Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Troisième partie. Une forte dépendance face à la conjoncture méditerranéenne

Chapitre 1. Un commerce échappant partiellement aux bougiotes

Texte intégral

1Pour expliquer les caractéristiques du commerce de Bougie et son évolution au cours de la période, il faut chercher quels en sont les acteurs principaux qui, en intégrant la ville dans les réseaux internationaux, sont un des moteurs de son activité économique. Certes tout ne peut pas se réduire au grand négoce maritime, auquel de nombreux secteurs d’activité sont largement étrangers. Mais par les profits importants qu’il est capable de générer, ce grand commerce joue un rôle important dans la vie économique de la ville. On a longtemps considéré, devant la sécheresse des sources, que les Maghrébins avaient totalement abandonné cette activité entre les mains des négociants européens. La question mérite cependant d’être repensée, et les réponses doivent être plus nuancées. Il existe une participation bougiote, qui ne se limite pas à la réception des marchandises dans le port et aux échanges avec l’arrière-pays. Pourtant elle reste limitée, et les raisons de ce retrait sont au cœur du problème du développement économique de la ville. Au contraire, le commerce a mobilisé un très grand nombre d’acteurs dans les principaux ports européens en relation avec le Maghreb. À Gênes, Pise, Marseille ou Majorque, c’est une partie importante de la société urbaine qui participe à cette activité et à ses profits. Cette différence, qu’il faut chercher à expliquer, est fondamentale pour comprendre l’évolution du commerce de Bougie.

I – LA FAIBLE PARTICIPATION DES BOUGIOTES AU COMMERCE MARITIME

  • 1 Cf. Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 54-55.
  • 2 Claude Carrère a pu ainsi écrire pour la fin du xive et le début du xve siècle : « les Sarrasins se (...)

2Le milieu marchand bougiote nous est en grande partie inconnu, car les sources littéraires arabes en parlent peu. Les chroniques, ou les biographies de savants, peuvent faire à l’occasion allusion aux activités commerciales d’un personnage, mais sans jamais s’appesantir sur cet aspect de sa vie1. Les récits de voyages, peu nombreux pour Bougie, révèlent l’existence de marchands itinérants, mais s’intéressent davantage aux élites religieuses. Quant aux documents d’archives européens, ils ne font guère intervenir que les marchands étrangers. Nos sources risquent donc d’être trompeuses et de sous-estimer la place des musulmans dans les affaires. Pourtant ces partenaires bougiotes sont des intermédiaires essentiels, en particulier pour toucher les marchés de l’intérieur où les étrangers ne s’aventurent guère. Leur place dans le trafic méditerranéen est en revanche plus difficile à évaluer. L’idée la plus répandue veut que le grand commerce maritime a été abandonné au xiie siècle par les musulmans, au profit exclusif des puissantes bourgeoisies capitalistes de l’Europe du Sud2. Elle demande à être nuancée, car les Bougiotes sont bien présents dans les échanges maritimes internationaux, même si leur place est réduite en comparaison de celle des marchands européens. Mais s’il n’y a pas disparition totale, on constate un recul manifeste.

1) Une aire commerciale limitée

3Que le commerce intérieur ait été l’affaire exclusive des marchands locaux, cela ne fait guère de doute. Les Européens, nous l’avons vu, ne s’aventurent que très peu hors des murs de la ville. La participation des Bougiotes au grand commerce maritime est en revanche moins nette. Les indices, pourtant, ne manquent pas totalement. Mais si certains poussent jusqu’aux ports chrétiens, la plupart limitent leur aire d’activité aux pays musulmans.

a) Un commerce sortant peu des limites du Dār al-Islām

  • 3 Y. Ragheb, « Les marchands itinérants du monde musulman », Voyages et voyageurs au Moyen Âge. XXVIe (...)
  • 4 Sh. D Goitein, « La Tunisie du xie siècle à la lumière des documents de la Geniza du Caire », Étude (...)
  • 5 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 31-33 ; Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la (...)
  • 6 Ibn āfir al-Azdī, Badāi al-bidāya, éd. Al-Fadl Ibrāhīm, rééd. Le Caire, 1970, p. 181, cité par A. (...)
  • 7 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 175. Ce commerce se fait alors le plus souvent par l’int (...)

4Il existe une longue tradition de marchands itinérants dans le monde musulman. Leurs déplacements au sein du Dār al-Islām sont fréquents et nombreux dès les premiers siècles de l’empire musulman3. Malgré la disparition de l’unité politique, les voyages sont facilités par une communauté de langue et des coutumes proches. Avant la fondation de Bougie, les Ifrīqiyens allaient régulièrement pour leurs affaires en Orient4, dans le Maghreb central et occidental, ainsi qu’en al-Andalus5. De même on rencontre, à l’époque hammadide, des marchands égyptiens qui passent par Bougie, en faisant du commerce entre al-Andalus et Alexandrie6, et les documents de la Geniza montrent l’importance, jusqu’au xie siècle, de cet axe commercial7.

  • 8 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 276-280.
  • 9 Cf. V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Miyār d’al-Wan (...)
  • 10 Cf. supra p. 183-187.
  • 11 Ibn Baṭṭūa, p. 377-378.

5À partir du milieu du xie siècle cependant plusieurs facteurs entraînent des changements notables. Le premier est l’insécurité grandissante sur les routes, due à l’installation de nouvelles tribus bédouines et à l’affaiblissement du contrôle de l’État. L’itinéraire terrestre côtier passant par la Tripolitaine pour rejoindre l’Égypte et le Proche-Orient est particulièrement touché8. Les fatwas répétées tolérant le renoncement au pèlerinage en raison de cette insécurité en sont un bon témoignage9. Dans le reste du Maghreb le danger est moins chronique, mais les routes restent difficiles à pratiquer10. Ces risques ne suffisent pas cependant à interrompre tout déplacement commercial. Entre Tlemcen et Bougie, Ibn Battūta voyage en compagnie de marchands de Tunis qui suivent la route du Nord, passant par Miliana, Bougie et Constantine. Pour rejoindre cette ville ils doivent cependant presser le pas par crainte des pillards bédouins11.

  • 12 ACA, Real Procesos, 102/21, cité par A. Unali, Marinai, pirati e corsari catalani nel Basso Medioev (...)
  • 13 Picard, L’Océan Atlantique, op. cit., p. 379.
  • 14 Cf. supra p. 179-183.
  • 15 Al-Idrīsī donne de manière significative les routes terrestres, mais aussi les itinéraires côtiers, (...)

6Ces marchands bougiotes apparaissent en fait surtout dans les sources européennes, même si c’est de manière marginale. Il faut bien sûr interpréter ces données avec prudence, car ces documents ne montrent que les voyages effectués par bateaux et il y a risque de surestimer le rôle de la voie maritime. Ces réserves faites, il est clair que la mer a remplacé la route terrestre pour une grande partie des échanges interrégionaux. À l’époque de Ferdinand Ier d’Aragon un musulman d’Alcudia (dans le sultanat de Fès), devant se rendre pour ses affaires à Bougie, juge ainsi plus sûr d’aller d’abord sur une nave chrétienne jusqu’à Majorque, pour ensuite rejoindre Bougie12. La voie maritime présentait des avantages incontestables13, car les temps de trajets étaient plus courts et le voyage plus sûr, malgré les risques dus aux pirates ou aux tempêtes. Par ailleurs les capacités de transport des navires, même petits, étaient largement supérieures à celles des bêtes de somme. Enfin les itinéraires terrestres se sont déplacés vers le nord, avec l’abandon de la route méridionale, et suivent pour l’essentiel la côte méditerranéenne14. Les principaux pôles économiques se trouvant désormais sur le littoral, ils étaient donc facilement joignables par bateau15.

  • 16 Ibn Ğubayr, Rila, trad. P. Charles-Dominique, « Relation des péripéties qui surviennent pendant le (...)
  • 17 Ibid., p. 327.
  • 18 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1278, art. 7.
  • 19 Al-Ġubrīnī, p. 80.
  • 20 ACA, CRD, Jaime II, caja 136, Judíos y musulmanes, n° 524 (29/5/1316), éd. (avec une cote erronée) (...)
  • 21 ACA, C., Rg. 1427, f. 27v-28r (16/10/1368).
  • 22 ARM, RP 3826, f. 147v (1403).
  • 23 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, 1999, p. 114.
  • 24 J. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 : les voyages “per costeriam” », AEM, 21, 1991, p. (...)
  • 25 Cf. Emmanuel Piloti, Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre Sainte (1420), éd. P. H. Dopp (...)
  • 26 Sans doute les galées florentines ont également eu cette fonction, mais on connaît plus mal leur fo (...)

7Les patrons de navires chrétiens pouvaient embarquer des marchands musulmans ou transporter leurs marchandises d’un port à l’autre. On connaît le voyage du pèlerin andalou Ibn Ğubayr qui embarque en 578/1183 à Ceuta sur un bateau génois à destination d’Alexandrie16. Pour son retour, il envisage d’abord de prendre à Tyr un bateau pour Bougie17, avant de s’embarquer finalement pour la Sicile avec d’autres musulmans. Le traité de 1278 entre Tunis et la Couronne d’Aragon prévoit d’ailleurs que les patrons peuvent noliser leur bateau à des marchands musulmans18et de nombreux témoignages montrent que cet usage était relativement courant, sur certains trajets du moins. Al-Ġubrīnī raconte qu’un Bougiote, voulant partir en pèlerinage, trouva dans le port un bateau chrétien venant de Syrie19. De même, en 1316, des marchandises sont prises sur un bateau majorquin, pour une valeur de 180 à 200 dinars. Elles sont de Arrendassi et Rharani de Bougie, qui les tenaient en commande de Mahomet ben Asmet d’Almeria20. En 1368 dix musulmans de Bougie sont capturés, alors qu’ils voyagent sur la coca de Guillem Serra de Majorque, et sont vendus en Sardaigne21. En 1403 enfin des musulmans se rendent sur une galiote barcelonaise de Bougie à Alger22. Le système le plus abouti a cependant été au xve siècle celui des galées vénitiennes de Berbérie, qui longeaient les côtes africaines et prenaient à leur bord les marchands musulmans. De Tunis, celles de la ligne du Trafego les portaient jusqu’en Orient et en particulier à Alexandrie23. À la même époque les Génois24et les Catalans25ont également transporté des marchands musulmans d’Ifrīqiya vers Alexandrie, mais sans mettre en place un système équivalent à celui des mude vénitiennes26.

  • 27 Berbères, II, p. 422.
  • 28 Ibid., p. 399.
  • 29 Éd. et trad. M. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Arch (...)
  • 30 Ibid., texte p. 259, trad. p. 265.
  • 31 ACA, C., Rg. 242, f. 261v-262r (26/10/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1163 ; Archivo His (...)
  • 32 ARV, C., Rg. 626, f. 33v-36r (2/5/1410).
  • 33 Éd. L. Greco, Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (1471-1484), Venis (...)
  • 34 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 147.

8Ces marchands bougiotes développaient leurs affaires dans l’ensemble du monde musulman. À l’époque du sultan de Bougie Abū Zakariyā’, l’intendant du palais al- Ḥāğğ Faḍl effectue ainsi de fréquents voyages en al-Andalus et à Tunis pour faire du commerce de tissus27. On trouve ces marchands dans les autres ports du Maghreb, comme Tunis, Alger ou Oran, ou dans les villes de l’intérieur comme Tlemcen. C’est dans cette ville que l’émir Abū Zakariyā’ obtient l’aide de marchands bougiotes qui lui permettent de former et entretenir une armée et conquérir le pouvoir, en 684/1286-628. D’autres exemples nous sont donnés par les documents d’archives. En šawwāl 702/mai-juin 1303 à Bizerte, une saiète (šayān) majorquine arraisonne un navire musulman venant de Bougie, avec une cargaison de tuniques et de burnous pour une valeur de 40 000 [dinars ?]29. En 705/1305-6 un qārib bougiote passe dans les eaux de Bizerte et est capturé par des Valenciens30, et en 1315 des marchands de Tunis, Bougie et Tlemcen voyagent sur une nave tlemcenienne le long des côtes abdelwadides31. Les témoignages de ces trafics entre ports maghrébins se poursuivent au xve siècle, que ce soit sur des embarcations chrétiennes ou musulmanes. En 1410 deux captifs musulmans du royaume de Tunis (l’un de Constantine et l’autre de Jijel) sont présentés devant le Bailli général de Valence, pour être déclarés de bonne guerre. Ils affirment avoir été pris sur un caro de moro de Bougie, qui allait à Oran chargé de bois (lenyam) et de cuirs32. De même, lors du passage des galées vénitiennes à Bougie en 1475, un musulman nommé Buzioto (le Bougiote ?) fait porter à bord deux esclaves noirs, qu’il compte récupérer à Alger. Dans ce port cependant le patron du navire Tomaso Zen refuse de les livrer33. Enfin ce commerce interne au Maghreb est confirmé par les sources arabes, notamment certaines consultations juridiques. Ainsi une fatwa d’Abū ‘Abd Allāh b. al-’Abbās (mort en 871/1466) et d’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. Qāsim al-’Uqbānī (mort en 871/1467) évoque un marchand d’Alger venu à Bougie avec de la soie et des anbals (couvertures ou tapis). Il y trouve un certain Muhammad al-Biğā’ī, à qui il laisse en dépôt ses biens, et il achète diverses marchandises, qu’il envisage d’abord d’envoyer par mer à Alger avant de changer d’avis et de se décider à suivre la route terrestre34.

  • 35 Il finit par s’installer à Fès où il est cadi en 536/1142. Il y meurt en 567/ 1172. R. Bourouiba, L (...)

9Plus à l’ouest, le commerce avec al-Andalus était actif. Dans la première moitié du xiie siècle Ibn al-Ramāna, un savant né à la Qal’a des Banū Ḥammād, fait ses études dans cette ville et à Bougie, et voyage en al-Andalus, alliant commerce et recherche du savoir35.

  • 36 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 59.
  • 37 Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans médite (...)

10Enfin certains commerçaient avec le Proche-Orient et en particulier l’Égypte. Les documents de la Geniza montrent de nombreux juifs Ifrīqiyens à Alexandrie et au Caire36, mais Shelomo D. Goitein note cependant qu’à partir du milieu du xie siècle ils se font plus rares. Pourtant le mouvement ne se tarit pas totalement. Au xve siècle les galées vénitiennes transportent les marchands d’Ifrīqiya, au départ de Tunis sur les lignes du Trafego, et des navires musulmans assurent également cette liaison. En 1453 le roi d’Aragon ordonne ainsi à Joan Llull de partir avec ses deux naves et de « courir le long des côtes de Berbérie jusqu’à Alexandrie, pour tenter d’y surprendre le convoi de bateaux marchands qui a l’habitude de les longer, d’Alexandrie à Tunis ». Il l’autorise à attaquer et à saisir « de bonne guerre » toute embarcation de « Maures ou Turcs ou autres infidèles ou ennemis de la foi chrétienne »37. Mais on ignore si les Bougiotes participaient beaucoup à ce trafic ou si celui-ci était pratiqué surtout par des marchands d’Ifrīqiya orientale.

b) Une présence exceptionnelle dans les ports chrétiens

  • 38 Cf. D. Valérian, « Ifrīqiyan Muslim Merchants in the Mediterranean at the End of the Middle Ages », (...)

11S’il est normal que des marchands bougiotes se rendent dans d’autres régions du monde musulman, il est en revanche exceptionnel de les trouver dans les ports chrétiens38. Leur venue ne rencontrait pas d’opposition absolue, mais ils sont pourtant rares à venir commercer dans les grands ports du Nord.

  • 39 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 128. Cf. également H.-R. Idris, « Commerc (...)
  • 40 Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 316. Sur ces fatwa-s d’al-Māzarīet leur interprétation (...)
  • 41 Cf. Constable, Trade and traders, op. cit., p. 59-60 ; A. Nef, L’élément islamique dans la Sicile n (...)

12Les juristes musulmans adoptent sur cette question une position nuancée. D’un côté ils interdisent d’aller commercer chez les chrétiens pour des raisons à la fois religieuses et stratégiques, de l’autre ils envisagent des cas qui supposent que ces échanges existaient bien. La position de principe est l’interdiction, comme le montrent les fatwa-s d’al-Māzarī (mort en 536/1141) concernant le commerce avec la Sicile chrétienne : « Les musulmans ne pouvaient se rendre dans un pays soumis à la loi de l’Infidèle, quelle que soit l’urgence de leurs besoins. » Il avance pour cela l’argument suivant : « si nous nous rendons chez eux, le prix des denrées montera dans leur pays et ils recueilleront des sommes considérables provenant de nous et qu’ils utiliseront pour combattre les musulmans et razzier leur pays39 ». Mais dans d’autres consultations le même al-Māzarī envisage la possibilité de voyages en Sicile comme une réalité40. La position des juristes, ferme sur le principe, est en fait plus nuancée dans la pratique41.

  • 42 Traité Royaume de France et Anjou – Tunis, 1270, art. 1. Le même traité stipule également : « Si qu (...)

13Du côté chrétien il n’y avait pas non plus d’opposition à la venue de musulmans. Les traités, qui détaillent surtout les conditions de la présence chrétienne en territoire hafside, contiennent souvent des clauses de réciprocité. L’accord de 1270, entre d’une part Philippe le Hardi et Charles d’Anjou et d’autre part le sultan de Tunis al-Mustansir, permet aux marchands sujets du sultan de venir commercer dans les États de ces rois : « Tous les musulmans des États de l’émir des croyants, des terres de son obéissance, et des lieux en dépendant, qui se rendront dans les États de l’un des rois susdits [...] seront sous la sauvegarde du Dieu très-haut ; aucun d’eux ne sera exposé à aucune insulte dans sa personne ni dans ses biens, ni à aucun dommage grand ou petit ; ils seront à l’abri de toute hostilité de la part des bâtiments sortant des terres de l’obéissance desdits princes. » S’ils sont attaqués par un sujet de ces souverains, ils seront dédommagés « qu’ils aient éprouvé ce dommage en se rendant dans les pays susmentionnés, ou en en revenant »42.

  • 43 Dans le traité de 1313 entre Pise et Tunis par exemple, seul le quarante-sixième et dernier article (...)
  • 44 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1271, art. 1, 4, 7, 12, 13.
  • 45 Il limite à 5 % (vintè) au lieu de 10 % (deè) les droits sur les importations et exportations, pour (...)
  • 46 Éd. E. de K. Aguiló, « Rubrica dels llibres de pregons de la antiga curia de la governació, llibre (...)
  • 47 ACA, CRD, Jaime II, caja 1, n° 326 (16/09/1297).
  • 48 Neque conversis seu judeis autem etiam sarracenis de quibusvis partibus barbarie venientibus mercan (...)

14Dans certains cas ces accords ne dépassent pas l’expression d’une simple réciprocité théorique43. Ce n’est pas le cas cependant dans les traités catalans, qui sont beaucoup plus détaillés. Ainsi celui de 1271 entre la Couronne d’Aragon et Tunis comporte plusieurs articles garantissant la sauvegarde des sujets hafsides dans les terres du royaume44. Il ne s’agit pas dans ce cas d’une simple clause de réciprocité gratuite, puisque l’on envisage réellement la venue des musulmans d’Ifrīqiya. En 1343, après la conquête de Majorque sur Jacques III de Majorque, Pierre le Cérémonieux octroie ainsi des franchises aux marchands maghrébins (juifs et musulmans) qui viendraient commercer dans l’île et fixe les droits de douane qu’ils devront payer45. De même une criée publique faite à Majorque en 1386 proclame l’interdiction d’injurier ou de maltraiter tout musulman ou musulmane étranger se trouvant dans l’île, soit pour mission, soit pour commerce, soit pour toute autre raison46. Cette protection est dans la mesure du possible effective et attentive, puisqu’en 1297 le Bailli de Majorque dénonce au roi Jacques II des exactions commises par Bernat de Sarria et sa flotte aux dépens de musulmans de Bougie et Tunis « et autres lieux de Barbarie » qui commerçaient avec l’île, en acquittant régulièrement les droits accoutumés47. De même, dans un sauf-conduit accordé en 1406 à Valence, le patron d’un navire s’engage à ne pas attaquer les bateaux de la Couronne d’Aragon, « ni les convers ou juifs ou musulmans de quelque région de Barbarie venant pour commercer, tant dans la ville et le royaume de Majorque qu’en quelque autre lieu des royaumes et terres dudit seigneur roi »48.

  • 49 Cives et homines supradicti, sive sint christiani, sarraceni, vel judaei, possint libere et secure (...)
  • 50 AM, AA 149, 9/4/1472.

15La situation des pays de la Couronne d’Aragon est cependant particulière, en raison de leur passé musulman et de la présence des mudéjars. En Italie de telles mesures incitatives ne se retrouvent pas. Elles ont en revanche existé à Marseille, comme le montre en 1290 un accord entre l’évêque et la Commune, qui prévoit que chrétiens, juifs et musulmans peuvent venir, rester et commercer librement et en toute sécurité à Marseille49. De même une lettre du roi René du 9 avril 1472 autorise les étrangers à négocier dans Marseille, avec toute assurance tant par terre que par mer, et « portant défense aux infidèles d’exporter des armes50 ». Il y est précisé que peuvent venir commercer à Marseille les personnes « de tous royaumes, régions et parties du monde », quelle que soit leur religion, à condition que leurs souverains ne soient pas en guerre avec Marseille et qu’ils ne se livrent pas à la piraterie. Et le document d’ajouter : « et également s’ils sont du royaume de Tunis et de Bougie ou sujets de quelque autre État infidèle ».

  • 51 The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd. et trad. M. N. Adler, Londres, 1907, p. 3. « Men come for (...)
  • 52 En 1227 à Marseille un musulman d’Alexandrie, Haquim passe un contrat avec Bernard Manduel devant l (...)
  • 53 G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin xie-début xive siècle), ébauche d’une stratég (...)
  • 54 Le moine Donizione, biographe de la princesse Mathilde, se plaint de la présence dans le port de Pi (...)
  • 55 En octobre 1438 Raisi Ali Marsan, habitator Machamecte [Hammamet] de partibus Barbarie, nomme procu (...)
  • 56 Citons encore ce texte curieux d’un prédicateur dominicain de la seconde moitié du xiiie siècle, Ba (...)

16Pourtant la présence effective de marchands bougiotes n’est pas attestée hors des pays de la Couronne d’Aragon après le xiie siècle. Benjamin de Tudèle, vers 1165, parle pour Montpellier de musulmans51, mais ce témoignage est isolé. On rencontre certes des musulmans d’autres ports d’Ifrīqiya ou d’Orient à Marseille52, Gênes53, Pise54ou encore en Sicile55, ce qui peut laisser penser que des Bougiotes se sont trouvés également dans ces ports. Mais il n’en reste plus de trace, et on peut donc considérer qu’ils étaient exceptionnels56.

17C’est donc principalement dans les pays anciennement musulmans de la Couronne d’Aragon que l’on rencontre ces marchands.

  • 57 M. D. López Pérez, « Los operadores magrebíes en la Corona de Aragón a finales del trescientos y pr (...)

18Mais malgré les incitations et la protection assurée par les souverains, et régulièrement réaffirmée, les cas restent rares. Ils nous sont connus par les taxes que ces hommes doivent payer pour séjourner dans le pays ou pour le quitter, ou encore par les droits de douane sur les produits importés et exportés57. Les séries sont cependant loin d’être continues et la présence des marchands maghrébins est donc sous-évaluée. On peut compléter ces données par quelques rares documents commerciaux et par des réclamations consécutives à des actes de piraterie contre des Maghrébins venant commercer dans les pays de la Couronne.

  • 58 Cf. J. Sastre Moll, « Estancia y salida de musulmanes libres y esclavos durante el reinado de Sanch (...)
  • 59 Cf. N. E. Gais, « Aperçu sur la population musulmane de Majorque au xive siècle », RHCM, 9, 1970, p (...)
  • 60 ARM, P. 351, f. 104, éd. A. Santamaría Arández, Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque (...)
  • 61 ARM, P. 351 (19/4/1285 [ ?] et 24/5/1285), cité par E. Lourie, « Free Moslems in the Balearics unde (...)
  • 62 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14580, f. 58v (Majorque, 2/7/1354), cité par López Pérez, L (...)
  • 63 ARM, LLC 99, f. 295 (1/10/1423), cité par P. Macaire, Majorque et le Maghrib au xve siècle, thèse d (...)

19Majorque était la principale destination de ces marchands maghrébins58. L’île est en contact étroit avec Bougie et conserve une population musulmane, peu abondante59mais encore active. En juillet 1279 Mahomat, musulman libre de Bougie, y reçoit un prêt d’un chrétien, André Safer, et paye une taxe de séjour à la Couronne60. En 1285 Ali de Bougie et Mahomet de Cordoue empruntent 26 livres de réaux valenciens à Bernardo de Rosanes et Johannes Dominguez, dont une grande partie doit servir à rembourser A. de Vilamar qui leur a prêté un total de 31 doubles en Afrique et à Majorque. Un mois plus tard les mêmes empruntent 30 livres à Mathieu de Portovenere, dont 27 vont à Bernardo et Giovanni, et le même jour Mathieu leur promet de leur faire quitter Majorque avant le 15 août61. De même en 1354 le marchand bougiote Hamet Atzuahi prend en commande du Majorquin Bernat Bru 5 réaux majorquins et s’engage à les porter à Bougie à un autre marchand de l’île, Antoni Garcia62. Enfin en 1423 un autre marchand bougiote, Ali de Benxernit, obtient un sauf-conduit pour lui, ses compagnons, procurateurs et facteurs qui devront payer, comme tout maure ou juif étranger, une taxe d’entrée63. Ces quelques exemples montrent, au moins pour certains de ces marchands, une organisation assez stable de leur commerce avec les pays chrétiens.

  • 64 ARM, Reales cedulas, vol. III, f. 110 (08/1313), éd. E. de K. Aguiló, « Tractat de pau entre el Rey (...)
  • 65 ACA, C., Rg. 1389, f. 165r (30/1/1384). Cf. en 1353 le cas d’un Tunisois, Mohamed al-Rachid, marcha (...)

20En plus des préoccupations commerciales, certains peuvent venir dans le but de racheter des captifs musulmans. En 1313 le Bougiote Ibrahim Argenter vient ainsi chercher les trente-deux captifs de Majorque promis par Grégori Salembé aux autorités de Bougie64. En 1384 le Bougiote Mohammet al-Fayat est chargé d’aller chercher un sujet du roi d’Aragon captif dans le royaume de Grenade65. Mais on est là devant des cas qui oscillent entre l’ambassade et le commerce.

Tableau 21. MUSULMANS ET JUIFS DE BOUGIE PRÉSENTS À MAJORQUE ET VALENCE (1279-1500)

Tableau 21. MUSULMANS ET JUIFS DE BOUGIE PRÉSENTS À MAJORQUE ET VALENCE (1279-1500)
  • 66 Éd. Santamaría Arández, Ejecutoria, op. cit., p. 95.
  • 67 Cité par Lourie, « Free Moslems », art. cité, p. 634 (idem pour le suivant).
  • 68 Cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 376 (idem pour le suivant).

Note66
Note67
Note68

  • 69 Éd. A. Masia de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de Africa, Barcelone, 1951, n° 138
  • 70 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos, cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 377.

Note69
Note70

  • 71 Cité par O. Vaquer, « Navegació i comerç a Mallorca, segle xv, segonda meitat », Fontes rerum Balea (...)
  • 72 Éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacionales de los reyes católicos, IV, Barcelo (...)

Note71
Note72

  • 73 Cf. graphiques p. 608.
  • 74 Dans la seconde moitié du xve siècle les Ifrīqiyens d’une manière générale se font plus nombreux à (...)
  • 75 Dans un document de 1320 pourtant le Conseil des Cent de Barcelone, réclamant des représailles cont (...)

21La présence des Bougiotes à Majorque correspond globalement aux périodes de paix avec les Hafsides, puisqu’on les trouve dans les années 1320 et au début des années 136073. À Valence leur présence est encore plus rare, ou moins visible, même si on les trouve plus fréquemment à partir du milieu du xve siècle74. Ils restent cependant globalement peu nombreux75.

22Les indices de l’activité des marchands bougiotes sont donc rares. Si on peut supposer que les insuffisances des textes arabes nous masquent l’importance réelle de ces acteurs dans les pays musulmans, on doit constater que leur présence hors de cet espace est très limitée.

  • 76 En 1327 des marchands de Tunis débarquent à Majorque et, au moment de payer la leude perçue sur les (...)
  • 77 López Pérez, « Los operadores magrebíes », art. cité, p. 565-566.
  • 78 ARM, RP 1108, f. 9r (17/6/1365).
  • 79 ARV, Batllia, 1144, f. 145r (14/6/1406).

23Pour expliquer ce phénomène on ne peut évoquer des mesures restrictives à leur encontre. À Majorque et Valence au moins, les autorités facilitent leur venue, en accordant leur sauvegarde. On peut penser à des raisons fiscales, les droits divers payés par les musulmans et les juifs étrangers pouvant être un frein à leur venue. Certains en effet ont recours à des pratiques qui permettent d’éviter de payer des droits supplémentaires76. Ils peuvent pour cela contracter une lettre de change avec un marchand catalan au Maghreb, ou encore faire un accord de pré-vente, les marchandises voyageant aux risques du marchand catalan, et n’étant payées qu’à l’arrivée à destination au Maghreb77. Certains documents suggèrent en effet que les marchands bougiotes étaient « sédentaires » et faisaient transporter leurs biens par des chrétiens. En 1365 le juif majorquin Mahabub Faquin paye ainsi une taxe à Majorque pour quatre costals de cire venant d’Alger, qui appartiennent à son correspondant Abdalla Zefuni, moro de Bougie78. De même en 1406 Johan Deulo, patron de barca, vient de Bougie avec diverses marchandises « tant chrétiennes que sarrasines », quand le mauvais temps l’oblige à faire terre à Ibiza, où sa cargaison est volée79. Dans cette affaire il n’est pas question de captifs, ce qui montre que les Bougiotes n’étaient pas à bord et avaient sans doute confié leurs biens au patron du navire, ou à des marchands chrétiens.

  • 80 Jaime Sastre Moll signale la construction d’un « alfondech » pour les musulmans à Majorque en 1311. (...)
  • 81 Traité roi de Naples – Tunis 1477, art. 5.
  • 82 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 61.
  • 83 Constable, Housing the Stranger, op. cit., p. 190-191.
  • 84 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 59. Elle évoque également la question des bains. On sait (...)
  • 85 En 1316 un Bougiote venu en pays valencien acheter de l’huile, et s’apprêtant à repartir chez lui, (...)

24Cette faiblesse de la présence des marchands maghrébins dans les ports chrétiens peut s’expliquer également par l’absence de structures d’accueil communautaires semblables à celles que l’on trouve pour les chrétiens dans les ports musulmans. En particulier on ne trouve guère de fondouks, sur le modèle de ceux des chrétiens en terre d’Islam80. Même les accords comme celui de 1270 entre la Couronne d’Aragon et Tunis, qui font une large place aux droits des sujets hafsides, ne disent mot d’une quelconque organisation communautaire dans les ports de la Couronne. Seul le traité de 1477 entre le roi de Naples Ferdinand et ‘Utmān parle de réciprocité dans l’article concernant le fondouk, mais rien ne dit que cette clause fut appliquée81. Or un marchand isolé, même sous la sauvegarde du souverain, rencontre nécessairement des difficultés sinon pour vivre à l’étranger, du moins pour y développer ses affaires. Lorsqu’il existe une aljama, comme à Valence, les Maghrébins peuvent sans doute s’y intégrer et trouver là une structure d’accueil musulmane. À Majorque, où une telle institution n’existait pas82, la population musulmane pouvait cependant accueillir les Maghrébins venus commercer83. Dans les pays où aucune communauté musulmane ne résidait la situation était bien sûr plus difficile. Un problème aussi important que l’alimentation se posait immanquablement dans des villes chrétiennes84. Enfin, et en dépit des assurances des souverains chrétiens et des sauf-conduits, il pouvait y avoir une crainte des représailles en raison de la piraterie bougiote85.

25Aucune de ces raisons n’explique cependant totalement la rareté des négociants maghrébins en terre chrétienne. Il faut donc se tourner vers la société de départ, à Bougie même, pour tenter d’en cerner le milieu marchand.

2) Des milieux marchands restreints

26Les données pour étudier le milieu marchand bougiote sont rares, ce qui n’est du reste pas propre à cette ville et vaut pour une grande partie du monde musulman à cette époque. Une fois encore l’absence de documents d’archives se fait durement sentir et il faut se contenter des maigres renseignements que peuvent fournir les textes disponibles, qui présentent une image sans doute déformée de la réalité. Seuls en effet sont attestés quelques groupes mis particulièrement en lumière par les sources, à savoir les Andalous, les juifs, et les élites politiques. Il ne faudrait pas en conclure qu’ils sont les seuls à participer au grand commerce international ou qu’ils exercent une forme de monopole. Mais il est manifeste qu’ils bénéficient d’une position particulièrement favorable, qui en fait des intermédiaires privilégiés avec les marchands européens.

a) Les Andalous

  • 86 Al-Bakrī, trad. p. 166.

27La participation des Andalous à l’animation commerciale du port est ancienne, puisque avant même la fondation de la ville par al-Nāsir ils sont présents dans ce qui n’est encore qu’un mouillage et y font des échanges86. Leur rôle se confirme par la suite, lorsqu’un grand nombre d’entre eux s’installe à Bougie, en particulier à partir du xiiie siècle. Pour comprendre leur place dans le milieu marchand bougiote, il faut souligner l’ancienneté des relations entre Bougie et les musulmans d’Espagne, mais également les liens que ces derniers continuent d’entretenir, une fois installés au Maghreb, avec leur ancienne patrie.

  • 87 Dès l’époque du califat omeyyade, ils sont actifs en Ifrīqiya. O. R. Constable, « Muslim Merchants (...)
  • 88 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 18-20, 31. Sur Séville, voir Picard, L’Océan atlantique, (...)
  • 89 J. D. Latham, « Towns and Cities of Barbary – the Andalusian Influence », Islamic Quarterly, 16, 19 (...)
  • 90 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 33.
  • 91 ACA, C., Rg. 592, f. 26v-27r (18/5/1337).
  • 92 D. Abulafia, « Gli inizi del commercio genovese a Maiorca e il patto maiorcino-genovese del 1160 », (...)
  • 93 Même si le contrat donne les tarifs de nolis pour les marchandises chargées à Malaga pour Bougie.
  • 94 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth (...)
  • 95 R. Arroyo, « El comercio valenciano de exportación con Italia y Berbería a finales del siglo xiv », (...)
  • 96 En 1448, à Alexandrie, le marchand Galip Ripoli nomme procurateurs Habraim et Berentessi, marchands (...)
  • 97 Par exemple ARV, MR, Rg. 43, f. 91v-92r (21/4/1423) : Galip Ripoll, de la moreria de Valence, paye (...)
  • 98 ARV, MR, Rg. 50, f. 80v-82r, cité par Ruzafa Garcia, « Els orígens », art. cité, p. 184.
  • 99 M. Ruzafa Garcia, « Los mudéjares en desarrollo mercantil valenciano del cuatrocientos », Revista d (...)
  • 100 Ainsi en 1408 Martin Ier permet l’octroi de licences autorisant les musulmans à séjourner jusqu’à c (...)
  • 101 ARV, C., Rg. 705, f. 277r-296v (30/9 – 4/10/1459). Pour dix-sept d’entre eux le but du voyage est l (...)

28Les Andalous ont en effet très tôt compté parmi les principaux acteurs du commerce maritime et de l’animation portuaire le long des côtes maghrébines87. Almeria, Malaga et Séville sont en relation avec les marchés du Maghreb, qui ouvrent au-delà vers le Proche-Orient et notamment l’Égypte88. L’époque du califat omeyyade a vu en particulier se développer le commerce des Andalous le long des côtes africaines, au moins jusqu’à Bône. Ils fondent des villes pour servir de relais à leur trafic, comme Ténès en 262/875-6 ou Oran en 290/902-389. Jusqu’à l’époque almohade, ce commerce est florissant, favorisé par l’unité nouvelle de l’espace musulman occidental90. Cette tradition se poursuit après le xiie siècle, souvent en utilisant des navires chrétiens. En 1337 des musulmans d’Almeria viennent commercer à Bougie sur la barca du Valencien Andreu de Berga, qui est prise par un linh armé de corsaires de Bougie91. Les ports andalous servent en effet très tôt de points d’appui pour le commerce africain des Européens. C’est le cas, dès le xiie siècle, pour les Génois92et peut-être également les Pisans, et ce rôle se confirme par la suite. En 1253 un contrat de nolis est rédigé à Gênes, pour un voyage à Malaga, puis au Maghreb. Mais l’escale de Malaga est très réduite puisqu’elle ne dure que trois jours, et son objectif n’est d’ailleurs pas uniquement commercial93 : le contrat précise qu’il faudra dans ce port prendre des nouvelles sur Ceuta. Si les conditions de sécurité ne sont pas suffisantes, il faudra aller directement à Bougie ou Tunis, où il sera possible d’hiverner (le départ de Gênes étant prévu pour le 8 septembre)94. Il existe donc une tradition marchande chez les populations des grandes villes littorales de l’Espagne musulmane et des relations d’affaires anciennes avec certains ports du Maghreb comme Bougie. Dans les territoires conquis par les royaumes chrétiens, les mudéjars continuent de jouer un rôle dans le commerce maghrébin95. C’est le cas en particulier à Valence, où la population musulmane reste longtemps importante. La famille Ripoll a ainsi des investissements s’étendant à toute la Méditerranée jusqu’à Alexandrie, et même à Florence96. On les voit à Valence payer pour le départ à Bougie d’autres musulmans97et en 1422 Caat Ripoll se rend à Bougie pour avoir des nouvelles de son beau-frère Ali de Benxernit, pour lequel il s’est porté garant98. D’une manière générale les mudéjars valenciens sont très actifs dans le commerce méditerranéen99et les souverains les autorisent à se rendre au Maghreb pour y séjourner100. C’est ainsi qu’entre le 30 septembre et le 4 octobre 1458 vingt-trois musulmans et un juif du royaume s’embarquent sur les galées vénitiennes de Barbarie101.

