Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Introduction

Texte intégral

  • 1 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, 1992, p. 111. La première édition de ce texte fut publi (...)
  • 2 Voir en particulier M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, Paris, 1971, et la récente mise (...)
  • 3 L’existence de points de passage en Sicile, en al-Andalus ou encore en Europe orientale apporte de (...)
  • 4 S. Dahmani, « Essai d’établissement d’une carte des voies de circulation dans l’est du Maghrib cen (...)

1Lorsque les conquérants musulmans s’emparent du Maghreb, c’est à Kairouan, éloignée de la mer d’une cinquantaine de kilomètres, qu’ils fondent leur première capitale. Ce choix marque un changement fondamental par rapport à l’organisation spatiale de l’Afrique romaine ou byzantine, centrée sur les ports comme Carthage. La région se tourne désormais non plus vers le nord, mais vers l’Orient qui a vu naître l’islam et abrite le centre de l’empire. Cette nouvelle orientation a fait dire à Henri Pirenne que la conquête musulmane avait provoqué une rupture de l’unité du vieux monde méditerranéen : « Une déchirure se fait qui durera jusqu’à nos jours. Aux bords du Mare nostrum s’étendent désormais deux civilisations différentes et hostiles. [...] La mer qui avait été jusque-là le centre de la Chrétienté en devient la frontière. L’unité méditerranéenne est brisée1 ». La « thèse pirennienne » a été souvent combattue2. Mais les critiques ont surtout porté sur la responsabilité de la conquête musulmane dans l’interruption des échanges nord-sud, et donc sur la chronologie de cette évolution. Elles n’ont pas remis en cause l’idée centrale selon laquelle, durant le haut Moyen Âge, les courants commerciaux ont changé de sens et les contacts entre l’Afrique musulmane et l’Europe chrétienne se sont interrompus3. Les littoraux ont alors été délaissés, ce dont témoigne bien la géographie politique et économique du Maghreb aux premiers siècles de l’Islam, mais aussi celle de l’Europe du Sud à la même époque. Après Kairouan, en effet, d’autres villes deviennent les capitales de nouvelles dynasties indépendantes, ou simplement des métropoles régionales : Tobna, M’sila, Ashīr, la Qal’a des Banū Hammād, Tahert, ou encore Siğilmāsa. Toutes se trouvent sur une ligne est-ouest qui va de Kairouan au Maroc et longe le flanc méridional du Tell, au contact de la steppe et du désert4.

  • 5 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974.
  • 6 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, 1989, p. 3.

2Quand, au milieu du xiie siècle, le géographe al-Idrīsī décrit le Maghreb, il cite toujours ces anciennes cités, mais il insiste aussi sur la grandeur et la richesse des ports tels que Mahdia, Tunis, Bougie, Alger ou Oran. À la même époque apparaissent les premiers documents d’archives, qui témoignent d’un commerce actif entre Gênes et le monde musulman. Une véritable « révolution commerciale » est alors à l’œuvre en Europe, en particulier dans les ports d’Italie, et un peu plus tard de Provence et de la Péninsule ibérique5. Les courants d’échanges nord-sud se développent de manière spectaculaire, intégrant deux régions, jusqu’alors séparées l’une de l’autre, dans un même espace économique, élargi aux dimensions de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie6.

  • 7 Guichard, « Les pays de la Méditerranée occidentale », art. cité, p. 89.
  • 8 Chapoutot-Remadi, « Fronte saharino », art. cité, p. 10, 18.

3Entre ces deux époques s’est produite une transformation profonde et durable de l’organisation de l’espace maghrébin. Progressivement les centres de gravité se sont déplacés vers la mer, et le littoral connaît une activité nouvelle. Le changement s’opère aussi bien à l’est, sous l’impulsion des Aghlabides et des Fatimides (qui fondent avec Mahdia la première capitale musulmane située sur la côte), qu’à l’ouest et au centre où l’on assiste à la renaissance des rivages ibériques et à la création de ports par les Andalous, le long de la côte africaine (Oran, Ténès, Alger, Tabarka)7. Au ixe, et surtout au xe siècle, le Maghreb commence donc à se tourner vers la mer. Cette évolution se confirme au xie puis au xiie siècle avec l’essor, dans le Maghreb oriental, de deux grands ports, Bougie et Tunis. Or, paradoxalement, c’est à cette époque que les musulmans perdent en grande partie le contrôle de la Méditerranée8.

  • 9 L’expression a été forgée par Jean-Claude Garcin, pour décrire la situation de l’empire mamelouk à (...)
  • 10 Dressant un bilan de la situation du sultanat abdelwadide à son époque, Ibn Khaldū n écrit : « Les (...)
  • 11 La situation marocaine est sensiblement différente, puisque les capitales politiques restent à l’i (...)

