Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Première partie. Problèmes de méthode

Chapitre II. Thermes et histoire

Texte intégral

1On distingue clairement les régions où s’est élaborée la complexe pratique balnéaire qui caractérise l’Empire romain. Comme dans bien d’autres secteurs, il faut souligner l’importance des pôles grec puis romain, avant tout au sens de la Ville, mais aussi à celui, plus large, de l’Italie centrale tyrrhénienne dont elle est l’élément directeur. C’est en ces lieux que sont préparées des solutions architecturales et techniques aptes à satisfaire un nouvel art du bain. Ce phénomène n’est pas dénué d’intérêt dans la mesure où les thermes deviennent une des caractéristiques de l’entité politique impériale, d’abord par l’importance que ces lieux prennent dans la vie de la plus grande partie de la population, ensuite à cause de la complexité de ces édifices qui incarnent, peut-être plus que toute autre construction, la puissance de l’Empire, sa capacité à assurer le bien-être, à garantir un mode de vie civilisé et raffiné.

2Nous assistons donc à une diffusion de pratiques et à une multiplication d’installations autorisant ces pratiques. Ce phénomène prend d’abord la forme d’une hellénisation de l’art du bain qui concerne la majorité des régions méditerranéennes, puis d’une romanisation dont les effets s’étendent, sous des formes qui peuvent être diverses, à l’ensemble de l’Empire.

3D’un point de vue historique, il est évidemment fondamental de comprendre les ressorts d’un tel phénomène. Sans cette compréhension, il est illusoire de vouloir tirer des conclusions de la situation thermale qui caractérise telle région. Tout au plus pourra-t-on dresser un état des lieux, dénombrer et décrire les installations, mais on ne pourra pas saisir les causes et les significations de ce tableau. Au fond, nous nous trouvons ainsi en présence de toute la problématique inhérente aux concepts d’hellénisation et de romanisation.

  • 1 Nielsen, Thermae, p. 25
  • 2 Ead., ibid., p. 37 et p. 60, où il est affirmé que «the most important instrument of romanization w (...)

4Le mode d’approche de ces questions a considérablement évolué ces derniers temps, mais la conception traditionnelle, qui lie fondamentalement ces phénomènes à l’action de centres qui se trouvent en position dominante, est encore largement acceptée. Ainsi, le récent ouvrage d’I. Nielsen, consacré aux thermes, reste fidèle à l’idée selon laquelle la conquête commande les rapports culturels. C’est pourquoi on y voit repris les plus vieux mythes : Rome s’hellénise à la suite de sa mainmise sur des régions grecques1 ; Rome romanise l’Italie et les provinces après les avoir soumises2. Que la Ville accapare une civilisation ou impose la sienne, c’est toujours la puissance romaine, parce que puissance, qui est le moteur de ces processus culturels.

I – Problèmes posés par une approche ethnique du monde méditerranéen

A) Peuples et culture

  • 3 Nous présentons ici, de façon coordonnée mais simplifiée, une démarche exposée et utilisée dans plu (...)

5En réalité, cette conception n’est que le chaînon ultime d’une succession de raisonnements dont le point de départ réside dans la façon dont on appréhende les populations installées autour de la Méditerranée3. En effet, au-delà des nuances de plus en plus nombreuses introduites dans les analyses, cette vision repose fondamentalement sur l’idée de « peuple ». Dans l’approche du monde méditerranéen, on privilégie ainsi des coupures verticales. Les unités de base du raisonnement sont les Romains, les Espagnols, les Africains, les Grecs... C’est leur affrontement qui fonde les événements militaires ; c’est leur agencement qui permet de décrire les constructions politiques ; ce sont leurs spécificités qui rendent compte des phénomènes culturels.

6Quand même les Anciens auraient souvent eu bien du mal à se reconnaître dans un tel découpage, une pareille approche n’est pas dénuée de force dans la mesure où elle correspond à un premier classement qui paraît recouper, et qui recoupe au moins partiellement, des données comme celles fournies par la linguistique. Reste cependant à savoir plus précisément la façon dont on définit les groupes ainsi constitués. On constate alors que leur description repose fort peu sur des critères politiques ou socio-économiques. Ce serait, effectivement, des repères bien fragiles non seulement à cause des évolutions, mais surtout à cause des points communs multiples dans ces domaines entre peuples. On se contente donc de mettre parfois en avant des signes spectaculaires, tels que l’absence de ville ou une organisation tribale, sans que ceux-ci puissent réellement fonder le classement utilisé.

7La définition de ces groupes s’ancre ailleurs, du moins lorsque les auteurs s’attardent à définir leurs concepts. Les critères retenus relèvent, en effet, de la culture au sens large du terme. Chaque peuple est défini par des traits culturels immuables : ainsi naît, arbitrairement, une stricte géographie des cultures qui fonde un enchaînement rigide des idées de région, de peuple et de civilisation.

  • 4 P. Marthelot, Ethnie et région : le « phénomène » berbère au Maghreb, dans Actes du premier congrès (...)

8Restons en Afrique du Nord qui concerne au premier chef notre propos. L’histoire de ces régions se trouve inévitablement encombrée par le concept de berbère. Ce n’est pas un hasard : non seulement il a servi de multiples buts, en particulier politiques4, mais encore c’est le fruit inévitable de l’idée de spécificité africaine. L’esprit qui préside à un ouvrage important dans les études maghrébines, ne serait-ce qu’à cause de la personnalité de son auteur, L’histoire de l’Afrique du Nord de C.-A. Julien, est particulièrement révélateur. Bien que rompant sur bien des points avec les approches antérieures, d’esprit le plus souvent colonialiste, il maintient en effet cette idée de peuple berbère et en donne une définition explicite :

  • 5 C.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord. Tunisie, Algérie, Maroc des origines à la conquête ara (...)

9« Ce qu’on entend par civilisation berbère, c’est un ensemble de traditions et de coutumes, de mœurs et d’institutions qui se retrouvent, pures ou abâtardies, à toutes les époques de l’histoire et indépendamment des vicissitudes historiques. Ce sont les manifestations constantes d’une mentalité stable devant les problèmes d’ordre politique ou religieux »5.

10Ce passage a le mérite d’une extrême clarté. L’humanité est répartie en groupes porteurs d’une civilisation éternelle. Tout le reste n’est que vicissitude sans importance réelle ou abâtardissement provisoire. Cette approche de l’histoire est clairement ethnique, et privilégie sans partage les coupures verticales, aux dépens des interactions entre différentes sociétés. Entre autres conséquences, elle a pour résultat de morceler irrémédiablement l’entité méditerranéenne.

B) Peuples et formations sociales

  • 6 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, en particulier p. 104-125.

11Ce type de pensée est développé de façon frappante par C. Courtois qui a utilisé l’image saisissante d’une mer romaine qui envahit les plaines et ne laisse émerger que les massifs montagneux restés, avec les franges sahariennes, le domaine des tribus berbères6. Dans ce cas, le déterminisme géographique combine ses effets avec ceux des réalités ethniques d’une façon telle qu’il en résulte une multiplication de coupures qui, toutes, renforcent celle, fondamentale, qui passe entre indigènes et Romains. Or, ce faisceau de ruptures relève essentiellement de la projection dans le monde antique de réalités contemporaines.

  • 7 Sur ce thème, cf. Marthelot, article cité à la note 4, ainsi que P. Leveau, L’opposition de la mont (...)
  • 8 Un tableau de ce monde montagnard du Haut-Atlas, déjà en voie de décomposition, est brossé par J. D (...)

12Coupure plaine-montagne7. Il est vrai que, de nos jours et dans nos sociétés, la plaine est souvent en position de supériorité par rapport à la montagne. Mais, pour ne prendre en considération que l’agriculture, la violente différence introduite par un machinisme puissant n’existe pas durant l’Antiquité, où l’outillage plus léger dont on dispose peut très bien s’avérer plus efficace sur les terres légères et bien drainées des pentes que sur les terres lourdes des plaines. Bien plus, les montagnes sont souvent le siège de communautés très organisées, pratiquant une économie savante combinant élevage, cultures sur terrasses, arboriculture : il n’est pas rare qu’elles entretiennent, avec la plaine, des rapports économiques où elles jouent le rôle dominant. Pour ne prendre qu’un exemple, le Haut Atlas occidental est pendant très longtemps un monde largement ouvert sur l’extérieur et, du point de vue agricole, un « bon pays » qui est le cœur d’un ensemble économique englobant les piémonts8. Ce n’est pas un hasard si cette région fut la base de la puissance almohade.

  • 9 Les géographes jouent évidemment un grand rôle dans la réflexion sur la façon dont s’articulent don (...)

13Coupure nomade-sédentaire. Elle caractérise certes les sociétés modernes dont les formes d’agriculture n’ont aucun besoin de l’apport des groupes nomades et s’avèrent même peu compatibles avec les terrains de parcours nécessaires à ces derniers. Ce n’est pas le cas dans les époques antérieures : il y a alors beaucoup plus souvent complémentarité qu’antagonisme. Non seulement le nomade permet l’exploitation de secteurs désertiques ou subdésertiques incapables de supporter des installations fixes, mais encore il fournit des compléments précieux à l’économie sédentaire : contribution aux transports, participation aux échanges commerciaux, garde des troupeaux des sédentaires, apport de main-d’œuvre à des moments cruciaux comme les moissons, fumure produite par les troupeaux nomades sur les jachères ou les champs moissonnés...9.

  • 10 L’ouvrage de P. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, collection de l (...)

14Coupure ville-campagne. Elle prend des formes variées : opposition culturelle ; exploitation de son environnement par un centre urbain au demeurant peu productif ; coupure entre deux mondes qui s’ignorent lorsqu’ils ne s’affrontent pas. Au fond, tous ces thèmes ne sont encore que des variantes de la grande fracture qui passerait entre les indigènes africains dotés de leur culture, de leur organisation spécifique, et les autres, les Romains et la frange des romanisés, plus tard les Arabes. C’est oublier que villes et campagnes ne sont pas deux entités distinctes, mais sont le produit d’une même matrice, deux faces d’une même formation sociale. L’urbanisation n’est qu’un aspect du processus de différenciation d’une société, et les éventuelles oppositions qui peuvent surgir entre ville et campagne sont internes au système dont ces deux éléments font partie : elles ne sont que le reflet, sous une forme spatialisée, d’antagonismes sociaux. Ce n’est pas la ville qui domine la campagne, mais les grands propriétaires fonciers. Supposer qu’il y a une zone urbanisée romaine et de profondes campagnes africaines c’est, en réalité, revenir au vieux mythe des deux Afriques. C’est affirmer que chaque région africaine ne constitue pas un ensemble social cohérent, même s’il est parcouru par des tensions, mais est formée de la juxtaposition de deux sociétés différentes. L’hypothèse manque pour le moins de fondement et, pour élaborer sa logique, doit se référer à des modèles empruntés à certains moments de l’histoire contemporaine10.

15Nous sommes donc en présence d’une historiographie caractérisée par des raisonnements fondés sur l’affirmation de coupures verticales. Celles-ci font éclater l’espace en le transformant en une juxtaposition de secteurs antagonistes. Elles font aussi exploser la société en la morcelant en groupes hétérogènes qui ne s’articulent plus au sein d’un même ensemble, mais s’affrontent selon des modalités diverses.

16Du moins pourrait-on trouver une certaine justification à une telle approche dans le fait qu’elle aurait été celle des auteurs antiques eux-mêmes. Un exemple s’impose aussitôt à l’esprit, celui des Grecs qui avaient conscience de constituer une entité qui se distinguait clairement des autres regroupés sous le terme générique de « barbare ». Nous aurions donc là, attestée par une documentation riche et variée, la preuve que les historiens modernes n’ont pas tort de privilégier le concept de « bloc grec », puisque c’était déjà un moyen essentiel de se penser pour les membres de ce groupe.

17Le raisonnement serait valable si l’on pouvait démontrer que ce concept de barbare est véritablement doté d’un contenu scientifique, qu’il servait à saisir rationnellement l’humanité. Auquel cas ce ne serait certainement pas la clé de l’histoire méditerranéenne, mais ce serait du moins une approche incontournable puisque les Grecs eux-mêmes auraient conçu leur histoire de cette façon, privilégiant ainsi une remarquable coupure verticale.

  • 11 Pour une analyse plus développée de cette question, cf. Y. Thébert, Réflexions sur l’utilisation du (...)

18Or, il suffit de suivre l’évolution du contenu de cette idée de barbare pour constater qu’elle est utilisée de façon superficielle, avant tout pour servir les besoins d’une propagande liée à des empires éphémères et à des situations politiques fluctuantes. C’est pourquoi elle est l’objet de redéfinitions constantes et radicales qui, le plus souvent, font passer la frontière entre grec et barbare au sein même du monde des cités hellènes. Tout cela serait incohérent si la logique de ces révisions drastiques n’était étrangère à toute réflexion de nature intellectuelle11.

19Les seuls éléments sérieux englobés par l’idée de « grec » concernent donc simplement le sentiment d’appartenir à une communauté qui présente des points communs quant à la langue et quant à certains traits culturels et religieux, points sans conséquence majeure et qui, de fait, ne sont capables de rendre compte ni du pullulement des fractures au sein de ce « peuple », ni des rapports de ses composantes avec l’extérieur. Dans cette optique, bien plus éclairante serait la prise en considération des structures socio-économiques de ce monde, de leurs variations régionales et chronologiques, des conséquences politiques qu’elles impliquent, mais il s’agit là d’une démarche qui s’oppose à celle qui privilégie une notion de « peuple » conçue de façon fort abstraite.

C) Impérialismes et conquêtes

20Accorder une importance décisive à ces coupures verticales implique également le recours au concept de conquête. De fait, à partir du moment où l’on admet une grille dominante qui repose sur l’existence de groupes distincts et hétérogènes, tout grand changement de la carte politique ne peut plus reposer que sur des rapports de force : l’Empire romain devient le fruit d’une conquête du bassin méditerranéen et de ses abords plus ou moins immédiats.

21Bien des auteurs nuancent cette approche abrupte. Sous des formes diverses, elle reste cependant prépondérante et peu d’études remettent en question l’idée même de conquête, alors qu’il nous semble indispensable de redéfinir strictement ce concept et, cette fois encore, de distinguer clairement la situation antique des réalités contemporaines.

22À notre avis, une mutation profonde dans l’histoire de l’humanité se produit lorsque, à la suite de l’essor économique et technique de certains pays, entrent en contact des systèmes parvenus à un niveau de développement radicalement différent, ce qui place l’un en position de domination écrasante par rapport à l’autre. Les premières manifestations de cette situation complètement nouvelle se produisent sans doute dès le xve siècle en Afrique, en tout cas de façon spectaculaire au xvie siècle, en Amérique. Alors commence l’ère de l’impérialisme lié au colonialisme, des conquêtes et, nous y reviendrons, des acculturations.

23Auparavant, ces termes sont dotés d’une signification tout autre. En particulier, pour prendre l’aspect militaire de la question, le plus spectaculaire sinon le plus explicite, il n’y a pas, à proprement parler, de conquête romaine. Durant l’Antiquité, et cela vaut pour le Moyen Âge, jamais un pays ne se trouve dans une position dominante telle qu’il puisse purement et simplement conquérir de vastes territoires par la force et en conserver exclusivement le contrôle de façon durable. Il y a des exploits, des successions de victoires, mais tout cela est sans lendemain si le système ne repose que sur la contrainte, car la force suffisante à son maintien ne saurait exister.

24Toute l’histoire de l’Antiquité démontre la vanité des véritables conquêtes, dénuées de conséquences dans la moyenne durée. Elle démontre aussi que, à la base des constructions politiques stables, on trouve toujours des phénomènes d’une autre nature, qu’il est assez facile de repérer : de fait, étant donné l’incapacité d’une puissance à dominer sans partage, il s’agit toujours d’alliances, de conjonctions d’intérêts.

25Dans cette optique, la confrontation de la cité grecque et de la cité romaine est particulièrement parlante. La première, organisme essentiellement clos protégeant un corps de citoyens strictement défini, s’avère incapable de construire des ensembles de quelque ampleur et de quelque durée : l’alliance n’y est qu’un phénomène transitoire qui dégénère rapidement en sujétion ou en conflit. Alors que, au niveau économique, l’idéal autarcique du petit paysan propriétaire et citoyen est profondément menacé par l’essor de populations urbaines et par le développement des activités commerciales, alors que, au niveau culturel, les diverses cités participent, au-delà des nuances, d’un même hellénisme qui, de plus, intéresse d’autres populations, bref, alors que les réalités grecques s’insèrent dans un large cadre méditerranéen, on constate, aux niveaux politique et idéologique, l’érection de coupures qui fragmentent, qui isolent. Ces coupures se lisent au sein même de la cité : il suffit de penser à la manière dont les métèques d’Athènes sont dotés d’un statut qui sanctionne une présence indispensable à la vie même de la ville, mais qui les tient soigneusement à l’écart de la politique. Elles se lisent aussi, et surtout, entre cités. Le système poliade grec implique le morcellement : d’où des impérialismes fondés sur la force, et donc sans lendemain.

26L’idéologie de la compétition, de la victoire, inhérente à la structure de la cité classique, interdit la création d’un ensemble politique stable susceptible de coiffer ces organismes. Seules leur crise et leur transformation peuvent permettre une simplification du paysage politique.

  • 12 Y. Thébert, Legioni e lotta di classe, dans Storia e dossier, 36, 1990, p. 6-9 ; Id., Nature des fr (...)

27En revanche, la clé de l’expansion de la cité romaine réside dans sa nature différente12. Sous la domination du patriciat, la situation diffère peu de celle des cités grecques. Rome, conduite par ce groupe restreint qui s’érige progressivement en véritable caste accaparant le pouvoir, est déchirée par des conflits internes et en lutte perpétuelle avec ses voisins immédiats. Pendant un siècle et demi, la cité stagne dans un petit périmètre et son horizon ne dépasse guère le Latium.

