Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Cinquième partie. Histoire et fonctions des bâtiments thermaux

Chapitre III. Inscriptions latines africaines concernant les thermes

Texte intégral

1Ce catalogue ne saurait être un tableau complètement exhaustif des inscriptions africaines ayant un rapport avec les thermes. Il en rassemble cependant un grand nombre. Nous avons retenu celles qui parlent de thermes, qui y ont été découvertes en place ou encore qui y ont été trouvées et devraient en provenir. Nous avons cependant effectué une sélection sévère. Par exemple, Y. Le Bohec (IIIe Légion, p. 398, note 286) considère que l’inscription BAC 1919, p. 98, trouvée dans les grands thermes de Cuicul, implique une intervention du légat C. Iulius Lepidus Tertullus. En fait, cette dédicace impériale ne mentionne pas le monument et, surtout, le bloc sur lequel elle est gravée a été retaillé en auge. L’emplacement primitif de cette inscription est donc inconnu, et nous ne l’avons pas intégrée dans ce corpus.

2La présentation est semblable à celle adoptée pour le catalogue des bâtiments balnéaires. Les textes sont ventilés en fonction de l’actuel découpage politique du Maghreb. Au sein de ces pays, ils sont regroupés en fonction de leur lieu d’origine : les sites sont classés par ordre alphabétique, sous leur nom antique lorsque celui-ci est connu. Le lieu de découverte est précisé uniquement lorsque l’inscription a été trouvée en place, ou du moins dans une construction à laquelle elle se rattache avec plus ou moins de certitude.

3La transcription des inscriptions est effectuée essentiellement en fonction des normes adoptées par les actuels rédacteurs de l’Année épigraphique. Le renvoi à D. Kienast concerne l’ouvrage mentionné ci-dessous, dans les « abréviations utilisées ».

4Ce catalogue ne constitue pas une nouvelle édition des inscriptions : c’eût été un travail tout à fait spécifique qui eût nécessité un examen direct des monuments. Dans la plupart des cas, nous nous sommes donc contenté de reproduire les publications antérieures, en choisissant éventuellement entre les diverses solutions proposées celles qui nous semblaient les meilleures, ou en introduisant des variantes mineures. Lorsque ces choix ont quelque importance, ou lorsque nous pensons pouvoir émettre une opinion différente, nous le précisons dans le commentaire. Ce dernier se prolonge dans les chapitres précédents où nombre de ces textes sont utilisés et analysés.

TUNISIE

5ABBIR MAIUS (Henchir el Khandaq). Proconsulaire. AAT, f. 37, Zaghouan, n° 130.

1) AÉ, 1975, 873 ; Beschaouch, CRAI 1975, p. 101111 ; Lepelley, Cités, II, p. 54-55, n. 4.

6Saluis ddd(ominis) nnn(ostris) Valentiniano, Valente, Gratiano perpetuis Auggg(ustis), proconsul[a]tu Petroni(i) Claudi(i) c(larissimi) u(iri) et Mari(i) Victoriani l[e]gati Kartaginis c(larissimi) u(iri), / oceanum a fundamentis coeptum et soliarem ruina conlapsum, ad perfectionem cultumque perductos ingressus nouos, signis adpositis, decorauit / Flauianus Leontius alme Kart(aginis) principalis, curator rei p(ublicae), ordinis splendidissimi conlatione, cum amore populi incoau[i]t, perfecit, dedicauit.

7Datation : 368-370, date du proconsulat de Petronius Claudius, sous le règne de Valentinien Ier, Valens et Gratien.

8ABITINAE (Chouhoud el-Bâtin : cf. Beschaouch, CRAI 1976, p. 255-256). Proconsulaire. AAT, f. 17, Medjez-el-Bab, n° 79 = Henchir el-Baharine ou Chouhoud-el-Batal (contrairement à Lepelley, Cités, II, p. 56, ce dernier toponyme figure donc, et à sa juste place, dans l’AAT).

2) CIL, VIII, 25845 ; Lepelley, Cités, II, p. 57, n. 8.

9– – – Valente, Gr]atiano et Valentin[iano – – – / – – – Augu]stis thermis aestiuis [– – – / – – –] orna[t]us constitu[erunt ? – – – / – – – Hila]rianus Hesperius u(ir) c(larissimus) proco[(n)s(ul) – – – / – – – cu]ratore r(ei) p(ublicae) et Minucio M[– – –

10Cette inscription a été trouvée hors de tout contexte précis, brisée en plusieurs fragments (Bouyac, CRAcadHipp. 1892, p. XXXVIII). L. 3 : C. Lepelley restitue... ornatus constitu[i i]u[ssit ?... et suppose que ces travaux ont été accomplis sur l’ordre du proconsul.

11Datation : 376-377, date du proconsulat de Decimius Hilarianus Hesperius (PLRE, I, p. 428).

12ACHOLLA (Botria). Byzacène, sur la côte, entre Chebba et Sfax.

3) , 1948, 116 ; Picard, BAC 1946-1949, p. 302303 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 17, n° 27.

13Populus Achollitanus / ex pollicitacione / A. Ter[entii ?] Felicis.

14Fragments d’un bloc de marbre trouvés dans la grande piscine septentrionale du frigidarium des thermes Nord (« thermes de Trajan »). Inscription dans un cartouche à queues d’aronde.

15Datation : inconnue. Malgré Jouffroy, Construction publique, p. 227, rien ne prouve que cette inscription commémore l’érection des thermes.

4) Picard, BAC 1946-1949, p. 303-304.

16– – –] Optimi [– – – / – – – X ?]III [– – – / – – – ]inopi[– – –

17Fragment d’une plaque de marbre trouvé dans la piscine Sud du frigidarium des thermes Nord (« thermes de Trajan »).

18Datation : 116-117. L’inscription ne paraît pouvoir se rapporter qu’à Trajan, proclamé Optimus en 114. À la ligne 2, nous avons sans doute le nombre des salutations impériales, incomplet sur l’inscription : Trajan est imp. XIII en 116 (mais on pourrait avoir V]III : l’inscription daterait alors de 114-115). G. Picard a d’abord considéré que ce texte représentait la dédicace des thermes. Mais ceux-ci pourraient être un peu plus tardifs (Id., Ant. afric. 1968, p. 146-149 et RA 1980, p. 350).

19AMMAEDARA (Haïdra). Proconsulaire. AAT, II, f. Tébessa, n° 5.

5) , 1992, 1767 ; Benzina Ben Abdallah, BAC 1987-1989, p. 135-140.

20Nepotia[no et Facund]o coss[ulibus], / P. Rutilius Vr( ?)[banus ? – – flam(en)] / perp(etuus), curator[r(ei) p(ublicae), / absidam a solo [in ther]mis / hiemalibus sua pecunia addidit.

21Inscription gravée sur une clé d’arc en grand appareil trouvée dans un édifice thermal. Datation : 336, année du consulat de Virius Nepotianus et Tettius Facundus.

22AQUAE CALIDAE (Hammam Siala). Proconsulaire. AAT, f. 28, Oued Zerga.

6) CIL, VIII, 14457.

23In his praed[iis suis – – pro salute Imp(eratoris) Caes(aris)] / L. Septim(ii) Seueri [Pii Pertinacis Aug (usti) Arabici Adiabenici] / Parthici Maximi et [M. Aureli(i) Seueri Antonini Pii Aug(usti) et P. Septim(ii)] / Seueri Getae Caes(aris) et Iuliae Domnae [Aug(ustae) matris Aug(usti) et Caes(aris) et castrorum, thermas] / uetustate conlapsas [restituit idemq (ue) / dedicauit].

24Nous reproduisons le CIL. Il n’est pas certain qu’il s’agisse de thermes, mais cette hypothèse est renforcée par la localisation de l’édifice sur un domaine.

25Datation : 198-209. Septime Sévère est Parthicus Maximus en 198. Géta, qui n’est ici que César, titre qu’il reçoit sans doute en 197, est Augustus en 209.

26AUBUZZA (Henchir Djezza). Proconsulaire. À 25 km au S.-S.-E. de Sicca.

7) CIL, VIII, 16368.

27Genio / Imp(eratoris) Caes(aris) Anto/nini Hadriani / Aug(usti), / L. Annaeus Hermes, flam(en) et trib(unus) [p]ar(tis) ? gentis A[– / –], paganicu[m] et portic(um) / et caldar(ium) et chorte(m) cum om/ nibus ornamentis a solo ? / s(ua) p(ecunia) fec(it) id (em)q(ue) ded(icauit), curatore Seuero Sil/uan %o&, Vindicis (filio), flam(ine) p(er)p(etuo).

28L’inscription est commentée par R. Rebuffat, Vocabulaire, p. 2, 14 et 33-34 : L. Annaeus Hermes construit, outre un caldarium, un jeu de balle, un portique et une cour.

29Datation : sous Antonin le Pieux (138-161).

30AVITTA BIBBA (Henchir Bou Ftis). Proconsulaire.

31AAT, f. 36, Bou Arada, n° 51.

8) CIL, VIII, 808.

32– – –] ? [– – – / – – –] et thermis [– – –

33L. 1 : entre les deux lacunes, le CIL procure une lecture qu’il considère comme douteuse : ] DIVNXII [

34Datation : inconnue.

9) CIL, VIII, 12274 (= 803).

35[Pro salute Im]p(eratoris) Caes(aris) L. Septimi(i) Seu[eri Pii Pertinacis Aug(usti)] Arabici Ad[iabenici / Parthici Max(imi), pontificis] maximi, trib(unicia) pot(estate) XII, im[p(eratoris) XI, cos(ulis) III, pat (ris) p(atriae) et Imp(eratoris) Caes(aris) M. Au]rel[ii] An[tonini Aug(usti) / et P. Septimi(i) Getae], nobilissimi Ca[esaris – – – / – – – / –] Imperatorum [–– Aui]tta thermas s(ua) p(ecunia) f(ecit).

36Construction des thermes d’Avitta aux frais d’un particulier. Datation : 202-204. Septime Sévère est cos III en 202 et imp. XII en janvier 205.

37BELALIS MAIOR (Henchir El-Faouar). Proconsulaire. AAT, f. 20, Béja, n° 131. 10) AÉ, 1978, 864 ; Mahjoubi, Henchir El-Faouar, p. 207-209 ; Lepelley, Cités, II, p. 80, n. 11.

38Beatissim[o saeculo inuictorum principum Fl (auii) Valeri(i) Constantini Maximi Victoris semper Aug(usti) et Constantini iun(ioris) et Constanti(i) ? glori]/osissimor[um Caes(arum ) – – –] / parua solum [– – –] / quo cl(a)usa ? clu[aca ? – – – pro/ con]sul(atu) M. Cae<i >on[i(i) Iuliani c(larissimi) u(iri) ? – – – / –] a uetusta[te conlaps ? – – – / – – –

39L’inscription a été trouvée dans le vestibule des thermes du forum. Elle est gravée sur un linteau dont A. Mahjoubi suppose qu’il surmontait l’entrée des bains.

40L. 4 : A. Mahjoubi propose de restituer clausa (avec omission du u après a) et cluaca pour cloaca (avec u pour o, ce type de substitution étant attesté sur d’autres inscriptions africaines). Il comprend alors que, entre autres travaux, on aurait réparé la conduite qui évacue les eaux du grand bassin du frigidarium. Une telle interprétation nous semble très difficile à admettre : si l’on célèbre souvent des adductions d’eau, nous ne connaissons pas une seule autre inscription commémorant des travaux concernant des égouts.

41Datation : très probablement 326-333. Les noms et titulatures impériaux sont restitués d’après une autre inscription de Belalis Maior, à savoir CIL, VIII, 14436, concernant une reconstruction de la curie sous le proconsulat de M. Caeionius Iulianus. Tout repose donc sur la restitution, à la ligne 5, du nom de ce même proconsul : la lecture proposée par A. Mahjoubi paraît convaincante et entraîne l’identification d’une dédicace à Constantin et aux Césars Constantin II et Constance II, avant que Constant ne devienne lui-même César en décembre 333.

42BISICA LUCANA (Henchir Bijga). Proconsulaire. AAT, f. 36, Bou Arada, n° 95.

11) CIL, VIII, 23380.

43– – –]res quidem facere ausi sunt, sollerti indus-tria nullo dispendio ciuium constituit totiusque / [– – –] quodque quorum usus per infinita tempora defuit sua instantia elimauit, adque ad conditoris statuam / [– – cel]eberrimis instituit, luuium quoque cuius incursu ciuitas uexabatur auertit et plat[e]ae splendorem securitate muniuit, thermas quoque / – – – d]ecuriones sportulis munerauit, ciuesque et populos uniuersos non solum propriae urbis uerum etiam uicinarum epulis quam largissime ministrauit.

44P. Gauckler (BAC 1894, p. 249-250) propose, à la ligne 2, de corriger quorum en aquarum, et pense au curage d’un aqueduc ou d’un château d’eau.

45Datation : inconnue.

46BULLA REGIA (Hammam Darradji). Proconsulaire. AAT, f. 26, Fernana, n° 137.

12) ILAfr, 454 ; , 1921, 45 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 347-351, n° 1.

47[Iul]iae Me[m]mia[e / – ]cae Ruf( ?)[ilianae ?] Aemi/[liana]e Fidia[nae] claris/[simae et sanctis]s[imae ? f]eminae / [C. Memmii I]ul(ii) Albi(i) c[o]nsularis / [uiri patr]oni et alumni fil(iae) ob / [praecip]uam operis sui thermarum / [magnifi]centiam qua et patriam / [suam e]xornauit et saluti ciuium / [sumptu magnif ?]ico consulere / [– dignata ?] est / [– –] bene et pius / [– – – pa]tronae et / [alumnae ? – – –

48L. 2 : sur la proposition de restitution du nom Rufiliana, cf. Broise, Thébert, p. 349-350.

49L. 4 : les ILAfr proposent clarissimae et nobilissimae feminae. Sur la nécessité de repousser nobilissima pour sanctissima ou un autre superlatif, cf. H. G. Pflaum, Titulatures et rang social sous le Haut-Empire, dans Recherches sur les structures sociales dans l’antiquité classique (Caen, 1969), Paris, 1970, p. 164.

50L. 8 : [magnifi ou munifi]centiam : cf. R. Cagnat, CRAI, 1920, p. 325-329.

51L. 12, dernier mot : les ILAfr donnent EIVS. L’examen de la pierre nous paraît imposer PIVS (Broise, Thébert, p. 347, note 1).

52L. 14 : sur la proposition de restitution du titre patrona et alumna, cf. M. Corbier, Usages publics du vocabulaire de la parenté : patronus et alumnus de la cité dans l’Afrique romaine, dans Africa romana, VII, 829. Base de statue trouvée dans les thermes de Iulia

53Memmia.

54Datation : 220-240. Le père de Iulia Memmia, C. Memmius Fidus, fut consul en 191-192. Puisqu’il porte le titre de consularis, l’inscription est donc postérieure. Bien plus, il était décédé au moment de la dédicace des thermes (Broise, Thébert, inscriptions nos 2 et 3, p. 350-352, et ici n° 13). La date de son consulat ne fournit donc qu’un terminus post quem, d’autant plus qu’il fut gouverneur de province après son consulat. Il faut, par conséquent, s’appuyer sur les données archéologiques afin de cerner la fourchette chronologique.

13) ILAfr, 453 ; , 1916, 76 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 351, n° 3.

55C. Memmio, C. fil(io), Quir(ina tribu), / Fido Iulio Albio c(larissimae) m(emoriae) u(iro) / [– – –

56Partie supérieure d’une base de statue trouvée dans les thermes de Iulia Memmia. Elle fut débitée et sans doute remployée sur place lors des phases ultimes de l’occupation des bains.

14) Ruines de Bulla Regia, p. 77 et p. 79, fig. 74.

57Venantiorum Baiae

58Petits thermes dont le rebord de la piscine du frigidarium est souligné par une frise mosaïquée de poissons et de canards encadrant l’inscription insérée dans un cartouche à queues d’aronde.

59Datation : inconnue, mais l’installation balnéaire semble tardive.

60CARPIS (Mraïssa). Proconsulaire. AAT, f. 23, La Goulette, n° 15.

15) CIL, VIII, 24106 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 203, n° 520.

61D. Laelius D. f(ilius) / Balbus, q(uaestor) pro / pr (aetore), assa, destrictar(ium) / solariumque / faciundu(m) coerau(it).

62Datation : A. Merlin (BAC, 1908, p. CLXVCLXVI ; CRAI, 1908, p. 121-122) propose d’assimiler le personnage au D. Laelius qui est à la tête de la province d’Afrique en 44-43 av. n.è. La paléographie confirmerait une datation vers le milieu du ier siècle av. n.è. A. Lézine (Architecture romaine, p. 12, note 20) a mis en doute une date aussi haute, sans préciser sa pensée. On notera cependant, comme le souligne A. Merlin, la forme archaïque coerauit et le mot destrictarium. Ce dernier n’est attesté qu’une seule autre fois, à Pompéi, dans les thermes de Stabies, par une inscription attribuée aux années 80-50 av. n.è.

63EL AOUJA. Proconsulaire. AAT, f. 37, Zaghouane, sur la voie ferrée entre les stations de Smindja et Pont du Fahs.

16) Lapeyre, BAC 1934-1935, p. 322-323.

64Omines [int]/rent et can/es detraent, / ego Esizosus / fabricabi et pe/[r]feci, qui me que/[r]et credit op (us) l/[e]ue, inbenit.

65Inscription sur mosaïque. La pièce mesure environ 2,45 × 2,10 m, et le texte occupe 1,20 × 1,32 m. À proximité immédiate se trouve un hypocauste : selon toute probabilité, il s’agit de bains privés, ce que confirme le texte.

66Omines pour homines, detraent pour detrahant, Esizosus pour Exitiosus, queret pour quaeret, credit pour credat, inbenit pour inuenit.

67Datation : inconnue.

68EL HAOURIA. AAT, f. 41, Djebel Fkirine, n° 38.

17) CIL, VIII, 23131 ; Merlin, CRAI 1907, p. 801-803.

69Inuide liuide titula ta/nta quem adseueraba/s fieri non posse, perfecte / sunt dd(ominis) nn(o)ss(tris), mi/nima ne contemnas.

70L.1 : titula sans doute pour titulum, l’inscription dédicatoire et donc la construction (Merlin). On peut comprendre Inuide liuide (uide) titulum tantum...

71L.4 : dd(ominis) nn(ostris) s(aluis ?) (CIL).

72Le contexte archéologique est très incomplètement connu (L. Poinssot, Mosaïques d’El-Haouria, dans Premier congrès de la Fédération des sociétés savantes de l’Afrique du Nord, Alger, 10-11 juin 1935, Alger, 1935, p. 183-206). Il s’agit très probablement de bains (une des salles possédait un hypocauste) dépendant d’une villa. On en connaît surtout le secteur froid. Les pièces, en enfilade, sont ornées de mosaïques. Le pavement de la deuxième représente Athéna et Poséidon attendant le résultat du jugement concernant leur dispute à propos de la possession de l’Attique, celui de la troisième porte une grande tête d’Océan et les génies des saisons associés à des hippocampes. L’inscription, lisible à partir de la deuxième salle, orne le seuil unissant ces deux pièces (Inv. mos., II, n° 319).

73Datation : première moitié du ive siècle ? (Poinssot, p. 204, pour des raisons stylistiques et paléographiques ; cf. aussi Dunbabin, Mosaics, p. 261).

74ES SEDRIA. Byzacène. AAT, f. 51 ; Djemmal, à 2,6 km au N.-E. du n° 9-11.

18) ILTn, 147 ; AÉ, 1950, 141 ; R. Mouterde, Mélanges de l’Université Saint Joseph, Faculté orientale de Beyrouth, 27, 1947-1948, p. 357-358.

75Cucias Siuarimue {s} / siluim, leuor, / si laudas labas, si ui/tuperas sudas, in/tra fruer Vaias / quas perfici dene/gauas.

76L’inscription provient de thermes privés dépendant d’une maison. On en connaît le frigidarium (env. 8 × 4,30 m) équipé d’une piscine communiquant avec une salle dont le seuil mosaïqué portait ce texte (Poinssot, BAC 1928-1929, p. 41-45). Ce dernier n’est connu que par deux copies imparfaites (Poinssot, ibid. ; Contencin, BSAS 1929-1930, p. 36). Elles permettent cependant de comprendre les quatre dernières lignes qui recoupent d’autres textes (fruer = impératif de frui, archaïquement suivi de l’accusatif). En revanche, les deux premières apparaissaient incompréhensibles jusqu’à la proposition de lecture de R. Mouterde.

77L. 1 : R. Mouterde propose d’identifier les Cucias aquas, source célèbre de la Mer éthiopienne (Pline, NH, VI, 173). Les copies donnent ensuite SI VARIMVE. Le même auteur propose, à titre d’hypothèse, S %yb&arim, la source Sybaris, plutôt le fleuve du golfe de Tarente que la source du Parnasse ou des environs de Krisa.

78L.2 : SILVIM LEVOR. R. Mouterde propose de lire lu %e&m, le futur de luere, baigner, avec sens réfléchi et régime à l’accusatif. Il conçoit alors le début du texte comme un dialogue entre un baigneur et le tenancier des thermes : « Si je puis me baigner ? Dans les eaux du Cucios ou du Sybaris, je suis soulagé ». Il est plus simple de penser que c’est le constructeur des thermes qui célèbre son œuvre : « Si je peux me baigner dans les eaux..., je suis soulagé » = l’utilisation de mes bains me soulagera comme si je me plongeais dans les eaux...

79On notera les nombreux africanismes : labas pour lauas, Vaias pour Baias, denegauas pour denegabas.

80Datation : inconnue.

81FUNDUS BASSIANUS (Sidi-Abdallah). Proconsulaire. AAT, f. 6, Djebel-Achkel, à 6 km à l’Ouest du no1.

19) CIL, VIII, 25425 ; P. Gauckler, NAMS, 15, 1908, p. 399-405.

82Splendent tecta Bassiani fundi, cognomine Baiae / Inuent<a>e lucisq[ue] magis candore relucen[t]. / Disposuit facere [– –]DICATIN[–] / Oppositos m[––] / Nomine Sidon[ius ––] / Iure sub a[––].

83Mosaïque trouvée dans les bains, ou à proximité immédiate des bains d’un domaine. La salle mesure environ 5,60 × 4 m. La bordure de la mosaïque est constituée de « dauphins à la queue recourbée en volute, alternant avec des tridents et des coquillages pointus, en forme de cornet » (Gauckler, p. 401). Elle encadre une scène marine : pêcheurs sur une mer poissonneuse ; constructions sur le littoral. L’inscription, tracée dans un cadre rectangulaire dessiné par un double filet noir (1,60 x 0,80 m), couvrait le seuil. Nous avons laissé en majuscules les premières lettres des six vers pseudo-hexamètres, qui forment l’acrostiche Sidoni, très certainement le nom du propriétaire mentionné à la ligne 5.

84L. 1-2 : on peut rattacher inuentae à cognomine, l’accord se faisant, par attraction, avec Baiae (invenire cognomen : recevoir un surnom). On comprend alors que le fundus a été surnommé Baies, et brille plus que cette dernière de l’éclat de la lumière (P. Monceaux, RA 1906, p. 466, ou ILTn, 1184 : inuente pour inuento). On peut aussi comprendre inuentae lucis pour nouae lucis (CIL).

85Datation : ive siècle ? (Gauckler, d’après le style de la mosaïque et la forme des lettres) ; extrême fin ive siècle ou ve siècle ? (Dunbabin, Mosaics, p. 129, note 78).

86HENCHIR FAROHA. Byzacène. AAT, II, f. XXX, n° 251.

20) CIL, VIII, 23690.

87– – –]sis balne[um ex]struxit

88Les lettres mesurent 9 cm de hauteur (Toussaint, BAC 1899, p. 217, n° 85) : il s’agit probablement d’un monument public.

89Datation : inconnue.

90HENCHIR HAOULI : RESPUBLICA... SINSENSIUM. Proconsulaire. AAT, II, f. Jama, à 500 m au Sud du n° 137. Ce point correspond au lieu de la découverte de l’inscription, mais il est possible que celle-ci n’ait pas été trouvée in situ.

