Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Troisième partie. À la rencontre de l'événement

Chapitre 9. L’impact des campagnes de Bonaparte

Texte intégral

  • 1 Sur l’emploi du terme intellectuel par Saint-Simon dès 1820, cf. Ingrid Rademacher, « Élites et rép (...)
  • 2 Sur cette proximité entre la guerre et le voyage en Italie avant la période révolutionnaire, cf. G. (...)
  • 3 Cf. Alexandre-Frédéric-Jacques Masson de Pezay, Cartes géographiques, topographiques, plans de marc (...)
  • 4 Avant même la chute de l’Empire, vers 1811, les voyageurs français recommencent de se bousculer en (...)

1Si l’on retient que le terme de voyageur désigne quiconque se déplace pour une certaine durée à des fins de découverte ou d’étude, on est tenté de réduire les Français qui se rendirent en Italie entre 1789 et 1815 à deux catégories de personnes. Les premières seraient celles qui continuent à voyager pour le plaisir ou pour occuper leur temps libre, fût-ce au sein d’une contrainte subie comme dans le cas des nobles et prêtres émigrés au début de leur errance. Pour les secondes, la fonction et la qualité sociale correspondent à ce qui définit plus tard, en France, au moment de l’affaire Dreyfus, la figure de 1’« intellectuel »1, à savoir les gens de lettres, philosophes, savants et éventuellement artistes, occupés par métier à écrire et penser le monde qui les entoure. Dans les deux cas, le voyageur est un témoin parfois très engagé dans les luttes politiques et idéologiques, mais physiquement situé à l’écart des événements militaires qui secouent la péninsule. Or, un tel choix fait oublier les écrits de nombreux individus venus en Italie dans le sillage des armées françaises. Certes les voyageurs du Grand Tour étaient parfois eux-mêmes des officiers, comme Dauvet ou d’Herculais au début des années 1780, et les expériences de la guerre et du voyage se sont souvent croisées sur le sol italien au cours du xviiie siècle2. On sait aussi que des instruments sont traditionnellement prévus pour faciliter le voyage des militaires, depuis les cartes jusqu’aux lexiques3. La Révolution a toutefois bousculé les rythmes antérieurs du déplacement, ouvrant une sorte de béance entre l’âge d’or du voyage érudit ou d’éducation des Lumières et l’avènement d’un voyage égotiste pratiqué massivement au retour de la paix, à partir de la seconde décennie du xixe siècle4. Les élites d’Angleterre, d’Allemagne ou de France ont cessé de visiter le continent comme elles le faisaient au xviiie siècle, munies de précepteurs et d’ouvrages leur indiquant les voies à suivre de la Hollande à la France, de l’Allemagne à la Suisse, de l’Autriche à l’Italie. Des guides et des manuels continuent de paraître ou d’être réédités, comme ceux de Dutens, de Martyn, de Reichard ou de Madame de Genlis, mais ils sont utilisés dans des contextes renouvelés.

  • 5 Sur les voyages d’émigrés en Italie, cf. supra, chap. 1, et surtout infra, chap. 12. Nous nous perm (...)
  • 6 De nombreux textes de militaires français écrits entre 1796 et 1800 ou relatifs aux épisodes de la (...)
  • 7 Le débat reste assurément ouvert quant à savoir si les idées que véhiculent les voyageurs sont de s (...)
  • 8 S’agissant de représentations symboliques, les deux batailles peuvent difficilement être dissociées (...)

2De France, les émigrés puis des fonctionnaires de rang social varié comblent en partie, à la faveur des guerres de la Révolution et de l’Empire, le vide laissé par les visiteurs d’autres pays. Passant tantôt par les rives du Rhin et la Suisse, tantôt par la Savoie, ils déferlent en Italie et y modifient, bon gré mal gré, certaines habitudes du voyage. Il est vrai que les émigrés s’écartent peu des modèles de découverte et de sociabilité que la tradition du Grand Tour leur a légués : l’horizon de leurs plaisirs tend à se perpétuer au-delà de 1789, ainsi que le montre le journal du comte d’Espinchal5. Voyageurs d’un genre différent, les soldats et les divers agents du Directoire, du Consulat et de l’Empire ont a priori un autre objectif que la découverte de l’Italie sur fond de mondanité et de curiosité intellectuelle. Pourtant, il est possible d’appréhender leurs récits de voyage – rarement publiés à l’époque6 – en tant qu’ayant joué un rôle dans la formation et la circulation des idées7 : l’expérience qui y est consignée indique qu’ils ont contribué aux mutations de l’image de l’Italie. Témoins directs, sinon acteurs de l’événement, ils sont plongés dans sa violence quotidienne, tout en se mettant par leurs textes, journaux de marche, lettres ou récits de voyage, à une certaine distance de lui. Ils forgent une mémoire nouvelle, dont on ne peut pas ne pas tenir compte quand on lit les voyageurs du xixe siècle. Les écrivains de renom, arrivés en Italie après la campagne de 1796-1798, Courier, Stendhal, un peu plus tard Chateaubriand ou Madame de Staël, viennent d’une certaine manière prêter main-forte à ces presque inconnus, donner voix à leur silence. C’est donc l’ensemble de ces œuvres qu’il faut considérer, afin de mesurer l’impact de l’événement militaire, de Lodi à Marengo8, dans les évolutions du regard sur l’Italie des voyageurs français (et un peu des autres nations) entre la seconde moitié du xviiie et les premières décennies du xixe siècle.

Voyageurs des Lumières ou hommes de guerre ?

  • 9 Montaigne : « je ne sçache point meilleure escolle, comme j’ay dict souvent, à former la vie que de (...)
  • 10 Article « Voyage (Éducation.) », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts (...)
  • 11 La formule est de Jaucourt (art. cité, p. 493).
  • 12 Misson, Nouveau Voyage d’Italie, La Haye, van Bulderen, 1691 (voyage en 1687-1688) ; Montesquieu, V (...)
  • 13 Abbé G.-F. Coyer, Voyages d’Italie et de Hollande, Paris, Duchesne, 1765 (voyage en 1763-1764) ; Ch (...)
  • 14 Dont les Lettres d’Italie furent publiées pour la première fois en 1799, même si des manuscrits en (...)
  • 15 Le succès des Lettres sur l’Italie en 1785 de Charles Mercier Dupaty tient à la nouvelle sensibilit (...)
  • 16 Je dois aux notes manuscrites et aux livres sur l’Italie légués par Paul Guiton en 1944 à la Biblio (...)

3Nous sommes bien sûr en droit de nous demander si le voyage forcé de la période révolutionnaire répond encore au pacifique impératif de formation de l’individu. Ce but traverse, de Montaigne à Francis Bacon9, les grandes définitions de l’âge classique et c’est lui, on l’a vu, que Jaucourt reprend dans son article « Voyage » de l’Encyclopédie, lorsqu’il qualifie cette activité d’« école où l’on apprend la diversité de tant d’autres vies, où l’on trouve sans cesse quelque nouvelle leçon dans ce grand livre du monde, & où le changement d’air avec l’exercice sont profitables au corps et à l’esprit »10. À de nombreux émigrés et à quelques savants et artistes près, les voyageurs de la fin du xviiie siècle sont assurément des personnes souvent jeunes, qui apprendront beaucoup lors de leurs expéditions et qui connaîtront un autre air que celui de leur patrie, aux frontières de plus en plus clairement dessinées. Mais le prétexte de leur itinérance n’est ni la curiosité, ni la jouissance du corps, ni l’éducation de l’esprit. Sachant ce que furent les guerres plus récentes, comment croire que les soldats du général en chef Bonaparte aient eu le temps « d’examiner les mœurs, les coutumes, le génie des autres nations, leur goût dominant, leurs arts, leurs sciences, leurs manufactures & leur commerce »11 ? D’un corpus d’une trentaine de textes français écrits pendant la campagne d’Italie ou dans les années qui lui succédèrent immédiatement, on attend une rupture radicale par rapport au souci encyclopédique des voyages en Italie de Misson, de Montesquieu, de Cochin, de Grosley, de l’abbé Richard et de l’astronome Lalande12. On ne prévoit pas non plus que ces documents nous livrent les émotions de l’âge romantique. Avant de les connaître, le lecteur s’imagine des textes d’éloge ou collant à la marche des opérations militaires, étrangers aux considérations économiques de Coyer ou de Duclos13, loin de la verve de Charles de Brosses14 ou des enthousiasmes de Dupaty, alors très à la mode15, n’annonçant qu’à grand-peine l’attention aux mœurs italiennes de Stendhal. Que disent donc de l’Italie ces pages le plus souvent restées ignorées en leur temps, fussent-elles l’œuvre de généraux illustres de Bonaparte16 ?

  • 17 Girardon « n’écrit pas ses mémoires, il informe […] ne parle que de faits ‘concrets’ et n’en retien (...)
  • 18 Notre choix de textes de militaires comprend, parmi ceux publiés (et dans l’ordre chronologique de (...)
  • 19 Il s’agit du mathématicien Gaspard Monge (1746-1818), du chimiste Claude Berthollet (1749-1822), de (...)
  • 20 Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie, par feu André Thouin. Rédigé sur le Journal autog (...)
  • 21 Antoine-Laurent Castellan, Lettres d’Italie, Paris, A. Nepveu, 1819, 3 t. ; Antoine-Vincent Arnault (...)

4Pour de multiples raisons, les notes écrites au rythme des batailles sont une mine d’informations et permettent de retracer certains aspects d’un moment délicat de la longue histoire des regards réciproques entre la France et l’Italie. Premier motif d’intérêt, elles ne constituent pas un ensemble homogène. Certes nous ne prenons pas ici en compte les papiers de militaires comme ceux du général Championnet, conservés à Grenoble, ou du commandant Girardon aux Archives historiques de Vincennes, ces derniers contenant des lettres, rapports, notes de service, ordres écrits reçus ou envoyés, précis et mémoires sur les opérations aux armées de Rome et de Naples de juillet 1798 à la fin de juillet 179917. Choisis en raison de l’appartenance de leurs écrits au genre du récit de voyage, les auteurs retenus ont cependant en commun de s’être tous rendus en Italie en se frottant d’une manière ou d’une autre à la campagne de Bonaparte ou à ses suites. Mais certains sont des officiers, comme Dommartin (1768-1799), Desvernois (1771-1859), Marmont (1774-1852), Thiébault (1769-1846), Desaix (1768-1800), Morand (1771-1835), Championnet (1798-1799), Boulart (1776-1842), Griois (1772-1839) ou plus tard Pouget (1767-1851). D’autres sont de plus simples soldats, comme Jean-Claude Carrier (1772-1813), qui ne dépassa pas le grade de maréchal des logis bien qu’il soit resté en Italie de 1796 à 1800, le sergent Fricasse (né en 1773), présent sur les champs de bataille aux plus mauvais moments, en 1798-1799, ou le capitaine Jean-Roch Coignet (1776-1865), passé par le Grand-Saint-Bernard en 180018. Viennent ensuite des scientifiques et des artistes, dont les commissaires auxquels le Directoire demanda de sélectionner les objets de sciences et d’arts à rapporter en France19. De ces derniers, nous ne connaissons que le journal du naturaliste André Thouin, grâce à l’édition partielle du baron Trouvé, et la correspondance de Monge, récemment redécouverte20. À côté du peintre Castellan (1772-1838), qui en 1797 revient de Corfou et par les Pouilles et Naples remonte vers la Toscane, on trouve les gens de lettres. Antoine-Vincent Arnault (1766-1836), auteur de tragédies, est désireux au printemps 1797 d’aller se faire connaître du nouveau conquérant. Courier (1772-1825) arrive en 1798, Maurice Dupin (1778-1808), le père de George Sand, et Stendhal (1783-1842) font tous deux partie en 1800 de l’armée de réserve qui, de Dijon, gagne Milan par le Grand-Saint-Bernard. Ces derniers sont suivis de Bonstetten (1745-1832) en 1803 et de Mme de Staël (1766-1817) en 180421.

  • 22 André-François Miot de Mélito, Mémoires… publiés par le général de Fleischmann, gendre de l’auteur, (...)
  • 23 Symptomatique est à cet égard le cas des tantes de Louis XVI, Adélaïde (1732-1800) et Victoire (173 (...)