28La situation se modifie radicalement vers le milieu du ive siècle av. n.è., avec la mise en place d’une nouvelle classe dirigeante, la nobilitas. Celle-ci est composée du patriciat, du moins de ceux des patriciens qui avaient conservé leur puissance ancienne, et de l’élite des plébéiens, ce qui contribue à désamorcer les crises internes. De plus, progressivement, elle intègre les aristocraties des peuples voisins, ce qui nous livre la clé de ce qu’on appelle la conquête romaine de l’Italie. La construction d’une classe dirigeante italienne permet de créer, en un siècle, un solide système politique à l’échelle de la péninsule.

29Il est inutile d’entrer ici dans le détail d’événements qui révèlent clairement la façon dont se construit le domaine romain. De Capoue à Tarente en passant par l’Étrurie, c’est l’alliance avec les élites indigènes qui fonde l’expansion. Si l’on comprend aisément que Rome, placée au cœur du système, trouve son avantage à l’extension de celui-ci, les intérêts de ces élites italiennes ne sont pas moins transparents : garantie d’un ordre social si menacé que c’est la sauvegarde de leur pouvoir local qui est en jeu ; accès à un ensemble économique dynamique et au sein duquel nous percevons de mieux en mieux le rôle moteur de Rome ; participation au pouvoir central pour les plus puissants de ses membres.

30La cité romaine, ouverte, réussit, en Occident, ce que les cités grecques, fermées sur elles-mêmes et jalouses de leur citoyenneté, ne parviennent pas à réaliser dans le bassin oriental de la Méditerranée : un empire solide, capable de rivaliser avec les royaumes hellénistiques. Les épisodes glorieux dont les annalistes romains parent cette expansion ne sont qu’une vitrine derrière laquelle se cache une réalité bien plus profonde, la convergence d’intérêts des groupes dirigeants. Les légions sont, avant tout, une remarquable force de maintien de l’ordre.

  • 13 Les épisodes italiens de la seconde guerre punique sont révélateurs de cette réalité. Si Rome a con (...)

31Deux faits démontrent la nature spécifique de cette Italie romaine, unifiée pour la première fois de son histoire. D’abord la lenteur de l’expansion romaine : c’est l’inverse d’une épopée militaire. Ensuite la capacité à résister à la défaite : les exploits d’un Pyrrhos ou d’un Hannibal ne parviendront jamais à inverser le cours d’une histoire ancrée dans les intérêts de classes13.

32Cette réalité fondamentale peut connaître des modalités diverses. Aux deux derniers siècles de la République, l’impérialisme romain prend des formes particulièrement virulentes, et l’alliance des élites s’opère sur un pied d’inégalité nettement affirmé. Elle n’en reste pas moins la clé de lecture de l’expansion romaine qui ne saurait se comprendre sans elle. Très vite, à l’époque impériale, se produit un rééquilibrage fondamental des rapports.

33Les signes les plus visibles en sont la diffusion de la citoyenneté romaine ou les changements de la composition des ordres équestre et sénatorial : ils ne font que manifester une évolution profonde qui concerne aussi l’économie et qui s’inscrit toujours dans cette réalité essentielle, la structure de classes de l’Empire qui a su créer un véritable espace économique et politique, immense et de longue durée.

  • 14 On comparera l’approche que nous proposons ici à la conclusion apportée par C. Nicolet aux deux vol (...)

34Il y aurait quelque chose de futile à penser que l’armée romaine pouvait, de par sa propre puissance, maintenir le contrôle de Rome et de l’Italie sur d’immenses territoires. Cela implique d’en tirer les conséquences qui s’imposent, de comprendre les raisons des énormes capacités de dilatation et de résistance du système centré sur Rome14.

  • 15 Cf. J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du m (...)
  • 16 Les raisons de la destruction de Carthage, qui fut l’objet de tant de méditations dès l’Antiquité, (...)

35Les auteurs anciens eux-mêmes n’avaient pas manqué de souligner que les jeux d’alliances, tacites ou ouvertes, tissés par Rome sont au cœur non seulement du maintien de l’Empire, mais de sa création même. Ainsi, que ce soit dans l’œuvre de Polybe ou de Posidonius, cela est parfaitement énoncé durant la période même où l’ampleur de l’expansion romaine, et les fréquentes violences qui l’accompagnent, pourraient faire penser que nous sommes en présence d’un schéma associant conquête militaire et domination sans partage15. Même alors, il n’en est rien : le déchaînement des légions est toujours orienté contre ceux qui menacent l’ordre social, c’est-à-dire le rôle central de Rome mais aussi la domination des aristocraties méditerranéennes16.

36Cette structure de classes de l’Empire romain nous paraît donc être la clé essentielle permettant de comprendre la nature de cette prodigieuse construction politique. Les élites y jouent un rôle fondamental. Il n’est cependant pas exclusif. La place que fait le système à d’autres couches de la population, d’abord italiennes, puis également provinciales, n’est peut-être pas sa moindre originalité. Le phénomène se lit, de façon spectaculaire, dans la diffusion de la citoyenneté romaine ou dans bien d’autres mesures. Il se manifeste aussi à travers le cadre de vie dont disposent les habitants du monde romain et dont certains aspects sont liés à des pratiques de redistribution. Ce contexte n’est évidemment pas sans concerner directement le regard que nous pouvons porter sur les édifices balnéaires.

37L’appréhension de ces réalités socio-politiques permet aussi d’aborder autrement une question qui a parfois semblé quelque peu insoluble, celle des frontières de l’Empire. Pourquoi s’étend-il jusque là, mais pas au-delà ? En fait, la logique de l’expansion romaine rend compte de ses limites géographiques : elle permet de comprendre les deux types d’obstacles sur lesquels le processus d’extension de la domination romaine vient buter.

38Le premier est ce que l’on peut appeler le « vide », c’est-à-dire des régions peu développées, dotées d’élites sociales restreintes qui ne trouvent aucun intérêt à s’intégrer dans l’Empire. C’est le cas du Samnium, que le système romain ne peut contourner dans la mesure où il constituait un véritable verrou à son expansion vers le Sud de la péninsule. Situation exceptionnelle dans l’histoire de Rome, les guerres Samnites furent un véritable choc frontal qui déboucha sur ce que l’on peut vraiment appeler une conquête, œuvre des armées. Les difficultés et la durée de ces combats, spectaculaires si on les compare aux véritables parodies de guerre que furent souvent les autres épisodes d’intégration des régions péninsulaires, révèlent la spécificité de cette lutte. Dans ce cas, Rome dut vaincre, car l’avenir de son expansion en dépendait, et le put, car le problème restait, malgré son ampleur relative, géographiquement bien circonscrit.

39Une solution militaire de ce type ne peut-être envisagée dès lors que l’adversaire est doté d’une puissance excessive. En ce sens, l’exemple typique du « vide » qui interrompt inexorablement l’expansion de l’Empire est la Germanie : ses chefs de tribus, dont le pouvoir n’est pas menacé de l’intérieur, ne feraient que perdre le contrôle absolu de leurs affaires, sans bénéficier des avantages de l’exercice d’un nouveau type de pouvoir auquel ils sont incapables de participer. Dans ces conditions, la force militaire pourra contribuer à façonner la frontière dans le détail, elle ne permettra jamais l’intégration de la Germanie, et Rome saura, très vite, en prendre conscience. C’est une situation identique qui explique le mur d’Hadrien, symbole de la renonciation à l’Écosse.

40Le second obstacle, c’est le « plein », à savoir un autre système politique cohérent, solidement structuré, dont les élites n’ont aucun intérêt à se diluer dans une entité plus vaste. L’exemple caractéristique en est le royaume parthe puis sassanide, obstacle insurmontable aux rêves irrationnels d’expansion : pendant des siècles, malgré de superbes exploits militaires de part et d’autre, la frontière ne connaît guère de modifications.

41Dans le monde méditerranéen d’époque romaine, sauf dans ses secteurs attardés, raisonner à partir d’entités ethniques consiste à pérenniser une grille depuis longtemps périmée par l’évolution des sociétés. La réalité n’y est plus organisée par ces coupures verticales, mais par une communauté d’intérêts que structurent des clivages horizontaux liés aux réalités sociales. L’Empire romain naît de l’association des élites des différentes régions, selon des modalités qui varient suivant les époques. Si ces élites n’existent pas, l’Empire ne peut s’étendre, sauf à réduire des secteurs géographiques bien déterminés et dont l’intégration par la force, du moins dans une première phase, n’est rendue possible que par leur ampleur limitée et n’est motivée que par les inconvénients majeurs que présenterait leur maintien hors du système romain. L’Empire ne peut non plus s’étendre si ces élites estiment que l’organisation politique dont elles font alors partie leur garantit déjà, et selon des modalitée plus fructueuses pour elles, les avantages que pourrait leur offrir leur insertion dans la puissance romaine.

42Dans tout cela, les épisodes militaires entrent pour fort peu. C’est parce qu’il n’est pas le résultat de conquêtes prodigieuses et d’exploits extraordinaires que l’Empire a pu s’étendre si loin et durer si longtemps. Sa nature le met à l’abri des aléas militaires ; elle lui interdit aussi de se développer dans un milieu qui ne correspondrait pas à sa définition.

II – Questions culturelles : hellénisation et romanisation

A) Conquête et acculturation

43Une approche privilégiant les concepts de peuple et de conquête implique, par voie de conséquence, une manière tout à fait spécifique de traiter des questions concernant les civilisations. De fait, à partir du moment où les unités de base de l’histoire méditerranéenne sont des peuples dotés de cultures qui leur sont propres, tout rapport culturel sera conçu en terme d’influences, lesquelles ne pourront se développer que dans le cadre d’un rapport de forces, puisque, « à l’état de nature », il n’y a aucune raison qu’un peuple modifie sa culture.

44Dans ces conditions, les contacts culturels sont inscrits dans le cadre de la violence. Il s’agit de l’instauration de rapports inégaux au sein desquels la pureté culturelle originelle d’un peuple est altérée, contaminée, abâtardie (termes que nous n’inventons pas) par une autre culture qui occupe une position dominante pour des raisons qui ne lui sont pas inhérentes, mais uniquement parce qu’elle s’appuie sur la force matérielle, physique, d’un autre peuple.

45L’analyse recourt alors à un ensemble d’analogies, essentiellement de type chimique et médical. Elle utilise aussi des termes tel que celui d’influence, au sens passif du terme pour ce qui concerne le peuple récepteur, ou celui d’acculturation conçue comme un phénomène imposé de l’extérieur, et donc susceptible de générer une résistance, autre concept devenu essentiel dans ce mode d’approche des problèmes.

46Si l’on se penche plus précisément sur le processus de romanisation, on constate qu’une idée est constamment sous-jacente à ce faisceau de concepts. La romanisation est le fruit d’une politique consciente de l’impérialisme romain : après la victoire militaire, elle permet d’asseoir le contrôle de Rome sur la région conquise.

47Une fois de plus, il nous semble que nous sommes en présence de la projection sur l’Antiquité de réalités contemporaines. C’est à elles qu’appartiennent les manipulations politiques de la culture et les phénomènes d’acculturation, qu’ils soient imposés par la violence ou qu’ils résultent simplement d’un rapport de force tellement démesuré qu’il ne nécessite même pas l’usage de la contrainte.

48Pour reprendre l’exemple de l’Afrique du Nord, il est vrai qu’une démarche historiographique a mis en parallèle Rome et la France, puissances détentrices d’une culture supérieure et assumant une fonction civilisatrice au Maghreb. La romanisation devenait ainsi un phénomène identique à celui de la francisation. Mais cette démarche n’est qu’un sous-produit de la colonisation française. Dès lors, accepter fondamentalement cette assimilation en se contentant d’inverser les valeurs, de transformer la mission civilisatrice en œuvre d’exploitation, ne fait que perpétuer une comparaison historiquement abusive. En procédant ainsi, on ne décolonise pas la démarche historique, on se contente d’en inverser les valeurs que celle-ci colporte. Dans les deux cas, l’Afrique subit son histoire : elle n’est capable, au mieux, que de résister, que de préserver, autant que faire se peut, sa pureté, son authenticité.

  • 17 M. Dubuisson, Y a-t-il une politique linguistique romaine ?, dans Ktèma, 7, 1982, p. 187-210. Ce qu (...)

49Une telle démarche supposerait, pour le moins, que l’on démontre qu’il existe une politique de romanisation voulue par Rome. Or, ce qui serait un si vaste projet manque bien étrangement d’attestation. Un fil directeur fondamental est la diffusion du latin : s’il y a politique culturelle de la part de Rome, elle doit, par excellence, se lire au niveau linguistique, préface obligée à une acculturation générale. Or, on ne repère absolument rien de ce genre. Certes, le système romain, de par sa nature, favorise sa propre langue. Par exemple, c’est celle qui est utilisée dans l’armée pour le commandement : tous ceux qui servent, y compris les auxiliaires, sont donc conduits à en acquérir au moins les rudiments. Mais aucune action systématique n’est destinée à en favoriser la diffusion, phénomène bien étrange dans l’optique de la théorie d’une Rome s’investissant d’une mission civilisatrice17. Inversement, on ne peut oublier que le bilinguisme fondamental de l’Empire, reposant sur l’utilisation du grec et du latin, est une réalité on ne peut plus officielle.

  • 18 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 257. Dans ce même passage, a (...)

50Dès lors, les tenants du couple « romanisation par Rome/résistance des indigènes » sont conduits à s’appuyer sur quelques textes antiques qui démontreraient l’existence d’une véritable politique culturelle romaine, facette d’une politique générale de domination. En tête de ces témoignages brille un passage de Tacite qui, au premier abord, paraît énoncer avec une parfaite clarté la façon dont Rome se sert de la culture, comment elle « tente d’inoculer sa civilisation comme une maladie, (comment) elle l’utilise comme un moyen d’asservissement »18.

51Il est donc nécessaire de reprendre l’analyse de ce texte de Tacite, non seulement parce qu’il concerne un processus de romanisation dont la compréhension est une indispensable toile de fond à l’étude des thermes romains d’Afrique du Nord, mais encore parce qu’il désigne nommément les bains en leur affectant un rôle précis qui impose que nous nous arrêtions un moment sur ce document.

  • 19 Agricola, XXI, traduction de P. Grimal (Tacite, Oeuvres complètes, Paris, 1990).
    Sequens hiems salub (...)

52« L’hiver suivant fut consacré à des mesures très utiles ; afin de faire que ces populations disséminées et sauvages et, pour cette raison, portées à la guerre fussent amenées, par l’attrait du plaisir, à prendre l’habitude de la paix et de la tranquillité, il les encourageait, à titre privé, les aidait, par des subventions publiques, à construire des temples, des forums, des maisons, félicitait ceux qui se montraient zélés, réprimandait ceux qui ne l’étaient pas ; ainsi la rivalité dans l’honneur remplaçait la contrainte. De plus, il faisait instruire dans les arts libéraux les fils des grands et déclarait préférer les qualités naturelles des Bretons à l’application des Gaulois, si bien qu’eux qui, récemment encore, refusaient la langue de Rome, ambitionnaient l’éloquence. De là vint que l’on apprécia notre manière de nous vêtir, et la toge devint fréquente ; peu à peu on céda à l’attrait de nos vices, les portiques, les bains, la recherche dans les festins ; et dans leur ignorance, ils appelaient cela civilisation alors que c’était un élément de leur esclavage »19.

  • 20 Pour une analyse de la nature de la Vie d’Agricola, on peut se reporter à P. Grimal, Tacite, Paris, (...)

53Deux remarques s’imposent d’entrée. La première est qu’un tel texte ne saurait être confondu avec ce que nous appelons, de nos jours, une analyse historique. Comment pour-rait-on croire que des « sauvages », pour reprendre un terme de Tacite au demeurant totalement erroné, se mettent à construire des villes à la romaine et à parler latin uniquement parce qu’Agricola les y exhorte ? Cette version plaisante du processus d’urbanisation peut évidemment s’expliquer par le souci de Tacite, gendre du général concerné, d’exalter l’action de son beau-père : il faut se souvenir qu’il s’agit d’un éloge funèbre, au demeurant tardif, et que, le but affirmé de cette laudatio est d’assimiler Agricola aux grands hommes du passé. Lourde tâche ! Le procédé reste cependant dérisoire et, s’il prête à sourire, il n’en est pas moins vrai qu’il condamne toute tentative d’utiliser l’ensemble de ce passage comme s’il nous fournissait des données directement exploitables20.

54La seconde remarque complète la première. Ce texte se présente avant tout comme une leçon de morale : c’est le mythe du sauvage, proche de la nature, qui se laisse subvertir par la civilisation, assimilée aux vices. Preuve en est donnée par le fait que cette description des effets amollissants de la civilisation n’est qu’un topos. De la longue liste de textes que l’on pourrait dresser, nous n’en utiliserons ici que deux.

55Le premier décrit un cas devenu proverbial, celui de la dissolution physique et morale de l’armée d’Hannibal dans « les délices de Capoue » (Tite-Live, XXIII, 18) :

  • 21 Traduction d’E. Lasserre, CUF, Paris, 1939.
    ...in hiberna Capuam concessit. Ibi partem majorem hie-m (...)