21) ILTn, 622 ; , 1934, 133 ; Lepelley, Cités, II, p. 253, n. 1 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 111, n° 289.

91Saeculo felic[issimo – – –] / dd(ominorum) nn (ostrorum) Fl(auii) Constanti et Fl(auii) Con[stantis – – –], / administrantibus etiam / Fl(auio) Dardanio amp(lissimo) proc(onsule) c(larissimo) u(iro), et l{a}egatis [– – – / p]ulcerrimum factum cum porticus [– – – / –]turpia foedabantur ad statum [– – – / pisc]inalis ad restaurationem d[– – – / –]s colitumque nitent soliar[em cellam – – / –] oleum a fundamentis perc[– – / –] proneum aquiducti a fu[ndamentis – – – / –]ium solium uero inst[aurauit ? – – / –]t C. Aurelius Stat[ianus – – – / –] cur(ator) r(ei) p(ublicae) una cum omn[ibus decurionibus ? – – – /–– ]sinsensium perfecit et [dedicauit].

92Cette inscription est analysée par A. Merlin et L. Poinssot (MémSNAF, 78, 1934, p. 1-11). Les auteurs pensent que la totalité du texte concerne la restauration de thermes dont les constructions [per rudera] turpia foedabantur ont été ramenées ad statum [meliorem] ou [pristinum]. L.8 : colitum pour cultum. L. 9 : oleum, l’huile : mention d’un local [ad conseruandum] oleum ? L. 10 : proneum = pronaum, porche ? L. 13 : cum omn[ibus decurionibus et uniuerso populo] ? Les autres propositions de restitution ont été intégrées dans le texte.

93Datation : 340-350, durant le proconsulat de Flavius Dardanius, sous le règne de Constant et Constance II.

94KARTHAGO (Carthage). Proconsulaire. AAT, f. 15, La Marsa, n° 1.

22) CIL, VIII, 12513 ; ILTn, 890 ; Cagnat, RA 1887, p. 170-179.

95[Ex] permissu [– –] Optimi Maximique principis Imp(eratoris) Caes(aris) / T. Aelii Hadria[ni Antonini A]ug(usti) Pii [Britt(anici) ? Ge]rmanici Dacici, [po]nt(ificis) / maximi, cos(ulis) IIII, t[ribunicia]e potesta[tis – ]I, p(atris) p(atriae), pro[consulis –] / et M. Aelii [Aurelii Veri Cae]s(aris) ceterum[q]ue liberorum [eius – / – aquam magno u ?]sui futuram thermis [– / – – cir]cuitum marm[oribus – – / ––]it pra[eterea ? – – / lignes perdues en nombre inconnu / – –]s et orn[amentis –– / –]bus colonia Con[cordia Iulia Karthago – / –] beneficiis eiusau[cta – – / –]us Val[.].

96L. 1 : dans la lacune, [domini nostri] (Cagnat) ou [et uoluntate ?] (CIL).

97L. 3 : potesta[tis –]I ou potesta[tis –, imp. I]I.

98L. 5 : la restitution d’aquam découle de l’hypothèse selon laquelle le mot futuram ferait allusion à l’achèvement prochain de l’aqueduc de Zaghouan.

99Dernière ligne : le CIL propose de restituer un –]us Val[–, curator rei publicae, qui serait le dédicant. L’existence d’une curatelle à cette date paraît peu vraisemblable : cf. la répartition chronologique des curateurs de cités africaines dans Jacques, Liberté, p. 222 sq.

100L’inscription est gravée sur une plaque de marbre brisée en plusieurs fragments dont la plu-part sont perdus. Elle a été trouvée dans les thermes d’Antonin : selon toute probabilité, il s’agit de la dédicace de l’édifice.

101Datation : 145 (157 ?)-161, sous le règne d’Antonin. Cette inscription est habituellement datée de 145 (par exemple Picard, BAC 1946-1949, p. 219221 ; Lézine, Carthage. Utique, p. 71 ; Jouffroy, Construction publique, p. 227). En réalité, l’année 145 n’est qu’un terminus ante quem non car elle correspond au quatrième et dernier consulat de l’Empereur. En revanche, tous les titres qui lui sont attribués étant antérieurs à cette date, ou de datation inconnue, et dans l’ignorance où nous sommes de la numérotation de ses autres fonctions, rien ne permet d’exclure une date postérieure. On notera d’ailleurs qu’une dédicace du bâtiment vers la fin du règne expliquerait que la mise en place de sa décoration ne soit célébrée qu’en 162, l’année suivant la mort d’Antonin (cf. ci-dessous, n° 23). Cette hypothèse est renforcée par les noms Germanicus et Dacicus qui, d’après D. Kienast, sont pris en 157.

23) AÉ, 1949, 27.

102Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M. A[urelii Antonini Aug(usti), pont(ificis) max(imi), trib(unicia) potest(ate) XVI, cos(ulis) III et Imp(eratoris) Caes(aris) L. Aureli(i) Veri Aug(usti), trib(unicia)] potest(ate) II, cos(ulis) II, / Diui Antonini filiorum, D[iui Hadriani nep(otum), Diui Traiani Parthici pronep(otum), Diui Neru]ae a[bnep(otum) totius]que domus eorum, / col(onia) Con(cordia) Iul(ia) Karthag[o – – A]ugus[t – –] numidic(is) donauit, / Q. Vocon[ius Saxa Fidus, u(ir) c(larissimus), procos(ul) prou(inciae) Africae, dedicauit – –]o.

103Inscription gravée sur les deux faces d’un bloc d’entablement provenant des grands thermes d’Antonin. L. 3 : G. Picard (BAC 1946-1949, p. 219-221) restitue et columnis ?] numidic(is), pensant à la mise en place des colonnes des palestres. Il ne s’agit, sans doute, que de la décoration du bâtiment.

104Datation : 162, sous le règne de Marc Aurèle et L. Vérus.

24) , 1949, 28 ; Picard, BAC 1946-1949, p. 221222 ; Lepelley, Cités, II, p. 16, n. 20.

105[Ddd]ominis) nnn(ostris) Valentiniano, [Te]odosio et Arcadio, / [Iun]iorinus Polemius u(ir) c(larissimus) proconsule prouinc[iae / Africae – – –]e dignissimo decora[– –] / almae Karthagi[nis – – –

106Grands thermes d’Antonin. Ce texte est gravé sur le même bloc d’entablement que l’inscription précédente n° 23, en dessous de cette dernière. Toujours comme la précédente, elle court sur les deux faces.

107Datation : entre 388 et 392, dates entre lesquelles il faut placer le proconsulat de Felix Iuniorinus Polemius (Picard : plutôt en 389 ?), sous le règne de Valentinien II, Théodose et Arcadius.

25) CIL, VIII, 24582 ; Lepelley, Cités, II, p. 14, n. 12.

108s[– – –] / ther[m– – –] / exquisitis a solo [– – –] / decoro cult[u dedicante / A]cone Catullino, c(larissimo) u(iro) [– – –

109La restitution du mot thermae est très probable, ce fragment de plaque de marbre ayant été trouvé dans une salle chauffée balnéaire (Delattre, BAC 1908, p. CCII). Les publications ne précisent pas si les fragments conservés correspondent bien au début des lignes.

110Datation : avril 317-août 318, période durant laquelle Aco Catullinus est proconsul d’Afrique. Cette datation renforce l’hypothèse de l’attribution à la même inscription de CIL, VIII, 24560 qui comporte une dédicace à Crispus, Constantin et, sans doute, Licinius, Césars depuis mars 317.

26) ILTn, 1093 ; Lepelley, Cités, II, p. 15, n. 14.

111– – – Fl(auius) Dar ?]danius thermis procon[sul – – –

112Nous suivons C. Lepelley qui, à la suite d’ILTn, 622, propose d’attribuer ces travaux de construction ou de restauration de thermes au proconsulat de Flavius Dardanius. Ce fragment d’inscription a été trouvé hors contexte, sur la colline de Byrsa.

113Datation : 340-350, période durant laquelle il faut placer ce proconsulat, sous le règne de Constant et Constance II.

27) CIL, VIII, 13473 ; Monceaux, RA 1906, p. 273-274, n° 174.

114Attalus ha[ec f]eci [rebus sple]ndore paratis, / quas fudi ga[udens igni]s ui tecta dicare / Vulcano qui [– –]us haec linqu[ere – / – –]m canente s[enecta] / natis cu[– –]s olim [– –] / mortal[– –]ui cogar[– –

115Dédicace métrique gravée sur une plaque de marbre blanc dont on a retrouvé treize fragments dans les ruines de Damous-el-Karita (Delattre, MEFR 1892, p. 271). Nous suivons P. Monceaux qui souligne que les restitutions sont très incertaines. Le texte doit se rapporter à des thermes, comme le suggère la mention de Vulcain (cf. n° 66 ou les poèmes de Felix, Riese 210 et 212).

116Datation : époque vandale. Attalus est inconnu.

117MEMBRESSA (Mejez el Bab). Proconsulaire. AAT., f. 27, Medjez-el-Bab, n° 19.

28) CIL, VIII, 1295.

118[Pr]o salute Imp(eratoris) Caes(aris) M. Anton[ii Gordiani Aug(usti) ? – – – / –t]hermarum certatim singulo[– – – / –]itnae apodyterium et seru[– – – / ex]struxit marmoribus columni[s – – – / ob qua]rum rerum dedicationem [– – –

119Datation : le CIL propose, pour le nom de l’Empereur, la restitution M. Anton[ini]. Tous les M. Antoninus (Marc Aurèle, Caracalla, Élagabal) sont, en fait des M. Aurelius Antoninus : l’inversion serait surprenante. Nous pensons donc aux Gordiens, et, étant donné l’extrême brièveté du règne des deux premiers (238), à Gordien III, Imp. Caes. M. Antonius Gordianus Aug. (238-244).

29) CIL, VIII, 1304.

120– – – th]ermarum [– – –

121Le CIL donne deux lignes fragmentaires réparties sur deux fragments distincts. Hors la mention de thermae, le reste du texte ne nous paraît pas susceptible d’une interprétation satisfaisante.

122Datation : inconnue.

30) CIL, VIII, 25836 ; Lepelley, Cités, II, p. 141, n. 2.

123Victoriis Au[gustis] / Imp(eratoris) Caes(aris) M. Claudi(i) Taciti Pii Felicis Aug(usti), pont(ificis) max(imi) [– – –], / Q. Numisius Primus aedilic(ius) du<u>muiralic(ius) [– – – statuam quam ? statuas quas ?] / ex HS(estercium XVI mil(ibus) n(ummum) facere promiserat, mul[tiplicata pecunia, – – – cum] / Numisiis Praetextato et Primo fili(i)s et Nonia [– – –] / et certamina pugilum edidit quam et [– – –

124Base de statue. P. Gauckler considère cependant le bloc comme un linteau provenant d’un monument élevé en l’honneur des victoires de Tacite (BAC 1902, p. 432-433 : 1,12 × 0,57 × 0,60 m).

125Datation : règne de Tacite (275-276).

31) CIL, VIII, 25837 ; Lepelley, Cités, II, p. 141142, n. 3.

126Saluis / dd(ominis) nn(ostris) Honorio et / Theodosio p(er)p(etuis) Augg(ustis), / administrante Q. Sen/tio Fabricio Iuliano / u(iro) c(larissimo) iterum procos(ule) u(ice) s(acra) i(udicante), / statuas et ornatum piscinales conlocauit / M. Aurelius Resti/ tutus, ex toga(to), cur(ator) / r(ei) p(ublicae) cum splendi/do ordine suo.

127L. 8 : ex togato signifie que le dédicant est ancien avocat.

128Base rectangulaire en forme d’autel (Gauckler, BAC 1894, p. 272-273). L’inscription CIL, VIII, 1297, reproduite d’après une mauvaise copie, semble identique et ne représenter qu’une deuxième version du même texte.

129Datation : 412-414, dates du proconsulat de deux ans de Q. Sentius Fabricius Iulianus, sous le règne d’Honorius et Théodose II.

130MIDIDI (Henchir Midîd). Byzacène. AAT, II, f. 36, El Ala, n° 4.

32) CIL, VIII, 11775 (= 609).

131– – –]e se[m]iple[nas ? ––] quas Papius [– – i]n priuato solo suo suis sumtibus [– – / – – –]is midi-dit[– – a]edificauit Pa[pius ––anus filius eius patriae suae [–– / – – – t]herma[– –]n lauat[– –

132Inscription en trois fragments distincts.

133L.3 : le CIL (Mommsen) suggère [lege harum t]herma[rum more urba]n(o) lauat(ur) ? Datation : inconnue.

134MOKNINE (environs). Byzacène. AAT, f. 52, Moknine, à 10 km au Sud de la ville.

33) Yacoub, Colloque AFN, II, p. 335-336.

135Quid p/abes, pal/les, fru/er Bai/as quas tu / negabas fieri.

136Pabes pour paues ; impératif fruer(e). Mosaïque « d’un établissement thermal de dimensions fort modestes » : elle pave « une grande pièce dans laquelle on doit sans doute reconnaître l’apodyterium ». Dans le médaillon central, un cocher vainqueur, monté sur son char, brandit une tablette sur laquelle est portée l’inscription.

137Datation : milieu du ve siècle, d’après « un contexte archéologique assez précis » (p. 327). Nous n’en connaissons cependant rien (p. 340 : « présence de céramique sigillée claire D »).

138MUNICIPIUM AURELIUM COMMODIANUM...

139(Henchir Bou-Cha). Proconsulaire. AAT, f. 30, Oudna, n° 76.

14034) CIL, VIII, 23964 (= 828) ; Lepelley, Cités, II, p. 77, n. 2, Rebuffat, Vocabulaire, p. 21-22. CIL, VIII, 23965 est une réplique qui ne se distingue guère que par le découpage des lignes (, 1894, 51).

141Magnilianorum / Q. Vetulenius Vrbanus Herennianus / fl(amen) p(er)p(etuus), cur(ator) r(ei) p(ublicae), apoditerium nouum / in dextera cellis exeuntibus / a solo constructum, piscinas duas / cetera restaurata adq(ue) statuis / marmoribus tabulis pictis / columnis ingressu cellaru[m] / alisq(ue) rebus ornata sumtu proprio / cum Magniliano filio suo / florentissimo adq(ue) prudentissi[mo] / adulescenti, uoto omnium ciuium / perfecit adq(ue) dedicauit et univers (a)e pleui epulu(m) per tridu(u)m dedit nec / non et ludos scenicos exibuit.

142L. 5 : CIL 828 : scalas duas, lecture de Willmanns qui avait revu l’inscription. La correction de Toussaint, reprise par CIL, VIII, 23964 (BAC 1893, p. 209-210), paraît cependant s’imposer, d’autant plus qu’elle s’appuie sur les deux versions du texte.

143Datation : inconnue. L’agglomération est sans doute érigée en municipe sous Commode (Gascou, Politique, p. 164-165), mais ni la mention de la res publica, ni celle d’un curateur (Jacques, Liberté, p. 244) ne permettent d’assurer que la civitas a déjà obtenu ce titre. Cependant, plusieurs indices font penser à une date qui ne saurait être antérieure au iiie siècle : signum au génitif en tête du texte, présence d’un curateur qui n’est que flamine et dont, de surcroît, ni la tribu, ni la filiation ne sont indiquées (Lepelley : dernier tiers du iiie siècle au plus tôt).

144MUSTIS (Henchir Mest). Proconsulaire. AAT, II, f. Jama, n° 3.

35) CIL, VIII, 16400 ; Lepelley, Cités, II, p. 148, n. 8.

145Ddd(ominis) nnn(ostris) Valentiniano, Valenti et Grat[iano ––], / Sextio Rustico u(iro) c(larissimo) procons{s}(ule) p(rovinciae) A[fr]i[cae et – – / – u](iro) c(larissimo) legato Numidiae, balneae quae i[–– /] redintegrat<a>e sunt deuotione totius ordini[s – – / –] cur(ator) r(ei) p(ublicae) opus et sollicitudine et sumtibus adi[uuit ––

146Datation : 371-373, époque du proconsulat de Sextius Rusticus Iulianus, sous le règne commun de Valentinien, Valens et Gratien.

147NARAGGARA (Sakiet Sidi Youssef). Proconsulaire. AAAlg, f. 19, El Kef, n° 73.

36) CIL, VIII, 16812 (= 10766) ; ILAlg, I, 1187 ; Lepelley, Cités, II, p. 150, n. 3.

148[Pro salute dd(ominorum) nn(ostrorum) Imp (eratoris) Caes(aris) C. Aureli(i) Valeri(i) Diocletiani et Imp(eratoris)] Caes(aris) M. Aureli(i) Valeri(i) M[aximiani – – –]iridi / [– – –] coeptas tantum et per longam annorum seriem [– / – – –]onus partim sua propria et ciuium liberalitate [– / – – –] / patriae futurum et usibus earumdem therma[rum – / – – – ded]icauit.

149L. 2 : Le nom de Maximien a été martelé. L.3 :« coeptas se rapporte certainement à thermas » (ILAlg). L’hypothèse de thermes commencés depuis longtemps et laissés inachevés est étayée par le fait que cette inscription a été découverte dans un édifice balnéaire.

150Datation : 286-293, durant le règne de Dioclétien et Maximien, avant la désignation des Césars.

151SIAGU (Ksar ez Zit). Proconsulaire. AAT, f. 39, Hammamet, n° 4.

37) CIL, VIII, 24090.

152– – –]ici max[imi ? – – – / – – – thermas ? d]ilapsas et defo[rmes ? – – – / – – – s ?]oliumq(ue) fl. po[– – –

153L. 2 : dilapsas ou conlapsas (CIL). Gauckler, BAC 1899, p. CLXXX : defo[rmi caligine ?].

154P. Gauckler reconnaît dans le bâtiment d’où provient ce texte un établissement balnéaire. Il propose donc de restituer thermas (l. 2) et solium (l. 4). Nous ne comprenons pas l’abrévation qui suit ce dernier mot.

155Datation : inconnue. Pour P. Gauckler, « la forme des lettres, irrégulière et négligée, indique une assez basse époque ».

156SIDI BOU ALI (environs). Byzacène. AAT, f. 44, Sidi Bou Ali.

38) Foucher, Karthago 1958, p. 134.

157[S]abinianus / Senurianus / pingit et pa<u>imentau<i>t / bene laua/re.

158Mosaïque de thermes attenant à une villa. L’inscription est dans un cadre à queues d’aronde. À la fin du texte, « feuille cordiforme et fleur en bouton ». À droite du cadre, coq et phallus. Le même Sabinianus a également signé un petit tableau représentant une femme en buste.

159Datation : le pavement originel (iiie siècle ?) a subi de nombreuses restaurations. L. Foucher rapproche les interventions de Sabinianus d’une autre restauration signée par un certain Guntha Iuuenis, nom qui renvoie à l’époque vandale. L. Foucher pense que les thermes sont encore utilisés à l’époque byzantine, à laquelle il attribue une ultime réparation de la mosaïque.

160SIDI-GHRIB. Proconsulaire. AAT, f. 22, Tunis, à proximité des points nos 74 et 75.

39) L. Ennabli, Mts Piot, 68, 1986, p. 56-57.

161Plus feci quam potui, minus quam uolui ; si placet commune est, / si displicet nostrum est ; hic sunt tria uerua, catu, sedes ebria.

162Inscription musive placée sur la face verticale, tournée vers le frigidarium, de la marche-margelle de la piscine occidentale (champ épigraphique, cerné d’un filet noir : 2,80 x 0,30 m).

163La fin du texte est difficile. L. Ennabli propose de lire uerua pour uerba, selon un africanisme courant, et catu pour cato (catus : l’homme avisé). Elle traduit alors : « Encore trois mots : pour l’homme avisé, c’est un séjour plein de charmes ».

164Datation : ve siècle.

165SUFETULA (Sbéitla). Byzacène. AAT, II, f. XLVIII, Sbeitla, n° 18.

40) ILAfr, 139 ; Duval, Inscriptions de Sbéitla, 64.

166Carpenti / L. Valgio, L. fil(io), Quir(ina tribu), Forti, fl(amini) p(er)p(etuo), / eximiae adfectionis et / praestantiae in singulos / uniuersosque uiro, / Antonii Priscianus et / Argentius et Aelius / Maiulus parenti incom/parabili.

167Base de statue prise dans un mur du vestibule des grands thermes, face à l’entrée : en place ou remploi.

168Datation : première moitié du iiie siècle ? (Présence d’un signum, mais maintien de la mention de la tribu et de la filiation).

41) ILAfr, 141 ; , 1921, 30 ; Lepelley, Cités, II, p. 310, n. 11 ; Duval, Inscriptions de Sbéitla, 81.

169– – – cellam ?] piscinalem thermarum hiemalium squallentem [– – –

170Le texte est gravé sur quatre blocs faisant partie d’un entablement et retrouvés dans les grands thermes. Ils en proviennent probablement, quoique leur origine reste l’objet d’un doute.

171Datation : inconnue, mais s’il faut mettre cette inscription en relation avec la suivante, cette restauration pourrait être attribuée à la Tétrarchie.

42) Duval, Inscriptions de Sbéitla, 33.

172– – –]s semper [Augustorum ? – – inuic ?]tissimorum Caes[arum – – –

173Le texte est gravé sur deux blocs trouvés dans les grands thermes et faisant partie d’un entablement. Leurs dimensions et celles des lettres suggèrent qu’ils appartiennent à la même inscription ou au même ensemble d’inscriptions que le document précédent.

174Datation : Tétrarchie ?

43) ILTn, 371 ; Duval, Inscriptions de Sbéitla, 82.

175– – –] caldari[– – – / – – –]a

176Grands thermes. « Corniche de pierre découverte dans le bain chaud » (Poinssot, Lantier, BAC 1923, p. CXXVII).

177Datation : inconnue.

44) AÉ, 1989, 801 ; Duval, Inscriptions de Sbéitla, 40.

178B(onis) b(ene), m(alis) m(ale).

179Dans des thermes dont on ne connaît qu’une seule salle, elle-même partiellement dégagée. Les dimensions de la partie visible (11,40 × plus de 11,67 m) laissent penser que nous sommes en présence d’un établissement public. Il s’agit sans doute d’un vestiaire, équipé de bancs. Le sol est pavé d’une mosaïque blanche dans laquelle, près d’une porte, est inséré un panneau comportant un cratère sous lequel se trouve l’inscription (Duval, BAC 1970, p. 297-299). Datation : inconnue.

180SULLECTHUM (Salakta). Byzacène. AAT, f. 54, Mahdia, n° 136.

45) Beschaouch, Rend. Lincei, 1968, p. 59-68.

181En perfecta cito Baiaru(m) grata uoluptas, / un-dantesque fluunt aq(uae) saxi de rupe sub ima, / nisibus hic nostris prostratus libor anhelat, / quisquis amat fratrum ueniat mecumq(ue) laetetur.

182Inscription musive, dans un cartouche à queues d’aronde inséré dans un tapis géométrique, sur le perron de la piscine du frigidarium. Le texte est analysé par A. Beschaouch, qui en donne une traduction (quatrain en hexamètres dactyliques avec de nombreuses réminiscences virgiliennes).

183L.3 : libor pour liuor.

184Datation : iiie-ive siècle. A. Beschaouch propose le iiie siècle, mais aucun de ses arguments ne permet d’écarter une date plus tardive.

185THALA (Thala). Byzacène. AAT, II, f. Thala, n° 77. 46) CIL, VIII, 23293. [Pro salute et in]columita[te – – – / – – –]ssimo ru[m – – – / – – – t]hermas qu[ae – – – / – – – pe]cunia exstr[uxit ? – – – / – – – per –] Scipionem [curatorem ? – – – / – – – p]roconsulat[u – – –

186Datation : P. Gauckler (BSNAF 1897, p. 305) a émis l’hypothèse d’une dédicace à Dioclétien et Maximien. L’état du texte ne permet pas d’être aussi précis.

187THEMETRA. Byzacène. AAT, f. 45, Halk el Menzel, n° 15.

