Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Deuxième partie. Mariages citoyens

Chapitre sixième. Le remariage des veuves

Texte intégral

Veuves et remariage

  • 1 L. Stone, Famiglia, sesso e matrimonio in Inghilterra tra Cinque e Ottocento, Turin, 1983, p. 60.
  • 2 Cf. J. Dupâquier, E. Helin, P. Laslett, M. Livi Bacci, S. Sogner, éd., Marriage and Remarriage in P (...)
  • 3 Cf. A. Bellettini, « Les remariages dans la ville et dans la campagne de Bologne au xixe siècle », (...)

1Le problème du remariage des veufs et des veuves dans les temps passés est difficile à saisir dans toute son ampleur. Le premier problème réside dans l’établissement des faits, puisque dans les actes ou dans les contrats de mariage la condition de veuvage n’est pas nécessairement signalée. Il y a ensuite le problème de la réprobation dont le remariage est fait l’objet, notamment de la part de l’Église, mais aussi de la part des communautés, qui expriment par le phénomène du charivari leur refus d’une pratique qui soustrait des partenaires au groupe. Caché par les sources, condamné par l’Église et réprouvé par la communauté, le remariage des veufs et, dans une moindre mesure, des veuves, était pourtant un phénomène répandu dans les sociétés d’Ancien Régime. Quelques données générales sont disponibles pour l’Angleterre du xvie siècle, où les remariages représentaient entre 25 et 30 % des mariages1 et des pourcentages semblables ont été relevés pour la France des xviie et xviiie siècles2. Pour l’Italie centrale et septentrionale des données relatives au xixe siècle révèlent un pourcentage de 20 % de remariages sur le total des mariages3.

  • 4 Cf. G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècle) », dans J. Dup (...)
  • 5 G. Calvi, Il contratto morale, op. cit. p. 128-130.

2Le remariage est partout une expérience asymétrique : dans toutes les classes d’âge les veufs se remarient plus souvent que les veuves : le pourcentage de remariages chez les hommes est normalement le double de celui des femmes4. À plus forte raison, plus l’âge avance et moins les veuves ont des chances de se remarier : au-delà de sa période de fécondité, le remariage d’une veuve pose des problèmes moraux évidents. Surtout à l’époque du Concile de Trente, les textes des moralistes condamnent expressément le remariage des femmes, essayant de leur proposer des modèles excellents de fidélité à la mémoire du mari, qui vont de Pénélope à Catherine de Médicis5.

  • 6 Ch. Klapisch-Zuber, « La mère cruelle. Maternité, veuvage et dot », dans Eadem, La maison et le nom(...)
  • 7 Ch. Klapisch-Zuber, « Household and Family in Tuscany, 1427 », dans P. Laslett, éd., Household and (...)
  • 8 Cf. M. Palazzi, « Tessitrici, serve, treccole. Donne, lavoro e famiglia a Bologna nel Settecento, d (...)
  • 9 B. Diefendorf, « Widowhood and remarriage in Sixteenth-Century Paris », dans Journal of Family Hist (...)

3Cependant, au-delà et en dépit de l’idéologie dominante, des contraintes sociales d’origine souvent différente obligent ou autorisent les veuves à se remarier. Dans la Florence du xve siècle, les stratégies lignagères du patriciat poussent la famille d’origine à reprendre possession le plus vite possible de la jeune veuve et de sa dot, pour la remarier aussitôt après6. Le veuvage prolongé ou définitif est alors surtout une expérience des femmes des milieux pauvres7. Même dans d’autres villes italiennes, à l’époque moderne, les femmes chefs de famille se retrouvent surtout dans les milieux pauvres et il s’agit presque toujours de veuves qui ne sont plus en âge de se remarier8. À Paris au xvie siècle, on trouve au contraire un pourcentage proportionnellement plus élevé de femmes chefs de famille dans les milieux favorisés où les femmes n’étaient poussées au remariage ni par des contraintes sociales ni par des nécessités matérielles9.

  • 10 Cf. pour les Pays-Bas, S. M. Wyntjes, « Survivors and Status: Widowhood and family in the early Mod (...)
  • 11 Francesco Barbaro, De re uxoria liber, éd. par A. Gnesotto, Atti e Memorie della R. Accademia di sc (...)
  • 12 ASV, ACM, reg. 153, f. 151, 1547 3 janvier, Andriana quondam noble P. Francesco Barbarigo, quondam (...)
  • 13 G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime », art. cit., affirme que les veuves se (...)
  • 14 ASV, ACM, reg. 141, f. 50, 1513 18 juin, enregistré le 21 juin. Item dicta ma-donna Isabetta rechie (...)

4La législation vénitienne, aussi bien que celle d’autres villes européennes10, était plutôt conçue pour favoriser le remariage des veuves, en laissant complètement libres leurs dots. Une certaine réprobation sociale entourait toutefois, dans les milieux patriciens, les jeunes qui souhaitaient épouser des veuves riches et Francesco Barbaro avait exprimé cette préoccupation dans son traité De re uxoria dès le xve siècle11. Parmi les contrats, on trouve quelques cas de remariage de veuves patriciennes dans le milieu des citoyens. Elles n’ont jamais les dots somptueuses dont rêvent les jeunes patriciens oisifs que blâme Barbaro et qui leur auraient peut-être permis de se recaser au même niveau social de départ12. On peut en effet imaginer que, une fois remplie leur fonction de donner le jour à des « fils aptes au Grand Conseil », il était plus facile de recaser les veuves à un niveau plus bas de la hiérarchie sociale. Les exemples sont pourtant trop limités pour qu’on puisse, comme on a fait pour d’autres contextes13, en tirer des conclusions générales. La situation contraire est d’ailleurs aussi attestée, comme dans le cas du remariage de Elisabetta Amadi, veuve, avec un enfant, de Paolo Ciera, qui épouse le noble Sebastiano Balbi, en lui apportant une dot de 2.000 ducats en même temps que tout l’héritage de son fils14.

  • 15 ASV, ACM, reg. 140, f. 166, 1511 23 janvier, la dot est de 2.500 ducats, dont seulement 1.600 sont (...)
  • 16 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, 1515 23 juillet, la dot est de 1.600 ducats, dont 1.500 messi in carta (...)

5Cent dix contrats de l’Avogaria concernent des remariages de veuves dont sept sont à leur troisième ou quatrième mariage. Cent vingt remariages (si on compte aussi les veuves au troisième ou quatrième mariage) représentent environ 12 % du total des 979 mariages de notre échantillon : un pourcentage tout à fait plausible et même élevé, si on considère qu’on n’a ici que les remariages des femmes. On reconnaît dès les premières lignes le contrat de remariage d’une veuve, non seulement parce que sa condition de relicta del quondam suit son nom, mais parce que le plus souvent c’est elle-même qui stipule, souvent dans sa propre maison, le contrat, promet la dot et signe. Par contre, on n’a jamais de renseignements sur la condition du mari : qu’il soient célibataires, veufs au premier, deuxième ou troisième remariage ce n’est jamais par rapport au mariage que les hommes sont définis. Dans de très rares cas, on est sûr qu’il s’agit d’un mariage entre un veuf et une veuve, si l’on trouve deux contrats de mariage du même homme. En 1511, les prudentes cives Benedetto Pessina de Silvestro et Piero Olivieri de Baldassarre, avunculus de Lucrezia Angeleri s’accordent pour le mariage entre celle-ci et Benedetto15. En 1515, Benedetto Pessina de Silvestro épouse Marietta Mocenigo veuve Orio, en présence de Pietro Olivieri de Baldassarre et Gerolamo Olivieri16. Il s’agit très probablement de la même personne, mais on ne fait aucune mention du précédent mariage.

Composition des dots des veuves

  • 17 ASV, ACM, reg. 141, f. 168, 1518 25 juin ; f. 264v, 1522 7 mai ; reg. 144, f. 198v, 1544 6 février (...)

6Andriana Fedel, Ludovica Bindelli, Berenga Berengo, Chiara Nadal, Gerolama Santo et Cornelia dalla Gatta, veuves, apportent en dot à leur deuxième, ou troisième, mari, la maison dans laquelle elles habitent17. Les époux pourront aller y habiter ou, plus probablement, la louer, mais ces cas ouvrent quelques perspectives sur une réalité tout à fait inconnue dans le cas vénitien, c’est-à-dire le lieu de résidence de la femme veuve qui n’était pas nécessairement, comme c’était le cas à Florence, la maison paternelle. Dans 33 autres contrats, la totalité ou la majeure partie de la dot est représentée par des immeubles, le plus souvent des maisons, plus rarement aussi des ateliers ou boutiques, situés dans Venise. Dans 26 autres contrats, on trouve des immeubles hors Venise, terres et maisons à la campagne aussi bien que maisons dans les villes de la Terre Ferme. La plupart des dots des veuves, 59 %, sont entièrement ou en grande partie composées d’immeubles, ce qui est le cas seulement de 26 % des dots au premier mariage.

  • 18 Cf. à ce propos, pour les xiv et xve siècles, E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse, op. cit., vol (...)

7La procédure de restitution des dots, telle qu’elle est prévue par les Statuts, est à l’origine de ce déséquilibre18. Dans l’ensemble, cela ne conduit pas à une augmentation du pourcentage de femmes propriétaires, mais nous oblige à réexaminer le problème de l’accès des femmes à la propriété immobilière dans l’ensemble du cycle de vie.

La dot restituée et l’héritage du premier mari

8Si l’analyse des éléments qui composent la dot d’une jeune fille peut donner des informations sur sa place dans le système héréditaire familial, l’analyse de la dot d’une veuve permet d’en savoir plus sur le fonctionnement concret de la procédure de restitution, ainsi que sur les pratiques testamentaires des maris par rapport à leurs épouses.