4Cette littoralisation ou cette « méditerranéisation9 » de l’espace maghrébin, amorcée dès le ixe siècle, qui s’affirme à partir du xie-xiie siècle et tout au long du bas Moyen Âge10, détermine la géographie politique et économique d’une grande partie de la région jusqu’à nos jours11. Elle invite à essayer de comprendre les conditions qui ont favorisé l’émergence et l’essor de ces ports, ce qui plus largement oblige à réexaminer les termes d’un débat ancien, celui du déclin supposé du Maghreb à la fin du Moyen Âge.

  • 12 Cf. J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par Ibn Khaldûn et les deux Maqqari », An (...)
  • 13 A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 11
  • 14 M. Talbi, Plaidoyer pour un islam moderne, Tunis-Paris, 1998, p. 41. La version arabe de ce texte (...)

5Le xie siècle est en effet perçu par les contemporains, et par les auteurs maghrébins plus tardifs, comme une période de rupture profonde12. Elle ouvre, selon eux, une ère de déclin et de recul, notamment par rapport à la chrétienté. Les historiens modernes ont placé ce thème au centre de leur réflexion sur le passé de la région, et ont cru y trouver l’origine d’une situation vécue aujourd’hui comme inégalitaire face au monde occidental. En 1970 Abdallah Laroui, dans les premières pages de son Histoire du Maghreb, s’interroge ainsi : « Quelle est la profondeur, la genèse, l’anatomie de ce qui sera à un certain moment un “retard à rattraper”13 ? » Plus récemment le médiéviste et intellectuel tunisien Mohamed Talbi posait le même problème : « La question fondamentale pour nous est à mes yeux la suivante : pourquoi, à un moment historique donné, l’élan de notre civilisation a-t-il été brisé ? Il faudra du temps et des efforts pour découvrir ce qui a fait que nous étions partis en flèche et que tout s’est passé comme si, à un moment donné, un ressort s’était cassé. Pourquoi notre civilisation a-t-elle cessé d’être pour nous une force pour devenir un handicap14 ? »

  • 15 En ouvrant un colloque qui fut consacré en 1956 à la question du déclin dans le monde musulman, Ro (...)
  • 16 « Il n’est pas un d’entre nous, j’imagine, à qui n’ait été posée par quelque non-islamisant la que (...)
  • 17 Ibid., p. 34. Dans la collection « Grandes civilisations », l’ouvrage consacré à l’Islam, confié à (...)
  • 18 C’était l’objet du colloque de Bordeaux de 1956, Classicisme et déclin culturel, op. cit., passim. (...)

6La question n’est pas nouvelle15 et elle continuera sans doute longtemps de préoccuper l’historien du Maghreb, et des pays d’Islam en général16. Les orientalistes, qui étaient le plus souvent des littéraires, se sont surtout intéressés à la période « classique », considérant qu’après le xie siècle la production intellectuelle se résumait à de laborieuses compilations17. La notion de classicisme, et surtout celle de déclin qui y est implicitement liée, demandent cependant à être discutées18.

  • 19 Brunschvig, « Le problème de la décadence », art. cité, p. 41. « Le concept de décalage me semble (...)
  • 20 Cl. Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », Stu (...)
  • 21 Ibid.

7Les auteurs arabes de la fin du Moyen Âge voient dans ce déclin le signe d’une crise profonde. Ils analysent leur situation comme un recul par rapport à un passé considéré comme glorieux. Pour les historiens contemporains (depuis le xixe siècle surtout), cette situation est perçue surtout comme un retard par rapport à l’Occident, à une époque où celui-ci domine politiquement, militairement et économiquement. Mais il faut distinguer « régression » et « retard » ou « décalage »19. La comparaison de l’évolution du Maghreb avec celle de l’Europe après le xie siècle risque d’être trompeuse. L’essor plus rapide de la rive Nord ne signifie pas nécessairement un recul réel de la rive Sud. Aussi est-il plus prudent de parler de décrochage du Maghreb par rapport à la croissance générale que connaît la Méditerranée à cette époque. « À cet égard, fait remarquer Claude Cahen, le vrai problème est moins celui du déclin de l’Orient que de l’essor de l’Occident20 ». La question que pose ce décrochage est alors la suivante : pourquoi les progrès de l’Occident n’ont-ils pas touché le monde musulman – ou du moins ne l’ont-ils pas touché de manière équivalente21 ?

  • 22 C’est la thèse traditionnelle de l’orientalisme colonial, exprimée au cours du colloque de Bordeau (...)

8Pour cela il est nécessaire de revenir sur cette seconde moitié du Moyen Âge maghrébin, entre le xie et le xve siècle. La région connaît certes à cette époque une crise qui se traduit par des mutations profondes. Mais l’histoire ne s’est pas figée après la période « classique »22. Au cours des siècles qui suivent, au contraire, les grandes réalisations politiques, comme les signes de prospérité, ne manquent pas. Il est donc nécessaire de considérer le problème sur le temps long, pour discerner les périodes de crise et celles de prospérité. Répondre à cette question nécessite en premier lieu d’établir une périodisation. La coupure du xie siècle, si elle a peut-être une pertinence dans le domaine politique ou culturel, ne peut être retenue sans discussion.

