Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Deuxième partie. Le rang des collegiati dans la cité : une catégorie civique dans les sociétés de l’occident romain

Chapitre 5. Les collèges, des structures territoriales et humaines des cités

Texte intégral

LES COLLEGIATI DANS LES ESPACES URBAINS

  • 1 A. Zaccarià Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995, p. 38-41.

1Une cité est un territoire. Communauté de citoyens, une cité n’est certes pas réductible à cette équation première, mais il se noue dans le cadre civique une relation fondamentale entre un groupe humain et son espace. L’espace des cités est commun, public avant tout. Il est pensé et vécu conformément à un primat donné à la vie collective1. De fait, l’intégration civique fournie par les collèges romains correspond en partie à une intégration spatiale, qui laisse percevoir des mécanismes sociaux plus généraux.

  • 2 B. Bollmann, Vereinshäuser ; P. Gros, Maisons ou sièges de corporations ? Les traces archéologiques (...)
  • 3 M.-F. Baslez, Associations, p. 431-440.

2L’étude historique de ces collèges, dont l’essor au xixe siècle fut parallèle au développement de la science épigraphique, s’enrichit de recherches archéologiques récentes. Au-delà des bâtiments attribués à des collèges avec une certitude permise par les inscriptions, les archéologues évoquent de plus en plus couramment la possibilité de faire face à des scholae de collèges, lorsqu’ils sont confrontés à des édifices de nature incertaine. P. Gros puis A. Bouet, par leurs articles, et surtout B. Bollmann, par sa thèse, ont posé les jalons d’une telle démarche2. Le collège, groupe partie prenante de la cité, dispose de lieux propres qui affichent son existence et sa raison d’être aux yeux de tous. Inscrite dans la longue durée de l’histoire grecque et romaine, l’émergence de la notion d’espace collectif, « propriété interdite d’usage privé, inaliénable, indivise et affectée à une fonction de sociabilité », est un moment clé de l’histoire du phénomène associatif. M.-F. Baslez place cette émergence dans le contexte de la Grèce du ive siècle av. J.-C.3. En réalité, l’espace détenu par le collège apparaît comme un lieu où se cristallise l’identité du collegiatus. Celle-ci se forge néanmoins dans un ensemble spatial plus vaste, à la mesure des multiples facettes qui la composent. Homme de métier, bien souvent, le collegiatus évolue aussi dans des espaces à vocation économique. Citadin et citoyen, il s’inscrit dans l’espace façonné par les instances civiques. Quelle est l’articulation entre ces différents lieux de la sociabilité du collegiatus ? L’étude de deux cas ostiens fournira un point d’appui à des développements plus généraux.

Mensores frumentarii et negotiantes fori uinarii à Ostie

3Une étude centrée sur une zone de la ville d’Ostie, à proximité du Tibre, permet de mieux saisir les mécanismes d’intégration sociale dans lesquels les collèges sont impliqués. Elle met en scène les collegiati de deux associations de métiers. L’articulation et l’interaction entre des lieux de nature et de vocation différente permet de mieux comprendre la place du collège dans l’existence sociale de ses membres.

  • 4 J.-P. Waltzing, Etude, II, p. 63 ; R. Meiggs, Ostia, p. 282 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 51-53.
  • 5 CIL, XIV, 2 (D., 3339).
  • 6 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

4Les mensores frumentarii d’Ostie se déploient dans des espaces professionnels et collégiaux distincts, par leur nature et leur fonction. Par leur métier, les mesureurs de blé sont des acteurs fondamentaux de la vie économique d’Ostie, telle qu’elle se développe après la construction du port de Trajan. Bénéficiant de la protection du célèbre Cn. Sentius Felix, ils se sont sans doute organisés en collège dans le dernier tiers du ier siècle. Sept de leurs quinquennales apparaissent dans l’épigraphie d’Ostie. Les mensores formaient-ils un seul ou plusieurs collèges distincts ? Ce point a fait l’objet d’un débat4. Des mensores adiutores, nauticarii et acceptores5sont attestés, mais le terme unitaire de corpus mensorum frumentariorum Ostiensium aussi6. J.-P. Waltzing, suivi par R. Meiggs, croyait à l’unicité de l’organisation collégiale. H. L. Royden a soutenu la thèse inverse. Rien dans les édifices soumis à l’étude ne suggère une tripartition, si bien que l’on peut penser que l’ensemble architectural accueillait une seule collectivité, qu’elle ait englobé l’ensemble des mensores ou non.

  • 7 C. Pavolini, Ostia. Guide archeologiche Laterza, Rome-Bari, 1989, p. 122-123.
  • 8 H. Schaal, Ostia. Der Welthafen Roms, Brême, 1957, p. 94 ; G. Becatti, Scavi di Ostia IV. Mosaici e (...)

5Ce collège ostien a son point d’ancrage à l’est de l’agglomération, entre la via della Foce et le Tibre7. L’espace du métier et celui du collège sont contigus, quoique distincts. Le quartier, qui suit l’orientation tracée par le Tibre, est dévolu aux activités portuaires. De grands horrea, construits sous le principat de Trajan, constituaient l’univers professionnel des mensores. Leur plan s’organise autour d’une grande cour centrale, par laquelle on accédait aux pièces de stockage du blé : les plus grandes d’entre elles, munies de pilastres soutenant les toits, étaient sans doute dédiées aux activités de contrôle des mensores. Au sud des entrepôts, une aire en forme de trapèze irrégulier, ceinte et donc isolée par un mur, se distingue clairement. Une grande salle, une aula, et un petit temple y prennent place, accolés l’un à l’autre. À quoi servait cet ensemble ? Comme le montre avec force B. Bollmann, il n’est pas tenable de considérer l’aula, et le temple a fortiori, comme des édifices à vocation économique, professionnelle au sens strict du terme. Colonnades, mosaïques et statues auraient offert un cadre bien surprenant à des activités purement frumentaires8. H. Schaal voyait pourtant dans l’aula un bureau des mesureurs, tandis que G. Becatti pensait que le blé pouvait y être mesuré. Le débat dépasse de loin celui de la seule vraisemblance archéologique. La définition même du collège, sa perception par les modernes, est en jeu. Le collège professionnel doit-il être abordé comme une corporation, c’est-à-dire, si l’on consent à lever l’ambiguïté qui s’attache à ce terme, un métier soumis à une organisation collective, ou bien comme une entité d’une autre nature ?

  • 9 CIL, XIV, 409 (D., 6146). La divinité honorée dans le temple est connue grâce à un des patronats de (...)
  • 10 « [patro]no corp(oris) mensor(u)m ». Nous n’avons pas encore trouvé, malgré une enquête approfondie (...)

6L’exemple des mensores d’Ostie est clarificateur. La césure topographique entre l’espace économique et l’espace collégial paraît significative. L’aire de l’aula et du temple, donnant sur un axe urbain d’importance, s’ajoute – sans se confondre avec lui – à l’espace du métier, tourné vers le port. Au sein de l’espace collégial, s’inscrivent des activités non-économiques. Le temple tétrastyle, à la cella en brique, était lié au culte que le collège vouait à Cérès Augusta9. Le choix de cette divinité n’étonne guère de la part d’hommes du blé. Par ailleurs, l’aula représente pour les collegiati un lieu de réunion, de fréquentation sociale en dehors de l’exercice du métier : une schola. La présence éventuelle d’un cippe, gravé en l’honneur d’un patron de l’association, si la restitution de l’inscription est juste, contribuerait peut-être à dire la nature de l’édifice10. Évoquant les joies de la boisson, les ménades et les satyres des mosaïques expriment un désir : évoluer dans un cadre convivial, dont l’agrément tranche avec l’univers professionnel de l’entrepôt.

  • 11 P. Jouanique, La mosaïque de l’aula des mensores à Ostie, REL, 47, 1969, p. 418-423.
  • 12 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 133 ; G. Zimmer, Römische Handwerker, ANRW, II, 12.3, 1985, p. 205-2 (...)

7Si l’entrepôt et le local associatif sont attenants, le métier et le collège sont aussi liés l’un à l’autre. Restaurée vers 235, l’aula est ornée d’une célèbre mosaïque représentant une scène de la vie professionnelle. Un mensor tient à la main un instrument de mesure, son rutellum. Le blé doit être raclé au moyen de cette règle, afin que la quantité de blé prise en compte corresponde à la contenance exacte de la cuve dans laquelle il a été amassé11. Autour du personnage principal s’affairent quatre porteurs. De fait, l’image rappelle les scènes artisanales et les outils d’artisans que l’iconographie funéraire laisse observer. La mosaïque procède d’une même volonté de mettre en avant le métier comme élément fondamental d’une identité sociale positive12. Or, cette fierté professionnelle est consolidée par le collège, par la construction d’une sociabilité entre confrères qui dépasse l’univers matériel et mercantile. Paradoxalement, le métier est, devient, honorable car il permet d’atteindre autre chose par le biais du collège : une existence plus proche des canons sociaux et culturels de l’honorabilité.

  • 13 CIL, XIV, 4140 (D., 6155) ; ce personnage figure aussi sur l’album des Augustales CIL, XIV, 4562.
  • 14 R. Meiggs, Ostia, p. 283-288, 432.

8En outre, au-delà de l’espace collégial au sens strict, la dimension civique du prestige issu du collège s’inscrit parfois dans un espace urbain, dont le caractère public tient à la tutelle que le gouvernement de la cité exerce sur lui. Aussi Q. Aeronius Antiochus, président des mensores adiutores d’Ostie à la fin du iie siècle, reçoit-il un insigne honneur lorsqu’une statue à son effigie est installée dans un l(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice)13. Dans la topographie d’Ostie, ce locus se situe sur le piazzale delle corporazioni14. Au contact d’un édifice collectif de loisir, à proximité immédiate du decumanus maximus, le piazzale est au cœur de la ville. Le nom que les modernes lui ont donné est trompeur. Sauf exception, les salles aux dimensions réduites, disposées le long d’un portique au tracé rectangulaire, étaient vouées aux affaires semble-t-il, et non à des activités propres aux collèges. La présence de statues installées avec l’autorisation des décurions, comme l’édification d’un temple central à l’époque de Domitien, montrent néanmoins que le piazzale n’est pas réductible aux aspects les plus matériels de la vie du négoce. Les administrateurs impériaux, les notables locaux et les dignitaires de collèges statufiés le sont certes pour des services rendus à l’approvisionnement de Rome, et donc à l’activité portuaire d’Ostie. Le souci ornemental procède toutefois de la volonté d’utiliser et d’investir l’espace urbain en tant que citadins à part entière, comme citoyens dont l’identité s’étend au-delà de l’activité économique. Pour Antiochus, le piazzale correspond à un espace symbolique qui conserve le souvenir de son prestige personnel.

9Le décret voté à son profit par le conseil de la cité, même s’il s’inscrit dans une procédure administrative très ordinaire, a pu être ressenti comme honorifique. Le l(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice), attribué au mensor, consolide en terme civique la reconnaissance reçue du collège, elle-même fondée sur la réussite professionnelle. Le profil d’Antiochus témoigne de sa progression dans la hiérarchie de la société ostienne. Seuir Augustalis et portant, comme son épouse, un surnom grec, Antiochus est probablement un ancien esclave entré dans la citoyenneté au moment de sa manumission. La référence à l’ordo des seuiri Augustales souligne une facette complémentaire d’une réussite sociale qui se confond avec l’intégration civique d’Antiochus. Son monument honorifique a l’originalité d’avoir été élevé par sa femme. L’environnement privé et familial qu’Antiochus a construit grâce à la liberté acquise après l’esclavage, le milieu professionnel, l’appartenance à la cité et aux groupes qui lui donnent corps se trouvent mêlés en un seul lieu, sur une même pierre.

10L’insertion collective d’une association de métier et l’insertion individuelle des collegiati les plus prestigieux dans l’espace urbain répondent ainsi aux mêmes mécanismes. Ceux-ci mettent en relation le métier, le collège et la cité. Trois sphères d’une vie en société à la fois professionnelle, collégiale et civique s’enracinent dans des lieux qui témoignent matériellement de ces mécanismes d’intégration. Les mensores font apparaître une certaine unité spatiale, la zone des entrepôts et celle du collège étant attenantes. Il ne s’agit pas d’un cas unique à Ostie.

  • 15 CIL, XIV, 318 (D., 6162) : « D(is) M(anibus) / L(ucii) Carulli Fe/licissimi, bis(elliarii), / (se)u (...)
  • 16 AE, 1940, 66 : « Imp[eratori] Caesari M(arco) [Aurelio] / Antonino Aug(usto), p(ontifici) m(aximo), (...)
  • 17 AE, 1974, 123 bis.
  • 18 CIL, XIV, 430 (D., 6168).
  • 19 AE, 1940, 64.
  • 20 AE, 1940, 65 : « D(is) [M(anibus)], / Q(uintus) Turra[nius – – –] / VIuir Au-g(ustalis)[– – – corpo (...)
  • 21 CIL, XIV, 409 (D., 6146) ; M. Fasciato, « Ad quadrigam fori vinarii » – autour du port au vin d’Ost (...)

11Les inscriptions ostiennes mentionnent plusieurs corporati, liés au négoce du vin, qui ont appartenu à un collège disposant d’un temple. L’épitaphe de L. Carullius Felicissimus met en exergue sa qualité de « q(uin)q(uennalis) cor[p]or(is) uin(ariorum) urb(anorum) e[t] Os[t(iensium)] »15. L’approvisionnement en vin de la ville de Rome, via le port d’Ostie, est la raison d’être du collège. La dédicace faite à Marc-Aurèle en 162 par ce « [colleg]ium uinariorum inpo[rtatorum negotiantium] », sous la responsabilité d’un C. Pomponius [– – –], en apporte la confirmation16. Les activités négociantes, comme celles du collège, prennent place sur un forum uinarium évoqué sur l’épitaphe d’un éventuel « [biselli]arius in corpore neg(otiatorum) fo[ri] / uinari r[eipubl(icae) O]st(iensium) »17, et sur la pierre gravée à l’instigation de L. Valerius Threptus18, « curat(or) negotiantium fori uinari et q(uin)q(uennalis) colleg(ii) Geni fori uinari ». Sans doute ce Genius était-il célébré dans le templum fori uinari. La nature collégiale du temple apparaît à travers la qualité de « corporatus in templo fori uinari inportatorum negotiantium », affichée par L. Caecilius Aemilianus19. L’expression est restituée sur l’épitaphe d’un Q. Turra[nius – ––]20. Enfin, la titulature de Cn. Sentius Felix, qui permet de supposer que le collège existait peut-être déjà à la fin de l’époque flavienne, fait allusion à un quadrige placé probablement devant le temple21.

  • 22 F. Coarelli, Il forum uinarium di Ostia : un’ipotesi di localizzazione, in A. G. Zevi, A. Claridge (...)

12Où ce forum uinarium se trouvait-il ? F. Coarelli a recensé plusieurs lieux possibles, dans la zone septentrionale comprise entre le decumanus maximus et le Tibre22. Parmi les différentes possibilités offertes, un seul emplacement a fait l’objet de fouilles qui permettent d’avancer une solide hypothèse de localisation. Entre la via della Foce et le Tibre, près de la maison d’Amor et de Psychè et non loin des bâtiments des mensores, un espace libre de construction a été mis en évidence. Sa forme est régulière ; ses dimensions de 138 m sur 95, imposantes. Il est délimité sur trois côtés par des édifices liés à l’annone qui devaient s’étendre, au Nord, jusqu’aux installations fluviales. La structure générale du lieu rappelle le piazzale delle corporazioni. Ce forum apparaît comme l’espace où le collège se construit, en prenant appui sur des activités économiques auxquelles il ne saurait, néanmoins, être réduit. Le mot « forum », lui-même, est révélateur de la multiplicité de fonctions du lieu qu’il désigne. Comme tout forum, celui des negotiantes uinarii était un espace public voué à la vie en société, à la vie commerciale notamment, mais pas seulement. Sans même sortir de cet espace d’échange, les corporati ont l’occasion de s’extraire des réalités matérielles du métier.

Les lieux de réunion des collegiati

  • 23 CIL, V, 7904 : « L(ucius) Bla( ?) Iunius Cornutus, / magister coll(egii) dendro/[p)hororum, aram et (...)
  • 24 F. Benoit, Cimiez. La ville antique, Paris, 1977, p. 45.
  • 25 AE, 1924, 115 a et b.

13De manière générale, les édifices détenus par les collèges offrent aux collegiati le cadre d’une convivialité qui est la raison d’être de leur regroupement. Ils leur assurent une visibilité dans l’espace urbain qui participe de leur intégration à la cité. Ainsi s’explique l’attention personnelle que certains collegiati portent aux propriétés immobilières de leur communauté. À Cemenelum, au iiie siècle, L. Bla( ?) Iunius Cornutus, magister coll(egii), prend à sa charge le pauimentum et le pronaos de la schola des dendrophores23. Témoignant encore de sa générosité, il fait don à ses confrères d’un autel qui souligne la vocation religieuse de leur regroupement. Les fouilles de Cimiez n’ont pas permis de localiser le local des dendrophores. Toutefois, F. Benoît évoque un bâtiment dont les occupants ne sont pas connus, qui pourrait être une schola de collège24. Clairement séparé d’un quartier d’habitation par une enceinte, l’édifice présente l’aspect d’un bâtiment d’usage collectif. À Ostie, un curator corporis traiectus Rusticeli semble, de son côté, favoriser l’expression du loyalisme de ses confrères envers le pouvoir impérial : il donne une imago qui doit être disposée dans le local collégial25.

  • 26 CIL, VI, 30973 b : « M(anio) Poblicio Hilaro, / margaritario, / collegium dendrophorum / matris deu (...)
  • 27 CIL, VI, 641 (D., 3540).
  • 28 CIL, VI, 30973 a : « Intrantibus hic deos / propitios et basilic[ae] / Hilarianae ».
  • 29 L. Richardson, A new topographical dictionary of ancient Rome, Baltimore, 1992, p. 52 ; E. M. Stein (...)

14À Rome même, donc en dehors des mondes municipaux, l’épigraphie de plusieurs associations fait apparaître des comportements semblables. M’. Poblicius Hilarus a appartenu à la fin du iie siècle au collège des dendrophores romains. Marchand de perles de profession, margaritarius, Hilarus se targue des titres que la confrérie vouée à Cybèle et Attis lui a décernés. Par le vote, et en remerciement de plusieurs libéralités, les collegiati ont décidé d’élever une statue à ce quinquennalis perpetuus26. Celui-ci a donné la preuve de sa benignitas : Hilarus a offert aux dendrophores un autel dédié à Silvain, en compagnie de ses deux fils27. La statue et l’autel faisaient partie du mobilier d’un édifice fouillé à la fin du xixe siècle. Le local des dendrophores se trouvait sur le Caelius. Un escalier en marbre donnait accès à un vestibule pavé d’une mosaïque au décor apotropaïque. Une inscription annonçait aux visiteurs où ils pénétraient : dans la basilica Hilariana28. Evergète, Hilarus s’est fait le bâtisseur d’un édifice qui semble devoir son nom de basilique bien moins à son plan, qu’à son occupation par une collectivité soucieuse d’apparaître ad exemplum rei publicae29.

  • 30 Nous reprenons ici les analyses de J.-M. Flambard, Mort, p. 216-217.
  • 31 Un uicus Serrensis est attesté en Afrique : cf. J.-M. Flambard, Mort, p. 217 ; toutefois, rien n’in (...)
  • 32 CIL, VI, 839 (D., 9419) : « C(aius) Heduleius / Ianuarius, q(uin)q(uennalis), / aram sodali/bus sui (...)
  • 33 CIL, VI, 37848.
  • 34 CIL, VI, 338 (D., 3445) : « Numini domus Aug(ustae) / sacrum, Herculi salutari / quod factum est so (...)

15L’attitude d’Hilarus à l’égard des dendrophores ressemble à celle de C. Heduleius Ianuarius envers un collège de nature incertaine, les sodales Serrenses30. Le mot « Serrenses » a été rapproché de plusieurs toponymes provinciaux : il n’est pas impossible qu’il renvoie à l’origine géographique, africaine sans doute, des sodales31. Quinquennalis, Ianuarius fait l’acquisition du locum schol(a)e et offre l’autel de la sodalité32. Fouillée en 1864, datant sans doute de l’époque d’Hadrien, la schola se présentait comme une cella carrée de 5 m de côté, donnant sur la Via Nomentana. Toute cette partie de la Via Nomentana était bordée de tombes, souvent collectives, si bien qu’il paraît probable que les sodales Serrenses formaient une confrérie funéraire dont le monumentum était à proximité immédiate du local. L’autel de marbre blanc en occupait le centre, tandis qu’une banquette de travertin, adossée au mur, faisait le tour de la pièce. Quarante personnes environ pouvaient se réunir, et le matériel mis au jour jette quelques lueurs sur leurs activités. Les deux mensuralia découverts par les fouilleurs étaient peut-être utilisés lors de distributions de vivres. Les deux coupes en bronze portent une inscription : « C. Cirrius Zosimus sodalibus suis m(en)suralia d(onum) d(edit) »33. La vie du collège semble reposer en grande partie sur des donations faites par des sodales à titre individuel. De la même manière, en 159, A. Cornelius Aphrodisius donne une aedicula noua à son sodalicium34.

16Ces donateurs se font les garants de la vie communautaire. Leurs aspirations individuelles rejoignent les aspirations de l’ensemble de leurs confrères : elles sont orientées vers la construction de la vie collective et d’un prestige perceptible par l’ensemble des citadins, ou d’un grand nombre d’entre eux dans le cas de la ville de Rome. À travers ces donations, la libéralité d’un collegiatus s’applique au bâtiment qui manifeste, dans l’espace urbain, l’existence du collège.

  • 35 CIL, XIV, 4569 ; CIL, XIV, 4300 : « Marti Aug(usto) / sacrum, / Sex(tus) Caecilius / Prot[us, / ma] (...)
  • 36 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 127-137.

17Les scholae, les templa, tous les édifices détenus par les collèges, mettent en évidence la nature conviviale de ces collectivités. Le principal lieu de réunion des charpentiers d’Ostie, où un grand album daté de 198 et la dédicace d’un magister quinquennalis ont été découverts, en donne une illustration éclatante35. Au début du principat d’Hadrien, alors qu’une véritable fièvre de construction touchait la ville portuaire, un grand immeuble fut construit à l’angle du forum et du decumanus maximus. Les fabri tignuarii semblent s’être installés au rez-de-chaussée de cet édifice dès sa construction. Au-delà d’un large vestibule, le plan s’articule autour d’une vaste cour centrale dessinant le tracé rectangulaire d’un portique. Les collegiati accédaient par la cour à des salles latérales dotées, pour quatre d’entre elles, de κλίναι construites en dur. D’autres pièces accueillaient la cuisine et les latrines. Plusieurs escaliers menaient aux étages supérieurs qui étaient nettement séparés du siège de l’association. Une salle plus vaste située au fond de la cour, comparable au tablinum d’une maison privée, a été transformée en chapelle sur podium au cours d’une seconde phase de l’occupation. Le pavement en mosaïque de la cour, la nymphe représentée sur un pilier, disent la volonté des collegiati d’évoluer dans un cadre agréable et soigné. Le local était destiné aux banquets qui pouvaient être organisés dans les salles, mais aussi dans la cour, aux cultes communs et à l’administration d’une collectivité qui comptait plus de 300 membres au début du iiie siècle ap. J.-C. Ces mêmes fonctions se lisent dans l’agencement d’autres scholae. De manière générale, le décor et le mobilier des édifices collégiaux mêlent l’aspiration à l’otium, tel qu’il s’inscrit dans les riches maisons privées, et la revendication d’un caractère public. Cratères et candélabres luxueux côtoient par exemple les statues de l’empereur et des membres de la famille impériale36.

