Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Quatrième partie. Architectures thermales africaines

Chaphitre IV. L’itinéraire balnéaire

Analyse des salles : architecture et vocabulaire

Texte intégral

« Nous avons tourné dans la rue du Départ, à moins que ce soit celle de l’Arrivée, je les confonds. Nous avons passé devant l’Inno-Montparnasse et débouché sur la place de Rennes... Sur ce, il a viré très brutalement sur la place et enfilé à toute allure l’autre rue, celle de l’Arrivée, à moins que ce ne soit celle du Départ, enfin l’autre, et il s’est mis à avaler les croisements comme un dingue ».
J.-P. Manchette, Morgue pleine, p. 61-62.

1Avant même l’élaboration du catalogue, et afin que cette opération soit possible, nous avons dû choisir un mode de lecture du circuit chauffé des thermes romains. L’histoire de la constitution progressive des édifices balnéaires et l’examen de quelques constructions nous avaient conduit à opter clairement pour les analyses de D. Krencker perfectionnées par A. Lézine, en rejetant les schémas, parfois anciens, parfois récents, qui brouillent l’interprétation des monuments en multipliant le nombre de salles désignées par le même nom. Ces schémas nient une spécification rationnelle des salles et cessent d’être opératoires dans la mesure où ils ne s’articulent plus avec une pratique balnéaire. Que peut bien signifier l’existence de plusieurs caldaria placés en des endroits divers de l’itinéraire suivi par le baigneur ? Soit nous sommes en présence d’une architecture répétitive, et il faut en expliquer les raisons, analyser la technique balnéaire qui en résulte. Soit le même mot désigne des réalités diverses, et un tel vocabulaire devient inadéquat.

2Maintenant que nous avons catalogué et analysé l’ensemble des bâtiments africains, il est nécessaire de revenir sur ce point afin de confronter notre premier jugement, déjà ancré dans le concret, à une prise en compte encore plus systématique de ce dernier.

I–DIFFÉRENCIATION DES SALLES CHAUFFÉES

3Dans chaque édifice, une pièce chauffée est déjà définie par sa place dans le circuit. La question est de savoir si cette position est, du moins dans la plupart des cas, déterminante et correspond à un local doté de caractéristiques stables au-delà de quelques variantes qui ne modifient pas la nature de sa fonction, ou si, au contraire, les salles peuvent être disposées selon un ordre susceptible de varier profondément.

4La tentative la plus récente d’identifier systématiquement les pièces chauffées est celle d’I. Nielsen. Pour comprendre le système auquel elle se référe, il faut consulter l’appendice où elle analyse les éléments qui composent les bains. Si nous nous en tenons au type d’édifice qui domine à l’époque impériale, sans revenir sur les spécificités de l’époque hellénistique et ses séquelles au ier siècle, on constate que la grille de lecture d’I. Nielsen repose sur trois locaux essentiels.

5Il s’agit d’abord du tepidarium. Il est équipé d’un hypocauste, parfois de doubles-parois, et est chauffé indirectement ou directement, ce dernier mode tendant à se généraliser. Il assure une transition vers les salles les plus chaudes (et, faudrait-il ajouter, inversement du plus chaud vers le froid), peut servir de vestiaire et de salon et, ce qui est essentiel pour notre propos, permet de se laver avant le bain chaud. Il possède souvent des bassins, parfois chauffés directement par des fours qui sont cependant rarement munis de chaudières : selon le parti adopté, le bain était donc chaud ou tiède.

6Il s’agit ensuite du caldarium, que l’on atteint à partir du tepidarium ou du sudatorium. C’est la principale pièce destinée au bain chaud, mais la grande humidité qui y règne permet aussi d’y prendre un bain de vapeur. De plus, elle permet également de se nettoyer : cette fonction était autrefois assurée par un labrum, elle l’est désormais par l’une des baignoires d’eau chaude.

7Le troisième local essentiel est l’étuve, nommée autrefois laconicum lorsqu’elle n’était chauffée que par des braseros, désormais appelée sudatorium à partir du moment où elle bénéficie de moyens de chauffage modernes dont l’efficacité est accrue par les dimensions toujours restreintes de cette pièce. Cette étuve est soit sèche, soit humide, mais la rareté des traces d’arrivée d’eau montre que, le plus souvent, la transpiration était obtenue dans une ambiance sèche. Le caldarium offrait d’ailleurs un bain de vapeur.

8À ces trois composantes essentielles, il faut éventuellement ajouter l’unctorium, pièce bien difficile à identifier car le baigneur s’enduit d’huile à plusieurs reprises dans son cycle balnéaire et parce que ce local est dénué de caractéristiques. Ainsi, il peut être ou non sur hypocauste. On le recherchera donc plutôt vers le secteur vestiaire-frigidarium, afin qu’y soient effectués les massages et la dernière onction après le bain froid.

  • 1 C’est aussi la position de J. DeLaine : cf. ci-dessus, Ière fage, qui aboutit à l’abandon complet d (...)

9Tel est le schéma d’I. Nielsen. On notera qu’elle refuse de prendre en considération le destrictarium1. Pour elle, il s’agit d’un local uniquement lié à la palestre, où l’on se débarrasse du mélange de poussière et d’huile qui couvre la peau après les exercices. Ce terme ne saurait donc désigner une pièce intégrée dans le circuit chauffé.

  • 2 Sur cette mutation radicale des techniques de chauf-romaine, p. 31-35.

10Cette interprétation d’ensemble n’est pas satisfaisante pour plusieurs raisons. D’abord nous ne pouvons que maintenir la définition que nous avons donnée du bain de vapeur (ci-dessus, p. 101). Ce dernier se caractérise par l’utilisation, comme moyen de chauffage priviligié et souvent exclusif, de vapeur d’eau volontairement produite dans ce but. L’instrument utilisé n’est plus une chaudière, mais une bouilloire destinée à produire de la vapeur2. En revanche, dans une étuve sèche, la chaleur est produite soit par un brasero, ou tout moyen équivalent tel que des pierres chauffées, soit par le chauffage du sol et des parois. Mais aucune étuve n’est totalement sèche, ce serait insupportable et dangereux. En ce sens, l’expression d’étuve humide est doublement fallacieuse : toute étuve sèche est plus ou moins humide, et l’étuve « humide » chauffée par hypocauste et tubuli n’existe pas. Le sauna, où fuse l’eau jetée sur les pierres rougies, est une étuve sèche. On peut certes se servir de la chaleur qui règne dans le caldarium pour provoquer une transpiration. Elle se fera dans une ambiance particulièrement humidifiée par la présence de grands bassins. Cela ne transforme pas la salle des bains chauds en bain de vapeur. On remarquera d’ailleurs que l’usage des doubles-parois y a considérablement atténué les phénomènes de condensation et le degré d’humidité qui en résultait : les auteurs anciens vantent la clarté et la transparence de l’air de ces grandes salles.

11Plus important que ce point, qui reste de détail, est le fait que l’interprétation d’I. Nielsen aboutit à morceler le bain de propreté et à lui faire perdre toute sa cohérence. D’après elle, on se nettoie dans le tepidarium et dans un des alvei du caldarium. Le bain de propreté n’est ainsi ni clairement localisé, ni logiquement placé dans le circuit.

  • 3 Pl. CIV-4. Même imparfaite car soumise à l’état de conservation des vestiges, cette donnée interdit (...)
  • 4 Par exemple Carthage, grands thermes Est de Maktar, thermes liciniens de Thugga, grands thermes de (...)

12En ce qui concerne le tepidarium, il faut remarquer que ce local, lorsqu’il sert uniquement à l’entrée dans le circuit chauffé, n’est quasiment jamais équipé d’un bassin. Certes, celui-ci a pu être détruit, ou des installations plus légères pouvaient exister. Il est cependant remarquablement frappant que nous ne connaissions qu’un seul cas de tepidarium d’entrée avec bassin, celui des thermes Nord-Ouest de Timgad3. En revanche, sans être systématique, la présence d’un ou deux alvei est bien attestée dans les tepidaria de sortie : certains programmes offraient au baigneur une possibilité d’immersion dans l’eau tiède, entre les bains chaud et froid4. Tout indique que la fonction essentielle des tepidaria, et de celui d’entrée en particulier, était d’assurer une transition : on stationnait dans ce dernier pour s’habituer à la chaleur, on s’y déshabillait pour les plus frileux, on ne faisait que le traverser sans s’y attarder pour les plus robustes. Sans doute aussi permettait-il de mieux préserver la chaleur qui régnait dans les salles suivantes.

13Il apparaît tout aussi contestable de consacrer un des bassins du caldarium aux opérations de propreté. En règle générale, rien ne distingue réellement les divers solia, et il est même des salles des bains chauds pourvues d’un unique solium. Concentrer l’essentiel des opérations balnéaires dans une seule salle est un contresens.

14En fait, l’examen des bains anciens (pl. XVII-XVIII) éclaire la nature de leurs successeurs. Leur caldarium est pourvu d’une abside abritant un labrum. Tous les auteurs s’accordent à dire que cette schola labri est un des lieux où le baigneur se décrasse. Or, il disparaît complètement par la suite. Si une vasque subsiste, elle est simplement destinée à des aspersions, par exemple d’eau froide, dans le cadre des opérations liées au bain chaud. Il n’y a donc pas de raison de maintenir dans le caldarium une activité de nettoyage qui n’appartient qu’aux édifices anciens et dont le support architectural n’existe plus dans les nouveaux.

  • 5 Cette idée selon laquelle une des baignoires du caldarium serait une vasque pour aspersion, « hérit (...)

15Dans cette optique, il nous semble qu’il ne faut pas chercher une postérité à la schola labri, qui s’efface purement et simplement lorsque l’organisation d’ensemble des bâtiments balnéaires se modifie profondément au cours du ier siècle. Dans un même caldarium, il est fréquent que les baignoires soient de dimensions différentes. Réserver le terme de solium à la plus vaste d’entre elles, et continuer à appeler labrum la plus petite, qui correspondrait à un bain d’aspersion, nous semble un abus de langage. Ce sont purement et simplement deux solia, tous deux destinés à des bains par immersion5.

16Si cette schola labri disparaît donc bel et bien, reste que le nettoiement qu’elle permettait, et qui est une opération incontournable, doit désormais être assumé selon d’autres modalités. Or, on constate que cette évolution architecturale correspond justement à l’adjonction d’une pièce supplémentaire intégrée dans le circuit chauffé. C’est alors que, dans les programmes les plus développés, deux salles s’interposent entre le tepidarium et le caldarium, c’est-à-dire entre un local de transition et la salle des bains chauds. Il ne peut s’agir que du bain de propreté. Le plus souvent, les différents auteurs s’accordent sur l’identification de l’étuve, précédant immédiatement le caldarium. Outre son rôle dans les soins du corps, il ne faut pas oublier que c’est en ce lieu que s’achève son nettoyage. I. Nielsen passe sous silence cet aspect : il est pourtant clair que la forte sudation finit de débarrasser la peau de ses dernières impuretés. L’essentiel du nettoiement doit cependant s’effectuer ailleurs. Il ne peut l’être que dans la salle qui précède l’étuve, véritable destrictarium désormais intégré à sa place rationnelle dans le circuit balnéaire.

  • 6 Nielsen, Thermae, p. 165. Si un lien privilégie avec la palestre (ou d’ailleurs les gymnases) peut (...)
  • 7 Banasa, grands thermes Ouest ; Lixus, thermes du théâtre-amphithéâtre ? Volubilis, thermes « de Gal (...)

17L’argument d’I. Nielsen selon lequel le destrictarium serait intimement lié à la palestre, et ne pourrait donc s’insérer parmi les autres pièces chauffées, n’est en rien convaincant6. D’abord, les thermes évoluent : on ne peut figer éternellement ce local en la position, d’ailleurs hypothétique, qu’il occupe dans les thermes de Stabies, à Pompéi, au ier siècle av. n.è. (pl. XVI-3). Le temps n’est plus où l’athlète se contentait d’installations balnéaires réduites : désormais, il utilise le complexe thermal associé aux espaces sportifs. Ensuite, l’insertion du destrictarium parmi d’autres salles n’interdit pas la préservation de cheminements qui en facilitent l’usage aux athlètes. Ainsi dans les thermes memmiens de Bulla Regia, où les sportifs paraissent avoir bénéficié d’un itinéraire particulier reliant directement le destrictarium à la palestre en évitant le tepidarium. Ainsi également dans de nombreux bâtiments où un raccourci leur épargne de parcourir la totalité du circuit chauffé. Enfin, le destrictarium paraît avoir été parfois dédoublé. C’est, du moins, la solution qui semble adoptée à plusieurs reprises au Maroc, où une première salle de décrassage fait partie de l’itinéraire principal, sous la forme d’une fusion avec l’étuve, tandis qu’une seconde conserve son autonomie7. De toute façon, la nécessité de se nettoyer n’est pas le propre des usagers de la palestre. Elle vaut pour tout le monde. Dès lors, l’insertion dans l’itinéraire chauffé d’un lieu spécifique devient une nécessité à partir du moment où les anciens endroits de nettoiement disparaissent. Que cette pièce ait conservé le nom de destrictarium, nous n’en avons nulle preuve, mais cela est de peu d’importance. Outre l’étuve, il existe un local où l’on procède à un premier grattage au strigile, et ce ne peut être que celui qui précède cette dernière, lorsqu’il n’est pas fusionné avec elle dans les programmes architecturaux restreints.

18L’étude de la façon dont cette salle II est conçue est une autre manière de confirmer son identification comme destrictarium. Nous savons en effet que ce dernier est une salle chauffée mais sans excès, certainement plus que le tepidarium afin de faciliter le bain de propreté, mais beaucoup moins que l’étuve qui doit provoquer une forte exsudation. Nous pouvons donc nous référer à l’équipement des diverses salles en foyers afin de nous faire une idée du degré de température qu’on souhaitait leur apporter. Il est vrai qu’il faut rester prudent : un foyer peut être plus puissant qu’un autre ; on peut aussi plus ou moins forcer les feux. Cette donnée est cependant susceptible de nous fournir des indications.

  • 8 Ce choix n’est pas uniquement dû à des contraintes, à savoir la difficulté de chauffer une pièce so (...)

19Si nous laissons de côté les cas rarissimes où le tepidarium d’entrée est dépourvu d’hypocauste (thermes à la palestre de Gigthis, Sidi Mechrig, grands thermes de Cuicul), cette pièce peut être soit dotée d’un four, soit chauffée seulement de manière indirecte : les deux partis s’équilibrent si nous excluons du calcul un certain nombre de thermes marocains équipés d’un unique foyer, évidemment lié au caldarium. La situation est équivalente lorsque les deux salles tièdes sont fusionnées. En revanche, il est tout à fait exceptionnel qu’un tepidarium de sortie soit chauffé directement8. Le caractère tiède de ces pièces de transition I et V apparaît donc clairement.

  • 9 Destrictarium à deux foyers : thermes du centre à Gigthis ; thermes liciniens de Thugga ; petits th (...)
  • 10 Destrictarium dépourvu de paroi chauffante : thermes de la palestre et du centre à Gigthis ; therme (...)
  • 11 Cette taille restreinte de l’étuve par rapport au destrictarium se vérifie de façon quasi systémati (...)

20Le statut de la salle II est nettement différent. Un chauffage indirect est quasiment inexistant : on ne le rencontre que dans le cas des minuscules thermes militaires de Ras-elaïn Tlalet ou de celui, plus étonnant, des grands thermes de Thina, du moins si on peut se fier aux relevés anciens. Inversement, la présence de deux foyers est presque aussi exceptionnelle9. Les parois chauffantes sont courantes, mais peuvent être absentes10. Ces caractéristiques démontrent que nous sommes en présence d’un local nettement plus chauffé que les tepidaria, mais qui se distingue tout aussi clairement de l’étuve, dont les capacités de chauffage apparaissent bien supérieures. Cela ne se marque guère par le nombre de foyers, qui sont tout aussi rarement deux que pour les destrictaria. On notera cependant que l’absence totale de four n’est jamais attestée, tout comme celle de double-cloison. Surtout, ces capacités de chauffage sont appliquées à un volume plus restreint de la salle. Dans presque tous les cas, l’étuve, par ailleurs située au cœur du secteur chauffé et dont les déperditions de chaleur sont donc limitées, occupe une superficie moindre que le destrictarium11.

