Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Quatrième partie. Architectures thermales africaines

Chapitre I. Thermes de plan symétrique (type impérial)

Texte intégral

1C’est dans les grands édifices thermaux de la Ville, construits par les Empereurs, que s’élaborent les solutions qui permettent l’application aux monuments balnéaires des principes d’axialité et de symétrie développés dans d’autres secteurs de l’architecture à l’époque hellénistique (cf. ci-dessus, IIe partie, chap. II). C’est donc à juste titre que les thermes de plan symétrique sont aussi dits de type impérial, même si la diffusion de ce parti architectural se fera souvent hors de l’intervention du pouvoir central. Si cette assimilation plan symétrique-plan impérial ne pose pas de problème à Rome et en Afrique, il est cependant nécessaire de préciser le vocabulaire en ce qui concerne les autres régions de l’Empire. Il y existe en effet des bâtiments dont le plan est composé de façon symétrique mais qui ne correspondent cependant pas au type impérial, avec la circulation rationnelle des baigneurs et les solutions architecturales souvent grandioses qu’il autorise.

2Si l’on veut réfléchir sur la signification du plan symétrique de type impérial, il faut donc le distinguer d’autres partis, que l’on peut caractériser par un trait majeur, à savoir l’instauration, dans le secteur chauffé, d’itinéraires partiellement ou entièrement rétrogrades. Dans la typologie de D. Krencker, ce critère regroupe les plans avec dédoublement d’une section (Thermen mit Verdoppelung einzelner Abschnitte : fig. 237), ainsi qu’une partie des bâtiments avec une bifurcation interne du cheminement (Thermen mit einer inneren Gabelung des Weges : fig. 238a, b et f, en laissant de côté d et e qui ne sont que des schémas théoriques). Parmi ces solutions planimétriques, on notera Krencker 238b, qui se rapproche considérablement du type impérial mais qui en diffère par l’absence de liaison entre caldarium et frigidarium par l’intermédiaire d’un tepidarium de sortie spécifique, trait qui implique donc que le baigneur revienne sur ses pas après avoir atteint la salle des bains chauds. C’est sensiblement le type VI d’I. Nielsen, double symmetrical row type, c’est-à-dire les bâtiments avec deux itinéraires en ligne symétriques, hormis le fait que cet auteur, se fondant sans doute sur les réalités asiatiques, limite sa définition à une position sur une même ligne de toutes les salles chauffées. Pour construire une typologie, une telle limitation apparaît inutile.

  • 1 Cf. aussi Nielsen, Thermae, p. 4.

3La diffusion du modèle prestigieux que constitue le plan symétrique de type impérial présente des caractéristiques remarquables. D’un point de vue géographique, elle révèle de fortes différences qui ne peuvent être dénuées de significations. D’un point de vue typologique, elle aboutit à des solutions diverses qui, elles aussi, nécessitent une analyse. Contrairement à D. Krencker, nous ne distinguerons pas, dans un premier classement des édifices, entre petit et grand type impérial, car, si le plan diffère en dimensions et nombre de pièces, il reste fondamentalement le même1. En revanche, cette réalité ne saurait dispenser de pousser plus avant l’analyse afin de tenter de mieux appréhender le sens historique réel de ces monuments qui, sinon, seraient quelque peu arbitrairement regroupés sous une même dénomination.

I–GÉOGRAPHIE ET CHRONOLOGIE DES THERMES SYMÉTRIQUES AFRICAINS (TYPE IMPÉRIAL)

A) Le dossier africain

4Le catalogue élaboré dans la troisième partie permet de dresser le tableau suivant (pl. CXLVI) :

  • 1 : El Knissia. Date inconnue.

  • 2 : Karthago. 145 (ou plutôt 157)-161.

  • 3 : Mactaris, grands thermes Est. 199.

  • 4 : Sicca Veneria. Date inconnue.

  • 5 : Thelepte. Date inconnue.

  • 6 : Thugga, thermes d’Aïn Doura. Époque sévérienne ?

  • 7 : Thugga, thermes liciniens. Caracalla ?

  • 8 : Uthina, grands thermes. Première moitié du iie siècle.

  • 9 : Utica, grands thermes. Date inconnue.

  • 10 : Caesarea, grands thermes Ouest. Date inconnue.

  • 11 : Cuicul, grands thermes Sud. 183-184.

  • 12 : Cuicul, thermes du capitole. iie siècle (première moitié ?).

  • 13 : Hippo Regius, grands thermes Sud. 198 au plus tard.

  • 14 : Lambaesis, thermes du camp. Hadrien ?

  • 15 : Lambaesis, grands thermes. Dernières années du iie siècle.

  • 16 : Tubusuptu, grands thermes. Époque sévérienne et plus tard ?

  • 17 : Thamugadi, grands thermes Nord. Date inconnue.

5Le catalogue nous permet d’identifier dix-sept thermes de plan symétrique. Seuls deux d’entre eux, les bâtiments de Thelepte et Tubusuptu, n’appartiennent à cette série qu’à titre d’hypothèse, mais la validité de cette dernière est tellement probable qu’il ne nous paraît pas nécessaire d’insister sur cette nuance. En revanche, il est clair que ce nombre, pour impressionnant qu’il soit, ne rend que partiellement compte de la réalité. De fait, dans l’état actuel de la documentation, il faut prendre en considération trois autres édifices trop incomplètement connus pour avoir pu faire l’objet d’une notice dans le catalogue :

6– 18 : Bulla Regia, grands thermes Sud (Hammam Darradji ; Proconsulaire ; AAT, f. 34, Fernana, n°137 ; Ruines de Bulla Regia, p. 114115 ; Y. Thébert, Les thermes memmiens et les grands thermes Sud de Bulla Regia, Mémoire de l’EFR, 1975, ex. dactylographiés, p. 143-169). Le bâtiment n’a été qu’effleuré par les fouilles, mais la masse des voûtes écroulées retient d’autant plus l’attention que ces blocs permettent de restituer, sensiblement au cœur de l’édifice, une ample salle couverte d’une voûte d’arête flanquée de deux berceaux (Thébert, p. 154). Selon toute probabilité, il s’agit du frigidarium.

7Les vestiges visibles permettent de reconnaître un monument mesurant environ 60 × 55 m, soit 3 300 m2. Il s’agit donc de grands thermes. Nous en connaissons fort peu de choses, mais la façade occidentale, qui fait large usage du grand appareil, est animée par deux avancées de plan courbe séparées par une paroi qui semble située parfaitement dans le grand axe du monument. Un sondage ancien effectué dans l’une d’entre elles permit de découvrir un hypocauste. La restitution la plus probable implique donc un caldarium en position axiale, doté à l’Ouest de deux absides abritant sans doute des bassins. Le peu d’éléments dont nous disposons suggère fortement de grands thermes de plan symétrique.

819 : Membressa (Mejez el Bab ; Proconsulaire ; AAT, f. 27, Medjez-el- Bab, n° 19 ; pl. CXLVII-1). Ce monument est rongé par des installations modernes, une mosquée à l’Est, des constructions diverses au Nord et, au Sud, une récente Recette des finances dont l’érection a fait perdre tout espoir de connaître un jour l’organisation du secteur froid.

9La nature des vestiges visibles au cours des années, les uns apparaissant, les autres disparaissant, permet de reconnaître un édifice dont les ruines appartenant à la partie proprement balnéaire occupent un espace d’au moins 45 × 30 m. Il s’agit donc, au minimum, de thermes de dimensions moyennes.

10Le secteur le moins mal connu consiste en salles chauffées situées au Nord et longées par un couloir de service qui fait retour à l’Est et à l’Ouest. Leur disposition nous paraît démontrer que nous sommes en présence d’un bâtiment de plan symétrique. En effet, en position axiale, se trouve une grande salle dont seule la moitié septentrionale est visible : elle correspond à une pièce de plan octogonal. Sur le côté Nord, un grand bassin rectangulaire se développe en avancée par rapport à l’alignement de la façade. Les deux côtés adjacents sont équipés d’un bassin semi-circulaire plus restreint. Tout indique que nous sommes en présence du caldarium.

11Les autres salles chauffées se développent de part et d’autre de ce dernier, sans que l’on puisse distinguer les bassins ni les baies de circulation. À l’Ouest, le caldarium est flanqué d’un local orienté Nord-Sud et muni d’une abside à chacune de ses extrémités. Il paraît avoir commandé deux pièces disposées encore plus à l’Ouest, l’une dotée d’une abside occidentale, l’autre, logée dans l’angle du bâtiment, de plan octogonal. Ces trois locaux bénéficiaient d’un chauffage direct.

12La moitié orientale de l’édifice est encore moins bien connue. Nous n’y retrouvons pas la pièce octogonale, dont l’emplacement est occupé par un local rectangulaire qui semble être un praefurnium. En revanche les deux locaux à abside sont partiellement reconnaissables, en une position symétrique par rapport à l’axe Nord-Sud du caldarium.

13Le dossier est maigre. En particulier, nous ne connaissons rien du secteur froid. Il nous paraît cependant suffisant pour proposer la solide hypothèse de thermes de plan symétrique où les salles chaudes, au sein desquelles alternent et se combinent formes courbes et octogonales, se disposent de part et d’autre d’un grand axe dont nous ne connaissons plus que l’extrémité septentrionale marquée par le caldarium, et le long duquel il faut, selon toute probabilité, restituer le tepidarium de sortie et le frigidarium.

14– 20 : Calama (Guelma ; Proconsulaire ; AAAlg, f. 9, Bône, n°146. Gsell, Monuments antiques, I, p. 227-228 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 201-203 ; pl. CXLVII-2).

15Les données disponibles sont d’autant plus rares que le monument n’a été que très partiellement fouillé. Il est hypothétiquement daté du iie siècle par S. Gsell, qui se fonde uniquement sur l’excellente qualité de la construction. Autant dire qu’il est plus prudent de considérer que sa date est inconnue (la présence d’assises de briques scandant le parement de moellons pourrait indiquer l’époque sévérienne ou une date plus tardive).

16La partie la plus claire concerne le frigidarium et ses abords immédiats. Il mesure environ 22 × 14 m. Cette ampleur (plus de 300 m2) reflète celle de l’ensemble du monument qui, sans tenir compte d’éventuelles palestres, semble couvrir nettement plus de 3 000 m2, et donc appartient indubitablement à la catégorie des grands thermes. Dans les longs murs de la salle des bains froids, des consoles supportent le départ de quatre arcs, deux aux extrémités, deux autres au milieu de la pièce. La restitution d’une toiture plate soutenue par des solives s’appuyant elles-mêmes sur ces arcs jouant le rôle de poutres (Gsell, Krencker, pl. CXLVII-3) ne nous convainc pas. Même si les murs s’élèvent au-dessus des consoles sans paraître s’incurver, il nous semble préférable d’envisager l’hypothèse d’arcs encastrés dans une longue voûte de blocage et la compartimentant. C’est le parti adopté pour le couvrement du vestiaire des thermes memmiens de Bulla Regia, où deux arcs clavés, en saillie par rapport au blocage du couvrement, constituent de véritables doubleaux facilitant la construction de cette dernière (plus précisément des doubleaux masqués si l’on restitue le coffrage de tubes et les enduits : Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 35-37). L’hypothèse d’un « étage ménagé sous le toit » (Gsell, p. 227) ne repose sur rien : « les trous pour l’insertion des madriers qui supportaient le plancher » ne sont, très probablement, que les encastrements des poutres d’un plancher provisoire nécessaire à la construction de la voûte (Broise, Thébert, ibid., p. 388).

17Comme le propose D. Krencker, il faut vraisemblablement restituer deux bassins froids sur chacun des petits côtés et une natatio à l’Est.

18Dans le secteur chauffé, les rares vestiges visibles permettent cependant de reconnaître, selon toute probabilité, un plan symétrique. Il nous paraît qu’il faut, une fois de plus, suivre D. Krencker et discerner le caldarium dans la pièce en position axiale s’achevant à l’Ouest sur une abside. Sans doute s’agit-il d’une vaste salle des bains chauds qui englobait aussi les locaux a et a’ du plan Krencker. L’emplacement du tepidarium de sortie s’impose, interposé entre cette dernière et le frigidarium le long d’un axe qui s’achève, à l’Est, sur la natatio.

19Dans l’état actuel de la documentation, il est difficile de restituer le début du circuit chauffé. À titre d’hypothèse, nous proposerons de reconnaître les tepidaria d’entrée de part et d’autre de celui de sortie, directement accessibles à partir du frigidarium. De là, on serait passé dans les destrictaria situés au Nord ou au Sud des précédents puis, après un virage à angle droit vers l’Ouest, aux laconica mitoyens des petits côtés du caldarium. Répétons-le, tout cela reste hypothétique. En revanche, l’identification de grands thermes de plan symétrique paraît bien établie.

20Nous avions donc dix-sept thermes de plan symétrique que l’on doit considérer comme certains ou hautement probables, cette dernière appréciation ne concernant que les bains de Thelepte et Tubusuptu. Il faut en ajouter trois que nous pouvons classer comme très probables (Calama et Membressa, où la composition du secteur chauffé est un critère décisif malgré notre ignorance complète de l’organisation des salles froides), ou probable (Bulla Regia).

  • 2 P. Gros (Architecture romaine, 1, p. 409) souligne que, en Afrique, le type impérial « est représen (...)
  • 3 A. Berthier, Tiddis, Alger, 1951, plan n°5. F. Yegül (Baths and bathing, p. 186) considère que cet (...)

21C’est donc sur la base de vingt thermes qu’il faut réfléchir, nombre qui excède de loin ceux jusqu’alors pris en considération par les analyses2, mais qui ne donne cependant qu’un reflet affaibli de la réalité. Nombre de grandes cités, en particulier celles, telles Hadrumetum ou Cirta, qui ont connu un mode d’occupation dynamique et continu jusqu’à nos jours, sont dépourvues de ces monuments dont peuvent se flatter des villes bien moindres comme Thamugadi ou Thugga. Il est clair que notre documentation est incomplète. Même parmi les édifices repérés mais insuffisamment connus, il en est sans doute qu’il faudrait, en fait, rattacher au type impérial : ainsi, peut-être, à Tiddis3. Il faut se rappeler que, sans l’article récent de J.-P. Laporte qui s’est livré à un examen attentif des vestiges, il n’aurait pas été possible de reconnaître la nature exacte des thermes de Tubusuptu, pourtant visités depuis longtemps.

B) Les thermes de type impérial dans l’Empire romain (pl. CXLVIII)

22Le dossier africain prend toute sa valeur et sa signification si on le replace dans le contexte de l’Empire. Une telle opération permet en effet, sur la base des données actuellement disponibles, de dessiner une géographie particulièrement éloquente.

1) Thermes de type impérial en Occident

  • 4 Aux thermes de Néron, Titus, Trajan, Caracalla, Dioclétien et Constantin, il faut ajouter la versio (...)

23Il faut évidemment mettre à part le cas de Rome. En liaison directe avec la personne de l’Empereur, c’est le lieu où s’élabore ce type de monument et où en sont réalisées les versions les plus grandioses. Les vestiges et les relevés de la Renaissance permettent d’ores et déjà de reconnaître sept thermes de cette catégorie, et ils furent très certainement plus nombreux4.

24Hors de la Ville, les thermes occidentaux de plan symétrique apparaissent, en revanche, tout à fait exceptionnels. Nous n’en connaissons que deux exemples assurés au Nord de la Méditerranée. Ils se trouvent à Trèves : les thermes de Barbara, du milieu du iie siècle, et les thermes impériaux construits sous Constantin lorsque la ville devint capitale. Il faut sans doute leur adjoindre des thermes de Milan, érigés sous la Tétrarchie lorsque la cité devint le siège d’un des Augustes. Comme à Rome, la marque directe du pouvoir impérial intervient donc directement dans l’érection de ces monuments symboliques.

  • 5 Sur Augst (Augusta Raurica), Nielsen, C.157. Sur Arles, Nielsen, C.97 (thermes semi-symétriques : c (...)

25De fait, outre les thermes de Barbara, des constructions de ce type indépendantes de l’intervention directe du pouvoir central n’apparaissent qu’à titre d’hypothèse et en nombre très restreint : peut-être les bains du centre, à Augst, et ceux du « palais de Constantin », à Arles5 ; sans doute pas les thermes de la place des Jacobins, à Limoges. D’autres bâtiments, conçus selon un parti symétrique, ne sont que des thermes doubles juxtaposant deux itinéraires complètement distincts, circulaires (Chassenon, Allones) ou rétrogrades (Vieil-Évreux). Il apparaît ainsi que, en Occident, la rive méridionale du bassin occidental de la Méditerranée offre un nombre tout à fait exceptionnel de thermes de type impérial.

26Cela est d’autant plus vrai que les réalités de l’Afrique du Nord trouvent un prolongement en Tripolitaine, c’est-à-dire dans cette partie de l’actuelle Libye la plus proche de la Tunisie, région qui, sous le Haut-Empire, faisait d’ailleurs partie de l’Africa Proconsularis.

  • 6 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 217-219 ; R. Bartoccini, Le terme di Lepcis (Leptis Magna), dan (...)
  • 7 Di Vita-Evrard, ibid, p. 36 et note 5.
  • 8 Ces restaurations ou reconstructions partielles ont pu être exagérées : cf. J. C. Fant, IRT 794b an (...)

27En effet, la principale cité de cette contrée, Lepcis Magna, possède deux thermes de type impérial. Il s’agit d’abord des grands thermes rigoureusement construits de part et d’autre d’un axe caldarium-tepidarium-frigidarium-natatio découverte6. Il faut noter que cet édifice date du règne d’Hadrien, sa dédicace étant effectuée entre la fin de l’année 136 et le début de 1387. Il fut l’objet de restaurations ou reconstructions dont l’ampleur exacte est difficile à apprécier8.

  • 9 R. Goodchild, The unfinished « Imperial » baths of Leptis Magna, dans Libya antiqua, 2, 1965, p. 15 (...)

