Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Conclusion

Texte intégral

1Au total, la place que les collegiati occupent, en tant qu’individus, dans la société de l’Occident romain s’avère difficile à définir. Or, un tel constat ne tient pas seulement à l’incapacité des modernes à saisir des réalités distantes de deux millénaires avec toute la précision souhaitée. La complexité à laquelle les historiens sont confrontés est celle de la société romaine elle-même. De fait, la prise en compte du caractère complexe, et parfois contradictoire, du rang et des identités sociales des collegiati permet de mieux comprendre ces personnages, et de mieux percevoir la représentation qu’ils avaient d’eux-mêmes. Les difficultés rencontrées sont significatives.

2Être collegiatus, tout d’abord, correspond à un rang, qui est conçu comme une dignité. Toutefois, l’existence sociale et la position des collegiati dans les hiérarchies sociales ne se réduisent pas à la qualité de collegiatus. Ainsi, l’appartenance à un collège tend à définir un statut particulier, de nature sociale et civique, alors même que les collèges rassemblent des individus de conditions différentes.

3Les milieux collégiaux, et parfois les mêmes collectivités collégiales, regroupent quelques esclaves, beaucoup d’affranchis, mais aussi des ingénus dont une très petite minorité s’est hissée jusqu’au rang de notable local. À cette hétérogénéité juridique s’ajoute, sans se confondre avec elle, une disparité de conditions économiques et de rapports à l’activité économique. Si les indigents semblent tenus à l’écart des collèges, un petit nombre de collegiati sont des hommes riches. Le statut de travail de ces personnages n’est pas, ou n’est plus, identique à celui des hommes de métiers qu’ils côtoient dans l’univers collégial. Dans leur esprit, la richesse est conçue comme un moyen, moyen d’adopter un mode honorable d’existence notamment, et non comme une fin. Dans leur environnement social, le prestige correspond en effet à un bien monnayable. En réalité, l’acquisition de titres décernés par les collèges, par les cités et par l’État romain, dans le cas des charges d’appariteurs, exige des paiements. Que cette vénalité soit officielle ou tacite n’est pas l’essentiel. Par les honneurs qu’ils délivrent, et les onéreuses occasions de s’illustrer qu’ils fournissent, les collèges construisent ainsi leurs propres échelles de dignités : être collegiatus correspond à un rang, mais il existe une multiplicité de rangs au sein d’un même collège. Les interactions entre les rangs collégiaux et les rangs sociaux sont complexes. Et les collegiati occupent des échelons distincts, parfois distants, des hiérarchies sociales.

  • 1 Il faut reconnaître, cependant, que les historiens qui ont utilisé les notions de «  plebs media » (...)

4Les milieux collégiaux révèlent que les hiérarchies sociales du Haut-Empire romain sont très fragmentées, et que la place précise des individus dans la société romaine résulte de combinatoires. Aussi chaque collegiatus appartient-il à plusieurs catégories et à plusieurs groupes de nature différente, tandis que ces groupes et catégories ne s’agencent pas de façon simple et strictement hiérarchique. Il est très difficile, par exemple, de juger de la position relative, dans la hiérarchie des sociétés de l’Occident romain, d’un ingénu et d’un affranchi appartenant au même collège. Le second appartient à une catégorie juridique qui implique le maintien d’une dépendance à l’égard de son ancien maître. En droit, tout du moins, il occupe une position inférieure dans le groupe familial de son patron. Pour sa part, l’ingénu ne subit pas une telle infériorité, mais il peut être, dans le collège, d’un rang inférieur à des affranchis qui, s’ils disposent de richesses, peuvent obtenir des dignités civiques les distinguant des simples plébéiens. L’existence de nombreux critères de positionnement dans la société romaine – de nature juridique, économique, civique, mais aussi collégiale – explique le caractère très hétérogène des couches inférieures et intermédiaires de la société romaine, en général, et des milieux collégiaux en particulier. De fait, l’organisation des catégories sociales inférieures aux élites ne correspond pas à une stratification horizontale simple. C’est pour cette raison qu’il peut paraître délicat de décrire les collegiati comme des représentants d’une « plèbe moyenne » ou d’une « Mittelschicht » romaine1.

