Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Deuxième partie. Bougie, port Méditerranéen

Chapitre 2. La mer source de profit le commerce

Texte intégral

  • 1 À Gênes un contrat sur six seulement fournit de telles indications. M. Balard, La Romanie génoise ((...)

1Si les modalités des échanges restent sur de nombreux points relativement obscures, notre connaissance des produits importés et exportés par Bougie est en revanche assez complète. Pour cela les informations les plus nombreuses et les plus sûres nous viennent des actes notariés. Commandes, contrats de société, nolis ou changes maritimes permettent en particulier d’identifier les produits transportés par les navires chrétiens, même si beaucoup de ces documents ne précisent pas la nature de la cargaison1. L’étude des exportations de Bougie est cependant plus difficile, car bien peu de contrats indiquent le fret de retour, et les actes instrumentés à Bougie sont exceptionnels.

2À ces limites liées à la nature des documents notariaux il faut ajouter la très grande hétérogénéité des données. Les notaires de Gênes nous ont laissé une série relativement homogène, qui s’étend entre le milieu du xiie et la fin du xiiie siècle, mais à partir de 1320 le commerce maritime génois est moins bien connu. La documentation marseillaise complète les données pour le xiiie siècle. Les échanges au départ de Barcelone, Pise, Naples ou Venise à la même époque, en revanche, nous restent pratiquement inconnus. Pour les xive et xve siècles les informations sur les pays de la Couronne d’Aragon (Majorque, et dans une moindre mesure Valence et Barcelone) sont abondantes, alors que pour l’Italie nous ne disposons que de données éparses, principalement à partir des manuels de commerce. Enfin, et ce n’est pas le moindre problème, nous ignorons presque tout des échanges maritimes entre Bougie et les autres ports musulmans d’al-Andalus, du Maghreb et d’Orient, comme avec ceux de l’Orient chrétien.

  • 2 C’est le cas, en particulier pour les galées vénitiennes de Barbarie, mais aussi de nombreux contra (...)

3Ajoutons qu’il faut compter souvent avec l’imprécision de certains documents sur les destinations, Bougie n’étant parfois qu’un des ports touchés par le bateau2. Or la structure des échanges de Bougie n’est pas celle d’Alger ou de Tunis, dont l’arrière-pays est différent.

4Malgré ces lacunes et ces imprécisions il est possible de se faire une idée assez claire des marchandises échangées entre Bougie et les autres ports de la Méditerranée.

I–LES IMPORTATIONS : LA DOMINATION DES PRODUITS TEXTILES

  • 3 AM, 2II 62, 6/10/1297.

5En octobre 1297 à Majorque, Istoy de Arenzano, citoyen de Majorque, pour lui et ses associés, nolise sa nave à deux ponts, la Sainte-Marie, à plusieurs marchands, dont le Génois Gabriele de Gualterio, trois Marseillais et un juif, dont on ignore l’origine. Ils pourront charger entre 1 000 et 1 500 cantares de fret, à destination de Bougie. Le contrat détaille les tarifs de nolis (en monnaie de Valence) pour différents types de marchandises3 :

Tableau 5. CARGAISON DE LA NAVE MARSEILLAISE SAINTE-MARIE (1297)

Tableau 5. CARGAISON DE LA NAVE MARSEILLAISE SAINTE-MARIE (1297)

Note 4 : Miguel Gual Camarena donne pour cleda, ou clede : « argile sableuse, généralement de couleur blanche bleutée, utilisée principalement pour dégraisser les tissus et ôter les tâches ». M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval. Colección de aranceles aduaneros de la Corona de Aragón (s. xiii y xiv), Tarragone, 1968, p. 271. Note 5 : peut-être s’agit-il de garance. Cf. Ibid., p. 407-408. Note 6 : verre pour faire des miroirs ?

  • 4 ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443). Les deux derniers produits (kermès et cire) sont (...)

6Un siècle et demi plus tard, à Venise, les incanti de galées de Berbérie dressent la liste des marchandises embarquées à bord des bateaux. On y trouve du coton, des épices grosse et minute, de la soie travaillée et dorée, des draps, des toiles de chanvre, du vin, des futaines, de la soie de Malaga ou d’Almeria, du kermès et de la cire4.

7Ces deux documents montrent la grande diversité des articles acheminés vers Bougie, même si certains d’entre eux n’apparaissent que très épisodiquement. Ces importations nous sont assez bien connues, grâce aux contrats commerciaux et aux manuels de marchands, ce qui permet d’en mesurer la part relative dans les cargaisons. Les tissus européens, mais aussi les matières premières textiles dominent, suivies par les produits alimentaires, notamment le blé. Enfin les marchandises d’Orient sont souvent réexportées par l’Europe vers Bougie.

1) Un marché pour les tissus européens

  • 5 D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du por (...)

8Les biens qui dominent incontestablement dans les importations de Bougie sont les textiles. Sur 202 documents génois des xiie-xiiie siècles faisant apparaître des produits, 91 concernent des investissements en textiles. Pour Majorque, au xve siècle, ce sont 41 des 56 documents qui montrent de telles exportations vers Bougie et on pourrait faire le même constat pour les exportations de Marseille5. En ce sens Bougie était un marché où il était possible d’écouler les productions de l’industrie textile des pays riverains de la Méditerranée et au-delà de l’Europe entière.

9Ces produits sont très variés, certains noms étant cependant difficiles à identifier. Très souvent il faut se contenter d’une indication vague de draps ou de toiles, ou d’une simple indication de couleurs (qui renvoyait peut-être à l’époque à une certaine qualité de tissu). Parfois on a une indication d’origine, mais il n’est pas toujours certain que le tissu a bien été produit dans ce lieu, dans la mesure où il peut s’agir du centre où il a été acheté, ou encore d’une dénomination générique.

  • 6 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203).
  • 7 Lanfranco, n° 1182 (29/9/1216).
  • 8 ASG, not. Ign., busta 3, fr. 46, f. 12r (9/10/1238).
  • 9 Le commerce des textiles d’une manière générale concernait surtout des tissus et non des vêtements.

10Bougie importe dans certains cas des produits finis, notamment des vêtements. Ainsi en 1203 on trouve, parmi les marchandises mises en gage pour un change maritime sur Bougie, sept voiles (oralia) de soie avec or6. De même en 1216 Gandolfo di Forno prend en commande 17 zupis de romania (tuniques de Romanie) pour Ceuta puis Bougie (et éventuellement après vers l’outre-mer)7. Enfin en 1238 Gaforio Pellicario prend en commande 5 livres investies en braies (bragis), chemises (camisiis) et fils8. Mais ces cas sont rares9et il n’est pas exclu que ces envois de vêtements soient destinés à la clientèle européenne présente à Bougie et non au marché local.

11Le plus souvent ce sont donc des tissus qui sont transportés, pour être ensuite taillés sur place. La gamme de ces textiles est extrêmement variée (cf. glossaire). La matière première utilisée (qu’il n’est cependant pas toujours possible de déterminer quand le document parle simplement de « toiles ») est très souvent la laine (draps), mais on trouve également des cotonnades (bombaxili, futaines), des tissus de chanvre (canabacis), de lin, ou plus rarement des soieries (cendalis). Souvent le document désigne le tissu par sa couleur : vermillon, azuro (bleu), scarlat (écarlate), viridis (vert), brunette, blanchet, etc.

Tableau 6. GLOSSAIRE DES TISSUS IMPORTÉS PAR BOUGIE

Tableau 6. GLOSSAIRE DES TISSUS IMPORTÉS PAR BOUGIE

12Le tableau des tissus importés par Bougie montre un espace d’approvisionnement vaste, qui dépasse largement les pays riverains de la Méditerranée et les ports en relation avec le Maghreb. À Gênes, Marseille ou Majorque parviennent en effet des textiles venant de toute l’Europe, par l’intermédiaire des foires ou portés directement depuis les zones de production. Gênes, par exemple, fait venir des tissus de l’Italie du Nord, mais s’approvisionne également plus loin, notamment dans les foires de Champagne.

  • 10 Giovanni di Guiberto, n° 94, 98 (1200).
  • 11 Ibid., n° 511 (30/8/1201).
  • 12 Ibid., n° 1150 (11/5/1205).
  • 13 Ibid., n° 1147 (11/5/1205), 1203 (20/5/1205). Dans la première commande intervient également un cer (...)
  • 14 Ibid., n° 1682 (18/3/1206), 1894 (11/4/1206).
  • 15 C. Batlle i Gallart, « Uns mercaders de Barcelona al nord d’Africa a mitijan segle xiii », Acta Med (...)

13Les artisans du textile sont d’ailleurs très impliqués dans ce commerce bougiote. L’examen des professions des commanditaires génois, bien que rarement indiquées, montre en effet le grand nombre de drapiers, qui investissent leur argent et surtout envoient leurs productions vers le Maghreb. C’est le cas de Rolando de Cane-to, qui en 1200 réclame de l’argent à Villano Assassino pour le capital d’une commande en draps10. En 1201, il donne en commande à Ottone Gontardo 50 livres en deux pièces de scarlat, une pièce de viridis et huit filiarum de beveris11. Enfin, en 1205, il confie en gage au même Ottone Gontardo un scarlat de Lecamua, un drap blanc de Lecamua et trois feriolas de bevetis pour Bougie, qu’Ottone doit vendre 75 besants de millares12. On pourrait citer également le drapier Oberto Bianco, qui confie deux commandes pour Bougie en 1205 : un stanfort blanc valant 7 livres 4 sous et deux pièces de stanfort vermillon pour 20 livres 12 sous13. L’année suivante il envoie des futaines et un drap de Châlons à Bougie14. Cette importance du milieu drapier parmi les investisseurs actifs au Maghreb se retrouve également à la même époque à Barcelone15. On peut supposer, étant donnée leur profession, qu’ils écoulaient en partie leur production propre. Mais on voit aussi qu’ils agissent comme réexportateurs de textiles de provenances plus lointaines, comme ici de Châlons.

  • 16 H. C. Krueger, « The Ware of Exchanges in the Genoese-African Traffic of the Twelfth Century », Spe (...)
  • 17 Par exemple ASG, min. 18/II, f. 297v (28/9/1234) : 2 pièces de stanfort lombard pour 8 livres. ASG, (...)
  • 18 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203) : 4 pièces de baldinellis de Reims. Ces toiles étaient t (...)
  • 19 Il n’est pas toujours possible de distinguer Châlons, en Champagne, de Chalon dans la vallée de la (...)
  • 20 H. Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (v. (...)
  • 21 Blancard, I, n° 64 (14/5/1235), 88 (7/4/1240).
  • 22 ADBR, 381E 4, f. 69r (6/8/1302).
  • 23 ASG, min. 7, f. 258v (18/9/1227), éd. R. Doehaerd, Les Relations commerciales entre Gênes, la Itali (...)
  • 24 ASV, Senato, Mar, Rg. 3, f. 35r (5/11/1447).
  • 25 En 1200 Rolando de Caneto, que l’on a vu investir dans des exportations de draps vers Bougie, reçoi (...)
  • 26 Cf. supra p. 334.
  • 27 ASG, min. 35, f. 167r-v (30/9/1262).
  • 28 ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 182v (26/11/1446). Cf. également id., Rg. 3, f. 35r (5/11/1447) : Berna (...)
  • 29 ASG, min. 31/II, f. 85r. (3/5/1255).
  • 30 P. Sella, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa. Veneto. Abruzzi, Cité du Vatican, 1944, p. (...)
  • 31Ibar, VI, p. 725 ; Berbères, II, p. 422.

14Les origines de ces produits sont diverses et résultent partiellement de la répartition des grands centres textiles européens16. De Gênes partent des textiles lombards17, mais on trouve également dans les cargaisons génoises des produits de Reims18ou de Châlons (ou Chalon ?19), sans que l’on puisse vraiment savoir si ce sont des productions de ces régions ou des tissus achetés dans les foires de ces deux villes, mais provenant d’ailleurs20. Marseille, bien sûr, exportait des productions du royaume de France proche. En 1235 Bernard Manduel donne en commande pour Bougie une étamine forte d’Arras et en 1240 son frère Jean envoie 4 pièces du même tissu21. De même en 1300 Arnaud d’Ulm prend à Marseille une commande composée de 7 draps de France pour Bougie22. On trouve également de fréquentes mentions de toiles d’Allemagne dans les contrats génois du xiiie siècle. Ainsi en 1227 Simone de Quarto prend en commande 339 livres 6 sous et demi investis en toiles d’Allemagne23. Enfin certains tissus proviennent des Flandres, comme le montre notamment le cas en 1447 d’un patron de galées vénitiennes qui ne parvient pas à vendre au Maghreb des draps de Flandres à cause d’une tache et doit les rapporter à Venise24. Il est vraisemblable que ce commerce de redistribution de textiles flamands a également été pratiqué par les Majorquins ou les Génois25. Enfin il faut signaler des tissus originaires d’Orient chrétien. On a vu qu’on trouvait dans une cargaison génoise des zupis de romania26et en 1262 Giovanni de Quarto prend en commande de Bonvassallo de Nepitella 3 draps de musangiis faits à Chypre27. En revanche je n’ai pas trouvé de textiles provenant explicitement de l’Orient musulman et expédiés à destination de Bougie par des marchands chrétiens. On a bien mention de damas, qu’un patron de galée de Berbérie cherche à vendre au cours de son voyage28, ou de bocaranus29, qui est peut-être un tissu de Boukhara30. Mais l’origine réelle de ces produits n’est pas évidente et il peut s’agir de noms génériques pour des types de tissus fabriqués en Europe. Il ne faut pas oublier que le commerce à l’intérieur du monde musulman nous est à peine connu et il est possible que par caravanes, ou sur des navires musulmans de tels produits circulent. Ibn Khaldūn raconte qu’à la fin du xiiie siècle al-Ḥağğ Fadl, intendant du Palais à Bougie, se rendait fréquemment en al-Andalus pour y acheter des étoffes de soie (al-iyāb al-arīriya) et à Tunis, également pour acquérir des tissus31.

15Les importations directes de tissus depuis l’Orient sont plus difficiles à voir, mais elles ont dû exister également.

16Bougie reçoit donc des tissus provenant de toutes les régions productrices du monde chrétien, et sans doute également du Dār al-Islām. Il n’est pas possible, compte tenu du corpus réuni, de déterminer la part de telle ou telle origine, mais il est vraisemblable que bien souvent il s’agissait de marchandises venant des centres de production proches, voire de la ville même d’expédition. La part prise par les drapiers dans les investissements génois en est un bon indice. On peut supposer en particulier que lorsque aucune indication d’origine n’est donnée dans le contrat, ce qui est de loin le cas le plus fréquent, le tissu est vraisemblablement de fabrication locale.

  • 32 E. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 92.
  • 33 D. Cardon, La Draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1996, p. 117 : (...)
  • 34 Cf. Ashtor, « L’exportation des textiles », art. cité, p. 360-362, qui les considère comme des pièc (...)
  • 35 Ainsi cette cargaison comportant 7 voiles (oralia) de soie avec or. Giovanni di Guiberto, n° 1017 ( (...)
  • 36 ASG, min. 49, f. 35v, 36v (7/5/1280).
  • 37 Par exemple en 1282 Simone Musso prend en commande 79 livres 6 sous investis en tapis et en cendali (...)

17Il est plus difficile encore de savoir de quelles qualités de textiles il s’agit. Une idée assez répandue veut que le Maghreb ait acheté surtout des tissus de qualité moyenne ou inférieure, alors que les autres étaient expédiés vers des régions considérées comme plus riches32. Il faudrait disposer de plus de données et pouvoir faire des comparaisons de prix avec d’autres destinations, ce qui nous est impossible. Mais l’examen des exportations de Gênes et de Majorque montre qu’il faut au moins nuancer cette idée. Certes on trouve des tissus bon marché, comme ces draps dits mezzalane qui sont de qualité médiocre33. Mais on voit également des tissus teintés avec des couleurs « riches », comme les scarlats34ou les purpuri. Les draps dorés ne sont pas rares non plus, et constituent incontestablement des articles de luxe35. Les xamiti, ou velours, qui apparaissent dans des commandes génoises, entrent également dans cette catégorie36, au même titre que les textiles de soie, d’ailleurs souvent dorés, comme les cendalis37.

Tableau 7. TEXTILES IMPORTÉS DE GÊNES (1164-1282)

Tableau 7. TEXTILES IMPORTÉS DE GÊNES (1164-1282)
  • 38 Les références aux minutiers d’A. Constanti sont tirées de la thèse inédite de P. Macaire, Majorque (...)

Tableau 8. TEXTILES IMPORTÉS DE MAJORQUE (1408-1480)38

Tableau 8. TEXTILES IMPORTÉS DE MAJORQUE (1408-1480)38

Éd. J. R. de Ayrelorcy Sureda, « Partidas curiosas de los libros de cuenta de la familia Pont », BSAL, 21-22, 1926-1927, p. 12-13.

  • 39 Ashtor, « L’exportation des textiles », art. cité.
  • 40 Cf. Cardon, op. cit., notamment p. 576.
  • 41 M. Aymard, « Production, commerce et consommation des draps de laine du xiie au xviie siècle », RH, (...)
  • 42 E. Ashtor, « Pagamento in contanti e baratto nel commercio italiano d’Oltremare (secoli xiv-xvi) », (...)
  • 43 Ashtor, « L’exportation des textiles », art. tud, p. 305 ; Id., « Underdevelopment in the Pre-indus (...)
  • 44 Un seul acte indique le prix de vente de draps envoyés de Gênes, en raison d’un conflit entre le co (...)
  • 45 Cf. infra, p. 405-407 sur les exportations.

18Ces exportations de textiles doivent être replacées dans le contexte général des relations entre l’Europe chrétienne et le monde musulman. Tous les fonds montrent une augmentation des exportations de produits industriels, en particulier de tissus européens, vers le Maghreb et le Proche-Orient39. Cela est lié à l’essor de la draperie en Europe, grâce aux modifications des techniques et surtout des méthodes de travail qui permettent d’obtenir des produits de qualité et de dimension standard, adaptés à un certain type de clientèle40. Ce gain de productivité permet progressivement à l’Occident d’imposer ses tissus et même ses modes au monde musulman41. Eliyahu Ashtor, à partir de l’analyse de l’aire économique mamelouke, a montré que cette arrivée des textiles occidentaux a provoqué une régression des industries qui ne pouvaient rivaliser avec les productions européennes42, installant ces pays dans la position de simples pourvoyeurs en matières premières. Il peut ainsi parler de « dumping des textiles occidentaux » sur les marchés d’Orient43. À Bougie nous retrouvons cette importance des importations de tissus européens, mais les sources nous manquent pour comparer, sur le marché bougiote, les prix des textiles locaux et d’importation44. En outre, il n’est pas possible de parler de déclin de l’industrie textile bougiote. Celle-ci n’alimente certes pas un mouvement notable d’exportations45, mais cela ne signifie pas qu’elle ne produit plus pour le marché local ou régional.

2) Matières premières pour l’industrie textile

  • 46 Cf. supra p. 211, 213-215.

19Au contraire, on constate que Bougie achète à l’extérieur des matières premières susceptibles d’alimenter des activités textiles. La région pourtant produit du lin, du chanvre et du coton, et bien sûr de la laine46. Mais les importations montrent que ces productions arrivaient en quantités insuffisantes pour alimenter les ateliers, ce qui est l’indice d’une activité encore dynamique.

  • 47 Memoria, éd. R. S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellan (...)
  • 48 L. Balletto, « Bougie nei manuali toscani di mercatura del due-trecento », Italia e Algeria, aspett (...)
  • 49 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. tud, p. 123. Cette information est reprise, au xive siècle, dans (...)
  • 50 Memoria, éd. Lopez et Airaldi, art. cité, p. 122. Balletto, « Bougie », art. cité, p. 84.
  • 51 Pegolotti, p. 214 : 225 livres de lin de Pise font à Bougie un cantare. À partir des données de ces (...)
  • 52 Éd. Ciano, La « pratica di mercatura » Datiniana, op. cit., p. 63.

20Le lin tout d’abord figure dans les manuels de marchands parmi les importations de Bougie. La Memoria de l’anonyme pisan de 1278 donne ainsi le rapport entre le cantare de lin d’Acre et celui de Bougie47. Il ne faut pas pour autant en déduire forcément un trafic de lin entre Acre et Bougie, car le cantare d’Acre était largement utilisé pour le commerce maritime48. Plus intéressante est l’équivalence des mesures de lin entre Bougie et la Sicile, qui renvoie à un courant d’échange plus vraisemblable49. La Memoria nous apprend également qu’un peu plus de trois cantares de lin de Bougie font cinq cantares leuti, mesure employée à Alexandrie50. En revanche au début du xive siècle Pegolotti ne parle du cantare de lin de Bougie qu’en relation avec Pise51et à la même époque la Pratica de la compagnie Datini ajoute que le centinaio de lin de Naples (qui est de 1 000 livres) fait à Bougie un peu plus de quatre cantares52. Ces données des manuels de marchands sont confirmées et complétées par les contrats commerciaux de Gênes et Marseille, deux ports qui redistribuaient du lin vers Bougie.

Tableau 9. EXPORTATIONS GÉNOISES DE LIN VERS BOUGIE (1161-1291)

Tableau 9. EXPORTATIONS GÉNOISES DE LIN VERS BOUGIE (1161-1291)

La somme n’a pas été indiquée lorsqu’elle englobe plusieurs produits différents.

  • 53 Cinq quintaux et demi en 1234 et un quintal et trente livres en 1235. Blancard, I, n° 50 (25/8/1234 (...)
  • 54 Par exemple ADBR, 381E 371, f. 51v (6/1/1306) : cinq balles de fil de Bourgogne pesant 19 quintaux (...)
  • 55 Très nombreuses licences d’exportation à Bougie de fils de Bourgogne entre 1396 et 1418. Par exempl (...)
  • 56 Dubois, Les Foires de Chalon, op. cit., p. 55.
  • 57 Le delta du Nil produisait en effet de grandes quantités de lin exporté vers l’Europe. M. Lombard, (...)
  • 58 G. Fourquin, Histoire économie de l’Occident médiéval, Paris, 3e éd., 1979, p. 168.

21À ces données génoises on peut ajouter deux commandes confiées par le Marseillais Bernard Manduel en 1234 et 1235, investies en partie en lin53. Dans certains cas ce lin était déjà travaillé et vendu sous forme de fils. En effet les « fils de Bourgogne », que l’on rencontre dans les exportations marseillaises54et majorquines55, étaient sans doute des fils de lin56. L’origine de ce produit n’est précisée que dans trois contrats génois, qui évoquent explicitement du lin venu d’Alexandrie d’Égypte57. Mais on en cultive également en Europe58, qui constitue sans doute la principale zone d’approvisionnement pour les marchands.

  • 59 Cf. M. Fennell Mazzaoui, The Italian Cotton Industry in the Later Middle Ages, 1100-1600, Cambridge (...)
  • 60 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. tud, p. 122. Le cantare d’Acre vaut 4 cantares et un tiers de cot (...)
  • 61 C’est à l’époque de la Geniza un des produits majeurs du commerce d’Égypte. Sh. D. Goitein, A Medit (...)

22Le coton, plus encore que le lin, fait l’objet d’un commerce d’envergure en Méditerranée au Moyen Âge59. Il alimente une industrie textile, certes moins puissante que celle de la laine, mais néanmoins active. Bougie en importe depuis les grands ports européens qui, comme pour le lin, redistribuent une production souvent orientale. La Pratica di mercatura pisane de 1278 donne ainsi l’équivalence entre le cantare de la catena d’Acre et le cantare de coton de Bougie60, mais il peut aussi provenir d’Égypte61ou de Syrie musulmane.

  • 62 Giovanni Scriba, n° 511 (13/10/1158).
  • 63 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).
  • 64 ASG, min. 60, f. 89v (16/4/1257).
  • 65 Éd. V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio (...)
  • 66 ASG, Notai antichi, filza 765, notaio Bernardo de Ferrariis, doc. 198. Acte instrumenté à Chio le 1 (...)
  • 67 Les importations de coton sicilien étaient en effet nombreuses à Gênes. Mazzaoui, op. cit., p. 32.
  • 68 Archivio storico di Palermo, notaio Adamo de Citella, f. 92v (16/3/1299), éd. R. Zeno, Documenti pe (...)

23Gênes en particulier expédie du coton à Bougie, comme le montre un contrat de société de 1158, qui prévoit l’expédition de vingt sacs de coton62. De même en 1201 la nave de Giacomo Capra et Anselmo Barbaria en porte à Bougie, au nolis de 3 sous par cantare63, et en 1257 Buongiovanni Barratio prend une commande de 14 livres en un sac de coton64. Ce coton provenant d’Orient ne transite pas nécessairement par Gênes. Ainsi en 1301 à Chypre Simone de Barra reçoit d’Antonio Elionis d’Arenzano, citoyen de Gênes, du coton acquis dans l’île et qu’il doit porter à Tunis ou Bougie65. De même en 1450 la nave du Génois Domenico de Camilla, ancrée dans le port de Chio, est nolisée à trois marchands génois pour porter notamment 200 cantares de coton à Modon puis ad partes Barbarie et plus précisément à Tunis, Alger, Bougie et Oran, pour ensuite rejoindre Cadix et Southampton66. Mais l’origine n’était pas nécessairement orientale et la Sicile a également été une région d’exportation, notamment vers Gênes d’où il pouvait être réexpédié vers d’autres marchés67. Le transport se faisait d’ailleurs parfois directement depuis l’île, comme en 1299 lorsqu’à Palerme le Valencien Bernardo Perfette nolise son linh à des marchands catalans et majorquins pour transporter à Bougie de 80 à 100 sacs de coton68.

  • 69 Blancard, I, n° 31 (20/4/1233), 34-35 (11/5/1233), 76 (14/7/1237), 82 (25/9/ 1238).
  • 70 ARM, guiatges 5, f. 69v (5/4/1395), 80v (9/6/1395). Cf. également ARM, guiatges 3, f. 60r (19/6/137 (...)
  • 71 ARM, P. 2526, f. 137v (8/10/1454) ; P. 2522, f. 46v (7/3/1455) ; P. 2520, f. 7374v (17/3/1459), tud (...)
  • 72 É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 73-75.
  • 73 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443).
  • 74 ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 46r (4/12/1444).

24Le coton figure également dans les cargaisons envoyées par les Manduel de Marseille à Bougie. Entre 1233 et 1238 cinq contrats concernent des expéditions de ce produit, parfois filé69. Enfin Venise et Majorque en transportent régulièrement vers les ports du Maghreb à la fin du xive et au cours du xve siècle. Ainsi entre avril et juin 1395 quatre guiatges (licences) sont accordés à des Majorquins pour porter un total de 44 sacs de coton à Bougie70, et plusieurs contrats commerciaux (commandes ou nolis) de la seconde moitié du xve siècle concernent des chargements de coton71. Venise, qui s’approvisionnait en coton en Orient et en particulier en Syrie72, réexportait une partie de ces cargaisons en direction du Maghreb. Le Sénat, réglementant les prix de nolis sur les galées de Berbérie, fait figurer le coton parmi les produits embarqués73et en 1444, sans doute pour préserver la rentabilité de la muda, il interdit de porter le coton directement du Levant au Maghreb, ce qui montre que cela se pratiquait avant cette date74.

  • 75 ASG, min. 29, f. 61r (25/4/1253), 68r (30/4/1253), 165r (24/7/1253), 220v (16/ 9/1253).
  • 76 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161) ; ASG, min. 24, f. 106v (17/9/1239) ; min. 21/I, f. 65v (17/10/ (...)
  • 77 Blancard, II, n°598 (27/4/1248). Joseph, fils de Mosse Palerme, prend en commande de Douzian Sanvit (...)
  • 78 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (11/6/1443). La production de soie andalouse décl (...)
  • 79 Comme pour d’autres produits, il n’est cependant pas sûr que ces soies ont été réellement acheminée (...)
  • 80 Par exemple ASG, min. 34, f. 86v (20/5/1252).
  • 81 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963, glossaire, s. v. Par exemple ASG, min. 29, f. (...)
  • 82 Cf. Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 725. Par exemple ASG, min. 64, f. 170v (26/3/1291) : 1 (...)

25Autre matière première textile, la soie est un produit de luxe qui parvient également à Bougie sur les navires européens. Ainsi en 1253 à Gênes six commandes sont investies en soie à destination de Bougie, pour un total de 530 livres 14 sous75. Mais c’est une année exceptionnelle, et les autres ventes sont peu nombreuses76. Cette soie peut provenir de Méditerranée occidentale, où sa production a été introduite dans les régions dominées par les musulmans, puis s’est diffusée plus largement. Ainsi Marseille exporte-t-elle de la soie des Cévennes au xiiie siècle77et les galées vénitiennes vont charger au xve siècle de la soie de Malaga ou d’Almeria pour la porter ensuite au Maghreb78. Peut-être y a-t-il également des ventes de soie de Sicile, bien qu’il n’y en ait pas de trace directe pour Bougie. Gênes au xiiie siècle va plutôt la chercher en Orient où elle fait partie, au même titre que les épices, des produits de luxe. Son origine est parfois indiquée dans les commandes vers Bougie79. On trouve ainsi de la soie d’Antioche80, de la soie lecpia (également nommée legia, originaire de Lahidjân au bord de la mer Caspienne81), ou malmistra (de Mamistra en Petite Arménie)82.

  • 83 Blancard, II, n° 645 (4/5/1248).
  • 84 ASG, min. 35, f. 168v (30/9/1262).

26Les importations de chanvre sont quant à elles très rares et les marchands européens portaient les pièces de tissu elles-mêmes plutôt que la matière première. En 1248 tout de même un Catalan reçoit à Marseille une commande en chanvre pour Bougie83et en 1262 Giovanni de Quarto apporte de Gênes 70 livres de canavato filato84.

27À ces importations de fibres pour l’industrie textile il faut ajouter d’autres produits, également liés à cette activité, et plus particulièrement aux teintures.

  • 85 L. Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Âge », Le Moyen Âge, 61, 1955, p. (...)
  • 86 Blancard, II, n° 341 (1/4/1248), 581 (24/4/1248), 645 (4/5/1248), 674 (8/5/ 1248). Ce tartre export (...)
  • 87 ARM, A. Costanti, 1424, f. 45 (20/3/1424), 47 (21/3/1424) ; id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428) ; id. (...)
  • 88 Cf. infra p. 399-401.
  • 89 Peut-être l’usage de l’alun était-il moins répandu chez les artisans du monde musulman en raison de (...)

28Comme l’alun, le tartre est un mordant qui permettait de fixer les couleurs85. Il est importé depuis Marseille au xiiie siècle86et de Majorque au xve siècle87. On peut s’étonner que Bougie, qui exporte de l’alun88, ait dans le même temps importé un produit qui a les mêmes propriétés, pour une qualité inférieure. Mais l’alun, très demandé en Europe, permettait de générer de grands profits et il n’est pas exclu qu’on ait préféré l’exporter et acheter en retour du tartre89.

  • 90 ARM, A. Costanti, 1424, f. 45 (20/3/1424) ; id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428), cités par Macaire, M (...)
  • 91 Cela peut être mis en relation avec le détournement des circuits sahariens au profit de Tunis et da (...)

29Par ailleurs les mentions d’alun de Bougie disparaissent après le xive siècle, alors qu’on trouve au contraire des importations de ce produit depuis Majorque90. Il n’est donc pas exclu que la ville ait perdu ses sources d’approvisionnement91et qu’il ait alors été nécessaire de se fournir en Europe.

  • 92 ASG, min. 18/I, f. 80v-81r (15/9/1253). Voir aussi Blancard, II, n° 605 (27/4/ 1248) : commande de (...)
  • 93 ASG, min. 31/II, f. 93v (16/5/1255) : deux commandes investies en roza.
  • 94 Blancard, II, n° 690 (8/5/1248) : 30 livres 13 sous de monnaie mêlée investis en 4 quintaux et 63 l (...)
  • 95 ASG, min. 29, f. 109r (16/5/1253). C’est un colorant de couleur jaune doré. Cf. Krueger, « The Ware (...)

30Des colorants arrivaient également à Bougie dans les cargaisons des bateaux européens, comme en 1253 lorsque le Génois Nicola de Vedereto donne trois commandes investies en partie en indigo de Chypre92. On pouvait également trouver de la garance93, du bois de brésil94et de l’orpiment95.

  • 96 Le coton d’Orient, par exemple, était plus réputé que celui du Maghreb sur les marchés italiens. P. (...)

31Ces importations, abondantes, montrent l’existence à Bougie ou dans sa région d’une industrie textile qui utilise le coton, le lin ou la soie. On est cependant étonné de ces achats dans la mesure où ce sont des produits que l’on trouvait alors dans l’arrière-pays de Bougie. Peut-être la production locale était-elle insuffisante, ou les importations correspondaient-elles à des qualités différentes96. Mais on peut également penser qu’il était plus facile, ou moins coûteux, de trouver son approvisionnement par mer que par les routes terrestres de l’arrière-pays.

3) Produits alimentaires

  • 97 Cf. supra p. 206-212.

32Pour les produits alimentaires, il est nécessaire, plus encore que pour les autres importations, de distinguer Bougie des autres ports du Maghreb. La région, nous l’avons vu, n’est pas dépourvue de potentialités agricoles, et ses productions restent importantes97. Elle est pourtant importatrice dans ce domaine.

a) Le blé et autres céréales

  • 98 Ph. Wolff, « Un grand commerce médiéval : les céréales dans le bassin de la Méditerranée occidental (...)
  • 99 Balard et al., « Le transport », art. cité, p. 94.

33Le blé est une des marchandises les plus importantes du commerce méditerranéen98. Les échanges s’expliquent parfois par des déficits chroniques des récoltes, mais aussi dans certains cas par des disettes passagères. Il est donc difficile de tracer clairement les courants d’échanges, qui ont tendance à changer de sens99, Bougie pouvant également exporter, à l’occasion, des céréales.

  • 100 J. Trenchs Ordena, « Les “alexandrini”, ou la désobéissance aux embargos conciliaires ou pontificau (...)
  • 101 Éd. R. I. Burns, Diplomatarium of the Crusader Kingdom of Valencia, Princeton, II, 1991, n° 154 (28 (...)

34En principe les produits alimentaires de base, en particulier les céréales, sont classés par l’Église parmi les produits stratégiques qu’il est interdit de vendre aux musulmans. Ils pouvaient, comme les armes ou le bois, renforcer ces derniers et augmenter leur puissance menaçante pour la chrétienté100. Ainsi en 1258 l’exportation de blé au départ de Valence est autorisée, sauf pour les terres musulmanes101.

  • 102 Les Registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, III, Paris, 1908-1910, n° 5960 (9/4/1241) ; Les Regist (...)
  • 103 Cl. Carrère, Barcelone au temps des difficultés, 1380-1462, Paris, 1967, p. 19.
  • 104 Vidal, « El comercio de trigo », art. cité, p. 74-75.
  • 105 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1271, art. 25. Cette clause est encore présente dans le traité de (...)