56Hannibal « se retira pour prendre ses quartiers d’hiver à Capoue. Là, pendant la plus grande partie de l’hiver, il tint dans les maisons son armée, qui, souvent et longuement endurcie contre tous les maux, n’avait ni l’expérience, ni l’habitude des biens. Aussi ces soldats, qu’aucun mal, quelle que fût sa violence, n’avait vaincus, furent perdus par l’excès des biens et les voluptés sans mesure, et d’autant plus complètement que, n’y étant pas accoutumés, ils avaient mis plus d’avidité à s’y plonger. Car le sommeil, le vin, les festins, les filles et les bains, l’oisiveté enfin, que l’habitude rend chaque jour plus agréable, énervèrent si bien leurs corps et leurs âmes, que, désormais, leurs victoires passées les protégèrent plus que leurs forces présentes, et qu’il y eut là, de la part de leur général, une faute plus grave, au dire des experts en l’art militaire, que de n’avoir pas, après la bataille de Cannes, marché aussitôt sur Rome : on put croire, en effet, que l’hésitation d’Hannibal avait seulement retardé la victoire, mais que sa faute avait ôté aux siens la force de vaincre. C’est ainsi, assurément, qu’Hannibal, comme s’il sortait de Capoue avec une autre armée, ne put rien maintenir, nulle part, de l’ancienne discipline »21.

  • 22 Qu’il s’agisse des soldats d’Hannibal, en constants déplacements, ou des Barbares restés à l’écart (...)

57Cette fois encore, nous assistons au drame d’hommes endurcis qui se corrompent au contact de la civilisation. Le portrait des victimes est semblable : ce sont des personnes rudes, guerrières, et sans expérience face aux pièges des plaisirs, de ces voluptates pour reprendre le terme qui apparaît tant chez Tite-Live que chez Tacite. Le cadre de cette dégénérescence est le même : c’est la ville, avec ses constructions en dur propices à un mode de vie inconnu de ces hommes frustes et endurcis au contact de la nature22. Les descriptions des vices tentateurs se recoupent largement : l’otium, l’inaction, permet de se livrer aux plaisirs des repas raffinés et des thermes.

58Le second texte auquel nous nous référerons est emprunté à Dion Cassius. Il nous ramène en Bretagne, lors de la grande révolte de 61, donc moins de vingt ans avant l’action d’Agricola décrite par Tacite. La reine Boudicca, harangue ses troupes :

« Les faits mêmes vous ont appris la différence qui sépare la liberté de l’esclavage, à tel point que si précédemment certains d’entre vous, dans leur ignorance de ce qui valait le mieux, se sont laissé tromper par les séduisantes promesses des Romains, aujourd’hui du moins, que vous avez tâté des deux situations, vous avez compris l’erreur que vous avez commise en vous laissant aller à la servitude et en abandonnant votre vie ancestrale, et vous avez mesuré combien il est préférable d’être libre dans la pauvreté qu’esclave au sein de la richesse. Y a-t-il quelque honte, quelque douleur, parmi les pires, que nous n’ayons pas subies, depuis l’arrivée en Bretagne de ces gens-là ? N’avons-nous pas été dépouillés dans l’ensemble de nos richesses les plus abondantes et les plus grandes, non sans payer encore des impôts sur ce qui nous est laissé ? Sans parler du reste et qu’il nous faut paître nos troupeaux et cultiver nos champs pour eux, ne payons-nous pas chaque année la capitation personnelle ? Et combien n’eût-il pas été préférable d’avoir été une fois pour toutes vendus à des maîtres, plutôt que d’avoir, sous le vain titre d’hommes libres, à payer notre rançon chaque année !

  • 23 Dion Cassius, Histoire romaine, LXII, 3 (1-3), 6 (1-5), texte présenté dans P. Petit, Le premier si (...)

« ...Ayant ainsi parlé, elle tira de son sein, en vue de quelque divination, un lièvre qui prit sa course du côté qui était pour eux de bon augure ; et la foule tout entière, après l’avoir constaté, se mit à pousser de grands cris, tandis que Boudicca, ayant levé la main vers le ciel, disait : « Je te remercie, ô Andrastè, et je t’invoque, comme une femme fait appel à une femme : je ne commande pas, comme Nitocris, à des portefaix égyptiens, ni à des marchands assyriens, comme Sémiramis – en voilà des choses que nous avons apprises grâce aux Romains ! – et certes moins encore à des Romains, comme naguère Messaline et Agrippine, et aujourd’hui Néron – il porte un nom d’homme, mais en fait c’est une femme, comme le prouvent ses chants, sa lyre et son souci de la parure – Je commande à des Bretons qui ne connaissent ni la culture ni le travail des artisans, mais qui savent très bien faire la guerre, et qui estiment que tout a la même valeur, y compris les femmes et les enfants, qu’ils placent pour cela sur le même plan que les hommes. Étant la reine de tels hommes et de telles femmes, je te prie, et je te demande le salut, la victoire et la liberté, contre des orgueilleux, des injustes, des avides et des impies, si du moins il faut donner le nom d’hommes à ces gens qui prennent des bains chauds, mangent une nourriture apprêtée, boivent du vin pur, dorment en des couches moelleuses avec des jeunes gens, et qui ont passé l’âge, sont les esclaves d’un joueur de lyre, et d’un mauvais de surcroît. Fasse que ne règne pas plus longtemps, ni sur moi ni sur vous, ce Néron femelle, cette Domitia ; qu’elle règne avec ses chants sur les Romains, et ils sont bien dignes d’être les esclaves d’une femme de cette sorte, dont ils supportent depuis si longtemps la tyrannie. Mais pour nous, ô Maîtresse, sois à notre tête, seule et pour toujours »23.

59Il est aisé de souligner les points communs qui, de Tacite à Dion Cassius, dénoncent le même moule idéologique producteur des mêmes lieux communs. On soulignera d’abord la façon semblable dont ces textes prêtent peu d’intérêt à la recherche d’une véritable cohérence. Si Tacite nous fait assister à de bien curieuses naissances de villes, Dion Cassius, quant à lui, ne recule pas devant les contradictions : la formule bien frappée concernant la supériorité de la pauvreté dans la liberté sur la richesse dans la servitude est aussitôt suivie d’un discours visant à montrer que les Bretons sont, à la fois, soumis et appauvris. Ce qui, cette fois, revient à dire, fait au demeurant peu discutable, qu’il vaut mieux être libre et riche qu’esclave et pauvre !

  • 24 Tacite : « ...ces hommes dispersés... toujours prêts à la guerre ». Dion Cassius : « ...des Bretons (...)
  • 25 Aux « arts libéraux » de Tacite fait pendant l’allusion que Dion Cassius met dans la bouche de Boud (...)
  • 26 Aux bains de Tacite font écho « les bains chauds » de Dion Cassius. La précision n’est pas due au h (...)
  • 27 Au « raffinement des repas » de Tacite correspond, chez Dion Cassius, ceux qui « mangent une nourri (...)

60Mais l’essentiel est ailleurs. C’est d’abord le fait que les deux auteurs utilisent les mêmes détails pour illustrer leur propos. Par exemple, pour décrire le barbare, le recours à l’association dispersion-art de la guerre24. Par exemple aussi, le choix des éléments qui symbolisent la civilisation romaine amollissante : les connaissances intellectuelles25, les thermes26, les repas recherchés27. En fait, tous ces détails, tout comme la structure générale du discours dans lequel ils s’inscrivent, sont peu originaux. Cette constatation confirme cependant que le texte de Tacite n’est pas une analyse concrète de l’action d’Agricola durant un hiver qui, au demeurant, eût été fort occupé, mais un lieu commun dont rien ne permet de penser qu’il entretient des rapports précis avec la réalité. En revanche, le récit plus développé de Dion Cassius permet de comprendre les raisons de l’insertion d’un tel passage dans des œuvres qui ont quelque prétention historique.

61Il est en effet, dans le discours de Boudicca, un thème récurrent qui éclaire l’association que fait Tacite entre une certaine forme de civilisation et la servitude, c’est l’affirmation selon laquelle le barbare est libre alors que l’Empire est le monde de l’esclavage. Ce ne sont pas seulement les Bretons qui sont asservis par Rome, ce sont les Romains eux-mêmes qui sont esclaves de tyrans, et le destin des premiers ne sert qu’à faire revivre un drame qui est avant tout celui des seconds.

  • 28 Tacite, Agricola, II, 3 : « ...de même que les temps anciens ont vu ce qu’il pouvait y avoir de plu (...)
  • 29 P. Grimal (Tacite, Paris, 1990, en particulier p. 175 sq.), remarque que la vision de Tacite n’est (...)

62Si ce drame est devenu universel avec l’extension de l’Empire, son origine est intimement liée à l’affaiblissement de la position de la classe sénatoriale, classe à laquelle appartiennent tant Dion Cassius que Tacite. Cette marginalisation du sénat parallèle à l’affirmation du pouvoir impérial est, pour eux, liée à une dégradation des mœurs qui en est à la fois la cause et le signe. La crise politique est transformée en crise morale, démarche qui permet d’associer pouvoir sénatorial et vertu. C’est pourquoi les auteurs qui exposent le point de vue du sénat ont largement contribué à la création d’un passé mythique, celui où les sénateurs dirigeaient une Rome rurale et vertueuse. La condamnation de la dégradation des mœurs, en particulier sous l’effet dissolvant de l’hellénisme, sert à combattre une évolution qui, en réalité, n’est pas culturelle mais politique : en se lamentant sur l’évolution des conduites, on se lamente sur la mise à l’écart du sénat. Dans cette optique, Rome a déjà été séduite (thème récurrent chez les deux auteurs) et asservie par une civilisation corruptrice et un pouvoir tyrannique, tout comme les Bretons le sont maintenant28. Et cela explique tant l’apparente objectivité de Tacite exposant le machiavélisme d’Agricola que la place volontiers accordée par Dion Cassius aux belles paroles de Boudicca. En réalité, il ne s’agit nullement d’une bonne et saine méthode historique. Ces auteurs n’analysent en rien le cas de ces barbares : ils se servent seulement d’eux pour attaquer le pouvoir impérial, ou du moins une certaine forme de pouvoir impérial qu’incarne un Néron ou un Domitien29. S’ils parlent si bien des Bretons, ou les font si bien parler, c’est en fait qu’ils ne parlent que d’eux-mêmes.

  • 30 Tite-Live, Histoire romaine, préface ; traduction de G. Baillet, CUF, Paris, 1975. Texte établi par (...)

63Cette obsession se traduit même dans le choix des mots. L’abandon de la « vie ancestrale » que Boudicca reproche à des Bretons trompés par de « séduisantes promesses » est l’exacte transcription de l’abandon par les Romains du mos maiorum qu’incarnait et défendait le sénat. Dans l’optique sénatoriale, l’histoire ne peut être qu’une exaltation d’un glorieux passé et une lamentation sur le présent, ce dont Tite-Live nous avertit clairement : « ... il faut, selon moi, étudier avec toute l’ardeur et l’attention dont on est capable... la vie et les mœurs d’autrefois... les grands hommes qui ont créé et agrandi l’Empire. Puis, avec le relâchement insensible de la discipline, on suivra par la pensée d’abord une sorte de fléchissement des mœurs, puis un affaiblissement progressif, et enfin un mouvement d’effondrement rapide, jusqu’à nos jours, où la corruption et ses remèdes nous sont également intolérables »30.

64Tous ces jugements moraux ne sont donc qu’une façon d’exprimer des idées politiques qu’il serait risqué d’exposer trop ouvertement. On se masque derrière la condamnation des vices et des tyrans ; on utilise les barbares comme une parabole. Un tel raisonnement, qui fait semblant de parler d’autre chose que de ce qu’il veut dire, qui enrobe tout dans une complainte sur la perte des valeurs authentiques, ne se donne pas les moyens d’une véritable analyse du réel. Il en résulte qu’il peut aisément se retourner. Procope en fournit un bel exemple. Le roi vandale Gélimer, vaincu par les troupes byzantines, s’est réfugié sur le mont Papoua, sans doute en Khroumirie, montagne habitée par des Maures qui sont ses alliés. Lui et les siens connaissent alors une épouvantable détresse, d’abord à cause du siège qu’ils subissent et qui interdit toute aide extérieure, ensuite à cause de la différence radicale de mode de vie qui sépare Vandales et Maures.

  • 31 Procope, La guerre contre les Vandales, traduction de D. Roques, La roue à livres, Paris, 1990, II, (...)
  • 32 Une fois de plus, on peut renvoyer à Sénèque, Ep., 108, 23, qui, même âgé, utilise un matelas qui r (...)

65Les termes qu’utilise Procope pour décrire le degré de civilisation atteint par les premiers et la misère des seconds appartiennent exactement au même répertoire que celui dans lequel puisent Tacite et Dion Cassius, mais la signification de ces notations est complètement inversée31. Bains quotidiens, tables fournies en mets et en vins, luxe des vêtements, spectacles, plaisirs intellectuels et corporels, incarnent une situation enviable et civilisée. Habitat et habillement sommaires, nourriture rudimentaire, ignorance du vin font des Maures des sortes d’animaux misérables. Chez Dion Cassius, les « couches moelleuses » incarnent le vice32, chez Procope l’infortune est symbolisée par un lit réduit au sol ou à une peau de mouton.

  • 33 C’est un Hérule (II,4,29) et il se revendique comme tel : « Je suis moi aussi un barbare... » (II, (...)

66Cette inversion radicale du sens prêté au même discours est clairement affirmée par Procope qui renverse complètement la dialectique esclavage-liberté, de manière d’autant plus efficace que celui qui exprime ce renversement est Pharas, chef des assiégeants, barbare qui s’affirme comme tel33.

  • 34 Procope, La guerre contre les Vandales, II, 6, 17-22, traduction de D. Roques (cf. note 31) :
    « Pour (...)

67Il est savoureux de noter le retournement de la noble formule de Dion Cassius : à « être libre dans la pauvreté plutôt qu’esclave au sein de la richesse » s’oppose « être esclave, même pauvre, chez des Romains plutôt que... régner sur des Maures » tant il s’agit d’une population misérable dont Gélimer, en réalité, est devenu l’esclave puisque son sort est entre leurs mains. À la souveraineté sur des barbares, il devient dès lors facile d’opposer la fierté d’être au service de l’Empereur34.

B) Signification du processus de romanisation

68Une fois écartée la vision d’une romanisation conçue comme une acculturation aliénante imposée de l’extérieur à des populations dont on désire renforcer la soumission, il nous reste à saisir la nature réelle de ce phénomène, nature réelle qui conditionne la signification du développement, en Afrique du Nord, d’un remarquable ensemble de constructions thermales dites romaines.

69Pour cela, il nous semble nécessaire de raisonner en fonction d’une vieille réalité, à savoir l’existence d’une communauté culturelle méditerranéenne. Pendant des millénaires, les civilisations du Proche-Orient multiplient des innovations qui sont reprises à leur compte par les populations situées à l’Ouest. Certes, les décalages chronologiques sont longtemps considérables, mais ils tendent irréversiblement à se combler et ils n’empêchent pas qu’il devient rapidement impossible d’analyser la civilisation d’une région sans la replacer dans un vaste contexte.

70À partir de l’époque archaïque, c’est la Grèce qui devient le pôle culturel de ce monde méditerranéen : glissement vers l’Ouest du centre de gravité d’autant plus significatif que la culture alors érigée en modèle est dotée d’une forte originalité. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre en considération ses réalisations artistiques fondées sur l’illusionnisme, forme d’expression complexe par les techniques qu’elle implique mais encore plus par l’attitude mentale qu’elle suppose. La façon dont l’art grec construit ses thèmes propres et les inscrit dans un espace nouveau ne peut être séparée de la réflexion des intellectuels et, plus généralement, de l’émergence d’un nouveau type de société. Dès lors, le monde méditerranéen a rompu le cordon ombilical qui l’unissait à l’Orient : il ne dépend plus directement des innovations de ce dernier mais en est devenu un partenaire clairement distinct. Et cela se lit aussi bien au niveau religieux. À quoi peut-on comparer ces dieux nus crûment anthropomorphes ? Quant à ces temples où le contact entre les mondes divin et humain s’établit par l’intermédiaire d’objets architecturaux strictement définis, comparables à de véritables sculptures, quels rapports entretiennent-ils avec les sanctuaires labyrinthiques du Proche-Orient ? La religion poliade n’est pas fondée sur les volumes insaisissables et les initiations sélectives.

71Tous ces arts sont essentiellement « représentatifs ». Ils sont dotés d’une forte capacité à donner à lire par le biais des sens et de la raison, non par l’intermédiaire de codes symboliques qui sont extérieurs à l’œuvre et qui, pourtant, en conditionnent la compréhension. Cela explique tant la remarquable capacité de diffusion de ce type d’œuvres que la prodigieuse durée dans le temps du langage artistique ainsi créé. Il n’en reste pas moins que la genèse de cette esthétique classique est indissociable d’un contexte économique, social et politique bien particulier, celui de la cité, et que ce cadre restera, au-delà des mutations, celui de sa première phase active d’existence, qui s’étale sur environ un millénaire. Or, la cité, sous des aspects divers mais fondamentalement unitaires, est la forme d’organisation qui caractérise toutes les régions méditerranéennes dès lors qu’elles prennent leur essor. Cela est vrai de la Grèce à la péninsule italique en passant par la Phénicie et l’Afrique. Ce n’est pas par goût de l’exotisme qu’Aristote, dans la Politique (II, 11), se penche avec intérêt sur la constitution de Carthage et l’associe étroitement aux régimes de Crète et de Sparte. Ce n’est pas par hasard si les pôles essentiels du monde méditerranéen pendant des siècles, la Phénicie et la Grèce que l’on se plaît trop souvent à opposer, sont peuplés de gens qui sillonnent les mers et s’implantent loin de leur lieu d’origine dans le cadre de cités qui reproduisent les modèles métropolitains.

72Il s’est donc construit une entité méditerranéenne, qui reste hétérogène mais que caractérise, face aux réalités externes, une unité et une originalité certaines bien lisibles au niveau politique et esthétique. C’est uniquement dans ce cadre que l’on peut saisir la nature des phénomènes que l’on appelle hellénisation et romanisation, c’est-à-dire la diffusion, dans un milieu prêt à les recevoir, d’innovations qui sont le fait d’un centre alors à l’avant-garde de recherches qui, a priori, ne peuvent qu’intéresser l’ensemble du bassin méditerranéen.

