Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Première partie. Les citoyens et l’État : définition juridique, privilèges et prérogatives des citoyens vénitiens

Chapitre deuxième. Citoyens originaires et citoyens honorables : l’accès à la bureaucratie et aux « professions libérales »

Texte intégral

1– LES CITOYENS ORIGINAIRES DANS LA BUREAUCRATIE VÉNITIENNE (xve-xviie SIÈCLE)

Entre patriciat et peuple ou entre Dominante et dominio ?

  • 1 Cf. D. Bizzarri, « Ricerche sul diritto di cittadinanza », art. cit., p. 82-83. Pour les origines e (...)
  • 2 Cf. à cet égard, R. C. Mueller, « Mercanti e imprenditori fiorentini a Venezia nel tardo Medioevo » (...)

1Dans toutes les communes italiennes, les caractéristiques qui définissent le citoyen originaire varient dans les Statuts urbains, selon qu’on utilise un critère de citoyenneté iure loci ou iure sanguinis. Dans le premier cas, tous les natifs peuvent avoir droit au titre de citoyen, dans le deuxième seulement les natifs fils, ou petits-fils, de citoyens1. On a vu qu’à Venise, au xvie siècle, les natifs fils d’étrangers pouvaient, à l’âge de 18 ans, acquérir le privilège de citoyenneté de intus et extra : le seul fait d’être né à Venise donnait accès à la citoyenneté par privilège, mais pas à la citoyenneté originaire. Au moins deux générations de naissance à Venise étaient donc nécessaires pour jouir de la totalité des privilèges commerciaux et douaniers. Au Moyen Âge, les distinctions entre les deux types de citoyenneté étaient sans doute beaucoup plus souples, et les possibilités offertes aux deux types de citoyens pas très différentes2. À partir du xve siècle, pourtant, et plus encore au xvie, les caractéristiques des citoyens originaires aussi bien que leurs privilèges spécifiques se précisèrent progressivement, et la condition de citoyen originaire devint indispensable pour accéder aux principaux offices. Les « qualités » exigées des citoyens originaires candidats aux offices devinrent de plus en plus exclusives, au point que, dans la deuxième moitié du xvie siècle, il fallait non seulement être né à Venise, de père et grand-père nés à Venise, mais il fallait aussi démontrer la naissance légitime du père et grand-père, ainsi que la sienne, et que depuis trois générations la famille n’avait pas exercé d’arts mécaniques.

  • 3 Cf. G. Trebbi, « La cancelleria veneta », art. cit., A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., (...)
  • 4 G. Luzzato, Storia economica di Venezia dall’xi al xvi secolo, Venise-Rome, 1961.
  • 5 Cf. M.T. Todesco, Aggregati ed esclusi : le cooptazioni al Maggior Consiglio al tempo della guerra (...)
  • 6 Cf. surtout A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit.
  • 7 Cf. S. Chojnacki, « In Search of the Venetian Patriciate », art. cit. ; Idem, « La formazione della (...)

2On a pu mettre en relation le début de ce qui a été défini, par des études récentes3, comme un processus de « distinction » des citoyens originaires avec les équilibres nouveaux qui s’établirent dans la société vénitienne au sortir de la guerre de Chioggia (1378-81). D’une part, cette longue guerre contre Gênes et la grave crise économique qui l’avait accompagnée, avaient provoqué, comme l’a écrit Gino Luzzatto, « un vrai renversement des fortunes »4, pour un certain nombre de familles, nobles, et non-nobles, de la ville. D’autre part, on avait demandé à la population une participation financière bien plus importante que d’habitude, en imposant pendant la guerre un emprunt forcé. La récompense de l’effort imposé fut représentée par l’admission de trente familles au patriciat : les citoyens aisés qui avaient contribué aux prêts étaient pourtant bien plus nombreux5. Dans cette mesure, on a pu penser que le choix de privilégier les citoyens originaires constituait une sorte de compensation offerte par le patriciat à ceux qui n’avaient pas été admis dans ses rangs6. Le risque de cette interprétation est toutefois de donner trop de poids aux admissions au patriciat de 1382, suivant ainsi la voie ouverte par un article classique, et discuté, de Stanley Chojnacki7.

  • 8 « Effetti della guerra di Chioggia (1378-1381) sulla vita economica e sociale di Venezia », dans At (...)
  • 9 Ibidem, p. 38.
  • 10 Voir les lois sur la dot dans la deuxième partie de ce travail ainsi que celles sur les bénéfices e (...)
  • 11 Cf. M. Casini, « La cittadinanza originaria », art. cit., p. 135 et A. Zannini, Burocrazia e burocr (...)

3Sans nier pour autant la frustration des populaires les plus riches, il faut à mon avis formuler d’autres hypothèses pour restituer à son contexte la politique suivie à partir du xve siècle dans le recrutement des fonctionnaires. Des hypothèses, en particulier, qui tiennent compte des privilèges plus anciens des cives originarii, ainsi que de la conjoncture sociale et politique dans son ensemble. Dans un article de 1981, Reinhold Mueller remarquait que « les timides changements sociaux au sein du patriciat et à son sommet, semblent avoir peu d’importance », par rapport aux avantages concédés aux étrangers « prenant définitivement le meilleur sur la politique de la vieille garde, qui avait depuis toujours essayé d’assurer aux nobles les plus riches et aux citoyens originaires le monopole du commerce avec le Levant »8. On a parlé dans le chapitre précédent des mesures prises à cette occasion : on réduisit le temps de résidence exigé pour obtenir la citoyenneté de intus et extra, on donna aux étrangers la possibilité de participer à la vente aux enchères des immeubles séquestrés sur les contribuables et de participer au commerce au Levant pour un chiffre d’affaires égal à la valeur des immeubles ainsi acquis en ville. Ces mesures, destinées surtout aux Florentins, auxquels on demandait de faire redémarrer l’art de la laine, après la guerre, sapaient à la base les anciens privilèges des originaires. Le cadre est complet si on y ajoute la loi de 1385, déjà évoqué plus haut, qui autorisait les artisans étrangers à commercialiser leurs propres produits, aux mêmes conditions que les Vénitiens. La liberté de commerce avec les Allemands du Fondaco restait toutefois réservée aux originaires, les citoyens par privilège pouvant commercer avec les Allemands seulement pour un chiffre d’affaires égal à la somme qu’ils avaient investie en titres d’État9. Les originaires n’avaient donc pas, comme il a été écrit, le « monopole » du commerce avec les Allemands, mais une plus grande liberté de trafic, qui ne semble toutefois pas avoir suffi à rétablir pleinement les avantages dont ils jouissaient avant la guerre par rapport aux citoyens privilégiés. Notons d’ailleurs que, à cette époque, l’expression cives originarii n’identifiait pas nécessairement les citoyens non nobles. Dans d’autres lois des premières décennies du xve siècle cette expression désigne aussi les patriciens et quand on veut s’adresser aux bourgeois on lui ajoute l’adjectif populares10. On n’est donc pas autorisé à considérer la loi de 1385 sur le commerce avec les Allemands comme un des premiers signes d’un processus de distinction d’un « ordre » des citoyens originaires dans la société vénitienne11. Bien au contraire, les privilèges commerciaux des originaires furent réduits après la guerre de Chioggia. Il s’agissait de mesures exceptionnelles qui, toutefois, durent avoir des conséquences durables sur le tissu socio-économique de la ville et qui, en partie, ont pu rester en vigueur même au-delà de la conjoncture exceptionnelle qui les avait motivées, comme on a vu dans le premier chapitre à propos de la loi de 1385 sur les artisans. Le rôle croissant donné aux originaires dans l’administration, dès le xve siècle, résulterait donc d’un processus de rééquilibrage pour compenser la diminution de leurs privilèges commerciaux, plus que d’un dédommagement pour le refus de leur admission au patriciat.

4Mais, à tous points de vue, la conséquence la plus importante de la guerre de Chioggia fut la reprise de l’expansion territoriale. La guerre avait mis en évidence de façon dramatique la nécessité de contrôler les lieux stratégiques tant sur les côtes que sur la Terre Ferme. En effet, la perte de la Dalmatie, en 1358, avait permis une liberté relative de mouvements à la flotte génoise et, du côté de la Terre Ferme, la prise de Trévise avait permis à l’ennemi de mettre à sac Mestre. La reprise de l’expansion vénitienne commencée avec Corfou en 1386, se poursuit avec Trévise en 1388, et continue de manière bien plus massive dans les premières décennies du xve siècle, sur la Terre Ferme comme en Dalmatie.

  • 12 Cf. pour des comparaisons l’introduction d’Elena Fasano Guarini à Potere e società negli Stati regi (...)
  • 13 Cf. G. Chittolini, éd., La crisi degli ordinamenti comunali e le origini dello Stato del Rinascimen (...)
  • 14 M. Berengo, « La città di antico regime », dans Quaderni Storici, XXVII, 1974, p. 661-92, la citati (...)

5Qu’une expansion territoriale de cette ampleur crée de nouvelles exigences d’organisation de l’administration paraît aller de soi12. Il est moins évident de savoir quels sont les équilibres sociaux et de pouvoir que cette demande met en jeu. Comme l’ont mis en évidence une masse désormais importante d’études consacrées à l’Italie du Centre-Nord, le passage des villes-État aux États territoriaux est presque toujours marqué par la confirmation des importants pouvoirs de juridiction conservés par les seigneurs et feudataires du contado et par la concession d’une large autonomie aux villes et communautés sujettes13. La création d’un corps privilégié qui obtient le monopole des offices peut elle aussi être située dans cette perspective : « Le consensus des corps privilégiés, a écrit Marino Berengo, est un des secrets de gouvernement des États de la Contre-réforme. Et la hiérarchisation des groupes sociaux dans les centres urbains n’en fut pas atténuée ou étouffée mais, au contraire, plus profondément accentuée »14. Mais la création de corps privilégiés suppose l’exclusion d’autres groupes des mêmes privilèges, et il me semble que, dans le cas de Venise, il faudrait revenir sur cet aspect, jusqu’à présent négligé.

  • 15 Cf. A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 39 et M. Casini, La cittadinanza originaria, a (...)
  • 16 ASV, MC, Deliberazioni, Ursa, reg. 22, f. 33.

6Le processus qui conduisit, dans la deuxième moitié du xvie siècle, à réserver les offices aux citoyens originaires de troisième génération dont la famille n’avait pas, depuis trois générations, exercé d’arts mécaniques, ne fut ni linéaire ni rapide. La loi de 1419 sur les chanceliers et notaires qui devaient accompagner les recteurs dans les villes de l’État, considérée comme la première loi en la matière15, réserve en réalité ces offices aux citoyens vénitiens originaires ou par privilège, quand ils résident effectivement en ville, mais aussi aux citoyens originaires de l’État ne provenant pas de la ville où ils iraient travailler16. Les étrangers en étaient exclus, ce qui s’explique aisément, si l’on considère que la loi affirme dans son prologue, que les fonctionnaires doivent être fidèles et craintifs à l’égard des lois vénitiennes. Parmi les sujets de Venise, seuls les cives sont admis, ce qui confirme cette image de l’État vénitien comme « mosaïque de civitates », dont on a parlé dans le chapitre précédent. Pour les offices vénitiens proprement dits, cette précision sur les degrés de citoyenneté n’apparaît que beaucoup plus tard. L’exclusion des offices s’adressa donc en premier lieu aux étrangers et aux sujets non citoyens, puis aux prêtres, aux sujets citoyens, aux citoyens vénitiens par privilège, aux citoyens originaires vénitiens depuis deux générations et finalement aux citoyens originaires vénitiens depuis trois générations avec un passé marqué par l’exercice des « arts mécaniques ».

  • 17 ASV, Senato, Secreta, reg. 4, f. 192-3, et cf. A. Ventura, Nobiltà e popolo, op. cit., p. 169-72.
  • 18 A. Ventura, Nobiltà e popolo, op. cit.
  • 19 Cf. à ce propos, dans l’introduction à G. Cracco, M. Knapton, éd., Dentro lo « Stado italico », op. (...)
  • 20 Sur l’identité nobiliaire dans l’Italie du xvie siècle, cf. M. Berengo, Nobili e mercanti nella Luc (...)

7De ce point de vue, les véritables exclus, ceux qui, au nom de leur tradition seigneuriale et juridique, auraient pu prétendre à jouer un rôle dans l’administration de la République, sont les élites urbaines de la Terre Ferme. L’exclusion du patriciat de la noblesse sujette pouvait à la limite apparaître plus prévisible. Une tentative fut faite, pourtant, lorsque le Sénat dut examiner la proposition d’admettre des nobles de Zadar à certaines charges patriciennes dans la Terre Ferme et dans la Dalmatie. La mesure proposée, qui n’avait pour but que de mieux contrôler des opposants potentiels, fut rejetée par une large majorité, à la suite de trois votes17. Dans le cas du patriciat les équilibres étaient déjà définis depuis trop longtemps. Dans l’administration, au contraire, tout était encore à décider. Au moment où, à Venise même, la politique et l’administration refusaient d’ouvrir leurs rangs aux élites des villes sujettes de l’État, leurs privilèges et une autonomie formelle furent garantis en reconnaissant les Conseils urbains existants ou en favorisant leur création18. Parallèlement, le corps des citoyens originaires, au lieu de se dissoudre dans une « citoyenneté de l’État », concept qui n’existera qu’au seuil de la Révolution française19, trouva un rôle central dans l’appareil administratif, en se construisant une identité de plus en plus exclusive et en même temps de plus en plus analogue à l’identité nobiliaire qui caractérisait les Conseils urbains dans la Terre Ferme20.

  • 21 Cf. G. Vismara, « Il patriziato milanese nel Cinque-Seicento, dans E. Fasano Guarini, éd., Potere e (...)
  • 22 BNMV, ms. IT., cl. VII, IV (7925), Alessandro Ziliol, Le due Corone della Nobiltà Viniziana, I vol. (...)

8Soulignons toutefois qu’à Venise on ne peut pas parler d’un processus de constitution d’un « patriciat des offices », car l’interlocuteur des fonctionnaires n’était pas le souverain, comme à Milan21, mais le patriciat qui monopolisait depuis des siècles le gouvernement et dont les origines s’identifiaient avec les origines mêmes de la ville. Ni féodale, ni foncière, la noblesse vénitienne était avant et par-dessus tout une noblesse de cives. Le groupe qui arriva, entre xve et xvie siècle, à monopoliser l’administration, n’eut donc d’autres choix que de s’autoproclamer « Seconde Couronne de la République de Venise »22.

9Grâce aux études récentes en particulier de Giuseppe Trebbi, Mary Neff, Matteo Casini et Andrea Zannini, nous pouvons présenter, dans les pages qui suivent, un résumé rapide de l’évolution des lois concernant la Chancellerie ducale et les offices mineurs en essayant de proposer quelques explications d’ensemble.

La Chancellerie ducale

  • 23 Sur l’histoire de la Chancellerie ducale, cf. surtout G. Trebbi, « La cancelleria veneta nei secoli (...)

10Depuis le début du xve siècle était en cours une réorganisation de la Chancellerie. On distinguait désormais procédures secrètes ou non, les compétences des fonctionnaires recevaient une définition précise et, signe supplémentaire de son importance, les membres du Conseil des Dix lui imposaient un contrôle sans cesse plus étroit23.

  • 24 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 22, Ursa, f. 33.

11En 1443, les chefs de la Quarantia soumirent à l’approbation du Grand Conseil une proposition de loi réorganisant le recrutement du personnel de la Chancellerie, afin « de pourvoir non seulement pour le présent, mais aussi pour le futur, à ce que notre Chancellerie, par où passent toutes les affaires, publiques ou privées, de notre État, soit composée d’hommes suffisants et capables, qui puissent s’adapter à l’évolution de nos usages et coutumes et de ceux de notre État, que nous puissions employer en toutes circonstances, tant dans la cité qu’à l’extérieur, et dans lesquels on puisse avoir une confiance absolue ». La nouvelle réglementation, approuvée par le Grand Conseil, prévoyait de salarier douze jeunes Veneti âgés d’au moins douze ans, qui iraient aux écoles pour s’instruire « en grammaire, rhétorique et autres sciences utiles au travail de la Chancellerie » de telle sorte qu’ils soient préparés à se substituer aux notaires alors employés à la Chancellerie. Les dernières lignes du texte affirmaient : « il y aura grande joie et espérance pour beaucoup d’honorables citoyens de notre peuple qui dans cet espoir feront étudier leurs fils, de sorte qu’ils puissent jouir des commodités et avantages susdits »24. Trois années plus tard, fut créée à San Marco une école pourvue d’une chaire de grammaire et de rhétorique, à l’usage de la Chancellerie, à laquelle vint s’ajouter en 1460 une chaire supplémentaire.