28Il s’agit ensuite des thermes du bord de mer (pl. CXLIX). Dans ce cas, nous avons affaire à un bâtiment balnéaire qui, sans doute au cours du ive siècle, est l’objet de grands travaux destinés à le transformer radicalement9. L’interruption du chantier nous permet de saisir une étape dans le déroulement des opérations que nous ne pouvons habituellement connaître. Le fait est, évidemment, plein d’enseignements, et nous aurons l’occasion d’y revenir. Ce qui nous intéresse pour le moment est de noter que, depuis longtemps, on a reconnu dans ces travaux en cours le dessein de créer des thermes de type impérial. L’ampleur et la position respective des nouveaux frigidarium et caldarium ne laissent effectivement aucun doute sur la nature réelle du projet : il nous paraît même possible de proposer une hypothèse de restitution des autres salles du secteur chauffé telles qu’elles étaient programmées, de part et d’autre de l’axe caldarium-tepidarium de sortie-frigidarium aboutissant à une natatio couverte. Nous proposons aussi, de part et d’autre de la salle des bains froids, la restitution de deux gymnases couverts, une palestre étant sans doute prévue à l’Ouest, en façade du bâtiment (pl. CXLIX-2).

2) Thermes de type impérial en Orient

29La situation orientale se présente de façon très caractéristique. On y trouve en effet, d’une part quelques exemples de thermes de plan symétrique dispersés dans l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée, d’autre part une concentration tout à fait remarquable de ce genre d’édifices dans la province d’Asie.

  • 10 Dans l’état actuel de nos connaissances, il ne nous paraît pas possible de prendre en compte :
    – Cor (...)

30Hors ce dernier territoire, il nous paraît possible de dresser la liste suivante10 :

  • Sofia (Serdica) avec, apparemment, un unique tepidarium, à la fois d’entrée et de sortie, ce qui trahit une version réduite du programme (Nielsen, C.206).

  • Varna (Odessos : Nielsen, C.368).

  • Alexandrie : bien que la fouille soit très incomplète, le bâtiment semble caractérisé par un strict programme symétrique relevant du type impérial (Nielsen, C.280).

  • Ankara (Ancyra : Nielsen, C.336, Yegül, fig. 350).

  • Antioche (Nielsen, C.374).

  • Peut-être Philippopolis (Es Schuhba ; Nielsen, C.383). Ce monument, qui n’a pas été fouillé, reste très mal connu. Sa composition symétrique pourrait cependant correspondre à une conception de type impérial.

  • Peut-être Termessos (Yegül, Baths and bathing, p. 274, fig. 338), mais la connaissance très partielle que nous avons du monument ne permet pas de comprendre vraiment le secteur froid et son articulation avec le secteur chaud.

31Outre le fait que deux de ces bâtiments, Alexandrie et Antioche, appartiennent à deux des plus grandes villes de l’Empire, on notera aussi que deux d’entre eux (Antioche et Philippopolis) se trouvent dans la province de Syrie, tandis que deux autres (Ankara et Termessos) sont situés à peu de distance de l’Asie.

32Le nombre d’édifices orientaux que nous pouvons actuellement prendre en considération est donc très restreint. Il en va autrement dans la province d’Asie :

  • Aizanoi (Cavdarhisar ; Nielsen, C.290 ; ici pl. CLII-1).

  • Peut-être Alexandria Troas (Nielsen, C.292). Le monument n’ayant pas été fouillé, il est difficile d’être aussi affirmatif qu’I. Nielsen ou F. Yegül (ibid., p. 283, fig. 355 ; ici pl. CLII-2) quant à son appartenance au type impérial. Comme l’avait souligné D. Krencker, les rapports architecturaux entre le caldarium et le frigidarium restent inconnus, et il n’est pas certain qu’ils aient été unis par un tepidarium (Trierer Kaiserthermen, p. 286).

  • Peut-être Aphrodisias (Nielsen, C.293). Cet auteur n’établit pas de liaison entre le caldarium et le secteur froid, et restitue donc deux itinéraires rétrogrades. En revanche, F. Yegül articule la salle des bains chauds et un frigidarium dédoublé par l’intermédiaire d’un tepidarium (ibid., p. 276, fig. 343 ; ici pl. CLII-3).

  • Peut-être Caunos (Yegül, ibid., p. 253, fig. 300). Le bâtiment est très incomplètement connu. Il semble cependant construit symétriquement de part et d’autre d’un axe le long duquel paraissent s’aligner caldarium, tepidarium et frigidarium ( ?).

  • Éphèse, thermes du port (Nielsen, C.295 ; ici pl. CLII-4).

  • Éphèse, thermes Est (Nielsen, C.298 ; ici pl. CLIII-1).

  • Éphèse, thermes de Vedius (Nielsen, C.297 ; ici pl. CLIII-2).

  • Éphèse, thermes du théâtre (Nielsen, C.300), quoique les rapports entre le caldarium et le frigidarium apparaissent si inutilement compliqués que l’on peut se demander, comme I. Nielsen, s’il s’agit bien d’un édifice de type impérial ou, plutôt, de deux itinéraires rétrogrades symétriques (Yegül, ibid., p. 281, fig. 353 ; ici pl. CLIII-3).

  • Sans doute Hiérapolis (Nielsen, C.302, qui hésite entre un édifice de type impérial ou à deux itinéraires rétrogrades). La fouille est restée incomplète, mais on peut probablement restituer un plan de type impérial avec dédoublement du frigidarium (Krencker, ibid., p. 288 sq. ; ici pl. CLIII-4).

  • Peut-être Magnésie du Méandre, thermes Ouest (Nielsen, C.303, qui hésite entre type impérial et deux itinéraires symétriques). L’absence de fouille n’interdit pas de reconnaître un bâtiment essentiellement symétrique, mais ne permet pas d’identifier précisément le frigidarium, et encore moins de restituer les circulations. F. Yegül (ibid., p. 278) affirme qu’il s’agit d’un type impérial : il en manque la preuve (cf. fig. 346 ; ici pl. CLIII-5), et elle manque encore plus pour les bains « de la caserne » qui, selon lui, appartiendraient au même groupe (cf. fig. 347).

  • Peut-être Nysa (Yegül, ibid, p. 417, fig. 502). Ces thermes sont encore largement ensevelis. Cependant, ce que l’on en connaît suggère fortement un plan symétrique de type impérial, ou un plan semi-symétrique, mais ce dernier parti est rare en Asie Mineure (Yegül, p. 416).

  • Sardes (Nielsen, C.315 ; Yegül, ibid., p. 285, fig. 360 ; ici pl. CLIII-6).

C) Architecture thermale et pôles de l’Empire

  • 11 Lepcis Magna devait être la seconde ville d’Afrique en importance (Lepelley, Cités, II, p. 337).

33Si l’on essaie de dégager les traits majeurs de la distribution géographique des thermes de type impérial, on peut mettre cette dernière en relation avec la structure urbaine au sens démographique du terme. Rome, Carthage, Alexandrie, Antioche, on constate que les plus grandes agglomérations sont dotées de ces bâtiments. D’autres cités ainsi équipées, si elles ne peuvent se comparer aux précédentes, sont cependant de grands centres populeux, ainsi Arles, Lepcis Magna11, Éphèse. Cette observation paraît logique et peut même sembler une évidence. Elle ne suffit cependant pas à rendre compte des données disponibles. De fait, des villes moyennes ou même petites peuvent, elles aussi, être dotées de telles installations. Pour rester en Afrique, ce ne sont pas les chiffres de population de cités comme Thugga, Bulla Regia ou Thamugadi qui suffisent à expliquer l’érection de ces monuments.

34Il faut donc prendre en considération d’autres critères, d’ordre politique et économique. De fait, la construction de thermes de type impérial correspond au transfert dans les provinces de modèles prestigieux qui caractérisent par excellence la Ville. Si toute colonie est à l’image de Rome et peut légitimement se considérer comme un double de la capitale, posséder des thermes conçus selon les réalisations de l’Urbs est une façon efficace de démontrer la réalité de cette prétention, de la matérialiser.

35À cette dimension politique, il faut aussi adjoindre un volet économique. L’ambition que révèlent ces édifices nécessite la mobilisation de ressources importantes, pour leur construction mais aussi leur fonctionnement et leur entretien. Il ne suffit pas de vouloir, il faut aussi pouvoir.

1) Thermes de type impérial et politique

  • 12 Sur Trèves, S. Rinaldi Tufi, Treviri, città regale sulla Mosella, dans Storia di Roma, 3, II, p. 11 (...)
  • 13 Sur Milan, F. Rebecchi, Milano, rivale di Roma, dans Storia di Roma, 3, II, p. 105-112.
  • 14 S. Calderone, Costantinopoli : la « seconda Roma », cia, Acaia, Creta, dans Storia di Roma, 3, II, (...)
  • 15 P.-A. Fevrier, Le Gallie meridionali, dans Storia di Roma, 3, II, p. 406-407.

36Un premier aspect est l’intervention directe de l’Empereur. Elle est évidente à Rome, mais concerne aussi d’autres cas. Nous avons déjà souligné ceux de Trèves, du moins en ce qui concerne les « thermes impériaux » érigés par Constantin12, et de Milan13, deux villes devenues capitales impériales sous Dioclétien. On pourrait ajouter les cas de Philippopolis, re-fondée par Philippe l’Arabe ; de Sofia, que Constantin considéra comme « sa » Rome et à laquelle il songea pour créer sa nouvelle capitale14 ; ou encore d’Arles, siège d’un atelier monétaire impérial depuis Constantin et du préfet du prétoire des Gaules à la fin du ive siècle : son rôle économique et sa richesse la prédisposaient à devenir, elle aussi, un relais essentiel du pouvoir impérial15.

  • 16 G. Bejor, L’oriente europeo : Macedonia, Epiro, Tracia, Acaia, Creta, dans Storia di Roma, 3, II, p (...)
  • 17 G. Bejor, L’oriente asiatico : Bitinia-Ponto, Galazia, Cappadocia, dans Storia di Roma, 3, II, p. 5 (...)
  • 18 G. Bejor, Antiochia, metropoli dell’Asia, dans Storia di Roma, 3, II, p. 137-141.

37Bien des villes dotées de thermes de type impérial se caractérisent aussi par le fait qu’elles jouent un rôle important dans l’organisation politique et administrative de l’Empire. Toutes ou presque sont des capitales de peuples ou de districts subdivisant une province, ou encore sièges du culte impérial provincial. Beaucoup sont ou ont été, à un moment ou à un autre, capitale d’une province : Trèves (Belgique I), Lepcis Magna (Tripolitaine), Serdica (Dacia Mediterranea)16, Alexandrie, Ankara (Galatie)17, Antioche (Syrie)18, Éphèse (Asie). Dans tous ces cas, la fonction politique de la ville recoupe, et explique sans doute partiellement, la présence de thermes de type impérial. Certes, une capitale est toujours choisie parmi les grandes villes, c’est-à-dire parmi des organismes urbains où l’on peut logiquement s’attendre à trouver des édifices coûteux et prestigieux. Il apparaît cependant que la réussite politique d’une cité est un facteur qu’il faut prendre en considération dans l’analyse de la nature de son équipement monumental.

38En Afrique même, les données politiques officielles s’articulent de la même manière avec l’architecture thermale de prestige. Tout comme Lepcis Magna, Carthage, Caesarea et Lambèse sont ou furent à certains moments des capitales provinciales, et on peut penser que leurs congénères, Sousse, Constantine et même Sétif, possédaient également des thermes de type impérial, détruits par la permanence d’une vie urbaine active jusqu’à nos jours. Utique elle-même jouit d’un statut particulier : son antique prestige et son rôle de capitale de la province d’Afrique sous la République trouvent un prolongement dans la rarissime obtention, sous Septime Sévère et en même temps que Carthage et Lepcis Magna, du ius italicum qui assimilait son territoire au sol italique. On peut aussi noter le cas d’Hippo Regius qui, au niveau judiciaire, est le siège d’un légat de la Numidie d’Hippone, district dépendant de la Proconsulaire.

39D’autres aspects nous paraissent montrer les liens qui unissent nos bâtiments à l’organisation politique et idéologique des territoires africains. Il s’agit d’abord de souligner les rapports existant entre les premiers et l’armée. Lambèse, outre son rôle de capitale, est aussi le siège de la Troisième Auguste. Au moins du début du iie siècle à celui du ive siècle, la ville est étroitement liée au quartier général permanent de l’armée romaine d’Afrique. Or, les relations entretenues par cette dernière avec les deux thermes de type impérial sont évidentes. Non seulement c’est la légion qui construit ceux qui équipent son camp, et, à notre connaissance, c’est le seul cas, dans tout l’Empire, où nous voyons des militaires disposer d’un édifice de type impérial, mais encore l’armée est impliquée dans la construction des bains civils où furent utilisées des briques légionnaires (cf. la notice). Dans cette même optique, il faut également prendre en considération Thamugadi. Si, dans les grands thermes Nord, on n’a jamais signalé de briques provenant des officines de la légion, il faut en revanche rappeler que cette colonie de Trajan a été créée par l’intermédiaire de la IIIe Auguste (CIL, VIII, 17842 : Imperator... coloniam... per legionem III Augustam fecit), et qu’elle doit son origine à une déduction de vétérans.

  • 19 Gascou, Politique municipale, p. 84-85.

40Dans la lignée de cette dernière remarque, il faut ensuite souligner l’implantation de nombre de thermes de type impérial dans des cités qui étaient non pas des colonies honoraires mais des colonies de type classique, impliquant une déduction de colons, et donc l’intervention du pouvoir central. Sur les dix-sept sites que nous avons pu recenser, six au moins appartiennent à cette dernière catégorie : Carthage, Sicca Veneria, sans doute Thelepte19, Uthina, Cuicul et Thamugadi.

41Ces données chiffrées démontrent cependant qu’une déduction de colons est un facteur sans doute favorable mais nullement décisif. De fait, dans la très nette majorité des cas, nous trouvons des thermes symétriques dans des villes qui n’ont pas ou ne semblent pas avoir connu une telle opération. Le prestige d’un passé glorieux ainsi que l’essor de la ville sous l’Empire sont des arguments tout aussi, sinon plus importants. Au fond, cela souligne les réalités de l’urbanisation du Maghreb, où l’apport de colons joue un rôle fort secondaire par rapport aux données africaines. Les colonies honoraires y sont bien plus nombreuses que celles dues à une déduction et, même dans ces derniers cas, l’apport de colons n’est souvent qu’un épisode dans une prospérité qui s’ancre bien plus profondément dans un processus essentiellement africain.

42Le rapport au pouvoir central, sous des formes au demeurant fort variées (intervention directe de l’Empereur, reflet de la structure politico-administrative de l’Empire ou de son organisation militaire, déductions de colons), rend ainsi partiellement compte de la distribution des thermes symétriques, mais il ne permet pas d’appréhender le phénomène dans toute son ampleur.

  • 20 Les seuls cas douteux sont dus à notre méconnaissance du statut des agglomérations : El Knissia, Tu (...)
  • 21 Ici inscription n°22 : la formule ex permissu, pour désigner une intervention impériale, pourrait s (...)
  • 22 Ici n°103. À Maktar, la dédicace (inédite à notre connaissance) des grands thermes Est à Septime Sé (...)

43De fait, le lien entre ces constructions et les colonies déduites s’efface derrière une réalité bien plus vaste : ce type de thermes est érigé dans des villes qui toutes, d’une manière ou d’une autre, sont parées du titre de colonie20. Étant donné que cette titulature reflète largement les réalités urbaines, cela revient à dire que ces édifices thermaux prestigieux sont construits dans des villes importantes. On débouche ainsi sur une évidence que confirment les rares cas où nous connaissons le mode de financement du bâtiment. À Carthage, c’est la ville qui, du moins pour l’essentiel, assume les charges de la construction21. De même, à Cuicul, c’est la Respublica Cuiculitanorum22.

44En dehors de toute question politique, ou plutôt en sus de celle-ci, il faut donc considérer ces grands édifices balnéaires sous l’angle de leur financement, et plus précisément de la capacité de certaines régions à se doter de tels bâtiments et à en assurer entretien et fonctionnement.

2) Thermes de type impérial et économie

45La charge économique que représentent de tels bâtiments balnéaires varie évidemment en fonction de l’ampleur de ceux-ci. Derrière la même étiquette générale peuvent se cacher des poids financiers fort variables. À ce point de l’analyse, nous pouvons cependant nous contenter de raisonner sur cette catégorie d’édifices prise globalement, parce qu’ils correspondent toujours à des monuments importants, même si cette épithète peut masquer de grandes différences ; parce que, aussi, ils traduisent toujours une ambition qui ne pourrait exister si elle ne s’ancrait dans des moyens économiques conséquents, sans lesquels elle ne saurait aboutir.

a) Distorsions africaines

46Dans cette optique, la distribution de ces thermes au sein même de l’Afrique apparaît en relation directe avec la géographie économique du Maghreb antique que les recherches conduites ces dernières décennies permettent de mieux connaître. L’implantation des thermes africains symétriques est, en effet, fort éloquente (pl. CXLVI). Il n’existe rien de ce genre à l’Ouest de l’oued Chélif, c’est-à-dire à l’Ouest de Caesarea. Hormis ce dernier cas, il n’existe rien à l’Ouest de l’oued Soummam, dans la vallée duquel se trouve Tubusuptu. Et si, sur 20 ou 21 monuments, on excepte ces deux derniers édifices, il n’existe rien à l’Ouest de l’oued El Kébir, c’est-à-dire de l’antique Ampsaga. Tous les monuments, sauf deux, appartiennent donc à la vaste province de Proconsulaire de l’époque augustéenne, autrement dit aux provinces de Proconsulaire, Byzacène et Numidie du Bas-Empire. Autrement dit encore, les régions concernées correspondent à la Tunisie actuelle et au quart oriental de l’Algérie. Plus à l’Ouest, on ne trouve que deux sites, installés sur la côte ou à proximité immédiate de celle-ci. Confronter ces données à une géographie économique du Maghreb antique est chose délicate, dans la mesure où les textes ne fournissent que des informations qui, sans être forcément erronées, restent fort imprécises. Cependant, l’archéologie procure des bases de réflexion beaucoup plus fermes. En faisant seulement allusion aux résultats de fouilles ou prospection révélant l’importance de la mise en valeur agricole de certaines régions, nous nous contenterons ici de réfléchir à partir de la céramique, source d’information précieuse en raison de sa production massive, de son caractère quasiment indestructible et de la possibilité de l’ordonner chronologiquement, en raison aussi de ce qu’elle nous apprend sur d’autres productions. Qu’elle serve d’emballage à divers produits, ou qu’elle accompagne ces derniers le long des routes commerciales, souvent comme complément de cargaison sur les navires, la céramique constitue indubitablement les archives économiques de l’Antiquité.

  • 23 En ce qui concerne les productions de céramique, Atlante, I, p. 11-18 et notices suivantes), J. W. (...)