  • 19 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, 1515 23 juillet (28 juillet), Marietta Mocenigo veuve Orio et Benedetto (...)
  • 20 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, cit. ; reg. 142, f. 234v, 1531 22 octobre (1532 20 février), Paola dall (...)
  • 21 ASV, ACM, reg. 141, 1520 26 mai.

9La référence explicite à la procédure de restitution, au vadimonium ainsi qu’à la sentence des Juges du Proprio (8 cas)19, ou à l’existence de créances de la femme sur les héritiers du mari (9 cas)20 n’apparaît que dans une minorité de cas. Toutefois, si elle se remarie c’est en principe parce qu’elle a réussi à regagner au moins une partie de sa dot. Dans un seul cas, on utilise le conditionnel : Camilla Negro veuve Tiro promet 1.000 ducats de dot, « au cas où elle arriverait à (les) avoir en payement de la dot de son premier mariage » ainsi que « des objets et des comptants qu’elle pourrait avoir de son premier mariage »21.

  • 22 ASV, ACM, reg. 147, f. 3, 1568 28 juillet (1575 3 novembre). Le premier contrat de mariage avait ét (...)
  • 23 ASV, ACM, reg. 144, f. 198v, 1544 6 février, enregistré en 1572, à la mort du mari, Giovanni Orsato (...)

10Dans treize contrats, une partie de la dot est constituée de legs que le mari précédent avait fait à la femme, sans, évidemment, les soumettre à la condition qu’elle ne se remarie pas. Le premier mari de Modesta Michieli dalla Meduna, Pietro Grisoni, non seulement lui avait laissé toute sa dot entière, mais lui avait aussi légué 1.000 ducats expressément pour lui permettre de se remarier. En se remariant, en 1568, avec le noble de Vérone Cesare Florio, Modesta commit toutefois l’erreur de promettre 3.900 ducats de dot, quod facere non poterat, puisque avec sa dot, de 1.800 ducats, plus le legs de son mari, de 1.000 ducats, plus 300 ducats de dimissoria qui étaient restés aux héritiers du premier mari et qu’elle reçut des Juges du Proprio, elle n’arrivait qu’à 3.100 ducats. L’acte conservé à l’Avogaria est la quittance du deuxième mari, faite en 1575, pour 1.990 ducats en objets et bijoux et le reste en rentes emphytéotiques (livelli) hérités du premier22. La dot de Berenga Berengo, veuve Roi, est presque entièrement constituée de la rente de l’office de scrivano all’Arsenal laissé par le premier mari, et de la maison qu’elle avait habitée pendant son veuvage. À cela s’ajoutent 300 ducats en argent comptant et objets. Elle garde la propriété de l’office aussi bien que de la maison, et la dot est représentée par la rente23.

  • 24 Contrats qui prévoient une dot, plus l’héritage du premier mari : ASV, ACM, reg. 144, f. 41, 1534 5 (...)
  • 25 ASV, ACM, reg. 142, 1529 28 août (7 septembre).
  • 26 ASV, ACM, reg. 144, f. 35, 1564 12 janvier.

11Dans d’autres cas, la dot ou une partie de la dot est représentée par « toute raison et action sur l’héritage du premier mari » (5 cas)24. Dans le contrat entre le docteur Francesco Feletto et Antonia Fuberta veuve de Piero de Cordes, le montant de la dot n’est même pas indiqué, s’agissant de tout l’héritage que le premier mari avait laissé à sa femme, comme il devait apparaître dans un acte notarié stipulé à Lille en 1506 auquel se réfère le contrat. En réalité, Francesco Feletto n’a que la faculté d’engager la moitié des biens dans des propriétés immeubles qui doivent rester comme « fonds dotal » d’Antonia tandis que l’autre moitié restera à Antonia comme dimissoria, dont elle pourra disposer librement, aussi bien durant la vie qu’après la mort de Francesco Feletto25. À la suite du mariage entre Chiaretta da Crema et le docteur Ambrogio de Salis, « pour que les liens de parentèle soient encore plus serrés », le père de Ambrogio, Felice, épouse la mère de Chiaretta, Perpetua, veuve à son troisième mariage. Les dots de la mère et de la fille sont constituées par tout l’héritage du mari, et père, Bernardo da Crema, dont le montant n’est pas spécifié26.

L’héritage familial

  • 27 Cf. par exemple : ASV, ACM, reg. 141, f. 79, 1513 19 mai (29 juillet), Ancilla Livrieri veuve du do (...)
  • 28 ASV, ACM, reg. 144, f. 115, doc. cit. ; reg. 153, f. 225, doc. cit. ; reg. 153, f. 245, 1589 23 mar (...)

12Sur le remariage d’une veuve peuvent toutefois exercer encore quelque influence les membres de sa famille d’origine. Dans quelques contrats, la dot est promise et le contrat signé par le père de la veuve, ou par d’autres membres de la famille, la mère ou les frères27. Dans certains contrats, on mentionne aussi des dons de la famille de la femme qui ont la fonction d’augmenter sa dot28.

  • 29 ASV, ACM, reg. 147, f. 98v, 1559 10 juin.

13Le contrat de remariage d’une veuve peut parfois prévoir des legs testamentaires plus importants que le contrat d’une jeune fille, dont les parents sont encore vivants. Des contrats de ce type permettent de réexaminer, à différentes étapes de leur vie, la place réelle des femmes dans le système successoral. Les legs testamentaires ne rentrent pas directement dans la composition de la dot, mais ils sont mentionnés par le contrat, en vertu du fait que le mari a le droit de les gérer pendant le mariage. Camilla Bon, quondam Nicolò citadin veneto, veuve du noble Gerolamo Gradenigo, épousant en 1559 ser Prudenzio Pin, cittadin veneto, lui promet 1.000 ducats de dot et tous les biens dont elle pourrait hériter à Ravenne de son père ou de sa mère. En 1577, Prudenzio Pin affirme avoir reçu la dot, mais pas l’héritage de Ravenne29. On n’a pas très souvent la chance de trouver des témoignages comme celui-ci, mais il montre que quand des legs importants sont prévus, il ne faut en fait pas s’arrêter à la lettre du contrat.

  • 30 On n’a que deux cas de don inter vivos : dans le premier la donation exclut l’héritage paternel, da (...)
  • 31 ASV, ACM, reg. 141, f. 190v, 1519 1 décembre. Exactement la même dot est promise pour le mariage de (...)

14À part les très rares cas de contrats qui prévoient une donation inter vivos30, les legs qui viennent augmenter, sinon la dot, du moins l’apport de l’épouse pendant le mariage, sont soumis à des conditions particulières. Piera Zabarella, veuve de Vincenzo Dulcino de Ravenne épouse en 1519 un marchand, Giovanni Avonal. En principe, la dot est constituée par l’héritage laissé par son père, 700 ducats, mais, « puisque ladite Piera mérite d’être très bien mariée », sa mère Marietta Langusti promet la moitié de tous ses biens, ce qui fait en tout 3.000 ducats de dot et 6.200 de dimissoria. Il s’agit d’immeubles à Venise, Este, dans le Polesine et dans le territoire de Padoue, que Marietta avait pour la plupart hérités, « en tant que seule héritière de son sang », mais aussi achetés de sa tante et ses cousins. On est donc en présence d’un transfert de biens d’héritière à héritière, mais aussi d’une stratégie « féminine » d’accumulation. En contrepartie, le contrat prévoit expressément que le mari doit s’engager à « faire bonne compagnie » à sa femme, s’il veut garder l’administration de la dimissoria. La mère et la sœur de Piera s’installent avec le couple et Marietta destine le reste de ses biens aux dépenses familiales, toujours à la condition que Giovanni leur « fasse bonne compagnie »31.

  • 32 Un autre exemple : ASV, ACM, reg. 153, f. 183, 1588 20 août (1598 7 novembre), Cornelia Zorzi veuve (...)
  • 33 ASV, ACM, reg. 147, f. 30v, 1545 29 mai, présenté par Francesco Butiron le 8 avril 1576.

15La mère veuve qui s’installe avec les mariés, en leur laissant toutes ses rentes est une présence plus fréquente dans les remariages que dans les mariages32. Le remariage se situe à une étape différente du cycle de vie, et cette solution peut en même temps augmenter la dot de la veuve. Dans le mariage de Castellana da Riva veuve Perducci, et le docteur en médecine Francesco Butiron degli Ubriachi, le mari s’engage à héberger dans sa maison la mère de l’épouse, Vicenza Salamon, qui, en échange, laissera tous ses biens à sa fille et à ses descendants. Si « pour de bonnes raisons », la cohabitation n’était pas possible, le mari s’engage à lui donner 25 ducats par an33.

Les enfants des veuves

  • 34 Ch. Klapisch-Zuber, « La mère cruelle », art. cit.
  • 35 G. Calvi, Il contratto morale, op. cit. et « Diritti e legami. Madri, figli, Stato, in Toscana (xvi(...)

16Au moment de passer à un deuxième mariage, une veuve devait affronter le problème du destin de ses enfants. Il s’agit d’un problème essentiel : dans le patriciat florentin, à l’époque médiévale, un remariage pouvait impliquer, pour la mère, l’abandon des enfants, qui restaient avec la famille paternelle34. Mais même à Florence, dans d’autres couches sociales, à l’époque moderne, le destin des enfants pouvait être l’objet de négociations, dont la conclusion n’était pas connue d’avance. Paradoxalement, le fait que la mère, à la différence de la famille du père, n’avait aucun droit à hériter de ses enfants, en faisait une tutrice plus fiable, puisqu’elle n’aurait aucune possibilité de les léser, donc aucun intérêt à leur nuire. Encore plus qu’en tant que mères, c’était donc en tant qu’exclues de l’héritage que les veuves étaient choisies comme tutrices35.