  • 25 ASV, CX, Misti, reg. 19, f. 99.

12Il ne semble pas que les décennies suivantes aient connu de profonds changements dans le mode de recrutement du personnel. Il fallut attendre 1478 pour voir les recrutements à la Chancellerie réservés aux « citoyens originaires et non privilégiés » ainsi que, à titre exceptionnel, aux citoyens originaires « de nos terres et lieux », pourvu qu’ils aient reçu l’approbation du Sénat, siégeant avec le quorum et à la majorité des trois quarts25. À cette loi succédèrent d’autres mesures tendant à augmenter les privilèges des fidèles citoyens vénitiens, tant pour l’accession à la Chancellerie que pour l’obtention des offices intermédiaires ou mineurs. Il paraît difficile d’admettre qu’une telle concentration de mesures réglementaires soit due au hasard. Même si les motifs en étaient différents en ce qui concerne la Chancellerie ou les offices mineurs, il faut chercher une explication globale, qui met en cause aussi bien la situation internationale de l’État vénitien que ses relations avec les étrangers établis à Venise.

  • 26 G. Fedalto, « Le minoranze straniere a Venezia tra politica e legislazione », dans H. G. Beck, M. M (...)
  • 27 Cf. F. Thiriet, « Sur les communautés grecque et albanaise à Venise », dans H. G. Beck, M. Manoussa (...)

13En ce qui concerne la Chancellerie, les nouvelles mesures relatives au recrutement sont probablement à mettre en rapport avec le problème de l’immigration grecque en terre vénitienne. En effet, depuis la chute de Constantinople, en 1453, les Grecs avaient afflué en grand nombre dans la ville : le plus célèbre fut sans doute le cardinal Bessarion, arrivé avec tout son entourage et ses livres, qui constituèrent le noyau de la Biblioteca Marciana. La population grecque s’était aussi réfugiée dans les possessions vénitiennes en mer Égée, contre lesquelles se développa entre 1470 et 1479 une puissante offensive des forces ottomanes. En 1479, la chute des colonies de Nègrepont (Eubée) et Lemnos en mer Égée, de Scutari en Albanie, et du comptoir de La Tana, à l’embouchure du Don, entraîna une nouvelle vague d’émigration grecque vers Venise26. Dès les origines, la Chancellerie avait fait usage de fonctionnaires d’origine grecque, nourris de la tradition administrative de l’État byzantin et qui, avantage non négligeable, maîtrisaient une langue essentielle aux relations diplomatiques de la République. Dans la mesure où, dès les années 1440, le choix avait été fait de privilégier l’accès des Vénitiens à la Chancellerie, l’accentuation du processus dans les années 1470 peut aussi représenter la réponse à un accroissement conjoncturel de la concurrence de candidats étrangers27.

  • 28 ASV, CX, Misti, reg. 21, f. 194.
  • 29 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 108-18.

14La loi suivante, promulguée en 1484, introduit un critère moral, qui peut sans doute être considéré comme une exigence accrue de contrôle de l’identité des employés de la Chancellerie. Afin que n’y soient engagés « que des hommes de bien, fils de bons citoyens, et non des bâtards », les candidats durent désormais démontrer aux chefs du Conseil des Dix, par serment et enquête de réputation (publica voce et fama), qu’ils étaient « fils légitimes et issus de vrai mariage de bons citoyens originaires »28. On voit ici apparaître le thème de la naissance légitime, mais pas celui de la qualité sociale, comme ce sera le cas au siècle suivant. La seule exception à la règle de la naissance légitime était la pratique, justifiée au seul titre d’une antica consuetudine, de la concession de la citoyenneté originaire aux fils illégitimes des membres du patriciat29. On voit aussi apparaître, encore de façon implicite, le critère de la troisième génération : en principe, en fait, le fils d’un citoyen originaire est le petit-fils d’un natif.

  • 30 Qu’il ne s’agisse pas d’une hypothèse inspirée par la lecture des lois mais d’une réalité sociale v (...)
  • 31 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 138-51.

15Au cours des mêmes années, le personnel de la Chancellerie fut réduit de soixante-deux à cinquante fonctionnaires, tandis qu’un maximum de 4.500 ducats était attribué à l’ensemble de leurs salaires. Ce n’est pas grâce aux carrières de bureaucrates que les citoyens pouvaient espérer s’enrichir. Au contraire, il s’agissait, au moins en partie, d’une orientation choisie par des personnes dépourvues des capitaux nécessaires pour participer au grand commerce, et qui n’auraient, en conséquence, pu profiter des privilèges marchands attachés à la qualité de citoyens originaires30. Ainsi s’affirmait l’idée que l’emploi à la Chancellerie était par lui-même « honorable ». Mais dans le même temps, et par les mêmes mesures, s’alimentait et se justifiait la pratique des arrangements personnels entre magistrats patriciens et fonctionnaires citoyens, les augmentations des salaires ad personam, ainsi que les requêtes de la part des fonctionnaires de la Chancellerie, de « grâces » pour l’attribution d’offices aux membres de leurs familles, pratique à laquelle le gouvernement opposait une résistance de pure forme31.

  • 32 G. Trebbi, « La Cancelleria », art. cit., p. 70.

16Les modes de recrutement du personnel de la Chancellerie se précisèrent dans les premières décennies du xvie siècle et, en 1538, il fut arrêté que les preuves de citoyenneté des candidats aux offices de la Chancellerie devraient être présentées aux magistrats de l’Avogaria di Comun, « sous la forme et manières usuelles pour les preuves de noblesse », c’est-à-dire en insistant particulièrement sur la légitimité de la naissance32. La Chancellerie représentait, il est vrai, l’élite de la bureaucratie vénitienne ; elle regroupait, à Venise même, les secrétaires des principaux organismes de gouvernement, et à l’extérieur les secrétaires des ambassadeurs. Les fonctionnaires de la Chancellerie pouvaient même être envoyés à l’étranger comme ministres résidents dans les lieux où n’était pas prévue (comme à Milan ou Naples) une représentation diplomatique spécifique. Le Grand Chancelier, qui accompagnait le doge lors des processions, était même surnommé le « doge des citoyens », chef de la Chancellerie, « cœur de l’État ».

  • 33 ASV, CX, Comuni, reg. 72, f. 187v-188
  • 34 ASV, CX, Comuni, reg. 83, f. 69v-71v.

17Toutes les mesures prises par la suite, qui imposèrent, comme nous le verrons plus bas, des critères toujours plus sélectifs pour la reconnaissance de la qualité de citoyen originaire, concernent la bureaucratie moyenne, jusqu’à la loi de 1622, qui donna une forme légale à ce qui devait être une pratique établie depuis longtemps : « comme le statut de notre citoyenneté mérite d’être tenu et considéré comme il se doit, il sera pour cela très utile de n’y admettre que des sujets qui en soient dignes par la naissance et autres conditions honorables, de sorte que le Public pourra, avec une confiance égale au besoin qu’il en a, se prévaloir de leurs services à l’occasion, et en particulier les introduire dans notre Chancellerie, où ils participent à l’action de notre gouvernement »33. Onze ans plus tard, en 1633, on exempta les fils et petits-fils des fonctionnaires de la Chancellerie, qui voulaient à leur tour entrer à son service, de l’obligation de démontrer leur propre condition de citoyens originaires. Cette mesure, qui reconnaissait formellement la continuité de service existant de fait dans les familles des fonctionnaires de la Chancellerie, créait un privilège héréditaire, signant la naissance de ce que les Vénitiens du xviie siècle définissaient comme « l’ordre des secrétaires »34.

Les offices intermédiaires et le tournant du xvie siècle

  • 35 Sur ces offices et sur l’évolution législative, cf. A. Zannini, Burocrazia e bu rocrati, op. cit.
  • 36 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 22, f. 156.
  • 37 ASV, CX, Misti, reg. 26, f. 144r-v, 1494 20 septembre.

18Dans le même temps, le gouvernement suivait en ce qui concerne les offices intermédiaires une politique sensiblement différente35. La loi de 1444, qui s’adressait aux « innombrables gens du peuple qui non seulement dépensèrent leurs biens et leurs revenus pour le fait de notre terre, mais aussi risquèrent leurs vies et versèrent leur sang et celui de leurs familles pour l’honneur, l’État et l’exaltation de notre République », arrêtait que les charges de scriba, notaio e massario pourraient être attribuées par élection, pour une durée maximale de quatre ans ; de plus, il ne devrait exister aucun lien de parenté entre fonctionnaires d’un même service36. Rien à voir, donc, avec les normes qui s’appliquaient à la préparation et à la sélection des fonctionnaires de la Chancellerie : on entendait simplement faire profiter le plus grand nombre de citoyens des offices gérés par la Quarantia. La même impression se dégage des mesures nombreuses prises au même moment pour limiter l’attribution d’offices par la procédure de grazia, avec possibilité de les transmettre par dot ou par héritage, ainsi que pour interdire la pratique des substitutions à l’intérieur de ces offices. Tentatives de pure forme, on l’a déjà dit, lois promulguées pour ne pas être appliquée : à la fin du siècle encore, l’audience quotidienne du Conseil des Dix était « troublée et encombrée » (molestata e infestata) par une foule de suppliants, citoyens ou non, protestant de leurs mérites devant le Conseil, et réclamant « que leurs offices soient confirmés pour leur vie durant, ou donnés à leurs fils, frères ou petits-fils »37. Qui ne voit les risques qu’une quelconque modification effective du système de grazie qui fondait l’administration vénitienne, aurait fait subir à la paix sociale de la cité, tellement vantée par les contemporains ?

  • 38 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 23, Regina, f. 153.
  • 39 G. Cracco, « Relinquere laicis que laicorum sunt. Un intervento di Eugenio iv contro i preti notai (...)

19Le chemin suivi pour réformer la bureaucratie passait par l’accentuation des privilèges des originaires, en récompense de la fidélité qu’ils avaient démontrée à l’égard de l’État. En 1475, au plus fort de la guerre contre les Turcs, le Grand Conseil approuva ainsi une mesure qui réservait les offices de scribe et de notaire des juridictions du palais à « nos citoyens laïcs qui ont exposé leurs fortunes et leurs personnes pour notre État »38. On tentait ainsi, mais en vain, de mettre fin à une anomalie typiquement vénitienne : la présence, beaucoup plus massive que partout ailleurs, d’ecclésiastiques employés dans l’administration d’État. Alors que la hiérarchie ecclésiastique avait rappelé à de nombreuses reprises l’incompatibilité entre condition cléricale et exercice d’une fonction publique, le gouvernement de la République avait au contraire favorisé la présence des prêtres dans son administration, au moins jusqu’à la publication, par Eugène IV (1431-47), de la bulle Relinquere laicis que laicorum sunt39. Le projet gouvernemental de créer un groupe bureaucratique parfaitement fidèle au pouvoir patricien s’accompagnait certes de la volonté d’en exclure les groupes « exogènes », prêtres ou étrangers, mais pour la comprendre, il faut aussi prendre en compte la demande du peuple des citoyens. En l’occurrence, on peut l’identifier à une demande de « tertiarisation », dans la mesure où il s’agissait de créer des emplois de substitution à ceux traditionnellement fournis par l’économie de la cité. C’était aussi, par ailleurs, une demande de privilèges, concédés sous forme de postes de fonctionnaire aux citoyens de la capitale de l’État vénitien.

  • 40 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 24, Stella, f. 20v.

20La loi de 1481 remet en vigueur la durée quadriennale, un temps suspendue, pour les charges de scrivan et de massario auprès des magistratures de Rialto et San Marco, et en précise les modalités d’élection. Ce dernier point vaut d’être considéré avec attention : « dorénavant, dit la loi, lorsqu’il faudra procéder à l’élection d’un scribe (scrivan), notaire ou intendant (masser), pour les magistratures de San Marco ou de Rialto, y compris les magistratures du palais, les patriciens qui sont dans ces magistratures ou cours devront choisir trois citoyens vénitiens de mérite pour un sujet de notre État, pour les présenter au choix de notre conseil de la Quarantia [...] et leurs candidatures seront présentées de telle sorte que soient pris en compte leurs mérites et vertus, et ceux de leurs parents, afin que soit choisi le plus digne »40. Les offices sont donc officiellement attribués sur la base des relations personnelles existantes entre les candidats et les magistrats patriciens, et de leurs mérites à l’égard de la République. La loi précise enfin qu’à la différence des offices mentionnés plus haut, qui restent théoriquement accessibles aux sujets de l’État vénitien, les offices d’assistants (coadjutores) sont désormais réservés aux seuls citoyens vénitiens (veneti nostri).

  • 41 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 65, 1510 10 mars.
  • 42 Cf. à ce propos, F. Chabod, « Usi e abusi nello Stato di Milano a mezzo il ’500 », dans E. Fasano G (...)

21La volonté, régulièrement proclamée, de favoriser les fidèles citoyens se heurta brutalement, en 1510, aux contraintes financières imposées par la guerre de la Ligue de Cambrai. On n’hésita pas à cette occasion, à vendre tous les offices intermédiaires aux « bons citoyens vénitiens », sans autre considération de mérite ou de naissance41. À l’évidence on revenait par cette mesure à la conception patrimoniale des offices administratifs qu’on avait prétendu combattre42. Il apparaît de même que ne pouvaient bénéficier de ces aliénations les citoyens sans fortune qui, en temps normal, devaient constituer le bassin de recrutement de ces offices.

22C’est après la guerre que se situe la rupture. Les restrictions introduites dans les années qui suivirent ne peuvent être considérées comme la poursuite normale d’un processus engagé un siècle plus tôt, mais comme les conséquences d’un climat absolument nouveau, dont on a vu plus haut qu’il conduisit dans les mêmes années à rendre plus difficile la concession de la citoyenneté par privilège, en imposant aux candidats des conditions sans cesse plus rigoureuses. On peut supposer à cette mutation des motifs de politique sociale interne : la conjoncture peu favorable des premières décennies du siècle, due à la guerre et au changement survenu dans les équilibres du commerce international, aggravée par la croissance démographique, avait amené un nombre croissant de Vénitiens à se tourner vers le service de l’État, plus sûr, alors comme aujourd’hui, quoique moins bien rétribué. La réponse du gouvernement vénitien à cette pression accrue, fut, conformément à la tradition, une exigence accrue des critères de sélection. Mais cette exigence ne porta pas à sélectionner les candidats en fonction de leur mérite, mais en fonction de leur naissance.

  • 43 Cf. surtout, outre les travaux sur la République de Venise cités à la note 11, A. Ventura, « Politi (...)
  • 44 Sur les implications et les conséquences « fiscales » de ces différentes réactions, cf. G. Del Torr (...)
  • 45 Sur ces différents aspects de la politique du doge Andrea Gritti, cf. G. Cozzi, « La politica del d (...)

