte Novissimo qui, en raison de sa position, obtient d’autres « grâces » de rentes d’offices mineurs94. Pour certains témoins, enfin, c’est en raison des mérites des ancêtres, que Francesco jouit de « très belles » rentes d’offices95. Leur honorabilité repose en fait sur deux critères la réputation dans la profession et la présence dans l’administration.

  • 96 Ibidem, témoignage de Giovanni Nave.

48La formation et la culture continuent à caractériser cette famille, mais il est intéressant de remarquer ici le passage graduel de la profession à la rente, qui est ensemble rente foncière et rente d’offices, passage qui à la génération du grand-père Ascanio apparaît encore caractérisé par une double présence et qui à la génération suivante est net Francesco vit de rentes dont il n’a pas le mérite, ses enfants étudient dans une école de leur propriété « ils se sont consacrés aux études dans un studio à Padoue ou collegio, qui fait partie de leur héritage »96.

Notes

1 Giuseppe Toderini donne les généalogies (la plupart du temps pour deux ou trois générations seulement) d’une dizaine de familles Balbi, dont six sont en réalité des branches illégitimes des Balbi patriciens, ASV, MCSV, s. I, 4, Toderini, vol. I, p. 181-84.

2 Cf. Ph. Braunstein, « De la montagne à Venise : les réseaux du bois au xve siècle », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 100, 1988, 2, p. 761-799.

3 ASV, XS, Condizioni 1514, b. 14, n. 33, Alvise Balbi quondam Piero quondam Alvise.

4 Cf. E. Crouzet-Pavan, « Sopra le acque salse », op. cit. vol. I, p. 592.

5 Dans un contrat de mariage, Alvise quondam Antonio Balbi est présenté comme témoin en tant que cousin de Baldissera Balbi (dal Legname).

6 Piero Berengo de Nicolò signe le contrat de mariage d’une des filles de Baldissera Balbi en 1537 ; Alvise Berengo quondam Nicolò est témoin au testament d’Alvise Balbi quondam Nicolò en 1542.

7 Cf. la condizione di decima des héritiers de Nicolò Berengo quondam Piero, présentée en 1514, ainsi que celle, de 1582, de Nicolò Berengo quondam Alvise, ASV, XS, Condizioni 1514, b. 14, n. 42 et Condizioni 1582, b. 169, n. 283.

8 Carlo Berengo quondam Gregorio, mort en 1595, rédige son testament dans sa maison de Sant’Agnese, ASV, NT, b. 1190, n. 157 ; son fils Andrea est né à Sant’Agnese, ASV, ACC, b. 367 et 369. En 1591, Nicolò Berengo quondam Alvise promet sa fille Samaritana à Vincenzo dall’Aquila, une partie de la dot, de 2.000 ducats, est constituée par deux petites maisons à Sant’Agnese, dans la corte da ca’ Berengo, ASV, ACM, reg. 153, f. 240, 1591 3 juin ( 1602 avril).

9 Elle pourrait appartenir à cette famille Nordio d’entrepreneurs de Chioggia qui furent très actifs au xve siècle dans les travaux publics d’assainissement et entretien de la lagune, cf. E. Crouzet Pavan, « Sopra le acque salse », op. cit., vol. I,p. 365. Le commerce du bois et la construction de digues sont évidemment des activités très liées.

10 ASV, XS, Condizioni 1514, b. 14, n. 3, « una chaxa da stazio posta in Santa Agnexe nela quale nui habitemo et femo la botega da legname la quale era ale decime per d. 44 ».

11 Ibidem, n. 60.

12 ASV, ACC, b. 440, II, 6.

13 Ibidem, b. 440, II, 5 ; b. 367.

14 Dalla colombina était une enseigne de boutique assez répandue à Venise, comme on peut voir aussi dans les notes qui suivent. En 1573, on trouve un Gian Antonio dalla Colombina, fils de Giovanni, fils de Giacomo, qui est marchand d’huile et de savon ; il épouse Anna quondam Gerolamo Bonazza dalla Volta, qui lui apporte une dot de 1.100 ducats, ASV, ACM, reg. 147, f. 278, 1573 14 février (1584, 6 novembre).

