Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Conclusion

Texte intégral

1Si la présente étude s’est concentrée sur les premiers moments d’une genèse du touriste contemporain, nous ne pouvons négliger au terme de notre travail la longue série des filiations intellectuelles qui des voyageurs du Grand Tour nous mènent à ceux du xixe et du xxe siècle. Des évolutions se dégagent assurément au cours des années 1750-1815 dans la façon d’appréhender la péninsule et ses habitants, que précipite le choc de l’événement révolutionnaire. Elles se manifestent au niveau de la vision du monde des voyageurs, dans les images et stéréotypes qu’ils mobilisent, dans les sensations qu’ils éprouvent. Chez les uns, un désir d’observation scientifique des phénomènes humains et naturels se développe, chez les autres, qui sont parfois les mêmes, un regard sentimental s’exprime avec plus de force que par le passé sur les individus, les villes, les monuments antiques, les montagnes et les littoraux. La prétention à une connaissance exacte du pays, toujours vive, est ainsi doublée par le désir de laisser sur le papier des traces d’impressions personnelles. Prolongeant les expériences individuelles de l’émigré Mazenod ou du jeune homme qui s’exile vers Rome en 1804 dans l’entourage de Lucien Bonaparte, avide de noter les émotions que lui inspire le bonheur de se promener dans la campagne romaine, G. Mallet rend bien compte à la fin de notre période d’une disposition d’esprit qui ne correspond plus guère à l’expérience collective du Grand Tour :

  • 1 G. Mallet, Voyage en Italie dans l’année 1815, Paris, J.-J. Paschoud, 1817, p. 1-2.

En présentant quelques détails sur la portion de l’Italie que j’ai parcourue, je ne prétends point donner une idée complète de ce beau pays […]. Mais si le voyageur ne doit pas prétendre à la connaissance exacte du pays qu’il parcourt, les impressions vives lui appartiennent plus qu’aux nationaux, qui ne peuvent être fortement frappés par les objets qu’ils ont toujours vus1.

  • 2 G. Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale. XI. L’Homme romantique, Paris, 1984, p (...)

2Entrant en contact avec une nature italienne où il lui faut « reconnaître le corps de son corps » et « déchiffrer les linéaments de son destin »2, l’homme romantique se dessine peu à peu en valorisant le moi et un contact intime avec les choses. Bien que de signe variable, les missions archéologiques, les promenades géologiques et les voyages pittoresques dans le Sud de l’Italie ou dans les Alpes incarnent par là dans les dernières décennies du xviiie siècle une nouveauté pointant sur des changements plus décisifs que ceux qui avaient marqué le passage entre le xvie et le xviie siècle, voire entre le xviie et le xviiie siècle.

3Une enquête sur les attitudes, comportements, attentes et stéréotypes nous révèle pourtant des persistances et des continuités tout aussi nettes dans les manières de considérer la péninsule. On le constate d’abord sur le court terme. Ainsi, en haut d’un manuscrit des environs de 1760 conservé à Angers, découvrons-nous cette note liminaire dans laquelle un prêtre caractérise à vingt ou trente ans de distance le journal d’un voyageur ordinaire qu’il a entre les mains :

  • 3 J.-A. Pocquet de Livonnière, Voyage d’Angers à Rome par Mr Pocquet de Livonnière, [fils] du fameux (...)

Ce manuscrit d’un Angevin, [est] intéressant sinon pour les allusions ou réminiscences angevines en quelques endroits, du moins pour le détail de toutes les beautés renfermées dans le Capitole ; pour la peinture hardie que le voyageur fait des Romains modernes et pour la juste critique des auberges d’italie ; ne pouvant digérer leur malpropreté à sa sortie de Rome et de Plaisance et à son entrée dans le Milanais. / Ce voyage paroit être du milieu du siècle présent, vers 1760 […]3