  • 35 Si cette approche des problèmes culturels ne correspond pas à l’opinion dominante, d’ailleurs elle- (...)

73Le phénomène qui nous paraît essentiel est que la Grèce n’hellénise personne, et que Rome ne romanise personne. Ces deux centres, qui devinrent successivement les deux pôles majeurs du monde méditerranéen, sont simplement les lieux essentiels d’élaboration d’une culture qui correspond aux besoins des sociétés méditerranéennes. Mais cette diffusion ne s’effectue pas dans l’abstrait, dans un milieu social idéalement homogène : elle prend des formes et une intensité différentes suivant le niveau de développement des diverses régions et selon les classes sociales. Ce sont, bien sûr, les pays les plus évolués et les classes les plus élevées dans la hiérarchie sociale qui non seulement sont aptes à assimiler la plus grande part de cette culture dominante, mais encore sont capables d’en tirer le meilleur profit, de l’adapter à leurs besoins, de se l’approprier sous les formes qui lui conviennent le mieux. Ces inégalités de diffusion sont même un moteur de la diffusion : une région par rapport à son environnement, encore plus une classe dirigeante par rapport au reste de la population, affirment leur prestige en se dotant d’un cadre de vie moderne, directement dérivé des dernières modes élaborées dans les grands centres35.

74Ainsi se met en place une géographie culturelle du monde méditerranéen qui se superpose parfaitement à sa géographie socioéconomique. Les secteurs les plus dynamiques, les plus évolués, apparaissent comme des provinces de l’art grec, puis romain, provinces caractérisées par un haut degré d’intimité avec la culture dominante, et, en même temps, par une grande capacité d’interprétation de cette culture, en fonction des besoins spécifiques de chaque région et de chaque classe sociale.

75Ces phénomènes d’hellénisation puis de romanisation, qui sont de même nature, ne doivent pas être analysés en termes de rapports de force, ni même en terme de passivité, une région subissant la pénétration d’une culture étrangère. Bien plus, les contacts culturels ne sont pas, comme il l’est parfois prétendu, la cause de l’évolution d’une région. Bien au contraire, ces influences ne sont un ferment d’évolution que dans la mesure où ces apports externes sont repris, réinterprétés, assimilés par des forces internes au groupe qui les reçoit.

  • 36 On affirme souvent que les colonies romaines, fondées par une déduction de colons dont on suppose s (...)

76Autrement dit, les contacts avec l’extérieur font partie de l’histoire intérieure des sociétés antiques. Il est, en particulier, remarquable de constater que la diffusion de la culture grécoromaine n’a rien à voir avec des phénomènes de « conquête » et, en particulier, avec l’extension progressive de l’Empire romain. En réalité, le rapport est inverse : le système romain n’intègre que des régions déjà frottées de culture méditerranéenne, et cette intégration ne fera qu’amplifier un phénomène culturel antérieur36. Cette réalité n’a rien qui puisse surprendre si l’on accepte l’analyse historique proposée ici : l’Empire ne peut intégrer que des régions développées ; or toute région développée participe d’une culture commune qui s’élabore en premier lieu à Rome ; donc l’Empire ne peut intégrer que des régions déjà « romanisées ».

77La constatation qu’il existe des différences culturelles au sein de l’Empire n’apporte nulle contradiction à ce schéma. De fait, ces différences sont de deux ordres. Elles sont d’abord géographiques, régionales. Il est clair que la civilisation de la Syrie romaine n’est pas absolument identique à celle de l’Italie, au sein de laquelle on peut d’ailleurs aisément repérer bien des variantes. Cela est parfaitement logique : romanisation n’a jamais signifié uniformisation. À partir du moment où les forces motrices de la romanisation sont internes à ces sociétés, il est évident que chacune d’elles entretient avec le patrimoine culturel commun des rapports qui lui sont propres. Bien plus, ce patrimoine n’est pas donné une fois pour toutes et n’est pas le fait uniquement du pôle dominant : chaque province contribue en retour à son élaboration sous une forme spécifique. Nous sommes dans le cadre d’échanges réciproques coordonnés par une logique commune et par l’action d’un pôle dominant, pas dans celui d’une culture uniforme.

78On retrouverait un processus comparable au niveau religieux, où, pour un membre de la koiné méditerranéenne, il apparaît tout à fait normal que chaque région possède ses dieux, mais tout aussi évident que ces derniers peuvent être repris à leur compte par les habitants d’une autre région, ou que s’établissent des équivalences, des assimilations entre les diverses divinités.

79Cela dit, ce qui est extraordinairement frappant dans l’Empire romain, c’est la profonde similitude de la culture dans toutes les régions qui le composent. C’est cette réalité remarquable qui doit être l’objet principal de la réflexion historique, laquelle ne doit pas se fourvoyer dans la surestimation de régionalismes qui occulterait l’essentiel.

80Les différences culturelles au sein de l’Empire sont ensuite internes à une même région, mais cela est tout aussi logique car toute culture est une culture de classe. Ces différences ne sont que le reflet des contrastes sociaux et, une fois encore, on retrouverait exactement la même situation en Italie, ou à Rome même. D’ailleurs, ce qui est remarquable au sein de l’Empire, c’est, au-delà des modalités diverses dues à leur spécificité, la profonde romanisation de tous les secteurs de la société. C’est aussi l’étroite communauté de culture qui existe, à l’échelle méditerranéenne, entre les membres d’une même classe. Bien sûr, cela est particulièrement saisissable en ce qui concerne les élites : toutes les classes dirigeantes, au-delà de leurs originalités, partagent un bagage culturel commun d’une ampleur qui reflète directement l’étendue de leurs relations politiques. Il y a moins de différence entre les notables d’Italie et d’Afrique qu’entre ces derniers et les paysans qui travaillent sur leurs domaines. Une fois de plus, on constate que ce monde méditerranéen se structure en fonction de liens et de clivages horizontaux bien plus essentiels que les césures verticales.

  • 37 Pour une analyse tout à fait semblable, nous pourrions ici reproduire intégralement la conclusion d (...)

81Ce serait s’égarer que de chercher à penser les contrastes culturels que l’on peut appréhender dans les sociétés méditerranéennes en termes d’âmes propres à des peuples, de politique impérialiste ou de résistance. Il faut, au contraire, raisonner en tenant compte des formations sociales et des classes dont l’articulation constitue l’Empire. On a pris l’habitude d’évaluer le degré de romanisation des diverses régions en le mesurant à l’aide d’un étalon totalement abstrait, coupé du réel, à savoir une romanité idéale qui n’a jamais existé, si ce n’est dans l’esprit d’érudits contemporains s’appuyant sur la lecture sélective et falsifiée de quelques auteurs antiques. À l’aune dont se servent ces savants pour mesurer le degré de romanisation des provinces, Rome elle-même apparaîtrait fort mal romanisée37.

C) Conséquences de cette problématique

82L’approche exposée ci-dessus ne constitue évidemment pas une sorte d’introduction théorique qui serait coupée de la suite du discours, et finalement dénuée d’applications concrètes. Bien au contraire, elle contribue à conditionner la construction d’un cadre historique général susceptible d’éclairer l’analyse des données, y compris et surtout les plus concrètes. Bien plus, elle commande la nature même de l’analyse de ces données.

1) Analyse de monuments

  • 38 Coarelli, Thébert, Architecture funéraire.

83Même si ce point concerne directement notre propos, nous nous contenterons pour le moment de rappeler la tentative, conduite en collaboration avec F. Coarelli, de déchiffrer la nature et la signification des grands mausolées africains d’époque hellénistique. Pour ce faire, il nous a paru indispensable de les replacer dans le contexte de l’architecture funéraire des classes dirigeantes méditerranéennes, en retraçant la genèse du mausolée et en étudiant la diffusion des deux formes principales qu’empruntent ce type de monument, les tombeaux turriformes et ceux construits sur plan circulaire38.

84Une telle approche repose sur l’appréhension de l’ampleur du bagage culturel commun à l’ensemble des régions méditerranéennes développées. Cette réalité rend vaine toute tentative de vouloir expliquer ces constructions en les présentant essentiellement comme le fruit de spécificités africaines. Il faut refuser tout lien entre les grands mausolées numides circulaires d’époque hellénistique (Le Médracen, le tombeau de la chrétienne) et des traditions funéraires locales : ce type de monuments ne peut se comprendre sans référence au modèle que constitue la tombe d’Alexandre-le-Grand. De même, elle conduit à refuser toute inspiration phénicienne ou punique à l’autre grande forme d’architecture funéraire contemporaine de la première, à savoir les tombeaux turriformes de Siga, du Khroub ou de Thugga : tout cela ne peut se comprendre sans référence au modèle du mausolée d’Halicarnasse.

85En sens inverse, il serait tout aussi erroné de dénier à ces constructions leur dimension africaine. Les modèles ne sont pas copiés servilement, mais ces sources d’inspiration fondamentales sont remaniées, repensées en fonction des besoins et des goûts propres aux princes et aux souverains numides. Les commanditaires jouent un rôle essentiel, et, à moins de nier que les souverains numides sont africains, leurs tombeaux le sont aussi : ils incarnent par excellence l’émergence de la nouvelle Afrique, avec des dirigeants d’un type nouveau, dotés d’une nouvelle culture. L’authenticité maghrébine de l’époque hellénistique est en rupture avec celle des siècles antérieurs : elle ne peut plus se comprendre sans tenir compte de sa dimension méditerranéenne, elle n’en est pas moins profondément ancrée dans les réalités locales.

86Nous avons, ainsi, une illustration concrète de cette culture commune dont la diffusion ne signifie nullement la disparition de toute différence, mais implique au contraire une grande capacité d’interprétation. On ne peut comprendre la civilisation hellénistique africaine ni en niant son africanité, ni en refusant sa dimension méditerranéenne, deux réalités inextricablement liées et qui garantissent la cohérence de monuments que l’on n’est pas autorisé à désarticuler en les considérant comme le résultat de traditions indigènes grossièrement juxtaposées à des influences externes conçues comme des altérations ou des ajouts superficiels.

2) Détermination de périodes historiques

87Il est d’usage de diviser l’histoire maghrébine en périodes désignées par des déterminatifs qui sont censés marquer des ruptures d’ampleur diverse : à l’Afrique romaine succède ainsi l’Afrique vandale, byzantine, arabe... Le type de raisonnement que nous venons nous-même d’exposer implique, effectivement, que l’intégration de l’Afrique du Nord dans un vaste ensemble politique est loin d’être dénuée de signification, à condition qu’il ne s’agisse pas de construire l’image d’un Maghreb constamment dominé par autrui. À condition, aussi, de saisir que ces « sauts » peuvent signifier une forme de continuité, la permanence d’une position des régions africaines dans l’ensemble méditerranéen qui ne peut perdurer qu’au prix de ces mutations drastiques. Ce n’est pas parce que le basculement dans l’Islam de la splendide Afrique chrétienne peut apparaître à certains difficilement compréhensible qu’il faut forcément y lire une rupture. Le phénomène ne concerne que des superstructures et il faut bien que l’historien admette que les populations sont susceptibles de changer de religion, parfois de façon massive et rapide : au-delà de cette simple constatation, l’interprétation du phénomène reste à faire, car il n’est pas porteur d’une signification évidente.

88Il en résulte qu’il ne suffit pas de distinguer des périodes historiques en se fondant uniquement sur des événements militaires et politiques. Ces épisodes sont, certes, souvent grandioses : il suffit de penser à la fantastique dilatation du système romain. Mais, en ne se penchant que sur eux, on les décrit sans les expliquer.

  • 39 Dans cet ouvrage, la démarche globalisante de M. I. Finley se double d’un a priori primitiviste : p (...)

89Cette situation est liée au fait que, malgré de glorieuses exceptions telle que l’œuvre de M. Rostovtzeff, les véritables études sociales, et encore plus économiques, sont longtemps restées l’exception. Et lorsqu’elles existaient, les réflexions d’ensemble abordant ces questions parlaient globalement de l’Antiquité. L’exemple le plus significatif de cette approche est sans doute M. I. Finley qui publie en 1973 L’économie antique, titre clair dont la signification est encore explicitée par la chronologie qui ouvre le livre et qui s’étend sur plus de mille ans, de la Grèce archaïque à Justinien. C’est l’affirmation de l’unité économique d’une « longue Antiquité »39.

90Dès lors, il devient impossible d’articuler histoire politique et histoire économique : sur une toile de fond uniforme se détachent des événements, seules formes de mouvement, seules modalités de changements qui ne peuvent plus paraître qu’aléatoires dans la mesure où elles sont plaquées sur une économie atone. L’Empire ne peut plus être que le fruit de la force de la cité romaine, de la valeur des légions, des qualités des grands hommes, tout cela dans le cadre d’un impérialisme dont on ne se donne la peine de définir ni la nature ni les besoins nouveaux qu’il sert et engendre.

91Symboliquement et concrètement, 1981 marque une étape fondamentale dans la construction d’une approche radicalement différente. C’est l’année de la publication des trois volumes intitulés Società romana e produzione schiavistica. Les communications de ce vaste colloque furent préparées par un ensemble de séminaires où se perçoit l’action dynamique et fédératrice de l’Istituto Gramsci. Ce qui les unifie, c’est le souci de transformer l’Antiquité en objets historiques : il s’agit non plus de la considérer globalement, mais, au contraire de la périodiser, de saisir des ruptures et, en particulier, de montrer qu’il n’y a pas une mais des économies antiques.

92Cette nouvelle démarche permet d’articuler des événements, des structures politiques, des idéologies et des situations économiques spécifiques, afin de constituer des objets cohérents. Ainsi, pour la première fois, on peut saisir comment l’Italie, au moment où elle devient la tête d’un Empire extraordinaire, devient aussi le cœur économique du monde méditerranéen, et cela à la suite d’une mutation profonde de l’économie péninsulaire.

93De tels débats conditionnent l’appréhension des différentes phases de l’histoire africaine, et cela de deux manières. D’abord par les acquis qui en résultent : notre meilleure connaissance de l’histoire de l’Empire ne peut que favoriser la compréhension du cas maghrébin. Ensuite d’un point de vue méthodologique : il est devenu impossible d’étudier ce dernier sans prendre en compte les données économiques et en négligeant les apports archéologiques.

  • 40 Pour un essai de réflexion sur l’histoire maghrébine prise dans la longue durée, cf. Thébert, Évolu (...)

94Ce problème de la périodisation de l’histoire maghrébine et de son articulation avec l’histoire méditerranéenne est essentiel pour notre propos. Comment analyser un monument thermal et saisir ce qu’il peut apporter à notre connaissance de l’Afrique si nous ne connaissons pas les lignes de force du contexte dont il est le produit ? D’ores et déjà, il paraît possible de mettre en valeur quelques points de repère susceptibles de servir de guide à notre enquête sur les thermes romains40.

a) La nouvelle Afrique de l’époque hellénistique

  • 41 G. Camps, Massinissa ou les débuts de l’histoire, dans Libyca, 8, 1960, p. 1-320.
  • 42 Pour une tentative d’analyse du Maghreb hellénistique, essentiellement à travers les données archéo (...)
  • 43 Ce terme est pris au sens large, englobant toute l’Afrique du Nord non punique, sans que soient dis (...)

95Pendant des siècles, les Phéniciens représentent en Afrique du Nord un monde largement à part, juxtaposé à une vaste Afrique indigène qui se situe encore dans la Protohistoire. Une rupture importante se produit lorsque ces régions s’intègrent dans le monde méditerranéen. Le fondement de cette mutation essentielle est sans aucun doute économique : elle s’ancre dans un développement de l’agriculture qui sous-tend un enchaînement de phénomènes tels que sédentarisation, essor urbain, différenciations sociales, rôle croissant des échanges41. Faute d’auteurs anciens susceptibles de nous fournir des informations cohérentes sur ce processus, nous ne commençons à le saisir, à en cerner la nature et l’ampleur, qu’à travers l’apport de l’archéologie42. Les données disponibles ne cessent de s’enrichir depuis qu’est intervenue une véritable prise de conscience de l’importance de cette période. Elles permettent d’appréhender l’intégration de la Numidie43 dans la communauté méditerranéenne, sa participation active aux rapports, commerciaux, politiques, culturels, qui relient les différentes régions évoluées de ce bassin maritime. L’aspect le plus spectaculaire, et le plus facilement reconnaissable, de ce phénomène en est la profonde hellénisation du Maghreb.

  • 44 Cf. Coarelli, Thébert, Architecture funéraire, p. 812 sq. La découverte de l’urbanisme numide d’épo (...)

96Nous n’attirerons l’attention que sur deux aspects de cette rupture radicale. Le premier concerne sa profondeur. Ce ne sont pas seulement les milieux proches du souverain qui s’hellénisent, mais l’ensemble de la population, selon des modalités propres à chaque classe44. Le second concerne le rôle de Carthage. On considère habituellement que celle-ci a joué un rôle décisif d’intermédiaire entre la Numidie et l’hellénisme. Si tel a parfois pu être le cas, il semble au contraire que la Numidie a surtout développé des relations directes avec l’extérieur, élaborant elle-même la civilisation qui lui convenait. De ce point de vue, la grande architecture funéraire numide est significative. Elle crée des types d’édifices qui ne peuvent se comprendre que par référence aux recherches grecques mais qui n’existent pas dans le domaine carthaginois. D’ailleurs, dans le cas du mausolée de Thugga, nous savons que la réalisation est uniquement le fait d’une main-d’œuvre locale.

97À une date que l’on peut grossièrement faire coïncider avec le passage du iiie au iie siècle av. n.è., il se produit donc une importante mutation de la Numidie qui associe essor économique, affirmation du système monarchique et élaboration d’une nouvelle culture qui emprunte largement à l’hellénisme. Désormais, ce n’est plus seulement la zone carthaginoise qui est profondément insérée dans le monde méditerranéen, mais toute l’Afrique du Nord. Rupture importante, car cette dernière fait désormais partie des régions modernes. On notera que ce phénomène de grande ampleur se produit hors de tout contexte de conquête ou de colonisation : ce sont les forces internes au Maghreb qui sont à l’œuvre ; ce sont elles qui dotent le pays d’une nouvelle culture.