47Dans cette optique, la sigillée claire africaine est un des témoignages majeurs de la puissance économique de l’Afrique. Pendant plusieurs siècles, elle est diffusée sur une échelle géographique et quantitative sans précédent. Peu d’ateliers sont connus, mais il est possible de dessiner les grandes lignes d’une géographie des zones de production, et il suffit à notre propos de dégager quelques conclusions essentielles23.

48La céramique sigillée africaine est fabriquée du ier au viie siècle de n.è., dans diverses régions du Maghreb qui s’étendent de l’Algérie à la Libye, l’essentiel de l’activité étant attribuable à la Tunisie. Plus précisément, les ateliers aptes à fournir de grandes quantités de vaisselle, dont une partie notable est destinée à l’exportation, doivent être recherchés dans la partie orientale de l’Afrique du Nord, à savoir sur les littoraux de la Tunisie septentrionale, centrale et méridionale, c’est-à-dire dans les provinces de Proconsulaire (Zeugitane) et Byzacène. On repère d’importantes évolutions chronologiques. Le pôle septentrional, essentiellement la région de Carthage, domine durant le ier-iie siècle. À partir de la seconde moitié de ce dernier, on constate un glissement de Carthage vers la région de Sousse, débouché des grandes routes de l’huile provenant de l’intérieur du pays. À partir de la fin iiie-début ive siècle, on note, en revanche, une reprise remarquable des officines septentrionales qui se double, à partir du milieu du ive siècle, d’un regain d’activité dans les zones méridionales.

49L’histoire de la fabrication des amphores est remarquablement parallèle. Dans tous les cas, au-delà des glissements qui se produisent d’un pôle à l’autre, nous restons, pour les grandes productions, dans le cadre de l’actuelle Tunisie. Il est cependant essentiel, pour notre propos, de souligner que, en ce qui concerne les céramiques, l’hégémonie économique des secteurs côtiers de la Tunisie s’accompagne de fabrications sises sur des littoraux non tunisiens et à l’intérieur des terres. Ces fabrications imitent les produits côtiers tunisiens mais ne connaissent qu’une diffusion régionale. Il s’agit cependant d’un phénomène profondément unitaire, les ateliers régionaux constituant comme l’écho des officines tournées vers l’exportation, et dessinant une vaste zone géographique touchée par un même essor économique que l’on saisit à travers les céramiques, mais qui concerne aussi l’agriculture.

50Il serait donc erroné d’opposer un centre tunisien, avec des forces vives essentiellement côtières, et une périphérie. En réalité, ces ateliers à l’horizon plus limité participent du même essor que les officines assurant des exportations massives. Bien plus, les premiers rendent possibles les secondes, leur procurent une assise ferme. D’ailleurs, même dans les régions tournées vers l’exportation, existent des productions destinées à la consommation locale. Cette activité est donc profondément ancrée dans l’économie africaine. Elle n’est pas le fait de ports parasitant les côtes tunisiennes sans entretenir de rapports avec la terre ferme, de « Hong-Kong » de l’Antiquité. Pour reprendre l’expression d’A. Carandini, les productions régionales sont l’humus des grands ateliers dont l’horizon est méditerranéen (SRIT, III, p. 4).

51Ces productions à diffusion régionale signalent donc l’insertion de toute la Tunisie interne dans le processus de domination de la Méditerranée par l’économie africaine, mais elles révèlent aussi que cette réalité concerne les côtes libyennes jusqu’au Fezzan et, à l’Ouest, une large portion de l’Algérie orientale. Dans ce dernier cas, il s’agit de diffusion de produits tunisiens, mais aussi de création de centres de production qui restent à identifier (avec, parmi eux, peut-être Tiddis). Les zones algériennes internes ainsi « colorées » correspondent à toutes les régions qui s’étendent autour de Theveste, Sétif, Cuicul et Lambèse. En fait, outre le cas spécifique des côtes, c’est l’essentiel de la Numidie et une partie de la Maurétanie, en particulier la Sitifienne, qui sont concernés par ces phénomènes de diffusion et de fabrication de la sigillée claire. Il faut, certes, distinguer ces deux aspects : la diffusion est précoce, la fabrication ne semble s’affirmer qu’à partir du ive siècle. Considérés globalement, ils signalent cependant des régions qui ne sont pas seulement en rapport avec les pôles essentiels de l’économie africaine, mais qui, encore, participent de cette réalité.

52En bref, les centres de gravité de la grande économie africaine et ses secteurs satellites sont implantés en Tunisie et dans le tiers oriental de l’Algérie, avec une antenne vers la Libye voisine. Cette géographie recoupe parfaitement la carte de distribution des thermes de type impérial. La sigillée claire et autres productions parallèles signalent les régions disposant de ressources susceptibles de leur permettre d’ambitieux programmes de construction.

53Inversement, toute la moitié orientale du Maghreb, où l’on ne repère aucun bâtiment thermal de plan impérial, est, parallèlement, à l’écart de ces grands mouvements économiques. Cela ne signifie pas qu’il s’agisse de régions déshéritées, mais il est clair qu’elles ne participent pas à l’extraordinaire essor de la moitié orientale de l’Afrique du Nord. Si nous continuons à prendre la sigillée claire comme fil directeur, on constate qu’elle pénètre évidemment dans le Maroc romain. Mais la situation apparaît fort différente du reste du Maghreb : alors que, à l’Est, ce type de céramique élimine très vite quasiment toute autre production non africaine, on constate au contraire, à l’Ouest, la permanence de l’importation de céramiques étrangères, à commencer par les productions du Nord que la sigillée claire est justement censée concurrencer. Inutile de préciser qu’aucun atelier de sigillée claire n’a pu être repéré ou même suspecté dans ce vaste domaine. Ce n’est pas un hasard si, au Bas-Empire, la Tingitane est administrativement détachée du diocèse d’Afrique au profit des provinces septentrionales.

b) Disparités orientales

  • 24 Carandini, Dial. arch., 7, 1973, p. 316-317 ou encore SRPS, II, p. 259.
  • 25 Entre autres auteurs et écrits, Carandini, SRIT, III, p. 5-9.
  • 26 En ce sens, il nous semble erroné de considérer l’arrivée des Arabes au Maghreb comme isolant l’Afr (...)

54La conception de l’économie du bassin oriental de la Méditerranée durant les premiers siècles de l’Empire a été profondément modifiée par les recherches de ces deux dernières décennies. Nous savons maintenant que l’idée de la permanence d’une suprématie artisanale et commerciale de l’Orient est aussi fausse pour la période impériale que pour les deux derniers siècles de la République24. En fait, après la rupture qui marque l’avènement de la domination italique, et en particulier de son secteur centrotyrrhénien, les grandes mutations économiques, à partir de l’époque augustéenne, continuent à plonger leurs racines essentiellement dans le bassin occidental de la Méditerranée : ascension des provinces de l’Ouest, avant tout la Narbonnaise, la Tarraconaise et la Bétique ; puis, surtout à partir du milieu du iie siècle, affirmation croissante de l’Afrique aux dépens de ces dernières, affirmation qui va contribuer à unifier la Méditerranée, à intégrer ses diverses régions dans un réseau de relations qui n’avait sans doute jamais connu une telle intensité et une telle extension25. Après une longue domination des foyers économiques orientaux jusqu’au début de l’époque hellénistique, force est donc de constater que c’est désormais en Occident que les choses bougent, et l’échelle selon laquelle les nouveautés se produisent est sans précédent. Néanmoins, si l’Orient n’est plus le centre économique de la Méditerranée, ses capacités ne se sont pas évanouies. Face aux grandes mutations qui remodèlent l’Occident par vagues successives, il continue d’être un partenaire actif. Hormis quelques exceptions comme l’arétine, jamais les objets fabriqués à l’Ouest n’ont pénétré de façon réellement notable à l’Est, avant les produits africains. Le marché oriental reste, avant tout, sous le contrôle de ses propres producteurs et, en ce sens, les liens intenses qui l’unissent à l’Afrique sont, dans une large mesure, une nouveauté de grande portée. La puissante économie africaine ne pénétrera jamais, contrairement aux productions italiques antérieures, les régions du Nord de l’Europe. Cette césure qui s’instaure entre le Nord et le Sud de l’Europe coïncide, inversement, avec l’établissement de liens Est-Ouest sur une échelle nouvelle. Mais il faut souligner que c’est l’Afrique qui est le moteur de cette nouvelle géographie. Dès le iie-iiie siècle se dessine ainsi une réalité fondamentale, l’ancrage du Maghreb dans le bassin oriental de la Méditerranée, ancrage qui se manifestera de façon brillante lors des périodes byzantine, et, encore plus, arabe, et qui dessine d’ailleurs la carte politique du monde méditerranéen pendant l’essentiel du Moyen Âge durant lequel le Maghreb reste lié à un Orient redevenu le cœur des activités méditerranéennes26.

55Ainsi, même dans la longue durée, l’Orient demeure un pôle de référence. Pour revenir aux siècles qui correspondent à l’époque d’érection des thermes de type impérial, le maintien d’une forte économie orientale se manifeste de diverses manières.

56Il serait inutile de reprendre les listes traditionnelles qui décrivent les activités des diverses contrées et cités orientales. Ce qui nous intéresse le plus est de dégager les disparités, de repérer les régions les plus dynamiques. Pour ce faire, il faut de nouveau recourir aux leçons de la céramique.

  • 27 Nous renvoyons, en particulier, à G. Pucci, Le terre sigillate italiche, galliche e orientali, dans (...)

57Un des témoins les plus révélateurs est sans doute l’existence d’une sigillée orientale, c’est-à-dire de vases à vernis rouge. On en distingue trois types essentiels, qui tous, outre leur diffusion orientale, s’avèrent capables d’une pénétration notable en Occident27. Chacun présente des caractéristiques intéressantes.

58Le premier (Eastern sigillata A) apparaît entre 150 et 80 av. n.è. et dure pendant l’essentiel du ier siècle de n.è. Son aire de distribution couvre pratiquement tout l’Orient et il s’exporte en Occident : c’est le type le mieux attesté à Pompéi. Sa particulière abondance dans les régions comprises entre la Cilicie et l’Égypte fait penser qu’il était produit sur cette côte du fond de la Méditerranée, très probablement en Syrie et peut-être à Alexandrie. Il faut encore souligner qu’il s’agit sans doute de la première céramique à vernis rouge du monde méditerranéen, signant, après plusieurs siècles de domination du vernis noir, l’apparition d’un nouveau goût destiné à s’imposer rapidement, à son tour pour plusieurs siècles. Révolution spectaculaire, dont les significations restent à analyser : qu’elle naisse en Orient, avant d’apparaître à Arezzo et d’y connaître un essor extraordinaire, est symptomatique du dynamisme de certains ateliers de ce bassin de la Méditerranée.

59Le deuxième type (ES B) est produit de la fin du ier siècle av. n.è. au iie siècle. Il est possible qu’il ait été fabriqué, du moins en partie, à Tralles, dans la vallée du Méandre. Il est également possible qu’il s’agisse d’une succursale des officines d’Arezzo, la révolution rouge née à l’Est y revenant ainsi enrichie des acquis de l’Ouest, comme le démontrent tant les formes des vases qu’un type de signature. Quoi qu’il en soit, véritable succursale ou ateliers en contacts étroits avec Arezzo, cette production témoigne des rapports intimes qui peuvent exister entre les secteurs dynamiques des deux bassins de la Méditerranée : fortement influencées par les réalisations occidentales, ces productions orientales y retournent partiellement sous la forme d’exportations.

60Le troisième type (ES C ou céramique de Çandarli) présente, lui aussi, des marques caractéristiques de rapports importants avec Arezzo, un des aspects les plus spectaculaires en étant l’usage de la marque in planta pedis. Diffusée en Orient et en Occident, pendant le ier-iie siècle, elle est fabriquée sur la côte occidentale de l’Asie mineure, peut-être uniquement à Pergame : des fours ont été fouillés à Pitane (aujourd’hui Çandarli), port proche de Pergame.

61Ces trois principales classes de sigillée orientale font apparaître un phénomène essentiel qui incite à des enquêtes plus systématiques sur les sites occidentaux. En effet, alors que les importations de céramiques fines orientales apparaissent très réduites à Ostie, elles sont au contraire considérables dans la zone vésuvienne, représentant quasiment le double des importations gauloises et environ la moitié des productions italiques.

  • 28 Cf. aussi Panella, Dial. arch., 7, 1973, p. 342-346.

62Cette conclusion, dégagée par les recherches de G. Pucci sur Pompéi, est essentielle. D’abord parce que l’exemple de cette ville ne peut être sans valeur plus générale. Tout comme Ostie implique Rome, inversement mais identiquement, Pompéi implique Pouzzoles, le grand port voisin dont la fonction déborde longtemps la seule Campanie puisque convergent vers lui tous les courants commerciaux de l’Empire. Ensuite, parce que ces témoignages concrets de courants commerciaux dans le sens Est-Ouest font supposer qu’ils accompagnaient d’autres marchandises dont nous n’avons plus guère de traces. Or, la comparaison, au ier siècle, entre Ostie et Pompéi est spectaculaire. Dans la première cité, la céramique orientale et les amphores égéennes transportant le vin sont en proportion fort réduite. En revanche, dans la seconde, la céramique orientale est bien attestée, tout comme les amphores d’Orient, alors que ce sont celles d’Espagne et de Gaule, si dominatrices dans le Latium, qui sont exceptionnelles28.

  • 29 Comme le souligne G. Pucci, cette géographie économique de l’Orient, pour schématique qu’elle soit, (...)

63Ces données sont intéressantes car elles démontrent que, contrairement à ce qui a été souvent écrit, les exportations orientales ne concernaient pas que des produits de luxe. Surtout, elles permettent de dégager les pôles économiques orientaux les plus dynamiques : à savoir, si nous laissons de côté le cas particulier d’Alexandrie, adossée à l’économie égyptienne, essentiellement la Syrie et la partie occidentale de l’Asie Mineure, surtout la zone côtière au sens large. Comme en Afrique, la carte économique de ces régions coïncide, de façon remarquable, avec la distribution des thermes de type impérial. Certes, cette carte est sommaire, mais c’est aussi un avantage dans le cadre de notre analyse. Elle ne fait apparaître que les zones essentielles, ce qui ne signifie pas que, hors d’elles, tout ne soit qu’un désert. De même, les thermes de type impérial sont l’exception : leur absence ne signale évidemment pas des régions qui seraient dépourvues de tout équipement balnéaire. Les deux approches sont semblables, et que leurs résultats soient identiques est significatif29.

3) Thermes de type impérial et composition du sénat

64Nous pensons avoir, dans une certaine mesure, montré les relations qui existent entre thermes, politique et économie. Il nous paraît intéressant de confronter la distribution géographique de la version la plus ambitieuse des bains avec une autre donnée, celle de l’origine des sénateurs. De fait, cette confrontation doit être concluante dans la mesure où un sénateur est doté d’une évidente dimension politique, mais non moins d’une forte capacité économique. Il n’y a pas de sénateurs pauvres, ce serait même politiquement impossible.

65Si la faveur impériale peut intervenir dans des cas individuels, et limités, la masse des sénateurs ne peut, en revanche, que refléter, avec plus ou moins de décalages, les réalités de l’Empire sous tous leurs aspects. Cela est d’autant plus vrai que, étant donné les aléas politiques et la faible natalité qui semble avoir caractérisé les cercles supérieurs de la société, le sénat est en perpétuel renouvellement, et donc apte à enregistrer les évolutions susceptibles de se produire.

a) Évolution de la composition du sénat

  • 30 M. Hammond, Composition of the Senate, A.D. 68235, dans JRS, 47, 1957, p. 74-81. Les données chiffr (...)

66Une étude de M. Hammond, même si elle est quelque peu ancienne et désormais dépassée dans le détail, permet de lire aisément les grandes tendances qui caractérisent l’évolution de l’ordre sénatorial jusqu’à la fin de l’époque sévérienne30 :

  • Diminution régulière de la part des Italiens. La péninsule tend de plus en plus à fonctionner comme un lieu de rassemblement de la classe dirigeante de l’Empire, et de moins en moins comme la source réelle du pouvoir : à partir des Sévères, les sénateurs italiens représentent moins de la moitié de l’assemblée. Cette évolution ne doit cependant pas être caricaturée : elle est très progressive et les Italiens restent, de loin, le principal groupe. Elle est néanmoins claire et profonde.

  • Ascension des provinciaux. Elle est, évidemment, le complément logique de la première tendance. Les sénateurs d’origine provinciale apparaissent sous César et accroissent régulièrement leur part durant tout le ier siècle. Les règnes de Trajan et d’Hadrien occupent cependant une place particulière : c’est alors que le nombre des sénateurs provinciaux double par rapport à la situation antérieure et atteint le niveau qui sera le sien durant tout le iie siècle.

  • 31 Les conclusions géographiques de M. Hammond doivent être précisées par des recherches plus récentes (...)

67Dans ce cadre général, la ventilation des provinciaux est essentielle à notre propos31 :

  • Pendant tout le ier siècle, c’est l’Occident classique, gaulois et ibérique, qui fournit la grande majorité des sénateurs provinciaux. Plus précisément, la domination de la Narbonnaise, de la Tarraconaise côtière et de la Bétique est écrasante.

  • Un changement profond se produit sous Trajan, c’est-à-dire au moment où le nombre des sénateurs d’origine provinciale s’accroît notablement. Cet accroissement se fait avant tout au bénéfice de l’Orient. Alors que la part des « occidentaux » diminue régulièrement, celle des « orientaux » ne cesse de grandir : dès Marc Aurèle ils représentent plus de la moitié des sénateurs provinciaux et cette domination se poursuit durant tout le iiie siècle.

  • Dans ce contexte, un troisième partenaire s’affirme. L’Afrique, longtemps en net retrait, commence, sous Hadrien, une ascension qui la conduit rapidement à fournir entre le quart et le tiers de l’assemblée d’origine provinciale.

68Cette évolution recoupe avec précision les grandes lignes de l’histoire économique. Secteur pionnier dans l’inversion des rapports entre Italie et provinces, le Sud de la Gaule et la péninsule ibérique le sont aussi en ce qui concerne la fourniture des premiers sénateurs provinciaux. Inversement, ils s’affaiblissent économiquement et politiquement de façon concomitante. Le maintien de l’importance économique de l’Orient s’accompagne d’une représentation permanente au sénat et sous-tend sa rapide domination sur ce dernier. Les places politique et économique de l’Afrique évoluent de façon strictement parallèle.

