Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Troisième partie. Catalogue des thermes romains d’Afrique du nord

Tunisie

Texte intégral

ALTHIBUROS : THERMES DE LA MAISON DES ASCLÉPÉIA (pl. XXXII)

I) Bibliographie

1M. Ennaïfer, La cité d’Althiburos et l’édifice des Asclépiéia, INAA, Bibliothèque archéologique, vol. I, Tunis, 1976, p. 76, 88-92, 138-143 et 143-152.

II) Datation

2La publication fournit un grand nombre d’informations. Cependant, étant donné les conditions dans lesquelles l’édifice a été mis au jour (p. 7), les résultats du dégagement et des sondages, peu nombreux, ne sont donnés que sous une forme très sommaire (l’auteur n’a pu fournir qu’une seule coupe stratigraphique, pl. LI). Or, dans le cadre d’une architecture domestique qui est toujours l’objet de multiples remaniements, il est souvent hasardeux de relier entre eux divers épisodes lorsque ceux-ci ne sont pas datés, chacun de leur côté, par des critères archéologiques convergents.

3L’évolution du monument, telle qu’elle est restituée p. 143-152, reste donc, par force, largement hypothétique. D’ailleurs, le texte et les plans illustrant les cinq phases successives correspondent mal sur certains points de détail.

4Pour la construction du bâtiment, l’auteur suggère le début du iiie siècle, en fonction, uniquement, des fragiles critères que constituent les partis architecturaux et le style des pavements. Une deuxième phase (vers le milieu du iiie siècle) verrait, entre autres, la création d’un appartement chauffé, une troisième (fin iiie siècle) celle des thermes. En l’absence de toute preuve archéologique, il nous paraît plus probable que ces deux installations chauffées appartiennent à une même tranche de travaux. La façon identique dont les hypocaustes ont été aménagés tant dans l’appartement que dans les bains constitue d’autant plus un argument en ce sens que la technique utilisée est quelque peu originale, des pilettes de calcaire supportant des dalles taillées dans le même matériau et ainsi substituées aux traditionnels bipedales en terre cuite.

5Nous aurions, ensuite, une série de remaniements d’ampleur limitée, s’étendant sur le ive siècle. Ce serait, en particulier, peu après 350 que l’appartement chauffé serait supprimé et l’accès aux bains remanié. L’utilisation de ce complexe n’outrepasserait pas la fin de ce siècle.

6La seule donnée précise sur laquelle nous puissions nous fonder est que l’installation balnéaire est un ajout au bâtiment qu’elle dessert, ajout probablement attribuable à une date avancée dans le iiie siècle, si ce n’est même au ive siècle.

III) Typologie

7Il s’agit de petits thermes occupant un rectangle d’un peu plus de 170 m2, le frigidarium atteignant un peu moins de 20 m2.

8Ces bains sont privés : le bâtiment auquel ils sont adjoints est une grande domus à péristyle et, contrairement à ce qu’a pu penser M. Ennaïfer, il n’y a aucune raison de croire que cette maison était devenue le siège d’une collectivité au moment où on la dota de thermes (cf., en particulier, p. 123, 147, 152 et 175 ; sur la signification réelle de la mosaïque portant la couronne des Asklépéia, cf. N. Duval, Recherches nouvelles sur les prix de concours représentés sur les mosaïques, dans BAC, 22, 1987-1989, p. 177-209, en particulier p. 183-185, avec la bibliographie).

9Il nous paraît nécessaire de reconnaître, au Sud, trois salles chauffées, disposées en fonction d’un plan circulaire incomplet et parcourues selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

10À partir d’un espace situé au Nord (où il semble vain de vouloir identifier une palestre), on accède à une pièce (6 × 2,55 m) équipée de bancs qui la désignent comme un vestiaire. Ce dernier commande le frigidarium (4,40 × 4,40 m) doté, au Nord, d’une exèdre (4,30 × 2,40 m) et, au Sud, d’une piscine.

V) Salles chauffées

11I-V : il ne peut s’agir que d’un tepidarium, isolé du frigidarium par une porte et équipé d’un profond bassin susceptible de permettre une véritable immersion. Ni la publication, qui n’a pas envisagé cette question, ni l’état des lieux ne permettent de savoir si cette pièce possédait un hypocauste chauffé indirectement, ou si elle était simplement attiédie par ses contacts avec les autres salles chaudes.

12II-III : 2,5 × 2 m. Le mur II-III/IV, ainsi que I-V/ vestiaire, ne sont que de légères parois de tubes de terre cuite disposés verticalement. Comme pour le tepidarium, la publication ne voit dans cette pièce qu’un simple passage et ne mentionne aucun mode de chauffage. Ce local est pourtant, indubitablement, installé sur un hypocauste complètement ouvert sur celui du caldarium.

13IV : 4,20 × 2,60 m, superficie à laquelle il faut ajouter l’exèdre Nord (1,80 × 1,40 m) et le bassin qui était logé dans l’abside.

14La publication commet, à notre avis, deux erreurs, d’abord en considérant que cette pièce est la première des salles chaudes, ensuite en inventant un local chauffé (fig. 2, n° 58) qui n’est qu’un praefurnium. En fait, ce caldarium IV est la dernière des salles chauffées. La piscine absidale était desservie directement par un four qu’équipait une chaudière, ainsi que le démontrent les départs des hauts piédroits de l’arcade dans laquelle celle-ci était logée. Un second foyer est attesté au Nord de l’exèdre, et il faut en restituer un troisième à l’Est, dans l’ouverture qui ne saurait être une porte conduisant à une salle qui serait dénuée de toute paroi orientale. Dans l’état actuel des lieux, il est impossible de savoir si cette exèdre abritait un second bassin ou ne constituait qu’une annexe de l’espace central.

15Ce caldarium est entouré sur deux côtés par le couloir de service qui, au Nord, prend la forme d’un vaste local accessible de l’extérieur, mais dont la limite septentrionale reste inconnue (sans doute correspondait-elle au mur actuel, qui fut entièrement refait par la suite). Lors d’un remaniement, l’accès direct aux thermes par le vestiaire fut clos. Les nouvelles entrées donnèrent dans ce local dont l’organisation fut alors transformée. Il fut scindé en deux, la moitié Sud conservant son rôle de couloir de service, la moitié Nord, désormais ouverte sur le vestiaire, étant transformée en un vestibule d’entrée dont le niveau fut surélevé afin qu’il puisse aisément assumer sa nouvelle fonction : son dallage, hétérogène, repose sur des murets dessinant des caissons, si bien qu’il se trouve de niveau avec le vestiaire.

VI) Appartement chauffé

16Trois pièces (fig. 3, 1-3), situées à proximité des thermes mais appartenant au noyau primitif du bâtiment, doivent, selon toute probabilité et ainsi que le propose M. Ennaïfer, être considérées comme un appartement chauffé. Un foyer unique, donnant en 1, fournissait la chaleur qui passait en 2 par un passage et en 3 par deux passages, 2/3 et 1/3. Ce dernier paraît d’ailleurs avoir été installé à la suite d’un remaniement, afin d’améliorer le chauffage de la pièce qui se trouvait en fin de circuit. Une double-paroi est attestée en 2 (p. 76).

17À une date inconnue, cet appartement chauffé est désaffecté et le local 1 est rattaché aux thermes (fig. 4). La publication restitue une évolution complexe (p. 91) :

  • Dès l’origine, l’hypocauste 1 aurait été subdivisé par « une murette... laissant un petit passage à l’air chaud ». En fait, l’état des lieux laisse penser qu’il n’y avait aucun passage de chaleur, cette murette n’étant que le rebord du bourrage de blocage qui obstrue le tiers occidental de l’hypocauste l, et qui est très vraisemblablement mis en place au moment où les hypocaustes 2-3 sont eux-mêmes complètement désaffectés.
  • Premier remaniement : les hypocaustes 1-3 sont remblayés. En fait, rien ne prouve que 1 soit alors complètement mis hors d’usage : bien au contraire, l’état de conservation de ce dernier, alors que les installations de ce type sont ailleurs complètement ruinées, laisse penser qu’il continue à être partiellement en usage.
  • Second remaniement : le local 1 est subdivisé par une cloison maçonnée. En fait, il semble bien que ces deux remaniements n’en fassent qu’un. D’abord, cette cloison est parfaitement à l’aplomb de la « murette », c’est-à-dire du rebord du bourrage partiel de l’hypocauste : comment cela eût-il été possible si ces opérations n’avaient été concomitantes ? Ensuite, cette cloison ne repose sans doute pas sur la dernière mosaïque de 1, celle qui vient couvrir le dernier état de l’hypocauste partiellement remblayé. Selon un parti usuel, c’est seulement l’enduit qui mord sur le pavement : le mur lui-même est, très probablement, directement fondé sur le remblai.

18Nous proposons donc de restituer une évolution plus simple que celle avancée dans la publication :

  • Premier état : c’est sans doute en même temps que sont créés les thermes et l’appartement chauffé 1-3, l’hypocauste 1 n’étant subdivisé par nulle « murette », parti qui eût été irrationnel car empêchant une bonne diffusion de la chaleur.
  • Deuxième état : création d’un passage de chaleur direct entre 1 et 3, justement pour améliorer encore la répartition de l’air chaud.
  • Troisième état : destruction de l’appartement chauffé. Les hypocaustes 2 et 3 sont totalement supprimés. L’hypocauste 1 est également remblayé dans son tiers occidental : au-dessus, ce secteur est désormais séparé du reste de la pièce par une cloison. Une nouvelle mosaïque masque ce remblai partiel et la partie orientale de l’hypocauste, qui paraît bien continuer à fonctionner étant donné son actuel état de conservation et l’absence du blocage qui caractérise la partie occidentale. De plus, comme le souligne M. Ennaïfer, ce local 1, désormais séparé du reste de la demeure, est rattaché aux thermes : à la fermeture de la baie 2/1 fait pendant l’ouverture de la porte l/frigidarium. Nous avons ainsi, avec la création d’une petite (2,60 × 2,40 m) annexe de la salle des bains froids, partiellement chauffée, un parti qui ne manque pas d’originalité. L’occasion en fut offerte par l’histoire de ce secteur, mais la nature de l’espace ainsi annexé reste peu évidente. On pourrait cependant penser à un unctorium, local dont le chauffage aurait permis l’utilisation d’huile tiède pour les onctions.

BELALIS MAIOR : THERMES DU FORUM (pl. XXXIII)

I) Bibliographie

19Mahjoubi, Henchir El-Faouar, p. 175-209.

II) Datation

20La publication fournit un grand nombre d’informations, mais l’interprétation des vestiges paraît soulever certains problèmes. L’histoire du bâtiment, complexe, est marquée par de nombreux remaniements. À l’origine, A. Mahjoubi distingue deux étapes essentielles. D’abord, la création des thermes, construction originelle dont ne subsisteraient que les trois salles chauffées et la pièce froide qui les précède immédiatement au Nord et qui aurait constitué le frigidarium primitif. Ce premier état ne serait pas postérieur au tout début du iie siècle (p. 179 et 206). Ensuite, une extension des bains, essentiellement vers l’Ouest et le Sud : cet agrandissement daterait du milieu du iie siècle au plus tôt.

21Cette restitution des débuts du monument nous paraît reposer sur des bases très fragiles, à savoir un unique sondage datant la première mosaïque du « frigidarium primitif » du début du iie siècle et qui, en fait, ne saurait fournir qu’un terminus ante quem non. D’ailleurs dans ce contexte, on imagine mal le type de constructions qui aurait pu occuper l’angle Sud-Ouest de l’insula, si ce n’est déjà des pièces dépendant des thermes.

22En attendant de nouvelles données, il nous paraît donc nécessaire de considérer que, dès l’origine, l’établissement balnéaire possède une extension proche de celle que nous lui connaissons dans ses dernières phases. En particulier, l’actuel frigidarium, mal daté par un second sondage ouvert à cet endroit et qui a livré un tesson du iie siècle, fait sans doute partie du plan primitif. En bonne logique, on peut donc seulement affirmer que les thermes sont créés au cours du iie ou du iiie siècle.

23La suite de leur histoire apparaît mieux connue : d’importants remaniements et restaurations sont effectués au ive siècle, probablement à l’époque constantinienne. La longue exploitation du monument est attestée par des travaux attribuables à la fin du ive ou au début du ve siècle (p. 207) et sa désaffectation, qui n’est pas antérieure à la fin de ce siècle, pourrait ne s’être produite qu’à l’époque byzantine (p. 209).

III) Typologie

24Il s’agit de petits thermes dépourvus de palestre, couvrant au total, sans les citernes, quelque 850 m2, le frigidarium occupant 41,5 m2 (6,6 × 6,3 m). Le secteur chauffé comprend trois pièces placées au Sud-Est et qui, dans le premier état, étaient disposées selon un plan circulaire et parcourues selon un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

25Un perron surélevé (aménagé au ive siècle : p. 182) permet d’accéder à un vestibule d’entrée (6,70 × 3,15 m), lequel donne sur une pièce de 6 × 4,90 m où il est impossible, étant donné ses dimensions, de reconnaître une salle d’exercices (contra Mahjoubi, p. 182). L’endroit, en revanche, conviendrait à un vestiaire commandant l’accès d’une part à des latrines, d’autre part au frigidarium.

26Ce dernier est équipé de deux piscines, l’une rectangulaire (mesurant à l’origine 5 x 3,20 m), l’autre absidale. La maçonnerie de cette dernière est plaquée contre un local circulaire pourvu de niches. Cette pièce polylobée étant créée au ive siècle (p. 186), il en résulte que le bassin absidal est un ajout tardif, réalisé alors que l’ampleur de la piscine principale avait été restreinte.

27L’accès aux salles chauffées se fait par l’intermédiaire d’une pièce qu’A. Mahjoubi considère comme le frigidarium primitif (p. 178 et 188). Nous ne voyons pas quel argument précis supporte cette analyse. La présence, dans un angle, d’un petit bassin tardif, dont nous ne savons même pas s’il est antérieur à la désaffectation des thermes, est loin de constituer un indice suffisant, même s’il fut, peut-être, précédé par une autre installation semblable. Il nous paraît donc logique de considérer que le premier état comprend le frigidarium actuellement visible et ce local intermédiaire, selon un parti qui n’a rien d’exceptionnel. On notera d’ailleurs que, au moins dans un état, il existait aussi une liaison directe frigidarium/tepidarium.

V) Salles chauffées

28I-V : dans son état primitif, ce tepidarium hexagonal était conçu selon un plan différent. A. Mahjoubi propose de restituer trois bassins flanquant l’hexagone. L’un d’entre eux, au Nord-Est, est parfaitement attesté ; en revanche, les deux autres restent complètement hypothétiques. Surtout, l’examen des lieux montre que l’hypocauste est plus vaste que la surface hexagonale actuelle : primitivement la pièce était de plan sensiblement rectangulaire. Elle était alors chauffée soit par un foyer que l’on pourrait imaginer au Sud-Ouest, soit indirectement (un passage de chaleur a pu exister vers IV).

29II-III : 4,8 × 3,8 m environ ; un foyer. La baie qui, selon toute probabilité, unissait primitivement cette salle au tepidarium, a laissé, étant donné les remaniements ultérieurs, des traces d’interprétation délicate.

30IV : la publication propose de reconnaître, dans les trois renfoncements qui ouvrent sur l’espace central, une piscine à l’Est, un hémicycle abritant un labrum à l’Ouest, une étuve sèche au Sud. Une telle interprétation, qui se réfère à Vitruve et aux thermes d’époque républicaine, repose uniquement sur une datation haute du bâtiment que rien n’étaye sérieusement. Il nous paraît clair qu’il faut reconnaître en IV un caldarium classique pourvu de trois bassins chauffés directement par cinq foyers, trois d’entre eux étant affectés à la piscine méridionale. Les vestiges permettent de proposer la restitution d’une chaudière à l’Est et à l’Ouest.

31Cette disposition des salles chauffées fut remaniée, sans doute au ive siècle (p. 189 : date de la mosaïque du tepidarium dans son état hexagonal). De fait, la pièce tiède reçut alors un plan hexagonal dont l’implantation provoqua la fermeture de sa liaison avec II-III et la destruction de son bassin, à l’emplacement duquel fut installé un four chauffant directement le local redessiné. L’état des vestiges ne facilite pas la compréhension du nouveau circuit ainsi créé. L’arasement du mur II-III/Nord laisse supposer que l’on accédait alors directement à cette pièce à partir du secteur froid, avant de gagner le caldarium et de ressortir par le tepidarium, qui n’était plus qu’un tepidarium de sortie. On comprend mal l’intérêt de ces remaniements. On le comprendrait encore plus mal s’il fallait imaginer un itinéraire rétrograde, avec un destrictarium-laconicum placé en fin de circuit, ou encore s’il fallait imaginer la transformation de ce dernier en tepidarium, ce qui nous mettrait en présence d’un caldarium et de deux tepidaria (Mahjoubi, p. 180 et 206 : l’auteur place ces travaux au iie siècle, mais cette chronologie n’est pas fondée et dérive seulement de l’hypothèse d’une création des thermes au début de ce siècle).

BELALIS MAIOR : THERMES DE THÉSÉE ET DU MINOTAURE (pl. XXXIII)

I) Bibliographie

32Mahjoubi, Henchir El-Faouar, p. 209-227.

II) Datation

33Le style de tous les pavements mosaïqués oriente vers le ive siècle. A. Mahjoubi pense à l’époque constantinienne qui, à Belalis Maior, est caractérisée par de nombreuses restaurations et reconstructions. Un sondage, réalisé sous l’une de ces mosaïques, a livré deux tessons de la fin iiie-première moitié du ive siècle (p. 226). Des restaurations attestent une utilisation des lieux pendant une certaine durée, impossible à préciser.

III) Typologie

34Les thermes sont arasés et les constructions environnantes complètement détruites : on ne voit plus, au Sud-Ouest, que les fondations de constructions antérieures et un four tardif. A. Mahjoubi pense qu’il s’agit de bains privés dépendant d’une demeure dont quasiment rien ne subsiste.

35Cette opinion est confortée par les dimensions très restreintes de l’installation : les salles proprement balnéaires couvrent moins de 150 m2. Le frigidarium est, proportionnellement, très vaste : sans les bassins ni les locaux annexes qui commandent ces derniers, il dessine un rectangle d’environ 55 m2. Le secteur chauffé, situé à l’Est, nous paraît avoir été organisé selon un plan circulaire avec circuit dextrogyre.

IV) Salles froides

36À partir de la rue, une porte permet d’accéder à un couloir qui devait desservir, au passage, le frigidarium. Le grand espace central de ce dernier est décoré de deux mosaïques différentes, un labyrinthe au Sud, orné en son centre d’une scène représentant la lutte de Thésée et du Minotaure, et une ample composition géométrique au Nord. La salle est ainsi subdivisée en deux, et la publication suppose une colonnade à l’articulation de ces deux moitiés : l’hypothèse manque de fondement, mais il est clair que la partie méridionale de la pièce constituait un espace original, situé à l’écart des circulations.

37Deux bassins, d’environ 2 × 2 m, flanquent cette vaste salle, au Nord-Ouest et au Nord-Est : ils auraient été accessibles (uniquement ?) à partir de deux locaux situés sur leur flanc Sud. Celui de ces locaux qui est situé à l’Est (3,25 × 2,80 m) joue un rôle essentiel dans les circulations : outre une des piscines froides, il commande l’accès d’une part à un local (3,90 × 3,62 m) dont le mur oriental est installé sur le conduit d’un four desservant I-V (nous y verrions volontiers un vestiaire), d’autre part au secteur chauffé.

V) Salles chauffées

38Ce secteur est tellement arasé que même les circulations internes ne sont plus reconnaissables et, bien évidemment, il en va de même de l’aménagement des différentes pièces.

39I-V : un foyer, situé loin au Sud et relié à l’hypocauste par un long canal.

40II : 2 ; 50 × 2,07 m ; chauffage indirect à partir de I-V.

41IIl : 2,85 × 2 m env. ; chauffage indirect à partir de IV. A. Mahjoubi propose, à titre d’hypothèse, de restituer des vasques chauffées en II et IIl, mais il souligne lui-même que l’on ne comprend pas comment elles auraient été alimentées en eau chaude. Il semble préférable de considérer que ces locaux étaient destinés au nettoyage du corps : le destrictarium II était peu chauffé, mais il s’agit d’une pièce tiède ; le laconicum III bénéficiait sans doute d’une chaleur plus grande, dans la mesure où elle provenait du caldarium : la solution reste cependant médiocre.

42IV : un foyer ; contrairement à la publication, il faut, selon toute probabilité, restituer un bassin dans l’abside méridionale, au contact direct du four.

BULLA REGIA : THERMES MEMMIENS (pl. XXXIV)

I) Bibliographie

43Broise, Thébert, Thermes memmiens.

II) Datation

44220-240. Les résultats convergents de plusieurs sondages impliquent une date qui ne saurait être antérieure au début de l’époque sévérienne. Surtout, des couches, constituées lors même des travaux de construction, ont livré en particulier des fragments de sigillée claire C qui, dans l’état actuel des connaissances, permettent en fait d’attribuer le monument à la fin de la période sévérienne, en gros au règne d’Alexandre Sévère (p. 106-107). Une telle conclusion est susceptible de varier quelque peu en fonction du progrès des études de ce type de céramique, mais elle semble confortée par les données épigraphiques (p. 347-351). Le bâtiment fut en effet offert par Iulia Memmia, fille d’un des consuls de 191-192 lequel fut ensuite gouverneur d’une province. Il était décédé lors de la dédicace des statues qui ornèrent des thermes alors sans aucun doute achevés. Cette carrière implique déjà une datation qui ne saurait être antérieure à l’extrême fin du iie siècle. Or, ces données ne constituent qu’un terminus post quem : seule l’activité de sa fille, et en particulier la date de sa mort qui nous est inconnue, pourraient nous fournir l’autre dent de la fourchette chronologique, à savoir le terminus ante quem. Il n’y a donc aucune raison de se laisser impressionner par le nombre des auteurs qui ont pensé pouvoir attribuer ces thermes à la fin du iie siècle ou au règne de Septime Sévère.

45Aux environs de l’année 360, de grands travaux modifièrent profondément le secteur situé à l’Ouest des thermes et qui, selon toute probabilité, entretint auparavant des rapports privilégiés avec ces derniers.

46La longue utilisation de l’édifice est attestée par plusieurs sondages (p. 386 sq.). Il n’est très probablement pas désaffecté avant la seconde moitié du ve siècle, si ce n’est même à l’époque byzantine. Il devient alors, pour plusieurs siècles, le siège d’une occupation organisée qui ne paraît pas avoir été dénuée de toute ambition.

III) Typologie

47À l’origine, ces thermes occupent un rectangle d’environ 2 800 m2. Nous devons donc les ranger dans la catégorie des bâtiments de taille moyenne, mais il est clair qu’ils appartiennent à une version particulièrement ample de ce type d’édifice. Cela est d’autant plus vrai qu’il faut, selon toute probabilité, restituer une palestre flanquant la construction à l’Ouest : l’étude de l’architecture et la fouille n’ont pu en fournir la preuve absolue, mais au moins ont-elles mis en évidence tout un faisceau d’indices qui vont dans ce sens.

48Cette palestre, qui reste cependant hypothétique, est détruite aux environs de l’année 360, lorsque de grands travaux agrandissent une vaste place voisine, créent une rue coupée de volées de marches et flanquent les thermes d’un long cryptoportique et de vastes latrines intégrés aux bains qui atteignent alors 3 300 m2.

49Le bâtiment balnéaire proprement dit est conçu selon un plan semi-symétrique. D’amples locaux froids sont disposés symétriquement de part et d’autre d’un axe sur lequel se trouve le frigidarium (170 m2), situé idéalement au cœur de l’édifice. Le secteur chauffé, situé au Sud, comprend cinq salles disposées selon un plan circulaire et parcourues selon un circuit sinistrogyre.

IV) Salles froides

50Un ample portique de façade précède un alignement de locaux parmi lesquels un grand vestibule d’entrée occupe une position axiale. Ce dernier commande deux escaliers qui permettent de descendre au niveau principal du monument : ainsi s’amorce la division des usagers en deux flots orientés vers une des extrémités du long vestiaire transversal puis vers un des deux gymnases couverts, dont chacun occupe plus de 200 m2. Étant donné la disposition asymétrique du secteur chauffé, deux cheminements différents permettaient à la totalité des baigneurs de gagner le tepidarium d’entrée.

V) Salles chauffées

51I : env. 13 × 7,80 m ; double-paroi ; un foyer.

52II : env. 10,50 × 8,50 m ; un four dépourvu de chaudière. L’enfouissement de la majeure partie de la salle ne permet pas de connaître son mode d’aménagement.

531 : ce local n’est pas dégagé. Dans le premier état, deux hypothèses paraissent pouvoir rendre compte de ce que nous connaissons des lieux. La première consiste à voir en cette pièce des latrines ; la seconde à l’interpréter comme un espace (chauffé indirectement à partir de II ?) servant d’intermédiaire entre la palestre et le destrictarium (p. 75).

54III : 9,80 × 7,20 m ; paroi chauffante ; un foyer.

55IV : env. 9,20 × 8,10 m ; double-paroi ; trois piscines directement chauffées par six fours dont quatre sont pourvus d’une chaudière.

56V : 8,10 × 4,40 m ; chauffage indirect (à partir de I ?).

BULLA REGIA : THERMES AU NORD-OUEST DU THÉÂTRE (pl. XXXV)

I) Bibliographie

57Hanoune, Olivier, Thébert, Thermes au Nord-Ouest du théâtre.

II) Datation

58Pas de fouille stratigraphique. Les formes architecturales et le décor mosaïqué évoquent, de façon insistante, une datation au ive siècle. Les nombreuses réfections des pavements et des systèmes de chauffage paraissent indiquer un long usage du bâtiment.

III) Typologie

59Étant donné l’ampleur restreinte des salles destinées aux bains, nous classerons ce bâtiment parmi les thermes publics de petite dimension. Cependant, les annexes qui dépendent du noyau proprement balnéaire posent, étant donné leur état de conservation et de dégagement, un problème d’interprétation. Selon toute probabilité, l’édifice devait occuper au total quelque 800 m2, un espace destiné aux exercices pouvant éventuellement être recherché au Nord. De plus, il paraît communiquer avec des locaux, partiellement mis au jour, situés à l’Est. Quelle que soit l’étendue exacte de l’ensemble dans lequel ces thermes s’inséraient, il n’en reste pas moins qu’ils ne peuvent être rangés que dans la catégorie des petits bains.

60Le frigidarium couvre un peu plus de 40 m: il est remarquable par son plan octogonal flanqué de quatre niches et par la forme trilobée d’une de ses piscines. Il commande l’accès au secteur chauffé situé au S.-S.-O. Ce dernier se compose de trois pièces disposées selon un plan circulaire et parcourues selon un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

61L’entrée principale se trouve sur la rue qui passe au Nord du bâtiment. Elle donne sur un vestibule dallé d’où l’on peut gagner divers locaux difficilement interprétables dans leur état actuel. On notera simplement une vaste pièce rectangulaire (environ 16,50 × 4,70 m) qui précède la salle des bains froids : peut-être faut-il y voir un vestiaire, ce que pourrait confirmer le dessin de la mosaïque dont la bordure est très éloignée du mur, laissant ainsi la place nécessaire à l’installation de bancs et armoires.

62Le frigidarium est équipé de deux piscines de dimensions fort différentes : le grand axe de la plus vaste atteint près de 6 m.

V) Salles chauffées

63Ces trois pièces ont leurs murs recouverts d’un enduit dont la nature paraît bien impliquer l’absence de doubles-parois, que les constructeurs considérèrent sans doute comme inutiles à cause des petites dimensions de l’édifice et de son bon chauffage.

64I-V : env. 4,58 × 2,85 m ; chauffage indirect à partir de II-III (un passage de chaleur). II-III : le plan est un carré peu régulier, d’environ 2,70 m de côté, que complète une abside. Un foyer démuni de chaudière, ainsi que le démontrent l’arc bas qui couvre le canal du four et l’absence de bras vers l’extérieur susceptibles de soutenir un appareillage métallique. En revanche, ce foyer chauffait sans doute un bassin que laissent soupçonner le plan absidal et, surtout, le massif de briques qui, du moins dans le dernier état de l’hypocauste, occupe le fond de l’abside et dont on peut logiquement penser qu’il servait à soutenir ce bassin dont nous ignorons l’extension exacte.

65IV : l’espace rectangulaire qui précède l’abside mesure environ 4,95 × 3,80 m, le grand axe de la pièce atteignant 8,07 m. Un foyer sur lequel nous restituerons une chaudière. De fait, la publication signale que les piédroits de l’ouverture ménagée dans la maçonnerie de l’abside sont conservés sur une hauteur notable sans qu’aucun départ d’arc, semblable à celui qui couvre le canal du four II-III, ne soit visible. La solution proposée, à savoir un linteau, est médiocre et ne rend pas compte du niveau élevé auquel il faudrait le restituer. En réalité, et selon toute probabilité, il faut imaginer une haute arcade enserrant une chaudière que contribuaient à soutenir les bras du foyer saillant à l’extérieur de l’abside. Une telle installation permettait de desservir une piscine qui devait occuper l’essentiel de l’abside.

66Dans un état ultérieur, la baie I-V/II-III fut close. Dans le cadre des thermes, un tel parti imposerait un cheminement rétrograde avec inversion de l’ordre d’utilisation des deux salles les plus chaudes. Pour rendre compte de cette situation, la publication suppose que le caldarium est alors transféré en II-III, la salle des bains chauds primitive étant partiellement ruinée. Cette hypothèse est peu vraisemblable et, en réalité, ne rend pas compte du bouchage de la baie : il aurait suffi d’inverser le circuit qui, de dextrogyre, serait devenu sinistrogyre. Ce bouchage n’a donc pas de sens dans le cadre du fonctionnement des thermes, et c’est pourquoi il nous paraît aujourd’hui préférable de l’attribuer à une occupation tardive, postérieure à la désaffectation des thermes, qui a laissé d’autres traces dans le bâtiment.

BULLA REGIA : THERMES DE LA MAISON DE LA CHASSE (pl. XXXVI)

I) Bibliographie

67Ces thermes et leur environnement n’ont encore été signalés que rapidement, en particulier dans Thébert, Vie privée, p. 319-325, p. 330-331 et p. 367-368. Dans le cadre de la fouille de l’insula, dirigée par nous-même en association avec R. Hanoune et A. Olivier, ils ont été l’objet d’une étude précise, encore inédite, à laquelle nous empruntons les conclusions présentées ici de façon synthétique.

II) Datation

68L’extension de la maison de la chasse par l’annexion d’un lot faisant partie de la même insula provoqua une transformation radicale de ce dernier. Le propriétaire y construisit un ample édifice de plan basilical à transept, que nous interprétons comme une basilique privée, ainsi que des thermes logés entre cette dernière et la nouvelle façade occidentale de la demeure (fig. 1-2).

69Basilique et bains constituent un ensemble homogène, ainsi que le démontrent tant l’examen de l’architecture que les résultats des sondages. Cette importante tranche de travaux doit être placée dans la première moitié du ive siècle, pas avant le règne de Constantin et peut-être même seulement dans la dernière décennie de cette période.

70Ces thermes ne sont pas désaffectés avant une date qui ne saurait être antérieure au milieu du vie siècle et qui correspond au démantèlement de la vaste domus. C’est au plus tôt à cette époque que le secteur chauffé, qui nous fournit le plus d’informations dans la mesure où il fut partiellement épargné par les dégagements anciens, est transformé en locaux d’habitation.

III) Typologie

71Ces bains privés couvrent près de 100 m2. Le secteur chauffé, situé au Sud, comprend trois pièces parcourues selon un itinéraire rétrograde. Leur plan implique deux virages.

IV) Salles froides

72Les thermes ont connu des remaniements. Dans le premier état, le frigidarium se trouve à l’extrémité Nord de l’édifice. Il comprend deux piscines et est accessible tant à partir de la basilique que de la salle thermale située au Sud, entre les bains froids et le secteur chauffé : on reconnaîtra en cette dernière un vestiaire.

73Dans un second état, ce vestiaire, agrandi vers l’Est, est transformé en un nouveau frigidarium grâce à l’installation d’une piscine mordant sur la rue voisine. Inversement, la salle des bains froids primitive est bouleversée par la création de latrines : l’aménagement de leur accès nécessite la destruction de la piscine occidentale, le bassin septentrional étant quant à lui comblé et transformé en un local dont la fonction est, problablement, de remplacer l’ancien vestiaire.

V) Salles chaudes

74I-V : env. 2,30 × 1,30 m. Chauffage indirect à partir de II-III (un passage de chaleur dont l’ampleur fut réduite, lors d’un remaniement, par une tegula disposée en biais). Un conduit passant sous la paroi orientale devait faire fonction de cheminée et assurer la circulation de l’air chaud, provenant d’un four unique, jusqu’en ce tepidarium.

75II-III : env. 2,10 × 1,50 m. Chauffage indirect à partir de IV (un passage de chaleur) ; trois cheminées. Un bassin alimenté en eau chaude par la chaudière du caldarium.

76Tout comme en IV, l’hypocauste est double : un premier niveau de pilettes supporte des bipedales et, s’appuyant sur ces derniers, un second étage de pi-lettes situées à leur aplomb. Un tel dispositif permettait sans doute de créer un vide sanitaire sous les deux salles placées le long de la rue et dont le fond de l’hypocauste proprement dit, le seul où ait jamais circulé la chaleur, se trouve à quelque 80 cm en contrebas du dallage de l’axe de circulation. Cependant, la raison essentielle de ce mode de construction est certainement différente. Les constructeurs disposaient, en effet, d’un sol empierré antérieur, remarquable par sa solidité mais situé à une cote trop basse pour leurs besoins. Ils ont cependant préféré fonder les pilettes directement sur ce dernier plutôt que sur un remblai, la solution du double hypocauste permettant de raidir l’installation et de ne pas donner à l’espace chauffé directement par le four un volume inutilement excessif.

