Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Conclusion

Texte intégral

1Un des points majeurs qui ressort de cette enquête est la remarquable unité méditerranéenne. Dans le domaine de l’architecture thermale comme dans tous les autres secteurs, la Méditerranée constitue une véritable koiné. Les différences que l’on peut relever ne sont nullement liées à des spécifités locales qui résulteraient d’on ne sait quelles données ethniques ou climatiques. Dans ce monde constamment à l’avant-garde des évolutions, l’ethnie s’est dissoute depuis longtemps et le climat est régulé par les moyens dont disposent les constructeurs. Partout, du Rhin-Danube aux confins du Sahara, on s’immerge dans des eaux chauffées à la même température. Les nuances régionales qui peuvent exister sont parfaitement secondaires et ne doivent pas masquer l’unité profonde de cet immense ensemble géographique. On ne peut comprendre les thermes maghrébins sans se tourner vers l’Italie et, inversement, ces bâtiments africains peuvent nous éclairer sur la nature des réalisations italiques. On se baigne partout dans l’Empire de la même manière, en fonction d’un même programme balnéaire.

2Des différences entre les provinces existent cependant, mais elles sont d’un tout autre ordre. La position de chaque région au sein de l’ensemble méditerranéen est déterminée par son niveau de développement. Si l’on tente de cartographier les réalités économiques de l’Empire, sa nature politique par le biais de l’origine géographique de ses plus hauts responsables et l’implantation des édifices balnéaires les plus raffinés, tant par leur conception que par leurs dimensions, on obtient des documents qui se superposent parfaitement. Les provinces économiquement les plus développées sont celles qui accaparent la scène politique et sont aussi celles qui se dotent des thermes les plus remarquables.

3Le lien intime qui existe entre toutes ces données est tel que l’on peut même lire des corrélations très fines. Ainsi, nous avons proposé de mettre en parallèle d’une part les différences numériques et dimensionnelles qui existent entre les grands monuments balnéaires asiatiques et africains et, d’autre part, des dissimilitudes concernant l’organisation sociale et la structure urbaine de ces deux régions. Pareillement, les quelques dissemblances que l’on peut repérer entre les architectures thermales africaine et micrasiatique nous paraissent devoir être mises en rapport avec la nature spécifique des relations qu’entretient chacune de ces deux régions avec le cœur de l’Empire. Ou encore, la scission interne à l’architecture thermale africaine donne progressivement naissance à une spécificité marocaine qui, en revanche, recoupe nombre de données hispaniques, selon un schéma spatial qui se retrouve parfaitement au niveau économique et politique.

4Les rapports privilégiés entre Rome et la Proconsulaire sont d’ordre économique et politique. Il en résulte des bâtiments balnéaires africains singuliers : la façon dont ils déclinent les recherches conduites dans l’Urbs découle directement de ces liens intimes. De même, la façon dont le Maghreb, susceptible de reproduire à une échelle incomparable dans le monde provincial les réalisations de la Ville, se révèle aussi capable de les repenser est la marque la plus pertinente de sa puissance. De même encore, lorsque le rôle de l’Afrique ne se borne plus à l’Occident, mais acquiert de plus en plus une dimension totalement méditerranéenne, son architecture thermale enregistre aussitôt cet élargissement de l’horizon du pays. Les arcs sur colonnes des palestres des grands thermes Est de Maktar, ou de l’atrium des thermes « liciniens » de Thugga, signent l’importance croissante des influences égéennes. Le décor architectonique des thermes de Carthage avait joué un rôle décisif dans la diffusion en Afrique des modèles de la Ville. Les chantiers des thermes continuent à jouer un grand rôle dans les nouvelles évolutions, en important pour leurs besoins des produits asiatiques, en étant aussi un des lieux où s’élaborent les versions du style africain orientalisant. Les chapiteaux de la palestre des grands thermes Sud de Cuicul montrent ainsi comment la structure de l’ordre corinthien occidental s’infléchit sous l’effet de la prise en compte des réalisations orientales. L’axe majeur Carthage-Rome se double des liens intimes qui se tissent entre l’Afrique et l’Égée. Les thermes maghrébins, dans leurs fonctions, leur architecture et jusque dans les détails de leur décoration, ne peuvent se comprendre si l’on fait abstraction de cet intense jeu de relations qui, dans la longue durée et sous la forme schématique d’un triangle dont les sommets seraient Rome, Constantinople et Carthage, structure le monde méditerranéen.