15 Balbi et Berengo établirent des liens de parenté multiples : les deux frères Piero e Alvise Berengo de même que Nicolò, fils de Alvise, épousèrent des filles Balbi, cf. les dossiers présentés à l’Avogaria par Giovanni Balbi et par Nicolò Berengo, ASV, ACC, b. 364.

16 ASV, ACM, reg. 142, f. 228v, 1530 7 mai (1531, 4 février).

17 ASV, ACM, reg. 142, f. 129v, 1529 5 août (1532, 13 janvier).

18 Cf. M. Lowry, Le monde d’Alde Manuce, op. cit.

19 Sur le milieu social de la paroisse de San Salvador, voir A. Bruni, « Mobilità sociale e mobilità geografica », art. cit.

20 ASV, ACC, b. 365.

21 En 1514, Sebastiano quondam Antonio Basalovo dalla Colombina marie sa fille Angela à Nicolò Baron, avec une dot de 1.150 ducats, le contrat prévoit qu’elle ne pourra pas se remarier sans le consentement de son père, ASV, ACM, rég. 141, f. 91v, 1515 15 octobre (1er décembre) ; un des témoins présentés par Gasparo à l’Avogaria affirme que la maison habitée par les dalla Colombina était une maison Basalovo. C’est Antonius olim bambasarius de territorio brixiensis qui affirme que Antonio venait de Milan.

22 Une partie de la dot de Angela dalla Colombina se compose de noli de onzi venuti cum la sua nave exigibili per esser passati tuti li tempi consueti et poderli scuoder.

23 « Che profession era la sua ? » « El stava in botega sentà come fano li mercadanti grossi et teniva fatori », témoignage d’Antonius olim Bambasarius.

24 Vendevelo lin grosso o a menudo ? « In grosso et a menudo ». « Vendevelo lui in botega ? » « Qualche volta perché l’haveva fatori et famegi fina sarrasini », témoignage d’Antonio Martini.

25 »Vendevelo in botega ? » « Sì che lui attendeva a vender et li fioli » « Vendevelo a menudo, a brazzo, a peso de sua mano ? » » Vendeva Mathio el fator, et qualche volta anche lui vendeva, come non vi era il fattor », témoignage d’Antonio Martini.

26 Lucietta Balbi relicta del quondam Gerolamo Colombina déclare aux Dieci Savi alle decime en 1582 un livello de 300 ducats. Elle habite toujours dans la paroisse de Sant’Agnese, mais dans une maison du patricien Marco Bembo, ASV, XS, Condizioni 1582, b. 171, n. 941.

27 ASV, XS, Condizioni 1582, b. 171, Giulio, Girardo, Cesaro Cavanis quondam Giuseppe.

28 ASV, ACM, reg. 147, f. 171v, 1537 16 avril (1580 5 septembre).

29 ASV, ACC, reg. 144, f. 116v, 1547 29 janvier (1570 29 juillet). En 1579, Camilla de Cavaneis, fille de Giuseppe et de Lucietta Balbi, déjà morte à l’époque, épouse Giovanni Fiume, fils du notaire Baldissera, la dot est de 2.000 ducats, dont 150 sont l’héritage de Lucietta, parmi les témoins, il y a Antonio Balbi quondam Alvise, ASV, ACM, reg. 153, f. 113v, 1579 6 juillet (1592 14 juillet).

30 ASV, ACM, reg. 144, f. 193v, 1541 18 juin (1572 8 novembre).

31 ASV, NT, b. 196, n. 1000, 1543 21 juin.

32 En 1542, il est propriétaire d’une trentaine d’hectares dans la Podesteria de Noale, cf. A. Bellavitis, Noale, op. cit. p. 74.

33 En 1541, Camillo épousa Eva de Giovanni Rizzo, qui apporta 2.000 ducats de dot, ASV, ACM, reg. 146, f. 7, 1541 18 avril (1542 11 avril).

34 ASV, NT, b. 194, f. 472, 1548 18 juillet. En 1628, un Gian Battista Corniani, quondam Cornelio quondam Gian Francesco, docteur, présente son dossier pour la citoyenneté originaire. Parmi les témoins, le marchand Tomaso Tasca, qui affirme que Cornelio était spizier al Medico, ASV, ACC, b. 369.