5Les fonctionnaires et diplomates ont eux aussi laissé de nombreux témoignages. Miot de Mélito (1762-1841) fut ministre plénipotentiaire en Toscane puis à Turin entre 1795 et 1798, Duviquet (1775-1849) occupa un emploi dans le service des transports militaires en Italie en 1796-1799, Bourrienne (1769-1834) fut secrétaire intime de Bonaparte à partir du printemps 1797. Garat (1749-1833) et Ginguené (1748-1816) ont été envoyés respectivement à Naples et à Turin en 1797 et 1798, tandis que la mission de Méchin (1762-1849) à Malte tourna court à la fin de 1798. Musset-Pathay (1768-1832), père d’Alfred de Musset, fut compagnon d’armes de Stendhal en 1800. Leur succèdent bientôt Van Dedem (1774-1825), ministre plénipotentiaire de Hollande auprès de la cour d’Étrurie en 1801, Dumas (1753-1837), ambassadeur à Naples au printemps 1801, Creuzé de Lesser (1771-1839), envoyé à Parme puis à Païenne en 1801 et 1802, Chateaubriand (1768-1848), qui en 1803 rejoint son poste de secrétaire à la Légation à Rome22. Ces personnages, qui ne constituent qu’une infime partie des Français ayant traversé les Alpes à ce moment-là, nous ont laissé des textes qui portent la trace des épisodes guerriers du Directoire et du début du Consulat : c’est à travers ce prisme qu’ils évoquent l’Italie. Pendant le Directoire, les émigrés poursuivent quant à eux une sorte de contre voyage en vue d’échapper à une France révolutionnaire qui, en gagnant du terrain, leur enlève un à un leurs refuges provisoires23. Autant de points de vue ne sauraient converger. Pour l’historien, une comédie humaine aux fils aussi enchevêtrés invite à dégager quelques constantes.

  • 24 Op. cit., p. 493. Absente du dictionnaire de Furetière en 1690, cette allusion au mensonge des rela (...)
  • 25 Lors de la visite de la Bibliothèque Ambrosienne à Milan : « D’après le voyage de M. de Lalande, je (...)
  • 26 Op. cit., p. 3 et 207 ; Musset-Pathay, bien que ne voyageant qu’en Italie du Nord, cite aussi Dupat (...)
  • 27 Description historique de l’Italie en forme de dictionnaire… par M. de L. M. de l’Académie de Saint (...)
  • 28 Op. cit., p. 161-162. Le passage auquel il est ensuite fait allusion se trouve p. 189.

6Il était jusque-là convenu de dénoncer l’artifice des relations de voyages. En se référant à Strabon Jaucourt, encore lui, mais cette fois-ci dans l’article « Voyageur » de l’Encyclopédie, met en relief l’infidélité des récits parce que les voyageurs « ajoutent presque toujours aux choses qu’ils ont vu, celles qu’ils pouvoient voir : & pour ne pas laisser le récit de leurs voyages imparfait, […] rapportent ce qu’ils ont lu dans les auteurs »24. La critique, de rigueur pendant tout le xviiie siècle, est justifiée. Les auteurs se pillent les uns les autres, y compris ceux qui prétendent rétablir le vrai grâce à leur expérience directe des choses. Or, les données du problème changent à partir de 1796. Si le prestige des guides et récits antérieurs subsiste – Thouin se plaît à prendre en défaut Lalande25, Musset-Pathay revendique sa filiation avec le voyage sentimental de Sterne26 –, les épisodes de la campagne militaire sont trop récents pour qu’aient déjà paru des textes sur eux. L’Italie qui se transforme jour après jour n’est dite ni dans Misson ni dans Lalande, et rien n’en transparaît dans les guides portatifs en un volume qui se multiplient depuis les années 1775-177827. Ce fait est pour nous un second motif d’intérêt. Reprenant ses notes au retour de la guerre, Carrier vacille, perd tout repère et se laisse prendre aux bruits qui ont couru sur les raisons de la chute de Venise : « les Vénitiens, écrit-il, y appellent eux-mêmes les Français pour y rétablir la tranquillité. On y entre en effet, mais, par je ne sais quelle adresse, une municipalité remplaça le Sénat, et les Patriciens n’eurent plus à se mêler du gouvernement »28. Ne sachant où il en est, il finit par coller à la fin de sa description où il parle de la Venise présente, visitée après l’arrivée des Français en mai 1797, le très classique passage des guides de tout le siècle (depuis Misson) sur la liberté de Venise.

  • 29 L’ouvrage de Creuzé de Lesser fut lui aussi publié à chaud, quoique avec quelques années de recul. (...)
  • 30 Justifiant l’édition des Mémoires du général Griois par le fait que « les questions militaires sont (...)
  • 31 J. Kaempfer, Poétique du récit de guerre, Paris, Corti, 1998. Je remercie Sarga Moussa de m’avoir s (...)
  • 32 Les éditions de ces journaux et mémoires ne répondent malheureusement pas toutes à des critères de (...)
  • 33 De G. Agamben, voir Enfance et histoire. Dépérissement de l’expérience et origine de l’histoire, tr (...)

7Certains textes sont écrits plus tard et leurs auteurs en profitent, comme Arnault, Marmont ou Thiébault, pour interpréter à leur profit le cours des événements et le rôle qu’ils y ont joué. À côté des récits publiés dès le retour en France, comme le Voyage en Suisse et en Italie de Musset-Pathay29, nombreuses sont les notes rédigées dans le feu de l’action, mais dont les auteurs ne cherchèrent pas à faire la publicité. Le plus souvent, c’est à l’élan patriotique de la Troisième République qu’elles durent d’être imprimées30. Les textes de Thouin ou de Desaix, tous deux de grande qualité, disent surtout un désir passionné de s’instruire. Griois se situe dans ses Mémoires sur le même registre, tandis que Fricasse, Dommartin, Carrier ou le capitaine Coignet ont une vision sans doute plus limitée, justifiant le rétrécissement du point de vue par lequel J. Kaempfer définit le genre du récit de guerre31. Mais bien que les stéréotypes resurgissent parfois avec vigueur, la plupart de ces auteurs disent sans fard ce qu’ils ont vu, perçu et ressenti32. Avec eux, le voyage devient une expérience sincère et authentique, aux antipodes du mensonge dénoncé par Jaucourt. Ce voyage qui rompt avec le Grand Tour coïncide avec un vœu cher aux Lumières. La science moderne, dont Agamben a montré le lien problématique avec l’expérience, naît aussi de cette humilité d’écriture, qu’on retrouve, à la même époque, dans le Voyage dans l’intérieur de l’Afrique de Mungo Park33.

  • 34 Nous sommes loin des récits du Grand Tour lorsque nous lisons la page où Carrier raconte la mort d’ (...)
  • 35 Comte de Chastellux, Relation du voyage de Mesdames, tantes du roi, depuis leur départ de Caserte, (...)

8Tant sur le plan de la durée que des itinéraires, le modèle de voyage élaboré par le Grand Tour est enfin profondément bouleversé par les réalités de la vie militaire et des combats. À la temporalité relativement réglée d’un voyage qui durait huit mois, un an, deux ans au plus, se substituent des durées imprévues. Une brève mission est accomplie par Desaix en août-septembre 1797 à la demande de Moreau, commandant en chef de l’armée du Rhin, pour convaincre Bonaparte de faire pression sur les Autrichiens en vue du paiement de certaines contributions. Certains séjours sont à l’inverse très longs, puisque des militaires restent en Italie de 1796 à 1800 (Carrier, Thiébault) et d’autres presque sans discontinuer jusqu’aux dernières années de l’Empire (Desvernois, 1796-1798, puis 1805-1815 ; Griois, 1800-1801, puis 1803-1812 ; Courier, 1798-1799, puis 1804-1812), sans parler des morts au combat34. De Misson à Lalande, le voyage conduisait presque invariablement de Turin ou Venise à Rome et Naples, en passant dans un sens par Lorette, dans l’autre par la Toscane. Voici qu’en 1796-1797 le Nord est labouré dans tous ses retranchements par les armées, qu’ensuite seulement les troupes gagnent Rome et Naples, avant de se diriger, plus tard, vers les Calabres. Le trajet de Mesdames Victoire et Adélaïde, tantes de Louis XVI, en 1798-1799 est en lui-même un chef-d’œuvre de démontage de la tradition du Grand Tour. Celles-ci, réfugiées à Rome en 1791, descendues à Naples au début de 1797, doivent le 23 décembre 1798 quitter Caserte et accomplir jusqu’à Trieste, où elles arrivent le 20 mai 1799, le modèle inversé de ce qu’était jusque-là le voyage d’Italie : expédition précipitée par voie de terre pour atteindre les Pouilles, attente incertaine d’un navire, enfin véritable aventure maritime dans l’Adriatique, que pimente l’attaque des corsaires35.

  • 36 Pour aller de Bologne à Rome il passe par Rimini, la maison sainte de Lorette, Macerata, Foligno, S (...)
  • 37 Thouin y passe une semaine à la veille de la chute de la République (op. cit., t. 2, p. 357-358 et (...)
  • 38 « aller vîte, poursuit Musset-Pathay, quand on voudrait se promener ; lentement quand on a envie de (...)

9Le voyage d’agrément est loin et, dans le cas du séjour prolongé des militaires, on est en droit de se demander si la singularité et l’éclat du souvenir de 1796 ne risquent pas de s’estomper. L’exemple de Stendhal, deux décennies plus tard, tend à prouver le contraire. Même si le séjour se dilate, l’Italie peut rester une terre de découvertes incessantes. L’intégration de départements à la France ne tue pas le sentiment d’étrangeté, de différence entre l’Italien et le Français, entre une réalité de départ et une terre visitée, sur lequel l’écriture du voyage se fonde. En dépit de la conquête, la référence à l’origine persiste. Si cette circulation intense sur le territoire italien, avec ses itinéraires en zigzags marqués par les zones de combats (Mantoue) et le retour à la capitale ou dans les lieux de garnisons (Milan, Pavie, Crémone, Modène, Vérone et tant d’autres), fait éclater les cadres du Grand Tour, des morceaux de cette tradition n’en continuent pas moins de flotter. Carrier profite de la période de paix en 1798 et au début de 1799 pour descendre jusqu’à Rome en suivant fidèlement les étapes canoniques36. Après que Miot de Mélito ait constaté en 1796 que Venise était restée inchangée « depuis douze siècles », Thouin au printemps 1797, puis Griois en 1805 s’obstinent à vouloir visiter la ville malgré des circonstances défavorables37. Plusieurs textes témoignent du fait que les opérations militaires de la campagne d’Italie n’empêchent pas le soldat d’être simultanément un homme qui se bat et un voyageur curieux de l’Italie. Musset-Pathay est fier de cette nouvelle manière de voyager : « Ma manière donc, inconnue jusqu’à moi, c’est de voyager avec une armée ! »38

  • 39 Ainsi à propos du blocus de Gênes, op. cit., p. 177-180.
  • 40 Ainsi, pendant que les autres se battent, il peut rêver de la paix des champs, faire des dessins et (...)
  • 41 L’Encyclopédie, en toute première illustration du mot voyage, ne donne-t-elle pas : « On fait le vo (...)
  • 42 P.-J. Grosley, Mémoires sur les campagnes d’Italie de 1745 et 1746, auxquels on a joint un journal (...)

10Deux raisons contribuent à expliquer cette coexistence inattendue. Les militaires ou fonctionnaires qui ont laissé les notes les plus sensibles aux richesses et réalités de l’Italie sont, au moment où ils écrivent, des sortes de marginaux du combat. Contrairement à Marmont et Dommartin en 1796-1797, puis au sergent Fricasse au printemps 1799, qui n’en finit pas d’évoquer dans des pages émouvantes les misères du soldat39, Carrier est depuis l’automne 1796 dans le service des vivres40, le général Desaix est l’été suivant en mission diplomatique, Thouin a pour rôle d’observer et de repérer les trésors que recèle l’Italie, en 1800 Musset-Pathay, Stendhal et Griois sont dans l’armée de réserve. Pouvant s’offrir le luxe d’un « regard éloigné », ces voyageurs ont conscience, et c’est la seconde raison de cette singularité, qu’il leur faut profiter au maximum de leur présence dans un pays qui reste par définition celui du voyage41. À l’instar de Grosley, qui aurait voulu pouvoir profiter davantage de son premier séjour en 1745-1746 comme attaché aux vivres pendant la guerre de Succession d’Autriche pour découvrir la péninsule42, de nombreux militaires de l’époque napoléonienne attendent de l’Italie qu’elle se présente à eux comme une terre du plaisir et de la culture. C’est encore le cas du major Pouget en 1804-1805, alors que la guerre a fait place à une occupation en pays conquis. Celui-ci raconte un séjour à Turin où « le temps se passait rapidement […] entre mon service et les plaisirs », puis surtout une descente vers la Toscane qui a bien plus les allures d’une promenade touristique que militaire :

  • 43 F.-R. Cailloux, baron Pouget, op. cit., p. 82-83.

