Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Troisième partie. Réseaux de relations interpersonnelles et rang social : l’enchevêtrement des appartenances collégiales et familiales

Chapitre 7. Les collèges professionnels et les réseaux de l’élite sociale

Texte intégral

UN MODÈLE HISTORIOGRAPHIQUE CONTESTABLE

  • 1 R. Meiggs, Ostia, p. 198-199.

That the Egrilii derived their main wealth from trade cannot be proved, but it is strongly suggested by the wide distribution of the name in the trade guilds. Most of this men were freedmen, or of freedman stock. It is easier to understand the prevalence of the name in trade if the original patrons had trading interests1.

1Ces quelques lignes de R. Meiggs témoignent non seulement d’une perception très particulière des collèges professionnels et des relations que les collegiati entretenaient avec l’élite sociale, mais aussi de présupposés économiques qui s’inscrivent dans une vision globale de la société du Haut-Empire romain. La monographie de R. Meiggs est une œuvre très riche, une grande synthèse faisant autorité. En isoler quelques lignes, afin de les soumettre à une critique pointilleuse, peut donc paraître à la fois présomptueux et en décalage avec la nature même du livre. L’enjeu historique, capital, justifie néanmoins cette démarche.

  • 2 R. Meiggs est encore plus catégorique à la page 506 : « We have suggested that the fortunes of the (...)

2R. Meiggs reconnaît la fragilité de son hypothèse – it « cannot be proved » –, mais finit par l’admettre au nom de la vraisemblance – « it is strongly suggested » –. Les Egrilii, de grands notables d’Ostie, disposeraient d’importants intérêts patrimoniaux dans le négoce ; et les effectifs collégiaux en conserveraient la trace. Le point clé est avancé sans prudence véritable. Constatant que certains Egrilii sont ingénus et que d’autres sont affranchis, ce qui, pour les seconds, reste à prouver, R. Meiggs n’envisage pas un instant que les premiers puissent ne pas être les patrons des seconds2. L’expression « original patrons » sonne comme un artifice rhétorique, car elle semble recouvrir une notion qui devait être étrangère à un Romain, concevant le patronat d’un ancien maître sur son ancien esclave comme un lien d’homme à homme. La prudence affichée par l’auteur ne s’applique pas à l’une des dimensions essentielles de son analyse. À supposer que ces Egrilii aient placé une partie de leurs biens dans le commerce, il n’est pas évident que leur « main wealth », et non une part accessoire de celle-ci, résulte du commerce. L’ampleur même de l’œuvre de Russel Meiggs interdit l’exhaustivité : les modalités d’une possible intervention des notables dans la vie commerciale, et la place des collèges dans l’hypothétique contrôle exercé par l’élite sur le monde des métiers du port, ne sont pas précisées. Le flou de l’argumentation est d’autant plus insatisfaisant que l’interrogation suggérée par celui-ci est cruciale.

3Les collèges sont-ils le reflet de sociétés municipales dominées, sur les plans civique, économique et social, par quelques « familles » tentaculaires ? L’identité de gentilices, entre des notables et des collegiati, ne suffit pas à établir l’existence de véritables relations familiales entre ces individus. Des présupposés économiques discutables ont renforcé la tentation de succomber à ces rapprochements onomastiques peu sûrs. Ces mêmes présupposés ne peuvent s’accorder qu’avec une approche trop superficielle des collèges qui ont admis des Egrilii en leur sein.

Une démarche onomastique fragile par nature

  • 3 CIL, XIV, 246.
  • 4 AE, 1987, 176 et 193, Ostie.
  • 5 CIL, XIV, 4569 ; AE, 1988, 204.
  • 6 CIL, XIV, 281.
  • 7 En outre, plusieurs Egrilii sont enregistrés dans l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum (...)

4Les propos de R. Meiggs s’appuient sur la présence dans le tissu collégial d’Ostie d’une soixantaine d’individus portant le gentilice Egrilii. En fait, la majorité de ces collegiati, près des quatre cinquièmes, est nommée sur l’album d’un seul collège, l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt3. Au vu de la composition de cet ordo, bien connue grâce à un album inscrit entre les années 151 et 172, cette communauté semble se confondre avec un collège de bateliers du port d’Ostie : le corpus lenunculariorum et scaphariorum traiectus Luculli, dont trois membres au nom d’Egrilius sont connus par ailleurs. Deux dédicaces adressées à Marc-Aurèle complètent le dossier4. La présence des Egrilii dans les autres associations d’Ostie est plus diffuse. Six sont inscrits sur l’album des fabri tignuarii daté de 198, auxquels s’ajoute un septième, quinquennalis collegii fabrum tignuariorum lustri XXVI5. Les noms de trois autres Egrilii apparaissent dans une liste de dendrophores6. Les cognomina de ces personnages ont conduit les modernes à croire qu’une grande partie d’entre eux devait être issue de l’esclavage. Le quart de l’effectif porte un cognomen grec ; un tiers, un cognomen latin courant dans la population servile7. Aussi les noms des Egrilii des collèges se distinguent-ils nettement de ceux des Egrilii appartenant à l’élite. La tradition familiale attribuait à ces derniers les surnoms « Rufus » ou, plus tardivement, « Plarianus ».

  • 8 H. Bloch, Ostia, p. 254-264 (un arbre généalogique est présenté p. 264) ; F. Zevi, Egrilii, p. 279 (...)
  • 9 F. Zevi, B. Bargagli, C. Grosso, I Fasti Ostienses, documento per la storia di Ostia, Rome, 1997.

5A. Egrilius Rufus, duouir investi des pouvoirs censoriaux en l’an 6 de notre ère, est le premier Egrilius attesté dans l’élite d’Ostie8. Plusieurs de ses descendants, par des carrières municipales menées au cours du ier siècle, témoignent de la grande influence de la famille dans la colonie. Le duovirat revient encore à un Egrilius en 34, 35 et 36, tandis que ce même nom « Egrilius » semble restituable dans les lacunes des fasti Ostienses, pour les magistratures de l’année 17, et peut-être des années 15 et 169. Dès 30, un A. Egrilius Rufus occupe la haute fonction sacerdotale de pontife de Vulcain. La famille est bien insérée dans le milieu aristocratique, s’alliant avec des Plarii par un mariage avec une flaminica diuae Augustae, puis à des Acilii. Au iie siècle, des Egrilii s’unissent à une famille étrangère à Ostie : les Larcii Lepidi. Alors que le tribunat militaire d’un Egrilius Rufus semble daté du dernier quart du ier siècle, deux Egrilii accomplissent, sous les principats de Trajan et d’Hadrien, des carrières sénatoriales qui devaient les mener jusqu’au consulat, pour le premier, et à deux postes prétoriens pour le second. Aux deux générations suivantes, le proconsulat de la province d’Afrique échoit à des représentants de la famille. L’idée d’une implication de ces aristocrates dans le négoce, défendue de manière assez allusive par R. Meiggs à la suite de H. Bloch, a fait école. Le point de vue de R. Meiggs a été non seulement repris, mais encore étendu à d’autres notables.

  • 10 Cf. infra p. 386-388, où l’argumentation de J. H. D’Arms, Commerce, est débattue.
  • 11 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411.
  • 12 H. Bloch, Ostia, p. 288, no 49 ; CIL, XIV, 4569.
  • 13 CIL, XIV, 251 (D., 6175) et 4562 ; H. Bloch, Ostia, p. 279.
  • 14 CIL, XIV, 292 (D., 6137), 256, 246 et 251 (D., 6175).

6Souscrivant à la thèse présentée par R. Meiggs à propos des Egrilii, J. H. D’Arms rapproche, de manière systématique, les nomina des notables de ceux portés par des collegiati10. Ainsi évoque-t-il des nomina de collegiati dans des notes prosopographiques consacrées à des notables municipaux d’Ostie11. Dans les propos liminaires d’un de ses articles, J. H. D’Arms affirme de la façon la plus nette et tranchée : « the economically prominent and socially respectable groups of Ostian freedmen – the seuiri Augustales and officers in the local trading associations, the collegia – have a special relevance, for their names can often offer clues to the social and economic milieu of Ostian notables themselves ». Les restitutions épigraphiques qu’il propose se fondent parfois sur le rapprochement des deux types de personnages : le cognomen fragmentaire du duovir C. Aemilius Ad[– – –]us est rapproché du surnom du faber tignuarius Aemilius Adauctus12. À la suite de R. Meiggs, J. H. D’Arms présume que le duovir Q. Lollius Rufus Chrysidianus était issu du monde servile et du monde négociant : est relevée la présence de quatre Q. Lollii dans l’ ordo corporatorum lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, en 192 et en 213, et dans un album des seuiri Augustales13. Le décurion M. Annius Proculus est rapproché des Marci Annii présents parmi les fabri nauales14 : il était le patron de leur collège. Sa nomenclature est mise en relation avec celles de bateliers inscrits dans d’autres collèges. La même démarche est appliquée à un duouir nommé Tuccius, ainsi qu’aux décurions Sex. Av[ienius] [L]ivianus, C. Domitius Fabius Hermogenes et T. Rubrius. Référence est faite aux alba des fabri tignuarii, des lenuncularii tabularii et des fontani d’Ostie. Enfin, A. Livius Anteros, président des fabri tignuarii entre 140 et 144, probable grand-père d’un chevalier et notable d’Ostie, est décrit comme le possible affranchi d’A. Livius Proculus, duouir à la fin du règne d’Hadrien, semble-t-il.

7Dans le même article, J. H. D’Arms suit cette logique du rapprochement onomastique, au point d’envisager que les gentilices de collegiati puissent refléter les structures de patrimoines sénatoriaux. Ainsi lit-on dans la notice qu’il consacre à Sex. Carminius Parthenopeus, décurion d’Ostie et président des fabri tignuarii : « it is worth remembering that freedmen of particularly influential families enjoyed social prospects to which most liberti could not aspire, and that Sex. Carminius Vetus, apparently the last of the line, was consul in 150 ( PIR2 C 438) : the family may have had business interests at Ostia ». Et encore, à propos du décurion C. Domitius Fabius Hermogenes, fils d’un président du collège des charpentiers, est présentée « the possibility of Ostian connections for C. Domitius Dexter (cos. II in 196), the only C. Domitius attested in PIR2 ». Le décurionat de T. Rubrius est aussi l’occasion de mentionner, et les Rubrii inscrits dans le collegium fabrum tignuariorum, et le consulat suffect d’un T. Rubrius Aelius Nepos. Dans tous les cas abordés, aucun élément de preuve n’est présenté, au-delà des pures suppositions.

  • 15 H. L. Royden, Magistrates, p. 145-202.
  • 16 CIL, VI, 30982 ; AE, 1941, 71.
  • 17 H. L. Royden, Magistrates, p. 150-151 ; AE, 1941, 71 ; CIL, VI, 9405 (D., 7238) ; CIL, VI, 9412-94 (...)
  • 18 H. L. Royden, Magistrates, p. 150, 152, 154 et 162.
  • 19 Ibid., p. 89, 90-91 : l’auteur se fonde sur CIL, XIV, 246 et 5374.

8H. L. Royden s’inscrit dans la démarche de R. Meiggs et de J. H. D’Arms, appliquant le même type de rapprochements aux présidents de collèges de la ville de Rome15. À ses yeux, les listes abondantes de magistri quinquennales du collegium fabrum tignuariorum s’y prêtent opportunément. La rareté du prénom Marcus parmi les membres de la «  gens Iulia », le conduit à supposer que M. Iulius Amphion, président du collège entre 2 av. J.-C. et 3 ap. J.-C., était un affranchi de Livie. Mais, pour des raisons de chronologie, H. L. Royden se rétracte aussitôt : l’impératrice ne prend le nom de Iulia qu’en 1416. Plusieurs T. Statilii, dont certains sont explicitement désignés comme des affranchis, ont appartenu au même collège ; et plusieurs esclaves de la famille aristocratique des Statilii Tauri exerçaient le métier de charpentiers. H. L. Royden en retient l’idée d’une possible connexion entre T. Statilius Taurus et le collège, motivée par les desseins politiques et économiques du compagnon d’Auguste17. En outre, sous couvert de formulations hypothétiques, parfois prudentes, les Caecilii du collège sont rapprochés des Caecilii Metelli, l’affranchi Sex. Apuleius Primigenius d’un petit-neveu d’Auguste, l’affranchi T. Flavius Hilario d’un membre de la famille de Vespasien, un [Cn. ?] Sentius Sa[turninus] de la «  familia » des Sentii Saturnini18. Pour l’étude des collegiati d’Ostie, H. L. Royden reprend les hypothèses de R. Meiggs et de J. H. D’Arms. Il juge possible que L. Naevius Saecularis, quinquennalis des lenuncularii traiectus Luculli, soit l’affranchi de L. Naevius Proculus, duouir d’Ostie en 95. Le raisonnement s’applique implicitement aux 26 Naevii recensés dans l’ album du collège. De fait, la structure qui tend à être dégagée prend modèle sur l’analyse inspirée par les Egrilii19.