4Prenant en compte les enthousiasmes de l’auteur du manuscrit à l’égard de Rome et ses lamentations à l’encontre des auberges d’Italie, ces lignes dressent le portrait d’un voyageur légèrement postérieur, héritier d’une image de la péninsule qu’il a faite sienne et lecteur au premier degré d’un texte appréhendé dans sa valeur référentielle de vérité. Lapidaires, elles abolissent l’écart temporel entre le lecteur et le récit commenté et renvoient à des comportements courants chez les voyageurs de la seconde moitié du xviiie siècle. Certes elles ne suggèrent pas la verve critique et la volonté d’originalité qui s’emparèrent d’un certain nombre d’entre eux, surtout de ceux qui choisirent de publier leurs impressions. Mais nous avons pu observer que malgré la rupture du printemps 1796, l’intervention française et l’offensive « idéologique » du triennio démocratique (1796-1799), les militaires participent jusqu’à la fin de l’Empire des valeurs du Grand Tour et en expriment certains fragments épars dans leurs correspondances et leurs relations plus tardives. Les officiers comme Desaix, Championnet et même Bonaparte, et à leur suite les savants et fonctionnaires comme Monge, Courier, de Gérando ou Denon, attisent les tensions franco-italiennes par leurs actes ou par leurs missions : occupation, réquisitions, saisies d’objets d’art et de science, vols, violences. Il n’en reste pas moins qu’en dépit du développement de l’esprit patriotique, le voyage des Lumières se prolonge sous de multiples aspects non seulement dans le voyage « néo-classique » des savants, mais encore dans celui des militaires, des gens de lettres, des rentiers et des marchands de la première moitié du xixe siècle.

  • 4 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, 1660-1750, Rome, 1989 (Collection de l’École fr (...)
  • 5 P. Milza, « L’image de l’Italie et des Italiens dans la mentalité collective des Français. Les réc (...)
  • 6 S. Léoni, « ’L’Italie, c’est rien’ : la culture italienne et les hommes de lettres français au siè (...)

5L’examen des récits de voyage peut ainsi nous conduire vers une histoire plus longue du sentiment collectif des Français vis-à-vis de l’Italie. En nous situant dans un large arc de temps et en opérant une confrontation avec les observations de P. Milza sur les récits de voyage français de la fin du xixe siècle, nous mettons mieux en perspective les conclusions tirées de la lecture des livres et récits de voyage de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle. Pour procéder à cette insertion dans une longue durée, nous bénéficions en amont des travaux de F. Waquet, relatifs à la formation et au développement problématique des relations intellectuelles réciproques entre Français et Italiens depuis la Renaissance4. En aval de la chaîne, plus près de nous, le traumatisme français de la défaite de 1870 est aggravé par l’amertume d’une partie importante de l’opinion publique française face à la prise de Rome puis à l’alliance de l’Italie avec les Empires centraux. L’impatience vis-à-vis de l’acquisition par l’Italie d’un statut de puissance à part entière amène les voyageurs venus de France dans les années 1880-1900 à accentuer dans leurs récits l’opposition entre des traits de caractère féminins considérés comme propres à l’âme italienne et d’autres relevant d’un génie conquérant attribué aux Français5. De son côté, la mise en place du tourisme n’est pas sans avoir eu pour effet d’établir une distribution des rôles entre peuple voyageur (les Français) et peuple voué à l’accueil et à stimuler le plaisir de l’autre (les Italiens). Malgré la nouveauté des raisons invoquées par les voyageurs à la fin du xixe siècle pour expliquer une prétendue « décadence » italienne (le rôle des loges maçonniques ou des juifs pour les uns, le caractère réactionnaire des dirigeants de l’Italie unifiée pour les autres), les éléments retenus pour définir les Italiens dérivent de certains de ceux à l’œuvre dans les récits des années 1750-1815 et chez les encyclopédistes des années 1760 analysés par S. Léoni6.

  • 7 Des stéréotypes positifs de nature assez similaire sont présents dans les récits du xviie siècle ( (...)

6Il est vrai que les moments de tension, qu’il s’agisse de l’époque napoléonienne ou de la période de Crispi, donnent quelquefois naissance à des images inédites. Lors des campagnes de Bonaparte, l’Italie est perçue comme un cadavre et réduite à sa fonction de musée ; la tension politique de l’ère Crispi provoque un rejet de l’Italie comme pays du présent, suscite l’image des piètres vertus guerrières de ses soldats, amène à réduire les qualités de l’Italien à quelques traits que P. Milza définit comme « passifs » parce qu’ils désignent le sens de l’hospitalité, la beauté et la grâce du corps, les capacités artistiques. Fortement martelée par les récits des années 1880-1900, l’idée que l’Italie n’était pas digne de l’héritage reçu du passé n’avait cependant rien de neuf, puisqu’on la reconnaît dès le xviie siècle. La décadence de la péninsule et le déplorable état de certaines campagnes étaient au xviie siècle expliqués par le mauvais gouvernement des papes. Aux diverses époques, les voyageurs puisent ainsi en fonction de leur sensibilité dans un réservoir d’images et de stéréotypes qui ont chacun leur histoire propre, s’inscrivent dans une durée pluriséculaire et ne sont en outre pas nécessairement spécifiques de la relation franco-italienne7.