35Dans les faits la réalité est tout autre et Bougie importe bien des céréales depuis l’Europe chrétienne. La papauté pouvait d’ailleurs dans certains cas tolérer un tel trafic. Ainsi en 1241, puis à nouveau 1248, l’évêque de Majorque est habilité à autoriser ses diocésains à transporter des vivres en terre d’Islam, sous certaines conditions102. Les souverains eux-mêmes acceptent ce trafic, pour des raisons fiscales ou diplomatiques. Ainsi Jacques II donne liberté d’exporter des céréales en terres chrétiennes ou musulmanes, à la condition qu’on ne soit pas dans une période de disette103, et ces mesures sont régulièrement confirmées104. Les traités passés avec les États maghrébins prévoient d’ailleurs ce commerce céréalier, ce qui montre qu’il n’est pas considéré comme scandaleux et inavouable. Ainsi celui de 1271, signé entre la Couronne d’Aragon et les Hafsides, stipule que les céréales importées dans le sultanat ne paieront pas de taxe, ce qui est un signe de l’intérêt porté à ces importations105. Il ne faut pas pour autant en déduire nécessairement un déficit chronique de la production céréalière en Ifrīqiya, mais plutôt que le sultan se donne la possibilité, en cas de mauvaise récolte, de faire venir facilement un approvisionnement extérieur.

  • 106 Pegolotti distingue Tunis et Bougie pour les mesures de grains. À Tunis on emploie le cafiz et à Bo (...)

36Les Pratiche di mercatura témoignent de la réalité de ces courants d’échanges de céréales. Celle du Florentin Pegolotti, écrite entre 1310 et 1340, donne ainsi des équivalences de mesures de grains sur le marché de Bougie106, et montre un trafic avec les régions céréalières d’Italie du Sud et de Sicile. Le texte n’indique pas le sens de ce commerce, mais on sait que ces régions étaient exportatrices de céréales et il ne fait pas de doute que le transport se faisait de l’Italie vers le Maghreb. Les équivalences que nous donne la Pratica montrent ainsi certaines zones d’approvisionnement en grains de Bougie au début du xive siècle.

  • 107 Balletto, « Bougie », art. cité, p. 94.
  • 108 Balard et al., « Le transport », art. cité, p. 96.
  • 109 Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 752-754. Les transports pouvaient par ailleurs se faire di (...)

37Il faut tout d’abord noter le lien entre Gênes et Bougie. On ne trouve guère, dans les actes notariés des xiie et xiiie siècles, d’exportation de céréales depuis Gênes vers Bougie, mais il est frappant de constater l’équivalence parfaite entre la mine génoise et la falacca de Bougie. Laura Balletto pense à une influence des systèmes de mesures entre les deux ports107, bien que le sens de cet emprunt reste difficile à déterminer. La Ligurie n’est pas une grande région céréalière, mais Gênes centralise des productions venues d’ailleurs, qu’elle réexporte vers Bougie108. Les cargaisons venues en particulier de Romanie pouvaient être ensuite expédiées en direction des marchés maghrébins109. Mais si les grands ports comme Gênes, Pise ou encore Majorque peuvent servir de relais, ils ne sont pas le débouché de grandes régions céréalières. La majeure partie du blé provient donc des zones productrices, situées pour l’essentiel dans le sud de l’Italie et dans les îles de Sicile et de Sardaigne.

  • 110 Pegolotti, p. 169. L’indication est précieuse, car nous manquons de documents commerciaux pour l’It (...)
  • 111 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; économie et société en Sicile, 13001450, Rome, 1986, p. 523.
  • 112 Il s’agit le plus souvent du Maestro Portulano, chargé d’organiser les ventes de céréales du royaum (...)
  • 113 Éd. N. Nicolini, Codice diplomatico sui rapporti veneto-napoletani durante il regno di Carlo I d’An (...)

38Région productrice et exportatrice de grains, les Pouilles sont mises en relation avec Bougie par Pegolotti, qui note que cent salme de grains de Manfredonia valent 228 falacche de Bougie110. De même la Sicile est traditionnellement un grenier à blé pour une partie de l’Europe, mais elle exporte également vers le Maghreb111. Entre 1274 et 1281, parmi les licences d’exportations de grains (froment et orge) au départ de l’île délivrées par les autorités angevines112, une trentaine concerne Bougie, Tunis et « autres régions de Berbérie ». Une évaluation quantitative est cependant impossible, car souvent le document reste imprécis sur la destination, interdisant seulement d’approvisionner Gênes, Pise ou les terres du Paléologue, mais laissant le marchand libre de vendre à Venise, partes scalvonie, Clarenza, Acre ou au Maghreb. Deux documents de 1276 sont cependant plus précis. Ils dressent un récapitulatif de tous les départs de bateaux de l’année, indiquant le port de départ, la destination, le nom du navire et de son propriétaire ainsi que la quantité de froment transportée113.

Tableau 10. IMPORTATIONS DE GRAINS DEPUIS LE ROYAUME ANGEVIN (1276)

Tableau 10. IMPORTATIONS DE GRAINS DEPUIS LE ROYAUME ANGEVIN (1276)

La salma de grain de Sicile vaut 2,76 hectolitres. Cf. Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 55.

  • 114 L’année 1281 est marquée par une disette en Ifrīqiya. R. Vernet, « La production céréalière dans le (...)
  • 115 Éd. N. Nicolini, Codice tudesel, op. cit., n° 90 (1274), 140, 142 (1275), 162, 175, 176, 190 (1277) (...)
  • 116 ACA, C., Rg. 58, f. 44r (2/8/1285) ; Rg. 65, f. 125v (avril 1286). Le marchand s’étant engagé à app (...)
  • 117 Éd. P. Burgarella, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo, Rome, 1981, n° 394 (25/8/ (...)
  • 118 ASG, min. 63/I, f. 189v (14/6/1292).
  • 119 ACA, Clero, Monacales, Pergaminos de la Cartuja de Montalegre, année 1294 (5/7/1294), éd. Ch.-E. Du (...)
  • 120 Archivio di Stato di Palermo, notaio Bartolomeo de Citella, f. 434v, éd. Zeno, Documenti per la sto (...)
  • 121 ASP, Diplomatico S. Silvestro di Pisa, 29/1/1315.

39En trois mois ce sont donc 8580 salme et demie qui sont exportées vers Bougie ou vers un port d’Ifrīqiya, soit 23 681 hectolitres. Peut-être s’agit-il d’une année exceptionnelle de mauvaises récoltes ou de crise au Maghreb, mais rien ne permet de l’affirmer114. Les données des archives de Naples, très incomplètes, montrent en tout cas des envois importants de céréales vers Bougie et l’Ifrīqiya jusqu’en 1281115. Dans les années qui suivent les informations sont très dispersées, mais montrent que ce trafic continue, au moins jusqu’au début du xive siècle. Ainsi en 1286 le roi d’Aragon Alphonse III demande des comptes à Berenguer de Conques, qui avait reçu une licence pour transporter des grains de Sicile à Barcelone, mais avait vendu sa cargaison à Bougie116. Ce détournement montre que Bougie est alors un marché intéressant pour un marchand peu respectueux de ses engagements et que la demande y est donc forte. L’année suivante, à Palerme, le Génois Andreolo della Volta nolise sa nave San Antonio au marchand de Messine Perrono Gemillo et à ses associés, pour porter de divers ports de Sicile 2500 salme de froment à Bougie ou à Gênes117. D’autres exemples confirment ce courant d’échanges à la fin du xiiie et au début du xive siècle. En 1292 trois Savonais nolisent leur nave la Santa Maria à un Génois pour transporter 1500 salme de grains de Sicile à Gênes ou à Bougie118. En 1294 une nave appartenant à des gens de Tarragone est louée à un marchand barcelonais pour aller chercher du froment en Sicile (au moins 1500 salme et si possible 1800) et le transporter à Tunis ou Bougie, à Gênes ou Pise, à Majorque ou en Catalogne119. En 1309 deux Génois, Giacomo Bonetto et Guglielmo Costaservi, vont chercher à Sciacca du froment, à porter sur leur taride de bandis à Bougie120. Enfin, en 1315 à Palerme, le règlement d’une affaire entre marchands pisans porte sur une commande de 1517 salme de froment (à la salma d’Agrigente) portées à Bougie121.

  • 122 A. Giuffrida, « La realtà economica della presenza tudese in Sicilia nel secolo xiv », Genova e Pis (...)
  • 123 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 536. M. Aymard, « Le blé de Sicile dans l’économie médi (...)
  • 124 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 536. S. R. Epstein, An Island for itself. Economic Deve (...)
  • 125 Del Treppo, I Mercanti, op. cit., p. 287. Les registres du Maestro Portulano sont cependant souvent (...)

40Par la suite en revanche les importations de blé sicilien par Bougie ne sont plus attestées. Les Génois, comme les Catalans, continuent de transporter des grains vers le Maghreb122, mais globalement ce courant devient faible, surtout après 1349, et la destination des voyages est plutôt Tunis123. Le blé sicilien gagne à nouveau le Maghreb à partir du deuxième tiers du xve siècle124, mais là encore c’est plutôt à Tunis que l’on va vendre ce blé125.

  • 126 Sur la place de la Sardaigne dans le commerce méditerranéen des céréales, voir M. Tangheroni, Aspet (...)
  • 127 P. Amat di San Filippo, Indagini e studi sulla storia economica della Sardegna, Turin, 1902, p. 61, (...)
  • 128 ASG, min. 77, f. 212v-214v (13/6/1313).
  • 129 ARM, Supplicationes, vol. VII, f. 3 (29/3/1329), cité par Ch.-E. Dufourcq, L’Italie catalane et le (...)
  • 130 ACA, C., Rg. 2398, f. 68r-v (8/12/1413).
  • 131 ACA, C., Rg. 3666 2a numeración, f. 36v-37r, éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones intern (...)

41La Sardaigne est une zone d’approvisionnement en blé de moindre importance pour Bougie126. Comme dans le cas de la Sicile, on voit des marchands venus des grands ports européens charger des céréales dans l’île et les vendre au Maghreb. Durant les xiie et xiiie siècles la Sardaigne est un des théâtres de la lutte entre Gênes et Pise et sa conquête par la Couronne d’Aragon en 1324 ouvre ses ports aux marchands catalans, sans pour autant exclure totalement les Italiens127. Ainsi, en 1313 à Gênes, trois marchands vendent de 3 000 à 4 000 mines (de Gênes) d’orge, qui devront être chargées en Sardaigne sur la galée Santa Maria et payées en or à Bougie, au prix de 12 sous 6 deniers par mine128. De même en 1329 le gouverneur de Sardaigne Bernat de Boxadors est associé à des commerçants catalans et vend des grains à Bougie129. Parfois le roi d’Aragon interdit d’exporter des céréales de Sardaigne aux musulmans du Maghreb130, mais une casuistique parfois subtile permet de contourner les interdits de la papauté, comme en 1491 lorsque Ferdinand obtient du pape une licence pour vendre du blé de Sardaigne à Bougie, dans le but de payer les dépenses de la lutte contre le sultanat de Grenade131.

  • 132 Les grandes zones de production de céréales occupaient les plaines de la Medjerda, en Ifrīqiya, mai (...)
  • 133 R. Vernet, « Les relations céréalières entre le Maghreb et la Péninsule ibérique du xiie au xve siè (...)
  • 134 ARM, LLC, 4, f. 271r-v (18/1/1344), cité par M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en (...)
  • 135 ACA, C., Rg. 1444, f. 113r-v (29/5/1382). Le patron va finalement à Ibiza, où il vend marchand et m (...)
  • 136 ARM, P B-81, f. 132v ; B-83, f. 2v-3 (2/1/1453), cité par O. Vaquer, El Comerç marítim de Mallorca. (...)

42Bougie pouvait cependant s’approvisionner directement dans les plaines céréalières du Maghreb132. Nous ignorons tout d’un éventuel commerce terrestre ou par des navires musulmans de produits agricoles. Pour autant il est imprudent d’en déduire, comme le fait Robert Vernet, que tous les surplus sont achetés par les marchands chrétiens133. Les seuls indices d’un commerce intra-maghrébin sont des documents montrant des bateaux chrétiens assurant des transports de céréales de ports du Maghreb central vers Bougie. Ainsi en 1344 le sultan de Tlemcen négocie avec le Majorquin Pedro l’envoi de blé de Hunayn à Bougie134et en 1382 le patron majorquin d’une coca part pour Oran et y charge du blé d’un marchand musulman pour le porter à Bougie135. Enfin en 1453 un contrat de nolis majorquin prévoit d’aller charger du froment à Ténès pour le vendre à Bougie136. Il n’est pas exclu cependant que des bateaux musulmans aient effectué ces transports par eux-mêmes. Enfin les productions de l’arrière-pays bougiote ou d’autres régions maghrébines ont pu être acheminées par terre vers le port.

43Il est délicat, pour un commerce comme celui des céréales, de tirer des conclusions trop générales à partir d’exemples dispersés. Il apparaît cependant que, certaines années au moins, Bougie a recours à des importations par mer de céréales, ce qui peut être l’indice soit de difficultés à s’approvisionner dans l’arrière-pays (insuffisance de la production, insécurité sur les routes, longueur et coût du transport) soit de conditions de vente plus favorables pour les céréales importées par mer (prix, quantités, qualité éventuellement).

b) Autres produits alimentaires

44Bougie importait également d’autres produits alimentaires, dans des proportions cependant moins importantes.

45On est frappé tout d’abord par les importations d’huile. On a vu que l’olivier peut pousser dans les montagnes de Kabylie, mais que les géographes ne le mentionnent guère et n’évoquent que rarement la production d’huile d’olive. Or les documents commerciaux montrent un courant d’importation d’huile par Bougie. Il ne faut pas en déduire pour autant que cette production n’existait pas dans la région, car les importations peuvent concerner des qualités d’huiles particulières, ou un complément pour une production insuffisante. Mais ce qui apparaît clairement est que Bougie se distingue, comme pour les céréales, d’autres régions du Maghreb, et en particulier du Sahel tunisien.

  • 137 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Cela fait un cantare d’huile de Bougie ou Tunis val (...)
  • 138 Pegolotti, p. 169, 188.
  • 139 G. Cherubini, « I prodotti della terra : olio e vino », Terra e uomini nel Mezzogiorno normanno-sve (...)
  • 140 ASP, Diplomatico Roncioni, 17/10/1278.
  • 141 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).
  • 142 ASG, min. 21/I, f. 62r (13/10/1248) : dix barils d’huile ; ASG, min. 36, f. 283r (1/10/1263) : 5 li (...)

46Les Pratiche di mercatura citent ce commerce aux côtés de celui des céréales. Le manuel de marchand pisan de 1278 nous apprend que le migliaio d’huile claire des Pouilles vaut seize jarres de Tunis et de Bougie137. Un peu plus tard Pegolotti nous dit que le même migliaio d’huile des Pouilles équivaut à quatre cantares d’huile de Bougie et que celui de Naples fait un peu plus de quatre cantares de Bougie138. L’exportation d’huile des Pouilles et de Campanie n’étonne pas, puisque ce sont de grandes régions productrices139. Comme pour les céréales, ce commerce est pris en charge par les marchands des cités du nord, principalement Pise et Gênes. En 1278 par exemple un marchand pisan vend de l’huile, peut-être toscane, à Bougie140. De même à Gênes en 1201 un contrat prévoit un nolis de 2 sous par mezarolia d’huile141et deux commandes, en 1248 et 1263, sont investies en huile142.

  • 143 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 182-183. Ce commerce entre al-Andalus et Bougie reste ce (...)
  • 144 ARM, P. 342, f. 149v, tud par D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca (...)
  • 145 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 2.
  • 146 Il s’apprête à les expédier au Maghreb quand, en représailles pour la capture à Bougie d’un marchan (...)
  • 147 Par exemple ARM, P., A. Costanti, 1408, f. 14v (9/3/1408) ; Id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428), cité (...)
  • 148 ARV, P., Rg. 2009, f. 375v-376v (23/7/1492).

47Bougie s’approvisionne également dans la Péninsule ibérique. Les exportations d’huile espagnole dans le monde méditerranéen sont anciennes et les musulmans installés en al-Andalus ont perpétué une tradition antique, approvisionnant notamment le Maghreb en huile de la région de Séville143. Il n’est donc pas surprenant de trouver des marchands chrétiens se lancer à leur tour dans ce commerce. En 1242 dix jarres d’huile sont ainsi expédiées de Majorque à Bougie144. Le traité de 1312 entre Sanche de Majorque et Abū Yah yā Abū Bakr prévoit d’ailleurs l’importation en franchise de deux mille jarres d’huile à Bougie145et en 1316 on voit un marchand bougiote venir à Valence acheter 60 arobas d’huile146. Au xve siècle Majorque continue à en exporter vers Bougie147et en 1492 un contrat de nolis prévoit le chargement à Valence de 170 jarres d’huile pour Ibiza et Bougie148.

  • 149 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Un centenaio de noix de Naples fait 140 cantares de (...)
  • 150 Ibid. ; Pegolotti, p. 188. Le centenaio de noisettes de Naples vaut à Bougie 145 cantares.
  • 151 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Le centenaio de châtaignes gusciose (avec coque) de (...)
  • 152 ASG, min. 61, f. 245v (28/1/1261).
  • 153 Deux commandes, portant respectivement sur 9 livres et 20 livres de monnaie mêlée, et une garantie (...)
  • 154 ADBR, 391E 11, f. 14r-v (avril 1337). Pierre Austria était également un bourgeois très actif à Mont (...)
  • 155 ADBR, 391E 11, f. 168r (13/1/1338).
  • 156 ARM, A. Costanti, 1424, f. 47 (21/3/1424), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 3 (...)

48Les autres produits alimentaires importés par Bougie sont variés, mais ne représentent pas des quantités importantes. Les manuels de marchands mentionnent un trafic de noix149, de noisettes150et de châtaignes151, ce que confirment les contrats commerciaux. En 1261 à Gênes Simone di Sant’Ambrogio et Nicoloso de Bruscheris nolisent leur linh à Buongiovanni Marracio pour porter à Bougie 50 à 100 mines de châtaignes152. Marseille en exporte également, comme le montrent en 1248 trois contrats pour des cargaisons de châtaignes, venues peut-être des Cévennes proches153. En 1337 Pierre Austria, citoyen de Marseille, en expédie 31 quintaux sur le linh de bandis de Jean Seganini de Narbonne, par l’intermédiaire de Pierre Lautaud154. L’année suivante ce dernier prend une nouvelle commande pour Bougie, investie notamment en 9 livres de châtaignes155. Enfin, en 1424, une cargaison comportant quatre jarres de noisettes est assurée à Majorque pour Bougie156.

  • 157 Cf. supra p. 278-279.
  • 158 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201). La mezarolia génois équivaut au xiiie siècle à 95,3 litres (...)
  • 159 Même tarif, avec possibilité de porter gratuitement 8 mezarolie. ASG, min. 29, f. 149v (8/7/1253), (...)
  • 160 Les marchands peuvent porter sans rien payer dix tonneaux par miliarium. ASG, min. 29, f. 164r (20/ (...)
  • 161 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203).
  • 162 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292).
  • 163 Lanfranco, n° 1041 (26/7/1216).
  • 164 ASG, min. 55/I, f. 192r (29/2/1268). Commande de 32 livres en 62 mezarolie de vin, en vingt fustas.
  • 165 É. Baratier, « Production et exportation du vin du terroir de Marseille du xiiie au xvie siècle », (...)
  • 166 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292). Le nolis devra être payé à Bougie en doubles d’or.
  • 167 ADBR, 381E 20, f. 82r (2/4/1310).
  • 168 ADBR, 391E 11, f. 14r-v (avril 1337), 168v (13/1/1338).
  • 169 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum, caja 24, n° 3338 (15/4/ 1254), éd. A.-É. Sayous, E (...)
  • 170 ARM, A. Costanti, 1427, f. 359v (12/11/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p (...)
  • 171 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judíos (1391-1444) », Hispania, 45, 1985, p. 204 ; (...)

49En principe la consommation de vin est interdite pour les musulmans, même si le fondouk du vin était à certaines époques ouvert à tous157. En revanche ce qui est certain est que les populations chrétiennes et juives pouvaient en boire, soit dans les maisons des particuliers, soit dans les tavernes des fondouks. La production locale, si elle existait, ne pouvait être que très réduite, et il fallait par conséquent importer. Il n’est donc pas surprenant de voir le vin figurer dans des contrats de nolis de Gênes en 1201 (2 sous par mezarolia)158, puis le 8159et le 20 juillet 1253160. Les contrats de commande ou les gages de changes maritimes nous renseignent également sur les quantités transportées : 102 mezarolie en 1203161, 2000 en 1292162, mais seulement 33 et demi en 1216163et 62 en 1268164. Ce sont donc des quantités parfois considérables. Le vin peut également venir de Marseille, débouché maritime d’une grande région productrice165. En 1292 Roberto de Tado, marchand de Plaisance, embarque sur une nave génoise pour aller à Marseille acheter du vin qu’il va vendre à Majorque et Bougie166. En 1310 Pierre Blancard reçoit à Marseille une commande de 27 livres 6 sous royaux en 52 barils de vin, à porter à Bougie, Collo ou Constantine sur la galée de Pierre Ferrière, la Saint-Antoine167. Enfin en 1337 et 1338 le Marseillais Pierre Lautaud porte à Bougie deux commandes investies en partie en 31 et 20 tonneaux de vin168. Barcelone et Majorque expédiaient également du vin à Bougie, comme le montrent plusieurs contrats. En 1254 Berenger de Rubi de Barcelone prend une commande investie en vin169et en 1427 un contrat d’assurance à Majorque couvre une cargaison comprenant notamment du vin170. Les responsa rabbiniques témoignent de ce commerce par les juifs de Majorque. Pour être kasher le vin doit avoir été produit et supervisé par des juifs, ou au moins des hommes circoncis, et un problème se pose avec une cargaison de vin envoyée dans les années 1390 par un convers de Majorque à son gendre Mose Amer, qui a quitté l’île pour s’installer à Bougie171.

  • 172 Cf. supra p. 215.
  • 173 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).
  • 174 En 1252 quatre barils pour 5 livres : ASG, min. 18/II, f. 11r (23/2/1252). En 1253 quatre et trois (...)

50Assez curieusement le miel figure parmi les produits importés par Bougie. On sait pourtant que Bougie exporte de la cire d’abeille et que la région est productrice de miel172. Plusieurs contrats génois mentionnent en effet ce produit. En 1201 on en trouve dans le chargement d’une nave à destination de Bougie173et dans les années 1250-1260 six contrats mentionnent des transports de miel174.

  • 175 Peut-être est-ce dû cependant à des variétés et des qualités différentes de figues.
  • 176 ARM, A. Costanti, 1411, f. 73r-v (23/12/1411), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., (...)
  • 177 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 14v (20/1/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p (...)

51De même on est étonné de trouver dans les cargaisons à destination de Bougie des figues, alors que la région en est également productrice175. En 1411 un marchand barcelonais porte ainsi en commande, depuis Majorque, trente quintaux de figues pour 38 livres, à destination de Bougie et Bône176, et en 1434 ce sont 75 quintaux de figues qui sont assurés, toujours à Majorque, à destination de Bougie et de Collo177. Mais il s’agit sans doute une importation occasionnelle.

  • 178 Sur la production du sucre au Moyen Âge la bibliographie est abondante. Voir en particulier M. Bala (...)
  • 179 La culture de la canne à sucre y est introduite par les musulmans et se maintient après les conquêt (...)
  • 180 ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250).
  • 181 Au xiiie siècle le sucre est considéré comme une épice.
  • 182 ADBR, 381E 371, f. 51v (6/1/1306).
  • 183 ARM, P. 2527, f. 29 (6/2/1458), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 1 (...)
  • 184 Par exemple ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 84v-86v (9/2/1482). Certaines années au contr (...)

52Il ne semble pas que le sucre ait été produit dans la région de Bougie. Il n’est donc pas surprenant de le trouver parmi les importations, dans la mesure où ce produit faisait l’objet d’un commerce important en Méditerranée178. On allait le chercher en Orient (Égypte, Chypre), mais la canne à sucre est également cultivée en Sicile et dans la Péninsule ibérique179ainsi que, plus tardivement, dans les îles atlantiques. Dans ce domaine les marchands européens agissent donc principalement comme réexportateurs en direction du Maghreb. En 1250 Vino de Lavagna prend à Gênes deux commandes de 14 et 24 livres investies pour partie en sucre, à destination de Bougie180. La première est confiée par Guglielmo Alpano, speciero, et la seconde par Giovanni Placentio, qui exerce la même profession181. En 1305 le Marseillais Jacques Martini prend en commande de son fils Guillaume 441 livres 16 sous 3 deniers de Provins, investis pour partie en deux caisses (cap-sis) de sucre en poudre (pulvesis zocar), pesant 5 quintaux et 85 livres, à destination de Bougie ou Collo182. Au xve siècle ce commerce prend de l’ampleur en Méditerranée et sans doute également à Bougie. Ainsi on trouve du sucre dans une commande prise à Majorque pour Alger ou Bougie en 1458183. De même les galées vénitiennes de Berbérie en chargent certaines années à Valence, mais sans que l’on sache avec précision dans quel port du Maghreb il était vendu184.

  • 185 Cf. J. Heers, « Le Commerce du sel en Méditerranée occidentale », Le Rôle du sel dans l’histoire, d (...)
  • 186 Cf. supra p. 237.
  • 187 Blancard, I, n° 62 (21/4/1235). Commande pour une valeur de 180 livres de royaux coronats.

53Le sel enfin faisait au Moyen Âge l’objet d’un commerce important185et était utilisé tant pour la cuisine que pour la conservation des aliments. Il constituait également, au moins dans le Maghreb occidental, un des produits expédiés par le Sahara pour être échangé contre de l’or186. On en transportait parfois des quantités considérables, sur des navires spécialement affrétés, comme en 1235 lorsque la moitié d’un bateau est chargé de sel remis en commande par le Marseillais Bernard Manduel à destination de Bougie187.

  • 188 Jean-Claude Hocquet ne parle pas d’exportations à Bougie. J.-Cl. Hocquet, Le Sel et la fortune de V (...)
  • 189 J.-Cl. Hocquet, « Ibiza, carrefour du commerce maritime et témoin d’une conjoncture méditerranéenne (...)
  • 190 ARM, guiatges 1, f. 86r-v (8/5/1336), 88v-89r (12/5/1336), 91v (22/6/1336), 93r-v (28/6/1336). Cert (...)
  • 191 Le muid de sel dans la première moitié du xive siècle pèse 1670 kg. Hocquet, « Ibiza », art. cité, (...)
  • 192 ARM, AH 1, f. 279v, cité par Hocquet, « Ibiza », art. cité, p. 498.
  • 193 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14584 (Italie de Cosma), f. 127v (6/ 7/1358), cité par Lópe (...)
  • 194 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406 (58/170), f. 148r-v (21/8/1404).
  • 195 J. Guiral, « Le sel d’Ibiza et de la Mata à la fin du Moyen Âge », Le Sel et son histoire. Actes du (...)

54On le trouvait principalement sur le territoire de Venise, à Ibiza et en Sardaigne. Il ne semble pas que Venise ait vendu sa production à Bougie188. En revanche Ibiza exportait son sel au Maghreb, du moins certaines années. Entre 1336 et 1342, la guerre entre Majorque et Gênes provoquant une fermeture du marché génois, les marchands majorquins se tournent alors vers le Maghreb189. En 1336 quatre d’entre eux sont autorisés à exporter pour un total de 209 muids de sel vers Bougie190, soit environ 350 tonnes191. Par la suite, les témoignages sont cependant rares. En 1339 la coca bayonescha d’un patron génois gagne Bougie depuis Majorque avec 130 muids de sel192. En 1358 Pere Bernard nolise sa coca pour transporter du sel d’Ibiza à Bougie193. En 1404 à Barcelone une commande est investie pour partie en 15 muids de sel d’Ibiza194et à la fin du xve siècle des convois de sel continuent de partir de l’île à destination du Maghreb195.

  • 196 ASP, Diplomatico Alliata, 27/4/1326.

55La Sardaigne possédait également des salines. Les Pisans venaient y chercher du sel qu’ils expédiaient au Maghreb, comme le montre un contrat de nolis de 1326 entre deux patrons barcelonais et des Pisans. La coque doit partir de Porto Pisano, avec ces marchands et leurs associés et facteurs, et aller directement aux salines de Cagliari, où on chargera du sel à volonté. De là, le bateau ira dans plusieurs ports africains, notamment Bougie où les marchands pourront vendre leurs biens, dont le sel, et porter à bord ce qu’ils y auront acquis selon la coutume de Bougie196.

  • 197 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348).

56Enfin il faut signaler une importation, par Gênes, de sel d’Hyères : en 1348 les deux tiers d’une coque sont loués pour aller charger du sel et d’autres marchandises à Hyères de Provence, et ensuite aller à Bougie197.

  • 198 Hocquet, Le Sel et la fortune de Venise, op. cit., I, p.98.

57Comme toujours, on ignore si Bougie se fournissait en sel dans d’autres régions du Maghreb. Zarzis, Ra’s al-Makhbaz et Tripoli possédaient des salines où les Vénitiens venaient s’approvisionner198. Mais il n’existe pas d’indice nous permettant de penser à un courant d’importation entre ces régions orientales et Bougie.

4) Épices d’Orient

  • 199 Au sens étroit les épices sont « l’ensemble des drogues que fournissent l’Extrême-Orient et les pay (...)
  • 200 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Translated from the Arabic with Introduct (...)
  • 201 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 44.
  • 202 Les Génois se fournissaient en particulier en Romanie, dans les États latins et en Syrie et Égypte (...)
  • 203 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443).
  • 204 En 1446 Indonici Venerio rapporte à Venise deux colli de gingembre, qu’il a envoyés avec les galées (...)
  • 205 Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158), 1222 (23/6/1164) ; Giovanni di Guiberto, n° 1700 (20/3/1206 : (...)
  • 206 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, Leipzig, 18851886, rééd. Amsterdam, 1959, III (...)
  • 207 Heyd, op. cit., II, p. 664. Giovanni di Guiberto, n° 1120 (10/5/1205) : deux centinaio de poivre lo (...)
  • 208 Heyd, op. cit., II, p. 644. Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158) ; Giovanni di Guiberto, n° 1120 (1 (...)
  • 209 Heyd, op. cit., II, p. 603-605. Blancard, II, n° 341 (1/4/1248), 568 (22/4/ 1248), 597 (27/4/1248), (...)
  • 210 Heyd, op. cit., II, p. 595. Blancard, II, n° 535 (16/4/1248), 569 (22/4/1248).
  • 211 Heyd, op. cit., II, p. 619. ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250) ; min. 35, f. 83r-v (21/9/1261). Ces (...)
  • 212 Heyd, op. cit., II, p. 643. ASG, min. 21/I, f. 62r (13/10/1248) : dix sacs de galle.
  • 213 Heyd, op. cit., II, p. 669. Blancard, II, n° 466 (10/4/1248) : commande de 14 livres 9 sous de monn (...)
  • 214 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201), 952 (25/10/1203), 1667 (16/3/1206 : 46 livres 8 onces de s (...)
  • 215 Heyd, op. cit., II, p. 668. Cf. également, pour la production catalane, Carrère, Barcelone, op. cit (...)

58Outres ces articles de base (céréales, sel, textiles), Bougie importait depuis l’Europe des produits très variés venus d’Orient. Nous avons déjà vu que la soie, le lin ou le coton provenaient parfois de Méditerranée orientale, que ce soit des États chrétiens ou du monde musulman. Mais les Européens trouvaient également dans ces régions d’autres produits de luxe, en particulier des épices199. Les importations d’épices par l’Ifrīqiya sont anciennes et les documents de la Geniza montrent qu’aux xie et xiie siècles en particulier le Maghreb oriental et la Sicile constituent des carrefours importants, à partir desquels les épices orientales sont redistribuées en partie vers l’Europe. On dispose du témoignage d’Abū Sa’īd, un marchand d’épices juif de Fustāt qui se rend vers 1135 à Bougie, où il dit avoir fait de bonnes affaires. Bloqué par des troubles et des guerres (sans doute liés aux conquêtes normandes) il s’installe à Tunis avant d’arriver à Palerme, d’où il écrit à son frère pour lui raconter son périple200. À cette époque les marchands européens se rendent encore en Ifrīqiya pour y acheter des épices et dans le deuxième tiers du xie siècle certains marchands juifs se plaignent de l’augmentation des prix sur ce marché en raison de la venue de Rūm-s201. La situation change à partir du xiie et surtout du xiiie siècle, lorsque les Latins vont directement s’approvisionner en Orient202, alors que les relations commerciales directes entre l’Égypte et l’Ifrīqiya se ralentissent fortement. Les marchands latins redistribuent ensuite ces biens de grande valeur vers les marchés européens, mais aussi en direction du Maghreb. Par l’intermédiaire des flottes chrétiennes Bougie recevait donc les épices et autres res subtiles achetées le plus souvent sur les marchés de l’Orient musulman ou chrétien. Ainsi les galées vénitiennes de Berbérie au xve siècle portaient des species grossae ou minute203, mais les textes des incanti de galères ne fournissent pas plus de précision et le reste de la documentation vénitienne n’est guère d’un plus grand secours204. Les documents génois du xiiie siècle, dans une moindre mesure ceux de Marseille, sont plus précis et montrent plusieurs types d’épices, originaires le plus souvent d’Asie orientale. Le poivre figure bien sûr parmi les importations de Bougie205. Il provenait pour l’essentiel de la côte de Malabar et transitait par l’Égypte206. Le poivre long, d’un type différent, venait de Sumatra, de Java et du Bengale207, la noix de muscade d’Insulinde208, les clous de girofle des Moluques209, la cannelle de Chine et d’Inde210. Le gingembre, dont l’emploi au Moyen Âge était presque aussi répandu que le poivre, pouvait être importé d’Inde ou de Chine, mais on en trouvait également dans les environs de La Mecque211. Certaines épices étaient en effet des productions de régions moins lointaines. La noix de galle venait surtout de Romanie212et la scammonée était une plante répandue en Syrie du Nord (en particulier Antioche) et en Asie Mineure213. Quant au safran, qui est souvent importé à Bougie214, son origine n’est pas facile à déterminer. La plante est originaire du Levant, mais elle avait été acclimatée très tôt en al-Andalus et après les croisades dans l’Europe chrétienne215. Il n’est donc pas certain que les cargaisons de safran envoyées à Bougie soient d’origine orientale.

  • 216 Ces produits sont cependant classés par Pegolotti parmi les épices, comme la majeure partie de ce q (...)
  • 217 Heyd, op. cit., II, p. 624-625. ASG, min. 18/II, f. 246v (5/9/1233) : 56 livres en six centenaio et (...)
  • 218 C’était un bois odorant qui constituait un des articles courants du commerce médiéval. Heyd, op. ci (...)
  • 219 Heyd, op. cit., II, p. 614. Blancard, II, n° 637 (30/4/1248) ; ASG, min. 72, f. 15v (27/6/1268).
  • 220 Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 742-749.
  • 221 Blancard, II, n° 677 (8/5/1248), 962 (8/7/1248) : règlement de deux commandes en mastic envoyées à (...)
  • 222 ARM, A. Costanti, 1415-18, f. 134, cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 319 : ass (...)

59D’autres produits, qui ne sont pas des épices au sens strict216, provenaient également du Levant ou d’Asie Orientale. C’est le cas de la gomme laque, originaire d’Inde et Indochine217, du bois d’aloès, originaire d’Inde218, ou de l’encens, tiré de certains arbres en Arabie du sud219. Enfin le mastic venait de Chio, qui en produisait abondamment et le distribuait dans toute la Méditerranée220, et il était porté à Bougie depuis Marseille221et Majorque222.

5) Bijoux et orfèvrerie

  • 223 Giovanni di Guiberto, n° 1114 (10/5/1205).
  • 224 ASG, min. 21/I, f. 61r (9/10/1248). L’ambre était considéré comme un parfum de grande qualité. On p (...)
  • 225 ASG, min. 34, f. 213r (2/5/1259).
  • 226 Lanfranco, n° 862 (21/10/1210) ; ASG, min. 60, f. 89r (16/4/1257), 292r (15/ 7/1258).