47) , 1958, 157 ; L. Foucher, Thermes romains des environs d’Hadrumète, Tunis, 1958, p. 25-26.

188HAEC EST FORTVNA / CVRARIAE / FORTVNATAE.

189Sur un socle placé dans la niche du frigidarium. On peut comprendre qu’il s’agissait de la statue de la Fortune de Curaria Fortunata, propriétaire de l’établissement (Foucher). Le gentilice apparaît cependant extraordinaire. On a donc proposé de lire cur (iae) Ar(r)iae, la Fortune de la curie Arria, tirant son nom du gentilice de l’Empereur Antonin (G. Picard, BAC 1954, p. 112), lecture acceptée par Gascou, Politique, p. 220, note 1, qui pense cependant que l’indice est trop mince pour en conclure que Themetra était un municipe ou une colonie d’Antonin. Lors d’une discussion, X. Dupuis nous a aussi suggéré la lecture cura Ar(riae) Fortunatae (posita). On aurait plutôt attendu curante Ar(r)ia Fortunata, ou curam agente.

48-A) Foucher, ibid., p. 19-20 et pl. VI-a.

190Inuide intra lauare.

191Mosaïque sur le seuil de la porte d’entrée des thermes, située à l’Ouest.

192(ici, pl. LVI-1). Palme à droite.

193Datation : époque sévérienne ?

48-B) Foucher, ibid., p. 19-20 et pl. VII-a.

194Si lauisti ha [–– / QVAVN [– –].

195Mosaïque de la porte donnant accès, à partir du Sud, à la salle commandant le frigidarium. Deux phallus sont représentés sous l’inscription. QVAVN : [thermas ou baias] quas n[egabas fieri] ?

196Datation : époque sévérienne ?

197THIGNICA (Aïn-Tounga). Proconsulaire. AAT, f. 28, Oued-Zerga, n° 109.

49) CIL, VIII, 15204 (= 1412) ; Lepelley, Cités, II, p. 196, n. 7.

198– – – aquae ] ductos taetra ac deformi caligine mersos et nullo felici aspect[u gaudentes ? – – –]ualet in sple[– – –]met[– – –] gemino prouisionis [– – –] beneficio quae usui [priuato ? ero]gatur lauacris praestitit quae hac uiduata on[– – –]ieri ciuibus [– – – / – – – administratione ou proconsulatu Ae]mili Flori Paterni u(iri) c(larissimi) et inlustris et Eri Fa-ni Geminiani u(iri) c(larissimi) le(gati), C. Vib[– – – C]andido ffll(aminibus) p(er)p(etuis), dd(uumuiris) [– –] sumtu publico [restituit ? ] et dedicauit.

199Inscription gravée sur quinze fragments d’architrave. Le sujet de dedicauit est perdu : il s’agissait sans doute d’un curator rei publicae (Lepelley).

200Datation : 393, d’après le proconsulat d’Aemilius Florus Paternus.

201THUBURBO MAIUS (Henchir Kasbat). Proconsulaire. AAT, f. 37, Zaghouane, n° 67.

50) ILAfr, 273 A et B ; , 1916, 87, 88 ; Merlin, BAC 1916, p. 41-50 ; Lepelley, Cités, II, p. 200, n. 11 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 136, n° 357 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 26-27.

202Face A – – – –/ cum[-]me [. thermas a]estiuale[s – –/ ] eorum [-desi]derio [–] popu[l-] dolori [– –] / et non [-]ris oper[-]edib(ou p)e[-] praecisis [-]us mo[. /]que hu[more iam ? supe]rfluo [m]agis fl(ou i)eban[t qu]am pro[ba ou lue]bant, uigili cura sollertique / [lab]ore inpens[o i]ntra septimum mensem, adiecti[s] omnibus perfectisque cunctis / quib[u]s lauacra indigebant, Ann[i]us Namptoius, fl(a)men p(er)[p] (etuus), iuris consultus, [magister] / studi[or]um, cur (ator) reip(ublicae), cum Thu[burbitan]ae urbis florentissimo sena[tu] / c[u]n[ct]aque eius p[l]e[be / per]feci[t, e]xcoluit, dedicauit.

203Face B – [ Beatissimo saeculo ? dd(ominorum)] nn(ostrorum) C[onstanti(i) Pii Fel]ici[s Maxim]i / [et inuictissimi Aug(usti) ? ] et Iuli[ani no]bil[issimi ] Cae[saris, / pro]co[ns]ulatu Clo[di(i) H]ermogenian[i, u(iri) c(larissimi), p]roc(onsulis) [p(rouinciae) A(fricae) et le]gatione [Crepe]rei(i) / Optatiani, u(iri) c(larissimi), leg(ati) Karthag(inis), [t]hermas [aes]tiuales po[s]t ann[os solidos] octo / [in]tra septimum mensem, a[d]iectis omnibus perfectisq[ue] cuncti[s / qu]ibus lauacra ind[i]gebant, Ann[i]us Nampto{iu}ius, fl(a)m(en) [p](er)p(etuus), / iuris consultus, magister st(udiorum), cur(ator) reip(ublicae), cum Thub[ur]bi[t]anae / [u]rbis ordine amplis-sim[o c]unct[a]que eius plebe / [per]fecit, excoluit, dedicauit.

204Ces inscriptions sont gravées sur les deux faces d’une plaque de marbre haute de 1 m, longue de 2,25 m et épaisse de 3,5 cm. Cette plaque était brisée en de nombreux morceaux, tous trouvés dans les thermes d’été de Thuburbo Maius.

205Datation : la face B est datée de 361. Plus précisément, le proconsulat de Q. Clodius Hermogenianus Olybrius est attesté à partir de mai, et l’inscription est antérieure à la mort de Constance II, survenue le 3 novembre de la même année.

206La face A pose un problème. A. Merlin pense qu’elle est antérieure (= ILAfr), mais ne précise pas de combien. De fait, il est difficile de concevoir comment les deux faces de cette plaque, grande mais mince, auraient pu être visibles simultanément. De plus, A. Merlin précise (p. 44) que, lors de la gravure de la face B, la plaque fut coupée en haut. Inversement, la grande similitude de toute la partie terminale des deux textes et la mention du même curateur, Annius Namptoius, incitent fortement à penser que ce sont les mêmes travaux qui sont célébrés.

207Il faut noter que tout le début du texte de la face A a été non seulement coupé, mais aussi martelé (Merlin, p. 42-44). Si l’on se fie à la position des mots thermas aestiuales, qui se trouvent sur la première ligne conservée, cela correspond, par comparaison avec la face B, à la suppression, par ablation ou arasement, des trois premières lignes du texte, c’est-à-dire de toute la dédicace aux autorités. On peut donc se demander si cette dernière n’a pas été d’abord martelée, puis transformée lorsque l’on a décidé de retourner la plaque. De fait, les données disponibles permettent de penser que l’on a conservé le nom du curateur mais modifié la dédicace, et aussi le début du texte, en attribuant ainsi indûment les mêmes travaux à des autorités politiques différentes. Rien ne permet de savoir quel personnage on voulait ainsi faire disparaître. En tout cas, si ces constatations sont justes, elles rendent vaine toute tentative de dater précisément la restauration précédente des thermes (contra Rebuffat, p. 27 : sa distinction de travaux effectués en sept mois, après une attente de huit ans, nous paraît parfaitement fondée. En revanche, d’abord, la durée de cette attente ne peut être placée dans les années qui précèdent 361, date suspecte ; ensuite, ces huit ans ne donnent pas forcément le moment où le monument avait été restauré auparavant, mais plutôt celui où il était tombé dans un état déplorable ; enfin, l’opération édilitaire en question ne saurait concerner la construction de l’édifice, lequel date de l’époque sévérienne).

51) ILAfr, 276 ; , 1914, 57 ; Lepelley, Cités, II, p. 201, n. 14.

208Saluani p(rincipalis) a(lmae) K(arthaginis), / Hortante felicitate temporum dd(ominorum) Au/gg (ustorum)que nn(ostrorum) Arcadi(i) et Honori(i) inclytorum / principum ubique uictorum, proconsu/[latu – – – / – – – / Gab ?]inio Saluiano, edilicio, p(rincipali) a(lmae) K(arthaginis), statuam / [uo]to [pa]triae officiorum etiam eius er/[ga e]am meritis indultam, r(es) p(ublica) felix / T[h]uburbo Maius amantissimo ciui / ac sui amanti quod etiam thermarum / hiemalium ex ima fundamentorum ori/gine usque [ad] fastigia culmen erexit, idem / quoque [–– te]mporis uel usus uel / [– –]tu omnium locorum / [– –]iua [ther]marum finis / inci[ – su]mptu proprio oper(ibus) in-pen/sisque su<cs>is, ei[-]pensam cum amore / [.]mc[]osia tua / [– – –].

209Base haute d’1,65 m, moulurée en haut et en bas (la corniche portant la première ligne), trouvée dans la grande salle d’un édifice du forum habituellement considéré comme la curie. Sur le titre de [Gab ?]inius Salvianus, principalis de Carthage, cf. Lepelley. On ignore les noms du proconsul et du légat martelés aux lignes 5 et 6.

210Datation : 395-408, sous le règne commun d’Arcadius et Honorius.

52) ILAfr, 285 ; , 1918, 99 ; Merlin, CRAI 1917, p. 71-74 ; Lepelley, Cités, II, p. 202, n. 15.

211– – cellam s]oliarem cum solis, omni etiam refuso instrumento aeris et plumbi firma refec[it] / [atqu ?]e solidauit piscinam nouam nomine cochleam, redditis ueteribus exceptoriis, adiecit / [– –] dedicauit G. Optanianus, fl(amen) p(er)p(etuus), cur(ator) r(ei) p(ublicae).

212Sur un linteau trouvé dans les thermes d’hiver.

213L. 2 : sur la restitution [atqu]e, cf. Rebuffat, Vocabulaire, p. 22.

214Datation : Bas-Empire (Lepelley) ; ve siècle ? (Cf. ici la notice sur ce bâtiment).

53) ILAfr, 225 ; , 1916, 112 ; Merlin, CRAI 1916, p. 262-267 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 122, n° 325.

215Iussu Domini / Aesculapi / L. Numisius L. f (ilius) / Vitalis / podium de / suo fecit. / Quisq(uis) intra / podium ad/scendere uo/let, a muli/ere, a suilla, / a faba, a ton/sore, a bali/neo commu/ne custodi/at tri-duo ; / cancellos / calciatus / intrare no/lito.

216Le bloc était remployé comme seuil dans les thermes d’été. À l’origine, il s’agit d’un pilier (haut d’1,48 m et large de 0,22) formant le piédroit « d’une baie ménagée dans une balustrade de pierre et fermée par une grille de métal » (Merlin). Ce règlement sacré précise les conditions d’accès au podium nouvellement construit. Durant les trois jours qui précèdent, le fidèle doit respecter tout un ensemble d’interdits, d’ordre sexuel et alimentaire, mais il doit aussi s’abstenir de fréquenter le coiffeur et les bains publics, balineum commune.

217Datation : inconnue.

218THUBURNICA (Sidi Ali bel Kassem). Proconsulaire. AAT, f. 33, Ghardimaou, n° 7.

54) CIL, VIII, 14700 (= 10607).

219– – –]us cellam soliarem a [solo ?, fundamentis ? – – – / – – – extru]ctam karissimis ciuib[us – – –

220L’inscription a été découverte dans un bâtiment thermal en partie recouvert par la koubba de Sidi Ali bel Kassem qui laisse encore visible une piscine (C. Tissot, Le bassin du Bagrada..., dans MémAI, 1881, p. 26). Datation : inconnue.

221THUBURSICU BURE (Téboursouk). Proconsulaire. AAT, f. 35, Téboursouk, n° 27.

55) ILAfr, 506 ; , 1913, 180 ; Merlin, Poinssot, MémSNAF 1912, p. 109-158.

2224 lignes martelées – – – / – – – municipium S]eptimium Aurelium Seuerianum Antoninianum Frugiferum Concordium Liberum Thibursicensium Bure thermas Gal[lienianas – – – / – – – re]formatas et excultas pecunia publica perfecit et dedicauit, proconsule L. Naeu<i>o Aquilino, c(larissimo) u(iro), patrono municipi(i), dedica[ntibus – – – / – – –] Naeuio Balbino Aquilino, leg(ato) Karthag(inis), cc (larissimi) uu(iri), patronis pub(licis), ad cuius ope-ris musaeum pleriq(ue) decuriones HS(estercium) XLI mil(ibus) CC n(ummum) conl[atis – – –.

223Inscription remployée dans l’enceinte byzantine. Les quatre lignes martelées devaient comporter une dédicace à Gallien, Salonine et Salonin. Les dédicants accompagnant le proconsul devaient être deux, sans doute deux de ses fils occupant la charge de légat : il ne subsiste, sauf le prénom, que le nom du second, légat du diocèse de Carthage.

224Le nom du bâtiment, thermae Gallienianae, est restituable avec un bon degré de certitude. Il implique que les travaux effectués furent assez importants pour que les bains soient rebaptisés.

225Datation : 260-268. Le nom du bâtiment implique non le règne conjoint de Valérien et Gallien (253-260), mais celui de Gallien seul (260-268). Thubursicu Bure est érigé en colonie par ce même Gallien : l’inscription doit donc plutôt appartenir à la première moitié de son règne (Beschaouch, MEFRA 1969, p. 207-208 : la ville est promue au plus tôt après juin 261, et après le proconsulat de L. Naevius Aquilinus, qui date lui-même de 260-261 au plus tôt. M. Christol, Essai sur l’évolution des carrières sénatoriales dans la seconde moitié du iiie siècle ap. J.-C., Paris, 1986, p. 213-214, n° 44 : 263265 env.).

56) CIL, VIII, 25998 ; Lepelley, Cités, II, p. 208, n. 10.

226Ex auio loco et rui/nam minanti, sta/tuas n(umero) IIII marmoreas / at cultum et splendo/rem apodyteri(i) thermarum, res(publica) col(oniae) / Thib(ursicu) Bure transtulit / prouisione et (in)stanti/a Aureli(i) Honorat( ?) / Quetiani, eq(uitis) r(omani), cur(atoris) / reip(ublicae).

227L. 1et 2 : P. Gauckler (BSNAF 1898, p. 406 ; BAC 1898, p. CLV et 1899, p. 172) avait d’abord lu Ex auio loco et ru)pe / iam minanti, comprenant que les statues avaient été transportées d’un lieu inaccessible où le rocher menaçait de s’écrouler. La correction et ruinam minanti est sûre (Merlin, Poinssot, MémSNAF, 72, 1912, p. 156 : nouveau relevé confirmant la proposition déjà faite par ILS, 5712).

228L. 6 : le développement d’Honorat( ) n’est pas évident. On peut penser à Honorat(i) (Lepelley), mais aussi Honorat(ii).

229Il est parfois affirmé que les bains mentionnés ici sont les thermae Gallienianae de l’inscription précédente (Merlin et Poinssot ; Lepelley). C’est possible, non certain, et on pourrait même s’étonner de l’absence de l’épithète s’il s’agissait bien du même monument.

230Datation : 260-305. Ce texte ne saurait être antérieur au règne de Gallien (260-268), date à laquelle le municipe de Thubursicu Bure est érigé en colonie. Inversement, le titre d’eques romanus disparaît après Dioclétien (C. Lepelley, qui penche pour une datation à l’époque tétrarchique).

231THUGGA (Dougga). Proconsulaire. AAT, f. 35, Téboursouk, n° 183.

23257) ILAfr, 573, fragments a et b ; ILTn, 1500, fragments a, b et c ; , 1925, 31 ; Poinssot et Lantier, BAC 1925, p. XXXII – XXXIII ; Lepelley, Cités, II, p. 221, n. 12, avec une erreur sur ce qui reste du nom du bâtiment ; Christol, Ant. afric. 1979, p. 219 ; Ben Abdallah, Bardo, p. 89, n° 225.

233Atrium thermar[um Anton ?]inianarum ab antiquis c[oe]ptum excep/toriis in eodem loco su[biectis] quod inperfecto opere corruptum adque / ruderibus foedatum [erat, –]dius Honorati(a)nus, fl(amen) p(erpetuus), cur(ator) reip(ublicae) II, [cu]m statua / signoq(ue) felicissimi Fl. Gr[atian]i CCCRATU opere perfecit itemq[ue dedica]uit.

234Les fragments a-b ont été trouvés dans les environs du capitole, le troisième (partie droite du texte) dans les thermes liciniens.

235L. 3 : le titre de curator est suivi de deux hastes droites, considérées comme les restes de deux lettres dans BAC 1925. Il s’agit en fait de la deuxième curatèle d’Honoratianus (Lepelley).

236L. 4 : C. Lepelley propose, de façon convaincante, accurato opere (ou Ben Abdallah : accuratu). Datation : 378-383 (cf. la notice).

58) CIL, VIII, 26634.

237– – –] / operis bal[nei ? – – –] / resp(ublica) m(unicipii) Sep(timii) Aur(elii) L(iberi) Th[uggensis – – –

238Datation : 204-260. Thugga est érigée en municipe en 204 ou 205 (Gascou, Politique, p. 179), et en colonie sous le règne conjoint de Valérien et Gallien (253-260 : Gascou, Politique, p. 275-276).

239THYSDRUS (El Jem). Byzacène. AAT, f. 55, El Djem, n° 33.

24059) CIL, VIII, 22853 ; Lepelley, Cités, II, p. 321, n° 14 ; pour la mise en page de l’inscription, il faut se référer à P. Gauckler, NAMS, 15, 1908, p. 349-350, n° 120.

241– – – a]ntea cultu / [– – –] rectu formatas / [– – –] pro beatudine saeculi / [ddd(ominorum) nnn(ostrorum) Imp(eratoris) Flauii] Constantini Maximi Victoris / [ ac Triumf(atoris) semper Aug(usti) et Const]antini et Constanti nobilissorum / – – –]ne Caesarum, in meliorem faciem mac / [– – – / – – – / – – –]uati accessum [– – – / – – – s]peciem decor [– – – / – – – instant ?]e Val(erio) I [– – – / – – –]caio Ti[– – –

242Cette inscription a été trouvée dans les citernes de la palestre des grands thermes. On considère habituellement qu’elle commémore une restauration des thermes. En réalité, rien ne permet d’attribuer sûrement ces travaux, dont la nature exacte reste inconnue, à ce bâtiment.

243Datation : 324-333.

60) H. Slim, Carthage-1995, p. 270-271.

244Inuidia rupuntur aues neque noctua curat.

245Panneau de mosaïque inséré dans le pavement du frigidarium d’un petit établissement thermal, près de la piscine. L’inscription est au-dessus d’un tableau figuré. Une chouette posée sur le sol est entourée d’oiseaux qui tombent raide morts au pied de deux arbres qui encadrent la scène : « Les oiseaux crèvent de jalousie et la chouette n’en a cure » (Slim). Aux deux extrémités, emblème de la sodalité des Telegenii.

246Datation : fin du iiie siècle (Slim).

247TICHILLA (Testour). Proconsulaire. AAT, f. 28, Oued Zerga, n° 138.

61) CIL, VIII, 1358 et p. 938 ; Lepelley, Cités, II, p. 226, n. 6.

248Pollentes [s]in[e] fine imperio / dd(ominorum) nn (ostrorum) Honori(i) et Theodosi p(er)p(etuorum) s[e]mp(er) Aug[g(ustorum)], / administrante Felice Innodio, u(iro) c(larissimo), amp(lissimo) / proc(onsule) p(rouinciae) A(fricae), u(ice) s(acra) i(udicante), cum [F]irmo, u(iro) c(larissimo), leg(ato) suo, thermas ( ?) / quas ita uetustas cum strage / ingenti aboleuerat ut de restituendis / iis nulla spes superesset, / ciuitas restituit.

249Toute la pierre était de lecture difficile et la fin, à partir de thermas ( ?) est particulièrement incertaine. On peut cependant retenir qu’il s’agit vraisemblablement de la restauration de thermes.

250Datation : 408-423, sous le règne commun d’Honorius et Théodose II. Nous ne comprenons pas pourquoi C. Lepelley ne se réfère qu’à la fin du texte et déclare que ce dernier n’est pas daté. Sur le proconsul d’Afrique Felix Ennodius, cf. PLRE, II, p. 393, n° 2.

62) CIL, VIII, 25864 ; ILAfr, 492 ; Lepelley, Cités, II, p. 226, n. 5.

251Dom[inis nostris – – – Honorio et ] / Theo[dosio – – –] / thermas i[– – –]tiores tiran[. splen]doremque ex pecunia / un[-] Quartae fi[– –]um pro ingenita sibi libe/ralitate [– –] quae moenium publico(rum) / ciui %t&at(is ?) [––]onii ordinis ciuium/que con %l&atione, ad[ministrante – –] Q. Sentio Fabricio / Iuliano [– – – / – – –]sq(ue) <de>dicauit.

252Datation : 412-414, époque du proconsulat de Q. Sentius Fabricius Iulianus, sous le règne d’Honorius et de Théodose II.

253TUBERNUC (Aïn-Tebornok). Proconsulaire. AAT, f. 31, Grombalia, n° 205.

63) CIL, VIII, 948 ; Lepelley, Cités, II, p. 228, n. 5.

254[Saluis dd(ominis) nn(ostris) Gratiano ? et Valen]tiniano Augg(ustis), solium estibalium therm[arum – – – / ––.]is ut puro fonte pulcrior redderetur aspe[ctu – – – / – – –

255Datation : Augg. implique deux Empereurs. Le CIL propose Valens et Valentinien Ier (364-378).

256C. Lepelley souligne que cette restitution n’est pas acceptable, Valens étant toujours mentionné après Valentinien. Il pense donc qu’il s’agit de Gratien et de Valentinien II. L’inscription devrait donc être placée entre 378 (mort de Valens) et 379 (accession de Théodose au pouvoir). Il remarque cependant qu’il pourrait également s’agir de Théodose II et Valentinien III (425-450), mais une telle hypothèse lui paraît « très peu vraisemblable vu le très petit nombre de travaux édilitaires effectués à cette époque. » Il n’y a pas de raison d’accepter ce type de raisonnement.

64) ILTn, 814 ; Lepelley, Cités, II, p. 228, n. 4

257Virtute clementia m[emor]ando pie/tate omnes a[ntecedenti ?] d(omino) n(ostro) Fl(auio) Clau/dio Consta[n]t[ino iu]niori / Aug(usto), / L. Pap(inius) Pacatianus, Fl(auius) Abladius [– / –] C. Annius Tiberianus, Nes/[to]ri(us) Timonianus, uiri cla/[rissimi, p]raefecti pretorio.

258Cette dédicace à Constantin II a été trouvée dans les thermes de Tubernuc. Elle n’est faite ni par un évergète, ni par l’autorité municipale, mais par les quatre préfets du prétoire en fonction à la mort de Constantin.

259Datation : 337. Timonianus est préfet du prétoire pour l’Afrique à partir du 4 février 337 (RE, VI, A, 2, col. 1305). À la l. 4, le titre de César de Constantin II a été martelé et remplacé par celui d’Auguste, donc après le 9 septembre 337, date à laquelle l’Empire cesse d’être gouverné au nom de Constantin mort le 22 mai : l’inscription est donc antérieure à ce 9 septembre.

260TUCCABOR (Toukabeur). Proconsulaire. AAT, f. 21, Tébourba, n° 180.

65) CIL, VIII, 14855 (= 1323).

261M[– – – / – – – ] fl(amen) p]erp(etuus) / [– – – mil ?]ia / [praeter legitim]am promisisset mul/tiplicata pecunia perfecit et / dedicauit et ob dedicatio/nem pugilum certamina / edidit et decurionibus / sportulas et populo gymna/sium epulum dedit et hoc / amplius pro sua liberalita/te cameram superposuit et / opere museo exornauit, / [–] cum M[–]eis Felice et / Rufino, fili(i)s, ded(icauit), ob qu(a)m / dedicat(ionem) epul(um) dec(reuit ?) et pop(ulo) [g]ym(nasium) ded(it).