  • 32 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, collection de l’EFR, 108, Rome, 1988. Le ca (...)

69Cette coïncidence n’est pas due au hasard mais, bien au contraire, correspond à une évolution profonde. Pour ne prendre qu’un seul exemple, on constate que celle-ci concerne aussi l’ordre équestre. Une étude, portant sur la période 44 av. n.è.-70 de n.è., montre qu’elle s’amorce dès l’époque augustéenne, anticipant logiquement sur les mutations du sénat32. Dès Claude, l’équilibre entre Italiens et provinciaux est quasiment atteint. D’un point de vue géographique, ce sont toujours les mêmes pôles qui se trouvent au premier rang : la Narbonnaise, les Espagnes, l’Asie. L’Afrique reste encore très en retrait.

  • 33 H.-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950 ; Id., Abrégé des (...)

70Les recherches d’H.-G. Pflaum sur les procurateurs équestres permettent de prolonger chronologiquement cette analyse33. Avec les préfets, ces fonctionnaires font partie de l’élite de l’ordre équestre, celle qui se consacre au service de l’Empereur. Or, l’évolution est très claire. Dès Claude, le nombre de provinciaux équilibre celui des Italiens. Jusqu’à Commode, cet équilibre est préservé, avec un accroissement de la part de l’Afrique, non perceptible dans l’enquête de S. Demougin qui s’interrompt en 70. À partir des Sévères et durant tout le iiie siècle, les provinciaux l’emportent largement sur les Italiens. De plus, ce triomphe provincial s’accompagne d’un recul des provinces occidentales traditionnelles et d’un apport massif d’Orientaux et d’Africains.

71Les lignes générales de l’évolution, tant politique qu’économique, sont donc claires : part croissante des provinces aux dépens de l’ancienne suprématie italienne, d’abord au principal bénéfice des régions gauloises et hispaniques, ensuite à celui de l’Orient auquel s’adjoint l’Afrique, c’est-à-dire précisément les secteurs où sont construits la plupart des thermes de type impérial. L’établissement de ce parallèle n’est cependant pas encore assez précis : il faut l’affiner chronologiquement et géographiquement.

b) Problèmes chronologiques et géographiques

  • 34 Yegul, Baths and bathing, p. 250-284 et 304-306 ; Nielsen, Thermae, catalogue.

72Les données chronologiques sont malheureusement peu nombreuses ou incertaines. Cependant, si nous suivons les informations données par F. Yegül et I. Nielsen34, l’histoire des thermes symétriques asiatiques fournit quelques informations intéressantes. De fait, les recherches destinées à élaborer un bâtiment empreint de symétrie commencent tôt. À Milet, les bains de Capito et d’Hume-i Tepe (pl. XXVIII) sont datés respectivement du règne de Claude et, semble-t-il, du milieu du ier siècle ou peu après. Cependant, il ne s’agit pas de thermes de type impérial, contrairement aux thermes du port, à Éphèse. Si ces derniers doivent effectivement être datés de Domitien (Yegül : env. 80-90) ou, plus prudemment, de la période Domitien-Trajan (Nielsen), nous sommes en présence de la réalisation provinciale la plus ancienne, exploitant très tôt les recherches conduites à Rome.

73Cet exemple est rapidement suivi. On a proposé de dater de la première moitié du iie siècle Alexandria Troas, Aphrodisias, Magnésie du Méandre. De plus, l’énorme majorité, sinon la totalité des autres édifices asiatiques, sont attribués plus généralement au iie siècle : Aizanoi, Hiérapolis, Sardes. Le cas d’Éphèse, avec ses quatre monuments, est caractéristique. Après les thermes du port, de la fin ierdébut iie siècle, les trois autres s’égrènent le long du iie siècle : thermes de l’Est, peut-être construits vers 150, de Vedius érigés sous Antonin, du théâtre, datés entre le milieu et la fin du iie siècle.

74Au-delà de bien des incertitudes et imprécisions, la chronologie des bains asiatiques révèle donc la précocité de la construction de thermes de type impérial en cette région : après des recherches et peut-être une première réalisation dès le ier siècle, tous ces édifices sont érigés au cours du iie siècle. Pour trouver des constructions plus tardives, il faut aller dans les régions environnantes : la proche Galatie, où les thermes d’Ankara sont érigés sous Caracalla et, plus loin mais aussi plus tard, Antioche (iiie siècle ?) et Serdica (Bas-Empire).

75Une fois de plus, force est de constater que cette chronologie s’harmonise parfaitement avec les autres données auxquelles nous venons de recourir, en particulier celles concernant l’affirmation des sénateurs originaires d’Orient.

76Si nous nous tournons vers l’Afrique, les données chronologiques sont encore plus imprécises. Nous avons déjà tenté de cerner ces questions dans le cadre du catalogue. Il nous paraît sain de ne pas prendre en considération les bâtiments dont les propositions de datation ne reposent, en fait, sur aucun argument solide.

77Dans cette optique, il nous semble possible de construire une chronologie provisoire mais cependant cohérente. Les bâtiments les plus anciens appartiennent à la première moitié du iie siècle. Dans l’état actuel de la documentation, le premier d’entre eux seraient les thermes d’Uthina. Le cas indubitable de Carthage (dédicace en 145 ou 157) est à rattacher à une mégapole hors du commun dès cette époque. Celui des thermes du capitole de Cuicul reste l’objet de débats quant à sa date, mais nous pensons qu’il faut le prendre en considération : si l’entreprise reste relativement modeste, elle n’en est pas moins chargée de sens. Le cas des thermes du camp de Lambèse est lui aussi complexe, puisque, outre les incertitudes qui pèsent sur leur date, ils s’inscrivent dans le cadre tout à fait spécifique d’un camp militaire et présentent un plan particulier.

78Ensuite, nous disposons d’établissements datés avec grande précision par l’épigraphie : grands thermes Sud de Cuicul (183-184) et grands thermes Est de Maktar (199). Ces données, particulièrement fermes et précises, révèlent, à notre avis, l’existence d’un important groupe de constructions qui doivent être attribuées à la période Commode-Sévères (180235). Ce groupe comprend très certainement les grands thermes de Lambèse (que nous attribuons aux dernières années du iie siècle), de façon plus hypothétique les deux édifices de Thugga, peut-être aussi les grands thermes Nord de Timgad. Quant aux grands thermes Sud d’Hippo Regius, ils sont soit construits, soit restaurés en 198.

79Il faut également souligner qu’aucun des bâtiments connus n’implique une date postérieure à l’époque sévérienne. Il apparaît ainsi que l’équipement de l’Afrique en thermes de type impérial se met progressivement en place au cours du iie siècle, ce patrimoine étant considérablement enrichi à la fin de ce siècle et durant les premières décennies du suivant. Dans le cas africain aussi, cette évolution s’insère parfaitement dans l’histoire économique et politique du pays. Avec un décalage par rapport à l’Orient, que l’on retrouve à tous les autres niveaux, le Maghreb se dote d’un équipement quantitativement remarquable. L’essentiel sinon la totalité des bâtiments est érigé dès avant la fin du iie siècle pour l’Asie, dès la fin de l’époque sévérienne pour l’Afrique. Ces deux régions paraissent ensuite vivre sur leur patrimoine, en l’entretenant : de telles constructions s’insèrent dans un contexte historique précis et il n’existe pas de raisons qu’elles continuent à proliférer soit en apparaissant dans des pays où ce contexte n’existe pas, soit en se multipliant dans des provinces dont la domination au sein de l’Empire perdure, mais qui en sont déjà dotées.

80Une dernière preuve de ces liens intimes entre thermes de type impérial et contexte historique peut être apportée par une analyse plus fine du critère des sénateurs. De fait, dans l’étude de l’origine de ces derniers, nous nous sommes contenté d’un vocabulaire trop flou, Orient et Afrique. Or, la documentation dont nous disposons permet d’être beaucoup plus précis et de vérifier de façon bien plus pertinente la manière dont s’articulent architecture thermale et sénateurs.

  • 35 Les dernières études d’ensemble portent sur les trois vom 1. bis 3. Jahrhundert (Asia, Pontus-Bithy (...)

81Commençons par l’Orient : l’ascension de ce dernier au sénat dissimule en fait de grandes disparités35. Dans des régions entières, nous ne connaissons aucun sénateur : Chypre, Palestine, Arabie, Mésopotamie, Mésie inférieure (la Mésie supérieure n’étant représentée qu’à la fin du iiie siècle), Épire. D’autres régions ou provinces sont bien attestées au sénat mais le phénomène reste d’ampleur limitée et est étroitement lié à quelques très grandes familles : Crète, Cyrénaïque (un seul sénateur certain), Macédoine, Achaïe (avec le poids écrasant de la famille d’Hérode Atticus). Il faut mettre à part le cas de l’Égypte. Depuis Auguste la masse de la population est écartée de toute carrière sénatoriale, même, semble-t-il, les Grecs d’Égypte. Seule Alexandrie, dotée d’un statut spécifique, nous permet de connaître deux familles sénatoriales. Dans ce cas, le critère sénatorial ne vaut rien.

82En fait, le tableau du bassin oriental de la Méditerranée est très clair, avec deux pôles écrasant les autres régions : la Syrie et l’Asie mineure.

83Dans un Proche-Orient dépourvu de sénateurs, la province de Syrie en fournit 39 dont l’origine régionale est certaine, et 29 dont nous connaissons même la cité d’origine, la première d’entre elles étant Antioche, avec 7 représentants. Les thermes de type impérial syriens et leurs versions proches s’ancrent dans cette réalité : les deux phénomènes concourent à illustrer la puissance de la province.

84L’Asie mineure constitue un pôle encore plus remarquable. D’après les études d’H. Halfmann, on peut identifier 218 sénateurs certains et 23 incertains. Mais la ventilation entre les provinces micrasiatiques est encore bien plus significative. Si nous ne raisonnons que sur les 210 sénateurs certains dont nous connaissons en plus l’origine provinciale, il faut en attribuer 126 à l’Asie, 33 à la Lycie-Pamphylie, 29 à la Galatie, 16 au Pont-Bithynie, 4 à la Cappadoce et 2 à la Cilicie.

85La coïncidence avec l’implantation des thermes de type impérial, même en prenant en considération ceux de ces derniers qui sont hypothétiques, est parfaite : 126 = 12 ; 33 = 1 ; 29 = 1 ; 16, 4 et 2 = 0. Dans le détail des cités, les recoupements sont également cohérents : Hiérapolis fournit 1 sénateur certain, Aizanoi 2, Nysa 3, Sardes 5, Alexandria Troas 7, Aphrodisias 8, Ankara 9, et Éphèse, avec ses 4 bâtiments, 34.

  • 36 M. Corbier, Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (ier-iiie siècle), dans Tituli, 5, 198 (...)
  • 37 Il ne faut pas s’attendre à une adéquation parfaite entre villes dotées de thermes de type impérial (...)

86La conclusion est la même pour le Maghreb36. L’Afrique proconsulaire, dans son extension d’avant Dioclétien englobant donc les futures Proconsulaire (ou Zeugitane), Byzacène et Tripolitaine, a fourni 196 sénateurs dont l’origine est certaine, 156 si on exclut la Tripolitaine37. Or, sans tenir compte de Lepcis Magna, c’est la région où se concentrent 13 des thermes africains de type impérial. C’est aussi le cœur de l’économie africaine.

87Si nous nous tournons vers la Numidie et les Maurétanies, la cohérence des données est semblable. En Numidie, nous pouvons raisonner sur quelque 70 sénateurs. Environ les deux tiers proviennent de la confédération cirtéenne, dont 1 de Tiddis où l’on a pu supposer l’existence de thermes susceptibles d’intéresser notre propos. Il est clair que notre méconnaissance presque totale de la Cirta antique, d’où sont originaires plus des trois-quarts de ces sénateurs, explique ce décalage entre architecture et politique. En revanche, la quasi totalité du dernier tiers des sénateurs numides provient de Cuicul et Timgad : dans ces cas, la coïncidence est parfaite.

88Quant aux Maurétanies, on n’y repère qu’une vingtaine de sénateurs, et seuls émergent les sites de Sitifis, où là aussi la continuité d’occupation a pu faire disparaître de grands thermes, et Caesarea.

89Jusque dans le détail se confirme donc l’articulation rationnelle de toutes les données, d’ordre économique, politique et architectural, que nous avons cherché à confronter. La distribution géographique des thermes de type impérial ne relève évidemment pas du hasard. Elle ne relève pas plus de quelque spécificité régionale. Ces édifices incarnent la puissance d’une province et en matérialisent les bénéfices : c’est pourquoi elles se concentrent dans les deux pôles majeurs du monde impérial, l’asiatique et l’africain oriental.

II–TYPOLOGIE DES THERMES SYMÉTRIQUES AFRICAINS

90Si nous nous en sommes tenu, jusqu’à ce point de l’analyse, à considérer globalement les thermes de type impérial, il apparaît maintenant nécessaire de pousser plus avant l’enquête en portant attention à l’organisation interne de ces monuments.

91L’Asie a développé des recherches sur l’agencement des thermes dans des directions qui relèvent de la grande architecture, grande par ses dimensions mais aussi par l’application de principes, en particulier celui de symétrie, aptes à structurer le bâtiment. Dans le cadre d’une analyse typologique, il faut les prendre en considération. Cependant, le point de référence majeur et incontournable est la Ville, puisque c’est à Rome, dans un contexte tout à fait particulier, qu’est élaboré dans sa plénitude le bâtiment thermal de type impérial.

A) Données dimensionnelles

  • 38 Il est malheureusement difficile de se fier entièrement à ce catalogue. Ainsi, nous ne comprenons p (...)

92Avant d’entreprendre une étude des différentes composantes de ces monuments, il faut se faire une idée de leur ampleur approximative. Nous employons cette expression car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas si facile de connaître la superficie exacte de ces constructions, soit que les vestiges en soient imparfaitement conservés ou dégagés, soit que nous ne disposions pas de relevés d’une qualité suffisante. En se fondant sur les travaux antérieurs, en particulier les données synthétisées par I. Nielsen38, ou fournies par F. Yegül en ce qui concerne l’Asie, et en se contentant d’approximations plus significatives que des informations d’une précision fallacieuse, il nous paraît cependant possible de réfléchir à partir d’un certain nombre d’éléments. Ceux-ci ne concernent que le bloc architectural balnéaire, sans tenir compte du vaste enclos dans lequel il s’insère souvent et qui constitue un autre problème. Ce bloc balnéaire comprend les deux palestres qui peuvent y être étroitement incorporées. En revanche, il exclut une ou des palestres qui ne lui seraient que juxtaposées.

ROME (pl. CL-CLI)

  • 39 Le plan Palladio, qui sert de fondement aux réflexions sur les thermes de Néron, pose justement des (...)

93Néron : 23 000 m239.

Titus : 4 500 m2.

Trajan : 25 500 m2.

Caracalla : 25 000 m2.

Dioclétien : 38 500 m2.

Constantin : 9 000 m2.

ASIE (pl. CLII-CLIII)

94Aizanoi : 6 000 m2.

Alexandria Troas : 10 000 m2.

  • 40 3 500 m2 d’après I. Nielsen, mais le plan publié par F. Yegül (Baths and bathing, p. 276, fig. 343) (...)

Aphrodisias : 5 000 m240.

  • 41 11 000 m2 d’après I. Nielsen, mais cette superficie ne correspond pas au plan qu’elle publie elle-m (...)

Éphèse, thermes du port : 8 000 m241.

Éphèse, thermes Est : 8 000 m2.

Éphèse, thermes de Vedius : 7 000 m2

Éphèse, thermes du théâtre : 7 500 m2.

Hiérapolis : 7 500 m2.

Magnésie du Méandre : 4 500 m2.

Sardes : 11 000 m2.

AFRIQUE (pl. CLIV-CLV)

95El Knissia : 1 600 m2.

Karthago, grands thermes d’Antonin : 18 000 m2.

Mactaris, grands thermes Est : 4 500 m2.

  • 42 Nous incluons la palestre, architecturalement intégrée dans le bloc balnéaire, ainsi que le vaste e (...)

Thugga, thermes liciniens : 2 500 m242.

Utica, grands thermes : 6 000 m2 ?

Caesarea, grands thermes Ouest : 5 500 m2.

Cuicul, grands thermes Sud : 3 000 m2.

Cuicul, thermes du capitole : 1 200 m2.

Hippo Regius, grands thermes Sud : 1 500-2 000 m2 ?

Lambaesis, thermes du camp : 2 700 m2.

Lambaesis, grands thermes : 3 100 m2.

Tubusuptu : 3 000 m2 env.

Thamugadi, grands thermes Nord : 4 400 m2.

Lepcis Magna : 7 800 m2.

  • 43 L. La Follette, The baths of Trajan Decius, dans JRA, sup. ser., 11, 1994, p. 6-88, en particulier (...)
  • 44 Coarelli, Roma, 2, p. 348-350 ; Gros, Architecture romaine, 1, p. 466.

96Ces données, même sommaires, sont très significatives, et les planches CL à CLV le font clairement apparaître. Dans ces trois zones géographiques, les mêmes thèmes architecturaux sont déclinés à des échelles fort différentes. Rome est un monde à part. Des thermes de Dèce43à ceux de Dioclétien, les monuments sont traités selon une vaste gamme de dimensions. Mais le trait le plus frappant est le fait que trois édifices couvrent à peu près 25 000 m2, tandis qu’un quatrième approche les 40 000 m2. Il est nécessaire de bien prendre conscience de l’ampleur énorme de ces programmes. Certes, les comparaisons sont délicates car la nature des divers monuments diffère profondément. En particulier diffère la façon dont espaces couverts et découverts sont articulés, la façon aussi dont est découpée la partie couverte. Dès le iie siècle av. n.è., la porticus Aemilia, le plus vaste magasin construit dans l’Antiquité, est un rectangle de 487 × 60 m, correspondant à plus de 29 000 m2 hors d’eau, mais ce résultat est obtenu par la démultiplication répétitive d’un module de base correspondant à une voûte en berceau retombant sur 2 × 3 piliers44. Il n’y existe quasiment aucune hiérarchisation des espaces. L’entreprise est remarquable. Elle aboutit cependant au traitement, sous une forme extrêmement simplifiée et répétitive, d’une superficie qui ne fait que se situer entre celles des complexes blocs balnéaires des thermes de Trajan et de Dioclétien (pl. CLVI-1).