  • 37 F. Zevi, Miscellanea, p. 472-479.
  • 38 B. Bollmann, Les collèges religieux et professionnels romains et leurs lieux de réunion à Ostie, in (...)

18L’insertion des bâtiments de collège dans la topographie des cités semble procéder d’un désir de visibilité. En dehors d’Ostie, la documentation est cependant très pauvre. À Ostie, la plupart des collèges semblent rechercher la position la plus centrale possible. Les fabri tignuarii, disposant déjà de la casa dei triclini, occupent à partir de 194 un temple donnant lui aussi sur le decumanus maximus37. Sur le même axe majeur, se trouvaient un grand nombre de sièges de collèges. B. Bollmann a dénombré huit emplacements possibles38. Les lenuncularii traiectus Luculli occupaient ainsi un édifice auquel les archéologues ont donné le nom de basilique. Sa position dans l’espace d’Ostie est tout aussi centrale que le temple des charpentiers. La dite « basilique », disposée au nord du decumanus, donne sur celui-ci. Construite sous Hadrien aux alentours de l’année 120, elle doit son appellation à son plan. Il s’agit d’une aula à trois nefs transversales, sur lesquelles ouvrait une entrée à colonnes. Au fond de cette pièce de 14,5 sur 11,3 m, une abside semi-circulaire accueillait sans doute une divinité tutélaire ou le Génie des bateliers. Sur le pavement, une mosaïque porte la mention du corpus lenunculariorum traiectus Luculli et de Gordien III.

  • 39 M. Fabbri, A. Trotta, Una scuola-collegio di età augustea. L’insula II di Velia, Rome, 1989.
  • 40 CIL, XIV, 4365+4382 (AE, 1971, 64).

19Les plans des édifices des collegiati révèlent aussi leur désir d’être visibles, connus et reconnus par leurs concitoyens. Portes ouvertes, les enfilades inspirées de la séquence traditionnelle fauces / atrium / tablinum attirent l’œil des passants. Les bâtiments faits d’une salle unique à abside, donnant directement sur la rue, témoignent d’un même souci. Grâce à ces agencements, les regards pouvaient se porter sur un élément jugé essentiel, une statue ou un autre monument de culte par exemple. Par leur schola monumentale, les médecins de Velia, en Lucanie, témoignent, pour leur part, d’un désir d’affirmer leur honorabilité39. Dès le début de l’époque impériale, ces personnages occupaient un grand bâtiment, formé d’une entrée avec corridor, d’un portique à trois côtés et d’une abside axiale élargie à l’époque d’Hadrien. On accédait au local par un escalier frontal à cinq marches, de 1,20 m de haut, et une colonnade qui visaient à susciter un sentiment de respect. L’attention portée par les charpentiers d’Ostie à la façade de leur temple, dont l’architrave était en marbre, procède d’une même volonté. Le faste déployé vise à affirmer l’honorabilité des collegiati en tant que corps, tout comme le prestige individuel de leurs dignitaires. Le fronton du temple porte en effet une dédicace au divin Pertinax gravée par les soins des magistri quinquennales C. Plotius Ca[– – –], Salinator Ianuarius et L. Faianius Olympus, dont les noms et la dignité sont donnés à lire aux passants40. Le soin et la richesse, au moins relative, des édifices et des décors se laissent ainsi admirer de tous. Les collèges ne sont pas des mondes clos et repliés sur eux-mêmes.

  • 41 C. De Ruyt, Un exemple de discontinuité des fonctions monumentales dans un quartier de la ville rom (...)
  • 42 CIL, XIV, 169 = ILMN, 562 (D., 6172) ; H. Bloch, Ostia, p. 267-269, no 31 (AE, 1955, 177) : « P(ubl (...)
  • 43 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 195-197.

20Dans la topographie des cités, la relation entre les espaces professionnels et les édifices des collegiati n’est pas univoque. Les deux univers sont parfois distants l’un de l’autre, dans le cas déjà évoqué des lenuncularii traiectus Luculli notamment. Les fabri nauales d’Ostie, pour leur part, ont érigé, sous le principat de Commode, un temple dans la partie occidentale de la ville41. L’édifice donne sur le prolongement occidental du decumanus maximus, lequel forme dans cette zone la branche méridionale d’une fourche dont la via della Foce constitue la branche septentrionale. L’identification du bâtiment est sûre : la statue d’un patron reposait sur une base de marbre gravée à l’instigation de la plèbe du collège42. Le terrain choisi se situe dans un quartier résidentiel où les activités commerciales sont presque inexistantes. L’espace du collège se distingue donc nettement du monde portuaire où évoluaient les charpentiers de marine. Faut-il voir dans cet emplacement une volonté délibérée d’instaurer une rupture topographique entre le métier et le collège ? Des raisons bien plus matérielles, ne serait-ce que la disponibilité du terrain, ont pu présider au choix des confrères. Toutefois, la rupture topographique existe bien, illustrant la différence de nature entre les activités économiques et collégiales. À Ostie, de manière générale, B. Bollmann constate que la majorité des possibles scholae prennent place au sud, loin de la zone des entrepôts, la plus active économiquement43. Toutefois, outre l’aula des mensores, le sacellum des sacomarii, des vérificateurs des poids et mesures, donne une autre image des réalités collégiales. Le petit sanctuaire se trouve à l’angle sud-ouest du piazzale delle corporazioni, dans un espace clé des activités négociantes de la cité. Un autel dédié à Silvain en 124, orné d’un relief représentant Romulus et Remus allaités par la louve, atteste la nature collégiale du lieu. Le Génie des sacomarii est associé au dieu et aux héros fondateurs.

  • 44 C. Dubois, Pouzzoles antique. Histoire et topographie, Paris, 1907 : se reporter à la carte en fin (...)
  • 45 AE, 1928, 120 : « Diuo [– – –] / nauicul[arii] / quia DVI[– – –] / et copia [–––] ».
  • 46 AE, 1956, 137. A. Maiuri, Studi e ricerche sull’amphiteatro Flavio puteolano, Naples, 1955, p. 45, (...)
  • 47 CIL, VI, 9404 (D., 7249) : « Dis Manibus, / L(ucio) Trebio Fido, quinquennali / collegi / perpetuo (...)
  • 48 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 113.

21En dehors d’Ostie, à Pouzzoles, l’intégration des collèges dans l’espace urbain semble confirmer les deux dimensions mises en lumière à Ostie. Le collège des scabillarii occupait une schola à quelques dizaines de mètres du decumanus maximus, au cœur de la ville. Des fouilles menées dans les années 1850 ont mis au jour trois pierres exprimant le loyalisme de ces musiciens envers le pouvoir impérial. Les inscriptions étaient placées dans un bâtiment de forme asymétrique, décoré par une mosaïque, et doté d’une entrée à colonnes44. Il ne reste presque rien de ce local. Les scabillarii disposaient, de plus, d’un petit espace cultuel dans un lieu très fréquenté de la ville : l’une des salles placées sous les escaliers menant à l’amphithéâtre flavien abritait leur sacellum. Or, ces pièces forment un ensemble très intéressant. Dans un premier temps, des boutiques pourraient bien avoir été installées dans un tel endroit. Toutefois, la découverte de bases ou de niches de statues, de marbre, de mosaïques, de décorations en stuc, et le souci du décor, en général, vont à l’encontre d’une telle interprétation. En revanche, la possible transformation de boutiques en scholae de collèges professionnels vient d’autant plus à l’esprit qu’un fragment épigraphique renvoie à la déférence de naviculaires à l’égard d’un empereur divinisé45. L’identification du sacellum des scabillarii tient à la découverte d’un autre fragment, portant les mots « Pulbe/ri amo/ri sca/billari/orum »46. Aucune certitude ne peut être atteinte dans l’étude de ces sept pièces, mais l’on pense à ces cordonniers romains définis comme « qui consistunt in scola (sic) sub theatro Aug(usto) Pompeian(o) »47. Unis au sein d’un collegium fabrum soliarium baxiariium, ils ont eu L. Trebius Fidus pour quinquennalis perpetuus. L’insertion dans un espace de loisirs, emblématiques de l’intensité de la vie collective propre aux villes romaines, tend – ou tendrait – à confirmer l’ancrage des collèges dans la sphère de la convivialité. Par ailleurs, en s’appuyant notamment sur son étude de l’amphithéâtre de Pouzzoles, B. Bollmann a examiné deux bâtiments, de Paestum pour le premier et d’Alba Fucens pour le second48. Ces édifices ont servi de boutiques dans la première phase de leur occupation, avant de perdre leur caractère commercial. Une fois encore, l’hypothèse d’une transformation d’espaces commerciaux en lieux de réunion de collèges professionnels est plausible.

  • 49 Ead., ibid., p. 252-253.
  • 50 F. Coarelli, Roma. Guida archeologica Laterza, Rome-Bari, 1980, p. 74.
  • 51 AE, 1915, 97 = AE, 1927, 97.
  • 52 F. Astolfi, H. Bauer, F. Guidobaldi, A. Pronti, Horrea Agrippiana, Arch. Cl., 30, 1978, p. 31-106.

22À Rome, enfin, l’étude des horrea Agrippiana révèle l’émergence d’un espace collégial au cœur d’un espace économique49. Ces entrepôts, construits aux alentours des années 20 et 10 avant notre ère, se trouvaient dans le Vicus Tuscus. Leur plan s’articule autour d’une grande cour carrée sur laquelle donnent plusieurs petites salles50. Dans un espace alors inoccupé, semble-t-il, une pièce de 2,7 m sur 5 a été aménagée avec soin. L’entrée épistyle faisait face à un mur peint et décoré de marbre. Au début du iiie siècle, le sol a été pavé d’une mosaïque représentant en noir et blanc des vignes et la figure d’un dieu marin. De la barbe de l’Océan personnifié jaillissent deux dauphins. L’inscription découverte lors de la fouille montre sans équivoque que la pièce accueillait le culte du Génie des horrea51. Le caractère collégial du culte et du regroupement des negotiantes liés aux entrepôts est tout aussi limpide. Le monument, daté par la mention de curateurs éponymes, résulte de la libéralité de trois immunes qui se prévalent d’un privilège accordé à leur bénéfice. Leur communauté portait sans doute le nom de collegium salutare negotiantium horreorum Agrippianorum et, si l’on se fie à une analyse paléographique avancée par F. Astolfi, celle-ci a sans doute vu le jour au début de l’époque antonine52.

23Les édifices des collegiati, et de manière générale l’insertion des collegiati dans les espaces urbains, mettent ainsi en lumière un processus de construction d’une sphère autonome de la vie sociale. L’espace de l’activité économique se distingue de l’espace du collège, car le collège professionnel n’est pas une structure économique par essence. Toutefois, l’association s’appuie sur le métier. Les deux champs, si autonomes soient-ils, ne sont pas sans lien. C’est de ce balancier entre autonomie et interrelation que procède le gradient qui permet de classer les édifices collégiaux selon leur prise de distance, plus ou moins grande, vis-à-vis des espaces économiques.

  • 53 CIL, XIII, 2020 : « C(aio) Nouellio Ianuario, / ciui Vangioni, nautae / Ararico, curatori et / patr (...)
  • 54 CIL, XIII, 2041 : « [– – – corpus ?] splendidissim[u]m / perpetuam uacatione[m] / decreuit, / l(oco (...)
  • 55 CIL, V, 5446 (D., 7252) : « L(ucio) Apicio / Bruttidio / Sotericho, / (se)uiro urb(ano), / quaestor (...)

24Or, intégré à l’espace urbain, l’espace collégial tend à être défini comme partie prenante de l’espace public. La terminologie employée par certains collèges est révélatrice. À Lyon, au début du iiie siècle de notre ère, les nautes de la Saône ont fait du Vangion C. Novellius Ianuarius leur curateur et leur patron. Deux de ses affranchis, dont les cognomina sont sans doute Faustus et Sotericus, lui élèvent une statue. Celle-ci est installée dans la schola des bateliers ainsi qu’en atteste la formule « l(oco) d(ato) d(ecreto) n(autarum) Araric[or]um »53. Les lettres « LDD N ARARIC » apparaissent sur une autre pierre lyonnaise, portant un texte très lacunaire54. Ces formulaires épigraphiques sont fort voisins de l’expression « l(oco) d(ato) d(ecreto) c(ollegii) » lisible sur deux stèles gravées en l’honneur de questeurs des centonarii de Côme55. La seconde de ces inscriptions renvoie à un contexte funéraire, ce qui tend à faire du locus évoqué une partie d’une concession funéraire détenue par le collège. L’imitation du modèle fourni par la cité et son conseil des décurions est évidente, mais elle a un sens et une portée qui vont au-delà du seul fait de singer le gouvernement municipal. Le mimétisme reflète une volonté plus fondamentale d’appropriation. Le collège se pose en détenteur d’une fraction de l’espace urbain, du territoire civique.

  • 56 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 94.
  • 57 P. Gros, Maisons ou sièges de corporations ? Les traces archéologiques du phénomène associatif dans (...)
  • 58 P. Zanker, Veränderungen im öffentlichen Raum der italischen städte der Kaiserzeit, in L’Italie, d’ (...)
  • 59 R. Meiggs, Ostia, p. 324 ; B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 71.

25Les formes de certains édifices collégiaux expriment peut-être la volonté d’afficher un caractère public. Les influences qui ont présidé aux choix architecturaux des collegiati semblent parfois perceptibles. À Ostie, les temples des fabri nauales et des fabri tignuarii sont bâtis selon des plans proches l’un de l’autre. Les deux ensembles cultuels forment des espaces clos, munis de portiques, servant d’écrin à deux temples à podium, celui des tignuarii étant adossé au mur postérieur. Encore à Ostie, mais quelques décennies plus tard, à la fin de l’époque sévérienne, les stuppatores se dotent d’un édifice semblable. À travers ces points communs, B. Bollmann reconnaît le modèle des fora impériaux en général, celui du forum d’Auguste et du temple de Mars Ultor en particulier56. La similitude ne tient sans doute pas seulement aux motivations symboliques de collegiati obnubilés par le politique. On peut rapprocher d’autres lieux de réunions, telle la casa dei triclini, des formes de la maison italique traditionnelle pour mettre en valeur l’influence de l’architecture privée sur les collèges. La prudence s’impose, par ailleurs, face au risque de raisonnement circulaire que pourrait induire l’identification trop systématique de bâtiments incertains à de probables scholae de collèges, dès lors que l’on peine à les percevoir comme purement privés57. Sans doute les membres de nombreuses associations se réunissaient-ils dans des lieux qui ne leur appartenaient pas. Il n’empêche que par leur taille, leur visibilité, parfois leur forme ou leur proximité du cœur des villes, les scholae des iie et iiie siècles révèlent la place civique des collèges et des collegiati, leur relation à une forme spécifique « d’Öffentlichkeit », avance P. Zanker58. Par sa structure, la casa dei triclini rappelle tout autant l’organisation de la caserne des très officiels vigiles d’Ostie59. C’est l’absence de séparation tranchée entre les formes architecturales privées et publiques qui rend si ardue l’identification des scholae. Le collège se situe bel et bien dans un entre-deux où se mêlent des caractères à la fois officiels et informels.

26Les lieux de réunion et les sanctuaires des collèges témoignent des structures de la vie sociale des collegiati. Ces lieux où se déploient les activités communes participent de l’affirmation de la respectabilité des collèges et de leur caractère civique. L’étude contribue ainsi à révéler les mécanismes de l’intégration des collegiati dans la société romaine. Cette dynamique se fonde sur une construction et sur l’articulation de la convivialité, de l’honorabilité et de l’identité civique. L’intégration prend la forme d’une passerelle, du collège vers l’extérieur, et parfois de la schola détenue par le collège au domaine public contrôlé par les décurions.

« Locus datus decreto decurionum »

  • 60 R. K. Sherk, The municipal decrees of the Roman West, Buffalo, 1970, p. 80-81.

27Le territoire civique est un espace de construction du prestige60. Ainsi la formule « l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » révèle à la fois le contrôle des autorités municipales sur l’espace civique, et le rôle de l’élite, incarnée par les décurions, dans la reconnaissance et donc dans la construction de l’honorabilité de certains individus. Dans un monde dominé par les structures et les idéaux civiques, l’honneur et le prestige sont civiques eux aussi. Intégrés à l’espace public par décret des décurions, les collegiati sont promus en tant que citoyens et les collèges en tant que fraction de la cité.

  • 61 CIL, VI, 33856 (D., 8935) ; CIL, XI, 3936 (D., 6588).

28L’installation d’un monument dans un lieu attribué par les décurions est un honneur réservé à des hommes éminents, et donc aux collegiati les plus prestigieux. Le cas, déjà évoqué de L. Pacatius Tyrannus est un peu particulier. Ce personnage est honoré par les instances municipales de Capène, et non par son collège61. Le monument élevé en son honneur n’est pas seulement placé dans un lieu désigné par le conseil. L’ordo municipii lui-même a décrété et pris en charge son édification. Le prestige de L. Pacatius Tyrannus découle de sa position dans le grand collège des charpentiers de la ville de Rome. Était-il originaire de la capitale ou de Capena ? La pierre ne permet pas de le dire. Quoi qu’il en soit, l’hommage qui lui est rendu est lié à une renommée bâtie en dehors de Capena. Il donne ainsi au prestige du collegiatus une nouvelle dimension, locale, Tyrannus accédant à une forme de reconnaissance délivrée à des notables.

  • 62 CIL, XIV, 465 et 466.
  • 63 NSA, 1880, p. 470-478 ; ibid., 1886, p. 56-57 ; R. Meiggs, Ostia, p. 283-288, 432.
  • 64 CIL, XIV, 390 (D., 6139), 391, 4142 (D., 6140), 4143 et 4144 (D., 6173).

29À Ostie, les décurions ont défini un espace de prestige où des collegiati se trouvent mêlés à des individus d’un rang social bien supérieur : le piazzale delle corporazioni. Une quinzaine de statues, dont les bases ne sont parfois conservées qu’à l’état de fragments62, étaient installées sur la place63. Sur les bases, l’expression finale « l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » est employée de manière systématique. Le formulaire épigraphique vise à donner à cet espace la dimension d’un lieu civique de reconnaissance du prestige. Le groupe des personnages statufiés trouve sa cohérence dans une participation, directe ou indirecte, à la vie commerciale de la colonie. L’ensemble mêle néanmoins des individus de rangs fort divers. Des dignitaires collégiaux côtoient des chevaliers (C. Veturius Testius Amandus, Sex. Publicius Maior et les procurateurs de l’annone Q. Calpurnius Modestus, Q. Acilius Fuscus, Q. Petronius Melior) et des notables municipaux (P. Nonius Livius Anterotianus qui a aussi atteint la dignité équestre et M. Iunius Faustus)64.

  • 65 CIL, XIV, 370 (D., 6166).
  • 66 CIL, XIV, 374 (D., 6165).
  • 67 G. Mancini, in DE, s.v. « Decuriones », p. 1541 ; R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine, Paris, 1914 (...)

30Deux des personnages honorés appartiennent à une communauté sans rapport direct avec les denrées frumentaires, le collegium fabrum tignuariorum. C. Iulius Tyrannus a été entre 165 et 169 le magister quinquennalis de charpentiers qui font l’éloge de ses mérites évergétiques65. M. Licinius Privatus a assumé la même fonction entre 200 et 204, en faisant preuve d’une semblable générosité66. Privatus est un riche, tenu à l’écart du gouvernement municipal en raison de son passé servile : c’est un quasi notable, rapproché des vrais notables par les honneurs et les privilèges. L’installation de sa statue dans l’espace civique procède de cela. Les modernes considèrent que l’adverbe « p(ublice) », suivant « l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » à la fin de l’inscription dédiée à Privatus, indique un financement public67. Ainsi les décurions d’Ostie n’auraient pas seulement autorisé l’érection d’un monument ; ils auraient aussi débloqué des fonds publics à cet effet. Or, l’uniuersus numerus caligatorum collegi fabrum tignuariorum est présenté comme l’auteur de l’honneur décerné à son magister quinquennalis. Le collège apparaît dans un rôle actif qui le désigne comme la communauté ayant décidé de rendre hommage à Privatus. Le collège, comme dans le cas de C. Iulius Tyrannus, a dû prendre cette décision par décret. Sous le contrôle des décurions, certes, un décret de collège engage la cité en occasionnant une dépense publique. C’est sans doute l’indication que le collège tend à apparaître comme une fraction, une partie constituante, de la cité. Et la dignité qui s’attache au rang de collegiatus est indissociable de l’essence civique du collège.

  • 68 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).
  • 69 CIL, X, 1786 : sur la face : « M(arco Octauio / M(arci) f(ilio) Agathae / [––– » ; sur le côté droi (...)

31Les collèges se nourrissent, en tant que corps, du prestige individuel de leurs membres. La dignité de tous les confrères est grandie lorsque l’un d’entre eux est distingué par le gouvernement de la cité. En 220, les dendrophores de Gabii rendent hommage à M. Iulius Zoticus qui est à la fois leur confrère et un décurion de leur cité. La grande base de marbre qu’ils font inscrire avec l’aval de l’ordo municipal met en lumière une relation tripartite entre le collège, le notable et la cité68. L’hommage des dendrophores, et son enracinement dans le domaine public, suppose des contacts entre le collège et l’ordre des décurions. Une inscription de Pouzzoles, datée de 196, en donne une illustration très vivante. Le texte conserve le souvenir d’un débat au conseil « de forma inscriptioni dan/da statuae quam dendrophor(i) / Octauio Agathae p(atrono) c(oloniae) n(ostrae) statue/runt »69. À Gabies, la personnalité de Zoticus crée une proximité entre les instances municipales et le collège. Dirigé et placé sous le patronat d’un décurion, le collège tend à se parer d’une aura officielle.

  • 70 CIL, X, 1647 : « [Im]p(eratori) Caesari / M(arco) Aurelio / [A]ntonino Au-g(usto), / [di]ui Antonin (...)
  • 71 CIL, X, 1642 (D., 335) : « Imp(eratori) Caes(ari) / diui Hadriani fil(io) / diui Traiani / Parthici (...)
  • 72 CIL, X, 1643 : « Faustinae Aug(ustae), / imp(eratoris) Caesaris / T(iti) Aeli Hadriani / Antonini A (...)