  • 12 Un caldarium doté d’un seul foyer est la marque d’un petit programme balnéaire. En règle générale, (...)

21Le mode de chauffage des différents locaux correspond donc parfaitement à une cohérence d’ensemble, la chaleur croissant progressivement du tepidarium d’entrée au caldarium, toujours doté du plus grand nombre de foyers12. Dans ce cadre, le destrictarium, qui, pour assumer ses fonctions, nécessite une chaleur restant encore modérée, trouve logiquement sa place entre le tepidarium et l’étuve.

  • 13 Nous avons tenté d’analyser systématiquement les témoins d’adduction et d’évacuation des eaux dans (...)
  • 14 On ne peut pas restituer un labrum dans l’abside du caldarium des grands thermes Nord d’Hippone (cf (...)

22Une dernière confirmation de la cohérence de cette interprétation est apportée par la nature de l’équipement des salles II et III. Comme pour les tepidaria, on se heurte à l’état des vestiges et à des publications souvent lacunaires sur ces questions de circulation de l’eau, qui a pourtant souvent laissé des traces, même si les conduites de plomb ont été le plus souvent récupérées13. Dans la plupart des cas, nous en sommes donc réduit à noter la présence ou l’absence de bassin, alors qu’une pièce pouvait être alimentée en eau sous d’autres formes. En particulier, le labrum ne disparaît pas avec la schola labri et peut constituer un point d’eau complémentaire des piscines ou se substituant à elles14.

  • 15 Grands thermes et Asclepieium de Lambèse, thermes Nord-Ouest de Timgad. Il faut sans doute en resti (...)
  • 16 Lézine, Architecture romaine, p. 20.

23Si, par force, nous nous contentons cependant du critère des bassins, quelques remarques peuvent être faites. On constate d’abord un certain nombre de cas où une telle installation est attestée dans le laconicum de façon certaine15. Cela n’empêche nullement l’étuve de rester sèche. Si le bassin est parfois assez vaste et assez profond pour permettre une immersion, cette eau devait surtout servir à la régulation de la siccité du local, à des aspersions et comme pédiluve16.

  • 17 Destrictaria avec bassin : Ad Sava municipium ;grands thermes Ouest de Caesarea ; thermes du capito (...)
  • 18 Salle II-III avec bassin : thermes au Nord-Ouest du théâtre, à Bulla Regia ; Columnata ; thermes Es (...)

24Sans doute notre documentation ne permet-elle pas de nous faire une idée précise de la fréquence réelle d’un bassin dans l’étuve. La comparaison avec la salle II est cependant instructive. Alors que la nature des données disponibles est la même, on repère trois fois plus d’exemples de destrictaria équipés d’un bassin17. Les besoins en eau apparaissent donc plus grands dans la première salle du bain de propreté que dans la seconde, et ces besoins expliquent sans doute, dans une large mesure, la fréquente présence d’une telle installation dans les cas de fusion II-III18. Malgré l’imperfection des données, la comparaison avec les tepidaria d’entrée, où cet aménagement est tout à fait exceptionnel, ne manque pas d’être éclairante. Tout indique que le baigneur se lave en II, non en I.

25L’examen précis des bâtiments africains confirme donc parfaitement l’analyse proposée par A. Lézine. Ils sont articulés en trois parties : un secteur de transition entre les pièces froides et chauffées de l’édifice (I,V ou I-V), un bain de propreté (II, III ou II-III), un bain d’immersion (IV). En dernière analyse, il ne s’agit que du perfectionnement de l’art du bain hellénistique et de la rationalisation de son expression architecturale. Bien entendu, de telles caractéristiques n’ont rien de spécifiquement africain.

26Si l’on renonce à cette appréhension des composantes essentielles que sont propreté et immersion, en diluant la première tout au long du parcours, ce qui revient, en dernière instance, à nier l’existence d’un local de décrassage et à négliger le rôle de l’étuve dans le processus de nettoiement, on aboutit à une lecture chaotique et contradictoire des édifices balnéaires. I. Nielsen ne livre une interprétation complète de bâtiments précis qu’à travers ses plans annotés. Plusieurs incohérences apparaissent alors.

  • 19 Par exemple les thermes de Carthage (fig. 179), les thermes liciniens de Thugga (fig. 186 = ici pl. (...)
  • 20 Dans les grands thermes symétriques de Lambèse (fig. 197 = ici pl. I-4), le baigneur traverse ainsi (...)

27Tout repose sur la volonté de ne pas originaliser un destrictarium. Dès lors, ce local peut être appelé tepidarium, ce qui implique l’existence de bâtiments où le circuit chauffé s’ouvre par une enfilade de deux tepidaria, parti qui serait dépourvu de sens19. Il peut aussi être qualifié de caldarium, en particulier lors-qu’il est doté d’un bassin. Cette salle des bains chauds, point culminant de l’itinéraire chauffé et dont l’unicité fonde la particularité, se trouve alors démultipliée20. Cette manière de nommer les salles aboutit à des plans invraisemblables, où le même mot sert à désigner des locaux dont la nature diffère radicalement, qu’il s’agisse de leur emplacement, de leurs dimensions, de leur mode de chauffage ou de leur aménagement interne.

  • 21 Dernier état des grands thermes de Sbéitla, secteur Ouest (fig. 189), thermes des chasseurs de Lamb (...)
  • 22 Rusguniae (fig. 192) ; petits thermes Est (fig. 199) et grands thermes Est (fig. 200) de Timgad.

28Dans certains cas, I. Nielsen a même recours à une typologie mixte des salles qui repose sur un vocabulaire dont on aimerait connaître les définitions. Quelle peut bien être la nature d’un local appelé « sudatorium-tepidarium »21 ou « caldarium-tepidarium »22 ? À chaque fois ces termes, dont on n’imagine pas ce qu’ils peuvent signifier, sont utilisés pour désigner ce que nous interprétons comme un destrictarium ou un destrictarium-laconicum.

29Il nous paraît donc évident que le refus d’identifier un bain de propreté spécifique aboutit à des interprétations floues des bâtiments, dont la cohérence se dissout totalement. Dans l’état actuel de la documentation et de la réflexion, le schéma de lecture proposé par A. Lézine nous paraît le seul convaincant. Il rend compte des caractéristiques particulières de chacune des salles qui composent l’itinéraire chauffé et restitue toute la logique de ce dernier.

II–L’APPORT DES TEXTES À LA COMPRÉHENSION DES ÉDIFICES BALNÉAIRES

30Les textes constituent une source d’information irremplaçable. Pourtant, les informations qu’ils nous fournissent sont décevantes et, tant pour l’Afrique que pour l’ensemble de l’Empire, ils sont d’utilisation délicate. Les rarissimes traités techniques, dans l’état où ils nous sont parvenus, soulèvent autant de problèmes qu’ils en résolvent. Les textes littéraires se contentent d’allusions ou s’attardent sur l’exceptionnel, le merveilleux, négligeant l’habituel, ce qui est évident pour l’auteur mais ne l’est plus pour nous, et qu’il nous intéresserait tant de connaître. Quant aux inscriptions, elles mêlent souvent détails et expressions techniques peu explicites à considérations et éloges d’ordre général dans une association qui rend leur exploitation difficile.

31Nous pouvons cependant tenter, en privilégiant la documentation africaine et en sollicitant éventuellement des éclairages externes, de chercher quelques éléments de réflexion dans ce que nous apporte ce type de sources.

1) Le nom des édifices balnéaires

a) Inscriptions

  • 23 À Rome, les bains de Sura sont signalés par l’inscription Bal Surae sur la forma Urbis et sont donn (...)

32La façon dont on appelait les édifices balnéaires se caractérise par la diversité du vocabulaire. Diversité des mots (lavacrum, thermae, balneum), mais aussi diversité de la forme d’un même mot (lavacrum, lavacra ; balneum, balnea, balineum, balneola, balneae, balinae, balnearia). On a parfois tenté d’ordonner la richesse de ce vocabulaire en attribuant aux différents termes un sens différent. La tentative n’est pas désespérée. Le mot thermae est souvent associé à des constructions ambitieuses, et cette association devient nette lorsque les Régionaires distinguent, à Rome, la dizaine de thermae des centaines de balnea. Il n’empêche que, selon les monuments et les sources, le même édifice peut être appelé successivement des deux manières23.

  • 24 Nous renvoyons à la numérotation des inscriptions utilisée dans le catalogue correspondant au derni (...)

33Les textes africains apportent quelques éléments de réflexion. Les inscriptions constituent une documentation de nature spécifique, qu’il convient de traiter à part. Nous avons pu repérer 74 cas où l’édifice balnéaire est précisément désigné. Le mot le plus fréquemment utilisé est thermae, qui apparaît de façon sûre ou très probable 46 fois24.

  • 25 Baiae dans un cadre privé : nos 14, 18, 19, 33, 45. Actuellement, en ce qui concerne l’Afrique du N (...)

34Il faut préciser la façon dont cette désignation est employée mais, auparavant, il est éclairant de repérer les termes concurrents. On trouve 6 fois Baiae. Ce n’est pas une surprise : la renommée de la station de Baies était telle que le nom de la cité était devenu synonyme d’édifice balnéaire. Le contexte dans lequel on recourt à ce procédé est cependant tout à fait caractéristique. Dans tous les cas sauf un, il s’agit d’inscriptions musives apposées dans des bains privés, hors de tout contexte officiel25. De plus, cet usage apparaît tardif : toutes les datations, plus ou moins bien étayées, renvoient au ive siècle ou à une époque encore postérieure. Le texte de Tunis, célébrant les bains de Gebamund, doit être placé à part, étant donné sa dimension officielle que traduisent son support, une grande plaque de pierre, et son contenu. C’est la seule fois où Baiae sert à désigner un bâtiment public (n° 66).

  • 26 Balneum = 5 : nos 106, 119, 168, 186, 195.
    Balnea (neutre pluriel) = 1 : n° 75.
    Balineum = 6 : nos 53 (...)
  • 27 Nos 75, 100, 106, 168, 184, 186, 196. Le mot est alors toujours un neutre singulier, ce qui corresp (...)
  • 28 Nos 154, 155, 195, auxquels il faut peut-être ajouter les nos 117 et 118. On notera l’expression ba (...)
  • 29 Nous ne voyons qu’un seul cas qui ferait peut-être exception, l’inscription de Lambèse n° 120 qui p (...)

35Après thermae, le mot le plus couramment utilisé est balneum et ses dérivés, qui interviennent 19 fois26. À plusieurs reprises, il semble que le choix de cette expression soit déterminé par l’usage. Ainsi pour désigner des constructions privées27ou également des bains militaires28. La documentation est trop restreinte pour que l’on puisse dégager une règle stricte, mais il semble bien que les thermes destinés aux soldats soient normalement désignés de cette manière29. En tout cas, la gamme de sens de l’expression est très large et elle est bien attestée pour des monuments publics (cf. nos 53 et 99).

  • 30 Inscriptions nos 49, 50, 194. R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 23) signale que le mot lavacrum était un (...)
  • 31 Nous comprenons que le curateur restaure à ses frais la cellam balnearum en ruine usibusque lavacro (...)

36Il existe une quatrième façon de nommer un édifice balnéaire, le mot lavacra, que l’on trouve trois fois, toujours au pluriel conformément à l’usage le plus courant30. L’expression est d’ailleurs ambivalente et peut également désigner, tout comme en français le mot bain, l’acte balnéaire. C’est le sens qu’il nous semble devoir lui être attribué dans l’inscription n° 98, où le terme est au demeurant au singulier, mais aussi dans le texte n° 148, où il est au pluriel31. Il faut enfin remarquer que lavacra peut être utilisé pour des édifices publics mais aussi privés : c’est, selon toute probabilité, à ce dernier contexte qu’il faut attribuer l’inscription n° 194 de Tigava.

  • 32 La mention du genius thermarum n’implique pas un contexte privé. À Castellum Mastarense, le genius (...)
  • 33 Nous avons repéré 54 bâtiments qui étaient certainement ou probablement ouverts au public : 44 sont (...)

37Si nous revenons à l’emploi de thermae, on constate alors, par comparaison avec le vocabulaire précédent, des particularités remarquables. De fait, le mot paraît réservé aux édifices publics. Chaque fois que nous connaissons la nature du bâtiment concerné, et nous la connaissons avec certitude ou avec une forte probabilité dans la plupart des cas, les thermae sont des bâtiments ouverts à tous. Une seule inscription, trouvée à Saldae dans un contexte inconnu (n° 158), laisse penser que le mot est appliqué à une construction privée, étant donné la façon curieuse dont l’anonyme auteur d’actions de grâce se signale à la première personne32. De façon complémentaire, un bâtiment ouvert au public est usuellement dénommé thermae33.

  • 34 Rebuffat, Vocabulaire, p. 23.

38Nous pouvons même être plus précis. Alors que dans d’autres régions, telle l’Italie, le mot thermae peut s’appliquer à des bâtiments de propriété privée34, il n’en va pas de même en Afrique. Si de tels édifices peuvent bénéficier des largesses d’un évergète, ils sont toujours, du moins lorsque nous connaissons leur statut avec précision, propriété de la cité.

39Peut-être cette façon africaine d’employer strictement le mot thermae est-elle partiellement une illusion due à la nature de notre documentation épigraphique. De fait, en Afrique, elle ne nous fournit quasiment aucun cas certain de bains ouverts au public et de propriété privée. Il dut pourtant bien en exister, tels ceux des Laberii, à Oudna, pour lesquels nous ignorons la façon dont ils étaient dénommés. Il est cependant des exceptions. D’abord le balneum Terenti Donati de Cuicul (n° 106) : le choix du nom est significatif et confirme que, en Afrique, le lien thermae/propriété publique est remarquable. Ensuite deux inscriptions (nos 107 et 168) sont libellées d’une manière qui laisse penser que nous sommes en présence de thermes privés dont on vante la qualité auprès d’une clientèle potentielle. Dans ces deux cas encore, l’édifice est désigné par le mot balneum. On notera aussi que l’introduction à la disputatio entre Augustin et le prêtre manichéen Fortunatus précise qu’elle se déroula in balneis Sossii, bains de propriété privée. Le contexte implique qu’ils étaient vastes, et donc ouverts au public. Même s’il ne s’agit pas d’une inscription, on peut penser que ce document nous livre la façon dont l’édifice était usuellement appelé, façon qui confirme qu’un bâtiment possédé par un privé est, au moins de façon préférentielle, désigné par le mot balneum, ici au pluriel ce qui fait que nous ne pouvons savoir s’il s’agit d’un neutre ou d’un féminin.

  • 35 Nos 2 (Abitinae), 5 (Haïdra), 41 (Sufetula), 50 et 51 (Thuburbo Maius), 63 (Tubernuc), 146 (Madaure (...)
  • 36 N° 55, Thubursicu Bure, thermae Gallienianae ; n° 57, Thugga, thermae Anton ( ?) inianae ; n° 162, (...)