97La comparaison avec les plus grands bâtiments de Rome n’est pas moins significative. Nous avons tenté de visualiser quelques données sur les planches CLVI et CLVII qui permettent de confronter les trois plus vastes thermes de Rome, y compris cette fois l’enclos qui enserre le bloc balnéaire et qui fait partie du programme architectural, avec quelques unes des plus ambitieuses réalisations de la Ville.

  • 45 Coarelli, ibid., p. 91-92.

98Les trois nefs de la basilique de Maxence offrent un espace couvert de quelque 5 500 m2, sans tenir compte des absides45. Par rapport aux thermes, la comparaison doit être conduite de manières diverses et complémentaires. Il faut d’abord souligner que, prise comme un espace unitaire, cette basilique est beaucoup plus vaste que les plus grands des frigidaria (1 300-1 400 m2 hors toute annexe).

99Si l’on considère uniquement la nef centrale de la basilique, la différence est bien moindre. En revanche, si l’on tient compte de l’ensemble du programme, nous sommes à des échelles qui ne peuvent plus être comparées : la basilique de Maxence représente environ le quart du bloc balnéaire des bains de Caracalla.

  • 46 Gros, ibid., p. 179 : temple de 108 × 54 m sans la krépis, correspondant à un diptère de 22 × 10 co (...)
  • 47 Coarelli, ibid., p. 183-188 ; Gros, ibid., p. 328-333 : axes mesurant 187,75 et 155,60 m. Si l’on p (...)
  • 48 Coarelli, ibid., p. 110-115 ; Gros, ibid., p. 218-219 et p. 253-255 pour la basilique représentant (...)

100Cette disparité se retrouve dans d’autres types de monuments. Malgré son ampleur extraordinaire, qui en fait « le plus grand complexe cultuel jamais construit à Rome d’un seul tenant »46, le temple de Vénus et Rome, avec son péribole, ne représente qu’une fraction du bloc balnéaire d’un programme thermal. Le Colisée lui-même, en dépit de son gigantisme, s’inscrit dans l’enceinte externe des thermes de Caracalla ou de Dioclétien sans outrepasser l’espace qu’y occupent les bâtiments centraux47. Même le plus grandiose des forums impériaux, celui de Trajan, avec son temple, sa basilique et sa place qui s’alignent sur un grand axe mesurant quelque 300 m, s’insère sans difficulté dans l’espace dessiné par l’enclos monumental des deux plus grands thermes de Rome48.

  • 49 La coupole du Panthéon mesure 43,30 m de diamètre interne, et son élévation est identique. C’est le (...)

101Nous ne parlons que d’emprise au sol. Il faudrait aussi tenir compte des élévations, et faire intervenir une analyse volumétrique des monuments. Mais, même de ce point de vue, les grandes salles thermales participent des recherches les plus audacieuses : la coupole du caldarium des bains de Caracalla est une des rares qui puissent se comparer à celle du Panthéon49.

102Que l’on considère l’importance des surfaces couvertes, souvent de facon grandiose, ou l’ambition du programme pris dans son ensemble, les grands édifices balnéaires de Rome sont conçus à une échelle qui surpasse celle de toute autre réalisation. En fait, la comparaison, pour être efficace, ne peut que rarement se faire avec d’autres complexes monumentaux, mais bien plutôt avec de véritables petites villes. En ce sens, la confrontation entre la colonie primitive de Thamugadi et les grands thermes de Rome est significative : cette fois, sont mis côte à côte des projets qui, quant à leur superficie, sont vraiment semblables. Cette constatation explique la diversité des activités abritées dans ces complexes balnéaires, qui sont aussi des centres de vie sociale, sportive, intellectuelle, politique.

103Le groupe asiatique comprend des édifices dont la grande majorité occupe entre 5 et 10 000 m2. Les plus importants ne couvrent que le quart ou, au mieux, moins de la moitié des grandes constructions de Rome. Le caractère exceptionnel de la Ville ne doit cependant pas nous induire en erreur : les monuments d’Asie mineure sont, en fait, d’une ampleur remarquable.

  • 50 Nous ne comprenons pas le mode de calcul qui a permis à I. Nielsen d’attribuer 20 640 m2 aux therme (...)

104Cela apparaît bien si on compare ces derniers au groupe africain. Celui-ci présente deux traits distinctifs. D’abord, la présence d’un bâtiment énorme, les thermes de Carthage. Il s’agit du plus grand édifice balnéaire du monde provincial, à l’image de la puissance de la mégapole carthaginoise50. L’insertion de la construction dans le tissu urbain a posé des problèmes que traduit la modestie relative de l’esplanade, mais l’ambition du projet se lit dans l’ampleur du bloc balnéaire.

105En revanche, à côté de ce monument exceptionnel, l’Afrique offre des thermes de type impérial nombreux mais de dimensions restreintes. Tous sont compris entre 1 500 et 6 000 m2 et se répartissent harmonieusement dans ce créneau : cinq couvrent moins de 3 000 m2 (dont trois moins de 2 000), trois ont une superficie très proche de 3 000 m2, quatre outrepassent ce chiffre. La multiplication des bâtiments africains s’accompagne d’une ampleur réduite des programmes. Les monuments que nous n’avons pas pris en compte, car trop incomplètement connus, ne feraient que confirmer ces conclusions : Thelepte (sans doute plus de 3000 m2) ; Thugga, thermes d’Aïn Doura (sans doute plus de 3 300 m2) ; grands thermes d’Uthina (sans doute plus de 3 200 m2).

B) Séquence axiale

106À Rome, l’axe de symétrie de l’édifice se compose du caldarium, du tepidarium de sortie, du frigidarium et de la natatio. De plus, ces quatre éléments sont eux-mêmes construits symétriquement de part et d’autre de cet axe.

107La composition de cette véritable colonne vertébrale est mise au point dès l’origine de ce type d’édifice. De fait, ce principe fonde la naissance de ce dernier et contribue largement à le définir. Ce que nous connaissons des thermes de Néron le confirme. Ceux de Titus, de dimensions moindres, sont dépourvus de natatio, mais toutes les autres composantes sont en place. La séquence est, en revanche, complète dans les édifices de Trajan, Caracal-la, Dioclétien et sans doute Constantin.

108En Afrique, quelques traits caractéristiques se dégagent nettement :

  • Le modèle urbain est parfaitement reproduit dans un cas unique, Carthage. On le retrouve également à Lepcis Magna, le deuxième édifice du continent africain par la taille.

    • 51 La majorité de ces piscines couvertes occupe une centaine de m2, Caesarea (plus de 200 m2) constitu (...)

    De nombreux bâtiments offrent une séquence complète, mais avec une natatio couverte se présentant comme un grand bassin dépendant du frigidarium. C’est le cas à Maktar, Sicca Veneria, Caesarea, Cuicul (grands thermes Sud), Tubusuptu, Timgad, probablement à Thelepte et Calama, peut-être aussi à Utique et El Knissia. Il s’agit donc de la solution la plus courante, qui respecte le modèle en l’infléchissant. Nul doute que ce choix ne s’explique, dans une large mesure, par les dimensions restreintes des monuments africains. Si ces natationes couvertes atteignent une taille qui justifie leur dénomination, elles correspondent cependant à un parti plus restreint que les versions hypèthres51.

  • Quelques rares constructions ne possèdent pas de natatio : grands thermes de Lambèse, thermes liciniens de Thugga, thermes du capitole de Cuicul. Il faut noter que, dans les deux derniers cas, il s’agit de bâtiments particulièrement modestes. Bien plus, on a alors choisi de placer le plus grand bassin du frigidarium à la place dévolue habituellement à la natatio, dont il constitue ainsi une sorte de substitut.

  • Les thermes du camp, à Lambèse, sont un cas tout à fait à part. Alors que les bains impériaux de type classique sont formés par la juxtaposition de deux itinéraires circulaires, l’un dextrogyre, l’autre sinistrogyre, dont la partie terminale est commune, ces deux circuits ont ici en commun le laconicum et le caldarium, toutes les autres salles étant dédoublées, à commencer par le frigidarium. Ajoutons l’absence totale de natatio, au demeurant comme dans les autres thermes symétriques de la ville. De tels choix ne peuvent s’expliquer par la date de l’édifice. Même s’il doit être attribué au règne d’Hadrien, comme nous le supposerions volontiers, il est érigé à une époque où le plan canonique est parfaitement au point et diffusé, ainsi à Lepcis Magna ou, peu après, à Carthage. Si ces partis répondent à des besoins des utilisateurs, nous ne voyons pas lesquels.

109Pour saisir la signification de ces traits caractéristiques de l’architecture thermale africaine, il convient de la comparer aux pratiques asiatiques. Les planches CLII-CLIII réunissent les données que nous avons pu rassembler. Elles permettent de dégager un certain nombre de choix architecturaux :

  • Le modèle de l’Urbs n’est jamais reproduit de façon fidèle. Il existe même un type de plan, inconnu en Afrique, que l’on peut qualifier de plan symétrique à itinéraires rétrogrades. Tout à fait comparables aux thermes de type impérial, ces bâtiments s’en distinguent cependant par l’absence d’un tepidarium de sortie susceptible d’assurer une liaison entre caldarium et frigidarium. Parvenus dans la salle des bains chauds, qui est unique, les baigneurs doivent donc en ressortir en se divisant à nouveau en deux groupes et en revenant sur leurs pas. Hors de la province d’Asie, c’est le plan qui paraît avoir été adopté à Jerash. En Asie même, les bains d’Hume-i Tepe, à Milet, en offrent une version relativement ancienne (seconde moitié du ier siècle ? Pl. XXVIII-2). Le manque de données concernant l’architecture thermale asiatique nous laisse ensuite face à des incertitudes, mais, comme nous l’avons souligné en dressant la liste des thermes d’Asie de type impérial, on peut se demander si ce parti n’a pas été adopté à plusieurs reprises. La question se pose à Alexandria Troas, Aphrodisias, Caunos, Éphèse (thermes du théâtre), Magnésie du Méandre, Nysa, peut-être même à Hiérapolis.

    • 52 Les thermes de Vedius, à Éphèse, pourraient faire exception. I. Nielsen distingue, dans le long esp (...)

    Dans de nombreux cas, le frigidarium est conçu de façon tout à fait particulière. Au lieu d’offrir aux baigneurs plusieurs bassins de dimensions moyennes, il leur présente une vaste piscine installée au cœur de la salle. Or, on constate l’absence systématique de natatio autonome. Tout se passe donc comme si, en fait, ces deux éléments, frigidarium et natatio, étaient fusionnés52. C’est, apparemment, la solution également adoptée à Antioche.

    • 53 Thermes Est : I. Nielsen propose, à titre d’hypothèse, un frigidarium dédoublé précédant la grande (...)
    • 54 Krencker, Trierer Kaiserthermen, fig. 428a.

    Dans quelques cas, une des composantes de la séquence axiale semble avoir été dédoublée. Ce peut être le tepidarium de sortie, ainsi à Éphèse, dans les thermes Est et ceux du théâtre53. Ce peut être le frigidarium, comme à Aphrodisias ou Hiérapolis54.

  • Un élément peut être ajouté à la séquence axiale. Cela apparaît nettement dans les bains de Sardes, un des monuments les moins mal connus. Entre le tepidarium et le frigidarium s’interpose une vaste salle, probablement couverte d’une coupole, espace non chauffé qui commande deux longues pièces où F. Yegül place activités sociales et gymniques. Les bains froids se trouvent ainsi coupés du secteur chauffé par une grandiose enfilade de salles. Ce parti peut se comparer à celui adopté à Aizanoi ou, dans une moindre mesure, à Alexandria Troas et Éphèse (Vedius), mais, dans ces cas, l’articulation de ces longues salles froides est interrompue par le tepidarium de sortie qui les isole en privilégiant la liaison fonctionnelle entre caldarium et frigidarium. Il n’en reste pas moins que l’interposition de vastes locaux entre le secteur chauffé et la salle des bains froids constitue une originalité.

  • 55 Cette solution est encore retenue au ive siècle à Lepcis Magna : cf. pl. CXLIX.

110En ce qui touche à la séquence axiale, lieu vital de ces monuments, on constate donc une importante différence dans les choix architecturaux des deux provinces. En Asie, on n’hésite pas à prendre ses distances par rapport aux modèles de la Ville. En Afrique, on s’attache inversement à une fidélité beaucoup plus grande. Cette constatation est confirmée par un examen plus fin du frigidarium. À Rome, un type quasiment unique s’est imposé, comportant quatre bassins logés dans les angles de la salle. En Asie, nous venons de voir que domine le choix d’une vaste piscine unique, occupant le centre de la pièce. En Afrique, on retrouve la formule romaine à Carthage et, peut-être, Utique et même El Knissia, malgré les dimensions restreintes du bâtiment55. Dans les thermes liciniens de Thugga, la solution retenue est voisine, tout comme à Timgad où une natatio couverte répond à deux bassins classiques.

111Il est clair que ces variations autour de la même composition dérivent d’une réflexion destinée à adapter le modèle canonique à un espace restreint. Elle aboutit à une solution dont nous ne connaissons d’exemples qu’en Afrique. Elle consiste à réduire le nombre de bassins à deux, à les disposer symétriquement sur les petits côtés du frigidarium, et à les flanquer de petites pièces qui assurent des relations aisées avec les autres parties du bâtiment. Cette solution originale et efficace s’esquisse très tôt : elle connaît une première formulation à Lepcis Magna, dans les thermes d’Hadrien. Elle est parfaitement au point dès l’extrême fin du iie siècle, combinée (Maktar) ou non (Lambèse) avec une natatio. Elle apparaît aussi, à une date inconnue, à Caesarea, et elle est reprise dans certains thermes de plan semi-symétrique.

C) Secteur chauffé

112Dans les modèles romains, si nous laissons de côté divers locaux chauffés d’interprétation délicate, on constate que, dans le circuit principal, le caldarium est systématiquement précédé par trois locaux, à savoir, selon notre hypothèse de lecture empruntée à A. Lézine, un tepidarium d’entrée, un destrictarium et un laconicum ou sudatorium. De plus, ils sont strictement alignés de part et d’autre de la salle des bains chauds.

113L’Asie reproduit parfois fidèlement ce modèle. On le retrouve probablement (pl. CLIICLIII) à Aizanoi, Aphrodisias, Éphèse (thermes du port) et Sardes. On constate cependant deux variantes. La première nous paraît d’importance mineure. Elle consiste à rompre le strict alignement des premières salles chauffées : Alexandria Troas, Éphèse (thermes de l’Est), Hiérapolis. La seconde nous semble de plus grande portée. Dans l’état actuel du dossier, on constate en effet que les trois salles précédant le caldarium peuvent être réduites à deux : Éphèse (bains de Vedius et du théâtre), Magnésie du Méandre. La partie chauffée des thermes d’Asie étant toujours la plus mal connue, il faut rester prudent. Cette réduction du secteur chauffé se constate pourtant aussi à Milet, où les bains d’Hume-i Tepe ne comportaient qu’une salle chauffée précédant le caldarium, avant qu’un remaniement ne porte ce nombre à deux. Tout indique aussi qu’on retrouve un choix semblable à Serdica ou Jerash.

114Sur ce point fondamental, la situation est profondément différente en Afrique. Tous les thermes de plan symétrique sont dotés des trois locaux canoniques, seuls les grands thermes Sud de Cuicul présentant une version extrêmement réduite du premier d’entre eux. Inversement, on notera que les thermes d’Hadrien, à Lepcis Magna, n’offrent, dans leur état originel, que deux locaux. Nous retrouvons donc cette remarquable fidélité aux modèles de la Ville, mais, également, une fidélité inventive. Le plan rectiligne est volontiers reproduit : peut-être les thermes du capitole de Cuicul ; en tout cas les grands thermes de Lambèse et ceux de Tubusuptu. Bien plus, comme aux thermes de Néron, Caracalla et Dioclétien, ces trois salles sont parfois précédées d’un local qui devait servir de vestiaire : Maktar, Caesarea.

115L’inventivité, sans doute dans ce cas aussi stimulée par l’ampleur réduite des monuments, se manifeste par le recours à plusieurs autres solutions. Disposition orthogonale, le baigneur effectuant un virage à angle droit dans le destrictarium : El Knissia, Thugga (thermes liciniens), Timgad. Disposition en profondeur, de type pyramidal : Sicca Veneria, Thelepte, Thugga (thermes d’Aïn Doura), Uthina, Utique, Cuicul (grands thermes Sud), Hippo Regius, Lambèse (thermes du camp). Il s’agit donc du parti le plus souvent choisi. Il conduit à une approche radicalement novatrice du bloc balnéaire. Alors que, dans le modèle romain, l’axe de symétrie diffère du grand axe du monument, il implique au contraire une coïncidence entre ces deux éléments. Toute l’organisation spatiale de l’édifice, et la façon dont il s’offre à la circulation du baigneur, en sont profondément modifiées.

116Cette remarque ne nous paraît pas relever d’une approche abstraite des plans, mais bel et bien d’une réelle diversité de sensations que ces choix architecturaux différents offraient à l’utilisateur. Dans la disposition pyramidale, les baigneurs, divisés en deux flots jamais très éloignés l’un de l’autre, sont invités à un parcours en profondeur. L’unité collective de l’acte du bain est préservée par ce voisinage, mais aussi par le fait que ce type de plan favorise la création de grandes salles communes en position axiale : ainsi dans les grands thermes Sud de Cuicul, où un grand gymnase couvert réunit les utilisateurs dès après leur séparation par le jeu des entrées et avant qu’ils ne se scindent de nouveau en deux groupes dans les vestiaires et le début dédoublé du circuit chauffé, pour se réunir enfin dans le caldarium et poursuivre ensemble leur chemin. Les baigneurs dessinent ainsi comme deux sinusoïdes jamais éloignées l’une de l’autre et qui finissent par se confondre (pl. CLVIII-1).