32L’assignation d’un locus par les décurions paraît contribuer à la reconnaissance officielle du caractère civique des collèges. En 161, C. Iulius Fortunatus, un quinquennalis des scabillarii de Pouzzoles a fait don d’une effigie de Marc-Aurèle à ses confrères70. La statue a été exhumée dans le local principal, déjà évoqué, de l’association. Pourtant, la pierre porte la mention « l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) », qui tranche notamment avec l’expression « l(oco) d(ato) d(ecreto) c(ollegii) » rencontrée à Côme. Il en va de même pour deux autres bases mises au jour dans le même édifice et dédiées, en 139, à Antonin le Pieux71, et, en 140, à Faustine72. B. Bollmann admet que le bâtiment était réservé au seul collège et qu’il ne convient donc pas d’y voir autre chose que la schola de celui-ci. Comment, dès lors, interpréter les quatre lettres finales des trois inscriptions ? « L(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » semble transcrire la volonté du collège d’afficher son propre caractère civique, en désignant l’espace collégial comme un lieu public placé sous le contrôle des décurions. L’image d’une subordination à l’égard des décurions paraît construite par le collège, à son profit. Dans ce cas précis, le décret du conseil semble avoir la valeur d’une reconnaissance officielle prodiguée par le gouvernement municipal. Soumis aux instances supérieures de la cité, le collège apparaît d’autant plus comme une fraction de la cité.

  • 73 CIL, XI, 6358 (D., 6654).
  • 74 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 368-370.

33Une inscription de Pisaurum éclaire des aspects bien connus de la vie des collèges. Le collegium fabrum de la cité érige une statue à L. Apuleius Brasidas, son président et patron, en récompense de son extraordinaire libéralité. Exprimant toute sa reconnaissance lors de la dédicace du monument, le quinquennalis distribue des sportules à chacun de ses confrères73. Le désir d’honorabilité par la reconnaissance civique anime autant Brasidas, individuellement, que l’ensemble des fabri. Ces collegiati ont dû ériger la statue après le vote d’un décret : ce que l’on sait, par ailleurs, des prises de décisions au sein des collèges permet de ne pas en douter74. Une certaine complémentarité unit l’attitude des fabri et celle des décurions, la décision de dresser la statue et celle de lui assigner un emplacement dans l’espace civique. Réunis en conseil pour le vote d’un décret, les décurions avalisent le choix du collège, renforçant ainsi l’honneur réservé à son dignitaire. Le monument, les libéralités reçues, concernent le collège et lui seul. Et pourtant, le déploiement des collegiati dans l’espace urbain présente un caractère formel. Il s’inscrit dans un espace dont le caractère civique, rappelé, tend à s’étendre à la communauté collégiale qui en prend l’usage. Or, les multiples facettes de l’identité sociale de Brasidas révèlent cette attirance vers l’univers civique. On en saisit les fondements psychologiques, en prenant conscience que l’ancien esclave a été privé de toute citoyenneté dans la première phase de son existence. Les honneurs décernés par le collège et, de fait, par les décurions s’adressent à un quasi notable, qui doit cette qualité à son ancrage privilégié dans la vie de la cité.

  • 75 CIL, XIII, 1751 (D., 4131) ; CIL, XIII, 1752 (D., 4132) ; aux deux premières lignes ont dû être mar (...)

34Les inscriptions rédigées par les collèges et affichées dans le domaine public par décret des décurions façonnent l’image d’un emboîtement des structures collégiales et municipales. Dans le cas précédemment évoqué de C. Iulius Tyrannus d’Ostie, cette imbrication apparente est très nette. Le lapicide a gravé : « huic / primum omnium uni/uersi honorati statuam ponendam / decreuerunt, / ob merita eius, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ». Ainsi, les responsables du collège ont décrété l’érection d’une statue qui a été installé dans l’espace public par un décret des décurions. Les responsables de la dédicace, les honorati, sont les anciens dignitaires du collège. Au sein de l’association de métier, ils représentent donc l’équivalent d’un conseil de décurions. Le texte semble construire l’image – l’image trompeuse, sans doute – d’une continuité de procédure entre le décret collégial et le décret des décurions. À Lyon, enfin, les autels offerts par L. Aemilius Carpus et par Claudius Sabinus montrent des dendrophores ayant à cœur de servir les intérêts de la colonie75. Les monuments évoquent deux tauroboles exprimant le loyalisme de la confrérie à l’égard du pouvoir impérial, ainsi que l’attachement de celle-ci au status et au situs lyonnais. L’assignation de loci par décret des décurions renforce encore la portée officielle des deux cérémonies, dont procède aussi l’intervention du sanctissimus ordo Lugudunensis décernant au sacerdos Q. Sammius Secundus l’honneur de la perpetuitas.

35Les territoires civiques sont modelés par les sociétés qui s’y déploient. Aussi les lieux portent-ils l’empreinte des caractères et des dynamiques propres à ces sociétés. Les collèges des cités italiennes et occidentales correspondent ainsi à des éléments structurants, tant sur le plan social que spatial. Ils s’intègrent aux paysages urbains par leurs édifices, et à la vie urbaine par des cérémonies dont l’une des fonctions premières est d’investir la ville. C’est aux yeux de la communauté civique, donc dans l’espace de la ville que les collegiati aspirent à construire leur honorabilité à la fois collective et individuelle. La documentation apparaît à la fois assez claire et ténue. Assez claire, parce que les indications topographiques, fournies par l’archéologie et plus indirectement par l’épigraphie, semblent confirmer les lignes de force que l’étude globale des collèges tend à révéler. Se trouve confirmée, en particulier, l’émergence à partir du métier mais en dehors de l’exercice matériel de celui-ci d’une sphère de la vie sociale à la fois autonome et constitutive de la citoyenneté municipale. Toutefois, le corpus est déséquilibré. Le cas d’Ostie au iie et au début du iiie siècle, dont l’étude peut s’appuyer sur une documentation qui n’existe pas ailleurs, donne l’image non seulement d’un foisonnement, mais aussi d’une certaine limpidité dans les processus à l’œuvre. La généralisation de l’analyse dans l’espace et le temps comporte, cependant, des risques dont il faut être conscient.

LES COLLEGIATI ET LES COMMUNAUTÉS DE TAILLE INFÉRIEURE À LA CITÉ

  • 76 Arist., Nic., 8, 11 (trad. J. Tricot, J. Vrin, 1994).

36Toutes les communautés apparaissent comme des parties de la communauté politique. On s’associe pour faire route ensemble afin d’en tirer avantage et pour s’attirer certaines choses qui améliorent la vie. Toutes ces communautés sont subordonnées à la communauté politique, qui, elle, vise non pas l’intérêt du moment mais celui de la vie entière. Elles organisent des sacrifices qui offrent des occasions de se rencontrer en honorant les dieux et en se créant d’agréables loisirs. Toutes ces communautés donc apparaissent comme des parties de la communauté politique. De telle ou telle sorte d’association découlera telle ou telle sorte de relation d’amitié76.

37Ces propos d’Aristote, extraits de l’Éthique à Nicomaque, ont une portée générale qui semble livrer une clé de compréhension fondamentale des structures civiques gréco-romaines. Une cité est une somme de communautés qui s’ajoutent les unes aux autres. La po¥liv définie par Aristote, notamment, est faite d’associations au sens le plus large du terme, c’est-à-dire d’agrégats d’individus soudés entre eux par la ϕιλία. Dans chacune de ces subdivisions, se tissent des liens communautaires qui génèrent et consolident le lien entre les citoyens. Dans les sociétés de l’Occident romain, les collèges correspondent à de tels groupes. Ils peuvent ainsi apparaître comme des parties constituantes de la cité. Définir la cité comme une somme cohérente conduit à s’interroger sur la cohésion des éléments qui lui donnent corps, sur les relations entre les différents groupes qui structurent la cité. Or, les collegiati les plus éminents construisent leur prestige civique par le biais des titres reçus de ces différents groupes, en recevant le titre de patron en particulier. Au-delà de l’étude des collèges pour eux-mêmes, en quoi le profil individuel de quelques collegiati reflète-t-il une image de solidarité entre les différents éléments formant l’ensemble civique ? À travers les titres de quelques-uns de leurs membres, les collèges d’une cité apparaissent parfois comme les composantes d’une même entité. Et, cette cohésion tend à s’étendre, au-delà des collèges, aux autres communautés contenues dans la cité.

Des collegiati dans des tissus associatifs

  • 77 On peut rapprocher ces personnages d’autres collegiati, qui ont appartenu à la fois à une associati (...)
  • 78 Dig. 47, 22, 1, 2.

38Quelques documents épigraphiques montrent que les collèges d’une même cité pouvaient être conçus comme un ensemble cohérent. Les titulatures de plusieurs personnages témoignent de cette façon de penser et de la manière dont le tissu collégial était structuré : des collegiati ont appartenu à plusieurs collèges professionnels, pour y occuper souvent des responsabilités importantes77. Le Digeste se fait pourtant l’écho de l’interdiction légale, formulée par Marc-Aurèle et Lucius Verus, d’appartenir à plusieurs collèges78. La règle, manifestement, ne semble pas avoir été respectée. Ces personnages sont recensés et examinés dans une autre partie de l’étude. Leurs collèges paraissent représenter pour eux un seul et même terrain de construction du prestige. Par ailleurs, plusieurs dirigeants de collèges, connus par l’épigraphie d’Ostie, de Milan, d’Arles et de Lyon, ont assumé le patronat d’une autre association.

COLLEGIATI PATRONS DE COLLÈGES

COLLEGIATI PATRONS DE COLLÈGES
  • 79 AE, 1913, 191 ; cf. H. L. Royden, Magistrates, p. 109-110.
  • 80 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 355.

39L’un des titres de P. Aufidius Fortis tend à souligner les liens entre le milieu collégial d’Ostie et les autorités de la colonie. Au milieu du iie siècle, P. Aufidius Fortis a peut-être rempli le rôle de [praefe]ctus des fabri [tignuarii] Ostienses ; la fonction est attestée dans un autre document épigraphique d’Ostie79. Même si le terme « praefectus » semble indiquer une forme de tutelle exercée par l’autorité administrative sur le collège, la nature exacte de cette fonction, sans doute exceptionnelle, demeure indéterminée80. Fortis fut un grand négociant, un collegiatus, q(uin)q(uennalis) perpetuus corporis mercatorum frumentariorum, un patron de collège et un administrateur important de la colonie d’Ostie. Ces trois aspects du parcours de Fortis ont pu justifier son choix comme préfet.

  • 81 CIL, V, 7881 (D., 1367) et 7905 ; CIL, XI, 5416 et 5749 (D., 7221).
  • 82 AE, 1997, 405 : « D(is) M(anibus) / C(aio) Marcio / Hilaro / ex tribus col/legis fec(erunt). »
  • 83 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 49. CIL, V, 4484 et 7375 (D., 6744).
  • 84 CIL, V, 4449 = Inscr. Brixiae, 238 : « Gen(io) / et hon(ori) / Primi Pam/pili Secundi / et L(ucii) (...)
  • 85 CIL, V, 5738 (D., 7250) : « – – –] / et dis cum Ioue, / C(aius) Atilius C(aii) f(ilius) Ouf(entina (...)

40Tous les personnages répertoriés incarnent les liens étroits qui peuvent unir les collèges d’une même cité. Ils illustrent à titre individuel la proximité entre collèges, qui est confirmée par d’autres documents. Dans de nombreuses villes, on le sait, les fabri, les centonarii et les dendrophori, qui pouvaient participer ensemble à la lutte contre les incendies, formaient des groupes très proches. L’expression « tria collegia », présente sur des pierres de Cemenelum, Asisium et Sentinum, témoigne de cette grande proximité81. Une épitaphe de Castelmagno, dans la regio II, conserve ainsi le souvenir de C. Marcius Hilarus, « ex tribus collegis »82. De même, à Brixia et à Dertona, la formule « omnia collegia » renvoie, semble-t-il, aux trois mêmes collectivités83. « In omnib(us) coll(egiis) / magisterio perfunctus » lit-on ainsi sur l’inscription de Brixia qui rend hommage à M. Vettidius Aquileiensis : il a assumé la présidence de « tous les collèges » de la cité84. Enfin, à Milan, fabri et centonarii sont réunis au sein d’un seul collegium85.

  • 86 CIL, XIV, 4144, a. 147 ; 170 (D., 1433) ; 352.
  • 87 CIL, XIV, 352 (D., 6149).
  • 88 CIL, XII, 672 (D., 1432) ; H. Pavis D’escurac, La préfecture de l’annone, service administratif imp (...)
  • 89 M. Christol, S. Demougin, Notes de prosopographie équestre, ZPE, 57, 1984, p. 163-178.
  • 90 CIL, III, 141658.
  • 91 M. Christol, Les naviculaires d’Arles et les structures du grand commerce maritime sous l’Empire ro (...)
  • 92 CIL, XIII, 1688 (D., 7021) ; 1695 ; 1709 (D., 7020) ; 1918 ; et 2009.
  • 93 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 31.

41Quelques inscriptions mettent en lumière d’autres regroupements de collèges. Dans des grands centres portuaires, plusieurs organisations ou « sous-organisations » se trouvent réunies au sein d’une même entité. Il est difficile, toutefois, de déterminer si les liens qui unissaient ces collectivités étaient durables, officiels ou non. Les quinque corporum lenunculariorum d’Ostie apparaissent associés, sur trois inscriptions86. En 251 semble-t-il, D. Fabius Florus Veratius se présente comme un nauicularius V corpor(um) lenunculariorum Ostiensium87. À Arles, les nauicularii marini forment quinque corpora, lorsqu’ils font graver un cippe de marbre pour honorer un de leurs patrons. Celui-ci porte le titre de procurat(or) Augustorum ad annonam prouinciae Narbonensis et Liguriae. Plusieurs commentateurs ont vu en lui un administrateur chargé d’une mission extraordinaire lors de la crise frumentaire romaine de 16688. Cependant, M. Christol et S. Demougin ont démontré que la carrière de ce chevalier datait, au plus tôt des dernières années du iie siècle, et sans doute des premières années du iiie siècle89. En 201, les nauiculariorum marinorum Arelatensium quinque corpora s’expriment de nouveau, cette fois sous la forme d’une lettre fameuse envoyée au service de l’annone90. Ces naviculaires étaient-ils regroupés en cinq organisations ou en une seule, comprenant cinq subdivisions ? La question a été débattue, L.-A. Constans et M. Christol ayant pris parti pour la première possibilité, J. Rougé et L. de Salvo pour la seconde91. Un problème similaire se pose dans le cas des mensores d’Ostie. Les mensores adiutores, les mensores nauticarii et les mensores acceptores étaient-ils ou n’étaient-ils pas rassemblés au sein d’un même corpus ? À défaut d’apporter ici une solution à ces deux problèmes, on peut noter qu’ils sont révélateurs d’une forme d’imbrication de communautés de nature collégiale. À ce titre, les liens entre les divers collèges de bateliers établis à Lyon sont parfois plus souples, mais bien réels. Plusieurs groupes comptent des patrons, des administrateurs et des membres communs92. Parmi ces bateliers, les nautes du Rhône et de la Saône apparaissent parfois au sein d’un seul splendidissimum corpus, parfois séparément93.

  • 94 CIL, XIII, 1921 (D., 7024) ; CIL, XIII, 1974.
  • 95 CIL, XI, 5054 (D., 5271).
  • 96 CIL, XI, 6053.
  • 97 CIL, XI, 6070.

42Quelques inscriptions mêlent dans un même ensemble tous les collèges d’une même cité. Deux inscriptions lyonnaises mettent en scène les omnia corpora Luguduni licite cœuntia, l’ensemble des corpora de Lyon, formés de manière licite. Les negotiatores uinarii et les autres collèges figurent parmi les bénéficiaires d’une distribution de sportules organisée par un notable, tandis que le seuir C. Ulattius Meleager se présente comme le patronus omnium corpor(um) Lug(uduni) licite cœuntium94. Dans la cité ombrienne de Mevania, le quattuoruir L. Succonius Priscus95porte un titre équivalent, alors que l’ensemble des collèges d’Urvinum participent à la distribution de sportules organisée par un autre notable : C. Vesnius Vindex96. Sur une autre pierre découverte à Urvinum, la restitution « [patron(o)] municipi it[e]m / [collegiorum] plurium » a été proposée97.

43De prime abord, il paraîtra sans doute anachronique de parler du « tissu associatif » des cités de l’Occident romain. Toutefois, les réalités des cités du Haut-Empire montrent que les collèges tendent à être perçus comme les composantes multiples d’un ensemble unitaire. L’expression peut convenir aux grands centres économiques, tels Ostie ou Lyon, dans lesquels foisonnent les collèges professionnels. Elle n’est sans doute pas tout à fait inadaptée aux cités plus petites, où quelques associations entretiennent des relations suivies. De la même manière, par les carrières de certains de leurs membres, des collèges se trouvent indirectement associés à d’autres types de collectivités civiques.

Les collegiati et les communautés territoriales des cités

44Les titres portés par des collegiati définissent le rang spécifique que ces individus occupent dans les cités. Ce rang découle notamment de liens noués avec des communautés constitutives des cités, de taille inférieure à celles-ci. Or, l’examen des traits communs et des différences entre les collèges et les autres collectivités insérées dans les cités permet une meilleure compréhension du fait collégial.

  • 98 CIL, VI, 29722 (D., 7490).
  • 99 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).

45En Italie et dans les provinces occidentales, les collegiati sont en relations étroites avec les seuiri Augustales. Ainsi l’ordo seuirum Augustalium de Lyon a élu des collegiati à la dignité de patron. Il s’agit de grands personnages, exceptionnels dans l’univers des collèges. Leur titre révèle, dans l’esprit des seuiri Augustales, la conscience de leur supériorité sociale. Cette supériorité est nette dans le cas de C. Sentius Regulianus, grand négociant mort à Rome, après avoir atteint le rang équestre98. Pourtant, tout chevalier qu’il soit, Regulianus n’hésite pas à se dire nauta Araricus, negot(iator) uinarius Lugudun(i) in canabis consisten(s) et diffusor olearius ex Baetica. L’appartenance à deux collèges lyonnais, le patronat qu’il a exercé sur chacun d’eux, et enfin le patronat des seuiri donnent l’image d’une gradation. Chacun de ces titres a concouru à faire de Regulianus une personnalité importante de l’emporion des Gaules, puis dans le milieu négociant romain. Une même impression de cumul transparaît dans le profil de M. Inthatius Vitalis99. Sur la base honorifique qui lui est dédiée, Vitalis a d’abord fait évoquer les patronats d’associations dont il a été le dirigeant ou le membre ordinaire. Viennent ensuite, dans l’ordre du prestige recueilli, les patronats de collectivités non-collégiales puis ceux d’associations auxquelles Vitalis n’a pas adhéré.

46Dans les deux cas passés en revue, l’honneur conféré par les seuiri Augustales représente un titre de gloire parmi d’autres, chacun apportant sa pierre à la construction d’un prestige d’essence civique. La grande proximité entre les organisations collégiales et celles de l’augustalité se trouve ainsi confirmée. C. Sentius Regulianus et M. Inthatius Vitalis doivent être rapprochés des nombreux collegiati qui ont porté les titres d’Augustalis ou de seuir Augustalis, et plus encore des collegiati qui ont exercé, parfois avec générosité, des responsabilités au sein des ordines formés par les prêtres municipaux du culte impérial. Les deux hommes témoignent d’une volonté de s’associer à des communautés civiques qui, comparées aux collèges, possèdent un caractère officiel plus affirmé. Membres d’associations de droit privé, les collegiati prennent place dans la hiérarchie des regroupements de niveau inférieur à la cité, en cherchant à s’élever par le cumul des appartenances et des dignités.

  • 100 CIL, XIV, 409 (D., 6146).
  • 101 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).
  • 102 P. Wuilleumier, Lyon, métropole des Gaules, Paris, 1953, p. 49 ; Y. Burnand, Sénateurs, 1990, p. 57
  • 103 CIL, XIII, 1918.

47Un même désir de s’attacher la reconnaissance de groupes civiques s’exprime par le patronat d’autres collectivités. Parmi les très nombreuses collectivités dont Cn. Sentius Felix a été le patron, figurent les décuries d’appariteurs des magistrats d’Ostie, et la familia publica de la colonie100. Neuf collèges professionnels s’insèrent dans une clientèle où ils côtoient des groupes liés intrinsèquement au gouvernement municipal. À Lyon, l’identité des equites dont M. Inthatius Vitalis se dit le patron demeure une énigme non résolue : il paraît invraisemblable que les chevaliers romains demeurant à Lyon se soient placés dans la clientèle de ce négociant, très riche sans aucun doute, mais inférieur à eux en dignité101. Les autres hypothèses avancées, notamment l’idée selon laquelle Vitalis aurait pu être chevalier mais ne pas le mentionner, ne sont guère plus convaincantes102. Incertaine est aussi la nature exacte des Rhodanici et des Ararici, deux autres collectivités lyonnaises liées au Rhône et à la Saône, clientes de L. Helvius Frugi. Ces regroupements ne se confondent sans doute pas avec les nautes de la Saône et du Rhône, dont L. Helvius Frugi a été le curateur. On comprendrait assez mal, en effet, que les bateliers puissent se présenter de deux manières différentes dans la même inscription103.

  • 104 R. Meiggs, Ostia, p. 69-70.
  • 105 Plin., Ep., II, 17, 26-27 : « Suggerunt adfatim ligna proximae siluae ; ceteras copias Ostiensis co (...)
  • 106 Outre les collegiati liés au uicus, on connaît « un dec(urio) Laur(entium) uico August(ano) IIII/ui (...)

48Les collèges et les collegiati, enfin, apparaissent parfois dans les relations qu’ils entretiennent avec des entités « territoriales », avec des collectivités définies par leur ancrage dans l’espace des cités. Ainsi, des collegiati ont été distingués par les instances du uicus Augustanorum, un bourg situé sur le territoire d’Ostie, au sud du centre urbain104. Pline le Jeune, qui possédait une uilla à proximité du centre du uicus, évoque cette petite communauté des Laurentes uici Augustani dans l’une de ses lettres105. La présence de quelques boutiques et d’établissement de bains était commode pour les habitants des nombreuses uillae aristocratiques qui bordaient le littoral. Le uicus avait des institutions propres, un conseil de décurions, des magistrats et des patrons106. Le locus, dépendant de la colonie d’Ostie tout en disposant d’une autonomie relative, était le théâtre d’une vie communautaire organisée suivant le modèle civique.