35 Francesco de Martin de Zuanne Cavalli tentor de grana avait épousé en 1523 Chiara de Bernardin Darzenta, qui lui apporta une dot de 600 ducats, ASV, ACM, reg. 141, f. 263, 1523 6 avril ; une autre fille de Francesco Cavalli tentor a S. Stai épousa en 1558 Giacomo Rossi quondam Iseppo, elle aussi avec une dot de 2.500 ducats, ASV, ACM, reg. 144, f. 8, 1558 26 juin.

36 Lorenzo Lotto, Il « libro di spese diverse » con aggiunta di lettere e d’altri documenti, édité par P. Zampetti, Venise 1969, p. 60-61.

37 ASV, ACM, reg. 153, f. 56, 1555 27 avril, le contrat fut enregistré en 1588, après la mort de Gian Battista. La maison est déclaré par Giacomo quondam Gian Battista Franco dans sa condizione di decima de 1582, elle est louée pour 28 ducats par an, ASV, XS, b. 167.

38 ASV, ACM, reg. 144, f. 123, 1555 18 mai, le contrat fut enregistré en 1570, après la mort de Nicolò Balbi.

39 ASV, ACM, reg. 141, f. 234v, 1521 18 mars (24 juillet).

40 ASV, ACM, reg. 142, f. 123v, 1525 9 août (1527 31 décembre).

41 Sur les carrières de la famille, voir M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit.,p. 441-446 et Eadem, « A Citizen in the service of the patrician state : The career of Zaccaria de’ Freschi », art. cit, et cf. maintenant J. S. Grubb, Provincial Families of the Renaissance. Private and Public Life in the Veneto, Baltimore et Londres, 1996.

42 Memorie dell’illustre famiglia de’ Freschi cittadini originarii veneti, BNMV, ms. IT, cl. VII, 165 (8867). Les premières sept feuilles sont consacrées aux illustrations, les feuilles 30-95 contiennent la véritable chronique, de 1413 à 1577 ; les feuilles de 108 à 122 et la feuille 159 les contrats de mariage ; les feuilles de 123 à 151 tous les privilèges, les titres honorifiques, les charges dans l’administration de la famille et enfin les feuilles 193-200 sont occupées par des recettes médicales.

43 Ibidem, f. 108-122, où l’on trouve aussi quelques inventaires de trousseaux.

44 ASV, NT, b. 42, n. 126, 1542 25 décembre, la qual voglio etiam che la sii presente a questa mia ordenation per haver in lei vera fede per el singular amor et benevolentia che sempre la mi ha dimostrato.

45 ASV, ACM, reg. 153, f. 82v, 1543 3 avril (1589 21 août). Il s’agit d’un nom assez répandu, qui n’implique pas toujours l’exercice d’un métier lié au bois. Une famille dal Legname de marchands de bois est toutefois documentée au xvie siècle, cf. R. Vianello, « Famiglie di mercanti di legname a Venezia », dans G. Caniato, éd., La via del fiume. Dalle Dolomiti a Venezia, Codissago di Castellavazzo – Belluno, 1993, p. 299-312.

46 ASV, ACM, reg. 146, f. 212v, 1548 11 mars (1573 29 avril).

47 ASV, ACC, b. 369, le petit-fils, Camillo, fut prouvé citoyen originaire en 1610, à l’âge de seize ans.

48 ASV, ACM, reg. 144, f. 216, 1555 26 janvier, la dot est de 3.000 ducats. Camillo mourut en 1573 et Franceschina reçut sa dot en juin. En 1581, Franceschina Allegretti maria sa fille Isabetta Falier au docteur Antonio Bidernutio, mais s’engagea à payer la dot, en tout 2.200 ducats, dans 8 ans, « parce qu’elle n’avait pas la possibilité de la payer tout de suite ». À cette occasion, les propriétés de la famille à Padoue furent « obligées » au gendre, ASV, ACM, reg. 153, f. 6v, 1581 27 août (1585 22 janvier).