23On ne peut cependant réduire le processus à une simple question sociale : l’évolution de l’État vénitien pose alors des problèmes plus complexes, déjà mis en lumière par plusieurs historiens43. Dans les années qui suivirent la guerre de Cambrai, le gouvernement patricien dut en effet se poser la question d’une réforme radicale des structures de l’État, dont la poursuite jusqu’à son terme aurait pu aider la transition de la République vers ce qu’il est convenu d’appeler « l’État moderne ». Les circonstances se prêtaient en effet à une réflexion sur l’ensemble de la société vénitienne. Lors de la guerre, en effet, une partie des élites de la Terre Ferme s’était tournée vers l’Empire, alors que les paysans soutenaient avec enthousiasme l’étendard de Saint Marc44 ; une telle situation éclairait d’un jour dramatique l’absence d’intégration des diverses composantes de l’État. Elle fut reçue comme un avertissement sur les risques entraînés par le refus de toute centralisation. La reconquête de la Terre Ferme pouvait constituer une occasion pour procéder au réexamen de cette politique et pour briser et supprimer la dyarchie de fait qui existait entre le centre vénitien et les cités de la périphérie. Sous cet aspect, cependant, et aussi bien en ce qui concernait les pouvoirs urbains que ceux des seigneurs et grands feudataires de l’État, la reprise fut une simple restauration des structures préexistantes à la guerre, et ce malgré l’arrivée sur la scène politique vénitienne d’Andrea Gritti, doge de 1523 à 1538, auteur de transformations considérables dans le droit, l’administration et par-dessus tout, avec la réédification de la place Saint Marc, dans l’image même de la capitale45. La confirmation des privilèges des groupes dirigeants de la Terre Ferme, l’aval donné au processus d’anoblissement des conseils urbains, eurent comme contrecoup l’émergence dans d’autres parties de la société d’autres corps dotés de privilèges. Dans cette perspective, on peut mettre sur le même plan la création des corps territoriaux, assurant la représentation des paysans, aussi bien que les privilèges accrus accordés aux citoyens vénitiens. Pas de concentration, donc, mais, au contraire, une fragmentation accrue de la société en groupes et en corps. Replacée dans ce contexte, l’histoire des citoyens vénitiens sort d’une optique étroitement urbaine, pour s’intégrer à l’histoire totale de l’État et de la société vénitiens.

  • 46 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 137, 1517 31 janvier.
  • 47 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 197.
  • 48 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 27, f. 49.

24Les mesures de l’après-guerre marquent donc un tournant, progressif, mais accompli en peu de temps, vers une clôture. En 1517, une loi réserve tous les offices intermédiaires aux citoyens originaires46. En 1521 les prêtres furent exclus des charges de chancelier inférieur, assistants (coadjutor), repertor, et de toutes les charges de notaires et de scribes : « on y élira des citoyens originaires aptes par leur âge, leur instruction, leur vertu et toutes autres qualités »47. En 1543, « pour que les citoyens qui, par le malheur des temps sont déchus puissent avoir le moyen de se relever », on décide que les charges d’intendant (gastaldo), prieur, curé (plebano) de deux églises de Rialto, San Giacomo et San Giovanni Elemosinario, dont la collation appartenait traditionnellement au doge, seraient dès lors « réservés aux citoyens originaires de cette cité avec les mêmes conditions que celles qui ont été retenues par ce Conseil pour les charges d’intendants (gastaldi) des Procurateurs [de Saint-Marc] », c’est-àdire la démonstration de trois générations de résidence vénitienne48. On retrouve donc, cette fois là, clairement énoncé, le critère introduit dès 1484 pour la Chancellerie.

  • 49 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 27, f. 106v, 1543 29 juillet.

25Les décennies suivantes ne virent d’innovation que dans la codification des procédures de démonstration de leur statut de citoyens originaires par les candidats aux offices intermédiaires. La loi de 1543 arrêtait que chaque candidat devrait prouver, plusieurs magistrats en faisant foi, qu’il n’était titulaire d’aucun office et qu’il n’était en « expectative » d’aucun office ; elle précisait en outre qu’il faudrait « démontrer juridiquement être citoyen originaire de cette cité, c’està-dire que le suppliant, son père et son grand-père sont nés dans cette cité »49. Il s’agit du premier texte qui établit explicitement une équivalence entre la citoyenneté originaire et les trois générations de résidants vénitiens. La loi suivante en la matière, en 1569, concerne à nouveau les offices intermédiaires : elle confirme les textes antérieurs, mais ajoute l’obligation de démontrer la légitimité de sa naissance. Pour les candidats à la Chancellerie, comme on l’a vu, une telle preuve était prévue depuis 1538, mais la loi de 1569 permit d’uniformiser la procédure de démonstration. De fait, furent conservés dans le même fonds les dossiers de ceux qui désiraient participer aux concours de recrutement de la Chancellerie, comme de ceux qui demandaient à profiter, en général, de tous les « bénéfices et grâces » dont jouissent les citoyens originaires.

26En fait, l’élément nouveau qui apparaît alors, indépendamment des lois, qui n’en font pas état, c’est l’utilisation, lors de l’examen du dossier par les Avogadori, d’un critère de distinction sociale : l’honorabilité des origines, c’est-à-dire le non exercice d’une profession manuelle, d’un « art mécanique », par le candidat ou ses ascendants. Au-delà du critère purement social, se profile une autre exigence, celle de la formation : le citoyen honorable n’est pas seulement le marchand-entrepreneur qui dirige, sans y prendre part, le travail manuel de ses ouvriers, mais c’est aussi celui qui a fait des études. Par ailleurs, l’utilisation d’un critère de sélection fondé sur la qualité de la naissance constituait sûrement la reconnaissance d’une distinction de fait : même pauvres, les citoyens qui aspiraient à un emploi public étaient des personnes incapables, si grave que fût leur situation de déchéance économique, de se tourner vers le travail manuel. Ils appartenaient donc au même groupe que les « pauvres honteux », destinataires en priorité de l’assistance des Scuole Grandi. Le critère de l’honorabilité permettait donc, en fin de compte, d’exclure aussi ces immigrés laborieux qui, après trois générations d’exercice patient, continu et rentable des « arts mécaniques » pouvaient être tentés de choisir la voie des offices publics. Citons à titre d’exemple les nombreux drapiers et soyeux bergamasques dont il a été question dans le chapitre précédent, et dont il est rare de rencontrer les descendants parmi les citoyens originaires reconnus conformément à la loi de 1569.

27La procédure arrêtée par la loi de 1569 resta essentiellement inchangée durant la première moitié du siècle suivant. La loi de 1622 qui prescrivait aux Avogadori d’enquêter avec diligence ne la modifiait pas, se contentant d’exiger un contrôle plus attentif des candidats et un recours plus fréquent aux pièces écrites. La seule innovation de quelque importance se trouve dans une loi de 1641 qui prévoyait la présentation de garanties délivrées par la Camera del purgo, l’Art de la soie et les magistrats de la Giustizia vecchia, attestant que ni le candidat, ni son père, ni son grand-père ne figuraient dans leurs listes, ou si c’était le cas, comme marchands et non comme artisans.

  • 50 Sur cette période, je renvoie à A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 230 et suiv.

28Par une mesure contradictoire seulement en apparence, la loi de 1641, qui rendait plus sévères encore les critères de sélection, suivait de peu, exactement comme cela était arrivé un siècle auparavant, une loi de 1636 mettant en vente « tous les offices que les magistrats, conseils et collèges attribuent dans et hors de la cité, par élection, par grâce, par continuation, ou de quelque manière que ce soit, sans aucune exception, susceptibles d’être vacants dans les cinq années ». Commencée en 1636, la vente fut achevée, comme prévu, en 1641, et concerna un tel nombre d’offices que, dans les sept années qui suivirent, aucune nomination ne fut faite à un office intermédiaire. La mesure, prise dans les années qui précédaient la guerre de Candie, fut motivée par la nécessité d’armer cinquante galères extraordinaires, mais d’autres ventes d’offices, moins importantes, avaient été faites durant les premières décennies du xviie siècle, et la chose devait se renouveler fréquemment durant la guerre50. L’analogie avec ce qui s’était passé à l’occasion de la guerre de la ligue de Cambrai ne peut manquer de frapper : déjà la vente d’offices intermédiaires pour financer la guerre avait été suivie de l’instauration de critères plus sélectifs pour l’accès aux fonctions publiques. En 1517, c’est le critère de la citoyenneté originaire qui s’était imposé. En 1641, s’établit celui de l’honorabilité. Dans les deux cas, les mesures prises exprimaient en fin de compte, la volonté de rétablir et de fortifier une hiérarchie sociale bouleversée par des mesures d’exception.

Devenir « originaires »

  • 51 Ibidem, p. 102.

29Les suppliques présentées à l’Avogaria di Comun, sur la base de la loi de 1569, ont été intégralement conservées. Andrea Zannini, qui en a fait la source principale de son étude sur les citoyens originaires dans la bureaucratie vénitienne, a recensé, pour la période 1569-1630, 1.116 « concessions » de citoyenneté originaire. Dans 35 % des cas, il s’agit de fils de fonctionnaires (pourcentage qui reste stable pendant toute la période), les fils de marchands passent de 30 % entre 1569 et 1599 à 18 % dans les premières décennies du siècle suivant, les fils de rentiers augmentent de 22 à 30 % et les fils d’avocats, notaires, médecins de 14 à 17 %51. Les deux courbes, complémentaires, du commerce et de la rente reflètent, avec une précision étonnante, l’évolution des activités des Vénitiens « from commercial to landed activities ».

  • 52 Cf. par exemple, ASV, ACC, b. 368, Francesco Verde ; b. 373 Gian Paolo et Gian Andrea Resio ; Aless (...)

30De même que les lois sur la citoyenneté originaire ne peuvent être interprétées que si on les replace dans l’ensemble des lois sur la citoyenneté, de même, cette source ne se comprend que dans la perspective de l’ensemble des sources concernant la citoyenneté. Sa comparaison avec les dossiers présentés par les candidats à la citoyenneté par privilège apporte des informations importantes. Les activités sont aussi importantes, mais de manière différente : alors que celles des citoyens privilégiés doivent être surtout utiles à l’État, celles que peuvent exercer les citoyens originaires sont avant tout « honorables ». L’identité familiale du candidat n’est pas non plus traitée de la même manière : l’attention se déplace sur la famille d’origine, tandis que les ascendants des citoyens par privilège ne faisaient jamais l’objet d’enquêtes. Pour ces derniers, en revanche, il pouvait être utile de démontrer son enracinement en ville par le biais du mariage. La nécessité de prouver la légitimité de la naissance conduit à donner une importance toute particulière à l’ascendance féminine : dans les suppliques pour la citoyenneté originaire, on trouve souvent précisés les noms de famille de la mère et de la grand-mère paternelle voire dans certains cas leurs contrats de mariage52. Toutefois, la procédure pouvait être entièrement orale et les témoins, en partie présentés par le candidat et en partie choisis par les Avogadori, appelés à confirmer per publica voce et fama, toutes les affirmations du candidat, de sa naissance légitime à ses activités jusqu’aux vêtements qu’il portait habituellement.

  • 53 ASV, ACC, b. 372, 64, Essendo sino sotto li 5 febraro 1585 approbato per gli ill.mi sig.ri Avogador (...)

31La réglementation, on l’a vu, reste constamment interne au monde bureaucratique et les conditions exigées par l’Avogaria sont bien plus exclusives que celles requises dans le monde marchand pour considérer un natif comme originaire et lui accorder les exemptions douanières auxquelles il peut avoir droit. Dans la deuxième moitié du xvie siècle, existent à Venise plusieurs sortes de citoyens originaires et il arrive que des candidats à la citoyenneté, ou des citoyens, ne sachent pas très bien à quelle citoyenneté ils ont droit53. Les « approbations à la citoyenneté originaire » délivrées par l’Avogaria di Comun sont demandées exclusivement par ceux qui veulent se présenter aux concours. L’« approbation » est tout à fait individuelle et non héréditaire, au moins jusqu’en 1633, date à laquelle les fils et petits-fils de fonctionnaires de la Chancellerie sont exemptés de la présentation du dossier. Donnant l’accès à certains offices, l’« approbation » de l’Avogaria ne marque pas une frontière par rapport aux autres Vénitiens ayant les mêmes caractéristiques mais qui ont choisi des parcours professionnels différents : plus vaste, le groupe des « bons citoyens honorables » ne s’identifie pas complètement avec celui des fonctionnaires approuvés par déclaration officielle.

– La citoyenneté, un statut qui coûte cher

  • 54 ASV, ACC, b. 367.

32Les relations avec le patriciat interviennent de manière déterminante dans les dossiers présentés à l’Avogaria. Tous les candidats, sans exception, essayent de présenter le maximum de témoins patriciens et de valoriser leurs relations et parentèles dans le patriciat. Peu de candidats, toutefois, le font avec la lucidité d’esprit, ou peut-être la naïveté, des Scaramelli. Le dossier de Gian Carlo Scaramelli54, présenté en 1606, est sans doute un de ceux qui ne pouvaient poser aucun problème. Secrétaire du Sénat depuis trente-neuf ans, il avait été envoyé en mission à l’étranger, chez « les plus grands princes du monde », et il demandait à faire admettre son fils Moderante au concours pour la Chancellerie, en dépit du fait qu’il n’avait pas encore dix-huit ans. Dans le dossier, on trouve un petit livre où sont recopiés des actes de la famille et surtout des extraits de livres de comptes, de 1345 à 1498. Acôté de la liste des impôts payés par la famille, on trouve une liste de « parents de messer Piero Scharamelli premier, dits da cha Marcer », qui est, en réalité, une liste de femmes Scaramelli qui ont épousé des patriciens, avec les montants de leurs dots et le total. Il s’agit de filles, cousines et tantes de Piero Scaramelli qui, mariage après mariage, ont apporté à des Contarini, Querini, Tron, Marcello et autres patriciens 22.300 ducats de dots. Compilé probablement pour toutes autres raisons, ce petit livre fut toutefois ajouté à l’appui d’un dossier de citoyenneté originaire : l’argent payé à l’État sous forme d’impôts et l’argent payé, sous forme de dot, à des familles patriciennes étaient, de fait, mis sur le même plan. Dans les deux cas, il s’agissait d’un effort qui demandait à être récompensé.

– Un citoyen juif

  • 55 ASV, ACC, b. 368.
  • 56 Sur le banc d’Asher Meshullam et de son fils Jacob, cf. B. Pullan, « Jewish Moneylending in Venice  (...)
  • 57 D. Jacoby, « Les juifs à Venise du xive au milieu du xvie siècle », dans H. G. Beck, M. Manoussacas (...)
  • 58 D. Jacoby, « Les juifs à Venise du xive au milieu du xvie siècle », art. cit., p. 180.
  • 59 Ibidem, p. 199.
  • 60 ASV, ACM, reg. 146, f. 137, cf. B. Pullan, « Jewish Moneylending in Ve nice : from Private Enterpri (...)

33Les candidats à la citoyenneté originaire ne pouvaient pas toujours démontrer une ancienne origine vénitienne. En 1610, Giulio et Paolo Paradiso, fils de l’avocat Orazio, présentent leur dossier à l’Avogaria. Parmi les nombreux documents qu’il rassemble, on trouve le contrat de mariage des parents d’Orazio, Filippo, fils du chevalier Marco, et Faustina Soncini, une noble de Padoue, en 1540 ; la dot, qui est constituée en totalité par l’héritage paternel de l’épouse, est exclusivement composée d’immeubles. Dans le dossier, on trouve aussi deux témoignages, présentés par Filippo en 1553, au moment de son inscription au « Livre des avocats » ; ils nous révèlent qu’il tenait avec son frère une banque dans la paroisse de Sant’Agostino55. L’arrière grand-père des deux candidats, Giulio et Paolo Paradiso, s’appelait donc Marco Paradiso. Auparavant, il avait porté le nom de Jacob Meshullam, fils d’Asher, un des plus riches banquiers juifs de Venise56. D’origine allemande, Asher Meshullam et ses frères étaient arrivés à Venise en 1509, après avoir été successivement chassés de Piove di Sacco, en 1492, et de Padoue, à la suite du pillage des biens juifs en 150857. Connu aussi sous le nom d’Anselmo dal Banco, Asher était devenu en 1510 le chef de la communauté juive de Venise58, où il avait déployé, avec ses frères, une activité bancaire de grande envergure, établissant aussi, grâce aux mariages de ses enfants, des liens avec d’autres dynasties bancaires. Sa fille Diamante avait épousé un banquier juif, Yehel da Pisa59, son fils Jacob avait épousé Maria quondam Cervi hebrei60.

  • 61 B. Pullan, Rich and Poor in Renaissance Venice, op. cit., p. 507.
  • 62 Cf. la deuxième partie de ce travail.

34Le 15 août 1533, au cours d’une cérémonie solennelle célébrée dans l’église des Frari, Jacob s’était converti au christianisme, en choisissant le nom à la fois vénitien et chrétien de Marco Paradiso. Son geste lui avait valu d’être nommé par le doge cavaliere di S. Marco61. Cohérent dans son choix d’intégration il fit même enregistrer son mariage à l’Avogaria di Comun : un geste qui valait à affirmer son identité de « traité comme citoyen »62. Toutefois, dans les registres de l’Avogaria on ne trouvera pas le contrat d’un mariage qui avait sans doute était célébré quand Jacob était encore juif, mais uniquement la quittance de la dot. Il est évident que la quittance, de 1536, suit le mariage de plusieurs années, étant donné que Filippo, fils du couple, se marie en 1540.