  • 8 Une tentative en ce sens a été effectuée par Gérard Fontaines sur les élites lyonnaises au xixe si (...)
  • 9 Le chap. 8 de l’ouvrage porte ce titre : « Évasions : le nomadisme » (R. Mandrou, Introduction à l (...)
  • 10 Sur l’opportunité de dégager dans l’histoire du voyage une perspective unifiante, liée à la compos (...)

7Afin de décrire les représentations mentales que véhiculent les livres de voyage à la fin du xviiie siècle, il convient de les mettre en relation avec d’autres vecteurs de diffusion, tels que la presse, les pamphlets, les ouvrages savants, les dictionnaires et les romans. Ceux-ci ont proposé différentes lectures de la péninsule qui se retrouvent lorsque les voyageurs effectuent leurs périples, quand ils racontent leur expérience à leur retour ou plus simplement lorsque les amateurs de voyage parcourent pour se distraire les récits de ceux qui ont voyagé8. Une telle direction de recherche ne constitue toutefois que l’une des voies vers lesquelles nous oriente l’étude qui a précédé. Écrire sur le voyage conduit le chercheur à multiplier les pistes d’enquête et à se situer à la confluence d’objets appartenant à de nombreux autres cheminements. L’étude des voyages relève de l’histoire politique, militaire et diplomatique. Elle rencontre l’histoire religieuse et celle des formes du sacré. Elle forme un domaine de l’histoire du livre, de l’édition et des bibliothèques. Elle participe d’une histoire du goût et des sensibilités, d’une histoire de la fête, du tourisme et des loisirs, de l’étude des musées et du patrimoine. Elle rejoint l’histoire de l’art et de la musique, l’histoire littéraire, l’histoire de l’érudition et des idées. Nous y côtoyons l’histoire des sciences, du paysage et de la géographie, de la médecine et du thermalisme. Elle ne fait pas moins partie d’une histoire des migrations, du travail et des échanges commerciaux et plus largement de l’histoire économique. Elle explique aux historiens des transports et des moyens de communication ce que furent les pratiques des canaux, des ports, des routes, des messageries et de la poste. Elle rassemble enfin, et ce n’est pas le moindre de ses enjeux, jadis évoqué par R. Mandrou dans son Introduction à la France moderne, un pan immense de l’histoire sociale, où par le biais d’une évasion plus ou moins réglée, chacun des groupes qui composent une société redessine ses propres frontières en tant que groupe social cohérent et face aux étrangers9. Certes elle ne s’annexe aucun de ces domaines et entre dans chacun d’eux par une porte qui lui est propre10. La complexité n’en est pas moins au rendez-vous et l’importance que revêtit au xviiie siècle l’Histoire des voyages de l’abbé Prévost, qui avant celle de Diderot et d’Alembert fonctionna déjà comme une encyclopédie, est là pour nous le rappeler. Afin d’éviter tout effet d’écrasement et pour ne pas limiter l’histoire du voyage des Français en Italie à une partie seulement des domaines qui lui reviennent, il a été nécessaire de prendre en compte des aspects différents et à certains égards hétérogènes, fût-ce en se contentant parfois d’allusions qui auront laissé le lecteur sur sa faim.

  • 11 Nous avons déjà évoqué au chap. 1 les titres de récits de voyage en Italie commentés dans les comp (...)
  • 12 La césure que discerne A. Corbin autour des années 1850 pour dater le début de la mise en place d’ (...)