  • 23 À cet égard le titre choisi pour la récente synthèse parue dans la collection Nouvelle Clio est si (...)

9Chercher à embrasser un ensemble trop vaste sur la longue durée entraîne cependant un risque de confusion, car les contextes varient profondément d’un lieu à un autre. À la suite de Claude Cahen la plupart des historiens soulignent aujourd’hui la grande diversité du monde musulman23. Dans le seul Maghreb, les situations de Tunis, Bougie, Alger ou Ceuta sont différentes. Ces villes évoluent selon des rythmes distincts, dans des contextes et selon des logiques qui leur sont en partie propres.

  • 24 C’est ainsi que Jean-Claude Garcin, s’inspirant de l’ouvrage de Robert Musil, définissait la ville (...)
  • 25 H.-R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962.
  • 26 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, Paris, 1940-19 (...)
  • 27 M. S. Baïzig, Biğāya fi al-’ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtṣādiyya wa iğtimā’iyya, Thèse de l’Universit (...)
  • 28 Si les relations avec l’Orient ont souvent été privilégiées, de nombreuses études ont également ét (...)

10Bougie apparaît alors comme un bon observatoire pour décrire ces changements et en comprendre les mécanismes. Sans être une capitale politique (sauf pour d’assez brèves périodes), cette « ville sans qualité24 » a pourtant été pendant plusieurs siècles une des métropoles régionales d’Afrique du Nord et un de ses ports les plus actifs. Fondée en 460/1067-8, elle ne perd sa place qu’avec la conquête espagnole de 1510. Ces deux dates délimitent une période suffisamment large pour suivre l’évolution de la ville, dans son contexte à la fois maghrébin et méditerranéen. Une telle étude peut s’appuyer sur des travaux nombreux et souvent solides. Aux ouvrages déjà anciens sur l’Ifrīqiya médiévale de Hady-Roger Idris25 et surtout Robert Brunschvig26 est venue s’ajouter récemment la riche monographie de Mohamed Salah Baïzig, consacrée à la ville sous les Hafsides27. L’histoire du commerce méditerranéen, et des relations entre l’Europe et le Maghreb, est par ailleurs bien connue grâce aux travaux menés sur les grands ports du sud de l’Europe28.

11Au-delà de ses caractères propres, Bougie est au cœur des problèmes posés par les derniers siècles du Moyen Âge maghrébin, et permet de repenser les deux thèses qui se sont affrontées pour rendre compte des difficultés de la région à la fin du Moyen Âge.

  • 29 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, 1931, nouvelle éd. revue (avec la collaborati (...)
  • 30 Voir le titre significatif de l’ouvrage, publié en 1950 à Paris, du général de Brémond, Berbères e (...)
  • 31 É.-F. Gautier, Les Siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927, p. 405.
  • 32 « Sous l’action de la France, ce fossile gigantesque va bientôt s’animer et renaître en un état no (...)

12Longtemps, en effet, la crise du Maghreb a été expliquée essentiellement par les perturbations provoquées au milieu du xie siècle par la migration de tribus arabes venues de la vallée du Nil, les Banū Hilāl et les Banū Sulaym. C’est la thèse de la « catastrophe hilalienne », reprise sans interruption jusque dans les années 1950. Charles-André Julien, qui publie en 1931 l’Histoire de l’Afrique du Nord dans laquelle il fait la synthèse des travaux réalisés au cours du siècle qui précède, écrit ainsi : « L’invasion hilalienne est à coup sûr l’événement le plus important de tout le Moyen Âge maghrébin. C’est elle, bien plus que la conquête musulmane, qui a transformé le Maghreb pour des siècles29 ». Cette thèse s’inscrit, sinon pour Charles-André Julien lui-même, du moins pour beaucoup de ceux qui ont écrit avant lui, dans une entreprise de légitimation de la colonisation, présentée comme un retour à la normale : le Maghreb est en effet, selon eux, rattaché par vocation à l’Europe30. Depuis l’empire romain il serait une partie intégrante de la civilisation occidentale et le développement du christianisme (avec en particulier saint Augustin) aurait achevé d’unifier les deux rives. La conquête arabe, aux yeux de ces auteurs, n’introduit pas de bouleversement fondamental. Au contraire, « après l’entrée en scène des Bédouins [au xie siècle], dans les deux siècles qui suivent, tout le Maghreb intermédiaire entre Tunis et Tlemcen a été progressivement frappé de paralysie et de mort31 ». Cet événement aurait alors ouvert une longue parenthèse, refermée par l’action civilisatrice de la France32. Cette explication du déclin fait intervenir des facteurs internes au monde musulman, mais extérieurs au Maghreb. Elle repose surtout sur des jugements raciaux et moraux soulignant la nature essentiellement destructrice des Arabes nomades.

  • 33 L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des (...)

