Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Deuxième partie. Le rang des collegiati dans la cité : une catégorie civique dans les sociétés de l’occident romain

Chapitre 4. Des personnages en quête d’une gloire civique

Texte intégral

LES COLLEGIATI ET LES HONNEURS CIVIQUES

  • 1 Petr., 30, 1-2. « Le temps me manquait pour contempler toutes ces richesses. Nous étions déjà parv (...)

Non licebat <tam multa otiose> considerare. Nos iam ad triclinium perueneramus, in cuius parte prima procurator rationes accipiebat. Et quod praecipue miratus sum, in postibus triclinii fasces erant cum securibus fixi, quorum imam partem quasi embolum nauis aeneum finie-bat, in quo erat scriptum : C. POMPEIO TRIMALCHIONI SEVIRO AVGVSTALI CINNAMVS DISPENSATOR1.

  • 2 P. Veyne, Pain, p. 20, 197, 243.
  • 3 CIL, II, 1944 (D., 6914) : «  Neptuno Aug(usto) / sacrum, / L(ucius) Iunius Puteolanus, / (se)uir (...)

1Dans l’Empire, la cité est le théâtre d’une vie politique dont les principaux critères du prestige social sont issus. Dans l’esprit des notables, l’attirance pour le politique se confond avec un « noble appétit de gloire et d’honneurs » qui donne lieu à une compétition vertueuse entre pairs, aspirant à se distinguer les uns des autres2. Pour autant, comme le montre l’inscription dédiée à Trimalcion par son trésorier, la quête des honneurs n’est pas le seul fait des dirigeants de la cité. Le modèle façonné par l’élite stricto sensu trouve un écho auprès d’une frange plus large du corps social. Par exemple, une épitaphe de Suel, en Bétique, conserve le souvenir du seuir Augustalis L. Iunius Puteolanus qui dit avoir obtenu tous les honneurs accessibles à un affranchi, à un individu empêché par son statut juridique de briguer les honneurs municipaux au sens strict3.

2Les collegiati vivent dans une civilisation poliade caractérisée par l’interaction très forte entre le rang social et la place que chaque cité attribue à ses membres. Les collèges eux-mêmes décernent des titres conçus sur le modèle de ceux que les cités attribuent parfois à des collegiati. Quelle est donc la relation qui unit les honneurs civiques détenus individuellement par des collegiati et la place civique, socialement valorisante, liée à l’appartenance à un collège ? À travers des titres honorifiques, les collegiati cherchent à atteindre un statut civique qui consacre leur progression dans la hiérarchie sociale et qui souligne leur intégration à des structures collectives tendant à constituer des ordines.

Les titres civiques détenus par les collegiati

3Dans les cités de l’Occident romain, la qualité de notable et celle de magistrat municipal sont très étroitement liées, même si elles ne se confondent pas tout à fait. En quête de respectabilité, les collegiati regardent le gouvernement de la cité comme le lieu par excellence du prestige social. Pour l’immense majorité d’entre eux, les magistratures municipales et le décurionat sont inaccessibles. Seuls quelques éminents dirigeants de collèges professionnels parviennent, dans des circonstances spécifiques, à se hisser jusqu’au sommet de la hiérarchie civique. Ces corporati accédant au statut de notables entretiennent les rêves et les ambitions de leurs confrères plus modestes. Leurs profils ont déjà été analysés.

  • 4 CIL, XIV, 3003 (D., 6265) : «  M(arcus) Scurreius Fontinalis, / sacerdos Fortunae Primig(eniae) le (...)
  • 5 CIL, I2, 1450, 1455.
  • 6 Cf. infra p. 303-304.
  • 7 CIL, X, 3699 (D., 4174) : «  Ex s(enatus) c(onsulto) dendrophori creati qui sunt / sub cura (quind (...)
  • 8 CIL, X, 3698 (D., 4175) : l’inscription, datée de 289, fait référence à la désignation par décret (...)

4À ces décurions et magistrats, il faut adjoindre quelques prêtres municipaux. Au début du iie siècle, M. Scurreius Fontinalis a été désigné sacerdos Fortunae Primigeniae par le sénat de Préneste4. Il en vient à assumer une prêtrise liée à la déesse et au sanctuaire qui ont fait l’identité et la renommée de sa cité. Tôt dans l’histoire de Préneste, à l’époque républicaine, des groupes professionnels et collégiaux manifestent déjà leur dévotion pour Fortuna Primigenia5. Fontinalis, pour sa part, est un personnage relativement important de Préneste, qui peut se targuer d’avoir retenu l’attention du pouvoir impérial, sans doute par l’intermédiaire de protecteurs. C’est à l’empereur lui-même qu’il semble devoir sa quinquennalitas des fabri tignuarii locaux6. Le caractère municipal du sacerdoce de L. Ampius Stephanus est beaucoup moins explicite7. Il apparaît, à Cumes, sur une pierre datée de 251, en tant que quinquennalis des dendrophores et sacerdos Matris deum. S’il s’agit bien là de deux titres distincts, leur association, dans le contexte du culte de Cybèle, n’est guère étonnante ; mais il est bien possible que la fonction religieuse de Stephanus soit d’essence municipale, et non collégiale. Une autre insciption de Cumes vient à l’appui de cette hypothèse8.

  • 9 CIL, XII, 1005 : «  [D(is) M(anibus) et / me]mori(a)e aeterna[e] / Aebuti Agathon[is, / (se)]uiro (...)
  • 10 E. De Ruggiero (éd.), Dizionario, II, 2, p. 1338-1339, s.v. «  curator ».
  • 11 F. Jacques, Privilège, p. 657 ; M. Christol, La municipalisation de la Gaule narbonnaise, in M. Do (...)

5Par ailleurs, un collegiatus met en avant une fonction, dont la nature précise est incertaine, mais qui, porteuse de prestige, procède semble-t-il de services rendus à une collectivité publique. Naute de la Saône, seuir Augustalis des cités d’Arles et d’Apt, Aebutius Agatho a été curator peculi rei publicae Glanic(orum)9. Cette charge a sans doute fait d’Agatho un responsable des finances de Glanum, à la manière d’un curator pecuniae publicae10. O. Hirschfeld expliquait l’emploi du terme «  peculium » par la dépendance supposée de Glanum vis-à-vis d’Arles. L’autonomie de gestion des habitants de Glanum n’aurait résulté que du seul consentement arlésien, la collectivité dépendante ne disposant pas de véritables fonds propres, à l’image, dans la sphère privée, d’un esclave ou d’un fils placé sous la puissance du paterfamilias. Si séduisante soit-elle, l’analyse ne peut être valide que si Glanum dépendait réellement d’Arles à l’époque où a vécu Agatho, à la fin du iie siècle au plus tôt. Cependant, M. Christol et M. Janon ont vigoureusement contesté l’idée d’une telle dépendance, en démontrant que la cité de Glanum jouissait d’une totale autonomie politique à l’époque augustéenne, préservée jusqu’au troisième siècle. L’interprétation d’O. Hirschfeld paraît donc à rejeter11.

  • 12 CIL, XIV, 374, Ostie ; AE, 1974, 123 bis ; CIL, XI, 6358, Pisaurum ; AE, 1900, 203 et AE, 1909, 81 (...)
  • 13 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).
  • 14 J. Kolendo, La répartition des places aux spectacles et la stratification sociale dans l’Empire ro (...)

6De manière plus générale, les titres civiques portés par les collegiati recouvrent des privilèges ou des attributions définis par leur relation au pouvoir, municipal le plus souvent, mais aussi étatique dans le cas des apparitores de magistrats romains. Les cités d’Ostie, de Pisaurum et de Nîmes ont ainsi autorisé des collegiati à porter les ornements du décurionat12. Ceux-ci appartiennent à un groupe de près de 80 personnages connus, dans tout l’Empire, pour avoir obtenu une telle distinction. À défaut d’être reçus dans les conseils des cités, compte tenu des empêchements légaux qui devaient y faire obstacle, sept personnages ont pu afficher les signes extérieurs du décurionat. Ces ornamenta, décernés par les curies, tendent à définir leur honorabilité comme proche de la dignité d’un décurion. Un autre collegiatus, M. Inthatius Vitalis, a lui aussi obtenu un privilège qui l’a rapproché des décurions. L’ ordo municipal d’Alba a permis à ce grand negotiator uinarius et nauta Arare nauigans d’assister aux fêtes civiques parmi les décurions, littéralement de s’asseoir parmi eux13. L’honneur réservé à titre individuel fait penser au privilège dont jouissaient les collèges qui, en tant que corps, disposaient de places officielles lors des spectacles14. Il rappelle en outre le privilège du bisellium, consistant pour les municipalités à attribuer un siège d’apparat à un personnage qu’elles souhaitaient honorer.

  • 15 R. Duthoy, Notes onomastiques sur les Augustales : cognomina et indications de statut, AC, 39, 197 (...)

7Prêtres municipaux du culte impérial, les Augustales, les seuiri Augustales ou encore les magistri Augustales possèdent une dignité qui les intègre doublement à la sphère du pouvoir et de l’autorité. Leur rôle religieux, dans les cités italiennes et provinciales, demeure certes méconnu, mais le caractère cultuel de leurs attributions n’est pas véritablement débattu15. Les premiers magistri Augustales sont attestés en 13-12 av. J.-C., à une époque où le processus de sacralisation d’Auguste s’accentue. Devenu Grand Pontife, celui-ci est honoré par le biais de cultes rendus à son génie, puis à son numen. À Rome même, les Lares des carrefours se muent en Lares Augustes, célébrés par des uicomagistri dont le recrutement social est très proche de celui des Augustales. En dépit du manque de sources, les historiens admettent donc que la naissance de l’augustalité est une étape de cette sur-humanisation du princeps, et que les Augustales ont assumé des fonctions de desservants subalternes du culte impérial.

  • 16 Voir, à titre d’exemple, CIL, XII, 4416 (Narbonne) ou encore EE, VIII, 121 (Teate Marrucinorum) : (...)

8Par le biais des titres d’ Augustalis ou de seuir Augustalis, près de 90 collegiati ont reçu un accès privilégié et honorifique à un mode essentiel d’expression politique. La déférence politique, affirmée par la voie du sacré qui entoure la personne des princes, procède du sentiment d’appartenir à une communauté de citoyens guidée par le premier d’entre eux. À l’échelle municipale, représenter la communauté civique dans son loyalisme à l’égard du pouvoir central est un honneur certain. De fait, les seuiri Augustales et les Augustales exercent leurs prêtrises comme s’il s’agissait d’une véritable magistrature. Nommés par décrets des décurions, parfois distingués par leur cité suivant la même procédure, ces personnages se disent investis d’un honos. C’est à l’ aerarium municipal qu’ils versent une summa honoraria. Sur les reliefs de quelques monuments funéraires16 ou sous la plume d’un Pétrone, ils sont parés des insignes du pouvoir, assis sur une chaise curule, vêtus de la toge prétexte, arborant faisceaux ou couronnes.

  • 17 N. Purcell, Apparitores, p. 125-183 ; B. Cohen, Apparitorial, p. 23-60.

9À Rome même, répartis en décuries, les apparitores sont des citoyens placés au service des magistrats et des prêtres du peuple romain17. Ils contribuent au bon fonctionnement des institutions, ce qui constitue leur grand titre de gloire. Ils assument leur tâche comme s’il s’agissait, non pas d’une simple activité professionnelle, mais d’une véritable fonction administrative leur conférant un rang spécifique dans l’Etat romain. Les véritables apparitores ( scribae, lictores, uiatores et praecones) se distinguent à ce titre des accensi, simples huissiers choisis par les magistrats eux-mêmes, le plus souvent parmi leurs propres affranchis. À l’inverse, les apparitores occupent des postes pourvus à titre vénal et rétribués par l’Etat romain. Or, sept apparitores apparaissent dans l’épigraphie des collèges professionnels ou religieux de la ville de Rome. Ces collegiati mettent en avant un titre civique qui les place dans une hiérarchie spécifique. Aucun ne s’est acquitté des charges de scribe et de crieur public qui représentent le sommet et la base de ce classement. Licteurs ou messagers, ils soulignent le lien qui les unit au pouvoir étatique, incarné par les princes et les magistrats du peuple romain : les consuls, les préteurs et les tribuns.