  • 63 Récit détaillé de la cérémonie de conversion dans Marin Sanudo, I Diarii, 58 vol., éd. par R. Fulin (...)
  • 64 Dans les documents publiés par A. Lefranc, Histoire du Collège de France, depuis ses origines jusqu (...)
  • 65 Ibidem, p. 180.
  • 66 Ibidem, p. 63-83.
  • 67 Ibidem, p. 179-81 ; les lettres de naturalisation de Paul Paradis sont aux pages 406-7.

35Lorsque Marco Paradiso avait choisi la voie de l’intégration dans Venise, deux de ses fils l’avaient précédé, prenant les noms de Pietro et Paolo a banco. Aleur demande, le pape Clément vii avait, par une bulle du 7 novembre 1530, promis à Jacob fils d’Anselmo dal Banco la conservation de ses biens au cas où il choisirait de se convertir63. Ayant œuvré pour la sécurité de son père, son fils Paolo avait décidé, cependant, de s’engager sur un autre chemin. Arrivé en France sous le nom de Paul ou Pierre Canossa, le fils de Jacob Meshullam s’était établi dès 1531 à Paris, où il fut le professeur de grec et d’hébreu de Marguerite de Navarre avant d’être nommé par François ier lecteur d’Hébreu, aux côtés de François Vatable, dans ce qui devait devenir le collège de France. C’est probablement à la suite de la conversion de son père qu’il prit le nom de Paolo Paradiso64. C’est peut-être à ce moment-là que sa sœur Françoise alla s’établir à Paris, pour devenir dame d’honneur de Marguerite de Navarre65. Son installation à Paris s’explique sans doute par la mission de l’helléniste Jean Lascaris, que François ier avait chargé de recruter des professeurs de grec et hébreu, et qui séjourna longuement à Venise dans ce but66. Bien que sa conversion ne l’ait guère éloigné de sa culture d’origine, elle n’en constituait pas moins une démarche d’intégration indiscutable. En 1536, en récompense de ses services de professeur, François ier lui octroya la naturalisation. Sa faveur continua avec le successeur de François : en 1549, le roi Henri II prit le soin de légitimer son fils naturel Charles67, tandis que pour l’intégration complète de la branche vénitienne il fallut attendre trois générations.

De privilégiés à originaires

36Le fait d’exiger la naissance à Venise sur trois générations réduit surtout les possibilités d’intégration des citoyens par privilège qui, au xvie siècle, étaient en grande partie, comme on l’a vu dans le chapitre précédent, des sujets de la Terre Ferme. De fait, en comparant les privilèges de citoyenneté avec les approbations à la citoyenneté originaire on trouve très rarement des correspondances. Si le titre de citoyen originaire représentait la clé d’accès à un « ordre » social, on aurait, au contraire, pu imaginer que les descendants des citoyens par privilège, pour la plupart des marchands honorables, se pressaient, à la quatrième génération, à l’Avogaria pour exiger leur titre de mérite. En réalité, les motivations qui poussent les citoyens à se présenter à l’Avogaria dépendent surtout des choix professionnels.

  • 68 ASV, ACC, b. 378 et 384. Dans le cas des frères Cavalli, le sentiment de se retrouver dans le même (...)

37Les exemples de passage « direct », d’un groupe à l’autre sont en effet très rares. Dans les cas de l’avocat Pietro Bombarda, d’une famille de marchands de Candie, dans celui de Giovanni Ernest, marchand d’origine allemande et des frères Giustiniano, Gian Pietro et Marco Cavalli, drapiers d’origine bergamasque, on trouve dans les dossiers présentés à l’Avogaria la copie du privilège de in-tus et extra octroyé par les Provveditori di Comun au grand-père né à Venise68.

– Un patricien bergamasque

  • 69 Le dossier présenté à l’Avogaria di Comun est exceptionnellement riche et tous les documents qui se (...)
  • 70 Sur le difficile choix de mettre en vente le titre patricien à cette occasion, cf. D. Raines, « Pou (...)

38Un cas tout à fait unique est celui de la famille Gozzi, d’origine bergamasque, qui franchit avec une rapidité exceptionnelle toutes les étapes de l’intégration jusqu’à arriver à l’achat du titre patricien en 164669. L’exceptionnalité ne réside pas tant dans le fait d’avoir acheté le titre patricien : pendant les guerres de Candie et de Morée il suffisait d’avoir les 100.000 ducats nécessaires70, mais plutôt dans le fait d’y être arrivé en ayant suivi, avec une rapidité tout à fait inusuelle, toutes les étapes théoriques de l’intégration, en passant par le titre de citoyens par privilège et par celui de citoyens originaires.

39En 1566, Cristoforo du feu Luca Gozzi, bergamasque récemment immigré, présente sa condizione di decima : il loue une maison au patricien Bernardo Venier, dans la paroisse de San Cassiano, ainsi qu’une boutique de mégisserie appartenant au patricien Piero Basadonna, dans la paroisse voisine de San Silvestro. Il vit avec sa femme, une domestique et ses deux frères cadets, Giacomo et Francesco, garçons dans la boutique. Trois ans plus tard, il déclare avoir acheté une maison à San Cassiano, dont il n’a encore payé que la moitié. En 1570, Giacomo et Francesco sont émancipés et reçoivent leurs salaires ; par le même acte notarié, tous les frères, Cristoforo, Giacomo, Francesco, Piero et Gabriel, forment pour cinq ans une société pour le commerce du cuir, avec un capital de 1.574 ducats, dont Piero et Gabriel sont débiteurs chacun pour leur partie. Cinq ans plus tard, la structure de la société est modifiée : Cristoforo, Giacomo et Francesco en sont les titulaires, tandis que Piero et Gabriel travailleront dans la boutique, le capital de la compagnie se monte désormais à 11.965 ducats, dont 9.360 mis par les trois titulaires et 2.605 par les deux autres frères. Dans sa condizione di decima de 1582, Cristoforo se plaint longuement des temps difficiles et « calamiteux », et prie les Savi de ne pas lui imposer la tansa, car la decima ordinaria est déjà trop élevée pour ses ressources. Désormais propriétaire de sa maison à San Cassiano, il y habite avec sa femme, l’un de ses frères (probablement Francesco), qui a femme enceinte et deux enfants, une nourrice (nena per lattar il putto), et une domestique. Il gère l’affaire avec celui-ci, son frère Gabriel étant parti un an auparavant pour fonder une autre entreprise (bottega).

  • 71 ASV, ST, reg. 62, f. 26.

40Le privilège de intus et extra arrive enfin en 1592, pour Cristoforo et Piero et leurs descendants directs et légitimes71. En 1595, peu avant sa mort, Cristoforo écrit son cinquième testament, en désignant comme héritiers universels Gian Battista, Giordano et Ottavio, les fils de son frère Francesco, et établissant un fidéicommis sur toutes ses propriétés immobilières. Au cas où la ligne masculine issue de Francesco viendrait à manquer, l’héritage serait partagé à égalité entre les fils de ses autres frères émancipés Piero et Gabriel. Aux filles de ses frères, il laisse 500 ducats chacune, et 1.000 à Paoli-na, fille de Piero, comme dot, mais seulement 500 si elle allait au couvent. À la fin du testament, Cristoforo énumère les immeubles compris dans le fidéicommis : une casa da stazio neuve à San Cassiano, une autre, avec deux boutiques et d’autres petites maisons à Santa Maria Zobenigo, et plusieurs terres et maisons à Bergame et dans son territoire.

  • 72 ASV, ST, reg. 72, f. 234v.
  • 73 U. Tucci, « Bontempelli (Bontempelo) dal Calice (Casalese), Bartolomeo », dans DBI, Istituto dell’E (...)

41En 1603, Gian Battista quondam Francesco Gozzi, citoyen de Bergame, obtient à son tour le privilège de intus et extra, transmissible aux descendants72. Né à Bergame, Gian Battista avait été conduit à Venise « enveloppé dans ses langes », et il avait toujours vécu avec son oncle Cristoforo. En 1597 il avait épousé Paolina Ruzzi, fille d’un épicier de San Cassiano, née et baptisée à Venise, et ils avaient eu quatre enfants. Les témoins choisis pour les baptêmes des enfants témoignent éloquemment du parcours d’intégration et d’ascension sociale suivi par les Gozzi. Pour les deux premières filles, nées en 1599 et 1600, les témoins sont les magnifici signori Ercole Tasca et Bortolamio dal Calice, sans doute des citoyens riches et honorables. Le deuxième, en particulier, un immigré de la Val Sabbia (Bergame) d’origine modeste, était devenu un mercier très riche et réputé, connu surtout pour la générosité de ses legs pieux73. Mais pour les baptêmes d’Agostino, né en 1602, et Arcangela, née en 1603, furent appelés les clarissimi Michiel Priuli et Gerolamo Corner.

  • 74 ASV, ACC, b. 378, n. 94.
  • 75 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 64. J’ai publié une partie des documents du dossier (...)

42Presque toutes les informations sur l’histoire de la famille Gozzi qu’on vient de citer viennent du dossier présenté en 1634 à l’Avogaria par Alberto quondam Gabriele, quondam G. Antonio, un cousin de Cristoforo Gozzi, pour voir reconnu à ses trois enfants, Gabriele, Domenico et Prospero, le titre de citoyens originaires. La demande est déposée en dépit du fait que le père d’Alberto, Gabriele, était né à Bergame74, et la citoyenneté originaire lui est reconnue per gratiam, en vertu d’une mesure du Grand Conseil, qui, deux ans auparavant, avait facilité la concession de grâces, en réduisant de 1.000 à 400 le quorum imposé pour ce type de mesure75.

  • 76 Sur ses activités, cf. R. T. Rapp, « Real Estate and Rational Investment in Early Modern Venice », (...)

43L’acquisition de la citoyenneté originaire n’implique pas, comme dans bien d’autres cas, un changement dans les activités d’Alberto, qui poursuit avec succès l’activité marchande76. L’histoire pourrait s’arrêter là, ce serait une histoire d’intégration rapide et complète, facilité par la politique d’ouverture adoptée à la suite de la peste. La conjoncture historique défavorable est, toutefois, particulièrement favorable à ceux qui cherchent l’intégration à tout prix et, en 1646, Alberto Gozzi achète le titre patricien. Ce qui a été possible à la famille Gozzi ne le fut pas, un siècle auparavant, à bien d’autres immigrés de la Terre Ferme, mais, au xviie siècle, les hiérarchies sociales patiemment édifiées au cours des xve et xvie siècles sont complètement bouleversées par la peste et la guerre, à Venise, comme ailleurs.

2–CITOYENS ET PROFESSIONS LIBÉRALES AU xvie SIÈCLE

De Noale à Trévise en passant par Venise : la carrière d’un avocat de Terre Ferme

  • 77 Marin Sanudo, Itinerario per la terraferma veneziana nell’anno 1483, Padoue 1847, ed. par R. Brown, (...)
  • 78 Sur Noale dans la première moitié du xvie siècle, je renvoie à mon livre Noale. Struttura sociale e (...)

44« Noale, bourg du Trévisan, petit, ceint de murailles avec des fossés larges et profonds, avec deux portes aux extrémités, et la forteresse, à laquelle on va par la terre, c’est-à-dire par le bourg que nous avons dit ; la forteresse est puissante, plaisante et agréable, avec de belles pièces. Le podestat, le chancelier et le prévôt (cavalier) y résident ; après l’entrée, on trouve une vaste place au milieu, et une autre porte qui mène au bourg avec un très long et beau pont de bois qui peut aussi se lever »77. C’est ainsi qu’en 1483 Marin Sanudo décrit Noale, bourg à vocation agricole, chef-lieu de podesteria. Le centre urbain, sur les bords de la rivière Marzenego, est groupé autour du château édifié aux xiie et xiiie siècles par la famille des Tempesta, seigneurs du lieu et avoués des évêques de Trévise, pour défendre l’évêché contre les entreprises des Carrara, seigneurs du Padouan. Avant-poste de Trévise sur la route vers Padoue, le château de Noale avait été annexé aux possessions vénitiennes dès le xive siècle, lors de la conquête du Trévisan. Les chiffres fournis par les visites pastorales de la seconde moitié du xve siècle permettent d’estimer que la population de la podesteria passa alors de 3000 à 3700 habitants environ, dont un millier au centre urbain. Sis au milieu d’une plaine fertile et bien irriguée, situé au croisement de la principale route de Trévise à Padoue avec la Via Castellana ou Bassanese, qui menait de la lagune aux Alpes et au col du Brenner, Noale devint au tournant des xve et xvie siècles un centre commercial notable, siège d’un marché et de foires78.

  • 79 En 1542, les patriciens étaient propriétaires de 12,8 % de la superficie foncière, les autres Vénit (...)
  • 80 BCN, APN, Estimo 1542, b. 113, f. 96. De ces deux personnages et de leurs familles on reparlera ici (...)

45La terre appartenait alors en grande partie aux habitants de la région, paysans ou gens de la ville, situation qui paraît avoir duré au moins jusque dans la première moitié du siècle, où, dans les années qui suivirent la guerre de la ligue de Cambrai, on voit augmenter notablement la propriété des forains (forestieri), surtout Vénitiens et Trévisans. Parmi les Vénitiens, ce sont les propriétaires non patriciens qui s’imposent79 : le dottor Alvise Feletto y possède un moulin et une villa avec brolo (verger), étable, et pêcherie, l’avocat Alessandro Ziliol, possède une maison à plusieurs étages, avec potager et jardin80. On y trouve cependant aussi des orfèvres, des épiciers, des drapiers, qui, arrivés de Venise au milieu du xvie siècle, se font construire dans la campagne autour de Noale des villas avec portiques, jardins et dépendances, comme si les rives du Marzenego constituaient une riviera del Brenta de seconde catégorie.

46La tendance aristocratique des Conseils urbains de la Terre Ferme, évoquée plus haut, s’était manifestée parmi les citoyens de ce petit centre urbain dès la seconde moitié du xve siècle. La petite élite qui monopolisait les charges du Conseil de la ville, dont les membres seuls portaient, dans les listes de l’estimo, la qualification de cittadino, se composait surtout de notaires et de propriétaires terriens. L’on ne s’étonnera pourtant pas de la présence parmi eux d’un tavernier : encore une démonstration du fait que l’abandon des arts mécaniques et l’honorabilité, exigés aussi et de plus en plus souvent par les Conseils urbains, variaient en fonction de l’importance des cités.

– Luigi Campagnaro, doctor in utroque iure

  • 81 BCN, APN, b. 17, Estimo 1464, Noval verso Mestre : Nicolò Campagnaro, père de Bernardo, est proprié (...)
  • 82 Sur sa biographie, cf. G. B. Rossi, Memorie di Luigi Campagnari, cognominato da Noale, nobile trevi (...)

47Bartolomeo Campagnaro avait siégé au Conseil de la ville en 1471, 1474 et 1478. Ses fils Bernardo, notaire, et Gabriele, en furent membres presque sans interruption de 1474 à 1518. Le troisième fils, Luigi, n’y entra qu’en 1491. Propriétaires dès la seconde moitié du xve siècle, dans les villages environnants, les Campagnaro représentaient typiquement la petite notabilité locale, et même sa partie la plus moyenne81. Le pas le plus important, Luigi le franchit en 1497 en devenant docteur in utroque iure à l’Université de Padoue, puis avocat à Venise, où il changea son prénom en un Alvise plus vénitien, et abandonna son patronyme, où se lisait trop clairement une origine paysanne, pour le plus simple da Noal82.

  • 83 Sur l’activité professionnelle d’Alvise da Noal, cf. aussi A. Viggiano, Governanti e governati, op. (...)
  • 84 Marin Sanudo, I Diarii, op. cit., vol. 34, col. 278, 353, 355.
  • 85 Cf. G. Del Torre, Il trevigiano nei secoli xv e xvi, op. cit. ; A. Bellavitis, Noale. Struttura soc (...)