Tableau 22. MARCHANDS MUSULMANS ET JUIFS DU ROYAUME DE VALENCE ACTIFS À BOUGIE (1336-1492)

Tableau 22. MARCHANDS MUSULMANS ET JUIFS DU ROYAUME DE VALENCE ACTIFS À BOUGIE (1336-1492)
  • 102 Ce Jucef Xipio apparaît également comme intermédiaire pour des rachats de captifs en terre musulman (...)

Note102

  • 103 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 63-64.
  • 104 ARM, P. 342, f. 160r (février 1242), cité par Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 123.
  • 105 ARM, P. 343, f. 243v-244 (29/12/1247), éd. Santamaría Arández, Ejecutoria, op. cit., n° 51, p. 639- (...)

29La communauté musulmane est moins importante à Majorque et sa place dans le grand trafic maritime est réduite. David Abulafia considère que les Majorquins se limitent à du cabotage et à un commerce de produits de faible valeur103. Certains musulmans de la Couronne, ou résidant dans les territoires nasrides, viennent cependant dans l’île pour aller ensuite au Maghreb et notamment à Bougie. En 1242 Amicus de Caldis et les musulmans Farraj de Saragosse et Abdella Alferichy de Lleida s’apprêtent ainsi à partir pour affaires à Bougie ou éventuellement Ceuta104. De même en 1247 Acmet Abenyequir d’Alicante vient à Palma et loue la moitié d’un linh appartenant à Bernat de Quart, de Sant Feliu, pour un voyage d’Alicante à Alger ou Bougie, ce qui montre des opérations d’une envergure certaine105.

  • 106 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéenne (...)
  • 107 M. Talbi, « al-Ḥiğrat al-andalusiyya ilā Ifrīqiya ayyām al-Ḥafṣiyyīn », al-Aāla, 26, 1975, rééd. É (...)
  • 108 Cf. supra p. 259. À Ceuta, qui accueille également de nombreux Andalous, le Valencien Ibn Halas pre (...)
  • 109 Par exemple ARV, MR, Rg. 31, f. 23v-24r (1410) : Cale ben Bical est autorisé à se rendre à Bougie p (...)
  • 110 « Moro de casa nostra ». Les Belvis sont cadis du roi de père en fils. Guiral Hadziiossif, « L’appo (...)

30À partir du milieu du xiiie siècle la poussée de la Reconquista oblige un grand nombre d’Andalous à fuir l’Espagne et à se réfugier en territoire musulman106. Nombreux sont ceux qui choisissent de s’installer à Bougie, en raison de ses relations anciennes avec al-Andalus mais aussi de sa prospérité. Ils y forment rapidement une communauté structurée par une forte conscience de leur situation d’exil107. Ils portent avec eux une tradition marchande, des compétences en matière de commerce mais aussi, pour ceux qui n’ont pas émigré immédiatement après la conquête, une familiarité avec les usages des chrétiens, au milieu desquels ils ont vécu. Au xive siècle ils occupent des postes importants pour le commerce, en particulier à la douane108. Ils conservent des réseaux efficaces et entretiennent des relations d’affaires avec leurs coreligionnaires demeurés en Espagne. Les liens, en particulier familiaux, restent en effet étroits, comme le montrent les raisons invoquées pour justifier des voyages au départ de Valence, plusieurs musulmans avançant la nécessité d’aller s’occuper d’un héritage109. En 1366 le roi Pierre d’Aragon écrit ainsi au sultan de Bougie pour lui demander de bien accueillir le procurateur d’une certaine Fatima, qui doit entrer en possession de biens dont elle hérite et qui doivent lui être remis par des sujets du sultan. Cette Fatima est la fille de Maymo Fuster, que l’on a vu commercer en 1337 et 1343 à Bougie, et l’épouse de Farig de Bellvis, musulman de la Maison du roi110, issu d’une autre grande famille de la moreria de Valence active dans les affaires. Sans que l’on puisse les étudier dans le détail, il semble qu’il y ait ici des réseaux commerciaux s’appuyant sur des liens familiaux étendus.

  • 111 ACA, C., Rg. 16, f. 206r-v (23/8/1270), éd. R. I. Burns, « Les mudéjars du royaume de Valence au te (...)
  • 112 ACA, CRD, Jaime II, caja 136, Judíos y musulmanes, n° 524 (29/5/1316), éd. Dufourcq, Recueil, op. c (...)
  • 113 ARM, RP 1108, f. 9r (1365).

31Ces relations avec les mudéjars sont assez naturellement mises à profit par les marchands bougiotes. Ainsi en 1270 le musulman (sans doute valencien) Ibrahim b. Halaf reçoit du roi Jacques Ier l’autorisation d’acheter la nave de Bernat Masot, ou une partie de cette nave. Il pourra l’utiliser pour commercer et s’associer pour cela avec des chrétiens ou des musulmans de Tunis, Bougie ou ailleurs, le roi prenant sous sa protection ses futurs associés et leurs marchandises111. De même en 1316 Mahomet ben Asmet d’Almeria donne en commande à Arrendassi et Rharani de Bougie des marchandises portées sur le navire du Majorquin Pelicier, pour une valeur de 180 à 200 doubles112, et en 1365 Mahabub Fagrii, juif de Majorque, paye une taxe d’importation pour quatre costals de cire venant d’Alger et déclare qu’ils appartiennent à Abdalla Zefuni, moro de Bougie113.

  • 114 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Raw al-bāsim fī awādi al-umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux (...)
  • 115 Berbères, II, p. 422.
  • 116 Cf. supra p. 521.
  • 117 ARM, LLM 99, f. 295 (1/10/1423).

32Les Andalous, qu’ils soient en terre musulmane ou chrétienne, servent donc de relais pour les marchands maghrébins. Ils sont installés à Bougie et dans le reste du Maghreb, où ils continuent d’entretenir des relations commerciales avec la péninsule. ‘Abd al-Bāsit raconte qu’à l’époque de son séjour à Tunis en 866/1462, le chef des˙ commerçants de la ville est un Andalou d’origine, nommé Abūl-Qāsim al-Garnātī al-Andalusī, ce qui souligne la place occupée par cette communauté dans le négoce114. On a vu par ailleurs que l’intendant du palais Fadl a, dans sa jeunesse, commercé avec al-Andalus, où il conserve des relations115. Enfin en 1423 Ali de Benxernit, natif de Valence mais habitant Bougie, reste lié aux grandes familles de la moreria comme les Ripoll ou les Bellvis116et vient pour ses affaires à Majorque117.

33Ces indices sont ténus, mais montrent bien une catégorie de marchands liés à la péninsule ibérique, chrétienne ou musulmane, et qui constituent un des éléments dynamiques du milieu commerçant bougiote.

b) Les juifs

34Les juifs forment une autre communauté active dans le commerce et présente à la fois dans le monde chrétien et les pays musulmans, ce qui leur permet de bénéficier, comme les Andalous, de réseaux mis à profit pour les affaires.

  • 118 H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, I, From the Antiquity to the Sixteenth Cen (...)
  • 119 Hirschberg, op. cit., p. 117.
  • 120 Sur la période almohade, voir Hirschberg, op. cit., p. 120-139.
  • 121 A. Cahen, « Les Juifs dans l’Afrique septentrionale », Recueil de la Société archéologique de Const (...)

35Leur présence à Bougie est sans doute ancienne et ils sont déjà présents à la Qal’a des Banū Hammād, dont la population juive augmente sensiblement après la prise de Kairouan par les Hilaliens118. Ils s’installent par la suite à Bougie, où leur présence est attestée à l’époque almohade119. Pourtant la politique religieuse des califes de Marrakech, qui a pour effet la disparition totale des dernières communautés chrétiennes autochtones, entraîne également une forte diminution du nombre de juifs. Mais à la différence de ce qui se passe pour les chrétiens, les juifs survivent à ces persécutions, dont l’intensité diminue d’ailleurs assez vite. Si certains préfèrent quitter la région pour l’Égypte ou les pays chrétiens, beaucoup restent ou reviennent rapidement120. La politique des Hafsides, quant à elle, leur est plus favorable121.

  • 122 M. D. López Pérez, « El pogrom de 1391 en Mallorca y su repercusión en los intercambios comerciales (...)
  • 123 Ibid., p. 249.
  • 124 Consultation juridique donnée par Solomon b. Simon Dūrān, citée par Hirschberg, op. cit., p. 386-38 (...)

36Leur nombre augmente surtout fortement avec l’exil des Andalous, le climat d’intolérance et le sentiment d’insécurité qui règnent dans les territoires reconquis par les chrétiens les poussant à chercher un pays moins exposé. Au début de la Reconquista leur situation en Espagne reste encore supportable, mais à partir du xive siècle, et surtout des pogroms de la fin du siècle, la nécessité de l’exil se fait plus pressante. La grande crise anti-juive de 1391 entraîne en effet des départs massifs ou des conversions, en particulier à Majorque122. Assez vite les souverains catalans invitent les juifs à revenir s’installer sur leurs terres123, mais la poursuite au xve siècle d’une politique anti-juive accélère les départs, jusqu’à la crise de 1492 et leur disparition des terres des Rois catholiques. Ces migrations se sont faites dans plusieurs directions et notamment au Maghreb, où les plus nombreux se sont installés à Alger et dans sa région. Mais Bougie en a accueilli également beaucoup, comme le montrent en particulier les recueils de responsa rabbiniques. Ils y forment au xive siècle une communauté séparée de celle des juifs autochtones, et parfois en conflit avec elle124.

  • 125 Les juifs maghrébins sont très présents dans la documentation de la Geniza et assurent à cette époq (...)

37Leur place dans le développement économique du Maghreb a souvent été soulignée et il est incontestable qu’ils ont joué depuis longtemps un rôle important dans certains secteurs du commerce, en particulier à longue distance125.

  • 126 M. Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien au Moyen Âge », Les communautés juives des (...)
  • 127 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 231.
  • 128 Ibid., p. 243, à partir de responsa rabbiniques.
  • 129 J. Oliel, Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, 1994.
  • 130 Du Touat deux routes partaient vers le nord, l’une en direction de Tlemcen et Fès, et l’autre vers (...)
  • 131 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité ; Oliel, op. cit., passim. E. Ashtor, « Gli Ebrei nel comm (...)
  • 132 Ch. de La Roncière, « Une nouvelle carte de l’école cartographique des Juifs de Majorque », Comité (...)
  • 133 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 234, 247.

38On les trouve tout d’abord dans le commerce intérieur, notamment comme intermédiaires dans le trafic saharien. Il en existe un groupe important à Ouargla entre le xe et le xiie siècle et, d’une manière plus générale, dans tous les centres urbains de la lisière du Sahara126. Une fois passée la crise de l’époque almohade, la prospérité de ces groupes revient et Michel Abitbol considère la période allant du milieu du xiiie à la fin du xive siècle comme l’âge d’or du commerce saharien des juifs127. On les trouve à Touggourt128et dans le Touat129, c’est-à-dire aux débouchés des routes sahariennes pouvant se prolonger en direction de Bougie130. Leur participation au commerce saharien est considérée comme certaine par beaucoup, même si Eliyahu Ashtor estime qu’elle n’est pas vraiment significative131. Leur connaissance de la géographie de l’Afrique noire est en tout cas manifeste, comme le montrent les cartes majorquines réalisées par des juifs à la fin du xive siècle132. De même la littérature rabbinique montre les relations de ces communautés des marges sahariennes avec les villes du Nord telles que Tlemcen, Constantine ou Bougie133.

  • 134 Ibid., p. 247.
  • 135 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., passim.
  • 136 H. Toukabri, « La communauté juive de l’Ifrīqiya au temps des Fatimides et des Zirides », Histoire (...)
  • 137 L. Piles Ros, La Judería de Valencia, Barcelone, 1991 ; José Hinojosa Montalvo, The Jews of the Kin (...)
  • 138 I. Loeb, « Les négociants juifs à Marseille au milieu du xiiie siècle », Revue des Études Juives, 1 (...)
  • 139 Sh. Simonsohn, The Jews in Sicily, I, 383-1300, Leyde – New York – Cologne, 1997.
  • 140 R. Urbani et G. N. Zazzu, The Jews in Genoa, I, 507-1681, Leyde – Boston Cologne, 1999, p. X-LVI ; (...)

39À Bougie même les juifs sont actifs dans le commerce et les responsa du rabbin Rashbash les montrent trafiquant le sel, les peaux, les tissus, la cire et les esclaves incirconcis (c’est-à-dire noirs ou chrétiens)134. Leur participation au grand commerce maritime profite de l’existence de communautés réparties sur le pourtour méditerranéen, souvent en relation avec Bougie. Il en existe alors au Proche-Orient, en particulier en Égypte135, dans les autres villes du Maghreb et notamment en Ifrīqiya136, en péninsule ibérique137, à Marseille138, en Sicile139, mais assez peu à Gênes et Venise140. Ces juifs méditerranéens sont actifs dans le trafic bougiote, ce qui permet à leurs coreligionnaires de Bougie de profiter de leur réseau commercial.

  • 141 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 32, 41, 56.
  • 142 Ibid., p. 48.
  • 143 Ibid., p. 148.
  • 144 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973, p. 324.
  • 145 Ashtor, « Gli Ebrei », art. cité, en particulier la discussion avec Shelomo D. Goitein, p. 472-476. (...)

40Au xie siècle les documents de la Geniza du Caire montrent le rôle de cette communauté dans les échanges méditerranéens. Beaucoup de juifs maghrébins viennent s’installer au Caire en raison des troubles qui règnent alors au Maghreb, mais aussi d’une modification des courants d’échanges en Méditerranée qui favorise l’Égypte141. Ils conservent cependant des liens, en particulier familiaux, avec leurs coreligionnaires demeurés sur place142. La plupart des lettres commerciales de la Geniza datent malheureusement du xie siècle143et ne permettent pas de voir la place qu’occupa Bougie dans ces échanges, concernant essentiellement l’Ifrīqiya orientale et surtout Tunis. L’une d’elles cependant, datée de 1135 environ, montre un certain Abū Sa’īd, qui vient d’Égypte sur un bateau chrétien et arrive à Bougie où il fait dit-il un commerce profitable144. Cette importance des juifs dans le trafic méditerranéen doit pourtant être nuancée et Eliyahu Ashtor a souligné qu’il ne faut pas se laisser induire en erreur par l’abondante documentation de la Geniza. Surtout, il note qu’à partir du xiie siècle leur place devient marginale145. On continue cependant à les voir, à des degrés divers selon les lieux et les époques, s’occuper de commerce international, à partir des ports européens en particulier.

  • 146 Cf. D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du (...)
  • 147 Blancard, II.
  • 148 Ces résultats diffèrent de ceux de Louis Stouff, qui compte 2 contrats sur 29 pour Ceuta, et 20 sur (...)
  • 149 Ibid., p. 10. Cf. également D. Iancu-Agou, « Les relations entre les Juifs de Marseille et les comm (...)
  • 150 A. Sayous, « Le commerce de Marseille avec la Syrie au milieu du xiiie siècle », Revue des Études H (...)
  • 151 Blancard, II, n° 474 (10/4/1248), 810 (27/5/1248), 814 (id.), 815 (28/5/1248).
  • 152 Ibid., n° 568 (22/4/1248), 572 (id.), 586 (24/4/1248), 613 (28/4/1248), 618 (id.).
  • 153 Ibid., n° 466 (10/4/1248), 603 (27/4/1248), 621 (28/4/1248). Lorsque le commanditaire est juif, le (...)
  • 154 Blancard, II, n° 499 (14/4/1248), 500 (id.), 578 (23/4/1248), 598 (27/4/1248), 599 (id.), 657 (8/5/ (...)
  • 155 Sur 7 commandes de safran, 5 sont prises par des juifs, et les 4 commandes de clous de girofles le (...)
  • 156 Iancu-Agou, « Les relations », art. cité, p. 26.

41À Marseille au xiiie siècle ils sont très présents dans le commerce avec Bougie146. Sur les 367 contrats de l’année 1248 édités par Louis Blancard147, 45 (12,25 %) concernent des juifs. Mais on les trouve dans 20 % des contrats à destination du Maghreb, avec une place particulière à Bougie : alors que les juifs n’apparaissent que dans un contrat sur les 23 concernant Ceuta (la deuxième destination des Marseillais au Maghreb), ils sont présents dans 23 actes sur 58 pour Bougie148. Il s’agit en général d’investissements moyens, inférieurs à ceux engagés par les marchands chrétiens149. Leur poids en Orient est en revanche faible, puisque sur les 160 personnes concernées par ces voyages en 1248, trois seulement sont juives150. Ceux qui sont impliqués dans le commerce bougiote montrent un groupe solidement structuré. En 1248 deux navires partent pour Bougie, le Saint-Gilles et le Saint-François. Pour le premier voyage les juifs n’apparaissent que dans 3 actes (sur 22), et pour le second dans 17 documents (sur 29), ce qui semble montrer qu’ils ont regroupé leurs investissements sur un des navires, où leurs biens occupent une place importante. Parmi eux une famille se dégage, celle des Ferrussol, dont plusieurs membres s’embarquent sur les navires partis en 1248. On les voit passer des contrats soit au sein de la famille151, soit avec d’autres juifs qui leur confient des commandes152, soit enfin avec des commanditaires chrétiens153. D’autres marchands juifs apparaissent plusieurs fois, comme Joseph, fils de Mosse Palerme, qui embarque sur le Saint-François et prend six commandes pour un total de 90 livres environ154. Leur rôle est particulièrement important pour les épices puisque l’on constate que les contrats les plus importants pour le voyage du Saint-François concernent du safran et des clous de girofle, et sont presque tous passés par des juifs155. Les autres investissements en revanche sont d’un niveau inférieur à ceux des chrétiens : le montant maximum des commandes de chrétiens est de 103 livres 14 sous 6 deniers, alors que pour les juifs il est de 71 livres, et la moyenne est de 17 livres 4 sous 8 deniers pour les juifs, alors qu’elle s’élève à 31 livres 5 sous 8 deniers pour les chrétiens. Les juifs disparaissent cependant presque totalement du grand commerce maritime marseillais après le xiiie siècle156.

  • 157 ARM, P. 342, f. 149v (janvier 1242), cité par Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 124.
  • 158 ARM, Reales cedulas, vol. 1, f. 37r-38r (28/6/1303), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 574-575.
  • 159 ARM, Reales cedulas, vol. 2, f. 202r (12/9/1308), éd. A. Pons, « Los Judíos del reino de Mallorca d (...)
  • 160 Par exemple ARM, guiatges 5, f. 99r (19/2/1396) : Dalmau de Montagut et Georgio Julianus reçoivent (...)
  • 161 López Pérez, « El pogrom de 1391 », art. cité, p. 244.
  • 162 Par exemple ARM, guiatges 6, f. 86r (22/6/1403) : licence pour un costal de fil de Bourgogne export (...)
  • 163 López Pérez, « El pogrom de 1391 », art. cité, p. 254-258.
  • 164 Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 91.

42Ces juifs marseillais sont souvent liés à ceux de Majorque, où se trouvait une autre communauté importante dont les liens étaient étroits avec le sud de la France. En dépit d’une politique parfois chaotique des souverains catalans et des pogroms, les juifs majorquins ont pu de manière assez régulière se rendre au Maghreb pour commercer. En 1242 Bernat Marellus part ainsi pour Bougie avec de l’argent de Samuel fils de Jafie et dix jarres d’huile157. De même en 1303 quatre juifs sont envoyés par le consul de Bougie vers Majorque pour y être jugés158. L’importance de leurs affaires à Bougie est suffisante pour qu’en 1308 le roi Jacques II dispense la communauté de l’île de participer aux dépenses engagées pour la flotte armée contre le sultan de Bougie, ne voulant sans doute pas les mettre en difficulté159. Les témoignages de voyages de juifs majorquins pour Bougie se poursuivent jusqu’en 1430 environ. À partir de 1391 cependant ce sont le plus souvent des convers qui partent, s’engageant à revenir dans l’île dans un délai rapide160. Certains en effet en profitaient parfois pour revenir à la foi juive et il fallait les en dissuader161. Même après la crise de 1391 cependant, de nombreux contrats montrent des juifs majorquins commerçant avec le Maghreb162, en association parfois avec des convers ou des chrétiens163. En revanche les conversions massives en 1435 portent un coup très dur à cette communauté164.

  • 165 R. Ferrer Navarro, « Los judíos en el comercio valenciano durante el siglo xiv », Primer congreso d (...)
  • 166 H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnemen (...)

43À l’inverse les juifs du royaume de Valence ne semblent pas avoir été très présents dans le commerce avec Bougie165. Les registres du Real Patrimonio montrent en effet de nombreux juifs actifs sur les marchés du Maghreb central et occidental, voire à Tunis, mais pas à Bougie. Il en est de même pour les juifs de Sicile étudiés par Henri Bresc, qui sont surtout en relation avec l’Ifrīqiya orientale166.

  • 167 C’est du moins le cas pour ceux de la Péninsule ibérique, mais aussi de Sicile. Cf. sur ces dernier (...)
  • 168 Hirschberg, op. cit., p. 374-375 ; Bresc, Arabes de langue, op. cit., p. 40.
  • 169 Goitein, A Mediterranean society, op. cit., I, p. 293-295.
  • 170 ADBR, 381E 371, f. 49v-50r (2/1/1306).

44Les juifs du Maghreb, dont le nombre a augmenté avec l’arrivée des exilés andalous, ont incontestablement profité de ces réseaux méditerranéens. Ils pouvaient se déplacer à la fois dans les pays chrétiens et musulmans et bénéficiaient, en particulier à l’intérieur du Maghreb, de communautés solidement implantées. Enfin, souvent arabophones167, ils avaient l’avantage de pouvoir être des intermédiaires entre chrétiens et musulmans. On les trouve souvent comme interprètes, tant au Maghreb que dans les ports chrétiens168, et ils sont sans difficulté en affaires avec des marchands des deux autres religions169. Ainsi en 1306 un marchand de Marseille, Firmin Ginies donne une procuration pour récupérer à Bougie une créance de Vital de Bougie, juif, et de son fils, résultant de deux commandes de 69 livres et 21 livres 8 sous170. Leur commerce dépassait donc largement le cadre de leurs réseaux communautaires et ils jouent au contraire un rôle essentiel d’intermédiaires.

  • 171 Au même titre que les marchands musulmans maghrébins. Cf. supra p. 510-511. Ils bénéficiaient notam (...)
  • 172 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).
  • 173 ARM, P. 2505, f. 103v ; P. 2525, f. 196v, cité par O. Vaquer Bennasar, El Comerç Marítim de Mallorc (...)
  • 174 ACA. C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482). Ce Johan Vidal est un convers, ce qui a pu faciliter ses re (...)
  • 175 ARV, MR, Rg. 102, f. 189v (28/3/1491). Voir d’autres exemples dans Piles Ros, « El Dret del XXe », (...)

45Les juifs bougiotes pouvaient facilement se rendre dans les pays de la Couronne d’Aragon, où ils bénéficiaient en général de la sauvegarde des souverains171et retrouvaient des communautés juives. En 1454 Moiser Cap, juif du royaume de Bougie, importe ainsi à Valence un baril d’indigo à bord d’une galée vénitienne172. En 1451 puis 1456 le marchand juif bougiote Salves Militi est présent à Majorque173. En 1482, à la suite de la confiscation des biens d’un marchand de Castel d’Ampurias par le mušrif d’Alger, on décide à Majorque de séquestrer les biens des juifs d’Alger et de Bougie qui sont en possession de Johan Vidal et Luys Martinez174. Enfin en 1491 Hobida, juif de Berbérie arrive à Valence sur la caravelle de Perot Valls, venant de Bougie avec des marchandises175.

  • 176 Hirschberg, op. cit., p. 458.
  • 177 ARV, MR, Batllia general (Cuentas de administración), Rg. 11, f. 267r (1393).
  • 178 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judíos (1391-1444) », Hispania, 45, 1985, p. 204.
  • 179 I. Epstein, The Responsa of Rabbi Simon B. Zemah Duran as a Source of the History of the Jews in No (...)
  • 180 Cité par Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 187. Sur cette rivalité in-tra-communautaire, (...)
  • 181 Les musulmans et les juifs avaient le droit de vendre leurs biens avant de quitter les territoires (...)

46Comme les musulmans, les exilés juifs andalous bénéficiaient de conditions plus favorables, grâce en particulier à leurs réseaux familiaux. Ainsi le rabbin Joseph ben Abraham Zimron rejoint Bougie avec sa famille, après ses études, et se lance dans le commerce176. De même en 1393 Fuxen Abdulfach, ancien juif de Majorque installé au Maghreb, vient à Valence pour y porter des marchandises et repart avec des draps bleus, de l’antimoine (alcofol), de la lavande (gotzema) et du tartre177. Les liens étaient particulièrement étroits avec les juifs ou les convers présents en terre chrétienne. Les responsa du rabbin majorquin Simon ben Zemah Duran, fixé à Alger après le pogrom de 1391, montrent des juifs andalous installés à Bougie et qui commercent avec le monde chrétien. Ainsi dans les années 1390 on a la trace d’un certain Mosé Amer, originaire de Majorque, établi à Bougie, qui commerce et reçoit du vin de son beau-frère, convers à Majorque178. Une autre affaire, liée à un acte de piraterie, montre un bateau avec à son bord des marchands juifs179. Ce dynamisme pouvait d’ailleurs entraîner des rivalités entre les juifs autochtones et andalous, dont témoignent les responsa rabbiniques. Après 1391 l’afflux de nouveaux juifs au Maghreb provoque en effet des tensions au sein de la communauté. À Bougie les juifs locaux (toshavim) supportent mal la concurrence des « expulsés » (megorashim) et se plaignent au rabbin Duran, qui leur répond : « Avant l’arrivée dans votre ville des juifs du pays d’Edoum [d’Europe] vous viviez aisément de vos rapports avec les Arabes qui avaient besoin de votre artisanat et vous donnaient des acomptes en numéraire que vous utilisiez pour votre commerce et votre subsistance. Or comme les réfugiés étaient venus dans votre ville avec des fonds leur permettant de vous devancer dans la fabrication d’objets artisanaux, les Arabes les préférèrent à vous, trouvant chez eux tout ce dont ils avaient besoin180 ». Cette réponse montre qu’outre les connaissances techniques professionnelles, les Andalous venaient avec des capitaux beaucoup plus importants que ceux dont disposaient les juifs locaux et exerçaient de ce fait une concurrence jugée déloyale181. Il est vraisemblable que cette rivalité existait également dans les affaires commerciales.

47Les juifs présentent donc bien des caractéristiques communes avec les Andalous, en raison des réseaux dont ils peuvent bénéficier sur les deux rives de la Méditerranée et qui facilitent leurs affaires commerciales. En revanche, à la différence des seconds, ils ne participent pas au pouvoir et ne profitent pas des avantages que la proximité du prince peut apporter pour le commerce.

c) Le rôle du pouvoir et des élites politiques

  • 182 Sur la place des élites politiques dans la société bougiote, voir M. S. Baïzig, Biğāya fī al-ahd a (...)
  • 183 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 310 ; A. L. Udovitch, « Merchants and Amīrs : Gov (...)
  • 184 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 123-126 ; Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 459 ; (...)
  • 185 À Ceuta cependant la situation est particulière, car c’est précisément l’élite commerçante qui a pr (...)
  • 186 Au début du xie siècle on apprend que seuls les bateaux du sultan de Tunis étaient disponibles et i (...)

48Parmi les acteurs du commerce bougiote, le sultan et son entourage jouent en effet un rôle important182. Dans le monde musulman le pouvoir a souvent joué un rôle actif dans le grand commerce international. C’est le cas en Égypte183, en al-Andalus184, dans plusieurs villes du Maghreb comme Ceuta185ou Tunis186. À Bougie, la participation des élites politiques est manifeste, même s’il faut reconnaître que nos sources, par leur nature même, accordent au pouvoir une place sans doute plus grande qu’elle n’était réellement. Ces élites politiques apparaissent dans les chroniques arabes ou dans la documentation diplomatique, et il est donc normal qu’elles soient davantage visibles que les autres marchands. Il n’en demeure pas moins que, s’il faut prendre garde à cet effet déformant, leur place est prépondérante.

  • 187 Cette clause apparaît dès le traité entre Pise et les Hafsides de 1234 (art. 6) : il s’agit de tran (...)
  • 188 Par exemple traité Pise – Tunis, 1353, art. 27 : si un Pisan a vendu ou acheté des marchandises d’u (...)
  • 189 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 46.
  • 190 Cf. « Bayt al-Māl », II, « aspect historique », EI2, I, p. 1178-1181 (Cl. Cahen).
  • 191 Cf. supra p. 256.
  • 192 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272). Cf. également ASG, min. 109, f. 46r (17/6/ 1273).
  • 193 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », JESHO, 7, 1 (...)
  • 194 Ibid., p. 257.
  • 195 Cl. Cahen, « L’Alun avant Phocée », Revue d’histoire économique et sociale, 1963, p. 433-447 ; Id., (...)
  • 196 ASG, AS, Rg. 1786, f. 405v-406r (4/5/1441), cité par G. Petti Balbi, « Il consolato genovese di Tun (...)
  • 197 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, n° 1552, f. 318r. Cf. Heers, « Gênes e (...)

49De grandes facilités sont accordées tout d’abord aux agents du pouvoir. Dès les premiers traités il est prévu que le sultan pourra noliser jusqu’à un tiers des navires présents dans le port187. Ces accords garantissent en outre les opérations faites au nom du souverain par un de ses agents188, ce qui pouvait inciter les marchands à privilégier ces interlocuteurs. De même, la paix de 1403 entre la Couronne d’Aragon et Tunis parle de créances auprès de la cour ou des officiers du sultan, que les marchands catalans ou siciliens peuvent céder à d’autres sujets de la Couronne189. La douane est alors non seulement un organisme de recouvrement des taxes, mais est également chargée de gérer les affaires du sultan avec les marchands chrétiens. La distinction entre les revenus de l’État et ceux du souverain en tant que personne n’est pas toujours claire et rigoureuse, comme souvent à cette époque190. Dans les documents latins le mot curia peut désigner simplement la douane191, mais aussi un organisme commercial lié au sultan. En 1272 Franceschino de San Sinexio reçoit à Gênes de l’alun déchargé de la nave de Giovanni Portonario et de la taride de Giordano de Insulis et associés. Cet alun a été acheté à Bougie a curia Buzee seu a nuncio regis seu curie Tunexi192. On est tenté d’établir un parallèle avec la situation égyptienne décrite par Claude Cahen à partir du traité d’al-Mahzūmī. Le pouvoir fatimide avait mis en place dans les ports méditerranéens des monopoles pour certains produits-clés et les chrétiens n’avaient la possibilité de les acquérir qu’à la condition qu’ils portent en échange du bois et du fer dont l’État se portait acquéreur193, un office du commerce, le matğar, effectuant les achats et les ventes pour le compte de l’État194. Pour cela ce matğar détenait en particulier le monopole de la vente de l’alun, produit dont on a vu l’importance dans le commerce des Européens195. Mais rien n’indique pour Bougie une telle situation de monopole pour la vente de l’alun ou d’autres produits. La curia occupait cependant une position privilégiée par rapport aux autres acteurs du commerce bougiote. Les témoignages de relations d’affaires avec le pouvoir sont en effet nombreux. En 1441 le consul génois défend ainsi devant le sultan de Tunis la cause de Bertone di Vintimiglia qui est venu en Afrique pour récupérer les biens de Marino de Marini, ancien facteur des Lercari et Imperiale, mort subitement à Constantine et créditeur de la curia de Bougie196. De même, en 1445, la nave de Filippo de Negrono part pour un voyage per costeriam vers Chio et décharge des marchandises à Bougie, dont des draps qui sont vendus au « roi de Bougie »197.

  • 198 ACA, CRD, Jaime II, caja 59, n° 10769 (22/2/1316), éd. Masia de Ros, op. cit., n° 146. Sur les affa (...)

50Les élites proches du pouvoir participent également à ce commerce. En 1316 des galées de Barcelone attaquent la nave de Pelis et prennent des marchandises qui sont la propriété du chambellan Ibn Ġamr, pour une valeur de 700 dinars. Ce dernier les avait confiées en commande à Mahomat ben Leylia, musulman d’Almeria, qui est capturé au cours de l’attaque. Le vice-consul des Catalans de Bougie demande alors à Jacques II de faire restituer ces biens car sinon « il y aura grand péril pour les marchands catalans de Bougie »198. Là encore il apparaît que ces personnes, en raison de leur poids politique, bénéficiaient d’une situation plus favorable que d’autres marchands.

  • 199 Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 395, 484-503.
  • 200 Ferhat, Sabta, op. cit., p. 306-307, 311-314.
  • 201 Cf. pour l’Espagne musulmane, Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 507.

51Ces trois « groupes » d’acteurs sont donc particulièrement mis en lumière par la documentation. Il ne faudrait pas en déduire pour autant qu’ils sont les seuls à participer au commerce maritime. La place des élites religieuses nous reste inconnue, alors que l’on sait que leur rôle fut notable, par exemple en al-Andalus199ou à Ceuta200. Il est surtout difficile de dégager clairement une bourgeoisie marchande en tant que groupe social bien défini201. À Ceuta elle est bien attestée, parce qu’elle est entrée dans le jeu politique et a conquis le pouvoir pendant un temps. On s’explique mal alors pourquoi elle n’existerait pas également à Bougie, qui à bien des égards ressemble beaucoup au grand port marocain. Il est possible cependant que ces groupes dominants, parce qu’ils avaient plus de facilités pour commercer avec les pays européens, aient marginalisé les autres catégories de marchands.

52Les Bougiotes ont donc participé au commerce maritime, tant en accueillant les marchands européens et en s’associant avec eux qu’en portant leurs biens dans les grands ports musulmans et chrétiens de la Méditerranée. Pourtant il est manifeste que leur place reste limitée et surtout sans commune mesure avec celle des opérateurs chrétiens, y compris pour des trajets internes au monde musulman.

3) Les insuffisances de la flotte marchande

  • 202 J. Heers, « Types de navires et spécialisations des trafics en Méditerranée à la fin du Moyen Âge » (...)
  • 203 Il n’existe pas au Moyen Âge de réelle différence entre un navire marchand et un navire de guerre o (...)

53Le fait que les marchands vus jusqu’à présent s’embarquent le plus souvent sur des navires chrétiens tendrait à montrer que les flottes marchandes musulmanes ont disparu après l’époque almohade. De fait, mis à part quelques documents à l’interprétation délicate, on ne voit pas de bateaux ifrīqiyens dans les ports chrétiens, dont le trafic nous est pourtant assez bien connu par quelques registres douaniers. Mais là encore il convient de se garder de conclusions trop générales202et il est nécessaire de chercher les indices d’une survivance de cette marine marchande203.

  • 204 Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, XXIV, éd. Ḥ. Naṣṣār et ‘A. al-Ahwānī, Le Caire, 1983, (...)
  • 205 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.
  • 206 Cf. supra, p. 212-213 ; M. Lombard, « Arsenaux et bois de marine dans la Méditerranée musulmane du (...)
  • 207 Istibār, texte p. 130, trad. p. 35. ˙
  • 208 Chr. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge. viiie-xiiie siècle, Paris, 1997, p. 8 (...)
  • 209 Ibn al-Ḥağağ al-Numayrī, Relation de voyage (Fay al-Ubāb), (Rihla) effectuée par le Souverain Mér (...)
  • 210 Fārisiyya, p. 186.
  • 211 Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 275-277 ; Id., « Les arsenaux musulmans de la Méditerranée (...)

54Il existait à Bougie des chantiers navals, qui ont dû être créés très tôt, sans doute au moment de la fondation de la ville par al-Nāṣir. Dans le récit qu’il fait de l’événement, al-Nuwayrī écrit qu’Ibn al-Ba’ba’ « dessina les contours de la ville, l’arsenal [al-ināa] et le port [al-mīnā’]204 ». Moins d’un siècle plus tard al-Idrīsī en parle en tout cas dans sa description de la ville : « Bougie est dotée d’un chantier naval où l’on construit des escadres, des vaisseaux, des embarcations et des bateaux de guerre [dār ināa li-inšāal-asāīl wa l-marākib wa l-sufun wa l-arābī], car les montagnes et les vallées environnantes sont très boisées et l’on apporte de ses districts une résine d’excellente qualité et du goudron205 ». Privilège rare dans le monde musulman méditerranéen, Bougie était en effet le débouché d’une région riche en forêts et en mines de fer, et ne dépendait pas de l’extérieur pour les matériaux de construction navale206. Quelques années après al-Idrīsī, l’anonyme du Kitāb al-Istibār parle même de deux arsenaux destinés au gréement des navires et à la construction des bateaux (« li-ṣinā’at al-marākib wa inšā’l-sufun »)207. Mais l’utilisation d’un second chantier correspond sans doute à la grande politique navale des Almohades208et n’a pas dû se prolonger au-delà. Au milieu du xive siècle encore, lors du passage du Mérinide Abū ‘Inān à Bougie, son panégyriste al-Numayrī raconte que dès son arrivée le sultan alla inspecter l’arsenal, dans le faubourg de la ville, et ordonna que l’on utilise les bateaux (ağfān) qui s’y trouvaient pour combattre les ennemis209. Enfin Ibn Qunfud évoque, pour la fin du xive siècle, un chantier ou atelier de menuiserie (manğara), dirigé par le id al-bar Ibn Abī Mahdī, qui servait sans doute possible à la construction des navires210. L’aspect de ce bâtiment n’est pas connu et l’on sait seulement qu’il était situé à l’extérieur de l’enceinte principale, du côté occidental. Dans d’autres villes, comme Malaga, il pouvait être de dimensions imposantes, avec des tours et des fortifications211.