262J. Peyras (Colloque AFN, I, p. 120) pense que ce spectacle de combats de boxe fut donné dans une palestre annexée à un bâtiment thermal. L’hypothèse manque de fondement.

263Datation : inconnue.

264TUNIS. Proconsulaire. AAT, f. 22, Tunis, n° 16.

66) CIL, VIII, 25362 ; Gauckler, BAC 1894, p. 233-234 ; Id., CRAI 1907, p. 790-795 (= NAMS, 15, 1908, p. 472-477) ; Merlin, BAC 1912, p. CCLVIII.

265Cerne salutiferas sp[lendent]i marmore Baias, / qui calidos aestu[s tin]gere quaeris aquis, / hic ubi Vulcano Ne[rine] certat amore, / nec necat unda f[ocum ?, n]ec nocet ignis aquas. / Gaude operi Gebam[unde t]uo, regalis origo, / deliciis sospes ute[recu]m populo.

266Inscription dans un cartouche à queues d’aronde gravée sur un linteau de marbre blanc, brisé : il manque la partie centrale portant quelques lettres. Chaque vers se termine par une palmette. Les deux fragments ont été trouvés en 1894 et 1907, dans le même quartier de Tunis. P. Gauckler en conclut « qu’il est difficile d’admettre que les deux fragments... aient été transportés d’ailleurs » (CRAI 1907, p. 794). Le prince Gebamund nous est connu par Procope (I, 18) qui mentionne la participation de ce neveu du souverain Gélimer à la bataille d’Ad Decimum, contre Bélisaire. On ne suivra donc pas P. Monceaux, RA 1906, p. 267-268, n° 164 qui, ne connaissant que le fragment portant la fin des vers, attribue ce texte à des thermes de Carthage, probablement ceux du roi Thrasamond connus par des poème de Felix.

267L. 4 : P. Gauckler propose facem, faces, ou focos.

268Datation : début du vie siècle.

269UREU (Ouraou et Henchir Guennazia). Proconsulaire.AAT, f. 13, Mateur, nos 298-300.

67) , 1975, 880 ; J. Peyras et L. Maurin, Ureu, municipium uruensium, Paris, 1974, p. 40-45 ; Lepelley, Cités, II, p. 239, n. 7.

270Didasi(i) / L. Octauio Aur[eliano ?] / Didasio, c(larissimo) u(iro) m[–], / ciui genitali, ob [sin]gu[la]/ rem in prot[e]gendis [ciuibus ?] / fidem et paratum [er]ga [o]mn[es] / amorem, thermas [et aquam ? corrup ?]/tam post diluuiem [– /to seruato [– –] / propria liberalitate [ex]o[rnauit ?], / excoluit, perfecit, dedi[c]auit, bene merito ciui et pa[tr]ono [splen]/didissimus ord[oet] populus [mun(icipii) / V]ruensium statuam [posueru ?]nt, d(ecreto) d(ecurionum), [p(ecunia) p(ublica)].

271Base de statue.

272Datation : J. Peyras et L. Maurin proposent la seconde moitié du iiie siècle pour des raisons paléographiques, hypothèse que renforcerait l’utilisation de l’expression ciuis genitalis pour souligner l’origine locale de l’évergète. On peut noter que l’absence de la mention de la tribu, ainsi que la présence du signum au génitif gravé sur la corniche de la base, révèlent des pratiques qui incitent effectivement à envisager, au plus tôt, une date avancée dans le iiie siècle.

273UTHINA. Proconsulaire. AAT, f. 30, Oudna, n° 48.

68) Gauckler, Mts Piot 1896, p. 218 et 221.

274Masuri. In praedi(i)s Laberiorum Laberianus et Paulinus. Masuri.

275Datation : iiie ive siècle ?

276UZITTA (Henchir el Makhceba). Byzacène. AAT, f. 51, Djemmal, n° 42.

69) , 1964, 237. J. W. Salomonson, Mosaïques romaines de Tunisie, édit. fr., Bruxelles, 1964, p. 38, n° 39 et fig. 18.

277O Leo, praesumsisti, / expedisti, dedicasti.

278Mosaïque du frigidarium de bains privés représentant un lion flanqué de chaque côté de deux tiges de millet. L’inscription se trouve au-dessus de l’animal. Les louanges sont adressées à un Leo qui a conçu, construit et inauguré les thermes. Ce Leo n’est sans doute pas une personne nommée Leo ou Leontius, mais un Leontius, c’est-à-dire un membre de la sodalité des Leontii auxquels tout le pavement renvoie clairement (Thébert, Sodalités, p. 201). Dans la maison attenant aux bains, deux autres inscriptions sont insérées dans les pavements (Salomonson, ibid., p. 38, n° 40). La première, dans le vestibule du péristyle, proclame Et hoc fac/tum est, exprimant de nouveau la satisfaction de l’œuvre accomplie. La seconde, At dormiant / tauri, au-dessus de deux taureaux, se trouve à l’entrée du péristyle (, 1964, 238). Cette exhortation à ne pas réveiller les taureaux endormis, c’est-à-dire l’Invidus, renvoie probablement aussi à une autre sodalité, celle des Taurisci, ainsi tournée en dérision (A. Beschaouch, Rend. Lincei 1968, p. 66-67).

279Datation : première moitié du iiie siècle ? (Date proposée par J. W. Salomonson).

280VALLIS (Sidi-Mediene). Proconsulaire. AAT, f. 29, Medjez-el-Bab, nos 117 et 120.

70) CIL, VIII, 14781 (= 1285) et p. 937.

281– – – e]t port[icum – – – t]herma[– – – / – – – coloniae Valli ?]tanae [– – –

282La restitution du mot thermae reste hypothétique.

283Datation : inconnue. On ignore quand le municipe de Vallis fut érigé en colonie (Gascou, Politique, p. 200). De plus, colonia est restituée : on pourrait avoir ciuitas.

284VINA (Henchir-Maden). Proconsulaire. AAT, f. 32, Nabeul, n° 144.

71) CIL, VIII, 962 et 12440 ; ILAfr, 321 ; Lepelley, Cités, II, p. 236, n. 6.

285Admini[stran]/tibus D[– – /, u(iro) c(larissimo), amp(lissimo) pr[oco(n)sule] / et Alexand[ro], / p(rimi) o(rdinis) c(omite), ag(ente) u(ices) p(raefectorum) p(raetorio), [–– / ––]nus, [f(lamen] p(er)p (etuus), [e]x [cur(atore)] / r(ei) p(ublicae), ad [ornam (entum) ?] / thermarum / posu[it. D(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)].

286Le CIL souligne que l’association du proconsul et du vicaire paraît anormale. Cela est sans doute la conséquence de circonstances exceptionnelles durant lesquelles le vicaire était investi, à titre momentané, de la juridiction générale sur toutes les provinces d’Afrique, y compris la Proconsulaire (Merlin, CRAI 1912, p. 117).

287Datation : sans doute deuxième moitié du ive siècle. Le vicaire d’Afrique Alexander est qualifié de primi ordinis comes, titre créé sous Constantin et attribué seulement plus tard à des personnes ne siégeant pas effectivement au consistoire (Lepelley).

288ZAOUÏA SIDI-MEDINE-EL-AALA. Proconsulaire. Pied Sud du Mont Zaghouan.

72) CIL, VIII, 12433 (= 10524 et p. 2434).

289– – –] P. f(ilius) Lorenius [– – – / – – – su]sceptorium quod ad perfe(ct– – – / – – –] quod a termis in[– ]s[– – – / – – –] momentaneam quod [–]sen[– – – / – – –] diues aquarum [–]u[–] dat[– – – / – – –] ad statum in mou[–]aris [– – –

290Datation : inconnue, peut-être avant le milieu du iiie siècle (mention de la filiation).

291ZIQUA (Zaghouan). Proconsulaire. AAT, f. 37, Zaghouan, n° 104.

73) CIL, VIII, 897 et p. 298 ; Lepelley, Cités, II, p. 249, n. 3.

292– – –] piis<s>imor %u&mq(ue) princi[pum / – – – ad]ministratione procons(ulis) p(rouinciae) A(fricae) / [– – –] institutis nunc solio uno ifimo ? / [– – –] congestioni et [– – –] parieti in / [– – –]stulinus, generosa familia progenitus, / [– – –] perfecit, excoluit, lu-dos dedit, dedicauit.

293Ce texte, très fragmentaire, n’est connu que par des copies incertaines. La mention d’un solium laisse penser qu’il concerne la construction ou la restauration de thermes.

294L. 1 : la pierre porte apparemment piisimorom.

295L. 3 : on ne comprend pas ifimo. Faut-il restituer solio uno i<n>fimo, l’expression désignant l’hypocauste du solium, ou plutôt son plancher ?

296L.5 :]stulinus est la fin du nom de l’évergète.

297Datation : ive siècle ? « L’expression piisimi principes au génitif (temporibus felicissimis beatissimorum piissimorumque principum, vraisemblablement) est caractéristique du ive siècle » (Lepelley).

74) CIL, VIII, 12425 (= 895).

298Marti Aug(usto) Protectori d(omini) n(ostri) / Imp(eratoris) Caes(aris) M. Antoni(i) Gordiani Pii Felicis / Aug(usti), p(ontificis) m(aximi), tr(ibunicia) pot(estate) II, cos(ulis), p(atris) p(atriae), / Q. Caluius Rufinus, aedilis, sumptu / suo et T. Aeli(us) Anni(us) Litori(s), quondam / collegae sui, ob honorem aedilitatis, / in compensatione missiliorum, commu/ ni pecunia fecerunt, dedicante [Q.] / Caluio Rufino, aedile, ob cuius statu[ae] / dedicationem idem Rufinus de su[o] / eti(a)m spectaculum pugilum et gymnasium / exhibuit. L(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum).

299Sur un autel votif (V. Guérin, Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, Paris, 1862, t. 2, p. 293).

300Datation : 239, année de la deuxième puissance tribunicienne de Gordien III et de son premier consulat.

ALGÉRIE

301AÏN BESSEM. Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 14, Médéa, environs d’Auzia, n° 105, à 4 km au Sud du point n° 31, Aïn-Mekassel.

75) , 1937, 31 ; Leschi, BAC 1937, p. 197-201 ; Lepelley, Cités, II, p. 537, n. 15.

302Balnea, rura, domus fec[it C]onstantius auctor, / Et fecit ut memore[nt c]ari de sanguine nati, / Nam ut plene, lotor, [dis]cas quid sit perferre laborem, / Est noui exempli et q[u]ae est memoranda per annos. / Lateri iuncta uiro [sum]ma data coniugi tali, / Adque suum docu[men l]atum imitare priora, / Vt nomen, ut quae[stu]s, ut honor ampliet in %a&eum, / Auzias, q<u >ia poten[s eri]s his per saecula uita / Tuque da-bis ciuibu[s decus ?] et tibi patria laudes, / Et dabis ut supere[s malor ou plutôt homin]um linguas inanes.

303L. 7 : pour le dernier mot, la pierre porte euum.

304C. Lepelley publie quelques variantes, dont nous ne voyons pas sur quoi elles reposent : l. 5, date pour data ; l. 7 : et quaestus pour ut quaestus.

305Inscription gravée sur une dalle de 1,56 × 0,70 m, brisée en deux fragments découverts à plusieurs décennies d’intervalle (cf. CIL, VIII, 9183 = 20281 pour la partie droite du texte). Cette pièce de dix vers est acrostiche. La première lettre de chaque vers, que nous avons laissée en majuscule, est, sur la pierre, séparée des suivantes par un intervalle. Cette disposition attire l’attention sur le souhait qui se lit verticalement : Bene lauate !

306Datation : Bas-Empire (Lepelley, d’après le style et la graphie).

307AÏN TEMOUCHENT (La Fontaine Romaine). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 16, Sétif, n° 406.

76) CIL, VIII, 8509 ; Bertherand, Rev. afric. 18561857, p. 122-123 ; Berbrugger, ibid., p. 123 ; Gsell, RSC 1892, relevé entre p. 244 et 245.

308Inuida sidereo rumpantur pectora uisu, cedat et in nostris / lingua proterua locis, hoc studio superamus auos gratumque, / renidet aedibus in nostris summus apex operis. Feliciter.

309Traduction proposée par Berbrugger. Il s’agit d’une mosaïque représentant une tête d’Océan, entourée de quatre néréides, sous laquelle se trouve l’inscription. Le contexte architectural est très mal connu. La mosaïque, d’environ 6 m2, pavait une pièce faisant probablement partie d’un établissement balnéaire.

310Datation : le style de la mosaïque impose une date tardive. Dunbabin, Mosaics, p.151 : fin du ive siècle au plus tôt, et sans doute ve siècle. Février, CMGR, IV, p. 388 : «... mosaïque tardive qu’il est difficile de placer avant le ve siècle ».

311AQUAE CAESARIS (Youks-les-Bains, Hammamet). Numidie. AAAlg, f. 28, Aïn Beida, n° 253.

77) ILAlg, I, 2943.

312T. Aelius Seleucus fec(it).

313L’inscription est gravée sur un linteau de porte trouvé dans les ruines de l’installation thermale (Féraud, Rev. afric. 1937, p. 455-456 et p. 471, pl. XI). Il s’agit sans doute de la dédicace des thermes.

314Datation : Antonin le Pieux ? Les nom et prénom du propriétaire signalent peut-être un indigène ayant reçu la citoyenneté romaine sous ce règne, ou, plus vraisemblablement étant donné le cognomen, un affranchi de cet Empereur. Il pourrait aussi s’agir d’un descendant.

78) A. Truillot, Bull mens. de la Soc. Dpt Constantine, 46, mai 1931, p. 261-263.

315Plura faci/atis, plura / dedicetis.

316Une piscine des bains (pl. CLXV-3, bassin n° 6), possède une mosaïque pariétale qui orne les trois murs opposés à l’entrée. L’inscription, en cubes noirs sur fond blanc, court sur ces trois côtés.

317Datation : probablement Bas-Empire. S. Gsell aurait estimé qu’elle n’était pas antérieure au iiie siècle (Féraud, Rev. afric. 1937, p. 466), et qu’elle datait même du ive siècle (Truillot).

318AQUAE FLAVIANAE (Aïn El Hammam). Numidie. AAAlg, f. 28, Aïn Beida, n° 137.

79) CIL, VIII, 17720 ; Gsell, MEFR 1893, p. 508509, n° 31.

319Deo Sancto F/rugifero Au/g(usto), pro salu(te) / Imp(eratoris) L. Septimi(i) / Seueri Pertin/acis Aug (usti) Pii N. / Ca[l]atius ? Felix / p[roc(urator) ? ] sal[tus ? – / – – –.

320L. 7 : Ca[el]ius Felix ? (CIL)

321Autel trouvé près de la chambre de captage de la source.

322Datation : 195-211. Septime Sévère est Pius en 195.

80) CIL, VIII, 17721 ; Gsell, MEFR 1893, p. 509, n° 32.

323D[i(i)s] Patri(i)s, Di(is) / [Sa]lutaribus, / Ioui Serapi / Aug(usto) / [– – – / – – – / – – – / – – – / – trib (unus)] co[h(ortis) – ciui]/um ro[mano]/rum uolun[ta]/rior(um) Piae [Fel(icis), / t]rib(unus) leg(ionis) II ou III [Parthi ?]/cae, trib[unus – – / – – – / – – –.

324Autel trouvé près de la chambre de captage de la source. Datation : inconnue.

81) CIL, VIII, 17722 ; , 1888, 3 ; Poulle, RSC 1886-1887, p. 195-196 ; Lepelley, Cités, II, p. 436, n. 18.

325Numini / [Ny]mpharum / et Draconi, / Abidius Bassus / trib(unus), cur(ator ?) m(unicipii ?) m(asculitani ?) / uotum dedit.

326Autel trouvé près de la chambre de captage de la source.

327L. 3 : sur le dieu Draco et le culte africain du dragon, cf. Lepelley, p. 545, à partir de la Passion de sainte Salsa, de Tipasa.

328L.5 : tribunus cohortis, ou fabricae ? (Lepelley).

329L.5 : CVR. MM / : A. Poulle, repris par R. Cagnat, RA 1888, p. 135, propose de développer en cur (ator) m(unicipii )M(asculitani) ou M(asculitanorum). C. Lepelley estime cette solution très hypothétique, mais ne propose pas d’autre lecture. On notera cependant qu’Aquae flavianae est sur le territoire de Mascula. De plus, l’absence, soulignée par C. Lepelley, de r(ei) p(ublicae), ne paraît pas un argument décisif. De fait, cette formule n’est jamais suivie du nom de la cité, pour la simple raison que l’inscription se trouve dans la ville concernée. Ce n’est pas le cas ici, et on peut penser que le nom de la cité remplace logiquement la notion floue de res publica.

330Datation : « l’absence de prénom, de tribu et de filiation rend peu probable une datation antérieure au milieu du iiie siècle » (Lepelley). On notera qu’une telle date serait parfaitement cohérente avec la mention d’un curateur.

82) CIL, VIII, 17723. Gsell, MEFR 1893, p. 508, n° 30 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 383, n. 148.

331Nymphis / C. Prastina Messalinu[s], / leg(atus) Aug(usti) propr(aetore), / cos(ul) desig(natus), / [– – –

332Autel trouvé près de la chambre de captage de la source.

333Datation : 146.

83) CIL, VIII, 17724 ; Gsell, MEFR 1893, p. 509, n° 33.

334– – – / – – Ve]neri ? dedic[auit].

335Partie inférieure d’un autel trouvé près de la chambre de captage de la source.

336Datation : inconnue.

84) CIL, VIII, 17725.

337[Imp(eratori) Caes(ari) V]espasian[o] Aug(usto), / [pontif(ici) max(imo)], trib(unicia) pot(estate) VII / [imp(eratori) –, cens(oria) p(otestate), p(atri)] p(atriae), cos(uli) VII / [et Imp(eratori) T(ito) Caes (ari) Vesp]asiano Aug(usto) /, [imp(eratori) , pont(ifici) max(imo) ?, trib(unicia)] pot(estate) V, cos (uli) V / [– – –

338Inscription trouvée près de la chambre de captage de la source. D’après le CIL, il faudrait ensuite restituer le nom de la IIIe Légion, arasé.

339Datation : 76. Vespasien est cos. VII à partir de janv.-fév. 76 ; dès la mi-mars, il est cos. VII design. VIII. Cette période correspond bien à la 5e puissance tribunice de Titus qui, de plus, est cos. V durant les premiers mois de 76.

85) Gsell, MEFR 1893, p. 510, n° 34.

340[.] Calidius / Bassus / praefe(ctus) / coh(ortis) II Gemel(lae) / T(h)ra(cum).

341Autel trouvé près de la chambre de captage de la source.

342Datation : inconnue.

86) Leschi, BAC 1936-1937, p. 108-109.

343Ara Dei / Frugiferi, / Thibisan/enses pro / saluted(omini) n(ostri), / u(otum) s(oluerunt) l(ibentes) a(nimo).

344Autel trouvé près de la chambre de captage de la source. Les dédicants sont les habitants d’une localité inconnue, peut-être Thibisana.

345Datation : inconnue. La dernière ligne semble avoir été martelée : l’ultime formule est gravée dans un registre en creux. L. Leschi pense alors à un Empereur du iiie siècle, Géta, Élagabal ou Sévère Alexandre plutôt que Commode.

87) Leschi, BAC 1936-1937, p. 109.

346Nimp(his ?) Fl(auianis ?) Sep(timianis ?) [–– /] Aug(ustis ?) ad [. /]VILMAS [– – / – – –

347Fragment d’inscription trouvée dans le lit de l’oued, près de la chambre de captage de la source. Restitutions proposées hypothétiquement par L. Leschi. Le nom des Nimphae flauianae septimianae serait consécutif à la création sous les Flaviens et à la restauration, en 208, de la station thermale (cf. n° 89).

348Datation : Septime Sévère et après ?

88) CIL, VIII, 17726 ; Gsell, MEFR 1893, p. 511 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 173-174, n. 203.

349Pro salute et uictoria domini n(ostri) Imp(eratoris) L. Septimi(i) Seuer[i Pe]rtinacis Aug(usti) et / Clodi(i) Albini Caes(aris), Aesculapem et Hygiam, dedicante Lepido Tertullo leg(ato) Aug(usti) / pr(o)pr (aetore), c(larissimo) u(iro), M. Oppius Antiochianus, c(enturio) leg(ionis) III Aug(ustae) Piae Vindicis, posuit et / u(otum) s(oluit).

350L. 2 : les noms et titre de Clodius Albinus ont été martelés, ainsi que les noms de la légion à la l. 3.

351L’inscription était maçonnée dans une base en blocage située dans la niche centrale du mur Sud de la salle 1 (pl. LXXI-5). On a retrouvé un fragment de la statue d’Hygie et l’essentiel de celle d’Esculape, représenté plus petit que nature (1,23 m de hauteur : Gsell, p. 512, avec photographie).

352Datation : 193-195. Septime Sévère est Auguste et Albinus César en 193 ; le légat C. Iulius Lepidus Tertullus exerce ses fonctions de 193 ou 194 à 195 (Le Bohec, p. 398).

89) CIL, VIII, 17727 ; Gsell, MEFR 1893, p. 516, n° 35.

353Imp(erator) Caes(ar) L. Septimi[us Se]uerus / Pius Pertinax Aug(ustus) Arab(icus) Adiabe[n(icus) Parth(icus) Max(imus), imp(erator) XV, / trib(unicia) pot(estate) XVI, cos(ul) III, [p(ater) p(atriae), procos (ul)] et / Imp(erator) Caes(ar) M. Aurelius Antoninus Au[g(ustus), imp(erator) II ?,] trib(unicia) pot(estate) XI, c(o)s(ul) III, / P. Septimius Geta nob(ilissimus) Caes(ar), princ(eps) iu[uent]utis, / Aquas flauianas uetustate conla[psas per uexilla]/tionem militum suor(um) restitue[runt].

354L. 5 : les noms et titres de Géta ont été martelés mais restent visibles.

355L. 6-7 : conla[psas per opera]/tionem (Poulle, RSC 1886-1887, p. 191-192). Nous avons reproduit la restitution de S. Gsell, qu’A. Poulle avait lui-même envisagée.

356Inscription trouvée dans la grande piscine 1 (pl. LXXI-5). Un double, plus fragmentaire, a été trouvé dans la salle 2 (Gsell, p. 517, n° 36 = CIL, VIII, 17728).

357Datation : 208.

90) , 1928, 36 ; E. Albertini, BAC 1928-1929, p. 93.

358[Pro salute et u]ictori(i)s et aeterni/[tate Imp(eratoris) Caes(aris) M.] Aurelli(i) [Antonin]i Pii / [Felicis Augusti a]dq(ue) incolumitate / [Iuliae Soaemiadis Aug(ustae)] m(atris) eius, temp(lum) Nymphar(um) / [– A]urellius Exsuperans / [– in]stitutis a solo nouo / [– –]ib(us) s(ua) p(ecunia) ampliauit / [. dil]absas d(e) / [– – –

359Plaque fragmentaire trouvée dans l’oued.

360Datation : probablement Élagabal (218-222), étant donné l’absence du nom Severus (Albertini).

91) , 1928, 37 ; E. Albertini, BAC 1928-1929, p. 94.

361[O]ptaui Dacos tenere caesos, tenui ; / [opt]aui in sella pacis residere, sedi ; [opt]aui claros sequi triumphos, factum ; / optaui primi commoda plena pili, hab (ui) ; / optaui nudas uidere Nymphas, uidi.

362Stèle à sommet triangulaire trouvée dans une des piscines thermales.

363L. 2 : mal conservée, E. Albertini propose d’y voir la mention d’une magistrature, sans doute municipale, mention curieusement placée au milieu du récit de la carrière militaire de ce primipilaire resté anonyme. Le texte est en sénaires trochaïques.

364Datation : Trajan ou peu après (mention de la campagne contre les Daces).

92) , 1960, 96 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 167, n. 159.