48Alvise apparaît régulièrement dans le Journal de Marin Sanudo, qui ne manque jamais de mentionner ses remarquables plaidoiries83. En 1523, il avait défendu les intérêts des citoyens de la ville de Trévise contre les paysans des environs dans un procès relatif à la répartition de la charge fiscale. Les paysans, défendus par Santo Tron, « sage de Terre Ferme », et Alvise Badoer, avocat fiscal, prétendaient ne contribuer que pour 5000 ducats, alors que les Trévisans voulaient leur imposer une part de 6000 ducats84. De fait, le dernier recensement des terres (estimo), en 1518, avait produit des données très contestables : de très nombreuses ventes de terre des paysans aux habitants des villes, si fréquentes dans les années difficiles qui suivirent la guerre de la Ligue de Cambrai, n’avaient pas été prises en compte. De la sorte, les distrettuali (les paysans) apparaissaient en possession de nombreuses terres déjà vendues, et sur lesquelles ils étaient pourtant imposés au titre de l’estimo. Les citoyens au contraire, qui jouissaient d’exemptions fiscales nombreuses et variées, avaient tout intérêt à maintenir le statu quo ante et à éviter une redistribution des charges. Il fallut attendre 1542 pour que les paysans obtiennent la compilation d’un nouvel estimo qui révéla en effet, dans l’ensemble du Trévisan, une baisse massive de la propriété paysanne85.

  • 86 Marin Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 42, col 652.
  • 87 Ibidem, vol. 45, col. 349.
  • 88 Ibidem, vol. 43, col. 229, 654.
  • 89 Ibidem, vol. 50, col. 167, 298.
  • 90 Ibidem, vol. 49, col. 493, 499, vol. 50, col. 5, 6, 8.
  • 91 Ibidem, vol. 48, col. 127, 187.
  • 92 Ibidem, vol. 54, col. 264.

49À d’autres occasions encore, Alvise avait fait parler de lui. Un long procès sur des questions de bornage à Cona l’opposa aux franciscains du couvent de Santa Giustina de Padoue. Alvise da Noal assurait la défense de l’administration dogale : le 19 septembre « il fit une très belle plaidoirie et montra contre les frères où était la ville de Cona »86. Le représentant de la partie opposée était un bergamasque, Pietro de Oxonica, autre très brillant avocat venu de la Terre Ferme. En 1527, on le retrouve à l’œuvre à l’occasion d’un procès d’héritage en matière féodale : le comte Giovanni Brandolini avait donné en dot à sa fille, pour son mariage avec ser Piero Lion, sa part du fief de Valmareno, dans le Trévisan. Le droit féodal, comme le démontra Alvise « dans une admirable plaidoirie, excluait l’héritage en ligne féminine. L’héritage devait donc revenir à son client, neveu du comte »87. Qu’il défende un groupe de contrebandiers génois88, les patriciens qui revendiquaient le patronage de l’abbaye San Cipriano de Murano89, un Avogador di Comun accusé de corruption90, un groupe de patrons de navire contre le Capitaine des galères91, ou un capitaine de barque de l’octroi accusé d’assassinat92, il est certain qu’Alvise est entre 1520 et 1540 l’un des maîtres du barreau vénitien, alternant, pour la défense ou pour l’accusation avec deux autres avocats, tous deux docteurs et tous deux étrangers au patriciat, le vénitien Francesco Feletto et le bergamasque Pietro de Oxonica, ainsi qu’avec un certain nombre d’avocats ordinaires appartenant au patriciat, dont certains n’étaient même pas docteurs.

– Le doge et l’avocat

  • 93 Cité dans G. Cozzi, « La politica del diritto », art. cit., p. 18.
  • 94 Novissimum Statutorum ac Venetarum Legum volumen, duabus in partibus divisum Aloysio Mocenico Venet (...)
  • 95 Ibidem, p. 122-52 ; F. Gilbert, « Venice in the Crisis of the League of Cambrai », dans J. R. Hale, (...)

50Les avocats vénitiens n’étaient en effet tenus à aucune formation particulière. Encore moins leur faisait-on obligation de montrer un diplôme universitaire quelconque à l’occasion de leur nomination par le Grand Conseil. La faible compétence juridique des patriciens vénitiens était alors proverbiale : en 1568, un ambassadeur florentin notait que les juges vénitiens, à peine capables de lire, ne savent rien du droit ni des lettres et ne jugent pas selon la raison mais selon leur bon plaisir93. Une telle affirmation évoque en fait des choix politiques très précis et très anciens. Par le refus de toute formation juridique, le gouvernement vénitien avait en fait exprimé dès le xiiie siècle sa volonté de ne pas se plier aux lois de l’Empire. « Puisque les affaires sont plus nombreuses et variées que les articles des Statuts », lit-on dans le préambule des Statuts de 1242, pour les cas non prévus par le texte, « on procédera par analogie, du même au même, ou selon la coutume éprouvée » ; enfin, au cas où même la coutume ne serait d’aucune aide, « que nos juges décident ce qui semblera juste et équitable à leur prudence »94. Le droit vénitien ne se départit jamais de cette position initiale d’indépendance, revendiquant une originalité particulière. Dans les années qui suivirent la guerre de la ligue de Cambrai, il traversa pourtant une phase de crise, dont Andrea Gritti avait fait le diagnostic95. Dans ce climat, le contraste était patent avec la préparation et l’expérience des nombreux avocats venus de Terre Ferme pour exercer à Venise, et dont les représentants d’un patriciat plutôt conservateur en matière juridique, tels que Marin Sanudo, se plaisaient à faire l’éloge. Aux fonctionnaires de la Chancellerie eux-mêmes, on ne demandait aucune préparation juridique : grammaire et rhétorique semblaient un bagage suffisant.

  • 96 Parmi les « extraordinaires » envoyés, il y a Alessandro Ziliol, dont on parlera par la suite.
  • 97 M. Neff, Chancellery secretaries, op. cit., p. 36-37.

51Le dogat d’Andrea Gritti marqua une relative inversion de tendance. En 1523, le Conseil des Dix décida l’envoi de quatre notaires extraordinaires pour étudier à Padoue : deux devaient suivre des études de pratique notariale, les deux autres accompliraient un cursus de droit civil et droit canon96. Dès 1534 pourtant, les études de droit étaient devenues superflues : deux des postes furent supprimés97. C’est dans ce contexte de revalorisation de la formation juridique qu’il nous faut situer l’épisode de la candidature d’Alvise da Noal au poste de Grand Chancelier, contre toutes les lois et coutumes.

  • 98 Marin Sanudo, Diarii, op. cit. vol. 36, col. 413 : È da saper. Ozi fo divulgato una zanza, come per (...)
  • 99 Ibidem, col. 463 : Con condition che ti apresenti una volta a la settimana a quel retor, in pena du (...)

52En juin 1524, un an à peine après l’élection d’Andrea Gritti (mai 1523), Marin Sanudo porta dans son journal les premières indications sur une embarrassante et douloureuse affaire de corruption, dans laquelle était impliqué le Grand Chancelier en titre, Nicolò Aurelio, natif de Nègrepont, qui avait sans doute bénéficié, en tant que fils de réfugié, d’une clause de la loi de 1478 sur les admissions à la Chancellerie98. Au cours du mois de juin, Aurelio, « examiné », c’està-dire mis à la question, à plusieurs reprises, fut assigné à résidence à Murano et destitué de sa charge dans l’attente de son jugement. La sentence du Conseil des Dix, enregistrée par Sanudo le 8 juillet, le condamnait à un exil perpétuel à Trévise, avec obligation de se présenter au podestat toutes les semaines, sous peine d’une amende de 100 ducats, et d’un an de prison, ainsi qu’à l’interdiction à perpétuité de toutes les charges et bénéfices de la République99.

  • 100 Ibidem, col. 465 : Ancora fu preso una parte, che in el far dil Canzelier grando, alcun non debbi p (...)
  • 101 Pour leurs biographies, cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit., p. 419-21, 431-35, 441-443, (...)
  • 102 Il n’était pas pour autant étranger à la Chancellerie ; son fils Alessandro, notaire à la Chancelle (...)

53On tenta aussi d’introduire plus de régularité formelle dans l’élection du Grand Chancelier : « il fut aussi décidé qu’à l’occasion de l’élection du Grand Chancelier, personne ne tenterait d’acheter de vote, ni au palais, ni dans les escaliers, ni dans la cour, ni en se rendant dans la maison d’aucun patricien, ni en promettant argent ou autres cadeaux, à l’avance ou après, ni en donnant ni en faisant donner, sous peine de déchéance et d’exil »100. Toutes les négociations occultes, qui avaient une telle importance dans la vie politique vénitienne étant désormais proscrites, l’élection se ferait désormais sous le signe de la transparence. Le même jour (8 juillet 1524), six candidats se présentèrent, chacun parrainé par un membre du Conseil des Dix. Tous étaient de hauts fonctionnaires de l’État vénitien. Quatre d’entre eux appartenaient déjà à la Chancellerie : Tommaso de’ Freschi, Gerolamo Dedo et Andrea Franceschi, secrétaires du Conseil des Dix, et Giambattista Vielmi, secrétaire ducal101. Les deux autres appartenaient à d’autres institutions : Vettor Ziliol (dont on parlera par la suite) était notaire à la Chambre des titres d’État (Camera d’imprestiti), que ses ancêtres avaient administrée avant lui102, et Alvise Feletto, membre d’une importante famille de juristes, était Grand Chancelier de Candie. Ils étaient des notables reconnus, des fonctionnaires éprouvés ; les quatre secrétaires étaient issus de lignées d’antique tradition administrative, tous avaient des liens, amicaux ou familiaux, avec des familles patriciennes, deux d’entre eux avaient même une certaine renommée dans les milieux artistiques et littéraires, comme Andrea Franceschi, écrivain et collectionneur de peintures, dont nous restent trois portraits peints par Titien, ou Vettor Ziliol, écrivain lui aussi et confrère fort actif de la Scuola di San Marco, dont il avait été par deux fois Guardian Grande.

  • 103 Marin Sanudo, Diarii, op. cit. vol. 36, col. 467 : Noto. Vene uno nuovo a farsi balotar Cancelier G (...)
  • 104 Ibidem, col. 471 : Fo etiam eri in Consejo di x, atento le murmuration di la terra, dico di la mazo (...)
  • 105 Marco Dandolo étudia à Padoue entre 1471 et 1489. Docteur en droit et humaniste, il fut ambassadeur (...)
  • 106 Marin Sanudo, Diarii, cit. vol. 36, col. 471 : El qual non è citadin venetian, ma di Noal, licet pe (...)

54Trois jours plus tard, le 11 juillet, Marin Sanudo enregistre dans son compte rendu une nouvelle candidature, inattendue : « Je note. Un nouveau venu vient proposer sa candidature à la charge de Grand Chancelier : dominus Alvise da Noal, docteur, avocat. Je ne sais pas s’il y aura un conseiller pour le présenter. Il y en a un. Il est candidat »103. Nouveau venu parce que dernier arrivé, Alvise était surtout un homo novus étranger non seulement à la Chancellerie, mais aussi à toute la tradition administrative vénitienne. Il n’était pas pour autant nouveau pour Marin Sanudo, qui avait déjà pris l’habitude de noter ses plaidoiries devant les magistrats vénitiens. Il n’en jouissait pas moins du soutien d’un membre du Conseil des Dix. Ce n’était pas tout : « Lors de la séance du Conseil des Dix qui s’est tenue hier, à en croire les protestations générales, c’est-à-dire de la majorité des conseillers, dominus Alvise da Noal a tenté de se porter candidat à la charge de Grand Chancelier, avec l’appui du doge ; ser Marco Dandolo, docteur et Cavalier di San Marco, conseiller, le soutient »104. Il s’agissait d’un fait important : le Doge, directement et par l’intermédiaire de l’un des plus prestigieux représentants du patriciat105, apportait son soutien à cet homo novus, contre toute la tradition, la coutume et les lois écrites. « Il n’est même pas citoyen vénitien, écrit encore Sanudo, mais de Noale, bien qu’il prétende prouver sa citoyenneté par une loi de 1407, qui dit que le mari d’une Vénitienne est citoyen, et par le fait qu’il est venu il y a plus de 26 ans exercer en cette terre ; une fois lue la loi qui dit que personne ne peut se porter candidat pour être Grand Chancelier s’il n’est Vénitien de naissance et originaire de cette terre, le doge jugea qu’il ne pouvait le démontrer ni tirer argument de cette loi. On lui fit savoir de ne plus faire campagne »106. Alvise ne pouvait ignorer les termes de la loi de 1484, que lui avaient opposée les conseillers, mais, habitué des joutes oratoires et des artifices juridiques, il l’avait délibérément passée sous silence. De fait, la loi de 1407, comme on l’a vu au chapitre précédent, lui concédait la citoyenneté par privilège, à laquelle, comme il l’avait rappelé dans son argumentation, ses 26 années de résidence pouvaient aussi lui donner droit. Elle ne lui permettait pourtant plus d’aspirer à la charge de Grand Chancelier, accessible seulement aux citoyens originaires : la distinction entre les possibilités ouvertes pour les deux types de citoyenneté s’était faite à la génération précédente. Il ne pouvait même pas tirer argument de la situation du chancelier destitué Nicolò Aurelio : même si sa famille était originaire de Nègrepont, celui-ci était en effet natif de Venise.

  • 107 Ibidem e cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit. p. 418-19.

55Marco Dandolo abandonna donc Alvise pour soutenir Giambattista Vielmi ; Tommaso de’ Freschi ayant renoncé à la candidature, c’est Gerolamo Dedo, fils de Giovanni, Grand Chancelier de 1482 à 1510, qui fut élu. Ses relations familiales dans le patriciat avaient peut-être joué à cette occasion107. L’épisode ne mit pas pour autant un terme à la carrière d’Alvise da Noal. En 1531, il obtint la charge d’avocat fiscal de la République, avec un traitement annuel de 100 ducats, le double de celui dont avait joui son prédécesseur. Ses relations avec Andrea Gritti ne furent pas affectées par son échec à la Chancellerie : elles lui furent fort utiles pour la poursuite de son ascension sociale hors de Venise.

– De Venise à Trévise, en repassant par Noale

56À peine un an plus tard, alors qu’un scandale rapidement étouffé jetait un jour peu honorable sur l’intégrité d’Alvise, accusé de corruption dans ses fonctions de Guardian Grande de la Scuola di San Rocco, l’avocat demanda son admission au collège des nobles de la ville de Trévise.

  • 108 Cf. A. Bellavitis, Noale. Struttura sociale e regime fondiario, op. cit., p. 62-67 et 109-14 ; le t (...)

57Avec le monde trévisan, il n’avait jamais rompu les ponts. Ce n’est assurément pas par hasard que sa première cause de quelque importance, évoquée par Sanudo, l’avait conduit à défendre les citoyens de Trévise contre les paysans de la Podesteria. Le litige le touchait de près. Dans les mêmes années, durant la période qui séparait la rédaction de l’estimo général de 1518 de sa réfection en 1542, il était un acteur de premier plan de la recomposition du paysage foncier de la région. Les sources sont en effet particulièrement prolixes sur son activité dans sa région natale de Noale : on le voit peu à peu enrichir son patrimoine en mettant la main sur les terres de paysans préalablement endettés par des prêts de semences ou des avances sur récoltes. Prêteur complaisant, Alvise, secondé par un intendant au nom peut-être révélateur de Gian Maria Peccador, se révélait aussi un créancier sans faiblesse, prêt à exiger la restitution de sa dette ou à proposer un nouveau versement, en échange de la pleine propriété du fonds. La technique était efficace, et souvent, le transfert de propriété se faisait sans qu’Alvise ait à débourser un seul ducat : se substituant aux locataires par le rachat de créances impayées, ou au propriétaire par le dédommagement des améliorations apportées au fonds par les preneurs, il trouvait d’excellents prétextes pour obtenir la cession des terres sans autre forme de paiement. L’effort porta ses fruits : d’un estimo à l’autre, les propriétés de l’avocat étaient passées de 42 à 332 hectares. En 1542, il était devenu le plus gros propriétaire de la podesteria. L’accroissement de ses propriétés n’était pas son but : il s’était aussi transformé en un habile gestionnaire de ses terres, regroupant, remembrant, réorganisant les terres qu’il avait acquises des divers propriétaires, les relouant fréquemment aux mêmes paysans desquels il les avait acquises, après avoir restructuré et réédifié l’exploitation, dotée, selon un plan récurrent, d’une basse-cour, d’un puits, d’un four, d’un potager. À tous ces paysans, il fit, par son testament de 1556, remise de toutes leurs dettes, « en pure louange du Seigneur et non pas pour me faire pardonner quelques tromperies dont je serais coupable à leur égard ». Fidèle à lui-même, il prescrivait cependant à son fils « [de ne pas] laisser son régisseur tolérer des arriérés excessifs de loyer, car il cherche ainsi à se les rendre amis, usant des richesses de l’iniquité »108.