117Inversement, dans le schéma classique, la masse des baigneurs est écartelée, et cette mise à distance s’opère même souvent dès les entrées, non pas uniques comme à Cuicul mais situées sur des façades différentes, comme à Rome mais aussi Maktar ou Timgad. La séparation caractérise alors les activités du baigneur, jusque dans ses activités sportives, qui se déroulent dans des gymnases différents. L’unité ne se crée que dans la partie terminale du bain, du caldarium au frigidarium. Dans les monuments les plus élaborés, cette sensation de division est efficacement corrigée par la création d’un grand axe transversal passant par la salle des bains froids et qui traverse tout le monument. Cet axe n’existe pas seulement en plan, par l’accolement des deux salles d’exercices au frigidarium, ce qui serait de peu d’intérêt pour les sensations procurées au baigneur, il est créé concrètement de façon visuelle. Ainsi, à Caesarea, le mur de fond des deux piscines du frigidarium a été supprimé, apparemment à la suite d’un remaniement. Ce dernier rend les bassins accessibles de deux côtés, mais c’est de peu d’intérêt pour la pratique balnéaire. Il est donc évident que ce parti a été adopté afin de créer une grande perspective architecturale de plus de 100 m de longueur qui atténue la dissociation des composantes du monument (pl. CLVIII-2). On retrouve une solution semblable dans les grands thermes de Lambèse où les deux vestiaires sont visuellement unis au travers du frigidarium (pl. CLVIII-3). De plus, dans ce cas, le bloc balnéaire s’inscrit dans un rectangle peu allongé impliquant une grande salle d’exercices commune qui contribue fortement à la cohésion d’ensemble de l’édifice.

118Cette ouverture des piscines froides est nécessitée par l’emplacement de ces dernières dans les thermes africains. Elle permet de rétablir ces grandes perspectives transversales qui caractérisent les thermes de Rome et que facilitait la disposition différente des bassins.

119Une dernière remarque concerne les bains de Carthage. Dans ce cas, le grand axe visuel est aisément créé de la même manière qu’à Rome. Mais ce qu’il nous importe de souligner, pour revenir à notre propos initial, est la disposition du secteur chauffé. De fait, dans ce monument si fortement imprégné des leçons romaines, elle souligne le dynamisme des recherches africaines, en offrant une solution originale et équilibrée tant techniquement qu’esthétiquement. De chaque côté, quatre salles s’alignent de façon rectiligne, comme à Rome. Mais ces espaces sont luxueusement exploités. Si le vestiaire et le destrictarium sont parfaitement à leur place, le reste de l’espace est utilisé de façon dispendieuse. Il est, en effet, consacré à un vestibule qui ouvre la séquence, et à une piscine chauffée, équipement inconnu dans tous les autres exemples de thermes de type impérial.

120Dès lors, le circuit chauffé fondamental est disposé en demi-cercle, solution à laquelle nous ne connaissons aussi aucun parallèle. Si on prend également en considération le jeu d’octogones et d’hexagones habilement juxtaposés, jeu auquel font écho les vestiaires, nous sommes en présence d’une solution dont l’originalité le dispute à l’efficacité, efficacité technique pour contrebuter les poussées, efficacité esthétique aussi (pl. XLIII-1 et 2). Malgré l’ampleur du monument, il semble également que cette couronne sompteuse soit due au besoin d’économiser l’espace. Le souci de créer de vastes salles et de les multiplier était ainsi concilié avec l’ampleur relativement limitée de la superficie disponible.

  • 56 Histoire Auguste, IX, 4-5. Opera Romae reliquit thermas nominis sui eximias quarum cellam soliarem (...)

121Il faut, enfin, prêter une attention particulière au caldarium. Par son ampleur, par sa fonction, cette salle est un des points cruciaux du bloc balnéaire. À Rome, il est donc logiquement l’objet de recherches architecturales. On joue sur des absides disposées symétriquement, destinées à accueillir des bassins ou à guider les circulations, et opposées à des renfoncements rectangulaires. Dans les thermes de Caracalla et de Constantin, la salle des bains chauds est même traitée comme une vaste rotonde. L’Histoire Auguste se fait l’écho de l’effet produit par ces recherches lorsqu’elle signale « les admirables thermes » construits par Caracalla et illustre cette épithète par la cella soliaris dont il serait, au dire des architectes, impossible de reproduire les techniques de construction, la portée de la voûte excédant les capacités des échafaudages56. Dans tous les cas, le caldarium est disposé en avancée par rapport à l’alignement principal de la façade. Ce procédé constitue le principal moyen d’animation du bloc balnéaire, dont les autres façades sont totalement ou essentiellement rectilignes.

122Si nous nous tournons vers l’Asie, les partis adaptés de façon préférentielle diffèrent sensiblement : hormis dans les thermes du port, à Éphèse, le caldarium est strictement à l’alignement de la façade, ou n’esquisse qu’une faible avancée. Le recours à des formes courbes est exceptionnel : il ne s’agit alors que de petites absides animant le volume intérieur sans être perceptibles de l’extérieur.

123En Afrique, la situation est tout autre. Comme à Rome, la salle des bains chauds est un des points sur lesquels se concentre l’attention des architectes. D’abord, elle est presque systématiquement saillante, manifestant à l’extérieur l’axe principal de la composition. Cela est logique dans les compositions pyramidales, mais relève d’un choix dans les plans rectilignes, choix clairement privilégié. On le retrouve à Cuicul (thermes du capitole) ou dans les deux bains de Lambèse, et ailleurs. À Maktar, le caldarium est presque entièrement en avancée, tandis que l’autre extrémité de l’axe de symétrie est, inversement, exprimée par un renfoncement, la façade externe de la natatio étant traitée en arrière-corps. À Timgad, on retrouve le même parti, réalisé de façon plus atténuée. À Caesarea, ce sont les deux extrémités de l’axe qui sont traitées en avant-corps. Dans ce cadre, c’est la conception « asiatique » d’El Knissia qui fait figure d’exception.

  • 57 On pensera aussi au caldarium des thermes du bord de mer de Lepcis Magna (pl. CXLIX). De plan hexag (...)

124Ensuite, le plan de la salle est également l’objet de recherches. La forme stricte du rectangle flanqué de bassins eux-mêmes rectangulaires n’est pas inconnue, ainsi à El Knissia, Cuicul (thermes du capitole) ou Lambèse (thermes du camp). Cependant, dans la plupart des cas, on cherche à varier les effets, en dotant de lignes courbes le dessin de certains alvei, surtout en donnant à la salle un plan complexe : octogone de Carthage et de Membressa, demi-cercle de Thugga (thermes liciniens), rectangle flanqué d’une abside de Cuicul (grands thermes Sud) ou Hippo Regius. Si on prend en considération les volumes complémentaires des bassins, ce sont donc souvent des espaces fort complexes que l’architecte s’efforce de construire57.

D) Secteurs sportifs et plans d’ensemble

125Les thermes impériaux de Rome se caractérisent par l’insertion, dans le bloc balnéaire, de deux palestres dont le dédoublement contribue puissamment à ancrer l’édifice dans le monde de la symétrie. Autant que nous puissions le savoir, seuls les bains de Constantin échappent à cette règle et disposaient, apparemment, d’une palestre unique placée sur l’axe principal du bâtiment et dont la forme semi-circulaire faisait écho, en l’amplifiant, à la saillie du caldarium.

  • 58 Curieusement, car cet auteur est peu suspect de jugements fantaisistes, tout est parti de D. Krenck (...)

126Il nous semble inutile de reprendre ici le long débat concernant ces espaces cernés d’une colonnade. De D. Krencher à I. Nielsen, en passant par E. Brödner, on a tenté de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un espace hypèthre ceint de portiques, mais que toute la superficie de l’ensemble était couverte58. Autrement dit, nous serions en présence non de palestres, mais de vestiaires ou basiliques. Aucun argument convaincant n’étant apporté en faveur de cette théorie, il convient de s’en tenir à l’identification traditionnelle de palestres, que confirment pleinement toutes les données architecturales disponibles.

127Deux traits essentiels caractérisent ces palestres. D’abord leur plan, correspondant primitivement à un rectangle proche du carré (Néron, Titus), rectangle qui prend des proportions allongées dès la construction de Trajan. Ensuite leur emplacement : dans un premier temps, elles flanquent la natatio (Néron), puis le frigidarium. En fait, ces deux caractéristiques sont étroitement liées. Le glissement des palestres sur le grand axe central du bâtiment et leur étirement en longueur permettent de créer un schéma en H dont le frigidarium constitue la traverse médiane. Les conséquences de cette évolution sont évidentes : meilleure intégration des cours découvertes, auparavant isolées dans un angle et, par voie de conséquence, meilleure composition de l’ensemble de l’édifice (avec les quatre masses des palestres, du caldarium et de la natatio distribuées de part et d’autre du frigidarium et matérialisant fortement les deux axes principaux), meilleure organisation des circulations, l’axe caldarium-natatio étant doublé par les itinéraires commandés par les palestres.

128Une dernière conséquence concerne les rapports entre ces dernières et les gymnases couverts. Dans les thermes de Néron, ceux-ci doivent, à notre avis, être identifiés aux longs espaces qui flanquent le frigidarium. Dans les édifices postérieurs, les pièces couvertes destinées aux exercices physiques doivent être recherchées autour des cours découvertes, qui se retrouvent ainsi au cœur de l’espace consacré aux activités corporelles.

  • 59 Et aussi dans des annexes accolées à ces derniers : cf. S. Ricci, La xystike synodos e la curia ath (...)

129Une dernière évolution est, évidemment, l’insertion du bloc balnéaire dans un immense enclos, bloc d’abord lié à un des côtés de ce dernier puis placé en position centrale (pl. CLVII). À cette démultiplication des espaces correspond celle des activités. L’enceinte elle-même comporte de vastes salles où l’on a identifié nymphées, bibliothèques, lieux de réunion divers, sièges d’associations (telle cette corporation d’athlètes siégeant dans les thermes de Trajan59), vastes exèdres équipées de gradins (et en forme de demi-stade dans les thermes de Caracalla) destinées à des spectacles. Entre ces installations périphériques et le bloc balnéaire, les auteurs s’accordent pour restituer jardins et lieux sportifs.

130Si nous comparons ces prestigieux modèles aux réalisations provinciales, on constate, une fois de plus, que les thermes de Carthage constituent une exception remarquable. Ce sont les seuls à transcrire plusieurs des innovations révolutionnaires de la Ville. On y retrouve l’enclos doté, à sa périphérie, de divers locaux ; l’insertion, dans le bloc balnéaire, de deux palestres alignées avec le frigidarium sur le grand axe du bâtiment et commandant des gymnases couverts.

  • 60 Lézine, Carthage.Utique, p. 11, qui élimine, pour rendre compte du plan des palestres, toute consid (...)

131Sans aucun doute, les dimensions du monument expliquent beaucoup de choses. Le plus vaste du monde provincial, il est un des rares à permettre une composition à la mode urbaine. Inversement, le terrain disponible est bien moindre que celui sur lequel se développent les réalisations de Rome. Cela explique l’ampleur relativement restreinte de l’esplanade, avec un caldarium qui tangente presque le portique périphérique. Cela explique aussi des choix qui paraissent des archaïsmes. La référence est alors les thermes de Trajan. Il est donc normal que le bloc balnéaire soit rattaché à un des côtés de l’esplanade, en l’occurrence celui situé en front de mer. De toute façon, la place manquait pour anticiper sur l’innovation de Caracalla, si jamais l’idée en était venue à l’architecte. En revanche, le plan des palestres est un carré parfait. Ce parti paraît donc dériver, en la systématisant, de l’option néronienne et récuser l’innovation trajane. En fait, l’espace dont on disposait ne permettait guère d’autre choix. En imposant un étirement du grand axe du bloc balnéaire, il rendait difficile l’insertion d’espaces rectangulaires transversaux60.

  • 61 Cf. la notice du catalogue. Il n’y a pas à tenir compte de la volonté d’I. Nielsen de couvrir ces e (...)

132Les thermes de Carthage offrent donc un exemple remarquable de volonté de reproduire les modèles les plus prestigieux de l’Urbs. Ce n’est pas par hasard si une telle réalisation orne la capitale africaine : la raison en est la volonté des élites de la province de s’inspirer directement des recherches conduites en Italie, volonté qui trouvait les moyens de sa concrétisation à Carthage plus qu’ailleurs, étant donné l’importance de la cité. La preuve de cette volonté est apportée par le fait que, dans l’état actuel du dossier, on ne connaît pas, dans l’ensemble du monde provincial hors l’Afrique, de tentative d’imiter les recherches romaines de façon plus approfondie que la simple reproduction de la disposition symétrique des salles balnéaires. En revanche, en Afrique, à l’exemple de Carthage, il faut peut-être ajouter le cas d’Utique : le bâtiment reste très mal connu, mais il est possible, sinon probable, que des palestres dédoublées y étaient intégrées, le tout s’inscrivant dans un enclos. Surtout, les thermes de Maktar offrent un sujet de réflexion éminent. En effet, malgré ses dimensions fort restreintes, si on les compare à celles des autres programmes de ce type, on a tenu à insérer deux palestres dans le bloc balnéaire. Leur modestie relative a pu faire hésiter sur leur identification exacte61. À notre avis, elle ne fait pas de doute, et c’est justement l’aspect restreint de cette transcription des grandes réalisations qui en fait toute la signification. Nous sommes en présence de la claire volonté de se référer à des modèles prodigieux, de les transposer, même si cela implique leur réduction, dans une cité africaine. En l’occurrence, la référence nous paraît claire. Bien que nous soyons à l’extrême fin du iie siècle, on ne se contente pas de chercher à imiter le dernier modèle disponible, à savoir celui de Trajan. Tout comme à Carthage, l’espace disponible contraint à une réflexion qui aboutit aux mêmes conclusions, à savoir la nécessité de privilégier le modèle néronien, dont l’imitation nous paraît ici particulièrement forte. On retrouve en effet, dans ces deux bâtiments, deux palestres de plan proche du carré encadrant une natatio en renfoncement et dotées d’une exèdre semi-circulaire. Le secteur chauffé, lui-même, est semblable : un caldarium saillant par rapport à l’alignement de neuf locaux. On aimerait connaître l’environnement des thermes de Maktar, savoir si ce bloc balnéaire constituait la totalité du bâtiment, ou s’il était complété par une grande palestre externe, ou encore s’il s’inscrivait dans un véritable enclos.

133Les thermes de Timgad nous paraissent également témoigner de la façon dont les architectes œuvrant en Afrique sont imprégnés des recherches conduites à Rome. Mais il s’agit d’un phénomène dynamique qui donne naissance non à des copies passives mais à des interprétations correspondant aux besoins locaux. En effet, cet édifice se présente comme une transposition du schéma en H créé sous Trajan et systématisé sous Caracalla. Transposition car les palestres sont ici remplacées par de vastes gymnases couverts. Cette analyse recoupe parfaitement celle, conduite ci-dessus, concernant le frigidarium dont le plan ne peut se comprendre sans référence au modèle romain, dont il diffère cependant profondément.

134À leur façon, les thermes du capitole à Cuicul, avec leurs deux gymnases intégrés dans le bloc balnéaire, ou même les grands thermes Sud, dont les palestres flanquent simplement ce dernier mais affirment cependant le principe de dédoublement symétrique, paraissent confirmer le souci de préserver des liens avec les modèles urbains.

135Toutefois, si nous prenons en considération le reste de la documentation africaine, on voit se dégager une autre grande solution architecturale qui s’éloigne des solutions romaines. Elle consiste à respecter le principe fondamental de symétrie mais à accroître le nombre d’éléments qui se présentent en un seul exemplaire. Autrement dit, c’est l’abandon du schéma en H au profit d’un étirement de l’édifice le long de l’axe de symétrie, phénomène qui peut être encore accentué par la disposition en profondeur du secteur chauffé.

136Deux éléments essentiels peuvent ainsi s’ajouter à ceux qui composent la version canonique romaine. Ce peut être la salle d’exercices. Par exemple à Cuicul (grands thermes Sud) et à Lambèse (grands thermes), où la conséquence en est de diviser le bloc balnéaire en trois bandes juxtaposées, articulées uniquement par les baies de circulation. Ce peut être aussi une palestre, devenue unique, ce qui lui permet un ample développement. Il résulte de cette organisation un renoncement à la création d’un véritable enclos dans lequel s’inscrirait le bloc balnéaire. Celui-ci est, désormais, simplement précédé de la palestre et, en arrière de son secteur chauffé, prolongé par un espace essentiellement destiné à permettre la desserte de ce dernier.

137Ce choix d’une palestre unique et axiale est attesté dans les deux monuments de Lambèse. Étant donné notre connaissance souvent médiocre de l’environnement du bloc balnéaire des thermes africains, il est possible, et même très probable, que ce parti ait été adopté ailleurs, par exemple à Caesarea ou Timgad. Nous savons cependant qu’il doit être exclu dans les cas de Carthage, de Thugga (thermes liciniens), des deux édifices de Cuicul, et sans doute à Utique. Il ne s’agit donc pas d’une option systématique, loin de là.

138En revanche, hors des provinces maghrébines, l’état actuel de la documentation ne permet jamais de repérer un dédoublement de la palestre. Lorsque nous connaissons l’emplacement de cette dernière, elle est toujours en position axiale : à Lepcis Magna, à Trèves, à Ankara, peut-être à Sofia. Cette solution finit même, semble-t-il, par être utilisée à Rome, dans les thermes de Constantin. Elle est la seule connue en Asie, ainsi que nous allons le voir. Une fois de plus, cette analyse confirme la volonté des Africains d’exploiter, autant que faire se peut, les modèles romains, même au prix de leur profond infléchissement.

139Une fois de plus aussi, l’étude de la province d’Asie permet de mieux appréhender la nature exacte de l’architecture africaine, en mettant en valeur les différences qui existent entre ces deux zones géographiques. De fait, si cette province est la seule à pouvoir se comparer au Maghreb quant au choix du plan de type impérial, on constate de nouveau qu’elle traite ce dernier selon des modalités tout à fait spécifiques, bien plus éloignées des modèles de Rome que ce qui se fait en Afrique. Cela apparaît clairement si l’on considère à nouveau la position de la palestre : dans tous les cas connus, cette dernière est unique et placée sur l’axe de symétrie.

140Cette distanciation par rapport aux modèles se manifeste également dans l’organisation du bloc balnéaire. Dans plusieurs cas, on a l’impression de se trouver en présence de solutions romaines profondément réinterprétées. Ainsi le schéma en H qui structure les thermes de Vedius, à Éphèse, semble, au premier abord, très classique, mais on constate que le frigidarium, qui aurait dû en constituer la traverse médiane, est ici complètement marginalisé. De même, à Aizanoi, deux vastes salles, sans doute des gymnases, sont, comme dans les thermes de Néron, disposées dans le sens du grand axe du bloc balnéaire mais, au lieu de se trouver de part et d’autre du frigidarium, elles flanquent le tepidarium de sortie. Dans ces deux cas, la salle des bains froids, qui constitue le cœur des édifices romains et africains, voit son rôle minoré, et cette règle vaut pour tous les édifices asiatiques où, tant par ses dimensions que par sa position, il apparaît confiné dans un rôle secondaire. Avec son grand bassin central, il n’est guère que l’encadrement architectural d’une piscine.