  • 212 Al-Ġubrīnī, p. 86.
  • 213 Cité par Idris, « Commerce maritime », art. cité, p. 236.
  • 214 Éd. Alarcón y Santón, García de Linares, op. cit., n° 119, texte p. 259, trad. p. 263.
  • 215 ACA, CRD, Jaime II, caja 20, n° 3975 (5/11/1310), éd. (avec une date erronée) A. Giménez Soler, « D (...)
  • 216 ACA, CRD, Jaime II, caja 25, n°4780 (traduction contemporaine ; 17 safar 714 / 2 juin 1314), éd. Gi (...)
  • 217 ARV, C., Rg. 626, f. 2r-7v (2/8/1409), éd. J. Hinojosa Montalvo, « Confesiones y ventas de cautivos (...)
  • 218 ARV, C., Rg. 626, f. 33v-36r (2/5/1410).
  • 219 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 29r-v.

55Les textes arabes mentionnent ces bateaux qui servent au commerce maritime, même si les occurrences sont rares et les identifications malaisées. Al-Ġubrīnī cite ainsi le cas d’un notaire rédigeant un acte de vente de navire (safīna)212. Al-Burzulī montre dans une de ses fatwas le cas d’un marchand qui a acheté un navire, loué des matelots, leur a payé leurs gages et a chargé des marchandises ; le bateau est pris par les Rum-s dans le port avant de mettre la voile, et le marchand est fait prisonnier avec une partie de l’équipage213. L’existence d’une flotte marchande est cependant attestée principalement dans les très nombreux documents relatifs à la piraterie chrétienne contre les musulmans. Une série de réclamations faites par le sultan de Tunis vers 1305 montre plusieurs bateaux ifrīqiyens commerçant avec Bougie et capturés par des pirates catalans. En šawwāl 702 / mai-juin 1303, un navire (ğafn) ifrīqiyen transporte une cargaison de Bougie à Bizerte et est arraisonné par une saiète majorquine, avec une autre petite embarcation de gens de Bône, chargée de marchandises d’une valeur de 5000 dinars214. En 1310 le sultan de Bougie et Constantine se plaint auprès de Jacques II d’Aragon d’actes de piraterie commis sur mer par deux saiètes de Valence aux dépens de deux vaisseaux (vaxells) bougiotes, entre Dellys et Alger215. Quelques années plus tard, en 1314, le même Abū Bakr proteste contre la prise d’un linh entre Bougie et Jijel216. En 1409 une barca est capturée par des Valenciens, avec des marins ou des passagers des « royaumes » de Fès, Tlemcen, Bougie et de Tunis, qui font du commerce jusqu’à Malaga, où ils vendent du blé acheté à Oran avec le produit de la vente de lances portées de Bougie217. L’année suivante une fuste de Castillans capture près de Mostaganem un caro de Bougie chargé de bois et de cuirs qu’il portait à Oran, avec à son bord vingt-six personnes218. En 1420 enfin c’est un caro transportant du bois de Bougie à Oran qui est intercepté dans les eaux d’Alger, avec à son bord onze musulmans219.

  • 220 Voir le cas d’un navire possédé à la fois par des chrétiens et des musulmans à Tunis en 1277, Alarc (...)
  • 221 Cf. supra, p. 266.
  • 222 Cf. supra, p. 266-267.
  • 223 ARM, AH 99, f. 295 (1/10/1423), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 561-563.

56Un autre indice de l’existence de cette marine est la vente par des chrétiens d’embarcations à des musulmans, ou des associations pour la possession de bateaux220. Les traités, nous l’avons vu, envisagent la vente de navires à des musulmans, en violation des interdictions de l’Église221. Les Statuts de Marseille et le texte du Consulat de mer prévoient également cette possibilité222. Ces dispositions sont confirmées par quelques actes de la pratique. En 1423 par exemple, le bougiote Ali de Benxernit reçoit ainsi l’autorisation de venir commercer à Majorque sur ses navires ou d’autres, ce qui suppose qu’il possède ses propres navires qui font le trajet entre Bougie et Majorque223.

  • 224 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963 ; Cl. Carrère, « Le droit d’ancrage et le mouve (...)
  • 225 Guiral, « Les relations commerciales de Valence avec la Berbérie », art. cité, p. 106. L’identifica (...)
  • 226 Archivio di Stato di Trapani, not. Miciletto (9/1/1439), cité par Trasselli, « Sicilia, Levante e T (...)
  • 227 Ainsi Hamet ben Bien, qui vient régulièrement commercer à Majorque, possède, au nom du sultan hafsi (...)
  • 228 À Majorque, quand l’embarcation appartient à une société dans laquelle intervient un marchand de l’ (...)
  • 229 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 382-383.
  • 230 Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca », art. cité, p. 161. Cf. également M. D. López P (...)
  • 231 AHCB, Llibre Vert, vol. I, f. 213 (12/10/1227), cité par Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le (...)
  • 232 Day, Les Douanes de Gênes, op. cit., p. XI.

57Pourtant il est exceptionnel de trouver des bateaux ifrīqiyens dans les ports chrétiens. Aucun n’apparaît dans les registres douaniers de Gênes, à la fin du xive siècle, ou de Barcelone au milieu du xve siècle224. Jacqueline Guiral, pour Valence, ne rencontre entre 1410 et 1520 que deux cas d’embarcations maghrébines, l’une appartenant à un juif de Mostaganem et l’autre à un certain Remiro de Tunis, qui exporte des marchandises vers Tunis225. En 1439 on rencontre certes un Giacomo di Andrea de Pectora, Pisan habitant Tunis, qui rentre sur un brigantino saracenorum à Trapani226, mais c’est un cas assez isolé. Ce silence des sources peut s’expliquer en partie par des cas de copropriété de navires227, le patron cachant la participation d’étrangers dans le capital pour éviter de payer de trop fortes taxes portuaires228. Mais cette pratique de propriété partagée avec des musulmans ne semble pas généralisée229. À ces raisons fiscales peuvent s’ajouter des mesures visant à interdire aux navires étrangers de venir charger dans un port européen. À Majorque une taxe spéciale est ainsi payée par les patrons étrangers, mais elle n’est pas spécifique aux musulmans230. De même à Barcelone en 1227 il est décidé que toute marchandise à destination de l’Orient ou du Maghreb devra être chargée sur un navire barcelonais, s’il en est de disponible231, et à Gênes à la fin du xive siècle tout commerce lointain doit être fait avec des bateaux génois232. Mais outre que ces mesures ne visent pas en particulier les embarcations maghrébines, elles n’ont pas toujours été appliquées avec rigueur.

  • 233 Il n’est pas possible en particulier de savoir de quels types de navires il s’agissait. Au faible n (...)
  • 234 On rencontre certes des navires ifrīqiyens sur les routes orientales et en particulier en direction (...)
  • 235 On connaît la phrase célèbre d’Ibn Khaldūn sur la marine musulmane de cette époque : « Ses navires, (...)
  • 236 Picard, La Mer et les musulmans d’Occident, op. cit., p. 75-96.
  • 237 Istibār, éd. p. 130, trad. p. 36.
  • 238 Bernat Desclot, Cronica, chap. 166, cité par Ch.-E. Dufourcq, La Vie quotidienne dans les ports méd (...)

58Il existe donc des navires de commerce bougiotes, attestés jusqu’au xve siècle. Les cas recensés sont cependant rares, même si la documentation n’est pas adéquate pour en mesurer l’ampleur233. Comme les marchands itinérants, les navires bougiotes limitent leur rayon d’action au monde musulman, surtout occidental234. La question est de savoir à partir de quand la marine marchande de Bougie a commencé à s’affaiblir. Jusqu’au xie siècle il est incontestable que les flottes musulmanes dominent en Méditerranée235. À l’époque almohade encore, les chantiers de constructions navales sont très actifs au Maghreb, même si la documentation manque pour voir les navires de commerce236. L’anonyme du Kitāb al-Istibār vante l’activité du port en décrivant, non sans exagération, les bateaux musulmans provenant d’Alexandrie, du Yémen, de l’Inde, de la Chine, et d’autres pays. Mais il signale également la présence de navires des Rūm-s arrivant de Syrie et autres régions éloignées du bilād alRūm237. C’est donc surtout à partir du xiiie siècle que le déclin se fait sentir. Le chroniqueur catalan Bernat Desclot, non sans un excès de patriotisme, attribue à un amiral chrétien de la fin du xiiie siècle la phrase suivante qui n’est pas sans évoquer celle d’Ibn Khaldūn : « Maintenant, même un poisson n’ose, pas plus qu’une galère ni nulle autre embarcation, se risquer sur les flots sans un sauf-conduit du roi d’Aragon238 ».

  • 239 Robert Brunschvig parle de « technique retardataire » : « Les progrès techniques si remarquables ré (...)
  • 240 John H. Pryor ne distingue pas de différence probante entre les bateaux marchands musulmans et chré (...)
  • 241 On pense aux Andalous installés en Ifrīqiya, qui avaient pu séjourner, pour certains d’entre eux, d (...)
  • 242 J. Vernet-Ginés, « The Maghreb Chart in the Biblioteca Ambrosiana », Imago Mundi, 16, 1962, p. 1-16 (...)
  • 243 Lombard, « Arsenaux », art. cité, p. 53-106.

59Ce recul de la flotte de commerce a été diversement expliqué. On a avancé tout d’abord des insuffisances techniques, dans la construction ou le maniement des navires239. Pourtant les techniques de navigation n’étaient pas ignorées des marins ifrīqiyens et le simple rappel de l’importance de l’activité pirate suffit à le montrer. On s’expliquerait mal par ailleurs ce supposé retard technologique pour les constructions navales. Les nouveautés dans ce domaine – au demeurant peu nombreuses jusqu’à la fin du xiiie siècle – n’étaient pas si complexes qu’elles ne puissent pas être assimilées240, alors même que les possibilités d’échanges étaient fréquentes, que ce soit avec l’Orient ou avec l’Espagne chrétienne ou musulmane241. L’existence de portulans maghrébins, le premier datant de la première moitié du xive siècle, montre par ailleurs une connaissance des routes de navigation en Méditerranée242. Le manque de matériaux a été également avancé pour expliquer ce recul243. Mais si cette explication peut s’appliquer à l’Égypte, pauvre en bois, il est plus difficile de l’évoquer pour Bougie qui dispose des ressources de la Kabylie. Le respect des interdits pontificaux par les marchands chrétiens était par ailleurs assez aléatoire concernant les bateaux et les matériaux de construction.

  • 244 Ch.-E. Dufourcq, « Le commerce du Maghreb médiéval avec l’Europe chrétienne et marine musulmane : d (...)
  • 245 J.-M. Pardessus, Collection des lois maritimes antérieures au xviiie siècle, Paris, 1828-1845, III, (...)
  • 246 Cette règle était bien appliquée par les autorités chrétiennes, comme le montrent les tentatives de (...)
  • 247 Cf. supra sur la piraterie, p. 451 s.
  • 248 Cf. supra p. 457.
  • 249 Le projet de traité de 1444 entre la Couronne d’Aragon et Tunis (art. 19) prévoit que si des musulm (...)
  • 250 Une fatwa d’Ibn ‘Arafa au xive siècle parle de l’habitude prise par les musulmans d’emprunter les n (...)
  • 251 En 1464 deux des trois galées du Trafego venant d’Alexandrie, chargées de lin et d’épices portés pa (...)
  • 252 En 1382 le Majorquin Pere Pedro, patron d’une coca, part de Palma pour Oran, où il charge le blé d’ (...)

60On a affirmé encore que les marchands musulmans jouissaient d’une plus grande sécurité sur les bateaux chrétiens, face à la piraterie, ce qui les aurait poussés à négliger les constructions navales244. Une convention admise, paraît-il, en Méditerranée, affirme en effet que « le pavillon couvre la marchandise »245. Mais cette hypothèse soulève deux objections. D’une part les traités passés régulièrement avec les États maghrébins stipulent que les corsaires ne doivent pas attaquer les sujets du souverain avec lequel on est en paix246et les licences de course excluent alors ces bateaux des proies possibles, sans considération de la religion de leur propriétaire ou capitaine247. D’autre part les pirates n’avaient guère de telles considérations religieuses, et attaquaient aussi bien les bateaux chrétiens que musulmans248. En principe ceux qui montaient à bord étaient protégés249, mais dans la pratique les abus étaient possibles et fréquents250, les pirates prenant même prétexte de la présence à bord d’infidèles pour capturer les navires. Il en était de même des autorités portuaires, qui n’hésitaient pas à emprisonner les musulmans se trouvant sur des navires chrétiens251. Les Hafsides prirent donc l’habitude d’obliger les patrons de navires à laisser un otage comme garantie252. Cette explication est donc peut-être valable lorsque les bateaux sont protégés, ce qui est le cas des galères vénitiennes, qui bénéficiaient à ce titre d’une réputation de plus grande sécurité, mais ce n’est pas le cas de la plupart des bateaux de commerce.

  • 253 Cette thèse a été largement développée récemment par X. de Planhol, L’Islam et la mer. La mosquée e (...)
  • 254 Chr. Picard, « L’échec maritime musulman ? », La puissance maritime, dir. Chr. Buchet, J. Meyer, J. (...)
  • 255 M. T. Mansouri, « Perceptions arabes de la Méditerranée médiévale : de la maîtrise à la crainte », (...)
  • 256 Muqaddima, trad. p. 525. Encore cette situation est-elle sans doute davantage liée à des considérat (...)
  • 257 G. Martinez-Gros, « Ibn Khaldūn et la mer », Mésogeios, 7, 2000, p. 99-112 ; A. Cheddadi, « Les Mus (...)

61Enfin on a pu avancer un changement d’attitude des musulmans à l’égard de la mer. Laissons de côté les considérations douteuses sur l’incapacité de l’Islam à s’intéresser à la mer253. Il est évident que l’Ifrīqiya fut, à certaines époques au moins, un pays de marins et de marchands qui n’hésitaient pas à prendre le large. Les Aghlabides, les Fatimides, les Zirides et leurs cousins Hammadides, sans parler des Almohades, eurent une véritable politique maritime254. Faut-il penser alors qu’il y a eu un changement d’attitude après le xiie siècle ? Le discours sur la mer change en effet à partir de cette époque255. Le sentiment de danger devient plus grand, et surtout se double de la conscience d’être désormais un étranger sur les eaux. À la fin du xive siècle Ibn Khaldūn se lamente de ce que les musulmans « devinrent, sur mer, comme des étrangers, à l’unique exception des rares populations du littoral256 ». Ce discours s’inscrit dans celui, dominant chez beaucoup d’auteurs de cette époque, du recul de l’Islam face à la chrétienté257. Mais dans quelle mesure cette pensée des élites, dont ces textes sont le reflet, traduit-elle celle des hommes de mer ? Que les dangers de la navigation aient alimenté des craintes chez les marins ou les marchands, cela ne fait pas de doute, mais n’est pas une nouveauté et n’est du reste pas propre aux musulmans. Que ce sentiment ait causé, à partir du xiiie siècle, un renoncement à la navigation est en revanche plus contestable. L’audace des pirates vient là encore contredire cette thèse.

62Le problème n’est donc pas lié spécifiquement à la navigation, et doit être pensé comme un des aspects du recul plus général des opérateurs bougiotes par rapport à ceux de l’Europe méditerranéenne.

4) Les raisons de ce recul

63En dépit des témoignages de l’activité de marchands musulmans et de la survivance d’une marine de commerce, il est manifeste que la participation des Bougiotes au grand commerce maritime est réduite, et surtout très inférieure à celle des Européens. Il y a là un changement radical, même s’il fut progressif, avec la situation de la Méditerranée occidentale jusqu’au xiie siècle, telle que nous la montrent en particulier les documents de la Geniza. L’explication de ce recul est cependant difficile. Elle est pourtant au cœur du problème posé par la plupart des historiens, celui du déclin ou du décrochage des économies du Sud par rapport à l’expansion générale de la rive septentrionale de la Méditerranée. Si le Maghreb n’a pas profité autant qu’il l’aurait pu de cet essor, c’est avant tout parce qu’il s’est trouvé dans une position passive et a laissé les marchands européens organiser les échanges maritimes à leur profit.

  • 258 Cf. Cl. Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », (...)

64Les raisons de cette évolution restent encore largement obscures, et il ne saurait être question ici de prétendre expliquer l’évolution générale du Maghreb à la fin du Moyen Âge258. Tout au plus peut-on, à partir de la situation de Bougie, poser quelques hypothèses, et surtout rejeter certaines explications trop simplistes.

65Les deux thèses qui se sont affrontées le plus souvent – pour simplifier celles des historiens coloniaux et post-coloniaux – ne peuvent en effet être tenues pour satisfaisantes.

  • 259 Robert Brunschvig, qui refuse de lier cette « stagnation » ou « très faible évolution » de la socié (...)
  • 260 G.-H. Bousquet, « Dans quelle mesure l’enseignement dogmatique a-t-il pu entraver l’évolution des i (...)

66Les premiers, attachés à définir les caractères du musulman ou du Maghrébin259, ont surtout cherché à montrer l’inaptitude profonde et générale de ces hommes à développer une économie capitaliste. Aux considérations racistes sur l’inaptitude à l’investissement (et à l’effort) durable sont venues s’ajouter des théories sur l’incompatibilité profonde de l’islam avec le développement capitaliste. L’argument principal est le fatalisme supposé des musulmans, qui aurait entravé toute initiative. Les règles du droit musulman, en particulier l’interdiction de l’usure, ont également été interprétées comme un frein au développement économique et commercial. Enfin on s’est appuyé sur la prohibition des innovations pour affirmer que, par principe, l’islam empêchait toute évolution du droit commercial, ce qui aurait entraîné rapidement un retard important vis-à-vis de l’Europe occidentale260.

  • 261 M. Rodinson, Islam et capitalisme, Paris, 1966, et Id., « Les conditions religieuses islamiques de (...)
  • 262 Rodinson, « Les conditions religieuses », art. cité, p. 21.
  • 263 Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 362. Voir également A. L. Udovitch (...)
  • 264 Voir en particulier A. L. Udovitch, Partnership and Profit in Medieval Islam, Princeton, 1970 ; Id. (...)
  • 265 Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 362.

67Tous ces arguments, reposant sur l’idée de sociétés musulmanes immobiles par essence, ont été réfutés, en particulier par Maxime Rodinson261. Il a montré que l’islam, religion née dans un milieu marchand, n’a pas été une cause d’ankylose pour l’économie et que ses principes ne différaient pas fondamentalement de ceux du christianisme de la même époque. L’interdiction de l’usure, en particulier, a surtout visé à en éviter les excès et elle eut des effets limités dans la pratique, où les procédés de détournement furent courants262. Le retard des techniques commerciales n’est pas plus évident. Le contrat de qirā, qui permet en dépit de règles strictes une réelle souplesse, n’a rien à envier à la commande occidentale263. D’autres techniques de crédit ou de change ont par ailleurs existé, permettant le développement des affaires264. Quant au fatalisme supposé des musulmans, Claude Cahen fait justement remarquer qu’il existe également dans la pensée protestante et n’a jamais empêché le développement capitaliste265.

  • 266 « L’affaiblissement des États maghrébins serait la condition favorable, l’impérialisme commercial s (...)
  • 267 D. Valérian, « Le facteur économique dans la politique catalane à Bougie (xiiie-xve siècle) », L’Ex (...)
  • 268 Voir en particulier la lutte entre Gênes et Pise. D. Valérian, « Gênes et Pise : une concurrence po (...)

68En réaction principalement aux thèses traditionnelles sur la responsabilité des Hilaliens dans la crise du Maghreb, et dans un contexte d’opposition aux formes nouvelles de colonisation économique, beaucoup ont cherché à expliquer les difficultés de la fin du Moyen Âge par la volonté européenne d’exclure les acteurs maghrébins de la prospérité et du trafic méditerranéen. C’est la thèse développée en particulier en 1970 par Abdallah Laroui, qui souligne la convergence des visées politiques et de l’impérialisme économique266. Elle appelle plusieurs objections. Tout d’abord la collusion des intérêts marchands et politiques est loin d’être évidente et de nombreux exemples nous montrent au contraire des intérêts divergents267. Par ailleurs il n’est pas possible de dégager clairement une politique d’expansion économique de l’Occident en général. Il est incontestable que Gênes, Pise, les rois d’Aragon et d’autres ont eu de telles politiques, en particulier en direction du Maghreb. Mais chercher une volonté de l’Occident pris comme un tout serait lui prêter une unité qu’il est loin d’avoir alors. Au contraire les marchands chrétiens ont cherché à gagner des marchés et à en exclure leurs concurrents européens268. Dans aucun document les Italiens, les Catalans ou les Provençaux ne montrent d’ailleurs une inquiétude quelconque causée par les négociants maghrébins. De même on chercherait en vain des mesures discriminatoires dans les ports de l’Europe méditerranéenne contre ces marchands. Au contraire, nous l’avons vu, plusieurs documents montrent une volonté de faciliter leur venue. Il ne faut pas voir là le signe d’une ouverture particulière à l’égard de ces Maghrébins, mais plutôt la preuve qu’ils ne représentaient pas une menace sérieuse pour les marchands locaux. On peut certes avancer que l’intolérance s’est développée dans le contexte des Croisades et que le climat n’était pas favorable à la venue d’un musulman dans les ports chrétiens. Mais dans les ports ibériques il n’y a pas trace de réactions de violence religieuse contre les marchands musulmans, alors même que la frontière avec l’Islam est proche et que l’idéologie de reconquista imprègne la société. Enfin, à supposer cette hypothèse juste, elle n’explique pas pourquoi les marchands bougiotes sont également remplacés en partie par les Européens sur les autres places commerciales musulmanes d’Orient et même d’Occident.

69Plutôt que de faire appel à des jugements trop généraux et souvent infondés, il est donc préférable de chercher à comprendre pourquoi, dans le contexte hafside, les milieux marchands n’ont pas eu le dynamisme nécessaire pour concurrencer efficacement les négociants chrétiens.

  • 269 Cf. A. L. Udovitch, « Time, the Sea and Society : Duration of Commercial Voyages on the Southern Sh (...)
  • 270 Cf. supra, p. 98-100.

70Le premier problème est relatif à la politique de l’État hafside. Les milieux marchands bougiotes ont-ils bénéficié d’un encouragement et d’un encadrement du pouvoir, comme ce fut le cas dans les grandes cités de l’Europe du Sud ? Nous ignorons presque tout de la politique commerciale (et économique d’une manière générale) des Hafsides. Il est incontestable cependant qu’ils ont favorisé le développement du trafic maritime, comme le montrent les efforts pour conclure des trêves avec les États chrétiens, et le plus souvent pour réduire le phénomène pirate. Mais leurs efforts, tels que nous les voyons dans la documentation latine, portent surtout sur l’accueil des marchands européens. Il n’y a pas eu, semble-t-il, de tentative visant à installer dans les ports étrangers des structures d’encadrement pour leurs propres sujets. On ne trouve pas non plus d’institution visant à encourager et réguler le commerce maritime269. Le id al-bar ou le chef de la douane ne sauraient être comparés aux Consuls de mer de Pise ou autres personnages similaires dans les ports chrétiens. Peut-être faut-il voir là l’expression d’une politique qui laisse le commerce à l’initiative individuelle et limite l’intervention de l’État. On peut également avancer l’hypothèse que le pouvoir n’a pas souhaité heurter les élites religieuses en favorisant le déplacement ou l’installation de musulmans en terre chrétienne. Mais La raison principale de cette absence de soutien à l’expansion commerciale doit plutôt être recherchée dans l’organisation du pouvoir. La participation des élites économiques aux prises de décisions est en effet faible270, même s’il faut reconnaître que le rôle des conseils (šūrā, mašyaa) est mal connu, ainsi que leur composition. On sait seulement qu’à l’époque d’al-Ġubrīnī, la šūrā est dominée par le grand cadi. De même, lorsque ces élites interviennent dans la vie politique, c’est souvent pour préserver leurs positions et leurs postes contre des hommes venus de l’extérieur, ou pour protester contre les impôts, sans que des intérêts commerciaux apparaissent clairement. Seule l’aide apportée par des marchands bougiotes à l’usurpation d’Abū Zakariyā’ en 684/1285-6 montre l’intervention de représentants du milieu marchand. Mais nous ignorons tout de leurs motivations. Les hommes de négoce ne semblent donc pas avoir disposé de relais puissants auprès du pouvoir politique pour favoriser leurs affaires. Certes les élites religieuses peuvent avoir eu des intérêts dans les échanges maritimes, sans doute supérieurs à ce que laissent voir les textes. C’est également le cas des émirs et de leurs proches. Mais ce sont des groupes relativement restreints et, dans le cas du pouvoir politique, le commerce maritime est vu à la fois comme un mode d’investissement de capitaux et comme une source de revenus fiscaux.

  • 271 Cf. supra, p. 264-273.
  • 272 Laroui, op. cit., p. 195. Cf. également pour l’Égypte fatimide, Cl. Cahen, « Quelques problèmes con (...)
  • 273 Laroui, op. cit., p. 195.

71Le seul aspect connu de la politique économique est la politique douanière271, laquelle n’est pas propre à Bougie qui doit appliquer les traités signés par le sultan. Abdallah Laroui, très critique sur les effets du commerce maritime, pense que le pouvoir a cherché à attirer les marchands chrétiens dans un but avant tout fiscal, trouvant dans les taxes douanières des ressources facilement contrôlables, ce qui est probable272. Il ajoute que cette politique a entraîné l’hostilité des marchands locaux, qui selon lui auraient été marginalisés273. Mais les chrétiens ne semblent pas avoir bénéficié d’un traitement douanier privilégié par rapport aux autres. Nous ne connaissons pas, il est vrai, le détail de toutes les charges fiscales pesant sur les marchands bougiotes, mais rien ne permet de penser qu’elles étaient particulièrement discriminantes.

  • 274 Cahen, « Douanes et commerce », art. cité, p. 255, 264-265.
  • 275 Cahen, « Quelques mots sur le déclin », art. cité, p. 364.
  • 276 Ibid., p. 364.
  • 277 Ibid., p. 365.

72Claude Cahen constate, au sujet de l’Égypte à l’époque d’al-Mahzūmī, que la politique douanière favorise nettement les importations, et non pas les exportations qui pourraient stimuler la production locale274. Il montre que cette attitude passive est le signe d’une « économie de spéculation et d’acquisition275 ». L’objectif des États et de l’aristocratie, poursuit-il, est de se procurer les éléments de leur puissance ou de leur aisance et non pas d’écouler une production276. Selon lui l’idée d’alimenter un commerce grâce à un surplus de production, pour assurer ou augmenter le travail et les ressources de producteurs (ou simplement pour équilibrer en valeurs marchandes importations et exportations) n’a jamais existé au Proche-Orient277. Les traités signés par les Hafsides montrent une orientation semblable, favorisée peut-être par les ressources en or du Soudan, qui ont pu créer une solution de facilité en permettant l’acquisition de biens sans obliger à les échanger contre d’autres productions locales.

73Au-delà de la politique de l’État se pose cependant également la question du capital disponible pour des investissements commerciaux.

  • 278 Mohamed Kably, s’inspirant de Claude Cahen, écrit ainsi : « l’économie du Maghreb se trouva pratiqu (...)
  • 279 Y. Lacoste, Ibn Khaldoun. Naissance de l’Histoire, passé du tiers-monde, Paris, 1966, rééd. 1981, p (...)
  • 280 Ibid., p. 44.

74Les élites politiques ont été tenues pour responsables de la stagnation, dans la mesure où elles auraient favorisé un « mercantilisme parasitaire » au détriment de l’accroissement de la production278. Cette idée repose sur l’hypothèse d’une agriculture incapable de dégager des surplus, la richesse ne provenant alors que des profits du commerce279. Le Maghreb n’est vu alors que comme une zone de transit entre les richesses du Soudan et l’Europe, développant un « mode de production artificiel », et donc particulièrement fragile280. L’idée d’une absence d’investissement dans l’activité maritime demande cependant à être reconsidérée.

  • 281 Cf. supra, p. 205-216.
  • 282 La possession par les élites urbaines de propriétés agricoles n’est en revanche pas visible dans le (...)

75Ces capitaux pouvaient avoir plusieurs origines : la production agricole et industrielle, le commerce lui-même, les profits de l’activité pirate enfin. L’évaluation quantitative des surplus n’est pas possible en raison de la nature de la documentation, mais il est néanmoins envisageable d’estimer le plus ou moins grand dynamisme de chaque secteur. Rien ne permet tout d’abord de conclure que le secteur agricole est particulièrement sinistré281. L’abondance des exportations de laines et de cuirs montre au contraire un élevage dynamique, capable de dégager des surplus exportables282. De même l’activité industrielle est bien attestée, à Bougie comme dans sa région. Mais elle semble s’organiser autour de structures assez modestes et sa production est très rarement exportée par mer, ce qui suggère un dynamisme limité.

  • 283 Cf. supra, p. 192-195.
  • 284 De nombreuses fatwas traitent des problèmes engendrés par ce sur-prélèvement bédouin.
  • 285 Cf. supra, p. 217-219.
  • 286 Cf. pour Ceuta Ferhat, Sabta, op. cit., p. 318.
  • 287 Rodinson, « Les conditions religieuses », art. cité, p. 26-29. En ce sens l’évolution est très diff (...)

76Ces insuffisances de la production peuvent s’expliquer par plusieurs raisons. La première, qui est fondamentale, est d’ordre démographique283. Le dépeuplement des campagnes est incontestablement un facteur de ralentissement de la croissance et limite les surplus exportables vers le port. La deuxième explication est la lourdeur excessive des prélèvements effectués par l’État, mais aussi par les tribus dans les zones mal contrôlées. Les taxes levées par le pouvoir sultanien peuvent certes êtres investies dans les activités commerciales du souverain ou du gouverneur. Ce n’est sans doute pas le cas de celles imposées par les tribus, dont on connaît mal l’ampleur, mais qui semblent avoir pesé sur les revenus des producteurs agricoles284. Enfin la dernière explication est le manque de développement des structures de production industrielles. En Europe l’essor du secteur textile a, sinon déclenché, du moins fortement contribué à la révolution commerciale. L’organisation des métiers a permis une rationalisation de la fabrication, et un développement quantitatif. Au contraire les artisans du textile à Bougie sont modestes285. Maxime Rodinson a souligné qu’à la fin du Moyen Âge s’affirme un ascétisme qui prône un retrait du monde (ce qu’il nomme les tendances « passivistes ») et que la figure du saint tend à remplacer celle du marchand dans l’échelle des valeurs. Cette attitude n’est pas nécessairement une condamnation de l’enrichissement et du travail286, mais représente pour le capitalisme la « perte de son auréole287 ». L’impact de ces tendances est difficile à évaluer, mais le recueil d’al-Ġubrīnī montre bien des exemples d’ascètes vivant d’une modeste activité artisanale, et on ne peut exclure que cette transformation des mentalités religieuses ait contribué à entraver l’essor du secteur industriel et sa modernisation.

77Le capital pouvait également provenir des bénéfices du commerce lui-même, qu’il soit terrestre ou maritime. Il est vraisemblable que les échanges ont enrichi les nombreux intermédiaires qui travaillent dans le port, ou y acheminent les produits. Enfin les profits de la piraterie, très élevés à la fin du xive et au début du xve siècle, ont pu être réinvestis dans le commerce lorsque celui-ce redevient actif à partir des années 1420.

78Globalement cependant le manque de dynamisme des productions agricoles et industrielles est un frein à l’investissement dans le commerce maritime. Ce n’est donc pas tant le négoce qui a des effets négatifs sur la production que l’inverse.

  • 288 H. Ferhat, « Remarques sur l’histoire des villes et la fragilité du tissu urbain avant le xve siècl (...)
  • 289 Al-Ġubrīnī, p. 177, 218. On ignore cependant l’ampleur de leur négoce, qui semble plutôt local.
  • 290 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, notamm (...)
  • 291 Ferhat, Sabta, op. cit., p. 309.
  • 292 Berbères, II, p. 399.
  • 293 Du moins un monopole officiel. Ibn Khaldūn note, non sans bon sens, que « quand c’est le souverain (...)

79Enfin la question se pose du choix des investissements. Pourquoi les capitaux n’ont été que peu engagés dans la construction de navires et dans le grand commerce maritime, alors que l’activité marchande a pourtant toujours été valorisée dans les pays musulmans ? L’argent a pu être utilisé dans d’autres domaines, comme le souligne pour Ceuta Halima Ferhat, qui montre un transfert des investissements du négoce vers l’immobilier à partir du xiiie siècle288. Peut-être l’ » auréole du marchand » a-t-elle disparu, comme le suggère Maxime Rodinson, même si le commerce reste une source de revenus honorable. Al-Gubrīnī cite quelques cas de faqīhs faisant du commerce289et l’on a vu que les proches du pouvoir participaient aux opérations maritimes, ce qui montre une activité socialement considérée. La catégorie des grands marchands est attestée en Égypte290, comme à Ceuta où ils constituent l’élite sociale de la ville291. Le fait que vers 683/1284-5 des marchands bougiotes aient pu contribuer au financement de l’armée de l’émir Abū Zakariyā292montre que certains d’entre eux au moins disposaient de capitaux substantiels. Mais la présence de négociants, même de grande envergure, ne signifie pas que le commerce attire de nombreuses personnes. Les sources, malgré leurs limites, montrent au contraire un milieu assez réduit, limité à quelques catégories d’acteurs, qui ne forment pas nécessairement un groupe cohérent et uni par des intérêts communs. Il ne faut pas en déduire nécessairement l’établissement d’un monopole de la part du pouvoir293, mais plutôt que certains groupes, mieux placés par leurs relations avec le monde chrétien, peut-être plus solides financièrement, exercent l’essentiel de cette activité. Il n’y a donc pas une large mobilisation, comme celle qui se dessine à la même époque dans les grands ports européens.

80La raison principale du recul des marchands bougiotes face à leurs partenaires chrétiens doit donc être recherchée surtout dans l’insuffisance des capitaux investis. La faiblesse démographique ainsi que des structures de production trop modestes se traduisent par des surplus peu importants. Par ailleurs si le commerce reste une activité honorable, elle ne semble pas imprégner la société urbaine au point de mobiliser massivement les capitaux. Cela doit également être mis en relation avec l’absence de soutien et d’impulsion du pouvoir, qui préfère faciliter la venue de marchands latins plutôt que d’encourager ses propres sujets à prendre la mer et à investir les marchés européens.

81Toutes ces hypothèses restent, il faut le reconnaître, fragiles en l’absence d’une meilleure connaissance de cette société urbaine. Il est manifeste en tout cas que les structures du commerce bougiote étaient trop faibles pour concurrencer efficacement les marchands et les armateurs européens, dont la puissance ne cessait de s’affirmer. Ces derniers, poussés à la fois par les besoins d’une économie en pleine croissance et par la nécessité de trouver de nouveaux marchés pour en écouler la production, ont développé un commerce puissant et offensif, qui a fini par écarter les négociants musulmans jusque sur dans les circuits internes au monde de l’Islam.

II – LA PRÉDOMINANCE DES MARCHANDS CHRÉTIENS

82Les acteurs les plus nombreux du commerce maritime sont incontestablement les chrétiens, relativement bien connus grâce à la documentation notariale. Le développement de leurs affaires a bénéficié des progrès rapides des techniques commerciales et des constructions navales. Par ailleurs l’évolution des mentalités et les profits importants générés par le négoce ont contribué à la valorisation du métier de marchand. La conséquence de cette double évolution a été la participation au commerce maritime de larges pans de la société dans les grandes villes marchandes de l’Europe du Sud.

1) Les instruments de l’expansion commerciale

  • 294 Voir en particulier Pryor, Geography, op. cit., passim, et la série des colloques internationaux d’ (...)
  • 295 La bibliographie sur le sujet est abondante. Voir en particulier A.-E. Sayous, Le Commerce des Euro (...)

83À partir du xiie siècle le développement de techniques commerciales à la fois efficaces et souples permet à des milieux divers de participer à l’animation commerciale méditerranéenne. Dans le même temps l’essor des constructions navales offre des moyens de transport permettant de relier les marchés africains, et méditerranéens en général. Tout cela est connu et a été bien étudié par les historiens de l’expansion européenne, de la marine294et du droit commercial295. Si chaque port a développé ses propres traditions, qu’il serait fastidieux d’exposer par le détail, certaines caractéristiques sont communes et doivent être rappelées rapidement.

a) Le développement des techniques commerciales

  • 296 À partir du xiiie siècle les villes marchandes organisent des écoles pour les fils de la bourgeoisi (...)
  • 297 A. Sapori, « La cultura del mercante medievale italiano », Studi di storia economica, I, Florence, (...)
  • 298 Leonardo Pisano, Liber abbaci, éd. B. Boncompagni, Rome, 1857, p. 1 ; trad. angl. L. Sigler, Fibona (...)

84Le marchand était initié dès son plus jeune âge aux techniques du commerce. D’abord à l’école296, mais surtout en accompagnant ses aînés, le jeune marchand faisait son apprentissage297. Leonardo Pisano, dit Fibonacci, est à la fois un exemple de ces jeunes gens partis outre-mer pour apprendre leur métier, et un tournant dans l’histoire des connaissances mathématiques appliquées au négoce. À la fin du xiie siècle, encore adolescent, il accompagne son père, scriba des Pisans à Bougie. Il y suit l’enseignement d’un professeur qui lui transmet une partie du savoir mathématique arabe. De retour à Pise, il rédige le Liber Abaci, qui devient la base des connaissances en arithmétique utilisées par les marchands durant tout le Moyen Âge, rendant plus faciles les opérations complexes nécessaires au commerce maritime298.

