Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Cinquième partie. Histoire et fonctions des bâtiments thermaux

Chapitre I. Thermes et histoire urbaine

Texte intégral

1Notre propos est ici d’exploiter la documentation réunie sur les thermes africains dans le but de contribuer à une histoire urbaine du Maghreb antique par le biais de l’étude de ces constructions. La tentative n’a rien de nouveau, bien au contraire : il y a longtemps que l’évolution de l’activité dans le secteur du bâtiment a été utilisée pour prendre le pouls de l’état d’un pays, avec l’intérêt évident que cette approche comporte, avec aussi les risques de déformation qu’elle implique.

2Si elle n’est pas nouvelle, notre démarche présente cependant une certaine originalité. La plus évidente est qu’elle est fondée sur un seul type de monument. Il en résulte un risque accru, celui de restreindre encore plus la base sur laquelle s’appuie toute recherche qui privilégie l’activité constructrice. L’originalité ne serait donc que médiocrité accrue du mode de raisonnement fondé sur l’activité édilitaire si la nature même du monument retenu ne pouvait permettre d’échapper, du moins partiellement, à cette critique. D’abord, les thermes jouent un rôle essentiel dans la vie des habitants de l’Empire. On y passe beaucoup de temps et on y fait beaucoup de choses, qui relèvent de registres fort divers. L’histoire de ces monuments est donc exemplaire : on peut attendre d’elle qu’elle nous informe sur l’évolution globale de la société, contrairement à des édifices dont la fonction est unique et dont la transformation ne reflète pas de manière aussi riche les multiples facettes du monde dans lequel ils s’inscrivent.

3Ensuite, nous voulons ici exploiter non seulement les données épigraphiques, comme cela se pratique le plus couramment, mais aussi les apports de l’archéologie. Seuls les textes sont susceptibles de fournir des datations précises, parfois au jour près. Surtout, ils sont les seuls à tenir un discours fondamental à deux niveaux puisqu’ils nous expliquent ce que nous ne savons ou ne pouvons pas toujours voir, et puisqu’ils nous disent ce qu’ils voulaient que l’on voit. L’étude directe de l’édifice reste cependant essentielle. Elle contribue à combler les lacunes des inscriptions : lacunes dues aux pertes, lacunes involontaires qui passent sous silence ce qui paraissait négligeable et, pourtant, nous importe aujourd’hui en tant qu’historiens, lacunes volontaires aussi et qui ne sont pas les moins significatives.

4Il nous semble donc intéressant de combiner une approche archéologique et épigraphique des bâtiments balnéaires, afin d’exploiter ce que nous connaissons des vestiges et ce qui subsiste du commentaire que les Anciens, ou certains d’entre eux, tenaient à afficher à propos de ces monuments ou dans ces monuments. C’est pourquoi nous avons conçu une troisième partie qui fournit un dossier archéologique, déjà sommairement nourri des apports de l’épigraphie, et un ultime chapitre de la cinquième et dernière partie qui regroupe sinon la totalité, du moins l’essentiel des inscriptions qui concernent les thermes maghrébins. Entre ces deux pôles, toute la cinquième partie de cet ouvrage est une tentative d’analyse de ce que peuvent apporter ces deux types de données si nous tentons de les croiser, tentative déjà largement amorcée dans le dernier chapitre de la quatrième partie.

5Notre ultime prétention est aussi de conduire l’enquête dans la longue durée : en privilégiant un type de construction, on affaiblit les bases du raisonnement mais, inversement, on se donne les moyens de le conduire sur plusieurs siècles, au lieu de se confiner dans un cadre chronologique trop étroit pour que l’on puisse saisir continuités et ruptures dans une vaste perspective.

6Une dernière remarque concerne la nécessité de distinguer les constructions thermales destinées à une fréquentation soit publique, soit privée. Les deux types d’édifices concernent l’histoire urbaine, mais ils n’ont pas la même signification. Pour l’histoire d’une ville, il est évident que le public est d’une toute autre portée que le privé, tant par l’ampleur du programme qu’il implique, du moins le plus souvent, que par le sens civique de l’édifice ainsi érigé.

I–QUESTIONS CHRONOLOGIQUES : CONSTITUTION, ENTRETIEN ET MUTATIONS DU PARC BALNÉAIRE AFRICAIN

A) Diffusion de l’hypocauste

  • 1 Cf. ci-dessus, p. 57-58, 62-66 et 95-96.

7Nous connaissons très mal les bains publics africains de l’époque hellénistique, mais l’exemple des réalisations privées prouve que ces régions sont des secteurs actifs de la koiné balnéaire méditerranéenne1. Nous pouvons donc nous attendre à constater une pénétration rapide, dans le Maghreb, du nouveau type d’édifice balnéaire caractérisé par l’hypocauste. Les témoignages en sont cependant rarissimes. L’inscription de Carpis ne nous apprend rien sur le mode de chauffage du bâtiment. La mention d’une étuve et d’un destrictarium laisse cependant penser qu’il s’agit de bains comparables à ceux que l’on construit alors en Italie, ce que suggère également l’intervention du questeur de la province dans cette campagne de construction. De même, l’organisation d’ensemble des thermes de Cirta reste indéterminée. La pièce la moins mal connue atteste cependant, tant par sa suspensura que par son décor mosaïqué, la pénétration en Afrique de réalisations tout à fait comparables à celles, contemporaines, de Pompéi. Cette fois encore, si nous suivons G. Picard, cette réalisation paraît liée à une intervention directe d’Italiens, en l’occurrence celle des Sittii.

8Le dossier reste donc très mince : nous ne connaissons pratiquement rien des premiers bains à hypocaustes érigés tant dans les provinces romaines que dans les royaumes numides. Nous pouvons cependant l’enrichir en prenant en considération le ier siècle de notre ère. Les données concernant cette période présentent des caractéristiques remarquables. En effet, nous ne disposons d’aucune information cohérente pour les deux tiers orientaux de l’Afrique du Nord. L’épigraphie est muette et l’archéologie n’a mis au jour aucun bâtiment dont on puisse restituer l’organisation d’ensemble.

  • 2 L. Poinssot et R. Lantier, Fouilles à Tubernuc, dans BAC, 1926, p. 213-223, en particulier p. 218- (...)

9De multiples facteurs contribuent à expliquer cette situation : création tardive de sites qui, dans l’état actuel des fouilles, sont parmi les plus riches, ainsi Cuicul ou Timgad ; méconnaissance du passé de grandes villes dont l’occupation a été continue ; imperfection des recherches entreprises sur le terrain et de leur publication, imperfection qui empêche l’exploitation scientifique des résultats. Ce dernier facteur est illustré par l’exemple des thermes de Tubernuc, dans le Cap Bon2. Nous n’en connaissons que deux piscines froides et une salle sur hypocauste, dotée d’une baignoire et directement chauffée par un foyer. Or les bipedales installés sur les pilettes de la suspensura portent l’estampille de T. Greius Ianuarius associé aux frères Domitii, production de l’époque flavienne. Son utilisation, apparemment massive et exclusive, laisse penser que les bains eux-mêmes datent de la seconde moitié du ier siècle.

10Il est un autre facteur, sans doute essentiel, qui contribue à rendre compte de la rareté des thermes de cette époque en Tunisie et Algérie. Ces régions ont, en effet, connu une intense activité constructrice durant les siècles suivants. La plupart des édifices anciens, devenus démodés et inutiles, ont dû être détruits et leurs vestiges, s’il en subsiste, se trouvent à des niveaux rarement atteints par les fouilleurs.

11La situation est différente dans l’actuel Maroc, où le dynamisme fut certainement moindre dans la longue durée et où des bains anciens continuèrent à être exploités jusqu’à une époque tardive. C’est donc cette province qui nous éclaire le mieux sur la nature des thermes africains du ier siècle et qui atteste, si besoin en était, la façon dont le Maghreb continue alors à s’insérer dans l’histoire balnéaire méditerranéenne.

12À Volubilis, les thermes sous la maison à la citerne offrent une version modeste de ces édifices tels qu’ils durent se répandre en Afrique au cours du ier siècle ou peu après. Leur intérêt est double : ils démontrent l’existence de petits établissements, comme il dut y en avoir beaucoup, dotés d’un mode de chauffage moderne, même si le foyer reste unique.

  • 3 Lenoir, Thermes Nord, p. 216 sq. Sur les bains d’Apollonia, cf. en dernier lieu R. Rebuffat et ali (...)

13Dans la même cité, les thermes Nord prouvent que l’architecture thermale moderne est également connue en Afrique sous des formes plus imposantes. Le parallèle s’impose avec les thermes pompéiens, et surtout avec les thermes du centre (pl. XIX-1). De fait, la date de ces derniers, en cours de reconstruction après le tremblement de terre de 62, opération encore inachevée en 79, recoupe parfaitement la fourchette chronologique proposée pour l’établissement de Volubilis, à savoir 60-80 et plutôt sous le règne de Vespasien qu’à la fin de celui de Néron. Surtout, la conception d’ensemble des deux bâtiments est semblable, avec un secteur balnéaire qui s’étend le long d’un des côtés d’une palestre caractérisée par la présence d’une natatio. Cette comparaison ne vise nullement à rattacher la réalisation volubilitaine à un archétype pompéien, ni même campanien, mais à l’insérer dans un ensemble de constructions qui constituent l’architecture thermale des régions développées au ier siècle : thermes de Neptune à Ostie, bains de Glanum ou d’Apollonia, etc.3.

  • 4 Cf. ci-dessus, p. 322.

14Le cas du bâtiment de Zilil est, de ce point de vue, encore plus significatif. Lui aussi d’époque flavienne, il représente la plus ancienne version du plan semi-symétrique attesté dans le monde provincial4. Par excellence, il incarne les capacités des provinces africaines à exploiter les recherches architecturales les plus récentes.

  • 5 Sur l’essor du Maroc de l’époque flavienne, cf. Lenoir, Thermes Nord, p. 270-302.

15Si le dossier tuniso-algérien pouvait laisser subsister quelques doutes quant à la nature des thermes africains du tournant de notre ère, le cas marocain est donc là pour démontrer la façon dont l’Afrique connaît et exploite alors les nouvelles formes d’architecture balnéaire. Aux monuments que nous venons de citer, il convient d’ajouter d’autres édifices qui démontrent que ces derniers n’étaient pas isolés : premier état des thermes du capitole de Volubilis, appartenant sans doute au dernier quart du ier siècle, premier édifice balnéaire de Thamusida probablement de la même époque. Toutes ces réalisations de l’ère flavienne ne sont qu’un aspect du dynamisme naissant de l’Afrique romaine. Le conservatoire de formes architecturales du Haut-Empire que constitue le Maroc nous informe sur les réalités contemporaines, aujourd’hui occultées, des provinces orientales : il serait impensable que les créations balnéaires marocaines n’aient pas d’équivalent à l’Est, dans les régions où est alors inventée la sigillée claire5.

B) La mise en place du capital monumental balnéaire

16La période iie siècle-époque sévérienne joue un rôle essentiel dans la mise en place de l’infrastructure balnéaire. Cela ne constitue pas une surprise : on peut dire la même chose des autres types d’édifices africains.

1) Problèmes de méthode

17À partir du iie siècle, nous abordons ainsi une longue phase de temps pour laquelle la problématique change par rapport au ier siècle. Dans les divers sites, et surtout dans les moins mal connus, on constate que les composantes les plus anciennes du paysage urbain remontent au iie siècle. Si, sauf dans une certaine mesure au Maroc, les vestiges antérieurs apparaissent rares, profondément remaniés et même souvent complètement effacés, la marque du iie siècle perdure à travers les siècles. Il est certes probable que l’évolution ultérieure a contribué à atténuer son empreinte, à nous en donner une image minorée par rapport à ce qu’elle fut réellement, il n’en reste pas moins qu’elle est encore clairement identifiable.

18Nous ne sommes donc plus confronté à la situation des deux siècles du tournant de notre ère dont l’évidente, et historiquement nécessaire, activité dans le domaine balnéaire n’est quasiment plus perceptible sur la plus grande partie du territoire africain. Cela signifie-t-il que nous puissions désormais nous fier sans réserve aux données disponibles ?

19La plupart des études historiques qui s’intéressent aux informations que peuvent fournir les variations de l’activité constructrice sont fondées sur l’épigraphie. Si l’apport de cette dernière est incontournable, une telle méthode de recherche nous paraît cependant fort limitée, et fort dangereuse. La critique tient essentiellement à la nature même du dossier. Toute cartographie d’une réalité antique est constamment menacée par le danger de représenter plus l’aspect spatial de nos connaissances que celui des phénomènes qu’elle prétend illustrer. Il en va de même des courbes ou graphiques chronologiques. Les variations temporelles de la conjoncture qu’ils prétendent traduire risquent d’être gravement faussées par tout un ensemble de facteurs.

20D’abord, cette méthode suppose un minimum d’homogénéité dans la connaissance du territoire retenu. Ce n’est pas toujours le cas, et cela le sera encore moins si l’on s’en tient à des documents épigraphiques soumis par excellence aux aléas de l’implantation de chantiers de fouilles, soumis aussi aux hasards de leur conservation. Or l’échantillon sur lequel on travaille n’est pas tel que l’on puisse négliger ce dernier facteur. Se fier entièrement aux textes, c’est réduire toute l’architecture thermale du Maroc à deux inscriptions signalant les restaurations des bains d’un camp militaire et d’une demeure officielle.

  • 6 Cf. en particulier les réflexions de P.-A. Février, par exemple Paroles et silences (à propos de l (...)

21Ensuite, cette méthode suppose que la pratique de la gravure sur pierre est suffisamment stable pour que les textes qui en résultent puissent constituer une source d’information de même nature à travers les siècles. Or, rien ne nous permet d’affirmer que les inscriptions incisées sur un support lithique aient toujours occupé la même place dans les modes de communication. Selon les lieux, les classes sociales, les époques, la place et les formes de l’épigraphie peuvent changer et modifier la valeur des données disponibles6.

  • 7 C. Lepelley (Cités, I, p. 17 sq.) a critiqué la tendance à taxer systématiquement les inscriptions (...)

22De plus, on ne peut se contenter d’additionner les inscriptions pour se faire une idée du dynamisme d’une région. Une restauration n’est pas une construction. Qui pis est, l’ampleur des travaux réellement conduits, quelle que soit leur nature, varie considérablement d’un chantier à l’autre et modifie radicalement la portée réelle du témoignage écrit. La plu-part du temps, le texte, à lui seul, est incapable de nous informer véritablement. Il peut être trop allusif : or, recenser de la même manière la dédicace d’une vaste construction et celle de petits thermes de quartier a historiquement peu de sens. Il peut aussi faire preuve d’une grande précision, du moins apparente. Cela est uniquement le cas lors de la célébration de travaux ponctuels et, sans se montrer excessivement hypercritique, on doit s’interroger sur la nature réelle de l’œuvre ainsi célébrée. Que peut bien signifier une restauration a solo ou a fundamentis ? Une telle expression est-elle réellement réservée à une entreprise de grande ampleur ou est-elle avant tout une formule destinée à valoriser l’action de l’évergète ou de la commune ? Quelle est la part de l’emphase et celle de la description d’une action réelle ? Le texte, laissé à lui-même, ne permet guère de répondre à cette question. Pire, on peut parfois tirer de lui des conclusions totalement opposées7.

  • 8 Ainsi H. Jouffroy (Construction publique) a ventilé ses données en gros selon les siècles. Cela n’ (...)
  • 9 C. Lepelley a construit ses graphiques par règne ou fraction de règnes, ce qui aboutit à des tranc (...)

23Enfin, se pose le problème des cadres chronologiques dans lesquels on ventile les inscriptions. Choisir des unités de temps trop larges aboutira inévitablement à masquer des évolutions qui ne sont pas que des fluctuations rapides8. Inversement, retenir une grille trop fine risque de faire apparaître des variations qui ne sont qu’illusoires dans la mesure où elles découlent plus des hasards de notre documentation que des réalités de l’activité édilitaire9. Les beaux graphiques risquent fort de présenter un reflet déformé et trompeur de la réalité.

  • 10 A. Mahjoubi (Henchir El-Faouar, p. 150, note 470) a souligné qu’il fallait faire la part de l’exag (...)

24Pour tenter d’atténuer les risques inhérents à une enquête fondée essentiellement sinon exclusivement sur l’épigraphie, nous avons donc essayé de mêler données écrites et archéologiques, qui nous paraissent fondamentalement capables non seulement de se compléter mais encore de s’éclairer mutuellement10. Nous les aborderons dans une optique chronologique assez large, la première grille d’approche n’étant ni un découpage automatique du temps, par siècle, demi-siècle ou autre unité de mesure, ni une approche systématique par règne. L’a priori qui guide notre étude découle beaucoup plus des grandes lignes de l’histoire africaine telle que nous pouvons la connaître par ailleurs, et des problèmes qu’elle soulève. L’enquête est conduite sur la base des données chronologiques précises, archéologiques et épigraphiques, dispersées dans la IIIe partie et le dernier chapitre de la Ve partie, où les inscriptions comportent la numérotation utilisée ici.