9Ainsi les propos de R. Meiggs ont-ils eu un grand retentissement. Ils sont pourtant assez succincts, sans doute trop succincts et trop fragiles, pour asseoir avec solidité une compréhension rigoureuse des structures de la société ostienne. Le modèle, appliqué sans grande nuance, paraît contestable. Toute certitude est certes difficile à atteindre. Par les rapprochements onomastiques sur la base du gentilice, les modernes s’aventurent sur un terrain où les preuves font défaut. Les faiblesses du modèle fondent aussi la difficulté de la réfutation, car il est parfois aussi impossible de démontrer l’invérifiable que de l’infirmer.

  • 20 F. Zevi, Egrilii, p. 280.

10Comme F. H. Wilson le soulignait déjà dans ses analyses, l’insertion des différents Egrilii dans la chronologie d’Ostie revêt une grande importance. Il y a un décalage d’au moins 130 années, et parfois de près de deux siècles, entre l’existence des premiers aristocrates du nom d’Egrilius et celle des collegiati de même gentilice. En outre, F. Zevi tire argument de l’appartenance des Egrilii à la tribu Voturia, ainsi que de l’image de leur grandeur dès l’époque augustéenne et pendant tout le ier siècle, pour considérer que les Egrilii étaient de souche ostienne très ancienne, et que leur poids dans l’élite coloniale devait être un acquis du ier siècle av. J.-C.20. Comme R. Meiggs, J. H. D’Arms semble négliger le fossé chronologique qui sépare parfois les personnages qu’il rapproche les uns des autres : les Rubrii, fabri tignuarii en 198, et le consulaire d’époque flavienne T. Rubrius Nepos, par exemple. Or, le temps autorise une diffusion très ramifiée de noms, qui, en eux-mêmes, ne témoignent pas nécessairement de véritables relations familiales.

  • 21 K. R. Bradley, Discovering the Roman family : Studies in Roman social Relations, Oxford-New York, (...)

11Dans le cadre d’une démarche fondée sur l’onomastique des gentilices, la notion de « famille », que H. L. Royden tend parfois à confondre avec celle de «  familia », semble peu appropriée. La référence à la «  gens » ajoute à la confusion, au point qu’une évidence doit être rappelée. Dans la société du Haut-Empire romain, même dans le cadre restreint d’une cité, l’identité de gentilice peut être détachée de toute appartenance véritablement familiale. Les structures onomastiques et les structures de parenté ne se superposent pas. Les spécialistes de la famille romaine insistent sur l’étroitesse des cellules familiales romaines, alors que les conjectures onomastiques les plus audacieuses semblent reposer, sans jamais le dire, sur le présupposé non fondé de structures familiales élargies21. De surcroît, la diffusion d’un gentilice ne résulte que d’une transmission agnatique ou patronale du nomen, et ne conserve donc pas la trace des relations entre cognats : il n’y a pas lieu de minorer, sans même le vouloir, l’importance de ces dernières dans le système de parenté romain.

  • 22 AE, 1988, 204.

12L’épigraphie ne présente l’environnement familial que d’un seul Egrilius des collèges d’Ostie. A. Egrilius Hilarus, magister quinquennalis du collegium fabrum tignuariorum entre 185 et 189, a rédigé l’épitaphe d’une Egrilia Clusina22. Or, ce document unique laisse entrevoir certaines formes de la transmission d’un nomen romain. Seuir Augustalis et quinquennalis de l’ ordo Augustalium, portant un cognomen courant dans la population servile, Hilarus est un affranchi probable. Pourtant, rien n’indique de manière explicite qu’il était lié à des notables de la colonie. Au contraire, Hilarus évolue dans un milieu d’affranchis, dans lequel il se définit en tant que patronus. Hilarus et son épouse Egrilia Iustina se présentent comme les patroni de Clusina. Les noms de l’épouse impliquent que Hilarus et Iustina soient deux co-affranchis, à moins que celle-ci soit l’affranchie d’Hilarus. Les deux cas de figure ne s’excluent pas l’un et l’autre, le rachat des compagnes d’esclavage en vue de leur manumission correspondant à une pratique bien avérée. Le couple dédie le titulus d’un monument funéraire voué à accueillir leur ancienne esclave Clusina, et leurs autres affranchis et affranchies. Le tombeau était aussi destiné à accueillir la descendance des défunts, au moins en théorie. À travers A. Egrilius patron d’A. Egrilius Hilarus, A. Egrilius Hilarus lui-même, son épouse Egrilia Iustina sans doute, leur affranchie Egrilia Clusina, leurs affranchies et leur descendance, transparaissent trois ou quatre niveaux distincts de la transmission du même nomen. Une seule inscription, n’éclairant que deux générations d’individus et l’environnement familial d’un seul collegiatus, permet d’observer à un moment précis le caractère rapide d’une telle transmission.

  • 23 AE, 1988, 189 : «  D(is) M(anibus), / A(ulus) Egrilius A(uli) lib(ertus) / Polyti mus / Amerimnian (...)
  • 24 J. Andreau, Modernité, p 393.
  • 25 L’ album de l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt fait apparaître de (...)

13Le profil de Hilarus est très proche du second coactor argentarius et quinquennalis Augustalium du nom d’Egrilius. L’épitaphe de ce Polytimus Amerimnianus révèle aussi les niveaux multiples d’une transmission rapide d’un gentilice, porté par le patron de cet «  A(uli) lib(ertus) » comme par les descendants des affranchis de son affranchi23. Le second cognomen du coactor argentarius indique que son patron s’appelait Amerimnus, et non Rufus ou Plarianus. Il ne paraît donc pas être l’affranchi d’un notable24. Classer les Egrilii en deux entités claires et bien distinctes, subordonnées l’une à l’autre dans un rapport de dépendance simple, paraît au total répondre à un schéma trop simplificateur25.

  • 26 H. L. Royden, Magistrates, p. 89 ; CIL, XIV, 246.
  • 27 On remarque, ainsi, la fréquence du surnom « Hilarus » et de ses dérivés chez les Egrilii des coll (...)
  • 28 CIL, XIV, 246, col. VII, l, 43.

14Tous les Egrilii d’Ostie partageaient-ils une origine commune ? Parler « d’origine » paraît trompeur, car il serait erroné d’entendre par ce terme « origine familiale ». Tous les Egrilii, certes, pouvaient constater qu’ils partageaient un même nom. Toutefois, cette observation pouvait-elle susciter la conscience d’une origine commune, faire naître un sentiment d’appartenance – à un ensemble bien vague – susceptible d’avoir quelque effet sur l’organisation sociale et sur la manière dont les acteurs concevaient celle-ci ? R. Meiggs et les historiens qui le suivent ne répondent pas de manière explicite à cette question, qu’ils ne se posent pas. Les traces de telles dispositions d’esprit semblent absentes des sources antiques, à deux apparentes exceptions près. Un q(uin)q(uennalis) des lenuncularii traiectus Luculli, en fonction en 156 portent la nomenclature du duouir de l’année 95, Lucius Naevius Proculus26. L’homonymie apparaît de manière trop éclatante pour relever de la pure coïncidence. « Could he be the son of a freedman, named in honor of the patron ? » se demande H. L. Royden. La question n’est pas illégitime, bien qu’il soit tout aussi possible que cette volonté de nommer « à la manière de » ne résulte d’aucun lien familial direct. Les Egrilii des collèges, aux cognomina souvent stéréotypés27, se gardent bien d’arborer les surnoms Rufus ou Plarianus, à une exception près. Le nom d’A. Egrilius Rufus figure à la fin de l’ album des corporati qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt 28. La très grande rareté d’homonymie de cognomen entre collegiati et notables est-elle le signe de l’autonomie des uns par rapport aux autres, ou le reflet d’une bienséance exigeant que les descendants d’affranchis se conforment à l’apparence onomastique propre à leur milieu, sans « jouer » aux notables ? En l’absence de toute donnée tangible, de tout élément probant, le simple constat peut susciter des conjectures opposées, tout aussi fragiles les unes que les autres. Quoi qu’il en soit, le sentiment d’appartenir à un ensemble commun devait se diluer au gré des filiations et des affranchissements multiples. Admettre l’existence de deux groupes d’Egrilii conscients d’eux-mêmes paraît trop simple. Poussé à l’absurde, le postulat impliquerait que le père et le fils, le patron et l’affranchi, se fussent sentis aussi proches l’un de l’autre que des individus dont la relation ne relevait même pas d’un très vague et très lointain cousinage, compliqué par des liens d’affranchissement.

15Au total, le schéma élaboré par R. Meiggs repose sur des fondations très fragiles, car l’idée selon laquelle les Egrilii d’Ostie étaient liés entre eux par autre chose qu’un simple nom ne s’impose pas d’elle-même. L’origine de ce nom, qui se perd dans les limbes de l’histoire d’Ostie, semble trop lointaine pour créer un sentiment réel d’appartenance à un même groupe. Il est abusif, en tout cas, de présenter ce groupe comme familial. Un autre pas peu assuré est franchi lorsque les modernes imaginent que ce lien supposé entre les Egrilii d’Ostie retentissait sur les structures et la vie économiques du Port de Rome.

Des présupposés économiques « modernistes »

  • 29 J. Andreau, Modernité, p. 373-377 ; Id., L’économie antique. Présentation : vingt ans après L’écon (...)
  • 30 M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César (...)

16Le regard porté sur les Egrilii s’inscrit dans l’un des débats les plus disputés de l’histoire économique de Rome : la controverse sur le rapport des élites à l’activité économique en général, et aux activités commerciales en particulier. Les deux grandes visions économiques du monde antique, celle d’un M. I. Finley d’une part, celle d’un M. I. Rostovtseff d’autre part, se sont affrontées sur ce point. Le présent travail n’offre pas le cadre approprié d’un exposé des tenants et aboutissants de cette opposition. Cette dernière, pour le thème qui intéresse cette étude, peut être schématisée ainsi. Les « primitivistes » ont mis l’accent sur l’assise terrienne des aristocraties et l’infériorité sociale des acteurs du commerce et de la manufacture. Ils réagissaient avec véhémence aux théories « modernistes » qui insistaient à la fois sur l’implication de l’élite dans le commerce et sur le rayonnement social des négociants29. Les positions se sont faites si tranchées, que le débat, se portant sur les patrimoines des élites municipales notamment, a pu paraître tout à fait bloqué30.

  • 31 J. Andreau, Modernité, p. 389.

17Cependant, les deux écoles historiographiques présentent chacune des contradictions qui appellent un dépassement de la controverse31. Le contrôle éventuel de l’activité économique par l’élite sociale n’est, en lui-même, ni un signe de modernité ni un signe d’archaïsme ; pas plus qu’en elle-même, l’autonomie des milieux commerciaux et manufacturiers. Les thèses finleyiennes paraissent contradictoires lorsque les artisans et commerçants sont décrits comme d’humbles esclaves et affranchis, dans la dépendance d’aristocrates... pourtant censés ne se préoccuper que de biens fonciers. Les « modernistes » pensent à la fois que les négociants étaient des personnages d’envergure, et que les acteurs du commerce étaient dans la dépendance de l’élite, ce qui – nous allons le voir – les conduit aussi à des positions parfois inconciliables. L’analyse de la présence des Egrilii dans les collèges est donc très délicate. La fragilité et la relativité de toute analyse sont induites par une rareté des sources, qui appelle dans l’approche des documents plus de rigueur que d’imagination.

  • 32 J. H. D’Arms, Commerce, p. 104.
  • 33 Ibid., p. 157.
  • 34 Ibid., p. 137-138.
  • 35 Ibid., p. 146.