APPARITEURS DE MAGISTRATS ROMAINS

APPARITEURS DE MAGISTRATS ROMAINS
  • 18 CIL, II, 5439.
  • 19 AE, 1986, 332, r. 73.
  • 20 R. Meiggs, Ostia, p. 181-182.
  • 21 Il semble possible, cependant, que ce personnage ait été appariteur à Rome, et non à Ostie.

10Suivant le modèle de l’État romain, les cités d’Italie et des provinces ont placé des appariteurs auprès de leurs magistrats. Le statut de ce personnel municipal est défini dans la loi césarienne de la colonie d’Urso18 et, de manière plus succincte, dans la loi municipale d’Irni19. Des charges de même nature existaient aussi à Antioche de Pisidie et, dès l’époque d’Auguste, à Pouzzoles. Sous les Flaviens, sont attestés les premiers apparitores de la colonie d’Ostie20. Ils ont été les devanciers de quatre membres du collegium fabrum tignuariorum Ostiensium21. Parmi eux, M. Licinius Privatus appartenait aussi au corpus pistorum du port de Rome.

APPARITEURS DE MAGISTRATS D’OSTIE

APPARITEURS DE MAGISTRATS D’OSTIE
  • 22 CIL, XIV, 409 (D., 6146).

11À Ostie comme à Rome, des scribae, des lictores, des uiatores et des praecones formaient un groupe hiérarchisé22. L. Fabius Eutychus semble avoir accompli une véritable carrière, constituée de trois étapes successives. Le titre de scriba cerarius, porté aussi par A. Egrilius Secundus Threptianus, correspond à une fonction de préposé aux registres et aux comptes de la cité. Il s’agit du plus prestigieux des titres d’appariteurs ostiens. Le poste de scriba librarius semble inférieur et souvent dévolu à des hommes plus jeunes. Les adjectifs «  cerarius » et «  librarius » renvoient aux supports des écritures, aux tablettes de cire ou aux livres utilisés. Les licteurs, quant à eux, étaient au service des duouiri et c’est sans doute à ce titre qu’ils officiaient dans les cérémonies religieuses. Ces sacra, cérémonies célébrées par les magistrats et les prêtres publics, engageaient la communauté civique tout entière. Participer à leur exécution revient à représenter la cité devant ses dieux protecteurs. De fait, la nature précise, et donc la portée sociale, de ces postes occupés auprès de la municipalité d’Ostie ne se laisse pas saisir très aisément.

12Face à ces titres d’appariteurs, il faut en fait choisir entre deux interprétations possibles. La première consiste à regarder les apparitores, les scribes en particulier, comme des agents administratifs effectuant des tâches subalternes pour le compte des institutions de la colonie. Or, une telle vision soulève des interrogations. À Ostie, comment pouvait se combiner l’existence d’une familia publica abondante, spécialisée, et celle d’ apparitores ? Peut-on aborder ces apparitores comme des agents administratifs, au même titre que des esclaves et des affranchis travaillant pour la cité ? Un appariteur travaille-t-il pour la cité, alors même qu’il se définit par l’exercice d’une activité commerciale ou manufacturière, ou du moins par l’appartenance à une association de métier ? Posées ainsi, ces questions semblent appeler une réponse négative. Les choses ne sont pourtant pas simples. Les appariteurs d’Urso touchaient une rétribution annuelle, alors que les honneurs municipaux, au sens strict du terme, n’avaient pas vocation à être rémunérés. Néanmoins, nos collegiati semblent afficher leurs charges comme des dignités civiques.

13À l’évidence, être scriba de la colonie d’Ostie ou arcarius, par exemple, de rang servile, ne signifie pas la même chose sur le plan social. Il paraît donc probable que les tâches matérielles des premiers et des seconds n’étaient pas perçues de la même façon. La fonction de scriba ressortissait sans doute, éventuellement, à une forme « d’ administratio rei publicae cum dignitatis gradu », c’est-àdire à un honos municipalis plus qu’à un travail administratif subalterne. Un scribe municipal se sentait sans doute beaucoup plus proche d’un magistrat subalterne que d’un tabularius. En outre, la fonction de licteur semble relever non pas de l’administration au sens strict, mais du cérémonial civique. De fait, la qualité de licteur paraît très différente de celle d’un « agent administratif ». Aussi le prestige susceptible de s’attacher à elle semble-t-il bien plus grand.

14De fait, les titres honorifiques portés par les collegiati témoignent d’une intimité avec le pouvoir. Dans le cadre des cités, une telle position confère une position spécifique dans la hiérarchie sociale. Les collegiati qui peuvent se targuer de leurs titres d’Augustales ou d’appariteurs, ou bien s’afficher avec les ornements décurionaux, sont distingués du commun des plébéiens, et rapprochés des notables dominant les institutions municipales.

Les collegiati détenteurs de titres civiques

  • 23 R. Duthoy, Fonction, p. 134-154 ; N. Purcell, Apparitores, p. 136 ; F. Tassaux, Sévirat et promoti (...)
  • 24 Nous suivons l’analyse de M. Christol, Nîmes, p. 125-131, qui considère que les inscriptions AE, 1 (...)
  • 25 CIL, XIV, 374 (D., 6165).
  • 26 CIL, IV, 117 : «  Cuspium Pansam, aed(ilem), Fabius Eupor, princeps libertinorum. »
  • 27 CIL, XIV, 374 (D., 6165) ; AE, 1974, 123 bis.

15Les titres portés par les collegiati sont les signes forts d’une reconnaissance civique acquise au fil de l’existence, et donc de dynamiques d’ascension dans la société. La relation entre l’augustalité et la mobilité sociale est sans cesse soulignée dans la littérature historique. Et il en va de même pour les autres fonctions et honneurs envisagés. Les apparitores, en particulier, évoluent dans « a world of social climber » décrit par N. Purcell23. En outre, dans la société du Haut-Empire, la plupart des individus revêtus des ornements décurionaux occupent le sommet de la hiérarchie servile. Issus de l’esclavage, ces personnages ont reçu toutes les marques de reconnaissance qu’un affranchi pouvait alors obtenir. Les collegiati parés de ces insignes ne semblent pas déroger à cette règle. Trois des quatre collegiati détenteurs des ornements décurionaux ont ajouté l’augustalité à ce privilège24. Par ailleurs, à la charnière des iie et iiie siècles, la colonie d’Ostie a donné le titre de scriba librarius à M. Licinius Privatus25. Il convient de regarder ce personnage comme une sorte de «  princeps libertinorum », pour reprendre le titre que s’est donné Fabius Eupor de Pompéi26. Privatus fait montre de sa volonté de convertir sa grande richesse en prestige civique lorsqu’il donne à la colonie d’Ostie la somme de 50 000 sesterces. Le rang équestre de ses fils confirme la richesse de Privatus et son désir de s’élever, par lui-même et à travers sa descendance. De fait, les insignes décurionaux apparaissent comme le point culminant d’ascensions sociales favorisées par les collèges. Dans les associations de métier, aucun personnage honoré des insignes de décurions ne s’est contenté du rang de simple collegiatus. Tous ont brigué avec succès des postes de dirigeants : de quinquennales, de curatores, de décurions ou encore de quaestores. Privatus et un habitant anonyme d’Ostie ont appartenu à deux collèges professionnels, ce qui semble témoigner de leur poids et de leur rayonnement dans les milieux commerciaux et artisanaux du port de Rome27.

  • 28 CIL, VI, 1925 (D., 1919) : «  Tutic(ius ?) Hylas hic positus ; / qui fuit margarit(arius), / hic h (...)
  • 29 CIL, XIV, 4642 : «  C(aio) Domitio L(uci) fil(io) Pal(atina) F[abio] / Hermogeni, / e[quiti] Roman (...)
  • 30 «  Sp(urii) f(ilius) », L. Fabius Eutychus est de naissance illégitime. Et, portant un cognomen gr (...)

16Dans les collèges professionnels ou religieux, les apparitores appartiennent aussi à la fraction la plus éminente de ces collectivités. Ils y ont souvent atteint les plus grands honneurs, à l’instar d’un Ti. Claudius Severus, président à trois reprises et patron des pêcheurs et plongeurs des rives du Tibre. Six apparitores sur onze ont exercé la présidence de leur association. Un septième a été decurio conlegi. La dignité de scriba collegii fabrum tignuariorum Ostiensium, mise en avant par A. Egrilius Secundus Threptianus, doit être regardée comme un honneur collégial, et non comme une fonction purement subalterne. Le même Severus et le dénommé Tutic(ius ?) Hylas ont fait preuve d’évergétisme à l’égard de leurs confrères. Hylas a acheté l’office de decurio uiatorum consularis ; et il a été quinquennalis perpetuus des dendrophores romains28. Marchand de perles, margaritarius, il est assez riche pour confier à ces derniers la somme de 10 000 sesterces dont les revenus doivent financer des sacrifices annuels sur sa tombe. Au-delà de la vie collégiale, le prestige des apparitores se lit parfois dans le statut et le devenir de leurs proches. Les fils de L. Fabius Eutychus et de Ti. Claudius Severus ont atteint le rang équestre29. À Ostie, le lictor et scriba Eutychus était presque un notable, riche au point de donner 50 000 sesterces à la cité30. Son fils trop tôt disparu, C. Domitius Fabius Hermogenes, décurion et flamine enclin à la munificence, a été l’un des grands personnages de la colonie. Celle-ci lui rendit hommage par des funérailles publiques. Comme son père, Hermogenes avait été scribe, mais à Rome et auprès d’un édile romain. La qualité d’appariteur témoigne d’une continuité dans l’ascension familiale, en même temps que le caractère « urbain » de la charge d’Hermogenes révèle le saut effectué en l’espace d’une génération.

  • 31 CIL, VI, 32294 (D., 1911) : «  [L. Abuc]cius Asclas, lictor (trium) [decuriar]um qui Caesari et / (...)
  • 32 S. Panciera, Olearii, p. 241-243 ; M. G. Granino Cecere, Diffusor, p. 705-719.
  • 33 AE, 1980, 98.
  • 34 CIL, VI, 29722 (D., 7490).
  • 35 CIL, VI, 1892 (D., 1915) : «  M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) Pamphilus, lictor curia[t(us) / (...)

17Les titres de lictor et de uiator portés par L. Abuccius Asclas font écho à la fonction d’appariteur que pourrait avoir endossée son affranchi Cleanthus. Les titres obtenus par les collegiati apparaissent parfois comme des attributs détenus par des groupes familiaux. L’état de la pierre sur laquelle Asclas et Cleanthus sont mentionnés incite néanmoins à la prudence31. De même, sans doute est-il imprudent de parler de famille dans le cas des Caecilii qui, au deuxième siècle, se livrent au commerce de l’huile entre Rome et la Bétique32. L’enjeu est d’importance. D. Caecilius Onesimus et D. Caecilius Abascantus étaient-ils unis par un lien de parenté ou de (co-)affranchissement, et liés aux D. Caecilii dont les noms figurent sur les amphores de type Dressel 20 mises au jour sur le Monte Testaccio33 ? La réalité de tels liens ne peut pas être prouvée ; nous exposerons plus tard les indices qui permettent de poser l’hypothèse, assez plausible, de leur existence. Quoi qu’il en soit, le profil d’Onesimus et d’Abascantus ressemble à celui d’agents assez importants d’un trafic commercial florissant, au iie siècle de notre ère. L. Marius Phoebus participait aussi au commerce de l’huile, en tant que mercator. Ces hommes de l’huile d’Espagne, appariteurs et même chevalier en la personne du Gaulois C. Sentius Regulianus34, donnent l’image de commerçants d’envergure dont la respectabilité est reconnue de manière officielle, par des instances publiques. De son côté, au premier siècle de notre ère, l’affranchi M. Sutorius Pamphilus évoluait dans le monde artisanal de la ville de Rome35. La taille de son monument funéraire, assez grand pour accueillir dix personnes, dont six de ses affranchis, confirme l’aisance que l’on pressent chez ce decurio conlegi fabrum ferrari(or)um, lictor curiatus a sacris publiciis (sic) populi Romani Quiritium, et uiator qui consulibus et praetoribus apparet.