77IV : un foyer surmonté d’une chaudière, comme le prouvent les hauts piédroits en grand appareil entre lesquels ce dernier est logé et dont le mieux conservé atteint encore plus de 2,50 m au-dessus du niveau de la sole. La pièce se distingue par son plan. En fondation, il s’agit d’un cercle, en élévation d’un hexagone que complètent quatre niches semicirculaires et une abside abritant une piscine placée sur le four. Nous n’avons pas trouvé trace d’une paroi chauffante.

EL KNISSIA : GRANDS THERMES (pl. XXXVII)

I) Bibliographie

78L. Carton, Les fouilles d’El Kenissia (près Sousse), dans Publications de l’Association historique pour l’étude de l’Afrique du nord, 5, 1906, p. 626 = une version très abrégée, avec quelques variantes, a été donnée par le même auteur, Notice sur les ruines d’El Kenissia (près Sousse), dans BSAS, 1907, p. 91-93.

II) Datation

79Inconnue.

III) Typologie

80L. Carton, qui a partiellement dégagé le bâtiment, n’a d’abord pas compris sa nature, confondant les hypocaustes avec des citernes. Il a cependant privilégié l’hypothèse de thermes, même s’il s’étonnait de n’en point retrouver des éléments caractéristiques, tels que piscines et hypocaustes. Cette interprétation, déjà clairement affirmée dans l’AAT, est depuis admise (M. K. Annabi, Prospections archéologiques dans la région de Sousse, dans Bulletin des travaux de l’INAA, 2, 1988, p. 19. Bien auparavant, Molins avait identifié un monument qui « était sans aucun doute un établissement de bains », mais ses informations sont difficilement exploitables : Note sur les ruines de Kénicia (environs de Sousse), dans BAC, 1894, p. 367-368).

81De fait, il s’agit indubitablement d’un édifice thermal de plan symétrique, le secteur chauffé étant disposé au Sud. La totalité du secteur proprement balnéaire semble incluse dans l’espace de 41,20 × 40 m exploré par L. Carton, soit 1 650 m: il s’agit donc d’un bâtiment de dimensions moyennes. L’état des environs ne permet pas de reconnaître une éventuelle palestre.

IV) Salles froides

82La longue salle qui longe la façade Nord paraît avoir fait fonction de vestibule : L. Carton précise qu’il lui a semblé reconnaître les traces d’une ou deux larges baies ouvrant vers l’extérieur. Les deux pièces d’angle, par lesquelles il faut passer, paraissent donc convenir à des vestiaires à partir desquels on gagne un vaste frigidarium dont les proportions sont telles qu’elles permettaient éventuellement d’abriter des pratiques sportives.

83L. Carton n’a identifié aucune piscine froide. L’examen du plan incite à en restituer quatre, logées dans les quatre angles de la partie médiane de la salle. Dans l’espace Nord-Ouest, cet auteur signale toutefois un sol de carreaux noircis en terre cuite. Comme il s’en est rapidement aperçu, ce dernier ne pouvait faire partie d’un hypocauste. D’ailleurs, si nous interprétons correctement la publication, ce sol est sensiblement au même niveau que celui du frigidarium : si notre hypothèse d’un bassin est exacte, il ne pourrait donc s’agir que d’un niveau tardif installé sur ce dernier, comblé après la désaffectation du monument. Sinon, il faudrait préférer la restitution d’une vaste natatio couverte occupant la partie centrale du flanc septentrional du frigidarium.

84Au Sud, les deux locaux où nous proposons de restituer des piscines sont effectivement situés en contrebas du sol du frigidarium, si bien que L. Carton y a vu des citernes. Le plan paraît indiquer qu’il subsistait une partie de la marche-margelle du Sud-Ouest. En revanche, il indique des communications avec des salles chauffées qui, quelle que soit leur nature, n’ont pas de sens dans le cadre de notre restitution. Il ne nous paraît pas nécessaire d’accorder trop d’importance à cette donnée, contredite par un passage où L. Carton précise au contraire que ces deux locaux ne communiquent pas avec ceux situés au Sud (BSAS, p. 91, ce qui est d’ailleurs en contradiction avec une notation de l’étude antérieure, p. 13 : il est clair que l’auteur n’a qu’une idée confuse de cette question pourtant importante).

V) Salles chauffées

85I : chauffage indirect à partir de II (p. 13).

86II : 8,80 × 6,70 m ; un foyer.

87III : 8,80 × 5,35 m ; un foyer. Les superficies respectives de II et III confirment l’interprétation proposée.

88IV : trois passages vers le couloir de service attestent l’existence d’au moins trois fours. Cependant, le plan indique sans ambiguïté que les deux passages latéraux sont d’une largeur exceptionnelle : sans doute s’agit-il non de la bouche d’un foyer mais d’une baie livrant accès à un praefurnium où nous proposerons de restituer une chaudière et deux foyers. Toujours en restant dans le domaine de l’hypothèse, on imaginera ainsi trois piscines chaudes.

89V : très probablement chauffage indirect à partir de IV. Le plan suggère deux alvei.

90À la jonction du couloir de service et du bâtiment, L. Carton signale deux tours de 2,60 m de diamètre : sans doute faut-il y restituer un escalier à vis conduisant peut-être à des sous-sols, et, en tout cas, aux couvertures du monument aménagées en terrasses munies de parapets (p. 19 et 22).

GIGTHIS : THERMES À LA PALESTRE (pl. XXXVIII et XXXIX)

I) Bibliographie

91L.-A. Constans, Gigthis, dans NAMS, 21, 1916, p. 78-86 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 187-189.

II) Datation

92Inconnue (Romanelli, Topografia, p. 184 : vraisemblablement le iie s., mais cette hypothèse n’est pas argumentée).

III) Typologie

93Ces thermes sont remarquables par la présence d’une vaste palestre qui occupe près des deux tiers de la totalité du bâtiment. Le secteur proprement balnéaire forme un rectangle d’environ 66 × 37 m, soit près de 2 500 m: il s’agit donc de thermes de dimensions moyennes. Le frigidarium, d’après L. A. Constans, mesure 19,60 × 11,20 m, soit une superficie d’environ 255 m2 si l’on ajoute le renfoncement occidental (le plan Krencker est erroné sur ce point : il attribue des dimensions excessives au frigidarium).

94Le plan est semi-symétrique, avec un circuit sinistrogyre. Le rapport de L.-A. Constans fournit des informations intéressantes, mais sa lecture du bâtiment est complètement viciée par la référence constante au modèle du gymnase décrit par Vitruve, démarche dénuée de toute signification dans le contexte historique qui concerne ce bâtiment.

IV) Salles froides

95À l’Est, une immense palestre est essentiellement constituée d’un cercle de 65 m de diamètre inscrit dans un carré. Les écoinçons sont occupés par trois ou quatre exèdres, la plus vaste, celle de l’angle Sud-Est, étant des latrines. L’arasement des murs de tout ce secteur laisse beaucoup de points dans l’incertitude. Ainsi, nous suivrons volontiers D. Krencker dans la restitution d’un vaste portique circulaire, mais les sondages réalisés n’en ont pas apporté la preuve (Constans, p. 80). En revanche, ils ont démontré que l’espace central « n’était qu’un vaste champ de sable » (Id., p. 79).

96L’articulation entre la palestre et le frigidarium semble avoir été assurée par trois pièces imposant un itinéraire en baïonnette. La salle des bains froids comporte deux piscines disposées sur le grand axe et, à l’Ouest, un renfoncement qui s’ouvre, d’après D. Krencker, sur un petit local équipé en sous-sol d’une prise d’eau d’où part une canalisation. Il faut très probablement suivre cet auteur et considérer cet endroit comme un lieu où s’accumulaient les eaux de pluie tombées sur une partie des couvertures (l’hypothèse d’un bassin émise par L. A. Constans manque totalement de fondement).

97Étant donné l’état des lieux il paraît vain de vouloir identifier les différentes salles situées au Nord et au Sud, du moins dans l’état actuel de la documentation.

V) Salles chauffées

98Pour l’essentiel, il faut suivre D. Krencker qui a vérifié sur le terrain l’emplacement des baies et des foyers. Selon un schéma très classique, le circuit comprend donc cinq salles. Il est clair, en particulier, que la première (I) et la dernière pièce (V) n’ont de sens que dans le cadre de cet itinéraire. De fait, si, à la rigueur, I pourrait n’être qu’un vestiaire, il n’en va pas de même de V : sa position et le bassin qui l’équipe excluent une telle fonction.

99Un problème est cependant posé par les descriptions anciennes qui soulignent que ces deux salles étaient dépourvues d’hypocauste. De fait, en I, le plaquis de marbre des parois exclut, du moins dans cet état, une double-paroi. Surtout, tant en V qu’en I, tout chauffage, direct ou indirect, semble bien inexistant. Il est donc nécessaire d’admettre que nous sommes en présence de tepidaria simplement attiédis par leur proximité des salles chaudes. Si l’importance de la palestre permet de penser que ces pièces de transition étaient effectivement peu nécessaires à la majorité des usagers, déjà échauffés par les exercices physiques, il n’en reste pas moins surprenant de constater que, tout en étant dépourvues de chauffage, elles ont été non seulement conservées, mais encore dotées d’une superficie conséquente.

100I : pas d’hypocauste. La présence de banquettes contre les murs Est et Sud, aujourd’hui disparues, convient aussi bien à un vestiaire qu’à un tepidarium. Seule la logique du plan permet de préférer la seconde hypothèse. Il faut rétablir une porte I/II, murée par la suite (Krencker, p. 187 et fig. 243a : l’existence primitive de la baie ne fait pas de doute).

101II : un foyer ; la présence de nombreuses cheminées exclut une double-paroi. Comme en III ou IV, il ne subsiste aucune trace de bassin, mais l’évacuation d’eau qui traverse le frigidarium, en provenance de I, pourrait avoir desservi une piscine située en II (Krencker, p. 188).

102III : 8,40 × 5,30 m ; un foyer ; un passage de chaleur entre II et III, mais pas vers IV.

103IV : cinq foyers (L.-A. Constans ne signale pas celui situé à l’Ouest). D’après les observations de

104Krencker, trois d’entre eux auraient été équipés de chaudière : il n’en subsiste aucun indice, mais les deux locaux situés à l’articulation des piscines abritaient probablement de telles installations. Toute trace des bassins a disparu, mais on peut les rétablir dans chacun des renfoncements, disposés selon un schéma cruciforme. V : pas d’hypocauste ; banquettes, aujourd’hui détruites, contre les murs Est et Nord ; un bassin à l’angle Sud-Est. Le renfoncement Nord-Ouest aurait pu abriter un second bassin (Krencker, p. 188) ou n’être qu’une sorte d’exèdre (Constans, p. 81). En faveur de la première hypothèse, on notera que la canalisation qui traverse le frigidarium en provenant de la cour récoltant les eaux de pluie, passe sous le mur Sud de cette dernière : elle aurait donc pu ser-moins à la suite d’un remaniement, cet espace fut vir, aussi, à évacuer l’eau d’un bassin. Toutefois, au transformé en exèdre au sol dallé de marbre.

GIGTHIS : THERMES DU CENTRE (pl. XL)

I) Bibliographie

105Inv. mos., II, p. 1-2, n° 1, et sup., p.1, n° 1 ; Cat. Alaoui 1910, p. 27, nos 300-301 bis et pl. XIX, 1 et 2 ; L.-A. Constans, Gigthis, dans NAMS, 21, 1916, p. 73-78.

II) Datation

106On ne dispose d’aucun critère de datation. L. A. Constans suppose, mais sans aucun argument, que le petit bain accolé aux thermes principaux appartient à un premier état (p. 77). Nous pouvons simplement remarquer que le style de certains pavements (sévérien selon L.-A. Constans) ainsi que le plan des différentes salles n’impliquent pas une date excessivement tardive.

III) Typologie

107Il s’agit de petits thermes dénués de palestre, couvrant environ 700 m2, le frigidarium atteignant 45 m2. Dans les deux bains, de plan circulaire, les baigneurs suivaient un itinéraire sinistrogyre, les salles chauffées étant disposées au Sud. Dans l’établissement majeur, cet itinéraire comprend un raccourci.

IV) Salles froides

108Les dimensions des salles sont empruntées à L. A. Constans.

109L’entrée se trouve au Nord, où, à partir d’une rue, on emprunte une porte entourée de deux colonnes. Un vestibule d’entrée commande, à l’Est, de petits locaux dont la nature ne peut être précisée, et, à l’Ouest, un second vestibule d’entrée impliquant un itinéraire en baïonnette.

110L’extrémité méridionale de ce dernier est surélevée par deux marches et originalisée par un tapis de mosaïque : de fait, c’est à cet endroit que le baigneur se dirige soit vers les thermes principaux, soit vers les bains annexes.

111Si l’on prend d’abord en considération les premiers, on pénètre dans le frigidarium (7 × 6,50 m) équipé d’une piscine longue de 3,50 m, s’achevant en abside. À l’Est, une porte conduit à un local coudé pourvu d’une banquette, caractéristique qui désigne probablement un vestiaire.

V) Salles chauffées

112La façon dont L.-A. Constans dénomme ces différents locaux est peu cohérente, mais l’itinéraire des baigneurs paraît s’imposer à la vue du plan Sa-doux.

113I : sur hypocauste. Il n’y avait certainement pas de chauffage indirect, du moins à partir de II ou de

114III. En revanche, l’état de destruction des murs Nord et Ouest ne permet pas d’exclure la présence d’un foyer sur un de ces côtés.

115Le tepidarium d’entrée proprement dit ne comprend que la partie occidentale de l’espace dessiné par les quatre parois. À l’Est, le local 1, dont le but est de permettre une liaison directe III/F, est clairement originalisé par un tapis de mosaïque différent. On ignore si ce dernier était sur hypocauste, ce qui paraît très probable.

116II : dans le mur Nord, deux cheminées attestent l’absence d’une double-paroi. Deux foyers, dont au moins celui situé au Sud était équipé d’une chaudière. Le relevé Sadoux exclut pourtant la présence de bassins : faut-il penser à un labrum ? Sous le seuil II/III, deux petits passages de chaleur.

117III : deux foyers, dont l’un est équipé d’une chaudière : faut-il restituer un petit bassin dans l’angle Sud-Est, comme le plan de l’hypocauste relevé par E. Sadoux pourrait inciter à le croire ?

118Au Nord-Ouest, une porte permet de regagner immédiatement le frigidarium par l’intermédiaire du local 1. La circulation ainsi définie suggère que le baigneur empruntant ce raccourci quittait le circuit chauffé dès après avoir utilisé le destrictarium, sans s’attarder dans le laconicum. Sinon, il eût été plus simple de le faire passer par le tepidarium de sortie en perçant une porte III-V.

119IV : il faut distinguer deux états. Originellement (fig. 2), nous avons deux baignoires, chacune chauffée par un foyer. Celui du Nord était peut-être équipé d’une chaudière : l’état des vestiges ne permet pas d’être aussi affirmatif que le plan Sadoux. Celui du Sud en était certainement dépourvu : la chaudière du laconicum servait-elle aussi à desservir le caldarium ?

120Dans le second état, le praefurnium méridional est transformé en un hypocauste qui implique l’arasement du foyer Sud, remplacé par celui implanté à l’Ouest (malgré le plan Sadoux, il n’est pas certain que ce dernier ait été pourvu d’une chaudière).

121V : chauffage indirect, selon un mode non repérable dans l’état actuel des lieux.

VI) Bain annexe

122Ces petits bains étaient probablement destinés aux femmes. On ne voit pas où était installé le vestiaire. Du vestibule d’entrée, on accède directement au frigidarium équipé d’une seule petite baignoire. Les trois salles chaudes sont disposées selon un circuit sinistrogyre.

123I : un foyer, supprimé lors d’un remaniement. Il/III : peut-être un foyer à l’Est.

124IV : un petit espace carré précède, d’après L. A. Constans, deux « vasques carrées presque contiguës » dont il subsiste, effectivement, les fonds. Deux foyers.

125Contrairement à l’usage, une porte relie directement ce caldarium au frigidarium. Il est cependant probable que le baigneur qui le désirait pouvait ressortir par le tepidarium I, empruntant ainsi un itinéraire rétrograde.

HAMMAM EL OUST (pl. XLI)

I) Bibliographie

126L. Carton, dans BSAS, 9, 1907, p. 22 ; M. Fendri, Évolution chronologique et stylistique d’un ensemble de mosaïques dans une station thermale à Djebel Oust (Tunisie), dans CMGR, 1, p. 157-174.

II) Datation

127D’après l’étude de M. Fendri, le secteur thermal serait créé vers le milieu du iie siècle, de nombreuses annexes (salles de soins et de repos ; hébergements) se développant progressivement autour des piscines. La plupart des mosaïques appartiendrait à une période s’étalant du iiie au début du ve siècle. Après une phase d’abandon partiel, la station thermale connaît un regain d’activité à l’époque byzantine. Cette chronologie est avant tout fondée sur une étude stylistique des pavements.

III) Typologie

128Il s’agit d’un établissement balnéaire exploitant des eaux sodiques jaillissant à 54,5o. On ne repère aucune installation de chauffage artificiel.

IV) Installations

129Au Sud-Ouest, le captage de la source est dominé par un édifice cultuel où furent trouvées les statues d’Hygie et d’Esculape. Les lieux furent christianisés par la construction d’une basilique et l’implantation d’un baptistère dans la cella. En avant de celle-ci, entourée d’une cour, se trouve la grotte où jaillissaient les eaux. Ces dernières étaient recueillies dans un bassin taillé dans la roche d’où un canal les conduisait vers le secteur thermal en obliquant vers le Sud-Est.

130Cette adduction d’eau alimentait un ensemble de bassins parmi lesquels se distinguent trois piscines, plus importantes que les autres. La plus méridionale apparaît comme une véritable duplication du captage. L’essentiel de l’espace de ce local rectangulaire comprend un bassin entouré, sur trois côtés, par quatre degrés. En revanche, le dernier côté est occupé par la roche naturelle qui interrompt les gradins et sur laquelle rejaillissait l’eau issue d’une niche.

131Le deuxième local, également de plan rectangulaire, est le plus vaste. Un portique comporte vingt colonnes supportées par des dés installés sur l’emmarchement de quatre degrés qui cerne la piscine. On suit l’adduction d’eau, aménagée dans le mur méridional, qui débouche au milieu du petit côté oriental du bassin. Sous le portique s’ouvrent de petites pièces dont certaines sont conçues de façon à permettre des bains individuels.

132Le troisième local, circulaire, enserre un bassin de même plan entouré d’un portique de dix colonnes dont les dés sont, comme dans le cas précédent, installés sur l’emmarchement de quatre degrés. Cette capacité d’immersion est complétée par d’autres cuves, de dimensions moindres. Surtout, au Sud des ruines mises au jour, dans un secteur encore très partiellement fouillé, on distingue une batterie de citernes associée à de vastes piscines précédées d’éléments de plan circulaire qui devaient jouer le rôle de bassins de décantation. L’état actuel des dégagements ne permet donc de se faire qu’une idée partielle des installations liées à la source.

KARTHAGO : GRANDS THERMES D’ANTONIN (pl. XLII et XLIII)

I) Bibliographie

133Lézine, Carthage.Utique, p. 1-77. L’auteur a résumé cette étude dans Les thermes d’Antonin à Carthage, Tunis, 1969. Des comptes-rendus de fouille ont été publiés par G. Picard dans BAC, 1946-1949, p. 61-62, 114-118, 149-153, 217-222, 367, 507, 619, 673-676 ; 1950, p. 74-77, 154-155 ; 1951-1952, p. 9394, 190 ; 1953, p. 40-41 ; 1954, p. 97-103, 175 ; 19551956, p. 115. J. Vérité, Ordre et désordres architecturaux aux thermes d’Antonin à Carthage, dans CÉDAC Carthage, 7, 1986, p. 26-34 ; Id., Recherches sur la façade maritime des thermes d’Antonin à Carthage, dans ibid., 11, 1990, p. 47-49, et 13, 1993, p. 54-63.

II) Datation

134Plusieurs inscriptions aident à restituer l’histoire du bâtiment. Incomplètes, elles laissent cependant subsister des incertitudes. Le premier texte date d’Antonin le Pieux (n° 22 : 145 (ou plutôt 157)161). On a longtemps pensé qu’il signalait une restauration du monument, plutôt que sa construction (Vernaz, RA, 10, 1887, p. 164-170 ; R. Cagnat, ibid., p. 171-179 ; G. Picard, BAC, 1946-1949, p. 219-220, hésite encore entre la célébration de l’érection et la commémoration d’un simple embellissement de l’édifice). On considère aujourd’hui qu’il s’agit de la dédicace du monument.

135Des travaux sont encore célébrés en 162 (n° 23) : plutôt qu’à l’achèvement du chantier antérieur (hypothèse envisagée par G. Picard, BAC, 1946-1949, p. 219-221, qui pense à la mise en place des colonnes des palestres), il faut sans doute considérer qu’il s’agit seulement de la décoration du bâtiment (Lézine, Carthage.Utique, p. 25). Une restauration est attestée entre 388 et 392 (peut-être en 389 : Picard, BAC 1946-1949, p. 221 = n° 24).

136La ruine du monument a été attribuée aux Vandales (A. Lézine, C. et G. Picard, Observations sur la ruine des thermes d’Antonin à Carthage, dans CRAI, 1956, p. 425-430). Depuis, A. Lézine a élaboré une autre analyse, qui paraît convaincante. Si l’on suit son raisonnement, le délabrement de la construction commence avant même la prise de Carthage par les Vandales, avec l’écroulement de la grande voûte du frigidarium, et se poursuit progressivement durant le ve siècle, finissant par rendre impossible toute exploitation balnéaire de l’édifice, ce que signe l’installation d’un atelier de potier dans le sous-sol du caldarium.

137À l’époque byzantine, après 530, de nouveaux bains, de dimensions restreintes, sont créés en réutilisant une partie des salles antérieures, réaménagées. Cette datation repose essentiellement sur les modes de construction (Lézine, Carthage.Utique, p. 68). L’exploitation de l’édifice pourrait s’être poursuivie durant la période arabe (Leone, Cartagine, p. 85-86).

III) Typologie

138Il s’agit de grands thermes construits selon un plan symétrique. Sur le petit axe s’alignent le caldarium, le tepidarium de sortie, le frigidarium et la natatio. Le bâtiment proprement dit, y compris les deux palestres qu’il enclôt, couvre 17 850 m2 et même 19 711 si l’on tient compte des six salles ouvertes au public mais logées au niveau inférieur, réservé pour l’essentiel aux services (Lézine, p. 12).

139Ce bâtiment s’insère dans une esplanade beaucoup plus restreinte que celle des grands thermes de Rome. Le manque de place a contraint l’architecte, qui devait créer un édifice digne de la capitale africaine, à sacrifier cette dernière. L’ensemble occupe néanmoins l’emplacement de six insulae et déborde même sur deux îlots voisins : au total, l’emprise au sol devait être proche de 35 000 m2.

140Le frigidarium (47 × 22 m) couvre 1 034 m2. Les salles chauffées sont disposées au Nord-Ouest : chaque baigneur pouvait utiliser six pièces selon un itinéraire symétrique.

IV) Salles froides

141Bien qu’il ne subsiste guère que les ruines du sous-sol, l’étude très poussée conduite par A. Lézine lui a permis de proposer une restitution de l’étage des bains dont les grandes lignes nous sont ainsi bien connues.

142Les salles froides sont disposées selon deux axes parallèles, avec un double accès sur chacun des deux petits côtés. De la première file de locaux, disposés le long du rivage, on ne peut plus identifier avec sûreté qu’une vaste natatio découverte, dont nous connaissons désormais (CÉDAC 13, p. 61) la longueur théorique (49,58 m) ainsi que la largeur maximum, qui n’était que de 5,90 m et non d’environ 14 m comme le proposait A. Lézine : cette piscine ne dessinait donc pas une avancée par rapport aux locaux voisins.

143La mer ayant emporté une partie des structures en sous-sol qui soutenaient les salles disposées de part et d’autre de la natatio, la restitution de ces dernières est devenue difficile. Les recherches récentes de J. Vérité permettent cependant de connaître les limites Nord-Est exactes de la plupart des pièces en sous-sol flanquant la grande piscine et, en avant de celles-ci, une longue galerie aux parois à contreforts et banquettes (et donc accessible au public ?) qui se développe en arrière du mur de façade en grand appareil à bossages rustiques. Reste à comprendre la fonction de cette galerie : les « contreforts » sont-ils véritablement des organes de raidissement, ou le support d’installations situées au niveau des bains (et ajouterions-nous, pourquoi pas la retombée d’une succession de voûtes d’arête, puisque la restitution du couvrement pose problème) ? Quel espace est généré au niveau supérieur par ce sous-sol ? Quoi qu’il en soit, on notera avec intérêt que l’étude des quatre escaliers qui unissent ces locaux souterrains au niveau de circulation des baigneurs permet de restituer, en étage, autant d’entrées destinées au public. Ces quatre entrées devaient s’intégrer dans une façade maritime monumentale accessible aux visiteurs.

144L’existence d’un tel parti est conforté par deux données (CÉDAC 11, p. 49). D’abord le fait que les autres façades n’offrent pas la monumentalité que l’on peut attendre d’un tel édifice : ces effets ont visiblement été reportés du côté de la mer, en liaison avec les principaux accès. Ensuite la restitution à proximité immédiate, dans le cadre des fouilles allemandes dirigées par F. Rakob, d’un bord de mer, constitué au iie siècle, dont l’ambition s’articule logiquement avec l’existence d’un grand programme architectural tel que les thermes d’Antonin.

145Sur le second axe, le frigidarium, en position centrale, est flanqué de deux palestres et de deux grandes salles couvertes. La pièce des bains froids possède quatre piscines disposées sur les longs côtés (9,50 x 5,40 m environ). Sur chacun des petits côtés, une grande salle commande les circulations, vers la façade du bord de mer, vers le début du circuit chauffé et vers les palestres, de plan parfaitement carré et ceintes de portiques sur leurs quatre côtés. Au-delà de ces dernières, l’enfilade des pièces s’achève, à ses deux extrémités, sur un vaste local couvert que, comme le propose A. Lézine, nous identifierons à un gymnase permettant la pratique sportive indépendamment des aléas climatiques (p. 21).

V) Salles chauffées

146Hormis les deux tepidaria d’entrée qui flanquent le frigidarium, tout le secteur chauffé et ses annexes sont disposés dans le tiers Nord-Ouest du bâtiment, les pièces les plus chaudes, laconica et caldarium, étant placées en avancée par rapport à l’alignement de la façade, option architecturale qui accroît la superficie du bâtiment. Sept salles sont de plan octogonal : il s’agit d’un choix esthétique, mais aussi d’une solution qui facilite l’agencement des locaux en permettant une disposition en demi-couronne particulièrement équilibrée.

147De part et d’autre de l’axe de symétrie, on trouve, aux deux extrémités du bâtiment, deux pièces non chauffées. De façon vraisemblable, A. Lézine place des vestiaires dans celles de plan octogonal qui jouxtent immédiatement le circuit chauffé. Peut-être était-ce également la fonction du local voisin (fig. 3, nos 4-35 et 3-36).

148I (fig. 3, n° 13-33) : chauffage indirect. Ces tepidaria d’entrée commandent l’accès à 1 (également ouvert sur le « vestiaire » octogonal) et II.

1491(n° 10-34) : piscine chauffée de 17,50 × 13,50 m ; trois foyers. Les vestiges permettent de restituer indubitablement un bassin profond de 1,56 m et entouré d’un espace de circulation également sur hypocauste. Il est très vraisemblable que ces pièces ouvraient largement sur l’esplanade par des fenêtres séparées par des colonnes (Lézine, p. 27-28). II (n° 14-18) : deux foyers. III (n° 15-17) : cette pièce, de superficie moindre que celle de II, était chauffée par trois foyers.

150IV (n° 16) : quatre foyers à la périphérie, trois foyers centraux dont les conduits verticaux sont entaillés dans le pilier central de la salle octogonale du sous-sol : A. Lézine suppose que ces derniers chauffaient l’eau d’un miliarium placé au milieu du caldarium (p. 30-32). Les murs du sous-sol destinés à soutenir les piscines se caractérisent par une forte épaisseur : ces données permettent de restituer cinq bassins.

151V(n° 20) : chauffage indirect ; deux piscines.

VI) Esplanade

152Elle n’est qu’imparfaitement connue, une partie des aménagements étant en particulier occultée par la voirie moderne. Les récentes recherches conduites par J. Vérité ont cependant permis de repérer le mur extérieur Sud-Ouest de l’esplanade (CÉDAC 13, p. 59). Les deux côtés de l’angle Ouest ont conservé les traces d’un portique à arcades qu’il faut, selon toute probabilité, restituer sur les trois côtés de l’esplanade. L’aire découverte ainsi délimitée atteint un peu moins de 250 m de longueur et une largeur maximale de 85 m : elle était couverte d’un sol et apte à accueillir la pratique d’exercices physiques.

153Sous les portiques ouvrent des annexes dont nous ne connaissons qu’une partie. Outre diverses exèdres dont la fonction ne peut être précisée, on notera la présence de deux vastes latrines (fig. 3, nos 50 et 70), ainsi que d’un ensemble constitué d’un couloir (n° 54) ouvrant sous le portique Nord-Ouest et commandant deux salles (nos 53 et 55).

154C’est l’aménagement de la salle 55 (16,40 × 10,90 m) qui est à l’origine des diverses hypothèses. Contre les trois murs opposés à la porte d’entrée sont en effet visibles les vestiges de niches alternativement semi-circulaires et rectangulaires, larges de 22,10 m. Au total, il faut en restituer au moins treize, peut-être quinze si le mur Sud-Ouest était lui-même équipé, de part et d’autre de l’accès.

155La fouille de ce secteur est incomplète, mais ces installations paraissent bien avoir eu un rapport avec l’eau, comme l’indique la présence d’un caniveau souterrain avec lequel elles sont en relation. Ces données, combinées avec un pavement en opus sectile qui tranche par rapport aux sols de mosaïque de toutes les autres salles qui bordent l’esplanade, ont d’abord fait penser à un nymphée. Cependant, comme le souligne A. Lézine, la fermeture de la salle, invisible du portique, rend cette interprétation peu plausible (p. 35-36). C’est pourquoi cet auteur propose de restituer une frigida lavatio, le couloir desservant à gauche un vestiaire, à droite, un local contenant, dans les niches, des baignoires individuelles ou, plus vraisemblablement, des douches.

156Pour séduisante qu’elle soit, une telle lecture rend cependant mal compte et du dessin des niches (on aurait plutôt imaginé des logements semblables entre eux), et de la nature du pavement, ces deux traits évoquant plutôt un luxueux local à fonction décorative. Seule une reprise des fouilles permettrait, peut-être, de lever ces incertitudes en nous faisant mieux connaître le réseau de circulation des eaux qui n’a été qu’aperçu sous ces locaux 53-55, en nous précisant aussi l’organisation de la salle 52 jouxtant 53 au Sud : nous ne savons même pas si ces deux pièces communiquaient entre elles ou non.

VII) Thermes du vie siècle

157Ils se développent en longueur, entre le frigidarium et le caldarium alors abandonnés. Les deux pièces qui se trouvaient aux extrémités de l’enfilade de locaux (fig. 6, B) sont transformées en citernes. Le plan reste essentiellement symétrique, mais il s’agit cette fois de deux itinéraires rétrogrades aboutissant à un caldarium commun.

158Un accès, réutilisant d’anciennes cages d’escalier, se trouve à chacune des extrémités du nouvel édifice. Il débouche sur une enfilade de trois pièces froides (fig. 6, C, D, E) installées dans l’ancien « vestiaire », qui semble donc avoir conservé sa fonction primitive, l’ancienne piscine chauffée 1, où subsistent deux petites piscines froides ou pédiluves logés dans des niches antérieures, et l’ancien destrictarium II, qui devrait logiquement avoir été transformé en frigidarium mais dont ne subsiste aucun aménagement.

159Le circuit chauffé est désormais réduit à trois pièces, F, G et H. La première occupe l’emplacement de l’ancien tepidarium d’entrée I, dont le plan a été remanié et qui bénéficie cette fois d’un chauffage direct par un foyer. La seconde, de superficie plus restreinte, est une création aux dépens des anciennes cours de service. Elle communique avec une salle à double abside installée sur l’ancien tepidarium de sortie agrandi aux dépens des chaufferies antérieures. Bien que son aménagement interne ne soit plus reconnaissable, A. Lézine l’identifie logiquement à un caldarium, ce qui nous inciterait à penser que les deux pièces précédentes correspondent respectivement à un destrictarium-laconicum et à un tepidarium.

160Le plan ainsi restitué constitue une curiosité, qu’explique en partie le désir d’exploiter au mieux les vestiges du bâtiment antérieur qui paraissent avoir imposé une caricature de plan symétrique.

KERKOUANE : PETITS THERMES (pl. XLIV)

I) Bibliographie

161C. Courtois, Ruines romaines du Cap Bon, dans Karthago, 5, 1954, p. 196-203 ; Lézine, Architecture romaine, p. 15-16.

II) Datation

162D’après le style de la mosaïque du frigidarium,

163C. Courtois propose une période comprenant la fin du iiie siècle et la première moitié du ive siècle.

III) Typologie

164Ces thermes n’ont été qu’incomplètement dégagés, mais le secteur plus proprement balnéaire a été mis au jour. Il s’agit de petits bains situés dans un village et couvrant environ 150 m2, le frigidarium atteignant à peine plus de 25 m2.