60Les marchands génois portaient avec eux des pièces d’orfèvrerie, qui constituaient avec les épices un autre type de marchandise de grande valeur et de faible encombrement. En 1205 Giacomo di Bombello prend ainsi une commande de 36 livres 10 sous investie en un bocal d’argent223. En 1248 Simone de Quarto porte, pour 80 livres, deux pommes grosses d’ambre garnies d’or et de perles, de saphirs et de rubis-balais224. En 1259 Guglielmo della Porta prend en commande un bocerium d’albâtre garni d’argent, de pierres ou gemmes et laiton (lotono), deux ceintures de soie munies d’argent qui pèsent neuf onces et demi et une broceta de laiton doré garni225. Enfin deux commandes génoises sont investies en anneaux, en or ou ornés de rubis-balais226.

  • 227 Giovanni di Guiberto, n° 1727 (23/3/1206), 1750 (24/3/1206), 1787 (29/3/ 1206), 1808 (4/4/1206) ; A (...)
  • 228 Heyd, op. cit., II, p. 648.
  • 229 ASG, min. 21/I, f. 58v (8/10/1248). Ces fils d’or avaient l’apparence de fils métalliques étirés à (...)
  • 230 ASG, min. 54, f. 80r (11/4/1257), 92r (19/4/1257).
  • 231 ASG, min. 35, f. 142r (16/5/1256). Une partie du document est illisible, à l’endroit où le notaire (...)
  • 232 ARM, P. 2527, f. 29 (6/2/1458), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 1 (...)

61Outre les objets, on trouve dans les importations bougiotes des produits destinés à alimenter un artisanat d’articles de luxe. De nombreux documents montrent des transports de perles ou de fils de perles227. On les pêchait à l’époque dans le golfe arabo-persique ou dans le détroit entre l’Inde et Ceylan228. L’or filé, que l’on rencontre dans un document génois, était destiné, comme sans doute les fils de perles, à l’embellissement des textiles229. Des pierres précieuses figurent également dans les contrats génois, avec souvent des sommes considérables230. En 1256 deux marchands génois portent ainsi à Bougie une commande de 350 livres investie en pierres, dont des rubis-balais (balaxiorum) et des émeraudes231. Enfin, notons un transport de corail depuis Majorque en 1458232.

6) Les produits interdits : bois et métaux

  • 233 Trenchs Ordena, « Les “alexandrini” », art. cité, p. 177.
  • 234 Sur la chronologie de cette politique de la papauté, plus ou moins sévère selon les pontifes, voir (...)

62Reste la question des produits considérés comme stratégiques, les métaux et matériaux de construction navale, qu’il était théoriquement interdit de vendre aux musulmans. Tout ce qui pouvait servir à renforcer l’armement des pays d’Islam était régulièrement l’objet de prohibitions, tant de la papauté que des autorités politiques. En 1179, au troisième concile de Latran, est édictée une interdiction générale mais qui concerne surtout, dans un contexte de croisades, l’Orient musulman233. Régulièrement conciles, synodes, et bulles papales rappellent ces mesures234, ce qui est déjà en soi une indication de leur relative inefficacité.

  • 235 M. G. Canale, Nuova Istoria della Repubblica di Genova, del suo commercio e della sua letteratura d (...)
  • 236 Ibid., II, p. 315.
  • 237 G. Airaldi, « Da Genova al Maghreb nel Basso Medioevo », Italia e Algeria, aspetti storici di un’am (...)
  • 238 En juillet 1328 il est fait interdiction aux Vénitiens et étrangers d’exporter ad partes Barbarie d (...)
  • 239 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 19-20. Ces mesures prises par les souverains catalans au xve siècl (...)
  • 240 Cf. G. Petti Balbi, « Deroghe papali al “Devetum” sul commercio con l’Islam », Rassegna degli Archi (...)
  • 241 Trenchs Ordena, « Les “alexandrini” », art. cité, p. 184.
  • 242 Ibid., p. 171.

63Ces interdictions sont relayées par les pouvoirs civils, avec une sévérité variable selon les époques. En mai 1151 les consuls génois émettent un décret interdisant à quiconque habitant entre Monaco et Portovenere d’exporter en terre musulmane, sans licence des consuls de la Commune, rames, mâts, bois de construction et armes, sous peine de perdre ces marchandises235. Mais une lettre du pape Grégoire X, datée de 1272, reproche aux Génois de vendre des produits interdits aux musulmans236et la Commune doit à nouveau interdire ce trafic au xive siècle237. Des décisions similaires sont prises par la République de Venise238ou les souverains catalans239, avec la même inefficacité. L’amende est toujours faible et il suffit, si l’infraction est constatée, de payer une somme au roi, qui accorde alors une lettre de rémission. En 1373 le système est d’ailleurs institutionnalisé et tarifé240. Au début l’amende équivaut à la totalité du gain, puis descend progressivement à un quart, voire un cinquième241. Désormais les marchands barcelonais prévoient dans leurs calculs de bénéfices la somme à payer à la papauté pour être absous de l’excommunication par l’évêque ou les religieux qui en ont l’expresse faculté concédée par le pape242.

  • 243 Ibid., p. 169-193 ; Id., « “De Alexandrini”, el comercio prohibido con los musulmanes y el papado d (...)
  • 244 Archivio di Stato di Prato, n. 886, lettere Maiorca-Barcelona, 23/9/1395, de Ambrogio de’Rocchi à l (...)
  • 245 Cf. A. M. Aragò, « Fletes de géneros prohibidos desde el puerto de Barcelona a la Ligura (1358-1409 (...)
  • 246 ARV, MR, Rg. 19, f. 34r (1399). Voir aussi id., Rg. 5, f. 40r (1386) ; Rg. 12, f. 249v (1394). R. A (...)
  • 247 Éd. J. Hinojosa Montalvo, Coses vedades, en 1404, Valence, 1972, p. 15 (16/ 1/1404), 46 (1/3/1404), (...)
  • 248 Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (14711484), éd. L. Greco, Venise (...)
  • 249 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 37 (21/2/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. (...)
  • 250 ARM, A. Costanti, 1411, f. 55 (26/8/1411), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 1 (...)

64Les études sur l’organisation de ce commerce prohibé, en particulier celle de Trenchs Ordena, montrent cependant surtout des cas concernant l’Orient243. Bougie était moins dépendante d’un approvisionnement extérieur en bois et en fer, grâce aux ressources de son arrière-pays. Le commerce des res prohibitae y fut donc sans doute moins important. Mais les sources nous manquent pour voir ce trafic qui, par nature, devait rester caché et n’a donc pas laissé de trace dans les contrats notariés. Une lettre d’un agent de la compagnie Datini, envoyée en 1395 de Majorque à Barcelone, montre cependant que de nombreux marchands de l’île vendent au Maghreb des marchandises prohibées et en particulier du fer244. Il existe d’ailleurs des registres qui notaient toutes les exportations de produits interdits au départ des pays chrétiens. Les marchands étaient tenus de les déclarer avant de quitter le port et de fournir à leur retour une attestation de débarquement dans la ville prévue comme destination. Mais le plus souvent ces destinations sont des ports eux-mêmes chrétiens, ce qui présente pour nous peu d’intérêt245. Les séries valenciennes de « Coses vedades » (choses interdites) montrent cependant, très épisodiquement, des ventes au Maghreb d’articles métalliques, il est vrai bien inoffensifs. Ainsi en 1399 le musulman de Valence Culeyman est autorisé à porter à Bougie un demi-quintal d’étain, un chaudron, une poêle, et paye pour cela une taxe de 20 deniers246. De même le registre de « Coses vedades » de Valence de 1404 montre trois envois de produits prohibés (non spécifiés) à direction de Bougie247. En 1475 un marchand présent sur les galées vénitiennes de Berbérie vend des chaudrons à un musulman, contra ius et legies nostras ajoute le notaire248. Certains ne prenaient d’ailleurs même pas la peine de se cacher, et on trouve dans les actes du notaire A. Costanti de Majorque, dans la première moitié du xve siècle, des exportations d’étain249ou de poix250.

65Les traces qui nous restent sont donc très limitées, et il nous est bien sûr impossible de savoir quelle est l’ampleur de la contrebande de matières stratégiques en direction de Bougie.

***

  • 251 Liées notamment à un plus faible coût du transport par mer.

66Ces importations de Bougie sont, dans une certaine mesure, révélatrices de l’économie de la ville et de son arrière-pays. Elles montrent qu’à certaines époques au moins les Bougiotes s’approvisionnent massivement par mer, principalement auprès des marchands latins. Parmi les produits importés, certains se trouvent pourtant dans l’arrière-pays, ou dans des régions plus éloignées du Maghreb. À cela plusieurs explications peuvent être apportées. Ces productions locales peuvent être insuffisantes, de manière chronique ou passagère. Il peut y avoir également des différences de prix251ou de qualité qui justifient que les Bougiotes se fournissent auprès des marchands européens plutôt que sur le marché régional. Enfin, l’insécurité des routes de l’intérieur a pu inciter ou obliger à recourir à un approvisionnement par la mer.

  • 252 Cf. infra p. 499, 596-597.

67Le deuxième enseignement est que certains produits originaires du monde musulman, notamment d’Orient, transitent par les ports européens avant de rejoindre le Maghreb. Les lacunes de la documentation arabe invitent à la prudence, mais il est manifeste que les circuits sont devenus plus complexes qu’à l’époque de la Geniza252et que l’Europe a pris une place considérable dans ces échanges.

  • 253 Cf. supra, p. 218-219.

68Mais ces importations sont également révélatrices de la demande sur le marché bougiote, et donc de la richesse et de l’activité de la ville. L’industrie textile en particulier est toujours active, comme le montrent les importations de matières premières qui lui sont destinées, mais elle ne peut cependant répondre à toute la demande. Cela peut s’expliquer par des différences de qualités mais surtout par une production insuffisante. Le textile n’apparaît donc pas comme un secteur moteur de l’économie, ce qui vient confirmer l’analyse faite plus haut de la place des artisans du textile dans la société urbaine253. Par ailleurs les importations de produits de luxe ne peuvent se comprendre que par l’existence d’un marché de consommation, et donc d’une élite urbaine fortunée susceptible d’acheter de tels biens.

II – LES EXPORTATIONS : LA PRÉDOMINANCE DES PRODUITS DE L’ÉLEVAGE

69Les exportations au départ de Bougie sont moins variées que les importations et sont surtout moins bien connues en raison de la nature de la documentation. Les contrats de commande précisent rarement la marchandise à rapporter de Bougie, même si parfois l’investisseur fait inscrire qu’il souhaite que dans la mesure du possible le produit des ventes soit réinvesti dans l’achat de certains produits précis. Les nolis sont plus intéressants, car ils détaillent souvent le fret de retour, du moins lorsque le prix à payer par les marchands est calculé par marchandises et non globalement. Les manuels de commerce quant à eux dressent la liste des denrées que l’on peut se procurer dans les différents ports de la Méditerranée, mais ne permettent pas d’en évaluer l’importance relative dans les échanges.

70Un autre type de documents nous montre l’usage et le commerce, en Europe, de produits qualifiés de « bougiotes ». On trouve en effet des contrats de vente (souvent à crédit), sur les marchés locaux, de marchandises « de Bougie ». Les textes réglementant les activités industrielles distinguent également les différentes qualités de produits et font apparaître des origines maghrébines. Enfin des inventaires, en particulier après décès, montrent dans les patrimoines la présence de produits « de Bougie ». Ce second type d’information doit cependant être manié avec précaution, car un produit qualifié de « bougiote » n’est pas nécessairement importé réellement de Bougie. Il peut s’agir simplement d’une qualité particulière, qui a pris ce nom à un moment en raison d’une provenance bougiote, mais qui se serait peu à peu déconnectée de son origine véritable pour désigner simplement de manière générique un type de produit, parfois purement local.

71La nature des exportations de Bougie résulte d’une part des productions de la région et d’autre part des besoins de l’Europe. Leur volume dépend également de la capacité de Bougie à être plus attractive que d’autres ports ou régions offrant les mêmes types de produits. Trois facteurs interviennent donc et doivent être pris en considération :

  1. Les besoins de l’Europe, en particulier en matière industrielle. Les exportations sont donc liées à la conjoncture économique de l’autre côté de la Méditerranée.

  2. Les ressources que Bougie peut tirer de son arrière-pays, ce qui suppose d’une part une production suffisamment importante pour dégager des excédents et d’autre part la possibilité de transporter ces produits jusqu’au port.

  3. Enfin la concurrence que peuvent représenter d’autres régions du Maghreb et du monde musulman en général, mais aussi de l’Europe chrétienne.

72Les produits de l’élevage, c’est-à-dire les laines et les cuirs, constituent de très loin l’essentiel des exportations. Ils répondent à une forte demande de la part d’une Europe en pleine expansion économique et industrielle, et à laquelle l’arrière-pays de Bougie peut répondre. Au contraire, les articles manufacturés apparaissent rarement dans les cargaisons ramenées de Bougie vers l’Europe. D’autres produits, notamment alimentaires, peuvent circuler, mais ils ne représentent en volume qu’une part relativement négligeable du trafic.

1) Des produits répondant à la demande des industries européennes

73Ce qui domine très largement dans les exportations sont les produits liés aux industries des textiles et du cuir, qui se développent fortement à cette époque en Europe. Les plus visibles sont les laines, mais il faut également souligner l’importance des cuirs et peaux, ainsi que des autres produits destinés à ces industries tels que les colorants ou l’alun.

a) Grandeur et décadence des laines de Bougie

  • 254 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 180-191.
  • 255 L’essor de cette industrie répond à une demande accrue en tissus et en vêtements de laine. J. Heers (...)
  • 256 Cf. les travaux de la première Semaine d’histoire économique de Prato, consacrés de manière révélat (...)

74Le développement de l’industrie textile a été un des moteurs de l’expansion économique de l’Europe chrétienne, en particulier des pays riverains de la Méditerranée comme l’Italie, la Péninsule ibérique ou le sud de la France254. Les produits les plus importants sont les draps de laine255, qui ont donné naissance à une industrie florissante dans de nombreuses villes d’Europe, notamment en Italie256. Cet essor rapide, à une époque où l’élevage reculait en Italie au profit des terrains de culture, a nécessité le recours à des importations de laine. Pendant longtemps le Maghreb a été un des marchés d’approvisionnement les plus importants et les laines de Bougie sont exportées en masse jusqu’au xive siècle, avant de devoir faire face à la concurrence d’autres zones de production et de finalement disparaître du marché européen.

xiie – début du xive siècle : la réponse à une forte demande européenne

  • 257 Carus Wilson, art. cité, p. 375-376.
  • 258 Ibid., p. 367-374, 387-393.

75L’industrie textile s’est fortement développée en Europe, en particulier à partir du xie siècle dans les pays du nord. Les Flandres et surtout l’Angleterre étaient producteurs de laine, en quantités cependant insuffisantes, et l’Espagne exportait, dès le xiiie siècle, sa laine vers les centres industriels du Nord257. Rien n’indique cependant que des laines du Maghreb ont fait l’objet d’un commerce à si longue distance. En revanche l’industrie textile italienne, qui prend son essor un peu plus tard, a rendu nécessaires des importations de laines en provenance d’Afrique du Nord258.

  • 259 St. A. Epstein, Genoa and the Genoese, 958-1528, Chapel Hill, 1996, p. 100 ; R. S. Lopez, « Le orig (...)
  • 260 Th. W. Blomquist, « The Drapers of Lucca and the Marketing of Cloth in the Mid-thirteenth Century » (...)

76Le cas de Gênes est le mieux connu, grâce aux nombreux documents notariaux qui permettent l’étude du marché de la laine. L’industrie drapière s’y développe, au moins à partir des années 1250, avec des activités telles que les fouleurs, les teinturiers, les drapiers et bien sûr les lainiers259. Mais au-delà de Gênes elle-même, certaines villes de l’intérieur ont également une industrie textile qui s’approvisionne en laines dans le port ligure. C’est le cas notamment des cités toscanes comme Lucques, qui abrite une activité lainière dès le milieu du xiiie siècle260, et bien sûr Florence. Au xiiie siècle les villes toscanes pouvaient se fournir à Pise, du moins lorsqu’elles n’étaient pas en guerre avec cette dernière. Mais notre documentation pour Pise fait défaut. Gênes reste donc le meilleur observatoire pour les importations de laines en Italie à cette époque.

  • 261 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).
  • 262 ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).
  • 263 Par exemple ASG, min. 65, f. 10r (24/1/1258) ; min. 40/I, f. 63r (24/3/1281).

77Les contrats de nolis pour des chargements de laines entre Bougie et Gênes sont relativement rares, mais montrent des cargaisons parfois importantes. Ainsi en 1201 Giacomo Capra, Anselmo Barbaria et leurs associés louent leur nave à quatre marchands génois et à leurs associés pour un voyage à Bougie et prévoient au retour un fret comportant notamment 1000 cantares de laine et de cuirs261. Plus modestement, en 1271, Giovannino de Quarto porte sur son linh 39 sacs de laine appartenant à Corrado Streggiaporco et chargés à Bougie262. On trouve également des acquits pour le retour d’un capital de commande soldé en laines de Bougie263, mais ce type d’actes est plutôt rare.

  • 264 Je n’ai pris en considération que les laines dites « de Bougie », ou portées de Bougie. En revanche (...)

78On dispose en revanche d’une belle série d’environ 250 contrats de ventes de laine de Bougie sur le marché génois entre 1248 et la fin du xiiie siècle264. Dans plusieurs cas il est bien précisé que la laine provient de ce port, et il ne s’agit donc pas, à cette époque du moins, d’une simple dénomination de qualité.

  • 265 Le pic de juillet, avec 26 actes, s’explique seulement par 16 contrats de vente, par le même Ambros (...)
  • 266 Le pic de septembre est intéressant, et pourrait montrer que les navires reviennent de Bougie au dé (...)

79Les ventes se font toute l’année, mais avec des périodes plus actives que d’autres. Le nombre relativement faible de cas, et les aléas inhérents à la conservation des actes, incitent bien sûr à une certaine prudence265, mais une tendance est néanmoins visible (cf. graphique). Les transactions les plus nombreuses ont lieu en septembre, avec 41 ventes, et l’on continue à avoir un nombre soutenu de contrats tout au long de l’hiver, jusqu’au mois de février inclus. Cela ne doit pas surprendre, puisque cette période correspond à l’arrière-saison maritime266.

Grahique 2. RÉPARTITION MENSUELLE DES VENTES DE LAINE DE BOUGIE À GÊNES DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÉCLE (EN NOMBRE DE CONTTRATS)

Grahique 2. RÉPARTITION MENSUELLE DES VENTES DE LAINE DE BOUGIE À GÊNES DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÉCLE (EN NOMBRE DE CONTTRATS)

80Les quantités vendues et les sommes mises en jeu sont toujours modestes, mais en l’absence de registre de douane pour cette époque il est impossible de se faire une idée des quantités de laine effectivement entrées sur le marché génois. Si l’on considère les 242 contrats indiquant une somme en livres génoises, les petites transactions l’emportent largement : 34,3 % engagent des sommes inférieures ou égales à 25 livres, et 35,1 % des sommes comprises entre 25 et 50 livres. Les ventes de plus de 100 livres représentent 14,9 % des transactions, avec une quinzaine de grosses ventes (supérieures à 200 livres). Mais ces opérations de plus de 100 livres représentent en valeur plus de la moitié des ventes de laine de Bougie.

Graphique 3 – Repartition des ventes de laines bougiotes sur le marche genois dans la seconde moitie du xiiie siècle (par nombre d’actes).

Graphique 4 – Répartition des ventes de laines bougiotes sur le marché génois dans la seconde moitié du xiiie siècle (en valeur).

  • 267 Par exemple en 1274 Nicolino de Tealdo, drapier, achète à Simonino Richerio fils de Giacomo 11 cant (...)
  • 268 En 1253 Giovanni Mazacoza de Rivotorbido, tinctor, sa femme et Anselmo Overnatico, tinctor, achèten (...)
  • 269 En 1278 Andreolo Nazario, lainier, habitant Borgo Santo Stefano, achète à Ambrosino Segnorando huit (...)
  • 270 En 1253 Maguerio de Porta Sant’Andrea, lainier, achète à Suçobono de Santo Donato et à Giovanni Pil (...)
  • 271 Par exemple en 1253 Martino de Chiavari, lainier, achète les laines de Bougie pour 76 livres 6 sous (...)
  • 272 En 1253 encore Suçobono de Santo Donato vend à Guglielmo de Struppa, lainier, pour 74 livres 7 sous (...)
  • 273 En 1278 Januario de Rapallo, lainier, achète à Ambrosino Segnorando deux sacs de laine succida de B (...)
  • 274 ASG, min. 28, f. 149v.

81Ces exportations répondent à une forte demande du marché génois, mais aussi plus largement italien. Lorsque les professions des acheteurs sont indiquées, il s’agit le plus souvent de lainiers et, dans une bien moins grande proportion, de drapiers267ou de teinturiers268. L’origine géographique des acheteurs n’est pas forcément mentionnée. Le plus souvent, en l’absence de précision, ce devait être des Génois. Dans certains cas on précise que l’acheteur habite à Gênes Borgo Santo Stefano269, ou dans le quartier de la porte de Sant’Andrea270. Ce sont les faubourgs extérieurs aux murailles au sud de la ville, au-delà de la porte Sant’Andrea, où s’étaient installées les activités textiles, et dans le faubourg de Rivotorbido où exerçaient les teinturiers. Au-delà de Gênes on trouve des acheteurs dont le nom indique une origine ligure, sans que l’on sache vraiment s’ils exerçaient leur activité dans leur ville d’origine ou s’ils étaient installés à Gênes : Chiavari271, Struppa272, ou encore Rapallo273, et plus loin Vintimille274.

  • 275 Cf. H. Hoshino, L’Arte della lana in Firenze nel Basso Medioevo. Il commercio della lana e il merca (...)
  • 276 Les Statuts de l’Art de la laine de Florence, datés de 1317-1319, mentionnent les laines que l’on v (...)
  • 277 ASG, min. 91, f. 118v. (24/2/1268).
  • 278 ASG, min. 16/II, f. 171r-v (10/9/1268), 172v (24/9/1268), 180v-181r (17/11/ 1268).
  • 279 Archivio di Stato di Firenze, Provvisioni XIII, f. 116, cité par R. Davidsohn, Forschungen zur Gesc (...)
  • 280 J.-Fr. Bergier, « Lucques et l’Europe : fidélité à quel destin ? », Lucca e l’Europa degli affari ( (...)
  • 281 G. Petti Balbi, « La presenza lucchese a Genova in età medioevale », Lucca e l’Europa degli affari, (...)
  • 282 Ibid., p. 34.
  • 283 Ibid.
  • 284 178 livres 7 sous 1 denier (ASG, min. 105, f. 66v-67r, 27/1/1259), 212 livres 5 sous 4 deniers (id. (...)
  • 285 Un tarif municipal de la même ville de Modène évoque également en 1306 les laines de Tunis et de Bo (...)

82Hors de Ligurie, les laines de Bougie étaient réexportées dans les grands centres textiles italiens. On trouve tout d’abord des marchands de la Toscane proche. Pas de Pisans, ce qui n’est guère étonnant, mais des Florentins et des Lucquois. Florence, on le sait, a développé très tôt une industrie textile puissante275, et on rencontre des Florentins venus à Gênes s’approvisionner en laine276. En 1268, Bene Fabrono et Filippino Liarlia, tous deux de Florence et habitant chez Bonvassallo Nepitella de San Donato, achètent pour 107 livres 5 sous de laine de Bougie277. La même année, en septembre et novembre, plusieurs ventes de laine subtile succida de Bougie sont faites par des lainiers ou des marchands de Florence278. Cet intérêt des Toscans pour les laines africaines importées par Gênes est confirmé dans un tarif douanier florentin de 1307, concernant les marchandises passant par le territoire de Gênes, qui stipule que les laines succide de Tunis, Bougie et du Gharb doivent payer 2 sous 6 deniers de Gênes par salma279. Autre grande ville toscane, Lucques s’est surtout fait une spécialité du travail de la soie280, mais on y fabrique aussi des draps et on rencontre des Lucquois venant chercher des laines à Gênes. Des liens politiques et économiques existent entre les deux villes depuis le milieu du xiie siècle et les Lucquois, qui ont un consul à Gênes en 1167, investissent dans le commerce maritime génois. La seconde moitié du xiiie siècle est l’âge d’or de leur présence dans la capitale ligure. Les grandes familles de Lucques sont alors présentes dans la banque, l’artisanat, et bien sûr le commerce281. L’une des plus importantes est celle des Battosi, avec les trois fils de feu Battoso, Giovanni, Orlando et Castore, actifs entre les années 1250 et 1270, et qui forment une petite compagnie familiale282. En relations avec les grandes familles génoises comme les Lercari, Zaccaria ou de Mari, Orlando achète sur le marché génois de la soie, de l’alun, des épices et de la laine283. En 1259, il effectue plusieurs achats de laine de Bougie avec trois autres Lucquois, Bernardo Magno, Benanato Guidico et Giacomo Milanese, en leur nom et celui de leurs associés. Chaque fois les quantités acquises sont très importantes et le total atteint la somme de 1209 livres 11 sous 11 deniers284. Si l’on compare ces chiffres aux sommes moyennes engagées dans les achats de laines de Bougie, en général faibles, on peut supposer qu’il s’agit là d’achats de gros, destinés à une revente au détail, sans doute sur le marché de Lucques. On pourrait citer également le pacte signé entre Modène et Lucques en 1281, qui évoque les laines de Tunis et de Bougie285, sans que l’on sache cependant par quel port elles transitaient.

  • 286 G. Airaldi, « Alessandrini sulla via del mare », Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barb (...)
  • 287 ASG, min. 27, f. 76r (3/10/1250). Pietro de Monte Santo de Plaisance, en son nom et celui de ses as (...)
  • 288 ASG, min. 28, f. 141r (30/11/1253).
  • 289 Par exemple ASG, min. 28, f. 138v (26/11/1253).
  • 290 ASG, min. 35, f. 16v (11/9/1259).
  • 291 ASG, min. 81, f. 7v (16/2/1266).
  • 292 ASG, min. 81, f. 32r (8/3/1266).
  • 293 ASG, min. 70, f. 225v (1/7/1267).
  • 294 ASG, min. 10, f. 197v, 198r (19/10/1293).

83Les opérateurs italiens les plus nombreux sont cependant les Lombards. Il n’y a rien d’étonnant à leur présence dans nos documents, puisque Milan et les autres villes de sa région ont développé très tôt une industrie textile puissante. Le quartier de la Porte Sant’Andrea, où résident de nombreux lainiers, est aussi le quartier des Lombards286. On trouve comme acheteurs de laines des gens de Plaisance287, Monza288, Lodi289, Crémone290, et bien sûr Milan. En 1266, trois marchands, dont Giacomino Bechalo de Milan, promettent à Giovannino de Quarto, fils de Simone, 450 livres pour de la laine de Bougie291. La même année, Bicono Paschalis, pour lui et son frère Galvagni, achète à Gênes pour 142 livres 12 sous de laines subtiles de même origine292. L’année suivante enfin deux Milanais s’engagent à payer 287 livres pour des laines de Bougie293. Sommes considérables, qui sont là encore sans doute le signe d’un achat de gros pour les marchés de Milan ou de Lombardie en général. Ce transport vers les villes du nord est bien attesté encore en octobre 1293 avec un contrat qui prévoit l’acheminement à Milan de laine de Bougie294.

  • 295 Par exemple ASG, min. 81, f. 9r (17/2/1266).
  • 296 Par exemple ASG, min. 70, f. 39r (13/11/1264).
  • 297 ASG, min. 84, f. 14v (13/1/1274).
  • 298 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328).
  • 299 ASG, min. 35, f. 16v (11/9/1259).
  • 300 ASG, min. 63/I, f. 111v (13/8/1278) ; min. 90, f. 125r (27/8/1296). La laine noire, sans être néces (...)
  • 301 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328).
  • 302 ASG, min. 74, f. 216r (6/3/1287). Benedetto Fellario vend à Oberto de Serra 200 cantares de « laine (...)

84Les laines vendues sur le marché génois ne sont pas toutes de même qualité et sont plus ou moins travaillées et affinées. Il n’est pas toujours facile d’identifier avec précision la nature des laines échangées, le notaire écrivant le plus souvent simplement « laine de Bougie », voire « laine africaine », sans plus de détail. Parfois cependant il indique quel type ou qualité de laine a été vendu : subtile (fine)295, ou au contraire grosse296, longue297, dure298, laine à matelas299. La couleur, noire300ou blanche301, est parfois précisée. Un document enfin parle d’une importante vente de « laine neuve barbaresque de Bougie », mais j’ignore à quel type de laine ce document fait référence302.

  • 303 Nombreux cas. Voir par exemple ASG, min. 105, f. 71r (5/2/1259).
  • 304 N. Calvini, Nuovo glossario medievale ligure, Gênes, 1984, s.v. « sucida ». Le dégraissage des lain (...)
  • 305 Par exemple ASG, min. 61, f. 66v (10/4/1264).
  • 306 Cardon, op. cit., p. 147.
  • 307 P. Silva, « Intorno all’industria e al commercio della lana in Pisa », Studi Storici, 19, 1910, p. (...)

85Les qualificatifs les plus fréquents renvoient au degré de préparation, c’est-à-dire de nettoyage des laines. Les contrats précisent parfois que la laine est succida ou suosa303, c’est-à-dire non dégraissée304, ou au contraire (plus rarement) lavata305. On est frappé par le grand nombre de cas de laine non dégraissée, qui montrent que cette matière première était le plus souvent exportée de Bougie à l’état brut, sans aucune transformation. Il est cependant impossible d’évaluer la part des laines dégraissées dans le total, l’immense majorité des contrats parlant sans précision de « laine de Bougie ». En outre nous ne voyons les laines qu’au moment de leur mise en vente sur le marché génois. Or entre leur débarquement et leur vente celles-ci peuvent avoir subi des transformations. Les tarifs douaniers signalent tout de même différents types de laines « barbaresques », dont certaines déjà lavées. Le dégraissage des laines, opération importante pour la qualité des futurs tissus, est très surveillé par les métiers306et il n’est pas exclu que l’importation de laines lavées ait été limitée afin de conserver ce contrôle. De telles mesures peuvent également avoir eu pour objectif la protection de l’emploi industriel dans les villes textiles. On sait en effet qu’à Pise le Breve de 1305 interdit l’importation de laines étrangères peignées, ce qui est une mesure protectionniste claire307.

86Il n’est pas possible de faire une étude des prix de vente qui distinguerait les qualités de laines. Les données dont nous pouvons disposer sont trop incomplètes et il est rare en particulier que le contrat donne à la fois le prix et la quantité vendue. Seuls dix cas nous permettent de nous faire une idée des prix. Encore faut-il prendre en considération qu’il s’agit de ventes à tempérament et que la somme indiquée était donc vraisemblablement majorée, dans une proportion impossible à évaluer. Dans deux cas seulement le document précise qu’il s’agit de laines succide, sans qu’il soit possible de déceler une différence de coût avec les autres.

Tableau 11. PRIX DES LAINES DE BOUGIE SUR LE MARCHÉ GÉNOIS (SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÈCLE)

Tableau 11. PRIX DES LAINES DE BOUGIE SUR LE MARCHÉ GÉNOIS (SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÈCLE)
  • 308 Cette équivalence ressort de trois actes qui ne donnent pas de somme, mais indiquent la quantité de (...)

87Les prix oscillent donc entre 4 et un peu plus de 5 livres par cantare. Si l’on analyse les 18 actes donnant les quantités par sac de laine, et en évaluant à environ 4 cantares le contenu d’un sac308, on parvient à des résultats similaires.

  • 309 R. S. Lopez, « El Origen de la oveja merina », Estudios de Historia Moderna, 4, 1954, trad. It. « L (...)
  • 310 ASG, min. 16/II, f. 180v-181r (17/11/1268).
  • 311 Lopez, « L’Origine », art. cité, p. 271-272.
  • 312 M. L. Ryder, « La Storia delle pecore merino nella lana antiqua », Laniera, 105/4, 1993, p. 178, 20 (...)

88Les laines de Bougie, et du Maghreb en général, étaient considérées au xiiie siècle comme de qualité supérieure309. En 1268, le Florentin Filippo de Venizo achète à Gênes de la laine sarde, à raison de 1 livre 6 sous le cantare, et de la laine sottile de Bougie, à raison de 4 livres 10 sous le cantare, soit plus de trois fois plus cher310. Il faut cependant rester prudent, faute d’une analyse plus complète des prix des laines de différentes origines, car de nombreux facteurs peuvent entrer en jeu dans l’établissement du prix, en particulier le type de laine considéré. Roberto Sabatino Lopez pense que le mouton mérinos, qui fournit à partir du xive siècle les meilleures toisons, est d’origine maghrébine. Cela expliquerait à ses yeux que les artisans achetaient à un prix élevé les laines « barbaresques »311. Notons cependant que des analyses de toisons, à l’interprétation il est vrai délicate, ont permis à M. L. Ryder de conclure qu’il « n’existe aucune preuve archéologique de l’élevage de moutons à laine fine en Afrique du Nord312 », ce qui remet en cause le schéma explicatif de Roberto Sabatino Lopez. Il est néanmoins certain que, du moins au xiiie siècle, les productions maghrébines, et notamment celles de Bougie, étaient parmi les meilleures sur le marché italien.

  • 313 Archivio Caetani, Pergamene, Fondo pisano, n° 3330 (10/8/1274), éd. G. Caetani, Varia. Raccolta del (...)
  • 314 AG, VI, p. 51 (a. 1284).
  • 315 Éd. Cessi, Sambin, Le Deliberazioni del consiglio dei Rogati, op. cit., p. 93 (17/2/1294).
  • 316 Éd. M. Brunetti, R. Cessi, Le Deliberazioni del Consiglio dei rogati (senato) ; serie « mixtorum », (...)

89Nous nous sommes jusqu’ici appuyés surtout sur le cas génois, le mieux documenté. Gênes n’était cependant pas la seule à importer des laines du Maghreb à cette époque. Pise tout d’abord allait en chercher à Bougie, où elle jouissait d’une position solide, comme en témoigne en 1274 le contrat de nolis de la nave Buonaventura San Concordio, de Porto Pisano à Bougie, qui prévoit comme fret de retour des laines et boudrons313. De même les Vénitiens se rendaient à Bougie pour y acheter de la laine. En 1284 l’amiral génois Benedetto Zaccaria, à la tête de trente galées, s’empare ainsi d’une nave de Venise qui transporte une cargaison de laine chargée à Bougie. La guerre faisant rage entre les deux républiques tyrrhéniennes, la cargaison, soupçonnée d’être pisane, est capturée. Seule l’intervention d’une ambassade de la Sérénissime permet de prouver que la laine est bien propriété de Vénitiens et de restituer le chargement à ses propriétaires314. Ces achats sont confirmés par les délibérations des assemblées vénitiennes. En 1294 le Sénat décide ainsi que les laines et boudrons de Berbérie importés par des étrangers seront frappés d’une taxe de 4 livres par centenario315. En 1334 les étrangers à la ville sont encore autorisés à importer ces laines « ed altre merci grosse », à condition d’exporter de Venise, dans les six mois, « altrettanto avere sottile » pour le Levant316. Cette mesure vise sans doute avant tout à promouvoir les exportations de biens vénitiens, mais elle montre aussi que les laines de Berbérie pouvaient encore venir à Venise.