  • 109 B. Betto, I Collegi dei Notai, dei Giudici, dei Medici e dei Nobili in Treviso (secc. xiii-xvi), Ve (...)

58Dans sa longue carrière, Alvise incarne à chaque moment le groupe social vainqueur du moment : avocat de renom, dans l’un des très rares moments (peut-être le seul) où la science juridique eut droit de cité et reconnaissance dans la vie vénitienne, « coq de village » tirant le meilleur profit de la crise de la propriété paysanne consécutive à la guerre de la Ligue de Cambrai, noble de Terre Ferme, enfin, sur la lancée du « retour à la terre » et du tournant aristocratique des institutions et des pouvoirs urbains de l’État vénitien. Il ne lui fut pas donné de défiler dans le décor nouveau de la place Saint Marc aux côtés du doge Andrea Gritti, mais celui-ci ne dédaigna pas d’appuyer de deux lettres aux conseillers sa candidature au collège des nobles de Trévise. La procédure était pour le moins inhabituelle, et fut jugée telle par les Trévisans. Elle n’était pas pour autant contraire aux statuts de la ville, qui n’exigeaient des candidats au conseil urbain aucun titre de citoyenneté préalable, ni originaire, ni par privilège109. Désormais installé dans une élite sociale, Alvise n’abandonna pas ses amitiés vénitiennes : en 1540, c’est un autre doge, Francesco Donà, qui lui conféra le titre honorifique de Cavaliere di San Marco.

  • 110 C’est l’opinion d’un contemporain, Bartolomio Zuccato qui, dans sa Chronique, écrit : 1532. Per ess (...)

59L’itinéraire d’Alvise da Noal, d’un lieu à l’autre et d’un groupe social à l’autre, dessine une sorte de carte de la stratification de la société dans l’État vénitien. Apparemment choisi comme un pis-aller, le titre de noble de Terre Ferme peut sembler inférieur à celui de citoyen vénitien originaire, encore qu’il ne faille pas sous-estimer le poids de la loi qui exigeait la citoyenneté comme condition préalable de celui-ci et non de celui-là. Il est possible aussi que la volonté du Doge ait eu plus de poids sur les nobles de Trévise que sur les puissants secrétaires du Conseil des Dix, épaulés chacun par les divers clans du patriciat110. Pourtant, le choix d’Alvise révèle moins une hiérarchie de fait entre les deux groupes qu’il ne nous renvoie, à nouveau, à l’impossible « modernisation » de l’État et de l’élite vénitienne, malgré les efforts d’Andrea Gritti et son groupe. Prenant acte de son échec à conclure au sein de la ville son ascension sociale, Alvise désigne, en fin de compte, aussi le groupe bénéficiaire, à plus long terme, des blocages de la société vénitienne : ces nobles de Terre Ferme qui furent les premiers à profiter, au xviie siècle, de la vente du titre patricien.

Citoyens et professions : la stratification sociale entre lois et coutumes

  • 111 G. Cozzi, « La politica del diritto », art. cit. p. 138.
  • 112 Ibidem, p. 122-145 ; ces problèmes seront repris dans la deuxième partie de ce travail.

60Dans les premières décennies du xvie siècle, la profession d’avocat était une des professions « honorables » ouvertes aussi aux immigrés, mais la réforme du doge Andrea Gritti imposa des limites liées à la citoyenneté et à la résidence. La réforme de la profession d’avocat faisait à l’origine partie d’un projet plus vaste qui, dans les intentions du doge, aurait dû transformer radicalement la structure du droit vénitien. « Modeste en apparence, a écrit Gaetano Cozzi, la réforme n’était pas une pure réforme législative, visant à remplacer des lois archaïques ou fausses ou anachroniques par d’autres lois plus précises ou plus élaborées, sans toucher aux principes qui étaient à la base de l’organisation juridique vénitienne. Dans sa formule ultime, la réforme visait ces principes mêmes : il s’agissait en fait d’une réforme politique, au sens le plus précis du terme »111. Il s’agissait, en particulier, du principe de l’arbitrium laissé aux juges. Le projet de « correction » avait en fait pour but de proposer des solutions juridiques aux cas douteux ou non envisagés par les Statuts : il s’agissait en somme d’abandonner le principe cum plura sint negocia quam Statuta qui avait, jusqu’alors, laissé aux magistrats les plus grands espaces de liberté à l’égard du droit commun112.

  • 113 Novissimum Statutorum ac Venetarum Legum volumen, op. cit., partie 1, f. 173 : Non esser in alcun a (...)
  • 114 Ibidem, f. 173v : Nelle Cause di questa Nostra Città le quali si tractano a le Corti ordinarie di S (...)
  • 115 Ibidem, f. 174 : doi, over tre altri Avocati Nobili, o Citadini Nostri originarii, over nativi di q (...)
  • 116 Ibidem : avvocati forastieri, i quali però siano de le Terre, e Luoghi Nostri, se ben non havessero (...)
  • 117 Ibidem, f. 174v : Al Tribunale de la Signoria Nostra, al quale ad ognuno deve esser aperto l’adito, (...)

61La réforme Grittiana du droit fut boycottée par le patriciat, tandis que la réforme de la profession d’avocat aboutit à des résultats. Ce qui était visé n’était pas leur préparation, mais leur condition : les mêmes principes adoptés dans le recrutement des fonctionnaires étaient ainsi étendus aux professions libérales. Aux vingt-quatre avocats « ordinaires », obligatoirement patriciens, on demandait surtout de ne pas exercer d’autres offices113. Dans les causes des cours ordinaires de Saint Marc et des offices de Rialto, les parties avaient le droit d’appeler aussi un ou deux autres avocats, ordinaires ou extraordinaires, qui devaient être « nobles, ou citoyens originaires ou natifs de cette ville »114. Dans toutes les autres magistratures, on pouvait appeler, à côté des avocats ordinaires, dans les causes concernant des Vénitiens (in le dicte Cause de la Terra nostra), deux ou trois autres avocats, « nobles, ou citoyens originaires, ou natifs de cette ville, ou d’autres lieux de notre État, qui ont habité à Venise pendant dix ans sans interruption, ou encore des étrangers, ayant habité pendant quinze ans avec leurs familles dans notre ville ». Pour ces derniers il fallait une déclaration des Provveditori di Comun qui confirmait leur résidence115. Dans les causes concernant des forains, pouvaient exercer aussi des avocats forains, mais « venant de nos terres et lieux, même s’ils n’ont pas habité à Venise pendant dix ans »116. Enfin, dans les causes criminelles et dans les causes traitées directement par la Seigneurie, tous les avocats, ordinaires, extraordinaires, Vénitiens et forains, pouvaient parler117. Cette même loi établissait une hiérarchie des salaires et honoraires des avocats, selon leur condition.

  • 118 Ibidem, f. 173 : Benché ne li passati tempi siano state facte per li Maggiori Nostri diverse Leggi (...)

62Dans son prologue, cette loi affirmait son intention de revenir aux mœurs anciennes, la situation actuelle, où « des personnes de toutes conditions, et qualités, n’importe où et dans n’importe quelle cause, sans aucune règle » peuvent exercer le métier d’avocat, étant présentée comme une dérogation aux lois préalablement établies118. De fait, par ces mesures on imposait des limites aux carrières de ces brillants avocats de Terre Ferme qui, comme l’avait fait Alvise da Noal, avaient monopolisé le barreau vénitien après Cambrai.

  • 119 ASV, ST, reg. 18, f. 117v-119.

63Les limites à l’exercice du notariat, liées à la citoyenneté et à la résidence, étaient bien plus anciennes. Depuis 1375, il fallait quinze ans de résidence, c’est-à-dire l’équivalent de la période exigée pour la citoyenneté de intus. Au xve siècle, comme on vient de le voir, on avait exigé la citoyenneté originaire des notaires de la Chancellerie ducale. Pour les notaires de la Chancellerie inférieure et du Collège notarial, le réforme arriva en 1514 : tous les notaires actifs à Venise pouvaient être admis au Collège, formé par 66 notaires, mais par la suite, les notaires décédés ou transférés ailleurs devraient être remplacés par des citoyens originaires119.

64Progressivement, et de manière différente, la qualité de citoyen, ou des conditions très proches de celles qui permettaient d’obtenir le titre de citoyen par privilège, comme les quinze ans de résidence, étaient donc devenues des conditions nécessaires pour l’accès à certaines professions « civiles », au point que le fait de les exercer devint synonyme d’une manière « citoyenne » de vivre. En même temps, le titre de citoyen garde toutes ses implications juridiques. Le résultat est une sorte d’ambiguïté qui apparaît dans les sources de l’époque.

  • 120 ASV, AC, b. 186, fasc. 16 : Questi sono tuti mercanti de onore et puol scorer per citadini.
  • 121 Ibidem.

65En 1593, le curé de San Lio, au moment de fournir à l’Avogaria une liste de nobles et citoyens « chefs de maison », jugea nécessaire de faire une liste séparée de marchands, en ajoutant à côté : « Il s’agit de marchands honorables, qui peuvent passer pour citoyens »120. Mais, pour le même recensement, le curé de Santa Lucia avait inclus dans la liste des citoyens deux teinturiers et trois marchands de laine, sans besoin de précisions supplémentaires121. À la différence des patriciens dont les noms de famille sont précédés uniquement par l’appellatif clarissimo ou, au plus, suivis par celui de Procuratore di San Marco, les noms des citoyens sont précédés par des appellatifs plus variés : magnifici, quand il s’agit de secrétaires de la Chancellerie, eximii ou excellenti, quand il s’agit de docteurs, signori le plus souvent et leurs noms sont parfois suivis par leurs professions ; il s’agit de notaires, médecins, secrétaires et marchands.

  • 122 Per cittadini metterete Avvocati, Medici, Notari & altri che esercitino professione civile & anco l (...)

66Les différents critères adoptés par les curés reflètent les ambiguïtés des classifications sociales de l’époque. Les recensements de la population le font de manière encore plus éloquente. Au moins à partir de 1607, mais probablement avant, dans les instructions données aux curés pour la compilation des recensements, on lit : « Pour citoyens vous mettrez les avocats, les médecins, les notaires et tous ceux qui exercent une profession civile, et aussi les prêtres non-nobles, quand ils sont chefs de maison »122. Les cittadini sont le seul groupe de la population vénitienne dont l’identité doit être expliquée. L’ambiguïté se situe autour des « professions civiles », mais si on peut sans doute imaginer que les fonctionnaires étaient compris dans la catégorie des citoyens, on ne peut pas l’affirmer de manière sûre pour les marchands. La citoyenneté au sens juridique, réglée par des lois qui, au cours de ces mêmes années, étaient devenues de plus en plus précises et complexes, semble avoir complètement disparu (mais est-ce qu’elle en a jamais fait partie ?) comme critère de classification de la population vénitienne. Ces recensements se fondent sur l’identité sociale des individus et non sur leur identité juridique. Une « reconnaissabilité » des personnes qui n’était pas seulement théorique, mais sanctionnée par les lois somptuaires qui autorisaient les professions civiles à porter le même habit : la robe longue noire, avec des manches longues et larges (maneghe a comedo) analogue à la robe patricienne. Le même droit était accordé aux marchands honorables, mais la classification utilisée par les recensements semble beaucoup influencée par le mépris aristocratique du commerce, typique de l’époque. Si elle révèle les ambiguïtés du titre de « citoyen », cette classification révèle aussi sa transformation progressive en un titre « social ».

  • 123 ASV, CL, b. 134, f. 143.
  • 124 ASV, Senato Roma Ordinaria, reg. 53, f. 93v.
  • 125 Cf. D. Bizzarri, « Ricerche sul diritto di cittadinanza », art. cit.

67La classification socioprofessionnelle correspond pleinement à la classification juridique pour les notaires et, au moins en partie, pour les avocats, mais que dire des autres ? Pourquoi certains religieux ont-ils été compris parmi les citoyens ? La réponse est fournie par une supplique présentée en 1750 à l’Avogaria. Gasparo Freschi, au nom indiscutablement citoyen, demande qu’on reconnaisse à son fils Giovanni Battista, né « par accident », à Vicence, la possibilité d’être nommé prete titolato de l’église de San Barnaba de Venise. Dans la lettre qu’ils adressèrent au doge, les Avogadori rappelaient que, depuis 1650, la desserte des églises vénitiennes avait été réservée aux natifs vénitiens, sauf la possibilité de grâce ducale, admise en 1726. Toutefois, s’agissant de questions de « bulles et de conciles », ils demandaient aussi l’avis des Consultori Teologhi. En répondant que, puisqu’il s’agissait de concéder ou non une grâce, il ne leur revenait pas de donner une opinion, ils rappelaient pourtant que la naissance accidentale d’un prince hors de son royaume ne l’avait jamais empêché d’en devenir le roi123. Ces nobles exemples avaient pour but d’escamoter une loi de 1650, qui trouvait ses origines dans une bulle de Sixte Quint, pape entre 1585 et 1590. Par cette bulle, le pape avait réservé la possibilité d’être nommé prete titolato des églises vénitiennes aux citoyens originaires ou par privilège124. Les prêtres étaient inclus parmi les citoyens dans les recensements sur la base d’une coutume dérivée d’un privilège papal. À l’époque, le privilège concernait tous les citoyens, originaires ou par privilège, mais au xviiie siècle, à en juger par l’histoire de Giovanni Battista Freschi, il ne s’agissait plus que d’originaires. Finalement, il n’y avait aucune loi qui imposait la citoyenneté aux médecins, au contraire, il était d’usage, à Venise, comme ailleurs, de la leur donner comme titre d’honneur, surtout pour les attirer en cas de nécessité125.

  • 126 Plusieurs études récentes ont bien montré la relativité de toute classification de la population, c (...)
  • 127 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 93.
  • 128 Ibidem et cf. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditérran (...)
  • 129 P. Preto, « Peste e demografia. L’età moderna : le due pesti del 1575-77 e 1630-31 » et « Le grandi (...)

68La superposition de catégories socioprofessionnelles aux catégories juridiques ne simplifie point la lecture des recensements de la population et ne devait sans doute pas en avoir facilité la compilation aux curés qui en étaient chargés. La courbe assez irrégulière représentée par les pourcentages des citoyens sur l’ensemble de la population vénitienne pourrait en partie être expliquée par des critères non homogènes de compilation des recensements126. Entre la deuxième moitié du xvie siècle et la première moitié du xviie, les cittadini passent de 8,06 (1563) à 5,32 (1581) à 7,65 (1607), à 9,57 (1633) pour cent de la population127. En 1633, immédiatement après la peste, le pourcentage de citoyens et celui de patriciens (4,20 % par rapport à 3,94 % en 1624) est plus élevé par rapport à l’ensemble de la population : on peut dire effectivement que c’est une conséquence des meilleurs moyens de défense dont disposent normalement les plus riches en cas d’épidémie128. Toutefois, en 1581, cinq ans après la peste de 1576-77, on trouve moins de citoyens, mais plus de patriciens (4,56 % contre 4,50 % en 1563) et plus de popolani (85,25 % contre 83,41 % en 1563). Étant donné la classification utilisée, les facilités accordées aux artisans dans l’obtention de la citoyenneté après la peste129 ont influencé le pourcentage des popolani plus que celui des cittadini.

69La catégorie cittadini identifiée par les recensements du xviie siècle reflète le glissement progressif de la signification du titre de citoyen, qui est devenu un titre de plus en plus « social », identifiant le groupe qui exerce des professions « honorables ». Un groupe qui comprend les citoyens originaires « approuvés » par l’Avogaria, sans pour autant s’identifier complètement avec eux, mais dont font aussi partie ces citoyens par privilège qui, en présentant leurs candidatures aux Provveditori di Comun et aux Savi alla Mercanzia éprouvaient le besoin de préciser qu’ils étaient des « érudits », et qu’ils n’avaient jamais exercé d’arts mécaniques.