Notre voyage à travers la belle Italie se fit très joyeusement et très militairement (c’est moi qui souligne) par le plus beau temps du monde. Je vis, avec un plaisir extrême, toutes les jolies villes de Plaisance, Reggio, Parme, Modene, Bologne, Pistoia. […] Nous ne restâmes que quinze jours dans cette belle et intéressante ville [à savoir Pise] célèbre par ses monuments ; nous visitâmes les rives fleuries de l’Arno, ses beaux quais à parapets de marbre blanc, la cathédrale, le baptistère, la tour qui penche aussi élégante qu’une dentelle, et l’immense Campo-Santo. De Pise nous allâmes à Livourne, belle ville régulièrement bâtie, célèbre par son commerce et l’un des plus beaux ports de l’Italie. […] En passant à Florence, nous nous arrêtâmes pour visiter à loisir cette capitale […] qui mérite bien son surnom de Firenze la bella43.

  • 44 Boulart, op. cit., p. 41, 75 et 108.
  • 45 Cette récurrence du modèle du voyageur chez le compagnon de Lucien Bonaparte a été soulignée avec f (...)

11Une telle prégnance de la dimension culturelle de la péninsule atteint néanmoins tout autant des personnages plongés dans l’activité concrète de la guerre. Héroïque défenseur du fort de L’Aquila entre le 15 janvier et le 23 mars 1799, avant de suivre la retraite de l’armée de Naples puis de passer à l’armée d’Italie et de combattre à Novi, le capitaine Boulart avait certes préféré se reposer à Rome après son arrivée de l’armée du Rhin en 1798 par le Mont-Cenis et Milan, plutôt que de visiter « les merveilles de cette ancienne capitale ». Il rapporte également qu’au cours de son voyage de Viterbe à Modène au printemps 1799 il a été plus ému par les sites et la population de la vallée de l’Arno que par Florence « où il y a tant de belles choses à voir ». Les Mémoires de ce fils du maître de chapelle de la cathédrale de Reims n’en contiennent pas moins diverses preuves d’une attention à la beauté architecturale des villes, en même temps qu’ils racontent ses progrès dans l’apprentissage de l’italien. À la grisaille et à l’absence « de monuments remarquables » à L’Aquila sont opposées les « belles et larges rues » de Gênes avec leurs maisons « crépies et peintes à l’huile », dont les couleurs fraîches et variées forment « un effet pittoresque, agréable à l’œil ». Rejoignant Milan depuis Nice peu après Marengo, il se dit « aise de parcourir ainsi le littoral dit la rivière du Ponant » parce qu’ayant fait, l’année précédente, le chemin de Gênes à Nice par bateau, « il me restait à voir Finale, Savone et Voltri, villes situées dans des sites riants » (c’est moi qui souligne). Au terme de ce second séjour italien, qui dure jusqu’en 1802 et où le soldat a agrémenté ses temps de loisirs par des visites telles que celle du cabinet d’histoire naturelle de Pavie, Boulart se dit fatigué et le corps miné par la fièvre. Mais il reconnaît sa dette à l’égard d’un pays où il a « vu de si belles choses », s’est cru « connaisseur jusqu’à s’être formé un langage d’artiste » et a « un peu formé [son] goût »44. Une telle expression du désir de découverte n’est isolée ni parmi les militaires, ni chez d’autres voyageurs contraints de se rendre en Italie par métier. Commentant un périple « utilitaire » de Paris à la campagne romaine, accompli dans la hâte pour rejoindre dans l’exil Lucien Bonaparte, le jeune auteur anonyme d’un manuscrit de 1804 avoue ne pas avoir eu entre les mains une liste des principales curiosités ; mais sa description des villes aperçues depuis la fenêtre de sa berline suggère l’importance que garde à ses yeux le modèle traditionnel du « voyageur d’Italie »45.

La force entraînante de l’événement

  • 46 Ainsi celui de la toute récente guerre de Succession de Pologne est-il bien présent chez de Brosses (...)
  • 47 Bourrienne rapporte ainsi qu’en passant par Turin au lendemain de Marengo « le premier Consul s’y a (...)
  • 48 Carrier, op. cit., p. 60 et 92 ; Musset-Pathay, op. cit., p. 136 ; Thouin, op. cit., t. 2, p. 125 ; (...)
  • 49 Ainsi Boulart ne s’afflige-t-il outre mesure ni de l’épisode des douze moines trouvés égorgés dans (...)
  • 50 Sans cesse Carrier oppose, en une rhétorique répétitive, les beautés de la nature en Italie et le c (...)
  • 51 Monge, lettres de Rome à sa femme du 30 juillet-1er août 1796, et à son gendre Marey du 17 août 179 (...)

12Voyageurs par métier ou par nécessité, incertains sur le lendemain et obéissant aux ordres de route de leurs chefs, les écrivains plus ou moins affirmés du temps de la campagne d’Italie et de la domination napoléonienne trouvent donc dans le voyage – en tout cas certains d’entre eux – une occasion de satisfaire leur désir de connaissance et de détente. Ils exercent leur faculté de juger et par là se rattachent, même s’ils ne la revendiquent pas, à une fonction intellectuelle. L’événement est toutefois d’une force redoutable. Dans sa capacité à transformer le réel, il conduit les contemporains à observer des faits dont ils ne maîtrisent pas le cours tout en ayant vis-à-vis d’eux une part de responsabilité, puisque la guerre fait à nouveau de l’Italie, après une longue pause, une terre à conquérir. Depuis longtemps, les souvenirs des guerres peuplent les récits de voyageurs46. L’intérêt que Bonaparte autant que le capitaine Coignet accordent aux citadelles lorsqu’ils visitent une ville n’est pas non plus nouveau47. Mais par son expérience directe, le voyageur-soldat est confronté aux altérations d’un espace qu’il lui est impossible de décrire avec le détachement du président de Brosses ou de Lalande. Les plus sentimentaux se lamentent du fléau qui ravage l’Italie : « O malheureuse ville qui fûtes le théâtre de la guerre, que votre sort est affreux ! » (Carrier à Oneglia en avril 1796), « Ces villages magnifiques de l’Italie, étaient presque tous dépeuplés » (Musset-Pathay, entre la Suisse et Milan, au printemps 1800). D’autres offrent de Mantoue des esquisses dignes de Callot : « maisons […] abandonnées […] brûlées ou démolies » (Thouin), « La guerre, par ses ravages, a découvert le pays et une assez grande étendue de terrain se présente à la vue » (Desaix)48. Il est en outre remarquable que les souffrances physiques demeurent, mises à part celles de quelques soldats français, absentes. Les morts de civils italiens sont évoquées avec froideur dès lors qu’il s’agit d’ennemis de la France49. Les Italiens ne sont d’ailleurs le plus souvent décrits que de façon générique : perfides, rusés, peu travailleurs, cruels, irréfléchis, prompts à manier le stylet, jaloux, superstitieux. Leitmotive insistants et monotones chez Carrier et le sergent Fricasse, ces jugements sont aussi présents chez Coignet50. Mais ni Monge (sur le peuple romain abruti par la religion), ni Musset-Pathay (à propos de la fausseté des Italiens en général et de l’hypocrisie des Piémontais en particulier), ni même Desaix (sur le peu d’activité de la journée d’un Italien) n’échappent à cette image dépréciative51.

  • 52 F. Waquet, Le Modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome, École Française de Rome, 1989  (...)
  • 53 La situation s’inversa au xixe siècle, entre la chute du Premier Empire et l’unité italienne.
  • 54 Pour Musset-Pathay, les Français sont à Milan « un peu plus aimés […] que dans le reste de l’Italie (...)
  • 55 La formule est ressassée de Mme Vigée-Lebrun à Chateaubriand, en passant par Monge, Musset-Pathay, (...)
  • 56 « Nous sommes de singuliers ennemis : on nous trouve d’abord insolents, un peu trop gais, trop remu (...)
  • 57 Op. cit., p. 148.
  • 58 Thouin s’exclame ainsi, dans la salle des Géants du Palais du Tè à Mantoue : « Il est malheureux qu (...)
  • 59 Desaix rapporte que les Mantouans « ont regretté infiniment qu’on leur ait enlevé le monument élevé (...)

13Avec ses violences et ses morts, la guerre redonne une pleine actualité à l’incompréhension culturelle entre Français et Italiens dont F. Waquet a retracé l’histoire au sein des productions érudites entre le milieu du xviie siècle et le milieu du xviiie siècle, et dont S. Léoni a montré la persistance dans les écrits des encyclopédistes autour de 176552. Par un réflexe d’autodéfense s’exerçant alors davantage contre le voisin ambigu – l’Italien – que contre l’ennemi frontal – l’Autrichien53 –, les Français renouent sur le champ de bataille avec une attitude condescendante qui a son siège au sein de la culture cultivée et que traduisent plus ou moins discrètement au long du siècle de nombreux textes de voyageurs. On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, que nos auteurs recherchent en Italie ce qui ressemble à la France et s’inquiètent de savoir si les Français sont aimés dans la péninsule54. Milan devient sous la plume enthousiaste des lettrés « un second Paris » ou « le Paris de l’Italie »55. Le capital d’image accumulé pendant la campagne d’Italie et après Campoformio est toutefois l’objet d’interprétations contradictoires. Tandis que Chateaubriand, relatant son voyage de 1803, célèbre une osmose quelque peu surfaite entre l’habitant italien et le soldat français56, le père d’Alfred de Musset pense en 1800 que les Français ne sont pas aimés, et même qu’« il existait avant notre révolution, je crois, une antipathie contre nous en Italie »57. Le jeu de la conquête et de la possession n’arrange guère les choses. Le sens de supériorité des Français en fait des prédateurs, se nourrissant de la sève des autres. Si le pillage des œuvres d’art est lié à la naissance d’une conscience patrimoniale58, et si les voyageurs français se plaignent rarement du vide créé par les réquisitions dans les lieux qu’ils visitent, certains d’entre eux laissent malgré tout percer l’amertume des habitants vis-à-vis de Français qui ne sont plus de simples et bienveillants visiteurs de passage59.

  • 60 Cf. par ex. : Mémoires sur Gênes, sur la Spezzia. Route de Gênes pour pénétrer dans le Pavesan et l (...)
  • 61 Cf. supra, début du chap. 7. Des mémoires manuscrits furent également écrits à des fins militaires (...)
  • 62 Affiches, Annonces et Avis divers du Dauphiné, Grenoble, chez la Vve Giroud, 12 sept. 1777 (Bib. Mu (...)
  • 63 Johann Wilhelm von Archenholz, Tableau de l’Angleterre et de l’Italie, trad. de l’allemand, Gotha, (...)
  • 64 « Il faudroit un Pape françois, avec Cinquante Mil hommes de sa nation pour y Introduire la polites (...)

14Avec les campagnes de Bonaparte, des attitudes anciennes sont réactualisées de façon brutale. Le souci de pénétrer en Lombardie et de s’ouvrir ainsi la route d’Italie était depuis longtemps une obsession. Sans remonter aux siècles précédents, nous savons que les militaires étudièrent lors de la guerre de Succession d’Autriche les moyens de pénétrer dans le Pavesan ou dans le Milanais par Gênes, outre la possibilité d’entrer en Italie par le comté de Nice60. L’Histoire des campagnes de Maillebois en Italie en 1745 et 1746 par Masson de Pezay parut en 1775 à l’Imprimerie Royale, accompagnée de planches qui en assurèrent le succès61. Les Mémoires de la guerre d’Italie depuis l’année 1733 jusqu’en 1736, réunis sans doute par le comte d’Espie, furent publiés en 1777 par la veuve Duchesne et obtinrent un écho dans le pays qu’atteste leur présence dans le catalogue de la librairie Giroud à Grenoble62. Par-delà la question des voies d’accès et le fil directeur du voyage conçu comme une conquête, le constat de la faiblesse politique du pays a également nourri la tentation d’en emporter les richesses, à commencer par celles des États du pape. Il ne s’agit pas là d’une idée uniquement française si l’on en croit le commentaire de l’Allemand Archenholz à propos de Lorette en 1788 : « La ville n’est défendue que par cinq cents misérables soldats, qui n’étant nullement sur la défensive, opposeraient une résistance à peu près nulle à une attaque de nuit »63. Dans un texte écrit quelques années plus tôt, vers 1760, l’Angevin Pocquet de Livonnière oppose sans fard à la faiblesse papale la puissance française64. En tout état de cause, la longue histoire du rapport de force entre les nations française et italienne se devine en filigrane dans les journaux et récits de voyage français du Directoire et des débuts du Consulat.