  • 36 B. A. Hanawalt, « La debolezza del lignaggio », art. cit. et « The Widow’s Mite: Provisions for Med (...)
  • 37 B. Diefendorf, « Widowhood and Remarriage », art. cit.

17À Londres, aux xive et xve siècles, la mère, seule ou avec son nouveau mari, était normalement nommée tutrice de ses enfants36. À Paris, aussi, au xvie siècle, les veuves étaient généralement nommées tutrices de leurs enfants, même en cas de remariage, mais l’édit de 1560 sur le deuxième mariage régla de manière très stricte l’apport des deux époux à fin d’éviter que le remariage de la mère ne désavantage économiquement les enfants du premier lit37.

  • 38 Statuta Veneta, op. cit., Livre II, chap. II, f. 32v.
  • 39 Le tuteur administrait le patrimoine du mineur, toutefois, l’administration était soumise au contrô (...)
  • 40 Statuta Veneta, cit., livre VI, chap. LIV, f. 106. La mère peut hériter de ses enfants uniquement e (...)

18Selon les Statuts vénitiens, quand un père d’enfants mineurs de moins de douze ans mourait intestat, tous les parents, du côté du père et du côté de la mère étaient invités à se présenter devant les Juges pour exposer les raisons qui les poussaient à en demander la tutelle. Les Juges décidaient après avoir entendu tous les intervenants, et après avoir essayé aussi de prendre des renseignements sur les parents absents, mais la mère était généralement préférée comme tutrice38, ce qui semble être la norme dans les États italiens à l’époque moderne39. Enfin, à Venise, comme à Florence, la mère ne pouvait pratiquement jamais hériter de ses enfants40.

  • 41 Ludovica veuve Bindelli épouse en 1522 Marco Rizzo, elle apporte en dot des immeubles en Terre Ferm (...)
  • 42 Les deux fils de Livia Rimondi veuve Bellavitis, qui se remarie en 1581 avec l’avocat Gerolamo Rocc (...)
  • 43 ASV, ACM, reg. 153, f. 323, 1546 11 novembre, Fiammetta Pasqualini veuve Nodari, et Sebastian di Be (...)

19Nous possédons une vingtaine de contrats de veuves qui mentionnent les enfants du premier mariage ; il s’agit rarement d’enfants émancipés vivant déjà hors du foyer maternel41. Parfois, c’est un autre membre, oncle paternel ou maternel, de la famille qui s’engage à les héberger et entretenir42 mais, le plus souvent, les enfants seront accueillis dans la nouvelle maison de leur mère. La veuve qui emmène ses enfants avec elle en a généralement la tutelle. Dans un seul cas, deux enfants sont soumis à la tutelle des Procuratori di San Marco et puisque la mère veut « continuer à les garder près d’elle », son mari et son beau-père, qui sont « contents » de les accepter, seront remboursés de leurs frais par les Procurateurs, qui en restent légalement les tuteurs43.

  • 44 ASV, ACM, reg. 146, f. 56v, 1545 11 juin (1546 18 novembre), Marietta veuve Spiron et Francesco Bia (...)
  • 45 ASV, ACM, reg. 146, f. 72v, 1548 8 juin, Laura Dolfin veuve Contarini et Vicenzo Brusentin ; reg. 1 (...)
  • 46 ASV, ACM, reg. 153, f. 19, 1578 30 juin (1586 18 décembre), et quella governar et far governar di t (...)

20Dans deux cas seulement, le contrat spécifie que le nouveau mari devra entretenir les enfants du premier mariage de sa femme44, plus souvent, ce sont des legs du père ou de la famille de la mère qui subviendront à leurs besoins45. Lucietta, fille de Stefano, mercier, et déjà veuve deux fois, de deux merciers, épouse en 1578, un fileur, Antonio Magrera. La rupture de l’endogamie professionnelle ne permet pas à ce dernier mariage d’échapper au destin des unions précédentes : huit ans après, elle est encore veuve. Dans le contrat, Antonio s’engage à accueillir Gasparina, fille du premier mariage de Lucietta, dont la tutelle avait été confiée à la mère, « et la gouverner et faire gouverner de toutes les choses nécessaires et de la faire élever comme il se convient à une fille de sa condition ». Lucietta, en plus de sa dot de 2.000 ducats, donne 3.228 ducats46.

21En 1574, Anastasia Fondra, veuve Cavalli, promet au secrétaire ducal Lorenzo Massa 14.000 ducats, dont 2500 sont la dot et le reste sa dimissoria, provenant de la succession paternelle. Celle-ci doit servir à « habiller, gouverner » et doter Anzoletta et Vittoria, filles du premier mariage. Lorenzo s’engage par ailleurs à leur laisser au moins 1.000

  • 47 ASV, ACM, reg. 157, f. 10v, 1574 17 mars.
  • 48 ASV, ACM, reg. 153, f. 76, 1583 28 janvier.

22ducats en héritage47. En 1583, Bernardino Garzoni prend pour épouse Orsetta Zanotto veuve Finardi avec ses trois enfants, c’est la mère de celle-ci qui mettra toutes ses rentes à disposition de la famille48.

  • 49 ASV, ACM, reg. 147, f. 130, le contrat, stipulé en 1557, fut présenté le 29 décembre 1578.

23Le remariage d’une veuve vénitienne n’implique donc pas, au xvie siècle, l’abandon des enfants du premier mariage. Il semble bien, toutefois, qu’il y ait un équilibre délicat à trouver entre les droits respectifs des demi-frères et demi-sœurs à l’héritage de leur mère. À la différence de Paris, il n’existait aucune loi vénitienne à ce sujet, et c’est par des accords entre les familles qu’il fallait trouver une solution. Pour le remariage de Laura Sagredo, Alvise, père de celle-ci, s’engage, au cas où la fille du premier mariage de Laura ne voudrait pas entrer au couvent, à payer sa dot. Ainsi, les enfants qu’elle pourrait avoir de son deuxième mariage avec Alvise Zamberti « n’en seraient pas endommagés »49.

24On aura l’occasion de parler dans les paragraphes suivants de certains contrats de remariage qui engagent la mère à privilégier, dans son testament, les enfants du deuxième mariage.

De mariage en remariage

25Le rapport entre la valeur d’une première dot et celle d’une deuxième est soumis à un certain nombre de variables. Depuis la loi de 1425, la veuve perdait un tiers de sa dot et, dans la plupart des contrats que nous avons étudiés, les contractants déclarent suivre « l’usage de Venise », mais parfois il est prévu que la femme perdra le tiers seulement s’il y a des enfants. Naturellement, la dot pouvait ne pas être rendue : on trouvera alors, s’il y a remariage, des dots composées de créances. Cela n’est pourtant pas très fréquent, au moins dans ce milieu. Par ailleurs, on est frappé de constater que la liberté laissée par les lois somptuaires aux dots des veuves ne génère pas ces dots immenses que craignent les législateurs.

26Dans une dizaine de cas, le hasard nous a conservé deux contrats de mariage, ou plus, de la même femme : on peut donc vérifier le rapport entre les dots. On peut dire que tous les cas se présentent dans l’échantillon : dots équivalentes ou même composées par les mêmes biens, dots diminuées d’un tiers, dots qui n’ont été que partiellement rendues et enfin dots augmentées des legs du mari ou de la famille. Dans ces derniers cas, on trouve, surtout quand il s’agit de femmes à leur troisième ou quatrième mariage, des dots vraiment très élevées.

Deux mères veuves : deux dots diminuées

27Dans les deux premiers cas présentés ici de suite, c’est l’existence des enfants qui détermine la possibilité pour la femme de disposer, ou de ne pas disposer, de la totalité de sa dot. Ce rapport, qui est normalement prévu par les coutumes, s’exprime toutefois dans deux manières différentes.

Paola dalla Giudecca, veuve Mastelli, épouse Rota

  • 50 ASV, ACM, reg. 141, f. 85, 1513 3 décembre. Propriétaires à la Giudecca, les dalla Giudecca y résid (...)

28Paola quondam Francesco dalla Giudecca, secrétaire ducal, épouse en 1513 Gasparo Mastelli. Son frère Marco Antonio promet une dot de 1.000 ducats, entièrement composée d’immeubles, en Terre Ferme et à Venise, sur l’île de la Giudecca et dans la paroisse de San Marcilian, dans la corte Mastelli, que l’époux est libre de revendre50.

29Grâce au testament de Paola, nous apprenons que le couple eut quatre enfants, dont l’existence n’est toutefois pas mentionnée dans le deuxième contrat de mariage de leur mère. En dépit du fait qu’elle avait eu des enfants du premier mariage, Paola eut droit à récupérer toute sa dot, puisqu’en 1531, veuve, elle se remaria avec Gerolamo Rota, en lui promettant une dot équivalente, dans laquelle on retrouve la maison de San Marcilian, tandis que celle de la Giudecca a été remplacée par une propriété à la campagne. Les frères de son premier mari lui devaient encore 110 ducats pour solde de la dot.

  • 51 ASV, ACM, reg. 142, f. 234v, 1531 22 octobre.

30Le contrat ne fait pas allusion aux enfants du premier mariage, mais en revanche c’est un des rares contrats qui comprennent des clauses sur les enfants du deuxième. Paola lègue toute sa dot aux enfants qu’elle pourrait avoir avec Gerolamo Rota, tandis que, si elle n’en avait pas de ce deuxième mariage, le mari garderait, pendant sa vie, l’usufruit de la dot entière, mais elle pourrait disposer librement, par testament, après la mort du mari, seulement de la moitié de la dot51.

  • 52 ASV, NT, b. 81, f. 901, 1554 5 septembre.
  • 53 La dot de sa fille Pellegrina est également récupérée par les autres fils. Dans son testament, de 1 (...)