  • 317 Paris, BNF, ms., fonds Notre Dame, n°274 bis, f. 18v, éd. L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de c (...)

90Hors d’Italie, on ne trouve pas au xiiie siècle d’importation de laines bougiotes, notamment par Barcelone ou Marseille. Peut-être est-ce simplement un défaut de documentation (notamment pour Barcelone), mais on peut l’expliquer également par le fait que la Catalogne et la Provence, ou au-delà le royaume de France et les villes marchandes du nord, trouvaient d’autres sources d’approvisionnement. Si on regarde la liste des produits maghrébins vendus en Flandre à la fin du xiiie siècle, on trouve en effet des cuirs, de la cire ou de l’alun de Bougie, mais pas de laine317.

Le recul des exportations de laines au xive siècle

91Au xive siècle, la situation change sensiblement. On continue certes à trouver dans les documents des « laines de Barbarie » (en général sans précision d’origine), mais elles figurent désormais comme laines de basse qualité. Des mesures protectionnistes freinent par ailleurs les arrivées de laines du Maghreb et leur part dans les importations est devenue minime.

  • 318 Les Génois désormais s’alimentent principalement sur le marché anglais. Lopez, « L’origine », art. (...)

92Pour le xive siècle les actes des notaires génois ne font plus qu’exceptionnellement mention de ventes de laine bougiote318. De même les contrats de nolis concernent rarement ce produit. Pourtant les tarifs douaniers et les manuels de marchands les citent encore, ce qui montre que ce trafic n’a pas totalement disparu.

  • 319 Pegolotti, p. 178. Il donne la valeur du cantare barbaresco, qui vaut 56 ro toli de Naples.
  • 320 Ibid., p. 204, 211.
  • 321 M. Gual Camarena, éd., El primer manual hispánico de mercadería (s. xiv), Barcelone, 1981, p. 125.

93Le Florentin Pegolotti, dont les informations remontent principalement à la première moitié du xive siècle, parle longuement de ce produit essentiel et rapporte que l’on vend des laines barbaresques à Naples319, de la laine succida, lavata et tonduta du Gharb à Pise, précisant qu’à la gabelle de la laine on paye 5 sous de piccioli par cantare barbaresque320. De même, le manuel catalan de 1385 parle des laines d’agneaux de Berbérie, mais les considère comme les plus mauvaises321.

  • 322 ASP, Comune A, 29, f. 30r (1329).
  • 323 ASP, Comune A, 240, f. 9v, 10v, 15v, éd. B. Casini, « Il “breve” delle gabelle delle porta della De (...)
  • 324 E. de K. Aguiló, « Mostres de lous passats per la redencio de catius cristians », BSAL, 10, 1904, p (...)
  • 325 Il ne semble pas en effet que des taxes prohibitives aient grevé des laines d’une origine particuli (...)
  • 326 ASV, MC, Spiritus, f. 97v (25/7/1339), éd. R. Cessi, L. Luzzatti, Le Regolazione delle Entrate e de (...)
  • 327 R. M. Dentici Buccellato, Fisco e società nella Sicilia Aragonese. Le pan-dette delle gabelle regie (...)
  • 328 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

94Ces informations sont confirmées par plusieurs tarifs douaniers qui prévoient la taxation des laines du Maghreb, comme celui de 1329 figurant dans un traité de paix signé entre Pise et diverses villes de Toscane322. Plus précis, un tarif pisan de 1362 mentionne les laines « succide » et celles « lavate et guadate et pelate » de Bougie323. De même, un tarif de lou majorquin de 1368 dresse la liste des produits importés de Bougie, et cite les lane sordide et lote (lavées)324. Les taxes douanières à payer sur ces importations sont cependant faibles comparées à celles dues pour les laines européennes, ce qui est l’indice d’une moins grande qualité. De même, un tarif vénitien de 1339 permet de comparer les taxes payées sur les différentes laines, que l’on peut considérer comme le reflet de leur valeur sur le marché vénitien325 : les laines succide de Berbérie ne paient que 2 livres de gros par milliario (5 livres pour les laines lavées). Celles d’origine européenne sont davantage taxées : 6 livres pour les laines allemandes, 8 livres pour celles de Chypre, Candie, La Tana, de Sicile et d’Apulie, et 10 livres pour celles importées de France, de Bourgogne ou d’Angleterre326. On trouve également de telles taxes sur les laines de Barbarie à Palerme au xive siècle327. Enfin un tarif de lou barcelonais de 1371 montre, parmi les produits taxés importés du royaume de Bougie, des laines, de bonne ou mauvaise qualité328.

  • 329 Hoshino, op. cit., p. 122-124.

95Un dernier indice nous est fourni par les règlements de métiers. Les statuts de l’Art de la laine de Florence de la première moitié du xive siècle parlent ainsi de ces laines du Gharb, et les « draps du Gharb », que l’on rencontre parfois dans la documentation, sont sans doute non pas des draps importés du Maghreb, mais des tissus fabriqués avec cette laine, peut-être imités de modèles maghrébins329.

  • 330 Ce mot peut avoir, selon les cas, le sens strict de Maroc, mais aussi celui, plus large, de Maghreb (...)
  • 331 Les registres génois édités par John Day pour les années 1376-7 ne font pas apparaître Bougie et ne (...)
  • 332 ARM, RP 1108, f. 34r (2/3/1365).
  • 333 Éd. G. F. Pagnini della Ventura, « Giovanni di Antonio Da Uzzano : La Pratica della mercatura (1442 (...)
  • 334 Hoshino, op. cit., p. 211.

96Ces tarifs ou ces statuts sont cependant d’interprétation délicate. Tout d’abord, à l’exception de celui de Pise de 1362, ils restent imprécis sur l’origine exacte des laines, se bornant à les désigner comme venant de Berbérie ou du Gharb330. Ce sont par ailleurs des documents qui ne permettent pas de mesurer l’arrivée effective de ces laines dans les ports européens, ce que permettraient des registres douaniers331. Les témoignages d’un tel commerce sont au contraire sporadiques, comme ce document majorquin de 1365 qui nous apprend qu’un musulman de Valence a payé une taxe pour l’importation de laine qu’il a portée de Bougie332. On continue certes à trouver, jusqu’au xve siècle, des laines qualifiées de « laines du Gharb », mais leur origine réellement maghrébine est douteuse, comme le montre le manuel de commerce de Giovanni d’Uzzano, qui écrit que de Valence à Barcelone on exporte de la laine de San Matteo, « c’est-à-dire de la laine du Gharb »333. Le mot désigne donc, à la fin du Moyen Âge, un type de laine, sans relation avec son origine géographique réelle, et d’une manière générale toutes les laines européennes autres que celles d’Angleterre334.

  • 335 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 628. Voir aussi, sur cette production locale de laines, Cl. Carrèr (...)
  • 336 M. Berti, Commercio all’ingrosso e al minuto dei panni di lana a Pisa nei primi decenni della domin (...)

97Progressivement les laines du Maghreb perdent donc du terrain sur les marchés européens. Au xve siècle elles ont cessé d’intéresser les marchands catalans qui se consacrent à exporter par bateaux entiers celles d’Aragon335. Il en est de même à Pise dans la première moitié du xve siècle, où les laines proviennent principalement de San Matteo près de Valence, à quelques rares exceptions près (Provence, Berbérie)336.

  • 337 Par exemple dans les comptes de la compagnie Datini de Prato, entre 1396 et 1400, ces laines sont l (...)
  • 338 À partir de 1270 les Italiens vont chercher de la laine en Angleterre. Cf. E. Ashtor, « Il retrosce (...)
  • 339 Cardon, op. cit., p. 72.

98La raison principale de ce recul est que les toisons maghrébines sont désormais considérées comme de qualité inférieure à celles d’Espagne et surtout d’Angleterre. Elles se vendent moins cher que les autres337et leur usage tend à être réservé à des produits moins nobles. Les causes de ce déclassement ne sont pas claires, car on ne voit pas ce qui pourrait expliquer une baisse de qualité de la laine maghrébine entre le xiiie et le xive siècle. Il faut plutôt penser que l’origine du phénomène est le développement en Europe d’une production, en quantités suffisantes, de laine de grande qualité. Si au xiiie siècle la laine anglaise ne suffit pas à satisfaire tous les besoins d’une industrie textile en forte expansion en Italie338, progressivement l’arrivée croissante sur le marché des laines espagnoles ou autres permet aux lainiers et aux industriels du textile de se montrer plus exigeants. C’est la thèse développée par Dominique Cardon, qui pense que les prix élevés des laines maghrébines au xiiie siècle n’étaient pas dus à une qualité particulière, mais à la rareté de l’offre339.

  • 340 Ibid., p. 69-70.
  • 341 Ibid., p. 71. F. Melis, « La lana della Spagna mediterranea e della Berberia occidentale nei secoli (...)
  • 342 Cardon, op. cit., p. 71. Au xiiie siècle déjà arrivent à Gênes des laines « de matelas » (supra p. (...)
  • 343 En juin 1446 le Petit Conseil de Raguse ordonne de recenser tous les sacs de laine de Berbérie et i (...)

99Cette évolution entraîne des mesures qui visent à exclure les laines maghrébines de la fabrication des draps. Les métiers réglementent de manière très sévère l’usage des matières premières, pour assurer un maintien de la qualité. À cela peuvent s’ajouter des mesures protectionnistes visant à protéger les activités d’élevage du pays et donc à interdire les importations. À partir de 1454 Majorque interdit totalement le travail des laines étrangères à l’île, à l’exception de celles de Minorque340. Les laines d’Afrique continuent certes à arriver, mais elles doivent être soit réexportées, en particulier vers l’Italie341, soit utilisées pour la fabrication des matelas ou pour la chaîne des couvertures342. On trouve la même évolution pour Raguse au milieu du xve siècle343.

100Devant faire face à une concurrence accrue et à des mesures restrictives, la laine maghrébine devient dès lors très marginale dans les exportations. C’est donc un débouché important pour les activités d’élevage qui se ferme progressivement au cours du xive siècle, et la ruine du principal poste d’exportation de Bougie.

b) Les cuirs : le maintien durable d’exportations réputées

  • 344 Leonardo Pisano (Fibonacci), Liber abbaci, éd. B. Boncompagni, Rome, 1857, p. 83, 88 ; trad. Angl. (...)
  • 345 Fibonacci est né sans doute entre 1170 et 1180, et meurt après 1241. Le Liber Abaci a été composé e (...)
  • 346 Voir en particulier le travail de R. Delort, Le Commerce des fourrures en Occident vers la fin du M (...)

101Un marchand doit vendre des cuirs ou des basanes. Il sait dans quelle unité ils sont comptés (en centaines d’unités, en cantares ou en livres), il sait quel est le prix unitaire et enfin connaît la quantité de marchandise vendue. Quel sera le prix total de son lot de cuirs ? Si 100 cuirs valent 83 livres 3/5 et 1/9, combien valent 32 cuirs ? Tels sont deux des « problèmes » que pose le mathématicien pisan Fibonacci dans le Liber Abaci pour expliquer comment fonctionne ce que nous nommons aujourd’hui la règle de trois344. On sait que celui qui contribua à faire connaître aux Européens (et singulièrement aux marchands) les règles de l’abaque avait commencé son apprentissage des mathématiques à Bougie345. Les exemples qu’il prend, au moins dans la première partie du livre, sont presque toujours inspirés par le contexte marchand dans lequel il a passé sa jeunesse et même s’il ne cite pas forcément Bougie, on peut supposer qu’il puise dans l’activité de ce port qu’il connaît bien matière à exemples pour ses démonstrations. Or les cuirs et les peaux sont très présents dans l’ouvrage, ce qui peut être considéré comme révélateur de l’importance de ce produit dans les échanges à Bougie à la fin du xiie siècle. L’industrie des cuirs et des fourrures, comme celle des textiles, s’est fortement développée en Europe au Moyen Âge346et les exportations de Bougie répondent à cette demande.

  • 347 Amari, Diplomi arabi, op. cit., partie latine, n° 14, p. 270 (19/5/1181) et partie arabe, n°3, p. 1 (...)

102L’exportation des cuirs a été dès le début un des secteurs clés du commerce de Bougie. En 1181 on voit ainsi la douane du port interdire aux Pisans d’exporter des cuirs ou des basanes s’ils ne disposent pas d’un capital de 500 dinars comme caution pour l’exercice de leur commerce, ce qui provoque une protestation des autorités pisanes347. L’interprétation de cette interdiction n’est pas aisée. Sans doute s’agissait-il de lutter contre des marchands peu scrupuleux qui partaient sans régler leurs achats et non d’une limitation du commerce. Mais ce qu’il importe de relever ici est la grande importance de ce commerce des cuirs pour les Pisans. Par ailleurs si certains marchands étaient capables de disposer d’une caution de 500 dinars il faut en déduire que nous avons affaire là à des négociants de très grande envergure.

  • 348 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 88-89.
  • 349 Cf. ASG, min. 27, f. 166r (5/6/1251) ; min. 60, f. 296r (28/7/1258).
  • 350 Paris, BNF, ms., fonds Notre Dame, n°274 bis, f. 18v, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 99.
  • 351 D. Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca, 1150-1450 », En las costas del Mediterráneo occi (...)

103Comme les laines, les cuirs qui arrivaient depuis Bougie dans les ports méditerranéens du nord étaient ensuite réexpédiés pour partie vers des marchés de l’intérieur. On peut douter, avec Robert Delort, que tous les cuirs dit de « Bougie » que l’on trouve jusqu’en Angleterre à une date tardive soient effectivement le résultat d’importations de la région de Bougie et même du Maghreb348. Mais dans certains cas le doute n’est pas permis. Les actes de ventes de cuirs de Bougie sur le marché génois montrent, comme pour les laines, l’intervention de marchands venus de l’intérieur de l’Italie, en particulier de Plaisance349. De même, dans un document de la fin du xiiie siècle donnant la liste des marchandises étrangères vendues en Flandre et en provenance du « royaume de Bougie », on trouve notamment des peaux d’agneaux et des cuirs350. Enfin les agents de la compagnie Datini de Prato, en Toscane, viennent chercher à Majorque des cuirs de Berbérie351. La diffusion des cuirs et des peaux de Bougie était donc plus large que celle des laines, limitée à l’Italie.

104Il existait différentes qualités de cuirs, qui ne provenaient pas tous des mêmes espèces animales.

  • 352 Voir par exemple le tarif de lou majorquin de 1368, qui cite les bugiot. Éd. Aguiló « Mostres de lo (...)
  • 353 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 22. On trouve aussi les termes de bogget, bougie, b (...)
  • 354 On trouve alors des « bogy de Spayne », des bougies de Romanie, dits « rumney budge », voire des «  (...)
  • 355 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 219, 224.
  • 356 Lanfranco, n° 1414 (31/5/1225). Sur cette vente, le Placentin doit encore 97 livres 5 sous à Simone
  • 357 Lanfranco, n° 1418 (17/6/1225).
  • 358 ASG, min. 18/II, f. 254r (7/9/1234).
  • 359 ASG, min. 35, f. 163r (8/11/1262). L’année précédente Gandulfino de Quarto a pris au moins deux com (...)

105Le plus souvent il s’agissait de peaux d’agneaux. On trouve dans la documentation européenne la mention de bogett ou bougeye352, dont l’étymologie ne fait guère de doute, et qui désigne toujours des cuirs d’agneaux353 Ce terme, qui renvoie au départ à des cuirs d’agneaux importés de Bougie, a cependant progressivement été utilisé pour toutes les peaux fines d’agneaux, sans lien avec l’origine réelle de la marchandise354. Au xiiie siècle pourtant, ces peaux de la région de Bougie sont réputées pour leur finesse et sont importées dans toute l’Europe355. Les documents génois nous en donnent encore quelques exemples pour cette époque. En 1225 Simone, fils de Baldovino de Quarto, vend à Perazio Parastrello de Plaisance des peaux d’agneaux (agninas) qu’il a portées de Bougie avec Bartolomeo della Porta356. La même année Pietro di Sant’Ambrogio achète à Ugo Pulisino 3960 peaux d’agneau, pour 150 livres 9 sous et demi, et le vendeur certifie qu’elles ont été portées de Bougie par Guidoto Codega son gendre357. En 1234 Tommaso Capite Agneli vend à Gênes 5843 agnelinas de Bougie pour 260 livres358. On a enfin la trace, en 1262, d’une vente par Gandulfino de Quarto de 43 balles de cuirs d’agneaux de Bougie, qui sont expédiées de Gênes en Champagne359.

  • 360 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).
  • 361 Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.
  • 362 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 361, 589. L’origine proprement bougiote de ces cuirs n’est cependa (...)
  • 363 ADBR, 351E 447, f. 439v-441r (27/11/1473), 457r-458v (7/12/1473), 482r-484r (14/12/1473) ; 351E 448 (...)

106Les marchands pouvaient acheter également des cuirs de bœufs ou de veaux, sans doute en plus faible proportion. Dans la liste des produits importés du royaume de Bougie frappés d’une taxe extraordinaire (lou) à Barcelone en 1371 figurent ainsi les cuirs de bœufs360. Le lou majorquin de 1368 évoque quant à lui les cuirs de veaux361. Au début du xve siècle encore Claude Carrère note l’importance des cuirs barbaresques qui arrivent à Barcelone depuis Majorque et qui sont uniquement des cuirs de bœufs et de veaux362. De même, en décembre 1473 à Marseille, Helion Tressemare loue son bâtiment de 5000 quintaux de port, le Sainte-Marie-et-Sainte-Barbe, à plusieurs marchands marseillais pour un voyage de 4 mois au Maghreb, dont Bougie est l’étape principale, et rentre en juillet 1474 avec une cargaison de cuirs de bœuf363.

  • 364 ASG, not. Ign., busta 1, doc. 1, doc. 10 (14/3/1180).
  • 365 Fibonacci, Liber Abbaci, op. cit., p. 118, trad. P. 177.
  • 366 ASG, not. Ign, busta 8, fr. 95, f. 41v (17/6/1262).
  • 367 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).
  • 368 On a donné à ce mot basane une étymologie qui renvoie précisément à Bougie, ce qui est une interpré (...)
  • 369 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, 1883-1887, rééd. Anast. Graz, 1954, I, p (...)
  • 370 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, I, p. 97-98. Le tout vient de la racine (...)
  • 371 Doehaerd, Les Relations commerciales, op. cit., II, glossaire, s. v. ; Calvini, Nuovo glossario, op (...)
  • 372 ASG, AS, 2725, n° 49 (9/6/1287), éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 125 127.

107On trouve à Gênes, Pise et Barcelone un troisième type de cuir, les becunias. En 1180, un contrat de nolis génois en prévoit un chargement de près de 500 cantares364. À la même époque Fibonacci, dans le Liber Abaci, parle de chargement à Bougie de cuirs et de becunias365. Ce commerce se poursuit au xiiie siècle et au-delà. En 1262 Giacomo de Besso de Sori reconnaît avoir reçu une balle de cuir et une de becunias, que Gianuino de Predono a portées de Bougie366. Enfin le tarif de lou de Barcelone de 1371 mentionne également ces boquines367. La traduction de ce mot pose cependant problème368. Du Cange, comme beaucoup d’autres, le traduit par basane et lui donne le sens de cuir tendre369. Le mot pourrait également dériver de l’arabe bitāna, qui désigne une peau de mouton préparée, ou de batāniyya, une peau garnie de sa toison370. Mais Renée Doehaerd et Nilo Calvini (dans le contexte génois), Charles-Emmanuel Dufourcq et María Dolores López Pérez (pour la Catalogne), pensent qu’il s’agit au contraire de cuir de chèvres371. Il n’est pas exclu que le mot ait eu plusieurs acceptions, mais la dernière traduction est plus plausible, dans la mesure où, dans nos documents, la peau fourrée est désignée par le terme de boudron. Cela est d’ailleurs confirmé par un document génois de 1287 qui donne la liste des produits taxés à l’exportation dans le port de Tunis : ce tarif cite les peaux d’agneaux, les cuirs de bœufs, et les pellibus becunis, alors qu’il parle plus haut des laines et boudrons372.

  • 373 Éd. Casini, « Il “Breve” delle gabelle », art. cité.
  • 374 ADBR, B 2485, f. 11, cité par Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 169.
  • 375 Cf. G. Arnaud d’Agnel, éd., Comptes du roi René, Paris, 1908-1910. Par exemple I, n°405, p. 157-158 (...)

108Enfin, et même s’il s’agit d’un courant marginal, il faut signaler les cuirs de renard, que cite le tarif pisan de 1362373. Robert Delort évoque également des volpi barbaresci à Venise, qu’il identifie comme des renards des sables (fennecs). Y avait-il un commerce de peaux d’animaux sauvages tels que les lions ? On sait que le roi René envoie quelqu’un en chercher au Maghreb374, mais il ne pouvait s’agir là que d’un trafic limité de « curiosités », comme les comptes de ce roi nous en fournissent beaucoup d’exemples375.

  • 376 ASG, min. 24, f. 139r (23/5/1252 – deux actes), 139v (25/5/1252), 140r (27/ 5/1252), 143v (13/6/125 (...)
  • 377 ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).
  • 378 Archivio Caetani, Pergamene, Fondo pisano, n° 3330 (10/8/1274), éd. Caetani, op. cit., p. 12-14. Vo (...)

109Très souvent nous avons des exportations depuis Bougie de boudrons, c’est-à-dire de toisons, encore garnies de leurs laines. Les documents ne précisent pas cependant si elles avaient fait l’objet d’une opération de dégraissage de la laine avant de quitter le port. Le marché de Gênes est là encore le meilleur témoin de ce commerce. En 1252 six ventes de boudrons y sont effectuées et les actes précisent que ces toisons ont été portées de Bougie par Pietro Lecavello376. En 1271 Giovannino de Quarto, fils de feu Simone, règle à Corrado Streggiaporco un nolis de 40 livres 11 sous pour 39 sacs de laine et 2 faxes de boudrons chargés à Bougie377. Enfin un contrat de nolis pisan de 1274 prévoit un fret de retour composé de laines et de boudrons378.

  • 379 ASG, min. 65, f. 28r (1/3/1258). Encore ne s’agit-il que d’une petite vente, puisque le prix est de (...)
  • 380 Gual Camarena, Vocabulario, op. cit., p. 281-282.
  • 381 En 1288 un drapier vend pour 28 livres 3 sous 9 deniers de cordouan de Bougie. ASG, min. 87, f. 111 (...)
  • 382 Archives municipales de Perpignan, Livre vert mineur, f. 82-85, éd. A. Alart, « Documents sur la la (...)

110Tous ces cuirs exportés par Bougie ne semblent pas avoir fait l’objet d’un travail, notamment de tannage. Dans les documents génois nous n’avons qu’une seule mention de cuirs affaitata, c’est-àdire tannés379. Les « cordouans » étaient également des cuirs de chèvres, initialement produits à Cordoue, puis imités. Ils avaient fait l’objet d’un travail d’affinage, qui en faisait un cuir recherché380. On en trouve sur le marché génois venant de Bougie381et dans le tarif de rève de Perpignan de 1284, qui taxe le « cordoa de Bugia »382.

  • 383 ARM, A. Costanti, 1425, f. 75v (14/5/1425), 78r (15/5/1425), cités par Macaire, Majorque et le Magh (...)
  • 384 ARM, A. Costanti, 1427, f. 347 (28/10/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. (...)
  • 385 ARM, A. Costanti, 1428, f. 27v (28/1/1428) ; id, 1433-4, f. 38 (22/2/1434), cités par Macaire, Majo (...)
  • 386 ARV, Batllía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409).
  • 387 ARV, MR, Rg. 11060 (Peatges del mar, any 1491), f. 158r-v (15/4/1491).
  • 388 Gourdin, « Les approvisionnements en cuir », art. cité, p. 571-612, qui ne cite qu’un cas de cuirs (...)
  • 389 ASP, Comune, B, Entrata e uscita del camerlingo delle gabelle, Entrata delle mercanzie, année 1423  (...)

111À la différence de ce que nous avons constaté pour les laines, les cuirs du Maghreb ont été exportés sans interruption vers l’Europe jusqu’au xve siècle. Même s’il l’on ne doit pas voir dans tous les « cuirs de Bougie » de la documentation européenne des produits réellement importés de ce port, nous avons suffisamment d’indices pour penser que les cuirs ont continué à être exportés par Bougie. Contrairement aux laines, aucun règlement n’interdit l’usage de ces produits, qui semblent avoir gardé un réel prestige sur les marchés européens. Les importations de Majorque au xve siècle en sont un bon témoignage. En 1425 Gabriel Benviure et Jaume de Podio assurent plusieurs marchands pour des cuirs devant être chargés à Bougie sur le bateau de Jaume Dominici383. Deux ans plus tard un accord de nolis prévoit notamment des cuirs (corione) pour un fret de retour384. D’autres contrats d’assurance, en 1428, 1434 et 1451, ainsi qu’un de nolis en 1459, concernent des cuirs à charger dans le port385. De même, en 1409, une cargaison de produits propriété de musulmans de Valence est confisquée par le gouverneur de Cagliari, où le bateau, venant de Bougie, s’était réfugié à la suite d’une tempête. Dans la cargaison on trouve notamment 94 faxes (balles) de cuir de bœuf plus 8 cuirs non liés, faisant un total de 948 pièces386. Ce trafic est confirmé par l’arrivée en 1491 à Valence d’un bateau venant de Bougie et chargé principalement de cuirs de bœuf387. Les cuirs de Berbérie sont également exportés en abondance vers Gênes, bien que leur origine précise ne soit pas claire388. De même, le registre de gabelles de Pise de 1423 fait figurer de très nombreuses importations de cuirs de Barbarie389. Il y a donc bien permanence d’un courant d’échanges important, qui touche tous les grands ports européens jusqu’à la fin du xve siècle.

  • 390 Cf. supra p. 197-205, 213-215.

112L’importance de ces exportations de laines et de cuirs témoigne également du dynamisme de l’élevage dans l’arrière-pays bougiote. Les quantités exportées ne laissent guère de doute sur l’ampleur de cette activité, ce qui invite à revenir sur le problème de la pastoralisation de l’économie rurale. La thèse traditionnellement admise veut que cet essor de l’élevage soit lié à une bédouinisation, et donc à l’arrivée des Hilaliens nomades au Maghreb390. On ne saurait évacuer totalement cette explication, mais on peut en avancer une autre : l’essor de l’élevage n’est-il pas lié également à la demande accrue en laines et en cuirs sur les marchés extérieurs ? En d’autres termes le développement en Europe de l’industrie textile (et dans une moindre mesure celle des cuirs) n’a-t-il pas accentué cette orientation pastorale de l’économie rurale dans la région de Bougie ? On peut raisonnablement supposer que l’intérêt porté par les marchands latins au marché de Bougie provient en partie de l’existence d’un élevage important dégageant des surplus, mais que l’essor de ce grand commerce d’exportation a aussi contribué à accélérer cette transformation des activités rurales.

c) Autres produits liés aux industries du cuir et de la laine

113D’autres produits liés aux industries de la laine et du cuir figurent parmi les exportations de Bougie, même si c’est de manière assez marginale : l’alun, des produits tinctoriaux et les « écorces de Bougie ».

Alun

  • 391 Gual Camarena, Vocabulario, op. cit., p. 200-201 ; J. Delumeau, L’Alun de Rome xve-xixe siècle, Par (...)
  • 392 Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », Revue d’histoire économique et sociale, 41, 1963, p. 433-447.
  • 393 M.-L. Heers, « Les Génois et le commerce de l’alun », Revue d’Histoire économique et sociale, 32, 1 (...)
  • 394 Delumeau, L’Alun de Rome, op. cit.

114L’alun est un des produits essentiels de l’industrie de l’Occident médiéval. Il est utilisé principalement comme mordant pour les textiles, permettant la fixation des couleurs sur les tissus, mais on peut également s’en servir pour le tannage des peaux et des cuirs et pour des usages aussi divers que l’enluminure des livres, les fresques ou la pharmacopée391. Les principales sources d’approvisionnement ne se trouvent cependant pas au Maghreb. C’est d’abord en Égypte que les marchands vont le chercher392puis, à partir des années 1260, en Asie Mineure. L’alun de Phocée domine alors au xive et dans la première moitié du xve siècle393puis, après la conquête turque de cette région en 1458, est remplacé par celui de Tolfa dans la région de Rome394.

  • 395 Al-Idrīsī, trad. P. 81, 110-111. Cf. supra p. 227.
  • 396 Fibonacci, Liber Abbaci, op. cit., p. 117, trad. P. 176.

115L’alun « de Bougie » ne constitue donc qu’une source d’approvisionnement secondaire, mais il apparaît dans plusieurs types de documents, des manuels de marchands aux contrats commerciaux. Sa provenance est cependant incertaine. Peut-être y avait-il des mines dans la région, mais on peut aussi penser à l’alun de Kawār, dont parle al-Idrīsī et qui était à son époque vendu à Ouargla395. Il est en tout cas exporté depuis Bougie et d’autres ports de la région. Fibonacci mentionne son transport, dans un problème lié aux chargements de navires. Pour équilibrer le navire, la cargaison devant être bien répartie, il faut pouvoir trouver les équivalences en poids des différentes marchandises. Fibonacci précise alors que l’alun est chargé à fond de cale, comme toutes les matières pesantes, et qu’il est deux fois plus lourd que le cuir396.

  • 397 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).
  • 398 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).
  • 399 ASG, Manoscritti 102 (not. Oberto Scriba), f. 5v (13/8/1179).
  • 400 AHCB, Livre vert, I, f. 232, trad. Esp. Capmany y Montpalau, Memorias históricas, op. cit., p. 867.
  • 401 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 99. Cet alun pouvait passer soit par Marseille, soit par Gêne (...)
  • 402 ASG, min. 105, f. 61r (15/1/1259). Quelques années plus tard, en 1264, Manuele Zaccaria et son frèr (...)
  • 403 ASG, min. 35, f. 15r (10/9/1259). Cf. supra p. 383.
  • 404 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272), 46r (17/10/1273).
  • 405 ASG, min. 63/I, f. 66v (17/10/1273).

116Son exportation au départ de Bougie est attestée dès le xiie siècle, dans les documents génois. On le rencontre parmi les produits achetés par certains grands marchands impliqués dans le commerce oriental, comme Guglielmo Malone, qui en 1161 envoie Buongiovanni Lercari à Bougie porter de la soie et des toiles d’Yspania, spécifiant dans le contrat que ce dernier doit investir si possible l’argent en cire ou en alun397. Trois ans plus tard Blancardo, un marchand actif sur le marché égyptien, règle des comptes avec Buongiovanni Scriba, sur le point de partir à Bougie et le contrat concerne notamment 107 cantares et deux tiers d’alun de Bougie qui restent d’une ancienne société entre les deux hommes398. Enfin en 1179 on trouve 20 cantares et demi d’alun, au cantare de Bougie, dans un contrat entre Oglierio de Carthagena et Bernardo Ruffo399. Au xiiie siècle il figure encore dans un tarif barcelonais de 1271 qui prévoit, dans le cas d’une vente d’alun de Bougie ou d’Alep, une taxe de 12 deniers par charge, partagée entre le vendeur et l’acheteur400. À la même époque, la liste des produits d’origine étrangère rencontrés sur les marchés flamands indique également la présence d’alun de plume de Bougie401. Cela est confirmé par des documents commerciaux génois de la même époque. En 1259 Manuele Zaccaria en vend à Gênes pour 22 livres 13 sous 9 deniers à Ardoino, teinturier, et pour 20 livres 15 sous à Ugo Gambonus402. La même année Oberto de Nogaria en vend pour 91 livres 5 sous à trois marchands de Lucques, dont Orlando Battoso que l’on a déjà vu acheter des laines à Gênes403. En 1272 et 1273 Franceschino de San Sinesio reçoit de l’alun venu de Bougie sur la nave de Giovanni Portonario et la taride de Giordano de Insulis et associés404. Enfin un peu plus tard, en 1276, Pietro Trario vend sur le marché de Gênes pour 2000 livres d’alun de Bougie405, ce qui montre un trafic de grande ampleur.

  • 406 Pegolotti, p. 367.
  • 407 Gual Camarena, éd., El primer manual, op. cit., p. 105.
  • 408 Cité par Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun », art. cité, p. 191.
  • 409 Dini, Una pratica di mercatura, op. cit., p. 12.

117Au xive siècle Pegolotti ne cite pas Bougie dans son tableau des zones d’approvisionnement en alun406, mais un manuel de marchands catalan du xive siècle classe l’alun de Bougie parmi les produits de bonne qualité407et en 1355 un tarif de courtage de Bruges atteste que les Catalans y portent de l’alun de Barbarie408. On sait par ailleurs qu’un facteur de la compagnie Datini de Prato avait été envoyé au Maghreb, à Alcudia, pour étudier les possibilités du marché, et avait eu pour instruction de revenir avec de l’alun409. Malheureusement, dans la Pratica di mercatura, qu’il rédige en 1394-1395, il ne distingue pas les différentes places commerciales maghrébines. À cette époque l’alun de Phocée était d’ailleurs de très loin le premier sur les marchés européens.

Produits tinctoriaux et « écorce de Bougie »

  • 410 La grana est une matière tinctoriale écarlate tirée de la cochenille (ou kermès), parasite de certa (...)
  • 411 ARM, P. 2520, f. 73-74v (17/3/1459), cité par Vaquer, « Commerç i capital mercantil », art. cité, p (...)
  • 412 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).

118Toujours en relation avec les activités de teinture, Bougie exportait de la grana, ou kermès410. Dans un contrat de nolis de 1459 on trouve ce produit parmi les marchandises rapportées de Bougie et Alger411. De même en 1454 Moiser Cap, juif du royaume de Bougie, paye une taxe d’entrée à Valence pour 28 doubles en un baril d’indigo porté depuis ce royaume sur une galée vénitienne412. Mais il s’agit toujours de cas isolés.

  • 413 Pegolotti, p. 295.
  • 414 Elle est également citée dans un manuel de marchand majorquin de la fin du xve siècle. Fr. Sevillan (...)
  • 415 Balletto, « Bougie », art. cité, p. 84.
  • 416 Cf. supra p. 213 les ressources sylvicoles de la région.

119Enfin, il faut citer l’écorce de Bougie (« iscorza di buggiea ») dont parle Pegolotti413, mais que l’on ne retrouve pas dans les documents commerciaux414. Laura Balletto l’assimile à l’« erba Buggiea » évoquée par le même Pegolotti et l’identifie avec l’écorce de la « sumac thezera », utilisée pour laver les cuirs415. La Pratica ne nous donne guère de détails pour l’identifier, mais je pencherais plutôt pour une écorce tannique, utilisée pour le travail des cuirs, dans la mesure où l’on sait que dans la région de Bougie certains arbres (en particulier le pin d’Alep) pouvaient donner une telle écorce416.

2) La faiblesse des exportations de produits manufacturés

120Ce qui frappe surtout dans l’analyse des exportations est la rareté des produits manufacturés. On a déjà pu constater que les laines et les cuirs n’étaient le plus souvent pas travaillés avant d’être embarqués pour l’Europe. Cette caractéristique se confirme lorsque l’on observe les autres produits fabriqués vendus au départ de Bougie, même s’il faut sans doute nuancer le tableau, en distinguant en particulier les périodes et en soulignant autant que possible les évolutions.

a) Les céramiques

121Le premier produit manufacturé important exporté de Bougie ne nous est connu que de manière très indirecte, ce qui ne facilite pas la compréhension de ce courant commercial : il s’agit des céramiques, sur lesquelles nous sommes à ce jour très mal renseignés, mais qui posent un problème intéressant d’évolution dans les échanges maritimes entre Bougie et l’Europe.

