Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alba Longa, histoire d’une légende

 | 
Alexandre Grandazzi

Avant-propos

Texte intégral

1Longtemps, j’ai rêvé ce livre. Au moment où j’en rédige la première – et dernière – page, ma pensée va à tous ceux qui m’ont accompagné dans cette longue et difficile enquête.

2Et d’abord à Pierre Grimal, savant et maître incomparable : en dédiant ce livre à sa chère mémoire, je souhaite rendre hommage à celui qui fut à l’origine de ma vocation, qui dirigea ces recherches jusqu’à sa disparition, et dont la bienveillance et l’amitié ont été et restent pour moi le plus précieux des encouragements. À deux reprises, Pierre Grimal me demanda de présenter les premiers résultats de ces recherches sous forme de communications à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

3C’est à Giovanni Colonna, dont on retrouvera souvent le nom dans ces pages, que revient l’idée première de cet ouvrage : je suis heureux de lui manifester aujourd’hui ma gratitude pour la générosité avec laquelle, alors que je cherchais encore un « angle d’attaque » pertinent pour l’exploration des origines de Rome, il m’indiqua l’intérêt et le besoin d’un travail spécifiquement consacré à Alba Longa.

4Je n’oublie pas non plus deux très éminents savants, Jacques Heur-gon et André Magdelain, dont les questions, les suggestions, les objections aussi, furent pour moi la meilleure des écoles d’érudition.

  • * On trouvera le texte de cette présentation sous le titre « Un discours pour une méthode », dans BA (...)

5Ce livre reprend une monographie, présentée*, avec d’autres travaux, en Sorbonne (Paris IV), le 27 novembre 1999, en vue d’une habilitation à diriger des recherches. Depuis cette date, j’ai méthodiquement revu et remanié le texte initial, à la fois pour répondre à la marche de la science, à l’évolution de mes propres réflexions ainsi qu’aux critiques courtoises et aux suggestions qui m’avaient été faites durant la soutenance. Quand bien même elles ne m’amenaient pas à modifier mes positions, ces remarques, – je pense en particulier à celles de Jacques Poucet –, m’ont permis de formuler mes démonstrations d’une manière plus précise et, je l’espère, plus convaincante. J’adresse mes remerciements aux membres de mon jury : Dominique Briquel, Gérard Capdeville, Jacqueline Champeaux, Alain Michel, Jacques Poucet, Hubert Zehnacker, Adam Ziolkowski. Je voudrais nommer également Jean-Claude Richard, qui, avec D. Briquel et H. Zehnacker, avait, une dizaine d’années auparavant, fait partie du jury de ma thèse de doctorat, dirigée par P. Grimal : ce travail m’avait permis d’esquisser l’ébauche du projet d’ensemble publié aujourd’hui. D. Briquel et A. Ziolkowski m’ont fait l’amitié de discuter avec moi, de façon approfondie, bien des questions soulevées dans cet ouvrage, et de cela aussi, je les remercie, ainsi que Bruno Poulle pour son soutien.

6Mais un livre ne devient tel que lorsqu’il est édité : c’est pourquoi j’exprime ma vive reconnaissance à Michel Gras, directeur de l’École française de Rome, qui a bien voulu renouveler l’accord que m’avait donné son prédécesseur, André Vauchez, et accueillir cette enquête dans la prestigieuse Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. En acceptant de publier l’intégralité de mon manuscrit, il me permet de conserver la progression démonstrative que j’ai souhaité donner à ma recherche, qui va du paysage à l’archéologie, de l’archéologie à l’histoire, et enfin de l’histoire à la tradition. Il m’est particulièrement agréable que le directeur de l’École française de Rome qui donne à ces recherches l’hospitalité de la BEFAR, soit celui qui, en tant que directeur d’études au Farnèse, en avait encouragé les premiers développements. Je remercie aussi la direction des publications de l’École française, et particulièrement Bertrand Grandsagne, qui a veillé, avec une grande compétence, à l’impression de ces volumes.

7Par sa nature même, l’érudition est dialogue : dialogue avec des morts, dont, à chaque fois, je me suis efforcé de restituer la pensée dans son contexte, afin d’en comprendre l’exacte signification ; dialogue aussi entre des vivants, que réunit le désir partagé de servir au mieux la vérité et la science. Les spécialistes, notamment italiens, dont j’ai, tout au long de ces années, sollicité l’aide ou les conseils, sont trop nombreux pour que je puisse tous les nommer, mais je tiens à les assurer de mon souvenir reconnaissant. On comprendra que j’écrive ici le nom de Pino Chiarucci, fondateur et directeur du Musée d’Albano Laziale, à qui l’archéologie albaine doit beaucoup, et qui m’a fourni avec obligeance de précieuses informations et de rares publications. Je remercie également Andrea Carandini et Clementina Panella, qui, en m’invitant, en avril 2005, à exposer dans le magnifique cadre de l’Odéon du Musée d’art classique de l’université La Sapienza, à Rome, les conclusions de ces recherches, m’ont permis de les enrichir encore de nouvelles données, apportées par les nombreux collègues présents à cette occasion. À ces noms, j’ajoute ceux de Philippe Bouysse, ingénieur-chercheur honoraire du Bureau des recherches géologiques et minières, qui m’a fourni l’aide de sa compétence vulcanologique pour l’exégèse du miracle du lac Albain, et de Pierre Flobert pour ses précieux conseils linguistiques. Je souhaite dire également à Pierre Toubert, dont on verra le nom apparaître souvent dans la première partie de ce livre, combien son enquête sur les structures du Latium médiéval est, pour qui étudie le Latium antique, une source constante de comparaison et de réflexion.

8Mes remerciements vont aussi à Jean Leclant et à Jean-Pierre Cal-lu, qui, depuis longtemps, veulent bien s’intéresser à ces recherches et encourager leur auteur.

9Je remercie chaleureusement Florence Pracht, qui a assuré, avec un soin exemplaire, la dactylographie d’un manuscrit complexe et soumis à d’incessantes métamorphoses.

10Mes pensées se tournent vers ma famille : les joies de la science sont fortes, mais elles sont toutes pour le chercheur. À l’entourage, ne restent, en général, que les inconvénients : je n’ai – hélas ! – pas dérogé à la règle, bien au contraire... Je crains d’avoir été un père trop peu présent ; à ma femme, Sophie, je veux dire aujourd’hui que ce livre, qui lui a coûté tant de sacrifices, est aussi le sien.

11Paris, le 27 janvier 2008

Notes de fin

* On trouvera le texte de cette présentation sous le titre « Un discours pour une méthode », dans BAGB, 2000, p. 140-156.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540