Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Introduction

Texte intégral

« Die Form dieser Abhandlung würde einesteils streng wissenschaftlicher, andererseits in manchen Ausführungen minder pedantisch gehalten sein, wäre nicht ihre primitive Bestimmung die einer Doktordissertation gewesen ».
Karl Marx, Über die Differenz der demokritischen und epikureischen Naturphilosophie.

1Les thermes sont des constructions qu’il est difficile de fouiller, et encore plus de publier. Cela tient au fait que leur organisation est non seulement complexe mais est, en plus, l’objet de profondes évolutions. Essayer de comprendre des bains du iie-ive siècle avec son Vitruve à la main fut une entreprise longtemps tentée mais toujours vouée à l’échec. C’est pourquoi, pendant des décennies, les fouilleurs soit ont renoncé à toute publication ambitieuse, soit nous ont laissé des descriptions d’utilisation difficile. Devant un tel bilan, on est partagé entre le regret de manquer d’informations essentielles et la reconnaissance pour les données cependant réunies.

2Dans ce contexte, l’œuvre remarquablement précoce de D. Krencker tranche de façon saisissante. Sa compilation des thermes du monde romain repose sur un effort de compréhension de ce que fut l’architecture thermale romaine à son apogée, réflexion enfin dégagée de tout anachronisme. Complétée par une étude d’A. Lézine que, malgré une certaine mode, nous persistons à considérer comme fondamentale, cette œuvre nous offre un cadre de réflexion indispensable si l’on ne veut pas se retrouver démuni devant le moindre édifice balnéaire. Bien des problèmes restent en suspens, mais nous disposons désormais des moyens de réfléchir.

3D’une manière ou d’une autre, les études plus récentes se rattachent à ces œuvres pionnières, ne serait-ce que dans la mesure où beaucoup d’entre elles ne font plus l’économie d’une réelle tentative de comprendre l’organisation des édifices balnéaires. Il en résulte tant des recherches dans le domaine des techniques que des fouilles conduites en fonction des spécificités de ce type de bâtiment, ou encore des publications où se mêlent précision des résultats obtenus et effort de réflexion. En Afrique du Nord, le modèle de cette nouvelle orientation est sans aucun doute la publication des thermes de Thamusida où s’imbriquent le souci de livrer le maximum de données et la préoccupation de les intégrer dans une réflexion d’ensemble qui a des conséquences importantes quant à la façon dont on peut réfléchir sur toute l’architecture balnéaire romaine. Ce n’est pas un hasard si ces recherches ont créé une dynamique qui fait que certains thermes marocains sont, désormais, les mieux connus du Maghreb.

4Notre propre programme de recherche est synthétiquement exposé dans le titre même de cette thèse, centrée sur les thermes romains d’Afrique du Nord. Nous avons choisi de travailler sur les thermes parce qu’ils constituent un des pôles majeurs de la cité. Pôle architectural par leur masse et leur complexité, mais aussi centre essentiel de la vie des populations : les bains sont, par excellence, un lieu fréquenté avec une grande régularité par toutes les classes sociales qui y viennent non seulement pour se baigner mais aussi pour se livrer aux activités les plus diverses. L’étude de ces bâtiments est donc conçue ici non seulement comme celle d’objets particuliers, considérés en eux-mêmes, mais aussi comme un lieu où se révèle, de façon particulièrement exemplaire, tout un faisceau de pratiques.

5Thermes essentiellement romains : l’épithète ne signifie nullement que nous serions en présence de constructions issues d’un quelconque « génie romain » et qui seraient implantées en Afrique dans le cadre d’un processus d’« acculturation ». Elle est, avant tout, porteuse d’une signification chronologique, d’ailleurs prise dans un sens large. En effet, nous avons centré notre étude sur les édifices qui ont été érigés dans le cadre de l’Empire romain mais, pour comprendre leur organisation, il nous a paru indispensable de remonter dans le temps, de suivre la genèse de ce type de bâtiments. Pour bénéficier d’un éclairage rétrospectif, il nous a aussi paru utile de prendre en considération l’évolution des thermes maghrébins au Moyen Âge. La démarche a pour but de mieux comprendre les constructions d’époque romaine en les insérant dans une continuité qui les éclaire mais met aussi mieux en valeur leur spécificité et, ainsi, les ruptures qui scandent leur histoire, histoire qui est aussi celle du Maghreb.

6Thermes d’Afrique du Nord : nous avons ainsi défini le cadre géographique de notre enquête. S’imposer des limites de ce genre nous a paru primordial : l’analyse d’édifices thermaux nécessite d’avoir fréquenté le plus possible d’entre eux. C’est pourquoi nous avons choisi une région, de manière en partie arbitraire puisque nous avons adopté le découpage résultant des réalités politiques contemporaines.