  • 417 Cf. supra p. 219-220, et G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contr (...)
  • 418 Cf. D. Abulafia, « The Pisan Bacini and the Medieval Mediterranean Economy : A Historian’s Viewpoin (...)

122Pour l’étude des exportations de céramiques, les données sont en effet maigres et surtout d’une interprétation délicate. Georges Marçais a montré que Bougie avait eu, comme la Qal’a des Banū Hammād avant elle, une production de céramiques417. La question de leur exportation, en particulier en Europe, se heurte cependant à l’absence de ce produit dans les contrats de commerce maritime, comme dans les tarifs douaniers ou les manuels de marchands418. Deux approches peuvent cependant être tentées : l’archéologie d’une part, et les documents d’archives d’autre part.

  • 419 G. Berti, L. Tongiorgi, « Ceramiche decorate (xi-xiv sec.) di importazione da vari centri del Medit (...)
  • 420 G. Berti, L. Tongiorgi, I Bacini ceramici medievali delle chiese di Pisa, Rome, 1981, notamment les (...)
  • 421 G. Berti, « Pisa città mediterranea. La testimonianza delle ceramiche importate ed esportate », Pis (...)
  • 422 Abulafia, « The Pisan bacini », art. cité, p. 292.
  • 423 G. Berti, L. Tongiorgi, Ceramica pisana, secoli xiii-xv, Pise, 1977, p. 127, 139.
  • 424 Voir les communications au colloque international de Valbonne (La Céramique médiévale en Méditerran (...)
  • 425 J. Thiriot, « Céramiques fines islamiques du Midi de la Italie au Bas Moyen Âge », A Cerâmica medie (...)
  • 426 V. François, « Les céramiques médiévales d’Alexandrie : un témoignage archéologique d’importance », (...)

123Les fouilles et les travaux menés en Italie, en particulier à Pise, ont permis de montrer la présence importante de céramiques du monde musulman occidental (Sicile et al-Andalus compris) dans de nombreuses régions d’Italie, depuis le milieu du xie siècle jusqu’au milieu du xiiie siècle419. Ces céramiques servaient à décorer les façades des églises (ce que l’on nomme les bacini et qui sont encore nombreux à Pise420), mais on les a également retrouvées dans des fouilles qui ont montré un usage plus large421. Ces trouvailles révèlent un commerce important de produits bon marché, avec une large prédominance de la « Tunisie », c’est-à-dire de l’Ifrīqiya orientale422. À partir du milieu du xiiie siècle en revanche, les céramiques sont toutes de production locale et Pise commence même à exporter vers l’extérieur423, signe d’un transfert technologique qui a rendu inutile désormais les importations des pays musulmans. Des trouvailles similaires ont été faites dans de nombreuses villes d’Italie, pas uniquement maritimes424, et dans le Midi de la France425. De même des fouilles à Alexandrie d’Égypte ont révélé des importations très abondantes de céramiques d’Ifrīqiya entre le xie et le xive siècle426.

  • 427 Berti, « Pisa città mediterranea », art. cité, p. 172.

124De tels résultats, qui montrent un courant d’échange de céramiques (impossible à quantifier) entre les pays musulmans d’Occident et les rivages chrétiens, restent imprécis quant à une éventuelle origine bougiote des trouvailles. Si des analyses géochimiques de pâtes ont permis de déceler avec certitude des pièces originaires de Kairouan, Mahdia ou Tunis427, l’absence à ce jour de telles analyses pour les céramiques trouvées à Bougie nous interdit de faire des comparaisons solides avec les types maghrébins trouvés dans les fouilles européennes.

  • 428 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 168.
  • 429 Canale, op. cit., III, p. 197 (doc. Du 5/5/1312, que je n’ai pu retrouver).
  • 430 H. Amouric, « Les importations de céramiques dites de Bejaia (Bougie) en Provence et Ligurie (xiiie(...)
  • 431 AM, FF 501, f. 76 (inventaire des biens de Ricardus Julliani, 1297), cité par Amouric, « Les import (...)
  • 432 Notons également que Rossana Urbani a trouvé dans les Archives de Gênes un document de 1500 qui men (...)
  • 433 ADBR, B 1153, pièce ; copie des Archives communales d’Aix-en-Provence, CC 140, pièce (tarif du péag (...)
  • 434 AM, CC 195, compte de 1388, f. 108v (26/8/1388), cité par Amouric, « Les importations », art. cité, (...)
  • 435 Ibid., p. 335-336.
  • 436 Marçais, Les Poteries, op. cit., p. 18.
  • 437 Amouric, « Les importations », art. cité, p. 336.
  • 438 Ibid., p. 337.
  • 439 À savoir essentiellement du xiiie et du début du xive siècle. Cf. Valérian, « Les archives de Marse (...)

125Restent les documents d’archives. Une lettre de la Geniza parle d’un chargement de poteries, sans doute maghrébines, qu’un marchand égyptien a vendu en al-Andalus vers 1137428. Mais les témoignages sont, là encore, surtout européens et d’une interprétation délicate. Michele Canale cite la présence, dans un inventaire de pharmacie génois de 1312, d’un pot doré en terre de Bougie429. Henri Amouric, grâce à un minutieux travail de dépouillement dans les fonds d’archives du sud de la France, a trouvé une cinquantaine de témoignages de « céramiques de Bougie », en particulier dans les inventaires mobiliers après décès, les inventaires de pharmacies, ou les comptes et tarifs de péages430. Ces mentions apparaissent à la fin du xiiie siècle, dans un document de 1297431, mais surtout à partir du milieu du xive siècle et jusqu’à la fin de notre période au moins432. Les documents nous montrent des objets qualifiés d’opus de Bugea de terra433, d’opera Bugie434ou simplement, le plus souvent, de terre de Bougea. Il s’agit en général d’une vaisselle d’ornement, plus que d’objets utilitaires435. Georges Marçais rapproche les tessons de faïences en bleu et blanc trouvés à Bougie de ceux trouvés à Marseille dans le contexte des xiiie et xive siècles436, ce qui pourrait montrer un courant d’échanges. Mais le bleu de lustre connu en Provence est considéré comme valencien et les analyses effectuées sur les tessons provençaux de ce type les rattachent avec sûreté aux productions espagnoles et excluent le Maghreb437. Henri Amouric penche plutôt pour un terme générique, sans relation avec un réel courant d’échanges438. On pourrait ajouter, à l’appui de cette conclusion, que ces témoignages se situent principalement dans un arc chronologique qui ne correspond pas aux périodes de relations commerciales entre Marseille et Bougie439. Pourtant ce nom de « terre de Bougie » suggère qu’à une époque plus ancienne (au xiiie siècle ?) a existé à Marseille un réel courant d’importation de céramiques en provenance de ce port. Par la suite l’appellation serait restée, pour désigner des productions locales. On peut établir un parallèle avec ce qui a été constaté à Pise, où ce courant d’importations de céramiques maghrébines est attesté par l’archéologie jusqu’au xiiie siècle, puis disparaît au profit de productions locales. Tout ceci reste cependant encore très fragile en l’absence de progrès des connaissances archéologiques.

b) Les textiles

126La question des exportations de textiles n’est pas moins difficile à résoudre, car nous n’avons que très peu de traces d’un tel mouvement commercial. Faut-il en déduire pour autant que Bougie n’exportait pas sa production textile ? De toute évidence si de telles exportations ont existé, elles n’ont cependant pas représenté un poste important.

  • 440 Éd. M. Alarcón y Santón et R. García de Linares, Los documentos árabes de la corona de Aragón, Madr (...)

127Quelques exemples montrent cependant qu’il y a eu un commerce de tissus et de vêtements au départ de la ville. En 702/1302-3 une cargaison de burnous est transportée par mer à destination de Bizerte, sur un navire bougiote qui est capturé par des pirates majorquins, la cargaison étant estimée à la somme conséquente de 40 000 dinars (ou dirhams, l’unité n’étant pas indiquée)440. Il est probable qu’un courant d’échanges avec les autres régions du Maghreb, voire avec l’Orient musulman, a existé. Il n’est malheureusement guère visible. Dans les documents qui font apparaître les marchands bougiotes sur les bateaux chrétiens, il n’est en tout cas pas question de textiles.

  • 441 R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, I, 1956, p. 1181, 1183-1184.
  • 442 Ibid., p. 1183.

128On trouve il est vrai dans la documentation européenne des mentions de « draps de garbo », par exemple à Florence441. Le terme de Garbo est cependant difficile à interpréter. Il peut désigner l’ensemble du Maghreb, ou seulement sa partie occidentale (Maroc). En outre rien ne prouve la provenance réellement maghrébine de ces tissus. Dans bien des cas, il s’agit d’une appellation générique, qui désigne un type de tissu, probablement imité de tissus maghrébins, ou fabriqué avec des laines maghrébines442.

  • 443 Éd. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi René, op. cit., II, n° 2689, 2698.
  • 444 Ibid., n° 2712 (28/12/1478).
  • 445 Ibid., n° 2716 (janvier 1479). Du Cange et Anne-Marie Bautier donnent le sens de jupe. A.-M. Bautie (...)

129À la fin du xve siècle on voit cependant apparaître dans la documentation des textiles maghrébins achetés en Europe comme « curiosités ». On en trouve en grand nombre dans les comptes du roi René de Provence, qui mentionnent des « draps rayés de Barbarie », pour faire des pourpoints, ou une « ceinture moresque »443. En 1478 des galées florentines arrivent dans le port de Marseille et déchargent « deux draps d’estranges paintures, une grande touaillole [serviette] moresque, quatre paniers de Barbarie »444, et l’année suivante le marchand Jehan Gilbert apporte à bord des mêmes galées florentines des marchandises pour le roi, dont des « jubes moresques »445. Il s’agit là de produits de luxe, exotiques, qui peuvent représenter des sommes importantes, mais restent d’un volume réduit par rapport aux autres exportations.

130En définitive, s’il faut souligner les limites de notre documentation, en particulier pour étudier les éventuelles exportations vers d’autres pays musulmans, les textiles de Bougie n’ont pas fait l’objet, de toute évidence, d’un commerce maritime notable. Au contraire, les nombreuses importations de tissus européens montrent que ce secteur était nettement déficitaire.

3) Autres exportations

a) La cire

  • 446 Cette étymologie, globalement acceptée, est donnée dans le dictionnaire Littré, I, p. 1155. L’attes (...)
  • 447 Au xve siècle on demande aux patrons des galées vénitiennes de Barbarie de donner à leur retour aux (...)

131Si Bougie a donné son nom à un type de cuirs, elle est surtout à l’origine du nom donné à partir du xive siècle en français aux chandelles446. Sa cire était en effet exportée vers les pays européens, qui en faisaient un usage important pour l’éclairage447.

  • 448 Cf. supra p. 215.
  • 449 É. Baratier, F. Raynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, Paris, 1951, p. 409, cit (...)

132La cire n’est pas une spécialité de Bougie (on en trouve des exportations à partir des autres ports du Maghreb et d’autres régions de la Méditerranée). Mais la région possédait des ruches448et produisait de la cire d’abeilles, expédiée sous forme de pains d’environ un quintal, ou en caisses449.

  • 450 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).
  • 451 Blancard, I, n° 20 (11/4/1229).
  • 452 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 98-99.

133Parmi les premiers contrats de commerce avec Bougie, on trouve en 1161 une commande de soie et de toiles d’Yspania dont le produit de la vente devra être réemployé si possible en cire ou en alun450. Au xiiie siècle, il est plusieurs fois fait mention de cire dans les cargaisons de retour des navires. Ainsi en 1229 à Marseille un contrat de commande de 120 besants de millares à destination de Bougie précise expressément que cette somme doit être employée à acheter de la cire451. On sait par ailleurs que la Flandre recevait à la fin du xiiie siècle des cires en provenance de Bougie452.

  • 453 Pegolotti, p. 206.
  • 454 ARM, RP 1108, f. 14v (18/7/1362).
  • 455 Id., f. 9r (17/6/1365).
  • 456 Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca », art. cité, p. 150 ; voir également les nombreuses (...)
  • 457 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

134Ce courant se poursuit au siècle suivant, puisque Pegolotti parle des cires de Berbérie, taxées à Pise 3 sous par centinaio453. De même Majorque importe régulièrement de la cire de Bougie, comme le montrent les taxes payées par les mudéjars et les juifs revenant de cette ville : en 1362 deux musulmans, dont un de Valence, payent une taxe pour de la cire qu’ils ont portée sur le linh de Pere Garrigue, le premier pour 5 costals valant 300 livres et le second pour 4 ponts valant 233 livres454. En 1365 c’est un juif de Majorque, Mahabub Fagrii, qui arrive d’Alger avec 4 costals de cire qui appartiennent à Abdalla Zefuni, musulman de Bougie455. Il n’est dès lors pas surprenant de voir que les agents de la compagnie Datini de Prato s’intéressent à la cire africaine du marché de Majorque456. De même la cire du royaume de Bougie figure dans le tarif de lou de Barcelone de 1371457.

  • 458 Voir par exemple ARM, A. Costanti, 1411 à 1413, f. 90v (26/3/1412) ; id., 1425, f. 75v (14/5/1425), (...)
  • 459 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 359. Les contrats d’assurances majorquins des années 1465-8 montre (...)
  • 460 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406, f. 181v (7/1/ 1405) : commande de draps p (...)
  • 461 Confiscation de 7 cantares de cire de Bougie. ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 60r-v (18/1 (...)
  • 462 ARV, Bailía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409). Une cargaison contenant notamment 31 costals de cire pesan (...)
  • 463 Deux contrats de nolis pour des voyages de Marseille à Bougie prévoient notamment de la cire pour l (...)

135Au xve siècle c’est encore un produit régulièrement exporté, souvent en même temps que des cargaisons de cuirs. Plusieurs contrats majorquins d’assurance concernent de telles cargaisons458et de Majorque elle est redistribuée notamment à Barcelone459. La cire est également achetée par les Barcelonais460, Vénitiens461, Valenciens462et Marseillais463.

136Certes, la cire ne peut prétendre à la même importance économique que les laines ou les cuirs, mais elle est un produit exporté de manière régulière par Bougie, pour des sommes souvent importantes.

b) Les produits alimentaires

  • 464 Cf. supra p. 206-212.

137L’agriculture de l’arrière-pays de Bougie avait gardé, malgré des difficultés, un bon niveau, tant pour les céréales que pour les autres productions464. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle était capable de dégager des surplus et de les exporter par mer, en particulier vers les pays européens. De fait, les documents montrent assez peu de transports de produits alimentaires.

  • 465 Vernet, « Les relations céréalières », art. cité, p. 332.
  • 466 Dufourcq, L’Italie catalane, op. cit., p. 544.
  • 467 Chr. Picard, « Le commerce des produits agricoles entre le Maghreb Oc cidental et l’Andalus au xiie (...)
  • 468 H. Rausell Boizas et al., « Movimiento secular de las importaciones trigueras del siglo xv mediante (...)
  • 469 M. D. López Pérez, « La circulación de cereales en el Mediterráneo occidental bajomedieval : la pro (...)
  • 470 López Pérez, « La circulación de cereales », art. cité, p. 172-175.

138Nous avons vu que Bougie importait du blé, en particulier de Sicile. Mais ce commerce pouvait se faire dans les deux sens, en fonction des récoltes de part et d’autre de la Méditerranée. Pour étudier d’éventuelles exportations de grains il est nécessaire, plus encore que pour les autres produits, de distinguer les différentes régions du Maghreb. Il ne fait pas de doute que les plaines d’Ifrīqiya, et surtout l’arrière-pays d’Oran et le Maroc, exportaient du blé vers l’Europe, notamment vers la Péninsule ibérique465. Le Maghreb est, dès le xiiie siècle, un marché important pour l’approvisionnement en céréales des pays de la Couronne d’Aragon466, prolongeant en cela une tradition plus ancienne de commerce céréalier avec al-Andalus467. Le déficit chronique des centres urbains catalalo-aragonais au xive siècle permet à ces importations de se poursuivre, surtout pour Majorque et dans une moindre mesure pour Valence468. Mais les zones d’approvisionnement se diversifient progressivement et le Maghreb est une zone très secondaire469. Par ailleurs les ports exportateurs sont surtout ceux compris entre Oran et Ténès, ainsi que ceux du Maroc470.

  • 471 Traité Gênes – Tunis, 1236, art. 17 ; cf. Ph. Gourdin, « L’Afrique du Nord est-elle au Moyen Âge le (...)
  • 472 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 543.
  • 473 Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.
  • 474 ASP, Diplomatico Coletti, 24/9/1202, éd. Fr. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti econom (...)
  • 475 Archivio di Stato di Prato, n. 1010, f. 443 (1399), cité par F. Melis, « Malaga nel sistema economi (...)
  • 476 ARV, Bailia, 1219, f. 298r-v (10/10/1419), cité par M. Ruzafa Garcia, « Los operadores económicos d (...)
  • 477 ARM, A. Costanti, 1427, f. 347 (28/10/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. (...)
  • 478 ASG, notai antichi, not. Risso Baromeo, filza 1, n°174, cité par J. Heers, Gênes au xve siècle. Act (...)
  • 479 Bartolomeo di Pasi, Tariffa de i pesi e misure corrispondenti dal Levante al Ponente, Venise, 1503, (...)

139Si le Maghreb oriental n’est pas une grande zone d’approvisionnement en céréales, on trouve néanmoins quelques mentions ponctuelles d’exportations. Les traités passés avec les Hafsides prévoient la possibilité pour les marchands chrétiens d’acheter du blé dans leurs États, à condition que l’on ne se trouve pas dans une situation de disette471. Il y a donc compétition avec le marché local, qui peine parfois à être approvisionné, comme en 1336 lorsque les habitants de Collo empêchent des marchands catalans d’acheter du blé – alors que le gouverneur de Constantine avait donné son autorisation d’exporter – car le blé manque dans la région472. Ce mouvement existait bien cependant, comme en témoigne le tarif majorquin de lou sur les importations du royaume de Bougie en 1368 qui cite, à côté des produits de l’élevage, la farine et la semoule473. Plusieurs exemples montrent par ailleurs des exportations de céréales au départ de Bougie. En 1231 à Cagliari Ildebrando Melle, fils de Gualfredo, prend en commande de Pandolfino Gelso, fils de feu Rainerio, 15 livres génoises à porter à Bougie pour les investir en grains et revenir à Cagliari474. De même en 1399 un document de la compagnie Datini nous signale une importation de blé de Bougie pour Malaga475. Les témoignages sont un peu plus nombreux au xve siècle. En 1419 le Bailli de Valence autorise le patron d’un linh, Joan de Villes, à aller chercher du blé à Bougie et Collo476. En 1427 un contrat de nolis prévoit le chargement de semoule à Bougie ou Collo477et en 1447 deux frères Spinola de Luccoli sont associés à un marchand de Levanto pour charger du blé à Bougie ou Alger478. Enfin un tarif vénitien, daté d’environ 1500, cite les grains et la farine parmi les produits importés de Bône et de Bougie479. Mais ce trafic occasionnel, d’appoint, ne modifie pas la balance céréalière, globalement déficitaire pour Bougie. C’est là une différence sensible par rapport aux autres grands ports maghrébins, comme Tunis, Oran, Ténès ou Alger et qui a pu rendre Bougie moins attractive à certaines époques.

  • 480 On en trouve qui arrivaient à Marseille depuis le Maghreb. Baratier, Reynaud, Histoire du commerce (...)
  • 481 Cf. supra p. 209.
  • 482 ARV, Bailía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409).
  • 483 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 38 (22/2/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. (...)
  • 484 C’est une épice qui connut un grand succès en Italie aux xive et xve siècles, et qui provenait de l (...)

140Les autres produits alimentaires ne sont guère plus représentés dans les exportations de Bougie. Il n’est pas exclu que les cargaisons aient comporté des dattes480ou des figues, dont al-Idrīsī nous dit qu’on en cultivait en abondance, suffisamment pour alimenter plusieurs pays481. Il existe également un document de 1409 mentionnant un transport de sucre depuis Bougie, pour le compte de mudéjars de Valence et Gandia482. Ce témoignage isolé reste insuffisant pour déduire qu’il s’agissait d’une production locale importante. Un contrat d’assurance de 1434 enfin fait état d’un chargement prévu à Bougie de noix de xarch483, c’est-à-dire du « poivre de Guinée », aussi nommé « graine de paradis », malaguette ou maniguette484, donc un produit africain de réexportation.

141L’activité du port de Bougie ne reposait donc pas sur les productions alimentaires, soit parce que son arrière-pays ne produisait pas de surplus exportable en quantité notable, soit parce que ces surplus éventuels ne parvenaient pas jusqu’à la mer et au port.

c) Le bois et autres produits végétaux

  • 485 ARM, LLC, 1, f. 71 r-v (17/6/1338), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 388.
  • 486 ARV, C., Rg. 626 (Confesiones y ventas de sarracenos), f. 2r-7v (2/8/1409), éd. J. Hinojosa Montalv (...)
  • 487 ARV, C., Rg. 626 (Confesiones y ventas de sarracenos), f. 33v-36r (30/4/ 1410).

142Un document de 1338 évoque la capture d’un linh majorquin par des Génois dans le port de Tunis, où il était arrivé de Bougie avec un chargement de bois propriété de musulmans485. De même en 1409 des corsaires valenciens s’emparent d’un bateau musulman portant entre 3 et 4000 bois de lances de Bougie à Oran, où il devait charger du blé pour Malaga486. L’année suivante, une fuste de Castillans s’empare près de Mostaganem d’un caro (qārib) de Bougie qui se dirigeait vers Oran avec également une cargaison de bois487. Ces trois documents, malheureusement isolés, lèvent un peu le voile sur les échanges intra-maghrébins réalisés par les musulmans eux-mêmes, que ce soit sur des navires musulmans ou chrétiens. On voit que Bougie exporte le bois de son arrière-pays vers les régions du Maghreb qui en sont moins pourvues et ne peuvent se satisfaire des importations en contrebande des marchands chrétiens.

  • 488 Pegolotti, p. 294.
  • 489 ASG, min. 63/I, f. 32v (26/3/1274). La vente se fait pour une somme faible, 2 livres 17 sous.
  • 490 ARM, P. 2524, f. 45 (14/4/1474), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. (...)
  • 491 Borlandi, « “Futainiers” et futaines », art. cité, p. 135.

143On pourrait encore citer, avec Pegolotti, « l’herbe de Bougie [Erba Buggiea] »488. Al-Idrīsī a dressé la liste des herbes que l’on pouvait trouver sur les pentes du Mont Gouraya, mais on ignore à quelle « herbe » Pegolotti fait allusion. En écho à cette information on voit en 1274 une vente à Gênes d’ » erba de Bugia » nommée arcicha, qui renvoie visiblement au mot arabe ašīša, herbe sèche, mais sans nous fournir plus de précision489. Enfin citons en 1474 un contrat de nolis majorquin qui prévoit un chargement de coton à Bougie ou Alger490. Le coton pouvait en effet arriver en Europe depuis le Maghreb, mais cela était rare et celui que Venise faisait venir de Syrie et d’Égypte était de meilleure qualité491.

d) Les esclaves

  • 492 Ch. Verlinden, L’Esclavage dans l’Europe médiévale, I, Péninsule ibérique – Italie, Bruges, 1955, p (...)
  • 493 Quaderno di bordo, éd. Greco, op. cit., n° 80 (14/10/1475).
  • 494 ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 100v-102v (4/1/1459).

144Bougie n’a jamais été un lieu de regroupement pour les esclaves d’Afrique noire et la zone d’approvisionnement de l’Europe se situe essentiellement en Tripolitaine492. Même au xve siècle, lorsque le marché des esclaves africains prend de l’ampleur en Europe, il ne semble pas que Bougie ait servi de port d’embarquement pour ces marchandises humaines, sauf cas exceptionnel. En 1475 deux esclaves noirs, un homme et une femme, sont ainsi achetés à Bougie au passage de la muda de Barbarie, pour être portés à Alger493. Ce cas est cependant isolé et certains textes d’incanti des galées de Berbérie interdisent d’ailleurs formellement de prendre à bord des noirs, avec pour les contrevenants des peines très lourdes494.

145La principale activité exportatrice est donc l’élevage. Les autres secteurs (textiles, alimentation), s’ils ne sont pas totalement absents, occupent une place marginale. Cela est le résultat d’une part des productions que Bougie recevait de sa région, mais surtout de la demande européenne qui vise à satisfaire les besoins de son industrie.

CONCLUSION : LA BALANCE COMMERCIALE ET LA QUESTION DES MÉTAUX PRÉCIEUX

  • 495 Il oppose le commerce maritime au trafic intérieur et saharien, qui selon lui enrichit tout le pays (...)
  • 496 « Son rôle fut en fait [...] toujours négatif : celui de soutenir un pouvoir défaillant et de l’opp (...)
  • 497 Cf. D. Valérian, « L’expansion européenne médiévale vue par l’historiographie maghrébine contempora (...)
  • 498 Cf. infra p. 534-536.
  • 499 Muqaddima, trad. P. 572-573.
  • 500 507Fārisiyya, p. 174.

146Le commerce maritime avec l’Europe a été incontestablement une source de dynamisme économique et d’enrichissement pour Bougie, et au-delà pour sa région. Abdallah Laroui, qui porte un regard sévère sur cette activité, considère qu’il n’a profité qu’au pouvoir, n’enrichissant que le souverain et son entourage495. En procurant des entrées fiscales sûres, il aurait isolé le pouvoir du reste du corps social496. Ce jugement, marqué par l’idéologie des années 1960497, doit être au moins en partie reconsidéré. Certes, le pouvoir profite de ce commerce maritime, grâce à sa participation directe aux affaires498, par l’intermédiaire également des taxes qui alimentent son Trésor de manière sûre et régulière. Celles-ci lui évitent de recourir à des impôts illicites pesant sur les populations musulmanes (ou d’y recourir de manière excessive). Elles permettent également de s’affranchir en partie des tribus de l’arrière-pays qui contrôlent la levée des impôts ruraux. Un passage de la Muqaddima est à cet égard éclairant et semble s’appuyer sur l’expérience maghrébine de l’auteur. Décrivant le processus de désagrégation du pouvoir, Ibn Khaldūn affirme que les dépenses de l’État sédentaire augmentent et en montre les conséquences : « Mais, avec l’accroissement de ses besoins et de ses dépenses, dû à celui des habitudes de luxe et de l’entretien de l’armée, l’État finit par dépérir. Il devient trop faible pour percevoir les impôts en province ou dans les régions éloignées. Les recettes fiscales tombent, mais les besoins somptuaires augmentent. Le pouvoir doit donc imaginer de nouvelles recettes. Il les trouve, en frappant les transactions commerciales. Il perçoit des droits sur les chiffres d’affaires, dans les marchés, et à l’entrée des marchandises importées dans les villes499 ». De même, lorsqu’il dresse le bilan de l’action du chambellan Ibn Tāfrāğīn à Tunis (au milieu du xive siècle), Ibn Qunfudloue la politique de ce dernier, déplorant seulement qu’il ne fût pas capable d’imposer la puissance de l’État aux tribus. Mais dans la même phrase il souligne l’importance des rentrées fiscales grâce à l’activité maritime, comme si les deux se compensaient500. Il serait faux cependant d’imaginer que le pouvoir fut le seul à profiter de cette activité. Une grande partie des échanges enrichit les milieux marchands locaux, même si ceux-ci nous sont mal connus. Au-delà, l’appel des marchés européens comme l’arrivée de matières premières pour l’industrie textile stimulent la production à Bougie et dans son arrière-pays. Ces effets de ce grand commerce dans les campagnes sont cependant plus difficiles à mesurer.

  • 501 Ce concept d’échange inégal, développé dans les années 1970 par Samir Amin à la suite d’Arghiri Emm (...)
  • 502 En ce sens on ne peut suivre totalement le schéma d’Ashtor sur le déclin de l’industrie textile de (...)

147Mais ce qui est probable est que la structure des échanges favorise certains secteurs plutôt que d’autres. Globalement la ville est exportatrice de produits de l’élevage, le plus souvent non travaillés. En retour, elle importe essentiellement des textiles issus de l’industrie européenne. Des nuances peuvent être apportées à ce schéma général, mais l’image qui se dessine est celle d’un échange inégal entre les deux rives de la Méditerranée501. Les besoins de l’Europe en laines, cuirs et peaux ont ainsi pu stimuler l’élevage, que l’évolution démographique et l’arrivée de nouvelles populations nomades avaient déjà favorisé. En ce sens il n’est pas impossible que cette forte demande ait accentué et pérennisé l’orientation pastorale de l’arrière-pays. À l’inverse, les productions artisanales sont peu réclamées en Europe. Les céramiques, qui ont sans doute été exportées par Bougie, cessent de l’être au xiiie siècle. Les textiles ne font qu’exceptionnellement l’objet de ventes sur les marchés européens. Cela ne signifie pas que ces activités ont disparu, puisque Bougie continue d’importer des matières premières pour son secteur textile502. Mais ce n’est pas un secteur assez dynamique pour être exportateur. Les industries européennes ont su, surtout à partir du xiiie siècle, développer une production massive et compétitive. Les artisans s’organisent et parviennent à occuper une place de premier plan dans une société où une telle réussite économique devient valorisante. Au contraire à Bougie les métiers de l’artisanat, en particulier de la laine, sont des métiers humbles. Si l’industrie textile bougiote n’a pas été anéantie par la concurrence européenne, elle n’est donc pas pour autant en mesure de dégager des surplus exportables en quantité.

148Ce commerce maritime est donc source de richesse, au moins pour une partie de la population. Mais il est également fragile, dans la mesure où il est dépendant de la demande européenne, comme le montre le cas des laines.

  • 503 M. Bloch, « Le problème de l’or au Moyen Âge », Annales d’Histoire Economique et Sociale, 6, 1933, (...)
  • 504 J. Day, « Colonialisme monétaire en Méditerranée au Moyen Âge », Actes du IIe colloque internationa (...)
  • 505 Batlle i Gallart, Varela, « Las relaciones comerciales », art. cité, p. 38. Voir aussi Ch.-E. Dufou (...)
  • 506 Epstein, An Island for Itself, op. cit., p. 309.
  • 507 R. S. Lopez, « Back to Gold : 1252 », Economic History Review, 2e s., 9/2, 1956, p. 233.
  • 508 Ashtor, « Pagamento », art. cité, p. 369-379, 395.
  • 509 R.-H. Bautier, « Les grands problèmes politiques et économiques de la Méditerranée médiévale », RH, (...)

149La question de la balance commerciale est plus complexe et plus difficile à résoudre. Il n’existe pas de registre de douane qui permettrait de mesurer les entrées et les sorties, et d’en faire un bilan. Nos informations sont par conséquent fragmentaires et ne fournissent aucune donnée quantitative. La plupart des historiens ont conclu à une balance très tôt favorable à l’Europe. M. Bloch pense que dès le xiie siècle elle commence à se redresser pour la rive nord de la Méditerranée503. Pour le xiiie siècle le même jugement est porté par John Day504, Carmen Batlle et Elisa Varela dans le cas de Barcelone505, Stephan R. Epstein pour la Sicile506, ou Roberto Sabatino Lopez pour Gênes507. Seul Eliyahu Ashtor est d’un avis contraire, estimant que l’Italie reste déficitaire dans son commerce avec le Maghreb jusqu’à la fin du xive siècle508. La plupart de ces auteurs restent cependant prudents dans leurs conclusions. Leurs raisonnements s’appuient en effet sur des constats souvent fragiles. Ainsi, l’échange inégal entre des produits bruts et des biens manufacturés à forte valeur ajoutée les pousse à supposer une balance déficitaire pour le Maghreb509. Il est évident qu’un drap coûte plus cher que la laine qui a servi à le tisser. Mais pour que l’argument soit totalement recevable il nous faudrait connaître les quantités globalement échangées, ce qui n’est pas le cas. Le second argument, plus largement développé, est que l’afflux d’or africain en Europe ne peut s’expliquer que par un commerce déficitaire pour le Maghreb.

  • 510 Cf. E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des payements du Proche-Orient à la basse époque, (...)

150Les échanges de métaux précieux, considérés comme instruments monétaires, sont en effet un bon indice du déséquilibre des échanges510. Il ne faut cependant pas se limiter à l’or.

151L’argent a circulé entre l’Europe et le Maghreb, qui en est largement dépourvu. Les très nombreuses commandes génoises ou marseillaises investies en millares (vrais ou faux) montrent, jusqu’au milieu du xiiie siècle, qu’une partie importante des achats était réglée en argent. Ainsi quinze des soixante commandes marseillaises de l’année 1248 sont investies au moins en partie en millares. Mais à partir des années 1260 environ ces contrats se font exceptionnels. Cela peut s’expliquer, nous l’avons vu, par des mesures plus sévères contre les faux dirhams envoyés d’Europe. Mais cette interruption peut être également le résultat d’un commerce qui peu à peu s’est équilibré, en raison principalement d’importations de textiles plus abondantes.

  • 511 « Cet or, pendant des siècles, aura été une des armes décisives de l’Islam occidental ». F. Braudel (...)
  • 512 R. S. Lopez, « Settecento anni fa : il ritorno all’oro nell’occidente duecentesco », RSI, 65, 1953, (...)
  • 513 Dufourcq, L’Italie catalane, op. cit., p. 572. L’Orient musulman était cependant surtout demandeur (...)
  • 514 Cf. supra p. 228-237.

152Le problème de l’or est plus difficile à trancher. Certains en ont fait le moteur du commerce maritime maghrébin et de la puissance politique des dynasties musulmanes511. L’Europe en effet a besoin d’or, qui sert à alimenter un monnayage reprenant à partir du milieu du xiiie siècle512et à payer les produits achetés en Orient513. Cet or parvient à Bougie par le Zāb, même si cette route n’a jamais été la plus fréquentée, d’autres débouchés maritimes étant plus importants, notamment Tlemcen et ses avant-ports à l’ouest, et Tunis à l’est514.

  • 515 Cf. D. Abulafia, « Gli Italiani fuori d’Italia », Storia dell’economia italiana, dir. R. Romano, I, (...)
  • 516 Ph. Grierson, « La moneta veneziana nell’economia mediterranea del Trecento e Quattrocento », La Ci (...)

153La recherche de l’or a-t-elle été pour autant le principal moteur du commerce des Européens au Maghreb ? Beaucoup l’ont affirmé, sans beaucoup de preuves515. On pourrait relever à l’appui de cette thèse que Venise, qui dispose des mines de Hongrie516, ne s’est jamais beaucoup intéressée aux marchés d’Afrique du Nord. Mais il faut relativiser le rôle de l’or dans l’activité commerciale de Bougie, qui exporte de nombreux autres produits. Il existe peut-être un déficit commercial réglé en or, mais rien ne permet d’affirmer qu’il fut important, ni que cela fut la principale motivation des marchands.

  • 517 C. Desimoni, « La moneta e il rapporto dell’oro all’argento nei secoli xii al xiv », Atti della R. (...)
  • 518 Cité par M. Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien au Moyen Âge », Les communautés j (...)
  • 519 Cité par H. Pérès, « Relations entre le Tafilalet et le Soudan à travers le Sahara du xiie au xive (...)
  • 520 Cité par A. Unali, Mariners, pirates i corsaris catalans a l’epoca medieval, Barcelone, 1986, p. 15 (...)
  • 521 « Que’s puga traure de mallorques argent, que no sia en moneda, per portar en Berberia, de hont se (...)