  • 36 M. Primius Secundianus, seuir Augustalis lyonnais et fils de M. Primius Secundus est un ingénu : c (...)
  • 37 CIL, V, 5310, M. Virius Virianus ; CIL, V, 5447 (D., 7253), T. Tadius Catianus ; cf. A. Abramenko, (...)
  • 38 CIL, XI, 6231, Fanum Fortunae, T. Flavius Eutyches ; CIL, XIV, 2809 (D., 6219), Gabii, M. Iulius Z (...)

18Les quelques 90 collegiati qui ont porté les titres de seuiri Augustales, d’ Augustales ou de magistri Augustales ont un profil qui ne paraît pas se distinguer de l’ensemble des détenteurs de l’augustalité. La majorité d’entre eux semble ancrée dans la population servile. Certes, seuls dix d’entre eux font apparaître ouvertement leur condition d’affranchi, en se disant le libertus d’untel, pour sept d’entre eux, ou en se laissant présenter comme le collibertus d’un autre individu, pour les trois autres. En outre, cinq seuiri ou Augustales répertoriés comme collegiati ne sont pas, ou probablement pas, d’anciens esclaves36. Deux seuiri de Côme cités avec leur filiation illustrent la thèse, soutenue par A. Abramenko, d’une relation bien plus lâche entre l’augustalité et le monde servile dans la partie septentrionale de l’Italie37. En revanche, deux des Augustales ingénus appartenant à un collège sont peut-être des fils, sinon des petits-fils, d’affranchis38.

  • 39 Ibid., p. 58-61 notamment.
  • 40 CIL, XIV, 418 = ILMN, 565, Ostie ; CIL, V, 3439, Vérone ; CIL, XIV, 297 = ILMN, 564, Ostie.
  • 41 AE, 1988, 204, Ostie.
  • 42 CIL, XIV, 2981, Préneste : «  Venandi studioso, / Ti(berio) Claudio Nicostrato, / (se)uir(o) Aug(u (...)
  • 43 AE, 1988, 178, Ostie : «  D(is) [M(anibus)], / Q(uintus) Aqu[ilius – – –] O[– – –] / seuir Aug(ust (...)

19Au-delà de ces réserves, et de toute la prudence nécessaire à l’analyse39, une série d’indices tend à révéler l’augustalité comme un instrument de promotion sociale mis à la disposition de collegiati issus du monde servile. Suivant un usage courant chez les affranchis et leurs proches descendants, 36 des collegiati recensés portent, ou semblent avoir porté, des cognomina grecs. Quoique latins, les cognomina de six individus font partie des surnoms tenus pour fréquents chez les esclaves et les affranchis. Trois collegiati ont des épouses qui portent le même gentilice qu’eux et un surnom grec40. Ils forment sans doute des couples de colliberti. Et sans doute en vat-il ainsi, à Ostie, pour A. Egrilius Hilarus et sa femme Egrilia Iustina41. Enfin, Ti. Claudius Nicostratus42 et Q. Aquilius [– ––]43 ont fait le choix de donner un cognomen grec à leurs fils. Au-delà des éléments onomastiques, les collegiati revêtus de l’augustalité donnent l’apparence de la richesse et du prestige. Leurs titres civiques et collégiaux paraissent souvent compenser une probable exclusion des ordres de décurions, subie en tant qu’affranchis.

  • 44 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).
  • 45 CIL, XI, 6358 (D., 6654) : «  L(ucio) Apuleio / Brasidae, / habenti (quattuor) lib(erorum) ius / d (...)
  • 46 CIL, XIV, 309 (D., 6163).
  • 47 CIL, XI, 6231 : «  D(is) M(anibus), / T(ito) Flauio Eutiche/ti, seu(iro) Aug(ustali), colle(giato  (...)
  • 48 AE, 1989, 124.
  • 49 AE, 1987, 196.

20Dans les collèges, les Augustales sont le plus souvent de grands personnages. Parmi eux, les simples collegiati forment une minorité. Près des deux tiers des Augustales se distinguent de la masse de leurs confrères par un ou plusieurs titres, et près de la moitié d’entre eux ont atteint la présidence de leur association. Dix-huit affichent, ou semblent avoir affiché, leur richesse par un évergétisme exercé au profit de leurs confères. C’est pour les remercier de tels gestes, que les dendrophores de Gabii et les fabri de Pisaurum louent les mérites de M. Iulius Zoticus44 et de L. Apuleius Brasidas45. Treize seuiri Augustales ou Augustales ont appartenu à plusieurs associations. L. Calpurnius Chius a poussé cette caractéristique à son paroxysme en adhérant à cinq collectivités professionnelles ou religieuses46. De son côté, T. Flavius Eutiches semble avoir été admis parmi les fabri, les centonarii et les dendrophori de Fanum Fortunae, qui devaient constituer les trois principaux collèges de la cité47. La vie collégiale étant coûteuse, surtout pour des individus appelés à briguer des honneurs, ces participations multiples sont la marque d’une richesse certaine. En outre, certains Augustales ont été accueillis dans des regroupements issus d’activités économiques complémentaires. Ainsi, A. Livius Anteros d’Ostie a siégé parmi les charpentiers, les fabri tignuarii, et les charpentiers de marine, les fabri nauales, du port d’Ostie48. Un de ses concitoyens du iiiesiècle, M. Quintilius [– ––] semble avoir été admis à la fois parmi des bateliers, les lenuncularii traiectus Luculli, et parmi des calfats, les stuppatores49. La double appartenance collégiale reflète sans doute l’ampleur des affaires brassées par les deux personnages.

  • 50 AE, 1900, 203 et AE, 1909, 81 ; M. Christol, Nîmes, p. 125-133.
  • 51 CIL, XII, 982 (D., 6986) : «  [D(is)] Manibus / M(arci) Frontoni Eupori, / (se)uir(i) Aug(ustalis) (...)
  • 52 S. Diebner, Aesernia – Venafrum. Untersuchungen zu den römischen Steindenkmälern zweien Landstädte (...)

21L’augustalité et les collèges ont en commun de s’être développés, de façon privilégiée, dans les grandes places de commerce de l’Occident romain. Beaucoup des individus recensés sont originaires d’Ostie, de Lyon, ou encore d’Arles, d’Aquilée ou de Milan. Ils appartiennent aux milieux négociants qui ont donné à ces villes leur dynamisme et leur rayonnement. Un curateur des negotiatores uinarii établis à Lyon, inhumé à Nîmes, signale par exemple l’emprise de Lyon sur le trafic commercial rhodanien50. M. Frontonius Euporus, seuir Augustalis aixois, curateur des naviculaires arlésiens et patron des nautes de la Durance, s’illustre aussi par un renom qui dépasse le cadre d’une seule cité51. De même, M. Petronius Faustillus est quinquennalis du collegium fabrum d’Aesernia et seuir Augustalis à Aufidena52. Pour beaucoup de collegiati, néanmoins, la richesse acquise permet d’affirmer un attachement fort à sa petite patrie. Cinq seuiri Augustales ou Augustales se montrent, ou se sont peut-être montrés, généreux à l’égard de leur cité ou des communautés secondaires qui la constituaient.

22Société réputée « en mouvement », la société du Haut-Empire romain laisse percevoir de petits mouvements, ici l’accumulation de titres de nature différente qui dessinent le cadre d’une possible promotion personnelle. Ces titres, reflets de fines distinctions, jalonnent d’un grand nombre d’étapes les existences et la quête de l’honneur des individus. Cette progression dans les hiérarchies sociales est encadrée, directement ou indirectement, par des instances civiques dont les collèges et les collegiati se sentent proches.

Collèges et fonctions civiques : une convergence

  • 53 CIL, XII, 526 : «  D(is) M(anibus) / C(ai) Val[g]i / Victorini, / (se)uir(i) Aug(ustalis) / item / (...)
  • 54 CIL, XII, 704 : «  D(is) M(anibus), L(ucio) Secundio / Eleuthero, / nauicular(io) Arel(atensi) / i (...)
  • 55 CIL, XII, 1898.
  • 56 CIL, XIII, 1751 (D., 4131) : «  Taurobolio(m) matris d(eum) m(agnae) Id(aeae) quod factum est ex i (...)
  • 57 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

23Les membres de collèges sont en quête d’un prestige social et civique qui s’articule autour de titres et d’honneurs multiples, constituant un faisceau d’éléments convergents. Le capital symbolique bâti par les collegiati les plus éminents est fondé sur le cumul. Le contexte – funéraire, familial, associatif, civique – de la rédaction des inscriptions peut varier ; les formulaires épigraphiques prennent souvent la forme de titulatures qui suivent un modèle. Ils s’inspirent de la manière dont l’élite sociale et administrative met en scène les carrières de ses membres. Dans plusieurs documents, l’image du cumul est soulignée par la conjonction «  item ». Les titres d’ Augustalis ou de seuir Augustalis et l’appartenance à des associations de métier sont mis sur le même plan. Le procédé apparaît sur les épitaphes de C. Valgius Victorinus53, «  (se)uir Aug(ustalis) item ex numero colle(gii) centon(ariorum) » à Aquae Sextiae, de L. Secundius Eleuther54, «  nauicular(ius) Arel(atensis) item (se)uir Aug(ustalis) », ainsi que du Lyonnais C. Rusonius Muro55. Compatriote de Muro et de son collibertus Secundus, L. Aemilius Carpus a été «  (se)uir Aug(ustalis) item dendrophorus »56. À Ostie, enfin, une quintuple répétition « d’ idem » apparaît sur la base du monument funéraire que L. Calpurnius Chius a fait construire pour lui et les siens57. Cette équivalence affichée entre le sévirat et le collège ne résiste pas à l’analyse des réalités juridiques. Mais elle est révélatrice des aspirations sociales des collegiati et de la façon dont ils conçoivent leur association.

  • 58 J. Andreau, Affranchi, p. 224 ; CIL, I2, 1004 = X, 6488 (D., 1924) : «  Clesipus Geganius, / mag(i (...)

24Le désir d’accumuler transparaît dans l’esprit de nombreux détenteurs de titres civiques. Dix des collegiati répertoriés arborent plusieurs de ces titres, tandis que quatorze d’entre eux appartiennent à plusieurs associations. Le record atteint par L. Calpurnius Chius, adhérent de cinq collectivités différentes, a été évoqué. Deux personnages qui apparaissent sous la plume d’écrivains permettent de mieux comprendre les aspirations des collegiati. Evoluant en dehors du monde des collèges, mais dans le même milieu social, Geganius Clesippus, mentionné au livre XXXIV de l’ Histoire naturelle de Pline l’Ancien, se confond probablement avec le défunt d’une épitaphe, découverte à Ulubrae et datée de l’époque cicéronienne58. Récit littéraire et titulature épigraphique s’opposent, pour des raisons que l’on s’explique sans mal. Le personnage, esclave bossu mis au travail dans l’univers souillé d’une foulerie, atteint la liberté et la richesse au prix d’amours réprouvées et malsaines. À l’inverse, sur son épitaphe, le défunt se livre à l’étalage de trois titres honorifiques. Les deux premiers relèvent de fonctions religieuses, exercées avec l’autorité d’un magister. La terminologie employée, d’inspiration civique et porteuse de l’affirmation d’une supériorité sur un groupe, est analogue à celle utilisée par les collegiati. Par ailleurs, l’office vénal de uiat(or) tr(ibunicius) fait du magister Clesippus l’assistant d’un magistrat romain. Sans doute est-ce cette qualité que Trimalcion aurait refusée.

  • 59 Petr., 71, 12 : « Il pouvait être de toutes les décuries, mais ne le voulut pas » (trad. A. Ernout (...)
  • 60 N. Purcell, Apparitores, p. 134.
  • 61 CIL, XIV, 296 (D., 1916).
  • 62 CIL, XIV, 2522 : «  L(ucius) Sextilius Satyr(us), / lictor curiatius, / fecit sibi et / Sextiliae (...)