5C’est dans ce cadre que l’on peut comprendre les spécificités régionales. Elles ne tiennent pas à un « esprit » qui caractériserait chacune des composantes de l’Empire. Bien au contraire, elles s’ancrent dans les réalités socio-économiques. Elles sont la retombée directe de la puissance de chaque province. Ce n’est pas un hasard si les thermes les plus vastes et les plus élaborés, à savoir de plan symétrique ou semi-symétrique, sont érigés, de façon privilégiée, à Rome, en Afrique et en Asie Mineure. De tels contrastes sont, d’ailleurs, également internes à l’Afrique. L’organisation de ce vaste en semble n’est pas uniforme. Il possède ses centres de gravité, et ses disparités conditionnent les variations géographiques de son architecture thermale.

6Les bains des diverses provinces ne présentent pas de différences de nature. Partout, les constructeurs interviennent à partir de la même gamme de modèles. En revanche, c’est l’ampleur et l’ambition des programmes qui sont susceptibles de varier profondément et ces choix sont dictés par le rang de la province au sein de l’Empire.

7L’enquête conduite sur la période hellénistique s’insère parfaitement dans cette analyse. Kerkouane ne peut se comprendre sans Olynthe. Inversement la cité punique nous fournit le premier exemple connu de bain par immersion dans une demeure privée. L’unité balnéaire des deux bassins de la Méditerranée et la participation active de l’Afrique à cette culture commune est une réalité ancienne.

8Surtout, cette enquête permet de saisir la nature d’un nouveau type de bâtiment, le balanéion. Il semble que la pratique sportive n’était pas négligée dans cet édifice balnéaire public : il se distingue du gymnase essentiellement par le caractère de sa clientèle et par les services nouveaux qu’il lui offre. Face à un gymnase qui se raidit dans l’exaltation idéologique du bain froid, ou du moins de l’utilisation sévèrement contrôlée de la chaleur, c’est le monde de l’eau chaude. Son architecture révèle la juxtaposition de deux opérations essentielles, un bain de nettoiement par affusion et un bain de délassement par immersion. L’appréhension de ces composantes est vitale pour comprendre la suite du développement de l’architecture balnéaire.

9Ce développement s’opère en effet selon une logique qui implique la gestion d’un héritage mais aussi une rupture radicale. Les résultats récents, et encore inédits, de la fouille des bains publics de Frégelles démontrent que, dès une date haute dans le IIe siècle av. n.è., on met au point le principe du véritable hypocauste. Ce système ne concerne encore qu’un petit local, et il n’est que l’amélioration du « chauffage par en dessous » utilisé déjà antérieurement dans les bains grecs.

10Pour être progressive, la transition qu’incarne le bain public de Frégelles est cependant porteuse de changements radicaux. Auparavant, ce mode de chauffage restait ponctuel, sous forme de canaux. Désormais, il peut s’appliquer à la superficie complète d’une pièce. Les conditions de chauffage des locaux en sont d’autant plus révolutionnées que, parallèlement, s’esquisse avec précision le principe de la paroi chauffante. Désormais, il n’y a plus d’obstacle technique à l’obtention, dans une pièce, de la température souhaitée. Si la diffusion d’une telle invention ne se fera que progressivement, les principes qui vont fonder la naissance d’un nouveau type de bain sont en place.