  • 65 Sur la méthode d’observation des faits mise au point par les idéologues, voir S. Moravia, « Philoso (...)
  • 66 L’Italie de Fricasse n’est qu’une suite de villes appelées positions ou citadelles, que l’auteur dé (...)
  • 67 On sait que, pendant les loisirs que lui laissaient les campagnes militaires de la Convention, Cham (...)
  • 68 Un paysage retenait l’attention au xviiie siècle lorsqu’il était fertile et bien organisé (en cas d (...)
  • 69 Sur les caractères de la statistique départementale à cette époque, cf. M.-N. Bourguet, Déchiffrer (...)
  • 70 J.-B.-J. Breton, Voyage en Piémont, contenant la description topographique et pittoresque, la stati (...)

15Il est un autre domaine où la logique de l’événement porte à son point maximal d’expansion une évolution de la façon de voyager qui était amorcée dès avant la Révolution. Non sans paradoxe, en effet, la conquête a amené à développer l’esprit d’enquête valorisé par les Lumières et relayé par les idéologues65. Certes la relative fermeture vis-à-vis de l’autre et le centrage sur les affaires de France font que le désir de connaissance des soldats ou des fonctionnaires du Directoire, du Consulat et de l’Empire est avant tout orienté vers ce qui est utile à leur pays, à sa grandeur, à ses victoires. Il s’agit de s’approprier un territoire, avec ses richesses, et bien le connaître, en l’observant avec précision et justesse, sert la cause de la guerre et relève de la logique de possession que nous venons d’évoquer. Les villes sont autant de places fortes dont Carrier, Fricasse ou Desaix nous décrivent, avec une minutie légitime compte tenu des circonstances, l’état des murs et des forts, les provisions en artillerie ou la situation avantageuse66. Le pays traversé est conçu comme un espace militaire, décrit en termes de stratégie et de cartographie, et peut-être n’y avait-on jamais autant remarqué les ponts et les rivières, le couvert végétal et les dénivellations de terrain67. Ce faisant, la centralité sur les monuments que renferment les villes s’estompe et une approche plus organique des paysages ruraux se substitue au relatif désintérêt des récits du Grand Tour à leur égard68. Les continuateurs de Lalande ont à la fin du siècle le désir de faire sentir la personnalité d’une région. Sans être bien sûr seule responsable de ce nouveau regard, la campagne d’Italie développe le sens d’une proximité avec le terrain. Parmi ses effets légèrement plus tardifs il y a, on le sait, la création de départements français en Italie : de ces territoires fraîchement conquis, on s’empresse de dresser un inventaire, département après département, avec force cartes, aperçus climatiques, tableaux statistiques, état des dialectes et habitudes des populations69. C’est le cas du Voyage en Piémont de Jean-Baptiste-Joseph Breton (1777-1852), qui n’est pas seul en son genre70 et multiplie les conseils pratiques à l’adresse des voyageurs. Préférant l’économie à l’histoire, c’est-à-dire le présent au passé – ce qui marque une rupture par rapport au Grand Tour –, l’ouvrage rapporte malgré tout les villes à l’histoire récente en faisant des sièges un élément déterminant de leur description. L’événement laisse ainsi sa marque au cœur d’un discours qui se veut avant tout du dénombrement et de l’utilité.

  • 71 Le Dictionnaire de Trévoux, répétant Furetière, place encore en 1743 au premier rang des buts du vo (...)
  • 72 Récusant le vandalisme révolutionnaire Thouin au passage par la Savoie déplore ainsi que l’on ait e (...)
  • 73 Ibid., p. 50-51.
  • 74 Le dîner est décrit par Thouin, ibid., p. 78-79.

16Si la logique de la conquête dessine, contre l’internationalisme des Lumières, les contours de ce que l’on peut appeler un encyclopédisme sélectif, et si la spécialisation professionnelle de certains voyageurs paraît restreindre le champ de vision – André Thouin, naturaliste, privilégie dans ses visites de villes les jardins botaniques –, il serait injuste d’oublier que le voyage en Italie d’après 1796 fut pour ces raisons même un laboratoire de la pratique scientifique. La visite des bibliothèques, des jardins des plantes, des observatoires et des cabinets d’histoire naturelle relève assurément d’une habitude des voyageurs. Le fait que Thouin, Musset-Pathay et Stendhal rencontrent à Pavie l’anatomiste Scarpa ou que Thouin voit à Bologne le physicien Galvani correspond à un rituel du voyage d’instruction du xviiie siècle. Ce n’est toutefois plus sur les cabinets de curiosité ou les collections d’antiques que Carrier, Thouin ou Desaix s’attardent71. Ils ne rencontrent pas non plus en priorité des érudits ou des hommes de loi, à la différence de leurs prédécesseurs qui voyaient dans la première moitié du siècle Muratori à Modène, et dans la seconde moitié Beccaria à Milan. Surtout le sens de la démarche se modifie. Il ne s’agit plus seulement d’engranger des connaissances pour soi-même ou pour ses proches, mais de s’inscrire dans un projet pédagogique collectif72. Thouin veut ainsi faire connaître aux Français l’économie rurale des pays visités et expliquer avec un souci de rigueur scientifique, suite à sa visite de l’observatoire de Brera, les motifs qui poussent les Milanais à ressentir si fortement le froid l’hiver qu’il leur faut s’habiller plus chaudement qu’ailleurs73. À la faveur de la campagne d’Italie, l’échange entre les savants et artistes des deux nations a ensuite lieu sur une base d’égalité, qui renoue avec l’esprit académique : Volta est ravi de rencontrer Berthollet à Milan et Thouin rapporte le fameux dîner où Bonaparte rassemble un nombre presque égal d’artistes et de savants italiens et français74. La réunion de différents ordres de savoir au sein de la commission qui doit trier et envoyer en France les objets de sciences et d’arts permet enfin de revisiter la tradition du voyage en Italie et de la soumettre à une critique collégiale. Le commentaire de Thouin sur la statue de saint Barthélemy au Dôme de Milan, topos de tous les récits de voyage du xviiie siècle, en offre l’exemple :

  • 75 Ibid., p. 43-44.

Parmi ces sculptures, il en est une sur laquelle se partage l’opinion des artistes et des connaisseurs ; la peau enlevée de dessus les chairs lui forme une espèce de draperie. Les uns vantent la pensée, les autres l’exécution. Après un examen attentif, nos collègues artistes trouvèrent que (c’est moi qui souligne), sous ce double rapport, la statue est au-dessous de sa réputation. D’abord le sujet est hideux et horrible à voir […]. En second lieu […] la position des muscles et leur configuration ne sont point exactes. […] MM. Moitte [le sculpteur], Berthelmy (sic) [le peintre] et Berthollet [le chimiste] convinrent unanimement que ce travail était mauvais et comme objet d’art et comme imitation75.

17Par cet assemblage d’une critique à plusieurs voix, les commissaires entendent participer d’une façon efficace au progrès et à l’utilité du savoir. L’événement apparaît comme l’occasion d’un éveil, d’une redistribution des cartes, stimulant le voyage dans son effort de connaissance.

  • 76 « Soldats, vous êtes nus et mal nourris. Je vous conduirai dans les plaines les plus fertiles du mo (...)

18On constate également que la force entraînante de l’événement renforça chez les voyageurs le traitement de l’Italie comme un objet de délectation. Nous rejoignons par là plus nettement l’âge romantique. L’Italie suscite l’enthousiasme des soldats de Bonaparte, qui n’a pas manqué d’alimenter leur désir dans la première des deux fameuses déclarations contradictoires du 28 et du 31 mars 179676. On se souvient ici des émois que Cambry (1749-1807) dit avoir éprouvé en 1788, à la vue des îles Borromées : « On n’imagine pas les saisissements, devait écrire Cambry en 1801, les battements de cœur que j’éprouvai, quand je me vis aux portes de ce pays sacré, à deux jours de Milan, près des îles Borromées ». Le récit de la descente sur Mondovi par Carrier, soldat natif des Bauges, en 1796, procède d’une logique comparable :

  • 77 Jacques Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, Jansen, an IX-1801, t. 1, p. 317  (...)

La ville de Mondovi […] est située sur une espèce d’amphithéâtre, qui domine le commencement des belles plaines du Piémont. Nous voilà donc enfin dans cette terre promise, que nous guettions depuis cinq ans du haut de ces montagnes […]. Nous voilà au-delà de ces boulevards jugés pendant si longtemps imprenables77.

  • 78 Ainsi Taine s’exclame-t-il en 1864, devant le Triomphe de Venise par Véronèse : « Voilà ce qu’il fa (...)

19Plus agressif que celui de Cambry, le texte de Carrier s’inscrit dans l’horizon d’une attente de nature sentimentale, annonçant le mélange d’enthousiasme vital et de désir de possession qui allait caractériser le touriste du xixe siècle78. Les mobiles peuvent varier : Desaix rêve ainsi de voir l’Italie pour connaître Bonaparte, étudier les lieux des batailles et tirer les leçons du succès de son armée. Mais de Mondovi, comme pour d’autres depuis le haut du Dôme de Milan, ce qui se découvre ce sont autant une nature riche et féconde qu’un monde plein des promesses de l’art et de la culture. Le périple prend par là l’allure d’une promenade au milieu du paradis terrestre.

  • 79 Boulart, op. cit., p. 55.
  • 80 Ainsi le capitaine Coignet note-t-il que sur les marchés de Crémone « on pèse tout, oignons et herb (...)
  • 81 Chez Carrier, chez Desaix, chez Thiébault.
  • 82 À la tendresse de la mère répond la beauté des deux filles dont la seconde, âgée de 17 ans, est « p (...)
  • 83 Les hommes étant, eux, « dissimulés et méchants » (op. cit., p. 199).

20Une continuité se dessine en cela du Directoire aux années de l’Empire. Pour Boulart en 1799, le « pays conquis » entre Florence et Pistoia a « paru un nouvel Eden, par la richesse de la végétation, la fraîcheur de la verdure, la variété et le gracieux de ses sites, la propreté des habitations, l’air de bonheur répandu sur les figures et la beauté de la population féminine »79. L’argent, la richesse, le mouvement des villes80 et le désir de Rome81 sont au rendez-vous. Chez ces hommes souvent jeunes, les femmes italiennes ne le sont pas moins. Desvernois loue les hôtesses qui le soignent pendant trois mois à Codogno82, Carrier dit d’elles qu’elles sont « généralement aimables et faciles »83, Desaix suggère que l’armée d’Italie profite joyeusement de leur présence, notamment à Milan. Thiébault et Griois ne cessent de raconter à leur sujet des exploits qui auraient eu de quoi rendre Stendhal fort envieux. Or, l’Italie devient également sous l’Empire le prétexte d’une déambulation bourgeoise, où un couple stabilisé jouit du bonheur de visiter à deux la péninsule. Tel est le cas de Pouget qui, parti de Boulogne, arrive au début de 1804 en garnison à Turin : « Mon bonheur était au comble, j’allais en Italie, j’allais revoir tous les miens, embrasser ma femme […] ». Sa femme, précisément, qui l’a rejoint à Livourne, « désirait vivement voir l’Italie, et l’occasion ne pouvait être plus favorable ». Le tour d’Italie du couple ne sera pas complet, car la fièvre jaune et le rappel de Pouget en France au début de 1805 les empêchent de se rendre à Rome, Naples et Venise. Le récit bref et plutôt banal que Pouget a laissé de la vie à Livourne, du « délicieux séjour de Pise » et de la visite des différentes villes en remontant vers le nord, révèle cependant que l’impératif du métier des armes s’est en quelque sorte dissous dans la délectation du voyage accompli en temps de paix :

  • 84 Pouget, op. cit., p. 83-87.