365Pro salute / Aug(usti) / M. Petronius, / M. f(ilius), Fab(ia tribu), Priscus, / Heracl(ea), c(enturio) leg(ionis) III / Aug(ustae), ex uisu / aram posu/it l(ibens) a(nimo), / XV kal(endas) aug(ustas), / Largo et cos (ulibus) / Missalino.

366L. 5 : sans doute Heraclea Sentica, en Macédoine, ville qui appartient à la tribu Fabia (Leglay, BAC 1955-1956, p. 49).

367L. 5-6 : le nom de la légion a été martelé.

368Autel. Le contexte thermal et la mention d’une vision laisse penser que les bénéficiaires de la dédicace étaient les Nymphes. Le site a en effet fourni plusieurs monuments de ce genre, dont l’un mentionne également une vision (Leglay, ibid., p. 50 ; pour l’autre référence à une apparition des Nymphes, cf. n° 91).

369Datation : 18 juillet 147 (l’Augustus est donc Antonin le Pieux), durant le consulat de L. Annius Largus et C. Prastina Pacatus Messalinus, mentionnés dans les deux dernières lignes de l’inscription, curieusement rédigées (Missalino pour Messalino ; cos pas à sa place). Sur les considérations astrologiques qui ont pu guider l’exécution de cette dédicace (date anniversaire de désastres militaires, soleil entrant dans la première partie du Lion), cf. Le Bohec, p. 167.

370AUZIA (Ghorfa Uled Selama, près de Sour Roslan ou Sour-el-Ghozlane, autrefois Aumale). Mauré tanie césarienne. AAAlg, f. 14, Médéa, n° 105.

93) CIL, VIII, 20757

371– – – at]que Claudi[a – – – / – – –] uxor eius mate[r – – – / – – –] gradibus quattuor [– – – / – – – d]edicauitque [– – – / – – –]as Rufina et Ho[– – – / – – – e]? Gelli Vindicianu[s – – – / – – –]us pecuniaequ[– – – / – – –]um in thermis pu[– – – / – – –]us madaurensis [– – –

372Datation inconnue.

373CAESAREA (Cherchel). Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 4, Cherchel, n° 16.

94) CIL, VIII, 20990 (= 9547) ; Lepelley, Cités, II, p. 514, n. 12.

374– – – Theod]osio perpe[tuis Augustis – – – / – – – ]fe ? thermar[um – – –

375Datation : cette restauration (ou construction ?) de thermes est associée au nom de Théodose. Pour C. Lepelley, « il s’agit très certainement de Théodose Ier (379-395) ». En réalité, il n’y a aucune raison d’exclure Théodose II (408-450).

376CALAMA (Guelma). Proconsulaire. AAAlg, f. 9, Bône, n° 146.

95) CIL, VIII, 5335 ; ILAlg, I, 256 ; Lepelley, Cités, II, p. 92, n. 8.

377Beatissimis temporibus dd(ominorum) nn(ostrorum) Valentiniani et Valentis perpetuorum Augg(ustorum), procons[ulatu u(iri) c(larissimi) Iuli Festi Hymetii, legatio]/ne u(iri) c(larissimi) Fabi(i) Fabiani, piscinam quae antea tenuis aqu(a)e pi[g]ra fluenta capiebat, nunc ue[ro – – – unda ?]/rum intonantium motibus redundantem, Q. Basilius Flaccianus fl(amen) p(er)p(etuus), augur et cur(ator) [rei p(ublicae) restituit ?] / et excepto[rio – – – ext]ructo adq(ue) perfecto cum [Bas]ilio Maximo Auf[id]iano [filio suo dedicauit ?]

378Datation : 366-368. Le CIL restitue le nom du proconsul P. Ampelius, en fonction en 364. Il s’agit, en réalité, du proconsul Iulius Festus Hymetius (366-368), comme le démontre la mention de son legatus Numidiae, Fabius Fabianus (Lepelley).

96) CIL, VIII, 5352 ; Monceaux, RA 1906, p. 474475, n° 193.

379Vna et bis senas turres crescebant in ordine totas, / mirabilem operam cito constructa videtur. / Posticius sub termas balteo concluditur ferro. / Nu[ll]us malorum poterit erigere man(um) ; / Patrici Solomon (is) insti[tu]tion(em) nemo expugnare ualeuit. / Defensio martir(um) tue[tu]r posticius ipse : / Clemens et Vincentius martir(es) custod(iunt) introitum ipsu (m).

380Inscription gravée sur un linteau, long de 1,60 m, surmontant une petite porte donnant accès aux thermes de Calama désormais enclavés dans l’enceinte de Solomon. On ne comprend pas bien si cet accès est « une petite poterne s’ouvrant dans le rempart » (Gsell, Monuments antiques, I, p. 228) ou « une petite porte intérieure » (Monceaux).

381Datation : 539.

382CASTELLUM MASTARENSE (Henchir Ali-El-Bani). Numidie. AAAlg, f. 17, Constantine, n° 94.

97) , 1908, 244 et 245.

383244 Genio / baline[i] cast(elli) / Mas(tarensis) [q]uom a solo / quartum idibus / decembribus / Modesto et Probo cos(ulibus).

384245 Dedicatum / VII Kal(endas) Iunia(s) Ag/ricola et Cle/mentino cos(ulibus) men/sibus XVII et die-bus / XV ex HS(estercium) C melium / nummum.

385« Ces inscriptions sont gravées sur des pierres semblables, hautes de un mètre, taillées avec moulures, en forme de piédestaux et devaient être placées chacune d’un côté de la porte du bain public en question » (A. Vel, RSC, 41, 1907, p. 259). X. Dupuis nous a communiqué les notes de H.-G. Pflaum concernant ces inscriptions :

  • 244, ligne 3 : et A. Vel donnent MAS OM A SOLO, A. Vel comprenant Genio... Optimo Maximo). H.-G. Pflaum a lu VOM qu’il restitue [q]uom pour quod.
  • 245, ligne 6 : melium, erreur pour milium ; il faudrait milibus.

386Datation : la construction des bains commence le 10 décembre 228 et s’achève le 26 mai 230, après 17 mois et 15 jours de travail.

387CASTELLUM TINGITANUM (Orléansville, El Asnam, Ech Cheliff). Maurétanie césarienne.

388AAAlg, f. 12, Orléansville, n° 174.

98) CIL, VIII, 21518.

389Siliqua frequens foueas mea membra / lauacro.

390Sur une mosaïque de thermes, bâtiment dont nous ne connaissons rien. Le pavement représente une scène de chasse.

391Le sens précis de cette inscription reste énigmatique car on bute sur le premier mot (Gsell, MEFR 1898, p. 138). O. Hirschfeld (Bull. trim. des antiquités africaines, 3, 1885, p. 135) avait proposé [pen]sili qua[m] frequens foueas..., pensant aux balneae pensiles, hypothèse condamnée par une photographie qui prouve qu’il n’y avait rien avant siliqua (Eph. ep., 7, n° 535). Plusieurs autres hypothèses, mentionnées par le CIL, n’apparaissent pas satisfaisantes (siège faisant partie du mobilier des bains, terme médical). P. Wuillemier (Musée d’Alger, supplt, Paris, 1928, p. 82) envisage qu’il s’agit de baigner ses membres dans une eau chauffée au bois de silice, dans un vin de caroube ou pour la somme de cinquante centimes ? Peut-être faut-il penser au nom de la source ou rivière dont était tirée l’eau alimentant les thermes (Eph. ep., VII, n° 535), à moins que siliqua ne désigne simplement les bains chauds (CIL), ce qui serait cependant surprenant.

392Datation : inconnue, mais le contexte évoque précisément le Bas-Empire. Dunbabin, Mosaics, p. 56 : milieu ive siècle ?

393CHOBA (Oued Ziama). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 7, Bougie, n° 68

99) CIL, VIII, 8375.

394Imp(eratore) Caes(are) L. Septimio Seuero Pio / Pertinace Aug(usto), balneae municipum / municipii Aelii Chobae p(ecunia) p(ublica) factae, / dedicantibus L. Aiedio M. fil(io) Quir(ina) / Victore, M. Aemili[o.] fil(io) Arn(iensi) Hono/rato, IIviris, a(nno) p(rouinciae) CLVII.

395Datation : 196. Si le P est considéré comme perdu par le CIL, la lecture A. P. CLVII est considérée comme certaine par Renier, n° 3504. Septime Sévère est Pius en 195.

396CIRTA (Constantine). Numidie. AAAlg, f. 17, Constantine, n° 126.

100) CIL, VIII, 7031 ; ILAlg, II, 615.

397C. Arrius Paca/tus balineum / pacatianum / sibi mensib (us) XIV.

398Inscription sur un dé de pierre situé devant la façade d’un établissement balnéaire qu’il faut considérer comme privé ou, du moins, de propriété privée.

399Datation : inconnue, avec une hypothèse attribuant l’inscription au début du iie siècle. C’est la date retenue par S. Gsell, qui ne présente cependant aucun argument (Monuments antiques, I, p. 229). Cette affirmation repose sans doute sur l’établissement d’un lien de parenté entre C. Arrius Pacatus et le consul homonyme de Marc Aurèle (C. Vars, RSC, 28, 1893, p. 293). En réalité, la situation est beaucoup plus incertaine.

400Nous savons, par une autre inscription de Cirta (CIL, VIII, 7032), qu’un certain C. Arrius Pacatus est l’époux d’Antonia Saturnina, laquelle est la tante maternelle des clarissimes Antoninus, Maximus et Pacatus Arrii (PIR, I, nos 895, 903 et 906). Avant de poursuivre le raisonnement, il faudrait savoir si ce C. Arrius Pacatus et l’homonyme constructeur des bains ne sont qu’une seule et même personne. Cela est parfois admis (PIR, I, n° 907), mais parfois considéré comme hypothétique (RE, col. 1257, n° 27).

401Si on accepte cependant cette identité, peut-on tirer quelque information du nom des trois frères de la seconde génération ? Le seul dont on puisse éventuellement retrouver la trace est Arrius Antoninus. Plusieurs personnages portant ces noms sont connus par ailleurs (PIR, nos 890 à 894). Le plus intéressant d’entre eux, pour notre propos, est le dernier, C. Arrius Antoninus, attesté à Cirta entre 180 et 188 (CIL, VIII, 7030) et à Thamugadi (CIL, VIII, 2390). Or, ce personnage fut consul en 170 et décèda vers 188. Nous aurions ainsi un repère chronologique ferme, mais qui, en réalité, reste très hypothétique. D’abord, rien ne permet d’affirmer que le consul est le neveu du constructeur des bains de Cirta (PIR). Ensuite, si un lien familial existe bien, on peut aussi penser que le consul n’est pas le neveu, mais le fils du neveu (RE, col. 1255, n° 13) : nous aurions alors trois générations.

101) ILAlg, II, 595 ; Lepelley, Cités, II, p. 386, n. 12.

402Felicissimi[s temporibus dd(ominorum) nn(ostrorum) Valentiniani] / et Valentis [semper Augg(ustorum), thermas ? Constan]/tinianas u[etustate conlapsas ? – – – an]/nis tot re[tro – – –

403L’hypothèse de thermae Constantinianae (Lepelley) est étayée par l’usage de dénommer les bâtiments publics en utilisant le cognomen impérial : on ne voit pas quel autre édifice, au féminin pluriel, pourrait mériter une telle appellation. En revanche, il est bien aléatoire d’effectuer, comme le suggère H.-G. Pflaum, la même restitution pour CIL, VIII, 7024 = ILAlg, II, 593 :] ntinian[(Lepelley, Cités, II, p. 388, n. 23). Datation : 364-367, sous le règne de Valentinien Ier et de Valens, avant l’association de Gratien à l’Empire.

404CUICUL (Djemila). Numidie. AAAlg, f. 16, Sétif, n° 233.

102) , 1920, 16 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 390, n. 203.

405[– – – Diui] / Hadriani pronep(oti), Diui Traiani Parthici abnep(oti), Diui Neruae adnep(oti), resp (ublica) Cuiculitanorum thermas a solo fecit, dedicante / M. Valerio Maximiano, leg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore), patrono col(oniae).

406La première ligne, qui portait les noms de l’empereur Commode, a été martelée.

407Grands thermes Sud, sur des blocs provenant d’un entablement et retrouvés dans la rue longeant l’édifice : il s’agit de la dédicace du bâtiment, qui devait être placée sur la façade.

408Datation : l’inscription n° 103, qui est quasiment une réplique de celle-ci mais qui permet de restituer la titulature de Commode, implique la date de 183-184.

103) , 1935, 45 ; Leschi, BAC 1934-1935, p. 355-356 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 390, n. 203.

409[Imp(eratori) Caes(ari) M. Aur]elio [Commodo Antonino / Augusto Pio S]arm(atico) Germ(anico) M[axi]mo, pontif(ici) max(imo), / [trib(unicia) pot (estate) VIII ou IX, imp(eratori) VI ou VII], cos(uli) IIII, p(atri) p(atriae), Diui M. Antonii Pii Germ(anici) / [Sarm(atici) f]il(io), Diu[i P]ii nep(oti), Diui Hadriani pronep(oti), Diui Traiani / [Part]hici abnep (oti), Diui Neruae adnep(oti), res publica / [C]uicu[litanorum the]rmas a solo fecit, dedicante / [M. Valerio Maximi]ano leg(ato) Aug(usti) pr(o) pr(aetore).

410Le martelage imparfait du nom et de la titulature de Commode a permis à L. Leschi de restituer le début du texte, que Y. Le Bohec met à l’ablatif pour une raison qui nous échappe.

411Le texte est gravé sur une plaque de calcaire.

412L. Leschi suppose que cette seconde version de la dédicace des grands thermes Sud, dont les multiples fragments ont été retrouvés en divers endroits de l’édifice et de ses abords, était placée à l’intérieur du bâtiment.

413Datation : 183-début 184. Commode revêt son quatrième consulat le 1er janvier 183, le cinquième le 1er janvier 186. Il est Britannicus, titre non mentionné ici, en 184.

104) Ballu, BAC 1919, p. 97, nos VII et VIII.

  • Face A : Iuliae C. fil(iae) / Impetratae, Q. Gresius / Tertullus / coniugi ra/rissimae / fecit.
  • Face B : Iuliae C. fil(iae) / Maximinae matri piissimae.

414Base cubique (0,60 m), inscrite sur deux faces opposées, trouvée dans le frigidarium des grands thermes Sud : il s’agit peut-être de son emplacement originel.

415Le sens de la face A est clair, celui de la face B l’est moins. S’il s’agit d’un remploi et si les deux inscriptions n’ont rien à voir entre elles, le second texte, sans mention du dédicant, est curieux. S’il s’agit de la même personne honorée par son époux et son ou ses enfants, on ne comprend pas la différence de cognomen. Si c’est le même Q. Gresius Tertullus qui honore sa femme et sa mère, il faut comprendre que la base ne supportait rien ou une statue qui ne représentait aucune des deux femmes. Cela semble la seule solution.

416Datation : inconnue, mais on notera la mention des prénoms et de la filiation. Si la base a bien été érigée dans les thermes, on peut donc penser à la fin iie-première moitié iiie siècle.

105) Ballu, BAC 1919, p. 97, n° IX.

417Aesculapio / Aug(usto) sacr(um), / M. Sosius M. filius Pap(iria tribu) Secundian(u)s, / aedil(is) pr. pr. II uiris, / statuam quam ob ho/nor(em) aedilitat (is) suae / super legitimam / ex ss(estercium) IIII mil (ibus) n(ummum) promi/serat ampliata pecunia / posuit d(e)d(icauit)que, curante / M. Sosio Corneliano, filio.

418Base haute de 1,07 m trouvée dans le frigidarium des grands thermes Sud.

419Datation : probablement 183-première moitié du iiie siècle. La date haute est donnée par l’année de la dédicace des thermes (183-184), la statue, étant donné la divinité à laquelle elle est consacrée, ayant sans doute été originellement placée dans ce monument. La date basse est liée aux mentions du prénom, de la filiation et de la tribu, qui rendent peu probable une datation plus tardive.

106) , 1920, 33.

420Balneum Terenti(i) Donati restitutu(m) per istantia(m) Frumeti Longiniani.

421Inscription musive trouvée dans des bains situés immédiatement à l’Est des thermes du capitole.

422Datation : inconnue.

423EQUIZETUM (Ouled Agla, El Hammadia, Le courbe). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 15, Akbou, n° 91.

107) , 1933, 49 ; Albertini, BAC 1932-1933, p. 51-52.

424In his praediis Cominiorum / Montani et Feliciani iun(iorum) / et Feliciani patris eorum / balneu[m – ] omnis huma/nitas urbico more praebetur.

425L. 2 : on peut comprendre Feliciani Iun(ioris) ou, plutôt, considérer que iuniores s’oppose à pater.

426L. 4 : un trou percé dans la pierre a détruit l’essentiel de la dernière lettre de balneum et, d’après Albertini, une ou deux lettres. Il propose de restituer balneum et omnis humanitas, « un bain avec tout le confort ». La conjonction de coordination n’apparaît pas indispensable.

427L’inscription est gravée dans un cartouche à queues d’aronde, sur une pierre dont on ignore le contexte.

428Datation : inconnue.

108) Ballu, Rapport 1923, p. 23.

429a) Bene lauare

430b) Saluum lauisse

431Ces deux inscriptions font partie du pavement mosaïqué du frigidarium d’un établissement de bains.

432Datation : inconnue.

433HIPPO REGIUS (Bône, Annaba). Proconsulaire. AAAlg, f. 9, Bône, n° 59.

109) , 1958, 141.

434[C]oloni[a] / Augusta / Hippo / Regius / restituit. / Felic(iter).

435Base trouvée dans les grands thermes Sud, ce qui laisse penser que la restauration ainsi commémorée concerne cet édifice.

436Datation : inconnue, mais sans doute époque sévérienne ou plus tard. E. Marec (Libyca 1956, p. 306, repris par l’) l’attribue à l’époque sévérienne d’après des critères paléographiques, et même à 198 en établissant une relation avec le texte suivant : tous deux commémoreraient la même restauration. Ce n’est qu’une hypothèse, et rien n’interdit de penser à une restauration plus tardive du bâtiment, succédant à une opération semblable déjà réalisée en 198, ou même à la construction du monument en 198.

110) , 1958, 142 ; Marec, Libyca 1956, p. 306-309.

437[Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio Antonino ?] L. Septimii [Seu]eri Pii Pertinacis Aug(usti) [– fil(io)– / fel]icissimo principi iuuentutis, splendidi[issima colonia Hipponiensium / Regioru]m, anno procos (ulatus) L. Cossoni(i) [Eg]gi(i) Marulli, c(larissimi) u(iri), [curante ? Cossonio Scipione / O]rfito, c(larissimo) u(iro), leg(ato) et filio eiu[s ––

438Grands thermes Sud : sur une plaque de marbre brisée en vingt morceaux et trouvée « dans les ruines du mur qui devait limiter l’édifice sur le côté Est... » (Marec). La dédicace est très probablement au nom de Caracalla. Rien ne permet de savoir si elle commémore une construction ou une restauration.

439Datation : 198, année du proconsulat de L. Cossonius Eggius Marullus, qui a pour légat son fils, Cossonius Scipio Orfitus.

111) Marec, Bull. Acad. Hip. 1925-1927, p. 17.

440[Diuo Pio] Seuero P[ertinaci – / –, pat]ri domini no[stri Imp(eratoris) Caes(aris) / M. Aureli(i)] Antonini [Aug(usti), / Hip]ponienses [Regii / d(ecreto)] d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

441Grands thermes Nord. L’inscription, soigneusement gravée, devait courir sur trois plaques de marbre, hautes de 1,50 m, comportant cinq lignes. Il ne subsiste que la plaque centrale, retrouvée dans le local V (pl. LXXXIV-2). Il s’agit de la dédicace des thermes.

442Datation : Caracalla (211-217).

112) AÉ, 1958, 135 ; Marec, Libyca 1956, p. 291-292.

443Ex test(amento) / L. Aselli(i), / L.f(ilii), Quir(ina tribu), / Honorati, / d(ecreto) d(ecurionum).

444Cette inscription se retrouve, identique, sur quatre bases de statues retrouvées dans le frigidarium des grands thermes Nord ou à proximité immédiate : un piédestal provient du local V (pl. LXXXIV-2 ; Marec, Bull. Acad. Hipp. 1925-1927, p. 13). L. Asellius Honoratus est inconnu par ailleurs, mais sa tribu, la Quirina, est celle des citoyens d’Hippone.

445Datation : première moitié du iiie siècle ? De fait, nous pensons que la mise en place du décor sculpté du frigidarium est de peu postérieure à l’érection du monument sous Caracalla. La mention du prénom, de la filiation et de la tribu du donateur va dans ce sens.

113) , 1957, 91 ; Leglay, Rapport 1950-1953.

446Neptuno / Aug(usto) / sacr(um).

447Grands thermes Nord. L’inscription est gravée sur « un autel de marbre trouvé dans la piscine latérale (Est) du grand frigidarium » (Leglay). Rien ne permet cependant d’affirmer qu’il était originellement placé dans les thermes.

448Datation : inconnue.

449KHALFOUN. Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 16, Sétif, n° 323.

114) CIL, VIII, 8424 et p. 970 ; Rev. afric. 19, 1875, fig. 2 et 3 entre p. 160 et 161 ; Cagnat, BAC 1925, p. CLXXII.

450A. Bene laues, / oze a(ssem) des, / cras gratis, res tuta.

451B. Saluu(m) lauis(s)e, / bono (eius) q(u)i / fieri ius(s)it / ex s[ua pecunia ?].

452Inscriptions dans deux panneaux insérés dans une mosaïque dont nous ne connaissons rien. On peut penser que ces panneaux étaient disposés en sens inverse, le premier accueillant le baigneur, le second, souhaitant que le bain fut bon, s’adressant aux sortants.

453A, l. 2 : oze pour hodie. Datation : inconnue.

454LAMASBA (Corneille). Numidie. AAAlg, f. 27, Bat-na, n° 86.

115) Ballu, Rapport 1924, p. 18.

455– – –]us / [– – –]ra / [– – –]n pote / [–uia–]tem / te ueniente die, te decedente canebat. Albertini, BAC 1927, p. 475-478. Sae[pe ? uus ? – – – / – – – / – – – / – – –]us / [– – –]tra ? [– – –]m pote [-]ota ? [.l ? u ?]item ? / te ueniente die, te decedente canebam. Pavement de mosaïque : le texte, sans doute envers, est disposé sur huit lignes placées dans un cartouche à queues d’aronde. Ce cartouche est inséré dans un décor géométrique à motifs floraux, devant la marche-margelle de la piscine d’un frigidarium. Les dimensions de ce local (Gsell : 5,50 × 4 m ; Albertini : plus de 6 × 4 m, avec une piscine de 3,40 × 2,50 m) ne permettent pas de savoir s’il s’agit d’un établissement privé ou public.

456Seul le dernier vers est intact. Il est emprunté à Virgile, Géorgiques, IV, 466. Orphée pleurait Eurydice : « c’est toi qu’il chantait à la venue du jour, toi qu’il chantait quand il s’éloigne » (trad. H. Goelzer, CUF, 5e éd., 1947). Le peu qui subsiste des vers précédents permet d’exclure qu’il s’agisse d’une reproduction du reste du texte de Virgile, dont le vers est d’ailleurs détourné de son sens originel par la mise à la première personne du verbe (Albertini).

457Datation : inconnue. Cependant, A. Ballu fournit un dessin reproduisant sommairement la mosaïque. Il s’agit d’une composition d’étoiles de deux carrés déterminant des octogones et des losanges. Une telle combinaison nous paraît exclure une date antérieure à l’époque sévérienne et est parfaitement attestée en des périodes beaucoup plus tardives. Notre méconnaissance du traitement et remplissage des motifs ne permet pas d’être plus précis.

458LAMBAESIS (Tazoult-Lambèse). Numidie. AAAlg, f. 27, Batna, nos 223-224.

116) CIL, VIII, 2578.

459Quart frig col ped / quad t DICXXXVTMCCXXCIX.

460Il s’agit d’une inscription sur mosaïque, dans une des salles des thermes du camp (Renier, n° 1405). Nous n’avons pas retrouvé mention de cette découverte dans les rapports de fouille.