40Une des raisons de ce lien doit sans doute être recherchée dans la façon dont l’expression thermae, en Afrique comme ailleurs, connote très souvent une construction d’une certaine ampleur, caractéristique qui relève plus de l’architecture publique, même si le financement est le fait d’un évergète généreux, que des réalisations privées. Chaque fois que nous pouvons mettre une inscription mentionnant des thermae en rapport avec les vestiges d’un monument, on constate l’ampleur de ce dernier (Ammaedarea, Sufetula, Thuburbo Maius, Madauros, Thamugadi), et parfois même son appartenance au groupe des bains semi-symétriques (Bulla Regia) ou symétriques (Karthago, Thugga, Calama, Cuicul). Cette façon d’appeler thermae, de façon privilégiée sinon exclusive, les grandes constructions balnéaires se lit également à travers des associations qui, elles, apparaissent réellement exclusives. Les édifices qualifiés d’été ou d’hiver, et qui répondent toujours à des programmes ambitieux, sont invariablement des thermae35, tout comme ceux qui ont été jugés dignes d’être désignés par un cognomen impérial36.

41En réalité, comme dans les autres régions de l’Empire, la façon de dénommer les édifices balnéaires reste souple. C’est peut-être ce que signalent deux inscriptions de Madaure où il est possible que le même bâtiment soit respectivement appelé thermae et balnea (nos 146 et 148). C’est, de toute façon, ce que démontre le texte de Thuburbo Maius où le même édifice est, à cinq lignes d’intervalle, désigné par les mots thermae aestiuales et lauacra (n° 50). Il n’en reste pas moins que la pratique africaine comporte une forte tendance à recourir très fréquemment à thermae pour signaler non seulement des édifices dotés d’une certaine ampleur, ce qui recoupe des pratiques d’autres lieux, mais aussi le caractère public de l’établissement, à savoir la nature du propriétaire et, à un degré moindre, son ouverture à toute clientèle. Pour cerner plus précisément cette éventuelle spécificité africaine, il serait nécessaire de conduire une enquête systématique dans d’autres régions de l’Empire.

b) Quelques textes

42Ici comme dans la suite de l’analyse, nous ne nous référerons qu’à quelques ensembles de textes afin d’essayer de dégager certains aspects de la pratique littéraire et de la confronter aux leçons des inscriptions.

  • 37 Ces poèmes de Felix sont extraits de l’Anthologie latine, ensemble d’environ 400 pièces regroupées (...)
  • 38 Riese 214, v. 4 et 6. En l’occurrence, le choix extraordinaire du mot lavacra, à la fin du vers 4, (...)
  • 39 Riese 211, v. 1 : Nobilis insultat Baiarum fabrica thermis. Le poème Riese 377 montre cependant une (...)

43Un premier ensemble est le groupe de cinq poèmes que Felix a consacrés aux thermes construits par le roi vandale Thrasamund à Alianas37. Nous sommes en présence d’une réalisation importante, ou du moins qui est glorifiée comme telle. Au niveau de l’appellation du bâtiment, la pratique recoupe celle qui se dégage de l’étude des inscriptions. Le mot qui s’impose est thermae : il est présent dans les cinq poèmes et quatre fois de façon exclusive. Dans le cinquième, le bâtiment est désigné deux fois, comme lavacra et thermae : le couple de mots est exactement le même que celui utilisé dans l’inscription de Thuburbo Maius, n° 5038. Dans Riese 212, on trouve même le mot associé à la forme adjectivale du nom royal, dans la lignée de la tradition romaine : Thrasamundiacae thermae. On notera enfin la mention de la célèbre station de Baies. Cependant, dans ce cas, cette référence n’est pas utilisée, comme dans l’inscription de Tunis n° 66, en tant que synonyme de bâtiment balnéaire. Il ne s’agit que d’une comparaison, où la splendeur des thermes d’Alinas surpasse celle de la cité du golfe de Naples. Cette fois encore, nous retrouvons, pour cet édifice royal, un vocabulaire qui respecte les règles traditionnelles de l’épigraphie balnéaire africaine39.

  • 40 Le dépouillement des œuvres de Tertullien est grandement facilité par le travail de G. Claesson, In (...)
  • 41 Cf. Claesson, ibid., p. 164. Le féminin est le plus courant, mais la forme balneis, souvent employé (...)
  • 42 Ainsi, dans le De corona, Tertullien joue sur tous les sens du mot, utilisé pour désigner le baptêm (...)

44La situation est complètement différente si nous prenons en considération les écrits de Tertullien40. Le mot thermae n’y apparaît pas, l’auteur lui préférant systématiquement balneum, au neutre singulier et pluriel et au féminin pluriel41. Lavacrum est également utilisé, mais ses significations sont multiples. Le plus souvent, il est synonyme de baptême, mais il peut aussi désigner l’acte balnéaire ou l’édifice même42.

  • 43 Denique cum ab imbribus aestiva hiberna suspendunt et annus in cura est, vos quidem cottidie pasti (...)
  • 44 ... nullum fructum operum eius (Dieu) repudiamus, plane temperamus, ne ultra modum aut perperam uta (...)
  • 45 Quot a vobis nocentes variis criminum elogiis recensentur. Quis illic sicarius, quis manticularius, (...)

45Tertullien ne s’attarde guère sur les thermes. Il les mentionne simplement au passage, pour signaler un interdit, utiliser la façon dont, collectivement ou individuellement, les gens s’y comportent. Ils ne sont jamais l’objet même de l’analyse, mais uniquement une petite pièce dans un raisonnement beaucoup plus vaste. Ainsi, dans l’Apologeticum, les bains n’apparaissent, directement ou indirectement, que trois fois, et chaque fois dans une énumération dont ils ne constituent qu’un élément. Ils servent ainsi à démontrer le manque de religiosité des païens qui demandent à Jupiter de faire tomber la pluie alors que bains, cabarets et lupanars fonctionnent43. Ou à établir que les chrétiens ne nuisent pas à la vie économique, car ils vivent dans la société, fréquentent eux aussi forum, marché, bains, boutiques, foires... se gardant seulement d’en user avec excès, le thème des bains étant alors repris pour illustrer ce qu’est le mode de vie chrétien44. Ou enfin à prouver l’innocence des chrétiens, puisque ce ne sont pas eux qui sont assassins, coupeurs de bourse, sacrilèges ou détrousseurs de baigneurs45.

46Il peut donc apparaître logique que le vocabulaire de Tertullien et celui des inscriptions, le plus souvent officielles, diffèrent profondément : les préoccupations fondamentales ne sont pas les mêmes. Si certains mots se recoupent, on ne peut manquer d’être frappé par les divergences profondes des deux discours, non seulement dans leur fond, ce qui est bien compréhensible, mais aussi dans leur forme et, plus précisément, dans le choix des mots utilisés.

  • 46 La belle édition du Dauphin, par Julianus Floridus, Paris, 1688, comporte un index vocabulorum de l (...)
  • 47 Dans les Métamorphoses, lavacrum, au singulier comme chez Tertullien, peut désigner l’établissement (...)
  • 48 Dans les Métamorphoses, l’emploi de balneae est systématique : I, 5, 5 ; I, 23, 8 ; I, 25, 6 ; IV, (...)

47Il est donc intéressant de faire intervenir un autre élément de comparaison, à savoir un auteur africain païen, Apulée46. On constate alors une grande similitude dans le choix des mots : absence de thermae, préférence systématique pour balneum, usage de lavacrum, terme doté de plusieurs significations47. Les différences entre les deux auteurs sont minimes et, en réalité, se résument au fait qu’Apulée utilise balneum presque uniquement au féminin pluriel, quoiqu’il n’ignore pas complètement la forme du neutre singulier48.

48Cette étude aurait besoin d’être approfondie. En l’état, elle semble cependant indiquer avec clarté que la façon d’appeler un édifice balnéaire diffère profondément si l’on prend en considération les inscriptions et les textes littéraires. Dans ces derniers, le bannissement du mot thermae, qui fleurit au contraire dans les premières, est un phénomène tout à fait frappant.

2) Le nom des salles

49Il arrive qu’une inscription, en particulier lorsqu’il s’agit de détailler des travaux ponctuels visant à la restauration, l’agrandissement ou la construction de certains secteurs d’un bâtiment thermal, nous fournisse un aperçu du vocabulaire utilisé par les contemporains pour désigner les parties qui composaient un édifice balnéaire.

a) Secteur de l’entrée principale

  • 49 Ce terme est aussi employé dans un sens plus général, par exemple pour mentionner la pose de colonn (...)
  • 50 Nielsen, Thermae, p. 164 (notice Xystos, Porticus).

50Un certain nombre de termes doivent, de toute évidence, être rattachés au secteur des entrées. Parfois, ils ne présentent nulle spécificité et ne posent pas de problème particulier. C’est le cas d’ingressus. On prend cependant soin, à Abbir Maius (n° 1), de nous signaler que l’on décora un accès aux thermes nouvellement construit (ad perfectionem cultumque perductos ingressus nouos)49. Il en va de même du pronaum, que l’on s’accorde à traduire par porche. Le mot apparaît peut-être à Henchir Haouli (n° 21). La réfection de sa charpente est mentionnée à Madaure (n° 146). Le mot porticus est plus délicat dans la mesure où il s’applique à une colonnade tant externe qu’interne. Dans ce dernier cas, au singulier ou au pluriel, il peut, par exemple, désigner les portiques de la palestre et même suffire à signaler l’ensemble de ce lieu d’exercices50.

51Dans la même inscription de Madaure, n° 146, la porticus se situe dans le secteur de l’entrée. Elle est, en effet, étroitement associée au pronaum et à un atrium, terme sur lequel nous allons revenir. Cette étroite connexion se marque dans l’organisation du texte. La première partie concerne des travaux effectués dans les salles chauffées, aux frais de la cité et sous le contrôle du patron et curateur de la colonie. L’inscription pourrait s’arrêter là. Elle se développe en une seconde partie mutilée, qui concerne l’entrée principale et où l’on voit réapparaître le nom du curateur : on peut se demander s’il ne finança pas lui-même cette autre tranche de travaux qu’il aurait donc été nécessaire de bien distinguer de la première, ce qui expliquerait la curieuse composition du texte. Quoi qu’il en soit, le lien architectural entre ces composantes du secteur de l’entrée est fortement souligné par les termes employés dans l’inscription.

  • 51 Le mot est alors au singulier, ce qui est le cas ici : Nielsen, Thermae, p. 164, qui cite, entre au (...)
  • 52 C’est l’interprétation que donne I. Nielsen de l’inscription de Madaure (Thermae, p. 163, notice Ve (...)

52Il existe, dès lors, deux façons de comprendre ce passage du texte. La porticus peut être un portique de façade, d’un type bien attesté archéologiquement mais aussi épigraphiquement51. Elle peut aussi désigner la palestre52. Si cette inscription concerne bien les grands thermes de Madaure, on peut tenter de chercher une réponse sur le terrain (pl. XC-1). L’état des lieux nous laisse cependant dans l’incertitude : l’espace qui sépare le bloc balnéaire de la rue est fort ruiné. On y a reconnu les traces d’un portique. Il aurait pu appartenir à la rue : cela semble cependant peu probable dans la mesure où il ne subsiste nulle trace d’un tel parti hors de ce secteur. Il faut donc sans doute le rattacher aux bains. Il peut dès lors s’agir d’un portique de façade, disposé le long de la rue. Cependant, on comprendrait mal l’organisation de l’espace situé entre ce dernier et le couloir de service, espace qui paraît avoir été découvert et qui aurait donc été inutilisé. Comme le proposait S. Gsell, il semble par conséquent préférable d’y reconnaître une palestre dotée d’un unique portique, et tel serait alors le sens qu’il conviendrait de donner à porticus dans cette inscription. On notera que le mot apparaît également à Henchir Haouli (n° 21) où l’état de l’inscription ne permet pas de cerner la façon dont il y est utilisé, ainsi qu’à Aubuzza (n° 7) où l’on peut se demander si son association à un jeu de balle doit nous orienter vers le sens de palestre, ou, du moins, vers celui d’un portique interne à l’édifice.

53L’expression atrium présente également quelques difficultés. Le cas de l’architecture domestique, cadre dont elle relève par excellence, laisse penser que nous sommes toujours dans le secteur des entrées. Cet a priori est confirmé par les deux inscriptions qui mentionnent cette pièce. La première, nous venons de le voir, associe un « portique », un porche et un atrium. Sur le terrain, nous nous heurtons à la même difficulté que pour la porticus. Cependant, les fouilleurs ont signalé, en avant de la porte principale du bloc balnéaire proprement dit, un espace qui pourrait avoir été une cour. Il est possible qu’il s’agisse de l’atrium, complètement ruiné.

54La seconde inscription (Thugga, n° 57) apporte, au premier abord, moins d’informations sur l’emplacement de l’atrium thermarum qui est l’objet de travaux, mais, dans ce cas, nous pouvons confronter le texte à des vestiges mieux conservés. Rappelons que les constructions situées au Nord des thermes liciniens surplombent ces derniers. L’entrée des bains, placée de ce côté, comprend donc un vestibule construit sur des citernes afin qu’il soit au même niveau que la rue et les bâtiments voisins. Ce vestibule commande un escalier qui permet au visiteur de descendre et gagner ainsi l’édifice proprement dit. Cet accès débouche dans un péristyle par lequel il faut passer pour accéder aux salles balnéaires (pl. LXIV).

  • 53 Poinssot et Lantier, BAC 1925, p. XXXIII-XXXIV ; Lepelley, Cités, II, p. 221 : cette interprétation (...)
  • 54 La traduction proposée par Z. Ben Abdallah (Bardo, p. 89, n° 225) n’est pas claire, tout comme l’in (...)

55Dès lors, la localisation de l’atrium thermarum dépend de la lecture de l’inscription. L’interprétation traditionnelle consiste à comprendre que la construction de l’atrium, entreprise longtemps auparavant au-dessus de réservoirs, a été achevée par les soins du curateur53. Cette interprétation désigne le vestibule d’entrée installé sur des citernes. Elle ne s’impose cependant pas de toute évidence. L’expression ab antiquis coeptum ne se suffit pas à elle-même et suppose un mot sous-entendu, par exemple temporibus. Mais on peut aussi mettre en rapport antiquis et exceptoriis et lire : atrium... ab antiquis coeptum exceptoriis, c’est-à-dire un atrium dont la construction a été entreprise à partir d’anciennes citernes, et c’est dès lors le péristyle inférieur qui correspond le mieux aux données de l’inscription54. Si l’on considère aussi que subsistent seulement les deux premières lettres du mot subiectis et que, de plus, cet adjectif, fort hypothétiquement restitué, peut aussi bien signifier que les réservoirs en question sont situés non pas sous l’atrium, mais simplement voisins de ce dernier, force est de constater que l’inscription dont nous disposons n’apporte pas d’argument décisif quant à la localisation de celui-ci.

56Ce dossier complexe montre donc que ce texte, de lecture finalement délicate, ne permet pas de trancher entre les deux hypothèses d’identification habituellement proposées, à savoir le vestibule d’entrée supérieur et le péristyle qui se développe au bas de l’escalier. On peut cependant remarquer que le terme atrium implique un espace central hypèthre, le couvrement périphérique devant être soutenu par un support qui, dans le cadre d’une architecture publique, ne peut guère être que des colonnes. L’importance du lieu découle d’ailleurs de la nature même de l’inscription, qui est uniquement consacrée à sa restauration. Il semble difficile d’installer un tel parti architectural dans le vestibule supérieur, volume restreint de forme allongée et occupant nettement moins de 40 m2. La situation est entièrement différente au niveau inférieur, qui offre plus de 130 m2et où se développe précisément la colonnade qu’implique, à notre avis, le mot atrium.

57Ce parti n’est pas sans grandeur. Il interpose entre l’extérieur et la partie interne des thermes un espace de nature mixte, mi-ouvert, mi-couvert, valorisé par l’utilisation du thème de la colonnade. À une échelle différente, il joue un peu le même rôle qu’une palestre précédant le bloc balnéaire.

  • 55 , 1898, 12 : atrium thermarum Constantinianorum, dans les thermes du port, à Éphèse. Sur cette co (...)
  • 56 I. Nielsen a proposé l’identification de certains atria : outre Herculanum (fig. 76 = ici pl. XVIII (...)