141Bien plus, on se trouve parfois en présence de solutions totalement autonomes par rapport aux recherches des autres régions. Ainsi à Sardes où, comme nous l’avons déjà signalé, l’insertion de salles non balnéaires entre le secteur chauffé et le frigidarium constitue une curiosité. Ainsi également, à Alexandria Troas ou Éphèse (thermes de l’Est et du théâtre), avec la création d’une grande galerie en U enveloppant le bloc balnéaire sur trois de ses côtés. Ce dernier parti est lié, au moins dans les deux derniers bâtiments cités, à une position de la palestre étonnante, dans la mesure où celle-ci se trouve placée contre le secteur chauffé, au lieu de constituer, comme il est usuel, une sorte de somptueux accès au bloc balnéaire dans le sens logique de son utilisation.

***

142L’étude des thermes de type impérial construits en Afrique et leur comparaison avec les autres réalisations de l’Empire contribuent à mieux cerner la place des provinces maghrébines.

143Il ne s’agit pas de tomber dans un régionalisme qui serait en complet porte-à-faux par rapport aux réalités et de l’architecture thermale et des pratiques culturelles dans l’Empire.

  • 62 La condamnation de la théorie selon laquelle le climat jouerait un rôle notable dans l’importance r (...)

144Porte-à-faux par rapport à la nature de l’architecture thermale. Nombre d’auteurs ont pensé que les conditions climatiques avaient influé sur la nature des constructions. C’est oublier que le programme balnéaire est le même partout. La présence et les dimensions d’une palestre dépendent des possibilités des constructeurs, pas des températures ou des précipitations. Dans tous les grands édifices, les salles balnéaires principales sont identiques. Leur conception ne diffère ni dans leur nombre, ni dans leur ampleur réciproque, ni dans leur degré de chauffage. Les variations se font non d’une région à l’autre, mais d’un bâtiment à l’autre, en fonction de choix architecturaux, non de contraintes naturelles. Nous sommes en présence d’une architecture puissante dont le but est de créer, dans une partie du monument, un monde artificiel, coupé de l’extérieur, où l’on reproduit, partout dans l’Empire, les mêmes conditions nécessaires à la même pratique balnéaire. Dans l’art du bain, les différences interviennent entre baigneurs, non entre régions. Le climat ne joue un rôle que fort secondaire. Il peut inciter à chauffer des locaux tels que les vestiaires ou à tiédir l’eau des bassins du frigidarium : cela ne permet nullement de fonder une typologie régionale62.

145Porte-à-faux par rapport à la nature de la koiné méditerranéenne. Pour les thermes comme pour tous les autres phénomènes qui touchent à la culture, le trait le plus frappant est l’ampleur du capital commun. Ce qui est remarquable, c’est la façon dont la version la plus complexe et la plus grandiose des bains, élaborée à Rome, diffuse dans tout l’Empire. Cette diffusion s’opère avec des inégalités géographiques significatives, mais celles-ci ne relèvent pas d’un régionalisme abstrait, fondé sur on ne sait quel critère. Elles sont, au contraire, une des facettes de la puissance d’une province, puissance qui s’ancre dans l’économique et se lit à tous les autres niveaux.

146Cela dit, pas plus que romanisation ne signifie uniformité, diffusion d’un extraordinaire modèle architectural ne signifie reproduction servile de celui-ci. Le contexte local joue un rôle décisif. En Italie, tout est à Rome, sous une forme gigantesque : au même titre que les plus prestigieux édifices de la Ville, ces bains incarnent la majesté du cœur de l’Empire. En Asie, des versions certes plus réduites, mais néanmoins ambitieuses, sont érigées dans les grands centres urbains qui structurent l’espace de la province, avec une concentration significative dans la plus grande et la plus importante politiquement de ces cités. En Afrique, Carthage doit être mise à part : ville hors norme pour la région, elle est dotée de thermes sans parallèle dans le monde provincial. En revanche, tous les autres bains de type impérial se caractérisent tant par leur nombre remarquable que par leurs proportions souvent modestes pour ce type de monuments. Il faut mettre ce phénomène en rapport avec la structure urbaine très particulière de l’Afrique, caractérisée par un fin réseau de cités ambitieuses mais de taille restreinte.

147Bien plus, l’architecture thermale ne reflète pas seulement les réalités locales, mais aussi la position de la région au sein de l’Empire. L’originalité relative de l’Asie en ce domaine n’est que le reflet de la nature profonde de ce dernier. Cœur de l’Orient, cette région incarne par excellence un centre de gravité essentiel de ce système bipolaire, qui se lit jusque dans la reconnaissance d’un bilinguisme officiel. C’est aussi une terre de vieilles recherches architecturales, et sa capacité d’innovation se constate tout naturellement dans le domaine thermal, où les bains de Capito, à Milet, ne trouvent guère d’équivalent qu’à Rome, dans l’édifice érigé par Agrippa et qui reste si mal connu.

  • 63 Yegul, Baths and bathing, p. 251 : seuls les bains de Caunos et, surtout, ceux de Sardes recourent (...)

148La richesse, l’ancienneté et la permanence de ce pôle asiatique en font un interlocuteur de Rome, apte à dialoguer avec cette dernière, en particulier sur le terrain architectural. Ce qui est remarquable, c’est que l’Asie, après avoir nourri les recherches romaines, se mette elle-même à emprunter aux innovations italiques. Ce qui est logique, c’est qu’elle n’hésite pas à les repenser. Cela est même affirmé dans le vocabulaire esthétique. Les grands thermes de Rome font, dans le plan des salles, un large usage des formes courbes. Les bains africains n’hésitent pas à emprunter le même langage, et même à le développer, l’illustration la plus spectaculaire de cette tendance étant les grands thermes Sud de Cuicul ou les jeux polygonaux de Carthage et Membressa. En revanche, en Asie mineure, l’usage de la courbe ou des formes géométriques complexes est très limité et, le plus souvent, confiné à des niches pour lesquelles le plan rectangulaire est même fréquemment privilégié63. Les questions techniques ne sauraient rendre compte d’un tel parti : il s’agit clairement de choix esthétiques qui, dans la tradition grecque, privilégient les tracés rectilignes aux dépens des éléments curvilignes.

149La situation de l’Afrique est radicalement différente. Elle n’a jamais constitué, pour Rome, un pôle de référence semblable au monde grec. Après la grande architecture hellénistique carthaginoise ou numide, nous n’y avons plus guère trace d’une activité importante, en particulier dans le domaine balnéaire. Jusqu’à Hadrien, les édifices que nous pouvons connaître décalquent des modèles italiques traditionnels sans refléter les nouvelles recherches. La situation change radicalement au cours du iie siècle. L’Afrique se met à l’école de Rome. Son ascension économique lui en donne les moyens ; son dynamisme lui permet d’adapter ses emprunts à ses propres besoins. Cependant, si nous comparons les réalisations africaines à ce qui se fait ailleurs dans le monde provincial, le trait le plus frappant est la façon dont les modèles romains, certes repensés, se retrouvent en Afrique comme dans aucune autre province. Nous saisissons ainsi, à travers les réalisations monumentales, une donnée qui devient une des composantes majeures des réalités impériales, le renforcement croissant de l’axe qui unit Rome à l’Afrique. Avant que la fondation de Constantinople ne fasse sentir ses effets, il est la colonne vertébrale de l’Empire autour de laquelle les autres provinces gravitent, en position périphérique. Le long de cette voie circulent hommes et marchandises, essentiellement dans la direction Sud-Nord. Le transfert de modèles thermaux dans l’autre sens ne remplit pas les cales des navires. Bien plus, il s’agit beaucoup moins d’une exportation de la Ville que d’une importation de l’Afrique. Nous voulons dire par là que cette dernière n’est pas envahie par les modèles romains, comme Rome l’est par les marchandises africaines, mais décide de les importer pour satisfaire ses besoins et illustrer ses prétentions. Commode proclamera Carthage Alexandrie de l’Occident. En donnant la meilleure version provinciale des grands thermes de la Ville, la capitale africaine s’était déjà érigée en seconde Rome. En suivant cet exemple, les autres villes maghrébines démontrent que leur titre de colonie n’est pas usurpé : elles sont véritablement le reflet de l’Urbs.

Notes

1 Cf. aussi Nielsen, Thermae, p. 4.

2 P. Gros (Architecture romaine, 1, p. 409) souligne que, en Afrique, le type impérial « est représenté... par plus de dix exemplaires, ce qui ne se vérifie nulle part ailleurs ». F. Yegül (Baths and bathing, p. 186-217) n’en signale ou analyse que douze, dont Tiddis (cf. ci-dessous), I. Nielsen treize (Thermae, p. 87, note 20).

3 A. Berthier, Tiddis, Alger, 1951, plan n° 5. F. Yegül (Baths and bathing, p. 186) considère que cet édifice, qui n’a pas été fouillé, relève bel et bien du type impérial. On peut penser qu’il a recueilli des données sur place car le plan général du site publié par A. Berthier ne montre guère que deux piscines symétriques donnant sur une salle dont on ignore les limites. Ces données sont clairement insuffisantes pour déterminer la catégorie à laquelle appartient le bâtiment.

4 Aux thermes de Néron, Titus, Trajan, Caracalla, Dioclétien et Constantin, il faut ajouter la version plus restreinte que constituent les thermes de Dèce (L. La Follette, The baths of Trajan Decius, dans JRA, sup. ser., 11, 1994, p. 5-88). Il en existait certainement d’autres, que les textes laissent parfois soupçonner (par exemple les thermae Severianae : SHA, Severus, XIX, 5) ou que pourraient même suggérer certains vestiges (par exemple le « temple de Minerva Medica » : Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 257259).

5 Sur Augst (Augusta Raurica), Nielsen, C.157. Sur Arles, Nielsen, C.97 (thermes semi-symétriques : cf. fig. 108) et Yegül (Baths and bathing, p. 323 et fig. 411 : thermes de type impérial).

6 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 217-219 ; R. Bartoccini, Le terme di Lepcis (Leptis Magna), dans Monografie d’Africa italiana, 4, Bergame, 1929 ; G. Fraser et W. van Buren, Roman bath at Leptis Magna, dans MAAR, 10, 1932, p. 129-133, G. Di Vita-Evrard, Lepcis Magna : contribution à la terminologie des thermes, dans Thermes romains, p. 35-42.

7 Di Vita-Evrard, ibid, p. 36 et note 5.

8 Ces restaurations ou reconstructions partielles ont pu être exagérées : cf. J. C. Fant, IRT 794b and the building history of the Hadrianic baths at Lepcis Magna, dans ZPE, 75, 1988, p. 291-294, qui restitue au règne d’Hadrien une marque de carrière autrefois attribuée à Caracalla. Des inscriptions attestent cependant des interventions, en particulier une restauration, présentée comme a fundamentis, du frigidarium (IRT, 396 : dédicace à Septime Sévère et à la famille impériale substituée, après martelage, au nom de Commode).

9 R. Goodchild, The unfinished « Imperial » baths of Leptis Magna, dans Libya antiqua, 2, 1965, p. 15-27.

10 Dans l’état actuel de nos connaissances, il ne nous paraît pas possible de prendre en compte :
– Corinthe : la fouille, fort incomplète, ne nous semble pas permettre de reconnaître un bâtiment symétrique (Nielsen, C.261 : type impérial ?).
– Nicopolis (Nielsen, C.270 : type impérial ?)
– Salamis (contrairement à Nielsen C.324 ; cf. Yegül, fig. 403 : l’édifice ne relève en rien d’un plan symétrique).
– Jerash (Gerasa : Nielsen, C.341). La forte symétrie du bâtiment ne paraît cependant pas impliquer une circulation des baigneurs correspondant à un plan de type impérial, mais plutôt deux itinéraires rétrogrades angulaires, comme le souligne I. Nielsen.

11 Lepcis Magna devait être la seconde ville d’Afrique en importance (Lepelley, Cités, II, p. 337).

12 Sur Trèves, S. Rinaldi Tufi, Treviri, città regale sulla Mosella, dans Storia di Roma, 3, II, p. 113-119. Avant de devenir résidence impériale et siège de la préfecture des Gaules, il faut rappeler que Trèves accueillait le procurator provinciarum Belgicae et utriusque Germaniae, c’est-à-dire l’autorité fiscale de ces trois provinces.

13 Sur Milan, F. Rebecchi, Milano, rivale di Roma, dans Storia di Roma, 3, II, p. 105-112.

14 S. Calderone, Costantinopoli : la « seconda Roma », cia, Acaia, Creta, dans Storia di Roma, 3, II, p. 489-490.

15 P.-A. Fevrier, Le Gallie meridionali, dans Storia di Roma, 3, II, p. 406-407.

16 G. Bejor, L’oriente europeo : Macedonia, Epiro, Tracia, Acaia, Creta, dans Storia di Roma, 3, II, p. 489-490.

17 G. Bejor, L’oriente asiatico : Bitinia-Ponto, Galazia, Cappadocia, dans Storia di Roma, 3, II, p. 536-538.

18 G. Bejor, Antiochia, metropoli dell’Asia, dans Storia di Roma, 3, II, p. 137-141.

19 Gascou, Politique municipale, p. 84-85.

20 Les seuls cas douteux sont dus à notre méconnaissance du statut des agglomérations : El Knissia, Tubusuptu, Membressa (sur ce dernier site, Lepelley, Cités, II, p. 141).

21 Ici inscription n° 22 : la formule ex permissu, pour désigner une intervention impériale, pourrait signifier une aide de l’État, par exemple sous la forme d’une remise d’impôts (Jouffroy, Construction publique, p. 233).

22 Ici n° 103. À Maktar, la dédicace (inédite à notre connaissance) des grands thermes Est à Septime Sévère ne prouve nullement que ce dernier participe au financement de l’opération (G. Picard, séminaire du 22/04/74). De fait, le cas des grands thermes Sud de Cuicul est là pour démontrer que la dédicace à la personne impériale, tout comme l’intervention de son légat lors de l’inauguration, n’impliquent pas un engagement financier du pouvoir central.
Les inscriptions des grands thermes Sud d’Hippo Regius (n°s 109 et 110) concernent pour l’une une restauration du bâtiment, pour l’autre soit sa construction, soit sa restauration (la même dans ce cas ?). Quoi qu’il en soit, chaque fois, c’est la colonie qui assume la charge de l’opération.

23 En ce qui concerne les productions de céramique, Atlante, I, p. 11-18 et notices suivantes), J. W. Hayes (Pottenos brèves remarques reposent essentiellement sur les ta-ry, ainsi que EAA, Atlante, II, Sigillate orientali), C. Panella bleaux d’ensemble élaborés par A. Carandini (Studi mis-(SRPS, II, p. 55-80 ; SRIT, III, p. 251-272 et 431-459 ; Storia cellanei, 13, 1968, p. 25-43 ; ibid., 15, 1970, p. 95 sq. ; EAA, di Roma, 3, II, p. 613-697).

24 Carandini, Dial. arch., 7, 1973, p. 316-317 ou encore SRPS, II, p. 259.

25 Entre autres auteurs et écrits, Carandini, SRIT, III, p. 5-9.

26 En ce sens, il nous semble erroné de considérer l’arrivée des Arabes au Maghreb comme isolant l’Afrique du reste de l’Europe (contra Panella, SRIT, III, p. 432). D’abord, le Maghreb se trouve ainsi au cœur d’un Occident musulman qui ne se borne pas à lui et, de plus, ne cesse pas d’entretenir des rapports avec les régions méditerranéennes chrétiennes. Ensuite et surtout, le Maghreb se rattache ainsi aux secteurs méditerranéens les plus actifs, perpétuant des liens avec l’Orient qui avaient toujours été une des composantes de la puissance africaine et qui avaient pris une ampleur particulière dès le ive-ve siècle.

27 Nous renvoyons, en particulier, à G. Pucci, Le terre sigillate italiche, galliche e orientali, dans L’instrumentum domesticum di Ercolano e Pompei nella prima età imperiale, Quaderni di cultura materiale, 1, Rome, 1977, p. 9-21, ainsi qu’a EAA, Atlante, II, Sigillate orientali.

28 Cf. aussi Panella, Dial. arch., 7, 1973, p. 342-346.

29 Comme le souligne G. Pucci, cette géographie économique de l’Orient, pour schématique qu’elle soit, présente l’avantage de faire converger l’archéologie et d’autres sources, tels les nombreux témoignages sur les relations entre d’une part Pouzzoles et, d’autre part, Alexandrie, l’Asie ou Tyr, le principal port de la Syrie qui possédait une statio dans la cité campanienne. Ce n’est pas par hasard si le citoyen de Pouzzoles, L. Calpurnius Capitolinus, est l’objet d’une dédicace de la part des mercatores qui Alexandriae Asiae Syriae negotiantur (CIL, X, 1797).
Il faut ajouter que les classes de céramique auxquelles nous avons recouru sont indubitablement significatives pour deux raisons. La première en est que, loin d’être isolées, elles s’insèrent dans d’autres productions contemporaines. Ainsi les vases chypriotes, liés aux productions d’Asie Mineure de multiples manières : par la géographie, par l’utilisation de formes influencées par la ES A et par leur diffusion en Occident qui reflète, sur un mode mineur, celle de la même ES A (EAA, Atlante, II, p. 79 sq.).
La seconde raison en est la poursuite de l’activité de ces mêmes régions à travers les siècles, longue durée qui démontre l’ampleur de leur dynamisme : continuité des ateliers de Çandarli, dont les produits sont les plus sérieux concurrents de la sigillée claire africaine à la fin du iie et durant le iiie siècle (Hayes, Pottery, p. 316-322) ; « Late Roman C », provenant en particulier d’ateliers phocéens (Panella, Storia di Roma, III, 2, p. 639 et note 102), qui entre tient des relations étroites avec la production de Çandarli, qui est le principal rival de l’africaine à partir du ive siècle (Pottery, p. 323-370) et qui, à son tour, stimule les « Asia Minor fabrics » (Pottery, p. 408-410 : milieu ve-déb. viie siècle env. ; Cnide ?) ; « Late Roman D » ou « Cypriot red slip ware » qui, de la seconde moitié du ive siècle au viie, prolonge la production insulaire antérieure (Pottery, p. 371386).
Sans même parler des produits égyptiens qui, à partir de la fin du ive siècle, connaissent une distribution débordant les frontières du pays (Pottery, p. 387-401), c’est donc dans la longue durée que s’inscrit l’activité des régions qui constituent les pôles principaux de l’économie orientale. Et cette activité est d’autant plus remarquable qu’elle n’est pas isolée : la « Late Roman C » arrive en Occident, à Carthage comme à Rome, avec des denrées alimentaires majoritairement originaires des mêmes régions (Panella, Storia di Roma, III, 2, p. 639, 645-646, 657 sq.).