461Le CIL (Mommsen) a tenté une interprétation en proposant des hypothèses de développement : frig(idarium) ; col(ymbus) ; ped(es) quad(rati) ; t(ubi). Les données chiffrées pourraient correspondre à des matériaux de construction (briques ?) utilisés dans la construction.

462Datation : inconnue.

117) CIL, VIII, 2587 et p. 1739 ; Cherbonneau, RSC 1862, p. 140-141, n° 200 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 133, n. 105.

463Face principale : Aesculapio / sancto / M. Porcius / Iustus, / praef(ectus) cas(trorum) / leg(ionis) III Aug (ustae), / d(e)d(it).

464Face latérale : dedicata / idibus / nouemb(ribus), / Imp(eratore) Commo/do III et Bur(ro) / cos(ulibus).

465Le support est une stèle hexagonale, haute de 1 m, « extraite des décombres entassés devant le praetorium, à un endroit que l’on regarde généralement comme les bains de la IIIe légion » (Cherbonneau).

466Datation : 13 novembre 181, sous le consulat de Commode III et de Burrus.

118) CIL, VIII, 2692.

467[Imp(erator) Caes(ar)], Diui T[raiani – – – / Parthi]ci f(ilius), Di[ui Neruae – – – / – n(epos), Traian]us Hadr[ianus Aug(ustus) – – – / – – tri]bunic(ia) [pot(estate) – – – / – – – c]um balin[eo – – – / – – –] legato [Aug(usti) pr(o) pr(aetore) – – –

468Inscription trouvée près de l’amphithéâtre.

469Datation : 117 – 138.

119) CIL, VIII, 2706 et p. 1739.

470Pro salute Impp(eratorum) Caess(arum) L. Septimii / Seueri Pii Pertin(acis) Aug(usti) Arab(ici) / Adiab(enici) Part(hici) Max(imi) et M. Aur/eli(i) Antonini Aug(usti) Pii Felicis / maximi fortissimique princi/pi iuuentutis et Iuli/ae Aug(ustae) matris castrorum, / legio III Aug(usta) eorum balneum ue/ tustate conlapsum restituit.

471Lieu de découverte inconnu.

472Datation : 200-209. Le titre de maximi fortissimique principi iuuentutis remplace le nom de Géta (A. Mastino, Le titolature di Caracalla e Geta attraverso le iscrizioni, dans Studi di storia antica, 5, Bologne, 1981, p. 142, avec, comme datation, 198209). La formule Impp Caess implique probablement le règne commun de Septime Sévère et Caracalla, donc entre 198 et 209, date de l’accession au trône de Géta, ce que confirment le titre honorifique du premier, Parthicus maximus (198) et l’absence de Britannicus (209 ou 210). À la ligne 4, les surnoms Pius Felix attribués à Caracalla nous donnent même le terminus ante quem non de 200. Y. Le Bohec date l’inscription de 211 (IIIe Légion, p. 397).

120) AÉ, 1971, 508 ; Marcillet-Jaubert, BAA 1970, p. 312-317 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 474, n. 228.

473Imp(erator) Caes(ar) P. Licinius Egnatius G<a>llienus / Pius F<e>lix Aug(ustus) thermas uetustate / conlabsas per leg(ionem) suam III Aug(ustam) res/tituit, curante Iulio Fortunatiano, / u(iro) c(larissimo), cos(ule ? are ?), com(i)te et legato Aug (usti) et Aurelio Syro, u(iro) e(gregio), praef(ecto) leg(ionis).

474L’inscription, trouvée en 1956 et copiée par un gardien, a aussitôt disparu. Son lieu de découverte, à Lambèse, est inconnu : nous ne connaissons pas le bâtiment thermal concerné par cette restauration. Ce texte est le premier témoignage de l’association d’un gouverneur d’ordre sénatorial et d’un préfet équestre commandant la légion.

475Datation : 262-267. Gallien règne seul de 260 à 268 mais Tenagino Probus est gouverneur à partir de 267 ou 268. De plus, la présence d’un préfet de légion à la place d’un légat de légion ne peut être que consécutive au décret de Gallien, pris vers 262 et organisant cette substitution de la préfecture à la légation légionnaire (Le Bohec, p. 474-475).

121) Carcopino, BAC 1905, p. 234, n° 18 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 416, n. 374.

476Imp(erator) Caesar M. [– – – / – – –] therm[as – – –

477« Dans le camp, mais assez loin des thermes ». Ces travaux, dont on ignore la nature, concernent peut-être les thermes du camp. Cette hypothèse est confortée par la présence du nom de l’Empereur au nominatif : il faut sans doute comprendre que ce dernier a exécuté des travaux par l’intermédiaire de ses soldats. Cependant, pour désigner des thermes militaires, on aurait plutôt attendu le mot balneum.

478Datation : 161 – iiie siècle. Selon Y. Le Bohec, le prénom Marcus peut désigner Marc Aurèle, Commode, Caracalla, Macrin, Élagabal et Sévère Alexandre. C’est oublier des Empereurs du iiie siècle tels que les Gordiens, Claude II, Tacite, Carus, etc.

122) AÉ, 1911, 97 ; Weydert, BAC 1912, p. 346347, n° I ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 169, n. 173.

479Herculi Inuicto s(acrum), / pro salute et uic(toria) / Impp(eratorum) Caess(arum) / L. Septimi(i) Seueri / Pertinacis Pii et / M. Aurel(ii) Antonini / Augg (ustorum) et Iuliae Aug(ustae), Q. Anicio / Fausto, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o)pr(aetore, / c(larissimo) u(iro), in honorem / P. Aeli(i) Q. f(ilii) %L&e<m>onia (tribu) / Menecratiani, Zita, / ex c(enturione) leg(ionario), hon(este) mis(si), / patris sui permit/tente eo P. Ael(ius) Me/necrates Flor(ianus), eq(ues romanus), p(rimus)p(ilus), / fl(amen) p(er)p(etuus), patr (iae) suae don(o) / ded(it) N III.

480L. 7-8 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux, martelés, de Géta.

481L. 11 : la pierre porte MEONIA pour Lemonia.

482L. 12 : Zita, ville dont est originaire P. Aelius Menecratianus, est l’actuel Henchir Ziar, à 10 km à l’Ouest de Zarzis, près de Jerba.

483L.16 : à la fin de la ligne, on lit EQ P P. N.-E. Weydert comprend eq(uo) p(ublico) <p>. Il faut suivre Y. Le Bohec : sur les primipiles, grade le plus élevé du centurionat, cf. p. 147 sq. et p. 169 sur la famille, pour laquelle on se reportera surtout à Weydert, p. 352-355.

484Dernière ligne : N.-E. Weydert, suivi par Y. Le Bohec, comprend n(umero) III et ne commente pas ce développement, dont le sens est pourtant énigmatique. J. Bayet (Statues d’Hercule, p. 19 sq.) y voit l’indication du prix de la statue et lit n(ummum) III (millibus), c’est-à-dire 3 000 sesterces. Même si cette rédaction ne correspond pas parfaitement à la formule usuelle, elle donne un sens satisfaisant. Le prix qui serait ainsi indiqué ne serait pas pour surprendre (cf. Duncan-Jones, Quantitative studies, p. 78-79 ; cet auteur n’a cependant retenu ni cet exemple, ni les suivants, dans son inventaire).

485Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

486Datation : 197-201, période durant laquelle Q. Anicius Faustus est légat. N.-E. Weydert, notant que ce dernier est consul en 198, titre qui n’est pas mentionné ici, et que, inversement, vers le milieu de l’année 197, Caracalla était seulement Empereur désigné, pense même à la dernière partie de l’année 197.

123) , 1911, 98 ; Weydert, BAC 1912, p. 348349, n° II.

487Herculi Inuicto s(acrum), / pro sal(ute) et uictoria / Impp(eratorum) Caess(arum) / L. Septimi(i) Seueri / Pertinacis Pii et / M. Aur(elii) Ant(onini) Augg(ustorum) / et Iuliae Aug(ustae) ma/tris Aug(usti), / in hon(orem) P. Maeui(i) Satur/nini Honoratiani, / proc(uratoris) Auggg(ustorum), c(larissimi) u(iri), / sorori sui P. Ael(ius) / Menecrates don(o) / patriae suae dedit / NVM III.

488L. 7-8 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés.

489L. 9-10 : P. Maeuius Saturninus Honoratianus est l’époux d’Aelia Menecratilla, sœur (l. 12) de P. Aelius Menecrates. Dernière ligne : num(ero) III ou, plutôt, num (mum) III (millibus).

490Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

491Datation : 197-201, d’après l’inscription précédente.

124) Weydert, BAC 1912, p. 349, n° III.

492Herculi Inuicto s(acrum), / pro salute et uicto/ria / Impp(eratorum) Caess(arum) / L. Septimi(i) Seueri / Pertinacis Pii et / M. Aur(elii) Antoni/ni Augg(ustorum) et Iul(iae) / Augustae ma/tris Aug(usti), / P. Aelius Menecrates / in honorem Satur/nini sorori{i} sui / dono patriae dedit.

493L. 8-10 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés.

494L. 12-13 : Saturninus est P. Maeuius Saturninus Honoratianus, époux d’Aelia Menecratilla, sœur de P. Aelius Menecrates (cf. l’inscription précédente).

495Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

496Datation : 197-201 (cf. ci-dessus).

125) Weydert, BAC 1912, p. 350, n° IV.

497Herculi Inuicto s(acrum), / pro salute et uicto/ria / Impp(eratorum) Caess(arum) L. Septi/mi(i) Seueri Pertina/cis Pii et M. Aureli(i) / Antonini Augg(ustorum) et / Iuliae Aug(ustae) matris / Aug(usti), P. Ael (ius) Menec(rates) / dono patriae suae dedit / nom (ine) fil(ii) sororis.

498L. 8-9 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés.

499Dernière ligne : le fils de la sœur de P. Aelius Menecrates est P. Maeuius Saturninus Honoratianus, qui portent les mêmes noms que son père et qui fut tribun laticlave (CIL, VIII, 2741).

500Base de statue trouvée dans les grands thermes (palais du légat), probablement dans le frigidarium.

501Datation : 197-201 (cf. ci-dessus).

126) Weydert, BAC 1912, p. 350-351, n° V.

502Herculi Inuic(to) s(acrum), / pro salute et / uictoria / Impp(eratorum) Caess(arum) L. Septi/mi(i) Seueri Pertina/cis Pii et M. Aureli(i) / Antonini Augg (ustorum) et / Iuliae Aug(ustae) matris / Aug(usti), P. Ael(ius) Menec(rates) / don(o) patriae suae dedit / nom(ine) fil(ii) sororis.

503L. 8-9 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés. Dernière ligne : sur le fils de la sœur de P. Aelius Menecrates, cf. l’inscription précédente.

504Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

505Datation : 197-201 (cf. ci-dessus).

127) , 1912, 17 ; Weydert, BAC 1912, p. 351, n° VI.

506Herculi Inuicto s(acrum), / pro salute et uictoria / Impp(eratorum) Caess(arum) L. Sep(timii) / Seueri Pe{pe}rtinac(is) / Pii et M. Aur(elii) Ant(onini) / Augg (ustorum) et Iuliae / Aug(ustae) matris Au(gusti), / in honorem P. Maeui(i) / Saturnini Honoratiani, / trib (uni) lat(iclauii) mil(itum) leg(ionis) / XI Cl(audiae), c(larissimi) i(uuenis), fi/li(i) Aeliae Menecra/tillae sororis su[ae], / P. Ael(ius) M(enecrates) don(o) pat[ri]/ ae suae dedit, / NVM III.

507L. 6-7 : Les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés.

508L. 8-9 : il s’agit du fils de la sœur de P. Aelius Menecrates, sœur dont le nom nous est donné par les l. 12-13.

509Dernière ligne : num(ero) III ou, plutôt, nu-m(mum) III (millibus).

510Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

511Datation : 197-201 (cf. ci-dessus).

128) , 1912, 18 ; Weydert, BAC 1912, p. 352, n° VII.

512Herculi Inuic(to) s(acrum), / pro salute et / uictoria / Impp(eratorum) Caess(arum) L. / Septimi(i) Seueri / Pertinacis Pii et / M. Aur(elii) Antonini Augg (ustorum) / et Iuliae Aug(ustae) mat/ris Aug(usti), / in hon(orem) D. Ael(ii) Me/necr(atiani), a mil(itiis), fratris, / P. Aelius Menecrat(es) / don(o) pat(riae) suae de(dit), / NVM III.

513L. 8-9 : les noms de Iulia Augusta remplacent ceux de Géta, martelés. Dernière ligne : num(ero) III ou, plutôt, num (mum) III (millibus).

514Base de statue trouvée dans les grands thermes (« palais du légat »), probablement dans le frigidarium.

515Datation : 197-201 (cf. ci-dessus).

129) , 1912, 19.

516Gymnasium quodannis / III iduum aprilium hic praebetur.

517Grands thermes (« palais du légat »). Le lieu de découverte est mal décrit par les rapports de fouille : inscription « trouvée en place dans le mur d’une salle des thermes » (Ballu, BAC 1911, p. CCXL) ; « Au bas des niches de la grande salle dont il vient d’être parlé (= le frigidarium), deux inscriptions... ont été trouvées, encore sur place. Leur texte est identique » (Touze, RSC 1911, p. 299). Ces informations sont imprécises. On peut en retenir que cet événement annuel était signalé par plusieurs inscriptions prises dans la maçonnerie de la salle des bains froids, sous des niches, sans que l’on puisse localiser celles-ci, à moins qu’il ne s’agisse de celles qui furent ménagées dans les piles de grand appareil érigées aux angles du frigidarium pour soutenir la voûte menaçant ruine.

518Datation : inconnue.

130) , 1913, 12 ; Weydert, BAC 1912, p. 345 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 199, n. 144.

519Genio Lambaesis, / ex testamento / T. Fl(auii) Vettiani, b(ene)f(iciarii) leg(ati), / curante / C. Iulio Marciano, / tutore.

520Les beneficiarii sont des soldats placés au-dessus de leurs collègues par le port de ce titre honorifique qui signale qu’ils sont exemptés de corvées. Ils sont attachés à des officiers, assument certaines fonctions dans le camp ou sont placés à la tête de petits postes militaires, les stationes (Le Bohec, p. 186).

521Grands thermes (« palais du légat »), sans plus de précision.

522Datation : époque sévérienne ou plus tard.

131) Christofle, Rapport 1930-1932, p. 229-230.

523A. In/uide uiu/ %e& et uid/e %u&t possis / plura u/ idere.

524L. 3-4 : la copie publiée par M. Christofle porte SET VID/E ET POSSIS, erreurs du mosaïste ou de la publication. Le texte est aisé à restituer grâce à une inscription identique de Lambiridi (Ballu, BAC 1919, p. 159).

525B. Mor/e {o}urb/ico {o}.

526M. Christofle signale simplement la découverte de deux mosaïques portant des inscriptions situées chacune dans un médaillon. On peut penser qu’elles proviennent de la même construction, l’expression more urbico signifiant certainement qu’au moins une partie de celle-ci avait une destination thermale.

527Datation : inconnue.

132) Inv. mos., III, n° 196 ; AAAlg, f. 27, Batna, n° 224, 17.

528Bene laua.

529Le contexte est quasiment inconnu : mosaïque « dans des thermes ».

530MADAUROS (Madame, près de Montesquieu = M’Daourouch). Proconsulaire. AAAlg, f. 18, Souk Ahras, n° 432.

133) ILAlg, I, 2031 ; , 1907, 235.

531Aesculapio Aug(usto).

532Couronnement de base trouvé dans les grands thermes, sans plus de précision. Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107).

134) ILAlg, I, 2040 ; , 1907, 240.

533Fortunae Aug(ustae).

534Couronnement de base trouvé dans les grands thermes, sans plus de précison. Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107).

135) ILAlg, I, 2050 ; , 1907, 242.

535Hygiae Aug(ustae).

536Couronnement de base trouvé dans les grands thermes, sans plus de précison. Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107).

136) ILAlg, I, 2051 ; , 1907, 241.

537Libero Aug(usto).

538Couronnement de base trouvé dans les grands thermes, sans plus de précision. Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107).

137) ILAlg, I, 2067 ; , 1907, 239.

539Veneri Aug(ustae).

540Couronnement de base trouvé dans les grands thermes, sans plus de précision. Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107).

138) ILAlg, I, 2085.

541Imp(eratori) Caes(ari), d[iui M. Antoni]/ni Pii, Germ(anici), [Sarm(atici) fil(io), diui Comm]/o[di fratri, diui Antonini Pii ne]/poti, d[iui Hadriani pronepoti], / diui Traia[ni Parth(ici) abnepoti], / diui Ne-rua[e adnepoti, L. Septi]/mio Seuer[o Pio Pertinaci] Aug(usto) [Ar]ab(ico) [Adiab(enico) Parth(ico) Max(imo)], / pon[t(ifici) max(imo) ––], / proc[o]n[suli– –

542Petits thermes. Pierre encastrée dans un mur tardif barrant l’abside de la salle II (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 104 = ici pl. XCI-3 et 4 : les thermes fonctionnent encore).

543Datation : 195-211. Cette dédicace à Septime Sévère ne peut être antérieure à 195 si on accepte la restitution des titres de frère de Commode et d’Arabicus, qui ne repose que sur peu de lettres mais qui paraît convaincante. Le qualificatif de Parthicus Maximus impliquerait même le terminus ante quem non de 198, mais il est entièrement restitué.

139) ILAlg, I, 2087.

544Pro sal[u]te / Imperatorum Cae/sarum L. Sep[t]imi(i) / Seueri Pii Pertinacis Augusti, p(atris) p(atriae), Arab(ici) Adiab(enici) Part(hici) / Maximi, p(ontificis) m(aximi) et M. Aure/li(i) Antonini Aug (usti) Pii F(elicis), p(ontificis) m(aximi), / p(rincipis) i(uuentutis) e[t P.] Septimi(i) Getae, no/bil[issimi]Caes(aris) Aug(usti), p(rincipis) i(uuentutis), et / Iuliae Aug(ustae), matris Augg(ustorum), / matris castrorum / e[t Fuluiae Plautilla]e Aug(ustae), / Q. Calpurnius Festus / st[a]tuam quam pro hono/[re aedil (itatis) ? sup]er legitimam / [promiserat, pos(uit) et ded]ic(auit).

545Base trouvée dans les grands thermes.

546Datation : 202-205. Dédicace à Septime Sévère, ses fils, sa femme, ainsi que Plautille, épouse de Caracalla, la présence de cette dernière datant ce document. Comme sur d’autres inscriptions, Caracalla porte le titre de pontifex maximus bien avant la date officielle de 211.

140) ILAlg, I, 2088.

547Pro [s]alute / Imppp(eratorum) Caesarum L. Septim[ii Seuer]i Pii Perti/nacis Aug(usti), p(atris) [p(atriae) ––] / Parth(ici) [M]ax(imi), p(ontificis) [m(aximi) et M. Aureli(i) Antonini Aug(usti) Pii] / F[e]l(icis), p(ontificis) m(aximi), princ[ipis iuuen]tuti[s, et P. Septimii / G]et[ae Aug(usti), principis iuuventutis et I]uliae / Dom[nae Aug(ustae), matris Augg (ustorum), m]at[ris castro/ru[m et Fuluiae Plautillae Aug(ustae)], /C. Iulius Vrbanus Priscianus ob hono/ [r]em aedilitatis, inlata prius [rei pu]b[lic(ae) / summa legitima], s[t]a[tu]am sua pe[cunia / fecit et d]e[dica]uit.

548Au Sud des grands thermes, à proximité immédiate (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107, note 5). Les noms et titres de Géta et de Plautille ont été martelés.

549Datation : 202-205.

550141) ILAlg, I, 2089.

551Pro salute / Imperatorum Caes(arum) / L. Septimi(i) Seueri Pii / Pertinacis Aug(usti), p(atris) p(atriae) / et M. Aureli(i) Antoni(ni) Aug(usti) et P. Septimi(i) / Getae A[u]g(usti) et Iuliae / August[ae], matri[s Augg (ustorum), / matris castro[rum], / Q. Mattius Rusticus Flau[ia]nus statuam / qu[am p]ro honore aedil (itatis) / am[p]lius ad legitimam / p[ro]miserat, in-lat[a pr]i/us honoraria, feci[t et] / gymnasio dato dedica/uit.

552Base trouvée dans les grands thermes. Dédicace à Septime Sévère, Caracalla, Géta et Iulia Domna.

553Datation : 209/210-211, soit entre l’obtention du titre d’Auguste par Géta et la mort de Septime Sévère.

142) ILAlg, I, 2091.

554Imp(eratori) Caes(ari) M. Au/relio Antoni/no Aug (usto) Pio Feli/ci, cos(uli) desig(nato), prin/cipi iuuentut(is), / Imp(eratoris) Caes(aris) L. Sep/timi(i) Seuer[i] P[ii / Pertinacis Au(gusti), p(atris) p(atriae)], / Arab(ici), A[diab(enici)], / Parth(ici) Ma[x(imi) ] / filio, d(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica).

555Petits thermes : deux morceaux d’une base trouvés dans cet édifice.

556Datation : 201. Caracalla est consul désigné, et entre en charge le 1er janvier 202 (ILAlg).

143) ILAlg, I, 2092.

557Pro salute Imp(eratoris) / Caes(aris) M. Aureli(i) Seue/ri Antonini Aug(usti) / Pii Felicis, ponti/ficis maximi, Brit(annici) / Maxim(i), Part(hici) Max (imi), German(ici) / Max(imi) et Iuliae Domnae Aug (ustae), / matris Aug(usti) et senatus et patri/ae totiusque domus diuinae, / P. Cestius Martialis ob / ho-nore<m> aedilitatis amplius / ad leg[i]tima statuam de su/o posuit et dedicauit.

558Base trouvée dans les grands thermes. Dédicace à Caracalla et Iulia Domna.

559Datation : 213-217. Caracalla est Germanicus Maximus en septembre 213.

144) ILAlg, I, 2095.

560Pro s[alute] / Imp(eratoris) Caesa[ris] / M. Aureli(i) Se[ueri] / Alexandri P(ii) F(elicis) [Aug(usti)], / L. Luc[c]eius [F]aus[tus] /, ueteranus ho/nesta miss[i]one / [– – – / ––] s[t]atu/am quam ob ho/norem aedilita/tis, L. Lucce[i] Faust[i ou ini] / [– – –] fili(i) / [sui promiserat ? – – –

561Base, avec dédicace à Sévère Alexandre, brisée en deux morceaux retrouvés loin l’un de l’autre, en dehors des thermes (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107, note 5). Les noms impériaux n’ont pas été martelés, mais la l. 8 et l’essentiel de la l. 9, qui mentionnaient peut-être Macrin, ont été arasés.

562Datation : 222-235.

145) ILAlg, I, 2100 ; Lepelley, Cités, II, p. 128-129, n. 8.

563Début du texte : B[eatissimis temporibus florentissimoque ? sa]eculo d(omini) n(ostri) Iul[ia]ni / per[petui Aug(usti), thermae – – in]curia paene ad in/teritum [redactae ?. ca]meris omnibus / et soliis e[t–– n]on tantum in/[f]eriorum – –]tis uoragini / [. sup]erior[um ? /

564Milieu du texte : ––] qui picturae grat[iam – – / ––] melioribus ornam[entis – – / – –] sunt proconsula[tu – – / – – sumtu publico –– Fin du texte : – – Ma]rciani ducena/rii [– – splend]id[i] ? e[t] laudabilis uiri ?, cur(atoris) rei p(ublicae) perfectae sunt et cum ordin[e] / eiusdem col[oniae no]st(rae) et populo d[e]d[ic]atae.

565L.1 : Iuliani a été partiellement martelé.

566Cette inscription, découverte dans les grands thermes sous forme de moellons utilisés dans la construction d’un mur tardif, est généralement attribuée aux petits thermes voisins. Il ne s’agit cependant que d’une hypothèse, formulée comme telle dans Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 109 et devenue, sans raison, une affirmation dans Lepelley, p. 128. Datation : sous le règne de Julien (361-363).