58À notre connaissance, l’expression atrium thermarum est peu attestée épigraphiquement55. Ce parti architectural semble pourtant avoir connu une diffusion bien plus large. Les thermes suburbains d’Herculanum en offrent une version ancienne et réduite, mais spectaculaire par son état de conservation. L’exemple n’est pas isolé56. Il ne paraît pas que cette solution ait joui, en Afrique, d’une faveur particulière. Qu’elle y soit signalée deux fois, et si rarement ailleurs, n’est sans doute dû qu’à la relative richesse épigraphique de ces régions.

b) Frigidarium

  • 57 IRT, 396 (Lepcis Magna) : cellam f[rigi]darii. Le mot latin frigidarium, directement traduit en gre (...)
  • 58 Ce terme n’apparaît ni dans Lézine, Architecture romaine, ni dans Rebuffat, Vocabulaire ou Thamusid (...)
  • 59 Henchir Haouli (n° 21) : ––– pisc]inalis. Sufetula (n° 41) : –––] piscinalem thermarum.
    Madauros (n° (...)

59Ce mot et ses dérivés semblent utilisés essentiellement dans les textes. Nous n’en connaissons pas d’exemple épigraphique en Afrique et n’en avons repéré que fort peu dans le reste de l’Empire57. En revanche, dans les inscriptions, on voit apparaître l’expression de cella piscinalis58. Épigraphiquement, ce terme est attesté essentiellement, sinon uniquement, en Afrique, où nous en connaissons trois mentions59.

60Il faut cependant noter que, dans ces trois cas, n’a été conservée que l’épithète piscinalis, le substantif cella étant restitué. Dans les thermes de Membressa (n° 31), on met en place statuas et ornatum piscinales. On peut comprendre soit que l’on orne les thermes grâce à des statues et à la pose d’un décor mosaïqué dans les bassins (Lepelley, Cités, II, p. 142), soit, plutôt, que ces derniers sont décorés et de statues et de mosaïques, ce qui évite une faute d’accord sur piscinales, l’adjectif étant rapporté aux deux composantes du décor dont il précise l’emplacement. Quoi qu’il en soit, nous avons là un exemple précis où piscinalis ne qualifie pas une cella.

61Il faut donc se montrer prudent dans les restitutions, et ne pas supposer systématiquement que la lacune ne pouvait que comporter le mot cella. Cependant, dans les trois cas qui nous concernent, l’hypothèse paraît plausible. Reste, dès lors, à cerner le sens de cella piscinalis. Ce terme apparaît, sous une forme pluriel, dans Palladius, I, 39, 4 : Piscinales cellae in aestivis balneis a septentrione in hiemalibus a meridie.

62La traduction de R. Martin (CUF, 1976) est la suivante : « Dans les salles de bains d’été, les loges doivent recevoir le jour du côté du nord, dans celles d’hiver du côté du midi ».

  • 60 La compréhention du texte de Palladius implique que l’on se tourne vers une de ses sources essentie (...)

63Elle doit évidemment être corrigée. Les aestivae balneae sont les thermes dits d’été. La traduction, systématique dans tout ce chapitre, de cella par « loge » est impropre : le terme signifie tout simplement salle thermale, ce qui n’a rien à voir avec toutes les idées que recouvre le concept de loge. Cela ne nous éclaire cependant pas sur la nature précise des pièces que désignent ces piscinales cellae, et les interprétations varient : frigidarium (Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 110, note 5), caldarium (Lézine, Architecture romaine, p. 17, note 57), ou logements des solia (Martin, CUF, p. 174)60 ?

64Si nous reprenons l’ensemble du chapitre De balneis, on constate que, après un premier paragraphe concernant des généralités (utilité du balneum ; choix de son emplacement et de son orientation), toute la suite du texte, jusqu’à la mention des cellae piscinales, ne concerne que le secteur chauffé (§ 2 : mode de construction des suspensurae ; § 3 : description de la chaudière : c’est la traduction qui s’impose pour le mot miliarium, récipient en plomb au fond de cuivre ou de bronze, installé à l’extérieur, sur le foyer, dans le secteur des solia auxquels il est relié par des tuyaux). La première phrase du § 4 concerne la forme de ces baignoires d’eau chaude. Immédiatement après, on trouve la mention des cellae piscinales et la question de leur orientation. La suite du texte revient à des généralités sur l’utilisation des eaux usées provenant des thermes, sur le mode de construction des couvrements et l’installation éventuelle de l’appartement d’hiver au-dessus des bains.

65La structure du texte est donc contraignante : si l’on excepte la phrase qui nous intéresse, lorsque Palladius parle avec précision des installations thermales, il ne s’intéresse qu’au secteur chauffé. Nous sommes dès lors en présence de plusieurs hypothèses :

  • On peut considérer que, comme toutes les installations qui précèdent, les cellae piscinales appartiennent au secteur chauffé. L’interprétation de R. Martin présente l’avantage de bien rendre compte du pluriel utilisé par Palladius. En revanche, elle ne correspond ni au sens usuel de cella, ni au sens général de la phrase qui parle de l’emplacement des fenêtres : les cellae piscinales sont des salles, non « des sortes de boxes (ou loges, ou cabines) » où seraient logés les solia (Martin, p. 174).

  • Si l’on reste dans le secteur chauffé, il faut donc chercher quelle salle est désignée par l’expression piscinales cellae. Pour expliquer le pluriel, on pense alors que Palladius parle globalement des thermes. L’épithète piscinalis impose dans ce cas l’identification de la salle chauffée qui est, par excellence, dotée de baignoires, à savoir le caldarium. C’est l’interprétation d’A. Lézine. Elle se heurte à plusieurs obstacles. D’abord, elle n’est pas argumentée. Pour étayer son affirmation, l’auteur se contente d’accoler à Palladius un renvoi à ILS, 5731, c’est-à-dire à l’inscription de Membressa n° 31 que nous avons analysée ci-dessus et qui ne saurait en rien constituer un argument. Ensuite, deux des inscriptions dont nous sommes parti, celles d’Henchir Haouli et de Madaure, mentionnent, de façon très rapprochée des cellae d’une part piscinalis, d’autre part soliaris. Ce dernier terme ne pouvant que désigner le caldarium, le premier signale une autre salle. Enfin, le mot piscina est habituellement utilisé pour des bassins froids ou pour des plans d’eau suffisamment grands pour que l’on puisse y nager. Palladius lui-même, lors-qu’il parle des baignoires chauffées, les appelle solia, et non piscinae.

  • Si l’on veut cependant toujours rester dans le secteur chauffé, il faut se fonder sur l’inscription de Madaure n° 147 et sur l’interprétation qu’en donne S. Gsell (Mdaourouch, p. 110). Ce dernier attribue la description des dommages subis par l’hypocauste aux deux salles, c’est-à-dire non seulement à la cella soliaris mais aussi à la pièce qualifiée de piscinalis. Cette dernière étant donc considérée comme chauffée, mais ne pouvant être le caldarium, on se trouve alors dans ce qui nous paraît être une impasse. De fait, aucune salle chauffée, hormis la salle des bains chauds, ne mérite cette épithète de piscinalis, même s’il peut se faire que l’une ou l’autre soit parfois dotée d’un bassin. Il nous paraît donc que, dans l’inscription de Madaure, soit piscinalis ne qualifie pas une salle, soit cette cella piscinalis n’est pas concernée par les désordres de l’hypocauste décrits par la suite et n’appartient pas au secteur chauffé.

  • La dernière hypothèse consiste effectivement à considérer que la cella piscinalis doit être cherchée dans le secteur froid, et donc à l’identifier au frigidarium. Cette solution présente l’avantage d’être en conformité avec l’emploi usuel de piscina. Le texte de Palladius n’interdit pas une telle interprétation : on peut penser que, après s’être attardé sur l’aménagement des salles chaudes, ce que justifient les délicats problèmes techniques qui caractérisent ces dernières, il se contente d’une rapide remarque sur la principale salle du secteur froid. De même, aucune des inscriptions ne constitue d’obstacle à cette lecture, même celle de Madaure dont l’interprétation est incertaine. On notera d’ailleurs que S. Gsell, qui considère que la salle piscinalis de Madaure était chauffée, pense inversement que les piscinales cellae mentionnées par Palladius sont des frigidaria (p. 110, note 5). Selon cette logique, il faudrait alors admettre que l’expression est dénuée de tout sens précis et désigne toute sorte de pièce balnéaire dotée de bassins. Le texte de Madaure ne nous paraît pas justifier une position aussi extrême. Au contraire, l’hypothèse de l’identification de la cella piscinalis au frigidarium nous semble confortée par une convergence d’arguments et formellement contredite par aucun.

  • 61 S. Gsell (Mdaourouch, p. 110 et note 7) considère que les travaux concernent une unique salle. La c (...)

66Si nous considérons donc que la cella piscinalis correspond au frigidarium, d’autres termes pouvaient peut-être aussi désigner la salle des bains froids. À Madaure, une inscription du début du ve siècle (n° 148) célèbre la restauration de la cella balnearum. On peut s’interroger sur le sens de cette « pièce des bains », pièce par excellence : il nous semble très possible qu’il s’agisse du frigidarium61.

  • 62 Nous n’avons pas retrouvé ce terme chez les chercheurs qui ont travaillé sur le vocabulaire thermal (...)

67L’épigraphie africaine fournit un autre exemple d’expression à laquelle nous ne connaissons pas de parallèle. Il s’agit de l’inscription d’Aïn Schkor (n° 195) qui mentionne l’agrandissement d’une salle (exampliata priore cella) dans le cadre d’une restauration générale de l’édifice balnéaire. Ce local est, lui aussi, difficile à identifier. Il nous semble cependant qu’une telle appellation ne peut guère s’appliquer qu’à la salle des bains froids62.

  • 63 L’équivalence est indubitablement établie par Sidoine Apollinaire : Hinc frigidaria dilatatur... Hu (...)

68Dans son état actuel, le dossier des inscriptions africaines présente donc des particularités certaines en ce qui concerne la dénomination du frigidarium. Si nos hypothèses sont exactes, il contient deux ou trois expressions différentes qui ne se retrouvent pas, ou quasiment pas, dans les autres régions de l’Empire. La comparaison avec ces dernières nécessiterait la constitution d’un dossier épigraphique comparable à celui dressé pour l’Afrique. Il semble cependant que, pour désigner cette pièce, on se serve du mot frigidarium, mais celui-ci, et ses dérivés, si bien attestés dans les textes littéraires, restent d’un emploi rarissime en épigraphie. Il faut donc admettre que les inscriptions, hors d’Afrique, parlent fort peu du frigidarium, ce qui est quelque peu étonnant même si sa structure nécessite moins de réparations que les locaux chauffés, ou chercher, dans le vocabulaire utilisé, le ou les mots qui pourraient servir à le nommer. Cette enquête sort de notre sujet, mais nous avancerons cependant une hypothèse. En Afrique, on ne voit jamais apparaître le mot basilica dans un contexte thermal. La situation est tout autre dans le reste de l’Occident. Il nous paraît donc difficile de ne pas envisager que ce mot s’applique, du moins le plus souvent, à la salle des bains froids. Architecturalement, il sert à désigner un vaste espace couvert, sans préjuger en rien la nature de son aménagement interne. Dans la plupart des établissements balnéaires, le frigidarium incarne par excellence cette définition. Il est même, dans les textes littéraires, des cas où l’équivalence est formellement établie : nous pensons qu’elle était la règle dominante, sinon exclusive63.

c) Autres composantes du secteur froid

  • 64 Il s’agit de la forme latinisée du nom grec. Dans le manuel édité par A. C. Dionisotti, ce dernier (...)

69Le frigidarium est environné de salles où l’on soupçonne loges des préposés, salons et autres lieux de destinations diverses sans que nous puissions véritablement les nommer. En outre, leur identification sur le terrain est le plus souvent impossible. Les inscriptions africaines apportent peu de précisions en ce domaine. Elles nous confirment cependant la présence fréquente d’une salle spécialisée pour le déshabillage, donc d’un vestiaire, appelé comme partout apodyterium64.

  • 65 Cette absida doit être assimilée à la salle à abside reconnue depuis longtemps dans les thermes Nor (...)
  • 66 Sur le paganicum, cf. Rebuffat, Vocabulaire, p. 33-34.
  • 67 Cf. ci-dessus, IIe partie, chap. II, note 92.
  • 68 Cf. ci-dessus, p. 112-113 et 330. Cette façon de mélanger l’analyse des termes heliocaminus et sola (...)

70Il est exceptionnel qu’une autre pièce froide soit citée. À Ammaedara (n° 5), on ajoute une absida. Le terme nous renseigne sur la forme du local, mais le texte ne nous dit rien de sa destination, ni même de son emplacement au sein du monument : on peut simplement penser que, si elle avait été chauffée, cela aurait été précisé65. À Aubuzza (n° 7), un évergète construit un jeu de balle (paganicum) et une cour (chors)66. À Carpis, probablement au ier siècle av. n.è., on équipe un établissement balnéaire d’un solarium (n° 15). On a voulu y voir un cadran solaire. Le mot venant après la mention de la construction de deux salles balnéaires, on peut d’autant plus douter de cette interprétation que l’auteur qui la propose voulait aussi interpréter laconicum dans le sens de brasero et destrictarium dans celui de meuble à strigiles67. Il nous semble donc préférable de considérer que solarium désigne un local des thermes. Le nom paraît impliquer la solution habituellement proposée, à savoir un lieu où les baigneurs peuvent prendre le soleil. Le mot est cependant unique en Afrique, rare ailleurs, et son analyse est encore brouillée par la façon dont elle est habituellement mêlée à celle de l’heliocaminus, installation dont nous ne sommes pas du tout convaincu qu’elle appartienne aux édifices balnéaires68.

d) Secteur chauffé

71Une salle doit être placée à la transition entre les secteurs froid et chauffé, à savoir l’unctorium dont il est généralement admis qu’il peut s’agir d’un local doté ou non d’un chauffage. Nous avons déjà exposé les raisons pour lesquelles, à la suite d’A. Lézine, nous pensons que la recherche d’un tel local dans les thermes de quelque importance risque de s’avérer vaine dans la mesure où le baigneur s’enduit d’huile à plusieurs reprises lors de son itinéraire balnéaire. Un local spécialisé peut donc convenir dans de petits bains, en particulier privés, comme nous avons pu le supposer dans le cas de la maison des Asclépéia à Althiburos, et les textes l’attestent dans ce cadre. En revanche, il est dépourvu de réelle signification dans un bâtiment plus vaste. L’examen des édifices africains n’impose d’ailleurs jamais une telle identification.

72Dans ce cadre, il est intéressant de noter que le dossier épigraphique africain fournit la claire mention d’une cella unctuaria (inscription de Thagura, n° 166). Le lieu est assez important pour que l’inscription qui célèbre sa restauration lui soit entièrement consacrée. Nous ne connaissons malheureusement pas le monument correspondant à ces travaux, et le texte ne nous fournit aucune précision sur ses caractéristiques.

  • 69 C’est un des lieux où I. Nielsen situe l’unctorium (Thermae, p. 161 ; Pline, Ep., 2, 17, 11 : cella (...)

73Nous sommes donc en présence de plusieurs interprétations possibles. Il peut s’agir d’une pièce intégrée dans le début du circuit chauffé, comme dans la description des thermes d’Hippias par Lucien. Cependant, l’inscription précise que l’unctorium n’était plus en usage depuis longtemps. Il faut donc penser que les baigneurs n’étaient pas obligés de passer par elle. En particulier, ce détail paraît interdire de penser que l’expression soit une manière de désigner le tepidarium d’entrée. Il peut aussi s’agir d’une pièce autonome, chauffée ou non, peut-être placée dans le voisinage du frigidarium où, après le bain froid, le baigneur pouvait être enduit une dernière fois et massé avant de rentrer chez lui69. C’est cette opération finale qui pourrait sans doute le mieux justifier l’existence d’un local spécifique.