Nous voyageâmes en amateurs, visitant à loisir toutes les villes qui se trouvaient sur notre passage. Je revis Florence, dont on ne se lasse pas d’admirer les monuments. […] Nous vîmes dans le plus grand détail les villes de Bologne, Modene, Reggio, Parme, Plaisance, Lodi, Milan, Novare, Vercelli et Turin84.

21Entre le regret de n’avoir pu tout voir (y compris à Turin) et le plaisir de la découverte des monuments, de la descente en traîneau au Mont-Cenis ou de la rencontre en chemin des plus hautes autorités du moment, tels l’Empereur Napoléon Ier et le pape Pie VII, c’est à un parfait touriste moderne que l’activité de la guerre a d’une certaine manière donné naissance.

Les traces laissées sur le xixe siècle

  • 85 « ville médiocre, ceinte pour toute fortification d’une muraille sur un rempart élevé […] Les maiso (...)
  • 86 La gloire de Lodi est immédiate. Arnault, mai 1797 : « Tout pressé que j’étais, je n’avais voulu tr (...)
  • 87 Stendhal : « Les Italiens ont raison : Marengo avança d’un siècle la civilisation de leur patrie, c (...)
  • 88 La première citation est de Carrier en 1796 (op. cit., p. 91), la seconde de Musset-Pathay en 1800 (...)
  • 89 Arnault : « Mantoue aussi était environnée de la gloire française. Sous ces murs assiégés et conqui (...)
  • 90 Si Ampère s’y attarde en 1823, c’est uniquement en souvenir de Virgile.

22Lorsqu’on tente d’évaluer les traces laissées par la campagne d’Italie dans le regard des voyageurs du xixe siècle, on s’aperçoit que le retour de l’Italie dans l’actualité de l’événement a entraîné chez un certain nombre de Français une prise de conscience du fait que l’Italie était un pays vivant, entré dans une phase de luttes pour son unité et sa liberté. En dépit de contradictions, ceux-ci manifestent, de Madame de Staël ou de Stendhal à Louise Colet, une sensibilité aux luttes du Risorgimento. En second lieu, des étapes nouvelles jalonnent l’itinéraire, réel ou imaginaire, des voyageurs. L’arc de triomphe et l’arène imaginés sous Napoléon font désormais partie des parcours obligés dans Milan. La ville de Lodi, que de Brosses qualifiait en 1739 de médiocre85, devient aussitôt après la victoire française un véritable lieu de pèlerinage, inscrit dans les parcours de la mémoire napoléonienne et qui jouit sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire d’un prestige demeuré intact86. Celui-ci est complété par le souvenir des autres victoires françaises de la campagne de 1796-1797 – Arcole, Castiglione, Rivoli – puis de Marengo87. Il est vrai que le recentrage de la géographie de l’Italie sur Mantoue, « dernière clef de l’Italie », et sur Milan, située « au centre de l’Italie, dans un pays qui produit en abondance toutes les commodités de la vie »88, ne résiste pas à l’usure du temps. Mais tandis que le souvenir de Mantoue, avivé sur le moment par les difficultés du siège89, s’efface rapidement90, d’anciens lieux de mémoire comme Marignan, pour la victoire, et Pavie, pour l’introuvable champ de bataille du désastre de François Ier, acquièrent sur la lancée d’un regain d’intérêt de la seconde moitié du xviiie siècle le statut de site objet d’une fréquentation assidue. De son côté, une attention nouvelle au paysage rural s’esquisse, qui de Cambry (1788) nous mène à Thouin (1796-1798) ou Castellan (1797), puis de ces derniers à Bonstetten (1803) et à Lullin de Châteauvieux (1812-1813).

  • 91 Le cas de Venise, dans lequel Viollet-le-Duc voyait en 1837 un « grand cadavre » et un « corps expi (...)
  • 92 Monge, lettres à son épouse du 22 juillet et du 30 juillet-1er août 1796.

23De même que la circularité des itinéraires propre au Grand Tour se reconstitue à la fin des guerres napoléoniennes, opposant une pluralité d’étapes à la centralité de la péninsule sur Milan, la suprématie des villes sur la campagne retrouve elle aussi ses pleins droits dans l’Italie que sillonnent les voyageurs d’après l’Empire. Par-delà les changements observés à partir de 1796, diverses attitudes assurent d’ailleurs le relais entre le regard porté sur l’Italie à l’époque des Lumières et celui qui s’instaure au temps du romantisme. Nos voyageurs de la transition prennent faiblement en compte les Italiens et leurs mœurs : une majorité d’entre eux traite encore l’Italie comme une terre des morts, vouée à la seule contemplation des beautés de l’art et de la nature, un pays en quelque sorte sans habitants – sinon quand il s’agit de raconter quelque anecdote historique ou de protester contre les aubergistes et voituriers. Par contraste avec la voie suivie par Stendhal et les idéologues, un fil qui est loin d’être ténu mène du constat familier aux Lumières sur la décadence de l’Italie présente à la lamentation des romantiques face aux ruines et fragments de la splendeur passée91. À la charnière entre les deux époques, Monge ne dit-il pas de Florence en 1796 que « par rapport aux hommes, elle n’offre que des ruines », et que Rome est « une momie dont le principe de vie est détruit depuis longtemps »92 ?

  • 93 Cf. É. Chevallier, « Les guides d’Italie et la vulgarisation de la critique d’art au xviiie siècle  (...)
  • 94 Carrier suit à la lettre les guides et préfigure en cela une certaine boulimie aplatissante du tour (...)
  • 95 Ainsi S. Costa rappelle-t-elle qu’à Bologne ils fondèrent leurs jugements, à l’instar de tous les v (...)
  • 96 Paris, Ponthieu, an VII. Cette notice se trouve dans le t. 1, p. 387-412.

24Une autre continuité se dessine dans la manière dont les voyageurs des années napoléoniennes qui visitent les galeries et les collections perçoivent les œuvres d’art. Le travail des commissaires du Directoire et la façon dont Carrier ou Desaix racontent leurs expériences de la peinture révèlent le progrès d’une sensibilité à l’art et l’usage d’un vocabulaire mieux adapté : effet, sans doute, du Voyage d’Italie de Cochin (1758) et de la vulgarisation de la critique d’art par certains guides de voyage de la seconde moitié du xviiie siècle93. En revanche, qu’ils soient convenus ou pris en charge personnellement par l’amateur, les goûts sont largement restés ceux du début du siècle. Le Saint-Pierre et Saint-Paul de Guido Reni au Palais Sampieri de Bologne – œuvre qui échappa au transport vers Paris – ou la Salle des Géants de Jules Romain à Mantoue demeurent en Italie du Nord, avec éventuellement quelques toiles de Véronèse, les œuvres les plus célébrées94. On sait du reste que, dans leur choix des peintures à envoyer en France, les commissaires du Directoire firent la somme des goûts dominants depuis le xviie siècle95. De là vient l’intérêt de la « Notice des tableaux envoyés d’Italie à Paris / Par les Commissaires du Gouvernement français » qui accompagne les Lettres historiques et critiques sur l’Italie de Charles de Brosses, publiées pour la première fois en 179996. Cette liste montre que le voyage s’est transformé non pas en ce qu’il diffuse de nouveaux goûts, mais parce que s’y exprime un souci de sélectionner parmi les œuvres consacrées celles qui sont les plus aptes à participer à la prospérité de la grande nation française.

25Sans nier que l’événement militaire et patriotique ait contribué à faire évoluer de l’image de l’Italie des voyageurs, gardons-nous pour finir d’en exagérer l’importance. Les années de la campagne d’Italie puis de l’occupation française sous l’Empire ne suffisent pas à expliquer les métamorphoses que connut le Grand Tour sur un arc temporel de plusieurs décennies. Les voyageurs de la première moitié du xixe siècle accordèrent une grande place à l’émotion, à l’ego, visitèrent davantage le Sud et se prirent de passion pour les paysages naturels et pour les mœurs d’un point de vue pittoresque, tandis que le voyage « scientifique » devenait une activité spécialisée. Mais nous observons aussi que le séjour dans les villes d’art, comme Rome et de plus en plus Florence, restait incontournable. Quelle que soit l’ampleur des changements intervenus entre 1789 et 1815 par rapport au xviiie siècle, il convient donc de laisser à la campagne d’Italie et à ses conséquences une sphère d’autonomie. Certes de nouveaux lieux de « culte » patriotique apparurent, les esprits s’emplirent de souvenirs durables, les Français pénétrèrent davantage dans la vie quotidienne des Italiens – de Griois à Stendhal – et eurent parfois le sentiment d’épouser les luttes politiques de la péninsule. La campagne d’Italie n’a pourtant pas empêché que la vision d’un « tour » perdure chez le voyageur bientôt devenu touriste, tâtonnant entre l’ancien et le nouveau monde. Si ce dernier considéra de plus en plus l’Italie comme un laboratoire, ne perdons pas de vue qu’il continua le plus souvent, au cours de son voyage, à en faire moins le laboratoire du peuple et de la nation italiens que celui de ses propres idéaux de Français, lieu d’une rencontre toujours recommencée avec soi-même.

Notes

1 Sur l’emploi du terme intellectuel par Saint-Simon dès 1820, cf. Ingrid Rademacher, « Élites et républicanisme : Pierre-Louis Roederer, critique de la campagne d’Italie et brumairien », dans J.-P. Barbe, R. Bernecker (dir.), Les intellectuels européens et la campagne d’Italie, 1796-1798, Munster, 1999, p. 149.

2 Sur cette proximité entre la guerre et le voyage en Italie avant la période révolutionnaire, cf. G. Bertrand, « Voyage en Italie et guerre : traces, discours et récits de gens de lettres français au xviiie siècle », dans O. Forlin (dir.), Anticléricalisme, minorités religieuses et échanges culturels entre la France et l’Italie, de l’Antiquité au xxe siècle. Hommage à Jean-Pierre Viallet, Paris, 2006, p. 263-304.

3 Cf. Alexandre-Frédéric-Jacques Masson de Pezay, Cartes géographiques, topographiques, plans de marches, campements, villes… et de toutes les opérations militaires exécutées en Italie pendant les campagnes de 1745 et 1746 par les armées combinées de France et d’Espagne commandées par le Maréchal de Maillebois s. 1., 1775, in fol. ; Pons-Augustin Alletz, Dialogues en françois et en latin, pour servir de guide aux militaires et aux personnes qui voyagent, Paris, Guillyn, 1760.

4 Avant même la chute de l’Empire, vers 1811, les voyageurs français recommencent de se bousculer en Italie (Lamartine, Custine, Millin, Lullin de Châteauvieux, Stendhal…). Ce sont toutefois la défaite de la France puis le Congrès de Vienne qui redonnent leur possibilité de pleine expansion aux voyages des Européens à travers le continent. Cf. supra, chap. 2.

5 Sur les voyages d’émigrés en Italie, cf. supra, chap. 1, et surtout infra, chap. 12. Nous nous permettons de renvoyer aussi à G. Bertrand, « Le cosmopolitisme à l’épreuve de la Révolution française. Pratiques aristocratiques et bouleversements des idéaux chez les voyageurs émigrés français en Italie », dans R. Chagny (dir.), La Révolution française : idéaux, singularités, influences, Grenoble, 2002, p. 101-114 ; Id., « Voyage et cosmopolitisme dans la tourmente de la Révolution française. Du voyage de connaissance aux effets de l’émigration et de l’exil », dans M. Bossi, A. Hofmann, F. Rosset (dir.), Il Gruppo di Coppet e il viaggio. Liberalismo e conoscenza dell’Europa tra Sette e Ottocento, Florence, 2006, p. 67-90.

6 De nombreux textes de militaires français écrits entre 1796 et 1800 ou relatifs aux épisodes de la période napoléonienne parurent, comme on le verra plus loin, sous la Troisième République, entre la guerre de 1870 et celle de 1914-1918, dans un contexte de relance patriotique où l’exemple de la campagne d’Italie menée surtout contre les Autrichiens servait à alimenter autant les souvenirs de temps héroïques que le sentiment anti-allemand.

7 Le débat reste assurément ouvert quant à savoir si les idées que véhiculent les voyageurs sont de simples échos d’idées forgées ailleurs, dans les cabinets d’hommes de lettres, dans les discussions savantes, dans les dictionnaires ou autres ouvrages, ou si les textes de voyageurs peuvent eux-mêmes – et en dépit des répétitions d’un auteur à l’autre – constituer la source d’idées ou de stéréotypes ensuite diffusés ailleurs (cf. supra, chap. 1).