  • 299 Exceptionnellement le marchand garde un tiers du profit. Parfois on peut trouver également des cont (...)
  • 300 Cf. supra p. 323-330.

85Parallèlement à ce développement des techniques de comptabilité, le droit commercial a connu des progrès importants, qui ont permis le financement du grand commerce maritime. Le contrat le plus utilisé et le plus simple est celui de la commande, que l’on trouve dans les principaux ports de l’Europe du Sud. Un capitaliste donne à un marchand une somme d’argent ou des marchandises, à porter et faire fructifier sur une autre place. Le commandité doit vendre les marchandises et réinvestir l’argent obtenu soit dans des achats définis dans le contrat soit, le plus souvent, au mieux des possibilités du marché. Au retour il doit remettre au commanditaire le capital, alors que le profit de l’opération est partagé entre les deux, le marchand en conservant en général le quart299. Ce type de contrat permet à toute personne, même sans apport de capital initial, de participer au commerce et, s’il est habile et chanceux, de s’enrichir rapidement. Il est donc particulièrement adapté aux petits opérateurs, qui n’apportent là que leur travail. La societas maris associe quant à elle deux investisseurs. Le marchand qui effectue le voyage participe en général à hauteur d’un tiers du capital et reçoit la moitié du profit. Il doit donc disposer de ressources à investir et ce type de contrat ne peut convenir à tous. Il est évident que le marchand pouvait porter lui-même ses propres marchandises ou son propre capital. Dans ce cas, il n’était pas nécessaire de rédiger un contrat et ces opérations n’ont pas laissé de trace dans la documentation. Plus complexes, les opérations de change étaient nécessaires pour disposer de monnaies courantes dans les places étrangères300, mais elles pouvaient être également des modes d’investissement, ou des prêts à intérêts déguisés.

  • 301 Sur les aspects juridiques de ce type de contrat, E. Bensa, Il Contratto di assicurazione nel medio (...)
  • 302 Balard, « Assurances », art. cité, p. 274-275.
  • 303 Ibid., p. 279.
  • 304 Par exemple AHPB, Pere Bastat, Liber securitatum, 9/8/1454 – 24/1/1461, f. 55v-56r (1/7/1455) ; AHP (...)

86À partir du xive siècle se développent des systèmes d’assurances, qui permettent de limiter les risques de la navigation sur les trajets les plus exposés et encouragent par conséquent les investissements301. À Gênes à partir de 1340 le contrat se présente sous la forme d’un prêt fictif d’une somme que l’assureur s’engage à rembourser, sauf si la marchandise ou le navire assurés arrivent à destination. Après 1362 la formule est plutôt celle d’une vente, toujours fictive, dont le paiement ne sera effectué qu’en cas de sinistre302. Les taux d’assurance sont assez faibles, et ne pèsent donc pas excessivement sur les coûts de transport. À Gênes dans la seconde moitié du xive siècle ils sont de l’ordre de 5 à 10 %303. À Barcelone dans les années 1450-1460 les taux varient entre 8 et 16 % pour un voyage aller et retour vers Alger ou Bougie304.

  • 305 Cf. supra sur les communautés marchandes à Bougie, p. 300-303.

87Enfin avec le développement des établissements européens dans les ports musulmans, certaines compagnies ont eu des représentants permanents sur place. Ces derniers réceptionnaient les marchandises, achetaient et vendaient sur le marché local. Ces grandes entreprises, souvent implantées dans les principales places commerciales, ne semblent cependant pas avoir entretenu beaucoup de représentants permanents à Bougie. Elles se développent à partir de la fin du xiiie et surtout au xive siècle, à un moment où il était plus avantageux pour elles d’avoir un agent à Tunis ayant autorité sur l’ensemble de l’espace hafside. Certains marchands importants pouvaient pourtant avoir un correspondant installé à Bougie, parfois un membre de la famille, un associé ou un employé305.

  • 306 La question du facteur déclencheur et de l’origine première des capitaux de la révolution commercia (...)
  • 307 Au milieu du xiie siècle Ingo della Volta, d’une famille noble et grand propriétaire d’immeubles, t (...)
  • 308 Voir notamment J. Le Goff, La Bourse et la vie, Paris, 1986 ; A. Sapori, Le Marchand italien au Moy (...)
  • 309 R. S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Mediterraneo, Bologne, 1938, rééd. Gênes, 1996, p. 2 (...)
  • 310 G. Airaldi, « Aspetti dell’espansione mediterranea genovese », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vi (...)

88Les techniques de commerce, à la fois simples et efficaces, se sont donc progressivement développées et perfectionnées. Elles permettent de générer des profits rapides et importants pour des gens entreprenants, même modestes, qui acceptent de partir ou de risquer leur argent sur des marchés lointains. Ces capitaux investis peuvent avoir plusieurs origines306. Les surplus de l’agriculture ou de l’artisanat ont pu alimenter le commerce maritime, mais c’est surtout le négoce lui-même qui fournit les capitaux les plus nombreux, par les profits considérables qu’il génère307. De larges couches de la société peuvent ainsi profiter de cette activité, d’autant que les mentalités évoluent rapidement. Les condamnations que l’Église a pu formuler contre l’usure sont facilement contournées308. On observe surtout une valorisation de l’activité marchande309, le négociant devenant une personne en vue de la société, qui appartient aux élites politiques de la cité. Le chroniqueur génois Caffaro définit ainsi le bon citoyen comme le marchand qui va par mer, en investissant et en faisant fructifier un capital, et considère le commerce comme une activité éminente. De même la Chronica Civitatis Ianuensis de l’archevêque dominicain Jacques de Voragine montre que le succès de la cité dérive de l’activité commerciale310.

b) L’essor des flottes de commerce

  • 311 Voir par exemple pour Gênes Lopez, Storia delle colonie, op. cit., p. 40-41 ; Balard, La Romanie, o (...)
  • 312 R. Di Tucci, Studi sull’economia genovese del secolo xii. La nave e i contratti marittimi, Turin, 1 (...)
  • 313 E. Bach, « Études génoises ; le minutier de Lanfranco », Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan (...)
  • 314 Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 22.
  • 315 Heers, « Types de navires », art. cité, p. 108.

89La construction et l’exploitation des navires a été l’autre grand moteur de l’expansion commerciale européenne en Méditerranée. Les chantiers navals, présents dans tous les grands ports, ont fourni aux marchands un moyen de transport rapide, bon marché et de plus en plus adapté aux besoins311. Le financement est souvent partagé par plusieurs investisseurs312et, en dépit des risques de la navigation, les profits sont importants et rapides. Au xiie siècle à Gênes les prix des navires varient entre 36 livres pour une saiète, 95 livres pour un bucius, mais plusieurs centaines de livres pour une nave313. Ils augmentent cependant rapidement, avec la capacité des navires, et au milieu du xiiie siècle ils peuvent dépasser les 2000 livres avec l’équipement314. L’étude des types de navires fréquentant le port de Bougie est compliquée par les incertitudes qui demeurent sur le vocabulaire, qui peut évoluer et varier d’un port à l’autre315. Globalement cependant on constate que les navires utilisés pour le commerce bougiote sont de taille moyenne, le plus souvent à voiles.

  • 316 Lorsque l’origine du bateau ou de son patron n’est pas indiquée, on a supposé qu’il était du port o (...)

Tableau 23. TYPES DE NAVIRES DE COMMERCE316(1150-1500)
1150-1200

Tableau 23. TYPES DE NAVIRES DE COMMERCE316 (1150-1500)1150-1200

1251-1300

1251-1300
  • 317 Navires d’origine inconnue venus charger des grains en Sicile ou en Campanie.

Note317

  • 318 Cela n’est pas propre à Bougie. Les naves sont les bateaux les plus nombreux à quitter le port de G (...)

90Les bateaux qui fréquentent le plus le port de Bougie sont les nefs, ou naves318. Le même mot désigne cependant des types différents selon les époques.

  • 319 H. C. Krueger, « The Routine of Commerce between Genoa and Northwest Africa during the Late Twelfth (...)
  • 320 Krueger, Navi, op. cit., p. 168.
  • 321 Hocquet, Voiliers, op. cit., p. 100.
  • 322 Balard, La Romanie, op. cit., p. 553-554.
  • 323 ASG, not. ign., busta 1, doc. 1, n° 10 (14/3/1180).
  • 324 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).
  • 325 Il s’agit de la vergue qui porte la voile latine. Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal, I, Par (...)
  • 326 Du Cange (Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, 1883-1887, rééd. anast. Graz, 1954, V, p (...)
  • 327 ASG, min. 29, f. 149v (8/7/1253), éd. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 112-113.
  • 328 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. Ibid., p. 120-124, et analyse détaillée du document p. 45-46
  • 329 Ce document est édité par L. de Mas-Latrie, « Charte de nolisement de l’an 1264 pour un voyage de P (...)

91Aux xiie et xiiie siècles c’est un bateau rond, de 23 à 37 mètres de long, avec un ou plus souvent deux mâts et des voiles latines319, dont l’intérêt principal est sa grande capacité. Dans la seconde moitié du xiie siècle Krueger donne des tonnages pouvant aller jusqu’à 1 500 cantares pour les nefs génoises, soit environ 100 tonnes métriques320. Ses capacités augmentent par la suite, pour atteindre les 1 000 tonnes321, ce qui nécessitait un équipage parfois important, de plus de cent hommes322. Les unités utilisées pour le commerce bougiote sont cependant le plus souvent de taille modeste. En 1180 Bal-do de Africa, Clario et leurs associés nolisent leur nef à quatre marchands génois pour Bougie. Le navire est servi par seize marins, en plus des deux propriétaires, et le total du fret de retour prévu par ce contrat est de 481 cantares323. On ignore si ces marchands étaient les seuls à affréter le bâtiment, mais la taille de l’équipage montre cependant une embarcation moyenne. Un constat semblable peut être fait pour la nef de Giacomo Capra et Anselmo Barbaria, nolisée en 1201 pour Bougie. Son équipage se compose de vingt-huit marins et la capacité allouée aux marchands est de mille cantares324. Au xiiie siècle cependant les tonnages sont plus élevés. En 1253 Guglielmo Daniele de Noli loue sa nef San Pietro, sortie des chantiers navals de Sampierdarena, pour un voyage à Bougie. Le contrat de nolisement décrit avec précision l’embarcation : elle a plusieurs ponts, un château, deux mâts, huit pièces d’antennes neuves325, dix-huit ancres, vingt-cinq câbles (agumentis), dont vingt sont neufs, douze câbles d’amarrage (gropialis), quatre molis gropialum novorum, cinq voiles neuves de coton, et autres choses usuelles. Elle sera équipée également de deux barques, un pariscalmo326et l’autre avec des rames. Elle a cinquante marins pour la servir, dont huit archers (balistarii), deux pilotes (nauclerii) et le capitaine. Le total du chargement fait 3 000 cantares, répartis entre les marchands327. La même année une autre nave, la Stella, de 5 000 cantares, avec cinquante marins dont six archers, part à destination de Malaga, Ceuta et Bougie328. En 1274 la nave Buonaventura, de 2500 cantares de capacité, est nolisée à Pise pour un voyage à Bougie et le contrat décrit avec précision le bateau promis aux marchands. Il devra être en bon état (bene conciam) et calfaté, avec deux mâts sains et solides, deux timons, huit antennes, sept voiles, dix-sept câbles dont deux seront neufs, quinze ancres, une barque de pariscalmo et une gondola. Il sera servi par trente-six hommes suffisamment armés, dont le pilote, l’écrivain (scriba), ainsi que six serviteurs (famulis sive fantibus)329.

  • 330 AM, 2II 62, 6/10/1297.
  • 331 Balard, La Romanie, op. cit., p. 562-563. Les capacités des plus grosses naves génoises pouvaient a (...)

92Enfin à la fin du siècle un document marseillais montre la nave majorquine Santa Maria, à deux ponts, avec vingt-cinq marins et cinq serviciales, nolisée à destination de Bougie avec 1 500 quintaux330. Ces quelques exemples montrent des nefs certes de grande capacité, mais qui n’ont pas les dimensions imposantes de celles que l’on trouve par exemple pour le commerce oriental génois331.

  • 332 Tangheroni, Commercio e navigazione, op. cit., p. 189.
  • 333 Ibid., p. 190-191 ; Pryor, Geography, op. cit., p. 39.
  • 334 Aussi nommée navis-coca, les mots étant synonymes dans la seconde moitié du xive siècle. Balard, «  (...)
  • 335 Balard, La Romanie, op. cit., p. 555-557.
  • 336 ARM, AH 1, f. 279v (1339), cité par J.-Cl. Hocquet, « Ibiza, carrefour du commerce maritime et témo (...)
  • 337 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348).
  • 338 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14584, f. 127v (6/7/1358), cité par López Pérez, La Corona, (...)
  • 339 Id., f. 62r (9/4/1358), cité ibid., p. 451.
  • 340 C’est le cas également à Gênes au xve siècle. Heers, « Types de navires », art. cité, p. 111.
  • 341 Sur les nefs catalanes et majorquines, voir notamment del Treppo, I Mercanti catalani, op. cit., p. (...)
  • 342 ARM, A. Costanti, 1403-5, f. 144r (4/9/1405), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 458.
  • 343 ARM, P. 2507, f. 21 (29/1/1450), cité par Vaquer, « Navegació i comerç », art. cité, p. 96.
  • 344 ARM, P. 2521, f. 187-188v ; P. 2516, f. 13v (21/1/1462), cité ibid., p. 104.

93Un changement capital intervient entre la fin du xiiie et le début du xive siècle avec l’adoption, pour ces grands bâtiments, de voiles carrées à la place des voiles latines, puis d’une combinaison des deux types de voilure332. Au début du xive siècle se développe en Méditerranée un autre élément de cette « révolution nautique », le gouvernail d’étambot, fixé en position axiale, au lieu des deux timons latéraux333. Ce changement est marqué à Gênes par l’apparition de la coque (coca334), à gréement carré, qui remplace la nef latine à partir des années 1290335. Elle présente l’avantage de se manœuvrer avec un équipage plus réduit, tout en conservant des capacités importantes. Elle permet donc des gains de productivité sensibles, et un abaissement des coûts de transport, ce qui explique qu’elle soit privilégiée pour les cargaisons encombrantes et lourdes. En 1339 la coca bayonesca d’un patron génois porte ainsi 130 muids de sel d’Ibiza à Bougie336. En 1348 Côme de Anfusiis loue sa coca Santa Maria de Sepulcro pour transporter du sel de Hyères à Bougie et le document précise qu’elle a deux couvertes, un timon (axial) et est servie par quarante-cinq marins, officiers et patron compris337. Comme pour les nefs des xiie et xiiie siècle cependant, ces embarcations n’atteignent pas, sauf exception, des dimensions considérables. Certaines sont même très moyennes, comme cette coque majorquine nolisée en 1358, avec cinq hommes d’équipage, pour transporter du sel d’Ibiza à Bougie338, ou la même année celle de Guillem Sabet, servie par huit marins et reliant Ibiza à Collo, Bougie ou Dellys339. Souvent cependant on continue à utiliser le terme de nef pour désigner ces navires à voilure carrée ou mixte340. Les nefs catalanes et majorquines, toujours nombreuses jusqu’à la fin du xve siècle, sont de ce type et ont intégré les transformations du début du xive siècle341. On les trouve fréquemment sur la route de Bougie. En 1405 Arnaud Font loue sa nef Santa Maria, avec un équipage de seize personnes pour la manœuvre, dix marins et six serviciales342. En 1450 une nef avec un équipage de quarante hommes est nolisée à destination de Bougie343. Enfin en 1460 la nef de Berenger Isern de Saragosse, avec quarante marins et serviciales, part de Majorque pour Barcelone et Ibiza, où l’on charge du sel pour Majorque, Bougie et Alger344.

94À côté de ces nefs et coques, de nombreux bateaux de taille plus réduite assurent les liaisons avec Bougie.

  • 345 La dernière mention date de 1276, avec plusieurs bucius transportant des grains de Sicile à Bougie. (...)
  • 346 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 164.
  • 347 ASG, min. 61, f. 18r (5/3/1264). Le premier acte a été édité par A. Ferretto, Documenti intorno all (...)
  • 348 Balard, La Romanie, op. cit., p. 561-562.
  • 349 ASG, not. ign., busta 3, fr. 35, f. 28v (9/2/1257).
  • 350 Ce mot n’existe pas dans le Glossaire de Jal, et je n’ai pu trouver de quoi il s’agissait.
  • 351 ASG, min. 71, f. 129r (25/11/1262).
  • 352 ASG, min. 29, f. 54r, 61r (25/4/1253).
  • 353 Krueger, Navi, op. cit., p. 27.
  • 354 Balard, La Romanie, op. cit., p. 561. Il disparaît après 1275.

95Le bucius, que l’on rencontre dans plusieurs contrats des xiie et xiiie siècles345, peut avoir deux sens différents : celui d’un « type de navire mal défini de la famille des galères » ou, associé au mot navis, un « type de bâtiment de charge »346. Dans nos documents il est parfois employé seul, ou sous la forme bucius navis ou bucius de ascherio (ou ascharis). Peut-être certains, mal définis, ont été des navires à rames de type galère, mais il est plus vraisemblable qu’ils étaient des embarcations proches de la nave. Dans deux documents de 1264 il est question du San Giovanni, en partance pour Bougie, qualifié tour à tour de bucius navis et de ligno vel nave347. Les dimensions sont toujours modestes348, comme en 1257 avec ce bucius navis a deux mâts, deux timons, et trente-deux marins349, ce qui en fait un navire peu différent des nefs vues précédemment. De même en 1262 un bucius de ascharis350, le San Giovanni, est servi par treize marins, trois servitores, un pilote (nauclerius) et on prévoit un chargement de 500 à 1 000 pondi au pondus de Bougie351. En 1253 le bucius de ascharis San Francesco est donné en commande, pour une valeur totale de 648 livres 11 sous352. Krueger note, pour la première moitié du xiie siècle, qu’on ne le rencontre que pour les trajets limités (Sicile, Espagne, Bougie), et jamais pour l’Orient353. On en trouve cependant parfois au xiiie siècle sur les routes de Romanie354.

  • 355 D. Puncuh, éd., Il Cartulario del notaio Martino, Savona, 1203-1206, Gênes, 1974, n° 362 (18/11/120 (...)
  • 356 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum C(d), capsa 8, n° 132 (11/ 9/1213), éd. A. Garcia i (...)
  • 357 AG, III, p. 151 (1244) ; ASG, min. 61, f. 245v (28/1/1261) ; ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).
  • 358 AG, III, p. 162 (1245).
  • 359 ARM, P., Contratos civitatis et Partis foranae, 343, f. 160 (12/4/1247), éd. Santamaría Arández, Ej (...)
  • 360 P. Gulotta, éd., Le Imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° registro, 1298-99), Font (...)
  • 361 ARM, P., A. Costanti, 1409, f. 99v (2/7/1409), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., (...)
  • 362 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 121v (24/7/1359), cité par López Pérez, La Corona (...)
  • 363 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 1119.
  • 364 Par exemple ARM, RP 3826, f. 147v (16/8/1403).
  • 365 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 1119.
  • 366 Balard, La Romanie, op. cit., p. 558. Cf. également Id., « Navigations génoises en Orient d’après d (...)
  • 367 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 284r-v (11/1/1359), cité par López Pérez, La Coro (...)

96Le linh (lignum) se rencontre à Bougie dès le début du xiiie siècle. On en trouve en provenance de Savone355, Barcelone356, Gênes357, Pise358, Majorque359et Valence360. C’est surtout un des navires les plus fréquents au départ de Majorque au xive siècle et jusque vers 1410. Ce nom désigne sans doute des bâtiments de tailles très variables, mais inférieures à celles des nefs ou des coques. Certains même étaient très modestes, comme celui de Perpiniano Forster, servi par un équipage de cinq marins, dont le pilote Thomas Catala361. Il peut fonctionner avec des voiles ou des rames, comme le linh armé de dix-huit rames, avec 21 hommes à bord, que Bernat Marti nolise pour Bougie en 1359362. Au xive siècle on voit apparaître dans la documentation des linhs de orlo ou de bandis. Le premier, attesté entre 1336 et 1402 pour les navires majorquins allant à Bougie, fonctionne avec des voiles363et le second, beaucoup moins fréquent364, est mu par des rames, avec un rameur par banc365. À Gênes cependant il peut désigner également un petit navire à voile, guère différent du linh de orlo. Il peut transporter des cargaisons modestes, de l’ordre de 50 à 100 tonnes métriques366. C’est un navire de ce type que montre le contrat de nolisement, en 1359, d’un linh de bandis majorquin, avec seulement six hommes pour le servir367.

  • 368 D’une manière générale elle disparaît du commerce méditerranéen dans la seconde moitié du xive sièc (...)
  • 369 Si l’on considère les licences d’exportation de grains données à Naples en 1276, pour différents na (...)
  • 370 Balard, La Romanie, op. cit., p. 560.
  • 371 Hocquet, Voiliers, op. cit., p. 103.
  • 372 ADBR, 381E 4, f. 32v-33r (30/10/1300) ; AM, 1II 6, f. 51r-52r (id.). Le second document donne un éq (...)
  • 373 ARM, Guiatges 1, f. 88v-89r (12/5/1336).
  • 374 Archivio di Stato di Palermo, not. Bartolomeo de Citella, f. 434v (13/8/ 1309), éd R. Zeno, Documen (...)
  • 375 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272), 46r (17/6/1273).

97La taride, attestée à Bougie entre 1242 et 1336368, est également de dimensions moyennes369. Selon les cas il s’agit d’un navire à rames ou à voiles. À Gênes elle est un bateau à rames qui peut transporter des cargaisons allant jusqu’à 150 tonnes métriques à la fin du xiiie siècle370. À Venise au contraire elle est un navire rond proche de la nef, destiné à transporter des marchandises volumineuses et viles371. En 1300 par exemple Pons Esteve de Marseille nolise sa ta-ride Saint-Sauveur pour Collo, Jijel et Bougie. Elle est servie par dix-neuf marins et quatre enfants (mousses), ce qui indique là encore une embarcation moyenne372. L’examen des cargaisons, lorsqu’il est possible, montre essentiellement des produits pondéreux comme le sel373, les céréales374ou l’alun375.

  • 376 ASG, min. 96, f. 54r (10/6/1270). Aicardo Sardina part avec sa barca servie par treize hommes (lui (...)
  • 377 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 84r-v (9/4/1359), cité par López Pérez, La Corona (...)

98La barca apparaît à la fin du xiiie siècle à Gênes376, mais elle est surtout utilisée à Majorque au xive siècle. Certaines au moins sont munies de rames, comme celle que Julia Olzina nolise à Majorque en 1359, barca armée de dix-huit rames, avec dix-neuf hommes à son bord, et qui doit aller à Dellys et Bougie377. C’est donc encore un bâtiment de dimensions modestes, avec des équipages peu importants.

  • 378 Balard, La Romanie, op. cit., p. 559.
  • 379 Dufourcq, La Vie quotidienne, op. cit., p. 59 ; Heers, « Types de navires », art. cité, p. 117.
  • 380 ARM, P. 2520, f. 73-74v (17/3/1459), cité par O. Vaquer, « Comerç i capital mercantil a Mallorca (1 (...)
  • 381 ARM, P. 2521, f. 54v-56 (24/3/1460), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç », art. cité, p. 101.
  • 382 ARM, guiatges 8, f. 16v (2/6/1440).
  • 383 ARV, P., Rg. 2007, f. 161v-163v (14/3/1491).
  • 384 Id., f. 454v-456r (29/7/1491).
  • 385 ARV, P., Rg. 2009, f. 315r-316v (22/6/1492). Ce bateau est nommé fuste dans le même document.

99Les autres types de navires sont plus rares. Le panfile apparaît dans la seconde moitié du xive siècle, essentiellement pour la flotte majorquine. À Gênes à la même époque c’est un navire de charge de dimensions imposantes, comparable aux coques378. Le balaner, que l’on trouve surtout dans la seconde moitié du xve siècle, est proche de la nef379. En 1459 Pere Ameller et Pere Pujols sont les patrons de deux balaners, l’un de cinquante hommes, et l’autre de quarante-cinq, qu’ils mènent à Alger, Bougie, Bône et Tunis380. L’année suivante le Barcelonais Guillem Lombart part avec son balaner Santa Maria et trente hommes d’équipage381. La caravelle apparaît tardivement, en 1440382, et ses capacités sont sensiblement identiques à celles des bateaux vus jusqu’à présent. En 1491 à Valence par exemple, Pere Ribesaltes nolise sa caravelle l’Angel, avec vingt hommes d’équipage, pour un chargement de 1500 quintaux expédié en deux voyages à Bougie383. La même année la Santa Maria de Gracia, servie par quinze hommes en plus du pilote, est louée pour un voyage vers la même destination384. En 1492 enfin la caravelle d’Antoni Johan a un équipage de quarante personnes385.

  • 386 Un constat identique est dressé par Federigo Melis à partir des archives de la compagnie Datini de (...)

100La plupart des navires assurant les liaisons avec Bougie sont donc de taille moyenne, avec quelques exceptions386. Ils fonctionnent essentiellement avec des voiles, même si certains ont également un système de rames.

  • 387 Elles apparaissent à Gênes et Venise à la fin du xiiie siècle. Pryor, Geography, op. cit., p. 43.
  • 388 Heers, « Types de navires », art. cité, p. 109.
  • 389 ASG, min. 77, f. 212v-214r-v (13/6/1313). La mine de Gênes en 1311 fait 105,7 litres. P. Rocca, Pes (...)
  • 390 ASG, min. 331/I, f. 228r-v (19/5/1350).
  • 391 ARV, P., Rg. 796, f. 26v-30v (8/1/1443) ; cf. E. Cruselles, « La organización del transporte maríti (...)
  • 392 A. Tenenti, C. Vivanti, « Le film d’un grand système de navigation. Les galères marchandes vénitien (...)

101Les galères marchandes sont en revanche plus rares387. Ces « galères grosses », à usage marchand, sont des bâtiments importants, notamment dans les flottes de Venise et de Florence au xve siècle388. En 1313 la galée Santa Maria porte ainsi de Gênes à Bougie 3000 à 4000 mines génoises d’orge de Sardaigne389. En 1350, celle de Simone Lomellini quitte Gênes pour Bougie, avec vingt-six hommes d’équipage390. On en trouve également au départ de Marseille, Majorque, Barcelone et Valence. En 1443 Lluis Blanch part ainsi de Valence avec sa grande galée marchande de cent cinquante rameurs pour Majorque, Alger, Bougie, Tunis, où il rejoint une autre galée valencienne avec laquelle il poursuit vers Tripoli, Rhodes et Alexandrie391. Mais le système le plus abouti a été celui des galées vénitiennes. À partir de 1436 le Sénat de Venise organise des voyages annuels vers le Maghreb. Cette muda de Berbérie, qui dure jusqu’à la fin du xve siècle, a permis le développement du commerce vénitien le long des côtes du Maghreb392.

  • 393 Mallett, The Florentine Galleys, op. cit., p. 73-74.
  • 394 Fr. C. Lane, « La marine marchande et le trafic maritime de Venise à travers les siècles », Les sou (...)

102Un système analogue est mis sur pied, mais avec moins de succès, par Florence à partir de 1445393. Ces grosses galées marchandes, voyageant en convois et bien armées, avaient des capacités de chargement importantes, tout en conservant les avantages de rapidité et de maniabilité de la galère394.

  • 395 M. Tangheroni, « Trasporti navali e commercio marittimo nell’Italia del Quattrocento », La Penisola (...)
  • 396 Les conditions de navigation (vents, courants) jouent un rôle important et introduisent des variati (...)
  • 397 Krueger, « The Routine of Commerce », art. cité, p. 429.
  • 398 Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 47. Il calcule un trajet moyen de 40 à 80 milles par jou (...)
  • 399 F. Melis, « La situazione della marina mercantile all’inizio dell’epoca enrichina : fattori tecnici (...)

103Les navires faisant le trafic avec Bougie sont donc le plus souvent de taille moyenne, mais capables de porter des cargaisons lourdes. Ils ne sont donc pas vraiment touchés par l’évolution vers le gigantisme qui caractérise souvent les constructions navales de la fin du Moyen Âge395. Cela peut s’expliquer notamment par les faibles distances à parcourir, qui rendent possibles des voyages multiples au cours de la même année. Les temps de traversée sont difficiles à déterminer, car ils dépendent de plusieurs facteurs, tant naturels qu’humains396, mais ils sont le plus souvent très courts. Pour le xiie siècle Hilmar C. Krueger calcule une traversée de quatorze à seize jours de Gênes à Bougie en conditions normales397. Charles-Emmanuel Dufourcq constate des temps de navigation très variables aux xiiie et xive siècles, entre neuf ou dix jours pour un voyage de Majorque à Bône, mais parfois trois semaines pour aller de Majorque à Tunis398. Les documents des archives Datini enfin montrent des trajets de deux à six jours pour relier Majorque à Tunis ou Alger et sept jours pour aller de Tunis à Pise ou Gênes399.

  • 400 Cf. Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 420. Sur l’amélioration de la productivité voir princi (...)

104Les coûts de transport étaient donc relativement faibles, du fait de la taille réduite des équipages, des distances et des gains de productivité obtenus par les progrès des techniques navales, permettant ainsi de concurrencer efficacement les marines musulmanes existantes et surtout de développer des relations commerciales régulières, ouvertes aux grands marchands mais aussi à des acteurs de plus modeste envergure400.

2) Les milieux marchands chrétiens : la mobilisation de larges couches de la société

105Les milieux d’affaires en relation avec Bougie sont en effet très divers. On y trouve à la fois des investisseurs et des marchands itinérants, dans les deux cas de niveaux variables. Surtout, il n’est pas possible de faire une étude synthétique de ces marchands européens, tant la documentation est inégale d’un port à l’autre et d’une époque à l’autre. Le fonds le plus riche est celui de Gênes, jusqu’à la fin du xiiie siècle, qui servira de base principale à cette étude. On s’attachera d’abord aux acteurs du commerce génois dans la seconde moitié du xiie siècle, puis dans les années 1250. Les données disponibles pour les autres ports, moins nombreuses, complèteront ce tableau, notamment pour les périodes plus tardives.

a) Gênes, seconde moitié du xiie siècle

  • 401 R. S. Lopez, « Le marchand génois », art. cité, p. 17, 22.

106« Génois, donc marchand », dit un vieux proverbe. Dans ce grand port c’est en effet une partie importante de la population qui est concernée, directement ou indirectement, par l’activité commerciale401.

  • 402 Éd. M. Chiaudano, M. Moresco, Il Cartolare di Giovanni Scriba, Turin, 1935.
  • 403 Éd. M. Chiaudano, Notai liguri dei secoli xii e xiii, IV, Oberto Scriba de Mercato 1186, Gênes, 194 (...)
  • 404 Éd. M. W. Hall-Coll, H. C. Krueger, R. L. Reynolds, Notai liguri dei secoli xii e xiii, II, Gugliel (...)
  • 405 ASG, min. 56 ; ASG, Manoscritti 102.
  • 406 Éd. J. E. Eierman, H. C. Krueger, R. L. Reynolds, Notai liguri del sec. XII, III, Bonvillano (1198)(...)
  • 407 Dix-huit contrats de sociétés, neuf de commandes, auxquels il faut ajouter des contrats montrant un (...)
  • 408 Vingt-sept sociétés pour quarante-trois commandes, ainsi que sept actes mêlant les deux types de co (...)

107Cinq notaires génois de la seconde moitié du xiie siècle ont laissé des documents. Il s’agit de Giovanni Scriba (1156-1180)402, Oberto Scriba de Mercato (1179-1190)403, Guglielmo Cassinesse (1191-1192)404, Oberto de Placentia (1197-1198)405et Bonvillano (1198)406. 128 actes concernent Bougie, faisant apparaître environ 200 noms d’opérateurs. Ils se répartissent en une cinquantaine de commandes, autant de sociétés, dix changes, sept prêts maritimes et un contrat de nolis. Au cours des années 1156-1164 (actes de Giovanni Scriba) les sociétés sont plus nombreuses que les commandes407, alors que pour la fin du siècle le rapport est inversé408.

  • 409 Ce n’est pas là une caractéristique propre à Bougie. Cf. A. Sapori, « Il commercio internazionale n (...)

108Le premier constat est l’absence de spécialisation des marchands409. Il est rare par ailleurs qu’un nom revienne deux années de suite, et exceptionnel plus de deux années. Tous les documents bien sûr n’ont pas été conservés, mais l’impression qui se dégage est celle d’investisseurs moyens et de marchands occasionnels. Cela est confirmé par les faibles sommes engagées.

  • 410 Calculs de D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily a (...)

Tableau 24. INVESTISSEMENTS GÉNOIS MOYENS (EN LIVRES) À DESTINATION DU MAGHREB ET DE L’ORIENT (1158-1161)410

Tableau 24. INVESTISSEMENTS GÉNOIS MOYENS (EN LIVRES) À DESTINATION DU MAGHREB ET DE L’ORIENT (1158-1161)410

109Les montants investis pour Bougie sont donc comparables à ce que l’on trouve pour Ceuta ou Tunis à la même époque, mais très inférieurs par rapport aux affaires de Syrie ou d’Égypte. La répartition des contrats en fonction des sommes engagées permet d’affiner ce constat :

  • 411 N’ont été pris en considération que les opérations sur le seul port de Bougie. Celles qui impliquen (...)

Tableau 25. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiie SIÈCLE411

Tableau 25. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiie SIÈCLE411

Répartition en nombre de contrats.

Répartition en valeur.

110En valeur les gros contrats, de plus de 100 livres, représentent plus des trois quarts des investissements. Mais les opérations moyennes (entre 10 et 100 livres) sont prépondérantes en nombre de contrats. Ces résultats très généraux doivent cependant être analysés en regardant avec précision les milieux marchands intéressés au marché de Bougie, afin de comprendre la structure de ce commerce.

  • 412 Giovanni Scriba, n° 741 (26/8/1160).
  • 413 Giovanni Scriba, n° 1276 (11/8/1164).
  • 414 E. H. Byrne, « Genoese Trade with Syria in the Twelfth Century », American Historical Review, 25/2, (...)
  • 415 E. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 109.
  • 416 Giovanni Scriba, n° 59 (16/4/1156).
  • 417 Ibid., n° 401 (27/6/1158).
  • 418 Ibid., n° 705 (28/7/1160).
  • 419 Ibid., n° 752 (27/8/1160).
  • 420 Byrne, « Genoese Trade with Syria », art. cité, p. 206 ; Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 109.
  • 421 Giovanni Scriba, n° 1222 (23/6/1164).
  • 422 Byrne, « Genoese Trade with Syria », art. cité, p. 207.
  • 423 Ibid., p. 198 ; Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 57-58, 68-70.

111Les grandes familles marchandes sont presque absentes du commerce bougiote, mais lorsqu’on les rencontre, c’est pour des investissements importants. Ingo della Volta et Opizone di Amico Clerico, qui ont formé une société, investissent ainsi en 1160 128 livres et demi pour Bougie, somme qui provient des profits d’un voyage outre-mer412. Quatre ans plus tard les fils de feu Guglielmo della Vol-ta donnent en commande à Ugo Scotto 100 livres, à porter à Alexandrie et de là à Bougie, Ceuta, le Garb ou l’Yspania (al-Andalus). À son retour Ugo Scotto devra remettre le capital et les bénéfices à Ingo della Volta413. Ce dernier est surtout actif sur les marchés d’Orient : entre 1156 et 1164 il investit un total de 9 031 livres pour Alexandrie, et 2 077 livres pour Constantinople414. Bougie n’est donc pour lui qu’un complément mineur, éventuellement une étape sur la route de retour d’Égypte. En 1156 son frère Guglielmo Burone415conclut une société avec Idone Rica, qui porte 200 livres à Bougie416. Deux ans plus tard il investit encore 364 livres et Idone Malone 182 livres (plus 8 livres pour lesquelles il gardera l’ensemble des profits). Sur cette société, 58 livres et demi seront portées à Bougie, et le reste outre-mer417. En 1160 les deux hommes, toujours associés, donnent en commande à Guglielmo Ciriolo et Ugone Elie 200 livres pour Alexandrie et de là les deux marchands pourront aller où ils jugeront le mieux, notamment à Bougie418. La même année Guglielmo Burone forme une société avec le beau-fils d’Ottone de Castello, investissant 100 livres pour un voyage en Orient et au Maghreb. Parmi les étapes possibles le document cite Constantinople, la Crète, Alexandrie, Bougie, l’Yspania, la Provence, Gênes, et de nouveau Alexandrie419. Comme dans le cas d’Ingo della Volta, Bougie s’intègre pour lui dans des circuits essentiellement orientaux. Guglielmo est d’ailleurs très impliqué dans les affaires du Levant. Il a été croisé, légat en Syrie pour la république de Gênes et plusieurs fois consul. Ses investissements s’étendent aux États latins, à Constantinople, la France, l’Espagne et Ceuta420. Appartenant au même milieu, Guglielmo Vento fait porter en 1164 par Buongiovanni Scriba six centenariae de poivre et 85 livres à Bougie421. Il a surtout des affaires importantes en Syrie et à Alexandrie, et des facteurs en Sardaigne, Sicile et Espagne. Il est lui aussi plusieurs fois consul et ambassadeur de Gênes422. Tous ces hommes appartiennent aux élites politiques et économiques de la ville. Ils participent aux institutions communales et exercent un quasi-monopole sur le commerce oriental, du moins en Syrie latine423.