18Dans son analyse de l’articulation entre le rang social et le commerce, J. H. D’Arms se sert de l’exemple des Egrilii, suivant R. Meiggs dans le présupposé que tous ces individus de même no-men sont liés les uns aux autres. Notables et affranchis sont envisagés dans la perspective du rapport des premiers à l’économie : « some of the numerous freedmen of the Egrilii, C. Nasennii and A. Livii, notable Ostian families, probably protected and advanced through their commercial activities the fortunes of their former masters »32. J. H. D’Arms ne doute pas qu’une relation de dépendance unissait les Egrilii des collèges aux Egrilii de l’élite sociale et civique. Dans son esprit, il semble clair que la dépendance juridique avait des implications économiques très directes, même s’il n’en définit pas les modalités possibles. Ainsi affirme-t-il : « at Ostia, freedmen of the A. Egrilii are found in quantity, either in the trading collegia or, more interestingly, since the consular A. Egrilii held important Roman treasury posts, acting as financiers, coactores argentarii »33. Cette supposition est – nous le verrons – contestable. Remarquons tout d’abord que, dans d’autres passages de son livre, J. H. D’Arms fait montre de plus d’incertitude dans le commentaire que lui inspirent les Egrilii. L’expression « we must often remain similarly agnostic about patterns of relationship in certain of Ostia’s most prominent families » introduit bel et bien des développements consacrés à ces mêmes Egrilii34. C’est que J. H. D’Arms se penche ici sur les Augustales de la colonie qui, à ses yeux, donnent chair à un type particulier d’acteurs économiques : celui des riches négociants, indépendants bien que souvent issus de l’esclavage. Ayant traité au préalable de la « typicality of Trimalchio », l’auteur finit par imaginer qu’un « detailed prosopographical study of the Ostian A. Egrilii and A. Livii might be expected to provide a useful test of the hypothesis that freedmen of powerful local families would themselves be in an especially favorable position to achieve independence »35.

  • 36 Ibid., p. 147 : « In effect, socially and economically, the institution of the Augustales function (...)
  • 37 AE, 1987, 193 : «  Imp(eratori) Aurelio / Antonino Aug(usto), / co(n)s(uli) III, P(ublius) Octauiu (...)
  • 38 J. Andreau, Modernité, p. 389.

19Dans l’absolu, il n’est pas contradictoire de poser l’existence de deux types d’acteurs du commerce et de la manufacture : de riches « indépendants » et des « dépendants » plus modestes36. J. H. D’Arms fonde néanmoins cette conception binaire sur des exemples bien moins opposés qu’il ne le laisse croire. Si les Egrilii disposant de la dignité d’ Augustalis tranchaient avec les modestes Egrilii présents dans les collegia, que penser d’un A. Egrilius Hilarus, quinquennalis Augustalium et magister quinquennalis fabrum tignuariorum ? Ce fa-ber tignuarius, seuir Augustalis supposé indépendant, se distinguait-il des autres Egrilii des collèges, qui – par leur nombre – traduiraient l’ampleur des affaires brassées par leurs hypothétiques patrons ? Pourtant, Hilarus et le seuir Augustalis A. Egrilius Polytimus Amerimnianus exercent par ailleurs le métier de coactor argentarius, que J. H. D’Arms et R. Meiggs mettent en relation avec les postes financiers des Egrilii sénateurs. A. Egrilius Thallus et A. Egrilius Faustus cumulent eux aussi l’augustalité et l’appartenance à un collège : l’un est curateur, l’autre quinquennalis, du corpus lenunculariorum traiectus Luculli 37. Associé à l’étude des Egrilii, le clivage économique entre riches indépendants et modestes dépendants procède d’un discours historiographique qui souhaite donner l’image de l’équilibre, par la prise en compte de réalités diverses et complémentaires. Ce discours s’appuie cependant sur des analyses antinomiques des mêmes sources, des mêmes personnages. La conception « modernisante » du rang social des acteurs économiques romains repose bel et bien sur d’indéniables contradictions38.

  • 39 R. Meiggs, Ostia, p. 196 ; dans d’autres passages, R. Meiggs a plutôt tendance à présenter l’élite (...)

20R. Meiggs se place aussi dans une perspective très « moderniste ». Selon lui, les notables d’Ostie tiraient leur richesse du commerce, en contrôlant l’économie du port par le biais de leurs affranchis. R. Meiggs considère cette emprise aristocratique comme une constante, ce qui l’oblige à nuancer son analyse diachronique de l’élite ostienne. À ses yeux, la très forte croissance économique induite par la construction du port de Trajan ne modifie pas, qualitativement, la structure des patrimoines aristocratiques. La fameuse « social Revolution » n’est pas une pleine et véritable « economic Revolution », dans la mesure où la primauté du commerce dans la composition des richesses ostiennes tend à être regardée comme une constante39. La vision de F. H. Wilson est ainsi amendée et livrée à la critique. Si le « modernisme » conduit R. Meiggs à décrire les conséquences sociales de l’essor économique né de la construction du Port de manière maximaliste, en quelque sorte, ce même « modernisme » l’oblige à ne pas minimiser l’influence sur la vie commerciale des notables des périodes précédentes. La vision modernisante de l’économie romaine, il est vrai, se fonde en grande partie sur des sources de la République tardive.

  • 40 F. H. Wilson, Ostia I, p. 41-69, expose la « theory of the existence of a stronged landed aristocr (...)
  • 41 R. Meiggs, Ostia, p. 196.
  • 42 M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, in Les élites municipa (...)

21À l’inverse de R. Meiggs, F. H. Wilson considérait l’élite de la période pré-flavienne comme une élite foncière, qui, sous l’impact d’un véritable choc économique, en venait à s’ouvrir à des individus dont la richesse était issue du commerce40. F. H. Wilson s’appuyait sur l’accès des Egrilii à l’ordre sénatorial pour les considérer comme des propriétaires fonciers avant tout. Il fait remarquer que les A. Egrilii occupent déjà le sommet de la hiérarchie de la société ostienne, à une époque où celle-ci semble dominée par des propriétaires fonciers ne se souciant guère d’un négoce ostien alors peu développé. R. Meiggs retourne l’argument quand il se place sur le terrain des généralités, mais l’oublie quand il se penche sur les Egrilii en particulier : « had there been a substantial group of wealthy landowners at Ostia, we should expect to find more of them entering the Roman senate »41. La vision que R. Meiggs se fait des Egrilii est ainsi en rupture avec celle de son devancier. En l’absence d’éléments très tangibles, F. H. Wilson en était venu à avancer un argument complémentaire, assez faible car a silentio. Selon lui, la grande rareté en dehors du Latium du nomen « Egrilius » et des nomina de la première aristocratie ostienne en général serait assez inexplicable, si ces individus s’étaient engagés intensément dans le commerce. Sans le dire, F. H. Wilson doit penser ici aux « trafiquants italiens », de l’Orient hellénique et d’ailleurs. Tout en saluant l’œuvre de R. Meiggs et en affirmant suivre la ligne tracée par lui, M. Cébeillac-Gervasoni souscrit en fait aux thèses de F. H. Wilson, quand elle associe la mutation de l’élite d’Ostie, de la fermeture à l’ouverture, à un changement qualitatif et sectoriel des intérêts économiques de celle-ci42.

  • 43 H. Bloch, Ostia, p. 263 ; R. Meiggs, Ostia, p. 506.
  • 44 Contra J. Andreau, Société, p. 233.

22Les sources économiques et sociales de l’Antiquité fournissent des informations si ténues, que tout argument ne semble souvent, par nature, guère plus solide que son contraire. Nous nous permettrons toutefois quelques observations critiques. À la suite de H. Bloch, R. Meiggs souligne que trois des cinq « senatorial Egrilii » ont rempli les fonctions de préfets des trésors militaires et de Saturne43. L’État romain prenait-il en considération la nature du patrimoine des sénateurs et chevaliers, quand il s’agissait de pourvoir des postes d’administrateurs ? Il semble, au moins, impossible d’ériger en règle bien établie un ensemble de conjectures portant sur des cas individuels. R. Meiggs s’inscrit encore dans une tradition moderniste, lorsqu’il imagine l’existence d’un lien entre des fonctions administratives et les patrimoines des aristocrates : M. L. Gordon in-voquait, par exemple, la procuratèle de Judée d’un Cuspius Fadus, qui n’avait rien de pompéien, pour envisager que les Cuspii de Pompéi aient pu entretenir des contacts commerciaux avec l’Orient44. R. Meiggs ne va certes pas si loin, mais « l’accumulation of treasury posts » lui suggère ce commentaire : « it is interesting to find three Egrilii of freedman stock among the few bankers recorded ». R. Meiggs ne livre pas le fond de sa pensée, tout en la laissant percevoir avec limpidité. Les Egrilii, tout en menant une carrière sénatoriale, étaient selon lui des hommes d’argent qui maniaient sans doute des fonds financiers par le biais d’affranchis. Est-ce trahir une pensée historique, prudente uniquement dans son exposé formel, que d’envisager toutes ses implications possibles ? Parce que R. Meiggs n’explicite pas son propos, J. Andreau peut montrer que, poussés à l’extrême, ces mêmes sous-entendus conduisent à de totales invraisemblances.

  • 45 J. Andreau, Vie, p. 383-384.
  • 46 Id., Mobilité, p. 21-32.
  • 47 SHA, Pert., I, 1-2 : place la naissance de Pertinax, fils de lanarius destiné à l’empire, dans une (...)
  • 48 Suet., Vesp., I, 2-4 et IV, 6. Vespasien contrevient à la norme aristocratique, quand ses revers d (...)

23Puisqu’un A. Egrilius Rufus a été duouir en 6 av. J.-C. et qu’un A. Egrilius Hilarus a été coactor argentarius à la fin du iie siècle, faut-il croire qu’une famille de notables, enrichie par le maniement d’argent, serait restée liée aux métiers bancaires pendant près de deux siècles45 ? Poser cette question revient à y répondre par la négative. Rien n’atteste que des notables portant le nom d’Egrilius, ou leurs ancêtres, aient jamais exercé un métier bancaire. Rien n’atteste non plus qu’A. Egrilius Hilarus, A. Egrilius Polytimus Amerimnianus et le troisième A. Egril[ius – – –] lié au maniement d’argent, soient des affranchis de notables. La permanence d’un ancrage d’aristocrates dans des activités financières paraît d’autant plus improbable que les sources littéraires fournissent plusieurs contre-exemples. Des biographies impériales montrent que l’accès à l’ordre sénatorial d’une famille issue, de manière plus ou moins lointaine, du monde de la boutique passait par l’abandon du métier. Le métier peut être rattaché, en cela, à une « préhistoire » de la mobilité sociale46. Les vies de Pertinax47 et, avant lui, de Vespasien48 sont très éclairantes. À supposer un instant que les ancêtres des Egrilii de l’élite aient pratiqué la banque, l’accès de leurs descendants à l’ordre sénatorial aurait supposé l’abandon de ce métier.

  • 49 J. Andreau, Vie, p. 27-33 et 644 notamment ; Id., Banque, p. 15-19 (notamment).
  • 50 J. Andreau, Vie, p. 162-167 notamment.

24Le monde de l’échoppe n’a pas grand chose en commun avec celui des financiers, rien en commun avec celui d’aristocrates fonciers à qui il arrive de placer quelques liquidités49. R. Meiggs ignore cette distinction fondamentale lorsqu’il met en relation les préfectures du Trésor des Egrilii sénatoriaux et le métier de coactor argentarius, ou de coactor, exercé par les trois Egrilii. Ce n’est pas un procès d’intention sans fondement que de déceler les sous-entendus d’un tel rapprochement. R. Meiggs laisse entendre que l’argent manié par les banquiers de métier pourrait être celui de notables, à qui ils seraient liés par des liens de patronat. Or, tenir cela pour vraisemblable, revient à méconnaître la nature des métiers bancaires romains et les milieux économiques et sociaux dans lequel ceux-ci s’inscrivaient. A. Egril[ius – – –] n’était sans doute qu’un simple coactor, c’est-à-dire un encaisseur de créances. Les coactores argentarii, à la fois coactores et argentarii, cumulaient ce service de caisse, avec le crédit d’enchères et le dépôt. Les relations d’affaires des banquiers s’enracinaient, le plus souvent en tout cas, dans des catégories sociales inférieures à l’élite. Il ne s’agit pas de nier l’influence, le cas échéant indirecte mais bien réelle, que des notables pouvaient avoir sur la vie économique. Cependant, la banque romaine appartient au monde de l’artisanat et du petit commerce, au monde de la taberna. Il serait tout à fait erroné d’imaginer nos trois Egrilii en « banquiers d’affaires » agissant pour le compte de riches « investisseurs ». R. Meiggs ne défend pas ce point de vue caricatural et indéfendable, mais ses suppositions se placent pourtant dans une telle logique50.

25En somme, R. Meiggs, et ceux qui ont suivi ses analyses, posent l’existence d’une articulation logique entre des relations interpersonnelles et des structures économiques particulières. La réalité des unes, des autres, et du lien établi entre elles, est fort incertaine. Cela conduit à considérer différemment les collèges qui ont accueilli des Egrilii, et à ne pas interpréter la présence de ces individus dans ces communautés comme l’ont fait ces historiens.

Les collèges des Egrilii d’Ostie

  • 51 J. H. D’Arms, Commerce, p. 157.