2) Les premiers grands édifices balnéaires

  • 11 Thermes Nord d’Acholla : G. Picard, CRAI 1947, aux thermes d’Acholla, dans Mts Piot, 63, 1980, p. (...)

25Tous les thermes africains du ier siècle que nous connaissons appartiennent à la catégorie des bains de petites dimensions telle que nous l’avons définie, c’est-à-dire celle des édifices dont la partie balnéaire couvre une superficie inférieure à 1 000 m2. En revanche, au iie siècle, tout change en quantité et en qualité. Nous mettons à part les bains appartenant à des camps militaires qui paraissent équipés dès leur fondation, en tout cas pour ceux qui datent du iie siècle : c’est le cas à Gemellae, Rapidum, Simitthus et, à notre avis, Lambèse. Beaucoup plus important pour notre propos est la multiplication, dès la première moitié du iie siècle, de bains publics. Si nous abordons la question par son biais essentiel, à savoir celui de la construction d’un bâtiment, on peut faire quelques remarques. Un certain nombre de travaux sont réalisés à des dates qui impliquent l’existence du bâtiment dès la première moitié du iie siècle. Ainsi à Aubuzza (n° 7 : sous Antonin le Pieux) ou dans les grands thermes Est de Timgad, qui sont agrandis en 167-168 (n° 169). On peut probablement tirer la même conclusion des travaux identiques qui, cette fois en 198-199, concernent les grands thermes Sud de la même cité (n° 171). L’archéologie contribue à compléter ce dossier. On peut placer la construction des deux thermes publics d’Acholla dans les décennies 120-14011. Surtout, nous pensons qu’il faut également attribuer les thermes du capitole de Cuicul à cette période (cf. la notice) et on doit leur adjoindre ceux d’Uthina. Si nous recoupons cette donnée avec le cas des thermes du camp de Lambèse, dont nous pensons qu’il date de la création du camp sous Hadrien (cf. la notice), nous avons le témoignage de l’introduction précoce du plan symétrique en Afrique.

26Si l’on veut mettre en doute cette conclusion, il est, de toute façon, un événement majeur qui proclame de facon grandiose l’importance du iie siècle dans l’histoire de l’architecture balnéaire maghrébine. Il s’agit de la dédicace en 157 et de l’achèvement du programme décoratif en 162 des thermes d’Antonin à Carthage (nos 22 et 23). La datation précise du plus grand bâtiment thermal jamais construit dans les provinces démontre que l’importance croissante de l’Afrique se traduit immédiatement dans la nature de son équipement balnéaire.

27Cet essor se prolonge durant la seconde moitié du siècle et l’ensemble de l’époque sévérienne sans solution de continuité. La poursuite de cette activité constructive est parfaitement illustrée par l’archéologie marocaine où tous les thermes antérieurs (Thamusida, Zilil, thermes Nord et du capitole à Volubilis) sont l’objet de remaniements et de travaux d’agrandissement, tandis que d’autres (thermes aux fresques de Banasa) sont construits.

28L’épigraphie des autres provinces africaines confirme la façon dont elles continuent à s’équiper grâce à des constructions nouvelles : grands thermes Sud de Cuicul en 183-184 (nos 102 et 103), bains de Choba en 196 (n° 99), grands thermes de Lambèse en 194-198 (cf. la notice), grands thermes Sud d’Hippo Regius en 198 (mais dans ce cas nous ignorons s’il s’agit d’une construction ou d’une restauration : n° 110), grands thermes Est de Maktar en 199 (cf. la notice), thermes d’Avitta Bibba en 202-204 (n° 9), grands thermes Nord d’Hippo Regius en 211-217 (n° 111), thermes de Timgad à l’emplacement de la forteresse byzantine en 213 (n° 183), peut-être les thermes « liciniens » de Thugga si, en réalité, ils portent bien le nom de Caracalla (cf. la notice et n° 57), thermes de Siga probablement en 218-222, sous le règne d’Élagabal (n° 162), thermes memmiens de Bulla Regia en 220-240 (n° 12), bains de Castellum Mastarense construits de 228 à 230 (n° 97).

  • 12 Il faut ici laisser de côté des constructions dont l’attribution à l’époque sévérienne n’est pas s (...)

29Les données archéologiques réunies dans les notices confirment l’importance de l’époque sévérienne. Les thermes du labyrinthe de Thuburbo Maius sont attribuables à une date inconnue du iie siècle, ceux de Themetra sans doute aux premières décennies du iiie siècle, tout comme, à Timgad, ceux des Filadelfes12. Surtout on notera d’importantes réalisations dont l’attribution à cette période est quasi certaine : thermes d’été de Thuburbo Maius (200-225) et de Madaure, décorés de façon cohérente de 202 à 235.

  • 13 Un balneum est restauré par la IIIe Légion. Cela ne signifie pas que l’édifice était militaire : à (...)

30Nous n’avons mentionné que les constructions de nouveaux bâtiments, en laissant de côté les restaurations dont certaines sont célébrées par des inscriptions, à Lambèse en 200-209 (n° 119)13, à Aquae flavianae en 208 (n° 89) et à Aïn Schkor en 222-232 (n° 195). Mais, pour bien saisir l’importance de cette période iie siècle-époque sévérienne, il faut aussi souligner que les édifices les plus importants, ceux qui sont porteurs de la plus grande signification historique, appartiennent tous à cette phase chronologique : archéologiquement, nous ne connaissons aucune grande réalisation thermale dont l’érection serait indubitablement postérieure à l’époque sévérienne.

31Ces données ne permettent pas d’affirmer que l’on cesse alors totalement de construire des bains à grande échelle. Par exemple, le nom des thermae Constantinianae de Cirta (n° 101) suggère un bâtiment assez vaste pour être digne de porter le cognomen impérial, mais il est vrai que nous ignorons si cette appellation est due à une construction ou à une restauration. D’une manière plus générale, nos connaissances sont bien trop partielles et incertaines pour que l’on puisse exclure une ambitieuse construction tardive.

32La documentation permet cependant de raisonner de façon globale. Si nous prenons le cas des thermes symétriques (ci-dessus,

  • 14 L’évolution de la construction des thermes s’insère parfaitement dans le schéma dégagé par P.-A. F (...)

33p. 288) ou semi-symétriques (ci-dessus, p. 321-322), aucun de ces bâtiments ne peut être daté avec sûreté après le milieu du iiie siècle. Répétons-le : les cas non datés sont assez nombreux pour qu’une attribution tardive ne puisse être exclue. Il est cependant saisissant que les certitudes ou les probabilités s’insèrent toutes dans le même cadre chronologique. Bien plus, la situation est la même pour les thermes asymétriques les plus importants (ci-dessus, p. 373-375). À la fin de l’époque sévérienne, à la suite d’un processus continu amorcé dès le début du iie siècle, l’essentiel sinon la totalité des éléments balnéaires principaux de l’Afrique est en place14. Nous avons là, dans le domaine d’analyse que nous avons choisi, une conséquence évidente de l’affirmation de la puissance africaine, l’implantation des réalisations les plus prestigieuses reflétant fidèlement les aspects chronologiques et géographiques de l’économie du pays. Cette conclusion fondamentale conditionne la façon dont on doit tenter de comprendre les décennies suivantes.

C) Le problème de la « crise du iiie siècle »

34Les difficultés de cette période ont été soulignées par la littérature antique et contemporaine. Il paraît difficile de les nier. Reste à mieux cerner tant leur nature exacte que leur extension géographique. Ce que nous connaissons désormais de l’histoire économique de l’Empire permet de bien comprendre comment tout l’Occident de la rive Nord de la Méditerranée peut avoir connu des difficultés. Ce ne sont évidemment pas les « invasions » qui en sont la cause première, mais un état général de recul économique qui amplifie les conséquences du moindre événement, quand il ne le suscite pas.

  • 15 C’est encore l’analyse de C. Lepelley (Cités, I, p. 82-85) : les exactions fiscales provoquent la (...)

35Qu’en est-il de l’Afrique ? Il est d’usage d’affirmer que la situation y est aussi catastrophique que dans le reste de l’Empire. Preuve en serait l’arrêt significatif des chantiers de construction15. Si l’on accepte de prendre un peu de recul, cela paraît quelque peu invraisemblable. Ce siècle est celui où le Maghreb établit définitivement sa suprématie sur l’Occident romain et noue des relations, décisives pour l’avenir, avec l’Orient.

36L’étude des thermes n’apporte rien par rapport au problème général de l’activité constructrice durant cette période. On retrouve, après les nombreux textes de l’époque sévérienne, une même rareté des inscriptions que viennent mal corriger les données archéologiques. Avant le règne de Dioclétien, habituellement considéré comme une époque de redressement, nous ne pouvons identifier aucune construction sûrement attestée.

37Ces données traduisent-elles une terrible crise ? Il nous semble que, dans le cas africain, elles doivent être interprétées autrement, ou du moins avec beaucoup plus de prudence avant de parler de « renaissance au temps de Dioclétien ».

  • 16 Lepelley, Cités, I, p. 85.
  • 17 X. Dupuis, Un nouveau document de Lambèse concernant M. Aurelius Decimus, dans Ant. afric., 25, 19 (...)
  • 18 Les travaux publics connus pour le règne d’Alexandre Sévère sont moins nombreux que ceux attestés (...)

38Il faut d’abord mieux cerner l’extension et la nature réelles de cette lacune qui se présente, essentiellement, sous la forme d’un relatif silence épigraphique. D’un côté, nous avons le grand nombre d’inscriptions du temps de Dioclétien, série qui, plus précisément ne débute pas avant 286, Maximien étant toujours associé à Dioclétien en tant qu’Auguste16. Mais cette borne est toujours susceptible d’être remise en question. En s’appuyant sur de nouveaux documents, X. Dupuis a pu soutenir que le renversement de conjoncture s’opérait dès les années 279-28017. De l’autre côté, il faut souligner la façon dont l’intense activité de l’époque sévérienne concerne la totalité de cette période18. Bien plus, la disparition de cette dynastie ne correspond pas à une rupture brutale. On a déjà remarqué que la poursuite de l’activité était sensible en particulier jusque sous Gordien III (238-244). Le dossier des thermes confirme ce fait. Deux inscriptions gardent le souvenir de travaux concernant des bains : outre celle, particulière, de Volubilis (n° 196), il s’agit du texte de Membressa, qui célèbre probablement non la construction mais la restauration de l’édifice et l’enrichissement de son décor à l’aide de colonnes de marbre, texte dont nous pensons qu’il appartient à ce règne (n° 28).

  • 19 X. Dupuis, Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276, dans MÉFRA, 104, 199 (...)

39Entre Gordien et le début des années 280, les témoignages épigraphiques apparaissent particulièrement rares, et c’est donc cette période, restreinte en fait à moins de quarante ans, qui pose problème. Ce vide n’est cependant pas aussi important que l’on a pu l’écrire. Un dépouillement précis des documents disponibles montre que si l’activité édilitaire est en net recul par rapport aux premières décennies du siècle et également en retrait par rapport aux deux dernières décennies, on continue cependant à restaurer et même à construire19.

40Le maintien d’une certaine activité édilitaire se manifeste aussi en ce qui concerne les édifices balnéaires. À Lambèse, entre 262 et 267, la IIIe Légion restaure des thermes dont rien ne permet de savoir s’ils étaient civils ou militaires (n° 120). On pensera aussi à la nécessaire restauration des thermes du camp en plein iiie siècle (cf. la notice). À Thubursicu Bure, entre 260 et 268 et à la suite d’une restauration, des thermes prennent le nom de l’Empereur : cela implique que l’édifice était important et que les travaux exécutés furent assez considérables pour justifier cette nouvelle appellation (n° 55). C’est peut-être dans ce bâtiment, ou plutôt dans un autre, que sont transférées des statues de marbre à une date indéterminée de la période 260-305 (n° 56). À ces inscriptions, il faut adjoindre quelques textes qui pourraient appartenir à la période considérée : restauration de thermes à Ureu (n° 67) ; travaux de restauration, d’agrandissement et de décoration des bains du municipium Aurelium Commodianum (n° 34) ; offrande, probablement pour des thermes, de vasques (conchae : n° 159). Il faudrait aussi prendre en considération les inscriptions attestant l’érection de monuments, en particulier de statues, dans les édifices balnéaires. Dans les grands thermes Sud de Timgad, des bases furent dédiées à la famille impériale dans les années 255-260 (nos 176 à 180), tandis que d’autres textes se placent de façon imprécise au cours du iiie siècle (nos 174, 182).

  • 20 Des interrogations sur la nature et l’ampleur des difficultés qui caractériseraient l’Afrique du i (...)

41Ces données posent un problème d’interprétation. Dans l’état actuel des connaissances, si on ne peut plus parler de silence des inscriptions durant les décennies centrales du iiie siècle, il reste certain que l’on assiste à un net tassement. L’Afrique est-elle touchée par les difficultés bien attestées dans d’autres parties de l’Empire, et jusqu’à quel point ? À notre avis, le discours habituel sur la crise de l’Afrique au iiie siècle doit être nuancé de façon importante et, dans une certaine mesure, replacé dans une autre optique20.

  • 21 Même en s’en tenant au dossier épigraphique, il devient difficile de parler de « la grave crise... (...)

42En premier lieu, il faut rappeler tous les doutes que nous avons émis sur la validité du critère épigraphique si on le privilégie de façon excessive. D’ores et déjà, on peut affirmer que bien des violents retournements de conjoncture que l’on avait cru pouvoir déceler en se fondant uniquement sur les inscriptions doivent être reconsidérés simplement à partir du moment où notre connaissance de ce type de sources progresse21. L’impression de récession subsiste cependant et, dans ce cas, elle paraît confirmée par les données archéologiques.

  • 22 Thébert, Évolution urbaine, p. 101, avec bibliographie. L’article de R. Rebuffat, Enceintes urbain (...)

43En réalité, on est fondé à se poser de sérieuses questions sur le vide archéologique du iiie siècle, tout comme sur le silence épigraphique de cette période. Il existe d’abord un problème d’interprétation : de même que pour les textes, le sens d’un monument n’est pas toujours obvie. Nous pensons en particulier à la question des enceintes dont s’entourent alors certaines agglomérations jusqu’en plein iiie siècle, constructions qu’il serait simpliste de confiner dans un rôle défensif et qui, bien au contraire, peuvent aussi traduire l’ambition et le dynamisme d’une communauté22. Les conséquences de cette divergence d’approches ne concernent pas seulement l’interprétation d’une construction, mais aussi la nature même des statistiques que l’on prétend élaborer. Ce qui importe, c’est l’ampleur des travaux entrepris, l’investissement qu’ils représentent, non l’interprétation que l’on plaque sur eux : les énormes efforts qu’implique l’érection d’une muraille ne peuvent être négligés lorsque l’on veut évaluer les capacités d’un groupe humain.

  • 23 Sur ces façons de vider la période de sa substance, cf. Février, iiie siècle, p. 66-67 ou 71. La f (...)
  • 24 Sur l’utilisation de ces diverses données, cf. Février, iiie siècle, p. 67 et 70, avec bibliograph (...)

44Bien plus, il faut tenir compte de deux faits essentiels. D’abord bien des datations à partir desquelles nous raisonnons sont fondées sur des critères stylistiques, autant dire en partie subjectifs étant donné l’état d’élaboration des méthodes et concepts utilisés dans l’histoire de l’art africain, encore en construction. Dès lors, les a priori sur la crise du iiie siècle poussent invinciblement les chercheurs à attribuer les œuvres à une période considérée comme susceptible de les avoir produites, surtout pas à une époque de « crise ». Ensuite, il faut constamment se souvenir que, lorsque nous bénéficions de fouilles stratigraphiques, celles-ci, dans la plupart des cas, ne peuvent fournir qu’un terminus ante quem non. Il résulte de tout cela que nombre de travaux du milieu du iiie siècle n’apparaissent pas dans les publications. Dans une certaine mesure, un « vide » est créé artificiellement afin de se conformer au présupposé de la « crise »23. Ces imprécisions de la démarche archéologique sont particulièrement notables dans le domaine de l’architecture domestique. Or, on peut penser que, après d’énormes investissements dans le secteur public, le cadre des domus devient l’objet de soins de plus en plus attentifs. C’est souvent à ce moment que se constituent de grandes demeures par fusion de lots et empiètements sur l’espace public. C’est aussi durant cette période que l’aménagement de l’espace domestique commence à se modifier avec, pour nous en tenir à ce qui nous concerne le plus directement, l’introduction de bains privés. D’une manière générale, si l’on tente de diversifier les données auxquelles on recourt, le tableau que l’on peut dresser des décennies centrales du iiie siècle change quelque peu : diffusion des sarcophages, importante transformation dans le style et les conditions de production des éléments architectoniques, tout un faisceau d’indices contribuent à donner de cette période l’image d’une époque de mutation durant laquelle les difficultés sont loin d’abolir tout dynamisme24.

  • 25 X. Dupuis (article cité à la note 19, p. 248) remarque que près de la moitié des inscriptions conc (...)