  • 424 Giovanni Scriba, n° 639 (8/5/1160).
  • 425 Ibid., n° 805 (1161).
  • 426 Ibid., n° 1084 (28/8/1163).
  • 427 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).
  • 428 E. H. Byrne, « Easterners in Genoa », Journal of the American Oriental Society, 38/1, 1918, p. 181.
  • 429 B. N. Nelson, « Blancardo (the Jew ?) of Genoa and the Restitution of Usury in Medieval Italy », St (...)
  • 430 Byrne, « Easterners in Genoa », art. cité, p. 181. Eugene H. Byrne étudie également le rôle de Soli (...)

112Enfin un dernier personnage apparaît, dont l’identité est controversée. Il s’agit de Blancardo. En 1160 il investit 104 livres dans une société pour Bougie avec Buongiovanni Lercari424. L’année suivante il confie au même 80 livres, Buongiovanni mettant quant à lui 40 livres425. Deux ans plus tard il donne une commande de 40 livres pour Ibiza et Bougie426et en 1164 il constitue une société avec Buongiovanni Scriba, dont une partie des fonds provient de la vente de 107 cantares 2/3 d’alun de Bougie427. Eugene Byrne a vu dans ce Blancardo un juif oriental428. Cette hypothèse a été contestée par Benjamin Nelson429, mais ce qui est certain est qu’il est très engagé dans le commerce du Levant. Il intervient dans de nombreux contrats comme capitaliste, vend des tissus et a des affaires à Saint-Gilles, Montpellier, Pise, Salerne, Séville, la Sardaigne et Alexandrie430.

  • 431 H. C. Krueger, « Genoese Trade with North-west Africa in the XIIth Century », Speculum, 8, 1933, p. (...)

113Tous ces marchands agissent comme socius stans et Bougie est pour eux souvent une étape pour des voyages centrés principalement sur le Levant. Ils assurent ainsi la liaison entre les régions musulmanes d’Orient et d’Occident et la redistribution, à partir de Gênes, des produits orientaux comme le poivre. Les sommes que ces grands marchands engagent pour cette place sont certes importantes comparées aux investissements moyens des Génois à Bougie, mais elles ne représentent toujours qu’une faible part de leurs affaires431.

  • 432 Sept à dix livres suffisent alors à nourrir une famille assez pauvre pendant un an, et 18 livres sa (...)

114Ces grands marchands sont cependant, en proportion, peu nombreux dans le commerce maghrébin, la plupart des opérateurs étant plus modestes. Il ne faut en effet pas prendre pour seul étalon le trafic du Levant, qui met en jeu des capitaux particulièrement importants. Les sommes investies pour Bougie sont certes plus réduites, mais restent tout de même élevées par rapport au niveau de vie général432. Ces modestes entrepreneurs sont difficiles à étudier, car ils n’émergent de la documentation que rarement et dans bien des cas n’interviennent que dans un document (si l’on exclut leur présence comme témoins). Le groupe le plus important, et le seul qu’il est possible de cerner avec un peu de précision, est donc celui des opérateurs de moyenne envergure, que quelques exemples permettront de mieux cerner.

  • 433 Sur les affaires de ce marchand voir M. Chiaudano, « Mercanti genovesi del secolo xii », Ricerche s (...)
  • 434 Giovanni di Guiberto, n° 98 (1200).
  • 435 Ibid., n° 511 (30/8/1201).

115Rolando de Caneto est un drapier qui fait commerce à Gênes de draps, de futaines et de fourrures. Il achète beaucoup aux marchands de Lombardie, de France ou de Flandres433. Il réexporte ces tissus par mer en les confiant en commande, parfois en association avec Arduino de Caneto, dans des opérations engageant des sommes en général moyennes, rarement plus de vingt livres, parfois moins. Les destinations sont variées et on y trouve aussi bien la Catalogne, Messine, Naples, la Sardaigne ou la Corse, que Tunis, Ceuta ou Constantinople. On le voit investir à deux reprises dans le commerce de Bougie. En 1200 une affaire l’oppose à Villano Assassino, qui trois ans auparavant a porté pour lui des draps à Bougie pour environ 50 livres434. En 1201 il confie à Ottone Gontardo une commande de 50 livres, investie en deux pièces de scarlat, une de viridis, huit filiarum de beveris435. Bougie est donc pour lui un marché parmi d’autres en Méditerranée, mais où il peut faire des opérations intéressantes.

  • 436 Sur cette famille cf. Krueger, « Genoese Trade », art. cité, p. 392.
  • 437 Guglielmo Cassinese, n° 19 (12/1190) : société pour Naples, Sicile, outremer.
  • 438 Ibid., n° 438 (7/4/1191).
  • 439 Ibid., n° 460 (13/4/1191), 488 (22/4/1191), 491 (22/4/1191), 493 (23/4/1191).
  • 440 Ibid., n° 905 (24/8/1191), 913 (27/8/1191).
  • 441 Ibid., n° 1109 (24/9/1191).
  • 442 Ibid., n° 1112 (24/9/1191), 1136 (26/9/1191), etc.
  • 443 Ibid., n° 1208 (10/10/1191).
  • 444 Ibid., n° 1212 (10/10/1191).
  • 445 Ibid., n° 1898 (26/4/1192). Raimondo prend également 50 livres de Oddone de Milazzo, l’ancien assoc (...)
  • 446 Ibid., n° 1774 (21/3/1192).
  • 447 En 1191 il porte une commande de 31 livres de Gênes et 12 livres de noix de muscade à Ceuta. Ibid., (...)

116Les Cavarunco sont un autre exemple de ces familles moyennes engagées dans un commerce méditerranéen qui inclut Bougie436. Gionata Cavarunco agit comme investisseur, souvent en société avec d’autres Génois comme Imberto Vezastello437, Ogerio Scotto et surtout Oddone de Milazzo. En avril 1191 Enrico Gerundia prend une commande de 55 livres de Gionata et Ogerio pour Bougie, et éventuellement au-delà Alexandrie438. Gionata investit également dans des voyages vers Ceuta, le Maroc (Garbo), l’Yspania et Tunis439, avec souvent des trajets incluant la Sicile ou l’outre-mer. En août il fait une société avec Simone Bulgaro et Oddone Melazo pour la Sicile, Tunis, et l’outre-mer. Le voyage est effectué par Simone, alors que Gionata part pour Bougie, avec notamment une commande de 15 livres de Rainaldo Strugnono440. Un document de septembre de la même année nous apprend que Gionata est mort, mais on ignore s’il a pu partir à Bougie441. Ses affaires sont alors réglées et reprises par ses héritiers ou d’autres membres de la famille, qui conservent la structure générale de ses investissements442. En octobre de la même année Ogerio Cavarunco donne en commande à Pagano della Volta 50 livres pour Ceuta et le Garb, puis Tunis et Bougie443, et à Enrico Lecavello 50 livres 15 sous pour Bougie444. L’année suivante il confie en commande 25 livres à Raimondo Cavarunco qui doit les emmener à Bougie445et porte également, au nom de Giacomo Ficiano, deux balles de futaines pour une valeur estimée à 38 livres446. Rubaldo Cavarunco intervient également comme marchand ou investisseur447. Cette famille a donc des intérêts dans l’ensemble de la Méditerranée. On voit ses membres au Maroc, en al-Andalus, en Ifrīqiya, en Sicile, mais aussi au-delà, en Orient. Ils sont associés aux Scotto et aux Milazzo, également actifs dans le commerce bougiote. Les sommes investies, comme pour Rolando de Caneto, ne sont jamais considérables, de l’ordre de 50 livres le plus souvent.

  • 448 Giovanni Scriba, n° 508 (9/10/1158).
  • 449 Giovanni Scriba (fragments du cartulaire du notaire Lanfranco, 1180), n° 11, p. 282 (3/4/1180).
  • 450 Ibid., n° 9, p. 281 (3/4/1180).

117Enfin on trouve, assez rarement, des opérations pour de faibles sommes, inférieures à 10 livres. En 1158 Lamberto Calcator (fouleur de raisin) reçoit d’Ottone Bono un prêt maritime de 8 livres, pour lesquelles il rendra 10 livres à son retour de Bougie448. En 1180 Oberto Longo, boucher, est en société avec Giovanni de Recco et investit 5 livres449. La même année Morizio di Enrico Trencherio prend une commande de Guglielmo Ferrari et de Bernardo di Ottone Pezollo pour un total de 4 livres450.

  • 451 Il faut cependant nuancer cette part des grands marchands, dans la mesure où des notaires comme Gio (...)

118Ces petits opérateurs sont cependant peu nombreux. La plupart des transactions engagent des sommes situées entre 10 et 100 livres, même si les gros investissements (supérieurs à 100 livres) ne sont pas rares451.

b) Les années 1250

  • 452 Cf. infra p. 612-613, 624-629.
  • 453 C’est là un phénomène général à Gênes au xiiie siècle, mais plus précoce au Maghreb. Cf. Balard, «  (...)

119Au milieu du xiiie siècle le commerce génois est particulièrement florissant avec Bougie452. Plus de 600 contrats ont été conservés pour les années 1250, ce qui permet de faire une étude précise des milieux liés au marché bougiote. Désormais la commande domine parmi les contrats, alors que la société a disparu453. Ce type de contrat permet d’élargir sensiblement le groupe des personnes intéressées par ce commerce. Il n’est plus nécessaire d’avoir de l’argent à investir dans une affaire et quiconque peut partir pour faire fructifier le capital donné en commande. De même un marchand peut porter des commandes multiples, provenant de petits investisseurs occasionnels.

Tableau 26. SOMMES INVESTIES DANS LE COMMERCE GÉNOIS À BOUGIE (1250-1259)

Tableau 26. SOMMES INVESTIES DANS LE COMMERCE GÉNOIS À BOUGIE (1250-1259)

Répartition par nombre de contrats.

Répartition en valeur.

120Les gros contrats (de cent livres ou plus), qui étaient nombreux au siècle précédent, deviennent plus rares. En valeur ils représentent cependant encore plus de la moitié des sommes engagées dans le commerce bougiote. Les petits investissements demeurent peu nombreux, et insignifiants en valeur. En revanche les affaires moyennes (entre dix et cent livres) deviennent prépondérantes, représentant les trois-quarts des contrats (contre la moitié pour la période précédente) et près de la moitié des sommes engagées (contre 22,5 %).

121Le groupe qui s’est le plus étoffé est donc celui des investisseurs moyens. Leur profil n’est pas toujours facile à dessiner, et quelques exemples permettront de mieux le cerner.

  • 454 ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250).
  • 455 ASG, min. 27, f. 162v (31/5/1251). 10 livres confiées en commande à Guglielmo de Suxero.
  • 456 ASG, min. 29, f. 109r (16/5/1253). 18 livres 10 sous investis en trois barils de miel, un cantare e (...)
  • 457 ASG, min. 27, f. 169r (7/6/1251) ; min. 27, f. 167v (7/6/1251).
  • 458 ASG, min. 34, f. 45r (3/9/1252).
  • 459 ASG, min. 29, f. 88v (4/5/1253).
  • 460 ASG, not. ign., busta 3, fr. 35, f. 18v (29/1/1257).
  • 461 ASG, min. 29, f. 217v-218r (15/9/1253) : deux commandes de 56 livres 5 sous et 350 livres confiées (...)

122La famille Alpano est assez représentative de cette catégorie de marchands. En 1250 Guglielmo, marchand d’épices, donne une commande de 14 livres en sucre à Vino de Lavagna pour Bougie454. Il agit encore comme socius stans en 1251455et 1253456. Giovanni quant à lui est à la fois capitaliste et marchand. En 1251 il donne en commande à Nicoloso Alpano 19 livres 5 sous, et prend de Filippo de Venerando de Noli 200 livres à destination de Bougie457. Il fait du commerce de laine, puisqu’en 1252 Albino de Torre reçoit à Gênes dix-neuf sacs de laine envoyés depuis Bougie par Giovanni par l’intermédiaire de son neveu Ideto Alpano458. L’année suivante le même Ideto lui donne des marchandises venues de Bougie459et en 1257 on le retrouve qui donne une commande de 50 livres à destination de Tunis460. D’autres membres de la famille interviennent, soit comme marchands, soit comme investisseurs. Les femmes et les veuves en particulier engagent des capitaux, comme en 1253 Giacomina, femme de Giacomo, Stefania, mère de Giovanni et Adelina, veuve de Simone461. Ce n’est certes pas une famille de grands marchands. Mais ils portent ou investissent des sommes parfois importantes (192, 200, 350 livres) à destination de Bougie et s’ils font parfois appel à des opérateurs extérieurs au groupe familial, ils réalisent la plupart de leurs affaires entre eux.

  • 462 ASG, min. 27, f. 167v (7/6/1251).
  • 463 ASG, min. 27, f. 169v (id.)
  • 464 ASG, min. 29, f. 163r (22/7/1253).
  • 465 ASG, min. 29, f. 217v (15/9/1253).

123Parmi ces marchands en relations avec les Alpano, on trouve les Venerando de Noli, qui investissent des sommes importantes pour Bougie en 1251 et 1253. Outre les 200 livres confiées par Filippo Venerando de Noli en 1251, Giovanni Alpano a pris dans le même voyage 60 livres de Palmuxio de Bernizano de Noli462, et Nicoloso Alpano prend 25 livres de Filippo463. En juillet 1253 Filipino Venerando fils de Palmuxio part à Bougie, et prend deux commandes importantes, de 231 livres et de 233 livres 10 sous, toutes deux investies en besants de millares. La première lui est confiée par son père et la seconde par Filippo Venerando de Noli464. Ce dernier donne en outre en septembre une commande de 50 livres à Giovanni Alpano465. Ces contrats montrent les liens entre investisseurs et marchands d’une même origine (ici de Noli, près de Gênes), souvent du reste issus de la même famille.

  • 466 ASG, min. 105, f. 64r-65r, 66v-67r, 68r-v, 75v, 76v-77r, 79v-80r, 92r (20/1 – 28/2/1259).
  • 467 Au début du mois, il vend seul pour 50 livres de laine. ASG, min. 34, f. 211r (9/9/1259).
  • 468 Manuele Zaccaria vend également de la laine et de l’alun pour son seul compte. ASG, min. 105, f. 61 (...)
  • 469 ASG, min. 34, f. 202r ; min. 35, f. 15v, 22r-v, 26v-27r, 33r, 46r, 126r-v, 128v, 134r (4/9 – 15/11/ (...)

124Certains se spécialisent dans le commerce de laine et d’alun de Bougie. C’est le cas de Gandulfino de Quarto en 1259, qui en janvier et février vend pour 917 livres de laines qu’il a importées de Bougie sur le marché génois466. Entre septembre467et novembre de la même année, il est associé à Manuele Zaccaria468avec lequel il vend pour 1365 livres de laine469. Les sommes, obtenues en très peu de temps, montrent des affaires de grande ampleur, mais on ignore s’il s’agit pour lui d’une année particulière, ou s’il était spécialisé dans le trafic des laines et allait régulièrement au Maghreb.

  • 470 ASG, not. ign., busta 21, fr. 200, f. 6v (4/10/1251) ; min. 29, f. 165v (24/7/ 1253).
  • 471 ASG, not. ign. busta 10, fr. 104 (11/9/1254). Trois ventes le même jour. L’état du document ne perm (...)
  • 472 ASG, min. 20/II, f. 3v (2/1/1255). Le même jour il vend de la laine dont on ne précise pas l’origin (...)
  • 473 ASG, min. 54, f. 86v (16/4/1257), 127v (16/5/1257).

125Simone de Quarto offre un exemple de ces marchands qui s’enrichissent en allant porter les commandes des autres avant d’investir à leur tour. En octobre 1251 il porte à Bougie pour Oberto Caffaraino 46 livres, dont 37 livres 10 sous en poids d’or marqués. En juillet 1253 il repart à Bougie avec des vingtains et des tissus de coton d’une valeur de 187 livres confiés par Giovanni Ascherio470. En septembre de l’année suivante il est de retour à Gênes avec de la laine qu’il vend, pour un total de plus de 72 livres471. En janvier 1255 il écoule à nouveau de la laine provenant de Bougie472. Deux ans plus tard il est toujours en relations d’affaires avec le Maghreb, mais désormais en tant qu’investisseur. Il donne alors deux commandes de 30 livres destinées à Bougie en avril, et une autre de 75 livres envoyée en mai à Tunis473.

  • 474 ASG, min. 27, f. 166v (6/6/1251).
  • 475 ASG, min. 34, f. 57v (15/4/1252).
  • 476 ASG, min. 18/I, f. 82r (16/9/1253).
  • 477 ASG, min. 30/I, f. 44v (26/3/1254).
  • 478 ASG, min. 30/I, f. 77r (13/5/1254).
  • 479 ASG, min. 35, f. 82v-83r (20/9/1261).
  • 480 ASG, min. 27, f. 184r (4/11/1251).
  • 481 ASG, min. 34, f. 74v (11/5/1252). En mars 1253 il loue un banco dans la boutique tenue par Giacomo (...)
  • 482 ASG, min. 18/I, f. 52v (18/8/1253), 55v (20/8/1253), 56r (20/8/1253).
  • 483 ASG, min. 30/I, f. 38r-39v (23/3/1254).
  • 484 Commande de 10 livres donnée pour la Sicile le 29/3/1253. Lopez, « L’attività », art. cité, n° 129, (...)

126Oberto de Levanto, marchand d’épices, est également représentatif de ces investisseurs moyens en relation avec les marchés maghrébins. En juin 1251 il investit avec ses frères 51 livres 10 sous pour Bougie474. En avril de l’année suivante maître Gherardo de Longis, médecin des Génois à Bougie, lui reconnaît une dette de 2 livres, prêtées par maître Guglielmo de Montpellier475, et en mai il investit 56 et 20 livres dans un voyage à destination de Bougie. En septembre 1253 Obertino di Albaro porte pour lui en commande 32 livres 13 sous en 160 cannes de toile large de Safusa (?)476. En mars 1254 Giovanni Buonaventura prend en commande 36 livres 10 sous d’Oberto de Levanto, auxquels s’ajoutent 135 livres 7 sous 5 deniers confiés par Oberto au nom de Tolomeo de Tolome477. En mai de la même année il investit 36 livres 18 sous, toujours pour Bougie478. On le retrouve enfin une dernière fois en 1261, confiant une commande de 16 livres479. Il investit également durant ces années dans des voyages à Tunis, toujours pour des sommes moyennes : 8 livres en 1251480, 12 livres en 1252481, 49, 231 et 67 livres et demi en 1253482, enfin en 1254 54 livres 2 sous 4 deniers, 12 livres 13 sous 6 deniers, 25 livres et 7 livres en vin483. En mars 1253 il a également des affaires en Sicile484.

  • 485 ASG, min. 27, f. 167v (7/6/1251) ; min. 18/II, f. 49r (6/3/1252).
  • 486 ASG, min. 34, f. 74v (11/5/1252).

127Les drapiers, que l’on voit acheter les laines de Bougie, confient souvent des commandes investies en tissus. Ainsi en 1251 Guglielmo de Camogli, drapier, donne une commande de 20 livres à Giovanni-no de Bonvillano, et l’année suivante confie à Giannino de Sant’Ambrogio 14 livres 6 sous en draps mezzalane485. En mai 1252 il investit également 29 livres et demi à destination de Tunis486.

128Ces acteurs de moyenne envergure, souvent inconnus par ailleurs, se caractérisent par des investissements souvent inférieurs à 50 livres, avec cependant parfois des opérations plus importantes. Les commanditaires exercent souvent un autre métier, notamment en relation avec l’industrie de la laine et du textile. Les marchands itinérants font fructifier leur capital, mais aussi les alimentent en laine et alun, et écoulent leurs marchandises sur le marché de Bougie.

129Les grands milieux d’affaires génois ne sont pas pour autant absents du commerce bougiote. Les noms de ces familles importantes apparaissent en général comme investisseurs, et comme au xiie siècle ils interviennent pour des sommes modestes en comparaison de leurs autres affaires.

  • 487 Sur les débuts de la banque à Gênes, voir R. S. Lopez, La prima crisi della banca di Genova (1250-1 (...)
  • 488 Ibid., p. 87-92.
  • 489 Ibid., p. 40.
  • 490 ASG, min. 29, f. 111v (17/5/1253), f. 164v (24/7/1253).
  • 491 ASG, min. 28, f. 93v (24/5/1251) ; min. 27, f. 245r (23/5/1252) ; min. 29, f. 56v (19/4/1253), éd. (...)
  • 492 ASG, min. 34, f. 79v-80r (15/5/1252).
  • 493 ASG, min. 34, f. 56r (12/4/1252), 81v (15/5/1252) ; min. 18/I, f. 82r (16/9/ 1253) ; min. 30/I, f. (...)
  • 494 Il investit également pour des voyages en Corse et Sardaigne : 80 livres 7 sous 6 deniers et 25 liv (...)
  • 495 ASG, min. 30/I, f. 45r (26/3/1254), 78r (14/5/1254). Une opération semblable est réalisée avec les (...)
  • 496 R.-H. Bautier, « Les Marchands et banquiers de Plaisance dans l’économie internationale du xiie au (...)
  • 497 Sur cette banque voir Lopez, La Prima crisi, op. cit., p. 60-68 ; G. Airaldi, G. Marcenaro, dir., C (...)
  • 498 ASG, min. 27, f. 8v (26/10/1250).
  • 499 200 livres confiées avec Giacomo Ravaldo à Cristiano Grimaldi le 14/3/ 1253. Lopez, « L’attività », (...)
  • 500 400 livres en deux commandes le 14/3/53. Ibid., n° 64-65, p. 215-216.
  • 501 Change de 400 livres de Provins le 17/3/1253. Ibid., n° 73, p. 217.
  • 502 100 livres en commande (17/3/1253). Ibid., n° 74, p. 217.
  • 503 Trois commandes pour 400 livres le 22/3/1253. Ibid., n° 99-100, p. 220 ; n° 102, p. 221.

130Parmi ces grands investisseurs, on trouve en particulier de nombreux banquiers. La profession s’est développée très tôt à Gênes487. Elle est florissante au début des années 1250, mais traverse une crise grave entre 1256 et 1259488. En 1253 Nicolò Calvo, un des plus actifs banquiers de la ville, jusqu’à sa faillite en 1256489, donne deux commandes à destination de Bougie, investissant 12 livres en mai et 25 livres en juillet490. Lanfranco di San Giorgio et Nicoloso de Vedereto, deux banquiers parfois associés, sont également intéressés au marché bougiote. Ils sont commanditaires dans plusieurs contrats491et en 1252 Lanfranco a acquis aux enchères la scribania de Bougie avec Manuele Streggiaporco, en donnant deux parts en commande à Ogerio de Fontana492. De même le banquier Giacomo Ravaldo investit l’argent de sa banque ou le sien propre dans plusieurs voyages vers Bougie entre 1252 et 1254, pour un total de 345 livres493. Les sommes qu’il investit, entre 12 et 116 livres, sont moyennes, mais ses opérations sont régulières. Son origine n’est pas connue, mais il est fréquemment en relation avec des Placentins494. En mars 1254, avec le banquier de Plaisance Guglielmo Leccacorvo, il confie deux commandes de 55 livres 7 sous 4 deniers et de 116 livres 10 sous, l’argent provenant de la société d’Opizone, Nicolò et Tedisio Fieschi495. Les banquiers et les hommes d’affaires de Plaisance sont en effet très présents à Gênes et investissent dans le commerce international496. Mais Bougie occupe toujours une place réduite dans leurs affaires. C’est le cas par exemple de la puissante famille des Leccacorvo497. Outre les deux contrats de commande avec Giacomo Ravaldo, Guglielmo Leccacorvo intervient dans une opération de change avec Bougie en octobre 1250. Il reçoit de Guglielmo, fils de feu Giacomo Corteggiano, une somme en monnaie génoise et doit rembourser pour cela à Bougie 660 besants de millares498. Mais en mars 1253 il investit également dans des voyages pour Safi499, l’outre-mer500, les foires de Bar501, l’Espagne502, Tunis503.

  • 504 R. D. Face, « Symon de Gualterio : a Brief Portrait of a Thirteenth-century Man of Affairs », Econo (...)
  • 505 ASG, min. 27, f. 244v (23/5/1252).
  • 506 Lopez, « L’Attività », art. cité, p. 189-190.
  • 507 Face, art. cité, p. 80-81.
  • 508 Ibid., p. 81.
  • 509 ASG, min. 29, f. 54r (25/4/1253). Le quart restant appartient à Nicoloso de Mari, père du Giacomo q (...)
  • 510 ASG, min. 29, f. 54r (19/4/1253). Il n’est pas sûr ici que le change a vraiment eu lieu, en dépit d (...)
  • 511 ASG, min. 29, f. 54r (25/5/1253), 65v (28/4/1253).
  • 512 Face, art. cité, p. 82.
  • 513 ASG, min. 29, f. 75r (2/5/1253), 97v (10/5/1253), 115v (20/5/1253).
  • 514 ASG, min. 18/I, f. 73v-74r (9/9/1253), 218r (15/9/1253), 80r (15/9/1253).
  • 515 ASG, min. 30/I, f. 44v (26/3/1254).

131Simone de Gualterio, également banquier de Plaisance d’après Roberto S. Lopez504, est en revanche très lié au marché bougiote ainsi qu’à celui de Tunis. En 1252 il envoie deux commandes en draps canoni pour une valeur totale de 169 livres 11 sous 6 deniers505. Les activités de cet homme d’affaires sont florissantes en mars 1253 : il vend de la laine pour 1321 livres, achète des draps de France pour 556 livres, donne une commande de safran et de soie à destination de Marseille pour un montant de 770 livres, il intervient dans des opérations de change sur les foires de Champagne et achète les trois-quarts d’une nave pour 390 livres506. Il a également des affaires à Majorque, en Sicile, en Sardaigne, à Acre, Safi, Tunis, et bien sûr Bougie507. Il s’agit donc un très grand marchand, qui lègue à sa mort pour un total de 6000 livres. C’est la Syrie et Bougie qui attirent le plus ses investissements : en avril il engage 1250 livres en trois contrats destinés à la Syrie508. Il envoie surtout à Bougie un bucius qui lui appartient pour les trois-quarts, le San Francesco509. Le 19 il intervient dans une opération de change ou de prêt pour 1180 livres (à rendre à Gênes au retour)510. Il donne par ailleurs deux commandes pour des sommes importantes : Giacomo de Mari prend de lui 498 livres 11 sous et Giacomo Frexano 1 000 livres511. En mai le volume de ses investissements est moins élevé (1054 livres) et Bougie concentre à elle seule un tiers de ses affaires512. Il confie trois commandes pour un total de 325 livres, dont 100 portées par Simone Doria fils de feu Martino513. Entre le 9 et le 15 septembre il passe plusieurs contrats pour un voyage à Bougie : un change de 210 besants de millares avec Andrea de Nigro et deux commandes, l’une de 109 livres 9 sous 6 deniers en millares (confiée à Andriolo Embriaco) et l’autre de 40 livres en coton (confiée à Pasturino Streggiaporco)514. Il meurt peu de temps après et en mars 1254 Nicolò de Nigro, tuteur de son fils, donne procuration à Baldizone Streggiaporco pour récupérer à Bougie 180 besants de millares515. Simone de Gualterio avait donc mis en place des affaires de grande ampleur avec différentes places commerciales, en particulier Bougie qui concentre une partie importante de ses investissements. Il est en relations avec plusieurs des grandes familles de négociants génois que l’on retrouve dans les contrats de commerce avec Bougie : les Doria, Streggiaporco, de Mari, Embriaco, ou de Nigro.

  • 516 Ces résultats sont confirmés par l’étude sur les milieux marchands réalisée par Laura Balletto à pa (...)

132Bougie attire donc plusieurs types de marchands génois. On rencontre surtout des marchands et des investisseurs de petite et moyenne envergure, dont le commerce n’est pas toujours l’activité principale, mais qui trouvent à l’occasion d’un voyage ou deux la possibilité de faire des profits sans apporter un capital important. Pour autant ce marché n’est pas délaissé par les grands opérateurs du commerce européen, Bougie n’étant cependant pour ces derniers qu’un élément secondaire d’un réseau d’affaires plus vaste, qui inclut le plus souvent les riches marchés d’Orient, et permettant une diversification de leurs investissements et de trouver des produits propres au Maghreb516.

c) Les autres cités marchandes

133Ces caractères des milieux marchands se retrouvent pour les autres grands ports actifs aux xiie et xiiie siècles, même si la documentation y est moins abondante. À Marseille de très nombreux opérateurs petits et moyens interviennent dans le commerce bougiote, soit pour y investir de l’argent, soit pour y porter des commandes.

Tableau 27. INVESTISSEMENTS MARSEILLAIS À BOUGIE (xiiie SIÈCLE)

Tableau 27. INVESTISSEMENTS MARSEILLAIS À BOUGIE (xiiie SIÈCLE)

Répartition des investissements par nombre de contrats.

Répartitions des investissements en valeur.

  • 517 On peut comparer ces chiffres avec la répartition des investissements portés sur le Saint-Esprit à (...)

134La place des investissements petits et moyens (jusqu’à 50 livres) est plus importante qu’à Gênes (plus de 85 % des contrats), alors que les contrats de plus de 100 livres sont rares517.

  • 518 Les documents de la famille Manduel ont été publiés par L. Blancard, Documents inédits sur le comme (...)
  • 519 Sur environ 79 documents, 51 concernent le Maghreb, dont 24 Bougie et 15 Ceuta, alors que 14 sont d (...)
  • 520 Sur ces trois marchands, voir A.-E. Sayous, Les Opérations du capitaliste et commerçant marseillais (...)

135La famille des Manduel en particulier a mis en place un ample réseau en Europe et en Méditerranée, dans lequel Bougie joue un rôle important518. Etienne, le père, s’installe à Marseille à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle et y développe ses affaires jusqu’à sa mort en 1230. Ses deux fils Bernard et Jean lui succèdent, jusqu’à l’emprisonnement et la condamnation à mort de Jean. Ils agissent comme commanditaires, avec une prédilection pour les marchés maghrébins et en particulier pour Bougie519. Mais leurs investissements sont également importants en Orient latin et en Égypte, ainsi que dans les grandes foires européennes et dans les autres ports actifs comme Barcelone, Majorque ou Messine520. Leurs affaires à Bougie sont connues entre 1210 et 1255 et, sur une vingtaine de contrats, la moyenne des investissements se situe autour de 50 livres, ce qui reste malgré tout moyen.

  • 521 O. Banti, « I Rapporti tra Pisa e gli stati dell’Africa settentrionale tra l’xi e il xiv secolo », (...)
  • 522 Sur les Lanfranchi, et leur réseau d’affaires, voir E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pi (...)
  • 523 Éd. A. Guidi, Atti di ser Leopardo del Fornaio dai registri n° 3 e n° 4 della se-rie contratti dell (...)
  • 524 ASP, Diplomatico Trovatelli, 12/3/1277.
  • 525 ASP, Diplomatico Roncioni, 17/10/1278.
  • 526 M. Bensaci, « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghrib », CT, 113-114, 1980, (...)
  • 527 Sur cette famille des Lanfrachi Rossi, voir Cristiani, op. cit., p. 413-415.
  • 528 ASP, Diplomatico S. Silvestro di Pisa, 29/1/1315. Sur cette famille, cf. Cristiani, op. cit., p. 41 (...)
  • 529 En avril 1326 Cecco Agliata nolise une coca pour Cagliari, Jijel, Bougie et Collo. ASP, Diplomatico (...)
  • 530 Éd. R. Morozzo della Rocca, Documenti del commercio veneziano nei sec. XI-XIII, I, Turin, 1940, p. (...)
  • 531 G. Luzzatto (sous le pseud. de G. Padovan), « Capitale e lavoro nel commercio veneziano dei secoli (...)

136Les documents pisans sont rares et peu représentatifs de l’ampleur du commerce de ce port avec le Maghreb. Les noms qui dominent sont ceux de grandes familles comme les Lanfranchi, Lanfreducci, Aiutamicristo, Dal Bagno, Bocca, avec l’émergence vers le milieu du xiiie siècle de nouvelles familles du popolo521. En 1269 Puccio Rosso, de la Maison des Lanfranchi522, prend dans un contrat de société 15 livres de Sollaccio fils de feu Lamberto Vinario pour Bougie523. En 1277 il part à nouveau pour Bougie avec de l’argent de Guidone Benencasa524. En 1278 Lupo de Gherardo Rosso, de la même Maison, fait son testament à Bougie, où il est sans doute installé525. Ce document montre qu’il y a développé des affaires nombreuses et importantes526. Cette famille des Lanfrachi Rossi est une des plus actives dans le commerce maritime de Pise527et il en est de même des Lanfreducci, qui ont des intérêts dans le commerce bougiote528. Au xive siècle les grandes familles du popolo comme les Agliata participent également à ce commerce529. Mais pour ces grands marchands, Bougie n’est jamais une destination exclusive, leurs affaires les portant également sur les autres grands marchés de la Méditerranée. Un constat identique peut être fait pour Venise, même si là aussi les documents commerciaux manquent. À la fin du xiie siècle, le marchand Romano Mairano effectue plusieurs opérations de change sur la place de Bougie et y vend une nave530. Mais il est surtout actif sur les marchés orientaux et ne se replie sur Bougie qu’à la suite de problèmes rencontrés par les Vénitiens à Constantinople531.

  • 532 Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 65-66.
  • 533 Ce milieu marchand barcelonais du xiiie siècle a été bien étudié dans plusieurs articles de Carmen (...)

137À Barcelone, et dans les pays de la Couronne d’Aragon en général, les rares documents commerciaux du xiiie siècle montrent à la fois de très grands entrepreneurs, parmi lesquels les souverains euxmêmes532, et des marchands plus modestes dont l’activité se limite au bassin occidental de la Méditerranée, avec des sommes investies moyennes533.

  • 534 Vaquer, « Navegació i comerç », art. cité, p. 95-142. L’étude a été menée à partir des documents de (...)

138Pour les xive et xve siècles il est plus difficile d’entreprendre une étude des milieux marchands actifs à Bougie. Une étude systématique des notaires de Majorque aiderait sans doute à y voir plus clair. Les documents mis au jour par Pierre Macaire et Onofre Vaquer montrent un milieu certes actif, mais des investissements en général moyens, même si certaines figures émergent de la documentation. Les régestes de documents de la seconde moitié du xve siècle publiés par Onofre Vaquer permettent de se faire une idée de ce milieu marchand majorquin534.

  • 535 M. Barcelo i Crespi, « Niçards a la Mallorca baixmedieval », AEM, 24, 1994, p. 75. Voir également V (...)

139Dans les années 1450-1460 la famille converse des Pardo est très présente dans le commerce de Bougie. En 1451 Gabriel assure une cargaison de cire et de cuirs allant de Bougie à Majorque. En 1454 Tomas Pardo donne une commande de 125 livres en toiles, à porter à Alger et Bougie. Pere Pardo, qui a effectué plusieurs voyages à Bougie entre 1450 et 1452 comme marchand, possède en 1456 une caravelle, qui va à Bougie et Tunis, et en 1461 un balaner qui est nolisé pour Bougie. En 1460 Lluis Pardo nolise le balaner de Guillem Lombart, de Barcelone, pour un voyage qui part de Barcelone pour aller à Ibiza, Majorque, Collo ou Stora, Bougie et un retour à Majorque. Ces marchands ne limitent donc pas leur action au seul port de Bougie et investissent ou participent à des voyages qui couvrent l’ensemble des routes commerciales de Méditerranée à l’époque, avec cependant une prédilection pour le bassin occidental. Entre 1448 et 1451 Tomas conclut ainsi un contrat d’assurance pour Valence, donne des commandes pour l’Orient, Savone, la Sicile. Pere loue ses navires entre 1448 et 1460 pour des voyages à Palerme, Messine, Rhodes, Tunis, Alger, la Berbérie et intervient dans plusieurs contrats d’assurance pour Valence, Tarragone, Cherchell, Naples ou Gaète. Gabriel, qui est spécialisé dans les assurances, passe des contrats qui concernent Alcudia, Alger, Ténès, Cherchell, Cagliari, Ibiza, Nice, Savone, Tarragone, Collioure, Naples, Gaète, Péra, Rhodes ou Constantinople. Enfin Lluis est tantôt investisseur (il a un facteur à Alger, est assureur pour des trajets à destination de Naples, Collo, Alger, Cagliari, Alcudia de Majorque et est commanditaire pour la Romanie, Rhodes, Alexandrie, la Sicile), tantôt marchand itinérant (nolis pour la Berbérie, Valence, Morvedre, Ciutadella, Ibiza, Naples, Gaète, Rhodes, Constantinople). Ils redistribuent ensuite les produits maghrébins sur d’autres marchés européens. En décembre 1467 Pau Pardo assure ainsi une cargaison de cuirs de bœufs, dont 120 venant de Berbérie, à destination de Nice535.

  • 536 C’est également une famille de convers, qui a pu conserver des contacts étroits avec les communauté (...)