25Pétrone fait dire à son héros : «  cum posset in omnibus decuriis Romae esse, tamen noluit »59. L’affranchi de roman, désireux de voir sa dignité de seuir gravée sur sa pierre tombale, aurait repoussé l’honneur d’appartenir une décurie d’appariteurs60. Ce geste altier révèlerait en creux à quel point l’association de l’augustalité et de la charge d’appariteur pouvait être naturelle. Le profil de L. Antonius Epitynchanus, lictor dec(uriae) curiatiae quae sacris publicis apparet et q(uin)q(uennalis) collegi fabrum tignuariorum à Ostie, seuir Au-g(ustalis) à Aquae Sextiae, en donne l’illustration61. L’adjectif «  curiatia », qui qualifie les charges de licteur remplies par Epitynchanus et par L. Fabius Eutychus, est par essence porteur de prestige. Il s’applique ici à la décurie des licteurs d’Ostie, alors que sur deux inscriptions de l’ ager Tusculanus, il est employé pour qualifier la fonction même de lictor62. Dans les deux cas, de probables affranchis se trouvent détenteurs d’un titre défini par le rapport que ce dernier entretient avec le lieu par excellence du pouvoir et de la supériorité des notables : la curie dont les anciens esclaves, dépourvus du ius honorum, sont tenus à l’écart.

  • 63 R. Duthoy, Augustales, p. 1254-1309 ; A. Abramenko, Organisation, p. 13-37.

26Dans l’esprit et l’expression épigraphique des collegiati, titres civiques et titres collégiaux tendent à être confondus dans un même ensemble. Le phénomène est très net dans le cas de l’augustalité. De fait, l’organisation des groupes de seuiri Augustales ou d’ Augustales ressemble fort à celle des collèges professionnels ou religieux. Dans le détail, cette organisation fait l’objet de débats entre des spécialistes63. Ces chercheurs s’accordent néanmoins sur l’essentiel. Le titre d’ Augustalis recouvre deux réalités à la fois distinctes et complémentaires : des fonctions sacerdotales annuelles, d’une part, et l’appartenance à une collectivité municipale d’anciens prêtres, désignée au iie siècle comme un ordo Augustalium ou un ordo seuirum Augustalium, d’autre part. Une controverse porte sur l’apparition de ces ordines. R. Duthoy est attaché à l’idée de l’émergence progressive et spontanée de ces structures à la fin du ier siècle, avant leur généralisation dans le cours du iie siècle. En revanche, A. Abramenko pense que l’organisation collective de l’augustalité est née avec l’institution, dans les années 10 av. J.-C., avec l’approbation du prince. Selon lui, l’admission dans la communauté après la fin de la prêtrise annuelle n’était pas aussi automatique que R. Duthoy le pense. Le débat a peu de retentissements sur notre étude puisque les inscriptions examinées, lorsque nous pouvons les dater, sont postérieures aux décennies qui font débat.

  • 64 CIL, XII, 1898 ; AE, 1974, 123 bis.
  • 65 AE, 1900, 203 ; AE, 1909, 81.
  • 66 AE, 1988, 204 (Ostie).
  • 67 CIL, XII, 523 = ILN, III, 36.

27Au iie siècle ou au début du iiie siècle, des membres d’association sont susceptibles de porter les mêmes titres en tant qu’ Augustales et dans leurs collèges professionnels. Sont ainsi attestés des quinquennales Augustalium parmi les membres des associations de métier de Gabii et Ostie ; et des curatores Augustalium encore à Ostie, mais aussi à Tibur, Arles et Lyon. Dans la capitale des Gaules, C. Rusonius Muro a été l’ honoratus des seuiri et des centonarii, tandis qu’un anonyme ostien a sans doute reçu le titre honorifique de biselliarius des Augustales d’Ostie64. Onze des quinquennales Augustalium recensés ont porté le même titre, ou celui de magister quinquennalis, dans leur association professionnelle. En outre, le texte de l’épitaphe nîmoise d’un négociant montre explicitement que les charges propres à l’augustalité et celles liées aux collèges sont pensées comme très proches, si ce n’est équivalentes. Le défunt, en effet, semble défini comme un [cura]tor negotiator[um uina]/riorum et seuiro[rum Lug]/duno consisten[tium], alors qu’il ne fait aucun doute qu’il est fait ici allusion à deux curatèles et à deux communautés lyonnaises différentes65. De manière assez révélatrice, le lapicide du titulus d’A. Egrilius Hilarus avait omis, juste après la mention «  seuir Aug(ustalis) idem q(uin)q(uennalis) », de répéter les lettres «  QQ » indiquant la charge de «  q(uin)q(uennalis) col(legii) fabr(um) tign(uariorum) »66. Les deux «  Q » ont dû être intercalés par la suite, en plus petit et au-dessus du niveau des autres lettres. Tout comme le collège, l’organisation collective de l’augustalité est perçue comme un corpus. Le nom de corporatus peut donc s’appliquer à chacun de ses membres. Sur son épitaphe, telle qu’O. Hirschfeld la restitue, Sextus Publicius Atenor d’Aquae Sextiae met en parallèle ses qualités de (se)uir Aug(ustalis) corp(oratus) et de [cor]porat(us) centonar(ius), la conjonction «  item » renforçant le parallèle établi entre les deux titres67.

  • 68 R. Duthoy, Augustales, p. 1266 et 1281. Pour les seuiri Augustales, se reporter à AE, 1957, 34 ; C (...)
  • 69 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 334.

28Mettre sur un même plan l’augustalité et l’appartenance à un collège n’est ni innocent, ni totalement fondé. Au-delà des apparences affichées par les collegiati, il existe une différence de nature entre les deux termes de l’analogie. L’augustalité se distingue en effet par la plus forte emprise que les gouvernements des cités exercent sur elle. Plusieurs documents apportent la preuve formelle que les seuiri Augustales et les Augustales étaient désignés par décret des décurions68. Rien de tel n’apparaît dans l’épigraphie des collèges. Or, de telles désignations ont une valeur honorifique, liée à une proximité du pouvoir local, que les collegiati n’auraient pas manqué de souligner s’ils l’avaient pu. Au contraire, les collèges semblent jouir d’une autonomie totale dans le choix de leurs adhérents et de leurs administrateurs69. Paradoxalement, l’imprécision des formulaires épigraphiques indique la nature et la perception du collège, en révélant ce vers quoi il tend, en révélant une tendance qui ne trouve pas son total accomplissement.

29Sous le Haut-Empire, les Augustales et les apparitores des magistrats romains tirent leur gloire de l’appartenance à des ordines, à des catégories civiques définies et contrôlées par l’autorité politique, étatique ou municipale. Les collèges tendent à se présenter comme proches de telles structures collectives.

  • 70 B. Cohen, Apparitorial, p. 38.
  • 71 Ibid., p. 42-44.

30L’émergence des ordines Augustalium ou seuirum Augustalium vient d’être évoquée. Par ailleurs, les scribae, lictores, uiatores et praecones – placés auprès des magistrats romains – sont répartis dans quatre ordines distincts qui forment, selon B. Cohen, « permanent, established and deeply rooted part of Roman state apparatus ». Chaque ordre est « a civic entity, a group of citizens called upon to assume permanently an official task in the public life, (...) a recognized status-group – i.e., a civic ordo », « a recognized status, both juridical and honorific »70. La décurie d’un appariteur correspondrait au cadre dans lequel celui-ci remplissait sa mission, pour un temps donné, auprès d’un ou de plusieurs magistrats, tandis que l’ ordo d’appariteurs, groupe plus large comprenant aussi les individus ayant achevé leur service, dessinerait une catégorie juridique définissant un statut civique viager71. Or, comme nous le verrons, dans leur quête de l’honorabilité, les collèges tendent à se présenter comme des ordines, bien que cette qualité puisse leur être contestée. Le fait qu’à titre individuel, des collegiati appartiennent à un ordre d’appariteurs ou d’ Augustales facilite cette tendance.

  • 72 CIL, VI, 1872 (D., 7266).
  • 73 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 77, conjecture que la nauigatio scapharum correspond au droit de tra (...)
  • 74 S. E. Ostrow, The Augustales in the Augustan scheme, in K. A. Raaflaub, M. Toher (éd.), Between Re (...)

31Ti. Claudius Severus a été decurialis lictor72. En 206, le corpus romain des piscatores et urinatores érige un monument en son honneur. Ces pêcheurs et plongeurs du Tibre souhaitent remercier de sa générosité celui qui fut trois fois leur président. En compagnie de son fils Claudius Pontianus, Severus a donné au collège une statue de Caracalla et une autre de Julia Domna. La dédicace a eu lieu dans la solennité et, pour le collège, dans la satisfaction de recevoir 10 000 sesterces, dont les intérêts doivent permettre de fêter chaque année l’anniversaire du bienfaiteur. Celui-ci appartient à l’ ordo lictorum. Son fils appartient à l’ordre équestre. Les autorités administratives, sensibles à l’intervention de Severus, ont garanti aux pêcheurs la nauigatio scapharum73. Le collège, quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, a reçu de l’Etat romain une reconnaissance juridique. Fort de cet environnement très officiel dans lequel le collège et ses membres évoluent, le corpus piscatorum et urinatorum se présente comme un ordo de la façon la plus explicite. La vie de la communauté est fixée ex decreto ordinis corporis, le pouvoir de délibération et de décision détenu par le collège évoquant l’autonomie des ordres décurions dans le cadre municipal. Le mécanisme « d’ ordo-making », défini par S. E. Ostrow puis O. Van Nijf, est à l’œuvre74.

  • 75 CIL, VI, 31740 ; CIL, XIV, 409 (D., 6146).
  • 76 CIL, VI, 1946 (D., 1936) : «  Hoc monimentum / apparitorum, praeconum, / aedilium ueterum / uicari (...)
  • 77 CIL, VI, 1948 : «  Q(uintus) Haterius Q(uinti) l(ibertus) / Olympicus, appar(itor) / aedil(ium), p (...)
  • 78 CIL, VI, 1942 (D., 1918) : «  Valerius L(ucii) l(ibertus) / Stasimus, mag(ister) / conl(egii) uiat (...)
  • 79 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 291-304.
  • 80 CIL, VI, 3877 ; J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 200 ; J. Linderski, Der Senat und die Vereine, in M. (...)

32À Rome comme dans les cités italiennes, il arrive que les organisations collectives d’ apparitores ressemblent fort aux collèges de priuati. Des decuriales romains ont ainsi décerné le titre de patron au préteur qu’ils ont assisté, tandis que les décuries d’appariteurs d’Ostie figurent parmi les nombreuses collectivités dont le collegiatus Cn. Sentius Felix a assumé le patronat75. Appariteurs et collegiati se trouvent mêlés dans la clientèle d’un collegiatus qui a atteint la qualité de notable municipal. Par ailleurs, un monument funéraire commun abritait les dépouilles des praecones des édiles romains et celles de leur descendance76. L’affranchi Q. Haterius Olympicus et son épouse y ont trouvé une dernière demeure «  permissu collecarum »77. La communauté d’appariteurs s’est conduite à la manière d’un collège funéraire et tend, par la terminologie qu’elle emploie, à se présenter comme tel. À l’instar de très nombreuses associations, les uiatores des questeurs désignent leur local comme une schola. En outre au début de notre ère semble-t-il, un certain Valerius Stasimus se présente comme un mag(ister) conl(egii) uiatorum. L’assimilation du groupe d’appariteurs à une entité comparable à une confrérie professionnelle ou religieuse est explicite78. Elle s’explique par le caractère vague du mot «  collegium ». De leur côté, les collèges professionnels qui répartissent leur effectif en décuries ont pris une apparence qui les rapproche notamment des groupes d’appariteurs79. Le collegium tibicinum q(ui) s(acris) p(ublicis) p(raesto) s(unt), à Rome, se situe sans doute entre l’association de droit privé – statut que lui reconnaît notamment J.-P. Waltzing – et une organisation comparable à celles formées par les apparitores80.

33Et pourtant, des différences structurelles paraissent opposer les collèges et les ordres d’appariteurs. Mais, ces différences sont soulignées avec plus de force par les commentateurs modernes, qu’elles ne semblent ressenties par les acteurs de la société romaine. Les premiers ont le souci d’établir des classifications nettes issues d’analyses juridiques aussi rigoureuses que possible. Les seconds tendent à confondre dans un même ensemble des titres obtenus dans le cadre d’une seule et même recherche du prestige, des titres portés dans un environnement social formé de groupes de différente nature mais soudés par des sentiments et des pratiques communautaires semblables. Les quatre collegiati qui ont été appariteurs d’Ostie définissent cette dignité comme l’appartenance à un groupe : ils se disent decuriales. De fait, le rang social de ces personnages et celui de leurs confrères n’apparaît pas comme une position individuelle dans la hiérarchie sociale. Leur rang résulte de leur intégration dans des groupes qui, au-delà de leurs différences, présentent des points communs.