45Il est d’ailleurs intéressant de noter que les inscriptions de la période 244-276 mentionnent un nombre important de chantiers de construction25. L’équipement monumental des centres urbains n’est donc pas violemment interrompu. Si les thermes n’apparaissent pas dans cette rubrique, cela est essentiellement dû aux hasards des découvertes et aussi au fait que nombre de cités s’étaient largement équipées au cours de la période antérieure.

  • 26 Carandini, Studi miscellanei, 13, p. 30-36 ; Panella, SRIT, III, p. 438-446 ; Ead., Merci e scambi(...)

46Ce jugement plus nuancé sur les décennies centrales du iiie siècle correspond mieux à ce que nous connaissons de l’état de l’économie africaine. La politique fiscale des Empereurs, les modifications du système de l’Annone, la crise monétaire n’ont pu être sans conséquence pour l’Afrique. Bien plus, la récession des différentes régions concerne l’Afrique puisqu’elles ne sont pas seulement des concurrentes, mais aussi des marchés. La céramique nous fournit pourtant une image de l’économie africaine que nous ne pouvons négliger : alors que la sigillée claire A continue à être produite en grande quantité, c’est approximativement vers 230 qu’apparaît la sigillée claire C. Or, ce produit de qualité, dont la création s’insére dans le cadre d’une diversification générale de la production céramique africaine, est exporté sur une vaste échelle dans tout le bassin méditerranéen, parallèlement aux amphores diffusant l’huile africaine. L’hégémonie africaine, qui s’est instaurée dans la période précédente, s’affirme et étend le champ géographique de son emprise26.

  • 27 C’est l’analyse que fait C. Lepelley, Cités, I, p. 87-88 : «...on avait profité de l’acquis monume (...)
  • 28 Sur ce point, cf. les remarques de P.-A. Février, iii siècle, p. 69-70. Comme il le souligne, cett (...)

47Un tel contexte exclut l’idée d’une crise profonde. Pour en rester aux thermes, si l’on n’en construit plus, cela est dû, dans une très large mesure, à la satisfaction des besoins durant la période précédente. On se doit surtout de les entretenir, ce qui semble être fait. En tout cas, il faut absolument récuser l’idée selon laquelle les inscriptions du temps de Dioclétien démontreraient une dégradation des monuments dans les décennies précédentes. On a pu arguer de la fréquence des mentions d’édifices menacés par leur vétusté que ces textes démontraient l’état de délabrement de certains édifices consécutif à l’incurie des décennies précédentes27. C’est faire preuve de quelque naïveté et oublier que si les inscriptions parlent, il en résulte qu’elles mentent. La complainte sur les édifices longa incuria dilapsi et uetustate corrupti ne caractérise en rien une situation précise. Ce ne sont que formules qui relèvent des règles du genre et dont les exemples pullulent bien avant Dioclétien : elles ne permettent nullement de dresser un état des lieux28.

D) De Dioclétien à la fin du ive siècle

  • 29 Thébert, Évolution urbaine, p. 102-105.

48La prospérité urbaine du ive siècle est désormais un fait bien établi. Il y a maintenant près de quarante ans que l’historien soviétique G. G. Diliguenski a pu, dans le cadre d’une vaste synthèse, nier de façon catégorique le dogme du déclin des cités africaines au ive siècle. Depuis, des recherches plus ponctuelles ne font que nourrir ce point de vue. Fouilles, études du matériel épigraphique ou céramique, recherches sur les institutions, les sculptures ou les mosaïques, sur l’architecture publique ou privée, démontrent la puissance de 1’Afrique et l’importance de cette période dans la nature du visage que présentent encore de nos jours les sites antiques29. L’activité édilitaire est donc un des signes les plus clairs de ce dynamisme. Le secteur thermal ne fait pas exception. Nous ferons cependant deux remarques.

  • 30 Nos 36 (286-293 : achèvement d’une construction), 166 (290-293 : restauration d’une salle thermale (...)
  • 31 Règne de Julien (360/361-363) : nos 161 (reconstruction après un incendie), 145 (restauration des (...)
  • 32 Lepelley, Cités, I, p. 89-98.
  • 33 Nos 25 (317-318 : construction et décoration de thermae), 10, 167 et 191 (326-333 : restaurations) (...)

49La première concerne la chronologie. Ce que les inscriptions nous apprennent sur les chantiers installés dans des thermes s’insère dans le rythme d’ensemble de l’activité bâtisseuse : net dynamisme sous Dioclétien30 et encore plus durant la période 360-395 correspondant aux règnes de Julien, Valentinien Ier, Gratien et Théodose Ier31. En revanche, on a souligné la médiocrité de la période 305-36032. Les données touchant aux thermes apparaissent quelque peu décalées par rapport à cette conclusion. En particulier, tout un ensemble de travaux peut ou doit être attribué aux troisième et quatrième décennies du siècle33. Bien plus, outre les divers travaux d’entretien, il est un cas où nous sommes en présence de l’érection d’un nouvel édifice, et deux cas où nous ne savons s’il s’agit d’une construction ou, simplement, d’une restauration.

  • 34 Panella, Merci e scambi, p. 635 sq.
  • 35 En attendant la publication des fouilles, cf. Thébert, Vie privée, p. 319-325 et fig. 7-8, p. 328- (...)
  • 36 Février, iiie siècle, p. 65, 67, 73.

50Il apparaît donc qu’il est quelque peu illusoire de vouloir demander à un échantillon épigraphique fort imparfait plus de précision chronologique qu’il n’en peut offrir. La « médiocrité » de la première moitié du ive siècle est sans doute largement accentuée, sinon créée, par le hasard des découvertes d’inscriptions : le cas des thermes le suggère fortement. Elle est aussi surévaluée par le choix d’un critère, la construction publique, qui ne peut permettre, à lui seul, de juger de la situation d’une province. L’économie africaine ne rentre pas dans ce schéma : à partir de 300, moment de l’apparition de la sigillée claire D, et durant toutes les premières décennies de ce siècle, les exportations ne cessent de croître et c’est alors que s’affirme une hégémonie méditerranéenne esquissée au iiie siècle34. Même si nous revenons à ce que nous apprennent les thermes, cette base de réflexion fort réduite permet cependant de donner une idée bien plus exacte de l’état de l’Afrique, ou du moins de ses classes riches, si nous y intégrons les constructions privées. Le ive siècle est, en effet, la période par excellence où les domus se dotent d’installations balnéaires. Il est rare de pouvoir cerner avec précision la date de ces constructions, tant la fouille de l’habitat est en retard. Nous disposons cependant d’un exemple qui n’est certainement pas un hapax. À Bulla Regia, la maison de la chasse est équipée de bains dans le cadre d’une campagne de grands travaux consécutive à l’extension de la demeure : or, celle-ci est bien datée de l’époque constantinienne, probablement du second quart du ive siècle35. Ce n’est pas sans raison que P.-A. Février a attiré l’attention sur la nécessité de prendre en compte l’architecture domestique si l’on veut juger du niveau réel d’activité constructrice d’une période36. Cela est sans doute encore plus vrai pour le Bas-Empire où, à la suite d’une longue évolution, la sphère du privé s’est dilatée au point d’annexer une part essentielle de ce qui releva du domaine public.

  • 37 C’est l’analyse de C. Lepelley qui, n’utilisant jamais les données archéologiques, juge par exempl (...)

51Ces conclusions attirent aussi l’attention sur le danger qu’il y a à vouloir articuler trop étroitement des statistiques bien fragiles et l’événementiel. Constater, sur des bases fort aléatoires, une médiocrité de l’activité constructrice pendant un demi-siècle et mettre ce bilan trop mécaniquement en rapport avec la crise de succession de 305-312, la révolte des circoncellions de 340-350 ou même la politique fiscale des Empereurs, apparaît quelque peu arbitraire37. Si, ce que nous pensons, on parvient à démontrer que cette période maintient un indice de construction tout à fait honnête, il y a fort à parier qu’il sera aisé de trouver des arguments inverses permettant de définir un contexte plutôt favorable susceptible de rendre compte de la poursuite du dynamisme.

  • 38 Delattre, CRAI 1908, p. 592-595. Le bâtiment se trouvait sur le flanc Sud de la colline de Bordj-D (...)

52La seconde remarque concerne la nature des travaux effectués. Celle-ci confirme que l’essentiel du parc balnéaire africain est en place dès la fin de l’époque sévérienne. Les inscriptions ne nous fournissent que quelques cas plus ou moins possibles d’érection de nouveaux édifices, tous appartenant à la première moitié du ive siècle. Un seul est très probable (n° 25 : dédicace de thermes en 317-318). L’inscription a été trouvée dans des bains de Carthage dont nous ne connaissons malheureusement que peu de choses. Il semble s’être agi d’un bâtiment qu’il faudrait classer dans notre catégorie des petits thermes, inférieurs à 1 000 m2, mais qui ne paraît pas avoir été dénué de toute importance puisqu’on y signale plusieurs foyers et salles chauffées38. Deux autres cas sont incertains (construction ou simple restauration ?) et ne peuvent être mis en relation avec des vestiges (n° 26, également à Carthage, et n° 101, à Cirta).

  • 39 Cf. ci-dessus, note 7.

53L’archéologie confirme, avec plus ou moins de certitude, la poursuite de l’érection de bains autres que privés durant le ive siècle : thermes au Nord-Ouest du théâtre de Bulla Regia, Kerkouane, thermes Est de Cuicul. Il s’agit cependant de constructions d’ampleur limitée qui ne constituent qu’une contribution modeste à l’ensemble déjà existant. Pour l’essentiel, on se contente d’entretenir ce dernier, parfois d’agrandir un monument par quelques adjonctions. Nous ne revenons pas sur la difficulté qui existe à saisir l’ampleur réelle de ces travaux à travers les textes, et du danger qu’il y aurait à surestimer leur importance en prenant ces derniers pour argent comptant39. Jamais l’archéologie n’a permis d’appréhender une restauration radicale d’un bâtiment. Si les thermes d’hiver de Thuburbo Maius furent effectivement reconstruits par un personnage qui les releva ex ima fundamentorum origine usque ad fastigia culmen, du fin fond des fondations jusqu’au plus haut point du faîte de l’édifice (n° 51), c’est que ces thermes ne sont pas le monument que nous connaissons et identifions comme tels, ce qui serait surprenant. Néanmoins, l’archéologie confirme l’existence de travaux (par exemple la restauration de pavements dans les grands thermes Sud de Cuicul), et, surtout, le fait que la plupart des monuments construits durant les deux siècles antérieurs continuent à fonctionner au cours du ive, ce qui implique leur entretien. Il est cependant clair que les principaux investissements se font dans d’autres secteurs : cela est vrai depuis la fin de l’époque sévérienne.

E) Le problème du ve siècle et du royaume vandale

  • 40 Cf. un résumé de ces diverses positions dans Thébert, Évolution urbaine, p. 109-110. C. Lepelley, (...)

54La question des thermes africains du ve siècle est, comme toujours, indissociable d’une problématique d’ensemble de la période, mais ce lien est, cette fois, particulièrement contraignant. D’un côté, toute une tradition historique, centrée sur les invasions, souligne la rupture assimilée à une catastrophe. De l’autre, quelques auteurs ont souligné la longue durée de la prospérité africaine40. Nous estimons qu’il faut, au contraire, penser cette période en des termes qui n’ont rien à voir avec un bilan plus ou moins positif ou négatif mais qui, débarrassés de la pesante obsession du mythe invasionniste, permettent de saisir la nature des profondes mutations qui sont alors à l’œuvre (cf. ci-dessus, p. 34-35).

55Que peut apporter l’étude des thermes africains à cette réflexion ? Dans un premier temps, nous pouvons prendre en considération les apports chronologiques de ce type de monuments. Il en ressort une conclusion essentielle : la mort de Théodose Ier, en 395, n’inaugure pas une phase de déclin définitif, comme on a pu l’écrire. Il vaut la peine de détailler quelque peu ce que nous apprennent les inscriptions confrontées aux données archéologiques.

56Un premier dossier concerne les thermes d’hiver de Thuburbo Maius. Entre 395 et 408, ils sont l’objet d’une restauration que l’inscription (n° 51) présente comme une véritable reconstruction. Comme nous venons de le voir, il n’y a pas de raison de prendre ce texte au pied de la lettre, mais nous avons la preuve que ce monument est l’objet de travaux jusqu’à une date fort avancée. Une autre inscription (n° 52) mentionne la restauration du caldarium, la réfection de la tuyauterie et d’anciens réservoirs et la construction d’une nouvelle piscine. Nous pensons que ce texte doit être daté de 410 au plus tôt (cf. la notice). Quoi qu’il en soit, les sondages réalisés en ce monument confirment le long entretien de l’édifice. Si de nombreux remaniements, ou même l’adjonction d’une aile, ne peuvent être datés avec précision, nous savons en revanche qu’un important remodelage du frigidarium n’est pas antérieur à la deuxième décennie du ve siècle, et cette salle reçoit une nouvelle mosaïque au plus tôt à la fin du ve-début vie siècle.

57Les inscriptions nous font ensuite connaître une série de travaux entrepris dans des thermes. À Madaure, en 407-408, une salle est restaurée et une nouvelle construite (n° 148). À Membressa, en 412-414, le décor des thermes est enrichi de statues et mosaïques (n° 31). À Tichilla, sous le règne commun d’Honorius et Théodose II, on construit ou restaure des thermae (n° 62 : 412-414) et on en restaure d’autres (n° 61 : 408-423).

58Ces deux derniers textes attirent l’attention sur la période correspondant au règne de Théodose II (408-450) qui recoupe ceux d’Honorius (408-423) et de Valentinien III (425-455). C’est dans ce cadre chronologique que s’insère la prise de Carthage par les Vandales, en 439, événement qui ne rompt pas tout lien entre l’Afrique et les centres traditionnels du pouvoir. Le traité de 442 restitue à l’Empire les Maurétanies et une partie de la Numidie, tandis que le souverain numide reçoit le statut de roi vassal.

  • 41 Un nouvel éclairage sur l’Afrique de Théodose II est également apporté par la récente découverte, (...)

59Les inscriptions datées de ces règnes nous informent donc sur l’Afrique de la période précédant immédiatement l’arrivée des Vandales, ou même postérieure à leur installation. Or, en plus des deux textes que nous venons de citer, il faut également prendre en considération d’autres documents, d’interprétation plus délicate. À Tubernuc, la célébration d’une restauration s’ouvre par la mention de deux Empereurs (n° 63). À Caesarea, le nom de Théodose est associé à la construction ou à la restauration de thermes (n° 94). Dans les deux cas, il est usuel d’attribuer ces inscriptions au ive siècle. Or, les deux Augustes de la première pourraient parfaitement être Théodose II et Valentinien III, et le Théodose de la seconde Théodose II. Les datations traditionnelles ne reposent que sur un a priori : au ve siècle, l’activité édilitaire ne peut être qu’extrêmement réduite41.

  • 42 Les thermes Nord, ou bains des étoiles, sont inédits. Ils sont signalés dans A. Lézine, Thuburbo M (...)
  • 43 Cf. la notice. Des travaux dans le foyer du caldarium sont datés par une monnaie de 410-439, prise (...)

60Pour tenter de mieux saisir le cadre dans lequel on pouvait se baigner au ve siècle, il faut prendre en considération les données archéologiques. À Sitifis, les thermes « du ve siècle » sont construits autour de 425-430 et ils sont occupés jusqu’au début du viie siècle, sans que l’on puisse savoir s’ils fonctionnent encore. À Timgad, dans les grands thermes Sud, on pose une mosaïque au ve-vie siècle et on fait de même dans les petits thermes Nord. Semblablement, dans l’aire vandale, le soin apporté à l’entretien des édifices balnéaires publics est bien attesté. Nous avons signalé les travaux constamment réalisés dans les thermes d’hiver de Thuburbo Maius. Dans la même cité, les bains des étoiles sont l’objet d’une opération d’agrandissement et d’embellissement au cours du ve siècle42, tandis que ceux du labyrinthe fonctionnent encore43. À Belalis Maior, la fin de l’exploitation des thermes du forum, encore entretenus au début du ve siècle, n’est pas antérieure à la fin de ce siècle, sinon plus tard. La station thermale d’Hammam El Oust est encore non seulement utilisée mais aussi décorée à l’époque byzantine.

  • 44 Thébert, Évolution urbaine, p. 112-113. L’exemple des thermes Ouest de Maktar, où l’installation d (...)

61La sauvegarde de grands édifices balnéaires est particulièrement révélatrice de l’état du cadre de vie urbain, dans la mesure où ils nécessitent de constants travaux d’entretien et où leur fonctionnement même exige toute une organisation. Il est malheureusement exceptionnel que les fouilles nous permettent de saisir la durée d’exploitation de ces vastes et complexes monuments44. Cependant, outre le cas des grands thermes Sud de Timgad évoqué ci-dessus, où l’on peut penser que la pose d’une mosaïque au ve-vie siècle s’insère dans le cadre d’un bâtiment encore utilisé dans un but balnéaire, nous possédons désormais une solide documentation concernant les thermes memmiens de Bulla Regia.

  • 45 Broise, Thebert, Thermes memmiens, p. 386-387.