  • 130 Cf. pour des comparaisons avec la place des « bourgeois » dans les classifications sociales à l’épo (...)

70Il reste toutefois vrai que dans la société vénitienne du xvie siècle, le titre de « citoyen » avait des significations différentes. En multipliant les sources d’accès au problème, se multiplient aussi les identités des citoyens, mais chacune est vraie, à sa façon, tandis que toute analyse partielle, quoique souvent imposée par l’abondance des sources vénitiennes, risque de ne saisir qu’un aspect du problème. La spécificité des différents degrés de citoyenneté vénitienne réside probablement dans le fait d’être toujours liés à des identités professionnelles ou de métier, sans que cela implique, au moins au xvie siècle, de droits politiques quelconques, même purement formels. C’est probablement cette identité purement professionnelle des citoyens vénitiens qui explique cette évolution « sociale » du titre de citoyen vénitien130.

Notes

1 Cf. D. Bizzarri, « Ricerche sul diritto di cittadinanza », art. cit., p. 82-83. Pour les origines et les caractères spécifiques de l’idée d’origo en droit romain, cf. Y. Thomas, « Origine » et « commune patria » : étude de droit public romain (89 av. J.C.-212 ap. J.C.), Paris-Rome, 1996.

2 Cf. à cet égard, R. C. Mueller, « Mercanti e imprenditori fiorentini a Venezia nel tardo Medioevo », art. cit.

3 Cf. G. Trebbi, « La cancelleria veneta », art. cit., A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., M. Casini, « La cittadinanza originaria », art. cit.

4 G. Luzzato, Storia economica di Venezia dall’xi al xvi secolo, Venise-Rome, 1961.

5 Cf. M.T. Todesco, Aggregati ed esclusi : le cooptazioni al Maggior Consiglio al tempo della guerra di Chioggia, thèse dactylographiée, Université de Venise, 1987.

6 Cf. surtout A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit.

7 Cf. S. Chojnacki, « In Search of the Venetian Patriciate », art. cit. ; Idem, « La formazione della nobiltà dopo la Serrata », dans G. Arnaldi, G. Cracco, A. Tenenti, éd., Storia di Venezia. vol. III, La formazione dello Stato patrizio, Rome 1997, p. 641-725 ; G. Ruggiero Violence in early Renaissance Venice, op. cit. ; M. T. Todesco « Andamento demografico della nobiltà veneziana allo specchio delle votazioni nel Maggior Consiglio », dans Ateneo Veneto, 176 (1989), p. 119-64. Pour la bibliographie sur la Serrata, cf. le premier chapitre. Sur la société vénitienne au xve siècle, cf. aussi D. Romano, Patricians and Popolani. The Social foundations of the Venetian Renaissance State, Baltimore-Londres, 1987 et E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse, op. cit.

8 « Effetti della guerra di Chioggia (1378-1381) sulla vita economica e sociale di Venezia », dans Ateneo Veneto, 1981, vol. 19, p. 27-42.

9 Ibidem, p. 38.

10 Voir les lois sur la dot dans la deuxième partie de ce travail ainsi que celles sur les bénéfices ecclésiastiques, dans G. Del Torre, « Stato regionale e benefici ecclesiastici : vescovadi e canonicati nella terraferma veneziana all’inizio dell’età moderna », dans Atti dell’Istituto Veneto di Scienze Lettere e Arti, t. CLI, 1992-3, p. 1171-1236.

11 Cf. M. Casini, « La cittadinanza originaria », art. cit., p. 135 et A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 33.

12 Cf. pour des comparaisons l’introduction d’Elena Fasano Guarini à Potere e società negli Stati regionali italiani del Cinquecento e Seicento, Bologne 1978, p. 7-47 ; R. Burr Litchfield, « Ufficiali ed uffici a Firenze sotto il granducato mediceo », Ibidem, p. 133-51 ; W. Fischer et P. Lundgreen, « Il reclutamento e l’addestramento del personale tecnico e amministrativo », dans La formazione degli stati nazionali nell’Europa occidentale, éd. par Ch. Tilly, Bologne, 1984, p. 297-396.

13 Cf. G. Chittolini, éd., La crisi degli ordinamenti comunali e le origini dello Stato del Rinascimento, Bologne 1979 ; E. Fasano Guarini, éd., Potere e società ne gli Stati regionali italiani, op. cit. ; mais cf. aussi E. Grendi, Il cervo e la repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin 1993, en particulier l’introduction où l’auteur critique le modèle évolutionniste impliqué par cette tradition d’études, ainsi que les différentes approches, s’opposant à l’idée même qu’on puisse parler d’État avant le xixe siècle, de B. Clavero, « Instituciòn política y derecho : acerca del concepto historiogràfico de estado moderno », dans Revista de Estudios Políticos, n. 19, 1981, p. 43-57 ; Idem, Tantas personas como estados. Por una antropología política de la historia europea, Madrid 1986 et A. M. Hespanha, Vísperas del Leviatán. Poder político y instituciones (Portugal, siglo xvii), Madrid 1989. Pour une critique à l’utilisation de la « notion d’État moderne » pour la République de Venise, cf. l’introduction d’Angelo Ventura à G. Cracco, M. Knapton, Dentro lo « Stado Italico » : Venezia e la Terraferma tra Quattro e Seicento, « Civis. Studi e testi », VIII, Trente 1984 ; sur la justice en particulier, cf. G. Cozzi, éd., Stato, società e giustizia nella Repubblica Veneta, Rome 1980 ; A. Viggiano, Governanti e governati, op. cit., sur les feudataires, cf. S. Zamperetti, I piccoli principi. Signorie locali, feudi e comunità soggette nello Stato regionale veneto dall’espansione territoriale ai primi decenni del ’600, Venise 1991 ; sur les rapports entre Venise et les villes sujettes, cf. A. Ventura, « Il dominio di Venezia nel Quattrocento » dans Florence and Venice : Comparisons and Relations (Acts of Two Conferences at Villa I Tatti in 1976-77), éd. par S. Bertelli, N. Rubinstein, C. H. Smith, vol. I, Quattrocento, Florence 1979, p. 167-90 ; M. Knapton, « City Wealth and State Wealth in Northeast Italy, 14th-17th centuries », et J.-C. Hocquet, « Venise, les villes et les campagnes de la Terre Ferme », art. cit., dans N. Bulst, J.-Ph. Genet, La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne, op. cit., p. 167-81 et 211-28 ; sur les pactes entre la capitale et les villes sujettes, cf. A. Menniti Ippolito, « Providebitur sicut melius videbitur. Milano e Venezia nel Bresciano del primo Quattrocento », dans Studi Veneziani, n. s., VII, 1984 ; Idem, « Le dedizioni e lo stato regionale. Osservazioni sul caso veneziano », dans Archivio Veneto, CXII, 1986.

14 M. Berengo, « La città di antico regime », dans Quaderni Storici, XXVII, 1974, p. 661-92, la citation est à la p. 680.

15 Cf. A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 39 et M. Casini, La cittadinanza originaria, art. cit. p. 137, qui toutefois, dans la note, cite la loi en entier.

16 ASV, MC, Deliberazioni, Ursa, reg. 22, f. 33.

17 ASV, Senato, Secreta, reg. 4, f. 192-3, et cf. A. Ventura, Nobiltà e popolo, op. cit., p. 169-72.

18 A. Ventura, Nobiltà e popolo, op. cit.

19 Cf. à ce propos, dans l’introduction à G. Cracco, M. Knapton, éd., Dentro lo « Stado italico », op. cit., les critiques formulées par Angelo Ventura à l’article de James S. Grubb « Alla ricerca delle prerogative locali : la cittadinanza a Vicenza, 1404-1509 », Ibidem.

20 Sur l’identité nobiliaire dans l’Italie du xvie siècle, cf. M. Berengo, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, Turin 1974 (1965) et C. Donati, L’idea di nobiltà in Italia, Bari 1989.

21 Cf. G. Vismara, « Il patriziato milanese nel Cinque-Seicento, dans E. Fasano Guarini, éd., Potere e società negli Stati regionali italiani, op. cit., p. 153-71.

22 BNMV, ms. IT., cl. VII, IV (7925), Alessandro Ziliol, Le due Corone della Nobiltà Viniziana, I vol., xviie siècle. Sur ce traité et sur son auteur, cf. le dernier chapitre de ce livre.

23 Sur l’histoire de la Chancellerie ducale, cf. surtout G. Trebbi, « La cancelleria veneta nei secoli xvi e xvii », art. cit. ; Idem, « Il segretario veneziano », art. cit. ; M. Neff, Chancellery Secretaries in Venetian Politics and Society, 1480-1533, op. cit. ; M. Casini, « Realtà e simboli del cancellier grande veneziano in età moderna », art. cit.

24 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 22, Ursa, f. 33.

25 ASV, CX, Misti, reg. 19, f. 99.

26 G. Fedalto, « Le minoranze straniere a Venezia tra politica e legislazione », dans H. G. Beck, M. Manoussacas, A. Pertusi, Venezia, centro di mediazione fra Oriente e Occidente (secoli xv-xvi), op. cit., p. 143-62 ; Idem, « Stranieri a Venezia e a Padova », dans G. Arnaldi et M. Pastore Stocchi, éd., Storia della Cultura Veneta. Dal primo Quattrocento al Concilio di Trento, Vicence 1980.

27 Cf. F. Thiriet, « Sur les communautés grecque et albanaise à Venise », dans H. G. Beck, M. Manoussacas, A. Pertusi, Venezia, centro di mediazione fra Oriente e Occidente (secoli xv-xvi), op. cit., p. 217-231, qui reporte le cas du grec Domenico Gregorio, notarius, doctor et miles latine graeceque literature doctissimus, nommé, le 30 mars 1463, « lecteur et secrétaire à la Chancellerie ducale », et « chargé de mettre en forme les mandements du doge », Ibidem, p. 229.

28 ASV, CX, Misti, reg. 21, f. 194.

29 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 108-18.

30 Qu’il ne s’agisse pas d’une hypothèse inspirée par la lecture des lois mais d’une réalité sociale vécue, douloureusement parfois, par les citoyens vénitiens, on le constatera à la lecture de la chronique familiale écrite aux xvie et au xviie siècle par Andrea et Alessandro Ziliol (cf. annexe). L’histoire de la famille Ziliol, entre le xve et le xviie siècle illustre parfaitement ce processus de spécialisation bureaucratique de familles originellement liées à la marchandise (cf. plus bas chap. 9).

31 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 138-51.

32 G. Trebbi, « La Cancelleria », art. cit., p. 70.

33 ASV, CX, Comuni, reg. 72, f. 187v-188

34 ASV, CX, Comuni, reg. 83, f. 69v-71v.

35 Sur ces offices et sur l’évolution législative, cf. A. Zannini, Burocrazia e bu rocrati, op. cit.

36 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 22, f. 156.

37 ASV, CX, Misti, reg. 26, f. 144r-v, 1494 20 septembre.

38 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 23, Regina, f. 153.

39 G. Cracco, « Relinquere laicis que laicorum sunt. Un intervento di Eugenio iv contro i preti notai di Venezia », dans Bollettino dell’Istituto di storia della società e dello Stato veneziano, III, 1961, p. 179-86.

40 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 24, Stella, f. 20v.

41 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 65, 1510 10 mars.

42 Cf. à ce propos, F. Chabod, « Usi e abusi nello Stato di Milano a mezzo il ’500 », dans E. Fasano Guarini, éd., Potere e società negli Stati regionali italiani, op. cit., p. 99-131.

43 Cf. surtout, outre les travaux sur la République de Venise cités à la note 11, A. Ventura, « Politica del diritto e amministrazione nella Repubblica di Venezia », dans Rivista Storica Italiana, XCIV (1982), p. 589-608 et I. Cervelli, Machiavelli e la crisi dello Stato veneziano, Naples 1974.

44 Sur les implications et les conséquences « fiscales » de ces différentes réactions, cf. G. Del Torre, Venezia e la terraferma dopo la guerra di Cambrai. Fiscalità e amministrazione (1515-1530), Milan 1986 ; Idem, Il Trevigiano nei secoli xv e xvi. L’assetto amministrativo e il sistema fiscale, Trévise-Venise, 1990.

45 Sur ces différents aspects de la politique du doge Andrea Gritti, cf. G. Cozzi, « La politica del diritto nella Repubblica di Venezia » dans Stato, società e giustizia, op. cit. p. 15-152 et M. Tafuri, éd., Renovatio urbis. Venezia nell’età di Andrea Gritti (1532-38), Rome 1984.

46 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 137, 1517 31 janvier.

47 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 25, f. 197.

48 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 27, f. 49.

49 ASV, MC, Deliberazioni, reg. 27, f. 106v, 1543 29 juillet.

50 Sur cette période, je renvoie à A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 230 et suiv.

51 Ibidem, p. 102.

52 Cf. par exemple, ASV, ACC, b. 368, Francesco Verde ; b. 373 Gian Paolo et Gian Andrea Resio ; Alessandro Gruatto ; b. 375, Stefano Civran.

53 ASV, ACC, b. 372, 64, Essendo sino sotto li 5 febraro 1585 approbato per gli ill.mi sig.ri Avogadori di quel tempo la civilità del q. ms Fausto et di noi Gio. Batta, Filippo et Hieronimo Andriani, fratelli fu del q. ms Zuanne, ne essendo in essa stato decchiarito che sorte di civilità sia stata approbata... ; et cf. ASV, PC, b. 5, fasc. 3, 1575 6 novembre, et VS, reg. 136, f. 67v, 1575 19 décembre : Bernardo Quartaro, fonctionnaire comptable (rasonato), affirme ne pas pouvoir prouver, selon la loi de 1569, que son grand-père est né à Venise, « parce qu’il est impossible de prouver des choses d’il y a 150 ans » et demande que les Provveditori di Comun et les Cinque Savi lui reconnaissent la citoyenneté originaire.

54 ASV, ACC, b. 367.

55 ASV, ACC, b. 368.

56 Sur le banc d’Asher Meshullam et de son fils Jacob, cf. B. Pullan, « Jewish Moneylending in Venice : from Private Enterprise to Public Service », dans Gli Ebrei a Venezia, secoli xiv-xviii, (Atti del Convegno Internazionale, Venezia, Isola di S. Giorgio Maggiore, 5-10 giugno 1983), éd. G. Cozzi, Milan 1987, p. 671-86.

57 D. Jacoby, « Les juifs à Venise du xive au milieu du xvie siècle », dans H. G. Beck, M. Manoussacas, A. Pertusi, Venezia, centro di mediazione fra Oriente e Occidente (secoli xv-xvi), op. cit., vol. I, p. 163-216, cf. p. 198-99 ; sur les juifs à Padoue, cf. Ph. Braunstein, « Les prêts sur gage à Padoue et dans le Padouan au milieu du xve siècle », dans G. Cozzi, éd., Gli Ebrei a Venezia, secoli xiv-xviii, op. cit., p. 651-669.

58 D. Jacoby, « Les juifs à Venise du xive au milieu du xvie siècle », art. cit., p. 180.

59 Ibidem, p. 199.

60 ASV, ACM, reg. 146, f. 137, cf. B. Pullan, « Jewish Moneylending in Ve nice : from Private Enterprise to Public Service », art. cit., p. 676.

61 B. Pullan, Rich and Poor in Renaissance Venice, op. cit., p. 507.

62 Cf. la deuxième partie de ce travail.

63 Récit détaillé de la cérémonie de conversion dans Marin Sanudo, I Diarii, 58 vol., éd. par R. Fulin, N. Barozzi, G. Berchet, M. Allegri, Venise 1879-1903, vol. 58, col. 563-569, juillet 1533 ; texte de la bulle aux col. 567-569 ; Sanudo précise (col. 564) à propos de Jacob : il qual però ha do altri fioli fati christiani, et uno è in Franza chiamato Paulo, l’altro è in questa terra chiamato Piero et cf. F. Secret, « Documents oubliés sur Paul Paradis, lecteur royal en Hébreu », dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Travaux et documents, t. XXX, 1968, p. 347-353.

64 Dans les documents publiés par A. Lefranc, Histoire du Collège de France, depuis ses origines jusqu’à la fin du premier empire, Paris 1893, p. 395-406, il apparaît jusqu’en 1533 sous le nom de Paul Canosse et après sous le nom de Paul Paradis dit Canosse ou Paul Canosse dit Paradis. Sa seule œuvre publiée est un dialogue sur la vraie manière de lire l’hébreu.