140Cette famille est sans doute exceptionnelle, comme celle des Bellviure, qui étend ses activités commerciales dans l’ensemble du bassin méditerranéen536. Certains, tout en commerçant aussi bien en Orient qu’en Méditerranée occidentale, restent cependant des marchands d’envergure moyenne. C’est le cas de Gabriel Plegamans, qui en 1466 prend une commande de 125 livres en toiles, portées à Bougie sur la nef de Francesc Vidal. On rencontre le même homme en 1458, portant plusieurs commandes investies en toiles à destination de Rhodes et autres ports d’Orient, pour un total de 490 livres. D’autres marchands ont un rayon d’action plus limité, comme Bartomeu Miro, qui va à Bougie en 1455 et 1460. En 1451 et 1454 il est déjà parti avec Pere Despi à Collo, d’où il a rapporté notamment de l’or, des cuirs et de la cire. Ses activités se limitent donc au Maghreb, et plus spécialement à la partie occidentale du sultanat hafside. Il en est de même pour Joan Ravell, qui en octobre 1454 prend une commande de 116 livres 17 sous 5 deniers en coton et huile qu’il doit porter à Bougie ou Alger. En mars de la même année il a porté également une commande de toiles, pour une somme de 41 livres, en Berbérie et en 1457 il prend une commande de 150 livres en toiles à destination d’Alger. De même Antoni Salom nolise en 1462 la nef d’Isern de Saragosse pour aller à Barcelone, Ibiza, Majorque, Bougie et Alger. C’est un habitué de ces ports puisqu’en 1451 il a déjà transporté des toiles, du coton et de l’huile en « terra de moros », et en 1455 il a pris une commande de 54 livres en coton pour Alger. On rencontre donc surtout de nombreux opérateurs de moyenne envergure, tant par les sommes investies ou transportées que par leur rayon d’action.

141Les acteurs européens du commerce bougiote sont donc principalement de trois types. De très gros négociants trouvent à Bougie un marché complémentaire de l’Orient. Ils y achètent certains produits à de meilleures conditions, ou y trouvent un terrain de repli en cas de difficultés en Orient. Mais la part de Bougie dans leur activité reste faible. On trouve surtout un groupe important de marchands de moyenne envergure, parfois spécialisés dans le Maghreb. Les sommes investies sont le plus souvent modestes, mais permettent de faire fructifier rapidement le capital de départ. On les trouve dans tous les grands ports du sud de l’Europe et ils constituent l’armature du commerce de Bougie. Enfin à Gênes et Marseille (mais peut-être le phénomène existe-t-il ailleurs) les bénéfices possibles ont attiré de petits opérateurs. Ce sont alors des marchands occasionnels, qui portent une commande, puis disparaissent de la documentation, ou des non-professionnels du commerce qui investissent des sommes souvent très réduites en comparaison de celles engagées en général dans le commerce maritime.

142Bougie attire donc un très grand nombre d’opérateurs économiques dans les cités marchandes du sud de l’Europe. Elle ne peut certes rivaliser avec les marchés d’Orient et le trafic y est moins l’affaire des grands négociants. Mais elle permet néanmoins de faire fructifier un capital, même modeste, dans des opérations de courte durée. Le développement des contrats de commande a rendu possible cette large participation aux affaires et aux bénéfices. Le grand nombre de bateaux, le plus souvent de taille modeste, multipliait les possibilités d’aller à Bougie et d’en revenir rapidement.

143C’est cette mobilisation financière et humaine, à la fois ample et diversifiée, qui a fait le succès des marchands chrétiens à Bougie. À l’inverse, les Bougiotes n’ont pas développé un secteur marchand d’une puissance équivalente et ont dès lors rapidement, à partir du xiiie siècle, été largement écartés du grand commerce maritime.

Notes

1 Cf. Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 54-55.

2 Claude Carrère a pu ainsi écrire pour la fin du xive et le début du xve siècle : « les Sarrasins se contentent de recevoir dans leurs propres ports les marchands étrangers, et ne se rendent pas en terre chrétienne pour autre chose que des razzias ». Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, 1380-1462, Paris-La Haye, 1967, p. 625.

3 Y. Ragheb, « Les marchands itinérants du monde musulman », Voyages et voyageurs au Moyen Âge. XXVIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Limoges-Aubazine, mai 1995, Paris, 1996, p. 177-215.

4 Sh. D Goitein, « La Tunisie du xie siècle à la lumière des documents de la Geniza du Caire », Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, II, Paris, 1962, p. 559-579.

5 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 31-33 ; Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 400-401.

6 Ibn āfir al-Azdī, Badāi al-bidāya, éd. Al-Fadl Ibrāhīm, rééd. Le Caire, 1970, p. 181, cité par A. Amara, Pouvoir, économie et société dans le Maghreb hammadide (395/1004 – 547/1152), thèse de l’Université Paris 1, sous la direction de Fr. Micheau, Paris, 2002, p. 424.

7 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 175. Ce commerce se fait alors le plus souvent par l’intermédiaire des marchands d’Ifrīqiya. Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 213.

8 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 276-280.

9 Cf. V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Miyār d’al-Wanšarīsī, Madrid, 1995, p. 29-30.

10 Cf. supra p. 183-187.

11 Ibn Baṭṭūa, p. 377-378.

12 ACA, Real Procesos, 102/21, cité par A. Unali, Marinai, pirati e corsari catalani nel Basso Medioevo, Bologne, 1983, p. 43. Ce choix ne fut cependant pas très judicieux, car il fut capturé par des pirates.

13 Picard, L’Océan Atlantique, op. cit., p. 379.

14 Cf. supra p. 179-183.

15 Al-Idrīsī donne de manière significative les routes terrestres, mais aussi les itinéraires côtiers, indiquant les distances entre les ports. Par exemple al-Idrīsī, trad. p. 175-178.

16 Ibn Ğubayr, Rila, trad. P. Charles-Dominique, « Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages (Rila) », Voyageurs arabes, Paris, 1995, p. 71.

17 Ibid., p. 327.

18 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1278, art. 7.

19 Al-Ġubrīnī, p. 80.

20 ACA, CRD, Jaime II, caja 136, Judíos y musulmanes, n° 524 (29/5/1316), éd. (avec une cote erronée) par Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les relations des pays de la couronne d’Aragon avec le Maghreb de 1212 à 1323, thèse complémentaire, Université de Paris, n° 1224.

21 ACA, C., Rg. 1427, f. 27v-28r (16/10/1368).

22 ARM, RP 3826, f. 147v (1403).

23 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, 1999, p. 114.

24 J. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 : les voyages “per costeriam” », AEM, 21, 1991, p. 233-245. Cf. également le témoignage d’Anselme Adorno, qui raconte être monté à Tunis sur un navire génois se rendant en Orient, en compagnie d’une centaine de Maures, hommes et femmes, certains marchands et d’autres pèlerins. J. Heers, G. de Groer, éd. et trad., Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte (1470-1471), Paris, 1978, p. 140-141.

25 Cf. Emmanuel Piloti, Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre Sainte (1420), éd. P. H. Dopp, Louvain-Paris, 1958, p. 229-231, à propos d’une nave de Catalans prise dans le port d’Alexandrie avec à son bord de nombreux marchands maghrébins se rendant à Tunis.

26 Sans doute les galées florentines ont également eu cette fonction, mais on connaît plus mal leur fonctionnement. Cf. M. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967, p. 72-74.

27 Berbères, II, p. 422.

28 Ibid., p. 399.

29 Éd. et trad. M. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Madrid-Grenade, 1940, n° 119, texte p. 259, trad. p. 263.

30 Ibid., texte p. 259, trad. p. 265.

31 ACA, C., Rg. 242, f. 261v-262r (26/10/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1163 ; Archivo Histórico de la Ciudad de Barcelona, Llibre del Consell, vol. 3, f. 33v-34 (6/11/1315), éd. A. de Capmany y Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, Madrid, 1779-1792, rééd. C. Batlle et E. Giralt, Barcelone, 1961-1963, n° 99, p. 143-145.

32 ARV, C., Rg. 626, f. 33v-36r (2/5/1410).

33 Éd. L. Greco, Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (1471-1484), Venise, 1997, p. 54, 56 (14/10/1475).

34 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 147.

35 Il finit par s’installer à Fès où il est cadi en 536/1142. Il y meurt en 567/ 1172. R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, 1984, p. 167. Cette figure du savant-commerçant est ancienne et assez courante en Islam. Cf. H. Touati, Islam et voyage au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 99-101 ; H. Ferhat, Sabta des origines au xive siècle, Rabat, 1993, p. 312-313.

36 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 59.

37 Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans méditerranéens d’Alphonse le Magnanime à Ferdinand le Catholique », IX Congresso di storia della Corona d’Aragona, Naples, 1982, p. 211.

38 Cf. D. Valérian, « Ifrīqiyan Muslim Merchants in the Mediterranean at the End of the Middle Ages », Mediterranean Historical Review, 14/2, 1999, p. 50-54.

39 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 128. Cf. également H.-R. Idris, « Commerce maritime et ḳirāḍ en Berbérie orientale d’après un recueil inédit de fatwās médiévales », JESHO, 1961, p. 228-229.

40 Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 316. Sur ces fatwa-s d’al-Māzarīet leur interprétation, voir la mise au point récente d’A. L. Udovitch, « I musulmani e gli ebrei nel mondo di Federico II : linee di demarcazione e di comunicazione », Federico II e il mondo mediterraneo, dir. P. Toubert, A. Paravicini Bagliani, Palerme, 1994, p. 191-192.

41 Cf. Constable, Trade and traders, op. cit., p. 59-60 ; A. Nef, L’élément islamique dans la Sicile normande : identités culturelles et construction d’une nouvelle royauté (xie-xiie siècle), Thèse de l’université Paris X – Nanterre, sous la direction de H. Bresc, 2001, p. 550-551.

42 Traité Royaume de France et Anjou – Tunis, 1270, art. 1. Le même traité stipule également : « Si quelque navire appartenant à l’un des musulmans susdits, ou quelque bâtiment appartenant à des chrétiens, ayant à bord quelqu’un desdits musulmans, vient à faire naufrage dans un des ancrages des États desdits princes, et des lieux de leur obéissance, chacun d’eux, en ce qui le concerne, veillera à la conservation de tout ce qui sera jeté sur les côtes de ses États, soit personnes, soit propriétés, et fera rendre le tout aux musulmans » (art. 3).

43 Dans le traité de 1313 entre Pise et Tunis par exemple, seul le quarante-sixième et dernier article affirme que tout musulman sujet du sultan allant à Pise ou dans les pays de sa domination sera protégé, dans sa personne et ses biens.

44 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1271, art. 1, 4, 7, 12, 13.

45 Il limite à 5 % (vintè) au lieu de 10 % (deè) les droits sur les importations et exportations, pour 5 ans. ACA, C., Rg. 1409, f. 91v-92r (15/10/1343), éd. A. Pons, Los Judíos del reino de Mallorca durante los siglos xiii y xiv, Palma de Majorque, 1984, II, n° 103-104. Cette mesure est renouvelée en 1356 par Pierre IV, sans spécifier le montant des taxes, mais les registres de leudes des années 1350 montrent un taux à nouveau de 10 %.

46 Éd. E. de K. Aguiló, « Rubrica dels llibres de pregons de la antiga curia de la governació, llibre I, any 1385 », BSAL, 9, 1901-1902, p. 14 (23/4/1386).

47 ACA, CRD, Jaime II, caja 1, n° 326 (16/09/1297).

48 Neque conversis seu judeis autem etiam sarracenis de quibusvis partibus barbarie venientibus mercantiliter, tam ad civitatem et regnum Maioricarum quam ad quascumque alias partes regnerum et terrarum predictum domini regis. ARV, C., Libres de armaments de fustes de la cort de la Batlia general del Regne de Valencia, 702, f. 13v-16v (25/1/1406).

49 Cives et homines supradicti, sive sint christiani, sarraceni, vel judaei, possint libere et secure intrare et manere et exire in civitate vicecomitali, et negociari, et suas merces et avera vendere et emere..., cité par G. B. Dapping, Histoire du commerce entre le Levant et l’Europe depuis les Croisades jusqu’à la fondation des colonies d’Amérique, Paris, 1830, I, p. 286. Le texte ne précise cependant pas l’origine des musulmans et des juifs concernés.

50 AM, AA 149, 9/4/1472.

51 The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd. et trad. M. N. Adler, Londres, 1907, p. 3. « Men come for business there from all quarters, from Edom, Ishmael, the land of Algarve, Lombardy, the dominion of Rome the Great, from all the land of Egypt, Palestine, Greece, France, Asia and England ».

52 En 1227 à Marseille un musulman d’Alexandrie, Haquim passe un contrat avec Bernard Manduel devant le notaire Januaire. Blancard, I, n° 14.

53 G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin xie-début xive siècle), ébauche d’une stratégie pour un empire, Amiens, 1993, p. 280. Leur identification comme marchands pose cependant problème. Cf. également Id., « Jews and Muslims in Medieval Genoa : from the Twelfth to the Fourteenth century », Mediterranean Historical Review, 10, 1995, p. 120-132.

54 Le moine Donizione, biographe de la princesse Mathilde, se plaint de la présence dans le port de Pise de musulmans à la fin du xie siècle. Vita Mathildis celeberrimae principis Italiae carmine scripta a Donizone presbytero, éd. L. Simeoni, Bologne, 1930-1940 (Rerum Italicarum Scriptores2, V, parte 2), p. 53. Cf. également le témoignage du bénédictin islandais Nikolás qui voit des musulmans lors de son passage à Pise vers 1150. Trad. M. Scovazzi, « Il viaggio in Italia del monaco islandese Nikolas », Nuova Rivista storica, 51, 1967, p. 360 : « Ce sont des hommes d’Égypte, des Syriens et des Africains ».

55 En octobre 1438 Raisi Ali Marsan, habitator Machamecte [Hammamet] de partibus Barbarie, nomme procurateur Francesco de lu Ferru pour exiger ses crédits à Licata, sur la côte sud de l’île. Archivio di Stato di Trapani, not. Miciletto (10/10/1438), cité par C. Trasselli, « Sicilia, Levante e Tunisia nei secoli xiv e xv », Mediterraneo e Sicilia all’inizio dell’epoca moderna, Cosenza, 1977, p. 128. De même le tarif de la gabelle de Trapani de 1312 prévoit une taxe de 5 % pour les marchandises des musulmans et des juifs de Berbérie, sauf pour ceux de Djerba, des îles Kerkennah et de Pantelleria. R. M. Dentici Buccellato, éd., Fisco e società nella Sicilia Aragonese. Le pandette delle gabelle regie del xiv secolo, Acta curie felicis urbis Panormi, 2, Palerme, 1983, p. 81.

56 Citons encore ce texte curieux d’un prédicateur dominicain de la seconde moitié du xiiie siècle, Barthelemy de Tours, qui dénonce « les marchands d’Afrique, de Lombardie et d’autres lieux, [qui] portent à Paris leurs marchandises médiocres pour les vendre à meilleur prix et s’en retournent nantis dans leurs pays (sicut mercatores de Africa et Lombardia et aliis villis, Parisius portant merces suas viles ut melius vendantur et sustententur in terris suis) ». Paris, BNF, manuscrits latins, n° 14952, f. 32, cité par M.-M. Dufeil, « Traces d’Orient à Paris au xiiie siècle », RHCM, 3, 1967, p. 48-49.

57 M. D. López Pérez, « Los operadores magrebíes en la Corona de Aragón a finales del trescientos y principios del cuatrocientos : las actividades mercantiles de judíos y musulmanes norteafricanos », XIV Congresso di Storia della Corona d’Aragona, Sassari-Alghero, 19-24 maggio 1990, III, Sassari, 1996, p. 558 ; Ead., La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995, p. 358-359.

58 Cf. J. Sastre Moll, « Estancia y salida de musulmanes libres y esclavos durante el reinado de Sancho I y Felipe de Mallorca », BSAL, 44, 1988, p. 125-170.

59 Cf. N. E. Gais, « Aperçu sur la population musulmane de Majorque au xive siècle », RHCM, 9, 1970, p. 19-30. Jaime Sastre Moll estime cette population à environ 5 000 personnes (libres ou non) dans le premier quart du xive siècle, soit 8 à 10 % de la population de l’île. Sastre Moll, « Estancia y salida », art. cité, p. 170.

60 ARM, P. 351, f. 104, éd. A. Santamaría Arández, Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque, 1990, p. 95.

61 ARM, P. 351 (19/4/1285 [ ?] et 24/5/1285), cité par E. Lourie, « Free Moslems in the Balearics under Christian Rule in the Thirteenth Century », Speculum, 45, 1970, p. 634.

62 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14580, f. 58v (Majorque, 2/7/1354), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 377.

63 ARM, LLC 99, f. 295 (1/10/1423), cité par P. Macaire, Majorque et le Maghrib au xve siècle, thèse de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977, p. 454.

64 ARM, Reales cedulas, vol. III, f. 110 (08/1313), éd. E. de K. Aguiló, « Tractat de pau entre el Rey de Mallorca Don Sanxo i el de Bugia Boyahia Abubechre, firmat a Mallorca (1312) », BSAL, 15, 1915, p. 227-228, 230. Il s’agit cependant là d’une mission officielle dans le cadre d’un échange de captifs.

65 ACA, C., Rg. 1389, f. 165r (30/1/1384). Cf. en 1353 le cas d’un Tunisois, Mohamed al-Rachid, marchand et qualifié d’alfaqueque, qui repart de Majorque pour Tunis sur une coque majorquine. ARM, RP 1353, f. 30v (1353).

66 Éd. Santamaría Arández, Ejecutoria, op. cit., p. 95.

67 Cité par Lourie, « Free Moslems », art. cité, p. 634 (idem pour le suivant).

68 Cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 376 (idem pour le suivant).

69 Éd. A. Masia de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de Africa, Barcelone, 1951, n° 138.

70 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos, cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 377.

71 Cité par O. Vaquer, « Navegació i comerç a Mallorca, segle xv, segonda meitat », Fontes rerum Balearium, 1990, p. 110. Il assure un marchand valencien pour des toiles de coton portées à Alger.

72 Éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacionales de los reyes católicos, IV, Barcelone, 1951, n° 158, p. 226.

73 Cf. graphiques p. 608.

74 Dans la seconde moitié du xve siècle les Ifrīqiyens d’une manière générale se font plus nombreux à Valence. J. Guiral Hadziiossif, « L’apport des communautés juives et musulmanes de Valence au commerce méditerranéen au xve siècle », Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècle. Deuxième colloque international d’histoire du Centre de recherche Néohelléniques (Athènes, 18-25 septembre 1983), Athènes, 1985, p. 469 ; J. Hinojosa Montalvo, « Sobre los mercaderes extrapeninsulares en la Valencia del siglo xv », Saitabi, 26, 1976, p. 85. Leur présence devient cependant exceptionnelle à partir de 1475. J. Guiral Hadziiossif, « Les relations commerciales du royaume de Valence avec la Berbérie au xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 10, 1974, p. 102, 108.

75 Dans un document de 1320 pourtant le Conseil des Cent de Barcelone, réclamant des représailles contre un acte de piraterie à Tunis, demande de faire saisir les biens des sujets hafsides, musulmans et juifs à Majorque, in qua erant et sunt multi mercatores sarraceni et judei, subditi dicti regis Tunisii. AHCB, Rg. GC, vol. VI, f. 38 (13/5/1320), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1377. Il est vrai que les registres du Real Patrimonio ne prennent en considération que les résidents et non les marchands de passage, qui étaient plus nombreux. Hinojosa Montalvo, « Sobre los mercaderes », art. cité, p. 85.

76 En 1327 des marchands de Tunis débarquent à Majorque et, au moment de payer la leude perçue sur les musulmans étrangers, tentent de se faire passer pour des mudéjars libres sujets du roi d’Aragon. Ch-E. Dufourcq, « Aspects internationaux de Majorque durant les derniers siècles du Moyen Âge », Mayurqa, 11, 1974, p. 37.

77 López Pérez, « Los operadores magrebíes », art. cité, p. 565-566.

78 ARM, RP 1108, f. 9r (17/6/1365).

79 ARV, Batllia, 1144, f. 145r (14/6/1406).

80 Jaime Sastre Moll signale la construction d’un « alfondech » pour les musulmans à Majorque en 1311. J. Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca durante el reinado de Sancho y la regencia de Felipe de Mallorca (1311-1330). Rentas reales portuales y su reinversion », Miscel.lania de Textos medievals, 7, 1994, p. 160. Cf. également M. T. Ferrer i Mallol, « Les mudéjars de la Couronne d’Aragon », REMMM, 63-64, 1992, p. 186. Il pouvait servir pour les musulmans de l’île, mais aussi des marchands de passage. Son existence a cependant dû être de courte durée, puisque vingt ans après on constate un creux dans les séjours de Maghrébins dans l’île. De même, en 1268, un alfondicum et des boutiques sont construits à Barcelone et sont destinés à l’usage des chrétiens, juifs et musulmans. O. R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World. Lodging, Trade, and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, 2003, p. 189.

81 Traité roi de Naples – Tunis 1477, art. 5.

82 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 61.

83 Constable, Housing the Stranger, op. cit., p. 190-191.

84 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 59. Elle évoque également la question des bains. On sait que dans les ports maghrébins il existait une ségrégation en ce domaine et que les chrétiens avaient un droit d’usage des bains et un jour réservé.

85 En 1316 un Bougiote venu en pays valencien acheter de l’huile, et s’apprêtant à repartir chez lui, est arrêté par le Bailli en représailles de la capture à Bougie d’un marchand valencien. ACA, CRD, Jaime II, caja 60, n° 11052 (23/3/1316), éd. Masia de Ros, op. cit., n° 138. De fait, leur présence devient exceptionnelle après 1370, au plus fort de la piraterie bougiote.

86 Al-Bakrī, trad. p. 166.

87 Dès l’époque du califat omeyyade, ils sont actifs en Ifrīqiya. O. R. Constable, « Muslim Merchants in Andalus International Trade », The Legacy of Muslim Spain, dir. S. Kh. Jayyusi, Leyde, 1992, p. 763.

88 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 18-20, 31. Sur Séville, voir Picard, L’Océan atlantique, op. cit., notamment p. 108-112, 400-401. Sur Malaga F. Melis, « Malaga nel sistema economico del xiv e xv secolo », Economia e Storia, III/1, 1956, p. 19-59 ; III/2, p. 139-163, rééd. I Mercanti nell’Europa medievale e rinascimentale, Florence, 1990, p. 135-213 ; M. I. Calero Secall, « Málaga : un puerto en una ciudad », Al-Andalus y el Mediterráneo, Barcelone-Madrid, 1995, p. 115-122.

89 J. D. Latham, « Towns and Cities of Barbary – the Andalusian Influence », Islamic Quarterly, 16, 1972, p. 190, rééd. From Muslim Spain to Barbary, Londres, 1986.

90 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 33.

91 ACA, C., Rg. 592, f. 26v-27r (18/5/1337).

92 D. Abulafia, « Gli inizi del commercio genovese a Maiorca e il patto maiorcino-genovese del 1160 », Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, dir. L. Balletto, Gênes, 1997, p. 9-10. Cet auteur pense, sans doute avec quelque exagération, que Majorque valait principalement, aux yeux des Pisans et des Génois, comme point d’observation pour la Méditerranée occidentale et que le traité passé entre Gênes et Majorque en 1160 a permis de développer le commerce avec Ceuta et Bougie. Mais la plupart des voyages entre Gênes et Bougie ne se font pas par l’intermédiaire de Majorque, qui constitue un détour important. Voir également B. Garí, « El reino de Granada y la política comercial genovesa en la Península ibérica en la segunda mitad del siglo xiii », Relaciones exteriores del Reino de Granada. IV Coloquio de historia medieval andaluza, Almeria, 1988, p. 287-296 ; G. Doxey, « Diplomacy, Trade and War. Muslim Majorca in International Politics, 1159-1181 », Journal of Medieval History, 20/1, 1994, p. 39-61.

93 Même si le contrat donne les tarifs de nolis pour les marchandises chargées à Malaga pour Bougie.

94 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Cambridge (Mass.), 1930, p. 120-124.

95 R. Arroyo, « El comercio valenciano de exportación con Italia y Berbería a finales del siglo xiv », VIII Congreso de historia de la Corona de Aragón, II, Valence, 1973, p. 255-289. Les convers jouent également un rôle important. J. Boswell, The Royal Treasure : Muslim Communities under the Crown of Aragon in the 14th Century, New Haven et Londres, 1977, p. 58-61.

96 En 1448, à Alexandrie, le marchand Galip Ripoli nomme procurateurs Habraim et Berentessi, marchands musulmans, pour vendre du poivre en son nom au Grand Maître de Rhodes. Éd. F. Rossi, Servodio Peccator, notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto (1444-1449), Venise, 1983, n° 23, p. 46-47 (14/10/ 1448). Dans la seconde moitié du xve siècle Mahomet Ripoll et Ali Xipio ont des activités au Maghreb, dans le royaume de Grenade, en Italie et ils ont une succursale à Florence où ils ont un facteur-procureur, Abrahim Homar, accompagné d’un serviteur, Mahomet Faraig. En 1452 Ali Xipio laisse la direction des affaires dans le royaume de Grenade et au Maghreb à son fils, Caat Xipio, et à la même époque Mahomet Rippol répartit ses activités entre ses trois fils Acen, Abdalla et Mahomet le jeune, lequel prend la tête de la succursale de Tunis de 1452 à 1459, d’abord en association avec Acen, puis seul. Il y emmène son fils Azmet pour qu’il fasse son apprentissage. J. Guiral, « L’organisation de la production rurale et artisanale à Valence au xve siècle », AEM, 15, 1985, p. 420. On retrouve en 1470 un Abdala Ripolo maurus filius sidi Mahometh de Tunisio, dont le nom peut indiquer qu’il s’est installé à Tunis. Par la suite les membres de cette famille restés à Valence se convertissent au christianisme, mais conservent une activité commerciale avec le Maghreb, grâce notamment à leurs liens familiaux. Sur cette famille, voir M. Ruzafa Garcia, « Els orígens d’una família de mercaders mudèjars en el segle xv : Caat Ripoll (1381-1422) », Afers, 7, 1988-89, p. 169-188.

97 Par exemple ARV, MR, Rg. 43, f. 91v-92r (21/4/1423) : Galip Ripoll, de la moreria de Valence, paye la taxe pour le départ à Bougie de Juceff de Cacim, Mahomat de Cacim, Cacim Benjucef, Ali de Cacim, musulmans de La Fraga dans le Royaume d’Aragon.

98 ARV, MR, Rg. 50, f. 80v-82r, cité par Ruzafa Garcia, « Els orígens », art. cité, p. 184.

99 M. Ruzafa Garcia, « Los mudéjares en desarrollo mercantil valenciano del cuatrocientos », Revista d’historia medieval (Valence), 2, 1991, p. 179-189.

100 Ainsi en 1408 Martin Ier permet l’octroi de licences autorisant les musulmans à séjourner jusqu’à cinq ans au Maghreb. ARV, Lletres y privilegis, Rg. 2, f. 234v (15/7/1408), éd. L. Piles Ros, Estudio documental sobre el bayle general de Valencia, su autoridad y jurisdicción, Valence, 1970, n° 47bis.

101 ARV, C., Rg. 705, f. 277r-296v (30/9 – 4/10/1459). Pour dix-sept d’entre eux le but du voyage est le commerce (pour l’essentiel vente de soie et de draps de Valence), cinq partent pour étudier, un pour récupérer une créance et le dernier pour un héritage.

102 Ce Jucef Xipio apparaît également comme intermédiaire pour des rachats de captifs en terre musulmane. A. Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo : la caridad popular valenciana y la redención de los cautivos bajo poder musulmán 13231539, Barcelone, 2001, p. 69.

103 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 63-64.

104 ARM, P. 342, f. 160r (février 1242), cité par Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 123.

105 ARM, P. 343, f. 243v-244 (29/12/1247), éd. Santamaría Arández, Ejecutoria, op. cit., n° 51, p. 639-640.

106 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes, xie-xvie siècles, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 2002, p. 313-330 ; M. H. Belkhodja, « Al-Hiğrat al-Andalusiyya ilā Ifrīqiya fī l-qarn 7/13 », CT, 69-70, 1970, p. 129-137 ; J. D. Latham, « Toward a Study of Andalusian Immigrations and its Place in Tunisian History », CT, 19-20, 1957, p. 203-252, trad. fr. « Contribution à l’étude des immigrations andalouses et leur place dans l’histoire de la Tunisie », Recueil d’études sur les Moriscos andalous en Tunisie, dir. M. de Epalza et O. R. Petit, Madrid-Tunis, 1973, p. 21-63, rééd. From Muslim Spain to Barbary, Londres, 1986.

107 M. Talbi, « al-Ḥiğrat al-andalusiyya ilā Ifrīqiya ayyām al-Ḥafṣiyyīn », al-Aāla, 26, 1975, rééd. Études d’histoire ifriqiyenne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, 1982, p. 201, 203. Valérian, « Les Andalous », art. cité, p. 327-328.

108 Cf. supra p. 259. À Ceuta, qui accueille également de nombreux Andalous, le Valencien Ibn Halas prend la tête de la douane dans la première moitié du xiiie siècle. Il obtient du calife almohade al-Rašīd que les musulmans de Valence, Sucar et Xativa bénéficient de privilèges, en particulier fiscaux. À titre personnel il investit dans le commerce, s’associe avec des Marseillais et s’enrichit rapidement. H. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles : les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 147-148 ; Ead., Sabta, op. cit., p. 121-122.

109 Par exemple ARV, MR, Rg. 31, f. 23v-24r (1410) : Cale ben Bical est autorisé à se rendre à Bougie pour récupérer un héritage. Voir également ARV, C., Rg. 705, f. 192r-v (1457). Les motifs familiaux sont évoqués dans 24 % des licences données à Valence au xve siècle pour des départs au Maghreb ou dans le sultanat de Grenade. M. Ruzafa Garcia, « Las relaciones económicas entre los mudéjares valencianos y el reino de Granada en el siglo xv », IV Coloquio de Historia Medieval Andaluza. Relaciones exteriores del reino de Granada. Almería, 1985, Almeria, 1988, p. 352.

110 « Moro de casa nostra ». Les Belvis sont cadis du roi de père en fils. Guiral Hadziiossif, « L’apport des communautés juives », art. cité, p. 467.

111 ACA, C., Rg. 16, f. 206r-v (23/8/1270), éd. R. I. Burns, « Les mudéjars du royaume de Valence au temps des Croisades : une majorité traitée en minorité dans un royaume du Moyen Âge », Minorités et marginaux en Espagne et dans le Midi de la France (viie-xviiie siècle), Paris, 1986, p. 112-113.

112 ACA, CRD, Jaime II, caja 136, Judíos y musulmanes, n° 524 (29/5/1316), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1224.

113 ARM, RP 1108, f. 9r (1365).

114 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Raw al-bāsim fī awādi al-umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, Abd al-Bāsi b. Halīl et Adorne, Paris, 1936, rééd. 2001, p. 21.

115 Berbères, II, p. 422.

116 Cf. supra p. 521.

117 ARM, LLM 99, f. 295 (1/10/1423).

118 H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, I, From the Antiquity to the Sixteenth Century, Leyde, 1974, p. 116 ; Bourouiba, Les Hammadites, op. cit., p. 169.

119 Hirschberg, op. cit., p. 117.

120 Sur la période almohade, voir Hirschberg, op. cit., p. 120-139.

121 A. Cahen, « Les Juifs dans l’Afrique septentrionale », Recueil de la Société archéologique de Constantine, 11, 1867, p. 145. I. Jadla, « Les Juifs en Ifrīqiya à l’époque hafside », Histoire communautaire, histoire plurielle. La communauté juive de Tunisie. Actes du colloque de Tunis, 25-27 février 1998, Tunis, 1999, p. 145-151.

122 M. D. López Pérez, « El pogrom de 1391 en Mallorca y su repercusión en los intercambios comerciales con el Magreb », I Col.loqui d’Història dels Jueus a la Corona d’Aragó, Lérida, 1989, Lérida, 1991, p. 242-243.

123 Ibid., p. 249.

124 Consultation juridique donnée par Solomon b. Simon Dūrān, citée par Hirschberg, op. cit., p. 386-387.

125 Les juifs maghrébins sont très présents dans la documentation de la Geniza et assurent à cette époque un trafic actif entre le Maghreb et l’Égypte. Outre les travaux de Shelomo D. Goitein, voir A. Greif, « Reputation and Coalitions in Medieval Trade : Evidences on the Maghribi Traders », Journal of Economic History, 48, 1989, p. 857-882.

126 M. Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien au Moyen Âge », Les communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, dir. M. Abitbol, Jérusalem, 1982, p. 233-235.

127 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 231.

128 Ibid., p. 243, à partir de responsa rabbiniques.

129 J. Oliel, Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, 1994.

130 Du Touat deux routes partaient vers le nord, l’une en direction de Tlemcen et Fès, et l’autre vers le Mzab et Ouargla. Ibid., p. 57. Cf. supra p. 235-237.

131 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité ; Oliel, op. cit., passim. E. Ashtor, « Gli Ebrei nel commercio mediterraneo nell’alto medioevo (sec. X-XI) », Gli Ebrei nell’alto medioevo, Spolète, 1980 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, XXVI), p. 401-464 et la discussion avec Tadeusz Lewicki, p. 465-466.

132 Ch. de La Roncière, « Une nouvelle carte de l’école cartographique des Juifs de Majorque », Comité des travaux historiques et scientifiques : Bulletin de la section de Géographie, 47, 1932, p. 113-118. Oliel, op. cit., p. 83-85.

133 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 234, 247.

134 Ibid., p. 247.

135 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., passim.

136 H. Toukabri, « La communauté juive de l’Ifrīqiya au temps des Fatimides et des Zirides », Histoire communautaire, histoire plurielle. La communauté juive de Tunisie. Actes du colloque de Tunis, 25-27 février 1998, Tunis, 1999, p. 135-143 ; Id. Les Juifs dans la Tunisie médiévale (909-1057) d’après les documents de la Geniza du Caire, Paris, 2002 ; Jadla, « Les Juifs en Ifrīqiya », art. cité.

137 L. Piles Ros, La Judería de Valencia, Barcelone, 1991 ; José Hinojosa Montalvo, The Jews of the Kingdom of Valencia, from Persecution to Expulsion, 13911492, Jérusalem, 1993 ; J. Régné, History of the Jews in Aragon. Regesta and Documents 1212-1327, Jérusalem, 1978.

138 I. Loeb, « Les négociants juifs à Marseille au milieu du xiiie siècle », Revue des Études Juives, 16, 1888, p. 73-83.

139 Sh. Simonsohn, The Jews in Sicily, I, 383-1300, Leyde – New York – Cologne, 1997.

140 R. Urbani et G. N. Zazzu, The Jews in Genoa, I, 507-1681, Leyde – Boston Cologne, 1999, p. X-LVI ; Jehel, « Jews and Muslims », art. cité, p. 120-132 ; Agosto, « L’Archivio di Stato di Genova e le fonti relative alla storia degli Ebrei genovesi dal xv al xviii secolo », Italia Judaica. Gli ebrei in Italia tra Rinascimento ed età barocca. Atti del II convegno internazionale, Genova, 10-15 giugno 1984, Rome, 1986, p. 91 ; C. Roth, « Genoese Jews in the XIIth Century », Speculum, avril 1950, p. 190-197 (qui en admet cependant l’existence à partir du milieu du xiiie siècle) ; D. Jacoby, « Les juifs à Venise du XIVe au milieu du xvie siècle », Venezia, centro di mediazione tra oriente e occidente (sec. XV-XVI), Florence, 1977, p. 165-169.

141 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 32, 41, 56.

142 Ibid., p. 48.

143 Ibid., p. 148.

144 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973, p. 324.

145 Ashtor, « Gli Ebrei », art. cité, en particulier la discussion avec Shelomo D. Goitein, p. 472-476. Ce dernier considère qu’ils ont été marginalisés dans ce commerce en même temps et dans les mêmes proportions que les musulmans.

146 Cf. D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (xiiie-xve siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 12-13.

147 Blancard, II.

148 Ces résultats diffèrent de ceux de Louis Stouff, qui compte 2 contrats sur 29 pour Ceuta, et 20 sur 83 pour Bougie. L. Stouff, « Les Juifs d’Arles et leurs relations avec les communautés de la Méditerranée occidentale au bas Moyen Âge », Les relations intercommunautaires juives en Méditerranée occidentale, xiiie-xxe siècle, Abbaye de Sénanque, 1982, dir. J-L. Miège, Paris, 1984, p. 11.

149 Ibid., p. 10. Cf. également D. Iancu-Agou, « Les relations entre les Juifs de Marseille et les communautés juives d’Afrique du Nord à la fin du xve siècle », Les relations intercommunautaires juives, op. cit., p. 24, qui parle d’un « petit négoce, dépourvu de capitaux ».

150 A. Sayous, « Le commerce de Marseille avec la Syrie au milieu du xiiie siècle », Revue des Études Historiques, 1929, p. 396.

151 Blancard, II, n° 474 (10/4/1248), 810 (27/5/1248), 814 (id.), 815 (28/5/1248).

152 Ibid., n° 568 (22/4/1248), 572 (id.), 586 (24/4/1248), 613 (28/4/1248), 618 (id.).

153 Ibid., n° 466 (10/4/1248), 603 (27/4/1248), 621 (28/4/1248). Lorsque le commanditaire est juif, le commandité l’est toujours également. Stouff, « Les juifs d’Arles », art. cité, p. 10.

154 Blancard, II, n° 499 (14/4/1248), 500 (id.), 578 (23/4/1248), 598 (27/4/1248), 599 (id.), 657 (8/5/1248).

155 Sur 7 commandes de safran, 5 sont prises par des juifs, et les 4 commandes de clous de girofles le sont également.

156 Iancu-Agou, « Les relations », art. cité, p. 26.

157 ARM, P. 342, f. 149v (janvier 1242), cité par Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 124.

158 ARM, Reales cedulas, vol. 1, f. 37r-38r (28/6/1303), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 574-575.

159 ARM, Reales cedulas, vol. 2, f. 202r (12/9/1308), éd. A. Pons, « Los Judíos del reino de Mallorca durante los siglos xiii y xiv », Hispania, 20, 1960, n° 32, p. 435-436.