62Les indications fournies par cette fouille sont précieuses car elles permettent de suivre l’utilisation des bains, non de raisonner de façon régressive à partir de vestiges marquant le changement du mode d’utilisation des lieux, vestiges souvent difficiles à dater et qui, au demeurant, peuvent avoir été mis en place bien après la désaffectation des thermes. Nous savons ainsi, d’après l’étude d’un praefurnium et de monnaies liées au fonctionnement des canalisations d’un tepidarium que ces vastes thermes sont exploités au moins jusqu’à une date très avancée dans le ve siècle. Cette conclusion est confirmée par le fait que, dans l’autre tepidarium, les installations qui signent la fin des bains en tant que tels sont, dans ce cas, de peu postérieures à cette désaffectation : or elles datent de l’époque byzantine45. Il est également important de souligner que ces données nous révèlent non seulement la longue durée de l’exploitation du bâtiment thermal, mais aussi le fait que celle-ci se déroule dans le cadre de la totalité du monument, non sous une forme restreinte.

  • 46 Sur ce monument, cf. ci-dessus p. 289.

63Le dossier des thermes symétriques de Ca-lama est moins précis. Selon toute probabilité, ce sont eux qui sont mentionnés dans une inscription de 539 qui célèbre l’érection de l’enceinte de la ville renforcée de treize tours (n° 96). Les bains sont en effet enclavés dans le secteur fortifié, et le texte commémore aussi la construction ( ?) d’une petite porte (annexe et située sur la partie arrière de l’édifice ?) livrant accès au bâtiment. Bien que les études qui commentent cette inscription ne le précisent pas, il faut logiquement penser qu’elle courait sur le linteau de ladite porte. En tout cas, elle atteste que les thermes continuaient alors à fonctionner, selon des modalités qui nous restent cependant inconnues46.

64Malgré tout, les données restent rares. Nous sommes persuadé que cela traduit les lacunes de nos connaissances et les a priori de la recherche, non la réalité. Le cas des thermes memmiens nous semble caractéristique : au cœur du territoire vandale, il atteste que la « conquête » est un épisode qui ne scande pas la vie des cités.

  • 47 Cf., en dernier lieu, les remarques d’A. Ben Abed dans Carthage-1995, p. 312-315. Cf. ici la notic (...)

65Cette conclusion est largement confirmée si nous prenons en considération l’architecture domestique, laquelle est sans doute notre principale source d’informations sur la vie urbaine du ve-vie siècle. Ce fait illustre le hasard des découvertes et l’orientation des recherches, mais sans doute aussi, et surtout, la réalité de l’importance relative croissante des investissements destinés aux travaux privés. Quoi qu’il en soit, les nouvelles découvertes, ou les nouvelles datations, permettent de mieux cerner la puissance de l’aristocratie vandalo-byzantine à travers la richesse du cadre de vie qu’elle se constitue47.

66Ce qui nous importe ici est de préciser cette problématique à travers le cas précis de l’architecture balnéaire privée. Nous avons vu que le ive siècle est l’époque où les riches demeures se dotent de bains, mode dont nous ne connaissons pas d’exemple avant l’époque sévérienne et qui ne se généralise qu’un siècle plus tard. L’apport des thermes privés à la nature de l’Afrique du ve-vie siècle est double.

67D’abord, il confirme que la politique de construction ne s’interrompt pas au ve siècle. Le riche complexe d’Oued Athmenia n’est sans doute pas antérieur à la fin IVe-début ve siècle, si ce n’est postérieur ; le non moins fastueux ensemble de Sidi Ghrib doit être situé, d’après les données disponibles, en plein ve siècle ; les bains de Moknine sont érigés au milieu de ce dernier (inscription n° 33) ; les thermes de Sufetula n° 26 dateraient du ve-vie siècle.

68Ensuite, il démontre que les bains privés antérieurs continuent à être exploités. Ceux de Pupput font partie d’une demeure qui est encore l’objet de grands travaux de décoration postérieurs au premier quart du ve siècle ; les pavements de ceux de Sidi bou Ali sont longuement restaurés, probablement encore à l’époque vandale, et même byzantine (n° 38). Surtout, les thermes de la maison de la chasse, à Bulla Regia, fournissent des informations précises grâce à la fouille de leur caldarium qui avait été épargné par les dégagements anciens. Il en résulte qu’ils ne sont pas désaffectés avant le milieu du vie siècle. Nous sommes persuadé que cette date n’est en rien exceptionnelle.

  • 48 La tentative de J.-M. Lassère d’appréhender plus concrètement le monument de Thrasamund n’apporte (...)

69Ces données archéologiques donnent une certaine consistance à ce que nous apprennent les inscriptions ou les textes du ve-vie siècle. On peut toujours se demander si les poèmes de Felix célébrant de façon répétitive les splendides thermes érigés par le roi vandale Thrasamund sont autre chose qu’un simple exercice de style. Il est certes évident qu’ils ne permettent pas de se faire une idée précise du monument48. Les données archéologiques que nous venons de rassembler autorisent cependant à penser que la construction n’est pas totalement imaginaire. Ce jugement est conforté par l’existence d’inscriptions qui attestent une politique de construction, et dont l’une provient de Carthage, l’autre de Tunis (nos 27 et 66, cette dernière étant attribuable au début du vie siècle). On pensera aussi au texte de Procope (De aedif., VI, 5) mentionnant les thermae Theodorianae construites à Carthage par Justinien.

70Toutes ces données permettent de récuser une vision catastrophique de la période vanda-lo-byzantine. À sa manière, la permanence d’un réseau de thermes démontre que l’arrivée des Vandales ne marque en rien la fin d’un monde. Cette affirmation reste cependant en partie abstraite. Le mot thermae a-t-il le même sens au iie-iiie et au ve-vie siècle ? Une réponse, au moins partielle, ne peut être apportée que par un examen des édifices construits à l’époque tardive.

II–ARCHITECTURE THERMALE TARDO-ANTIQUE ET MÉDIÉVALE

71Dans le chapitre III de la IVe partie, où nous avons proposé une analyse des thermes asymétriques, nous avons volontairement laissé de côté quelques édifices tardifs qui ont été l’objet d’une notice dans le catalogue, et qui doivent maintenant nous aider à saisir la nature de l’architecture thermale de la fin de l’Antiquité. Il s’agit de thermes liés à des bâtiments chrétiens : basilique II de Sufetula (fin ve-début vie siècle ? Pl. LII-LIII) ; baptistère de Cuicul (ve siècle ? Pl. LXXXI) ; cathédrales de Tipasa (fin du ive siècle et période suivante ; pl. XCVII) et de Timgad (fin ive-début ve siècle ? Pl. CXIV).

72Il s’agit également de bains publics : installation logée dans les thermes d’Antonin, à Carthage (probablement époque byzantine ; pl. XLIII-3) ; dernier état des thermes du capitole à Thuburbo Maius (date inconnue ; pl. LXII-5) ; bains tardifs des grands thermes de Madaure (probablement époque vandalobyzantine ; pl. XC-XCI), thermes du ve siècle à Sitifis (deuxième quart du ve siècle ; pl. XCV-4) ; thermes de la forteresse byzantine, à Timgad (539-540 ; pl. CXV-4) ; Tamuda (date inconnue ; pl. CXXIII-5) ; petits bains logés dans la palestre des thermes Nord, à Volubilis (date inconnue ; pl. CXXXIII-2).

73Les références aux planches permettent de retrouver aisément toutes les données disponibles sur l’édifice. Cependant, pour plus de facilité, nous avons regroupé le plan de tous ces bâtiments tardifs sur les planches CLXVICLXVII, en y fournissant quelques informations complémentaires.

74Les datations restent trop souvent imprécises. Toutefois, si on laisse de côté les deux cas marocains dont la chronologie est particulièrement incertaine, on peut dire que toutes ces constructions appartiennent, pour certaines, aux décennies précédant immédiatement l’arrivée des Vandales et, pour la plupart, à la période vandalo-byzantine.

75Ces réalisations doivent être étudiées de deux points de vue, celui des techniques de chauffage et celui de la nature du bain offert à l’utilisateur.

A) Techniques de chauffage

76D’une façon globale, on peut souligner la remarquable permanence des procédés mis en œuvre pour chauffer les bains. En effet, tous ces bâtiments sont équipés d’hypocaustes, choix qui atteste la continuité de la technique inventée, ou du moins perfectionnée de façon radicale, au iie-ier siècle av. n.è. Parallèlement, il faut noter la fréquence de la pluralité des foyers, supportant éventuellement une chaudière, et le maintien du recours à la double-cloison afin d’obtenir un plus grand degré de chaleur. Cette constatation est étayée par l’analyse d’une construction bien datée, à savoir les thermes de la forteresse byzantine de Timgad : tepidarium sur hypocauste à chauffage indirect, destrictarium-laconicum avec foyer et double-paroi, le caldarium étant équipé, quant à lui, de deux foyers. Il n’y a pas de différence essentielle entre ces aménagements et les réalisations antérieures.

  • 49 G. Jones, Libyan studies, 14, 1983, p. 109-121, et 15, 1984, p. 107-111.
  • 50 M. Luni, Le terme bizantine, dans Libya antiqua, 11-12, 1974-1975, p. 266-276. De petites construc (...)

77Un certain nombre de constructions nous permettent d’élargir l’enquête à la fois spatialement et chronologiquement. Quelques bains d’époque byzantine ont été étudiés en Cyrénaïque. À Tocra, à une date imprécise, sont érigés des thermes qui continuèrent à fonctionner au début de la période islamique49. Les deux salles balnéaires chauffées, installées sur hypocauste, sont desservies par respectivement un et deux foyers avec, dans ce dernier cas, la présence d’une chaudière. À Uadi Senab, dans un petit édifice qui semble dater du vie siècle, les deux pièces sont également sur hypocauste. La première est chauffée indirectement, mais deux des murs sont équipés d’une double-cloison. La seconde possède un foyer et une double-paroi complète50.

  • 51 A. El Khayari, Les thermes extra muros à Volubilis, dans Africa romana, X, p. 301-312.

78Si on revient de nouveau au Maghreb afin d’analyser des édifices de la haute époque arabe, on a une confirmation de la très longue durée des techniques romaines. Les thermes extra muros de Volubilis méritent une attention particulière, à cause de leur date (époque idrisside, fin du viiie siècle ou un peu plus tard), de leur état de conservation, et de l’étude dont ils ont été l’objet51 (pl. CLXVIII).

  • 52 Nous ne suivons pas entièrement la description d’A. El Khayari. Celui-ci signale, en effet, un ban (...)

79Il s’agit de petits thermes occupant, du moins dans leur état actuel, environ 250 m2. Le local qui constitue aujourd’hui la première salle (13,84 × 5,20 m) est mal conservé. Il aurait donné sur l’extérieur, du moins dans le premier état, par son angle Nord-Est. Il est dallé et équipé de bancs. Il s’agit d’un vestibule-vestiaire qui faisait également office de frigidarium. C’est, en effet, uniquement à partir de lui qu’est accessible la piscine froide (4,46 × 4m)52.

80La pièce 1, dallée, assure l’articulation des locaux disposés orthogonalement. Une conduite signale que le baigneur devait disposer d’un point d’eau, sous une forme qui n’est plus restituable. La pièce 2, également dallée, est encore couverte d’une voûte en berceau. On n’y reconnaît aucune circulation d’eau et aucun mode de chauffage : il faut penser à des braseros et à la contiguïté avec la salle suivante. Cette dernière est, en effet, un véritable caldarium doté d’un foyer alimentant un hypocauste à canaux dont l’organisation, hormis la présence d’un grand canal médian directement relié au four, est d’ailleurs peu claire. Il n’y a pas trace de double-cloison. Deux bassins étaient alimentés en eau chaude à partir d’un réservoir découvert maçonné, placé sur le foyer.

81Nous avons donc une seule salle directement chauffée, et qui plus est avec des techniques sommaires. Il n’en reste pas moins que celles-ci dérivent des procédés de l’époque antérieure. Les principes fondamentaux restent semblables. On pourrait en particulier se poser des questions à propos du fonctionnement de la curieuse version maçonnée de la chaudière. La vapeur qui s’en dégageait ne paraît pourtant pas avoir été utilisée pour renforcer le chauffage du caldarium. De fait, si le mur oriental de ce dernier est trop détruit pour que l’on puisse exclure l’existence d’un passage permettant aux exhalaisons de s’introduire dans la salle des bains chauds, une telle solution apparaît cependant exclue. En effet, elle aurait impliqué un dispositif canalisant la vapeur vers la salle balnéaire, vapeur qui, sinon, se serait répandue essentiellement dans le praefurnium. Or le rebord du bassin est bien conservé et ne porte aucune trace d’un quelconque couvrement susceptible de diriger les exhalaisons vers les baigneurs : il devait simplement supporter un couvercle destiné à faciliter la chauffe de l’eau. L’organisation du praefurnium, dont le mur d’enceinte est éloigné du foyer, ne permet pas de penser que l’architecture elle-même pouvait canaliser la vapeur vers le caldarium. Il faut donc penser que le système de chauffage est une version sommaire de techniques traditionnelles.

  • 53 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 41, et plan, très schématique, p. 36.
  • 54 Cf., par exemple, E. Pauty, Vue d’ensemble sur les hammams de Rabat-Salé, dans Rev. afric., 88, 19 (...)
  • 55 Par exemple V. Shtylla, Hammams du Bas Moyen Âge en Albanie, dans Monumentet, 7-8, 1974, p. 125, f (...)

82D’autres hammams confirment cette conclusion. À l’autre extrémité de Maghreb, à Thugga, de petits bains sont construits à l’époque aghlabite, au ixe siècle, datation reposant sur la nature de leur décor gravé sur l’enduit stuqué53. L’état des vestiges et l’absence d’étude ne permettent pas de remarques aussi précises qu’à Volubilis. On peut cependant noter que la salle chauffée, apparemment unique, est installée sur un hypocauste directement desservi par un foyer. Ce système de suspensura continue à être utilisé au cours des siècles. Pendant tout le Moyen Âge, sans parler des époques ultérieures, l’ultime salle, la plus chaude, est, dans la grande majorité des cas, dotée d’un hypocauste et d’un foyer54. Cette longue survie des techniques de chauffage romaines n’est d’ailleurs pas propre au Maghreb : elle est tout aussi claire dans la péninsule ibérique et dans bien d’autres régions55.

  • 56 Lézine, Architecture romaine, p. 31-35.

83Il faut cependant apporter une nuance à ce tableau. L’époque arabe correspond en effet à l’invention, en Orient, du véritable bain de vapeur56. À Qusayr Amra, en Jordanie, la salle la plus chaude du bain omeyyade est installée sur un hypocauste et dotée de parois chauffantes, mais le foyer ne dessert pas seulement ces installations. Il est en fait à deux niveaux, l’aménagement supérieur étant destiné à produire de la vapeur d’eau dirigée vers la salle par une sorte de couloir voûté en berceau. Aux procédés classiques de chauffage s’ajoute donc désormais un véritable bain de vapeur, qui permet une économie tant d’eau que de combustible.

  • 57 Lézine, ibid., p. 34-35. D’après cet auteur, la solution permettant de se passer complètement de l (...)

84Cette cohabitation de techniques différentes dure longtemps. À Khirbet el Mafjar, hypocauste et arrivée de vapeur sont encore les deux moyens utilisés. Seul le perfectionnement du chauffage par la vapeur, résolvant en particulier le problème de la séparation de celle-ci et de la fumée et celui de la déperdition de chaleur consécutive à son cheminement dans un « tunnel », permettra de supprimer totalement l’hypocauste, et de rompre ainsi avec une technique qui avait largement contribué à définir la nature même du bain romain. En Syrie, on repère également une longue phase de transition, avec la cohabitation de l’hypocauste et de la vapeur d’eau, le recours à cette dernière pouvant apparaître dès l’époque pro-to-byzantine, mais l’aboutissement du processus restant à étudier57.

  • 58 G. Marçais, Manuel d’art musulman, I, Paris, 1926, p. 342.

85Le Maghreb, que sa nature socio-économique attire invinciblement vers le nouvel Orient arabo-musulman, ne peut rester à l’écart de ces innovations. Il serait nécessaire de reprendre ce dossier. Dans l’état actuel de nos connaissances, il apparaît, ainsi que nous venons de le voir, que les techniques de chauffage hérités de l’époque romaine restent longtemps utilisées. Comme en Orient, le maintien fréquent d’un hypocauste ne signifie cependant pas que les nouveaux procédés soient méconnus, même si nous avons du mal à trouver des exemples de leur mise en œuvre. Toutefois, dans le bain des teinturiers de Tlemcen, bain attribuable au xie siècle, la dernière salle est chauffée par la vapeur qui y pénètre grâce à des trous percés dans le mur la séparant de la chaufferie (pl. CLXIX-4)58. Ce témoignage ne saurait être dénué de signification.

B) Plans d’édifices et pratiques balnéaires tardives

86Il faut donc constater une longue permanence des techniques romaines de chauffage fondées sur la trilogie foyer, hypocauste, double-paroi. Cette lente évolution, qui n’est d’ailleurs pas caractéristique de nos régions, est en partie liée au fait que les problèmes de l’eau et du combustible ne sont pas les mêmes au Maghreb et dans le désert syrien où naissent les nouveaux procédés. Il faut aussi replacer cette approche dans une analyse plus large si l’on veut saisir la nature réelle des édifices ainsi desservis, et, de cette manière, la part respective des continuités et des ruptures.