49 ASV, NT, b. 211, f. 87, n. 131, 1559 17 novembre.

50 ASV, ACM, reg. 147, f. 273, 1560 27 avril (1584 9 juin).

51 ASV, ACC, b. 364.

52 ASV, NT, b. 1185, f. 98v, 1487 8 mars, publié le 11 février 1527.

53 ASV, ACM, reg. 144, f. 137v, 1570 3 mai (1571, 20 janvier). En 1581, Andrea Surian est défini secrétaire du Conseil des Dix dans le testament de sa fille Marina, ASV, NT, b. 196, n. 828, 1581 1 mai, qui modifie un testament du 31 janvier 1581, ibidem, n. 794.

54 ASV, XS, Condizioni 1582, b. 170, n. 735.

55 Cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit., p. 431-435 ; cf. le testament d’Andrea Franceschi, écrit en 1535 au moment de partir pour le Caire, à l’âge de 63 ans, ASV, NT, b. 1217, VIII, 6, 1535 1 mars, publié le 10 février 1552.

56 ASV, ACM, reg. 140, f. 44, 1507 14 avril, le mariage est conclu par les oncles Alessandro et Andrea, la dot était de 1.500 ducats, dont 300 venant des biens personnels de son oncle Andrea et le reste était le legs établi par le testament de son père Bernardo. Sa sœur Maria, qui épousa en 1509 Gian Francesco Malatini, quondam Alvise, docteur, eut 2.700 ducats, ASV, ACM, reg. 141, f. 66, 1509 10 février (1513 1 décembre).

57 ASV, NT, b. 1263, VI, f. 5, 1565 28 août, publié le 1er mars 1575. Et non voglio che mia fia possa esser messa munega, se la vorrà andar, se la non habbi 16 an-ni et, se la fosse messa contra sua volontà voglio che quanto i lasso per questo mio testamento vada in miei fradelli et se detti miei fiol et fia tutti dui morissero senza heredi, voglio che venghi in mei fradelli et morendo uno senza fioli vadi in li altri.

58 Cf. son testament, ASV, NT, b. 198, f. 73, b. 200, f. 20, 1557 29 juillet.

59 ASV, ACM, reg. 153, f. 174, 1561 24 mars (1598 3 avril).

60 ASV, ACM, reg. 153, f. 174, cit.

61 En 1573, les frères Marco et Giovanni da Brolo quondam Bernardo, quondam Alvise obtiennent la citoyenneté originaire, ASV, ACC, b. 361.

62 Sur la frérèche vénitienne, cf. F. C. Lane, « Family Partnerships and Joint Ventures » dans Journal of Economic History, IV, 1944, p. 178-96 et, en général, Idem, I mercanti di Venezia, Turin, 1982.

63 ASV, NT, b. 209, c. 82, 1556, février. Témoins : Lazzaro d’Antonio et Bartolomeo d’Alvise, garçons de la boutique. ASV, NT, b. 79, n. 475, 1560 25 septembre.

64 ASV, NT, b. 209, c. 16, 1557 26 mai et b. 211, c. 169, n. 232.

65 Dans sa condizione di decima, de 1582, Giovanni Bortolussi quondam Bartolomeo déclare habiter dans sa propre maison, en frérèche, à Santo Stefano de Murano. Pour le reste, à part une maison à San Pietro de Murano, il n’a que des propriétés dans la Terre Ferme, sotto Asolo de Trivisana, ASV, XS, b. 167, n. 340.

66 ASV, NT, b. 210, f. 470, 1558 28 avril, testament de Paolo ; b. 209, 1564, 7 août, testament de Gerolamo ; f. 204, 1567 6 mars, testament de Francesco ; ASV, ACC, b. 373, 1568, 11 août, testament de Piero.

67 ASV, NT, f. 284, 1571 7 janvier, deuxième testament de Gerolamo.

68 Edra fit un testament en 1556, « saine mais enceinte », dans lequel elle laissa sa dot à son mari, « pour la bonne compagnie qu’il me fait » et après sa mort à ses enfants, ASV, NT, b. 209, f. 191, 1556, 11 février.