  • 70 Sur l’instrumentum balnei (Apulée, Mét., III, 12, 5 : balnearus, ibus), cf. par exemple, Nielsen, T (...)
  • 71 Ces récipients, ampulla ou gutus, ont été fréquemment retrouvés lors de la fouille de thermes. En A (...)
  • 72 On notera l’inscription d’Henchir Haouli n° 21 où apparaît peut-être le mot oleum pour lequel A. Me (...)
  • 73 I. Nielsen propose plusieurs identifications d’unctorium dans ses plans annotés, cependant elle rem (...)

74Nous nous demandons cependant si cette cella unctuaria désigne nécessairement une salle destinée à accueillir une des étapes du bain. En effet, nous savons que le baigneur pouvait apporter avec lui l’huile nécessaire aux onctions, mais qu’il pouvait aussi se la procurer sur place, ainsi que divers autres produits, en particulier des parfums70. À Thaenae, dans les thermes des mois, on a identifié le local où étaient emmagasinées les fioles destinées aux baigneurs71. Ne peut-on penser que l’expression unctorium ou cella unctuaria est susceptible, du moins dans certains cas, de désigner cette pièce72 ? L’hypothèse n’est peut-être pas entièrement satisfaisante. Elle a pourtant le mérite de tenter de rendre compte d’une mention qui, sinon, serait unique dans le cadre d’un bâtiment public africain73.

  • 74 ILAfr, 459 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 355.

75Les salles faisant proprement partie du circuit chauffé sont, hormis la salle des bains chauds, rarement nommées dans les inscriptions africaines. Nous ne connaissons que la mention du destrictarium à Carpis (n° 15) et celle de l’étuve, désignée par le terme assa dans la même inscription et dans un texte de Bulla Regia, au demeurant fort mutilé74.

  • 75 Ci-dessus, IIe partie, chap. II, p. 102-104.
  • 76 Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.

76En revanche, la salle principale, celle des bains chauds, est fréquemment citée. Un premier problème est posé par le mot caldarium. Nous avons déjà débattu du sens de ce terme et proposé de considérer qu’il désigne, du moins le plus souvent, la salle des bains chauds75. Il apparaît deux fois dans l’épigraphie africaine. À Aubuzza (n° 7), il fait partie d’une énumération de constructions. On peut considérer que le caldarium est compris dans une série d’annexes76, ou même que les constructions nommées forment un ensemble : une cour, avec un ou plusieurs portiques, sur laquelle donnent un jeu de balle et un caldarium. Ce dernier ne serait alors, comme le propose R. Rebuffat, qu’une salle chauffée mise à la disposition des joueurs. On peut aussi penser que l’inscription commémore un ensemble de travaux effectués en plusieurs points du bâtiment, et que caldarium désigne effectivement la salle des bains chauds. La seconde mention de ce type de salle nous est donnée, sous une forme très mutilée, par une inscription de Sbéitla (n° 43). On ne peut rien en tirer quant au sens exact du mot, d’autant plus qu’on ne peut même pas exclure une restitution du genre cella] caldari[a.

  • 77 L’expression apparaît dans l’Histoire Auguste (Caracalla, 9, 4-5 : cella solearis), ce qui tend à c (...)
  • 78 F. G. de Pachtère (ibid., p. 405) avait déjà remarqué que solium, c’est-à-dire la baignoire d’eau c (...)

77En revanche, la salle des bains chauds est clairement désignée par l’expression cella soliaris, attestée de façon rarissime sauf dans l’épigraphie africaine. Il semble bien que nous ayons là, une fois de plus, le témoignage d’une certaine spécificité du vocabulaire thermal africain77. Elle se marque aussi dans la façon dont les inscriptions jouent avec cette expression : transformation de soliaris en substantif et peut-être même substitution de solium au nom de la salle, la partie la plus significative désignant le tout78. On a souligné que cette façon de nommer le caldarium appartenait au Bas-Empire. De fait, c’est la période à laquelle il faut attribuer toutes les inscriptions africaines, mais nous n’avons aucun texte mentionnant cette salle à une époque antérieure, et rien ne prouve qu’elle ne portait pas déjà ce nom.

  • 79 À moins qu’il ne faille comprendre qu’il s’agit de la cella balnearum mentionnée peu auparavant ; s (...)

78On peut faire une dernière remarque concernant le nom des salles. Hormis les plus importantes, elles sont rarement désignées par un nom précis. Parfois, les inscriptions se contentent de faire allusion à une pièce sans déterminer véritablement sa nature. Ainsi à Madaure (n° 148), où l’on construit une came-ram cum suspensuris : il s’agit pourtant d’une salle chauffée, mais on reste dans l’imprécision79. Souvent même, l’inscription parle des salles en général, en employant le même mot camera (Madaure, n° 145 : cameris omnibus) ou, de façon préférentielle, celui de cella (municipium Aurelium Commodianum, n° 34 : in dextera cellis exeuntibus, un nouveau vestiaire est construit à droite en sortant des cellae, c’est-à-dire du secteur chauffé, ou de l’ensemble du bloc balnéaire ? Lors de la même opération, on orne de colonnes l’entrée des pièces : columnis ingressu cellarum). La nature de la cella n’est guère précisée que si elle est piscinalis ou soliaris.

3) Termes techniques

79Il est rare que les inscriptions entrent dans le détail des installations techniques qui permettent aux thermes de fonctionner. Cependant, lorsqu’il s’agit de restaurations, certaines d’entre elles peuvent se montrer assez précises.

a) Circulation de l’eau

80L’adduction d’eau est évidemment vitale pour un édifice balnéaire. Elle est mentionnée à Henchir Haouli (n° 21). La restauration du ductus thermarum, refait en pierre alors qu’il était en bois, est l’objet de l’évergésie de deux frères à Satafis (n° 160). Les conduites distribuant l’eau sont refaites à l’aide du métal récupéré par la fusion de l’ancien appareillage de bronze et de plomb : omni refuso instrumento aeris et plumbi (Thuburbo Maius, n° 52). En revanche, il ne nous semble pas que l’inscription de Belalis Maior (n° 10) puisse signaler des travaux concernant l’évacuation des eaux du bassin du frigidarium.

  • 80 Thuburbo Maius, n° 52 : redditis ueteribus exceptoriis ; Thugga, n° 57 : exceptoriis ; Calama, n° 9 (...)

81On notera la relative fréquence avec laquelle est mentionnée une installation souvent indispensable, car elle permet de réguler les rapports entre approvisionnement et consommation d’eau. Il s’agit des réservoirs, des exceptoria, dont plusieurs inscriptions signalent la construction ou la restauration80.

  • 81 Nielsen, Thermae, p. 154.
  • 82 R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 21), à piscinas duas préfère l’ancienne lecture de Willmanns, scalas d (...)

82Les bassins et autres récipients qui reçoivent les eaux et les mettent à la disposition des baigneurs sont également mentionnés dans les inscriptions. La piscina désigne, dans la plupart des cas, un bassin froid81. Les textes africains peuvent s’interpréter de cette manière, sans apporter la preuve de l’usage du mot dans un sens aussi strict : dans le municipium Aurelium Commodianum (n° 34), on restaure deux piscines dont l’emplacement n’est pas précisé, mais il s’agit sans doute des bassins du frigidarium82 ; à Calama, on répare une piscinam qui fuyait (n° 95). Le cas le plus intéressant est sans doute celui des thermes d’hiver de Thuburbo Maius où l’on construit une piscine neuve appelée « coquille » : piscinam nouam nomine cochleam (n° 52). Si ce bassin correspond bien à une vasque du frigidarium encore visible (cf. la notice), nous aurions la preuve de l’emploi de piscina pour désigner un bassin froid.

  • 83 Nielsen, Thermae, p. 157 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.
  • 84 Solium : Henchir Haouli (n° 21) ; sans doute Siagu (n° 37) ; Thuburbo Maius (n° 52) ; Ziqua (n° 73) (...)

83Inversement, l’alveus et le solium sont des termes qui correspondent à une baignoire d’eau chaude83. Le premier n’est pas attesté dans les inscriptions africaines et ne paraît guère l’être dans les autres provinces, s’il l’est. En revanche, solium est courant84, et le contexte permet même de constater que le terme désigne une baignoire sur hypocauste de façon probable à Madaure (n° 146) et de façon certaine à Thuburbo Maius (n° 52) où l’on précise que la cella soliaris des thermes d’hiver a été restaurée avec ses solia.

  • 85 Juvénal (Sat., 6, 419 sq) mentionne des flacons d’huile appelés conchae à cause de leur forme (cité (...)
  • 86 Ce mot est étudié par R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 16 et 20), qui se fonde sur une inscription de N (...)

84Il faut enfin signaler l’utilisation d’un mot relativement rare. À Satafis, un évergète installe des conchae (n° 159). Le contexte n’est pas précisé, mais les sens possibles du mot indiquent que l’inscription devait être posée dans des thermes. Dans ce cas, il ne peut s’agir de fioles destinées à contenir l’huile. Celle-ci est souvent offerte aux baigneurs, mais ce don vient toujours en complément d’une autre évergésie plus coûteuse85. De toute façon, le verbe posuit ne conviendrait pas. En général, le mot désigne toute sorte de récipients. Il faut donc penser que l’on procéda à la mise en place de labra, de vasques d’aspersion en forme de coquille, ou de bassins d’immersion, probablement de plan semi-circulaire86.

b) Chauffage

85Cet aspect essentiel de l’architecture thermale apparaît peu en tant que tel dans les inscriptions. On peut cependant noter le dossier des inscriptions de Madaure, particulièrement riche en détails. Ainsi (n° 148), on y précise que le curateur inaugure une came-ram cum suspensuris constructam nouis. Le mot suspensurae est, avec hypocaustum, celui qui est usuellement employé pour désigner le système de chauffage par le sol. Cette mention est cependant unique dans l’épigraphie africaine. En général, on signale une restauration des salles, en précisant parfois qu’elle concerne les bassins, jamais les hypocaustes, qui devaient pourtant être l’objet de travaux réguliers. La chose devait aller de soi. Une fois seulement, on fait allusion à ce système de chauffage, sans le nommer directement (n° 147) : le sol de la cella soliaris était percé de trous si nombreux qu’il ne pouvait plus retenir la chaleur et que l’on voyait le sous-sol (ima pauimenti).

86Il est cependant un cas, toujours à Madaure (n° 146), où une inscription utilise un terme technique très précis mais dont l’usage est peu attesté : on refait les patinas ampliato aeris pondere omni idonitate firmissimas. Les patinae sont donc renforcées par l’adjonction d’une nouvelle couche de métal, cuivre ou bronze. Cette restauration est mentionnée après celle des solia, si endommagés que leur utilisation était devenue dangereuse.

87Le mot patinae est d’interprétation délicate. Pour S. Gsell, il désigne des plateaux de cuivre placés sous les chaudières en plomb pour éviter que celles-ci ne fondent (Mdaourouch, p. 109). Pour C. Lepelley, patinae désigne des cuves de bronze, « chaudières, ou vasques destinées à recevoir de l’eau brûlante dans le caldarium », cuves réparées par l’adjonction d’une nouvelle couche de métal. Nous ne connaissons pas de parallèle à l’utilisation de ce mot pour désigner des vasques.

  • 87 Adam, Construction, p. 289, fig. 624 : coupe sur un des solia du caldarium des thermes du forum, à (...)

88Nous voyons donc deux hypothèses possibles. La première consiste à rattacher ces patinae à la restauration des solia. Une feuille de plomb est en effet parfois insérée dans la maçonnerie des bassins afin d’en assurer l’étanchéité87. Cette interprétation nous paraît cependant peu probable. Aes désigne le cuivre ou le bronze, pas le plomb. De plus, la description de l’état de délabrement des solia n’est pas accolée à celle des patinae. Elle en est séparée par la mention de travaux où les adjectifs au féminin (constructas, decoratas) démontrent qu’ils concernent les thermes dans leur ensemble (thermas aestiuas), et non seulement les solia comme le pense C. Lepelley qui comprend que ce sont les bassins qui sont réparés et leurs mosaïques refaites.

89La seconde hypothèse consiste à penser que les travaux signalés par patinae concernent les chaudières. Dans cette optique, C. Lepelley comprend que c’est l’ensemble des réservoirs, en bronze, qui est renforcé par l’adjonction d’une nouvelle couche de métal. D’un point de vue technique, une telle opération n’est pas évidente, et il nous semble qu’il faut accepter l’interprétation de S. Gsell, qui distingue la chaudière en plomb de son fond en cuivre, lequel est renforcé lors des travaux commémorés par l’inscription.

  • 88 Ce texte de Palladius s’inspire directement d’une de ses sources essentielles, à savoir Faventinus, (...)

90De fait, plusieurs arguments vont dans ce sens. Il y a d’abord le texte de Palladius (I, 39, 3) sur lequel S. Gsell s’appuie et qui donne un sens parfaitement clair du mot patina : miliarium plumbeum, cui aerea patina su-best... Palladius parle donc d’une chaudière de plomb sous laquelle se trouve une patina de bronze ou de cuivre, ce qui signifie soit que le fond de la chaudière est doublé par une calotte de cet autre métal, soit, ce qui est plus probable, que cette dernière constitue le fond même de la chaudière88. La raison de ce dispositif est, évidemment, de mettre au contact direct des flammes un métal à la fois beaucoup moins fusible que le plomb et bon conducteur de chaleur : l’objection de C. Lepelley au raisonnement de S. Gsell, selon laquelle le cuivre excellent conducteur de chaleur n’aurait pas empêché la fusion du plomb, ne nous paraît pas avoir de raison d’être. On comprend dès lors le choix de patina pour désigner cette partie de la chaudière. Usuellement, ce mot s’applique à un plat creux, destiné à la cuisson des aliments.

  • 89 Balneum des frères arvales, p. 97-100.

91Surtout, il y a les témoignages archéologiques. L’exemplaire le mieux conservé de chaudière, installation presque toujours récupérée après la désaffectation de l’édifice thermal, est celui de la villa della Pisanella, à Boscoreale, ensevelie par l’éruption de 79 et ainsi préservée. L’étude de cet aménagement a été récemment reprise par H. Broise et J. Scheid, que nous suivons ici89. Le réservoir de la chaudière est de forme cylindrique et haut de 1,92 m pour un diamètre de 0,58 m. Il est fait de deux feuilles de plomb assemblées à mi-hauteur. À sa base, il est fixé sur « une calotte sphérique de bronze renforcée au niveau du joint par un cercle de fer sur lequel elle repose. Ce cercle métallique est maintenu au-dessus du canal du four par l’intermédiaire de deux robustes barres de fer disposées transversalement. Ainsi le fond de la chaudière était en contact direct avec les flammes du foyer ».

92Cette description nous paraît illustrer parfaitement tant le texte de Palladius que l’inscription de Madaure.

  • 90 A. Berthier, Un collège de Mercure à Cirta, dans BAC, 1941-1942, p. 250-256.

93Nous signalerons enfin le cas d’un groupe d’inscriptions de Cirta qui apportent quelques informations sur un mot rare, scamnum. Il s’agit de cinq textes gravés sur des parallélépipèdes de pierre trouvés sur une rive du Rhumel. Ces inscriptions nous apprennent que ces derniers ont été offerts à leurs collègues par des membres du collège de Mercure, à la suite d’un vœu dont il est parfois précisé qu’il est consécutif à une vision. Il s’agit de pierres plates, épaisses d’un peu plus de 30 cm, larges d’une vingtaine et longues d’environ 1,50 m. La face supérieure du bloc est, en deux cas, creusée d’un cadre profond d’1 cm et dont les deux petits côtés sont arrondis. Dans un cas, un petit canal assurait l’écoulement90.