165Les salles chauffées, disposées au Sud-Ouest en fonction d’un plan grossièrement linéaire, étaient parcourues selon un itinéraire essentiellement rétrograde. Les dimensions des pièces sont empruntées à C. Courtois.

IV) Salles froides

166On ne connaît bien que le frigidarium, pièce de 5,50 × 4,80 m équipée d’une piscine absidale longue de 3,20 m. Il faut placer l’entrée à l’Est : elle est flanquée d’un local qui servait sans doute de vestiaire.

V) Salles chauffées

167L’interprétation de ce secteur présente quelques difficultés, et l’état actuel des lieux ne permet pas de vérification. Il semble que l’on soit en présence de trois salles chauffées, mais celles-ci apparaissent, dès lors, disposées selon un circuit peu rationnel.

168I-V : 5 × 3 m ; un foyer, paroi simple. L’identification de cette salle à un tepidarium, due à C. Courtois, paraît acceptable, surtout s’il existe vraiment trois pièces chauffées. Toutefois, R. Rebuffat pense que ce local est en fait une salle chaude, et non tiède (Thamusida, II, p. 189, note 1). Les arguments utilisés ne sont cependant pas décisifs. D’abord, il semble bien exister trois salles chauffées, et non deux. Ensuite, l’existence d’un foyer ne suffit pas à interdire l’identification d’un tepidarium. Enfin, la représentation d’une paire de sandales devant le seuil ne démontre pas que la pièce était fortement chauffée : il est, au contraire, courant de représenter un tel motif en différents endroits, et en particulier au tout début du circuit chauffé.

169II-III : 2,70 × 2 m ; un foyer, paroi simple. Cette salle de dimensions restreintes et de plan semi-circulaire, paraît tout à fait semblable à une piscine du caldarium, d’autant plus qu’elle n’est accessible qu’à partir de ce dernier. Cependant, il semble bel et bien s’agir d’un local indépendant, comme le suggèrent les vestiges de murs le séparant de la salle des bains chauds ainsi que le niveau de son hypocauste, identique à celui des autres pièces chauffées alors que celui situé sous la piscine du caldarium se trouve plus bas (il ne subsiste que le sol de l’hypocauste II-III, mais il faut évidemment restituer celui-ci, et non considérer que ce local est en contrebas du caldarium, comme l’écrit C. Courtois). Dès lors, cette pièce, identifiée à un sudatorium par le fouilleur, pourrait être, plus précisément, considérée comme un destrictarium-sudatorium curieusement situé en annexe du caldarium, ce qui n’est pas sans évoquer l’antique schola labri.

170IV : 4 × 2,7 m ; deux foyers ; paroi simple ; une piscine absidale longue de 2,50 m. D’après le plan, on peut se demander s’il ne faut pas restituer une chaudière sur le four Sud-Est, desservant un second bassin.

MACTARIS : GRANDS THERMES EST (pl. XLV)

I) Bibliographie

171Picard, Rapport 1951, p. 195-199 ; Id., Les grands thermes orientaux à Maktar, dans BAC, 8, 1972, p. 151153 ; Id., Les fouilles de Mactar (Tunisie) 1970-1973, dans CRAI, 1974, p. 9-21.

II) Datation

172Le monument a été inauguré en 199, date fournie par une dédicace à Septime Sévère trouvée, en place, dans le vestibule d’entrée septentrional.

173La durée d’exploitation du bâtiment est certainement longue : peut-être au ive siècle et plutôt après 400, sans doute à la suite d’un problème d’alimentation en eau, un nouveau dispositif de bains plus restreint fut créé (BAC 1972, p. 153 ; CRAI 1974, p. 23).

174À l’époque byzantine, l’établissement est entouré d’une enceinte en grand appareil, le plus souvent plaquée contre les façades primitives, et ainsi transformé en forteresse. Dans ce cadre, l’hypothèse de l’installation d’une église dans la palestre Nord (BAC 1972, p. 153) paraît devoir être récusée (CRAI 1974, p. 24).

175Après l’abandon de la forteresse et une nette surélévation du sol provoquée par de forts apports d’alluvions, les lieux ne paraissent plus avoir connu que des modes d’occupation modestes.

III) Typologie

176Il s’agit de grands thermes inscrits dans un rectangle d’environ 85 sur 52 m, soit 4 400 m2. Les deux palestres sont comprises dans ce calcul, dans la mesure où elles sont étroitement intégrées dans le bâtiment, prenant la place usuellement occupée par des gymnases couverts. Le frigidarium mesure 19,20 × 12,70 m, soit près de 244 m2 en excluant les piscines et les niches.

177Le plan est symétrique. Les salles chauffées sont disposées à l’Ouest. D’importants travaux de substruction, se présentant sous la forme de locaux souterrains, ont été nécessaires pour soutenir tout l’angle Sud-Est du bâtiment.

IV) Salles froides

178Au Nord et au Sud, un vestibule d’entrée flanqué de deux salles impose aux usagers un itinéraire en baïonnette. Ils débouchent ainsi dans un portique en P encadrant un espace hypèthre pavé. Après y avoir reconnu des palestres, G. Picard a rapidement hésité et penché plutôt pour un simple lieu de promenade et de rencontre. La première interprétation nous paraît pourtant s’imposer, aucun des arguments avancés pour justifier cette hésitation ne semblant décisif.

179De fait, malgré l’étroitesse relative de l’espace disponible, nous sommes en présence d’un schéma classique : un espace découvert ceint de portiques sous lesquels s’ouvrent les annexes indispensables, à savoir un local destiné à stocker le matériel nécessaire aux exercices, logiquement ouvert sur l’extérieur pour son approvisionnement, et flanqué à l’Ouest par un vestiaire, sans doute réservé aux sportifs, reconnaissable aux renfoncements qui animent ses murs. Il faut ajouter, à l’Ouest, une vaste exèdre qui remplace le quatrième bras du portique et qui joue aussi un rôle dans la distribution des baigneurs.

180Le cœur du bâtiment est occupé par un frigidarium pour lequel on a adopté nombre de solutions usuelles : espace rectangulaire couvert par une voûte d’arête centrale encadrée de deux berceaux ; piscines froides installées au milieu des deux petits côtés et flanquées chacune de deux locaux assurant la liaison avec le reste du bâtiment ; grand bassin placé sur un des longs côtés et constituant une véritable natatio couverte.

181Il faut sans doute placer dans les angles Nord-Ouest et Sud-Ouest, en tête du circuit des salles chauffées, des vestiaires destinés aux baigneurs qui ne pratiquaient pas les exercices physiques.

182Les abords immédiats du monument restent très mal connus. Une partie même des salles chauffées et l’ensemble du couloir de service sont encore ensevelis. On ne peut donc exclure que le monument s’insérait dans un ensemble plus vaste, comprenant en particulier des lieux d’exercices doublant les deux petites palestres.

V) Salles chauffées

183Elles sont alignées le long de la façade occidentale, seul le caldarium dessinant une avancée qui rompt cet alignement.

184Un problème est posé par la lecture de G. Picard qui ne retient que quatre salles chauffées et qui souligne l’absence de destrictarium. Le lien établi par cet auteur entre cette absence et celle de palestres ne paraît pas admissible : non seulement celles-ci, selon toute probabilité, existaient bel et bien, mais encore, et surtout, le destrictarium n’est nullement réservé aux sportifs.

185Il faut donc reprendre l’interprétation du circuit chauffé : le défaut d’une salle chaude dans un établissement de cette importance serait tout à fait surprenant. En fait, l’examen des lieux montre qu’il faut certainement restituer un itinéraire classique passant par cinq locaux, avec une possibilité de raccourci.

186I : le local Sud est complètement enseveli. Celui du Nord n’a pas encore été fouillé. Malgré ce manque de données, il paraît nécessaire de considérer cette pièce comme chauffée et d’y reconnaître le tepidarium. Plusieurs arguments étayent cette restitution. D’abord, il s’agit d’une salle de plan allongé : C. Perron la subdivise indûment en restituant un mur mal placé sur le relevé et dont tout laisse penser qu’il s’agit, en fait, d’une paroi tardive. Ensuite, cette salle communique, selon toute probabilité, avec II : bien que très ruinée, cette porte, qui surmonte d’ailleurs un passage de chaleur, semble bien visible en II/Nord, sur la seule de ses faces qui ait été dégagée. Enfin, on notera que, logiquement, ce tepidarium est directement accessible à partir du vestiaire fréquenté par ceux qui se dispensent des exercices physiques, mais possède aussi une porte à l’Est qui le met en communication avec le secteur de la palestre.

187Le mode de chauffage de ce tepidarium reste mal connu : outre le passage de chaleur vers II, il faut sans doute restituer un foyer à l’Ouest.

188II : double-paroi (présence de tenons de fer) ; très probablement un foyer à l’Ouest, masqué par les remblais. Hormis le caldarium, il s’agit de la salle chauffée la plus vaste, ce qui correspond bien à l’identification que nous proposons, celle d’un destrictarium. Une porte relie directement cette pièce et le secteur froid. Elle permettait donc soit d’éviter le tepidarium d’entrée, soit d’écourter le circuit chauffé, ainsi réduit à l’utilisation de I et II.

189III : deux foyers ; double-paroi (présence de tenons de fer) ; passages de chaleur vers II et IV.

190IV : bien que ce caldarium soit encore masqué par les remblais, les vestiges apparents permettent de proposer trois solia disposés selon un schéma cruciforme et séparés par des praefurnia desservant des foyers équipés d’une chaudière. Paroi chauffante attestée par la présence de tenons de fer.

191V : tepidarium de sortie équipé d’une double-paroi (présence de tenons de fer) et de deux piscines, ultérieurement bouchées et masquées par une mosaïque (alors que les thermes étaient désaffectés ?). Deux portes, subdivisant le flot des baigneurs, donnent sur le frigidarium.

MACTARIS : THERMES OUEST (pl. XLVI)

I) Bibliographie

192G. Picard, BAC, 1955-1956, p. 174-179 ; Id., Civitas Mactaritana, dans Karthago, 8, 1957, p. 151.

193N. Duval, Les églises africaines à deux absides, II, BEFAR, 218 bis, 1973, p. 143-151 ; Id., Églises et thermes en Afrique du Nord, dans BAC, 7, 1971, p. 305-317.

II) Datation

194Inconnue. Le plan du caldarium suggère le iie-iiie siècle. G. Picard (Civitas Mactaritana) estime que ces bains sont contemporains, « à quelques dizaines d’années près », des grands thermes Est, inaugurés en 199, mais cette affirmation, au demeurant plausible, n’est pas argumentée et, de toute façon, reste vague.

195L’installation d’une église dans le frigidarium, et de tombes dans l’ensemble du monument, implique que les bains sont alors désaffectés, mais l’époque de cette transformation est, elle aussi, inconnue.

196A. Lézine (Carthage.Utique, p. 168 et note 4) la place au ive siècle ; G. Picard (Civitas Mactaritana, p. 128, note 406, et p. 151) propose le ve siècle. Le dossier a été repris par N. Duval (Églises africaines, p. 152, et BAC 1971, p. 316-317), qui avance le vie siècle au plus tard, et sans doute une date antérieure.

III) Typologie

197Il s’agit probablement de thermes de dimensions moyennes. Le frigidarium et les pièces chauffées couvrent, à eux seuls, une superficie voisine de 1 000 m2, la salle des bains froids atteignant environ 300 m2. Les autres secteurs du monument restent encore à dégager. Vers l’Est, un vaste espace flanqué d’arcades, dont on ne connaît que la partie septentrionale, devait abriter des activités sportives (gymnase ?). Encore plus à l’Est, d’autres arcades, plus grandes, attestent que le bâtiment se développe dans cette direction.

198Aucune des publications disponibles ne rend compte de l’ensemble de ces thermes. On peut cependant identifier cinq salles chauffées, situées à l’Ouest et impliquant un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

199Le frigidarium, de plan très allongé, possède deux piscines logées à ses extrémités, un troisième bassin occupant le secteur central d’un des longs côtés sur lequel il dessine une saillie. Malgré la présence de deux niches qui en décorent une des parois, selon un parti qui renvoie à celui adopté pour les deux autres piscines, G. Picard considère que ce troisième bassin est dû à un remaniement (BAC 1955-1956).

V) Salles chauffées

200Le mode de chauffage des trois premières pièces reste inconnu.

201I : double-paroi.

202II : destrictarium très partiellement dégagé, mais qui paraît être la plus vaste des premières salles chauffées. Il dessine une avancée sur la façade occidentale du bâtiment. Double-paroi.

203III : double-paroi. Le mur Nord de ce laconicum a été arasé et reconstruit plus au Sud (cf. fig. 2) : ce remaniement, qui s’accompagna du bouchage de la fenêtre occidentale et de la porte orientale, semble impliquer que les thermes étaient alors désaffectés, ou du moins profondément transformés.

204IV : caldarium doté de trois piscines rectangulaires disposées selon un plan cruciforme. Double-paroi. Six foyers, dont au moins quatre sont équipés d’une chaudière : sans doute l’étaient-ils tous, mais l’angle Nord-Ouest est trop détruit pour qu’il en subsiste la preuve.

205V : chauffage indirect. Il s’agit de la plus petite des salles chauffées. Elle était peut-être dotée d’un bassin logé dans la niche orientale. Ce tepidarium de sortie communique avec le frigidarium par deux baies. Une autre porte le mettait en relation avec le laconicum : il semble s’agir d’un raccourci. Enfin, on notera que, curieusement, il communique aussi avec I : la raison de ce parti nous échappe.

PUPPUT : THERMES DE LA MAISON DU « PÉRISTYLE FIGURÉ » (pl. XLVII)

I) Bibliographie

206A. Ben Abed Ben Khader, Les mosaïques de la D’après la publication, les thermes ont réutilisé maison du « péristyle figuré » et de ses thermes à Pup-des locaux antérieurs dont le niveau d’occupation se put (Hammamet), dans CMGR, 5, p. 173-185.

II) Datation

207D’apres la publication, les thermes ont réutilisé des locaux anterieurs dont le niveau d’occupation se trouvait nettement en contrebas de celui qui règlera la demeure. Ce rehaussement du niveau permit de créer facilement des hypocaustes dans deux pièces aux angles arrondis, détail qui autorise d’ailleurs à se demander s’il ne s’agissait pas auparavant de citernes.

208La création des bains, avec deux salles chauffées, paraît attribuable au ive siècle : la première mosaïque du frigidarium ne saurait, étant donné son motif de cercles et fuseaux, être antérieure au iiie siècle, mais son traitement, avec remplissage systématique, renvoie au siècle suivant.

209Un dernier état correspond à la création de la demeure telle qu’elle est actuellement visible, à la mise en place de ses pavements mosaïqués et à l’agrandissement des bains, dotés d’une troisième salle chauffée. Cette fois, nous disposons de critères archéologiques, qui ne concernent d’ailleurs qu’indirectement les thermes : ces grands travaux seraient postérieurs au premier quart du ve siècle.

210Cette restitution cohérente de l’état des lieux laisse cependant en suspens quelques questions. Les premiers bains apparaissent sans contexte : ce n’est que dans le dernier état qu’ils sont intégrés dans la domus actuellement visible. Or, il paraît clair que, dès l’origine, ces thermes sont privés et rien n’empêche de considérer qu’ils sont créés dans le cadre de cette demeure. De fait, la céramique recueillie date les pavements, non les structures architecturales : les grands travaux du ve siècle peuvent fort bien n’avoir concerné que les premiers et avoir consisté en l’embellissement d’une demeure préexistante.

211D’autre part, la restitution de deux phases dans l’histoire des thermes pose des problèmes de lecture de ces derniers. On peut donc se demander si nous n’avons pas un seul état balnéaire, datable du quatrième ou du cinquième siècle, et sans doute du premier plutôt que du second. Cette hypothèse présente aussi l’avantage de ne pas attribuer à un deuxième état les bassins du frigidarium, dont l’organisation antérieure serait sinon énigmatique.

212En bref, à l’hypothèse de bains du ive siècle agrandis et intégrés au ve siècle dans une demeure alors construite, il faudrait peut-être préférer celle de thermes construits au ive siècle dans le cadre de la création de la domus à péristyle actuellement visible. Au ve siècle, une campagne de travaux concernerait essentiellement la mise en place de nouvelles mosaïques.

III) Typologie

213Il s’agit de thermes privés occupant environ 200 m2, la salle des bains froids atteignant quelque 35 m2. Le secteur chauffé, situé à l’ouest, comprend, selon les lectures, deux puis trois ou, dès l’origine, trois pièces. L’accès se faisant, à partir du frigidarium, par la salle médiane, une telle disposition impose deux itinéraires rétrogrades de sens contraire, dans le cadre d’un plan orthogonal ou, plus précisément, à bifurcation, une pièce en commandant deux autres de façon exclusive.

IV) Salles froides

214Le frigidarium comprend deux piscines groupées au Nord. Deux mosaïques, séparées par un remblai d’une quarantaine de centimètres, signalent deux états. D’après la publication, cette salle était d’abord accessible à partir de l’Est, par une baie qui fut ensuite bouchée et remplacée par un accès situé au Sud.

V) Salles chauffées

215Dans le cadre de l’hypothèse de deux états successifs, nous aurions d’abord deux pièces sur hypocauste : 1, chauffée indirectement, et 2, chauffée directement par un foyer et qui devrait être identifée à la salle des bains chauds (les bras du four qui s’allongent dans le local auraient pu soutenir un bassin).

216Dans le deuxième état, le caldarium doit évidemment être placé en IV (une piscine chauffée directement par un foyer ; double-cloison ; passage de chaleur vers 1). Dès lors, 1 devient un tepidarium, 2 pouvant assumer les fonctions d’un laconicumdestrictarium. Cependant, la publication suppose que le four primitif est alors désaffecté : dans ce cas, on ne comprend plus la fonction de 2, qui devient le moins bien chauffé des locaux et dont la position exclut pourtant qu’il puisse s’agir d’un tepidarium d’entrée et de sortie. C’est pourquoi il est peut-être préférable de penser que le four 2, dans le second état, n’est pas désaffecté. Nous n’aurions alors pas de difficulté à proposer une lecture 1 = I-V, 2 = II-III, avec peut-être un bassin.

217Comme nous l’avons souligné ci-dessus, il est également possible que le plan actuellement visible soit originel. Le secteur chauffé n’aurait connu qu’un état principal, comportant trois salles et deux foyers.

RAS-EL-AÏN-TLALET : THERMES DU CAMP (pl. XLVII)

I) Bibliographie

218Boizot, Fouilles exécutées en 1912 dans le camp romain de Ras-el-aïn-Tlalet, dans BAC, 1913, p. 260-266.

II) Datation

219Inconnue. Le dégagement a été effectué par des militaires.

III) Typologie

220Il s’agit de petits thermes. Seuls le frigidarium et le secteur chauffé ont été mis au jour : ils couvrent environ 130 m2. Les salles chauffées, disposées au Nord, sont au nombre de quatre. Les dimensions restreintes du bâtiment expliquent des choix particuliers : plan en partie linéaire, en partie circulaire, correspondant à un itinéraire dextrogyre imparfait.

221L’installation faisait partie d’un ensemble qui n’a été que très partiellement reconnu. Il comprend une fortification carrée dont les défenses sont doublées par une enceinte extérieure. Entre les deux murailles se trouvent des constructions, dont les thermes, proches du « camp ». Cela dit, on ignore la nature exacte des relations qu’ils pouvaient entretenir avec le détachement militaire apparemment installé en ces lieux.

IV) Salles froides

222Le frigidarium comporte deux piscines, dont l’une reléguée dans un coin. L’essentiel de sa superficie est occupé par un bassin, profond de 30 cm, dessiné par une surélévation du sol. Ce bassin paraît avoir été alimenté par les eaux ruisselant sur les sols du secteur chauffé, qu’il recevait par une rigole passant sous son rebord. Il devait aussi recueillir les eaux débordant des bassins froids : une seconde rigole, découverte, assurait sans doute l’arrivée de l’eau giclant de la piscine marginale. Cette installation ne constituait probablement qu’un pédiluve.

223La salle des bains froids est accessible par un long couloir qui se dirige vers le Nord : il pourrait s’agir de l’entrée. L’inachèvement de la fouille ne permet pas de savoir où se trouvaient les autres pièces froides : peut-être à l’Est de la salle des bains froids, au débouché du couloir.

V) Salles chauffées

224I-V : 5,35 × 1,90 m ; un foyer. La publication semble indiquer deux cheminées, ce qui exclurait une double-paroi.

225II : 2,25 × 2,15 m ; chauffage indirect à partir de IV d’après la publication qui précise que ces deux pièces étaient chauffées par le même foyer (p. 264). Le tirage était assuré par une double-paroi plaquée contre II/IV.

226III : malgré la maladresse de la publication, il faut très certainement restituer un foyer. Les lieux paraissent avoir été très ruinés : la baie III/IV ne subsiste que sous la forme d’« une trace de porte », qui n’est pas portée sur le plan. Le mur II/III doit être également arasé : il faut y restituer une porte.

227IV : caldarium équipé d’une piscine chauffée directement par un foyer. La publication (p. 265) précise que la bouche de ce four était « précédée d’une porte plus large et plus haute, en forme de niche arrondie à la partie supérieure... ». Il faut très certainement voir, dans ce passage, la description du logement d’une chaudière ménagé dans la maçonnerie. Une double-paroi est bien attestée autour de la piscine. Selon toute probabilité, elle courait également le long des murs de la pièce.

228L’identification des différentes salles paraît bien établie par leur position dans le circuit qui les relie. On notera que le destrictarium est traversé à deux reprises, à l’entrée et à la sortie. Cet inconvénient résulte de l’exiguïté de l’espace disponible et de la volonté de grouper tous les foyers à l’Ouest.

SICCA VENERIA : GRANDS THERMES

I) Bibliographie

229H. Saladin, Rapport sur la mission faite en 18821883, dans AMS, 3e série, 13, Paris, 1887, p. 204 ; F. Béjaoui, Découvertes d’archéologie chrétienne en Tunisie, dans Actes du XIe congrès international d’archéologie chrétienne, 21-28 sept. 1986, Rome, 1989, p. 1954-1956.

II) Datation

230Inconnue.

III Typologie

231Le monument, quasiment inédit, est partiellement occupé par des constructions modernes, et la fouille du secteur accessible reste incomplète.

232Il s’agit de moyens ou grands thermes très probablement construits selon un plan symétrique. L’axe de la construction a été dégagé. Il constitue la partie terminale du circuit des baigneurs. Le caldarium IV, apparemment équipé de deux piscines rectangulaires et d’un bassin axial semi-circulaire encore couvert par une voûte en abside, communique avec le tepidarium de sortie V, de plan circulaire, par deux baies. De là, on gagnait le frigidarium, incomplètement connu mais remarquable par la grande piscine hexagonale qui le flanque et qui marque l’extrémité de l’axe du monument opposée au caldarium.

233Les premières salles chauffées, qui devaient être dédoublées, ne sont repérables que dans l’aile droite du bâtiment. Une chapelle chrétienne a été installée dans des locaux qui, dans l’état actuel du dégagement, devait correspondre essentiellement au destrictarium et au laconicum. La porte biaise joignant -ce dernier et le caldarium est parfaitement visible.

SIDI GHRIB : THERMES DU THIASE MARIN (pl. XLVIII)

I) Bibliographie

234A. Ennabli, Les thermes du thiase marin de Sidi Ghrib (Tunisie), dans Mts Piot, 68, 1986, p. 1-59. Cette publication est résumée et commentée par G. Picard dans BSNAF, 1987, p. 44-48, avec discussion p. 48-51. Sidi Ghrib est un hameau situé à une trentaine de kilomètres de Tunis, à 4 km au Sud de Borj el Hamri (autrefois Massicault) : AAT, f. de Tunis, à proximité des vestiges nos 74 et 75 de Borj Alaouine, identifiés au municipe de Sicilibba.

II) Datation

235Comme le souligne A. Ennabli, les conditions dans lesquelles le dégagement des ruines a été réalisé n’a pas permis de réunir toutes les informations qu’aurait livré une véritable fouille, informations concernant en particulier les parties hautes du monument, la durée de son exploitation et son devenir après sa désaffectation.

236Cependant, tout laisse penser que le riche décor de mosaïques est contemporain de l’érection de l’édifice. Des sondages effectués sous ces pavements permettraient de démontrer que ceux-ci ne sauraient être antérieurs à la période fin du ive-tout début du ve siècle (Ennabli, p. 55-56). Bien que cette conclusion soit généralement admise, les données dont nous disposons n’autorisent pas à l’accepter telle quelle. Les formes de sigillée claire précisément identifiées ne permettent que de fixer un terminus ante quem non vers 350-360. Inversement, d’autres fragment de céramique, pour lesquels nous ne disposons pas de référence typologique, dateraient du ve siècle. Dans ce cas si, comme il l’est affirmé, l’ensemble des pavements est homogène et bien contemporain du bâtiment, ce dernier doit être placé purement et simplement au ve siècle, et pas forcément au tout début de ce siècle : toutes les formes de Sidi Ghrib bien identifiées sont encore produites dans les premières décennies de ce dernier.

237La suite de l’histoire du monument pose aussi des questions. Il est toujours admis qu’il est exploité pendant une brève durée. Cette affirmation nous paraît en contradiction avec le profond remaniement du circuit chauffé. De plus, elle repose uniquement sur un présupposé, à savoir que la « conquête vandale » ne peut qu’avoir porté un coup mortel au fonctionnement des bains : historiquement, cette opinion n’est pas fondée. En réalité, dans l’état actuel de la documentation, il paraît que nous sommes en présence de bains dont l’essentiel de la vie, sinon la totalité, doit être situé au ve siècle, sans tenir compte de la coupure politique que constitue l’avènement d’un royaume vandale.

238Il est également probable que, après leur désaffectation, les thermes connurent une occupation organisée. Le plan basilical à transept qu’impose, en exploitant les possibilités offertes par l’architecture antérieure, le système de bouchages des baies suggère évidemment une interprétation qui reste cependant dénuée de tout fondement : on ne comprend même pas comment l’espace ainsi délimité était désormais accessible. Qu’il ait été clos pour préserver le décor mosaïqué (Ennabli, p. 51) paraît peu vraisemblable.

III) Typologie

239Les vestiges visibles aux environs immédiats des bains n’ont pas été explorés. Il est cependant clair qu’il s’agit de thermes luxueux dépendant d’une villa qui reste à étudier.

240Même s’ils appartiennent à la catégorie des petits bains, ces derniers, étant donné leur statut privé, apparaissent particulièrement amples. De fait, ils occupent environ 670 m2, le frigidarium (9 × 8 m) dépassant les 70 m2.

241L’ambition du programme se manifeste également à travers le choix du plan. L’organisation des principaux lieux du secteur froid permet en effet de rattacher cette construction à la catégorie des bains semi-symétriques.

242Le secteur chauffé, directement accessible à partir de la salle des bains froids, est disposé au Sud selon un plan orthogonal avec virage au sein du secteur chauffé. Il comprend, dans l’état original, quatre locaux qui, d’après nous, étaient parcourus selon un itinéraire mi-sinistrogyre, mi-rétrograde. Dans le second état, nous proposons la restitution de trois salles toujours distribuées selon un plan orthogonal mais désormais traversées selon un unique itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

243Deux entrées, disposées respectivement à l’Est (vers l’extérieur ?) et à l’Ouest (vers la villa ?), livrent indirectement accès à une grande galerie transversale (20 x3 m) munie, au Sud, de deux larges renfoncements (3 × 1,75 m) où A. Ennabli place des vestiaires (p. 5 ; il en restitue d’autres dans chacun des angles du frigidarium, séparés du reste de la salle par des chancels : p. 31).

244Cette longue transversale est cependant compartimentée en trois tronçons, celui en position centrale se rattachant en fait à l’axe majeur du monument, Nord-Sud. Ce choix est affirmé dans l’architecture, une abside, placée au-delà de la galerie, prolongeant l’axe principal du frigidarium. Il est repris dans l’organisation des sols, la partie centrale de la galerie étant située au même niveau que celui de la salle des bains froids mais légèrement en contrebas des bras latéraux. Cette nuance est clairement mise en valeur par le décor mosaïqué unitaire qui couvre et l’axe du frigidarium et la partie centrale de la galerie. Il en résulte un plan d’ensemble qui n’est pas sans évoquer une basilique à transept, caractéristique sur laquelle nous aurons à revenir.

245Si le frigidarium se trouve donc architecturale-ment et picturalement intégré à une composition plus vaste, son organisation interne est elle-même rigoureuse. Des colonnes jumelées sont situées en avant des quatre angles, délimitant l’axe Nord-Sud et le principal tapis mosaïqué. Elles recevaient le couvrement : à une voûte d’arête centrale, il n’est pas interdit de préférer la solution d’un long berceau matérialisant clairement l’axe majeur (cf. les diverses solutions énumérées par A. Ennabli, p. 2627, et la remarque de N. Duval, BSNAF 1987, p. 49). Sont ainsi ménagés quatre espaces angulaires, originalisés par des chancels et un décor mosaïqué autonome, qui contribuent à dessiner non seulement l’axe majeur, mais encore l’axe transversal secondaire sur lequel s’alignent les deux bassins froids.

V) Salles chauffées

246Ce secteur pose d’importants problèmes d’interprétation. Pour en tenter une lecture, il faut garder à l’esprit que, dans l’état originel, nous sommes en présence de quatre locaux chauffés, tous sur hypocauste, donnée qui conditionne l’analyse mais qui, dans la publication, est parfois affirmée (p. 9-10 ; 31), parfois oubliée (p. 27, où le bassin du premier local est décrit comme « non chauffé », ou encore p. 31 où il est qualifié de « bassin d’eau froide »). Il en résulte que, dans la tentative d’interprétation des pièces, la première est oubliée et la deuxième reçoit le nom de tepidarium (p. 10), alors que, si tepidarium il y a, il ne peut que se trouver à l’articulation des secteurs froid et chauffé.

247Si l’on garde donc à l’esprit que nous avons quatre salles chauffées avec itinéraire rétrograde, le schéma usuel implique la succession I-V, II, III,

248IV. Apparemment, une telle lecture présente ici quelques difficultés qui exigent un examen détaillé.

249I-V : chauffage indirect ; « un profond bassin, accessible par plusieurs marches... a été détruit » (p. 10). La position de cette pièce et ses caractéristiques imposent son identification à un tepidarium d’entrée et de sortie.

250II : 3,50 m de diamètre ; un foyer apparemment dépourvu de chaudière ; double-cloison. Même si la mythologie propre à la recherche sur les bains associe ce type de plan à la fonction d’étuve, on y reconnaîtra logiquement un destrictarium.

251Jusqu’ici, rien ne s’oppose donc à la lecture qui nous paraît devoir s’imposer. On notera, en particulier, que le mode de chauffage de II paraît peu compatible avec une fonction de tepidarium. En revanche, la suite du parcours est moins claire.

252III : 3,50 × 2,50 m ; deux piscines, l’une rectangulaire, l’autre logée dans une abside et directement chauffée par un foyer dont les aménagements externes sont très problablement liés à la présence d’une chaudière. Paroi chauffante tout autour de la pièce, y compris les bassins.

253IV : salle de plan hexagonal, équipée de deux piscines directement chauffées par des fours dotés de chaudières (l’escalier de desserte est encore visible au Nord : p. 30). Un troisième foyer ; double-cloison sur toute la pièce.

254IV est indubitablement le caldarium : l’attestent tant son mode de chauffage que sa capacité balnéaire. En revanche, III pose un problème d’interprétation lié à la présence de deux bassins. Si un laconicum peut éventuellement être doté d’une piscine, nous sommes ici confronté à un cas extraordinaire où la superficie occupée par les alvei excède celle de l’espace disponible pour la circulation.

255Nous sommes dès lors en présence de trois hypothèses. Soit III et IV sont, en fait, deux caldaria, avec les conséquences que cela pourrait avoir sur la destination des salles précédentes : la solution manque de justification rationnelle. Soit III est une étuve d’un type exceptionnel étant donné son équipement en bassins : cet hapax, s’il n’est pas à exclure, reste gênant. Soit, enfin, le plan originel de la salle était différent, ne comportant qu’un bassin. C’est la solution qui nous semble la meilleure mais qui nécessiterait, pour être démontrée ou infirmée, des recherches sur le terrain.

256Néanmoins, on notera que, dans un second état, le caldarium IV est abandonné, la porte III-IV étant murée, mutation fondamentale qui pourrait justifier une transformation de la salle III. A. Ennabli signale, en effet, plusieurs remaniements. Dans l’ordre chronologique qu’il restitue, nous avons :

  • 1er état : III, qui communique avec II et IV, possède deux bassins.
  • 2e état : la baie F/I-V est fermée ; la porte II-III est rétrécie, III-IV est bouchée, le caldarium primitif étant abandonné. Le bassin III/Nord est supprimé, ce qui permet l’ouverture d’une baie III/F. Tous ces aménagements seraient contemporains et destinés à créer un nouveau circuit dans lequel II jouerait le rôle de nouveau caldarium (p. 14-15).

257Une telle restitution est impossible, ne serait-ce que parce que II n’a jamais comporté de bassin. En revanche, il semble clair que le caldarium primitif est bel et bien abandonné. En effet, le bouchage de la porte III-IV est masqué, vers III, par un enduit étanche prolongeant celui des parois. Le bouchage est donc antérieur à la désaffectation des thermes et il condamne IV : sa face orientale est moins soigneusement dressée et n’est pas crépie (p. 16).

258En présence de ces données, il nous paraît possible de proposer une autre restitution du second état des thermes. Une inversion de l’itinéraire est fort peu vraisemblable : le résultat obtenu serait complètement irrationnel si l’on ne modifiait non seulement l’aménagement mais encore le plan des salles ! Il faut donc considérer que la condamnation du caldarium primitif réduit le nombre des locaux chauffés à trois, mais n’altère pas l’ordre de leur utilisation : la porte F/I-V reste l’accès normal au circuit chauffé, et son bouchage est postérieur à la désaffectation des thermes, sans doute contemporain de la condamnation des piscines du frigidarium.