69 ASV, NT, b. 209, f. 204, cit.

70 Ibidem, 1562, 25 novembre.

71 Ibidem, 1569, 13 septembre.

72 Ibidem, f. 84, 1574, 25 mai.

73 ASV, ACC, b. 373.

74 Cf. le cas de Valerio Superchio, dans ce même chapitre.

75 G. Corazzol, Fitti e livelli a grano, op. cit.

76 ASV, NT, b. 1218, f. 45, 1558 13 juin, à l’époque, Filippo n’avait pas encore 18 ans. Il s’agit d’un office d’intermédiaire marchand avec le Fondaco des Allemands, qui était réservé aux citoyens originaires.

77 ASV, ACM, reg. 153, f. 24, 1571 28 novembre, présenté le 15 décembre 1586.

78 ASV, ACM, reg. 153, f. 150, 1592 18 juin, présenté le 10 avril 1596.

79 ASV, ACC, b. 373.

80 Ibidem.

81 ASV, ACM, reg. 141, f. 172, 1518 1 décembre (10 déc.)

82 ASV, ACM, reg. 146, f. 15, 1543 28 avril (23 mai). Dans sa condizione di decima de 1582, Alba Dolce, relicta del quondam eccellente messer Marcantonio Supergio, déclare 120 campi à San Piero (Padoue), loués, pour 150 ducats par an au secrétaire du Conseil des Dix Domenico Vico. Elle habite à San Marcilian dans une maison du patricien Nicolò Vendramin, ASV, XS, b. 163, n. 452.

83 ASV, NT, b. 196, n. 814, 1569 29 novembre.

84 ASV, NT, b. 192, f. 164, n. 190, 1540 12 octobre.

85 ASV, ACM, reg. 146, f. 4, 1540 28 juillet (13 sept.)

86 ASV, ACM, reg. 147, f. 292v, 1547 novembre (1585 17 mai)

87 ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 162, n. 119.

88 ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 168, n. 401.

89 ASV, ACM, reg. 147, f. 79, 1562 31 janvier (1577 20 mars).

90 ASV, ACM, reg. 147, f. 134, 1572 3 septembre ( 1579 24 janvier). Dans sa condizione di decima de 1582, Pulissena dalla Torre relicta de messer Ascanio Superchio déclare une rente emphytéotique (livello a francar) qui lui apporte 24 stari de blé par an, sur un capital de 800 ducats. Elle habite avec son frère Nicolò à San Geminiano, dans les maisons de la Procuratia, ASV, XS, Condizioni, 1582, b. 157bis.

91 ASV, ACC, b. 378, n. 93, témoignage de G. Maria quondam Pasqualin Negri sartor nelle Procuratie.

92 Antonio Piscina avait été reconnu citoyen originaire en 1610, grâce aux témoignages de Bernardo Gatta, qui se définit parent au quatrième degré et de M. Antonio Vedova, oncle de sa mère Marina Pauluzzi, ASV, ACC, b. 368.

93 ASV, ACC, doc. cit., témoignages de Fabio Centani de Alberto et de Giovanni Nave quondam Battista.

94 Ibidem, f. 2. Ascanio dans les actes de concession de grâce par le Grand Conseil est défini « notre fidèle Ascanio Superchio qui depuis plusieurs années sert au Monte Novissimo ».

95 Ibidem, témoignages de Paolo Paradiso quondam Orazio (bellissime espettative) et de Giovanni Nave quondam Battista, qui exerce, en tant que fante alli Governatori alle intrade, l’office dont Francesco Superchio est « propriétaire » (patron).

96 Ibidem, témoignage de Giovanni Nave.

Notes de fin

* Valle da pesca = secteur de la lagune que l’on ferme pour la pêche.

Cf. généalogie suivante

Antonio Balbi

§ Alvise et Bernardo dalla Gatta.

** En italique, les membres de la frérèche Bortolussi, dans les deux générations.

†† Giulia et Lucietta.

Table des illustrations

Titre Les étapes de l’honorabilité les mariages des Balbi « dalle Zattere »
Légende Note 99Note **Note **
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Mobilité sociale et généalogie féminine les Balbi « dall’Avogaria »
Légende Note*Note**§
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Les Bortolussi, une frérèche de verriers muranais
Légende Note***Note**††
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2236/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540