94Ce qui nous intéresse est que, sur deux blocs, l’inscription précise que celui-ci est un scamnum, l’une d’entre elles ajoutant qu’il a été offert à la suite d’une vision du Génie de la source de l’Amsaga, le Rhumel. Nous avons donc l’offrande de cinq scamna, à des dates différentes selon l’inventeur qui se fonde sur la graphie, objets qui, par le lieu de leur découverte et par la mention de l’oued, entretiennent un rapport avec la rivière.

  • 91 Id., ibid., p. 255 : Paul, Sent., III, 6, 45. On notera aussi sa présence dans la liste de noms, dé (...)

95Le mot scamnum désigne différentes formes de sièges ou de marchepieds, mais il figure aussi parmi l’énumération du mobilier des bains91. D’après l’inventeur de ces documents, nous sommes véritablement dans une ambiance balnéaire, mais la notion à laquelle il se réfère reste fort ambiguë. La proximité du fleuve n’est pas suffisante pour démontrer qu’il s’agit réellement de thermes au sens précis du mot, surtout que l’auteur dérive aussitôt vers la notion de bains de purification. Entre des scamna « destinés, soit à porter les urnes pendant la purification du marchand, soit à servir de vestiaire, comme les scamna des bains », on ne sait plus à quoi on a affaire, et les objets retrouvés ne sont pas de nature à permettre de reconnaître aisément leur fonction.

4) L’apport des textes sur les points 2 et 3

96Si l’on attend des textes africains qu’ils nous permettent de mieux connaître l’organisation d’un édifice balnéaire, on ne peut qu’être déçu. C’est la raison pour laquelle nous regroupons brièvement les quelques remarques qu’il nous a semblé possible de faire.

97Les poètes de la cour vandale sont extrêmement allusifs dès qu’il s’agit de sortir du merveilleux, eau circulant en abondance et se mêlant harmonieusement au feu, faîtes de l’édifice défiant le ciel, éclat du marbre rivalisant avec le soleil. Non seulement ils subissent les contraintes de la métrique, mais encore, et surtout, la précision descriptive ne relève pas de leurs préoccupations, elle les contredit même.

98Il ne faut guère plus attendre de Tertullien, quoique cet auteur soit, par excellence, susceptible d’offrir les plus belles surprises. Mais elles ne relèvent pas de ce registre. Nous avons déjà souligné comment Tertullien se sert des thermes pour des raisons qui ont peu à voir avec eux, et se soucie nullement de les analyser. Pour lui, ce n’est qu’une banale pratique sociale, aseptisée ou qu’il faut aseptiser, qui s’insère dans le cadre d’un discours qui les dépasse. Aller aux thermes est comme aller faire son marché : c’est plein de pièges, mais leur fréquentation est nécessaire, il faut donc en dégager les règles du bon usage. Cette approche ne nécessite en rien une analyse concrète du fonctionnement de l’édifice. Nous sommes loin de Stace ou de Juvénal qui jugent les gens à la qualité des thermes qu’ils possèdent ou savent fréquenter. Chez Tertullien, les bains sont neutres : c’est un lieu de combat comme tant d’autres, mais d’un combat dont le champ clos principal est l’individu lui-même, pas un bâtiment.

99Cette façon chrétienne de fréquenter les thermes aurait pu cependant conduire Tertullien à nous fournir certains détails afin d’illustrer le bon usage de ces installations. Ce n’est pas le cas et cet auteur ne nous livre quasiment aucune précision concrète sur ces constructions ou sur les pratiques balnéaires qui s’y déroulent. Lorsqu’il emploie le verbe destringere, c’est pour décrire Job râclant ses plaies. Un des rares détails précis que nous ayons pu repérer ne sert qu’à combattre la théorie de la réincarnation de l’âme sous des formes vivantes diverses : comment, elle qui peut être suffoquée par une submersion dans les piscines (submersu etiam piscinarum strangulabilis) pourrait-elle bondir sur la mer dans le corps d’une anguille ?

  • 92 Mét., II, 19, 5.
  • 93 Mét., IV, 7, 5. C’est le seul endroit ou le bain est rapidement décrit, mais cela est uniquement du (...)
  • 94 Mét., I, 23, 8 ; III, 12, 6. Dans ces passages apparaissent les verbes lavare, unguere, tergere, qu (...)

100On pourrait attendre d’Apulée qu’il soit plus disert et plus précis sur les charmes qu’offrent les édifices balnéaires, ou sur les inconvénients qu’ils présentent. En fait, avec cet auteur, nous restons tout autant à l’extérieur du bâtiment. Il ne manque pas de nous signaler que telle ou telle ville est remarquable par ses constructions, en particulier par l’abondance et la qualité de ses thermes92. Le récit des Métamorphoses est scandé par la mention des bains : le héros ne cesse de s’y rendre et même les brigands, de retour d’une expédition, ne manquent pas de se baigner avant de se rassasier93. Mais signaler le fait suffit à l’auteur : pourquoi décrire des opérations que tout lecteur connaît bien ? Tout au plus apprend-on qu’on s’enduit d’huile et qu’on s’essuie à l’aide de linges94. Autrement dit, nous n’apprenons rien et n’avons guère qu’une confirmation de la banalité de l’acte balnéaire.

Notes

1 C’est aussi la position de J. DeLaine : cf. ci-dessus, Ière fage, qui aboutit à l’abandon complet du système de l’hypartie, chap. I, note 6. pocauste et de la paroi chauffante, cf. Lézine, Architecture

2 Sur cette mutation radicale des techniques de chauf-romaine, p. 31-35.

3 Pl. CIV-4. Même imparfaite car soumise à l’état de conservation des vestiges, cette donnée interdit de penser que le tepidarium d’entrée était fréquemment doté d’un bassin destiné au nettoiement du baigneur (contra Nielsen, p. 158).

4 Par exemple Carthage, grands thermes Est de Maktar, thermes liciniens de Thugga, grands thermes de Cuicul, grands thermes Sud d’Hippone, grands thermes de Madaure... Inversement, il est parfois certain que cet équipement n’existait pas : thermes du centre à Gigthis, thermes d’été à Thuburbo Maius, grands thermes de Lambèse, grands thermes Est et Sud de Timgad...

5 Cette idée selon laquelle une des baignoires du caldarium serait une vasque pour aspersion, « héritière du labrum pompéien », est due à R. Rebuffat. Dans son analyse des salles des bains chauds de Tingitane, qui comprennent souvent deux baignoires de taille différente, il assigne la plus grande au bain par immersion, la plus petite, logée dans une niche absidale ou rectangulaire, à ces aspersions (Thamusida, II, p. 183-185). Ce schéma a, dès lors, été repris pour l’analyse des thermes marocains (cf. É. Lenoir, qui désigne clairement la petite baignoire par le mot labrum : Thermes romains de Maurétanie Tingitane, dans Thermes romains, p. 157-158). À notre avis, la différence de taille des solia ne permet nullement de leur attribuer une fonction différente.

6 Nielsen, Thermae, p. 165. Si un lien privilégie avec la palestre (ou d’ailleurs les gymnases) peut être maintenu, comme nous allons le voir, ce n’est pas une nécessite. Il y avait peu d’inconvénients a ce qu’un sportif traverse le tepidarium pour gagner le destrictarium si le plan de l’édifice l’imposait (contra Rebuffat, Vocabulaire, p. 4, qui estime nécessaire une liaison directe entre palestre et salle de décrassage).

7 Banasa, grands thermes Ouest ; Lixus, thermes du théâtre-amphithéâtre ? Volubilis, thermes « de Gallien » ainsi, peut-être, que les thermes Nord.

8 Ce choix n’est pas uniquement dû à des contraintes, à savoir la difficulté de chauffer une pièce souvent placée au milieu d’autres salles. Ainsi, dans les grands thermes Nord de Timgad, on a réservé deux cours afin de desservir le foyer du tepidarium d’entrée. Il eût été aisé, à partir de la même cour, d’alimenter un second four destiné à l’autre salle tiède, choix qui n’a pas été effectué. Il est vrai que, contrairement à la première pièce du circuit, la dernière bénéficie de la proximité de salles très chauffées, en particulier le caldarium. On notera aussi le cas particulier des thermes liciniens de Thugga où le tepidarium de sortie était peut-être dépourvu d’hypocauste.

9 Destrictarium à deux foyers : thermes du centre à Gigthis ; thermes liciniens de Thugga ; petits thermes du centre et grands thermes Sud de Timgad.

10 Destrictarium dépourvu de paroi chauffante : thermes de la palestre et du centre à Gigthis ; thermes des mois à Thina, avant un remaniement qui dota la pièce de ce mode de chauffage ; thermes d’Aïn Doura à Thugga. Des doubles-cloisons sont, en revanche, attestées dans dix cas.

11 Cette taille restreinte de l’étuve par rapport au destrictarium se vérifie de façon quasi systématique dans les thermes africains, confirmant ainsi la remarque d’A. Lézine (Architecture romaine, p. 20). Dans tout notre catalogue, les seules « exceptions » sont les suivantes : Ras-elaïn Tlalet, mais le destrictarium y est, exceptionnellement, dénué de chauffage direct si bien que l’étuve, de dimensions au demeurant fort restreintes, est plus chauffée que lui ; grands thermes de Thaenae, mais, là encore, le destrictarium est dépourvu de chauffage direct ; Thubursicu Numidarum, mais le destrictarium y est exceptionnellement petit ; enfin, à Rusguniae et dans les thermes du marché de Sertius, à Timgad, les deux pièces sont sensiblement équivalentes. Dans tous les autres bâtiments, le rapport est nettement en faveur du destrictarium.

12 Un caldarium doté d’un seul foyer est la marque d’un petit programme balnéaire. En règle générale, il y en a au moins deux, et fréquemment plus. On en trouve six dans les thermes memmiens de Bulla Regia, dans les thermes Ouest de Maktar, dans les thermes liciniens de Thugga, peut-être sept dans les grands thermes Sud d’Hippone, et même neuf dans les grands thermes Ouest de Caesarea.

13 Nous avons tenté d’analyser systématiquement les témoins d’adduction et d’évacuation des eaux dans les parties dégagées des thermes memmiens de Bulla Regia (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 327-337).

14 On ne peut pas restituer un labrum dans l’abside du caldarium des grands thermes Nord d’Hippone (cf. la notice). Ces objets ont été le plus souvent récupérés après la désaffectation du bâtiment. Un grand vase de marbre orné de bas-reliefs a cependant été trouvé dans le frigidarium des grands thermes Sud de Timgad : sa forme semble en faire plus un objet décoratif qu’une vasque à fonction balnéaire. Dans les thermes du centre de Gigthis, au moins un des deux foyers du destrictarium était équipé d’une chaudière, alors que la pièce était démunie de bassin : il est tentant de restituer un labrum, mais il n’en subsistait apparemment aucune trace (cf. la notice).

15 Grands thermes et Asclepieium de Lambèse, thermes Nord-Ouest de Timgad. Il faut sans doute en restituer un dans les thermes d’été et d’hiver de Thuburbo Maius, peut-être dans les thermes du centre de Gigthis et les grands thermes Sud de Timgad.

16 Lézine, Architecture romaine, p. 20.

17 Destrictaria avec bassin : Ad Sava municipium ;grands thermes Ouest de Caesarea ; thermes du capitole de Cuicul ; grands thermes de Lambèse ; thermes Sud de Rapidum ; Thubursicu Numidarum ; grands thermes Est, petits thermes du centre, thermes du marché de Sertius et grands thermes Sud de Timgad. Il faut peut-être ajouter à cette liste les thermes d’été de Thuburbo Maius, l’Asclepieium de Lambèse et les petits thermes de Madaure, ainsi que les bains de Sidi Mechrig.

18 Salle II-III avec bassin : thermes au Nord-Ouest du théâtre, à Bulla Regia ; Columnata ; thermes Est de Cuicul ; thermes des Filadelfes et petits thermes Sud à Timgad ; Sala. D’autres cas restent incertains.

19 Par exemple les thermes de Carthage (fig. 179), les thermes liciniens de Thugga (fig. 186 = ici pl. I-3) ou les grands thermes Ouest de Cherchel (fig. 191). On parvient même à trois tepidaria d’entrée dans les grands thermes de Madaure, si bien que le monument ne se compose plus que de quatre pièces tièdes et d’un caldarium (fig. 195).

20 Dans les grands thermes symétriques de Lambèse (fig. 197 = ici pl. I-4), le baigneur traverse ainsi trois caldaria successifs, si bien que le monument se compose, au total, de trois tepidaria et cinq caldaria.

21 Dernier état des grands thermes de Sbéitla, secteur Ouest (fig. 189), thermes des chasseurs de Lambèse (fig. 193), Thubursicu Numidarum (fig. 205).

22 Rusguniae (fig. 192) ; petits thermes Est (fig. 199) et grands thermes Est (fig. 200) de Timgad.

23 À Rome, les bains de Sura sont signalés par l’inscription Bal Surae sur la forma Urbis et sont donnés pour des thermes dans les Régionaires. F. Yegül (Baths, p. 43) souligne l’association du mot thermae avec un bâtiment ample et de propriété publique, sans dissimuler la souplesse de la pratique (cf. aussi Rebuffat, Vocabulaire, p. 23). I. Nielsen a proposé de distinguer les thermae, grandes constructions dotées de palestre et vaste salle couverte, des balnea, bâtiment moins monumental et dénué d’aires sportives. Mais elle n’établit cette différenciation que dans le but de clarifier son discours, sans lui attribuer une valeur explicative des pratiques antiques (Thermae, p. 3).

24 Nous renvoyons à la numérotation des inscriptions utilisée dans le catalogue correspondant au dernier chapitre de cet ouvrage. Dans le recensement des textes utilisant le mot thermae, nous ne prenons en compte ni Vallis n° 70, où la restitution est hypothétique, ni Cirta n° 101 où la restitution est très probable étant donné le surnom impérial du bâtiment mais où le mot a complètement disparu.

25 Baiae dans un cadre privé : nos 14, 18, 19, 33, 45. Actuellement, en ce qui concerne l’Afrique du Nord, cet usage n’est attesté que dans sa partie la plus orientale.

26 Balneum = 5 : nos 106, 119, 168, 186, 195.
Balnea (neutre pluriel) = 1 : n° 75.
Balineum = 6 : nos 53, 97, 100, 155, 184, 196.
Balneae = 3 : nos 35, 99, 148.
Formes incertaines = 4 : nos 20, balne[um ? a ? as ? aria ? ola ?] ; n° 58, bal [–], qui permet de restituer toutes les variantes possibles ; n° 118, balin[eo ? eis ?] ; n° 154, [bal ? bali ?]neum.

27 Nos 75, 100, 106, 168, 184, 186, 196. Le mot est alors toujours un neutre singulier, ce qui correspond à l’usage pour désigner un bain privé (Varron, LL 9, 6, cité par Rebuffat, Vocabulaire, p. 24). La seule exception, sans doute imposée par les besoins de la versification, est le neutre pluriel d’Aïn Bessem = n° 75.

28 Nos 154, 155, 195, auxquels il faut peut-être ajouter les nos 117 et 118. On notera l’expression balneum castrorum (Pomaria, n° 154).

29 Nous ne voyons qu’un seul cas qui ferait peut-être exception, l’inscription de Lambèse n° 120 qui précise que la IIIe légion restaure des thermas, mais rien ne prouve qu’il s’agisse d’un bâtiment militaire.

30 Inscriptions nos 49, 50, 194. R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 23) signale que le mot lavacrum était un mot courant utilisé pendant toute l’histoire du bain romain. Son emploi essentiellement au pluriel est démontré par les exemples qu’il cite ensuite.

31 Nous comprenons que le curateur restaure à ses frais la cellam balnearum en ruine usibusque lavacrorum denegatam, et rendue inapte à la pratique balnéaire.