154L’arrivée d’or soudanais en Europe occidentale ne fait guère de doute. Les prix de ce métal sont élevés sur les places occidentales517, alors qu’il est meilleur marché au Maghreb. C’est ce dont témoigne clairement le rabbin d’Alger Simon Duran à la fin du xive siècle : « Il est notoirement connu que l’or est cher au pays d’Edom [Europe] et bon marché dans ce pays [Maghreb central] car c’est de cette contrée que le pays d’Edom reçoit son or518 ». Un constat identique est dressé, pour la même époque, par al-Maqqarī qui affirme rapporter les propos du sultan de Tlemcen Abū Hammū : « Si je ne craignais de faire une chose odieuse, je ne laisserais s’installer dans mon pays que des marchands trafiquant avec le Sahara ; car ils emportent des marchandises de vil prix et ils rapportent de la poudre d’or, métal auquel tout est assujetti en ce monde ; les autres marchands exportent notre or et nous donnent en échange des objets dont les uns ont tôt fait de s’user et de disparaître et les autres transforment nos habitudes et entraînent les sots dans la corruption519 ». Cela est d’ailleurs confirmé par les sources européennes. En 1413 le Bailli général de Valence Juan Mercader écrit au roi Ferdinand que « tout l’or qui vient dans ce royaume vient des terres des Maures520 » et en 1445 on autorise les Majorquins à exporter de l’argent non monnayé vers le Maghreb, « d’où l’on porte de grandes quantités d’or que l’on frappe ensuite à la zecca de ce royaume521 ».

  • 522 M. Malowist, « Quelques observations sur le commerce de l’or dans le Soudan occidental au Moyen Âge (...)
  • 523 Cf. infra p. 647-649.
  • 524 Cf. supra p. 472-473.
  • 525 Cf. supra p. 270-271 sur les douanes.

155Le problème cependant est de déterminer la place de Bougie dans ces flux d’or. Marian Malowist, qui considère que la balance commerciale était positive pour les chrétiens, pense que l’or est surtout parvenu en Europe par les tributs payés par les souverains maghrébins522. Ces sommes étaient certes importantes, du moins en théorie, car dans les faits les tributs ont rarement été réglés intégralement523et on voit même le sultan de Bougie payer ce qu’il devait en libérant des captifs chrétiens524. Par ailleurs, ces tributs ne concernèrent que la Sicile et les pays de la Couronne d’Aragon et jamais, ou presque, l’Italie continentale. Ce ne peut donc pas être la seule explication et il faut chercher à déterminer si les marchands ont porté de l’or de Bougie en Europe. Les traités montrent que les souverains hafsides ont cherché à attirer l’or et l’argent, par des taxes plus faibles. Mais d’un autre côté ils ont également adopté des mesures douanières incitatives pour les importations de biens, les considérant comme plus importantes que les exportations525. Ces éléments, contradictoires, sont d’interprétation difficile. Il est donc préférable de partir des documents commerciaux eux-mêmes.

  • 526 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).
  • 527 ASG, min. 40/II, f. 27v (17/2/1282).
  • 528 ASG, min. 9/II, f. 42r (6/2/1287).
  • 529 ASG, min. 120/II, f. 82r (23/2/1288).
  • 530 Cf. Ashtor, « Il retroscena », art. cité, p. 58.
  • 531 ASG, min. 26/II, f. 72v (27/4/1248) ; min. 143, f. 183r (7/10/1248) ; not. ign., busta 7, fr. 92 (3 (...)
  • 532 ASG, min. 29, f. 105v (15/5/1253).
  • 533 ASG, min. 13/II, f. 17v-18r (28/3/1269).
  • 534 ASG, min. 94, f. 158v (3/6/1286).

156Les documents génois des xiie et xiiie siècles montrent des envois d’or depuis Bougie. En 1161 par exemple Buongiovanni Lercari porte, pour le compte de Guglielmo Mallone, de la soie et des toiles d’Yspania, et devra réemployer le produit de la vente au mieux, en cire, alun ou en or526. En 1282 Guglielmo Finamor reconnaît à Pietro et Bonifacio de Nigro avoir des doubles reçus à Bougie par Paresino de Nigro527. Cinq ans plus tard, Franceschino de Negrono reçoit de Manuele de Petrario le solde d’une commande de 55 doubles et demi d’or venant de Bougie528et en 1288 Manuel de Costerolis donne acquit de 180 doubles d’or à Ponceto Ricio, procurateur de Pietro Imberto de Noli. Ce dernier avait reçu des pièces à Bougie au nom de Manuel, d’un débiteur de ce dernier, Lanfranco Porto529. Mais à côté de ces quelques témoignages, de nombreuses commandes sont passées à Gênes pour Bougie et investies en doubles, ce qui montre un courant inverse530. Ainsi en 1248 trois commandes de 38 livres 3 sous 9 deniers, 30 livres et 25 livres sont investies en totalité ou en partie en doubles d’or pour Bougie531. En 1253 une commande est investie en millares et en tarins532. En 1269 Guideto de Nigro porte deux commandes en doubles, la première de 151 livres 13 sous 8 deniers et la seconde de 509 livres 14 sous 2 deniers533. Ces dinars envoyés depuis Gênes venaient d’ailleurs parfois de Bougie. Ainsi, en 1286, Simeone de Sori de Fontana prend en commande de Giovanni de Sori 32 doubles d’or et 19 besants et demi « de la zecca de Bougie »534. Le flux d’or de Bougie vers Gênes existe donc, mais le bilan est incertain.

  • 535 ARM, RP 3988/2, f. 34v (3/2/1363).
  • 536 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406, f. 181v (7/1/ 1405).
  • 537 ARM, A. Costanti, 1428, f. 49v (27/2/1428), 61v (4/3/1428), cité par Macaire, Majorque et le Maghri (...)

157Quelques documents ibériques plus tardifs montrent également des exportations d’or depuis Bougie. En 1363 le musulman de Valence Abdala Abaraso paye une taxe pour l’importation depuis Bougie de 190 doubles d’or535. En 1405 le marchand barcelonais Nicolau Despuig prend une commande en draps, qu’il doit réinvestir à Bône ou Bougie en marchandises ou en doubles d’or536. Enfin en 1428 à Majorque deux contrats d’assurance concernent de l’or et de l’argent chargés à Tunis, Bône, Collo et Bougie537.

158Les contrats commerciaux montrent donc un flux d’or de Bougie vers l’Europe, mais également dans l’autre sens. Les mêmes documents font en effet clairement apparaître les exportations de biens au départ de Bougie et non de monnaies. Il se peut que les retours en or aient laissé peu de traces, mais faute de preuves plus convaincantes, il convient de rester prudent sur un hypothétique déficit commercial de Bougie, et sur son solde en or. En revanche les importations d’argent jusqu’au milieu du xiiie siècle pourraient être le signe d’un commerce bénéficiaire au début et qui s’équilibre progressivement.

159Plus que d’un déficit de la balance commerciale, difficile à prouver, il faut donc plutôt parler de déséquilibre dans la structure qualitative des échanges, qui peut introduire, en dépit de la grande diversité des produits échangés, une forme de dépendance vis-à-vis des marchés méditerranéens.

Notes

1 À Gênes un contrat sur six seulement fournit de telles indications. M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes, 1978, p. 833.

2 C’est le cas, en particulier pour les galées vénitiennes de Barbarie, mais aussi de nombreux contrats commerciaux majorquins.

3 AM, 2II 62, 6/10/1297.

4 ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443). Les deux derniers produits (kermès et cire) sont cependant peut-être chargés dans les ports du Maghreb, qui en étaient exportateurs, et non au départ de Venise.

5 D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (xiiie-xve siècle) », Annales du Midi, 233, 2001, p. 17-18 et tableau p. 23-26.

6 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203).

7 Lanfranco, n° 1182 (29/9/1216).

8 ASG, not. Ign., busta 3, fr. 46, f. 12r (9/10/1238).

9 Le commerce des textiles d’une manière générale concernait surtout des tissus et non des vêtements.

10 Giovanni di Guiberto, n° 94, 98 (1200).

11 Ibid., n° 511 (30/8/1201).

12 Ibid., n° 1150 (11/5/1205).

13 Ibid., n° 1147 (11/5/1205), 1203 (20/5/1205). Dans la première commande intervient également un certain Leone, drapier, qui envoie un stanfort de Châlons pour 11 livres.

14 Ibid., n° 1682 (18/3/1206), 1894 (11/4/1206).

15 C. Batlle i Gallart, « Uns mercaders de Barcelona al nord d’Africa a mitijan segle xiii », Acta Mediaevalia, 10, 1989, p. 146-147, 152-153, et en annexe l’édition du testament du marchand barcelonais Jaume d’Albareda, qui fait apparaître de nombreuses opérations de ventes de draps à Bougie. Archivo de la Catedral de Barcelona, perg. 1-6-744 (20/9/1258). Voir également, sur la famille du drapier marchand barcelonais Banyeres, C. Batlle i Gallart, E. Varela, « Las relaciones comerciales de Barcelona con el norte de África (siglo xiii) », Anales de la Universidad de Alicante, 7, 1988-89, p. 30.

16 H. C. Krueger, « The Ware of Exchanges in the Genoese-African Traffic of the Twelfth Century », Speculum, 12, 1937, p. 59.

17 Par exemple ASG, min. 18/II, f. 297v (28/9/1234) : 2 pièces de stanfort lombard pour 8 livres. ASG, min. 18/II, f. 48v-49r (6/3/1252) : 2 commandes de draps de Milan pour 3 livres 10 sous et 14 livres 6 sous. Cf. Fr. Borlandi, « “Futainiers” et futaines dans l’Italie du Moyen Âge », Hommage à Lucien Febvre, II, Paris, 1953, p. 133-134.

18 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203) : 4 pièces de baldinellis de Reims. Ces toiles étaient très appréciées en Orient. E. Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au bas Moyen Âge (13701517) », Studi in memoria di Federigo Melis, II, Naples, 1978, p. 354-355.

19 Il n’est pas toujours possible de distinguer Châlons, en Champagne, de Chalon dans la vallée de la Saône, qui sont toutes deux des lieux d’échange de textiles.

20 H. Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (v. 1280-v. 1430), Paris, 1976, p. 55.

21 Blancard, I, n° 64 (14/5/1235), 88 (7/4/1240).

22 ADBR, 381E 4, f. 69r (6/8/1302).

23 ASG, min. 7, f. 258v (18/9/1227), éd. R. Doehaerd, Les Relations commerciales entre Gênes, la Italie et l’Outre-Mont, d’après les archives notariales génoises aux xiiie et xive siècles, Bruxelles-Rome, 1941, II, n° 424.

24 ASV, Senato, Mar, Rg. 3, f. 35r (5/11/1447).

25 En 1200 Rolando de Caneto, que l’on a vu investir dans des exportations de draps vers Bougie, reçoit des draps d’Ypres d’un marchand d’Arras. Giovanni di Guiberto, n° 59 (29/11/1200). Il est probable qu’il redistribue ces productions flamandes vers les marchés méditerranéens.

26 Cf. supra p. 334.

27 ASG, min. 35, f. 167r-v (30/9/1262).

28 ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 182v (26/11/1446). Cf. également id., Rg. 3, f. 35r (5/11/1447) : Bernardo Balbo revient à Venise avec 3 pièces de damaschini brochati qu’il n’a pu vendre au cours du voyage.

29 ASG, min. 31/II, f. 85r. (3/5/1255).

30 P. Sella, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa. Veneto. Abruzzi, Cité du Vatican, 1944, p. 73.

31Ibar, VI, p. 725 ; Berbères, II, p. 422.

32 E. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 92.

33 D. Cardon, La Draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1996, p. 117 : « les draps “de mija lana” peuvent contenir des laines de récupération strictement interdites pour la chaîne et la trame des draps classiques en pure laine ».

34 Cf. Ashtor, « L’exportation des textiles », art. cité, p. 360-362, qui les considère comme des pièces de luxe.

35 Ainsi cette cargaison comportant 7 voiles (oralia) de soie avec or. Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203).

36 ASG, min. 49, f. 35v, 36v (7/5/1280).

37 Par exemple en 1282 Simone Musso prend en commande 79 livres 6 sous investis en tapis et en cendalis d’Italie. Voir aussi Giovanni di Guiberto, n° 1733 (23/3/1206) : draps de soie dorés ; ASG, not. Ign., busta 7, fr. 92 (3/11/ 1248) : 6 draps dorés et 2 pourpres de soie (purpuri de sete).

38 Les références aux minutiers d’A. Constanti sont tirées de la thèse inédite de P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, Doctorat de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977. Pour les autres, voir les travaux d’Onofre Vaquer, principalement « Navegació i comerç a Mallorca, segle xv, segonda meitat », Fontes rerum Balearium, 1990, p. 95-142 (régestes des actes du notaire majorquin Bernat Contesti, 1448-1480), et Id., El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001.

39 Ashtor, « L’exportation des textiles », art. cité.

40 Cf. Cardon, op. cit., notamment p. 576.

41 M. Aymard, « Production, commerce et consommation des draps de laine du xiie au xviie siècle », RH, 499, 1971, p. 5-12 (compte rendu des journées de Prato consacrées à l’industrie textile en Europe). Il affirme en particulier que ce commerce des draps est un « puissant instrument de régression sociale et économique des pays destinataires » (Ibid., p. 10).

42 E. Ashtor, « Pagamento in contanti e baratto nel commercio italiano d’Oltremare (secoli xiv-xvi) », Storia d’Italia. Annali, 6, Economia tudes, economia monetaria, Turin, 1983, p. 394.

43 Ashtor, « L’exportation des textiles », art. tud, p. 305 ; Id., « Underdevelopment in the Pre-industrial Era. The Case of Declining Economies », Journal of European Economic History, 7, 1978, p. 297-298. Voir les analyses, plus nuancées, de D. Coulon, « L’expansion occidentale vers le Levant à la fin du Moyen Âge. La mise en place de structures de domination commerciale », L’expansion occidentale (xie-xve siècles). Formes et conséquences. XXXIIIe Congrès de la SHMES (Madrid, Casa de Velázquez, 23-26 mai 2002), Paris, 2003, p. 159-175.

44 Un seul acte indique le prix de vente de draps envoyés de Gênes, en raison d’un conflit entre le commanditaire, un drapier, et le marchand qui les a portés. De deux draps vermillon de Châlons le commandité prétend avoir retiré entre 37 et 39 besants, alors que le commanditaire affirme les avoir vendu entre 39 et 60 besants. Giovanni di Guiberto, n° 94, 98 (1200).

45 Cf. infra, p. 405-407 sur les exportations.

46 Cf. supra p. 211, 213-215.

47 Memoria, éd. R. S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellanea di studi storici, II, Collana storica di fonti e studi, 38, Gênes, 1983, p. 122. Le cantare de lin pesé à Acre fait à Bougie trois cantares et neuf rotoli.

48 L. Balletto, « Bougie nei manuali toscani di mercatura del due-trecento », Italia e Algeria, aspetti storici di un’amicizia mediterranea, dir. R. H. Rainero, Milan, 1982, p. 92.

49 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. tud, p. 123. Cette information est reprise, au xive siècle, dans la Pratica de la compagnie Datini. Éd. C. Ciano, La « pratica di mercatura » Datiniana (sec. xiv), Milan, 1964, p. 59.

50 Memoria, éd. Lopez et Airaldi, art. cité, p. 122. Balletto, « Bougie », art. cité, p. 84.

51 Pegolotti, p. 214 : 225 livres de lin de Pise font à Bougie un cantare. À partir des données de ces deux manuels de marchands, Laura Balletto calcule que le cantare de lin de Bougie pèse 75,129 ou 77,499 kg. Balletto, « Bougie », art. cité, p. 87.

52 Éd. Ciano, La « pratica di mercatura » Datiniana, op. cit., p. 63.

53 Cinq quintaux et demi en 1234 et un quintal et trente livres en 1235. Blancard, I, n° 50 (25/8/1234), 64 (14/5/1235).

54 Par exemple ADBR, 381E 371, f. 51v (6/1/1306) : cinq balles de fil de Bourgogne pesant 19 quintaux et 85 livres. ADBR, 391E 11, f. 168r (13/1/1338) : six balles pesant 34 quintaux et 50 livres.

55 Très nombreuses licences d’exportation à Bougie de fils de Bourgogne entre 1396 et 1418. Par exemple ARM, guiatges 5, f. 98r (18/2/1396) : deux balles de fils de Bourgogne.

56 Dubois, Les Foires de Chalon, op. cit., p. 55.

57 Le delta du Nil produisait en effet de grandes quantités de lin exporté vers l’Europe. M. Lombard, Les Textiles dans le monde musulman, viie-xiie siècle, Paris, 1978, p. 47-50 ; Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », JESHO, 7, 1964, p. 230.

58 G. Fourquin, Histoire économie de l’Occident médiéval, Paris, 3e éd., 1979, p. 168.

59 Cf. M. Fennell Mazzaoui, The Italian Cotton Industry in the Later Middle Ages, 1100-1600, Cambridge, 1981 ; J.-K. Nam, Le Commerce du coton en Méditerranée à la fin du Moyen Âge, thèse de l’Université Paris 1, sous la direction de M. Balard, 2004.

60 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. tud, p. 122. Le cantare d’Acre vaut 4 cantares et un tiers de coton de Bougie.

61 C’est à l’époque de la Geniza un des produits majeurs du commerce d’Égypte. Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, I, Economic Foundations, Berkeley-Los Angeles, 1967, p. 104-105.

62 Giovanni Scriba, n° 511 (13/10/1158).

63 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).

64 ASG, min. 60, f. 89v (16/4/1257).

65 Éd. V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300-3 agosto 1301), Gênes, 1982, n° 251 (27/2/1301). Le même nolise sa galère à plusieurs marchands pour porter 60 à 80 cantares de coton, au cantare de Chypre, à Tunis et Bougie. Éd. Polonio, op. cit., n° 186 (11/1/ 1301).

66 ASG, Notai antichi, filza 765, notaio Bernardo de Ferrariis, doc. 198. Acte instrumenté à Chio le 19/10/1450.

67 Les importations de coton sicilien étaient en effet nombreuses à Gênes. Mazzaoui, op. cit., p. 32.

68 Archivio storico di Palermo, notaio Adamo de Citella, f. 92v (16/3/1299), éd. R. Zeno, Documenti per la storia del diritto marittimo nei sec. xiii e xiv, Turin, 1936, n° 72 ; P. Gulotta, Le Imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° registro, 1298-1299), Rome, 1982 (Fonti e Studi del Corpus membranarum italicarum, ser. 3, Imbreviature matricole statuti e formulari notarili medievali, 2), n° 283.

69 Blancard, I, n° 31 (20/4/1233), 34-35 (11/5/1233), 76 (14/7/1237), 82 (25/9/ 1238).

70 ARM, guiatges 5, f. 69v (5/4/1395), 80v (9/6/1395). Cf. également ARM, guiatges 3, f. 60r (19/6/1376), 121v (11/8/1377).

71 ARM, P. 2526, f. 137v (8/10/1454) ; P. 2522, f. 46v (7/3/1455) ; P. 2520, f. 7374v (17/3/1459), tude par Vaquer, « Navigacio I comerç a Mallorca », art. tud, p. 125 et Id., « Comerç I capital tudesel a Mallorca (1448-1480) », La Mediterrà nia. Antropologia I història, Palma, 1990, p. 166.

72 É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 73-75.

73 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443).

74 ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 46r (4/12/1444).

75 ASG, min. 29, f. 61r (25/4/1253), 68r (30/4/1253), 165r (24/7/1253), 220v (16/ 9/1253).

76 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161) ; ASG, min. 24, f. 106v (17/9/1239) ; min. 21/I, f. 65v (17/10/1248), 66r (18/10/1248) ; min. 34, f. 86v (20/5/1252) ; min. 30/I, f. 84v (16/5/1254) ; min. 64, f. 170v (26/3/1291).

77 Blancard, II, n° 598 (27/4/1248). Joseph, fils de Mosse Palerme, prend en commande de Douzian Sanvitou 16 livres 5 sous 7 deniers de monnaie mêlée de Marseille en dix livres de soie et 28 besants de millares. En 1238 à Marseille on liquide une commande de soies ouvrées des Cévennes (in opere sericho Savenarum) envoyée à Tunis. Blancard, I, n° 82 (25/9/1238).

78 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (11/6/1443). La production de soie andalouse décline cependant à partir du milieu du xiiie siècle, en raison de la concurrence, en particulier de l’Europe chrétienne. O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula, 900-1500, Cambridge, 1994, p. 223-224.

79 Comme pour d’autres produits, il n’est cependant pas sûr que ces soies ont été réellement acheminées depuis ces régions, et il pouvait s’agir de dénominations génériques qui ne recouvraient plus un trafic réel.

80 Par exemple ASG, min. 34, f. 86v (20/5/1252).

81 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963, glossaire, s. v. Par exemple ASG, min. 29, f. 165r (24/7/1253).

82 Cf. Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 725. Par exemple ASG, min. 64, f. 170v (26/3/1291) : 196 livres de seta malmistra valant 428 livres.

83 Blancard, II, n° 645 (4/5/1248).

84 ASG, min. 35, f. 168v (30/9/1262).

85 L. Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Âge », Le Moyen Âge, 61, 1955, p. 177. La noix de galle était un autre produit mordant (Ibid., p. 178), et on le trouve également dans les importations de Bougie.

86 Blancard, II, n° 341 (1/4/1248), 581 (24/4/1248), 645 (4/5/1248), 674 (8/5/ 1248). Ce tartre exporté par Marseille venait notamment de Montpellier. P. Boissonnade, « Relations commerciales de la Italie méridionale avec l’Afrique du Nord ou Maghreb du xiie au xve siècle, étude d’histoire économique », Bulletin de la société de géographie, 1929, p. 1-37. L’identification de la gresa des documents marseillais comme du tartre est cependant contestée par Anne-Marie Bautier, qui traduit ce mot par résine. A.-M. Bautier, « Contribution à un vocabulaire économique du midi », Archivium latinitanis medii aevi, Bulletin Du Cange, 27/3, 1957, p. 275.

87 ARM, A. Costanti, 1424, f. 45 (20/3/1424), 47 (21/3/1424) ; id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428) ; id., 1433-4, f. 14v (20/1/1434), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 323, 329, 332.

88 Cf. infra p. 399-401.

89 Peut-être l’usage de l’alun était-il moins répandu chez les artisans du monde musulman en raison de la nature différente des matières colorantes. D. Lange, « L’alun du Kawar, une exportation africaine vers l’Europe », Cahiers du CRA [Centre de recherche africaine], Histoire, 2, 1982, p. 21.

90 ARM, A. Costanti, 1424, f. 45 (20/3/1424) ; id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 323, 329.

91 Cela peut être mis en relation avec le détournement des circuits sahariens au profit de Tunis et dans une moindre mesure de Constantine après la crise du xive siècle. Cf. supra, p. 233-237.

92 ASG, min. 18/I, f. 80v-81r (15/9/1253). Voir aussi Blancard, II, n° 605 (27/4/ 1248) : commande de 22 livres de monnaie mêlée investie à Marseille en deux quintaux et 24 livres d’indigo de Chypre.

93 ASG, min. 31/II, f. 93v (16/5/1255) : deux commandes investies en roza.

94 Blancard, II, n° 690 (8/5/1248) : 30 livres 13 sous de monnaie mêlée investis en 4 quintaux et 63 livres de bûches de brésillet.

95 ASG, min. 29, f. 109r (16/5/1253). C’est un colorant de couleur jaune doré. Cf. Krueger, « The Ware of Exchanges », art. cité, p. 64.

96 Le coton d’Orient, par exemple, était plus réputé que celui du Maghreb sur les marchés italiens. P. Racine, « À Crémone à la fin du xiiie siècle. Note sur le marché du coton », Studi in memoria di Federigo Melis, I, Naples, 1978, p. 538.

97 Cf. supra p. 206-212.

98 Ph. Wolff, « Un grand commerce médiéval : les céréales dans le bassin de la Méditerranée occidentale. Remarques et suggestions », VI Congreso de historia de la Corona de Aragón, Madrid, 1959, p. 147-164 ; R. Romano, « À propos du commerce du blé dans la Méditerranée des xive et xve siècles », Hommage à Lucien Febvre, II, Paris, 1953, p. 149-161 ; M. Balard, J.-Cl. Hocquet, J. Hadziiossif, H. Bresc, « Le transport des denrées alimentaires en Méditerranée à la fin du Moyen Âge », Maritime Food Transport, dir. Kl. Friedland, Cologne, 1994, p. 91-98.

99 Balard et al., « Le transport », art. cité, p. 94.

100 J. Trenchs Ordena, « Les “alexandrini”, ou la désobéissance aux embargos conciliaires ou pontificaux contre les musulmans », Islam et Chrétiens du Midi, Toulouse, 1983 (Cahiers de Fanjeaux, 18), p. 176. Les premières interdictions ne concernent que le bois, les métaux et les armes, puis sont étendues aux aliments, chevaux, animaux de charge, esclaves, etc.

101 Éd. R. I. Burns, Diplomatarium of the Crusader Kingdom of Valencia, Princeton, II, 1991, n° 154 (28/6/1258).

102 Les Registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, III, Paris, 1908-1910, n° 5960 (9/4/1241) ; Les Registres d’Innocent IV, éd. E. Berger, I, Paris, 1884, n° 3731 (21/3/ 1248). Il faut en particulier que le pays de destination soit en paix avec les puissances chrétiennes. Cf. J. J. Vidal, « El comercio de trigo entre Mallorca y Africa del Norte en los siglos xvi y xvii », Mayurqa, 15, 1976, p. 74-75.

103 Cl. Carrère, Barcelone au temps des difficultés, 1380-1462, Paris, 1967, p. 19.

104 Vidal, « El comercio de trigo », art. cité, p. 74-75.

105 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1271, art. 25. Cette clause est encore présente dans le traité de 1285 (art. 25), mais disparaît par la suite.

106 Pegolotti distingue Tunis et Bougie pour les mesures de grains. À Tunis on emploie le cafiz et à Bougie la falacca, ou fanīqa. Cf. R. Brunschvig, « Mesures de capacité de la Tunisie médiévale », RA, 77, 1935, p. 86-96. Id., La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, II, Paris, 1947, p. 251. Ces indications de Pegolotti permettent de mesurer le rapport entre les systèmes de mesures tunisois et bougiote : cent salme de grains de Manfredonia font à Tunis cent cafiz, et à Bougie 228 falacche, ce qui permet de déduire que l’unité bougiote équivalait à un peu moins de la moitié du cafiz de Tunis. Pegolotti, p. 169. Surtout, il donne une équivalence parfaite entre la mine génoise de grains et la falacca (ibid., p. 223), ce qui nous donne une unité valant 105,79 litres. Balletto, « Bougie », art. cité, p. 91. Robert Brunschvig cependant, en se fondant sur la valeur du cafiz de Tunis (175 litres 92), donne une falacca de 72 litres environ. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 251.

107 Balletto, « Bougie », art. cité, p. 94.

108 Balard et al., « Le transport », art. cité, p. 96.

109 Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 752-754. Les transports pouvaient par ailleurs se faire directement des ports de Romanie vers le Maghreb, sans passer par Gênes. En 1290 la nave San Matteo est nolisée à Caffa pour transporter 5000 mines de grains à destination de la Syrie, de Tunis, Bougie, Gênes, la Provence, Pise, ou l’Italie, au choix des marchands. Éd. M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1290, Paris-La Haye, 1973, n° 886 (9/8/1290).

110 Pegolotti, p. 169. L’indication est précieuse, car nous manquons de documents commerciaux pour l’Italie méridionale.

111 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; économie et société en Sicile, 13001450, Rome, 1986, p. 523.

112 Il s’agit le plus souvent du Maestro Portulano, chargé d’organiser les ventes de céréales du royaume.

113 Éd. N. Nicolini, Codice diplomatico sui rapporti veneto-napoletani durante il regno di Carlo I d’Angiò, Rome, 1965, no° 153 (24/7/1276), 160 (4/12/1276).

114 L’année 1281 est marquée par une disette en Ifrīqiya. R. Vernet, « La production céréalière dans le Maghreb du xiiie siècle », Jaime I y su época, X congreso de historia de la Corona de Aragón, III, Saragosse, 1978, p. 267. Mais on ne sait rien des années précédentes, sinon qu’elles marquent les débuts d’une crise politique entre Tunis et Bougie, qui a pu perturber le commerce intérieur.

115 Éd. N. Nicolini, Codice tudesel, op. cit., n° 90 (1274), 140, 142 (1275), 162, 175, 176, 190 (1277), 214, 215 (1278). I Registri della Cancelleria Angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, XXI, n° 110 (1278) ; XXIII, n° 237 (1280) ; XXV, n° 3 (1280) ; XXIV, n° 103, 458 (1281). Sur le commerce de blé sicilien pour ces années, voir M. de Boüard, « Problèmes de subsistance dans un État médiéval : le marché et les prix des céréales au royaume angevin de Sicile (1266-82) », Annales d’histoire économique et sociale, 10, 1938, p. 483-501.

116 ACA, C., Rg. 58, f. 44r (2/8/1285) ; Rg. 65, f. 125v (avril 1286). Le marchand s’étant engagé à approvisionner Barcelone, et ayant sans doute payé une taxe pour cela, devait nécessairement rendre des comptes après avoir détourné sa cargaison, quel que soit le port de déchargement choisi. La demande n’est donc pas nécessairement à mettre en relation avec une interdiction de vendre des céréales au Maghreb ou aux musulmans.

117 Éd. P. Burgarella, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo, Rome, 1981, n° 394 (25/8/1287).

118 ASG, min. 63/I, f. 189v (14/6/1292).

119 ACA, Clero, Monacales, Pergaminos de la Cartuja de Montalegre, année 1294 (5/7/1294), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les relations des pays de la Couronne d’Aragon avec le Maghreb de 1212 à 1323, thèse complémentaire, Université de Paris, 1965, n° 411.

120 Archivio di Stato di Palermo, notaio Bartolomeo de Citella, f. 434v, éd. Zeno, Documenti per la storia del diritto, op. cit., n° 169.

121 ASP, Diplomatico S. Silvestro di Pisa, 29/1/1315.

122 A. Giuffrida, « La realtà economica della presenza tudese in Sicilia nel secolo xiv », Genova e Pisa, Atti del seminario di studi sulle interrelazioni tra il regno di Sicilia e I comuni di Genova e di Pisa nell’età di Enrico VII di Lussemburgo, Istituto storico siciliano, Palerme, 1988, p. 80-82.

123 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 536. M. Aymard, « Le blé de Sicile dans l’économie méditerranéenne au xve siècle », La Corona d’Aragona e il Mediterraneo : aspetti e problemi comuni da Alfonso il Magnanimo a Ferdinando il Cattolico (1416-1516). IX Congresso di storia della Corona d’Aragona, Napoli, 1115 aprile 1973, Naples, 1982, p. 287. Il constate un arrêt des exportations de grains vers le Maghreb, l’Orient et Venise après 1330-1340. Voir également D. Abulafia, « Sul commercio del grano siciliano nel tardo medioevo », La Società mediterranea all’epoca del Vespro : XI Congresso di storia della Corona d’Aragona, Palermo-Trapani-Erice, 25-30 aprile 1982, II, Palerme, 1983, p. 5-22.

124 Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 536. S. R. Epstein, An Island for itself. Economic Development and Social Change in Late Medieval Sicily, Cambridge, 1992, p. 308-309. G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantile nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel quattrocento, Pise, 1989, p. 112, 372. M. del Treppo, I Mercanti tudese e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 1972, p. 371-374.

125 Del Treppo, I Mercanti, op. cit., p. 287. Les registres du Maestro Portulano sont cependant souvent imprécis sur la destination, indiquant que la cargaison va pro partibus Barbarie, civitate Tunisi et altris locis Barbarie. M. Aymard, « Le blé de Sicile, année 1500 », Studi dedicati a Carmelo Trasselli, éd. G. Motta, Messine, 1983, p. 80-81.

126 Sur la place de la Sardaigne dans le commerce méditerranéen des céréales, voir M. Tangheroni, Aspetti del commercio dei cereali nei paesi della Corona d’Aragona, I, La Sardegna, Pise, 1981.

127 P. Amat di San Filippo, Indagini e studi sulla storia economica della Sardegna, Turin, 1902, p. 61, 95. M. Tangheroni, « Il Regnum Sardinie nell’economia della Corona d’Aragona », Medioevo Tirrenico, Pise, 1992, p. 74. Sur le conflit géno-pisan en Sardaigne, voir A. Boscolo, Fr. Artizzu, La Sardegna pisana e genovese, Sassari, 1985.

128 ASG, min. 77, f. 212v-214v (13/6/1313).

129 ARM, Supplicationes, vol. VII, f. 3 (29/3/1329), cité par Ch.-E. Dufourcq, L’Italie catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las Na-vas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris, 1966, p. 66.

130 ACA, C., Rg. 2398, f. 68r-v (8/12/1413).

131 ACA, C., Rg. 3666 2a numeración, f. 36v-37r, éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacionales de los reyes católicos, III, Barcelone, 1951, a. 1491, n° 59, p. 407-408.

132 Les grandes zones de production de céréales occupaient les plaines de la Medjerda, en Ifrīqiya, mais surtout les zones littorales du Maghreb central et du Maroc. On trouvait également du blé sur les plateaux du Constantinois et dans la plaine de Bône. R. Vernet, « Recherches sur la production et la circulation des céréales dans le Maghreb médiéval », RHCM, 13, 1976, p. 31-62.

133 R. Vernet, « Les relations céréalières entre le Maghreb et la Péninsule ibérique du xiie au xve siècle », AEM, 10, 1980, p. 323.

134 ARM, LLC, 4, f. 271r-v (18/1/1344), cité par M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995, p. 386.

135 ACA, C., Rg. 1444, f. 113r-v (29/5/1382). Le patron va finalement à Ibiza, où il vend marchand et marchandise, ce qui entraîne des représailles du sultan de Tlemcen.

136 ARM, P B-81, f. 132v ; B-83, f. 2v-3 (2/1/1453), cité par O. Vaquer, El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 184.

137 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Cela fait un cantare d’huile de Bougie ou Tunis valant 35,662 kg. Balletto, « Bougie », art. cité, p. 92.

138 Pegolotti, p. 169, 188.

139 G. Cherubini, « I prodotti della terra : olio e vino », Terra e uomini nel Mezzogiorno normanno-svevo, Atti delle settime giornate normanno-sveve, Bari, 1517 ottobre 1985, dir. G. Musca, Bari, 1987, p. 187-234 ; J.-M. Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, Rome, 1993, p. 343-347.

140 ASP, Diplomatico Roncioni, 17/10/1278.

141 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).

142 ASG, min. 21/I, f. 62r (13/10/1248) : dix barils d’huile ; ASG, min. 36, f. 283r (1/10/1263) : 5 livres 17 sous en huile.

143 Constable, Trade and Traders, op. cit., p. 182-183. Ce commerce entre al-Andalus et Bougie reste cependant obscur faute de documentation appropriée.

144 ARM, P. 342, f. 149v, tud par D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 124.

145 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 2.

146 Il s’apprête à les expédier au Maghreb quand, en représailles pour la capture à Bougie d’un marchand valencien, le Bailli de Valence demande au roi l’autorisation de l’arrêter. ACA, CRD, Jaime II, caja 60, n° 11052 (23/3/1316), éd. A. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de Africa, Barcelone, 1951, n° 138.