8 S’agissant de représentations symboliques, les deux batailles peuvent difficilement être dissociées et de ce fait notre corpus de voyageurs couvre à la fois les opérations des années 1796-1798 et celles de l’année 1800.

9 Montaigne : « je ne sçache point meilleure escolle, comme j’ay dict souvent, à former la vie que de luy proposer incessamment la diversité de tant d’autres vies […] », Essais, III, 9 (Paris, 1950, Pléiade [éd. orig. 1595], p. 1090) ; Bacon : « Voyager est pour la jeunesse une forme de l’éducation, pour les aînés une forme de l’expérience », The Essayes or Counsels, civill and morall, XVIII, « Des voyages » (trad. franc., Paris, 1948 [éd. orig. 1625], p. 91).

10 Article « Voyage (Éducation.) », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Livourne, 1775 (1ère éd. 1765), t. 17, p. 492. Le Dictionnaire de Trévoux reprend de son côté mot pour mot le Dictionnaire universel de Furetière (1690) lorsqu’il souligne que « Les voyages sont nécessaires à la jeunesse pour apprendre à vivre dans le monde » (Paris, 1743 [1ère éd. 1704], t. 6, p. 896). Cf. supra, chap. 1.

11 La formule est de Jaucourt (art. cité, p. 493).

12 Misson, Nouveau Voyage d’Italie, La Haye, van Bulderen, 1691 (voyage en 1687-1688) ; Montesquieu, Voyages de Montesquieu, publiés par le baron Albert de Montesquieu, Bordeaux, Impr. G. Gounouilhou, 1894-1896 (voyage en 1728-1729) ; Cochin, Voyage d’Italie…, Paris, C. A. Jombert, 1758 (voyage en 1749-1751) ; P.-J. Grosley, Nouveaux Mémoires ou observations sur l’Italie et sur les Italiens…, Londres, J. Nourse, 1764 (voyage en 1758-1759) ; abbé J. Richard, Description historique et critique de l’Italie…, Dijon, François des Ventes, 1766 (voyage en 1762) ; Lalande, Voyage d’un Français en Italie fait dans les années 1765 et 1766, Venise-Paris, Desaint, 1769. Pour les titres complets, se reporter aux sources imprimées.

13 Abbé G.-F. Coyer, Voyages d’Italie et de Hollande, Paris, Duchesne, 1765 (voyage en 1763-1764) ; Charles Pinot dit Duclos, Voyage en Italie ou Considérations sur l’Italie par feu M. Duclos, Paris, Buisson, 1791 (voyage en 1766-1767).

14 Dont les Lettres d’Italie furent publiées pour la première fois en 1799, même si des manuscrits en circulaient depuis le milieu du siècle (le voyage est de 1739-1740).

15 Le succès des Lettres sur l’Italie en 1785 de Charles Mercier Dupaty tient à la nouvelle sensibilité qu’elles expriment, à la fois issue des Lumières et annonciatrice du romantisme. Il y eut six éditions ou réimpressions entre 1788 et 1797 (sans compter la traduction anglaise de 1789), vingt-quatre avaient paru en 1829 et d’autres suivirent jusqu’en 1854. On connaît le jugement de Stendhal à leur égard : « Les commis marchands qui courent l’Italie savent par cœur les traits d’esprit du président Dupaty […]. Son voyage a eu quarante éditions [chiffre exagéré], et celui du président de Brosses n’a pu arriver qu’à la seconde », Promenades dans Rome (1829), dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, Paris, 1973 [Pléiade], p. 669).

16 Je dois aux notes manuscrites et aux livres sur l’Italie légués par Paul Guiton en 1944 à la Bibliothèque municipale de Grenoble, de m’avoir révélé l’importance d’un certain nombre de sources utilisées dans ce chapitre.

17 Girardon « n’écrit pas ses mémoires, il informe […] ne parle que de faits ‘concrets’ et n’en retient que l’essentiel […] sans humour et sans lyrisme » (M. P. Critelli, G. Segarini, « Une source inédite de l’histoire de la Révolution romaine : les registres du commandant Girardon. L’insorgenza’ du Latium méridional et la campagne du Circeo », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 104, 1, 1992, p. 249).

18 Notre choix de textes de militaires comprend, parmi ceux publiés (et dans l’ordre chronologique de l’arrivée de leurs auteurs en Italie) : A. de Besancenet, Un officier royaliste au service de la République d’après les lettres inédites du général de Dommartin, 1786 à 1799, Paris, Librairie Générale, 1876 (présent en 1796-1797) ; Jean-Claude Carrier, Mémoires d’un Jeune Militaire Savoyard de 1793 à 1800, Chambéry, 1930 (en Italie de 1796 à 1800) ; Nicolas-Philibert Desvernois, Mémoires… publiés… d’après les manuscrits originaux avec une introd. et des notes, par A. Dufourcq… 1789-1815, Paris, Plon-Nourrit, 1898 (présent en 1796-1797 puis en 1805-1815) ; Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, Mémoires du duc de Raguse de 1792 à 1832, Paris, Perrotin, 1857, t. 1 (présent en 1796-1797) ; Paul Thiébault, Mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1893, vol. 2 (présent de 1796 à 1800) ; A. Chuquet, Journal de voyage du général Desaix. Suisse et Italie (1797), Paris, Plon-Nourrit, 1907 (séjour en 1797) ; L. Larchey, Journal de marche du Sergent Fricasse de la 127e demi-brigade, 1792-1802…, Paris, Aux frais de l’éditeur, 1882 (présent en 1798-1799) ; Jean-François Boulart, Mémoires militaires… sur les guerres de la République et de l’Empire, Paris, à la Librairie illustrée, [1892] (présent en 1798-1799) ; Jean-Roch Coignet, Les cahiers du capitaine Coignet (1799-1815), publiés par L. Larchey, Paris, Hachette, 1883 [une 1ère éd. par l’auteur avait eu lieu en 1851] (campagne de 1800) ; A. Chuquet, Mémoires du général Griois, 1792-1822, Paris, Plon, 1909, t. 1 (en Italie à partir de 1800) ; François-René Cailloux, baron Pouget, Souvenirs de guerre du général baron Pouget, publiés par Mme de Boisdeffre, née Pouget, Paris, La Vouivre, 1997 (1ère éd. 1895), p. 57-220 (en Italie en 1804 et au début de 1805). Pour une liste plus complète des militaires de cette période ayant laissé des traces écrites, cf. supra, chap. 2, tableau 1, et infra, sources imprimées, récits de voyage accomplis sous la Révolution et sous l’Empire. Les papiers manuscrits, comme ceux de Morand et de Championnet, n’ont été que très peu utilisés dans le cadre de ce chapitre.

19 Il s’agit du mathématicien Gaspard Monge (1746-1818), du chimiste Claude Berthollet (1749-1822), des naturalistes André Thouin (1747-1824) et La Biliardière, des peintres Jean-Simon Berthélemy (1743-1811) et Pierre-Jacques Tinet (1753-1803), du sculpteur Jean-Baptiste Moitte (1746-1810).

20 Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie, par feu André Thouin. Rédigé sur le Journal autographe de ce savant professeur par le Baron Trouvé, Paris, chez l’éditeur, 1841. La correspondance de Monge a été partiellement publiée en italien par Luigi Pepe et Sandro Cardinali (Dall’Italia 1796-1798, Païenne, 1993), mais une édition française est en préparation sous la direction de J. Dhombres. Si les fonds des Archives Nationales et du Louvre ne contiennent que des lettres ou notes à caractère administratif (information communiquée par S. Costa, qui a travaillé sur les réquisitions du Directoire en Italie), il n’est sans doute pas impossible de retrouver les impressions de voyage de certains commissaires du Directoire.

21 Antoine-Laurent Castellan, Lettres d’Italie, Paris, A. Nepveu, 1819, 3 t. ; Antoine-Vincent Arnault, Souvenirs d’un sexagénaire, Paris, Dufey, 1833, en particulier le t. 3 ; Paul-Louis Courier, Lettres écrites de France et d’Italie, dans Œuvres complètes, Paris, 1951 (Pléiade), p. 643-927 ; G. Sand, « Lettres et récits de l’histoire de mon père », dans Histoire de ma vie, Paris, Calmann-Lévy, 1892 (1ère éd. 1854-1855), vol. 1, p. 359-425 ; Stendhal, Voyages en Italie, cit. ; Charles Victor de Bonstetten, Voyage sur la scène des six derniers livres de l’Énéide. Suivi de quelques observations sur le Latium moderne, Genève, J.-J. Paschoud, an XIII ; Mme de Staël, Corinne ou l’Italie, Paris, F. Didot, 1866 (1ère éd. 1807).

22 André-François Miot de Mélito, Mémoires… publiés par le général de Fleischmann, gendre de l’auteur, Paris, Michel Lévy frères, 1858 ; Maurice Duviquet, Souvenirs… : Vendée, armée de réserve, la Westphalie sous Jérôme-Napoléon, 1773-1814, publiés par Frédéric Masson, Paris, Ollendorff, 1905 ; Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne, Mémoires… sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la restauration, Paris, Ladvocat, 1829, t. 1, déb. du t. 2 et t. 4, p. 95-171 ; Alexandre-Edme Méchin, Précis de mon voyage et de ma mission en Italie dans les années 1798 et 1799…, Laon, Impr. de Melleville, 1808 ; Victor-Donatien de Musset-Pathay, Voyage en Suisse et en Italie, fait avec l’armée de réserve, Paris, Moutardier, an XII-1802 ; Anton Boudewijn Gijsbert van Dedem, Un général hollandais sous le premier Empire, mémoires…, 1774-1825, publiés par Élisabeth Lecky, née baronne de Dedem, Paris, Plon-Nourrit, 1900 ; Mathieu Dumas, Précis des événements militaires ou Essais historiques sur les campagnes de 1799 à 1814…, Paris, Treuttel et Würtz, 1817-1826 ; Augustin Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806 ; Chateaubriand, Voyage en Italie, dans Œuvres romanesques et voyages, Paris, 1969 (Pléiade, 2), p. 1403-1505, et Mémoires d’outre-tombe, Paris, 1951 (Pléiade, 1), p. 497-530 (sur le séjour italien de 1803-1804). De leur côté, les lettres de Garat et Ginguené, ambassadeurs du Directoire à Naples et Turin au printemps 1798, manifestent l’inquiétude face à une francisation trop rapide de l’Italie (M. Mauviel, « Garat, Ginguené et l’Italie », dans M. Matucci (dir.), Gli « idéologues » e la Rivoluzione (actes du colloque de Grosseto, 25-27 sept. 1989), Pise, s.d., p. 221-243).

23 Symptomatique est à cet égard le cas des tantes de Louis XVI, Adélaïde (1732-1800) et Victoire (1733-1799), repoussées de Rome à Caserte, puis obligées de quitter le royaume de Naples en 1798-1799 pour remonter jusqu’à Trieste.

24 Op. cit., p. 493. Absente du dictionnaire de Furetière en 1690, cette allusion au mensonge des relations de voyage apparaît dans le Dictionnaire de Trévoux (1ère éd. 1704 ; éd. de 1743, t. 6, p. 896).

25 Lors de la visite de la Bibliothèque Ambrosienne à Milan : « D’après le voyage de M. de Lalande, je m’attendais à rencontrer un jardin botanique dans cet établissement […]. Il faut convenir que M. de Lalande a été joué par la personne qui lui a fourni les notes dont il s’est servi pour écrire son ouvrage » (op. cit., t. 2, p. 47).

26 Op. cit., p. 3 et 207 ; Musset-Pathay, bien que ne voyageant qu’en Italie du Nord, cite aussi Dupaty (ibid., p. 46).

27 Description historique de l’Italie en forme de dictionnaire… par M. de L. M. de l’Académie de Saint-Luc à Rome, La Haye, Pierre Gossé, 1776 ; L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal d’un voyage aux villes principales de l’Europe…, Paris, Pissot, 1775 (qui en était en 1788 à la 6e édition) ; J.-D. Cassini, Manuel de l’étranger qui voyage en Italie…, Paris, Duchesne, 1778 (résultat d’un voyage de 1775).

28 Op. cit., p. 161-162. Le passage auquel il est ensuite fait allusion se trouve p. 189.

29 L’ouvrage de Creuzé de Lesser fut lui aussi publié à chaud, quoique avec quelques années de recul. La manière dont il parle des Italiens est essentiellement réactive.