32 La mention du genius thermarum n’implique pas un contexte privé. À Castellum Mastarense, le genius balinei apparaît dans un bâtiment public (n° 97). Dans les grands thermes Sud de Thamugadi, une dédicace au génie de la ville est également anonyme (n° 175). Il n’en reste pas moins que l’usage de la première personne par un personnage anonyme ne trouve de parallèle que dans la sphère privée, à Sidi Ghrib (n° 39) ou Sullecthum (n° 45). On notera aussi l’inscription de Tigava (n° 194) où le restaurateur des bains, célébré à la deuxième personne, reste également anonyme.

33 Nous avons repéré 54 bâtiments qui étaient certainement ou probablement ouverts au public : 44 sont des thermae. Les dix autres sont appelés lavacra (n° 49) ou Baiae (n° 66) ou balneum (ou dérivés) : nos 20, 35, 53, 58, 97, 99, 106 et 148.

34 Rebuffat, Vocabulaire, p. 23.

35 Nos 2 (Abitinae), 5 (Haïdra), 41 (Sufetula), 50 et 51 (Thuburbo Maius), 63 (Tubernuc), 146 (Madaure).

36 N° 55, Thubursicu Bure, thermae Gallienianae ; n° 57, Thugga, thermae Anton ( ?) inianae ; n° 162, Siga, thermae Antoninianae ; n° 190, Thubursicu Numidarum, thermae Traianarum. À Cirta, il est donc très probable qu’il faille rétablir thermae Constantinianae, mais le mot est complètement perdu (n° 101).

37 Ces poèmes de Felix sont extraits de l’Anthologie latine, ensemble d’environ 400 pièces regroupées très anciennement (le manuscrit principal, le Codex Salmasianus, remonte au viie-viiie siècle et l’absence de mention de Justinien implique sans doute que la compilation est antérieure à la reconquête byzantine). L’édition est l’œuvre d’A. Riese, Anthologia Latina, sive poesis latinae supplementum, I (carmina in codicibus scripta), 1 (libri salmasiani aliorumque carmina), Leipzig, 1869 et 1894, Amsterdam, 1973. Les poèmes qui nous intéressent portent les nos 210 à 214. Ces textes ont été repris par P. Monceaux, Enquête sur l’épigraphie chrétienne d’Afrique, dans RA, 7, 1906, p. 261-266, nos 158 à 162. Ils ont été récemment étudiés dans un article collectif, Memorabile factum, où une traduction est également proposée.
Thrasamund règne de 496 à 523. Alianae se trouve en bord de mer, certainement dans la région de Carthage et sans doute même tout près de la capitale (Riese 376, v. 1920, commentaire de P. Monceaux, p. 262). On a pensé à la région de La Marsa. Il n’y a aucune raison de chercher une station thermale dotée de sources curatives et de penser à Korbous ou Hammam Lif. Les bienfaits physiques que procurent ces thermes (Riese 211, v. 11-12, 212, v. 8-12) sont le propre de tous les édifices balnéaires, sans qu’il y ait besoin que leurs eaux soient dotées de qualités particulières (contra Memorabile factum, p. 237-238).
Ces pièces de vers étaient sans doute destinées à figurer dans les thermes sous forme d’inscriptions. Leur nature recoupe donc, probablement, celle de la documentation que nous venons d’analyser.

38 Riese 214, v. 4 et 6. En l’occurrence, le choix extraordinaire du mot lavacra, à la fin du vers 4, peut partiellement s’expliquer par les besoins du téléstiche, l’éloge du souverain étant exprimé par le biais d’un acro-méso-téléstiche.

39 Riese 211, v. 1 : Nobilis insultat Baiarum fabrica thermis. Le poème Riese 377 montre cependant une autre pratique. Cette pièce de vers est peut-être de Florentinus, autre poète de la cour de Thrasamund, et décrit peut-être, lui aussi, les thermes d’Alianas (Memorabile factum,p. 258-260). Dans ce cas, la construction est désignée par le mot Baiae.

40 Le dépouillement des œuvres de Tertullien est grandement facilité par le travail de G. Claesson, Index tertullianeus, Paris, 1974.

41 Cf. Claesson, ibid., p. 164. Le féminin est le plus courant, mais la forme balneis, souvent employée, reste ambiguë et il n’y a pas de raison de la rattacher systématiquement à balneae.

42 Ainsi, dans le De corona, Tertullien joue sur tous les sens du mot, utilisé pour désigner le baptême (11, 30), l’acte de se baigner (3, 3 :... exque ea die lavacro quotidiano per totam ebdomadem abstinemus) et, juste après, les édifices balnéaires (3,4 : Ad omnem progressum atque promotum, ad omnem aditum et exitum... ad lavacra, ad men-sas... frontem signaculo terimus).
Le recours au pluriel n’est pas utilisé pour distinguer les thermes. Dans la citation précédente, le mot est au pluriel, mais il ouvre une longue énumération dont toutes les composantes sont au même nombre. L’emploi du singulier, pour désigner le bâtiment, est d’ailleurs bien attesté : Sed et cibum non prius sumere et lavacrum non prius adire quam interposita oratione fideles decet (De oratione, 25, 6). On mettra l’expression en parallèle avec in balneum ire (Rebuffat, Vocabulaire, p. 28).

43 Denique cum ab imbribus aestiva hiberna suspendunt et annus in cura est, vos quidem cottidie pasti statimque pransuri, balneis et cauponis et lupanaribus operantibus, aquilicia Iovi immolatis... (XL, 13).

44 ... nullum fructum operum eius (Dieu) repudiamus, plane temperamus, ne ultra modum aut perperam utamur. Itaque non sine foro, non sine macello, non sine balneis, tabernis, officinis, stabulis, nundinis vestris ceterisque commerciis cohabitamus hoc saeculum... Non lavo sub noctem Saturnalibus, ne et noctem et diem perdam ; sed lavo et debita hora et salubri, quae mihi et calorem et sanguinem servet : frigere et pallere post lavacrum mortuus possum (XLII, 2 et 4).

45 Quot a vobis nocentes variis criminum elogiis recensentur. Quis illic sicarius, quis manticularius, quis sacrilegus aut corruptor aut lavantium praedo idem etiam christianus ascribitur ?

46 La belle édition du Dauphin, par Julianus Floridus, Paris, 1688, comporte un index vocabulorum de l’ensemble des œuvres d’Apulée.

47 Dans les Métamorphoses, lavacrum, au singulier comme chez Tertullien, peut désigner l’établissement balnéaire (I, 7, 2 ; II, 19, 5, où le mot est au pluriel mais concerne plusieurs bâtiments ; III, 12, 5). La plupart du temps, il désigne, toujours comme chez Tertullien, le fait de se baigner (II, 11, 4 ; IV, 5, 7 ; IV, 7, 4 ; IV, 8, 3 ; V, 2, 3 ; V, 3, 1 ; V, 5, 6 ; V, 8, 1 ; VI, 28, 5 ; VIII, 7, 6 ; IX, 17, 5 ; XI, 1, 4 ; XI, 23, 1).

48 Dans les Métamorphoses, l’emploi de balneae est systématique : I, 5, 5 ; I, 23, 8 ; I, 25, 6 ; IV, 8, 9 ; V, 15, 1 ; X, 13, 7 ; X, 15, 5 ; XI, 23, 1. Il est donc logique de penser que la forme balneis est également un féminin pluriel (III, 16, 3 ; IX, 21, 6). Dans toute l’œuvre d’Apulée, l’index de Julianus Floridus ne permet de repérer que deux occurrences de la forme neutre : Apol., LIX, 3 et Flor., IX, 26.

49 Ce terme est aussi employé dans un sens plus général, par exemple pour mentionner la pose de colonnes à l’entrée de salles thermales :...cetera restaurata adque... columnis ingressu cellarum... ornata (n° 34).

50 Nielsen, Thermae, p. 164 (notice Xystos, Porticus).

51 Le mot est alors au singulier, ce qui est le cas ici : Nielsen, Thermae, p. 164, qui cite, entre autres, CIL, XII, 1357 (porticus ante thermas) et Cod. Theod., 15, 1, 50 (sur le portique de façade des thermes d’Honorius, à Rome). C’est de cette manière que C. Lepelley interprète le texte de Madaure, parlant d’un « portique d’accès ».

52 C’est l’interprétation que donne I. Nielsen de l’inscription de Madaure (Thermae, p. 163, notice Vestibulum, Atrium). Pour elle, l’atrium commande la porticus. De fait, le texte, dont la fin est mutilée, paraît signaler la restauration de la charpente de la porticus, pour ceux qui entrent par l’atrium, et du porche lié à ceux-ci, pour ceux qui arrivent par la rue. Faut-il comprendre que la porticus (palestre ?) était accessible par un atrium et, directement, à partir de la rue ? Ou que le porche est simplement attenant au portique (Gsell, Mdaourouch, p. 109) ?

53 Poinssot et Lantier, BAC 1925, p. XXXIII-XXXIV ; Lepelley, Cités, II, p. 221 : cette interprétation conduit l’auteur à isoler exceptoriis in eodem loco subiectis en plaçant ces mots entre deux virgules.

54 La traduction proposée par Z. Ben Abdallah (Bardo, p. 89, n° 225) n’est pas claire, tout comme l’inscription. En tout cas, elle aussi rattache antiquis à exceptoriis, ce qui nous paraît effectivement la lecture la plus logique. On remarquera d’ailleurs que l’accès aux thermes a été remanié : dans le plan primitif, l’escalier est coudé et évite l’actuel vestibule d’entrée. Ce dernier ne paraît donc guère pouvoir correspondre à un atrium qui aurait été commencé depuis longtemps : l’espace ne faisait peut-être même pas partie des thermes avant les ultimes travaux qui ont remanié le secteur de l’entrée.

55 , 1898, 12 : atrium thermarum Constantinianorum, dans les thermes du port, à Éphèse. Sur cette construction, cf. Yegül, Baths, p. 453, note 11. Les thermes sont reliés à la grande rue à portiques unissant le port au théâtre par une place elliptique, elle-même bordée de colonnades, qui conduit à l’atrium. Celui-ci, de plan rectangulaire, est divisé en trois nefs par deux rangées de colonnes corinthiennes (cf. pl. CLII-4, à l’angle Sud-Ouest de la palestre). Les nefs latérales sont voûtées, la nef centrale, beaucoup plus large, devait être hypèthre. Ce parti dérive ainsi, de façon originale mais claire, de l’atrium, ce que l’inscription démontre (contra Nielsen, Thermae, p. 163).

56 I. Nielsen a proposé l’identification de certains atria : outre Herculanum (fig. 76 = ici pl. XVIII-3), Turris Libisonis (fig. 134), Sabratha (fig. 187), et peut-être Zilil où le parti s’éloigne cependant du modèle (fig. 127 : cf. ici pl. CXXVI-2, espace P ?). En utilisant son catalogue, on peut aussi envisager, en recherchant une pièce à colonnade située dans le secteur de l’entrée, de reconnaitre un atrium à Vaison-la-Romaine (fig. 110), Collen (fig. 138), ou Lepcis Magna, dans les deux locaux d’entrée flanquant la natatio (fig. 183 : cf. ici pl. CLV-9). Dans nos régions, il faut aussi penser aux deux grands thermes d’Acholla, ceux du Nord où un atrium à impluvium tétrastyle flanque la natatio (Picard, Mts Piot, 63, p. 64), et ceux du thiase marin où G. Picard restitue deux portiques donnant sur une cour hypèthre (Ant. afric., 2, 1968, p. 96) : nous aurions un parti évoquant celui d’Éphèse.

57 IRT, 396 (Lepcis Magna) : cellam f[rigi]darii. Le mot latin frigidarium, directement traduit en grec, est attesté dans la partie orientale de l’Empire : cf. D. Nikolov, Inscription relative à l’édification d’un établissement de bains près de Stara Zagora, dans Archeologia (Sofia), 1, 1968, p. 47.

58 Ce terme n’apparaît ni dans Lézine, Architecture romaine, ni dans Rebuffat, Vocabulaire ou Thamusida, II, ni dans Yegül, Baths. En revanche, il est signalé par I. Nielsen, qui considère qu’il s’agit d’un synonyme de frigidarium (Thermae, p. 153 et 154).

59 Henchir Haouli (n° 21) : ––– pisc]inalis. Sufetula (n° 41) : –––] piscinalem thermarum.
Madauros (n° 147) : piscinalem istam [––] et soliarem cellam.

60 La compréhention du texte de Palladius implique que l’on se tourne vers une de ses sources essentielles, Faventinus. Cependant, chez ce dernier auteur, le passage sur les thermes d’été et d’hiver est plus développé mais l’expression de piscinales cellae n’apparaît pas, si bien que l’on peut se demander dans quelle mesure Palladius s’en est réellement inspiré. De plus, il pose d’importants problèmes d’interprétation : cf. ci-dessous, Ve partie, chap. II, note 62.

61 S. Gsell (Mdaourouch, p. 110 et note 7) considère que les travaux concernent une unique salle. La cella balnearum aurait donc été une pièce chauffée, puisqu’on refait ses suspensurae. On peut aussi se demander si on ne restaure pas la cella et les suspensurae d’un des locaux chauffés (ou même si l’on n’ajoute pas une pièce chauffée). C. Lepelley parle de « voûtes neuves », mais on ne voit pas comment accorder cameram et nouis. Ici, camera peut signifier non pas « voûte », mais « salle ». Si les travaux ont bien porté sur deux locaux, la cella balnearum peut ne pas avoir été chauffée et correspondre au frigidarium. En tout cas, l’inscription atteste qu’il s’agit d’une salle balnéaire.
On mettra cette cella balnearum en parallèle avec la cella thermarum d’une inscription de Lepcis Magna (IRT, 601). R. Rebuffat pense que cette dernière expression désigne le caldarium, thermae conservant ici son sens étymologique et désignant la partie chauffée du bâtiment (Vocabulaire, p. 16 et 23). Il faudrait alors, probablement, distinguer ces deux types de cellae, balneae ne pouvant indiquer que l’ensemble du monument (on ne peut se référer ici au sens archaïque du mot balneum, d’ailleurs au singulier, tel qu’il est utilisé dans Celse pour désigner le caldarium : cf. ci-dessus, p. 102, note 81, et p. 91). On peut cependant se demander si cella thermarum signifie bien caldarium. En Afrique, on ne repère aucun exemple où thermae a, de façon évidente, un sens restreint et le contexte de l’inscription de Lepcis n’impose pas cette interprétation (contra G. Di Vita-Évrard, dans Thermes romains, p. 42 et note 34).
On se trouve donc en présence de plusieurs hypothèses, entre lesquelles il nous paraît difficile de trancher. Les deux expressions désignent soit la même salle, caldarium ou frigidarium, soit des pièces différentes, et sans doute alors le caldarium et le frigidarium (il nous paraît difficile d’imaginer qu’elles ne soient utilisées que pour mentionner une des pièces de l’édifice, sans plus de précision).