8Dans le même temps, des choix draconiens ont été opérés pour donner au propos son unité et une efficacité minimale. Il nous a fallu abandonner l’histoire précise des temps de parcours et des coûts du voyage, écarter l’étude approfondie du voyage des prêtres, des érudits, des hommes de loi ou des artistes, nous interdire d’explorer la particularité de chaque voyageur. Nous avons dû évacuer le problème pourtant essentiel du regard que les Français appliquèrent à la ville de Rome et laisser à d’autres recherches le soin de nous montrer comment les comptes rendus de récits de voyage dans les périodiques de la France d’Ancien Régime prolongèrent le désir que l’on eut de voyager en Italie tout au long du xviiie siècle11. Nous avons surtout été amenés à canaliser nos interrogations et à subordonner l’ensemble des histoires entrevues à l’une d’entre elles, celle des représentations d’ordre intellectuel, émotionnel et affectif qui furent forgées ou véhiculées sur l’Italie par les différents types de voyageurs entre 1750 et 1815. Considérant le pouvoir d’attraction culturelle de la péninsule entre le xve et le xxe siècle, de Rome à la Toscane et de Venise aux îles situées au large de la Sicile, nous avons privilégié ce qui se passait dans la tête des voyageurs de la seconde moitié du xviiie et du début du xixe siècle, alors que du point de vue matériel et logistique les bases du tourisme moderne n’étaient pas encore posées12.

  • 13 Le mot « touriste » fut, selon J.-D. Urbain, employé pour la première fois en 1792 par un voyageur (...)
  • 14 On ne se risquera pas pour autant à assurer que les années antérieures à 1850-1860, autrement dit (...)

9Parler de naissance du touriste dans les années 1780, ainsi que nous l’avons proposé dans notre dernier chapitre, tient plus de l’anticipation que de la fidélité absolue à l’histoire. En dépit de la probable apparition du terme dès les années 1790 en Angleterre13, seuls certains éléments du tourisme s’ébauchent à travers l’attitude de marchands ou de nobles en fait encore inscrits dans l’horizon des pratiques du Grand Tour. Le tourisme n’est pas né au début du xixe siècle si nous le comprenons dans la diversité de ses composantes intellectuelles, matérielles et sociales. Du point de vue mental lui-même, il nous semble que nous n’entrons dans l’ère du tourisme qu’à partir du moment où les élites ne sont plus seules à occuper le terrain du discours culturel sur les pays étrangers. Autrement dit lorsqu’un plus grand nombre de personnes accèdent à une littérature de voyage et que cette littérature n’est plus seulement celle des écrivains, des littérateurs, des peintres, mais devient aussi celle des guides Joanne, des guides Baedeker ou de ceux du Touring Club Italien14. À ce moment-là, la force de représentation des guides finit par s’imposer à une sphère élargie de voyageurs. Grâce aux voyages en groupe, accomplis notamment lors des pèlerinages, les modèles transmis par les guides atteignent des individus qui ne se limitent pas aux élites. Ils touchent des marchands, des artisans, des soldats et d’autres encore qui jusque-là ne s’étaient déplacés entre la France et l’Italie que pour des motifs familiaux ou de travail.

10Une telle évolution vers le tourisme entendu comme secteur économique à part entière fut tardive, et certains ne la situent qu’au xxe siècle. Devenue possible dans la seconde moitié du xixe siècle grâce à l’accélération des temps de transport et donc à la réduction des coûts du voyage, elle place la déambulation sous le signe d’une entreprise collective de divertissement ou de détente. Elle nous aide par là même à prendre conscience du décalage existant à l’époque du Grand Tour entre les individus qui voyageaient avec des attentes précises et pointues, artistes, gens de lettres ou savants, et ceux qui tout en ayant eux aussi des objectifs d’ordre culturel et en appartenant à la sphère des élites se conformaient à un modèle répétitif et conventionnel. Plus souvent nobles complétant leur formation ou pèlerins de toutes conditions que gens de métier, artisans migrants ou colporteurs, ces derniers étaient passés de la contemplation des églises et des reliques, principales curiosités évoquées le long des chemins de la péninsule jusqu’en 1660-1680, à un intérêt pour les villes dans leur ensemble, pour les campagnes cultivées et riantes, pour les galeries de tableaux ou pour l’ascension du Vésuve. Sans doute plus nombreux que les lettrés, les gens de science ou les artistes, les autres membres de l’élite n’étaient cependant eux-mêmes qu’en nombre assez réduit. On ne saurait donc parler à leur endroit de « touristes », même à la fin du xviiie siècle. S’ils participèrent à certaines évolutions du goût, et si leurs écrits se font l’écho de modes telles que celles pour les glaciers des Alpes ou les rivages de la Campanie dans les années 1780, il semble que les idées en provenance des cénacles érudits ou intellectuels ne les atteignaient que rarement, y compris à l’époque romantique, ou seulement avec un retard considérable.