98Cette évolution profonde crée les conditions qui rendent possible l’intégration de ces régions dans l’Empire romain, processus de très longue durée qui laisse longtemps coexister les formes politiques diverses du système provincial et des royautés indigènes. L’enracinement du Maghreb dans le monde méditerranéen en sort encore renforcé. Si, politiquement, on peut ainsi repérer une succession de ruptures correspondant à la fin de l’indépendance des divers royaumes africains, il serait beaucoup plus difficile d’identifier de tels changements en ce qui concerne la vie économique, sociale ou culturelle. Au contraire, ces événements politiques garantissent la poursuite de l’évolution si spectaculairement amorcée durant la période hellénistique. Quant à ce qui touche directement à notre propos, le phénomène urbain d’époque romaine s’enracine résolument dans les réalités qui s’étaient mises en place antérieurement. L’intégration dans l’Empire ne fait qu’amplifier le mouvement d’urbanisation et faciliter l’enrichissement du paysage urbain. En particulier, il est évident que les contacts étroits et directs qui existent désormais entre l’Afrique et l’Italie ne sont pas sans conséquence pour la mise en place des thermes africains. Encore faut-il se souvenir que ce nouveau contexte n’est que le fruit de l’intensification de réalités antérieures : dès l’époque hellénistique, l’importance des relations unissant le Maghreb et la péninsule italique est démontrée par l’abondance du matériel provenant de cette dernière.

b) L’Afrique, puissance méditerranéenne : Karthago Alexandria Commodiana Togata45

  • 45 La propagande officielle entérine ce basculement des épicentres économiques et culturels, en émetta (...)

99En fait, pour retrouver une scansion importante de l’histoire africaine, il faut attendre la seconde moitié du iie siècle de n.è. C’est en effet le moment où l’Afrique, essentiellement sa partie orientale, devient le pôle majeur de l’économie méditerranéenne. Cela est le résultat d’un essor dont les prémices se discernent dès l’époque flavienne, mais qui ne s’amorce vraiment qu’au début du iie siècle et qui ne prend une forme spectaculaire que durant la seconde moitié de ce siècle. La circulation du matériel africain trahit l’importance du phénomène : céramique fine, amphores essentiellement destinées au transport de l’huile envahissent les deux bassins de la Méditerranée, révélant l’ampleur de courants commerciaux qui concernent bien d’autres produits moins susceptibles de laisser des traces.

  • 46 Pour l’ordre équestre, l’étude de S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, collectio (...)

100La portée de cette rupture est confirmée par le fait que cette histoire économique s’accompagne d’une évolution politique strictement parallèle. C’est également au cours du iie siècle que la présence des Africains s’affirme au sein des ordres équestre et sénatorial46.

  • 47 Au sein même de l’Afrique orientale, il serait possible d’esquisser une périodisation fondée sur le (...)

101Ces changements, progressifs mais extrêmement profonds, aboutissent ainsi à une rupture qui place l’Afrique en position hégémonique, du moins, rappelons-le, sa partie orientale, car si la prospérité paraît être un phénomène général, cet essor remarquable s’accompagne cependant de forts contrastes régionaux47.

c) L’Afrique vandale : Felix Karthago48, permanences et rupture

  • 48 Légende de monnaies frappées sous Hildéric, dans la troisième décennie du vie siècle : cf. C. Diehl (...)

102Cette émergence de l’Afrique comme un des centres de gravité principaux de l’Empire crée une situation d’une importance extrême qui est destinée à survivre, au moins un certain temps, à cet Empire. Ce serait privilégier excessivement l’événementiel, et accorder une importance trop grande à la dichotomie Romains/Barbares, que de considérer l’avènement de la puissance vandale à Carthage comme une catastrophe marquant la disparition brutale d’un monde.

103L’épisode n’en est pas pour autant dénué de signification. Si l’on se place du point de vue de Rome, il s’insère dans une série d’événements qui ne signent rien moins que la fin de l’Empire occidental. De fait, il s’agit d’une étape importante dans un long processus que l’on peut chronologiquement encadrer par deux faits hautement symboliques, la prise de Rome en 410 par Alaric et le renvoi des ornements impériaux à Constantinople par Odoacre en 476. Après avoir perdu sa suprématie économique quelques siècles auparavant, l’Italie cesse aussi définitivement d’être le siège du pouvoir.

  • 49 Un des premiers chercheurs à avoir inversé ce jugement sur l’Afrique vandale est C. Saumagne, auteu (...)

104En revanche, si spectaculaire soit-elle, la péripétie de la chute de Carthage ne bouleverse pas immédiatement les réalités africaines. Une approche économique de la question permet de constater que les deux grands axes qui structurent la Méditerranée au ive siècle, à savoir ceux qui unissent Carthage à Rome et à Constantinople, gardent toute leur importance. D’une manière générale, la partie orientale de l’Afrique continue à exercer son primat sur le bassin occidental de la Méditerranée et à entretenir des échanges dynamiques, et sans doute largement réciproques, avec les régions orientales les plus actives. La coupure politique, préparée par des troubles multiples, ne se lit pas au niveau économique49.

  • 50 Panella, Merci e scambi, p. 653-654.

105Contrairement à une tradition historiographique solidement implantée, les Vandales ne provoquent donc nullement la ruine de l’Afrique. Cependant, il n’est pas non plus en leur pouvoir d’interrompre les mutations qui caractérisent une longue période fort agitée durant laquelle tout l’équilibre méditerranéen est l’objet d’une progressive redéfinition, quant à ses pôles, mais aussi quant à sa nature, en particulier pour ce qui est de l’intensité des échanges qui le parcourent. On assiste à un développement de l’autoconsommation et à une rétractation générale des activités par rapport à ce qu’avait pu être le niveau atteint par l’économie des siècles précédents. La radicale diminution de population de Rome dans la seconde moitié du ve siècle en est une illustration : même si ce cas précis est directement lié aux événements politiques, il n’en est pas moins symptomatique d’un changement général de situation, qu’il contribue d’ailleurs à accélérer. L’éclatement de l’État romain affaiblit considérablement les bases d’une intense activité productrice et marchande50.

  • 51 Panella, ibid., p. 648-654.

106Dans ce contexte, on peut comprendre les données contradictoires dont nous disposons sur l’économie africaine durant la seconde partie de la domination vandale51. Elles nous fournissent des signes clairs de rétractation des exportations, par exemple au niveau de la circulation méditerranéenne des amphores. Inversement, d’autres produits, telles la céramique fine et les lampes, attestent le maintien du Maghreb comme pôle essentiel de cette mer, en particulier en Occident mais aussi en Orient où l’axe Carthage-Constantinople reste un élément majeur de l’organisation économique du monde méditerranéen.

  • 52 A. Carandini (SRIT, p. 9-10) place en cette période le moment où l’Afrique, trois siècles environ a (...)

107Autrement dit, il se produit bel et bien un basculement important de l’état de la Méditerranée dans la période qui couvre la fin du ve et la première moitié du vie siècle52. Cela ne peut qu’influer profondément sur la nature de la puissance économique africaine, mais cette rupture advient sous les Vandales, et non pas à cause des Vandales, comme le prouve le fait que ces changements se produisent à l’échelle de la Méditerranée. Dans ce cadre déprimé, le Maghreb reste le grand pôle occidental, et un des points centraux de l’ensemble méditerranéen.

d) L’Afrique byzantine

108Cette approche permet de comprendre la suite de l’histoire africaine. Nous avons, par ailleurs, insisté à plusieurs reprises sur le fait que les événements politiques dénommés « conquête » byzantine, puis « conquête » arabe, ne trahissent nullement le triste sort d’un Maghreb dans un état de ruine de plus en plus avancé et, une fois de plus, totalement privé du contrôle de son destin. Bien au contraire, on constate chaque fois que l’Afrique s’intègre dans l’ensemble politique le plus dynamique, parce qu’elle a besoin de cette intégration pour préserver ce qui subsiste de sa puissance, inversement aussi parce que la puissance dominante a besoin de s’intégrer le pôle majeur que reste le Maghreb. L’axe économique Carthage-Constantinople fonde les opérations militaires de Bélisaire et constitue une des réalités essentielles de l’Afrique byzantine.

  • 53 Panella, ibid., p. 654-680.

109Néanmoins, le processus qui s’est engagé à l’époque vandale se poursuit53. Dans ce contexte de rétractation, il est significatif de noter que les produits africains conservent une capacité de diffusion essentiellement vers les régions orientales ou vers des zones proches du Maghreb et elles aussi intégrées au système byzantin : dans un Occident en pleine régression, l’Afrique se tourne naturellement vers un système politique qui est devenu l’unique héritier du prestigieux Empire romain au sein duquel l’Afrique avait construit sa puissance. Il n’en reste pas moins que le viie siècle paraît marquer un nouveau recul de l’ampleur du grand commerce méditerranéen. Si l’Afrique reste le grand pôle occidental, elle n’échappe pas à cette évolution.

  • 54 C’est ce que nous avons tenté de souligner dans Thébert, Biget, Histoire maghrébine. Ainsi que l’in (...)

110L’évaluation plus précise de la nature exacte de cette rétractation est sans doute une des grandes tâches qui attendent les chercheurs s’intéressant au Maghreb. Il paraît hors de doute que la rupture de la seconde moitié du ve siècle, bien lisible à travers le resserrement notable des échanges, continue à imposer sa marque à l’Afrique byzantine. Mais cette appréhension de réalités économiques désormais bien différentes de ce qu’elles furent dans le cadre de l’Empire romain ne doit pas masquer un autre fait essentiel, à savoir la permanence du Maghreb comme pôle méditerranéen majeur54.

111Tout un ensemble d’indices, dont la signification exacte est souvent difficile à évaluer, montrent en effet que ces contrées restent fort éloignées de l’état d’autoconsommation dominante qui caractérise désormais d’autres régions. Elles sont encore un des centres vitaux d’un monde où les échanges, la commercialisation des produits, demeurent une réalité, d’un monde où l’horizon n’est pas drastiquement borné. Cela est illustré par l’exemple de la sigillée claire D, dont la présence en Orient reste remarquable jusqu’en plein viie siècle et semble trahir la permanence d’exportations de grains, ou encore, et cette fois en sens inverse, par l’importante présence d’amphores orientales à Carthage.

  • 55 R. Guéry, C. Morrisson, H. Slim, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga, III, Le tré (...)

112Cependant, la situation interne de l’Afrique mérite autant d’attention que les manifestations de sa présence sur les marchés externes, ces deux réalités étant évidemment inséparables. Nous ne ferons que deux remarques. La première concerne l’état monétaire de la partie orientale du Maghreb jusqu’à la veille de la « conquête » arabe. La découverte récente d’un trésor du milieu du viie siècle à Rougga a permis de souligner la force du lien Afrique-Constantinople, la vitalité de la production de l’atelier de Carthage et, plus globalement, la monétarisation encore forte de l’économie africaine, données qui ne paraissent pas permettre de dresser un tableau excessivement pessimiste de la situation économique de ces régions55.

  • 56 Sur cette question des récits arabes, cf. en dernier lieu A. Mrabet, L’état économique de l’Afrique (...)

113La seconde remarque concerne ce que les textes arabes nous apprennent de l’état de l’Afrique byzantine. Leur interprétation est certes délicate : ils nous donnent cependant l’image d’une Afrique encore fortement monétarisée, ce que confirme l’archéologie. Ils nous décrivent aussi une agriculture qui, dans bien des secteurs, même si des contrastes régionaux existent, reste, elle aussi, très prospère56.

e) Les premiers siècles de l’Afrique arabe

  • 57 Ce mythe invasionniste est encore violemment défendu. Cf. X. de Planhol, Les nations du Prophète, P (...)

114La question des débuts de la période arabe apparaît encore plus incertaine. La conception traditionnelle, longtemps pesamment dominante, assimilait la ruine d’une Afrique déjà malade à la « conquête vandale », accordait peu de crédit à une « renaissance » byzantine et faisait définitivement disparaître l’Afrique de l’avant-scène de l’histoire avec l’apparition des Arabes, l’ultime coup de grâce étant donné par les « invasions hilaliennes »57. D’ores et déjà, nous savons que les ruptures profondes doivent être situées différemment et qu’elles ne correspondent pas forcément aux épisodes militaro-politiques. Un changement radical se produit sous les Vandales, et non à la suite de l’arrivée des Vandales. Le jugement exact qu’il faut porter sur l’Afrique byzantine, reste largement à élaborer. Néanmoins, on peut déjà certifier que l’idée d’une renaissance est exclue, pour deux raisons contradictoires : d’abord, il n’y a jamais eu ruine violente de l’Afrique ; ensuite les conditions générales du monde méditerranéen ne permettent plus un retour à la prospérité antérieure. Tout doit être pensé autrement, dans le cadre d’une délicate articulation entre les idées de rupture et de continuité au sein de laquelle les causes profondes de l’histoire sont autres que politiques.

  • 58 Cf. notre analyse du matériel fourni par le site de Bulla Regia dans Broise, Thébert, Thermes memmi (...)
  • 59 Cf. Daoulatli, ibid. À côté de cette céramique de luxe, on notera l’émergence d’une céramique non d (...)

115Si, pour le début de la période arabe, nous tentons de poursuivre la réflexion en nous fondant sur les études céramologiques, qui ont tant apporté à la compréhension de l’histoire méditerranéenne des siècles antérieurs, nous nous trouvons en présence de données qui, dans l’état actuel de leur élaboration, sont très difficiles à interpréter. D’un côté, nous avons des signes de changements notables : le plus spectaculaire est la fin de la production de la sigillée claire dont la fortune méditerranéenne, en servant de colorant aux échanges économiques, a incarné pendant des siècles la puissance de l’Afrique. D’un autre côté, la permanence de la fabrication et de la diffusion de la lampe dite « africaine classique », créée à l’articulation des ive et ve siècles, paraît bien indiquer que l’Afrique n’a pas brusquement basculé dans un autre monde. La progressivité des changements nous paraît même démontrée par un phénomène général sur les sites africains, à savoir l’absence d’une céramique typiquement arabe attribuable au viiie siècle. Alors même que la disparition de la sigillée claire laisse un espace important au sein de la céramique fine de table, rien ne semble venir le combler, ni importations, ni fabrications locales nouvelles, et nous pourrions élargir cette réflexion à l’ensemble de la céramique : que ce soit dans les produits de luxe ou semi-luxe ou dans le cadre du matériel de la vie quotidienne, aucun tesson n’est attribuable à une production nouvelle au cours du viie-viiie siècle. La rupture céramologique apparaît très décalée par rapport aux réalités politiques58. Le tableau change complètement dès le ixe siècle, à partir duquel importations et productions locales révèlent un changement radical de la nature du matériel59. Ces remarques sur la céramique suffisent à montrer que l’Afrique n’est pas devenue une région inactive. Le retard de l’étude de ce type de matériel d’époque arabe ne permet cependant pas encore, contrairement à ce qui se fait pour les époques antérieures, de bien identifier les circuits commerciaux, et, surtout, faute d’études quantitatives, de cerner l’ampleur réelle de ces derniers. C’est pourquoi, afin d’intégrer dans une scansion de l’histoire maghrébine les premiers siècles de l’époque arabe, il nous paraît logique de suivre un autre fil directeur, qui peut lui aussi être extrêmement significatif, à savoir celui de l’histoire urbaine.

116Auparavant, si nous résumons les éléments de réflexion qui viennent d’être exposés et qui privilégient l’évolution économique, nous pouvons dégager quelques périodes décisives qui organisent l’histoire africaine et l’articulent avec celle de la Méditerranée :

  • Émergence de l’Afrique, et non plus seulement de la zone carthaginoise, comme secteur développé du monde méditerranéen au cours du iie siècle av. n.è.

  • Seconde moitié du iie siècle de n.è. : l’Afrique devient la province occidentale majeure, et un des pôles essentiels, sinon le pôle essentiel, du monde méditerranéen.

  • Fin ve-première moitié du vie siècle : la rupture est fondamentale pour la Méditerranée, dans la mesure où elle signe le renversement d’une situation économique caractérisée pendant des siècles par l’importance de la commercialisation des produits et de leur transport sur de longues distances. Dans ce cadre général de rétractation de l’économie marchande, l’Afrique est, au premier chef, concernée par le retournement de situation. Mais un autre aspect capital de cette rupture est le fait que le Maghreb n’est pas touché par une crise aussi radicale que celle qui, trois siècles auparavant, avait frappé la péninsule italique. Il reste le cœur de l’Occident et une des pièces maîtresses de la nouvelle économie méditerranéenne.

  • La nature de l’Afrique byzantine et de celle des premiers siècles arabes est conditionnée par cette rupture du début du vie siècle, mais il reste difficile d’évaluer, au-delà des disparités régionales, l’état réel des pays africains.

f) Apport des études urbaines à une périodisation de l’histoire africaine

117Dans ces conditions, l’étude de l’histoire urbaine en général, et de l’évolution des paysages urbains en particulier, est d’un double intérêt. D’abord, elle peut compléter les données essentiellement économiques que nous avons utilisées ci-dessus, en particulier pour les périodes où celles-ci sont encore bien lacunaires. Ensuite, elle peut révéler une chronologie spécifique, susceptible d’entretenir certains décalages avec les lignes de l’évolution générale du pays, ou, inversement, conforter cette dernière.