11Le cas de Frégelles signale aussi une autre rupture, qui n’est plus seulement d’ordre technologique. Il s’agit d’une colonie latine, renvoyant donc à un modèle évident et contraignant, Rome. Cette découverte contribue, si besoin était, à faire voler en éclats le « mythe campanien ». Si les éruptions volcaniques ont transformé cette région en conservatoire de formes architecturales anciennes, ils ne prouvent en rien que celle-ci, parce qu’elle serait grecque, serait à l’avant-garde des innovations dans le domaine de l’architecture balnéaire. Frégelles manifeste que les pôles du monde méditerranéen se sont déplacés et que le polycentrisme de l’époque où les domaines helléniques étaient à l’avantgarde laisse désormais la place à un système centré sur Rome. Faut-il aussi rappeler que, de toute façon, la Campanie qui donne naissance aux thermes d’Herculanum et de Pompéi n’est plus la vieille Campanie grecque : elle est devenue, depuis bien des siècles, une des composantes essentielles du système romain.

12On assiste ainsi à la naissance d’un nouveau type d’édifice, que l’on peut dire fondamentalement romain, au sens chronologique du terme mais aussi, et surtout, quant au lieu où sont élaborés les principes fondamentaux de son organisation et quant à ce qui sera sa zone de diffusion, laquelle coïncide avec l’Empire. Ce nouvel édifice est conçu en fonction du modèle démocratique du balanéion dont il développe toutes les capacités. Un trait caractéristique sont les dimensions énormes que peuvent prendre de telles réalisations. En particulier, elles offrent aux adeptes des exercices physiques des installations dignes d’un gymnase, ou du moins de ce qu’étaient devenus les gymnases de l’époque hellénistique, centrés de plus en plus sur leur palestre. En ce sens, les thermes romains sont les gymnases modernes. Ceux, traditionnels, qui subsistent, ne sont plus que des clubs aristocratiques.

13Il faut se méfier de Vitruve lorsqu’il affime que les palestres ne sont pas en usage en Italie. Cela est évidemment faux si l’on prend en considération ce que nous connaissons des réalités de la Campanie romaine. Cela l’est aussi si l’on observe que, dans le reste du monde romain occidental, on commence à identifier de nombreux lieux d’exercices, dont l’expression architecturale est souvent fort élaborée et que les inscriptions appellent campus. L’affirmation de Vitruve est aussi clairement fausse dans la mesure où il ne prend nullement en compte les palestres associées aux bâtiments balnéaires. Il est extrêmement significatif que le chapitre qu’il consacre à ce type d’édifices ne fasse nulle mention de l’espace sportif qui flanque systématiquement le bloc balnéaire. Le plus vaste gymnase moderne du monde provincial est, en fait, à rechercher dans les thermes de Carthage, avec son emboîtement d’espaces destinés aux activités physiques : les grandes salles d’exercices couvertes et les palestres incorporées dans le bloc balnéaire, l’esplanade qui enserre ce dernier et qui, avec ses portiques et les annexes qui s’ouvrent sous ces derniers, constitue elle-même une vaste palestre. Le vide central des constructions antérieures abrite désormais un édifice essentiel. Les rapports volumétriques sont bouleversés, le creux devient un plein. Le fonctionnement de l’ensemble reste cependant caractérisé par la place faite aux activités sportives. L’aspect moderne de cet immense gymnase, tout comme celui des grands thermes de Rome, réside dans le fait que ces dernières sont désormais associées à une pratique balnéaire raffinée. En tant qu’historien, nous n’avons pas à adopter le point de vue d’un Sénèque ou d’un Tacite et à considérer qu’il y a là dégénérescence. Bien au contraire, on peut y lire progrès et démocratisation : ce sont les gymnases du populus.

14Le dossier des thermes africains permet de poser sur des bases fermes un certain nombre de questions décisives pour la compréhension de cette nouvelle architecture balnéaire. Le problème central porte sur la façon dont il faut lire le secteur chauffé. L’étude des bâtiments africains confirme pleinement l’analyse proposée par D. Krencker, et précisée par A. Lézine dans une étude brève, mais de grande portée, qui achève de donner une parfaite cohérence à des monuments d’interprétation difficile. La validité de cette grille de lecture est niée par un certain nombre d’études récentes. En fait, si on se donne la peine d’examiner patiemment les réalités du terrain, on constate que chaque salle chauffée est dotée de particularités qui l’affectent à une étape précise du processus balnéaire. Occulter cette spécificité, c’est se condamner à présenter une analyse floue des bâtiments thermaux.

