Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Deuxième partie. Bougie, port Méditerranéen

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 J.-Cl. Garcin, « La “Méditerranéisation” de l’Empire mameluk sous les sultans Bahrides », Rivista (...)
  • 2 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 85-120.

1Profondément enracinée au Maghreb, Bougie est aussi largement ouverte sur la Méditerranée. Comme de nombreuses grandes villes maghrébines de la fin du Moyen Âge, elle tire de la mer une part importante de sa prospérité. Ce phénomène de « méditerranéisation », que l’on constate également en Orient à l’époque mamelouke1, se produit dans un contexte marqué par la révolution commerciale dans l’Europe chrétienne et par un développement considérable des échanges maritimes entre les différentes rives de la Méditerranée, en particulier dans un sens nord-sud2. La fondation de la ville n’est certes pas, en soi, une conséquence de cet essor du commerce maritime européen, qui lui est légèrement postérieur. Elle s’explique par des facteurs essentiellement politiques et internes au Maghreb (poussée hilalienne et ambitions politiques des Hammadides). Le port accueille par ailleurs dès le début, et même avant la fondation d’al-Nāṣir, des marchands venus d’al-Andalus ou d’Orient. Ce n’est cependant qu’à partir du milieu du xiie siècle que son activité prend de l’ampleur, avec l’arrivée des marchands européens.

  • 3 Y. Lacoste, « Littoral, frontières marines », Littoral, frontières marines. Hérodote, 93, 1999, p. (...)

2Dès lors Bougie devient un point de contact – un interface diraient les géographes3 – entre le Maghreb et l’Europe. Elle concentre les marchandises, pour les redistribuer ensuite dans diverses directions, et attire les marchands qui parfois s’y installent pour leurs affaires.

3Cette évolution a des conséquences importantes pour la ville. L’animation créée par cette venue des marchands européens est tout d’abord source de richesse et de prospérité, au moins pour une partie de la population de Bougie et de son arrière-pays. Elle peut également orienter, dans une certaine mesure, les activités de production qui s’adaptent à un marché élargi à la rive nord de la Méditerranée. Elle renforce enfin le pouvoir hafside, par les ressources fiscales importantes et régulières qu’en tire le Trésor.

4Mais Bougie est également, à l’instar de nombreux ports de la Méditerranée à cette époque, une base de piraterie qui devient très active à la fin du xive siècle. Comme le commerce, mais selon des modalités différentes, la piraterie est source d’enrichissement pour la ville. Elle doit donc être abordée moins comme un aspect de la lutte entre Islam et chrétienté qu’en tant qu’activité économique, qui établit peu à peu des règles admises de tous. Elle reste cependant une pratique parasitaire du commerce et peut, en définitive, nuire à la prospérité de la ville.

5Cette activité maritime de Bougie est peu décrite par les sources arabes, les auteurs se contentant au mieux de s’émerveiller devant l’animation du port, mais sans donner plus de détail. Ce manque d’intérêt peut étonner, car les relations sont intenses et régulières, mais il y a comme une profonde illégitimité, pour ces auteurs, à parler de contacts pacifiques avec les chrétiens. Il faut donc se tourner principalement vers les documents des archives européennes, qui témoignent de l’importance de l’Europe dans les échanges commerciaux de Bougie et dans son activité économique, même s’ils font peu apparaître les opérateurs bougiotes et offrent donc un tableau très incomplet. Par ailleurs les lacunes de la documentation empêchent d’avoir une vision d’ensemble sûre. La pauvreté des archives pisanes, l’absence presque complète d’actes notariés barcelonais pour le xiiie siècle, sans parler de la perte d’une partie importante des archives de Naples, laissent dans l’ombre certains courants commerciaux essentiels. Les échanges internes au monde musulman (avec l’Orient, les autres régions du Maghreb ou al-Andalus) nous sont par ailleurs presque inconnus par ces sources. Surtout, les données chiffrées ne donnent que des éclairages ponctuels qui rendent délicat tout bilan global de ce commerce.

6Ces réserves et ces limites posées, toutes les sources concordent pour nous renvoyer l’image d’un actif port méditerranéen, qui tire une grande partie de sa prospérité de la mer et de sa position comme débouché maritime de la Kabylie.

Notes

1 J.-Cl. Garcin, « La “Méditerranéisation” de l’Empire mameluk sous les sultans Bahrides », Rivista degli Studi Orientali, 48, 1973-74, p. 109-116.

2 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 85-120.

3 Y. Lacoste, « Littoral, frontières marines », Littoral, frontières marines. Hérodote, 93, 1999, p. 5.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540