118Nous ne reviendrons pas sur l’époque hellénistique, puisque nous avons déjà souligné comment la grande mutation que connaît alors l’ensemble de l’Afrique comporte une diffusion parallèle du phénomène urbain en des contrées où il restait inconnu. Nous n’insisterons pas non plus sur l’importance du iie siècle et de la période sévérienne dans la mise en place de la cité romaine classique, ni sur la question du iiie siècle, ni encore sur la vitalité urbaine désormais bien attestée au ive siècle. Ce sont là des questions déjà suffisamment connues pour servir de cadre à l’analyse des thermes. Il faudra voir comment l’histoire de ces bâtiments s’insère dans celle des villes et est susceptible de l’enrichir.

119Nous voudrions simplement ici rappeler quelques conclusions qu’il nous avait semblé possible de tirer des études urbaines pour les périodes vandalo-byzantine et arabe.

  • 60 À notre avis, il serait vain d’ériger la religion chrétienne en moteur de ces transformations radic (...)

120Un premier point nous paraît fondamental et conditionne l’étude des thermes. Il s’agit de la profonde mutation de la nature des villes. C’est un phénomène progressif, qui ne doit rien aux épisodes militaires, mais qui aboutit à l’émergence d’un système urbain radicalement nouveau. La cité antique classique est polycentrique, riche d’une large gamme de monuments aptes à accueillir des activités complexes. Elle fait place à une cité simplifiée, essentiellement bipolaire, au sein de laquelle les espaces publics incarnent désormais d’une part l’image du pouvoir central, en particulier par le biais des fortifications qui ne peuvent être érigées que sous l’égide de l’Empereur, d’autre part l’image du pouvoir ecclésiastique qui constitue dorénavant une des composantes essentielles de l’État. Dès lors, l’espace urbain, délimité et protégé par le pouvoir politique, est principalement scandé par la démultiplication, sous des formes diverses et hiérarchisées, des lieux sacrés60.

  • 61 Les arguments détaillés sont exposés dans Thébert, Permanences et mutations, et Id., Évolution urba (...)

121La mise en place de cette nouvelle cité, que l’on peut qualifier de médiévale, ne fait que s’amorcer à l’extrême fin du ive siècle. C’est au cours de l’époque vandale que s’affirment les nouveautés, à travers la désaffectation ou la transformation d’anciens bâtiments et à travers la construction de nouveaux édifices. L’époque byzantine ne correspond qu’à l’achèvement de ce processus. Nous retrouvons donc une chronologie tout à fait parallèle à celle qui se dégage d’une approche économique, avec l’importance de la période fin ve-début vie siècle61.

  • 62 En tenant compte de toutes les nuances nécessaires (cf. H.-I. Marrou, Décadence romaine ou antiquit (...)

122Ce ne sont pas seulement les chronologies qui se recoupent. La nature même des phénomènes est identique. D’un côté, nous avons une coïncidence entre la fin de l’Antiquité et une régression des forces productives. À cette décadence économique correspond, de l’autre côté, un déclin urbain, avec un appauvrissement considérable des éléments de base des paysages citadins, véritable simplification du vocabulaire architectural qui s’accompagne d’un phénomène généralisé de rétractation des superficies urbanisées62.

  • 63 Nous maintenons donc l’analyse que nous avions exposée dans Évolution urbaine, p. 120 : « Dans l’ét (...)

123Mais ces deux décadences parallèles, et intimement liées, ne doivent pas masquer une autre réalité fondamentale, à savoir que ces déclins ne sont pas proprement africains : ils s’inscrivent dans un cadre méditerranéen. Bien plus, l’Afrique fait partie des régions relativement épargnées par cette crise générale et en Occident même, elle reste le pôle majeur. Ce qui subsiste du dynamisme antérieur se concentre par excellence dans ces pays. Nous venons de le dire en examinant les problèmes sous l’angle économique. On ne peut que le confirmer à travers la documentation urbaine : l’ampleur du remodelage des cités, souvent à travers des programmes de construction ambitieux, interdit de lire ces changements seulement en terme de faiblesse. Ce jugement équilibré ne vise pas à masquer les ruptures, il a seulement pour but d’originaliser l’Afrique dans l’évolution générale de l’Occident pour lequel la réalité de la crise est sans commune mesure63.

  • 64 Thébert, Évolution urbaine, p. 120 sq. et, surtout, Thébert et Biget, Histoire maghrébine, en parti (...)
  • 65 Avant l’essor de l’Europe occidentale à partir du xie siècle, de telles expériences urbaines ne tro (...)

124Cette analyse nous paraît impliquer la nécessité de poursuivre l’enquête au-delà de la « conquête » arabe, mais elle donne aussi les moyens de cette prolongation chronologique de la recherche. Beaucoup d’études considèrent que ces événements militaires constituent une véritable rupture. Nous ne le pensons pas64. D’abord, la nature de la ville « arabe » est parfaitement semblable à celle de la ville vandalo-byzantine. Dans les deux cas, il s’agit d’une cité médiévale, essentiellement bipolaire, la Qasba et les mosquées étant simplement substituées aux forteresses antérieures et aux églises. Ensuite, cette spectaculaire simplification de l’expression monumentale des fonctions urbaines, qui n’est elle-même qu’un reflet de l’appauvrissement de ces fonctions, de la capacité de la ville à offrir des services, ne doit pas masquer le maintien d’un dynamisme urbain encore bien plus remarquable qu’à l’époque vandalo-byzantine. Où, en Occident, pourrait-on trouver l’équivalent de grandes réalisations urbaines telles que celles de Tunis et Kairouan dès le viie siècle, de Sousse au ixe siècle, ou encore de Rabat au xiie siècle65 ? La disparition, au demeurant progressive, de certains centres vénérables ne signale en rien une crise profonde mais un remodelage radical de l’armature urbaine maghrébine qui témoigne, à lui seul, de la vitalité de ces régions.

125Nous ne revenons pas ici sur des analyses développées par ailleurs : prenant en considération non seulement ces données urbaines, mais aussi, au-delà de mythes tels que celui des invasions hilaliennes ou celui de la domination des cadres tribaux, l’éclairage que fournit l’étude des structures étatiques, elles permettent de cerner l’existence d’un grand Maghreb, intégré dans le monde arabe d’une façon parfaitement logique puisque ce dernier constitue désormais la grande puissance du secteur méditerranéen et bien au-delà. On constate ainsi que cette région reste le pôle dominant d’un bassin occidental dont les secteurs les plus développés gravitent dans son orbite, et cela jusqu’à une date que l’on peut placer vers le milieu du xiiie siècle, c’est-à-dire à la fin de la dynastie almohade. Nous sommes alors en présence d’une rupture majeure, où les rapports entre le Sud et le Nord s’inversent. Le Maghreb connaîtra encore, dans l’une ou l’autre de ses composantes, des périodes brillantes, mais globalement, il entre en stagnation et même en crise alors que les pays de la rive Nord accentuent un essor vigoureux amorcé aux environs de l’an mille et constituent désormais le centre de gravité du bassin occidental de la Méditerranée, si ce n’est même de la Méditerranée tout entière.

126Cette conception repose essentiellement sur l’analyse du phénomène urbain, mais il serait bien étrange que celui-ci ne soit pas le reflet direct de l’état général de l’Afrique du Nord. C’est pourquoi nous proposons d’identifier cette longue période durant laquelle, selon des modalités diverses, le Maghreb constitue un des pôles essentiels du monde méditerranéen. Elle s’étend de la fin du iie siècle au milieu du xiiie siècle, la fin de la dynastie almohade signant définitivement la disparition d’un Maghreb puissant et unifié.

127L’appréhension de ce long millénaire a pour principal intérêt d’attirer l’attention sur un rythme historique bien différent de celui élaboré par ce qui fut longtemps l’historiographie dominante. Celle-ci reposait sur l’image d’une Afrique du Nord structurellement affaiblie par d’éternels conflits opposant tribus et États, sédentaires et nomades, villes et campagnes, minorité d’envahisseurs et masse berbéro-indigène. Ainsi était construite l’image d’un Maghreb faible, ruiné par ses divisions internes permanentes et par les pillages commis par des conquérants qu’incarnaient par excellence les Hilaliens, sorte de barbares nomades et, qui plus est, arabes. Dans ce contexte, l’Afrique n’était prospère que lorsqu’elle était gérée par des civilisateurs, Rome puis la France.

128Cette histoire coloniale, qui a laissé beaucoup de traces même dans la réflexion de chercheurs qui se situent hors d’elle, impose donc une scansion de l’histoire maghrébine qui masque l’existence d’un grand Maghreb, de l’époque sévérienne aux premiers siècles du Moyen Âge, et telle est sa fonction. Il nous paraît essentiel, pour notre propos, de construire une autre approche, car elle nous révèle que, pendant des siècles, c’est par excellence en Afrique que l’on peut s’attendre à trouver les réalisations les plus remarquables, et cela dans tous les domaines, y compris, bien entendu, dans celui des réalisations architecturales.

129Insister sur ce long millénaire de puissance maghrébine ne consiste cependant pas à tenter de lire l’histoire de ces régions uniquement en terme de continuité. Cette époque tire son unité de la place que l’Afrique occupe alors dans le monde méditerranéen. En revanche, les modalités selon lesquelles elle exerce cette domination, la nature même de son organisation interne, varient profondément durant cette longue période. Tout le contexte méditerranéen se modifie radicalement et l’Afrique n’est évidemment pas à l’écart de ces mutations. L’étude des thermes peut être un moyen de progresser dans l’analyse de celles-ci.

Notes

1 Nielsen, Thermae, p. 25

2 Ead., ibid., p. 37 et p. 60, où il est affirmé que «the most important instrument of romanization was urbanization», ou encore qui souligne le rôle de l’armée et, plus généralement, des groupes qui « introduisent » les thermes dans les diverses régions. Toutes ces idées procèdent d’une conception selon laquelle la diffusion d’une culture est avant tout le fait de l’élément qui en est détenteur.

3 Nous présentons ici, de façon coordonnée mais simplifiée, une démarche exposée et utilisée dans plusieurs études. Elle est caractérisée par la préoccupation de replacer les questions politiques, militaires ou culturelles dans leur contexte méditerranéen, sans morceler celui-ci par un découpage régional érigé en grille de lecture essentielle, mais en privilégiant au contraire les liens qui fondent une véritable entité méditerranéenne bien saisissable au niveau culturel ainsi qu’au niveau politique lorsque s’affirme l’Empire romain.
Après une première approche des questions africaines à travers l’étude d’un cas précis (Y. Thébert, La romanisation d’une cité indigène d’Afrique : Bulla Regia, dans MEFRA, 85, 1973, p. 247-312), nous avons tenté de construire une vue d’ensemble de ces problèmes dans Romanisation et déromanisation en Afrique : histoire décolonisée ou histoire inversée ?, dans Annales ESC, 33, 1978, p. 64-82, avec les réponses de M. Bénabou (p. 83-88) et P. Leveau (p. 8992). On notera l’écho de ce débat dans Dial. arch., 1982, p. 102-106 (R. Sheldon, Romanizzazione, acculturazione e resistenza : problemi concettuali nella storia del Nordafrica) et p. 107-113 (E. Fentress, La vendetta del Moro : recenti ricerche sull’Africa romana).

4 P. Marthelot, Ethnie et région : le « phénomène » berbère au Maghreb, dans Actes du premier congrès d’études des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère, Alger, 1973, p. 465-474.

5 C.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord. Tunisie, Algérie, Maroc des origines à la conquête arabe (647 ap. J.-C.), Paris, 1ère éd., 1952; 2e éd., mai 1968, revue et mise à jour par C. Courtois, p. 49. On trouvera une application caricaturale de cette approche dans A.-G. Hamman, La vie quotidienne en Afrique du Nord au temps de Saint Augustin, Paris, 1979, ouvrage pour lequel nous renvoyons à notre compte rendu paru dans Annales ESC, 35, 1980, p. 958-960.

6 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, en particulier p. 104-125.

7 Sur ce thème, cf. Marthelot, article cité à la note 4, ainsi que P. Leveau, L’opposition de la montagne et de la plaine dans l’historiographie de l’Afrique du Nord antique, dans Annales de géographie, 1977, p. 201-205, ou encore La montagne dans l’Antiquité, Actes du colloque de la SOPHAU, Pau, mai 1990, G. Fabre éd., PUP, Pau, s.d., en particulier les communications de P. Leveau, M. Sartre et P. Cabanes.

8 Un tableau de ce monde montagnard du Haut-Atlas, déjà en voie de décomposition, est brossé par J. Dresch dans le Guide alpin de la montagne marocaine. Le massif du Toubkal, Office chérifien du tourisme, 1938 (reproduit dans J. Dresch, Un géographe au déclin des empires, F. Maspéro/Hérodote, Paris, 1979, p. 39-71), ainsi que dans Documents sur les genres de vie de montagne dans le massif central du Grand Atlas, Publications de l’Institut des hautes études marocaines, 35, Tours, 1941. On se référera aussi à J. Berque, Structures sociales du Haut-Atlas, Paris, 1955 (voir aussi le complément par J. Berque et P. Pascon, Retour aux Seksawa, dans l’édition de 1978).

9 Les géographes jouent évidemment un grand rôle dans la réflexion sur la façon dont s’articulent données géographiques et historiques. L’approche de J. Despois, largement inspirée de celle de E. F. Gautier (Géographie et histoire en Afrique du Nord. Retouches à une thèse, dans Éventail de l’histoire vivante, Hommage à Lucien Febvre, I, Paris, 1953, p. 187-194), est fondée sur le « rôle négatif » joué par « le nomade redoutable par sa mobilité et le montagnard inaccessible dans ses hauteurs ». On lui opposera, et lui préférera sans hésitation, les fines analyses de J. Dresch, par exemple Remarques sur l’homme et la dégradation des écosystèmes naturels au Maghreb, dans La pensée, 252, 1986, p. 89-95.

10 L’ouvrage de P. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, collection de l’EFR, 70, Rome, 1984, est d’autant plus significatif de ce mode de raisonnement qu’il a été publié postérieurement à des débats qui avaient clairement posé les problèmes, et auxquels l’auteur fait allusion (p. 476 et note 55). S’inscrivant dans la ligne des analyses de C. Courtois, il souligne « le clivage entre ville romaine et campagne indigène » (p. 487), « l’équivalence entre Romains et citadins, indigènes et paysans » (p. 505). Dès lors, la référence à « un modèle colonial au sens moderne de ce terme » devient inévitable.

11 Pour une analyse plus développée de cette question, cf. Y. Thébert, Réflexions sur l’utilisation du concept d’étranger : évolution et fonction de l’image du barbare à Athènes à l’époque classique, dans Diogène, 112, 1980, p. 96-115. Par exemple, la notion de barbare qui domine au ve siècle, et qui est évidemment le fruit de la réflexion athénienne, est parfaitement explicite : cette nouvelle géographie idéologique épouse étroitement les contours de l’empire athénien, plaçant Athènes au cœur du monde grec et en excluant ses principaux rivaux, à commencer par Sparte. Ce qui nous importe ici, c’est que ces réflexions grecques relèvent donc de la propagande, non d’une approche scientifique du monde : elles ne peuvent en rien cautionner la démarche intellectuelle consistant à privilégier l’existence de blocs ethniques, ou de « peuples ».

12 Y. Thébert, Legioni e lotta di classe, dans Storia e dossier, 36, 1990, p. 6-9 ; Id., Nature des frontières de l’Empire romain : le cas germain, dans Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, A. Rousselle éd., PUP, 1995, p. 221-235.

13 Les épisodes italiens de la seconde guerre punique sont révélateurs de cette réalité. Si Rome a conquis la péninsule, au sens moderne du mot conquête, les victoires carthaginoises doivent faire voler le système en éclats, cela d’autant plus qu’Hannibal utilise, de façon parfaitement explicite, le thème de la liberté de l’Italie. Pourtant, les défections ne prennent quelque ampleur que chez les socii, et quasiment toutes s’inscrivent dans un contexte bien précis, celui de luttes politiques et sociales où les démocrates, hostiles aux élites locales, parviennent provisoirement à imposer leur point de vue. Cela a été parfaitement perçu par Tite-Live (XXIX, 4). Malgré les négations de C. Nicolet, dont les arguments reposent sur une interprétation pour le moins discutable des textes (Rome et la conquête du monde méditerranéen, 2, Paris, 1978, p. 617-618), ce clivage fondamental sert de base à la plupart des tentatives, réussies ou non, de défection. De fait, le texte de Tite-Live suffit à faire saisir la nature de ce phénomène par exemple à Capoue, Nole, Locres, Crotone, Casilinum, Syracuse, Enna, Tarente... On y trouve aussi un épisode hautement significatif : pour tendre un piège, Hannibal fabrique des lettres où les notables de Métaponte promettent de livrer la ville aux Romains (XXVII, 16). Bien entendu, ces derniers, sans hésitation, les croient authentiques.

14 On comparera l’approche que nous proposons ici à la conclusion apportée par C. Nicolet aux deux volumes sur Rome et la conquête du monde méditerranéen (Paris, 1978, p. 883 sq.). Les nuances, parfois importantes, entre ces deux tentatives d’explication de l’Empire romain apparaissent bien tant à propos de la conception de la conquête, pensée avant tout par C. Nicolet en termes de moyens (p. 919), qu’en ce qui concerne les limites géographiques de cette expansion, conçues avant tout en termes d’épuisement de ces moyens (p. 920). On peut aussi se référer à la réponse faite par G. Clemente à notre intervention dans Storia e dossier, 36, 1990, p. 9-11, où il privilégie, pour comprendre la création de l’Empire, la force militaire de Rome.

15 Cf. J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, BEFAR, 271, Rome, 1988, en particulier p. 223-494. L’auteur montre comment l’hégémonie romaine se fonde « sur l’adhésion d’une majorité des classes dirigeantes... » (p. 347), adhésion qui repose sur la garantie d’un ordre social fragile et sur des formes d’association qui exclut que Rome abuse de son pouvoir. Sinon, pour reprendre un thème développé par les auteurs anciens, cet appétit de domination assimilerait les Romains aux Athéniens ou aux Lacédémoniens, et aurait les mêmes conséquences, à savoir l’effondrement de l’Empire. Comme l’a montré J.-L. Ferrary, cette analyse de la nature du système romain et des conditions de sa survie est aussi celle d’historiens et philosophes grecs favorables à Rome, qu’il s’agisse de Polybe, Panetius ou Posidonius.