  • 81 CIL, XIV, 2981.

34En définitive, par les titres civiques qu’ils détiennent, les collegiati les plus éminents laissent percevoir un mode de construction de la distance sociale calqué sur les attitudes et les valeurs de l’élite. Evoluant dans une civilisation poliade, ils appartiennent à des catégories spécifiques des populations civiques. Or, c’est sous ce même angle que l’appartenance à un collège tend à être défini. Les personnages étudiés dans ce chapitre ont favorisé l’assimilation partielle des collèges à des ordines. Les profils individuels qu’ils présentent à la prospérité, permettent de mieux saisir la nature des communautés associatives auxquelles ils ont appartenu. Il s’agit le plus souvent de collèges professionnels. Pour les collegiati, la participation à la vie collégiale et à la vie civique exige d’investir une partie de son temps et de son patrimoine dans un cadre étranger à la pratique d’un métier ou aux affaires. Les collegiati les plus éminents semblent avoir adopté, encore plus que les collegiati ordinaires, le mode de vie d’une élite dont la fortune donnait la possibilité et l’honneur de servir la collectivité. Sur sa pierre tombale, dès la première ligne de son épitaphe, Ti. Claudius Nicostratus, seuir Augustalis et quinquennalis perpetuus du collegium fabrum de Préneste, est défini comme «  uenandi studiosus »81. Ce goût affiché de la chasse n’a-t-il pas quelque rapport avec la vie d’agrément à laquelle le collège donne accès, et avec le mode de vie de notable que suppose l’exercice de responsabilités municipales ?

LES BIENFAITS CIVIQUES DES COLLEGIATI

  • 82 CIL, XI, 3938 (D., 6589), Lucus Feroniae.

M(arco) Silio Epaphrodito, / patrono seuirum Aug(ustalium), / magistro iuuenum iterum, / iuuenes Lucoferonenses, / patrono ob merita, / quod amphithe[a]tru[m] col(onia) Iul(ia) Felici / Lucofer(onensi) s(ua) p(ecunia) f(ecit) dedicauitque, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ; / h(onore) c(ontentus) (impensam) r(emisit)82.

35Faisant exception parmi les dignitaires d’associations de jeunesse de l’Occident romain, M. Silius Epaphroditus était sans doute un affranchi ou, peut-être, un fils d’affranchi. Son profil, en tout cas, paraît assez proche de celui des membres les plus éminents des collèges professionnels. L’homme fait montre de sa grande richesse, par une évergésie spectaculaire : il fait construire l’amphithéâtre de Lucus Feroniae. Protecteur de groupes civiques en qualité de patron des seuiri Augustales et des iuuenes, Epaphroditus finance un bâtiment qui doit donner à la cité l’occasion de se réunir et d’éprouver par l’agrément le sentiment de sa cohésion.

  • 83 AE, 1988, 212, Ostie.

36«  Ob plurima eius beneficia in rem publica(m) suam conlata », lit-on par ailleurs, sur un fragment épigraphique provenant d’Ostie83. Le corpus des mesureurs de blé du port de Rome a fait graver ces mots sur une base de statue érigée en l’honneur d’un quinquennalis et patronus. Sans doute s’agit-il de C. Granius Maturus, ce grand personnage qui a eu la particularité rare d’avoir été à la fois décurion de sa cité et dirigeant d’une association. Certes, son profil et son évergétisme sont assez exceptionnels, comparés aux comportements et à la condition sociale de la masse des collegiati. L’homme, pourtant, semble animé de sentiments partagés par l’ensemble des membres d’associations privées d’Ostie, d’Italie et d’Occident. L’emploi du possessif «  sua » peut sans doute être considéré comme une manière de souligner l’attachement de l’évergète à sa res publica. Les actes de celui-ci sont la résultante d’un patriotisme civique, d’une démarche visant à se conformer aux normes requises du patriotisme civique. Or, ce sentiment semble partagé par tous les autres collegiati qui, ne disposant pas du même niveau de richesse, l’expriment par d’autres moyens. L’adhésion à un collège vaut adhésion à une cité, dont le Trésor s’enrichit des libéralités des notables et de ceux qui se conduisent comme eux. Quelles sont donc les convergences structurelles entre l’évergétisme et le collège, entre l’attitude de quelques collegiati et les aspirations de l’ensemble d’entre eux ? L’évergétisme de quelques collegiati à l’égard des cités contribue, comme les collèges eux-mêmes, à la construction du lien civique et de la distance sociale.

La nature des donations faites par des collegiati

37Donner directement à la cité ou à l’ ordo Augustalium de celle-ci ne concerne qu’une très faible minorité de collegiati qui évoluent le plus souvent dans un contexte urbain ou associatif très spécifique. La ville d’Ostie, à l’époque de son plus grand développement portuaire, tient une place prépondérante dans le recrutement de ces personnages. Leur évergétisme semble traduire des bouleversements sociaux, l’ascension d’hommes issus du commerce, induits par un environnement économique très particulier. C’est sous l’angle de la singularité qu’ils doivent être regardés.

L’ÉVERGÉTISME DES MEMBRES DE COLLÈGES PROFESSIONNELS

L’ÉVERGÉTISME DES MEMBRES DE COLLÈGES PROFESSIONNELS
  • 84 CIL, XIV, 4140.
  • 85 AE, 1988, 204.
  • 86 CIL, XIV, 4562.
  • 87 CIL, XIV, 353 (D., 6148) : «  Fabio Hermog[eni], / equo publ(ico), scribae aedil(ium) [cur(ulium)] (...)

38On peut rapprocher ces évergètes de Q. Aeronius Antiochus84 et d’A. Egrilius Hilarus85, deux collegiati mentionnés sur une liste des Augustales d’Ostie86. Sur ce document, les lettres «  DD », qui suivent les noms d’Antiochus et d’Hilarus, sont développées en «  d(ono) d(ato) ». Par ce biais, allusion serait faite au versement d’une somme honoraire. Si ce développement était exact, les deux Augustales seraient présentés, ès qualités, dans une attitude consistant à consacrer une partie de leur fortune à la vie civique. Ainsi, l’appartenance à un collège ne motive pas, à elle seule, l’évergétisme de l’ensemble de bienfaiteurs répertorié. Le bienfait de L. Fabius Eutychus prolonge la relation évergétique qui unissait son fils Hermogenes à la colonie d’Ostie87. Devenu flamine du divin Hadrien, ce fils avait été le premier à financer l’ensemble des jeux scéniques que son sacerdoce lui imposait de donner. Regrettant le décès prématuré de ce bienfaiteur, l’ordre des décurions d’Ostie fait célébrer des funérailles publiques, «  ob amorem » et «  in solacium Fabi, patris ». C’est pour les remercier de cette attention qu’Eutychus se montre si généreux.

  • 88 CIL, XIII, 1805 : «  Curante Fuluio / Aemiliano, c(larissimo) u(iro), / loca quae Iulius Ianu/ariu (...)

39Cependant, le caractère d’exception de ces personnages et de leurs attitudes n’est pas absolu. L’évergétisme envers la cité n’est pas sans lien avec l’évergétisme déployé par des collegiati, beaucoup plus nombreux, au profit de leur petite communauté associative. La distinction entre les deux types de donations peut être regardée comme une différence de degré, pour partie tout du moins. En outre, c’est en tant que corps que certains collegiati faisaient acte de générosité à l’égard de leur cité. Ainsi, à la fin du iie siècle, les centonarii de Lyon prennent à leur charge la restauration de 500 places du cirque de la ville88. Leur geste n’est pas sans rappeler la libéralité individuelle d’un M. Silius Epaphroditus. Il correspond au geste d’une collectivité œuvrant de manière originale à la cohésion d’une communauté civique qui s’assemblait pour assister aux spectacles.

Le collegiatus, la libéralité et la construction du lien civique

  • 89 P. Veyne, Pain, p. 94-103, notamment ; F. Dupont, Le citoyen romain sous la République. 509-27 av. (...)
  • 90 CIL, XIV, 8 (D., 6154) : «  Genio coloniae / Ostiensium, / M(arcus) Cornelius / Epagathus, curat(o (...)

40Les bienfaits des collegiati mettent en évidence un rapport à la richesse lié à un trait romain essentiel : l’opulence ne peut-être respectable que mise au service de la communauté89. Les richesses sont contraignantes. Elles imposent le devoir de contribuer par ses biens à la cohésion civique, l’obligation de s’impliquer activement dans la création du lien social. Le Genius coloniae, à qui M. Cornelius Epagathus dédie un petit autel, exprime sur le plan religieux le lien, la cohésion, qui réunit les Ostienses90. Les festivités organisées lors des dédicaces ou les cérémonies in memoriam matérialisent de tels liens. Les distributions de sportules, au premier chef, font apparaître la relation étroite entre le don et la cohésion civique, en mettant en scène les habitants d’une cité rassemblés pour recevoir. M. Cornelius Epagathus offre un denier à chaque personne assistant à la dédicace de son autel. Ainsi, l’évergétisme et le collège se trouvent associés non seulement à travers la personnalité de certains donateurs, mais aussi par des similitudes propres à leur fonction sociale. Tous deux favorisent les relations sociales, la vie en société, sur lesquelles le lien civique est fondé. Ils s’insèrent dans un code moral qui pousse le citoyen à s’investir dans la vie de la communauté.

  • 91 Apul., M., I, 21, 5-7 : «  Inibi iste Milo deuersatur ampliter nummatus et longe opulentus, uerum (...)
  • 92 Ibid., IV, 9, 4-5 : «  Vix enim Thebas heptapylos accessimus : quod est huic disciplinae primarium (...)

41La figure littéraire de l’avare est un contre-modèle qui fait apparaître, en creux, le système de valeurs propres aux habitants des cités de l’époque impériale en général, et aux collegiati en particulier. Ecrit à une époque où les collèges ont pris leur plein essor en tant qu’organes des citoyennetés municipales, le roman d’Apulée fournit l’exemple de déviances induites par l’attachement immodéré et malséant aux richesses. Un premier manieur d’argent a construit sa mauvaise réputation, de lui-même, en prenant les traits de l’indigence91. Le très grand collegiatus, le donateur au premier chef, cultive sa fama en cherchant à convaincre de sa grandeur d’âme, et en affichant sa richesse de manière ostentatoire. Le banquier Chryseros, une autre figure des Métamorphoses, porte si bien son nom qu’il se tient écarté de la vie publique pour mieux jouir, croit-il, de ses biens. Il se prive en fait de l’honneur du service rendu à la communauté92. La norme sociale exige pourtant du riche qu’il endosse – le cas échéant, au terme d’une compétition menée avec ses pairs – des charges civiques dont le caractère onéreux représente un gage de patriotisme. Chryseros refuse de servir, quand les collegiati de haut rang, évoqués pour leur évergétisme, adoptent un comportement élitiste qui consiste, notamment, à exprimer leur attachement vis-à-vis de leur communauté civique.

42Or, plusieurs de ces hommes sont très probablement écartés des magistratures et du conseil des décurions de leur cité en raison de leur statut juridique. Il en est ainsi pour M. Cornelius Epagathus et de M. Licinius Privatus. Le premier cumule l’augustalité et le port d’un surnom grec. Le second a reçu les ornements décurionaux et témoigne d’une richesse et d’un prestige qui, s’il avait été ingénu, lui auraient sûrement donné accès à l’ ordo decurionum d’Ostie. Attribut traditionnel des notables, le statut de bienfaiteur peut jouer, par rapport aux magistratures municipales, le rôle d’un substitut ; de la même façon que les titres reçus dans le collège compensent parfois l’impossibilité de faire carrière au sein du gouvernement civique. L’évergétisme et le collège permettent de prendre place dans la cité.

  • 93 P. Veyne, Pain, p. 137-140.