  • 107 CIL, XIV, 347 (D., 6150).
  • 108 CIL, XIV, 341 (D., 6144).
  • 109 CIL, XIV, 4625 : « D(ecimo) Iunio D(ecimi) f(ilio) Pal(atina) Bubalo / Impetrato, / equiti Romano, (...)
  • 110 CIL, XIV, 352 (D., 6149).
  • 111 AE, 1982, 132 = AE, 1991, 333.

49Or, l’épitaphe d’A. Egrilius Secundus Threptianus présente une titulature qui mêle des dignités obtenues dans le uicus, dans le collège des fabri tignuarii, et dans l’administration municipale d’Ostie107. L’homme a rempli la fonction de scribe à la fois parmi les charpentiers et au sein d’une décurie d’appariteurs. Le décurionat du uicus fait de Threptianus un personnage d’assez grande envergure. Il est le seul decurio Laurentium à qui les portes du gouvernement de la cité sont restées fermées. Ses titres semblent souligner qu’il était assez proche en dignité de l’élite restreinte des décurions et des magistrats d’Ostie. De son côté, M. Cornelius Valerianus Epagathianus, mort à 12 ans à la charnière des iie et iiie siècles, a sans doute reçu le cheval public, le décurionat d’Ostie et la qualité de « decurio Laurentium uici Aug(ustanorum) eius[dem loci (quattuor)uir( ?)] »108. L’attribution de ces titres pourrait s’expliquer par la volonté d’honorer les ascendants du jeune défunt. Ces derniers se sont élevés en s’appuyant sur leur prééminence au sein du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, dont Valerianus Epagathianus était membre et patron. De fait, à la même époque semble-t-il, Valerianus Epagathianus et un autre chevalier, choisi comme décurion par les Laurentes, présentent des titulatures assez semblables109. Quelques décennies plus tard, en 251, une inscription est gravée en l’honneur de D. Fabius Florus Veratius, le dignitaire des V corpor(a) lenunculariorum Ost(iensium) que nous venons d’évoquer110. Après ses fonctions sacerdotales, est signalée sa qualité de « dec(urio) Laur(entium) uic(i) Aug(ustanorum), quatterui(r) (sic) ». Cette mention, qui occupe la sixième ligne du texte, a été gravée après coup, dans un espace préalablement martelé. Ceci explique que la cinquième ligne du document soit peu compréhensible. Enfin, comme nous l’avons vu, l’inscription sur laquelle apparaît, au début du iiie siècle, un chevalier surnommé Hermias incite à la prudence, compte tenu de son caractère lacunaire. La restitution « [dec(urioni) / Laur(entium) uico Augusta]norum et IIII[uiro] / [eiusdem loci, pa]tr(ono) et q(uin)q(uennali) u[rinatorum ? – – –] » est conjecturale par nature111.

  • 112 CIL, XI, 6378.
  • 113 CIL, XI, 6362 (D., 7364).
  • 114 CIL, XI, 377
  • 115 CIL, XI, 379 (D., 6664).
  • 116 CIL, XI, 418 (D., 6167).
  • 117 CIL, XI, 3936 (D., 6588).

50La position occupée par ces collegiati dans le uicus Augustanus reflète un aspect particulier de l’échelle de dignités propre à la société ostienne ; elle contribue aussi à révéler la place respective que uici et collèges occupaient dans les cités italiennes du Haut-Empire. L’exemple de deux colonies de la côte Adriatique, Pisaurum et Ariminum, laisse ainsi percevoir des convergences structurelles entre uici et collèges professionnels. Il conduit, en outre, à identifier plus sûrement ces deux types d’entités à des parties constituantes des cités. À Pisaurum et Ariminum, les collèges professionnels, d’une part, et les uici magistri ou les uicani, d’autre part, se trouvent associés dans les clientèles de mêmes patrons. Le mot uicus désigne dans les deux cas des quartiers urbains. Une plaque de marbre datée du iie siècle intéresse les deux villes. Elle porte une inscription en l’honneur de C. Valius Polycarpus « patronus VII uicorum item collegioru(m) fabr(um), cent(onariorum), dendr(ophorum), colon(iae) Arim(ini) » qui détient aussi le titre de « patronus collegiorum fabr(um), cent(onariorum), dendr(ophorum), nauic(ulariorum), et uici mag(istrorum) colon(iae) Pisaur(i) »112. À la fin du iie siècle ou au iiie siècle, un chevalier de Pisaurum, T. Caedius Atilius Crescens, cumule lui aussi un grand nombre de patronats, en plus de celui de la colonie. Le désignant comme leur patronus dignissimus, dix ciues célèbrent en lui un « patr(onus) (se)uir(orum) August(alium) itemq(ue) col-l(egiorum) fabr(um), cent(onarium), nauic(ulariorum), dendr(ophorum), uicim(agistrorum), iuuenum forensium, item studior(um) Apollinar(is) et Gunthar(is ?) »113. À une époque proche semble-t-il, deux notables d’Ariminum, C. Cornelius Felix Italus114et L. Faesellius Sabinianus115se distinguent par les patronats des uicani uicorum VII et des principaux collèges professionnels. Un notable, patron de la colonie et des dendrophores sous Antonin, reçoit l’hommage conjoint, aere collato, des uicani VII uicorum et des collegia fabr(um) et centonar(iorum)116. Bien loin de la côte Adriatique, comme nous l’avons vu, l’honoratus du collegium fabrum tignuariorum romain L. Pacatius Tyrannus est salué par la cité de Capène, par le biais d’un monument financé par l’ordre municipal, les Augustales, les uicani et les affranchis personnels de Tyrannus117.

  • 118 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002, p. 277-282.
  • 119 J.-M. Flambard, Compitalicia, p. 154.
  • 120 CIL, XI, 1550 (D., 7300 a) : « D(is) M(anibus), / L(ucio) Terentio / Fido / et Nouiciae, / contuber (...)

51Autant que l’obscurité des sources permet d’en juger, ces différentes collectivités de Pisaurum et d’Ariminum semblent avoir beaucoup de points communs. M. Tarpin démontre que les uicani en général, et ceux d’Ariminum en particulier, formaient un corps réduit au sein des plèbes urbaines. Les dispositions de deux évergésies permettent d’exclure que les uicani VII uicorum représentent l’ensemble du corps civique118. Ainsi, il ne suffit pas d’habiter un uicus pour être un uicanus : la position de M. Tarpin se nourrit des thèses de J.-M. Flambard, tout en les corroborant119. Par ailleurs, les réalités correspondant au titre de uici magister sont très mal connues. À la lumière des patronats précédemment évoqués, il paraît plausible que les uicim(agistri) de Pisaurum forment une collectivité semblable à celle des uicani d’Ariminum. Toutefois, on ne peut pas exclure, dans ce cas précis, et plus encore, en général, que des magistri uici aient exercé la fonction de magistrats de uicani. En somme, à Pisaurum et à Ariminum, l’organisation de la cité en uici semble avoir donné naissance à des associations recrutées sur un critère territorial, à des communautés de uicani qui ressemblent très fortement à des collèges. Au iiie siècle, un collegius conpitalicius de Faesulae organise les funérailles de L. Terentius Fidus et de sa compagne120. La confrérie du défunt rassemblait sans doute beaucoup un groupe de uicani, si elle n’en était pas l’équivalent exact.

  • 121 J.-M. Flambard, Compitalicia, p. 144-145.
  • 122 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002, p. 269.

52Les uici de l’Occident romain donnent à observer des réalités très diverses, sur les plans à la fois matériels et institutionnels121. Les cas abordés pour l’éclairage qu’ils fournissent sur les collèges et les collegiati paraissent relever de situations à la fois différentes et complémentaires. Le uicus Augustanus se présente en fait comme une structure presque municipale, tandis que des structures de type collégial semblent émerger des uici de Pisaurum et d’Ariminum. On peut toutefois se demander si, dans le quotidien des uici et dans l’esprit des anciens, l’opposition était si tranchée. « Le uicus, même s’il est une partie constituante de la cité, peut avoir un fonctionnement propre de type presque civique, ou du moins collégial », affirme M. Tarpin122. Le « presque civique » et le « collégial », s’ils ne se confondent pas totalement, semblent proches. Il s’en dégage l’impression que les collectivités définies sur un critère territorial sont ou peuvent être proches, et des collèges, et des structures municipales au sens strict. Or, quelques habitants d’Ostie se sont vus décerner des titres par des associations de métier, par un uicus et dans le cadre du gouvernement municipal. Ces personnages renforcent l’impression que ces trois niveaux de la vie collective ne sont pas cloisonnés de manière étanche, et qu’ils sont des composantes d’un même ensemble civique.

  • 123 CIL, XIV, 2045 (D., 1534) : « P(ublio) Aelio Aug(usti) lib(erto) / Liberali, / procuratori annonae (...)
  • 124 CIL, XIV, 2044 : « – – –] / trib(unicia) pot(estate) [– – –] /Laur(entium) ui[co Augustano(rum)], / (...)

53Le uicus Augustanus est un bourg, inscrit dans un territoire, qui bénéficie d’une marge d’action autonome tout en dépendant des instances de la colonie d’Ostie. La terminologie propre à la petite collectivité ostienne n’est certes pas anodine. Les titres de décurion et de quattuoruir transcrivent la très nette volonté d’apparaître comme une structure d’essence civique. Et si cette volonté n’était pas étrangère aux uicani et aux magistri uici, elle est, dans ce second cas, affichée de manière moins explicite. Les attributions exactes du uicus Augustanus, et leurs limites, sont fort méconnues. Les décurions du uicus Augustanus choisissaient des patrons et faisaient élever des monuments en leur honneur123. Ces patrons étaient alors les protecteurs de l’ensemble des Laurentes, ce qui ne serait donc pas la même chose que d’être patronus uicanorum ou patronus uicim(agistrorum) à Ariminum et à Pisaurum. Les Laurentes pouvaient exprimer, en tant que corps, leur déférence à l’égard du pouvoir impérial : la décision de faire graver une inscription en l’honneur d’un empereur, et son exécution, devaient incomber aux décurions du uicus124. L’administration du uicus Augustanus agit au nom de la collectivité tout entière. Elle prend des mesures qui engagent tout le uicus. C’est en cela que le uicus Augustanus semble se distinguer des entités composées de uicani. Cependant, par son fonctionnement notamment, le groupe des décurions et des magistrats du bourg n’apparaissait sans doute pas comme très différent d’un groupe des magistri uici ou de uicani.

  • 125 CIL, XIV, 4298 : « – – – M]ag(ister ou -istri) d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit ou -urauer (...)
  • 126 CIL, XI, 4710.
  • 127 W. Van Andringa, Autels de carrefours, organisation vicinale et rapports de voisinage à Pompéi, Riv (...)
  • 128 H. Dessau, CIL, XIV, p. 575 développe « corp(orum quinque) region(um) col. Ost. » ; développant, au (...)

54Outre le uicus Augustanus, la cité d’Ostie abritait d’autres collectivités réunies sur un critère territorial. En 1916, a été mis au jour un autel de marbre, au centre d’une petite place entourée de bâtiments édifiés à l’époque d’Hadrien125. Le monument sculpté porte une dédicace aux Lares uicin(ales), réalisée par un ou plusieurs mag(istri). Compte tenu de l’épiclèse des Lares et de l’attestation de magistri uici sur une autre inscription d’Ostie, il est clair que l’auteur ou les auteurs de la dédicace sont des magistri uici, comparables aux uici m(agistri) de Pisaurum et aux uicani d’Ariminum126. Et, en admettant les propositions générales de J.-M. Flambard et M. Tarpin, il faudrait considérer ces magistri uici comme les membres, peut-être comme les dignitaires, d’un collège territorial. Mais il ne faut sans doute pas imaginer qu’un tel groupe était fermé sur lui-même. Tous les habitants du uicus ne considéraient-ils pas l’autel des Lares uicinales comme leur autel, et les Lares comme leurs divinités protectrices, même sans avoir été admis dans le corps restreint issu du uicus127 ? Par ailleurs, en 251, D. Fabius Florus Veratius est qualifié de « SODALIS CORP V REGION COL OST »128. Ce titre est un hapax que les modernes ne s’expliquent pas. Au-delà de l’obscurité presque totale qui l’entoure, la référence conjointe aux regiones d’Ostie, à un ou plusieurs corpora, et à la qualité de sodalis semble indiquer l’existence d’une ou de plusieurs collectivités de type collégial, définies selon un critère territorial. En somme, durant la phase de son plus grand développement, la cité d’Ostie a sans doute abrité plusieurs sortes de uici de nature différente, et sans doute plusieurs types de groupes mêlant des caractères collégiaux et territoriaux. La présence dans la même cité d’Ostie de ces entités à la fois différentes et proches donne l’image d’une imbrication de structures collégiales, territoriales et civiques.

55Le profil individuel d’un petit nombre de collegiati permet, au total, de mieux comprendre la place du collège dans la cité. Ces personnages se définissent par leur appartenance à plusieurs groupes, à plusieurs communautés restreintes. L’image d’une solidarité entre ces différentes entités s’en dégage. La cohérence, mais aussi la diversité, de l’ensemble formé par celles-ci résident dans leurs rapports avec la cité. Certains groupes semblent à la fois très proches du fait collégial, et plus intégrés aux sphères du gouvernement civique que les collèges professionnels et funéraires. De fait, ces derniers semblent s’inscrire dans un ensemble défini par une gradation, échelonnant chaque groupe selon son caractère plus ou moins officiel. Ainsi, l’appartenance à un collège apparaît comme l’une des dimensions de l’appartenance à une cité, et la qualité individuelle de collegiatus se laisse définir comme un rang civique.

LES COLLÈGES, LES CITÉS ET LES « ALLOGÈNES »129

  • 129 Il est difficile de rendre compte des réalités romaines au moyen de la terminologie moderne : parle (...)
  • 130 CIL, XIII, 1996 (D., 7031) ; A. Audin, Y. Burnand, Chronologie, p. 320-352 datent l’inscription de (...)

D(is) M(anibus) L(ucii) Hilariani Cinna/mi, ciuis Lug(udunensis), naut(a)e / Rhodanico Rho/dano nauigantis, / curatori (sic) eiusdem / corporis, negotia[to]/ris [ole]ari, Q(uintus) Maspe/tius Seuerianus, s[o]/cer eius, et Cl(audius) Seueri/nus, amicus, idemqu[e] / heredes, p(onendum) c(urauerunt) et sub / [as]cia dedicauerun[t]130.

  • 131 Un autre batelier de Lyon se présente expressément comme un « ciu(is) Lug(udunensis) » ; CIL, XIII, (...)

56Sur l’épitaphe de leur proche, Q. Maspetius Severianus et Claudius Severinus évoquent plusieurs aspects de l’existence passée de L. Hilarianius Cinnamus. Parent, ami, marchand, responsable de collège, Lyonnais : ainsi sont dessinés les contours de la vie sociale du défunt. La référence à la cité, en tant qu’élément essentiel d’un édifice dont le collège forme l’un des étages, est première. Ciuis Lug(udunensis), Cinnamus l’est sans doute en droit131. Mais, parallèlement, la conscience profonde de cette condition semble découler de la participation à une vie collective riche et diverse. Le collège apparaît comme l’un des moyens de prendre conscience de son appartenance à une ciuitas. Et pourtant, la validité générale de ce postulat pourrait sembler mise en cause par le fait que les collèges admettaient en leur sein des hommes venus d’ailleurs. Il n’en est rien.

  • 132 L. Wierschowski, Mobilität, p. 16-23.
  • 133 Y. Thomas, « Origine », p. 48-49.
  • 134 H. Pavis D’escurac, Origo, p. 57-68.
  • 135 Apul., M., I, 5, 3 et I, 7, 6.

57Les allogènes, les migrants, étaient l’exception dans un monde « d’immobilité relative », pour reprendre une expression de F. Vittinghoff. L’écrasante majorité des habitants de l’Occident romain ne dépassait pas le cadre étroit de sa petite communauté de naissance132. La mobilité était non seulement rare, mais aussi réduite dans le temps et dans l’espace. Elle concernait, au premier chef, des catégories étroites de la population : le personnel romain, administratif et militaire, dans les provinces, ainsi que la couche supérieure aisée des gens de commerce. Toutefois, l’étendue et la pérennité de la domination romaine sur l’Empire ont provoqué, à diverses échelles, une accélération des échanges d’hommes et de marchandises. La présence dans les cités de résidents libres venus d’ailleurs se traduit par la définition statutaire de l’incolatus. Et, dans les fragments conservés au Digeste, une régulation juridique de la mobilité, pensée avant tout comme la mobilité des gens de négoce, transparaît dans la notion abstraite de domicilium133. Des collegiati, « allogènes », semblent témoigner de la mobilité induite par le commerce de quelque envergure. Ils nuancent ainsi l’image de cloisonnement que pourrait suggérer l’organisation de l’Empire en cités134. Donnent-ils chair à un lieu commun de la littérature latine ? Les Métamorphoses d’Apulée, par exemple, jettent quelques lueurs sur la mobilité des gens de commerce à travers les Balkans135. Les écrivains sont prompts à associer négoce et déracinement, mais nos personnages n’apparaissent pas, précisément, comme des déracinés. En quoi le collège représente-t-il, pour ces hommes aussi, un vecteur d’enracinement civique ? Une étude centrée sur les collegiati lyonnais servira de point d’appui à des considérations plus générales, le chapitre visant à mettre au jour des formes d’articulation entre la vie des échanges et les structures civiques.

Les collegiati dans l’emporion lyonnais

  • 136 A. Audin, Gens de Lugudunum, Hommages à M. Renard, Bruxelles, 1969, p. 44-56 ; J. Rougé, Aspects éc (...)
  • 137 L. Wierschowski, Mobilität, p. 153-170.
  • 138 Strab., IV, 3, 2.

58Les membres allogènes des collèges lyonnais mettent en lumière le rayonnement commercial de la ville qui les a accueillis. Lyon, au iie et iiie siècles, est une métropole au peuplement très mêlé. Aussi l’importance des Orientaux a-t-elle été soulignée à maintes reprises, à propos des événements anti-chrétiens de 177 notamment136. Pour leur part, les dix collegiati recensés comme « allogènes » sont des Gaulois, à l’instar des trois-quarts des 97 migrants que L. Wierschowski a dénombrés dans les inscriptions de la cité137. L’augmentation du nombre d’allogènes a marqué un tournant dans l’histoire de Lyon. Au ier siècle, la colonie forme un îlot, presque un isolat, de romanité au cœur de son environnement celtique. Seuls quatre personnages venus d’ailleurs sont attestés épigraphiquement. Sans doute ne faut-il pas sur-interpréter les propos célèbres de Strabon138. Malgré sa place dans le dispositif administratif romain, sur le plan économique, Lyon serait encore une ville de passage bien plus qu’un centre négociant majeur. C’est au siècle suivant que la capitale gauloise exploite pleinement sa situation exceptionnelle. L’essor commercial, l’ouverture aux hommes venus d’ailleurs et le foisonnement des collèges correspondent à trois éléments d’une même dynamique.

  • 139 Les datations présentées ont été proposées par A. Audin, Y. Burnand, Chronologie, p. 320-352 ; Y. B (...)

LES COLLEGIATI LYONNAIS ORIGINAIRES D’AUTRES CITÉS GAULOISES139

LES COLLEGIATI LYONNAIS ORIGINAIRES D’AUTRES CITÉS GAULOISES139
  • 140 Son cognomen est jugé typiquement séquane par O. Schlippschuh, Händler, p. 148-149.

Note 140

  • 141 L. Wierschowski, Mobilität, p. 161.

59Les origines ethniques de ces collegiati transcrivent certaines lignes de force du commerce et des échanges dans l’espace des Gaules et des Germanies. Six collegiati, sept sans doute, proviennent de deux des trois provinces du Nord-Est gaulois : la Belgique, pour les Trévires et le Rème Reginus, et la Germanie Supérieure, pour le Vangion Ianuarius et le Séquane Popilius. Cette majorité septentrionale reflète le poids des Gaulois du Nord parmi les allogènes présents à Lyon. Aux iie et iiie siècles, l’épigraphie de la colonie a conservé la trace formelle de 16 Belges, 13 habitants de Germanie Supérieure, 8 habitants de Germanie Inférieure, 6 Aquitains et de 14 habitants de Narbonnaise141. L’identité des tribus gauloises dont proviennent les six collegiati n’est guère plus étonnante, 11 Trévires, 6 Séquanes et 3 Rèmes apparaissant dans les sources lyonnaises.

  • 142 Ibid., p. 267-270 ; J. Krier, Treverer, p. 12.
  • 143 O. Schlippschuh, Händler, p. 148-149.
  • 144 H. Heinen, Trier und das Trevererland in römischer Zeit, Trèves, 1985, p. 145-147, 168-179.
  • 145 J. Rougé, Transports maritimes et transports fluviaux dans les provinces occidentales de l’Empire, (...)

60De fait, les Trévires, les Séquanes et les Rèmes font partie des cités gauloises qui, représentées à Lyon mais aussi dans les centres rhénans, donnent l’image du plus grand dynamisme commercial. Les Trévires, en particulier, ont pu être qualifiés « d’Handelsvolk » dans l’historiographie allemande. 34 d’entre eux sont attestés hors de leur ciuitas, en Gaule et dans les Germanies, dans 24 centres différents. En Aquitaine, par exemple, leur présence serait liée à une activité florissante de production et de commercialisation lainière142. En outre, certains de leurs compatriotes étaient établis dans les provinces danubiennes143. La documentation est certes trop fragmentaire pour remettre en cause l’idée que Trèves était dominée par une élite de grands propriétaires fonciers. La vitalité commerciale de la cité, que laisse percevoir une iconographie funéraire exprimant la fierté professionnelle des marchands, est cependant indéniable144. Installés dans la zone comprise entre le carrefour lyonnais et l’axe stratégique rhénan, Trévires et Séquanes pouvaient avoir vocation à jouer un rôle économique d’importance. Leurs chefs-lieux, situés respectivement sur la Moselle et le Doubs, conduisaient ces peuples à participer au contrôle que les Gaulois du Nord-Est exerçaient sur leurs voies fluviales. Deux des trois itinéraires reliant Lyon à la vallée du Rhin traversaient Trèves en passant de la Saône à la Moselle, pour le premier ; et Besançon par la Saône, le Doubs remonté jusqu’à Mandeure et un portage jusqu’au Rhin, pour le second145. Les Vangions, quant à eux, vivaient sur les rives même du fleuve germanique. C. Novellius Ianuarius, l’un des leurs, s’était expatrié à Lyon.

  • 146 CIL, XIII, 2023 (D., 7034).
  • 147 O. Schlippschuh, Händler, p. 150 ; CIL, XIII, 2028 : « D(is) M(anibus) / et qu[ieti] aetern[ae] / S (...)
  • 148 CIL, XIII, 1911 (D., 7033) ; CIL, XIII, 11179, (Lyon).
  • 149 CIL, XIII, 2020.
  • 150 M.-Th. et G. Raepsaet-Charlier, Aspects de l’organisation du commerce de la céramique sigillée dans (...)