13Le second schéma explicatif met en avant le développement du commerce européen dans les ports maghrébins, dont les effets sur la prospérité du Maghreb sont évalués diversement. Les travaux de l’époque coloniale analysent cet essor comme le signe avant-coureur de l’expansion politique de l’Europe aux xixe et xxe siècles. Une telle perspective affleure dans le travail précurseur de Louis de Mas-Latrie sur le commerce européen dans l’Afrique du Nord médiévale33. Il termine ainsi la préface de l’ouvrage par ces mots :

  • 34 Ibid., préface, p. XXVII (datée du 10 mai 1865). Voir également ce jugement de P. Boissonnade, « R (...)
  • 35 « Alors que les soldats et les ouvriers italiens ouvrent à notre civilisation un nouvel avenir en (...)
  • 36 Cette ouverture des États maghrébins au commerce est pour Fernand Braudel « le grand événement de (...)
  • 37 « Ces villes grandissent alors sans commune mesure avec les pays qui les entourent. Elles sont le (...)

14« Combien n’aurais-je pas à me féliciter, si ces travaux, venant à être connus de quelques indigènes, pouvaient les déterminer à entrer cordialement dans cette voie d’apaisement et d’entente nationale vers les destinées communes que l’avenir réserve peut-être à l’Algérie, et à laquelle les convie en ce moment le magnifique et sympathique langage dont l’Empereur a le secret34 ! » De même lorsque Roberto Sabatino Lopez rédige son travail sur les Génois en Afrique occidentale au Moyen Âge, dans le contexte de l’expansion coloniale de l’Italie fasciste, il place cette période entre les exploits de Scipion Émilien et le nouvel avenir de l’Italie en Afrique35. Pour ces historiens l’ouverture des ports maghrébins au commerce européen a créé les conditions d’une nouvelle prospérité36, limitée cependant à la frange littorale, tandis que l’intérieur reste frappé par la paralysie et le déclin37. Ces auteurs, qui sont plus des spécialistes de l’histoire du commerce européen que du monde musulman, ne se sont pourtant guère souciés de vérifier les effets de cette animation commerciale sur le pays.

  • 38 Laroui, L’Histoire du Maghreb, op. cit., p. 174. Abdallah Laroui refuse l’idée d’une nécessaire co (...)
  • 39 Ibid., p. 204.
  • 40 M. Kaddache, L’Algérie médiévale, Alger, 1992, p. 165. Au xve siècle cette « offensive » s’accentu (...)

15Abdallah Laroui met également en avant le rôle décisif pour la région de cette expansion commerciale, mais porte un jugement très différent. Sa réflexion s’inscrit dans un contexte de condamnation des nouvelles formes de domination de l’Occident sur ce que l’on nomme alors le Tiers-Monde. Ce « néo-colonialisme » se traduit par une prépondérance non plus seulement politique, mais avant tout économique, par l’entretien d’échanges inégaux entre le nord et le sud. Soulignant le rôle de l’expansion commerciale européenne dans l’évolution économique du Maghreb, Abdallah Laroui en marque surtout les effets destructeurs : « Ce commerce, qu’on se plait à considérer comme un symbole et une condition de prospérité, a toujours été lié dans l’histoire du Maghreb à un affaiblissement de l’autorité politique38 ». Sans négliger les perturbations engendrées par les migrations hilaliennes, il déplace alors la crise vers le milieu du xive siècle39. Mahfoud Kaddache, dans une histoire de l’Algérie médiévale publiée en 1992, pousse plus loin le raisonnement, affirmant que le Maghreb doit alors subir une « offensive commerciale des marchands européens, accompagnée le plus souvent d’une offensive militaire des États chrétiens40 ». L’analyse, finalement, n’est pas très éloignée de celle des historiens coloniaux. L’essor maritime et commercial des cités européennes est vu comme un élément de l’expansion européenne vers le Maghreb, et annonce ou prépare celle du xixe siècle. La différence entre les deux approches réside uniquement dans le jugement politique (ou moral) porté sur le phénomène : un bien pour les uns, un mal pour les autres.

  • 41 Abdallah Laroui est cependant plus nuancé : il invite à prendre en considération les facteurs exte (...)
  • 42 Cf. D. Valérian, « L’expansion européenne médiévale vue par l’historiographie maghrébine contempor (...)
  • 43 M. Djender, Introduction à l’histoire de l’Algérie, Alger, 1970, nouvelle édition augmentée, Alger (...)
  • 44 Ibid., p. 16-17.

16Ces deux schémas explicatifs font intervenir essentiellement des causes externes au monde maghrébin41. L’historiographie algérienne a cherché dans les années 1960-70 à montrer au contraire la logique interne de l’évolution de la « nation »42. En 1970 Mahieddine Djender, dans le premier chapitre de son Introduction à l’histoire de l’Algérie, intitulé « Vers l’Histoire Nationale », écrit ainsi : « Le passé réclamait d’être intégré, et d’être intégré à notre manière, car déjà je parvenais à la conviction profonde que notre Histoire Nationale, malgré les nombreux travaux des historiens européens, était encore un terrain vierge et qu’il fallait en fonction de nous-mêmes, repenser les éléments si divers de notre existence passée43 ». Le cadre choisi pour cette réflexion – la nation algérienne – était cependant peu adapté à l’histoire médiévale. Revenant sur son texte à la fin des années 1980, Mahieddine Djender y ajoute un nouveau chapitre introductif (« Qu’une nouvelle réflexion sur l’histoire nationale est nécessaire »), où il écrit notamment : « Finie la conception de la nation comme ayant été toujours identique à elle-même et dont, seule, une domination coloniale a camouflé l’existence », et, plus loin, « la théorie (explicite ou plus ou moins sous-entendue) de la fixité et de la permanence de caractères nationaux, perd du terrain44 ».