30 Justifiant l’édition des Mémoires du général Griois par le fait que « les questions militaires sont plus que jamais à l’ordre du jour et passionnent l’opinion », son descendant Léon Griois indique clairement dans une note du 23 décembre 1908, placée en tête du livre, que la publication se fait contre le vœu de l’auteur.

31 J. Kaempfer, Poétique du récit de guerre, Paris, Corti, 1998. Je remercie Sarga Moussa de m’avoir signalé ce texte.

32 Les éditions de ces journaux et mémoires ne répondent malheureusement pas toutes à des critères de parfaite scientificité. Le temps a manqué dans les limites de cette étude, mais il conviendrait de pouvoir s’assurer de leur conformité avec les manuscrits originaux.

33 De G. Agamben, voir Enfance et histoire. Dépérissement de l’expérience et origine de l’histoire, trad. franç., Paris, Payot, 1989, p. 24-32. Le voyage de Mungo Park a quant à lui été effectué en 1795-1797, avant de paraître en anglais en 1799 et d’être traduit la même année en français (une réédition a été donnée à Paris, La Découverte, 1980).

34 Nous sommes loin des récits du Grand Tour lorsque nous lisons la page où Carrier raconte la mort d’un compagnon, « haché par un escadron de houlans » dans l’attaque de Valeggio, le 30 mai 1796 (op. cit., p. 85).

35 Comte de Chastellux, Relation du voyage de Mesdames, tantes du roi, depuis leur départ de Caserte, le 23 décembre 1798, jusqu’à leur arrivée à Trieste, le 20 mai 1799, et de la mort de Madame Victoire, le 7 juin suivant…, Paris, Michaud, 1816.

36 Pour aller de Bologne à Rome il passe par Rimini, la maison sainte de Lorette, Macerata, Foligno, Spoleto, la cascade de Narni, et sa visite de Rome en février-mars 1799 contient tous les poncifs des guides (op. cit., p. 217-248).

37 Thouin y passe une semaine à la veille de la chute de la République (op. cit., t. 2, p. 357-358 et p. 486) et les Autrichiens l’occupant encore lorsque Griois avec deux compagnons cherche à la visiter, ce dernier doit trouver un faux prétexte pour franchir les lignes ennemies (op. cit., t. 1, p. 254-257).

38 « aller vîte, poursuit Musset-Pathay, quand on voudrait se promener ; lentement quand on a envie de courir ; être obligé de marcher au moment où l’on désire écouter le bruit d’un torrent, ou contempler un ravin, éprouver mille contrariétés, et tout cela librement, et en partie de plaisir ; certes c’est se frayer une route nouvelle. » (op. cit., p. 3).

39 Ainsi à propos du blocus de Gênes, op. cit., p. 177-180.

40 Ainsi, pendant que les autres se battent, il peut rêver de la paix des champs, faire des dessins et écrire les multiples vers dont les pages de ses Mémoires sont remplies.

41 L’Encyclopédie, en toute première illustration du mot voyage, ne donne-t-elle pas : « On fait le voyage d’Italie » (op. cit., p. 492) ?

42 P.-J. Grosley, Mémoires sur les campagnes d’Italie de 1745 et 1746, auxquels on a joint un journal des mêmes campagnes tenu dans le bureau de M. le maréchal de Maillebois, avec une explication de tous les passages et cols du Dauphiné, versants de Savoie en Piémont, Amsterdam, M. M. Rey, 1777 ; Extrait de sa correspondance pendant le voyage d’Italie de 1745-1746, lettres I à VI, 12 mai 1745-10 fév. 1746, dans Œuvres inédites de P. J. Grosley, Paris, impr. de C. F. Patris, 1812-1813, t. 3 ; Lettres inédites de Grosley écrites de l’armée d’Italie en 1745 et 1746, publiées par Albert Babeau, Troyes, Dufour-Bouquot, 1897.

43 F.-R. Cailloux, baron Pouget, op. cit., p. 82-83.

44 Boulart, op. cit., p. 41, 75 et 108.

45 Cette récurrence du modèle du voyageur chez le compagnon de Lucien Bonaparte a été soulignée avec force par Huguette Vallet dans sa préface aux « Voyages en Italie » (1804). Journal d’un compagnon d’exil de Lucien Bonaparte, Rome-Naples, 1986, p. 22, 29 et 31.

46 Ainsi celui de la toute récente guerre de Succession de Pologne est-il bien présent chez de Brosses, qui voit que la brèche par où Tortone fut prise « n’est pas réparée » et signale à Milan la citadelle « à cause du dernier siège » (Lettres d’Italie, Paris, Mercure de France, 1986 [1ère éd. 1799], t. 1, p. 117 et 133).

47 Bourrienne rapporte ainsi qu’en passant par Turin au lendemain de Marengo « le premier Consul s’y arrêta quelques heures qu’il employa en grande partie à visiter la citadelle qui venait de nous être rendue » (op. cit., t. 4, p. 167). Quant à Coignet, il vante la qualité des places fortes de Crémone et de Brescia (op. cit., p. 117 et 120). Sur ce point, cf. supra, chap. 3, et un peu plus loin dans ce même chapitre.

48 Carrier, op. cit., p. 60 et 92 ; Musset-Pathay, op. cit., p. 136 ; Thouin, op. cit., t. 2, p. 125 ; Desaix, op. cit., p. 114.

49 Ainsi Boulart ne s’afflige-t-il outre mesure ni de l’épisode des douze moines trouvés égorgés dans une église de L’Aquila (op. cit., p. 49), ni des scènes de carnage qu’il raconte lorsqu’il rejoint l’armée de Naples à Viterbe. Sur la répression et la terreur française entre le printemps 1796 et les premiers mois de 1797 en Italie du Nord, cf. C. Zaghi, L’Italia giacobina, Turin, 1989, p. 93-97 (cet historien, pourtant italien, tend lui-même à minorer les massacres de civils par les Français et à juger que cette terreur des premiers mois fut « salutaire » parce qu’elle évita ensuite de plus grands massacres).

50 Sans cesse Carrier oppose, en une rhétorique répétitive, les beautés de la nature en Italie et le caractère déplorable des Italiens (cf. par exemple op. cit., p. 79-80, 109, 157-158, 163, 171, 199). Fricasse exprime ses sentiments anti-italiens lorsque, faisant une pause dans son journal, il tente de dresser un bilan sur les territoires traversés (op. cit., p. 157-158 et 172). Enfin les soldats italiens que Jean-Roch Coignet côtoie comme compagnons d’armes lui semblent n’être « propres qu’au pillage et au jeu. Il faut toujours être sur ses gardes avec ce peuple jaloux ; votre vie est en danger jour et nuit » (op. cit., p. 118-119).

51 Monge, lettres de Rome à sa femme du 30 juillet-1er août 1796, et à son gendre Marey du 17 août 1796, extraites de la correspondance à paraître sous la dir. de J. Dhombres ; Musset-Pathay, op. cit., p. 149 et 192-193 ; Desaix, op. cit., p. 150-151. Monge, Desaix ou Musset-Pathay ne manifestent cependant pas le même sentiment de supériorité des Français que Creuzé de Lesser dans son Voyage en Italie et en Sicile, paru en 1806.

52 F. Waquet, Le Modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome, École Française de Rome, 1989 ; S. Léoni, « ’L’Italie c’est rien’ : la culture italienne et les hommes de lettres français au siècle des Lumières », dans Franco-Italica (actes du colloque ADLI/SIES Stéréotypes et représentation française de l’altérité italienne, 29 sept. 1995), Série contemporaine, n° 8, 1995, p. 45-54 (voir supra, chap. 4, note 8, et chap. 5, note 36).

53 La situation s’inversa au xixe siècle, entre la chute du Premier Empire et l’unité italienne.

54 Pour Musset-Pathay, les Français sont à Milan « un peu plus aimés […] que dans le reste de l’Italie » (op. cit., p. 148). Cf. Marmont en mai 1796, dans une lettre annexée à ses Mémoires : « Milan est une très-belle ville, très-grande, très-peuplée. Ses habitants aiment les Français à la folie » (lettre à son père, 15 mai 1796, Mémoires du duc de Raguse de 1792 à 1832, Paris, Perrotin, 1857, t. 1, p. 322).

55 La formule est ressassée de Mme Vigée-Lebrun à Chateaubriand, en passant par Monge, Musset-Pathay, Courier et Creuzé de Lesser (sur la naissance de ce motif, cf. supra, chap. 7). Le thème de Milan ville française, succédané de Paris, revient du reste chez de nombreux voyageurs du xixe siècle (Michelet en 1830, Valérie Boissier en 1834, Jules Janin en 1838, Louise Colet en 1859…).

56 « Nous sommes de singuliers ennemis : on nous trouve d’abord insolents, un peu trop gais, trop remuants, nous n’avons pas plutôt tourné les talons qu’on nous regrette. Vif, spirituel, intelligent, le soldat français se mêle aux occupations de l’habitant chez lequel il est logé […]. Sa bonne humeur et son activité communiquent la vie à tout ; on s’accoutume à le regarder comme un conscrit de la famille » (Mémoires d’outre-tombe, éd. citée, t. 1, p. 498). Chateaubriand écrit cependant à une grande distance de l’événement. Pour des raisons largement littéraires, il veut accentuer l’écart entre l’image que lui offre l’Italie de 1803 et celle de 1822 ou de 1828-1829.

57 Op. cit., p. 148.

58 Thouin s’exclame ainsi, dans la salle des Géants du Palais du Tè à Mantoue : « Il est malheureux que des ouvrages si parfaits ne soient pas sur toile. Et les circonstances n’étaient pas propres à diminuer mes regrets. En effet, occupé par les Autrichiens pendant le blocus, le bâtiment avait beaucoup souffert ainsi que les jardins. » (op. cit., t. 2, p. 126). Sur cette ambivalence du sentiment qui présidait au transfert des œuvres d’art italiennes en France, voir D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, Paris, 1997, p. 220.

59 Desaix rapporte que les Mantouans « ont regretté infiniment qu’on leur ait enlevé le monument élevé à ce grand homme [Virgile] » (op. cit., p. 125), et Carrier ne peut voir à Lorette la célèbre image de la Vierge peinte par Saint-Luc, spectacle obligé de tous ses prédécesseurs, parce que « les Français l’avaient fait emporter à Paris, sans le moindre miracle » (op. cit., p. 219). Nous pourrions citer, en contrepoint, des textes italiens s’inquiétant de la spoliation des œuvres d’art : ainsi Pietro Lama, revenant de Vienne à Parme en août 1796, dans les dernières pages de son Diario del mio viaggio in Germania (manuscrit conservé à la Bibliothèque du Museo Archeologico Nazionale de Parme, cité par E. Guagnini, Viaggi e romanzi- Note settecentesche, Modène, 1994, p. 125-126).

60 Cf. par ex. : Mémoires sur Gênes, sur la Spezzia. Route de Gênes pour pénétrer dans le Pavesan et le Milanais, [1741], 30 p., A. D. Alpes Maritimes, Ms 15 ; Projet sur la défense du comté de Nice, 1746, papier, 7 p., A. D. Alpes Maritimes, Ms 18 ; Mémoire sur les moyens d’entrer en Italie par le comté de Nice, par Bourcet, 1747, papier, 9 p., A. D. Alpes Maritimes, Ms 17.

61 Cf. supra, début du chap. 7. Des mémoires manuscrits furent également écrits à des fins militaires sur l’Italie pendant la guerre de Succession d’Autriche, ainsi le Mémoire de la campagne de 1745 en Italie, relatif aux opérations que l’on pourrait faire pendant l’hiver. Mémoire sur les opérations de la campagne de 1746 en Italie. Journal des opérations de Bellis pendant la campagne de 1747, etc., A. D. Lozère, Ms 22 (E), 23 (E) et 24 (E).

62 Affiches, Annonces et Avis divers du Dauphiné, Grenoble, chez la Vve Giroud, 12 sept. 1777 (Bib. Munic, de Grenoble, 5 Mi 9).

63 Johann Wilhelm von Archenholz, Tableau de l’Angleterre et de l’Italie, trad. de l’allemand, Gotha, Charles-Guillaume Ettinger, 1788, t. 3, p. 78. L’observation n’a d’ailleurs rien d’original. Dès 1715, le Français Caylus notait dans son journal : « La petite ville a quelques fortifications et des canons ; tout cela est plus pour s’opposer à une course et à une descente de Turcs, que contre un siège » (Voyage d’Italie, 1714-1715…, Paris, 1914, p. 169).