65 Ibidem, p. 180.

66 Ibidem, p. 63-83.

67 Ibidem, p. 179-81 ; les lettres de naturalisation de Paul Paradis sont aux pages 406-7.

68 ASV, ACC, b. 378 et 384. Dans le cas des frères Cavalli, le sentiment de se retrouver dans le même monde décrit dans le premier chapitre est confirmé par la présence, parmi les témoins, de Piero Ciceri et Alvise Mocenigo.

69 Le dossier présenté à l’Avogaria di Comun est exceptionnellement riche et tous les documents qui seront cités par la suite s’y trouvent, sauf indication différente ; ASV, ACC, b. 378, n. 94.

70 Sur le difficile choix de mettre en vente le titre patricien à cette occasion, cf. D. Raines, « Pouvoir ou privilège nobiliaire ? Le dilemme du patriciat vénitien face aux agrégations du xviie siècle », dans Annales ESC, 46, 4 (juillet-août 1991), p. 827-47.

71 ASV, ST, reg. 62, f. 26.

72 ASV, ST, reg. 72, f. 234v.

73 U. Tucci, « Bontempelli (Bontempelo) dal Calice (Casalese), Bartolomeo », dans DBI, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, Rome 1970, xii, p. 426-27.

74 ASV, ACC, b. 378, n. 94.

75 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 64. J’ai publié une partie des documents du dossier Gozzi dans Les rythmes de l’intégration à Venise (xvie-xviie siècles), à paraître dans les Actes du colloque « Les rythmes urbains », Lyon, avril 2000.

76 Sur ses activités, cf. R. T. Rapp, « Real Estate and Rational Investment in Early Modern Venice », dans Journal of European Economic History, 8 (1979), p. 269-90.

77 Marin Sanudo, Itinerario per la terraferma veneziana nell’anno 1483, Padoue 1847, ed. par R. Brown, reprint Milan 1981, p. 116.

78 Sur Noale dans la première moitié du xvie siècle, je renvoie à mon livre Noale. Struttura sociale e regime fondiario di una podesteria nella prima metà del secolo xvi, op. cit.

79 En 1542, les patriciens étaient propriétaires de 12,8 % de la superficie foncière, les autres Vénitiens de 14,5 %.

80 BCN, APN, Estimo 1542, b. 113, f. 96. De ces deux personnages et de leurs familles on reparlera ici de suite et dans d’autres parties de ce travail.

81 BCN, APN, b. 17, Estimo 1464, Noval verso Mestre : Nicolò Campagnaro, père de Bernardo, est propriétaire de 64 campi trevigiani (environ 32 hectares).

82 Sur sa biographie, cf. G. B. Rossi, Memorie di Luigi Campagnari, cognominato da Noale, nobile trevigiano, avvocato veneto, cavaliere e fiscale della Signoria nel secolo xvi, Venise 1789.

83 Sur l’activité professionnelle d’Alvise da Noal, cf. aussi A. Viggiano, Governanti e governati, op. cit., p. 280 et suiv.

84 Marin Sanudo, I Diarii, op. cit., vol. 34, col. 278, 353, 355.

85 Cf. G. Del Torre, Il trevigiano nei secoli xv e xvi, op. cit. ; A. Bellavitis, Noale. Struttura sociale e regime fondiario, op. cit. ; M. Pitteri, Mestrina. Proprietà, conduzione, colture nella prima metà del secolo xvi, Trévise 1994 ; A. Pizzati, Conegliano. Una « quasi città » e il suo territorio nel secolo xvi, Trévise 1994 ; M. T. Todesco, Oderzo e Motta. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di due podesterie nella prima metà del secolo xvi, Trévise 1995, A. M. Pozzan, Zosagna. Paesaggio agrario, proprietà e conduzione di un territorio tra Piave e Sile nella prima metà del secolo xvi, Trévise 1997.

86 Marin Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 42, col 652.

87 Ibidem, vol. 45, col. 349.

88 Ibidem, vol. 43, col. 229, 654.

89 Ibidem, vol. 50, col. 167, 298.

90 Ibidem, vol. 49, col. 493, 499, vol. 50, col. 5, 6, 8.

91 Ibidem, vol. 48, col. 127, 187.

92 Ibidem, vol. 54, col. 264.

93 Cité dans G. Cozzi, « La politica del diritto », art. cit., p. 18.

94 Novissimum Statutorum ac Venetarum Legum volumen, duabus in partibus divisum Aloysio Mocenico Venetiarum Principi dicatum, Venise, 1729, partie 1, f.2 : Et si quae aliquando occurrerit, quae praecise non sint per ipsa decisa (Cum plura sint negocia quam Statuta) si occurrenti extranea quaestioni in his aliquid si-mile reperitur, de similibus est ad similia procedendum, vel secundum consuetudinem approbatam : alioquin, si penitus est diversum, vel consuetudo minime reperitur, disponant Nostri Iudices, sicut justum et equum eorum providentia apparebit, habentes Deum ante oculos mentis suae, sic ut in die districti examinis coram tremendo Judice, dignam possint reddere rationem, et cf. G. Cozzi, « La politica del diritto », art. cit.

95 Ibidem, p. 122-52 ; F. Gilbert, « Venice in the Crisis of the League of Cambrai », dans J. R. Hale, éd., Renaissance Venice, op. cit., p. 274-92 ; I. Cervelli, Machiavelli e la crisi dello Stato veneziano, op. cit., p. 25 et suiv.

96 Parmi les « extraordinaires » envoyés, il y a Alessandro Ziliol, dont on parlera par la suite.

97 M. Neff, Chancellery secretaries, op. cit., p. 36-37.

98 Marin Sanudo, Diarii, op. cit. vol. 36, col. 413 : È da saper. Ozi fo divulgato una zanza, come per la deposition di Zuan Jacomo Trivixan retenuto per il Consejo di x, età hauto corda, ha confessato aver obtenuto letere dai Cai di x mediante uno secretario ch’è domino Nicolò Aurelio al presente Canzelier grando scrite a sier Zuan Barbarigo olim podestà di Torzello per far depenar certi banditi ; per il che quelli dil Collegio deputato in materia di v di la paxe, [...] parlono tra loro questa esser cosa di gran importantia, et per opinion dil Mocenigo volea examinar o retenir esso Canzelier grando.

99 Ibidem, col. 463 : Con condition che ti apresenti una volta a la settimana a quel retor, in pena ducati 100 non si apresentando, la qual pena sia del retor, et rompendo il bando et preso che fossi, debi star uno anno in prexon e tornar al confin, con taia lire 2000 e li toi beni siano obligadi a la ditta taia. Item sia privo in perpetuo di tutti officii e benefici di la Signoria nostra e non se li possi far gratia se non per tutte 17 ballotte del Consejo di x.

100 Ibidem, col. 465 : Ancora fu preso una parte, che in el far dil Canzelier grando, alcun non debbi procurar in palazo, né su le scale, né in corte, né etiam andar in caxa di alcun zentilhomo, né prometter danari o altro di dar, avanti romaso, o da poi, né dar, né far dar, ut in parte, sotto pena di privation et exilio.

101 Pour leurs biographies, cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit., p. 419-21, 431-35, 441-443, 581-583.

102 Il n’était pas pour autant étranger à la Chancellerie ; son fils Alessandro, notaire à la Chancellerie, avait même été, l’année précédente, choisi pour aller étudier le droit à l’Université de Padoue.

103 Marin Sanudo, Diarii, op. cit. vol. 36, col. 467 : Noto. Vene uno nuovo a farsi balotar Cancelier Grando, domino Alvise da Noal, dotor, avochato. Non so si consier alcun el torà. Unum est, el procura. Le style haché du récit de Marin Sanudo reflète certainement le déroulement réel de la scène ; le noto initial indique qu’il s’agit bien de notes prises sur le vif.

104 Ibidem, col. 471 : Fo etiam eri in Consejo di x, atento le murmuration di la terra, dico di la mazor parte, che domino Alvise da Noal dotor, avocato si voglia far balotar Canzelier grando con favor del Serenissimo et sier Marco Dandolo dotor et cavalier consier el nomina. Sur le sens des mots murmuration et terra dans Sanudo, cf. E. Crouzet-Pavan, « Les mots de Venise : sur le contrôle du langage dans une cité-État italienne », dans La circulation des nouvelles au Moyen Age (XXIVe Congrès de la S.H.M.E.S.-Avignon, juin 1993), Paris 1994, p. 205-17.

105 Marco Dandolo étudia à Padoue entre 1471 et 1489. Docteur en droit et humaniste, il fut ambassadeur à la cour du Pape, de Louis xii et de François I, épousa, en premier mariage la sœur de Caterina Cornaro, reine de Chypre et, en troisième, une sœur de Gasparo Contarini, cf. M. L. King, Umanesimo e patriziato a Venezia nel Quattrocento, 2 vol., Rome 1986, vol. 2, p. 520-23.

106 Marin Sanudo, Diarii, cit. vol. 36, col. 471 : El qual non è citadin venetian, ma di Noal, licet per una leze dil 1407 a dì...luio si voleva provar citadin, qual dise che chi toleva moier venetiana fosse citadin, et lui è più di anni 26 che vene ad avocar in questa terra ergo. Et leto la parte, che niun si po’ balotar Segretario extraordinario se’l non è venetian nativo et originario di questa terra, ut in parte, però la Signoria terminò ch’el non si potesse provar, e che la ditta leze non li servise. Et li mandono a dir nol procurasse più.

107 Ibidem e cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit. p. 418-19.

108 Cf. A. Bellavitis, Noale. Struttura sociale e regime fondiario, op. cit., p. 62-67 et 109-14 ; le testament se trouve dans AST, Corporazioni religiose soppresse, Collegio dei nobili, b. 4, fasc. R, colto xv, n. III, t. III, f. 25v-32v.

109 B. Betto, I Collegi dei Notai, dei Giudici, dei Medici e dei Nobili in Treviso (secc. xiii-xvi), Venise 1981, p. 372.

110 C’est l’opinion d’un contemporain, Bartolomio Zuccato qui, dans sa Chronique, écrit : 1532. Per essecutione di lettere ducali fu accettato nel grado di nobili di questa città Luigi da Novale dottore, stato longamente avocato in Venetia, avenga che fosse detto che egli non haveva havuto quel numero di voti, et ballote che li bisognava per l’ordine del Collegio di essi nobili, lodato et confirmato dal Dominio Veneto, ma il Podestà, che era Jacopo Delfino, conoscendo far cosa grata ad esso Dominio, volse che fossi passato, BCT, ms. 596, f. 195. Je remercie Danilo Gasparini qui m’a signalé ce document.

111 G. Cozzi, « La politica del diritto », art. cit. p. 138.

112 Ibidem, p. 122-145 ; ces problèmes seront repris dans la deuxième partie de ce travail.

113 Novissimum Statutorum ac Venetarum Legum volumen, op. cit., partie 1, f. 173 : Non esser in alcun altro officio, Reggimento, o Conseglio, acciò che non entrino avocati, se non quelli ch’averanno certo proposito d’essercitarsi e far buon profitto.

114 Ibidem, f. 173v : Nelle Cause di questa Nostra Città le quali si tractano a le Corti ordinarie di S.Marco, e a li Officii di Rialto, cioè Petition, Examinador, Forestier, Mobile, Procurator, & Proprio, Consoli di Mercadanti, & Sopra Consoli (...), le parti habbiano facultà di torre uno, over altri doi altri Avocati a loro satisfactione ordinarii, over estraordinarii, i quali però siano Nobili, o Cittadini originarii, over Nativi di questa Nostra Città.

115 Ibidem, f. 174 : doi, over tre altri Avocati Nobili, o Citadini Nostri originarii, over nativi di questa Nostra Città, over d’altri luoghi Nostri, i quali per Anni dieci continui, over ancora de luoghi Alieni, che per anni 15 havessero habitato con le Famiglie loro in questa Nostra Città, i quali però habbino fede de le dicte habitationi loro da l’Officio de li Proveditori Nostri di Commun. Et li dicti Proveditori siano tenuti sotto debito di sagramento tutti tre over almeno doi di loro intervenire a le dicte prove, de le qual ne sia tenuto un Libro particolare, né vagliano le dicte fedi, se non saranno sottoscripte per tutti tre loro Proveditori, e per il Nodaro loro.

116 Ibidem : avvocati forastieri, i quali però siano de le Terre, e Luoghi Nostri, se ben non havessero habitato li dieci anni continui in questa Nostra Città.

117 Ibidem, f. 174v : Al Tribunale de la Signoria Nostra, al quale ad ognuno deve esser aperto l’adito, & innanzi al quale si tractano Cause di ogni qualità, possa par-lare qualunque Avocato, così ordinario, come estraordinario, e ogni altra persona, si Terriero, come Forastiero, di qualunque conditione si voglia.

118 Ibidem, f. 173 : Benché ne li passati tempi siano state facte per li Maggiori Nostri diverse Leggi prudentemente, et con ottima intentione per dar modo, et regola a li Avocati di questa Nostra Città, havendo rispetto sì a la qualità di quelli, che dovessero essercitare tal Officio, come a le Mercedi, che à quelli dovessero esser date, et queste non meno per commodo et utilità de’ Litiganti, quanto per invitar molti Nobili et Cittadini Nostri ad abbracciare cosí laudevole essercitio, et per beneficio loro privato, et per dignità de la Republica Nostra ; nientedimeno si vede, che per mutatione de li tempi, et varii studii de li huomini non poco sia derogato à quello, che per dicte Leggi era statuito, presumendo il dicto Officio di advocar persone di qualunque conditione, et qualità in cadaun luoco, et in tutte le Cause senza regola alcuna, et ne le Mercedi niuna misura servando.

119 ASV, ST, reg. 18, f. 117v-119.

120 ASV, AC, b. 186, fasc. 16 : Questi sono tuti mercanti de onore et puol scorer per citadini.

121 Ibidem.

122 Per cittadini metterete Avvocati, Medici, Notari & altri che esercitino professione civile & anco li Preti che non sono Nobili, quando però sono capi di casa, cité dans A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 93 et cf. aussi Idem, « Un censimento inedito del primo Seicento e la crisi demografica ed economica di Venezia », dans Studi Veneziani, n.s., XXVI (1993), p. 87-116 et A. Bellavitis, « ‘Per cittadini metterete...’. La stratificazione della società veneziana cinquecentesca tra norma giuridica e riconoscimento sociale », dans S. Cerutti, R. Descimon, M. Prak, Cittadinanze, op. cit. p. 359-383.

123 ASV, CL, b. 134, f. 143.

124 ASV, Senato Roma Ordinaria, reg. 53, f. 93v.

125 Cf. D. Bizzarri, « Ricerche sul diritto di cittadinanza », art. cit.

126 Plusieurs études récentes ont bien montré la relativité de toute classification de la population, cf. W. H. Sewell, « Occupational Status in Nineteenth-Century French Urban Society », dans Social Structure and Behavior. Essays in Honour of William H. Sewell, New York 1982, p. 124-201 ; A. Desrosières, « Éléments pour l’histoire des nomenclatures socio-professionnelles », dans Pour une histoire de la statistique, Paris 1977, p. 155-231 ; A. Desrosières et L. Boltanski, Les catégories socio-professionnelles, Paris 1988.

127 A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit. p. 93.

128 Ibidem et cf. N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditérranéens, Paris 1976.

129 P. Preto, « Peste e demografia. L’età moderna : le due pesti del 1575-77 e 1630-31 » et « Le grandi pesti dell’età moderna : 1575-77 e 1630-31 », dans Venezia e la peste, op. cit. p. 97-98 et 123-26.

130 Cf. pour des comparaisons avec la place des « bourgeois » dans les classifications sociales à l’époque moderne, R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, 2 vol, Paris 1971, vol. 1, p. 352 et suiv. J. C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, 2 vol., Paris 1975, vol. 1, p. 243 et suiv. G. Huppert, Bourgeois et gentilshommes. La réussite sociale en France au xvie siècle, Paris 1982 ; R. Descimon, Qui étaient les seize ?, Paris 1983 ; et le numéro monographique de Quaderni Storici, n. 89, op. cit.

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540