  • 45 L’activité du port est ainsi le reflet des évolutions propres à la ville et à la société urbaine, (...)
  • 46 Cf. les remarques de Claude Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 359-3 (...)
  • 47 Claude Cahen, intervention à la suite de la communication de Robert Brunschvig, « Le problème de l (...)

17L’insuffisance de ces explications montre que l’histoire de Bougie ne peut être comprise qu’en prenant en compte les facteurs à la fois externes et internes d’évolution. Il faut donc se placer à différentes échelles, et voir le rôle de la ville au Maghreb45 mais aussi en Méditerranée. L’activité du port ne peut se comprendre que si elle est mise en relation d’une part avec son arrière-pays, et d’autre part avec l’ensemble de l’économie méditerranéenne46. Cette démarche rend nécessaires des comparaisons entre deux mondes différents par leurs structures économiques, politiques ou sociales. L’objectif n’est pas de porter un jugement, quel qu’il soit, mais de saisir les raisons d’évolutions divergentes. L’exercice n’est pas sans risque. Claude Cahen, lors du colloque de Bordeaux de 1956, soulignait qu’une étude comparative doit partir non de concepts abstraits formulés a priori, mais d’analyses concrètes des structures des différentes sociétés ou civilisations, ce qui suppose, dans ce travail, de se placer principalement du point de vue de Bougie47.

18Cette exigence se heurte au problème des sources et impose d’apporter le double éclairage de la documentation arabe et latine. Pour Bougie ces sources sont abondantes et de natures très diverses. Mais elles nous dévoilent surtout deux villes différentes, l’une profondément ancrée dans le Maghreb, l’autre largement ouverte vers la Méditerranée.

19Les sources arabes, composées pour l’essentiel de textes de nature littéraire, montrent une cité tournée vers la terre. Métropole régionale, Bougie participe aux conflits politiques qui agitent l’Ifrīqiya et, plus largement, l’ensemble du Maghreb. Elle commande une vaste région, agitée par les mouvements des tribus et d’autres forces centrifuges. Les Bougiotes entretiennent des relations commerciales avec d’autres régions du monde musulman, ou avec l’Afrique profonde, mais les liens avec les chrétiens de l’autre rive sont presque absents de cette littérature. Lorsqu’ils sont évoqués, ils le sont sur le mode du conflit nécessaire entre deux mondes incompatibles, et il y a une occultation des relations normales avec les infidèles.

  • 48 Cf. D. Valérian, Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval. Inventaire critique, so (...)

20Les sources européennes au contraire, principalement des documents d’archives, ne montrent Bougie qu’à travers son port, largement ouvert sur la mer48. Les documents commerciaux permettent de dessiner l’image d’une ville active, entretenant des relations intenses et régulières avec le reste du bassin méditerranéen, à travers les affaires des marchands italiens, provençaux ou catalans. Ils montrent les périodes de prospérité commerciale, les moments de ralentissement ou de crise des échanges. Les archives publiques et quelques chroniques renseignent sur les liens politiques entretenus avec les Hafsides. Les traités signalent les étapes de cette coexistence, même si les documents évoquent surtout les conflits. Mais de même que les textes arabes ne s’intéressent ni à la mer, ni aux chrétiens, les documents européens n’évoquent ni ce qui se passe hors du port, ni les habitants de ces terres pourtant si fréquentées.

21Dès lors l’utilisation croisée de ces deux types de sources s’avère délicate. L’inégalité est d’abord documentaire, et l’histoire de Bougie a paradoxalement laissé plus de traces en Europe qu’au Maghreb. La rareté des informations sur l’activité maritime des Bougiotes doit en particulier être interprétée avec prudence. La confrontation des sources arabes et européennes permet pourtant de mieux dégager les périodes de prospérité et de crise, et d’en rechercher les causes. Elle souligne également, dans le contexte économique, politique et social de Bougie et de la région, quels sont les facteurs susceptibles d’éclairer ce qui apparaît à un moment donné comme un « retard » par rapport à l’Europe.

22Port maghrébin de première importance, Bougie s’inscrit en effet pleinement dans ce contexte d’animation des littoraux méditerranéens à partir du xie siècle, mais aussi de modification des équilibres régionaux.

23Cette place, elle la doit d’abord aux ressources qu’elle peut drainer de son arrière-pays. Il faut donc partir de Bougie et de sa région, passer en revue leurs atouts économiques, leurs faiblesses structurelles, et déterminer les périodes de crises internes. Cela nécessite de mesurer l’importance de la ville et son rayonnement au Maghreb, aussi bien sur le plan économique que sur le plan politique, et d’en souligner les évolutions au cours de la période considérée.