5L’appartenance des collegiati à plusieurs catégories et groupes différents retentit sur l’identité sociale de ces individus. Cette identité est composite. Elle est faite de multiples facettes à la fois complémentaires et parfois contradictoires. Or, ces traits identitaires dissonants ne s’opposent pas seulement. Au contraire, leur coexistence remplit une fonction régulatrice. La participation à la vie collégiale d’esclaves privilégiés et d’affranchis compense en partie un état de servitude ou de dépendance, de ce fait plus facilement accepté. Pour des hommes de métier, évoluer dans un cadre d’agrément et de convivialité est un moyen de s’extraire en partie de réalités matérielles et mercantiles, en elles-mêmes peu valorisantes. Ainsi, l’appartenance à une communauté de métier devient plus respectable par la médiation du collège professionnel. Celui-ci offre un cadre de vie valorisant, car globalement distinct des pratiques professionnelles elles-mêmes et de l’organisation de la vie économique. Dans les sociétés municipales de l’Occident romain, le collège est perçu comme un groupe civique, du fait notamment de sa grande visibilité dans l’espace urbain ; et, à titre individuel, les personnages étudiés briguent et obtiennent parfois des dignités civiques. Pour les collegiati, ces deux dimensions complémentaires peuvent compenser une incapacité, juridique ou économique, à accéder à des administrations municipales censitaires et contrôlées par des notables ingénus. Parce que les appartenances collectives et les identités des collegiati sont multiples, chacune d’entre elles tient une place très relative dans la définition des rangs sociaux.

6Les milieux collégiaux sont hétérogènes, la personnalité des collegiati est complexe ; le contenu des sources rend l’analyse plus difficile encore. Ainsi, les collegiati les plus éminents sont bien mieux connus que les collegiati ordinaires ; et les inscriptions ne jettent de lueurs que sur certains aspects de leurs personnalités sociales. L’étude a tenu compte de ces données. L’analyse des listes collégiales, en particulier, a eu pour objectif de parvenir à une connaissance moins incomplète des effectifs collégiaux. Les résultats obtenus sont par nature très hypothétiques. Néanmoins, il est manifeste que la cohérence relative des effectifs collégiaux réside dans une volonté de gagner en respectabilité sur les plans social et civique, et aussi dans une volonté de paraître respectable.

7À la fois grandes et très significatives, les difficultés rencontrées tiennent au fait que le rang social des collegiati n’est pas une donnée objective, que les sources livreraient sans déformation. Le rang social est l’objet central d’un discours épigraphique, construit et prononcé par les collegiati eux-mêmes. Et dans ce discours, des pans bien choisis du réel côtoient l’exagération, la métaphore ou le fantasme. De surcroît, un silence délibéré est gardé sur des aspects cruciaux des existences sociales.

8La rhétorique gravée sur la pierre semble parfois en contradiction partielle avec les réalités des conditions individuelles. Des inscriptions mettent en scène l’esclave en dehors de son rapport au maître, l’affranchi en dehors de son rapport au patron ou encore l’homme de métier en dehors de son activité professionnelle. Le riche affranchi apparaît dans des attitudes de supériorité qui contrastent avec l’infériorité de son statut juridique. De manière plus générale, des dépendants donnent à observer d’eux-mêmes le versant autonome de leur existence sociale. Or, les collegiati ne sont pas seulement ce qu’ils laissent paraître d’eux-mêmes. Ils ne dévoilent, en fait, qu’une part réduite de leur être, sous le jour qu’ils ont choisi. Ils sont prompts, par exemple, à se présenter comme des patrons d’affranchis, alors que, le plus souvent, les collegiati affranchis n’indiquent pas l’identité de leurs patrons. Face à un tel silence, les historiens sont souvent réduits à des hypothèses fragiles par nature. Celles-ci s’appuient parfois sur des rapprochements entre les gentilices des notables et ceux des collegiati. Les résultats d’une telle démarche ne nous semblent pas très concluants. Il n’est pas question d’exclure que des collegiati aient pu être les affranchis de notables établis. De telles relations sont très rarement attestées, mais il est possible qu’elles aient été moins rares que leurs attestations épigraphiques. Cependant, l’existence de relations d’affranchissement ancrées dans les milieux collégiaux eux-mêmes permet de formuler des hypothèses complémentaires, et d’envisager d’autres modèles possibles d’organisation sociale. Il s’agit là de schémas alternatifs, et non pas exclusifs : ils ne prétendent pas rendre compte de l’ensemble des réalités antiques. Ces modèles supposent néanmoins que, dans les grands centres économiques de l’Occident romain, les milieux artisanaux et commerciaux aient pu disposer d’une assez grande autonomie vis-à-vis des élites établies.