30 M. Hammond, Composition of the Senate, A.D. 68235, dans JRS, 47, 1957, p. 74-81. Les données chiffrées devraient être corrigées par les recherches ultérieures, mais elles restent globalement valables et n’altèrent pas les conclusions générales que l’on peut en tirer. De plus, ces données n’ont aucune valeur absolue : nous ne pouvons réfléchir que sur une minorité de sénateurs. L’échantillon est cependant valable : de règne en règne et dans la longue durée, il permet de dégager des tendances cohérentes.

31 Les conclusions géographiques de M. Hammond doivent être précisées par des recherches plus récentes, en particulier les Atti del colloquio internazionale AIEGL su Epigrafia e ordine senatorio, Rome, 14-20 mai 1981, publiés dans Tituli, 4, 1982 et Tituli, 5, 1982. Ce second volume est celui qui nous intéresse le plus car il contient la partie V des actes, intitulée Ascesa al senato e rapporti con i territori d’origine.

32 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, collection de l’EFR, 108, Rome, 1988. Le cadre chronologique choisi ne permet de saisir que le début des changements. Malgré cela, malgré aussi la faiblesse de l’échantillon disponible, on constate un net début de provincialisation de l’ordre, avec, dans ce cas également, une domination de la Narbonnaise et des Espagnes.
Sous Auguste, la restauration de l’ordre repose avant tout sur l’Italie (108 chevaliers sur 131 connus). Cependant, pour nuancer les affirmations de S. Demougin, cette faible participation provinciale constitue néanmoins une relative rupture par rapport à l’état antérieur. L’amorce du processus de provincialisation se produit bel et bien sous le règne d’Auguste, qui, de plus en plus, apparaît aussi une époque charnière dans le domaine économique.
La documentation réunie par S. Demougin (cf. tableau I, p. 540) permet de suivre ensuite l’évolution chronologique, qui se dégage clairement si l’on complète le tableau en calculant le pourcentage des provinciaux par rapport aux Italiens : 19 % d’Auguste à Caligula, 50 % de Claude à Néron. Or les chevaliers provinciaux suivent la même carrière que leurs collègues italiens : il s’agit d’une intégration rapide et réelle.

33 H.-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950 ; Id., Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1974. Ces fonctionnaires s’occupent en particulier des finances des provinces et administrent les biens impériaux. Des Auguste, et durant tout le ier siècle, la place des chevaliers s’accroit constamment dans ces postes, aux dépens des affranchis : les titulaires sont nommes par l’Empereur.

34 Yegul, Baths and bathing, p. 250-284 et 304-306 ; Nielsen, Thermae, catalogue.

35 Les dernières études d’ensemble portent sur les trois vom 1. bis 3. Jahrhundert (Asia, Pontus-Bithynia, Lyciapremiers siècles, époque qui nous intéresse puisqu’elle Pamphylia, Galatia, Cappadocia, Cilicia), dans Tituli, 5, couvre la période de construction de nos bâtiments. Il faut 1982, p. 603-650 ; G. W. Bowersock, Roman senators from se servir essentiellement de H. Halfmann, Die Senatoren the Near East : Syria, Judaea, Arabia, Mesopotamia, dans aus den Kleinasiatischen Provinzen des römisches Reiches ibid., p. 651-668.

36 M. Corbier, Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (ier-iiie siècle), dans Tituli, 5, 1982, p. 685-754 ; M. Le Glay, Sénateurs de Numidie et des Maurétanies, dans ibid., p. 755-781.

37 Il ne faut pas s’attendre à une adéquation parfaite entre villes dotées de thermes de type impérial et cités fournissant la majorité des sénateurs, d’abord à cause de l’état de nos connaissances, ensuite parce que ce rapport n’est pas mécanique. On peut cependant noter que les 14 sites de l’ancienne Proconsulaire équipés de thermes de ce genre ont fourni 81 sénateurs sur les 177 dont nous connaissons sûrement ou probablement la ville d’origine exacte, 51 sur 157 si nous excluons la Tripolitaine.

38 Il est malheureusement difficile de se fier entièrement à ce catalogue. Ainsi, nous ne comprenons pas comment les thermes d’Antonin, à Carthage, peuvent se voir attribuer 26 250 m2, ce qui ne correspond ni au relevé publié, ni aux calculs d’A. Lézine (17 850 m2). De même, les notices C.8 et C.11, concernant respectivement les thermes de Caracalla et de Dioclétien, attribuent à ces derniers une superficie nettement supérieure, mais c’est la conclusion inverse qui s’impose si l’on confronte les fig. 56 et 57 ! Ce sont les figures qui sont erronées. Il faut donc utiliser cette étude avec précaution, et nous la corrigeons en la recoupant avec d’autres sources d’informations.

39 Le plan Palladio, qui sert de fondement aux réflexions sur les thermes de Néron, pose justement des problèmes quant à son échelle, ce que souligne Scamozzi dans Les thermes romains dessinées par André Palladio et publiées de nouveau d’après l’exemplaire du Lord Comte de Burlingthon imprimé à Londres en 1732, Vicence, 1797, p. 28 : « Les mesures du Plan ne m’ont donc mis que peu au fait, faute de nombres, ou parce qu’on trouve dans eux des altèrations, aussi bien que par le défaut des desseins, dans les quels l’échelle des pieds ne correspond pas à la grandeur réelle, ou celle-ci n’est pas d’accord avec l’échelle ». Dans la planche XXIX, nous avons mis le plan Palladio au 1 : 2000 en nous servant de la FUR, pl. 15, ainsi que de l’étude de G. Ghini, recherches fondées sur les vestiges (cf. ici pl. XXIX-3). Nous sommes alors en présence d’un bâtiment couvrant environ 22-23 000 m: nous sommes loin des 15-16 000 m2 attribués à ces thermes par I. Nielsen (C.2 : 15 730 m2), évaluation reprise par P. Gros (Architecture romaine, 1, p. 397 : « près de 16 000 m2 »).

40 3 500 m2 d’après I. Nielsen, mais le plan publié par F. Yegül (Baths and bathing, p. 276, fig. 343), plus complet, implique une superficie supérieure. Tout cela reste approximatif, les échelles des deux relevés correspondant fort mal.

41 11 000 m2 d’après I. Nielsen, mais cette superficie ne correspond pas au plan qu’elle publie elle-même.

42 Nous incluons la palestre, architecturalement intégrée dans le bloc balnéaire, ainsi que le vaste espace de service qui se trouve au Sud-Est.

43 L. La Follette, The baths of Trajan Decius, dans JRA, sup. ser., 11, 1994, p. 6-88, en particulier p. 79 : l’auteur restitue un bloc balnéaire d’environ 70 × 44 m, c’est-à-dire quelque 3 000 m2. Les palestres internes ont été supprimées.

44 Coarelli, Roma, 2, p. 348-350 ; Gros, Architecture romaine, 1, p. 466.

45 Coarelli, ibid., p. 91-92.

46 Gros, ibid., p. 179 : temple de 108 × 54 m sans la krépis, correspondant à un diptère de 22 × 10 colonnes ; Coarelli, ibid., p. 94-95.

47 Coarelli, ibid., p. 183-188 ; Gros, ibid., p. 328-333 : axes mesurant 187,75 et 155,60 m. Si l’on prend aussi en considération l’aire dallée large de 17,60 m qui entoure l’édifice et en fait partie, servant en particulier à la manœuvre du velum, on obtient un grand axe de 222,95 m, soit très sensiblement la longueur du bloc balnéaire des thermes de Caracalla et moins que celle de Dioclétien qui outrepasse 250 m.

48 Coarelli, ibid., p. 110-115 ; Gros, ibid., p. 218-219 et p. 253-255 pour la basilique représentant 8 500 m2 couverts.

49 La coupole du Panthéon mesure 43,30 m de diamètre interne, et son élévation est identique. C’est le plus vaste espace couvert sans supports intermédiaires avant l’invention de nouveaux matériaux et techniques au xxe siècle (Gros, ibid., p. 177). La coupole du caldarium des thermes de Caracalla atteint environ 36 m de diamètre (Gros, p. 404) et devait s’élever à une hauteur voisine du couvrement du Panthéon. Contrairement à ce dernier, où le grand oculus sommital constitue, avec la porte, l’unique source d’éclairage, le mur de la rotonde du caldarium est percé de vastes fenêtres.

50 Nous ne comprenons pas le mode de calcul qui a permis à I. Nielsen d’attribuer 20 640 m2 aux thermes de Barbara, à Trèves (C.79) : le bloc balnéaire doit, en fait, couvrir 14-15 000 m2, ce qui est d’ailleurs considérable. À cause du maniement parfois délicat des données, ou de l’absence de critères précis (raison pour laquelle nous avons choisi de privilégier le concept de bloc balnéaire), on est souvent dans le domaine du flou. Ainsi, selon P. Gros, les thermes de Carthage peuvent être les plus importants du monde provincial occidental après ceux de Constantin, à Trèves (Gros, Torelli, Urbanistica. Mondo romano, p. 290), ou les plus grands de tout le monde provincial (Gros, Architecture romaine, 1, p. 409). On notera que c’est également à Carthage qu’a été érigée la basilique la plus vaste jamais construite hors de l’Urbs (Gros, ibid. p. 259).

51 La majorité de ces piscines couvertes occupe une centaine de m2, Caesarea (plus de 200 m2) constituant une exception que l’on peut mettre en relation avec les dimensions de l’édifice. La natatio hypèthre de Carthage devait atteindre quelque 300 m2, celle de Lepcis Magna 400.

52 Les thermes de Vedius, à Éphèse, pourraient faire exception. I. Nielsen distingue, dans le long espace qui unit le caldarium à la grande piscine froide, un tepidarium et un frigidarium avec deux bassins (fig. 226). Dans ce cas, nous aurions donc une salle des bains froids et une natatio, au demeurant couverte. Il nous semble préférable de restituer un long tepidarium et, comme F. Yegül (fig. 359 = ici pl. CLIII-2), d’assimiler la vaste piscine et le frigidarium. La comparaison avec les autres édifices paraît aller dans ce sens.

53 Thermes Est : I. Nielsen propose, à titre d’hypothèse, un frigidarium dédoublé précédant la grande piscine (fig. 227). Nous pensons plutôt que ces locaux, équipés de bassins d’après I. Nielsen, sont deux tepidaria de sortie et que le frigidarium abrite la grande piscine (cf. aussi F. Yegül, fig. 351).
Thermes du théâtre : nous suivons F. Yegül, fig. 353.

54 Krencker, Trierer Kaiserthermen, fig. 428a.

55 Cette solution est encore retenue au ive siècle à Lepcis Magna : cf. pl. CXLIX.

56 Histoire Auguste, IX, 4-5. Opera Romae reliquit thermas nominis sui eximias quarum cellam soliarem architecti negant posse ulla imitatione qua facta est fieri. Nam et ex aere vel cupro cancelli subterpositi esse dicuntur, quibus cameratio tota concredita est, et tantum est spatii, ut id ipsum fieri negent potuisse docti mechanis. P. Gros (Architecture romaine, 1, p. 404), propose la traduction suivante : « Parmi les monuments publics qu’il laissa à Rome, il y a les admirables thermes qui portent son nom et dont la salle des bains chauds est, au dire des architectes, d’une conception proprement inimitable. Car l’ensemble de la voûte repose, dit-on, sur une superposition de barres de bronze et de cuivre et sa portée est telle que les experts en échafaudages en jugent la réalisation impossible ».
Sur ce texte et sa confrontation avec les vestiges, cf. J. DeLaine, The « cella solaris » of the baths of Caracalla : a reappraisal, dans PBSR, 55, 1987, p. 147-156. Sur les problèmes soulevés par la construction de cette salle, cf., en dernier lieu, M. L. Conforto, Terme di Caracalla : dati acquisiti ed ipotesi di ricerca, dans Thermes romains, p. 48.

57 On pensera aussi au caldarium des thermes du bord de mer de Lepcis Magna (pl. CXLIX). De plan hexagonal, ce volume est prolongé par cinq bassins qui donnent à l’ensemble l’image d’une étoile à cinq branches, celle située sur l’axe étant traitée en abside.
La différence d’échelle entre les réalisations africaines et celles de Rome se lit aussi dans le nombre de piscines qui équipent le caldarium : sept dans les thermes de Caracalla et Dioclétien, cinq à Carthage et dans les deux édifices de Lepcis Magna, trois dans les autres édifices africains, et même deux dans les thermes du capitole de Cuicul.

58 Curieusement, car cet auteur est peu suspect de jugements fantaisistes, tout est parti de D. Krencker, qui identifie des palestres dans les thermes de Néron, mais les assimile à des vestiaires dans ceux de Titus, puis, lorsqu’elles prennent une forme allongée, à des basiliques couvertes (Trierer Kaiserthermen, p. 264-281, en particulier p. 275277 en ce qui concerne les thermes de Caracalla).
Ces arguments sont repris par I. Nielsen, p. 50 (Trajan), 54 (Caracalla, où l’auteur expose les différents points de vue) et 162 (cf. également Gros, Architecture romaine, 1, p. 400). Le dossier est aussi présenté par F. Yegül (Baths and bathing, p. 160-162), qui restitue quant à lui des cours hypèthres.

59 Et aussi dans des annexes accolées à ces derniers : cf. S. Ricci, La xystike synodos e la curia athletarum presso S. Pietro in vincoli, dans BCom, 1891, p. 185-209 ; M. Caldelli, Curia athletarum, iera xystike e organizzazione delle terme a Roma, dans ZPE, 93, 1992, p. 75-87.

60 Lézine, Carthage.Utique, p. 11, qui élimine, pour rendre compte du plan des palestres, toute considération relevant d’une différence de programme, du climat ou de particularités régionales.

61 Cf. la notice du catalogue. Il n’y a pas à tenir compte de la volonté d’I. Nielsen de couvrir ces espaces : le seul argument en est le désir d’identifier des basiliques thermales là où elles ne sont pas, désir qui la conduit aussi à clore le péristyle d’entrée des thermes liciniens de Thugga. La couverture des palestres de Maktar poserait des problèmes architecturaux fort difficiles à résoudre (Gros, Architecture romaine, 1, p. 410-411).

62 La condamnation de la théorie selon laquelle le climat jouerait un rôle notable dans l’importance relative des différentes salles des thermes romains a été clairement énoncée par A. Lézine, Architecture romaine, p. 9 et 27. De façon marginale, le souci du confort peut infléchir certains choix de détail. Les thermes de Trèves, souvent pris comme exemple de bâtiments adaptés à la rudesse du climat, nous paraissent caractéristiques du contraire si l’on prend en considération les critères essentiels, à savoir les rapports entre espaces couverts et hypèthres ou entre salles balnéaires froides et chauffées. Dans les thermes de Barbara, on note seulement les trois locaux chauffés qui, dans chaque aile, flanquent le circuit proprement balneaire : vestiaires d’hiver comme le souligne D. Krencker. À Rome même, des pièces bénéficient aussi d’un chauffage qui ne correspond pas à la pratique dominante : ainsi certaines annexes des palestres des thermes de Caracalla. Dans les thermes de Constantin de Trèves, on ne remarque guère que le chauffage de deux des piscines du frigidarium. Choix exceptionnel, mais on le retrouve, toujours à Rome, sur le Palatin, dans les bains de Maxence (J. Herrmann, Observations on the baths of Maxentius in the Palace, dans RMDAI, 83, 1976, en particulier p. 407 et 410).
En faveur de la théorie climatique, I. Nielsen, dans son étude des bains militaires des provinces nordiques, présente un ensemble d’arguments qui nous paraissent infondés (Thermae, p. 79). Le premier est celui, dans les bains militaires du Nord, du recours à une pièce qu’elle appelle « heat-trap », c’est-à-dire un local spécifique dont la fonction serait de préserver la chaleur du secteur chauffé en servant de sas entre ce dernier et les salles froides. Si nous nous référons aux plans qu’elle a publiés en les annotant dans cette optique, une telle lecture semble totalement arbitraire. Que ce « heat-trap » précède une pièce balnéaire isolée (Collen, fig. 138) ou qu’il soit le premier élément d’une enfilade de trois locaux chauffés (Aesica, fig. 135 ; Saalburg, fig. 156 ; Schlossau, fig. 157 ; Stokstadt, fig. 158 ; Zugmantel, fig. 163), il ne s’agit à chaque fois que d’un local très usuel de transition que l’on trouve partout, même dans les régions les plus chaudes, et que l’on appelle simplement un tepidarium.
Le deuxième argument d’I. Nielsen consiste à souligner le nombre important de foyers mis en œuvre dans les monuments nordiques. Dans un premier temps, les architectes auraient expérimenté les conséquences du climat froid puis, à partir du iie siècle, en auraient tiré la conclusion qu’il fallait équiper de fours les tepidaria et les « heattraps ». Une telle reconstitution impliquerait une inquiétante lenteur d’esprit des constructeurs. Mieux vaut penser à une évolution générale comportant une tendance à accroître les capacités de chauffage. Dans les régions les plus clémentes, le chauffage direct des tepidaria est un parti parfaitement attesté, qui ne saurait donc originaliser les constructions des régions froides. De toute façon, si, dans les régions froides, on recourt à des foyers plus nombreux ou plus puissants, le but est d’obtenir le même degré de chaleur dans les différentes salles que dans les pays au climat moins rigoureux : les divers choix techniques, toujours de détail, ne servent qu’à permettre partout un même art balnéaire. Nous laissons de côté le troisième argument, l’absence de palestre. L’immensité de ces installations à Trèves suffit à démontrer que la question n’a rien à voir avec des données climatiques.

63 Yegul, Baths and bathing, p. 251 : seuls les bains de Caunos et, surtout, ceux de Sardes recourent a des jeux de courbes. Mais nous ne pensons pas que le fait de privilégier les plans rectilignes soit la conséquence des techniques de construction.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540