24L’analyse de l’activité du port et de son intégration à l’espace méditerranéen montre surtout que la mer est une source de richesse essentielle pour Bougie, capable d’attirer des marchands venus des régions les plus dynamiques de l’Europe du Sud. Les échanges de produits qui en résultent témoignent de la prospérité de la ville et de sa région, mais aussi des limites de son économie. Enfin la piraterie, qui se développe surtout à partir du xive siècle, est à la fois le signe d’une crise et une cause d’enrichissement.

25La ville s’insère donc dans un vaste espace. Mais par son port, c’est plus particulièrement à la mer qu’elle est liée. Or si celle-ci est source de prospérité pour Bougie, elle induit également une dépendance accrue. Sur le plan commercial, les Bougiotes perdent l’initiative au profit des opérateurs économiques européens, ce qui rend l’économie urbaine particulièrement sensible à l’évolution de la situation en Méditerranée. C’est cette double conjoncture, à la fois maghrébine et méditerranéenne, qui est seule susceptible de rendre intelligible l’histoire de Bougie, comme de tous les ports musulmans de la région à la fin du Moyen Âge.

Notes

1 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, 1992, p. 111. La première édition de ce texte fut publiée à titre posthume en 1937.

2 Voir en particulier M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur, Paris, 1971, et la récente mise au point de P. Guichard, « Les pays de la Méditerranée occidentale entre le ve et le xe siècles. Retour sur la problématique pirennienne », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1996, p. 75-90.

3 L’existence de points de passage en Sicile, en al-Andalus ou encore en Europe orientale apporte des nuances au constat, mais ne le remet pas en cause fondamentalement. Guichard, « Les pays de la Méditerranée occidentale », art. cité, p. 82 ; E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste sur la thèse de Pi-renne », JESHO, 13, 1970, p. 173-174, rééd. Studies in the Levantine Trade in the Middle Ages, Londres, 1978 ; Cl. Cahen, « Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au haut Moyen-Âge », L’Occidente e l’Islam nell’Alto Medio Evo, Spolète, 1965 (Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medio Evo, XII), I, p. 423-424.

4 S. Dahmani, « Essai d’établissement d’une carte des voies de circulation dans l’est du Maghrib central du ixe au xiie siècle », Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord. Actes du IIIe colloque international, réunis dans le cadre du 110e Congrès national des sociétés savantes (Montpellier, 1-5 avril 1985), Paris, 1986, p. 338. Ya’qūbī explique que pour aller, à son époque c’est-à-dire au ixe siècle, de Kairouan en al-Andalus il faut soit aller jusqu’à Tahert puis s’embarquer à Ténès, soit prendre la mer à Tunis. Ibid., p. 344. Cf. également M. Chapoutot-Remadi, « Fronte saharino e fronte mediterraneo », Hinterland, 3e année, no 15-16, 1980, p. 12-14.

5 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974.

6 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, 1989, p. 3.

7 Guichard, « Les pays de la Méditerranée occidentale », art. cité, p. 89.

8 Chapoutot-Remadi, « Fronte saharino », art. cité, p. 10, 18.

9 L’expression a été forgée par Jean-Claude Garcin, pour décrire la situation de l’empire mamelouk à partir de la fin du xive siècle. J.-Cl. Garcin, « La “Méditerranéisation” de l’empire mameluk sous les sultans Bahrides », Rivista degli Studi Orientali, 48, 1973-74, p. 109-116.

10 Dressant un bilan de la situation du sultanat abdelwadide à son époque, Ibn Khaldū n écrit : « Les Arabes sont maîtres des plaines et de la plupart des villes ; l’autorité des Abd-el-Ouadites ne s’étend plus aux provinces éloignées du centre de l’empire et ne dépasse guère les limites du territoire maritime qu’ils possédaient d’abord ». Berbères, III, p. 472-473.

11 La situation marocaine est sensiblement différente, puisque les capitales politiques restent à l’intérieur des terres. La façade méditerranéenne est cependant plus étroite, et le destin de Ceuta montre que la région n’est pas restée à l’écart de l’évolution générale. En revanche le tableau est très différent en Orient musulman, où les grands centres de pouvoir (Le Caire et Damas en premier lieu) restent éloignés de la mer.

12 Cf. J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par Ibn Khaldûn et les deux Maqqari », Annales islamologiques, 8, 1969, p. 79.

13 A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 11.

14 M. Talbi, Plaidoyer pour un islam moderne, Tunis-Paris, 1998, p. 41. La version arabe de ce texte est parue en 1992 à Tunis sous le titre ‘Iyāl Allāh.