  • 15 Les quatre catégories que nous entrevoyons dans notre période annoncent, mais seulement de loin, c (...)

11Plusieurs types de voyages doivent être distingués dans la seconde moitié du xviiie siècle et au début du xixe siècle en fonction du rapport que chacun d’entre eux entretient avec des attentes relevant d’une curiosité encyclopédique. Dans le voyage à finalité très ciblée nous reconnaissons les érudits, les artistes, les antiquaires, les amateurs d’art, les philosophes. Vient ensuite un voyage moins spécialisé, pratiqué par des nobles, des gens de loi, quelques marchands. Le troisième groupe concerne des voyageurs qui ne s’intéressent aux aspects culturels qu’« en passant », dans le cadre de missions ayant des buts d’une autre nature, diplomatiques, militaires, marchands, religieux, scientifiques ou familiaux. Pour une quatrième catégorie, enfin, le voyage est dépourvu de toute préoccupation culturelle consciente, étranger à toute recherche explicite de l’Italie comme réalité géographique ou espace rempli de monuments et habité par une histoire. Ce mode de voyage n’en est pas moins porteur, lui aussi, de valeurs et d’expériences15. Dans l’ensemble de ces cas, nous constatons en outre que le regard s’est laïcisé. La dimension religieuse comme clé de l’intelligibilité du parcours dans la péninsule – ce « langage obligatoire » dont parle Gérard Labrot – a largement disparu si l’on en juge par les récits qui nous sont parvenus. Parallèlement à la chute du nombre des auteurs ecclésiastiques de récits de voyage après 1750, la visite au sanctuaire mariai de Lorette s’efface progressivement de l’horizon des voyageurs, et avec elle la route adriatique qui parfois conduisait le pèlerin jusqu’au Monte Sant’Arcangelo et à Saint-Nicolas de Bari. Jugé encore « assez ordinaire » par Lalande en 1769 et effectué par Grosley, Coyer et Roland de la Platière, le détour par le monastère de saint Benoît au Mont-Cassin n’est effectué sur la route entre Rome et Naples dans les années 1780 que par un voyageur sur dix. Le rite de la liquéfaction du sang de saint Janvier à Naples n’est quant à lui plus guère compris dans sa signification religieuse et culturelle, au point que le général Championnet menacera, en 1799, de passer l’archevêque par les armes si le « miracle urbain » ne s’opère pas.

12Cette série d’attitudes dessine des pratiques qui coexistent sans forcément se rencontrer. D’un côté, l’homme de science et le statisticien entreprennent de connaître à fond la nature et les hommes, d’abord dans le sillage de Lalande puis en s’arrêtant à examiner des espaces circonscrits : les États ecclésiastiques de Levesque, les îles Lipari de Dolomieu, la Corse de Gaudin puis de Feydel, la Toscane de Sismondi, le Piémont de Breton, le Latium de Bonstetten, le Vicentin de Faujas de Saint-Fond, le Simplon de Mallet. Nous retrouvons ici le souci d’observation que cultivèrent les Idéologues, suivis par Mme de Staël et Stendhal, Milanese. De l’autre côté des nobles, des marchands et un nombre croissant de voyageurs plus pressés se rattachent à une culture traditionnelle qui connaît un nouveau départ avec la découverte des villes ensevelies d’Herculanum et de Pompéi. Ils reconnaissent dans les peintures, les statues et les édifices le point d’ancrage et la principale raison d’être de leur périple. Ces voyageurs font donc la somme de tout un acquis hérité du second xviie siècle et du premier xviiie siècle, celui d’un voyage érudit et antiquaire, désacralisé et cumulatif. Contemporains de l’apparition de guides relativement brefs entre les années 1770 et le milieu du xixe siècle, ils sont les protagonistes d’un moment où se trouvent jetées les bases de l’accessibilité des œuvres d’art à un plus grand nombre de personnes.

  • 16 Sur cette invention du voyage romantique, voir A. Guyot et C. Massol (dir.), Voyager en France au (...)

