Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Première partie. Problèmes de méthode

Chapitre I. Principes de recherche sur les édifices balnéaires

Texte intégral

1L’étude des thermes présente des difficultés spécifiques que fait bien apparaître la fréquentation des ouvrages qui traitent de cette catégorie de monuments. Ces difficultés résultent du fait que ces derniers connaissent souvent des remaniements imposés par le besoin de maintenir en état de fonctionnement des constructions qui comportent des installations techniques complexes, souvent fragiles et nécessitant donc des restaurations qui peuvent être l’occasion de réaménagements. Bien plus, il est fréquent que ces bâtiments restent longtemps en usage : l’évolution des goûts, ou tout simplement des moyens disponibles, peut alors dicter des transformations importantes.

2Néanmoins, la raison essentielle des difficultés auxquelles se heurte le chercheur est bien plus fondamentale. Elle touche à la nature même des thermes romains, c’est-à-dire à la nature du programme balnéaire en fonction duquel ils sont conçus. On se heurte à un problème de lecture de l’édifice, car aucun texte antique ne nous offre, de façon claire, précise et développée, une description et une interprétation de ce qu’est un monument relevant de cette catégorie. Même Vitruve, dont la nature des écrits constitue pourtant une exception remarquable, nous laisse quelque peu démunis, non seulement parce que son ouvrage présente des difficultés d’interprétation, mais aussi et surtout parce que, bien évidemment, il ne peut nous fournir que des informations correspondant à une phase précise de la genèse des thermes.

  • 1 Gsell, Monuments antiques, I, p. 212.

3Cette complexité des constructions thermales, même les plus petites, explique largement qu’elles furent longtemps l’objet d’un certain désintérêt n’épargnant que les réalisations les plus spectaculaires. De ce point de vue, et pour rester en Afrique, il est significatif de voir un personnage tel que S. Gsell écrire : « S’il y a en Algérie beaucoup de restes de thermes romains, peu nombreux sont ceux qui méritent une description détaillée »1. Le mépris tente ainsi de dissimuler une incompétence, au demeurant compréhensible mais dont l’auteur de la formule n’avait certainement nulle conscience.

4Dans ce contexte, on ne peut qu’apprécier la façon dont durant une longue période, couvrant la première moitié du xxe siècle au sens large, certains assumèrent cependant la tâche de publier l’essentiel des monuments qui pouvaient être mis au jour. La richesse de cette œuvre doit être soulignée : sans elle, non seulement bien des informations seraient irrémédiablement perdues, mais encore bien des édifices demeureraient tout simplement ignorés. Il n’en reste pas moins que cette phase de la recherche laisse aux héritiers une lourde tâche. Cela est la conséquence de facteurs multiples aggravés par la situation politique du Maghreb qui favorisait la pratique d’une archéologie fort sommaire : la colonisation ouvrait, de fait, un véritable droit de fouille à toute personne participant du nouveau pouvoir. Toutefois, même sur un site comme Timgad, qui fut l’objet de recherches organisées par les autorités scientifiques, on peut légitimement penser que les édifices balnéaires de la cité auraient mérité une première publication de meilleure qualité que les plans approximatifs et les descriptions confuses d’A. Ballu.

5Ce cas révèle un problème essentiel. En effet, ce qui nous paraît expliquer fondamentalement les défauts de nombre de publications de cette époque concernant les thermes, c’est avant tout l’absence d’un système qui puisse, sinon rendre totalement compte des vestiges mis au jour, du moins ordonner leur présentation, guider leur lecture et aider à saisir les problèmes. Cette lacune était parfois ressentie par les auteurs, qui tentaient alors de la pallier en se référant anachroniquement à Vitruve ou aux mentions ponctuelles de tel ou tel texte antique. La solution était, bien entendu, fort défectueuse, mais il est vrai que l’on ne pouvait demander à tout archéologue devant publier un édifice thermal d’élaborer une théorie générale de cette catégorie d’édifices.

6Ces dernières décennies, la qualité de nombre d’études s’est sensiblement améliorée, parallèlement au progrès général des procédures archéologiques : meilleure attention portée aux indices chronologiques que peut fournir la fouille ; souci de rendre compte, de façon plus pertinente, des vestiges architecturaux et des détails des installations techniques. Ces dernières, dont le rôle est particulièrement important dans un édifice balnéaire, ont même été l’objet d’études spécifiques qui ont permis d’en améliorer notre compréhension et, par voie de conséquence, de mieux comprendre leurs traces, aussi de mieux savoir les rechercher.

  • 2 Pour ne prendre qu’un exemple récent, J. Boersma a présenté, de façon claire et précise, le dossier (...)

7Il n’en reste pas moins que nombre de publications laissent perplexe. Cette gêne est particulièrement ressentie lorsque l’on aborde l’étude d’un secteur chauffé, moment fondamental du circuit d’un baigneur sur lequel la fouille fournit souvent des données nombreuses mais qui se révèlent d’interprétation difficile. Un des buts évidents de la recherche est de comprendre pourquoi on a construit tant ou tant de salles chauffées et à quoi elles servaient. En ce sens, une dénomination grossière des locaux n’est pas satisfaisante et laisse un goût d’inachevé2.