43« La pensée de l’entrepreneur pas plus que celle de l’évergète n’est monolithique », « l’homme ne pense jamais à une seule chose »93. Par ces mots, Paul Veyne avance l’idée selon laquelle une grande partie des préoccupations mentales des évergètes échappe à l’historien. Les hommages rendus par les cités à leurs bienfaiteurs, les sources épigraphiques en général, laissent dans l’ombre des éléments essentiels de la vie des notables, leur rapport à l’économie notamment. Ces mêmes citations peuvent s’appliquer aux hommes d’affaires qui se comportent de manière à ne pas être réduits à l’activité économique qui a assuré leur fortune. Les grands négociants, dignitaires de collèges professionnels et bienfaiteurs de leur cité, pensent non seulement à leurs affaires, mais aussi et surtout au renom éminent que leurs actes de citoyens peuvent leur valoir. La documentation dont disposent les modernes fausse en partie le regard porté sur ces individus. Les bases inscrites des statues dressées en leur honneur ont traversé les siècles, à l’inverse de leurs livres de comptes. La nature et le contenu des sources épigraphiques éclairent une attirance vers la vie publique qui correspond à une facette essentielle de l’identité de ces individus. Cette facette n’était pas exclusive, et l’identité des collegiati n’était pas monolithique. Toutefois, la prédominance du fait civique dans le profil apparent de nos personnages ne doit rien aux hasards de la conservation des sources. Evergètes, ces collegiati ont choisi de se présenter à la postérité sous un jour qui résulte d’un primat accordé à la composante civique de leur identité sociale.

La construction civique de la distance sociale

  • 94 Ibid., p. 232.

44« L’évergétisme est l’expression d’une supériorité politique : la cité est divisée entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent »94. Cette réflexion de P. Veyne permet de comprendre les motivations des collegiati qui cèdent une partie de leurs biens à la cité ; mais elle ne doit pas laisser dans l’ombre un autre pan des conduites de don dans la société du Haut-Empire. L’attitude de nos personnages en procède aussi. Les grands hommes d’affaires, reconnus par leur rang dans les collèges, visent tout d’abord à se rapprocher des Grands dont ils adoptent les comportements évergétiques. Ainsi, des quasi notables peuvent s’insérer dans la hiérarchie des donateurs. Cette hiérarchie de la libéralité correspond à l’une des multiples échelles de positionnement dans la société qui, se recoupant en partie sans se confondre pour autant, confèrent à l’Occident romain sa complexité sociologique. Dans la hiérarchie des évergètes d’Ostie, M. Licinius Privatus et L. Fabius Eutychus devaient se placer au niveau immédiatement inférieur à celui des grands notables. Ces personnages de petite origine avaient atteint les portes de l’aristocratie municipale par l’acquisition spectaculaire d’une richesse affichée aux yeux de tous, dans un cadre civique. Les 50 000 sesterces que L. Fabius Eutychus verse dans la caisse d’Ostie doivent financer, lors du dies natalis de son fils, dans le temple de Rome et d’Auguste, une distribution annuelle de sportules. Or, les bénéficiaires de ces sportules sont les appariteurs, dont Eutychus faisait partie, mais surtout les décurions. En se pliant à ce rituel de don, ceux-ci tendent à reconnaître à Eutychus une dignité sociale au moins équivalente à la leur.

  • 95 J. Andreau, Vie, p. 217 ; Id., Fondations, p. 157-209.
  • 96 Mart., 3, 16 ; Mart., 3, 59.

45Les gestes de ces personnages se situent, en outre, dans le prolongement des dons effectués par ce que J. Andreau nomme la « plèbe urbaine évergétique »95. Celle-ci peut se manifester par des fondations funéraires, parfois très modestes, accordées aux communautés inférieures aux cités, ou encore par des dons faits aux collèges sans qu’il s’agisse de fondation. Quelle que soit la modestie des sommes en jeu, l’humilité parfois très relative n’exclut pas la volonté d’ostentation. Un don est un don, affiché aux yeux de ses contemporains et de la postérité, par l’épigraphie. Sur un autre registre, Martial raille des hommes de métier payant des jeux de gladiateurs de leurs deniers96. Stigmatisant l’outrance, Martial utilise une métaphore déjà présente dans les vers autobiographiques d’Horace. Sous la plume des deux écrivains, la peau symbolise l’être social tel qu’il résulte de l’ensemble des règles s’imposant à un homme en fonction de sa condition. Le savetier et le foulon des Épigrammes sont jugés inconvenants : leur libéralité est disproportionnée. Ils sont sortis de « leur peau », en jouant à être ce qu’ils ne sont pas. Néanmoins, ces personnages, et les collegiati avec eux, contribuent à montrer à quel point le désir de recueillir les bénéfices sociaux du don était partagé, aux différents niveaux de la société romaine. Ces bénéfices prenaient la forme d’une distance sociale acquise vis-à-vis des simples plébéiens.

46La distance sociale issue de l’évergétisme se fonde sur des honneurs octroyés au donateur, pour le remercier de sa générosité. Les relations entre bienfaiteurs et bénéficiaires sont des relations suivies, faites d’une succession d’événements. Les beneficia de C. Granius Maturus sont qualifiés de «  plurima ». Le singulier, d’ailleurs, n’est pas de mise quand il s’agit d’évoquer un bienfaiteur méritant. Les monuments en l’honneur de M. Licinius Privatus et de L. Pacatius Tyrannus sont aussi élevés «  ob merita ». Le donateur exprime une supériorité sociale autant qu’il la construit, l’entretient et suscite la reconnaissance de celle-ci. Or, dans leurs associations, nombre de collegiati se comportent de façon voisine. Par les marques de reconnaissance qu’ils reçoivent, ils ont à cœur de bâtir une image valorisante d’eux-mêmes qui les distingue de leurs contemporains. Présent à des niveaux très divers du corps social, ce désir de distinction, que l’épigraphie contribue à assouvir, donne toute sa finesse à la hiérarchie de la société du Haut-Empire.

47Ainsi, la vie des cités de l’Occident romain laisse percevoir une sorte de continuum social du don. Les collegiati, par la diversité qui leur est propre, notamment, contribuent à lier entre elles les différentes composantes du large éventail des donateurs. Par l’évergétisme, les éminents collegiati étudiés dans ce chapitre ont cherché à bâtir, puis à affirmer, un rang social défini à l’aune de leur participation à la vie collective. Or, les collèges fournissent à l’ensemble de leurs membres une place sociale valorisante qui tend à se confondre avec un statut civique. En définitive, l’évergétisme et le collège mettent tous deux en évidence des univers sociaux dominés par le politique, et des univers politiques organisés pour susciter le sentiment de la supériorité sociale, fut-elle relative. Les collegiati prennent place dans les cités et leurs hiérarchies.

Notes

1 Petr., 30, 1-2. « Le temps me manquait pour contempler toutes ces richesses. Nous étions déjà parvenus jusqu’au triclinium. Là, dans l’antichambre, un intendant recevait des comptes. Mais ce qui m’étonna plus que tout le reste, c’étaient, fixés aux jambages de la porte, des faisceaux avec des haches, dont l’extrémité inférieure se terminait par une sorte d’éperon de navire en bronze, avec cette inscription : ‘à C. Pompeius Trimalcion, sévir augustal, Cinnamus son trésorier’ » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

2 P. Veyne, Pain, p. 20, 197, 243.

3 CIL, II, 1944 (D., 6914) : «  Neptuno Aug(usto) / sacrum, / L(ucius) Iunius Puteolanus, / (se)uir Augustalis / in municipio Suelitano / d(ecreto) d(ecurionum), primus et perpetuus, / omnibus honoribus quos / libertini gerere potuerunt / honoratus, epulo dato, d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit) d(edicauitque) ».

4 CIL, XIV, 3003 (D., 6265) : «  M(arcus) Scurreius Fontinalis, / sacerdos Fortunae Primig(eniae) lectus ex s(enatus) c(onsulto), / (se)uir Aug(ustalis), cur(ator) seuir(orum), quinq(uennalis) perp(etuus) datus ab / imp(eratore) Hadriano Au-g(usto), collegio fabr(um) tign(uariorum) / cum Scurreio Vestale filio sua pecunia fecit, / loc(o) dat(o) d(ecreto) d(ecurionum) ».

5 CIL, I2, 1450, 1455.

6 Cf. infra p. 303-304.

7 CIL, X, 3699 (D., 4174) : «  Ex s(enatus) c(onsulto) dendrophori creati qui sunt / sub cura (quindecim)uir(orum) s(acris) f(aciundis), cc(larissimorum) uu(irorum), / patron(us ?), L(ucius) Ampius Stephanus sac(erdos) m(atris) [d(eum)], q(uin)q(uennalis), / dend(rophoris) dedicationi huius panem uinum / et sportulas dedit » [suit l’album du collège]. Th. Mommsen, CIL, X, p. 1162, considère L. Ampius Stephanus comme le patron(us) du collège. Toutefois, il paraît possible de proposer aussi le développement patron(orum), et ainsi d’attribuer le titre de parton aux quindecemuiri : cette hypothèse s’accorde mieux, semble-t-il avec la position de « PATRON » dans l’inscription.

8 CIL, X, 3698 (D., 4175) : l’inscription, datée de 289, fait référence à la désignation par décret des décurions d’un sacerdos Matris deum, après la mort de celui qui occupait cette place auparavant.

9 CIL, XII, 1005 : «  [D(is) M(anibus) et / me]mori(a)e aeterna[e] / Aebuti Agathon[is, / (se)]uiro Aug(ustali) corp(orato) [col(oniae) Iul(iae) / Pat]ern(ae) Arel(atensis), curat(ori) eius/[de]m corp(oris) bis, item (se)/[ui]ro col(oniae) Iuliae Aptae, nau/[t]ae Ararico, curatori / peculi r(ei) p(ublicae) Glanico(rum), qui / uixit annos LXX, / Aebutia Eutychia, patro/no erga se pientissimo ».

10 E. De Ruggiero (éd.), Dizionario, II, 2, p. 1338-1339, s.v. «  curator ».

11 F. Jacques, Privilège, p. 657 ; M. Christol, La municipalisation de la Gaule narbonnaise, in M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, municipes, colonies : les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Paris, 1999, p. 24 ; M. Christol, M. Janon, Le statut de Glanum à l’époque romaine, RAN, 33, 2000, p. 47-54.

12 CIL, XIV, 374, Ostie ; AE, 1974, 123 bis ; CIL, XI, 6358, Pisaurum ; AE, 1900, 203 et AE, 1909, 81, Nîmes. Cf. J. M. Serrano Delgado, Consideraciones sociales acerca de los ornamenta municipales con especial referencia a los libertos, in Splendissima Civitas. Étude d’histoire romaine en hommage à F. Jacques, Paris, 1996, p. 259-271.

13 CIL, XIII, 1954 (D., 7030).

14 J. Kolendo, La répartition des places aux spectacles et la stratification sociale dans l’Empire romain, Ktèma, 6, 1981, p. 301-315 ; O. van Nijf, Civic, p. 209-240.

15 R. Duthoy, Notes onomastiques sur les Augustales : cognomina et indications de statut, AC, 39, 1970, p. 88-105 ; Id., Fonction, p 134-154 ; Id., Recherches sur la répartition géographique et chronologique des termes sevir Augustalis, Augustalis et sevir dans l’Empire romain, Epigr. Stud., 11, 1976, p. 143-214 ; Id., Augustales, p. 1254-1309 ; A. Abramenko, Mittelschicht ; Id., Organisation, p. 13-37.

16 Voir, à titre d’exemple, CIL, XII, 4416 (Narbonne) ou encore EE, VIII, 121 (Teate Marrucinorum) : cf. R. Duthoy, Augustales, p. 1268.

17 N. Purcell, Apparitores, p. 125-183 ; B. Cohen, Apparitorial, p. 23-60.

18 CIL, II, 5439.

19 AE, 1986, 332, r. 73.

20 R. Meiggs, Ostia, p. 181-182.

21 Il semble possible, cependant, que ce personnage ait été appariteur à Rome, et non à Ostie.

22 CIL, XIV, 409 (D., 6146).

23 R. Duthoy, Fonction, p. 134-154 ; N. Purcell, Apparitores, p. 136 ; F. Tassaux, Sévirat et promotion sociale en Italie nord-orientale, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 373-415 ; C. Delplace, « Culte impérial » et élites municipales du Picenum et de l’ ager Gallicus, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre continuité et rupture. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 417430 ; M. Silvestrini, L’ascesa sociale delle famiglie degli augustali, in M. Cébeillac – Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 431-455.