62 Nous n’avons pas retrouvé ce terme chez les chercheurs qui ont travaillé sur le vocabulaire thermal. On peut néanmoins se demander s’il n’apparaît pas dans une collection de manuels scolaires connus sous le nom d’Hermeneumata Ps. Dositheana. Ces manuels sont bilingues, latin-grec, et ont pour but d’enseigner le vocabulaire quotidien, grâce à des dictionnaires, alphabétiques et par sujets, à la transcription de conversations et de scènes de la vie quotidienne, et parfois à un recueil de textes pour la pratique de la lecture. Ces documents, datant sans doute du iiie-ive siècle, sont connus par des copies médiévales. A. C. Dionisotti a repris cette question, encore peu étudiée, à partir d’une nouvelle version copiée à la Renaissance : From Ausonius’s schooldays ? A schoolbook and its relatives, dans JRS, 72, 1982, p. 83-125.Ce qui nous intéresse est qu’une des scènes de la vie quotidienne se passe
dans les thermes. Il serait tout à fait excessif de dire que ce texte nous donne véritablement la succession des opérations du bain. Ainsi, dans le texte publié par A. C. Dionisotti, l’usage du strigile n’apparaît qu’à la fin. Nous n’avons donc qu’une vision morcelée. Plus précisément, on juxtapose divers itinéraires, avec insertion de listes de mots dénués de contexte précis : à notre avis, il serait illusoire de croire que l’on nous décrit un itinéraire type, qui, d’ailleurs, n’existe pas dans la pratique réelle. De plus, il semble qu’il s’agisse non pas d’un texte grec et latin élaboré de façon cohérente, mais d’un texte grec traduit, et parfois curieusement traduit.
Cette source d’information ne peut cependant être négligée. Or, après que le groupe de baigneurs est arrivé au bain, nous avons : tu antecede in priore cum oleario (p. 102, 56). A. C. Dionisotti propose de comprendre in priore cella (p. 116). Étant donné le moment où intervient cette phrase, il est tentant d’y retrouver la prior cella de l’inscription africaine et de comprendre que le baigneur entrant dans les thermes passe dans le dépôt prendre l’huile dont il a besoin pour les opérations du bain et pénètre dans le frigidarium, salle qui, dans la plupart des cas, commande le début du circuit chauffé.
En réalité, la solution in priore cella ne nous paraît pas bien convenir. On attendrait l’accusatif. Donc, il faut peut-être prendre in priore comme une forme adverbiale : tu entres d’abord, en premier. Dès lors, il faut renoncer à chercher une salle qui serait désignée par cette expression. On peut aussi penser à une altération du texte. De fait, la version grecque, eis to emprohste, peut désigner la première salle, certainement celle du circuit chauffé, et donc le tepidarium. C’est, clairement, la version donnée par d’autres manuels : introeamus in cellam primam tepidariam (Dionisotti, p. 116). Il nous paraît donc qu’il faut renoncer à voir dans l’expression in priore de ce manuel l’équivalent des termes de l’inscription africaine.

63 L’équivalence est indubitablement établie par Sidoine Apollinaire : Hinc frigidaria dilatatur... Huic basilicae appendix piscina forinsecus... conectitur... Elle est acceptée par F. Coarelli (Roma, 2, p. 335). I. Nielsen (Thermae, p. 162) admet que, dans de rares cas, la salle des bains froids puisse être appelée basilica, mais elle souligne que le terme désigne essentiellement de grandes salles de réunion éventuellement destinées aussi à accueillir des exercices physiques et à servir de vestiaire. C’est aussi, autant qu’on puisse le comprendre, l’avis de F. Yegül. Un tel flou du vocabulaire serait quelque peu surprenant : même si le sens de basilica est en soi peu précis quant aux fonctions du local auquel il s’applique, l’usage de l’expression basilica thermarum doit impliquer une définition plus stricte. On remarquera d’ailleurs que le mot est toujours employé au singulier, ce qui correspond mieux au frigidarium, toujours, ou presque toujours unique, qu’à de vastes salles de réunion, volontiers dédoublées dès que le bâtiment est de quelque importance. La seule exception que nous connaissions est l’inscription de Narbonne (CIL, XII, 4342) : cela signifie, à notre avis, soit un dédoublement du frigidarium, ce qui serait un choix architectural rare, soit une utilisation du terme dans un sens qui sort de la norme.
Des manuels scolaires mentionnent la basilica, pas le frigidarium (Dionisotti, ibid., p. 102, 57). On ne saurait en tirer de conclusion excessive.

64 Il s’agit de la forme latinisée du nom grec. Dans le manuel édité par A. C. Dionisotti, ce dernier est rendu par devestitorium (et une variante par depositorium) : nous n’en connaissons pas d’autres exemples, alors qu’apodyterium est fréquent, tant dans les textes que dans les inscriptions. En Afrique, inscriptions nos 28 (Membressa), 34 (municipium Aurelium Commodianum, avec l’orthographe apoditerium), 56 (Thubursicu Bure).

65 Cette absida doit être assimilée à la salle à abside reconnue depuis longtemps dans les thermes Nord et devant laquelle l’inscription a été trouvée (Benzina Ben Abdallah, BAC 1987-1989, p. 137, note 5 et p. 139).

66 Sur le paganicum, cf. Rebuffat, Vocabulaire, p. 33-34.

67 Cf. ci-dessus, IIe partie, chap. II, note 92.

68 Cf. ci-dessus, p. 112-113 et 330. Cette façon de mélanger l’analyse des termes heliocaminus et solarium (Nielsen, Thermae, p. 161 ; Yegül, Baths and bathing, p. 382) facilite d’autant moins la réflexion que le premier mot a été mis en relation avec des réalités archéologiques d’une manière qui nous paraît erronée.

69 C’est un des lieux où I. Nielsen situe l’unctorium (Thermae, p. 161 ; Pline, Ep., 2, 17, 11 : cella frigidaria... Adjacet unctorium...). Comme elle le souligne, à Piazza Armerina, le décor mosaïqué de la pièce unissant le frigidarium au secteur chauffé montre un homme se faisant enduire d’huile. Peut-on en conclure qu’il s’agit de l’unctorium ? La mosaïque montre d’autres scènes, en particulier des desservants portant un seau, comme sur certaines mosaïques d’Ostie. Le décor ne paraît donc pas spécifiquement lié au lieu qui ressemble d’ailleurs plus à un local de transition qu’à une pièce spécifique.
Dans le cas des thermes marocains où, à la suite de plusieurs auteurs, nous proposons d’identifier un destrictarium autonome destiné aux sportifs (cf. ci-dessus, note 7), on pourrait aussi penser à un unctorium. C’est l’interprétation proposée par R. Thouvenot et A. Luquet dans le cas des grands thermes de l’Ouest de Banasa (PSAM, 9, 1951, p. 12-13) et repris par I. Nielsen (fig. 125). Cette solution paraît cependant peu satisfaisante : on imagine mal des bâtiments relativement importants, mais dotés seulement de quatre locaux chauffés, en consacrer un aux onctions.

70 Sur l’instrumentum balnei (Apulée, Mét., III, 12, 5 : balnearus, ibus), cf. par exemple, Nielsen, Thermae, p. 142-144.

71 Ces récipients, ampulla ou gutus, ont été fréquemment retrouvés lors de la fouille de thermes. En Afrique, cf. l’énumération d’A. Merlin, dans BAC 1915, p. CLXIV, ou l’exemplaire trouvé à Thina (Gauckler, NAMS, 15, p. 338-339), ou encore les découvertes effectuées dans les thermes d’hiver de Thuburbo Maius (Merlin, CRAI 1917, p. 76-77). Le magasin n’a cependant été repéré qu’à Thina, dans les thermes des mois (cf. la notice). M. Fendri l’appelle elaeothesium, mais le terme n’est utilisé qu’une seule fois, par Vitruve (sur ce mot, dont on ne sait s’il désigne une salle où s’oignent les baigneurs, ou bien un magasin, cf. Nielsen, Thermae, p. 165).

72 On notera l’inscription d’Henchir Haouli n° 21 où apparaît peut-être le mot oleum pour lequel A. Merlin a suggéré la restitution d’un local ad conservandum oleum.

73 I. Nielsen propose plusieurs identifications d’unctorium dans ses plans annotés, cependant elle remarque elle-même que l’inscription de Thagura est la seule attestation écrite de la présence d’un tel local dans un édifice public (Thermae, p. 161). La comparaison avec l’aleipterion est délicate. Le manuel scolaire édité par A. C. Dionisotti traduit ce mot par unctoria, mais le fragment de phrase est bizarre : Intravi in unctoria. À moins de supposer un curieux pluriel, il faut sous-entendre cella, et on attendrait alors l’accusatif. La fin de la phrase est ambiguë : poposci gutum. On peut comprendre que le baigneur demande à un aide de lui passer le flacon d’huile, mais aussi que, étant entré dans le dépôt, il demande une fiole. Surtout, l’équivalence avec aleipterion ne nous éclaire que partiellement. De fait, le mot, auparavant précisément utilisé pour désigner un local où on s’enduit d’huile, perd de sa précision à l’époque romaine au point d’être employé pour mentionner l’ensemble de l’édifice (C. Foss, Aleipterion, dans Greek, Roman and Byzantine studies, 16, 1975, p. 217226). Un sens aussi général pourrait parfaitement convenir à l’inscription de Thagura si le mot cella n’apparaissait pas réellement impropre à une telle dilatation du sens de l’expression.

74 ILAfr, 459 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 355.

75 Ci-dessus, IIe partie, chap. II, p. 102-104.

76 Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.

77 L’expression apparaît dans l’Histoire Auguste (Caracalla, 9, 4-5 : cella solearis), ce qui tend à confirmer le lien existant entre ces textes et l’Afrique. Toutes ses autres mentions relèvent de l’épigraphie africaine :
Abbir Maius (n° 1) : et soliarem ruina conlapsum. On pourrait sous-entendre soliarem cellam, mais nous avons alors une faute d’accord sur conlapsum. Il semble bien que, dans ce cas, l’adjectif soit substantivé : on restaure le soliaris. C’est la traduction proposée par C. Lepelley (Cités, II, p. 54). R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 18), qui accuse d’ailleurs injustement ce dernier de traduire soliaris par « baignoires avec sièges », parle de « la soliaris », mais le substantif ainsi créé doit être masculin.
Henchir Haouli (n° 21) : soliar[em cellam]. On notera que cette restitution, à la lumière du texte précédent, devient incertaine, cella ne s’imposant pas de manière incontournable.
Thuburbo Maius (n° 52) : cellam s]oliarem cum solis. Même remarque que pour l’inscription précédente.
Thuburnica (n° 54) : cellam soliarem.
Madauros (n° 147) : soliarem cellam. Avec le suivant, c’est le seul texte qui nous donne véritablement l’expression cella soliaris.
Le sens de cette expression a été, pour la première fois et de manière définitive, explicité par F. G. de Pachtère, Sur la cella soliaris des thermes de Caracalla, dans MÉFR, 29, 1909, p. 401-406.

78 F. G. de Pachtère (ibid., p. 405) avait déjà remarqué que solium, c’est-à-dire la baignoire d’eau chaude, pouvait servir à désigner la salle elle-même. R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 3, note 4) n’en trouve « qu’un exemple douteux en CIL VIII 948, solium estibalium ». Il nous paraît, au contraire, très vraisemblable. En fait, cette inscription de Tubernuc (n° 63) comporte solium estibalium thermarum. Il est difficile de comprendre que l’on mentionne la restauration d’une baignoire en précisant qu’elle appartient aux thermes d’été, précision à la fois inutile et floue. En revanche, la phrase prend tout son sens si elle signale la restauration de la salle des bains chauds.

79 À moins qu’il ne faille comprendre qu’il s’agit de la cella balnearum mentionnée peu auparavant ; sur cette question, cf. ci-dessus, note 61.

80 Thuburbo Maius, n° 52 : redditis ueteribus exceptoriis ; Thugga, n° 57 : exceptoriis ; Calama, n° 95 : et excepto[rio ––– ext]ructo. Dans ce dernier cas, il s’agirait de la construction d’un réservoir, le mot étant employé au singulier : la lacune laisse cependant un doute.
Ces réservoirs ne sont évidemment pas propres aux thermes. Leur importance est telle qu’ils peuvent recevoir un surnom impérial : cf. les exceptoria Antoniniana de Thuburbo Maius (Merlin, CRAI 1912, p. 357 = ILAfr, 268).

81 Nielsen, Thermae, p. 154.

82 R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 21), à piscinas duas préfère l’ancienne lecture de Willmanns, scalas duas. Pourtant, celle de Toussaint, qui repose sur deux versions de l’inscription, ne paraît pas prêter au doute sur ce point (BAC 1893, p. 209-210). L’argument selon lequel les travaux n’ont pas concerné les salles thermales ne vaut que si l’on refuse la lecture piscinas. Tout laisse penser, au contraire, que l’on a restauré les deux piscines du frigidarium.

83 Nielsen, Thermae, p. 157 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.

84 Solium : Henchir Haouli (n° 21) ; sans doute Siagu (n° 37) ; Thuburbo Maius (n° 52) ; Ziqua (n° 73) ; Madaure (nos 145 et 146).

85 Juvénal (Sat., 6, 419 sq) mentionne des flacons d’huile appelés conchae à cause de leur forme (cité par Nielsen, Thermae, p. 142, note 28).

86 Ce mot est étudié par R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 16 et 20), qui se fonde sur une inscription de Neckarburken, où le sens général de « récipient » ne pose guère de problème, et un poème de l’Anthologie latine (Riese 377) qui célèbre la construction de thermes. Le vers 3 est le suivant : (manus, c’est-à-dire les constructeurs) curuauit cameris uario pro schemate conchas. P. Monceaux (RA, 1906, p. 267) écrivait : « le mot conchas peut désigner ici soit de grandes coquilles d’où s’épanchait l’eau, soit les bassins qui la recevaient, soit des absides qui décoraient les salles des thermes ». De fait, le problème central est celui du mot camera, que l’on peut prendre dans le sens de pièce, ou dans celui de voûte. C. Lepelley pense que les conchae signifient, selon l’acceptation latine tardive, des cuves, des bassins. C’est également le point de vue de R. Rebuffat qui traduit : « (la main qui a construit) a courbé pour les salles des conques de figures diverses ». Inversement, une traduction récente (Memorabile factum, p. 260) propose : « jouant de la variété dans le dessin des voûtes, elle y a courbé ces conques ».
À notre avis, le sens de concha, coquille-récipient, rend peu probable que l’image du coquillage soit appliquée ici à des voûtes. Nous avons cependant rencontré un cas, à Thuburbo Maius, où le couvrement d’un bassin pourrait être comparé à une coquille (cochlea : cf. la notice). En tout cas, l’inscription de Satafis, où le mot conchae est isolé, implique qu’il s’agit de « récipients ».

87 Adam, Construction, p. 289, fig. 624 : coupe sur un des solia du caldarium des thermes du forum, à Ostie, avec présence d’une feuille de plomb d’étanchéité entre les bipedales reposant sur les piles de l’hypocauste et l’épaisse couche de béton de tuileau formant le fond du solium. Cf. aussi A. Carandini, A. Ricci, M. de Vos, Filosofiana. La villa di Piazza Armerina, Palerme, 1982, p. 367 : protection en plomb du bassin du caldarium.

88 Ce texte de Palladius s’inspire directement d’une de ses sources essentielles, à savoir Faventinus, XVI, 3 : Plumbeum uas, quod patenam aeream habet, supra fornacem conlocetur, alterum simile frigidarium secus ut, quantum caldae ex eo in solio admittatur, tantum frigidae infundatur.

89 Balneum des frères arvales, p. 97-100.

90 A. Berthier, Un collège de Mercure à Cirta, dans BAC, 1941-1942, p. 250-256.

91 Id., ibid., p. 255 : Paul, Sent., III, 6, 45. On notera aussi sa présence dans la liste de noms, dénues de tout commentaire, qui accompagne la visite aux bains décrite dans le manuel scolaire publie par A. C. Dionisotti (cf. note 62).

92 Mét., II, 19, 5.

93 Mét., IV, 7, 5. C’est le seul endroit ou le bain est rapidement décrit, mais cela est uniquement du au fait qu’il se déroule hors des installations classiques : les brigands se chauffent a un grand feu, s’aspergent d’eau chaude et se frottent d’huile.

94 Mét., I, 23, 8 ; III, 12, 6. Dans ces passages apparaissent les verbes lavare, unguere, tergere, qui appartiennent au vocabulaire thermal usuel, tout comme perfundere et perungere utilises dans le passage cite a la note 93 (cf. Rebuffat, Vocabulaire, index, p. 31).

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540