26Outre les préfectures sénatoriales et la banque, le troisième élément suggérant à R. Meiggs que les Egrilii de l’élite sociale tiraient leur richesse d’activités commerciales tient à la fréquence de leur nomen dans les effectifs des « trade guilds ». J. H. D’Arms, de son côté, utilise l’expression « trading collegia »51. Sur ce point encore, l’argumentation peut sembler imprécise, dans son exposé et dans la perception du collège professionnel qui le sous-tend.

  • 52 CIL, XIV, 281.
  • 53 R. Meiggs, Ostia, p. 504-505, se fie à la présence dans l’ album de P. Claudius Abascantus, q(uin) (...)

27Dans le cas des Egrilii, le terme générique de « trade guilds » ne recouvre en réalité que trois collèges. Les trois Egrilii dendrophores sont membres d’un collège qui, tout en recrutant ses membres dans le monde des métiers, relève plus de la confrérie religieuse que de l’association de métier stricto sensu, à Ostie encore plus qu’ailleurs sans doute52. Or, le seul lien tangible qu’il est possible d’établir entre un collège et les aristocrates du nom d’Egrilius concerne cette communauté des dévots de Cybèle, et non une véritable « trade guild ». Les noms, restitués par H. Bloch, de [M. Acilius Pris]cus Egril(ius) Plarianus, de [A. Egrilius A.] f. Larcius Lepidus et de Egrilius] Plarianus semblent avoir été gravés sur un album des dendrophores, au début de la liste des patroni du collège. La pierre a été inscrite dans la deuxième moitié du iie siècle au plus tôt. Cette datation est toutefois controversée, H. L. Royden, à la suite de Meiggs, penchant pour une rédaction autour de l’année 20053. Au-delà de ce problème de chronologie, le patronat des dendrophores suggère cette question sans réponse. Si les Egrilii constituaient une famille de notables solidaire du monde commercial et portuaire, par ses revenus et son patrimoine, pourquoi aucun d’entre eux ne figure-t-il parmi les nombreux patrons attestés de collèges pleinement professionnels ? Par ailleurs, à l’image des trois dendrophores, les sept Egrilii du collegium fabrum tignuariorum, n’appartenaient pas à une association directement issue du négoce et du trafic portuaire. Ces charpentiers n’évoluaient pas dans un secteur négociant, commercial, au sens strict de ces termes.

  • 54 Les noms des traiectus Luculli et Rusticeli renverraient aux propriétaires originels des terres bo (...)
  • 55 CIL, XIV, 250 (D., 6174), 251 (D., 6175) et 252 (D., 6176) ; H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42.
  • 56 R. Meiggs, Ostia, p. 296-297. Le rôle des bateliers affectés à un traiectus est en fait très mécon (...)

28À eux seuls, l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt et ses Egrilii tiennent une place cruciale dans l’analyse d’un point essentiel de l’économie et de la société ostiennes. L’ ordo est identifié au corpus lenunculariorum traiectus Luculli. Les Egrilii, si nombreux dans le corpus, ne sont donc pas des hommes du grand négoce frumentaire, jouant un rôle clé dans l’annone de la capitale de l’Empire, mais des bateliers affectés à un embarcadère particulier54. Ce sont des patrons de barque ou, au mieux, de petits armateurs de lenunculi cantonnés dans un secteur très précis d’un univers portuaire fourmillant, et non des negotiatores. Aucun Egrilius ne figure dans les collèges des bateliers qui semblent les plus associés au trafic annonaire, en particulier dans les corpora des lenuncularii auxiliarii, qui opéraient, semble-t-il, sur des barques d’allège ou de remorquage. Les différentes listes de ces collèges recensent pourtant plus de 300 corporati 55. Aucun n’apparaît dans une communauté de mercatores ou de negotiantes. R. Meiggs explique le mot «  traiectus » de la manière suivante. « The natural meaning of traiectus is the passage across the river ; the Tiber had no bridge near its mouth and ferry services were needed ; in the Republic agricultural workers with holdings on Isola Sacra had to be carried across the river ; when the imperial harbours were built the traffic in passengers and goods became more intensive »56. Ainsi, avant d’aborder la question des Egrilii, R. Meiggs laisse entendre que les lenuncularii traiectus Luculli, en tant que transporteurs, n’étaient pas très directement liés au commerce, mais au transport, de passagers notamment. L’historien en vient, par la suite, à supposer que la navigation sur le traiectus Rusticeli se soit différenciée de celle empruntant le traiectus Luculli : « perhaps the Rusticelian service was confined to passengers, while the Lucullan service provided for passengers and also heavy loads ». Sur le traiectus Rusticeli, naviguaient en effet des scaphae, des navires sans doute plus légers que les lenunculi ; l’autre traiectus était emprunté à la fois par des lenunculi et des scaphae. Cette distinction entre les deux traiectus, en fonction de la nature de leurs activités de transport, n’a cependant rien de sûr. Tous les lenunculi n’étaient pas armés de la même manière, et certains semblent correspondre à des embarcations fort modestes. Le distinguo permet à R. Meiggs d’établir entre les Egrilii lenuncularii et le commerce une relation plus nette et plus directe qu’elle n’était sans doute.

  • 57 CIL, XIV, 4620.
  • 58 CIL, XIV, 4142 (D., 6140).
  • 59 H. Mouritsen critique l’idée même de « social Revolution » ; cf. infra p. 425 ; cf. H. Mouritsen, (...)
  • 60 Les débats ont parfois été vifs sur ce point ; ainsi J.-P. Morel, Élites municipales et manufacture (...)

29Parler de « trade guild » à propos d’un corpus lenunculariorum, et plus encore à propos des collèges de dendrophores et de fabri tignuarii, peut sembler tendancieux, car l’on sent bien que R. Meiggs et ceux qui l’ont suivi préféreraient faire face à des Egrilii mercatores frumentarii. Or, les mercatores frumentarii d’Ostie, par le biais de leur corpus notamment, étaient proches de quelques notables au profil bien précis ; et ces relations-là sont avérées, explicites. P. Aufidius Fortis, magistrat, décurion et patron de la colonie au milieu du iie siècle, a été quinquennalis perpetuus du corpus mercatorum frumentariorum57. En 173, M. Iunius Faustus, décurion, questeur et flamine, est présenté comme un mercator frumentarius58. Ces personnages sont des figures emblématiques de la « social Revolution » d’une élite d’Ostie subissant, dans ses structures et son recrutement, l’influence de l’essor du grand commerce frumentaire avec l’Afrique59. L’image que R. Meiggs donne des Egrilii suggère la question suivante. Pourquoi des hommes d’argent, qui disposeraient de fonds importants et seraient animés de la volonté d’investir dans les affaires du port, des hommes parmi lesquels figurent d’ailleurs deux proconsuls d’Afrique, des hommes tirant leur fortune du commerce ostien dès le début de notre ère, auraient-ils jeté leur dévolu au iie siècle, non pas sur le grand et florissant commerce d’outre-mer, mais sur l’exploitation d’un des traiectus empruntés par la « poussière navale » que formaient les lenunculi et autres scaphae ? Faut-il répondre que l’implication des Egrilii dans la batellerie n’est que la partie émergée d’un grand iceberg, et ne représente que ce que l’on perçoit à travers un rideau d’apparences masquant d’inavouables négoces ? Les théories « modernistes » ont pu se nourrir de raisonnements selon lesquels deviendrait probante l’absence de preuve elle-même60.

30Au total, aucun des trois éléments qui suggèrent à R. Meiggs l’idée d’une implication des notables s’appelant Egrilii dans le négoce ostien ne paraît solide. Et l’idée même, selon laquelle les collegiati portant un gentilice de notables pouvaient se sentir liés à ces derniers, est contestable. Une analyse quelque peu approfondie de la présence d’Egrilii dans les collèges montre la fragilité de la théorie d’un R. Meiggs, guidé par des présupposés économiques très orientés. La sur-représentation des Egrilii dans l’ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum est certes manifeste. Toutefois, les hypothèses liées aux structures patrimoniales de l’élite n’en fournissent pas, semble-t-il, une explication valable. Il convient sans doute de chercher ailleurs, par une analyse des collèges professionnels et des milieux sociaux qui y sont représentés, les raisons d’un tel surnombre. Une telle étude permet de saisir d’autres formes de relations entre les milieux collégiaux et l’élite, de construire d’autres modèles fondés sur une approche précise des données et du fait collégial.

  • 61 À propos de l’idée d’une implication indirecte de l’élite dans les activités commerciales, voir no (...)
  • 62 D. Chr., 46, 9.

31À supposer – un court instant – que les Egrilii des collèges soient les affranchis des notables de même nomen, la présence de dépendants dans une association de métier ne permet de saisir, de façon sûre et évidente, ni le rapport des patrons à l’économie, ni les éventuels aspects économiques de la dépendance juridique. R. Meiggs et J. H. D’Arms supposent que les Egrilii et les notables d’Ostie en général tiraient leur richesse du commerce, mais ils ne se demandent jamais comment. Or, le rapport des élites à l’économie, comme celui des autres composantes de la société romaine, n’est intelligible qu’au regard des formes concrètes prises par celui-ci61. R. Meiggs et J. H. D’Arms pourraient finir par laisser entendre que tout notable intéressé de près ou de loin à la vie commerciale ou manufacturière est une sorte d’entrepreneur du commerce ou de la manufacture. Pour ne citer qu’un seul contre-exemple, un Dion de Pruse, qui loue des boutiques construites à son initiative, se comporte-t-il en propriétaire de biens immobiliers ou en homme de commerce62 ? Propriétaire foncier, envisageait-il la location d’une boutique d’une manière différente que la mise à ferme d’un champ ? Que l’élite se trouve impliquée dans l’activité économique, de manière directe ou indirecte, étroite ou lointaine, en tant que donneuse d’ordre ou en tant qu’épargnante, entrepreneur ou « rentière », est déterminant. Chaque terme de ces alternatives éclaire sous un jour différent l’élite et les groupes sociaux censés dépendre d’elle. Et le possible profil social et économique de chacune des parties en présence doit guider l’étude des collèges professionnels. Ceux-ci méritent aussi d’être abordés avec la conscience de la complexité des réalités possibles. À supposer qu’elles aient accueilli en leur sein beaucoup d’individus liés aux aristocraties, ces communautés, compte tenu des formes de dépendances propres à la société romaine, ne sont pas nécessairement des structures de contrôle social et économique, d’exercice même de la dépendance.

LA RELATIVITÉ DE L’AUTONOMIE ET DE LA DÉPENDANCE

  • 63 Petr., 76, 9 : « Quand je me vis plus riche à moi seul que toute ma patrie, je passe la main. Je m (...)

Postquam cœpi plus habere quam tota patria mea habet, manum de tabula : sustuli me de negotiatione et cœpi libertos fenerare63.

32Pétrone met ces propos dans la bouche d’un héros enrichi, adoptant le mode de vie d’un notable lié à ses affranchis par un patronat qui sous-tend un certain type de relation économique. Ces quelques mots, qui ont suggéré aux modernes des interprétations divergentes, conduisent à se demander si les liberti présents dans les collèges professionnels, exerçant une activité commerciale ou artisanale, pouvaient se trouver dans la situation des affranchis d’un Trimalcion ou des notables que le héros du roman singeait. Or, il est rarissime de pouvoir établir, ou même de pouvoir suspecter avec quelque vraisemblance, des relations d’affranchissement entre des notables municipaux et des membres de collèges professionnels. Et, dans les cas exceptionnels où un tel lien peut être dégagé, les possibles interprétations économiques se révèlent d’une réelle complexité.

  • 64 A. Abramenko, Mittelschicht, p. 329-335.

33Au regard de l’ensemble des sources, ces silences de la documentation collégiale ne sont guère étonnants. Pour l’essentiel, les notables municipaux sont connus en tant qu’administrateurs menant une carrière, et se définissant à la lumière de leur rapport – d’évergétisme par exemple – à la cité et aux citoyens. Les circonstances qui suscitent la rédaction épigraphique ne se prêtent que très peu à la description, ne serait-ce qu’allusive, de leur univers privé. En outre, lorsque des noms d’affranchis apparaissent sur les pierres, la reconnaissance affective de la grandeur patronale ne s’inscrit pas dans un contexte propice aux allusions d’ordre économique. Il est peu fréquent que d’anciens esclaves se présentent comme les affiliés de notables. Sur ce point, les usages épigraphiques des affranchis privés tranchent avec ceux de la familia Caesaris. Pour l’esclave ou l’affranchi du prince, la dépendance revêt une dimension honorifique, étrangère, semble-t-il, aux maisonnées aristocratiques des mondes municipaux. Aussi A. Abramenko ne recense-t-il que 17 Augustales liés à des notables, sur les 137 prêtres municipaux dont le patron est connu64. Sans doute ne faut-il pas considérer l’épigraphie comme le reflet fidèle de réalités antiques dont une part significative échappe aux modernes. Toutefois, au-delà des spéculations sur les parties immergées des icebergs, l’attention doit se porter sur le sens historique à donner aux biais et déformations induits par les usages épigraphiques. Faire graver revient à se mettre en scène, à bâtir sous un jour favorable sa propre identité sociale. Or, l’identité de l’affranchi procède d’une construction progressive, du modelage – au sortir de l’esclavage – d’un visage plus honorable. L’autonomie relative, partielle, et donc à nuancer, constitue l’un des aspects mis en valeur de la respectabilité acquise, grâce au collège notamment.