61Or, quatre des collegiati allogènes, établis à Lyon, appartiennent à des collèges de bateliers. Ils apparaissent comme de riches marchands et transporteurs, prenant part au trafic commercial qui, depuis Lyon, se dirigeait vers le Nord. Dans la première moitié du iie siècle, probablement, le Séquane Popilius se définit comme adpertinens et honoratus corpor[is] utriclariarum (sic). Negotiator artis prossariae, il commerçait des produits lainiers146. G. Tipurinus Sacruna, nau[ta] Araric(us), était sans doute son compatriote, quoique l’épitaphe qu’il rédige pour lui et son épouse défunte n’apporte pas de certitude sur ce point. Son cognomen, jugé « typiquement » séquane, conduit O. Schlippschuh à une telle conjecture147. C. Apronius Raptor148et C. Novellius Ianuarius149sont des nautes de la Saône eux aussi. La curatèle et le patronat des negotiatores uinarii, assumés par le premier, indiquent à quelle marchandise étaient dédiées ses affaires ou au moins une partie d’entre elles. Décurion à Trèves, faisant montre d’évergétisme à l’égard des prestigieux negotiatores uinarii, Raptor est, à l’échelle de sa cité, un personnage d’assez haut rang. Il témoigne de la participation, au iie siècle, d’une fraction des élites gauloises au grand commerce. Sur l’épitaphe très mutilée de [M ou Tur]anius V[erus], figure l’expression « n[ego/ tiat]ori uinar[io / et art]is cretar[iae / Lu]g(duni) consist[enti] ». Selon les interprétations divergentes des commentateurs, l’inscription est datée du deuxième quart du iie siècle ou d’une période comprise entre 140 et 240150. Le marchand faisait sans doute acheminer vers la Moselle du vin de Narbonnaise ou de Lyonnaise, ainsi que de la céramique produite à Lezoux et dans les ateliers voisins.

  • 151 CIL, XIII, 1918.
  • 152 CIL, XIII, 2009 : « D(is) M(anibus) / et memoriae aetern(ae) / G(ai) Liberti Decimani, / ciui Vienn (...)
  • 153 Plin., NH, XIV, 3, 18 et 4, 26-27.
  • 154 CIL, XII, 1896 : « D(is) M(anibus), / C(aio) Maximio C(ai) fi[l(io)] / Volt(inia) Paterno, decu/rio (...)
  • 155 CIL, XII, 1898.

62L. Helvius Frugi151et G. Libertius Decimanus152mettent en lumière les relations étroites entre les cités voisines de Lyon et de Vienne. La cité des Allobroges produisait du vin sur la rive gauche du Rhône et les deux personnages sont des nautes, de la Saône et du Rhône dans le cas de Frugi, de la Saône uniquement dans celui de Decimanus. Grande est la tentation de rapprocher ces deux données, et d’imaginer que les deux personnages participaient à la diffusion vers le Nord du vin viennois153. En outre, dans sa cité, L. Helvius Frugi a rempli la fonction de duouir qui requérait sûrement qu’il fût propriétaire foncier. Il n’est pas impossible d’imaginer, à la suite de l’hypothèse proposée par L. Wierschowski, que ce même Frugi était sans doute propriétaire de vignes. Son profil rappelle celui d’un C. Maximius Paternus, décurion et negotatior uinarius Viennae154. Parmi les « allogènes » répertoriés, Frugi et Decimanus paraissent, en tout cas, bien isolés. Lyon et Vienne devaient être trop proches pour que de nombreux Viennois ressentent la nécessité commerciale de s’expatrier, mais cela ne préjuge pas de l’intensité des relations entre les deux cités. La présence, dans la cité de Vienne, du monument funéraire de C. Rusonius Secundus, seuir et sagarius lyonnais, découle de ces relations155. De manière générale, la proportion apparemment plus faible, parmi les résidents lyonnais, des provinciaux de Narbonnaise par rapport aux Septentrionaux pourrait résulter des comportements des commerçants qui semblent, de prime abord, d’origine lyonnaise. Ces derniers semblent prompts à se déployer vers le Sud, laissant aux Septentrionaux la possibilité d’un contrôle plus actif sur les trafics concernant le Nord gaulois. Néanmoins, comme nous allons le voir, M. Christol doute fortement des origines lyonnaises de certains négociants qui, à la différence des Septentrionaux, ne se disent pourtant pas originaires d’une autre cité que Lyon.

  • 156 CIL, XIII, 1998 (D., 7035) : « D(is) M(anibus) et memoriae aetern(ae) / Illiomari Apri, lintia/ri, (...)
  • 157 M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de la Gaule Centrale (Bituriges Cubes, Éduens, Sénons (...)
  • 158 Il est difficile d’expliquer l’emploi, dans ce contexte précis, du mot « sublectus » ; de manière g (...)
  • 159 Th. Mommsen, RS, III, p. 801-802 = DP, VI, 2, p. 449-450 ; Y. Thomas, « Origine », p. 95.
  • 160 H. Pavis d’Escurac, Origo, p. 67.
  • 161 J. Rougé, Lyon et l’Ouest-Nord-Ouest gaulois, in Mélanges A. Bruhl, RAE, 25, 1974, p. 137-146 ; Pli (...)

63Pour tous ces « allogènes », l’appartenance à un collège professionnel représente un moyen très efficace d’intégration civique. Paradoxalement, c’est à travers deux probables pérégrins que cette dimension apparaît avec le plus de netteté. Le collège est un vecteur de citoyenneté, au sens le plus strict, dans le cas d’Illiomarius Aper156. Né dans la ciuitas des Véliocasses, dans la région actuelle de Haute-Normandie, il porte un nom qui trahit son origine celtique157. Illiomarus, corporatus inter utriclar(ios), est mort dans la capitale des Gaules, où fut découverte l’épitaphe que son fils a fait graver pour lui, au début du iiie siècle semble-t-il. La pierre signale l’attention que lui a portée la colonie. L’homme a été « sublectus in numer(um) colonor(um) Lug(udunensium) »158. L’acte a une portée honorifique évidente. L’honneur est d’autant plus grand que la procédure suivie s’est vraisemblablement fondée sur l’octroi d’un beneficium impérial. Le pérégrin venu d’ailleurs a été admis dans la communauté de citoyens romains créée en 43 av. J.-C., alors que son statut juridique, en l’absence de dérogation, aurait dû le lui interdire159. La sublectio s’est apparentée à une procédure marquant la reconnaissance des mérites d’Illiomarus par les instances civiques émanant de l’élite lyonnaise160. De quels mérites s’agissait-il ? L’homme de négoce a contribué à la vitalité de l’emporion. Lintiarius, il faisait commerce du lin, dont le pays de Caux actuel, aux dires de Pline l’Ancien, s’était fait une spécialité161. Par son adhésion à une association de métier, Illiomarus a emprunté un des ponts jetés entre les univers économique et civique lyonnais. Les preuves formelles font défaut, mais il semble fort plausible qu’Illiomarus ait revêtu la qualité de corporatus avant celle de colonus, le collège représentant une étape vers la citoyenneté. Sur la pierre, les lettres « LUG » se trouvent répétées à quatre mots d’intervalle. La mention des coloni Lug(udunenses) précède celle des utriclarii Lug(uduni) consistentes. Quel que soit le sens à donner au verbe consistere, le lien qui unit le collège et la cité se trouve souligné avec insistance.

  • 162 J.-P. Waltzing, Étude, III p. 573 ; O. Hirschfeld, CIL, XIII, p. 254.
  • 163 Y. Thomas, « Origine », p. 95.

64Le texte d’une autre épitaphe, celle de l’utriculaire Popilius, est d’une grande ambiguïté. Le défunt est présenté comme « natione Sequanus » et « ciuis Lugudunensis ». Or, cet utriculaire et negotiator porte un nom unique qui tend à le faire passer pour un pérégrin, dénué de la citoyenneté romaine requise pour appartenir de plein droit à la colonie de Lyon. Perplexe, J.-P. Waltzing renvoie à O. Hirschfeld qui, devant l’énigme, jugeait probable « sed non certum » que les individus accédant à la citoyenneté lyonnaise devenaient citoyens romains162. Dans ce cas précis, il apparaît que Popilius n’est pas devenu citoyen romain. Comment, sinon, expliquer qu’il ne porte pas les tria nomina ? Certes, le fait qu’un pérégrin se dise « ciuis » d’une colonie romaine pose problème. Il faut présumer que Popilius est devenu ciuis Lugudunensis au titre d’un privilège exceptionnel requérant l’approbation du pouvoir impérial, répondant sans doute à une demande formulée par la colonie de Lyon163. Si cette théorie était exacte, elle montrerait qu’à l’époque où a vécu Popilius, le numerus colonorum Lugudunensium se percevait d’abord comme une communauté de vie sociale. La citoyenneté locale tend à apparaître comme le résultat d’une participation à la vie collective, qui tendrait à primer sur les strictes définitions statutaires.

  • 164 E. Frezouls, Déplacements à l’intérieur des provinces occidentales sous le Haut-Empire : quelques e (...)

65Au total, les collegiati « allogènes » apparaissent dans leur cité d’accueil comme les moins étrangers parmi les étrangers. Cela d’autant plus que l’épigraphie est trompeuse. Elle ne garde le souvenir que de personnages qui ont séjourné assez longtemps dans un lieu donné, pour avoir l’occasion de s’exprimer par les inscriptions164. Tout intégrés qu’ils soient, nos collegiati n’hésitent pas à se dire allogènes, ce qui traduit leur attachement profond à leur patrie natale. Ce lien est fondé autant sur des sentiments forts que sur des principes juridiques. L’institution du domicilium, qui donnait reconnaissance au fait résidentiel, avait pour corollaire la notion d’origo qui liait, de manière théoriquement indissoluble, chaque habitant de l’Empire à une citoyenneté locale, transmise par les pères et héritée d’eux. Un Popilius, « natione Sequanus, ciuis Lugudensis », ou un Illiomarus, « sublectus in numer(um) colonor(um) Lug(udunensium) », sont des exceptions. Des exceptions révélatrices, toutefois. Les collegiati étudiés se trouvent pris dans un mouvement de balancier entre deux attaches civiques dans un monde où les petites cités constituent les points de cristallisation fondamentaux de toute identité sociale.

  • 165 CIL, XIII, 1942 (D., 7029) : « D(is) M(anibus) / Q(uinti) Capitoni Probati / senioris, domo Rom(a), (...)
  • 166 J. Rougé, Les relations de Lyon et de la mer. À propos de CIL XIII 1942, Actes du 89ème congrès des (...)
  • 167 Y. Thomas, « Origines », p. 67-68.
  • 168 Sur la « remonte » du Rhône et ses difficultés, voir M. Christol, J.-L. Fiches, Le Rhône : bateller (...)
  • 169 CIL, XII, 1005.

66D’autres personnages en relation avec Lyon, au parcours fait de mobilité, mettent le même phénomène en évidence. Q. Capitonius Probatus senior, se présente comme originaire de la ville de Rome. « Domo Rom(a) », lit-on sur l’épitaphe lyonnaise qu’ont fait graver deux affranchis, conformément à sa volonté165. J. Rougé a cru le personnage gaulois, compte tenu notamment de la diffusion géographique de son gentilice166. Y. Thomas juge la position tout à fait intenable. L’ablatif « domo », qui prend valeur de « ex » ou de « unde », n’indique jamais le domicilium, mais toujours l’origo167. Cet homme a été conduit par les circonstances de son existence de Rome à Lyon, en passant par Pouzzoles et Arles peut-être. L’impression de mouvement fluide, probablement induit par la vie des affaires, est contrebalancée par les points d’ancrage que constitue chacun de ses titres. Seuir Augustalis à Lyon et à Pouzzoles, Probatus a peut-être siégé parmi les naviculaires marins arlésiens. J. Rougé écarte cependant l’idée d’une telle appartenance collégiale, présumant que Probatus exerçait ses activités de naviculaire à partir de Lyon168. À la mobilité professionnelle répondent en tout cas des attaches civiques. De même, des titres civiques jalonnent l’existence mobile d’Aebutius Agatho, naute de la Saône, seuir d’Arles et d’Apt, ainsi que curator peculi r(ei) p(ublicae) à Glanum169.

  • 170 CIL, VI, 29722 (D., 7490).
  • 171 S. Panciera, Olearii, p. 241-243 ; P. Le Roux, L’huile de Bétique et le prince sur un itinéraire an (...)
  • 172 CIL, XIII, 2087 ; cf. B. Rémy, Une grande famille ségusiave : les Ulattii, in Mélanges. A. Bruhl, R (...)
  • 173 Y. Burnand, Sénateurs, p. 58-60 ; M. Christol, Nîmes, p. 125-133.

67Dans les années 150-160 de notre ère, le chevalier C. Sentius Regulianus s’illustre par une mobilité qui l’a mené de Lyon jusqu’à Rome170. Dans la capitale de l’Empire, Regulianus a exercé le métier de diffusor olearius ex Baetica qui le met en relation avec une troisième région d’Occident. En tant que diffusor, il assurait sans doute l’acheminement final de l’huile de Bétique jusqu’au consommateur romain. Si l’on se fie à l’une des hypothèses proposées par les modernes, les diffusores, dont le nom découle du verbe diffundere, « transvaser », seraient les derniers acteurs à intervenir dans le long processus de commercialisation de l’huile espagnole171. Regulianus était-il citoyen lyonnais ? Son épitaphe passe ce point sous silence, ce qui a fait naître un débat. Dans la capitale des Gaules, Regulianus a reçu plusieurs titres de gloire. Membre, dignitaire et patron des negotiatores uinarii et des nautae Ararici, Regulianus a aussi assumé le patronat des seuiri lyonnais. À Rome, il a choisi d’être inhumé sous le signe de l’ascia, suivant un usage gaulois. En outre, le nomen celtique de son épouse, Ulattia Metrodora, est très lié à la cité forézienne des Ségusiaves. L’un des dédicants de l’épitaphe de Regulianus, Silenius Reginus, a peut-être procédé aux funérailles de sa propre sœur qui vivait à Lyon172. Tous ces indices convainquent Y. Burnand que Regulianus était Lyonnais. M. Christol, en revanche, se refuse à considérer la chose comme certaine, tout en admettant que le personnage était issu d’une cité gauloise voisine de Lyon173. Quoi qu’il en soit, Regulianus est un négociant qui s’est appuyé sur le dynamisme lyonnais pour s’enrichir, élargir son rayon d’action économique et finir par être admis dans le second ordre de l’Etat romain. Allogène gaulois installé à Rome, il l’était sans doute déjà à Lyon. Regulianus échappe, peut-être doublement, au cloisonnement relatif d’un monde structuré en entités civiques restreintes.

  • 174 M. Christol, J.-L. Fiches, Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité, Gallia, 56, 1999, p. (...)
  • 175 M. Christol, Nîmes, p. 127 ; CIL, XIII, 1954 (D., 7030) : sur Marcus Inthatius Vitalis et le vin d’ (...)

68Le poids des « allogènes » dans le commerce de Lyon est tel, qu’un débat historiographique sur la nature des collèges de la cité s’est fait jour. Les collèges de commerçants établis dans le quartier des canabae, à l’écart du site originel de la colonie, ne comptaient-ils que des étrangers ? De prime abord, le cas du ciuis Lugudunensis cité en exergue de ce chapitre conduirait à donner une réponse négative à cette question. Mais on ne peut certes pas exclure que L. Hilarianius Cinnamus ait reçu la citoyenneté lyonnaise après son adhésion parmi les nautes du Rhône. Tel est le point de vue de M. Christol174. Celui-ci, par ailleurs, tient le prestigieux collège des negotiatores uinarii Luguduni in kanabis consistentes pour une organisation constituée exclusivement d’allogènes, doutant ainsi que Regulianus, de même qu’un M. Inthatius Vitalis, puissent avoir été citoyens lyonnais175.

  • 176 E. Kornemann, RE, s.v. « Consistere ».
  • 177 J. Rougé, Patrie et patries à Lyon au Haut Empire, in La patrie gauloise d’Agrippa au vie siècle, L (...)
  • 178 Y. Burnand, Sénateurs, p. 71.
  • 179 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 179.

69La controverse s’est concentrée sur la portée du verbe « consistere », qui peut signifier « être fixé dans un lieu ». Dans son acception juridique, acception technique qui n’est pas exclusive, le mot désigne la résidence de fait d’une personne physique ou morale dans une cité, par opposition à l’appartenance légale à cette même cité176. Or, presque tous les collèges lyonnais sont présentés comme « consistentia ». Pour L. Cracco Ruggini, suivi par J. Rougé, le terme indique le caractère non-lyonnais des groupements ainsi désignés177. Y. Burnand a vivement critiqué cette position. « Consistere » s’applique, selon lui, au siège des collèges, sans que le statut juridique des collegiati soit en cause178. Une position médiane a été proposée par M. Christol : selon lui, les collegiati de facto – devaient être des « allogènes », même si l’emploi de « consistere » ne permet pas d’établir que les collèges étaient de iure extérieurs à la cité. J.-P. Waltzing défendait un point de vue voisin, lorsqu’il donnait sa préférence à l’hypothèse suivante : « ces collèges étaient composés d’étrangers ou du moins les étrangers y formaient la majorité, de sorte que leur vrai nom devrait être, par exemple, dendrophori Lugudunenses et Luguduni consistentes »179.

  • 180 E. Kornemann, RE, s.v. « Consistere », col. 925.
  • 181 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 181 ; Y. Burnand, Sénateurs, p. 60 (n. 63).

70Le problème posé résulte de difficultés d’interprétation, mais aussi d’ambiguïtés qui font sens sur le plan historique. L’une des clés du débat est de déterminer à quoi, ou à qui, s’applique « consistentes ». « Consistere » se rapporte-t-il à la cité Lyon ou bien au quartier des canabae qui s’est développé aux marges de la colonie ? Le nom des negotiatores uinarii Luguduni in kanabis consistentes est, par exemple, pour le moins ambigu. E. Kornemann mentionne des cas où « consistere » renvoie à une résidence placée en dehors du chef-lieu d’une cité180. La nature de la ville de Lyon, fondation coloniale romaine et métropole gauloise, ainsi que les étapes bien distinctes de son développement urbain sont des facteurs de complexité. Par ailleurs, a-t-on à faire à des collegia consistentia ou à des collegia de consistentes ? Les thèses défendues par J.-P. Waltzing et M. Christol supposent un emploi non-technique, pour ne pas dire abusif, de « consistere ». De fait, la terminologie utilisée par les collegiati est fluctuante : les fabri tignuarii et les dendrophores se disent aussi bien Lugudunenses que Luguduni consistentes. De même, en dehors du monde des collèges proprement dits, mais dans leur environnement social proche, les expressions seuiri Augustales coloniae Lugudunensis et seuiri Augustales Luguduni consistentes sont toutes deux attestées, en dépit de ce qui semble les opposer181. La première formulation souligne le lien organique qui unit la colonie à une institution pourtant ouverte à des individus dépourvus de la citoyenneté lyonnaise. Parallèlement, la présence de nombreux allogènes parmi les seuiri Augustales a sans doute favorisé l’emploi abusif de « consistentes » à l’égard de l’ensemble des prêtres du culte impérial.

71En tout cas, l’attitude des collèges des fabri tignuarii et des dendrophores révèle une conscience d’être partie prenante de la cité lyonnaise, au-delà de la citoyenneté ou de la non-citoyenneté éventuelles de leurs membres, au-delà de la connotation « étrangère » de « consistere ». Les collegiati, et les habitants de Lyon en général, paraissent ne pas placer la limite entre ce qui est lyonnais et ce qui ne l’est pas, en fonction des seuls critères d’appartenance légale et de citoyenneté juridique. Les hommes de métier « allogènes » participent, par le biais des collèges, au dynamisme commercial lyonnais et à l’intensité de la vie sociale lyonnaise. Ils sont des éléments constitutifs de la population civique, même à l’écart du numerus colonorum.

72Au total, le caractère intégrateur des collèges de Lyon, dont profitent des hommes de commerce de diverses origines, donne tout son crédit à une conception large de la cité du Haut-Empire, fondée sur l’idée selon laquelle le civique émerge du social. La mobilité induite par l’échange et la présence de résidents « allogènes » dans la ville, régulées par les collèges notamment, jettent un éclairage particulier sur les structures civiques. En outre, le monde des métiers et des associations de Lyon laisse percevoir un espace économique gaulois marqué par des tendances unificatrices : le collège professionnel apparaît comme un élément de romanisation lié à des échanges que la domination romaine a favorisés. Mais, la situation lyonnaise n’est-elle pas tout à fait exceptionnelle, sur le plan économique comme sur le plan civique ? Comme il existe une spécificité ostienne, il existe assurément une spécificité lyonnaise. Son étude fournit toutefois des pistes de réflexion fondamentales, utiles lorsqu’il faut aborder d’autres sociétés municipales.

Mobilité des marchands, intégration civique

73L’importance numérique des populations allogènes est caractéristique des grandes places de commerce. Le port d’Ostie en fournit une illustration de choix. Dans les cités, les collèges professionnels sont des points d’ancrage ; ils sont les vecteurs d’une intégration dont bénéficient des marchands. Ces collèges, comme les autres institutions organisant l’intégration des « allogènes », appartiennent, à ce titre aussi, à un ensemble cohérent de structures collectives qui donnent corps aux cités.

  • 182 C. Pavolini, La vita quotidiana a Ostia, Rome-Bari, 1991, p. 37-39.

74Ostie livre ainsi l’image d’une ville cosmopolite où des individus d’horizons différents cohabitent et se mêlent, dans les associations de métiers notamment. Cette donnée dépasse de très loin les seuls milieux collégiaux. Si le cosmopolitisme du port de Rome ne doit pas être surestimé, sa réalité n’est pas contestable. Ce caractère propre à la démographie ostienne se renforce après les grands travaux qui, entrepris par Trajan, finissent par sceller la prééminence d’Ostie dans le ravitaillement de la capitale impériale182.

  • 183 M. Cébeillac-Gervasoni, Blé, p. 47-59 ; Ead., Africani, p. 557-567.
  • 184 Le détail des carrières municipales et collégiales des premiers a déjà eté abordé. Cf. supra p. 70- (...)
  • 185 CIL, XIV, 4620 ; 4621 et 4622.
  • 186 N. Mathieu, Histoire d’un nom : les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde r (...)
  • 187 CIL, XIV, 481 : « [D(is) M(anibus) s(acrum)], / Vale[ri]us / Veturius, / ciuis Afer, co/lonicus, ui (...)