1) Réalités balnéaires vandalo-byzantines

a) Nature du programme de construction et de restauration

87Une première remarque, fondamentale, concerne les dimensions des constructions. En gros à partir du ve siècle, toutes les réalisations que nous connaissons sont modestes. Nous avons déjà remarqué que les bâtiments dotés de quelque ampleur, c’est-à-dire dont le bloc balnéaire atteint au moins 1 000 m2, doivent être attribués au iie siècle et à l’époque sévérienne. Il est donc clair que, dès le iiie-ive siècle, on vit dans une large mesure sur un héritage que l’on se contente d’enrichir d’édifices mineurs. Mais la situation change vers la fin du ve siècle et surtout au cours du VIe. Progressivement, les plus grandes réalisations sont désaffectées, et il est probable que bien des constructions plus modestes connaissent le même sort.

88La fin de l’époque vandale et, sans doute surtout, la période byzantine correspondent donc à un phénomène de grande portée. On assiste en effet à un renouvellement important du parc des édifices balnéaires, opération qui implique la disparition des immenses bâtiments, après quelque trois siècles de fonctionnement. Lorsqu’ils tombent en ruine, on n’en construit pas de nouveaux.

  • 59 Notre méconnaissance des bains publics apparaît bien à Carthage, où on ne sait quasiment rien des (...)

89Sans doute faut-il souligner que nous connaissons mal les bains créés à l’époque vandalo-byzantine59. Il n’y a pourtant pas de raison de penser que les vastes réalisations nous échapperaient toutes : en fait, selon toute probabilité, elles n’ont jamais existé, et on peut s’interroger sur l’ampleur réelle des thermes royaux d’Alianas ou des thermae Theodorianae construites par Justinien à Carthage. Ces dernières ne seraient-elles pas que le fruit de la remise en état partielle des thermes d’Antonin ?

90Certains cas nous démontrent, de façon spectaculaire, que les temps changent. Il s’agit des bâtiments anciens dont la vie est prolongée grâce à une restructuration. Si la version byzantine des thermes d’Antonin, à Carthage, apparaît remarquablement ample pour l’époque, cela est uniquement dû à l’énormité des constructions réutilisées. Le trait frappant est, au contraire, la restriction drastique de l’espace balnéaire par rapport aux partis antérieurs. La conclusion est absolument semblable pour les grands thermes de Madaure, ceux du capitole à Thuburbo Maius, ou encore les grands thermes Est de Maktar.

b) Nature des pratiques balnéaires

91Il importe donc d’analyser le plan des nouveaux édifices afin d’appréhender les pratiques balnéaires qu’ils autorisent. De ce point de vue, il est regrettable que nous ne puissions dater avec plus de précisions les thermes dépendant d’édifices religieux. Dans trois cas, à Sufetula, Cuicul et Tipasa, ils attestent en effet le remarquable maintien d’une organisation parfaitement classique. De fait, on y trouve systématiquement un frigidarium auquel sont accolées trois et même, dans deux cas, quatre salles chauffées. L’articulation de ces dernières est d’ailleurs digne d’intérêt. Elle relève de types classiques (plan à double virage de type 2, en baïonnette, à Sufetula) et privilégie même un plan circulaire, dont on notera qu’il est dextrogyre, dans deux cas (Cuicul et Tipasa). L’architecture thermale religieuse se manifeste ainsi comme un remarquable conservatoire des formules les plus classiques.

92La confirmation, cette fois datée, de la préservation de l’art du bain est apportée par les thermes de la forteresse byzantine de Timgad, érigés en 539-540. Avec sa salle des bains froids unie à celle des bains chauds par une étuve et un tepidarium dans le cadre d’un plan à double virage de type 1, sinistrogyre, nous sommes en présence d’un monument qui aurait parfaitement pu être érigé au cours des siècles précédents.

93Il ne faut cependant pas s’en tenir à cette constatation, et conclure que l’on continue à faire la même chose qu’auparavant, en plus petit. L’état byzantin des thermes d’Antonin de Carthage est malheureusement trop mal connu pour que l’on puisse en tirer des informations précises. Il permet cependant de soulever quelques questions (pl. CLXVI-5). Il faut d’abord rappeler que les dimensions imposantes de l’aménagement ne sont qu’un héritage : en réalité, la nouvelle installation correspond à une gestion difficile de l’ancien espace, caractérisée par l’abandon des principales salles balnéaires. Mais le problème essentiel est de savoir ce que l’on fait de l’espace que l’on continue à gérer. Au-delà des lacunes de nos informations, ce bâtiment est l’occasion de souligner quelques données : le frigidarium devait être en E, mais il n’en subsiste aucune trace ; il existe encore trois salles chauffées, les deux premières dédoublées symétriquement, mais elles sont désormais parcourues selon un itinéraire rétrograde. Dans ce cadre, le caldarium est commun mais, cette fois encore, nous ignorons tout de son aménagement : en particulier, les circulations font que l’on peut se demander où étaient logées les baignoires.

94Il est inutile de chercher des réponses à Carthage, mais ces questions peuvent guider notre analyse des monuments pour lesquels nous disposons de meilleures informations, et nous permettre aussi d’interroger des monuments externes à l’Afrique du Nord.

  • Frigidarium : lorsque le bain tardif est logé dans un monument antérieur, on ne constate jamais l’aménagement d’une nouvelle salle des bains froids. Hormis à Carthage, on peut penser que l’on recourt à des solutions de fortune (détournement de la natatio de la palestre à Volubilis) ou, le plus souvent, au maintien en fonction de l’ancien frigidarium. Il est difficile d’avoir la preuve de ce dernier point, mais tous les exemples d’édifices tardivement construits démontrent que le bain froid reste pratiqué60.
  • Nombre de salles chauffées : si nous laissons à part les réalisations qui s’inscrivent dans un contexte religieux, on constate une nette tendance à la réduction du nombre de locaux chauffés. On ne connaît plus d’édifices à secteur chaud comprenant cinq locaux. À Carthage, on en conserve seulement trois, schéma adopté aussi dans la forteresse de Timgad. La restriction est particulièrement sensible lorsque le nouveau bain s’insère dans des thermes antérieurs : dans les thermes du capitole, à Thuburbo Maius, on passe de trois à deux pièces ; de cinq à deux dans les grands thermes de Madaure. À Sitifis, dans les « thermes du ve siècle », on se contente d’un unique local chauffé, solution également retenue à Volubilis, du moins dans l’ultime état de l’installation.
  • Caldarium : le maintien de la pratique de l’immersion dans des baignoires chauffées est bien attesté. À Madaure, deux alvei accolés se partagent l’abside et témoignent d’une tendance au morcellement des grandes pièces d’eau collectives. À Thuburbo Maius, lorsque la salle des bains chauds est avancée dans l’ancien destrictarium-laconicum, on ajoute un bassin et un foyer destiné à chauffer directement ce dernier. À Timgad, l’adjonction de l’aile méridionale correspond à l’accroissement des capacités d’immersion dans l’eau chaude offertes par l’édifice.
  • 61 V. Gambini, E. Catani, Nuove terme bizantine nei dintorni di Cirene, dans Quaderni di archeologia (...)
  • 62 M. Luni, Le terme bizantine, dans Libya antiqua, 11-12, 1974-1975, p. 266-276.

95La conception des bains byzantins de Cyrénaïque est tout à fait comparable. Dans les villages des environs de Cyrène, les thermes publics de Gasr Mismar, Gasr Khuraybah ou Siret Aïn Relles ne comprennent que deux salles chauffées61. À Uadi Senab, où l’édifice est mieux dégagé, un espace qui devait faire, entre autres, fonction de vestiaire, précède un frigidarium doté d’un petit bassin et commandant une enfilade de deux locaux chauffés, le premier indirectement, le second par un foyer. Cette dernière pièce comporte deux petites vasques, qui ne pouvaient servir qu’à des aspersions ou à puiser de l’eau, et un bassin. Tant dans ce caldarium que dans le frigidarium, le bassin d’immersion est de dimensions restreintes et ne pouvait guère être utilisé que par une personne à la fois62.

  • 63 J. G. Pedley, The Byzantine baths, dans Apollonia, the port of Cyrene, Supplements to Libya antiqu (...)

96Dans tous ces cas, il ne s’agit que de petites installations dont les salles n’occupent que quelques m2. La conception d’ensemble est cependant semblable dans des réalisations plus vastes. À Apollonia, on accole à un établissement balnéaire antérieur une aile nouvelle qui ne fut jamais achevée. Elle occupe un peu plus de 18,50 × 9,50 m. L’essentiel de cet espace est consacré à deux salles chauffées, dont l’une munie de deux baignoires63. À Tocra, le secteur chauffé des bains byzantins occupe 17,85 × 10,20 m, sans tenir compte du couloir de service. Il comprend trois salles installées sur hypocauste. La première, équipée de bancs et chauffée indirectement, est considérée comme un vestiaire ; la seconde possède un foyer ; la troisième, dotée de deux baignoires, en possède deux.

97L’ensemble de cette documentation montre donc que les opérations de base du bain romain, en particulier la possibilité offerte au baigneur de s’immerger dans l’eau chaude puis froide, sont préservées malgré la nette tendance à la restriction de la superficie des édifices, laquelle implique une réduction non seulement de l’ampleur des locaux, mais aussi de leur nombre.

98Cette diminution du nombre des locaux chauffés pose cependant un problème de lecture des bâtiments tardifs. Plus précisément, si l’on distingue encore bien des baignoires d’immersion caractéristiques du bain de délassement, on peut se demander où se déroulent désormais les opérations de nettoyage. Dans les publications, il est usuel de désigner les deux dernières salles chauffées, qui sont souvent les seules, par les noms de tepidarium et caldarium. Une telle interprétation apparaît fort peu satisfaisante, dans la mesure où elle fait disparaître le bain de propreté, ou du moins implique son report dans la salle des bains chauds. On retrouverait ainsi une solution fort ancienne et devenue bien archaïque.

99Lorsque ces bains tardifs possèdent encore quatre ou trois pièces chauffées, il n’y a aucune raison de penser que l’organisation d’ensemble d’époque romaine est modifiée. Les installations techniques montrent que le bain de propreté est toujours logé dans la ou les deux salles centrales, entre un tepidarium dépourvu de chauffage direct et un caldarium bien identifiable non seulement à son ou ses foyers mais encore à ses bassins. Dans cette optique, on peut mettre en doute l’interprétation proposée pour les thermes de Tocra, dont les trois salles sur hypocauste sont considérées comme un vestiaire, un tepidarium et un caldarium. En fait, le premier local, avec sa banquette et son chauffage indirect, correspond parfaitement à une pièce tiède de transition. Qu’elle ait aussi servi de vestiaire est une autre affaire : il est usuel qu’une partie des baigneurs attendent une première sudation avant de se déshabiller. Quant à la deuxième pièce, pourvue d’un foyer, elle est toute désignée pour abriter un destrictarium-laconicum.

  • 64 Cf. aussi Rebuffat, Thamusida, II, p. 189, ou Vocabulaire, p. 6.

100En revanche, lorsque les édifices ne possèdent que deux salles chauffées, la reconstitution des opérations du bain devient délicate. Si l’identification d’un tepidarium et d’un caldarium signifie que ce type de bains ne se compose plus que d’une pièce de transition suivie d’une salle d’immersion, elle ne paraît pas admissible. La présence d’un tepidarium n’est pas, en soi, indispensable, et il faut, bien plutôt, penser que le premier local sert avant tout au décrassage64. La considérer en priorité comme un lieu de transition est probablement erroné.

101En fait, la réduction du nombre des salles doit imposer une redistribution des actes balnéaires, tout comme cela devait déjà être le cas dans les petits programmes à deux pièces de l’époque antérieure. Dans le Maghreb, la première salle des thermes tardifs à deux locaux est toujours chauffée indirectement : la seule exception, dans l’état actuel des données, est le bain de Tamuda, dont l’organisation est difficile à saisir. Cette première salle restait donc modérément chauffée, caractéristique apte à en faire un tepidarium-destrictarium. En revanche, la seconde salle possède un foyer (bains de la basilique donatiste de Timgad, Volubilis) ou même deux (thermes du capitole à Thuburbo Maius, grands thermes de Madaure). La fonction des bains chauds par immersion y est toujours démontrée par la présence d’un ou deux solia. C’est sans doute aussi en cet endroit que le baigneur pouvait s’étuver, dans une ambiance qui, pour être différente de l’ancien laconicum, n’en différait cependant pas radicalement. Ce n’est pas que le bain de propreté se dissolve, c’est fondamentalement que ses deux composantes se répartissent différemment au sein d’un espace désormais compté.

c) Conclusion

  • 65 Thébert, Évolution urbaine, p. 120.
  • 66 Sur la forme africaine de la crise particulièrement sensible à partir de la fin du ve siècle, cf. (...)

102Malgré les grandes lacunes de nos connaissances sur l’architecture balnéaire maghrébine du ve-viie siècle, nous parvenons donc à dresser un tableau qui est plus en accord avec l’histoire globale de l’Afrique du Nord. Il repose sur deux constatations, qui ne sont pas contradictoires mais complémentaires. D’un côté, permanence des techniques, poursuite d’une politique de construction, longue exploitation des édifices anciens, y compris souvent les plus vastes, maintien d’une pratique balnéaire directement héritée de la période antérieure attestent que nous ne sommes pas en présence d’une rupture catastrophique et violente, qui serait, en particulier, due à l’arrivée des Vandales. De l’autre côté, les mutations qui interviennent progressivement, au cours des décennies, sont telles qu’elles aboutissent à un changement profond. Le paysage balnéaire est radicalement modifié dans son expression architecturale : disparition progressive des grands monuments, mise en place de constructions d’ampleur réduite, à tel point que les édifices à deux salles chauffées, qui ne relevaient auparavant que de petits programmes, deviennent une solution à laquelle on recourt fréquemment. Dans une étude antérieure, nous avons eu l’occasion de souligner l’ambiguïté de cette situation au niveau de l’ensemble du paysage urbain, en écrivant que « la période vandalo-byzantine est caractérisée par un dynamisme urbain suffisant pour remodeler les villes mais dont les limites se perçoivent à travers la façon simplifiée dont celles-ci sont reproduites et à travers une incapacité à prendre en charge la totalité des superficies autrefois urbanisées »65. Ce jugement d’ensemble sur les paysages urbains s’applique parfaitement à l’une de leurs composantes, les édifices balnéaires. L’évolution de la nature de ces derniers s’inscrit dans une situation globale pour laquelle il faut récuser l’idée de crise catastrophique au profit de la saisie de mutations profondes. Mais cette analyse ne doit pas occulter que ces changements radicaux s’inscrivent dans le cadre d’une récession générale, d’une véritable décadence, que l’on appréhende bien au niveau des échanges commerciaux. En Occident, l’Afrique est sans aucun doute le secteur géographique où se préserve le mieux l’extraordinaire dynamisme d’antan, et cette donnée fonde son rattachement aux nouveaux pôles de gravité orientaux. Il n’en reste pas moins que son histoire ne peut s’isoler des réalités méditerranéennes. À leur manière, les thermes maghrébins, avec le maintien de l’art du bain mais la disparition des prestigieux édifices balnéaires, illustrent cette situation complexe66.

2) Réalités balnéaires arabes

a) Nature des hammams médiévaux (pl. CLXIX-CLXX)

103Il est regrettable que notre connaissance des bains médiévaux arabes soit aussi partielle. C’est, en effet, à la suite de l’intégration de l’Afrique dans le monde musulman que se produit une nouvelle mutation des édifices balnéaires impliquant cette fois une transformation des pratiques du bain.

104Pour saisir ces changements, nous évoquerons rapidement quelques bâtiments. À Oudja (pl. CLXIX-3), au Maroc, le hammam voisin de la mosquée est probablement contemporain de cette dernière, et doit donc remonter au xiiie siècle. Le cœur du secteur froid est une salle carrée, couverte d’une coupole, entourée de locaux servant de vestiaires et de pièces de repos.

  • 67 H. Saladin, Les monuments d’Oudja, dans BAC, 1910, p. 229-231.

105Une salle de transition précède le secteur chauffé comprenant deux salles. La première, dite tepidarium, possède une petite vasque froide installée dans une niche. La seconde, dite caldarium, est dotée d’une vasque froide et d’une vasque chaude, aménagée contre le mur de la chaufferie. Elle commande aussi deux petits cabinets particuliers67.

  • 68 G. Marçais, Manuel d’art musulman, I, Paris, 1926, p. 340-344.

106À Tlemcen (pl. CLXIX-4), le secteur froid du bain des teinturiers, qui est attribué au xie siècle, est également organisé autour d’un espace dessiné par douze colonnes supportant une coupole à tambour octogonale. Au centre se trouve un jet d’eau retombant dans une vasque que complète un bassin. Autour, la colonnade est ceinturée de galeries dont une partie est surélevée : elles sont destinées au repos après les opérations balnéaires. Un « tepidarium » assure la transition vers « l’étuve-caldarium » muni d’un bassin d’eau froide et d’une cuve d’eau chaude68.