9Au-delà des profils individuels, les collèges eux-mêmes et les dignités collégiales font l’objet de présentations très orientées. Les responsabilités collégiales sont évoquées à la manière de dignités civiques, et les titulatures individuelles tendent à placer sur le même plan les honneurs civiques et collégiaux. Les formulaires épigraphiques paraissent alors tendancieux, car ils donnent l’impression de mêler au sein de mêmes ensembles des éléments de nature juridique différente. En outre, les collèges, en tant que corps, sont parfois décrits à la manière d’ ordines, ce qu’ils ne semblent pas être pleinement, même lorsqu’ils se définissent comme des ordines corporatorum. L’impropriété des formulations révèle, en fait, une manière de penser qui ne coïncide pas avec les clivages typologiques établis par les modernes.

  • 2 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728.

10Le discours et l’attitude des collegiati procèdent d’une démarche d’imitation des élites, d’imitation des groupes sociaux qui incarnent le prestige véritable. Les collegiati ne semblent pas témoigner de « l’autonomie spirituelle » que P. Veyne prête à la « plèbe moyenne »2. Bien au contraire, ces individus se déterminent en fonction de dispositions mentales et d’attitudes étrangères à leur milieu. De fait, les collegiati s’attribuent des rôles et se mettent en scène. Le jeu est un moyen de construire une image valorisante d’eux-mêmes, donnée à regarder aux contemporains et à la postérité. Ce jeu de rôles n’est-il que faux-semblant ? La gloire exaltée par certaines inscriptions peut être jugée dérisoire, car sans fondement réel. Les titulatures des collegiati paraissent bien emphatiques, si l’on part du principe que l’image de grandeur qu’elles réfléchissent n’est pas l’œuvre de grands personnages. Toutefois, les réalités antiques sont inintelligibles, si l’on postule que l’image, les représentations des acteurs et les déformations propres aux discours n’ont aucune influence sur le réel.

11La frontière entre le réel et le jeu est très floue, car les rôles que se donnent les collegiati ne sont ni créés, ni joués, dans un théâtre isolé du réel. Les collèges de l’Occident romain ne correspondent pas à des microcosmes évoluant en marge, mais à des communautés constitutives des cités et pleinement intégrées à celles-ci. La présence des collegiati dans les espaces civiques, la position individuelle des collegiati vis-à-vis des autres communautés constitutives des cités, la relation des collegiati aux citoyennetés locales, montrent qu’appartenir à un collège revient à faire partie d’une catégorie civique. Ainsi, les collegiati ne jouent pas seulement à être dignes et respectables ; ils le sont, à leur niveau, dans leur esprit et dans l’esprit des citoyens qui les entourent. En outre, les collèges ne sont pas seulement décrits à la manière de structures officielles qu’ils ne sont pas pleinement. Leur organisation et leur fonctionnement sont tels que les métaphores du discours s’appuient en partie sur des structures tangibles, bien réelles. Certes, la qualité de véritables ordines peut être contestée aux collèges. Cependant, les collèges ressemblent à des ordines, aux ordines Augustalium de nombreuses cités en particulier, parce que les collegiati le souhaitent ardemment, et parce qu’ils s’organisent et se comportent en fonction de ce désir. Si les ordres romains sont des structures définies expressément comme telles par l’autorité publique romaine, les collèges eux-mêmes peuvent être en contact avec la puissance publique. Ils peuvent bénéficier de certaines formes de reconnaissance officielle. Et ils appartiennent à un univers public qui se confond avec la cité. Les réalités romaines sont ambiguës, et les collegiati entretiennent ces ambiguïtés.

12Le discours sur le rang dont les tituli sont le medium consiste, pour des collegiati, à décrire leurs existences comme des exemples de réussite sociale. Or, l’idée même d’une telle réussite suppose une progression. La position des collegiati dans leurs sociétés est présentée comme mobile, ce qui contribue aussi à la rendre assez insaisissable. Au reste, l’identité et la condition sociale des collegiati sont soumises à des changements d’ampleur et de nature différentes. Ainsi, tous les processus de mobilité sociale, au sens le plus large du terme, auxquels les collèges sont associés, ne peuvent être considérés sur un seul et même plan.