16 Les raisons de la destruction de Carthage, qui fut l’objet de tant de méditations dès l’Antiquité, nous paraissent avoir été définitivement explicitées par G. Picard, Vie et mort de Carthage, Paris, 1970, p. 284-296. Tout comme dans le cas de Corinthe, détruite la même année, il s’agit de purger un foyer révolutionnaire et, par la violence des actes, de terroriser tous ceux qui, dans le bassin méditerranéen, pourraient être tentés de succomber à la contagion. La nature de la 3e guerre punique diffère radicalement de celle des deux précédentes, et les nobles carthaginois n’avaient pas caché aux représentants du pouvoir romain leur inquiétude devant l’évolution de la situation politique dans leur cité.
Le mystérieux discours du consul Censorinus, qui transmet aux Carthaginois et commente la décision sénatoriale de transférer leur cité à 80 stades à l’intérieur des terres, est désormais éclairé par le rapprochement, opéré par G. Picard, avec un passage de Platon (Lois, IV, 704 sq.) : les deux textes se superposent parfaitement. Cet apparent point de détail met en évidence deux choses. D’abord le souci du Sénat de lutter contre « l’infection » qu’apporte la mer, c’est-à-dire contre les « classes dangereuses » qui naissent des activités autres que rurales. Ensuite les césures qui parcourent la cité punique face à cette agitation révolutionnaire et qu’illustre Clitomaque, platonicien carthaginois. De fait, jamais ce dernier ne condamne la destruction de sa cité d’origine : son type de pensée était le même que celui de toute une partie des sénateurs. J.-L. Ferrary (ouvrage cité à la note 15, p. 429 sq.) a parfaitement raison de souligner que, contrairement à ce qui est généralement admis, rien ne permet d’affirmer que Clitomaque a dédié à Censorinus son ouvrage sur le probabilisme de l’Académie avant 149, c’est-à-dire avant le rôle joué par ce dernier dans le déclenchement de la 3e guerre punique. Leur communauté d’intérêts, intellectuels et autres, était bien trop grande pour que cet « épisode » puisse altérer leurs relations.

17 M. Dubuisson, Y a-t-il une politique linguistique romaine ?, dans Ktèma, 7, 1982, p. 187-210. Ce qui caractérise l’Empire, et l’Italie même, c’est la mosaïque de langues dont la nature évolue sous l’action non de Rome mais des provinciaux eux-mêmes. L’adoption de plus en plus large du latin est leur fait. Cette importance décisive des facteurs internes caractérise, comme nous le verrons, tous les phénomènes culturels dans le monde antique.

18 M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976, p. 257. Dans ce même passage, avant d’aborder toutes les questions liées à « la résistance culturelle », l’auteur écrit : « Encore faut-il d’abord être sûr qu’il y ait eu, de la part des Romains, une volonté consciente de romanisation culturelle ». Dans cette démonstration nécessaire, le texte de Tacite joue un rôle décisif mais représente une base bien mince, et d’autant plus fragile que son interprétation au premier degré est fort discutable. Nous avons déjà souligné cela (Annales ÉSC, 1978, p. 72) en considérant ce document comme de nature essentiellement morale. M. Bénabou a estimé que c’était une façon de se débarrasser « à trop bon compte d’un témoignage de poids » (ibid., p. 87). Nous revenons donc ici, de façon plus approfondie, sur ce « témoignage ».

19 Agricola, XXI, traduction de P. Grimal (Tacite, Oeuvres complètes, Paris, 1990).
Sequens hiems saluberrimis consiliis absumpta. Namque, ut homines dispersi ac rudes eoque in bella faciles quieti et otio per voluptates assuescerent, hortari privatim, adjuvare publice, ut templa fora domos exstruerent, laudando promptos et castigando segnes ; ita honoris aemulatio pro necessitate erat. Jam vero principum filios liberalibus artibus erudire, et ingenia Britannorum studiis Gallorum ante-ferre, ut, qui modo linguam Romanam abnuebant, eloquentiam concupiscerent. Inde etiam habitus nostri honor et frequens toga ; paulatimque discessum ad delenimenta vitiorum, porticus et balineas et conviviorum elegantiam ; Idque apud imperitos humanitas vocabatur, cum pars servitutis esset.

20 Pour une analyse de la nature de la Vie d’Agricola, on peut se reporter à P. Grimal, Tacite, Paris, 1990, en particulier p. 115-125, qui souligne la part de la rhétorique dans une œuvre que l’on ne peut guère utiliser comme un document. En ce qui concerne précisément le passage qui nous intéresse ici, l’auteur fait ressortir que Tacite parle alors en moraliste reprenant un vieux mythe. Reste à comprendre la raison profonde de l’introduction de ce lieu commun moralisant.

21 Traduction d’E. Lasserre, CUF, Paris, 1939.
...in hiberna Capuam concessit. Ibi partem majorem hie-mis exercitum in tectis habuit, adversus omnia humana mala saepe ac diu duratum, bonis inexpertum atque insuetum. Itaque, quos nulla mali vicerat vis, perdidere nimia bona ac voluptates immodicae, et eo impensius, quo avidius ex insolentia in eas se merserant. Somnus enim, et vinum, et epulae, et scorta balineaque, et otium, consuetudine in dies blandius, ita enervaverunt corpora animosque, ut ma-gis deinde praeteritae victoriae eos quam praesentes tutarentur vires, majusque id peccatum ducis apud peritos artium militarium haberetur, quam quod non ex Cannensi acie protinus ad urbem Romanam duxisset ; illa enim cunctatio distulisse modo victoriam videri potuit, hic error vires ademisse ad vincendum. Itaque hercule, velut si cum alio exercitu a Capua exiret, nihil usquam pristinae disciplinae tenuit.

22 Qu’il s’agisse des soldats d’Hannibal, en constants déplacements, ou des Barbares restés à l’écart de la civilisation, ces hommes sont coupés de toute organisation de type urbain : cf. Tacite, La Germanie, XVI, sur l’habitat germain fait de maisons de bois qui, même dans les bourgs, ne sont jamais contiguës.

23 Dion Cassius, Histoire romaine, LXII, 3 (1-3), 6 (1-5), texte présenté dans P. Petit, Le premier siècle de notre ère, Paris, 1968, p. 77-79.

24 Tacite : « ...ces hommes dispersés... toujours prêts à la guerre ». Dion Cassius : « ...des Bretons qui ne connaissent ni la culture ni le travail des artisans, mais qui savent très bien faire la guerre... » C’est l’image d’un monde non urbain et guerrier.

25 Aux « arts libéraux » de Tacite fait pendant l’allusion que Dion Cassius met dans la bouche de Boudicca : « ...en voilà des choses que nous avons apprises grâce aux Romains ! » On notera que Tacite prête à Agricola une politique linguistique qui n’est qu’un des aspects de la conquête et qui vise les élites sociales indigènes. Cette affirmation est certainement fort éloignée de la réalité (cf. note 17). Si l’aristocratie bretonne se met au latin, et est la première à le faire, c’est pour des raisons bien plus profondes que le « piège » tendu par Agrippa : sur ce thème de l’agent tentateur et trompeur, cf. ci-dessous.

26 Aux bains de Tacite font écho « les bains chauds » de Dion Cassius. La précision n’est pas due au hasard : dans une certaine littérature, la dénonciation du caractère amollissant des bains chauds est un lieu commun qu’apprécie un auteur comme Sénèque : cf. Ep. 51, 6, avec, en 5 et 7, un renvoi au sort d’Hannibal à Capoue : tous ces thèmes se recoupent étroitement ; Ep. 86, 10-12 : les bains de la villa de Scipion l’Africain, à Liternum, sont l’objet d’une longue méditation sur les mœurs salutaires de ces temps déjà lointains qu’incarne, par excellence, la « bonne et saine température » (utilis ac salubris temperatura) que les grands hommes de l’époque faisaient régner dans les bains publics lorsqu’ils étaient édiles ; ou encore Ep. 108, 16, où, parmi les renoncements qu’il s’impose, hérités des leçons de philosophie qu’il a suivies dans sa jeunesse, figure, en bonne place, le refus des bains excessivement chauds qui sont désormais à la mode.
On notera que l’association portiques-bains, qui apparaît chez Tacite, se retrouve sous une forme aussi étroitement articulée chez Epictète. Dans un dialogue portant sur les honneurs dans la cité, ce couple sert à désigner une forme d’évergétisme lié à la richesse, manifestation qui relève donc d’un état indépendant de notre volonté, et par conséquent chose inconsistante, servile, étrangère, pour reprendre les termes d’Epictète :
« Mais ma patrie, dira quelqu’un, autant qu’il est en moi, je ne lui viendrai point en aide ». Encore une fois, quelle est cette aide ? Elle ne te devra ni portiques, ni bains. Et qu’estce que cela ? Ce ne sont pas les forgerons qui lui donnent des chaussures, ni les cordonniers, des armes ; il suffit que chacun accomplisse sa tâche. Mais, si tu lui fournissais quelque autre citoyen modeste et sûr, ne lui rendrais-tu aucun service ? – Oui. – Eh bien alors ! Toi aussi, tu ne lui seras pas inutile ». (Manuel, XXIV, 4 ; trad. M. Meunier, Paris, 1964).
Le rapprochement que l’on peut opérer entre ces deux textes n’est pas surprenant : le stoïcisme moral développe des thèmes qui font partie de la culture de l’oligarchie sénatoriale.

27 Au « raffinement des repas » de Tacite correspond, chez Dion Cassius, ceux qui « mangent une nourriture apprêtée, boivent du vin pur ». Le repas est une composante essentielle de la sociabilité, et cela se lit parfaitement dans l’architecture. L’art du repas est aussi un moyen privilégié de construire et afficher sa propre image (Thébert, Vie privée, p. 350-359). Si nous revenons à Sénèque, Ep. 108, 15-16, nous constatons que, à un âge avancé, parmi les interdits qu’il s’impose encore, la moitié concerne les aliments.

28 Tacite, Agricola, II, 3 : « ...de même que les temps anciens ont vu ce qu’il pouvait y avoir de plus extrême en fait de liberté, de même nous, ce qu’il y a de plus extrême en fait de servitude... » Pour décrire ainsi sa propre destinée, Tacite recourt au même mot (servitus) qui lui sert pour décrire le sort des Bretons. Et cette pratique est répétitive (cf. III, 3).

29 P. Grimal (Tacite, Paris, 1990, en particulier p. 175 sq.), remarque que la vision de Tacite n’est pas entièrement pessimiste : si le retour à la libertas, au régime républicain lui semble impossible, il sait distinguer entre tyrans et bons empereurs. D’où sa croyance en des cycles, en fonction desquels les mœurs, loin de dégénérer inexorablement, connaissent des renouveaux, réalité qu’incarne par excellence le règne de Trajan.
Ce discours ne doit cependant pas masquer le sens politique profond des écrits de Tacite : même sous un bon empereur, il ne pourra jamais être ce que furent les grands hommes du passé républicain, lequel reste l’image par excellence du bon régime. Ce qu’il écrit de Trajan sous Trajan ne doit pas être surestimé. Tacite n’agit ou n’écrit jamais contre un empereur régnant, bien au contraire : selon ses propres dires, il joua un rôle actif dans les Jeux séculaires de Domitien, qui devaient eux aussi marquer le départ d’un nouveau cycle. Chez Tacite, les tyrans sont toujours morts. Réalisme qu’il lui est facile de justifier : le devoir d’un aristocrate n’est-il pas de faire carrière pour assumer sa fonction de sénateur ? Au-delà des versions tyranniques ou généreuses du pouvoir impérial, l’existence même de ce dernier est un drame sur lequel on ne peut se lamenter qu’en termes masqués : le mauvais empereur, la décadence des mœurs, le sort des barbares. Un autre moyen paraît avoir été une véritable mise en scène du sentiment de dégradation de l’aristocratie par la participation de certains de ses membres à des activités qui les rapprochaient des esclaves, à savoir celles liées au théâtre et à l’arène (cf. C. Edwards, The politics of immorality in Ancient Rome, Cambridge University Press, 1993, en particulier p. 123 et 132 sq.). 

30 Tite-Live, Histoire romaine, préface ; traduction de G. Baillet, CUF, Paris, 1975. Texte établi par J. Bayet :
Ad illa mihi pro se quisque acriter intendat animum, quae uita, qui mores fuerint, per quos uiros quibusque artibus domi militiaeque et partum et auctum imperium sit ; labente deinde paulatim disciplina uelut desidentis primo mores sequatur animo, deinde ut magis magisque lapsi sint, tum ire coeperint praecipites, donec ad haec tempora quibus nec uitia nostra nec remedia pati possumus peruentum est.
E. Aubrion (Rhétorique et histoire chez Tacite, Metz, 1985, en particulier p. 643) propose une approche de ce passage de Tacite qui recoupe partiellement la nôtre. Cependant, à notre avis, le souci de Tacite n’est guère de comparer le sort de l’aristocratie romaine à celui des Bretons. Le destin de ces derniers ne sert qu’à discourir sur la nature du pouvoir dans la Rome impériale. C’est pourquoi, dans d’autres passages de la même œuvre, il peut être parlé de ces Bretons de manière toute différente : leur vie n’a pas de logique propre.

31 Procope, La guerre contre les Vandales, traduction de D. Roques, La roue à livres, Paris, 1990, II, 6, 5-13 :
« ...car, de tous les peuples que nous connaissons, les Vandales ont été le plus délicat et les Maures le plus malheureux. En effet, les premiers, depuis qu’ils avaient occupé la Libye, prenaient tous quotidiennement des bains, et leurs tables regorgeaient des meilleurs et des plus agréables produits terrestres ou maritimes. Ils se couvraient d’or la plupart du temps et s’habillaient de ces vêtements mèdes que l’on appelle maintenant vêtements des Sères ; quand ils jouissaient de loisirs, ils les passaient dans les théâtres et les hippodromes, et s’ils se livraient à toutes sortes de plaisirs, ils aimaient spécialement ceux de la chasse. Ils avaient aussi des danseurs et des mimes, et il leur était fréquent d’assister à des auditions, à des spectacles : bref, à tous les délassements, culturels ou autres, qui, comme il arrive, suscitent de l’intérêt chez les hommes. La majorité d’entre eux vivaient dans des parcs, où ils trouvaient en abondance eaux et ombrages ; ils participaient aussi le plus souvent possible à des beuveries, et se livraient avec beaucoup d’assiduité à toutes les activités de l’amour. Les Maures, en revanche, vivent dans des cahutes étouffantes, que ce soit en hiver, en été ou en toute autre saison, et jamais ni la neige, ni les ardeurs du soleil, ni, de manière générale, les fléaux inévitables ne les en chassent. Ils dorment à même le sol, et seuls les plus fortunés d’entre eux étendent sous eux, à l’occasion, une peau de mouton. Loin d’avoir pour usage de changer de vêtements au gré des saisons, ils gardent toujours comme habits un manteau grossier de bonne épaisseur et une tunique toute rêche. Ils n’ont chez eux ni pain ni vin ni nul autre produit ; quant au grain d’épeautre ou d’orge, ils ne songent ni à le cuire ni à le moudre en farine de blé ou d’orge, et la façon dont ils le consomment ne diffère en rien de celle des animaux ».

32 Une fois de plus, on peut renvoyer à Sénèque, Ep., 108, 23, qui, même âgé, utilise un matelas qui résiste au corps lequel ne peut y imprimer son empreinte : (culcita) quae resisteret corpori... in qua vestigium apparere non possit.

33 C’est un Hérule (II,4,29) et il se revendique comme tel : « Je suis moi aussi un barbare... » (II, 6, 15).

34 Procope, La guerre contre les Vandales, II, 6, 17-22, traduction de D. Roques (cf. note 31) :
« Pourquoi donc, cher Gélimer, précipites-tu ainsi dans l’abîme non seulement ta personne, mais même toute ta famille ? Pour éviter, sans doute, de connaître l’esclavage ? Mais en agissant de la sorte, tu te comportes, à mon sens, de manière totalement irréfléchie. Comme si la liberté dont tu prends prétexte méritait qu’on l’acquît au prix de toutes les souffrances que tu endures ! Du reste, à ton avis, n’es-tu pas maintenant un esclave, oui ! Celui des Maures les plus miséreux, quand les espoirs que tu as de conserver la vie, en cas de victoire, ne dépendent que d’eux ? En vérité, comment peut-il ne pas valoir mieux, à tous égards, être esclave, même pauvre, chez des Romains, que gouverner le Papoua et régner sur des Maures ! Mais partager l’esclavage de Bélisaire, cela te paraît, bien sûr, le comble des outrages ! Allons ! Foin de tout cela, excellent Gélimer ! Nous aussi nous sommes de noble lignage, et cependant nous sommes fiers d’être à présent au service de l’Empereur ».

35 Si cette approche des problèmes culturels ne correspond pas à l’opinion dominante, d’ailleurs elle-même très nuancée, elle n’est pas isolée : cf., par exemple, B. d’Agostino, Grecs et « indigènes » sur la côte tyrrhénienne au viie siècle : la transmission des idéologies entre élites sociales, dans Annales ÉSC, 32, 1977, p. 3-20.