13Le fait peut-être majeur de cette même période est précisément que le décalage aille croissant entre deux types d’expressions écrites du voyage. Nous voyons ainsi se dégager d’une part une couche supérieure, constituée par les écrits de l’élite, les récits encyclopédiques à la Lalande, les mémoires scientifiques, des tableaux statistiques plus ou moins fouillés, des promenades sentimentales et des récits pittoresques qui tentent chacun à leur façon d’opérer un quadrillage des zones à dominer et à connaître, depuis la Corse jusqu’à la Dalmatie, et de la Suisse à la Sicile. Mais d’autre part les journaux manuscrits, les résumés de guides ou parfois même les rares annotations que les voyageurs anonymes ont laissées en marge de leurs livres montrent que la majorité d’entre eux se contentaient le plus souvent de suivre les guides les plus répétitifs et de se nourrir de modèles de déambulation très anciens. Qui sait si c’est de la première de ces voies – en l’accomplissant – ou de la seconde – pour s’en affranchir – que se dégage une écriture proprement littéraire, qui avec Chateaubriand, de la lettre à M. de Fontanes à l’Itinéraire de Paris à Jérusalem, allait « inventer » le voyage romantique16 ?

14C’est sur la toile de fond de ce décalage qu’il nous faut resituer, comme autant d’épiphénomènes, les valorisations et dévalorisations successives de certains lieux. On y trouve la perte de prestige de Venise dans la seconde moitié du xviiie siècle, le déclin de l’image politique et humaine de Rome, qu’atténuent néanmoins la passion persistante des Français pour l’Antiquité et le fait que Napoléon lui-même ne put éviter le passage symbolique par la ville éternelle, le renouvellement de l’attention prêtée à Naples et à la Campanie, le lent travail de réévaluation de la Toscane et bien sûr la subite, éphémère et significative promotion de Milan et de la Lombardie. C’est à l’aide de cette grille de lecture qu’il nous faut attribuer au voyage romantique la place qui lui revient en fonction de ses usages. Il y eut en effet une approche romantique de l’Italie et de nombreux voyageurs, sans être des écrivains, en reçurent l’imprégnation. Les souvenirs du Moyen Âge ou des débuts de la Renaissance, les beautés de la nature et le paysage des Alpes devinrent des motifs de plus grande attention. Le voyage romantique lui-même se construisit en partie à l’intérieur des cadres du Grand Tour, avec son double ancrage scientifique et émotionnel.

  • 17 Telle est l’impression qui se dégage de notre dépouillement (encore partiel) des manuscrits de voy (...)
  • 18 Or Cochin lui-même est très explicite sur l’usage qu’il fait des notes de Deseine – antérieures de (...)
  • 19 Une étude plus précise devrait être ici menée pour comparer les tirages des guides et itinéraires (...)

15Mais les nouveaux modèles imprégnèrent-ils le plus grand nombre des voyageurs, à tout le moins avant 1850 ? Une telle interrogation pose le problème du rôle des gens de lettres. S’ils constituent une société puissante dans la première moitié du xixe siècle, forment-ils pour autant l’opinion ? On les entend plus que d’autres parce que leurs écrits ont laissé des traces durables. Sans aucun doute, ils avaient su au xviiie siècle influencer les manières de percevoir de leurs contemporains dans la mesure où ceux-ci partageaient leurs valeurs et vivaient dans le même monde. On peut toutefois se demander si les gens de lettres ne sont pas au début du xixe siècle en train de s’isoler, devenant de plus en plus les seuls à consigner leurs impressions sur la feuille manuscrite ou à publier des livres de leur vivant, qu’il s’agisse de voyages littéraires, sentimentaux ou pittoresques17. Sans pour autant ne pas exister, les autres voyageurs auraient pendant ce temps suivi des trajectoires plus personnelles. Ils peuvent assurément avoir reçu quelques bribes des émois et de la nouvelle manière d’analyser le réel des gens de lettres, mais il est probable qu’ils se sont aussi conformés à la répétition de modèles et de façons de voir héritées des siècles précédents. Nous cueillons ces modes de perception dans les livres de poste ou dans les guides de la seconde moitié du xviie siècle encore utilisés à la fin du xviiie siècle, de Jouvin de Rochefort à Jordan, de Dumont à Deseine et de Miselli à Vidari. Nous les décelons aussi dans le jeu des filiations qui de Huguetan et Spon portent à Misson, et plus tard de Lalande à l’État général des postes de 1809, ou encore dans le jeu de celles que décrit G. Ricci entre le Voyage d’Italie de Cochin et le guide Richard des années 182018. La préférence qu’une majorité de voyageurs manifestaient pour ces guides commodes et répétitifs semble les avoir plutôt rendus étrangers, au moins jusqu’en 1850, à certaines des pistes ouvertes par les plus célèbres voyageurs de l’époque romantique19. Si cette impression se trouvait confirmée par des recherches ultérieures, nous posséderions une preuve supplémentaire du fait que le touriste moderne a reçu et cultivé autant l’héritage des manières de voir du xvie et du xviie siècle, que celui des attitudes propres à l’âge des Lumières et à l’époque romantique.