7Ce choix géographique ne doit cependant rien au hasard. Il est d’abord personnel. Le Maghreb nous est cher, pour de multiples raisons, et cela transforme l’indispensable mais souvent difficile travail sur le terrain en plaisir, ce qui nous semble être une nécessaire condition à l’espoir d’obtenir quelques résultats. Il est surtout historique. Puisque la nécessité d’une analyse offrant une certaine précision nous contraint à restreindre notre champ d’investigation, il faut faire porter nos efforts sur des provinces essentielles de l’Empire. Or, l’Afrique du Nord est, dans la longue durée, un des cœurs du système romain. On peut donc attendre que ses édifices thermaux nous offrent des éléments de réflexion particulièrement significatifs. Si l’on prend aussi en considération la diversité interne à l’Afrique, on peut estimer que la région choisie est à la fois assez précise pour permettre une véritable enquête et assez large pour nourrir une réflexion susceptible d’avoir une portée générale. Précisons d’ailleurs que, si nous avons tenu à circonscrire géographiquement le champ de nos recherches, nous nous sommes constamment tourné vers les réalisations des autres provinces. Cette démarche est indispensable pour saisir la place de l’Afrique. Inversement, la réflexion sur celle-ci peut éclairer la nature des bâtiments thermaux des autres provinces et permettre d’en proposer des lectures nouvelles.

8Nous avons donc conçu deux premières parties qui sont une réflexion, à l’échelle méditerranéenne, sur les principes susceptibles de guider des recherches concernant les édifices balnéaires et sur la mise au point progressive de l’architecture thermale afin de mieux saisir le mode de fonctionnement de ces bâtiments. Sur ces bases, nous avons dressé un catalogue des constructions africaines, ces notices, aussi brèves que possible, regroupant les données fournies par les publications antérieures et nos propres observations.

9Dès lors, il était possible de revenir sur les premières conclusions, de les réviser éventuellement, de les enrichir surtout. Les deux dernières parties reposent donc sur un examen systématique d’abord des données architecturales réunies et de leur signification, ensuite de ce que le dossier africain, y compris les textes et les inscriptions, peut apporter sur le mode de fonctionnement de ces édifices, plus globalement sur l’histoire des cités et, au-delà, de toute l’Afrique du Nord.

10À la fin de cet ouvrage, un ultime chapitre rassemble les inscriptions concernant les thermes d’Afrique du Nord : nous leur avons attribué une numérotation que nous utilisons lorsque nous devons nous référer à ces textes.

11Contrairement aux règles usuelles de la grammaire, nous avons écrit les points cardinaux avec une majuscule. Cette option permet d’attirer l’attention sur des orientations qui jouent un rôle essentiel pour la compréhension du texte. Elle facilite aussi la lecture en évitant la confusion entre l’Est et la troisième personne du singulier de l’indicatif du verbe être.

***

12Ces recherches ont bénéficié de l’appui de multiples personnes. J’ai lourdement mis ma famille à contribution, à commencer par mes parents dont l’aide ne fut pas seulement morale. Je pense aussi, en tout premier lieu, à Monsieur G. Picard, qui a suivi mes travaux depuis 1966, date à laquelle j’ai soutenu, sous sa direction, un DÉS portant déjà sur Bulla Regia, puis une thèse de IIIe cycle de nouveau consacré au domaine africain : son aide me fut fort précieuse en toutes circonstances. Monsieur N. Duval a ensuite accepté de diriger mes activités et de m’aider à conduire à bien cette thèse d’État avec une bienveillance dont je lui sais gré. Je dois aussi bien des remarques fructueuses à ceux qui acceptèrent de faire partie de mon jury, Messieurs H. Broise, F. Coarelli, P. Gros, R. Rebuffat et J.-P. Thuillier.

13Mon entreprise aurait été bien plus difficile sans l’École française de Rome, et en particulier sans Monsieur G. Vallet qui en était le directeur lorsque je me suis lancé, ou plutôt lorsqu’il m’a lancé dans la lourde tâche de responsable d’un chantier de fouille en Tunisie : je me souviens de ses conseils et de ses marques de confiance. Quant à l’ENS de Saint-Cloud, désormais de Fontenay/SaintCloud, je lui dois tout simplement une grande partie de ma formation d’historien et un quart de siècle d’activité professionnelle stimulante. Mes collègues ne savent sans doute pas tout ce qu’ils m’ont apporté, à commencer par ceux auxquels les hasards de la vie m’ont lié depuis le plus longtemps, J.-L. Biget, qui fut et est toujours mon maître, J.-C. Hervé, ami en toutes choses. Ce n’est pas sans une certaine émotion, et satisfaction, que je me souviens d’avoir participé avec eux à la fondation du Centre d’histoire urbaine. Bien des « services » de l’École m’ont aidé avec efficacité et gentillesse : je pense à S. Moréno et à bien d’autres personnes. Quant aux élèves, ils sont pour beaucoup dans le plaisir de travailler dans cet établissement. Ils savent aussi apporter un appui concret et généreux : n’est-ce-pas Valérie, Étienne, Vincent... Je n’oublie pas mes amis du Maghreb : j’espère que ce travail contribuera encore plus à nous rapprocher.

14Le texte présenté ici est, dans une très large mesure, identique à celui de notre thèse soutenue en décembre 1997 : nous avons simplement tenté d’en atténuer quelques défauts. Il en résulte que la bibliographie prise en considération s’interrompt à cette date. La publication de cette étude a été l’occation de contracter d’autres dettes, une fois de plus envers notre ami H. Broise, qui nous a conseillé pour la conception des planches que R. Gilardi a mises au point en utilisant, avec sa compétence habituelle, la documentation non exempte de défauts que nous lui soumettions ; envers aussi, mais cela est devenu une habitude, F.-C. Uginet, directeur des publications, et F. Rollinger, assistant aux publications. Notre gratitude est également due au directeur de l’EFR, A. Vauchez, et aux directeurs des études antiques, C. Virlouvet et S. Verger, qui nous ont accueilli dans la BEFAR.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540