15Inversement, l’approche d’A. Lézine permet de reconnaître clairement un bain de propreté composé, dans les édifices les plus développés, de deux locaux dont une étuve sèche. Ainsi préparé, le client peut jouir d’un bain de délassement par immersion. Il ne s’agit que du perfectionnement de pratiques balnéaires progressivement élaborées à l’époque hellénistique. La rationalité de ces principes, qui procurent au baigneur une chaleur croissante adaptée à chacune des opérations successives auxquelles il se livre, est encore accrue par la nature de l’itinéraire offert. Les thermes du Maghreb proposent, avec une fréquence remarquable, un parcours continu qui évite à l’utilisateur de devoir revenir sur ses pas. Souvent aussi, grâce à des jeux de baies, ils lui permettent de varier son itinéraire. Ces solutions assurent ainsi la coexistence harmonieuse de plusieurs manières de se baigner. Cette richesse des circulations est une marque, parmi d’autres, du niveau de perfection atteint par l’architecture thermale africaine.

16Cette analyse permet de comprendre la façon dont les architectes inventent un nouvel édifice. En ce qui concerne le secteur chauffé, point essentiel du monument, tout repose sur la façon dont ils repensent l’articulation des bains de propreté et de délassement. Désormais, ceux-ci ne sont plus juxtaposés mais fusionnés dans un itinéraire unique où les actes successifs du baigneur s’enchaînent dans une logique unitaire dont chaque étape trouve son siège dans un local qui est précisément destiné à en permettre l’accomplissement.

17Dans la cité, les thermes sont un lieu à part, de multiples manières. Il n’est pas un bâtiment qui soit fréquenté aussi régulièrement par autant de monde et dans des buts aussi divers. Parmi les grandes masses architecturales du paysage urbain, il n’en est pas une qui présente une composition volumétrique aussi complexe tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Il n’est aussi aucun édifice qui repose autant sur des installations techniques sophistiquées qu’exige son fonctionnement. Pour comprendre toute la signification de ces bâtiments, il faut s’attacher aux réalisations les plus prestigieuses. Il existe en Afrique nombre de thermes qui ne trouvent d’équivalents qu’en quelques lieux privilégiés de l’Empire. Seules ces provinces et l’Asie offrent généreusement une façon de se baigner digne de Rome, more urbico comme le proclament des inscriptions que l’on trouve jusque dans les campagnes. En ces lieux extraordinaires, l’organisation des bâtiments ne se contentent pas de reproduire la nature, ils la réorganisent en fonction d’un programme qui manifeste la puissance régulatrice de l’Empire, qui manifeste aussi un idéal classique unissant le corps et l’esprit dans un équilibre emprunt de rationalité.

18Les grands thermes africains s’enracinent ainsi dans tout un contexte d’idéaux politiques et de réalités économiques qui font partie de la définition même de l’Afrique romaine. Produit parfait et miroir sans défaut d’une société, ils sont intimement liés à elle et leur destin dépend de ses vicissitudes. Quand change la nature des rapports sociaux, quand évolue profondément l’organisation de l’activité économique, le contenu et les modalités des pratiques balnéaires se modifient parallèlement de façon radicale. Apulée célèbre les personnes balnearum vaporosis fontibus curatus (Mét., V, 15). Augustin, toujours empressé de rompre avec le passé, du moins sur certains points, affirme qu’il est sorti des bains exactement comme il y était entré (Conf., IX, XII, 32). Ils ne sont certainement pas nombreux, à son époque, à penser comme lui. Pourtant, dans une région qui reste un des pôles essentiels du monde méditerranéen, des ruptures se préparent. Déjà, l’aristocrate représenté en chasseur héroïquement nu, tel un nouveau Méléagre, cède la place au dominus figuré en chasseur costumé. Les thermes résistent longtemps aux mutations inhérentes à l’Antiquité tardive. Ils sont cependant condamnés par la disparition de la société qui les a engendrés. Nés dans l’Empire, ils ne peuvent lui survivre longtemps. La ruine des grands thermes signe l’entrée du Maghreb dans le Moyen Âge, monde des hammams.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540