  • 3 Une telle approche permet déjà de mieux hiérarchiser les locaux, par exemple, pour reprendre le cas (...)

8Si une telle approximation peut cependant se comprendre dans le cadre d’une étude ponctuelle, elle pose en revanche des problèmes plus importants lorsque l’auteur entreprend une recherche d’ensemble, centrée sur les bâtiments balnéaires. Dans cette optique, deux ouvrages ont été récemment publiés. Dans le premier, F. Yegül (Baths and bathing) n’aborde pas de façon claire et systématique la question de l’analyse du secteur chauffé et, sur les plans, se contente le plus souvent de numéroter les salles précédant le caldarium. Dans le second, I. Nielsen (Thermae) se réfère à une typologie plus précise, explicitée dans l’appendice intitulé « Individual elements of the baths » et utilisée dans l’annotation des plans. En ce qui concerne le secteur chauffé, la clé de lecture proposée comporte trois éléments : le tepidarium, pièce de transition, le caldarium, salle des bains chauds, et le sudatorium, étuve essentiellement sèche succédant à l’antique laconicum chauffé par des braseros disposés au centre du local3.

9Cette typologie n’est pas nouvelle. Déjà A. Ballu, parmi bien d’autres, se servait de cette grille tepidarium, étuve, caldarium en donnant à ces termes un sens tout à fait semblable à celui que leur attribue I. Nielsen. D’ailleurs, elle ne constitue qu’une application à l’ensemble de la période impériale d’une trilogie déjà fixée par Vitruve (V, 10 : Laconicum sudationesque sunt coniungendae tepidario...), du moins si l’on accepte l’interprétation de R. Rebuffat assimilant, dans ce contexte, la sudation à la salle des bains chauds (Vocabulaire, p. 10).

  • 4 Hanoune, Olivier, Thébert, Thermes au Nord-Ouest du théâtre. On notera aussi que, sans le préciser, (...)

10À notre avis, cette approche ne permet pas de rendre compte de façon satisfaisante de la complexité des thermes d’époque impériale avancée. Ses limites apparaissent simplement en regardant les plans d’I. Nielsen concernant l’Afrique du Nord. Que penser de ces thermes au Nord-Ouest du théâtre, à Bulla Regia, qui se trouvent dotés en tout et pour tout d’un tepidarium et de deux caldaria (pl. I-2) ? On comprend le mécanisme d’interprétation : deux pièces étant équipées d’un bassin, elles sont automatiquement considérées comme des salles des bains chauds. Une telle identification ne rend compte ni de leurs dimensions fort différentes, ni de leur emplacement respectif dans le circuit des baigneurs. Étant donné qu’une autre lecture de ce bâtiment avait été proposée auparavant, il est clair qu’I. Nielsen ne l’a pas estimée acceptable et que sa conception s’oppose à celle antérieurement exposée4.

11Ce point de vue ne nous convainc pas, et on pourrait multiplier les exemples où cette façon d’analyser les structures chauffées aboutit à des répétitions qui, à notre avis, ne rendent pas compte de la nature des salles. N’est-il pas étrange que chacune des deux ailes symétriques des thermes liciniens de Thugga s’ouvre par une enfilade de deux tepidaria, pièces de transition qui occuperaient ainsi près de la moitié de la totalité de la superficie chauffée (pl. I-3) ? Inversement, que penser de ces thermes « du palais du légat », à Lambèse dont le vaste secteur chauffé est presque entièrement accaparé par cinq caldaria ne laissant place qu’à trois petits tepidaria (pl. I-4).

12Pour comprendre les vestiges et en rendre compte, il paraît donc indispensable de forger une véritable théorie de la nature d’un établissement thermal. Cette nécessité explique le plan adopté ici, où une partie qui porte sur l’organisation des édifices balnéaires et qui évoque parfois une conclusion, précède l’exposé et l’analyse des données collectées dans les publications et sur le terrain. Ce plan nous paraît cependant parfaitement justifiable. D’abord, sans la construction d’un schéma interprétatif, il est en fait impossible de recueillir les données de façon efficace. Ensuite, cette grille de lecture n’est pas arbitraire : elle procède d’une longue fréquentation des informations disponibles et elle est déjà le fruit de multiples allers et retours entre celles-ci et la construction d’un schéma théorique. Enfin ce dernier n’est en rien figé : après avoir servi d’instrument pour la réunion des données, il devra être confronté à celles-ci et sortir de cette confrontation sous une forme perfectionnée et enrichie.

  • 5 A. Rochas d’Aiglun, Principes de la fortification antique. Précis des connaissances techniques néce (...)