31En 1554, Paola rédige son testament. Elle désigne comme exécuteurs testamentaires son mari Gerolamo Rota et Carlo Mastelli, fils de son premier mariage, et laisse sa dot au mari. Après la mort de celui-ci, ses héritiers devront partager 500 ducats (la moitié de la dot) entre ses trois enfants Pellegrina, Carlo et Nicolò Mastelli et ces derniers devaient s’engager à en donner 25 à leur frère fra Agostino. Au mari il revient de récupérer les biens de l’héritage dalla Giudecca52. Les conditions prévues par le contrat de mariage sont donc respectées : n’ayant pas eu d’enfants du deuxième mariage Paola n’a gardé que le droit de léguer la moitié de sa dot, qu’elle laisse aux enfants du premier mariage53.

Cassandra, fille de Nadalin de David, veuve dal Legname, veuve dalla Vecchia

  • 54 ASV, ACM, reg. 146, f. 314v, 1557 20 septembre (1562 14 décembre).
  • 55 1.000 ducats étaient l’héritage de son grand-père David de Polo. Celui-ci, appelé misier, c’est-à-d (...)

32Entre 1557 et 1558, le marchand, et citoyen de Venise, Nadalin de David conclut deux mariages exogamiques, dans des milieux fort honorables, pour ses enfants David et Cassandra. Les dots échangées sont exactement équivalentes : David, fils non émancipé, reçoit 2.600 ducats pour dot de Diana Franceschi, la fille de Piero, secrétaire du Conseil des Dix54 ; tandis que Nadalin promet la même somme à un médecin de Padoue, Gian Battista dal Legname, pour la dot de Cassandra55.

  • 56 ASV, ACM, reg. 144, f. 105, 1558 29 décembre (1570 17 mars).

33Nous suivrons ici l’histoire des mariages de Cassandra. Sa dot est intégralement payée en 1561, comme en témoigne le contrat, présenté le 17 mars 1570 à l’Avogaria par Cassandra, veuve dal Legname. Le mariage avait été apparemment à l’origine d’une réorientation dans les activités de Gian Battista dal Legname, qui avait formé une compagnie de la laine avec son beau-frère Donato Stampa. Pour authentifier sa souscription on fait d’ailleurs appel à Gian Maria de Bernardi, tondeur de draps, intendant de sa villa à Conegliano, et à Alessandro Pescanti, gubernator panorum et intendant de la compagnie de la laine de Gian Battista dal Legname et Donato Stampa56.

  • 57 Intendendosi che delli denari over mercantie che li fusse al sopraditto messer Olivier consignato n (...)
  • 58 ASV, ACM, reg. 153, f. 29, 1570 9 septembre (1587 1 avril).

34Six mois après, en septembre 1570, lorsque Cassandra épouse un tailleur de pierre, propriétaire de carrières en Istrie, elle apporte exactement les deux tiers de la dot précédente, 1.733 ducats, « ayant perdu le tiers de sa dot, qui est allé à ses enfants ». Comme dans le contrat de Paola dalla Giudecca, on prévoit que si le couple a des enfants ils hériteront de toute la dot de leur mère ; au cas où ils n’en auraient pas, elle pourra en disposer librement. Olivier dalla Vecchia l’accepte donc pour épouse, avec ses quatre enfants du premier mariage. Pour la nourriture de ces derniers, les époux promettent de « s’accorder entre eux », tandis que le salaire d’une domestique et les vêtements devront être payés par l’héritage de Gian Battista dal Legname. Celui-ci sera versé à Olivier dalla Vecchia par les exécuteurs testamentaires de Donato Stampa, beau-frère du défunt, qui avait continué à gérer la compagnie de la laine. Du contrat, qui parle de « rentes et marchandises », on ne peut pas, à la rigueur, savoir si la compagnie de la laine continuera à exister. Olivier devra gérer l’héritage en laissant une partie de l’usufruit aux quatre enfants mais, en cas de conflits sur sa gestion, Cassandra, « mère et tutrice », aura le droit d’en reprendre le contrôle et d’engager l’argent en titres d’État57. En 1587, Cassandra est à nouveau veuve et fait enregistrer son contrat à l’Avogaria58.

Les héritières

35Dans les cas suivants, on a des dots d’héritières, parfois déjà élevées au premier mariage, et qui sont considérablement augmentées par des legs de la famille d’origine dans le mariage, ou les mariages, suivants. Il s’agit de deux filles uniques, dont une est aussi héritière de la fortune de son oncle, et d’une fille qui partage l’héritage paternel avec sa sœur. Dans les deux premiers cas, il n’y a pas de distinction entre la dot et l’héritage personnel de la femme, dans le troisième, la distinction existe formellement dans le contrat, mais le mari se voit reconnaître l’usufruit sur la presque totalité de l’héritage de sa femme. Dans aucun de ces cas, on n’a de renseignements sur les enfants, mais, comme on l’a vu pour Paola dalla Giudecca Mastelli, cette absence d’informations ne nous autorise pas à en exclure l’existence.

Elena de Nicolò, veuve Strata, veuve Citinio, veuve Gerardo

  • 59 ASV, ACM, reg. 147, f. 22, 1573 22 août (1576 8 mars), Et perché il ditto magnifico ser Francesco a (...)

36En 1573, Elena, fille de Angelo de Nicolò, citadin veneto, et veuve de Giacomo Strata, épouse Cristoforo Citinio avocat fiscal de la Sanità et de l’Arsenal. C’est l’oncle paternel, Francesco de Nicolò, qui promet la dot de 3.000 ducats, dont un tiers est représenté par une maison à San Giuseppe de Castello à Venise, qui restera comme « fonds dotal » inaliénable. En revanche, « pour l’amour que le dit Francesco porte à la magnifique épouse, sa nièce, qu’il tient pour sa fille, il lui donne, renonce promet et veut qu’à sa mort la moitié de ses biens aillent à l’époux, mais au compte de l’épouse ». On prévoit également qu’en cas de veuvage elle ne perdra pas le tiers de la dot, parce qu’elle l’a déjà perdu après le premier mariage. N’ayant pas stipulé personnellement son contrat de remariage, Elena ne le signe pas59.

  • 60 ASV, ACM, reg. 157, f. 66, 1594 8 septembre (1611 22 juin).

37En 1594, Elena, à nouveau veuve, se marie pour la troisième fois, avec Giulio Gerardo, secrétaire du Senat. Cette fois-ci, c’est elle qui signe le contrat et promet une dot très élevée, dans laquelle doit être compris l’héritage de son oncle. La dot estimée dépasse 17.000 ducats, mais certaines rentes, comme les livelli a Latisana, et plusieurs créances, ne sont pas évalués. Dot et dimissoria ne sont pas séparées dans ce contrat, où tout est à compte de dot. De plus, l’épouse promet d’y inclure tout autre bien qui, « par n’importe quel nom » pourrait lui échoir et se déclare prête à renoncer à 1.000 ducats en cas de restitution. En 1611, elle est à nouveau veuve60.

Elisabetta Raini, veuve Ganassone, veuve Marin

38Elisabetta Raini eut à son premier mariage une dot qui dépassait toute limite autorisée, à moins qu’elle n’ait été une fille unique. De fait, les contrats de mariage de cette femme ne font aucune allusion à d’autres membres de la famille, à part son père, qui la promet en mariage, aussi bien la première que la deuxième fois.

  • 61 Sur cette famille Ganassone, je n’ai pu trouver que le testament de la belle-sœur de Elisabetta, An (...)
  • 62 ASV, ACM, reg. 153, f. 97, 1587 16 décembre (1591 28 janvier).
  • 63 ASV, ACM, reg. 153, f. 125, 1591 16 février, (1593 9 mars). Témoin de l’authenticité de la signatur (...)

39Lorsqu’en 1587, Elisabetta Raini épouse Bartolomeo Ganassone61, elle porte une dot de 8.000 ducats, dans laquelle sont compris deux immeubles, l’un dans la paroisse de San Geminiano, d’une valeur de 3.000 ducats et l’autre à San Marcilian, de la valeur de 1.000 ducats. Devenue veuve, elle fait enregistrer son contrat en janvier 1591, à l’Avogaria di Comun62. Au mois de février suivant, c’est son père, Bartolomeo, qui la promet à Alvise Marin, avec une dot de 10.000 ducats. Dans l’inventaire des biens apparaissent la maison de San Marcilian, évaluée au même prix, et un terrain avec deux maisons à San Giovanni e Paolo, estimé 3.000 ducats, que le père doit récupérer dans les dix ans qui suivent. La maison à San Marcilian était restée « fonds dotal » et le mari n’avait pas pu la vendre, tandis que l’autre immeuble avait été échangé avec la propriété à San Giovanni e Paolo, qui devait être restitué par la famille Ganassone. Deux ans après, en 1593, Elisabetta est à nouveau veuve63.

Pace de Marco « dai saponi », veuve Astor, veuve Zonca

  • 64 ASV, ACM, reg. 142, f. 194, 1526 18 mai (1531, 15 février).

40En mai 1526, Marco dai saponi, fabricant de savons, promet sa fille Pace en épouse à Gian Francesco Astor. La dot, de 2.000 ducats, se compose pour la plupart d’argent qui sera déposé dans des banques différentes, dans les deux années qui suivent. Le contrat prévoit la restitution éventuelle des deux tiers64.

  • 65 ASV, ACM, reg. 147, f. 112, 1546 11 septembre (1578 11 juin).