24 Nous suivons l’analyse de M. Christol, Nîmes, p. 125-131, qui considère que les inscriptions AE, 1900, 203 et AE, 1909, 81 se rapportent au même individu ; AE, 1900, 203 : « – –– ] / [seuiro Aug(ustali) col(onia) Copia] Claudia Lugduno, [item col(onia)] Nem(auso), item decurion[i orna]/mentario col(onia) eius[d(em), cura]tori negotiator[um uina]/riorum et seuiro[rum Lug]/duno consisten[tium], / uiuus posui[t]. » AE, 1909, 81 : «  – – – decur(ioni)] / ornament[ar(io) col(onia) Aug(usta)] / Nem(auso), curatori ne[gotiato]/rum uinarioru[m qui] / Lugduni in can[abis] / consistunt, praef(ecto ?) [eorum], / Elpidepho[rus posuit]. » Voir, en outre les Augustales mentionnés par AE, 1974, 123 bis ; et CIL, XI, 6358 (D., 6654).

25 CIL, XIV, 374 (D., 6165).

26 CIL, IV, 117 : «  Cuspium Pansam, aed(ilem), Fabius Eupor, princeps libertinorum. »

27 CIL, XIV, 374 (D., 6165) ; AE, 1974, 123 bis.

28 CIL, VI, 1925 (D., 1919) : «  Tutic(ius ?) Hylas hic positus ; / qui fuit margarit(arius), / hic habuit dec(uriam) uiat(oriam) consu/larem et colleg(ii) den[d]r(ophororum) / Roman(orum) q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus) fuit, / qui reliquit collegio s(upra) s(cripto) / (sestertium) decem mil(ia) n(ummum), uti ex usuris / eius omnibus annis parentet / ei hoc loco, aut si non factum / fuerit, ante Terminal(ia) inferet / aerario p(opuli) R(omani) decem m(ilia) n(ummum) ».

29 CIL, XIV, 4642 : «  C(aio) Domitio L(uci) fil(io) Pal(atina) F[abio] / Hermogeni, / e[quiti] Romano, scribae aedil(ium) curul(ium), dec(urioni) adle[ct(o)], / fl[am(ini) diui H]ad[ria]ni in cuius sacerdotio solus ac primus lud[os / scaenic]os sua p[e]cunia fecit, aedili ; hunc splendissimus ordo decur[ion(um) / fun(ere) publ]ico hon[o]rauit, eique statuam equestrem subscriptione, ob amor[em et /industr]iam o[mne]m, in foro ponendam pecunia publica decre[u]it ; / [in l]oc[um e]ius [ae]dil(em) substituendum non putauit, in solacium Fab[i, pa]tris, / [qu]i ob honores [ei h]a[bi]t[o]s HS L m(ilia) n(ummum) rei publicae dedit, ex quorum usuris quincun[ci]bus / [qu]od annis (ante diem) XIII K[al(endas)] Aug(ustas), die natalie eius, decurionib(us) (denarii) DL praesentibus in foro ante [statuas / diui]dantur, dec[u]rialibus scribis ceraris (denarii) XXXVII s(emis), libraris (denarii) XII s(emis), item lictoribus (denarii) [XXV] ; / L(ucius) Fabius Sp(urii) f(ilius) Eutychus, lictor curiatius, scrib[a c]er[arius] / et librarius, q(uin)q(ennalis) collegi(i) fabr(orum) tignuar(ium) Ostiens(ium), et Artoria eius, par[entes] » [« À Caius Domitius Fabius Hermogenes, fils de Lucius, chevalier romain, scribe des édiles curules, adlecté parmi les décurions, flamine du divin Hadrien, sacerdoce pendant lequel il fut le seul et le premier à donner des jeux scéniques à ses frais, édile ; le très splendide ordre des décurions l’a honoré par des funérailles publiques et a décidé de lui ériger à frais publics, sur le forum, une statue équestre avec une inscription pour célébrer son amour et tout son zèle. (L’ordre) n’a pas estimé qu’il devait nommer un édile à sa place, pour consoler son père, Fabius. Celui-ci, pour les honneurs reçus, a donné à la cité 50 000 sesterces dont les intérêts à 5 % seront distribués chaque année, le treizième jour avant les calendes d’août, le jour de son anniversaire, 550 deniers aux décurions présents, ainsi que 37 deniers et demi aux scribes cerarii, 12 deniers et demi aux [scribes] librarii, et 25 deniers aux licteurs. Lucius Fabius Eutychus, fils de Spurius, licteur curiatius, scribe cerarius et librarius, quinquennal du collège des charpentiers d’Ostie et Artoria, son épouse, ses parents »].

30 «  Sp(urii) f(ilius) », L. Fabius Eutychus est de naissance illégitime. Et, portant un cognomen grec, il est possible qu’il soit l’enfant naturel d’un esclave et d’une femme nommée Fabia. L’ensemble des collegiati qui ont assumé des fonctions d’appariteurs à Ostie semblent, à des degrés divers, issus du monde servile. Comme nous l’avons vu, M. Licinius Privatus était certainement un affranchi. L. Antonius Epitynchanus, sevir Augustalis portant un cognomen grec, avait très probablement le même statut juridique. En revanche, A. Egrilius A. f. Secundus Threptianus se présente comme un ingénu : sans doute est-il le petit-fils d’un enfant trouvé ( threptus), si l’on admet que A. Egrilius Threptianus ( CIL, XIV, 348) était sont père. Néanmoins, son second surnom et le fait qu’A. Egrilius Ision soit le dédicant de son épitaphe, indique peut être que Threptianus était le fils ou le petit-fils d’un affranchi. Cf. CIL, XIV, 347 (D., 6150).

31 CIL, VI, 32294 (D., 1911) : «  [L. Abuc]cius Asclas, lictor (trium) [decuriar]um qui Caesari et / [magist]ratibus apparent, uiat[or – – – s]exuiralis qui a[d iu]dicia / [centumu]iralia praesunt, gerul[– – –]ndi, quinquennalis / [collegi sc]abillariorum perpe[tuus], [– – –]ia seniorum immunis, / [fecit – – –Abuc]cio Primo et Abu[ccio – – –]umis et Abucciae / [– – –] libertae et e[– – –] et sibi et / [– – –] l(iberto) Cleantho [– – –]ibus decurias / [– – –] qui Caesar[i et magistratib(us) apparent et c]eteris libertis / [libertabusque] meis, libert[is libertabus posterisque] eorum ».

32 S. Panciera, Olearii, p. 241-243 ; M. G. Granino Cecere, Diffusor, p. 705-719.

33 AE, 1980, 98.

34 CIL, VI, 29722 (D., 7490).

35 CIL, VI, 1892 (D., 1915) : «  M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) Pamphilus, lictor curia[t(us) / a] sacris publiciis p(opuli) R(omani) / Quiritium, uiator qui co(n)s(ulibus) et pr(aetoribus) apparet, decurio conlegi fabrum ferrarium ; / Sutoria M(arci) l(iberta) / Thais, mater / Phamphili ; / M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) Barnaes, conlib(ertus) Pamphili uiator(is) / qui co(n)s(ulibus) et pr(aetoribus) apparet ; / C(aius) Claudius M(arci) l(ibertus) Posidonius, / amicus Pamphili ; / Sutoria M(arci) l(iberta) Psycharium / liberta et deliciae Pamphili ; / Sutoria M(arci) l(iberta) Chelido, / conlib(erta) et coni(ux) Pamphili ; / Sutoria M(arci) l(iberta), / liberta Pamphili ; / M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) Rufio, / libertus Pamphili ; / M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) [– – –], lib(ertus) Pamphili ; / M(arcus) Sutorius M(arci) l(ibertus) Fortunatus, l(ibertus) Pamphili ; / Sutoria M(arci) l(iberta), lib[erta Pamphili] ».

36 M. Primius Secundianus, seuir Augustalis lyonnais et fils de M. Primius Secundus est un ingénu : cf. CIL, XIII, 1966 et 1967.

37 CIL, V, 5310, M. Virius Virianus ; CIL, V, 5447 (D., 7253), T. Tadius Catianus ; cf. A. Abramenko, Mittelschicht, p. 44-52.

38 CIL, XI, 6231, Fanum Fortunae, T. Flavius Eutyches ; CIL, XIV, 2809 (D., 6219), Gabii, M. Iulius Zoticus.

39 Ibid., p. 58-61 notamment.

40 CIL, XIV, 418 = ILMN, 565, Ostie ; CIL, V, 3439, Vérone ; CIL, XIV, 297 = ILMN, 564, Ostie.

41 AE, 1988, 204, Ostie.

42 CIL, XIV, 2981, Préneste : «  Venandi studioso, / Ti(berio) Claudio Nicostrato, / (se)uir(o) Aug(ustali), quinq(uennali) perpetuo / colleg(ii) fabr(um) Praenestinor(um), / Annaeia Procilla, co(n)iux, et / Claudii Nicephorianus, / Proculus et Anneianus / fil(ii) ».

43 AE, 1988, 178, Ostie : «  D(is) [M(anibus)], / Q(uintus) Aqu[ilius – – –] O[– – –] / seuir Aug(ustalis) idem q(uin)[q(uennalis), cu]r(ator) corpor[is] nauicu[lar(iorum) maris Hadriat(ici)], / et Nonia M(arci) f(ilia) Faustina, ma[ter], / Q(uinto) Aquilio Dionysio, fil[io – – –] / qui uixit annis VII[– – –], / liber(tis) libertabusque poster[isque eorum] ; / quod est in fronte p(edes) XX[– – –] ; / cui monumento adh(a)eret adparatorium c[um – – – ».

44 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).

45 CIL, XI, 6358 (D., 6654) : «  L(ucio) Apuleio / Brasidae, / habenti (quattuor) lib(erorum) ius / dat(um) ab imp(eratore) [[M(arco) / Aurel(io)]] Aug(usto), / (se)uir(o) / Aug(ustali), ornament(is) decurional(ibus) honor(ato), / et Aug(ustali) mun(icipii) Ael(ii) Karn(unti), / colleg(ium) fabr(um) / patrono et quinq(uennali), / ob eximiam eius erga / se liberalitatem, / cuius dedicatione cum / collega singulis (sestertios) n(ummos) (quinquaginta), / adiecto pane et uin(o) ded(it), / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ».

46 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

47 CIL, XI, 6231 : «  D(is) M(anibus), / T(ito) Flauio Eutiche/ti, seu(iro) Aug(ustali), colle(giato ?) f(abrum) F(anestrium) / idem cent(onario), colle(giato ?) d/endro(phoro), posuer(unt) / (T(itus) Flauius Verus, pa/tri, et Flauia Nea / b(ene) m(erenti) ».

48 AE, 1989, 124.

49 AE, 1987, 196.

50 AE, 1900, 203 et AE, 1909, 81 ; M. Christol, Nîmes, p. 125-133.

51 CIL, XII, 982 (D., 6986) : «  [D(is)] Manibus / M(arci) Frontoni Eupori, / (se)uir(i) Aug(ustalis) col(onia) Iulia / Aug(usta) Aquis Sextis, nauicular(ii) / mar(ini) Arel(atensis), curat(oris) eiusd(em) corp(oris), / patrono nautar(um) Druen/ticorum et utriclarior(um) / corp(oris) Ernaginens(i)um, Iulia Nice, uxor, / coniugi carissimo ».

52 S. Diebner, Aesernia – Venafrum. Untersuchungen zu den römischen Steindenkmälern zweien Landstädte Mittelitaliens, Rome, 1979, p. 159, no 51.

53 CIL, XII, 526 : «  D(is) M(anibus) / C(ai) Val[g]i / Victorini, / (se)uir(i) Aug(ustalis) / item / ex numero / colle(gii) centon(ariorum), / Iulia Marcina, / co(n)iugi / piissimo ».

54 CIL, XII, 704 : «  D(is) M(anibus), L(ucio) Secundio / Eleuthero, / nauicular(io) Arel(atensi) / item (se)uir(o) Aug(ustali) / corpor(ato) c(oloniae) I(uliae) P(aternae) A(relatensis), / Secundia / Tatiana< e> , fil(ia), / patri pientissim(o) ».