13Ce type de démarche n’a, en soi, rien qui puisse réellement surprendre. Au contraire, elle s’inscrit tout naturellement dans les méthodes généralement adoptées dans la pratique de la recherche, où le va-et-vient entre les données et la réflexion théorique ne peut être qu’incessant, et ne peut aboutir que si, à un moment, on est capable de construire un schéma susceptible d’appréhender et ordonner des données disparates, puis de guider la poursuite de l’enquête. Il y a bien longtemps qu’une telle nécessité a été clairement affirmée par A. Rochas d’Aiglun, officier du Génie, premier traducteur de Philon de Byzance : « Celui qui n’est guidé par aucune idée théorique cherche au hasard et décrit en termes souvent impropres ce que le hasard lui a fait découvrir ; il est exposé à porter toute son attention sur des points sans importance, pendant qu’il laisse de côté les parties typiques. Celui, au contraire, qui connaît à l’avance les formes générales de l’édifice qu’il a à reconstituer, ne perd, pour ainsi dire, pas un coup de pioche ; il va de suite à l’endroit où il doit rencontrer un vestige, et, s’il ne trouve rien, cet insuccès apparent est lui-même une circonstance importante à noter »5.

  • 6 C’est la position de J. DeLaine. Elle l’exprime dans son compte rendu de l’ouvrage d’H. Broise et J (...)

14Il est clair que, désormais, quasiment plus personne ne se risque à étudier des thermes en n’étant « guidé par aucune idée théorique ». Reste à savoir jusqu’à quel niveau l’élaboration de cette idée doit être conduite. Si la grille utilisée dans les cas analysés ci-dessus nous paraît trop grossière, on ne peut cacher que le recours à un schéma plus riche est, inversement, l’objet de critiques6.

15Nous n’en restons pas moins persuadé qu’une telle démarche est indispensable : elle ne fait d’ailleurs que s’inscrire dans la lignée des auteurs qui ont le plus fait pour analyser le mode de fonctionnement des édifices balnéaires.

16Cette question est cependant rendue encore plus complexe par la profonde évolution qui caractérise les thermes à travers les siècles. I1 est indispensable d’appréhender celle-ci de façon à mettre en lumière les principales étapes de cette histoire architecturale. Ce besoin a été ressenti par la grande majorité des auteurs qui, d’E. Brödner à F. Yegül, de W. Heinz à I. Nielsen, ont consacré une partie de leurs efforts à cet aspect du problème. Sans répéter ici ce qui a déjà pu être écrit, il sera cependant nécessaire de reprendre les points essentiels afin de disposer d’un cadre chronologique aussi ferme que possible. Il est légitime de penser que cette étude de la genèse et de l’évolution des édifices balnéaires permettra, au demeurant, de mieux en saisir leur nature.

Notes

1 Gsell, Monuments antiques, I, p. 212.

2 Pour ne prendre qu’un exemple récent, J. Boersma a présenté, de façon claire et précise, le dossier d’un édifice balnéaire italien (Le terme tardoromane di Valesio (Salen-to), dans Thermes romains, p. 161-173, en particulier p. 167 pour le problème qui nous intéresse ici). Il s’agit de thermes dotés de trois salles chauffées. On reconnaît aisément le caldarium, ou salle des bains chauds, mais peut-on se contenter de désigner les deux premières pièces comme des tepidaria ? Cela d’autant plus qu’une seule de celles-ci, évidemment la deuxième, est chauffée directement par un foyer, l’autre ne bénéficiant que d’un chauffage indirect. Les données disponibles incitent irrésistiblement à différencier ces deux locaux.

3 Une telle approche permet déjà de mieux hiérarchiser les locaux, par exemple, pour reprendre le cas des thermes de Valesio, de distinguer les deux premières salles chauffées (pl. I-1).

4 Hanoune, Olivier, Thébert, Thermes au Nord-Ouest du théâtre. On notera aussi que, sans le préciser, I. Nielsen a opté pour une phase tardive de l’organisation des circulations, laquelle est probablement postérieure à la désaffectation des bains (cf. la notice concernant ce bâtiment dans le catalogue).

5 A. Rochas d’Aiglun, Principes de la fortification antique. Précis des connaissances techniques nécessaires aux archéologues pour explorer les ruines des anciennes forteresses, Paris, 1881, p. 2.

6 C’est la position de J. DeLaine. Elle l’exprime dans son compte rendu de l’ouvrage d’H. Broise et J. Scheid (Balneum des frères arvales), recension publiée dans JRA, 3, 1990, p. 321-324, en particulier p. 323. On comparera pourtant avec intérêt le schéma de lecture proposé par les auteurs à la fig. 11 et la version appauvrie qui en est offerte par I. Nielsen, fig. 54 (respectivement ici pl. II-1 et 2).
DeLaine expose à nouveau son point de vue à propos d’un de nos articles (Circulation). À la suite d’autres auteurs, nous y proposions, du moins dans tous les thermes de quelque ampleur, l’identification d’un local de décrassage (destrictarium). J. DeLaine refuse de localiser cette activité dans une pièce spécifique et conclut: « Too rigid an application of her (?) proposed pattern leads to the forcing of some evidence and undermines its value » (JRA, 6, 1993, p. 353). Bien entendu, nous reviendrons sur cette question par la suite.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540