13Pour une étroite minorité d’individus, le collège apparaît comme un élément, parmi d’autres, contribuant à une promotion sociale indiscutable, fondée sur l’accès au monde des notables et au gouvernement municipal. La vie collégiale offre la possibilité d’accumuler, et parfois de transmettre en héritage, un capital symbolique et un capital de relations sociales qui favorisent cette ascension. Aussi le collège professionnel a-t-il permis à des lignées, prenant de la distance vis-à-vis des activités mercantiles qui les avaient enrichies, de maintenir un lien non-économique avec le monde des métiers. Il était assez courant que ce lien prenne la forme d’un patronat attribué par le collège au fils d’un dignitaire. En effet, le passage des strates inférieures et intermédiaires de la société à l’élite s’étalait souvent sur plusieurs générations.

14Les fils recevaient parfois ce qui avait été refusé aux pères ou, tout du moins, ce que ceux-ci n’avaient pas réussi à obtenir. Cela si-gnifie-t-il que le rang des pères demeurait inchangé ? Pour quelques collegiati, la qualité de pater decurionum ou de pater equitum est une forme d’identité qui s’acquiert, et qui s’affiche, comme un élément de dignité. Les pères changent en partie d’identité sociale, même si leurs statuts personnels restent le même, même s’ils ne sont pas promus socialement, au sens strict du terme. La mobilité et l’immobilité sociales, la fluidité et la fixité inhérentes aux structures sociales romaines, apparaissent ici dans toute leur relativité. Ces pères, tenus à l’écart du gouvernement civique et des ordres supérieurs, sont souvent de riches affranchis. Or, par définition, les anciens esclaves sont des individus qui ont changé de condition.

15En lui-même, l’acte d’affranchissement entraîne un changement d’état juridique dont les implications sociales sont très variables. La relation entre l’affranchissement, les conditions sociales de l’existence, et la mobilité des individus dans les hiérarchies des sociétés du Haut-Empire n’a rien d’une relation simple, mécanique. Toutefois, le changement de statut juridique, ouvre les portes d’une nouvelle existence sociale, dans laquelle le collège peut tenir une grande place. Admis dans un collège après sa libération, l’ancien esclave accède à une vie sociale d’homme libre. L’agrément et la convivialité propres à la vie collégiale permettent à l’ancien esclave de se penser comme un homme libre, malgré le maintien de liens de dépendance inhérents au statut d’affranchi. De fait, il paraît indubitable que les affranchis romains concevaient leurs parcours dans la vie comme une élévation sociale. Toutefois, cette mobilité est à l’image du statut d’affranchi lui-même, contradictoire.

16D’une certaine manière, l’esclave libéré s’élève dans une hiérarchie du monde servile dont il ne s’extrait pas. Mais la liberté, en ellemême, donne accès au monde des hommes libres où l’affranchi peut progressivement gagner en dignité. En outre, l’affranchissement de l’esclave est un acte juridique qui intervient à un moment très précis d’une existence. Dressant le bilan d’une vie, les épitaphes sont parfois rédigées plusieurs décennies plus tard. Quand de très rares dossiers épigraphiques laissent entrevoir de longs parcours, de manière très fugace, il apparaît qu’entre sa libération et sa mort, l’ancien esclave pouvait devenir un autre homme. En somme, les échelles hiérarchiques de la société romaine, dans lesquelles les individus évoluaient dans des proportions variables et à des rythmes variables, étaient multiples.

17Un grand nombre de collegiati gagnent en honorabilité, s’élèvent d’une certaine manière, sans quitter les catégories intermédiaires de la société romaine. Ils demeurent tenus à l’écart du monde des notables locaux par une barrière infranchissable. Ainsi, considérés avec le recul et la vision d’ensemble de l’historien, les progrès en dignité réalisés par ces individus semblent relever d’une mobilité très réduite qu’il est très délicat de définir comme une promotion sociale. Il n’empêche que les collegiati conçoivent et présentent leurs destinées comme l’accomplissement d’une ascension. Si ce n’est dans l’esprit d’aristocrates de haut rang, sans doute, la direction d’un collège n’est pas conçue comme un honneur insignifiant. Acquérir une dignité collégiale était donc ressenti comme une promotion personnelle, d’autant plus que les structures de plusieurs communautés révèlent qu’un tel honneur était réservé à une minorité. Dans quelques cas, les coûteuses responsabilités attribuées par un collège paraissent peu nombreuses, au regard du nombre total de collegiati. En s’appuyant sur quelques cas individuels, on peut en déduire que les carrières des collegiati étaient longues et faisaient parfois grand cas de l’ancienneté. Dès lors, il est plus compréhensible que les dignités collégiales soient présentées comme de véritables éléments de prestige ; mais il convient aussi de nuancer l’image d’ascension donnée par des titulatures qui masquent le caractère parfois lent et laborieux des carrières. En somme, chaque parcours étudié mériterait d’être inséré dans une hiérarchie fine des phénomènes de mobilité sociale, mais les sources à la disposition des historiens permettent rarement de se plier à cette exigence.

