Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Remerciements

Texte intégral

1Une thèse est toujours un voyage. Celle-ci l’a peut-être été plus que d’autres. Elle m’a mené souvent sur les rives de la Méditerranée et ailleurs, sur les traces des hommes qui au Moyen Âge ont été en relation avec Bougie. Comme ces marins et marchands, j’ai connu parfois le calme plat, les vents contraires, les tempêtes même. Mais ce périple en solitaire a surtout été l’occasion de nombreuses rencontres. Dans chacune des escales j’ai trouvé des gens capables de m’indiquer où trouver les meilleurs produits, m’épargnant ainsi de longues recherches inutiles. Beaucoup sont devenus des amis, et ce n’est pas le moindre gain de ce voyage. Tous m’ont aidé, par leur savoir, leur soutien ou simplement leur présence. Sans eux, la cargaison que je ramène aujourd’hui au port ne serait pas ce qu’elle est.

2Tout a commencé à Tunis. Les seize mois passés comme bibliothécaire à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain ont confirmé mon envie de travailler sur le monde arabe. C’est là que j’ai mené mes toutes premières recherches sur Bougie, et j’y retrouve à chacun de mes retours des amis chers : Anne-Marie Planel surtout, mais aussi tous mes anciens collègues Besma, Catherine, les deux Christiane, Fethi, Hayet, Jelal et Latifa. C’est également dans cette bibliothèque que j’ai fait souvent la connaissance de collègues tunisiens, qui m’ont aidé à mieux comprendre l’histoire du Maghreb médiéval. Je ne peux tous les citer, mais je tiens à remercier particulièrement Mounira Chapoutot-Remadi, Mohamed Sahah Baïzig, Brahim Jadla, Alia Bouzid, Mohamed Talbi, Abdelhamid Henia et Mohamed Tahar Mansouri.

3À Paris, j’ai toujours trouvé le soutien de très nombreuses personnes, qui m’excuseront de les citer dans un ordre simplement alphabétique. Allaoua Amara, Naziha Atchene, Henri Bresc, Christophe Brun, Élisabeth Crouzet-Pavan, Béatrice Dansette, Alain Du-cellier, Laurent Feller, Halima Ferhat, Ghalib al-Hakkak et les participants de son séminaire de traduction de textes arabes médiévaux, Cyrille Jalabert, Gabriel Martinez-Gros, Mohamed Ouerfelli, Paule Pagès, Christophe Picard, Yousef Ragheb, Laeticia Saramite, Doris Stöckly, Ludovic Targe, sans oublier ma famille, toujours présente. Les séminaires de Michel Balard et de Françoise Micheau ont toujours été l’occasion de discussions avec des chercheurs aux intérêts souvent très éloignés des miens en apparence, mais dont l’apport a souvent été très au-delà de ce qu’ils peuvent imaginer.

4L’installation en Italie m’a rapproché à nouveau de la Méditerranée. Rome est devenue mon nouveau port d’attache. Mes remerciements vont d’abord à monsieur André Vauchez, alors directeur de l’École française de Rome, et à François Bougard, directeur des études pour l’histoire médiévale. J’ai souvent été sur les routes d’Italie, mais à chacun de mes retours à Rome, et au cours de l’année de rédaction, j’ai toujours pu compter sur la présence et le soutien de mes amis du palais Farnese : Clara Berrendonner, Sylvia Estienne, Armand Jamme, Anne Marijnen, Annliese Nef, Marylin Nicoud, Claude Pouzadoux, Jean-Christophe Sourisseau. Jean-Marie Martin enfin a su me faire profiter de sa grande connaissance de l’Italie méridionale.

5Dans les villes visitées j’ai apprécié la disponibilité et souvent la compétence des archivistes, des bibliothécaires et magasiniers. Beaucoup me sont restés anonymes, mais je n’oublie pas tous les efforts que je leur ai demandés. J’ai surtout bénéficié de l’aide des archivistes et des chercheurs, croisés parfois au hasard de leurs propres pérégrinations. Je voudrais remercier en particulier certains d’entre eux : à Aix-en-Provence Henri Amouric, à Gênes Alfonso Assini, Laura Balletto, Thierry Ganchou, Catherine Otten, Rossana Urbani ; à Pise Marco Tangheroni et Graziela Berti ; à Venise Jean-François Chauvard, Bernard Doumerc, Daniel Duran, Maria Pia Pedani ; à Barcelone Damien Coulon, Maria Teresa Ferrer i Mallol, María Dolores López Pérez, Roser Salicrù i Lluch.

6À Bougie, où j’ai pu me rendre durant l’été 1999, j’ai trouvé un accueil chaleureux et une extraordinaire disponibilité. Les discussions que j’ai eues avec des Bougiotes passionnés par leur ville ont grandement contribué à ma compréhension de son histoire. Merci à Djamil Aïssani, Djamel-Eddine Mechehed, Arezki Tahar, Hocine Djermoune, Larbi Younsi, et à messieurs Mahmoudi, directeur du parc National de Gouraya, et Boumsila, PDG de l’entreprise portuaire de Bejaïa.

7Enfin Françoise Micheau, après avoir guidé mes premiers pas de chercheur sur les routes des pèlerins de Jérusalem, m’a invité à ce nouveau voyage, et en a suivi toutes les étapes avec la curiosité et la générosité que tous lui connaissent. Michel Balard a accepté d’assurer la direction de ce travail. En bon armateur et grand connaisseur de la Méditerranée, il a toujours su indiquer avec justesse le cap à suivre, tout en faisant une pleine confiance au capitaine du navire. À tous les deux merci.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540