147 Par exemple ARM, P., A. Costanti, 1408, f. 14v (9/3/1408) ; Id., 1428, f. 24v-25v (28/1/1428), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 104, 329. ARM, P. 2526, f. 137v (8/10/1454), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 125. Voir également Id., El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 438 (27 jarres d’huile pour Bougie en 1478).

148 ARV, P., Rg. 2009, f. 375v-376v (23/7/1492).

149 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Un centenaio de noix de Naples fait 140 cantares de Bougie.

150 Ibid. ; Pegolotti, p. 188. Le centenaio de noisettes de Naples vaut à Bougie 145 cantares.

151 Memoria, éd. Lopez, Airaldi, art. cité, p. 123. Le centenaio de châtaignes gusciose (avec coque) de Naples fait à Bougie 135 cantares et le centenaio de châtaignes peste (broyées) 230 cantares.

152 ASG, min. 61, f. 245v (28/1/1261).

153 Deux commandes, portant respectivement sur 9 livres et 20 livres de monnaie mêlée, et une garantie d’un change de 12 livres en 40 sacs de châtaignes. Blancard, II, n° 354 (2/4/1248), 601 (27/4/1248), 657 (8/5/1248).

154 ADBR, 391E 11, f. 14r-v (avril 1337). Pierre Austria était également un bourgeois très actif à Montpellier, au débouché des montagnes cévenoles, ce qui peut expliquer ce commerce de châtaignes. Cf. J. Combes, « Quelques remarques sur les bourgeois de Montpellier au Moyen Âge », Recueil de mémoires et travaux de la Société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, 7, 1970, p. 128.

155 ADBR, 391E 11, f. 168r (13/1/1338).

156 ARM, A. Costanti, 1424, f. 47 (21/3/1424), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 323.

157 Cf. supra p. 278-279.

158 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201). La mezarolia génois équivaut au xiiie siècle à 95,3 litres. P. Rocca, Pesi e misure antiche di Genova e del Genovesato, Gênes, 1871, p. 108.

159 Même tarif, avec possibilité de porter gratuitement 8 mezarolie. ASG, min. 29, f. 149v (8/7/1253), éd. E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Cambridge, Mass., 1930, p. 112-113.

160 Les marchands peuvent porter sans rien payer dix tonneaux par miliarium. ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 120-124. Le miliarium est une unité qui correspond au poids de la cargaison qu’un marchand est supposé emporter. Ibid., p. 38, 41. Le baril de vin génois équivaut au xiiie siècle à 45,74 litres. Rocca, op. cit., p. 108.

161 Giovanni di Guiberto, n° 1017 (13/11/1203).

162 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292).

163 Lanfranco, n° 1041 (26/7/1216).

164 ASG, min. 55/I, f. 192r (29/2/1268). Commande de 32 livres en 62 mezarolie de vin, en vingt fustas.

165 É. Baratier, « Production et exportation du vin du terroir de Marseille du xiiie au xvie siècle », Bulletin philologique et historique du comité des travaux historiques, 1959, p. 245-246.

166 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292). Le nolis devra être payé à Bougie en doubles d’or.

167 ADBR, 381E 20, f. 82r (2/4/1310).

168 ADBR, 391E 11, f. 14r-v (avril 1337), 168v (13/1/1338).

169 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum, caja 24, n° 3338 (15/4/ 1254), éd. A.-É. Sayous, El mètods tudesels a la Barcelona medieval, Barcelone, 1975, n° 16, p. 155-156.

170 ARM, A. Costanti, 1427, f. 359v (12/11/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 328.

171 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judíos (1391-1444) », Hispania, 45, 1985, p. 204 ; Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 225.

172 Cf. supra p. 215.

173 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).

174 En 1252 quatre barils pour 5 livres : ASG, min. 18/II, f. 11r (23/2/1252). En 1253 quatre et trois barils : ASG, min. 29, f. 103v (14/5/1253), 109r (16/5/1253). En 1254 seize barils servent de garantie dans un change sur Bougie : ASG, min. 52, f. 97v (11/5/1254). En 1262 un contrat de nolis prévoit un chargement de miel : ASG, min. 71, f. 129r (25/11/1262). En 1263 enfin une commande de 12 livres est investie en huit barils de miel : ASG, min. 30/II, f. 71v (27/2/1263).

175 Peut-être est-ce dû cependant à des variétés et des qualités différentes de figues.

176 ARM, A. Costanti, 1411, f. 73r-v (23/12/1411), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 106.

177 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 14v (20/1/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 332.

178 Sur la production du sucre au Moyen Âge la bibliographie est abondante. Voir en particulier M. Balard, « Les conditions de la production sucrière en Méditerranée orientale à la fin du Moyen Âge », La Route du sucre du viiie au xviiie siècle, Actes du colloque organisé par l’Association Populaire pour l’Éducation Scientifique, Schœlcher, 2000, s. l. [Schœlcher], 2001, p. 41-48, et la thèse de Mohamed Ouerfelli en cours d’achèvement à l’Université Paris I, Le sucre en Méditerranée occidentale. Production, commercialisation et usages, xe-xve siècles.

179 La culture de la canne à sucre y est introduite par les musulmans et se maintient après les conquêtes chrétiennes. Cf. V. Lagardère, Campagnes et paysans d’al-Andalus (viiie-xve siècle), Paris, 1993, p. 361-390. Pour la Sicile, voir Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 227-252.

180 ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250).

181 Au xiiie siècle le sucre est considéré comme une épice.

182 ADBR, 381E 371, f. 51v (6/1/1306).

183 ARM, P. 2527, f. 29 (6/2/1458), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 129.

184 Par exemple ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 84v-86v (9/2/1482). Certaines années au contraire Venise prend des mesures contre le sucre de Valence. ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 2, f. 1r-v (2/3/1489).

185 Cf. J. Heers, « Le Commerce du sel en Méditerranée occidentale », Le Rôle du sel dans l’histoire, dir. M. Mollat, Paris, 1968, p. 127-132.

186 Cf. supra p. 237.

187 Blancard, I, n° 62 (21/4/1235). Commande pour une valeur de 180 livres de royaux coronats.

188 Jean-Claude Hocquet ne parle pas d’exportations à Bougie. J.-Cl. Hocquet, Le Sel et la fortune de Venise, I, Production et monopole, Villeneuve d’Ascq, 1978.

189 J.-Cl. Hocquet, « Ibiza, carrefour du commerce maritime et témoin d’une conjoncture méditerranéenne (1250-1650) », Studi in memoria di Federigo Melis, I, Naples, 1978, p. 498.

190 ARM, guiatges 1, f. 86r-v (8/5/1336), 88v-89r (12/5/1336), 91v (22/6/1336), 93r-v (28/6/1336). Certaines de ces cargaisons étaient cependant détournées de leur destination déclarée : Arnau Ballester, patron de coca, qui avait reçu une licence pour exporter 60 muids de sel d’Ibiza à Bougie et Collo, va décharger à Savone, et doit pour cela payer une amende. ARM, Extraordinaris, 436bis, f. 91v (22/ 5/1366, ajout postérieur dans la marge), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 213. Cela ne l’empêche pas d’obtenir une nouvelle licence pour exporter du blé à Bougie en septembre de la même année. ARM, guiatges 1, f. 93r-v (29/9/1336).

191 Le muid de sel dans la première moitié du xive siècle pèse 1670 kg. Hocquet, « Ibiza », art. cité, p. 497.

192 ARM, AH 1, f. 279v, cité par Hocquet, « Ibiza », art. cité, p. 498.

193 Arxiu Capitular de Mallorca, Protocolos 14584 (Italie de Cosma), f. 127v (6/ 7/1358), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 477.

194 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406 (58/170), f. 148r-v (21/8/1404).

195 J. Guiral, « Le sel d’Ibiza et de la Mata à la fin du Moyen Âge », Le Sel et son histoire. Actes du colloque de l’Association interuniversitaire de l’est, Nancy, 1979, Nancy, 1980, p. 99. Les destinations sont surtout Oran, Tunis et Alger, mais aussi Bougie et Dellys. Ces villes importent également de manière épisodique du sel de La Mata, dans le sud du royaume de Valence. Ibid., p. 104.

196 ASP, Diplomatico Alliata, 27/4/1326.

197 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348).

198 Hocquet, Le Sel et la fortune de Venise, op. cit., I, p.98.

199 Au sens étroit les épices sont « l’ensemble des drogues que fournissent l’Extrême-Orient et les pays de l’Océan indien ». Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 719.

200 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Translated from the Arabic with Introduction and Notes, Princeton, 1973, p. 324.

201 Goitein, A Mediterranean Society, op. cit., I, p. 44.

202 Les Génois se fournissaient en particulier en Romanie, dans les États latins et en Syrie et Égypte musulmanes. Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 719 s.

203 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 1, f. 198v-199r (6/11/1443).

204 En 1446 Indonici Venerio rapporte à Venise deux colli de gingembre, qu’il a envoyés avec les galées de Berbérie mais n’a pas pu vendre. ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 183r (26/11/1446).

205 Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158), 1222 (23/6/1164) ; Giovanni di Guiberto, n° 1700 (20/3/1206 : 6 centinaio et 90 livres de poivre) ; ASG, min. 7, f. 53v-54r ([1-3]/6/1212).

206 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, Leipzig, 18851886, rééd. Amsterdam, 1959, III, p. 658-663 ; J.-Cl. Garcin, « Transport des épices et espace égyptien entre le xie et le xve siècle », Les Transports au Moyen Âge. Actes du VIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Rennes, juin 1976, Annales de Bretagne, 85/2, 1978, p. 305-314.

207 Heyd, op. cit., II, p. 664. Giovanni di Guiberto, n° 1120 (10/5/1205) : deux centinaio de poivre long.

208 Heyd, op. cit., II, p. 644. Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158) ; Giovanni di Guiberto, n° 1120 (10/5/1205 ; 11 onces), 1808 (4/4/1206) ; ASG, min. 14, f. 256r (13/ 9/1236 ; 3 livres investies en 15 livres de noix de muscade) ; min. 21/I, f. 62r (13/10/ 1248). Voir aussi ARM, A. Costanti, 1411, f. 54 (26/8/1411), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 106 (commande à destination de Tunis, Bône, Collo, Constantine, Bougie, Valence, Barcelone, Majorque).

209 Heyd, op. cit., II, p. 603-605. Blancard, II, n° 341 (1/4/1248), 568 (22/4/ 1248), 597 (27/4/1248), 613 (28/4/1248).

210 Heyd, op. cit., II, p. 595. Blancard, II, n° 535 (16/4/1248), 569 (22/4/1248).

211 Heyd, op. cit., II, p. 619. ASG, min. 27, f. 13v (29/10/1250) ; min. 35, f. 83r-v (21/9/1261). Ces deux commandes ont été confiées par deux speciero, Giovanni Placentio et Simone de Suxilia. Voir également Blancard, II, n° 517 (15/4/ 1248) : 40 livres 12 sous de monnaie mêlée, en une charge et demi de gingembre.

212 Heyd, op. cit., II, p. 643. ASG, min. 21/I, f. 62r (13/10/1248) : dix sacs de galle.

213 Heyd, op. cit., II, p. 669. Blancard, II, n° 466 (10/4/1248) : commande de 14 livres 9 sous de monnaie mêlée investie en 18 livres et une once de scammonée.

214 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201), 952 (25/10/1203), 1667 (16/3/1206 : 46 livres 8 onces de safran valant 33 livres) ; ASG, min. 2, f. 157r (8/7/1214 ; 50 livres de safran) ; ASG, not. Ign., busta 15, fr. 142, f. 14v (16/9/1237 ; 25 livres de safran) ; ASG, min. 54, f. 125v (16/5/1257 ; 20 livres en safran). En 1248 sept commandes investies en partie en safran sont confiées à Marseille pour être portées à Bougie sur le buccio Saint-François. Blancard, II, n° 552 (18/4/1248), 572 (22/4), 586 (24/4), 594 (27/4), 618 (28/4), 621 (id.), 676 (8/5).

215 Heyd, op. cit., II, p. 668. Cf. également, pour la production catalane, Carrère, Barcelone, op. cit., p. 341-348.

216 Ces produits sont cependant classés par Pegolotti parmi les épices, comme la majeure partie de ce qui provient d’Orient. Cf. « Épices », Dictionnaire du Moyen Âge, dir. A. de Libera, Cl. Gauvard, M. Zink, Paris, 2002, p. 486-487 (M. Balard).

217 Heyd, op. cit., II, p. 624-625. ASG, min. 18/II, f. 246v (5/9/1233) : 56 livres en six centenaio et dix livres de laque ; ASG, min. 72, f. 15v (27/6/1268). En 1445 des marchands vénitiens reviennent du Maghreb sur les galées de Berbérie avec de la laque qu’ils n’ont pu vendre dans de bonnes conditions. ASV, Senato, Mar, Rg. 2, f. 115r (23/12/1445).

218 C’était un bois odorant qui constituait un des articles courants du commerce médiéval. Heyd, op. cit., p. 581-583. ASG, min. 24, f. 7v-8r (19/4/1236) ; min. 29, f. 109r (16/5/1253).

219 Heyd, op. cit., II, p. 614. Blancard, II, n° 637 (30/4/1248) ; ASG, min. 72, f. 15v (27/6/1268).

220 Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 742-749.

221 Blancard, II, n° 677 (8/5/1248), 962 (8/7/1248) : règlement de deux commandes en mastic envoyées à Bougie.

222 ARM, A. Costanti, 1415-18, f. 134, cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 319 : assurance pour des draps, du mastic et autres marchandises à destination de Bougie, Collo, Bône et Tunis.

223 Giovanni di Guiberto, n° 1114 (10/5/1205).

224 ASG, min. 21/I, f. 61r (9/10/1248). L’ambre était considéré comme un parfum de grande qualité. On pouvait le conserver dans des récipients spéciaux en forme de pommes d’or ou incrustées d’or. Heyd, op. cit., II, p. 571, 574. Cf. Tuetey, éd., « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie », BEC, 6e série, 1, p. 354 : « une petite pomme d’ambre, garnye d’or » (inventaire de 1483).

225 ASG, min. 34, f. 213r (2/5/1259).

226 Lanfranco, n° 862 (21/10/1210) ; ASG, min. 60, f. 89r (16/4/1257), 292r (15/ 7/1258).

227 Giovanni di Guiberto, n° 1727 (23/3/1206), 1750 (24/3/1206), 1787 (29/3/ 1206), 1808 (4/4/1206) ; ASG, min. 143, f. 182v (7/10/1248) ; min. 54, f. 87v (16/4/ 1257) ; min. 35, f. 84r (21/9/1261) ; min. 122, f. 60v (19/5/1276).

228 Heyd, op. cit., II, p. 648.

229 ASG, min. 21/I, f. 58v (8/10/1248). Ces fils d’or avaient l’apparence de fils métalliques étirés à chaud, mais étaient en réalité des fils de lin très fins et revêtus d’une couche d’or. Le centre le plus connu pour leur fabrication était Chypre, mais les techniques furent introduites au cours du xiiie siècle en Europe. Heyd, op. cit., p. 677.

230 ASG, min. 54, f. 80r (11/4/1257), 92r (19/4/1257).

231 ASG, min. 35, f. 142r (16/5/1256). Une partie du document est illisible, à l’endroit où le notaire détaille les types de pierres précieuses. Le rubis-balais, de couleur rose, venait surtout de la province indienne du Badakchan ou Balakhchan, en Asie centrale. Heyd, op. cit., II, p. 653 ; « Badakh Shan », EI2, I, p.875 (W. Barthold). Les émeraudes pouvaient se trouver en Haute-Égypte ou en Inde. Heyd, op. cit., II, p. 651, 654. Voir aussi ASG, min. 143, f. 182v (7/10/1248) : 400 livres investies en perles et rubis-balais.

232 ARM, P. 2527, f. 29 (6/2/1458), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 129.

233 Trenchs Ordena, « Les “alexandrini” », art. cité, p. 177.

234 Sur la chronologie de cette politique de la papauté, plus ou moins sévère selon les pontifes, voir ibid., p. 179-180.

235 M. G. Canale, Nuova Istoria della Repubblica di Genova, del suo commercio e della sua letteratura dalle origini all’anno 1797, Florence, 1860, II, p. 314. On notera cependant que la peine est modeste et que la Commune se réserve le droit d’accorder des licences exceptionnelles.

236 Ibid., II, p. 315.

237 G. Airaldi, « Da Genova al Maghreb nel Basso Medioevo », Italia e Algeria, aspetti storici di un’amicizia mediterranea, dir. R. H. Rainero, Milan, 1982, p. 70.

238 En juillet 1328 il est fait interdiction aux Vénitiens et étrangers d’exporter ad partes Barbarie du fer, du bois et des armes. R. Cessi, P. Sambin, éd., Le Deliberazioni del consiglio dei Rogati (senato). Serie « mixtorum », I, libri I-XIV, Venise, 1960, p. 364.

239 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 19-20. Ces mesures prises par les souverains catalans au xve siècle sont cependant plus souvent motivées par des considérations politiques et militaires que par un souci religieux. Cf. Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans méditerranéens d’Alphonse le Magnanime à Ferdinand le Catholique », IX Congresso di storia della Corona d’Aragona, Naples, 1982, p. 199-223.

240 Cf. G. Petti Balbi, « Deroghe papali al “Devetum” sul commercio con l’Islam », Rassegna degli Archivi di Stato, anno XXXII, n° 3, 1972, p. 521-533. En 1424 le marchand Gabriel Torralles reçoit l’absolution du roi pour diversa llignamina et autres marchandises achetées à Senj en Dalmatie et transportées ad partes Barbarie sur la nef patronnée par Salvador Ferran, ACA, C, Rg. 2589, cité par Carrère, Barcelone, op. cit., p. 20.

241 Trenchs Ordena, « Les “alexandrini” », art. cité, p. 184.

242 Ibid., p. 171.

243 Ibid., p. 169-193 ; Id., « “De Alexandrini”, el comercio prohibido con los musulmanes y el papado de Aviñón durante la prima mitad del siglo xiv », AEM, 10, 1980, p. 237-320.

244 Archivio di Stato di Prato, n. 886, lettere Maiorca-Barcelona, 23/9/1395, de Ambrogio de’Rocchi à la compagnie Datini, f. 2r-v, éd. Partielle B. Dini, Una Pratica di Mercatura in formazione (1394-1395), Florence, 1980, p. 22.

245 Cf. A. M. Aragò, « Fletes de géneros prohibidos desde el puerto de Barcelona a la Ligura (1358-1409) », Atti del I congresso storico Liguria-Catalogna, Bordighera, 1974, p. 211-219.

246 ARV, MR, Rg. 19, f. 34r (1399). Voir aussi id., Rg. 5, f. 40r (1386) ; Rg. 12, f. 249v (1394). R. Arroyo, « El comercio valenciano de exportación con Italia y Berbería a finales del siglo xiv », VIII congreso de historia de la corona de Aragón, Valencia, 1967, Valence, II, 1973, p. 255-289.

247 Éd. J. Hinojosa Montalvo, Coses vedades, en 1404, Valence, 1972, p. 15 (16/ 1/1404), 46 (1/3/1404), 137 (9/6/1404).

248 Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (14711484), éd. L. Greco, Venise, 1997, n° 72 (29/9/1475).

249 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 37 (21/2/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 332. Un costal d’étain pour Bougie.

250 ARM, A. Costanti, 1411, f. 55 (26/8/1411), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 106. 290 livres en 42 costals de poix, 96 quintaux de bois, 8 costals de riz, pour Tunis, Bône, Collo, Constantine, Bougie, Valence, Barcelone et Majorque. Le port de déchargement reste cependant ici imprécis, peut-être volontairement.

251 Liées notamment à un plus faible coût du transport par mer.

252 Cf. infra p. 499, 596-597.

253 Cf. supra, p. 218-219.

254 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 180-191.

255 L’essor de cette industrie répond à une demande accrue en tissus et en vêtements de laine. J. Heers, « La mode et les marchés des draps de laine : Gênes et la Montagne à la fin du Moyen Âge », Annales ESC, 26/5, 1971, p. 1094.

256 Cf. les travaux de la première Semaine d’histoire économique de Prato, consacrés de manière révélatrice à cette industrie. La Lana come materia prima. I fenomeni della sua produzione e circolazione nei secoli xiii-xvii. Atti della I settimane di studio, Istituto internazionale di storia economica F. Datini, aprile 1969, dir. M. Spallanzani, Florence, 1974. E. Carus Wilson, « The Woolen Industry », The Cambridge Economic History, II, dir. M. Postan et E. E. Rich, Cambridge, 1952, p. 355-428. Et plus récemment, sur les aspects techniques, Cardon, op. cit.

257 Carus Wilson, art. cité, p. 375-376.

258 Ibid., p. 367-374, 387-393.

259 St. A. Epstein, Genoa and the Genoese, 958-1528, Chapel Hill, 1996, p. 100 ; R. S. Lopez, « Le origini dell’arte della lana », Studi sull’economia tudese nel Medio Evo, Turin, 1936, p. 63-181.

260 Th. W. Blomquist, « The Drapers of Lucca and the Marketing of Cloth in the Mid-thirteenth Century », Economy, Society, Government in Medieval Italy. Essays in Memory of Robert L. Reynolds. Exploration in Economic History, 7, 196970, p. 65-73 (tude à partir d’un notaire de 1246).

261 Giovanni di Guiberto, n° 348 (3/8/1201).

262 ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).

263 Par exemple ASG, min. 65, f. 10r (24/1/1258) ; min. 40/I, f. 63r (24/3/1281).

264 Je n’ai pris en considération que les laines dites « de Bougie », ou portées de Bougie. En revanche les mentions de « laines africaines », très nombreuses à partir des années 1270, ont été laissées de côté. Il est évident que parmi ces laines africaines certaines venaient de Bougie.

265 Le pic de juillet, avec 26 actes, s’explique seulement par 16 contrats de vente, par le même Ambrosino Segnorando, de laine de Bougie entre le 26 et le 28 juillet 1278. ASG, min. 63/I, f. 89v-99v (26-28/7/1278).

266 Le pic de septembre est intéressant, et pourrait montrer que les navires reviennent de Bougie au début de l’automne, après avoir passé tout l’été au Maghreb. Cf. supra p. 304-305 les dates de départs de bateaux, qui montrent un ralentissement en juillet et août.

267 Par exemple en 1274 Nicolino de Tealdo, drapier, achète à Simonino Richerio fils de Giacomo 11 cantares de laines de Bougie, pour 44 livres. ASG, min. 82, f. 294v (13/9/1274).

268 En 1253 Giovanni Mazacoza de Rivotorbido, tinctor, sa femme et Anselmo Overnatico, tinctor, achètent à Suçobono de Santo Donato et Giovanni Piloso de Sant’Ambrogio de la laine de Bougie pour 19 livres 17 sous 6 deniers. ASG, min. 28, f. 149v (10/12/1253).

269 En 1278 Andreolo Nazario, lainier, habitant Borgo Santo Stefano, achète à Ambrosino Segnorando huit sacs de laine succida de Bougie, pour 144 livres 17 sous 6 deniers Cette laine appartient à Musso et Manuele Abo, qui l’ont amenée de Bougie à Gênes. ASG, min. 63/I, f. 89v (26/7/1278).

270 En 1253 Maguerio de Porta Sant’Andrea, lainier, achète à Suçobono de Santo Donato et à Giovanni Piloso de Sant’Ambrogio de la laine de Bougie pour 18 livres 12 sous 8 deniers. ASG, min. 28, f. 148v (10/12/1253).

271 Par exemple en 1253 Martino de Chiavari, lainier, achète les laines de Bougie pour 76 livres 6 sous à Suçobono de Santo Donato et à Giovanni Piloso. ASG, min. 28, f. 153r (18/12/1253).

272 En 1253 encore Suçobono de Santo Donato vend à Guglielmo de Struppa, lainier, pour 74 livres 7 sous 5 deniers de laine de Bougie. ASG, min. 28, f. 146v (7/12/1253).

273 En 1278 Januario de Rapallo, lainier, achète à Ambrosino Segnorando deux sacs de laine succida de Bougie, pour 37 livres 17 sous 6 deniers. ASG, min. 63/I, f. 95v (28/7/1278).

274 ASG, min. 28, f. 149v.

275 Cf. H. Hoshino, L’Arte della lana in Firenze nel Basso Medioevo. Il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli xiii-xv, Florence, 1980.

276 Les Statuts de l’Art de la laine de Florence, datés de 1317-1319, mentionnent les laines que l’on va chercher in partibus Garbi, Tunisi, Bugee, Ianue, Pi sarum vel alibi extra distrectum Florentie. A. M. E. Agnoletti, éd., Statuto dell’Arte della Lana di Firenze (1317-1319), Florence, 1940 (Fonti e studi sulle corporazioni artigiane del Medio Evo, 1), p. 163.

277 ASG, min. 91, f. 118v. (24/2/1268).

278 ASG, min. 16/II, f. 171r-v (10/9/1268), 172v (24/9/1268), 180v-181r (17/11/ 1268).

279 Archivio di Stato di Firenze, Provvisioni XIII, f. 116, cité par R. Davidsohn, Forschungen zur Geschichte von Florenz, Berlin, 1901, III, p. 102.

280 J.-Fr. Bergier, « Lucques et l’Europe : fidélité à quel destin ? », Lucca e l’Europa degli affari (secoli xv-xvii), Lucques, 1990, p. 21-22.

281 G. Petti Balbi, « La presenza lucchese a Genova in età medioevale », Lucca e l’Europa degli affari, op. cit., p. 30-33.

282 Ibid., p. 34.

283 Ibid.

284 178 livres 7 sous 1 denier (ASG, min. 105, f. 66v-67r, 27/1/1259), 212 livres 5 sous 4 deniers (id., f. 77r, 15/2/1259), 111 livres 10 sous (id., f. 91v, 28/2/1259), 83 livres 13 sous (ASG, min. 34, f. 200v, 2/9/1259), 67 livres 3 sous 6 deniers (id., f. 202r, 4/9/1259), 140 livres 11 sous (ASG, min. 35, f. 14v, 10/9/1259), 416 livres 2 sous (id., f. 15v, 11/9/1259).

285 Un tarif municipal de la même ville de Modène évoque également en 1306 les laines de Tunis et de Bougie. Cité par G. B. Dapping, Histoire du commerce entre le Levant et l’Europe depuis les croisades jusqu’à la fondation des colonies d’Amérique, Paris, 1830, I, p. 241.

286 G. Airaldi, « Alessandrini sulla via del mare », Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barbarossa. Alessandria e la lega lombarda. Relazioni e comunicazioni al XXXIII congresso storico subalpino, Alessandria-Genova, ottobre 1968, Turin, 1970, p. 431.

287 ASG, min. 27, f. 76r (3/10/1250). Pietro de Monte Santo de Plaisance, en son nom et celui de ses associés, achète pour 160 livres de laine de Bougie, à payer à Milan. Les Statuts de Plaisance de 1321 prévoient la taxation de laines et de coton de Bougie et de Tunis. Corpus statutorum mercatorum Placentiae, Milan, 1967, p. 114, cité par G. Jehel, « Les Placentins en Afrique du Nord au Moyen Âge », Precursori di Cristoforo Colombo. Mercanti e banchieri piacentini nel mondo durante il medioevo. Atti del Convegno Internazionale di Studi, Piacienza, 1012 settembre 1992, Bologne, 1994, p. 175.

288 ASG, min. 28, f. 141r (30/11/1253).

289 Par exemple ASG, min. 28, f. 138v (26/11/1253).

290 ASG, min. 35, f. 16v (11/9/1259).

291 ASG, min. 81, f. 7v (16/2/1266).

292 ASG, min. 81, f. 32r (8/3/1266).

293 ASG, min. 70, f. 225v (1/7/1267).

294 ASG, min. 10, f. 197v, 198r (19/10/1293).

295 Par exemple ASG, min. 81, f. 9r (17/2/1266).

296 Par exemple ASG, min. 70, f. 39r (13/11/1264).

297 ASG, min. 84, f. 14v (13/1/1274).

298 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328).

299 ASG, min. 35, f. 16v (11/9/1259).

300 ASG, min. 63/I, f. 111v (13/8/1278) ; min. 90, f. 125r (27/8/1296). La laine noire, sans être nécessairement de moins bonne qualité, était impropre aux teintures vives ou claires. Cardon, op. cit., p. 90.

301 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328).

302 ASG, min. 74, f. 216r (6/3/1287). Benedetto Fellario vend à Oberto de Serra 200 cantares de « laine neuve barbaresque » de Bougie au cantare barbaresque du fondouk de Bougie, pour 900 doubles d’or. Elle sera envoyée de Bougie à Gênes sur la première nave disponible.

303 Nombreux cas. Voir par exemple ASG, min. 105, f. 71r (5/2/1259).

304 N. Calvini, Nuovo glossario medievale ligure, Gênes, 1984, s.v. « sucida ». Le dégraissage des laines était nécessaire, pour lui enlever son aspect poisseux et toutes ses impuretés.

305 Par exemple ASG, min. 61, f. 66v (10/4/1264).

306 Cardon, op. cit., p. 147.

307 P. Silva, « Intorno all’industria e al commercio della lana in Pisa », Studi Storici, 19, 1910, p. 337-339.

308 Cette équivalence ressort de trois actes qui ne donnent pas de somme, mais indiquent la quantité de laine par sac. ASG, min. 16/II, f. 171r-v (10/9/1268), 172v (24/9/1268), 180v-181r (17/11/1268).

309 R. S. Lopez, « El Origen de la oveja merina », Estudios de Historia Moderna, 4, 1954, trad. It. « L’origine della pecora merina », Su e giù per la Storia di Genova, Gênes, 1975, p. 271-272.

310 ASG, min. 16/II, f. 180v-181r (17/11/1268).

311 Lopez, « L’Origine », art. cité, p. 271-272.

312 M. L. Ryder, « La Storia delle pecore merino nella lana antiqua », Laniera, 105/4, 1993, p. 178, 204, cité par Cardon, op. cit., p. 50.

313 Archivio Caetani, Pergamene, Fondo pisano, n° 3330 (10/8/1274), éd. G. Caetani, Varia. Raccolta delle carte più antiche dell’Archivio Caetani e Regesto delle pergamene del fondo pisano, Cité du Vatican, 1936, p. 12-14. Ce contrat est également édité, mais avec la date de 1264, par L. de Mas-Latrie, « Charte de nolisement de l’an 1264 pour un voyage de Pise à Bougie », BEC, 2e série, 4, 1847-48, p. 244-256. Pise développe alors une importante industrie lainière, qui s’approvisionne en partie au Maghreb. P. Castagneto, L’Arte della Lana a Pisa nel Duecento e nei primi decenni del Trecento. Commercio, industria e istituzioni, Pise, 1996, p. 44-45.

314 AG, VI, p. 51 (a. 1284).

315 Éd. Cessi, Sambin, Le Deliberazioni del consiglio dei Rogati, op. cit., p. 93 (17/2/1294).

316 Éd. M. Brunetti, R. Cessi, Le Deliberazioni del Consiglio dei rogati (senato) ; serie « mixtorum », II, libri XV-XVI, Venise, 1961, p. 281 (24/2/1334).

317 Paris, BNF, ms., fonds Notre Dame, n° 274 bis, f. 18v, éd. L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866, p. 98-99.

318 Les Génois désormais s’alimentent principalement sur le marché anglais. Lopez, « L’origine », art. cité, p. 272.

319 Pegolotti, p. 178. Il donne la valeur du cantare barbaresco, qui vaut 56 ro toli de Naples.

320 Ibid., p. 204, 211.

321 M. Gual Camarena, éd., El primer manual hispánico de mercadería (s. xiv), Barcelone, 1981, p. 125.

322 ASP, Comune A, 29, f. 30r (1329).

323 ASP, Comune A, 240, f. 9v, 10v, 15v, éd. B. Casini, « Il “breve” delle gabelle delle porta della Degazia del Mare di Pisa del 1362 », Studi per Enrico Fiumi, Pise, 1979, p. 373-429. Ce tarif met les laines de Bougie dans la même catégorie que celles des autres villes du Maghreb, citant Ténès, Alger, Mazagran, Piaggia ( ?), Collo, Bône, Tunis, Sousse, Mahdia (Affrica) et « tucti li paesi di Barbaria et Garbo ».

324 E. de K. Aguiló, « Mostres de lous passats per la redencio de catius cristians », BSAL, 10, 1904, p. 340. La taxe à payer est respectivement de un et de deux tumens (umn).

325 Il ne semble pas en effet que des taxes prohibitives aient grevé des laines d’une origine particulière.

326 ASV, MC, Spiritus, f. 97v (25/7/1339), éd. R. Cessi, L. Luzzatti, Le Regolazione delle Entrate e delle spese (sec. xiii-xiv), padoue, 1925, doc. n° 133.

327 R. M. Dentici Buccellato, Fisco e società nella Sicilia Aragonese. Le pan-dette delle gabelle regie del xiv secolo, Acta curie felicis urbis Panormi, II, Palerme, 1983, p. 55.

328 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

329 Hoshino, op. cit., p. 122-124.

330 Ce mot peut avoir, selon les cas, le sens strict de Maroc, mais aussi celui, plus large, de Maghreb, ce qui est sans doute le cas ici.

331 Les registres génois édités par John Day pour les années 1376-7 ne font pas apparaître Bougie et ne montrent pas non plus d’exportations de laines au départ de Tunis. Day, Les Douanes de Gênes, op. cit.

332 ARM, RP 1108, f. 34r (2/3/1365).

333 Éd. G. F. Pagnini della Ventura, « Giovanni di Antonio Da Uzzano : La Pratica della mercatura (1442) », Della decima e di varie altre gravezze imposte dal Comune di Firenze, IV, Lisbonne, 1766, rééd. Anast. Bologne 1967, p. 108.

334 Hoshino, op. cit., p. 211.

335 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 628. Voir aussi, sur cette production locale de laines, Cl. Carrère, « Aspects de la production et du commerce de la laine en Aragon au milieu du xve siècle », La Lana come materia prima, op. cit., p. 205 219.

336 M. Berti, Commercio all’ingrosso e al minuto dei panni di lana a Pisa nei primi decenni della dominazione fiorentina, Pise, 1980, p. 22.

337 Par exemple dans les comptes de la compagnie Datini de Prato, entre 1396 et 1400, ces laines sont les moins chères : 6,06 florins pour 100 livres de laine de Berbérie, alors que les autres types de laines se payent 12,41 florins (Provence), 12,02 florins (San Matteo), 14,50 florins (Majorque), 19,77 florins (Minorque) et surtout 32,79 florins (Angleterre). Les prix des draps fabriqués avec les laines maghrébines sont, en conséquence, les plus bas (8,52 florins, contre 38,31 pour ceux faits à partir de laine anglaise). F. Melis, Documenti per la storia economica dei secoli xiv-xv, Florence, 1972, p. 116. Voir également J. Heers, « Il commercio nel Mediterraneo alla fine del sec. XIV e nei primi anni del XV », Archivio storico italiano, 113/2, 1955, p. 194 (étude à partir de documents de la compagnie Datini, de l’année 1395) : alors que les laines maghrébines se négocient entre 3 et 3,15 livres le cantare, celles d’Italie valent entre 5 et 6 livres.

338 À partir de 1270 les Italiens vont chercher de la laine en Angleterre. Cf. E. Ashtor, « Il retroscena economico dell’urto genovese-pisano alla fine del Duecento », ASLSP, 24/2, 1984, p. 61.

339 Cardon, op. cit., p. 72.

340 Ibid., p. 69-70.

341 Ibid., p. 71. F. Melis, « La lana della Spagna mediterranea e della Berberia occidentale nei secoli xiv-xv », La Lana come materia prima, op. cit., p. 248.