75Au iie siècle, des Romains d’Afrique jouent un rôle moteur dans ce développement commercial d’Ostie ; tirant parti d’une croissance aussi rapide que vigoureuse, certains se sont ouverts les portes de la richesse et du gouvernement municipal183. Les collèges ont pu favoriser l’ascension des plus prestigieux et l’intégration des « Africains » plus modestes184. Au milieu du iie siècle, le quinquennalis perpetuus corporis mercatorum frumentariorum P. Aufidius Fortis et ses affranchis Faustianus et Epictetus, respectivement quinquennalis et questeur du corpus, étaient des hommes du blé185. Fortis, « decurio adlectus Africae Hippone Regio », était sans doute originaire de la cité même d’Hippo Regius ou d’une autre collectivité africaine. Ostie semble ne pas être sa patria puisqu’il était inscrit non pas dans la tribu Voturia, mais dans la Quirina, à l’instar de nombreux Africains et des citoyens d’Hippone eux-mêmes. Parmi les habitants d’Hippone sont attestés des Aufidiae dont les surnoms, Fundana et Colonica, sont liés au monde rural. D’autres Aufidii ont vécu dans la vallée agricole de l’actuel oued Medjerda, l’antique Bagradas186. Or, un ciuis Afer, colonicus et installé à Ostie, est connu par ailleurs : l’homme semble avoir suivi un parcours qui l’a mené des campagnes africaines à l’emporium italien187. Les preuves d’une relation tangible entre Fortis et les Aufidii africains font défaut. Il n’est certes pas tout à fait impossible que la diffusion géographique du gentilice Aufidius reflète des structures d’échange de produits céréaliers entre Rome et les terroirs d’Afrique proconsulaire, via les ports d’Hippone et d’Ostie. Mais la plus grande prudence s’impose, car ces rapprochements onomastiques sont fragiles par nature. Il n’est pas absolument nécessaire d’y avoir recours pour comprendre les relations commerciales qui unissaient Hippone et Ostie.

  • 188 E. Marec, Hippone la Royale. Antique Hippo Regius, Alger, 1954, p. 24-28.
  • 189 E. Albertini, Hippone et l’administration des domaines impériaux, in Bulletin de l’académie d’Hippo (...)
  • 190 CIL, VIII, 5351 (ILAlg., 285).
  • 191 G. Rickman, The corn supply of ancient Rome, Oxford, 1980, p. 231-235 ; C. Virlouvet, Famines et ém (...)

76Hippone, fondée au xiie siècle avant notre ère par les Phéniciens, est vouée aux activités commerciales et portuaires. La ville occupe une position très favorable au cœur de la Méditerranée romaine et contrôle un hinterland aux richesses frumentaires révélées par l’archéologie et l’épigraphie188. De nombreuses uillae, reflets d’occupations rurales importantes, ont été mises au jour dans ses environs. La ville abritait par ailleurs des greniers impériaux189. Et T. Flavius Macer190, un chevalier ayant occupé le poste de curateur chargé de l’achat du blé de l’annone de Rome, nommé par le divin Trajan, y a vécu. Fortis, et Hippone à travers lui, témoignent de la première place prise par le blé africain dans le ravitaillement de Rome. Si l’Afrique fournissait déjà quelques denrées à la Rome républicaine, elle l’emporte dès la deuxième moitié du ier siècle sur toutes les autres sources d’approvisionnement, sur l’Égypte, plus lointaine et soumise aux aléas des crues du Nil, notamment191. À la même époque, Ostie prend le pas sur Pouzzoles, tendant à capter à son profit les flux frumentaires destinés à la capitale. Par sa destinée, Fortis incarne ce double processus économique.

  • 192 AE, 1940, 64.
  • 193 H. Slim, La Tunisie antique. De Hannibal à saint Augustin, Paris, 2001, p. 123.
  • 194 Bell. af., 67.
  • 195 Plin., NH, XIV, 3, 16 et 11, 81.

77À Ostie encore, un corporatus in templo fori uinari importatorum negotiantium est en relation étroite avec une cité africaine. À une date postérieure à l’avènement d’Hadrien, L. Caecilius Aemilianus, vétéran des cohortes prétoriennes, a été décurion et duouir d’Aelia Uluzibbira192. La cité, aussi désignée sous le nom d’Ulisippira, se situe à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest d’Hadrumète. En plus des productions céréalières, le vin contribuait également au renom agricole de la province d’Afrique193. Les conditions pédologiques et climatiques y étaient propices à la viticulture. Aussi l’auteur du Bellum africum met-il en scène les troupes césariennes vivant sur les récoltes de Sullectum194, tandis que Pline l’Ancien décrit quelques spécificités du vignoble africain195. Dans le monde méditerranéen du Haut-Empire, le passum de Proconsulaire, un vin paillé fait avec des raisins séchés au soleil, occupait le second rang, après celui de Crète. Le vignoble africain se signalait aussi par l’utilisation de la fumée des forges, et parfois du plâtre ou de la chaux, en vue de parfumer ou d’adoucir le vin. Si l’on ne peut déterminer avec certitude l’origo d’Aemilianus, ce corporatus présente une double attache civique, caractéristique des hommes du grand commerce d’Afrique et d’ailleurs.

  • 196 M. Cébeillac-Gervasoni, Blé, p. 47-59.
  • 197 CIL, XIV, 161 (D., 1427) : « Q(uinto) Calpurnio C(ai) f(ilio) / Quir(ina) Modesto, / proc(uratori) (...)
  • 198 CIL, XIV, 4569 ; CIL, XIV, 4573.

78Les attaches africaines d’autres collegiati d’Ostie sont plus difficiles à établir. C. Granius Maturus, administrateur municipal et dignitaire de collège à la fois, passe pour un possible Romain d’Afrique aux yeux de M. Cébeillac-Gervasoni. Sa tribu est la Quirina, commune en Afrique, et non la Voturia196. H. L. Royden, quant à lui, a prêté attention aux collegiati porteurs du cognomen Saturus. Tirant argument du fait que, dans l’épigraphie latine, 169 des 224 individus ainsi nommés ont vécu en Afrique, il en vient à conjecturer que M. Aemilius Saturus, quinquennalis du collège de P. Aufidius Fortis et de ses affranchis, était sans doute d’Afrique lui aussi197. Trois autres Saturi ont appartenu à des collèges d’Ostie198.

  • 199 CIL, XIV, 256.
  • 200 CIL, XIV, 4234 (D., 3417).
  • 201 R. Valjus, An oriental baker at Ostia, Arctos, 32, 1998, p. 259-264.
  • 202 Ath., III. 113b ; IV, 129e ; IV, 647c.
  • 203 CIL, XIV, 296 (D., 1916).
  • 204 Cf. supra p. 129-132 ; CIL, XIV, 324 (D., 4176), 325, 326, 327 (D., 7023), 328 (D., 7022) et 281 ; (...)
  • 205 R. Meiggs, Ostia, p. 200. Russel Meiggs fait de Felix un possible descendant d’un affranchi de la f (...)

79Parmi les autres éventuels allogènes résidant à Ostie figurent à la fois des Orientaux, des individus originaires des provinces occidentales et des Italiens. Dans l’album du corpus fabrum naualium, quatre noms détonnent par rapport aux autres. Arion Amoni fil(ius), Chrysippus Ptolomei (filius), Socrates Zoillus et Pyrenicus Magnion apparaissent comme de probables pérégrins venus d’Orient199. L’origine exacte d’un autre habitant d’Ostie, M. Caerellius Iazemis, n’est pas sûre, mais il est manifeste que son surnom n’est ni grec, ni latin. Aucun élément de l’épitaphe de ce pistor, mercator frumentarius et codicarius n’indique de manière explicite d’où venait Iazemis200. Toutefois, des considérations onomastiques ont conduit R. Valjus à proposer de voir en lui un affranchi originaire de Cappadoce. C’est de cette région que proviendrait le cognomen Iazemis. Sur ce point, R. Valjus suit L. Robert et réfute H. Dessau, qui pensait ce nom d’origine syrienne201. Or, le pain cappadocien était réputé dans le monde méditerranéen : Athénée s’en fait l’écho à plusieurs reprises202. Ces éléments sont-ils assez solides pour imaginer Iazemis en esclave venu d’Orient, muni de compétences professionnelles qui lui ont permis de s’enrichir une fois sa manumission obtenue ? L’hypothèse n’est pas irrecevable, mais il convient sans doute de la considérer comme très conjecturale. En comparaison, le lien qui unit L. Antonius Epitynchanus à la province de Narbonnaise paraît beaucoup plus clair, bien que l’origo de ce quinquennalis du collegium fabrum tignuariorum d’Ostie ne puisse être déterminée avec certitude203. Décédé à Ostie, ce personnage a été seuir Augustalis de la colonie d’Aquae Sextiae, mais son épitaphe n’indique pas quelle était sa ville natale. Le profil de P. Claudius Abascantus, quinquennalis II corp(oris) dendrophorum et affranchi du concilium des Gaules, mêle mobilité géographique et réussite sociale204. Comme nous l’avons vu, un dossier épigraphique constitué de six inscriptions permet de suivre Abascantus pendant plus de trois décennies. Les raisons qui ont mené l’esclave de l’assemblée des Gaules à s’établir à Ostie sont inconnues. En effet, l’épigraphie donne à observer la réussite d’un individu qui ne tient à exposer que certains aspects de son existence : les réalités de l’esclavage et de la dépendance juridique demeurent étrangères à ce discours. Quoi qu’il en soit, le collège des dendrophores est un élément de l’enracinement d’Abascantus dans une ville où celui-ci a obtenu la liberté et atteint la richesse. Le collège contribue à un enracinement dans un milieu local où Abascantus, par deux mariages consécutifs, s’unit sans doute à des familles d’autres affranchis en vue. Le célèbre Cn. Sentius Felix, enfin, est sans doute à dénombrer parmi les allogènes italiens d’Ostie : inscrit dans la tribu Teretina, il n’est pas impossible qu’il soit originaire d’Atina205. Au total, au-delà des difficultés propres à l’analyse des profils individuels, les collegiati apparaissent, à l’époque du plus grand développement du port, comme de bons représentants d’une population ostienne dont les traits portent l’empreinte de la mobilité géographique et de la multiplicité des attaches civiques des gens de commerce.

  • 206 E. Frezouls, Déplacements, p. 130.
  • 207 Strabon, IV, 2, 3, définit ainsi la ville de Cenabum (Orléans), chez les Carnutes, comme un emporio (...)
  • 208 CIL, XIII, 2839 : « In h(onorem) d(omus) d(iuinae), / Genio / utriclar(iorum), / L(ucius) Censor/in (...)
  • 209 CIL, XIII, 5154 (D., 7687) : « D(is) M(anibus), / Camill(ius) Polynices, / natione Lydus, artis / a (...)
  • 210 E. Frezouls, Déplacements, p. 136 ; O. Schlippschuh, Händler, p. 153-154.

80En dehors de Lyon et d’Ostie, les collèges professionnels servent aussi l’intégration d’individus venus d’ailleurs. Lyon, par son dynamisme et par l’ampleur du brassage de population dont la ville était le théâtre, n’avait pas d’équivalent dans l’espace gaulois. La capitale de la Lyonnaise regroupe les quatre cinquièmes des « allogènes » attestés dans les cités de la province206. À un moindre niveau, cependant, l’épigraphie de certaines cités de Gaule septentrionale laisse percevoir la mobilité des gens de négoce207. Curateur des utriculaires d’Autun, L. Censorinius Ibliomarus fait don d’un autel dédié au Génie de son collège208. L’homme témoigne des activités menées par les Trévires en dehors de leur cité, à l’instar de ses compatriotes installés à Lyon et mentionnés précédemment. Dans la localité d’Amsoldingen, l’épitaphe d’un dénommé Camillius Polynices et de son fils Paulus a été mise au jour209. Le document révèle le long voyage entrepris par cet aurifex depuis la Lydie jusqu’aux rives du lac de Thoune, où un corpus fabrum tignuariorum, auquel le fils appartenait aussi, l’a couvert d’honneurs. Ce corporatus originaire d’Asie Mineure peut être rapproché de deux negotiatores, l’un Cappadocien à Waldmühlbach, et l’autre Bithynien à Mayence. À travers ces personnages, la Germanie supérieure apparaît comme une région d’accueil de migrants venus de provinces lointaines, les collèges professionnels pouvant jouer, le cas échéant, un rôle intégrateur210.

  • 211 CIL, XI, 6358 (D., 6654).
  • 212 H. Stiglitz (et alii), Carnuntum, ANRW, II, 6, 1977, p. 583-730 ; C. Lepelley (dir.), Rome et l’int (...)

81À travers la personnalité de L. Apuleius Brasidas, la cité de Pisaurum donne, sur les rives de l’Adriatique, une image caractéristique des villes portuaires. Seuir Augustalis arborant les ornements décurionaux, patron et quinquennalis du collège des fabri, Brasidas a aussi des attaches en Pannonie. Le municipe de Carnuntum en a fait l’un de ses Augustales211. Affranchi, il a reçu de Commode le ius quattuor liberorum. Derrière les titres civiques, se devinent des relations commerciales entre le port italien et le centre pannonien. Celles-ci devaient s’insérer dans le flux plus large qui mettait en contact étroit l’Italie du Nord-Est et l’Ouest danubien212. La capitale de la Pannonie supérieure, agglomération civile accolée à un camp légionnaire, reconnue comme cité par Hadrien, présente alors une situation géographique très favorable à l’échange. Carnuntum est un carrefour. Sise sur le Danube, la ville prend place sur l’axe Nord-Sud qui la relie à Aquilée, sur la route de l’ambre. À la fin de l’époque antonine, Carnuntum tire sa prospérité économique d’une présence légionnaire en constante augmentation. Les associations de métier sont florissantes. Le monde négociant des canabae est cosmopolite. Des migrants syriens, notamment, s’y sont installés, comme dans les autres villes frontalières du Danube. Le parcours de Brasidas s’explique à la lumière de ces données.

  • 213 CIL, XI, 862 (D., 7559), Mutina : « D(is) M(anibus), / Q(uinto) Alfidio / Q(uinti) l(iberto) Hylae, (...)
  • 214 CIL, XI, 3936 (D., 6588).
  • 215 S. Diebner, Aesernia – Venafrum. Untersuchungen zu den römischen Steindenkmälern zweien Landstädte (...)

82L’existence de Q. Alfidius Hyla, quant à elle, s’est inscrite dans trois villes au moins213. À Mutina, sa fille lui a rendu un dernier hommage : Alfidia Severa a fait graver sur le marbre une épitaphe soulignant la réussite sociale de son père. Issu de l’esclavage, Hyla a atteint le rang de seuir à Forum Sempronii, en Ombrie. Cette cité est distante de quelques 200 kilomètres de sa dernière demeure d’Emilie. À Rome, le collegium harenariorum l’a admis parmi les siens. Le monument signale enfin la profession du défunt, comme s’il s’agissait d’un troisième titre. C’est probablement du métier de negotians lanarius que résulte, au moins en partie, le dépassement de l’horizon strictement local qui caractérise ce personnage. Honoratus du collegium fabrum tignuariorum Romanensium, L. Pacatius Tyrannus est, en 162, un autre collegiatus de la capitale honoré par une municipalité italienne214. Enfin, M. Petronius Faustillus fut quinquennalis des fabri et seuir Augustalis dans deux cités voisines du Samnium : Aesernia et Aufidena215.

  • 216 H. Pavis d’Escurac, Origo, p. 63-66.
  • 217 J. F. Rodriguez Neila, La situacion socio-politica de los « incolae » en el mundo romano, Memorias (...)
  • 218 CIL, V, 815 (D., 3547) = IA, 333 : « Siluano / sacrum, / sectores / materiarum / Aquileienses / et (...)
  • 219 H. Pavis D’escurac, Origo, p. 66.

83Les collèges professionnels, en assurant l’intégration civique « d’allogènes », sont parties prenantes d’un ensemble d’institutions collectives aux fonctions convergentes. Chacun de ces groupes apporte sa pierre à l’édifice que constitue la cité. Ainsi, dans les cités occidentales, l’incolatus définit une catégorie juridique formée de résidents, certes non-citoyens, mais assez fondus dans la population locale pour jouir d’une position privilégiée216. Les incolae sont appelés, en tant que corps clairement délimité, à prendre part à des manifestations qui célèbrent et renforcent les liens sociaux et civiques. Ils peuvent, par exemple, assister aux spectacles à des places spéciales ou participer à des distributions de sportules : les incolae partagent ces rituels sociaux intégrateurs avec des collegiati dont certains sont allogènes217. De manière très significative, les incolae d’Aquilée s’unissent à une association de métier, les sectores materiarum, à l’occasion d’une dédicace conjointe à Silvain218. Des incolae, des affranchis notamment, ont accédé à la dignité de seuir Augustalis. Par l’appartenance à un ordo Augustalium qui ne semble soumise à aucun critère de citoyenneté locale, des « allogènes », incolae ou non, pouvaient avoir accès à une forme de participation civique porteuse de prestige. C’est pour la même raison que l’augustalité était un attribut très recherché des collegiati issus du monde des métiers. Enfin, un certain parallélisme chronologique est sans doute perceptible dans les évolutions propres aux collèges et à l’incolatus. C’est à l’époque où les collèges sont les plus apparents, durant le IIe s. et les premières décennies du iiie, que des incolae présentent les signes de l’intégration la plus forte, finissant par accéder au décurionat « ex incolatu »219.

  • 220 Ibid., p. 60 ; CIL, XIII, 4679, 6451, 6453, 11750 et 8808 (D., 7066) ; RIB, 69-70.
  • 221 Voir la bibliographie et les références épigraphiques présentées par W. Van Andringa, Observations (...)
  • 222 CIL, XIII, 7222 (D., 7077) : « In h(onorem) d(omus) d(iuinae), / deo Mercu/ rio, L(ucius) Senilius (...)
  • 223 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, 1919, p. 257-290 ; P. Rousse (...)

84S’il existe des points de convergence entre les collèges et les institutions civiques d’encadrement des résidents non-citoyens, des communautés apparemment allogènes tendent parfois à s’organiser sous des formes collégiales. Dans des cités du Nord de l’Empire, des groupes d’allogènes ont pris le nom de collegia. Des collegia peregrinorum sont ainsi attestés en Bretagne, dans les Germanies et en Gaule. La qualité de pérégrins semble ici définie à l’aune des citoyennetés locales et non de la citoyenneté romaine, ce qui expliquerait que certains de ces regroupements soient postérieurs à l’édit de Caracalla220. Dans ce cas, « peregrinus » ne désignerait pas l’homme libre dépourvu de la citoyenneté romaine, mais seulement celui qui séjourne loin de chez lui. Par ailleurs, dès l’époque républicaine, l’essor du commerce italien a donné naissance à des regroupements de citoyens romains. De telles collectivités apparaissent encore sous l’Empire, en Occident221. À Mayence, par exemple, L. Senilius Dec(i)manus, questeur et curateur des ciues romani manticularii negotiatores, consacre en 198 un autel à la domus diuina et à Mercure. L’association de ces marchands détaillants s’est révélée d’une grande longévité, puisqu’elle se signale dès 43, par une dédicace adressée à l’empereur Claude222. Les communautés de ciues Romani installées en Gaule et dans les Germanies rappellent, quelques siècles plus tard, les groupes de Romains installés à Délos, nés du commerce et des affaires au long cours, qui ont joué un rôle clé dans le développement, sur la longue durée, du phénomène associatif romain223.

  • 224 CIL, II, p. 251. Les restitutions « t[oy˜ koinoy˜] » et « [_Asia]nw˜n » paraissent bien hypothétiqu (...)
  • 225 CIL, X, 1634 (D., 300) ; J. H. D’Arms, Puteoli in the second century of the Roman empire. A social (...)
  • 226 IG, XIV, 830.

85Enfin, l’épigraphie des grands ports de Malaga et de Pouzzoles met en scène des marchands originaires du Proche-Orient. À Malaga, des Syriens, peut-être unis à des Asiates, dressent les louanges de leur patron et évergète224. La protection dont ils bénéficient fait de ces probables marchands un groupe solidaire. Et l’évocation d’un patronat fait penser aux relations de clientèle tissées par les collèges. En 116, des Berytenses qui Puteolis consistunt, regroupés au sein d’une communauté de cultores de Jupiter Héliopolitain, expriment leur loyalisme politique en rédigeant une inscription en l’honneur de Trajan. Venus du Levant pour des raisons très probablement commerciales, ces Berytenses ont noué entre eux des liens communautaires qui vont au-delà de la sphère économique225. De même, la pratique religieuse permet aux Tyriens de Pouzzoles d’entretenir leur fervent attachement à leur pays natal. Dans leur célèbre lettre, adressée en 174 aux instances de la cité de Tyr, allusion est faite aux « dépenses des sacrifices et des cérémonies en l’honneur des dieux de notre patrie qui ont ici leurs temples »226. À travers ces exemples d’allogènes, une dynamique essentielle, partagée avec les collèges professionnels, se laisse percevoir. L’intégration sociale et civique des hommes de métier passe par la constitution de groupes unis par une convivialité qui donne accès à une vie en société dépassant l’horizon de l’activité professionnelle. Les groupes d’allogènes et les groupes accueillant des allogènes jouent un rôle convergent, alors même que leur nature juridique et leur rapport aux cités diffèrent.

  • 227 J. Andreau, La cité antique et la vie économique, Opus, 6-8, 1987-1989, p. 181 ; A. Bresson, Les ci (...)

86La présence d’allogènes dans les collèges conduit, au total, à s’interroger sur les structures sociales propres aux places de commerce et aux villes en général. La ville est un lieu d’organisation, de concentration et de diffusion de flux à la fois matériels et humains. Or, l’échange se réalise entre des individus qui, au contact des uns et des autres, profitent de leur complémentarité et donc de leurs différences. Ainsi, les villes à la vocation commerciale affirmée suscitent la cohabitation d’hommes de différentes origines géographiques. Dans les centres négociants de quelque importance, l’échange se fait plus intense qu’ailleurs, ce qui induit un brassage de population accru. C’est dans de tels contextes, à des degrés variables, qu’évoluent les collegiati soumis à l’analyse. Leur monde est complexe, car structuré, malgré les tendances unificatrices résultant de la domination de Rome sur son Empire, en unités civiques de taille restreinte sans rapport direct – ou absolu en tout cas – avec les espaces de la vie économique227. « La cité forme-t-elle un cadre pertinent pour analyser la vie économique du monde gréco-romain ? La cité antique constituait-elle une unité économique ? » se demande J. Andreau, avant d’apporter la réponse suivante. « En matière de production et de commerce, et à partir du moment où Rome est devenue un vaste territoire, les cités ne s’imposent ni comme espace géographique, ni comme lieu de prise de décision et de contrôle ». Le collège professionnel est à même de rapprocher l’espace de la cité et celui des échanges, de mettre en contact les structures civiques et les structures économiques. Le collège, à la fois institution civique et possible point d’ancrage pour des individus mobiles, fait de l’étranger un membre d’une communauté de vie sociale qui va au-delà des seuls détenteurs de la citoyenneté locale. De fait, la cité ne se réduit pas au groupe juridique des citoyens, mais se construit par des pratiques collectives dont les collèges constituent l’un des cadres fondamentaux.