15 En ouvrant un colloque qui fut consacré en 1956 à la question du déclin dans le monde musulman, Robert Brunschvig rappelle que Montesquieu s’était déjà penché sur la question, expliquant la « décadence » de l’Islam par le « despotisme » qui y régnait. R. Brunschvig, « Le problème de la décadence », Classicisme et déclin culturel dans l’histoire de l’Islam. Actes du symposium international d’histoire et de civilisation musulmane, Bordeaux, 25-29 juin 1956, dir. R. Brunschvig et G. E. von Grünebaum, Paris, 1977, p. 31.

16 « Il n’est pas un d’entre nous, j’imagine, à qui n’ait été posée par quelque non-islamisant la question fatale “À quoi donc attribuez-vous la décadence, à la fin du moyen âge ou dans les temps modernes, des peuples musulmans ?”. J’ai ressenti pour ma part, bien des fois, un embarras extrême devant ce problème majeur. Sans doute n’est-il possible de l’aborder qu’avec une certaine dose d’outrecuidance, ou tout au contraire en tremblant. Mais l’aveu d’impuissance a quelque chose de pénible et d’irritant ; et l’on se résout mal à ne pas chercher à abattre ou, tout au moins, à reculer le mur qui se dresse de la sorte devant soi ». Ibid., p. 29.

17 Ibid., p. 34. Dans la collection « Grandes civilisations », l’ouvrage consacré à l’Islam, confié à Dominique et Janine Sourdel, La Civilisation de l’Islam classique (Paris, 1968), ne va pas au-delà du xie siècle.

18 C’était l’objet du colloque de Bordeaux de 1956, Classicisme et déclin culturel, op. cit., passim. Revenant en 1996 sur l’apport de Claude Cahen à cette rencontre, Mohamed Arkoun souligne que ces travaux sont marqués par une conception traditionnelle d’un Islam intemporel, qui ne peut plus aujourd’hui être retenue. M. Arkoun, « Transgresser, déplacer, dépasser », Arabica, 43/1, 1996, p. 39-40.

19 Brunschvig, « Le problème de la décadence », art. cité, p. 41. « Le concept de décalage me semble plus fécond que celui de décadence, parce qu’il oblige à un examen comparé des forces, des mécanismes, des systèmes économiques, politiques, juridiques, cognitifs en présence dans une aire où le fait islamique avait rendu possibles des émancipations, des innovations, des évolutions qui se sont poursuivies, accentuées en contexte européen seulement. », Arkoun, « Transgresser », art. cité, p. 41.

20 Cl. Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », Studies in the Economic History of the Middle East, dir. M. A. Cook, Londres, 1967, rééd. Les Peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 360.

21 Ibid.

22 C’est la thèse traditionnelle de l’orientalisme colonial, exprimée au cours du colloque de Bordeaux par G.-H. Bousquet : « Le point de départ est celui-ci : durant des siècles l’Islam est resté à peu près figé, en face d’une Europe qui évoluait rapidement, bien qu’au haut moyen âge les pays musulmans dépassent en civilisation l’Europe occidentale. » G. H. Bousquet, « Dans quelle mesure l’enseignement dogmatique a-t-il pu entraver l’évolution des institutions économiques et sociales de l’Islam ? », Classicisme et déclin culturel, op. cit., p. 185.

23 À cet égard le titre choisi pour la récente synthèse parue dans la collection Nouvelle Clio est significatif : États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, Paris, 3 vol., 1995-2000.

24 C’est ainsi que Jean-Claude Garcin, s’inspirant de l’ouvrage de Robert Musil, définissait la ville de Qūs en Égypte. J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de Haute-Égypte médiévale : Qūs˙, Le Caire, 1976, p. 569.

25 H.-R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962.

26 R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, Paris, 1940-1947.

27 M. S. Baïzig, Biğāya fi al-’ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtṣādiyya wa iğtimā’iyya, Thèse de l’Université de Tunis I, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, 1995. Il n’y a en revanche guère à retirer du numéro spécial de la revue Al-Aṣala consacré à l’histoire de Bougie, qui ne dépasse guère le cadre d’une célébration de la grandeur passée de la ville. Biğāya ’abra l-’usūr, Al-Aṣala, 19, 1974. Il en va de même du travail d’Isabelle Comolli, Histoire de la ville de Bougie du vie siècle av. J.-C. au xiie siècle, Montpellier, 1987. Enfin l’ouvrage de Mouloud Gaïd (L’Histoire de Bejaïa et de sa région depuis l’Antiquité jusqu’à 1954, Alger, 1976) fournit surtout un récit événementiel.

28 Si les relations avec l’Orient ont souvent été privilégiées, de nombreuses études ont également été menées sur la Méditerranée occidentale. La bibliographie est beaucoup plus abondante que pour l’histoire du Maghreb proprement dit. Voir en particulier les travaux de Charles-Emmanuel Dufourcq, María Dolores López Pérez, Pierre Macaire pour la Péninsule ibérique, Édouard Baratier et Régine Pernoud pour Marseille, Laura Balletto, Mekkia Bensaci, Bernard Doumerc, Philippe Gourdin et Georges Jehel pour l’Italie.

29 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, 1931, nouvelle éd. revue (avec la collaboration de Chr. Courtois et R. Le Tourneau), 1951, rééd. 1994, p. 414.