160 Par exemple ARM, guiatges 5, f. 99r (19/2/1396) : Dalmau de Montagut et Georgio Julianus reçoivent une licence pour aller à Bougie sur le linh de Bernat Amat et s’engagent à revenir dans les trois mois. Cf. J. Guiral Hadziiossif, « Les convers à Valence à la fin du xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 11, 1975, p. 81-98.

161 López Pérez, « El pogrom de 1391 », art. cité, p. 244.

162 Par exemple ARM, guiatges 6, f. 86r (22/6/1403) : licence pour un costal de fil de Bourgogne exporté par le juif Abraae Sacalli pour Bougie.

163 López Pérez, « El pogrom de 1391 », art. cité, p. 254-258.

164 Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 91.

165 R. Ferrer Navarro, « Los judíos en el comercio valenciano durante el siglo xiv », Primer congreso de historia del País Valenciano, Valencia, 1971, Valence, 1973, p. 553-566. Hinojosa Montalvo, The Jews of the Kingdom of Valencia, op. cit. ; Id., « Actividades comerciales de los judíos en Valencia (1391-1492) », Saitabi, 29, 1979, p. 21-42.

166 H. Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, Paris, 2001.

167 C’est du moins le cas pour ceux de la Péninsule ibérique, mais aussi de Sicile. Cf. sur ces derniers Ibid., p. 39-51.

168 Hirschberg, op. cit., p. 374-375 ; Bresc, Arabes de langue, op. cit., p. 40.

169 Goitein, A Mediterranean society, op. cit., I, p. 293-295.

170 ADBR, 381E 371, f. 49v-50r (2/1/1306).

171 Au même titre que les marchands musulmans maghrébins. Cf. supra p. 510-511. Ils bénéficiaient notamment de réductions de taxes et d’une garantie de leur sauvegarde, en particulier après la crise de 1391 qui provoqua la fuite de nombre d’entre eux vers le Maghreb. L. Piles Ros, « El Dret del XXe e XXXXXe. (Para favorecer las relaciones comerciales de los judíos nor-africanos con el Reino de Valencia, 1393-1495) », Sefarad, 44, 1984, p. 218-219.

172 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).

173 ARM, P. 2505, f. 103v ; P. 2525, f. 196v, cité par O. Vaquer Bennasar, El Comerç Marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 155, qui cite également le cas de Benyamin Amar, marchand juif de Bougie présent dans l’île, où il prend en 1454 une commande du convers Lluís Bellviure pour la Berbérie, d’une valeur de 2531 livres (ARM, P., M-178, f. 24), ainsi que celui de Moiser Cap, également marchand juif de Bougie présent en 1455 (ARM, P. 2522, f. 29v, 54). D’une manière générale il constate que tous les marchands maghrébins présents à Majorque sont juifs, en grande majorité originaires d’Alger.

174 ACA. C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482). Ce Johan Vidal est un convers, ce qui a pu faciliter ses relations avec les juifs maghrébins. Cf. Vaquer Bennasar, El Comerç Marítim, op. cit., p. 148.

175 ARV, MR, Rg. 102, f. 189v (28/3/1491). Voir d’autres exemples dans Piles Ros, « El Dret del XXe », art. cité, p. 245 s.

176 Hirschberg, op. cit., p. 458.

177 ARV, MR, Batllia general (Cuentas de administración), Rg. 11, f. 267r (1393).

178 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judíos (1391-1444) », Hispania, 45, 1985, p. 204.

179 I. Epstein, The Responsa of Rabbi Simon B. Zemah Duran as a Source of the History of the Jews in North Africa, New-York, 1930, p. 53.

180 Cité par Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 187. Sur cette rivalité in-tra-communautaire, voir aussi J. Shatzmiller, « Au sein de la communauté juive : l’étranger et sa concurrence économique », Forestieri e stranieri nelle città bassomedievale, Florence, 1988, p. 223-233.

181 Les musulmans et les juifs avaient le droit de vendre leurs biens avant de quitter les territoires chrétiens et cela leur était garanti par les traités de capitulation. L. P. Harvey, The Islamic Spain. 1250 to 1500, Chicago-Londres, 1990, p. 125, 314-316.

182 Sur la place des élites politiques dans la société bougiote, voir M. S. Baïzig, Biğāya fī al-ahd al-afī : Dirāsat iqtiādiyya wa iğtimāiyya, thèse Université de Tunis I, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, 1995, p. 398-422. Cf. D. Valérian, « Les élites politiques et l’activité économique des ports musulmans (xiiie xve siècle) », Architecture, institutions et sociétés portuaires des cités maritimes de la Méditerranée (ixe xiiie siècle), Seventh International Conference on Urban History (European Association of Urban Historians), European City in Comparative Perspective, Athens – Piraeus 27-30 October 2004 (à paraître).

183 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 310 ; A. L. Udovitch, « Merchants and Amīrs : Government and Trade in Eleventh Century Egypt », Asian and African Studies, 22, 1988, p. 61. On trouve parmi les acteurs du grand commerce le sultan, des membres de sa Maison, des gouverneurs, des chefs militaires, des juges, etc.

184 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 123-126 ; Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 459 ; R. Arié, « Aperçus sur le royaume nasride de Grenade au xive siècle », Quaderni di studi arabi, 5-6, 1987-1988, p. 68.

185 À Ceuta cependant la situation est particulière, car c’est précisément l’élite commerçante qui a pris le pouvoir politique. Ferhat, Sabta, op. cit., p. 213-259.

186 Au début du xie siècle on apprend que seuls les bateaux du sultan de Tunis étaient disponibles et il fallait l’intervention d’un notable pour y porter ses marchandises, à un prix très élevé. Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 310.

187 Cette clause apparaît dès le traité entre Pise et les Hafsides de 1234 (art. 6) : il s’agit de transporter les res magazeni. Cette disposition est reprise régulièrement par la suite.

188 Par exemple traité Pise – Tunis, 1353, art. 27 : si un Pisan a vendu ou acheté des marchandises d’un des muštaġil-s ou a eu une promesse de vente faite devant témoins, cet acte ne pourra être annulé à ses dépens, sauf en cas de fraude ou de tromperie. Voir également traité Pise – Tunis, 1313, art. 41, 42, 43. Le traité entre Gênes et Tunis de 1343 parle de ventes par un officiario vel musirifo alte regie magestatis (art. 18). En cas de décès du souverain, la vente ne peut être remise en cause par son successeur.

189 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 46.

190 Cf. « Bayt al-Māl », II, « aspect historique », EI2, I, p. 1178-1181 (Cl. Cahen).

191 Cf. supra p. 256.

192 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272). Cf. également ASG, min. 109, f. 46r (17/6/ 1273).

193 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », JESHO, 7, 1964, p. 258.

194 Ibid., p. 257.

195 Cl. Cahen, « L’Alun avant Phocée », Revue d’histoire économique et sociale, 1963, p. 433-447 ; Id., « Douanes et commerce », art. cité, p. 260.

196 ASG, AS, Rg. 1786, f. 405v-406r (4/5/1441), cité par G. Petti Balbi, « Il consolato genovese di Tunisi nel Quattrocento », Archivio storico italiano, 576, 1998, p. 246.

197 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, n° 1552, f. 318r. Cf. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord », art. cité, p. 243.

198 ACA, CRD, Jaime II, caja 59, n° 10769 (22/2/1316), éd. Masia de Ros, op. cit., n° 146. Sur les affaires de ce chambellan, cf. supra, p. 259, 525.

199 Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 395, 484-503.

200 Ferhat, Sabta, op. cit., p. 306-307, 311-314.

201 Cf. pour l’Espagne musulmane, Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 507.

202 J. Heers, « Types de navires et spécialisations des trafics en Méditerranée à la fin du Moyen Âge », Le Navire et l’économie maritime du Moyen Âge à la fin du xviiie siècle, principalement en Méditerranée, Actes du 2e colloque international d’histoire maritime, 1957, Paris, 1958, p. 108 : « On ne trouve pas [de flotte] en Orient, ni dans le monde musulman : pas encore en Turquie, du moins, semble-til, jusqu’à la mainmise sur Constantinople, pas non plus sur tout le littoral africain ».

203 Il n’existe pas au Moyen Âge de réelle différence entre un navire marchand et un navire de guerre ou corsaire. Il ne sera cependant question ici que de l’usage marchand des bateaux. Sur la flotte de guerre à Bougie, voir D. Valérian, « Contribution à l’étude de la guerre dans le Maghreb médiéval : Bougie et la mer de la fin du XIe au début du xvie siècle », Mésogeios, 7, 2000, p. 126-142.

204 Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, XXIV, éd. Ḥ. Naṣṣār et ‘A. al-Ahwānī, Le Caire, 1983, p. 225.

205 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.

206 Cf. supra, p. 212-213 ; M. Lombard, « Arsenaux et bois de marine dans la Méditerranée musulmane du viie au xie siècle », Le Navire et l’économie maritime du Moyen Âge au xviiie siècle, principalement en Méditerranée, Actes du IIe colloque international d’histoire maritime, Paris, 1958, p. 53-106.

207 Istibār, texte p. 130, trad. p. 35. ˙

208 Chr. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge. viiie-xiiie siècle, Paris, 1997, p. 81 ; Id., L’Océan atlantique, op. cit., p. 280-289. À moins qu’en évoquant ces « deux arsenaux » l’auteur ne veuille désigner la zone des magasins ou entrepôts de celle où se construisaient les navires.

209 Ibn al-Ḥağağ al-Numayrī, Relation de voyage (Fay al-Ubāb), (Rihla) effectuée par le Souverain Mérinide Abu Inân (xive siècle) à travers les pays du Maghrib, éd. M. Benchekroun, Beyrouth, 1990, p. 266.

210 Fārisiyya, p. 186.

211 Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 275-277 ; Id., « Les arsenaux musulmans de la Méditerranée et de l’océan Atlantique (viie-xve siècle) », Chemins d’outre-mer. Etudes d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, éd. D. Coulon, C. Otten, P. Pagès, D. Valérian, Paris, 2004, p. 700 ; L. Torres Balbás, « Atarazanas hispanomusulmanas », Al-Andalus, 1946, 11, p. 188-196.

212 Al-Ġubrīnī, p. 86.

213 Cité par Idris, « Commerce maritime », art. cité, p. 236.

214 Éd. Alarcón y Santón, García de Linares, op. cit., n° 119, texte p. 259, trad. p. 263.

215 ACA, CRD, Jaime II, caja 20, n° 3975 (5/11/1310), éd. (avec une date erronée) A. Giménez Soler, « Documentos de Tùnez, originales ó traducidos, del Archivo de la Corona de Aragón », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 3, 1909-10, p. 229-230. Jacques II d’Aragon lui donne alors satisfaction. ACA, C., Rg. 239, f. 129v (12/8/1311).

216 ACA, CRD, Jaime II, caja 25, n° 4780 (traduction contemporaine ; 17 safar 714 / 2 juin 1314), éd. Giménez Soler, « Documentos de Tùnez », art. cité, p. 232.

217 ARV, C., Rg. 626, f. 2r-7v (2/8/1409), éd. J. Hinojosa Montalvo, « Confesiones y ventas de cautivos en la Valencia de 1409 », Lugarzas, 1971, p. 123-125.

218 ARV, C., Rg. 626, f. 33v-36r (2/5/1410).

219 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 29r-v.

220 Voir le cas d’un navire possédé à la fois par des chrétiens et des musulmans à Tunis en 1277, Alarcón y Santón et García de Linares, op. cit., n° 115, p. 245-246 (2e décade de rabī’ II 676 / 11-21 septembre 1277).

221 Cf. supra, p. 266.

222 Cf. supra, p. 266-267.

223 ARM, AH 99, f. 295 (1/10/1423), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 561-563.

224 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963 ; Cl. Carrère, « Le droit d’ancrage et le mouvement du port de Barcelone au milieu du xve siècle », Estudios de historia moderna, 3, 1953, p. 67-156.

225 Guiral, « Les relations commerciales de Valence avec la Berbérie », art. cité, p. 106. L’identification de Remiro comme musulman est cependant incertaine. Voir également, pour Majorque, A. Riera Melis, « La llicencia per a barques de 1284. Una font important per a l’estudi del comerç exterior mallorqui del darrer quart del segle xiii », Fontes rerum Balearium, 3, 1979-1980, p. 121-140 ; Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca », art. cité, p. 163-164, qui ne signale aucun navire musulman dans les registres d’ancoratge.

226 Archivio di Stato di Trapani, not. Miciletto (9/1/1439), cité par Trasselli, « Sicilia, Levante e Tunisia », art. cité, p. 128. Cette expression ne signifie cependant pas que le navire est propriété de musulmans. Elle peut aussi désigner un type d’embarcation particulier.

227 Ainsi Hamet ben Bien, qui vient régulièrement commercer à Majorque, possède, au nom du sultan hafside, la moitié d’une nave, la Santa Maria, avec deux marchands majorquins, les frères Antoni et Jaume Canyelles, et cette copropriété n’est révélée que lorsqu’ils vendent le bateau à des marchands provençaux, pour un montant global de 8 058 livres de Majorque, dont la moitié va au sultan. ACA, C., Rg. 1422, f. 87r-88r (13/3/1363).

228 À Majorque, quand l’embarcation appartient à une société dans laquelle intervient un marchand de l’île, l’impôt est réduit au prorata de la participation du Majorquin. Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca », art. cité, p. 161.

229 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 382-383.

230 Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca », art. cité, p. 161. Cf. également M. D. López Pérez, « Las asociaciones de fletadores mallorquines bajomedievales : ¿un intento de monopolización del comercio magrebí ? », AEM, 24, 1994, p. 89-104 : interdiction au milieu du xive siècle d’embarquer pour le Maghreb des marchandises sur des embarcations nolisées par des négociants étrangers ou non affiliés à l’association des marchands du port.

231 AHCB, Llibre Vert, vol. I, f. 213 (12/10/1227), cité par Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las Na-vas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris, 1966, p. 32.

232 Day, Les Douanes de Gênes, op. cit., p. XI.

233 Il n’est pas possible en particulier de savoir de quels types de navires il s’agissait. Au faible nombre des cas s’ajoute l’imprécision des sources, souvent non arabes.

234 On rencontre certes des navires ifrīqiyens sur les routes orientales et en particulier en direction de l’Égypte. Mais ils semblent surtout provenir de Tunis et des ports orientaux du sultanat. Valérian, « Ifrīqiyan merchants », art. cité, p. 49-50.

235 On connaît la phrase célèbre d’Ibn Khaldūn sur la marine musulmane de cette époque : « Ses navires, nombreux et bien équipés, couvraient la plus grande partie de la Méditerranée, pour y accomplir leurs missions, tant pacifiques que guerrières : les chrétiens n’y pouvaient pas même faire flotter des planches ». Muqaddima, trad. p. 522.

236 Picard, La Mer et les musulmans d’Occident, op. cit., p. 75-96.

237 Istibār, éd. p. 130, trad. p. 36.

238 Bernat Desclot, Cronica, chap. 166, cité par Ch.-E. Dufourcq, La Vie quotidienne dans les ports méditerranéens au Moyen Âge (Provence, Languedoc, Catalogne), Paris, 1975, p. 100.

239 Robert Brunschvig parle de « technique retardataire » : « Les progrès techniques si remarquables réalisés par les Européens des derniers siècles du moyen âge dans la construction navale et la conduite du navire n’étaient certainement suivis que d’assez loin, et d’une manière très imparfaite, par les gens de Berbérie ». R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, II, Paris, 1947, p. 97. Voir également l’opinion similaire d’E. Ashtor, « L’artiglieria veneziana e il commercio di Levante », Armi e cultura nel Bresciano, 1420-1870, Ateneo di Brescia, 1981, p. 151, rééd. East-West Trade in the Medieval Mediterranean, Londres, 1986.

240 John H. Pryor ne distingue pas de différence probante entre les bateaux marchands musulmans et chrétiens en Méditerranée occidentale au début du xive siècle, même si l’innovation technique revient aux chrétiens. J. H. Pryor, Geography, Technology and War. Studies in the Maritime History of the Mediterranean, 649-1571, Cambridge, 1988, p. 46, 162.

241 On pense aux Andalous installés en Ifrīqiya, qui avaient pu séjourner, pour certains d’entre eux, dans les pays de la Couronne d’Aragon (cf. supra, p. 441, les craintes des chrétiens de les voir émigrer), mais aussi aux marchands qui empruntaient les navires chrétiens. Les transferts technologiques pouvaient par ailleurs se faire également grâce aux bateaux achetés à des chrétiens, ou capturés par les pirates.

242 J. Vernet-Ginés, « The Maghreb Chart in the Biblioteca Ambrosiana », Imago Mundi, 16, 1962, p. 1-16 ; S. Soucek, Piri Reis and Turkish Mapmaking after Colombus. The Khalili Portulan Atlas, Londres, 1996, p. 30 ; voir aussi, pour le xvie siècle M. Chapoutot-Remadi, « Les Charfi et la cartographie », Itinéraires du savoir en Tunisie, dir. H. Annabi, M. Chapoutot-Remadi et S. Kamarti, Tunis-Paris, 1995, p. 84-95 ; M. T. Mansouri, « Une famille de cartographes tunisiens : les Sharfi », La Méditerranée médiévale. Perceptions et représentations, dir. H. Akkari, Paris-Tunis, 2002, p. 263-277.

243 Lombard, « Arsenaux », art. cité, p. 53-106.

244 Ch.-E. Dufourcq, « Le commerce du Maghreb médiéval avec l’Europe chrétienne et marine musulmane : données Actes du premier Congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, Tunis, 1974, Cahiers du CERES, Série histoire, 1, Tunis, 1979, p. 180 ; Pryor, Geography, op. cit., p. 159.connues et problèmes en suspens »,

245 J.-M. Pardessus, Collection des lois maritimes antérieures au xviiie siècle, Paris, 1828-1845, III, p. 82.

246 Cette règle était bien appliquée par les autorités chrétiennes, comme le montrent les tentatives des pirates pour la contourner et masquer leur forfait. Si une paix leur interdisait de s’emparer d’une personne, ils obligeaient leur victime à se reconnaître originaire d’un État avec lequel il n’y avait pas de traité. Ainsi en 1304 un corsaire valencien, Pere Ribalta, ayant capturé des Tunisiens malgré une trêve entre Tunis et le royaume d’Aragon, les force à se déclarer bougiotes (il n’y avait alors pas de trêve avec Bougie), leur disant que s’ils acceptaient, il les vendrait comme esclaves à Pantelleria, d’où ils pourraient facilement se racheter ; dans le cas contraire il les vendrait en Romanie, d’où ils ne pourraient jamais revenir chez eux. ACA, CRD, Jaime II, caja 21, n° 4160 (26/07/1304), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 654. Les captifs forcés de se déclarer bougiotes sont alors vendus à Pantelleria. Mais Barthomeu de Malta, marchand de Messine, qui monte à bord pour les acheter reconnaît alors l’un d’entre eux, le patron du bateau capturé, qu’il avait vu lors d’un précédent voyage à Tunis. Cette pratique devait être assez répandue et comme très souvent les captifs, une fois arrivés, revenaient sur leur déclaration, Jacques le Conquérant décida que la rétractation ne serait plus possible une fois arrivé au port. Aureum Opus, Regalium privilegiorum civitatis et regni Valencie, Valence, 1515, p. 442, cité par Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 654.

247 Cf. supra sur la piraterie, p. 451 s.

248 Cf. supra p. 457.

249 Le projet de traité de 1444 entre la Couronne d’Aragon et Tunis (art. 19) prévoit que si des musulmans nolisent des navires de Castillans, Vénitiens, Florentins, ou même de Rhodes, ou toute autre nation chrétienne qui n’est pas en guerre avec la Couronne, ils ne seront pas capturés.

250 Une fatwa d’Ibn ‘Arafa au xive siècle parle de l’habitude prise par les musulmans d’emprunter les navires chrétiens pour aller d’Ifrīqiya à Alexandrie et du risque d’être trahi par ces chrétiens. Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 33. Au xve siècle cependant al-Burzulī prétend que les chrétiens n’osent manquer à leurs engagements car le sultan de Tunis est puissant et respecté. Analyse dans ibid., p. 38.

251 En 1464 deux des trois galées du Trafego venant d’Alexandrie, chargées de lin et d’épices portés par des musulmans pour le Maghreb, sont prises à Rhodes, en violation d’un sauf-conduit. Les patrons des galères s’étaient mis d’accord avec les musulmans pour éviter ce port, mais la « fortune de la mer » les avait obligés à s’y arrêter. 220 musulmans sont mis en prison. Venise menace alors le Grand Maître de Rhodes de bombarder la ville s’il ne rend pas les navires et les captifs dans le temps « che dura una candela da un soldo ». Domenico Malipiero, Annali Veneti, dall’anno 1457 al 1500, Archivio Storico Italiano, 7, 1843-1844, p. 614-615.

252 En 1382 le Majorquin Pere Pedro, patron d’une coca, part de Palma pour Oran, où il charge le blé d’un marchand musulman pour Bougie. On l’oblige alors à laisser en otage Anthoni Mercader, scribe du navire. Le patron étant finalement allé à Ibiza où il décharge le blé ainsi que le marchand musulman et ses autres biens, Anthoni est enfermé dans la prison du sultan. ACA, C., Rg. 1444, f. 113r-v (29/5/1382).

253 Cette thèse a été largement développée récemment par X. de Planhol, L’Islam et la mer. La mosquée et le matelot, viie-xxe siècle, Paris, 2000. Le livre, publié dans une collection intitulée « Histoire et décadence », s’inscrit dans une tradition d’étude de l’Islam comme un tout immuable et incapable d’adaptation. Dans le paragraphe intitulé « Les raisons d’un échec : une atmosphère culturelle », il pose les bases de son raisonnement : « Et de prime abord, une constatation s’impose. Cette civilisation grandiose de l’Islam classique, à aucun moment, ne s’intéressa réellement à la mer, n’y trouva les instruments privilégiés de sa gloire, le principe de ses succès [...] Au pis l’Islam fut hostile à la mer ; au mieux il l’ignora. » Ibid., p. 41-42.

254 Chr. Picard, « L’échec maritime musulman ? », La puissance maritime, dir. Chr. Buchet, J. Meyer, J.-P. Poussou, Paris, 2004, p. 123-133.

255 M. T. Mansouri, « Perceptions arabes de la Méditerranée médiévale : de la maîtrise à la crainte », Sailing Ships of the Mediterranean Sea and the Arabian Gulf, Koweït, 1998, p. 56-57.

256 Muqaddima, trad. p. 525. Encore cette situation est-elle sans doute davantage liée à des considérations politiques (défection du sultān) qu’à une évolution des mentalités.

257 G. Martinez-Gros, « Ibn Khaldūn et la mer », Mésogeios, 7, 2000, p. 99-112 ; A. Cheddadi, « Les Musulmans et la Méditerranée », Qantara (Paris), 1992, rééd. Ibn Khaldoun revisité, Casablanca, 1999, p. 69-74.

258 Cf. Cl. Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », Studies in the Economic History of the Middle East, dir. M. A. Cook, Londres, 1967, p. 31-36, rééd. Les Peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 359-366.

259 Robert Brunschvig, qui refuse de lier cette « stagnation » ou « très faible évolution » de la société musulmane à l’islam, qualifie néanmoins le refus de l’innovation d’ » attitude mentale » et de « trait de psychologie collective ». R. Brunschvig, « Capitalisme et islam traditionnel » (conférence inédite de 1960), Études sur l’Islam classique et l’Afrique du Nord, Londres, 1986, p. 7.

260 G.-H. Bousquet, « Dans quelle mesure l’enseignement dogmatique a-t-il pu entraver l’évolution des institutions économiques et sociales de l’Islam ? », Classicisme et déclin culturel dans l’histoire de l’Islam. Actes du symposium international d’histoire et de civilisation musulmane, Bordeaux, 25-29 juin 1956, dir. R. Brunschvig et G. E. von Grünebaum, Paris, 1977, p. 187-188. Selon lui le fiqh « paraît fournir des enseignements s’opposant aux progrès économiques, sinon scientifiques ». Suit une liste de toutes les incapacités supposées dues à l’islam : progrès scientifique, rationalisation des procédés économiques par horreur des bida’, absence d’accumulation de capital productif, ignorance des techniques modernes de comptabilité, interdiction du prêt à intérêt, répugnance pour les systèmes d’assurance, etc. Cette communication souleva un débat très vif. Sur la question des bida’, voir la position nuancée de M. Talbi, « les bida’ », Studia islamica, 12, 1960, p. 43-77, rééd. Études d’histoire ifriqiyenne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, 1982, p. 319-349.

261 M. Rodinson, Islam et capitalisme, Paris, 1966, et Id., « Les conditions religieuses islamiques de la vie économique », Handbuch der Orientalistik, sechster Band – Geschichte der Islamischen Länder, sechster Abschnitt, Wirtschaftsgeschichte des vorderen Orients in islamischer Zeit, Teil 1, Leyde-Cologne, 1977, p. 1830 ; voir également J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, 1989, p. 216-224.

262 Rodinson, « Les conditions religieuses », art. cité, p. 21.

263 Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 362. Voir également A. L. Udovitch, « At the Origins of the Western Commenda : Islam, Israel, Byzantium ? », Speculum, 37, 1962, p. 202-207 ; Idris, « Commerce maritime », art. cité, p. 225-239 ; Picard, L’Océan Atlantique, op. cit., p. 455-456, qui souligne néanmoins les insuffisances de ces techniques notamment en matière d’assurances. Celles-ci ne se développement cependant en Occident qu’à partir du xive siècle, à un moment où le décrochage des marchands musulmans est déjà patent.

264 Voir en particulier A. L. Udovitch, Partnership and Profit in Medieval Islam, Princeton, 1970 ; Id., « Bankers without Banks : Commerce, Banking and Society in the Islamic World of the Middle Ages », The Dawn of Modern Banking, Yale, 1979, p. 255-273.

265 Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 362.

266 « L’affaiblissement des États maghrébins serait la condition favorable, l’impérialisme commercial serait le moyen – asphyxie des ports maghrébins et monopole du trafic en Méditerranée – d’une politique dont le moteur aura été la ferveur religieuse ». A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 219. Un peu avant il parle de la course comme d’une « forme de guerre, destinée à répondre à la quasi impossibilité pour les Maghrébins d’avoir un commerce régulier en Méditerranée à partir du xiiie siècle », alors qu’ils sont « incapables de défendre leur propre commerce ». Ibid., p. 217. On retrouve cette thématique du recul des milieux marchands locaux face à l’expansion commerciale européenne dans le contexte de l’Orient musulman (voir notamment les travaux d’Ashtor) et byzantin. Cf. la remise en cause de cette idée par M. Balard, « Les hommes d’affaires occidentaux ont-ils asphyxié l’économie byzantine ? », Europa medievale e mondo bizantino. Contatti effettivi e possibilità di studi comparati (tavola rotonda del XVIII Congresso del CISH, Montréal, 29 agosto 1995), dir. G. Arnaldi et G. Cavallo, Rome 1997, p. 255-265.

267 D. Valérian, « Le facteur économique dans la politique catalane à Bougie (xiiie-xve siècle) », L’Expansio catalana a la Mediterrània a la baixa edat mitjana, dir. M. T. Ferrer i Mallol et D. Coulon, Barcelone, 1999, p. 145-160.

268 Voir en particulier la lutte entre Gênes et Pise. D. Valérian, « Gênes et Pise : une concurrence pour le marché bougiote », Colloque « Bougie et sa région à travers les âges », Bougie, 9-12 novembre 1997 (à paraître).

269 Cf. A. L. Udovitch, « Time, the Sea and Society : Duration of Commercial Voyages on the Southern Shores of the Mediterranean during the High Middle Ages », La Navigazione mediterranea nell’alto Medioevo, Spolète, 1978 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, XXV), II, p. 520.

270 Cf. supra, p. 98-100.

271 Cf. supra, p. 264-273.

272 Laroui, op. cit., p. 195. Cf. également pour l’Égypte fatimide, Cl. Cahen, « Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au haut Moyen-Âge », L’Occidente e l’Islam nell’alto Medio Evo, Spolète, 1965 (Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medio Evo, XII), I, p. 424.

273 Laroui, op. cit., p. 195.

274 Cahen, « Douanes et commerce », art. cité, p. 255, 264-265.

275 Cahen, « Quelques mots sur le déclin », art. cité, p. 364.

276 Ibid., p. 364.

277 Ibid., p. 365.

278 Mohamed Kably, s’inspirant de Claude Cahen, écrit ainsi : « l’économie du Maghreb se trouva pratiquement condamnée à un mode de production stérile fondé sur une agriculture de subsistance, mais surtout sur un mercantilisme parasitaire, facile et dépendant, bâti sur la “spéculation et l’acquisition” du numéraire, autrement dit sur la consommation et l’immobilisation des richesses, au mépris de tout accroissement interne des ressources, puisque la masse des produits destinés à l’exportation “traversent le pays et ne lui appartiennent pas” ». M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècle), Paris, 1986, p. 96-97. Voir également M. F. Vidiásov, « Le Maghreb médiéval : “mercantilisme parasitaire” ou société productrice ? », Anaquel de Estudios Arabes (Madrid), 3, 1992, p. 241-246.

279 Y. Lacoste, Ibn Khaldoun. Naissance de l’Histoire, passé du tiers-monde, Paris, 1966, rééd. 1981, p. 39 : « Dans la société maghrébine, où le niveau des forces productrices reste assez médiocre, la richesse incontestable ne procède pas tant de surplus prélevés sur les communautés tribales assez peu productives que de l’ampleur des bénéfices commerciaux, rendus possibles par l’exceptionnelle situation de l’Afrique du Nord sur les routes du grand commerce international ».

280 Ibid., p. 44.

281 Cf. supra, p. 205-216.

282 La possession par les élites urbaines de propriétés agricoles n’est en revanche pas visible dans les textes et il est difficile d’affirmer que cette production a alimenté des investissements commerciaux.

283 Cf. supra, p. 192-195.

284 De nombreuses fatwas traitent des problèmes engendrés par ce sur-prélèvement bédouin.

285 Cf. supra, p. 217-219.

286 Cf. pour Ceuta Ferhat, Sabta, op. cit., p. 318.

287 Rodinson, « Les conditions religieuses », art. cité, p. 26-29. En ce sens l’évolution est très différente dans la chrétienté. Cf. infra p. 558-559.

288 H. Ferhat, « Remarques sur l’histoire des villes et la fragilité du tissu urbain avant le xve siècle », Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, 1997, p. 101.

289 Al-Ġubrīnī, p. 177, 218. On ignore cependant l’ampleur de leur négoce, qui semble plutôt local.

290 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, notamment p. 320-321.

291 Ferhat, Sabta, op. cit., p. 309.

292 Berbères, II, p. 399.

293 Du moins un monopole officiel. Ibn Khaldūn note, non sans bon sens, que « quand c’est le souverain lui-même – beaucoup plus riche qu’eux [les autres acteurs économiques] – qui leur fait concurrence, presque aucun d’entre eux ne peut obtenir ce qu’il désire. Il en résulte malaise et mécontentement ». Muqaddima, trad. p. 575.

294 Voir en particulier Pryor, Geography, op. cit., passim, et la série des colloques internationaux d’histoire maritime organisés par Michel Mollat.

295 La bibliographie sur le sujet est abondante. Voir en particulier A.-E. Sayous, Le Commerce des Européens à Tunis depuis le xiie siècle jusqu’à la fin du xvie siècle, Paris, 1929, en particulier p. 32-36 ; du même, de nombreux articles sur les techniques commerciales de Barcelone et de Marseille au xiiie siècle, repris dans El mètods comercials a la Barcelona medieval, Barcelone, 1975 et Commerce et finance au Moyen Âge, Londres, 1988 ; J. H. Pryor, « Mediterranean Commerce in the Middle Ages : a Voyage under Contract of Commanda », Viator, 14, 1983, p. 133-194 ; Id., « The Origin of the Commenda Contract », Speculum, 52, 1977, p. 5-37 ; sur les contrats génois voir M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes, 1978, p. 599-641 ; R. Doehaerd, Les Relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outre-Mont, d’après les archives notariales génoises aux xiiie et xive siècles, Bruxelles-Rome, 1941, notamment p. 106-141 ; sur les pays de la Couronne d’Aragon aux xive et xve siècles, voir principalement López Pérez, La Corona, op. cit., p. 401-431 ; sur Venise G. Luzzatto, « La commenda nella vita economica dei secoli xiii e xiv con particolare riguardo a Venezia », Convegno internazionale di studi storici del diritto marittimo medioevale di Amalfi, ottobre 1934, I, Naples, 1934, rééd. Studi di Storia economica veneziana, Padoue, 1954, p. 59-79.

296 À partir du xiiie siècle les villes marchandes organisent des écoles pour les fils de la bourgeoisie. Après avoir appris à lire et à écrire correctement le garçon passe à l’abaque, vers 11 ans, et s’y consacre deux à trois ans selon ses capacités et ses besoins. A. Sapori, Mercatores, Milan, 1941, p. 151-157.

297 A. Sapori, « La cultura del mercante medievale italiano », Studi di storia economica, I, Florence, 1955, p. 65-66.

298 Leonardo Pisano, Liber abbaci, éd. B. Boncompagni, Rome, 1857, p. 1 ; trad. angl. L. Sigler, Fibonacci’s Liber Abaci, New York, 2002, p. 15. Sapori, « La cultura », art. cité, p. 60-65, 72-78 ; sur Fibonacci et son influence voir les actes du colloque Leonardo Fibonacci. Il tempo, le opere, l’eredità scientifica, dir. M. Morelli et M. Tangheroni, Pise, 1994, en particulier Dj. Aïssani et al., « Les mathématiques à Bougie médiéval et Fibonacci », p. 67-82 ; T. Antoni, « Leonardo Pisano detto il Fibonacci e lo sviluppo della contabilità mercantile nel Duecento », p. 45-50.

299 Exceptionnellement le marchand garde un tiers du profit. Parfois on peut trouver également des contrats qui ne prévoient pas de rémunération pour le porteur. Mais l’intérêt peut être alors dissimulé.

300 Cf. supra p. 323-330.

301 Sur les aspects juridiques de ce type de contrat, E. Bensa, Il Contratto di assicurazione nel medio evo, Gênes, 1884. Voir également M. Balard, « Assurances et commerce maritime à Gênes dans la seconde moitié du xive siècle », Les Transports au Moyen Âge. Actes du VIIe Congrès des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 85/2, 1978, p. 273-282 ; J. Heers, « Le prix de l’assurance maritime à la fin du Moyen Âge », Revue d’histoire économique et sociale, 37, 1959, p. 7-19, rééd. Société et économie à Gênes (xive-xve siècle), Londres, 1979. Sur les assurances à Barcelone, voir principalement M. del Treppo, I Mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 1972, p. 423-440, et Id. « Assicurazioni e commercio internazionale a Barcellona nel 1420-1429 », RSI, 69, 1957, p. 508-541 ; 70, 1958, p. 44-81.

302 Balard, « Assurances », art. cité, p. 274-275.

303 Ibid., p. 279.

304 Par exemple AHPB, Pere Bastat, Liber securitatum, 9/8/1454 – 24/1/1461, f. 55v-56r (1/7/1455) ; AHPB, A. Vilanova, Liber securitatum, min. 6 (165/95), non folioté (18/12/1466).

305 Cf. supra sur les communautés marchandes à Bougie, p. 300-303.

306 La question du facteur déclencheur et de l’origine première des capitaux de la révolution commerciale a été discutée. On a avancé les effets de la croissance démographique et de l’essor de la production dans les campagnes, nécessitant la recherche de débouchés commerciaux plus lointains. Les profits engendrés par les premières actions de piraterie contre les côtes musulmanes au xie siècle ont également pu être réinvestis dans des opérations commerciales. Enfin les activités urbaines et artisanales ont rendu nécessaire et possible la recherche de marchés pour écouler les produits, mais aussi pour importer des matières premières. Cf. R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, en particulier p. 98-100 ; Id., « Aux origines du capitalisme génois », Annales d’Histoire Économique et Sociale, 9, 1937, p. 429-454. Mais cette question des origines a pour nous peu d’importance. Il y a surtout une conjonction de facteurs orientés vers la croissance à partir du xie siècle, et les phénomènes agissent réciproquement les uns sur les autres. Cf. M. Tangheroni, Commercio e navigazione nel Medioevo, Bari, 1996, p. 127-130.

307 Au milieu du xiie siècle Ingo della Volta, d’une famille noble et grand propriétaire d’immeubles, triple son capital en deux ans, en trois contrats successifs de commande et de société. Son associé Ansaldo Baialardo, parti sans capital de départ, gagne dans le même temps environs 150 livres, somme considérable pour l’époque. Lopez, « Aux origines du capitalisme génois », art. cité, p. 449.

308 Voir notamment J. Le Goff, La Bourse et la vie, Paris, 1986 ; A. Sapori, Le Marchand italien au Moyen Âge, Paris, 1952, trad. it. Il Mercante italiano nel Medioevo, Milan, 1981, p. 25-26 ; Id., « Economia e morale alla fine del Trecento. Francesco di Marco Datini e ser Lapo Mazzei », Studi di storia economica, I, Florence, 1955, p. 155-179 ; A. Spicciani, « La produttività del capitale monetario e la questione dell’interesse nella dottrina teologico-canonistica dei secoli xiii e xiv », Fonte Avellana nella società dei secoli xiii e xiv, Atti del terzo convegno del Centro di Studi avellaniti, Fonte Avellana, 1979, p. 325-362, rééd. Capitale e interesse tra mercatura e povertà nei teologi e canonisti dei secoli xiii-xv, Rome, 1990, p. 17-48.

309 R. S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Mediterraneo, Bologne, 1938, rééd. Gênes, 1996, p. 27 ; J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 407-417.