41Le contrat fut enregistré en 1531 et Pace, qui était veuve, épousa quelqu’un d’autre, mais nous n’avons pas son deuxième contrat de mariage. On la retrouve, à l’occasion de son troisième mariage, en 1546, avec le spettabel messer Gerolamo Zonca, quondam l’excellent docteur Pietro. Pace agit en son propre nom, mais elle ne sait pas signer et c’est un certain Marco Antonio Bonamino qui souscrit à sa place. La dot est de 4.000 ducats, dont la moitié est représentée par des terres à Mirano et Salzano et le reste par la moitié de la casa da statio et saponaria in confinio Sancti Simeonis profete, dont elle partage l’héritage avec sa sœur. A` côté de la dot, il y a la dimissoria, dont elle laisse l’usufruit à son mari, en se réservant uniquement la possibilité de disposer librement de 500 ducats. Il s’agit de l’héritage du père, qu’elle partage avec la sœur, et qui se compose de plusieurs terres dans la région de Noale et Trévise, d’une boutique à Rialto, d’une autre à Murano, avec atelier de verrerie, et de la moitié de toutes les créances de la boutique paternelle. Le contrat est stipulé dans la maison des époux, à San Marziale, en présence d’un joaillier et d’un cordonnier de Rialto. Lorsque le contrat fut enregistré en 1578, les deux époux étaient peut-être déjà morts, et les héritiers du Pace durent mener à terme la procédure pour obtenir restitution de la dot65.

  • 66 ASV, Giudici del Proprio, Dejudicatum, reg. 8, f. 27, 1579 8 avril et f. 37, 1580 22 octobre.
  • 67 Plusieurs familles Zonca demandent la citoyenneté originaire, entre les dernières décennies du xvie(...)

42Une sentence des Juges du Proprio rendue à cet effet le 8 avril 1579, nous apprend que dot et dimissoria s’élèvent à 8.000 ducats. Le dejudicatum fut demandé par Giacomo Zonca quondam Francesco, tamquam donatarius et residuarius quondam domine Pacis à qui Pace avait laissé tous ses biens, par trois actes notariés de donation stipulés entre 1562 et 157566. L’existence d’une sentence fait supposer un conflit entre héritiers mais le nom du légataire laisse entendre que tous ceux-ci appartenaient à la famille du mari. On ne possède pas d’autres informations sur la famille Zonca67, à laquelle, par voie indirecte, parviennent les biens du savonnier Marco de Grazioso.

Antonia veuve Bon da l’oro, veuve Vernicalli, veuve Ascarelli

43Fragilitatis humane cursu diligentissime considerans et ante oculos habens ego, Franciscus Bono ab auro quondam domini Antonii, de confinio S. Bartholomei de Rivoalto Venetiarum, quod nihil est certius morte, incertius autem ipsa hora mortis, sanus Dei gratia mente et intellectu, licet corpore infirmus ; ainsi commence le testament d’un joaillier vénitien. En deux pages, Francesco Bon dall’oro établit ses dernières volontés, et désigne comme héritière pour la majeure partie sa femme Antonia.

  • 68 Les dalla Nave, comme l’on verra par la suite, apparaissent fréquemment dans les actes qui la conce (...)

44De cette Antonia, nous avons les contrats du deuxième et du troisième mariage. Elle appartient probablement à la famille dalla Nave68, mais son nom de famille n’apparaît dans aucun des actes qui la concernent où, toujours seule, elle agit en son nom propre, signant personnellement ses contrats. Le segment de sa biographie que nous pouvons reconstruire part donc du testament du premier mari et nous raconte l’histoire d’une veuve disposant d’une fortune considérable, qu’elle gère de manière attentive et efficace.

  • 69 A cette époque, les familles dalla Nave et dalla Pigna nouent entre elles plusieurs alliances matri (...)
  • 70 Le fait que les cousins s’appellent Bon fait penser que la qualification dal-l’oro a été ajoutée po (...)

45Le 2 avril 1528, Francesco Bon dall’oro rédige son testament. Il désigne comme exécuteurs testamentaires sa femme Antonia, pour la majeure partie, et même si elle se remariait (vedoando come non), ses cousins Cristoforo dalla Nave et Marco dalla Pigna et son beau-frère Marco dalla Nave69. Il fait aussi des legs de valeurs variables à ses cousines Laura et Lucrezia quondam Piero Bon (5 ducats)70, à sa nièce Nicolosa épouse de Apollonio Valdrin de Brescia (200 ducats en marchandises de sa boutique), à ses neveux Nicolò et Bartolomeo Pilotto dalla seda (200 ducats chacun en marchandises de sa boutique et la moitié de ses terres et maison à Maerne), à l’hoˆpital des Incurables (100 ducats), au couvent de San Cristoforo de Murano (100 ducats) et à ses domestiques (10 ducats chacune). Mais la véritable héritière est sa femme Antonia. Il lui laisse toute sa dot, 300 ducats en meubles et objets de leur maison, l’usufruit de l’autre moitié de ses biens de Maerne, et finalement tout son residuum.

  • 71 ASV, NT, b. 192, n. 42, 1528 2 avril, le témoin est G. Maria de Zuanne spizier alla testa d’oro. Un (...)

46Intendando che tuto quello che di sopra lasso ala dicta mia consorte voglio che lei habbia e conseguisca cossì vedoando come non. Interrogado dal nodaro segondo la forma dele leze, quello ch’io voleva fosse fatto delli mei beni se la dicta consorte havesse fioli. Respondo che non voglio ordinar altro. Francesco et Antonia n’avaient pas d’enfants et le notaire, « selon la forme de la loi », lui demande ce qu’il voulait faire de ses biens « si ma dicte épouse avait des enfants ». « Je réponds que je ne veux rien ordonner d’autre », écrit Francesco et il ajoute que les héritiers qui oseraient s’opposer aux legs qu’il avait fait à sa femme, perdraient ceux qu’il leur destine, qui iraient à l’hoˆpital des Incurables71.

47Francesco Bon dall’oro laisse tout à sa femme, sans soumettre l’héritage à la condition qu’elle ne se remarie pas. Les autres parents ne sont pas oubliés par le testament, mais ils ne peuvent pas s’opposer aux choix du testateur. A` partir de ce testament, commence la « carrière » de veuve de Antonia qui, à la différence des trois cas cités précédemment, n’avait apparemment pas derrière elle de famille pour la soutenir économiquement. Les richesses dont elle se retrouve propriétaire n’appartiennent qu’à elle et elle saura les gérer, même, ou surtout, par rapport à ses autres maris.

48Veuve, riche et libre de se remarier, Antonia ne reste pas seule trop longtemps. En juin 1529, elle épouse Giacomo Vernicalli, de Pise. La dot vaut 5.000 ducats, dont 3.000 en argent comptant, 1.500 en bijoux et draps précieux, 500 en vêtements et meubles de maison. Si, après estimation des biens, la dot se révèle d’une valeur supérieure, le reste sera a conto di dimissoria, c’est-à-dire en libre propriété de la femme. Le contrat prévoit aussi que « de la propriété laissée à Antonia par son mari Francesco Bon, le dit monsieur Giacomo ( = le mari) ne sera tenu de rendre aucun compte à ladite madame Antonia ni à ses héritiers, mais qu’ils devront en profiter ensemble et avec leur famille ». En échange, Giacomo devra investir

  • 72 ASV, ACM, reg. 142, f. 163v, 1529 19 juin, della possessione lasciata a Antonia dal marito Francesc (...)

492.500 ducats « dans un fonds meuble ou bien immeuble sûr et tranquille qui restera obligé comme fonds dotal »72.

  • 73 Zoè cadene d’oro, paternostri d’oro pieni d’ambracani, corone da peto e di granata et uno diamante (...)
  • 74 ASV, ACM, reg. 146, f. 8, 1542 18 novembre, Item, declarando che havendo dicta madona Antonia qualc (...)
  • 75 ASV, ACM, reg. 146, f. 94v, 1544 26 août. Notaire Antonio Maria de Vincentibus.

50En 1542, Antonia, à nouveau veuve, épouse Gerolamo Ascarelli. La dot est cette fois de 6.000 ducats, dont 2.500 en argent comptant, 300 en terres dans la Mestrina, 1.865 en créances et le reste en meubles et bijoux73. Nous découvrons à cette occasion qu’Antonia a déposé de l’argent chez plusieurs banquiers juifs, Conseio hebreo, Salamon hebreo dal banco, Fuzele hebreo dal banco et qu’elle est créancière du frère de son deuxième mari : « Item, elle déclare que, possédant la dite madame Antonia quelques créances à recouvrer, en particulier sur son beau-frère monsieur Battista Vernicalli qui à présent a fait faillite, et sur d’autres personnes, tout ce qui viendra dans ses mains et qu’elle donnera au dit monsieur Gerolamo doit être librement de dite madame Antonia, et que de cela elle puisse disposer à son plaisir ». Gerolamo s’engage enfin à accueillir Marietta, fille de anima de Antonia et à la nourrir jusqu’à son mariage ou son entrée au couvent, ou jusqu’à la mort de sa mère adoptive et à respecter la volonté d’Antonia à son égard74. En 1552, Antonia est à nouveau veuve et présente à l’Avogaria un acte notarié de 1544, où le mari déclare avoir reçu 12.000 ducats, 6.000 en dot et 6.000 extra75.

51La dot de cette veuve augmente de mariage en mariage, accrue par des legs des maris et probablement jamais diminuée par des legs à des enfants qu’elle n’a, apparemment, jamais eus. Elle augmente même en dépit de l’insolvabilité du beau-frère. Parallèlement, on voit augmenter la capacité de cette femme à gérer et à défendre son patrimoine, démontrée par les clauses dans lesquelles, même en laissant la gestion aux maris, elle affirme son droit à disposer de ses rentes et de ses entrées.

  • 76 Pour une vision d’ensemble de ces problématiques et pour des comparaisons, cf. A. Arru, éd., Gestio (...)

52L’analyse croisée des contrats de mariage et remariage et des testaments a permis de vérifier dans la pratique l’application des normes : la législation vénitienne garantit aux femmes des droits en matière de dot et de succession qui, apparemment, ne sont pas simplement théoriques. Il ne faut pas exagérer, mais il est vrai que ces lois permettent même aux femmes d’accumuler et de gérer de véritables patrimoines, ce qui n’est certainement pas le cas partout ailleurs76.