30 Voir le titre significatif de l’ouvrage, publié en 1950 à Paris, du général de Brémond, Berbères et Arabes. La Berbérie est un pays européen.

31 É.-F. Gautier, Les Siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927, p. 405.

32 « Sous l’action de la France, ce fossile gigantesque va bientôt s’animer et renaître en un état nouveau. » G. Marçais, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Recueil des notices et mémoires de la société archéologique du département de Constantine, 47, 1913, p. 18.

33 L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866.

34 Ibid., préface, p. XXVII (datée du 10 mai 1865). Voir également ce jugement de P. Boissonnade, « Relations commerciales de la France méridionale avec l’Afrique du Nord ou Maghreb du xiie au xve siècle, étude d’histoire économique », Bulletin de la société de géographie, 1929, p. 1 : « Les Républiques maritimes françaises de la belle époque du Moyen Âge ont donc été les véritables précurseurs de la grande ère qui a été ouverte au cours du xixe siècle et qui a fait de l’Afrique du Nord une nouvelle France, prolongement économique et domaine commercial de la vieille patrie ».

35 « Alors que les soldats et les ouvriers italiens ouvrent à notre civilisation un nouvel avenir en Afrique, la mémoire des précurseurs de tout genre et de toute époque qui, dans le passé, ont parcouru les régions les plus reculées, affluent à l’esprit de chacun et acquièrent pratiquement un droit d’antériorité dans toute l’histoire ». R. S. Lopez, « I Genovesi in Africa Occidentale nel Medio Evo », Studi sull’economia genovese nel Medio Evo, I, Turin, 1936, p. 3.

36 Cette ouverture des États maghrébins au commerce est pour Fernand Braudel « le grand événement de la vie du Moghreb, quoiqu’en pense l’histoire générale, et qui déborde largement, par ses répercussions au-delà de ses limites ». F. Braudel, « Monnaies et civilisation : de l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame méditerranéen », Annales ESC, 1, 1946, p. 11. Plus loin il ajoute : « Il résulta un large développement urbain du Nord-Afrique. Toutes ces villes firent craquer les anciens cadres politiques. » Ibid., p. 12.

37 « Ces villes grandissent alors sans commune mesure avec les pays qui les entourent. Elles sont le produit de l’économie mondiale, et c’est là leur fragilité secrète. Elles n’en sont pas moins pour l’instant rayonnantes ». Ibid., p. 12.

38 Laroui, L’Histoire du Maghreb, op. cit., p. 174. Abdallah Laroui refuse l’idée d’une nécessaire communauté de destin entre le Maghreb et l’Europe, telle qu’elle a été revendiquée par les historiens coloniaux. « À cet éternel enfant, toujours espiègle, on rappelle qu’il doit faire une fois pour toutes le bon choix qui, bien entendu, est celui de la communauté méditerranéenne. » Ibid., p. 95.

39 Ibid., p. 204.

40 M. Kaddache, L’Algérie médiévale, Alger, 1992, p. 165. Au xve siècle cette « offensive » s’accentue encore selon lui, dans un contexte de lutte contre l’Islam sous l’autorité du pape : « La capture par les commerçants européens du trafic méditerranéen a exigé une politique offensive contre les cités maritimes maghrébines, visant à l’asphyxie de ces dernières et l’interdiction de tout commerce régulier maghrébin ». Ibid., p. 179.

41 Abdallah Laroui est cependant plus nuancé : il invite à prendre en considération les facteurs externes, mais à en expliquer les effets en fonction de la situation interne de la région. Laroui, L’Histoire du Maghreb, op. cit., p. 206.

42 Cf. D. Valérian, « L’expansion européenne médiévale vue par l’historiographie maghrébine contemporaine » (communication dans le cadre du groupe Dirasat au WOCMES de Mayence, septembre 2002, à paraître au CERES, Tunis).

43 M. Djender, Introduction à l’histoire de l’Algérie, Alger, 1970, nouvelle édition augmentée, Alger, 1991, p. 42.

44 Ibid., p. 16-17.

45 L’activité du port est ainsi le reflet des évolutions propres à la ville et à la société urbaine, à celles de la province (arrière-pays immédiat ou plus lointain), de l’État (hammadide, almohade puis hafside), de l’ensemble du Maghreb, voire de l’ensemble du monde musulman.

46 Cf. les remarques de Claude Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial », art. cité, p. 359-360 : « Par définition une économie marchande ne peut s’étudier dans un seul domaine clos, sans référence à ce qui l’entoure. En ce qui concerne le domaine musulman, on constate d’une part que les phénomènes qui l’affectent sont communs avec d’autres sociétés, d’autre part qu’ils ne sont pas dus uniquement à une évolution interne, mais aussi au contrecoup des évolutions qui l’entourent ».

47 Claude Cahen, intervention à la suite de la communication de Robert Brunschvig, « Le problème de la décadence », cité, p. 47.

48 Cf. D. Valérian, Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval. Inventaire critique, sous presse.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540