Notes

1 A. Zaccarià Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995, p. 38-41.

2 B. Bollmann, Vereinshäuser ; P. Gros, Maisons ou sièges de corporations ? Les traces archéologiques du phénomène associatif dans la Gaule romaine méridionale, CRAI, 1997, p. 213-241 ; A. Bouet, Les collèges dans la ville antique : le cas des subaediani, RA, 2001, p. 227-278 ; R. Mar, Santuarios e inversion immobiliaria en la urbanística ostiense del siglo II, in A. G. Zevi, A. Claridge (éd.), Roman Ostia revisited. Archaelogical papers in memory of R. Meiggs, Londres, 1996, p. 115-164, U. Egelhaaf-Gaiser, Religionsästhetik und Raumordnung am Beispiel der Vereinsgebäude von Ostia, in U. Egelhaaf-Gaiser, A. Schäfer (éd.), Religiöse Vereine in der römischen Antike, Tübingen, 2002, p. 123-172.

3 M.-F. Baslez, Associations, p. 431-440.

4 J.-P. Waltzing, Etude, II, p. 63 ; R. Meiggs, Ostia, p. 282 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 51-53.

5 CIL, XIV, 2 (D., 3339).

6 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

7 C. Pavolini, Ostia. Guide archeologiche Laterza, Rome-Bari, 1989, p. 122-123.

8 H. Schaal, Ostia. Der Welthafen Roms, Brême, 1957, p. 94 ; G. Becatti, Scavi di Ostia IV. Mosaici e pavimenti marmorei, Rome, 1961, p. 35 ; B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 56.

9 CIL, XIV, 409 (D., 6146). La divinité honorée dans le temple est connue grâce à un des patronats de Cn. Sentius Felix, patronus mensorum frumentariorum Cereris Augustae ; G. Hermansen, Ostia. Aspects of Roman city life, Edmonton, 1981, p. 66.

10 « [patro]no corp(oris) mensor(u)m ». Nous n’avons pas encore trouvé, malgré une enquête approfondie, la référence de l’inscription citée sans référence par C. Pavolini et reprise par Beate Bollmann.

11 P. Jouanique, La mosaïque de l’aula des mensores à Ostie, REL, 47, 1969, p. 418-423.

12 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 133 ; G. Zimmer, Römische Handwerker, ANRW, II, 12.3, 1985, p. 205-228.

13 CIL, XIV, 4140 (D., 6155) ; ce personnage figure aussi sur l’album des Augustales CIL, XIV, 4562.

14 R. Meiggs, Ostia, p. 283-288, 432.

15 CIL, XIV, 318 (D., 6162) : « D(is) M(anibus) / L(ucii) Carulli Fe/licissimi, bis(elliarii), / (se)uir(i) Aug(ustalis) idem / q(uin)q(uennalis), L(aurentis) L(auinatis), q(uin)q(uennalis) cor[p]or(is) / uin(ariorum) urb(anorum) e[t] Os[t(iensium)], / uix(it) a(nnis) LXXV, L(ucius) / Carullius / Felicissimus / pat(ri) b(ene) m(erenti) fec(it) ».

16 AE, 1940, 66 : « Imp[eratori] Caesari M(arco) [Aurelio] / Antonino Aug(usto), p(ontifici) m(aximo), trib(unicia) p[ot(estate) XVI, co(n)s(uli) III, diui] / Antonini Pii fil(io), diui H[adriani nep(oti), diui] / Traiani Parthici pronep(oti), [diui Neruae abnep(oti)], / [colleg]ium uinariorum inpo[rtatorum negotiantium], /[R]ustico II et Aquilino co(n)s(ulibus), cur(am) ag(ente) C(aio) Pompon[io – – –] » a. 162.

17 AE, 1974, 123 bis.

18 CIL, XIV, 430 (D., 6168).

19 AE, 1940, 64.

20 AE, 1940, 65 : « D(is) [M(anibus)], / Q(uintus) Turra[nius – – –] / VIuir Au-g(ustalis)[– – – corporatus ?] / in templo fo[ri uinari inportatorum negotiantium] /[– – –]RAND[– – – ».

21 CIL, XIV, 409 (D., 6146) ; M. Fasciato, « Ad quadrigam fori vinarii » – autour du port au vin d’Ostie, MEFR, 59, 1947, p. 65-81, p. 65-81.

22 F. Coarelli, Il forum uinarium di Ostia : un’ipotesi di localizzazione, in A. G. Zevi, A. Claridge (éd.), Roman Ostia revisited. Archaelogical papers in memory of R. Meiggs, Londres, 1996, p. 105-113.

23 CIL, V, 7904 : « L(ucius) Bla( ?) Iunius Cornutus, / magister coll(egii) dendro/[p)hororum, aram et paui/mentum scholae et pro/naui de suo fecit / et sportulas dedit sing(ulis) / dendrophoris (denarios) singulos / [e]t uinum passim diuisit » ; cf. G. Laguerre, Inscriptions antiques de Nice-Cimiez (Cemenelum, ager Cemelenensis), Paris, 1975, p. 115-118, no 71.

24 F. Benoit, Cimiez. La ville antique, Paris, 1977, p. 45.

25 AE, 1924, 115 a et b.

26 CIL, VI, 30973 b : « M(anio) Poblicio Hilaro, / margaritario, / collegium dendrophorum / matris deum M(agnae) I(deae) et Attis, / quinq(uennali) p(er)p(etuo), quod cumulata omni erga se benignitate / meruisset, cui statua ab eis / decreta poneretur ».

27 CIL, VI, 641 (D., 3540).

28 CIL, VI, 30973 a : « Intrantibus hic deos / propitios et basilic[ae] / Hilarianae ».

29 L. Richardson, A new topographical dictionary of ancient Rome, Baltimore, 1992, p. 52 ; E. M. Steinby, Lexicon topographicum Urbis Romae, Rome, 19932000, p. 175-176.

30 Nous reprenons ici les analyses de J.-M. Flambard, Mort, p. 216-217.

31 Un uicus Serrensis est attesté en Afrique : cf. J.-M. Flambard, Mort, p. 217 ; toutefois, rien n’indique clairement que « Serrensis » soit un toponyme ou un ethnique.

32 CIL, VI, 839 (D., 9419) : « C(aius) Heduleius / Ianuarius, q(uin)q(uennalis), / aram sodali/bus suis Serre/nsibus donum / posuit et locum / schol(a)e ipse acqu(a)esiuit ».

33 CIL, VI, 37848.

34 CIL, VI, 338 (D., 3445) : « Numini domus Aug(ustae) / sacrum, Herculi salutari / quod factum est sodalic(io) horr(eorum) Galban(orum) cohort(ium), / A(ulus) Cornelius Aphrodisius, quinquenn(alis), / aediculam nouam a solo sodalibus suis pecunia sua donum dedit ; / dedicauit K(alendis) Iuni(i)s, Quintillo et Prisco co(n)s(ulibus) ».

35 CIL, XIV, 4569 ; CIL, XIV, 4300 : « Marti Aug(usto) / sacrum, / Sex(tus) Caecilius / Prot[us, / ma]g(ister) quinquenna[lis / colleg]i fabru[m / tignuariorum O]st[is ––– ».

36 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 127-137.

37 F. Zevi, Miscellanea, p. 472-479.

38 B. Bollmann, Les collèges religieux et professionnels romains et leurs lieux de réunion à Ostie, in Ostia. Port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition organisée au musée Rath (février-juillet 2001), Genève, 2001, p. 172-178.

39 M. Fabbri, A. Trotta, Una scuola-collegio di età augustea. L’insula II di Velia, Rome, 1989.

40 CIL, XIV, 4365+4382 (AE, 1971, 64).

41 C. De Ruyt, Un exemple de discontinuité des fonctions monumentales dans un quartier de la ville romaine d’Ostie (Reg. III, ins. II), RBA, 75, 1996, p. 5-16.

42 CIL, XIV, 169 = ILMN, 562 (D., 6172) ; H. Bloch, Ostia, p. 267-269, no 31 (AE, 1955, 177) : « P(ublio) Martio Qui[r(ina)] / Philippo, / curatori uiae Prae[nesti]nae, / aedilicio curuli, u(iatori) q(uaestori) a[b aer]ario, / tribuno fabrum nau[alium Port]ens(ium), / plebes (sic) corporis [fabrum naual]ium / Ostiens(ium) qui[bus ex s(enatus)c(onsulto) coire li]cet / patrono [optim]o / s(ua) p(ecunia) p(osuit) ».

43 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 195-197.

44 C. Dubois, Pouzzoles antique. Histoire et topographie, Paris, 1907 : se reporter à la carte en fin d’ouvrage ; P. Amalfitano (dir.), I campi flegrei. Un itinerario archologico, Venise, 1990, p. 117 ; CIL, X, 1642 (D., 335) ; CIL, X, 1643 et 1647.

45 AE, 1928, 120 : « Diuo [– – –] / nauicul[arii] / quia DVI[– – –] / et copia [–––] ».

46 AE, 1956, 137. A. Maiuri, Studi e ricerche sull’amphiteatro Flavio puteolano, Naples, 1955, p. 45, voit en Pulber un être particulièrement cher (amor) aux scabillarii ; il s’appuie sur une analogie avec l’inscription CIL, IV, 5395.

47 CIL, VI, 9404 (D., 7249) : « Dis Manibus, / L(ucio) Trebio Fido, quinquennali / collegi / perpetuo fabrum soliarium / baxiarium (centuriarum) III qui consistunt / in scola (sic) sub theatro Aug(usti) Pompeian(o), / et immuni Romae regionibus XIIII, / sibi et / Trebeiae Ammiae, uxori, et / libertis libertabus / posterisque eorum omnibus ; / taberna cum aedificio et cisterna / monimento custodia cedit / lege publica, uti liceat itum aditum ambit(um) / haustum aquae ligna sumere ».

48 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 113.

49 Ead., ibid., p. 252-253.

50 F. Coarelli, Roma. Guida archeologica Laterza, Rome-Bari, 1980, p. 74.

51 AE, 1915, 97 = AE, 1927, 97.

52 F. Astolfi, H. Bauer, F. Guidobaldi, A. Pronti, Horrea Agrippiana, Arch. Cl., 30, 1978, p. 31-106.

53 CIL, XIII, 2020 : « C(aio) Nouellio Ianuario, / ciui Vangioni, nautae / Ararico, curatori et / patrono eiusde[m c]orp(oris), / Nouelli(i) Faus[tus et Sote]ricus de se [merenti ?] / patrono in[dulgen]tis/simo, c[uius statu]a[e] / dedica[tione ded]it / sportulas u[niuersis n]a[u]/tis praesent[ibus] (denarios) III, / l(oco) d(ato) d(ecreto) n(autarum) Araric[or]um ; / dedicata pr(idie) [– – –] Sept(embres), / Sabino II et [Anullin]o / co(n)s(ulibus) » a. 216.

54 CIL, XIII, 2041 : « [– – – corpus ?] splendidissim[u]m / perpetuam uacatione[m] / decreuit, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) n(autarum) Araric(orum) ».

55 CIL, V, 5446 (D., 7252) : « L(ucio) Apicio / Bruttidio / Sotericho, / (se)uiro urb(ano), / quaestori / anni primi, / cur(atori ?) praesidi, / et Albuciae / Sex(ti) fil(iae) / Exoratae, eius / centuria centonar(iorum) / dolabrar(iorum) scalar[i]or(um), / l(oco) d(ato) d(ecreto) c(ollegii) ».

CIL, V, 5447 (D., 7253) : « T(itus) Tadius / T(iti) f(ilius) Ouf(entina) / Catianus, / (se)uir urb(anus), / q(uaestor) collegi / centonarior(um) / anni quo curia / dedicata est, / sibi et Tadiis / Cassiano et / Secundo, fil(iis), / (se)uiris urb(anis), et / Terentiae Valerianae, / uxori, / l(oco) d(ato) d(ecreto) c(ollegii) ; / et in tutel(am) / de-dit (sestertios) m(ille) ».

56 B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 94.

57 P. Gros, Maisons ou sièges de corporations ? Les traces archéologiques du phénomène associatif dans la Gaule romaine méridionale, CRAI, 1997, p. 241 ; A. Bouet, Les collèges dans la ville antique : le cas des subaediani, RA, 2001, p. 278.

58 P. Zanker, Veränderungen im öffentlichen Raum der italischen städte der Kaiserzeit, in L’Italie, d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1994, p. 259-284.

59 R. Meiggs, Ostia, p. 324 ; B. Bollmann, Vereinshäuser, p. 71.

60 R. K. Sherk, The municipal decrees of the Roman West, Buffalo, 1970, p. 80-81.

61 CIL, VI, 33856 (D., 8935) ; CIL, XI, 3936 (D., 6588).

62 CIL, XIV, 465 et 466.

63 NSA, 1880, p. 470-478 ; ibid., 1886, p. 56-57 ; R. Meiggs, Ostia, p. 283-288, 432.

64 CIL, XIV, 390 (D., 6139), 391, 4142 (D., 6140), 4143 et 4144 (D., 6173).

65 CIL, XIV, 370 (D., 6166).

66 CIL, XIV, 374 (D., 6165).

67 G. Mancini, in DE, s.v. « Decuriones », p. 1541 ; R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine, Paris, 1914, p. 261.

68 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).

69 CIL, X, 1786 : sur la face : « M(arco Octauio / M(arci) f(ilio) Agathae / [––– » ; sur le côté droit : « C(aio) Domitio Dextro II, L(ucio) Valerio / Messala Thrasea Prisco co(n)s(ulibus), / (ante diem) VI idus Ianuar(ias), in curia basilicae Aug(ustae) Annian(ae) / scribundo adfuerunt A(ulus) Aquilius / Proculus, M(arcus) Caecilius Publiolius / Fabianus, T(itus) Hordeonius Secund(us) / Valentinus, T(itus) Caesius Bassianus. / Quod postulante Cn(eio) Haio Pudente, / o(rnato) u(iro), de forma inscriptioni dan/da statuae quam dendrophor(i) / Octauio Agathae p(atrono) c(oloniae) n(ostrae) statue/runt, Cn(aeus) Papirius Sagitta et P(ublius) / Aelius Eudaemon, d(uo)uir(i), rettu/lerunt q(uid) d(e) e(a) r(e) f(ieri) p(laceret), d(e) e(a) r(e) i(ta) c(ensuerunt) : / placere uniuersis honestissimo / corpori dendrophorum in/scriptionem quae ad honorem / talis uiri p[ertinea]t dare, quae / decreto [– – –] inserta est ». [« À Marcus Octavius Agathas, fils de Marcus. Sous le consulat de Caius Domitius Dexter, consul pour la deuxième fois, et de Lucius Valerius Messalla Thrasia Priscus, le sixième jour avant les ides de janvier, dans la curie de la basilique Augusta Anniana, étaient présents comme rédacteurs Aulus Aquilius Proculus, Marcus Caecilius Publiolus Fabianus, Titus Hordeonius Secundus Valentinus, Titus Caesius Bassianus. Parce que, sur la demande de Cnaeus Haius Pudens, homme distingué, quant à l’aspect à donner à l’inscription de la statue que les dendrophores ont décidé d’ériger à Octavius Agathas, patron de notre colonie, Cnaeus Papirius Sagitta et Publius Aelius Eudaemon, duovirs, ont mis en délibération ce qui paraîtrait bon à ce sujet, (les décurions) ont pris la résolution suivante ; à savoir que tout le monde trouvait bon de donner au très honorable corps des dendrophores une inscription qui convienne à l’honneur d’un tel homme ; à savoir celle qui par décret (– – –) a été intégrée »].

70 CIL, X, 1647 : « [Im]p(eratori) Caesari / M(arco) Aurelio / [A]ntonino Au-g(usto), / [di]ui Antonini f(ilio), / [di]ui Hadriani nep(oti), / [diui] Traiani Parthic(i) pron(epoti), / [pon]tif(ici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) XV, / co(n)s(uli) III, / C(aius) Iulius Fortunatus, / quinquennalis, / nomine sociorum / scabillarior(um) Puteolanorum / quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, / pequnia sua donum dat, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » a. 161.

71 CIL, X, 1642 (D., 335) : « Imp(eratori) Caes(ari) / diui Hadriani fil(io) / diui Traiani / Parthici nepoti / diui Neruae pron(epoti) / T(ito) Aelio Hadriano / Antonino Aug(usto) Pio, / patri patriae, / pontifici maximo, / trib(unicia) potes(tate) II, co(n)s(uli) II, / collegium / scabillarior(um) / quibus s(enatus) c(onsulto) coire li-cet, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » a. 139.

72 CIL, X, 1643 : « Faustinae Aug(ustae), / imp(eratoris) Caesaris / T(iti) Aeli Hadriani / Antonini Aug(usti) Pii, p(atris) p(atriae), / tribunic(ia) pot(estate) III, co(n)s(ulis) III, / collegium / scabillarior(um) / quibus s(enatus) c(onsulto) coire li-cet, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) » a. 140.

73 CIL, XI, 6358 (D., 6654).

74 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 368-370.

75 CIL, XIII, 1751 (D., 4131) ; CIL, XIII, 1752 (D., 4132) ; aux deux premières lignes ont dû être martelés les mots suivants : « [[Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Commodi Antonini Aug(usti)]] » ; on lit ensuite : « numinib(us) Aug(usti) totiusque / domus diuinae et situ c(oloniae) C(opiae) C(laudiae) / Aug(ustae) Lugud(unensis), / taurobolium fece/runt dendrophori / Luguduni consistentes, / (ante diem) XVI kal(endas) Iulias / imp(eratore) [[......]], / Marco Sura Septimano / co(n)s(ulibus), ex uaticatione / Pisoni Iuliani, archi/galli, sacerdote / Aelio Castrense, / tibicine Fl(auio) Restituto ; / Honori omnium, / Cl(audius) Siluanus, perpetuus / quinquennalis, inpen/dium huius arae remisit, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ».

76 Arist., Nic., 8, 11 (trad. J. Tricot, J. Vrin, 1994).

77 On peut rapprocher ces personnages d’autres collegiati, qui ont appartenu à la fois à une association de métier et à une communauté cultuelle. À Sentinum, au milieu du iiie siècle, les noms d’Aetrius Romanus, Casidius Rufinus et Statius Velox, apparaissent dans l’album de cultores Mithrae et dans l’énumération des délégués du collegium fabrum, dépêchés chez un nouveau patron. Cf. CIL, XI, 5737 et 5748. Quelques décennies auparavant, L. Calpurnius Chius a reçu des honneurs de la part des mensores frumentarii et des codicarii d’Ostie, ainsi que des dendrophores et d’un collegium Siluani. Cf. CIL, XIV, 309.

78 Dig. 47, 22, 1, 2.

79 AE, 1913, 191 ; cf. H. L. Royden, Magistrates, p. 109-110.

80 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 355.

81 CIL, V, 7881 (D., 1367) et 7905 ; CIL, XI, 5416 et 5749 (D., 7221).

82 AE, 1997, 405 : « D(is) M(anibus) / C(aio) Marcio / Hilaro / ex tribus col/legis fec(erunt). »

83 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 49. CIL, V, 4484 et 7375 (D., 6744).

84 CIL, V, 4449 = Inscr. Brixiae, 238 : « Gen(io) / et hon(ori) / Primi Pam/pili Secundi / et L(ucii) Atili / Exorati, / (se)uir(orum) Aug(ustalium), et / M(arci) Vettidi / Aquilei[en]sis, / (se)uir(i) Aug(ustalis) / quinquen(nalis), / et in omnib(us) coll(egiis) / magisterio per/functus (sic), d(atis) in tutel(am) / (sestertiis) n(ummis) (mille), ut d(ie) k(alendis) Febr(uariis) / sacrif(icetur) et in profusi/one(m) (sestertiis) n(ummis) (mille) ; [P]o[b(licius ?) A]rtemi/sius qui e [– – –]sco / Ortensius Firmian(us), / Valerius Surian(us) et / Publilius Vitalis et / Adiacius Primian(us), / qui magister(io) eo(rum) / offic(io) functi sunt ; / magistri s(upra) s(cripti) titu/lo honoris usi / datis in tutelam / (sestertiis) n(ummis) (mille), / ut ex usur(is) eor(um) / quodann(is), die / III id(us) April(es), per / officiales sa/crificetur et / oleo et pro-p(inatione) / dedicauer(unt) ».

85 CIL, V, 5738 (D., 7250) : « – – –] / et dis cum Ioue, / C(aius) Atilius C(aii) f(ilius) Ouf(entina tribu) / Tertulli[n]us, / pon[tif(ex)] et c[ur]at(or) / arc(ae) col-l(egii) fabr(um) / et cent(onariorum) m(unicipii) M(ediolanensis) ann(i) / LXX et allect(us) eidem / coll(egio) et centurio c(enturiae) (septimae), / cum Atilia C(aii) f(ilia) Veneria, / coniug(e), u(otum) s(oluit) aram / cum aedicula. » ; CIL, V, 5761 : « Mem(oriae) / C(aii) Cassi / Agatheme/ri, collegium / fabrum et / [– – – ».

86 CIL, XIV, 4144, a. 147 ; 170 (D., 1433) ; 352.

87 CIL, XIV, 352 (D., 6149).

88 CIL, XII, 672 (D., 1432) ; H. Pavis D’escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial, d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1976, p. 129-134 ; L. De Salvo, Corpora, p. 394.

89 M. Christol, S. Demougin, Notes de prosopographie équestre, ZPE, 57, 1984, p. 163-178.

90 CIL, III, 141658.

91 M. Christol, Les naviculaires d’Arles et les structures du grand commerce maritime sous l’Empire romain, PH, 32, 1982, p. 5-14 ; L. DE SALVO, Corpora, p. 403. Rien ne prouve une évolution chronologique d’une structure unitaire à une autre organisation ; une évolution inverse ne peut pas être prouvée non plus.

92 CIL, XIII, 1688 (D., 7021) ; 1695 ; 1709 (D., 7020) ; 1918 ; et 2009.

93 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 31.

94 CIL, XIII, 1921 (D., 7024) ; CIL, XIII, 1974.

95 CIL, XI, 5054 (D., 5271).

96 CIL, XI, 6053.

97 CIL, XI, 6070.

98 CIL, VI, 29722 (D., 7490).

99 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).

100 CIL, XIV, 409 (D., 6146).

101 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).