Notes

1 L. Stone, Famiglia, sesso e matrimonio in Inghilterra tra Cinque e Ottocento, Turin, 1983, p. 60.

2 Cf. J. Dupâquier, E. Helin, P. Laslett, M. Livi Bacci, S. Sogner, éd., Marriage and Remarriage in Populations of the Past, Londres 1981, en particulier R. Schofield, E. A. Wrigley, « Remarriage intervals and the effect of marriage or-der on fertility », p. 211-226 ; A. Burguière, « Réticences théoriques et intégration pratique de remariage dans la France d’Ancien Régime, xviie-xviiie siècle », p. 41-48 ; M. Segalen, « Mentalité populaire et remariage en Europe occidentale », p. 67-77.

3 Cf. A. Bellettini, « Les remariages dans la ville et dans la campagne de Bologne au xixe siècle », ibidem, p. 259-72 et M. Barbagli, Provando e riprovando, Bologne 1990, p. 154.

4 Cf. G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècle) », dans J. Dupâquier, E. Helin, P. Laslett, M. Livi Bacci, S. Sogner, éd., Marriage and Remarriage, op. cit.

5 G. Calvi, Il contratto morale, op. cit. p. 128-130.

6 Ch. Klapisch-Zuber, « La mère cruelle. Maternité, veuvage et dot », dans Eadem, La maison et le nom, op. cit., p. 249-261.

7 Ch. Klapisch-Zuber, « Household and Family in Tuscany, 1427 », dans P. Laslett, éd., Household and Family in Past Time, Cambridge, 1972; I. Chabot, « Widowhood and Poverty in Late Medieval Florence », dans Continuity and Change, 3, 1988, p. 291-311.

8 Cf. M. Palazzi, « Tessitrici, serve, treccole. Donne, lavoro e famiglia a Bologna nel Settecento, dans S. Cavaciocchi, éd., La donna nell’economia, op. cit., p. 359-76 ; pour Florence, S. J. Woolf, « Charité, pauvreté et structure des ménages au début du xixe siècle », dans Annales ESC, 2, 1984, p. 355-82 ; pour Rome, M. D’Amelia, « Scatole cinesi. Vedove e donne sole in una società d’Ancien Régime », dans Memoria, 18, 1986, p. 58-80.

9 B. Diefendorf, « Widowhood and remarriage in Sixteenth-Century Paris », dans Journal of Family History, winter 1982, p. 379-395.

10 Cf. pour les Pays-Bas, S. M. Wyntjes, « Survivors and Status: Widowhood and family in the early Modern Netherlands », dans Journal of Family History, winter 1982, p. 396-405; pour Gand M. Dannel, « Orphanhood and Marriage in Fifteenth Century Gent », dans W. Prevenier, éd., Marriage and Social Mobility in the Late Middle Ages/Mariage et mobilité sociale au bas Moyen Âge (Studia Historica Gaudensia), 274, 1989, p. 9-34; pour Douai, R. Jacob, Les époux, le seigneur et la cité. Coutume et pratiques matrimoniales des bourgeois et paysans de France du Nord au Moyen Âge, Bruxelles, 1990 ; pour Londres B. A. Hanawalt, « La debolezza del lignaggio. Vedove, orfani e corporazioni nella Londra tardo medievale », dans R. Ago, M. Palazzi, G. Pomata, éd., Costruire la parentela, Quaderni Storici 86, op. cit., p. 463-81.

11 Francesco Barbaro, De re uxoria liber, éd. par A. Gnesotto, Atti e Memorie della R. Accademia di scienze, lettere ed arti in Padova, vol. XXXII, dispensa I, Padoue 1915 et cf. M. L. King, « Caldiera and the Barbaro on Marriage and the Family: Humanist Reflections on Venetian Realities », dans Journal of Medieval and Renaissance Studies, 6 (1976), p. 19-50.

12 ASV, ACM, reg. 153, f. 151, 1547 3 janvier, Andriana quondam noble P. Francesco Barbarigo, quondam serenissimo Principe, veuve du noble P. Antonio Muazzo et G. Battista Andriani, dot de 4.000 ducats ; reg. 146, f. 72v, 1548 8 juin, Laura Dolfin veuve du noble Gerolamo Contarini, et Vicenzo Brusentin, dot de 2.400 ducats et contredot de 200, le mari accueille dans sa maison aussi le fils de Laura, Alvise, et sa sœur Giustina ; reg. 153, f. 171v, 1565 24 mars, noble Contarina Loredan veuve Dolfin et Francesco Pasqualin, docteur et citoyen de Monselice, dot de 3.200 ducats ; reg 157, f. 55v, 1596 21 novembre, noble Regina Contarini veuve Basadonna, et Cesare Trevisan, avocat à l’Avogaria.

13 G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime », art. cit., affirme que les veuves se remariaient normalement avec un époux de condition inférieure.

14 ASV, ACM, reg. 141, f. 50, 1513 18 juin, enregistré le 21 juin. Item dicta ma-donna Isabetta rechiede e vuol chel dicto messer Sebastian sia tenudo a tuor el fiol suo hebe con messer Polo Ciera, pregandolo come carissimo marido vogli acceptarlo insieme con tuti i suo beni che per qualunque via al dicto puto aspectar potesse de la facultà, sì de la dote de la madre che fo ducati 1.000 la prese per el terzo, si etiam de li beni aspectanti al quondam messer Polo suo padre per sua heredità paterna et materna et per qualunque a lui aspectar potesse.

15 ASV, ACM, reg. 140, f. 166, 1511 23 janvier, la dot est de 2.500 ducats, dont seulement 1.600 sont messi in carta, donc seraient éventuellement rendus en cas de mort du mari.

16 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, 1515 23 juillet, la dot est de 1.600 ducats, dont 1.500 messi in carta et 100 en don.

17 ASV, ACM, reg. 141, f. 168, 1518 25 juin ; f. 264v, 1522 7 mai ; reg. 144, f. 198v, 1544 6 février (1572 29 novembre) ; reg. 146, f. 160, 1549 29 juillet (1556 24 mars) ; f. 224v, 1552 14 avril (1560 7 janvier) ; reg. 144, f. 134, 1556 18 mai (1570 14 décembre).

18 Cf. à ce propos, pour les xiv et xve siècles, E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse, op. cit., vol. I, p. 447-58.

19 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, 1515 23 juillet (28 juillet), Marietta Mocenigo veuve Orio et Benedetto Pessina ; reg. 146, f. 208v, 1529 24 novembre, Caterina Rota veuve Galuppo et Nicolò di Antivari ; reg. 147, f. 25, 1538 2 mars (1586 4 avril), Cecilia Franceschi veuve Ponzoni et Carlo da Vegia ; reg. 147, f. 237, 1546 23 mars (1585 14 juillet), Caterina dal Sarasin veuve Serena et Domenego de Piero dalla seda ; reg. 144, f. 115, 1560 1 janvier (1561 1 janvier), Lucretia Tron, fille de Filippo, Procuratore di San Marco, et veuve de Giuseppe Garato et Jacopo de Fabriciis ; reg. 146, f. 332, 1563 30 novembre (1564 11 janvier), Elisabetta Marcanova veuve Zamengo et Andrea Fasuol ; reg. 153, f. 88, 1572 9 juin (1590 7 mai), Daria Boniperti veuve Alchier et Benedetto Ruosa, secrétaire ducal ; reg. 153, f. 78, 1588 28 octobre, Lucrezia Grimaldo veuve Dolce et Zaccaria Siega, le contrat est enregistré en 1589 après la mort de Lucrezia.

20 ASV, ACM, reg. 141, f. 114, cit. ; reg. 142, f. 234v, 1531 22 octobre (1532 20 février), Paola dalla Giudecca veuve Mastelli et Gerolamo Rota ; reg. 146, f. 8, 1542 4 mai (18 novembre), Antonia veuve Vernicalli et Gerolamo Ascarelli ; reg. 146, f. 169v, 1553 2 février (1556 4 septembre) Angelica veuve Stella et Galeazzo Zonca ; reg. 144, f. 48v, 1556 7 juin (1557 29 décembre) Marietta Paleologo et Giovanni de Vertiis, noble de Justinianopolis ; reg. 144, f. 95v, Ludovica Scotto veuve Berti et le docteur en loi Cornelio Zambelli ; reg. 157, f. 5, 1561 (1604 3 juin), Maria Augustini et Alvise Palmaruol ; reg. 144, f. 130v, 1562 3 juin (1570 21 novembre), Bondumiera Bondumier veuve Muzan et Marco Canato ; reg. 147, f. 61v, 1571 15 juillet (1577 23 janvier), Maria veuve Acerbi et Carlo Corbelli ; reg. 153, f. 177, 1576 28 mai (1598 14 juillet), Franceschina Bianco veuve du docteur Camillo dall’Olmo et Paolo Semitecolo.

21 ASV, ACM, reg. 141, 1520 26 mai.

22 ASV, ACM, reg. 147, f. 3, 1568 28 juillet (1575 3 novembre). Le premier contrat de mariage avait été conclu en 1560, lorsque le mari était en prison à Padoue, le mariage célébré en 1566 et le contrat enregistré en 1568, ASV, ACM, reg. 144, f. 50v.