259Dès lors, la nouvelle salle des bains chauds ne peut se trouver qu’à l’autre extrémité du circuit, en III. A. Ennabli suppose que la porte III/F est créée dans le second état des thermes, mais cette hypothèse n’est fondée que sur l’idée selon laquelle le circuit des baigneurs est alors inversé. Si l’on admet que le nouveau caldarium ne peut se trouver qu’en III, ce lien direct avec le frigidarium est, en revanche, un non-sens. Il faut donc penser que cette baie est originelle : unissant le frigidarium au laconicum III, pourvu d’un seul bassin, elle permettait une variante dans l’itinéraire balnéaire et évitait surtout un itinéraire rétrograde complet. Dans le second état, lorsque III devient le nouveau caldarium, ce passage n’a plus de raison d’être : sa condamnation permet aussi l’installation d’un second bassin correspondant à la nouvelle définition de la salle.

SIDI-MECHRIG : THERMES (pl. XLIX)

I) Bibliographie

260G. Picard, BAC, 1946-1949, p. 126. Les fouilles ont été dirigées par L. Valentini, qui n’a pas laissé de rapport mais qui a dressé un plan complété par quatre coupes : je remercie vivement sa fille, S. Valentini, de m’avoir communiqué ces documents inédits.

II) Datation

261Inconnue. Les mosaïques conservées dans le secteur froid ne sauraient cependant être antérieures au iiie siècle.

III) Typologie

262Nous ne connaissons pas le contexte dans lequel s’insère l’édifice. Cependant, il s’agit probablement de petits thermes publics couvrant à peine plus de 200 m2.

263Trois salles chauffées, disposées au Sud-Sud-Ouest, étaient parcourues selon un circuit dextrogyre. Le plan présente une particularité : trois salles froides s’alignent devant ces dernières, s’interposant entre elles et le frigidarium. Elles posent un problème d’interprétation qui conditionne la lecture d’ensemble de l’édifice.

IV) Salles froides

264La fouille de L. Valentini ne permet pas de reconnaître clairement l’organisation de ce secteur, et en particulier son mode d’accès à partir de l’extérieur. Le plan du bâtiment est cependant régi par la juxtaposition de quatre enfilades de trois pièces : les trois premières, au Nord, où devaient se trouver l’entrée et les vestiaires, précèdent un frigidarium doté de deux piscines. Ce dernier conduit à trois autres pièces froides (1-3) doublant les salles chauffées.

265Le sens de la circulation des baigneurs est clairement souligné par deux mosaïques de seuil représentant une paire de sandales. Elles indiquent que, du frigidarium, on gagnait le local 1 puis le local 2 qui commande l’accès au secteur chauffé. À l’autre extrémité de ce dernier, le baigneur passait par 3 avant de regagner 1 : la porte 3/1 n’a pas été portée sur son plan par L. Valentini, mais elle est attestée sur une de ses coupes. Les locaux 1-3 paraissent donc uniquement destinés à assurer les circulations en raccordant secteurs froid et chaud, solution qui paraît inutilement luxueuse. C’est pourquoi nous proposons de considérer 2 et 3 comme des tepidaria dépourvus d’hypocauste, simplement attiédis par contiguïté. De fait, sa position désigne 3 comme tepidarium de sortie.

V) Salles chauffées

266II : un foyer. Les relevés de L. Valentini signalent que ce dernier se développe hors de la salle, ce qui pourrait signaler la présence d’une chaudière. Parallèlement, les massifs de briques situés dans l’abside correspondent peut-être aux supports d’un bassin.

267III : un foyer.

268IV : sans doute un foyer et une piscine d’après les relevés de L. Valentini.

269Notre connaissance de ce secteur reste très incomplète.

SIMITTHUS : PETITS THERMES DU CAMP (pl. XLIX)

I) Bibliographie

270M. Khanoussi, T. Kraus, F. Rakob, M. Vegas, Simitthus, II, Der Tempelberg und das römische Lager, F. Rakob dir., Mayence, 1994, en particulier p. 94-96. Pour le contexte général, cf. F. Rakob, Chemtou, le cave del marmo numidico, dans Storia di Roma, 3-2, p. 363-366.

II) Datation

271Il faut reconnaître deux phases, la seconde étant caractérisée par l’adjonction d’un vestibule d’entrée. Les techniques de construction distinguent les thermes de la grande prison voisine, érigée peu après le début de la seconde moitié du iie siècle. On peut donc supposer qu’ils furent construits à une date plus avancée dans ce siècle. Ils sont encore en usage à la fin de l’époque sévérienne, comme le démontre une monnaie de 233-235 trouvée dans les cendres d’un hypocauste. Cette monnaie ne saurait cependant fournir un terminus ante quem pour le fonctionnement des bains, dans la mesure où elle aurait pu être introduite en ce lieu bien après sa frappe (contra Rakob, p. 96) : la désaffectation de l’ergastule (cf. ci-dessous) n’implique pas, en elle-même, celle des thermes.

272La ruine du bâtiment, caractérisée par l’écroulement des voûtes, est postérieure à 270. C’est avant cette ruine que s’était installé, comme dans l’ancienne prison voisine, un atelier de travail du marbre qui paraît avoir œuvré jusque dans les premières décennies du ive siècle.

III) Typologie

273Ces thermes font partie d’un vaste camp construit selon un plan tout à fait particulier, conditionné par les besoins de l’exploitation des carrières de marbre. Il est divisé en trois parties qui ne communiquent pas entre elles. Celle qui nous intéresse est la partie centrale, la plus vaste et dont environ la moitié de la superficie est occupée par une prison destinée aux esclaves travaillant dans les carrières. À la fin de la période sévérienne, l’armée évacue le camp, dans le cadre d’un changement du mode d’exploitation du site, désormais confié à des entrepreneurs privés. L’ergastulum est alors transformé en un atelier de travail du marbre.

274Jouxtant cette prison à l’Ouest, un vaste espace n’a encore été que très partiellement fouillé mais on y a mis au jour des thermes. Cette installation, proche de l’ergastule et parallèle à lui, n’entretient cependant aucun rapport avec ce dernier dont, à l’origine, elle est séparée par une ruelle.

275Le secteur chauffé, qui s’allonge vers le Nord, pose des problèmes d’interprétation, mais il est clair qu’il se compose de trois pièces parcourues selon un itinéraire rétrograde correspondant à un plan linéaire.

276Les dimensions très restreintes de cet établissement qui, dans son premier état, n’occupe guère plus de 150 m2, ainsi que le soin apporté à son décor montrent que sa fréquentation était réservée à une minorité.

IV) Salles froides

277Dans le second état, on installe, aux dépens de la ruelle séparant les bains de la prison, un vestibule qui servit sans doute de vestiaire. Auparavant, les baigneurs devaient se déshabiller dans le frigidarium. Ce dernier est équipé d’un bassin et commande directement l’accès au secteur chauffé.

V) Salles chauffées

278Le dégagement de ce secteur est incomplet. On constate cependant qu’il s’agit d’une enfilade de trois locaux, tous installés sur hypocauste.

279La publication semble considérer la salle chauffée septentrionale comme un vestiaire accessible de l’extérieur à partir de la rue Nord (p. 95). Un tel dispositif serait sans parallèle et cette interprétation est d’ailleurs en contradiction avec la légende de la planche 63 (cf. ici fig. 3). Il nous semble évident que la « porte » Nord n’est qu’un canal de four. Il faut donc reconnaître trois pièces balnéaires chauffées que l’on peut identifier ainsi :

280I-V : la publication signale un foyer desservi à partir de la rue orientale.

281II-III : au moins un passage de chaleur vers

282IV. Il faut attribuer à cette pièce un foyer que la fouille n’a pas mis au jour : nous le restituerons, comme celui du local précédent, sur la rue orientale.

283IV : la « porte » septentrionale doit, selon toute probabilité, être interprétée comme le passage d’un canal de four surmonté du logement destiné à une chaudière. Nous proposerons donc de restituer un bassin au contact direct de ce foyer.

SUFETULA : GRANDS THERMES (pl. L)

I) Bibliographie

284A. Merlin, BAC, 1917, p. CXLII et CXCVIIICXCIX ; Id., BAC, 1920, p. XXXIII. Poinssot, Rapport 1920, p. LIX-LX ; L. Poinssot et R. Lantier, BAC, 1923, p. CXXVII-CXXVIII, et Rapport 1922, p. CXLIX-CL. Picard, Rapport second semestre 1946, p. 229-230. N. Duval, F. Baratte, Les ruines de Sufetula-Sbeïtla, Tunis, 1973, p. 82-86.

II) Datation

285Ce bâtiment est parfois attribué au iiie siècle, mais sans aucun argument précis ; de même, on ignore quelle raison pourrait permettre de penser que la partie orientale de ce complexe est antérieure à sa partie occidentale (Duval, Baratte, p. 84). En tout cas, dans l’état actuel de la documentation, il apparaît nécessaire de repousser la reconstitution de R. B. Hitchner (Studies in the history and archaeology of Sufetula and its territory down to the Vandal conquest, Ph. D. University of Michigan, Ann Arbor, 1982) qui imagine, à l’origine de la ville, un véritable camp militaire de la première moitié du ier siècle, camp qui conditionnerait le plan de la cité. Dans ce cadre, la moitié orientale des thermes, qui en constituerait le noyau initial, correspondrait aux bains militaires, extérieurs au camp mais contemporains de ce dernier (pour une critique de cette reconstruction, totalement hypothétique, cf. N. Duval, Sufetula : l’histoire d’une ville romaine de la Haute-Steppe à la lumière des recherches récentes, dans L’Afrique dans l’Occident romain (Rome, 3-5 déc. 1987), collection de l’EFR, 134, Rome, 1990, en particulier p. 505-508).

286De nombreux remaniements, plus ou moins importants, sont visibles dans l’architecture, mais nous manquons totalement de données archéologiques pour les dater. L’épigraphie liée au bâtiment est elle-même fort pauvre :

  • On ne sait que faire d’une base de statue dédiée à L. Valgius Fortis Carpentius par des parents, et encastrée dans le mur du vestibule, face à la porte d’entrée (Merlin, BAC, 1917, p. CXCVIII = n° 40). D’abord, parce qu’elle ne nous fournit pas de date très précise : il faut sans doute la placer dans la première moitié du iiie siècle étant donné d’une part la mention de la tribu qui rend improbable une date plus tardive, d’autre part la présence, sur la corniche, du signum au génitif, usage qui ne peut guère être antérieur au début de ce siècle. Ensuite parce que l’éloge, de type conventionnel, ne fait aucune allusion aux thermes. Enfin, et surtout, parce que nous ne savons même pas si ce monument est en place, supportant une statue placée dans une niche, ou s’il ne s’agit que d’un remploi dans la maçonnerie du mur.
  • Un fragment d’inscription mentionne le mauvais état de la cella piscinalis des thermes (Rapport 1920, p. LIX = n° 41). Bien que le texte paraisse concerner notre bâtiment, il faut rester prudent. Le bloc a, en effet, été trouvé dans les déblais d’une des salles longées par la rue Nord. Or, ces mêmes lieux ont livré d’autres inscriptions très probablement déplacées, dont des fragments appartenant vraisemblablement à un monument du forum.

287Si l’on admet néanmoins que ce texte parle bien de notre édifice, on est fondé à penser que, déplorant le mauvais état des lieux, il en célébrait la restauration, et on est conduit à confronter ces données aux vestiges. On a songé au frigidarium tardif installé dans la partie Ouest des thermes (Lepelley, Cités, II, p. 310, qui se réfère indûment, nous semble-t-il, à l’opinion des archéologues) : il n’est pas évident que l’aspect monumental de l’inscription (bloc de 143 × 37 cm, portant des lettres hautes de 18 cm) s’adapte bien à ces installations. Si l’on interprète correctement son rapport, L. Poinssot pensait que l’inscription était liée à la création de la piscine Nord du grand frigidarium, et qu’elle constituait peut-être l’entablement reposant sur les colonnes qui entourent cette dernière (Rapport 1920). De fait, ce bassin est très probablement le fruit d’un remaniement, mais ce rapprochement reste lui-même très hypothétique. En fait, le texte, mutilé, ne nous fait rien connaître de la nature exacte des travaux effectués, et il est donc difficile d’en rechercher la trace sur le terrain. Il faudrait, en plus, tenir compte des incertitudes qui pèsent sur le sens précis de l’expression cella piscinalis, même s’il apparaît probable qu’il faille assimiler ce local à la salle des bains froids (cf. ci-dessous, p. 390-392).

288Ce document est daté du Bas-Empire d’après son aspect paléographique (fin du ive siècle pour L. Poinssot, précision qui manque de fondement). Au mieux, nous avons donc là le témoignage épigraphique de travaux tardifs, qu’il faudrait peut-être attribuer plutôt à l’époque tétrarchique (cf. n° 42).

289– Finalement, le document chronologiquement le plus précis est le remploi, « dans la muraille de l’une des piscines du frigidarium », d’une inscription de 283 en l’honneur de Carin, inscription martelée (BAC 1923). Elle atteste donc des travaux postérieurs à 285. Peut-être faut-il les mettre en relation avec les précédents.

III) Typologie

290Il s’agit de thermes doubles dont le dégagement est inachevé. Les vestiges s’inscrivent dans un rectangle d’environ 100 × 50 m, mais il n’est pas certain, en particulier au Sud-Ouest, que toute cette surface ait fait partie du complexe thermal. De plus, pour respecter notre mode de calcul, il faut exclure la superficie de la palestre. En conclusion, l’ensemble relève donc indubitablement de la catégorie des grands thermes, mais il apparaît plus judicieux de raisonner sur ses deux composantes. Nous avons dès lors la juxtaposition de deux bains de dimensions moyennes, l’un d’une superficie avoisinant les 2 500 m2 et doté d’un frigidarium ambitieux (environ 28 × 12 m soit plus de 330 m2), l’autre plus restreint mais, même dans l’état actuel du dégagement, outrepassant les 1 000 m2 et pourvu lui-même d’une ample salle des bains froids (plus de 200 m2).

291Cette juxtaposition de deux bâtiments évoque l’association de bains destinés respectivement aux hommes et aux femmes. Cependant, dans ce cas, cette bipartition pourrait avoir une autre signification. En effet, l’inscription n° 41 mentionne des thermae hiemales : c’est la cella piscinalis des thermes d’hiver qui est en piteux état. Cette donnée fonde l’interprétation la plus usuelle qui identifie ces derniers au bâtiment le plus restreint et qui, par voie de conséquence considère la construction majeure comme des thermes d’été. Contrairement à ce qui est parfois écrit, le lieu de découverte de l’inscription est trop imprécis pour conforter une telle lecture. A priori, on ne peut exclure d’autres hypothèses, par exemple que l’expression de thermes d’hiver concerne l’ensemble de la construction, et non seulement une de ses parties. La question devra donc être reprise à la lumière de l’ensemble de la documentation disponible.

292Malgré l’inachèvement de la fouille et les remaniements qui caractérisent les deux bâtiments, nous pensons pouvoir proposer deux plans circulaires avec un circuit sinistrogyre pour les thermes orientaux, et un itinéraire dextrogyre pour le premier état des bains occidentaux.

THERMES ORIENTAUX

IV) Salles froides

293Un modeste vestibule d’entrée livre accès à un groupe de trois pièces (1, 2 et 3) qui ont été le siège de remaniements. La piscine qui occupe actuellement le local 3 et rend difficile la liaison avec la salle chauffée 4 est, selon toute probabilité, une adjonction. Entre autres arguments, on notera la façon dont son alimentation à partir de la citerne située au Nord a été rendue possible par une ouverture qui semble bien avoir été percée dans un mur antérieur, tandis que la fontaine orientale est logée dans une niche dont la maçonnerie a été plaquée contre le pilier qui subdivise la baie 3/4.

294De même, en 2, le bassin qui occupe la partie centrale de cette vaste salle fait partie d’un frigidarium tardif qu’il faut sans doute rattacher au réaménage-ment des salles chauffées des petits thermes. Mais il ne suffit pas de faire abstraction de ce bassin pour restituer l’état primitif. En effet, l’actuelle extrémité occidentale de cette salle ne pouvait se présenter ainsi dans la mesure où deux foyers y étaient installés : ce secteur constituait donc, à l’origine un prolongement du couloir de service qui, actuellement, s’interrompt au droit du mur Nord de la palestre.

295Cette dernière, clairement reliée aux thermes orientaux, apparaît au contraire, dans le premier état, nettement à l’écart des bains occidentaux auxquels on accédait sans doute uniquement à partir du local 1. Plutôt que de la considérer comme une partie commune, il semble donc nécessaire de la rattacher essentiellement aux grands thermes.

296Cette palestre (27 × 17 m environ) possède des portiques dont le couvrement retombait sur des piliers et des colonnes jumelées ; ils abritaient des bancs placés le long des murs. La cour (17 × 7,50 m environ) est mosaïquée.

297Le frigidarium, de plan allongé, constitue actuellement, avec ses deux piscines, une perspective longue de 45 m. Au Sud-Est, un passage conduit vers un espace mosaïqué incomplètement dégagé et qui ne semble pas avoir été chauffé.

V) Salles chauffées

298Nous n’en connaissons qu’une partie, que les remaniements rendent d’autant plus difficile à analyser.

2995 : chauffage indirect, très probablement à partir du Sud ; double-cloison au moins le long des murs Est et Nord. Dans le mur 5/Sud, une baie encore bien visible conduit vers le local 6, et, de là, vers 7 : une paroi Nord-sud, partiellement mise au jour, doit correspondre au mur mitoyen de ces deux salles, encore ensevelies pour l’essentiel. Une porte 5/7 est actuellement soigneusement obturée à l’aide d’un remplissage de briques, blocs de grand appareil et maçonnerie.

300IV : cinq foyers, tous pourvus d’une chaudière ; double-cloison (sauf en des endroits précis tel l’angle Sud-Ouest de la piscine orientale, où des crochets de bronze signalent un plaquis de marbre directement appuyé sur le grand appareil) ; trois piscines disposées selon un schéma cruciforme associant deux bassins rectangulaires et un alveus absidal beaucoup plus vaste.

3018 : un foyer.

3024 : un foyer ; pas de double-cloison (une cheminée est bien visible et un vestige de l’hypocauste vient se plaquer contre le mur).

303À titre d’hypothèse, étant donné l’état très incomplet du dossier, on peut proposer une interprétation de ce secteur chauffé. Nous disposons d’un repère essentiel, la salle des bains chauds

304IV. Dès lors, un problème primordial est posé par la nature du local 8. Si on lui attribue une fonction spécifique, il ne peut s’agir que d’un laconicum. Nous aurions dès lors un schéma dont toute la partie initiale est cohérente : 5 = I, 4 = II (avec une liaison directe avec le frigidarium), 8 = III.

305Cette lecture présente cependant deux inconvénients. D’abord, le laconicum apparaît vraiment restreint. Ensuite, on ne comprend pas les deux pièces 7 et 6 qui s’interposent entre le caldarium et le frigidarium, cela d’autant plus qu’il n’existe pas de communication directe entre 6 et ce dernier.

306C’est pourquoi il nous paraît nécessaire de considérer 8 comme un local de transition facilitant l’articulation des pièces. Nous aurions, dès lors, un itinéraire sinistrogyre avec les équivalences 5 = I, 6 = II, 7 = III, 4 = V. Cette lecture ne résout pas tous les problèmes. Outre la solution fort inhabituelle que constitue l’interposition du local 8, le tepidarium d’entrée se caractérise par une multiplicité de baies de communication tout aussi inhabituelle. F/5 et 5/6 sont parfaitement logiques. 5/7 aurait pu constituer un raccourci permettant d’éviter la suite du circuit chauffé après le laconicum : le parti, impliquant de nouveau la traversée de 5, reste quelque peu maladroit. Surtout, on a du mal à comprendre les baies 5/IV et 5/4, à moins de considérer qu’elles ont été ouvertes tardivement, à la suite de la construction de la piscine Nord du frigidarium qui rend difficile la sortie par 4/F. Sans désaffecter le tepidarium de sortie primitif, qui débouche désormais dans un bassin froid, on aurait ainsi créé un autre circuit parallèle, 5 devenant tepidarium d’entrée et de sortie.

307Beaucoup de questions restent donc encore sans réponse totalement satisfaisante. Néanmoins, dans l’état actuel du dossier, la restitution d’un circuit sinistrogyre fondé sur cinq salles chauffées nous paraît la lecture la plus vraisemblable.

THERMES OCCIDENTAUX

IV) Salles froides

308La restitution du premier état, dans la mesure où elle est possible, montre que nous avons affaire à un ensemble confiné dans l’angle Nord-Ouest du monument et qui ne paraît avoir communiqué avec le reste de la construction que par une porte unique livrant accès au frigidarium.

309De fait, ce dernier, muni d’une seule piscine, est accessible par une baie située à proximité immédiate de l’entrée. En revanche, la porte qui, dans la première partie du frigidarium, s’ouvre vers le Sud, paraît bien être le fruit d’un remaniement. De toute façon, il n’aurait pu s’agir que d’une circulation de service conduisant aux foyers.

310C’est également la salle des bains froids, et uniquement elle, qui, dans le premier état, commande le secteur chauffé complètement entouré, sur ses côtés Est, Sud et Ouest, par des locaux de service.

311Dans le dernier état, le frigidarium primitif est désaffecté au profit d’une nouvelle salle des bains froids aménagée à l’Est et dotée de deux bassins.

V) Salles chauffées

312L. Poinssot et R. Lantier précisent (Rapport 1922, p. CL) que les trois pièces étaient pourvues de doubles-cloisons.

313I-V : deux baies facilitent les relations avec le frigidarium ; les mosaïques des seuils sont encore bien visibles sous les bouchages. On imaginera que les entrants passaient par l’Est, les sortants par l’Ouest. Un foyer à l’Est : un hypothétique second four, placé à l’Ouest, doit sans doute appartenir au second état.

314II-III : deux foyers. La ruine de cette salle ne permet pas de restituer son aménagement intérieur : la présence d’un bassin au Sud reste très hypothétique.

315IV : trois bassins, deux rectangulaires et un se-mi-circulaire, sont disposés selon un plan cruciforme. La piscine absidale est logée, comme les autres, dans un espace rectangulaire : ce fait pourrait signaler un remaniement (Duval, Baratte,

31686), mais il est probable qu’un bassin était prévu à cet emplacement dès l’origine ainsi que le montre son mode de chauffage, un foyer très vraisemblablement doté d’une chaudière qui était, selon un parti classique, logée dans la grande arcade encore conservée et dont rien n’indique qu’elle ne fait pas partie du plan originel.

317L’alveus méridional était chauffé par deux foyers équipés chacun d’une chaudière, le septentrional par un four, apparemment simple.

318Dans le dernier état, les circulations sont bouleversées. Il est difficile de savoir si tous les remaniements visibles sur le terrain sont contemporains, et l’analyse est encore compliquée par des restaurations récentes qui ont fait disparaître certaines traces, en particulier des bouchages de portes.

319Il semble cependant possible de souligner quelques points. Tout lien avec l’ancien frigidarium est supprimé au profit de l’établissement d’une liaison avec les nouvelles piscines froides. Pour ce faire, un des foyers de l’ancienne pièce II-III est transformé en porte, cette salle devenant ainsi un tepidarium.

320La fermeture de l’ancienne baie I-V/IV impose curieusement une circulation peu rationnelle, doublement rétrograde : d’abord utilisation du tepidarium primitif I-V, transformé en laconicum-destrictarium (sans doute avec l’installation d’un foyer à l’Ouest, compensant la suppression de celui qui existait à l’Est, et peut-être d’un bassin sur ce foyer, ce qui expliquerait la fermeture de I-V/IV) ; puis, après être repassé par le nouveau tepidarium, accès au caldarium IV, seule pièce qui conserverait sa destination primitive.

SUFETULA : THERMES n° 15 (pl. LII)

I) Bibliographie

321N. Duval, F. Baratte, Les ruines de Sufetula-Sbeïtla, Tunis, 1973, p. 74-75.

II) Datation

322Inconnue. Les baies II/III et IV/I-V ont été soigneusement bouchées à l’aide d’une maçonnerie parementée de moellons. Nous ignorons et l’époque et les raisons de ces remaniements.

III) Typologie

323Il s’agit de petits thermes : la partie dégagée, correspondant à l’essentiel du secteur proprement balnéaire, couvre très approximativement 500 m2. Le contexte reste inconnu : il paraît s’agir de thermes de quartier, dont on ignore s’ils possédaient une palestre.

324Les salles chaudes, au nombre de quatre et disposées à l’Ouest en fonction d’un plan circulaire, étaient parcourues selon un circuit sinistrogyre.

IV) Salles froides

325Une vaste salle, d’environ 100 m2, est sans doute un gymnase. Elle communique avec le frigidarium (environ 50 m2) pourvu de deux piscines absidales disposées orthogonalement. Deux pièces (des salons ?) flanquent l’une d’elles.

V) Salles chauffées

326Un tepidarium d’entrée et de sortie I-V, de plan allongé s’achevant sur deux absides opposées, flanque le frigidarium avec lequel il communique par deux portes. De cette pièce tiède part l’itinéraire circulaire qui, par un destrictarium II doté d’une abside et un laconicum III de plan rectangulaire, la plus petite des salles chauffées, aboutit à un caldarium IV équipé de deux piscines disposées perpendiculairement, l’une semi-circulaire, l’autre rectangulaire. De cette salle des bains chauds, on regagnait le frigidarium par l’intermédiaire de I-V.

327L’état des lieux ne permet pas de reconnaître avec précision le mode de chauffage : on ne repère, de façon sûre ou probable, que certains des foyers du caldarium. On notera cependant que pié-droits de toutes les portes reliant les salles chaudes entre elles descendent jusqu’au fond des hypocaustes, permettant ainsi l’installation aisée de passages de chaleur.

SUFETULA : THERMES n° 26 (pl. LII)

I) Bibliographie

328Picard, Rapport 2e sem. 1948, p. 633 ; N. Duval, F. Baratte, Les ruines de Sufetula-Sbeïtla, Tunis, 1973, p. 102-103.

II) Datation

329Bien que la fouille soit extrêmement incomplète, le niveau de la construction paraît imposer une date tardive, ce que confirme le style de la mosaïque de la piscine du frigidarium, qui a permis de proposer, à titre d’hypothèse, le ve-vie siècle.

III) Typologie

330Les dimensions très restreintes de l’ensemble, et en particulier du secteur chauffé, laissent penser qu’il s’agit de thermes d’utilisation privée. L’état du dégagement interdit actuellement de reconnaître la demeure (signalée par G. Picard) dont ces bains ont pu dépendre.

331Les salles chauffées, au nombre de trois et situées au Sud, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde. Leur plan implique deux virages.

IV) Salles froides

332De l’extérieur ( ?), par un tracé en baïonnette, on accède à une salle, partiellement subdivisée par un mur, qui ouvre largement sur le frigidarium par une baie tripartite à colonnes jumelées. Sur les petits côtés de la salle des bains froids se trouvent un banc de pierre au Sud-Ouest et, au Nord-Est, une piscine froide absidale (environ 2,50 m de flèche), dont les parois sont tapissées d’une mosaïque polychrome représentant une faune marine. Le long côté Sud-Est est occupé par le secteur chauffé qui déborde le frigidarium vers le Sud.

V) Salles chauffées

333Deux baies s’ouvrent dans le mur Sud-Est de la salle des bains froids. La première donne sur un praefurnium où un foyer chauffe directement un petit bassin semi-circulaire accessible à partir d’une pièce à laquelle conduit la seconde baie : il s’agit d’un tepidarium d’entrée et de sortie.

334De là, on passe dans un petit local, sans doute un destrictarium-laconicum, puis dans un caldarium équipé d’une piscine allongée de plan cintré. Cette dernière paraît avoir été chauffée directement par un foyer. L’état de la fouille ne permet pas de reconnaître l’existence éventuelle d’autres foyers.

SUFETULA : THERMES DE LA BASILIQUE II (pl. LII et LIII)

I) Bibliographie

335N. Duval, Les églises africaines à deux absides, I, BÉFAR, 218, 1971, p. 304-309.

II) Datation

336La basilique II, dite de Vitalis, est datée de la fin du ve ou du début du vie siècle, mais des travaux y sont effectués jusqu’en plein viie siècle. Les thermes pourraient être contemporains et, plus précisément, on peut même penser qu’ils font partie de la première phase de construction. Malgré sa probabilité, cette datation reste cependant une hypothèse. Elle repose sur trois arguments, dont aucun n’est péremptoire :

  • L’orientation des murs des bains est sensiblement identique à celle qui caractérise les parois de la cathédrale. Mais toutes ces orientations sont conditionnées par la cadastration générale de la ville.
  • Le niveau d’utilisation des bains est également semblable à celui de la basilique. Le raisonnement n’est pas décisif, d’autant moins que ce niveau tardif est proche de celui qui caractérisait les périodes antérieures.
  • Les thermes feraient partie du « groupe épiscopal ». La proximité des deux édifices, l’existence en Afrique d’autres exemples de bains ecclésiastiques, rendent cette hypothèse vraisemblable. Seule la fouille du secteur où s’articulent les deux constructions permettrait cependant d’établir fermement leur appartenance à un même ensemble.

337Comme le souligne N. Duval, il serait donc nécessaire de reprendre des recherches sur ce monument et son environnement. En attendant, on peut considérer comme vraisemblable que nous sommes en présence de thermes ecclésiastiques de la fin de l’époque vandale ou du début de la période byzantine.

III) Typologie

338Bains de quartier ou, beaucoup plus probablement, bains ecclésiastiques, il s’agit de petits thermes qui paraissent avoir couvert moins de 500 m2, le frigidarium occupant 42 m2. Les quatre salles chauffées, disposées au Sud-Sud-Est, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde comportant deux virages.

IV) Salles froides

339Un grand vestibule dallé (16,50 × 4,30 m) peut avoir aussi servi de vestiaire ou de salle d’exercices. Il était très probablement couvert. Les quatre pierres disposées en carré au centre pourraient être des bases de piliers, originels ou rajoutés, contribuant à soutenir la voûte. Le fait qu’elles empiètent sur la grande baie tripartite conduisant au frigidarium ne suffit pas à interdire une telle restitution. De toute façon, cette baie était primitivement plus étroite puisqu’il faut rétablir des pilastres contre ses piédroits.

340Le frigidarium paraît avoir été également dallé. Il comporte deux bassins, une vaste piscine rectangulaire (6 × 4,20 m) et une autre, absidale, plus restreinte de façon à laisser place à une exèdre qui la flanque (vestiaire ? Salon ?).

341Des latrines sont placées à l’extrémité d’un long couloir longeant le secteur froid à l’Ouest. Étant donné que leur mur Sud, collé contre les parois auxquelles il est perpendiculaire, est probablement un ajout, elles doivent être dues à un remaniement.

V) Salles chauffées

342Leur lecture soulève d’importantes questions, difficiles à résoudre à cause non seulement des nombreux remaniements mais encore des destructions intervenues depuis le dégagement. Un relevé inédit de C. Emonts, daté de 1914 et donc contemporain des fouilles, a préservé des informations concernant en particulier les hypocaustes, aujourd’hui détruits, informations reprises et complétées par G. Hallier (ici pl. LII-3).

343I-V : 3,80 × 3,10 m ; chauffage indirect qu’il faut restituer à partir de II. Un remaniement a supprimé le chauffage de l’abside.

344II : 4,80 × 3,10 m ; chauffage indirect qu’il faut rétablir à partir de la pièce située au Sud. L’abside pouvait comporter une source d’eau (labrum ?). À la suite d’un remaniement, son hypocauste a été désaffecté et un petit bassin installé.

345L’interprétation des deux dernières salles est très complexe. On devrait trouver successivement l’étuve et le caldarium, mais cette lecture logique se heurte à plusieurs obstacles. D’abord, les dimensions réciproques de deux pièces sont l’inverse de ce qu’elles devraient être : la première (4,70 × 4,06 m) est plus ample que la seconde (environ 3 × 3 m). Ensuite l’hypothétique sudatorium paraît doter de deux grands bassins qui semblent tout à fait excessifs pour les besoins en eau d’un laconicum.

346Il nous semble dès lors qu’il existe deux solutions possibles. La première (LIII-2, à droite) consiste à conserver l’ordre usuel des salles. La première est alors l’étuve mais, étant donné que son aménagement actuel est peu compatible avec une telle fonction, il faut penser que de profonds remaniements sont intervenus. Dans le premier état, le bassin et le foyer occidentaux n’existeraient pas, la salle s’interrompant à l’alignement du mur Ouest du caldarium. Ce n’est qu’ultérieurement que, l’abside étant close (et transformée en citerne ?), la salle aurait été étendue vers l’Ouest et dotée d’un nouveau bassin et d’un nouveau foyer.

347Outre son aspect très hypothétique, une telle restitution ne règle pas toutes les difficultés : l’étuve reste disproportionnée par rapport aux autres salles et dotée d’un bassin d’une ampleur surprenante. C’est pourquoi il nous semble préférable d’admettre une inversion de la position respective du sudatorium et du caldarium (LIII-2, à gauche).

348Dans cette hypothèse, du destrictarium II on passe directement dans la salle des bains chauds IV, laquelle est pourvue dès l’origine de deux baignoires chauffées chacune directement par un foyer. Le système occidental paraît bien attesté par le plan Emonts, mais aussi par l’état des vestiges qui conserve les traces des piédroits encadrant l’accès à la piscine tandis que la ruine totale de la partie centrale du mur de fond de cette dernière correspond bien à la présence d’un four. Sur le relevé Emonts, l’importance du massif externe de ce dernier suggère la présence d’un escalier d’accès à une plateforme de desserte d’une chaudière. Le fait que les latrines appartiennent sans doute à un état ultérieur ne nuit en rien à une telle restitution.