18Alors que l’association de droit privé correspond à un cadre traditionnel de la vie romaine, l’étude du profil social des collegiati fournit des éléments d’une compréhension générale de certaines sociétés romaines. Le regard est circonscrit dans le temps et dans l’espace. Le point de départ prosopographique que nous nous sommes donné a conduit à privilégier l’étude d’Ostie et de centres économiques importants du iie siècle et de la première moitié du iiie siècle. Nombre des collèges et des collegiati abordés s’inscrivent par conséquent dans les contextes historiques et socio-économiques très singuliers : ceux de l’essor du port de Rome, et des centres gaulois de la vallée du Rhône. Toutefois, la prise en compte sur la longue durée d’un vaste espace géographique montre que les formes sociales propres aux points d’ancrage du grand commerce occidental n’ont pas surgi du néant. Les sociétés ostienne ou lyonnaise des iie et iiie siècles ont construit leur spécificité en aménageant des structures préexistantes, qui se sont épanouies ailleurs sous des formes voisines. Ainsi, en matière de collèges, la singularité d’Ostie réside surtout dans le foisonnement de communautés issues de spécialités professionnelles très diverses, tandis que la prééminence dans le tissu collégial des collectivités de fabri, de centonarii et de dendrophori est caractéristique des autres cités italiennes des iie et iiie siècles. Néanmoins, les mécanismes sociaux à l’œuvre à cette époque sont déjà attestés au siècle précédent. Les tituli gravés par des confréries funéraires de Teate Marrucinorum et de Trebula Mutuesca, par exemple, en témoignent.

  • 3 Cité par. G. Dagron, P. Riche, A. Vauchez, Histoire du christianisme. IV. Évêques, moines et emper (...)

19Apparues dans des sociétés bien antérieures au Haut-Empire, les structures collégiales romaines ont perduré bien au-delà. Ainsi, présentant un modèle de charte à l’usage des confréries laïques, Théodore Stoudite, le grand réformateur monastique du ixe siècle byzantin, décrit un cadre de vie commune qui a l’apparence d’un héritage très lointain et direct à la fois3. Les «  σπoνδαίoι » byzantins, en effet, ressemblent beaucoup aux membres des confréries funéraires des ier et iie siècles dont les règlements sont conservés.

Tout homme mort qui aura été signalé à l’un des membres de la confrérie ou qui aura été vu par lui lors d’un déplacement, sera convoyé en des funérailles convenables, et sera déposé en l’une des saintes tombes que nous aurons réservées à cet usage ; de plus, dans l’année, au début de l’indiction, et pendant la période de la Pentecôte, nous ferons en commun les commémorations de tous les morts ensevelis et, à cette occasion, sur les contributions versées, nous organiserons un banquet pour le réconfort des corps (...). En outre, nous nous conformerons encore à ceci : lorsque arrivera pour l’un de nos frères la mort qui nous est commune, nous nous rassemblerons tous pour procéder ensemble à ses funérailles et à son inhumation, si bien que sur ce point aussi notre valeureux regroupement recevra des éloges.

Notes

1 Il faut reconnaître, cependant, que les historiens qui ont utilisé les notions de «  plebs media » ou de « Mittelschicht » dans l’étude des collèges et de l’augustalité l’ont fait avec une grande prudence. O. Van Nijf, Civic, p. 22, remarque que la «  plebs media » ne peut être regardée comme une « bourgeoisie ». A. Abramenko, Mittelschicht, p. 76-82, affirme recourir à la notion de « Mittelschicht » dans une acception « non-technique ». Il n’existe pas de « classes moyennes » au sens strict du terme dans la société romaine, et dans les sociétés préindustrielles en général.

2 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728.

3 Cité par. G. Dagron, P. Riche, A. Vauchez, Histoire du christianisme. IV. Évêques, moines et empereurs (610-1054), Paris, 1993, p. 241-244.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540