  • 69 C. Redman, R. Anzalone, P. Rubertone, Qsar es-Seghir, three seasons of excavation, dans BAM, 11, 1 (...)

107À Qsar es-Seghir (pl. CLXX-3), de nouveau au Maroc, un bain d’époque almohade ou mérinide se compose d’un vestibule, d’un vestiaire-salle de repos à fontaine centrale, d’une salle intermédiaire, et de deux salles chauffées, la dernière, située près de la chaufferie, étant sur hypocauste69.

  • 70 Pauty, article cité à la note 54.

108Enfin, l’étude d’ensemble des hammams de Rabat-Salé70 révèle un schéma de base fondé sur un vestiaire-repos, composé de locaux disposés autour d’un espace central avec fontaine couvert d’une coupole, précédant trois salles de chaleur croissante, comme à Qsar es-Seghir, Oudja ou encore Chella (pl. CLXX-1 et 2).

109Si nous laissons de côté les changements propres à la technique de chauffage, avec la restriction de l’hypocauste à une seule salle quand ce n’est pas son remplacement par le bain de vapeur, on constate un changement radical de la façon de se baigner :

  • Disparition de l’immersion dans l’eau froide. Alors que même les plus petits bains d’époque antérieure possédaient au moins une piscine froide, celle-ci disparaît. La grande salle non chauffée n’est plus un frigidarium, mais un vestiaire-salle de repos où l’eau froide n’est qu’un point d’eau permettant des affusions ponctuelles et servant, sous la forme d’une fontaine, au plaisir des yeux et des oreilles.
  • Restriction du secteur chauffé, réduit à une seule pièce bénéficiant d’un chauffage direct, une deuxième ne jouissant que d’un attiédissement par contiguïté, tandis qu’une troisième, lorsqu’elle existe, n’est guère qu’un vestibule articulant les parties froide et chaude de l’édifice. Les publications ont beau utiliser les termes de tepidarium, caldarium et sudatorium, le système n’entretient plus que de lointains rapports avec les bâtiments romains dotés de nombreux locaux chauffés par hypocauste.
  • Disparition de l’immersion dans l’eau chaude. Non seulement il n’y a plus de vastes baignoires collectives, mais il n’y a même plus de bassins individuels. Dans la salle la plus chaude, qu’on appelle caldarium, étuve ou sudatorium, l’eau chaude n’est disponible que par l’intermédiaire d’une vasque où l’on peut s’asperger, surtout où l’on peut puiser de l’eau à l’aide de seaux pour procéder à un bain par affusion, dans la salle même ou dans les cabinets qui lui sont attenants.

110Une illustration tardive de ces données, à un moment où l’évolution est parvenue parfaitement à son terme, nous est offerte par un bâtiment thermal d’Istanbul. Le hammam de Haseki Hürrem, édifié en 1556 par Sinan, est un bain double, destiné aux hommes et aux femmes, de plan parfaitement symétrique (pl. CLXXI-1). De part et d’autre, la grande salle froide, couverte d’une ample coupole, est équipée d’un bassin central avec jet d’eau. Une galerie transversale, à trois petites coupoles, précède l’étuve, bain de vapeur de plan octogonal lui-même couvert d’une coupole et flanqué de cabinets particuliers. Au centre, une dalle sert de table de massage. Il n’existe aucun bassin d’immersion.

111Il apparaît ainsi que le hammam préserve le bain de propreté, mais abandonne la pratique du bain de délassement par immersion, qui ne subsiste guère que dans les sites exploitant des eaux minérales. Désormais, le plaisir du bain, le bien-être corporel autre que la simple propreté, résulte essentiellement du contact avec le chaud et de la pratique du massage suivie du repos dans une vaste salle collective où l’eau froide n’est plus guère qu’un décor. Si l’on considère aussi que ces établissements paraissent désormais dénués de lieux d’exercices, on saisit l’importance des changements qui surviennent dans la pratique balnéaire.

112Dans cette mutation, les thermes idrissides de Volubilis marquent une étape. Déjà, le secteur doté d’un mode de chauffage est réduit à une seule pièce. En revanche, l’immersion collective dans une piscine froide est préservée : on est en présence d’un vestiaire-frigidarium, pas encore d’un vestiaire-salle de repos. La salle des bains chauds est, elle-même, à l’image de cette phase de transition. Elle offre toujours une possibilité d’immersion, mais celle-ci s’effectue non dans un solium occupant tout le fond de la pièce, mais dans deux petites baignoires individuelles.

  • 71 Il faudrait conduire une enquête précise sur la place du bain par immersion dans les hammams, selo (...)

113Il se produit donc une rupture dans les pratiques balnéaires, rupture qui est consommée dans les siècles centraux du Moyen Âge71. Les bains restent un lieu important de sociabilité, mais les formes de celle-ci changent. On continue à se rassembler dans un même édifice dont la grande salle froide favorise la cohabitation et les échanges après le bain. En revanche, on ne tolére plus cette communauté au moment même du bain, alors qu’elle définissait l’art balnéaire romain où l’immersion collective dans des eaux chaudes et froides constituait des moments essentiels. Les membres de la cité entretiennent entre eux des rapports nouveaux : ils se baignent toujours en même temps, dans le même lieu, mais cessent de le faire ensemble. La salle la plus chaude est dotée de cabinets où le baigneur peut se retirer. Au-delà des apparences, la cité antique est définitivement morte, et les thermes sont devenus des étuves.

114En effet, cette rupture n’est pas simple changement de goûts. Elle manifeste, à sa manière, des mutations qui concernent toute la société. Nous nous en tiendrons ici à la nature de la ville dans laquelle se développe ce nouveau type de bains.

b) Mutations urbaines, mutations balnéaires

  • 72 Sur la chronologie et la nature de cette mutation radicale des villes africaines, cf. Thébert, Évo (...)

115À partir du ive siècle, s’amorce un processus de transformation du cadre urbain qui s’inscrit dans le cadre d’un changement de la nature même de la ville. Ce processus ne se développe réellement qu’à l’époque vandalo-byzantine et n’aboutit pleinement qu’à l’époque arabe. Il ne s’agit pas moins que du passage de la ville antique à la ville médiévale72. En ce qui concerne l’organisation de l’espace, cela signifie que disparaît une cité polycentrique, articulée en fonction d’un grand nombre de points cruciaux. Lui est substitué un cadre urbain simplifié, fondamentalement bipolaire. Les espaces publics se réduisent, en effet, à deux unités essentielles : les édifices (fortifications, palais) qui incarnent le pouvoir politique et ceux qui expriment sa dimension religieuse, désormais omniprésente et qui se traduit par la démultiplication, sous des formes diverses et hiérarchisées, des lieux sacrés.

  • 73 Thébert, Biget, Histoire maghrébine, en particulier p. 576-584.

116Cette mutation radicale trouve son expression la plus achevée, et la plus complexe, à l’époque arabe, parce que le Maghreb occupe alors une position hégémonique en Occident. Nulle part ailleurs on ne procède à de tels remaniements de l’urbanisme antérieur, comme on le constate à Sousse où la fondation aghlabite efface l’antique Hadrumète. Nulle part ailleurs on n’assiste à un tel remodelage des réseaux urbains qui s’accompagne de la création de cités neuves conçues à une échelle sans pareil73.

  • 74 Nous avons déjà souligné la façon dont l’organisation de la cité arabo-musulmane ne faisait, en Af (...)

117Le passage de la ville antique à la ville médiévale ignore donc totalement les scansions de type ethnico-religieux, telles que les notions de « vandale/byzantin/arabe », ou « chrétien/ musulman »74. La cohérence de l’évolution du pays, au-delà des épisodes politico-religieux, est parfaite car elle s’ancre dans la nature des formations sociales maghrébines. Et cette cohérence implique que l’Afrique ait été une des rares réussites de la politique de reconquête de l’Occident par Byzance, puis un des premiers objectifs de l’expansion du système arabe, tout cela malgré les distances. Elle implique aussi que ce qui fut un bastion de la chrétienté basculât dans l’islam, avec une promptitude qui ne peut surprendre que ceux qui privilégient indûment les superstructures religieuses.

118Autrement dit, il n’y a pas de ville arabe, il y a une ville médiévale maghrébine qui constitue un observatoire privilégié pour saisir les mutations qui sont à l’œuvre, car celles-ci surviennent dans un monde dynamique. Dans une large mesure, et au-delà de spécificités secondaires, ce qui se passe en Afrique a valeur de modèle.

119Les transformations des pratiques balnéaires, et la nouvelle place des thermes dans la cité, s’inscrivent donc dans ce contexte, à savoir l’émergence puis le triomphe d’une version puissante de la ville médiévale. Inversement, elles contribuent aussi à éclairer la nature de ce changement radical.

c) Al-Bakri : villes et bains du Maghreb

  • 75 Cf. H. Jaidi, Les sites antiques de l’Ifriqiya et les géographes arabes, Mémoire pour le certifica (...)
  • 76 Nous avons utilisé la traduction de Slane, éd. revue et corrigée, Paris, 1965.

120Les textes apportent des informations complémentaires. On constate que tous les géographes et auteurs médiévaux qui décrivent l’Afrique du Nord considèrent que la multiplicité des bains constitue l’une des marques de l’importance d’une ville75. Cette remarque reste cependant superficielle. Nous nous contenterons ici de l’approfondir quelque peu en exploitant sommairement la Description de l’Afrique septentrionale d’Al-Bakri. L’ouvrage date du milieu de xie siècle environ et utilise une information indirecte, mais de qualité, souvent antérieure d’un siècle à sa rédaction76.

121Les notices concernant les villes reposent sur une grille utilisée souplement : ce sont toujours les mêmes constructions qui sont signalées, mais ces mentions peuvent être agrémentées de commentaires soulignant, par exemple, les qualités des monuments, leur localisation ou leur nombre. Toutes les cités importantes sont, évidemment, caractérisées par leurs fortifications (murailles, portes, citadelles, ribats, arsenal...), éventuellement par les sièges du pouvoir (palais, bâtiments du gouvernement...), ainsi que par les constructions religieuses (djamê, mosquées...), mais la liste des installations jugées dignes d’être signalées est beaucoup plus longue. Elle comprend, en particulier, les bains, les travaux de captage et de stockage de l’eau et toute une série d’aménagements liés aux activités économiques (bazars, caravansérails, port). Il faut rattacher ces derniers aux nombreuses remarques sur les activités artisanales et commerciales de la ville et sur les pratiques agricoles de la région.

122Bien plus, en ce qui concerne les villes moyennes, dotées de notices beaucoup plus brèves, la mention presque obligatoire du djamê et fréquente des murailles est très souvent complétée par celle d’autres constructions, essentiellement bazars, caravansérails et bains. Il apparaît ainsi que la cité arabe maghrébine est saisie non seulement à travers sa bipolarité fondamentale et officielle, mais aussi à travers des fonctions plus complexes : sa fonction économique en tant que lieu d’échange et de production, et, ce qui est sans doute plus intéressant, sa fonction de services qu’incarnent par excellence les bains qui constituent un des éléments essentiels de la structure urbaine. Fréquemment mentionnés dans les agglomérations moyennes, ils sont obligatoires dans une grande ville dont le prestige implique la possession d’un grand nombre d’édifices balnéaires, ce nombre étant souvent précisé, parfois même par quartier. Cette façon d’appréhender la ville maghrébine, en signalant une palette de monuments qui reste diversifiée, n’est pas sans évoquer une vision antique (il suffit de penser aux rapides descriptions des diverses villes que traverse le héros des Métamorphoses d’Apulée).

  • 77 Les notations sur la qualité de la construction concernent souvent les deux pôles essentiels de la (...)
  • 78 Les remarques concernant l’architecture domestique, outre les généralités sur la densité du peuple (...)
  • 79 Les notations touchant à l’urbanisme ne comportent parfois que la mention de places : ainsi à El-C (...)
  • 80 Al-Bakri mentionne aussi la fonction intellectuelle de certaines agglomérations : Tunis (p. 87) es (...)

123Pour Al-Bakri, la ville maghrébine est donc un organisme complexe. L’atteste l’intérêt qu’il porte aux modes de construction des monuments77, ou à des composantes comme les demeures privées78. L’attestent surtout un certain nombre de remarques touchant à l’urbanisme, remarques qui révèlent que la ville n’est pas seulement perçue comme la juxtaposition de constructions remarquables et autonomes, mais aussi comme un tout organisé79. En un mot, au Haut Moyen Âge, la ville maghrébine apparaît comme une ville médiévale, mais comme une version particulièrement riche de ce type urbain, comme un des lieux où, en Occident, se préserve le mieux une part de ce qui faisait le prestige des villes antiques80.

124Cette richesse de la ville médiévale africaine reste cependant relative si on la compare à la complexité de la cité antique. On notera, par exemple, la disparition des grands édifices de spectacle, définitivement ruinés à l’époque byzantine et qui ne réapparaîtront au Maghreb qu’avec la colonisation. De même, les bains sont toujours une composante du tissu urbain et de la vie sociale, mais leur rôle a radicalement changé. Dans la ville antique, ils faisaient partie des pôles essentiels de la cité ; désormais, ils sont en position subordonnée. Les thermes principaux ne doivent plus cette distinction à leur taille, mais au fait qu’ils sont une annexe de la grande mosquée. Leur autonomie se dissout dans une fonctionnalité qui les réduit au rôle d’annexes : bains de mosquée, bains de quartier... Le plaisir y est désormais chichement distribué, dans un cadre de stricte séparation des sexes. La volupté du bain passe au second plan, derrière la nécessité du décrassage. Les grands palais des eaux de la cité polycentrique, avec leur multiplicité de fonctions, ont définitivement disparu, et cela se lit dans les dimensions que l’on accorde aux hammams. Leur monumentalité se restreint parallèlement à l’amoindrissement de leurs fonctions. Il est même fort probable que, comme cela est bien attesté à l’époque moderne, le rythme de fréquentation de ces établissements baisse considérablement.

125Un passage d’Al-Bakri illustre ces nouvelles réalités. Sa description de Kairouan commence par une longue notice sur l’histoire de la grande mosquée, se poursuit par celle des fortifications et s’achève par celle des bazars et des travaux hydrauliques, les hammams n’apparaissant que dans une ultime et courte mention : « Kairouan possède quarante-huit bains ». Ils sont signalés et ils sont nombreux, mais, contrairement aux autres constructions, on ne s’attarde pas sur eux. Leur nombre même, sans qu’aucun d’entre eux ne soit jugé digne d’un éloge particulier, révèle qu’ils se dissolvent dans la structure urbaine, petites unités répondant à des besoins précis.

d) Conclusion

  • 81 C. Mango, Daily life in Byzantium, dans Jahrbuch der p. 18-62. Sur l’altération du rôle des therme (...)

126Le cas de Constantinople confirme la fin du rôle des bains comme pôle essentiel de la cité. Le règne de Justinien, qui veille pourtant à ce que son œuvre édilitaire s’inscrive dans la lignée de la tradition antérieure, marque une rupture que caractérise le pullulement de constructions religieuses, détachées des besoins liturgiques et pastoraux de la communauté, aux dépens des bâtiments civils, à commencer par les thermes. Les plus prestigieux d’entre eux disparaissent progressivement à partir du viie-viiie siècle. Tout comme dans le monde maghrébin, cette rupture ne correspond en rien à un essor des bains privés, qui sont quasiment ou totalement inexistants. La situation n’a rien à voir avec celle du iiie-ve siècle, où les puissants se construisaient des thermes qui s’ajoutaient aux constructions publiques. Désormais, on se lave moins souvent, et dans des bains publics plus modestes. Dans le programme de rénovation de la ville entrepris au ixe siècle, on ne construit aucun édifice balnéaire, hormis dans le palais doté de plusieurs thermes dont un des plus luxueux est alors érigé par Basile Ier81. Le bain raffiné ne subsiste que par le biais du cérémonial du pouvoir central. De même que manger couché, il appartient désormais à un style de vie propre à la sphère impériale et dont le rôle est d’évoquer la grandeur d’un Empire disparu auquel on tente de se rattacher. Un tel luxe était, quelques siècles auparavant, une composante banale de la vie quotidienne des habitants de l’Empire. À cette époque, le peuple se baignait dans un cadre qu’un Empereur médiéval ne peut reproduire, pour ses besoins personnels et son prestige, que de façon médiocre.

Notes

1 Cf. ci-dessus, p. 57-58, 62-66 et 95-96.

2 L. Poinssot et R. Lantier, Fouilles à Tubernuc, dans BAC, 1926, p. 213-223, en particulier p. 218-219. La brève description est d’autant plus difficile a mettre en relation avec le plan du site que les renvois utilises dans le texte ne correspondent pas a ce dernier.
L’installation thermale des Aquae flavianae a probablement été aménagée sous les Flaviens (inscriptions nos 84, 87 et 89, 87 et 89).

3 Lenoir, Thermes Nord, p. 216 sq. Sur les bains d’Apollonia, cf. en dernier lieu R. Rebuffat et alii, Note préliminaire sur les grands thermes d’Apollonia, dans Libya antiqua, 15-16, 1978-1979, p. 263-277.