34Quelle place le collège et l’exercice du métier tenaient-ils dans l’existence de collegiati qui pouvaient être insérés dans les réseaux de clientèle contrôlés par l’élite ? Cette insertion, très rarement attestée, ne permet pas de saisir toute la personnalité sociale des collegiati, car l’exercice du métier d’une part, et l’association de métier d’autre part, pouvaient faire naître d’autres appartenances collectives qui permettaient aux dépendants d’accéder à une forme relative d’autonomie.

Les silences de la documentation et leur origine

  • 65 CIL, XIV, 4620.

35Les sources sur lesquelles les modernes peuvent se fonder sont très rares. Le cas des P. Aufidii d’Ostie correspond à un hapax : ces personnages fournissent le seul exemple, explicite mais aussi très particulier, d’une relation avérée entre un notable et des collegiati dépendant de lui65. Constitué de quatre tituli différents, le dossier épigraphique s’organise de telle manière, qu’il permet de mieux comprendre pourquoi les sources à disposition des modernes sont si obscures. Jamais, en effet, les affranchis du notable P. Aufidius Fortis, ne se présentent à la fois comme tels, et comme collegiati. Ces deux versants de leur existence sociale sont dissociés l’un de l’autre.

  • 66 CIL, XIV, 4621 et 4622.
  • 67 G. Fabre, Libertus, p. 104-105, 222, 288 et 290.

36Par la rédaction de deux inscriptions, les liberti Faustianus, Epictetus, Eufrosynus et Ianuarius saluent leur patronus indulgentissimus et son fils, affichant aux yeux de leurs concitoyens les carrières et les titres de gloire civiques de ces deux notables66. Les deux textes sont centrés sur la personnalité exaltée des destinataires. Les dédicants sont non seulement en retrait, mais aussi – peut-être – mis en scène dans une attitude d’humilité. Les quatre personnages sont désignés, sur ces deux bases, par un nomen unique qui correspond à leur nom d’esclave. Les tria nomina portés par les affranchis après la manumission sont pourtant un attribut et un ornement essentiels de la liberté. La nomenclature ici employée n’a-t-elle pour origine que la commodité de langage et les exigences matérielles dictées par les dimensions des pierres ? La mention d’un affranchi par son seul cognomen est très banale, mais elle ne paraît pas anodine. L’on pense aux textes littéraires – certes d’une époque antérieure – où l’affranchi, apparaissant sous son seul nom d’esclave, est de surcroît désigné comme un seruus. L’impropriété d’un tel usage, éclatante aux yeux des modernes, échappait en partie à des maîtres et patrons qui considéraient leur maisonnée comme un tout homogène67. En outre dans l’inscription dédiée à Fortis par ses affranchis, l’ indulgentia correspond à une vertu dont l’éloge procède d’une manifestation de l’ obsequium dû par les affranchis à leur ancien maître. Cet éloge vaut reconnaissance de la relation de dépendance et de pouvoir légitime qui perdure au-delà de la libération des esclaves. L’image donnée à regarder est celle d’une domus soudée par l’autorité reconnue au paterfamilias.

  • 68 CIL, XIV, 161 (D., 1427).
  • 69 Se reporter aux rapports parus dans les NSA, 1881, p. 115 ; 1910, p. 102-103 ; 1912, p. 348 ; 1916 (...)

37Sur une autre inscription, P. Aufidius Faustianus et P. Aufidius Epictetus apparaissent sous un jour diamétralement opposé, en tant que quinquennalis et quaestor du corpus mercatorum frumentariorum d’Ostie68. Le fait que P. Aufidius Fortis soit le quinquennalis perpetuus du même collège autorise à ne pas douter de l’identification du quinquennalis et du quaestor aux liberti cités par les autres documents. Faustianus et Epictetus jouent cette fois un autre rôle. Désignés par leur tria nomina, ils ne paraissent plus enserrés dans une relation familiale faite de subordination et d’infériorité consenties. Parés de titres collégiaux éponymes et recouvrant des fonctions exécutives, ils rendent un hommage public un administrateur de l’annone, au nom de leurs confrères, par le biais d’un monument installé dans l’espace urbain par décret des décurions. Dans le dossier des Aufidii, les inscriptions collégiales des marchands de blé pourraient donner l’impression, trompeuse, que le rang de Fortis n’est pas si éloigné de celui de Faustianus et d’Epictetus : le premier n’est que le quinquennalis perpetuus du corpus, pas même son patron, quand le second assume la quinquennalitas. Les deux types de documents individualisent, avec clarté, une sphère privée et un domaine public qui correspondent à deux facettes distinctes de l’identité sociale des mêmes individus. Sans se confondre pour autant, les différents niveaux de l’organisation sociale et de la représentation de soi communiquent entre eux. L’éloge privé du patron est affiché aux yeux du public. Les inscriptions dédiées au patron par les affranchis et l’inscription dédiée au procurateur de l’annone, mises au jour dans la même zone du théâtre et du piazzale delle corporazioni d’Ostie, ont une même fonction honorifique69. L’effectif et la hiérarchie du collège professionnel semblent en partie structurés par l’existence de relations interpersonnelles d’ordre familial, les deux affranchis devant sans doute leurs honneurs collégiaux au rayonnement de leur patron.

  • 70 J. Andreau, Affranchi, p. 223-224.

38Les deux images distinctes, qui dessinent des profils sociaux complexes par l’examen d’inscriptions de nature différente, ne sont pas contradictoires mais complémentaires. La condition équivoque du libertus romain étant définie par un jeu de balancier entre autonomie et dépendance, l’exemple de Faustianus et d’Epictetus suffit à montrer sur quel mouvement du balancier agit le collège70. Après avoir distingué les environnements familial et collégial dans lesquels évoluaient ces individus, reste à juger de leur insertion dans leur milieu professionnel. Or, leur rapport au métier est difficile à saisir, car au-delà de sa dimension purement économique, il se fait en outre social et civique, par la médiation du collège professionnel. Envisageons auparavant un cas où les attaches de collegiati avec des familles de notables paraissent probables ou au moins possibles, à défaut d’être avérées.

  • 71 M. Christol, Naviculaires, p. 643-663.
  • 72 CIL, XII, 982 (D., 6986).
  • 73 CIL, XII, 704.
  • 74 CIL, XII, 4071, 4122, Nîmes ; CIL, XII, 2793, 2969, Ager Volcarum.
  • 75 CIL, XII, 2761, 2763, 2764, 2952, Ager Volcarum.
  • 76 À partir des inscriptions CIL, XII, 2761, 2763, 2764 et 2765, M. Christol, Naviculaires, p. 654, r (...)

39Dans un article important et resté célèbre, M. Christol tente d’établir les liens qui devaient unir des collegiati arlésiens à deux familles aristocratiques gallo-romaines71. L’étude porte sur deux naviculaires du port gaulois qui ont très probablement vécu au iie siècle de notre ère : M. Frontonius Euporus72 et L. Secundius Eleuther73. Se fondant sur une analyse onomastique minutieuse, M. Christol bat en brèche la vieille idée d’un contrôle du commerce gaulois par des « Orientaux ». Comme chacun l’admet aujourd’hui, les cognomina grecs que portent ces personnages sont un indicateur de leur ancrage dans la population servile, et non de leur origine ethnique. L’examen de leur gentilice mène à la même réfutation. « Frontonius » dérive de l’anthroponyme « Fronto », courant dans le monde celtique, et la structure du nomen Secundius, formé à partir d’un nom individuel, découle d’un usage gaulois tout aussi courant. Or, la concentration de ces gentilices en territoire volque est frappante. M. Christol recense neuf Volques sur les douze individus s’appelant Frontonius74. L’un d’eux a été quattuoruir de Nîmes. D’autres sont connus par des pierres découvertes dans la partie du territoire nîmois la plus proche du Rhône, voire au contact même de la cité d’Arles. De même, sur les onze Gallo-Romains portant le gentilice Secundius, on dénombre six Volques, outre Eleuther et sa fille75. L’alliance matrimoniale conclue entre Secundii et Frontonii est troublante76. L’enquête onomastique semble lancer un halo de lumière sur le milieu aristocratique indigène et sa tendance à l’endogamie sociale.

  • 77 Plusieurs études d’histoire économique gallo-romaine paraissent fondées sur des rapprochements ono (...)
  • 78 CIL, XIII, 1918.
  • 79 AE, 1976, 445 : «  D(is) M(anibus) / L(uci) Helui Victo/rini, n(autae) Ara-ric(i), / Romania Se/[c (...)
  • 80 À Auximum, dans le Picenum, on lit sur un fragment épigraphique «  [C(aius)] Ploti[us] / C(aii) l( (...)

40Certes, les prénoms des deux collegiati arlésiens se distinguent des prénoms des Nîmois de même gentilice ; mais cela n’interdit pas l’hypothèse d’un lien entre les deux naviculaires affranchis et des familles de notables. Les éléments de démonstration semblent en tout cas plus solides que ceux avancés dans d’autres études77. L’ ager Volcarum et sa proximité du port arlésien confère au schéma élaboré une unité de lieu, centrée autour de la basse vallée du Rhône. La relation d’Eleuther et d’Euporus au métier de naviculaire est explicite, et la condition d’affranchis de ces seuiri Augustales presque certaine ou presque. Leurs gentilices ne sont pas courants et leur concentration indéniable. Cependant, appliquée aux autres collegiati gallo-romains détenteurs de l’augustalité, la démarche suivie par M. Christol ne donne pas de résultats probants. À une exception près, les noms des autres collegiati renvoient à des milieux d’affranchis, quand ils ne renvoient pas qu’à ces seuls collegiati. L’hypothèse de M. Christol n’en est pas forcément affaiblie, au contraire. Certes, le modèle ne donne pas la preuve de sa grande reproductibilité ou de sa grande fréquence, mais l’identité de gentilices entre Secundii et entre Frontonii de Nîmes et d’Arles peut paraître ne pas relever d’une simple coïncidence. Il semble possible que l’identité de gentilice soit significative. De même, au iie siècle, le duouir Viennois L. Helvius Frugi a été le curateur et le patron des nautes du Rhône et de la Saône78. Or, une épitaphe de Lyon cite un dénommé L. Helvius Victorinus, «  n(auta) Araric(us) », qui a vécu au iie siècle lui aussi79. Aucun élément ne prouve que les deux hommes étaient liés l’un à l’autre. Néanmoins, la réalité d’un tel lien ne serait pas très étonnante, si l’on considère, notamment, le parallèle que fournissent les P. Aufidii d’Ostie80. Si ces rares cas d’identité de gentilices peuvent ne pas être fortuits, il convient de soumettre à l’étude les possibles implications économiques et sociales induites par ces rapprochements onomastiques.

Relations interpersonnelles, statut de travail et autonomie relative des dépendants

  • 81 M. Christol, Naviculaires, p. 657-659.

41La nature professionnelle – dans bien des cas – des collèges recrutant des affranchis incline à s’interroger sur le rapport des patroni au monde des métiers commerciaux et artisanaux. Aussi, l’hypothèse de M. Christol, supposant l’existence de liens de dépendance entre des naviculaires arlésiens et des notables gallo-romains, mène-t-elle celui-ci à une analyse économique. À ses yeux, l’hinterland nîmois a sans doute en partie financé les activités du port méditerranéen, par le biais de propriétaires terriens conciliant l’idéal de l’ agricola avec de lucratifs placements confiés à leurs affranchis. L’exemple fourni par Trimalcion est invoqué à l’appui de l’étude gallo-romaine81. Comme R. Meiggs à propos des Egrilii, M. Christol procède par rapprochement onomastique, suspecte l’existence de liens d’affranchissement et se livre à une interprétation économique. Le propos est cependant bien plus précis. À la différence de R. Meiggs et des auteurs les plus empreints de « modernisme », M. Christol prend en compte « l’idéal de l’ optimus uir » ; il ne présuppose pas l’existence de notables dont la « main wealth » serait consacrée au commerce, mais celle de riches propriétaires fonciers pesant sur les activités négociantes de manière indirecte, sans être eux-mêmes entrepreneurs ou commerçants. En outre, M. Christol se penche sur les modalités possibles du rapport au commerce de patrons issus d’une aristocratie foncière. Du commerce peuvent en effet provenir des gains n’exigeant, de la part d’éventuels notables bénéficiaires, aucune opération proprement commerciale. La dévolution aux patrons des héritages d’affranchis, ou la récupération du peculium des esclaves décédés, par exemple, ont pu diriger des richesses issues du commerce vers des patrimoines aristocratiques, sans que les patrons et maîtres se soient impliqués personnellement dans les activités de négoce.