349L’étuve III se trouve alors placée à l’extrémité du circuit des baigneurs. La présence de deux bassins reste étonnante. En fait, l’existence du plus grand d’entre eux, située à l’Est, n’est pas réellement démontrée. L’hypothèse repose uniquement sur le relevé Emonts où le plan de l’hypocauste fait penser au support d’une marche-margelle. En revanche, l’architecture ne conserve aucune trace d’un grand bassin.

350Malgré ses incertitudes, cette dernière restitution, fondée sur l’enfilade I-V, II, IV, III, nous paraît la plus satisfaisante.

THAENAE : GRANDS THERMES (pl. LI)

I) Bibliographie

351A. Schulten, dans AA, 20, 1905, col. 83 ; Id., ibid., 21, 1906, col. 157-158. L. Drappier, Les thermes de Thaenae, dans BSAS, 16, 1911-1913, p. 23-28. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 224-225. Romanelli, Topografia, p. 186-187. Thébert, Circulation, p. 147-148.

352Pour le décor mosaïqué, Inv. mos., II, p. 9-13, n° 18, et Sup., p.4, n° 18 et 18a ; Cat. Alaoui 1910, p. 27, n° 299, pl. XVIII, 2 ; R. Massigli, Musée de Sfax, Paris, 1912, p. 1-6, nos 1 à 14 et pl. I-V, ainsi que p.7, n° 17, p.11, n° 36 et p.12, nos 39 à 41.

II) Datation

353La mosaïque du frigidarium a été attribuée approximativement à la fin du iie siècle, qui serait également la date de construction des thermes (Massigli). Cette datation a été reprise, sans discussion, par P. Romanelli et D. Krencker, qui ne précise pas non plus les raisons qui le conduisent à affirmer que les petits bains sont une construction précédente. Faute de données archéologiques, nous pouvons seulement souligner que si une date très antérieure à celle proposée est invraisemblable, en revanche une période plus tardive ne peut pas être exclue. C’est l’avis de J. Thirion qui suggère, pour la grande mosaïque du frigidarium, la fin du iiie siècle (Un ensemble thermal avec mosaïques à Thina (Tunisie), dans MEFR, 69, 1957, p. 224), avis partagé par K. Dunbabin (Mosaics, p. 43 et 273).

III) Typologie

354L’état actuel des ruines ne permet plus aucune observation. En attendant une fouille éventuelle, il faut donc se contenter d’interpréter les notices existantes.

355Ce complexe thermal comprend deux bains : au Sud des grands thermes, des locaux constituent un petit édifice complet et indépendant. Quels que soient les rapports chronologiques entre ces deux ensembles, la composition finale fait penser à la juxtaposition de bains destinés respectivement aux femmes et aux hommes.

356Les grands thermes eux-mêmes présentent plusieurs traits remarquables. D’abord, la prédilection pour les formes courbes qui caractérisent le plan d’un grand nombre de salles. Ensuite, l’existence d’un itinéraire, que nous pensons destiné aux sportifs, accolé au circuit offert à la masse des baigneurs. Enfin, les irrégularités du plan ne parviennent pas à masquer une volonté de composition symétrique du secteur froid suffisante pour reconnaître un plan semi-symétrique avec des salles chauffées parcourues selon un itinéraire sinistrogyre.

357Il s’agit de thermes de dimensions moyennes : le complexe paraît couvrir, au total, environ 1 300-1 400 m2. Le frigidarium n’atteint pas 80 m2.

IV) Salles froides

358(Les dimensions sont celles données par L. Drappier).

359La salle des bains froids a été, de manière exceptionnelle, implantée selon un plan circulaire (10 m de diamètre) qui implique sans doute une coupole. Elle est flanquée de trois piscines disposées selon un schéma cruciforme et séparées par deux locaux de plan circulaire (4,06 m de diamètre au Nord ; 4,35 m à l’Est). Ces derniers mettent en relation le frigidarium avec les autres salles froides, jouant ainsi, comme le remarque D. Krencker, le même rôle que les locaux qui flanquent fréquemment les piscines froides.

360Selon toute probabilité, le secteur de l’entrée se trouvait à l’Est, desservant petits et grands bains à l’articulation desquels étaient placées des latrines. À titre d’hypothèse, on peut proposer de reconnaître successivement, dans l’enfilade de salles qui entourent le frigidarium, un vestibule d’entrée, un vestiaire, peut-être un second vestiaire d’où il aurait été possible d’accéder à une palestre, selon une proposition de restitution avancée par D. Krencker, et, enfin, un gymnase couvert. De fait, la dernière salle se distingue par ses dimensions (15,10 × 6,98 m) qui permettent de dégager plus de 100 m2, c’est-à-dire un espace suffisant pour abriter des activités sportives. En tout cas, l’hypothèse de D. Krencker d’un troisième vestiaire apparaît fort peu satisfaisante, dans la mesure où tant de vestiaires, de dimensions proportionnellement aussi vastes, paraissent bien excessifs par rapport aux besoins.

361Une question reste en suspens, à savoir l’existence d’une porte entre cette salle et la pièce chauffée II. Elle est niée par D. Krencker mais affirmée par les plans Schulten et Drappier. Si cette pièce chauffée n’est qu’un tepidarium, une liaison directe avec un vestiaire n’apparaît pas illogique. Si, en revanche, il s’agit d’un destrictarium, seule une liaison avec un gymnase serait rationnelle.

V) Salles chauffées

362Le circuit principal comprend quatre salles. L’identification du caldarium, relié au frigidarium par un tepidarium de sortie, est évidente. En revanche, les deux autres pièces posent un problème dans la mesure où la première n’est chauffée qu’indirectement. Il n’est donc pas exclu qu’il faille y voir un tepidarium d’entrée, le destrictarium et le laconicum étant dès lors fusionnés en un seul local. Deux arguments permettent cependant de préférer une autre lecture. D’abord, s’il s’agissait d’un tepidarium d’entrée, on comprendrait fort mal l’absence de communication directe entre ce dernier et le frigidarium. Ensuite, le destrictarium est encore un local modérément chauffé : quoique ce parti apparaisse exceptionnel, on peut donc admettre qu’il n’ait bénéficié que d’une source de chaleur indirecte.

363La restitution la plus vraisemblable comprend ainsi un circuit sinistrogyre à travers quatre locaux, avec fusion des tepidaria d’entrée et de sortie et distinction du laconicum et du destrictarium. Si ce dernier communiquait bien avec la grande salle couverte, cette restitution rendrait donc probable l’identification de cette dernière à un gymnase.

364I-V : le chauffage ne pouvait être qu’indirect. Il faut suivre D. Krencker dans sa restitution d’une porte I/F, absolument obligatoire et qui n’est pas portée sur les autres plans à cause soit de l’état de conservation des vestiges, soit, plutôt, de l’inachèvement du dégagement (D. Krencker précise que ce secteur est encore enfoui au moment de son passage sur les lieux).

365II : plan circulaire complété par quatre niches (diamètre : 6 m). Chauffage indirect à partir de III.

366III : 7,80 × 5,95 m ; un foyer d’après D. Krencker.

367IV : 6,90 × 5,10 m ; deux piscines ; trois foyers d’après D. Krencker. À l’Est, la présence d’un massif suggère une chaudière.

368Une particularité remarquable est l’existence d’un local supplémentaire, 1, accessible à partir de IV et de I-V, mais qui ne fait pas partie du circuit principal. Il s’agit d’une pièce de plan circulaire (4,90 m de diamètre) complétée par une annexe rectangulaire (3,50 × 2,75 m) dans laquelle D. Krencker propose de restituer une piscine, sans avancer, toutefois, d’argument précis. Dans sa description des pavements, L. Drappier ne mentionne aucune installation de ce genre, mais signale à cet endroit une mosaïque « à motif géométrique » qui, a priori, correspond mal à un fond de bassin. Cet ensemble était, d’après le plan Krencker, chauffé par un foyer. Nous proposons d’y voir un destrictarium ou un destrictarium-laconicum réservé aux sportifs désireux de ne pratiquer qu’un bain raccourci. Ceux-ci pouvaient y accéder par l’intermédiaire du tepidarium I-V, ce qui évitait un contact direct entre un local chauffé et la salle de bains froids, mais impliquait une circulation à contre-courant (sur cet inconvénient, mais sur les obstacles qui s’opposent à une intégration du local 1 dans le circuit principal des baigneurs, cf. Thébert, Circulation, p. 148 et note 25). En revanche, on pouvait quitter la pièce 1 en passant par le caldarium, ce qui permettait éventuellement d’utiliser les bains chauds mais, surtout, de regagner rapidement le frigidarium en se mêlant au flot normal des baigneurs. Nous aurions ainsi deux itinéraires juxtaposés et partiellement confondus, l’un sinistrogyre, utilisé pour un cycle balnéaire complet, l’autre dextrogyre, conçu pour les athlètes.

VI) Petits thermes

369Malgré ses dimensions restreintes, ce petit édifice offre une procédure balnéaire complète, fondée sur un itinéraire rétrograde avec, cependant, une apparente inversion des deux dernières salles chauffées. Le plan orthogonal comporte un virage au sein du secteur chauffé.

370De part et d’autre de l’entrée, on reconnaît des latrines, en commun avec les grands thermes, et, sans doute, un vestiaire.

371Le frigidarium (6,10 × 3 m) comprend une piscine au Sud et, probablement, une au Nord : elle est considérée comme incertaine par D. Krencker mais bien décrite par L. Drappier, qui l’interprète toutefois comme une « baignoire d’eau chaude » sans justifier ce jugement.

372Un petit tepidarium d’entrée et de sortie (2,70 × 1,60 m) commande deux salles chauffées chacune par un foyer. Seule la première (2,35 × 2,35 m) est équipée d’un bassin, et il faut donc y reconnaître le caldarium, la seconde (3,35 × 2,35 m) devant dès lors être assimilée à un destrictarium-laconicum, curieusement placé en fin de circuit.

THAENAE : THERMES DES MOIS (pl. LIV)

I) Bibliographie

373M. Fendri, Les thermes des mois à Thina (rapport préliminaire 1963), dans CT, 12, 45-46, 1964, p. 47-57 (avec des remarques d’A. Lézine, p. 57) ; N. Fendri, Inventaire préliminaire du trésor et présentation des différents types de monnaies, ibid., p. 59-67. A. Beschaouch, Nouvelles recherches sur les sodalités de l’Afrique romaine, dans CRAI, 1977, p. 493-496.

II) Datation

374La fouille, restée inachevée, n’a encore fourni que des informations fort incomplètes. M. Fendri, en se fondant sur le style des pavements et à titre d’hypothèse, place la construction des thermes vers la fin de l’époque sévérienne. Après une phase de remaniement, ils cesseraient de fonctionner au début du ive siècle. En effet, vers 311-312, un trésor monétaire est enfoui dans l’angle d’une pièce chauffée, dans une position qui impliquerait que la salle était alors désaffectée.

375Dès lors, le bâtiment ne serait plus l’objet que d’une occupation dont la nature reste indéterminée, mais qui serait attestée par quelques pavements et par un matériel renvoyant à une « très basse époque ».

376Une telle chronologie, dans la mesure où elle ne concerne qu’un monument précis, n’a rien d’impossible en soi. Il n’en reste pas moins que la désaffectation du monument apparaît fort précoce dans le cadre d’une cité de l’importance de Thaenae. De fait, l’édifice n’est pas rasé pour faire place à une autre construction, mais est l’objet d’une occupation qui apparaît assez sommaire pour que l’on ne puisse s’en faire une idée précise.

377Un autre problème est posé par le fait que ces bains connaissent de nombreux remaniements : modification du destrictarium II, transformation du caldarium IV et adjonction de latrines (cf. ci-dessous) ; multiples réfections des enduits peints, qui comportent jusqu’à quatre décors successifs (CT, p. 54), et des mosaïques (CT, p. 55). Si la présence de nombreux fragments de sigillée claire D peut s’expliquer par une occupation postérieure à l’abandon des thermes, moins d’un siècle d’existence paraît peu pour une telle activité constructrice.

378En réalité, dans l’état actuel de la documentation, toute la réflexion tourne autour de la signification du trésor, qui fournit le seul repère chronologique absolu. L’état des monnaies, neuves ou ayant très peu circulé, tout comme leur homogénéité (320 pièces frappées entre 297-298 et 311, dont 291 sous Maxence), prouvent que l’enfouissement a été réalisé au début de la deuxième décennie du ive siècle. Le trésor, enfermé dans une étoffe, a été trouvé sur la mosaïque correspondant à la réfection du destrictarium (CT, fig. 10 et p. 56). Dans un premier temps, M. Fendri en a logiquement conclu que la salle n’avait plus de fonction balnéaire à ce moment, et que les thermes étaient alors désaffectés.

379Une telle lecture l’a donc contraint à dater tous les pavements du iiie ou du tout début du ive siècle ou encore, semble-t-il, à supposer que certaines mosaïques, « que l’étude stylistique comparative oblige à considérer comme très tardives » (CT, p. 56), devaient être rattachées à l’ultime phase d’occupation. En réalité, les photographies publiées montrent que cette chronologie ne s’impose pas sans discussion. C’est sans doute pourquoi la dernière allusion faite par cet auteur à la question de la datation des thermes des mois, malheureusement sans développement ni argumentation, comporte des conclusions fort différentes : le trésor correspondrait à la période de réaménagement des thermes, qu’il faudrait ainsi placer au début du ive siècle, et les bains ne seraient même abandonnés qu’après la conquête arabe (Africa, 9, 1985, p. 161).

380Il est clair que seuls des sondages et une étude scientifique des pavements permettraient d’établir une chronologie solide. Dans l’état actuel de la documentation, et dans l’impossibilité où nous sommes de saisir avec précision la signification du trésor, il apparaît cependant que rien ne permet de penser à un abandon précoce des thermes au début du ive siècle. Bien au contraire, cet édifice pourrait fort bien n’avoir été érigé que tardivement, au cours du iiie si ce n’est même du ive siècle, et avoir été l’objet d’une longue exploitation.

III) Typologie

381Il s’agit de petits thermes apparemment dépourvus de palestre. Ils occupent un quadrilatère de 31 × 29 m, soit sensiblement 900 m2, le frigidarium (10 x 6 m) couvrant 60 m2. Tout indique donc des thermes de quartier, de dimensions déjà appréciables. La présence, fort discrète, de l’emblème d’une sodalité n’implique nullement que ces bains étaient réservés à ses membres.

382Quatre salles chauffées, disposées à l’Ouest, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde découlant d’un plan orthogonal avec virage entre frigidarium et secteur chauffé.

IV) Salles froides

383Le frigidarium est équipé de deux piscines de nature très différente. La première, très ample, est logée dans un espace d’environ 7 × 6 m. De plan rectangulaire, elle est cernée par un petit portique auquel on accédait par les deux baies latérales qui flanquent la marche-margelle. Sur les longs côtés, subsiste encore le départ de 2 × 2 colonnes. Cette architecture recherchée est mise en valeur par un riche décor mosaïqué qui couvre tout le bassin et le portique.

384La seconde piscine, absidale, est beaucoup plus restreinte. Selon M. Fendri, elle aurait présenté la particularité d’être alimentée en eau tiède. De fait, en arrière de celle-ci, subsiste un massif de maçonnerie percé d’un orifice vertical circulaire qui semble avoir été destiné à accueillir une chaudière. Le chauffage aurait été assuré par une communication avec l’hypocauste d’une des salles chauffées, de façon à permettre le tiédissement d’une eau qui aurait été ensuite acheminée vers le bassin du frigidarium. L’état des lieux ne permet pas de porter un jugement sur la validité de cette restitution.

385Divers locaux entourent la salle des bains froids sur trois côtés. Certains sont assez vastes pour que l’on propose d’y reconnaître des salles d’exercices. Tout au Nord, accessible à partir du vestibule d’entrée, un local, appelé elaeothesium par M. Fendri, a fourni une grande quantité de débris de verre et de fragments de fioles. Selon toute probabilité, cette pièce renfermait les flacons d’huile destinés aux baigneurs.

386Au Sud-Ouest, les latrines, également accessibles de l’extérieur, auraient été créées lors de la phase de remaniement des thermes.

V) Salles chauffées

387I-V : un foyer ; des cheminées attestent l’absence de double-cloison. Ce tepidarium, directement accessible à partir du frigidarium, ouvrait aussi, primitivement, vers le Sud, c’est-à-dire vers le vaste local que nous proposons d’identifier à une salle d’exercices. Cette porte permettait ainsi aux sportifs de gagner directement les lieux de nettoyage.

388II : un foyer. Le tirage était primitivement assuré par des cheminées. Ce système fut ensuite abandonné et remplacé par des doubles-parois. M. Fendri voit en ce local un laconicum. Étant donné sa position dans le circuit des baigneurs, il paraît plus logique de le considérer comme un destrictariumlaconicum, et même comme un destrictarium pur et simple, étant donné la possibilité d’identifier une étuve sèche dans une autre pièce : c’est la lecture que propose A. Lézine.

389IV : d’après M. Fendri, ce caldarium était originellement légèrement plus restreint que II. Muni d’une double-cloison, son foyer était à l’Est. On y voit, effectivement, les traces d’un foyer que surmontait très probablement une chaudière dont l’empreinte en arc-de-cercle subsiste dans la maçonnerie du mur : on restituera donc le bassin du premier état dans la partie orientale de la salle.

390Dans le second état, le foyer et l’alveus sont désaffectés ; la mosaïque des mois qui pavait la salle est détruite, et cette dernière est étendue vers l’Ouest : c’est là que sont installés la nouvelle piscine et le nouveau foyer, muni de longs bras externes qui permettent de restituer avec vraisemblance une chaudière. Comme il se doit, la pièce est toujours équipée d’une double-cloison.

391III : en bout de circuit, une petite chambre (3,5 × 3 m), équipée de doubles-parois, est directement chauffée par un foyer. Malgré sa position peu classique, il faut sans doute y voir l’étuve.

THAENAE : THERMES DES PUGILISTES (PETITS THERMES SUD-EST) (pl. LIV)

I) Bibliographie

392J. Thirion, Un ensemble thermal avec mosaïques à Thina (Tunisie), dans MEFR, 69, 1957, p. 207-245 ; Thébert, Sodalités, p. 202.

II) Datation

393Nous ne disposons d’aucune donnée archéologique. Dans certaines salles, la superposition de plusieurs pavements (jusqu’à trois), suggère une longue utilisation du bâtiment. D’après J. Thirion, le style des mosaïques permettrait de les attribuer à une époque s’étalant de la fin du iiie siècle au iv-ve siècle. K. Dunbabin propose la seconde moitié du iiie siècle pour certaines réalisations (Mosaics, p. 273 : scène de boxe du tepidarium I et rinceau peuplé du frigidarium), la période fin ive-ve siècle pour d’autres (en particulier p. 81, note 70 : la scène de venatio ne saurait être antérieure à la fin du ive siècle).

III) Typologie

394L’espace dégagé mesure environ 27 × 21m, si bien que le contexte du monument reste quasiment inconnu. J. Thirion hésite entre des thermes privés, dépendant d’une demeure située à l’Est, et un établissement public, mais l’ensemble de son étude développe souvent des arguments surprenants, lorsqu’ils ne sont pas contradictoires. Le décor mosaïqué paraît renvoyer à l’ambiance des sodalités, mais cette donnée ne fournit aucun éclaircissement sur la nature réelle de ces bains. Étant donné les dimensions modestes des salles chauffées et, surtout, les liens que paraît entretenir le secteur balnéaire avec les constructions environnantes, il est vrai fort mal connues, nous nous en tiendrons à l’hypothèse d’une installation privée, sans oublier ce que cette analyse a de provisoire.

395Quoi qu’il en soit, il s’agit de petits thermes, couvrant approximativement un peu plus de 300 m2 en ne prenant en considération que les locaux clairement liés au bâtiment balnéaire. Quatre salles chauffées sont disposées au Nord, selon un plan circulaire : elles étaient parcourues en fonction d’un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

396Dans l’état actuel du dégagement, on ne peut raisonner que sur un rectangle d’environ 27 × 12 m. Il est limité vers l’Est par un alignement de murs (ligne x-y du plan Thirion) : les constructions qui se trouvent au-delà sont situées légèrement en contre-bas du secteur thermal. Contrairement à J. Thirion (p. 210), on ne peut évidemment pas en conclure qu’elles sont antérieures à ce dernier. À l’Ouest, un autre alignement de murs sépare les thermes d’un espace encore encombré de blocs qui masquent différents locaux.

397Le cœur de l’espace compris entre ces limites Est et Ouest, qui ne correspondent donc pas forcément aux limites réelles du bâtiment, est occupé par le frigidarium (6,20 x 5,90 m : C du plan Thirion), équipé de deux bassins disposés à l’Ouest. Cette salle est originalisée par une mosaïque cernée d’un rinceau peuplé, mais, au Sud, elle communique très largement avec une autre pièce qui apparaît comme son véritable prolongement (B du plan Thirion). De fait ce local, muni d’une exèdre surélevée au Sud, est, lui aussi, équipé d’un bassin froid. On peut même s’interroger sur la nature de l’espace E qui occupe tout l’angle Sud-Ouest de notre rectangle et qui communique avec B. En effet, selon toute apparence, il permet également d’accéder à deux des piscines froides précédentes par leur flanc Sud : B1, dont la marche inférieure court le long des murs Est et Sud, et B3, pourvue d’un petit accès méridional encore parfaitement conservé. On peut même ajouter que le « bassin B4 » de J. Thirion ne pouvait être accessible, s’il s’agissait bien d’une piscine, qu’à partir de E.

398Nous sommes donc en présence d’un frigidarium de plan complexe, caractérisé non par une grande piscine mais par la multiplication de petits bassins, que ce parti soit original ou soit, comme le suppose J. Thirion, le fruit d’une évolution.

V) Salles chauffées

399I : 2,55 × 1,75 m ; chauffage indirect ; cheminées indiquant l’absence d’une double-cloison.

400II-III : un foyer ; double-cloison. La ruine presque totale de l’hypocauste ne permet pas de repérer la présence d’un éventuel bassin.

401IV : deux bassins, qui attestent, comme dans le frigidarium, un goût pour les petites piscines ; un foyer desservi à partir de F1, et qui chauffait donc directement la piscine semi-circulaire. J. Thirion décrit également le bloc de maçonnerie « passablement bouleversé » situé à l’Ouest du caldarium, « percé d’un puits cylindrique sur lequel débouchent plusieurs orifices de canalisation » (p. 213). D’après le plan, on peut sérieusement se demander si, en réalité, nous n’avons pas là la trace d’une chaudière chauffée par le foyer signalé par J. Thirion ou, plutôt, par un autre four.

402V : chauffage indirect ; cheminées. Étant donné la position de V, le circuit des baigneurs impliquait que l’on traverse à nouveau le local I.

THELEPTE : GRANDS THERMES (pl. LV)

I) Bibliographie

403H. Saladin, Rapport sur la mission faite en Tunisie de novembre 1882 à avril 1883, dans AMS, 3e sér., 13, Paris, 1887, p. 116-119 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 200-202.

II) Datation

404En l’absence de fouilles, on ne dispose d’aucun critère précis de datation. H. Saladin (p. 223) place ce monument au Haut-Empire, sans justifier cette opinion. Notons seulement que le type de plan et de mode de construction (coffrage de tubes pour certaines voûtes) paraissent impliquer, pour le moins, une date avancée dans le iie siècle.

III) Typologie

405Le bâtiment n’est que très partiellement visible. L’hypothèse de D. Krencker d’un plan symétrique paraît cependant rendre compte des données disponibles. Les vestiges visibles s’étendent sur quasiment 3 000 m2 et devaient occuper une superficie nettement supérieure. Il s’agit donc de grands thermes. Le frigidarium couvre environ 270 m2, sans tenir compte des niches et des bassins.

IV) Salles froides

406On ignore tout des accès au bâtiment et de l’éventuelle présence d’une palestre.

407Un vaste frigidarium (environ 22 × plus de 12 m), orné de niches, occupe une position centrale. Le départ des voûtes permet de restituer une voûte d’arête centrale flanquée de deux berceaux réduisant la surface à couvrir à un carré. L’utilisation d’un coffrage perdu de tubes de terre cuite apparaît remarquable pour un couvrement d’une telle portée, mais il est cependant peu probable que cette technique ait été utilisée pour la voûte d’arête elle-même.

408De façon très séduisante, D. Krencker propose de restituer une natatio couverte dans l’espace qui s’ouvre sur le côté oriental du frigidarium. Le décor de niches superposées, encore visible dans les parois, ne contredit pas cette hypothèse. Cet espace, large de près de 11 m, était, lui aussi, couvert par une voûte en berceau construite sur tubes. Malgré l’absence de vestiges, on peut également prendre en considération la restitution, sur les petits côtés du frigidarium, de deux piscines flanquées de petits locaux classiquement destinés à permettre les circulations vers les pièces voisines.

409Le niveau actuel des terres masque toutes les portes mais laisse visible la partie haute des murs. On distingue ainsi deux locaux situés symétriquement au Nord et au Sud, où nous proposerons très hypothétiquement de reconnaître des vestiaires. À l’Est de ceux-ci, de vastes espaces couverts pourraient être les gymnases.

V) Salles chauffées

410On ne connaît quasiment rien de ce secteur qui était disposé à l’Ouest. Une salle trilobée évoque, de par sa forme, un caldarium, dont la position impliquerait alors un plan semi-symétrique. Ses dimensions apparaissent, cependant, trop restreintes pour un tel monument, et il paraît préférable d’adopter l’hypothèse de D. Krencker d’un plan symétrique. Si nous suivons cet auteur jusqu’au bout et identifions cette pièce trilobée à un destrictarium, il faut placer le tepidarium d’entrée dans le local qui le précède à l’Est, et disposer les pièces III et IV en profondeur, le tepidarium de sortie V devant être reconnu dans les vestiges situés sur le grand axe du monument, immédiatement à l’Ouest du frigidarium.

411Des cheminées, visibles en I et V, vont dans le sens de cette restitution. De fait, elles impliquent l’absence de doubles-parois, parti qui correspond bien à des tepidaria.

THEMETRA : THERMES D’HERCULE ET AUGÉ (pl. LVI)

I) Bibliographie

412L. Foucher, Thermes romains des environs d’Hadrumète, Tunis, 1958, p. 16-34 ; Id., La mosaïque dionysiaque de Themetra, dans MEFR, 69, 1957, p. 151-161. Picard, Rapports 1953, p. 112 et 1954, p. 177 ; Id., Mosaïques africaines du iiie s. ap. J.-C., dans RA, 1960, p. 17-49, en particulier p. 25-26 et 35-37.

II) Datation

413Une première construction précède les thermes (G. Picard la considère comme un premier état des bains, L. Foucher comme une maison) ; d’après le style de ses mosaïques, elle serait attribuable à la fin ier-début iie siècle. C’est toujours d’après le style du décor mosaïqué que L. Foucher propose de dater les thermes du milieu du iiie siècle au plus tard (après la répression de Capellien ?). G. Picard, en se fondant sur les mêmes critères, propose le début du iiie siècle. C’est aussi l’avis de K. Dunbabin (Mosaics, p. 272 : 200-220 environ). La céramique semble montrer que le bâtiment fonctionne encore à la fin du iiie ou au début du ive siècle (mais nous ignorons tant la nature que la provenance de ces tessons).

III) Typologie

414Le contexte du bâtiment est très mal connu. Il semble situé dans une cité portuaire sur laquelle peu de recherches ont été entreprises. Les thermes eux-mêmes n’ont été qu’incomplètement dégagés.

415Il s’agit de petits bains (600 m2 ? Frigidarium de 5,80 × 5,80 m, soit quelque 30 m2 de surface réellement utilisable). Les salles chauffées, situées au Sud et disposées selon un plan probablement linéaire, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

416Le statut de ces thermes est lié à l’interprétation d’une inscription gravée sur un socle placé dans la niche du frigidarium : HAEC EST FORTVNA / CVRARIAE / FORTVNATAE. Deux lectures principales ont été proposées. La première (L. Foucher) attribue la propriété de cet établissement à une certaine Curaria Fortunata. La seconde (G. Picard) y voit le siège des membres d’une des curies de Themetra, la cur(ia) ar(r)ia, tirant son nom du gentilice de l’Empereur Antonin.

417Il est difficile de trancher entre ces deux hypothèses, mais il est vrai, comme le souligne G. Picard, que Curarius est un gentilice extraordinaire. De plus, on notera qu’un des thèmes du décor mosaïqué retient l’attention par sa récurrence. C’est celui des navires, qui apparaît sur deux seuils et que l’on retrouve sur le pavement du frigidarium, où une tête d’Océan est entourée d’une mer poissonneuse parcourue par de multiples embarcations. Plusieurs de ces représentations paraissent concerner des navires de transport. On peut se demander si nous ne sommes pas en présence d’allusions directes aux activités commerciales de membres de la curie, qui trouveraient peut-être dans cette subdivision du corps civique un organisme susceptible de coordonner et faciliter leurs activités.

IV) Salles froides

418Ce qui en est dégagé comprend, outre un couloir d’accès, la plus vaste des salles mises au jour (6,40 × 5,60 m). L. Foucher l’identifie à un vestiaire. Elle commande les autres locaux, dont le frigidarium. Ce dernier est muni de deux piscines absidales, une grande (4 x 2,90 m) et une petite (2,40 × 1,3 m).

V) Salles chauffées

419Un petit couloir conduit du frigidarium au secteur chauffé. L’interprétation de ce secteur se heurte à deux problèmes : la nature de la première pièce et le nombre exact de salles, étant donné l’inachèvement du dégagement. Si nous raisonnons sur trois locaux, nous pouvons proposer la lecture suivante (fig. 2, à gauche) :

420I-V ? : 6,40 × 2,95 m. Ce tepidarium d’entrée et de sortie présente une particularité : il paraît dépourvu d’hypocauste. En effet, son pavement représentant Hercule et Augé masque une mosaïque antérieure d’une manière qui ne semble pas laisser place à une suspensura (Foucher, MEFR, p. 159). La pièce n’aurait donc été que très modérément attiédie par son voisinage avec II.

421II-III ? : un foyer.

422IV ? : caldarium incomplètement dégagé. Il y avait apparemment une piscine dans l’abside occidentale, chauffée directement par un foyer. Il faut sans doute en restituer une seconde, peut-être au Sud.

423On peut aussi penser que nous ne connaissons que le début du circuit chauffé. Dès lors, la première pièce ne serait qu’un espace de transition, le tepidarium serait à placer en II-III, la piscine chauffée serait à attribuer à un destrictarium, sans doute un destrictarium-laconicum étant donné les dimensions restreintes du bâtiment, et le caldarium serait encore complètement enseveli (fig. 2, à droite).

424En ce qui concerne le secteur chauffé, nous ne pouvons donc retenir, de façon ferme, que le principe d’un itinéraire rétrograde.

THIGNICA : THERMES SUD-EST (pl. LVI)

I) Bibliographie

425H. Saladin, Rapport sur la mission accomplie en Tunisie en octobre-novembre 1885, dans NAMS, 2, 1892, p. 550-533 et 540-542 ; J. Carcopino, Une mission archéologique à Aïn-Tounga, dans MEFR, 27, 1907, p. 30-38. H. Ben Hassen, Thignica jusqu’à la fin du iiie siècle après J.-C., mémoire de maîtrise, Université de Tunis, 1986, p. 42-62 (ex. dact.) ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 402-404.

II) Datation

426Inconnue. Le raisonnement de J. Carcopino qui attribue le monument à une date qui ne saurait être postérieure à la première moitié du iiie siècle en se fondant uniquement sur le mode de construction, ne paraît pas acceptable, même s’il est repris par H. Ben Hassen qui le gauchit en situant l’érection du bâtiment au iiie siècle. L’inscription n° 49 mentionne la restauration de lavacra, donc de thermes, en 393, mais nous ignorons si elle concerne notre construction. Une fois désaffectée, celle-ci fut l’objet d’une occupation attestée par une huilerie, des fours à chaux et une compartimentation des espaces liée à un important matériel d’époque arabe.

III) Typologie

427La notice de H. Saladin ne présente guère qu’un intérêt anecdotique. Comme nombre des visiteurs qui l’ont précédé, il émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une église. L’analyse sérieuse du bâtiment commence avec J. Carcopino, mais, à la suite de ses fouilles, restées trop incomplètes, il hésite encore sur la nature du monument. Seuls des dégagements postérieurs, quoiqu’incomplets et non accompagnés de rapports publiés, permettent de se faire une idée de l’édifice. Ces nouvelles données ont été étudiées par H. Ben Hassen, qui a pu présenter une lecture cohérente du monument. Nous utiliserons les dimensions des salles données par cet auteur.

428Il s’agit de thermes de dimensions moyennes (entre 2 200 et 2 500 m2 ?). Le frigidarium mesure 15,15 × 9 m, couvrant donc près de 140 m2. Le plan est semi-symétrique. Dans le secteur chauffé, disposé au Sud, le circuit est sinistrogyre.

IV) Salles froides

429Le secteur froid est conçu selon un parti strictement symétrique. Au Nord, une file de salles devait comprendre des vestiaires. Elle précède le cœur du bâtiment, centré sur le frigidarium équipé de deux piscines situées au Nord et au Sud et flanquées chacune de deux salles à partir desquelles, d’après H. Ben Hassen, on pouvait accéder directement aux bains froids par une large baie. Au premier abord, le schéma apparaît donc classique mais les bassins sont, ici, situés sur les longs côtés de la salle, et les deux pièces qui bordent la piscine Sud sont directement reliées au circuit chauffé, l’une lui livrant accès, l’autre permettant aux baigneurs de regagner ensuite le frigidarium.