310 G. Airaldi, « Aspetti dell’espansione mediterranea genovese », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie di comunicazione, scambi commerciali e culturali al tempo delle repubbliche marittime, Pise, 1988, p. 38-39 ; R. S. Lopez, « Le marchand génois. Un portrait collectif », Annales ESC, 13/3, 1958, rééd. Su e giù per la storia di Genova, Gênes, 1975, p. 22-25.

311 Voir par exemple pour Gênes Lopez, Storia delle colonie, op. cit., p. 40-41 ; Balard, La Romanie, op. cit., p. 539-543.

312 R. Di Tucci, Studi sull’economia genovese del secolo xii. La nave e i contratti marittimi, Turin, 1933, p. 43 ; Lopez, Storia delle colonie, op. cit., p. 4243 ; Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 13.

313 E. Bach, « Études génoises ; le minutier de Lanfranco », Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan, 1957, p. 388 ; H. C. Krueger, « Navi e proprietà navale a Genova (seconda metà del sec. XII) », ASLSP, n.s., 25, fasc. 1, 1985, p. 159-160.

314 Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 22.

315 Heers, « Types de navires », art. cité, p. 108.

316 Lorsque l’origine du bateau ou de son patron n’est pas indiquée, on a supposé qu’il était du port où a été rédigé le document. Les galères de ligne vénitiennes et florentines n’ont pas été prises en compte ici. Cf. infra p. 569-570.

317 Navires d’origine inconnue venus charger des grains en Sicile ou en Campanie.

318 Cela n’est pas propre à Bougie. Les naves sont les bateaux les plus nombreux à quitter le port de Gênes au xiie siècle et leur prépondérance est encore marquée au siècle suivant. Krueger, Navi, op. cit., p. 24-26, 155-156 ; Balard, La Romanie, op. cit., p. 553 ; pour Venise voir J.-Cl. Hocquet, Voiliers et commerce en Méditerranée, 1200-1650, Lille, 1979, p. 100-102.

319 H. C. Krueger, « The Routine of Commerce between Genoa and Northwest Africa during the Late Twelfth Century », The Mariner’s Mirror, 19/4, 1933, p. 431 ; Balard, La Romanie, op. cit., p. 553-554.

320 Krueger, Navi, op. cit., p. 168.

321 Hocquet, Voiliers, op. cit., p. 100.

322 Balard, La Romanie, op. cit., p. 553-554.

323 ASG, not. ign., busta 1, doc. 1, n° 10 (14/3/1180).

324 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).

325 Il s’agit de la vergue qui porte la voile latine. Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal, I, Paris-La Haye, 1970, p. 30.

326 Du Cange (Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, 1883-1887, rééd. anast. Graz, 1954, V, p. 29) indique seulement que c’est un type de navire. Il s’agit ici clairement d’une barque destinée aux déplacements entre le bateau et la côte. Le document précise que cette barca devra avoir son équipement et des rames. Pegolotti dit que c’est un des noms qui servent à désigner les « piccole barche e piccole vaselle che conducono le mercatantie da uno paese a un altro ». Pegolotti, p. 17. Mais le même en parle pour Naples en disant qu’elle sert pour porter les marchandises aux navires. Ibid., p. 187

327 ASG, min. 29, f. 149v (8/7/1253), éd. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 112-113.

328 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. Ibid., p. 120-124, et analyse détaillée du document p. 45-46.

329 Ce document est édité par L. de Mas-Latrie, « Charte de nolisement de l’an 1264 pour un voyage de Pise à Bougie », BEC, 2e série, 4, 1847-1848, p. 244-256, repris dans Id., Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866, p. 38-43. Il a été réédité, avec la date de 1274, par G. Caetani, Varia. Raccolta delle carte più antiche dell’Archivio Caetani e Regesto delle pergamene del fondo pisano, Cité du Vatican, 1936, p. 12-14.

330 AM, 2II 62, 6/10/1297.

331 Balard, La Romanie, op. cit., p. 562-563. Les capacités des plus grosses naves génoises pouvaient aller jusqu’à 8 000 cantares. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 5.

332 Tangheroni, Commercio e navigazione, op. cit., p. 189.

333 Ibid., p. 190-191 ; Pryor, Geography, op. cit., p. 39.

334 Aussi nommée navis-coca, les mots étant synonymes dans la seconde moitié du xive siècle. Balard, « Assurances », art. cité, p. 277.

335 Balard, La Romanie, op. cit., p. 555-557.

336 ARM, AH 1, f. 279v (1339), cité par J.-Cl. Hocquet, « Ibiza, carrefour du commerce maritime et témoin d’une conjoncture méditerranéenne (1250-1650) », Studi in memoria di Federigo Melis, I, Naples, 1978, p. 498. Le muid (mondin) fait alors 1670 kg. Ibid., p. 497.

337 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348).

338 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14584, f. 127v (6/7/1358), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 477.

339 Id., f. 62r (9/4/1358), cité ibid., p. 451.

340 C’est le cas également à Gênes au xve siècle. Heers, « Types de navires », art. cité, p. 111.

341 Sur les nefs catalanes et majorquines, voir notamment del Treppo, I Mercanti catalani, op. cit., p. 447-450 ; Carrère, Barcelone, op. cit., p. 280-282 ; López Pérez, La Corona, op. cit., p. 269-298.

342 ARM, A. Costanti, 1403-5, f. 144r (4/9/1405), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 458.

343 ARM, P. 2507, f. 21 (29/1/1450), cité par Vaquer, « Navegació i comerç », art. cité, p. 96.

344 ARM, P. 2521, f. 187-188v ; P. 2516, f. 13v (21/1/1462), cité ibid., p. 104.

345 La dernière mention date de 1276, avec plusieurs bucius transportant des grains de Sicile à Bougie. Archivio di Stato di Napoli, Registri Angioini, vol. XXII, f. 172r-173v (10/6/1276), éd. N. Nicolini, Codice diplomatico sui rapporti venetonapoletani durante il regno di Carlo I d’Angiò, Rome, 1965, n° 153 ; pour Gênes on en rencontre jusqu’en 1268. ASG, min. 55/I, f. 179v (15/2/1268).

346 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 164.

347 ASG, min. 61, f. 18r (5/3/1264). Le premier acte a été édité par A. Ferretto, Documenti intorno alle relazioni fra Alba e Genova (1141-1270), Biblioteca della Società storica subalpina (Pignerol), 22, 1906, n° 304.

348 Balard, La Romanie, op. cit., p. 561-562.

349 ASG, not. ign., busta 3, fr. 35, f. 28v (9/2/1257).

350 Ce mot n’existe pas dans le Glossaire de Jal, et je n’ai pu trouver de quoi il s’agissait.

351 ASG, min. 71, f. 129r (25/11/1262).

352 ASG, min. 29, f. 54r, 61r (25/4/1253).

353 Krueger, Navi, op. cit., p. 27.

354 Balard, La Romanie, op. cit., p. 561. Il disparaît après 1275.

355 D. Puncuh, éd., Il Cartulario del notaio Martino, Savona, 1203-1206, Gênes, 1974, n° 362 (18/11/1203). Linh de Savone servi par neuf hommes, portant du sel à Bougie.

356 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum C(d), capsa 8, n° 132 (11/ 9/1213), éd. A. Garcia i Sanz, M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis maritims medieval a Barcelona, Barcelone, 1983, n° 5, p. 308-309 ; Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum, caja 24, n° 3338 (15/4/1254), éd. Sayous, El mètods comercials, op. cit., n° 16, p. 155-156.

357 AG, III, p. 151 (1244) ; ASG, min. 61, f. 245v (28/1/1261) ; ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).

358 AG, III, p. 162 (1245).

359 ARM, P., Contratos civitatis et Partis foranae, 343, f. 160 (12/4/1247), éd. Santamaría Arández, Ejecutoria, op. cit., n° 35, p. 619-620. Plusieurs départs de linhs de Majorque en 1284 : par exemple ARM, RP 1105, f. 2r-v (25/1/1284), éd. Riera Melis, « La llicencia per a barques », art. cité, p. 121-140.

360 P. Gulotta, éd., Le Imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° registro, 1298-99), Fonti e Studi del corpus membranarum italicarum, ser. 3, Imbreviature matricole statuti e formulari notarili medievali, 2, Rome, 1982, n° 283 (16/3/1299). Linh à un pont du Valencien Bernardo Perfette nolisé à Palerme à plusieurs marchands catalans et majorquins pour transporter à Bougie du coton.

361 ARM, P., A. Costanti, 1409, f. 99v (2/7/1409), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 95.

362 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 121v (24/7/1359), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 453.

363 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 1119.

364 Par exemple ARM, RP 3826, f. 147v (16/8/1403).

365 Nouveau glossaire nautique, op. cit., p. 1119.

366 Balard, La Romanie, op. cit., p. 558. Cf. également Id., « Navigations génoises en Orient d’après des livres de bord du xive siècle », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1988, Paris, 1988, p. 783.

367 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 284r-v (11/1/1359), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 452

368 D’une manière générale elle disparaît du commerce méditerranéen dans la seconde moitié du xive siècle. Hocquet, Voiliers, op. cit., p. 103. Sur ce navire, voir M. Balard, J.-Cl. Hocquet, J. Hadziiossif, H. Bresc, « Le transport des denrées alimentaires en Méditerranée à la fin du Moyen Âge », Maritime Food Transport, dir. Kl. Friedland, Cologne, 1994, p. 117-120.

369 Si l’on considère les licences d’exportation de grains données à Naples en 1276, pour différents navires, on constate que les tarides portent une moyenne de 266 salmes, contre 307 pour les buccii, 366 pour les vasselli, et surtout 906 salmes pour les nefs. Cf. Nicolini, éd., Codice diplomatico, op. cit., n° 153 (24/ 7/1276), 160 (4/12/1276).

370 Balard, La Romanie, op. cit., p. 560.

371 Hocquet, Voiliers, op. cit., p. 103.

372 ADBR, 381E 4, f. 32v-33r (30/10/1300) ; AM, 1II 6, f. 51r-52r (id.). Le second document donne un équipage de seulement quinze marins, en plus des mousses.

373 ARM, Guiatges 1, f. 88v-89r (12/5/1336).

374 Archivio di Stato di Palermo, not. Bartolomeo de Citella, f. 434v (13/8/ 1309), éd R. Zeno, Documenti per la storia del diritto marittimo nei secoli xiii e xiv, Turin, 1936, p. 164-165 ; de même trois licences accordées à Naples en 1276 pour le transport de céréales à Bougie sur des tarides, éd. Nicolini, Codice diplomatico, op. cit., n° 153 (24/7/1276).

375 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272), 46r (17/6/1273).

376 ASG, min. 96, f. 54r (10/6/1270). Aicardo Sardina part avec sa barca servie par treize hommes (lui compris) pour Bougie, puis Majorque.

377 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14585, f. 84r-v (9/4/1359), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 453. Voir également id., f. 143v (12/8/1359), cité ibid. : barca armée de douze rames et six hommes.

378 Balard, La Romanie, op. cit., p. 559.

379 Dufourcq, La Vie quotidienne, op. cit., p. 59 ; Heers, « Types de navires », art. cité, p. 117.

380 ARM, P. 2520, f. 73-74v (17/3/1459), cité par O. Vaquer, « Comerç i capital mercantil a Mallorca (1448-1480) », La Mediterrània. Antropologia i història, Palma, 1990, p. 166.

381 ARM, P. 2521, f. 54v-56 (24/3/1460), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç », art. cité, p. 101.

382 ARM, guiatges 8, f. 16v (2/6/1440).

383 ARV, P., Rg. 2007, f. 161v-163v (14/3/1491).

384 Id., f. 454v-456r (29/7/1491).

385 ARV, P., Rg. 2009, f. 315r-316v (22/6/1492). Ce bateau est nommé fuste dans le même document.

386 Un constat identique est dressé par Federigo Melis à partir des archives de la compagnie Datini de Prato, pour les voyages à destination du Maghreb. F. Melis, « Werner Sombart e i problemi della navigazione nel Medio Evo », Biblioteca della rivista Economia e storia, 8, 1964, rééd. I Trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, Prato, 1984, p. 21.

387 Elles apparaissent à Gênes et Venise à la fin du xiiie siècle. Pryor, Geography, op. cit., p. 43.

388 Heers, « Types de navires », art. cité, p. 109.

389 ASG, min. 77, f. 212v-214r-v (13/6/1313). La mine de Gênes en 1311 fait 105,7 litres. P. Rocca, Pesi e misure antiche di Genova e del Genovesato, Gênes, 1871, p. 109.

390 ASG, min. 331/I, f. 228r-v (19/5/1350).

391 ARV, P., Rg. 796, f. 26v-30v (8/1/1443) ; cf. E. Cruselles, « La organización del transporte marítimo en la Valencia de la primera mitad del siglo xv », AEM, 24, 1994, p. 155-177.

392 A. Tenenti, C. Vivanti, « Le film d’un grand système de navigation. Les galères marchandes vénitiennes aux xive-xvie siècles », Annales ESC, 16/1, 1961, p. 83-86 ; Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 81-101 ; D. Stöckly, « Les premiers convois de galées commerciales vénitiennes en direction de la Barbarie au milieu du xve siècle », CT, 155-156, 1993, p. 479-511 ; Ead., Le Système de l’in-canto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde, 1995, p. 169-173, 188-191.

393 Mallett, The Florentine Galleys, op. cit., p. 73-74.

394 Fr. C. Lane, « La marine marchande et le trafic maritime de Venise à travers les siècles », Les sources de l’histoire maritime en Europe du Moyen-Âge au xviiie siècle, actes du IVe colloque international d’histoire maritime, Paris, 2023 mai 1959, Paris, 1962, p. 7-32 ; Id., Venetian Ships and Shipbuilders of the Renaissance, Baltimore, 1934, trad. Navires et constructeurs à Venise pendant la Renaissance, Paris, 1965 ; A. Sacerdoti, « Note sulle galere da mercato veneziane nel xv secolo », Bollettino dell’Istituto di storia della società e dello stato veneziano, 4, Venise, 1962, p. 83-86.

395 M. Tangheroni, « Trasporti navali e commercio marittimo nell’Italia del Quattrocento », La Penisola italiana e il mare. Costruzioni navali, trasporti e commerci tra XV e XX sec., dir. T. Fanfani, Naples, 1993, p. 35.

396 Les conditions de navigation (vents, courants) jouent un rôle important et introduisent des variations importantes en fonction des saisons et des directions choisies. Les escales contribuent également à allonger les temps de trajet.

397 Krueger, « The Routine of Commerce », art. cité, p. 429.

398 Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 47. Il calcule un trajet moyen de 40 à 80 milles par jour.

399 F. Melis, « La situazione della marina mercantile all’inizio dell’epoca enrichina : fattori tecnici ed economici di sviluppo », Actas do Congresso internacional de história dos descobrimentos, V, Lisbonne, 1961, rééd. I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, Florence, 1984, p. 115.

400 Cf. Picard, L’Océan atlantique, op. cit., p. 420. Sur l’amélioration de la productivité voir principalement Fr. C. Lane, « Progrès technologiques et productivité dans les transports maritimes de la fin du Moyen Âge au début des Temps modernes », Revue historique, 510, 1974, p. 277-302, et notamment p. 287-292.

401 R. S. Lopez, « Le marchand génois », art. cité, p. 17, 22.

402 Éd. M. Chiaudano, M. Moresco, Il Cartolare di Giovanni Scriba, Turin, 1935.

403 Éd. M. Chiaudano, Notai liguri dei secoli xii e xiii, IV, Oberto Scriba de Mercato 1186, Gênes, 1940 ; M. Chiaudano, R. Morozzo della Rocca, Notai liguri dei secoli xii e xiii, I, Oberto Scriba de Mercato 1190, Gênes, 1938 ; il faut y ajouter quelques documents isolés et encore inédits du même notaire : ASG, Manoscritti 102 (1179) ; ASG, not. ign., busta 1, doc. 1 (1180) ; ASG, min. 2 (1182-1184).

404 Éd. M. W. Hall-Coll, H. C. Krueger, R. L. Reynolds, Notai liguri dei secoli xii e xiii, II, Guglielmo Cassinese, 1190-1192, Turin, 1938.

405 ASG, min. 56 ; ASG, Manoscritti 102.

406 Éd. J. E. Eierman, H. C. Krueger, R. L. Reynolds, Notai liguri del sec. XII, III, Bonvillano (1198), Turin, 1939.

407 Dix-huit contrats de sociétés, neuf de commandes, auxquels il faut ajouter des contrats montrant un marchand transportant les marchandises d’un investisseur, sans intérêt déclaré, des prêts maritimes et deux changes.

408 Vingt-sept sociétés pour quarante-trois commandes, ainsi que sept actes mêlant les deux types de contrats. Un M. Balard, « Notes sur le commerce génois en Tunisie au xiiie siècle », CT, 155156, 1991, p. 373. constat semblable est fait pour Tunis par

409 Ce n’est pas là une caractéristique propre à Bougie. Cf. A. Sapori, « Il commercio internazionale nel Medioevo », Studi di storia economica, I, Florence, 1955, p. 523.

410 Calculs de D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977, p. 111-119.

411 N’ont été pris en considération que les opérations sur le seul port de Bougie. Celles qui impliquent un trajet plus complexe avec plusieurs destinations n’ont pas été retenues. Sur les sept contrats prévoyant un voyage en Orient et à Bougie, six sont des investissements de plus de 100 livres.

412 Giovanni Scriba, n° 741 (26/8/1160).

413 Giovanni Scriba, n° 1276 (11/8/1164).

414 E. H. Byrne, « Genoese Trade with Syria in the Twelfth Century », American Historical Review, 25/2, 1920, p. 202-204.

415 E. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 109.

416 Giovanni Scriba, n° 59 (16/4/1156).

417 Ibid., n° 401 (27/6/1158).

418 Ibid., n° 705 (28/7/1160).

419 Ibid., n° 752 (27/8/1160).

420 Byrne, « Genoese Trade with Syria », art. cité, p. 206 ; Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 109.

421 Giovanni Scriba, n° 1222 (23/6/1164).

422 Byrne, « Genoese Trade with Syria », art. cité, p. 207.

423 Ibid., p. 198 ; Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 57-58, 68-70.

424 Giovanni Scriba, n° 639 (8/5/1160).

425 Ibid., n° 805 (1161).

426 Ibid., n° 1084 (28/8/1163).

427 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).

428 E. H. Byrne, « Easterners in Genoa », Journal of the American Oriental Society, 38/1, 1918, p. 181.

429 B. N. Nelson, « Blancardo (the Jew ?) of Genoa and the Restitution of Usury in Medieval Italy », Studi in onore di Gino Luzzatto, I, Milan, 1949, p. 96-116.

430 Byrne, « Easterners in Genoa », art. cité, p. 181. Eugene H. Byrne étudie également le rôle de Soliman de Salerne, qu’il considère aussi comme juif, longtemps puissant à Alexandrie (où il demeure presque deux ans), co-propriétaire d’un navire qu’il conduit à Alexandrie en 1160. Ibid., p. 179-180. En 1163 il investit 120 livres dans une société à destination de Bougie. Giovanni Scriba, n° 1111 (22/ 9/1163).

431 H. C. Krueger, « Genoese Trade with North-west Africa in the XIIth Century », Speculum, 8, 1933, p. 387. Ainsi Guglielmo Burone investit environ 2500 livres dans le commerce méditerranéen et ses affaires à Bougie sont assez secondaires pour lui. Hilmar C. Krueger considère que les risques politiques sont plus grands au Maghreb qu’en Orient, ce qui n’est cependant guère le cas pour la période considérée, dominée par la puissance et la stabilité de l’Empire almohade. Le manque de documents empêche de mesurer l’impact de l’aventure almoravide des Banū Ġāniya sur le commerce maritime. En revanche Hilmar C. Krueger a raison de souligner l’étroitesse du marché pour ces grandes familles. Ibid., p. 388. Cf. Valérian, « Gênes, l’Afrique et l’Orient », art. cité, p. 830.

432 Sept à dix livres suffisent alors à nourrir une famille assez pauvre pendant un an, et 18 livres satisfont les besoins d’une famille de niveau moyen. Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 99.

433 Sur les affaires de ce marchand voir M. Chiaudano, « Mercanti genovesi del secolo xii », Ricerche storiche ed economiche in memoria di Corrado Barbagallo, dir. L. di Rosa, II, Naples, 1970, p. 127-132.

434 Giovanni di Guiberto, n° 98 (1200).

435 Ibid., n° 511 (30/8/1201).

436 Sur cette famille cf. Krueger, « Genoese Trade », art. cité, p. 392.

437 Guglielmo Cassinese, n° 19 (12/1190) : société pour Naples, Sicile, outremer.

438 Ibid., n° 438 (7/4/1191).

439 Ibid., n° 460 (13/4/1191), 488 (22/4/1191), 491 (22/4/1191), 493 (23/4/1191).

440 Ibid., n° 905 (24/8/1191), 913 (27/8/1191).

441 Ibid., n° 1109 (24/9/1191).

442 Ibid., n° 1112 (24/9/1191), 1136 (26/9/1191), etc.

443 Ibid., n° 1208 (10/10/1191).

444 Ibid., n° 1212 (10/10/1191).

445 Ibid., n° 1898 (26/4/1192). Raimondo prend également 50 livres de Oddone de Milazzo, l’ancien associé de Gioanata.

446 Ibid., n° 1774 (21/3/1192).

447 En 1191 il porte une commande de 31 livres de Gênes et 12 livres de noix de muscade à Ceuta. Ibid., n° 492 (23/4/1191). En 1192 il intervient pour un tiers dans une commande de 118 livres portée par Balduino, fils d’Ogerio Scotto, à Bougie. Les deux autres tiers sont donnés par Ogerio Scotto et Oddone Milazzo, les anciens associés de Gionata. Ibid., n° 1894 (26/4/1192).

448 Giovanni Scriba, n° 508 (9/10/1158).

449 Giovanni Scriba (fragments du cartulaire du notaire Lanfranco, 1180), n° 11, p. 282 (3/4/1180).

450 Ibid., n° 9, p. 281 (3/4/1180).

451 Il faut cependant nuancer cette part des grands marchands, dans la mesure où des notaires comme Giovanni Scriba travaillent beaucoup pour cette catégorie d’opérateurs, laissant dans l’ombre les gens plus modestes. Bach, La Cité de Gênes, op. cit., p. 61.

452 Cf. infra p. 612-613, 624-629.

453 C’est là un phénomène général à Gênes au xiiie siècle, mais plus précoce au Maghreb. Cf. Balard, « Notes sur le commerce génois en Tunisie », art. cité, p. 373.

454 ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250).

455 ASG, min. 27, f. 162v (31/5/1251). 10 livres confiées en commande à Guglielmo de Suxero.

456 ASG, min. 29, f. 109r (16/5/1253). 18 livres 10 sous investis en trois barils de miel, un cantare et demi d’orpiment et du bois d’aloès.

457 ASG, min. 27, f. 169r (7/6/1251) ; min. 27, f. 167v (7/6/1251).

458 ASG, min. 34, f. 45r (3/9/1252).

459 ASG, min. 29, f. 88v (4/5/1253).

460 ASG, not. ign., busta 3, fr. 35, f. 18v (29/1/1257).

461 ASG, min. 29, f. 217v-218r (15/9/1253) : deux commandes de 56 livres 5 sous et 350 livres confiées à Giovanni.

462 ASG, min. 27, f. 167v (7/6/1251).

463 ASG, min. 27, f. 169v (id.)

464 ASG, min. 29, f. 163r (22/7/1253).

465 ASG, min. 29, f. 217v (15/9/1253).

466 ASG, min. 105, f. 64r-65r, 66v-67r, 68r-v, 75v, 76v-77r, 79v-80r, 92r (20/1 – 28/2/1259).

467 Au début du mois, il vend seul pour 50 livres de laine. ASG, min. 34, f. 211r (9/9/1259).

468 Manuele Zaccaria vend également de la laine et de l’alun pour son seul compte. ASG, min. 105, f. 61r (15/1/1259), 63v (20/1/1259).

469 ASG, min. 34, f. 202r ; min. 35, f. 15v, 22r-v, 26v-27r, 33r, 46r, 126r-v, 128v, 134r (4/9 – 15/11/1259).

470 ASG, not. ign., busta 21, fr. 200, f. 6v (4/10/1251) ; min. 29, f. 165v (24/7/ 1253).

471 ASG, not. ign. busta 10, fr. 104 (11/9/1254). Trois ventes le même jour. L’état du document ne permet pas de lire toutes les sommes.

472 ASG, min. 20/II, f. 3v (2/1/1255). Le même jour il vend de la laine dont on ne précise pas l’origine, mais qui est peut-être également africaine. ASG, min. 20/ II, f. 19v (18/1/1255).

473 ASG, min. 54, f. 86v (16/4/1257), 127v (16/5/1257).

474 ASG, min. 27, f. 166v (6/6/1251).

475 ASG, min. 34, f. 57v (15/4/1252).

476 ASG, min. 18/I, f. 82r (16/9/1253).

477 ASG, min. 30/I, f. 44v (26/3/1254).

478 ASG, min. 30/I, f. 77r (13/5/1254).

479 ASG, min. 35, f. 82v-83r (20/9/1261).

480 ASG, min. 27, f. 184r (4/11/1251).

481 ASG, min. 34, f. 74v (11/5/1252). En mars 1253 il loue un banco dans la boutique tenue par Giacomo di Albaro « in Ripa di Genova ». R. S. Lopez, « L’Attività economica di Genova nel marzo 1253, secondo gli atti notarili del tempo », ASLSP, 64, Gênes, 1935, n° 90, p. 219.

482 ASG, min. 18/I, f. 52v (18/8/1253), 55v (20/8/1253), 56r (20/8/1253).

483 ASG, min. 30/I, f. 38r-39v (23/3/1254).

484 Commande de 10 livres donnée pour la Sicile le 29/3/1253. Lopez, « L’attività », art. cité, n° 129, p. 225.

485 ASG, min. 27, f. 167v (7/6/1251) ; min. 18/II, f. 49r (6/3/1252).

486 ASG, min. 34, f. 74v (11/5/1252).

487 Sur les débuts de la banque à Gênes, voir R. S. Lopez, La prima crisi della banca di Genova (1250-1259), Milan, 1956, p. 19-38.

488 Ibid., p. 87-92.

489 Ibid., p. 40.

490 ASG, min. 29, f. 111v (17/5/1253), f. 164v (24/7/1253).

491 ASG, min. 28, f. 93v (24/5/1251) ; min. 27, f. 245r (23/5/1252) ; min. 29, f. 56v (19/4/1253), éd. Doehaerd, Les Relations commerciales, op. cit., II, n° 837 ; ASG, min. 29, f. 60r (22/4/1253).

492 ASG, min. 34, f. 79v-80r (15/5/1252).

493 ASG, min. 34, f. 56r (12/4/1252), 81v (15/5/1252) ; min. 18/I, f. 82r (16/9/ 1253) ; min. 30/I, f. 45r (26/3/1254), 78r (14/5/1254), 85v (16/5/1254). Dans ce dernier contrat le commandité, Giovanni de Sant’Agnese, porte également 90 onces d’or de paiola.

494 Il investit également pour des voyages en Corse et Sardaigne : 80 livres 7 sous 6 deniers et 25 livres 3 sous 4 deniers le 8/3/1253. Lopez, « L’Attività », art. cité, n° 37-38, p. 212.

495 ASG, min. 30/I, f. 45r (26/3/1254), 78r (14/5/1254). Une opération semblable est réalisée avec les mêmes personnages quelques jours auparavant, pour Tunis. ASG, min. 30/I, f. 37r (22/3/1254), éd. Lopez, La Prima crisi, op. cit., n° 99, p. 153-154 (la date est à corriger).

496 R.-H. Bautier, « Les Marchands et banquiers de Plaisance dans l’économie internationale du xiie au xve siècle », Il « Registrum magnum » del Comune di Piacenza : Atti del Convegno Internazionale di studio, Piacenza, 1985, Plaisance, 1987, p. 182-237 ; Lopez, La Prima crisi, op. cit., p. 41-46 ; G. Jehel, « Les Placentins en Afrique du Nord au Moyen Âge », Precursori di Cristoforo Colombo. Mercanti e banchieri piacentini nel mondo durante il medioevo. Atti del Convegno Internazionale di Studi, Piacenza, 10-12 settembre 1992, Bologne, 1994, p. 169-179. Ils sont également actifs à Marseille à la même époque. Cf. P. Racine, « À Marseille en 1248 : l’activité des hommes d’affaires de Plaisance », Annales du Midi, 78, 1966, p. 221-233.

497 Sur cette banque voir Lopez, La Prima crisi, op. cit., p. 60-68 ; G. Airaldi, G. Marcenaro, dir., Credito e banca dall’Italia all’Europa, secoli xii-xviii, Gênes, 1992, p. 24.

498 ASG, min. 27, f. 8v (26/10/1250).

499 200 livres confiées avec Giacomo Ravaldo à Cristiano Grimaldi le 14/3/ 1253. Lopez, « L’attività », art. cité, n° 63, p. 215.

500 400 livres en deux commandes le 14/3/53. Ibid., n° 64-65, p. 215-216.

501 Change de 400 livres de Provins le 17/3/1253. Ibid., n° 73, p. 217.

502 100 livres en commande (17/3/1253). Ibid., n° 74, p. 217.

503 Trois commandes pour 400 livres le 22/3/1253. Ibid., n° 99-100, p. 220 ; n° 102, p. 221.

504 R. D. Face, « Symon de Gualterio : a Brief Portrait of a Thirteenth-century Man of Affairs », Economy, Society, Government in Medieval Italy. Essays in Memory of Robert L. Reynolds. Exploration in Economic History, 7, 1969-70, p. 76, considère à l’inverse de Roberto S. Lopez qu’il n’y a pas de raison de lui donner une origine placentine.

505 ASG, min. 27, f. 244v (23/5/1252).

506 Lopez, « L’Attività », art. cité, p. 189-190.

507 Face, art. cité, p. 80-81.

508 Ibid., p. 81.

509 ASG, min. 29, f. 54r (25/4/1253). Le quart restant appartient à Nicoloso de Mari, père du Giacomo qui part pour Bougie. ASG, min. 29, f. 61r (25/4/1253).

510 ASG, min. 29, f. 54r (19/4/1253). Il n’est pas sûr ici que le change a vraiment eu lieu, en dépit de la forme de l’acte, car la somme en besants n’est pas indiquée. Il s’agit plutôt d’un prêt déguisé. Face (art. cité, p. 81) y voit peut-être un exemple précoce d’assurance maritime.

511 ASG, min. 29, f. 54r (25/5/1253), 65v (28/4/1253).

512 Face, art. cité, p. 82.

513 ASG, min. 29, f. 75r (2/5/1253), 97v (10/5/1253), 115v (20/5/1253).

514 ASG, min. 18/I, f. 73v-74r (9/9/1253), 218r (15/9/1253), 80r (15/9/1253).

515 ASG, min. 30/I, f. 44v (26/3/1254).

516 Ces résultats sont confirmés par l’étude sur les milieux marchands réalisée par Laura Balletto à partir des documents génois des années 1222 à 1226. L. Balletto, « Tra Genovesi e Musulmani nel xiii secolo », Mésogeios, 7, 2000, p. 158-162.

517 On peut comparer ces chiffres avec la répartition des investissements portés sur le Saint-Esprit à destination de la Syrie en 1248 : 4,25 % des contrats sont de moins de 10 livres, 50 % entre 10 et 50 livres, 20,3 % entre 50 et 100 livres et 25,45 % de plus de 100 livres. Sayous, « Le commerce de Marseille avec la Syrie », art. cité, p. 396-397. Comme pour Gênes, le commerce oriental attire des capitaux d’une toute autre ampleur.

518 Les documents de la famille Manduel ont été publiés par L. Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Âge, Marseille, 1884-1885. Ils proviennent de la confiscation des biens et des papiers de Jean Manduel, arrêté en 1262 pour des raisons politiques.

519 Sur environ 79 documents, 51 concernent le Maghreb, dont 24 Bougie et 15 Ceuta, alors que 14 sont des contrats pour l’Orient (Acre, Alexandrie, Damiette, Syrie) et 14 pour d’autres places européennes.

520 Sur ces trois marchands, voir A.-E. Sayous, Les Opérations du capitaliste et commerçant marseillais Étienne de Manduel entre 1200 et 1230, Bordeaux, 1930, et Id., L’Activité de deux capitalistes-commerçants marseillais vers le milieu du xiiie siècle : Bernard de Manduel (1227-1237) et Jean de Manduel (1233-1263), Paris, 1929.

521 O. Banti, « I Rapporti tra Pisa e gli stati dell’Africa settentrionale tra l’xi e il xiv secolo », Le Ceramiche medievali delle chiese di Pisa, Pise, 1983, p. 23.

522 Sur les Lanfranchi, et leur réseau d’affaires, voir E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa, Naples, 1962, p. 408-409.

523 Éd. A. Guidi, Atti di ser Leopardo del Fornaio dai registri n° 3 e n° 4 della se-rie contratti dell’Archivio della Mensa arcivescovile di Pisa (1259-1270), tesi di laurea, sous la direction de M. Luzzati, Université de Pise, 1975-6, n° 117. Le même document a été édité, avec la date de 1261, par Mas-Latrie, Traités de paix, op. cit., p. 37.

524 ASP, Diplomatico Trovatelli, 12/3/1277.

525 ASP, Diplomatico Roncioni, 17/10/1278.

526 M. Bensaci, « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghrib », CT, 113-114, 1980, p. 60-63.

527 Sur cette famille des Lanfrachi Rossi, voir Cristiani, op. cit., p. 413-415.

528 ASP, Diplomatico S. Silvestro di Pisa, 29/1/1315. Sur cette famille, cf. Cristiani, op. cit., p. 416.

529 En avril 1326 Cecco Agliata nolise une coca pour Cagliari, Jijel, Bougie et Collo. ASP, Diplomatico Alliata, 27/4/1326. En juin son propre navire se rend à Bougie. ASP, Ospedali riuniti di S. Chiara, n. 1969, f. 96r (16/6/1326). Cf. M. Berti, « Commende e redditività di commende nella Pisa della prima metà del Trecento (da documenti inediti) », Studi in onore di Federigo Melis, II, Naples, 1978, p. 124-125. Sur cette importante famille, voir M. Tangheroni, Gli Alliata, una famiglia pi-sana nel medioevo, Padoue, 1969.

530 Éd. R. Morozzo della Rocca, Documenti del commercio veneziano nei sec. XI-XIII, I, Turin, 1940, p. 279-293 (documents allant du 9/6/1177 à février 1179).

531 G. Luzzatto (sous le pseud. de G. Padovan), « Capitale e lavoro nel commercio veneziano dei secoli xi e xii », Rivista di storia economica, 6, 1941, rééd. Studi di storia economica veneziana, Padoue, 1954, p. 93 ; voir également S. Borsari, « Il commercio veneziano nell’imperio bizantino nel XII sec. », RSI, 1964, p. 991.

532 Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 65-66.

533 Ce milieu marchand barcelonais du xiiie siècle a été bien étudié dans plusieurs articles de Carmen Batlle. C. Batlle i Gallart, « La presencia de mercaders catalans al nord d’Africa durant el segle xiii », Homenatge a la memoria del prof. Emilio Saez, Barcelone, 1989, p. 99-109 ; Ead., « Uns mercaders de Barcelona al Nord d’Africa a mitijan segle xiii », Acta Mediaevalia, 10, 1989, p. 145-157 ; Ead., en collaboration avec C. Cuadrada, « Berenguer de Bonastre, un negociante barcelonés en el Norte de Africa (segunda mitad del siglo xiii) », Sardegna, Mediterraneo e Atlantico tra medioevo ed età moderna. Studi storici in memoria di Alberto Boscolo, dir. L. Arienzo, II, Il Mediterraneo, Rome, 1993, p. 129-150 ; Ead., en collaboration avec E. Varela, « Las relaciones comerciales de Barcelona con el norte de África (siglo xiii) », Anales de la Universidad de Alicante, 7, 1988-1989, p. 23-52.

534 Vaquer, « Navegació i comerç », art. cité, p. 95-142. L’étude a été menée à partir des documents des années 1450-1460.

535 M. Barcelo i Crespi, « Niçards a la Mallorca baixmedieval », AEM, 24, 1994, p. 75. Voir également Vaquer Bennasar, El Comerç Marítim, op. cit., p. 145148, 183-184, 330-331, qui montre leurs alliances matrimoniales avec les meilleures familles de Majorque et du royaume d’Aragon.

536 C’est également une famille de convers, qui a pu conserver des contacts étroits avec les communautés juives de la région.

Table des illustrations

Titre Tableau 21. MUSULMANS ET JUIFS DE BOUGIE PRÉSENTS À MAJORQUE ET VALENCE (1279-1500)
Légende Note66Note67Note68
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Note69Note70
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Note71Note72
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 22. MARCHANDS MUSULMANS ET JUIFS DU ROYAUME DE VALENCE ACTIFS À BOUGIE (1336-1492)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Note102
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 23. TYPES DE NAVIRES DE COMMERCE316 (1150-1500)1150-1200
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 1201-1250
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 1251-1300
Légende Note317
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 1301-1350
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 1351-1400
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 1401-1450
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 1451-1500
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 24. INVESTISSEMENTS GÉNOIS MOYENS (EN LIVRES) À DESTINATION DU MAGHREB ET DE L’ORIENT (1158-1161)410
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 25. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiie SIÈCLE411
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Répartition en nombre de contrats.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Répartition en valeur.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 26. SOMMES INVESTIES DANS LE COMMERCE GÉNOIS À BOUGIE (1250-1259)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Répartition par nombre de contrats.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Répartition en valeur.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Tableau 27. INVESTISSEMENTS MARSEILLAIS À BOUGIE (xiiie SIÈCLE)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Répartition des investissements par nombre de contrats.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Répartitions des investissements en valeur.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/221/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540