  • 82 J. H. D’Arms, Commerce, p. 101. Pétrone insiste cependant sur ce qui tient, dans l’attitude de Tri (...)
  • 83 Plin., Ep., III, 19, 8 : «  sum quidem prope totus in praediis, aliquid tamen fenero, nec molestum (...)
  • 84 Apul., Apol., 20, 3 : «  et iccirco diuitiae non melius in fundis et in fenore quam in ipso homini (...)
  • 85 D. Chr., 46, 8.

42À supposer que les naviculaires arlésiens soient les affranchis de notables, à supposer que cette situation – très rarement attestée – ait été plus fréquente que les sources conservées pourraient le laisser croire, il n’y aurait pas lieu d’en tirer la conclusion que les collèges professionnels étaient peuplés de commerçants et d’artisans dont le statut de travail se serait résumé à un état de dépendance, de subordination, et d’exécution d’ordres donnés par des patrons aristocrates. M. Christol envisage deux solutions, dont la première – l’hypothèse de prêts accordés par des notables à leurs affranchis – lui est inspirée par l’exemple de Trimalcion. Or, l’expression «  cœpi libertos fenerare » a été interprétée de manière tout à fait divergente. De l’opinion des « modernistes », elle prouve l’implication de l’élite sociale dans la vie des affaires. J. H. D’Arms corrige même l’édition du texte en «  cœpi < per> libertos fenerare », sans expliquer ce qui fonderait cette correction, dans le dessein discutable de forcer le sens du passage82. Pourtant, à ce moment de son histoire personnelle, Trimalcion a racheté les terres de son patron et aspire, après s’être retiré du négoce, à vivre en possédant. «  Fenerare » revient pour l’homme enrichi par le grand commerce maritime à se distancier de cette activité initiale. Dans le rapport des notables à l’économie, «  fenerare » apparaît comme une attitude de propriétaires et non d’entrepreneurs. Ainsi, dans les textes littéraires, c’est-à-dire dans le discours que l’élite tient sur elle-même, les créances sont-elles associées à la jouissance de patrimoines de nature foncière avant tout. Les propos très célèbres d’un Pline le Jeune83 sont à rapprocher, pour atteindre les réalités municipales, d’extraits non moins fameux d’Apulée84 et de Dion de Pruse85. Serait-il consenti à des commerçants et à des affranchis, le prêt d’argent semble s’inscrire dans un rapport distancié à l’activité, passif, qui ménage l’autonomie des seuls véritables entrepreneurs : les emprunteurs.

  • 86 Pour l’étude du rang social de Fortis, cf. supra p. 70-72.
  • 87 Le fils – homonyme – de Fortis ne porte pas de titre collégial, à l’inverse de son père qui a été (...)

43Or, pour revenir aux Aufidii d’Ostie, le profil social d’un P. Aufidius Fortis semble s’inscrire dans une dynamique de mobilité sociale comparable, en certains points, à celle d’un Trimalcion. Fortis, mercator frumentarius d’une origine africaine probable, est regardé comme un personnage emblématique du renouvellement qui aurait affecté l’élite ostienne du iie siècle86. Fortis est un homme qui semble s’être enrichi et élevé grâce au grand commerce maritime. Sa réussite l’a-t-elle amené à prendre de la distance à l’égard du négoce ? L’exemple de Trimalcion invite à se poser cette question. Comme nous le verrons par la suite, d’autres sources relatives aux collèges – juridiques notamment – donnent du crédit à une réponse affirmative87. La présence de Fortis et de ses affranchis, ainsi que les titres portés par eux au sein du corpus mercatorum frumentariorum ne sont pas de nature à apporter des informations directes sur le rapport des Aufidii au négoce. Il n’est pas impossible, au contraire, que Fortis en soit venu à n’entretenir avec le commerce frumentaire qu’une relation distendue, laissant une certaine autonomie à ses affranchis dans leur pratique professionnelle.

  • 88 A. Kirschenbaum, Sons, p. 31-88 ; J.-J. Aubert, Business managers in an cient Rome. A social and e (...)
  • 89 Dig., 14, 3, 7, 1 (Ulpien) : «  Parui autem refert quis sit institor, masculus an fœmina, liber an (...)
  • 90 Dig., 14, 3, 13, pr. (Ulpien) : «  Habebat quis seruum merci oleariae praepositum Arelate, eundem (...)
  • 91 Dig., 14, 3, 4 (Paul) : «  (...) cum interdum etiam ad homines honestos adferant merces, et ibi ue (...)
  • 92 P. Veyne, Autarcie, p. 177-178.
  • 93 Hippolyte, Refutatio omnium haeresium, 12, 1-2 ; cf. J. Andreau, Banque, p. 130.

44La seconde possibilité proposée par M. Christol, dans l’analyse du statut de travail des collegiati arlésiens, est la suivante. Les deux naviculaires auraient pu agir pour le compte de leur patron, en tant que « prête-noms ». Ainsi, l’implication des notables serait-elle plus directe, tout du moins en apparence. Les préposés connus par les sources juridiques, ou institores, jouent le rôle de tels prête-noms88. Il s’agit le plus souvent d’esclaves, mais un fragment d’Ulpien révèle qu’aux iie et iiie siècles, des libres pouvaient être institués89. Or, un fragment du Digeste mentionne la préposition, dans le port arlésien, d’un esclave faisant commerce de l’huile et recevant de l’argent en prêt90. Le texte est d’Ulpien, mais fait référence à Julien, célèbre juriste de l’époque antonine. De manière générale, dans le seul et même cadre juridique de la préposition, des rapports différenciés à l’activité semblent avoir pu s’épanouir. Un texte de jurisprudence soulève, par exemple, le cas d’ institores procédant à la vente de merces dans la demeure de leurs maîtres91. Qualifiés « d’ homines honesti », ces derniers étaient sans doute d’une condition assez élevée. Cependant, en lui-même, l’adjectif «  honestus » n’implique pas nécessairement que ces « gens de bien » étaient des notables de haut rang. Quoi qu’il en soit, le fait que des opérations commerciales puissent avoir lieu chez eux, comme le laissent entendre les mots «  ad [eos] » et «  ibi uendant », permet d’imaginer qu’ils encadraient leurs dépendants de manière stricte92. Cependant, dans leurs aspects les plus matériels, les conditions d’activités d’autres institores paraissent empêcher l’exercice d’un contrôle aussi étroit. Les maîtres plaçaient parfois leurs esclaves dans des boutiques séparées de leur domicile, et ne s’occupaient pas au jour le jour des affaires traitées par ces derniers. Ainsi, J. Andreau souligne-t-il l’autonomie, vis-à-vis de son maître Carpophorus, d’un Calliste appelé à devenir pape mais alors esclave placé dans une petite officine bancaire93. Calliste peut faire de mauvaises affaires ; son maître en est averti bien après, par des clients dont les dépôts ne pouvaient plus être restitués par le banquier. De fait, à supposer que l’hypothèse du « prête-nom » soit exacte, celle-ci conduit à envisager plusieurs situations économiques possibles, laissant aux véritables hommes de métier plus ou moins d’autonomie à l’égard de leur patronus.

  • 94 G. Fabre, Libertus, p. 317-330.
  • 95 P. Garnsey, Independent, p. 359-371.

45Le statut de travail des affranchis, que l’on a tendance – du fait même de la manumission – à penser plus autonome que celui de l’esclave, paraît néanmoins fort variable, lui aussi. Certes, la documentation épigraphique ne permet pas de savoir à quelles situations précises ressortissaient les collegiati issus de l’esclavage. Néanmoins, si toute certitude absolue demeure inaccessible, les autres sources délimitent le cadre dans lequel doivent être posées les hypothèses. À Rome, la libération de l’esclave ne s’apparente pas à une rupture pleine et entière des liens de dépendance personnelle. Tenu au devoir d’ obsequium à l’égard de son patron, l’affranchi demeure socialement dépendant de celui-ci. Sur le plan économique, le libertus doit à son ancien maître l’exécution d’ operae fabriles, de prestations qu’il verse sous forme de travail ou d’argent94. De manière générale, la question de « l’indépendance » potentielle, pour reprendre l’expression de P. Garnsey, ou au contraire de la dépendance étroite des affranchis à l’égard de leur patron correspond à l’un des débats les plus disputés de l’histoire sociale de Rome95. Nous en traiterons plus précisément par la suite. Pour l’instant, notons que les notions d’indépendance et de dépendance constituent les pôles opposés de relations variables, dont les manifestations concrètes sont peu perceptibles, de relations d’autant plus complexes qu’elles sont à la fois juridiques, familiales, économiques, sociales.

  • 96 Sur les affranchis qui exercent les fonctions de domestiques, voir G. Fabre, Libertus, p. 331-337.
  • 97 Sur la dimension affective de la relation entre patrons et affranchis, cf. G. Fabre, Libertus, p. (...)

46Quel rôle jouait le métier de naviculaire exercé par les affranchis Euporus et Eleuther dans une vie en société, sans doute faite d’autonomie et de dépendance mêlées ? Ces personnages étaient peut-être redevables de mises de fonds de patrons nîmois ; l’exercice d’une activité portuaire, fort lucrative, menée en dehors d’une cité terrienne d’origine, serait tout de même la marque d’une autonomie vis-à-vis de la domus patronale, inconnue de beaucoup d’affranchis96. L’idée selon laquelle la condition d’affranchi résulte de forces contradictoires s’exerçant entre deux pôles invite à la mesure et à la nuance. Les quatre Aufidii témoignent de l’ obsequium qui les liait à leur patron et à la famille de celui-ci, de manière affective en particulier97. Ils ne laissent pas transparaître d’éventuelles relations d’affaires. Les inscriptions des collèges ne jettent qu’une lumière circonscrite sur l’existence sociale des affranchis. Cette existence ne se trouve éclairée que sous un seul de ses aspects, si bien que le gradient entre autonomie et dépendance qui la caractérisait n’est saisissable que de manière très indirecte et très partielle.

Les structures civiques et collégiales : un vecteur d’autonomie

47Une analyse fort rapide révèle ainsi la complexité des réalités économiques liées à la dépendance juridique. Entre autonomie et dépendance, les individus pouvaient vivre des situations très différentes, et la situation de chaque individu n’avait rien de monolithique. Si l’on ne peut déterminer la situation particulière de chaque collegiatus affranchi, mais seulement mettre en lumière la multiplicité des situations possibles, reste à déterminer la place de l’association de métier dans la vie et l’intégration sociales des dépendants.

  • 98 P. Veyne, Trimalcion, p. 224-231 ; Trimalcion n’a plus de patron compte tenu du décès de celui-ci. (...)

48Le collège professionnel se place sur le versant autonome de l’existence des affranchis. Aussi, le problème essentiel n’est-il pas tant de déterminer si Euporus, Eleuther et les collegiati issus de l’esclavage étaient des affranchis « indépendants », pour reprendre la formulation abrupte d’historiens modernes. Il est impossible de le savoir, au-delà même du caractère exceptionnel du type social incarné par un Trimalcion98. Il convient, en revanche, de montrer comment des dépendants, au regard d’un droit attribuant à l’ancien maître la qualité de patron, pouvaient construire la part plus ou moins grande d’autonomie qui s’attachait à leur vie sociale.

  • 99 E. W. Haley, The fish sauce trader L. Iunius Puteolanus, ZPE, 80, 1990, p. 72-78, considère la mob (...)