146) ILAlg, I, 2101 ; , 1918, 91 ; Lepelley, Cités, II, p. 129, n. 9.

567Pro tanta securi[tate temporum] / dd(ominorum) nn(ostrorum) Valentiniani e[t Valentis perpetuo]rum Aug[g(ustorum) / therm]as aestiuas olim splen[did(issimae)] coloni[ae nostrae ? orn]a[mentum ? / sed ? tot re]tro annis ruinarum labe de-formes pa[rietibusque omni ?]ium soli/orum ita corruptis ut grauibus damnis adficerent, [nun]c omni idonitate con/structas et cultu splendido decoratas sed et patinas ampliato aeris pondere / omni idonitate firmissimas, proconsulatu Publi Ampelli u(iri) c(larissimi), Octauio Priua/tiano u(iro) c(larissimo) legato Numidiae, C<a>ecilius Pontilius Paulinus f{f}(lamen) p(er)p(etuus), p(atronus) c(oloniae), curator rei p(ublicae), pecunia / publica perfecit, porticum quoque ingredientibus ab atr[io] sed et pronaum / eidem coh<a>erentem commeantibus per uiam trabibus tignis [– –] ceterisque / [. Pont]ilius Pauli/[nus – – –] ordine.

568Inscription en deux morceaux retrouvés l’un sur le forum, l’autre au Nord du théâtre. Étant donné la mention des thermae aestiuae, on peut logiquement penser que ce texte concerne les grands thermes, mais ce n’est qu’une hypothèse (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 109) devenue indûment une affirmation chez C. Lepelley.

569Datation : 364 ou une année proche, sous Valentinien Ier et Valens. Le proconsulat de Publius Ampelius est attesté en 364.

147) ILAlg, I, 2102 ; AÉ, 1907, 237 ; Lepelley, Cités, II, p. 130, n. 10.

570Pro tanta felicitate tempo[rum inuictissi]/morum principum dd(ominorum) nn(ostrorum) per[p (etuorum) Augg(ustorum) Valenti]/niani et Valentis, piscinalem istam [– –] / et soliarem cellam lacuni{i}s densis ita foe[datam ut ima paui]/menti monstrarent atque ita retentione[m caloris prohi]/ berent, compellente religione sanctae [– – –/]norum ciuium, exquisitis diuersorum col[orum marmoribus ?], / artificibus quoque peregrinis adductis et [adhibitis ?, splen]dentes nouoque omnino opere tes<s>ellatas, pr[oconsulatu Iuli(i) Festi u(iri) c(larissimi)], / Fabio Fabiano u(iro) c(larissimo) et in-lustre legato Numidi[ae, – – – curator] / rei publicae, inter cetera in quibus iamdu[dum – – –], / cum ordine splendido et uniuerso popul[o restituit et dedicauit ?]. Felici[ter].

571Le bloc, mutilé, sur lequel est gravée cette inscription était remployé dans un mur lié à l’occupation tardive des grands thermes, après leur désaffectation. Contrairement à certaines hypothèse (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 110) et affirmation (Lepelley), rien ne prouve que la restauration célébrée par ce texte concerne les grands thermes, dont on notera d’ailleurs qu’ils venaient probablement de connaître d’importants travaux très peu de temps auparavant (n° 146).

572L. 4 : S. Gsell, suivi par C. Lepelley, restitue foe[datas, concluant que deux salles, dont l’une est qualifiée de –] piscinalis et l’autre de cella soliaris, étaient pourvues d’hypocaustes. Inversement, nous pensons que l’expression cella piscinalis désigne le frigidarium (cf. ci-dessus, p. 390). Nous ne croyons pas que cette inscription permette d’affirmer que ces mots peuvent aussi désigner une salle chauffée. Étant donné l’importante lacune qui sépare la mention des deux salles, rien ne permet d’assurer que l’épithète foedata était au pluriel : elle peut parfaitement renvoyer seulement à soliaris cella, les lacunae étant le sujet des verbes qui suivent.

573L.6 : les ILAlg proposent compellente religione sanctae [. et commodo Roma ?]norum ciuium.

574Datation : 366 ou 367, durant le proconsulat de Iulius Festus, sous le règne de Valentinien Ier et Valens.

148) ILAlg, I, 2108 ; Lepelley, Cités, II, p. 131, n. 15.

575Excellens glo[ria ddd(ominorum) nnn(ostrorum) inuic]/tissimorum prin[cipum Arcadi(i), H]onor[i(i) et Theodosi(i)] / semper Auggg(ustorum), adm[inistrante P]omp(eio) Pro[culo] / u(iro) c(larissimo), procons(ule) p(rouinciae) A(fricae), leg[ato –] Q. Thersio Cri[spino] / Megetio u(iro) c(larissimo), Cl(audius) Si[sen]na Germanianu[s] / curator rei p(ublicae) cel[la]m balnearum lon[ga] / serie temporum ruina desolatam usi[busque ?] / lauacrorum den[e]gatam sumptu prop[rio et] / cam{o}eram cum suspensuris constructam noui[s], / ab splendido or-din[e] decretis titulis, ded[icauit].

576Des fragments de cette inscription ont été retrouvés pour un dans les grands thermes, pour deux autres dans le théâtre (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 110). Ils mentionnent une campagne de restauration qui, contrairement à certaines affirmations (Gsell : petits ou grands thermes ; Lepelley : grands thermes) ne peuvent être attribuées de façon certaine aux édifices balnéaires actuellement connus sur le site. Cette hypothèse est cependant peut-être confirmée par les nos 149 et 150.

577Datation : 407-408, durant le proconsulat de Pompeius Proculus, sous le règne d’Arcadius, Honorius et Théodose II.

149) ILAlg, I, 2109 ; Lepelley, Cités, II, p. 131, n. 16.

578– – – Ar]cad[? – – – / – – – P]ompeio Pr[oculo – – – / – – – Crisp]ino Meg[etio – – – / – – – ther ?]marum [– – – / – – –] perpe[tu ? – – –

579Inscription trouvée dans les grands thermes (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 110, note 7). Elle commémore peut-être les mêmes travaux que le n° 148 puisqu’elle porte elle aussi les noms d’Arcadius et du proconsul Pompeius Proculus, et puisqu’il était prévu que plusieurs inscriptions concernant ces restaurations fussent rédigées (Lepelley : decretis titulis). Cf. le n° 150.

580Datation : 407-408.

150) ILAlg, I, 2110 ; Lepelley, Cités, II, p. 131, n. 16.

581– – – e]tiam ? luce [– – – / – – –]Cl(audii) Sisen nae Ger[maniani – – – / – – –]na operis suffecti [– – – / – – –]s pernicie [– – –

582Inscription trouvée dans les environs des grands thermes (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 110, note 7). Elle commémore peut-être les mêmes travaux que le n° 148 : on y retrouve le nom du curateur Claudius Sisenna Germanianus. Cf. le n° 149.

151) ILAlg, I, 2150.

583[– –]MAIVS / [–]IIVLAVFIOSATI / [–]SVLAN statu(am) / qu[am o]b hon(orem) aedil(itatis) / pro[mi]sit intra ann(um) / suum posuit, d(e)d(icauit).

584Grands thermes. Fragment de base qui paraît faire partie de la série d’inscriptions commémorant l’édilité des dédicants (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 107, note 5).

585Datation : inconnue.

586MASCULA (Khenchela). Numidie. AAAlg, f. 28, Aïn-Beida, n° 138.

152) , 1911, 217 ; Montagnon, RSC 1910, p. 305-306 ; J. Birebent, Aquae romanae, Alger, 1962, p. 221 ; Lepelley, Cités, II, p. 433, n. 6.

587Aureis ubique temporibus dd(ominorum) nn(ostrorum) Valentiniani et Valen/tis perpetuorum <Au>gg(ustorum) statum desperata recipiunt, ami/ ssa renouantur, ruinarum deformitatem decor nouit/atis excludit, iamdudum igitur thermarum aestiual/ium fabulam factam depellens faciemque restituens / Publius Ceionius Cecina Albinus, u(ir) c(larissimus), consularis, / ad splendorem tam patriae quam prouinciae restituit, / perfecit, dedicauit, omninis ? [–]antis ? / Aemilio Flauiano, Fabio Pretexta[to, F]lau[io] / Innocentio, Mario Secundino [?]xcu[?]antio, / fl(aminibus), b(onis) b(ene), p(er) p(etuis).

588L.8 : omninis i[–] antis (Montagnon) ; = omnibus curantibus ? (Birebent) ; = omnino curantibus ? (Lepelley).

589L’inscription, gravée sur une plaque brisée en plusieurs fragments, a été trouvée dans les ruines d’un édifice très mal connu mais où il faut reconnaître des thermes.

590Datation : entre 364 et 367, dates entre lesquelles se situe l’activité du consulaire de Numidie Publius Caeionius Caecina Albinus, durant le règne de Valentinien Ier et Valens (PLRE, I, p. 3435, n° 8).

153) Montagnon, RSC 1910, p. 306-307.

591Totum quod ambit[– – –] / Nilus inrigat cir[– – –] / Eufrates ultra c[– – –] / Valentinian[– – –

592L.1 : ambit[ibus aquarum suarum, les méandres du Nil ? ou ambit[um..., tout ce qui est entouré par... ?

593L.2 : inrigat ou irrigat. Ce fragment d’inscription a été trouvé dans le même édifice que le texte précédent, n° 152.

594Datation : 364-375 ? ou 375-392 ? Cette hypothèse repose sur l’identification du nom de l’Empereur Valentinien à la l. 4. Il pourrait alors s’agir de Valentinien II ou, plutôt, de Valentinien Ier, comme dans l’inscription précédente.

595POMARIA (Tlemcen). Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 31, Tlemcen, n° 56.

154) CIL, VIII, 9908. Renier, n° 3753.

596– – – bal]neum castrorum restitu[it – – – / – – – c]urante Caecilio Iouino [– – –

597Datation : inconnue.

598RAPIDUM (Sour Djouab, près de Masqueray = Nacereddine). Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 14, Médéa, n° 90.

155) , 1929, 133 ; J.-P. Laporte, Rapidum, Sas-sari, 1989, p. 221, n° 13.

599Imp(erator) Caes(ar) M. Aurel(ius) Commodus / Antoninus Aug(ustus) Germanicus / Sarmaticus Maximus Britanic(us), coh(ortis) II Sardor(um) baline/um uetustate dilapsum res/tituit curante / Cl(audius) Perpetuus proc(urator) suus.

600Dédicace des thermes du camp remployée comme seuil dans les latrines de ces bains.

601Datation : 184 et années suivantes.

156) , 1929, 134 ; Laporte, Rapidum, p. 221, n° 14.

602Fortu/nae / Ti. Cl(audius) / Perpe/tuus / proc(urator) Aug(usti).

603Stèle scellée dans le sol du frigidarium Nord des thermes du camp.

604Datation : 184 et années suivantes.

157) AÉ, 1929, 135 ; Laporte, Rapidum, p. 224, n° 15.

605Deo / Patrio / Salutari, / Aemilius / Pompeianus / dec(urio) / alae Thrac(um) / praepositus / u(otum) p(osuit).

606Base de statue en forme de tambour de colonne avec couronnement hexagonal portant des traces de crampons. Pour W. Seston (MEFR 1928-1929, p. 169 et note 1), repris par J.-P. Laporte, le deus patrius qui est l’objet de la dédicace n’est en rien un dieu local, mais au contraire une divinité du pays natal du dédicant, l’expression deus patrius n’ayant jamais eu d’autre sens. Cette interprétation est probablement la bonne, mais nous resterons plus prudent. À Bulla Regia, Apollon est dit deus patrius (CIL, VIII, 25511), ce qui souligne bien son ancrage local en tant que protecteur ancestral de la cité. L’épiclèse est identique à Maktar (CIL, VIII, 619).

607Le dédicant, Aemilius Pompeianus, est décurion de l’aile des Thraces et praepositus, c’est-à-dire commandant provisoire d’une unité dont le nom n’est pas précisé : sans doute responsable d’un détachement de l’ala Thracum dont le gros des troupes est stationné à Caesarea, il est aussi praepositus de la cohors II Sardorum alors en garnison à Rapidum et à laquelle appartiennent les thermes (sur ces doubles commandements, cf. Seston, MEFR 19281929, p. 170-171).

608La base était scellée dans le sol du frigidarium Nord des thermes du camp, à côté de l’inscription précédente. Ces deux documents étaient placés à la même distance des deux extrémités de la salle, disposition qui paraît impliquer leur contemporanéité.

609Datation : probablement 184 et années suivantes.

610SALDAE (Bejaïa, Bougie). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 7, Bougie, n° 12.

158) CIL, VIII, 8926.

611Numini Mau/retaniae et / genio ther/marum gra/ tias ago.

612Datation : inconnue.

613SATAFIS (Aïn Kebira, Périgotville). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 16, Sétif, n° 177.

159) CIL, VIII, 8396 (= 20240). Lepelley, Cités, II, p. 509, n. 4.

614M. Annius / Sacerdos, / eq(ues) r(omanus), p(atronus) m(unicipii), cu/rator et dis/punctor, / conchas de / suo posuit.

615Datation : iiie siècle avancé (Lepelley). Le curateur est sans doute d’origine satafienne, comme le suggère son évergétisme : cela incite à ne pas le situer trop tôt dans le iiie siècle, ce que confirme l’absence de filiation et de tribu. Inversement, le titre d’eques romanus implique que l’inscription n’est pas postérieure au règne de Dioclétien.

160) CIL, VIII, 20266 ; Gsell, MEFR 1895, p. 4546 ; Lepelley, Cités, II, p. 509, n. 3.

616[P]ro felicitate clementium seculor[um – – / d]dd (ominorum) nnn(ostrorum) Gratiani, Valentiniani atq(ue) Th{a}eo[dosii], ductum therma[rum / nup]er lignis putrib(us) constitutum at [nunc ?] mirabiliopere ac pe(t)ra ? / [constr]uctum ?, ins[ti]tuit, perfecit, dedicauitq(ue) [F]l(auius) Felix Gentilis, u(ir) p(erfectissimus), pr(a)es[es prou(inciae), / patr]onus ex sumtib[us – –]orum fratrum Honorati(ani) et An-sa ?[. / sum]ptus in eos con[– – con]sensu et uoluntate Opt[ati / ––] Felic[is.] curatore reipu[blicae].

617L. 3-4 : S. Gsell et le CIL proposent mirabili ac per[fectione ? – – d]uctum ? (ou constr]uctum ?). Nous suivons C. Lepelley.

618L. 5 : S. Gsell propose fratrum Honorati et Nasa[monis... Nous suivons C. Lepelley. En particulier, la façon dont sont liées les deux premières lettres du second nom laisse penser que ce dernier commence par le A.

619Datation : 379-383, sous le règne de Gratien, Valentinien II et Théodose.

161) CIL, VIII, 20267 ; Vel, RSC 1908, p. 280-281 ; Lepelley, Cités, II, p. 508, n. 2.

620– – – post fla]mmas cinere[squ]e suos noua surgere Foenix / [– – –nu]nc ut pulcra r[e]nouetur fabrica mole / [– – –]ne facis qui la[tu]dem nobile corpus / [– – – et uir]es pepere suae quibus omnia polles / [– – –] romuleo genitum quem et stem[m]ata p[atru]m / [– – –]m Mauris claro [p]ermisit honore / [– – –]turis thermis [– –]onossitere surget / [– – –]m gaudet sibimet [– –]utrisse Satafis / [– – –] a(nno) pr (ouinciae) CCCXX[ ?]II.

621Nous suivons C. Lepelley qui a corrigé le CIL à l’aide de RSC 1908.

622Datation : 361-363. L’année de la province 322 correspond à 361 de n.è. La cassure de la pierre ne permet pas d’exclure CCCXXIII ou CCCXXIIII (Lepelley, mais le doute est introduit par une éventuelle lacune à gauche, non à droite).

623SIGA (Takembrit). Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 31, Tlemcen, n° 1.

162) , 1934, 80.

624Pro salute d(omini) [n(ostri) Imp(eratoris) Caes (aris)] / M. Aureli(i) Anto[nini – – –], / thermas An[toninianas] / res p(ublica) muni[cipii Sigensium] / deuot[a numini maiestatique eius / – – –

625Les noms impériaux ont été martelés.

626Datation : 218-222, sous le règne d’Élagabal (Albertini, BSGAO 1933, p. 391-392). Les noms impériaux peuvent désigner Marc Aurèle (mais ils sont martelés), Caracalla (mais, à partir de 211, il se nomme M. Aurelius Seuerus Antoninus) ou Élagabal, hypothèse qui apparaît donc la plus probable.

627SITIFIS (Sétif). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 16, Sétif, n° 364.

163) CIL, VIII, 8510, a ; Cahen, Payen, RSC 18731874, p. 301-303 et pl. VI-VII.

628Plura faciatis, me/liora dedicetis.

629Dans des thermes de Sétif, aujourd’hui détruits et très imparfaitement connus. Les dimensions très restreintes des pièces laissent penser qu’il s’agit de bains privés. (Inv. mos., III, nos 306-308). Mosaïque couvrant un seuil unissant deux pièces froides.

630Datation : inconnue.

164) CIL, VIII, 8510, b ; Cahen, Payen, ibid.

631Hic qui sanus intrat, [– –.

632Dans les mêmes thermes de Sétif que l’inscription précédente : mosaïque de seuil qui, probablement, correspond à l’accès au secteur chauffé. Les lettres d’intrat sont à moitié détruites, mais le mot paraît sûr. Après une lacune le relevé de Payen suggère SHAN, la partie inférieure des lettres étant perdue. Le CIL donne [i]s han[c –, ce qui ne comble pas la lacune après intrat et donne un sens d’autant moins satisfaisant que les relevés de Payen semblent indiquer qu’il n’y avait qu’une seule ligne, et donc peu de place pour la seconde partie de la phrase. La comparaison avec des formules du même esprit ne nous a pas fourni de solution : cf. CIL, VIII, 2584 : Bonus intra, melior exi (Lambèse, Asclepieum, dans une chapelle).

633THABUDEOS (Aïn-Touta, Mac-Mahon). Numidie. AAAlg, f. 38, Aurès, près du n° 1.

165) Gsell, MEFR 1904, p. 364 ; Wuillemier, BAC 1928-1929, p. 278-281.

634Gen(io) Thac(arentensi ?) fel(iciter) C. (ou P. ?) Iulius Faustus fecit / quot petunt.

635Inscription dans le pavement mosaïqué du frigidarium des petits thermes de Thabudeos. Le texte est coupé en deux. La première partie est placée devant la piscine froide. La seconde, quot (pour quod) petunt, devant la porte d’accès au secteur chauffé. On peut séparer les deux textes et comprendre quot petunt de façon autonome : « entre qui veut » (Wuillemier, reprenant H. Jaubert, RSC, 37, 1903, p. 318319). On peut aussi les lier et comprendre que Iulius a satisfait la demande de ses concitoyens.

636Datation : inconnue.

637THAGURA (Taoura). Proconsulaire. AAAlg, f. 19, El Kef, n° 80.

166) CIL, VIII, 4645 ; ILAlg, I, 1032 ; Lepelley, Cités, II, p. 184, n. 3.

638Pro salute dd(ominorum) nn(ostrorum) Diocletiani et Maximiani Aug<g>(ustorum) / cella unctuaria quae per seriem annorum in usu non fuisset saeculo / eorum restituta et dedicata est, Aurel(io) Aristubulo proco(n)s(ule) c(larissimo) u(iro), Macrinio Sossiano l[eg(ato)] c(larissimo) u(iro).

639Datation : 290-293, sous Dioclétien et Maxi-mien.

167) CIL, VIII, 28065 ; ILAlg, I, 1033 ; Lepelley, Cités, II, p. 185, n. 4.

640– – – Constanti]nus et Constantius nobb(ilissimi) ac beatissimi Caess(ares) [– – – / – – – missione]m honestam ex centurione plu[– – – / – – –]one thermas ex ss(estertium) CCCC mil(ibus) nummu[m – – –

641Datation : il s’agit de deux inscriptions différentes placées sur un même bloc et concernant le même monument (Héron de Villefosse, RSC, 36, 1902, p. 50-51). La première, située dessous et de date inconnue, célèbre sans doute sa construction grâce à l’évergésie d’un centurion. La seconde, gravée au-dessus en caractères plus petits, doit commémorer une restauration qu’il faut placer durant le règne de Constantin, entre 326 (mort de Crispus) et 333 (élévation de Constant au rang de César).

642THAMALLULA (Aïn Toumella, près de Ras El Oued = Tocqueville). Maurétanie sitifienne. AAAlg, f. 26, Bou Taleb, n° 19.

168) CIL, VIII, 20579.

643In his praed[iis – – –] / fl(aminis ?) Auggg(ustorum) p(er)p(etui ?) [– – –] / balneum cy[– – –] / more prep [– – –

644S. Gsell (Recherches archéologiques en Algérie, Paris, 1893, p. 271, n° 320) avait proposé, à la ligne 2, Fl(auiorum) Auggg(ustorum). Nous avons reproduit l’hypothèse du CIL. À la l. 3, on ne comprend pas cy[, à moins qu’il s’agisse du nom des thermes (plusieurs fleuves et sources portent un nom commençant par ces deux lettres, ainsi que des nymphes et néréides). Plus simplement, on pourrait penser à c[um. Par comparaison avec des textes similaires, le mot more, surtout associé à in his praediis, incite à restituer urbico more. On pourrait alors penser à cum omne humanitate lauatur urbico more, praestantur (praebentur) omnia commoda.

645Datation : la mention de trois Augusti peut renvoyer à Valentinien, Valens et Gratien (367-375) ou à Constantin II, Constant et Constance (337-340) (Gsell, qui a noté un possible martelage du dernier G lequel pourrait correspondre à un ordre de Maxence après la mort de Constant). Il nous semble qu’il pourrait tout aussi bien s’agir de Septime Sévère, Caracalla et Géta, l’éventuel martelage du G s’expliquant encore plus aisément ainsi. Nous avons parlé de cette inscription avec X. Dupuis.

646THAMUGADI (Timgad). Numidie. AAAlg, f. 27, Bat-na, n° 255.

169) Tourrenc, Ant. afric. 1968, p. 215 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 387, n. 182.

647[Imp(eratore) Caes(are) M. Aureli]o Antonino Armeniaco Parthico Maximo Medico Augusto / [pontifice maximo, i]mp(eratore) V, tribunicia potestate XXI, cos(ule) III, patre patriae et / [Imp(eratore) Caes (are) L. Aurelio] Vero Armeniaco Parth(ico) Max (imo) Medico Augusto, pontifice maximo, imp(eratore) V, / [tribunicia potestate VI]I, procos(ule), patr(e) patri(ae), Diui Antonini Pii fili(i)s, Diui Hadriani nepotibus, / Diui Traiani Parthi]ci pronepotibus, Diui Neruae abnepotibus, thermas ampliatas / [M. Lucceius Torquatus Bassianus, leg(atus] Aug[g(ustorum) propraetore, patronus coloniae, dedicauit]. D(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica).

648Grands thermes Est. L’inscription est gravée sur des dalles de calcaire dont deux avaient déjà été publiées par A. Ballu, Timgad II, p. 59-60 (cf. aussi Boeswillwald et alii, p. 290-291). Il ne manque plus que la dalle de gauche.

649Datation : 167-168, sous le règne de Marc Aurèle et Lucius Vérus. La date exacte de la cinquième acclamation impériale de ces deux personnages reste incertaine : 167 ? Elle ne peut être antérieure. La mention de la puissance tribunice de L. Vérus exclut le chiffre IX et implique donc une date antérieure au 10/12/168. Marc Aurèle est imp. VI en 171.

170) Ballu, Timgad III, p. 105-107 ; ici pl. CIV-1 : thermes des Filadelfes.

650a – Saluu(m) lotu(m).

651Inscription musive sur le seuil de la salle 1, dans le sens de la sortie.

652b – Filadelfis uita.

653Inscription musive au-dessus du panneau central figuré de la salle 1.