430Par voie de conséquence, les deux vastes locaux qui, selon un schéma également usuel, se trouvent de part et d’autre de la salle des bains froids, sur ses petits côtés, sont, ce qui est beaucoup moins courant, au contact direct de cette dernière, au lieu d’en être séparés par les piscines et leurs pièces annexes.

431Ces deux espaces (15 × 10,5 m à l’Ouest ; 15,80 × 10,65 m à l’Est) se caractérisent par leur extrémité en demi-cercle et par une colonnade interne. La présence de cette dernière, encombrant l’espace, oblige à se demander s’il s’agit de salles d’exercices, ce que leur position et leur volume hors colonnade suggéreraient, ou de simples annexes du frigidarium. La découverte de tubes de coffrage atteste que ces locaux étaient au moins partiellement couverts, mais ne permet pas de savoir si l’espace délimité par la colonnade était hypèthre, auquel cas nous serions vraisemblablement en présence de deux petites palestres.

432Le secteur chauffé est très décentré vers l’Ouest par rapport à l’axe du frigidarium. Cela est peut-être dû à l’espace dont disposaient les constructeurs, mais peut-être aussi au désir de loger, à l’Est, des annexes des locaux froids. En effet, la salle à colonnade orientale communique avec une vaste pièce (8,30 × 7,50 m) équipée de banquettes et qui ouvre elle-même largement vers le Sud, vers un espace dont nous ne connaissons rien.

V) Salles chauffées

433I : salle à deux absides (11,30 × 5,80 m) accessible non seulement à partir du local qui flanque à l’Ouest la piscine froide méridionale, mais aussi à partir de la salle à colonnade occidentale. Chauffage indirect à partir de III.

434II : l’existence de cette pièce, non dégagée, est assurée par les baies I/II et II/III.

435III : le dégagement partiel de ce local ne permet de connaître ni sa limite méridionale, ni son mode de chauffage.

436IV : la partie méridionale de cette salle est encore ensevelie. À l’Est, on restituera un bassin dans le renfoncement : il était directement chauffé par un foyer.

437V : 10 × 3,40 m, avec peut-être un bassin à son extrémité orientale.

THUBURBO MAIUS : THERMES D’ÉTÉ (pl. LVIII et LIX)

I) Bibliographie

438CMT, II, 2, p. 1-34, avec la bibliographie antérieure parmi laquelle on retiendra particulièrement A. Merlin, Les inscriptions des thermes d’été de Thuburbo Majus, dans BAC, 1916, p. 41-50, L. Drappier, Les thermes de Thuburbo Majus, dans BAC, 1920, p. 55-57 et 64-75, A. Lézine, Thuburbo Maius, Tunis, 1968, p. 19-21, et à laquelle on ajoutera Thébert, Sodalités, p. 202.

II) Datation

439Le bâtiment paraît faire partie du grand programme de construction qui façonne le forum et ses abords durant les dernières décennies du iie siècle et le début du iiie siècle. Un sondage effectué dans le frigidarium conforte une telle datation (CMT, p. 2, note 5).

440Il est peut-être possible d’être plus précis. Le vaste péristyle des Petronii flanque les thermes au Nord-Est. Nous reviendrons sur la question des rapports entre ces deux monuments, mais l’hypothèse la plus convaincante semble être celle d’une palestre qui aurait été érigée vers 225 (ILAfr, 271 ; A. Merlin, BAC, 1916, p. CLIX sq., qui propose de restituer les noms martelés d’Alexandre Sévère et Iulia Mamaea). S’il s’agit bien de la palestre, l’établissement balnéaire dont elle dépend doit être contemporain ou de peu antérieur (une date trop haute étant exclue par la stratigraphie). Cette assertion est confirmée par l’étude des mosaïques, dont l’ensemble le plus ancien est attribuable aux premières décennies du iiie siècle. Ce faisceau d’indices convergents permet de proposer la période 200-225 pour la construction des thermes et de leur palestre.

441De nombreux et parfois importants remaniements sont repérables, mais le plus souvent indatables. Une inscription (n° 50) célèbre une réfection des bains en 361 : un certain nombre de transformations parmi les plus importantes, comme la reconstruction du caldarium selon un plan trilobé caractéristique du Bas-Empire, pourrait être attribué à cette opération. En revanche, il ne faut pas prendre en considération un texte non daté, mentionnant la restauration d’un monument inconnu (ILAfr, 286 = Lepelley, Cités, II, p. 202, n° 6) : sa découverte à proximité des thermes prouve d’autant moins qu’il concerne ces derniers qu’il s’agit d’un remploi. Des pavements paraissent encore mis en place durant la seconde moitié du ive siècle ou le début du ve siècle (CMT, nos 155-157). Un réservoir tardif n’est pas remblayé avant le milieu du ve siècle (CMT, p. 2, note 1).

III) Typologie

442Il s’agit de thermes de dimensions moyennes mais particulièrement amples puisqu’ils couvrent environ 2 800 m2 sans la palestre, le frigidarium (13,55 × 9,12 m) atteignant presque 125 m2. Le secteur chauffé, situé à l’Ouest-Sud-Ouest, était parcouru selon un itinéraire sinistrogyre (Lézine, Architecture romaine, p. 110). La présence discrète et tardive d’une sodalité pourrait être attestée par un pavement (CMT, n° 157).

443L’inscription n° 50 précise qu’il s’agit de thermae aestivales. Les dimensions des salles sont empruntées au CMT.

IV) Salles froides

444Hormis L. Drappier (p. 64), les auteurs considèrent habituellement le vaste péristyle des Petronii comme la palestre des thermes, son exèdre Sud-Est ayant pu faire fonction de vestiaire (Lézine, Architecture romaine, p. 110). Il faut aussi noter les réserves du CMT (p. 37). De fait, un problème majeur est soulevé par l’absence de communication directe entre ces deux constructions.

445Une première solution consiste à invoquer d’importants remaniements qui auraient affecté le secteur Sud-Est des thermes. En effet, l’actuelle entrée des bains, étroite et percée dans un mur irrégulier, est indigne d’un monument de cette ampleur. C’est pourquoi on a proposé de chercher l’accès originel au Sud (Lézine, p. 20). Une seconde solution, la plus fréquemment avancée, est de considérer que l’entrée que nous connaissons a été remaniée et présente un état tardif.

446Reste à préciser la date et l’ampleur des remaniements qui ont affecté cette dernière. Pour rendre compte de l’actuelle absence de liaison entre les bains et la palestre, ils doivent comporter une réfection du mur mitoyen qui aurait aboli cette communication. Le CMT est la seule publication à proposer une analyse détaillée de ce secteur, mais ses conclusions impliquent, en fait, l’absence de palestre.

447En effet, si l’on regroupe les arguments de ces auteurs, on peut dégager le raisonnement suivant :

  • L’entrée actuelle des thermes ne peut être originelle, mais l’accès au bâtiment devait se faire par la même pièce. Or, il ne subsiste aucune trace d’une porte primitive plus ample, tant au Nord qu’à l’Est, c’est-à-dire tant dans le mur percé de la porte actuelle que dans la paroi mitoyenne de l’édifice des Petronii (p. 2).
  • Cela est logique, car ces deux murs ont été refaits. Ce remaniement explique l’orientation oblique et la minceur de la nouvelle paroi Est, autrefois enceinte périmétrale, désormais mur mitoyen d’une autre construction.
  • Ce nouveau mur oblique aveugle est donc contemporain de l’érection du péristyle des Petronii, sans doute en 225 (p. 5). La conclusion est sous-entendue : ce péristyle n’est probablement pas la palestre des thermes. Elle est affirmée p. 37 : ce péristyle n’est sans doute pas une palestre.

448Une telle restitution apparaît peu convaincante. Certes, l’examen du mur Nord du vestibule prouve qu’il a été refait : la porte actuelle a remplacé une baie antérieure, située sensiblement au même endroit et sans doute plus ample. Mais ce remaniement est tardif, et non d’époque sévérienne : il ne saurait être lié à la création du portique des Petronii. D’ailleurs, comment admettre que, dès cette époque, on ait renoncé à reconstruire un accès digne d’un grand bâtiment balnéaire ? Surtout, aucun argument archéologique ne permet de distinguer deux projets dans la construction des bains et du péristyle. Au contraire, la mosaïque de l’actuel vestibule (CMT n° 140) s’adapte au plan trapézoïdal de ce dernier : or, elle appartient à un groupe de pavements qui constituent l’ensemble le plus ancien des thermes (p. 5-6). On a donc l’impression d’être en présence d’un seul et unique projet, englobant tant ces derniers que le péristyle, lequel serait donc bel et bien une palestre. Cette impression est encore confortée par la disposition du mur 1/Ouest : à l’extérieur de l’actuel accès, il s’infléchit de façon à prendre une direction parallèle à celle de la palestre (fig. LVIII-2). C’est donc bien au niveau du vestibule trapézoïdal que s’opère l’articulation entre les orientations diverses du bâtiment thermal et du grand peristyle, lesquelles ne sauraient par conséquent impliquer deux projets différents.

449Si cette approche est juste, reste à rendre compte de l’apparente absence de communication entre ces deux éléments. Deux hypothèses, qui ne s’excluent pas, viennent à l’esprit. La première repose sur l’examen du secteur situé au Sud-Est des thermes. On remarquera qu’une porte ouvrait la salle 6 vers l’Est (fig. LIX-3). Elle fut bouchée, sans doute lors de la construction d’un grand bâtiment de plan basilical, à époque tardive (Lézine, p. 20 ; ici fig. 1). De fait, les circulations antérieures furent alors bouleversées, et on ne peut exclure qu’ait ainsi disparu une communication entre les thermes et la palestre, par l’intermédiaire du local 6.

450La seconde hypothèse repose sur l’étude des grandes latrines qu’il est, traditionnellement et fort logiquement, d’usage de rattacher aux thermes. On remarquera en effet que, dans l’état actuel des lieux et tout comme la palestre, elles ne possèdent aucune liaison directe avec ces derniers. Certes, A. Lézine signale une porte bouchée (p. 21). Son seul emplacement possible est au Sud-Ouest, où subsistent effectivement les traces d’une éventuelle baie ouvrant les latrines sur le couloir de service (fig. LIX-3). Un tel passage répondrait à des besoins techniques, non à ceux de la circulation des usagers. Ces derniers n’accédaient normalement au lieu d’aisance que par le Nord-Est, c’est-à-dire à partir d’un secteur qui paraît aujourd’hui extérieur au bâtiment balnéaire.

451On peut donc imaginer que, en avant de la porte des bains et des latrines, s’étendait un espace appartenant à l’établissement thermal, articulant ses différentes parties, y compris la palestre, et dans lequel on pénétrait par le véritable porche d’entrée.

452Quoi qu’il en soit de ces hypothèses, le vestibule 1 commande deux pièces situées à l’Ouest : 2 (12,40 × 8,30 m) fut ouverte sur 3 par deux portes lorsque son accès primitif fut muré. Elle fut enfin subdivisée en deux, une partie étant désormais consacrée à des installations hydrauliques et n’étant plus accessible qu’à partir du couloir de service. La pièce 3 (12,35 × 8 m) conduit au frigidarium, mais aussi à la salle 4, équipée de bancs, ce qui la désigne, selon toute probabilité, comme un vestiaire. Initialement, ce dernier paraît avoir été directement relié au vestibule 1.

453Le frigidarium est, dans le premier état, équipé de trois piscines disposées selon un schéma cruciforme, le quatrième côté étant occupé par l’accès au circuit chauffé. Le bassin du Sud-Est est, selon un parti classique, flanqué de deux petits locaux conduisant à diverses annexes (essentiellement la vaste salle 6, mesurant environ 10 × 8 m), mais accueillant aussi, en ce qui concerne le local 7, la partie finale du circuit chauffé.

454Dans le dernier état, des modifications importantes interviennent : la fin du circuit chauffé est détournée aux dépens de la piscine froide du Sud-Ouest, rasée et transformée en tepidarium de sortie.

V) Salles chauffées

455Dans le dernier état, le circuit chauffé, constitué de cinq pièces, est parfaitement clair (fig. LIX-4).

456I : environ 11 × 8 m. Un foyer ; double-paroi (présence de tenons de fer).

457II : plus de 12 × 7 m ; un foyer. Le plan suggère un bassin au débouché de ce dernier, mais aucun vestige visible ne peut confirmer cette hypothèse. Double-paroi (présence de tenons de fer) ; pas de passage de chaleur vers I ou III.

458III : plus de 9 × 8 m ; un foyer. Dans ce cas aussi, le plan incite à restituer un bassin dont la présence paraît d’autant plus probable que le four devait être surmonté d’une chaudière insérée dans une arcade.

459Le couloir 8, sur hypocauste et doté partiellement d’une double-paroi, permet de gagner le caldarium en contournant une de ses piscines.

460IV : plan trilobé dont les deux axes mesurent plus de 14 m. Il faut, selon toute probabilité, restituer un bassin dans chacune des trois absides. Quatre foyers, dont trois certainement ou probablement munis d’une chaudière, le quatrième en étant dépourvu. Ce plan est si classique qu’il paraît curieux de considérer que l’abside centrale appartient à un second remaniement (CMT, p. 5 et plan 4, ici fig. LIX-2 : l’utilisation de blocs de remploi ne constitue pas un argument suffisant). Dans le schéma chronologique qui restitue deux piscines rectangulaires, puis deux absidales et une rectangulaire, et enfin trois absidales, il semble possible de faire l’économie de l’état intermédiaire.

461V : pièce à deux absides, longue d’environ 10,70 m. Deux passages de chaleur, l’un vers IV, hérité de l’état antérieur, l’autre vers l’hypocauste II (il ne peut s’agir d’un foyer, qu’il serait impossible de desservir : contra CMT, p. 5). Un troisième orifice communique avec ce qui reste de l’ancien tepidarium V, à savoir le local 9 qui, en cette période, n’est plus qu’une annexe du couloir de services. Il ne saurait donc s’agir d’un troisième passage de chaleur communiquant avec un hypocauste qui n’a pas lieu d’être en ce lieu. S’agit-il du départ d’une installation de tirage ? On ne comprend cependant pas que l’on n’ait pas alors recouru à une cheminée classique. Malgré le CMT (p. 5), les dimensions de cette installation excluent qu’il puisse s’agir d’un foyer : un tel four n’est d’ailleurs pas représenté sur l’axonométrie proposée par ces auteurs (CMT, fig. 1). En dernière instance, la solution la plus logique est d’identifier ce passage à une chatière permettant de nettoyer l’hypocauste V.

462Si le dernier état du circuit chauffé est donc, dans ses grandes lignes, aisé à reconnaître, la restitution du premier état est, en revanche, plus incertaine. Les trois premières salles ne furent guère modifiées par la suite : seul le laconicum fut restreint afin de loger le praefurnium desservant le four de la piscine Nord-Ouest du nouveau caldarium. Cependant, un problème essentiel est posé par la façon dont on passait, dans le premier état, de III à IV. Le CMT restitue, en IV, au Nord-Ouest, une piscine rectangulaire qui bloque toute circulation : les baigneurs doivent donc retourner en II et, par une porte ouverte dans le mur Sud-Est, gagner le caldarium grâce au local intermédiaire 10 (= CMT, plan 3, local XV, ici fig. LIX-1).

463Un tel itinéraire serait fort maladroit. Pour atténuer quelque peu ses inconvénients, le CMT restitue deux portes II/III, mais même cette solution n’est pas acceptable : la seconde baie n’est qu’un passage ouvert tardivement contre une harpe. Bien plus, la restitution d’un tel circuit se heurte au fait que rien ne prouve qu’il y eût jamais une porte dans le mur Sud-Est de II. Dans la partie centrale de cette paroi, nous avons seulement deux harpes, qui descendent jusqu’au fond de l’hypocauste, alors que les piédroits de porte s’interrompent au niveau de la mosaïque. La maçonnerie comprise entre ces deux harpes n’est pas un bouchage : elle a simplement été refaite lors de la création du nouveau tepidarium de sortie, afin de permettre la création d’un passage de chaleur.

464Il paraît donc nécessaire d’envisager une autre lecture : en renonçant à la restitution d’une piscine Nord-Ouest en IV, on rétablit une liaison directe III/ IV, tout à fait usuelle et indispensable. L’espace 10 situé entre II et IV, que le CMT considère comme un local intermédiaire, devait en fait être inaccessible aux baigneurs : sans doute s’agissait-il d’une cour facilitant l’éclairage et assurant l’évacuation des eaux de pluie.

465Nous abordons ainsi le problème du plan du caldarium originel. Les données disponibles restent très partielles : elles suggèrent la présence de deux bassins rectangulaires, situés au Sud-Ouest et au Sud-Est, dans le cadre d’une salle dont les limites primitives paraissent repérables grâce à l’examen des maçonneries qui permet de distinguer les remaniements liés aux états successifs.

466Reste la question de la partie terminale de cet itinéraire chauffé. Les hypothèses du CMT (p. 3) ne nous paraissent pas les meilleures. Il est impossible d’imaginer un cheminement rétrograde à partir de IV, repassant par les premières salles chauffées. En fait, les baigneurs rejoignaient le frigidarium uniquement par le Sud-Est, par l’intermédiaire du tepidarium de sortie originel V dont on peut retrouver les grandes lignes. À partir du caldarium, on y accédait par une porte biaise, bouchée par la suite, sous laquelle un passage de chaleur créait un chauffage indirect. Deux portes permettaient de gagner le frigidarium, soit directement par une baie elle aussi bien visible malgré son bouchage ultérieur, soit par l’intermédiaire du local 7. Le seul problème est posé par l’existence d’une porte percée dans le mur Sud-Ouest de ce tepidarium, et donnant donc sur le couloir de service. L’état de conservation de cette paroi est très médiocre, mais elle paraît bien conserver les vestiges en grand appareil de l’encadrement d’une baie : sans doute celle-ci était-elle réservée à la circulation du personnel.

467Ainsi, de tout temps, les baigneurs suivaient un unique itinéraire, de type sinistrogyre.

VI) Annexe thermale

468Au Nord-Ouest des thermes, contre les latrines, se développe une annexe thermale, liée au bâtiment principal dans la mesure où elle possède un couloir de service en commun avec ce dernier. Le dégagement est inachevé et on reconnaît seulement trois pièces chauffées, dont une équipée d’un foyer, ainsi que deux salles froides mosaïquées. L’état de la documentation rend inutile toute spéculation sur l’organisation de ces locaux (thermes des femmes ?).

THUBURBO MAIUS : THERMES D’HIVER (pl. LX et LXI)

I) Bibliographie

469CMT, II, 2, p. 61-83, avec la bibliographie antérieure, parmi laquelle on retiendra particulièrement L. Drappier, Les thermes de Thuburbo Majus, dans BAC, 1916, p. 55-64, et A. Lézine, Thuburbo Maius, Tunis, 1968, p. 18.

II) Datation

470La datation du CMT (première moitié du iiie siècle), si elle est plausible, n’est en rien assurée, et se réclame indûment de L. Drappier, qui envisage plutôt la seconde moitié du iie siècle.

471La suite de l’histoire du monument est partiellement connue par des inscriptions et par les sondages réalisés pour le CMT.

472Un premier texte (n° 51) célèbre d’importantes réfections réalisées sous le règne commun d’Arcadius et Honorius, donc à une date comprise entre 395 et 408. Les bains y sont qualifiés de thermae hiemales et, bien que l’inscription n’ait pas été trouvée dans ce monument, mais dans la curie, elle fut aussitôt attribuée à ce dernier qui, de fait, est la seule construction balnéaire de la cité à pouvoir faire pendant aux thermes d’été.

473Une seconde inscription qui, elle, provient de notre bâtiment, mentionne d’importants travaux réalisés, à une date indéterminée du Bas-Empire, dans les thermes d’hiver (n° 52). On procéda alors à la restauration de la cella soliaris, à la refonte de l’instrumentum aeris et plumbis et on construisit une piscinam nomine cochleam.

474Des renseignements très précieux sont fournis par les sondages réalisés pour le CMT. Ces derniers n’apportent rien de précis en ce qui concerne l’époque de la construction : les rares mosaïques appartenant à l’état originel sont datées de la première moitié du iiie siècle uniquement parce qu’il s’agit de la date assignée par les auteurs au monument. En revanche, ces recherches procurent des éléments de chronologie absolue concernant certains des remaniements que révèle l’examen du bâtiment.

475On peut douter que tous ces aménagements se répartissent simplement en deux phases, comme le voudraient les auteurs du CMT, mais on dispose désormais de repères précis. La piscine Nord-Est du frigidarium n’est pas remblayée avant les premières décennies du ve siècle (en 410 au plus tôt : ces travaux ne paraissent donc pas correspondre à ceux que célèbre l’inscription n° 51) et ce n’est pas avant la fin ve-début vie siècle que la mosaïque masquant désormais le bassin est remplacée par un autre pavement. Nous avons, ainsi, un indice très intéressant sur la longue exploitation de ce bâtiment thermal.

476Les dimensions des salles sont données par le CMT.

III) Typologie

477On ne connaît pas avec une précision totale les limites de ces thermes d’hiver dans leur premier état. En particulier, le couloir 1 ouvre vers le Nord-Est par une porte dont tout laisse penser qu’elle est originelle, mais on ignore la nature des dépendances auxquelles elle livrait accès. Quoi qu’il en soit de ces incertitudes, le bâtiment proprement balnéaire constitue des thermes moyens n’occupant qu’environ 1 200 m2, l’aile septentrionale adjointe par la suite couvrant elle-même plus de 200 m2.

478Ces chiffres conduisent à aborder d’une autre façon des bains généralement considérés, peut-être à cause de leur bon état de conservation en élévation, comme des thermes d’une ampleur certaine. Certes, quelques choix révèlent de l’ambition : par exemple, le premier frigidarium fut doté de trois piscines. Mais la salle elle-même ne couvrait alors qu’à peine plus de 70 m2 (10 × 7,35 m). De même, dans cette optique, on ne sera pas surpris de constater que le secteur chauffé, de plan circulaire, situé au Nord-Ouest et parcouru selon un itinéraire sinistrogyre, soit ne comporte que quatre salles, soit, selon une autre interprétation possible, en possède cinq, mais articulées de façon curieuse en ce qui concerne la fin du circuit et comprenant un caldarium bien restreint.

IV) Salles froides

479Dans le premier état, un petit portique d’entrée commande les salles de façade où il faut placer des vestiaires et où l’on reconnaît des latrines (CMT, local III : celles du Nord-Ouest, installées dans le local XXXIII, paraissent dues à un remaniement).

480Deux locaux flanquant une des piscines froides permettent d’accéder au frigidarium doté de trois bassins disposés selon un schéma cruciforme, la marche-margelle du plus vaste supportant deux colonnes.

481Ce secteur froid a été l’objet de remaniements qui ont modifié les circulations dans les locaux de façade. Surtout, le frigidarium fut remodelé. Les deux piscines Nord-Est et Sud-Ouest furent supprimées, ce qui accrut considérablement la superficie de la salle mais restreignit d’autant sa capacité balnéaire. De fait, la perte des deux piscines était loin d’être compensée par la création, sans doute contemporaine, d’un petit bassin ovale dans l’angle septentrional du frigidarium (2,80 × 1,80 m).

482Ce petit bassin conserve, sur ses parois, les traces de la retombée de son couvrement. En arrière de l’arc, surmontant un linteau, qui couvre son ouverture, on distingue nettement des arcs en plein-cintre d’environ 65 cm de diamètre. La voûte s’ancrait donc dans les parois en dessinant une succession d’arcatures (on peut en restituer cinq au total) susceptible d’assimiler la piscine à une « coquille » et, donc, de conforter son identification, déjà proposée, à la piscina nomine cochlea de l’inscription n° 52. Dès lors, à titre d’hypothèse, nous pouvons proposer une datation plus précise de cette dernière : si ce bassin est bien la cochlea, et si la construction de celui-ci est bien contemporaine du remaniement des piscines du frigidarium, il faut attribuer cette inscription au ve siècle.

483C’est peut-être alors que l’on adjoint au bâtiment une aile dotée d’une entrée spécifique précédée d’un portique, mais reliée au frigidarium par le couloir 1. Cette aile se compose de deux locaux ouvrant sur un grand espace (12,40 × 9,18 m) comportant quatre colonnes. Il est, a priori, tentant de considérer que l’on a ainsi équipé les thermes d’une petite palestre, et c’est l’hypothèse avancée par le CMT. Elle paraît cependant difficilement défendable : non seulement l’espace découvert serait fort restreint, mais encore le motif géométrique de la mosaïque couvre uniformément toute la surface, ne reflétant en rien une composition architecturale partiellement hypèthre.

484Nous proposerons donc de considérer cet espace comme entièrement couvert et d’y voir un vestiaire (hypothèse d’A. Lézine suggérée par la présence de bancs : le fait que ces derniers s’appuient sur le pavement ne suffit pas à prouver qu’ils sont un ajout postérieur) ou, plutôt, un de ces salons, de ces salles de réunion dont nous savons que les thermes étaient pourvus.

V) Salles chauffées

485I-V : 7,10 × 5,90 m ; un foyer ; double-paroi (présence de tenons de fer). La circulation des baigneurs entrant et sortant est canalisée par un petit cancel qui subdivise la baie à double vantail. À la suite de la création de la petite piscine Nord du frigidarium, le foyer fut sans doute désaffecté, son accès devenant quasiment impossible. Le tepidarium ne bénéficiait plus alors que d’un chauffage indirect, bien attesté au moins à partir de II.

486II : environ 12 × 7,80 m ; deux foyers ; double-cloison (présence de tenons de fer). Il est remarquable que ce destrictarium soit la plus vaste des salles chauffées.

487III : environ 7,60 × 6,80 m ; passages de chaleur vers II et IV ; double-paroi (présence de tenons de fer) ; un foyer. Ce dernier était très probablement surmonté d’une chaudière insérée dans une haute arcade, mais il ne subsiste aucune trace d’un bassin.

488IV : dans le premier état, la salle (équipée d’une double-paroi : présence de tenons de fer) est pourvue d’un bassin situé au Nord-Ouest et chauffé par un foyer équipé d’une chaudière logée entre les piédroits d’une haute baie. Le reste de la pièce est beaucoup plus délicat à restituer, les interprétations tournant autour de la nature du mur en grand appareil qui subdivise ce long espace en créant la pièce 2. Si ce mur est un remaniement, on peut accepter la solution proposée par le CMT, qui place une seconde piscine au Sud-Est, dotée elle aussi d’un foyer. Quelques problèmes subsistent néanmoins. D’abord le but du remaniement : il crée un tepidarium de sortie qui n’aurait un sens satisfaisant que s’il donnait directement sur le frigidarium, ce qui n’est pas le cas. De plus, et surtout, il est difficile de savoir si ce mur est bel et bien une adjonction, ou s’il n’est pas originel : les rapports entre les appareils de cette paroi et des longs murs ne manquent pas de frapper par leur cohérence. Dans ce cas, nous aurions en 2, dès l’origine, un tepidarium de sortie distinct de celui d’entrée, mais dont la communication directe avec le frigidarium serait interdite par une piscine froide. Sa fonction serait donc d’alléger le rôle de la salle I-V, sans supprimer la nécessité de la retraverser. Apparemment plus satisfaisante, cette solution présente cependant l’inconvénient de comporter un caldarium équipé originellement d’une seule piscine. Quoi qu’il en soit de ces hypothèses, il est sûr qu’un remaniement, peut-être justement destiné à pallier cet inconvénient, consista en l’adjonction d’un bassin absidal dans la salle des bains chauds. En tout cas, l’inscription n° 52 mentionne la restauration d’une cella soliaris qui semble bien être celle des thermes d’hiver et qui comporte, dans un état tardif, plusieurs solia.

THUBURBO MAIUS : THERMES DU LABYRINTHE (pl. LVII)

I) Bibliographie

489CMT, II, 1, p. 20-31 (avec la bibliographie antérieure).

II) Datation

490Nous ignorons la date de construction de ce monument, qui n’est cependant pas postérieure au iie siècle s’il est exact que la dédicace du temple de Mercure, en 211, est le point d’orgue de la mise en place du forum et de ses annexes, dont le marché aux boutiques et sa basilique, eux-mêmes postérieurs aux thermes du labyrinthe. En effet, ces deux derniers monuments viennent s’appuyer sur le mur Nord-Ouest des bains (CMT, p. 3 et plan 5). Les particularités du système de chauffage pourraient même indiquer une date assez haute.

491La longue utilisation de cet établissement est attestée par des mosaïques stylistiquement attribuables à la période fin iiie-début ive siècle (CMT, nos 17 et 18). Surtout, une monnaie de 410-439 a été retrouvée dans le blocage du foyer du caldarium (CMT, p. 23). Ce n’est donc pas avant une date avancée dans le ve siècle qu’une installation artisanale, logée dans le secteur Sud-Ouest des thermes, signale leur abandon en tant que tels.

III) Typologie

492Il s’agit de petits thermes couvrant à peine plus de 400 m2, le frigidarium (5,60 x 5,50 m) dépassant de peu les 30 m2. Ces bains sont dépourvus de palestre, mais leurs rapports avec les constructions qui s’étendent au Nord-Ouest soulèvent quelques questions. Ces constructions constituent un grand ensemble englobant deux marchés et une basilique communiquant entre eux. Or, il est quelque peu surprenant de constater que la basilique est elle-même reliée directement aux thermes. L’actuel état des lieux date sans doute de l’époque vandale avancée, alors que les bains étaient peut-être hors d’usage (CMT, p. 16), mais le mur Nord-Ouest de ces derniers est percé de deux ouvertures qui ne paraissent pas dues à des remaniements et qui permettent d’accéder directement au début de l’itinéraire des baigneurs. Sans aller jusqu’à transformer la basilique en palestre, il semble donc bien que les thermes entretenaient des rapports privilégiés avec les locaux situés dans cette direction.

493L’ensemble des salles, disposées selon un plan circulaire, était parcouru selon un itinéraire dextrogyre. Ce fait, qui conditionne l’identification des salles, est confirmé par le décor mosaïqué. En effet, si on ne peut rien tirer des pavements V et F, déposés autrefois et dont le sens de lecture est inconnu (CMT, p. 25 et 27, notes 1), en revanche la disposition de la mosaïque du seuil unissant ces deux salles est bien connue grâce au rapport contemporain de sa découverte (CMT, p. 27). Or, sur cette mosaïque, sont représentées des sandales dont l’orientation indique clairement que l’on quitte alors le circuit chauffé, c’est-à-dire que l’on abandonne le tepidarium de sortie pour gagner le frigidarium.

494L’état des lieux rend leur examen difficile.

IV) Salles froides

495Les deux locaux situés au Sud-Ouest restent très mal connus : il s’agit du secteur de l’entrée à partir duquel on accède à une pièce, sans doute le vestiaire, qui constitue le point de départ et d’arrivée du circuit balnéaire.

496Le frigidarium est équipé d’un seul bassin, situé en une position désaxée, ce qui laissait libre la place nécessaire à une pièce permettant de regagner le vestiaire. À la suite d’un remaniement (iiie-ive siècle ?), cette pièce de transition fut divisée, donnant naissance à un couloir coudé maintenant une liaison entre le frigidarium et l’apodyterium, et à un espace où fut logé un puits (cf. fig. 2 et 3). Les remaniements ultérieurs (ve siècle ?) ne nous concernent pas directement, dans la mesure où ils sont postérieurs à la désaffectation des bains.

IV) Salles chauffées

497Une fois parvenus dans le vestiaire, et contrairement à un schéma fréquent, les baigneurs n’avaient pas besoin de traverser le frigidarium pour atteindre le début du circuit chauffé. En effet, du vestiaire, une porte permettait de gagner les salles chauffées.

498I ? : cette pièce (d’environ 4,30 × 2,60 m) pose un important problème d’interprétation. De par sa position, il devrait s’agir du tepidarium d’entrée, mais elle est apparemment dépourvue de tout chauffage (CMT, p. 21). Nous sommes dès lors en présence de trois hypothèses. Soit les remaniements tardifs bien attestés en ce secteur (la salle fut sans doute transformée en bassin dans le cadre des installations artisanales qui envahissent les lieux : CMT, p. 23) ont détruit les aménagements antérieurs. Soit ce tepidarium était dépourvu d’hypocauste et n’était attiédi que par le voisinage d’une salle chauffée : solution médiocre, mais qui n’est pas absolument sans parallèle. Soit, enfin, la pièce n’appartient nullement au circuit chauffé. Dans ce cas, le local suivant aurait dû assumer toutes les fonctions généralement réparties sur les deux ou trois locaux qui précèdent le caldarium.

499II-III ? : environ 5,80 × 4,30 m. Un foyer. L’hypocauste communique avec celui du caldarium. Des cheminées de tirage attestent l’absence de double-paroi. Cette salle, précédant le caldarium, permettait forcément le nettoyage des baigneurs, tout en assumant peut-être aussi les fonctions de tepidarium : I-II-III ?

500IV : 7,45 × 6 m. On ignore l’emplacement exact de la baie II-III/IV qu’il faut nécessairement restituer. Deux piscines, une petite, circulaire, logée dans une abside (selon un dispositif qui reste peu clair : pédiluve ?), et une grande, rectangulaire, restreinte par la suite. L’existence de trois cheminées dans les angles Nord-Ouest et Sud, ainsi que d’un muret destiné à soutenir le sol et quasiment conservé sur tout le pourtour de la salle, laissent penser que ce caldarium était dépourvu de double-paroi. Ce choix est d’autant plus curieux que la pièce paraît n’avoir été chauffée que par un unique foyer.