23 ASV, ACM, reg. 144, f. 198v, 1544 6 février, enregistré en 1572, à la mort du mari, Giovanni Orsato, médecin.

24 Contrats qui prévoient une dot, plus l’héritage du premier mari : ASV, ACM, reg. 144, f. 41, 1534 5 janvier, Elena du noble Fantin Bragadin, veuve de Gian Battista Donati et Vettor Bon, telaruol, dot de 1.130 ducats ; reg. 147, f. 63, 1571 10 mars (1577 6 janvier), Elisabetta Condulmer veuve Francesco da Sala, noble de Padoue, et Salvatore de Grandi, citoyen de Venise, dot de 1.450 ducats ; reg. 153, f. 166, 1577 3 juin (1597 11 décembre), Lidia Dolce veuve Canuova et Giovanni Cernozza, dot de 2.200 ducats.

25 ASV, ACM, reg. 142, 1529 28 août (7 septembre).

26 ASV, ACM, reg. 144, f. 35, 1564 12 janvier.

27 Cf. par exemple : ASV, ACM, reg. 141, f. 79, 1513 19 mai (29 juillet), Ancilla Livrieri veuve du docteur Tomaso Zignoni et Francesco Gramatici ; reg. 144, f. 110v, 1544 17 mai (1570 20 avril) ; reg. 153, f. 26v, 1574 24 mai (1587 23 février), Marina Surian fille de Andrea, secrétaire ducal, veuve Scartiello, et G. Antonio Cucina ; reg. 144, f. 173v, 1551 11 juillet (1572 21 février) Marietta Rinaldi et Zaccaria Fondra mercier all’ancora ; reg. 147, f. 22, 1573 22 août (1576 8 mars) Elena de Nicolò veuve Strata et l’avocat Cristoforo Citinio ; reg. 153, f. 83v, 1577 1 juin (1590 10 avril) Lucrezia Valier et Marco Franchini, notaire à l’Avogaria ; reg. 153, f. 225, 1573 2 juillet (1601 16 juin) Chiaretta Trevisan et Marco Cenanni ; reg. 157, f. 55v, doc. cit., noble Regina Contarini veuve Basadonna et l’avocat Cesare Trevisan ; reg. 146, f. 226v, 1544 novembre (1558 3 décembre), Francesca Albin veuve Bota et G. Francesco Lando ; reg. 146, f. 200, 1555, 28 août (1557 16 décembre), Angelica de Surdis veuve Paseti et G. Antonio Experti et cf. notes suivantes.

28 ASV, ACM, reg. 144, f. 115, doc. cit. ; reg. 153, f. 225, doc. cit. ; reg. 153, f. 245, 1589 23 mars (1602 27 juillet), Arcangela Bon veuve Lucadelli et Alvise Zio : la dot que le père avait donné au premier mari était de 3.200 ducats, les frères en ajoutent 600 per amore.

29 ASV, ACM, reg. 147, f. 98v, 1559 10 juin.

30 On n’a que deux cas de don inter vivos : dans le premier la donation exclut l’héritage paternel, dans le deuxième elle est soumise à la mort du père. Dans le mariage entre Gasparina Galia de Bassano veuve di Busi et Gerolamo de Lanzis, la dot, en tout de 2.300 ducats, se compose de boutiques héritées du père, qui sont évaluées 1.400 ducats, d’autres biens et d’une maison à Bassano et de terres à S. Pellegrino (Bergame), qui valent 700 ducats ; seuls les immeubles sont l’objet de la donation, si dichiara che il contratto vale come donazione tra vivi, per quanto riguarda la casa a Bassano e la possessione a S. Pellegrino, e che lo sposo ne possa far quello che vorrà dopo il matrimonio, ASV, ACM, reg. 146, f. 55v, 1546 18 avril (3 juillet). Dans le deuxième cas, dans le mariage entre Amantissima Refatto de Padoue, veuve Tagniano, et Rinaldo Riccialdelli de Rimini, la dot se compose de 900 ducats et d’une maison à Padoue, après la mort du père, le mari aura en plus ducats de don inter vivos, reg. 147, f. 135v, 1574 7 juin (1579 4 février).

31 ASV, ACM, reg. 141, f. 190v, 1519 1 décembre. Exactement la même dot est promise pour le mariage de l’autre fille de Marietta Langusti, qui épouse en 1523 Stefano Ferrari. « Puisqu’elle a été une fille sage et obéissante », la mère lui donne, en plus des 700 ducats que le père lui avait laissés, une fortune en immeubles (l’autre moitié des immeubles déjà donnés à sa sœur) et prêts d’État : la dot arrive à 3.000 ducats et la dimissoria à 6.300, reg. 146, f. 213v, 1523 10 avril.

32 Un autre exemple : ASV, ACM, reg. 153, f. 183, 1588 20 août (1598 7 novembre), Cornelia Zorzi veuve Avogaro et Rinaldo Grisoni.

33 ASV, ACM, reg. 147, f. 30v, 1545 29 mai, présenté par Francesco Butiron le 8 avril 1576.

34 Ch. Klapisch-Zuber, « La mère cruelle », art. cit.

35 G. Calvi, Il contratto morale, op. cit. et « Diritti e legami. Madri, figli, Stato, in Toscana (xvi-xviii secolo) », dans R. Ago, M. Palazzi, G. Pomata, Costruire la parentela, Quaderni Storici 86, op. cit., p. 487-510.

36 B. A. Hanawalt, « La debolezza del lignaggio », art. cit. et « The Widow’s Mite: Provisions for Medieval London Widows », dans L. Mirrer, éd., Upon my Husband’s Death: Widows in the Literature and Histories of Medieval Europe, Ann Arbor, 1992, p. 21-45.

37 B. Diefendorf, « Widowhood and Remarriage », art. cit.

38 Statuta Veneta, op. cit., Livre II, chap. II, f. 32v.

39 Le tuteur administrait le patrimoine du mineur, toutefois, l’administration était soumise au contrôle de magistratures spécifiques. À Florence, le Magistrato dei pupilli, à Venise les Procuratori di San Marco et les Giudici del Procurator. Sur la patria potestas et la tutelle dans le droit italien cf. P. Ungari, Storia del diritto di famiglia in Italia, Bologne 1974.

40 Statuta Veneta, cit., livre VI, chap. LIV, f. 106. La mère peut hériter de ses enfants uniquement en absence de tout autre héritier, descendant, ascendant ou collatéral.

41 Ludovica veuve Bindelli épouse en 1522 Marco Rizzo, elle apporte en dot des immeubles en Terre Ferme, et le mari s’engage à continuer à donner 12 stari de blé à la fille Angela, religieuse à Trévise, ASV, ACM, reg. 141, f. 264v, 1522 7 mai ; Angela veuve Trevisan épouse Piero di Mazi en 1527, elle apporte en dot une maison qui vaut 300 ducats, elle « veut et ordonne » que le mari la vende avant le mariage et donne 150 ducats à sa fille, épouse de Andrea Zio, reg. 142, f. 388, 1527 31 novembre (1542 9 octobre). Les enfants de Laura Verdi veuve di Busi dai tre S. Marchi, qui épouse en 1558 Alessandro Zane ne vivent probablement pas avec elle, puisqu’elle promet qu’elle laisserait 4.000 ducats chacun aux enfants qu’elle pourrait avoir avec Alessandro, comme elle a fait avec les enfants de Francesco di Busi, sa dot est de 10.060 ducats, reg. 144, 1558 16 février.

42 Les deux fils de Livia Rimondi veuve Bellavitis, qui se remarie en 1581 avec l’avocat Gerolamo Rocca, noble de Feltre, étaient entretenus par l’oncle paternel, Dionisio Bellavitis, ASV, ACM, reg. 153, f. 57v, 1581 14 octobre ; dans le contrat de mariage entre Elena Giustinian et Piero Bon, c’est le frère d’Elena qui s’engage à entretenir, marier ou placer au couvent les deux petites filles de huit et neuf ans, qu’elle a eu d’un précédent mariage, non spécifié, reg. 147, f. 265, 1575 4 juillet.

43 ASV, ACM, reg. 153, f. 323, 1546 11 novembre, Fiammetta Pasqualini veuve Nodari, et Sebastian di Begni, la dot est de 1.000 ducats de prêts d’État, plus des biens meubles non estimés et une créance non spécifiée avec les héritiers du premier mari. Et perché la ditta Fiammetta si attrova al presente due fioli piccoli del detto primo suo marito, volendo essa continuar in tenerli appresso di sè, come sono stati fin hora, sotto però la tutella della Procuratia, li ditti messer Simon et messer Sebastian sono contenti di tenerli in casa sua et farli le spese dovendo per questa causa essserli fatto bono della ditta Procuratia o da altri a cui spettasse quanto parerà conveniente.

44 ASV, ACM, reg. 146, f. 56v, 1545 11 juin (1546 18 novembre), Marietta veuve Spiron et Francesco Bianco, la dot est de 1.300 ducats ; reg. 144, f. 242v, 1561 20 juin (30 octobre), Graziosa, fille de Gasparo quondam Zorzi, drapier à Rialto, veuve de Cechin quondam Stefano dalli cordoani et le noble de Vicence Marino Piovene, la dot est de 1.100 ducats.

45 ASV, ACM, reg. 146, f. 72v, 1548 8 juin, Laura Dolfin veuve Contarini et Vicenzo Brusentin ; reg. 153, f. 89, 1590 28 janvier, Laura Gabrielli veuve Condulmer et Pietro Nusso ; reg. 157, f. 76, 1601 19 juillet, Faustina Ziliol veuve Franceschi et Annibale del Mulo, noble de Padoue ; reg. 157, f. 63, 1609 17 novembre, Fla-via Bembo veuve Repeta et Delait Delaiti citoyen de Rovigo.

46 ASV, ACM, reg. 153, f. 19, 1578 30 juin (1586 18 décembre), et quella governar et far governar di tutte le cose necessarie così di viver et vestir, come di altro facendola allevar come si conviene a una par sua.