49L’appartenance à une association de métier, et les titres en résultant, s’ajoutent à d’autres éléments susceptibles de compenser l’attachement à la domus patronale. Euporus et Eleuther se présentent comme des seuiri Augustales. Ces titres sacerdotaux, comme les titres collégiaux, sont onéreux : ils tendent à souligner qu’au-delà de l’influence éventuelle des patrons sur la vie négociante, le métier représente un moyen d’enrichissement personnel, convertible en prestige civique en dehors de la sphère privée. Cependant, un affranchi pouvait-il vraiment être considéré comme riche, lorsque la jouissance de son patrimoine était tributaire de la relation qu’il entretenait avec son patron ? L’on peut estimer que l’acquisition, la jouissance et la dépense du patrimoine d’un affranchi n’étaient pas étrangères à la relation de patronat qui unissait l’ancien esclave à son ancien maître. Néanmoins, ce n’est pas au nom de son patron, mais à titre personnel, qu’un seuir Augustalis ou un responsable de collège se livrait aux dépenses relativement importantes imposées par sa charge. L’accès à des positions et des conduites autonomes peut être subordonné à un état de dépendance qui n’est pas remis en cause. Autonomie et dépendance ne sont pas antinomiques, si l’on admet que l’une et l’autre pouvaient être relatives. Par ailleurs, le premier Arlésien, Euporus, a reçu la dignité de seuir Augustalis de la colonie d’Aquae Sextiae. La multiplicité de ses points d’attaches contrasterait avec l’ancrage de la famille de son patron dans l’ ager Volcarum. La mobilité géographique, la distance physique séparant Euporus et Eleuther de leurs éventuels patrons, jouent en faveur de leur autonomie99.

  • 100 J. Andreau, Affranchi, p. 232 (notamment) ; cf. supra p. 89-109.

50La notion de statut de travail abordée de la manière la plus globale, c’est-à-dire comme la manière dont le travail influe sur l’ensemble de la vie et sur la mentalité de l’agent100, conduit à envisager les appartenances collectives issues du métier dans leur pluralité. Celles-ci mettent en action des mécanismes à la fois divergents et complémentaires qui situent l’affranchi entre autonomie et dépendance. Les nautes de la Durance et les utriculaires d’Ernaginum ont décerné le titre de patron à l’affranchi Euporus. Les transporteurs rendent hommage au riche naviculaire qu’ils côtoyaient dans l’exercice de leur métier, et le libertus devient le patronus de deux communautés clientes. De fait, le patrocinium collegii relève ici d’une véritable inversion des rôles sociaux, conférant un caractère relatif à chacun de ceux-ci. La dépendance de l’ancien esclave à l’égard de son ancien maître pouvait être bien réelle, et l’affranchi pouvait faire croître le patrimoine du patron de quelque façon. Le travail exercé à son profit par un négociant immergé dans un monde d’affaires, le collège professionnel qui transcrit un rapport social complémentaire au métier, la cité qui décerne des titres qui ont valeur d’intégration dans ses catégories et corps constitutifs, participent néanmoins de l’autonomie goûtée par Euporus. Sûrement affranchis, sans doute parties prenantes de familiae de l’aristocratie gallo-romaine, Euporus et Eleuther paraissent insérés dans un réseau, composite et articulé, de relations sociales multiples, diverses par leur nature et par les rôles sociaux qu’elles assignent à eux deux.

51Le travail est-il aliénant ou libérateur ? Du fait de sa dimension philosophique, la question paraît bien ambitieuse, si ce n’est hors de propos. Elle se pose cependant, quand il s’agit d’apprécier la place que M. Frontonius Euporus et L. Secundius Eleuther occupaient dans la société gallo-romaine du iie siècle. Ces affranchis sont-ils des dépendants, des dominés, pourraient dire certains, dont le travail est utilisé par des possédants cherchant à s’enrichir par tous les moyens que leur offrait l’économie ? Telle n’est pas l’image, bien au contraire, que les collegiati issus de l’esclavage donnent d’eux-mêmes. Les affranchis des collèges aspirent à présenter un visage respectable, qui ne peut qu’occulter les formes de dépendance auxquelles ils pouvaient demeurer soumis. Les spéculations historiographiques ont parfois tendance à s’engouffrer dans le fossé qui peut séparer l’image du réel. L’image façonnée par les lapicides est-elle reflet ou reflet inversé du réel ? Ne recouvre-t-elle pas une partie de la réalité, tout en laissant dans l’ombre les aspects les moins valorisants des réalités vécues ? Par l’association de métier et les autres structures civiques qui les intègrent, les collegiati affranchis semblent accéder à une véritable autonomie dans leur vie sociale ; mais il n’est ni nécessaire, ni opportun, de considérer celle-ci comme absolue. L’existence même de cette marge d’autonomie amène, toutefois, à scruter d’un œil averti les modalités et les implications possibles des pratiques professionnelles. De fait, l’exercice d’une activité par des affranchis semble pouvoir associer des éléments aussi bien de dépendance que d’autonomie à l’égard de patrons dont le rapport possible à l’économie apparaît dans sa complexité et sa diversité. Les structures des collèges professionnels, en tout cas, ne reflètent guère et n’organisent en rien un hypothétique contrôle de l’élite sociale sur le monde des métiers.

Notes

1 R. Meiggs, Ostia, p. 198-199.

2 R. Meiggs est encore plus catégorique à la page 506 : « We have suggested that the fortunes of the Egrilii were based on trade. This is an inference from the wide distribution of their freedmen in the trade guilds and their own accumulation of treasury posts. It may be significant that the few Ostian bankers recorded are freedmen of the Egrilii » ; et Meiggs de renvoyer à trois inscriptions de banquiers ( AE, 1988, 204 ; AE, 1988, 189 ; CIL, XIV, 4644) ; pourtant, sur ces inscriptions, la relation d’affranchissement que les banquiers sont censés entretenir avec les « senatorial Egrilii » n’apparaît pas.

3 CIL, XIV, 246.

4 AE, 1987, 176 et 193, Ostie.

5 CIL, XIV, 4569 ; AE, 1988, 204.

6 CIL, XIV, 281.

7 En outre, plusieurs Egrilii sont enregistrés dans l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt par petits groupes de deux ou trois individus. Il peut être tentant d’imaginer qu’ils étaient unis par des liens de coaffranchissement.

8 H. Bloch, Ostia, p. 254-264 (un arbre généalogique est présenté p. 264) ; F. Zevi, Egrilii, p. 279-320 ; R. Meiggs, Ostia, p. 502-507 ; M. Cébeillac-Gervasoni, Quelques familles et personnages éminents, in Ostia. Port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition organisée au musée Rath (février-juillet 2001), Genève, 2001, p. 154-160.

9 F. Zevi, B. Bargagli, C. Grosso, I Fasti Ostienses, documento per la storia di Ostia, Rome, 1997.

10 Cf. infra p. 386-388, où l’argumentation de J. H. D’Arms, Commerce, est débattue.

11 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411.

12 H. Bloch, Ostia, p. 288, no 49 ; CIL, XIV, 4569.

13 CIL, XIV, 251 (D., 6175) et 4562 ; H. Bloch, Ostia, p. 279.

14 CIL, XIV, 292 (D., 6137), 256, 246 et 251 (D., 6175).

15 H. L. Royden, Magistrates, p. 145-202.

16 CIL, VI, 30982 ; AE, 1941, 71.

17 H. L. Royden, Magistrates, p. 150-151 ; AE, 1941, 71 ; CIL, VI, 9405 (D., 7238) ; CIL, VI, 9412-9415 ; CIL, VI, 6356 (D., 5156) et 6365.

18 H. L. Royden, Magistrates, p. 150, 152, 154 et 162.

19 Ibid., p. 89, 90-91 : l’auteur se fonde sur CIL, XIV, 246 et 5374.

20 F. Zevi, Egrilii, p. 280.

21 K. R. Bradley, Discovering the Roman family : Studies in Roman social Relations, Oxford-New York, 1991, p. 6-130, juge la « nuclear organization » de la famille romaine indiscutable, tout en pointant les risques d’anachronismes dans l’usage, pour l’Antiquité, de l’expression « famille nucléaire » qui revêt des connotations modernes, affectives notamment ; voir aussi P. Veyne, La famille et l’a mour sous le Haut-Empire romain, Annales ESC, 33, 1978, p. 35 ; Id., Vie, p. 75 ; P. Gallivan, P. Wilkins, Familial structures in Roman Italy : a regional approach, in B. Rawson, P. Weaver (dir.), The Roman family in Italy, Canberra-Oxford, 1997, p. 239-271.

22 AE, 1988, 204.

23 AE, 1988, 189 : «  D(is) M(anibus), / A(ulus) Egrilius A(uli) lib(ertus) / Polyti mus / Amerimnianus /, coactor argentarius, / VIuir Aug(ustalis), idem q(uin)q(uennalis), fecit sibi / et Iuniae Aphrodite, / coniugi sanctissimae, et Egrilio / Onesimo Polytimiano, lib(erto) optimo, / et Egriliae Irene, et Egriliae Zmyrnae, / et A(ulo) Egrilio Floro, alumnis, et lib(ertis) / libertabusq(ue) post(erisque) eor(um) ; in fr(onte) p(edes) XXIII ; in a(gro) p(edes) XIII s(emis) ; / hoc monumentum exteru(m) herede(m) non seq(uetur) ; / et Egrilis Trophimo, Aristoni, Farnasso, lib(ertis) ». Si Polytimus porte un second surnom formé sur celui de son patron, il en est de même pour Egrilius Onesimus Polytimianus, affranchi de Polytimus ; le phénomène onomastique est bien attesté au sein de la familia Caesaris : cf. P. R. C. Weaver, Familia Caesaris. A social study of the Emperor’s freedmen and slaves, Cambridge, 1972, p. 87-92 .

24 J. Andreau, Modernité, p 393.

25 L’ album de l’ ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt fait apparaître des relations filiales, en la personne d’A. Egrilius August(alis) f(ilius), d’A. Egrilius Successus iun(ior) et d’A. Egrilius Hermetio iun(ior), qui montrent encore que l’on ne peut pas considérer tous les Egrilii des collèges comme des affranchis.

26 H. L. Royden, Magistrates, p. 89 ; CIL, XIV, 246.

27 On remarque, ainsi, la fréquence du surnom « Hilarus » et de ses dérivés chez les Egrilii des collèges.

28 CIL, XIV, 246, col. VII, l, 43.

29 J. Andreau, Modernité, p. 373-377 ; Id., L’économie antique. Présentation : vingt ans après L’économie antique de M. I. Finley, Annales HSS, 50, 1995, p. 947960 ; M. I. Finley, Économie, p. 70 et 72-73 ; M. I. Rostovtseff, Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Paris, 1988, p. 123-136 (notamment).

30 M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien. Entre continuité et rupture : classes dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 2.

31 J. Andreau, Modernité, p. 389.

32 J. H. D’Arms, Commerce, p. 104.

33 Ibid., p. 157.

34 Ibid., p. 137-138.

35 Ibid., p. 146.

36 Ibid., p. 147 : « In effect, socially and economically, the institution of the Augustales functioned for the independent liberti as did the institution of familia for other, less fortunate freedmen ».

37 AE, 1987, 193 : «  Imp(eratori) Aurelio / Antonino Aug(usto), / co(n)s(uli) III, P(ublius) Octauius / Nymphodotus et / A(ulus) Egrilius Thallus, / cura(tores) trai(ectus) Lucul(li), d(e)d(icauerunt). » a. 160-180. AE, 1987, 176 : A. «  M(arco) A[urelio] / C[– – – / – – – / – – – / – – –] trib(unicia) p[ot(estate) – – –] / [A(ulus) Egr]ilius Faustu[s], / [seuir] Aug(ustalis), idem q(uin)[q(uennalis), et q(uin)q(uennalis) corp(oris)] / [trai]ectus L[uculli, – – – / – – –] A(uli) Egrili[– – – / – – –]iano, [– – – / – – –] corp[oris ? – – –] / lenu]ncul[ariorum / traiec]tus [Luculli]. » post a. 146.B. « [M(arco) Aurelio Commodo] / [Anto]ni[no Aug(usto), Pio, / Fel(ici), G]erm(anico) m[ax(imo), –– – / ––– tri]b(unicia) pot(estate) VI[II ?, –––], / M(arcus) Au[– – –] / Ma[– – –], / [seuir August(alis), idem q(uin)]q(uennalis), et / [quinquenn(alis) co]rporis /[lenuncular(iorum) tr]aiectus / [Luculli]. » ca. 180-184.

38 J. Andreau, Modernité, p. 389.

39 R. Meiggs, Ostia, p. 196 ; dans d’autres passages, R. Meiggs a plutôt tendance à présenter l’élite d’Ostie comme double : une partie de l’élite (les Lucilii Gamalae, par exemple) auraient de tout temps tirer leur fortune de la terre, tandis que d’autres familles se seraient toujours consacrées au commerce et aux activités financières.

40 F. H. Wilson, Ostia I, p. 41-69, expose la « theory of the existence of a stronged landed aristocracy during this period » ; dans les quelques pages qu’il consacre aux Egrilii, l’historien des années 1960, R. Meiggs, Ostia, p. 195-196, se garde de renvoyer à celui des années 1930 : les critiques adressées à ce dernier trouvent place dans des passages plus généraux.