501V : 5,80 × 3,60 m. Chauffage indirect à partir de II-III. Apparemment pas de double-paroi. Étant donné l’étroitesse du « conduit horizontal » apportant la chaleur, la pièce ne pouvait être que très légèrement attiédie. D’une manière générale, ces bains paraissent avoir été caractérisés par la faiblesse des moyens de chauffage mis en œuvre.

THUBURBO MAIUS : THERMES DU CAPITOLE (pl. LXII)

I) Bibliographie

502L. Poinssot et R. Lantier, dans BAC, 1925, p. LXXV-LXXVI ; CMT, II, 1, p. 79-89.

II) Datation

503Des éléments de réflexion sont fournis par le CMT qui a mis en évidence un premier état du bâtiment qu’il attribue plutôt à la seconde moitié du iie siècle. Le seul critère archéologique est la présence, sous une mosaïque appartenant à un ensemble lié à l’érection du monument, de deux tessons datables entre 150 et 250. Le style « sévère » des mosaïques n’interdit nullement de privilégier une date plus tardive, à savoir la fin du iie siècle, ou même la première moitié du iiie siècle. Une telle datation est d’ailleurs évoquée dans le CMT lorsque ces pavements contemporains de la construction du bâtiment sont comparés à d’autres mosaïques du site.

504Dans ce premier état, si le secteur froid peut être restitué avec un minimum de précision, la partie chauffée nous semble, en revanche, présenter des problèmes insolubles dans l’état actuel de la documentation. Toutefois, on peut proposer la restitution d’un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde.

505Le monument est ensuite l’objet de toute une série de remaniements difficiles à dater en chronologie relative, et encore plus absolue. On peut seulement noter que la mosaïque du tepidarium (p. 87, n° 69B et C) évoque le début du ive siècle. Il nous paraît cependant que le point d’aboutissement de ces remaniements est un circuit chauffé restreint qui renvoie directement à des conceptions très tardives.

III) Typologie

506Les abords des vestiges exhumés (fig. LXII-1) sont très mal connus, mais il s’agit de petits thermes dont le secteur proprement balnéaire paraît couvrir moins de 350 m2. Tout l’angle Ouest pourrait avoir dépendu du bâtiment (palestre ?), mais même cet ensemble n’atteindrait pas 500 m2. Le frigidarium mesure 6,80 × 4,84 m en moyenne, soit 33 m2.

507Il semble donc s’agir de thermes de quartier, plutôt que des bains d’une demeure (contra Poinssot-Lantier). Une particularité du monument, à savoir la présence de nombreuses salles équipées de sièges, ne nous paraît pas un argument suffisant pour les désigner comme un « lieu de réunion pour une quelconque association privée » (CMT, p. 79). Sans doute la présence de ces sièges signale-t-elle surtout des vestiaires et des salons.

508Les salles chauffées, disposées au Nord-Ouest, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde correspondant à un plan linéaire qui caractérise sans doute les deux principaux états. Les dimensions des pièces sont données par le CMT.

IV) Salles froides

509Les thermes sont accessibles, à partir de la rue qui les longe au Sud-Est, par un vestibule (env. 11 × 1,65 m) équipé de banquettes : peut-être jouait-il le rôle de salle d’attente. De là, on accède directement au frigidarium doté d’une unique piscine. Les quatre piliers d’angle sont dus à un remaniement qui provoqua, dans l’angle Nord, l’obturation d’une baie conduisant au couloir de service.

510Au Nord-Est, la salle des bains froids communique avec les pièces 1 et 2. Elles étaient munies de bancs qui furent supprimés lors d’un remaniement dans la plus septentrionale d’entre elles (CMT, p. 83). Au Sud-Ouest, un ensemble de locaux fut profondément transformé. Dans l’état initial, une pièce intermédiaire, 3, jouxtant la piscine froide, permet de gagner une salle de plan allongé (4 : 6 × 3 m env.), possédant des sièges dont des vestiges subsistent le long de deux de ses parois. Cette salle est contiguë à deux autres locaux, 5, également pourvu de banquettes, et 6, second vestibule d’entrée accessible à partir de la grande cour.

511Cet ensemble fut complètement redessiné à une date inconnue. Le vestibule 6 fut restreint, la partie amputée étant associée aux deux autres pièces 4 et 5 pour créer une seule et vaste salle carrée de plus de 7 m de côté. Dans les angles, des piliers signalent une voûte d’arête. La perte des sièges installés dans les anciens locaux ainsi détruits fut partiellement compensée par l’équipement de l’espace 3 reliant les lieux au frigidarium. On peut se demander si le but de ces travaux n’était pas de doter l’établissement d’une salle d’exercices, mais l’espace disponible reste fort restreint.

V) Salles chauffées

512Dans le dernier état, ce secteur se compose seulement de deux salles : un unique « tepidarium », d’entrée et de sortie (4,80 × 3,40 m), chauffé indirectement et dépourvu de double-cloison (CMT, p 79 : restes d’enduit contre la maçonnerie) ; un caldarium doté de deux piscines chauffées chacune par un foyer.

513Ce plan est dû à des remaniements : le bassin absidal du caldarium est un ajout et on peut donc penser que, originellement, cette salle n’était pas celle des bains chauds, mais un destrictarium ou un destrictarium-laconicum équipé d’une seule piscine. Nous aurions eu ainsi, comme il convient pour des thermes classiques, au moins trois salles chauffées, le caldarium primitif étant à rechercher au Nord-Ouest. Dans cette direction, on ne retrouve toutefois que deux locaux (CMT, VII-VIII et XIV : fig. LXII-2) qui, dans l’état actuel des lieux, ne révèlent ni la façon dont ils étaient accessibles, ni celle dont ils auraient pu être chauffés.

514Cependant, d’après le niveau des sols, le CMT précise que VII-VIII possédait un hypocauste, avec, peut-être, les traces d’un four au Nord-Est. Le même raisonnement paraît possible pour XIV. Faudrait-il, dès lors, restituer le caldarium primitif en VII-VIII, avec une vaste piscine en XIV ? Cette solution, la seule que nous suggèrent les vestiges, reste hypothétique.

THUBURBO MAIUS : MAISON AUX COMMUNS (pl. LXIII)

I) Bibliographie

515Lézine, Architecture romaine, p. 97. CMT, II, 3, p. 95-106.

II) Datation

516La demeure présente une grande homogénéité architecturale. De même les pavements offrent une unité très frappante : ils sont l’œuvre d’une seule équipe. Deux sondages réalisés sous des mosaïques ont livré quelques tessons de la fin iie-début iiie siècle. La plupart des motifs ornant les sols se retrouve ailleurs sur le site, dans des contextes appartenant à la première moitié du iiie siècle (CMT, p. 99-100). C’est donc la date que l’on peut raisonnablement attribuer à l’ensemble de la demeure.

III) Typologie

517La maison aux communs possède, à ses deux extrémités Nord et Sud, des aménagements qui pourraient être balnéaires. Le premier n’a conservé aucune trace de chauffage, à l’inverse du second. La numérotation des pièces est empruntée au CMT.

IV) Installation septentrionale (fig. LXIII-1 et 2)

518Du péristyle, le couloir X dessert deux pièces. L’une d’elles, XI, mitoyenne du grand oecus ou triclinium IX, a été considérée par les auteurs du CMT comme une salle d’eau. Au Nord-Ouest, elle est occupée par un puits, dont la margelle a disparu, et par un bassin, dont le fond et les parois de moellons, partiellement conservées, sont recouverts d’un enduit étanche, les joints présentant une forme arrondie. On peut y voir une baignoire longue d’environ 1,30 m.

519En faveur de cette interprétation, on notera la nature des pavements. Leur bipartition et leur implantation prouvent qu’il ne s’agit pas d’un bassin tardif mais d’un aménagement originel. Leur qualité démontre que nous ne sommes pas dans un simple local de service. L’identification d’une salle de bain rend donc bien compte de ces données, y compris de la présence d’un puits, même si ce dernier n’était certainement pas affecté uniquement aux besoins des baigneurs.

520Inversement, hormis ce bassin dont l’assimilation à une baignoire reste d’ailleurs, à notre avis, une hypothèse, aucune installation caractéristique d’une salle d’eau ne subsiste. À moins de restituer un bain froid, il faut supposer la présence d’une chaudière destinée à chauffer l’eau tirée du puits, mais nulle trace n’en est visible.

521Sommaire bain chaud par immersion ou simple frigida lavatio, l’identification d’une salle d’eau est cependant la lecture qui paraît le mieux rendre compte de la nature spécifique de cette pièce. Les pavements X et XI appartiennent à l’ensemble attribuable à la première moitié du iiie siècle.

V) Installation méridionale (fig. LXIII-3)

522La pièce XXIV (3,10 × 2,50 m) était installée sur un hypocauste dont subsistent quelques pilettes. Trois cheminées sont encastrées dans les murs. De la chambre de chauffe partent deux conduits horizontaux qui permettaient d’attiédir les salles voisines : le cubiculum XXII et la pièce XXIII, communiquant avec XXIV. Au Sud-Est se trouvent le praefurnium XXVI et le petit local XXV originalisé par sa mosaïque : celui-ci ouvre sur XXIV et, semble-t-il, vers le Sud sur XXVII qui, à la suite des dernières recherches, apparaît comme un espace dallé.

523L’interprétation de cette installation tourne autour de la nature de la pièce XXIV. Étant donné ses petites dimensions permettant d’obtenir une chaleur élevée, A. Lézine avait proposé de l’identifier à une étuve sèche, qui aurait dépendu de petits thermes installés au Sud-Est. Les dernières recherches n’ont pas confirmé cette hypothèse. Il semble donc préférable de considérer cet ensemble comme un quartier chauffé de la demeure. On notera aussi que les parois qui délimitent le local XXIV, et dans lesquelles sont aménagées les cheminées, sont plaquées contre les murs des autres pièces : il est possible que cette installation de chauffage soit due à un remaniement.

THUGGA : THERMES D’AÏN DOURA (pl. LXIII)

I) Bibliographie

524C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958,

525p. 72. F.B. Sear, Roman wall and vault mosaics, dans RMDAI, 23, 1977, p. 156-157, n° 198 (sur le décor mosaïqué des voûtes). M. Bouhlila, Les mosaïques des thermes d’Aïn Doura (Dougga, Tunisie), thèse pour le doctorat de IIIe cycle, Paris IV, 1987 (ex. dact.).

II) Datation

526Inconnue, mais le plan indique une date qui ne saurait être antérieure au iie siècle. C. Poinssot (Mélanges Carcopino, Paris, 1966), repris par F.B. Sear, propose la période fin iie-début iiie siècle, mais cette hypothèse n’est pas étayée. Elle est cependant confortée par l’étude de M. Bouhlila qui se fonde sur le style des mosaïques. Le premier pavement du frigidarium est composé selon un type de canevas qui ne serait plus guère utilisé après cette date.

527Une seconde étape essentielle serait caractérisée par la pose de nouvelles mosaïques au ive siècle. Cette phase d’embellissement correspondrait aussi à un agrandissement de l’édifice. De fait, on repère aisément, en I/Est, une porte soigneusement obturée et dont le débouché serait, de toute façon, barré par la maçonnerie de la salle 2. Or, le pavement de cette dernière daterait justement du ive siècle, date à laquelle il faudrait attribuer la construction de la pièce elle-même.

528Ce raisonnement se heurte cependant au fait que la construction de l’hypocauste I implique déjà la fermeture de cette porte I/Est, fermeture qui ne saurait donc être due à une extension du secteur froid des thermes. Par conséquent, il faut trouver une autre explication à l’existence de cette baie (porte de chantier ? On notera que ce passage est construit différemment des autres ouvertures de circulation, ses piédroits descendant jusqu’au fond de l’hypocauste et le linteau qui le couvre étant situé plus bas).

529Nous retiendrons donc l’hypothèse d’une construction du bâtiment à la fin du iie-début du iiie siècle, hypothèse qui doit être considérée comme fragile car reposant uniquement sur la datation d’un pavement, et ce en fonction de critères stylistiques. Nous retiendrons aussi l’existence d’une phase de travaux réalisés au ive siècle et repérable à la pose de nouvelles mosaïques (cf. déjà C. Balmelle, À propos d’une mosaïque tardive de Bordeaux, dans Hommages Henri Stern, Paris, 1983, p. 21-32, en particulier p. 28-32). En revanche, dans l’état actuel de la documentation, nous n’attribuerons pas à cette dernière phase une extension du bâtiment.

III) Typologie

530Bien que le bâtiment ne soit que très partiellement dégagé, il est clair qu’il s’agit de grands thermes de plan symétrique dont les salles chaudes sont disposées au Nord. Nous ignorons s’ils étaient dotés d’une ou deux palestres. Les dimensions sont données par M. Bouhlila.

IV) Salles froides

531Seule une partie du secteur oriental des salles froides a été mise au jour. On y reconnaît deux grandes pièces qu’il faut peut-être identifier à un vestiaire (1) et à un gymnase (2 : 15,92 × 11,64 m). Une exèdre (3) articule ces pièces, le début du circuit chauffé et le frigidarium sur lequel elle ouvre. De ce dernier, on ne connaît guère qu’une piscine, logée dans son angle Nord-Est. La restitution d’un deuxième bassin, dans l’angle Nord-Ouest, est parfaitement logique, mais les recherches de M. Bouhlila permettent de proposer également, au Sud, deux piscines symétriques des premières. Elles permettent aussi de penser que le secteur froid était conçu de façon symétrique, dans la mesure où elles ont mis au jour, à l’Ouest, des mosaïques identiques à celles qui pavent 2 et 3. Les vestiges qui affleurent confirment cette restitution.

V) Salles chauffées

532Un couloir de service a été très partiellement mis au jour au Nord. Vers l’Est, les thermes sont jouxtés par un bâtiment qui paraît indépendant : la présence d’un triclinium et de chambres à coucher disposés autour d’un péristyle semble la désigner comme une demeure dont le dégagement reste inachevé. Entre ces deux constructions un long et étroit espace ne servait qu’à les séparer. Le chauffage des salles était donc en partie assuré par un complexe réseau de sous-sols dont un bras passait sous le tepidarium de sortie de façon à desservir un local commandant plusieurs foyers : l’un chauffait la seule piscine du caldarium mise au jour, l’autre le destrictarium, un troisième four paraissant avoir desservi le tepidarium d’entrée. Au-dessus du couvrement de ce local, un puits de lumière contribuait à l’éclairage de la piscine du frigidarium muni de ce côté d’une fenêtre.

533I : 8,90 × 6,95 m ; probablement un foyer.

534M. Bouhlila restitue seulement un chauffage indirect par la porte I/II, étant donné l’absence de passage de chaleur entre ces deux salles. Une telle lecture est tout à fait improbable : l’hypocauste I serait dénué de toute signification. Le même auteur a repéré, dans les parois, la présence de tenons de bronze : ils impliqueraient l’absence d’une double-cloison.

535II : 9,45 × 8,75 m ; un foyer. La salle est remarquable par son plan circulaire complété par quatre vastes niches. M. Bouhlila y a également reconnu des tenons de bronze : si la notation est juste, elle signale, malgré les hésitations de l’auteur, l’absence de paroi chauffante.

536III : 10,48 × 5,55 m ; un foyer surmonté d’une haute et étroite arcade qui nous paraît être non une fenêtre (une vaste et large baie de ce type est percée dans le mur oriental), et encore moins une porte, mais le logement d’une chaudière, ce qui impliquerait la présence d’un bassin.

537IV : nous n’en connaissons qu’une piscine latérale chauffée par un foyer.

538V : ce local de transition, apparemment chauffé indirectement, paraît de superficie restreinte, mais il est possible qu’il se soit prolongé vers le Sud.

THUGGA : THERMES LICINIENS (pl. LXIV)

I) Bibliographie

539L. Poinssot et R. Lantier, dans BAC, 1925, p. XXVIII-XL ; Lézine, Architecture romaine, p. 22-24 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 48-52. M. Labbe, Recherches sur les thermes liciniens à Dougga (Tunisie), mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-le Mirail, 1995 (ex. dact.).

II) Datation

540Caracalla ?

541L’hypothèse, généralement admise, de la construction du monument sous Gallien repose sur la découverte, dans les thermes mêmes, d’un fragment d’inscription complétant deux autres fragments retrouvés auparavant dans les environs du capitole (inscription n° 57). On peut donc considérer que ce texte concerne effectivement les thermes liciniens et qu’il nous relate avec précision un épisode tardif les concernant. En effet, il nous fait connaître une restauration de l’atrium thermarum ainsi que l’érection d’une statue de Gratien. Malgré la mutilation du texte, il ne paraît pas être question d’un simulacre de Valens : ces travaux, dus à – ]dius Honoratianus, flamine perpétuel et curateur pour la deuxième fois, se placeraient donc entre 378 et 383.

542En revanche, le point le plus intéressant pour la datation du monument reste l’objet d’une grande incertitude. On a longtemps estimé que ce texte donnait le nom du bâtiment, les thermae [Lic]inianae, lequel aurait donc été érigé sous Gallien. C’est dans cette optique que L. Poinssot et R. Lantier (p. XXXI-XXXII) ont suggéré d’attribuer à la palestre des linteaux retrouvés en différents points de Thugga et de ses environs, et en particulier remployés dans la fortification byzantine du forum. Ceux-ci portent en effet une dédicace gravée en 264 en l’honneur de Gallien et Salonine (L. Poinssot, NAMS, 21, p. 156-163, n° 65 = ILTn, 1416, révisant CIL, VIII, 26559). On remarquera que la lecture de ce texte soulève des difficultés et que son état de conservation ne permet de connaître ni la nature du monument concerné par ces travaux, ni l’ampleur exacte de ces derniers. C’est donc uniquement parce que les thermes étaient désormais attribués à Gallien qu’on établit un rapprochement entre ces derniers et ces éléments d’architecture dont les dimensions, paraît-il, pourraient convenir si on les place sur les colonnes de la palestre.

543On constate donc que cet ensemble d’hypothèses, qui paraissent se conforter mutuellement, repose en fait uniquement sur l’appellation du monument. Or, au moment de la découverte des fragments d’inscription, L. Poinssot avait souligné qu’aucune restitution de ce nom ne pouvait être utilement proposée (NAMS, 22, p. 167). Quelques années plus tard, le seul argument qu’il avance pour justifier sa nouvelle lecture est la prospérité de la ville sous le règne de Gallien. L’argumentation est d’une extrême fragilité, et il est vraiment étonnant qu’elle ait longtemps été acceptée sans discussion, hormis quelques rares réserves (par exemple C. Poinssot, p. 48, rappelant que la lecture de l’inscription reste incertaine).

544Cette interprétation n’est pourtant pas recevable sous cette forme. Le gentilice Licinius renvoie à la famille de Valérien toute entière. Comme l’a souligné A. Beschaouch (Uzappa et le proconsul d’Afrique Sex. Cocceius Anicius Faustus Paulinus, dans MEFRA, 81, 1969, p. 206-208), à Thubursicu Bure, ville voisine érigée en colonie par Gallien, la cité est dite colonia Licinia Gallieniana Augusta et ses thermae sont Gallienianae. À Thugga, les thermae Licinianae, si l’on accepte cette restitution, renvoient donc à Valérien, non à son fils, ou plutôt à ces deux membres de la gens Licinia associés au pouvoir.

545Cette rectification modifie quelque peu la chronologie. L’édifice n’est plus attribuable au règne de Gallien seul (260-268), mais au règne conjoint de ce dernier et de son père Valérien (253-260). Elle rend aussi encore plus aléatoire l’attribution à la palestre des linteaux portant la dédicace en l’honneur de Gallien et Salonine.

546Dans ce contexte, une remarque de M. Christol (Gallien, Thugga et Thibursicum Bure, dans Ant. afric., 14, 1979, p. 219) apparaît de grande portée. En effet, cet auteur souligne que, étant donné la lacune qui affecte le début du nom et la longueur de celle-ci, d’autres restitutions sont d’autant plus possibles que la dénomination des bâtiments publics utilise plutôt le cognomen impérial. C’est pourquoi il propose l’alternative [Anton]inianae, songeant ainsi à Caracalla : l’attribution à Marc Aurèle correspond mal au contexte architectural, et celle à Élagabal doit sans doute être exclue à cause de la damnatio memoriae. On notera que l’architecture du péristyle Nord-Ouest, caractérisée par ses portiques avec arcs sur colonnes, trahit des rapports avec l’Orient, nouveauté qui s’affirme nettement dès le début du iiie siècle. C’est pourquoi P. Pensabene a lui-même pensé à une datation sévérienne pour la construction de cet édifice (Africa romana, VIII, p. 469).

547Après les travaux dus à Honoratianus, nous ne connaissons rien de la durée d’exploitation de ces thermes. Les traces d’une huilerie sont visibles en III/Sud-Ouest.

III) Typologie

548Il s’agit de thermes de dimensions moyennes, occupant à peine 1 700 m2 si l’on ne tient pas compte de la palestre. Le frigidarium couvre, sans les piscines mais avec les annexes qui encadrent ou séparent celles-ci, environ 175 m2. Conçus selon un plan symétrique, ces bains permettent un circuit passant par cinq salles chauffées disposées au Sud-Sud-Ouest. Les dimensions sont données par M. Labbe.

IV) Salles froides

549L’implantation du bâtiment a nécessité, étant donné la pente du terrain, de grands travaux d’aplanissement de la roche au Nord et, inversement, de remblaiement au Sud. Le secteur de l’entrée assure donc une forte dénivellation : du vestibule (6,95 x 5,49 m), installé sur des citernes, on descend par un escalier jusqu’au niveau principal du bâtiment, situé quelque 6 mètres en contrebas. Des remaniements ont affecté ce dispositif : primitivement, l’escalier était coudé et évitait ainsi l’espace actuellement occupé par le vestibule. Ce changement de plan se concilie mal avec l’hypothèse qui veut voir dans ce dernier l’atrium restauré au ive siècle (n° 57). De plus, si la restitution du texte est exacte, la mention de l’atrium entrepris ab antiquis exceptoriis in eodem loco su[biectis] est d’interprétation très délicate (cf. ci-dessous, p. 389-390) et ce local apparaît bien modeste pour mériter une appellation particulière.

550L’escalier d’accès débouche sur un péristyle de 11,50 m de côté, doté de douze colonnes. L’hypothèse d’une couverture de la partie centrale (Poinssot, p. 50), surtout par « une coupole percée d’ouvertures » (BAC 1925, p. XXX) nous paraît exclue. En fait, la salle est clairement la réplique réduite de la palestre disposée symétriquement. Dès lors, se pose le problème de sa fonction : palestre annexe (hypothèse que rendent peu probable tant les dimensions du local que son emplacement qui implique qu’il soit traversé par les baigneurs entrant ou sortant) ou somptueux dédoublement du vestibule d’entrée ? D’un point de vue architectural, cette installation parait mériter, bien plus que le local supérieur, l’appellation d’atrium thermarum.

551Le cœur du secteur froid est occupé par le frigidarium équipé de trois piscines. Celle située au Nord est flanquée de deux locaux, selon un schéma classique transposé. De fait, ces locaux servent habituellement à assurer des circulations : ici, étant donné la dénivellation, ils ne débouchent sur rien et constituent deux salons annexes de la salle des bains froids.

552La circulation des baigneurs s’effectuait, au contraire, par deux pièces prolongeant le grand axe du frigidarium. Elles assurent l’articulation de ce dernier avec l’entrée (par une baie double), la palestre (également par une baie double), les vestiaires et le début du circuit chauffé. On notera que les tepidaria d’entrée sont accessibles tant à partir de ces pièces qu’à partir des vestiaires. Cette disposition pourrait correspondre à deux pratiques balnéaires diverses. Les adeptes de la palestre, à l’inverse de ceux qui ne la fréquentaient pas, étaient déjà déshabillés au moment où ils abordaient le circuit chauffé. Ils n’avaient donc pas besoin de repasser par le vestiaire : c’est à eux qu’était sans doute destinée la baie permettant d’éviter ce dernier.

553La palestre (17,53 × 13,70 m) est dotée d’une petite annexe située au Nord-Est. C. Poinssot a proposé d’y reconnaître des latrines. Une fouille récente a montré que cette interprétation n’était pas la bonne : l’égout qui se dirige vers ce local n’en longe pas les parois mais le traverse obliquement (Labbe, p. 30). On retiendra donc l’hypothèse d’un dépôt pour les produits nécessaires aux usagers de la palestre (Lézine, Architecture romaine, p. 21 et note 80).

V) Salles chauffées

554Étant donné la forte pente du terrain vers le Sud, de ce côté les praefurnia étaient installés sur un grand remblai, largement entamé aujourd’hui. La lecture de ces vestiges impose donc une certaine prudence, les installations de chauffage ayant pu disparaître et les murs visibles n’étant que des fondations. Inversement, au Sud-Ouest, la fouille est incomplète.

555La mise en place de ce remblai a facilité l’aménagement d’un couloir souterrain qui passe sous le caldarium où il se subdivise en deux branches afin de livrer accès à deux locaux desservant des fours et au niveau desquels on accédait par un petit escalier (fig. LXIV-1). Grâce à ce réseau souterrain, on pouvait ainsi, sans perturber la tranquillité des baigneurs, faire fonctionner des foyers situés au cœur du bâtiment. Ces derniers permettaient donc de multiplier les côtés par lesquels une salle pouvait être chauffée, solution qui, sinon, eût été impossible étant donné la proximité des constructions environnantes. Nous appellerons « fours internes » ceux situés dans ces locaux, par opposition aux « foyers externes », placés sur la façade Sud-Ouest.

556I : 8,34 × 4,62 m à l’Ouest ; 7,77 × 4,64 m à l’Est. Hypocauste à canaux chauffé par un foyer interne. Passage de chaleur vers II. Cinq cheminées attestent l’absence d’une double-paroi, absence confirmée par les vestiges d’un plaquis de marbre directement appuyé sur la maçonnerie.

557À l’Ouest, le four paraît remanié ou même devoir son existence à un changement de parti. Inversement, il semble bien originel à l’Est. L’existence d’un chauffage direct faisait donc probablement partie du plan primitif.

558II : 8,91 × 6,48 m à l’Ouest ; 8,41 × 5,88 m à l’Est. Passage de chaleur vers I mais non vers III ; deux foyers, l’un interne, l’autre externe (le plan Poinssot signale seulement le foyer externe de II/Est, alors qu’il est totalement détruit, le mur étant arasé au-dessus d’une haute fondation ; en revanche, ce four est parfaitement attesté en II/Ouest).

559III : 7,30 × 5,06 m à l’Ouest ; 7,66 × 5 m à l’Est. Deux foyers, interne et externe. Ce dernier, détruit en III/Ouest, est attesté en III/Est par les restes d’un arc.

560IV : les grands axes de la pièce mesurent 13,34 et 10,30 m. Une grande piscine, chauffée par quatre foyers externes, dont deux équipés d’une chaudière. Deux piscines annexes, chauffées chacune par un foyer interne.

561V : tepidarium de sortie, équipé de deux petits bassins. Il serait dépourvu d’hypocauste (Poinssot, 50 ; Labbe, p. 59). L’ampleur des remaniements dus aux aménagements tardifs (attestés par le comblement d’un des deux bassins, alors masqué par un sol de marbre) ainsi qu’aux restaurations nous incite à penser que ce point devrait être vérifié. Si tel était vraiment le cas, ce local n’aurait été que bien modérément attiédi par son contact avec le caldarium, particularité qui recouperait ce que nous savons du chauffage médiocre des tepidaria d’entrée.

THUGGA : THERMES DES CYCLOPES (pl. LXV)

I) Bibliographie

562P. Gauckler, dans BAC, 1902, p. CCXV-CCXVI ; A. Merlin, Les fouilles de Dougga en 1902, dans NAMS, 11, 1903, p. 38-41. Cat. Alaoui 1910, p. 19, n° 261 ; Inv. mos., II, p. 184, n° 558 ; Inv. mos., sup., p. 59, n° 558 et p. 63, n° 560a. L. Poinssot, Rapport sur les fouilles faites à Thugga en 1910, dans BAC, 1910, p. CCXXX. C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 56-57.

II) Datation

563Inconnue. La mosaïque du frigidarium, représentant Vulcain et les Cyclopes, est attribuée au premier quart du iiie siècle par C. Poinssot, mais à la fin de ce même siècle par K. Dunbabin (Mosaïcs, p. 40, note 15). Ces jugements ne reposent que sur des critères stylistiques. Des stucs provenant d’une des salles sont hypothétiquement attribués au iiie siècle (Carthage-Kairouan, p. 140-141).

III) Typologie

564Il s’agit de petits thermes à itinéraire rétrograde présentant cependant une variante permettant d’éviter une des quatre pièces chauffées. Le trajet court correspond à un plan linéaire, le trajet complet à un plan comportant deux virages. Le frigidarium occupe moins de 30 m2.

565L’état de dégagement et d’étude des vestiges ne permet pas de comprendre avec certitude la nature de cet établissement balnéaire. On l’a rattaché à la maison du trifolium, grande domus située immédiatement à l’Ouest, mais l’articulation entre ces deux ensembles ne correspond pas au mode qui régit usuellement les rapports entre une demeure et les bains privés qui en font partie, à moins d’admettre que celle-ci s’étendait largement vers l’Est.

566C’est pourquoi on a aussi attribué ces thermes à une autre habitation qui aurait occupé le même secteur que les bains. Mais les vestiges subsistant ne permettent pas de se faire une idée précise de la demeure qui aurait été capable de posséder une telle installation thermale.

567La topographie des lieux est compliquée par la forte pente du terrain vers le Sud. Dans l’état actuel des recherches, on peut dégager les points suivants. L’ensemble de constructions englobant les thermes est dessiné, au Nord-Ouest et au Nord-Est, par deux rues divergeant d’un même carrefour. À l’Ouest, il est séparé de la maison du trifolium, du moins au niveau du sol, par un long passage couvert qui relie la rue Nord-Ouest à un secteur Sud qui n’est pas dégagé.

568Le niveau supérieur des locaux se règle sur celui de la rue Nord-Ouest. Il n’en reste que quelques ruines dont il est difficile de dire dans quel ensemble elles s’intègrent. Elles reposent sur des sous-sols munis de soupiraux ouvrant sur la même rue. Ces sous-sols sont construits sur un niveau qui est celui des bains dont ils font partie d’une manière ou d’une autre, ainsi que le démontrent les baies de circulation. Cet ensemble, sous-sols et thermes, est accessible à partir de la rue Nord-Est par trois portes. De plus, le frigidarium ouvre vers l’Ouest, vers un secteur non dégagé.

569Ces diverses données permettent de penser que, dans l’état actuel de la documentation, il faut considérer cet établissement comme des bains de quartier qui n’entretiennent pas de rapport précis avec telle ou telle demeure.

IV) Salles froides

570À partir de la rue Nord-Est, trois portes conduisent respectivement vers les sous-sols septentrionaux, vers une vaste salle communiquant avec les espaces de service, et, enfin, vers un couloir qui dessert au passage des latrines, longe des citernes et débouche dans le frigidarium. Ce dernier est muni d’une unique piscine absidale.

V) Salles chauffées

571Dans l’état originel, les deux premières salles chauffées sont directement accessibles à partir du frigidarium. Seule la place de ces locaux dans l’itinéraire du baigneur permet d’identifier le tepidarium, qu’il était donc possible d’éviter. La communication entre ce dernier et la salle des bains froids fut ensuite soigneusement bouchée, et la pièce dotée d’un second foyer. Il s’agit peut-être d’un bain tardif n’utilisant plus que les deux premières salles chauffées, le tepidarium étant alors transformé en salle des bains chauds.

572I-V : un foyer situé dans l’axe d’une abside qui pourrait avoir abrité un bassin, puis adjonction d’un second foyer.

573II : un foyer. Les piédroits monolithiques des portes dessinent, par rapport au nu des murs, un profond ressaut correspondant, selon toute probabilité, à une double-cloison. Absence de passage de chaleur tant vers I-V que vers III.

574III : un foyer. Pour la même raison qu’en II, nous pensons qu’il faut restituer une double-paroi. Passage de chaleur vers IV.

575IV : une piscine à l’Ouest, directement chauffée par un foyer. Selon toute probabilité, le dispositif devait être identique à l’Est : il n’en subsiste que le foyer et les piédroits qui devaient encadrer l’accès au bassin.

THUGGA : THERMES DE LA MAISON À L’OUEST DU TEMPLE DE TELLUS (pl. LXV)

I) Bibliographie

576Plan du quartier avec la domus dans AA, 1931, col. 521-522. Plan des bains dans A. Merlin, BAC, 1918, pl. XXXVII (ici fig. 3).

II) Datation

577Inconnue. Cependant, la façon dont la maçonnerie de IV/Est vient se plaquer contre le mur de façade orientale, en le doublant, semble indiquer que les thermes n’appartiennent pas au premier état de la demeure.

III) Typologie

578Ces thermes privés, couvrant environ 75 m2, sont accessibles à partir de la demeure et de la rue le long de laquelle ils sont installés. Deux pièces chauffées sont juxtaposées, l’une commandant l’autre.

IV) Salles froides

579Au Nord, une pièce ouvrant sur la rue devait servir de vestiaire. Elle communique avec le frigidarium, qui donne également sur le reste de la demeure. Cette salle des bains froids, qui occupe quelque 10 m2, est équipée d’un bassin.

V) Salles chauffées

580Elles comprennent deux locaux juxtaposés. Le premier, dans lequel on pénètre à partir du frigidarium, est long de 5 m environ. Il ne subsiste aucune trace d’une paroi subdivisant cet espace : on peut supposer que sa partie antérieure servait de tepidarium (I-V), tandis que sa partie postérieure était le caldarium. Cette dernière identification est assurée par la présence d’un bassin semi-circulaire au contact direct d’un foyer. Le four était surmonté d’une chaudière dont il reste l’empreinte dans la maçonnerie dessinant la piscine.