36 On affirme souvent que les colonies romaines, fondées par une déduction de colons dont on suppose sans le démontrer qu’ils seraient tous d’origine italique, seraient un agent actif de la romanisation. En réalité, l’intégration d’une région dans l’Empire peut accélérer l’évolution culturelle, mais cela dépend avant tout des forces mêmes de la province. De ce point de vue, il est remarquable de noter que ce que l’on peut connaître du paysage urbain des colonies de Proconsulaire s’inscrit dans l’évolution d’ensemble des cités de la région, et ne la précède nullement, bien au contraire : cf. N. Ferchiou, Aperçus et hypothèses de travail sur les colonies juliennes et les pagi de Carthage au ier siècle ap. J.-C., dans Actes du IVe congrès international d’histoire et de civilisation du Maghreb, Tunis, 11-13 avril 1986, Cahiers de Tunisie, 34, 1986, p. 5-29. De telles mutations sont profondes et ne sauraient être le fait d’organismes externes plongés dans un milieu indigène dont ils conditionneraient les transformations. En revanche, la problématique exposée dans la thèse de N. Ferchiou, Décor architectonique d’Afrique proconsulaire, Gap, 1989 (cf. CÉDAC Carthage, 7, 1986, p. 8-10) diverge beaucoup de notre démarche, mettant en avant une réflexion sur « la romanisation du fond indigène au sens ethnique et colonial du terme », sur une « résistance du fond indigène de cette forme d’art », ou encore sur une opposition entre hellénisme et romanisation.

37 Pour une analyse tout à fait semblable, nous pourrions ici reproduire intégralement la conclusion de C. Goudineau, Les fouilles de la maison au dauphin. Recherches sur la romanisation de Vaison-la-Romaine, Paris, 1979. Contentons-nous de quelques extraits (p. 312-313) : « Ne concluons pas en énonçant un jugement qui évaluerait, en quelque sorte, la romanisation de Vaison... Vaison était une ville romaine, et la seule question qui mérite réponse se formule ainsi : que nous apprend, sur la « romanisation », l’exemple de Vaison ? ... La « romanisation », c’est avant tout un phénomène en partie spontané ou, du moins, indépendant de toute structure organisée intentionnellement par une quelconque autorité... Les originalités (à ne pas surestimer) de cette ville ou du peuple voconce ne traduisent nul raidissement... En ce sens, le problème des survivances est un faux problème car il suppose une romanité idéale qui passerait par la suppression de tout ce qui est pré-romain. Une telle romanité n’a jamais existé, même à Rome ».

38 Coarelli, Thébert, Architecture funéraire.

39 Dans cet ouvrage, la démarche globalisante de M. I. Finley se double d’un a priori primitiviste : poids essentiel de la terre et de l’autosubsistance dans la vie économique antique ; place marginale des activités artisanales et commerciales ; très faible monétarisation ; absence quasi totale de calcul de type économique de la part des agents. Telle est « l’économie antique ».
Devant l’avalanche des critiques alimentées en particulier par les données archéologiques, incontournables quoi-qu’en pense M. I. Finley, ce dernier a infléchi son schéma : en 1979, dans Ancient slavery and modern ideology, il injecte, dans toute l’Antiquité, une part d’économie marchande. Mais, sur le fond, sa position reste la même : l’Antiquité est une. Pour être mort-né sous sa forme violemment primitiviste, le schéma finleyien n’en perdurait pas moins, et c’était l’objet du second ouvrage que de le préserver.
Pour une remise en cause radicale de ce dernier, on peut se reporter, entre autres, à l’essentiel des interventions rassemblées dans SRPS ou dans Opus, 1, 1982, Problemi della schavitù, ainsi qu’à A. Carandini, préface à J. Kolendo, L’agricoltura nell’Italia romana, Rome, 1980, en particulier p. LII-LV. Dans ce contexte le numéro récent de la revue Annales HSS, 50, 1995, largement consacré à « l’économie antique » apparaît quelque peu étonnant, dans la mesure où il s’efforce d’insérer les recherches actuelles dans le moule de la « méthode de Finley ». Certes, pour sauver celle-ci, les auteurs sont inévitablement conduits à la nuancer, mais le but reste de chanter l’étape décisive que constitueraient ces travaux, quand ce n’est de célébrer le triomphe de ce type de pensée. La nature de la documentation disponible pour l’Antiquité interdit de partir d’une grille de réflexion élaborée par un auteur qui a cru pouvoir négliger tous les apports de l’archéologie. Dans la lignée d’autres chercheurs, nous emprunterons donc une approche radicalement différente.

40 Pour un essai de réflexion sur l’histoire maghrébine prise dans la longue durée, cf. Thébert, Évolution urbaine, Id., Permanences et mutations et surtout Thébert, Biget, Histoire maghrébine. Ce point de vue a parfois été pris en considération par d’autres auteurs, par exemple dans Storia di Roma, III, 2, F. Ghedini, L’Africa Proconsolare, p. 309325 et, surtout, Panella, Merci e scambi, p. 613-697, qui constitue une des réflexions récentes les plus poussées sur l’évolution de l’Afrique romaine jusqu’à l’époque médiévale.

41 G. Camps, Massinissa ou les débuts de l’histoire, dans Libyca, 8, 1960, p. 1-320.

42 Pour une tentative d’analyse du Maghreb hellénistique, essentiellement à travers les données archéologiques, cf. Coarelli, Thébert, Architecture funéraire.

43 Ce terme est pris au sens large, englobant toute l’Afrique du Nord non punique, sans que soient distingués royaumes maurétaniens et numides, très proches les uns des autres d’un point de vue historique.

44 Cf. Coarelli, Thébert, Architecture funéraire, p. 812 sq. La découverte de l’urbanisme numide d’époque hellénistique apporte une dimension tout à fait nouvelle à cette question. Pour l’exemple de Bulla Regia, cf. Thébert, Vie privée, p. 328 sq. et p. 322, fig. 7 et 8 ; Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 177-221 et p. 377-381 ; M. Khanoussi, Note préliminaire sur Bulla la Royale, dans Reppal, 2, 1986, p. 325-335.

45 La propagande officielle entérine ce basculement des épicentres économiques et culturels, en émettant, en 191192, des monnaies associant Hercule et l’Afrique et en développant le thème de Carthage, Alexandrie de l’Occident.
Pour retracer ces grandes lignes de l’histoire du Maghreb du iie siècle à l’époque médiévale, nous nous inspirons largement, outre de nos propres travaux, des recherches de C. Panella (en particulier Merci e scambi, véritable synthèse qui fournit également une riche bibliographie commentée), ainsi que de celles d’A. Carandini, en particulier Dial. arch., 7, 1973, p. 312-329 ; L’anatomia della scimmia, Turin, 1979 ; Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane, dans SRPS, 2, p. 249-260 ; Il mondo della tarda antichità visto attraverso le merci, dans SRIT, 3, p. 3-19 ; Schiavi in Italia, Rome, 1988 ; L’ultima civiltà sepolta o del massimo ogetto desueto secondo un archeologo, dans Storia di Roma, III, 2, p. 11-38.

46 Pour l’ordre équestre, l’étude de S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, collection de l’EFR, 108, 1988, permet de constater l’affirmation des provinciaux, qui constituent la moitié de ce groupe dès les règnes de Claude et de Néron. Si on complète les données fournies par le tableau de la p. 540 en calculant les pourcentages, on constate que les provinciaux, quasiment exclus avant Auguste, constituent 17,5 % de l’ordre sous ce règne. C’est une nouveauté, et une nouveauté de poids car, d’Auguste à Caligula, la moyenne des provinciaux est de 19,2 %. Contrairement à ce qu’écrit S. Demougin (p. 543-544), l’amorce du processus de provincialisation de l’ordre équestre se produit bel et bien sous Auguste : ce coup d’envoi est tellement net qu’il règle la politique impériale pendant plusieurs règnes. Le second grand bond en avant se produit sous Claude et Néron, où les provinciaux forment 50,3 % des chevaliers connus pour cette période. On notera aussi que ces chevaliers provinciaux suivent la même carrière que leurs collègues italiens : on assiste donc à une intégration réelle des élites provinciales, qui ne sont nullement admises en position subordonnée.
En revanche, cette étude ne permet pas de saisir l’ascension des Africains, qui est plus tardive. On peut cependant s’en faire une idée grâce aux travaux de H. G. Pflaum, qui portent sur une période plus longue (Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1974 ; Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1982). Ils mettent en évidence, en ce qui concerne la véritable élite de l’ordre équestre que constituent les préfets et les procurateurs, la pénétration des Africains à partir du iie siècle. Dès les Sévères et durant tout le iiie siècle, la part des provinciaux dépasse largement celle des Italiens et, au sein de ces provinciaux, ce sont l’Afrique et l’Orient qui sont en position nettement dominante.
La situation est strictement semblable en ce qui concerne l’ordre sénatorial. Bien qu’elle soit ancienne, on peut encore se servir de l’étude de M. Hammond, Composition of the Senate AD 68-235, dans JRS, 47, 1957, p. 74-81. On constate que la part des Italiens diminue progressivement, au point de devenir minoritaire sous les Sévères. Cette évolution, amorcée sous César, est accélérée sous Auguste, Claude et surtout Néron, mais cela ne fait que préfigurer l’ampleur du mouvement au iie siècle, siècle qui correspond aussi à un changement de la part réciproque des provinces. À la domination de l’Espagne et de la Narbonnaise, premiers bénéficiaires de l’introduction de provinciaux au Sénat, succède la domination de l’Orient (plus précisément de l’Asie Mineure et de la Syrie) et de l’Afrique. Le Colloquio internazionale su epigrafia e ordine senatorio, Rome, 14-20 mai 1981, dont les actes ont été publiés dans la revue Tituli, 4 et 5, 1982, permet de réviser les données chiffrées utilisées par M. Hammond en nous faisant connaître de nouveaux sénateurs ou, inversement, en éliminant des personnages douteux quant à leur origine géographique, ou même quant à leur statut exact. Les conclusions de l’article de M. Hammond n’en sont cependant pas profondément modifiées.
On notera un parallélisme chronologique parfait entre ces phénomènes politiques et les réalités économiques. Dans les deux cas, la coupure se produit à l’époque augustéenne. C’est alors que la domination politique et économique de l’Italie commence à s’affaiblir et, toujours dans les deux cas, cette évolution se fait d’abord au profit des vieilles provinces occidentales, essentiellement la Tarraconaise, la Bétique et la Narbonnaise. Dès le début du iie siècle, l’accentuation de cette évolution se fait désormais au profit de l’Orient et de l’Afrique, avec de fortes différenciations régionales au sein de ces deux ensembles. À l’époque sévérienne, les rapports entre l’Italie et le monde provincial sont profondément et définitivement bouleversés. Le centre économique, non pas unique mais dominant, de la Méditerranée n’est plus la péninsule italique mais la partie orientale de l’Afrique. La majorité des sénateurs et de l’élite des chevaliers provient des provinces. L’Italie n’est plus, avant la fondation de Constantinople, que le lieu privilégié de l’exercice du pouvoir central.

47 Au sein même de l’Afrique orientale, il serait possible d’esquisser une périodisation fondée sur le déplacement, au sein de la province, des lieux où se concentrent les forces de production : cf. Carandini, Dial. arch., 7, 1973, p. 319, note 5.

48 Légende de monnaies frappées sous Hildéric, dans la troisième décennie du vie siècle : cf. C. Diehl, Justinien et la civilisation byzantine au vie siècle, Paris, 1901, p. 173, fig. 62 ou F. M. Clover, Carthage and the Vandals, dans Excavations at Carthage, 7, J. H. Humphrey éd., p. 13-l4. Pour une commode et pertinente synthèse sur la Carthage tardive, cf. Leone, Cartagine.

49 Un des premiers chercheurs à avoir inversé ce jugement sur l’Afrique vandale est C. Saumagne, auteur d’un célèbre article paru en 1930 dans la Revue tunisienne et dont le titre, La paix vandale, sonne comme un manifeste. Cette approche a été ensuite développée par C. Courtois. Sur cette question, cf. Thébert, Évolution urbaine, p. 109 et, surtout, Panella, Merci e scambi, p. 641-648.

50 Panella, Merci e scambi, p. 653-654.

51 Panella, ibid., p. 648-654.

52 A. Carandini (SRIT, p. 9-10) place en cette période le moment où l’Afrique, trois siècles environ après l’Italie, bascule dans l’Antiquité tardive.

53 Panella, ibid., p. 654-680.

54 C’est ce que nous avons tenté de souligner dans Thébert, Biget, Histoire maghrébine. Ainsi que l’indique le titre complet de cette étude, il ne s’agit en rien de lire l’histoire africaine, en l’occurrence celle des cités, seulement en termes de continuité. Sur ce point, la remarque de C. Panella (Merci e scambi, p. 679, note 287) relève d’un malentendu : une telle démarche serait effectivement quelque peu contradictoire.

55 R. Guéry, C. Morrisson, H. Slim, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga, III, Le trésor de monnaies d’or byzantines, collection de l’ÉFR, 60, Rome, 1982. La publication de ce trésor a été l’occasion d’une analyse de l’ensemble des trésors byzantins de monnaies d’or actuellement connus en Afrique.

56 Sur cette question des récits arabes, cf. en dernier lieu A. Mrabet, L’état économique de l’Afrique byzantine d’après les récits des chroniqueurs arabes, dans Africa, 13, 1995, p. 123-133.

57 Ce mythe invasionniste est encore violemment défendu. Cf. X. de Planhol, Les nations du Prophète, Paris, 1993, p. 320, qui écrit, à propos des « invasions hilaliennes » : « Une certaine école historique, imbue de présupposés idéologiques et sans contact direct avec les sources, a été jusqu’à nier leur réalité même, au nom d’une conception déterministe (marxiste) de l’histoire, éliminant a priori la possibilité d’un hasard catastrophique. Mais il ne faut attacher aucune importance à ces positions simplistes... »

58 Cf. notre analyse du matériel fourni par le site de Bulla Regia dans Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 394. Cette situation, peut-être partiellement due aux lacunes actuelles des connaissances, vaut pour tous les sites du Maghreb : cf. A. Daoulatli, La céramique médiévale en Tunisie. État de la recherche (ixe-xe siècle), dans Africa, 13, 1995, p. 189-204, en particulier p. 191-192.

59 Cf. Daoulatli, ibid. À côté de cette céramique de luxe, on notera l’émergence d’une céramique non décorée de qualité remarquable, parfaitement originale tant dans ses formes que dans le travail de l’argile : Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 158.

60 À notre avis, il serait vain d’ériger la religion chrétienne en moteur de ces transformations radicales. La christianisation de la société n’est que la conséquence d’une mutation profonde de celle-ci et de la nouvelle politique impériale qui en résulte : sur ces problèmes, cf. Thébert, « Triomphe du christianisme ».

61 Les arguments détaillés sont exposés dans Thébert, Permanences et mutations, et Id., Évolution urbaine.

62 En tenant compte de toutes les nuances nécessaires (cf. H.-I. Marrou, Décadence romaine ou antiquité tardive, iiie-vie siècle, Paris, 1977), ce serait se leurrer et masquer l’évolution historique profonde que de refuser d’analyser certaines périodes en terme de décadence. Nous sommes bel et bien en présence d’une régression, et il est parfaitement justifié d’apprécier la nouvelle situation en la confrontant aux réalités antérieures. Sur ce point, cf. Thébert, Évolution urbaine, en particulier p. 119 : « ... il est vain de contourner éternellement le problème du déclin, de la décadence... », ou encore Carandini, dans Storia di Roma, III, 2, p. 11-38, en particulier « Concorrenza » e « decadenza » : brutte parole, p. 11-14.

63 Nous maintenons donc l’analyse que nous avions exposée dans Évolution urbaine, p. 120 : « Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pensons donc que la période vandalo-byzantine est caractérisée par un dynamisme urbain suffisant pour remodeler les villes mais dont les limites se perçoivent à travers la façon simplifiée dont celles-ci sont reproduites et à travers une incapacité à prendre en charge la totalité des superficies autrefois urbanisées ».

64 Thébert, Évolution urbaine, p. 120 sq. et, surtout, Thébert et Biget, Histoire maghrébine, en particulier p. 576-584. Étant donné l’accueil souvent « sceptique » réservé à cette analyse, essentiellement de la part des chercheurs français, lorsque nous l’avons présentée au colloque de Rome de déc. 1987, ce serait avec le plus grand intérêt que l’on constaterait que, par d’autres cheminements, d’autres savants parviennent désormais à des conclusions parallèles si la progressive affirmation de cette démarche ne s’accompagnait d’un retour en arrière en ce qui concerne l’appréhension de ruptures incontournables. De fait, on doit regretter que la remise en cause de mythes réactionnaires, tel celui de la ruine de l’Afrique à la suite de la conquête arabe, s’accompagne d’une incapacité à penser la poursuite du rôle central du Maghreb dans un contexte désormais radicalement différent de celui qui vit l’affirmation de l’Afrique antique. L’histoire est faite de ruptures, et si la permanence de la puissance maghrébine du iie au xiiie siècle est, à notre avis, une donnée essentielle, les modalités de l’exercice de cette puissance changent radicalement. Dans cette optique, les apports du Colloque AFN, VI, nous semblent ambigus et cela se manifeste dans le rapport de synthèse de J.-P. Morel : il nous paraît impossible de se servir de la juste appréhension du maintien, jusqu’en pleine époque islamique, de l’« éminent dynamisme économique de l’Afrique » (p. 216) pour s’interroger faussement sur l’existence d’une « grande césure » et se poser la question : « Mais tout simplement, y a-t-il eu rupture à un moment donné ? » (p. 215). La saisie de la longue durée du rôle central du Maghreb en Méditerranée occidentale n’implique pas la remise en cause de grandes scansions au niveau des structures économiques, avec toutes les conséquences que cela implique.

65 Avant l’essor de l’Europe occidentale à partir du xie siècle, de telles expériences urbaines ne trouvent guère de parallèle que très au Nord, autour de la Manche, de la Mer du Nord et de la Baltique, dans une sphère économique largement coupée du monde méditerranéen. C’est là que naissent des agglomérations vigoureuses, dotées d’un vaste horizon, et dont certaines, en particulier dans l’ambiance scandinave, paraissent avoir été dotées d’un urbanisme rigoureux.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540