55 CIL, XII, 1898.

56 CIL, XIII, 1751 (D., 4131) : «  Taurobolio(m) matris d(eum) m(agnae) Id(aeae) quod factum est ex imperio matris / deum, / pro salute imperatoris [C]aes(aris) T(iti) Aeli / Hadriani Antonini Aug(usti) Pii p(atris) p(atriae), / liberorumque eius / et status coloniae Lugudun(ensis) ; / L(ucius) Aemilius Carpus, (se)uir Aug(ustalis) item / dendrophorus, / uires excepit et a Vaticano trans/tulit, ara(m) et bucranium suo inpendio consacrauit, / sacerdote / Q(uinto) Sammio Secundo ab (quindecim)uiris, / occabo et corona exornato, / cui sanctissimus ordo Lugudunens(is) / perpetuitatem sacerdoti decreuit, / App(io) Annio Atilio Bradua, T(ito) Clod(io) Vibio / Varo, co(n)s(ulibus), / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum), / cuius mesonyctium / factum est (ante diem) V Id(us) Dec(embres) » a. 160.

57 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

58 J. Andreau, Affranchi, p. 224 ; CIL, I2, 1004 = X, 6488 (D., 1924) : «  Clesipus Geganius, / mag(ister) capi[t(olinus)], mag(ister) Lupercorum, uiat(or) tr(ibunicius) ». Plin., NH, XXXIV, 11-12 : «  Accessio candelabri talis fuit Theonis iussu praeconis Clesippus fullo gibber et praeterea et alio foedus aspectu, emente id Gegania HS L. Eadem ostentante in conuiuio emptum, ludibrii causa nudatus atque inpudentia libidinis receptus in torum, mox in testamentum, praediues numinum uice illud candelabrum coluit et hanc Corinthiis fabulam adiecit, uindicatis tamen moribus nobili sepulcro per quod aeterna supra terras Geganiae dedecoris memoria dudaret » [« Dans la vente d’un de ces candélabres, le crieur public Théon adjugea par-dessus le marché le foulon Clesippus, un bossu qui, outre son infirmité, était d’aspect repoussant. Gegagnia l’acheta cinquante mille sesterces. Elle fit parade, à table, de son emplette, exposa son esclave nu à la risée des convives, puis, saisie d’un désir éhonté, elle le reçut dans son lit, et bientôt dans son testament. Devenu immensément riche, Clésippus vénéra ce candélabre à l’égal d’une divinité, et ajouta cette anecdote à celles qui courent sur les bronzes de Corinthe. Pourtant, la morale fut sauvée par le magnifique tombeau qu’il a élevé à Gégania et qui devait immortaliser sur la terre le souvenir de sa honte » (trad. H. Le Bonniec, CUF, 1953)].

59 Petr., 71, 12 : « Il pouvait être de toutes les décuries, mais ne le voulut pas » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

60 N. Purcell, Apparitores, p. 134.

61 CIL, XIV, 296 (D., 1916).

62 CIL, XIV, 2522 : «  L(ucius) Sextilius Satyr(us), / lictor curiatius, / fecit sibi et / Sextiliae Agele libert(ae) / uxoriq(ue) suae optimae / et dignissimae feminae / de se bene meritae et / L(ucio) Sextilio Saturnino / filio suo uixit ann(is) / III et mensibus VI, / L(ucio) Sextilio L(uci) f(ilio) Proculo, filio Satyri, uix(it) an(nos) VII » ; se reporter aussi à CIL, XIV, 2521.

63 R. Duthoy, Augustales, p. 1254-1309 ; A. Abramenko, Organisation, p. 13-37.

64 CIL, XII, 1898 ; AE, 1974, 123 bis.

65 AE, 1900, 203 ; AE, 1909, 81.

66 AE, 1988, 204 (Ostie).

67 CIL, XII, 523 = ILN, III, 36.

68 R. Duthoy, Augustales, p. 1266 et 1281. Pour les seuiri Augustales, se reporter à AE, 1957, 34 ; CIL, II, 1944 (D., 6914) ; CIL, V, 4405 (D., 6721) ; AE, 1931, 10 ; CIL, IX, 3959 ; CIL, XI, 1228 et 5757 ; CIL, V, 4480 = Inscr. Brixiae, 794.
Pour les Augustales, voir CIL, V, 827 (D., 3551) = IA, 345 ; CIL, V, 832 (D., 3552) = IA, 336 ; CIL, IX, 1662 ; AE, 1905, 44.

69 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 334.

70 B. Cohen, Apparitorial, p. 38.

71 Ibid., p. 42-44.

72 CIL, VI, 1872 (D., 7266).

73 J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 77, conjecture que la nauigatio scapharum correspond au droit de transporter des hommes et des marchandises sur le Tibre. Toutefois, n’est-il pas plus simple d’envisager que les pêcheurs et plongeurs ont reçu le droit d’exercer leur métier en utilisant des scaphae ?

74 S. E. Ostrow, The Augustales in the Augustan scheme, in K. A. Raaflaub, M. Toher (éd.), Between Republic and Empire, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1990, p. 370 ; O. Van Nijf, Civic, p. 245 : « a hierarchical conception of society within which identity was derived from membership of a status group constructed along the lines of a Roman ordo ».

75 CIL, VI, 31740 ; CIL, XIV, 409 (D., 6146).

76 CIL, VI, 1946 (D., 1936) : «  Hoc monimentum / apparitorum, praeconum, / aedilium ueterum / uicarium est / et posterisque eorum ».

77 CIL, VI, 1948 : «  Q(uintus) Haterius Q(uinti) l(ibertus) / Olympicus, appar(itor) / aedil(ium), permissu collecar(um), / Hateriae Q(uinti) l(ibertae) Successae, / coniugi piissimae, u(ixit) a(nnis) XX ; / fecit et sibi ollas duas ».

78 CIL, VI, 1942 (D., 1918) : «  Valerius L(ucii) l(ibertus) / Stasimus, mag(ister) / conl(egii) uiatorum ».

79 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 291-304.

80 CIL, VI, 3877 ; J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 200 ; J. Linderski, Der Senat und die Vereine, in M. Andreev, J. Irmscher, E. Polay, W. Warkallo (éd.), Gesellschaft und Recht im griechisch-römischen Altertum, I, Berlin, 1968, p. 119.

81 CIL, XIV, 2981.

82 CIL, XI, 3938 (D., 6589), Lucus Feroniae.

83 AE, 1988, 212, Ostie.

84 CIL, XIV, 4140.

85 AE, 1988, 204.

86 CIL, XIV, 4562.

87 CIL, XIV, 353 (D., 6148) : «  Fabio Hermog[eni], / equo publ(ico), scribae aedil(ium) [cur(ulium)], / dec(urioni) adl(ecto), flam(ini) diui Hadri[ani] / in cuius sacerdotio solus ac p[rimus ludos] / scaenicos sua pecunia fecit [– – –]. / Hunc splendidissimus ordo dec[urionum f(unere) p(ublico)] / honorauit, eique statuam equestre[m cum in]/scriptione, ob amorem et industria[m], / in foro ponendam pecun(iam) publ(icam) decr[euit], / inque locum eius aedil(i) substituendum [– – –] / putauit, in solacium Fabi pat[ris], / qui ob honores ei habitos HS L m(ilia) n(ummum) / dedit, ex quorum usuris quincunci[bus / quot]annis, (ante diem) XIII Ka-l(endas) Aug(ustas), die natali eius, dec[urionibus / si]ngulis (denari) V dentur, et decuri[alibus / ce]raris (denari) XXXVII s(emissem), libraris (denari) [XII s(emissem)], / li[ctor]ibus (denarii) XXV[– – –]. // In aede Romae et Augusti, placu[it] / ordini decurionum, praesente / Fabio patre, uti sportulas, / die natal(i) Hermogenis fili(i) / eius, praesentibus in foro, ante / statuas ipsius, diuidi / stipulatione interposita » [« À Fabius Hermogenes, honoré du cheval public, scribe des édiles curules, agrégé parmi les décurions, flamine du divin Hadrien, qui fut le seul et le premier à donner des jeux scéniques à ses frais [– – –]. Le très splendide ordre des décurions l’a honoré par des funérailles publiques et a décidé de lui ériger à frais publics, sur le forum, une statue équestre avec une inscription célébrant son amour et tout son zèle. L’ordre n’a pas estimé qu’il devait nommer un édile à sa place, pour consoler son père Fabius. Ce dernier, pour les honneurs reçus, a donné à la cité 50 000 sesterces ; grâce aux intérêts à 5 % de cette somme, seront donnés chaque année, le treizième jour avant les calendes d’août, le jour de son anniversaire : cinq deniers à chaque décurion, trente-sept deniers et demie aux scribes cerarii, douze deniers et demie aux scribes librarii, vingt-cinq deniers aux licteurs. Dans le temple de Rome et d’Auguste, en présence de Fabius, son père, l’ordre des décurions a décidé, et stipulé, que des sportules seraient distribuées le jour de l’anniversaire d’Hermogenes, son fils, aux individus présents sur le forum, devant ses statues »].

CIL, XIV, 4642 .

88 CIL, XIII, 1805 : «  Curante Fuluio / Aemiliano, c(larissimo) u(iro), / loca quae Iulius Ianu/arius rei p(ublicae) donauerat, / centonari suo impen/dio restituerunt. » ; cf. CIL, XIII, 1919 (D., 5659) et J.-P. Waltzing, Étude, II, p. 188.

89 P. Veyne, Pain, p. 94-103, notamment ; F. Dupont, Le citoyen romain sous la République. 509-27 av. J.-C., Paris, 1994, p. 63-72.

90 CIL, XIV, 8 (D., 6154) : «  Genio coloniae / Ostiensium, / M(arcus) Cornelius / Epagathus, curat(or) / Augustal(ium), argent(i) p(ondo) X d(onum) d(edit) ; / ob dedicatione(m) eius / uiritim dedit (denarium) I n(ummum), / id(ibus) dec(embris), Stloga et Seuero co(n)s(ulibus) » a. 141.

91 Apul., M., I, 21, 5-7 : «  Inibi iste Milo deuersatur ampliter nummatus et longe opulentus, uerum extremae auaritiae et sordis infimae infamis homo, foenus de-nique copiosum sub arrabone auri et argenti crebriter exercens, exiguo Lare inclusus et aerugini semper intentus, cum uxorem etiam calamitatis suae comitem habeat. Neque praeter unicam pascit ancillulam et habitu mendicantis semper incedit » [« C’est la maison de votre homme, richard s’il en fut, tout cousu d’or, mais ladre fieffé, et décrié universellement pour ses vilenies. Il gagne gros à prêter à usure, et sur bons gages d’or ou d’argent. Il vit renfermé dans son taudis, avec sa femme qui lui ressemble de tous points. Une servante, une jeunesse, compose tout son domestique. Quand il sort, on le prendrait pour un mendiant » (trad. P. Vallette, CUF, 1940)].

92 Ibid., IV, 9, 4-5 : «  Vix enim Thebas heptapylos accessimus : quod est huic disciplinae primarium studium, [sed dum] sedulo fortunas inquirebamus popularium ; nec nos denique latuit Chryseros quidam nummularius copiosae pecuniae dominus, qui metu officiorum ac munerum publicorum magnis artibus magnam dissimulabat opulentiam » [« Une fois dans Thèbes aux sept portes, notre premier soin a été de prendre, en gens du métier, nos renseignements sur la fortune des uns et des autres. Nous ne fûmes pas longtemps à savoir qu’un certain banquier, nommé Chryséros, avait chez lui des fonds considérables. Cet homme, pour se soustraire aux fonctions et aux charges publiques, mettait le plus grand soin à dissimuler sa grande fortune » (trad. P. Vallette, CUF, 1941)].

93 P. Veyne, Pain, p. 137-140.

94 Ibid., p. 232.

95 J. Andreau, Vie, p. 217 ; Id., Fondations, p. 157-209.

96 Mart., 3, 16 ; Mart., 3, 59.

Table des illustrations

Titre APPARITEURS DE MAGISTRATS ROMAINS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre APPARITEURS DE MAGISTRATS D’OSTIE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre L’ÉVERGÉTISME DES MEMBRES DE COLLÈGES PROFESSIONNELS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2074/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540