Notes

1 G. Mallet, Voyage en Italie dans l’année 1815, Paris, J.-J. Paschoud, 1817, p. 1-2.

2 G. Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale. XI. L’Homme romantique, Paris, 1984, p. 368.

3 J.-A. Pocquet de Livonnière, Voyage d’Angers à Rome par Mr Pocquet de Livonnière, [fils] du fameux Claude du nom, Bib. Munic. d’Angers, Ms 1368, note liminaire (les mots sont soulignés par l’auteur de cette note, « M. Dirmand, ancien chanoine de Craon »).

4 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, 1660-1750, Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 117), notamment le chap. 4, « ’L’Italie, c’est rien’ : la genèse d’une attitude intellectuelle », p. 253-296.

5 P. Milza, « L’image de l’Italie et des Italiens dans la mentalité collective des Français. Les récits de voyage », dans Id., Français et Italiens à la fin du xixe siècle, Rome, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 53), p. 354-378.

6 S. Léoni, « ’L’Italie, c’est rien’ : la culture italienne et les hommes de lettres français au siècle des Lumières », dans P. Blanc (dir.), Stéréotypes et représentation française de l’altérité italienne, revue Franco-Italica. Série contemporaine, n° 8, 1995, p. 45-54.

7 Des stéréotypes positifs de nature assez similaire sont présents dans les récits du xviie siècle (F. Brizay, L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiées en France au xviie siècle, 1595-1713 : sa construction et son évolution, Villeneuve d’Ascq, 2000), puis dans ceux du milieu du xixe siècle (P. Gut, « Les stéréotypes dans les récits de voyage en Italie », dans Stéréotypes et représentation française de l’altérité italienne, Franco-Italica, Série contemporaine n° 8, 1995, p. 55-65). On les retrouve dans les 324 récits de voyage français étudiés par P. Milza pour les années 1880-1900 et jusque chez les voyageurs cultivés de l’après Seconde Guerre mondiale (O. Forlin, Les intellectuels français et l’Italie, 1945-1955…, Paris, 2006, p. 283-323). Ainsi relevons-nous la récurrence des images de la douceur du climat et du paysage, ou de la richesse artistique de la péninsule. Au rang des stéréotypes négatifs, tantôt appliqués aux habitants de certaines villes, tantôt définissant le peuple italien tout entier, figurent à la fin du xixe siècle et encore au milieu du xxe siècle des poncifs qui traînent dans de nombreux livres, récits, essais ou pamphlets au moins depuis la seconde moitié du xvie siècle (cf. J.-F. Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997) : malhonnêteté, absence de fierté, tendance à la mendicité, paresse, superstition et exubérance dans les manifestations de la religiosité, duplicité et propension à la traîtrise.

8 Une tentative en ce sens a été effectuée par Gérard Fontaines sur les élites lyonnaises au xixe siècle à partir des comptes rendus de conférences publiques, récits de voyage, textes normatifs et informations sur les activités des Sociétés et associations lyonnaises que publiaient les revues locales, savantes ou non (La culture du voyage à Lyon de 1820 à 1930, Lyon, 2003).

9 Le chap. 8 de l’ouvrage porte ce titre : « Évasions : le nomadisme » (R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, A. Michel, 1998 (1ère éd. 1961), p. 297-316).

10 Sur l’opportunité de dégager dans l’histoire du voyage une perspective unifiante, liée à la composante d’étrangeté qui la fonde, cf. S. Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », dans Id. (dir.), Le Siècle du voyage, Paris, 2006, p. 5-21.

11 Nous avons déjà évoqué au chap. 1 les titres de récits de voyage en Italie commentés dans les comptes rendus ou annonces bibliographiques des périodiques français qu’a dépouillés Yasmine Marcil dans sa thèse (La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, 2006).