64 « Il faudroit un Pape françois, avec Cinquante Mil hommes de sa nation pour y Introduire la politesse, l’humanité, et les Bonnes Mœurs » (Voyage d’Angers à Rome par Mr Pocquet de Livonnière, du fameux Claude du nom, Bib. Munic. d’Angers, Ms 1368, p. 53). Cette « vision » française est évidemment à opposer à celle qu’eut par exemple Pierre Barras, auteur vers 1820 du Catéchisme poenin ou aperçu historique sur le Gd St Bernard, lorsqu’il note que le jeudi saint 1798 les premiers 40 militaires de la Révolution française « après s’être rafrêchis [au col] entrèrent en Piemont avec la fureur des bêtes féroces (souligné dans le texte) » (Arch. du Grand-Saint-Bernard, Ms 5021).

65 Sur la méthode d’observation des faits mise au point par les idéologues, voir S. Moravia, « Philosophie et géographie à la fin du xviiie siècle », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 57, 1967, p. 937-1011.

66 L’Italie de Fricasse n’est qu’une suite de villes appelées positions ou citadelles, que l’auteur décrit en passant, sans en visiter aucune. L’attention se concentre sur le fait que les fortifications soient en ruines ou encore en état, les villes faciles à prendre ou « imprenables ».

67 On sait que, pendant les loisirs que lui laissaient les campagnes militaires de la Convention, Championnet (1762-1800) s’occupait déjà d’études topographiques qui favorisèrent ses succès, dont celui de Fleurus, par la connaissance du terrain qu’elles lui donnaient.

68 Un paysage retenait l’attention au xviiie siècle lorsqu’il était fertile et bien organisé (en cas de négligence, les effets du mauvais gouvernement étaient dénoncés), évoquait un auteur classique ou contenait quelque curiosité. On en faisait une lecture fragmentaire et cumulative, étrangère à toute idée de liaison entre les parties d’un tout qui aurait également compris les villes (cf. É. Chevallier, « La découverte des paysages de l’Italie du Sud dans la seconde moitié du xviiie siècle : le Voyage pittoresque de l’Abbé de Saint-Non », dans É. et R. Chevallier, Iter italicum : les voyageurs français à la découverte de l’Italie ancienne, Genève-Turin, 1984, p. 72-90, et B. Conconi, « Il paesaggio italiano nel Nouveau Voyage d’Italie di Misson : tradizione e modernità », dans G. Botta (dir.), Cultura del viaggio. Ricostruzione storico-geografica del territorio, Milan, 1989, p. 275-299 ; voir aussi supra, chap. 3).

69 Sur les caractères de la statistique départementale à cette époque, cf. M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, 1988.

70 J.-B.-J. Breton, Voyage en Piémont, contenant la description topographique et pittoresque, la statistique et l’histoire des six départements réunis à la France par le Sénatus-Consulte de l’an XI, Paris, Brion-Déterville-Debray-Fuchs, an XI-1803, 1 vol. Parmi les autres descriptions statistiques, on signalera les travaux de Laboulinière pour le Piémont (1802), de Chabrol de Volvic sur l’ancien département de Montenotte en Ligurie (1824) et de Tournon sur les États romains (1831). Un peu avant le Voyage en Piémont de Breton étaient parus un Voyage pittoresque de la Toscane, etc (vers 1800) et le Tableau de l’agriculture toscane de J. C. L. Simonde de Sismondi (Genève, J. J. Paschoud, 1801). Cf. aussi supra, chap. 6, tableau 13. Dans les années suivantes, le même souci de précision anime les itinéraires destinés aux voyageurs, par exemple l’État général des Postes et Relais de l’Italie, suivi de la carte géométrique des routes desservies en poste, avec désignation des relais et des distances, avec la description des principales villes…, qui en est en 1809 à sa 8e édition (Florence, Nicolas Pagni, 1809).

71 Le Dictionnaire de Trévoux, répétant Furetière, place encore en 1743 au premier rang des buts du voyage l’habitude de visiter des cabinets contenant toutes sortes d’étrangetés naturelles et artificielles, comme celui de Moscardo à Vérone : « On fait voyage par curiosité, pour voir des choses rares. » (art. « Voyage », t. 6, p. 896). Passé le milieu du siècle, les intérêts commencèrent à se modifier.

72 Récusant le vandalisme révolutionnaire Thouin au passage par la Savoie déplore ainsi que l’on ait enlevé sur le monument célébrant le creusement d’une route « l’inscription qui consacrait le nom du prince auquel on doit un travail si utile et si commode aux voyageurs […] qui ne constatait pourtant qu’un fait historique et une généreuse prévoyance. » (op. cit., t. 2, p. 5).

73 Ibid., p. 50-51.

74 Le dîner est décrit par Thouin, ibid., p. 78-79.

75 Ibid., p. 43-44.

76 « Soldats, vous êtes nus et mal nourris. Je vous conduirai dans les plaines les plus fertiles du monde. Vous y trouverez honneur, gloire et richesse » (28 mars) ; « Patriotes piémontais, l’Europe a les yeux fixés sur l’Italie, l’armée saura y établir la victoire et le bonheur des peuples » (31 mars). Ces phrases sont notamment citées par Desvernois, op. cit., p. 40.

77 Jacques Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, Jansen, an IX-1801, t. 1, p. 317 ; Carrier, op. cit., p. 64.

78 Ainsi Taine s’exclame-t-il en 1864, devant le Triomphe de Venise par Véronèse : « Voilà ce qu’il faudrait emporter avec soi pour garder une idée de Venise » (Voyage en Italie III. Venise, Bruxelles, éd. Complexe, 1990 (1ère éd. 1866), p. 21-22). Sur la fabrication, à partir du milieu du xixe siècle, de l’image du touriste comme déprédateur, intrus, envahisseur et espion, accomplissant une prise de possession qui serait le résultat d’une « invasion », cf. J.-D. Urbain, L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, 1993 [1ère éd. 1991], notamment p. 17, 23 et 35.

79 Boulart, op. cit., p. 55.

80 Ainsi le capitaine Coignet note-t-il que sur les marchés de Crémone « on pèse tout, oignons et herbages ; c’est rempli de melons que l’on nomme pastèques (c’est délicieux) » (op. cit., p. 117).

81 Chez Carrier, chez Desaix, chez Thiébault.

82 À la tendresse de la mère répond la beauté des deux filles dont la seconde, âgée de 17 ans, est « plus jolie encore et plus aimable que l’aînée » (op. cit., p. 65).

83 Les hommes étant, eux, « dissimulés et méchants » (op. cit., p. 199).

84 Pouget, op. cit., p. 83-87.

85 « ville médiocre, ceinte pour toute fortification d’une muraille sur un rempart élevé […] Les maisons sont basses, les rues larges et désertes, si ce n’est dans le centre de la ville. Je tirai inutilement mes tablettes car je ne trouvai rien à noter » (Lettres d’Italie, cit., t. 1, p. 151).

86 La gloire de Lodi est immédiate. Arnault, mai 1797 : « Tout pressé que j’étais, je n’avais voulu traverser qu’au petit pas ce pont de Lodi que sous la mitraille autrichienne nos bataillons avaient traversé au pas de charge et sans tirer un coup de fusil » (op. cit., t. 3, p. 62). Desaix, août 1797 : « Ce qui a donné à Lodi une grande célébrité, c’est le passage de l’Adda par l’armée française » (op. cit., p. 104). Stendhal : « Le canon du pont de Lodi (mai 1796) commença le réveil de l’Italie. » (Promenades dans Rome, dans Voyages en Italie, éd. citée, p. 1039). Pouget, en 1805 : « Nous ne manquâmes pas d’aller saluer le pont de Lodi, rendu célèbre par la bravoure et l’intrépidité du général en chef Bonaparte, lors de ses brillantes conquêtes qui amenèrent la paix de Léoben » (op. cit., p. 87). Mais ce qui est remarquable est la perduration de cette mémoire, avivée par le sentiment anti-autrichien. En 1832, Quinet : « Je passe des monuments étranges qui n’ont jamais été élevés, qui ne s’écrouleront jamais, qui s’appellent Castiglione, Lodi, Rivoli ; tout le chemin de Milan à Venise est semé de noms semblables » (Allemagne et Italie. Philosophie et poésie, Paris et Leipzig, Desforges, 1839, t. 1, p. 144). La même année Berlioz : « En passant à Lodi, je n’eus garde de manquer de visiter le fameux pont. Il me sembla entendre encore le bruit foudroyant de la mitraille de Bonaparte et les cris de désordre des Autrichiens » (Mémoires, Paris, Calmann-Lévy, 1926 [1ère éd. 1870], t. 1, p. 275). Jules Janin, en 1838 : « nous saluons au loin le port et la plaine de Lodi ; toute notre histoire d’Italie se montre à nous » (Voyage d’un homme heureux, dans Voyage en Italie, Paris, Bourdin, 1839, p. 402).

87 Stendhal : « Les Italiens ont raison : Marengo avança d’un siècle la civilisation de leur patrie, comme une autre bataille l’a arrêtée pour un siècle » (Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, éd. citée, p. 83). Sur la perception italienne de Marengo lieu de mémoire, voir G. Ratti, « À la périphérie du mythe : célébrations et histoires de Marengo au xixe siècle », dans D. J. Grange, D. Poulot (dir.). L’esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, Grenoble, 1997, p. 401-417.

88 La première citation est de Carrier en 1796 (op. cit., p. 91), la seconde de Musset-Pathay en 1800 (op. cit., p. 178).

89 Arnault : « Mantoue aussi était environnée de la gloire française. Sous ces murs assiégés et conquis par notre armée, se livrèrent les batailles de Saint-Georges et de la Favorite » (op. cit., t. 3, p. 62-63). Desaix : « Je suis arrivé près de Mantoue avec plaisir : cette ville a joué un si grand rôle, elle a vu tant d’événements que l’on ne peut pas la voir sans intérêt. […] Nous sommes tout yeux pour bien juger et regarder, et voir si cette ville répond à l’idée que nous nous étions formée. Nous regardons les remparts, et nous reconnaissons bientôt que les eaux font la défense de cette ville » (op. cit., p. 114-115).

90 Si Ampère s’y attarde en 1823, c’est uniquement en souvenir de Virgile.

91 Le cas de Venise, dans lequel Viollet-le-Duc voyait en 1837 un « grand cadavre » et un « corps expirant », est bien sûr emblématique d’une représentation de l’Italie qui, sans être la seule possible, traverse tout le xixe siècle.

92 Monge, lettres à son épouse du 22 juillet et du 30 juillet-1er août 1796.

93 Cf. É. Chevallier, « Les guides d’Italie et la vulgarisation de la critique d’art au xviiie siècle », dans Revue de littérature comparée, n° 179, juillet-septembre 1971, p. 366-391.

94 Carrier suit à la lettre les guides et préfigure en cela une certaine boulimie aplatissante du tourisme culturel contemporain. Thouin bénéficie de compagnons experts dans l’art de peindre. Desaix use d’un vocabulaire précis, témoignant d’une approche personnelle (ainsi sur les Titans du Palais du Tè : « C’est là que sont peints les Titans renversés, voulant escalader le ciel ; les détails sont immenses et prodigieux ; la proportion d’hommes de plus de douze pieds de haut, parfaite. On passerait sa vie à voir ces détails : les Titans renversés, écrasés sous les montagnes, exprimant la rage, le désespoir, le repentir, le pardon, la douleur ; l’Olympe et une immensité de dieux et de déesses avec des attributs à les faire connaître. Rien n’est oublié, jusqu’aux plaisanteries : une déesse est peinte, jetant son pot de chambre sur la tête des Titans », op. cit., p. 123).

95 Ainsi S. Costa rappelle-t-elle qu’à Bologne ils fondèrent leurs jugements, à l’instar de tous les voyageurs, sur la hiérarchie des peintres établie par le comte bolonais Malvasia dans un guide de 1686, Le Pitture di Bologna (« Il gusto dei Bolognesi : l’arte emiliana in Francia dalle requisizioni al 1815 », dans Ouvr. coll., Pio VI Braschi e Pio VII Chiaramonti. Due Pontefici cesenati nel bicentenario della Campagna d’Italia, Bologne, CLUEB, 1998, p. 77-154).

96 Paris, Ponthieu, an VII. Cette notice se trouve dans le t. 1, p. 387-412.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540