342 Cardon, op. cit., p. 71. Au xiiie siècle déjà arrivent à Gênes des laines « de matelas » (supra p. 385).

343 En juin 1446 le Petit Conseil de Raguse ordonne de recenser tous les sacs de laine de Berbérie et interdit à leurs propriétaires de les vendre ou de les exporter sans autorisation préalable. En octobre de la même année on précise que la laine du Maghreb est cause d’un « amoindrissement et de diffamation » de l’art lainier ragusain et qu’il faut que tous s’en débarrassent avant novembre. Enfin, en août 1447, cette laine est considérée comme denrée de contrebande. A. Ducellier, « L’Adriatique et la Berbérie au Moyen Âge : Trafic d’appoint ou trafic caché ? », CT, 117-118, 1981, p. 568.

344 Leonardo Pisano (Fibonacci), Liber abbaci, éd. B. Boncompagni, Rome, 1857, p. 83, 88 ; trad. Angl. L. Sigler, Fibonacci’s Liber Abaci, New York, 2002, p. 127, 133.

345 Fibonacci est né sans doute entre 1170 et 1180, et meurt après 1241. Le Liber Abaci a été composé en 1202. C. Maccagni, « Leonardo Fibonacci e il rinnovamento delle matematiche », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie di comunicazione, scambi commerciali e culturali al tempo delle repubbliche marittime, Pise, 1988, p. 92.

346 Voir en particulier le travail de R. Delort, Le Commerce des fourrures en Occident vers la fin du Moyen Âge, Rome, 1975. Également Ph. Gourdin, « Les approvisionnements en cuir de la ville de Gênes pendant la deuxième moitié du xve siècle (d’après les actes du notaire Nicolò Raggi) », Nuova Rivista Storica, LXXV/111, 1991, p. 572, qui pense que les artisans du cuirs étaient plus nombreux encore que ceux de la laine.

347 Amari, Diplomi arabi, op. cit., partie latine, n° 14, p. 270 (19/5/1181) et partie arabe, n° 3, p. 10-13 (1/7/1181).

348 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 88-89.

349 Cf. ASG, min. 27, f. 166r (5/6/1251) ; min. 60, f. 296r (28/7/1258).

350 Paris, BNF, ms., fonds Notre Dame, n° 274 bis, f. 18v, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 99.

351 D. Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca, 1150-1450 », En las costas del Mediterráneo occidental. Las ciudades de la Península Ibérica y del reino de Mallorca y el comercio mediterráneo en la Edad Media, dir. D. Abulafia, B. Garí, Barcelone, 1996, p. 150.

352 Voir par exemple le tarif de lou majorquin de 1368, qui cite les bugiot. Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.

353 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 22. On trouve aussi les termes de bogget, bougie, budge, budye (ibid., p. 88).

354 On trouve alors des « bogy de Spayne », des bougies de Romanie, dits « rumney budge », voire des « bougies romaniotes de Lombardie ». Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 88, 224. Robert Delort cite une étude menée surtout à partir de l’Angleterre, qui a montré que dès la fin du xive siècle le nord-ouest européen appelait « bougie », « budge », tout fin agnelet, qu’il fût originaire du sud (et même de Romanie), de l’Italie atlantique, d’Angleterre, d’Écosse ou des Orcades (E. W. W. Veale, The Great Red Book of Bristol, Bristol, 1937, p. 216).

355 Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 219, 224.

356 Lanfranco, n° 1414 (31/5/1225). Sur cette vente, le Placentin doit encore 97 livres 5 sous à Simone.

357 Lanfranco, n° 1418 (17/6/1225).

358 ASG, min. 18/II, f. 254r (7/9/1234).

359 ASG, min. 35, f. 163r (8/11/1262). L’année précédente Gandulfino de Quarto a pris au moins deux commandes pour un voyage à Bougie et il a visiblement réinvesti le produit des ventes en partie en cuirs d’agneaux. ASG, min. 35, f. 81v (16/9/1261) ; not. Ign, busta 4, fi. 56 (20/9/1261).

360 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

361 Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.

362 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 361, 589. L’origine proprement bougiote de ces cuirs n’est cependant pas évidente.

363 ADBR, 351E 447, f. 439v-441r (27/11/1473), 457r-458v (7/12/1473), 482r-484r (14/12/1473) ; 351E 448, f. 197r-v (11/7/1474).

364 ASG, not. Ign., busta 1, doc. 1, doc. 10 (14/3/1180).

365 Fibonacci, Liber Abbaci, op. cit., p. 118, trad. P. 177.

366 ASG, not. Ign, busta 8, fr. 95, f. 41v (17/6/1262).

367 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

368 On a donné à ce mot basane une étymologie qui renvoie précisément à Bougie, ce qui est une interprétation très libre. A. de Capmany y Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, Madrid, 1779-1792, rééd. C. Batlle et E. Giralt, 1961-1963, I, p. 273.

369 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, 1883-1887, rééd. Anast. Graz, 1954, I, p. 635.

370 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, I, p. 97-98. Le tout vient de la racine BTN, d’où battana, fourrer, doubler de peau.

371 Doehaerd, Les Relations commerciales, op. cit., II, glossaire, s. v. ; Calvini, Nuovo glossario, op. cit., 1984, p. 63 ; Dufourcq, L’Italie catalane, op. cit., p. 545 (qui n’exclut pas cependant un sens plus général) ; López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 563 ; Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 81.

372 ASG, AS, 2725, n° 49 (9/6/1287), éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 125 127.

373 Éd. Casini, « Il “Breve” delle gabelle », art. cité.

374 ADBR, B 2485, f. 11, cité par Delort, Le Commerce des fourrures, op. cit., p. 169.

375 Cf. G. Arnaud d’Agnel, éd., Comptes du roi René, Paris, 1908-1910. Par exemple I, n° 405, p. 157-158 (janvier 1479) : le roi reçoit des « oiseaux tunyssiens, et deux levrières [...] apportéz de Barbarie et autres choses étranges ».

376 ASG, min. 24, f. 139r (23/5/1252 – deux actes), 139v (25/5/1252), 140r (27/ 5/1252), 143v (13/6/1252). L’année précédente un certain Petrino Lecavello, fils de Enrico, prend une commande pour Bougie. Il s’agit sans doute de la même personne. ASG, min. 27, f. 199v (9/9/1251). En septembre 1252 il porte à nouveau une commande pour Bougie. ASG, min. 34, f. 47r (23/9/1252).

377 ASG, min. 70, f. 6r (18/7/1271).

378 Archivio Caetani, Pergamene, Fondo pisano, n° 3330 (10/8/1274), éd. Caetani, op. cit., p. 12-14. Voir également le tarif de lou majorquin de 1368. Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.

379 ASG, min. 65, f. 28r (1/3/1258). Encore ne s’agit-il que d’une petite vente, puisque le prix est de 6 livres.

380 Gual Camarena, Vocabulario, op. cit., p. 281-282.

381 En 1288 un drapier vend pour 28 livres 3 sous 9 deniers de cordouan de Bougie. ASG, min. 87, f. 111v. (8/1/1288).

382 Archives municipales de Perpignan, Livre vert mineur, f. 82-85, éd. A. Alart, « Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne », Revue des Langues romanes, 4, 1873, p. 373.

383 ARM, A. Costanti, 1425, f. 75v (14/5/1425), 78r (15/5/1425), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 349.

384 ARM, A. Costanti, 1427, f. 347 (28/10/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 92.

385 ARM, A. Costanti, 1428, f. 27v (28/1/1428) ; id, 1433-4, f. 38 (22/2/1434), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 351, 302 ; ARM, P. 2505, f. 116 (19/5/1451), cité par Vaquer, « Navegació i comerç a Mallorca », art. cité, p. 113 ; ARM, P. 2520, f. 73-74v (17/3/1459), cité par Vaquer, « Comerç i capital mercantil », art. cité, p. 166. Les contrats d’assurance majorquins des années 1465-8 montrent des importations de cuirs en provenance d’Alghero (197 livres), Alger (50), Bougie (40) et Valence (25). O. Vaquer, El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 135.

386 ARV, Batllía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409).

387 ARV, MR, Rg. 11060 (Peatges del mar, any 1491), f. 158r-v (15/4/1491).

388 Gourdin, « Les approvisionnements en cuir », art. cité, p. 571-612, qui ne cite qu’un cas de cuirs chargés à Bougie : ASG, Notai antichi, not. Girolamo Ventimiglia, filza 1, 51. Mais en général les documents ne parlent que de « cuirs de Barbarie », sans précision particulière.

389 ASP, Comune, B, Entrata e uscita del camerlingo delle gabelle, Entrata delle mercanzie, année 1423 : on trouve parmi les produits débarqués dans le port des peaux barbaresques (par exemple f. 10r), des cuirs de bœufs (bovis barbareschis, f. 11r), des soatti (cuirs légers, f. 16r), des cuirs pilosio (bruts, f. 16r) et des cordouans (f. 17v).

390 Cf. supra p. 197-205, 213-215.

391 Gual Camarena, Vocabulario, op. cit., p. 200-201 ; J. Delumeau, L’Alun de Rome xve-xixe siècle, Paris, 1962, p. 13 ; Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun », art. cité, p. 177-178.

392 Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », Revue d’histoire économique et sociale, 41, 1963, p. 433-447.

393 M.-L. Heers, « Les Génois et le commerce de l’alun », Revue d’Histoire économique et sociale, 32, 1954, p. 31-53 ; Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 769-782.

394 Delumeau, L’Alun de Rome, op. cit.

395 Al-Idrīsī, trad. P. 81, 110-111. Cf. supra p. 227.

396 Fibonacci, Liber Abbaci, op. cit., p. 117, trad. P. 176.

397 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).

398 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).

399 ASG, Manoscritti 102 (not. Oberto Scriba), f. 5v (13/8/1179).

400 AHCB, Livre vert, I, f. 232, trad. Esp. Capmany y Montpalau, Memorias históricas, op. cit., p. 867.

401 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 99. Cet alun pouvait passer soit par Marseille, soit par Gênes. Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun », art. cité, p. 181, 183.

402 ASG, min. 105, f. 61r (15/1/1259). Quelques années plus tard, en 1264, Manuele Zaccaria et son frère Benedetto se font concéder les mines d’alun de Phocée, dont ils font une grande industrie et qui firent leur fortune. R. S. Lopez, Genova marinara nel duecento. Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan-Messine, 1933, rééd. Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante nella Genova del Duecento, Florence, 1996, p. 17-18. Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun », art. cité, p. 179. Sur la date de la concession des mines de Phocée, voir Balard, La Romanie génoise, op. cit., p. 770-771.

403 ASG, min. 35, f. 15r (10/9/1259). Cf. supra p. 383.

404 ASG, min. 109, f. 4v (8/11/1272), 46r (17/10/1273).

405 ASG, min. 63/I, f. 66v (17/10/1273).

406 Pegolotti, p. 367.

407 Gual Camarena, éd., El primer manual, op. cit., p. 105.

408 Cité par Liagre de Sturler, « Le commerce de l’alun », art. cité, p. 191.

409 Dini, Una pratica di mercatura, op. cit., p. 12.

410 La grana est une matière tinctoriale écarlate tirée de la cochenille (ou kermès), parasite de certains chênes et dont les œufs séchés permettent de tirer une teinture rouge vif. Cf. Doehaerd, Les Relations commerciales, op. cit., glossaire, s.v. « Grana ».

411 ARM, P. 2520, f. 73-74v (17/3/1459), cité par Vaquer, « Commerç i capital mercantil », art. cité, p. 166. Voir également le tarif de lou majorquin de 1368. Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340, qui cite en outre l’orseille (ortxine), colorant violacé extrait de certains lichens.

412 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).

413 Pegolotti, p. 295.

414 Elle est également citée dans un manuel de marchand majorquin de la fin du xve siècle. Fr. Sevillano Colom, « Un manual mallorquín de Mercadería medieval », AEM, 9, 1974-1979, p. 524. Mais il peut s’agir d’une copie à partir de textes plus anciens, en particulier de Pegolotti.

415 Balletto, « Bougie », art. cité, p. 84.

416 Cf. supra p. 213 les ressources sylvicoles de la région.

417 Cf. supra p. 219-220, et G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contribution à l’étude de la céramique musulmane, Constantine, 1916.

418 Cf. D. Abulafia, « The Pisan Bacini and the Medieval Mediterranean Economy : A Historian’s Viewpoint », Papers in Italian Archaeology, 4, 1985, p. 287.

419 G. Berti, L. Tongiorgi, « Ceramiche decorate (xi-xiv sec.) di importazione da vari centri del Mediterraneo e di produzione locale sulla base della documentazione in Toscana », La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale. xe-xve siècle. Colloque international de Valbonne, 11-14 septembre 1978, Paris, 1980, p. 90.

420 G. Berti, L. Tongiorgi, I Bacini ceramici medievali delle chiese di Pisa, Rome, 1981, notamment les p. 162-228.

421 G. Berti, « Pisa città mediterranea. La testimonianza delle ceramiche importate ed esportate », Pisa e il Mediterraneo. Uomini, merci, idee dagli Etruschi ai Medici, dir. M. Tangheroni, Milan, 2003, p. 169-170.

422 Abulafia, « The Pisan bacini », art. cité, p. 292.

423 G. Berti, L. Tongiorgi, Ceramica pisana, secoli xiii-xv, Pise, 1977, p. 127, 139.

424 Voir les communications au colloque international de Valbonne (La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale, op. cit.), en particulier Fr. d’Angelo, « La ceramica nell’archeologia urbana : Palermo nel basso medioevo », p. 175 ; H. Blake, « The Bacini of North Italy », p. 93-94 ; D. Whitehouse, « Medieval Pottery in Italy : the Present State of Research », p. 72.

425 J. Thiriot, « Céramiques fines islamiques du Midi de la Italie au Bas Moyen Âge », A Cerâmica medieval no Mediterrâneo ocidental, Lisboa, 16-22 de novembro 1987, Mértola, 1991, p. 285-304 (qui parle des céramiques islamiques d’Occident et d’Orient). Voir également, pour la Provence et les découvertes de céramiques dans des épaves en Méditerranée, H. Amouric, F. Richez, L. Vallauri, Vingt mille pots sous les mers. Le commerce de la céramique en Provence et Languedoc du xe au xixe siècle, Aix-en-Provence, 1999, p. 12-15, qui font aller les importations d’Ifrīqiya jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle.

426 V. François, « Les céramiques médiévales d’Alexandrie : un témoignage archéologique d’importance », Alexandrie médiévale, dir. Chr. Décobert et J.-Y. Empereur, Le Caire, 1998, p. 62 ; R.-P. Gayraud, « Alexandrie médiévale et la Méditerranée : l’indice des importations céramiques », ibid., p. 67, qui pense que ces céramiques hafsides ont pu être transportées sur des navires chrétiens, ce qu’aucun document ne confirme.

427 Berti, « Pisa città mediterranea », art. cité, p. 172.

428 Constable, Trade and traders, op. cit., p. 168.

429 Canale, op. cit., III, p. 197 (doc. Du 5/5/1312, que je n’ai pu retrouver).

430 H. Amouric, « Les importations de céramiques dites de Bejaia (Bougie) en Provence et Ligurie (xiiie-xvie siècles). Le témoignage énigmatique des textes », A Cerâmica medieval, op. cit., p. 333-337, et un résumé dans Amouric, Richez, Vallauri, op. cit., p. 36-38.

431 AM, FF 501, f. 76 (inventaire des biens de Ricardus Julliani, 1297), cité par Amouric, « Les importations », art. cité, p. 333.

432 Notons également que Rossana Urbani a trouvé dans les Archives de Gênes un document de 1500 qui mentionne concas undecim terre Buzee magnas. ASG, notai antichi, not. Cosma Abbati, filza 2 (15/6/1500), cité par R. Urbani, « Genova e il Maghrib tra il ’400 e ’500 (nuovi documenti archivistici) », Genova, la Liguria e l’Oltremare tra medioevo ed età moderna. Studi e ricerche d’archivio, Gênes, 1976, p. 202 ; cf. également Ead., « Fonti per il commercio mediterraneo ligure nell’ultimo medioevo : i rapporti con l’Africa settentrionale », Atti del IV Convegno internazionale della ceramica, 1971, Gênes, 1971, p. 435.

433 ADBR, B 1153, pièce ; copie des Archives communales d’Aix-en-Provence, CC 140, pièce (tarif du péage de Meyrargues, 1367), cité par Amouric, « Les importations », art. cité, p. 334.

434 AM, CC 195, compte de 1388, f. 108v (26/8/1388), cité par Amouric, « Les importations », art. cité, p. 334.

435 Ibid., p. 335-336.

436 Marçais, Les Poteries, op. cit., p. 18.

437 Amouric, « Les importations », art. cité, p. 336.

438 Ibid., p. 337.

439 À savoir essentiellement du xiiie et du début du xive siècle. Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 6-11.

440 Éd. M. Alarcón y Santón et R. García de Linares, Los documentos árabes de la corona de Aragón, Madrid-Grenade, 1940, doc. 119, p. 259 (texte arabe), 263 (trad.).

441 R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, I, 1956, p. 1181, 1183-1184.

442 Ibid., p. 1183.

443 Éd. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi René, op. cit., II, n° 2689, 2698.

444 Ibid., n° 2712 (28/12/1478).

445 Ibid., n° 2716 (janvier 1479). Du Cange et Anne-Marie Bautier donnent le sens de jupe. A.-M. Bautier, « Contribution à un vocabulaire économique du midi », Archivium latinitanis medii aevi, Bulletin Du Cange, 27, 1957, p. 286. Mais ce vêtement est plus vraisemblablement ce que l’on nomme encore aujourd’hui jebba en Tunisie, soit une tunique ample.

446 Cette étymologie, globalement acceptée, est donnée dans le dictionnaire Littré, I, p. 1155. L’attestation du mot au début du xive siècle montre que cette exportation était suffisamment importante au siècle précédent pour que les chandelles prennent le nom de la ville d’où provenait cette cire.

447 Au xve siècle on demande aux patrons des galées vénitiennes de Barbarie de donner à leur retour aux Procurateurs de l’église de Saint-Marc 200 livres de cire blanche. Cf. par exemple l’incanto de 1454. ASV, Senato, Mar, Rg. 5, f. 17v-18r (21/1/1454).

448 Cf. supra p. 215.

449 É. Baratier, F. Raynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, Paris, 1951, p. 409, citant un document marseillais de 1426.

450 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).

451 Blancard, I, n° 20 (11/4/1229).

452 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 98-99.

453 Pegolotti, p. 206.

454 ARM, RP 1108, f. 14v (18/7/1362).

455 Id., f. 9r (17/6/1365).

456 Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca », art. cité, p. 150 ; voir également les nombreuses mentions de « cire barbaresque » dans les lettres des agents de la compagnie envoyées de Gaète entre 1387 et 1405. E. Cecchi Aste, éd., Il carteggio di Gaeta nell’archivio del mercante pratese Francesco di Marco Datini, 13871405, Gaète, 1997.

457 ACA, C., Rg. 1430, f. 47r-v (12/8/1371).

458 Voir par exemple ARM, A. Costanti, 1411 à 1413, f. 90v (26/3/1412) ; id., 1425, f. 75v (14/5/1425), 78 (15/5/1425) ; id., 1428, f. 27v (28/1/1428), cités par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 345-351. ARM, P. 2505, f. 116 (19/5/1451), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 113.

459 Carrère, Barcelone, op. cit., p. 359. Les contrats d’assurances majorquins des années 1465-8 montrent des importations de cire en provenance d’Alger (100 livres) et de Bougie (40 livres). O. Vaquer, El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 135.

460 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406, f. 181v (7/1/ 1405) : commande de draps pour Bône et Bougie, à réinvestir notamment en cire.

461 Confiscation de 7 cantares de cire de Bougie. ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 60r-v (18/1/1479).

462 ARV, Bailía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409). Une cargaison contenant notamment 31 costals de cire pesant 100 quintaux, et appartenant à des musulmans de Valence, est capturée par le gouverneur de Cagliari en revenant de Bougie.

463 Deux contrats de nolis pour des voyages de Marseille à Bougie prévoient notamment de la cire pour le fret de retour. ADBR, 351E 447, f. 482r-484r (14/12/ 1473) ; id., 351E 448, f. 536v-536bis r-v (24/1/1475). En 1475 le Génois Pietro Balbo, patron d’un balaner, vend 20 quintaux et demi de cire (au quintal de Bougie qui équivaut à 1 quintal et 25 livres) qu’il doit aller chercher sur son bateau. ADBR, 391E 123, f. 130v (2/9/1475). Édouard Baratier constate que sur le marché marseillais au xve siècle les prix de la cire augmentent, ce qui explique en partie le nombre de contrats mentionnant ce produit. Baratier, Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, op. cit., p. 409.

464 Cf. supra p. 206-212.

465 Vernet, « Les relations céréalières », art. cité, p. 332.

466 Dufourcq, L’Italie catalane, op. cit., p. 544.

467 Chr. Picard, « Le commerce des produits agricoles entre le Maghreb Oc cidental et l’Andalus au xiie siècle », Production et explorations africaines : actualités archéologiques en Afrique du Nord antique et médiévale, 6e Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (Pau, 1993), dir. P. Trousset, Paris, 1995, p. 177-187 ; V. Lagardère, « Le commerce des céréales entre al-Andalus et le Maghrib aux xie et xiie siècle », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1996, p. 123 150.

468 H. Rausell Boizas et al., « Movimiento secular de las importaciones trigueras del siglo xv mediante la ayudas de la ciudad de Valencia », Estudis, 2, 1973, p. 5-95. La part des céréales maghrébines dans les importations de Valence est de l’ordre de 5 % dans la première moitié du xve siècle, mais tombe à moins de 1 % dans la seconde moitié du siècle.

469 M. D. López Pérez, « La circulación de cereales en el Mediterráneo occidental bajomedieval : la producción magrebí », La Mediterrània, àrea de conver gència de sistemes alimentaris (segles v-xviii). XIV Jornades d’estudis històrics locals, Palma, 29 de novembre – 2 de desembre de 1995, Palma de Majorque, 1996, p. 169-171 ; Ead., La Corona de Aragón, op. cit., p. 526-527.

470 López Pérez, « La circulación de cereales », art. cité, p. 172-175.

471 Traité Gênes – Tunis, 1236, art. 17 ; cf. Ph. Gourdin, « L’Afrique du Nord est-elle au Moyen Âge le “grenier à blé” de l’Europe méditerranéenne ? », Romanité et cité chrétienne. Permanences et mutation, intégration et exclusion du ier au vie siècle. Mélanges en l’honneur d’Yvette Duval, Paris, 2001, p. 158-161.

472 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 543.

473 Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.

474 ASP, Diplomatico Coletti, 24/9/1202, éd. Fr. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti economici tra la Sardegna e Pisa nel Medioevo, Padoue, I, 1961, n° 4 (qui date le document de 1201), trad. J.-M. Poisson, dans coll., Pays d’Islam et monde latin, xe-xiiie siècle. Textes et documents, Lyon, 2000, p. 240-241.

475 Archivio di Stato di Prato, n. 1010, f. 443 (1399), cité par F. Melis, « Malaga nel sistema economico del xiv e xv secolo », Economia e Storia, 3, 1956, p. 45.

476 ARV, Bailia, 1219, f. 298r-v (10/10/1419), cité par M. Ruzafa Garcia, « Los operadores económicos de la morería de Valencia », IV Simposio internacional de Mudejarismo : Economía (Teruel, 1987), Teruel, 1992, p. 249.

477 ARM, A. Costanti, 1427, f. 347 (28/10/1427), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 92.

478 ASG, notai antichi, not. Risso Baromeo, filza 1, n° 174, cité par J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 340, qui insiste sur l’importance des exportations de blé d’Ifrīqiya vers Gênes. La part de Bougie dans ce trafic devait cependant être réduite à côté des productions de la plaine de Bône, des plateaux du Constantinois ou de la Medjerda.

479 Bartolomeo di Pasi, Tariffa de i pesi e misure corrispondenti dal Levante al Ponente, Venise, 1503, rééd. 1540, f. 181v-182r, cité par Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 261.

480 On en trouve qui arrivaient à Marseille depuis le Maghreb. Baratier, Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, op. cit., p. 410-411. Elles figurent dans le tarif de lou majorquin de 1368. Éd. Aguiló « Mostres de lous », art. cité, p. 340.

481 Cf. supra p. 209.

482 ARV, Bailía, 1144, f. 264r-v (7/5/1409).

483 ARM, A. Costanti, 1433-4, f. 38 (22/2/1434), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 302.

484 C’est une épice qui connut un grand succès en Italie aux xive et xve siècles, et qui provenait de la Haute Gambie et surtout de la portion côtière comprise entre le cap Mesurado et le cap des Palmes. B. Laurioux, « Modes culinaires et mutations du goût à la fin du Moyen Âge », Artes Mechanicae en Europe médiévale, Actes du colloque de Bruxelles, 16 octobre 1987 (Archives et Bibliothèques de Italie, numéro spécial), dir. R. Jansen-Sieben, Bruxelles, 1989, p. 199-222, rééd. Une histoire culinaire du Moyen Âge, Paris, 2005, p. 286-293.

485 ARM, LLC, 1, f. 71 r-v (17/6/1338), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 388.

486 ARV, C., Rg. 626 (Confesiones y ventas de sarracenos), f. 2r-7v (2/8/1409), éd. J. Hinojosa Montalvo, « Confesiones y ventas de cautivos en Valencia de 1409 », Lugarzas, 3, 1971, p. 123-125.

487 ARV, C., Rg. 626 (Confesiones y ventas de sarracenos), f. 33v-36r (30/4/ 1410).

488 Pegolotti, p. 294.

489 ASG, min. 63/I, f. 32v (26/3/1274). La vente se fait pour une somme faible, 2 livres 17 sous.

490 ARM, P. 2524, f. 45 (14/4/1474), cité par Vaquer, « Navigacio i comerç a Mallorca », art. cité, p. 108.

491 Borlandi, « “Futainiers” et futaines », art. cité, p. 135.

492 Ch. Verlinden, L’Esclavage dans l’Europe médiévale, I, Péninsule ibérique – Italie, Bruges, 1955, p. 361. Également Id., « Medieval “Slavers” », Economy, Society, Government in Medieval Italy. Essays in Memory of Robert L. Reynolds. Exploration in Economic History, 7, 1969-70, p. 1-14 (sur les ventes à destination de l’Égypte).

493 Quaderno di bordo, éd. Greco, op. cit., n° 80 (14/10/1475).

494 ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 100v-102v (4/1/1459).

495 Il oppose le commerce maritime au trafic intérieur et saharien, qui selon lui enrichit tout le pays. A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 201.

496 « Son rôle fut en fait [...] toujours négatif : celui de soutenir un pouvoir défaillant et de l’opposer de plus en plus à la société dans son ensemble qu’il n’exprimait plus ». Laroui, op. cit., p. 202.

497 Cf. D. Valérian, « L’expansion européenne médiévale vue par l’historiographie maghrébine contemporaine », communication dans le cadre du groupe Dirasat au WOCMES de Mayence, septembre 2002, à paraître.

498 Cf. infra p. 534-536.

499 Muqaddima, trad. P. 572-573.

500 507 Fārisiyya, p. 174.

501 Ce concept d’échange inégal, développé dans les années 1970 par Samir Amin à la suite d’Arghiri Emmanuel, a surtout été appliqué aux économies contemporaines, et a servi d’explication au développement inégal entre le Nord et le Sud. Cf. S. Amin, L’échange inégal et la loi de la valeur, Paris, 1973, nouv. Éd. Revue, 1988. Il s’applique cependant également assez bien à la structure des échanges dans la Méditerranée de la fin du Moyen Âge.

502 En ce sens on ne peut suivre totalement le schéma d’Ashtor sur le déclin de l’industrie textile de l’Égypte. Cf. Ashtor, « Underdevelopment », art. cité, p. 305.

503 M. Bloch, « Le problème de l’or au Moyen Âge », Annales d’Histoire Economique et Sociale, 6, 1933, p. 11.

504 J. Day, « Colonialisme monétaire en Méditerranée au Moyen Âge », Actes du IIe colloque international d’histoire, Athènes, 1983 : Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècle, I, Athènes, 1985, p. 313.

505 Batlle i Gallart, Varela, « Las relaciones comerciales », art. cité, p. 38. Voir aussi Ch.-E. Dufourcq, « Le commerce du Maghreb médiéval avec l’Europe chrétienne et marine musulmane : données connues et problèmes en suspens », Actes du congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, Tunis, 1974, Cahiers du CERES, Série histoire, 1, Tunis, 1979, p. 169.

506 Epstein, An Island for Itself, op. cit., p. 309.

507 R. S. Lopez, « Back to Gold : 1252 », Economic History Review, 2e s., 9/2, 1956, p. 233.

508 Ashtor, « Pagamento », art. cité, p. 369-379, 395.

509 R.-H. Bautier, « Les grands problèmes politiques et économiques de la Méditerranée médiévale », RH, 234/1, 1965, p. 18.

510 Cf. E. Ashtor, Les métaux précieux et la balance des payements du Proche-Orient à la basse époque, Paris, 1971.

511 « Cet or, pendant des siècles, aura été une des armes décisives de l’Islam occidental ». F. Braudel, « Monnaies et civilisation : de l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame méditerranéen », Annales ESC, 1, 1946, p. 11.

512 R. S. Lopez, « Settecento anni fa : il ritorno all’oro nell’occidente duecentesco », RSI, 65, 1953, p. 19-55.

513 Dufourcq, L’Italie catalane, op. cit., p. 572. L’Orient musulman était cependant surtout demandeur d’argent. Cf. Ashtor, Les métaux précieux, op. cit., p. 32-53. Selon lui la balance commerciale des échanges entre l’Europe chrétienne et l’Orient a été défavorable à l’Europe de manière chronique, et a entraîné un flux d’argent et surtout d’or en direction des pays musulmans. Ibid., p. 65-96.

514 Cf. supra p. 228-237.

515 Cf. D. Abulafia, « Gli Italiani fuori d’Italia », Storia dell’economia italiana, dir. R. Romano, I, Turin, 1990, p. 275 ; J. Heers, « Le Sahara et le commerce méditerranéen à la fin du Moyen Âge », AIEO, 1958, p. 248 : « la raison essentielle [de ce commerce] est sans doute le trafic de l’or du Soudan qui par tous les ports du Maghreb gagne les grands marchés d’Italie et d’Italie ». Cette thèse a été nuancée par M. Malowist, « Les fondements de l’expansion européenne en Afrique au xve siècle : Europe, Maghreb et Soudan occidental », Acta Poloniae historica, 18, 1968, p. 164-166.

516 Ph. Grierson, « La moneta veneziana nell’economia mediterranea del Trecento e Quattrocento », La Civiltà veneziana del Quattrocento, Florence, 1957, p. 86.

517 C. Desimoni, « La moneta e il rapporto dell’oro all’argento nei secoli xii al xiv », Atti della R. Accademia dei Lincei, serie V, Classe di scienze morali, storiche e filologiche, vol. III, 1a parte, 1895, p. 45 ; C. M. Cipolla, « Studi di storia della moneta. I, Movimenti dei cambi in Italia dal secolo xiii al xv », Studi nelle scienze giuridiche e sociali, 29, 1948, p. 65.

518 Cité par M. Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien au Moyen Âge », Les communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, dir. M. Abitbol, Jérusalem, 1982, p. 230.

519 Cité par H. Pérès, « Relations entre le Tafilalet et le Soudan à travers le Sahara du xiie au xive siècle », Mélanges de géographie et d’orientalisme offerts à E. F. Gautier, Tours, 1937, p. 413-414. Il s’agit soit de Abū Ḥammū Mūsā I (707 ˙ 718/1308-1318) soit de Abū Ḥammū Mūsā II (760-791/1359-1389).

520 Cité par A. Unali, Mariners, pirates i corsaris catalans a l’epoca medieval, Barcelone, 1986, p. 158.

521 « Que’s puga traure de mallorques argent, que no sia en moneda, per portar en Berberia, de hont se trau gran quantitat d’or qui apres se bat en la seca del dit regne ». Llibre den Abello, cap. XXIX, n° 25 (11/4/1445), éd. J. M. Quadrado, Privilegios y franquicias de Mallorca, I, Palma, 1895, p. 131.

522 M. Malowist, « Quelques observations sur le commerce de l’or dans le Soudan occidental au Moyen Âge », Annales ESC, 25/6, 1970, p. 1630.

523 Cf. infra p. 647-649.

524 Cf. supra p. 472-473.

525 Cf. supra p. 270-271 sur les douanes.

526 Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).

527 ASG, min. 40/II, f. 27v (17/2/1282).

528 ASG, min. 9/II, f. 42r (6/2/1287).

529 ASG, min. 120/II, f. 82r (23/2/1288).

530 Cf. Ashtor, « Il retroscena », art. cité, p. 58.

531 ASG, min. 26/II, f. 72v (27/4/1248) ; min. 143, f. 183r (7/10/1248) ; not. ign., busta 7, fr. 92 (3/11/1248).

532 ASG, min. 29, f. 105v (15/5/1253).

533 ASG, min. 13/II, f. 17v-18r (28/3/1269).

534 ASG, min. 94, f. 158v (3/6/1286).

535 ARM, RP 3988/2, f. 34v (3/2/1363).

536 AHPB, Bernat Nadal, Secundus liber comandarum, 1395-1406, f. 181v (7/1/ 1405).

537 ARM, A. Costanti, 1428, f. 49v (27/2/1428), 61v (4/3/1428), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 352.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. CARGAISON DE LA NAVE MARSEILLAISE SAINTE-MARIE (1297)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Note 4 : Miguel Gual Camarena donne pour cleda, ou clede : « argile sableuse, généralement de couleur blanche bleutée, utilisée principalement pour dégraisser les tissus et ôter les tâches ». M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval. Colección de aranceles aduaneros de la Corona de Aragón (s. xiii y xiv), Tarragone, 1968, p. 271. Note 5 : peut-être s’agit-il de garance. Cf. Ibid., p. 407-408. Note 6 : verre pour faire des miroirs ?
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 6. GLOSSAIRE DES TISSUS IMPORTÉS PAR BOUGIE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 7. TEXTILES IMPORTÉS DE GÊNES (1164-1282)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 8. TEXTILES IMPORTÉS DE MAJORQUE (1408-1480)38
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Éd. J. R. de Ayrelorcy Sureda, « Partidas curiosas de los libros de cuenta de la familia Pont », BSAL, 21-22, 1926-1927, p. 12-13.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 9. EXPORTATIONS GÉNOISES DE LIN VERS BOUGIE (1161-1291)
Légende La somme n’a pas été indiquée lorsqu’elle englobe plusieurs produits différents.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 10. IMPORTATIONS DE GRAINS DEPUIS LE ROYAUME ANGEVIN (1276)
Légende La salma de grain de Sicile vaut 2,76 hectolitres. Cf. Bresc, Un monde méditerranéen, op. cit., p. 55.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Grahique 2. RÉPARTITION MENSUELLE DES VENTES DE LAINE DE BOUGIE À GÊNES DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÉCLE (EN NOMBRE DE CONTTRATS)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Graphique 3 – Repartition des ventes de laines bougiotes sur le marche genois dans la seconde moitie du xiiie siècle (par nombre d’actes).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Graphique 4 – Répartition des ventes de laines bougiotes sur le marché génois dans la seconde moitié du xiiie siècle (en valeur).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 11. PRIX DES LAINES DE BOUGIE SUR LE MARCHÉ GÉNOIS (SECONDE MOITIÉ DU xiiie SIÈCLE)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/217/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540