41 R. Meiggs, Ostia, p. 196.

42 M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, in Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 88.

43 H. Bloch, Ostia, p. 263 ; R. Meiggs, Ostia, p. 506.

44 Contra J. Andreau, Société, p. 233.

45 J. Andreau, Vie, p. 383-384.

46 Id., Mobilité, p. 21-32.

47 SHA, Pert., I, 1-2 : place la naissance de Pertinax, fils de lanarius destiné à l’empire, dans une villa appartenant à sa mère. À la naissance de Pertinax, le patrimoine familial s’étendait, au-delà de la negotiatio lanaria, à la propriété foncière.

48 Suet., Vesp., I, 2-4 et IV, 6. Vespasien contrevient à la norme aristocratique, quand ses revers de fortune le mènent à placer des fonds, issus de l’hypothèque de ses terres, dans des entreprises de transport. Seuls des détracteurs outranciers pouvaient le décrire comme un mulio, en sachant bien qu’il n’en était pas un. En outre, Vespasien se livre à une opération ponctuelle, dans le but de se renflouer : il ne devient pas faenerator, à l’inverse de son père qui – en tant que tel – exerçait sans doute une activité professionnelle au sens strict du terme, c’est-àdire une activité permanente dont on tire l’essentiel de ses revenus. Le « coup » réalisé par Vespasien est encore plus étranger au métier de coactor argentarius exercé par son grand-père.

49 J. Andreau, Vie, p. 27-33 et 644 notamment ; Id., Banque, p. 15-19 (notamment).

50 J. Andreau, Vie, p. 162-167 notamment.

51 J. H. D’Arms, Commerce, p. 157.

52 CIL, XIV, 281.

53 R. Meiggs, Ostia, p. 504-505, se fie à la présence dans l’ album de P. Claudius Abascantus, q(uin)q(uennalis) II, qui semble se confondre avec un personnage honoré d’une statue en 203. Une rédaction aux alentours de l’année 200 cadre cependant assez mal avec la chronologie des Egrilii que F. Zevi reconstruit avec grande minutie : cf. F. Zevi, Egrilii, p. 317-319. Ce dernier finit par qualifier ce problème de datation comme une «  vera crux interpretum ».

54 Les noms des traiectus Luculli et Rusticeli renverraient aux propriétaires originels des terres bordant les rives du Tibre. À l’époque qui nous intéresse, ces terres ne sont plus privées depuis longtemps. J. Le Gall, Tibre, p. 224-225. L. De Salvo, Battellieri, p. 222-231.

55 CIL, XIV, 250 (D., 6174), 251 (D., 6175) et 252 (D., 6176) ; H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42.

56 R. Meiggs, Ostia, p. 296-297. Le rôle des bateliers affectés à un traiectus est en fait très méconnu. Il existe un traiectus marmorariorum : au moins dans ce cas précis, et sans doute dans tous les cas, «  traiectus » signifie « embarcadère », ici « quai aux marbres ». On ignore la signification de «  traiectus togatensium ». Si les lenuncularii des traiectus transportaient sans doute des passagers, il faut rappeler que l’agglomération d’Ostie ne comportait pas de zones d’habitat au-delà du Tibre. Mais l’activité de Portus devait générer des flux importants entre les deux rives. J. Le Gall, Tibre, p. 224-225.

57 CIL, XIV, 4620.

58 CIL, XIV, 4142 (D., 6140).

59 H. Mouritsen critique l’idée même de « social Revolution » ; cf. infra p. 425 ; cf. H. Mouritsen, Ostie impériale : une révolution sociale, in Ostia. Port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition organisée au musée Rath (févrierjuillet 2001), Genève, 2001, p. 30-35 ; Id., Mobility, p. 59-82.

60 Les débats ont parfois été vifs sur ce point ; ainsi J.-P. Morel, Élites municipales et manufacture en Italie, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 181-198 contra J. Andreau, Enseignements, p. 291.

61 À propos de l’idée d’une implication indirecte de l’élite dans les activités commerciales, voir notamment : H. W. Pleket, Urban elites and business in the Greek part of the Roman Empire, in P. Garnsey, K. Hopkins, C. R. Whittaker (éd.), Trade in the Ancient Economy, Londres 1983, p. 131-144 ; sur l’attention qu’il convient de porter aux modalités de l’action dans le camp économique, voir J. Andreau, Modernité, p. 373-410 ; sur l’influence du rang social et des mentalités sociales sur les modalités de l’implication économique, voir P. Veyne, Autarcie, p. 261-280 ; et Id., Vie, p. 131-150.

62 D. Chr., 46, 9.

63 Petr., 76, 9 : « Quand je me vis plus riche à moi seul que toute ma patrie, je passe la main. Je me retirai du négoce, et je me mis à prêter aux affranchis » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

64 A. Abramenko, Mittelschicht, p. 329-335.

65 CIL, XIV, 4620.

66 CIL, XIV, 4621 et 4622.

67 G. Fabre, Libertus, p. 104-105, 222, 288 et 290.

68 CIL, XIV, 161 (D., 1427).

69 Se reporter aux rapports parus dans les NSA, 1881, p. 115 ; 1910, p. 102-103 ; 1912, p. 348 ; 1916, p. 177.

70 J. Andreau, Affranchi, p. 223-224.

71 M. Christol, Naviculaires, p. 643-663.

72 CIL, XII, 982 (D., 6986).

73 CIL, XII, 704.

74 CIL, XII, 4071, 4122, Nîmes ; CIL, XII, 2793, 2969, Ager Volcarum.

75 CIL, XII, 2761, 2763, 2764, 2952, Ager Volcarum.

76 À partir des inscriptions CIL, XII, 2761, 2763, 2764 et 2765, M. Christol, Naviculaires, p. 654, reconstruit le stemma de C. Secundius Iulianus. Ce dernier a eu pour fils C. Secundius Paternus et pour petite-fille Secundina Paterni f(ilia). Secundina a épousé un certain C. Frontonius Servatus.

77 Plusieurs études d’histoire économique gallo-romaine paraissent fondées sur des rapprochements onomastiques beaucoup plus hasardeux ; par exemple, G.-C. Picard, Ostie et la Gaule de l’Ouest, MEFRA, 93, 1981, p. 883-915 ; A. Villaret, Veratii, p. 487-532.

78 CIL, XIII, 1918.

79 AE, 1976, 445 : «  D(is) M(anibus) / L(uci) Helui Victo/rini, n(autae) Ara-ric(i), / Romania Se/[cun]dilla / [coniu]nx ka/[rissima] et / [– – – ».

80 À Auximum, dans le Picenum, on lit sur un fragment épigraphique «  [C(aius)] Ploti[us] / C(aii) l(ibertus) Alex/ander, tig(nuarius) / faber » : cf. CIL, IX, 5862. Or, un chevalier, q(uin)q(uennalis) et patron de la cité, qui occupe un poste procuratorien au début du règne d’Hadrien, est honoré par le collegium fabrum local. Cependant, le prénom de ce chevalier, Q. Plotius Maximus Trebellius Pelidianus, exclut qu’il soit le patron d’Alexander. Cf. CIL, IX, 5835 (D., 1415) ; H.-G. Pflaum, CP, no 152.

81 M. Christol, Naviculaires, p. 657-659.

82 J. H. D’Arms, Commerce, p. 101. Pétrone insiste cependant sur ce qui tient, dans l’attitude de Trimalcion, de la rupture et non de la continuité.

83 Plin., Ep., III, 19, 8 : «  sum quidem prope totus in praediis, aliquid tamen fenero, nec molestum erit mutuari » [« Presque tout mon bien, il est vrai, est en domaines. Je touche cependant quelques intérêts et il ne sera pas difficile d’emprunter » (trad. A.-M. Guillemin, CUF, 1927)]

84 Apul., Apol., 20, 3 : «  et iccirco diuitiae non melius in fundis et in fenore quam in ipso hominis animo aestimantur » [« Aussi ne sont-ce pas les terres et les fructueux placements qui donnent la mesure de la richesse, mais le cœur de l’homme » (trad. P. Vallette, CUF, 1924)].

85 D. Chr., 46, 8.

86 Pour l’étude du rang social de Fortis, cf. supra p. 70-72.

87 Le fils – homonyme – de Fortis ne porte pas de titre collégial, à l’inverse de son père qui a été quinquennalis perpetuus des mercatores frumentarii ainsi que patron d’autres associations de métiers. L’absence éventuelle de liens entre Fortis iunior et les collèges professionnels d’Ostie, semble indiquer que l’ascension sociale des pères entraînait, à la génération suivante, une rupture avec le monde des métiers. D’autres indices permettent de supposer que de telles ruptures étaient fréquentes : cf. infra p. 420-425. Néanmoins, Fortis iunior apparaît sur une courte inscription qui ne se prête pas à l’évocation d’éventuels titres collégiaux : son père est honoré par un texte, rédigé selon le même formulaire, qui passe sous silence sa présidence et ses patronats de collège.

88 A. Kirschenbaum, Sons, p. 31-88 ; J.-J. Aubert, Business managers in an cient Rome. A social and economic study of institores. 200 BC-AD 250, Leyde-New York-Cologne, 1994 ; J. Andreau, Banque, p. 125-135.

89 Dig., 14, 3, 7, 1 (Ulpien) : «  Parui autem refert quis sit institor, masculus an fœmina, liber an seruus proprius uel alienus (...) » [« il importe peu que l’ institor soit de sexe masculin ou féminin, qu’il soit libre ou esclave, qu’il appartienne à celui qui l’a préposé ou à un autre »].

90 Dig., 14, 3, 13, pr. (Ulpien) : «  Habebat quis seruum merci oleariae praepositum Arelate, eundem et mutuis pecuniis accipiendis. Acceperat mutuam pecuniam. Putans creditor ad merces eum accepisse, egit proposita actione. Probare non potuit mercis gratia eum accepisse. Licet consumpta est actio nec amplius agere poterit, quasi pecuniis quoque mutuis accipiendis esset praepositus, tamen Julianus utilem ei actionem competere ait » [« Quelqu’un avait préposé un esclave à Arles pour faire du commerce d’huile et pour recevoir de l’argent en emprunt. L’esclave reçoit de l’argent en emprunt. Pensant que l’esclave avait emprunté pour ses marchandises, le créancier intenta l’action exposée (ici). Il ne put prouver que l’esclave avait emprunté en vue de son commerce. Bien que l’action ait été éteinte et que le créancier ne puisse intenter une action supplémentaire, sous le motif que l’esclave a aussi été préposé pour recevoir des emprunts, Julien dit cependant qu’une action utile doit être accordée au créancier »].

91 Dig., 14, 3, 4 (Paul) : «  (...) cum interdum etiam ad homines honestos adferant merces, et ibi uendant. Nec mutat causam actionis locus uendendi emendiue, cum utroque modo uerum sit institorem emisse aut uendisse » [« (...) alors que parfois des marchands apportent des marchandises chez des hommes de bien et les vendent là. Le lieu de vente ou d’achat ne change pas la cause de l’action, étant donné que, de toute manière, c’est un institor qui a acheté ou vendu »].

92 P. Veyne, Autarcie, p. 177-178.

93 Hippolyte, Refutatio omnium haeresium, 12, 1-2 ; cf. J. Andreau, Banque, p. 130.

94 G. Fabre, Libertus, p. 317-330.

95 P. Garnsey, Independent, p. 359-371.

96 Sur les affranchis qui exercent les fonctions de domestiques, voir G. Fabre, Libertus, p. 331-337.

97 Sur la dimension affective de la relation entre patrons et affranchis, cf. G. Fabre, Libertus, p. 242-252.

98 P. Veyne, Trimalcion, p. 224-231 ; Trimalcion n’a plus de patron compte tenu du décès de celui-ci. Son indépendance résulte donc de circonstances particulières. L’affranchissement testamentaire constituait néanmoins une pratique courante.

99 E. W. Haley, The fish sauce trader L. Iunius Puteolanus, ZPE, 80, 1990, p. 72-78, considère la mobilité géographique comme un critère permettant de juger de l’autonomie des affranchis, lorsqu’il étudie le profil de L. Iunius Puteolanus, un affranchi connu par une inscription de Suel, en Bétique. E. W. Haley pense que le cognomen du personnage trahit son origine, et que la dédicace s’explique par l’existence de relations commerciales entre Pouzzoles et l’Hispanie, plus précisément par l’importance des exportations hispaniques de garum. Cf. CIL, II, 1944 (D., 6914).

100 J. Andreau, Affranchi, p. 232 (notamment) ; cf. supra p. 89-109.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540