102 P. Wuilleumier, Lyon, métropole des Gaules, Paris, 1953, p. 49 ; Y. Burnand, Sénateurs, 1990, p. 57.

103 CIL, XIII, 1918.

104 R. Meiggs, Ostia, p. 69-70.

105 Plin., Ep., II, 17, 26-27 : « Suggerunt adfatim ligna proximae siluae ; ceteras copias Ostiensis colonia ministrat. Frugi quidem homini sufficit etiam uicus, quem una uilla discernit. In hoc balnea meritoria tria, magna commoditas, si forte balneum domi uel subitus aduentus uel breuior mora calfacere dissuadeat. Litus ornant uarietate gratissima nunc continua, nunc intermissa tecta uillarum, quae praestant multarum faciem, siue mari siue ipso lotore utare » [« On trouve le bois en abondance dans les forêts voisines ; quant au reste, la ville d’Ostie le fournit. Même à qui n’a pas de grands besoins suffit le bourg dont une seule propriété me sépare. Il s’y trouve trois bains publics, ressource précieuse si par hasard le chauffage d’un bain à la maison est déconseillé par le fait d’une arrivée imprévue ou du manque de temps. Le rivage est orné d’une façon aussi variée qu’agréable par la suite tantôt continue, tantôt interrompue des toîts des villas qu’on prendrait pour une série de villes, qu’on les voie de la mer ou du rivage » (trad. A.-M. Guillemin, CUF, 1927)].

106 Outre les collegiati liés au uicus, on connaît « un dec(urio) Laur(entium) uico August(ano) IIII/uir eiusdem loci », par CIL, XIV, 301 (D., 6180) ; et un simple décurion par CIL, XIV, 431.

107 CIL, XIV, 347 (D., 6150).

108 CIL, XIV, 341 (D., 6144).

109 CIL, XIV, 4625 : « D(ecimo) Iunio D(ecimi) f(ilio) Pal(atina) Bubalo / Impetrato, / equiti Romano, decurioni / col(oniae) Ost(iensis), decur(ioni) Lau[rentium] / uicanor(um), Arulensi, praetori primo sacris Volkani faciund(is)/ [– – – ».

110 CIL, XIV, 352 (D., 6149).

111 AE, 1982, 132 = AE, 1991, 333.

112 CIL, XI, 6378.

113 CIL, XI, 6362 (D., 7364).

114 CIL, XI, 377

115 CIL, XI, 379 (D., 6664).

116 CIL, XI, 418 (D., 6167).

117 CIL, XI, 3936 (D., 6588).

118 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002, p. 277-282.

119 J.-M. Flambard, Compitalicia, p. 154.

120 CIL, XI, 1550 (D., 7300 a) : « D(is) M(anibus), / L(ucio) Terentio / Fido / et Nouiciae, / contuber/nali eius, / collegius con/pitalicius. »

121 J.-M. Flambard, Compitalicia, p. 144-145.

122 M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002, p. 269.

123 CIL, XIV, 2045 (D., 1534) : « P(ublio) Aelio Aug(usti) lib(erto) / Liberali, / procuratori annonae / Ostiensis, procuratori / pugillationis et ad naues / uagas, tribunicio collegi(i) /magni, decuriali decuriae / uiatoriae consul(aris), decuriali / gerulorum, praeposito mensae / nummul(ariae) f(isci) f(rumentarii) Ost(iensis), ornato orna/mentis decurionatus col(oniae) Ost(iensis), / patrono / Laurentium uici Augustanor(um) ».

124 CIL, XIV, 2044 : « – – –] / trib(unicia) pot(estate) [– – –] /Laur(entium) ui[co Augustano(rum)], / numini ma[iestatique eius deuoti] ».

125 CIL, XIV, 4298 : « – – – M]ag(ister ou -istri) d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit ou -urauerunt), / Laribus / uicin(alibus) / aram marmoream » ; cf. G. Calza, NSA, 1916, p. 145-148, et M. Floriani Squarciapino, L’ara dei Lari di Ostia, Arch. Class., 4, 1952, p. 204-208 ; R. Meiggs, Ostia, p. 222, qui suit en fait l’analyse stylistique de M. Floriani Squarciapino, date l’autel de l’époque julioclaudienne.

126 CIL, XI, 4710.

127 W. Van Andringa, Autels de carrefours, organisation vicinale et rapports de voisinage à Pompéi, Rivista di studi Pompeiani, 11, 2000, p. 47-86.

128 H. Dessau, CIL, XIV, p. 575 développe « corp(orum quinque) region(um) col. Ost. » ; développant, au contraire, « corp(us) V region(um) », R. Meiggs, Ostia, p. 335 note seulement : « wether this association was religious or merely social we cannot know ».

129 Il est difficile de rendre compte des réalités romaines au moyen de la terminologie moderne : parler « d’étrangers » au sein d’un espace impérial unitaire est gênant. Un individu, ayant hérité de son origo par son père, peut être né dans la cité qui constitue son domicilium : il n’en est pas citoyen, mais il n’est pas non plus allogène au sens littéral du terme. Il n’existe pas de terme moderne très satisfaisant ; d’où l’emploi d’insatisfaisants guillemets.

130 CIL, XIII, 1996 (D., 7031) ; A. Audin, Y. Burnand, Chronologie, p. 320-352 datent l’inscription de la « 5e époque » de l’épigraphie funéraire lyonnaise, soit d’une période s’étalant des années 140 à 240 environs.

131 Un autre batelier de Lyon se présente expressément comme un « ciu(is) Lug(udunensis) » ; CIL, XIII, 2039 : « D(is) M(anibus) / et quieti aeternae C(ai) Vic-tori[s] / [Ta]urici( ?) siue Quiguronis, ciuis Lug(udunensis), / incorporato inter utric(u)lar(ios) Lug(uduni) cons(istentes), / qui uixit sine ullius offensa ann(os) XVIII m(enses) / [– – –] d(ies) V, Cass(ia) Taurina, mater unic(o) fil(io) piiss(imo), / ponend(um) cur(auit) et sub asc(ia) dedic(auit). »

132 L. Wierschowski, Mobilität, p. 16-23.

133 Y. Thomas, « Origine », p. 48-49.

134 H. Pavis D’escurac, Origo, p. 57-68.

135 Apul., M., I, 5, 3 et I, 7, 6.

136 A. Audin, Gens de Lugudunum, Hommages à M. Renard, Bruxelles, 1969, p. 44-56 ; J. Rougé, Aspects économiques du Lyon antique, in Les martyrs de Lyon. Actes du colloque organisé par le CNRS (Lyon, 20-23 septembre 1977), Paris, 1978, p. 47-61 ; L. Cracco Ruggini, Nuclei immigrati e forze indigene in tre grandi centri commerciali dell’Impero, in J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éd.), The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and History (MAAR, 36), Rome, 1980, p. 55-67 ; R. Étienne, Lyon, emporion des Gaules. La ville et le fleuve chez Strabon, géographe du Ier siècle ap. J.-C., La ville et le fleuve. (Colloque tenu dans le cadre du 112e congrès nationales des Sociétés savantes, Lyon, 21-25 avril 1987), Paris, 1989, p. 123-134.

137 L. Wierschowski, Mobilität, p. 153-170.

138 Strab., IV, 3, 2.

139 Les datations présentées ont été proposées par A. Audin, Y. Burnand, Chronologie, p. 320-352 ; Y. Burnand, La datation des épitaphes romaines de Lyon : remarques complémentaires, in F. Bérard, Y. Le Bohec (éd.), Inscriptions latines de Gaule lyonnaise. Actes de la table ronde de novembre 1990, Paris, 1992, p. 21-27 ; et J. Krier, Treverer.

140 Son cognomen est jugé typiquement séquane par O. Schlippschuh, Händler, p. 148-149.

141 L. Wierschowski, Mobilität, p. 161.

142 Ibid., p. 267-270 ; J. Krier, Treverer, p. 12.

143 O. Schlippschuh, Händler, p. 148-149.

144 H. Heinen, Trier und das Trevererland in römischer Zeit, Trèves, 1985, p. 145-147, 168-179.

145 J. Rougé, Transports maritimes et transports fluviaux dans les provinces occidentales de l’Empire, Ktèma, 13, 1989, p. 87-93 ; et C. Cloppet, Les voies romaines du Rhône au Rhin et dans l’Est de la Gaule : les sources écrites, Ktèma, 14, 1989, p. 95-104.

146 CIL, XIII, 2023 (D., 7034).

147 O. Schlippschuh, Händler, p. 150 ; CIL, XIII, 2028 : « D(is) M(anibus) / et qu[ieti] aetern[ae] / Secu[ndi]ae Pla[ci]/dae, [fe]minae s[anc]/tiss[im]ae, quae uix[it] / mecum annis XV, / [m(ensibus)] IIII, diebus XI, / sine ula (sic) anim[i / l]aesione, G(aius) Tipur[i/n]ius Sacruna, nau[ta] / Araric(us), coniug[i] / karissimae et sib[i] / uiuus ponendum / curauit et sub / ascia dedicaui[t] ».

148 CIL, XIII, 1911 (D., 7033) ; CIL, XIII, 11179, (Lyon).

149 CIL, XIII, 2020.

150 M.-Th. et G. Raepsaet-Charlier, Aspects de l’organisation du commerce de la céramique sigillée dans le nord de la Gaule aux iie et iiie siècle de notre ère : Négociants et transporteurs. La géographie des activités commerciales, Münstersche Beiträge zur antiken Handelsgeschichte, 7, 1988, p. 45-70 ; J. Krier, Treverer, p. 54-56 ; CIL, XIII, 2033.

151 CIL, XIII, 1918.

152 CIL, XIII, 2009 : « D(is) M(anibus) / et memoriae aetern(ae) / G(ai) Liberti Decimani, / ciui Viennens(i), naut(ae) / Ararico honorat[o], / utriclario Lugu/duni consistenti, / Matrona Ma[r]cia/ni (filia), coniugi ca/rissimo, qui cum / ea uixsit annis XVI, / mensibus III, diebus / XV, sine ulla a/nimi lesione, / ponendum cu/rauit et sub as/cia dedicauit ».

153 Plin., NH, XIV, 3, 18 et 4, 26-27.

154 CIL, XII, 1896 : « D(is) M(anibus), / C(aio) Maximio C(ai) fi[l(io)] / Volt(inia) Paterno, decu/rioni, negotiatori / uinario Viennae, / Maximia / Secundilla, pat[ri] / piissimo, et / C(aius) Maxim[i]us / [– – –]V[– – –]IV[– – –] / [p]at[rono] / sanctissimo ».

155 CIL, XII, 1898.

156 CIL, XIII, 1998 (D., 7035) : « D(is) M(anibus) et memoriae aetern(ae) / Illiomari Apri, lintia/ri, ex ciuitate Veliocas/sium, sublecto in numer(um) / colonor(um) Lug(udunensium), corpora/to inter utriclar(ios) Lug(uduni) / consistentium, / qui uix(it) ann(os) LXXXV sine ul/lius animi sui laesione, / Aprius Illiomarus fil(ius) pa/tri karissim(o) p(onendum) c(urauit) et sub a(scia) d(edicauit) ».

157 M. Dondin-Payre, L’onomastique dans les cités de la Gaule Centrale (Bituriges Cubes, Éduens, Sénons, Carnutes, Turons, Parisii), in M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, 2001, p. 289 et 300.

158 Il est difficile d’expliquer l’emploi, dans ce contexte précis, du mot « sublectus » ; de manière générale, « sublego » peut signifier « être désigné à une place, laissée vacante par un autre » : cf. OLD, p. 1842.

159 Th. Mommsen, RS, III, p. 801-802 = DP, VI, 2, p. 449-450 ; Y. Thomas, « Origine », p. 95.

160 H. Pavis d’Escurac, Origo, p. 67.

161 J. Rougé, Lyon et l’Ouest-Nord-Ouest gaulois, in Mélanges A. Bruhl, RAE, 25, 1974, p. 137-146 ; Plin., NH, XIX, 8 : à propos du lin cultivé par les Calètes ; les relations entre Lyon et la vallée de la Seine, avec recours au portage, sont attestées par Strabon (IV, 1, 14).

162 J.-P. Waltzing, Étude, III p. 573 ; O. Hirschfeld, CIL, XIII, p. 254.

163 Y. Thomas, « Origine », p. 95.

164 E. Frezouls, Déplacements à l’intérieur des provinces occidentales sous le Haut-Empire : quelques exemples, Ktèma, 14, 1989, p. 123-138.

165 CIL, XIII, 1942 (D., 7029) : « D(is) M(anibus) / Q(uinti) Capitoni Probati / senioris, domo Rom(a), / (se)uiri Aug(ustalis) Lugudun(i) et Puteolis, / nauiclario marino (sic), Nereus et Palaemon, / liberti patrono, / quod sibi uiuus insti/tuit posterisq(ue) suis / et sub ascia dedicau(it) ».

166 J. Rougé, Les relations de Lyon et de la mer. À propos de CIL XIII 1942, Actes du 89ème congrès des sociétés savantes, 1965, p. 137-152.

167 Y. Thomas, « Origines », p. 67-68.

168 Sur la « remonte » du Rhône et ses difficultés, voir M. Christol, J.-L. Fiches, Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité, Gallia, 56, 1999, p. 142-144.

169 CIL, XII, 1005.

170 CIL, VI, 29722 (D., 7490).

171 S. Panciera, Olearii, p. 241-243 ; P. Le Roux, L’huile de Bétique et le prince sur un itinéraire annonaire, REA, 88, 1986, p. 247-271 ; M. G. Granino Cecere, Diffusor, p. 705-719 ; C. Rico, Mercatores, negotiatores et diffusores olearii et commerce de l’huile de Bétique à destination de Rome aux ier et iie s. de notre ère, REA, 105, 2003, 2, p. 413-433.

172 CIL, XIII, 2087 ; cf. B. Rémy, Une grande famille ségusiave : les Ulattii, in Mélanges. A. Bruhl, RAE, 25, 1974, p. 95-110.

173 Y. Burnand, Sénateurs, p. 58-60 ; M. Christol, Nîmes, p. 125-133.

174 M. Christol, J.-L. Fiches, Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité, Gallia, 56, 1999, p. 153.

175 M. Christol, Nîmes, p. 127 ; CIL, XIII, 1954 (D., 7030) : sur Marcus Inthatius Vitalis et le vin d’alba, se reporter à R. Lauxerois, Le Bas Vivarais à l’époque romaine. Recherches sur la cité d’Alba, Paris, 1983, p. 94-97 ; et Y. Burnand, Sénateurs, p. 57. Le nomen Inthatius fait penser à des toponymes et théonymes celtiques commençant par le suffixe « int ». Selon Y. Burnand, qui se fonde sur des critères paléographiques, le personnage aurait vécu dans le courant du iie siècle.

176 E. Kornemann, RE, s.v. « Consistere ».

177 J. Rougé, Patrie et patries à Lyon au Haut Empire, in La patrie gauloise d’Agrippa au vie siècle, Lyon, 1983, p. 344-345 ; L. Cracco Ruggini, Les structures de la société et de l’économie lyonnaise, Les martyrs de Lyon. Actes du colloque organisé par le CNRS (Lyon, 20-23 septembre 1977), Paris, 1978, p. 72.

178 Y. Burnand, Sénateurs, p. 71.

179 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 179.

180 E. Kornemann, RE, s.v. « Consistere », col. 925.

181 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 181 ; Y. Burnand, Sénateurs, p. 60 (n. 63).

182 C. Pavolini, La vita quotidiana a Ostia, Rome-Bari, 1991, p. 37-39.

183 M. Cébeillac-Gervasoni, Blé, p. 47-59 ; Ead., Africani, p. 557-567.

184 Le détail des carrières municipales et collégiales des premiers a déjà eté abordé. Cf. supra p. 70-71, 75-76, 81.

185 CIL, XIV, 4620 ; 4621 et 4622.

186 N. Mathieu, Histoire d’un nom : les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain. iie s. av J.-C.-iiie s. ap. J.-C., Rennes, 2000, p. 164-166.

187 CIL, XIV, 481 : « [D(is) M(anibus) s(acrum)], / Vale[ri]us / Veturius, / ciuis Afer, co/lonicus, uix/it annis IXX, / me(n)sis (sic) II, die(bu)s / VIIII. »

188 E. Marec, Hippone la Royale. Antique Hippo Regius, Alger, 1954, p. 24-28.

189 E. Albertini, Hippone et l’administration des domaines impériaux, in Bulletin de l’académie d’Hippone, 35, 1925, p. 55-62.

190 CIL, VIII, 5351 (ILAlg., 285).

191 G. Rickman, The corn supply of ancient Rome, Oxford, 1980, p. 231-235 ; C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome, 1985, p. 88-90.

192 AE, 1940, 64.

193 H. Slim, La Tunisie antique. De Hannibal à saint Augustin, Paris, 2001, p. 123.

194 Bell. af., 67.

195 Plin., NH, XIV, 3, 16 et 11, 81.

196 M. Cébeillac-Gervasoni, Blé, p. 47-59.

197 CIL, XIV, 161 (D., 1427) : « Q(uinto) Calpurnio C(ai) f(ilio) / Quir(ina) Modesto, / proc(uratori) Alpium, proc(uratori) Ostiae / ad annon(am), proc(uratori) Lucaniae, / corpus mercatorum / frumentariorum per / M(arcum) Aemilium Saturum / et P(ublium) Aufidium Faustian(um), / q(uin)q(uennales), ex decreto corporat(orum), / q(uaestoribus) M(arco) Licinio Victore et / P(ublio) Aufidio Epicteto, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) » ; I. Kajanto, LC, p. 233 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 110.

198 CIL, XIV, 4569 ; CIL, XIV, 4573.

199 CIL, XIV, 256.

200 CIL, XIV, 4234 (D., 3417).

201 R. Valjus, An oriental baker at Ostia, Arctos, 32, 1998, p. 259-264.

202 Ath., III. 113b ; IV, 129e ; IV, 647c.

203 CIL, XIV, 296 (D., 1916).

204 Cf. supra p. 129-132 ; CIL, XIV, 324 (D., 4176), 325, 326, 327 (D., 7023), 328 (D., 7022) et 281 ; P. Herz, Abascantus, p. 167-174.

205 R. Meiggs, Ostia, p. 200. Russel Meiggs fait de Felix un possible descendant d’un affranchi de la famille de Cn. Sentius Saturninus d’Atina, qui s’est illustré au service d’Auguste ; cf. supra p. 80-81.

206 E. Frezouls, Déplacements, p. 130.

207 Strabon, IV, 2, 3, définit ainsi la ville de Cenabum (Orléans), chez les Carnutes, comme un emporion ; des Gaulois originaires d’autres ciuitates y sont attestés. R. Étienne, Lyon, emporion des Gaules. La ville et le fleuve chez Strabon, géographe du ier siècle ap. J.-C., La ville et le fleuve. (Colloque tenu dans le cadre du 112e congrès nationales des Sociétés savantes, Lyon, 21-25 avril 1987), Paris, 1989, p. 130.

208 CIL, XIII, 2839 : « In h(onorem) d(omus) d(iuinae), / Genio / utriclar(iorum), / L(ucius) Censor/inius / Ibliomar(us), / curator / functus, / c(iuis) Treuer, / d(e) s(ua) p(ecunia) d(onum) d(edit) ».

209 CIL, XIII, 5154 (D., 7687) : « D(is) M(anibus), / Camill(ius) Polynices, / natione Lydus, artis / aurifex corporis / [f]abr(um) tignuariorum / apud eosdem omnib(us) / [h]onoribus functus, / [– – –]/us uixit ann(is) LX[– – –], / [e]t Camillio Paulo, / [f]ilio, eiusdem artis / [e]t corporis, qui uixit / annos aetatis XXXIII » ; cf. H. Schulz-Falkenthal, Handwerkerkollegien und andere Berufsgenossenschaften in den römischen Rhein-Oberdonauprovinzen, Altertum, 20, 1974, p. 25-33.

210 E. Frezouls, Déplacements, p. 136 ; O. Schlippschuh, Händler, p. 153-154.

211 CIL, XI, 6358 (D., 6654).

212 H. Stiglitz (et alii), Carnuntum, ANRW, II, 6, 1977, p. 583-730 ; C. Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’Empire. 44 av. J.-C.-260 ap. J.-C., tome II : « Approches régionales du Haut-Empire romain », Paris, 1998, p. 231-297.

213 CIL, XI, 862 (D., 7559), Mutina : « D(is) M(anibus), / Q(uinto) Alfidio / Q(uinti) l(iberto) Hylae, / (se)uir(o) Foro Sem/proni, colleg(io) harena/riorum Romae, negot/ianti lanario, / Alfidia Seuera pat/[ri] pientissimo ».

214 CIL, XI, 3936 (D., 6588).

215 S. Diebner, Aesernia – Venafrum. Untersuchungen zu den römischen Steindenkmälern zweien Landstädte Mittelitaliens, Rome, 1979, p. 159, no 51.

216 H. Pavis d’Escurac, Origo, p. 63-66.

217 J. F. Rodriguez Neila, La situacion socio-politica de los « incolae » en el mundo romano, Memorias de Historia antigua, 2, 1977, p. 147-169.

218 CIL, V, 815 (D., 3547) = IA, 333 : « Siluano / sacrum, / sectores / materiarum / Aquileienses / et incolae / posuerunt / et mensam. »

219 H. Pavis D’escurac, Origo, p. 66.

220 Ibid., p. 60 ; CIL, XIII, 4679, 6451, 6453, 11750 et 8808 (D., 7066) ; RIB, 69-70.

221 Voir la bibliographie et les références épigraphiques présentées par W. Van Andringa, Observations sur les associations de citoyens romains dans les Trois Gaules, CCG, 9, 1998, p. 165-175.

222 CIL, XIII, 7222 (D., 7077) : « In h(onorem) d(omus) d(iuinae), / deo Mercu/ rio, L(ucius) Senilius / Dec(i)manus, q(uaestor), / c(urator) c(iuium) R(omanorum) m(anticulariorum) neg(otiatorum) Mog(ontiacensium), / c(iuis ?) T(aunensis ?), u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito) Sat/urnino et Gallo, co(n)s(ulibus) » ; l’inscription CIL, XIII, 6797 (D., 7076) offre des parallèles qui permettent le développement de l’inscription précédente.

223 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, 1919, p. 257-290 ; P. Roussel, Délos. Colonie athénienne2, Paris, 1987, p. 73-84 ; J.-M. Flambard, Observations sur la nature des magistri italiens de Délos, in Delo e l’Italia, Opuscula instituti Romani Finlandiae, 2, 1982, p. 67-77.

224 CIL, II, p. 251. Les restitutions « t[oy˜ koinoy˜] » et « [_Asia]nw˜n » paraissent bien hypothétiques.

225 CIL, X, 1634 (D., 300) ; J. H. D’Arms, Puteoli in the second century of the Roman empire. A social and economic study, JRS, 64, 1974, p. 104-124.

226 IG, XIV, 830.

227 J. Andreau, La cité antique et la vie économique, Opus, 6-8, 1987-1989, p. 181 ; A. Bresson, Les cités grecques et leurs emporia, in A. Bresson, P. Rouillard (éd.), L’emporion, Paris, 1993, p. 216.

Table des illustrations

Titre COLLEGIATI PATRONS DE COLLÈGES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre LES COLLEGIATI LYONNAIS ORIGINAIRES D’AUTRES CITÉS GAULOISES139
Légende Note 140
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540