654c – ?(onis) b ?(ene). Inscription musive en avant du bassin occidental de la salle 1. X. Dupuis, qui a étudié cette mosaïque dans le musée de Timgad, m’a signalé la présence de deux lettres suivies chacune d’une palmette. Il n’en subsiste que la partie supérieure, en forme de boucle. Comme il le propose, il ne peut guère s’agir que de la formule usuelle. Ces éléments sont partiellement visibles sur Germain, Mosaïques, pl. XXXIII.

655Datation : vers 220-230 ?

171) , 1894, 44 ; Le Bohec, IIIe Légion, p. 399, n. 292.

656Imp(eratori) Caes(ari), Diui M. Antonini Pii Germanici Sarm(atici) filio, Diui Commodi fratri, Diui Antonini Pii nepoti, Diui Hadriani pronep(oti), / Diui Traiani Parthici abnep(oti), Diui Neruae adnepoti, L. Septimio Seuero Pio Pertinaci Aug(usto) Arabico Adiab(enico) / Parthico Maximo, pontifici maximo, tribunic(ia) potestate VI<I>, imp(eratori) {I}XI, cos (uli) II, patri patriae, proconsuli, et / Imp(eratori) Caes(ari) L. Septim(ii) Seueri Pertinacis Aug(usti) Arabici Adiabenici Parthici Maximi fil(io), [Diui M. Antonini] Pii Germanici / Sarmatici nepoti, Diui Antonini Pii pronepoti, Diui H[adriani abn]epoti, Diui [T]raia{ia}ni Part(hici) et Diui Neruae ad(nepoti), / M. Aurelio Antonino Aug(usto), principi iuuentutis, [fortissimo indulgentissimoq(ue)] thermas / ampliatas, decreto decurionum, pecunia publica, leg (ato) [Q. Anicio] Fausto Augg(ustorum) propraetore, patr(ono) col(oniae).

657L. 3 : le nombre de puissances tribuniciennes est, sur la pierre, de VI pour Cagnat (BAC 1893, p. 160) et l’. Cette dernière publication développe cependant l’inscription en portant les chiffres VII. Après relecture, Y. Le Bohec estime qu’il faut effectivement lire VII. De plus, il a lu imperatori IXI, ce qui ne peut être qu’une erreur du lapicide pour XI.

658L.6 : les mots fortissimo indulgentissimoq(ue) ont été martelés.

659Cette inscription, longue de 3,65 m, a été trouvée dans les grands thermes Sud, plus précisément dans la vaste salle qui devait servir de vestiaire (pl. CVII-1).

660Datation : 198-199.

172) CIL, VIII, 2342 ; Boeswillwald et alii, p. 224225 ; Lepelley, Cités, II, p. 447-448, n. 16bis.

661Concordiae / populi / et ordinis, / quod sumtus / rei p(ublicae) / manibus / copiisque / releuaue/rint.

662Grands thermes Sud. Sur deux bases remployées (les inscriptions antérieures ont été soigneusement érasées) et situées de part et d’autre de la porte d’entrée, face à la « palestre » (pl.CVII-1 ; erreur du CIL qui situe la découverte sur le forum). Le texte court sur les deux bases, les l. 1-2-4 (sumtus pour sumptus), 5 et 6 étant sur la première, située à gauche de la porte en entrant, les l. 3, 7, 8, 9 sur la seconde.

663Datation : Bas-Empire (Lepelley, d’après le style et la pratique du remploi : le CIL l’attribue au Haut-Empire).

173) Cagnat, BAC 1893, p. 161, n° 41 ; Boeswillwald et alii, p. 237.

664Fortunae / Aug[ustae] / sacrum.

665Base trouvée dans les grands thermes Sud, à l’angle Sud-Est du frigidarium.

666Datation : inconnue.

174) Cagnat, BAC 1893, p. 162, n° 42 ; Boeswillwald et alii, p. 237.

667Victori/ae Aug(ustae) / sacr(um), / L. Claud/ius L. f(ilius) Fab(ia tribu) / Clemens, / ob honor(em) / II uir(atus) po/suit id(emque) / d(e)d(icauit).

668Base octogonale trouvée dans les grands thermes Sud, dans l’angle Nord-Est du frigidarium (Ballu, Timgad I, p. 183).

669Datation : inconnue, mais la mention de la filiation et de la tribu exclut une date trop avancée dans le iiie siècle.

175) Cagnat, BAC 1893, p. 162, n° 43 ; Boeswillwald et alii, p. 235-236 ; Lepelley, Cités, II, p. 448, n. 16ter.

670Sanctum / Genium / Thamoga/densem / ciuis et / amator / consti/tuit / ciuitatis.

671Sur une base hexagonale trouvée dans les grands thermes Sud, dans la niche occidentale du frigidarium (Ballu, Timgad I, p. 182).

672Datation : ive siècle ? La base est remployée. L’inscription antérieure est tournée contre le mur de la niche : elle rappelle le don d’une statue par le clarissime P. Flavius Pudens Pomponianus et date de la première moitié du iiie siècle.

176) CIL, VIII, 2380 ; Boeswillwald et alii, p. 227-228.

673[Imp(eratori)] Cae[s(ari) P. Li/cinio Valeri]ano / [Inui]cto Pio Fe/lici Aug(usto), / pontif(ici) max (imo), Ger(manico) / Max(imo), trib(unicia) potestate / IIII, cos(uli) III, p(atri) p(atriae), / procos(uli), / resp(ublica) col(oniae) Tha/mug(adensis) deuota / numini ma/iestatiq(ue) eo/rum.

674Grands thermes Sud. Base de statue en place : piédestal Nord de la salle P/G (pl. CVII-1).

675Datation : 256. Dédicace à Valérien, dont la 4e puissance tribunicienne ne peut commencer avant le 10 déc. 255. Or, elle est très probablement contemporaine de l’inscription n° 180, dédicace à Gallien datable de 255, au plus tard le 9 déc. de cette année (Boeswillwald et alii, p.230, n.2 : le nombre des puissances tribuniciennes gravé sur les deux pierres est sûr). Il s’agit donc sans doute d’une erreur du lapicide et il faut probablement penser que les deux dédicaces datent soit de 255, soit de 256. Les autres données ne fournissent pas de précision : les deux Empereurs sont Germanicus Maxi-mus dès 255 et cos. III en 255-256.

177) Cagnat, BAC 1894, p. 362, n° 75 ; Boeswillwald et alii, p. 228-229.

676Corneliae / Saloninae / Aug(ustae), coniu/gi d(omini) n(ostri) P. Licini(i) / Gallieni, / matri / P. Corneli(i) / Licini(i) Vale/riani nobi/lissimi Caes (aris) / Aug(usti) et cas/tror[u]m se/natu[s – / – – – / – – –].

677Grands thermes Sud. Base de statue en place : piédestal Ouest de la salle P/G (pl. CVII-1). Datation : 254 ( ?)-257/258, probablement 255-256. Dédicace à Cornelia Salonina, épouse de Gal-lien, Augusta peut-être dès 254. Son fils Valerianus Iunior décède et devient diuus fin 257-début 258. Cette inscription est très probablement contemporaine des nos 176 et 180, et doit donc dater de la période 255-256.

178) CIL, VIII, 2382 ; Boeswillwald et alii, p. 229-230.

678P. Cornelio / Licinio / Va/leriano / nobilissi/mo Caes(ari) / Aug(usto), resp(ublica) / col(oniae) Thamug(adensis) / numini / maiesta/tique eius / deuota.

679Grands thermes Sud. Base de statue en place : piédestal Est de la salle P/G (pl. CVII-1).

680Datation : 255-257. Valerianus Iunior, fils aîné de Gallien, est César en 255. Le titre d’Auguste est incorrect, mais apparaît sur les inscriptions. Celui de nobilissimus Caesar, et non simplement de Caesar, n’est normalement pris qu’en 257, mais Imperator devrait alors ouvrir la liste des noms (Kienast, p. 221). Étant donné que cette dédicace doit être contemporaine des nos 176 et 180, qui datent de 255-256, il faut donc sans doute penser que, sur les inscriptions, Valerianus Iunior peut être nob. Caes. avant 257 (cf. aussi n° 177).

179) CIL, VIII, 2383 ; Boeswillwald et alii, p. 229.

681P. Licinio Cor/nelio V[aleri]/ano nobilis/simo Caesari / Aug(usto), respub(lica) / coloniae / Thamugad(ensis) / numini / maiesta/tique eius / deuota.

682Grands thermes Sud. Base de statue en place : piédestal Sud de la salle P/G (pl. CVII-1).

683Datation : 258-260. Dédicace au César Licinius Cornelius Valerianus (Salonin), fils de Gallien. Le titre d’Auguste n’est officiel qu’à l’automne 260, mais apparaît parfois auparavant sur les inscriptions et les monnaies.

180) CIL, VIII, 2381 ; Boeswillwald et alii, p. 245-246.

684Imp(eratori) Caes(ari) P. Li/cinio Gallie/no Inuicto / Pio Felici Aug(usto), pont(ifici) m[aximo], / Ger(manico) M[ax(imo)], tr(ibunicia) / pot(estate) III, c[os(uli) II], / p(atri) p(atriae), pro[cos(uli)], / resp(ublica) col(oniae) Tha/mug(adensis) deu[ota] / numini ma/iestatiq(ue) eorum.

685Grands thermes Sud. Base de statue en place dans l’angle Sud de la pièce II (pl. CVII-1).

686Datation : 255. Dédicace à Gallien, dont la 3e puissance tribunice court du 10 déc. 254 au 9 déc. 255.

181) CIL, VIII, 2366 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 244-245.

687Crispinae / Aug(ustae), / Imp(eratoris) Caes(aris) / L. Aeli(i) Au/reli(i) Com/modi Aug(usti) / coniugi, / d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

688Grands thermes Sud. Base de statue en place dans la pièce II (pl. CVII-1), dans l’angle Nord, entre les deux piscines. Les noms de Commode ont été martelés puis regravés.

689Datation : 178-192, et sans doute 191-192. Il s’agit d’une dédicace à l’impératrice Bruttia Crispina, épouse de Commode qui reçoit le titre d’Augusta lors de son mariage, en 178. Si les noms de Commode ont été regravés sous leur forme primitive, nous avons même le terminus ante quem non du 29 août 191, date à laquelle Commode ajoute le gentilice Aelius à ses noms. On obtient alors une fourchette chronologique étroite, Crispine étant bannie à l’automne 192.

182) CIL, VIII, 2393 ; Boeswillwald et alii, p. 245.

690Antacio / uirtutum om/nium uiro. / T. Iulio Tertul/lo Antiocho / ob insign/em in se dig/nationem, / L. Valerius Op/tatianus, / eq(ues) r(omanus), aduocatus, cliens eius, / Panacrius. Grands thermes Sud. Base de statue en place dans l’angle Ouest de la pièce II (pl. CVII-1).

691Datation : seconde moitié du iiie siècle. Le personnage honoré, T. Iulius Antiochus Antacius, est inconnu. L’absence d’indication de la filiation et de la tribu, ainsi que, inversement, la présence d’un signum, indiquent pour le moins une date avancée dans le iiie siècle. Le titre d’eques romanus implique cependant que l’inscription n’est pas postérieure au règne de Dioclétien.

183) CIL, VIII, 2369, 2370 ; L. Leschi, CRAI 1947, p. 87-99 (= Études africaines, p. 240-245).

692Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio Seuero Antonino Pio Felici Aug(usto), Parth(ico) / Max(imo), Brittan(ico) Max(imo), Germ(anico) Max(imo), pontif (ici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) XV[I], imp (eratori) III, cos(uli) IIII, p(atri) p(atriae) et Iulia / Augusta Pia Felice, matre Aug(usti) et castrorum, itemque senatus et patriae, / ambitum fontis cancel-lis aereis conclusum, itemque porticus uirdiari(i) picturis / exornatas ianuis et pronais ad easdem porticus apertis item opus plateae / a thermis usque ad introit(um) perfectum, respublica Tam[u]g(adensium), d(ecreto) d(ecurionum).

693Plusieurs exemplaires de cette inscription ont été retrouvés, gravés avec plus ou moins d’ampleur. Le texte provenant de la fouille de la forteresse byzantine et publié par L. Leschi est sur un bloc de 3,60 × 0,87 m. L’inscription comporte une contradiction, le nom de Caracalla étant logiquement au datif, celui de Iulia Domna à l’ablatif. Nous ne la corrigeons pas et, surtout, ne suivons pas L. Leschi qui, curieusement, met plus ou moins tout le texte à l’ablatif. L’inscription décrit des installations dont on a retrouvé une vaste piscine de captage ceinte d’une balustrade de bronze, le uiridiarium au sens de cour à portiques, les pronaos (il faut sans doute comprendre des porches) donnant sur les portiques et une partie de la place dallée (opus plateae). En revanche, les thermae n’ont pas été retrouvées : le monument balnéaire connu est d’époque byzantine.

694Datation : 213. Caracalla est imp. III et Germanicus Maximus fin septembre 213. Si sa 16e puissance tribunicienne s’achève bien le 9 décembre 213, l’inscription doit être placée dans le dernier trimestre de cette année. Elle ne saurait guère être postérieure.

184) CIL, VIII, 2340.

695a) Aesculapiu[m] / L. Acilius / Granianus / L. Iulio Ian[u]a/rio socero / suo at exor/natione[m]/ balinei / dono dedit.

696Vars, RSC 1901, p. 249 ; Gsell, Rapport 1901, p. 315.

697b) Hygiam / L. Acilius / Granianus / L. Iulio Ianua/rio socero / suo at exor/nationem / balinei / do-no dedit.

698Bases de statues trouvées dans les thermes de la maison de L. Iulius Ianuarius (insula 37).

699Datation : d’après leur gravure, C. Vars attribue ces textes à la seconde moitié du iiie siècle. Ils pourraient être encore plus tardifs (cf. la notice).

185) Vars, RSC 1901, p. 218-221 ; Boeswillwald et alii, p. 328-329.

700Hygiae / Aug(ustae), / Faustus / et / Valentina.

701Base de statue, dont le soubassement (en place) et la corniche ont été trouvés à proximité, dans le frigidarium des thermes de la maison de Sertius.

702Datation : époque sévérienne. Cette datation repose sur l’assimilation de Faustus et Valentina à M. Plotius Sertius Faustus et Cornelia Valentina Tucciana, les époux qui offrirent à la cité le « marché de Sertius ». Il n’y a pas de raison de la remettre en cause.

186) Gsell, BAC 1901, p. 311 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 328-329.

703Aescula/pio Aug(usto), / a[d] exor/nationem / balnei, / Primitiu(u)s / actor.

704Base de statue, avec ses moulurations inférieures et supérieures, faisant pendant à l’inscription précédente. Ces deux bases se trouvent actuellement côte à côte, contre le mur oriental du frigidarium de la maison de Sertius.

705Datation : probablement époque sévérienne.

187) Ballu, Rapport 1909, p. 115-116 ; Germain, Mosaïques, p. 96 et pl. XLIII.

706A – B(onis) b(ene). / Qui dixit / ridet, qui / negabat / uictus est.

707B – Molant / [– –] / baline[–] / auat / inuid[–] / [– –].

708Ces textes sont insérés dans une mosaïque géométrique qui pave le frigidarium des bains de la maison près du marché aux vêtements. L’inscription A occupe un médaillon central, et est assez bien conservée pour ne pas poser de problème de lecture. La seconde est dispersée dans des trapèzes à bords incurvés disposés en couronne autour du médaillon central. Nous avons donné ici la lecture de S. Germain, faite d’après l’aspect actuel du pavement déposé au musée. Elle doit être confrontée à celle d’A. Ballu, contemporaine de la découverte et antérieure à d’éventuelles restaurations : molan[–] / [– –] / balineus / lauat[–] / inuidi[–] / col[–]. La comparaison avec les inscriptions semblables apporte peu. Peut-être peut-on proposer une invitation à l’Envieux de se baigner : lauat[e] inuid[e].

709Datation : inconnue, mais la mosaïque dans laquelle ces textes sont insérés ne nous paraît pas pouvoir être antérieure à l’époque sévérienne, et est sans doute bien postérieure.

188) R. Cagnat, BAC 1916, p. CLXVII-CLXVIII ; S. Warot, Libyca 1960, p. 167-171.

710A – Bene laua.

711B – Ṣa[luu(m) lau]iṣṣe.

712Maison au Nord du Capitole. Il s’agit d’un panneau de mosaïque ornant le seuil F/I-V (pl. CXIII-3), donc le passage reliant le frigidarium au secteur chauffé. Deux paires de sandales sont disposées en sens inverse. L’inscription A, souhaitant un bon bain, se lit en entrant dans le tepidarium, l’inscription B, souhaitant que le bain fut bon, en en sortant.

713Datation : ive siècle ? (cf. la notice) ; iiie siècle ? (Dunbabin, Mosaics, p. 275).

714THEVESTE (Tébessa). Proconsulaire. AAAlg, f. 29, Thala, n° 101.

189) CIL, VIII, 1858 ; Renier, n° 3085 ; ILAlg, I, 3040.

715[Test]amento C. Corneli(i) Egriliani, / praef(ecti) leg(ionis) XIIII Geminae. Quo testamen/t(o), ex HS (estercium) CCL mil(ibus) n(ummum) arcum cum statuis / [Augg(ustorum) nn(ostrorum) et ] tetrastylis duobus cum statuis / [Iunonis ? e]t Mineruae quae in foro fieri prae/[cepit,. pra]eter alia HS(estertium) CCL mil(ia) n(ummum) quae rei(publicae), ita ut / [certis diebus ? gy]mnasia populo publice in thermis prae/[berentur legauit ?, datasque ? a]d kapitol(ium) arg(enti) lib(ras) CLXX, id est lances IIII / [. a]uri lib (ras) XIIII, id est pihal(as) III, scyphos II / [. qua]e om[nia diligente]r secundum uoluntatem eius in con/[tione recitatam ?] Corneli(i) Fortunatus et Quinta fratres et / [heredes ? c]osignauerunt et opus perfecerunt.

716Ce texte est gravé sur un des piédroits de l’arc de triomphe quadrifrons dont l’érection correspond à l’accomplissement de la première clause du testament. Les jours des gymnasia, au nombre de 64, sont gravés en face, sur un des autres piédroits : dies gymnas(iorum) ex test(amento) Corneli(i) Egrili (ani).

717S. Accame, dans Epigraphica, 3, 1941, p. 237243, propose quelques corrections. L. 5 : sur la face Est, la clé de voûte porte un médaillon représentant Minerve et devait signaler l’emplacement de cette statue. À l’Ouest, la clé porte un buste de la Fortune de Théveste, ce qui suggère statuis / Fortunae ? e]t Mineruae. L.9 : id est p[hi]al. L.10 : [Haec]e om[ni]a secundum, la formule reprenant sommairement ce qui était énoncé antérieurement.

718L. 10-11 : in con[tione populi], le peuple entier témoignant de l’exécution des legs, qui ont un caractère public.

719Datation : C. Cornelius Egrilianus serait décédé vers 211 (Maitrot, RSC 1911, p. 78). De fait, l’arc est achevé en 214 (dédicace de la face Est à divus Severus mentionnant la XVIIe puissance tribunice de Caracalla), mais le testament est nettement antérieur : les Augusti de la l. 4 sont Caracalla et Géta, assassiné en février 212.

720THUBURSICU NUMIDARUM (Khamissa). Proconsulaire AAAlg, f. 28, Souk-Ahras, n° 297.

190) ILAlg, I, 1284 ; Lepelley, Cités, II, p. 211, n. 6.

721– – –] Cn. Sera[nius ? ? – – – / – – – therm]arum Traianar[um – – – / – – –] Aristobulus [– – –

722Plaque de marbre trouvée au nouveau forum. Nous suivons C. Lepelley pour la restitution thermarum Traianarum.

723Datation : probablement 290-294. Il s’agirait d’une restauration des thermes de Trajan sous le proconsulat d’Aurelius Aristobulus (Lepelley).

191) CIL, VIII, 4878 ; ILAlg, I, 1273 ; Lepelley, Cités, II p. 211, n. 7.

724Beatissimo sa[eculo ddd(ominorum) nnn(ostrorum) / C]onstantini Ma[ximi Victoris] / semper Aug (usti) et C[onstantini] / et Constanti no[bb(ilissimorum) Caess(arum)], / plateam u(e)terem s[– – –] / lapide spoliatam [– – –] / Nonius Marcellu[s – – –] / Herculius qu[– – –] / constrauit p[– – ther ?] / mas et ce[llas ? – – ruin]a dilap[sas – – –

725La restitution du mot thermas, proposée par le CIL et les ILS (2943), n’est reprise ni par les ILAlg, ni par C. Lepelley.

726Datation : 326-333. La place disponible sur la pierre n’autorise la mention que de deux Césars. Le CIL restitue Crispus et, à la ligne 4, lit Constantin[i, datant le texte de l’année 323. On ne comprend pas pourquoi Licinius Iunior, troisième César, ne serait pas honoré. Nous suivons donc C. Lepelley qui place ce texte entre la mort de Crispus et Licinius (326) et la promotion de Constant au rang de César (333). Les deux Césars mentionnés par l’inscription sont donc Constantin et Constance, seuls en place durant cette période.

192) ILAlg, I, 1220.

727Aescul/apio / Aug(usto) sa/crum.

728L. 1 : le A, plus petit, semble avoir été ajouté après coup.

729Base trouvée dans les thermes du forum, sans plus de précision (Ballu, Rapport 1917, p. 61). Son emplacement originel reste inconnu, mais on peut penser qu’elle appartient à ce monument.

730Datation : inconnue. Cf. n° 193.

193) ILAlg, I, 1222.

731Fortu/nae Aug(ustae) / sacrum.

732L.2 : le a de nae, de dimension réduite, paraît avoir été ajouté après coup.

733Il s’agit d’une base trouvée dans le frigidarium des thermes du forum (Ballu, Rapport 1917, p. 61). Tel pourrait avoir été son emplacement originel.

734Datation : inconnue. Cette base pourrait être contemporaine du n° 192 et faire partie du même programme de décoration de l’édifice : même gravure médiocre, même recours à des A réduits, probablement destinés à réparer un oubli.

735TIGAVA. Maurétanie césarienne. AAAlg, f. 13, Miliana, n° 34.

194) CIL, VIII, 21497 (= 10946).

736Tu modo Frumenti(i) / domito uirtute / rebelli / respicis ac reparas / dumis contecta / lauacra.

737Dans des thermes, sur une mosaïque

738Datation : inconnue

MAROC

AÏN SCHKOR

195) IAM, 2, 824 ; , 1966, 606.

739Saluo et in[uicto] domino nostro Seuer[o] / Alexandro Pio Felici Aug(usto) / balneum {uet} uetustate / conlapsum a fundamen/tis restituit, / examplia/ ta priore cella, L. Aurel(ius) / Nemesianus, u(ir) e(gregius), proc(urator) Aug(usti) nostri, curante / Tib (erio) Claudio Zenone, trib(uno) / coh(ortis) IIII (milliariae) Tungrorum.

740L’inscription est gravée sur un autel trouvé dans le camp militaire d’Aïn Schkor situé à 3,5 km au Nord de Volubilis.

741Datation : 222-232, dates entre lesquelles il faut placer l’activité de L. Aurelius Nemesianus, procurateur de Maurétanie Tingitane durant le règne de Sévère Alexandre (Euzennat, BAC 1963-1964, p. 138-139).

VOLUBILIS

196) ILAfr, 614 ; IAM, 2, 404 ; AÉ, 1922, 57 ; ILM, 74 ; cf. la notice.

742Imp(erator) Caes(ar) M. Antonius / Gordianus Pius Felix Inuictus / Augustus domum cum balineo / uetustate conlapsum / a solo restituit, curante / M. Vlpio Victore, u(iro) e(gregio), proc(uratore) / pro-legato.

743Inscription gravée sur une plaque de marbre trouvée dans le « palais de Gordien », peut-être sous le portique de la façade principale.

744Datation : 238-241. M. Ulpius Victor est procurateur de Maurétanie Tingitane sous le règne de Gordien III.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540