4 Cf. ci-dessus, p. 322.

5 Sur l’essor du Maroc de l’époque flavienne, cf. Lenoir, Thermes Nord, p. 270-302.

6 Cf. en particulier les réflexions de P.-A. Février, par exemple Paroles et silences (à propos de l’épigraphie africaine), dans Africa romana, IV, p. 167-192.

7 C. Lepelley (Cités, I, p. 17 sq.) a critiqué la tendance à taxer systématiquement les inscriptions monumentales du Bas-Empire d’exagération rhétorique. De fait, il ne s’agit pas de les négliger. Au demeurant, elles s’insèrent parfaitement dans ce que, grâce à d’autres sources, nous connaissons désormais de l’Afrique tardive. Il s’agit, en revanche, de cerner ce que ce type de documents peut apporter. Ainsi, C. Lepelley se réfère, dans son raisonnement, à une inscription de Madaure (n° 146) qui, selon lui, démontre que l’on a « remis ces thermes en état de fonctionnement » (Cités, I, p. 17, note 19) et que « les travaux furent considérables » (Cités, II, p. 129). Or l’inscription commence par une description apocalyptique de l’édifice tombant en ruines au point que sa fréquentation était devenue dangereuse. Comme l’écrit S. Gsell, et malgré C. Lepelley, il est fort probable qu’il y a là des exagérations et un style emphatique (sur cette « amplification oratoire qui tend à minimiser l’œuvre des prédécesseurs, à exalter les travaux entrepris... », et à insister sur le délabrement du bâtiment, cf. les remarques de P.-A. Février, article cité à la note précédente, p. 181-182).
Bien plus, la suite de l’inscription détaille les travaux réalisés, d’une manière exceptionnellement précise comme le souligne C. Lepelley. Nous apprenons ainsi que l’on a réparé les baignoires et les chaudières, et réalisé quelques restaurations dans le secteur de l’entrée où, en particulier, la charpente du porche a été refaite. Peut-on conclure de cette énumération que « les travaux furent considérables » ? Bien au contraire, il nous semble s’agir de simples opérations d’entretien, comme il devait y en avoir régulièrement dans tout édifice, et particulièrement dans des thermes. Nous en conclurons donc que le dossier épigraphique de ces bains de Madaure, qui fonctionnent durant plusieurs siècles, est fort lacunaire ou, bien plutôt, que, dans la plupart des cas, on ne se souciait guère de célébrer de telles interventions. Cette inscription de 364 témoigne-t-elle de « l’importance des rénovations urbaines » ou, au contraire, des difficultés d’une période où l’on laisse les monuments se dégrader et où on glorifie ce qui, autrefois, n’était qu’opération courante et insignifiante ? Le sens d’une inscription n’est pas obvie (cf. aussi les remarques de N. Duval dans BAC, 22, 1987-1989, p. 132-133).

8 Ainsi H. Jouffroy (Construction publique) a ventilé ses données en gros selon les siècles. Cela n’a évidemment pas de sens, et aboutit, par exemple, à créer un iiie siècle qui brille par la place qu’il occupe dans les schémas illustrant l’activité édilitaire. C’est une façon curieuse de régler le difficile problème des décennies centrales de ce siècle.

9 C. Lepelley a construit ses graphiques par règne ou fraction de règnes, ce qui aboutit à des tranches chronologiques de durée variable, couvrant de 3 à 16 ans. Cette présentation des données est donc déjà une interprétation qui favorise une lecture privilégiant le pouvoir central. Pour les thermes africains, les Empereurs sont rarement les payeurs, et on peut donc s’interroger sur une telle approche. Il est vrai que, même indirectement, par leur action fiscale, ils peuvent influer sur la politique de construction des cités ou des particuliers. En réalité, le problème majeur est le risque qu’implique la représentation chronologique trop fine de données épigraphiques pour lesquelles nous disposons d’un échantillon de qualité discutable.

10 A. Mahjoubi (Henchir El-Faouar, p. 150, note 470) a souligné qu’il fallait faire la part de l’exagération qui caractérise les inscriptions du Bas-Empire, mais que celle-ci ne doit pas masquer une réelle politique non seulement de réfection mais aussi d’édification. Ce jugement était étayé par le cas de Belalis Maior, où l’archéologie démontre l’importance de l’époque constantinienne en ce domaine. La démarche nous paraît justifiée, mais on notera qu’elle aboutit à attirer l’attention sur une période qui, dans l’étude de C. Lepelley, semble au contraire fort assoupie (Cités, I, p. 90 sq.). Belalis est-il un cas à part ? Ou l’ensemble de la documentation épigraphique déforme-t-elle la part respective des différents règnes ?

11 Thermes Nord d’Acholla : G. Picard, CRAI 1947, aux thermes d’Acholla, dans Mts Piot, 63, 1980, p. 63-104 p. 557-562 (règne de Trajan : cf. n° 4) ; Id., Les mosaïques (début du règne d’Hadrien) ; Id., RA, 1980, p. 341-351 (120d’Acholla, dans Études d’archéologie classique II, Paris, 130). Thermes du thiase marin : G. Picard, Les thermes du 1959, p. 73-97 (fin du règne de Trajan ou tout début de ce-thiase marin à Acholla, dans Ant. afric, 2, 1968, p. 95-151 lui d’Hadrien : 115-120) ; Id., De la Maison d’or de Néron (vers 130) ; Id., RA, 1980, p. 341-351 (130-140).

12 Il faut ici laisser de côté des constructions dont l’attribution à l’époque sévérienne n’est pas suffisamment attestée, tels les thermes du capitole de Thuburbo Maius, d’Aïn Doura à Thugga, du marché de Sertius à Timgad, ou encore les petits thermes de Madaure.

13 Un balneum est restauré par la IIIe Légion. Cela ne signifie pas que l’édifice était militaire : à l’avant-dernière ligne, eorum renvoie aux Empereurs, non à balneum.

14 L’évolution de la construction des thermes s’insère parfaitement dans le schéma dégagé par P.-A. Février (Urbanisation et urbanisme de l’Afrique romaine, dans ANRW, II, 10-2, p. 351-355) : importance du iie siècle, nécessité de ne pas surévaluer excessivement l’époque sévérienne au détriment de ce dernier, « impression d’étalement (des constructions) à partir du règne d’Hadrien jusqu’à Sévère Alexandre ». On notera cependant une curiosité, à savoir le silence quasi total des sources épigraphiques mentionnant des thermes durant le règne de Marc Aurèle. Cette constatation confirme l’aspect aléatoire de la documentation épigraphique.

15 C’est encore l’analyse de C. Lepelley (Cités, I, p. 82-85) : les exactions fiscales provoquent la révolte de 238 dont la répression accroît encore les conséquences des difficultés antérieures. D’où un « silence des inscriptions » durant un demi-siècle qui traduit la profonde crise des cités.

16 Lepelley, Cités, I, p. 85.

17 X. Dupuis, Un nouveau document de Lambèse concernant M. Aurelius Decimus, dans Ant. afric., 25, 1989, p. 177-190.

18 Les travaux publics connus pour le règne d’Alexandre Sévère sont moins nombreux que ceux attestés pour ses prédécesseurs de la dynastie, mais équivalents à ceux du règne de Commode : cf. le graphique par règne établi par F. Jacques à partir des données rassemblées par H. Jouffroy, dans JRA, 2, 1989, p. 243.

19 X. Dupuis, Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276, dans MÉFRA, 104, 1992, p. 233-280. Il faut aussi tenir compte des inscriptions difficiles à dater (tel le n° 58 où le terme opus fait supposer une construction de bains entre 204 et 260) ou arbitrairement exclues des décennies centrales du iiie siècle, tel le n° 121.

20 Des interrogations sur la nature et l’ampleur des difficultés qui caractériseraient l’Afrique du iiie siècle ont été formulées de façon systématique par P.- A. Février (iiie siècle), ainsi que par Y. Thébert, Évolution urbaine, p. 100-102.

21 Même en s’en tenant au dossier épigraphique, il devient difficile de parler de « la grave crise... qui suit la disparition d’Alexandre Sevère... », crise qui « vint brutalement » et, dès lors, du « silence des inscriptions, qui contraste vivement avec l’extraordinaire abondance épigraphique de l’époque sévérienne » jusqu’à « l’importance et la soudaineté du renversement de la conjoncture sous Dioclétien » (Lepelley, Cités, I, p. 82-85). Les données aujourd’hui disponibles montrent que la réalité est beaucoup plus nuancée.

22 Thébert, Évolution urbaine, p. 101, avec bibliographie. L’article de R. Rebuffat, Enceintes urbaines et insécurité en Maurétanie tingitane, dans MÉFRA, 86, 1974, p. 501-522 constitue un moment important de l’application de cette approche aux réalités africaines. Les données épigraphiques concernant l’érection d’enceintes au iiie siècle en Afrique sont réunies par H. Jouffroy (Construction publique, p. 240). On constate que le mouvement de construction, continu durant tout le iie siècle (p. 203) et l’époque sévérienne, se prolonge jusqu’en plein iiie siècle. Pourquoi deviendrait-il brutalement le signe d’un péril ? : cf. Février, iiie siècle, p. 62-63, ainsi que Inscriptions inédites relatives aux domaines de la région de Sétif, dans Mélanges A. Piganiol, Paris, 1966, p. 217-228.

23 Sur ces façons de vider la période de sa substance, cf. Février, iiie siècle, p. 66-67 ou 71. La fouille des grands thermes de Bulla Regia est un bon exemple de la prudence avec laquelle il faut utiliser les données archéologiques. Alors que des raisonnements fondés sur les inscriptions présentes dans le bâtiment dataient ce dernier de la fin IIedébut iiie siècle, les nombreux sondages réalisés dans et autour de l’édifice confirmèrent cette datation, d’autant plus aisément que, outre les incertitudes chronologiques concernant le matériel céramique, l’archéologue est obligé de tenir compte de la date d’apparition d’une forme, non de sa durée de production. Seul un ultime sondage, concernant des couches contemporaines de la fin du chantier, a livré quelques tessons, appartenant apparemment tous au même vase, qui obligent à décaler ce dernier d’une trentaine d’années (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 106-107).

24 Sur l’utilisation de ces diverses données, cf. Février, iiie siècle, p. 67 et 70, avec bibliographie. Cf. aussi Pensabene, Decorazione architettonica, en particulier p. 298 et 360 sq., sur le rôle central du iiie siècle dans l’abandon du style canonique de la période antérieure, l’établissement de liens avec l’Orient, le développement d’ateliers locaux dans les zones internes, ateliers qui innovent pour répondre aux besoins.

25 X. Dupuis (article cité à la note 19, p. 248) remarque que près de la moitié des inscriptions concerne des chantiers de construction, preuve que l’on avait encore « le goût et les moyens de bâtir de nouveaux monuments ». Ce chiffre serait remarquable et nettement supérieur à celui qui caractérise les périodes ultérieures de grande activité, à la fin du IIIe ou au cours du ive siècle : un peu moins du tiers sous Dioclétien et environ un quart entre 361 et 375 (Lepelley, Cités, I, p. 85). En réalité, il faut être plus prudent, car X. Dupuis a regroupé constructions et/ou restaurations importantes. Il est cependant certain que la proportion de nouveaux bâtiments reste notable.

26 Carandini, Studi miscellanei, 13, p. 30-36 ; Panella, SRIT, III, p. 438-446 ; Ead., Merci e scambi, p. 624 sq. ; Thébert, Évolution urbaine, p. 101-102. A. Carandini (EAA, Atlante, I, p. 14) signale les nombreuses productions destinées à l’exportation, en particulier la C (cf. aussi p. 58-59) et la diffusion parallèle des amphores africaines qui culmine vers le milieu du iiie siècle. Si on ajoute le début de la fabrication des lampes vernissées vers 230-240, nous sommes loin de l’image d’une époque de récession.

27 C’est l’analyse que fait C. Lepelley, Cités, I, p. 87-88 : «...on avait profité de l’acquis monumental durant la grande crise, sans beaucoup l’entretenir... Il était grand temps, sous Dioclétien, de procéder à de sérieuses restaurations... ».

28 Sur ce point, cf. les remarques de P.-A. Février, iii siècle, p. 69-70. Comme il le souligne, cette pratique n’est pas propre à l’Antiquité et reste bien vivante. Cependant, elle ne résulte pas seulement de l’envie de valoriser les travaux entrepris, ou du besoin de justifier une fièvre constructrice. Cette reprise de topoi correspond à une véritable structure conditionnant l’élaboration des textes, et sans doute même le raisonnement, si bien que l’écrit n’entretient plus que des rapports rhétoriques avec le réel. C’est pourquoi le procédé se retrouve à toute époque. Par exemple, au Moyen Âge, à travers le xiie siècle, de 1140 à 1209, les mêmes formules et des capitula strictement identiques servent aux Cisterciens à « décrire » les hérésies méridionales : cf. J.-L. Biget, « Les Albigeois ». Remarques sur une dénomination, dans Inventer l’hérésie ? Discours, polémiques et pouvoirs avant l’Inquisition, M. Zerner, dir., Actes du colloque international de Nice, janvier 1996, Nice, 1998, p. 219-255.

29 Thébert, Évolution urbaine, p. 102-105.

30 Nos 36 (286-293 : achèvement d’une construction), 166 (290-293 : restauration d’une salle thermale), 190 (probablement 290-294 : l’inscription très mutilée ne permet pas de connaître la nature précise de la restauration), 41-42 (travaux de restauration probablement sous la Tétrarchie), et peut-être aussi 34.

31 Règne de Julien (360/361-363) : nos 161 (reconstruction après un incendie), 145 (restauration des structures et du décor), 50 (restauration en 361, peu avant la mort de Constance II, Julien étant César), auxquels il faut adjoindre les travaux qui transforment l’aile occidentale des thermes memmiens de Bulla Regia et qui datent des immédiats environs de l’année 360, donc de l’extrême fin du règne de Constance II ou de celui de Julien (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 385-386).
Règne de Valentinien Ier (364-375) : nos 146 (restauration), 147 (restauration et pose de nouvelles mosaïques), 101 (restauration), 152 (restauration concernant aussi le décor), 95 (réfection d’une piscine et construction d’un réservoir), 1 (restauration du caldarium, construction d’une piscine et de nouvelles entrées, pose de statues), 35 (restauration).
Période 375-395 (fin du règne de Gratien, 367-383, et règne de Théodose Ier, 375-395) : nos 2 (travaux de décoration), peut-être 63 (restauration d’une baignoire ou du caldarium), 57 (achèvement d’une salle et pose d’une statue), 160 (reconstruction d’une adduction d’eau), 24 (restauration), 49 (restauration), peut-être 94 (construction ou restauration).

32 Lepelley, Cités, I, p. 89-98.

33 Nos 25 (317-318 : construction et décoration de thermae), 10, 167 et 191 (326-333 : restaurations), 5 (336 : construction d’une salle), 64 (337 : dédicace à Constantin II), 21 (340-350 : restauration), 26 (340-350 : construction ou restauration). Il faut ajouter le n° 101 qui mentionne des thermae Constantinianae (construction ou restauration). On pensera aussi à la réfection d’un hypocauste dans les thermes de Rusguniae, datée par une monnaie de Constance II (337-361), mais il ne s’agit que d’un terminus ante quem non (cf. la notice).

34 Panella, Merci e scambi, p. 635 sq.

35 En attendant la publication des fouilles, cf. Thébert, Vie privée, p. 319-325 et fig. 7-8, p. 328-331, 333, 367 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 386.

36 Février, iiie siècle, p. 65, 67, 73.

37 C’est l’analyse de C. Lepelley qui, n’utilisant jamais les données archéologiques, juge par exemple l’état de l’économie africaine à travers l’épisode des circoncellions qui traduirait une crise telle qu’elle rendrait compte de « l’absence de chantiers durant quarante ans » (Cités, I, p. 96-97). Une fois de plus, P.-A Février a remis en cause une telle approche à propos de la période antérieure (iiie siècle, p. 63, 66-67 et 73-74).

38 Delattre, CRAI 1908, p. 592-595. Le bâtiment se trouvait sur le flanc Sud de la colline de Bordj-Djedid. La mention de travaux réalisés a solo indique une construction. Il faut cependant rester prudent : cf. l’inscription n° 51 où, pour célébrer une restauration, il est dit que le personnage redressa le bâtiment ex ima fundamentorum origine, ce qui n’a pas de sens. N’aurait-on pas conclu à une construction si l’inscription avait été plus fragmentaire et le contexte archéologique moins bien connu ?

39 Cf. ci-dessus, note 7.

40 Cf. un résumé de ces diverses positions dans Thébert, Évolution urbaine, p. 109-110. C. Lepelley, dans son analyse des travaux publics (Cités, I, p. 108-111) expose un curieux point de vue sur la période précédant l’arrivée des Vandales. D’un côté, c’est « le déclin définitif sous Honorius et Valentinien III », les « graves désordres » internes à l’Afrique, « la crise catastrophique que traversait alors le monde romain, le déferlement des invasions... ». De l’autre, c’est le maintien du souci « d’entretenir des villes africaines », une « impression de prospérité durable ». En tout cas, les Vandales règlent les hésitations : arrivée d’« un ennemi résolu qui devait laisser son nom à la destruction des monuments du passé (sic !)... dramatique agression... catastrophe ». Si survit quelque chose de la vie urbaine et d’une relative richesse, cela est uniquement dû à « la renaissance économique et urbaine qu’avait connue l’Afrique depuis le règne de Dioclétien ».