47 ASV, ACM, reg. 157, f. 10v, 1574 17 mars.

48 ASV, ACM, reg. 153, f. 76, 1583 28 janvier.

49 ASV, ACM, reg. 147, f. 130, le contrat, stipulé en 1557, fut présenté le 29 décembre 1578.

50 ASV, ACM, reg. 141, f. 85, 1513 3 décembre. Propriétaires à la Giudecca, les dalla Giudecca y résidaient peut-être, mais ils avaient des propriétés aussi à l’autre bout de Venise, dans la paroisse de San Marcilian, au fond du sestier de Cannaregio. Avaient-ils acquis ces immeubles dans la cour Mastelli parce qu’ils étaient dejà apparentés avec eux ? Étaient-ils des voisins ? Nous n’avons pas les éléments pour donner des réponses, mais toutes les hypothèses sont possibles. Il est d’ailleurs fort probable que Gasparo Mastelli réside dans la cour Mastelli, ou au moins dans la paroisse de San Marcilian, non seulement à cause du nom, mais aussi parce qu’il était membre de la Scuola Grande de la Misericordia, qui se trouve dans cette même paroisse.

51 ASV, ACM, reg. 142, f. 234v, 1531 22 octobre.

52 ASV, NT, b. 81, f. 901, 1554 5 septembre.

53 La dot de sa fille Pellegrina est également récupérée par les autres fils. Dans son testament, de 1561, Pellegrina Mastelli, al presente épouse du noble Zuanne Pasqualigo dai Santi Apostoli, laisse tous ses biens en usufruit à son mari, mais, après sa mort, en héritage à ses frères ou à leurs enfants. De manière assez singulière, elle demande à être enterrée dans le tombeau de son précédent mari Gerolamo Manzoni, ASV, NT, b. 81, f. 899, 1561 12 avril.

54 ASV, ACM, reg. 146, f. 314v, 1557 20 septembre (1562 14 décembre).

55 1.000 ducats étaient l’héritage de son grand-père David de Polo. Celui-ci, appelé misier, c’est-à-dire beau-père, par Nadalin de David dans le contrat avait partagé 1.000 ducats entre Nadalin et Josepho de Polo, que Nadalin appelle son neveu, destinés à la dot de Cassandra.

56 ASV, ACM, reg. 144, f. 105, 1558 29 décembre (1570 17 mars).

57 Intendendosi che delli denari over mercantie che li fusse al sopraditto messer Olivier consignato nelle sue mani de ragion de ditti figlioli per man delli commessarii del quondam messer Donado Stampa quel sia tenuto et obligato a dar conto de bona ministration alli sopraditti figlioli del quondam messer Z. Batta dal Legname suo cognato, come appar per li libri delle compagnie, et s’intende che per quel tanto che li sarà dato nelle mani al sopraditto messer Olivero de rason delli ditti figlioli ne debba dar buona piezaria over seguration sopra de lui, dovendoli dar alli sopraditti suoi figlioli quel tanto che tra loro conveniranno d’accordo de usufrutto d’un tanto per cento de quel che li sarà consegnato nelle man et non potendosi accordar fra loro, la sopraditta madonna Cassandra madre et governatrice delli ditti figlioli possi investir in Cecca, overo dove a lei parerà, et questo s’intende se saranno contenti una parte et l’altra qui sottoscriveranno.

58 ASV, ACM, reg. 153, f. 29, 1570 9 septembre (1587 1 avril).

59 ASV, ACM, reg. 147, f. 22, 1573 22 août (1576 8 mars), Et perché il ditto magnifico ser Francesco ama stretissimamente la detta magnifica sposa sua nepote et quella tien in locho di propria figliola de qui è che in segno di questa sua amorevolezza li dà, ciede, dona, renuntia et liberamente promette et vuol (...) che al tempo della sua morte integralmente sia la mittà de tutti i suoi beni siano dello sposo per conto però della sposa.

60 ASV, ACM, reg. 157, f. 66, 1594 8 septembre (1611 22 juin).

61 Sur cette famille Ganassone, je n’ai pu trouver que le testament de la belle-sœur de Elisabetta, Andriana quondam magnifico messer Francesco Ganassone, épouse de G. Alvise Bonrizzo, et qui fait état de conflits familiaux apparemment graves, surtout entre ses trois fils et leur père, ASV, NT, b. 230, f. 327, 1621 25 septembre ; et le dossier de citoyenneté originaire présenté en 1662 par les fils de Domenico Ganassone marchand dans les Mercerie, ASV, ACC, b. 362.

62 ASV, ACM, reg. 153, f. 97, 1587 16 décembre (1591 28 janvier).

63 ASV, ACM, reg. 153, f. 125, 1591 16 février, (1593 9 mars). Témoin de l’authenticité de la signature du défunt mari est le secrétaire du Sénat Gerolamo di Franceschi, qui affirme que Alvise Marin était le frère de sa belle fille.

64 ASV, ACM, reg. 142, f. 194, 1526 18 mai (1531, 15 février).

65 ASV, ACM, reg. 147, f. 112, 1546 11 septembre (1578 11 juin).

66 ASV, Giudici del Proprio, Dejudicatum, reg. 8, f. 27, 1579 8 avril et f. 37, 1580 22 octobre.

67 Plusieurs familles Zonca demandent la citoyenneté originaire, entre les dernières décennies du xvie et les premières du xviie siècle, mais je n’ai pas pu établir des liens de parenté avec ceux dont il est question ici. Plusieurs professions et origines sont attestées dans les dossiers de citoyenneté originaire : médecins, avocats, marchands de soie d’origine toscane, fonctionnaires, ASV, ACC, b. 365, 373, 374.

68 Les dalla Nave, comme l’on verra par la suite, apparaissent fréquemment dans les actes qui la concernent. Il s’agit d’une ancienne famille citoyenne, dont plusieurs membres furent confrères de la Scuola de la Misericordia au xvie siècle et qui avait des liens de parenté avec les Grifalconi, cf. le troisième chapitre.

69 A cette époque, les familles dalla Nave et dalla Pigna nouent entre elles plusieurs alliances matrimoniales et s’échangent, aussi bien qu’avec les époux Bon dall’oro, les rôles d’exécuteurs testamentaires, cf. ASV, NT, b. 208, n. 9, 1522 20 janvier, testament de Margarita dalla Pigna, épouse de Cristoforo dalla Nave, da San Zulian, qui est désigné héritier universel ; b. 208, n. 6, 1523, 3 décembre, testament de Antonia veuve de Giovanni dalla Nave, mère de Cristoforo, Baldissera, Angelo, Regina et Dionora, épouse de Marco dalla Pigna, exécuteurs testamentaires sont : Regina pour la majeure partie, Dionora, Marco dalla Pigna, Francesco Bon dall’oro et sa femme Antonia ; b. 208, n. 61, 1525 30 avril, testament de Dionora quondam Zuanne dalla Nave, épouse de Marco dalla Pigna de San Severo, qui laisse tous ses biens au mari, qui est aussi exécuteur testamentaire, et fait des legs aux frères, et à des cousins, ainsi qu’à son neveu Gerolamo, fils de Cristoforo dalla Nave. Tous les trois demandent à être enterrés dans le tombeau de famille dans l’église de Santa Croce à la Giudecca. En 1556, Gerolamo dalla Nave de San Zulian, citadin veneto, membre de la Scuola de la Carità, rédige son testament, laissant ses biens à son fils Cristoforo, des legs à la fille et à sa femme Francesca, si elle ne se remarie pas ; il laisse choisir sa sépulture à ses exécuteurs : sa femme, ses enfants, sa belle-fille et son neveu, ASV, NT, b. 211, f. 44v, 1556 26 octobre.

70 Le fait que les cousins s’appellent Bon fait penser que la qualification dal-l’oro a été ajoutée pour la branche de Francesco ou de son père pour désigner une spécialisation professionnelle. Le nom Bon n’est évidemment pas rare et parmi ceux qui demandent la citoyenneté originaire, on en trouve plusieurs, avec des spécialisations professionnelles différentes.

71 ASV, NT, b. 192, n. 42, 1528 2 avril, le témoin est G. Maria de Zuanne spizier alla testa d’oro. Une pharmacie qui porte ce même nom existait encore il y a quelques années au même endroit, sur le campo San Bartolomio de Venise.

72 ASV, ACM, reg. 142, f. 163v, 1529 19 juin, della possessione lasciata a Antonia dal marito Francesco Bon, ditto messer Jacomo non sia obligato render conto alcuno a essa madonna Antonia né ai suoi eredi, ma quello debano galder insieme loro e la sua famiglia, Antonia souscrit le contrat et un Florentin, Bartolomeo Pancatichi est le garant de la promesse d’investissement faite par Giacomo Vernicalli.

73 Zoè cadene d’oro, paternostri d’oro pieni d’ambracani, corone da peto e di granata et uno diamante et uno rubin et uno turchese ligadi et diverse altre zoie, arzenti, hori filladi come è pironi, saliere, cortelli et altre simel cose per ducati 622.

74 ASV, ACM, reg. 146, f. 8, 1542 18 novembre, Item, declarando che havendo dicta madona Antonia qualche credito da scuoder come da suo cognado messer Battista Vernicali qual però al presente è falido et da altre persone che tutto quello che li parvenisse alle mani et li consegnasse al ditto messer Hieronimo se intendano esser liberi de dicta madona Antonia et de queli ne possi disponer ad ogni suo piacer.

75 ASV, ACM, reg. 146, f. 94v, 1544 26 août. Notaire Antonio Maria de Vincentibus.

76 Pour une vision d’ensemble de ces problématiques et pour des comparaisons, cf. A. Arru, éd., Gestione dei patrimoni e diritti delle donne, Quaderni Storici 98 (1998) ; A. Groppi, G. Houbre, éd., Femmes, dots et patrimoines, Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 7 (1998) ; G. Calvi, I. Chabot, éd., Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri sui figli, Turin 1998.

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540