581Vers l’Ouest s’ouvre une porte donnant accès à un autre local, chauffé par un foyer : il doit s’agir du destrictarium-laconicum (II-III).

THYSDRUS : GRANDS THERMES (pl. LXVI et LXVII)

I) Bibliographie

582P. Gauckler, BAC, 1901, p. CCXXVI-CCXXVIII ; Id., BAC, 1902, p. CLXXXVI-CLXXXVII ; L. Carton, Excursion et promenade. El Djem (Thysdrus), dans , 4, 1904, p. 211-212 ; P. Gauckler, Rapport sur des inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, dans NAMS, 15, 1908, p. 345-352 (inscriptions) et pl. VII (plan Durancel) ; L. Drappier, Les thermes d’El-Djem, dans BAC, 1920, p. 465-471 et pl. XXI ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 198BSAS 200 ; Thébert, Circulation, p. 147.

II) Datation

583Des fragments de trois ou quatre dédicaces identiques (CIL, VIII, 22856-22861) permettraient, d’après les hypothèses insuffisamment nuancées de P. Gauckler ou l’affirmation pure et simple de D. Krencker, de placer la construction de ces thermes vers la fin du iie siècle.

584En réalité, ces textes nous apprennent simplement qu’un personnage, dont le nom est perdu, a institué, pour célébrer l’anniversaire de ses deux filles (ou de deux de ses filles), des jeux du cirque annuels, accompagnés de sportules pour les décurions et d’un banquet pour le populus. Dans tout cela, rien ne prouve que l’institution de ces jeux doive être liée à la dédicace des thermes, dont la construction aurait été financée par le même anonyme. Il ne s’agit là que d’une hypothèse fondée sur la découverte, dans les citernes de la palestre, de plusieurs fragments de ces dédicaces, ce qui laisse penser qu’ils proviennent d’un monument peu éloigné, mais ce qui ne désigne pas forcément l’édifice balnéaire.

585De toute façon, ces textes fragmentaires ne fournissent aucun indice chronologique précis. Avant de se montrer moins prudent par la suite, P. Gauckler avait d’ailleurs souligné les différences frappantes qui caractérisent leur graphisme, et en avait conclu qu’il était bien aléatoire de fonder une datation sur de tels critères (BAC 1901, p. CCXXVII). Nous en sommes donc réduit à noter que la conception d’ensemble du bâtiment et le plan des diverses salles correspondraient bien à une période englobant la seconde moitié du iie siècle et le iiie siècle.

586La suite de l’histoire du bâtiment est tout aussi floue. Une autre inscription, provenant également des citernes, est habituellement interprétée comme mentionnant une restauration des thermes sous Constantin (n° 59). Il faut sans doute attribuer ce texte, qui mentionne Constantin et les Césars Constantin II et Constance II, à la période comprise entre le 8 novembre 324 et le 25 décembre 333, dates respectives de la promotion de Constance II et de Constant (qui n’apparaît pas sur cette inscription) au titre de César. C’est par erreur que P. Gauckler, confondant Constance II et Constant, le place entre 333 et 337. Par ailleurs, le terminus post quem de 326, date de la mort de Crispus, ne peut être retenu de façon certaine, étant donné les lacunes du texte qui ne permettent pas d’exclure que ce dernier ait été mentionné (contra Lepelley, Cités, II, p. 321). De toute façon, rien, dans cette inscription constantinienne, n’autorise à attribuer avec certitude au bâtiment thermal une opération édilitaire dont la nature reste, au demeurant, fort imprécise.

587Des remaniements, probablement très tardifs, sont attestés par la suppression de la grande piscine du frigidarium qui fut partiellement remblayée et partiellement, semble-t-il, transformée en local chauffé (Drappier, p. 469).

III) Typologie

588Il s’agit de thermes de dimensions moyennes, dont le secteur balnéaire couvre environ 2 300 m2, le frigidarium atteignant plus de 120 m2. Conçus en fonction d’un plan semi-symétrique, ils comportent, selon notre proposition de lecture, deux itinéraires juxtaposés. Vers l’Est, un vaste espace, comprenant en son centre une batterie de citernes, devait, selon toute probabilité, être aménagé en palestre.

589Malgré le mauvais état des ruines, il est encore possible de vérifier sur place une partie des informations fournies par D. Krencker et L. Drappier, auquel nous empruntons les dimensions des pièces. Les schémas proposés rendent compte de l’état actuel des vestiges et montrent que le niveau d’arasement des murs ne permet souvent plus de reconnaître les portes, ni même l’implantation de certaines parois.

IV) Salles froides

590Elles sont disposées selon un plan clairement symétrique, malgré quelques irrégularités de détail. Le cœur de l’ensemble est classiquement constitué par le frigidarium (11,90 × 10,30 m) flanqué de trois piscines disposées selon un schéma cruciforme. Au Nord et au Sud, deux grandes salles de plus de 100 m2 (10,40 x 9,70 m et 10,80 × 9,70 m) doivent, à notre avis, être identifiées à des gymnases. Strictement situés dans le prolongement du frigidarium, ils communiquent avec ce dernier selon la solution usuelle des locaux flanquant les bassins froids.

591À l’Ouest du frigidarium, la pièce 1, équipée de deux bassins, pose un problème spécifique. Il faut très probablement donner raison à L. Drappier contre D. Krencker qui déclare qu’elle est chauffée. Il faut donc la considérer comme une annexe du frigidarium, jouant un rôle de transition entre les pièces chauffées et froides.

592La seule entrée repérée se situait au Sud, en un secteur aujourd’hui illisible. Le vestibule communiquait avec un long couloir entourant le secteur froid sur ses côtés Sud, Est et Nord (L. Drappier décrit le seuil mosaïqué, p. 467, note 4). Toute la partie centrale de la branche orientale de ce couloir est pavée non de mosaïques, mais d’un dallage de marbre (Drappier, p. 467), semblable à celui du frigidarium et de son annexe 1 : le décor souligne ainsi l’axe de symétrie du bâtiment.

593Ce couloir, articulé en trois branches, permettait de relier entre elles les deux ailes du secteur froid en évitant des circulations perturbant les activités de ces dernières. Il pourrait s’agir d’une solution palliant les inconvénients découlant de l’existence, dans le secteur proprement balnéaire, d’un vestibule d’entrée unique et placé en position non axiale : elle conforterait l’affirmation de L. Drappier selon laquelle aucun accès n’existait au Nord.

594Les autres locaux ne peuvent être identifiés qu’à titre d’hypothèse, d’autant plus qu’ils sont souvent en fort mauvais état de conservation. Cependant, la cohérence des plans Durancel et Drappier permet d’accepter l’essentiel des données fournies par ces documents.

595Tout un ensemble de salles, de même profondeur, s’interposent entre l’enfilade frigidarium-gymnases et la palestre. Si l’une d’entre elles paraît surtout avoir assuré une liaison entre cette dernière et le secteur balnéaire, il faut chercher à placer dans les autres vestiaires et salons. Deux pièces, communiquant avec les gymnases, s’originalisent par leurs dimensions (9,90 × 8,60 au Nord ; 8,70 × 8,20 m au Sud). Il pourrait s’agir soit des vestiaires, soit d’un dédoublement des salles d’exercices.

596L’angle Sud-Ouest du monument est actuellement très ruiné. L. Drappier et D. Krencker (dans le premier état, avant la création de la piscine orientale du caldarium) estiment que la salle située immédiatement au Nord du vestibule d’entrée était chauffée. L’état actuel des vestiges ne permet pas de confirmer cette assertion, qui se heurte à de nombreux arguments contraires. D’abord, une salle chauffée en communication directe avec le vestibule n’aurait aucun sens. Ensuite, la façon dont elle s’interpose entre le gymnase méridional et un local où D. Krencker place des latrines, est aberrante. Enfin, sa position par rapport aux autres salles chauffées ne s’intègre dans aucune logique. Sans doute L. Drappier n’a-t-il considéré ce local comme chauffé qu’en fonction d’un principe de symétrie dont il prétend, à tort, qu’il régit l’organisation du secteur occidental : c’est ce qui transparaît à travers son affirmation d’après laquelle la chaleur croît « à peu près également des salles 0 et Z à la salle V » (p. 470), selon un plan symétrique de type impérial qui n’est pas de mise ici. Sans doute aussi, D. Krencker a-t-il suivi L. Drappier sur ce point, sans avoir disposé de plus de données objectives qu’il n’en est conservées aujourd’hui. Nous considérerons donc cette dernière comme une pièce froide doublant le vestibule d’entrée et commandant les latrines ( ?) et le gymnase méridional.

597De même, c’est par erreur que D. Krencker, cette fois contrairement à L. Drappier, considère comme chauffée la pièce 4. Ce vestibule d’accès au circuit chaud est dénué de tout foyer et de tout hypocauste.

V) Salles chauffées

598Nous ne retiendrons donc que sept locaux qui bénéficiaient sans aucun doute d’un chauffage, direct dans tous les cas, ce qui constitue déjà un nombre tout à fait inhabituel qui nous paraît s’expliquer par la juxtaposition de deux itinéraires. Une autre curiosité est la façon dont l’accès à ces salles est reporté vers le Nord, loin du frigidarium.

599Le chauffage est assuré à partir de trois couloirs de service, l’un marquant la limite occidentale du monument, l’autre étant aménagé à l’Est sous les pièces 1 et V, le dernier étant situé au Nord, sous le vestibule 4. Le praefurnium placé par D. Krencker au Nord du bassin septentrional de 1 n’est plus visible : on peut se demander comment il était accessible et à quoi il servait, un four vers 2 étant exclu, tout comme, très probablement, vers 1. La mention « citerne sous voûtes » portée sur le plan Durancel ne paraît pas plus satisfaisante. Seul un nettoyage permettrait de préciser la nature du lieu, peut-être destiné à la réception et à l’évacuation d’une partie des eaux tombant des toitures.

600La restitution des circulations et des foyers est délicate : le plan Drappier doit être utilisé avec précaution, car il ne distingue pas les baies des bouches de chauffage ; le plan Krencker est lui-même parfois imprécis ; enfin, l’état des vestiges ne permet pas toujours de contrôler les informations antérieures.

601Un premier itinéraire, complet, comprend cinq locaux :

602I : ce vaste tepidarium d’entrée comporte, dans les angles, des massifs en blocs de grand appareil qui ne sont pas liés à la maçonnerie : qu’ils soient dus à un remaniement est attesté par le fait que le massif Sud-Ouest a obstrué un foyer. Une autre bouche est bien visible au milieu de la paroi occidentale. L’état des parois ne permet plus de reconnaître la moindre porte. Le plan Drappier conduit à restituer un accès à partir de la pièce 3. Ce choix apparaît quelque peu surprenant et il est probable que, dès l’époque du dégagement, les circulations n’étaient plus reconnaissables. Nous préférerons donc l’hypothèse d’un accès par le Nord, à partir du vestibule 5, que l’on pouvait lui-même atteindre à partir de 4 et dont le pavement devait masquer le couloir conduisant à la chambre de chauffe située sous le local 4.

603II : les murs sont également très détruits. Il faut accepter les portes II/I et II/III portées sur le plan Drappier, même si aucune trace n’en est plus visible. En revanche la baie II/2 ne paraît pas s’imposer. À l’Ouest, un foyer, décentré comme sur les plans anciens, paraît encore bien attesté. Un second foyer s’ouvre dans l’angle Sud-Est, desservi par le couloir de service oriental. Pas de passage de chaleur, ni vers I, ni vers III.

604III : comme il est logique, le laconicum occupe une surface un peu plus restreinte que les salles précédentes. Bien qu’aucune trace n’en subsiste plus, il faut accepter la restitution d’un foyer à l’Ouest. À l’Est, le plan Drappier signale une ouverture : la paroi est tellement ruinée qu’il est devenu impossible de savoir si l’auteur voulait ainsi représenter une baie ou un foyer. Nous opterons pour la seconde solution, en proposant la restitution d’un four qui reste hypothétique. Seule la baie III/IV est encore parfaitement attestée. Passage de chaleur vers V.

605IV : le caldarium comporte deux piscines rectangulaires. La restitution, proposée par D. Krencker, de deux foyers sous ces bassins est conforme au plan Drappier et très probable, car parfaitement logique. Il est même certain qu’un troisième foyer, desservi à partir du praefurnium situé à l’articulation de deux piscines, chauffait celle de l’Ouest : la trace en est encore bien visible. L’état des ruines ne permet pas, en revanche, d’interpréter la nature de l’étroite ouverture portée au Sud sur le plan Drappier.

606Toute l’extrémité orientale du caldarium est très ruinée. S’il paraît nécessaire de restituer, comme le propose D. Krencker, une porte IV/V, il est actuellement impossible de reconnaître l’organisation de l’espace 6 situé à l’Est. Il semble avoir constitué un local distinct du caldarium, comme cela apparaît sur le plan Drappier, local communiquant par une porte avec l’annexe 1 du frigidarium. D. Krencker affirme que ce lieu, qu’il ait dépendu ou non originellement de la salle des bains chauds, fut ensuite occupé par une troisième piscine chauffée de plan se-mi-circulaire. Il ne reste rien de significatif d’un tel remaniement, et l’hypothèse du chauffage de ce bassin par le couloir de service oriental paraît inadmissible : ce dernier eût été inaccessible. De fait, les seuls vestiges visibles en ce secteur sont ceux de murs, aujourd’hui arasés, qui semblent bien avoir délimité l’accès à ce praefurnium, couloir qui devait se trouver sous le local 6, selon un dispositif attesté au Nord, sous le vestibule 5.

607V : ce tepidarium de sortie est chauffé par un foyer desservi par le couloir de service oriental. Il communique avec l’annexe du frigidarium par deux baies.

608Nous avons ainsi un circuit balnéaire complet, de type sinistrogyre. Cette lecture ne rend cependant pas compte de la présence de deux autres salles indubitablement chauffées qui, à notre avis, ne peuvent s’expliquer que par l’existence d’un itinéraire juxtaposé, plus court, destiné aux adeptes des exercices physiques.

609On y accédait à partir du local 4, par une porte encore bien visible ouvrant sur la vaste salle 3. Cette dernière était chauffée par un foyer desservi à partir du couloir de service septentrional,

610Bien qu’il n’en reste aucune trace, il faut restituer une porte 3/2, comme sur le plan Drappier. La pièce 2 s’originalise par sa forme octogonale flanquée de quatre niches. Elle était chauffée par un foyer situé au Sud, où se trouve aussi, de façon certaine, une porte permettant de gagner le local 1 (sur ce point, il faut suivre le plan Krencker, et non le relevé Drappier).

611Ces deux locaux doivent être respectivement assimilés soit à un tepidarium et à un destrictarium (ou destrictarium-laconicum), soit, beaucoup plus probablement, à un destrictarium et à un laconicum.

UTHINA : GRANDS THERMES (pl. LXVIII)

I) Bibliographie

612Picard, Second rapport 1947, p. 367-369 ; Lézine, Carthage.Utique, p. 143 et 145 ; F. Reyniers, Marques doliaires inédites à Oudna (Tunisie), dans Revue archéologique du Centre, 5, 1966, p. 241-243 ; H. Ben Hassen, Uthina, dans Archéologia, 303, juillet-août 1994, p. 28-29 ; H. Ben Hassen et L. Maurin (éd.), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux, Paris, Tunis, 1998. Plan sommaire dans A. Lézine, Carthage.Utique, p. 145, fig. 34.

II) Datation

613Les seuls critères dont nous disposons sont des marques sur briques partiellement répertoriées dans la dernière publication de 1998, malheureusement décevante de ce point de vue. En effet, elle ne fournit que quatre timbres. Deux d’entre eux, trouvés autrefois dans les remblais encombrant le monument, datent l’un de Trajan, l’autre probablement de la période 120-150 (cf. déjà F. Reyniers). Deux autres proviennent des nouvelles fouilles. Nous savons que des assises de bipedales timbrés étaient insérées dans la maçonnerie, et les auteurs précisent d’ailleurs que certaines inscriptions doliaires étaient encore prises dans la maçonnerie. Or, on ne nous livre que deux marques d’origine pour le moins incertaine. La première provient elle aussi des déblais et appartient à la période 102 environ – 123. Le contexte de la découverte de la seconde reste peu clair : le fait que le fragment soit incomplet de tous côtés n’incite pas à penser qu’il était en place. Le timbre appartient à l’année 135. Par conséquent, nous ne disposons d’aucune donnée sur les bipedales réellement utilisés dans la maçonnerie.

614Nous avons donc quatre marques, datant respectivement du règne de Trajan, de Trajan-Hadrien, d’Hadrien et sans doute d’Hadrien-Antonin. Le lieu de leur découverte suggère qu’elles proviennent des thermes. Nous n’en avons pas la preuve, mais l’hypothèse est fiable, du moins si nous considérons les données globalement : on peut logiquement penser que nous sommes en présence d’un édifice de la première moitié du iie siècle.

615En revanche, dans ce dossier, rien ne permet de conclure, comme le font les auteurs de la dernière publication, à une datation de ces thermes sous Trajan, les timbres postérieurs étant évacués dans le cadre de l’hypothèse d’une poursuite des travaux ou de la mise en œuvre d’un nouveau programme architectural sous Hadrien. Il est clair que l’ensemble du lot de briques, si on veut le prendre en considération, implique une construction au plus tôt sous Hadrien, la présence de la seule brique certainement attribuable à Trajan pouvant aisément s’expliquer par une pratique de magasinage.

616Les auteurs des recherches récentes se réfèrent également à une inscription très fragmentaire trouvée récemment dans la fouille des thermes et portant le nom de Trajan. Ils proposent d’y voir la dédicace des thermes. Outre que, à notre avis, manque la preuve que le bénéficiaire de cette dédicace soit Trajan, dont le nom, très incomplet, pourrait très bien ne faire partie que de la généalogie du véritable destinataire, rien ne permet de penser que cette inscription concerne l’histoire édilitaire des bains.

617Il nous semble donc logique de s’en tenir à l’hypothèse d’une construction de la première moitié du iie siècle, en privilégiant le règne d’Hadrien.

III) Typologie

618Le bâtiment est encore en grande partie masqué par les fragments de voûte écroulés. Pour une étude détaillée, il faut attendre le résultat des fouilles reprises depuis peu (1993) par H. Ben Hassen. Ce qui est actuellement visible permet cependant d’identifier, selon toute probabilité, des thermes de plan symétrique.

619L’emprise exacte de la construction n’est pas encore reconnaissable, mais elle occupe en gros un rectangle dont le petit côté mesure une quarantaine de mètres, et le grand 80 mètres, ces chiffres n’étant qu’un minimum. Nous sommes donc en présence de grands thermes. Le secteur chauffé est au Sud-Est.

IV) Salles froides

620Le bâtiment est situé sur une des hauteurs de la ville dont la surface a été réaménagée grâce à de grands travaux. Il repose sur un plan artificiel constitué de remblais et des voûtes de locaux souterrains (plan dans Archéologia, p. 28, fig. 2) : au Nord-Ouest, de vastes citernes de plan circulaire et rectangulaire ; au Sud-Est, sous le secteur chauffé, des salles de service éclairées par des soupiraux et reliées au niveau supérieur en particulier par des escaliers à vis logés dans des tours bien visibles aux angles saillants des deux salles III.

621Les salles froides destinées au baigneur sont encore ensevelies, hormis une vaste piscine s’achevant en abside, autrefois dallée de marbre, qui signale la présence du frigidarium au Nord-Ouest.

V) Salles chauffées

622Seul le caldarium, saillant vers le Sud-Est, est parfaitement reconnaissable. Les murs qui émergent de la couche de destruction permettent de restituer une vaste salle d’environ 16 × 13 m, munie de deux piscines rectangulaires et, sur son grand axe, d’un bassin semi-circulaire. À l’articulation de ces trois alvei, on reconnaît deux salles de chauffe et le logement d’au moins deux chaudières placées sur les foyers destinés aux piscines latérales.

623Le dédoublement des autres salles chauffées est clairement affirmé par la présence de deux pièces, situées respectivement à l’Ouest et au Nord du caldarium, qu’il faut interpréter comme des laconica : les portes III/IV sont encore bien visibles. Entre ces derniers, l’espace, peu lisible au niveau du rez-de-chaussée mais qui reposait sur des locaux encore bien repérables en sous-sol, doit être le tepidarium de sortie, reliant le caldarium au frigidarium. Il ne subsiste actuellement aucune trace des deux destrictaria et tepidaria d’entrée, que l’on restituera dans l’alignement des laconica, de part et d’autre du tepidarium de sortie. Ce dispositif implique que le bâtiment était de plan allongé, cet allongement pouvant être restreint si la disposition des salles se dilatait hors du rectangle actuellement reconnaissable : la poursuite des fouilles permettra de résoudre ce point de détail et de reconnaître l’ampleur réelle du frigidarium.

UTHINA : THERMES DES LABERII (pl. LXVIII)

I) Bibliographie

624P. Gauckler, Le domaine des Laberii à Uthina, dans Mts Piot, 3, 1896, p. 215-225 ; S. Gsell, Chronique archéologique africaine, troisième rapport, dans MEFR, 18, 1898, p. 101-102, et Quatrième rapport, dans MEFR, 19, 1899, p. 61-62 ; S. Ben Mansour, Uthina, Éd. ANP, Tunis, 1993 (cf. aussi Les mosaïques d’Uthina, thèse de iiie cycle, Université de Paris IV, 1984, ex. dact., p. 276-300) ; H. Ben Hassen, Uthina, dans Archéologia, 303, juillet-août 1994, p. 24-25.

II) Datation

625Le monument est encore incomplètement dégagé et on ne dispose quasiment d’aucune donnée archéologique. Les recherches qui ont repris récemment sur le site devraient combler cette lacune.

626En attendant, la datation sévérienne proposée par P. Gauckler reste une hypothèse fragile. Elle paraît reposer essentiellement sur le fait que les monnaies découvertes dans les égouts s’étalent dans le temps d’Alexandre Sévère à Constantin (p. 215), ainsi que sur le style de la mosaïque d’Orphée placée dans le frigidarium (p. 218-219). K. Dunbabin, pour sa part, attribue ce pavement à la fin du iiie ou au début du ive siècle (Mosaïcs, p. 241 et 266).

627Des remaniements sont visibles dans l’architecture de l’édifice. Lorsqu’un atelier de poterie se loge dans les thermes, ces derniers sont désaffectés. Cette installation artisanale est, elle-même, abandonnée à la suite de l’effondrement du bâtiment. Le matériel lié à la dernière phase d’activité de l’atelier comprend de nombreux objets portant des symboles chrétiens (DACL, VIII, col. 1102-1104). Nous sommes alors à une époque qui ne saurait être antérieure à la seconde moitié du ive siècle, mais qui pourrait aussi être beaucoup plus tardive (ve-vie siècle : sur ces problèmes de datation, cf. A. Ennabli, Lampes chrétiennes de Tunisie, Paris, 1976, p. 22-25).

III) Typologie

628Il s’agit de petits thermes dont le secteur proprement balnéaire couvre un peu plus de 700 m2, le frigidarium, proportionnellement vaste, mesurant 12,50 × 11,50 m (Gauckler), ce qui correspond à plus de 140 m2.

629Traditionnellement, on a considéré que ces bains dépendaient d’une riche demeure située à quelque distance. Comme le souligne S. Ben Mansour (à la suite de G. Picard, EAA, VII, s.v. Udna, p. 1046), ce raisonnement ne repose sur aucun argument précis et les dimensions de l’édifice rendent peu probable le fait qu’il s’agisse de thermes privés. Ce doute est renforcé par le fait que la maison des Laberii paraît bien avoir disposé de sa propre installation thermale (Lézine, Architecture romaine, p. 97).

630Le contexte de ce monument nous est donné par l’inscription qui surmonte le motif central (Orphée charmant les animaux) de la mosaïque du frigidarium : In praedis Laberiorum Laberiani et Paulini. Nous sommes donc dans une propriété de deux membres de la gens Laberia, Laberianus et Paulinus. Ce texte est encadré par le mot Masuri, répété deux fois. P. Gauckler (suivi par K. Dunbabin) proposait d’y voir la signature du mosaïste, S. Gsell se demandait s’il ne s’agissait pas plutôt d’un signum commun aux deux personnages (MEFR 1898, p. 102).

631Ce document atteste que ces thermes étaient propriété privée. Cependant, plutôt qu’à des bains dépendant d’une demeure, on pourrait penser à un établissement ouvert au public, comme dans le cas de la propriété de Iulia Felix à Pompéi, où cette dernière loue un bain visiblement destiné à une exploitation publique : In praedis Iuliae Felicis locantur balneum...

632La fouille encore incomplète du secteur chauffé ne permet pas de connaître de façon sûre son agencement. Il semble cependant avoir été parcouru en fonction d’un itinéraire sinostrogyre correspondant à un plan circulaire de type particulier.

IV) Salles froides

633La destination de la plupart des pièces reste inconnue. On ne reconnaît bien que le frigidarium, équipé de deux bassins. Son ampleur devait permettre de s’y livrer à quelques exercices. À la suite d’un remaniement, il fut couvert de voûtes retombant sur quatre piliers installés dans la partie centrale de la salle, aux dépens de la mosaïque.

V) Salles chauffées

634Dans l’état actuel de la documentation, on peut proposer le schéma suivant :

635I-V : ce local a connu des remaniements. D’après P. Gauckler, il aurait d’abord été occupé par une piscine, ensuite transformée en hypocauste, ainsi que par un second bassin, plus restreint, lui-même transformé en salle de douches. Ce qui apparaît actuellement, c’est que nous sommes en présence de la première salle chauffée, directement accessible à partir du frigidarium : cette baie fut ensuite bouchée et on aménagea un autre accès à l’Ouest, passant par une petite pièce qui, selon P. Gauckler, aurait été créée aux dépens d’une vaste salle.

636Deux cheminées attestent l’absence de double cloison. À l’extrémité Sud-Est de la pièce, un bassin semble dû à un remaniement : il était peut-être chauffé directement par un foyer.

637II : un foyer.

638III : peut-être un foyer.

639IV : probablement deux piscines semi-circulaires, la première au Nord-Ouest, peut-être chauffée directement par un foyer, la seconde au Nord-Est, avec un four équipé d’une chaudière et, peut-être, un second foyer.

6401 : ce petit local, chauffé indirectement (une cheminée) paraît avoir servi uniquement à la circulation des baigneurs, en articulant les pièces I-V, III et III : peut-être un foyer. IV. Il fonctionne comme une annexe du caldarium.

UTICA : GRANDS THERMES (pl. LXIX)

I) Bibliographie

641C. Torr, Les ports de Carthage, dans RA, 24, 1894, p. 46-47 ; G. Picard, Un prétendu port à Utique, dans RA, 42, 1953, p. 105-106 ; Lézine, Architecture romaine, p. 27-28 ; Id., Carthage.Utique, p. 141-145.

II) Datation

642La connaissance très partielle que nous avons de ce monument n’autorise aucune datation précise. Le plan de l’édifice montre cependant qu’il ne saurait être antérieur au iie siècle. A. Lézine souligne qu’il doit être postérieur à la construction du grand aqueduc d’Utique, c’est-à-dire au règne d’Hadrien. G. Picard avait proposé la seconde moitié du iie ou le début du iiie siècle. A. Lézine, arguant de la qualité de la construction, privilégie le milieu du iie siècle aux dépens de l’époque sévérienne. C’était déjà l’avis de C. Torr. Tous ces raisonnements restent très hypothétiques.

III) Typologie

643Il s’agit de grands thermes de plan symétrique. Selon A. Lézine, l’esplanade trapézoïdale couvre 26 195 m2, le bâtiment des bains lui-même 5 990 m2, y compris deux palestres hypothétiques auxquelles on pourrait attribuer 770 m2 chacune. L’ampleur de la construction est également attestée par la superficie du frigidarium, dont les limites sont incomplètement connues, mais auquel le même auteur attribue 640 m2 (32 × 20 m), sans que nous puissions connaître le mode de calcul adopté. Quoi qu’il en soit des détails, il est donc clair que nous sommes en présence d’un bâtiment qui outrepasse largement la barre des 3 000 m2 que nous avons fixée pour distinguer les grands thermes. Le secteur chauffé est disposé au Sud.

IV) Salles froides

644Nous ne connaissons qu’une partie du frigidarium. Au Sud, deux piscines encadrent la sortie du tepidarium V. Au Nord, une abside pourrait appartenir à une vaste natatio ou à une batterie de piscines.

V) Salles chauffées

645Seul l’axe du monument a été mis au jour. Le caldarium IV est muni de trois piscines, deux latérales de plan rectangulaire, une axiale de plan semi-circulaire. Des chaufferies occupaient les articulations de ces trois éléments.

646Le tepidarium de sortie V, de plan allongé afin de permettre la jonction entre IV et la salle des bains froids, est équipé de deux bassins.

647Les premières salles chaudes s’étagent de part et d’autre de l’axe de la composition. On ne connaît que les portes biaises conduisant aux laconica et l’angle saillant d’un destrictarium, cantonné d’une tour contenant un escalier à vis.

UTICA : THERMES DE LA MAISON AU GRAND OECUS (pl. LXX)

I) Bibliographie

648C. Dulière, CMT, I, 2, p. 1-7.

II) Datation

649Ces thermes seraient datés par trois bipedales tampillés en 161-169, le matériel provenant de ce niveau confirmant une telle datation (p. 3). Malheureusement, cette affirmation repose sur un dossier confus. Ces briques auraient couvert une conduite d’adduction d’air chaud : l’interprétation de ces vestiges semble, en fait, bien délicate. Surtout, le maté- es-riel auquel l’auteur fait allusion renvoie effective -ment à la seconde moitié du iie siècle au plus tôt (on notera, en particulier, trois rebords Hayes 11, forme attribuée par ce dernier sans doute au iie siècle, mais qui, plus précisément, paraît appartenir à la seconde moitié de ce siècle : D. Soren, Roman pottery from Utica, dans Harvard studies in classical philology, 78, 1974 ; EAA, Atlante, I, p. 30). Mais le problème est l’origine exacte de ce matériel, qui aurait été trouvé « au-dessous de la mosaïque trapézoïdale (147 A), dans le remblai des thermes... » (p. 3, note 13). Or, comme le démontrent les relevés, cette mosaïque ne fait en rien partie des bains : elle leur est antérieure et fut d’ailleurs coupée par un mur appartenant à ces derniers. On pourrait donc penser qu’il s’agit d’une simple erreur d’impression, et qu’il faut lire « audessus » et non « au-dessous de la mosaique trapézoïdale... ». La suite du texte ne permet pas cette correction : les pavements 148, qui sont de toute évidence ceux des thermes, sont au contraire considérés comme scellant ces derniers après leur désaffectation (p. 3). L’expression « le remblai des thermes » ne peut donc désigner une couche située entre 147 et 148.

650Dans l’état actuel du dossier il est par conséquent impossible d’accepter les datations proposées. La mosaïque 147 A ne peut dater du début du iie siècle (p. 6), puisque le remblai qui la supporte contient du matériel de la seconde moitié de ce siècle. Les marques sur bipedales, si ces derniers appartiennent bien à une installation dépendant des thermes, ne donnent qu’un terminus ante quem non, et tout laisse penser que les bains, loin de dater des règnes de Lucius Verus et Marc Aurèle, ne sauraient être antérieurs au iiie siècle, date d’ailleurs arbitrairement affectée aux pavements qui ne peuvent qu’appartenir à ces bains. La désaffectation de ceux-ci ne peut être attribuée à ce même iiie siècle : même si l’installation dont nous venons de parler dépend bien des thermes, la présence, dans la terre qui l’occulte, d’un rare matériel interdisant une datation avant la première moitié du iiie siècle n’indique, une fois de plus, qu’un terminus ante quem non.

651Dans l’état actuel du dossier, tout laisse donc penser que nous sommes en présence de thermes tardifs (iiie-ive siècle ?), installés aux dépens de pavements qui ne sauraient être antérieurs à la seconde moitié du iie siècle.

III) Typologie

652Il s’agit de thermes privés appartenant à la plus vaste des demeures découvertes à Utique. L’ampleur de cette maison est symbolisée par son vaste oecus corinthien couvrant environ 200 m2 (fig. 1).

653Les bains restent très mal connus mais paraissent avoir été de petites dimensions (une cinquantaine de m2 ?). La limite même des salles reste imprécise : il semble que nous ayons un frigidarium commandant deux salles chauffées parcourues selon un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

654Le secteur froid comprend un petit vestibule, accessible, d’après la publication, à partir du Nord. Cet étroit couloir débouche sur le frigidarium, équipé d’un bassin.

655L’essentiel de ces locaux a été installé aux dépens de l’extrémité d’un grand local qui aurait été une cour : l’agencement des pavements liés à ce premier état rend cette interprétation fort incertaine, mais il est sûr que l’implantation des thermes altéra l’organisation de cet espace.

V) Salles chauffées

656On ne peut repérer que deux locaux aux limites imprécises, 1 et 2, respectivement dénommés, dans la publication, tepidarium et caldarium. Le seul point ferme est l’existence d’une porte 2/vestibule, le reste des circulations restant incertain. Nous ne connaissons rien des piscines, ni même de l’emplacement du ou des foyers. C. Dulière propose de placer un praefurnium à l’Ouest, dans ce qui reste de la « cour ». Une telle localisation apparaît très surprenante. Non seulement elle aurait achevé de dégrader cette « cour », mais encore elle impliquerait une « conduite d’adduction d’air chaud » passant sous le vestibule (fig. 2), solution aberrante (c’est bien pourquoi nous hésitons beaucoup à utiliser les bipedales couvrant ce canal pour dater les thermes) : ni les plans ni les photographies publiés n’apportent d’élément convaincant. En fait, il faut probablement chercher la ou les sources de chaleur à l’Est, secteur dont il ne reste rien.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540