41 Un nouvel éclairage sur l’Afrique de Théodose II est également apporté par la récente découverte, à Chemtou, d’un trésor contenant 1 648 monnaies d’or, soit 7,200 kg (M. Khanoussi, Carthage-1995, p. 272-273). Cette donnée s’inscrit dans un ensemble : cf. S. Deloum, L’économie monétaire de l’Afrique du Nord : les trésors monétaires des ve et vie siècles ap. J.-C., dans Africa, VII, p. 961- 971.

42 Les thermes Nord, ou bains des étoiles, sont inédits. Ils sont signalés dans A. Lézine, Thuburbo Maius, Tunis, 1968 : fig. 1, n° 19 ; p. 33 ; pl. IX. On y repère cinq salles chauffées disposées essentiellement en fonction d’un circuit sinistrogyre. Les travaux du ve siècle sont mentionnés par A. Ben Abed, Carthage-1995, p. 312.

43 Cf. la notice. Des travaux dans le foyer du caldarium sont datés par une monnaie de 410-439, prise dans le blocage, qui ne fournit, évidemment, qu’un terminus ante quem non. Le texte qui signale cette découverte n’est cependant pas clair. Il ne permet pas de comprendre si ce blocage est lié à une réfection du foyer, ou, plutôt, à son bouchage, et donc à la désaffectation des thermes (CMT, II, 1, p. 22-23).

44 Thébert, Évolution urbaine, p. 112-113. L’exemple des thermes Ouest de Maktar, où l’installation d’une église signant la désaffectation du bâtiment est datée du ive, ve ou vie siècle, est caractéristique des hésitations qui peuvent exister quant à de tels épisodes.

45 Broise, Thebert, Thermes memmiens, p. 386-387.

46 Sur ce monument, cf. ci-dessus p. 289.

47 Cf., en dernier lieu, les remarques d’A. Ben Abed dans Carthage-1995, p. 312-315. Cf. ici la notice sur la maison du « peristyle figure », a Pupput.

48 La tentative de J.-M. Lassère d’appréhender plus concrètement le monument de Thrasamund n’apporte pas grand-chose (Memorabile factum, p. 237-241). Il est vrai que l’auteur, qui imagine par exemple que les eaux de ces établissements étaient portées à 70° (avec une référence, évidemment injustifiée, à A. Lézine), paraît peu familiarisé avec les questions d’architecture thermale. Mais il est exact que ces textes ne se composent guère que de transcriptions poétiques qui sont à la fois imprécises et peu fiables.

49 G. Jones, Libyan studies, 14, 1983, p. 109-121, et 15, 1984, p. 107-111.

50 M. Luni, Le terme bizantine, dans Libya antiqua, 11-12, 1974-1975, p. 266-276. De petites constructions des environs de Cyrène, mal datées au sein de l’époque byzantine, ont suscité des questions quant à leur mode de chauffage, mais cela est essentiellement dû à leur ensevelissement partiel, qui ne permet pas de reconnaître les installations techniques : cf. V. Gambini, E. Catani, Nuove terme bizantine nei dintorni di Cirene, dans Quaderni di archeologia della Libia, 8, 1976, p. 449-463, en particulier p. 453 et 462.

51 A. El Khayari, Les thermes extra muros à Volubilis, dans Africa romana, X, p. 301-312.

52 Nous ne suivons pas entièrement la description d’A. El Khayari. Celui-ci signale, en effet, un banc qui court sur trois côtés de la pièce, y compris sur son flanc Sud. La piscine aurait alors été difficilement accessible, et il est certain qu’elle ne l’était pas à partir de l’Est. En fait, le banc n’occupe que les deux longs côtés de la salle. Au Sud, il s’interrompt pour laisser place à une marche précédant une marche-margelle que l’on franchissait pour descendre trois degrés et gagner ainsi le fond de la piscine.

53 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 41, et plan, très schématique, p. 36.

54 Cf., par exemple, E. Pauty, Vue d’ensemble sur les hammams de Rabat-Salé, dans Rev. afric., 88, 1944, p. 202-226, en particulier p. 216-220 : la chaufferie est située très en contrebas de la salle chauffée, installée sur hypocauste, le tirage étant assuré par des cheminées ; le foyer est surmonté d’une chaudière en cuivre, l’eau chaude étant acheminée dans la salle vers un bassin où les baigneurs puisent en fonction de leurs besoins (pl. CLXIX-1 et 2, ou encore le hammam mérinide de Chella : pl. CLXX-1).

55 Par exemple V. Shtylla, Hammams du Bas Moyen Âge en Albanie, dans Monumentet, 7-8, 1974, p. 125, fig. 7 : vue axonométrique des bains de Shkodër construits en 1739.

56 Lézine, Architecture romaine, p. 31-35.

57 Lézine, ibid., p. 34-35. D’après cet auteur, la solution permettant de se passer complètement de l’hypocauste ne sera mise au point que dans les hammams d’époque avancée et consistera à introduire « dans la salle même une partie découverte du récipient dans lequel l’eau bout ». On notera cependant que la référence à l’article d’E. Pauty (ci-dessus, note 54) est erronée puisque cette étude montre, au contraire, la longue survivance de l’hypocauste sans apport de vapeur. Sur l’évolution de l’architecture thermale en Syrie, cf. G. Charpentier, Les petits bains proto-byzantins de la Syrie du Nord, dans Topoi, 5, 1995, p. 219-247, en particulier, pour l’apparition de l’usage de la vapeur, p. 231-233.

58 G. Marçais, Manuel d’art musulman, I, Paris, 1926, p. 342.

59 Notre méconnaissance des bains publics apparaît bien à Carthage, où on ne sait quasiment rien des constructions thermales vandalo-byzantines. Outre le cas des thermes d’Antonin qui, sous une forme réduite, continuent à fonctionner peut-être encore à l’époque arabe (Leone, Cartagine, p. 85-86), nous devinons quelques constructions balnéaires. Celle de la rue Baal Hammon correspond à un édifice de quelque importance, érigé au vie siècle, mais dont on sait si peu de chose que l’on peut se poser des questions sur sa nature réelle (Leone, ibid., p. 72 et notice 68). Tout aussi incertaine est la fonction de bâtiments, également d’époque byzantine, dégagés près de la « maison du sanglier » (Leone, notice 21), et dans le secteur dit Ard Jouïlia (Leone, notices 88 et 89). Toutes ces constructions sont si partiellement connues que l’on ne peut même assurer qu’il s’agit bien d’édifices balnéaires.

60 Le bain de Tamuda constitue un cas à part. On n’y repu se trouver un frigidarium. Cependant, tant la date que père que deux salles chaudes et on imagine mal où aurait le contexte de cet édifice sont extrêmement mal connus.

61 V. Gambini, E. Catani, Nuove terme bizantine nei dintorni di Cirene, dans Quaderni di archeologia della Libia, 8, 1976, p. 449-463.

62 M. Luni, Le terme bizantine, dans Libya antiqua, 11-12, 1974-1975, p. 266-276.

63 J. G. Pedley, The Byzantine baths, dans Apollonia, the port of Cyrene, Supplements to Libya antiqua, 4, p. 225-243.

64 Cf. aussi Rebuffat, Thamusida, II, p. 189, ou Vocabulaire, p. 6.

65 Thébert, Évolution urbaine, p. 120.

66 Sur la forme africaine de la crise particulièrement sensible à partir de la fin du ve siècle, cf. Thébert, Évolution urbaine, p. 116-120, avec bibliographie, et ci-dessus, p. 35.

67 H. Saladin, Les monuments d’Oudja, dans BAC, 1910, p. 229-231.

68 G. Marçais, Manuel d’art musulman, I, Paris, 1926, p. 340-344.

69 C. Redman, R. Anzalone, P. Rubertone, Qsar es-Seghir, three seasons of excavation, dans BAM, 11, 1977-1978, p. 163.

70 Pauty, article cité à la note 54.

71 Il faudrait conduire une enquête précise sur la place du bain par immersion dans les hammams, selon les époques, les lieux et la nature des eaux utilisées.
En Orient, à Gadera (El-Hamma), une station thermale romano-byzantine continue à être exploitée à l’époque omeyyade, mais certaines des nombreuses piscines sont alors comblées. Le site disparaît complètement à l’époque abbaside. On ne peut tirer de conclusions générales de ce cas d’espèce (Y. Hirschfeld et G. Solar The Roman thermae at Hammat Gader, dans Israel exploration journal, 31, 1981, p. 197-219).
Dans le cadre des hammams tant médiévaux que modernes, la pratique de l’immersion nous semble extrêmement restreinte. Par exemple, les miniatures persanes d’époque séfévide sont souvent riches de détails sur les scènes balnéaires. D’une manière générale, elles confirment que ne subsiste que le bain de propreté par affusion. C’est le cas, entre bien d’autres, de la miniature de Beh Zad, datée de 1494, illustrant le Khamsa, les cinq poèmes d’Ilyas ben Youssouf Nizami (xiie siècle), et détaillant la vie d’un établissement balnéaire. Cependant, ces œuvres attestent aussi que l’immersion n’a pas complètement disparu. À preuve, une miniature datée de 1556-1565, illustrant le Haft Awrang (« Les sept trônes ») de Maulana Nuru’d Din Abdu’t Rahman Jami (xve siècle), publiée dans S. C. Welch, Cinq manuscrits royaux séfévides du xvie siècle, New York, 1976, Paris, s.d., p. 106-107. Parmi diverses opérations balnéaires (massages, nettoiement par affusion), elle montre deux personnages immergés dans une baignoire collective.
Dans l’Occident de la seconde moitié du Moyen Âge, les bains publics, qui servent aussi fréquemment d’établissements prostibulaires, se composent d’une étuve et, pour les plus luxueux, d’une salle où des cuves permettent des bains par immersion, seul ou en compagnie selon que l’établissement fonctionne de façon « honnête ou déshonnête » (cf. la miniature médiévale, montrant l’intérieur d’une maison de bains, reproduite en couverture de J. Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, 1988). Pour assister à une disparition presque totale de l’immersion, il faut attendre les phantasmes du xvie-xviie siècle sur la faiblesse des enveloppes corporelles que la chaleur et l’eau menacent constamment de fissurer : cf. G. Vigarello, Le propre et le sale, Paris, 1985, en particulier la première partie, « De l’eau festive à l’eau inquiétante ». Dès lors, les bains publics disparaissent presque complètement, tout comme s’estompe largement la pratique balnéaire privée. Les cures thermales paraissent cependant avoir connu un indéniable essor à cette époque, les classes populaires fréquentant des sources proches, la haute société les stations à la mode (J. Boucher, Voyages et cures thermales dans la haute société française à la fin du xvie et au début du xviie siècle, dans Villes d’eaux, histoire du thermalisme, Actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Paris, 1994, p. 41-53). Les eaux minérales paraissent donc avoir bénéficié d’un statut particulier, leurs vertus curatives écartant la peur de l’eau. G. Vigarello ne traite pas de cette question.

72 Sur la chronologie et la nature de cette mutation radicale des villes africaines, cf. Thébert, Évolution urbaine, p. 105-122.

73 Thébert, Biget, Histoire maghrébine, en particulier p. 576-584.

74 Nous avons déjà souligné la façon dont l’organisation de la cité arabo-musulmane ne faisait, en Afrique, que reproduire et parachever celle de la ville byzantino-chrétienne : Évolution urbaine, p. 120 sq. Dans les deux cas, la nature du politique est semblable : la rhétorique est écartée au profit du droit divin d’où découlent la norme et la légalité du pouvoir. La bipolarité qui s’est construite dans la ville chrétienne convient donc parfaitement à l’agglomération musulmane : à la forteresse byzantine et aux églises, il suffit de substituer la qasba et les mosquées.

75 Cf. H. Jaidi, Les sites antiques de l’Ifriqiya et les géographes arabes, Mémoire pour le certificat d’aptitude à la recherche, Université de Tunis, 1977, ex. dact. Pour analyser l’image des cités fondées avant la période arabe, l’auteur a étudié les textes d’Al-Yaqubi (ixe siècle), Ibn Hawqal et Al-Muqaddasi (xe siècle), Al-Bakri (xie siècle), Al-Idrisi (xiie siècle), Al-Abdari et Al-Tijani (fin xiiie siècle), Léon l’Africain (xvie siècle).

76 Nous avons utilisé la traduction de Slane, éd. revue et corrigée, Paris, 1965.

77 Les notations sur la qualité de la construction concernent souvent les deux pôles essentiels de la cité, à savoir les palais (Raccada, p. 62 ; El Mehdiya, p. 67) et les murailles («...muraille de pierre solidement bâtie » (Tripoli, p. 20), «...muraille de grosses pierres et de construction antique » (Cabes, p. 41), «...construite en pierres et en briques » (Sfax, p. 46), «...muraille de pierres... très forte et très solidement bâtie » (Souça, p. 74) etc.) ainsi que les mosquées : «...un djamê de belle architecture » (Tripoli, p. 20), «...un djamê magnifique » (Cabes, p. 41), «...le djamê, composé de sept nefs, est très beau et solidement bâti » (El Mehdiya, p. 67) etc., sans oublier la longue description de la mosquée de Kairouan (p. 52-56) ou celle d’El-Casr el-Cadim (p. 64) : «...un djamê dont la tour, de forme cylindrique, est construite en briques et ornée de colonnes disposées en sept étages. Jamais on n’a rien bâti de plus solide ni de plus beau ». Il est cependant intéressant de noter que ces remarques peuvent également accompagner la mention d’autres types de bâtiments, essentiellement les bains (Tripoli, p. 20 : «...un grand nombre d’excellents bains » ou, inversement, Sidjilmessa, p. 283 : «...les bains sont mal bâtis et d’un mauvais travail ») et les bazars ou caravansérails, dont l’auteur ne se contente pas toujours de signaler qu’ils sont très fréquentés (par exemple Tunis, p. 87 : «...beaucoup de caravansérails qui s’élèvent à une grande hauteur » ; Torac, p. 101 ou Djemounès es-Saboum, p. 153 : «...un bazar bien monté »).

78 Les remarques concernant l’architecture domestique, outre les généralités sur la densité du peuplement et les maisons de campagne des banlieues, sont relativement fréquentes : ainsi El Mehdiya, p. 66, dont toutes les maisons d’un faubourg « sont construites en pierre » ; Tunis, p. 87, sur l’encadrement de marbre des portes des demeures ; Sidjilmessa, p. 282 ; Aoudaghast, p. 300, et ses « maisons très élégantes », ainsi que p. 317 où le même thème est repris. Inversement, on notera avec intérêt le passage sur l’absence de latrines privées à Gabès (p. 42) : « Au nombre des choses que l’on reproche aux habitants de cette ville est le manque de latrines dans la plupart des maisons... ».

79 Les notations touchant à l’urbanisme ne comportent parfois que la mention de places : ainsi à El-Casr el-Cadim (p. 64 : «...une grande place appelée El-Meîdan « l’hippodrome »), à El Mehdiya (p. 67-68 : « une grande place » avec, de part et d’autre, deux palais qui se font face), à Menzil Bachou (p. 96 : « trois places publiques »), à Badja (p. 119 : «...trois places ouvertes où se tient le marché des comestibles »). Le renseignement peut aussi être plus précis et révéler une véritable organisation d’ensemble de la ville : c’est le cas, en particulier, pour Kairouan où Al-Bakri décrit longuement (p. 58 – 59) la grande rue, couverte d’un toit et flanquée continûment de boutiques, qui traversait toute la ville du Nord au Sud en passant par la grande mosquée ; c’est le cas également de Tobna (p. 109) où est signalée une rue « dont les deux côtés sont bordés de maisons » et qui traverse toute la ville en joignant deux des portes de l’enceinte.

80 Al-Bakri mentionne aussi la fonction intellectuelle de certaines agglomérations : Tunis (p. 87) est qualifiée de « grand centre d’études » où l’on cultive en particulier la jurisprudence ; Biskra (p. 111) possède « beaucoup de savants légistes » ; Tlemcen (p. 156) « n’a jamais cessé d’être la demeure des hommes savants dans la loi et dans les traditions... » ; Ceuta (p. 203) « a toujours été un de ces lieux où les sciences (théologiques) ont fixé leur séjour ».

81 C. Mango, Daily life in Byzantium, dans Jahrbuch der p. 18-62. Sur l’altération du rôle des thermes en Orient, cf. österreichischen Byzantinistik, 31, 1981, p. 337-353, en par-aussi M. Whittow, Ruling the late Roman and early Byzanticulier p. 338-341 ; Id., Le développement urbain de tine city : a continuous history, dans Past and present, 129, Constantinople (ive-viie s.), Paris, 1985, en particulier 1990, p. 3-29.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540