12 La césure que discerne A. Corbin autour des années 1850 pour dater le début de la mise en place d’une civilisation des loisirs (L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, 1995) paraît convenir au cas du voyage en Italie. La relative démocratisation du voyage n’empêche cependant pas le tourisme cultivé de la seconde moitié du xixe siècle de rester lui-même le fait d’une élite, et d’être très éloigné du tourisme de masse du xxe siècle. Sur l’appartenance aux élites de la majorité des voyageurs qui se rendent en Italie à la fin du xixe siècle, cf. P. Milza, op. cit., p. 313-351, en particulier p. 314 et 324.

13 Le mot « touriste » fut, selon J.-D. Urbain, employé pour la première fois en 1792 par un voyageur anglais, John Byng, à propos d’une vallée d’Écosse que la fumée d’une usine venait de constituer en un objet perdu, abîmé et par là suscitant une prise de conscience patrimoniale : « Et maintenant voici une grande usine flamboyante. Tout le val est gâché… En tant que touriste, j’exècre les machines qui ont envahi toute vallée pastorale et détruit le cours et la beauté de la nature » (cité par J.-D. Urbain, L’Idiot du voyage. Histoire de touristes, Paris, 1993 [1ère éd. 1991], p. 29).

14 On ne se risquera pas pour autant à assurer que les années antérieures à 1850-1860, autrement dit 1775-1850, aient été celles d’un « proto-tourisme » (A. Leonardi, « La cultura dell’ospitalità lungo il versante meridionale delle Alpi », dans Tourisme et changements culturels, n° de la revue Histoire des Alpes, 9, 2004, p. 91 et 104) ou d’un « tourisme non organisé » (O. Jansa-Zorn, « Der Tourismus in den Slowenischen Alpen vom Ende des 18. Jahrhunderts zum ersten Weltkrieg », dans ibid., p. 131-147).

15 Les quatre catégories que nous entrevoyons dans notre période annoncent, mais seulement de loin, celles que P. Milza a esquissées à partir des récits imprimés de la fin du xixe siècle (op. cit., p. 333-351). À notre premier groupe de voyageurs correspondent ceux que P. Milza appellent les « artistes et esthètes », au second les « touristes purs », au troisième certains savants, les hommes de lettres et journalistes, les hôtes de longue durée, au quatrième enfin les pèlerins, les sportifs et d’autres « savants » comme les médecins.

16 Sur cette invention du voyage romantique, voir A. Guyot et C. Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, 2003, ainsi que la mise au point d’A. Guyot et R. Le Huenen, L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand. L’invention du voyage romantique, Paris, 2006.

17 Telle est l’impression qui se dégage de notre dépouillement (encore partiel) des manuscrits de voyages en Italie au xixe siècle. De son côté, le nombre des récits de voyages publiés en français dans les années 1810-1840 est nettement inférieur à celui des années 1800-1810 et l’écart est encore plus grand par rapport à leur prolifération dans les décennies suivantes. S’il reste à prouver que la pratique du voyage en Italie fût alors le seul « privilège d’une élite aristocratique et intellectuelle » (P. Milza, op. cit., p. 317), ceux qui en parlaient appartenaient bel et bien, plus que jamais, à cette élite.

18 Or Cochin lui-même est très explicite sur l’usage qu’il fait des notes de Deseine – antérieures de soixante ans – pour ses commentaires sur les villes de Romagne, des Marches et de l’Ombrie, d’Imola à Narni : « Les notes faites sur les villes suivantes, ayant été perdues en partie, on s’est servi, pour les rétablir, d’un ancien livre intitulé Nouveau voyage d’Italie, imprimé à Lyon, chez Jean Thioly, en 1699. On ne peut garantir que ce qui y est cité soit encore au même lieu, ni qu’il soit digne de la curiosité du voyageur : mais il a paru utile de l’indiquer » (Cochin, op. cit., 1758, t. 1, p. 89). Sur la filiation de Huguetan et Spon à Misson, cf. Misson, op. cit., 1722, t. 3, p. 3.

19 Une étude plus précise devrait être ici menée pour comparer les tirages des guides et itinéraires et ceux des ouvrages d’écrivains et gens de lettres dans la première moitié du xixe siècle. À côté des nombreuses éditions des Lettres de Dupaty, dénoncées par Stendhal et contrastant avec la diffusion beaucoup plus faible du Voyage de Duclos ou des Lettres du président de Brosses, les tirages modestes des récits de voyage pittoresques et littéraires entre 1800 et 1850 paraissent bien s’opposer aux multiples rééditions d’itinéraires italiens par Pagni ou Vallardi (cf. infra, sources imprimées, section § 3.1.).

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540